Vous êtes sur la page 1sur 59

République du Niger

Fraternité-
Fraternité-Travail-
Travail-Progrès

MINISTERE DU PLAN, DE L’AMENAGEMENT DU


TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE
----------------------
PROJET DE GESTION DES RISQUES DE CATASTROPHES ET
DEDEVELOPPEMENT URBAIN - (PGRC-DU)
Crédit IDA N°5340NE
Don FPMA N°TF16000

Manuel d’exécution
VERSION ADOPTEE PAR LE
COMITE DE PILOTAGE DU PROJET
LA TAPOA 08 – 10 MAI 2014

Septembre 2013 (Révisé en Aout 2015)

1
SOMMAIRE
SIGLES ET ACONYMES .................................................................................................................. 4
INTRODUCTION ............................................................................................................................. 6
CHAPITRE I : OBJECTIFS ET COMPOSANTES DU PGRC-DU.................................................. 7
I.1 les objectifs ................................................................................................................................ 7
I. 2. Les composantes du projet. ...................................................................................................... 7
CHAPITRE II : LES ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS ................................................... 13
CHAPITRE III : POCESSUS DE PLANIFICATION DU PROJET ............................................... 20
III.1 Cadre général de planification............................................................................................ 20
Le budget comportera pour chaque activité et pour chaque tâche du PTAB les éléments
suivants : ................................................................................................................................... 20
III.1.3 Le plan de passation des marchés (PPM) ................................................................... 21
III.1.5 Le plan de renforcement des capacités du PTAB. ...................................................... 21
CHAPITRE IV : LES ARRANGEMENTS DE MISE EN ŒUVRE ................................................ 22
IV.1Financement du projet ......................................................................................................... 22
IV.2 Objectifs et produits attendus............................................................................................. 23
CHAPITRE V : LE DISPOSITIF SUIVI EVALUATION ............................................................... 24
V.1 Objectifs du suivi- évaluation .............................................................................................. 24
V.2 Indicateurs de Performances Clés ....................................................................................... 24
V.3 Suivi de l’Exécution .............................................................................................................. 24
V.4. Responsabilités, Collecte et Gestion des Données ............................................................. 29
V.3.1. L‘UCP............................................................................................................................. 29
V.3.2. Les Points Focaux des Ministères impliqués ............................................................. 29
V.4. Arrangements Institutionnels et Renforcement des Capacités ........................................ 30
V.5. Supervision et Evaluation à Mi-parcours........................................................................... 31
CHAPITRE VI : QUESTIONS ENVIRONEMENTALES ET SOCIALES ..................................... 31
VI.1 Le processus de sélection environnementale et sociale des activités .............................. 31
V.2 Responsabilités pour la mise en œuvre de la sélection environnementale et sociale ...... 34
VI.3 Diagramme de flux de la sélection environnementale des sous projets ......................... 35
VI.4 Principes et objectifs du processus de la réinstallation..................................................... 36
VI.4.1 Objectifs de la réinstallation ................................................................................................ 36

2
VI.4.2 Principes applicables ........................................................................................................... 36
VI.4.3 Minimisation des déplacements ............................................................................................... 37
VI.4.4 Mesures additionnelles d’atténuation ...................................................................................... 37
VI.4.5 Catégories et critères d’éligibilité ............................................................................................. 37
a) Catégories éligibles .......................................................................................................... 37
b) Date limite ou date butoir ............................................................................................... 38
c) Critères d’éligibilité ......................................................................................................... 38
VI.4.6 Programme de suivi environnemental et social ........................................................................ 41
V.4.6.1 ....................................................................................................................................... 41
1.1.1. Suivi ................................................................................................................................... 41
VI.4.6.2 Evaluation ............................................................................................................................ 41
VI.4.6.3 Indicateurs de suivi .............................................................................................................. 41
VI.4.7 Arrangements institutionnels pour la gestion environnementale et sociale .............................. 44
VI.4.7.1 Coordination et supervision ......................................................................................... 44
VI.4.7.2 Exécution et surveillance de proximité de la mise en œuvre des travaux ................ 44
VI.4.7.3 Suivi environnemental et social ........................................................................................ 44
CHAPITRE VII : GESTION FINANCIERE ................................................................................... 46
VII.1 Les flux de fonds et les comptes désignés ........................................................................ 46
VII.2 Financement de Contingence ............................................................................................ 47
VII.3 Les Audits ........................................................................................................................... 48
CHAPITRE VIII : PASSATION DES MARCHES.......................................................................... 49
VIII.1 Responsabilités .................................................................................................................. 49
VIII.2 Règles générales et procédures d’approbation ............................................................... 50
VIII.3 La formation ...................................................................................................................... 51
VIII.4 ............................................................................................................................................. 51

3
SIGLES ET ACONYMES
ANFICT Agence nationale pour le financement des investissements des collectivités
territoriales
BIRD Banque internationale pour la reconstruction et le développement
BM Banque mondiale
CAS Stratégie d’assistance-pays / Stratégie de partenariat-pays
CDGC Comité départemental de gestion des catastrophes
CERC Composante d’intervention d’urgence
CGES Cadre de gestion environnementale et sociale
CL Collectivité locale
CNP Comité national de pilotage
COGES Comité de gestion
CPR Cadre de politique de réinstallation
DNPGCCA Dispositif national de prévention et de gestion des catastrophes et crises
alimentaires
FEM Fonds pour l’environnement mondial
GDTE Gestion durable des terres et de l’eau
GFDRR Dispositif mondial pour la réduction des catastrophes et le relèvement
GRC Gestion des risques de catastrophes
I3N Initiative 3N - Les Nigériens nourrissent les Nigériens
MAG Ministère de l’Agriculture
MESUDD Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement
Durable
MHA Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement
MISPDAR Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des
Affaires coutumières et religieuses
MPLAN Ministère du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du Développement
Communautaire
MRI Mécanisme de riposte immédiate
ODP Objectif de développement du projet
ONAHA Office national des aménagements hydro-agricoles
ORAF Cadre d’évaluation des risques opérationnels
OSV Observatoires de suivi de la vulnérabilité
PAC Programme d’actions communautaires
PACRC Projet d’actions communautaires pour la résilience climatique
PAD Document d’évaluation de projet
PANA Programme d’action national pour l’adaptation
PDC Plan de développement communal
PDES Plan de développement économique et social
PDL Plan de développement local
PGES Plan de gestion environnementale et sociale
PGPP Plan de gestion des pestes et pesticides
PPCR Programme pilote de protection contre les chocs climatiques
PSAO Programme pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest
PSRC Programme stratégique pour la résilience climatique
RRC Réduction des risques de catastrophes

4
S&E Suivi et évaluation
SAP Systèmes d’alerte précoce
SCAP-RU Système communautaire d’alerte précoce et de réponse aux urgences
SDRP Stratégie de développement accéléré et de réduction de la pauvreté
UCP Unité de coordination de projet
UEP Unité d’exécution de projet

5
INTRODUCTION
Les fortes pluies enregistrées à partir du mois de juillet 2012 ont causé des inondations
importantes au Niger. Fin Août 2012, le fleuve Niger à Niamey avait atteint son plus haut
niveau depuis un siècle, causant des dommages et des pertes importants au niveau des villes,
des villages, des périmètres cultivés et des infrastructures. 576 000 personnes avaient été
touchées, 176 000 personnes étaient sans abri, 400 000 personnes ont été déplacées, 36 000
maisons se sont effondrées, plus de 115 000 hectares de cultures ont été détruits.
Dans ce cadre, le Gouvernement du Niger a obtenu de l’IDA (International Development
Association) un crédit de Cent Six millions $US pour financer le Projet de Gestion des Risques
de Catastrophes et de Développement Urbain (PGRC-DU).
Le Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et Développement Urbain (PGRC-DU) vise
à réduire la vulnérabilité des populations exposées aux risques d’inondations par une approche
multisectorielle intégrée ciblant en priorité les zones qui ont été les plus touchées par les
inondations de 2012, tout en tenant compte des impératifs de développement communautaire
et du renforcement des capacités des structures de gouvernance tant au niveau central que local.
Le projet vise à traiter les facteurs de risques ayant contribué aux pertes et dommages lors des
inondations 2012 et ses effets sur les populations. Il s’inscrit dans le Plan de Développement
Economique et Social (PDES) 2012-2015 et dans le nouveau Cadre de Partenariat Stratégique de
la Banque Mondiale avec le Niger (CPS) en cours de finalisation et est en phase avec le Plan de
Développement Economique et Social (PDES).
Le Projet vise à (i) renforcer les capacités en gestion des risques et des catastrophes par
l’amélioration des infrastructures rurales et urbaines et (ii) réduire la vulnérabilité des
populations exposées aux inondations par le renforcement des capacités des institutions locales.
Le présent manuel d’exécution du projet vise à décrire les arrangements institutionnels et de
mise en œuvre, le suivi et évaluation, la gestion financière et la passation des marchés.

6
CHAPITRE I : OBJECTIFS ET COMPOSANTES DU PGRC-DU
I.1 les objectifs
L’objectif de développement du projet (ODP) est d’améliorer la résilience du Niger aux risques
naturels grâce à (i) un certain nombre d’interventions liées à la maîtrise des inondations sur les
sites ciblés du projet et (ii) au renforcement des capacités du gouvernement à répondre
rapidement et efficacement en situation de crise ou d’urgence éligible.
Les objectifs spécifiques du projet visent à (i) renforcer les capacités en gestion des risques et
des catastrophes par l’amélioration des infrastructures rurales et urbaines et (ii) réduire la
vulnérabilité des populations exposées aux inondations par le renforcement des capacités des
institutions locales.
Les résultats attendus sont (i) l’amélioration de la capacité de rétention en eau des bassins
versants critiques ; (ii) la présence d’infrastructures efficaces de protection, de drainage et
d’écoulement des eaux ; (iii) une capacité renforcée des autorités locales et des communautés
en termes de gouvernance urbaine et de planification ; (iv) une capacité accrue du Dispositif
National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et des Crises Alimentaires, des
gouvernements locaux et des communautés en terme de gestion des risques et des catastrophes,
notamment prévention, information, alerte et réponse.
Le projet ciblera les communes urbaines et rurales des régions de Tillabéri, Niamey, Dosso et
Diffa.

I. 2. Les composantes du projet.


Le Projet est structuré en quatre composantes : trois de contenu complémentaire et inter
reliées ainsi qu’une qui regroupe la gestion du projet. Il s'agit de :
Composante 1 : Investissements pour la maîtrise des inondations ;
Composante 2 : Renforcement des capacités en matière de développement urbain et de
gestion des risques de catastrophes ;
Composante 3: Gestion du projet;
Composante 4 : Contingence (Financement d’urgence en cas de réponse aux catastrophes)
1) Composante 1 : Investissements pour la maîtrise des inondations (79,65 millions de
dollars) - cette composante englobe un ensemble d’interventions structurelles axées sur la
réhabilitation des infrastructures et la gestion des risques de catastrophes afin d’assurer une
résilience durable face aux inondations futures dans les zones urbaines et rurales de Niamey,
Dosso, Tillabéri et Diffa. Les sous-composantes sont les suivantes :

1.1 Infrastructures prioritaires de drainage, d’irrigation et de services socioéconomiques


(40 millions de dollars) : Cette sous-composante permettra de financer la construction de
canaux de drainage et de collecteurs à Niamey, Dosso, Kollo, Say, Téra et Tillabéri ; la
réhabilitation de canaux de drainage, la gestion des déchets et la réhabilitation d’adductions

7
d’eau potable et d’infrastructures sociales à Niamey ; et la réhabilitation des périmètres
endommagés par les inondations de 2012 le long du fleuve Niger et la Komadougou.

On peut citer un certain nombre d’exemples :


− environ 120 puits, 25 à 30 forages et système d’approvisionnement en eau potable, des
latrines et des installations sanitaires seront réhabilités ou construits (soit dans des villages
directement touchés par les inondations ou dans ceux ayant accueillis les ménages touchés
par les inondations) ;
− le drainage, les égouts et la collecte des eaux usées seront améliorés dans les grandes
communes urbaines, suivant les schémas directeurs dont l’élaboration est financée dans
le cadre de la composante 2 ;
− quelque 2 000 ha de terres agricoles irriguées détruites par les inondations de 2012 seront
réhabilités, avec des programmes de maintenance, de la formation et des activités
génératrices de revenus. Egalement, les populations se trouvant le long des fleuves, qu’il
s’agisse d’agriculture urbaine ou rurale, bénéficieront de l’appui nécessaire de l’INRAN,
l’ICRISAT et du CGIAR pour réduire l’insécurité dans le pays grâce au transfert effectif
de technologies au niveau local.

1.2 Infrastructures de maîtrise des inondations (14 millions de dollars, dont 1,33 million
du FPMA1) : Cette sous-composante permettra de financer la protection des berges en ayant
recours à la végétation et à des mesures techniques ; les cordons pierreux et seuils en pierres
dans les « koris » (cours d’eau intermittents sableux) afin de réduire l’intensité des
ruissellements ; et la réhabilitation/mise à niveau des digues pour protéger les zones
urbaines et les périmètres irrigués situés le long des fleuves Niger et Komadougou. Le
FPMA financerait la protection technique des berges.

− Environ 35 km de digues et de digues-routes seront renforcés ou réhabilités afin de


protéger les ouvrages urbains et les terres irriguées à forte valeur agricole ;
− Les berges seront protégées et stabilisées, grâce à une combinaison de mesures
mécaniques et biologiques (végétales) ;
− La Sirba et le Gouroubi, affluents du fleuve Niger, seront régulés à des fins de
développement multiples, combinant effets positifs pour l’agriculture et gestion intégrée
des inondations. Ces aménagements seront bénéfiques non seulement pour réduire les
débits de pointe, mais aussi pour favoriser l’irrigation de vastes zones d’agriculture de
subsistance et de rente.

1.3 Réhabilitation de bassins versants (25,65 millions de dollars, dont 5,31 millions du
FPMA) : Cette sous-composante permettra de promouvoir des pratiques de gestion durable
des terres et de l’eau, y compris la récupération des sols, les cordons pierreux et les seuils
en pierres sèches, dans les bassins versants de la Sirba et du Gouroubi qui permettront la
conservation des sols et de l’eau, l’amélioration de l’infiltration et la réduction des débits de
pointe ; le remodelage ou le reprofilage des canaux de drainage naturels (anciens bras du
fleuve Niger et vallée de Gounti Yena) à Niamey ; et les ouvrages de contrôle de mares le

1 Fonds pour les pays les moins avancés du Fonds pour l’environnement mondial.

8
long de la Komadougou dans la région de Diffa. Le FPMA apporterait son appui aux
pratiques de gestion durable des terres et de l’eau, en particulier pour les ouvrages de
récupération des terres sur des glacis et des plateaux.

On peut citer :

− Au moins 10 000 ha de terres dans les bassins versants des affluents du Niger (Sirba,
Gouroubi, Dargol, Gorouol) et de la Komadougou seront restaurés ou protégés afin
d’accroître l’infiltration, de réduire l’érosion et de fixer les dunes ; construction de digues
de protection en forme de croissant de lune sur des pentes ; plantation d’espèces
forestières adaptées; construction de barrières biologiques pour arrêter et préserver
l’écoulement en surface du limon et de sable in situ dans les zones situées en amont des
bassins versants ; construction d’étangs artificiels pour collecter les eaux de pluie ; etc.
− Les ouvrages de contrôle de mares le long de la Komadougou dans la région de Diffa
seront réhabilités et aménagés afin d’accroître la capacité de stockage des eaux
d’inondations et d’optimiser l’utilisation de l’eau.
− Certaines améliorations seront soutenues pour réduire les risques d’inondations. Cela
impliquerait la réhabilitation d’anciens drains naturels, drains qui se sont effondrés au
cours de la dernière décennie de développement urbain.

2) Composante 2 : Renforcement des capacités en matière de développement urbain et de


gestion des risques de catastrophes (22 millions de dollars) – Cette composante comprend
l’assistance technique pour le renforcement des capacités des administrations centrale et
locales. La gestion des risques de catastrophes, couvrant notamment l’évaluation des risques,
la planification sur la base des risques, la préparation et les capacités d’intervention, et une
adaptation au changement climatique tenant compte de la parité des sexes seront intégrées dans
le processus de développement. Les sous-composantes sont les suivantes :
2.1 Appui à la gouvernance locale et à la société civile (5 millions de dollars) : Cette sous-
composante porte sur le renforcement des capacités fiduciaires et techniques des
collectivités locales, y compris l’appui dans des cadres de collaboration (gestion
intergouvernementale), les systèmes de gestion de l’information et l’élaboration des
schémas directeurs d’assainissement.
Des exemples d’activités incluent la mise au point d’outils de planification qui feraient la
démonstration de l’adaptation au changement climatique et aux risques de catastrophes :
− Élaboration de schémas directeurs pour les communes de Birni N’Gaouré, Diffa et
Tillabéri ;
− Élaboration de 24 plans de développement local dans des communes rurales ;
− Élaboration de schéma directeur d’urbanisation dans 10 communes urbaines ;
− Élaboration de plans de développement régional pour chaque région ;
− Promotion de l’intercommunalité;
− Élaboration de méthodes, pratiques et code pour la maintenance et la construction
d’infrastructures ;

9
− Formation des élus locaux et du personnel local aux aspects fiduciaires de la mise en
œuvre du projet et aux outils de gestion des risques de catastrophes ;
− Appui à l’organisme national prêtant son concours au financement des collectivités
territoriales (ANFICT).

2.2 Renforcement du gouvernement central (6 millions de dollars) : Cette sous-


composante permettra de renforcer les capacités nationales suivant une approche
transversale de la collaboration institutionnelle, et permettra de renforcer les capacités
institutionnelles pour assurer une internalisation durable des activités du projet dans les
institutions et les systèmes existants du pays. Comme exemple on peut citer : l’élaboration
d’une politique nationale d’assainissement relative aux eaux pluviales, aux eaux usées, à
l’assainissement de base et aux déchets solides ; le renforcement des capacités de
planification ; les équipements et la formation pour la surveillance des niveaux et débits des
cours d’eau ; et l’appui à la préservation des périmètres irrigués.
Les exemples d’assistance technique incluraient :
− l’élaboration d’une politique nationale d’assainissement (eaux pluviales, eaux usées,
assainissement de base, déchets solides) ;
− Le renforcement des capacités du ministère de l’Urbanisme et du Logement pour examen
(prise en compte) des risques de catastrophes dans les plans de développement ;
− Les équipements et la formation pour la surveillance des niveaux et débits des cours d’eau,
comme contribution au système d’alerte rapide proposé ;
− L’appui à l’organisation et l’équipement pour la préservation des terres irriguées et les
digues de protection ;

2.3 Renforcement des capacités de gestion des risques de catastrophes (11 millions de
dollars) : Cette sous-composante vise à soutenir le renforcement des capacités nationales et
locales de gestion des risques de catastrophes, notamment dans les domaines de
l’évaluation des risques, la réduction des risques, la préparation et les capacités
d’intervention d’urgence.
• L’évaluation des risques tenant compte du genre : les évaluations des risques au
niveau national, régional et communautaire étayeront la prise en compte des risques
de catastrophes dans les plans de développement et de la mise en place optimale des
systèmes d’alerte rapide ; des informations sur les catastrophes, l’exposition, la
vulnérabilité et les pertes probables seront générées en collaboration avec les
représentants des ministères concernés, et seront mises à la disposition de toutes les
parties sous les auspices de la Primature.
• Réduction des risques : les évaluations de risques mentionnées ci-dessus soulignent
les domaines spécifiques qui appellent une attention. La réduction des risques
impliquera une approche descendante, la prise en compte des risques climatiques et
de catastrophes dans les secteurs concernés (codes, procédures, évaluations
stratégiques, etc.) ; et une approche ascendante, la prise en compte des risques

10
climatiques et de catastrophes dans les plans de développement local (tenant compte
des options innovantes pour chaque investissement).
• Préparation et intervention d’urgence : un système d’information en temps réel et
multirisque permettra un suivi adéquat des risques de catastrophes, d’évaluer les
risques associés et de décider des mesures d’urgence à prendre, compte tenu des
ressources disponibles. Ces informations seront traduites en alerte à travers un
ensemble de procédures de fonctionnement standard, appliquées au gouvernement
dans son ensemble, à chaque département ministériel et organisme au niveau
national, et à chaque acteur au niveau régional et municipal.
• Toutes les activités relatives à la gestion des risques de catastrophes, à l’adaptation
au changement climatique et au développement des capacités étayeront un système
d’information géographique et un système d’urgence de diffusion de l’information.
Ces systèmes, couplés et redondants, permettront de suivre les progrès dans tous les
secteurs au niveau local, et permettront l’échange d’informations cruciales à la fois
pour la prévention et l’intervention d’urgence.
On citera parmi les exemples, l’élaboration d’un atlas des risques (informations sur les risques,
exposition, vulnérabilité et pertes probables) ; la mise en place de systèmes d’information
multirisques fonctionnant en temps réel, pour une surveillance adéquate des risques et des
ressources disponibles ; les procédures de fonctionnement normalisées pour l’alerte précoce et
l’intervention rapide ; les lignes directrices concernant les méthodes sûres de construction ; et
la prise en compte systématique de la maîtrise des risques de catastrophes et de l’adaptation au
changement climatique.
3) Composante 3 : Gestion de projet (5 millions de dollars) – Cette composante permettra
d’assurer la coordination de l’ensemble des activités du projet, y compris le suivi et l’évaluation
ainsi que la communication et de couvrir la totalité des dépenses éligibles, dont celles relatives
au renforcement des capacités ; l’acquisition de fournitures et matériels de bureau ; l’embauche
de membres essentiels du personnel, dont ceux chargés des audits techniques et financiers ; et
tous les coûts récurrents.

4) Composante 4 : Composante de contingence : – À la suite d’un phénomène naturel


donnant lieu à une catastrophe majeure, le Gouvernement nigérien peut demander à la Banque
de réaffecter des fonds du projet à l’appui de mesures de prévention, de réponse d’urgence, de
relèvement et de reconstruction. Cette composante permettrait d’utiliser les ressources non
affectées et/ou permettre au gouvernement de demander à la Banque de reclasser la dépense
et de réaffecter les financements d’autres composantes pour couvrir en partie les interventions
d’urgence et les coûts du relèvement. Cette composante pourrait également être utilisée pour
transférer des fonds supplémentaires s’ils devenaient du fait d’une urgence remplissant les
critères établis. Les décaissements seraient effectués par rapport à une liste des fournitures,
travaux et services admissibles et requis pour répondre aux besoins sur les plans de
l’atténuation du risque, des secours, du relèvement et de la reconstruction. Toutes les dépenses
au titre de cette composante, si cette dernière venait à être déclenchée, seraient engagées en
conformité avec le paragraphe 11 de la politique opérationnelle PO 10.00 Financement des projets
d’investissement et seraient pré-évaluées, examinées et jugées acceptables par la Banque avant
que tout déboursement ne soit effectué. Les coûts de fonctionnement admissibles engloberaient

11
les frais supplémentaires engagés au titre des efforts déployés du fait de la catastrophe
naturelle.
Cette composante servira également à affecter les ressources dégagées de la restructuration
rapide du projet au financement des dépenses liées aux ripostes d’urgence et des dispositions
prises pour répondre aux besoins en cas de crise et de situation d’urgence dans le cadre d’un
Mécanisme de réponse immédiate (MRI).
De façon schématique, le projet est ainsi structuré comme l’indique la figure n°1 ci-dessous.

Figure 1: Contribution respective des composantes du projet aux objectifs de développement

I.3. LES BENEFICIAIRES DU PROJET.


Les principaux bénéficiaires seraient les communes et les collectivités des quatre régions que
sont Tillabéri, Niamey, Dosso et Diffa, situées le long du fleuve Niger et la Komadougou, ainsi
que dans les bassins versants en amont de ces deux fleuves. Ces régions abritent notamment
des populations pauvres vivant dans 104 communes bénéficiant potentiellement
d’infrastructures réhabilitées ou reconstruites et d’autres interventions de gestion des risques
de catastrophes. Compte tenu du caractère inclusif des capacités développées au niveau
national (atténuation des risques dans les zones urbaines et dans les bassins versants en amont,

12
alerte précoce, mesures concrètes de préparation aux catastrophes et capacités d’intervention
d’urgence), la population nigérienne tout entière est considérée comme des bénéficiaires
secondaires. En outre, les représentants des ministères de tutelle et d’organismes
gouvernementaux locaux bénéficieront également d’activités de renforcement de leurs
capacités techniques et institutionnelles en matière de planification et de suivi.

CHAPITRE II : LES ARRANGEMENTS INSTITUTIONNELS


La mise en œuvre du projet s’appuiera sur les structures suivantes :
a) Le Comité national de pilotage (CNP) sera chargé de superviser la mise en œuvre du
projet, notamment d’approuver les programmes de travail liés au projet et d’examiner
les budgets annuels et les rapports d’audit. Le Comité technique de pilotage (CTP) est
chargé de :

• Définir les orientations générales du projet et de garantir la conformité du


projet avec la stratégie sectorielle du pays,
• Superviser sa mise en œuvre et d’examiner les rapports de mise en œuvre du
projet,
• Effectuer des missions de supervision afin d’apprécier les conditions de
déroulement du projet,
• Approuver les plans de travail budgétisés du projet,
• Approuver les audits.
Le CNP, présidé par un représentant du Ministère du Plan, de l’Aménagement du Territoire et
du Développement Communautaire, sera composé de représentants du Cabinet du Premier
Ministre, des ministères sectoriels participant à la mise en œuvre du projet (Plan, Agriculture,
Urbanisme, Environnement, Hydraulique, Intérieur), les représentants des quatre régions de
Niamey, Dosso Tillabéri et Diffa, et l’Association des Municipalités du Niger (AMN). Le CNP
fonctionnera pendant toute la durée de mise en œuvre du projet, qui est de six ans, et se réunira
au moins deux fois par an. Il fixe les grandes orientations du Projet et en assure la supervision
stratégique et approuve les rapports d’activité et les plans d’action et des budgets annuels.

b) Unité de coordination du projet (UCP) : La mise en œuvre du projet sera coordonnée


d’une manière centralisée par l’UCP. L’UCP, sous la tutelle du Ministère du Plan, de
l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, sera coordonné
par un Coordonnateur National, comprendra un spécialiste en passation des marchés,
un spécialiste de la gestion financière, un spécialiste de la sauvegarde
environnementale et un spécialiste du suivi et de l’évaluation ; elle sera soutenue
dans la mise en œuvre des activités par des cadres techniques des différents ministères
apportant un appui technique pour le bon déroulement du projet. L’UCP L’UCP sera
responsable de la coordination générale du projet, de la préparation du programme

13
de travail et budget détaillés annuels, des orientations générales et apportera un appui
aux UEP des régions pour la préparation, la conception et la mise en œuvre des
activités du projet, la réalisation de tous les travaux liés à la passation des marchés,
au décaissement, à la comptabilité, à l’audit, et au suivi-évaluation, les rapports et la
liaison avec la Banque mondiale pour les autorisations et les orientations générales.
De façon spécifique, l’UCP sous la tutelle du MP/AT/DC est chargée de :

• la Planification et la programmation Générale,


• la coordination générale de la mise en œuvre des Plans de Travail annuels ;
• la Mobilisation des fonds ;
• la Passation des Marchés de fournitures, équipements, travaux et sélection
de Consultants
• la Gestion Comptable et Financière ;
• la mise à disposition des fonds et le suivi des dépenses au niveau des points
focaux;
• le Suivi technique et Financier de la mise en œuvre des activités;
• l’Evaluation des Performances des ministères techniques concernés;
• le Renforcement des Capacités Institutionnelles;
• la supervision des enquêtes de suivi et d’évaluation,
• la Préparation des rapports trimestriels/semestriels/annuel consolidés
d’avancement du projet,
• la Préparation des rapports à mi-parcours et des rapports de fin de projet,
• la Présentation des rapports périodiques au Comité Technique de Pilotage ;
• la Communication sur le projet ;
• du Secrétariat du Comité Technique de Pilotage,
• le Secrétariat du Comité d’Orientation
• l’exécution de l’audit interne et le suivi des Audits Techniques et
Financiers annuels.

L’unité de coordination comprend :

• Un Coordonnateur du projet,
• Un spécialiste en passation des marchés,
• Un Spécialiste en Gestion Administrative et Financière,
• Un spécialiste en Sauvegarde Environnementale et Sociale,
• Un spécialiste en suivi-évaluation;
• Un spécialiste en Infrastructures ;
• Un spécialiste en Communication ;

14
• Un Contrôleur Interne;
• Un comptable;
• Un Assistant Administratif.
Un personnel d’appui et de service est également mis à la disposition de l’UCP.
Des consultants pourraient être recrutés pour appuyer l’UCP dans l’exécution de missions
ponctuelles.

c) Unités d’exécution du projet (UEP) : Quatre UEP de niveau régional, établies à


Tillabéry, Niamey, Dosso et Diffa, seront dotées en assistants de la passation des
marchés, assistants comptables et assistants en suivi-évaluation. Chaque UEP, sera
placée sous la tutelle de la Direction Régionale du Plan, de l’Aménagement du
territoire et du Développement Communautaire et serait soutenu techniquement
dans la mise en œuvre par le personnel de niveau régional des directions techniques.
Les UEP préparent, assurent le suivi et surveillent la mise en œuvre des activités du
projet, en interaction avec les communautés, les communes les services techniques
régionaux et les ministères concernés.

d) Unités techniques des ministères et des délégations régionales concernées


Les Unités techniques représentées par les points focaux, sont au centre de toutes les
interventions du projet au titre de leurs structures respectives. Elles constituent en quelque
sorte, la courroie de transmission entre l’UCP et les institutions qu’elles représentent. Toutes
les activités d’investissement du projet seront techniquement pris en charge par les ministères
de tutelle, avec l’appui en tant que de besoin de leurs directions régionales. Les ministères
participants désigneront des points focaux afin d’appuyer la mise en œuvre. Elles bénéficieront
si nécessaire de l’appui logistique et du renforcement des capacités nécessaires à la mise en
œuvre des activités du projet. Ces experts techniques seront également associés à la préparation
de plans détaillés, des avant-projets et des estimations, avec les communautés locales
bénéficiaires pour assurer leur adhésion, et enverront les plans et documents de travail détaillés
à l’UCP aux fins du traitement des contrats pour le processus d’appel d’offres suivant les règles
de la Banque mondiale. Dès réception du contrat de travail, les UEP informeront les
communautés locales du lancement des travaux et de la poursuite du processus comme décrit
dans le document contractuel.
Les unités techniques à travers les points focaux seront responsables de l’exécution des activités
des composantes et sous composantes respectives de leurs structures. Ces responsabilités vont
inclure:

• Participer à la préparation du plan de travail et budget annuel, des résultats à atteindre,


les objectifs annuels prévus dans le cadre des résultats pour leur composante, sous
composante et/ou activité et les soumettre à l’UCP pour consolidation;

15
• Collecter, gérer et faire suivre à l’UCP les indicateurs clés de performance du projet y
compris les données de références ou de base;

• Organiser, exécuter et superviser toutes les activités des composantes, notamment


l’élaboration des termes de référence et des spécifications techniques, la révision et
l’approbation des rapports des consultants, la participation aux missions d’évaluation
des marchés et la collecte des données pour les rapports sectoriels ;
• Participer à la mise à jour du plan de passation des marchés concernant leurs
composantes, sous composantes ou activités ;
• Gérer tous les aspects techniques relatifs à leur composante et sous composante;

• Préparer les rapports d’états d’avancement et de suivi relatifs à leur composante, sous
composantes et/ou activités et les soumettre à l’UCP pour consolidation ;

• Assurer une collaboration et communication effective entre ministères impliqués et


l’UCP ;
• Participer aux missions de supervision ;

• Coordonner avec l’UCP toutes les activités des composantes et soumettre toutes les
informations requises, notamment à des fins fiduciaires et d’audit.

e) Mise en œuvre au niveau communal : Les communes participeront activement à


l’identification et à la mise en œuvre des activités à l’échelle communale (urbaine et
rurale) et apporteront une contribution technique à l’élaboration des spécifications
techniques et des cahiers des charges pour les travaux et services du projet. Le projet
utilisera, et renforcera le cas échéant, les capacités communales existantes, en particulier
dans les zones urbaines, afin d’appuyer efficacement les UEP dans la mise en œuvre.

f) Le Comité de Coordination du MRI : dans le cadre de la mise en œuvre de la


Composante 4 du PGRC-DU (contingence) un organe de coordination du Mécanisme
de Réponse Immédiate (MRI) a été mis en place. Il a pour rôle principal de coordonner
la préparation et la mise en œuvre de cette composante en cas d’urgence.

Prévu par les Accords de Financement et mis en place par l'Arrêté No 0043/MP/AT/DC du
Ministère du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire
(MP/AT/DC), le Comité de Coordination du MRI (CC-MRI) est composé comme suit :

Président : • Ministre du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du Développement


Communautaire (MP/AT/DC)
Membres : • Ministre de l'Agriculture (MAG)
• Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des
Affaires Coutumières et Religieuses (MISPDACR)
• Ministre du l'Urbanisme et du Logement (MUL)

16
• Ministre de l’Hydraulique et de l'Assainissement (MHA)
• Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement
Durable (MESUDD)
• Directeur de Cabinet du Premier Ministre (DCPM)
Secrétariat • Coordonnateur du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et de
Développement Urbain

En outre, le Comité de Coordination mettra en place une Unité Spéciale de Mise en Œuvre du
MRI (USM-MRI) pour mener des activités d’urgence et de relèvement. L'USM-MRI est
constituée à partir du personnel clé des entités de mise en œuvre des projets impliqués
(personnel technique, fiduciaire et sauvegardes) ainsi que de personnel technique additionnel
si nécessaire.
Un manuel des opérations de mise en œuvre du MRI a été préparé par le Gouvernement en
février 2015 et a reçu l’approbation de l’IDA. Ce manuel donne des indications précises sur (i)
les modalités de mise en œuvre, (ii) son activation, (iii) les décaissements et les dépenses
éligibles, (iv) la gestion financière, (v) la passation des marchés, (vi) ainsi que les mesures de
sauvegarde environnementales et sociales

17
Comité National de Pilotage (CNP)
présidé par un représentantdu Ministèreen charge du Plan,composé de représentantsdu Cabinet du
Premier Ministre, des Ministèresparticipants, desrégions de Diffa, Dosso, Niamey etTillabéri, et de
l’Associationdes Municipalitésdu Niger.

Les figures 2 et 3 présentent les Plan


modalités d’organisation et les rôles de mise en œuvre des
activités du projet. Cabinet
Environne -
Unité de du Urbanis Hydrau -
Interieur Agriculture Coordination du
ment Premier me lique
NIVEAU NA TIONAL
Projet (UCP) Ministre
Figure 2 : Modalités de mise en œuvre
L’UCP est soutenue par des cadres techniques détachés des différents ministères, apportant un appui
technique pour le bon déroulement du projet. L’UCP comprend des spécialistes en passation de
marchés, gestion financière, sauvegarde environnementale, suivi et évaluation .

La Figure 3 met en relation les activités des différentes sous-composantes du projet en fonction de
l'expertise technique engagée, dans un contexte où chaque sous-composante sera mise en œuvre (par
l'UCP, les UME, les Communes et communautés) avec l’appui technique de différents ministères.
Unités régionales d’exécutiondu projet (UEP)
L’épaisseur du trait reliant les sous-composantes et les ministères est proportionnelle au montant des
dépenses prévues relatives à l'expertise technique des ministères respectifs.
Niamey Diffa Dosso Tillaberi

1.1 - Infrastructures Ministère de l’Urbanisme et du Logement


Soutenues par du personnel technique
d'évacuationde desniveau
eaux de régional, chaque UEP comprend des assistants en
NIVEAU REG IONAL
Direction Générale de l’Urbanisme Institut Géographique
passation de marchés, des pluie et investissements
comptables et des spécialistes du suivi- évaluation.
et de l’Assainissement Les UEP identifient,
(DGUA) National du Niger (IGNN)
1-
Investissement connexes
préparent, assurent le suivi et surveillent la mise en œuvre des activités du projet, en interaction avec
s pour la 1.2 - Infrastructures de Office
les communautés,
maîtriseles
des communes, les contre
protection services
les techniques régionaux
National deset les ministères concernés. Institut Objectif de
Aménage- National de la développe-
inondations inondations Ministère de l’Agriculture
ments Hydro- Recherche
Agricoles Agronomique ment :
1.3 - Réhabilitation des Génie Rural
bassins versants (ONAHA) (INRAN) améliorer la
résilience du
Niger face
2.1 - Appui à la gouvernance Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine aux aléas
2-
Communes
Renforcementurbaines
locale et à la société civile Communes rurales
et du Développement Durable Bureau d'Evaluation
Direction Générale de l’Environnement et des Environnementale et
naturels grâce
des capacités des Etudes d'Impact
(i) à des
Eaux et Forêts (DGEEF)
de développe- 2.2 - Renforcer le (BEEEI) interventions
Les communes ment participent
urbain et activement à l’identification
gouvernement central et à la mise en œuvre d’activités à l’échelle de gestion des
de gestion des Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, Agence risques de
communale (urbaine et rurale)
risques de
et apporteront
2.3 - Renforcement des une contribution technique à l’élaboration des
de la Décentralisation et des Affaires Religieuses Nationale de catastrophes
NIVEAU MUNICIPAL
spécifications techniques
catastrophes et des
capacitéscahiers
de des
gestion des charges pour les travaux et services
Direction Générale de du projet . Financement
sur des sites
l’Administration Territoriale Protection civile des
risques de catastrophes
et des Collectivités Locales Collectivités ciblés et (ii)
(DGATCL) Territoriales au
(ANFICT)
renforcement
3.1 - Aspects fiduciaires Ministère de l’Hydraulique des capacités
3 - Gestion de Direction Générale des du
Ressources en Eau
projet (DGRE)
gouvernement
à répondre
3.2 - Communication
Cabinet du Premier Ministre rapidement et
efficacement
Dispositif National de Gestion Cellule Coordination
et de Prévention des en situation
Humanitaire (CCH)
4.1 - Réallocation des fonds Catastrophes et des Crises de crise ou
Alimentaires (DNGPCCA) d’urgence.
du project
4–
Composante Ministère du Plan, de l’Aménagement du Territoire et du L’épaisseur du train est proportionnelle
de contingence aux dépenses envisagées dans les
4.2 – Mécanisme de réponse Développement Communautaire différents secteurs
immédiate (IRM) Direction Générale de
Unité de Coordination
l’Aménagement du
du Projet
Territoire
10,000 $US 10 Mio $US

18
Figure 3: Rôle des entités nationales en matière de contribution technique pour la mise en œuvre du
projet pour les différentes sous-
sous-composantes

19
CHAPITRE III : POCESSUS DE PLANIFICATION DU PROJET
III.1 Cadre général de planification
Le PGRC-DU établit annuellement un Plan de Travail Annuel Budgétisé (PTAB) sur la base
des Plans d’Activités Annuels Budgétisés(PAAB) préparés et soumis par les points focaux et
du Plan de Travail Annuel (PTA) de l’UCP.

III.1.1 calendrier d’élaboration des PAAB et du PTAB


Les étapes :
(i) Elaboration et transmission par les points focaux à l’UCP, des projets PAAB au titre de
l’année suivante au plus tard le 30 Octobre ;
(ii) Examen des projets PAAB par l’UCP et les points focaux et transmission au plus tard le
10 Novembre aux points focaux des commentaires et propositions utiles visant à garantir
une cohérence d’ensemble du projet. Les projets sont revus et finalisés par les points focaux
et communiqués au plus tard le 15 Novembre à l’UCP pour approbation ;
(iii) Transmission avant le 25 Novembre par l’UCP du projet de PTAB au Comité National
de Pilotage pour approbation.
(iv) Validation avant le 10 Décembre du PTAB par le Comité de Pilotage et transmission à
l’IDA qui fera part à l’UCP avant le 25 Décembre de ses avis et commentaires en vue de sa
finalisation.
(v) Finalisation et diffusion avant le 31 Décembre par l’UCP de la version finale du PTAB.
Celle-ci est sujette avec l’accord de l’IDA à des modifications en cours d’exercice.

Le PTAB comprendra :
• la liste des activités identifiées et les indicateurs associés,
• le chronogramme annuel des activités,
• le plan des coûts,
• le cadre de résultats de suivi-évaluation,
• le plan de passation des marchés,
• le plan de communication,
• le plan de Renforcement des Capacités.
Le budget comportera pour chaque activité et pour chaque tâche du PTAB les éléments suivants :
• le code analytique de la tâche,
• le libellé de l’activité,
• les résultats attendus,

20
• le libellé de la dépense /élément de coût (indemnités, équipements et fournitures, missions
etc.),
• la quantité,
• la fréquence,
• le coût unitaire (FCFA),
• les commentaires sur la tâche,
• le coût total de la sous composante.

III.1.2. Programme trimestriel d’activité budgétisé


Le programme trimestriel élaboré selon le canevas utilisé pour les PAAB constitue l’’outil de
justification des demandes d’approvisionnement des points Focaux. Il est élaboré à l’occasion
de la première demande d’approvisionnement et selon une périodicité définie par les
procédures de gestion financière du projet.

III.1.3 Le plan de passation des marchés (PPM)


Le plan de passation des marchés est élaboré sur une base annuelle et indique les activités et
tâches qui nécessitent des prestations de personnes physiques ou morales extérieures au PGRC-
DU.
Pour chaque composante, le plan présente principalement :
• L’activité concernée et le code de l’opération de passation ;
• La période de réalisation des étapes de la passation du marché (début, fin) ;
• La méthode de sélection du fournisseur et d’examen des contrats de passation ;
• Le coût estimatif de l’acquisition.
III.1.4 Le plan de communication du PTAB :
Il résume les activités de communication arrêtées sur la base des besoins formulés par les unités
de mise en œuvre et exécuté par l’UCP pour garantir une cohérence d’ensemble.
Il comportera des missions d’information des bénéficiaires directs et indirects du projet et fera
appel aux moyens audio visuels disponibles et supportera les campagnes de communication et
les réunions de sensibilisation au moment du lancement du projet et au cours de la période de
mise en œuvre. Il visera aussi à faire connaitre les activités du projet et ses résultats.
III.1.5 Le plan de renforcement des capacités du PTAB.
Le plan de renforcement des capacités présente les besoins identifiés par l’UCP, des Unités de
mise en œuvre et des communes partenaires, le calendrier de mise en œuvre des activités et les
coûts. Il pourra notamment comporter une assistance technique nécessitée par les exigences de
mise en œuvre, des activités de formation et d’encadrement des points focaux et personnel des
ministères techniques de mise en œuvre et de l’UCP, la mise à disposition d’équipements et de

21
fournitures ainsi qu’un appui technique dans la mise en place d’un dispositif de suivi-
évaluation.

CHAPITRE IV : LES ARRANGEMENTS DE MISE EN ŒUVRE


IV.1Financement du projet
Le coût total du projet est de 106,65 millions USD, dont 100 millions sous forme de Crédit de
l’IDA et 6,65 millions sous forme de don (FPMA) pour une durée de 6 ans. Le projet ciblera
principalement les communes urbaines et rurales des régions de Tillabéri, Niamey, Dosso et
Diffa.
Les coûts du projet sont présentés dans les tableaux n°1 et n°2 qui suivent :
Tableau n°1 : Coût et financement du projet (millions de dollars)
FPMA
Coût du projet IDA :
Activités du projet (USD
(USD millions) (USD millions)
millions)

1 - Investissements pour la maîtrise des inondations 79,65 73,00 6,65

1.1 - Infrastructures d’évacuation des eaux de pluie et


investissements connexes
Amélioration/réhabilitation ou construction d’adductions en 40,00 40,00
eau potable/ouvrages d’irrigation/infrastructures sociales dans
les zones touchées par les inondations
1.2 - Ouvrages de maîtrise des inondations
Ouvrages de régulation des eaux d’inondation à des fins de 12,67
développement agricole et d’atténuation des risques 14,00
d’inondations/protection des berges le long des
koris/protection mécanique des berges/restauration de drains
naturels/construction ou réhabilitation des seuils en pierres
sèches et des digues ; et réhabilitation ou pavage de tronçons de
routes et de digues-routes dans les zones touchées par les
inondations
Protection biologique des berges 1,33
1.3 - Réhabilitation des bassins versants
Aménagement ou réhabilitation des ouvrages de contrôle de 20,33
mares/reprofilage d’anciens bras des fleuves/seuils en pierres 25,65
sèches/fixation des dunes/cordons pierreux
Ouvrage de récupération des terres 5,31
2 – Renforcement des capacités en matière de développement
22,00 22,00
urbain et de gestion des risques de catastrophes
2.1 - Appui à la gouvernance locale et à la société civile
Participation de la société civile et des femmes à la gestion des 5,00
risques de catastrophes/amélioration de l’assainissement
urbain/appui à la prise en compte du risque de catastrophes

22
FPMA
Coût du projet IDA :
Activités du projet (USD
(USD millions) (USD millions)
millions)
dans la planification/appui aux capacités de mise en œuvre des
communes/appui à l’audit de l’ANFICT et des communes
urbaines
2.2 - Renforcement du gouvernement central
Création de brigades de maintenance des zones 6.00
irriguées/amélioration de l’assainissement urbain/renforcement
des capacités de surveillance et de prévision des inondations et
appui à la prise en compte du risque de catastrophes dans la
planification
2.3 - Renforcement des capacités de gestion des risques de
catastrophes
Identification des risques/renforcement de la préparation et des 11,00
capacités de riposte/renforcement du système d’alerte précoce
et de la gestion de l’information/appui à la prise en compte du
risque de catastrophes dans la planification sectorielle et mise au
point d’outils et procédures d’évaluation des dégâts et pertes
3 - Gestion de projet
Fonctionnement de l’UCP et des UEP et coûts connexes 5,00 5,00
4 - Composante de contingence 0,00
Coût total du projet 106,65 100,00 6,65

IV.2 Objectifs et produits attendus


L’objectif général est de favoriser la résilience et le relèvement des populations touchées par les
inondations de l’année 2012 et de faire face efficacement de de nouvelles situations de crises
dans ces zones cibles.
Les objectifs spécifiques du projet visent à (i) renforcer les capacités en gestion des risques et
des catastrophes par l’amélioration des infrastructures rurales et urbaines et (ii) réduire la
vulnérabilité des populations exposées aux inondations par le renforcement des capacités des
institutions locales.
Les résultats ou produits attendus sont (i) l’amélioration de la capacité de rétention en eau des
bassins versants critiques ; (ii) la présence d’infrastructures efficaces de protection, de drainage
et d’écoulement des eaux ; (iii) une capacité renforcée des autorités locales et des communautés
en termes de gouvernance urbaine et de planification ; (iv) une capacité accrue du Dispositif
National de Prévention et de Gestion des Catastrophes et des Crises Alimentaires, des
gouvernements locaux et des communautés en terme de gestion des risques et des catastrophes,
notamment prévention, information, alerte et réponse.

23
CHAPITRE V : LE DISPOSITIF SUIVI EVALUATION
V.1 Objectifs du suivi- évaluation
Le dispositif suivi - évaluation poursuit les objectifs suivants :
- Fixer des indicateurs partagés et clairs pour tous par sous composante et activité ;
- Mesurer la progression des activités, la performance des Points Focaux, de l’UCP et des
bénéficiaires;
- Mesurer les écarts par rapport aux prévisions,
- Proposer les mesures correctives et des alternatives pour une prise de décision adaptée,
- Restituer les informations du S/E sous forme de rapports périodiques pour une
meilleure information des partenaires,
- Constituer une base de données qui permet de mesurer les effets à court terme et les
impacts.
V.2 Indicateurs de Performances Clés
La conception du Projet s’est effectuée sur la base d’un cadre de résultats destiné à être utile
tant pour la gestion du projet que pour la supervision de la Banque. Ce cadre se concentre sur
l’Objectif de Développement de Projet (ODP) à réaliser, les résultats intermédiaires attendus et
les indicateurs de performance clés (Voir Cadre des Résultats en annexe).
L’UCP sera responsable de la conduite des activités de suivi et évaluation du projet. La collecte
de données sur les indicateurs sera initiée par l’UCP en collaboration avec les Unités de mise
en œuvre et les bénéficiaires du projet.

V.3 Suivi de l’Exécution


Un système de suivi et évaluation (S&E) élaboré à partir du Cadre des Résultats sera utilisé
pour le suivi et évaluation du Projet. Le suivi de l’exécution du PGRC-DU portera sur l'état
d'avancement et de réalisation des différentes composantes et activités. Il sera étroitement lié
aux éléments de la planification (plan d’exécution, rôles et responsabilités, programmes et
budgets annuels). Le but recherché est de disposer d'un tableau de bord permettant à l’UCP,
les points focaux des ministères techniques et toutes les parties prenantes d'avoir en temps réel
les éléments d’appréciation nécessaires pour réaliser les résultats et objectifs du projet.
Le Dispositif de suivi et évaluation et les outils y afférents seront installés dès la mise en vigueur
du projet au niveau de l’UCP et des autres structures chargées de l’exécution des composantes
et sous composantes du projet. Il sera accompagné d’une formation à l’utilisation du dispositif
et des outils et d’une familiarisation dans les opérations de l’IDA. Les figures n°3 et n°4
d’écrivent les étapes pour la mise en place des outils et instrument de suivi et évaluation du
cycle du projet
(i) La première étape est le cadre des résultats où les indicateurs clés de performance
seront définis et convenus lors de l’évaluation et la négociation de PGRC-DU.

24
(ii) La deuxième étape résume les outils de suivi de ces indicateurs à savoir les tableaux
de bord des états financiers, des plan de passation des marchés et des indicateurs de
performance ainsi le programme annuel de travail et le budget de performance pour
exécuter le programme. Elle résume également les rapports que devrait générer le
projet.
(iii) Les méthodes de collecte, de traitement et de validation des indicateurs ;
(iv) L’utilisation des résultats obtenus et leur diffusion ;
(v) Les différentes étapes d’évaluation du projet et les rapports.

Le Cadre de résultats (annexe 1) sera utilisé pour suivre la réalisation de l’objectif de


développement du projet et des indicateurs de résultats. Le suivi du projet sera une fonction
périodique qui englobera l’examen/l’audit, les rapports sur les produits et la tenue progressive
des dossiers. Les grands domaines thématiques qui feront l’objet d’une supervision et d’un
suivi incluent : (i) suivi des questions sociales et environnementales ; (ii) supervision régulière
du projet ; (iii) suivi périodique de l’avancement des travaux physiques et audits de la qualité
réalisé par des tiers ; (iv) suivi et évaluation des résultats.

• Suivi des questions sociales et environnementales - Ce suivi englobe : (i) le contrôle du


respect des réglementations environnementales ; les mesures de sauvegarde sociale et
environnementale et les dispositions relatives à l’évaluation environnementale et
sociale ; et (ii) le suivi et la supervision générale des questions sociales et
environnementales au niveau du projet.

• Supervision et certification régulières de la qualité - Ces activités seront réalisées par les
points focaux des ministères techniques. Des lignes directrices détaillées relatives à la
qualité seront élaborées par l’UCP et adoptées par toutes les unités d’exécution durant
la mise en œuvre du projet.

• Suivi et audits relatif à la réalisation physique – le suivi de l’avancement de la réalisation


physique sera assuré mensuellement par les points focaux et fera l’objet de rapports
présentés à l’UCP, qui à son tour communiquera trimestriellement ces rapports à la
Banque mondiale. L’état d’avancement de la situation financière sera présenté dans des
rapports financiers intérimaires trimestriels. En outre, une tierce partie peut être
engagée pour surveiller la qualité des travaux et la conformité des aspects sociaux et
environnementaux.
• Suivi et évaluation du projet dans son ensemble : Le suivi continu du projet et de ses
réalisations découle de la responsabilité du Comité national de pilotage. Le système de suivi-
évaluation sera un cadre axé sur les résultats, conçu comme un outil de gestion, mettant l’accent
sur les effets et les réalisations du projet, ainsi que sur le suivi régulier des intrants et des
extrants. L’UCP mettra en place un système de gestion de l’information, le cas échéant, aux fins
de la gestion de la base de données, qui sera un outil en ligne destiné à recueillir les informations
provenant régulièrement des unités d’exécution. Par souci de transparence, une partie de cette
base de données sera également accessible sur le site web du projet pour communiquer
régulièrement les informations au public, et ces informations seront communiquées aux

25
collectivités par des équipes de communications spécialisées. Le système de suivi, qui sera logé
à l’UCP et alimenté par les différentes UEP, régions et communes, fonctionnera en synergie
avec le suivi de la mise en œuvre des Plans de développement communaux. Le personnel en
charge du suivi-évaluation au sein de l’UCP prêtera son appui aux communes les moins
qualifiées pour mettre en place un système d’information, pour la collecte et l’analyse des
données et la rédaction des rapports d’étape. En outre, le projet appuiera également la collecte
de certaines données.

Les modalités et procédures institutionnelles de la composante 4 sur l’intervention d’urgence,


qui seront utilisées pour réaffecter des ressources d’autres projets financés par la Banque ou, au
besoin, pour la mobilisation rapide du projet gestion des risques de catastrophes seront définies
dans un « Manuel opérationnel du Mécanisme de riposte immédiate » qui autorise une gamme
de procédures simplifiées de passation des marchés.

26
Figure 3 : Cadre Intégré d’Exécution Basée sur les Résultats

27
Figure 4 : Etapes de mise en place du système de suivi-évaluation

28
V.4. Responsabilités, Collecte et Gestion des Données
V.3.1. L‘UCP
L’UCP aura la responsabilité globale du suivi et de l’évaluation du projet. La collecte des données
de références correspondant à tous les indicateurs convenus sera initiée par l’UCP (les six
premiers mois d’exécution) en partenariat et en collaboration avec les points focaux des
ministères impliqués. La collecte de données sur les indicateurs sera initiée aussi par l’UCP en
collaboration avec les commune et conseils régionaux cibles.
L’UCP sera responsable de la validation, l’analyse, la consolidation et la diffusion des données et
présentera des rapports d’étape trimestriels à l’IDA qui porteront sur l’état d’avancement du
projet et les progrès vers la réalisation des résultats escomptés et incluront des données
actualisées sur les indicateurs de performance.
Elle sera également responsable du suivi des indicateurs du secteur et de l’évaluation des
politiques d’exécution du projet. Elle identifiera les problèmes rencontrés dans la mise en œuvre
des programmes sectoriels et cherchera des solutions en concertation avec le Comité de Pilotage
et les partenaires.
Un spécialiste du suivi et évaluation sera recruté pour appuyer l‘UCP en suivi évaluation et dans
la gestion et l’analyse des données ainsi que la coordination avec les points focaux. Il consolidera
les informations et élaborera des rapports trimestriels et annuels. Il appuiera la mise en place de
l’unité de Suivi et Evaluation au niveau de l’UCP et mettra à contribution ses connaissances pour
renforcer les capacités et transférer les connaissances au personnel du Ministère du Plan et des
autres points.

V.3.2. Les Points Focaux des Ministères impliqués


Les Structures de mise en œuvre à travers les points focaux auront la responsabilité du suivi et
de l’évaluation des composantes et sous composantes relevant de leurs domaines de compétences
et de la collecte des indicateurs y afférents. Elles identifieront également les problèmes rencontrés
dans la mise en œuvre des programmes de leurs domaines de compétences et chercheront des
solutions en concertation avec le Comité de Pilotage, l’UCP et les bénéficiaires. Elles élaboreront
des rapports trimestriels et des rapports annuels d’états d’avancement du projet pour le Comité
de Pilotage et les bailleurs de fonds.
Ils seront chargés de :
(i) Assurer la collecte et l’analyse des données relatives à leur programme d’activité;
(ii) Faire fonctionner adéquatement la base de données et s’assurer que les données se
rapportant à leurs activités sont régulièrement saisies et validées;
(iii) Assurer la gestion de la base de données: saisie de données, production des états de
sortie consolidés pour le UCP;

29
(iv) Assurer la remontée des données validées vers l‘UCP;
(v) Collaborer étroitement avec le spécialiste de Suivi et Evaluation de l’UCP à la
préparation des programmes annuels d’activités, des objectifs, résultats et indicateurs;
(vi) Centraliser, synthétiser et exploiter les rapports et informations en provenance des
structures prestataires; et
(vii) De réaliser et diffuser des tableaux de bord sur les résultats sectoriels.

V.4. Arrangements Institutionnels et Renforcement des Capacités


Un système intégré de Suivi et Evaluation sera mis en place pour accueillir toutes les bases de
données. Le système permettra de collecter et stocker les données, de les traiter, et de les faire
circuler pour des informations statistiques exhaustives et fiables sur la résilience de la zone cible
par rapport aux crises et catastrophes en particulier les inondations. La capacité des structures
participantes à collecter et à gérer les données et les informations sur le secteur sera aussi
renforcée en équipement et formation pour la gestion et la maintenance du système
d’information. Le système de S&E permettra de partager les bases de données entre les directions
techniques des ministères concernés. Le système devra donc permettre de:
(i) Suivre la progression des activités de développement et des résultats obtenus au cours de
la phase d'exécution et de les alerter en cas d'insuffisances ou de déviations, afin qu'ils
puissent prendre rapidement les mesures correctives;
(ii) Déterminer de façon aussi systématique et objective que possible la pertinence, l'effet et
l'impact des activités de développement sur les bénéficiaires; et
(iii) Tirer des enseignements pour l’amélioration de la formulation des stratégies, de
l’élaboration, la planification et le suivi évaluation des programmes de développement
sectoriel.
Ce système d’information intégré permettra de mesurer régulièrement le degré d'atteinte des
objectifs visés et d’apprécier comment les activités du projet contribuent à l'atteinte de ces
objectifs. Il permettra en outre de s'assurer de l'efficacité et de l'efficience avec laquelle ces
objectifs peuvent être atteints et ainsi mesurer la performance globale du Projet.
Le système sera participatif grâce à l'application de diverses techniques qui permettent
d’associer les acteurs concernés à la définition de leurs objectifs spécifiques et à l'identification
d'indicateurs qu'ils pourront utiliser pour suivre les activités qu'ils entreprennent dans le cadre
du Projet. Chaque acteur participera ainsi activement à la production, à l'analyse et à l'échange
des informations générées par le cycle annuel de mise en œuvre du projet.
Ce système permettra l'appropriation du projet et des résultats par les acteurs et contribuera au
renforcement de leurs capacités de gestion et à la durabilité des changements induits par le projet.
La capacité des points focaux sera renforcée en équipement et formation pour la gestion,
l’alimentation et la mise à jour régulière de la base de données.

30
Le système intégré de suivi évaluation devrait être conçu dans l’esprit de produire des données
pour permettre une comparaison des statistiques et des indicateurs par zone géographique au
niveau national suivant les définitions universelles et acceptées; et de diffuser des informations
sur des statistiques accessibles de plusieurs ordres (bases de données, tableaux statistiques et
chiffres clés) et d’outil d’analyse de données offrant la possibilité de rapatrier des données pour
construire des tableaux sur mesure et de comparer les évolutions dans le temps par simple
visualisation graphique.
La capacité des unités de mise en œuvre seront renforcées à travers la provision de système
d’information et de fourniture de services en ligne.

V.5. Supervision et Evaluation à Mi-parcours


La supervision de l’exécution des activités sera conduite tous les trois mois et comprendra entre
autres: une revue trimestrielle des RSFs; revue des états financiers annuels audités et la Lettre de
Management aussi bien que les problèmes soulevés durant l’exécution. .
Une évaluation à mi-parcours sera effectuée après la deuxième année d’exécution et un rapport
de fin d’exécution sera établi six mois après la clôture du projet.

CHAPITRE VI : QUESTIONS ENVIRONEMENTALES ET SOCIALES


Le projet devrait avoir un impact positif sur le patrimoine naturel du Niger, car il favorisera
l’adoption de méthodes durables de gestion des terres. Dans le cadre d’une démarche globale de
maîtrise des risques de catastrophes, le projet vise à réduire les risques d’inondations par la mise
en œuvre d’une série de mesures structurelles et non structurelles de gestion des risques de
catastrophes, à commencer par des actions visant à inverser la tendance à la dégradation des
terres des bassins versants, et l’amélioration des systèmes d’alerte précoce.

Du point des mesures de sauvegarde environnementales et sociales, le projet est classé dans la
Catégorie B, avec des impacts sociaux et environnementaux à faible échelle spécifiques à chaque
site et gérables. On n’entrevoit aucun effet néfaste à long terme.

Cinq politiques de sauvegarde sont déclenchées : i) Évaluation environnementale (PO/PB 4.01) ;


ii) Réinstallation involontaire de personnes (PO/PB 4.12) ; iii) Lutte antiparasitaire (PO/PB 4.09) ;
iv) Patrimoine culturel physique (PO/PB 4.11) ; et v) Projets relatifs aux eaux internationales
(PO/PB 7.50).

VI.1 Le processus de sélection environnementale et sociale des activités


Le processus de sélection environnementale et sociale ou « screening » vise à garantir l’effectivité
de la prise en compte des exigences environnementales et sociales dans tout le processus de
planification, de préparation, de mise en œuvre et de suivi des activités du PGRC-DU. Pour être
en conformité avec les exigences environnementales et sociales, il est proposé dans ce qui suit une

31
procédure élargie incluant des critères environnementaux et sociaux et qui comprend les étapes
suivantes :
Etape 1: Remplissage du formulaire de sélection et classification environnementale et sociale
Pour chaque activité à réaliser, le Spécialiste en Sauvegarde environnementale et sociale (SSES)
de l’Unité de Coordination du projet (UCP) va remplir le formulaire de sélection
environnementale et sociale (voir Annexe 1). Le remplissage du formulaire initial de sélection
sera effectué au niveau de l’UCP, en rapport avec les services techniques concernés par l’activité.
Ensuite, ces mêmes acteurs vont procéder à la classification de l’activité concernée. Aussi, les
activités du PGRC-DU susceptibles d'avoir des impacts négatifs sur l’environnement sont
classées en trois catégories :

• Catégorie A : Projet avec risque environnemental et social majeur nécessitant une étude
d’impact approfondie ;

• Catégorie B : Projet avec risque environnemental et social modéré nécessitant une étude
d’impact simplifiée;

• Catégorie C : Projet sans impacts significatifs sur l’environnement ne nécessitant que


l’application de simples mesures d’atténuation.

Etape 2: Validation de la sélection et de la classification environnementale et sociale


La classification environnementale et sociale des sous-projets sera validée par le BEEEI.

• Si aucune politique de sauvegarde n'est déclenchée et le sous projet est validé (sur les autres
aspects de l'évaluation), alors la procédure suit son cours ;

• Si le sous projet déclenche une politique de sauvegarde, le BEEEI et le SSES/UCP devront


s'assurer que les dispositions seront prises pour être en conformité avec la politique
déclenchée.
Après l’analyse des informations contenues dans les résultats de la sélection et après avoir
déterminé la bonne catégorie environnementale et sociale, et donc l’ampleur du travail
environnemental et social requis, le SSES/UCP, en rapport avec le BEEEI, fera une
recommandation pour dire si : (a) un travail environnemental et social ne sera pas nécessaire ; (b)
l’application de simples mesures d’atténuation suffira ; ou (c) un PGES spécifique devra être
effectué.
Etape 3: Réalisation du « travail » environnemental et social
a. Lorsqu’un PGES n’est pas nécessaire
Le SSES/UCP propose, éventuellement, un ensemble de mesures en utilisant les listes des
mesures d’atténuation et les clauses environnementales et sociales (voir Cadre de gestion
environnementale et sociale du projet) pour sélectionner les mesures d’atténuation appropriées.

32
b. Lorsqu’un PGES est nécessaire
Le SSES/UCP effectuera les activités suivantes : préparation des TDR pour le PGES; participation
au recrutement des consultants agréés pour effectuer le PGES ; supervision de la conduite des
consultations publiques conformément aux TDR. Le SSES fera les revues des plans de gestion et
assure leur soumission au BEEEI pour approbation.
Etape 4: Examen et approbation des rapports d’EIES
Les éventuels rapports d’études d’impact environnemental et social sont examinés et validés au
niveau national par les Services du BEEEI.
Etape 5: Consultations publiques et diffusion :
La législation nationale en matière d’EIES dispose que l'information et la participation du public
doivent être assurées pendant l'exécution de l'étude d'impact sur l'environnement, en
collaboration avec les organes compétents de la circonscription administrative et de la commune
concernée. Les consultations devront aussi être conduites durant le processus de sélection
environnemental et social des projets. L’information du public comporte notamment une ou
plusieurs réunions de présentation du projet regroupant les autorités locales, les populations,
etc. Ces consultations permettront d’identifier les principaux problèmes et de déterminer les
modalités de prises en compte des différentes préoccupations dans les TDRs de l’EIES à réaliser.
Les résultats des consultations seront incorporés dans le rapport de l’EIES et seront rendus
accessibles au public. Pour satisfaire aux exigences de consultation et de diffusion de la Banque
Mondiale, l’UEP et les communes bénéficiaires devront se conformer à la procédure de
publication des instruments de sauvegarde par le pays telle que pratiquée avec les projets
financés par la Banque. Les EIES doivent aussi être approuvées par la Banque mondiale et
publiées dans l’Infoshop de la Banque mondiale à Washington.
Etape 6 : Intégration des dispositions environnementales et sociales dans les Dossier d’appel
d’offre
En cas de réalisation d’EIES ou de PGES, le SSES/UCP veillera à intégrer les recommandations
et autres mesures de gestion environnementale et sociale issues de ces études dans les dossiers
d’appel d’offre et d’exécution des travaux par les entreprises.
Etape 7 : Mise en œuvre des mesures environnementales et sociales
Pour chaque projet, les prestataires privés et entreprises sont chargés de la mise en œuvre des
mesures environnementales et sociales.
Etape 8: Supervision, Surveillance et Suivi environnemental et social
Le suivi-évaluation sera effectué comme ci-dessous :

• La supervision des activités sera assurée par le SSES/UCP de l’UCP qui sera recruté par
l’Unité d’Exécution du PGRC-DU, mais aussi les services techniques concernés par
l’activité ; les Collectivités locales bénéficiaires;

33
• La surveillance (suivi interne de proximité) de l’exécution des mesures
environnementales et sociales du projet sera assurée par les bureaux de contrôle ;

• Le suivi externe sera effectué par le BEEEI et ses structures régionales (DEESE/DRE);

• L’évaluation sera effectuée par des Consultants indépendants (à mi-parcours et à la fin du


projet).

V.2 Responsabilités pour la mise en œuvre de la sélection environnementale et


sociale
Le tableau ci-dessous donne un récapitulatif des étapes et des responsabilités
institutionnelles pour la sélection et la préparation, l’évaluation, l’approbation et la mise
en œuvre des sous projet.
Tableau 3 : Récapitulatif des étapes de la sélection et responsabilités
Etapes Responsabilités
1. Remplissage du formulaire de sélection et classification SSES/UCP
2. Validation de la classification environnementale et sociale BEEEI
3: Réalisation du « travail » environnemental et social
3.1. Si un PGES n’est pas nécessaire :
SSES/UCP
• Choix et application de simples mesures
3.2. Si un PGES est nécessaire
• Préparation des TDR SSES/UCP
• Approbation des TDR BEEEI
• Choix du consultant SSES/UCP
• Réalisation du PGES Consultants en EIES
4: Examen et approbation des rapports d’EIES/PGES BEEEI
5. Consultations publiques et diffusion UCP ; BEEEI; Collectivités bénéficiaires
6 : Intégration des dispositions environnementales et sociales dans les
SSES/UCP
Dossier d’appel d’offre
7 : Mise en œuvre des mesures environnementales et sociales Opérateurs Prestataires de Services (OPS)
• Supervision : SSES/UCP
• Surveillance : Bureaux de contrôle
8. Surveillance - Suivi évaluation • Suivi : BEEEI et DESE/DRE
• Evaluation : Consultants indépendants
(à mi-parcours et à la fin du projet).

34
VI.3 Diagramme de flux de la sélection environnementale des sous projets
Il est présenté dans la Figure 5 ci-après:

Figure n°5 : Etapes de sélection des sous projets

35
VI.4 Principes et objectifs du processus de la réinstallation
VI.4.1 Objectifs de la réinstallation
La réinstallation involontaire intervenant dans le cadre des projets de développement engendre
souvent des impacts économiques et sociaux négatifs se matérialisant par un démantèlement des
systèmes de production, un appauvrissement accru en raison de la perte de moyens de
production ou de sources de revenus. Dans certains cas, les personnes sont amenées à être relogés
dans des milieux où leurs aptitudes de production sont moins valorisées et où la compétition
pour les ressources devient plus difficile. Les institutions communautaires et les réseaux sociaux
sont ainsi affaiblis, les groupes familiaux sont dispersés et l’identité culturelle, l’autorité
traditionnelle et le potentiel d’entraide mutuelle diminuent ou disparaissent. C’est en raison de
tous ces effets négatifs potentiels que le processus de réinstallation doit être soigneusement
planifié et mis en œuvre et permettre aux personnes affectées d’améliorer leurs conditions de vie,
sinon conserver leur niveau de vie antérieur.
La politique de réinstallation est déclenchée par : (i) l’acquisition involontaire de terrains ou
d’autres éléments d’actifs ; (ii) les restrictions d’accès aux biens physiques (eaux, produits
forestiers, services sociaux de base…) ; (iii) les restrictions d’accès aux parcs nationaux et autres
aires protégées.
Les interventions du PGRC/DU ne vont pas à priori créer des déplacements massifs de
populations, cependant la réalisation de certaines infrastructures, notamment la création de
nouvelles écoles ou l’extension d’écoles déjà existantes pourraient nécessiter l’acquisition de
terres et/ou engendrer la perturbation d’activités socioéconomiques.
Dans ces cas de figure, les personnes physiques ou morales qui perdraient des titres ou des droits,
ne serait-ce que de manière temporaire, du fait des activités du projet, doivent être indemnisées
et assistées.
VI.4.2 Principes applicables
Le processus de réinstallation doit obéir à des règles de transparence et d’équité pour assurer aux
personnes affectées de conditions satisfaisantes de déplacement. Les règles applicables en la
matière sont les suivantes:
 Eviter autant que possible les déplacements, sinon, transférer le moins de personnes
possibles ;
 Fournir une assistance aux personnes déplacées pour leur permettre d’améliorer leurs
revenus et leurs niveaux de vie, ou au minimum de les reconstituer ;
 Veiller à ce que toutes les personnes affectées, indépendamment de leur condition ou
statut reçoivent une compensation adéquate et/ou l'assistance nécessaire pour remplacer
les biens perdus et la restauration de leurs moyens de subsistance à un niveau égal ou
supérieur avant la réinstallation;
 S’assurer que les populations soient informées de leurs droits et des options qui leur sont
offertes, et consultées sur l’ensemble des questions touchant la réinstallation ;

36
 Préparer, si nécessaire, un plan de réinstallation compatible avec les dispositions du
présent Cadre de Politique de Réinstallation pour chaque activité qui impliquerait une
réinstallation
 Traiter la réinstallation comme activité à part entière du projet ;
 Payer les compensations relatives aux actifs affectés à leur valeur de remplacement ;
 Constituer une base de données de référence par rapport à la réinstallation.

VI.4.3 Minimisation des déplacements


Conformément à la politique PO 4.12 de la Banque mondiale, le projet essaiera de minimiser les
déplacements par l'application des principes suivants:
 Lorsque des bâtiments habités sont susceptibles d'être affectés par une activité du projet,
les équipes de conception devront revoir la conception de ce dernier pour éviter, dans la
mesure du possible, les impacts sur des bâtiments habités ;
 Lorsque l'impact sur les terres d'un ménage est tel que les moyens d'existence de ce
ménage sont remis en cause, et même s'il n'est pas nécessaire de déplacer physiquement
ce ménage, les équipes de conception devront revoir la conception de l’activité/projet
pour éviter cet impact dans la mesure du possible;
 Le coût de l'acquisition ou compensation des terrains, du déplacement éventuel des
populations et de leur réinstallation sera inclus dans l'estimation du coût des projets, pour
en permettre l'évaluation complète ;
 Dans la mesure où cela est techniquement possible, les équipements et infrastructures du
projet seront localisés sur des espaces publics disponibles.
VI.4.4 Mesures additionnelles d’atténuation
Les principes de réinstallation sont destinés à minimiser les impacts négatifs. Il convient
cependant de tenir compte du fait qu’il ne sera pas toujours possible d’éviter les acquisitions de
terrains lors de la mise en œuvre des activités du projet. Dans ces cas de figure, et en sus des
mesures de minimisation des impacts mentionnées ci-dessus, des mesures additionnelles
d'atténuation relatives aux appuis et assistance seront également nécessaires.
VI.4.5 Catégories et critères d’éligibilité

a) Catégories éligibles
Les trois catégories suivantes sont éligibles aux bénéfices de la politique de réinstallation du
projet:

i) Les détenteurs d'un droit formel sur les terres (y compris les droits coutumiers et
traditionnels reconnus);
ii) Les personnes qui n'ont pas de droit formel sur les terres au moment où le recensement
commence, mais qui ont des titres ou autres, sous réserve que de tels titres soient reconnus

37
par les lois du pays ou puissent l’être dans le cadre d’un processus identifié dans le plan
de réinstallation;
iii) Les personnes qui n'ont ni droit formel ni titres susceptibles d'être reconnus sur les terres
qu'elles occupent.
Les personnes relevant des alinéas (i) et (ii) ci-dessus reçoivent une compensation pour les terres
qu'elles perdent. Les personnes relevant de l’alinéa (iii) reçoivent une aide à la réinstallation en
lieu et place de la compensation pour les terres qu'elles occupent, et toute autre aide permettant
d'atteindre les objectifs énoncés dans le présent CPRP, à la condition qu'elles aient occupé les
terres dans la zone du projet avant une date limite fixée ci-dessous définie. Cependant, les
personnes qui viendraient à occuper les zones à déplacer après la date limite telle que définie ci-
dessous ne sont pas éligibles à compensation ou à d'autres formes d'assistance.

b) Date limite ou date butoir


La date butoir ou date limite d’éligibilité est la date au-delà de laquelle les attributions de droits
ne sont plus acceptées. Selon le décret n°2009-224/PRN/MU/H du 12 août 2009 (article 18) la
date limite est fixée par un acte réglementaire de l’autorité expropriante.
Toutes les personnes affectées par les activités du projet doivent bénéficier d’une indemnisation
qui sera calculée à partir d’une date butoir. Selon la PO 4.12, une date limite d’attribution de
droits sera déterminée, sur la base du calendrier d'exécution probable de la composante. La date
limite est la date:
 de démarrage et finition des opérations de recensement destinées à déterminer les ménages
et les biens éligibles à compensation ;
 après laquelle les ménages qui arriveraient pour occuper les emprises ne seront pas éligibles.
Il est nécessaire de préciser que toutes les améliorations apportées à des structures après la date
butoir ne peuvent donner lieu à une indemnisation si elles ont été réalisées dans le but d’obtenir
une indemnité plus élevée. En effet, l’annonce de toute opération de réinstallation consécutive à
la mise en œuvre d’un projet peut susciter des comportements opportunistes qu’il convient de
détecter et décourager à temps.

c) Critères d’éligibilité
De façon générale, c'est la nécessité d'une acquisition de terrain occupée ou exploitée par des
personnes, pour les besoins d’un projet, qui déclenche la politique de réinstallation involontaire.
De ce fait, les personnes affectées par la réinstallation reçoivent soit une compensation pour les
pertes subies soit une assistance nécessaire pour leur réinstallation (cf. matrice d’éligibilité ci-
après).

38
Tableau n°4 : Matrice d’éligibilité

Impact Eligibilité Droit à compensation ou réinstallation

Perte de terrain titré Etre le titulaire d’un droit Compensation de la parcelle à la valeur intégrale de remplacement
ou droit coutumier formel (titre foncier valide et
Ou
confirmé enregistré) ou de droit
coutumier reconnu Réinstallation sur une parcelle similaire si le détenteur du droit est
conformément à également résident sur place
l’ordonnance n°93-015 du 2
mars 1993 fixant les
principes d’orientation du
code rural.

Perte de terrain Etre l’occupant reconnu Pas de compensation pour la parcelle, mais la perte de production
cultivable et cultivé d’une parcelle cultivable et sera compensée conformément à la loi
non titré ou non cultivée relevant du domaine
confirmé privé immobilier de l’Etat

Perte de terrain non - Communautés villageoises - Appui pour trouver de nouveaux pâturages et de nouveaux
cultivé couloirs de transhumance, appui à l’intensification de l’élevage et
- Eleveurs
compensation de la perte de revenu encourue durant la période
- Agriculteurs nécessaire pour rétablir l’activité sur un autre site
- etc. - Appui pour trouver de nouveaux sites d’exploitation (cultures
maraîchères, apiculture etc.), appui à la reconversion et
compensation de la perte de revenu encourue durant la période
nécessaire pour rétablir l’activité sur un autre site ou durant la
période de reconversion

- Aménagement de couloirs de passage et des zones de pâturage

- Mise en place d’arboretum d’essences utilisées par les


thérapeutes traditionnels

Perte de cultures Etre reconnu comme ayant Confère méthodes d’évaluation et de compensation
installé la culture

39
Impact Eligibilité Droit à compensation ou réinstallation

Perte de bâtiment Cas 1 Propriétaire résident, Cas 1 Compensation du bâtiment à la valeur intégrale de
reconnu comme propriétaire remplacement (valeur du marché s’il est possible de se référer à des
par le voisinage et confirmé transactions pour ce type de bâtiment, plus indemnité de
par l’enquête socio- déménagement) OU
économique
Réinstallation dans un bâtiment de caractéristiques et de surface
équivalentes ou supérieures et indemnité de déménagement

Cas 2 Compensation du bâtiment à la valeur intégrale de


remplacement (valeur du marché s’il est possible de se référer à des
transactions pour ce type de bâtiment)

Cas 3- Compensation du coût du déplacement, comprenant (i) les


Cas 2 Propriétaire non
frais encourus pour louer un logement similaire (trois mois de loyer
résident, reconnu comme
de dépôt de garantie) et (ii) indemnité de déménagement
propriétaire par le voisinage
et confirmé par l’enquête

Cas 3 Locataire, reconnu


comme locataire par le
voisinage et confirmé par
l’enquête socio-économique

Déménagement Etre résident et éligible à la Prise en charge du coût du déménagement, de préférence en nature
réinstallation (mise à disposition d’un véhicule pour transporter les effets
personnels)

Perte d’activité Etre reconnu par le voisinage Compensation de la perte de revenu encourue durant la période
commerciale ou et les autorités comme nécessaire pour ré-établir l’activité sur un autre site, plus appui en
artisanale l’exploitant de l’activité (cas vue de l’adaptation à ces nouveaux sites
des orpailleurs)

Perte d’emploi Etre un employé d’une Compensation de la perte de salaire durant la période nécessaire
activité affectée (pour pour ré-établir l’activité sur un autre site.
mémoire, car existe peu en
milieu rural nigérien)

Ressources naturelles, Village considéré Un protocole sera établi entre le Projet et les communautés
brousse traditionnellement comme exploitant les ressources et toutes les mesures
propriétaire de la zone d’accompagnement pour restaurer l’intégrité du patrimoine
concernée forestier y seront consignées.

40
VI.4.6 Programme de suivi environnemental et social
V.4.6.1 Suivi
Le premier niveau du suivi concerne la surveillance ou le contrôle de proximité. Il est
essentiellement réalisé par les missions de contrôle simultanément à leur mission technique, sous
l’autorité de l’UEP qui doit s’assurer que le prestataire respecte ses clauses contractuelles. Le
contrôle environnemental et social sert à vérifier la mise en œuvre des mesures d’atténuation
environnementale et sociale qui doivent être réalisées lors des travaux. Les missions de contrôle
devront faire remonter de façon mensuelle les informations issues de leur contrôle à l’UEP et au
BEEEI.
Le second niveau est le suivi environnemental et social. Il est réalisé tous les trois mois par le
BEEEI et ses services régionaux. Ce suivi sert à vérifier la qualité de la mise en œuvre des mesures
d’atténuation et les interactions entre le projet et la population environnante. Dans le présent cas,
les services du BEEEI doivent s’assurer que les politiques de sauvegardes de la Banque mondiale
et les réglementations environnementales nationales sont respectées. Les rapports du BEEEI
devront être transmis à l’UEP.
Le troisième niveau est celui de la supervision (inspection) qui est réalisé au moins tous les six (6)
mois par l’EES de l’UEP pour le compte de la coordination du projet.
NOTA : Le suivi environnemental et social devra aussi impliquer les communes bénéficiaires, les
services techniques concernées (DGGR, ABN ; etc.). Dans le cadre du suivi, il est recommandé
que le suivi comporte au moins une session conjointe annuelle avec tous les acteurs concernés,
laquelle peut coïncider avec la (les) mission (s) de supervision du projet.
VI.4.6.2 Evaluation
L’évaluation sera faite par des Consultants indépendants (pour l’évaluation à mi-parcours et
finale à la fin du projet). Les rapports d’évaluation seront transmis à la coordination nationale du
projet et à la Banque mondiale.
VI.4.6.3 Indicateurs de suivi
Les indicateurs sont des paramètres dont l’utilisation fournit des informations quantitatives ou
qualitatives sur les impacts et les bénéfices environnementaux et sociaux des activités du PGRC-
DU. En tant que tel, ils constituent une composante essentielle dans l’Evaluation
Environnementale et Sociale du projet.
En vue d’évaluer l’efficacité des activités du projet, les indicateurs environnementaux et sociaux
de suivi ci-après sont proposés par l’EES/PGRC-DU :

• Effectivité de la sélection environnementale et sociale des activités du projet ;

• Effectivité de l’insertion de clauses environnementales et sociales dans les dossiers


d’exécution ;

• Nombres d’acteurs formés/sensibilisés en gestion environnementale et sociale

41
• Nombre de missions de suivi environnemental et social réalisées et documentés

• Existence de systèmes d’élimination des déchets issus des travaux de chantier

• Nombre de carrières ouvertes et remises en état par les entreprises de travaux publics

• Nombre de personnes affectées et compensées par le projet

• Nombre de personnes atteintes de maladies liées à l’eau issues des ouvrages

• Taux de réduction des sinistrés dus à l’inondation


Ces indicateurs seront régulièrement suivis au cours de la mise en place et l'avancement des sous
projets et seront incorporés dans le Manuel d’Exécution du Projet.
Un accent particulier sera porté sur le suivi des éléments suivants : les cours d’eau (Sirba et
Goroubi) et leurs bassins versants ainsi que les zones de frayères; l’érosion des sols, le
déboisement et l’ensablement des cours d’eau lors des aménagements; les conflits fonciers; la
santé des populations et des producteurs (maladies hydriques, accidents, etc.).

42
Tableau 5 : Canevas du suivi environnemental du projet

Composantes Eléments de suivi Types d’indicateurs et éléments à collecter Périodicité Responsable

• niveau du plan d’eau, durée et étendue mensuel ABN et


Caractéristiques (superficie) du plan d’eau services
physico-chimiques hydrauliques
• Régime hydrologique et Niveau
et biologiques de
piézométrique
l’eau
Eaux • Taux de présence des paramètres physico-
chimique et bactériologique de l'eau (pH,
Etat des DBO, DCO métaux lourds, germes,
pesticides, nitrates,
ressources en Eau
• Niveau de ravinement des berges,
Hydrométrie et la
qualité des eaux • Taux d’ensablement des cours
d’eau (sédiments)

Propriétés annuel services


physiques • Sensibilité à l'érosion éolienne et hydrique agricoles
Sols Erosion/ravinemen (superficie affectée)
t
• Taux de dégradation (salinisation,
Comportement et alcalinisation, érosion …)
utilisation des sols

Évolution de Faune • Taux de dégradation annuel services


Végétation et de Flore forestiers
• Taux de reboisement
Faune Écologie et
protection des • Évolution des types de végétation (y
milieux naturels compris la végétation aquatique)

• Niveau de respect des mesures mensuel Services


Environneme
d’hygiène/sécurité sanitaires
nt Hygiène et santé
humain • Qualité de la gestion des déchets
Pollution et
nuisances • Taux prévalence maladies liées à l'eau

Sécurité lors des • Fréquence de la surveillance


opérations et des épidémiologique
travaux
• Nombre d'intoxication liée à l'usage des
pesticides

• Nombre et type de réclamations

43
VI.4.7 Arrangements institutionnels pour la gestion environnementale et sociale
VI.4.7.1 Coordination et supervision
• Comité d’Orientation : Composé principalement des membres du Gouvernement, ce
comité est l’organe de Coordination du Mécanisme de Réponse Immédiate (MRI). Il
décidera et donnera des orientations en cas d’urgence pour la mise en œuvre du MRI et
s’assurera du respect des clauses environnementales et sociales.

• Le Comité de Pilotage du Projet : Ce Comité décidera des grandes orientations


stratégiques pour la mise en œuvre du projet et des modalités d’exécution y relatives. Le
comité devra veiller à assurer en son sein la présence de représentants du Ministère chargé
de l’environnement.

• L’Unité d’Exécution du Projet (UEP): L’UEP va recruter un expert Environnement et


Social (EES/UEP) qui va assurer la coordination du suivi local des aspects
environnementaux et sociaux pour des travaux du Projet et l’interface avec les autres
acteurs.

• Les communes bénéficiaires et les services techniques chargés de la mise en œuvre : Les
communes bénéficiaires des ouvrages et les services techniques chargés de la mise en
œuvre (DGGR, etc.) devront désigner des Points Focaux en la matière qui vont participer
à la supervision des travaux. Les Communes vont aussi participer à l’information et la
sensibilisation des populations et à la mise en place de commissions de réclamation, de
gestion des conflits.

VI.4.7.2 Exécution et surveillance de proximité de la mise en œuvre des travaux


Les activités du projet, y compris les mesures environnementales et sociales, seront mises en
œuvre par des prestataires privés qui devront disposer en leur d’un Responsable Hygiène
Sécurité et Environnement. La surveillance de proximité des travaux sera assurée par des
Bureaux de Contrôle recrutés par l’UEP à cet effet. Ces bureaux devront disposer en son sein d’un
expert environnement et social qui devra principalement assurer le contrôle permanent de la mise
en œuvre des mesures environnementales et sociales.
VI.4.7.3 Suivi environnemental et social
Les services du BEEEI procéderont aussi à l’examen et l’approbation de la classification
environnementale des projets ainsi que l’approbation des études d’impact et des PGES. Le BEEEI
va assurer le « suivi externe » de la mise en œuvre des activités du CGES. Le suivi du BEEEI sera
en fait une vérification contradictoire basée sur les rapports de suivi interne fait par les bureaux
de contrôles. Le projet apportera un appui institutionnel au BEEEI dans ce suivi dans le cadre de
protocole d’accord. Le BEEEI va transmettre un exemplaire de ses rapports à la coordination du
projet pour disposition à prendre.

44
Figure 6: Arrangement institutionnel pour la gestion environnementale et sociale

45
CHAPITRE VII : GESTION FINANCIERE
Un manuel de gestion administrative, financière et comptable sera élaboré avant la mise en
vigueur du projet et détaillera les procédures à suivre.

VII.1 Les flux de fonds et les comptes désignés


Un Compte Désigné sera ouvert dans une banque commerciale acceptable pour la Banque, et géré
par l’UCP selon les procédures de décaissement décrites dans la lettre de décaissement,
notamment les « Directives relatives aux décaissements au titre des projets » datées de mai 2006
et le manuel de gestion financière des projets. La monnaie du Compte Désigné sera le franc CFA
(FCFA).
Les documents pour toutes les transactions seront conservés par les entités d’exécution et mises
à disposition pour les audits de la Banque et de ses représentants, le cas échéant. Des procédures
de décaissement détaillées seront également définies dans le Manuel de procédures
administratives, financières et comptables du Projet.
Le flux financier est présenté dans la figure 4 ci-dessous.

Fond mondial pour Association paiement


l’environnement internationale de direct
Entrepreneurs,
(FEM) développement
fournisseurs
(IDA)

Unité de Coordination du Projet


Entrepreneurs,
Compte désigné B Compte désigné A fournisseurs
(GEF) (IDA)

4 Unités de mise en œuvre régionales


Compte Compte Compte Compte Entrepreneurs,
secondaire secondaire secondaire secondaire fournisseurs,
Diffa Dosso Niamey Tillabéri communes

Fonds
Rapports, relevés de dépenses, factures, etc.

Figure 4: Flux financiers

46
VII.2 Financement de Contingence

L’objectif de cette section est de définir les politiques et procédures régissant l’utilisation du
financement de contingence qui correspond à la composante 4 du projet.

En effet, l’objectif de la composante 4 (Intervention d’urgence) est d’offrir un « fonds de


contingence » afin de renforcer les capacités de réponse et de relèvement du Gouvernement en
cas de catastrophe. Elle sera mise en œuvre par l’UCP et ciblera essentiellement la réhabilitation
et reconstruction d’infrastructures critiques, et les études associées au travers du financement de
travaux, de biens, fournitures et équipements, et de services de consultants.
Cette composante n’est dotée d’aucune allocation initiale. Elle a été conçue de manière à offrir la
possibilité de réallouer des fonds en provenance des autres composantes, sans qu’il n’y ait
nécessité de restructurer le projet.

1. Procédures d’utilisation et de mise en œuvre de la composante 4

L’utilisation de cette composante est déclenchée par un désastre, causé par un aléa naturel tel que
tempête tropicale, inondation, sécheresse, glissement de terrain, et ayant un impact significatif
sur les infrastructures publiques, les populations ou leur cadre de vie. Afin d’activer l’utilisation
du financement de contingence, une requête devra être adressée à la Banque par le
Gouvernement, indiquant qu’une situation de catastrophe naturelle s’est produite et qu’une
situation d’urgence est déclarée.
Le Gouvernement se mobilisera rapidement pour identifier et prioriser, avec l’appui de l’UCP du
PGRC-DU et des autres unités de coordination et d’exécution, les activités critiques qui doivent
être financées par ce fonds de contingence. Le PGRC-DU pourra demander l’assistance technique
de la Banque mondiale pour appuyer l’identification des activités à financer.
Dans un délai de deux semaines après le désastre, ces activités devront être soumises à la Banque
mondiale pour non-objection, sous la forme d’un plan de réponse d’urgence et relèvement. Ce
plan devra intégrer le type d’activité à financer, les coûts estimatifs, les méthodes de passation de
marché proposées et les mécanismes de mise en œuvre.
L’approbation de ce plan par la Banque correspondra à une non-objection globale, et tous les
contrats émis dans le cadre du plan de réponse d’urgence et relèvement seront soumis à une
revue à posteriori des procédures de passations de marchés.
Concernant les seuils pour les méthodes de passation de marché, et en accord avec les procédures
décrites au paragraphe 11 de OP/BP 10.00, une certaine flexibilité sera acceptée dans la passation
de marché pour les travaux, les biens, fournitures et équipements et les services de consultants,
pour lesquels la méthode d’Entente Directe est prévue, indépendamment du montant du contrat.
Les frais de coordination éligibles comprennent les frais supplémentaires engagés pour les efforts
résultant de la catastrophe.

Financement additionnel
Le P-GRC-DU pourra solliciter de la Banque mondiale la ré-catégorisation et la réallocation des
fonds d’une autre composante du projet pour couvrir partiellement les dépenses d’urgence et de
relèvement, sans restructuration du projet. Bien qu’un financement additionnel puisse être justifié
par la situation d’urgence et l’impact de la catastrophe, il est important de noter qu’il n’est en
aucun cas garanti, et que par conséquent, il faudra soigneusement considérer les bénéfices et les

47
coûts d’une telle réallocation. En effet, en l’absence d’un financement additionnel, la réallocation
des fonds se fera au détriment des autres composantes et pourrait compromettre l’atteinte de
l’objectif de développement du projet, ce qui nécessiterait alors une restructuration du projet de
niveau 1.

VII.3 Les Audits


Les audits menés par un cabinet externe ont pour objet de fournir une appréciation sur la
conduite des activités du projet et sur l’application des procédures dans les domaines de la
passation des marchés, de la gestion financière et de suivi-évaluation conformément aux manuels
de procédures du projet.
Ils sont destinés à :

• identifier les dysfonctionnements au niveau des partenaires ainsi que leurs


conséquences et à proposer des solutions pour y remédier ;
• Contribuer au renforcement de capacités sur la base des faiblesses,
• Apprécier les transactions financières à posteriori, en s’assurant de leur
opportunité, de leur régularité et, des niveaux de risques, fraudes et corruptions
éventuelles ;
• S’assurer de l’efficacité des outils de contrôle en place et le cas contraire procéder
à leur mise à jour
• Contrôler, vérifier et s’assurer de la régularité des opérations, du niveau de
risques, fraudes et corruptions éventuelles.
Un auditeur externe sera recruté sur une base concurrentielle conformément aux règles de
passation des marchés du projet. Les termes de référence de l’audit, la liste restreinte des cabinets,
l’analyse de leurs offres et la sélection du cabinet seront exécutés par le MFPE-UCP et soumis
pour approbation.

48
CHAPITRE VIII : PASSATION DES MARCHES
Les activités de passation des marchés seront effectuées par l’Unité de coordination du projet
(UCP) et les Unité d’Exécution du Projet (UEP). L’UCP et les UEP mèneront les activités
suivantes : i) gérer l’ensemble des activités de passation des marchés, et veiller au respect du
processus de passation des marchés décrit dans les manuels pertinents ; ii) veiller à la conformité
des documents d’appel d’offres, des appels à propositions, des rapports d’évaluation et des
contrats, en lien avec les bénéficiaires et dans le respect des procédures de la Banque mondiale ;
de plus, l’UCP aura spécifiquement la responsabilité de : i) préparer et actualiser le plan de
passation des marchés annuel en rapport avec les UEP ; ii) assurer le suivi de la mise en œuvre
des activités ; iii) développer les rapports de passation de marché et iv) obtenir l’approbation (ou
la non-objection) des organismes nationaux et de l’IDA sur les documents de passation des
marchés le cas échéant.

Les ministères d’exécution (y compris les communes) participeront à tous les processus de
passation des marchés et apporteront activement leur soutien aux activités suivantes :
i) préparation des termes de référence et des documents d’appel d’offres, ii) préparation des
rapports d’évaluation et des contrats liés aux ministères d’exécution en conformité avec la
procédures de la Banque mondiale, et iii) participation aux activités de la commission de
passation des marchés et à toutes les réunions connexes.

S’agissant des activités de la composante 4, « Composante de contingence », des procédures


simplifiées seront définies dans un « Manuel opérationnel du Mécanisme de riposte immédiate »
(MO/MRI), qui a été élaboré et adopté séparément par le Bénéficiaire et a obtenu l’approbation
de l’IDA en février 2015, en application de la politique opérationnelle PO 10.00 (« Financement
d’un projet d’investissement »).

La passation des marchés sera exécutée conformément aux « Directives pour la Prévention et la
Lutte contre la Fraude et la Corruption dans le cadre des Projets financés par des Prêts de la BIRD
et des Crédits et Dons de l’IDA » (les « Directives pour la Lutte contre la Corruption de 2011 »),
et aux « Directives : Passation de marchés financés par des Prêts de la BIRD et des Crédits de
l’IDA » publiées par la Banque mondiale en janvier 2011, et aux « Directives : Sélection et Emploi
de Consultants par les Emprunteurs de la Banque Mondiale », datées de janvier 2011, ainsi qu’aux
dispositions des Accords de Financement et du Plan de passation des marchés approuvé par la
Banque.

VIII.1 Responsabilités :
Les activités de passation de marchés seront exécutées par l’UCP. Un plan de passation de
marchés(PPM) pour les 18 premiers mois d’exécution du projet a été établi pendant l’évaluation
du projet. Pendant l’exécution du projet, ce plan sera mis à jour, en accord avec l’équipe de projet
afin de prendre en compte les besoins actualisés d’exécution du projet et le renforcement des
capacités institutionnelles.
La cellule chargée de la passation des marchés veillera au respect des procédures d'acquisition
de biens et de services ; Elle est chargée de ;

49
• Elaborer le plan annuel de passation des marchés,
• Organiser la publicité des appels à la concurrence,
• Rédiger les dossiers d'appels d'offres pour les équipements et les travaux en
collaboration avec l’unité en charge des travaux au MFPE,
• Préparer les appels à candidature pour la sélection des contractuels,
• Elaborer les documents de sélection des prestataires de services,
• Lancer les appels d'offres,
• Rédiger et suivre les approbations des contrats et des marchés et demander
l’approbation de l’IDA,
• Planifier les livraisons, organiser les contrôles de réception,
• Organiser les réceptions provisoires et définitives des travaux et biens et élaborer
les procès-verbaux correspondants
• Vérifier les factures des fournisseurs et les transmettre à la Cellule de gestion
financière pour paiement,
• Mettre à la disposition des auditeurs internes et externes tous les documents
requis pour effectuer leurs missions.

VIII.2 Règles générales et procédures d’approbation :


La passation de marchés se fera conformément aux Directives de la Banque mondiale « Passation
de marchés au titre des prêts de la BIRD et des crédits de l’IDA » datées de janvier 2011 et aux
Directives « Sélection et utilisation des services de consultants par les emprunteurs de la Banque
mondiale » datées de juin 2011.
Toutes les entités de passation de marchés, ainsi que les soumissionnaires, fournisseurs et
entrepreneurs observeront les normes d’éthique les plus élevées pendant les procédures de
passation et d’exécution des marchés financés dans le cadre du projet, conformément aux «
Directives de la Banque mondiale relatives à la prévention et à la lutte contre la fraude et la
corruption au titre des projets financés par les prêts de la BIRD et des crédits et dons de l’IDA »,
appelées « Directives de lutte contre la corruption 2006 », mises à jour en 2011.
La passation des marchés devra respecter les procédures suivantes d’approbation :
(i) au moins une fois par an, la Banque et le Gouvernement conviennent d’un plan de
passation de marchés qui présente de manière détaillée les méthodes de passation de marchés à
adopter et les marchés spécifiques qui seront examinés par la Banque,
(ii) la Banque procède à l’examen préalable des marchés d’AON retenus qui sont identifiés et
mentionnés dans le plan de passation de marchés, et
(iii) tous les amendements de marchés qui augmentent la valeur du contrat initial de plus de
15 pour cent par rapport au montant initial ou dépassent les seuils d’examen préalable font l’objet

50
d’un examen préalable par la Banque, tel qu’exigé aux termes des Paragraphes 2 et 3 de l’Annexe
1 des Directives relatives à la passation de marchés de la Banque ;
(iv) examen postérieur : pour chaque marché de biens et travaux publics n’ayant pas fait l’objet
d’un examen préalable, les documents de passation de marchés sont soumis à l’examen
postérieur de l’IDA, conformément aux dispositions du Paragraphe 4 de l’Annexe 1 des
Directives relatives à la passation de marchés de la Banque.

VIII.3 La formation
Une formation au profit du MP/AT/DC et des autres partenaires de l’UCP sera assurée par le
spécialiste de la gestion financière et le spécialiste de la passation de marchés de la Banque avant
le démarrage de l’exécution du projet. Ils apporteront le soutien nécessaire en cours de projet.
Le manuel de procédures administratives comptables et financières indiquera de manière
détaillée les composantes du plan de passation des marchés.

VIII.4: Les seuils


Le tableau applicable aux nouveaux seuils est le suivant :

51
Annexe1 : Cadre et suivi des résultats Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et de Développement Urbain
L’objectif
objectif de développement du projet (ODP) est d’améliorer la résilience du Niger aux risques naturels grâce à un certain nombre d’intervention liées à la maîtrise des inondations sur les sites ciblés du projet et
de renforcer les capacités du gouvernement à répondre rapidement et efficacement en situation de crise ou d’urgence éligible.

Valeurs cibles cumulatives Source des


Indicateurs de résultats au niveau données/Méthodol Responsabilité de la
de l’ODP Unité de mesure Base 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Fréquence ogie collecte de données Description

Base
Rapports et
Nombre de
Population bénéficiant 0 1 millions 2 millions 3 millions 4 millions Annuel enquêtes sur le UCP Évaluer l’impact des
bénéficiaires
d’infrastructures et services projet investissements du
améliorés et/ou nouveaux (% de projet sur la
la population, dont % de X Rapports et population des zones
% de femmes et
femmes) ; - 50 Annuel enquêtes sur le UCP urbaines et rurales.
filles
projet

Interventions ciblées de maîtrise Évaluer la mise en


des inondations et de gestion % Rapports et œuvre des
durable des terres et de l’eau X d’interventions 0 0 5 30 60 90 100 Annuel enquêtes sur le UCP investissements et la
contribuant à une résilience ciblées réalisées projet viabilité des
accrue investissements

Indicateur de
coordination
Performance du système d’alerte
% institutionnelle et
et de réponse pour les aléas DNPGCCA/Rappor
X d’interventions 0 0 5 30 60 90 100 Annuel UCP renforcement des
rapides (inondations, tempêtes, ts d’étape
ciblées réalisées capacités et de
feux de brousse)
préparation aux
situations d’urgence

Indicateurs de résultats intermédiaires

53
Composante 1. – Investissements pour la maîtrise des inondations

Points de
Points d’eau potable réhabilités Min. de
distribution 0 15 45 110 175 225 260 Annuel Rapports d’étape
ou aménagés l’Hydraulique/UCP
d’eau2.

Potentiel de régulation des eaux Suivi de l’efficacité du


Min. de
dans les bassins versants de la m3/sec. 0 0 100 200 300 400 500 Annuel Rapports d’étape captage d’eau à
l’Hydraulique/UCP
Sirba et du Gouroubi d’autres fins

Évaluer la productivité
Terres irrigables ciblées Ministère de accrue des terres dans
Hectares 0 0 500 1 000 1 500 1 800 2 000 Annuel Rapports d’étape
réhabilitées l’Agriculture/UCP les zones touchées par
les inondations

Interventions de protection et de
restauration des terres
Déterminer la

. Fixation des dunes superficie des zones

ha 0 500 2 000 3 000 4 000 5 000 5 500 protégées en amont


Rapports annuels Ministère de
. restauration des espaces (bassins versants,
Annuel DEP/MESUDD/ l’Environnement/U
dégradés ha 0 500 2 000 3 500 5 000 6 000 6 500 glacis, plateaux)
Rapports d’étape CP
contre la dégradation
. murets de pierres
des sols, l’érosion et
km 0 25 75 125 175 200 200
l’ensablement.
. digues de protection –
clôtures vives km 0 200 1 000 2 000 2 500 3 000 3 500

Composante 2 – Renforcement des capacités en matière de développement urbain et de gestion des risques de catastrophes

2 Calculé sur la base des équivalents de source d’eau (par exemple puits, pompes à eau, systèmes et réseaux d’approvisionnement en eau).

54
Cet indicateur sert à
Élaboration et/ou mise à jour des mesurer la prise en
schémas directeurs et des plans Nombre 0 5 15 26 30 39 43 Annuel Rapports d’étape Urbanisme/ UCP compte de la GRC dans
de développement3. les plans de
développement

Pourcentage de représentation Surveiller la mise en


des femmes dans les comités pratique de l’objectif
décisionnels ayant contribué à À Communes/ national de voir 25%
% 25% Annuel Rapports annuels
l’élaboration et/ou la mise à jour déterminer Régions/ UCP de femmes
des 43 schémas et plans cités ci- représentées dans les
dessus conseils communaux

Surveiller
Budget municipal annuel pour
% du budget Rapports l’engagement des
les travaux de drainage de
municipal - 3 3,5 4 4,5 5 5 Annuel budgétaires Communes/ UCP communes à
routine dans les communes
annuel municipaux entretenir les
assorti d’un schéma directeur
infrastructures

Composante 3 - Gestion de projet

Soumission en temps voulu des Rapports Suivi des capacités


rapports sur la passation des financiers fiduciaires et des
marchés et la gestion financière. intérimaires/Rapp capacités de
- X X X X X X X Trimestriel UCP
orts d’étape/Plan coordination.
de passation des
marchés

3 Y compris pour 3 schémas directeurs d’assainissement, 10 schémas directeurs d’urbanisme, 3 schémas régionaux d’aménagement du territoire, 3 plans de développement régionaux
et 24 plans de développement communaux.

55
Activités du projet prévues qui Suivi de la qualité de
ont été réalisées Rapports d’étape la mise en œuvre et
% 0 6 24 51 75 90 100 Annuel UCP, UEP
du projet des capacités de
coordination.

Composante 4 - Composante de contingence pour les interventions rapides

Mécanisme de riposte immédiate


(MRI) établi et prêt à fournir
l’accès aux ressources Indicateur du
Rapports sur les Primature/UCP/org
financières au Niger en cas de Oui/Non Non Oui Oui Oui Oui Oui Oui Annuel mécanisme de réponse
décaissements anisme engagé
crise ou de situation d’urgence immédiate
correspondant aux critères
voulus.

Délai pour mettre les fonds à Annuel (en


disposition comme demandé par cas de crise
le Gouvernement au titre d’une corresponda
Semaines s.o. 4 4 4 4 4 4 UCP Indicateur du MRI
crise ou d’une situation nt aux
d’urgence correspondant aux critères
critères voulus voulus)

56
Annexe 2 - Liste indicative des communes dans lesquelles sont prévus des investissements
(dans le cadre de la composante 1)
Niger : Projet de gestion des risques de catastrophes et de développement urbain

Diffa Tillabéri
Bosso Anzourou
Chétimari Bankilaré
Diffa Dargol
Gueskérou Dingazi
MaïnéSoroa Filingué
N’Guigmi Goroual
Dosso Gotheye
Birni N’Gaoure Hamdallaye
Boboye Imanan
Dan Kassari Karma
Dogondoutchi Kokorou
Dosso Kollo
Douméga Kourfeye Centre
Fakara Kourtèye
Garankedeye Liboré
Gaya Mehana
Guechemé Namaro
Kara Kara N’Dounga
Kiota Ouallam
KoreMairoua Sakoira
Koygolo Say
Loga Simiri
Matankari Sinder
N’Gonga Tamou
Sokorbé Tera
Tessa Tillabéri
Tibiri (Doutchi) Tondikandia
TomboKoarey I Tondikiwindi
TomboKoarey II Torodi
Tounouga Youri
Niamey
Commune I
Commune II
Commune III
Commune IV
Commune V

Les communes énumérées sont présentées sur la carte de la page suivante.


Annexe 3 - Niger : Projet de gestion des risques de catastrophes et de développement urbain

Source: BIRD 40203