Vous êtes sur la page 1sur 4

Roland Barthes

J'aime, Je n'aime pas

J'aime : la salade, la cannelle, le fromage, les piments, la pâte


d'amandes, l'odeur du foin1 coupé (j'aimerais qu'un « nez » fabriquât un tel
parfum), les roses, les pivoines2, la lavande, le champagne, des positions
légères en politique, Glenn Gould, la bière excessivement glacée, les oreillers
plats, le pain grillé, les cigares de Havane, Haendel, les promenades
mesurées, les poires, les pêches blanches ou de vigne, les cerises, les
couleurs, les montres, les stylos, les plumes à écrire, les entremets, le sel cru,
les romans réalistes, le piano, le café, Pollock, Twombly3, toute la musique
romantique, Sartre, Brecht, Verne, Fourier, Eisenstein, les trains, le médoc 4,
le bouzy5 , avoir la monnaie, Bouvard et Pécuchet, marcher en sandales le
soir sur les petites routes du Sud Ouest, le coude de l'Adour vu de la maison
du docteur L., les Marx Brothers, le serrano à sept heures du matin en sortant
de Salamanque, etc.

Je n'aime pas : les loulous6 blancs, les femmes en pantalon, les


géraniums, les fraises, le clavecin, Miro, les tautologies, les dessins animés,
Arthur Rubinstein, les villas, les après midi, Satie, Bartok, Vivaldi, téléphoner,
les chœurs d'enfants, les concertos de Chopin, les bransles7 de Bourgogne, les
danceries de la Renaissance, l'orgue, M. A. Charpentier, ses trompettes et ses
timbales, le politico sexuel, les scènes, les initiatives, la fidélité, la
spontanéité, les soirées avec des gens que je ne connais pas, etc.

J’aime, je n'aime pas : cela n'a aucune importance pour personne; cela,
apparemment, n'a pas de sens. Et pourtant tout cela veut dire : mon corps
n'est pas le même que le vôtre. Ainsi, dans cette écume anarchique des goûts
et des dégoûts, sorte de hachurage8 distrait, se dessine peu à peu la figure
d'une énigme corporelle, appelant complicité ou irritation. Ici commence
l'intimidation du corps, qui oblige l'autre à me supporter libéralement, à rester
silencieux et courtois devant des jouissances ou des refus qu'il ne partage
pas.

Extrait de: Roland Brathes par Roland Barthes.

1
Herbe pour alimenter les animaux, (les vaches, les moutons, etc.)
2
Plante qui fleurit en mai et en juin.
3
Peintre, dessinateur, sculpteur et photographe américain du XXème siècle.
4
Vin très renommé par sa couleur rubis.
5
Commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.
6
Petit chien d'appartement, caractérisé par un long pelage blanc ou noir, marron, etc.
7
Commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.
8
Qui est couvert des raies et de marques
Autoportrait
Lola Rivesta
Voilà un peu plus de 16 que j’ai mis mon premier pied sur cette terre. Je ne peux pas me juger
très grande, une taille moyenne conviendra. J’ai de très longs cheveux châtains clairs, sûrement
trop longs, qu’il m’arrive d’appeler tentacules, balais, et serpillères. Je mentirais si je disais
adorer ces deux engins9 qui me permettent de marcher, je crois avoir le pied presque plat et j’ai
une peur de supporter cette bosse10 à vie, l’horreur de l’Hallux Valdus11 dans le futur, chose qui
d’après les chirurgiens se traite en une opération. En essayant d’être le plus objectif possible, je
peux caractériser mon corps comme étant plutôt fin, mais proportionnel avec donc une petite
poitrine qui assurément, ne tombe pas, et un petit fessier pourtant bien rebondi qui est le plus
souvent présent chez les cavalières12. J’ai des yeux marrons clair très banals, avec par chance
des lueurs émeraudes lorsque le soleil est de mon côté. Ils sont à peine bridés13 sur les côtés,
encerclés de longs cils noirs protecteurs. J’ai honte de joues assez grassouillettes14 qui
expriment parait-il un côté indolent, paresseux, qui fait partie de moi depuis ma plus tendre
enfance.
Mon cou est un peu long et fin pour une tête assez ovale et arrondie, j’ai le torse qui
rentre dans la catégorie normale relativement aux jambes. J’ai la fâcheuse tendance à me tenir
trop droite, à la limite creusée et à ne pas avoir la bonne manière classe, polie, et digne d’une
jeune demoiselle pour m’assoir à table. […]
Bien que forcée de me rendre chaque jour (samedi et dimanches exclus) en classe pour
apprendre et enrichir mon savoir ( que je juge parfois inutile ), j’ai ma propre chambre, un
travail qui me rapporte assez pour subvenir à mes besoins, un blog qui me permet d’écrire dans
mon français le plus correct, une relation amoureuse, une famille encore unie, et des amis. Je
pense finalement ne manquer de rien, et pourtant, cela n’empêche pas à ce sentiment
d’incompréhension, à ce besoin de liberté, à ce besoin de devenir quelqu’un réellement, et
surtout, à ce besoin de solitude, d’être présent chaque jour, ou devrais-je dire, chaque soir, de
ma continuelle routine.

Extrait de : Lola Rivesta Mag, 2010

9
Moyens, instruments
10
Protubérance anormale du dos ou de la poitrine
11
Déformation du pied correspondant à la déviation du premier métatarsien
12
Personne qui monte un cheval.
13
Yeux dont les paupières semblent étirées latéralement et dont l'ouverture est étroite
14
Un peu gras, qui a un peu d'embonpoint.
1. Choisissez UN seul de deux autoportraits pour l’analyse.
2. Lisez (autant de fois que nécessaire) attentivement l’autoportrait à la lumière des éléments
travaillés en classe :
a. Lien entre le portrait physique et psychologique
b. Organisation du portrait
c. Vocabulaire dominant /champs lexicaux significatifs / éléments récurrents
d. Portrait statique ou portrait dynamique
e. Des catégories ou des éléments fournis par l’extérieur (qui permettent de construire le
portrait.

1. Vous rédigerez (après avoir observé et analysé le texte) une « Synthèse des informations
relevées » (tel que l’on a fait en classe), ou vous transmettrez les observations faites à propos
de l’autoportrait. Pour la rédaction, tenez compte de la structure proposée. Pour la rédaction
du texte, vous n’êtes pas obligé de tenir compte de tous les éléments d’analyse, vous devez

en considérer au moins trois.

Structure proposée (vous pouvez l’adapter en fonction de vos idées)

Le passage qui nous est proposé est extrait de ____________ et a été publié en ______________. D’entrée
de jeu nous pouvons repérer que (a) ___________________. En second lieu (b)
____________________________ L’emploi du champ lexical de(c) _____________ révèle l’intention de
l’auteur de _______________________. Il est nécessaire aussi d’ajouter que (d o e)
______________________________________ . En fin de compte, on peut affirmer qu’il s’agit d’un
autoportrait (conclusion, impression finale)___________________________ .

La grille d’évaluation suivante vous montre les éléments qui seront pris en considération pour
l’évaluation de votre texte

Prise en considération d’au moins 2 1.5 1 .5 0


trois éléments travaillés en classe
pour l’analyse des autoportraits
(lien entre portrait physique et
psychologique, champs lexicaux,
etc…)
Justification claire et pertinente des 3 2.5 2 1.5 1 .5 0
étiquettes et des adjectifs utilisés
dans le travail écrit
Analyse ancré sur les observations 2 1.5 1 .5 0
textuelles
Effort soutenu d’articulation et de 2 1.5 1 .5 0
clarté dans la composition du
discours.
Lisibilité de l’écriture. 1 .5 0
NOTE FINALE.