Vous êtes sur la page 1sur 15

Actu FOCUS IRLANDE

IRELAND Processing locally is given priority IRLANDE DR
IRELAND
Processing locally is given priority
IRLANDE
DR

Transformer davantage au pays

L’Irlande veut exploiter au mieux des ressources limitées en créant davantage de valeur ajoutée. Quitte à importer du poisson pour développer les outils de transformation en place.

Ireland wants to make the best use of limited resources by adding value to its products. Even if that means importing fish to develop local processing plants.

Enquête : Bruno VAUDOUR

C omme tous les autres pays

membres de l’Union européenne

impliqués dans les échanges de

produits de mer en tant que four-

nisseur ou consommateur, la verte Erin est aux premières loges face au Brexit. Du fait de sa proximité directe avec les eaux bri- tanniques et par l’importance de ses expor- tations qui transitent via le Royaume-Uni. Dans un contexte où les imprévus sont mul- tiples avec un voisin aussi direct prenant le statut de pays tiers, l’Irlande compte sur ses propres forces pour développer ses filières de produits aquatiques. Et elle ne manque pas d’atouts. En 2017, l’économie des pro- duits de la mer a dépassé le milliard d’eu- ros au travers des échanges commerciaux, du marché intérieur et des investissements publics et privés. Loin de peser aussi lourd

En 2017

Pêche :

314000t

Saumon d’élevage :

20000 t

Moules :

16400 t

Huîtres :

10000 t

Source : Bim

que l’agriculture, la pêche et l’aquaculture irlandaises, évaluées à 609 millions d’euros, représentent une ressource clé aux yeux des autorités. La stratégie officielle est de positionner le pays comme un leader de produits marins haut de gamme sur le marché mondial, au travers de produits clés comme les crustacés, les huîtres ou le saumon bio. Sans négliger les poissons pélagiques : maquereau, mer- lan bleu, chinchard, à plus faible valeur mar- chande mais qui pèsent lourd en volumes et en valeur. En hausse de 20 % par rapport à 2016, les exportations totales de produits de la mer ont culminé à près de 679 mil- lions d’euros en 2017. La France est le pre- mier pays client, suivie jusqu’à présent par le Royaume-Uni, l’Espagne ou encore l’Ita- lie. Ces débouchés clés pourraient toutefois

•••

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

43

L ike all other European Union mem- ber countries involved in seafood trade as a supplier or consumer, the green Erin has a ringside seat

in relation to Brexit. Because of its proxim- ity to British waters and the great number of its exports passing through the United Kingdom. With such an unforeseen con- text in dealing with a close neighbour sud- denly turning into a third country, Ireland relies on its own strengths to develop its aquatic product sectors. The country is rich in assets. In 2017, the seafood prod- uct business exceeded one billion euros as regards trade, the domestic market and public and private investments. Far from being as substantial as agriculture, Irish fish- eries and aquaculture – valued at 609 mil- lion euros – are regarded as a key resource by the authorities. The official strategy is to position the country as a leader in high-end marine products on the world market, by means of key products such as shellfish, oysters or organic salmon. Pelagic fish is not out- done: mackerel, blue whiting, horse mack- erel, whose market value is lower, still carry weight in terms of volume and value. On an upward trend of 20% from 2016, total seafood exports peaked at nearly 679 mil- lion euros in 2017. France is the largest buy- er’s market, followed up until now by the United Kingdom, Spain or Italy. These key outlets could, however, be subject to sig- nificant logistical changes as a result of the choice of the British. Which could encour- age Irish export companies to diversify their exterior outlets. Among Ireland’s outlets, the Chinese market already ranks seventh and is expe- riencing a double-digit growth. Japan and South Korea are also growing rapidly, along with other solvent markets such as Saudi Arabia, Australia and the United States. The other target area is the develop- ment of the domestic market with which Irish processing companies are getting to grips, with the assistance of the Seafood Innovation Hub (SIH). With its headquar- ter in Clonakilty, County Cork, SIH is one of the cornerstones of the Bord Iascaigh

Mhara (BIM) – Ireland’s seafood develop- ment agency – strategy to improve the per- formance of the processing industry. Whatever the targetted market, the objective is to add value to the products in coastal areas where some 14,700 jobs are dependent on the fishing sector. The Food

•••

44

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

News ZOOM ON

IRELAND

ÉCH

LA MER N°192 MAI 2019 News ❘ ZOOM ON IRELAND ÉCH S d’ENTREPRISES ▼ B.V. ▼

S d’ENTREPRISES

B.V.

Bantry Bay Premium Seafoods est sur la bonne pente

Relancée il y a deux ans avec deux

actionnaires mytiliculteurs,

(en photo ci-dessous) Murmane, Bantry Bay

Patrick et Brian

Premium Seafoods mise sur la production de moules cuites surgelées en grande

distribution, auprès des grossistes et des industries alimentaires. Son atout maître est l’approvisionnement par sa propre ferme qui élève 1 300 tonnes de moules de corde sur deux sites dont 70 % vendues en bio. L’unité de transformation dispose de deux

lignes de production, dont

des pics d’activité. De 2 000 tonnes traitées cette année, en comptant les apports voisins, l’entreprise vise les 4 500 tonnes d’ici cinq ans. « L’objectif est d’être autonome à 60 % avec nos moules et d’investir ensuite dans une nouvelle usine », espère Damian Collony, responsable des ventes. L’entreprise, certifiée BRC grade A, concentre ses efforts sur la qualité du process. À commencer par le tri, « le plus possible en mer, puis un second tri manuel s’effectue ici pour éliminer les moules abîmées. Les plus petites repartent à l’eau », souligne Damian Collony. Après une étape de repos en bain suivie du débyssussage, deux types de cuisson sont possibles : la vapeur permet un meilleur contrôle en sous-vide, le procédé classique s’applique au vrac IQF destiné aux industriels. Les moules sous vide au naturel ou en sauce passent au blast freezer avant conditionnement final en étui cartonné.

une en réserve lors

Bantry Bay Premium Seafoods on an upward trend

Relaunched two years ago by two shareholders and mussel farmers, Patrick and Brian (on

the picture) Murmane, Bantry Bay Premium Seafoods banks on the production of cooked fro-

B.V.
B.V.

zen zen mussels mussels for for supermarket supermarkets, wholesalers and food processing companies. Its main asset

is is a a supply supply comin coming from its own farm which produces 1,300 tons of rope-grown

mussels mussels on on two sites of which 70% is sold as organic. The processing unit

comprises comprises two two production lines, one of which is reserved for peaks in activity.

With With 2,000 2,000 to tons processed this year, including supplies from neighbouring

companies, companies, the firm aims at 4,500 tons within five years. “The goal is to be

60% 60% sel self-sufficient with our mussel farm and then invest in a new plant,” declares the sales manager Damian Collony. The company, BRC grade A certified, gives priority to the quality of the process. Starting with sorting: “Done at sea as much as possible, a second manual sorting is realized here to eliminate damaged mussels. The smaller ones go back to sea,” Damian Collony explains. After a resting phase in a tank followed by the removal of byssus, two types of cooking processes are available: steaming permits better control under vacuum, the conventional method applies to IQF mussels in bulk for manufacturers. Under-vacuum mussels, plain or in a sauce, are put into the blast freezer before final packing in a cardboard case.

Under-vacuum mussels, plain or in a sauce, are put into the blast freezer before final packing
Under-vacuum mussels, plain or in a sauce, are put into the blast freezer before final packing
Qui sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods
Qui sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods
Qui sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods
Qui sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods

Qui sommes nous

Qui sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods propose
Qui sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods propose
Qui sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods propose
Qui sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods propose

Seafood Specialists

in Retail & Foodservice

sommes nous Seafood Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods propose une
Hall 9 stand 4259
Hall 9
stand 4259
Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods propose une gamme étendue de
Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Keohane Seafoods propose une gamme étendue de

Keohane Seafoods propose une gamme étendue de produits frais, élaborés ou fumés à froid pour les commerces de détail et de la restauration.Specialists in Retail & Foodservice Hall 9 stand 4259 Nous proposons une grande variété d’emballages et

Nous proposons une grande variété d’emballages et de conditionnements et nos produits sont fumés dans notre nouveau fumoir.froid pour les commerces de détail et de la restauration. Nos deux sites de production basés

Nos deux sites de production basés à Bantry et Cork sont agréés BRC AA+ grade, IFS Supérieur, approuvés IOA MSC & ASC & enregistrés FDA.et nos produits sont fumés dans notre nouveau fumoir. Notre congélateur à spiraleàune capacité de 8

Notre congélateur à spiraleàune capacité de 8 tonnes/heure.approuvés IOA MSC & ASC & enregistrés FDA. Nous pouvons produire 150 tonnes de filets par

Nous pouvons produire 150 tonnes de filets par semaine et notre société est la seule en Irlande à disposer de deux lignes de filetage pour le saumon entier.congélateur à spiraleàune capacité de 8 tonnes/heure. Natural, value added & cold smoked specialists in both

disposer de deux lignes de filetage pour le saumon entier. Natural, value added & cold smoked
disposer de deux lignes de filetage pour le saumon entier. Natural, value added & cold smoked
disposer de deux lignes de filetage pour le saumon entier. Natural, value added & cold smoked
disposer de deux lignes de filetage pour le saumon entier. Natural, value added & cold smoked
disposer de deux lignes de filetage pour le saumon entier. Natural, value added & cold smoked

Natural, value added & cold smoked specialists in both retail and foodservice offerings

Extensive variety of

Only company in Ireland with 2 whole salmon filleting lines Spiral Freezer- with an 8T hourly capacity Newly commissioned smokehouse on site Facilities are BRC AA+ grade, IFS Higher, IOA MSC & ASC Approved & FDA registered Capacity of 150 tonne of fillets per week

flexible packaging options

of 150 tonne of fillets per week flexible packaging options Keohane Seafoods, Unit 28, Kinsale Road
of 150 tonne of fillets per week flexible packaging options Keohane Seafoods, Unit 28, Kinsale Road
of 150 tonne of fillets per week flexible packaging options Keohane Seafoods, Unit 28, Kinsale Road

Keohane Seafoods, Unit 28, Kinsale Road Industrial Estate - Kinsale Road, Cork, Ireland.

T: +353 21 432 2059 F: +353 21 432 2060 www.keohaneseafoods.ie Info@keohaneseafoods.ie

- Kinsale Road, Cork, Ireland. T: +353 21 432 2059 F: +353 21 432 2060 www.keohaneseafoods.ie
• Mise en sachet • Mise sous vide • Skin pack • Film rétractable •
• Mise en sachet • Mise sous vide
• Skin pack
• Film rétractable
• Décongélation • Mise en barquette
• Surgélation IQF • Découpe robotisée
Conditionnement et valorisation
de produits surgelés
Conditionnement et valorisation de produits surgelés www.conegan.com 25, route de la Tr ésorerie - 6 2126
Conditionnement et valorisation de produits surgelés www.conegan.com 25, route de la Tr ésorerie - 6 2126

www.conegan.com

25, route de la Tr ésorerie - 6 2126 WIMILLE Tél. + 3 3 ( 0)3 21 99 01 61 Mail : c ontact @ conegan.com

+ 3 3 ( 0)3 21 99 01 61 Mail : c ontact @ conegan.com Des
Des clients en Europe du Nord-Ouest ? Partenaire en transport, stockage et distribution de vos
Des clients en Europe du Nord-Ouest ?
Partenaire en transport,
stockage et distribution de
vos produits frais et surgelés,
livraison quotidienne au
départ de centres de
distribution des Pays-Bas,
Allemagne et France
certifiés aux normes HACCP
et I.F.S., pour les donneurs
d’ordres du monde entier.
Nuit et jour, un parc
composé de 200 véhicules
ultra-modernes sur les
routes de l’Europe. Tous
certifiés FRC, équipés au
top en froid positif et
négatif, pour distribuer les
produits rapidement, à la
bonne température et dans
de bonnes conditions.
Frais, livré en 24hrs de 10 kg à 10.000 kg
• Quotidiennement au départ de Rungis et Boulogne
• Directement chez votre client ou prospect (A pour B)
• Via notre propre réseau de distribution conditionnée
• Un seul transporteur, un seul contact
BOULOGNE SUR MER
• Service impeccable pour votre client, moins de tracas
PARIS - RUNGIS
• Livraison prévue à l’avance
• N ous transportons volontiers et frais!
Rue Alexandre Adam - Gare de Marée
62200 BOULOGNE SUR MER
Tel.+33 9 67 25 76 20
order.bsm@kotra.nl
Paris: MARCHÉ INTERNATIONAL RUNGIS
94150 RUNGIS
Tel. +31 (0)113 571 377
commercie.dkt@kotra.nl
www.kotra.nl
Tel. +31 (0)117 387 000
sales.tvbv@kotra.nl
Tel. +31 (0)113 571 377
commercie.dkt@kotra.nl

Actu FOCUS IRLANDE

•••

Wise 2025 innovation plan aims at reduc- ing the proportion of raw products from 70% today to 50%. The SIH is a driving force in identifying market trends, produc- ing pilot productions to test new products, and supporting projects to increase produc-

tion or reduce the costs. All innovative ideas are dealt with: packaging, product shelf-

Research

also focusses on the valorization of blue whiting which is caught over a short fish- ing period, into surimi from defrosted fish. Another field of innovation favoured by the BIM concerns technology. The aim is to improve aquaculture systems: in particular fighting against salmon lice with the help of a cleaner fish, the lumpfish, the produc- tion of triploid oyster spat or the monitor- ing of the biomass of rope-grown mussels. As part of a seaweed growing programme, the Bantry Hatchery (County Cork) success- fully seeded strings with Porphyra. The Atlantic project, which consists of processing the catch of Spanish or French ships in Ireland, is strategic for the future. The objective is to create products on the green isle and sell them there. Of the 400 million euros of landed catches, 30% already come from foreign boats. An expected larger access to foreign sup- plies puts forward the figure of 90,000 tons of white fish. The proximity of the United Kingdom could be an incentive for trawl- ers to land their catch in Ireland too if the logistics of the Scottish seafood exports is jammed in Calais or Cherbourg as a conse- quence of a hard Brexit. n

life, valorization of co-products

•••

connaître des modifications importantes sur le plan logistique suite au choix des Britanniques. Et inciter les exportateurs irlan- dais à diversifier leurs débouchés extérieurs. La Chine est déjà leur septième marché et il connaît une croissance à deux chiffres. Le Japon et la Corée du Sud poussent aussi rapidement, à l’image d’autres marchés sol- vables comme l’Arabie saoudite, l’Australie ou les États-Unis. L’autre orientation concerne le dévelop- pement du marché intérieur que les trans- formateurs irlandais défrichent avec l’aide du Seafood innovation hub (SIH). Basé à Clonakilty, dans le comté de Cork, le SIH est l’un des pivots de la stratégie du Bureau irlan- dais de la mer (Bim) pour renforcer les per- formances de l’industrie de transformation. Quel que soit le marché visé, l’objectif est d’accroître la valeur ajoutée sur les ter- ritoires côtiers où quelque 14 700 emplois dépendent des filières halieutiques. Le plan d’innovation Food wise 2025 s’est fixé comme objectif de réduire la part des pro- duits bruts de 70 % aujourd’hui à 50 %. Le SIH a un rôle moteur pour cerner les ten- dances du marché, réaliser des productions pilotes afin de tester des nouveautés pro- duits et accompagner des projets visant à accroître la production ou réduire les coûts. Toutes les pistes innovantes sont sur la table :

S en FRANCE

In 2017

Fishing catch:

314,000t

Farmed salmon:

20,000 t

Mussels:

16,400 t

Oysters:

10,000 t

Source: BIM

conditionnement, durée de vie des pro- duits, valorisation des coproduits… Des tra- vaux portent également sur la valorisation du merlan bleu, pêché sur une courte sai- son, en surimi à partir du poisson décongelé. L’autre terrain d’innovation porté par le Bim est technique. Il vise notamment l’amélioration des systèmes aquacoles : en particulier la lutte contre les poux du sau- mon avec l’élevage de lompes comme pois- sons nettoyeurs, la production de naissains d’huîtres triploïdes ou le suivi de la bio- masse des moules de corde. Dans le cadre d’un programme de culture d’algue, l’éclo- serie de Bantry (comté de Cork) a réussi l’ensemencement de Porphyra. Le projet Atlantique, qui consiste à trans- former la pêche de navires espagnols ou français sur le sol irlandais, est stratégique pour le futur. Objectif : créer de la richesse sur l’île verte et la vendre dans le pays. Sur 400 millions d’euros de captures débar- quées, 30 % sont déjà le fait de bateaux étrangers. Une feuille de route d’ac- cès accrus aux apports extérieurs avance le chiffre de 90 000 tonnes de poissons blancs. La proximité du Royaume-Uni pourrait inciter des chalutiers à venir aussi débarquer en Irlande si la logistique de la marée écossaise bouchonne à Calais ou Cherbourg, conséquence d’un Brexit dur. n

ÉCH

Calais ou Cherbourg, conséquence d’un Brexit dur. n ÉCH ▼ Options logistiques Première cliente des Irlandais,

Options logistiques

Première cliente des Irlandais, la France a importé 38 600 tonnes de produits de la mer pour un montant de 170 millions d’euros en 2017, principalement du saumon, des huîtres, du maquereau et des crustacés. Le fret transite à 80 % via le Royaume-Uni par ferries ou Eurotunnel. À l’issue du Brexit, des fonds européens pourront financer des projets permettant de maintenir des liaisons maritimes performantes dans le cadre des corridors maritimes entre l’Irlande et l’Union européenne.

Logistic options

Largest customer of the Irish, France imported 38,600 tons of seafood products for a sum of 170 million euros in 2017, mainly salmon, oysters, mackerel and crustaceans. 80% of the freight passes through the UK via the ferries or Eurotunnel. In light of Brexit, European funds could finance projects to maintain efficient maritime links as part of the maritime corridors between Ireland and the European Union.

L.F. ▼
L.F.

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

47

News ZOOM ON

IRELAND

Keohane fabrique le poisson nouveau

La croissance du transformateur irlandais s’appuie sur le développement du préemballé sous skin dans les magasins du pays et à l’export. Les deux usines de Keohane répondent en volumes aux commandes de portions de poisson frais ou décongelé.

L e numéro un de la transformation du poisson en Irlande, Keohane Seafoods, place ses pions aux bons endroits pour répondre à toutes

les attentes de consommation. Frais, sta- bilisé par hautes pressions, surgelé ou décongelé, son poisson se décline en por- tions individuelles nature ou élaborées, sous conditionnement étanche ou sous skin. « Le fil conducteur est de s’adap- ter à tous types de demandes, aussi bien pour le détail que la restauration, avec des découpes prêtes à cuire, en particulier grâce à un film skin micro-ondable », pré- vient Mike Keohane, fondateur de l’entre- prise en 2011. Avec ses deux fils, Colman et Brian, il a rapidement fait fructifier l’affaire familiale avec les grands distributeurs en Irlande,

B.V.
B.V.

Nature ou mariné, le pavé de poisson est le cœur de métier de Keohane.

au Royaume-Uni, en Allemagne et dans une moindre mesure en France, du moins jusqu’à présent. De 10 millions d’euros en 2013, le chiffre d’affaires a plus que qua- druplé pour atteindre 45 millions d’euros. « La moitié des ventes s’effectue sur le mar- ché irlandais et l’autre à l’export. Nous vou- lons développer les ventes en France avec des portions skin IQF ou refresh. » Pour répondre aux commandes des grands distributeurs à l’image de Lidl,

À savoir

L’île compte 163 transformateurs de produits de la mer en 2017, dont 24 réalisent plus de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Source : Bim

Tesco, Costa ou Delhaize, Keohane dis- pose de deux usines, à Cork et à Bantry, certifiées BRC grade A, IFS, MSC, ASC et bio. L’effectif total est de 200 personnes et l’outil industriel compte douze lignes de production dont deux pour le filetage et portionnage de saumon. En hausse, la pro- duction de surgelé fera l’objet d’une exten- sion à Bantry. Le blast freezer utilisé est un système à spirale. Du côté innovation, l’équipe R & D a mis au point une nouvelle gamme de saumon et de poissons blancs légèrement fumés en cellule Arcos. Toutes formes confondues, l’entreprise peut sortir 75 000 unités par jour. Une quinzaine d’espèces constitue le fonds de commerce de l’industriel qui s’approvisionne en grande partie à l’im- port. Le saumon frais vient à 60 % de Norvège et les poissons blancs arrivent principalement de Norvège et de Russie, en particulier le cabillaud surgelé en blocs interleaved. Le bar arrive en filet frais de Turquie ou de Grèce et les crevettes pelées d’Argentine. En revanche, le merlu et le maquereau irlandais trouvent naturelle- ment leur place sur les lignes de produc- tion. Idem pour le saumon bio et la truite élevée en Irlande. n

[ Added value is more than a principle ] The wish to offer a range
[ Added value is more than a principle ]
The wish to offer a range of services with fish cuts, easy to use, in individual
portions or in family format is the gateway to added value.With a second
or third processing operation, Keohane manages to improve ready-to-eat
products, especially at its Cork plant. Plain fillets of cod, salmon, hake,
haddock or mackerel can also come as marinated, lightly smoked, in
seasonal recipes, accompanied with various sauces in sachets or with
flavoured butter in medallions. In total, some thirty value-enhancing
solutions boost the offer of fish, shrimps and scallops.
Nothing is lost in fish trimmings, tails can be used as a basis for new pre-
pared products such as salmon burger or fish parmentier.
Preparing a tasty fish cut is one of the keys to added value.
B.V.

48

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

B.V.

Actu FOCUS IRLANDE

Keohane knows how to meet new expectations

The growth of the Irish processing company relies on skin-packaged products to be sold in the country and exported.The output of the two Keohane factories is able to answer the orders for portions of fresh or defrosted fish.

T he top fish processing company in Ireland, Keohane Seafoods, makes the right choices to meet all consumer expectations. Fresh,

high-pressure processed, deep-frozen or defrosted, its range of fish products offers individual, plain or prepared portions, sealed or skinned. ”The idea is to adapt to all types

of demand, both for retail and catering, with ready-to-cook portions by means of a micro- waveable skin film,” says Mike Keohane, who founded the company in 2011. With his two sons, Colman and Brian, he quickly developed the family business in connection with large distributors in

Ireland, the United Kingdom, Germany and to a lesser extent in France, at least so far. From 10 million euros in 2013, the turnover has more than quadrupled to 45 million euros. ”Half of the sales are made in the Irish market and the other half in the export market. We want to develop sales in France with skin IQF or refresh portions.” To meet the orders of major supermar- kets such as Lidl, Tesco, Costa or Delhaize, Keohane has developed two factories in Cork and Bantry, BRC grade A, IFS, MSC, ASC and organic certified. The total work- force is 200 people and the facilities com- prise twelve production lines including two for salmon filleting and portioning. On the rise, frozen food production will be expanded to Bantry. The blast freezer used has a spiral system. As regards inno- vation, the R&D team has developed a new range of lightly smoked salmon and white fish in Arcos cell. All ranges of products taken together, the company can produce 75,000 product units a day. About fifteen species constitute the core of the company’s business whose supplies are mostly imported. 60% of fresh salmon comes from Norway and white fish comes

Whether plain or marinated, fish steaks are Keohane’s core business.

Worth knowing

Ireland boasted 163 seafood processing companies in 2017. 24 generate a turnover of more than 10 million euros.

mainly from Norway and Russia, espe- cially under the form of interleaved frozen blocks. Fresh bass comes from Turkey or Greece and peeled shrimp from Argentina. On the other hand, hake and Irish mack- erel are naturally present on the production lines. The same goes for organic salmon and Irish farmed trout. n

[Valeur ajoutée, plus qu’un principe] La volonté d’offrir une gamme de produits services avec du
[Valeur ajoutée, plus qu’un principe]
La volonté d’offrir une gamme de produits services avec du poisson
découpé, facile d’utilisation, en portion individuelle ou en format
familial est la porte ouverte à la valeur ajoutée. Avec une seconde
ou troisième transformation, Keohane va plus loin dans le prêt-à-
déguster, en particulier dans son usine de Cork. Les filets nature
de cabillaud, saumon, merlu, haddock ou maquereau peuvent se
décliner aussi marinés, légèrement fumés, en
recettes saisonnières,
avec différentes sauces en sachet ou accompagnés de beurres
aromatisés en médaillon. Au total, une trentaine de solutions valori-
santes accompagnent l’offre de poisson, crevettes et noix de saint-
jacques.
Rien ne se perd du côté des chutes de découpes : les queues pour-
ront servir de base à de nouveaux produits élaborés de type burger
de saumon ou parmentier.
Apporter une note culinaire à une découpe
est une des clés de la valeur ajoutée.
B.V.

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

49

BOULOGNE ROME RUNGIS MADRID BOSTON FRESH & FR OZ EN THE BEST QUALITY THE BEST
BOULOGNE
ROME
RUNGIS
MADRID
BOSTON
FRESH
&
FR OZ EN
THE BEST QUALITY
THE BEST SERVICE
FR ESH & FR OZ EN
Meet us at
THE BRUSSEL
SEAFOOD SHOW
SKATE WINGS
AND FILLETS
MONKFISH
May
May 7-8-9 2019
TAILS
LOBSTER
- Live
SALMON
HALL 6
STAND 1227
- Frozen
SCALLOPS
- C oo ke d
KING CRAB
www.e la fo od. com

Actu FOCUS IRLANDE

Good Fish, plus près du consommateur irlandais

En frais, en fumé ou en produit traiteur, The Good Fish Company répond aux attentes du marché intérieur qu’il privilégie en particulier avec ses poissonneries.

D enis Good connaît bien les

ports de la côte sud-ouest. Voilà

50 ans qu’il arpente les quais de

Crosshaven, Kinsale, Union Hall

et Castletownbere. C’est là qu’il achète en direct aux côtiers pour alimenter son usine située à Carrigaline. « L’objectif fraî- cheur implique de travailler au maximum

la pêche du jour. Je suis également en

lien avec les coopératives de pêche et des agents qui vendent la pêche des bateaux », précise-t-il. The Good Fish Company, qu’il

a créée il y a une trentaine d’années, s’ap-

provisionne également à Killybegs (comté du Donegal, au nord). Son cœur de métier est le mareyage, qu’il a développé avec une

grande diversité d’espèces : églefin, merlu, lieu noir, merlan, lotte, raie, plie, maque- reau, crabe, homard, moules et huîtres… Mais pas seulement. Outre le filetage, le pelage et le portionnage de poissons blancs

et de saumon, l’usine, qui emploie une cen-

taine de personnes, a largement diversifié ses activités. Le poisson frais, 100 % pêche irlandaise, est adapté aux modes de consommation modernes. Une zone complète dédiée au

DR
DR

L’usine de Carrigaline compte deux lignes de filetage : une pour le poisson blanc, l’autre pour le saumon.

préemballé est dotée d’une ligne de condi- tionnement sous skin pour répondre à la demande des distributeurs. Incontournable, le saumon est une pièce maîtresse en frais mais surtout en fumaison. Denis Good est très fier de son fumoir qui produit un sau- mon artisanal de belle facture. ISPG et Clare Island fournissent en particulier du salar bio. L’entreprise fume également de l’égle- fin, du lieu noir et même du cabillaud. Comme tout est bon dans le poisson, les parties moins nobles sont valorisées en cakes ou en panés, à l’image de ces chutes de filet en goujonnettes ou en seafood pie. Dans une optique de valeur ajoutée, Good Fish fabrique également de la soupe de poisson et elle dispose d’une machine de cuisson sous vide. Restent les parures, dif-

Les ventes au détail en Irlande de produits de la mer ont atteint

249 M€

en 2017, soit 4 % de croissance en valeur grâce au préemballé. En tête, le saumon, le cabillaud et les crevettes.

ficiles à exploiter en alimentation humaine, mais que l’usine destine à la farine de pois- son. Certains coproduits de saumon parti- ront congelés vers l’Asie. « Avoir une activité aussi diversifiée nécessite un outil flexible et parfaitement normalisé. Nous sommes certifiés BRC grade A. Toute notre production est garan- tie jamais congelée et sans gluten. Forte de 300 références commercialisées sous la marque Mr. Good’s, l’entreprise peut pro- duire 25 tonnes de produits finis par jour », précise John O’Keeffe, directeur du déve- loppement. Avec 15 % de croissance sur les trois dernières années, l’entreprise réa- lise environ 25 millions d’euros de chiffre d’affaires et elle se place au second rang des transformateurs irlandais. n

[Wholesaler, processor, smoker and fishmonger] When it produces cuts of fresh or smoked skin-packaged fish
[Wholesaler, processor, smoker and
fishmonger]
When it produces cuts of fresh
or smoked skin-packaged fish
as well as value-added products, The Good Fish Company is
banking on the Irish market’s dynamism estimated at an ove-
rall 429 million euros in 2017. The company generates 85%
of its turnover in the country itself. Well established among
the main distributors of the Green Isle, the Mr. Good’s brand
plays upon three powerful principles to attract consumers:
Irish origin, gluten-free and never frozen. On the rise, catering
can count on daily deliveries by
the company’s vans. Its five fish
shops are the best showcase of the company with their fish of
the day,their homemade smoked fish and sea soups,not to men-
tion the lobsters drawn directly from the fish tank. “ By means of
our stores, we get direct feedback on new products such as fish
cakes or thin breaded strips of fish fillet,” said John O’Keeffe.
The company does not export much, but sends filleted fish
to France, “ to Carrefour and Furic. Sent on Saturday here,
the boxes on pallets arrive in Boulogne-sur-Mer on Monday, ”
Denis Good says.
DR

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

51

News ZOOM ON

IRELAND

Good Fish attentive to the Irish consumer

D enis Good is very familiar with the ports of the southwest coast. Over the last 50 years, he has been striding acrosss Crosshaven,

Kinsale, Union Hall and Castletownbere. There, he buys fresh fish from the coastal boats to supply his plant at Carrigaline. ”The freshness priority involves working with the catch of the day as much as pos- sible. I am also connected with fisheries cooperatives and agents who sell the catch of the boats,” he explains. The Good Fish Company, which he created about 30 years ago, also buys supplies in Killybegs (County Donegal, North). His core business is whole- saling which he has developed for a wide variety of species: haddock, hake, saithe, whiting, monkfish, skate, plaice, mack- erel, crab, lobster, mussels and oysters But not only. In addition to filleting, peeling and portioning of white fish and salmon, the plant, which employs about a hundred people, has widely diversified its activities. 100% Irish, fresh fish suits modern con- sumption patterns. A complete pack- aging area comprises a skin-packaging line to meet the demand of distributors. Inescapable, salmon is a centrepiece as a fresh product but especially when smoked. Denis Good is very proud of his smoking kiln which produces a fine artisanal salmon. More specifically, ISPG and Clare Island pro- vide an organic Salmo salar. The company also smokes haddock, saithe and even cod.

Retail sales of seafood products in Ireland reached

249 M€

in 2017 which means a 4% growth in value thanks to packaging. In the lead, salmon, cod and shrimp.

DR
DR

The Carrigaline plant has a smoked fish production mainly salmon.

DR
DR

As every part of fish is good, the less noble parts will be valorized in fish- cakes or in breaded form, like these offcuts of fil- lets in strips or in sea-

food pies. In a value-add- ing perspective, Good Fish also makes fish soup and has at its disposal an undervacu- um-cooking machine. Fish trimmings remain hard to recyle for human food but the fac- tory uses them for fishmeal. Some deep-fro- zen salmon co-products will go to Asia.

”In order to be able to maintain such a diversified activity, you need flexible and per- fectly standardized equipment. We are BRC grade A certified. All our production is guar- anteed never frozen and gluten-free. With 300 references marketed under Mr. Good’s brand, the company is able to produce 25 tons of finished products a day,” under- lines John O’Keeffe, development man- ager. With a 15% growth over the last three years, the company made around 25 million euros in sales and is the second largest pro- cessing company in Ireland. n

[Mareyeur, transformateur, fumeur et… poissonnier] En développant les découpes de poisson frais ou fumé
[Mareyeur, transformateur, fumeur et… poissonnier]
En développant les découpes de poisson frais
ou fumé conditionnées sous skin et des pro-
duits
mise
à valeur ajoutée,The Good Fish Company
sur le dynamisme du marché irlandais
estimé en 2017 à 429 millions d’euros, tous cir-
cuits
confondus. L’entreprise réalise 85 % de
son chiffre d’affaires dans le pays. Implantée
chez
les principaux distributeurs de l’île verte,
la marque Mr. Good’s porte trois messages forts
aux yeux du consommateur : origine Irlande,
sans
gluten et jamais congelé. Autre circuit en
Denis Good, fondateur de l’entreprise
éponyme, devant une de ses poissonneries.
croissance, la restauration peut compter sur les
livraisons quotidiennes des camionnettes de
l’entreprise. Ses cinq poissonneries en propriété
sont la meilleure vitrine du mareyeur qui propose
son poisson du jour, ses fumaisons artisanales et
soupes marines, sans oublier les homards puisés
dans le vivier.« Grâce à nos magasins,nous avons
des retours directs sur les nouveautés de produits
élaborés comme les cakes de poisson ou les gou-
geonnettes panées », se félicite John O’Keeffe.
Peu présente à l’export, l’entreprise envoie tou-
tefois du poisson en filet vers la France, « pour
Carrefour et Furic, précise Denis Good. Parties
d’ici le samedi, les boîtes sur palettes sont lundi à
Boulogne-sur-Mer ».
B.V.

52

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

News ZOOM ON

IRELAND

BMRS : lompes et algues grandeur nature

B antry marine research station (BMRS) est un centre privé de recherche appliquée situé sur la péninsule bor-

dant la baie de Bantry, dans l’ancienne sta- tion de l’université de Cork. Très sollicitée par les salmoniculteurs pour fournir des poissons « croqueurs » de poux du sau- mon, BMRS vient d’agrandir son unité de production de lompe. « Nous achetons les œufs en Norvège et les faisons éclore ici. Après leur stade larvaire, les alevins arrivent en nurserie et le prégrossissement s’effec- tue jusqu’à 15 grammes », explique Dave Evans, technicien de l’écloserie. Le champ d’études et d’expérimenta- tion du centre dirigé par Luke Wilson est toutefois plus large. Ses recherches aqua- coles sont multi-espèces : poissons, mol- lusques, crustacés et algues. Et son labora- toire d’analyse de l’environnement marin permet d’assurer une veille de la qualité du milieu. Julie Maguire est la directrice de recherche de la station.

L’écloserie est dotée d’un système de fil- tration et de traitement de l’eau et en exté- rieur, des bassins sous serre sont en produc- tion, en particulier pour la culture d’oursin pourpre. La maîtrise de la reproduction de cet oursin nécessite un protocole assez complexe pour féconder les œufs. Après 36 heures, la larve pélagique se nourrit de microalgues et trois semaines plus tard, le petit oursin prégrossit en bassin durant six mois. Il sera transféré ensuite en cage en mer pour atteindre une taille commerciale au bout de trois ans. « Sa croissance est très lente : 1,8 mm par mois. Et il y a de gros écarts de tailles. En cinq ans, nous avons réa- lisé une petite sélection des meilleurs repro- ducteurs », signale Dave Evans, qui suit avec patience et passion ses petits pensionnaires. Autre culture menée par le centre, celle de macroalgues brunes sur filière sur un site dédié à proximité. BMRS travaille en parti- culier l’espèce Alaria esculenta ou wakamé irlandais. n

À savoir Trois ans sont nécessaires pour atteindre la taille commerciale de l’oursin pourpre. Dave
À savoir
Trois ans sont
nécessaires pour
atteindre la taille
commerciale de
l’oursin pourpre.
Dave Evans, technicien de l’écloserie,
un petit lompe en main.
À droite, l’oursin pourpre,
un autre de ses bébés.
B.V.
B.V.

Quinlan’s Kerry Fish: from the dock to the restaurant

B y acquiring Kenmare, a prestigious brand of smoked salmon created by Remy Benoît, Quinlan’s Kerry Fish

amps up its reputation as an award-win- ning Irish smoker for wild and organic salmon. ”Our three smoking kilns are able to release 10,000 whole salmon fillets per week with different processes related to customer demand. The smoking takes between 5 and 16 hours and salting can be modulated according to the customer’s choice. Kenmare chooses a light smoking process unlike stronger products,“ explains Liam Quinlan, manager of the eponymous company. His main trade, however, is whole- sale fish selling, with premises on the Caherciveen peninsula. Being a partner of about fifteen boats whose catch he mar- kets, Liam Quinlan has been working for a long time with his Spanish, Italian, French, Dutch or Swiss clients. Exports make just a little more than half of the 15 million euro turnover. ”The company was launched in 1989 and our export networks are diver-

54

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

Worth knowing

The sales of seafood in the Irish catering industry rose by 4% in 2017 to reach 180 million euros.

Nice fillets for the restaurants of Quinlan’s.

sified. I even sold a 40-metre trawler to Argentineans who catch shrimp and freeze it
sified. I even sold a 40-metre trawler to
Argentineans who catch shrimp and
freeze it on board. A very nice product
which I have used since.“
Its processing unit at Renard Point
employs 40 people and production is
divided into several work areas: manual fil-
leting of white fish and salmon, crab bak-
ing, deep freeze, smoking. In addition to
local inputs, the company imports Icelandic
cod fillets, Faroese and Norwegian salmon,
as well as farmed sea bass and sea bream.
Like many of its fellow fishmongers in
Ireland, Quinlan’s has not lost interest in
the domestic market. It operates its own
fish shop, sometimes coupled with a tast-
ing area, or even a restau-
rant. ”We opened four
shops and five restaurants.
In Ireland, tourism boosts
the catering industry, the
important thing is to find
the right locations. I have
several projects along
these lines.“ n
B.V.
B.V.
Nous tra nsform ons les pr odu its de la mer
Nous tra nsform ons les pr odu its de la mer

Nous vous fournissons l’imp o ssible ou presque …

mer Nous vous fournissons l’imp o ssible ou presque … PRODUITS CUITS - M ARÉE -
mer Nous vous fournissons l’imp o ssible ou presque … PRODUITS CUITS - M ARÉE -

PRODUITS CUITS - M ARÉE - P RO DUI TS TR ANSFORMÉ S-P RESTAT IONS DE SER VICES

NOTRE CŒUR DE MÉTIER :

LA CUISSON

NOTRE CŒUR DE MÉTIER : LA CUISSON
LES PRODUITS DE LA MER PRESTATIONS DE SERVICES
LES PRODUITS DE LA MER
PRESTATIONS DE
SERVICES
LES PRODUITS DE LA MARÉE SURGELÉS FUMÉS CONSERVERIE
LES PRODUITS DE
LA MARÉE
SURGELÉS
FUMÉS
CONSERVERIE

+33 (0)2 35 86 97 87

www.crustafrais.com

Vo tre p ar te naire f ra îcheur Tél. +33 (0)2 51 110 881

Vo tre p ar te naire f ra îcheur

Vo tre p ar te naire f ra îcheur Tél. +33 (0)2 51 110 881 Mail
Vo tre p ar te naire f ra îcheur Tél. +33 (0)2 51 110 881 Mail
Vo tre p ar te naire f ra îcheur Tél. +33 (0)2 51 110 881 Mail
Vo tre p ar te naire f ra îcheur Tél. +33 (0)2 51 110 881 Mail
Vo tre p ar te naire f ra îcheur Tél. +33 (0)2 51 110 881 Mail
Vo tre p ar te naire f ra îcheur Tél. +33 (0)2 51 110 881 Mail

Tél. +33 (0)2 51 110 881 Mail : contact@vivo.fish

Vo tre p ar te naire f ra îcheur Tél. +33 (0)2 51 110 881 Mail

Actu FOCUS IRLANDE

BMRS: lumpfish and life-size algae

B antry Marine Research Station

(BMRS) is a private applied research

centre located on the peninsula

on Bantry Bay in the former University of Cork station. Highly sought after by salmon farmers to provide a fish able to ”munch“ salmon lice, BMRS has just expanded its lumpfish production unit. ”We buy the eggs in Norway and hatch them here. Following the larval stage, the fry arrives at the hatchery to be grown up to 15 grams,“ explains the hatchery tech- nician Dave Evans. The field of study and experimenta- tion of the centre, which is managed by Luke Wilson, is wider. Its research on aquaculture deals with multiple species: fish, molluscs, crustaceans and seaweed. And its lab for analyzing marine environment makes it possible to monitor the quality of the ecosys- tem. Julie Maguire is the research man- ager of the station.

The hatchery has a water filtration and treatment system and outside, fish ponds under glass are in production, especially as regards farming purple sea urchins. Monitoring the reproduction of this spe- cies of sea urchin requires a rather complex protocol for egg fertilizing. After 36 hours, the pelagic larva feeds on microalgae and three weeks later, the small sea urchin starts its growth for a period of six months in a tank. It will then be transferred to a cage at sea to reach commercial size three years later. ”Its growth is very slow: 1.8 mm per month. And there are big differences in size. In five years, we have made a small selection of the best breeders,“ says Dave Evans, who takes care of his tiny lodgers with patience and passion. Another activity of the centre is that of brown macroalgae culture on ropes at a dedicated site nearby. BMRS works in par- ticular on the species Alaria esculenta or Irish wakame. n

A little lumpfish farmed by BMRS. B.V. B.V.
A little lumpfish farmed by BMRS.
B.V.
B.V.

Quinlan’s Kerry Fish : du quai au restaurant

E n rachetant Kenmare, prestigieuse

marque de saumon fumé créée par

Remy Benoît, Quinlan’s Kerry Fish ren-

force sa notoriété de fumeur irlandais de nombreuses fois récompensé avec du sau- mon sauvage et biologique. « Nos trois fumoirs permettent de sortir 10 000 bandes par semaine, selon des process qui diffèrent en fonction de la demande des clients.

À savoir

Les ventes de produits de la mer dans la restauration irlandaise ont progressé de 4 % en 2017 pour atteindre 180 millions d’euros.

B.V.
B.V.

Entre 5 et 16 heures de fumaison avec un salage plus ou moins léger, c’est une ques- tion de choix. Kenmare correspond à un fumage doux, contrairement à des produits plus corsés », explique Liam Quinlan, patron de l’entreprise éponyme. Son premier métier est toutefois le mareyage, avec un point d’ancrage sur la péninsule de Caherciveen. Partenaire d’une quinzaine de bateaux dont il com- mercialise la pêche, Liam Quinlan travaille de longue date avec ses clients espagnols, italiens, français, néerlandais ou suisses. L’export représente un peu plus de la moi- tié des 15 millions d’euros de chiffre d’af- faires. « L’entreprise a démarré en 1989 et

De jolis filets destinés aux restaurants de la maison Quinlan’s.

nos réseaux à l’export sont diversifiés. J’ai même vendu un chalutier de 40 mètres à des Argentins qui pêchent la crevette et la congèlent à bord. Un très beau produit que j’utilise depuis.» Son unité de transformation de Renard Point emploie 40 personnes et la produc- tion est répartie en plusieurs zones de tra- vail : filetage manuel de poissons blancs et de saumon, cuisson de crabe, surgéla- teur, fumaison. En complément des apports locaux, l’entreprise importe des filets de cabillaud islandais, du saumon des Féroé et de Norvège ainsi que du bar et de la dau- rade d’élevage. Comme pas mal de ses confrères mareyeurs en Irlande, Quinlan’s ne néglige pas le marché intérieur en exploitant ses propres poissonneries, couplées parfois avec un espace de dégustation, voire un restaurant. « Nous avons ouvert quatre boutiques et cinq restaurants. Le tourisme en Irlande tire la restauration, l’important est de trouver les bons sites. J’ai plusieurs projets dans ce sens. » n

PRODUITS DE LA MER N°192 MAI 2019

57