Vous êtes sur la page 1sur 23

138

DISCOURS SUR LE PSAUME CXXXVIII.
SERMON AU PEUPLE.
LES BONS ET LES MÉCHANTS DANS
L’ÉGLISE.
Le pain que nous devons manger à la sueur de notre front, c’est le Christ, chef
de l’Eglise tirée de sou coeur comme Eve du côté d’Adam. De là vient que dans
notre psaume et dans beaucoup d’autres, c’est le Christ qui parle, tantôt comme
chef, tantôt au nom des membres. S’il appelle Dieu Seigneur, c’est dans son
humanité. Le Seigneur donc l’a connu quand il s’est assis et quand il s’est levé,
c’est-à-dire dans sa passion et dans sa résurrection, ou dans l’homme qui
s’abaisse par l’aveu, et s’élève par l’espérance. Dieu voit de loin nos pensées,
quand nous sommes éloignés de lui par le péché, comme le prodigue loin de son
père ; il voit nos sentiers et le terme de nos égarements, aussi nous afflige-t-il
alla de nous rappeler à lui. Nous ne saurions le voir tel qu’il est ; il prenait une
forme créée afin de parler à Moïse, qui le vit, mais seulement quand il lut passé,
c’est-à-dire en sa passion, comme tes Juifs, qui le virent sans reconnaître qu’il
était Dieu. Seulement après qu’il fut passé, à la Pentecôte, Pierre leur dit ce
qu’ils devaient faire. Telle est la science de Dieu qu’il faut qu’il nous donne. En
vain nous voulons le fuir, il est dans le ciel où nous nous élevons par la vertu, et
dans l’abîme pour nous châtier, si nous y descendons par le péché. Allons aux
extrémités de la mer, ou à la fin des siècles, avec les voiles de la charité, et Dieu
nous conduira, autrement la fatigue nous ferait tomber dans la mer. Au milieu
des scandales de cette vie, qui est la nuit, le Christ sera notre lumière ; nous
retomberons dans les ténèbres par le péché, et en tes défendant nos ténèbres
s’obscurciront ; le Seigneur les éclaire par le châtiment, et quand nous
reconnaissons que ce châtiment vient de Dieu. Job était dans la lumière du
monde, ou dans la prospérité ; c’était une lumière dans la nuit, et alors il
regarda les ténèbres ou le malheur du même oeil que la lumière ou la
prospérité, parce que Dieu, sa lumière intérieure, était le maître de ses
affections, et l’avait reçu dès le sein de sa mère ou de Babylone qui met sa joie
dans les prospérités temporelles, comme la synagogue dégénérée, figuier sans
fruit. Pour nous, le mal c’est le péché. La majesté de Dieu est terrible ; il nous a
formé un os intérieur ou donné cette force de souffrir, et avec joie, que n’avaient
point les Apôtres avant la passion. Nonobstant leur imperfection le Seigneur les
maintint dans son livre ; ils s’égarèrent pendant que le Sauveur était avec eux,
puis revinrent à lui, s’affermirent, et se multiplièrent. Alors les méchants
suscitèrent des schismes en disant à d’autres : Eloignez-vous de moi ; ou plutôt,

ils s’éloignèrent de l’Eglise, sous prétexte qu’il y a des méchants. Mais être avec
des méchants, ce n’est point approuver leurs oeuvres ; je les hais d’une haine
parfaite, réprouvant les oeuvres, aimant les hommes, de même que Moïse
frappait les coupables et priait pour eux. Que le Seigneur nous éprouve, et nous
conduise dans la voie éternelle qui est le Christ.
1. Nous avions préparé un psaume assez que méprise lui a fait prendre l’un pour
court, que nous avions recommandé au 1cc- l’autre. Et toutefois, nous aimons
mieux, Leur de chanter; mais, au moment venu, quel. dans cette méprise du
lecteur, suivre la (160) volonté de Dieu, que la nôtre en reprenant notre dessein.
Ne vous en prenez donc pas àmoi, si la longueur de celui-ci me force à vous
retenir un peu plus longtemps; croyez plutôt que Dieu n’a pas voulu nous
imposer tan travail inutile. Ce n’est point sans raison que, pour châtiment de
notre premier péché, nous devons manger notre pain à la sueur de notre front 1.
Voyez seulement s’il y a ici quelque pain. Or, il y a du pain, s’il y a le Christ ;
car il a dit : « Je suis le pain vivant descendu du ciel 2 ». Cherchons aussi dans
les Prophètes ce pain qui s’est montré dans les Evangiles. Ils ne l’y trouvent
point, ceux qui ont encore un voile sur le coeur 3, comme l’a compris hier votre
charité. Mais nous, pour qui le sacrifice du soir, offert sur la croix par le
Seigneur, a déchiré ce voile 4, afin de nous découvrir les secrets du temple ; tant
qu’on nous prêche le Christ, ce ne peut être que dans le travail et dans les sueurs
que nous mangerons notre pain.
2. Or, dans les Prophètes, Notre-Seigneur Jésus-Christ parle quelquefois comme
notre tête, car il est le Christ notre Sauveur, assis à la droite de son Père. C’est
pour nous qu’il est né de la Vierge, et qu’il a souffert tout ce que vous savez sous
Ponce-Pilate; son sang innocent est notre rançon; il l’a répandu pour nous
racheter de l’esclavage où le diable nous retenait, en nous remettant nos péchés,
et en effaçant de son sang la cédule qui nous retenait dans nos dettes 5. C’est lui
qui est le guide, l’époux, le rédempteur de son Eglise, qui est notre tête. S’il est
tête, il a un corps : et ce corps c’est la sainte Eglise, qui est aussi son épouse, et à
laquelle saint Paul dit : « Vous êtes le corps du Christ et ses membres 6 ». Le
Christ tout entier est donc formé de la tête et du corps, aussi bien que l’homme
dans sou intégrité : car c’est de l’homme et pour être à l’homme que la femme a
été formée ; et il est dit à propos du premier mariage: « Ils seront deux dans une
seule chair 7 ». Et saint Paul dit que cette parole n’a pas été dite sans un grand
mystère à propos du premier homme et de la première femme, qui figuraient le
Christ et l’Eglise. Voici en effet l’explication de l’Apôtre: « Ils seront deux dans
une même chair », nous dit-il : « ce sacrement est grand, je l’entends
1. Gen. III, 19. — 2. Jean, VI, 41. — 3. II Cor. III, 14. — 4. Matth. XXVII, 51 .
— 5. Coloss. II, 13, 14. — 6. I Cor. XII, 27.— 7. Gen. II, 24.
« du Christ et de l’Eglise 1». « Adam », nous dit-il, « est la figure de l’Adam à
venir 2 ». Si donc Adam est un symbole de l’Adam futur, comme Eve fut tirée
du flanc d’Adam pendant son sommeil, ainsi du flanc du Christ pendant son
sommeil, c’est-à-dire, pendant qu’il mourait sur la croix, et ouvert par un coup

mais en se revêtant de la nôtre. mais. qu’a-t-il fait selon l’Apôtre. III. — 5. et à ces membres qui souffrent sur la terre dans l’exil : et ce fut au nom de ces membres souffrants que Saul persécutait. Ephés. Car si les psaumes ont été chantés avant que le Seigneur naquit de la Vierge Marie. avons-nous dit.dit le même Apôtre. Matth. à propos du mariage. mais par la sienne. Dès lors tout ce que dit le Sauveur au nom de cette humanité appartient à cette tête qui est remontée dans les cieux. dans un autre psaume. mais cette divinité égale au Père a pris part à notre mortalité.Egal au Père dans sa nature divine. — 3. j’ai pris mon sommeil. « en revêtant la forme de l’esclave. de nous remettre sur le chemin de la vie éternelle. et qu’est-ce qu’il ajoute à ces paroles: « Lui qui avait la nature de Dieu. qu’il dise lui-même 1. CXXXVIII. 14. dans le temps. Mais par bonté pour nous. mais il ne dit point une même divinité. Veux-tu savoir de qui il est Père? D’un Fils égal à lui. parce que le Seigneur m’a soutenu 3 ». Père de Dieu. Ps. il ajoute : « Ils ne sont donc plus deux. — 4. Croyons à sa divinité. s’adressant au Père. 6. né de sa substance. et reconnu pour homme par tout ce qui a paru de lui 1». mais qu’à notre tour nous pussions participer à sa divinité. C’est pourquoi dans l’Evangile. « Seigneur. il est né d’une créature. en prenant part à notre nature. Une même chair. qui est son Fils unique. Aussi. Ps. parce qu’il a emprunté sa chair à notre nature mortelle . j’ai dormi. C’est de cette nature que Dieu est Père. — 2. car il s’identifie avec nous. n’a pas cru qu’il y eût usurpation à se dire égal à Dieu? Mais il s’est anéanti ». V. a dit saint Paul. là: «Mon Père est plus grand . de celui qui lui est égal en nature. — 7. 1. Saul. Que Notre-Seigneur Jésus-Christ tienne ce langage. Seigneur de l’homme. 161 « Seigneur ». croyons qu’il est égal à son Père . Ce sommeil s’entend donc de sa passion. 32. et je me suis éveillé. il a pris la forme de l’esclave. découlèrent les sacrements dont l’Eglise est formée. Act. selon cette parole: « ils seront deux dans une même chair ». C’est donc parfois en son nom et parfois en notre nom que Jésus-Christ parle dans les saintes Ecritures. Le Créateur du monde a toujours été. XIX. afin de nous rétablir. Lui-même nous dit l’un et l’autre dans l’Evangile. qu’il s’écria du haut du ciel: « Saul. Rom. ils ne l’ont pas été avant qu’il fût le souverain Seigneur. « il n’a pas cru qu’il y eût usurpation pour lui de s’égaler à Dieu ». V. puisqu’il est créateur. tandis que nous sommes créatures. non pa notre nature. IX. devenant ainsi moindre que son Père. nous parle-t-il ainsi de sa passion: « Pour moi.6. Son Père toutefois n’est son Seigneur que parce qu’il a daigné naître selon la chair. 4. en se rendant semblable à l’homme. Ici: « Mon Père et moi sommes un 2 ». de nous faire participants de sa divinité. et dès lors Eve formée du côté d’Adam qui sommeille.de lance . et autant qu’il est en nous. c’est l’Eglise tirée du flanc du Christ souffrant. « Etant de la nature de Dieu ». mais une même chair 4 ». pourquoi me persécuter 5? » Ecoutons donc le Seigneur Jésus qui parle dans cette prophétie. 3. vous m’avez éprouvé et m’avez connu 6 ». non par notre nature. 31.

« Vous m’avez connu quand je me suis assis. vous qui mangez un pain de douleur 1 ». et Seigneur selon la forme de l’esclave. sans aucun étonnement ni scandale de notre part: «Seigneur. à notre tour: « Vous m’avez connu quand je me suis assis. Ps. — 3. Id. et j’ai été justifié par votre grâce. et quand je me suis levé 4 ». Que veut dire ici s’asseoir? que veut dire se lever? S’asseoir.que moi 3 ». Beaucoup en effet veulent se lever avant de s’être assis. et paraître justes avant de s’être avoués pécheurs. Jean. Philipp. comme nous l’apprend l’Evangile. il se redresse par l’espérance de la vie éternelle. après la rémission des péchés. et quand je me suis levé ». C’est ce plus jeune fils qui s’en était allé au loin. il s’attache à un prince de ces contrées. Vois ce plus jeune fils dans l’Evangile: c’est lui qui est devenu le corps de Jésus-Christ. c’est-à-dire. II. 5. quand il s’humilie par la pénitence. mais il travaillait dans les champs: il est la figure de ces saints personnages de la loi qui accomplissaient les préceptes et les oeuvres de la loi. et le dissipant en profusions avec des femmes débauchées: pressé par la faim. et celui- . vous avez connu mes pensées. 28. ils s’en étaient allés bien loin. si nous entendons ces paroles des membres: « Vous m’avez connu quand je me suis assis et quand je me suis levé ». disons 1. l’aîné ne s’était pas éloigné. « Eprouvé et connu ». 2. XIV. et prévu toutes mes voies 3. selon la forme de l’esclave. Si nous voulons entendre la voix de notre chef. et quand je me suis levé ». Si donc nous appliquons ces paroles à notre chef: « Vous e m’avez connu quand je me suis assis. il se lève quand. Quant au reste des hommes. signifiera. « Mon Père et moi sommes un » . Quoi de plus éloigné de celui qui t’a fait. j’ai confessé devant vous mes péchés. que l’image que tu viens de faire? Le plus jeune des fils s’en alla donc. Que veut dire de loin ? Quand je suis encore dans mon exil. Le Seigneur s’est donc abaissé dans sa passion. selon la nature divine. Le père de famille avait en elfet deux fils. mais en ce sens qu’il l’a fait connaître aux autres. vous avez recherché ma route et mon gîte. 7. vous avez approuvé. avant que je sois arrivé à cette patrie bienheureuse. vous l’avez voulu. 4. non point que Dieu ne l’ait point connu d’abord. emportant son bien. Père selon la nature divine. vous m’avez éprouvé et m’avez connu». Dès lors que le Père est en même temps Seigneur. 30. le jour et la nuit 2 ». « Vous avez compris de loin mes pensées. c’est s’abaisser. 6. elles doivent s’entendre de sa passion et de sa résurrection .— 4. CXXXVIII. eux qui disent dans un autre psaume encore : « Mes larmes sont devenues pour moi un pain. — 2. puisque l’Eglise est venue de la gentilité. Qu’est-ce à dire: « Levez-vous après vous être assis? » Ne vous élevez qu’après vous être humiliés. dans la personne des membres. Les pénitents mangent un pain de douleur. Aussi est-il dit dans un autre psaume: « Levez-vous après vous être assis. L’homme s’assied. que son Fils unique s’écrie. cela s’est fait selon votre volonté. X.est-il dit. « Vous avez connu cela ». « Vous m’avez éprouvé et m’avez connu ». il s’est levé dans sa résurrection. est-il dit. « Mon Père est plus grand que moi ». se plongeant dans l’idolâtrie.

ou mon premier état quand je vous ai demandé la part de ma substance. Aussi le Seigneur dit-il dans l’Evangile. 11-20. c’est. « Vous avez connu mon sentier et mes bornes ». Seigneur. Mon premier état n’était qu’un prélude à mes malheurs plus récents. je revinsse à vos sentiers. Qu’est-ce à dire. n’était pas loin de vos yeux.ci l’envoya paître les pourceaux auxquels il enviait leur nourriture. heureux loin de vous. Je me suis assis dans l’indigence. Je m’étais écarté bien loin et néanmoins vous étiez là. 4. j’ai marché dans mes voies. et voulut revenir à lui . dit le Prophète: quelle route. et il se dit: « Je me lèverai. et mon point d’arrêt». fatigué de l’affliction. XV. vous les aviez prévues. et j’irai à mon Père». Qu’est-ce à dire. mon sentier? le sentier de mes égarements. ce qui est ancien. — 2. sans pouvoir s’en rassasier. un fugitif pris au fait. CXXXVIII. « Je me lèverai». CXXVI. un fugitif pris au fait qui s’écrie: « Vous avez connu ma route et mon joint d’arrêt ». mais prévu. quelque part que nous allions. CXXXVIII. mon point d’arrêt? jusqu’où je me suis avancé. 1. « Voilà que vous. il se souvint de son père. « Car il n’y a point de déguisement sous ma langue ». « Vous avez compris de loin mes pensées ». connaissez ce qui est récent et ce qui est ancien 1 ». Car je m’étais éloigné de vous. car il s’était assis. Ce qui est récent. tout éloigné qu’il fût. « Vous avez prévu toutes mes voies 2 ». 4. Le Prophète ne dit point vu. que son Père alla au-devant de lui quand il revenait 1. la tribulation. en serait-il venu à garder les pourceaux. Ps. comme s’il eût pu se cacher et se dérober àsa vengeance? Aurait-il été réduit à cette misère. sinon cette route funeste qu’il avait suivie pour s’éloigner de son père. — 2. dit-il. si son père n’eût voulu le châtier de loin. en proclamant qu’il est justifié. avant que j’eusse parcouru ces voies. 162 Accablé par le labeur. l’indigence. et quand je me suis levé ». que le corps de Jésus-Christ a raison de dire : « Ma langue ne cache point la ruse ». 7. j’ai rencontré le malheur loin de vous. et vous m’avez laissé les parcourir dans l’affliction. . Luc. ou mon dernier état quand je gardais les pourceaux. non par ses propres mérites. heureusement 1. « Ma route ». et je me suis levé en désirant votre pain. je ne fusse point revenu vers vous. Id. Reconnais-le donc. quelque lointaine que soit notre fuite. Avant mon départ. — 3. parce qu’il avait parfaitement compris de loin ses pensées. afin que. mais par la grâce. c’est lui qui dit ici : « Vous avez connu quand je me suis assis. et poursuivi par la juste vengeance d’un Dieu qui châtie nos affections secrètes. Ps. Id. je me suis éloigné de vous. 2. 6. mais où n’est point celui que j’avais abandonné? « Vous avez compris de loin mes pensées ». afin de le recevoir et l’embrasser de tout près? C’est donc un fugitif qui parle ici. 4. « Vous avez recherché ma route et mon gîte » . Pourquoi parler ainsi ? Je vous en fais l’aveu. Ce point d’arrêt. 3. la misère. C’est donc en confessant ses péchés. pour moi. XLI. « Vous avez recherché mon sentier. dis-je. je me suis séparé de vous qui étiez mon bien et.

« Voilà. et le Verbe de Dieu. Ecoutez attentivement quelque chose d’obscur. ni maintenant autre qu’auparavant. « Votre science de moi est admirable. mais pour vous. Nul en effet ne saurait naître. en lui tenant un langage sensible: il lui parlait par l’entremise de quelque créature. ou quand je vous ai offensé. mais il demeure d’une manière immuable. Et puisse-t-il être notre dernier ! Il le sera sans doute si nous voulons revenir à Dieu. « et vous avez posé sur moi votre main » vengeresse. vous demeurez le même 2 ». que vous avez connu mon état récent. 163 sans doute. qui jusqu’à présent avons abandonné Dieu. 8. et cela n’aurait point lieu si Dieu ne prenait quelque forme créée pour émettre ces paroles. qui ne varie ni selon les temps ni selon les lieux. ce Verbe par qui tout a été fait 1.Notre premier péché. et non comme il le fait dans sa substance. mon état ancien.qu’il est dit : « Vous les changerez. mais en prenant une figure corporelle qui formait des sons. car Dieu ne terrasse l’orgueilleux que pour son bien. CXXXVIII. Ps. et Dieu conversait avec lui dans la nuée. « Vous m’avez formé » : où? Dans cette mortalité. si l’on peut parler ainsi. ce que l’on fait parce qu’elle ne change pas. cette Sagesse qui est toujours dans le même état. l’état récent. Matth. Souvenons-nous du pain de notre Père. Comment parle-t-il dans sa substance ? La parole de Dieu est le Verbe de Dieu. et il n’est aucune créature dont Dieu ne soit l’artisan. les doctrines des démons. c’est le Christ ce Verbe n’est point sonore et passager. notre dernier châtiment est dans cette vie mortelle pleine de douleurs et de périls. et je ne saurais l’atteindre ». Seigneur. du bonheur que nous goûtions près de lui : qu’elles n’aient aucun attrait pour nous les gousses des pourceaux. car il y aura pour les impies un autre dernier châtiment quand on leur dira: « Aller au feu éternel qui a été préparé au diable et à ses anges 2 ». Pour nous. C’est à ce Verbe. Moïse donc savait que celte parole de Dieu lui . elle s’élève. toujours stable. et là d’une autre manière. afin d’y endurer les peiner pour lesquelles nous sommes nés. c’est notre chute en Adam. l’Ecriture a dit de la Sagesse : « Immuable en ellemême. XV. et non qu’elle soit immobile. et mon état ancien » . l’abîme où je suis tombé. c’est-à-dire qu’il ne lui parlait point par sa propre substance. Car c’est ainsi que Dieu lui parlait. et des sons capables d’arriver à l’oreille d’un homme. qu’il nous suffise d’un labeur qui doit subsister durant cette vie mortelle. Mais « vous m’avez formé » dans cette vie de douleurs. et le relever. qui n’est point ici d’une manière. s’il devient humble: « Vous m’avez formé. Lis cette parole qu’entendait Moïse arrivait à l’homme par le moyen des syllabes et des sons passagers. c’est la parole de Dieu. 5. 41. — 2. qui est aussi la sagesse de Dieu. mes frères. Cette Sagesse donc. Moïse était pour Dieu un serviteur fidèle. qui abat l’orgueilleux. et ils seront changés. et vous avez posé votre main sur moi ». Et dans un autre endroit. 1. si Dieu ne l’a formé dans le sein de sa mère. elle renouvelle toutes choses 3 ». mais que l’on ne saurait comprendre sans un extrême plaisir. et qui avez posé votre mais sur moi » . « C’est vous qui m’avez formé.

afin de guérir intérieurement notre esprit quand il faudrait nous apparaître de la sorte. en disant : « Tu ne saurais voir ma face. VI. il voulait lui arracher cette grâce de voir sa majesté. 10. je mettrai ana main sur toi? » Il appelle sa face ce qui a d’abord paru de lui. Il y a donc dans ces paroles un grand symbole. si l’on peut ainsi parler. comme s’il avait d’une part une face. 1. serviteur. Mais le Seigneur lui répondit : « Tu ne saurais voir ma face. CI. Il apparut aux Juifs. Le Seigneur parlait à son. et te couvrirai de ma main: quand je serai passé. voilà qu’il prédit ceci à Moïse d’une manière figurée. sinon ce que nous dit l’Evangéliste : « Quand vint l’heure pour Jésus de passer de ce monde à son Père 1?» Pâques. ont donné lieu à une autre énigme. et le voir par derrière c’est voir son passage de ce monde à l’heure de sa passion. tu me verras par derrière ». Mais pourquoi ne l’ont-ils pas connu dans sa chair? Parce que la main de Dieu s’était appesantie sur eux.— 3. 27. XXXIII. Jean. autant que l’on peut dire face en parlant de Dieu. Car si la sagesse des hommes est invisible aux yeux de la chair. Ce sont eux que figurait Moïse quand on lui disait: « Tu ne saurais voir ma face ». (car s’ils l’eussent connu. Sag. sa face. Loin de nous de concevoir de telles pensées d’une si incomparable majesté. montrez-vous à moi ».3.— 2. par l’intermédiaire de telle forme créée qu’il lui plaisait. et obscurcis ses yeux 2 ».— 4. en hébreu. 27. et dans laquelle nous entrevoyons la personne de Notre-Seigneur Jésus-Christ. 164 dit dans le psaume: « Votre main s’est appesantie sur nous 1». Mais. il désira de voir la face même de Dieu. tu me verras par derrière 4 ». et à la faveur de cette familiarité dont Dieu l’honorait. est égal au Père. mais tu me verras par derrière. pour le Seigneur. Ces paroles toutefois 1. Son désir était violent. Que signifie néanmoins: « Tu ne verras pas ma face. invisible comme le Père aux yeux des hommes. Le prophète Isaïe avait dit en effet « Appesantis le coeur de ce peuple. Donc. quel est le sens de passer. mais je te placerai dans le creux d’un rocher. en effet. quand il lui dit: « Tu ne verras pas ma face.arrivait par des créatures intermédiaires et corporelles : or. et de peur que tu ne voies ma face. mais tu me verras par derrière?» Qui donc figurait Moïse. Et ce sont eux qui ont 1. avons-nous dit. et ils ne le connurent point. Pour un homme qui aurait de telles pensées. Exod. signifie passage. Jean. Car Pâques. XIII. ou obscurité : « Quand je serai passé. comment pourraient-ils voir la Sagesse de Dieu ? Mais comme au temps marqué le Seigneur devait prendre notre chair.— 2. et il dit à Dieu qui parlait avec lui : « Si j’ai trouvé grâce devant vous. dans sa nature divine. Isa. Ps. car l’homme ne me verra point sans mourir. qu’importe que les temples soient fermés? il se formerait une idole dans son coeur. Je te couvrirai de ma main afin que tu ne puisses voir ma face. et je passerai. dit le Seigneur. I. afin qu’ils ne connussent point la divinité du Christ. mais quand je serai passé tu me verras par derrière ». VII. ils n’eussent . se traduit en latin par transitus ou passage. qui. 9-23. et d’autre part un dos. et cela quand je passerai. et se rendre visible aux yeux de la chair.

et on leur répond : « Faites pénitence. I Cor. Et quand on leur eut annoncé le Christ. et dans la surprise où ils étaient que des hommes sans lettres pussent parler diverses langues. non pour toujours. Ce fut alors qu’ils virent par derrière celui dont ils n’avaient pu voir la face. qu’ils défiaient surtout parce qu’il ne 1. L’Apôtre s’exprime ainsi parce qu’il avait dit plus haut : « L’aveuglement est tombé sur une partie d’Israël. « que faut-il donc faire? » demandèrent-ils. jusqu’à ce que la plénitude des nations entrât. il apparaît aux disciples 4. et vos péchés vous seront remis 1». et à tous ceux qui avaient cru en lui non point à ceux qui l’avaient crucifié. vous avez .jamais crucifié le Seigneur de la gloire 2. A la vue d’un tel miracle. parce que sa main était sur eux jusqu’à ce qu’il fût passé. XX. à la dureté la souplesse. « Car le Seigneur a renfermé tous les hommes dans l’incrédulité. descendait pas de la croix. afin de les prendre tous en pitié 2 . II. eux qui étaient nés dans une seule. quoique sortir du tombeau fût un miracle bien plus grand que descendre du gibet. Après son passage. 25. 26. qu’ils avaient raillé comme uni honime assujéti à la mort. que ses jugements sont incompréhensibles. XXI. par lui. quand on leur eut prêché le Christ. ils commencent à parler diverses langues. touchés jusqu’au fond du coeur. il ôta sa main de leurs yeux. afin qu’ils ne pussent le voir durant son passage de ce monde à son Père. Remplis de l’Esprit-Saint. et ses voies insondables! Qui a connu les desseins de Dieu. quand il s’écrie : « O profondeur des trésors de la sagesse et de la science de Dieu. Les juifs donc sont tombés en partie dans l’aveuglement. Examinons s’ils l’ont vu par derrière après son passage. — 3. que fait le Seigneur. I. il leur envoie le Saint-Esprit. XXXI. 8. Sa main était sur leurs yeux. en lui. Le Seigneur ressuscite. Jean. à la colère succède la timidité. et que de cette manière tout Israël fût sauvé 3 ». Ps. et. — 2. le jour de la Pentecôte. Il me semble entendre dans ce psaume la voix des Gentils qui se souviennent à leur tour de leur incrédulité. demandèrent aux Apôtres ce qu’ils devaient faire. demandent ce qui pourra les sauver. ils sont pleins de piété. Il les a couverts de sa main. n’en avaient appris qu’une seule. 14. A lui seul gloire et honneur dans les siècles des siècles ». grand effroi chez tous les bourreaux du Seigneur. ou est entré dans ses conseils? Qui lui adonné le premier pour en attendre une récompense? Tout est de lui.à l’aveuglement la lumière. mais tant qu’il passerait. s’il n’eût été crucifié. son sang n’eût point racheté le monde). parce qu’ils se disaient justes. Il monte au ciel après avoir vécu quarante jours avec ses disciples. 33-36. 9. XI. et dans leur aveuglement ils ont crucifié le Seigneur. des milliers d’entre eux. — 4. sinon ce que dit saint Paul des richesses de la sagesse et de la science de Dieu. à cause de leur orgueil. Rom. que chacun de vous soit baptisé au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Quand cette main fut ôtée. Vous m’avez formé. et seq. 4. ils dirent aux disciples: « Que feronsnous? » D’abord pleins de fureur. Eux qui avaient si cruellement traité le Seigneur qu’ils voyaient. et. L’apôtre saint Pierre alors leur parle du Christ qu’ils avaient insulté à la croix.

Si je m’élève. « Votre science de moi est admirable. XXXV. Mais si l’on reconnaît qu’il appartient à quelque maître puissant. XI. — 3. « Votre science de moi est infiniment admirable ». on lui demande quel maître il fuit. vous m’avez paru admirable. ô vous la justice véritable. je vous rencontre pour m’humilier. A cause de mon péché. je ne vous comprenais pas. cette science est pour moi un mystère. et que je meurs de faim 3. Où donc puis-je aller pour me soustraire à vos regards. pour chercher où fuir. 11. mais pour suivre mes pas. C’est-à-dire: vous avez mis votre main sur moi. Si je m’élève dans ma justice. ce fugitif. c’est-à-dire pour ne point sentir votre colère? . je vous trouve pour me rechercher. 10. quand je lui disais: « Donnez-moi le bien qui me doit échoir». « Je ne pourrai l’atteindre par mes forces ». je pouvais vous contempler. 165 « Où me dérober à votre Esprit? L’Esprit du Seigneur a rempli l’univers entier 1». tu ne saurais fuir bien loin de celui que tu veux fuir. par moi-même. Voilà qu’il est partout. vous voilà ». et je ne pourrai l’atteindre ». où iras-tu? Mais dans son malheur. Où pourra-t-il fuir. si je nie dérobe. Mais où donc n’est pas Dieu ? Qui peut tromper Dieu ? qui peut se dérober à Dieu ? A qui Dieu ne pourra-t-il point reprendre son serviteur fugitif? Où donc ira-t-il. vous voilà 2». on Je reçoit sans crainte . lui dont la fuite est mesurée? Voyez ce qu’il dit: 1. Infortuné fugitif. vous y êtes. tu le reconnais donc. Rom. 38. me dérober à votre face ? » il cherche un lieu pour échapper à la colère du Seigneur. Vous le voyez. Où pourra-t-il s’en aller. et si l’on reconnaît que c’est l’esclave d’un homme peu puissant. Quand l’orgueil ne m’avait point éloigné de vous. Qu’il m’était facile de voir le visage de mon père. on se dit alors: le maître de cet esclave ne saurait me rechercher. Votre science de moi est admirable. En quel lieu du monde échapper à cet esprit dont le monde est plein ? « Où me cacher à cet esprit. ou du moins on ne le fait qu’avec crainte. il lui vient une pensée. « Si je monte vers les cieux. elle s’élève et je ne saurais l’atteindre ». 12—17. ce fugitif ne saurait fuir assez loin pour se dérober aux regards de celui qu’il veut fuir. je ne puis recouvrer ce que j’ai perdu. Luc. pour se dérober à la face de Dieu ? Il se tourne et se retourne. celui qui veut fuir le Seigneur ? Quand on recueille un fugitif. Sous-entendez. et non-seulement pour me rechercher. et quand je le pourrai ce sera par vous. et quoique je fusse avec vous. — 2. II. elle s’élève. Si le péché me plonge dans les profonds abîmes. si je descends dans l’abîme. elle est incompréhensible. si je descends dans l’abîme. fût-il puissant. je vous rencontre. que la douleur est devant moi. et toi. 32. vous y êtes. peut encore être trompé.mis votre main sur moi. on ne le reçoit point. Car un homme. Act. dédaignant l’aveu de mes fautes jusqu’à dire : « Qui m’a vu ? Car dans l’enfer qui vous confesse son péché 4 ? » voilà que je vous y rencontre comme vengeur. « Si je monte vers le ciel. que lui inspire celui qui veut le rappeler dans sa bonté. Mais depuis que je suis dans cette région lointaine.

sinon les deux ailes. si Dieu ne nous conduit. Quelles sont dès lors les ailes qu’il veut prendre. comment échapper à votre colère. c’est tomber dans ses abîmes. CXXXVIII. je fuirai de votre face à votre face. les deux préceptes de la charité qui renferment la loi et les Prophètes »? Si je reprends. nous avons perdu nos ailes pour tomber en quelque sorte sous la puissance de l’oiseleur. je fuirai votre face. 9. pour m’enfuir aux extrémités des mers. c’est votre main qui va m’y conduire. Ps. de lassitude et . la mer 1 ». dit-il. la vengeance de votre face. « Si je reprends ». 166 pris. c’est de là que nous a rachetés par son sang celui que nous avons fui pour être 1. — 3. ainsi je fuirai votre Esprit : j’éviterai la vengeance de votre Esprit. I. — 3. Reprenons par la charité ces ailes que la convoitise nous a fait perdre. de manière à ne point m’élever par un orgueil présomptueux. Point de repos pour nous que nous ne soyons aux extrémités de la mer. c’est-à-dire privés de ces souffles de liberté que donne l’Esprit de Dieu. La convoitise est pour nos ailes une glu qui nous a privés de liberté dans notre essor. N’aimons point la mer. 8. celui qui nous conduira. Si je reprends mes ailes pour un vol direct » . en dépit de ces ailes. Je prendrai mes ailes. votre droite m’y amener 3». car. 7. CXXXVIII. 13. XVIII. volons aux extrémités de la mer. — 4. mes frères bien-aimés . 40. vous voilà. ni me plonger dans l’abîme du désespoir. et avec une espérance nourrie par la foi prévoyons cette extrémité de la mer. maintenant qu’elles ne sont plus engluées. par quel moyen? « Si je prends mes ailes pour voler directement et habiter aux extrémités de 1. si j’habite aux extrémités de la mer. XI. C’est ainsi que je puis échapper à votre face. Arrière toute crainte. 3. Sag. Prenons notre essor jusqu’aux extrémités de la mer. CXXXVIII. « Si je reprends mes ailes pour un vol direct. 6. avec les deux ailes de la charité. Ps. vous voilà? » Comment ne serait-il point aux extrémités des mers. Voici donc le remède qu’il a trouvé Ainsi. 10. suspendons-nous aux deux ailes de la charité: élevons-nous jusqu’à Dieu par l’espérance. que l’extrémité des mers. Ps. sinon la fin des siècles ? C’est là qu’il faut diriger notre vol par l’espérance et le désir. Qu’est-ce. Mais est-ce bien aux extrémités de la mer qu’il faut aller pour éviter celui dont il est dit: « Si je descends dans l’abîme. celui qui est présent jusque dans les abîmes? Mais je sais. Arrachés à ces courants. Nous reposer ailleurs. mais pour un vol direct. Or. en effet.12. — 2. Méditons ces paroles. dit-il. qu’elles soient notre espérance. ces ailes. Mais voyez. si Dieu ne nous élève. arrière aussi toute présomption au sujet de nos ailes. dit-il: donc il avait perdu ces ailes. non pour un vol oblique. de votre face irritée à votre face bénigne. Que dit en effet le Prophète ? « Si je descends au fond de l’abîme. Il nourrit nos ailes par ses préceptes nous les étendons. — 2. Mach. nies frères. c’est celui-là même dont nous voulons fuir le visage irrité. dit-il. XXII. notre consolation. Ps. Prov.

1. et qu’est-ce qu’une drachme ? Une pièce de monnaie qui porte l’image de notre chef. puis il s’est perdu. et il vous a trouvés afin que vous pussiez le trouver. Il nous faut donc des ailes. et la nuit sera ma lumière dans mes délices » La nuit est devenue ma lumière. et parce que l’iniquité se multiplie. . en considérant la longueur du chemin ? Et j’ai dit : « Peut-être les ténèbres vont-elles me couvrir 1 ». Id. mais elle contient une lumière qui fait retrouver la drachme.— 2. C’est le Christ qui fait nos délices. Ps. tant de tentations qui nous jettent chaque jour dans le trouble. est donc faite en terre . Il a pris une chair de ce siècle ténébreux. la charité de plusieurs se refroidira 2 ». sinon de ce que l’on nous prêche le Christ notre Seigneur? Il vous a cherchés avant que vous l’eussiez cherché. Grâces à celui qui m’a recherché dans ma fuite. CXXXVIII. mais elle brille par son Verbe et retrouve ceux qui étaient perdus. tant de péchés. m’a rappelé de la mort. Or. de fournir une si longue route. en m’appelant à lui. je me suis dit : « Peut-être les ténèbres vont-elles me couvrir. Or. La nuit a eu des délices pour moi. qui. et il faut que Dieu nous conduise . ces trépignements de joie. la chair du Christ. et a éclairé la nuit pour nous. car il est notre soutien.de fatigue nous tomberons dans les gouffres de la mer. Que faire. tant de suggestions criminelles qui nous assiégent sans relâche ? Comment arriver à l’extrémité de la mer ? J’entends dans la bouche de Dieu cette parole terrible: « Parce que l’iniquité se multipliera. et néanmoins l’iniquité se multiplie dans le monde. parceque nous aurons trop présumé de nos forces. sinon de la lumière qui a éclairé notre nuit. Matth. La sagesse de Dieu avait perdu une drachme . 14. parce que dans la nuit j’avais désespéré de pouvoir franchir une si vaste mer. sinon de vos délices? Et d’où viennent ces délices. dira-t-on. qui a fait de ma nuit même une lumière. Ainsi l’a dit le Seigneur : « Comme l’iniquité abondera. Voyez quelle est maintenant la joie qu’il nous cause. la charité de plusieurs se refroidit. 13. La femme qui avait perdu une drachme alluma un flambeau 1. L’homme a été créé à l’image de Dieu 2. « Et la nuit est devenue une lumière dans mes délices ». à la vue d’un chemin si long. voilà que je m’élève sur les deux ailes de la charité. 11. Mais que dit-il en lui-même. D’où viennent ces acclamations. que pouvons-nous sans le secours de celui qui nous commande? « C’est là que me conduira votre main. XXIV. « Et la nuit m’a éclairé dans mes délices ». Voilà que je crois au Christ. que fait la femme dans sa sagesse ? Elle allume une lampe. que m’amènera votre droite ». 12. qui a meurtri mes épaules de son fouet. la charité de plusieurs se refroidira ». Nous avons sans doute notre libre arbitre. Car la nuit c’est notre vie entière comment cette nuit est-elle éclairée? C’est que le Christ est descendu dans cette nuit. Cette lampe est un vase de terre. La lampe de la sagesse. mais avec ce même libre arbitre. parmi tant de scandales. — 3. Puis il ajoute « Celui-là sera sauvé qui aura persévéré jusqu’à la fin 3 ». et d’arriver à l’extrémité en persévérant jusqu’à la fin.

27.15. reconnaissons sa main qui nous afflige et bénissons Dieu qui mêle aux douceurs de cette vie de saintes amertumes. vous illuminerez mes ténèbres 4 ». « Et la nuit est lumineuse comme le jour ». puisqu’à nos péchés. c’est être déjà dans les ténèbres . « parce que ce n’est point vous qui obscurcirez nos ténèbres ». Mais nous. ils obscurcissent leurs ténèbres. est-il dit. Or. les défendre. C’est un trésor qui grossit. les joies . — 3. c’esties épaissir davantage. qui est l’éternel aujourd’hui . quels sont les hommes qui obscurcissent leurs ténèbres que le Seigneur n’obscurcit point ? Les méchants. Gen. si nous trouvons des douceurs dans les châtiments d’un père. que nous ne souhaitions que la mer n’ait aucune borne. cette misère dans laquelle nous voyons gémir le genre humain n’est qu’une douleur qui nous guérit. et toutefois cette nuit a sa lumière et ses ténèbres. et non un arrêt qui nous châtie. 29. n’obscurcissons pas nos ténèbres. Sachez1. pour n’habiter jamais les confins de la mer. mais cherchent même à les défendre. « La nuit ressemble au jour ». partout la crainte. Si donc le Seigneur nous avertit. comment échapper à ces doubles ténèbres. Ps. Nous en avons dit en général pourquoi elle est nuit: quelle est la lumière de cette nuit ? La prospérité. les pécheurs sont ténèbres . 8. C’est la nuit. partout le travail pénible. et des amertumes à nos plaisirs corrupteurs. 12. Or. Que les flots de la mer se soulèvent donc. mes frères. CXXXVIII. Luc. et plus la colombe s’élèvera sur ses ailes. et c’est à lui que le Psalmiste a dit ailleurs : « C’est vous qui allumerez mon flambeau. 16. c’est l’adversité . « Devant vous les ténèbres n’ont point d’obscurité 3 ». c’est mériter qu’elles soient éclairées. en défendant nos péchés. Partout vous voyez la douleur. évitant ainsi l’arrêt sévère du juge. car Dieu ne les obscurcit point. mais par nos misères. le bonheur de ce monde. de ne point obscurcir encore nos ténèbres. de peur que dans l’aveuglement des terrestres délices nous ne désirions point les biens éternels. XVII. Donc. Seigneur mon Dieu. quand il nous châtie et nous redresse par les tribulations de cette vie. Id. plus ils s’agiteront dans leur fureur. les ténèbres de cette nuit deviendront pour nous une lumière dans cette nuit. mais si nous reconnaissons que nos péchés ont mérité les maux que nous souffrons. avoir péché. parce que le genre humain y est dans l’égarement. les pervers. c’est la félicité du siècle. n’obscurcis pas tes ténèbres. I. par tarit de plaies. — 4. sans matin ni soir. tantqu’ils ne confessent point les fautes qu’ils ont commises. le jour. partout l’augoisse. parce que nous ne sommes point encore arrivés à ce jour qui n’est point resserré entre celui d’hier et celui de demain. Ce n’est donc point le Seigneur qui obscurcit nos ténèbres. 167 le bien. et la nuit aura une lumière dans nos délices. Mais si elle est nuit. — 2. mais confesser humblement tes ténèbres. et la nuit. mais plutôt il les éclaire. Nous sommes donc ici-bas dans la nuit . il entremêle des châtiments. Toi donc. XV. lorsque de simples ténèbres étaient si accablantes ? Mais quand est-ce que le Seigneur n’obscurcit point nos ténèbres? Quand il ne laisse point nos fautes impunies. quelle peut en être la lumière? Elle est nuit.

c’est la prospérité. et i!s ont leurs ténèbres . lumière intérieure qui le rendait indifférent à la clarté ou aux ténèbres de cette autre nuit. Job. comme il a plu au Seigneur il a été fait: que le nom du Seigneur soit béni ». c’està-dire dans l’abondance. le fidèle commence à concevoir de l’indifférence pour ce monde. et quand la prospérité te sourit. Mais il bénit Dieu en toutes choses. comme il servait Dieu fidèlement dans la lumière de cette nuit. et la nuit devient pour moi ténébreuse. sont comme une lumière pour cette nuit . avait éclairé cette nuit de 1. Si c’est toujours. voilà qu’il éteint cette lumière temporelle. que dit-il quand il eut tout perdu et que les ténèbres le couvrirent? « Dieu a donné. les honneurs temporels . et il demanda qu’ils lui fussent enlevés. non-seulement dans l’abondance. il avait tout en abondance. mais aussi dans la disette. non-seulement dans la santé. Job savait néanmoins que. et quand la nuit éclaire et quand la nuit est obscure. Le Seigneur qui habite mon âme. et ceux qui pleurent comme ne pleurant point. Dieu a ôté comme il a plu au Seigneur. car c’était une lumière dans sa nuit que les biens et les richesses qu’il possédait. soit lumière. Mais dès que le Christ habite une âme par la foi. Ps. Job était dans cette lumière. Ses ténèbres ne m’accablent point. qu’il inspire et donne la patience. et alors se réalisera ce que dit le psaume: « Les ténèbres et la lumière sont une même chose pour lui ». Mais « parce que ses ténèbres sont pour moi comme sa lumière le Seigneur a donné. — 2. et quand l’adversité te vient attrister. XXXIII. à ne point se laisser abattre par le malheur. C’est pourquoi. 2. que sa louange soit toujours en ta bouche . dans cette mortalité de la vie humaine. Dans cette nuit. « Car les ténèbres du Seigneur sont pour nous comme sa lumière ». sa louange sera toujours en ma bouche 1». mais aussi dans la maladie. à ne s’élever point dans la prospérité. I. les hommes ont leur lumière. afin que ceux qui sont dans la joie soient comme n’y étant pas. Je suis dans la nuit de cette vie. L’une et l’autre passent. il a été fait. tandis que le malheur. et il avait pour lumière intérieure Dieu lui-même. Nous parler de ses grands biens. Il justifie alors cette parole du psaume : « Je bénirai le Seigneur en tout temps. la lumière. l’ennemi crut qu’un si saint homme servait Dieu seulement à cause des grands biens dont il l’avait comblé. 17. Alors sa nuit qui avait eu sa lumière fut changée en ténèbres. qu’il avertit l’homme de ne mettre point sa complaisance dans les prospérités du monde. ce sera dès lors. que le nom du Seigneur soit béni 1 ». 168 quelques consolations. car ses ténèbres sont pour moi comme sa lumière. c’est nous décrire tout d’abord la lumière de sa nuit . dès qu’il promet une autre lumière. Cette nuit ne m’attriste point. les ignominies en sont comme les ténèbres. en me donnant des biens temporels. Or. pour n’être point abattu par l’adversité . les ténèbres l’adversité. . parce que sa lumière ne m’élève point. soit ténèbres. le Seigneur a ôté. les tribulations amères.passagères . c’est toujours la nuit quand nous sommes éloignés de Dicta .

comme vous le savez 2. n’ont-ils donc pour toi aucun charme? Aucun. comme les maux de cette vie ? N’ayons pour eux que de l’indifférence. C’est donc lui qui possède ce qui pourrait me donner quelque jouissance dans la lumière de cette nuit. Qu’avait-il appris dans la synagogue. nous a promis d’autres joies .18. Dieu. Sors donc des entrailles de Babylone. Quel Dieu ? le Dieu de l’apôtre saint Paul qui a dit: « Quand il a plu à Dieu qui m’a appelé dès le sein de ma mère. Et quelle est ma cité ? celle qui m’a enfanté dans l’esclavage. les honneurs. qu’une nouvelle espérance nous fasse porter des fruits. car ce sein de ma mère. au moment des figues 3. ni de douleur que celle des maux temporels. et je ne puis trouver de plaisir que damas la lumière intérieure de sa sagesse. commence à chanter un hymne au Seigneur . non-seulement de mes pensées. ni à ses lumières . se réjouit des prospérités de ce monde. de là mon indifférence pour les ténèbres de cette nuit comme pour sa lumière. les richesses. Une fois sortis de ses entrailles. se laisse abattre par les misères de cette vie. nous disons : « Les . ce qu’apprenaient les Juifs et tout le peuple? Il ne restait plus chez cette nation que le nom du culte de Dieu. et qu’abandonnent tous ceux qui embrassent la foi. Voici donc mon langage : dès le sein de ma mère. concevons une autre espérance. lui qui possède mes reins. Le Seigneur me possède intérieurement. Quoi donc ? La prospérité d’icibas. le Seigneur m’a reçu. on n’y voyait plus les oeuvres : ils avaient la parole de Dieu comme un arbre porte des feuilles. sinon ce que savaient. sors. de me faire « connaître son Fils 1 ». c’est la coutume de ma cité. C’est ce figuier que le Seigneur fit si. Or. le Créateur du ciel et de la terre pouvait-il ignorer ce que chacun savait? Celui-là donc qui appela Paul dès le sein de sa mère est aussi celui qui nous a choisis dès le sein de la nôtre. le bonheur de cette vie. Il n’y a désormais d’autre mal pour nous que d’offenser Dieu et de n’arriver pas aux biens qu’il nous a promis. Que sont les biens de cette vie. il est le maître non-seulement de mon coeur. mais aussi de mes affections. « Parce que c’est vous. Ce n’est point sans raison que ses ténèbres sont comme sa lumière ». puisque nous voyant reçus par Dieu dès le sein de notre mère. qui êtes le maître de mes reins ». oui sors de ses entrailles. le maître de mes reins. mais sans aucun fruit. D’où te vient cette indifférence . nous connaissons cette Babylone dont nous avons parlé hier. mais aussi de mes reins. Seigneur. Mais quiconque est encore dans les entrailles de Babylone sa mère. ne connaît de joie que celle d’un bonheur temporel. Seigneur. en effet. aucun . la famille. qui soupirent après la lumière de la Jérusalem céleste. Il y avait trouvé des feuilles. mes frères. Quelle était cette mère de Paul? la synagogue. On n’était pas. que les lumières et les ténèbres de cette vie soient une même chose pour toi? « C’est que vous êtes . elle Seigneur te recevra dès le sein de ta mère. mais de fruit. Quelle est notre mère? Babylone. et pourquoi? Parce que « ses ténèbres et sa lumière sont une même chose pour moi ». il nous montrait là le symbole d’un autre arbre. vous m’avez reçu dès le sein de ma mère ». Mais dans le sein de ma mère je n’étais indifférent ni aux ténèbres de cette nuit. il n’y a d’autre bien que de mériter Dieu et d’arriver à ses divines promesses. or. cher en le maudissant.

Seigneur. Que les tourments. autrement. Gal. Nous craignons en effet qu’en nous élevant de vos dons. vous m’avez reçu dès le sein de nia mère ». I. est désignée par les ossements. et à des chrétiens. « Je vous n confesserai. vos oeuvres sont admirables. le maître de mes reins. et mon âme le sait ».ténèbres de « cette vie sont pour nous comme ses lumières ». Ostoun. Seigneur. et que notre joie est mêlée de crainte. puisque nous en admirons l’éclat. Marc. que les difficultés du siècle viennent à sévir. D’où vient que maintenant cette âme connaît vos oeuvres. ne vous sont point inconnus ». c’est vous qui avez fait cet ossement secret. nous trouverons bientôt de quel os il est question. aimer Dieu. il est dans le secret. sinon parce que la nuit a pour moi une lumière dans mes délices ? sinon parce que vous êtes maître de mes reins ? sinon parce que vous m’avez reçu dès le sein de ma mère ? 20. c’est ce que nous indique le grec 2. et me laissait dans l’impuissance. et ne cède point. ni ses misères notre malheur. espérer en Dieu. la force invisible qui nous vient de Dieu ne saurait être abattue. 15. Le mot latin os veut dire ici ossement. 1. Mon âme le sait très-bien depuis que vous m’avez reçu dès le sein de ma mère. mais l’avez-vous caché pour vous-même? Cet os que vous m’avez fait en secret. et le traduire par bouche. mais vous le connaissez. les hommes ne le voient pas. Il y a donc une force intérieure de l’âme. — 3. 169 «de l’éclat terrible de votre magnificence ». XI. « Mes ossements donc ». J’ai donc certains ossements secrets . Vous l’avez caché. que les tribulations. Mais comme nous parlons en chrétiens. « Mes ossements que vous avez formés n en secret ne vous sont point cachés 1 ». vous qui l’avez fait. à cause 1. 19. parce que l’éclat de votre magnificence est terrible . 15. 13. parlons plutôt ainsi. Le bonheur de ce monde ne sera point notre bonheur. dès qu’on ne se laisse point abattre. Il nous faut pratiquer la justice. j’ai un ossement secret. ne le connaissent pas. ne dure qu’un moment «Vous êtes. Seigneur. je n’y pouvais atteindre. « Je vous confesserai. on pourrait croire qu’il fait ora au pluriel. dont il est dit dans un autre psaume: . car la solidité. CXXXVIII. dit le Prophète. 19. aimer aussi noIre prochain. la force. en effet. 16. dit le Prophète. Elle me surpassait. XXI. et disons ossum: il vaut mieux être fautif en grammaire que inintelligible pour le peuple. C’est la force intérieure . aimer la foi. nous ne méritions de perdre ce que nous avions obtenu par l’humilité. mes frères? Cherchons-le. Ps. Matth. Aux travaux de cette vie succédera une lumière inextinguible. C’est de Dieu que nous vient cette force de patience. — 2. Donc. De quel ossement veut-il parler. et non os qui fait ossa. « que vous avez faits en secret. mais auparavant votre science était trop élevée au-dessus de moi. «Votre magnificence est terrible »u. et qui n’est point secret pour vous. un jour sans fin tout ce qui est lucide ou ténébreux en cette vie. — 2.

l’espérance. sans qu’il paraisse néanmoins distinguer s’il donne la parole à l’un ou à l’autre. c’est le Christ qui nous parle en ce psaume. Que dira le Prophète de ceux qui sont moins forts? Nous l’avons dit en effet. dit l’Apôtre. ma substance est dans les entrailles de la terre et toutefois j’ai au dedans de moi un os que vous avez formé. « L’ossement que vous m’avez fait cri secret n’est point secret pour vous. Rom. VI. et ma substance est dans les entrailles de la terre ». — 2. d’où vient la force de la chair. Or. mais les persécutés qui avaient cette force. Ecoute aussi l’apôtre saint Paul. — 3. Car distinguer. ils . les persécuteurs eux-mêmes ne les persécuteraient point s’ils n’espéraient les affliger. et se réjouissaient en Dieu à qui n’échappait point cet ossement secret que lui-même avait fait en eux. et ils ne seraient plus deux dans une seule chair 1. 3-5. comme il a parlé au nom du corps. qui est solide jusqu’à nous faire un titre de gloire de nos tribulations. V. où est aussi ma substance. Quand Notre-Seigneur Jésus-Christ mourut sur la croix. Eux qui n’avaient point une force intérieure . C’est peu pour des chrétiens. rien d’étonnant qu’ils soient aussi deux dans une même voix. tu vas jusqu’à te glorifier? Qu’il te suffise de n’être point triste. mon âme sera soumise à Dieu. C’est peu de n’être point triste. des lapidations. Mais les hommes nous croient malheureux . ce serait diviser. Ps. jugeaient les autres d’après leur propre faiblesse . mais nous nous réjouissons dans les tribulations ». D’où vient la tristesse ? Des injures. ils ne se connaissaient point. ils n’étaient point encore affermis dans la patience. sinon de cet os que Dieu y a mis secrètement? « Et ma substance est dans les entrailles de la terre ». Cet ossement secret que Dieu nous a fait. or. voyons ce qu’il dit au nom du chef. saint Paul nous en parle clairement dans ces paroles: « Non-seulement nous sommes dans la joie. II Cor. Qu’y a-t-il d’étonnant que l’ange ait de la force ? Ce qui est surprenant. paraissaient tristes à l’extérieur. la patience la pureté. LXI. l’espérance n’est pas vaine. Or. la force d’un vase d’argile. qui a bien cette force : « Comme tristes. Ma substance donc est dans ma chair. Mais s’ils sont deux dans une seule chair. des fléaux. 21. c’est peu de n’être point abattu. 1. les disciples n’avaient point encore cet ossement intérieur. 6. parce qu’ils ne connaissent point notre force intérieure. mais tels sont les ossements que Dieu m’a faits dans le secret. des emprisonnements et des chaînes. des opprobres. Ainsi a été formé cet ossement secret. qui m’empêchera de céder aux persécutions de ce bas monde. car c’est de lui que me vient la patience 1 ». et néanmoins toujours dans la joie 2 ». la pureté. Mais en beaucoup d’endroits. des plaies. car l’amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné 3 ». que si je ne me glorifie. Vois comment cette force a été consolidée dans notre coeur : « Nous savons que la tribulation engendre la patience. De quoi nous glorifier? des tribulations. 170 c’est que la chair ait de la force. 10.« Toutefois. car nous savons que la tribulation engendre la patience.

XXII. ment ce qu’il paraissait. tous seront écrits dans votre livre » . ils méritent que le Sauveur ait dit en leur nom: « Vos yeux ont vu mon imperfection. car il est écrit que le Seigneur regarda Pierre qui. Or. non seulement les hommes parfaits. Le jour. Seulement. De là cette parole: « Marchez tant que vous avez la lumière 1». cette force que montra dans sa passion notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. dit le Prophète. Luc. 35. et néanmoins qu’ils n’aiment pas leur imperfection. ni affermie? Qu’en dit le Sauveur? Vois ce qu’il en dit à son Père « Vos yeux ont vu mon imperfection 4 ». avait-il dit. et que connaissait le médecin suprême. 33. endormi quand il lui a plu. le Prophète parle au nom de ceux qui ont cet os intérieur. ce sont les imparfaits qui sont en lui. dis-je. qu’ils ne de. qui comptait sur lui-même pour tomber : vos yeux l’ont vue. et que loin d’être un Dieu caché. la prédiction du médecin se trouva plus vraie que la présomptueuse parole du malade. Mais ceux qui doivent errer pendant le jour. Qu’ils ne craignent pas. chaque jour un pas. c’était encore Notre-Seigneur Jésus-Christ. 32 — 2. et le pouvoir aussi de la reprendre 3». 61. 16. 18. qui s’est assis quand il lui a plu. Que les imparfaits ne craignent point. « Je vous dis en vérité qu’avant le chant du coq vous me renoncerez trois fois 2 ». — 3. et personne parmi eux ». Ephés. mais aussi les hommes imparfaits. Dès lors. il était simple. Mon imperfection dans ce même Pierre qui promettait pour ne pas tenir. afin que dans cette unité de corps qui unit ensemble tous les membres. meurent point où ils ont été trouvés. en effet. chaque jour un progrès : toutefois sans s’éloigner du corps du Seigneur. Ps. 62.— 5. et non seulement lui. Matth. « Vos yeux ont vu mon imperfection.ignoraient leurs forces. et alors se forma en eux cet ossement secret qui les empêcha de craindre la mort. 34. « j’ai le pouvoir de donner ma vie. 34. après son triple renoncement. 34. regard de Dieu qui fit couler ces larmes. mais qu’ils s’avancent. Il fut évident pour leurs yeux que la mort n’avait point détruit dans le Sauveur ce qu’elle avait frappé. en nous disant : « Un ossement que vous m’avez fait en secret n’est point caché pour vous ». Luc. le conduirait infailliblement à la mort. puis sortit dehors et pleura amèrement 5. « Ils s’égareront pendant le jour. ils ont cru que la divinité n’était point cachée en lui. Pierre osa promettre qu’il souffrirait et mourrait avec son maître. voilà ce qu’ils ont cru. « ont vu mon imperfection ». pauvre malade qui ne connaissait point son mal. mais tous ceux qui furent tremblants jusqu’à ce que la résurrection du Sauveur les raffermît. Jean. Pierre. V. X. CXXXVIII. Mais qu’est-il dit de ceux en qui cette force n’était ni formée. « parce que vos yeux ». XXVI. XXII. éveillé quand il lui a plu car. et nous parlons de lui surtout parce que nous . nous dit-il. Eux encore n’ont vu qu’un homme dans NotreSeigneur Jésus-Christ. et tous seront écrits dans votre livre ». — 4. Mais qu’arriva-t-il? J’irai avec vous jusqu’à la mort. Cette imperfection qui le fait chanceler pendant la passion du Sauveur. mais voilà que vos yeux l’ont vu. qu’ils s’avancent autant qu’il est en eux. 22. levé quand il lui a plu.Ce fut le 1. se ressouvint de la prédiction du Sauveur.

— 4. Pourquoi heureux? Parce que Pierre l’a proclamé fils de Dieu. craignit qu’il ne mourût comme fils de l’homme. et dans la suite du discours.— 6. comme s’ils eussent perdu celui en qui ils auraient mis une vaine confiance. fils de l’homme par cette forme de l’esclave 1 qui le rendait inférieur à son Père 2. Personne. Parce qu’il avait dit «Vous êtes le Christ. et tous . et n’espérait-il pas au contraire que la nature de l’esclave ressusciterait avec la nature divine? A « Dieu ne plaise». Car le Christ était Fils de Dieu et fils de l’homme tout ensemble: Fils de Dieu par cette nature divine qui le rendait égal à Dieu . Pourquoi. et il était avec son Père. 38. Or. Jean. sous leurs yeux encore il avait ressuscité un mort de quatre jours 6.— 5. Et le Seigneur. Ainsi dit le Christ. mais de la faiblesse de la chair. mais ce qui est des hommes ». le Fils du Dieu vivant ». et son Père et lui ne sont qu’un 8. Mais « c’est pendant le jour qu’ils doivent s’égarer. Il devait bientôt souffrir dans cette forme de l’esclave. c’est par là que tu es Pierre. 26. XVI. Matth. Le Christ avait dit en effet : « Voici l’heure que vous me laisserez seul. et ses disciples craignent à sa mort. car mon Père est avec moi 7 ». n’est en eux? « Ils s’égareront pendant le jour. Id. sous leurs yeux il avait opéré de si grandes merveilles. 25. sinon parce qu’ils ont erré pendant le jour. il avait vécu au milieu d’eux. quand Jésus demanda ce que les hommes disaient de lui. XI. pas même celui quia dit: « Avec vous jusqu’à la mort». Son Père était avec lui. Jean. que tu es bienheureux. 23. Pierre. 32. 171 approchait. comme son Père était en lui. Et le Seigneur ajouta : « Tu es heureux. lui dit-il. 7. Mais je ne suis point seul. XVI. mais mon Père qui est dans le ciel » . 35. répondit: « Vous êtes le Christ. Mais que signifie : « Ils s’égareront pendant le jour? » Est-ce à dire qu’ils périront? Que deviendrait alors : « Vos yeux ont vu mon imperfection. Philipp. XIV. Maintenant que sa réponse ne venait point de la révélation du Père. — 8. — 2. — 3. car ni la chair ni le sang ne t’ont révélé ceci. et que nul 1. et nul n’est en eux ». et néanmoins ils furent saisis de crainte au moment de sa passion. mes frères. Satan ». le même Pierre qui l’avait proclamé Fils de Dieu. « tu ne comprends pas ce qui est de Dieu. 6. « Tu ne comprends pas ce qui est de Dieu. mais ce qui est des hommes 3 ». il entendit cette réponse : « Ni le sang ni la chair ne te l’ont révélé. il avait commandé aux vents 4. Id. et lui en son Père. Pourquoi donc Pierre craignait-il que la nature de Dieu ne pérît avec la nature de l’esclave. veillez sur nous ». le Seigneur vint à parler de sa passion qui 1. XXII. 30. 39-44 — 7. 28. II. Simon fils de Jona. XIV. et que chacun ira de son côté. « Seigneur. X. mais mon Père qui est dans les cieux ». Jean. il est appelé Satan. Id. lui dit-il. il avait devant eux marché sur les flots 5.trouvons en lui un exemple de cette faiblesse qui ne doit point nous faire désespérer. de cette même voix dont il l’avait appelé bienheureux : «Arrière. VIII. Mais au même endroit. et personne parmi eux ». 13-23. Fils du Dieu vivant».

CXXXVIII. Il semble qu’on doive construire ainsi la phrase: « Si vous donnez la mort au pécheur. Le Prophète a dit en effet: « Ils sont plus nombreux que le sable des mers ».— 2. il peut compter le sable de la mer. ils ne comprennent pas encore que je sois avec eux. Ps. La mort des pécheurs vient donc de ce que leur intelligence.que. chefs de l’Eglise. n’ayant personne avec eux. celui qui a compté les cheveux de notre tête 3 . avant qu’il se manifeste dans cette gloire dont il doit briller en venant juger les vivants et les morts. 17. Il va nous dire ensuite ce que le mélange des pécheurs. « Je me réveille. et ils seront plus nombreux que le sable des mers ». comme le sable de la mer. puisqu’ils ne me connaissent point encore. c’est-à-dire. ô mon Dieu. et je suis encore avec vous ». Après la résurrection de leur maître. Id. elle ne peut être comptée que par Dieu. et me voilà encore avec vous? Voilà que je suis mort. Matth. car tu diras en toi-même: c’est en vain qu’ils prendront leurs villes 1». On peut encore donner un autre sens. conduisant les béliers du troupeau : « Et leurs principautés sont affermies d’une manière inébranlable ». « Je suis encore avec vous». pendant cet intervalle de temps. les disciples ne le reconnurent point aussitôt quand il leur apparut. désignerait 1. Qu’est-ce à dire. ô mon Dieu. 25. qui s’écoule depuis sa résurrection. Ils sont devenus Apôtres. « L’Esprit-Saint en effet évite le déguisement dans la discipline. « Grande est à mes yeux la gloire de ceux qui vous aiment. or. 172 le temps pendant lequel Jésus-Christ demeure caché à la droite de son Père. et ils seront plus nombreux que le sable des mers 2». Voici ce qu’il dit en effet : « Si vous mettez à mort l’impie. je me lève. Car le Prophète regarde comme frappés de mort les hommes à qui l’enflure de l’orgueil fait perdre ta grâce qui est la vie. « Je me suis levé et je suis encore avec vous ». Il est dit en effet dans l’Evangile qu’après la résurrection du Sauveur. et néanmoins il venait de dire: « Je les compterai ». Ceux-là mêmes qui se sont égarés pendant le jour. eurent la force de mourir pour lui. et jouissent à mes yeux d’une gloire éclatante. alors qu’il est à la droite de son Père. 24. sans que personne fût en eux. pas encore avec eux. est née une si grande multitude.seront écrits dans votre livre? » Quand donc se sont-ils égarés pendant le jour? Quand ils n’ont pas connu le Sauveur qui était avec eux. et le schisme de l’hérésie doit lui faire endurer dans son corps qui est l’Eglise . 18. c’est en vain qu’ils prendront leurs villes ». « Je les compterai. et eux qui avaient tremblé lors de sa passion. 30. — 3. X. obscurcie par . hommes de sang retirez-vous de moi . Et ceux qui sont comptés seront plus nombreux que le sable des mers. et se dérobe aux esprits sans intelligence 2 ». et leurs principautés sont devenues inébranlables ». De ces hommes qui ont erré pendant le jour. ô mon Dieu ». ils ont acquis cet ossement secret. Qu’est-il dit ensuite? « Grande est à mes yeux la gloire de ceux qui vous aiment. sont devenus vos amis. et bien que je sois ressuscité. 26. « Je les compterai. que j’ai été enseveli.

ils brisent l’unité et se séparent du bon grain. vous tous ouvriers d’iniquité 2 ». — 4. voix qui est dans notre pensée. les éloigne de la vie de Dieu. CXXXVIII. Eccli. 27. les hommes de sang. « ils prennent en vain leurs cités». mes frères. Dieu dit aux méchants: « Hommes de sang. Le Prophète avertit donc le bon grain. de peur d’abandonner les bons qui sont encore parmi eux. XVII. sinon les hommes de haine? Selon cette parole de saint Jean : « Celui qui hait son frère est homicide 1». dit le corps du Christ. 26. Or. car tu diras dans ta pensée: C’est en vain qu’ils s’empareront de leurs villes ». leur dira-t-il. Cette parole que les bons ne disent aux méchants que dans leur pensée. mais qu’ils disent encore le mal véritable de ceux qui leur ressemblent. ou de leurs peuples. comme Dieu le tient dans la pensée de son peuple saint. et les corrompre par leurs propres vanités. C’est là prendre en vain leurs villes. ils entraînent le peuple à rompre le lien de l’unité.les ténèbres. mis à mort. avec lesquels ils feignent de ne point vouloir de communion. il n’y a de confession 3 ». qui s’attachent à leurs vaines pratiques. — 2. C’est en effet le langage que tient le bon grain par la voix de Dieu. hommes de sang ». pour les entraîner dans la vanité de leurs erreurs. comme si les péchés des autres pouvaient me souiller? pourquoi se séparer de moi « afin de prendre en vain leurs cités? N’ai-je point haï. et ainsi choqués par le mélange des pailles. dans la pensée des bons. Orgueilleux de leur renommée de justice. par une vie pure et une conduite bien différente : « Loin de moi. mais de dire en quelque sorte tacitement. Et maintenant. l’âme de ces pécheurs sera mise à mort. et parmi lesquels gémit le froment du Christ. et voilà que se réalise en eux cette parole: « Pas plus dans un mort que dans un homme qui n’existe point. éloignez-vous de moi ». I. « c’est que tu diras dans ta pensée : Hommes de sang. comme ils prennent souvent occasion de se séparer de l’unité du Christ en blâmant les méchants. éloignez-vous de moi ». se fera entendre ouvertement dans ce dernier jour. ce qui sera cause qu’ils séduiront leurs peuples pour les porter au schisme. ils meurent. ô mon . L’orgueil étouffe en eux la confession de leurs fautes. C’est-à-dire qu’en punition de leur orgueil. c’est-à-dire. voilà que le Prophète s’interrompt pour s’écrier: « Loin de moi. et se font suivre comme plus justes par des aveugles et des ignorants. tout en gardant le lien de l’unité 4. III. en les retranchant de l’Eglise. de ne point se séparer ouvertement des méchants avant que l’aire soit vannée. ou les véritables fidèles. 1. ne pouvant comprendre comment. pourquoi ces calomnies des superbes. Matth. Mais quels sont. 5. c’est-à-dire leurs peuples vains. 19. Ps. et en se séparant d’eux à cause de ces calomnies. 20. comme il peut se faire qu’ils ne flétrissent pas seulement les coupables dont ils semblent vouloir éviter la malice. « éloignez-vous de moi. et dès lors c’est en vain qu’ils s’empareront de leurs cités. leur font un crime de leur communion avec les méchants. ou l’Eglise. 22. — 3. hommes de sang. quand notre chef élevant la voix : « Je ne vous ai jamais connus ». Sag. Ces pécheurs donc.

LXVIII. et rejeter sur moi les péchés de ceux que je déteste. De là cette parole de l’interlocuteur: « N’ai-je point haï. Ils ne sont plus ennemis de Dieu seulement. en effet. ne devons-nous donc pas les aimer? N’est-ce point au nom du Seigneur qu’ils souffrent persécution. — 2. ceux qui vous haïssaient ? N’ai-je point séché de dépit à la vue de vos ennemis ? » Quand le zèle de votre maison me dévorait 3. parce qu’ils sont hommes? Dans l’Ancien Testament. V. ne haïssent-ils pas le Seigneur. 47.— 2. CXVIII. — 4. «Je les poursuis d’une haine parfaite». me porter à déchirer le filet de l’unité. Et encore. Id. sinon les hommes qui témoignent par leur vie qu’ils haïssent vos préceptes ? Et puisque je les hais. quand le peuple charnel était . Matth.— 3. XIII. et ce précepte du Seigneur : « Aimez vos ennemis? » Comment accomplir ces prescriptions. en effet. XIII. 23. pourquoi ceux qui s’emparent en vain de leurs villes s’en viennent-ils me calomnier. I Jean. Ps. 28. vos ennemis. 15. ce qu’ajoute le Prophète « Ils sont devenus mes ennemis ». Ps. ne point aimer les vices à cause des hommes. 10. Vois. Que signifie une haine parfaite ? Je haïssais en eux l’iniquité. est-ce donc communiquer avec eux? «N’ai-je donc point haï . me détourner de supporter la paille 1. c’est ne point haïr les hommes à cause de leurs vices. Matth. à la vue de ceux qui délaissaient votre loi 4? Quels sont. Mais ceux qui nous haïssent. et non des miens. « La vue de vos ennemis m’irritait». avant le temps de la moisson 4 . Il n’est point dit : A ceux qui haïssent Dieu. 173 avant que l’aire soit vannée 1 . III. VII. ne sont-ils pas ses ennemis? De tels ennemis. ceux à qui il est dit : Priez pour ceux qui vous persécutent? Ecoute ce qui suit. Poursuivre d’une haine parfaite. et non ceux de Dieu? « Faites du bien ». à les aimer. 12. ô mon Dieu. — 3. 53. est-il dit. 44. et au sujet desquels m’enflammait de dépit mon zèle pour la maison de Dieu ? Mais alors. Matth. Matth. qui sont nos ennemis. XXI. Id. « à ceux qui vous haïssent 5 ». sinon au moyen de cette haine parfaite qui porte à les haïr parce qu’ils sont injustes. Comment donc accomplir à leur égard ce qu’il a dit lui-même: « Je les 1. — 5. me faire arracher le bon grain avec l’ivraie. 30. j’aimais ce que vous y aviez fait. Seigneur. CXXXVIII. n’est-ce point avec dégoût que je voyais les insensés? Un profond ennui ne s’emparait-il pas de moi. avant que tous les poissons soient parvenus à la fin des siècles. précisément parce que nous servons Dieu. ceux qui vous haïssaient 3 ?» Pourquoi ces hommes plus méchants veulent-ils me forcer à une séparation corporelle des méchants. — 4. poursuivais d’une haine parfaite » . ils sont ses ennemis. ceux qui vous haïssaient?» Il ne dit point : Ceux qui me haïssent.Dieu . comme sur le rivage où l’on fait le discernement 2 ? Ces sacrements que je reçois sont-ils des méchants ? Tolérer leur vie et leurs moeurs. 21. que devient ce précepte «Aimez vos ennemis?» Sont-ce vos ennemis qu’il faut aimer.

qui demeurent dans cette confusion. lui qui leur donnait la mort. 174 qui pointillent.retenu dans le devoir par les châtiments visibles. et connaissez mes sentiers ». mais pour la vanité. XLIV. ni l’hérétique : ils ne sauraient m’éprouver. pour exercer la patience des bons. 30. soit que je l’aie commise. ou à cette Jérusalem qui est notre mère. ô mon Dieu. vient à pécher. qui produit par la patience 1 trente. 15. prennent en vain leurs villes. Eprouvez vous-même. où l’on ne voit nulle injustice: « Si quelqu’un. 29. parce que ma voie est mortelle . ce Moïse. « conduisez-moi dans la voie éternelle ». l’éternelle cité des cieux. conduisez-moi dans la voie éternelle 1 ». dit le Prophète. et connaissez mon coeur. bien plus encore que des méchants. non pour l’éternité. c’est-à-dire mes desseins et mes pensées : « Et voyez s’il y a en moi quelque trace de l’iniquité». « Et voyez s’il y a en moi quelque trace d’iniquité. Id. qui « reçoivent leurs villes ». Luc.— 3. — 4. sinon conduisez-moi dans le Christ? Qui est. soixante. en effet. la vérité et la vie 2 ». « Sondez mes sentiers». Matth. 7.et connaissez mon coeur 3». 14. sinon qu’il les haïssait d’une haine parfaite? Il avait pour l’iniquité qu’il châtiait une haine si parfaite. sondez-moi. Id. jusqu’à ce que je parvienne à la vision de la paix. « Eprouvez-moi donc. ni connaître mon coeur où pénètrent vos regards. Voyez encore lorsque. et connaissez . que ce ne soit point l’homme. je gémis avec le Prophète dans un autre psaume. CXIX. dans mon exil si lointain. et se séparant eux-mêmes des bons et des innocents. calomniant les bons au sujet de leur mélange avec les méchants. qui se séparent. la voie éternelle. au point qu’il reste néanmoins beaucoup de méchants qui ne les suivent point dans leur schisme. nous avons pour avocat . soit que j’y aie consenti: « Et conduisez-moi dans la voie éternelle » Qu’est-ce à dire. ce qui vous montre que je ne donne aucun assentiment aux actes des pécheurs. ô Dieu. CXXXVIII. qui calomnient. et comment ne les haïssait-il point. Que veut dire le Prophète ? Ecoutons la suite. qui priait pour eux. en effet. Ps. Si donc vous trouvez dans mes voies quelque chose qui déplaise à vos yeux. ô Dieu. celui-là est éternel qui a dit : « Je suis la voie. comme le lis au milieu des épines? Que dit-elle ? Quelle est sa pensée? Quelle est la beauté intérieure de cette fille du roi 2? Ecoute sa prière: «Eprouvez-moi. et jusqu’à cent pour un? Que fait cette épouse du Christ au milieu des filles. tandis qu’ils s’imaginent que les péchés des autres peuvent me souiller. 23. pour vous. Maintenant donc que le corps du Christ gémit pour un temps parmi les pécheurs dont il sera séparé au dernier jour: maintenant que ces pécheurs sans vie. sinon celui qui est aussi la vie éternelle? Or. 23. c’est-à-dire que je garde la paix avec ceux qui la haïssent 4.— 2. que fera dans cet état de choses le corps du Christ. comment haïssait les pécheurs cet homme qui appartenait par l’esprit au Nouveau Testament. fidèle serviteur de Dieu. qu’il aimait en même temps le coupable jusqu’à prier pour lui. VIII. XIII. les voilà 1.

De quelle manière l’Esprit parle-t-il avec nous? Comment fait-il nos délices dans l’obscurité de cette nuit? Pourquoi. — 3. XIV. Jésus-Christ qui est juste. Ps. Il y a là une grande figure. Il donne un tour admirable à ses paroles. et la vie éternelle sans châtiment. c’est lui qui est la voie éternelle 1. mes frères. je vous le demande. nous prépare un breuvage d’amour. Ne saviez-vous point. et de jeter les mauvais? Voilà ce que vous saviez. — 2. mes frères. 6. par d’ineffables secrets. que sur le rivage seulement on fera la séparation. sans aucune faute. la connaissance vous en paraît nouvelle. C’est lui qui intercède pour nos péchés 3 » . afin de mettre les bons poissons dans des vaisseaux. sans toutefois comprendre ces versets de notre psaume : je vous ai expliqué ce que vous ne compreniez pas. CXXXVIII. 31. I Jean. parce qu’on le tire de passages qui vous paraissaient obscurs.auprès du Père. Jean. et vous y avez trouvé ce que vous saviez. qu’il nous faut tolérer les méchants dans l’Eglise de Dieu. sans y faire aucun schisme? Ne saviez-vous point déjà que dans ce filet. qui contient de bons et de mauvais poissons. 24. mes frères. ces vérités ont-elles plus de douceurs à proportion de leur obscurité? Dieu. en effet. dussions-nous dire ce que vous savez déjà. et qu’il ne faut point le déchirer. . 1. en sorte que. II. il faut demeurer jusqu’à ce que le filet soit amené sur le rivage.