Vous êtes sur la page 1sur 27

UNIVERSITE ABDELMALEK ESSAADI

ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES


D’AL HOCEIMA

Réalisé Par : Abdelilah CHETOUANI Encadré par : Pr. Mohcine ELADRANI


Abdelmoula CHETOUANI

Année Académique: 2018-2019

1
Sommaire
PPaarrttiiee 11 :: C
Coonncceeppttiioonn eett pprréé ddiim
meennssiioonnnneem
meenntt............................................ 3
Conception général des bâtiments : ......................................................... 3
L’architecture du bâtiment :..................................................................... 3
Pré dimensionnement : ............................................................................ 5
Pré dimensionnement du plancher à corps creux : ................................ 5
Pré-dimensionnement des poutres : ...................................................... 5
PPaarrttiiee 22 :: EEttuuddee tthheerrm
miiqquuee eett éénneerrggééttiiqquuee ddee llaa ssttrruuccttuurree ............................ 7
Introduction ............................................................................................. 7
Démarche et étapes de l’efficacité énergétique : ...................................... 8
Le confort thermique : ........................................................................... 10
Equilibre thermique entre le corps et son environnement : .................... 12
Isolation : .............................................................................................. 12
La réglementation thermique : ............................................................... 14
Le Zonage Climatique : ...................................................................... 14
Les spécifications techniques exigées par la RT Maroc : .................... 16
Bilan énergétique : ................................................................................ 18
Les différents modes de transferts thermiques : .................................. 19
Coefficient de transmission thermique :.............................................. 21
La conductivité thermique : ................................................................ 22
La résistance thermique : .................................................................... 22
Conclusion ............................................................................................... 26
Bibliographie............................................................................................ 27

2
Partie 1 : Conception et pré dimensionnement

Conception général des bâtiments :

La conception d’un bâtiment doit toujours satisfaire les critères suivants :


✓ La fonctionnalité : la forme du bâtiment, son architecture et sa fonction
doivent être cohérentes
✓ La stabilité : le bâtiment doit résister aux sollicitations ou charges dans des
conditions habituelles (état service,…) ou même exceptionnelles (état ultime,
séisme,..)
✓ La durabilité : critère essentiel pour des raisons économiques évidentes et qui
tend à occuper un rôle de plus en plus important

L’architecture du bâtiment :
Il s’agit d’adapter la conception à l’architecture technique retenue, tout en
répondant aux exigences de stabilité et de résistance, et aux contraintes
architecturales de viabilité de sécurité et d’esthétique. Les conditions
architecturales prises en considération se résument à:

✓ Eviter d’avoir des poteaux qui aboutissent au hasard au milieu des salons,
chambres.
✓ Eviter les grandes retombées de poutres dans les milieux visibles, ce qui va
compromettre l’esthétique du bâtiment.
✓ Eviter les grandes portées de poutres (ne pas dépasser 7m)

Les Plans architectes :

3
4
Pré dimensionnement :

Pré dimensionnement du plancher à corps creux :

On doit choisir tout d’abord le sens des poutrelles. On prend souvent la petite
portée du plancher, mais des fois pour des raisons d’esthétique ou de sécurité on
prend la grande portée. H l’épaisseur du
plancher est donné par la formule
suivante :

Avec L : la longueur de la poutrelle

Application :

L=3.95m donc : H= 17.5cm On prend un plancher 15+5

Pré-dimensionnement des poutres :

Il faut tout d’abord distinguer entre les poutres porteuses (principales) et non
porteuses (secondaire). Les poutres porteuses sont celles qui sont perpendiculaires au
sens des nervures et celles qui sont non porteuse sont parallèles au sens des nervures.
La détermination de la hauteur h de la poutre se fait donc selon les relations suivantes :

❖ Poutres principales :

Hauteur : Largeur :

5
Application:

L=4.6m donc : 38cm<h<46cm on prend : h=45cm

0.4x45<b<0.7x45 on prend : b=25cm

❖ Poutres secondaires ou noyées :

Hauteur :

Application:

L=3.95m on prend: h=30cm et on prend b=25cm

Vérification RPS 2000 :

Selon RPS 2000, les dimensions de la section transversale de la poutre doivent


satisfaire les conditions suivantes :

b≥20cm b/h ≥ 0.25

Application : 25 ≥ 20cm 25/30 ≥ 0.25 vérifié

6
P
Paarrttiiee 22 :: E
Ettuuddee tthheerrm
miiqquuee eett éénneerrggééttiiqquuee ddee llaa ssttrruuccttuurree

Introduction
En physique, « l’efficacité énergétique » désigne le rapport entre l’énergie utile
produite par un système et l’énergie totale consommée pour le faire fonctionner.

L’efficacité énergétique peut se définir comme le rapport entre le service délivré


au sens Large (performance, produit, énergie, confort, service) et l’énergie qui y
a été consacrée.

L’amélioration de l’efficacité énergétique consiste donc, par rapport à une


situation de référence

Soit à :

• augmenter le niveau de service rendu, à consommation d’énergie constante ;


• économiser l’énergie à service rendu égal ;
• réaliser les deux simultanément.

Ainsi, les solutions d’efficacité énergétique visent à améliorer la performance


délivrée avec une moindre consommation d’énergie.

Les leviers de l’efficacité énergétique

7
Démarche et étapes de l’efficacité énergétique :

En matière d’efficacité énergétique, il faut jouer sur trois leviers :

• la diminution des besoins qui sont relatifs au bâti ;


• l'amélioration des équipements techniques du bâtiment et leur gestion ;
• le comportement de l'utilisateur
L’approche conceptuelle d’amélioration de l’efficacité énergétique est identique
pour les Secteurs résidentiel et tertiaire. En revanche la mise en pratique sur le
terrain sera différente.

En raison des divergences liées :

• aux aspects techniques ;


• aux équipements, systèmes et solutions à mettre en œuvre ;
• aux coûts d’exploitation et de maintenance ;
• aux méthodes de financement ;
• aux temps de retour sur investissement.
La conception efficace ne se suffit pas à elle-même. Elle doit être appuyée à
chaque Instant par une gestion rationnelle de l’énergie. La maîtrise des
consommations consiste Devenir acteur conscient de ses consommations
Devenir acteur conscient de ses consommations.

La conception Architecturale
De nombreux paramètres peuvent être pris en compte lors de la construction
d’un bâtiment, par exemple :

• Son orientation et sa capacité à profiter de l’énergie lumineuse, à capter et à


se protéger de l’énergie solaire ;

8
• Une isolation thermique renforcée, par exemple grâce à des faux plafonds
empêchant le recours à l’inertie thermique, des matériaux comme la laine
minérale ou le chanvre, des doubles vitrages à isolation renforcée ou
fenêtres pariétaux-dynamiques qui permettent à l’air provenant de
l’extérieur de se réchauffer en circulant entre deux vitrages dont l’un peut
être double. L’isolation thermique par l’extérieur, par exemple à l’aide de
briques de polystyrène expansé ou extrudé permet de diminuer les pertes
thermiques de la paroi jusqu’à 80%;

• Une meilleure étanchéité générale du bâti à l’air. air parasite notamment dû


aux liaisons façades-planchers surtout entre les façades et les menuiseries
ou aux passages des équipements électriques. L’installation de boîtiers
d’encastrement étanches et d’obturateur qui peut réduire de plus de 90% les
fuites d’air jusqu’à 15 kWh/m2/an d’économie selon le type d’isolation du
bâti;

• Des systèmes de ventilation plus performants. Les ventilations mécaniques


contrôlées à double flux permettent de réduire les pertes d’énergie jusqu’à
70% par rapport à des ventilations classiques à simple flux mais elles
restent bien plus coûteuses à installer.

9
On peut noter l’orientation du bâtiment par rapport au soleil évidement.
L’orientation des vents dominants, mais aussi des aspects moins techniques mais
tout aussi Primordiaux comme la vue. Même si le Grenelle environnement
valorise davantage une bonne orientation du bâtiment vis-à-vis Du soleil, il en
reste néanmoins difficile de modifier le plan urbanisme en conséquence. Le jeu
Consiste donc à optimiser l’orientation du bâtiment dans une parcelle de terrain
donnée, en tenant Compte tant que possible des contraintes acoustiques et
énergétiques.

Le confort thermique :
On entend par confort thermique, l'équilibre entre la température ambiante et la
température des parois du bâtiment, le niveau d'humidité, la qualité de l'air qui
circule à l'intérieur et l'inexistence de courants d'air.

En d'autres termes, le confort thermique procure une sensation de bien-être


optimale au sein d'une habitation.

La température superficielle des parois Tparois [°C] contribue tout autant que la
température de l’air Tair [°C] à la sensation de confort thermique. La moyenne de
ces 2 valeurs est dès lors considérée comme référence et est appelée température
de confort Trs [°C

10
La formule suivante s’applique à chaque pièce :

𝑇𝑝𝑎𝑟𝑜𝑖 + 𝑇𝑎𝑖𝑟
𝑇𝑟𝑠 =
2

Il en ressort qu’une différence de température de plus de 3°C entre l’air et les


parois conduit souvent à une situation d’inconfort.

Dans un environnement variable et dynamique, la façon dont un matériau


stocke et restitue la chaleur dépend entre autres de 2 caractéristiques physiques
liées à une combinaison de leur masse volumique ρ, leur conductivité
thermique λ et de leur chaleur massique C. Ces 2 caractéristiques physiques sont
connues sous les noms de diffusivité et effusivité thermique.

Dans le cadre du confort thermique, c’est l’effusivité thermique Eff [J/m2Ks1/2]


qui joue le rôle principal. Celle-ci se définit comme la quantité de chaleur qu’il
faut fournir à un matériau pour élever sa température. Cette valeur est calculée à
l’aide de la formule suivante :
𝐸𝑓𝑓 = √λ. ρ. c

Plus cette valeur est importante, plus le matériau a besoin d’énergie pour se
réchauffer. L’effusivité thermique est responsable de la sensation de chaleur (Eff
faible) et de la sensation de froid (Eff grande) au toucher à court terme. La
conductivité thermique et la masse volumique d’un matériau jouent également
un rôle.

11
Equilibre thermique entre le corps et son environnement :

Plus la masse volumique d’un matériau est faible, plus basse sera son
effusivité thermique et plus il sera facile de le réchauffer. Dans ce cas, la
sensation de chaleur et le confort thermique seront donc rapidement
atteints.

Isolation :

Un isolant est un matériau dont les caractéristiques permettent d’éviter les


échanges thermique qui passent par les ponts thermiques des passerelles par
lesquelles circule l’aire. On les trouve le plus souvent la ou les parois se
rencontrent, dans les angles des pièces, mais aussi autour des cadres des fenêtres
et de porte, autour des prises électrique, ou encore entre les tuiles d’une toiture.
On isole pour plusieurs raisons, allant de l'aspect financier jusqu'au confort : le
fait d'isoler une maison, signifie poser des matériaux isolants, sur les murs, dans
les combles, sous le toit, sous le plancher.

La majorité de celles-ci s'effectuent par les ponts thermiques, les murs, les
fenêtres et la toiture, la ventilation (renouvellement de l'air) et le sol. Ces pertes
d'énergie ont un impact environnemental qu'il faut prendre en compte. Voici, sur
le schéma ci-dessous les chiffres concernant les déperditions :
Chiffres concernant les déperditions :

12
La répartition des déperditions de chaleur dépend de la zone de la maison: la
toiture, si elle n'est pas bien isolée représente 30% des pertes totales, soit le
premier facteur, c'est pourquoi il est important de commencer par isoler sa
toiture. Si nous souhaitons bien isoler, nous devrons prendre en compte toutes
les principales zones de pertes.

L’isolation par l’extérieur : consiste à envelopper le bâtiment d’un


manteau isolant. Dans l’existant, une isolation par l’extérieur peut être envisagée
lors d’une rénovation complète ou un ravalement de façade, après avoir consulté
les règles d’urbanisme de la commune. L’isolation extérieure peut être efficace
en cas de rénovation complète de pignons ou façades pour autant qu’il n’y ait
pas de contrainte architecturale ou trop de parois vitrées, modénatures, balcons,
loggias et autres bow-windows, qui représentent autant de ponts thermiques à
traiter et donc de difficultés. Sinon, l’isolation intérieure.

Isolation par l’intérieur : nécessite de traiter les points singuliers,


représentés par les planchers par une isolation sous dalles flottantes. On peut en
profiter pour faire un traitement acoustique entre logements ou encore
incorporer un système de chauffage et de rafraîchissement. Quelle que soit la
technique d’isolation, la dalle du rez-de-chaussée doit impérativement être isolée
afin de réduire les pertes par le sol et l’inconfort procuré par un sol froid.

Isolation repartie : consiste à combiner isolation et gros-œuvre en évitant


d’adjoindre un isolant rapporté. Ce principe permet d’obtenir un seul matériau
ayant, dans la plupart des cas, la double fonction : porteur et isolant.

13
Isolation rapporté: consiste à combiner isolation et gros-œuvre en évitant
d’adjoindre un isolant rapporté. Ce principe permet d’obtenir un seul matériau
ayant, dans la plupart des cas, la double fonction : porteur et isolant.

La suppression des ponts thermiques : A partir du moment où le


bâtiment est très sérieusement isolé, les ponts thermiques, c’est-à-dire les
endroits où la chaleur s’échappe plus vite qu’à d’autres, doivent être limités au
maximum. Ceux-ci sont généralement dus à l’assemblage des éléments porteurs
de l’édifice ou aux balcons.

La réglementation thermique :

La Réglementation Thermique des Bâtiments au Maroc vise essentiellement à


améliorer les performances thermiques :
‐ Réduire les besoins de chauffage et de climatisations des bâtiments
‐ Améliorer le confort Thermique d’été et d’hiver dans les bâtiments
‐ Réduire la puissance des équipements de chauffage et de climatisation à
installer
‐ Aider à la réalisation de diagnostics énergétiques des bâtiments existants.

La réglementation couvrira, apriori, toutes les catégories socio-économiques des


bâtiments, à savoir : économique et Standing .
Pour le secteur tertiaire, quatre segments sont particulièrement couverts à savoir
Les hôtels; Les bâtiments administratifs (bureaux); Les bâtiments d’éducation et
d’enseignement supérieur ; Les hôpitaux.

Le Zonage Climatique :
Les travaux de zonage climatique ont été réalisés en étroite coordination entre la
DMN et l’ADEREE, avec L’appui d’une expertise internationale. Le territoire
Marocain a été subdivise en zones climatiques homogènes en se basant sur
l’analyse des données climatiques enregistrées par 37 stations météorologiques
sur la période de 1999-2008 (10ans). La construction des zones a été effectuée
selon le critère du nombre de degrés jours d’hiver et le nombre de degrés jours
d’été. Deux types de zonage ont été établis par la DMN :
✓ Un zonage sur la base des degrés jours de chauffage à base 18°C ;
✓ Un zonage sur la base des degrés jours de climatisation à base 21°C

14
Degré-jours de Chauffage : Mesure de la différence entre la température
moyenne d’un jour donne par rapport à une température de référence et qui
exprime les besoins en chauffage domestique. La température de référence
utilisée est 18°C puisqu’ en moyenne, quand la température extérieure tombe
sous cette barre, on doit chauffer l’intérieur pour y maintenir une température
agréable. Lorsque la température extérieure est 18 °C les gains internes peuvent
augmenter la température intérieure au-dessus de 20°C et on n’a pas besoin de
chauffer.

On a subdivisé le Maroc en 5 zones climatiques


selon le critère de degrés jours de chauffage :
----La zone représentée en couleur bleue est une
zone côtière dans le sud du Maroc avec un climat
chaud pendant l’hiver, son DJCH<450c°. Cette
zone contient les villes telle que : Dakhla,
Laayoune, TanTan.
----La zone représentée en couleur rouge est une
zone très froide pendant l’hiver son DJCH dépasse
1200c°, ces villes sont Ifrane,Midelt.

Degré-jours de climatisation : Identique au degré-jour de chauffage sauf qu’il


mesure les besoins en climatisation domestique au cours des mois chauds dété
par rapport à une température de référence. La température de référence utilisée
est 21°C. Lorsque la température extérieure est 21°C les gains internes peuvent
augmenter la température intérieure au-dessus de 24°C-26°C et impliquent des
besoins de climatisation.

15
En ce qui concerne le degrés jours de climatisation, le carte du Maroc a été
subdivisé en 4 grandes zones :
----La zone représentée avec la couleur violet qui contient les villes comme
Ifrane, Midelt, Tanger, Rabat est une zone avec un climat frais pendant l’été, son
DJCL ne dépasse pas 450c°.

----La zone la plus chaude est représentée en couleur orange, les besoins de
climatisations dépassent les 1000c° dans cette zone. Elle contient des villes
comme : Bouarfa, Errachidia,Ouarzazate

Le zonage climatique du Maroc finale :

A partir de ces deux paramètres cités au-dessus


on a établi le zonage climatique final.

Le Maroc a été subdivisé en 6 zones :


‐ Zone 1 : comme référence la ville d’Agadir
‐ Zone 2 : comme référence la ville de Tanger
‐ Zone 3 : comme référence la ville de Fès
‐ Zone 4 comme référence la ville d’Ifrane
‐ Zone 5 comme référence la ville de
Marrakech
‐ Zone 6 comme référence la villed’Errachidia

Les spécifications techniques exigées par la RT Maroc :


La RT a précisé des spécifications techniques pour chaque zone climatique sous
forme de coefficients maximaux de transmission thermique (U en W/m2.K) des
murs, de la toiture, des fenêtres et des planches bas, en fonction du rapport de la
surface des ouvertures vitrées à la surface brute de la façade.

16
Ces deux tableaux résument les coefficients maximaux pour chaque zone
climatique au Maroc ; prenons l’exemple de la ville d’Oujda qui appartient à la
zone 4 de Fès :

Pour une surface de baies vitrées comprise entre 26% et 35% c'est-à-dire
presque le ¼ de la surface totale de la construction est sous forme de baies
vitrées :
17
• Son coefficient de transmission surfacique U des toitures exposées doit
être ≤ 0.65W/m².K
• Son coefficient de transmission surfacique U des murs extérieurs doit être
≤ 0.70W/m².K
• Son coefficient de transmission surfacique U des vitrages doit être
≤ 2.60W/m².K
• La résistance minimale des planchers sur sol doit être ≥ .75m².K/W
• Le facteur solaire FS des vitrages :
* Orientés vers le nord : pas d’exigence
* Pour les autres orientations : ≤ 0.5

Taux Global des Bais vitrés : est défini par le rapport entre la surface totale de
leurs baies vitrées et la surface totale brute de l’ensemble de leurs murs
extérieurs :
𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑏𝑎𝑖𝑠 𝑣𝑖𝑡𝑟é𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑚𝑢𝑟𝑠𝑒𝑥𝑡𝑒𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑒𝑠𝑝𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑐ℎ𝑎𝑢𝑓𝑓é𝑠 𝑜𝑢 𝑟𝑒𝑓𝑟𝑜𝑖𝑑𝑖𝑠
𝑇𝐺𝐵𝑉 =
𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑏𝑟𝑢𝑡𝑒𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑚𝑢𝑟𝑠 𝑒𝑥𝑡𝑒𝑟𝑖𝑒𝑢𝑟𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑒𝑠𝑝𝑎𝑐𝑒𝑠 𝑐ℎ𝑎𝑢𝑓𝑓é𝑠 𝑜𝑢 𝑟𝑒𝑓𝑟𝑜𝑖𝑑𝑖𝑠

Bilan énergétique :
Il s'agit d'une maison individuelle, située dans la zone 3 (OUJDA)
Les façades de notre maison sont présentées dans la figure suivante :

18
Surface brute (m²) Surface vitrée (m²)

Façade principale 110 18


Façade derrière 110 0
Façade droite 92 13.31
Façade gauche 92 18
TGBV 12.20%

Pour le cas de notre projet, située dans la zone 3(OUJDA), nous allons travailler
avec une proportion des baies vitrées inférieure à 15% donc on aura comme
valeurs limites du coefficient de transmission thermique U (W/m².k) :
✓ U<0.65 pour les toitures exposées
✓ U<0.8 pour les murs extérieurs
✓ U<3.3 pour les vitrages
✓ R>0.75 pour les planchers sur sol
✓ Facteur solaire FS des vitrages : NE

Les différents modes de transferts thermiques :

L'échange de chaleur qui se produit entre deux corps qui sont à des températures
différentes peut se faire selon trois modes :

✓ Par conduction : C’est le transfert de chaleur au sein d’un milieu opaque,


sans déplacement de matière, sous l’influence d’une différence de
température. La propagation de la chaleur par conduction à l’intérieur d’un
corps s’effectue selon deux mécanismes distincts : une transmission par les
vibrations des atomes ou molécules et une transmission par les électrons
libres.

19
La théorie de la conduction repose sur l’hypothèse de Fourier : la densité de flux
est proportionnelle au gradient de température :

Ou sous forme algébrique :

Avec : ϕ : Flux de chaleur transmis par conduction (W)


λ : Conductivité thermique du milieu (W m-1 °C-1)
x : Variable d’espace dans la direction du flux (m)
S : Aire de la section de passage du flux de chaleur (m2)

On trouvera dans le tableau les valeurs de la conductivité thermique λ de


certains matériaux parmi les plus courants.

✓ Par convection : C’est le transfert de chaleur entre un solide et un fluide,


l’énergie étant transmise par déplacement du fluide.

Ce mécanisme de transfert est régi par la loi de Newton

20
Avec : ϕ : Flux de chaleur transmis par convection (W)
h :Coefficient de transfert de chaleur par convection (W m-2 °C-1)
Tp : Température de surface du solide (°C)
T ∞:Température du fluide loin de la surface du solide (°C)
S : Aire de la surface de contact solide/fluide (m2)

✓ Par rayonnement : C’est un transfert d’énergie électromagnétique entre deux


surfaces (même dans le vide).

Coefficient de transmission thermique :

U (W/m².K) caractérise la quantité de chaleur traversant une paroi en régime


permanent, par unité de temps, par unité de surface et par unité de différence de
température entres les ambiances situées de part et d’autre de ladite paroi.

1
𝑈= 𝑒
𝑅𝑠𝑖 + ∑ + 𝑅𝑠𝑒
l

Avec
Rsi ,Rse : résistance thermique superficielle intérieur et extérieur en m² C° /W
e/R : résistance thermique de différent couche des matériaux en m²C° /W
e : l’épaisseur de la couche en m
l : conductivité thermique des matériaux en W.m-1.C°-1

Paroi verticale: = 0,17 m2.K/W


Paroi horizontale: = 0,22 m2.K/W

21
La conductivité thermique :
C’est la puissance (en Watts) qui traverse 1 m² de paroi sur 1 mètre d’épaisseur,
lorsqu’elle est soumise à une différence de température de 1 °C ou 1K. Elle se
mesure en W.m-1.°C-1 ou W.m-1.K-1

La résistance thermique :
La capacité d'un matériau à résister au froid et au chaud est appelée « résistance
thermique » ou R. Plus R est élevé, plus le produit est isolant.

R = e / l =1/U

Avec :
R : résistance thermique en m².K.W-1
e : épaisseur de matériau en m
l : Conductivité thermique du matériau en W.m-1.K-1
Isolation des parois verticales :

Pour l’isolation des parois verticales, nous avons opté pour la laine de verre

La laine de verre est un matériau élaboré à partir des principales matières


premières suivantes : naturelles comme sable, fondants (calcaire, dolomie…) qui
permettent l'abaissement de la température de fusion du verre , issues du
recyclage : verre recyclé ou calcin, rebuts de production. elle est utilisée
abondamment pour l’isolation thermique, l'isolation phonique et la protection
incendie de tous types de bâtis. llaine=0.055w/m K

Pour les murs extérieurs : d’épaisseur de l’isolant = 4 cm

e cm l w/m K R=e/l
Paroi brique 10 0.514 0.1945
Paroi brique 15 0.514 0.2918
palâtre 5 0.56 0.0892
Isolant 4 0.055 0.7272
1/he +1/hi 0.17
U w/mK 0.678

22
1
𝑈= 𝑒 = 0.678 < 0.8 𝑣𝑒𝑟𝑖𝑓𝑖é(𝑅𝑇𝐶𝑀)
𝑅𝑠𝑖 + ∑ + 𝑅𝑠𝑒
l

Pour Isolation des terrasses : d’épaisseur de l’isolant = 5 cm

e cm l w/m K R=e/l
dalle corps creux 20 1.176 0.170
(15+5)
Forme de pente 7 2 0.035

Etanchéité 6 0.23 0.260


Chappe 4 1.8 0.022
Revêtement 2.5 1.3 0.019

Faux plafond 5 0.56 0.089


isolant 5 0.055 0.909
1/he +1/hi 0.22

U w/m K 0.58

1
𝑈= 𝑒 = 0.58 < 0.65 𝑣𝑒𝑟𝑖𝑓𝑖é (𝑅𝑇𝐶𝑀)
𝑅𝑠𝑖 + ∑ + 𝑅𝑠𝑒
l

23
Isolation planchers sur sol d’épaisseur de l’isolant = 4 cm

e cm l w/m K R=e/l
dallage (béton) 20 2 0.1
mortier 4 1.8 0.02
Revêtement 5 1.38 0.038

couche de gravier 10 2 0.05

Isolant 4 0.055 0.727


R (m².K/W) 0.93

𝑒
𝑅 = ∑ = 0.93 > 0.75 𝑣𝑒𝑟𝑖𝑓𝑖é (𝑅𝑇𝐶𝑀)
l

Traitement des ouvertures (fenêtres, portes) :

On choisit un double vitrage ayant un coefficient de transmission thermique


U=3 W/m²K.

𝑈 = 3w/m²k < 3.3 𝑤/m2 k 𝑣𝑒𝑟𝑖𝑓𝑖é (𝑅𝑇𝐶𝑀)

24
Donc :
✓ U=0.58 W/m²K <0.65 pour les toitures exposées
✓ U=0.678 W/m²K <0.8 pour les murs extérieurs
✓ U=3 W/m²K <3.3 pour les vitrages
✓ R=0.93 m².K/W >0.75 pour les planchers sur sol

25
Conclusion

L'efficacité énergétique, comme nous avons pu le voir, intervient à tous les


niveaux d'un bâtiment: de l'implantation du bâtiment, aux habitudes de ses
occupants et au choix du matériel. Toutes les solutions ont pour but d'avoir un
bâtiment le plus cohérent possible d'un point de vue énergétique. Cela permet
des consommations d'énergie beaucoup moins élevées, sans altérer le confort
des usagers

26
Bibliographie

✓ Règlement thermique de Construction au MAROC (RTCM)

27