Vous êtes sur la page 1sur 7

le nouvel

013SE V
No 180 • DU 24 AU 30 AVRIL 1968 • 2,50 F • 25 FB • 2,50 FS

Mendès France

Ir FELLAGHA
IBRETONS
Les fellagha
bretons

* Le printemps en Bretagne est une saison


magnifique. Il y a des primevères partout, des
jonquilles, les genêts sont en fleur. Mais il y a
des C.R.S. dans les jonquilles et des explosifs
cachés dans les genets...
Le Nouvel Observateur Page 5
*. L'autre jour, à Rennes, on chuchotait
que ryo fusils venaient d'être volés à Saint-Cyr-Coequidan.
Vrai ou faux? Peu importe. A ujourd'hui, tout est devenu
possible en Bretagne.

• Il s'appelle Ned Urvoas. Il


passe pour être l'un des
chefs mystérieux des
« commandos » terroristes
bretons, voire le chef du fameux
Front de Libération de la Bretagne
(F.L.I3.), qui signe la plupart des
pendant », vient d'en faire l'inventaire
avec une délectation certaine. 1964:
lignes téléphoniques coupées à Plo-
gastel-Saint-Germain et Plogonnec.
1966: attentat contre la sous-préfec-
ture de Saint-Nazaire ; bombe incen-
diaire à la perception de Saint-Brieuc ;
ponsables, à n'importe qui, dans la
rue, les bistrots. Il y a cette ritour-
nelle obsédante : l'emploi, les salaires,
les fermetures d'usines, les concen-
trations... Cette Bretagne quotidienne
est différente de la• Bretagne des
vacances. A Concarneau (Finistère),
kermesse triste qui se déroule. 3 500-
Concarnois manifestent. Tout le
monde est avec eux : les syndicats,
les partis, les commerçants, les curés,-
les instituteurs, les jeunes, les femmes.
Des pancartes : « Non au chômage »,
e Oui à l'emploi ». Un leitmotiv :
attentats actuels, et dont le sigle s'ins- mise à sac de la mairie de Morlaix, par exemple, des milliers de touristes «Concarneau veut vivre. »
crit un peu partout sur les murs. poteaux sciés voiture de police brûlée.
; viennent chaque été admirer le port, On glane partout des exemples
Mais rien n'est prouvé. Ce soir, Ned 1967:' poteaux téléphoniques sciés ; la ville close, la grande fête des Filets semblables, des chiffres, des dossiers,
Urvoas m'accueille sur le seuil de sa sabotage d'un relais téléphonique de bleus. Mais, aujourd'hui, c'est une des rumeurs de révolte...
maison. C'est à Quinnoualh, un petit La Paquelais ; plasticage du relais
hameau de la campagne bretonne, radio - téléphonique de Treflléan
près de la montagne. Je me présente
et Urvoas dit : « A lors, vous aussi
bombe dans la prison de Rennes ;
destruction du bureau des contribu-
La notion d'exil
vairs êtes à la recherche des caisses tions indirectes de Lorient. 1968
d'explosifs? » • grenade à la préfecture de Quimper ; « • Dans le Finistère, il faudrait veut pas se déplacer. Alors il dit :
Cette question on me l'a posée dix plasticage de la préfecture de Saint- créer 5 000 emplois avant 1972, soit « V ous voulez m'exiler une deuxième
Brieuc et de la perception de Plou-
(

fois, vingt fois, en Bretagne, ces jours deux fois plus qu'actuellement. fois? » Les anecdotes de ce genre
derniers. C'était à peine une boutade. zévédé ; dynamitage de la perception foisonnent. Le Breton est attaché à sa
de Plouescat et de celle de Saint-Pol- « • A Quimper, depuis 1954, une
Car 775 kilos d'explosifs ont été volés terre, à son pays et, depuis un temps,
dans la forêt de Loudéac. Des caisses de-Léon... Et il y a quelques jours, à soixantaine d'usines de conserves ont
on note une sorte de renouveau dans
Combourg, une nouvelle bombe a fermé. Et ici, un peintre sur faïence,
de 25 kilos, destinées aux carriers. l'attachement à la langue, voire à la
secoué la nuit. qu'il a fallu six ans à former, ne gagne
Depuis, la police passe la Bretagne au « race ».
La liste n'est pas close. L'autre qu'entre 35 000 et 40 000 A F par'
peigne fin mais elle ne trouve rien. mois. Ici, on ne peut pas recevoir la Quand le barde Glenmor vient à
Çette « affaire » s'inscrit à la suite jour, à Rennes, on chuchotait que
150 fusils venaient d'être volés à deuxième chaîne et on est toujours à la Mutualité, quand il chante la Bre-
de quelques autres dont la liste de- trois heures et demie de Rennes. « tagne libre et indépendante, les
vient impressionnante. - Saint-Cyr-Coequidan. Vrai ou faux ?
Il reste ceci d'essentiel :• c'était plau- « • A Fougères', rien qu'en 1967, libertés à retrouver, il recueille un
« L'Avenir de la Bretagne », « jour- sible. Aujourd'hui, tout est devenu tonnerre d'applaudissements. Quand
.
900 emplois ont été pprimés.
nal national breton et fédéraliste indé- plausible, possible, en Bretagne. Emgleo Breiz, fondation culturelle
« • Dans les Côtes-du-Nord? Ici, bretonne, lance une pétition en faveur
la population diminue régulièrement, de la langue et de la culture bre-
les jeunes s'en vont, les vieux revien- tonnes, elle recueille 150 000 signa-
Du grabuge rzent, le département devient un asile
de retraite ; le département souffre
tures.
d'une crise permanente de l'em- On peut trouver trace de tout ce
C'est d'ailleurs ce que pensent — Bretagne, dans le cadre de la France ploi...» « bouillonnement » breton place des
et redoutent — les pouvoirs publics. ou de l'Europe. Le « mouvement Lices, à Rennes, au siège du Mouve-
C'est partout pareil, en Bretagne. ment pour l'Organisation de la Bre-
Les responsables régionaux. de la breton » est en plein bouillonnement. La situation se résume ainsi : région
Sûreté nationale, entre autres, tirent Ce bouillonnement peut devenir tra- tagne (M.O.B.). Au premier étage,
sous-exploitée ou colonisée par des Louarn, homme à tout faire, a réuni
° sans cesse la sonnette d'alarme. On a gique. A tous les niveaux, les respon- sociétés étrangères manque d'indus-
expédié de Paris une dizaine d'inspec- sables interrogés, de même que en un musée assez extraordinaire tout
tries de transformation ; prédomi- ce qui s'écrit sur la Bretagne. Au
teurs pour enquêter sur les activités l'homme de la rue, disent : « On ne nance d'entreprises dont les intérêts
du F.L.B. Les comptables du Trésor sait pas où l'on va, mais il risque d'y rez-de-chaussée, au B.I.P. (Bureau
sont sans rapport avec ceux de la d'Information publicitaire), 011ivier
public ont reçu une circulaire leur avoir du grabuge. » région.; réseau de communications
enjoignant d'ouvrir l'oeil, car il peut Et même un sacré grabuge. Il y a classe les dizaines et dizaines de
médiocre ; pays colonisé... cercles, clubs, mouvements techni-
avoir de nouvelles bombes. On à quelque temps, dans la région de
mis des tables d'écoute sur les postes Rennes, un jeune agriculteur a été Cela crée aujourd'hui un climat ques, politiques, culturels bretons.
« suspects », ceux des syndicats, par incarcéré pour sabotage. Ses cama- psychologique désastreux. Les Bretons (Parmi les nombreux cours de breton
'exemple. Un peu partout, on sent la rades ont bivouaqué devant le bâti- ont le sentiment d'être abandonnés, par correspondance, l'un, S.A.D.E.D.,
présence discrète mais curieuse des ment en exigeant sa libération. Il a trahis... Il ne leur reste que l'exil. tente de réaliser une sorte de « révo-
pOliciers en civil. été libéré. Heureusement. Un des Cette notion d'exil est plus impor- lution culturelle »: il enseigne les
Il y a des perquisitions, des bar- principaux responsables m'a dit : « Ils tante qu'on ne l'imagine. L'autre jour, mathématiques, la physique et traduit
rages de police — M. 011ivro, maire avaient intérêt à le libérer'! Car cette 'dans un restaurant breton de Mont- même les textes de Mao et de Gue-
de Guingamp (Çôtes-du-Nord), qui fois-là, plusieurs d'entre nous avaient parnasse, Ty Jos, un jeune homme vara en breton. Dirigé par un psychia-
n'est pas précisément un guérillero, a apporté leur fusil de chasse dans les dînait seul à une grande table. Un tre, le docteur Etienne, il veut former
adressé une lettre ouverte à M. Pom- bagnoles ! » Et un autre : e S'ils ne groupe entre et on lui demande s'il les cadres d'une Bretagne moderne.)
pidou pour s'en plaindre. A Quimper l'avaient pas libéré, on aurait foutu
(Finistère), un groupe de C.R.S. une nouvelle bombe, et puis c'est
venus de Tours protège la pré- tout ! » Troupes de choc
fecture. Dans la région de Lannion Cette montée des périls, cette esca-
(Côtes-du-Nord), deux prêtres « bre- lade possible dans la violence, permet
tonnants » ont été perquisitionnés à certains de dire : « Si ça se trouve, Sur le plan politique, il s'est passé nécessaire de transformer le régime
pendant des heures. Ils ne sont pas les la Bretagne est en train de préparer aussi quelque chose de très impor- politique et de créer de nouvelles ins-
seuls. Bref, le « pouvoir central » à la France une nouvelle guerre tant. Depuis quelques années, la gau- titutions régionales. On n'est pas
s'inquiète, patauge et commence à d'A lgérie... Mais, cette fois, les fella- che française est en train de faire d'accord sur tout mais on cherche, on
s'affoler. gha seront bretons ! » une révision déchirante à propos des s'explique. Débats, discours, collo-
Du coup les récentes prises de posi- Est-ce une boutade ? Une pro- problèmes régionaux. Elle s'aperçoit, ques, livres, programmes... Des ini-
tion de De Gaulle, à Lyon, surie rôle phétie? Pourquoi, comment, quand, avec une certaine stupéfaction, que tes sortes sont pries.
tiatives de tou
essentiel des régions, s'expliquent où... qu'est-ce qui est possible ? l'exigence d'une révolution régiona- Des hommes, des partis, des mouve-
mieux. Surtout s'il est vrai qu'un rap- Sur le plan économique et social, liste est peut-être le préalable de la ments essaient de véhiculer ces idées
port ultra-confidentiel révèle qu'un c'est dramatique. Un drame qui dure démocratie, du socialisme. Elle recon- dans l'opinion publique sur le plan
million de Bretons se sentent directe- et s'aggrave. J'ai fait le tour des cinq naît progressivement que le malaise régional et national et d'offrir des
ment intéressés par les possibilités départements. J'ai donné des coups de dont souffrent les régions est d'ordre solutions claires.
d'une administration différente de la sonde un peu partout, parlé aux res- politique et institutionnel. Et qu'il est En Bretagne, il y a d'abord Ar

Page 6 24 avril 1968


-
Jean
Bourdeillette
POUR
ISRAËL
13

â.. L.
a
Fais. Sis au bureau 31, Maison du animé par le tandem Éhliponneau-
peuple, à Brest, ce mouvement de la Reffait. Et aussi le Club breton
culture populaire bretonne, animé par il est parisien mais composé de Bre- Un livre qui fait comprendre en faisant savoir.
A. Keravel, tente de définir et de tons. Au départ, il s'appelait les CI)
Pour tous ceux qui désirent accéder à une
diffuser une e conception progressiste Bonnets rouges, en souvenir de la L.
véritable "intelligence des faits".
`Cl)
du fait régional », et publie réguliè- fameuse révolte du papier timbré.
'CD
rement tous les textes importants Fondé par Charles Hemu, président Par l'ancien Ambassadeur de France
relatifs aux problèmes régionaux dans du Club des jacobins (un signe !) et en Israël, des vérités qu'il fallait dire.
sa revue, « Ar Falz ». originaire de Quimper, animé par des
Ensuite l'Union démocratique bre- hommes comme Yves Person (Ar
tonne (U.D.B.) : un jeune parti pro- Falz, club Jean-Moulin), ce club COLLECTION "ÉVÈNEMENTS" 18 F.
gressiste (boîte postale 103, Rennes), a beaucoup fait pour la pénétration
qui publie un excellent journal, « le des idées régionalistes au sein de la
Peuple breton », violent, passionné. F.G.D.S. -
Dirigé par de jeunes hommes engagés, D'autre part, des ouvrages essentiels wAe 2
il touche surtout les jeunes, les milieux
étudiants, surtout du côté de Rennes,
ont été publiés. Robert Laf ont : e la
Révolution régionaliste », e Sur la CWILII.Xa31-11ria
Saint-Brieuc, Pont-l'Abbé. Un sigle France ». Michel Phliponneau : « la entre jeunes„ au cours de vacances passionnantes.
sur, les murs : U.D.B. = Bretagne Gauche et les Régions ». e Phlip » — • des 'Expéditions Insolites l'Afrique Noire d'Abidjan
socialiste. L'U.D.B. est née d'une rup- qui n'est pas breton mais dont les perle des ,Jagunes à la savane et à la chasse aux
ennemis politiqties reconnaissent eux- crocodiles -(37 jours 1885 F). Laponie et Islande' iti-
ture de quelques jeunes avec le Mou- néraires pédestres (1345 F). L'Irlande en roulotte
vement d'Organisation de la Bretagne mêmes qu'il a beaucoup fait pour la (890 F). L'Archipel des Açores en cargo (1385
(M.O.B.). Bretagne — prépare un nouveau La Méditerranée aux jeunes avec Balader II et son
Créé en 1957 par Yann Fouéré, livre : « Bretagne, an X ». C'est-à- festival (340 F). Le Cercle Polaire (1370; F), etc...
conspirateur du fameux Comité dire dix ans de gaullisme, soit dix ans • des Périples découvertes : en Turquie et Bulgarie
(1020 F). En Asie Centrale de Leningrad et Moscou à
consultatif de Bretagne, devenu au- de dégradation en Bretagne. Samarcande et Tachkent (1880 F). Cuba (1555 F).
jourd'hui ancien « déporté de la ré- Des leaders politiques ont pris posi- Tunisie (799 F). Yougoslavie, Grèce, Portugal, U.S.A.,
pression antibretonne de l'immédiat tion. Par exemple l'expression de _Norvège.
après-guerre », le M.O.B. a passé un Michel Rocard, leader du P.S.U., a • des Chantiers de travail : en Israël et Turquie.
moment pour fournir les troupes de fait choc : « Décoloniser la province. » • des Centres de vacances : Sardaigne, Sicile,
Tunisie, Espagne (21 jours 645 F).
choc du Centre d'Etudes et de Liaison De même Pierre Mendès France
des Intérêts bretons (C.E.L.I.B.). Ce « L'Europe des peuples passe obliga- Renseignements : Arcé-France (vacances pour jeunes)
qui ne plaisait ni aux uns ni aux toirement par la régionalisation des Paris, 9, rue Rictiepanse, 8 - Tél. 742.2338 (répondeur
autres. Aujourd'hui, le M.O.B. reven- Etats, par une régionalisation de permanent) et 742.16.87.
Marseille, 1, rue Beauvau - Tél. 54.18.18.
dique la plupart des idées régiona- caractère démocratique, c'est-à-dire
Bruxelles, 6, rue •Mercélis, 5 -.Tél. 12.45.58

• (cor. I ic
listes. Mais il est entré, semble-t-il, par la gauche. » Et aussi les positions
une fois de plus en déliquescence. de François Mitterrand, Gaston Def-
Il recrutait surtout dans les milieux ferre, les Rencontres socialistes, etc.
« tertiaires » : fonctionnaires, petits Le parti communiste lui-même, en
curés de campagne... Il recrute moins. dépit de certaines réticences, a tenté
A gauche, un nouveau club poli-
tique : Bretagne et Démocratie,
de dessiner les traits d'un bonheur
breton possible.
COMMENT OBTENIR
LA MÉMOIRE' PARFAITE
Un repas de saucisses
DONT VOUS AVEZ BESOIN
Tout cela a forcément provoqué dégradée et qu'aucun organisme im- Avez-vous remarqué que certains d'entre nous semblent tout retenir avec
des déblocages, une ,prise de portant (C.O.D.E.R. ou C.E.L.I.B.) . facilité, alors que d'autres oublient rapidement ce qu'ils ont lu, ce qu'ils ont vu
n'était capable de contester la poli- ou entendu. D'où cela vient-il ?
conscience progressive. Aujourd'hui il
y a de nouvelles « machines de tique gouvernementale et d'en dénon- Les spécialistes des questions de mémoire sont formels ; cela vient du fait
Aue les premiers appliquent (consciemment ou non) une bonne méthode de mémo-
guerre ». Des « rencontres » souhai- cer les effets sur le plan régional. Ils risation, alors que les autres ne savent pas comment procéder. Autrement dit, une
tées depuis longtemps sont en train comptent diffuser eux-mêMes des in- bonne mémoire ce n'est pas une question de don, c'est une question de méthode.
de se faire. Elles peuvent devenir formations. On attend la Poursuite du Des milliers d'expériences et de témoignages le prouvent. En suivant la méthode que
dialogue et surtout de l'action. nous préconisons au Centre d'Etudes, vous obtiendrez des résultats stupéfiants.
explosives. Et c'est ce que le pouvoir Par exemple, vous pourrez, après quelques jours d'entraînement facile, retenir
établi redoute le plus : la conver- l'ordre
. des 52 cartes d'un jeu que l'on effeuille devant vous, ou encore rejouer de
gence des oppositions, une sorte de Sur le plan syndical : un pro- memoire une partie d'échecs.
« front breton »... gramme d'action des organisations Naturellement, le but essentiel de la méthode n'est pas de réaliser des
D'abord, sur le plan politique, syndicales et ouvrières de l'Ouest a prouesses de ce genre, mais de donner une mémoire parfaite dans la vie courante :
l'Action régionale progressiste. A été établi. Le 13 mars 1968, à Rennes c'est ainsi qu'elle vous permettra de retenir instantanément le nom des gens avec
(Ille-et-Vilaine), la fédération régio- lesquels vous entrez en contact, les courses que vous avez à faire (sans agenda),
Lorient (Morbihan), à l'appel d'Ar la place où vous rangez les choses, les chiffres, les tarifs, etc...
Falz, une première journée a été nale des Syndicats ouvriers et pay-
La même méthode donne des résultats peut-être plus extraordinaires encore
organisée le 9 septembre 1967. sans de l'Ouest (départements bretons, lorsqu'il s'agit de la mémoire dans les études. En effet, elle permet d'iassimiler, de
Objectifs : réussir l'union de la gau- plus quatre des pays dela Loire) a façon définitive et dans un temps record, des centaines de dates de l'histoire,
che sur un programme régional. Une appelé l'ensemble des salariés des sec- des milliers de notions de géographie ou de sciences, l'orthographe, les langues
teurs privé, public et nationalisé de étrangères, etc... Tous les étudiants devraient l'appliquer, et il faudrait l'enseigner
centaine d'élus, des représentants des dans les lycées. L'étude devient alors tellement plus facile.
différentes organisations de gauche, l'Ouest à une grève de vingt-quatre
Si vous voulez avoir plus de détails sur cette remarquable méthode, vous avez
politiques, syndicales et culturelles, heures et à des manifestations de certainement intérêt à demander le livret gratuit « Comment acquérir une mémoire
des cinq départements bretons, sont masse le 8 mai 1968, dans chaque prodigieuse'». Il vous suffit d'envoyer votre nom et votre adresse à : Service 8 C,
venus à Lorient débattre de la situa- département. Revendications : les pro-' Centre d'Etudes, 1, avenue Mallarmé, Paris-17e. Il sera envoyé grattlitement à tous
blèmes de l'emploi et du développe- ceux de nos lecteurs qui ressentent la nécessité d'avoir une mémoire précise et
tion et des moyens de la sauver. Une fidèle. Mais faites-le toùt de suite, car actuellement vous pouvez profiter d'un
seconde réunion s'est tenue à Saint- ment régional. Un jeune leader pay- avantage exceptionnel. (Pour les pays hors d'Europe, joindre trois coupons-
Brieuc (Côtes-du-Nord) le 18 novem- san m'a dit : e On est dans une réponses).
période de prise de conscience. Jus- J. PETERS.
bre 1967. Les participants ont
constaté que la situation s'était encore Suite page 9.

Le Nouvel Oliservateur Page 7


.
corsee
F
Y-

Les
fellagha
bretons
rompu son repas de saucisses, dans
qu'ici on a tout fait pour opposer les sa ferme Veru, à 4 km de Château-
deux milieux, ouvrier et paysan. Or on neuf-du-Faou, pour me dire : « ...Si
s'aperçoit, surtout dans des régions nous n'avons pas satisfaction, l'action
comme la nôtre, que les intérêts sont d'avenir prendra une nouvelle forme,
communs. » elle aura une autre ampleur, une
action dans un sens beaucoup plus En direct sur la langue,
Autre chose : le C.A.BR.O. Un large et Plus spectaculaire. » Un ulti- le vrai goût du tabac.
sigle curieux qui signifie : Comité matum : si, à la fin d'avril 1968, il
d'action de la Bretagne occidentale, n'y a pas d'engagements clairs et défi-
nitifs, le C.A.BR.Ot passera à l'ac-
créé par des Finistériens. Un pro-
gramme en trois points : reconnais- tion. Mais il reste ambigu : on y Man-size,
sance de la vOcation portuaire indus- trouve Lombard, efficace maire de tout simplement.
trielle de Brest ; développement de Brest, et d'autres hommes qui ne sont
la recherche et de l'industrie vers la pas des opposants inconditionnels. On
Bretagne occidentale ; désenclavement y trouve aussi Alexis Gourvennec,
de la Bretagne dans les domaines rou- dont le cheminement est curieux.
tier, ferroviaire, portuaire. Le pré- Enfin, les syndicats ouvriers sont lais-
sident du C.A.BR.O., Michel Hé- sés de côté. Mais c'est un foyer La vigueur
mery, massif et rougeaud, a inter- d'émeutes possible.
corsée des
grands crus
Les camps de commandos de Virginie
et de Turquie.
Une autre machine de guerre : le
« terrorisme » : les « commandos ».
tagne où les polices locales évitent
de manoeuvrer la nuit Le propos peut
Le chameau
Quoi qu'on veuille, ils existent. Ils faire sourire mais je connais des iti- Càmel :
renaissent, ils s'épanouissent dans ces
colères bouillonnantes, ces fureurs
néraires révélateurs. Enfin il y a par-
fois une complicité de la population
mascotte des vrais
rentrées qui explosent soudain avec environnante. fumeurs.
violence, ils en sont l'écume tragique. Récemment le Front de Libération
En Bretagne, les manifestations de la Bretagne (F.L.B.) a écrit à de
sont de plus en plus dures et les Gaulle pour revendiquer la responsa-
affrontements d'une violence inouïe. bilité des attentats. Qu'est-ce que le
Les officiers de C.R.S. confient par- F.L.B.? Existe-t-il vraiment ? Même si
fois : « Quand il y a une manifesta- un petit « commando » dirigé par
tion ouvrière, on sait que ça sera très deux anciens parachutistes en reven-
dur, mais au bout de trois heures tout dique l'exclusivité, il ne s'agit peut-
sera fini. Maintenant, avec les pay- être que d'un pseudonyme collectif
sans, ça peut durer trois jours. » dont chacun peut s'emparer à l'occa-
A Quimper, en octobre, on avait re- sion d'un attentat.
marqué de petits groupes organisés Pourtant le F.L.B. donne des inter-
dans la foule des manifestants. Ils views. Pour l'instant, elles sont en
criaient : « On n'est pas là pour les principe réservées aux publications
discours mais pour la bagarre. » On « non hexagonales », les radios et télé-
sait qu'ils étaient formés, « initiés », visions anglaises, américaines, cana-
entraînés, spécialement casqués et diennes, par exemple. Il y a quel-
armés de pen baz (grosse matra- que temps, le « Times » a rencontré
que bretonne) pour les bagarres de un représentant du F.L.B. à Rennes.
rue. Ces bagarres ont été si violentes Il était question entre autres de la
(du feu, du sang, presque le sac d'une lutte du F.L.B. pour obtenir à la Bre-
ville) qu'un certain désarroi a gagné tagne l'autonomie la plus large, lui
les milieux paysàns les plus extré- permettre non seulement de diriger
mistes. Ces commandos ont été dis- ses propres affaires mais encore de
sous. En principe... ' mener une politique étrangère indé-
- En fait, ils renaissent. Ils ont été pendante de celle de la France. Ques-
repris en main, en partie. Difficile tion également d'autres attaques vio-
à dire par qui, et où. Disons, par lentes qui sont prévues mais dépen-
exemple, qu'il y a peut-être quatre ou dent de l'approvisionnement en explo-
cinq groupes d'une poignée de per- sifs modernes. De toute manière, le
sonnes à travers la Bretagne. A leur F.L.B. attend le moment opportun
tête, il y a parfois d'anciens para- pour frapper.
chutistes. Leurs « camps » sont dis- L'une des personnes soupçonnées
crets, évidemment. Mais ils peuvent d'être l'auteur de l'interview m'a dit
inviter des gens, pour s'expliquer, dire que ces propos avaient été un peu
comment il vont faire exploser une exagérés. Dans ce cas, pourquoi n'y
bombe par ci, voler des explosifs a-t-il pas eu de démenti ? Réponse 1 !, 1. n IWO !l n M i mou n !!!
par là... e No comment ! » +1 ) n'ut! 1
Pourquoi la police n'arrive-t-elle Cette attention complaisante des
pas à les débusquer ? D'abord parce Anglo-Saxons fait jaser. Au point La piste la plus directe entre vous et le goût corsé,
que ces « camps » sont l'exception. qu'on a pu faire courir ce bruit : vigoureux, des plus grands tabacs de Virginie et de
Ils ne se tiennent pas de manière per- c'est l'Angleterre qui fournit les ter- Turquie? Suivez notre cher vieux chameau Came!. Et ne
manente. Ils peuvent être mobiles. roristes bretons en explosifs. Un le perdez jamais devue: sa bosse a toujours porté bonheur
Ensuite, il y a des endroits de Bre- Suite page 11 aux vrais fumeurs !

Le Nouvet Observateur Page 9


LISEZ CETTE ANNONCE
ENCORE SANS APPORT....!
ENCORE DE LA VENTE...

Les RARE
fellagha GRAND STANDING
MIEUX QU'UN LOYER A 5' DE LA
bretons PORTE D'ITALIE
.

GRAND STUDIO + VRAIE CUISINE + S. DE B.


e leader » séparatiste breton m'a dit :
e La police vit toujours sur la vieille
Ils expédient des tracts, des bulletins
aux Bretons. En outre, il y a des
contacts avec l'armée révolutionnaire
490 FRS PAR MOIS
HABITABLE DE SUITE CONSTANT NON INDEXE
idée des rapports clandestins entre la irlandaise (I.R.A.). Quelques hommes
ont été formés là-bas, dans les VILLEJUIF - 36 BD MAXIME GORKI
Bretagne et l'outre-mer, A ngleterre et
Irlande. Elle a tort. » camps d'entraînement. Quand ils sont
C'est à voir. Il y a des « sympa- « brûlés » ici, recherchés par la po-
thies » certaines. Une poignée d'auto- lice, c'est là-bas qu'ils se réfugient.
nomistes bretons, condamnés à la La lettre adressée à de Gaulle venait LES MEILLEURS TAUX D'INTERETS
Libération, vit aujourd'hui en Irlande. d'ailleurs de Dublin.
5%
Le terrorisme
CRÉDIT FONCIER + PRÊTS FAMILIAUX
Cela dit, il serait dangereux pour
le « mouvement breton » d'être acca-
Autre débat : un certain nombre de
concepts ont été inventoriés : autono-
CHATOU DOMINANT PARIS
paré par des extrémistes. Il faut éga-
lement préciser ceci : les terroristes
misme, séparatisme, fédéralisme, ré-
gionalisme, etc. Aucun d'entre eux 4 PIÈCES 980 FRS PAR MOIS
du F.L.B. semblent actuellement en n'exprimera, en exclusivité, un éven-
mesure de se fournir eux-mêmes en tuel e front -breton ». MENSUALITÉS CONSTANTES NON INDEXÉES
explosifs, sur le terrain. D'autre part,
le terrorisme peut exister, ou renaître, Il y a des incertitudes dissolvantes. STUDIO - 2 ET 3 PIÈCES
en des milieux n'ayant aucun rapport D'abord, ce tempérament breton — LIVRABLE ETE 1969
avec le F.L.B. celte. Ce mélange mystérieux d'idéa-
Mais on ne peut négliger ce qui lisme fou et de réalisme froid. Cette
s'inscrit en creux. L'avenir est grevé curieuse alchimie où deux et deux ne S.O.R.V.E.L. 94 RUE DE GRENELLE, PARIS 7e
d'hypothèques... Et le pouvoir gaul- font jamais quatre. Ces temps der-
liste saura s'en servir. D'abord, il y a niers, les Bretons ont fait les quatre
des débats difficiles à conclure. Par cents coups. Ils ont conspué, bousculé
exemple, pour sauver l'avenir de la le pouvoir et l'ordre établis, annoncé
Bretagne, vaut-il mieux militer à l'in-
térieur d'un parti politique français
ou choisir de préférence un parti, ou
mille fois le « grand soir ». Mais
quand sonnait l'heure décisive, celle
des élections par exemple, ils reins-
ER J.F. Kennedy
un mouvement, spécifiquement bre-
ton ? Un débat récent a réuni Michel
Phlipormeau et des jeunes de
tallaient massivement en un seul jour,
dans l'isoloir, tout ce qu'ils contes-
taient à longueur d'année dans la rue.
pouvait
l'U.D.B. : ceux-ci pensent que l'exis-
tence d'un parti breton à caractère
révolutionnaire est plus efficace. Autre
Cela vient peut-être de la défiance tra-
ditionnelle des Bretons, les agricul-
teurs surtout, à l'égard de la « poli-
-
lire à une vitesse
chose : les bombes. La population
les tolère mal et les responsables,
politiques ou autres, s'en expliquent
tique ». Et aussi d'une sorte d'anti-
communisme systématique entretenu,
entre autres, par la vieille Eglise
exceptionnelle
avec malaise. Aujourd'hui l'heure est catholique. Mais il est devenu de plus
ambigus mais, à la limite, chacun en plus difficile, hors du pays breton,
pense qu'il faudra peut-être un jour de faire croire aux volontés révolu- De plus, sa compréhension était pénétrante et il se rappelait avec
assumer ces bombes ou les poser soi- tionnaires bretonnes. Il appartient aux précision tout ce qui l'intéressait.
même. Bretons d'en faire la preuve contraire. Son secret ? Il s'était entraîné à la lecture rapide.
Vous aussi, comme les milliers d'élèves du monde entier qui font
confiance à la méthode Celer, vous pouvez lire beaucoup plus vite
Les crêpes de Pompidou avec une compréhension supérieure, en retenant ce qui vous est utile.
Vous pourrez ainsi acquérir facilement des connaissances abondantes,
inaccessibles par l'étude et l'information habituelles. Vous gagnerez
Il y a des hypocrisies habiles. La le mot « Bretagne » dans Jeurs dis- beaucoup de temps et pourrez dominer des programmes de travail sur-
main du pouvoir gaulliste caresse dans cours. chargés. Vous ferez cet entraînement chez vous, sans changer vos
le sens du poil. Chaque été, le Pre- Car il y a. aussi des trahisons.
. habitudes.
mier ministre va pêcher la crevette Trahison des notables, trahison des •

et manger des crêpes dans le Finis- élites. On dit parfois : « Ce qu'il man- a
Un bond en avant !
tère-Sud ; Mme Messmer se déguise que à la Bretagne, ce sont des vrais Envoyez-moi,
en Bretonne dans le Morbihan, etc. leaders. » On devrait plutôt dire : Si vous'voulez faire un véritable bond sans engagément,

L'autre jour, à Lyon, le président de « Dès' qu'un leader apparaît, en Bre- en avant : "Comment lire mieux

Gaulle a parlé du rôle essentiel que tagne, il est aussitôt ingurgité, satellisé progresser dans tous les domaines, • et plus vite"

doivent jouer les régions. Mais, dans élargir votre culture, , et votre' documentation
ou détruit. » On offre des sinécures réussir dans vos études ou votre travail, • complète,
l'ombre plus secrète du pouvoir et et des Légions d'honneur, des crédits stimuler vos facuftés intellectuelles,
des ministères, on a bien`compris que particuliers, des promesses, des mi- connaître une nouvelle joie de lire, •
le mot « Bretagne » ne devait plus roirs aux _alouettes. Alexis Gourven- demandez notre brochure gratuite • Nom :
être employé. Même le fameux nec, jeune et sympathique leader "Comment lire mieux et plus vite" qui : Prénom :
« Extrême-Ouest » de Michel Debré syndicaliste, a mené tambour battant vous dira tout sur cette méthode éprou- Adresse
les violentes émeutes paysannes dans vée, premièré méthode et seul cours .•
est mis au pilori. L'expression pou- par correspondance existant en France.
vait provoquer les remous d'un peu- le Finistère. Puis il a disparu. Bien
qu'il s'en défende, il s'est embarqué La méthode Celer est utilisée par des •
ple rejeté. Aujourd'hui, à l'extrême instituts' de l'Université, par les plus': Bon à retourner
dans les coulisses préélectorales gaul- grandes firmes françaises et par l'Ins-
rigueur, quand on parle, on doit dire : listes. Aujourd'hui, semble-t-il, il
à Celer, service AL. I 5
« l'Ouest ». Du coup, des responsables
titut de lecture J.F. Kennedy en Amé- • 10 bd du Temple,
remonte sur les barricades. Mais figue Latine, Paris 11
bretons, qui ont fait carrière sur les quelles barricades ?
problèmes bretons, évitent d'employer -

Le Nouvel Observr.eur Page 11


ERIK H ERIKSON
luth e r Les
avant lu ther
psychanalyse et histoire
fellagha
bretons
nouvelle bibliothèque scientifique Champs-Elysées et une palanquée de
Marc Bécam, un de ses jeunes lieu- ministres est venue s'y goberger.
dirigée par fernand braudel tenants, a animé le syndicalisme pay- Une illustration importante : « Bre-
san pendant sept ans. Puis, peu avant tagne-Magazine ». Né il y a plus de
les élections, il a tenté en vain d'obte- deux ans, ce mensuel était alors dans
nir l'investiture du Centre démocrate, la main d'Yvon Bourges. On s'inscri-
à Morlaix et à Quimper. Ensuite, en vait donc dans la mouvance gaulliste
et 1e V° Plan était glorifié tandis que
flammarion un tournemain stupéfiant, il est de-
venu suppléant de Michelet (U.N.R.) les Bretons le vomissaient. Puis Bour-
ges a gaspillé cette affaire, comme
à Quimper. Il est aujourd'hui député.
Lors des émeutes d'octobre, sa per- d'autres. Les rédacteurs de « Breta-
manence U.N.R. a été saccagée. gne-Magazine », le jeune rédacteur en
chef Jean Bothorel ont cru pouvoir
Autre exemple grave : le C.E.L.I.B. prendre du champ. Coup sur coup, on
Sorte de Gotha breton de l'élite poli- a lu des interviews de Phliponneau ;
tique, économique, syndicale, le un face à face Brigneau (« Minute »)
C.E.L.I.B. a engagé — et gagné — un et Morvan Lebesque (« Canard
DINERS D'ORLY certain nombre de batailles contre le
pouvoir central. Puis, brutalement, il
enchaîné ») ; un débat « la Province
contre Paris » ; un éditorial sur les
L'Aéroport de Paris, est devenu apolitique. Sans doute nouvelles jacqueries, et quelques rua-
veut-il se donner une nouvelle dimen- des contre le C.E.L.I.B. Les notables
l'Office National du Tourisme Roumain sion: l'Europe. L'éditorial de Georges du C.E.L.I.B., à commencer par René
et la Boutique des Nations présentent, Pierret (n° 107 de « la Vie bretonne ») Pleven, se sont émus de ces turbu-
du 25 Avril au 19 Mai 1968 en fait foi. Et il tente aussi les réali- lences. Résultat : « Bretagne-Maga-

la ROUMANIE
sations spectaculaires, en Bretagne, zine » est supprimé, purement et sim-
dans le secteur de l'informatique. plement. Car le pouvoir, même par
Mais beaucoup pensent que cette ses truchements bretons, escamote la

aux TROIS SOLEILS machine de guerre est devenue une


machine à sous : entre autres, elle
moindre rumeur d'opposition quand
il en a l'occasion. Bothorel prépare
Gastronomie - Danse vend des crêpes et du cidre près des la sortie d'un nouveau journal breton.
Orchestre roumain et chanteuses
EXPOSITION ART ET FOLKLORE
Des tonnes d'explosifs
, Réservation 726 03.10
Malgré cela, l'avenir reste-t-il ou- raient prendre des « formes imprévi-
vert? sibles et destructrices ».
A Quinnoualh, Ned Urvoas a reçu A Gouarec, un prêtre e breton-
la visite de huit inspecteurs de police._ nant », professeur d'histoire, qui a
Ils ont passé la journée à chercher des déjà publié une petite brochure sur
kilos d'explosifs. Urvoas dit : « La les problèmes de l'emploi en Bretagne,
plupart étaient bretons, avec un passé me dit : « Les conditions objectives
PETITES ANNONCES d'activité policière en A lgérie ; des d'une situation prérévolutionnaire sont
Bretons un peu compromis, des pères réunies. Mais l'historien ne peut dire
PETITES ANNONCES : RO ligne 10 5 -é 20 % de taxes de famille qui ont des soucis de quand ça va exploser. »
(minimum : 2 lignes)
Bretons. Mais Paris est en train d'en A Brest, la Jeunesse étudiante bre-
faire des harkis. » tonne dit : « Chacun doit prendre
Ce n4tin il fait beau. Le drapeau part à la lutte réunissant toutes les
YOGA GYMNASTIQUE
"" à domicile de 8 à 19 h.
LIVRES ACHAT MAX. COMPT.
à domicile. LAFFITTE
breton noir et blanc, hissé au mât de
la cour, frissonne dans le ciel léger.
forces vives en Bretagne en faveur
du développement économique et
Tél. : KEL. 09.74, après-midi
13, rue de Buci, Paris-fie - DAN. 68.28 Urvoas dit : « La situation est très social de la région. » Etc.
grave. Ce qu'il va falloir éviter, c'est Le printemps breton est une saison
OFFRES D'EMPLOI les conditions du combat armé. Si magnifique. Il y a des primevères, des
j'avais, seul, à demander quelque jonquilles, les genêts sont en fleur
Chose, je demanderais la révision du sur les talus, et la campagne renaît,
LE DEPARTEMENT EXPORTATION contrat qui nous lie à la France, à et la mer frissonne et n'en finit pas
D'UN- IMPORTANT EDITEUR SCOLAIRE recherche Paris. Une nouvelle négociation doit d'aller et venir doucement sur le
s'ouvrir rapidement, sinon la situation sable, de pourlécher les roches mouil-
JEUNE CADRE COMMERCIAL deviendrait explosive et incontrô-
lable. » Et encore : « J'en appelle à
lées et d'emmêler des algues. Il fait
doux, c'est bon... Mais ce printemps
diplômé enseignement supérieur l'idéal de justice contre ce péché d'ha-
bitude et cette accoutumance àl'injus-
magnifique risque de devenir tragique.
C'est ça, la réalité. Aux dernières
Pour assurer dans plusieurs pays tice qui est l'un des traits dominants nouvelles, 2 250 kilos de poudre ont
d'AFRIQUE de la France d'aujourd'hui. J'en ap- été volés à la vieille poudrerie de
pelle à tous ceux qui, dans les pro- Pont-de-Buis. Il y a des C.R.S. dans
la promotion et la vente des ouvrages scolaires auprès des
vinces et régions de France, voient les jonquilles, des tonnes d'explosifs
enseignants et des libraires, et pour prévoir et organiser
les mêmes drames se multiplier... » évanouis dans la nature triomphante
l'implantation de ses succursales.
Il prépare la candidature d'un candi- et des bombes possibles dans chaque
Expérience de l'AFRIQUE souhaitée.
dat « fédéraliste européen » à la pro- nuit printanière. Les desperados bre-
(Service militaire dans le cadre de la coopération.) chaine élection présidentielle. tons vont-ils faire parler la poudre ?
Ecrire avec C. V . détaillé au service 230 NO. A Dinan, dans son « Petit Bleu des Ils préparent des feux d'artifice
Côtes-du-Nord », René Pleven écrit mais ne veulent pas qu'on s'y trompe
PLEIN EMPLOI
que le vol des explosifs de Loudéac il ne s'agit pas d'un baroud d'hon-
10, MIE MI MAIL, PABIS-2.
-permet de prévoir une nouvelle esca- neur.
lade dans les manifestations qui pour- WON LE VAILLANT

Page 12 24 avril 1968