Vous êtes sur la page 1sur 7

ECOLE NATIONALE D’INGÉNIEURS

DE MONASTIR


TRAVAUX PRATIQUES

MACHINES THERMIQUES
Avril 2004

I- INTRODUCTION :

Objectifs :

On se propose dans cette manipulation d’étudier une pompe à chaleur à travers la


détermination d’un ensemble de caractéristiques :
o coefficient de performance (COPc)
o rendements des différents sous-systèmes ;
o efficacité de la machine.

II- ETUDE THÉORIQUE :


Schéma thermodynamique :

Source
SourceChaude
Chaude(à
(àTTc)c)

Qc
W

Qf
Source
SourceFroide
Froide(à
(àTTf)f)

Avec :
W : Puissance fournie à la machine.
Qc : Quantité de chaleur cédée à la source chaude.

Q f : Quantité de chaleur enlevée à la source froide.

Pompe à chaleur -2-


Avril 2004

Principe de fonctionnement :
Une pompe a chaleur est un générateur thermique permettant de faire passer grâce à
une dépense énergétique W de la chaleur d’une source froide à une source chaude.

.
Qc
Condenseur

3 2

HP Compresseur .
Détendeur Wc
BP

4 1
Evaporateur

.
Qg
Vapeur
Liquide
Liquide- Vapeur

Compression (1-2) : Les vapeurs de fluides sont comprimées de la basse pression


vers la haute pression.

Condensation (2-3): En passant dans un échangeur situé au contact du milieu


extérieur qui est plus froid, le fluide passe à l’état liquide et rejette de la chaleur vers
l’extérieur.
Détente (3-4) : Le fluide sous forme liquide voit sa pression diminuer de même que sa
température.
Evaporation (4-1) : En passant dans un échangeur situé au contact du milieu à
refroidir (plus chaud), le fluide capte de la chaleur et se vaporise

Pompe à chaleur -3-


Avril 2004

III- ETUDE EXPÉRIMENTALE :


Le déroulement de la manipulation est le suivant :

 Première étape :
 Fixer le débit d’eau dans le condenseur à 30 Kg/h ;
 mettre en marche l’unité ;
 relever les différentes valeurs des différents paramètres pour différents débits
d’eau dans l’évaporateur après avoir atteindre la stabilisation ;
 Deuxième étape :
On fixe maintenant le débit d’eau dans l’évaporateur à 30 Kg/h et on varie celui du condenseur,
et on relève les mêmes mesures que dans l’opération précédente.

Tableau des mesures relevées :

ESSAIS
PREMIERE ETAPE ( DEUXIEME ETAPE
VARIABLE
DONNÉES UNITÉS  cond  30 Kg / h )
m ( m evap  30 Kg / h )
S
m
 evap m cond
20 50 70 20 50 100
Entrée de
t4 °C 0.5 3.5 5 2 -1 -3
l’évaporateur
Sortie de
t1 °C 0 3 4.5 1.5 -1.5 -4
l’évaporateur
entrée du
t2 °C 45 48.5 50 50 37 31
condenseur
Sortie du
T3 °C 43 46.5 45.5 48 35.5 30
condenseur
Eau dans le
tc °C 45.5 48.5 50.5 50 34 27
condenseur
Eau dans
te °C 5 8 10 7 5 3
l’évaporateur
Enthalpies
h4 kJ/kg 242 245 244 246 234 228

h1 kJ/kg 351 353 354 352 350 349


h2 kJ/kg 367.5 369 370 370 365 364

Pompe à chaleur -4-


Avril 2004

h3 kJ/kg 242 245 244 246 234 228


Energie
consommée Wele KW 0.2025 0.2056 0.2196 0.200 0.220 0.230
par le moteur
Chaleur de
Qe kW 0.575 0.570 0.580 0.559 0.612 0.638
refroidissement
Chaleur de
Qc KW -0.662 -0.654 -0.665 -0.654 -0.691 -0.717
chauffage
Q e / Wele 2.84 2.77 2.64 2.79 2.78 2.77

│ Q c│ / Wele 3.27 3.18 3.03 3.27 3.14 3.11

A partir de ces valeurs, on détermine les différentes enthalpies spécifiques au niveau des
différents points du cycle, ainsi que les différents paramètres qui vont nous permettre de caractériser

le réfrigérateur. (Valeurs déterminées pour le premier essai : m


 w = 58 Kg/h = 0.016 Kg/s à partir de
l’abaque du réfrigérant R12).

Bilans d’énergie des différents éléments du système :


 L’évaporateur :

e  m
Q  r (h1 -h4 )

Avec m
 r = 19 Kg / h (débit du réfrigérant R12)

AN : Q e = (19 / 3600) (350 – 232)=0.623 KW

La chaleur perdue par l’eau dans l’évaporateur :


Qc _ perdue  m évaporateur .Cp eau .(Teau _ evap  Teau _ SONEDE )

A.N : Qc _ perdue  568.94 W

 Le condenseur :

Q c= m
 r (h3 –h 2 )

AN : Q c=(19 / 3600) (232 – 364)= -0.696 KW

La chaleur reçue par l’eau dans le condenseur :

Qc _ reçue  m condenseur .Cp eau .(Teau _ condenseur  Teau _ SONEDE )

A.N : Qc _ reçue  975.33 W

Pompe à chaleur -5-


Avril 2004

 le compresseur :

- Puissance fournie au compresseur mesurée à partir du compteur : W


- Puissance fournie par le compresseur au circuit: Welec = 0,45.W

m
 cond m
 evap t4 t1 t2 t3 Pc Pe

Kg / h Kg / h °C °C °C °C kN/m2 kN/m2

60 35 -1 -2 35 33.5 10 3.2

h1 h2 h3 h4 teau sonede t eau cond t eau evap

kJ/kg kJ/kg kJ/kg kJ/kg °C °C °C

350 364 232 232 18 32 4

Interprétations
Pour les deux étapes, en diminuant le débit d’eau soit dans l‘évaporateur, soit dans le


Q 
Q
e c
condenseur, on remarque que les rapports et diminuent. Ceci
Welec Welec
s’explique par la demande en puissance électrique qui excède de plus en plus l’apport
en chaleur soit pour la source chaude soit vers la source froide.
Le digramme P-H est différent du cycle de CARNOT. Plusieurs sont les causes de
cette différence. On cite entre autre :

 L’efficacité du compresseur ;
 L’usure du calorifuge des conduites ;
 Phénomène de sous refroidissement dans le condenseur ;
 Phénomène de surchauffe dans le condenseur (dans notre diagramme, on n’a
pas noté la présence de ce phénomène : existence d’une phase liquide+vapeur
dans le compresseur, ce qui peut entraîner des pertes au niveau des chaleurs
de condensation et d’évaporation, d’où la diminution du COP)

Pompe à chaleur -6-


Avril 2004

Pour étudier la rentabilité d’un tel dispositif, on a calculé l’argent payé pour obtenir une eau à la
sortie d’une température de 30°C pour un débit de 35 kg/h
Welec  0,464 kW
Pr ix  0,464.70  32.48 millimes
La consommation est, ainsi acceptable, vu l’état du dispositif. Mais cette valeur doit être
comparée à des références pour conclure précisément sur la rentabilité de la machine.

Conclusion :

On peut améliorer la rentabilité de la machine par un remplacement du calorifuge, et en jouant


sur le rendement du compresseur.

Pompe à chaleur -7-