Vous êtes sur la page 1sur 172

SOUS LA DIRECTION DE

CüLLECf!ON << RECHERCHES >>


Christian Lava!, Luca Paltrinieri et Ferhat Taylan
Depuis le début des années 1980, on a assisté aun redéploiement considérable
de la recherche en sciences humaines et sociales : !a remise en cause des grands
systemes théoriques qui dominaient jusqu'alors a conduit a un éclatement des
recherches en de multiples champs disciplinaires indépendants, mais elle a aussi
permis d'ouvrir de nouveaux chantiers théoriques. Aujourd'hui, ces travaux
commencent a porter leurs fruits: des paradigmes novateurs s'élaborent, des
liens inédits sont établis entre les disciplines, des débats passionnants se fontjour.
Mais ce renouvellement en profondeur reste encore dans une Jarge mesure peu
visible,car il emprunte des voies dont la production éditoriale traditionnelle rend
difficilement compte. L'ambítion de la collection « Recherches » est précisément
d'accueiHir les résultats de cette « recherche de pointe »en sciences humaines
et sociales : gráce aune sélection éditoriale rigoureuse (qui s'appuie notamment
sur l'expérience acquise par les directeurs de collection de La Découverte),
elle publie des ouvrages de toutes disciplines, en privilégiant les travaux trans
et multidiscíplinaires. 11 s'agit principalement de lívres collectifs résultant de Marx & Foucault
programmes il long terme, car cette approche est incontestablement la mieux
a méme de rendre compte de la recherche vívante. Mais on y trouve aussi des
ouvrages d'auteurs (theses remaniées, essais théoriques, traductions), pour se
Lectures, usages,
faire l'écho de certains travaux singuliers.
confrontations
L'éditeur

Éditions La Découverte
9 bis,.rueAbel-Hovelacque
Paris Xlll'
2015
Sommaire
La publícation de cet ouvrage est issue d'un colloque qui s'est tenu sur le si te de
l'université Paris-Ouest Nanlerre~La Défense et au Lycée Henri IV de Paris du 18 au
20 décembre 2014. Ce colloque a été organisé conjointement par le laboratoire Sophiapol lntroduction 7
et le College intemational de philosophie, avec le soutíen du Centre Michel Foucault. Christian Lava!, Luca Paltrinieri, Ferhat Taylan
Cette publication a re~ u le soutien financier du Sophiapol, de la Commission recherche
de 1'université Paris-Ouest Nanterre~La Défense et du Centre Mchel Foucault. Qu'ils en
1. J'oucault, lecteur de Marx
soient ici remerciés, ainsi que toutes celles et tous ceux qui ont contribué a la réalisation
du colloque et a la confection de l'ouvrage. l. Une histoire «plus profonde » du capitalisme !9
Ferhat Taylan
2. La productivité du pouvoir 29
Christian Lava!
3. Foucault, Marx: le corps, le pouvoir, la guerre 45
Sandro Chignola
4. Foucault lecteur du Capital 59
Rudy M. Leonelli
5. {{ Cornmuniste nietzschéen ». L'expérience Marx de Foucault 7!
Roberto Nigro
6. L'anti~Marx de Michel Foucault 84
Étienne Balibar

Il. l?oucault et les marxisrnes

7. Cartographier les marxismes avec Foucault: les années 1950 et 1960 105
Jean-Franr:ois Bert
8. L'intellígibilité des luttes. Foucault et Sartre lecteurs des enquetes bistoriques
de Marx 1!3
Hervé Oulc'hen
9. L'effet Althusser sur Foucault; de la société punitive ala théorie
de la reproduction !29
Si vous désirez étre tenu réguliCrement informé de nos parutions, il vous suffit de vous abonner
Julien Pallotta
gratuitement a notre lettre d'inforrnation par courriel, apartir de notre si te www.editionsladecouvcrte.fr,
oü vous retrouverez !'ensemble de notre catalogue. 10. Michel Foucault entre Marx et Burckhardt: esthétique,jeu et travail 143
Manlio lofrida
ISBN 978-2-7071-8801-4 11. Foucault, marxiste hérétiquc? Histoire, subjectivation et liberté 154
Judith Revel

IIANGEII Ce logo a pour objet d'alerter le lecteur sur la menace que représente
pour J'avenir du livre, tout particuliCrement dans !e domaíne des sciences 111. Lire Marx apres F oucault
"
PllllTOI:OI'IIIAill humaínes et sociales, le développement massif du photocopillage. Nous
lliHEUIRE rappelons done qu'en application des articles L 122-JO aL 122·12 du 12. La subjectivité retrouvée. Une expérience marxiste de Foucault 173
code de la propriété inte!lectuelle toute photocopie a usage col!ectif, inté- Antonio Negri
grale ou partielle, est interdite sans autorisation du Centre fran9üis d'exploitation du droit de copie
(CFC,20, ruedes Grands-Augustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduction, intégrale ou
13. De la praxis aux pratiques 184
partie!le, est également interdite sans l'autorisation de l'éditeur. Pierre Dardot
14. Pouvoir ou dornination ? Pouvoir ou exploitation ? Deux fausses alternatives 199
Emmanuel Renault
© Éditions La Découverte, Paris, 2015.
15. Capitalismo et gouvemement des circulations 213
Laurent Jeanpierre
16. Race, population, classe: discours historico-politique et biopolitique
du capital de Foucault a Marx 228
Guillaume Sibertin-Blanc
17. Le nominalismo de la relation comme principe antirnétaphysique 244
Diogo Sardinha
lntroduction

IV. Marx avec Foucault : actualités, luttes, critiques

18. Le s:ymbolique, la production et la reproduction. Éléments pour une nouvelle Christian La val, Laca Paltrinieri, Ferhat Taylan
économie po!itique 261
Federica Giardini
19. Foucault avec Marx: la pratique altératrice comme praxis révolutionnaire
et les luttes contemporaines pour le cornmun 272
Pierre Sauvetre
20. Foucault avec Marx: pouvoir-capital et pouvoir~savoir 286 ll est des travaux et des oouvres qui nous aident a comprendre ce que
Jacques Bü:let nous sommes devenus et ce qui nous arrive aujourd'hui. Marx et Foucault
2L Foucault, l'actualité, l'histoire: aspects de la démocratie présentiste 298 sont de ceux-liL Sans doute ne nous disent-ils pas la meme chose de notre
lsabell Lorey histoire, eux quí ont vécu et pensé aun síecle de distance, dans des condi-
22. Marx, Foucault et la grande entreprise comme institution central e tions et avec des projets différents, mais ce sont peut-etre précisément
du capitalisme 309
toutes ces dífférences qui font du croisement de ces deux norns un espace
Stéphane Haber
fécond pour !'avenir de la pensée critique. Le colloque Marx & Foucault,
23. Qu' est-ce qu 'une critique transformatrice ? Contrat psychologique
et nonuativité d' entreprisc 323 qui esta !'origine de ce volurne, en a apporté des élérnents suffisarnment
Massimiliano Nicoli et Luca Paltrinieri probants. L'organisation de cette rencontre s'est donué pour but l'inter-
rogation aussi systématique que nécessaire, aussi libre que possible, des
Liste des auteurs 339 rapports riches, variés, évolutifs et complexes de Foucault avec la pensée
de Marx. L'important pour nous était de faire le point sur le« dialogue
Table 341
ininterrompu' »entre les textes de Marx et Foucault, de comprendre corn-
ment ils travaillent les uns par rapport aux autres, comrnent ce rapport ou
ces rapports font aussi partie de notre actualité de pensée et d'action.
Mais ce n'est pas seulement ce dialogue-la qui a constitué notre objet.
Nous avons égalernent considéré comme question importante notre dia-
logue avec les travaux de Marx et Foucault, nous quí les lísons !'un et
l'autre, !'un avec l'autre, !'un contre l'autre. ll nous fallaít tenir compte
du fait que notre propre rapport au travail de Foucault a changé notre
lecture de Marx, que nous nous sommes mis a líre Marx depuis Foucault.
Et il convenait de nous interroger sur la maniere dont nous combinons
aujourd'hui leurs analyses et leurs concepts dans l'intelligence que nous

l. Selon !'expression d'A!essandro Fontana et Mauro Bertani, << Situation de cours }>,in
Micbe1 FoucMJLT, « llfaut déjendre la société ». Cours au Colli:!ge de France (1975~1976),
EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 1997, p. 250.
8 MARx & FoucAULT lNTRODUCT!ON 9

avons des pouvoirs contre lesque!s nous luttons et des pratiques de résis- question autrement, et de faqon ala fois plus historique et moins polémique,
tance que nous déve!oppons. on pourrait dire cecí : l 'on reconnaí't généralement que Foucault a su donner
Cette questíon de fond, les contributeurs l 'abordent théoriquement chacun toute leur place dans la pensée critique a celles et ceux qui n'entraient pas
aleur maniere. C'est elle qui, a nos yeux, permet de déjouer les risques de dans la grande dialectique marxisie, et ce, a une époque oil elle domiuait
malentendu inhérents au champ académique. Conjoindre deux noms propres tres largement la conceptiou de J'histoire et la réllexion politique. Mais un
dans un titre de colloque, ou sur la couverture d'un livre, est en effet un geste certaín « foucaldisme >> n'auraít-il pas progressivement gagné en extension
universitaire assez courant qui expose au risque de l'arbitraire. Dans le jeu et en force jusqu'a faire des luttes des exclus de l'histoire -les femmes, les
scolastique, on se plaít a rapprocher des ceuvres qui ne sont pas de la meme colonisés, les homosexuels, les prisonniers, les immigrés, les enfants, etc.-
époque, qui ne s'exprirnent pas dans la merne langue el qui ne parlen! pas non pas certes le moteurde substitution d'une nouvelle histoire, mais l 'envers
de la rneme chose. Le risque est done toujours de faíre semblant d'instaurer de la représentation dominante de l'histoire, regardée jusque-la comme
un dialogue entre des pensées et des auteurs qui n'ont ni le meme contexte progres vers l'émancipation universelle? Ce décentrement systématique,
d' exercice, ni les memes eujeux, ni les memes intentions, ce simulacre ayant et cette déconstruction des schernes ancíens,jusqu' ala conceptíon del 'his-
généralement pour conséquence d'ajouter un peu plus de méconnaissance toire elle-méme, n'auraient-ils pas entierement emporté avec eux la vision
quant ala síngularité des pensées et des vi es que désignent ces norns propres. encore tres occidentalo-centrée qui étaít ce!! e de Marx ? Poussant plus loin
Ce risque est levé lorsqu'on demande, du point oil nous sommes, a Marx le raisonnement, le« foucaldisme », nouvelle trame plus ou rnoius explicite
et a Foucault de nous aíder a saisir ce qui nous a fait devenir ce que nous des sciences sociales et historíques « globales », ne seraít-il pas alors une
sommes et ce que nous pensons, e' est-a-dire de poser un diaguostic sur notre maniere d'accompagner, de fa9on certes critique, maís au fond inoffensive,
actualité historique. Pour le dire autrement, et avec plus de précision, íls ne la mondialisation capitaliste, les logíques politiques néolíbérales, et in fine
valen! d'etre confrontés l'un avec l'autre que dans l'analyse de pouvoirs quí !'affaiblissement du rnouvement ouvrier et la disparition de l'horizon révo-
nous contraignent et nous constituent et dans la réllexion des moyens de lutte lutionnaíre? C'est la, comme on sait, le reproche de certaíns marxistes a
que nous avons pour nous en affranchir. Foucault, qui se voit imputer des interprétatious et des prolongements pour
Nous n' avons done pas donné par hasard ala jointure de ces deux noms lesquels il n'a pas fait grand-chose.
propres le signe de ce que les typographes appellent J'esperluette: &. Mais il existe une autre forme de <<mise en rapport » des deux auteurs :
Moins habituelle que le petit mot de liaison« et »,ce signe est la pourfaire non plus rapport d'opposition mais négation de tout rapport.Aussi étrauge
ressortir le caractere problématique, discutable, complexe de cet ensemble que cela puisse paraítre, les déclarations nombreuses oii Foucault souligne
de relations entre Marx et Foucault. Et, de fait, que l' on ne s' attende pas a combien a été importante pour lui la lecture de Marx, restent lettre morte
une parfaíte unité de vues entre les contributeurs. La jonction s' entend de pour certains commentateurs. Pour des raisons d'ailleurs différentes voire
multíples manieres. Certaíns préferent dégager les affinítés, voire chercher contraires, ils semblent s'etre mis d'accord pour faire valoir que ce n' est
la synthese, d'autres s'efforcent de travaíller !'écart entre eux, voire de les surtout pas dans son rapport a Marx qu' íl faut lire et interpréter Foucault.
opposer, quand d'autres encore, et c'est peut-etre le plus grand nombre, On pense aces commentateurs qui tiennent symptornatíquement il maintenir
montrent le double mouvement d'appui et d'éloignernent de !'un par rap- la plus grande étanchéité possible entre Foucault et le marxisme, on pense
port a l'autre. bien súr a cette petite musique qui voudrait que Foucault ait renié finale-
rnent ses engagements politiques des années 1970, qu'il se soit convertí
tardivement aune conception éthique et esthétique de l'existence, amoins
MARX & FoucAULT que cette demíere n'aít été sa vérité de toujours. Mais on pense surtout a
ce nouveau travail d'étiquetage pour lequelle supposé néo!ibéralisrne de
Nous ne sornmes pas les premiers il. tenter le parallo"'e MarxiFoucault, nous Foucault remplace son antimarxisme fondamental. ll y a la une nouvelle
en sommes bien conscients. ll existe bien des manieres d'interpréter notre maniere de vouloir fabriquer une image de Foucault radicalement incom-
« esperluette ». D'abord, le mode de l'opposition: on voudraít opposer le patible avec Marx. Hors de tout contexte historique, Foucault est renvoyé
Marx de la question sociale centrale qui se joue entre deux grandes classes, a ses ambigu!tés poli tiques, il ses amitiés louches, ases investigations dou-
dans le cadre du systeme capitalíste et le Foucault des « luttes minoritaires », teuses. L'intérét pour l'objet << libéralisme » ou l'objet" néolibéralísme »
celles des exclus, des invisibles, des iufilmes et des bannis. Pour poser la vaudrait éloge. lncontestablement, les méthodes << théorico-judiciaíres >>
lO MARX & FoucAULT INTRODUCTION 11

d' un autre age sont de retour. Cette période étaít celle ou l 'on cherchait FoucAULT, ou COMMENT LIRE MARX

plutót ii étíqueter qu'ii penser, une période ou Jean-Paul Sartre pouvait


écrire que << Foucault est la derniere barriere que peut encore élever la Tous ces travaux s' appuient sur un faít incontestable : Foucault a écrit
bourgeoisie contre Marx». Or, les auteurs de ce volume se sont accordés, apri!s etdepuís Marx,avec et contre lui.ll n'a ces sé de le Jire, sans toujours
sans avoir a s'en donner le mot, sur le fait que ces pratiques de lecture ou Je citer, en esqui Vaut toute assignation aun marxisme OU aun anti-marxisme
plutót de non lecture, devaient etre placées une bonne fois pour toutes dans qui luí aurait imposé de rendre des comptes devaut le tribunal imaginaire
les« poubelles de l'histoire ». de la<< théorie vraíe paree que toute-puissante », selon la sinistre formule
ll existe heureusement, comme en témoigne ce volume, une autre tra- de Lénine.ll n'a cessé de le Jire et de le penser comme un événement dans
dition de lecture de Foucault et de Marx, en France comme aílleurs, qui a l'hístoire des discours et dans l'histoire des luttes. En ce sens, Foucault ne
fait de ce croisement un enjeu théoríque importan!. On peut sígnaler, sans cherche pas anier, a réduire,a surmonter Marx.ll s'emploie ale considérer
prétendre du tout a l'exhaustivité, quatre textes parus dans des moments non pas comme un « horizon indépassable », mais comme une condition
et des contextes différents. On pense d'abord a l'ouvrage de Barry Smart, incontournable de toute pensée de l'histoíre. De sorte que l'on peut a hon
paru avant la mort de Foucault et publié en 1983, Foucault, Marxism and droit regarder son ceuvre comme une interminable explication avec Marx,
Critique, qui posait déja un certain nombre de questions etqui a eu le méríte lors méme qu'il ne le citerait plus daus ses demíers travaux consacrés au
de montrer que, dans les milieux universitaires américains, les lecteurs de « gouvernement de soi et des autres ».
Marx ontété sensibles tres tót aux analyses de Foucault. Six ans apres, dans Mais comment Foucault a-t-il lu Marx et pour en faire quoi ? Pour
le cadre du premier grand col!oque quí s' est ten u en France sur Foucault, répondre, il faudrait repartir de la célebre conférence de 1969 sur« Qu' est-ce
Étienne Balibar aval! propasé un texte intitulé Foucault, Marx et i'enjeu qu'un auteur? >>, ou il montraít comment lafonction-auteur, en rétablissant
de nominalisme, qui est devenu depuís une référeuce majeure. En 2004, une origine absolue del 'ceuvre, crée l'illusion du génie qui permetde conju-
la revue Actuel Marx publiait un importan! dossier sur "Marx et Foucault" rer les daugers et les contradictions del' écriture. Pour Foucault, l' auteur est
dans lequel on trouvait notamment un texte du chercheur allemand Thomas un« certain príncipe fonctionnel par lequel, dans notre culture, on délimite,
Lemke consacré ala gouvernementalíté, ou íl insistaít sur la maniere dont on exclut, on sélectionne. Bref, le principe par lequel on entrave la libre
les analyses foucaldiennes du néolibéralisme venaient utilement compléter circulation, la libre manipulation, la libre composition, décomposition,
les analyses marxistes de ce phénomene. Roberto Nigro avait esquissé recomposition de l'ceuvre ».En somme, l'auteur est pour luí la« figure
de son cóté un programme de recherche sur la base de J'hypothese selon idéologique par laquelle on conjure la prolifération du sens5 >>.
laquelle « l'oeuvre de Foucault est traversée d'un bout a l'autre par une On pourraít dire qu' au cours de son «dialogue iniuterrompu », Foucault
confrontation avec Marx2 >>.Ces textes sont ici trop vi te évoqués pour rap- s'est justement efforcé d'arracher Marx a cette fonction-auteur: c'est le
peler que le présent volume reprend et prolonge aujourd'hui un ensemble sens de sa polémique contre les marxismes comme appareils << théorico-
de travaux sur le rapport entre Marx et Foucault, qui out déja une certaine judiciaires ».A!ors que ces derniers cherchentii restituer l'unité del' ceuvre
histoire: laquelle a été relancée par la puhlícation récente du cours de 1'f72- et de l'auteur a travers la citation et le commentaire, il faut, dít Foucault,
1973, intitulé La Société punitive, daus Jeque! Michel Foucault se réfere etre « crypto-marxiste >>.La tache est done d' esqui ver les inévítables effets
largement a Marx'. On n'oubliera pas deux livres récents qui interrogent d'appartenance, les attributions d'origine,de faire un usage libre des textes
également ce rapport Marx/Foucault, celui de Pierre Macherey et celui de de Marx, de les rendre a leur prolifération de significations, de les libérer
Jacques Bidet'. de l'encombrante présupposition d'un génie a l'ceuvre derriere chaque
mot, dont il faudrait restituer l'intention profonde. C'est pourquoi l 'usage
foucaldien de Marx est loujours une certaine fa~on de piéger un certain
marxisme, un marxisme qui voudrait délivrer des permis de paro! e etdéfinir
2. Roberto NIORO, « Foucault lecteur et critique de Marx>>, in Jacques BmET, Eustache
des loyautés. Face a ces procédures d'identification du genre: "Vous eles
Kouvf:r..AKJS (dir.),Dictionnaire Marx contemporain, PUF, Paris, 2001, p.433-446. Consultable
en ligue depuis mai 2011: <http:/iwww.uninomade.org/foucault-lecteur-et-critique-de-marx>. plus ou moins marxistes )) ou «vous etes plus ou moins foucaldiens >>,le
3. Certaines analyses de ce cours avaient été déjil portées a notre attcntion par Stéphane
LBGRAND, in Les N armes chez Foucault, PUF, Paris, 2007.
4. Pierre "MAcHEREY ,Le Sujet des normes, tditionsAmsterdam, Paris, 2014 etJacques BmET, 5. Michel FoucAULT, <~ Qu'est-ce qu'un auteur )}, in Dits el Écrits (1954-1 988), Gallimard,
Foucault avec Marx, La fabrique, Paris, 2014. 2001. tome l. p. 817 a 849.
12 MARX & FoucAVLT lNTRODUCTlON 13

seul devoir politique et moral, selon Foucault, c'est de refuser systémati- Comme 1' a récemment remarqué Pi erre Macherey, « Foucault [... ]n' a guere
quement le chantage du « qui es-tu ?6 ». été indulgent al' égard de scoliastes qui, sans s' apercevoir qu 'ils toumaient
Croire ou ne pas croire ¡¡ l'unité d'une reuvre a une portée stratégique. en rond, ont, selon lui, gáché !eur temps a expliquer dévotement "ce que
C'est cette croyance qui a caché l'analogie la plus secrete entre le travai! Marx a dit", "ce que Marx a vraiment dit", par exemple en se contentan!
de Marx et celui de Foucault. Car, qu'il s'agisse d'étudier le panopticon, le de "lire Le Capital". Si on veut etre conséquent, cela doit etre pris pour un
"capital humain" ou les techniques de soi pour Foucault,ou bien le marché, avertissement par ceux qui seraient tentés de consigner, ou de cosígner au
le travail ou !'économie politique pour Marx, les deux penseurs n'ont pas titre d' interpretes autorisés, disposant del' auctoritas dont la source a jailli
cessé d'étudier l'« intelligence de la bourgeoisie >>. Dans un passage de de l'auteur, "ce que Foucault a dit", voire "ce qu'il a bien dit", a la fois
La Société punitive, Foucault s'en explique. Le theme de la betise de la paree qu'ill'a dit effectivement et paree qu'il aurait eu raison de le dire8 >>.
bourgeoisie est cher aux intellectuels, mais ce sont ceux qui croient a cette La neutralisation scolastique est peuHltre, pour une part, inévitable.
betise qui, au fond, sont les plus bétes : Foucault lui-meme n'a+il pas bien souvent teuté d'établir rétroactivement
des continuités, des synthilses, des cohérences pour rendre compte de son
Si la bourgeoise parait bete,c'est que 1'on va chercher les traces de son intelJigence
ou de sa bStise dans cette catégorie de díscours particuli.Crement scolarisée qu'on propre parcours? Mais ce qui compte, e' esttout autre chose : e' est la capacité
appelle les ceuvres des auteurs, les textes. Toutes ces catégories,auteurs, écrivains, que garde un texte d'etre «mis en reuvre >> pour comprendre ce qui advient.
ceuvres, textes, c'est ce que la scolarisation de la société a isolé par rapport a la C' est ce que Foucault dans un texte inédit disait de son rapport a Marx :
masse active, stratégique- des discours 7 .
Je ne retiens done qu'lille maniere dcfaire avec les textes de Marx: la mise en ceuvre
Le prix a payer est lourd: les luttes seront toujours défaites si l'on ne éventuelle de leurs formes d'analyse, de leurs propositions théoriques, et de leurs
prend pas au sérieux 1' « intelligence de la bourgeoísíe ", si l' on ne va pas concepts; et cecí non point pour assurer une répétition, mais pour produire, si c'est
possible, a partir de !U quelque chose de nouveau. Le seul procédé honnéte, c'est
la chercher ou elle esta l' reuvre, dans le role stratégíque des discours. Sans
done de laisser au lecteur le soin de reconnaítre s'il en a envie quels éléments des
doute la << fonction-auteur" a-t-elle fini par rattraper son critique le plus analyses de Marx ont été utilisés et de quelle faqon, pour conduire aquels résultats
inlassable. Apres avoir été soumis aux «signes ostensibles de marxisme ",le et avec quelle certitude9 .
discours critique se montre de plus en plus exposé aux «signes ostensibles
Ou aura compris cambien serait vain de confronter un marxisme ima-
de foucaldisme ». ll suffit de considérer la portée iconique des vísages de
ginaire a un foucaldisme !out aussi imaginaire.
Marx et de Foucault, le barbu el le chauve, qui ont circulé partout jusqu' a
devenir des purs « signifiants globaux >> sur Internet et dans les médias.
Si Foucault voulait arracher Marx aux marxistes, la question aujourd'hui << METTRE MARX A L' <EUVRE »
a
est d' éviter que Foucault ne soit réduit un fouca!disme sco!aire, une a
académisation de Foucault qui, en le transfonnant en "auteur classique", le En somme, Foucault o'est pas marxiste, pas plus qu'il n'est libéral.
neutraliseraít en empechant tout rapport libre avec son travail pennettant Il entend creuser « plus profond >> que Marx, a un niveau regardé par
de le prolonger, de le transfonner, d'en faire quelque chose de nouveau. luí comme plus fondamental, celui des formes de pouvoír el des types
de savoir. La lecture des cours et des livres des années 1970 montre que
6. Foucault s'était lui-méme amusé aénumérer les qualificatifs que lui avaientaccolés certains le capitalisme n'aurait pu << cristalliser >> en systeme si n'avaíent pas été
marxistes, en aHant du pire au mei!leur, de Sartre aA!thusser. Dans un texte inédit, quí est une mis en ceuvre des formes de pouvoir pennettant de discipliner de larges
réponse que Foucault a rédigée en 1Cf79. a une question que lui a envoyée un ínterlocuteur inconnu, fractions de la populatíon et de les transformer en << prolétariat >>. Le mon-
et qui porte sur son rapport aMarx etau marxisme, on trouve !aliste suivante: l.« dernier rempart
de la bourgeoisie )} 2. {< agent du patronat » 3. << idéo!ogíe des technocr.ates >> 4. « irrationaliste
vement qu'opere Foucault par rapport aMarx n'est pas d'opposition mais
nietzschéen ~> 5. « rationaliste mécaniste >> 6. « posítiviste négateur de l'hístoire » 7. « philosophe d' appui et de prolongement, non de négation mais d' approfondissement et
relativiste et historicisant » 8. « historien idéaliste étranger au matérialisme dialectique >~ de généralisation: il s'agit de« mettre en reuvre >>le travail marxien pour
9. « historien matérialiste auquel manque la dialectique » 10. <<historien dont les analyses
comprendre historiquement et généalogiquement notre présent.
peuvent sous certaines conditions étre íntégrées au matéria!isme dia!ectique >>(ce dernier propos
est raturé dans le tapuscrit). Voir le texte inédit « Réponse a la premiCre question >>, trouvé par
Frédéric Gros dans la boíte 79 des archives récemment déposées a ia BNF. 8. Pierre MACHEREY, « Lire Foucault ».Consultable en ligne: <http://philolarge.hypotheses.
7. Et encore << On peut définir les intellectuels comme ceux sur qui l'intelligence de la org/1666> (Exposé présenté le 18 juin 2015 an colloque « Foucault au CoUege de France. Une
bourgeoisie produít un effet d'aveuglement ct de Mtise », Mlchel FoucAULT ,La Société punitive. aventure íntellcctuelle et éditoriale )t a Cerisy~la-Salle.)
Cours au College de France ( 1972~1973), EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 2013, p. 168. 9. Voir texte inédh « Réponse a la premiCre question >>, op. cit.
14 MARX & FoucAULT lNTRODUCfiON 15

Si chez Marx il fallait partir de la domination générale d'une classe hétérogenes et multifom1es, mais qui trouvent encore dans l'État le lieu
pour analyser les méthodes de pouvoir que cette domiuation a supposées stratégique de leur intégration ?
pour se consolider et s'étendre, avec Foucault il convenait de remonter
de l'exercice d'un pouvoir localisé mobilisant des techniques inventives,
jusqu'aux effets généraux de domination du capital et de l'État. La lutte L' ACTUALITÉ POLJTIQUE DE << MARX & FoucAuu »
des classes n'est done pas imaginairement abolle, elle est étendue a toute
la surface de la société. Cela fait une certaine différence. C'est d'ailleurs On !'aura compris désorrnais, notre interrogation ne participe ni essen-
tres exactement ce qu'il dit aux jeunes milítants trotskystes de Rouge qui tiellement ni principalement du jeu académique. Elle es! profondément
viennent chez !ui l'interroger: poli tique, c'est-a-dire inscrite dans notre actua!ité polítique. Partir de la
Moi ce queje voudrais essayer de saisir, c'est le pouvoir. Non pastel qu'on question politique de notre présent ne signifie évidemment pas que notre
l' entend d'ordinaire, cristallisé dans des institutions ou dans des appareils, mais si travail n 'a pas de dimension et de conséquence théorique. Le croire serait
vous voulez, le pouvoir en tant qu'il cst a travers tout un corps social, 1'ensemble d'ailleurs mal connaitre Foucault pour qui les« concepts vienuent des luttes
de ce que l'on peut appeler la lutte de classes. Pour moi, a la limite,je dirais, le
pouvoir, c'est la lutte de classes, c'est-a-dire !'ensemble des rapports de force,
et doi vent retoumer aux luttes 11 >>. C' est pourquoi le cadre du questioune-
c'est-3-dire des rapports forcément inégalitaires, mais également changeants, ment dans Jeque! s 'inscrit nécessairement toute confrontation des pensées
qu'il peut y avoir dans un corps social et qui sont les actualisations, les drames de Marx et de Foucault est éminemment pratique, il est méme stratégique,
quotidiens de la lutte de classes. í ... ] C'est h\ oU est peut-Ctre le point difficile et car il implique de savoir s 'íl es! possible, aujourd'hui, de penser ensemble
que vous n'admettricz pas,je ne dirais pas: il y a une iuttc de classes comme 9a, les luttes des<< minorités » (qui sont, a l'échelle du monde, une majorité en
:1 un certain niveau fondamental, dont le reste n' est que l'effet, la conséquence,
nombre, mais pas en compacité) et les luttes des c!asses sur le terrain du
mais que la lutte de classes concrCtement, c'est tout ce que nous vivons 10 .
capitalisme mondialisé. Cette question ne se pose pas a n'importe quelle
ll u' est pas ici question de nier les inégalités entre les dasses, les rapports époque. Elle surgit dans un moment de bifurcation possible entre deux voies.
de force sur le marché du travail ou les luttes entre patrons et ouvriers. ll La premiere, nous l'avons vu, est celle d'une disjonction et d'une oppo-
s'agít p!utot de saisir les inégalités, les rapports de force, les luttes dans sition entre les « dominés économiques >> et les<< exclus cnlturels ».Entre
leur extension maximale el dans leur pluralíté la plus poussée. les premiers, victimes des inégaiités, des précarités et des exploitations sur
On voit mieux sans doute la racine des interprétations divergentes et les le terraín du travail et de la production, et les seconds qui sont renvoyés a
usages assez contras tés que l'on peutfaire. D'un coté, Foucault conteste la leur << hétérogénéité » pour les uns, aleur « identité » irréductible ponr les
vision binaire qu'ontles marxistes de la lutte, ainsi que leur économisme autres, il n'y aurait pas de conjouction possible sur le terrain des luttes. Ce
historique sur Jeque! repose cette conception. Ce qui peut expliquer la divorce entre« social >> et «culture!>>, manipulé par des gouvemements
tentation de relativiser la lutte social e, au sens classique du terme, au profit et des partís poli tiques dits de gauche quí croíent compenser leur abandon
d'une mul!ítude de combats sur d'autres fronts. D'un autre coté, Foucault des classes populaires par des « marqueurs sociétaux », nous conduittout
reprenda son compte l 'idée que la l utte de el as ses constitue l 'élément méme droít au nationalisme et a1' affaíblissement progressif des altematives poli-
du social el le << transformateur )) de l'histoire, mais a condition, devenue tiques.ll conduit anssi, notamment, ií voir le travail de Foucau!tcomme une
une évidence pour Jui dans les années 1970, de ne jamais cantonner la Jutte machine de guerre contre la lutte de classes. Ya-t-ildes raisons de voir en
aux seuls lieux de travail, dans le seul champ de la production, mais de la lui le théoricien << postmodeme »de l'émergence de« luttes culturelles,
considérer au contraíre comme transversale a<< tout ce que nous vivons >>. hétérogimes a tout projet d' émancipation12 ? A l'évidence non, comme le
ll posait par la une question décisive, a!aquel!e des auteurs aussi différents montreutles contributious de ce volume qui, dans leur diversité,s'accordent
que Laclau et Mouffe, ou Hardt et Negri ont tenté d'apporter depuis une
réponse: sur quelle base, apattír de que! príncipe, selon que!!e rationalité
peut-on articuler toutes ces luttes contre des pouvoirs, certes différenciés, 11. Cité par Pi erre BouRDIEU, in 1< La phi!osophie, la science, l' engagement », L 'lnfréquentable
Mi che! Foucault, Epel, París, 2001, p. 190.
12. On peut faire une liste actualisée des discours tenus aujourd'hui sur Foucault en allant
toujours du pire au meilleur: l.« penseur néoliberal >> 2. « allié des nouveaux philosophes voulant
10. Michel FoucAtn.:r, « Entretien inédit entre Michel Foucault et quatre militants de la LCR,
détruire la s:écurité social e» 3. << défenseurdes libertés individuelles contre l 'État /) 4. « philosophe
membres de la rubrique culturelle dujournal quotidien Rouge >>,julllet 1977. Consultable en
apolitique de !a vie ordinaire qui appe!le ala sagesse éthique » 5. «. auteur parfois marxísant guí
ligne: <http://questionmarx.typepad.fr>, ne contrOle pas !'usage qu'il fait des concept"' de Marx>>,
16 MARX & FmJCAULT

sur le fait que, pour faíre avancer la réfiexion sur les formes de pouvoír qui
sont liées au capitalisme, il convient de prendre appui non pas sur Marx
a
seul, ou sur Foucault sen!, mais sur le travail réalisé par Foucault partir
de Marx, lequel nous permet de relire !'un par l'autre el d'enrichir ainsi
la compréhension del 'un et de l'autre.
a
Se dégage alors, travers cette articulation e! au fil des différentes
contributions, une deuxieme voie de la lutte, une voie qui se cherche,
encore a peine ébauchée pratiquement et sans doute trop peu discutée
théoriquement, qui viseralt au contraire la convergence des luttes contre
le capitalisme sur le terraín économique et des luttes quise menent contre
toutes les autres formes de pouvoir et d'oppression, celui de l'État, des
religions, des méd.ias ou des traditions. Cette voie suppose sans doute de
mettre au creur de toute stratégie politique la dimension conf!ictue!le du
rapport salarial, maís sans subsomption des luttes minoritaires dans une
grande dialectique de l'histoire.
Les auteurs poursuivent quatre grands axes de questionnement. Il y a
l.
d'abord la plus évidente et la plus immédiate série de questions: Comment
Foucault a-t-íllu Marx, dans quels contextes, pour quels usages, avec quelles Foucault,
ínf!exions ? ll y a ensuite la discussion explicite ou ímplícite que mime
Foucault avec les marxismes, notamment avec la tentative de réinvention
d 'une philosophie marxiste par Althusser, qui est resté longtemps son interlo-
cuteur indirect. 11 y a encore ce que nous pourrions appeler l' effet feedback:
comment lit-on Marx apres et depuis Foucault ? Qu 'ont changé dans notre
rapport a Marx les concepts créés et mobilisés par Foucault (discipline, sur-
veillance, d.ispositíf, bíopolitique, gouvernementalité, subjectivation)? Mais
aussi comment Jire Foucault en relisant Marx, a partir de Marx ? ll y a enfin
toute la questiou ouverte des usages qui sont falts ou qui peuvent étre faits
de Marx et de Foucault, les deux ensemble, dans divers champs de luttes et
dans un certain nombre de travaux qui visent leur articulation.
Son incomplétude, son caractere de work in progress, explique que ce!
onvrage soit sans conclusíon : ou plutót íl se ferme sur une invitation a
poursuivre le travail de la pensée et de la lutte. La pensée critique ne peut
pas plus aujourd'hui qu'hier se satisfaíre des répétitions et des<< retours ».
Elle ne sera a la hauteur des enjeux de l'époque que nous vivons qu'a la
a a
conditíon d' etre capable de se soustraire la tentation de 1, orthodoxie, la
sacralisation du texte, ala fétichisation del'<< auteur ».Elle ne sera féconde
que si elle sait éviter sadésactivation scolastique par le commentaire infinl,
a
si elle sait se réinventer partir de son histoire meme.
l

Une histoire «plus profonde >> du capitalisme

F erhat Taylan

Je partirai d'un simple consta!: lorsque Foucault évoque Marx, que ce


soit dans Les Mots et les Choses ou que ce soit dans les cours au College
de France (notamment dans La Société punitive), il insiste aussitot sur un
plan <<plus profond »par rapport auquel il situe les analyses de Marx, Ce
plan plus profond de savoir ou de pouvoir semble appeler chez Foucault
un type d'enquéte historique quise situe en de~a ou en amont de Marx. Et
ce plan cherche tantót a saisir J 'inscription épistémique de son discours
dans la configuratíon de 1' économie poli tique, tantót ií caractériser les
mécanismes disciplinaires qui anticipen! les rapports de production. Pour
mieux saisir la place que Foucault accorde a Marx dans cette histoire plus
profonde et irréductible aux rapports de production,je propose ici de suivre
le fil directeur du probleme du travail tel que Foucault l'analyse dans Les
Mots et les Choses et dans La Socíété punitive. Ces deux ouvrages sont
souvent présentés comme deux póles extrémes du rapport de Foucault a
Marx : le premier serait son moment le moins marxiste, oií il commet le
péché capital consistan! asituer la pensée de Marx dans un espace discursif
qui l'accueille, et le second serait le cours La Société punitive, ou il serait
amené apratiquer une vulgate << marxisante » peu contrólée, pour reprendre
un terme qu'utilise l'éditeur de ce cours. Orces lectures ne permettent pas
de comprendre l'opération plus spécifique qu'entreprend Foucault par
rapport a Marx. Ainsi, en interrogeant la maniere dont Foucault traite le
probleme du travail comme une catégorie de savoir d'une par! et comme
une réalité sociale progressivement instituée d'autre part, je voudrais
déplacer la discussion: plutót que de se demander quand etjusqu'ií quel
point Foucault était marxiste, nous pcurrions nous demander comment il
situe les analyses de Marx dans une histoire qu'il estime<< plus profonde >>,
et quelle utilité il entend tirer d'un te! geste.
MARX & FoucAULT UNE HISTOIRE <<PLUS PROFONDE >'> DU CAPfTALISME 21
20

LE TRAVAJL, EN THÉORlE Ef EN PRATJQJJE << communisme nietzschéen » évoqué par Roberto Ni gro' : pour qu' il y ait
du surprofit, il faut qu'il y ait sous-pouvoir, il faut qu'une trame de pouvoir
Nous savons comment Foucanlt, dans Les Mots et les Choses, définissait politique microscopique soit établie pour fixer les hommes aux appareils de
l' antonomisation du travaíl, l' économie devenant le temps intérieur d' une production, en faisant d'eux des agents de la production, des travaílleurs.
organisation qui croit selon sa propre nécessité et qui se développe selon El Foucault termine en affirmant que <<ce qu'il a prétendu faire, c'est
des lois autochtones. Panni les trois composantes du trio vie-travail-langage l'analyse du sous-pouvoir comme condítion de possibilité du surprofit4 ».
abordé dans Les Mots et les Choses- chacune ayant l 'ambition de devenir a Il s'agít ici d'une double critique de lacatégorie du travail comme tenne
la fin du xvm' siecle une région autonome, avec ses lois de la nature concer- définitif del' anal yse, ala fois sur le terrain des savoirs qui l' élevent au statut
nant les choses humaines et donnantlieu respectivement a l'économie, ii d'analyseur économique natura!isé et sur le terrain des dispositifs disci-
la biologie et a la philologie- Foucault ne critiquera, apres la publication plinaires qui l'établissent concretement mais en sourdine. Si le marxisme
de cet ouvrage, que la place accordée au travail. L'intégration du travail est comme «un poisson dans l'eau >> dans la pensée du xrx< siecle, comme
dans la nature humaine comme une dimension essentielle de celle-ci est Foncault l'écrit dans Les Mots et les Choses 5 , c'est paree qu'il s'inscrit dans
ramenée par Foucault soit au probleme anthropologique de la finitude de cette configuratíon du savoir ou l'historicité del' économie (en rappott avec
l'homme (c'estla solution proposée dans Les Mots et les Choses ou nous les formes de production) s' articule ala finitude del' exístence humaine (en
lisons qu' « il n'y a d'histoíre que dans la mesure ou l'homme comme etre rapport avec la rareté et le travail). C'est cette disposition de savoir que le
naturel est finP, ), soit aune synthese opérée par un pouvoir politique pour marxisme « n'avait ni le propos de troubler, ni surtout le pouvoir d'altérer,
que 1' essence de l'homme puisse appara!tre comme étant le travail (e' estla ne fílt-ce que d'un pouce, puisqu'il reposait tont entier sur elle6 >>. Carcette
solution proposée ii la fois dans La Société punitive el dans la conférence figure de travail, naturalisée dans la mesure ou elle appara!t comme une
<<La vérité et les formes juridiques »). Ui ou la premiere solution, ii savoir réponse ala menace constante de la mort, serait investie par Marx comme
1' analytique de la finitude hu maine, reste dans l' élément du savoir et sítue l'élément d'un retoumement de 1' « Histoire >> qui a amené l'exploitation
Marx dans cet espace inauguré par Smith et Ricardo (dans lequel le travail du travaíl. Or, a partir de La Société punitive, cette critique de Foucault
est l'unité d'analyse principale), la seconde solution, a savoir la synthese s'articule a l'idée selon laquelle le pouvoír discíplinaire serait constitutíf
opérée par le pouvoir politique, nous entrame vers l' étude de ces ínstítutions du mode de production capitalíste, en ceci que les disciplines établíssent,
disciplinaires qui lient les hommes aux appareíls de productíon, opératíon en amont, une force de travail productive, asavoír un ensemble d·humains
qui anticiperait et rendrait possíble l'accumulation massíve du capital. dont le temps de vi e est adapté ala temporalité de la production par l 'effort
Dans que !le mesure ces deux gestes s'artículent-ils !'un al'autre? Cette journalier des institutíons disciplinaires.
articulation apparaít clairement a la lecture d'un paragraphe décisif de la ll serait done illusoire selon Foucault de penser que, sous le travail
conférence «La vérité et les formes jurídiques », oií Foucault écrit qu'il exploité, en cherchant bien, on arriverait a un travail non exploíté comme
« ne pense pas qu'on puisse admettre purement et simplement l'analyse étant la honne essence del 'homme et de sa nature. Le probleme serait plutót
tradítionncllement marxiste, qui suppose que, le travail étant l'essence la constitution du travail, d'une part comme essence anthropologique etins-
concrete de l'homme, c'est le systeme capitaliste qui transforme ce travail trument d' analyse au sein d'une configuration de savoir particuliere orientée
en profit, en surprofit ou en plus-value. En effet, le systeme capitaliste par la finitude humaine, d'autre part comme la force normative principal e ii
pénetre beaucoup plus profondément dans notre exístence >>. La mét~ph~re
2
Jaquel! e ohéíssent les disciplines. Ces deux registres semblent s'unifierdans
de la profondeur revient icí encore une fois au sujet du systeme caprtal!ste le geste de Foucault quí dénonce fondamentalement l 'idée selon laquelle le
dont l'analyse devrait non pas s'arreter au travail comme essence, mais travail serait théoriquement déterminé comme essence de l'homme, alors
etre recondnite vers les systemes de savoirs, de contraintes et d' obligations qu'il est pratiquement institué par des appareils disciplinaires.
qui instituent le travail ii la fois comme essence de l 'homme et comme
exigence normative envers l'homme. C'est bien súr le point focal de ce 3, Voir le texte de Roberto Ni gro,« "Communiste nietzschéen". L'expérience Marx de
Foucault » dans le présent ouvrage, chapitre v.
4. Miche! FoucAULT, «La vérité et les formes juridiques », Dits et écrits (1954-1988),
1. Michel FoucAULT, Les Mots et les Ch.oses, Gallimard, Paris, 1966, p. 271. op. cit., p. 1490.
2. Michel FoucAULT, «La vérité et les formes juridiques ~>,in Dits et Écrits (1954-1988), 5. Michel FoucAULT, Les Mots et les Choses, np. cit., p. 274.
Gallimard, Paris, 2001, tome I, p. 1490. 6./hid .• p. 27].
22 MARX & FOUCAULT UNE HfSTOIRE « PLUS PROFONDE :>) DU CAPITALISME 23

Cette dénonciation prend lafonne que nous connaissons dans La Société histoire idyllique de l'accumulation primitive comme étant le résultat des
punítive, ou Foucault affirme, ii la fin de la le~on du 28 mars, que si e' est la hommes qui auraient bien travaillé, dans l'histoire réelle, selon Marx,
structure économique de l'accumulation du capital qui transforme la force «e' est la conque te, 1' asservissement, la rapine ala main armée, le regne de
de travail en force productive, encere faudrait-il concevoir une opération la force brutal e qui l' a toujours emporté >> et qui a conduit aune séparation
poli tique préalable qui pennet de transfonner le temps de vie en force de de certains producteurs d'avec les moyens de productlon. Pour Marx, cette
travail. Pour le dire plus simplement, les disciplines transformeraient le accumulation primitive con cerne d'abord 1'histoire de l'expropriation des
temps de vi e en force de travail, et le capitalisme transformerait a son tour paysans qui ont été progressivement séparés des moyens de production,
cette force de travail en force productive. Foucault l'affirme clairement: idée qu' il exprime dans la célebre formule «le divorce du travail d'avec ses
« Le capitalisme ne rencontre pas la force de travail comme cela, comme conditions extérieures ». Ainsi, dans le mouvement historique réel, Marx
forme immédiate et concrete de l'existence humaine7 >> ; pour constituer constate que c'est une violence primitive qui a enc!enché le processus de
cetteforce de travail, une série d'institutions de séquestration, de disciplines dépossession préalable i\] 'ordre économique capitaliste, Ull proceSSUS par
ont été nécessaires, et ces institutions précMent d'ailleurs historiquement lequel « les moyens de production ont déja été arrachés sans phrase aux
les phases les plus intenses de l'accumulation du capital au xvm' siecle, producteurs 10 ».Ce point se trouve confirmé, comme on le sait, par le récit
puisqu' elles se mettent en route plus tót, des le xv' ou le XVI' siecle, au historique qui montre comment l 'ordre économique capitallste serait sorti
moment oil ces technologies disciplinaires se sont intensifiées dans 1'Église des « entrailles »de l'ordre économique féodal. Marx décrit la maniere
on dans 1' armée. dont les chevaliers de !'industrie ont supplanté les chevaliers d'épée, <<en
En effet, le probleme de Marx et de ceux qui se sont réclamés de lui exploitant des événements quin' étaient pas de leur propre fait »,en trouvant
sur ce point consiste pour Foucault a présupposer la force de travail sans ainsi devant eux une force de travail déja dépossédée de ses moyens de
poser la question de sa formation historique. L'argument fort de Foucault production mais dorénavant affranchie du servage, done transformable en
sur ce point réside alors dans l'affirmation selon laquelle la syntbétisation salarial au service du capital.
de la vi e en force de travail par le biais de ces techniques de séquestration, Revenons malntenant a l' argument de Foucault, et a la maniere dont
a non seulement précédé les modes de production capitaliste, mais qu'elle ce dernier raconte une autre histoire de la violence primitive, qui est non
en était surtout la condition de possibilité historique. pas la scene inaugural e du di vorce des producteurs avec les moyens de
production, mais celle d'un devenir producteur des hommes par le biais
des dispositifs disciplinaires. Pendan! la le~on du 28 mars 1973, Foucault
LE CERCLE VICIEUX DE L' ACCUMULATION PRIMITIVE affirme ceci : << Le pouvoir (disciplinaire) ne peut done plus étre seule-
ment compris comme le garant d'un mode de production, comme ce qui
Pour saisir la singularité de cette these foucaldienne, nous devons la permet de constituer un mode de production. Le pouvoir est en fait un des
comparer aux analyses de Marx sur l'accumulation primitive du capital. éléments constitutifs de mode de production et il fonctionne au cceur de
Selon Marx, il s'agit d'un cercle vicíeux, car l'accumulation capitaliste ce dernierll. » Ainsi, 1'histoire des disciplines ou de la séquestration serai!
présuppose la présence de la plus-value et celle-ci la production capita- constitutive du mode de production capitaliste, et cette histoire des disci-
liste, laquelle, a son tour, n'entre en sdine qu'au moment ou des masses de plines n' émanerait pas non plus du mode de production féodal ou de sa
capitaux et de forces ouvrieres assez considérables se trouvent déja accu- transformation. On peut en effet ici constater chez Foucault une certaine
mulées entre les mains de producteurs marchands8 • Cercle vicieux « dont maniere d'approfondir les analyses de Marx. 11 semble indiquer qu'une
on ne saurait sortir sans admettre une accumulation primitive antérieure autre histoire des transformations sociales entre le xv' et le xvm' siecles
a l'accumulation capitaliste et servant de point de départ a la production est possible: outre la violence des chevaliers d'épée et du féodalisme qui
capitaliste, au lieu de venir d'elle9 ». Et tandis qu'on nous raconte une exproprient les paysans, une série d'appareils disciplinaires se perfec-
tionnent e! se généralisent pour transfonner le temps de vie en temps de
7. Michel FoucAUU, La Société punitive, Cours au College de France (1972-1973), EHESS/ travail, préparant en sourdine cette force de travail qui sera disponible au
Gallimard/Seuil, Paris, 2014, p. 235.
8. Comme l'écrit Marx dans le chapitre xxv1 du Livre 1 du Capital consacré au secret de
l'accumulation prirnitive. Voir Karl MARX, Le Capital, Livre 1, PUF, Paris, 2006. !0./bid.
9. lbid. 11. Michel FoucAULT, La Société punitive, op. cit., p. 234.
24 MARX & FoucAULT lJNE HISTOIRE «PLUS PROFONDE » DU CAP!TALISME 25

xvm' siecle. L'argument de Foncault, si on le prend au sérieux, soulígne qui peut dífficilement etre vue comme une avancée théoríque par rapport
alors le fait que la constitutíon historíque d'une force de travail ne se aMarx. D'aílleurs, les lecteurs de Foucault quise limiten! acette premiere
comprend pas uniquement dans l'accumulation primitive du capital et de réponse son! ceux qui vont s' empresser de déclarer que Foucault abandonne
ses avatars, mais aussi dans ces technologies politiques disciplinaires. Du Marx au profit d'une radicalisation nietzschéenne du theme de pouvoir.
reste, ce plan disciplinaire est déja signalé par Marx, dit Foucault, dans les Or, dans l'exploration de ce plan de pouvoir <<plus profond >>que les
sections du Livre I du Capital consacrées ií. la division du travail dans les modes de production, Foucault ne s'arréte pas ií. cet argument-lii, et nous
manufactures oii la discipline d'atelier est finement analysée. savons qu'il a foumi des analyses hístoríques beaucoup plus précises. Un
A suivre l' argumentation historíque de Foucault quí pose 1'antériorité premíer élément se trouve dans la conférence << La véríté et les formes
des disciplines par rapport au mode de production capitaliste, la question jurídiques >> prononcée quelques mois apres le cours sur La Société puni-
reste de savoír d'oii vient cette exigence meme de constítuer le temps de tive, ou l'articulation entre les mécanismes disciplinaires et les scíences de
la vi e des in di vidus en force de travail. Autrement dit, pourquoi se meten l 'homme apparaít d'une maniere tres nette. Dans la cínqui<lme conférence,
place des le xv' síecle tout un systeme de séquestration et de discipline Foucault énonce une idée capital e: «La destructíon du surprofit implique
dont le but serait d'augmenter la productivité humaine? Comment peut-on nécessairement le questionnement et l' attaque du sous-pouvoir ; et l' attaque
comprendre les raisons historiques de la transformation du temps de la vie du sous-pouvoir se líe forcément au questionnement des sciences humaines
en force de travail, sans passer par une analyse des rapports de production? et de l'homme considéré comme objet privilégié et fondamental d'un type
de savoir 14 • >> Pour Foucault, les sciences de J'homme et les mécanismes
disciplinaires ne sont pas dans un rapport d'expression par rapport aux
LA PROVENANCE DES DISCIPLINES : LE NIVEAU << FONDAMENTAL >> relatíons de production, íls sont « enracinés beaucoup plus profondément,
non seulement dans l 'existence des hommes mais aussi dans les relatíons
Il s' agit d' un point indéniablement difficile chez Foucault, et on peut de production. Cela paree que, pour qu'il y ait les relations de production
regretter que la plupart des commentateurs n'affroutent pas cette diffi- qui caractérisentles socíétés capitalistes, il faut qu'íl y ait, outre un certain
culté, comme si cette these s'éclairait elle-meme ou était éclairante en nombre de détenninations économiques, ces relations de pouvoir et ces
soi. Foucault semble pourtant déployer plusieurs stratégies a vrai dire fonnes de fonctionnement du savoir 15 >>. Dans ces conférences, on le sait,
inégalement satisfaisantes pour répondre a cette question, qui prennent Foucault entame l'analyse des pratiques judiciaires dans la tres longue
sans surprise la forme d'une critique de l'économisme, explicite dans durée, les considérant comme des formes d'établissement de la véríté, en
son refus de prendre la catégorie de travail comme príncipe explicatif ou distinguant les trois formes qui sont 1'épreuve, l'enquete et 1' examen. Ces
de situer l' économie comme une « demiere instance >>. La stratégie sans deux demieres formes de pratiques judiciaíres sont selon Foucault des
doute la plus faib!e de Foucault consiste a soutenir que« sí l'homme tra- savoirs-pouvoírs viennent « fonctionner au niveau de l'appropriation
vaille, c'est qu'il est ob!igé de travaíller, car il est ínvesti par des forces des biens dans la société féodale, et au niveau de la production et de la
polítiques, et paree qu'il est prís dans des mécanismes de pouvoir12 >>. Or, constitution du surprofit capitaliste 16 >>. Plutót que voir dans le fonction-
cette réponse n'en est pas une, car elle ne nous explique pas pourquoí les nement des pratiques judiciaires un effet d'idéologie on d'expression des
mécanismes de pouvoir en question- a savoir les disciplines d'avant le rapports de production, Foucault observe dans la transfonnation de ces
xv' síecle- out progressivement affiché une volonté si claire en faveur de pratiques judiciaires l 'organisation d' un ni veau plus profond qui conceme
la constitution d'une force de travail productíve. Cette premiere réponse l'établissement de la vérité. Ces pratiques judiciaires constituent meme,
par ailleurs s'accompagne souvent d'une simplificatíon de l'opposition dit Foucault, le « niveau fondamental ».
entre Nietzsche et Marx, comme lefait Foucault lui-meme lorsqu'il déclare Nous savons que ce jeu foucaldien consistan! ií. poser un niveau fon-
que« pour Marx e' est le rapport de production, tandis que pour Nietzsche damental du pouvoir et savoir est pratiquement infini, en raison des
c'est le rapport de pouvoír [qui est premíerjl 3 >>: on arriverait ainsi a une déplacements incessants de Foucault: les disciplines son! Join d'étre le
opposition binaire entre production el pouvoír, l 'économie et la politique,

14./hid., p. 1490.
12. Michel FoucAULT, Dits et Écrits (1954-1988), op. cit., tome II, p. 470. !5./bid.
13. Miche! FoucAULT,Dits et Écrits (1954-1988), op, cit., tome I, p. 162L 16. /bid.
26 MARX & FoucAULT UNE HISTOIRE «PLUS PROFONDE » DU CAPITAUSME 27

dernier mot, et les analyses historiques sur les pratiques judiciaires ou formes de pouvoir politiques caractéristiques de la formation du capita-
les arts de gouverner vont s'ajouter a une masse considérable de travaux lisrne19 >>. Ainsi selon Foucault, << dans 1'Occident, le savoir occidental, la
don! 1' ensemble ne peut etre que difficilement subsumé sous la catégorie culture occidentale ont été ployés par la main de fer du capítalisme. Nous,
de« pouvoir ». Quoi qu'il en soit, cela implique d'établir, par rapport a on est trop usés, sans doute, pour faire naitre une culture non capitalíste.
Marx, une stratégie de multiplication des sources éventuelles de l'exigence La culture non capitaliste, elle, sera non occidentale, et par conséquent
normative de la production. Dans un entretien de lfJ77 sur la médicalisation c'est aux non-occidentaux de l'inventer"' >>.Ces indications donnent une
et les disciplines, Foucault affirme par exemple que« c'est un phénomene signification nouvelle a ce<< plan profond >>de savoir et de pouvoir auquel
multiple qu'on peut placer d'une fas:on générale sous le signe du dévelop- appartiendrait Marx : nn capitalisme élargi al' exigence de la productivité,
pement du capitalisme, mais en fait, quand on voit les choses en détail, devenant presque synonyme de la << culture occidental e >>. Ou comprend
on aper~oit que c'est un processus qui a eu des origines multiples et qui, alors que, pour Foucault, la critique marxienne des relations de produc-
finalement, s 'est organisé en faisceau 17 >>. C' est une multíplicité composée tion n'aille pas assez loin, car, par exemple, «les sciences de l'homme et
de pratiques aussi di verses, comme l 'examen de conscience pratiqué dans pouvoirs disciplinaires sont enracinés beancoup plus profondément dans
l'Église ou la disciplinarisation des armées, qui finissent par converger, les relations de production >>. Nous pouvons aprésent ten ter de synthétiser
mais ces pratiques émanent des points relativement singuliers qu'on ne l'argument de Foucault. D'une part, le capitalísme serait plus enraciné
peut réduire a1'analyse de la production matérielle. Pour caractériser cette que ce que nous imaginons dans les rationalités occidentales qui se che-
multiplícité de pratiques quise chevauchent sans qu'il y ait un sujet ou un vauchent; l'exigence de la production qui le rend socíalement possible est
projet unique qui les rassemble, Foucault utilise la formule de« stratégies diffusée par des technologies politiques qui précedent et rendent possible
sans sujets >>.En ce sens, tout en reconnaissant parfaitement l'existence les rapports de production capitalistes. D'autre part, Marx est lui-meme
des classes sociales, Foucault peut affirmer que la lutte des classes n'est beaucoup plus profondément enraciné dans le XIX' siecle qu'on ne le croit,
pas une donnée préalable al'histoire,jouant alors la carte de l'empirisme en cecí qu'il continue de prendre le travaíl comme nne essence plutót que
de l'histoire contre certains marxistes qui seraient des« avaleurs d'histoire d'interroger sa constitution historique au-dela des rapports de production.
toute faite>>. Ce fil conducteur des catégories du travail et de la production qui tisse un
líen entre Les Mots et les Choses et La Société punitive, parait ainsi éclairer
la volonté foucaldienne d'aller <<en de~a de Marx» pour atteindre une his-
EN DE<;:A DE MARX toire <<plus profonde >>de laquelle dépendraient les catégories en question.
Deux remarques pour tenniner. D' abord, une objection majeure acette
Plus précisément, l'argument de Foucault consisterait d'une par! a Jecture de Foucault pourrait porter sur la maniere peu questionnée par
affirmer que la naturalisation du travail chez l'homme est avant !out une laquelle il entend la formule de Marx selon laquelle << le travail serait
ínvention des sciences de l'homme, a savoir d'nn intéret politico-scien- l'essence de l'homme >>. Laissant de coté toute une partie de la pensée de
tifique grandissant pour l 'homme qui se manifeste également dans les Marx quise concentre snr l'activité humaíne autour du concept majeur
disciplines dont les sources sont irréductibles aux exigences de la produc- de Tiitigkeit, Foucault fait comme si toute cette pensée de J'activité et de
tion matérielle. D'autre part, J'insistance avec laquelle Foucault affirme l'action se résumait ií une analyse du travail en tant que celui-ci apparaít
l' ancrage de Marx dans le XIX' siecle va dans le meme sens ; « En tant dans l'économie poli tique du début du XIx' siecle. Cette acceptation néga-
qu'existence historique, c'est un visage porteur de la meme historicité tive du travail chez Foucault semble paradoxalement l 'empecher de penser
que les autres existences historiques 18 • >> Dans un entretien tres étonnant l'activité pratique comme << travai! et création sensible incessante » telle
et tres dense de septembre 1972, Foucault cesse de tergiverser et affi¡me que Marx la définit dans L'!déologie allemande, c'est-a-dire comme une
clairement que «le marxisme fait partie d'un savoir con<;;u en Occident » autoproduction de l'individu. Nous savons pourtant que cette dimension
et que par ailleurs, <<la culture occidentale n'est pas indissociable de ces n'était pas absente des travaux de Foucault concemant le travail sur soi, ce

17. Michel FoucAULT, <(Le pouvoir, une béte magnifique», Dits et Écrits (1954-1988),
op. cit., tome JI, p. 376. 19. Michel FoUCAULT, ((De l'archéologie ala dynastie », Dits et Écrits (1954·1988), op. cit.,
18. Michel FoUCAULT, << Méthodologie pour la connaissance du monde », Dits et Écríts tome !,p. 1283-!284.
( 1954-1988), op. cit., tome ll, p. 602. 20./bid.
28 MARX & FOUCAULT

qui a conduit certains commentateurs de Foucault apostuler une autonomie


de la subjectivation éthique, !aquel!e apparaitrait alors comme une maniere
de congédier le probleme des conditions, meme celles qui sont relatives 2
aux rapports de production, ou pourtaut ce travaíl sur soi s' opere aussi, En
ce sens, interroger ce rappert entre Marx et Foucault aujourd 'hui implique
également de critiquer les íllusions quelque peu New Age que certains
fouca!diens nourrissent au sujet d'une subjectivation éthique absolument La productivité du pouvoir
autonome, Ces illusions sont en réalité une maniere de nier la profondeur
politique et historique du dialogue de Foucault avec Marx,
Toujours est-il qu'on ne peut pas faire abstraction, notamment a la Christian Lava/
lecture du fameux chapitre de la section 3 du premier livre du Capital sur
la production de valeurs d'usage, du fait que le Marx du Capital s'inscrit
dans une !ignée de peusée saint-simonienne dans Jaquel! el 'homme modi-
fie sa propre nature en modifiant la nature extérieure par son travail", Le pouvoir est au centre du travail de Foucault dans la décennie 1970,
Foucault pensait-il qu'il y avait dans cette lignée un productivisme inévi- il est le fil conducteur de la série des cours qui pertenl sur ses formes histo-
table, conduisant a penser la société sans classes comme une << immense riques, depuis les micro-peuvoirs jusqu' aux grands arts du gouvernement.
usine », selon une fonnule que Foucault emprunte a Horkheimer dans son L'élection et la construction de cet objet, ou plutót, de cette série d' objets,
entretien avec Trombadori 22 ? C'est d'ailleurs dans ce méme entretien que sont sous-tendues par une exigence de résistance au pouvoir : sí ce der-
Foucault reconnalt a l'École de Francfort le mérite d'avoir posé, dit-il, níer ne cesse de nous examíner, de nous questionner, de nous inquiéter, il
« des problemes autour desquels on peine encore : notamment, celni des convient de retourner la question et de comprendre comment le pouvoir
effets de pouvoir en relation avec une rationalité qui s'est définie histori- a des prises sur nous,
quement, géographiquement, en Occident, ii partir du xv1' siecle >>, C' est Le« pouvoir » doit se dire el s'entendre au pluriel comme l'ensemble
bien en ce sens que le marxisme serait << comme un poisson dans 1'eau » des rapports de forces et done comme !'ensemble des affrontements, des
au XIX' siecle, Le reconna!tre enfin reviendrait non pasa nier la valeur des luttes, des résístances, La socíété, dit quelque part Foucault, est «un archipel
analyses marxiennes, mais aquestionner certains de ses axiomes du point de peuvoirs dífférents 1 ».Par pouvoir, il faut entendre l 'exercice spécifique
de vue d'une rationalité plus générale qu' il s 'agit de critiquer. En cherchant d'une force suruneforce, daus une sorte de guerre généra!isée qui faitappel
ce plan « plus profond >> auquel appartiendraient et le capitalisme et les a des tactíques de pouvoir el a des stratégies de lutte, localement variées,
ana!yses de Marx sur le capitalisme, Foucault prolonge et élargit !'auto- rnultiples dans leurs formes, différentes selon les périodes.
critique radical e de l 'Aufkliirung. Méthodologiquement, il faut analyser << positivement " le pouvoir
afin d'en comprendre non peintla nature, l'origine ou l'essence, mais les
effets, e' est-il-dire ce qu' il produit et comment ille produit, << Positivité »,
<< effectivité », << productivité »:ces tenues renvoient tous chez Foucault
a un méme partí pris méthodologique, a un meme príncipe d'enquete et
d'analyse portant ida fois sur le<< comment du pouvoir »,e' est-a-dire sur
le fonctionnement concret des dispositifs qu'il mobilise, et sur les produc-
tions de savoir, de subjectivité et de vérité historiquement situées qui en
21, «Le travail est de prime abord un acte quise passe entre l'homme et la nature. I}homme résultent L' énoncé méthodologique se dit simplement: «Les relations de
y joue lui-méme vis-a~vis de la nature le rOle d'une puissance naturelle. Les forces dont son pouvoir sont avant tout productives2 , "
corps est doué, bras et jambes, tete et mains, il les met en mouvement afin de s 'assimi!er des
matiCres en \eur donnant une forme utile asa vie. En miSme temps gu'il agit par ce mouvement, l. Miche! FoucAULT, ''Les mailles du pouvoir >>,in Dits et écrits (1954-1988), Gallimard,
sur la nature extérieure et la modifie, i1 modifie sa propre nature, et développe les facultés qui y Paris, 2001, tome II, p. 1006,
sommeillent ». Voir Kar! MARX, Le Capital. Livre 1, op. cit. 2. Michel FoucAULT (entretien avec Bernard~Henri LÉvY), «Non au sexe roi »,Le Nouvei
22. Michel FoucAlJLT, Dits et Écrits ( /954-1988), op. cit., tome JI, p. 892. Observateur, mars 1977, !bid., p. 263.
30 MARX & FOUCAULf LA PRODUCfiVITÉ DU POUVOlR 31

Analyser le pouvoír comme un mécanisme producteur d'effets et non symboliques pour servir la puissance et la gloire du Prince. La troisieme
comme une logique prohibi!Jice, une loi interdíctrice ou une machíne répres- version est critique mais se contente d'inverser la deuxieme: le préleve-
sive implique d'abandonner la perspective juridique du pouvoir afin de se ment opéré par le pouvoir est toujours un vol, il fonctionne a la captation
donner les moyens d' étudier ce qu 'il appelle une « anatomie poli tique>>, une illégitime de ressources au bénéfice du petit nombre.
« économie du pouvoír » ou une « économie des relations de pouvoirs' », Face a ces trois versions, celle de la répression, celle du prélevement
voire une<< économie de guerre >>faite de mnltiples points d'affrontement. légitime et ce!!e du vol, 1'hypothese productive tient que le pouvoir n'em-
Tous les póles de la relation de pouvoir sont productifs. Le póle de la peche pas d'agir, mais qu'il fait agir ; que le pouvoir ne soustrait pas,
résistance est tout autant producteur d 'effets, évidemment différents de ceux mais qu'il ajoute, qu'il fait croítre. En somme, le pouvoir dans ses formes
engendrés par l 'exercice du pouvoir. Foucault rappelle aplusieurs reprises modernes ne supprime ni n' affaiblit des forces supposées naturelles el pre-
que la résistance n'est ni antérieure ni extérieure au pouvoir. La résistance mieres de la vie ou de la société, il ne capte pas les ressources exístantes,
luí esta la fois << coextensive et absolument contemporaine ». Et i! ajoute: il organise, il structure, il compose des forces pour créer et maximiser des
elle est « aussi inventive, aussi mobile, aussí productive que lui4 ». ressources disponibles pour le petít ou le grand nombre. C'est "un pouvoir
C'est cette << hypothese productive » du pouvoir qui sera icí examinée'. destiné a produire des forces 7 »' qui << produit du réel' »,
Nous insisterons sur le coté dominant de la force, qui reste d'ailleurs L'hypothese de la productivité du pouvoir, telle qu'elle estexposée dans
largement privilégié dans les analyses de Foucault6 • Nous rappellerons 1'reuvre de Foucault, présente quatre aspects :
d'abord quelques-uns des traits les plus remarquables de cette « hypothese -Le premier est ce!ui d'une continuité assez remarquable. Cette hypo-
prodnctive >>. Nous nous demanderons ensuite que! rapport cette hypothese these productive se déploie assez tót, mais sous des formes et dans des
centrale entretient avec la lecture que Foucault a pu faíre de Marx. Nous formules différentes. Production des savoirs et des discours, dressage des
nous intéresserons plus particulierement au propos plusieurs fois énoncé corps utiles, majoration des processus de vie,incitation au plaisir, conduc-
par Foucault lui-méme selon lequel l'hypothese de la « productivité du tion des conduites, mode de subjectivatíon: il s'agit toujours d'une meme
pouvoir » serait celle qui le rapprocherait le plus de Marx. Nous montrerons lígne majeure, quoiqu'évolutive, de la pensée de Foucanlt. L'hypothese
enfin que Foucault, s' il prend appuí sur un certain nombre de textes de productive du pouvoir fait ainsi écho au theme central de la« positivité »
Marx a certains moments de son parcours, en tire bien autre chose qu'un des pratiques, des discours et des savoirs que l'on trouve dans les ouvrages
marxisme << élargi >>. des années 19609 •
-Le deuxieme aspect est celui de l'homogénéité entre cette analyse
et son objet. Le pouvoir moderne tel qu'il se justifie dans les discours et
LA PRODUCTIVITÉ DU POUVO!R COMME HYPCJfHÉSE ET MÉTHODE se déploie dans les pratiques opere selon des príncipes et des objectifs
d' efficacité. La producti vi té du pouvoir a done un double cóté. Foucault en
L'hypothese productive s'oppose a plusieurs theses sur le pouvoir fait une méthode d'analyse, mais il n'oublie jamais qu'elle constitue une
qui se recoupent ou se recouvrent, au moins partiellement. La premiere caractéristique centrale des pouvoirs dans la socíété moderne, celle qu'il
estjuridique: elle ramene le pouvoir a l'exercice ou a la menace d'une appelle disciplinaire ou panoptique 10 • Cette hypothese du pouvoir productif
répression au nom d'une loi interdictríce. La deuxieme these est politico-
économique : elle généralise la logique prédatrice de la souveraineté, e' est- 7. Michel FoucAULT, Histoire de la sexualité. La volonté de scrvoir, Gal!imard, Paris, 1976.
p.l79.
a-dire le mécanisme de prélevement des ressources matérielles, humaines, 8. « I! faut cesser de toujours décríre les effets de pouvoir en termes négatifs: il « exclut »,
il « réprime », il « refoule, il «censure>>, il << abstrait », il «masque», íl ''cache». En fait, le
3. Michel FovcAUt:r,Diti.; et écrits (1954-1988), op. cit., tome II, p. 536. pouvoir produit; il produit du rée! ; il produit des domaines d'objets et des rituels de vérité,
4.lbid,, p. 267. La résistance chez Foucau!t n'est pas « premiCre », comme \'écrit pourtant L'individu et la connaissance qu'on peut en prendre re!event de cette production, » Voir Michel
Gilles Deleuze, in Foucault, Éditions de Minuit, Paris, 1986, note 26, p. 96. FoUCAULT, Surveíller et punir, Gallimard, Paris, 1975, p. 196.
5. Cette hypotbCse et cette méthode ne concement pas seulement l'analytique des pouvoirs, 9. Sur la<< positivité des nonnes >>, Voir Michel FoUCAULT, L'Histoire de la folie i'ágea
On !es retrouve aussi bien daos l'analyse des régimes de vérité que dans l'étude des formes de classique, Gallimard, Paris, 1972 etLa Naissance de la clinique, PUF, Paris, 2009. Voir Mathieu
subjectivité. PoTTE*BoNNEVJLLE, Míchel Foucault. L'inquiétude de l'histoíre, PUF, Paris, 2004.
6. Pierre Dardot et moi-m€me avons commenté la dimension productive de la lutte de classes 10. ''A u lieu d'avoir un pouvoirqui procede essentiellement par prélCvementsur les produits
chez Foucault et discuté cette interprétation in Pierre DARD01" et Christian LAVAL, Marx,prénom: de la production, le xvm" siCcle a inventé des mécanismes de pouvoir qui peuvent se tramer
Karl, Gallimard, Paris, 2012. C'est pourquoi nous n 'y revenons pas icí. directement sur les processus de production, les accompagner toutau long de leurdéve!oppement,
32 MARX & FoucAULf LA PRODUCTIVITÉ DU POUVOIR 33

ne tombe done pas du ciel, elle n'est pas une invention de Foucault, lequel qui obéit a des modeles de maximisation des rendements politiques et de
enregistre une mutation dans !' exercice du pouvoir qui s' énonce parla voix mlmm¡satJon des rés1stances selon une rationalité formellement semblable
de prolixes porte-parole. . . , ii l'économie politique des richesses dans la société bourgeoise.
-Le troisieme aspect concerne le ressort meme de la productJvJte du Cec1 nous arnene a la question centrale que nous voulons poser. Dans
pouvoir. Ce qui lui donne son efficacité po!itique tienta ce que la discipline, quelle mesure ces analyses « positíves » et << productives >> trouvent-e!Jes
la norme, le contróle, et plus tard la gouvemementalité ont en partage de leur inspiration dans Marx, alors meme qu' elles semblent aussi faites pour
ne pas s' exercer du haut et de l 'extérieur mais de traverser les corps, de se démarquer d'une théorie marxiste qui tend a faíre <<de l'économie la
s'immiscerdans les activítés, d'inciter acertaines pratiques, de devemr des raison d'etre du pouvoir politique 14 >>?
conditions indispensables et des dimensions inséparables de l'action, de
modeler les individus et, ou, de moduler les processus en s'y insérant. En
un mot, le pouvoír moderne se fait immanent aux pratiques, a l'action ou POURQUO! ET COMMENT fOUCAUlT PREND-lL APPU! SUR MARX ?
ala conduite. Les citations que l 'on pourrait donner ici sont iunombrables
et s'échelonnent sur une longue péríode". C'est, si l'on en croit son propre aveu, avec Marx, comme d'aílleurs
- Le quatrieme aspect est l 'irréductíbilité des différentes productions av~c Bentham, qu'il saísit ce caractere essentiellement productif du pou-
du pouvoir a la seule productíon des richesses écon?miques. F~ucault vo;r dans la société modern~ 15 • Foucault est explicite sur le double usage
récuse tout schéma d' émanation des pratiques et des msl!tutJOns a part1r qu Il frut de Ma:x : un appm pour analyser les mécanismes disciplínaires
d'un centre ou d'une base économique. Cet éclaircissement, Foucault le daas la product10n maténelle, une référence pour mettre au centre de la
fait a plusieurs reprises et souventavec fermeté, par exemple lorsqu'il s'en vie sociale la lutte des classes, ou comme il dit, la << guerre cívile >> dont
prenda l' « économisme dans la théoríe du pouvoir » que partagent aussJ la lutte des classes faít partie. Nous insisterons ici sur le premier aspect.
bien les libéraux que les marxistes 12 • De fa<;on générale, on ne trouve nulie Marx est ams1 loué pour avoir été l'un des premiers a réa!iser une
part chez Foucault cette identífication de la production al'« industrie et au << anatomi~ » du corps de la fabrique modeme et amontrer les rouages de
commerce »que l'on rencontre chez le Marx de L'ldéologie allemande, la product10n moderne de marchandises a grande échelle. Cette anatomie
on ne trouve rien non plus ehez luí quí ressemblerait aune essentíalisation marxienne de la fabrique, « cet organisme de productíon dont les membres
du « travail >>.Ce n'est pas d'émanation qu'il s'agit mais de corrélation son! des hommes », constitue un exemple particulíer et un modele réduit
historique entre un phénomime de« croissance polítique », qui est liée a del 'ru:atomie P?litiq;le que cherche ilfaire Foucault. Marx isole un type de
une grande poussée démographique 13 , et un processus de « décollage éco- pouvo1~ Pffitlcuher, reg10nal, qm a son propre fonctionnement, et qui ne peut
nomique », dont !' articulation se fait par la diffusion des discipli~es. En se rédmre a une forme générale de pouvoir comme celui de l'État, lequel
tout cas, cette articulation ne peut étre pensée en termes de détermmatJon Vlent, en un second temps, cristalliser et intégrer ces pouvoirs locaux et
partiels • Foucault met ainsi en évidence, apartir du Capital, ce processus
16
unilatérale de l' économie sur les institutions sociales et poli tiques. Cette
forme générale du pouvoir dans la société capitaliste est << économique >>, de transformatJOn du temps de vie en temps de travail et cette transfor-
au sens précis ou elle releve dans sa conception méme d'une analyse écono- mation du corps en force de travail et en force productive 17 • L'utilisation
mique, ou plus exactement d'une économíe politique générale des pouvoirs
14. ~oir Mic~e! .~·oucAULT, Dits et écrits ( 1954-1988), op, cit., tome JI, p. 170.
et s'effectuer comme une sorte de contrOle et de majoratlon permanente de cette production »,in 15. Foucault ~ndtque a plusieurs repríses que c'est chez Bentham et chez Marx qu'il faut
Michel FoucAULT ,Les Anormaux. Cour.'i' au College de France (1975-1976), EHESS/GallimardJ ch~rcher les prenuers éléments de l'analyse du pouvoir dans ses« mécanismes positifs >>. Voir
Seuil, París, 1997, p. 81. ~~~~;,FoucAULT, «Les mai!les du pouvoir »,in Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tomen,
11. Michel FotiCAULT, Surveiller et punir, op. cit., p. 220-221, Pi erre Mache rey 1' a bien montré
apropos des normes chcz Foucault qui constituent comme une« seconde nature »de l'individu. 16. Michel FoucAuLT, «Les mailles du pouvoir »,in Dits et écrits (1954-1988) op ·1
12. Voir Michel FoucAtJLT, « lljarlf défendre la société ». Cours au College de France (1975~ tome 11, p. 1006. ' ·e¡ ·•
/976), EHESS/Gal!imard/Seuíl, París, 1997, p. 14. . . 17. ~omm~ l'é.critFoucAULT, « il s'agit de constituer le temps de la vi e des individus en tOrce
13. Ce pouvoirconcerne plutót 1' « accumutation des hommes >~que l'accumulat10n ducap1tal ~e travatl >~, ~mr MJChel. Focc~ut:r, La Saciété punitive, Cours au College de France (J972-1973),
souligne Foucault. C'est d'ailleurs pourquoi ses analyses vont de plus en p!~s s'int~re~ser ~la H~SS/Galhmard/Seutl, Pans, 2013, p. 235). Il reprend sans !e dire une formule de Marx du
<< population >> comme cible privilégiée de contrOles et d'interventions correctnces ou mcttatnces Caplt~i, au chapitre xn¡ du Livre l du Capital {sur la plus-value relative), oU Marx explique que
au xvme siCcle, le cap1tal opere« la transformation du temps de vie en temps de travail ».
34 MARX & FoucAULT LA PRODUCTJVITÉ DU POUVOIR 35

maximale du temps de travail et de la force de travail suppose ce pouvoir ce qu'il appelle la<< violence économique >> et lui permet d'en analyser le
fin et détaillé, cette surveillance constante, cette artículation desplaces et déploiement daus !'industrie modeme. Quand Foucault renvoie a l'analyse
des gestes de chaque individu qui est mis au travail. Si Marx a pu écrire que de Marx daus le Capital c'est bien de cela qu'il s'agit'0 • 1! souligne qu'il
la« condition du capital c'est le salaria!», Foucault ajoute que la<< condi- s'agit de<< rendre maximale l 'utilisation possible des individus >>,de<< faire
tion du capital c'est le corps du travailleur >>. Autant dire que le pouvoir que la force produite par la multiplicité de ces forces individuelles de travaíl
du capital produit le corps productif et constitue la << classe ouvriere >> a soit au moins égale et autaut que possible, supérieure al 'addition des forces
partird'une multiplicité humaine qu'il faut soumettre au régime du travaiP'. singulíeres21 » et ceci, en utilisant des tactiques qui consisten! a distribuer
Foucault montre que, dans ses aualyses les plus développées de la pro- les singularités daus l' espace et le temps en vue de 1'efficacité maximale de
duction capitaliste, Marx a cessé de penser le pouvoir comme <<vol», ce qui leur emploi. C' est la une reprise tres minutieuse des propos de Marx sur la
était pourtaut a son époque le modele plus couraut de le comprendre et de le coopération22 •
dénoncer partni les socialistes, puisque c'est par lii que l'on expliquaít tous Mais Foucault ne se contente pas de reproduire les analyses de Marx,
les maux socíaux, et en premíer lieu la misere prolétarienne. On se rappelle il développe deux directions nouvelles. D'une part, il entend élargir la
que Proudhon expliquait dans son Mémoire sur la propriété de l84ü que conception que l 'on peut avoir des facteurs et des processus qui ont donné
le propriétaire préleve la différence entre la valeur produíte par des forces naissance au capitalisme, en montrant l 'ensemble des mécanismes positifs
coalisées et la valeur qu'auraient produite des travailleurs isolés 19 • La com- qui ont été nécessaires ala constitution d 'une main-d' reuvre disciplinée. La
position des forces individuelles est alors donnée comme un fruit spontané fortnation du prolétariat a nécessité une guerre social e de grande ampleur
et extérieur, que le propriétaire capte a son profit (que Proudhon appelle contre toutes sortes de conduites qui échappaient a la fixation de la main-
1' « aubaine >> ). Marx rompt avec le modele proudhonien du vol pratíqué d'reuvre et empéchaieut la mobilisation d'une population laborieuse. !i
par les bénéficiaires de la propriété privée car le pouvoír capitalíste ne vol e fallaít en somme s'occuper de 1' << accumulation des hommes >> autant que
pas, il n'opere pas un prélevement sur une production réalisée en dehors du de l'accumul.ation du capital, il fallait organiser cette multiplicité humaine,
contróle du capital. Ce sont bien plutót les orgaues de direction du capital la composer, la rendre utile socialement, polítiquement, économiquement.
qui composent et maximisent les forces quí sont tombées sous leur contróle Cet élargíssement de l'analyse complete le travail de Marx plus qu 'il ne
économique du fait meme du rapport salarial. Le pouvoir capitaliste produit le contredit. C' est d' ailleurs pourquoi, selon certains marxistes, l 'analyse
de la plus-value dans le cadre d' entreprises capitalistes, ce qui est tout autre foucaldienne est parfaitement compatible avec l'idée << orthodoxe » selon
chose qu 'un<< vol>> de ce qui est produit en dehors de lui. Lajonne capitaliste laquelle les nouvelles formes de pouvoir dans les institutions sociales
de l'exploitation ne tient pas au role parasitaire ou rentier du propriétaire, peuvent etre regardées comme des effets plus ou moins directs des processus
elle repose sur la capacité organisatrice du capital qui majore les forces pro- économiques. Ce quí leur a fait dire parfois qu'il y auraít un<< marxisme
ductrices en les combinan! de fa~on calculée e! programmée, en mettant en caché » ou un << marxisme oublié >> de Foucault~1 .
reuvre une coercition réguliere, constante, intense, en organisant de la fa¡;on ll y a pourtant une autre direction qui le conduit a franchir une limite
la plus efficace la coopération des ouvriers entre eux. En somme, Proudhon que Marx ne passe pas. C'est, si l'on veut,le pas au-deliídeMarx. Ce n'est
reste prisonnier du schéma du prélevement, alors que Marx,lui, saisit mieux pas le capitalisme qui est la cause originelle de 1'extension des disciplines
que le profit dans sa fortne capitaliste suppose l' organisation despotique de dans la société. En réalité, il est luí-meme conditionné et meme constitué
la production sous la direction du capital, ce qui lui ouvre tout le champ de
20, Michel FoucAULT, «Les mailles du pouvoir »,in Dits et écrits (1954-1988), op. cit ..
18. Pierre Macherey, commentant cette idée, précise: « Produire la force qui est elle~meme tome U, p. 1005. Il renvoie au Livre ll du Capiraf, mais il s'agit probablement de la quatriCme
destinée a produire: c'est sur quoi repose le systCme capitaliste et le régime de salariat quien section du Livre! qui porte sur la plus~value relative et la coopération.
est J'élément-clé >> ín Pierre MACHEREY, Le Sujet des normes, ÉditionsAmsterdam, Paris, 2014. 21. Mi che! FoucAUL:r, Le Pouvoir psychiatrique, Cours au Colfege de France ( 1974-1975).
Voir plus particuliCrement le chapítre «Le sujet productif. De Foucault a Marx>>, in Le Sujet des EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 2003, p. 74-75.
normes,op. cit., p. 182. Voir Michel FoucAIJLT, Surveiller et punir, op. cit., p. 165 et 166. Surce 22. I1 suffirait pour le montrer de citer ce passage du chapitre Xl du Livre J du Capital oU
a
point, Foucault est tres proche de Didier Deleule et de Fran~ois Guéry qui analysent partir de Marx écrit: « 1l n'est pas question ici d'une augmentation de la force productive individue!le
Marx cette <.:. mise sous forme productive du matériau humain » in Didier DELBULE et Fran~ois gr:ke a la coopération, mais de la création d'une force productive qui doit étre en soi la force
GUÉRY, Le Corps productif, Mame, Tours, 1972, p. 7. d'une masse. » Voir Karl MARX, Le Capital. Livre !, PUF, Paris, 2009, p. 367.
19. Pierre-Joseph PRolJDHON, Qu 'est-ce que la propriété ? Ou recherches sur le principe du 23. Voir Stéphane LEGRAND, <<Le marxisme oub!iéde Foucault >¡,Actuel Marx, n"36,de!1'1:!eme
droit et de gouvernement, Gamier-Flammarion, París, 1966. trimestre 2004, p. 27-43.
36 MARX & FOUCAULT LA PRODUCrJVITÉ DU POUVOIR 37

par 1'importation dans le champ de la production matérielle de technologies le schéma général chez Bentham. ll a pour fonction et pour effet de pro-
polítiques qui se sont inventées en dehors de luí et qui ont leur histoire duire une force índividuelle et collective capable de produire un surplus
propre, en partie índépendantes du développement du capitalisme, bien de valeur, lequel est la condítion méme de la productíon de valeur en
qu' el!es soíent, aun certaín moment, devenues « constítutives24 >> du mode régime capitaliste29 • Cette idée fait écho évidemment a tous ces passages
de productíon capitaliste.lcí il faut s'arréter un instant. Foucault s'amuse ou Marx ex pese le mécanisme d' extractíon du surplus de valeur apartir de
avec des formules qu'il préleve ou croit prélever directement du lexique l'accroissement de la force productive du travaiP0 • En d'autres termes, et
de Marx et qu'il transforme assez librement au pcint d'introduire des ren- pour nous résumer, Foucault extrait de Marx l'idée que la discipline esta
versements tres signíficatifs. En 1973, dans son cours La Société punitive la fois un sous-pouvoir, au sens d' un ínfra-pouvoir par rapport au pouvoir
comme d'ailleurs dans ses conférences brésiliennes intítulées <<La vérité de l'État, et un sur-pcuvoir au sens d'un pouvoir concentré et multiplié
et les formes juridiques », il soutient que les disciplines sont purement et sur les individus. De sorte que l'excédent de pouvoir des disciplines est la
simplement la condition de l'extractíon de la plus-value (qui est pour lui condition historique et le mécanisme de l'excédem de valeur. Et c'est ce
synonyme de « sur-profit »).Ces disciplines constituent a certains égards « plus de pouvoír >> qui seraít la vraie découverte de Marx, en tout cas la
un "sous-pouvoir » au sens d'un infra-pouvoir, c'est-i\-dire d'un « pou- découverte que fait Foucault en lisant Marx et, faut-il ajouter, en croisant
voir d'en bas >>,en dessous de ce qui est généralement considéré comme l'un par l'autre Marx et Bentham.
le niveau politique, c'est-a-dire l'État. !l peut ainsi écrire:
Pour qu'il y ait sur-profit, il faut qu'íl y ait sous-pouvoir. Il faut que, au niveau
mCme de 1'existence del 'homme, une trame de pouvoir poli tique rnicroscopique, AU-DEJ-A DE MARX
capíllaire se soit établie, fixant le-s hommes a l'appareil de production, en faisant
d'eux des agents de la production, des travailleurs. La liaison de l'homme au En réalité, Foucaultne peut ignorer qu'il est difficile d'attribuer a Marx
travail est synthétiquc, politique ; c'est une liaison opérée par le pouvoir. [ ...1
une telle « découverte ». Pour Marx en effet, la« subsomption du travaíl au
Ce que j'ai prétendu faire, c'est l'analyse du sous-pouvoir comme condition de
capital», les formes de la division de travail, l'orchestration de la coopé-
possibilité du sur-profit25 .
ration par le capital, etc., ne sont pas comprises comme des greffes ou des
Ce « sous-pouvoir », qui est « en dessous » sur le plan de la représen- emprunts de techniques de pouvoir antérieures et extérieures au champ de
tatíon spatiale que l'on peut se faire de la structure des pouvoirs, est en la production capítalíste. E!!es sont plutót acomprendre comme le résultat
meme temps un« sur-pcuvoir », c'est-a-dire un mécanisme de pouvoir de la croissance endogene du capital, e' est-a-dire comme procédant du
«reconcentré >>, « réintensifié », quí fonctionne par séquestration et sépara- développement immanent du capital dans le mouvement de totalisation
tion du reste de la société, doté de ses propres regles et sanctions judiciaíres, d'un « systeme organique ». Sans doute la« violence extra-économique »
de ses propres normes comportementales qui dépassent l 'objet spécifique joue+elle chez Marx un róle historique tres importan! dans la naissance
de l'ínstitution disciplinaire26 • Le capitalisme suppose done historiquement du capitalisme et sans doute est-elle au cceur du fonctionnement de I'État, a
tous ces mécanismes de pcuvoir qui constituent ce que Foucault appelle l 'extérieur du champ productíf'. Maís la soumission croissante que subit le
palfois un« supplément de contrainte »,un« supplément de pouvoir >>,un prolétaíre dans le proces de travaíl est l' effet d'une violence économique qui
« sur-pouvoir >>, et d'autres fois un« excédent de pouvoir27 >>, ou encore, procede de l'autovalorisation du capital quí, pour surmonter les obstacles
dans Surveiller et punir, un« plus de pouvoir'8 », oú il est difficile de ne
pas reconnaitre une série de termes faisant écho a la série marxienne des
29. Foucault souligne a plusieurs reprises que les formes du pouvoir moderne ont deux
surplus value, surplus labour, surplus product. Ce «plus de pouvoir »,
objectifs : extraire le maximum de temps de la vie des individus et transformer le corps méme
c'est ce mécanisme íntensificateur et multíplicateur dont il va chercher des individus en ensemble de dispositions et d'aptitudes a produire le surplus de valeur. Voir
Michel FoUCAULT.,La Socíété punitive, op. cit., p. 235 et 2..i6. Voir aussi Michel FoucAULT, «La
vérité et les fonnes juridiques ~),in Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tome H, p. 1484-1485.
24. Mi che! FoucAULT, La Société punitive, op, cit., p. 234. Voir le commentaire de Stéphane LEGRAND,Les Normes chez FoucAurr. PUF, París,2007, p. 181.
25. Michel FoucAULT, «La vérité et les formes juridiques »,in Dits et écrits (1954-1988), 30. Voir Kar! MARX, Le Capital. Livre l, op. cit., p. 359.
Gallimard, Paris, 2001, tome I, p. 1490, 3L Marx distingue le moment « préhistorique »de la formation du capital durant Jeque\ il
26. Michel FoucAULT, La Société punitive, op. cit., p. 212. transforme des conditions extérieures qu'il trouve « déjU. la>~, et le développement historique du
27.lhid., p. 217,212,213. capital au cours duquel i! produit et reproduit iui-méme les conditions qui sont nécessaires au
28. Michel FoucAULT, Surveiller et punir, op. cit., p. 224. proces de son devenir. Voir Pierre DARDctr, Christian LAVAL, Marx, Prénom: Karl, op. cit., p. 427.
38 MARX & FoucAULT LA PRODUCTIVITÉ DU POUVOIR 39

qu'il rencontre, développe de nonveaux mécanismes d'exploitation32 . Si nages mutuels, que de lien causal entre disciplines et capitalisme-15 • Mais
Marx prend en compte l' ensemble des transformations sociales et institu- en tout cas plus que d'une simple corrélation historique, il ne fait guere de
tionnelles qui ont présidé ala naissance du capitalisme et qui accompagnent doute que les premieres sont pour lui la condition historique du capítalisme.
le proces de développement du capital, c'est bien le capital qui crée, apres La bourgeoisie n'invente pas la coercition discip!ínaire, elle l'uti!ise pour
sa période << préhistorique >>, c'est-a-dire a partir du moment oii il pose le déve!oppement de sa richesse économique contre les illégalismes et
lui-meme les condítions de son auto-développement, les formes d' organi- les irrégu!arités de toutes sortes. Son intelligence historique réside plu!Ot
sation de la production, les formes de division de travail, les systemes de dans son habileté a avoir vu dans ces technologies de pouvoir un moyen
machines, etc. En somme, c'est bien le capital quise totalise en créant les d'accro!tre ses gains en disciplinan! la maín-d'reuvre.
conditions de sa propre valorisation33 • Ce passage de Foucault « au-dela de Marx» est l'un des enjeux majeurs
Pour Foucault, qu'il s'agisse du capital ou de l'État, un te! schéma de la généalogie du pouvoir moderne : on ne peut faire du capitalisme la
d'explication historique par totalisation progressive ne correspond pasa source ou !'origine des technologies de pouvoir, dans la mesure oií elles
l'histoire réelle paree qu'e!le suppose une homogénéisation économique sont nées et se sont diffusées dans de tres nombreuses institutions bien
de processus et de pratiques qui son! initialement et restent longtemps avant l'essor de la révolution industrielle, et sans intention stratégique ni
hétérogenes. Pour lui, au contraire de Marx, l'émergence de ce« plus de finalité économique au sens usuel du terme. Faire l'histoire des dispositifs
pouvoir », qu'on voit ii l'reuvre assez tót el en de mul!iples points de la disciplinaires implique de remonter aux communautés religieuses, aux
société, tienta un« déco!!age politique », qui est non pas la conséquence écoles de la fin du Moyen Áge, aux armées de !'équilibre westphalien,
interne du dép!oiement d'une sorte d'essence du capitalisme, mais bien aux hópitaux de l'áge classique36 • C'est a!'intérieur des ordres religieux,
plutót sa condition historique, une sorte d' <<a priori historique » du capi- des systemes scolaires, des armées étatiques que s 'operent les innovations
talisme industrie!, pour reprendre une formule de Deleuze34 • Sans doute majeures. Et elles ne sont enrien déterminées directement par des impératifs
Foucault, dans Surveiller et punir, est-il prudent, en s'abstenant surtout d'accumulation du capital, ce qui ne signifie pas que les ateliers et les usines
de poser une quelconque re!ation de causalité, parlant plus volontiers de n'apporteront pas leur Jot de nouveautés, de spécificités, d'accélérations.
« relations complexes et réciproques », d'échanges circulaires, d'engre- Comme le montre Foucault, ce n' est que par la suite, bien apres la naissance
des écoles, des hópitaux el des armées modemes, que la« classe ouvriere
32,A preuve ce passage particuliCrement significatif oU.Marx explique que le capital a« brisé commence arecevoir, elle aussi, des dispositifs disciplinaires37 ». Foucault
toute résistance )) par la dépendance économique du salariat et sa soumission au travail mort; «A entend done aller plus lo in dans son analyse des techniques de pouvoir que
mesure que progresse la production capitaliste, se développe une classe ouvriere portée par son
Marx ne l 'a fait,jusqu'ií. un point de retournement oií la discipline est donnée
éducation, la tradition et l'habitude, a considérer comme des lois de la nature allant de soi les
exigenre."l de ce mode de production. L'organisation du proces de production capitaliste développé comme antérieure et extérieure ala production capitaliste,jusqu' ace poínt
brise toute ré.sistance, la génération permanente d'une surpopulation relative maintient !a ioi de ou le pouvoir disciplinaire devient la condition historique du capitalisme.
l'offre et de !a demande de travail et, pa~tant, le salaire, dans des voies conformes aux besoins de
valorisation du capital, la contrainte muette des rapportv écorwmiques scelle la domination du
capitaliste sur le travailleur. La violence immédiate extraéconomique est certes encoreemployée,
mais seulement exceptlonnellemenL Quand !es choses vont leur cours ordinaire, l'ouvrier peut MARX CONTRE MARX
etre abandonné aux "lois naturelles de la production", c'est-a-dire asa dépendance du capital,
elle-méme issue des conditions de production, qui la garantissent et la perpétuent. » Voir Karl Ce retoumement, Foucault le présente de maniere assez subtile en faisant
MARX, Le Capital. Livre !, op. cit., p. 829.
33. Marx précise dans un passage des Grundrisse que le systCme cap! taliste est un« systeme
jouer « Marx contre Marx ». Ce jeu d' oppositíon interne est assez courant
organique » qui se déve!oppe en se tota!isant et que « ce développement en totalité consiste chez lui et i! y en a de nombreux exemples. Parfois Foucault sélectíonne et
précisément ase subordonner tous les éléments de la société, ou ase créer a partír d' elle les organes met en valeur chez Marx ce quí lui apparait comme un apport majeur, une
qui lui font encore défaut. C'est ainsi qu'il devient hístoriquement tota!ité. Le devenir qui fait
de lui cette totalité forme un moment de son proces, de son développement >>. Voir Karl MARX,
Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundisse », bditions sociales, Paris, 2011, tome I, p. 219-220. 35. Dans '' Les mailles du pouvoir l>, Foucault présente ce rapport entre technologíes de pouvoir
34. Gilles DELEUZE, Foucault, Minuit, Paris, 1986, p. 90, Certes, il y a bien des ambigUítés et développement du capitalisme comme une<~ ímplication mutuelle de deux mouvements ».
dans les forrnulations de Foucault. Ainsi quand i1 parle dans La Société punitive des disciplines Voir Michel FoucAULT, <<Les mai\1es du pouvoir -•>, in Dits el écrits ( 1954-1 988), op. cit., tome II,
comme des« instruments po!ítiques du capitalisme >>. Mais il ne s'agit pas d'instruments au p. 1019.
sens d'organes créés par !e capita!isme, H s'agit plutót d'instruments qui ont contribué au 36. Mi che! FoucAULT, Le Pouvoir psychiatrique, op. cit,, p, 65 et s.
développement du capitalisme, 37./bid., p. 72.
40 MARX & FoucAuLT LA PRODUC11VITÉ DU POUVOIR 41

rupture décisive, ce qui lui permet de mettre également en relief les vestiges au tout début de cette lettre, que « l'histoire de l'army fait ressortir plus
de conceptions anciennes, par exemple un attachement ala figure de la souve- nettement que toute autre chose la jnstesse de notre point de vue sur la
raineté dans sa théorie de 1'État on une anthropologie résiduelle qni continue connexion entre forces productíves et rapports de production42 >>.A in si, de
de faire du travaill' essence de l'homme. L' exemple le plus intéressant pour fa~¡on apparemment contradictoire avec le contenu de sa démonstration,
ce qui conceme notre propos, porte sur l'histoire meme des relations entre Marx insiste aupres d'Engels sur le fait que le « point de vue » qui doit
les disciplines e! le capitalisme. Foucault repere tres finement chez Marx prévaloir dans son histoire mi!itaire est bien celui du primal de l'économie
un rnoment ou l'analyse « classiquement » déterministe semble un moment dans l'évolution de l'organisation militaire. Marx ne peut done, contre
vaciller. Dans une note alafois discrete et importante de Surveiller et punir38 , tous les faíts historiques qu'il meten exergue, se défaire de l'idée que les
il signale, comme en passant, qne dans une lettre a Engels du 25 septembre forces productives ont engendré la structure de la société bourgeoise au
1857, a un moment oli ils discuten! entre eux d'un travail que mene Engels moment méme oíi. il expose doctement a Engels que les faits militaires
sur l'hístoire militaire39 , Marx écrit que « d'une fa9on générale, l'army ont été le terreau ou ont germé des formes de pouvoir qui seront plus tard
est importante ponr le développement économique ». C'est dans l'armée, incorporées dans la prodnction.
explique Marx, que s'inventent déja chez les Romains le salaire, la propriété Cette référence alacorrespondance de Marx et d'Engels dans Surveiller
personnelle, la corporation de métier et la machinerie, et e' est dans !' armée et punir en dit pourtant long sur le retournement que Foucault opere apartir
encore, ajoute Marx, que se constitue l'organisation rnodeme du travail : de Marx, un retonrnement qui est aussi nne maniere de libérer Marx d'un
(( La division du travail a l'intérieur d'une meme branche, également, a certain déterminisme économique trop étroit (ce que Marx appelle dans sa
été d'abord réalisée dans les armées. De plus, toute l'histoire des sociétés lettre aEngels << notre point de vue >> ). Foucault ne releve pas l'étrangeté de
bourgeoises se résume d'une fa¡;on éclatante dans celle de l'armée40 • »Ce cette lettre a la contradiction interne si flagrante, peut-etre trop flagrante,
passage, qui meten relation 1'rumée et le capitalisme, s 'il peut paraltre assez pour mieux mettre en relíef certains aspects « tres remarquables >> de la
extraordinaire, n' est pas isolé. Dans un passage du chapitre XI du Capital pensée de Marx laissés enjacheres, comme ill'indique43 • Maís c'est sans
consacré a la coopération, Marx écrit : doute aussi pour faire valoir que Marx, du fait de l'intérét qu'i! a toujours
De la meme fm;on que la force offensive d'un escadron de cavalerie ou la force de
porté a la guerre et a la lutte, n'a pas été seulement le théoricien du proces
résistance d'un régiment d'infanterie est essentiellement différente de la somme d'autovalorisation du capital, maís aussi un penseur sinon plus secret, en
des forces offensives ou défensives que développe chaque cavalier ou fantassin !out cas moins commenté, du r61e de la guerre dans l 'histoire des sociétés.
isolé, la sornme mécanique des forces de chaque tmvailleur pris isolément est Sí c'est avec Marx que Foucault pense le pouvoir c'est aussi contre luí,
essentiellement différente du potentiel de force socia1c qui se développe quand ce quí suppose de « scinder Marx >> en laissant apparaitre, contre toute
a
un grand nombre de bras ceuvrent en meme temps la memc opération indivise .
41
orthodoxie, ses tensions internes.
Ces propos laisseraíent penser que pour Marx aussi les inventions
militaires sont antérieures et extérieures au capitalisme industrie!, qn' elles
en sont des conditions historiques. En tout cas, c'est ainsi que Foucault les CONCLUS!ON
interprete. Or la conception explicite de Marx dans cette lettre ií Engels
de 1857 reste étroítement économiste. La série d'inventions milítaíres Cette hypothiise productive du pouvoir peut-elle contribuer a !'analyse
n'est pas une source, un germe, pas rneme un modele condensé et anti- de notre actualité ? Elle conduit en tout casa denx observations.
cipé du développernent de la société bourgeoise, elle est, selon Marx, La premiere conceme la lutte de classes. De la meme fa~on que l'on
un "résumé de la société bourgeoise ».Marx va d'ailleurs jusqu'ii dire, ne peut faire de la production économiqne un niveau fondamental d' oil
dériveraient toutes les autres formes de ponvoir et de production, on ne peut
38. Michel FoucAULT, Surveiller et punir, op. cit., note 1, p. 171. déduire du conflit entre la bourgeoisie et le prolétariat toutes les f01mes
39. On saít la passion personnelle qu'avaít Engels pour les choses militaires.
40. Karl MARx, Friedrich ENGELS, Correspondance (1857-1859), É..ditions sociales, Paris,
de conílits et de luttes. Les luttes de classes sont multiples, beaucoup plus
1975, tome V, p. 45.
41. Kar! MARX, Le Capital. Livre l, op. cit., p. 366. On trouve aussi cette comparaison un 42. Karl MARX, Friedrich ENGF>L."-, Correspondance (1857-1859), op. cit., p. 45.
peu plus loin: (<Le haut commandement dans !'industrie devient un attribut du capital, comme 43, Dam; un entrctien sur la géographie, Foucault souligne gu'il y a chez Marx des<< passages
a l'époque féodale, le haut commandement dans les choses de la guerre ct de lajustice était un tres remarquables >>sur{< rarmée et son r6le dans le déve!oppcment du pouvoir politique ~) ín
attríbut de !a propriété fonciere. » (!bid., p. 373). Michel FoUCAUt:r, Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tomen, p. 39.
42 MARX & fOUCAULT LA PRODUCTIVITÉ DU POUVO!R 43

variées que le marxisme ne l'a dit. Mais il ne s'agit pas seulement d'insis- une production d'effets spécifiques. C'est d'ailleurs en ce sens que Foucault
ter sur la varíété des luttes, il s'agit aussi de considérer tous les effets des peut parler des écoles, des prisons ou des années comme des " appareils
luttes, en particulier sur les sujets. Ce sont les protagonístes memes de la de production45 », au pluriel. On !'a vu, Foucault récuse ce qui chez Marx
lutte de classes quise constituent dans et par cette lutte. L'intérét de Marx releve d 'une conception économiste du pouvoir et d' une conception essen-
pour la lutte en tant que telle, i'intuition qu'il a eue de la constitution des tialiste del 'homme, lesquelles sont inséparablement liées. C' est ainsi qu' il
classes dans et par les luttes est pour Foucault la le~on principale que l'on montre l'inconséquence qu'il y a a continuer de voir dans le travail un trait
doit tirer des écrits de Marx autour de 1848 et de la Commune de Paris44 • de la nature humaine apres avoir fait l'analyse de la transformation du
Pouttant, comme Foucault !'indique ajuste titre, Marx est resté partagé temps de vi e en temps de travail comme le fait Marx46 • De la méme fa<;on
entre deux logiques. L'une d'entre elles le conduit a produire une interpré- et dans le meme esprit, quand Foucault reprend a son compte la formule
tation objectiviste des classes sociales, Jesquelles se formeraíent progressi- marxienne de « production del 'homme par l 'homme >>, il insiste sur le fait
vement en fonction du développement économique, ce qui l' incite apenser qu'il ne saurait s'agir, comme pourraient le penser certains marxistes, d'une
que les luttes sont secondes par rapport al' existence des groupes déja formés production du méme ordre que la« production de la valeur, la production de
dans le champ économique. Foucault, tonta l 'inverse, moutre que la véritable la richesse ou d'un objet d'usage économique47 >>. Pas plus d'ailleurs qu'il
nouveauté et le grand apport de Marx, particulii~rement visibles dans ses ne faudrait voir dans cette expression, a l 'instar des auteurs de l 'École de
textes hístorico-politiques, tiennent plutót au fait que les classes ne sont pas Francfort, le projet de retrouver une essence originelle perdue ou aliénée.
données avant la lutte, mais qu'elles sont elles-mémes l'effet de la lutte. La En tout cas Foucault prend ses distances avec 1'idée d'un auto-engendre-
classe bourgeoise n'est pas le sujet d'emblée donné d'une domination, c'est roen! de l'homme par le travail que l'on trouvait dans les Manuscrits de
le produit de toutes les stratégies el de toutes les contre-stratégies atravers 1844 o u dans L'Idéologie allemande. Mais l 'expression de<< production >>
lesquel!es elle a essayé de stabi!iser une relation de pouvoir. n'est-elle pas chargée de trop d'ambiguité pour une analyse quí entend se
Toutes les luttes sont susceptibles d'etre inventives, positives, produc- départir de tout économisme et de tout essentialisme? L'hypothese produc-
tives et toutes sont susceptibles d'engendrer des sujets collectifs. L'histoire tive, dont la continuité a travers les différentes orientations de l'ceuvre de
est bien l'histoire de la lutte des classes, c'est-a-dire l'histoire de la pro- Foucault est assurément !'un des traits les plus frappants, trouve peut-étre
duction de classes ou des sujets collectifs par et dans les luttes. ll est arrivé dans l'étude des modes de subjectivation sa formulation la plus générale,
a Foucault de se demander a la fin des années 1970 si 1' on était encare en méme temps qu'une infiexion majeure sur laquelle il faudrait insiste!"".
dans l'époque qui s'était ouverte avec la Révolution fran~aise. Mais a la Cette « production de l'homme >>, avec le temps, tire de plus en plus vers
différence de cerraíns historiens qui verront bienti'\t dans l' échec du com- l'invention de soi. C'est ce dont témoigne cette remarque tardive: « Nous
munisme d'État la fin de la lutte des classes et l'cxtinction de l'aspiration avons a produire quelque ehose qui n 'existe pas encare et dont nous ne
révolutionnaire, Foucault, du fait meme de cette hypothese productive
de la lutte, n'a pas fermé !'avenir. Le possible ne dépend pas d'un état
45. Foucau!t, dans un passage important de Surveiller et punir, écrit a propos des discíplines
de l'économie ou d'une sociologie des classes, il dépend des rapports de
« gu'elles sont a prendre comme des techniques qui permettent d'ajuster, selon ce principe, la
pouvoir et du type de luttes qui s'y déroulent. multlplicité des hommes et !a multiplication des appareils de production (et par Ja il fautentendre
La seconde observation conceme le sens que l' on peut donner au terme a
non seulement << production >> proprement dite, mais la production de savoir et d' aptitudes !' école,
a forte connotation économique de« production >>. Parler d' « hypothese la production de santé dans les hópitaux, la production de force destructrice avec l'armée) »in
productive >> conduit évidemment a se demander de quelle production il Michel FoucAULT, Surveiller et punir, op. cit., p. 221.
46. FoucAut:r, dans 1'une des dernieres séances de La Société punitive, explique ainsi : << H
s' agit. La formule ne signífie pas que la production matérielle est premíere, est faux de dire, avec certains post-hégéliens célebres, que l'existence concrete de l'homme
fondamentale, dotée d'une valeur ontologique ou anthropologique supé- c'est le travaiL Le temps et la vie de l'homme ne sont pas par nature travail, ils sont p!aisir,
rieure ií d'autres formes de production. Si les institutions et les relations de discontinuité, féte. repos, besoin, instants, hasard, violence, etc. Or c'est toute cette énergie
pouvoir peuvent bien etre renvoyées aun moment donné de l'bistoire a une explosive qu'il faut transformer en une force de travail continue et continuellement offerte sur le
marché. B faut synthétiser la vie en force de travai!, ce qui implique la coercítion de ce systeme
«formule générale >>, chacune d'entre elles n'en reste pas moins vouée i\ de séquestration. >~ Voir Michel FoucAuu, La Société punitive, op. cit., p. 236 et Dits et écrits
(1954-1988)_ op. cit., tome!!, p. 470.
47. Michel FoucAULT, Dits et écrits ( 1954~1988), op. cit., tome II, p. 893.
44, Voir Mi che! FoucAULT, Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tome H, p. 606, Voir sur ce 48. U esta cet égard frappant de constuter que dans un texte de bílan comme Le Sujet et le
point Pierre DARDOT et Christian LAVAL, Marx, Prénom : Karl, op. cit. Pouvoir, Foucault relit son parcours a la !umiCre de cette invention continue des subjectivités.
44 MARX & FoucAULT

pouvons pas savoir ce qu'il sera49 • »La« subjectivatiou » n'est-elle pas


ce concept qui, finalement, va luí donner la possibilité de ne plus parler
de l'invention de l'homme dans le lexique de l'économie, mais de resituer
3
l' économie dans le mouvemenl beaucoup plus large de la fonnation des
subjectivités ? Ce mouvement qui va de la « production de l'homme »
a !' « invention de soi » est a mettre en relation avec un diagnostic sur
1' époque, dont la caractéristique, selon Foucault, est moins le manque Foucault, Marx: le corps, le pouvoir, la guerre
de ressources matérielles que 1' « exces de pouvoir >>.Le totalitarisme est
ce a quoi ont abo u ti la densification des réseaux et 1' intensification des
mécanismes de pouvoír, par une sorte de<< surproduction >> ou d' « excrois- SandTo Chignola
sance » pathologique des pouvoirs en Occident. Et le socialisme historique
a constitué une impasse tragíque pour avoir cherché aproduire le« nouvel
homme >> par la mobilisatíon des mémes technologies productives que la
société bourgeoíse. Dire que les subjectivités peuvent se constítuer autre- LE CORPS
ment et ailleurs que dans la fixation a ces« appareils de productíon >> qu'a
inventés l'Occident, ce n'était pas se détoumer du" champ de bataille », A partir du tenne de « corps >> envisagé comme pure trace sémantique
ce n'était pas non plus abandonner l' << hypothese productíve >>, c'était, en - le latín oppose corpus et anima, ainsi que le grec soma et démas, en
la modifiant, la faire servir a un recommencement radical de la critique utilisant les premiers tennes (corpus, soma) pour désigner le cadavre,
social e sur de nouvel!es bases50 • la matiere inerte-, jeme propose ici d'analyser la différence entre les
Sans qu'il n'y ait la désaveu de ce qu'il a fait précédemment, Foucault, deux corps du peuple, et plus particuliiírement la différence implicíte
tres soucieux del' assechement de l'imaginaire poli tique auquel le marxisme entre forme et matiere de la subjectivité. Pourtant,je ne centreraí pas mon
n' était pas étranger, avait compris que nous entrions dans une nouvelle propos sur les modalités opérationnelles de la technologíe du suffrage a
époque oill' « hypothese productive » devait se transfonner en une« hypo- travers laquelle cette différence est travaillée entre le xrX" et le xX" siecle
these inventive51 >>. Cette hypothese de l'invention de nouve!les fonnes de (multítude et people, << classes dangereuses >> et << classes laborieuses >>). Je
subjectivités, lorsqu'on la combine a l'idée du renouvellement constan! voudrais plutót anal y ser les modalités par lesquelles on a pensé, ou plutót
des luttes contre des pouvoirs qui se modifient et se déplacent sans cesse, construit le corps ouvrier comme corps docile ou corps utile, au-dela de
ouvre non seulement l 'espace pour l' étude des rapports éthíques a soi, toute mystique o u fictio juridique, ce qui permet de retranscrire sous forme
auxquels Foucault consacrera ses travaux des années 1980, maís elle de représentation la théologie politique des deux corps du roi en celle des
nous iaísse apercevoir aujourd'hui la possibilité de nouveaux modes de deux corps du peuple 1•
subjectivation politique par le développement de luttes inédites.ll serait Pour ce faire, je développerai deux theses. La premiere concerne le
done tres réducteur de penser que Foucault s' est finalement convertí aune rapport de Foucault a Marx, un rapport problématique qui a été scandé,
sorte d'índividualisme éthique et esthétique, sorte de substitut personnel selon certains commentateurs, par de profondes réélaborations. En 1966,
a des luttes collectives décevantes. Les contestations « culturelles » des Foucault déclare que Marx en serait resté a l' << épistéme moderne2 >> el
années 1970 et les pratiques des communautés gays qu' il a pu observer qu'il aurait intégralement été réabsorbé dans le cadre des catégories ricar-
en Europa et surtout aux États-Unis, lui ont suffisamment montré que les
« inventions de soi >> ne cessent pas d'etre des possibilités de vi e altemative
suscitées par des combats collectifs. a
l. Voir Louis CHEVAL!ER, Classes laborieuses et classes dangereuses París pendant la
premii!re moitié du XIX" sieele, P!on, Paris, 1958 ; pour le réseau métaphorique du « barbare J> ou
du « sauvage », Voír Pierre MICHEL, Les Barbares ( 1789-1848). Un mythe romantique, Presses
universítaires de Lyon, Lyon, 1981. Voir aussi, plus spécifiquement: Pierre RosANVALLON, Le
49. Miche! FoucAL'LT, Dits et écríts ( 1954-1988), op. cit., tome JI, p. 893. Sacre du citoyen. Du su.;ffrage universel en France, Gallimard, Paris, 1992; Eric L SANTNER,
50. [bid .• p. 398. The Royal Remains. The People S two Bodies and the Endgames of Sovereignty, The University
51. Pour une présentation de ce tournant, voir Judith REVEL, Foucault, une pensée du of Chicago Press, Chicago-Londres, 2011.
discontinu, Fayard, Paris, 2010, p. 273 et s. 2. Michel FoucAuLr,Les Mots et les Choses, Gallimard, Parls, 1966, p. 273 et s.
46 MARX & FouCAULT foUCAULT, MARX : LE CORPS, LE POUVOIR 1 LA GUERRE 47

diennes ; quelques années plus tard, le marxisme au contraire, serait selon la différence des rapports qu'il capture en les produisant, en les traversant
lui un incontournable « instaurateur de discursivité3 >>.Le rapport entre Marx et, dans la mesure du possible, en les reproduisant selon un certain ordre.
et Foucault serait d'ailleurs, pour d'autres, tout simplement inexistant, ce Chez Marx, et en particulier dans le Capital, Foucault retrouve une partie
qni pourrait etre un indice non seulement de la profonde indifférence de des éléments fondamentaux propres il construí re cette pcnsée8 . En premier
Foucault pour l'économíe et l'histoire de la pensée économique- dont les !ieu, l'analytique marxienne des rapports de prodnction meten lumiere le
catégories seraient rendues « invisibles4 », sinon radicalement soustraites caractere multilatéral et la coordination des mécanismes de pouvoir. En
a l'analyse des dispositifs de pouvoir -, mais encare d'un mépris pour le insistan! sur la spécificité et la localisation de la domination dans l'usine,
marxisme et pour Marx, qui annoncerait l'issue libérale de la philosophie Marx souligne la différence entre celle-ci et la forme juridique d'exercice
foucaldienne. Or ma deuxieme these, qui rétroagit évidemment sur la pre- du pouvoir qui traverse l 'espace social. Ln re latí ve autonomie del' autorité
miere, concerne la maniere dont Foucault pcnse non seulement le corps, qui y est exercée rend en fait impossible de penser (et c'est le deuxieme
mais, avec Marx, la productivité du pouvoir. Elle se rapporte également élément marxien que Foucault veut mertre en valeur) cette meme autorité
a la maniere dont Foucault déborde la grille conceptuelle dans laquelle comme une répétition spécifique d'un pouvoircentral originaire. Le schéma
la tbéorie poli tique a essayé de le maintenir en capturan! ses modalités théorico-politique de la modernité juridique se trouve ainsi inversé. Selon
d'exercice par le carean du droit. C'est la que la référence a Marx re9oit,je le contractualisme moderne, la société est rendue possible par le pouvoir
crois, toute son importance. « Comment pourrions-nous essayer d'analyser qui l'organise et la capture dans un systeme de pouvoirs secondaires, hié-
le pouvoir dans ses mécanismes positifs ?5 >> C' est bien cette question que rarchiquement subordonnés, mis en mouvement et autorisés par l 'unité du
se pose Foucault. Et il le fait dans les années ou, 6tant toute ambigulté i\ souverain. Chez Marx au contraire, c'est 1' existence de formes d'exercice
son objet de recherche, les proces de subjectivation entren! fortement en du pouvoir locales et diffuses dans toutl 'espace social- la propriété privée,
jeu. Le« pouvoir >>- au fond et en dehors de toute médiation- « c'est la l' esclavage, 1'usine, l 'mmée -, qui anticipe et détermine la constitution des
lutte de classes », avait-il dit quelques années auparavant dans un entretíen grands appareils de l'État. Ce retournement manden requiert une anal y-
resté inédit6 • Le pouvoir, explique-t-i! dans cet entretien, est !'ensemble tique extra-juridique du pouvoir et une vision stratégique par rapport aux
des rapports de force- toujours asymétriques, marqués par une inégalité modalités spécifiqnes de son exercice. Finalement, et c'est le troisieme
structurelle, et pourtant perpétuellement changeants, réversíbles- qui élément que Foucault retrouve dans le Capital, s'il est possible de retracer
peuvent parcourir un corps social donné'. une rationalité univoque dans ces mécanismes de pouvoir locaux et hétéro-
Penser positivement le pouvoir implique pour Foucault, non seule- genes, cette rationalité ne peut pas étre réduite al 'interdiction. L'" archipcl
ment de le désubstantialiser en le soustrayant au systeme de références de pouvoirs différents' >>, comme Foucault l'appe!le et qu'il identifie a
qui le conceptualise comme une « chose », mais aussi de le penser dans l 'es pace social, est parcouru par un impératif de production plut6t que par
des pouvoirs répressifs. Production d'efficacités, production d'attitudes,
3. Michel FoucAUU (édition établie sous !a direction de Daniel Defert et Fran9ois Ewald production de producteurs.
avec la collaboration de Jacques Lagrange), « Qu'est-ce qu'un auteur? »,in Dits et écrits ( 1954-
Foucault abandonne évidemment ici ses réticences par rapport aMarx.
1988), Gallimard, Paris, 2001, tome l, p. 833. Voir Martin CuccoRESE, «Marx tel que Foucault
I'imagine »,Actuel Marx en ligne, n° 6, 2001. Consultable en ligne: <http:í/actuelmarx.u-parislO, On sait qu'il avait écrit en 1966 que « le marxisme est dans la pensée du
fr/alr0006.htm>. Voir aussi Rudy M. LEONE!.JJ, Foucault- Marx. Paralleli e paradossi, Bu!zoni, XIX' siecle comme un poisson dans l 'eau » niant de Jacto la « coupure >>
Rome, 2010. althussérienne qui considérait le Capital comme «une véritable révolution
4. Voir Ute TELLMANN, « Foucault and the invisible economy », Foucault Studies, 0° 6,
épístémologique dans son objet, dans sa mé!hode et dans sa théorie 10 >>.
février 2009, p. 5-24, Pour une reconstruction générale du rapport entre Fouca.ult et la pensée
économique, Voir JackLAMARrouo, « The body,economic discourse and po>ver.An economist's Cette tranquille insertion du marxisme dans la disposition épistémologique
introductíon to Foucault », Historyof Political Economy, vol. 20, no 4, hiver 1988, p. 583~613;
Adelino ZANlNJ, L'Ordine del discorso economico. Linguaggio delle riccher,ze e pratiche del
governo inMichel Foucault, Ombre corte, Vérone, 2010. 8, Michel FoucAULT (édition établie sous la direction de Daniel Defert et Fran9ois Ewald
5. Michel FoucAULT, (( Les mailles du pouvoir >), in Dits et écrits (1954-1988), Gallimard, avec la collaboration de Jacques Lagrange), «Les mailles du pouvoir »,in Dits et écrits ( 1954-
Paris, 1994, tome IV, p. 186-187. 1988), Gallimard, Paris, 2001, tome U, p. 1005. Foucault cite ici le deuxiCme livre du Capital.
6. « Entretien lnédit entre Michel Foucault et quatre militants de la LCR, membres de la Voir dans le présent ouvrage, le chapitre !V« "Foucau!t Jecteur du Capital"» de Rudy Leonel!i.
rubrique culturelle du quotidien Rouge »,juil!et 1977, Question Marx. Consultable en ligne: 9. !bid., p. I006.
<http://q uestl onmarx .typepad .fr>. 1O. Michel FoucAULr, Les Mots et les Chose,'\', op. cit., p. 274 : Voír Louis ALTHUSSER et
í.lbid. Étienne BAUBAR, Lire Le Capital, Maspero, París, 1965, p. 7.
MARX & FOUCAULT
FOUCAULT, MARX: LE CORPS, LE POUVOlR, LA GUERRE 49

quí l'accueille dérive du résidu hégélien quien marque la dialectique, et au creur de son analytique du pouvoir. El il en tire une these cenlrale : le
du « naturalisme »des catégories économiques qu'elle utilise. Dans un rapport de pouvoir n' est jamais univoque et ne peut pas étre éliminé. Marx
texte un peu antérieur, Foucault avait explicitement attiré l 'attention sur << sait parfaitement que ce qui fait la solí di té des relations de pouvoir c'est
la tension, interne a la pensée de Marx, entre une instance systématique qu' elles ne finíssentjamais: il n'y a pas d'un cóté quelques-uns, de l'autre
et une instance politique. Cette tension pourrail peul-etre s'expliquer par beaucoup; elles passent partout: la classe ouvriere retransmet des relations
la constante valorisation chez Foucault de la pratíque historíographique de pouvoir, elle exerce des relations de pouvoir 16 >>, dit Foucault. Du point
marxienne. Ce qui marque 1' appartenance de Marx au xrx' siecle el a de vue subjectif de sa compositíon social e et politique, la classe ouvriere
l'ordre du discours économique, c'est l 'idée que le travail puisse etre pensé ne subit pas seulement la domination, elle détient et exerce, au contraire.
a la maniere d 'Hegel comme 1' « essence concrete >> de l'homme". Pour dn pouvoir: c'est cette le~on qu'.il esl possible de tirer de Marx. .
Foucau!t, le travail est en revanche l'effet, ou mieux le produit d'une série Le corps humain est une force productive. Mais une force productive
de technologies de domination visan! a conquérir le corps el al' asservir a n'est pas un donné biologique ou un simple matériel humain mis a díspo-
des logiques de production 12 • L' obligation au travai! est obtenue par une sítíon. Le corps humain est, précisément dans l'acception qui lui attribue
série d'interventions qui mobilisent des facteurs extra-économiques et qui une force produclive, une invention historique et l' effet des procédures
agissent de maniere disciplinaire sur la production de subjectivité. Marx est spécifiques qui l'investissent. Mieux encore, sil' on considere la conception
précisément le moteur de cette réorientation de l'analyse, le meme Marx de l'histoire de Foucault, le corps est un produit historique. C'esl-a-díre
dont les études sur la circulation et sur la monnaie valorisent la surface quelque ehose qui est devenu, el donlla sélection s'est opérée dans la lutte
ou viennent s'inscrire les rapports de pouvoir et leurs effets (une« pla- irréductible entre tactiques de conquete et tactiques de soustraction ou de
títude13 >> ou toute référence a un dehors disparalt et dont le négatif, qui contre-pouvoir.
n' est affranchi par aucune díalectique, demeure comme une ouverture, une Des avant le milieu des années 1970, Foucault travaille déja a partir
indétermination, une possibi!íté). Marx dépasse le discours del' économie du premier livre du Capital. Son objectif est double : il veut libérer Marx
politique comme paradigme abstrait, la ou i! redéfinit ses calégories a la de la dogma tique marxiste et repenser la structure meme de 1'analytique
lumiere de la crue matérialité de l'histoire 14 • du pouvoir. Dans !a deuxieme moitié des années 1970, Foucault se pro-
Ce Marx - un Marx au-delií de Marx - guidera un peu plus tard le pose, avec encore plus de force qu'avant, de soustraire le pouvoir a son
« retournement du principe de Clausewitz »que Foucault érige comme grille ínterprétation juridique et au modele de la loi. ll retro uve chez Marx, sur
interprétati ve du discours historique et du proces social. Que la poli tique soit ce point, non seulement une notion productive, positive, du pouvoir, mais
la continuation de la guerre et non l 'inverse, e 'est la le9on que Marx retient aussi une entrave évidente et structurelle au compromis social-démocrate
des historiens franvais de la Restauralion 15 • Foucault installe ce príncipe qui relance incessammentl'envahissementdes biopouvoirs dans la société.
Dans le sillage de Marx, Foucault veut mettre au centre de l'analyse
11.l'v1arx l'affirme explicitement dans Okonomisch-philosophisch Manuskripte aus dem
Jahre 1844, ln Marx t"'ngels Werke, Institut für Nlarxismus- Leninismus beim ZK der Sed lMEW], une notion non juridique et non strictement économique de pouvoir, ce
Berlín, 1968, p. 574; VoirKar1 MARX,Les Manuscrits économico-philosophíques de 1844, Vrin, qui implique de questíonner les modalités a travers lesquelles les flux de
Paris, 2007, p. 122. la valorisation sont réglés, au millimetre, par des instances qui,jusqu'aux
12. Michel FoUCAULT, <<Dialogue sur le pouvoir >),in Dits et écrits (1954-1988), op. clt.,
tome U, p. 470.
gestes et aux rythmes individuels, rendent possible, Jluidifient et intensi-
13. Michel FouCAULT, <.<Nietzsche, Freud, Marx», in Dits et écrits (1954-1975), op. cit,, fient la production de marchandises. Sortir de l'envoíltemenl qui ne voít
tome 1, p. 5fJ7. le pouvoir que dans l 'État, implique pour Foucauit d 'accéder a1'ensemble
14. C'est un point dont la critique qui veut réévaluer le rapport de Foucault a Marx a soulígné des stratégies juridiques et disciplinaires, par lesquelles les institutíons du
l'importance. Si pour plusieurs commentateurs la lecture de Foucault est tout a fait inutile pour
les hlstoriens (Vo ir en particu!ier Allan M:EG!U., « Foucault, structuralísm and the end of hístory )) ,
marché sonl concretement mises en place et ses agents produits, et qui visent
The Jou.rnal oj Modern History, vol 51, n" 3, septembre 1979, p. 451-503), pour d'autres, son a contróler les illégalismes populaires el transformer entierement le temps
analytique du pouvoir doit étre reconsidérée, dans le sillage de Marx, précisément en termes
historiques,et poursuivie d'une maniere productive, Voir Mark PoSTER, « Foucault and History )),
Social Research, vol49, n" 1, été 1982, p. 116-142 et Foucault, Marxism and History. Mode of
Production versus Mode oflnjormation, Polity Press, Cambridge, 1984.
P· 503-509 ; p. 380-385. Voir Karl MARX, Les Manuscrits économico-philosophique5 de ¡ 844.
15. Voir les célCbres lettres de Marx aWeydemeyer (5 mars 1852) et a Enge!s (27 juillet 1854), Vrin, Paris, 2007. .
in 6konomisch-philosophisch Manuskripteaus demJahre 1844, inMarxEngels Werke, op. cit.,
16. Michel FoucAULT, Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tome U, p. 1020.
50 MARX & FoucA ucr FOUCAULT, MARX: LE CORPS, LE POUVOIR, LA GUERRE 51

de vi e en temps de travail accompli 17 • Ce que Foucault appelle, avec une que! que chose qui n' existe que dans sa corporéité vi vante ( << nur in seiner
évidente connotation wébérienne, !a« grande mutation technologique du lebendligen Leiblichkeit existiert21 >>).
pouvoir en Occident >> est réalisée grace a la construction, multilatérale et << Lebendliche Leiblichkeít », écrit Marx.« Leib » est l'un des deux
discontinue, d'un « mécanisme de pouvoir >> capable d'intervertir le modele termes que l'allemand utilise pour signifier le corps. L'autre est, claíre-
fiscal, soustractif et rapace de l'absolutisme, pour s'exercer plut6t « dans ment, « Korper ».De ce demier nous avons déja rencontré la sémantíque
!e sens du processus économique lui-mi\me" >>. latine et indo-íranienne: corpus, *krp. « Leib »,par contre, est un terme
qui renvoie ala racine gothique *leif, dont dérivent l'allemand « Leben >>
ainsi que l'anglais « life 22 ». Évidemment, la force de travail indique ici
LE << LABORATO!RE SECRET DE LA PRODUCTJON » que!que chose qui précede l'organisation de lajournée de travail et le fait
que cette méme force de travail soit « achetée >>par le capitaliste. Comme
Dans le premier livre du Capital, on retro uve plusieurs séries d'expres- attitude inscrite dans la« lebendlige Leíblichkeit »de chaque singularité,
sions importantes qui vont dans le sens de 1'anal y se que nous avons esquis- elle indique non pas un type spécifique d'actes de travail (le travail spéci-
sée. La premiere série concerne l'usage marxien des termes de Hobbes. fique qui est accompli), mais la faculté générale de produire qui appartient
Le point de départ de la Darstellung marxienne est la marchandise. La alanaturebumaine. La force detravail estdonc comprise par Marx dans le
sphere de la circulation apparaít comme un réseau de contrats et de rap- sens de la dynamis aristotélicienne: comme une puissance ou une capacité23
ports juridiques: pour cette raison, les possesseurs de marchandises entrent et plus précisément comme la « somme de toutes les attitudes physiques
Jittéralement en scene comme personnes sur le marché. Marx reprenda la ou intellectuelles qui existen! dans la corporéité d'un homme24 ».
lettre l'expression hobbesienne. Lapersonne n'est pourtant pas ici seule- C'est la nature spécifique de l'homme comme puíssance relatíonnelle
ment la figure des équi valences juridiques, mais la personuificatiou directe et productive qui est ici en question. Marx utilise le terme « lebendige
( « Charaktermaske >>) des dynamiques économiques capitalistes. Cela Leiblichkeit >> précisément pour renvoyer il ce noyau plastique de forces
signifie que chacun, et pas seulement le propriétaire de la marchandise (la qui identifie le vivan! humain comme systeme de structures anatomiques
volonté pri vée qui s' exprime dans le contra!), apparaít sur la scene comme ( « muse! es, nerfs >>) et comme faisceau de dispositions linguistiques et
le miroir des relations de productíon qui le traversenti'. cognitives (« cerveau >>).Ce qui précede la mise au travail de l'ouvrier est
La deuxieme série d'expressions conceme la forme de la marchandise. la subsomption de la force de travail dans le capital, c'est-a-dire la réalí-
Elle n'est pas un donaé naturel. Les produits n'assument !a forme de mar- satiou des conditions auxquelles cette puissance est actualisée. L' objet de
chandise que sur la base d'un mode de production absolumeut spécifique: l'achat et de la vente n'est pas un travail effectivement accompli -l'acte ou
le mode de production capitaliste20 • La troisieme série d' expressions indique une puissance se réalise -, mais cette dynamís générique et productive quí
que les conditions d' exístence du capital ne se réduisent pasa la circulation est immanente ala vie (Leben) et que le capitaliste peut mettre au travail
simple des marchandises et de la monnaie. A une certaine époque du pro- pour en extraire uue plus-value, précisément paree qu' elle est prise dans
ces social de production, le capital ne peut naítre que la ou le propriétaire sa généricité. Le substrat matériel inhérent a cette puissance es! la nature
des moyens de productiou et de subsistance trouve sur le marché le libre vivante de l'homme: ce que son corps- ici compris done comme Leib et
travailleur qui vend sa force de travail. Cette demiere est définie par Marx non pas comme Korper- peut génériquement faire.
comme « attitude naturelle de J'individu vivant » ; c'est-a-dire, comme

21. Karl MARX, Das Kapital, 1, 4; op. cit., p. 183. Jean-Pierre Lefebvre traduit par« son
corps d'€tre vivant >>in Karl MARX, Le Capital. Uvre !, op. cit., p. 189.
17. Karl MARX, Das Kapital, I, 4, Dietz Verlag, Berlin, 1962, p. 430.Voir Karl MARX, Le 22. Friedrich KLVGE, Etymologisches WOrterbuch der deutschen Sprache, sechste verbesserte
Capital,Livre l, PUF, Paris, 1993. und vermehrte Auflage, StraBburg, Trüber, 1899.
18. Michel FouCAULT, Dits et écrits ( 1954-1988), op. cit., tome H, p. 1009. 23. Voir Paolo VJRNO, Grammatica della moltitudine, Per un'analísi delle forme di vita
19. Voir panni les dernieres publícations ace sujet, Luca BAsso,Agire in comune. Antropofagia contemporanee,Roma, DeriveApprodi,2002, p. 82. Voir Paolo VIRNO, Grammaire de la multitude.
e politica nel'ultimo Marx, Ombre corte, Vérone,20 12, p.47 et s.; Sandro MEZZADRA, Nei cantieri Pour une analyse desformes de vie contemporaines, Éditions de l'Éclat, Paris, 2002; Michel
marxiani.ll soggetto e la sua produzione, Manifestolibri, Rome, 2014. V ADÉE, Marx penseur du possible, L'Harmattan, Paris, 1998.
20. Karl MARX, Das Kapital, I, 4, op. cit., Kar! MARX,<{ La transformation de l'argent en 24. Karl MARX, Das Kapital, I, 2, op. cit., p. 181. Voir Karl MARX, Le Capital. Uvre J,
capital}>, Le Capital. Livre 1, op. cit., chapitre rv, p. 165 et s. op. cit., p. 188.
52 MARX & FoucAULT fOUCAULT, MARX; LE CORPS, LE POUVOIR, LA GUERRE 53

D'oii découlent une série de conséquences importantes. Premierement, Arbeitskraft) au travail mort (tote Arbeit) objectivé dans les facteurs de
le capitaliste ne s'intéresse pas tant, ou pas seulement, au « corps >> du production qu'il mobilise afin de produire de la plus-value. Le capital est
travailleur (ses muscles ou ses bras, l'effort don! il est capable). Le corps un<< monstre animé>> qui commence a travailler comme « s'il avait de
devient un ohjet il dominer non pour sa valeur intrinseque - e' est lil oii l' amour dans son corps"' >>.
réside une partie de la différence pour Marx entre l' économie esdavagiste Comme il est connu, Marx ntilise a plusieurs endroits des métaphores
ancienne et la forme capitaliste de production -, mais précisément comme similaires : le capital comme vampire ou loup-garou. Figures nécropo-
substrat d'une force immatérielle, la force de travail, propre a la nature litiques, pourrait-on peut-etre dire, en se réappropriant une expression
humaine. Deuxiemement, la puissance de travailler, achetée et vendue qu 'A chille Mbembe a forgée a d' autres fins 29 • Marx veut ainsi mettre en
comme toute autre marchandise, est du travail non encore objectivé et lumiere la réalité, qui brise le jeu de miroirs induit par le fétichisme de
pourtant inséparable de l'existence corporelle immédiate de l'ouvtíer. La la marchandise, en inversant la série spécifique au proces de production
troisieme conséquence est que la dépense énergétique, que Marx indexe capitaliste dans sa détermination historique. Ce n' est pas le travailleur qui
au corps « muscles, nerfs, cerveau », cette « consommation »de force utilise les facteurs objectifs de la production comme il pourrait sembler a
de travail qui doit iltre continuellement réintégrée pour que le proces de partir d'une définition na!ve du travail, mais c'est le travail mort, «cristal-
reproduction du cycle économique se mette en place-, est aussi toujours lisé » dans le capital, qui utilise et «aspire le travail vivant »en s'appro-
« proces de production25 ». priant sa puissance de valorisation. lci, au-deli\ du champ métaphorique du
Du théátre hobbesien de la circulation ce théátre o ul' acheteur et le monstmeux, on retrouve le champ sémantique de la corporéité dont nous
vendeur de cette marchandise tres spéciale qui est la force de travail se sommes partís: le corpus cadavérique des facteurs de production s' anime
rencontrent sur la scene comme « Charaktermasken » du contrat et de et,face al'ouvrier sociatisé, dont la vi e est subsumée dans le grand systeme
l'échange- on accede a ce que Marx appelle le" laboratoire secret de la de l'usine, s'éleve l' « organisme de production totalement objectif' 0 >>.La
production >>. Celui qui possede l'argent s'avance sur scene maintenant méme tension qui, dans la physique aristotélicienne qualifie l'organisme
comme capitaliste, celui qui possede la force nue de son propre travaille vivant (matiere, forme, mouvement), reproduit, a travers cet organisme,
suit comme son travailleur. Et si le premier sourit, le deuxieme se montre en la domination de e! as se. Le systeme de machines est un « Automat >>,
revanche ti mide et rétif, « comme quelqu'un qui a porté au marché sa propre ponr Marx. Mais ce mécanisme est animé : le corps de la production, que
peau et ne s'attend a rien d'autre que le tannage26 >>. Sa propre peau. Son le travailleur retro uve en face de soi et qui le lie en le subsuman!, prend,
propre corps, done. Mais aquelles conditions ? L' autre le~on que Foucault líttéralement, vie.
reprend directement de Marx est que chaque technique différenciée de Quand Marx commence il. analyser le proces productif et le proces de
production comporte une modification de la subjectivité strictement liée a valorisation- c'est-i\-dire l'animation du corps de production de la mar-
la prise du pouvoir sur le corps27 • chandise- il évoque la sphere de la (le contra! comme achat et
vente de la force de travail), car elle représente la médiation nécessaire pour
accéder au « laboratoire secret >>de la productíon.ll devient par la évident
LE CAPITAL COMME VAMP!RE que la symétrie apparente entre la volonté de l'acheteur et du vendeurde la
force de travail n'est pas aussi exacte: ce que le capitaliste achete n'est pas
ll nous faut mentionner un autre passage. Le capitaliste transforme dn « travail >> au seus d'un travail fini s'objectivant en un prodttit- mais
l'argent en valeur a travers l'incorporation du travail vivan! (lebendige une puissance: des« levures vivantes31 » qui, une fois annexées a u proces,

25. Karl MARX, Das Kapital, I, 2 ; op. cit., p. 189. Voir Karl MARX, Le Capital. Livre l,
op. cit., p. 192. 28, Karl MARX, Das Kapital, I, 5, op. cit., p. 209. Voir Karl MARX, Le Capital. Livre !,
26. Karl MARX, Das Kapital, I, 2, op. cit., p. 191. Voir Karl MARX, Le CapitaL Livre 1, op. cit., p. 219.
op. cít., p. 19K 29. Achille MBEMBE, <<: Necropolitics )>, Pubfic Culture, vol15, n" l, hiver 2003, p. llAO.
27. Michel FoucAm:r, «Les techniques du soi »,in Dits etécrits ( 1954-1988), op. cit. tome H, 30. Karl MARX,Das Kapital, I, 13, op, cit., p. 404. Voir Karl MARX,Le Capital. Livre f,op. dt.
p. 1604: « 1' ai voulu décrire alafois la spécificité de ces technlques et de teur interaction constante. Voir aussi Ahlrich MEYER, « Mechanische und organische Metaphorik politischer Phi!osophie »,
Par exemple, le rapport entre la manipulation des objets et la domination apparait clairement Archiv flir Begriffsgeschichte, vol. 13, 1969, p. 128-199.
dans le Capital de Karl Marx, oU chaque technique de production exige une modification de la 31. Karl MARX, Dw; Kapital, l, 5, op. cit., p. 200. Voir Karl MARX, Le Capital. Livre !,
conduite individuelle, exige non seulement des aptitudes, mais aussi des attitudes. » op. cit., p. 206.
54 MARX & FOUCAULT fOUCAULT 1 MARX; LE CORPS, LE POUVOJR, LA GUERRE 55

valorisent continuellement le capital. Ce que le travai!leur aliene n'est pas D!SC!PLlNE El' PRODUCT!ON
son attitude individuelle (sa capacité, son talent particulier, la force de son
physique), mais une faculté générique quí peut étre extériorisée et organisée Le premier pas vers l'accumulation originaire estla production de
selon des normes d'assujettíssernent et des conditions de répartition qui pauvres, de vagabonds et de misérables pour les forcer au travail. Leur
font d' elle un travail socialisé, une coopération surveillée et << incorporée » réduction a la pauvreté est imrnédiatement sanctionnée et redoublée en
au capital32 • El pourtant: au-delil de la configuration abstraite du travail, termes juridiques: «La législation les traita en ma!faiteurs "de plein gré",
comment cette « incorporation » est-elle réalisée? alléguant qu'il dépendait de leur seul bon vouloir qu'ils continuassent a
On le sait, dans son grand livre consacré a la formation de la classe travailler dans les conditions anciennes, alors que ce!les-ci n'existaient
ouvriere anglaise, Edward P. Thompson a mis au clair un fait décisif : la plus36 >>, écrit Marx. Le droit, avec sa !ogique d'imputation, fixe le sujet a
classe ouvriere n' est pas un sujet qui apparait sur la scene a un moment une volonté «libre», mais seulement pour plier sa résistance et le lier a
donné de l'histoire, mais une fluidité (a «fluency33 >>),un rapport dont la la forme du salaire. Marx décrit non seulement l'incidence sociale de la
composition échappe lorsqu' on essaie de la saisir comme une chose morte loi, mais aussi son<< usage >> comme arme dans la bataille disciplinaire.
pour en faire l'anatomie. Le premier temps de ce rapport est, pourrait-on Le deuxieme pas concerne la régulation de lajournée de travail. C'est-
dire, la fabrication du corps individue! productif a travers la coopération. a-dire l'imposition, par la das se ouvriere, d'une série de limites a l'exten-
Cette transformation est rendue possíble par une pratique- ni pacifiée ni sion indéfinie du temps de travail voulue par le maftre. Ce demier, s'étant
pacificatrice- d'assujettissement a la discipline du travaíl : ce sont les approprié entierement le« temps de vie >> du prolétaire, n'aurait de son
habitudes, rythmes, gestes vitaux des individus34 Lorsque Marx analyse coté aucun probleme aétendre indéfiniment le temps de production en se
!' accumulation originaire en parlan! de la naturalisation du code de pro- garantissant ainsi une extraction nette de plus-value absolue. Et pourtant
duction capítaliste, il fait référence a cette complexe phénoménologíe de i! rencontre une résístance précisément dans le corps del' ouvrier, qui rend
coaction extraéconomique. Pour sa mise en oeuvre, les deux p6les de la cette extraction impossible, L'organisation technique de la coopération-
circulation simple, les personnes de l'acheteur et du vendeur de la force avec les effets pervers que Marx décrit avec insistance en termes d' aliéna-
de travail sont loin de suffire, pas plus que ne suffit, sur l'axe génétique, tion, de répétitivité du geste,d'appauvrissement des capad tés cognitíves du
le pur acte de domination par lequelle vendeur, arruché par la force a ses travailleur- est utilisée princípalernent pour établir un disposítif capable
moyens de subsistance (les commons, la terre, les formes de solidarité d'augmenter la plus-value re!ative. Or, c'est le contre-pouvoir ouvrier, la
comrnunautaire), est contraim de se vendre volontairement et de << se << résistance >> gríice a laquelle la classe ouvriere << écrasée par le vacarme
soumettre, a coups de fouet, de brO!ures et de tortures, a la discipline quí de la production commence a revenir vers soi-meme37 >>, qui impose
était nécessaire au systeme de travail salarié». C'est plutót le proces qui la régulation de la journée de travail contre le dispositíf de production
se noue et qui redouble le développement du systeme de production lié au capitaliste.
travail salarié quise révele nécessaire. C'estle systeme de pratiques qui Parmi les nombreux énoncés marxiens non cités par Foucault mais
reproduit une« Arbeiterklasse », laquelle par<< éducation, tradition, habi- auxquels il se confronte directement, il y a encore le passage consacré
tude >> - écrit Marx- reconnait comme « lois naturel!es35 >>les exigences aux << dispositions mínutieuses, quí reglen! avec une si grande uniformité
du mode de production capitaliste. militaire, au son de lacloche, périodes, limites, pauses du travaiJ38 >>.Marx
en parle comme d'une conquete ouvriere. La régulation de la journée de
travail dérive certes d'une intervention de l'État, mais, loin de représen-
32. Karl MARX, Das Kapital, 1, 11, op. cit., p. 352. Voir Karl MARX, Le Capital. Livre !, ter !'effet d'une intervention disciplinaire verticale, elle se développe en
op. cit., p. 362 et s.
33. Edward P. THOMPSON, 11le Making ofthe English Working Class, Vintage, New York,
1966, p. 9: << The notion of class entai!s the notion of historical relationship. Like any other
relationship, it is a fluency which evades analysís if we attempt to stop it dead at any given
moment and anatomise its structure. ~> 36. Karl MARX, Das Kapital, L 7, op. dt., p. 762. Voir Karl MARX, Le Capital. Livre !,
34. Pour la catégorie de disciplinarisation sociale, Voir Gerhard ÜESTREICH, Geist und Gestalt op. cit., p. 826.
des frühmodernen Staates. Ausgewiihlte Aufsiit::.e, Dunker & Humblot, Berlín, 1969. 37. Karl MAR,'\, Das Kapitul. I, 3, op. cit,, p. 294. Voir Karl MARX, Le Capital. Livre 1,
,35. Karl J'IIIARx,Das Kapital, 1,24, op. cit., p. 765; Karl MARX, Le Capital. Livre !, op. cit., op, cit., p. 295 et s.
p. 803 et s. 38. /bid.
56 MARX & FOUCAULT FOUCAULT, MARX: LE CORPS, LE POUVOIR, LA GUERRE 57

situalion et cornme le résultat d'une longue série de luttes de classe 39 • besoins, instants, hasards, violence42 ».En bref, il s'agit la d'un flux inin-
Lorsque, au début de Surveiller et punir, Foucault oppose frontalement terrompu d'instances el d'attitudes que le capital s'efforcera d'assujettir a
deux textes auxquels il confíe la tache d'illustrer !'are de basculernent de son autorité, tandis que la classe ouvriere s'efforcera d'en faire subjecti-
la pénalité rncderne -le long el atroce supplice de Damiens, oil la résis- vement autant d'occasions de résistance et d'organisation, trouvant ainsi
tance du corps de la victime entrave le rituel de souveraineté et suscite la les fonnes de sa composition politique.
sympathie de la " populace », et le reglement rédigé par Léon Faucher de Foucault souligne ici deux points qui le rapprochent de Marx tout en
la Maison des jeunes détenus a París, dans laquelle, alors que la violence marquant avec force une prise de distance par rapport aAlthusser. Le pre-
s'est tue, les mouvements suivent les rythmes des tambours, et les conps rnier est la valeur fondamentale du conílit dans l 'analytíque du pouvoir.
de cloche scandent une joumée completement saturée par la discipline-, Le second est le theme de technologies disciplinaires- et, panni elles, la
il est difficile de ne pas penser que la fonnulation du probleme foucaldien pénalité -, qui avant meme d'assurer la reproduction du rapport capitaliste
dérive des pages de Marx. Un droit qui n'est pas que du droit. Un pouvoir de valorisation (et done : la« restructuration43 >>del' économie générale des
qui circule et active des positions opposées et antagonistes. Une écono- illégalismes et la répression de l'illégalisme prolétaire), développent des
mie, non seulement de la peine, qui est constamment en relation avec des dispositions productives dans le corps ouvrier"'. D'un cóté le systeme pénal
technologies de gouvemement. doit conquérir les conditions de sa propre validité ii travers des techniques
de séquestration et de clóture, par des techniques de fixation de la mobilité
qui s 'exercent brutalement sur le corps mobíle etfuyant d'une « populace »
FORME-PRISON ET FORME-SALA!RE de vagabonds oisifs, la pénétrant par toute une mícrophysique du pouvoir.
D'ou la premiere affirmation radicale de Foucault: «La guerre civile >>
La publication du cours que Foucault prononce au Col!ege de France est la matríce générale de la rationalité de la peine, le but de cette derniere
lors du premier semestre 1973 résout définitivement, a mon avis, pln- n'étant pas, comme pour Hobbes ou pour Rousseau, l'imposition d'une
sieurs arnbiguités interprétatives concemant l'analytique foucaldienne du paix sur des relations naturellement confiictuelles, mais la poursuite inin-
pouvoir"'. La domination du capital sur l'ouvrier- auquel, dans les mots terrompue d'une guerre de conquete45 • De l'autre cóté,a l'image de Marx,
de Marx, « la silencieuse coaction des rapports économiques41 » appose et apres avoir montré que le problerne décisif de la genese du capítalisrne
son sceau -, est conquise dans une bataille séculaire qui meten !umíere la coincide avec la transfonnation-constitution de la vie en force de travail,
rnatrice fondamentalernent belliqueuse du rapport social. Or, comme nous il faut définir l 'horizon stratégique et mouvant qui permet de repenser les
l'avons vu, la fabrication du corps docile, but de la stratégie disciplinaire, rapports sociaux alnsi que les proces de subjectivation"''.
n'est ni unidirectionnelle ni pacifique. Foucault concentre sa propre recherche sur le proces global de fabrica-
ll faut se référer, a ce propos, a un doub!e passage quise trouve au tion de la force de travail comrne « disposition subjective objectivement
centre du cours consacré a La Société punítive.ll jette une lumiere vive sur unifonnísée et adéquate aux conditions de la production >>, pour reprendre
l'analytique du droit et de la pénalité que Foucault est en train d'élaborer l'heureuse formulation de Stéphane Legrand. Pour le dire dans les tennes
en ces memes années. La nature humaine n'est pas travail, note-t-í! dans de l'analytique marxienne de la genese du rapport de capital, Foucault
sa derniere le~on. Ce qui rythme la vie humaine, capable de développer reprenda son compte 1'analyse du proces de subsomption réelle par lequel
líbrement des relatíons collectives non assujetties aux rythmes de la pro- le travail est incorporé au proces de valorisation.
duction et spontanément indiscíplinée, ainsi que le temps « sauvage » de
son déroulement, ce sont plutót les « plaisirs, discontínuités, fetes, repos, 42. Michcl FoUCAULT, La Société punitive, op. cit., p. 235.
43. Michel FoucAULT, Surveilier et punir, Gallimard, Paris, 1975, p. 89.
44. Voir Stéphanc LEGRAND, <(Le marxisme oublié de Foucault >>, Actuel Marx, n" 36,
fé-vrier 2004, p. 27-43.
39. Karl MARX, Das Kapital, I, 3, op. cit., p. 299. Voir Karl MARX, Le Capital. Livre 1, 45. Dans le cours de 1976 au College de Frunce,« llfaut d~fendre la société », Foucault
op. cit., p. 295 et s. définira cctte perspective, nous !' avons déjU dit, de « retournement de la présupposition de
40. Mí che! FoucAtJU, La Société punítive. Coun; au Collegede France ( 1972-1973), EHESS/ Clausewitz », Voir Michel FoucAULT, « ll faut défendre la société ». Cours au ColU:ge de France
Gallimard/Seuil, Paris, 2013, ( 1975-1976), EHESSISeui!IGal!irnard, París, 1997.
41, Kar! MARX, Das Kapital, I, 24, op. cit., p. 765 . Voir Karl MARX, Le Capital. Livre !, 46. Voir Pierre DARDOT et Christian LAVAL, Marx, prénom; Karf, Gallimard, Paris, 2012,
op. cit., p. 803 et s. p. 202.
58 MARX & FoucAULT

C' est sur cette toile de fond marxienne que Michel Foucault développe
son analyse de la pénalité et inverse nettement la tradition platonicienne.
Ce n'est pas le corps qui est prison de l'ame mais, a l'aube de la moder- 4
nité, selon une rupture constituante qui impose de nouvelles fonctions au
savoir, c'est !'ame qui devient la prison du corps47 La transformation de
la multitude en force de travail est le produit d'une sorte de schématisme
transcendantal propre ala discipline. Elle redes sine et s'approprie !'es pace, Foucault lecteur du Capital'
réordonne le temps et le rend calculable. En agissant sur l'espace, la dis-
cipline organise des fonctions et des hiérarchies. Elle isole des segments
individuels dans la coopération sociale et établit entre eux des liens opé- Rudy M. Leonelli
rationnels. En ma!trisant le temps, elle le constitue comme intégralement
ntíle. Précision, application et régularité sont les vertus fondamentales
du temps disciplinaire, pourra écrire Foucault dans Surveiller et punir"".
Dans ce double processus de constítutíon se réalise 1'expression que Marx « J E CJTE MARX SANS LE DJRE >>
reprend de Fourier: Les usines sont des« bagues mitigés49 ». C'est la que
Foucault pourra faire la généalogie de la gémellité entre forme-prison et Une affirmation de Foucault concernant le« jeu >> qui détache son propre
forme-salaire~'. travail de la conformité ala littéralité de Marx en vigueur al'époque nous
donne un importan! éclaircissement sur son rapport avec Marx :
Je cite Marx sans le dire, sans mettre de guillemets, et comme ils ne sont pas
capables de reconnaltre les textes de Marx,je passe pour étre celui qui ne cíte
pas Marx.. Est-ce qu'un physicien, quand il fait de la physique, éprouve le besoin
de citer Newton ou Einstein ? Illes utilíse, rnais i1 n 'a pas besoin de guillemets,
de notes en bas de page ou d'approbation élogieuse qui prouve aquel point il
est fidCle á la pensée du rnaítre. Et comme les autres physiciens savent ce qu'a
fait Einsteín, ce qu'il a inventé, démontré, ils le reconnaissent au passage. Il est
impossible de faire de l'histoire actuellement sans utiliser une kyrielle de concepts
a
Hés clirectement ou índirectement la pensée de Marx et sans se placer dans un
horizon qui a été décrit et définí par Marx. A la limite, on pourrait se demander
quelle différence il pourrait y avoir entre étre historien et etre marxiste?

Lorsque Foucault, dans « ll faut défendre la société >>,aborde la genese


de l'interprétation marxienne de l'histoire, il explore aussi certaines des
conditions historiques de sa propre démarche et, plus généralement, les
conditions du savoir historique de la modernité. C'est, pour lui, !'une des
raisons majeures de ne pas réduire la problématique du cours a la ques-
tion du racisme. De méme, il n'y a pas deux régions isolées : d'un cóté,
le savoir (qui constituerait le « bon cóté >>),de 1'autre, la lutte, mais plutót

47. Michel FoucAULT, Surveiller et punir, op, cit., p. 34.


48. !bid, p. 139-152. 1. Je voudrais remercierparticulihement Étienne Balibar, pour les occasions de discussions
49. Karl MARX, Das Kapital, I, 13, op. cit., p. 450. Voir Karl IvlARX,Le Capital. Livre 1, op. passionnantes sur les themes touchant le creur de cctte intervention, sans oublier Mireille
cit., p. 416 et s. Voir également Charles FouR!ER, La Fausse industrie morcelée, répugnante, Delbraccio, Guglielmo Forni Rosa, Giorgio Forni, Manlío Iofrida, Sandro Mezzadra, Luca
mensongkre, et f'antidote, !'industrie naturelle, combinée, attrayante, véridique, donnant Paltrinieri et Vincenza Perilli.
quadruple produit, Bossange pere, Paris, 1835, p. 346. 2, Michel FoucAULT, << Entretien sur la prison. Le livre et sa méthode », in Dits et écrits
50. Michcl FoucAULT, La Société punttive, op. cit., p. 72. (1954-/988), Gallimard, París, !994, tome ll, p. 752-753.
60 MARX & FOUCAULT
fOUCAULT LFflEUR DU CAPITAL 61

leur imbrícation, de maniere a ce que le questionnement du savoir entraíne MARX ET LES TECHNOLOGJES DU POUVO!R
la question de la lutte, des luttes (et vice versa):
Marx dit, effectivernent, que le moteur del 'histoire réside dans la lutte des classes, Reste aétablir comment et sur quoi opere cette réactivation de Marx, que
Et beaucoup, apres lui, ont répété cette these. En effet, c'est un fait indéniable, Foucault invite ane pas confondre avec l 'éclectísme ou avec un empirísme
Les sociologues raniment le débat a n'en plus finir, pour savoir ce qu'est une
na1f6. Parmi les textes de Foucault qni peuvent contribuer a notre explo-
classe, et qui y appartient. Maísjusqu'ící personne n'a examiné ni approfondi la
question de savoir ce qu'est la lutt.e. Qu' est-ce que la lutte, quand on dit lutte des
ra !ion, le plus importan! est la trauscription d'une conférence prononcée
dasses? Puisqu'on dit lutte, il s'agit de conflit et de guerre. Mais comment cette a l'université de Bahia en novembre 1976, «Les mailles du pouvoir >>,
guerre se développe-t-elle ? Quel est son objectif? Quels sont ses moyens ? Sur quelques mois apres la conclusion du cours « ll.faut déjendre la société >>.
quelles qualités rationnelles repose-t-elle? Ce dont.j'aimerais discut.er, a partir de lci, l'importauce des éléments présents chez Marx pour une analyse du
Marx, ce n'est. pas le prob!Cme de la sociologie des classes, maís de la méthode pouvoir susceptible de servir d'alternative asa représentation juridique,
stratégíque de la lutte. C' est la que s' ancre mon intérét pour Marx et e' est a partir
s'articule a un ensemble de références spécifiques au Capital: ¡..oucault
de la que j'aimerais poser les problCmes?
affirme que les éléments fondamentaux d'une !elle anal y se,« nous pouvons
Foucault souligne qu 'il y a des choses tres remarquables dans «!out ce que évidemment les trouver aussi chez Marx, essentiellement dans le Livre JI
Marx a écrit sur l' armée et son róle dans le développement du pouvoir poli- du Capital. C'estla,je pense, que nous pouvons trouver quelques éléments
tique. Ce son! des choses tres importantes qui ont pratiquementété lalssées en dout je me servirais pour une analyse du pouvoir dans ses mécanismes
jachere, au profit des incessants commentaires sur la plus-value >>. Foucault positifs7 >>, déclare-t-il encare.
a maintes fois rappelé l'importance des problemes politiques du corps, de A la suite de la premiere édition de celte conférence, la référence au
l'espace, de la guerre chez Marx. Si sur le plan de l'analyse historique, Marx Livre ll du Capital se trouve reproduile dans les éditions postérieures a la
a opéré une rupture irréversible, Foucault procede asa réactivation : « Faire mortde Foucault, ou elle ne semble pas falre probleme. Suivons brievement
fonctionner Marx comme un "auteur", localisable dans une mine díscursive le tracé de cette référence. En septembre 1994, le n° 324 du Magazine lit-
unique et susceptible d'une analyse en termes d'origiualité ou de cohérence téraire meta la disposition des lecteurs, eu anticípation.de la publication
interne, e' est toujours possible. Apres tout, on a bien le droit d'"académíser" des Dits et écrits, une partie de ce texte, avec une íntroduction de Fran9ois
Marx. Mais e' est méconnaítre 1' édatement qu' il a produit'. >> Ewald. Ce dernier -en rectifiant sensiblement certaines tMses de son
On pourraít chercher a explorer les rapports de Foucault avec Marx, a anden article « Anatomie el corps politiques8 >> - reconnaít 1' exigence de
la lumiere du meme critere, qui est explicité au début du cours de 1976, par dépasser les simplifications courantes : « On a pris !'habitude de placer
rapport a la découverte de<< ce qu' on pourrait appeler l' effet inhibiteur propre Marx et Foucault dans des rapports antagoniques : le penseur du pouvoir
aux théories totalitaires,je veux dire, en tout cas, aux tbéories enveloppantes serait venu contredire celui del' exploítation. Comme le lecteur des Dits et
et globales. Non pas que ces théories [ ...] n'aient pas fourni et ue foumissent écrits le constatera, rapports sout autrement complexes. >> Mais, en ce
pas encore, d'une ma11iere assez consttmte, des instruments localement uti- qui concerne l 'identification du livre du Capital auquel renvoie Foucault,
lisables: le marxísme, la psychaualyse sont précisément la pour le prouver. Ewald suit a la lettre les indications de la trauscription accompagnant la
Mais elles n'ont pas fourni,je crois, ces instruments localement utilisables conférence : « Foucault explique comment son projet d'une analyse des
qu'a la condition,justemenl, que l'unité théorique du discours soit comme technologies du pouvoir, ií la base de Surveiller et punir, a pu trouver une
suspendue,en tout cas découpée, tiraillée, mise en charpie, retournée,dépla- de ses sources, sinon un de ses modeles, dans les descriptions du Livre ll
cée,jouée, caricaturée, théátralisée, etc. En tout cas, toute reprise dans les du Capital'. >> Cette identification se retrouve dans les éditious officielles
termes memos de la totalité a conduit de faít a un effet de freinage' >>. des reuvres de Foucault. L'édition des Dits et écrits s'en tient également a

3. Michel FoucAULT, '' Méthodologie pour la connaissance du monde. Comment se 6.1bid., p. 8.


débarrasser du marxisme »,in Dits et écrits ( 1954·1988), op. cit., p. 606.
7. Mi che! FoucAULT, « Les mail!es du pouvoir >>, in Dit,<,· et écrits (1954-1988), op. cit.,
a
4. Michel FOUCAUl:f, '' Questions Michel Foucault sur la géographie »,in Dits et écrits tome IV. p. 186.
(1954-1988). op. cit .• tome lll. p. 39.
8. Voir Fran¡;ois EWALD, « Anatomieetcorps politiques »,Critique, n° 343, décembre 1975.
5. Michel FoucAULT, « llfaut défendre la société !;>, Cours au Coltege de France (1976),
9. Fran\Ois EWALD, "Note íntroduct!ve a Mi che\ Foucau!t"' ((Les mailles du pouvoir »,
BHESS/Seuil/Gallimard, Paris, p. 7-8,
Magar,ine littéraire, n" 325, octobre 1994, p, 64.
MARX & FOUCAULT
FouCAuLT LECTEUR DU CAPITAL 63
62

cela. De meme, dans la« Situation du cours » au sein del' édition officielle Foucault, dans la quatrieme section, s' interpénetrent étroitement et consti-
tuent les différentes faces des problemes considérés par Marx, de telle
de « Il faut déjendre la société » :
· ~ · !'ti ue maniere qu 'un seul et meme passage pourrait confirmer ala fois deux ou
Foucault a entretenu, a propos des rapports entre pouvotr et economt.e po t. q '
ff t ' gnormt pas plusieurs points. Notre intéret prioritaire est ici de chercher i\ reconnaítre
une sorte de« dialogue ininterrompu » avec Marx. M arx, en e e , n _1 ,
la question du pouvoir et des disciplines, si l'on s'en tient ne.sermt-ce ~u. ~ux le texte marxien auquel Foucault se réfere, préliminaire minimal, maís
analyses du premier livre du Capital (sur« lajournée de travm! ».,«la diVISlOU indispensable, d'une lecture critique qui, sinon, est rendue impossible.
. d t e ) et a ce!! e
du travail et la manufacture », « les machines et la gran.de m us n ~ . Nous indiquerons simplement quelques correspondances. Dans le soi-
du deuxiCme livre (sur le« proces de circulation du capital» ; ej. Dtts et écnts, disant Livre 1! du Capital, Foucault repere quatre directíons d'analyse
IV, 297ja. 1976] : 182-201, spéc. 186 sq .) to des pouvoirs, que nous examinerons.
Le Livre ¡¡ du Capital vient ainsi s' ajouter aux références ala quatrieme
section du Livre J, cítées dans Surveiller et punir. Bien que sugges!lve, Multiplicité, caractere régional, hétérogénéité et autonomie relative
cette extension n' est confortée par aucune démonstratJOn. Tout ;e passe
a
comme si la parole de Foucault se suffisait elle-méme. Mrus l examen Ce que nous pouvons trouver dans le« Livre H » du Capital c'est, en premier Iieu,
qu'il n'existe pas un pouvoír, mais plusieurs pouvoirs. Pouvoirs, cela veut dire
du Livre ¡¡ du Capitalne semble pas permettre de repérer l' ensemble des
des formes de domination, des formes de sujétion, qui fonctionnent localement,
problemes indiqués par Foucault. , . , par exemple dans l'atelier, dans l'armée, dans une propriété de type esclavagiste
Toutefois, si l'on suspend l'évidence non venfiee, on se trouve dans ou dans une propriété oU il y a des relations serviles. Tout cela, ce sont des formes
une sítuation qui permet la formulation d'une hypothese ': économ1que »: locales, régionales de pouvoir, qui ont leur propre mode de fonctionnement, leur
Foucault aurait, icí encare, fourni une référence erronee, e~ md1qua~t procédure et leur technique. Toutes ces formes de pouvoir sont hétérogCnes. [ ... J
Une société n'est pas un corps unitaire dans lequel s'exercerait un pouvoir et
comme Livre II du Capital ce qui, dans les éditions du Capttalen hmt
seulement un, mais c'est en réalité une juxtaposition, une liaison, une coordination,
tomesn est en réalité le second tome du Livre Jl2. Du reste, JO ne sms pas le une hiérarchie, aussi, de différents pouvoirs, qui néanmoins demeurent dans leur
seul a etre parvenu ¡¡ cette hypothese 13 • Nous lirons done « Les mmlles du spécificité. Marx insiste beaucoup, par exemple,sur le caractCre ala fois spécifique
pouvoír, en cherchant alocaliser les références au Capttal, non pas_ dans le et relativement autonome, impenuéable en quelque sorte, du pouvoir de fait que le
Livre lf, mais dans le second tome du Livre l. En outre, n?us restr~mdron: patron exerce dans un atelier, par rapport au pouvoir de type juridique qui existait
cette référence a une seule partie de ce tome : la quatneme secnon (qm dans le reste de la société. Done, existence de régions de pouvoir. La société est
un archipel de pouvoirs différents 14 .
est, du reste, citée dans Surveiller et punir). .
Foucault articule en quatre points sa lecture du Capttal. Nous les En analysant la coopération, Marx affirme ainsi que« le commandement
reprendrons, en cherchant a identifier, pour chacun d'entre e~x, dan~ la dans !'industrie devient l 'attribut du capital, de méme qu'aux temps féodaux
quatrieme section, quelques renvois. Mais il nous faut ~uss1tol p;éc1ser la direction de la guerre et l'adminístration de la justice étaient les attri-
que les différentes articulatíons de l'analyse du pouvou md1quees par buts de la propriété fonciere 15 ».A propos de la division du travail dans la
manufacture et dans la société, il souligne les formes de pouvoir spécifiques,
lo. Alexandre Fom'ANA et Maurio BERrANl, << Situation du cours >~, in Miche! FoucAULT, « ll
hétérogenes, qui « malgré les nomhreuses analogies et les rapports' 6 >>
jaut défendre la société », op. cit., p. 250. . . . . . ..
distinguen! ces deux domaines : « La di vision manufacturiere du travail
11 Réalisées en france par les bditions soc¡ales et en ltahe par Echton Rmmtt.. ,. suppose l'autorité absolue du capitaliste sur des hommes transformés en
12: tJn indice ultérieurpounait,a notre avis, renforcer l'hypothCse d:~e probable JmprécisJon
simples membres d'un mécanisme qui lui appartient. La division social e du
de Foucault lorsqu'il fournit ses références au Capital: il réside dans le lmt que le dos des ~ol~~es
de plusieurs versíons en huit tomes délivrées par les Éditions sociales (par exemple 1 éd1tl~n
travail meten face les uns des autres des producteurs indépendants qui ne
de 1951), dans le cadre de la publicatíon des muvres comp~Ctes de ~arx, ne reportent pas a
· 1· (11 12 !3 II 1 etc) maislanumératlOncontmuepartome(l,H,HI,lV,
num é ratwn 1vre-tome . , · , · , · ' · ' . ~ ·e
etc.), oU « 11 >> désigne le tome IJ du livre I. L'expression (<le livre ll '' pourra~: etre une mam re
approximative d'indiquer le tome U du Hvre 1 (ou, plus simplement, une mamer~ de nommer ~e 14. Michel FoucAULT, <~Les mailles du pouvoir »,in Dits et écrits (1954-1988), op. cit.,
tome en langage ordinaire, non bibliographique). Le tome U du livre Id~ Captt~l, tant dans .a
tome IV, p. 186-187.
traductíon fran~aise de Joseph Roy (Éditions sociales) que da~s la traductJOn 1ta!Jenne de Debo 15. Karl MARX, Le Capital. Critique de f'économie politique, Livre l. Le développement de
la production capitaliste, Éditions sociales, Paris, 1977, chapitre xm, p. 243.
Cantimori (Editor! Riuniti), comprend les sections IV-Vl du hvre L
13. En interpellant ~tienne Balibar a ce sujet,j'ai constaté que nou~ son:mes tous deux 16. Karl MARx, Le Capital. CriTique de l'économie politique, Livre !. Le développement de
parvenus a la formulation de la méme hypothese concernant le Iivre du Cap1tal ctté par Foucault. la production capitaliste, op. cit., chapitre XJV, p. 257.
MARX & Fm;cAuLT FOUCAULT LECTEUR DU CAPf[AL 65
64

reconnaíssent en fait d' autorité que celle de la concurrence, d'autre force se formen! d'apres la méme loi naturelle qui regle la division des plantes
que la pression exercée sur eux par leurs intérets réciproques • »
17 et des animaux en especes et en variétés, avec cette différence cependant
Les conditíons effectives de la coopération dépassent la forme du qu'un certain degré de développement une fois atteint, l'hérédité descastes
contra! : « L'ouvrier est propriétaire de sa force de travail tant qu'il en et l'exclusivisme des corporations sont décrétées lois sociales".>>
débat le prix de vente avec le capítaliste » ; maís dans le preces de travail Dans les formes de société qui précedent la division du travail de type
oii les ouvriers entren! comme personnes indépendantes, individus isolés, manufacturier, <<la séparation des métiers s' est développée spontané-
« ils ont déja cessé de s'appartenir. Des qn'ils y entrent, ils sont incorporés ment, puis s 'est cristallisée et enfin a été sanctionnée légalement23 >>. Plus
au capital 18 ».A l 'égard du régime de fabrique, Marx souligne que << jetant généralement, dans la quatrieme section du Livre !, Marx considere les
aux orties la division des pouvoirs d'ailleurs si prónée par la bourgeoisie et rapports spécifiqnes de pouvoir immanents a des formes de production
le systeme représentatif don! elle raffole, le capitaliste formule en législateur déterrninées.
privé et d' apres son bon plaisir son pouvoir autocratique sur ses bras dans
le code de fabrique" ». C' est la une des racines de la « premiere consigne Productivité
donnée >> par « ll faut défendre la société » : << Saisir le pouvoir du cóté de
Ces pouvoirs spécifiques, régionaux n'ont absolument pas pour fonction
l 'extrémité de moins en moins jnridique de son exercice2°. >> De plus, il es!
primordiale de prohiber, d'empecher, de dire «tune dois pas ».La fonction
d'une extreme importance que, loin d'opposer ala description marxienne primitive, essentielle et permanente de ces pouvoirs locaux et réglonaux est, en
de 1'autorité du capitaliste (individue! ou collectif) dans l 'usine (o u dans la réalité, d'Ctre des producteurs d'une efficience, d'une aptitude, des producteurs
fabrique) la relative autonomie des relations de pouvoir, Foucault désigne d'un produit. Marx fait, par exemple, des superbes analyses du probh~me de la
cette meme autorité comme !'une des formes de cette autonomie. discipline dans J'armée et dans les ateliers 24 .

Qnelques extraits de la quatrieme section du Livre l du Capital, que


Spécíficité et genim locale Foucault a cités dans Surveiller et punir, prennent, selon nous, une valeur
paradigmatique, dont celuí-ci :
Ces pouvoirs ne peuvent et ne doivent pas étre compris simplement comme la
dérivation, la conséquence d'une espece de pouvoir central qui serait primordial. De mCme que la force d'attaque d'un escadron de cavalerie ou la force de
Le schéma des juristes [ ..,]consiste a di re: {<A u début, íl n 'y avait pas de société, résistance d'un régiment d'infanterie differe essentiellement de la somme des forces
et ensuite est apparue la société, apartir du moment oli est apparu un point central individuelles,déployées isolément parchacun des cavaliers ou fantassins,de rnéme
de souveraineté qui a organisé le corps social, ct qui a pennis ensuite toute une la somme de la force mécaníque d'ouvriers isolés diffCre de la force mécanique
série de pouvoirs locaux et régionaux )> ; Marx, implícitement, ne reconnai't pas quise développe des qu'íls fonctionnent conjointement et simultanément dans
ce schéma. Il rnontre, au contraire, comment, a partír de l 'existcnce initiale et une méme opération indivise25 .
primitive de ces petites régions de pouvoir comme la propriété, l 'esdavage,
a
l'atelier et aussi l 'année a puse fonner, petit petit, des grands appareils d'État. Caracti!re technologique
a
L'unité étatique est, au fond, secondaire par rapport ces pouvoirs régionaux et
21
spécifiques, lesquels viennent en premier lieu . Ces mécanismes de pouvoir [ ... J il faut les considérer comme des techniques, e' est*
a~dire comme des procédés qui ont été inventés, perfectionnés,quí se développent
Dans la quatrieme section du Livre l, Marx montre la préexistence histo-
rique de formes d'organisation et de pouvoir régionaux quise reproduisent
22. Karl MARX, Le Capital. Critique de l'économie potitique, Livre l. Le développementde
de maniere autonome et qui franchissent le senil del 'institutionnalisation la production capitaliste, op. cit., chapitre XJV, p. 248.
juridique seulement au moyen d'un lent processus de cristallisation. En 23.lbid., p. 259.
traitant des sociétés anciennes, il écrit : << Ces castes et ces corporations 24. Michel FoucAULT, << Les maUles du pouvoir », in Dirs et écrits (1954-!988), op. cit.,
tome IV, p. 187.
25, Karl MARX, Le CapítaL Critique de l'éconmnie politique, Livre J. Le développement de la
production capitaliste, op. cit., chapitre xm, p. 239. Et,. encore: <{Que lajoumée de travail combinée
17./bid., p. 259.
acquiere cette productivité supérieure en multipliant la puissance mécanique du travail, en étendant
18. /bid., chapítre xm, p. 243~244.
son action daos l'espace ou en resserrant le champ de production par rapport a son échel!e, en
19. !bid., chapitre xv, p. 301.
20. Míchel FoucAULT, « Iljaut déjendre la société », op. cit., p. 25. mobí~isant aux mor:nents critiques de grandes quantités de travail, f ... lla force productive spécifique
21. Michel FoucAUJ..:r, <<Les mailles du pouvoir >>,in Dits et écrits (1954"1988), op. cit., de ~aJO~rnée combmée est une force social e du travail ou une force de travail social.», tbid., p. 241.
Volt' MJChel FoucAULT, Surveiller et punir, Gallimard, París, 1975, p, 165-166,
tome IV, p. 187.
66 MARX & FoucA uu fOUCAULT LECfEUR DU CAPFFAL 67

sans cesse. Il existe une véritable technologie du pouvoir ou, mieux, des pouvoirs, LE SENS DE LA GÉNÉRAL!SATJON DU CAPITAL DANS SURVEJLLER ET PUN!R
qui ont leur propre histoire. Ici, encore une fois, on peut trouver entre les ligues
du Livre Il du Capital une analyse, ou du moins l'esquísse d'une analyse, qui
Une phrase de Marx, en particulier, synthétise le processus historique
serait l'histoire de la technologie du pouvoir, tel qu'il s'exen;:ait dans les ateliers
de constitution de ces pouvoirs, qui est tellement importan! pour foucault:
et dans les usines26 .
« An die Stelle der Peitsche des Sklaventreibers trítt das Strnfbuch des
Nous sommes icí renvoyés a un passage de la quatrieme section du Aufsehers29 • >>La traduction de Joseph Roy propase : «Le fouet du conduc-
Lívre 1, cité dans Surveiller et punir: « Cette fonction de direction, de teur d'esclaves est remplacé par le livre de punitions du contremaftre30 • >>
surveillance et de médiation devient la fonction du capital des que le travail Mais le terme « Aufseher >> peut aussi í'tre traduit par« surveillant »,
quí lui est subordonné devient coopératif, et comme fonction capitaliste comme le fait par exemple la version de Jean-Pierre Lefebvre: <<Le fouet
elle acquíert des caracteres spéciaux27 • >> du négrier est ici remplacé par le cahier des punitions du surveillanfl 1• >>
Marx souligne que le caractere de la dírectíon capitalíste- qui, « quant Cette superposition, cette imbrication, cette artículatíon de la punition et
a son contenu a une double face » (d'un coté, procédé de production de la surveillance semblent suggérer que le titre meme de Surveiller et
sociale et, de l'autre, procédé d'autovalorisation du capital)- est, quant a punir serait en quelque sorte uue citation implicite (peu importe qu'e!le
sa forme, despotique. Marx reconstruí! ainsi le lent et laborieux procédé soit volontaire ou non) de la quatrieme section du Livre l du Capital.
de constitutíon d'un pouvoir de surveillance qui articule le développement En soulignant le seuíl marqué par l'introduction du Strafbuch (lívre ou
de ce despotisme dans ses « formes particulieres >> : registre de punitions) dans les technologies disciplinaires, Marx précecte
L.e capitalíste commence par se dispenser du travail manuel. Puis,quand son capital Foucault qui, daus Surveiller et punir, analyse les« petites techníques de
grandit et avec lui la force collective qu'il exploite, il se démet de sa fonction notation, d'enregistrement32 >>:la technique « qui place les individus dans
de surveillance immédiate et assidue des ouvriers et des groupes d'ouvriers et un champ de surveillance les situe également dans un réseau d' écriture33 ».
la transfCre a une espece particuliCre de salariés. Des qu'il se trouve a la tete
La surveillance exercée sur l 'ouvrier est !'une des formes majeures de ce
d'une armée industrielle, illui faut des officiers supérieurs (directeurs, gérants),
et des officíers inférieurs (surveillants, inspecteurs, contremaftres), qui, pendant que foucault appelle l'inversíon del'<< économie de la visibilité >>,ce qui
le proces de travail, commandent a u nom du capital. Le travail de surveillance fait la différence entre l' exercice du pouvoir disciplinaire et la forme tra-
28
devient leur fonctíon exclusive • ditionnelle du pouvoir souverain, ou le pouvoir « est ce qui se voit, ce qui
Dans laquatrieme sectíon, des problemes spécifiquement disciplinaires se montre, ce quise manifeste » tandis que les sujets << peuvent res ter dans
l'ombre34 ». Ceci montre bien comment le dépassement de la conception
accompagnent l' organisation du travail. Les techniques dísciplinaires,
a partir du démembrement du corps artisan, sont suivies par la dívisiou du pouvoír moderne en termes de souveraineté proposée par Foucault
et la << cristallisation » progressive de fonctions et de hiérarchies spéci- s'appuie sur le développement et la transformation des éléments présents
fiques, les articulatíons corps-instrument, corps-machine, les processus dans la quatríeme section du Livre l du Capital.
de segmentation et de composition d'une masse d'ouvriers, processus qui Il faut done considérer historiquement- et méme en termes de généa-
augmentent la capacité productive de ceux-ci en réduisant leur insubor- logie -la question du rapport entre les analyses historiques de Marx et
dínation. L'innovation technologique continue n' est pas subordonnée au de foucault, c'est-a-dire garder toujours a !'esprit qu'ils ne sont pas des
seul accroissement de la capacité productive, mais aussi a des exigences contemporains, que le premier est une condition historique d'existence
spécifiques de pouvoir, ala nécessité de faire face iila résistance multiforme du second et que, par conséquent, la simple juxtaposition de leurs deux
noms, comme s'il s'agissait d'interlocuteurs en présence qui échangent et
et toujours relancée des ouvríers.

29. Karl MARX, Das Kapital, Kritik der politische Okonomie, Erster Band. Buch I : Der
26. Michel FoucAtJLT, «Les mailles du pouvoir >>,in Dits et écrits (1954-1988), op. cit., Produktíonspro:..e.P des Kapitals, in Marx-Engels Werke, Dietz Verlag, Berlin, 1993, p. 447.
tome IV, p. 189. 30. Karl iVlARX, Le Capital. Critique de l'économie politique, Livre J. Le développement de
27. Karl "MARx, Le Capital. Critique de l'économie politique, Livre J. Le développement la production capitaliste, op. cit., chapitre xv, p. 302.
de la production capitaliste, op. cit., chapitre xm, p. 242. Voir Michel FoucAULT, Survei!ler et 31. Karl MARX, Le Capital. Livre !, PUF, Paris, 1993, p. 476.
punir, op. cit., p. 177. 32. Miche! FoucAULT, Surveiiler et punir, op. cit., p. 192.
28. Karl MARX, Le Capital. Critique de 1'économie poli tique, Livre l. Le développement de 33./bid., p.l91.
la production capitaliste, op. cit., chapitre xm, p. 243. 34./bid.• p. !89.
68 MARX & FoucAuu FoucAULT LECTEUR nu CAPITAL 69

confronten! leurs «avis>> sur les objets les plus divers, manque l'essentiel. « Fourier a-t-il done tort de nommer les fabriques des bagnes mitigés38 ? >>
Une page du chapitre « Le panoptisme >> de Surveiller et punir permet de Ce lie_npenne_t d 'e~trevoir une tra~e de Marx dans les références ala critique
poser la question de leur rapport de maniere différente : founenste presentee dans les dermers chapitres de Surveiller et punir. Mais
De fait les deux processus, accumulation des hommes et accumulation du surtout, elle semble condenser la généraiisation de 1'anal y se marxienne de
capital, ne peuvent pas etre séparés; il n'aurait pas été possible de résoudre le la discipline du travail dans l'atelier et dans la fabrique a une série plus
probleme de l'accumulation des hommes sans la croissance d'un appareil de étendue de domaines disciplinaires : hópitaux, casemes, écoles, etc. Cette
production capable a la fois de les entretenir et de les utiliser ; inversement les
généraiisation présuppose celle du tenne de production:
techniques qui rendent utile la multiplicité cumulative des hommes accélerent le
mouvementd'accumulation du capitaL A un niveau moins général,les mutations A u vieux principe « prélCvement-violence » quí régissait l'économie du pouvoir,
technologiques del 'appareil de product!on, la division du travail, et 1'élaboration les disciplines substituent le principe « douceur-production-profit ».Elles sont
des procédés disciplinaires ont entretenu un ensemble de rapports tres serrés a pr~nd.r~ comme des techniques qui perrnettent d'ajuster, selon ce principe, la
a
[ici, une note de Foucault renvoie la quatrieme section du Livre 1 du Capital_l. ~ultiphc1té des hommes et lamultiplication des appareils de production (e-t par l<l
Chacune des deux a rendu l'autre possiblc, et nécessaire; chacune des deux a 1l faut entendre non seulernent « production » proprement di te, mais la production
servi de modele a 1' autre35 . a
de savo~r et d'aptitudes l'école, la production de samé daos les hópitaux, la
productwn de force destructrice avec l'arrnée39 ,
L'affinnation de Foucault, lue dans une perspective hístorique, selon
laquelle l'analyse de Marx se situe a un niveau moins général, doit étre Or, des éléments et des prémisses de cette extension, relatifs au travail
renversée : elle indique que 1'analyse développée dans Surveiller et punir dans la fabrique (jeme borne seulement il ce dernier, sans soulever ici le
non seulement reprend et incorpore l'analyse marxienne, quila précede, probleme, bien plus complexe, du concept de production) son! présents
mais en constitue une généralisation. chez Marx. Nous pensons íci a la structuration d'un nouveau type de sur-
Nous prenons ici tenne de généralisation en un sens tout autre que géné- veillance, différent de celui de la manufacture, dans les grands ateliers et
rique, et en nous référant a l'usage que Foucault lui-méme en fait dans << ll les usines, qui se trouve décrit dans Surveiller et punir (et qui n'est pas
faut défendre la société »,a propos des trois généralisations successives et réductible aux exigences de la<< production » proprement dite):
superposées de la guerre opérées par Boulainvilliers : par rapport au droit, Il s'agít, maintenant, d'un contrOle intense, continu; il court tout le long du
a la fonne de la bataille, au systeme invasion-révolte. Généralisations qui processus de travail ; H ne porte pas ou pas seulement sur la production (nature,
pennettent d' utiliserla guerre comme « analyseur général de la société'6 ». quantité des matiCres premieres, type d'instntments utilisés, dimensions et qualités
produits) mais il prenden compte l'activité des hommes, Jeur savoir-faire leur
La généralisation est le déplacement d' un savoír du domaine détenniné oil
maniere de s'y prendre, leur zele, leur conduite, [, .. J il esteffectué par des co~mis
il est né et dans lequel il s'ancre ínitialement, en direction d'une analyse des surveillants, des contróleurs et des contremaftres40 , '
générale (icí de la société). Elle n'est pas le passage d'un domaine spécí-
fiq ue a un domaine plus générique et vague, mais correspond au passage Lil, Foucault ne " contredit » pas Marx, mais reprend l'analyse de
d'un domaine déterminé a un autre (au regard duque! le premier paraítra la quatneme section, ponr l'inscrire dans une série plus étendue et plus
nécessairement se situer a un niveau moins général). Elle corresponda complexe, bref plus générale. La source de la différence entre Marx et
un changement d'échelle, qui n'entraíne pas la simple croissance "quan- Foucault n'est pasa chercber dans un schéma causal renversé (pour le
títative » d'un savoir, mals transforme et augmente la complexité de ses premier, les rapports de production seraient la condition de possibilité des
procédés et de ses articulations. relations de pouvoir: pour le second, il s'agirait du contraire), mais dans
Nous prendrons comme indice cette phrase célebre et souvent criti- une d1fférence d' époque et de problématique. La technologie du pouvoir
quée de Surveiller et punir : « Quoi d' étonnant si la prison ressemble aux est la problématique centrale de toute une phase du travail de Foucault, et
usines, aux écoles, aux casernes, aux h6pitaux, qui tous ressemblent aux no~ celle du Capital, ma¿s ce dernier n' est pas sans présenter des éléments
prisons37 ? >> On peut lire cette question rhétorique comme la généra!isation qm la rendent possible. A la lumiere de la problématíque postérieure (celle
d'une autre question, issue de la quatrieme section du Livre I du Capital: de Foucault), ces éléments apparaissent comme (ou mieux sont devenus)

38. Karl MARX. Le Capital. Critique de l'économie politique, Livre J. Le développemen! de


35./bid .• p. 222-223. la production capitaliste, op. cit., chapitre xv, p. 302.
36. Michel FoucAuLT, « llfaut déftmdre la société », op. cit., p. 138. 39, Michel FoucAULT, Surveiller et punir, op. cit., p. 221.
37. Michel FoUCAULT, Surveiller et punir, op. cit., p. 229. 41J.lbid .• p. 176-177.
70 MARX & FoucAot:r

«une analyse, ou du moins l'esquisse >>de J'analyse de la technologie


du pouvoir quien produit la généralisation. Foucault lui-méme sollicite
l'adoption d'un point de vue historique, souvent absent dans les lectures 5
comparatives: « L'analyse queje vais faire de la discipline dans l'armée
41
ne se trouve pas chez Marx, mais qu'importe • >>
Mais l 'importance de la conférence «Les mailles du pouvoir >> conceme
sa structure d'ensemble, qui redouble le passage de l'analyse du pouvoir « Communiste nietzschéen ». L'expérience Marx de Foucault
disciplinaire développée dans Surveiller et punir a la prob!ématique du
bio-pouvoír esquissée dans « Ilfaut défendre la société » et exposée dans
La Volonté de savoir : Roberto Nigro
Je vais faire une comparaison présomptueuse. Qu'a fait Marx quand, dans son
analyse du capital, il a rencontré le problí?me de la misere ouvriere? I1 a refusé
l'explication habituelle, qui faisait de cette misere l'effet d'une rareté natmelle
ou d'un vol concerté. Et il a dit en substance : étant donné ce qu'est, dans ses
lois fondamentales, la production capitaliste, elle ne peut pas ne pas produire de Dans un entretíen qui date de la fin 1978, Foucault affirme:
la misf:re. Le capitalisme n'a pas pour raison d'étre d'affamer les travailleurs,
mais il ne peut se développer sans les affamer. Marx a substitué l'analyse de la L'intérét pour Nietzsche et Bataille n'était pas une maniere de nous éloigner du
marxisme ou du communisme. C'était la seule voie d'accf:s vers ce que nous
production a la dénonciation du vol. Mutatis mutandis, c'est un peu cela que j'ai
voulu faire. Il ne s'agit pas de nier la misere sexuelle, mais il ne s'agit pas non attendions ~u communisme. 1... ] Nous étions a la recherche d'autres voies pour
plus de 1'expliquer négativement par une répression. Tout le probh~me est de saisir nous condmre vers ce tout autre que nous croyions incamé par le communisme.
quels sont les mécanismes positifs qui, produisant la sexualité sur tcl ou tel mode, C'est pourquoi en 1950, sans bien connaítre Marx, refusant l 'hégélianisme et me
42 sentant mal a i'aíse dans l'existentialisme,j'ai pu adhérer au Parti communiste
entralnent des effets de misere .
frans:ais . .t;tre « communiste nietzschéen », c'était vraiment invivable et si l'on
Cette comparaison décrit un procédé de généralisation. !1 ne s'agit pas veut, ridicule. Je le savais bien. 1 '

de demander a Marx de rendre compte de l'absence d'une recherche née


L'expression « communiste nietzschéen >> prend ici la forme d'un oxy-
un síecle plus tard, mais delire cette derniere comme une transformation
more: Elle md1que no~ seulement ce qui, pour beaucoup d'interpretes, est
et une extension autonomes de qnelques-unes de ses analyses en dehors
théonquement et pohtlquement inconcevable, mais aussi une forme de vi e
de leur domaine originaire, comme une maniere de travailler- au sens de
qui touche al 'invivable. Une telle aporie dut probablement accompagner
Canguílhem- des concepts de Marx (discipline, controle, surveillance,
Foucault to~te sa vw durant. Et !l n'est pas exclu qu'une grande partie de
résistance ... productíon): « Travailler un concept, c'est en faíre varier
son ceuvre tire son rmmense productivité de cette inépuisable déchirure.
1' extension et la compréhension, le généraliser par l 'íncorporation de traits
. Dans l' épaissenr del' expression on peut lire une profondeur d' expérience
d'exception, l'exporter hors de sa région d'origine, le prendre comme
qm se voudra pohl!quement et philosophiquement tres riche d' enseignements.
modele ou ínversement luí chercher un modele, bref lui conférer progres-
43 Elle nous dit, d'une part, de quels marxismes et de quels communismes
sivement, par des transformations réglées, la fonction d'une forme • >>
Foucault, ne pouvait, d'entrée dejen, que se méfier ; et d'autre part, elle
mdique l engagement de Foucault dans des pratiqnes d' expérimentation qui
ouvrirent des nouvelles voies aux communismes et aux marxismes. Apres
Foncault et tant d'expériences nietzschéennes-marxistes2 qui se sont sédi-

l. ~ichel FoucAULT (édition en quatre volumes établie sous la direction de Daniel Defert et
41, Miche! FouCAULT, «Les mailles du pouvoir »,in Dits el écrits ( i954-1988),op.cit., p. 187. Fran~ms Ewald, collab. Jacques Lagrange), « Entret!en avec Michel Foucault »,in Dits et écrits
42. Michel FoUCAULT, «Non au sexe roí», in Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tome III, ( 1954-1988), Gallimard, París, 1994, tome JV, p. 50.
2. Foucault porte, S. juste titre, un regard tres méñant a l'égard de ces formes de synthese
p. 258-259.
43. Georges CANGUILHEM, « Dialectique et philosophie du non chez Gaston Bachelard », (q~e, ma!gré to~t,j'er::p!oie ici), oU l'on pré.sente une pensée franc;aise de fayon tres simplifiée.
Études d'histoire et de philosophie des sciences, Vrin, Paris, 1973, p. 206. Vo¡r, par ex., M1chel FoucAULT, « Structurahsme et poststructuralisme »,in ihid., p. 433-437.
72 MARX & FoucAULT « CoMMUNISTE NIETZSCHbEN ». L'ExPbRIENCE MARx DE FoucAULT 73

rnentées, a partir surtout des années 1970, etre << cornmuniste nietzschéen » gnages de Foucault le montrent aussi, se placen! toutes sous !' emprise de
n'apparait plus aujourd'hui cornme une jonction aussi paradoxale qu'elle la destruction du concept de sujet fondateur et de systeme en philosophie.
le fut auparavant. IIl s'agitJ d'abord rd' June invitation aremettre en question la catégorie du sujet, sa
suprérnatie, sa fonction fondatrice. Ensuite [de] laconviction qu'une telle opération
n 'aurait eu aucun sens si elle restait limitée aux spéculations; remettre en question
le sujet signifiait expérimenter quelque chose qui aboutirait asa destruction réelle,
LES ANNÉES 1960 : ÉCHAPPER A HEGEL
a
asa dissociation, son explosion, a son retournement en tout autre chose. f ... J
a
Pour moi la politiquea été l'occasion de faire une expér:ience la Nietzsche ou
D'apres le térnoignage de Foucault, Nietzsche et Bataille figuren! a la Bataille. ( ... 1Le theme nietzschéen de la discontinuité, d'un surhomme qui
parrni les auteurs qui l 'ont le plus influencé. lls ont marqué son évolution scrait tout autre par rapport al 'homme,puis chez Bataille,le thCme des expériences
intellectuelle, de fa~on indélébile. Leurs norns, dans cet entretien cornme limites par lesquelles le sujet sort de lui-meme, se décompose comme sujet, aux
dans d'autres, sont presque toujours associés a ceux de Klossowski et de limites de sa propre impossibilité,avaient une valeuressentielle. Ce fut pour mol
une sorte d'issue entre hégélianisme ct J'idcntité phílosophíque du sujet. 5
Blanchot. Achaque occurrence, ces figures évoquent une sorte de déprise
de soi-meme et du savoir universitaire dominan!. Ces auteurs ont perrnis L' reuvre philosophique et littéraire de Bataille, ainsi que ce!les de
a Foucault de s'écarter de sa formation universitaire, de s'éloigner des Nietzsche, de Blanchot el de Klossowski, permirent a Foucault d'échap-
grandes machineries philosophiques qui, comme ille dit, s'appelaient per a Hegel, ou en tout cas, de réfiéchir sans cesse sur l'hégélianisme. En
hégélianisme et phénoménologie. réalité, il savait bien qu'on ne peut pas méconnaítre ou traiter ala légere
La lecture de Nietzsche pendan! les années 1960 a joué un róle prépon- 1'hégélianisme et toutes ses immenses ressources d' enveloppement. Encore
dérant dans le mouvement de déprise de 1' expérience du phénoménologue au début des années 1970, Foucault pourra écrire dans sa le~;on inaugura! e
et de la théorie phénoméno!ogique du sujet. Elle a perrnis Foucault de a au College de France :
recentrer son analyse sur les modalités discursives de production et de f..chapper réellement a Hegel suppose d' apprécier exactement ce qu' il en cot1te de
circulatíon du sens p!utót que sur la recberche de 1'origine du sens o u sur se détacher de luí ; cela suppose de savoir jusqu'oU Hegel, insidíeusement peut~
la tentative de restituer le cóté caché des choses3 • étre, s'est approché de nous; cela suppose de savoir, daos ce qui nous pennet
de penser centre Hegel, ce qui est encare hégélien; et de mesurer en quoi notre
L' expérience du phénoménologue est, au fond- écrivait Foucault- une certaíne
recours centre lui est encore peut-étre une ruse qu'il nous oppose et au tenne de
fa9on de poser un regard réflexif sur un objet quelconque du vécu, sur le quotidien
laquelle il nous attend, immobile ct aiUeurs. 6
dans sa forme transitoíre, pour en saisir les significations. Pour Nietzsche, Bataille,
Blanchot, au contraire, l'expérience, c'est essayer de parvenir a un certain point
de la vie qui soit le plus prCs possible de l'invivable. [ ... ¡ L'expérience chez
Nietzsche, Blanchot, Bataille a pour fonction d'arracher le sujeta lui-rnéme, de Du POLEMOS N!ETZSCHÉEN A LA GUERRE C!V!LE
faire en sorte qu'il ne soit plus lui~meme ou qu'il soit porté ason anéantissementou
asa dissolution. C'est une entrcprise de désubjectivation. L'idée d'une expérience
t: empreinte de Nietzsche est encore plus marquée au début des années
limite, quj arrache le sujet a lui-meme, voila cequia été important pour moi dans
la lecture de Nietzsche, de Bataille, de Blanchot.4 1970, lorsque le philosopl!e allemand permettra des transfonnations concep-
tuelles importantes dans le champ de l'interprétation de la lutte des classes
Pourquoi associer les noms de Nietzsche, de Bataille, de Blanchot, el en tant qu' antagonismes dílfus et de la microphysíque du pcuvoir en termes
de Klossowski dans une méme entreprise inte!lectuelle ? Pourquoi recou- de guerre7 • La le~n de Nietzsche consiste premierement, dans le domaine
vriraient-ils le méme es pace vide d'une meme expérience commune? Bien
qu'il ne soit pas question de réduire les dilférences existantes entre ces
5. !bid. p. 49.
a
auteurs ou pire, de les aplanir par une référence une racine commune, il 6, Michel FoucAULT, L'Ordre du discours. Le¡;on inaugurale au Colti!ge de France prononcée
reste néanmoins que leurs oeuvres, adifférents niveaux, comme les témoi- le 2 décembre 1970, Gallimard, Paris, lfJ71, p. 74-75.
7. Les concepts de microphysique du pouvoir et de guerre sont tres répandus dans J'ceuvre
de Foucault Je me limite ici a donner quclques références. Pour la microphysique du pouvoir;
Voir Michel FoucAULT, Surveiller et punir, Naissance de la prison, Gallimard, Paris, 1975, p, 34.
3. Michel FoucAULT, «Nietzsche, Freud, Marx», in Dits et écrits (1954-1988), op cit., L'idée de guerre revienten filigrane in Michel FoucAUU, Lq:ons sur la volonté de savoir. Cours
tome l, p. 571. au Cotli!ge de France ( 1970-1971) suivi de Le Savoird'CEdipe, EHESS/Gallimard/Seuil.Paris,
4. Michel FoucAULT, '< Entretien avec Michel Foucault »,in ibid., tome IV, p. 43. 2011. Foucault y fait jouer l'opposition entre le modele nietzschéen et aristotélicien. Toutefois,
74 MARX & FoucAULT « COMMUNISTE NIETZSCHÉEN >>. L'EXPÉRIENCE MARX DE fOUCAULT 75

de l'histoire de la vérité et de la connaissance, a montrer que dans la racine sieurs textes de cette époque et seront au c~ur de l' anal y se de Foucault
de la connaissance il y a la haine, la lutte, la relation de pouvoir, et non pas au moins jusqu'au cours donné au College de France en !976, « ll faut
l'adéquation, la héatitude et l'unité.' Ou encore, comme l'écrivent Fabienne défendre la société ».
Brion et Bernard E. Harcourt : « La le~on de Nietzsche est que, dans la Dans le cours de 1973 au College de France, intitulé La Société punitive,
connaissance, le rapport de la volonté et de la vérité n'a pas pour condition la notion de guerre civil e vient occuper une place de premier rang. Foucault
la liberté (liberté de la vérité et liberté de la volonté) mais la violence. >> 9 metcette notion aucentre de ses analyses sur la pémuité. La guerre civil e est
Pour Foucault, la le9on de Nietzsche consiste en ce que « la connaissance la matrice de toutes les luttes de pouvoir. !1 veut montrer qu'elle est l'état
est toujours une certaine relation stratégique dans laquelle l'homme se permanent a partir duque! peut et doit se comprendre un certain nombre
trouve placé. [ ... j Le caractere perspectif de la connaissance ne dérive pas de tactiques de lutte. Il montre qu'un des premiers axiomes de l'exercice
de la nature humaine, mais toujours du caractere polémique et stratégique du pouvoir consiste anier la guerre civile, ala recouvrir, ií affinner qu' elle
de la connaissance »10 • Autrement dit, la généalogie nietzschéenne détruit n' existe pas. La guerre civile, dans la pensée politique modeme, est consi-
la théorie de la connaissance 11 • dérée comme un accident, une anomalie, ce qu'il faut éviter, car il s'agit
Cette insistance sur le conflit, sur la guerre, sur le polernos (mais encore d'une monstruosité théorético-pratique 13 .ll ajoute que la guerre civil e est
faudrait-il se demander si toutes ces dimensions sont une prérogative une notion philosophiquement, polítiquement, historiquement assez mal
uniquement nietzschéenne) n'est pas seulement ce qui est en jeu dans des élaborée. Foucault s'intéresse a Hobbes pour montrer comment dans les
analyses centrées sur l'histoire de la vérité, de la connaissance, ou de la analyses du philosophe anglais la guerre civi!e n'est jamais considérée
formation des savoirs. Elle est l'enjeu majeur qu'on retrouve aussi dans comme quelque chose de positif, de central, qui puisse servir en soi de
les analyses les plus politiques de Foucault: celles qu'il développe dans point de départ de l'ana!yse. Bien au contraire, Hobbes la neutralise ; il
la premiere moitié des années 1970 al'apogée d'une des périodes les plus la ramime ii la fiction d'une guerre de tous contre tous, qui serait liée a
militantes 12 • Ces themes de la guerre ou du conllit sont présents dans plu- une dimension naturelle, universelle des rapports entre les individus en
tant qu'individus. Elle est présentée comme quelque chose précédant le
pacte social et mené par l'individu. Or Foucault montre au contraire que
cette notion de guerre, daos sa forme plus particuliere de guerre civile, est surtout au centre des
analyses des ouvrages: Michel FoLJcAULT. La Société punitive. Cours au College de France
la guerre civil e a lieu comme affrontement d'éléments collectifs et que,
(1972-!973), EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 2013, et Michel Foucwcr, {{ ll jO.ut défendre la loin d'etre ce qui précede le pacte social ou ce qui s'impose de l'extérieur
société ». Cours au Colli:ge de France ( 1976), Gallimard/Seuil, Paris, 1997. comme lutte contre l' État, elle se déroule sur le théátre du pouvoir 14 • Elle
8. Michel FoUCAUU, <<:La vérité et les formes juridiques »,in Dits et écrits ( 1954-1988),
est ce qui hante le pouvoir. L' exercice quotidien du pouvoir doit pouvoir
op, cit., tome JI, p. 549.
9. Michel FoucAULT (édition établie par Fabienne Brion et Bernard B. Harcourt),Malfaire, étre considéré comme une guerre civile 15 • Le pouvoir ne supprime pas la
dí re vrai. Fonction de !'aveu en justice, Universíty of Chicago Press/Presses universitaires de guerre civile, mais la mene et la continue.
Louvain, Chicago/Louvain, 2012, p. 278. Dans la« Situation du cours »,les éditeurs montrent Ces propos de Foucault sont d'autant plus importants qu'ils se situent
bienjusqu'a quel point les analyses foucaldiennes du début des années 1970, trop souvent lues
dans un contexte d'analyse ou le probleme es! celui de la production de la
uniquement en terme de pouvoir, peuvent étre interprétées en continuité avec le prob!eme de la
vérité te! que Foucault l'esquisse dans ses dernieres analyses pendant les années 1980. C'est a force de travail, de la fabrication et disciplinarisation des sujets qu'il faut
ce moment que des themes comme le dire vrai, l'aveu, ou laparrésia, pour ne citer que quelques contraindre au travail. Foucault montre comment la vie el le temps sont
concept-dés de cette époque, viennent dominer la scCne de sa recherche. Voir « Situation du séquestrés et contraints au travail, c'est-ií-dire comment le temps de la vi e
cours }>,in Michel FoüCAULT, La Société punitive, op. cit., p. 276.
10. Michel FoucAULT, «La vérité et !es formes juridiques >>, Dits et écrits (1954-1988),
est transformé en force de travail.
op. cit., tome II, p. 551. I1 cst faux de di re- écrit-il- avec certains post-hégéllens cé1Cbres, que 1'existence
11. Daniel Defert montre que laréférence de Nietzsche aux passions,aux instincts, aux luttes, concrete del 'homme, e' est le travail. Le temps et la vi e del 'homme ne sont pas
a pourfonction de mettre radicalementen questíonla théorie de la connaissance. Sí ces conditions par naturc travail, ils sont plaisir, discontinuité, féte, repos, besoin, instants,
ne diffCrent pa<; tellement des déterminants économiques, des forces sociales que Marx aplacé a
la racine de la connaissance, la différence entre Marx et Nietzsche consisterait en ceci que Marx
conservait une théorie de la connaissance, alors que la généalogie la détruit : « la généalogie les prisons. Archives d'une lutte ( 1970-1972) (documents réunis et présentés par Phili ppe ArtiCres,
conserve tes forces sociales mais pour s'articuler a une théorie du pouvoir >>. Voir « Situation du Laurent Quéro et Michelle Zancarini-Fournel), Éditions de l'IMEC. París, 2003, p. 3! 5-326.
cours »,in Michel FoucAULT, Le¡;:ons sur la volonté de savoir, op, cit., p. 260. 13. Michel FoucAULT, La Soclété punitive, op, cit., p. 14-15.
12. Voir Daniel DEFERT, <~ Chronologíe »,in Dits et écrits ( 1954.. 1988), op. cit., tome I, p, 42 et 14./bid., p. 30.
Daniel DEFERr, « L'émergenced'un nouveaufront. Les prisons »,in ú: Groupe d'injormation sur !5./bid., p. 33.
76 MARX & FoucAULT <~ CoMMUNlSTE NibTISCHÉEN ». L'EXPÉRIENCE MARX DE FoucAULT 77

hasard, violence,etc. Or, e' est toute cette énergie explosive qu'il faut transfonner ll est importan! de sou!igner le caractere historique et généalogique de
en une force de travaíl continue et continue!lement offerte sur le marché. JI faut ces analyses impliquant l'histoire du capitalisme, pour éviter de confondre
synthétiser la vi e en force de travail, ce qui implique la coercition de ce systeme
les propos de Foucault avec une métaphysique du pouvoír oií la guerre
de séquestra.tion.1 6 civíle deviendrait le point aveugle du nihilisme contemporain.
C'est une attaque aussi contre la vulgate marxiste, contre l'idée que la
vie de l'iitre humain ou l'existence concrete des hommes, c'cst le trav:ul.
Foucault montre, au contraire, la fonction polítique de la séquestration, ÜUERRE ET N!HlUSME : LA PLACE DE DüSTOIEVSKl
en tant que processus qui assujettit le temps de la vie an temps de la pr~­
ductíon. Le temps de la vie a díl etre homogénéisé de maniere a garantrr En effet, si !'un des prentiers axiomes de l'exercice du pouvoir, comme
la continuité de la production et du profit 17 • Dans son renvre, Foucault n'a Foucault le dit, consiste ií nier la guerre cívile, a la recouvrir, a affirmer
pas cessé de montrer que le capitalisme ne pouvait pas fonctionner avec qu' elle n' existe pas, a1'expulser de la scene du pouvoir poli tique, il ya aussi
un systeme de pouvoír politique indifférent aux individus : une autre démarche dans notre culture qui a pesé de !out son poids dans la
Il est venu un moment oU il a fallu que chacun soit effectivement pen;u par l 'reil disqualification de cette notion de guerre civíle. Si, d'une part, la pensée
du pouvoir- écrit-il -. Lorsqu'on a eu besoin, dans la division du travail, de politíque moderne se mobilise pour conjurer les dangers qui viennent de la
gens capables de faire ceci, d'autres de faire cela, lorsqu'on a e u peur a~ssi que notion de guerre civil e, et si pour ce faire elle a besoin de 1' expulser du théátre
des mouvcments populaires de résistance, ou d'inertie, ou de révolte VIennent de l'action politique, d'autre part, íl existe aussi un type de discours, qui ne
bouleverser tout cet ordre capitaliste en train de naftre, alors il a fallu une
111 situe pas la guerre civile a l'extérieur de la scene politique, mais lui fait au
surveillance précise et concrete sur tous les individus •
contraire une place au creur meme des affrontements polítiques. Toutefois,
Cette surveillance a pris la forme d'une lutte contre les formes nouvelles une fois placée au coour de l'action po!itique, il faut la priver de toute sa
de déprédation liées aux risques nouveaux pris par la fortune en train de se force et de tout son pouvoir et monlrer ainsi qu' elle est uniquement porteuse
capitalíser. Le capital s' expose a u brigandage, au pillage, a la déprédatron d'un énorme pouvoir de destruction. C'est aínsi qne la guerre civile peut
quotidienne. « On est dans la guerre sociale, écrit Foucault- non pas dans etre ínscrite dans les formes les plus aveugles du nihilisme contemporain.
la guerre de tous contre tous, mais dans la guerre des nches contre les J'aímerais prendre atitre d'exemple ici le roman de Fédor Dosto!evski,
pauvres, des propriétaires contre ceux qui ne possedent ríen, des patrons Les Dénwns (en fran~ais connu aussi sous le litre Les Possédés).ll s'agit
contre les prolétaíres". » d' un document historique et psycho!ogique majeur pour interpréter les liens
L' anal y se de Foucault est historiquement déterminée ; elle est ancrée entre anarchisme et nihilisme, lutte poli tique et transformation social e. Sous
dans les enjeux- pour le dire avec Marx- de la subsomptíon réelle. Comme une forme sombre et réactionnaire, Les Démons décrit une pratique et une
le soulígne Sandro Mezzadra, Foucault étudie !' émergence de la prison a théorie qui influencent le futur politique et social de 1'Europe. Dostoievski
¡ 'intérieur des processus de prolétarisationliés au développement du mode s'en prend notamment a la théorie politique de Sergei Netcha!ev et donne
de productíon capitalistique. Ce faisant, Foucault insiste sur le caractere tout au long de son roman une représentation renversée du processus
vio!emment antagoniste de ces processus20 moderne de révolution sociale21 •
Sergei Netcha'iev était un anarchiste russe né pres de Moscou enl847.
16.lbid .• p. 236. ll s'était attribué, a un certain moment, la patemité du Manifeste du Parti
17. Sur ce point, voir les analyses éclairantes in Pi erre MACHEREY, Le Sujet des norme.\~,
communiste écrit par Marx et Engels. 11 n'avait pas hésité a utiliser tous
ÉditionsAmsterdam, Paris, 2014, et en particulier le chapitre : ~' Le sujet productíf. De Foucault a
Marx>>, in Pierre MACHEREY ,Le Sz~jet des normes, op. cit., p. 149-212. Et aussi S~ndro Ct-no~OLA~ les moyens de la violence, de l'attentat, du mensonge au sein meme de
,, Le corps, le pouvoir, la guerre. Comment Foucault a lu Marx», daos le chap1tre 3 du present
ouvrage.
18. Michel FoucAULT, «Le pouvoir, une béte magnifique>>, in Dits et écrits (1954-1988), 2L Les analyses qui suivent doivent beaucoup aux recherches remarquables de Nicola
op. cit., tome m, p. 374. Voír également Michel FoUCAULT. ({ L'ímpossible prison », ín Dits et Massimo DE FEO, L 'Autonomia del negativo tra rivolu::_ione politica e rívolu;;ione sociale, Lacaita,
écríts ( 1954-1988), op. cit., tome IV, p. 20-34, Manduria~Roma, 1992. En particulier lechapitre « Sovversione e liberazione >)in Nicola Massimo
19. Michel FouCAULT, La Société punitive, op. cit., p. 18. DE Foo, L'Autonomia del negativo tra rivoluzione poiitica e rivofu:ione sociale, op. cit., p. 233~
20. Sandro MEZZADRA, « Cattive condotte », ll Manifesto, février 2014. Cet article peut a
344. Pour situer ses analyses,je me permets de renvoyer id mon article; (<Un nietzscheaneslmo
également étre trouvé sur !e site Materialifoucaultiani: <http:i/www.materialifoucaultianí.org/ senza riserve, L'opera di Nicola MassimoDe Feo tra Marx e Heidegger», in Ottavio MARZoCCA
en!component/contentiarticle/217 -mi che!- f oucault -!a-societe-puni ti ve.html>. e
(dir.), La solitudine non unafesta, Mimesis, Milan, 2006, p. 71~86.
78 MARX & FoucAULT << CüMMUNISTE NJE1ZSCHÉEN }) . L'EXPhRlENCE MARX DE FOUCAUI.T 79

son organisation révolutionnaire, pour libérer- disait-il - l'homme des tionnaire déborde la possibilité de controle des sujets et meten mouvement
chaínes de son esclavage. Lorsqu'en 1869 !van Ivanov, un membre de toute la potentialité destructrice du renversement social. La catégorie éthique
!'organisation de Netchalev est exécuté par Netchalev lui-meme pour tra- el religieuse du démoniaque dont se sert Dostolevski, indique précisément
hison, les memhres de !'organisation de Netchalev, « Justice du peuple », le fait que 1'action révolutionnaire échappe ases acteurs qui lui ont pourtant
sont arrétés. Netchalev réussit a échapper a l'arrestation et a s'enfuir en donné son premier élan ; elle les entrafne dans son cours de destruction qui
Suisse. Les autorités tsaristes entament un proces contre les membres de prend la forme de l'inexorabilité et de l'impersonnalité.
son organisation en 1871 et publient les écrits du groupe. Sur invitation de L'analyse de DostoXevski a un but précis: elle vise a écraser la révolu-
la Premiere lnternationale, Marx attaque et dénonce l'action de Netchalev, tion sociale en la réduisant a la forme lotalitaire du teJTmisme politique.
en la qualifiant de crimine!! e et d' anti-ouvriere. Son but était de discréditer C'est le nihilisme et le terrorisme de Sergei Netcha!ev qui sont ici la cible
le mouvement anarchiste, et en particulier Bakounine. C' esta ce moment- de la critique. Dostolevski soumet i\ une critique radicale le Catéchisme
la que Dosto!evski s'implique dans !'affaire Netchalev, pour en dresser, révolutionnaire de Netchalev, le manifeste politique de ce révolutionnaire
dans son romanLes Démons, l'image d'une action révolutíonnaire, produit russe,dans lequella liberté absolue vient se confondre avec le totalitarisme
tragique de l'humanisme et du socialisme moderne. Ce que DostoXevski absolu. Si l'armée des damnés de Dosto'ievski est peuplée d'assassins et
décrit par la forme mystique du tragique n'est rien d'autre que la forme ren- d'ivrognes ; si elle se compase d'une variété infinie de turpitudes, c'est
versée du processus de subversion social e qui traverse la société moderne. paree que la révolution social e doit etre disqualifiée et reléguée dans le
Dosto!evski insiste sur la dynamique de destruction intérieure, subjec- sous-sol de la damnation en tant que produit d'une sous-humanité. Le
tive, des valeurs existantes. Dans les pages de son roman, la guerre civile devant de la scene est ainsi occupé par le pouvoir destrucleur el suicidaire
prend une forme microphysique ; elle s' infiltre dans le quotidien, dans sa de la révolution social e. Le démoniaque est le creur et la synthese de la
dimension la plus intime de l'ordre social pour en démonter ainsi les élé- révolution sociale comme pouvoir destructeur et catastrophique inscrit
ments de stabilité, de sécurité, de garantie. Sous sa plume, la guerre civíle dans le développement moderne.
devient un vecteur constan! de subversíon de l' ex.istant. Si Dostoievski s'en prenda l'action et a la pensée de Netcha!ev, c'est
Toutes les dimensions de la moralité individuelle et intersubjective sont paree qu'il comprend la nécessité tragique de l'reuvre et de la pensée de
mises en cause: !a personne humaine, la famille, l 'État, le bien et le mal, la ce révolutionnaire. Tout en renversant le sens historique el social de la
beauté, la foi, la religion, 1' espoír, les idéologies. La guerre civil e prend la révolution sociale, Dostolevski meten évidence que le netcha'ievisme est le
forme d'une révolution sociale, c'est-a-dire d'une révolution qui n'a plus produit et le pointd'aboutissement inévitable et irrempla9able del 'histoire
aucun caractere idéologique et poli tique. Elle n'est pas l'expression d'une et de la théorie moderne de la liberté, qui, en tant que liberté ahsolue et
classe déterminée ; elle n' est pas l' essor d' un projet poli tique ; et comme illimitée, se transforme ainsi en despotisme.
telle, elle doit étre distinguée de la révolution politique, car cette demiere,
est le produit historique de la culture et de la conscience moderne libérale,
socialiste etlou anarchique. ÜJS!VETÉ ET DÉL!NQUANCE : LA QUEST!ON DE lA GUERRE SOCJALE
Si, d'un coté, la révolution politique exprime la forme rationnel!e el
accomplie de l'action du sujet, d'un autre coté, la révo!ution sociale est Rien n'est plus étranger aux propos de Foucault. Premíerement, paree
déclenchée par une misere extreme et un désespoir absolu; misere et déses- qu'aucune téléologie ne fonctionne dans son analyse. C'est pourquoi
poir qui sont vécus dans les formes de l'abjection et de la dégradation de la guerre civile ne peut pas etre le point d'aboutissement de l'hisloire
la conditíon humaine. C'est pourquoi l'action des révolutionnaires ne peut moderne ; deuxiemement, aucun naturalisme n' esta l' reuvre non plus dans
étre décrite que dans la forme du démoniaque. Cette action démoniaque des les propos de Foucault. La guerre civil e n 'est pas 1'élément fondateur de
révolutionnaires se développe comme une nécessité tragique, comme si elle l 'existence, le príncipe qui perrnet la constante transfo1mation de 1' existan!,
opérait au-dela et indépendamment de la volonté des indivídus, au-dela des elle est plutót le résultat d'affrontemenls historiquement déterrninés qui
sujets el de leur conscience.lci, la guerre civile el la révolution n'operent pas doivent etre analysés dans leur singularité. C'est pourquoi l'insistance de
comme alternative ill' existan!; elles ne proposent pas un autre modele social, Foucault sur la notion de guerre civile prend toute son ampleur, si elle esl
mais elles sonlle fondement sur Jeque! repose 1' existan t. D' oii le caractere replacée dans le contexte historique de cette guerre sociale liée au déve-
impersonnel de la révolution sociale et son inexorabilíté. L'action révolu- loppement du capitalisme.
80 MARX & FoucAuLT « COMMUNJSTE NlETZSCHÉEN ». L'EXPÉRIENCE MARX DE FüUCAULT 81

En suivant cette trajectoire, Foucault peut aínsi en venir a esquisser DE LA GIJERRE AU GOUVERNEMENT
l'émergence de la figure de l'ennemi social, du crimine!, et, d'un point de
vue psychopathologique ou psychiatrique,de !'indívidu dangereux. Une des Foucault se référem alanotion de guerre civil e aussi dans les années qui
premie res analyses de la délinquance au xvm' siecle, souligne Foucaull, se suivent le cours de 1973 au College de France; maís, au fil des années, ¡¡
concentre sur la pauvreté et la mendicité. L'oisiveté est considérée comme soumet cette notíou ades rectifications. Trois ans apres le cours La Société
la mere de tous les vices el de tous les crimes. Le crime devienl possible punitive, Foucault reprend, dans le cours « ll faut défendre la société >>,
quand on n'a pas d'état civil, c'est-a-díre de localisation géographique. l'« hypothese de Nietzsche>> pour essayer, en deux temps, i\ la fois de
L'émergence de la figure du vagabond est liée a l'idée de l'individu per- détruire/déconstruire la notion de répressíon et de récupérer la théorie
turbateur, hostile aux mécanismes nonnaux de la production. Le vaga bond de la guerre comme príncipe historique de fonctionnement du pouvoir. ll
est quelqu'un qui refuse de travaíller: il joue une fonction antiproductive. écrit: « Sous le pouvoir poli tique, ce qui gronde et ce qui fonctionne c'est
Son crime est le refus du travail. Un líen entre refus du travail et violence essentiellement et avant tout un rapport bellíqueuxL'. »
se uoue aínsi, car le vagabond n 'est pas seulement quelqu 'un qui refuse de La référence a l'hypothese de Nietzsche, en opposition a l'hypothese
travailler, mais aussi quelqu'un qui s'approprie des richesses pour pouvoír de Reich, a pour fonction de ramener l'analyse, d'une part, au schéma
survivre.ll y a done deux manieres des' opposer ala société : faire obstad e guerre-répression ou dominatiou-répression, et d'autre part au rapport
ala production et refuser de produire. Toute personne hostile a la regle de belliqueux comme fondement du pouvoir politique. Ponr ce qui concerne
maximalisation de la production sera considérée comme ennemi. le premier aspect, il s' agira de questionner radicalemeut le modele d' oppo-
Foucault souligne aussi que ce theme ducrime comme rupture du pacte, sítion entre lutte et soumíssion, tout en sachant que cette critique vise ses
du crimine! en étant en guerre avec la société, de l'ennemi social, peut etre propres analyses, a cause de leur précédent enracinement dans le modele
un héritage de la pensée de Hobbes el de la pensée poli tique moderne. Et Jutte-répression. Aínsi, une partie du cours sera destínée a « montrer en
ceci dans la mesure ou le crimine! est ce! ni qul romptle pacte social. La quoi el comment cette notion si courante maíntenant de répression pour
figure du crimine!, du bandit, du vagabond n' est pas nouvelle dans l 'espace caractériser les mécanismes et les effets de pouvoir, est tout afait insnffi-
politique de l'Europe modeme. Maís a la fin du xvm• síecle et au début sante pour les cerner24 ».
du XIX' siecle l'accumulation du capital requiert de nouveaux mécanismes Cependant, l'essentiel du cours est consacré a l'autre volet: l'analyse
de controle. Si, d'un coté, l'appareil de production requiert d' entretenir el du probleme de la guerre.
d'utiliser les hommes de fa~on dífférente afin d'augmenter la productivité
Est-ce bien exactement de la guerre qu 'íl faut parler pour anal yser le fonctionnement
du travaíl, d'un autre coté, tout phénomene de révolte, ou tout simplement
du pouvoir? [... ¡ Sous le thCme devenu maintenant courant, thCme d'ailleurs
tout ce qui ralentit la production ne peut plus etre toléré. C'est al'intérieur relativcment récem, que le pouvoir a en charge de défendre la société, faut-il
de ce nouveau paysage d' affrontement que les questions del' ennemi social entendre, oui ou non, que la société dans sa structure polüique est organisée de
et de la guerre civile prennent toute leur ampleur. Mais elles prenneut leur maniCre que certains puissent se défendre contre les autres, ou défendre 1eur
ampleur al'intérieur d'une anal y se centrée sur les illégalismes, c'est-a-dire domination contre la révolte des autres, ou, simplement encore, défendre !eur
victoire et la pérenniser dans l 'a<;sujettissemcnt ? 25
dans une théorie selon laquelle la loi n' est pas destinée a étre stríctement
appliquée maís a gérer les marges de légalité ; la !oí est un instrument de Tout la.isserait croire que la théorie de la guerre est encore au crenr de
gestion, comme Foucault le montrera dans Surveiller et punir.22 1'analyse de Foucault. En 1976, illa considere comme le principe historique
Dans le cours de 1973, la notion de guerre civile tire sa force du fa.it de fonctionnement du pouvoir. Cependant, il avance un peu dans l 'anal y se
qu' elle élargit énormément le champ possible d'application de la lutte des et met la guerreen relation avec le probleme de la race. !1 considere que
classes. Son usage permet de prendre en compte politiquement des sujets c'est dans le binarisme des races qu'a été per,ue, pour la premíere fois en
autrement considérés a l'extérieur dn développement capitaliste: l'année Occident, la possibilité d'analyser le pouvoir pelitique comme guerre. A
des expulsés, des criminalisés, des préca.ires, des marginalisés, des migrants, la fin du XIX' siecle, lutte des races et lutte des classes deviennent les deux
dirions-nous aujourd'hui. grands schémas selon lesquels on lente de repérer le phénomene de la

2.1. Michel FoucAULT, « !lfaut défendre la société »,op. cit., p. 18.


22. Voir Michel FoucAULT, « Illégalisme et délinquance », in Surveiller et punir, op. cit., 24.lbid.
p. 299-342. 25. !bid.
82 MARX & FoucAULT « COMMUNISTE NIErZSCHÉEN ». L'ExrbRIENCE MARX DE FoucAULT 83

guerre et les rapports de force a l'intérieur de la société politique. ll reste passent partout. Privi!égier l'appareil d'État, la fonction de conservation,
néanmoins que ce projet d'écrire ou d'analyser la complexité des rapports la superstructure juridique, signifie « rousseauiser >> Marx.29
de pouvoir, comme rapports de force et de guerre, s'interrompt en 1976. Ces rectifications out certainement une force importante et laissent peu
Que s'est-il passé duran! !es mois qui succedent a la conclusion de de doute sur la trajectoire des dernieres réfiexions foucaldiennes. Toutefois
ce cours ? Daus un entretien, accordé a un magazine allemand et publié la question se pose de savoir si elles gomment la dimension de !a guerre,
en décembre 1977, Foucault est sollicité pour répondre a la question de des antagonismes diffus ou si elles ne la replacent pas dans un nouveau
savoir si ses reuvres ne tracent pas une histoire des perdants. Sa prompte cadre. Les analyses de Foncault montrent que les rapports d'exploitation
réponse est la suivante : passent ii l'intérieur de la société entiere et se reproduisent une échelle a
élargie.30 Tomes les recherches que Foucault a menées autour du pouvoir
¡ ... ·¡ Pe u t-on décrire 1'histolre comme un processus de guerre ? Comme une
succession de víctoires et de défaites? C'est un probleme important dont le d'exclusion, des disciplines, des technologies de sécurité, des forrnes du
marxisme n' est toujours pas ven u completement abouL Quand o o parle de lutte des biopouvoir configuren! une nouvelle économie poli tique de 1'exploitation.
classes, qu' entend-on par lutte ? Est-ce qu'il est question de guerre, de batai\le ? A l' intérieur de cette immense usine qu' est devenue la société, la question
Peut-on décoder la confrontation, l'oppression quise produit a l'intérieur d'une se pose d'inventer des nouvelles pratiques de résistance et des nouvelles
société et qui la caractérise, peut-on déchiffrer cette confrontation, cette lutte
formes de militantisme. Question a!aquel!e Foucault semble avoir consacré
comme une sorte de guerre? Les processus de dornination ne sont-ils pas plus
complexes, plus compliqués que la guerre ?
26 tout son dernier travail sous la forme d'une généalogie des technologies
du soi.
En se référant aussi i\ une série de documents ayant trait précisément
a
i\ l'internement et l'incarcération aux xvn' et xvm' siecles 27 , Foucault
souligne davantage sa déprise d'un modele d'analyse dn pouvoir en terme
d' autorité et de répression. L'internement et l'incarcération ne sont pas,
d'apres lui, des mesures autoritaires, venues d'en haut, mais plutót des
mesures que les gens, meme dans les familles les plus pauvres, ressentaient
eux-memes comrne nécessaires ponr résoudre les problernes qu' íls avaient
entre eux. Foucault s'est toujours méfié de la notion de répression car elle
a
renvoie un modele sirnpliste et insuffisamment élaboré pour cerner la
complexité des relations qui traversent le champ sociaL Dans un entretien
accordé en 1977, Foucau!t dít: « [ ... 1Ce theme de la !utte ne devient opé-
ratoire que si on établit concretement et a propos de chaque cas, qui est
a
en lutte, propos de quoi, comment se déroule la lutte, en quellieu, avec
quels instruments et selon quelle rationalité. »28
C' est pourquoi la notion de gouvemement dut apparaltre plus opératoire
a Foucault pour décrire les processus réels. D'apres luí, les relations de
pouvoirne doivent pas étre considérées d'une maniere schématiqne, c'est-
a-dire comme relations entre ceux qui ont le pouvoir et cenx qui ne 1'ont
pas, entre la classe dominante, et la classe dominée. On ne trouverajamais
ce dualisrne chez Marx, paree que Marx sait parfaiternent que ce qui fait
la solidité des reiations de ponvoir, c'est qu'elles ne finissentjamais, rnais 29. !bid. p. 189.
30. Depuis plusieurs années,Antonio Negri a exploré cette nouvelle dimension du poli tique
par des analyses qui, prenant leur point de départ dans la notion marxienne de subsomption réel!e,
26. Michel FoucAULT, <(La torture, c'est la raíson »,in Dits et écrits (.1954-1988), op. cit., croisent les recherches foucaldiennes autour de la biopolitique. Voir son texte daos ce volume.
tome!!!, p. 390·391. Voir aussi Michael HARDT etAntonio NEGRJ, Commonwealth, Stock, Paris, 2012. On n'insiste
27. Ar!ette fARGE, Michel FoucAULT, Le Désordredes familles,Juillard/Gallimard, Paris, 1982. pa'> tres souvent sur la question de l'exploitation Jorsqu'on croise les recherches de Marx avec
28. Michel foUCAULT, « L'mil du pouvoir )>,in Dits et écrits (1954-1988), op, cit., tome m, celles de Foucau!t. A ce sujet, voir les anaiyses d'Emmanuel RENAULT, '' Domination, exploitation,
p. 206. pouvoir » dans le présent ouvrage au chapitre 14.
L' ANTI-MARX DE MICHEL FOUCAULT 85

toute confrontation sérieuse. Plus engagée, ou plus risquée, est lasubsomp-


tion de !'un des auteurs sous l'autre, ce qui ne veut pas di re nécessairement
qn'on cherche i\ faire des analyses de Marx une partie de la théorie fou-
6 caldienne, ou inversement, mais peut vouloir di re, tout simplement, qu' on
essaye plut6t de relire Marx en fonction des questions foucaldiennes, ou
inversement, on encore qu' on essaye de développer et rectijier les analyses
de Marx dans une perspective foucaldienne, ou inversement.ll est méme
L'anti-Marx de Michel Foucault
possible de penser il une « subsomption réciproque », qui peut se faire
immédiatement, ou par le détour de tiers convoqués comme témoins et
comme truchements, tels Kant, ou Hegel, ou Weber, ou Deleuze ... Enfin
Étienne Balibar
la plus risquée de toutes, mais qui pour cette raison est la plus ambitieuse,
et nécessairement éclairante, est celle qui cherche a convoquer Marx et
Foucanlt devant le tribunal d'une métathéorie on si l'on veut d'une méta-
structure ou leurs énoncés - traités aussi scrupuleusement que possib!e,
En proposant ce titre pour ma contribution au colloque Marx & Foucault, mais non sacralisés ou littéralisés- ont a répondre de leurs conséquences
je souhaitais évidemment introduire un petit élément d~ provocation.Car possibles, et doivent dire sur quels fondements, il quelles fins ils peuvent
j'imaginais que le col!oque serait placé, d'une fa~on génerale, sous le s1gne travailler ensemble. Je ne récuse aucun de ces points de vue, au contraire,
de la concíliation, sinon de la réconcíliation. On a pu constater, tout au long j'essaye de les pratiquer et en tout cas d'en apprendre, mais ici, pour les
de ce colloque que le probleme, aux yeux des participants, ne se posait pas besoins d'un exercice de pensée,je vais en prendre le contre-pied, c'est-a-
en des termes aussi simples, car chacun asa fa~on a pris soin de mettre en dire queje vais essayer de penser la düjonction des deux auteurs, des deux
évidence aussi bien des convergences que des divergences, des compatibilités problématiques. Et l 'on verra qu' apres tout ce n' est pas si facile que cela.
et des incompatíbilités, ou ce queje me risquerai a appeler des additivités et Je parlerai done contre la conciliation, la complémentarité prufaite, la sub-
des soustractivités, tout en prenanten compte les modalités historiques et épis- somption intégralement possible. Cependant, cecí n'a de sens a mes yeux
témologiques sous lesquelles de tels calculs peuvent avoir un sens. Personne que,justement, paree qu'il y a une tres grande proximité, un« voisinage »
n' a prétendu réduire Marx au foucaldisme ou Foucauit au marxisme, bien que incontestable de Marx et de Foncault sur plusieurs points, qui est dú non
la tendance aconstruire un discours commun, un discours de commumcatwn seulement ala lecture de Marx par Foucault, mais ad'autres raisons, parmi
entre les deux problématiques, non seulement pour comprendre l'histoíre lesque!les j'inscrirai volontiers la Jecture de Foucault par Marx, lecture
des idées, mais en vue d'applications et de travanx futnrs, ait incontestable- évidemment virtuelle, ou que nous pouvons construire par !'imagination
ment ten u le devant de la scene. Le colloque, apres tout, s'intitule «Marx & théorique, comme, dans un livre devenu classique, Pierre Macherey avait
Foucault >> et non pas « Marx ou Foucault ? ». naguere exposé la critique de Hegel par Spinoza'. J'avanceraí également2
que la proximité théorique, conceptuelle, problématique des deux auteurs,
se double d'une affinité de style intellectuel, celle qui présíde a leur pas-
MARX ET FoucAULT. QuELLE ARTICULATION ? sion pour 1'enquéte, la constante remise en question des conclusions et
des constructions systématiques, et illeur exigence, suivant la fameuse
Dans une ponctuation de sa présidence de séance, Matthieu Potte- expression de Foucault, de développer « des fragments philosophiques
Bonneville a proposé une typologie des fa~ons dont on peut pratiquer le dans des champs historiques3 >>.
« et », prévoyant que chacune trouverait ici ses défenseurs. Je la résume
ainsi. 11 y a trois grandes modalités possibles. Appelons la premiere artí- l. Pierre MACHEREY ,Hegel ou Spinoza, Éditions Maspero, Paris, 1979.
culation, ce qui veut di re qu' on se propose de connecter des énoncés: des 2. Dans un esprit voisin de celui qui anime la contribution de Diogo SARDINHA {( L'enjeu du
analy ses, des problemes, des intentionnalités, avec tous les degrés poss1bles nominalisme et 1'effort pour ne pas retomber dans la métaphysique >> au chapitre 17 du présent
de la proximité et de la dístance, de l'homogénéité et de l'hétérogénéité. ouvrage, meme sije n'en tire pas tout a fait les memes concluslons.
3. Michel FoucAULT, in Miche!le PERROT, L 'lmpossible Frisan. Recherches sur le systi:me
Ceci est peut-etre, étantconduit avec rigueur, la condition de possibi!ité de pénitentiaire au XIX' sikcle, Seuil, Paris, 1980, p. 29-39.
86 MARX & FoucAULT L' ANTI-MARX DE MICHEL f'OUCAULT 87

Cependant, tout ceci- voisinages théoriques et affinités intellectuelles et sociologique, assez politzérien, l'autre explicitement pavlovien, maté-
- ne prend son sens qu'ií la condition d'identifier les divergences qui sont rialiste dialectique et bourré de références aux travaux de l'Académie des
írréductibles, celles qu'il ne faut a aucun prix gommer pcur comprendre sciences de l'URSS, exploran! ensemble en termes de confiit intériorisé
les conditions du dialogue, et que meme, sans doute, il faut mettre au et déplacé la question des causes sociales et des conditions matériel!es
centre d'une táche infinie de rapprochement de ce qui pouvait sembler de l'aliénation, dans le double sens du terrne. Et d'autre part la rédaction
déja proche, trop proche en fait.ld encore jeme servirai d'une expression de Les Mots et les Choses, publié en 1966, avec sa fameuse inscription
foucaldienne, ou quasi foucaldíenne : je dírai qu'íl faut trouver le point du marxisme (et notons bien qu'il s'agit du marxisme de Marx, pas des
d'adversité, ou les points d'adversité (mais un, qui soit fondamental, ce épigones) dans le champ de l'évolutionnisme historique et économique
serait déjii bien). C' esta quoi je voudrais m' employer maintenant, en« for- du xrx' siecle, ou il serait comme un « poisson dans l'eau' »,pivotan!
~ant » au besoin l'exposé, de fa<¡on abien faire ressortir le point d'adver- autour d'un certain << point d'hérésie » relatif a l'articulation des !ois de
sité, et en le localisant dans un champ qui soit a la fois, historiquement et développement el de l 'état final du systeme productif, et dont résulte aussi
logiquement, un champ de rencontre, de confrontation inévitable, et un la dérision projetée sur les débats concernant l' oppcsition ou la coupure
<< champ d'adversité » irréductíble. Je dirai dans un instan! comment je le entre le marxisme et l 'économie bourgeoise comme « tempéte au bassin
définis. Mais auparavant, aussi schématíquement que possible, en profitant des enfants ». Ce cycle opere done un renversement, dont les étapes n' ont
d'ailleurs de beaucoup de choses qui ont été dites ou suggérées dans ce ríen de simple, mais dont le résultat paraít tout a fait clair, sans appel. La
colloque, j'ai besoin d'esquisser trois préalables. Je ne les développerai disqualification, étonnamment conjointe, del 'humanisme dn travail et de
pas completement,je me contenterai d' en décrire l' argumentation possible. la catégorie d'idéologie, en constitue !'un des aspects saillants. Ce cyde
!ls concement respectivement ce qu'on pourrait appeler les cycles de esta dominante épistémologique, ce qui ne veut pas dire que la politique
1'Abrechnung, ou du << reglement de comptes »,de Foucault avec Marx, puis ou les implications politiques n'y jouent aucun role. Notons a cet égard,
plus spécifiquement la compcsition, le rythme, l'orientation, le contexte car les implications poli tiques d'un discours théorique ne sontjamais indé-
du second de ces cycles, celui que les publications et les débats récents pendantes de la conjoncture réelle, que 1954 est avant 1956 et que 1966
ont particulierement fait ressortir, et que j'appellerai le cyc!e politique ou n'est pas encore 1968. Sans doute !'aura-t-on d'emblée remarqué.
politologíque. Et enfin- de fa<;on scandaleusement superficielle- je poserai Si tel est le premier cycle, quel est le second? Je crois qu'on peut le
aussi en préalable la reconnaissance de certains recouvrements des deux circonscrire assez exactement luí aussi, nous avons maintenant tous les
discours qui, pour nous en tout cas, aujourd' hui ou compte ten u de « ce éléments pour cela : du point de vue des écrits quí le marquent, et dont
que nous sommes », c'est-a-dire de ce que nous sommes devenus depuis la dynamique lui donne corps et substance, i! commence en 1971, avec
Marx et depuis Foucault, ne devraient plus etre contestables. la deuxieme année des cours de Foucault au College de France (je dirai
pourquoi ce priviliíge), et s'acheve en 1976, avec la publication de La
Volonté de savoir, qui formule le rejet de« l'hypcthese répressive », ancrée
ABRECHNUNG FOUCALDIENNE dans une certaine domination des catégories juridiques sur la pensée de
l'histoire, dont le marxisme lui-méme demeurerait prisonnier, en dépit de
Premier préalable, done, I'Abrechnung. Je pense qu'il y a deux grands son anti-juridisme avec lequel Foucault a explicitement sympathisé. Mais
cycles, assez nettement disjoints, du reglement de compte de Foucault surtout, et h'l encore je dirai pcurquoi, le protocole décisif, c'est le cours
avec Marx (au sens ou Marx avait parlé de son reglement de comptes avec de 1976" llfautdéfendre la société », dans lequel se trouve propcsée une
Hegel, et l'on sait qu'il cmt peut-étre un peu trop vite en avoir d'emblée généalogie de l'idée meme de la !utte des classes -la catégorie centrale
terminé). Le premier, pour fixer les idées, s'étend entre 1954 et 1966. du marxisme, celle sans laquelle il n'y a pas de marxisme, en !out caspas
D'une part, Maladie menta/e et personnalité publié en 1954, avec ses de pensée marxiste de l'historicité et de la pclitique - a partir des méta-
deux chapitres « marxistes >> ultérieurement retranchés et, il faut bien le morphoses historiques du scheme de la guerre sociale ou de la guerre des
dire anssi, censurés dans la publication des Díts et Écrits": l' un historiciste races. Disons, en flirtant un peu avec une terminologie hégélienne, que le
marxisme de Marx (et par voie de conséquence celuí de ses successeurs,
4. Voir Michel FoUCAULT, "<<La poussiere et le nuage :>),in Maladie mentale et psychologie,
PUF, Paris, 1962. 5. Michel FoucAULT, Les Mots et les Choses, Ga!Hmard, París, 1966, p. 274.
88 MARX & FoucAULT L' ANTI-MARX DE MICHEL FoucAULT 89

si novateurs soient-ils, mais l'on sait que pour Foucault ils ne l'ont pas ou moins agressive des positions d'Altbusser, que Foucault connaissait
vraiment été) se trouve ainsi << comprís », begriffen. El se trouvant com- parfaitement. J' en parlerai une autre fois plus en détail s' ¡¡ le faut, et je
pris, il se trouve en fait congédíé, aufgehoben. Apres ce moment Foucault prie qu'on ne croie pas queje suis ici obnubilé par ma propre histoire, ou
n'a plus besoín de s'expliquer avec Marx, í1 ne peut que, le cas échéant, queje ne vois midi qu'a la porte de mon maitre. D'ailleurs Foucault aussi
lui faire des empmnts partiels et accidentels- pas tant que cela en réalité. a été mon maitre. Je résume les choses en disant que, compte tenu de la
Fondamentalement, c'est fini. Évidemment il est tres importnnt de noter rareté des mentions de son nom, Altbusser ici, en que! que sorte, « disparaít
que ce tournant coincide avec un déplacement dans la problématique dans son interven!ion ». Retenons ceci, en particulier pour l' intelligence
et les íntérets de Foucault lui-meme, 1' émergence de la question de la du deuxieme cycle, auquelje vais en venir maintenant: Foucault Marx,
gouvemementalité et done la mutation, pour ne pas dire le renversement, il interprete Marx, il utilise Marx, il transforme Marx, mais le Marx ou le
de sa conception du pouvoir et des rapports entre pouvoir et résistance, marxisme d' Altbusser est toujours en surimpression. Évidemment ce n'est
pourvoir et conflit. Cela veut dire que, dans la phase précédente, que pour pas le méme : dans le premier cycle, ce qui joue afonde 'est l 'antihuma-
cette raison j'appelle le cycle poli tique on politologique (meme si les nisme d' Althusser, sa critique de l'humanisme marxiste, sa déconstmction
préoccupations épístémologiques n' ont pas disparu), la problématique du couple sujet-objet ; dans le deuxieme cycle ce qui est omniprésent\
de Foucault- nommément sa conception du pouvoir- a au contraire été c'est la<< théorie »ou l'hypothilse des Appareils !déologiques del 'État et
centralement détenninée (je ne dis pas uniquement, mais centralement) par de leur fonction dans la reproduction des rapports de production capita-
une confrontation avec Marx, qu'il a fallu comprendre, eten que! que sorte listes, ce qui n'est pas la merne chose, meme si la question de l'idéologie
réduire. Mais le résultat, a nouveau, et sur de nouvelles bases, apparem- demeure centrale (el c'est l 'un des poiuts sur lesquels Foucault est le plus
ment plus décisives, est un congé donné a Marx. Tout congé, cependant, pervers, paree qu'il attribue toujours implicitement aAlthusser exactement
comporte des traces, pour ne pas dire des traumatismes. C'est notre objet, la conception del 'idéologie dont celui-ci avait voulu libérer le marxisme).
non seulement dans ce colloque, mais au-deliL C'est aussi l' << autocritique >> d' Altbusser,énoncée en 1973 dans laRéponse
On voit que mes deux cycles sont disjoints. Que se passe-t-il entre les il John Lewis (un texte tres controversé al 'époque): « J'avais sous-estimé
deux? Des tas de choses difficiles adébrouiller,car elles ne s'inscrivent pas la lutte des classes 7 • >> Ríen que cela ... Ceci me pennet enfin une remarque
principalement dans des textes, et les déclarations de Foucault, sur ce point, complémentaire : il y a une dominante épistémologique ou politologique,
adifférentes époques et pour différents auditoires, se contredisent et laissent mrus le probleme de 1'anthropologíe et des dífférents types d'anthropologie
beaucoup de points dans l'ombre. Je dirai, sans chercher pour aujourd'hui est toujours crucial, soit qu'on confonde les notions d'anthropologie et
a y voir plus clair: entre les deux cycles, évidemment, il y a 1968 (mais d'humanisme (théorique), comme avait tendance ale faire Althusser, soit
quelle est la vraie position de Foucault en 1%8 ? Comme Platon, et comme qu'on les disjoigne, comme l'a parfois tenté Foucault.
Althusser mais pour d'autres raisons," il n'était pas la» ... ), il y a des
discussions passionnées avec des althussériens, des althusséro-lacaniens,
des althusséro-maoistes, et je dirai meme des althusséro-foucaldiens. 11 y LE CYCLE POLITOLOGIQUE DE FOUCAULT
a surtout la création de Vincennes, qui est le cadre et le bouillon de culture
d'une bonne partie de ces discussions. Ceci me conduit a deux remarques Je dois dlre maintenant toujours schématiquement comment s' organise
complémentalres sur les analogies et différences des deux cycles. le cycle politologique de 1971 a l 976, qui nous intéresse le plus directement.
Premierement, dans les deux cycles, mais suivant deux modalités dif- Il faut prendre comme fil conducteur la succession des cours au College
férentes évidemment, car ni les temps ni les sujets ni les objets ne sont de France: 1971-1972, Théories et institutions pénales; 1972-!973, La
les me mes, l 'Abrechnung de Foucault avec Marx est surdétenninée par la Société punitive; 1973-1974, Le Pouvoir psychiatrique; 1974-1975, Les
présence, les positions, les énoncés d'Althusser. Je ne dis pas qu'il est le Anormaux (!'un des sommets absolus de l'reuvre de Foucault, a mon avis
seul << tiers »,rnais il est le principal,celui qui importe le plus tbéoriquement du moins), enfin 1976, << llfaut défendre la socíété >>(litre msé, puisqu'il
et affecti vement. Cela se marque dans les textes par la multiplication des
allusions transparentes pour les contemporains et eu tous cas pour les deux
intéressés, des quasi-citations, des retournements et des antitheses, mais 6. Comme nous le rappelle de fayon lumineuse Julien Pallotta au chapítre 9 « L'effetA!thusser
aussi par les silences calculés, dont certnins ont valeur de dénégation plus sur Foucault. De la socíété punitive a !a théorie de la reproduction » du présent ouvrage.
a
7. Louis ALTHUSSER,Réponse John Lewis, F.ditions Mas pero, Paris, 1973.
MARX & FoucAULT L' ANTI- MARX DE M!CHEL FOUCAULT 91
90

ne s'agit évidemment pas d'une injonction énoncée par Foucault,. mais cours manquants de Foucault, en fait les premiers dans l' ordre chronolo-
d'une pseudo ou quasi-citation générique, dont il veut retracer.les ongmes gique, a permis de constater qu'il n'en est pas resté a des jugements épis-
et les métamorphoses de l'usage'). L' Abrechnung avec le marxrsme occupe témologiques ou politiques généraux sur Marx et le marxisme, mais il a
le début et la fin du cycle, c'est-a-dire qu'elle commence avec les cours travaillé de l'intérieur, avec ses moyens conceptuels et historiographiques
Théories et institutions pénales et La Socíété punitive, puis s'interrompt propres, les questions du marxisme : le scheme de la lutte des classes, la
deux ans (car le matxisme, en apparence, ne joue aucun róle dans l'étude reproduction, la genese des rapports de production et de l'État capitalíste,
du pouvoir psychiatrique et médico-criminologique), mais e' est justement les conditions de l'exploitation, la forme-salaire, etc. Non seulement il
cette absence qui est significative : pas besoin de Marx pour comprendre n'a rien a envier sur ce point aux courants marxistes contemporains qui,
ce pouvoir et ses processus de normalisation et, corrélatívement, d'anor- chacun il sa fayon, comme a dit Habenuas, s'efforcerent de reconstruire
malisation des indivídus, qui est, notons-le déja en attente, un processus le marxisme, mais on voit bien qu'íl s'est efforcé de les battre sur leur
anthropologíque et anthroponomique. Enfin !'Abrechnung reprend et se propre terrain, en partie avec leurs propres armes, en partie avec d'autres,
conclut dans le cours de 1976, « lljaut déjendre la société », mrus sous une qui finiront par l 'emmener tout a fait ailleurs. On évoque souvent dans ce
tout autre modalíté : absolument pas comme une discussion des theses de colloque La Société punitive, sa grande différence avec l' ouvrage ultérieur
Marx, de sa théorie historique et sociologique, et de la fa~o~ dont on peut, Surveiller et punir, dont on aurait pu croire que le cours était simplement
soit la réinterpréter, soit la renverser en son contraire (ce qm est encore un un brouillon, et de la place étonnante qu'y occupe une théorie complete de
développement), mais comme identification des présupposés du disco~rs la« reproduction >> du prolétariat, rival e de celle d' Althusser et des althus-
de Marx sur la lutte des classes, a rechercher dans un certam modele sériens, centrée non pas sur l'assujettissement a l'idéologie dominante,
d'historicité agonistique et dans son rapport a des contextes historiques mais sur la moralisation institutionnelle des travailleurs, la maítrise des
successifs, avant et apres la Révolution frru1~aise, la révolution índustrielle, illégalismes populaires (et autres ... ), la corrélation de la forme-salaire et
et la constítutíon de I'État-nation moderne. de la forme-príson (cette tenninologie de la « fonue » estun súr índice de
Je dirai trois choses sur ce point. Premierement, le discours de Foucault l'imprégnation marxiste) comme matrice de la gestion et de l'exploítation
est un discours adressé, a un certain public présent dans la salle ou au- du temps de travail, etc. Mais les ehoses sont encore plus el aires avec la
dela, a la cantonade, et dans ce public occupent une place centrale les publication des Théories et institutions pénales 10 ( cours pour lequel on
jeunes amis ou compagnons de Foucault, dont une bonne part sont des n'a pas de rédaction ou de transcription complete, ce qui ne l'empéche
marxistes, ou des marxistes althussériens, ou des marxtstes ex-althussé- pas d'étre parfaitement intelligible). Ce cours présente une histoire de la
riens, ou des ex-marxistes ex-althussériens (en particuliers maolstes). La formation historique de 1' << appareil répressif d'État )) ou de l' « État )) a
question n'est d'ailleurs pas du tout uniquement de savoir qui est le ma!tre, l'époque de la monarchie absolue fran~aise, au travers de la répression
ou qui le ma!tre doit suivre, mais c'est d'interpréter la conJoncture par des de la révolte des Nu-pieds de 1639 et des innovations politiques qu'elle
éléments historiques et stratégiques. Orla conjoncture, e' est la répresswn entra!neu. L'histoire de la constitution de 1'État de classes bourgeois par
des mouvements gauchistes, notamment la Gauche prolétanenne, les la monarchie absolue était alors le point d'honneur de l'historiographie
"lois anti-casseurs >> du ministre Marcellin, le mouvement des prisons, la matxiste, et l 'objet majeur de sa querelle avec les historiens << bourgeois >>
controverse sur les tribunaux populaires (ou intervient Sartre), mais aussi comme Roland Mousnier 12 L'une des principales sources de Foucault
Lip,le Larzac, le programme commun de la gauche •. et bientót la possibilité est !'historien soviétique Boris Porchnev, dont il adopte largement (e! a
_ qui se concrétisera en Allemagne et en Ital!e - d une tra~sfor~atton de l'occasion discute) les hypotheses : c'était aussi la source principale des
!' opposition antiparlementaire, qui se veut radicalement revolutwnnmre, explications d'Althusser dans Montesquieu, la politique et l'histoire 13 •
en guérilla urbaine. En 1969 déja, Alain Geismar et Serge July avarent
publié un ouvrage sous le titre Vers la guerre civile9 , annon9ant la suite de
10. Michel FoucAuLT, Théories et insritutions pénales. Cours au Collf:ge de France ( 1971-
mai 1968 en ce seus. Deuxiemement, la publicatíon récente des demrers 1972), EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 2015.
Jl.lbül.
8. Michel FoucAULT, « lljOur défendre la société ». Cours au Coi!ege de France (1975-1976), 12. Voir l'excellente mise au point concernant les rapports de Foucault avec I'hlstoriographie
EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 1997, p. 53 fran¡;aise de la révolte des Nu-pieds, par Claude-Olivier Doran, contenue dans l'édition du Cours
9. Alain GE!SMAR, Serge JULY, Erlyne MoRANE, Vers la guerre civile, Éditions et publications de Foucau!t (Voir ibid.).
Premieres, Paris, 1969. 13. Louis ALTHUSSER, Montesquieu, la politique et l'histoire, PUF, París, 2003.
92 MARX & FoucAULT L' ANTI-MARX DE MicHEL FoucAur.:r 93

Mais surtout, l'expression << appareil répressif d'État » est une invention l'individuation prend le dessus sur celle du controle des masses et des mou-
d' Althusser, qui n'existe pas dans le marxisme antérieur, corrélative des vements de masses (qui resurgira plus tard de toute autre favon, en terrnes
"appareils idéologiques d'État >>.En somme Foucault dit aAlthusser (et a de biopolitique des populations), ou plutót elle est extraite de la question
leur publíe commun): contrairement a ce que tu erais et enseignes, le pro- du controle des masses, au moyen du fait que celul-ci avait déja- vía les
bU,rne principal ne réside pas dans les appareils idéologiques, il réside dans institutions pénitentiaires- ciblé l'individu comme « objet >> (ou « sujet-
l' appareil répressif. C' est de luí qu' il faut avant tout reconstituer la genese objet >>, « objet assujetti >>) du pouvoir disciplinaire. Désorrnais celui-ci a
tortueuse et interpréter la multifonctionnalité, au croisement de la fiscalité, deux forrnes concurrentes ; « surveiller et punir» d'un coté,« médicaliser et
des nouvelles rnodalités d' usage de la force arrnée, et del' institution d' une faire causer, faire parler >>de l'autre. On entre dans l'analytique du pouvoir
justíce comrne prérogative du souverain,qui lui confere un<< sur-pouvoir >>. el de ses stratégies, plus précisément de sa « microphysique ». Meme et
A ce moment Foucault se méfie encere de la notion de « reproduction >> surtout si ce pouvoir a des fonctions sociales, le marxisme ne sert a rien
que l'année suivante, au contraire, il s'appropriera. Il va jusqu'au bout de pour les penser, car ce pouvoir s'exerce sur les corps, directement, non sur
1' « hypothese répressive >>,que plus tnrd il récusera absolument, et c'est les esprits ou les idées. Enfin, mais il faut le dire vite, ou plutót il faut le
dans le cadre de cetle hypothese qu'il énonce, ou découvre, la these suivant redire, le remarquer, en récusant une nouvelle fois la notion d'idéologie,
laquelle « les rapports de pouvoir sont aussi profonds que les rapports de comme si- quoi qu'en dise Althusser -la notion d'idéologie ne concer-
production, ils ne se déduisent pas les uns des autres.lls recondulsent des nait jamais que les mouvements et le controle des idées, « dominantes >>
uns aux autres 14 », autrement dit íls sont mutuellement constitutifs. On voit et << dominées >>. Voila, me semble-t-il, l'axe autour duque! se déploie et
bien ce qui se passe dans ces deux années de cours : Foucault est devenu se boucle le second cyde de 1' Abrechnung.
marxiste, ou peut-etre plus marxiste, meilleur marxíste que les marxístes, Faute de place suffisante,je vais largement passer íci sur mon troisieme
« sur-marxiste >>en que!que sorte, ce qui veut dire qu' iltraite leur probleme, préalable, que j' ai appelé le systeme des recouvrements entre Foucault et
mais autrement qu'eux. Et soudain tout s'arréte, le marxisme s'éclipse. Marx, non pas dans 1'absolu, suivant une axiomatique intemporelle, mais
Quand il reparaft en 1976, par le biais d'une généalogie de la notion de dans la perception que nous en avons et en construisons aujourd'bui, et
« lutte des classes >>don! Marx avait dit lui-méme dans une fameuse lettre qui autorise, en particulier, d'inverser si nécessaire la« fleche du temps >>
de 1852 ií Weydemeyer, archi-sollicitée et archi-commentée, qu'i! n'en de l'hístoíre des idées. Mais au fond ce n'est pas tres grave, car c'est de
était pas l' « inventeur >>, mais qu'ill 'avait « empruntée » aux historiens de cela que, je crois, on a !e plus abondamment parlé icí : j'ai ma propre
la bourgeoisie fran9aise, ce n' est plus une théorie de référence a discuter fa9on de constmire ces recouvrements bien súr, mais je ne suis pas en
Oll développer, OU aremplacer, c'est UU discours ainscrire parmi d'autres désaccord fondamental avec les autres contributions de ce volume. Tout
dans une généalogie de la« contre-histoire » 15 ••• se joue bien dans le rapport au Livre l du Capital, ou plutót il certains de
Alors que se passe-t-il entre les deux? Est-ce que c'est importan!? Bien ses développements (et cela suffit a la fois a montrer le sérieux de la lec-
sílr, c'esl m€me fondamental : le cours sur Le Pouvoir psychiatrique (el tu re opérée par Foucault et son appartenance a un paradigme d'époque,
ensuite le cours sur Les Anormau.x) meten place la these de la « produc- qui lit sélectivement Le Capital). 11 y a d'une part ce que Rudy Leonelli
tivité du pouvoir >> sous une nouvelle forrne, il abandonne completement appelle la « généralisation >> des analyses de Marx sur la manufacture
l'hypothese répressive, el il correle la question des disciplines ou tech- par Foucault dans la constitution de sa théorie du pouvoir disciplinaire 17 ,
nologies de pouvoír avec la constitution ou production de « l'indivídu >> généralisatíon non au sens d'une abstraction surplombante (malgré les
(les guillemets sont dans le texte 16), en particulier par la généalogie du phrases qui semblent parfois faire de «la société >> un quasi -sujet), mais au
rapport intrinseque entre le pouvoir familia!, qui s' exerce sur l' enfant, ella sens d'une extension latérale, d'une analogie généralisée des mécanismes
« fonction psy », qui normalise la société en l 'assujettissant a une certaine disciplinaires et de leurs technologies. Naturellement Foucault a d'autres
efficacité de la vérité dont il faut faire l'histoire politique. La question de sources, et Marx n'est pas finalement son référent principal, on saít que
c'est Bentham et le panopticon. Mais la productivité du texte de Marx
14. Miche! FoucAULT ,La Sociétépunitive. Cours au College de France ( 1972-1973), EHESS/
Gallímard/Seuí!, Paris, 20i3, p. 151 (passage raturé- EB). 17. Voirdans sa contribution dans ce volume au chapitre 4, << Foucault Jecteur du Capital»,
15. Michel FoucAULT, « llfaut df{fendre la société », op. cit., p. 69. Rudy M. Leonel!í a Jonguement argumenté sur tous ces points dans sa thCse de doctorat, soutenue
16. Michel FoucAULT,Le Pouvoir psychiatrique. Cours au Col!ege de France ( 1973-1974), en 2007 aParis X-Nanterre: « Foucault généalogiste, stratege etdialecticien, De !'histoire critique
EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 2003. au diagnostic du présent », dont il faut souhaiter vivement la publication.
MARX & FoucAULT L' ANTI-MARX DE MICHEL FoucAULT 95
94

dans la genese de cette premíere conceptíon du pouvoir des normes est DEUX ANTHROPOLOG!ES INCOMPATIBLES Á PARTIR DE HEGEL
évidente, et du coup, aussi, il y a sens a tenter une subsomption inverse,
comme tout récemment Pi erre Macherey 18 , en faisant revenir la généralité J'en viens i\ mon derníer point, le principal, celui que j'avais annoncé
foucaldienne dans l'analyse de l'exploitation marxienne- a condition depuis le début, comme tentative de localiser dans un certain champ théo-
toutefois de ne pas oublier une limitation fondamentale qui greve toute rique le point d' adversité, ou le point d' incompatibilité irréductible- celui
cette analogie, asavoir le fait que, pour Marx, la manufacture et la division qu'il faut toujours faire revenir dans les<< syntheses » fouca!do-marxiennes
manufacturiere du travail ne sont pas encore la subsomption réelle de la pour en problématiser les limites, en récuser les facilítés, en éviter les
force de travail sous le commandement du capital, mais seu!ement une déductions boiteuses. Je propose de considérer que le point d'adversité
forme de transition, meme si elle es! périodiquement réactivée. Et d'autre réside dans le fait que Marx et Foucault développent des anthropologies
part, suivant les argnments de Gui!!aume Sibertin-Blanc ou !es interprétant incompatibles, qui divergent apropos d'un prob!eme qui est pourtant for-
ama fa~on, il y a ce que j'appellerai le<< moment foucaldien >>de Marx mellement le meme, et que d' ailleurs nous pouvons et devons nous-mémes
dans l'analyse des luttes de classes, a propos de la« loi de popnlation », reprendre a notre compte: le probleme de l'individuation.
ou plutót de la production de la surpopulation relative, << excédentaire >>, Je ne parle pas íci de question anthropologique d'une fa~on transcendan-
et de sa continuité, meme dans des formes apparemment normalisées par tale, comme ouverture de la question << qu' est-ce que l'homme? », mais je
les regles de 1'économie, par rapport aux violences de 1'accumulation pri- n'entends pas non plus de fa~on láche qu'il s'agirait d'une description des
mitive des capitaux et des hommes 19 • Ce moment, << biopolitique » avant multiples variantes historiques de lacondition ou de la société humaine. Je
la lettre, est le troisieme des grands développements du Livre 1 du Capital veux di re que Marx et Foucault, o u Foucault et Marx, peu importe 1'ordre,
qui contribuent a une phénoménologie de la lutte des classes, ii chaque se proposent l 'un etl 'autre de fa~on central e de construire une théorie de
fois avec des concepts et dans un cadre tres différent : apres le déve!oppe- l'individu, ou mieux de !'individuation, et de la mettre en rapport, d'une
ment sur la << guerre civile prolongée >> qui conduít ii la législation sur la part, avec des modes de sujétion, d'assujettissement, de subjectivation,
durée du travail, queje suís tenté d 'appeler un moment machiavélien, et le d'autre part avec des modalités du rapport entre !'individue! et le social,
développement sur les contradictions de la grande industrie en tant qu'elle ou míeux !'individue! et le collectif, qui est comme la cellule élémentaíre
combine l' accroissement techno!ogique et scientifique de la productivité du social. Orce probleme, qu'on pourrait dire quasi-transcendantal, est
avec l'intensification féroce de la charge de travail, queje suis tenté d'appe- fondamentalement un probleme anthropologique, il est constítutif d'une
ler le moment hobbesien, paree qu'il construit lui aussi un Léviathan, un certaine anthropologie, a la fois historique et philosophique. Le champ
corps social artificiel ala fois mécanique etjuridique, el dont l'opéra'isme d' adversité dans lequel Marx et Foucault vont se confronter est done celui
italien des années 1960 a donné l'interprétation la plus dialectique20 • Mais del 'anthropologie, comme théorie de l'individuatíon, ou de la constitution
évidemment, pour accepter qu'il y ait ainsi un moment foucaldien chez des sujets en individus, et le point d'adversité, c'est le fait qu'i!s n'ont ni
Marx dans les deux dernieres sections du Capital, il faut ala fois supposer le méme concept de l'individu, ni la méme problématique de l'indivídua-
que Marx ait pu lire déja que! que chose de Foucault chez ses prédécesseurs tion et, inversement, de la collectivisation, ni la méme idée d'un sujet qui
-ce qui n'est pas trop difficile -, et que la biopolitique au sens de Foucault insiste dans ces devenírs antithétiques. Naturellement je ne conteste pas
puisse étre incorporée dans une « totalisation » marxienne, en dair dans que ceci aít a voir avec une opposition entre des rapports de classe et des
le<< preces d'ensemble »de ce que Marx appel!e depuis les Grundrisse le rapports de pouvoir comme objet théorique central, ou avec une opposi-
« Gesamtkapital >>,ce qui va beaucoup moins de soi. tion entre deux conceptions de la domination, !'une liée ii l'exploitation
du travail, l'autre liée a la díscipJinarisation des corps et au gouvernement
des conduites, mais je veux ramener l 'opposítion a ce qui me semble etre
philosophíquement sa couche fondamentale.
!1 n'est pas tres difficile de se convaincre que !aquestion de l'individuali-
18. Pierre MACHEREY, Le Sujet des normes, "f..dítions Amsterdam, Paris, 2014.
19. Guillaume S!BERT!N-BLANC, « Loi de population du capital, biopolitique d'État, sation des sujets soit une question fondamentale pour Foucault a!' opposé
hétéronomie de !a politique de classe >>,in Franck FJsCHBACH, Marx. Relire Le Capital, PUF, par exemple d'une question de l'ínterpellation des individus en sujets- car
Paris, 2009, p. 77-100. il le répete constamment. On la voit émerger en particulier au centre des
20. Voir notamment la revue Quaderni Rossi publiée entre 1961 et 1966 et le livre de Mario
analyses du Pouvoir psychiatrique, comme e.!Jet caractéristique de ce type
TROl'i!!, Ouvriers et capital, Christian Bourgois, Paris, 1977.
96 MARX & FoucAuLT L'ANTI-MARX DE MICHEL fOUCAULT 97

de discipline qui tout ala fois discerne et catégorise les individus, exigeant Jacques Bidef2 , puis le moment du contrat, done plus généralement de la
d' eux un aveu de leur síngularité normale ou anormal e, et done «construí!>> récíprocíté, de la reconnaíssance, qui esl la matríce de toutes les modalités
l'individualité comme une forme sociale, rendant possible a terme l'émer- de J'íntersubjectivité social e, et enfin, n' ayons garde d' oub!ier ce moment
gence d'une « société des individus » ou, comme on a commencé adi re apres capital, le moment de 1' Unrecht, dífficilement traduít a la fois par« néga-
Tocqueville, d'un << individualisme >> comme forme paradoxale du rapport tion du droit » et par<< injustice >>, ou míeux « illégalité », quí íntroduit la
sociaL Notons que l'introduction du << pouvoir pastoral», prototype de la contradiction dans les formes du droit abslraít, el atravers la contradiction
« gouvernementalité »,conservera cette question et méme l' étendra atravers le mouvement, done la réalísation, ou si l'on veut la reproduction. ll es!
J'hístoire, tout en luí donnant une autre réponse. Done d'une certaine fa~on importan! de garder eette triplícité des moments du droit abstrait, autrement
il est clair que cette question anthropologique est la question de Foucault. dit de la construction de l'índividualité abstraite chez Hegel,dont la totalité
Est-ce que c'est la question de Marx? C'est moins évident, en dépít de la de l'enchafnement est constitutive, paree que sí on se retourne vers Marx
trace persístante des considératíons de sa jeunesse sur le modele bourgeois et Foucault el si on les considere par hypotMse comme des « post-hégé-
de l'égolsme utílítariste, qui est un autre nom de l'individualisme, et de leur líens », on voít que chacun d'eux procede a!a fois aune soustractíon et a
mise en rapport ultérieure avec une théorie de la division du travail dont- nn ajout quí est aussi un déplacemenl, ce qui veut dire qu'aucun d'eux ne
nous dit L'ldéologie allem.ande -le nom philosophique est << alíénatíon ». << garde >> l'íntégralité de la forme hégélienne, maís chacun la transforme,
Et pourtant je le soutiendrai également, et je voudrais suggérer ící que les bien qu'en des sens opposés.
choses deviennent plus claires, ala fois en ce qui concerne la présence chez En effet, c'est tres clair, Marx laisse tomber l'íllégalíté, 1' Unrecht,
Marx d'une théorie de la<< constraction de l'indivídualité índívidualisée » c'est-ii-dire qu'ílla renvoie en dehors de la forme juridique et de son effi-
mais aussí, on va le voir, de sa destructíon, et en ce qui conceme 1' opposition cacité íntrínseque- quítte éventuellement il. vouloir revenir plus tard sur
du scheme de Marx avec le scheme de Foucault, si on repart de Hegel, qui la questíon de la contrainte, de la pénalité, de la justíce et de l'injustice
est vraimentla hase historique de toute cette discussion. dans le cadre d'une lhéorie de I'État, mais on sait que ce développement
Pourquoi? Paree que Hegel a écrit la sectíon de la Phílosophie du droit n'a jamaís eu lieu. L'artícle de jeunesse, assez foucaldíen d'ailleurs, sur
sur le << droit abstrait », quí est justement une construction de l 'individua- les« vols de boís » serait comme la marque de son absence. En revanche
lité díte « abstraíte » (e'est-ii.-dire uníverselle, équívalente formellemenl a Marx double la forme juridíque d'une forme« économíque » ou míeux,
toute autre)21 • Quí plus est, cette construction est une construction sociale, « marchande »,quien est l'image en míroír, dans laque!!el' équivalence des
et non pas símplement l'exposé d\me logique juridíque (bien qu'elle soit marchandíses échangées est l 'image du contrat égalitaire et inversement,
aussi cela), paree que dans la conceptíon hégélíenne du droit abstrait, on cependant que leur appropríation en vue de l'alíénation esl l'image de la
a affaire ala foís a la description d'une forme et a l'idée de son institution propriété el de la volonté libre quí !'habite. C'est le fameux « Eden des
hístorieo-politíque. Ce qui distingue Hegel de tous les contractualístes, on droits de l'homme et du citoyen »:liberté, égalité, propriété et Bentham,
le saít (el il est évídent que, chacun asa fa<,;on, Marx et Foucaull ont hérité et l'on voíl que pour Marx ce quí fait l'efficacíté, ou míeux l'effectivité
de cette critique), e'est le fait que pour luí les índivídus << purs et simples» de la forme juridique dans la constructíon de l'indivídualité abstraíte est
n' existen! pas comme donnés, ní comme une donnée biologique ni comme justement son couplage avee la forme marchandíse, la réversíbilíté des
une donnée psyehologico-morale, mais il faut qu'ils soíent constmils, on deux fétichismes des personnes et des choses.
si l'on veut produíts, comme l'universelluí-meme. A u eontraíre, sí nous nous tournons vers Foucanlt, nous voyons qu'il
Ajoutons un rappel brévissime, mais tout le monde connalt ces textes: fait le choix in verse: d'un coté il relativise la question de la propriété (ce
la constmction hégélíenne procede en troís temps, díalectiquement enchaí'- quí ne veut pas díre qu'ill'ignore, mais que pour luí la propriété, parmí
nés et eusuite refondés dans la structure de l' esprit objeclif : le moment heancoup d 'autres instítutíons sociales, est un support de pratíques de
de l'appropriation, quí fait des personnes les libres propriétaires de leurs normalísalion quí n'a pas de prívilege fondamental, done n'est pas intrin·
bíens, dont « la volonté deseend dans les choses », phrase que citera lit- si!quement lié ala conslructíon de l'índividnalité). Mais de l'autre coté íl
téralement Marx au chapítre n du Capital sur Jeque! justement insiste majore l 'importance del' Unrecht, de l'illégalité et de la pénalíté qui tout a

21. Georg W. E HEGEL (traduction fran'!aise de Jean~Fran9ois Kervégan), Principes de la 22. Voir sa contribution dans ce volume, au chapitre 20, <i Foucault avec Marx : pouvoir~
philosophie du droit, PUF, Paris, 1998. capital et pouvoir~savoir J>.
98 MARX & FoucAur:r L' ANTI- MARX DE MICHEL FoucAuLT 99

la fois la réprime et la perpétue, eten méme temps il en déplace le sens, Je qui en a recherché les modeles dans différents contextes historico-cultu-
n'ai pas le temps ici,évidemment, de me lancer dans des analyses compa- rels, et dont le rapport au collectif, non pas récusé mais énigmatique, n'a
ratives de lafa<;:on dont différents théoriciens et critiques du droit valorisenl cessé pour lui de faire probleme, Mais une divergence anthropologique
la fonction constitutive du droit pénal dans la forme juridiqne elle-meme, plus une divergence quant a la position méme du probleme éthique, cela
mais on voit bien que pour Foucau!t (el Surveiller et punir en donnera une ne peut manquer de retentir sur la conception méme de la politique : c'est
interprétation grandiose), ce qui importe dans la pénalité n'est pas tant la bien ce quise passe, c'est pourquoi dans les matíeres politiques, Marx et
fa~on dont elle estjustifiée que la fa<;:on dont elle est exercée, ala fois dans Foucault peuvent bien se croiser, ou meme chercher a se rejoindre idéale-
la société en général et dans le rapport aux corps indi vidua!ísés, et les effets ment, par exemple dans une commune valorisation de l 'insurrection, mais
qu'elle produit de part et d'autre: la prison et ses substituts éventuels, el il reste difficile d'imaginer qu'ils luí donnent le meme sens, et sans doute
non pas le tribunal, la punition et non le jugement.,, Et c'est de ce coté-la il apparaítra qu'ils luí donnent des sens opposés, Je ne dis pas, notez-le
qu'il faut chercher l'effectivíté du droit, en somme du coté de ce qui fait bien, que nous, nous puissions choisir, C'est pourquoi il est difficile, tres
que le droit n'est pas << nonnatif >>, mais est une norme anthropologique difficile, d'étre foucaldo-marxien jusqu'au bout, de meme que, mutatis
particulierement efficace et- ajoutons-le- cruelle, mutandis, il a été difficile d'etre freudo-marxiste- et pourtant il y a eu de
remarquables tentatives en ce sens,
Mais revenons une derniere fois sur le point d' adversité, et essayons de
LA QUESTION DE L'IND!VIDUALITÉ donner une représentation plus précise de ces deux voies pour la construc-
tion de 1'individu (ou l'individuation), celle que j'ai appelée exces de l'abs-
Une fois qu'on a mis en place cette premiere divergence, tres forme!! e, traction, surcroit d'abstraction, et celle que j'ai rapportée aune conception
on peut faire un pas de plus et poser la question fondamentale: qu'est-ce de 1'individuation comme dijférenciation normalisée des individus, Que faít
que Marx et Foucault font de la problématique de 1' individualité abstraite, Marx dans le Capital? !1 n'en est pas resté a la théorie de l'aliénation du
dont on peut bien di re qu' elle est la problématique central e de la tradition travail et du travailleur présentée dans le célebre fragment des Manuscrits
sociologique et des philosophies de l'aliénation bourgeoise a l'époque de 1844 sur le<< travail aliéné et la propriété privée >>, avec ses trois aliéna-
modeme, mais qui avait trouvé d' emblée chez Hegel une formulation idéale, tions ou expropriations successives : 1' expropriation du produit, l 'expropria-
lci je fonnuleraí une deuxieme hypothese: Marx et Foucault divergent de tion de la capacité de travail (ou du travail comme << expression »des forces
plus en plus paree que Marx entérine cette problématique de 1'individua- du travaílleur), enfin l' expropriation del' essence générique de 1'homme, qui
lisation comme abstraction, mais pour la porter a 1'extreme, un extréme est son appartenance immédiate aune communauté d'etres humains, et en
qui est un exces, et qui de ce fait porte en lui la promesse d'un renverse- derniere analyse a l 'espece elle-meme ( Gattungswesen}'3 , Maís il a intro-
ment, alors que Foucault tendanciellement la récuse, et luí substitue une duit deux moments d'individuation qui sont en méme temps des modalités
problématique de ladijférenciation des indívidus par les savoirs-pouvoirs, d'expropriation superposées, la seconde redoublant et métamorphosant la
d'abord associés aux disciplines, puis plus tard au pouvoir pastoral el en premiere, D'abord il explique que chaque individu est constítué comme
général aux techniques de gouvemement, dans laquelle on a bien affaire tel par un rapport a soi qui est aussi un dédoublement ou une scission :
a une rationalísation, mais pasa une abstractíon (d'ou les tensions récur- l'individu en général (et particulierement le travailleur) est propriétaire
rentes entre Foucault el !'École de Francfort, qui ne sépare pas vraiment de soi-méme en tant que « force >> ou << capacité de travaíl >> (Arbeitskrajt,
les deux aspects, en raíson de son héritage marxien ct post-marxien), Cette Arbeitsvermogen), ce qui revienta dire que toute la structure économico-
profonde divergence anthropologique- apro pos du probleme fondamental juridique queje viens d'évoquer, la structure en miro ir de l'équivalence et
de la construction de l'individualité- aura aussi sa contrepartie dans la du contra!, de l'appropriation et de la personne comme fiction juridique,
divergence de deux éthiques, dont !'une est une éthique de l'aliénation passe entre l'individu et lui-méme, oule sépare de lui-meme, Évidemment
et de la désaliénation par dépassement de l'abstraction individuelle dans on peut aussi interpréter cela dans l'autre sens, comme une mise en rapport
une subjectivité collective, alors que l'autre est une éthique du dépasse- dialectique de l'individu aveclui-meme par l'intennédiaire du social (que
ment de l'individualité normale et nonnalisée dans une surindividualité
quila sunnonte (comme Nietzsche parle du « surhumain >> qui surmonte
23. Karl MARX (traduction Franck Fischbach), Les Manuscrits économico~philosophiques
l'humain), dont les modalités n'ontjamais cessé de préoccuper Foucault de 1844, Vrin, Paris, 2007.
100 MARX & FoucAut:r L' ANTI-MARX DE MICHEL FoucAULT 101

Hegel appelait << l'espritobjectif »), analogue ala conscience de soi, aceci forme!, disciplinaire du terme) est immanent a cette forme de pouvoir,
pres que c'est, en fait, toute la socíété cornme forme juridico-marchande justement paree qu'elle a besoin de connailre (ou d'objectiver) les dif-
qui devient ainsi le médiateur aliénant et aliéné du rapport de soi a soi de férences pour les controler, et en particulier pour les répartir sans reste
l'individu. Mais il y a une deuxieme forme, intensive et aggravée, c'est entre les différentes «cases>> de la normalité et de l'anormalité sociale.
celle que produit la mise en reuvre de la« propriété », ou de la force de Chacune de ces cases releve- en tant que différence- d'une «faculté>>
travail, et singulierement sa mise en ceuvre dans le cadre de la grande déterminée, au sens du « confiit des facultés >> universitaires. Car tout cecí
industrie queje décri vais ci -des sus comme l' émergence d' un « Léviathan » est bien connu dans le príncipe, meme si le détail n'estjamais déductible
productif. Car ce Léviathan est doté d'une surindividualité quien fait le d'une idée générale de la différence ou de la différenciation, mais reste a
« corps organique » du capital (non seulement le capital de telle entreprise, découvrir au moyen d'une enquete, dans une histoire, une configuration
mais peut-étre le Gesamtkapital, avec sa « composition organique >>).La contingente des rapports de pouvoir. C'est ce qui fait que, bien qu'il puisse
contrepartie est décrite par Marx comme un démembrement des individua- étre tentant de souligner ici les affinités paradoxales de Foucault avec la
lités laborieuses, ou productives, dans la forme d'une divísion du travail traditíon sociologique franc;aise, plus précisément durkheimienne- comme
qui déforme les organismos eux-memes, et singulierement de cette scission s'il avait cherché a fonder la différence entre la « solidarité mécanique »
o u de ce démembrement qui est la condition et l' enveloppe de tous les et la« solidarité organique », ou entre la similitude entre des individus
autres, a savoir la séparatíon des capacités manuelles et intel!ectuelles de interchaugeables et l 'organicíté des différences individuelles, non pas tant
l'homme- version matérialiste de l'idée d'une disjonction de« !'ame>> sur le normal que sur !'anormal, le monstrueux et l'anomie- l'on doit, en
et du « corps >>, et qui fait des travailleurs des sortes de morts vivants, demiere aualyse, chercher dans une autre direction l'intérét et le ressort
des corps sans ame ou des ames sans corps. C'est cette séparation aussi poli tique de la construction foucaldienne de l 'indívidu. Je dírai dans un
qui, en derniere analyse, dissocie par force le col!ectif transindivíduel, la premier temps que e' es! avant tout du coté de l 'hétérogénéité des formes
coopération que pourtant requiert le proces de production industrialisé. de la disciplinarisation porntant « complémentaires >>, ou constamment en
Privés de leur ame, ou de leur corps, les travailleurs sont aussi retranchés train de se partager et repartager les vies qui luí importen! de controler, de
de leurs semblables ... La question qui se pose alors, apartir d'un célebre définir et de redresser, que l'on doit ici chercher. Tout particulierement du
passage du Capital qui est certainement un grand texto sur la subjectivité coté du grand partage qu' ailleurs j 'ai appelé « bourgeois >> entre les caté-
politique, de méme qu'a partir du développement correspondan! dans les gories de la criminalité et de la folie, avec leur flottement et leurs recouvre-
Grundrisse oil figure 1' expression de general intellect, est de savoir si l 'idée ments paradoxaux (évidemment majorés dans les sociétés conservatrices,
del'« individualité intégrale >> qui faít face, comme une négation de la au nom de la« défense sociale >>). D'ou la dimension fortement tragique
négation, a ce démembrement, représente le retour dans le texte de Marx qui, indéniablement, affecte toute cette premiere couche de l'analyse de
d'un mythe faustien (ou gnostique) d' origine, ou bien la description d'un la productivité du pouvoir, ou du pouvoir en tan! que mécanisrne positif
« horizon d'attente » pour les luttes de classes et l 'espérance communiste24 • de productíon des individua!Hés et des différences individuelles a policer
Peut-etre les deux ... ou gouverner. Comme le montrent éloquemment les développements sur
Chez Foucault, a partir de l'analyse des disciplines, nous avons une l' enfance et la surveillance de la sexualité infantile, dont Foucault a dit
trajectoire anthropologique tres profondément différente. Je ne reviens alors qu'elles devenaient par excellence les objets de sa réflexion sur les
pas ici sur les longs développements relatifs au « pouvoir-savoir >>, eux- exclusions oules marginalités sociales, l'individua!Hé ne se construit que
mémes tres différenciés, qui nous expliquen!, a propos de la psychiatrie dans l'ombre et sous la menace des basculements quotidiens, en quelque
et de la psychologie, de la criminologie et de la pédagogie, et finaiement sorte banalisés, dans l'une ou l'autre des formes de l'anormalité. C'est
de la médecine, que le« savoir >>(y compris le savoir scientifique, au sens précisément cela que veut dire « normalisation >> ou, suivant les formules
de Sécurité, territoire, population, « normation >> 25 - mais tout se passe
24. Sur l' « individu intégral », voir Karl iVrARx,Le Capital. Livre !, chapitre xv; <<La grande comme si le destin des individus n'était, au boutdu compte,que d'échapper
industrie obligc !asociété sous peine de mort aremplacer l'individu morcelé, porte~douleur d'une a une anormalité pour tomber dans une autre : crime ou folie, perversion
fonction productive de détail, par l'individu intégral qui sache tenir téte aux exigences les plus
diversifiées du travail et ne donne, dans des fonctions a!ternées, qu'un libre essor a la diversité
de ses capad tés natureiles ou acquises. >> Voir Karll\1ARX, Le Chapitre VI. Manuscríts de 1863- 25. Miche! FoucAULT, Sécurité, territoire, population. Cours au Coltege de France ( 1978-
1867, in Le Capital. Livre !, Les Éditions sociales, Paris, 2010. 1979), EHESS/Gallimard!Seuil, Paris, 2004, p, 59.
102 MARX & FOUCAULT

sexuelle ou délinquance, tout ce qui releve de ce que Stéphane Legrand


appelle l' « engrenagepsychiatrico-judiciaíre26 ». Nous sommes tous « nor-
maux >> ou « anonnaux >>, c'est-a-dire assujettis au pouvoir de production
de J'anonnalité.
On aura reconnu la grande thérnatique de« l'áme prison du corps27 >>.
D'oil aussi la question de savoir quand el comment Foucault est sorti (s'il
en est jarnais sorti completement) de ce tragique qui affecte d'une sorte de
contradiction interne l 'idée de la positivité du pouvoir, mais aussi ce!le de
l'efficacíté des résistances. C'est comme la face d'ombre, ou le dehors de
cette extériorité intersubjective qu' est le << rapport de pouvoir >>. Et je crois
qu'on peut dire qu'il eu est sorti par le libéralisme, par la reconnaissance
assumée de son propre libéralisme: non pas au sens d'une doctrine oud'une
idéologie d'État, maJs au sens d'une logique de l'action (et de l'action au
second degré, l'action « réflexive >>) qui maximise les« espaces de liberté»,
plus précisément encore au sens de 1'introduction de la gouvernementalité,
comme uníté de contraires, intrícation du « gouvernement de soi et des
ll.
autres »,a l'intérieur méme du champ des disciplines. De sorte qu 'entre le
psychíatrique et le judiciaire, et les écartant !'un de !'autre, ouvrant virtuel- Foucault et les marxismes
lement la« prison »de l'áme, surgisse un lieu d'alternative qu'il appelle une
« pratique de vérité >> : non pas tant un refuge pour la nonnalité « sereine >>,
carla nonnalité n'estjamais chez Foucault que le produit d'une normali-
sation, mais plutót la possibilité hétérotopique d'une contre-conduite qui
ne soit pas l'anonnalité, méme si elle peut sembler parfois lui ressembler
étrangement ou en parodier les codes.Ainsi d'une « infamie >> ou d'un ano-
nymat qui ne soit pas la relégation, d 'un« dandysme >> o u d 'une « ascese »,
qui ne soit pas une asocialité: libéralisme assez particulier done, peu com-
patible avec les institutions du << libéralisme réellement existant >>, quí sont
toujours en faitdes mises en confonnité,des véridictions conf01mistes. Mais
Jíbéralisme quand méme, car aux antipodes de tout « socialisme >> et de tout
communisrne, sauf peut-etre ce geme de communisme utopique qu' évoque
Roberto Ni gro, le « communisme nietzschéen2' >>.
Je suis conscient de n'avoir fait qu'effieurer ma propre hypothese. Mais
j'ai essayé de faire comprendre en que! sens je crois nécessaire d'éviter la
réconciliation, comme condition meme de ce qui nous attire et nous semble
nécessaire: un travail avec Marx et Foucault, faisant opérer Foucault dans
Marx et Marx dans Foucault, au serví ce d'une pensée critique élargie, mais
sans assurance.

26. Stéphane LEGRANTI, Les Norm.es chez Foucault, PUF, Paris, 2007.
27. Michel FoucAULT_. Surveiller et punir, Gallimard, Paris, 1975, p. 37-38.
28. Voir sa contribution au chapitre 5 du présent ()Uvrage.
7

Cartographier les marxismes avec Foucault :


les années 1950 et 1960

Jean-Franr;ois Bert

Dans La Raison graphique, l'anthropologue Jack Goody a longuement


insisté sur le róle joué dans l'évolution des fonnes de pensée par ce qu'il
appe!!e les« technologies de l'intellect >> et, plus particu!ierement, par les
fonnes typiquement graphiques que sont la liste et le tablean. Si ce der-
nier rend possibles des modes d'archivage, de décontextualisatíon et de
spatíalisation, il pennet surtout des pratíques nouvelles de mémorisation
et d'examen critique'.
Sans conteste, c'est cet art du «tablean» que Foucault adopte lorsqu'il
décide d' évoquer dans ses entretiens !' hístoire de la philosophie fran~aise.
Une tradition qu'il scinde en deux fonnes, deux styles ou deux manieres
de faire de la philosophie2 • La premiere est une philosophie du sujet et de
l'expérience subjective, la seconde une philosophie du concept, du savoir
et de la rationalité. Un te! clivage, rappel!e Foucault, prend naissance
autour des figures de Maine de Biran et d' Auguste Comte et se déploie
ensuite, pour ce qui concerne la philosophie du sujet, vers Bergson, Sartre
el Merleau-Ponty et pour celle du concept, de Couturat et Cavaillés vers
Bachelard et Canguilhem. Un partage qui recouvre en outre plusieurs
différences dans le style de pensée, mais également dans les trajectoires
sociales de ces penseurs, dans la distribution des ressources, ainsi que dans
les prises de position poli tique et sociale3 •

l. Jack GoooY, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, b:litions de


Minuit, Paris, 1979,
2. Michel FovcAULT, «La vie. L'expéríence et la science >>, Revue de Métaphysique et de
Morale, 90" année, no 1 : Canguilhem,janvíer-mars 1985, p. 3-14. Repris in Michel Foucwr.:r,
Dits et écrits ( 1954-1988), Gallimard, Paris, 1994, tome IV, p. 763-777.
3. Jean-Louis FAB!AN!, Qu 'est ce qu 'un philosophe franrais ?, F..ditions de i'EHESS, Paris,
2010.
106 MARX & FoucAULT CARTOGRAPH!ER LES MARX!SMES AVEC FOUCAULT: LES ANNÉES 1950 ET 1960 !07

C'est un geste similaire qu'il pratique lorsqu'it décide d'évoquer, en théoricien du PCF et membre du comité central. Foucault vend L'Humanité
partículier dans ses entretiens, une autre tradition de pensée, celle du et participe a la réalisation du joumal des étudiants de l' École normal e.
marxisme des années 1950-1960. En aoüt 195!, apres avoír été revu a l'agrégation de philosophíe, íl confie
n'étre plus communiste depuis trois mois. ll ne quittera « effectivement >>
le Partí qu'en octobre 1952, avec l 'assentiment d' Althusser, apres l'affaire
FoucAULT : UN ITINÉRAIRE « MARXISTE >> ? dite des« blouses blanches' >>, mais aussi apres s'etre vu refuser la publi-
cation d'un article sur Descartes.
Placée en introduction du premier tome des Dits et écrits, la bio-chro- On a, par la suite, souvent interrogé Foucault sur les raisons de son
nologie de Daniel Defert livre plusieurs éléments factuels importants pour départ du PCF. ll donne invariablement deux explications : la premiere
comprendre le rapport que Foucault, « jeune » normalien, développe avec réside dans l'absence, voire meme l'interdiction, de tout débat contradic-
le marxisme. C'est en 1950, certainement sous l'inftuence du groupe des toire. La seconde - raison certainement plus rétrospective -, est la trop
étudiants communistes alors mobilisés contre la guerre d'lndochine, qu'il faible autonomie du champ intellectuel par rapport aux questions poli tiques
adhere au PCF4 • Une explication qui perrnet de comprendre pourqnoi cette el idéologiques et ce, alors meme que les remises en cause du systeme
adhésion se situe apres la déftagration causée par l 'affaire Lyssenko- auteur de l'URSS, en particulier sous fonne de témoignages, se font de plus en
d'une théorie génétique pseudo-scientifique - dans les milieux universi- plus nombreuses. Pour autant, il serait injustifié de considérer ce départ
taires. Propagée par le journal communiste Les Lettresjran~aises qui publia comme une rupture totale avec le marxisme. Lorsqu'il publie Maladie
en 1948 un reportage enthousiaste sur la session d' aoüt de l' Académie menta/e et personnalité en 1954, Foucault termine par un long exposé
Lénine des sciences agronomiques au sein de !aquel!e avaient été proclamés sur la réftexologie pavlovienne, supprimé par la suite de la réédition de
la déchéance de la génétique et l' avenement de nouvelles conceptions en l'ouvrage et que l'on trouve, depuis 1962, sous le litre de Maladie menta/e
matiere d'hérédité, cette théorie contamina les milieux scientifiques fran- et psychologie. Un chapitre qu'íl tire de sa lecture du numéro inaugural
~ais et de nomhreux intellectuels communistes. Une affaire sur laquelle d'une revue marxiste publiée par les psychiatres communistes: La Raison.
Foucault reviendra peu par ailleurs, si ce n'est pour indiquer son aspect Cahiers de psychopathologie scientifiqué.
grotesque et la maniere dont elle a fini par compromettre le rationalísme. A Uppsala, en SuMe, mais surtout i\ Varsovie, entre 1955 et 1960,
C'est au début de ces années 1950 qu'il se rapproche de Louis Althusser, Foucault fait la connaissance d'un tout autre PC qui n'est plus un parti
alors qu'il anime un groupe d'étudiants a l'ENS compasé entre autres de d'oppositíon ce qu'il est en France depuis sa sortie du gouvemement
Gérard Genette, Jean-Claude Passeron ou Paul Veyne5 . On apprend que en 1947-, mais un partí qui controle tous les rouages de l'appareil d'État.
Foucault était par ailleurs un lecteur des Lettres jranr;aises et de la Nouvelle Ason retour en France, s'engage avec les marxístes quí son! restés silen-
critique', plus particulierement des textes de Jean Kanapa (1921-1978), cieux apres la publication de son Histoire de la folie, une discussion sur
l'approche marxiste de l'histoire des sciences9 • Chantre d'un nouveau struc-
4. On peut également invoquer d'autres motifs, rappelés par Foucault Jui-mCme comme la
double critique, a la fois de la société dans laquelle il fa!Jait devoir vivre, et de la classe sociale elle a été considérée, comme le rappelle Frédérique Matonti, comme le lieu (<par excellence de
dont on était issu: ,, Devenir un intellectuel bourgeois, professeur,journaliste, écrivaín ou autre diffusion dujdanovisme et du !yssenkisme, par conséquent de la soumission des intellectuels a
dans un monde pareil était intolérable. >> Voir Mi che! FoucAtiLT, Dits et écríts (1954-1988), 1' esprit du parti ». Vo ir Frédérigue MATON!l, « Les "brico!eurs''" Les cadres politiques de la raison
op. cit., tome IV, p. 49. historienne. L'exemple de la Nouvelle critique», Politix, voL 9, n" 36, 1996, p. 97.
5. Jean-Claude Passeron est reveno sur les ptaisanteries qui étaient faites a propos de la 7. Vague d'arrestation et de déportation de médecins, parmi lesquels de nombreuxjuifs, pour
,< balourdise d'intellectuels communistes alors bien assis dans le Parti : Lucien SCve pour son de supposés empoísonnements ou tentatives d' empoisonnement contre des dirigeants soviétiqucs.
esprit de sérieux ou Roger Garaudy, frCre ignorantin, déja empli d'un vide pompeux, et meme 8. Luca PALTRJNrERi, (< De quelgue source de Maladie mentale et personnalité. Réftexologíe
quelques autres figures plus respectées, mais d'un dogmatisme tout aussi inébranlable, cornme pavlovienne et critique social e ¡;,in Elisabeth BAsso et Jean-Fran9ois BERT, Foucault a
« Touki » (Toussaint Desanti), alors plus hégétien que marxiste, intraitable sur le devoir de Munstrerlingen. A !'origine de l'Histoíre de la folie, Éditions de i'EHESS, París, 2015.
~< penser par concepts r... ] }).
Jean-Claude PASSE.RON, (( bcoute sociologique d'un philosophe >>, 9. Cette note se trouve .au début du chapitre intitulé« Le monde correctionnaire ;., ; (< 11 est
Cahler de !'Heme« Michel Foucault »,París, 2011, p. 183-190. curieux de noter que ce préjugé de méthode fnda: a savoir J'idée d'une petfection croissante
6. La premiCre est une revue !ittéraire créée en 1941 par Jacques Decour el Jean Paulhan. En dans l'ordre des savoirs] est commun, dans toute sa nai"veté, aux auteurs dont nous par!ons, et
1949, la revue se fait connaltre en diffamant le livre de Victor AndreYevitch KRAVCHENKO, .l'ai a a
la plupart des marxistes quand ils touchent l'histoire des sdences. » Voir Michel FoUCAULT,
choisi la liberté, Éditions Self, Paris, 1947; qui parle des camps de prisonniers soviétiques et de Histoire de la folie al'áge classique, Gallimard, Paris, 1972, p. 93. Foucault ajoute en 1976, que
Ieur exploitatíon. La seconde revue a été créée en 1948 par Jean Kanapa. Dans les années 1950, les marxistes étaient alors incapables de produire de nouveaux outils intellectuels ni, surtout,
108 MARX & FOUCAULT CAKfOGRAPH<ER LES MARXJSMES AVEC FOUCAUU: LES ANNÉES 1950 El' 1960 !09

turalisme antihumaniste, le 8 av!il 1966, apres la publication de Les Mots UN ACfEUR QUI RÉÉCRIT SON HISTO!RE
et les Choses, Foucault doit désormais se justifier du traitement infaman!
qu' il a fait subir i\ Marx en montrant comment sa théorie économique n' est C'est comme acteur de ce moment particulier des années 1950 que
pas fondamentalement en rupture avec celle de Ricardo, el done comment Foucault décide d'explorer, dans ses entretiens, quelques-unes des spécifi-
elle appartient strictement a la meme configuration de pensée 10 • Un débat cités de ce marxisme a la fran9aíse que l'on enseignait alors, dit-il, comme
qui prendra un tour institutionnel, deux ans plus tard, lorsque la revueLa le<< catécbisme 13 >>. ll en précise trois.
Pensée, créée en 1939 par des intellectuels communistes et longtemps En premier lieu, il replace constamment le marxisme dans une histoire
sous-titrée Revue du rationalísme moderne, dédde de revenir, sous forme plus longue, insistan! tout particulierement sur le moment oil cette pen-
de longs entretiens avec des « spécialistes », sur les conclusions du li vre sée est entrée a l'Université marquant pour !ui une rupture évidente. Si
de Foucault. L'un des entretiens, avec Bemard Balan, cherche a montrer avant 1950, le marxisme est une rée!le altemative au discours universitaire,
par exemple comment la méthode << archéologique » de Foucault conduit apres 1950, Marx se trouve etre cité dans les copies d'agrégation- signe
nécessairement a une impasse". Mais encore une fois, ce moment de évident de la normalisation de son discours 14 • Donble normalisation en
rupture n'en est pas vraiment un. Qne faire, sinon, du sonhait d'Aragon fait puisque si Jean-Toussaint Desanti transcrit le vocabulaíre marxiste
de rencontrer Foucault qui figure parmi les personnages de ses chroniques pour le faire rentrer dans le champ de la philosophie, Louis Althusser, luí,
Blanche ou l 'oubli ( 1967) ? Qne faire des comptes rendus des publications fait le chemin inverse, poussant la philosophie vers Marx. L'accent mis
de Foucault que signe Pierre Daix a partir de 1966 dans son tres infiuent sur l'introduction du marxisme dans le discours universitaire de l'apres-
joumal Les Lettres franr;aises ? 12 ? guerre permet aussi a Foucault de rappeler son intérét pour une certaine
histoire des sciences, prise alors entre une approche phénoménologique
et nne lecture marxiste, qui était, précise-t-il, nne théorie générale du
caractere sci.entifique des sciences, mais surtout le << tlibunal de la raison
qui permettait de distinguer ce qui était de la science de ce qui était de
l 'idéologie 15 ». Foucault choisira, on le sait, une troisieme voie : l' attitude
de se poser la~~ question du renfermement )), Voir Michel FoucAUJ.:r, « Entretien avec Michel
Foucault >>,in Dits et écrits ( 1954"1988), op. cit., tome UI, p. 142. critique te!le que celle de Gaston Bachelard et de Georges Cangnilhem qui
10. On lui reprochera son <<jeu >> avec les citations de Marx. Foucault s'en défend en 1975, ont fait apparaítre de nouveaux themes dans l'histoire des sciences, comme
indiquant ason ínterlocuteur que, s'il ne présente pa<:> les(< signes» d'une pensée de gauche, c'est la remise en question des hiérarchies d 'auteur, l 'intérét pour les procédures
paree qu'il « n'y avait pas de notes au bas des pages »: « Comme a dit Karl Marx»,« Comme
de l'activité scientifique et pour les disciplines<< non nobles 16 ».
a dit Engels >>, << Comme a dit le génial Staline >>. Et en France, pour reconnaítre une pensée de
gauchc,les gens regardent tout de suite les notes debas de page » (voir Michel FoUCAlJLT, « Michel Le second point sur lequel achoppe Foucault est ce qu'il nomme
FoucaulL Les réponses du philosophe »,in Dits et écrits ( 1954-1988), op, ciL, tome I1, p, 807), Si 1' « hypermarxisatíon 17 ».Si l'année 1968 signe le déclin du marxisme en
certains commentateurs ont expliqué cette occultation des références par un souci profondément tant que cadre dogmatique, il est précédé, des la fin de!' époque coloniaJe,
ancré d'originalité (voir José Luis MoRENO PEsTAÑA, En devenant Foucault. Sociogenkse d'un
grand philosophe, Éditions du Croquant, Paris, 2006), il faut essayer plutOt de montrer comment
par la découverte dn vrai visage de l'URSS et par la guerre d'Algérie qui,
ce jeu daos les citations esta la fois libre etsitué, Pour cela, il est nécessaire de replacer les propos au meme litre que l'entrée du discours de Marx a l'Université, constitue
de Foucault dans une analyse plus vaste de ce qui s' écrit au meme moment sur Marx, comme
d'ailleurs de cerner la maniere dont d'autres auteurs ont eux aussi voulu prendre leurs distances,
opérer des transfonnations, modifier la lecture du texte de Marx. Le cas du médiéviste Georges
Duby est sur ce point tres instructif. Séduit par le modCle théorique de société foumi par Marx, 13. Michel FoucAULT, << Entretien avec Michel Foucauit ~>,in Dits et écrits (1954-1988),
il ne se considérajamais comme marxiste et refusa tant le systématisme rigide que l'idée d'un op, cit., tome IV, p. 79.
déterminisme par l'économie, 14. On pourrait reproduire la mtlme hypothese pour essayer de comprendre aujourd'hui la
11. Le seul participan! qui défend Foucault !ors de cet entretien est le díx-huitiemiste Jacques maniere dont le discours de Foucault est entré dans l'univers académique depuis les années 1990.
Proust qui indiquera ced au sujet de l'application de la méthode de Foucault- particuliCrement 15. Michel FoucAucr,Dits et écrits (.1954-1988), op. cit., tome IV, p. 53 et s.
prophétique aujourd'hui : «Le danger viendra surtout des foucaldiens, sijamais il y en a.» Voir 16. Le Foucault des années 1950 trouvera en Nietzsche (qu'illit pour la premiere fois
,, Entretiens sur Foucault. DeuxiCme entretien »,La Pensée ,janvier-février 1%8, n" 137, repris en 1953) la possibilité de faire une histoire de la rationalité différente, en l'insérant daos le cadre
in Philippe ARTiffiES et al., Les Mots et les choses de Michel Foucault, Regards critiques 1966· plus général d'un-e histoire de la vérité que ni la phénoménologie, ni le marxisme n'avait pris en
1968, PUC-lMEC, Caen, 2009. compte. Voir Luca PAL:rR!N!ERI, L'F..xpérience du concept. Michel Foucault entre épistémofogíe
12. Il s' agit d'un long entretien avec Raymond Bellour in Michel FoucAUcr, «Mi che! Foucault. et histoire, Pub!ications de la Sorbonne, Paris, 2012.
Les mots et les choses »,in Dits et écrits (1954-1988), op, cit., tome I, p. 498-504. 17. Michel FovcAULT, Dits et écrfts ( 1954·1988), op. cit,, tome IV, p. 70-71.
110 MARX & FOUCAULT CARTOGRAPH!ER LES MARX!SMES AVEC FOUCAUU : LES ANNÉES 1950 ET 1960 111

une rupture essentielle dans la pensée marxiste. Lii, dit Foucault, on « sort Sa critique porte en premier !ieu contre les << lmmanistes marxistes »
de l'adhésion inconditionnelle au PCF" ». qu'il va séparer des<< marxistes sommaires >>.Si la premiere catégorie vaut
La demiere particularité consiste a relever la possibilité de marier pour Roger Garaudy et plus généralement pour tous ceux qui voient dans
le marxisme avec d'autres théories concurrentes ou complémentaires. l' approche marxiste un accompagnement idéologique des analyses histo-
De 1945 a 1955, un premier mariage a lieu entre le marxisme et la phé- riques et sociales de Marx22 , la seconde englobe les marxistes dont !a réfé-
noménologie. A partir de 1955, un second mariage se profile, cette fois rence théorique n'est pas le marxisme lui-meme mais une certaine image du
entre le marxisme et le structuralisme qui vient menacer une certaine idée marxisme (on retrouve ici les effets catastrophiques de la vulgarisation)23 •
du marxisme, une<< idée d'esprits pétrifiés 19 >>. Cette alliance est d'autant A ces deux catégories, il oppose les << marxistes plus sérieux », comme
plus réussie que marxisme et structuralisme ne se situent pas au meme Althusser, qui ont cherché a libérer l'interprétation traditionnelle de tout
uiveau. V un est une tentative pour comprendre les conditions de l'existence humanisme, de tout hégélianisme, de toute phénoménologie. Ce marxisme
humaine, l'autre une méthode d'analyse, de mise en relation d'éléments est aussi le plus authentiquement révolutionnaire, Althusser ayant ouvert
dívers : << Un structuraliste peut étre marxiste ou pas, mais ille sera tou- la voie a une lecture politique de Marx.24
jours un peu dans la mesure ou il se donnera pour tache de diagnostiquer En 1973, le ton se durcit25 • Foucault emploie ! 'expression << marxistes
les conditions de notre existence. Un marxíste pourra etre structuraliste mons 26 >> pour qualifier ceux qui cherchent a savoir si Marx avait prévu
ou non, mais ille sera toujours au moíns un peu s 'íl veut avoír entre les ceci ou cela. Une catégorie qu'il inaugure apres la !ecture d'un article
mains un instrument rigoureux pour résoudre les questions qu'il pose20 • » d'Étienne Balibar dans Jeque! ce dernier montre comment Marx avait
Dans tous les cas, íl s' agit pour Foucault de présenter les effets dévasta- prévu la transformation de l'appareil d'État. La sentence de Foucault
teurs de la vulgarisation du marxisme et la maniere dont cette vulgarisation est sans appel : << C' est une bonne explication de texte27 >> Ce marxisme
opere dans certaines disciplines, particulierement en histoire, puisqu'elle << non-inventif » est pris dans le canon et dans les regles qui enfermen!
donne aux chercheurs des idées toutes faites comme la notion de mode de l'utilisation de Marx a l'intéríeur d'une tradition académique, rappelant
production, de mécanisme, de réductionnisme ou encore de déterminisme. au passage qu'il s'agit la d'une étrange contradiction:

qui luttent contre le« chardino-marxisme ». Voir Michei FouCAULT, « L'homme est~il mort »,in
DES CAfFflORJES SFJUEUSES ? Dits et écrits ( 1954-1988), op. cit., tome l, p. 541 et Michel FoucAULT, « Entretien avec Madeleine
Chapsa! », in Dits et écrils ( 1954-1988), op. cit., tome 1, p. 5 l 6.
22. Michel FoucAULT, « Entretien avec Michel foucault »,in Dits et écrits ( 1954-1988), op.
Ce qui est sans doute le plus saisissant dans la maniere dont Foucault
cit., tome Il, p. 167.
évoque ce moment précis de son parcours, ce sont les différentes catégo- 23. Michel FoUCAUt:r' «Revenir al'histoire >>,in Dits et écrits ( !954-1988), op. cit., tome Il,
ríes de marxistes qu'il dessine apres son arrivée au College de France". p. 27! -272.
24. !bid., p. 272.
25. On peut donner deux raisons a ce durcissement. La premiere concerne Foucauit et
18. !bid., p. 79. la maniere dont, aprCs son engagement au sein du GlP et la mise en place de la catégorie
19, Ce qui est menacé par le structuralisme, c'est en particulier 1'« habitude de croíre que d' ~' intellectuel spécifigue >>, il cherche a redéfinir !a question de l'engagement des intellectuels.
l'histoire doit Ctre un long récit linéaire », l' « habitude de croire que ladécouverte de la causalité La seconde est sans doute liée a la publication dans la revue des Annales d'un texte critique de
est le nec plus ultra de l'analyse historique », 1'« habítude de croire qu'il existe une hiérarchie Jean Vilar sur Louis Althusser et Foucau!t. Cette attaque portée par un historien qui s'était déja
de déterminations allant de la causalité matérielle la plus strictejusqu'a la lueur plus ou moins opposé a Foucault apres la publication de Les Mots et les Choses, cherche a montrer cambien
vacil\ante de la liberté humaine ~>. Contre ces idées, il existe un autre marxisme qui cherche l'histoire de Foucault est insuffisante, faite d'hypotheses autoritaires et de contresens historiques.
a comprendre 1' .;( ensemble des relations qui ont constitué notre histoire et fál déterminer en L'historien préférera Michelet, <~ s'il faut choisir entre deux délires », ajoute Vilar. Voir Pierre
quelle conjoncture notre action se trouve possib!e ».«La philosophie structuraliste pennet de VILAR, « Histoire marxiste, histoire en construction. Essai de dialogue avecAlthusser »,Annales,
diagnostiquer ce qu'est "aujourd'hui". » Voir Michel FotJCAULT, « La phílosophie structuraliste Économie, Sociétés, Civilisations, n" 1, 1973, p. 165~198.
permet de diagnostiquer ce qu'est "aujourd'hui" »,in Dits et écrits ( 1954-1988), op. cit., tome I, 26. Michel FOUCAULT, {{De l'archéo!ogie a la dynastique »,in Díts et écrits (1954-1988),
p. 582-583. op. cit., tome U, p. 405406.
20. !bid., p. 583. 27. (< Cet article m' intéresse mais je ne peux m' emp¡;cher de sourire quand je le lis, paree
21. Devant Claude Bonnefoy,juste apres la publication de Les Mots et les Choses, il avait gu'i! s'agit en vingt pages de montrer a partir d'une ou deux phra."::es, que Marx a bien prévu la
déjU campé une bonne partie de sa critique, en particulier de ce qu'ii appelait alors « toutes ces transformatíon de l'appareil d'État il l'intérieur du processus révolutionnaire! ... "]. Ba!íbar montre,
figures páles de notre culture». Enfon9ant le dou que!ques semaines plus tard devant Madeleine avec une gmnde érudition, une grande aptitude a l'exp!ication de texte, que Marx avait dít cela,
Chapsal, il insiste sur l 'importance des dénonciations d' Althusser et de ses compagnons courageux avait prévu cela.», ibid., p. 406-407.
112 MARX & FoucAULT

S' il est vrai que les marxistes, certains marxístes, considerent le marxisme comme
a
une science, ils doivent savoir, au noro et partir de cette science méme, en quoi
Marx s' est trompé. A un marxiste qui me dit que le marxisme est une science je
réponds : je croirai que vous pratiquez le marxisme comme une science le jour 8
28
oU vous rn'aurez montn'i, au nom de cette science, en quoi Marx s'est trompé •

Meme si cette histoire du marxisme peut paraitre caricaturale - en


particulier lorsque Foucault décrit un parti dominé par un importan! dog-
L'intelligibilité des Juttes. Foucault et Sartre lecteurs
matismo intellectuel dont le seul but est d' éduquer les classes ouvrieres
-elle nous pennet néaumoins de saisir une conjoncture, des proximités des enquétes historiques de Marx
et des distances29 • Ce que Foucault nous permet de mieux saisir, e' est
le long processus de flux et reflux du marxisme qui eut lieu en France, Hervé Oulc 'hen
entre 1950 et 1980. ll tient autant ií des causes intellectuelles qu'a des
événements poliliques venus reconfigurer le rapport que les intellectuels
pouvaient entretenir, sinon avec Marx dans son ensemble, du moins avec
un aspect particulier de son reuvre, propulsé sur le devant de la scene au Au cours d'un entretíen de 1978 avec Takaaki Yoshírnoto, Foucanlt
détriment d'un autre30 • Cet art du tablean propre a Foucault nous offre la dégage trois régimes de discours propres au marxisme : le discours scien-
pcssibilité de relire le marxisme en termes de logiques plurielles.!! n'y a tifique visant aobjectiver les lois de transfonnation du capital ; la prophétie
pas eu un marxisme en sciences humaines mais bien des marxismos dans ap~uyée sur J 'idée d'un sens et d'unefaisabílité de l'hístoire; la philosophie

les manieres de mobiliser les textes. Quoi qu' il en soit, et comme l 'annonce d'Etat, ou la pensée inféodée au Parli 1 • Ces trois régimes de discours sont
Foucault a plusieurs reprises, les marxistes cene sont pas Marx et «Marx, a
tous intrínsequement liés des rapports de pouvoir, comme en témoigne
9a n'existe pas31 ». précisément leur forte << pclyvalence tactique » dans l 'histoire du marxisme.
Ainsi, chacun de ces modes de discours a pu etre mobilisé dans le cadre
d'une orthodoxie d'État, ou au contraire, dans le cadre d'une critique par le
marxisme de sa propre sclérose, critique qui est le propre de ce que Perry
Anderson appelle le << marxisme occidental' ». Si les tenants du marxisme
occidental s'accordent en général a critiquer le marxisme en tant que
discours étatique, ils divergent entre eux sur le fait de privilégier !'un des
deux autres régimes discursifs (scientifique ou prophétique), en le faisant
28./bid., p. 408.
jouer contre l'autre. Or dire, comme semble le faire ici Foucault, que le
29. Ces distances entre les marxistes ont bel et bien existé, le sectarisme partisan et le marxisme n'a d'autres ressources tbéoriques aoffrir que ces trois régimes
confonnisme académique étant particulíetement importants alors : Althusser ne s' est occupé ni de discours, c'est duméme coup le condamner al'impossibilité de critiquer
de Lefebvre, ni de Seve. par lui-méme les rapports de pouvoir qu'il génere. En effet, que! que soit
30, La revueLe Portique, dans son numéro intitulé« Scienccs sociales et marxisme », fait
le point sur la maniere dont Marx a souvent été simplifié en fonction des besoins politiques le type de discours par lequel serait ordonnée la critique, il resterait sous
avant de se retrouver utilisé par différentes disciplines comme la 1inguistique, l'anthropologie l 'emprise de la <<force de la vérité et de ses effets3 », et ce, quelle que soit
ou l'économie. Voir (( Sciences sociales et marxisme »,Le Portique, n" 32,2013. la modalité de la critique: académique (la lecture, symptomale ou non, du
31. Michel FoUCAULT, (( Questions a Míchel Foucau!t sur la géographie », Dits et écrits
texte de Marx contre ses mésinterprétations) ou politique (ainsi, l'analyse
(1954-1988), op. cit., tome m, p. 39. Dans Vingt ans et apres, ouvrage dans lequel Foucault
s'entretient longuement avec unjeune garyon de vingt ans, en l'occurrcnce Thierry Voeltzel, une trotskiste de la bureaucratie comme révolution trahie et aberration).
section en ti ere de 1'entretien est destinée aux lectures « révolutionnaires ». Voici ce que Foucault
dit sous le sceau de l'anonymat concernant Marx:« Le Capital n'ajamais été fait pour étre lu.
Il y a daos l'ceuvre de Marx des textes tactiques, politiques, qu'il a écrits pour qu'on les Use. l. Michel FoUCAULT, « Méthodologie pour la connaissance du monde. Comment se
Le Capital a été en grande partie un travail qu'i! a fait pour lui-méme. Ce qu'il voulait que l'on débarrasserdu marxisme >),in Dits et écrits ( 1954~1988), Gallimard, Paris,200l, tome II, p. 601.
sache du Capital, ill'a fait passer dans d'autres textes, done il n'est pas sOr que lire Le Capital 2. Perry ANDERSON, Sur le marxisrne occidental, Éditions Maspero, Paris, 1977,
soit une bonne consigne. Il y a autre chose que Le Capital. )) Thierry VoELTZEL, Vingt ans et 3. Michel FoucAULT, << Méthodo!ogie pour la connaissance du monde. Comment se
aprb, Verticales, Paris, 2014, p. 122. débarrasser du marxisme »,in Dits et écrits ( 1954-1988), op. cit,, tome II, p. 602.
!14 MARX & FouCAULT L'rNTELLIGIBILITt DES LUITES. fOUCAULT ET SARTRE LECTEURS ... ll5

Malgré leur forte hétérogénéité, les trois régimes, prophétíque, étatique puissance est alors requalifiée dans le sens d'un prima! de la pratíque, sans
et scíentifique, consacrent le marxisme comme discours baignant de plein qu'il ne soit plus besoin pour cela de faire appel a un a priori pulsionnel.
droit dans l' élément de la vérité. Or, on le saít, Foucault con9oit des le départ C' est dans les enquétes historiques de Marx (Les Luttes de classes en
son entreprise généalogique comme un moyen pour passer de l 'autre cóté Frunce, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte,La Guerre civile en France)
de la connaissance', de l'autre coté des discours quise prévalent d'entrée que Foucault dit trouver le modele épistémologique de cette analyse stra-
de jeu d'une armature (théorique ou pratíque, peu importe) affine de la tégique, ordonnée au fil conducteur nietzschéen de la volonté comme ins-
vérité. A ce titre, la fameuse sentence de Sartre qui érige le marxisme en tance de déchiffrement des phénomenes7 • Tout se passe comme si Foucault
« horizon indépassable de notre temps >> fait figure de cas d'école, réglant trouvaít chez Marx un quatrieme régime discursif brossant les trois autres
d'avance comme nulle et non avenue la possibilité d'un véritable dialogue a rebrousse-poiL En effet, la stratégie est irréductible aussi bien (!) a un
entre Foucau!t et Sartre autour de Marx. C'est pourtant ce que l'on !entera concept théorique de la lutte déductible a priori, (u) qu'a une instance
de proposer ici, en évitant autant que faire se peut les formules éculées de décisionnaíre imputable aun parti-stratege centralisé, (m) ou encore qu 'a un
la querelle de l'humanisme. sens de l'histoire enté sur une temporalité homogene et linéaire. On trouve
dans les écrits historiques de Marx, précise foucault, un jeu sublil entre la
« fonnation d'une prophétie >> d'une part, renvoyant explicitement ií l'un
LA THÉORIE STRATÉGIQUE DE LA VOLONTÉ, POINT FA!BLE DU MARX!SME des trois régimes discursifs évoqués précédemment, et la« définition d'une
cible >> d'autre part, qui nous ramene au concret des luttes stratégiques se
Dans une note de Questíons de mét/wde, Sartre écrit que la« théorie faisant. Aborder les luttes en suivant le fil conducteur de la volonté, cela
de la connaissance reste le point faible du marxisme5 ». Pris isolément, implique de poser ii leur propos des queslions tres concretes, !elles que :
cet énoncé semble etre au plus loin du prisme généalogique par lequel << Qui entre dans la lutte? » (question que nous laísserons en suspens pour
Foucault aborde le marxisme: en effet, Foucault affinne dans l'entretien l'instant); « Avec quoi et comment? >>; « Pourquoi y a-t-i! cette lutte'? >>
avec Yoshimoto, que le point faíble du marxisme (et plus largement, Ces deux demieres questions nous ramenent a ce qu'on peut appeler le
d'ailleurs, de la philosophie occidentale a l'exception de Schopeuhauer sens pratique des fins : la lutte consiste a transformer les fins en taches
et Nietzsche), c'est le probleme de la volonté, c'est-a-dire précísément cet (ou en« cibles >>, selon la terminologie de Foucault), de sorte qu'elles ne
autre cóté de la connaíssance, ce domaíne des pratiques non garantíes par la restent pas confinées il.l'ordre de l'utopie o u du devoir-~tre, mais qu' elles
vérité que les Lerons sur la volonté de savoir s' efforcent de prendre comme indiquen! schématíquement aux individus en lutte une voie a suivre, ou ce
fil conducteur. Foucault regrette que la volonté n'ait guere été abordée que Foucault appelle une<< solution gagnante9 >>. Dans les luttes, les fins
autrement que dans les cadres prédéfinis de la nature (la volonté comme n' ont pas le loisir de prophétiser, elles tendent i\ s' incarner dans des moyens,
force) ou de la morale (la volonté comme conscience du bien el du mal), relan~ant perpétuellement la nécessité, pour les d'avoír i\ poser
qui sont autant de manieres de boucler la volonté dans l'élément rassu- de nouvelles fins. C' est ainsi que la grande mesure de la Commune, comme
rant et abondant de la vérité. Dans le sillage de Nietzsche, le généalogiste l'écrit Marx dans La Guerre civile en Frunce, fut « sa propre existence et
pose au contraire un primal de la volonté, affranchie de toutes instances son action ' 0 ». Si l 'on s' en tient au régime prédictif quant au devenir de la
fondationnelles (la nature, le sujet) valant comme des noms de la vérité. conscience de classe, les analyses de Marx sont quasi systématiquement
¡¡ s'agit alors de remaníer le« concept solennel et mystérieux de "volonté
de puissance" » en posant la question de la volonté « en tant que lutte,
7 .!bid., p. 612. Voir aussi l' <~ Entretien inédit entie Michel Foucault et quatre militants de !a
c'est-a-dire d'un point de vue stratégique pour analyser un conflit Jorsque LCR, membres de la rubrique culturelle du quotidien Rouge ;>,juillet 1977, p. 14-15. Consultable
divers antagonismes se développent6 ». L'idée d' un primat de la volonté de en ligne: « Entretien avec Michel Foucault >->, Question Marx, <http://questionmarx.typepad.fr>.
8. Michel FoucAULT, '< Méthodologie pour la connaissance du monde. Comment se débarrasser
du marxisme »,in Dits et écrits ( 1954·1988), op. cit., p. 606.
4. Miche! FoucAUL:r, Lef'Ons sur la volonté de savoir. Cours au Coltege de France (1970- 9. Michel FoucAUCf, ''Le sujet et le pouvoir >>,in Dits etécrits ( l 954-1988), op. cit., tome U,
197 I ), EHESS/Seuii/Gallirnard, París, 2011, p. 26. p. 1060.
5. Jean-Paul SARTRE, Critique de la raison dialectique. Théorie des ensembles pratiques. !0. Karl MARX, La Guerre civile en F'rance, in KarllVIARx, Friedrich ENGELS, lnventer
Précédé de Questions de méthode, Gallimard, Paris, 1985, tome 1, p. 37. l'inconnu, La fabrique, Paris, 2008, p. 166 (texte seul édité par Science Marxiste, Paris, 2008).
6. Michel FoucAULT, << Méthodologie pour la connaissance du monde. Comment se débarrasser Sur cette dialecüque des moyens et des fins chez Marx, Voir Emmanuel BAROf, Marx au pays
du marxisme >>,in Dits et écrits ( 1954-1988), op. cit., tome II, p. 605. des soviets ou les deux visages du communisme, Éditions La Ville br(!Je, p, 36 et p. 60-61.
116 MARX & FouCAucr L'INTELUGIBILITÉ DES LUTIES. fOUCAULT ET SARTRE LECTEURS ... ll7

infinnées par les faits ; en revanche, si on accepte de les lire ií !'aune du sont immédiates également dans la maniere dont elles pensent le probleme
régime díscursif de la stratégie, si l'on envisage par exemp!e le theme de qui les motive: non pasen fonction de !'avenir, índuisant un processus
la dísparition de l 'État non pas comme une prophétie, mais comme un en cours, porteur d'espérances de líbération ou de révolution- ce qui
objectíf circonscrit pcur des luttes locales en cours, comme une fin incarnée serait encore une fa¡;on de viser le conftit comme un objet transcendant a
dans des moyens précis, alors la« paro le de Marx prend une réalité jamais la pratique elle-méme- mais en fonctíon du présent, et de la seule actua-
atteinten >>, y comprís pour penser notre présent. Jité de la situation pratique. A la Jumíere de l' « échelle théoríque » du
Qu'entend-on alors précisément par« stratégíe >> ? Dans <<Le sujet processus (que Foucault impute a l'attitude théorique de !'historien des
et le pcuvoír », Foucault distingue trois niveaux d'analyse de la notíon. lors qu'il reste focalisé sur la temporalisatíon révolutionnaire), ces luttes
Premierement, la stratégie entendue comme rationalité ou comme techno- peuvent sembler anarchiques (faute de plan, d'organisation). Loin de se
logie qui agence des moyens pour atteindre un objectif et qui organise des régler sur des príncipes o u sur des grandes causes qu' elles projetteraíent
manieres de faire 12 ; deuxiemement, la stratégie entendue comme actíon au-delií d' elles-mémes, elles ne visen! - e' est une autre de leurs carac-
sur les actions (possibles ou supposées) des autres- ce qui nous renvoie a téristiques que Foucault isole -que les « effets de pouvoir en tant que
la définition formelle que Foucault donne des relations de pcuvoir au sens tels" >>,el en particulíer Jeurs effets sur les corps. Le corps est en effet le
large ; troisiemement enfin, la stratégie entendue comme affrontement, point d' ancrage matériel de la volonté de lutte. Comme le souligne Étienne
comme action sur l' action d'un autre spécifié alors comme étant adversaire Balibar dans La Craínte des masses, en mettant le corps au premier plan
ou ennemP 3 • C'est a ce troisieme niveau d'analyse des stratégies, le plus dans l'intelligibilité des luttes, Foucault fait subir une torsion au matéría-
concret, que l'on trouve l'élément de la volonté- bien qu'en 1982, le lisme historique, et en particulier au concept marxíste de transfonnation
terme soit remplacé par les expressions de« liberté rétíve »,de« points (initiant du méme coup un usage postmarxiste de ce concept). A ce titre,
d'insoumission ».Les stratégies de lutte sont prises dans des rapports il fait se télescoper, du coté des corps, les condítions ella transfonnation,
d'enchaí'nement et de provocation réciproques avec les relations de pcu- il évacue en somme, l' « idée d'une dialectique de "médiations" au moyen
voir, qui en constítuent le point de butée, la retombée inertielle. Foucault de laquelle penser, en suivant le fil conducteur du temps historique, la
suggere que le point de départ de ses analyses esta chercher dans des luttes jonction des conditions et sa pratique transformatríce, avec ses rendez-
spécifiques, qui ont plusieurs caractérístiques communes, don! précisément vous "critiques" entre conditions objectives et subjectives 16 ». ll s'agit
celle d'etre « immédíates ». Deux arguments que l'on peut rattacher il. la pour Foucault d'étudier des complexes d'actíons a la fois conditionnées et
lecture stratégique que Foucault fail de Marx viennent étayer cette idée. conditionnantes, mutuellement transformées et transformatrices, comme
D'une part, ces luttes sont le fait d'indívidus qui critiquen! ce qui estle des sortes de relations transindividuelles passant entre des corps matériels
«plus proche d'eux », c'est-a-dire les ínstances de pouvoir quí, immédia- singuliers. Les stratégies de lutte sont des actions sur des actíons passant
tement," exercentleur action sur les individus 14 » ; ces luttes immédiates a travers les corps qu'elles transformen! par la meme.ll y a done, au cceur
font snbir aux conduites íncorporées un retoumement qui leur ole leur des luttes, une co-implication immédiate entre les corps et les actions qui
famíliaríté el Ieur semblant de naturalité. Ce n'est pas la figure abstraite les transformen!, sans qu'on soít en mesure d'isoler les tenues les uns des
d'un « ennemi nnméro un» qui est visée dans ce type de luttes, mais bien autres pour les reverser dans un proces dialectique de médiations.
ce!le, tres concrete, d'un « ennemi immédíat » qui, au sein d'une relatiou Foucault ne se contente pas de reprendre au Marx historien le modele
pratique, peut etre incarné par n'ímporte qui, des lors qu'il exerce sur moi stratégique de l'affrontement pour en dégager l'inte!ligibilité fonnel!e. 11
une ascendance pratique, une action sur mon action. D'autre part, ces luttes inscrít les enquetes de Marx dans une longue histoire des savoirs historiqucs
qni sont déja eux-mémes,a leur níveau, des généalogies actives, des savoirs
11. Michel FmJCAULT, « Méthodologie pour la connaissance du monde, Comment se qui font l'histoire en méme temps qu'ils ladéchiffrent, selon la logique de la
débarrasser du marxisme »,in Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tome 1!, p. 613. lutte permanente au sein du social. En aucun cas, on ne saurait se prévaloir
12. Deux ans pl-us tard, dans !a version amérícaine de, Michel FoucAULT, « Qu'est-ce que
les Lumieres >>,in Dits et écrits ( ]954-1988), op. cit., tome H, p. 1395, l'auteur dissocie les
tcchnologies et les stratégies comme les deux versants des « ensembles pratiques » dont il faít a
15. lhid, L'exemp!e de la médecine que prend Foucault est signíficatif cet égard: ~~Le
la théorie. reproche qu' on fait ala profession médícale n' est pas d' abord d' étre une entrepríse a but 1ucratif,
13. Mi che! FoucAutr, « Le sujet et le pouvoir )~, in Dits et écrit.'>' (1954-1988), op. cit., mais d'exercer sans contrOle un pouvoir sur les corps, Jasanté des individus, leur vieet leur moJt. ,,
tome!!, p. !060-106!. 16. Etienne BAUBAR, La Crainte des masses. Politique et philosophie avant et apri!s Marx,
14. /bid., p. 1045. Galilée, Paris, 1997, p. 34.
ll8 MARX & FoucAULT L'n~IELLIGIBILITÉ DES LUTIE.S. FOUCAULT E"T SARTRE LECTEURS... 119

de la pensée de Marx pour donner a ces " généalogies dispersées » une La dialectique hégélienne et toutes celles,je pense, qui l'ont suivie doivent
« sorte de couronnement théorique qui les unifierait 17 >>. L'intelligibilité étr.e comp_rises [ ... J comme la colonisation et la pacification autoritaire, par la
stratégique chez Marx est rétive a ton te visée d'unification théorique. Plus phllosophle et le droit, d'un discours historico-politique qui a été a la fois un
constat, une proclamation et une pratique de la guerre social e. [, .. ¡La dialectique,
modestement, Foucault interroge la possibilité, pour le marxisme, de se
c'est la pacificatíon, par l'ordre philosophique et peut-etre par l'ordre polltique,
réfléchir comme savoir historique et situé des luttes, c'est-a-dire comme de ce discours amer et partisan de la guerre fondamentalé 1.
contre-histoire, comme histoire revendiquant la mémoire de la guerre
social e pour renverser !' ordre établi. En ce sens, le modele stratégique La dialectique a contribué ii bloquer et a disqualífier !'" historicisme
chez Marx est ií comprendre comme un régime discursif transitionnel de poli tique>>, ,e' est-a-dire l 'histoíre écrite selon le fil conducteur de la guerre
forme a la fois rétrospective (dans la mesure oil il s'agit d'une pratique continuée. A !'instar du discours hobbesien du pacte social qui l'a précé-
d'écriture de l'histoire), et indirectement prospective (par les le~ons que dée dans cette opération de pacification, elle nous fait sortir de J'histoire
livre le récit historique pour notre présent en termes de possibilités réelles réelle, faite de rapines et de dominations, en nous projetant sur un plan
d'action) 18 • C'est d'ailleurs selon cette double orientation rétrospective et d'intellígíbilité -l'État, ou la vie éthique des Príncipes de la philosophie
prospective, dans le sillage del 'historicisme poli tique don! il fait 1' « histoire du droit par exemple -, oií les rapports de force se voient neutralisées et
et l'éloge >>,que Foucault lui-meme con9oit son entreprise généalogique rendus inessentiels. Comme le souligne Gérard Lebruna propos de Hegel,
visan! le << couplage des connaissances érudites et des mémoires locales, l' « etlws exclut le kratein. Le therne revient si constamment et la convíc-
couplage qui permet la constitution d'un savoir historique des luttes et tion semble si profonde qu'on peut se demander s'il n'y a pas la uue des
l'utilisation de ce savoir dans les tactiques actuelles 19 >>. Il en va ainsi des racines de la dialectique 22 >>. C 'est tres précisément la these de Foucault
luttes immédiates évoquées dans <<Le sujet et le pouvoir >>. dans « ll faut défendre la saciété>>. La logique « pauvre >>de la conlradic-
Les enquetes historiques de Marx renvoient aun moment précís de cette tíon, ou chacun des opposés passe !'un dans l 'autre pour déboucher sur une
histoire de la contre-histoire : le moment oil, comme le montre Foucault synthese supérieure, n' est pas satisfaisante pour répondre a la questíon de
dans le cours de 1976, le vieux discours aristocratique de la guerre des l' intelligibilíté stratégique des luttes.
races s 'es! scindé en deux discours opposés : le discours de la lutte des Les versions marxistes de la dialectique- don! cel!e que propase Sartre-
classes d'un coté, le discours de la défense de la société et de la nation de ne font aux yeux de Foucault que civiliser les luttes en les iuféodant aune
l'autre (dont partícipe le racisme d'État). Cet antagonisme se trouve clai- théorie (le matérialisme historíque au mieux, le díamat au pire), il une ins-
rement ex primé ala fin du premier chapitre du 18 Brumaire : « Pendan! les tance poli tique centralisée (partí ou État), o u aun sens métaphysique, censé
joumées de juin !1848], toutes les classes et tous les partís s' étaient unís en ordonner le cours. Quant aux díscours révolutionnaires non marxistes qui
en partí de l' ordre contre la classe prolétarienne vue comme le partí de refusent ouvertement cette opération de pacification dialectique, ils risquent
l'anarchie, du socialisme, du communísme.lls avaient "sauvé" la société fort de se compromettre avec le discours du bío-pouvoir, voire du racisme
contre "les ennemis de la société" 20 • >> On le voit, on trouve dans le texte d'Etat, en réactivant, comme les blanquistes au mornent de la Commune,
marxien les guillemets ironiques que Foucault repreudra pour le titre de la figure d'un ennemí de classe a éliminer23 • I.:exigence de défense de la
son cours de !976. société se voit alors transposée a la vi e du groupe fantasmé comme hype-
Reste que nonobstant ses moments stratégiques, le discours marxiste rorgamsme, et auque! on s'identifie en tan! qu'individu commun, intégré
de la lutte des classes participe pour Foucault d'un embourgeoisement et um par les hens de ce que Sartre appellerait la" fraternité-terreur >>.
du discours historique, imputable a une opératíon d'homogénéísation de Tout se passe comme si pour Foucault, la dialectique ne pouvait avoir
la diversité des discours en lutte, sous la juridiction philosophique de la d'autre forme que celle mythifiée. Or, dans la postface a la deuxieme édi-
díalectique: tion allemande du Capital (1873), Marx écrit que dans sa « configuration
rationnelle >>, la dialectique « est un scandale et une abomination pour les
17. Michel FoucAULT, « llfaut défendre la société ». Cours au College de France (1975-
1976), EHESS/Seuil/Gallimard, Paris, 1997, p. 13.
21. Mi che! FoucAULT, « Ilfaut défendre la société », op. cit., p. 50. Je souligne.
18. Sur ce point, voir Emmanuel BAROT, Marx au pays des soviets ou les deux visages du
22. Gérard LEBRUN, L'Envers de la dialectique. Hegel a la lumii!re de Nietzsche, SeuiL
communisme, op. cit., p. 58-60. Paris, 2004, p. 74. ·
19. Michel FoUCAULT, « Ilfaut défendre la société », op. cit., p. 9-10.
23. Michel FouCAULT, « fffaut défendre la société », up. cit., p. 233-234. Sur cette fin du
20. Karl MARX, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Flammarion, Paris, 2007, p. 65.
cours, voir Jean TERREL, Poli tiques de Foucault, PUF, Paris, 2010, p. 62-63.
120 MARX & FOUCAULT L'INTELLIGIBILITÉ DES LUTTES. fOUCAULT ET SARTRE LECTEVRS .. , 121

bourgeois et leurs porte-paro! es doctrinaires, paree que dans l'intelligence pouvoir >> ou avec l'esquisse d'une théorie de la volonté dans l'entretien
positive de 1'état de choses existan!, elle inclut du méme coup 1' intelligence avec Yoshimoto. En réalité, ces deux modes de mise en intelligibilité des
de sa négation, de sa destrnction nécessaire, paree qu' elle saisit toute forme luttes par l'historicisation et par la formalisation se completen! sans cesse
faite dans le flux du mouvement et done aussi sous son aspect périssable24 ». l'un et l'autre. La gageure est la suivante : peut-on, pour dégager cette
Ce plaidoyer pour la dialectique semble incompatible avec la these de intelligibilité stratégique, s'appuyer sur les enquétes historiques de Marx
Foucault. Le modele des différents niveaux d'intelligibilité stratégique (dans leur dímension rétrospective et indirectement prospective) tout en
mis en place dans «Le sujet et le pouvoir » permet cependant d'éclairer Jaisant l'économie de la logique dialectique qui les anime? C'est sur ce
ce texte de Marx sous un nouveau jour. Dans un entretieu inédit de 1977 point précis que le dialogue avec Sartre mérite d' étre rouvert. C' est ce que
donné au joumal de la LCR Rouge, Foucault sait gré a Marx d'avoir su nous allons faire a présent, en interrogeant le probleme corrélatif du statut
déceler sous des phénomimes apparemment négatifs de la société indus- de la subjectívité dans les luttes.
trielle (la paupérisation, par exemple) tout un ensemble de rationalités, de
normes positives produisant leurs effets de fa9on immanente25 • Ce moment
del'<< intelligence positive », qui a tout a fait sa place dans une analyse QUI SONT LES SUJEfS DES LUTTES ?
éccnomique ou historique, nous renvoie aux deux premiers niveaux d'intel-
ligibilité de la stratégie, comme rationa!ité et comme action sur des actions Sartre assume pleinement la tiiche de revivifier le marxisme, au nom
possibles. L' « intellígence de la négation » du réel nous ramene en revanche d'une conception revisitée de la dialectique comme logique de la pratique
au troisieme níveau d'intelligibilité de la stratégie, celui de la volonté (individuelle ou collective) en situation. Pour ce faire, il privilégie dans le
comme affrontement. Pour Foucault, la díalectique est de trop dans cette corpus marxiste, a!'instar de Foucault, les écríts stratégiques de Marx, de
affaire: elle vient remystifier des fragments d'analyse stratégique pourtant sorte que toute la Critique de la raison dialectíque, et de larges passages
pertineuts au niveau local ou ils s'appliquent, en les transcodant dans les de L'ldiot de lafami!le peuvent ~tre lus comme une longue médítation
termes d'une synthese totalisante de survol, qui rísque fort de fin ir en pro- de 1' énoncé fameux du début du 18 Brumaire selon lequelles « hommes
phétie, en« grande théorie >> ou en philosophie d' État. Des lors, retrouver font leur propre histoíre, mais ils ne la font pas de toutes pieces, dans des
le caractere « scandaleux >> des analyses stratégiques de Marx implique, circonstauces qu'ils auraient eux-mémes choisies, mais dans des circons-
contre Marx lui-meme, de se débarrasser de la dialectique et de redonner tances qu'ils trouvent immédiatement préétablies, données el héritées27 >>.
droit de cité al 'intelligibilité du positif. Loin d 'avaliser 1'ordre des cboses On sait que Sartre entend réintroduire la subjectivité dans le marxisme,
existan!, elle montre au contraire comment les rationalités construisent cet notamment centre le panobjectivisme idéaliste qu'il impute a la these de
ordre, !ibérant du coup des possibilités circonscrites de négation stratégique, Lukács sur la conscience de classe28 • Est-ce adi re qu'il comprend !' énoncé
dont la diversité ne sauraít se ramener a tme figure dialectique unitaire, tel du 18 Brumaire sur la faisabilité de l 'histoire en un sens exagérément sub-
que par exemple le « Grand Refus >> au sens de Marcuse26 • jectiviste, comme si on avait affaire aun sujet suppót et ti tul aire del 'action,
Résumons-nous. Le modele stratégique des luttes est passible d'un impliqué dans son projet, dans sou impulsion aproduire un résultat- filt-il
double traitement chez Foncault. Tanto!, il est explicitement constitué condamné a ne pas s'y reconnaitre par la suite, comme en atteste la thé-
enobjet d'enquete généalogique- ainsi, l'histoire de la contre-histoire matique, récurrente tout au long de la Critique, de la praxis volée et de la
proposée dans le cours de 1976. Tantót, il est mobilisé pour penser 1'intel- contre-finalité, c'est-a-dire du résultat qui échappe a son agent? Penser la
ligibilíté des luttes il un niveau forme!- c'est le cas dans «Le sujet et le lutte ala lumiere du projet, ce serait alors une maniere de rater la question
de la volonté en la rabattant sur la présupposition d'un sujet auteur de son
histoire. La dialectique du projet consiste en une tension contradictoire
a
24, Karl MARX,<<: Postface la deuxieme édition allemande (1873) ~>, {n Le Capital. Livre l, perpétuellement relancée entre dépassemeut et échappement: l'agem his-
PUF, Paris, 2006, p, 18.
25, Michel FoucAULT, « Entretien inédit entre Michel Foucault et quatre mi!itants de la LCR,
torique s'efforce de dépasser les conditions inhumaines qui lui échoient
membres de la rubrique culturelle du quotidien Rouge », op. ciL, p. 12. Pour une lecture croisée
entre Marx et Foucault sur cette question de la productivité ímmanente des normes, voir Pierre
MAcHEREY, Le Sujet des normes, ÉditionsAmsterdam, Paris, 2014. 27. Karl MARX, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, op. cit,, p. 50.
26. Herbert MARCUSE, Vers la libération, Au-delil de l'Homme unidimensionnel, Denoell 28. Jean~Paul SARTRE, Qu 'est-ce que la suhjectivité?, Les Prairies Ordinal res, Paris, 2013,
Gonthier, Paris, 1970, p. 11-12. p.32.
122 MARX & FoucAULT L'INTELLIGIBILITÉ DES LUITES. fOUCAULT ET SARTRE LECTEURS ... 123

surfond de rareté, touten voyant le sens de sou action lui échapper, ce qui 1'effet de leur propre action32 ». Loin d' étre les auteurs de leur histoire, les
relance l'exigence de dépassement des conditions nouvelles produites par hommes se produisent en faisant leur histoire: c'est leur action, les fins et
l'action. Sartre précise ainsi: << Pour nous, l'homme se caractérise avant les moyens qu'ils mobilisent, quí les produít comme sujets. Pour le dire
tout par le dépassement d'une situation, par ce qu'il parvient a faire de ce dans les termes de Pierre Macherey, loin que le sujet préfigure le proces
qu'on a fait de lui, méme s'il ne se reconnait jamais dans son objectiva- des luttes, « ici le proces est a soi-meme son propre sujet33 >>. Prenant
tion29. » Cette contradiction dia!ectique entre dépassement et échappement cette conception de la pratique comme fil conducteur, Dardo! et La val
est grevée d'une équivoque qui tient, pour Foucault, ala notion sartrienne proposent une lecture foucaldienne des textes historiques de Marx : les
d' authenticité comme « philosophie du retour au meme », comme promesse luttes ne sont pas inféodées a des classes préconstituées. Elles produisent
faite a l'homme « qu'il deviendra un etre authentique el vraP0 ». des formes de subjectivité inédítes, suivant une « logique stratégique
ll s'agit la d'une Jecture erronée de Sartre. C'est d'autant plus domma- de l'affrontement34 »,bien différente de la graude logique du capital
geable que dans un entretien avec Duccio Trombadorí, Foucault propose entendue comme processus totalisant et dont les contradictions doivent
de réinvestir le concept marxien de production pour l'intelligibilité des inéluctablement aboutir au communisme.Ainsi, comme le dit Marx dans
pratiques, en un seas, nous le verrons, qui pourrait tres bien convenir a la Les Luttes de classes en France, ce n'est qu'une fois qu'elle s'est soulevée
thématisation sartrienne des !uttes.A rebours des lectures anthropologiques qu'une classe ou un groupe de !utte "trouve aussitót dans sa propre situa-
de Marx qui envisagent le !heme de la production de 1'homme par l 'homme, tion le contenu et la matiere de son actlvité révolutionnaire : des ennemis
tantót positívement comme l 'accomplissement de son iltre générique, et il abattre, des mesures a prendre, dictées par les besoins de la lutte35 ».
tantót négativement comme la réification de J'humain, Foucault revisite A la question insidieuse de l'appartenance de classe, qui court-circuite
l'idée marxienne de production comme la« création d' une chose totalement d'entrée de jeu le probleme de la création de la subjectivíté dans la lutte,
autre », comme une logique de déplacement, d'altération perpétue!le des Foucault substitue la question nietzschéenne dramatisée, « Qui entre dans
formes de subjectivité". La production ainsi comprise est moíns qu 'un la lutte ?36 », comme clé de lecture du phénomene. Le probleme se précise
accomplissement, puisqu' elle ne présuppose pas une nature ou une essence dans un passage de La S ociété punitive (dans la le~¡on du lO janvier 1973),
de l'homme dont il faudrait déployer téléologiquement toutes les virtua- ou Foucault donne le cadre d'intelligibilité forme! dans lequel se déploie
lités. Et elle est plus qu 'une réification, dans la mesure ou cette « chose la séquence historique qu'il étudie (les transformations de la pratique
totalement autre >>se dérobe a!out forrnat préétabli de la choséité, tel que pénale entre 1825 et 1848). Ce cadre est celui de la guerre civile, a dis-
la forrne-marchandise. Les anthropogéneses de l'accomplissement et de tinguer soigneusement du modele hobbesien de la guerre de tous contre
la réification ne sont que l'envers !'une de l'autre: elles ont en commun tous. Loin de ramener les individus sociaux illeur individualité originaire
de se donner des le déprut une certaine figure arretée du sujet, que ce soit et interchangeable, a un état de nature opposé au pouvoir, la guerre civile
sous la forme accomplie de l'etre générique, ou sous la forme dévoyée « est le processus par lequel se constitue un certain nombre de collectivités
de l'homme réifié. Orla figure de l'homme es! indécidable a priori sous nouvelles, quí n' avaient pas vu le jour jusque-13.37 ».La guerre civil e donne
quelque mode que ce soit, puisqu'elle est entierement tributaire de la naíssance a de nouvelles formes collectives de subjectivité, irréductibles
logique productive elle-meme. ades classes. Et les groupes ainsi produits par la lutte cherchent moins a
Dans Marx, prénom : Karl, Pierre Dardot et Christian Lava! montrent détruíre le pouvoir qu'a s'en emparer, qu'a en réactiver les symboles et les
que Foucault repense ainsi le concept de production d'une maniere tout
a fait pertinente au regard de !'analyse marxienne de la pratique comme
« production de nouvelles conditions par transforrnatíon des acteurs sous
32. Pi erre DARDOT, Christian LAVAL. Marx, prénom : Karl, Ga!limard, París, 2012, p. 211.
33. Pierre MACHEREY, Histoires de dinosaure. Faire de la philosophie ( 1965-1997), PUF,
París, 1999, p. 147.
29. Jean~Paul SARTRE, Questions de méthode, in Critique de la raison dialectique. Théorie 34, Pi erre DARDOT, Christian LAVAL, Marx, prénom .· Karl, op. cit., p. 246-276.
des ensembles pratiques, op. cit., tome I, p. 85. 35. Karl MARX, Les Luttes de classes en France, Folio, Paris, 1994, p. 21.
30. Michel FotJCAULT, '' L'homme est-il mort? >>,in Dits et écrits (1954-1988), op. cit., 36. Mi che! FoucAULT, << Méthodologie pour la connaissance du monde. Comment se
tome I, p. 569. débarrasser du marxisme »,in Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tome JI, p. 606.
3L Michel FoucAULT, « Entretien avec Michel Foucault »,in Díts et écrits ( 1954-1988), 37. Michel FoucAULT, La Sociélé punitive. Cours au Colle;;e de France (1972-1973),
op. cit., tome II, p. 894. Gallimard, Paris, 2013, p. 30.
124 MARX & FoucAULT L'!NTELLIGIBILITÉ DES LUTTES. fOUCAULT ET SARrRE LECTEURS .•. l25

mythes, quitte a les inverser, a les parodier, a les répéter. La guerre civile Phénoménologie de l 'Esprit et que Sartre infiéchít considérablement" 1• La
est en ce sens un« travaíl de pouvoir »,un<< travail sur le pouvoíi38 ». totalisation, c'est le« moment de la temporalisation o ul'agent- malgré sa
En quoi pouvons-nous maintenant rapprocher ce modele stratégique de réussite, s'il réussit, ou pcut-etrea cause d'elle- se perd dans l'acte qui le
1'action produisant et altérant d'un seultenant ses propres « condilions » et produit, qui le déroute, et quise dévie en luí. Ainsi, c'est l'acte débordant
ses propres « sujets »,de l'intelligibílité des luttes chez Sartre? Les luttes l' homme qui se totalise42 ».La totalisation d' enveloppcment n' équivaut pas
sociales sont au creur de la Critique de la raison dialectique : elles occupent al' aliénation, e' est-a-dire au vol de la praxis par !' extérieur, par l' emprise
ce que Sartre appelle le « lieu du concret39 >> a la fin du premier tome, et du pratíco-inerte et de la matiere ouvrée. Nulle pratico-inertie ici : « d'un
font l'objet d'une analyse tres dense dans toute la premiere section du bout a l'autre, tout est acte43 », et c'est du dedans que les praxis en lutte
deuxieme tome (dont Foucault ne pouvaít pas avoir connaissance puisqu'il s' échappcnt aelles-memes, que 1'acte déborde l'homme. Tout se passe done
n'a été publié qu'en 1985)40 • La lutte est « praxis-processus >> : elle n'est comme si l'agir humain s'échappait du dedans, selon un mouvement en
ni proces sans sujet qui agirait al'insu des ageuts, ni pure praxis collective spirale, vers une praxis sans auteur, ou vers ce que Sartre appelle a la fin
quise réfléchirait sur le mode d'une conscience de classe hyperorganique. du tome l de la Critique de la raison dialectique, une« totalisatíon sans
Les classes ne préexístent pas a la lutte, elles dérivent de factions ou de totalisatenr », désignant par la le lieu du concret et de l' histoire. Si l 'agent
sous-groupes s 'eflor9ant d' agir, dans des conditions exacerbées, sur l 'action de la lutte se« perd >>,ce n'est pas dans l'inertie matérie!le extérieure qu'il
d'autres sous-groupes. Cela renvoíe ace que Sartre appelle la« réciprocité transforme et qui le transforme en retour, mais dans 1'acte qui l 'enveloppe
d'antagonisme », notion tres proche du troisíeme niveau d'analyse de la et qui le produit. La question de l'intelligibílíté des luttes amene Sartre il
stratégie chez Foucault. pousser le plus loin possible la possibilité d'une philosophie de la praxis
Forrnellement, comme toute praxis índividuelle s'eflor9ant de dépas- oille sujet ne serait plus un centre de référence ohligé.
ser un secteur du monde matériel a la lumiere d'une fin devant s'incarner Pour autant, Sartre ne cede pasa la tentation d'un matérialisme absolu:
en táche concrete, la lutte a la dímension d'une totalisation jamais close en aucun cas il ne s'agit d'épouser le point de vue de la pure praxis sans
sur elle-meme. Mais la totalisation se complique dans la lutte dans la sujet en omettant de la renvoyer aussitót aux praxis locales et situées, hors
mesure oíi elle se joue sur plusieurs fronts : elle a une pluralité de foyers desquelles elle perd toute intelligibílité. Sartre ne transige jamais sur son
d'inítiatives, ou « épicentres ». Doit-on alors ramener la lutte a une unité, nominalisme dialectique : le pcint de départ de la lutte, ce son! toujours
au mépris du coup des singularités, constituées par la lutte elle-meme, des individus 44 • Le devenir de la totalisation n'a ríen de linéaire ni de
de chaque épícentre ? Ou doit-on épouser le point de vue stratégíque de nécessaire, du fait précisément de la multiplicité irréductible des individus
chaque sous-groupe, afin de ressaisir la ja~,:on dont il agit sur l' action de qui l'íncarnent. Loin de venir briser une unité supposée premiere du tout
l'autre sous-groupe, constítué explicitement par la Jutte comme faction social, la lutte unifie et divise tout a la fois les individus sur un fond social,
ennemie, au risque alors d'un émiettement des stratégíes qui nous ferait toujours déja miné par des déchirures irréductibles : « La société, de loin,
manquer !'unité de la lutte elle-méme? Le mode d'étre de la lutte, c'est paraít tenir toute seule ; de pres, elle est criblée de trous45 >> La lutte est
la totalisation d' enveloppement : Sartre entend par la la maniere dont la en outre la question critique par excellence pour dégager l'ínte!ligibilité
praxis s'échappe a elle-meme, en voyant ses íntentions et ses résultats de l'histoire- ou plutót, l'intelligibilité d'une histoire. Le point essentiel,
repris par une praxis d'un nouveau genre, anonyme et transindividuelle,qui pour un concret historique donné, c'est « d'établir s'il y a lutte41' >>- et de
enveloppe et déborde les antagonísmes. En somme, une praxis qui résulte
de l' « opération de tous et de chacun >> selon l 'expression de Hegel dans la 41. Georg. W. F. HEGEL, Phénoménologie de l'Esprit,Aubier, Paris, 1941, tome f, p. 342.
42. Jean-Paul SARTRE, Critique de la raison díalectique. L'intelligibilité de l'histoire,
38. /bid .. p. 33. Ga!Hmard, París, 1985, tome ll, p. 249.
39. Reprenant la méthode hégélo~marxiste d'élévation de l'abstrait au concret, Sartre 43./bid., p. 248.
considere que le concret est une synthese de multiples détermínations contradictolres, dégagées 44. Jean-Paul SARTRE, Critique de la raison dialectique. Théorie des ensembles pratíques,
préalablement selon des niveaux d'intelligibilité plus abstraits. op. cit., tome 1, p. 154; et Critique de la raison dialectique. L'intetligibilité de l'histoire, op. cit.,
40. JI se peut cependant que Foucault aít peryu un certain écho de son travail avec celui de tome 11, p. 239.
Sartre, lorsqu'il précise dans la version américaine de« Qu'est-ce que les Lumieres? J), in Dits 45. Jean-Paul SARTRE, Critique de la raison dialectique. L'intelligibilité de l'histoire, op. cit.,
el écrits (1954-.1988), op. cit., tome II, p. 1395, que ses analyses stratégiques le conduisent a tome U, p. 22.
<< l'étude de ce qu'on pourrait appeler les "ensembles pratiques" ».Le renvoi au sous-titre du 46. Jean~Paul SARTRE, Critique de la raison dialectique. Théorie des ensembles pratiques,
premier tome de la Critique de la raison dialectique est ici tres significatif, op. cit., tome l, p. 791.
126 MARX & FoucAULT L' JNTELLIGIB1LITÉ DF.S LUTIES, FOUCAill.T ET SARTRE LECTEURS, , • 127

se demander par conséquent, pour le di re dans les tenues de Foucault, qui Un mode de subjectivation colleetif de la classe bourgeoise émerge par
entre dans la lutte. A la suite de Marx, Sartre écrit sa version des luttes de la lutte: eelui du groupe, uní par une exigence stratégique commune d'agir
classes en France, attachant une importance particuliere a la période 1848- directement sur l'action des ouvriers. Mais e'est de fa~on toute illusoire
1852, qui constitue, comme le soulignent Dardot et Laval, un véritable défi que les bourgeois se pen;oivent eomme un groupe en fusion, c'est-a-dire
lancé ala dialectique de l'histoire47 • D'une part paree que la crise poli tique comme une sorte de trouée dans le limon du social qui aurait pour effet
n' a pas débouché sur une révolution prolétarienne, contrairement a ce de dissoudre la sérialité. En l'occurrence, ící, en eette phase d'aceumu-
qu'aurait pu laisser entendre la philosophie processuelle de l'histoire que lation primitive, le rapport qne les bourgeois entretiennent au capital qui
nous livre le marxisme << officiel »; d'autre part, paree que la bourgeoisie les produit toujours plus comme autres vis-a-vis des autres, les amenent
a fini par rendre possible le coup d'État du 2 décembre 1851 a été a adopter le mode de subjectivation dn propriétaire, du concurren!, etc.
ineapable d 'accomplir sa propre révolution politique, alors que l' évo!ution Le surgíssement commun n'est icí que purement réactif et conservateur,
économiqne aurait « logiquement » díll'y amener. Marx montre dans Les induit par une panique sérielle quí faít suite al 'insurrection ouvriere. Sartre
Luttes de classes en France que l' insurrection ouvriere de juin 1848 a forcé procede ainsi a une mise en intelligibilité de J'histoire selon le se heme de
la bourgeoisie arévéler son vrai visage : eelui d' une république de classe'". la guerre eivíle: en prenant comme fil eonducteur la dialeetique des praxis
On pourrait faire une lecture téléologique de 1'événement, en disant que la en situation, il expérimente un mode d' écriture de l'histoire qui lui pennet
bourgeoisie, du fait du développement de ses propres forces produetives, de se tenir ajuste hauteur d'intelligibilité de J'affrontement, sans forcer le
crée ses propres fossoyeurs en se montrant a nu. La défaite du prolétariat réel a s'expliciter dans les termes d'une hyperdialectique ou d'un grand
en 1848 produirait alors les eonditions inéluctables de sa victoíre future, réeit. Des lors, si Sartre propose une critique de la raison dialectique, c'est
comme si l'histoire obéissait a un sens dontla teneur serait une sorte de préeisément paree qu' il oppose a une conception idéalisée et pacificatrice
« Qui perd gagne »pensable selon le registre de l'inversion millénariste: de« la>> dialectique- celle-la méme que Foucault incrimine dans son cours
qui perd aujourd'hui gaguera demain, les derniers seront les premiers. de 1976- une multiplicité de dialectiques locales, qui n'ont d'autre lieu
Une telle leeture téléologique a pour effet de déréaliser la contingence de pertinence que les praxis humaines en situation, exposées a leur propre
de la lutte. L'apport principal de la praxis ouvriere n'est pas prophétique, finitude historique. La dialectique pour Sartre, e' est la logique vivante de
mais stratégique: c'est le fait de susciter un ennemi a la classe bourgeoise l'aetion en situation, et rien d'autre. A u début de son ouvrage Valences of
qui se pensait jusqu'a présent, en bonne héritiere des Lumieres, comme the Dialectic, Fredric Jameson se demande s 'íl ne reste pas quelque ehose
c!asse universelle. La formation de la classe bourgeoise n'est pas un simple de cette dialectique locale- de cette intelligenee située de la négatíon de
effet mécanique ou reflet d'une base économique, c'est le résultat d'une 1'ordre existant- dans les pensées qui se définissent par un rejet de la dia-
réciprocité d'antagonisme ou la lutte des classes, longtemps dissimulée lectique50. La question mérite assurément d'etre posée a Foueault.
ou euphémisée, se révele pour ce qu'elle est: une lutte a mort- el non Un mot alors, pour eonclure, sur le« poíntfaib!e >> du marxisme quenous
pas un simple« malentendu >> comme le pensait Lamartine. Sartre précise évoquions au début. La« théorie de laconnaissance »,a Jaquel!e en appelle
en ce sens: Sartre pour revivifier le marxisme, semble tout a fait compatible avec la
On voit que le patron, aprf:s 1848, se trouve l'étrange produit historique de théorie de la volonté eomme Jutte a laquelle en appelle Foueault. En effet,
ma.~sacres dont il est collectivement responsable sans les avoir commis. Certes, ce qui manque le plus au marxisme selon Sartre, ce n' est pas une fondation
i1 était déja patron, exploiteur et oppresseur avant la Révolution de février: mais transcendantale désituée, e'est une« expérience critique''», c'est-a-dire
une sorte de surgissement cornmun- initiation, nouvelle naíssance -l 'a produit un savoir proprement stratégique: l'exigence d'une mise ii l'épreuve des
comme membre actif d'un groupe de tueurs. Or, les massacreurs ont exísté rnais postulals théoriques, poli tiques ou prophétiques du matérialisme historique.
non le groupe (qui serait, sinon, la classe tout entiCre). 11 saisit done son historicité
comme une différenciation brusque qui l'aurait produit et différencié a partir
lci, le stratégique el le dialectique nefont plus qu'un: íls qualifient a la
d' une unité synthétique parfaitement illusoire (e' est~a~dire apartir de 1'événement fois la praxis en cours d 'aecomplissement, ella maniere dont cette praxis
comme unité de l'oppression répressive) •
49 située se donne a elle-meme ses propres lumii!res situantes. Loin d'etre

47. Pierre DARDOT, Christian LAVAL, Marx, prénom: Karl, op. cit., p. 247.
48. Karl MARX, Les Luttes de classes en France, op. cit., p. 38-41. 50, Frederic 1AMESON, Valences ofthe Dialectic, Verso, Londres, 2010, p. 15.
49. Jean~Paul SARfRE, Critique de la raison dialectique. Théorie des ensembles pratiques, 51. Jean~Paul SARTRE, Critique de la raíson dialectique, Théorie des en•·embles pratique5 ,
op. cit., tome 1, p. 845. op. cit., tome I, p. 165.
128 MARX & FoucAULT

réservée a une avant-garde théorique ou politique, l'expérience critique


peut-élre celle de u' importe que! índividu situé historiquement et pris
dans les réciprocités d'antagonisme. Le savoir stratégico-díalectique ne 9
précede pas la lutte, il en procede plutót, venant éclairer la volonté des
individus quant au sens de leurs fins. Maís il n'en reste pas moins que le
lot de toutes les luttes c'est, dit Foucault dans l'entretien avec Yoshímoto,
la« part d'ombre des activités humaines ou encare les zones d'une obs- L'effetAithusser sur Foucault: de la société punitive
curo désolation52 », dont les philosophes, faute d 'une théorie suffisamment
élaborée de la volonté, peineraient a en rendre compte, contrairement aux ala théorie de la reproductíon
écrivains. Foucault semble faire une exception pour Nietzsche, mais on
peut également invoquer Sartre, qui a su combiner 1' ethos du philosophe- Julien Pallotta
écrivain et du phílosophe-historien pour parler de cette « part d'ombre »
inhérente aux volontés en lutte. C'est ce qu'il appelle, dans des pages tres
fortes du tome Il de la Critique de la raison dialectique, l'etre-en-soi de
L'article « ldéologie et appareils idéologiques d'État. Notes pour une
l 'histoire, son « inassimilable el non récupérable réalité"' », qui révele aux
recherche »,publié par Althusser enjuiul970 dans La Pensée', a constitué
individus et aux gmupes, iltravers les épreuves de la défaite et de la mort,
un texte contraignant de la conjoncture théorico-politique des années 1970.
une histoire déviée, trouée, que! que chose comme !' envers enveloppant de
Je voudrais mesurer son impact sur le cours préparatoire de Surveiller et
l'histoire vivante a Jaquelle i!s contríbuent dialectiquement.
punir prononcé au déhut de l'année 1973, La Société punitive', et dont
Foucault a livré un condensé dans une série de conférences données a la
PUC de Rio de Janeiro en mai 1973, intitulées «La vérité et les fonnes juri-
diques3 ». L' aspect le plus immédiatement visible de la réponse aAlthusser
que constítue La Société punitive se trouve dans la !e~on conclusive du
cours : Foucault y présente de maniere implicile la théorie althussérienne
du pouvoir sous la fonne de« quatre schémas théoriques4 >>.Que le cours
et, plus généralement, les recherches de Foucaull jusqu'a la publication
de Surveiller et punir constituent une forme d'alternative a Althusser,
done une nouveauté par rapport au marxisme dominan! dans le champ
théorico-politique fran~ais de l'époque, rien ne le montre mieux que la
recension de Surveiller et punir par Deleuze dans la revue Critique', Dans
son article ou il crédite Foucault d'un renouvel!ement majeur de la peusée
de gauche, Deleuze recopie la critique des« quatre schémas théoriques6 »

1. Voir Louis ALTHUSSER, « Idéologie et apparei!s idéologiques d''Útat. Notes pour une
recherche »,in Sur la reproduction, PUF, París, 2011, p. 263-306.
2. Michel FoucAULT ,I..a Sociétépunitive. Coursau Col!egede Frcmce ( f972-1973),EHESS/
Seuil/Gallimard, Paris, 2013.
3. Michel FoUCAlJLT, '~ La vérité et les formes juridiques »,in Dits et écrits (1954-1988),
Gallimard, Paris, 2001, tome l, p. 1456-1491.
52. Miche! FoucAULT, « Méthodologie pour la connaissance du monde. Comment se 4. Michel FoucAULT, La Société punitive, op. cit., p. 2.11 ~240.
débarrasser du marxisme »,in Dits et écrits ( 1954-1988), op. cit., tome II, p. 615 5. Aujourd'hui repris en une version remaniée dans son Foucault. Voir Gilles DELEUZE,
53. Jean-Paul SARTRE, Critique de la raison dialectique. L'inte!ligibilité de l'histoire, op, cit., Foucault, Éditions de Minuit, París, 1986.
tome II, p. 319. 6. Gilles DELEUZE, Foucault, op. cit., p. 32-38.
130 MARX & FOUCAULT L'EFFET ALTHUSSER SUR FOUCAULT ; DE LA SOCIÉTÉ PUNITIVE .. , 131

(ce qui montre qu'il disposaít de notes du cours) et, a son tour, évíte de reconstitution de la force de travail du salarié9 >> et aussi «a l'élevage et a
citer explicitementAlthusser, l' éducation des enfants en qui le prolétaire se reproduit 10 >>. Cette derniere
Si Althusser représente un adversaire théorique décisif, ce n 'est pas seu- remarque, si elle était approfondie, devrait aller au-dela du niveau de la
lement paree qu'il a entrepris, depuis les années 1960, un renouvellement simple reproduction « biologique >> et nous rappeler la nécessité de penser
théorique du marxisme,c'est aussi paree qu'íl parle,dans cette conjoncture, la « famille » (ouvriere) comme appareil de transmission des habitus
depuis deux lieux marquants du pouvoir institutionnel: l'ENS et le PCF. populaires, des savoir-faire nécessaires ii la constitution et ala reproduction
C'est pourquoi Foucault ne cherche pas tanta critiquer le marxisme en de la classe ouvriere. Althusser ne développe pas cette question, et préfere
général qu' un marxisme bien défini et déterminé : le marxisme althussérien se concentrer sur le deuxieme aspect de la reproduction de la force de
qui, tout critique soit-il al'égard de la direction du PCF, reste institution- travail, deuxieme aspect qui lui-meme se subdivise en deux éléments. La
nellement ancré dans le Partí, Par ailleurs, les maoistes que Foucault fré- reproduction de la force de travail ne se limite pas a une reconstitution
quente a l'époque sont des ex-althussériens (devenus anti-althussériens): « physique >> ou matérielle, elle doit reproduire la force de travail comme
l 'althussérisme fonctionne aussi comme le langage théorique des militants force de travail el non pas comme simple force physique, Cela implique
politiques auxquels s'adresse Foucault, qu'elle soit reproduite comme << compétente >>, c'est-a-dire qualifiée pour
Je procéderai en trois moments : premierement, je commencerai par un poste de travail, mais aussi comme « assujettie >>, c'est-i\-dire « sou-
réexposer les grandes lignes del 'argument d' Althusser, puis j 'examinerai mise » aux «regles de l'ordre établi" >>,a l'idéologie dominarlte, La force
les éléments de la réponse foucaldienne a cet argument, avant d'expo- de travail n'est opérationnelle pour l'exploitation que si elle est qualifiée
ser brievement une ligne de fracture, parmi d'autres, entre Foucault et pour un poste de travaíl et se soumet al' ordre social capitaliste : elle n 'est
Althusser. productive qu 'assujettie, C' est alors qu' Althusser avance son hypothese :
dans la formation sociale capitaliste, c'est le systeme scolaire capitaliste
qui réalise, de maniere dominante, cette reproduction de la qualification de
¡; ARTICLE o' ALTHUSSER : UNE THÉORIE DE LA REPRODUCTJON la force de travail en tant qu'assujettie, Le plus intéressant est néanmoins
la suite.
Dans son article de l970,Althusser se pose le probleme de la condition Apres avoir el os la breve analyse de la reproduction des forces produc-
de la productíon capitaliste, qui est la« reproduction des conditíons de la tives,Althusser passe ala question des rapports de production qu'il regle de
production' ».Son analyse procede par la mise en lumiere des éléments la maniere qui restera la plus connue: par un renouvellement de la théorie
constitutifs du mode de production capitaliste. C' est ainsi qu 'il soutient que marxiste de l'État en définissant l 'État comme l'unité de 1' Appareil répressif
la reproduction des conditions de la production suppose la reproduction d'État (ARE) et des Appareils idéologiques d'État (AlE). La nouveauté
des forces productives et des rapports de production existants. Les forces principale provient de ce nouveau concept n'obéit pas il.la
productives contiennent les moyens de production: << matiere premiere, définítionjuridique de l'État comme puissance publique: des institutions,
installations fixes (bii.timents), instruments de production (machines),
etc,8 » ; leur reproduction correspond a une reproduction des conditions 9. /bid., p. 266.
matérielles de la productiou, Althusser ne développe pas ce point, faisant !0./bid.
simplement observer que ce n'est pas au niveau de l'entreprise que se joue 1l.lbid., p. 267.
12. Althusser lui-méme présente de maniere plus ou molns frauduleuse le concept d' ARE
cette reproduction, mais au niveau du marché national, voire mondial.
comme déjU. bien théorisé par la tradition marxiste, et se propose d'ajouter le nouveau concept
En revanche, le deuxieme élément constituant des forces productives d'AIE. En réalité, le concept d' «ARE>> n'existe a proprement parler que sous sa p!ume. btienne
retient bien plus son attention: la force de travaiL L'analyse d'Althusser Balibar m'a fait remarquer que Foucault, lors du cours au Coll~ge de France de !'année 1971~
tienten deux points, Premillrement, la reproduction de la force de travail est 1972, contre A!thusser qui déclare que 1'ARE est déjil bien connu et bien théorisé, propase une
généalogie de !'ARE dans l'Europe occidentale, et cela en s'appuyant sur certains matéríaux
assurée matériellement par le salaire, Le salaire est la« partie de la valeur, historiques déjfl utHisés par Althusser lui~mCme dans son premier livre (enl'occurrence, le travail
produite par la dépense de la force de travail : entendons indispensable a la de l'historien soviétique Boris Porchnev sur les révoltes popu!aires dans laFrance du xvne siecle.
a
Voir Boris PoRCHNEV' lJes Soultvementspopulaires en France de 1623 1648, SEVPEN, Paris,
1963 (réedíté sous le titre Les Soulevements populaires a:u xv¡f" sikde, Flammarion, París, 1972).
7. Louis ALTrJussr.:R, Sur la reproduction, op. cit., p. 263. Voir Michel FoucAULT, Théories et institutions pénates. Cours au College de France ( 1971-1972),
8, /bid., p. 264. EHESS/Seuil/Gallimard, Paris, 2015.
132 MARX & FoucAULT VEFFET ÁLTHUSSER SUR fOUCAULf: DE LA SOCIÉTÉ PUNJTIVE.,. 133

meme dites" privées »par le droit, sont des AlE en tant qu'elles assujet- ella reproduction des rapports de production, et d'un autre cóté, de répéter,
tissent les individus al 'idéologie dominante. Le fait marquant ií relever est a chacun des deux moments, la meme analyse de la force de travail qui ne
le suivant: dans son analyse de la" division du travaiP 3 »entre les différents devient productive qu'assujettie. En effet, si Althusser répete deux fois, a
appareils d'État,Althusser replace le systeme scolaire en position décisive deux endroits supposés distincts, la méme analyse, e' est qu' en réalité il n'y
en le renommant AlE seo! aire, et en en faisant l 'AlE n° 1 de la formation en a qu'une. En posant que le corps n'est productif (c'est-a-dire devient
sociale capitaliste 14 ; de la sorte, il répete, pour l'essentiel, ce qu'il a déja une force de travail qualifiée-déterminée utilisable sur un poste de travail,
dit dans sa sous-section consacrée ala reproduction de la force de travail. au lieu d' étre un simple ensemble de forces physiques et intellectuelles
virtuelles et indéterminées) que s'il es! assujetti aux rapports de produc-
tion, Foucault montre que la distinction entre les forces productives et les
LA RÉPONSE DE fOUCAUII DANS LA SOC/ÉTÉ PUNITIVE rapports de production utilisée par les althussériens, sí elle peut étre une
distinction de raison, ne peut pas étre une distinction réelle. C' est pourquoi,
Si l' on peut Jire La Société punitive comme une réponse assez systéma- chez Foucault, la théorie de la constitution des rapports de production prend
tique a la théorie althussérienne de la reproduction, c'est qu'il faut y lire, la forme d'une théorie de la constitutíon de la force de travail, ou de la
conformément a ce qu'énonce la le~on conclusive, non pas simplement trausformation de la force de travail en force productive.
l'histoire de l'émergence d'une pénalité centrée sur la forme-prison, mais Bien sur, ainsi présentée, on peut encore se demander s'il s'agit réel-
bien l'histoire de l'émergence" d'une société a pouvoir disciplinaire, lement d'une critique. Si par critique on entend rejet d'un argument ou
c'est-a-dire dotée d'appareils dont la forme est la séquestration, dont la d'une analyse apres examen, alors peut-etre faudrait-il plutót parler ici de
finalité est la constítution de la force de travail, et dont l'instrument es! mise en cohérence.
1'acquisition des disciplines o u habitudes 15 ». Dans sa critique du troisieme
schéma théorique althussérien du pouvoir, Foucault soutient que le pouvoir La deuxii!me critique : l'insuffisance de l'analyse althussérienne de
ne se définit pas par une fonction qui seraítle maintien ou la reproduction la reproduction matérielle de la force de travail par le salaire, et ce
des rapports de production : le pouvoir ne reproduit pas les rapports de qu 'elle révi!le
production, il les constitue. Ainsi, Foucault opere un déplacement par
rapport aAlthusser: ce n'est pastan! la reproductíon que la constitution La premiere critique« silencieuse >> de Foucault constitue done, avant
meme des rapports de productíon qu' il faut penser 16 • La théorie du systeme tout, un gain de cohérence par rapport a Althusser. En revanche, la deu-
du pouvoir disciplinaire a pour objectif de répondre a ce probleme. Or xieme critique qu'illui adresse est plus proprement originale: elle porte
Foucault développe pour cela une théorie de la constitution de la force de sur l'autre élément de la reproduction de la force de travail, celui qui
travail qui, de maniere silencieuse, opere un certain nombre de critiques contribue matériel/ement asa reconstitution, asavoir le« salaire >>.ll faut
d' Althusser, révélant parfois une proximité plus grande qu'on ne pourrait dire qu' Althusser passe trop rapidement sur la question et se contente de
le penser entre les deux théoriciens. Je vais identifier trois critiques qui mentionner le fait que le salarié, par la dépense du salaire, trouve «de quoi
sont, bien entendu, liées entre elles. se loger, se vetir et se nourrir, bref de quoi étre en état de se représenter
demain- chaque demain que dieu fait - au guichet de l' entreprise 17 >>.
Premiere critique : la distinction entre forces productives et rapports La critique de Foucault ace sujet est subtile et s'adresse, au-dela d' Al-
de production n 'est pas une distinction réelle thusser, a des positions traditionnelles dans le marxisme ; on la voit se
prolonger dans d'autres textes de 1973 a 1976. En substance, Foucault
Premierement, on peut di re que Foucault a relevé une incohérence dans énonce ceci : penser la consommation immédiate du salaire comme la
la démarche d' Althusser: le fait d'un cóté d'établir une séparation entre la condition matérielle de la reconstitution de la force de travai!, c'est-ií.-dire,
reproduction des forces productives (de la force de travail en!' occurrence) de soi comme force de travail, es! fondamentalement insuffisant. Dans le
cours de 1973, cette critique prend la forme des références a l' épargne 18
13. Louis ALTHUSSER, Sur la reproduction, op. cit., p. 279.
!4.lbid., p. 282.
i5. Michel FoucAULT, La Société punitive, op. cit., p. 240. 17. LouisALTHUSSER,Sur la reproduction, op. cit., p. 266.
!6./bid., p. 234. 18. Michel FoucAUU', La Société punitive, op. cit., p. 211, p. 216 et p. 232.
!34 MARX & fOUCAULT L'EFFET ALTHUSSER SUR FOUCAULT : DE LA SOC!ÉTÉ PUNITIVE.,. 135

Celles-ci surgissent notamment lorsque Foucault évoque la nécessité pour de maniere plus profonde qu' Althusser : il souleve la question de savoir
le capital de s'assurer, au sein de son «libre marché du travail » fondé comment le capital peut se protéger des inévitables dangers qu'il engendre
sur la concurrence, d'un « volant de chómage 19 >>.De par ses mécanismes envers lui-meme.
immanents -en plus d'un marché du travaillibre, e' est-a-dire fondé sur Les apports de la questíon de l' épargne ne s 'am§tent pas lit. Foucault
la concurrence -,le systeme capitaliste a besoin d'un volant de chómage montre que cette discipline morale et économique qu'est la conduite
permanent, raison pour Jaquelle le salaire ne doit pas etre entierement d 'épargne, que le capital exige comme remede al 'insécurité de la condition
dépensé, voire dilapidé. Le salarié doit étre contraint aépargner une partie prolétaire, partícipe d'une « moralisation des classes laborieuses >> et qui
de son salaire pour assurer sa subsistance dans les périodes de « chóme >>. « signifie en fait l'intégration de la vi e ouvriere, d'une part au temps de la
La question que pose Foucault, par la mise en lumíere de la questíon déci- production, d' autre part au temps del' épargne24 ». Celle division capitaliste
sive de 1' épargne ouvriere au début du XIX' siecle, est ce!le des mécanismes du temps de l'ouvrier est une division fonctionnelle qui subordonne
d'assurance a mettre en place pour assurer la reconstitution physique l'épargne a la production, c'est-a-dire qui fait de l'épargne la condítion
des corps ouvriers. La disciplinarisation par le livret d'épargne (comme de la production. Parmi les conditions nécessaires du temps productíf, on
a
mécanisme parapénal) répond en fait un autre aspect de ce probleme que trouve cette prévoyance qui doit « amener l 'ouvrier amaítriser le hasard de
n'aborde pas Althusser: celui de la lutte contre les conduites irrégulieres son existence : maladie, chómage25 >>. C' est le nouvel élément que Foucault
des ouvriers20 qui entravent ce qui est un besoin pour le capital, a savoir apporte ici : en plus des périodes de chóme auxquelles il faut remédier,
lafixation de la force de travail al'appareil productif 1 • Cette nécessité de il faut pouvoir soigner le corps de l'ouvrier, assurer sa santé. Parmi les
fixer la force de travail répond, en effet, au probleme mentionné plus haut et conditions de la reproductíon de la force de travail,il ne faut pas oubli.erque
qu 'Althussern' affronte done pasa l' époque22 : le caractere contradictoire de le corps de i'ouvrier est un corps vivant, soumis aux aléas de l'existence,
l'accumulation capitaliste. D'un coté, la logique de!' accumulatíon suppose et qui doit etre soigné et entretenu contre les divers risques qu'encourt sa
une totale libération de la force de travail qui corresponda une instahililé santé. Ces considérations sont, icí, plus proprement biopolitiques26 • Elles
permanente, une mobilité potentiellement permanente, entretenues pour participen! de ce que Foucault met en place, pour la premiere fois, en
garantir la concurrence maximale sur le marché du travail capitaliste; d'un octobre 1974, lors d'une conférence donnée a l'université d'État de Río
autre c6té, cette mobilité doit étre bridée pour assurer une stabilisation de Janeiro sur la naissance de la médecine sociale :
nécessaire (y compris sur plusieurs générations, d'ou l'importance de la Je soutiens l'hypothCse qu'avec le capitalisme on n'est pas passé d'une médecine
régularisation de la vi e du pro!étaire par la famille) al'
exploitation et la a collective a une médecine privée, mais que c'est précisément le contraire qui s 'est
fixation a1' appareil productíf de l' entreprise. L' épargne, comme mécanisme a
produit ; le capitalisme qui se développe la fin du xvn( siCde et au début du
de pouvoir disciplínaire, comme discipline indissociablement morale et XIXesiCcle, a d'abord socialisé un premier objet, le corps, en fonction de la force
productive, de la force de travail. Le contrOle de la société sur les !ndividus ne
économíque, fait partie des mécanismes ont dú étre inventés « pour
s'effectue pas seulement par la conscíencc ou par l'idéologie, mais aussi dans
assurer la limitation de la liberté de la force de travail a l'intérieur de la le corps et avec le corps. Pour la société capitaliste, c'est le bio-politique qui
tendance immanente au capitalisme de libération de la force de travail importaít avant tout, le biologique, le somatique, le corporel. Le corps est une
et comme condition interne de possibilité de cette libération 23 >>. Bref, réa!ité bio-politique ; la médecine est une stratégie hio-politique'l7 •
Foucault traite bien du probleme des conditions de la production, mais
24. Michel FoucAULT, La Société punitive, op. cit., p. 216.
19. Michel FoucAOLT, ibid., p. 179 et 194. Voir aussi Michel FoucAULT, Le Pouvoir 25. !bid.
psychiatrique. Cours a.u College de France ( 1973-1974), EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 2003, 26. Ainsi, on pourrait faire démarrer une généa!ogie de la biopolitique chez Foucault dans le
p.73. cours de 1973. Mais, 1'empreinte d' Althusser y serait assurément tres forte car, comme 1e rappelle
20. Pour iesquelles Foucault forge le concept tres riche d'illégalisme de dissipation qui Laurent Jeanpierre, la perspective de ce cours déve!opperait un « raisonnement exclusivement
disparm-"tra dans Surveiller et punir. Voír Michel FoucAucr, Surveíller et punir, Gallimard, Paris, fonctionnaliste J> (althusséro-compatible en ce sens) en ceci que« la biopolitique ne serait qu'un
1975. moyen au servíce d'une fin a laguelle elle serait subordonnée, comme l'accumulation du capital,
21. Voir Michel FoucAULT, La Société punitíve, op. cít., p. 197-198. la domination de classe ou le maintien des rapports de production ». Voir Laurent JEANP!ERRE,
22. Ce probleme sera abordé plus tard par les althussériens : ainsi (~tienne Balibar dans un '<Vi es et morts de la biopolitlque », inJean-Franyois BERr et Jéróme LAMY (dir.),Michel Foucault.
article écrit dans les années 1980. Voir Etienne BALIBAR (avec lmmanuel WALLERSTEJN), Race, Un héritage critique, CNRS Éditions, Paris, 2014, p. 208.
nation, cla_<¡·se. Les identités ambigui!s, La Découverte, Paris, p. 284. 27. Michel FoucAuLT, «La naissance de la médeclne sociale >),in Dits et écrits (1954-!988),
23. Stéphane LEGRAND, Les Norrnes chez Foucault, PUF, Paris, 2007, p. 101. op. cit., tome 2, p. 210-211.
136 MARX & FoucAULT VEFFET ALTHUSSER SUR FOUCAUL.:f: DE LA SOClbTÉ PUNlTlVE, .. 137

Ce texte contient la premiere occurrence du terme « bio-politíque » répression ou par idéologie dans des appareils d'État. C' est par cette questíon
dans le corpus foucaldien. ll indique, sans encore avancer le concept de que nous terminons 1'examen de la réponse de Foucault aAlthusser.
« population >> comme niveau pertínent d'application de la biopolitique,
une idée essentielle, encare en germe dans le cours de J973 : en plus des Des AJE aux institutions de séquestration ?
mécanismes de pouvoir discip!inaire dont parlen! les cours La Société
punitive el Le Pouvoir psychiatrique, le capital a besoin de se doler de Le développement de la production capitaliste, pour Foucault, doit
mécanismes de régulation biopolitiques pour assurer les conditions de sa affronter plusieurs problemes dont les principaux consisten! en un marché
reproduction (a travers la reproduction de la force de travail). Penser la libre du travail fondé sur la concurrence, et dans les nouveaux risques
reproduction matérielle de la force de travail, c'est penser le fait que le qu'encourt le capital productif: risque de déprédation du capital constan!
corps quien est le porteur est un corps vivant. (matieres premieres, machines, etc., toute la richesse accumulée du capital),
Ainsi, la réponse de Foucault, non seulement dans le cours sur La et risque de mauvais usage ou de gaspillage du capital variable, c'est-a-
Société punitive, mais au-dela dans les autres textes qui vont jusqu'au dire de la force de travail passée sous le commandement du capital. Pour
cours de 1976, est d'une rare profondeur et pertinence. Pour ce qui est de répondre aces problemes, une solution a été trouvée : celle de moraliser les
la premíere critique, il faut dire qu'elle se contente, finement mais nette- classes populaires, c'est-a-dire d'encadrer toute l'existence de l'individu
ment, de re! e ver une incohérence dans l 'anal ysed' Althusser et d'y mettre dans un jeu continu de récompenses et de peines qui fonctionne comme
fin par une théorie de production de la force de travail bien assujettie aux une pénalisation de l'existence. La chute de l'individu dans le systeme
exígences des rapports d'exploitation capitalístes. En ce qui concerne pénal n' est que l 'extrémité d'un processus de pénalisation de l' existence.
la deuxieme critique, quí est entamée en 1973 et prolongée de maniere Foucault soutíent que cette moralisation, qui est censée lutter contre un
continue les années suivantes, c'est de loin la plus fructueuse et celle qui « nomadisme moral >> de la c!asse ouvriere rétive aux nouveaux rythmes
constitue l'apport, peut-étre le plus original de Foucault, a l'analyse des de la société capitaliste, s'opere dans un réseau d'institutions par lesquelles
conditions de la reproduction de la société capitalíste28 • passent tous les individus : un réseau d'institutions de séquestration. La
Ainsi, 1'anal yse de 1' épargne, si elle est approfondie, montre que la repro- séquestration est une métaphore qui peut etre trompeuse : au-dela de
duction matérielle de la force de travail comme force productive ne pent pas 1'enfermement spatial, e' est aussi une séquestratíon temporel!e. Plus géné-
se limiter a la consommatíon immédiate du salaire : mieux qu' Althusser, ralement, c'est l'idée d'assujettissement qu'íl faut retenir: c'est le terme
Foucault montre !'ensemble des conditions de la production capitaliste29 • que Foucault emploie dans une de ses conférences données ala PUC de Rio
Mais, s'il est bien une critique d' Althusser émise par Foucault qui est restée de Janeiro en mai 197330 • H s'agit d'une reprise manifeste des thématiques
célebre, c'est celle qui consiste a refuser l'idée que le pouvoir s'exerce par althusséríennes : l'idée d'instítutions qui assujettissent les individus aux
exigences de la production capitaliste. Voyons comment Foucault développe
de maniere originale cette problématique.
28. Précisons que Foucau!t n' a pas été le seuj, dans la conjoncture, aaborder les dimensions de
la question, laissées de cOté par Althusser: ainsi, dans le champ du marxisme (non~a!thussérien),
Foucault se nourrit de deux références, si ce n'est anti-althussériennes
Claude Meillassoux a propasé un renouvellement de la théorie du salaire a travers une analyse du moins tres étrangeres al'althussérisme. La transformation de la problé:
de l'exploitation de la<< communauté domestique», tandis que Suzanne de Brunhoff a étudié la matique de l'assujettissement en problématique de controle du temps de la
gestion étatique de la force de travail,aussi bien pour la discipline du travail que pour l'insécurité
vi e lui vient vraisemblablement des travaux del 'historien anglais Edward
de l'emploi. Voir Claude ME!LLAssoux, Femmes, greniers et capitaux, F..ditions Maspero, París,
1975, p. 137-205 er Suzanne DE BRuNHOFF,État & capital. Recherches sur la politique économique, Palmer Thompson. On peut se faire une idée de cette approche dans son
La Découverte, Paris, 2010, p. 7-29. Ces deux auteurs en viennent a étudier la place essentielle article << Temps, discipline de travail et capitalisme industrie!>> paru en 1967
des institutions de la Sécurité sociale dans la reproduction et l'exploitation de la force de travail : dans la revue britannique d'histoire Past and Present. Foucault va notam-
ceHcs-ci oonstituent l'un des grands points aveugles de la théorie althussérienne de la reproduction.
ment y trouver toutes les références aux prédicateurs anglais qui ont tenté
29. Concemant la question du sal aire et de la valeur de la force de travail, il me semble que e' est
Claude Meillassoux qui, a1' époque, a le mieux posé les distinctions analytiques qui correspondent de moraliser la classe ouvriere, notamment le méthodiste John Wesley.
ace phénomene. VoirCiaudeMEtLLAssoux,Femmes, greniers et capitaux, op. cit., p. 152: << Nous Thompson s'intéresse au passage brutal de rythmes de travail préindus-
relevaos done trois composantes de la valeur de la force de travai! : sustentation du travailleur
pendant sa période d'emploi (ou reconstitution de la force de travail immédiate); entretien du
travailleur en période d'inemploi (chómage, maladie, etc.) ; remplacement du travailleur par 30. Michel FovcAULT, «La vérité et les formes juridiques >>,in Dits et écrits (1954-1988),
l'entretien de sa progéniture (que nous appellerons conventionnellement reproduction) ». op. cit., tome I, p. 1485.
138 MARX & fOUCAUl:f L'EFFET ALTHUSSER SUR fOUCAULT: DE LA SOCI:~.:rÉ PUNITIVE.,. 139

triels ades rythmes industriels, et insiste notamment sur la suppression des C' est ainsi qu' on peut se demander si Foucault, dans son rejet du concept
foires et des jeux dans la productíon de nouvelles habitudes de travaiP'. U d 'idéologie, a réellement pris en compte la nouveauté de ce concept althus-
me semb!e que cette référence aux jeux et aux foires est renforcée, chez sérien : en effet, le pouvoir disciplinaire pensé par Foucault est matériel,
Foucault, par un arriere-fond quasi-bataillien: Foucault dit que le temps de tout comme est matérielle 1' idéologie ritualisée dans les pratiques réglées
la vie, qui pouvait étre scandé par le loisir, la féte, etc., a du étre homogé- par les appareils idéologiques pensés par Althusser. Cette convergence
néisé32. Cette idée d'homogénéité est une allusion imp!ícite aux textes de relative n'estjamais aussi manifeste que dans leurs traitements respectifs
Bataille de l'année l 93333 , notamment celui ou il définit la société homogi!ne du contrat de travail et de son effectivité : d'un coté, Foucault affinne
comme la société utile du point de vue de la production. Foucault, dans que le contrat de travail ne peut pas fonctíonner sans un « supplément de
ses listes teintées d'un certain lyrisme des irrégularités de la víe prolétaire, code38 >>par lequell'ouvrier est bien disciplinarisé, ou doté d'une << bonne
reproduit, d'une certaine maniere, le chatoiement des listes batailliennes de habitude39 »;de l'autre,Althusser soutíent que le droit ne fonctionne pas
la« dépense improductíve >>34 • Cette référence pennet aFoucault de mettre sans un « supplément d'idéologie morale 40 ».De maniere générale, la
a distance une idée venue du jeune Marx selon laquelle le travail seraít « moralisation41 >> de la classe ouvriere est, en langage althussérien, une
l'essence de l'homme. Néanmoins, un doute subsiste quant a la pertinence idéologisation, si on sait que l 'idéologisation est, pour Althusser, une nor-
de cette critique du marxisme car ce qu'analyse Foucault n'est pas tant le malisation des conduites matérielles par des rituels42 •
travail que le surtravail imposé par la productíon capitaliste, surtravail qui Mais, au-dela de ces différences conceptuelles, et de ce jeu de substitu-
a en effet entraí'né de fortes résistances lors de sa mise en place'5 • tions auquel s' est adonné Foucault'3 , il faut bien reconnaitre que l' empreinte
Par ailleurs, il est bien connu que l 'idée de pouvoir disciplinaire s' exer- d'Althusser est forte dans le cours de 1973. En effet, d'un coté, Foucault
\'ant dans ces institutions de séquestration est une réponse a l'ídée d'un reconnaft achacune des institutions une spécificité fonctionnelle (enseigner,
pouvoir qui s' exercerait par répression, ou par idéologie. En effet, on peut corriger, produire), mais d'un autre cóté, méme «non productives >>,elles
créditer Foucault d'un apport conceptuel intéressant en ceci que le concept participen! toutes de la nonnalisation disciplinaire nécessaire a la consti-
de répression utilisé par Althusser dans le manuscrit dont i! a tiré son article tution d'une force de travail. Le rabattement sur cette finalité, clairement
est plutót tache (ainsi les primes et les amendes releven!, dans l'analyse exposé en conclusion du cours, ne participe-t-i! pas d'une subordination
althussérienne de l'usinc, de la répression36 ). Le pouvoir disciplinaire des mécanismes de pouvoira une seule fonctionnalité qui les surdétennine
s 'exerce sur les corps, etles amene ase conduire selon une certaine norme tous? Si c'est le cas, Foucault est bien plus proche d'Althusser qu'ilne
d' apres un jeu de récompenses el de punitions : il est incontestablement veut bien le concéder. A cela, il faudrait ajouter les incertitudes de Foucault
matériel. Or, précisément, en dépit du fait que Foucault n'ait pas voulu le
constater, dans son article de 1970,Althusser propose un nouveau concept 38, Michel FoucAULT, La Société punitive, op. cit., p. 153.
d'idéologie: un concept d'idéologie matérielle selonlequelles idées d'un 39 .!bid., p. i 78. Cette idée de (~ bonne habitude >> gagnerait aCtre comparée aí 'idée hégéiienne
sujet « sont ses actes matériels insérés dans des pratiques matérielles37 >>. de« vouloir devenu habitude ». Voir Georg W. F. HEGEL, Principes de la philosophie du droir,
PUF, París, 2003, p. 349·350. Voir aussi le développement sur le concept d' « habitude »daos
1' En()dopédie: Georg W. E HEGEL, Encyclopédie des sctences philosophiques l!I. Philosophie
31. Edward PalmerTHOMPSON, «Time, work-discipline and industrial capitalism », inPastand de I'E.~prit, Vrin, París, 1988, p. 214-216.
Present, n°38, 1967 ; Traduction fran!;(aise: « Temps, travail et capitalísme ~).Libre, no5, 1979 ; 40. Louis ALTHUssER, Sur la reproduction, op, cit., p. 104.
(nouvelle traduction d'lsabelle Taudihe) Temps, disciplíne du travail et capitalisme industrie!, 41, Voir Michel FoucAVLT, La Société punitive, op. cit., p. 153.
La fabrique, Paris, 2004, p. 78. 42. Pour défendre la thCse d'une existence matérielle de !'idéologie,Althusser fait référence
32. Michel FoucAucr, La Sociétl punitive, op. cit., p. 216. ala pensée de Pascal sur l'agenouil!ement et la priCre (« Mettez~vous agenoux, remuez les Jevres
33. Georges BATAILLE, «La notion de dépense >>,in La Part maudite, Paris, Éditions de de la priCre et vous croirez ») qui radicalisc la thCse cartésienne des « animaux-machines '' ;
Minuit, 1%7 et La Structure psychologique du.fascisme, Nouve!les Úditions Lignes, Paris, 2009. dans certe perspective, le corps est cow;:u comme un « pense-Mte >>. Voir Louis ALTHUSSER, Sur
34. Michel FoucAUL:r, La Société punítive, op. cit., p. 236. (<Le tcmps et !a vi e de l'hommc la reproduction, op. cit., p. 293. I! est impossible de ne pas relever ici que Bourdieu développe
ne sont pas par nature travail, ils sont plaisir, discontinuité, fete, repos, besoin, instants, hasard, l'idée du corps comme « pense~béte »en mobiiisant également,de maniere certes plus générallsée
violence, etc.>> qu' Althusser, une référence aPascal. Voir Pierre BotJRDJEU {édition revue et corrigée), Méditations
35. Il faut dire que cette critique foucaldienne renvoie a une ambiguYté de la critique pascaliennes, Seuil, Paris, 2003, p. 204.
marxienne du capitalisme: s'agit~il, dans la perspective de Marx, de libérer le travail ou de se 43. On peut avancer que le concept foucaldien de {( discipline>> o u de« pouvoir disciplinaire »
libérer du travail ? est une réponse aux incertitudes et aux ímprécísions du doublet conceptuel althussérien
36. Louis ALJHUSSER, Sur la reproduction, op, cit., p. 74. « répression~idéologle >>. Il est vrai que l'extension du concept althussérien d'idéologie le rend
37.lhíd., p. 294. sans doute dífficilement maniable.
140 MARX & FoucAULT L'Ef<"FET ALTHUSSER SUR FOUCAULT: DE LA SOCIÉTÉ PUNITIVE, .. 141

a
concemant le rapport de ces institutions l'État. D'un cóté, la conclusion d'un seul bloc, qu'il n'est pas du cóté de certains au détriment des autres:
dit nettement que ces mécanismes de pouvoir sont d'un niveau plus profond il donne lieu a des batailles qui sont des victoires ou des défaítes, et une
que les appareils d'État, el que détruire l'appareil d'État ne serait pas suffi- défaite peut devenir le point d'appui d'une nouvelle batai!le qui donnera
sant pour les faire disparaítre. D'un autre coté, la le9on précédente soutient a
líen une victoire local e, etc. Acet égard, on peut avancer une possible ori-
que ces institutions de séquestration ne fonctionneraient pas sans la structure gine maolste de cette conception50 • Les maoistes ex-althussériens auxquels
étatique44 , un peu comme les AlE d' Althusser ne fonctíonneraient pas sans s'adresse Foucault en 1972-1973 reprennent aleur compte des propos sur la
la structure étatique répressi ve, e' est-a-di re l 'État a u sens courant du tenne. lutte et la guerre venus du Petit livre rouge quí consonnent avec ses propres
Dans les conférences données en mai 1973 aRio de Janeiro, Foucault sta- énoncés51 • C'est sur ce point que le jeu de Foucault avec le marxisme de
bilise peuHltre sa positíon en affinnant que les institutions de séquestration son temps est complexe: il s'adresse, il. partir d'une problématique altbus-
sont des institutions prises dans un réseau intra-étatiqne45 • Quoi qu'i.l en a
sérienne, des ex-altbussériens devenus maoistes et anti-althussériens, et
soit, aussi bien Foucault qu' Althusser rejettent un concept simplement n'hésite pas a leur emprunter des scbemes théoriques, comme celui de la
juridique du pouvoir, mais Foucault est bien plus précis qu' Althusser dans << guerre civile52 >>. Foucault con9oit done le pouvoir comme un rapport bel-
l'analyse des mécanismes d'assujettissement qui s'exercent a un niveau liqueux continu dans lequel victoires et défaites s' appuient les unes sur les
quotidien et pennanent dans l'existence des individus. autres. Pour illustrer cette these fondamentale dans son dispositif théoríque
Apres avoir mis en évidence des similarités non immédiatement per- d'alors, Foucault revient sur l'exemple del 'épargne: on a vu que le patrona!
ceptibles dans les approches de Foucault et d' Althusser, nous tenninons a en besoin de l 'épargne pour « séquestrer » la classe ouvriere en la fixant a
cet artícle par une breve analyse d'une ligue de fracture qui les sépare l 'appareil de production. Mais, bien qu' imposée par la stratégie patronal e de
nettement. « séquestration »de la classe ouvriere, cette épargne rend la greve possible
et devient, de la sorte, un levier d'action pour les ouvriers. C'est alors que le
a
patronal va chercber imposer ses représentauts dans la gestíon des caisses
UNE LIGNE DE FRACI'URE SUR LA CONCEPTION DU POUVOIR ET DES UJTTES d'épargne: la deuxieme moitié du XIx' siecle va voir l'émergence de luttes
autour du contróle de la caisse d'épargne.
La substitution du concept de pouvoir disciplinaire au doublet répression- C' est cette idée de victoíre local e qu 'Althusser semble avoir du mal a
idéologie n'est pas, loin de la, l'élément de différenciation le plus probant envisager. L'équivalent de la caisse d'épargne chezAitlmsser serait la loi
entre Foucault etAlthusser. n nous semble qu'il faut en revenir au premier sur la joumée de travaíl de dix heures analysée par Marx dans le Capital
des quatre schémas théoriques : celui par legue! la conceptíon marxiste comme un épisode de la<< guerre civile » (Bürgerkríev) entre les capita-
affinne que le pouvoir est ce que possede ou détient la classe dominante"'. !istes et les ouvriers.
On trouve, en effet, sous la plume d' Altlmsser l'idée selon laquelle la c!asse Dans l'analyse d' Althusser'3 , il faut distinguer l'intérét immédiat et
dominante détient le pouvoir d'État47 • A cela, Foucault oppose une these irré!léchi des capitalistes individuels de l'intéret général de la classe capi-
modulée de deux manieres. Le pouvoír n'est pas de l'ordre d'une propriété taliste, c'est-a-dire le véritable intérét a long terme. Du point de vue de
possédée par les uns au détriment des autres, il est de l'ordre d'une guerre,
ou plutót d'une" guerre civile48 >> contínue,faíte d' affrontements sttatégiques SO. Par ailleurs, on connaft bien, a la méme époque, l'étroite collaboratlon de Foucault avec
49 des mi!itants maO:istes pendant l'expérience du GIP.
pe1manents. Foucault en conclut que le pouvoir n' est pas « monolithíque »,
51. Mao TsE-TouNG, Le Petit livre rouge. Citatíons du Président Mao Tse~ Toung, Seuil, Par:is,
1967, p, 45, « Lutte, échec, nouvelle lutte, nouvel échec, nouvelle lutte encere, et celajusqu'U
44. Michel FoUCAULT, La Société punítive, op. cit., p. 214-215. la victoire- telle est la logique du peuple »,
45. Michel FoUCAULT, Díts et écrits (1954-1988), op. cit., tome I, p. 1483. 52. Voir « :é!argir la résistance », Cahiers prolétariens, n" l ,janvier 1971, De ce point de vue,
46. Michel FoUCAULT, La Sociéré punitive, op. cit., p. 231-232. la référence de Bernard Harcoun dans son édition du cours de 1973 a Clausewitz pour penser
47. En réalité, a ce sujet, dans le manuscrit de 1969, A!thusser cite nommément l'ouvmge le scheme de la« guerre civile » est erronée: Harcourt confond le cours de 1976 oú Clausewitz
de Nicos PoULANTZAS, Pouvoir politíque et classes sociales de l'état capitaliste, Paris, Éditions sera effectivement mobilisé pour Stre inversé avec les problématlques crypto-maorstes du cours
Maspero, 1968. Voir Louis ALTHUSSER, Sur la reproduction, op. cit., p. 109. Il fait disparaJtre de 1973. En aucun cas, Clausewitz ne peut étre considéré comme un penseur de la « guerre
cette référence dans l'article de 1970. civile ». Étienne Balibar a montré qu'elle était, pour lui, fondamentalement « anti-politique :>>,
48. Miche! FoucAULT, La Société punitive, op. cit., p. 15 et 233. Foucault parle aussi de Voir Étienne BAL!BAR, Violence et civilité, Galilée, Paris, 2010, p. 234-235.
« guerre sociale ». Voir ibid., p. 23. 53, Voir Louis ALTHUSSER, Écrits philosophiques et politique:,;, Stock/IMEC, Paris, 1994,
49./bid., p. 232. tome 1, p. 433.
142 MARX & FouCAULT

l'intéret immédiat des capitalistes individuels, l'opposition a la !oí est


farouche: ríen ne doit venir limíter la« liberté du travail >>, c'est-a-dire
leur désir de surexploitation (des femmes, des enfants, dans des conditions
déplorables); ils envisagent la !oí comme l'assurance de leur mort dans la 10
concurrence. Du point de vue de l'íntéret général, la loi est le seul moyen
de garantir l' exploitation a long terme en permettant a la force de travail
de se reconstituer plus ou moins correctement. C'est cette derniere voie
qui J'a emporté, car elle a été imposée par le parlement. La protection Michel Foucault entre Marx et Burckhardt:
re!atíve de la force de travail a permis de relancer 1' exploitation. En effet, esthétique, jeu et travail
peu apres son application, les capitalistes reconnaissent que la catastrophe
escomptée n' a pas eu lieu. La loi aura permis d'inventer de nouvelles formes Manlio !ojrida
d'extraction de la survalenr, notamment par l'intensification des rythmes de
travail, et le renouvellementdes moyens de production.Aithnsser explique
alors que le pouvoir exercé par I'État garantí! in fine l'intérét général de
a
la classe capitaliste. En d'autres termes, la loi obtenue suite une lutte de Aborder le sujet du rapport Marx et Foucault implique de ne pas perdre
classes ouvriere ne semble étre envisagée par Althusser que comme une de vue deux exigences : la premiere, d'ordre purement théorique, est
concession tactique quí maintient l'exploitation, quila rationalise meme. qu'on ne peut, bien entendu, parler de ce rapport qu'a partir du présent:
La conquéte des droits ouvriers ne semble pas étre envisagée comme une que représentent aujo_urd'bui ces deux noms et !eur éventuelle conjonc-
victoire local e et partí elle. ll semble qu' Althusser refuse que la lutte de twn dans les perspect1ves historiques et politiques actuelles ? La seconde
classes puisse se solder par un compromis de classe qui concéderait des exigence est historique el conceme, de maniere tout aussi inévitable l'em-
droits aux dominés. Sans doute est-ce chez luí un résidu de la position de preint: profondément « fran~aise »de l'reuvre de Foucau!t d'une ~art, le
Marx sur le prolétariat : classe universelle qui ne saurait se libérer sans caractere profondément << allemand »de l'reuvre de Marx d'autre part.
libérer toute la société. La victoire ne saurait étre seulement locale : pour Ainsi l'exigence d'une mise en relation des deux philosophes s'inscrit
étre effective elle se doit d'etre totale. dans ces « annales franco-allemandes » qui synthétisent le rapport entre
Mais, plus profondémentencore, le modele belliciste utili.sé par Foucan!t les deux cultures européennes majeures des XJX' et xx" siecles'. Ce u' est
ne peut convenir aux althussériens. Ainsi que !'a rappelé Étienne Balibar qu 'en inscrivant la lecture de Marx par Foucault a l'intétieur de ce rapport
dans un article de sa période a!thussérienne 5\ le modele polémologique plus ample que l'on peut mettre en lnmiere son caractere spécifique. Et
a le tort de laisser croire que les deux adversaires sont semblables, et au final, puisque l'exigence théorique actuelle ne peut étre dissociée de
qu'ils menent la meme guerre. Au contraire, la lutte des classes n'est pas l' exigen ce historique, notre question de départ sur le rapport entre Marx
la meme selon les points de vue engagés : du point de vue du prolétariat, et Foucault s' élargit : quelle est l' actualité des cultures fran~aises et alle-
c'est une lutte qui vise al'abolition de la domination, non a son maintien. mandes aujourd'hui ? Que! est, aujourd'hui, le róle de la grande culture
L'hétérogénéité (1' « inégalité »en termes althussériens) de la lutte des européenne ? Par<< culture européenne » on entend ici plus précisément les
classes des dominants et des dominés est sans doute le paradoxe de la différentes versions de sa branche critique et autocritíque, donnant lieu a
pensée marxiste que Foucault n' a pas pris en compte, paradoxe incompa- des programmes émancipateurs également alternatifs.ll va de soi qu'entre
tible a terme avec sa conception belliqueuse ou « agonique »de la lutte. ces versions différentes etlon alternatíves, les noms de Marx et Foucault
figuren! parmi les plus importants.

1. A ce propos, voir Ernst R. CGRT!US, Essai sur la France, Éditions de I' A ube, Paris, 1995 :
c:a,ude DlGÉON, ~a Crise allerru:nde de la pensée fran(aise' PUF, Paris, l. 959 ; Antoine BERMAN ~
54, Étienne BAUBAR, Cinq études du mau!rialisme historique, Éditions Maspero, Paris,
~ Épreuve del etranger. Galhmard, Paris, 1984; Michel t:SPAGNE, Les Transjerts cultureL<;
l974,p.l91-192. franco-allernands, PUF, Paris, 1999.
144 MARX & FoucAULT MICHEL fOUCAULT ENTRE MARX Ef BURCKHARDT ... 145

SüClAL!SME ET AUTOFORMATION DE L'lNDJVJDU: était pensé moíns dans la forrne étatiste de la social-démocratie allemande
L'HÉRITAGE DE CHARLES ANDLER que comme un mouvement par le bas, selon le modele de la libre associa-
tion des producteurs.
Le caractere tres particulíer de la culture fran~aise, postérieure a la Pourquoi alors cette connexíon, chezAndler, entre l'idéal socialiste et
défaite de Sedan', est díl al' assimilation de certains aspects fondamentaux Nietzsche? Dans cetidéal,c'était lethemede l'autoformationde l'individu
de la culture allemande, en tete desquels se trouve le kantisme. En meme (ou, sí l 'on veut, du souci de soi) comme condition pour 1'autogouvernement
temps, sur un mode apparemment contradictoire par rapport au kantisme, des producteurs, qui était centraL Pour Andler, la révolution n'est pas un
la France est, ii partir des années 1890, le pays ou se produit la premiere acte de domination, d'appropriation extrinseque du pouvoir de la part de
grande diffusion de la pensée de Nietzsche. Or, la premiere traduction la classe opprimée, elle implique d'abord la construction d'une nouvelle
critique du Manifeste de Marx est publiée justement pendan! les années subjectivité ouvriere, capable, culturellement et techniquement, de gérer
du tumultueux succes de Nietzsche en France, par Charles Andler, qui se socialement les moyens de production: autrement dit, n'y a de possibílité
consacre en meme temps a l'étude des textes nietzschéens3 Fondateur de révolution que sí l 'on opere une révolutíon du sujet. En définitíve,And!er
de la germanistique fran9aise, éminent académicien et militan! socialiste, amene au sein del 'idée socialiste la nécessité d'un renouveau de chaque
Andler est encare aujourd'huí consídéré comme !'un des plus grands individuen vue d'un renouveau collectif: c'est la ce grand theme de la
connaisseurs de Nietzsche, auquel il a consacré une ceuvre monumentale culture allemande qui est la Bildung, dont Burckhardt et Nietzsche sont les
en six volumes4 • La conjonctíon de Marx et Nietzsche se réalise done assez exposants majeurs dans la seconde moitié du XIX" siecle. Le nietzschéísme
tót en France, et d'un point de vue organique, sous l'égíde d' Andler'. socialiste de Charles Andler était une fa9on d'introduire, a l'intérieur
Maís que signifie cette fusion, qui peut sembler si paradoxale, entre de l'égalitarisme- drapean et devise de la civilisation et de la grande
Marx et Nietzsche ? Révolution -,le !heme, typique de la Kultur allemande, de la différence,
Chez Andler, la lecture de Marx était filtrée par un lien profond avec le c'est-a-dire d'une richesse de l'individu irréductíble au contexte social,
socialisme de Proudhon6 , Ainsi, l'ídée socialiste d' empreinte collectiviste, techníque, matéríel.
au moins dans la version marxienne, était corrigée par une valorisation de Dívers aspects caractéristiques de la culture de la Troisieme République
l'índividu et de la liberté individuelle : 1'objectif luí-meme du socíalisme ont jusqu'ici été évoqués : prédomínance du kantisme, ouverture contem-
poraine a Nietzsche, caractere particulier du mouvement et des théories
2, Pour des repCres bibliographiques sur cet argument, outre les références de la note socialistes comme de leur rapport avec Marx. ll est sans doute inutile de
a
précédente,je me permets de renvoyer Manlio IornmA, «Un siCcle apres. Quelques remarques
préciser qu'en réalité, la figure de Michel Foucault, dont !'aventure intel-
sur les príncípaux thCmes philosophiques du con gres de 1911 }>, Revue de Métaphysique et de
Moraie, no 84, avri12014,p. 529 et s. lectuelle a comme pierres angulaires Kant, Nietzsche et un rapport plutót
3. Karl MARX et Friedrich ENGELS (traduction nouveHe de Charles Andler,avec les articles de síngulier avec l'idée socialiste, est comme déjil présente dans ce propcs.
Engels dans la Réforme [l847-184R!),Le Manifestecommuniste, volumc I. Consultable en ligne: Apres etre partí de si loin- pour des raisons qui ne relevent pas d'une
<http://gallica.bnfJr/ark:/l 2148/bpt6k552462> etlntroduction historique et commentaire, Société
nouvelle de librairie et d' édition, Paris, 1901, volume H ; sur Andler, voir Ernest T ONNELAT, Charles
philologie abstruse mais plongent leurs racines dans la chair et dans le sang
Andler. Sa vie et son reuvre, Les Belles Lettres, Par:is, 1937; Justinien RAYMOND, ({ Préface >>,in de Michel Foucault - il faut maintenant passer a quelques considérations
Charles ANDLER, Vi e de Lucien Herr, Éditíons Mas pero, Paris, 1977 ; Al do V ENTURELU, ~< Aspekte plus directes sur son parcours intellectuel et sur sou rapport avec Marx,
und probleme der frühen NietzschtHezeption in Frankreich, CharlesAndler und Lucí en Herr >>,in
Nietzsche~Studien, voL 24, 1995, p. 261-270; Jacques LE RlDER,Nietzsche en France, PUF,Paris,
1999, p. 78 et s. ; Christophe PROCHASSON, << Introduction )}, in Charles ANDLER, La Civili:wtinn
socialiste, Le Bord de l'Eau, Paris, 2010. Sous LE soLEJL DE BATA!LLE ET BLANCHOT : LA JELNESSE DE FoucAULT
4. Charles ANDLBR, Les Précurseurs de Nietzsche, Bossard, Paris, 1920 ; La Jeunesse de
Nietzsche, Bossard, Paris, 1921 ; Le Pessimisme esthétique de Nietzsche, Bossard, Paris, 1921 ;
Durant la premiere phase de sa réflexion, celle qui s' acheve a la fin des
Niet:sche et le transjormisme intellectualiste, Bossard, París, 1922; La Maturité de Nietzsche,
Bossard, París, 1928 ; La Derniáe philosophie de Nietzsche, Bossard, Paris, 1931. années 1960, sans s'attarder sur la courte période de jeunesse d'adhésion
5. Pour les conceptions socialistes deAndler, voir notamment Charles ANDLER,La Cfvilísation au PCF, la position politíque de Foucault s 'aligue a pe u de choses pres
socialiste, op. cit., et L'Humanisme travailliste, PUF, Paris, 1927. sur celle de Bataille et de Blanchot. Ces deux grands représentants de la
a
6. Voir ce propos Charles ANDLER, {( Préface »,in .Jules L. PuECH, Le Proudhonisme dans
" culture dn refus >> des années 1950 et 1960 en France avaient élahoré
l' Association !nternationale des Travailleurs,Alcan, Paris, 1907, p. 1-19 ; et Patrice ROLLAND,
«Le retour a Proudhon (1900-1920) >>,Mi/le neufcent, n"' 10, 1992, p. 5 et s. -en líen étroit avec leurs posítions qui étaient d'ordre plus proprement
146 MARX & FoucAULT MICHEL FoucAULT ENTRE MARX ET BuRCKHARDT ... 147

philosophique ou métaphysique- une analyse géopolitique rigoureuse et LA QUESTION DE LA PRODUCTJON


acérée, qui se présentait comme une altemative a Sartre et a sa tentative
de dialogue avec le marxisme soviétique. Pour en rappeler les traits de Nous savons comment, a partir de la fin des années 1960, pour des
maniere tres synthétique, reportons-nous au chapitre de La Part mau- raisons théoriques internes mais aussi a cause de la tempéte anticapita-
dite de Georges Bataille intitulé<< Le plan MarshalF >>.Le tableau, d'une liste qui secoua l'Occident, Foucault change de paradigme de maniere
lucidité impressionnante, était le suivant: le monde est dominé par deux substantielle. Le probleme du rapport avec Marx prend alors pour lui
grands systemes, !'un capitaliste l'autre socialiste, qui ont comme príncipe une portée nouvelle, en le conduisant a reconsidérer non seulement son
moteur 1'exaspération de la production et la répression de la dépense. L'un rapport ala poli tique active, mais aussi a repenser les questions du corps
comme l'autre réduisent les hommes en esclavage par lejoug du travail, et de la production. D'abord, Foucault redécouvre la centralité du corps
mais le systeme soviétique est sans doute le pire en ce qu'il conduit a une et se réclame explicitement, a ce propos, d'une conception matérialiste.
servitude presque totale, tandis que le systeme américain, en particulier De maniere concomitante, la question de la production se retrouve au
paree qu'il est limité el freiné par le premier, concede a l'individu plus centre de la nouvelle conception << microphysique » du pouvoir : nne
de jeu et de liberté. Le keynésianisme et son deficit spending peuvent, au large palette d'études- de Leonelli a Ba!ihar et Macherey9 , pour ne citer
contraire, laisser espérer que le systeme américain lui-meme implosera que les plus importantes -a démontré, tant par des considérations théo-
et se transformera, déclenchant plutót que réprimant la dépense, et allant riques qu'avec des preuves philologiques rigoureuses, dans quelle mesure
jusqu' as' ouvrir au communisme comme fin de 1' asservissement au travail. Foucault, a cette période, s'est engagé daos une confrontation avec les
Voila une analyse qui niait tout role ala véritable action poli tique : e' étaient textes de Marx, et plus directement, avec le Capital. Pour ma part, je
tout au plus l' art et la littérature qui pouvaient inciter au renversement du souhaite m'arrllter brievement sur la signification particuliere que revét
monde bourgeois en poussant dans la direction d'une dépense plus pure. chez Foucault cette centralité de la production. D'ahord, pour autant que
Jusqu'en 1968-1969 Foucaul! adhere sans réserve a cette voie qui recon- le thiíme de la production lui foumisse un motif pour se replonger dans
nait, non dans l'action politique traditionnelle, mais dans l'art, la seule les textes de Marx, son idée de production n' en reste pas moins éloignée
vraie altemative a la société bourgeoise. Dans le sillage de Bataille et de du concept développé par ce demier. Meme lorsque Foucault mobi!ise le
Blanchot, qui, dans l'apres-guerre, avaient redonné vie a la vieille idée concept dans les différents textes << microphysiques 10 >>, il le soustrait au
surréaliste de la révolution intérieure, e' est un sujet renouvelé qui devait champ de l 'économie poli tique aproprement parler pour le ramener sur le
compléter la révolution politique, a cette différence pres que cette demiere terrain politique : la production n' est pas production de biens mais, avant
apparaissaít alors davantage comme une lointaine perspective utopique et toul et essentiellement, production de volonté, capacité de mieux gérer les
non comme une perspective réelle el concrete. volontés, de créer des corps dociles. Ce qui l'intéresse dans la domination
Que! rapport Foucault pouvait-il entretenir avec Marx dans cette capitaliste est le processus de dressage, une meme action de survcillance
position? Bien sur, meme si c'étalt de maniere tres générale, le discours et de disciplinarisation qui traverse l'usine, la prison, l'école, l 'armée. Si la
anticapitaliste de Marx était admis, mais Foucault ne croyait pas a priorité du moment politique est évidente, également nette est la distance
l'alternative représentée par la transformation du monde du travail : la avec le modele marxíen, oií la production est d'abord matérielle, produc-
production, selon l'optique de ce courant, était synonyme de domination, tion d' objets et non seulement de corps dociles et efficaces. A propos de
d'exclusíon, d'homogénéisation et il n'existalt en son sein aucun espace de telles positions, Étienne Ba!ibar a pu parler de proudhonisme, renvoyant
liberté. La seule libération possihle consistait aéchapper ason oppression a la métaphysique du pouvoir qu'Engels avait reprochée au mouvement
en se jetant dans le dionysiaque, dans le délire, dans la mor! et la folie selon
la le9on de Folie et déraison 8 •
9. Volr par exemple Rudy LEONELLl (dir.), L'Arma del sapere. Storia e poterejra Foucault
e Marx, in Foucault-Marx. Paralleli e paradossi, Bulzoni, Rome, 2010, p. 113 et s.; tltienne
BAL!BAR, Foucauit-Marx, Paralleti e paradossi, p. 13 et s.; Pierre MACHEREY, fl Soggetto
produttivo. Da Fnucault a Marx, Ombrecorte, Vérone, 2103. Pour la traductíon fran9aise, voir
«Le sujet productif »en ligne; <http://philolarge.hypotheses.org/1245>.
7. Georges BATAHA.E, La Part maudite, bditions de Minuit, Paris, 1967, p. 203 et s. 1O. Voir notammentMichel FoucAULT, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Gallimard,
8. Michel FoucAULT' Folie et déraison. Histoire de la folie at'áge classique' Plon, París, 1% l. París, 1975.
l"'S MARX & FoucAULT MICHEL fOUCAULf ENTRE MARX ET BURCKHARDT,., 149

ouvrier fran<;:aisu. Le Foucault de la« microphysique du pouvoir », pour avec ces choses que sont les richesses,les ressources,les subsistances,le territoire
qui le probleme d'une confrontation avec Marx et avec le modele de bien súr, dans ses frontieres, avec ses qualités, son climat, sa sécheresse, sa
fécondité 14 .
l'exploitatíon s'est pourtant posé avec une telle profondeur, semble rester
malgré tout dans le registre d'une théoríe traditionnelle de la domination. L'économie comme l'intrication d'hommes et de choses, comme rap-
Maís est-ce !ale fin mot de l'histoire ? port entre sujets qui ne peut qu'étre aussi un rapport entre objets, et en tant
qu'ensemble de jeux variés pouvant s'instituer entre hommes et choses,
entre hommes et monde et dans lesquels s'inscrivent de maniere naturelle,
PRooucrroN, JEU m B!OPOLITIQUE outre l'économie au sens strict, les us et coutumes, les mentalités et tout
le domaine de la démographie et de la médecine publique. ll s'agit bien
En réalité, ce qni est surprenant, c'est que cette situation a commencé ici d'une certaíne vision élargie de l'économie qui, a coté de l'influence
a changer et la confrontation avec Marx est devenue plus directe préci- phénoménologique, fait penser au Marx des Manuscrits, mais aussi au
sément pendan! la période ou Foucault met en avant la biopolitique et la Wittgenstein des Recherches, et cherche a réintroduire, ii. travers la notion
gouvemementalité, période quí, selon certains, coincide pourtant avec sa de jeu, la possíbilité de la liberté dans le champ de la production et de
conversion aulibéralisme 12 • Cette these a premiere vue assez paradoxale l'économie. Quelques pages plus loin, cette reformulation du concept
s'expliqne tout d'abord, par le fait que, lorsqu'il introduit ces nouveaux a
d'économie pennet Foucault de rouvrir le dialogue critique avec Marx
paradigmes, une thématique gagne en importance et devíent désormais concernant le theme de la strncture et de la superstructure : Marx a pensé
centrale: c'est la qnestion dujeu. Le pouvoir n'agit plus selon le paradigme I'État comme superstructure par rapport a l'économie, mais la vision de
símpliste de la guerre, mais il institue avec les sujets et, sonlignons-le, avec celle-ci comme << intrication des hommes et des choses >> n'impose-t-elle pas
les objets et la nature aussi, un certainjeu. Maís il ne s'agit pas seulement de revoir différemmentla question de l'État '? L'État en tant que« péripétie
de jeu : dans Sécurité, territoire, population13 , comme on le sait, Foucault de la gouvemementalíté » ne s'imbrique-t-il pas déjii. profondément avec
commence ii éclairer le champ de 1'économie sous le jour de la physiocra- l'économie? Car il ne s'agit pas, comme dit Foucault, de« réduire l'État
tie du xvm' siecle. C'est la qu'il prend conscience, pour la premiere fois, a un certain nombre de fonctions comme, par exemple, le développement
d'un certain jeu économíque et de l'étroite connexion re!iant celui-ci au des forces productíves, la reproduction des rapports de productíon ; ¡... ]
concept de pouvoir. Production et économie ne sont plus alors ce champ Ce qu'il y a d'important pour notre modernité, c'est-a-dire pour uotre
de création d' une force de travail docíle et completement asservie, il s' agit actualité, ce n' est pas l' étatisation de la société, e' est ce que j' appellerais
d'un pouvoir quí laisse jouer des choix, des alternatives- c'est la que le pluté\t la "gouvernementalísation" de l'État 15 >>.
a
concept de norme, qui s'oppose la loi abstraite et constitue le cceur de Tout le travail de Foucault sur le concept d'économie est une tentatíve
la gouvemementalité et du gouvernement pastoral, prend une importance d'enrichir ce dernier afin d'y insérer le "superstructurel" ou, mieux, de
plus grande que dans le passé. A ce propos, un passage du cours Sécurité, dépasser la distínctíon ínfrastructure-superstructure : la célebre question
territoire, population le rapproche d' un certain Marx, tout en le rattachant de la bíopolitique, si mal interprétée, s'ínscrit dans ce programme, et ainsí
a un certain Wittgenstein : l' économie inclut-elle le vital en devenant gestion de la population. Se
Je ne erais pas qu'il s'agisse d'opposer les choses aux hommes, mais plutót configure alors l'idée d'un nouveau type de pouvoir qui n'est plus celui
de montrer que ce a quoi se rapporte le gouvernement, c'est non pas, done, le du vieil État absolu, mais qui se construit par le bas. Certes, cette nou-
territoire, mais une sorte de comp!exe constitué par les hommes et les choses. velle gouvemementalité fait son apparition dans l'histoire sous l'égide du
C'est-8.-dire que ces choses dont le gouvernement doit prendre la charge [ ... ]ce capitalisme, mais, demandera Foucault dans le cours suivant, Naissance
sont: les hommes, mais dans leurs rapport.s, dans leurs liens,dans leurs intrications
de la bíopolitique 16 , une altemative socialiste ne serait-elle pas pensable
justement a partir de cette nouvelle structure de l' économico-politique ?
11. btienne BAUBAR, in Rudy LEONELLY (dir.),Foucault-Marx. Paralleli e paradossi, op. cit.,
p.l9.
Le champ de l' économie deviendra alors ce domaine oil devront s' affron-
12. On ne compte pas les études parues sur cet argument, aussi me Iimiterai-je a renvoyer
aA de lino ZANINI, « L'Ordine del discorso economice. Linguaggio deBe ricchezze e pratiche di 14./bid., p. 100.
governo in Michel Foucault », Ombre corte, Vérone, 2010. 15. !bid., p. 112.
13. Michel FoucAULT, Sécurité, territoire, population. Cours au Cottege de France (1977- 16. Michel FoucAULT ,Naissance de la biopolitique. Cour.<,· au College de France ( 1978-1979),
/978), EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 2004. EHESS/Gallimard/Seuil, Paris, 2004.
!50 MARX & FouCAuu MrCHEL FoucAULT ENTRE MARX Ef BURCKHARDT ..• !51

ter deux types de gouvemementalité : !'une libérale et l'autre socialiste. par la subjectivité, s'articuler avec un moment ouje me construís comme
Nous voila bien au paradoxe suivant: au moment ou, sur le plan politique, sujeten rapport a ce queje sais et aux pouvoirs établis et construits par la
Foucault s'éloignait de plus en plus du marxisme, notamment par l'adhé- subjectivité. Ce qui apparaft comme un carean de lois nécessaíres est en
sion au mouvement antitotalitaire qui, sur le modele de Soljenitsyne, s'en faít un ensemble de valeurs et de normes constituées hístoríquement que
prenait au socialisme réel, il abordait de maniere plus directe les themes le sujet peut modifier". Foyers d'expéríence, imbricatiou et articulation
de l'économíe el de la production au sens ou Marx entendait ces concepts. réciproque de savoirs, pouvoirs etexistence subjeetive: autour des memes
De plus, méme s'il n'approuvait pas l'approche marxienne, il ne refusait années, sous le nom de plume de Mauriee Florence, Foucault avait insisté
pas de se placer dans une perspective explicitement socialiste. Une telle encare plus nettement sur la eonstitution réciproque de sujet et objet, done
perspective ne pourra etre que celle d'un autogouvernemenl par le bas : aussi sur la dimension phénoménologique del'« intrication des hommes
aínsi, en eritiqnant l'étatisme marxiste, Foueault reprenait a son compte et des choses » :
l'optique proudhonienne évoquée plus haut. Mais cette fois, ne faut-il pas
Refuser le recours philosophique a un sujet constituant f_, •• j a pour visée de
reconnaltre que ce n'est pas tant l'idée vraimeut faible du pouvoir comme faire apparaftre les processus propres a une expérience oU le sujet et l'objet ~<se
simple domination qu'il reprend, maís bien la thématique de l'autogou- forment et se transforroent » !'un par rapport al 'autre et en fonction de 1'autre ...
vernement des producteurs, si chere a Proudhon, et qui est aujourd'hui si Les jeux de la vérité ne s'imposent pas del' extérieur au sujet selon une causalité
actuelle? nécessaire ou des détenninations structurales ; ils ouvrent un champ d'expérience
oU le sujet etl 'objet ne sont constitués l 'un et l'autre que sous certaines conditions
simultanées, mais oU ils ne cessent de se modifier l'un par rapport al 'autre, et
done de modifier ce champ d'expérience lui-m&me 113 ,
ÉCONOMIE, JEU, SUBJECflVJTÉ : LA DETTE
DE FoucAuLT ENVERS BuRCKHARDT Le terme « intrication » dans Sécurité, territoire, population et la réfé-
reuce ala constitution réciproque de sujet et objet daos le texte rédigé sous
Telle est, a un moment historique stratégique, ií savoir ía fin des le nom de Maurice Florenee sont, a mon sens, de précieux fils conducteurs
années 1970 et done a la fin des «Trente glorieuses »,la maniere dont pour relier une nouvelle fois la période « grecque » de sa réfiexíon a la
Foucault se confronte avee le capita!isme qui était sur le point de rem- notion d' économie dans Sécurité, territoire, population et Naissance de la
porter son grand défi avec le monde communiste et d'adopter la voie du biopolitique. N' est-ce pas 1'économie, entendue dans un sens beaucoup plus
néolibéralisme: jusqu'a son dernier cours, quoiqu'en parlan! des Grecs, riche que l' acception marxienne, qui représente le lieu de 1' entrelacement
e' est bien il cette dimension poli tique d'une alternative au capitalisme qu' il de savoírs etde pratiques, le lieu ou les sujets sont appelés ase mesurer sur
continuera de penser. Nul n'ignore que cette derniere phase de la recherche des jeux de vérité et ou ils doivent tenter de conquérirune marge de liberté?
de Michel Foucault a été tragiquement intenompue par sa mor!, et c'est Ne voyons-nous pas réapparaí'tre, avec cette conceptualité récurrente dans
justement pour luí rendre hommage qu'il faut adopter une certaine liberté les derniers cours, ce theme phénoménologique du jeu avec soi-meme,
interprétatíve. avee les autres et avec le monde, tbeme quí avait serví a Foucault pour
Si 1'on garde cela a l 'esprit, on peut rouvrir son avant-dernier cours et repenser celui, marxien, de l' économie ? Cette communauté oií chacun est
relire la maniere dont il résume son ítínéraire. Sous une fonne assez dense, appelé aconstruire une subjectivité autonome atravers le jeu des pratiques
l 'ensemble de son ceuvre y est présenté comme une<< histoire de la pensée », agonales n' est-elle pas une favon pour Foucault de reprendre, au xx" siecle,
tenne sur lequel il faut insister ici. En effet, la pensée dont il s'agit íci ne la question del 'autogouvernement des producteurs ?
correspond ni a une épístémologie abstraíte, ni a une histoire des idées- Et e' est la, pour reprendre notre fil rouge, que Foucault démontrait
deux approches qui maíntiennent intactes le dualisme entre sujet et objet aussi sa volonté de rénover la le9on marxienne en la reliant a celle de
- mais a une singularisation des centres vivants de l'expérience (foyers Nietzsche, Burckhardt et Baudelaire: la Bildung, l'autoformation de l'indi-
d'expérienee), e' est-a-dire de l'imbrication et de l'articulation réciproque vidu (Foucault la nomme << souci de soi >> ), devient une composante fon-
entre savoirs, pouvoirs et existence subjective. Le probleme n 'est ni seu- damentale du nouveau mode de penser la relation au monde, opposée au
lement ce que nous savons (la vérité), ni seulement ce que nous pouvons
-le pouvoir que nous pouvons exercer ou subir-, le probleme concerne la 17. Michel FoUCAUt..:r, Le Gouvernement de soi et des autres. Cours au Cottege de France
( 1982-1983), EHESS/Ga!limard/Seuil, Paris, 2009, p. 4 et s.
maniere dont savoir et pouvoir, en raison de leur effectívíté, doivent passer
18. Michel FoucAucr, Dits et écrits· ( 1954-1988), Gallimard, Paris, 1994, tome IV, p. 634.
MICHEL FoucAULT ENTRE MARX ET BuRCKHARDT ... 153
l52 MARX & FoucAULT

J'áme et du corps, l 'économie des gestes, si bien que nul mouvement involontaire
mode de la raison instrumental e et de 1' utilítarisme sauvage. Les documents et violent ne venait troubler une ordonnance de beauté qui semblaít présente a
philologiques de cette approche sont peu nombreux, mais ils saisissent des 1'esprit de tous [ ... J. L' in di vid u s' accomplit comme sujet moral dans la plastique
aspects en tous points centranx du discours foucaldien. La premiere réfé- d'une conduite exactement mesurée, bien visible de tous et digne d'une longue
rence se trouve dans un entretien avec Dreyfuss et Rabinow qní remonte mémoire 22
a 1983-1984 dans lequel Foucault affirme: Ces lignes, ou le concept d'esthétique de l'exístence est décrit, se
II y aurait a faire une histoire des techniques de soi et des csthétiques de réferent indéniablement au Burckhardt de La Cívilisation de la Renaissance
l'existence dans le monde moderne. [ ... 1 Mais il me semble aussi possible en ltalie et del' Histoire de la civilisation grecque"3 , qui avait mis en valeur
de faire l'histoire de l'existence comme mt et comme style. L'existence est la les Grecs comme le peuple le plus créatif paree que le plus tourné vers
matiCre premiCre la plus fragile de l'art humain, mais c'cst aussi sa donnée la
plus immédiate. Pendantla Renaissance, on voít aussi- et liije fais allusion au
l 'esthétisation de la víe, le jeu, l' « agonalité >>.
texte célCbre de Burckhardt sur l' esthétique de 1' existence - que le héros est Cette ínterprétation est réactualisée par Foucault en fonction d'uue
sa propre ceuvre d'art. L'idée que l'on peut faire de sa vi e,., une ceuv.re _d'art e~t critique du capítalisme qui lui étaít contemporaine : face a ce demíer, íl
une idée qui, incontestablement, est étrangere au M oyen Age et qUI reapparatt ne s'agít plus, comme aux temps de« Folie et déraison »,de fuír dans un
19
seulement a l'époque de la Renaissance . líeu completement autre -le monde de la poésie, de l'art, de la líttérature.
La confrontatíon avec les jeux de véríté, l' « intricatíon des hommes Jl faut plutót inventer des nouveaux jeux quí conceden! davantage de
et des choses >> est done explícitement ramenée a Burckhardt. Maís l'on liberté ill'homme comme iíla nature. C'étaít renouer avec le graud courant
pourrait objecter: la culture allemande de la Bildung n'est-elle pas pourtant schillérien qui avait discerné dans le jeu la sortie de l'alternatíve entre
élitaíre et antidémocratique ? Sans répondre directement acette question, nécessité avengle et liberté abstraite; et c'était certainement une réponse
qui pourrait nous emmener trop loin, iJ semble juste de dire qu'une ~elle au capítalisme, a la société índustrielle dans sa versíon néo!íbérale la plus
interrogation ne preud pasen compte le véritable bouleversement pohllque récente. S' agissai t-il d' une réponse collecti viste ? Certes non, tout comme
que la culture fran~aise, des les dernieres décennies du XIX' siecle, a fait ce n'était pas une réponse aristocratíque, puisque cette communanté libre
subir a cette culture allemande. S'étonner de la référence foucaldienne a cherchant de meilleurs rapports avec elle-méme et avec le milíen qui
La Civilisation de la Renaissance de Burckhardt'0 n' est possible que sí 1'entoure n' est pas pensée comme le líen exclnsif de quelques heureux élns,
l'on néglige la relation étroite du discours foucaldien avec les<< annales elle s'adresse a tous. Et c'était une réponse essentíellement écologíque,
franco-allemandes »,e' est-a-dire avec cette complémentarité entre culture dans le sens ou, a!'instar de l'École de Francfort, elle entendait révoquer
fran~aise et culture allemande que 1'on a tenté d' esquísser, au début de ce la dominatíon de notre rapport tant avec les autres snjets qu'avec le monde.
propos, en faisant référence a Charles Andler. C'est avec cette idée d'nne communauté du libre dialogue que s'éclaircít
Pour en finir avec la documentation concernant la dette de Foucault enfin la relation qu' entretíent Foucault avec la pensée de Marx : elles 'inscrít
envers Burckhardt, rappelons que la cinquieme partie de La Civilisation alors dans une traditíon- Baudelaire, Nietzsche, Burckhardt- qui refuse de
de la Renaissance s' intitule « La sociabílité et les filies >> et est consacrée soumettre a la valeur de l 'égalíté, ií laquelle certes on ne peut renoucer, la
au róle qu'avaient, daus cette m eme civilisation, la sociabilité, les jenx de valeur de la différence et de l'individualité. En ce sens et en reprenaut notre
compagnie, les fétes et tournois- ala maniere don! la cívilísatíon italienne propos inítíal, la position de Foucault finit par réunir, en les développant,
avait faít de la vi e une reuvre d' art, un jen et un spectacle21 • Voici mainte- en les transforman! et en les réactualísant, les deux grandes le<;ons de la
nant un autre passage, tiré du second volume del' Histoire de la sexualité: philosophie critique que l'Europe du xrx' siecle nous a livrées : celle de
Marx et celle de Nietzsche.
On peut aussi se rappeler la description idéale que Xénophon proposait. de la cour
de Cyrus, qui se donnait a elle-méme le spectacle de la beauté, par la parfaite
domination que chacun exer9ait sur soi; le souverain manifestait ostensiblernent
une rnaítrise et une retenue autour desquelles se dístri buaient e hez tous, en tous les
rangs, une conduite rnesurée, le respectde soi et des autres, le contróle soigneux de

19./bid .• p. 629-630. 22. Michel FoucAuti, L'Usage des plaisirs, Gallimard, Paris, 1984, p. 105.
20. Jacob BuRCKHARDT, La Civilisation de la Renaissance en Italie, Librairie généra!e
2..1. Jacob BvRcKHARDT, Histoire de la dvilisation grecque, Édítions de l'Aire, Paris, 2002
fran9aise, París, 1986.
(cinq volumes).
21.lbid., volume 11, p. 93 et s.
,j
i
fOUCAULT, MARXISTE HÉRÉTIQUE ? HISTOIRE, SUBJECTIVAT!ON ET LIBERTÉ 155

entre systemes de pensée passés, mais une dífférentiation renvoyant anotre


1 propre situation historique et a ses « partages ».
Dans les dernieres années de son travail, Foucault semble cependant
1 11 ajouler un troisieme plan d' enquete, qui ne prend pas seulement pour objet

' Foucault, marxiste hérétique ?


les déterminations de notre présent mais cherche aévaluer la possibilité de
leur rupture, ou de leur déplacement. Nous sommes dans ce que, utilisant
Kant au-dela de Kant, Foucault appelle uue attitude critique : non seule-
meut la reconnaissance nécessaire de nos limites, mais la« possibi!íté de
Histoire, subjectivation et liberté ne plus étre, faíre ou penser ce que nous sommes, faisons ou pensons2 ».
L'hypothese que j'aimerais développer ici ne se limite cependant pas
Judith Revel a faire jouer « vers l'avant >> cette altérité comme la clef de voute d'un
projet entierement tendu vers la construction d'une forme d'étrangeté ou
de déprise au cceur de notre propre actualité. L' altérité n' est pas seulement
une volonté de rupture par rappmt aux détermínatious historiques quí sont
UNE VIE AUTRE les nótres. Elle peut également consíster ii construire, du point de vue de
la pensée, un élément totalement hétérogene a son propre temps et aux
Le 28 mars 1984, Foucault n'a pas le lemps delire l'i~tégralité du texte débats quí y prennent place. En réalité, souvenons-nous de la fascination
qu'il a préparé pour ce qui sera son demier cours au College de France. La que Foucault éprouvaít pour tous ceux qu'il désignait comme des« cas »
publication du cours de !984 nous restitue cependant le p~sage condu~¡f -de Raymond Roussel ii Pierre Riviere, et plus généralement tous les
et non Ju : « Ce sur quoi je voudrais insister, pour fimr, e est cec~ : 1! n Y « homrnes infames» dont il reconstituait les fragments d' exístence apartir
a pas d'instauration de la vérité sans une position es~entJell: del alténté. des archives. Le poínt en commun que ces « cas >> présentent a toujours a
La vérilé, ce n'est jamais le meme. !1 ne peut y avmr de v~nté que dans voir avec l 'étrangeté historique, épistémique el social e qui les caractérise :
la forme de l'autre monde et de la vie autre 1 • >> << Une positJon essenu:lle une non-colncídence rigoureuse avec ce qu'ils devraient étre el que, de fait,
de l'altérité »: étrange indication, que l'on peut b1en e.ntend~ cons1derer ils ne sont pas. Qu'ils soient littéraires ou anonymes, qu'ils doivent aJeurs
comme une sorte d' exhortation éthico-politique,mrus qm possede auss1 une discours ou aleurs pratíques ce « hors jeu >> par rapport aux déterminations
effícacité évidente des lors que l'on lente d'analyser la posttion q~e Foucault historiques qui les traversent, tous présentent la caractéristíque d'une non-
lui-méme a occupée dans l'histoire de la peusée fran9a1se apres 1945 · correspondance avec ce qu'i!s sont censés étre, dire ou faire.
Dans le contexte du cours de 1984, la recherche de l'a!térité correspond Or Foucault peut luí aussi étre considéré comme un« cas ». Mieux: il
a ce que Foucault indique ail!eurs comme la nécessíté de_cher~her les peut sans doute étre símultanément !u de deux manieres différentes. D'un
conditíons d'une « différence possible »,par rapport aux determmauons cóté comme le produít de délerminations historiques qui ont modelé aussi
historiques qui produisent le sujet en tant que tel ; et qm, plus large~~nt, bien les conditions de sa formation que les représentations et les sebe mes
fixent les conditions de pensabilité, de dicibilité et d' orgamsatJOn del ~co­ qu'il a mobi!isés afin de construíre sa propre pensée. De l'autre, on peut le
nomie générale des représentations du monde au « m~me?t » h1~tonque considérer comme autre par rapport a cette épaisseur des délerminations
et épistémique ou J'on se trouve soi-meme. On le ~mt, des le debut de.s historiques qui le font etre ce qu'íl est: pris comme une hétérogénéité,
années 1970, Foucault superpose a l'analyse « archeo!og1que »,qm ~vatt comme l'exemple síngulier d'une sorte de« sortie », comme un écart par
pour but de repérer la spécificité d'un systeme de pensee en fonc~10n d ~ne rapport au « systeme de pensée >> de sa propre époque.
périodisation historique précise, et le faisaít par une double d¡ffereutmllo~ !l existe,je crois, un terrain sur lequel cette hétérogénéité a été rnarquée
par rapport a ce qui le précédait et a ce qui le smvmt,un second m~eau · - et qui a produit une série de malentendus témoignant a leur maniere de
il s' agit Jittéralement de faire rebondir 1' enquete en dlfect!On d_u pres~nt.
Ce second plan sera celui de la généalogie : non plus une d1fferentmt10n
2. Michel FoucAULT, « What is Enlightenment? »,in Pau! RAB!NOW (dir.), The Foucault
l. Michel FmiCAULT ,Le Courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres 1!. Cours Reader, Pantheon Books, New York, 1984, p.32~5ú; VoirMichel FoucALU, « Qu'est~ce que les
au cotlege de France ( 1984), EHESS/GailimardJSeuil, Paris, p. 310-311 (note). LumíCres? »,in Dits et écrits (1954-1988), Gallimard, Paris, 1994, tome IV, p. 574.
MARX & FoucAULT FOUCAULT • MARXlSTE HÉRtfiQUE ? HISTOIRE, SUBJECTJVATION ET LIBERT:b !57
!56

la dífficu!té que les contemporaíns de Foucault ont eue ~ íntégre; ses ana- FoucAULT HÉRÉilQUE
lyses dans la grille de référence quí leur servrut de« metre ''·Ce terram,
c'est celuí de l'analyse des rapports de pouvoir d'tme part, et des modes Foucault hérétique, done? La question est d'autant plus passionnante
de subjectivation de l'autre; a qnoi il fandrait ajouter l'analyse de! 'h!sto- que s'il y a une hérésie de Foucault par rapport a son propre temps, c'est
rícité qui, dans les deux cas, en détermine les registres et les art1cnlat!Ons. d' avoir tenté de penser le statut meme de cette hérésie : saisir sirnultanémem
Analytique des pouvoirs, pratiques de subjectivation, histonc¡sat!On: ~utour ce quí était en général posé comme une altemative radical e entre deux
de ces trois n<l'uds, dont dépend étroitement ce que Foucault revendrquera póles symétríques et inverses -les déterminations historíques d'une part,
dans les demieres années comme une véritable ontologíe polirique, se sont et la« différence possible »de l'autre. La structure de l'opposition re9oit
cristallisés une séríe de malentendus, de pclémiques et de désaccords. Or a l'époque des formulatíons différentes- détermínisme historíque/liberté
ces demíers toument en grande partie autour de l'ídentification supposée existentielle, matérialisme historíque/libre action individuelle, processus
de Foucault, sinon avec la pensée lihérale, du moins avec un antimarxisme dialectique/hasard des événements; sujet rationnel et autonome/« effet de
structure » sans sujet -, mais toume en réalité toujours autour du meme
déclaré.
Or s'il y a une possíbilité de déconstmire ces malentendus, elle me point, quien fonde le part:age: s'íl y a de l'histoire, celle-ci est toujours
semble émerger au contraire du coté de l'atypicité de la recherche foucal- porteuse d'une suppression de la liberté humaine dans la mesure oií elle
díenne et dans la nouveauté des questíons que celle-ci pose a une pensée en réduít le présupposé métaphysique de réflexi vi té et par conséqnent
_ celle de Marx- qui, bien loin d'etre repcussée, est au contraire réouverte d'antonomie absolue. Le cogito doit nécessairernent précéder toute expé-
autrement. En somme: íl y a,je crois, la possibilité de constmrre la figure rience historique paree qu'il en représente lacondition de possibilité méme.
d'nn Foucault hérétique en général (et dans son rapport a Marx en parti- C'est de cela que dérive la formation de ces deux "modes "opposés, qui
culier), au sens ou !'historien de la phílosophie Yirmiyahu Yovel entend stmcturent le débat philosophique en France, en particulíer dans la seconde
le mol quand il caractérise lui-méme Spinoza d'hérétique' :non tant par moitié du xX" siecle: faire l'économie de la forme-sujet, ou au contraire
rappcrt a une orthodoxie religieuse qui existait par ailkurs, el qu~ avmt faire du sujet le simple produit d'nne hístoire quien rende raison en totalité.
effectivement obtenu l'excommunication (herem) du phrlosophe d Ams- Si 1'on tend a voir le sujet comme un subjectus totalement historicisé le
terdam, que paree que ce demier était en meme temps en total e r~pture par probleme de la forme que prend cette histoire se pose immédiatement- ~ne
rapport a la réflexion de son époque, et paradoxalement le prodmt de cette forme qui est en général reconnue comme linéaire et continue, mais égale-
meme réflexion. « L'apcstasie de Spinoza contient, i\ n'en pas douter, une ment, selon les cas, rationnelle, dialectique, te1éologique. Si l 'on considere
part d'évei! spontané, de cette éclosion spiritue!Ie du génie> solitaire, qui au contraire le sujet comme un subjectum, c'est-a-dire comme un sujet
ne se laisse pas expliquer completement par un Jeude précede?ts. Untel grammatical, l'histoire n'est plus considérée que comme un décorexteme,
évéuement n'intervient cependant pas ex nilulo mars au sem d un m1heu un fond sur lequel repérer au premier plan la libre action des hornmes. En
socioculturel spécifique qui doít etre prís en compte si 1' on se propose de somme: la tenaille histoire/sujet accouche d'une représentation de J'agir
comprendre l 'ensemble du phénomime Spinoza4 »,note en effet Yovel. En humaín dans l'histoire et d'une représentation de J'histoire elle-méme qui,
somme : hérétique est celui qui est simultanément le prodmt de sa propre s!multanément, s 'excluent et s' alimentent !'une l 'autre. Soit nous sommes
époque et autre par rapport aelle ; qui en est détermíné et pourtant capable des produits de l'hístoire (el dans cecas c'est l'histoire qui est le véritable
de rouvrir le jeu subtil des déterminations qui l' ont constrmt: de les dépla- « sujet»), soit nous produisons librement l'histoire (et dans ce cas le
cer, de les tordre, ou m eme- comme dans le cas de Spinoza- de les bríser. sujet dans son autonomie, déclare que l 'histoire est ontologiqnemen; et
Hérétique se dit done exactement de la meme maniere qu~ on pent parler logiquement seconde). Mais les deux solutions sont spéculaires: « Faire
d'un événement: ni l 'épiphaníe d'une dífférence absolue, m le s1mple effet de 1' analyse historíque le discours du continu, et faire de la conscience
d'un systerne de déterminations historíques saturé, mais l'entrecroisement hurnaine le sujet oríginaire de tout devenir et de toute pratique représentent
paradoxal de ces déterminations el de la possibilité toujours présente de les deux faces d'un rneme systeme de pensée. Le temps y est con~u en
l'altérité. « Vie autre », disait Foucault enl984. termes de totalisation, et les révolutions n'y sont jrunais 1ien d'autre que
des príses de conscience5 », note de fait Foucault.

3. Yirmiyahu YovEL, Spinoza et autres hérétiques, Seuil, Paris, 1992, P· 24,


5. Michel FoucAur.;r, L'Archéologie du savoir, Gallimard, Paris, 1969, p. 22.
4./bid., p. 24.
MARX & FoucAur:r FOUCAUIX, MARXISTE HÉRÉTTQUE '? H1STOIRE 1 SUBJECffVATION ET LIBERTÉ !59
158

DÉTERMINATIONS HISTORJQUES ET « D!FFÉRENCE POSS!BLE »· fait glisser dans le relativisme la possibilité de tout jugement (politique,
historique, moral) sur les événements. En somme : si Foucault s'appuie
L'hérésie foucaldienne s' enracíne au contraire dans une pensée de sur la discontinuíté, il abandonne le mouvement de l'hístoire et devient
l'histoire qui, paree qu' elle se détache a la fois des représentations néo- incapabl e d' inel ure dans sa description le ehan gement historique lui-méme.
hégéliennes de l'histoire alors particulierementfortes en France, d'une part, Si au contraire, en renon~ant a la position de« surplomb >> d'une raison
et des connotations fortement existentialisées (et parfois méme psycholo- universelle, il affirme simplement que l'hístoire n'a pas de dehors (et que
gisées) de la réception fran<;aise de la phénomé~ologie, de l'a~tre, cherche la réftexion philosophique doit se reformuler radicalement sur cette base
paradoxalement il penser ensemble les détermmatwns h1stor~q~es en tant comme une« histoire des systemes de pensée >> ), alors rien ne permet plus
que matrices productives des sujets hístoríques, et lad1~contmmte histonque d'évaluer les événements historiques en tant que tels. On sait a que! point
comme réaffirmation d'une différence toujours puss1ble. Ou, pour le d1re Foucault s'est battu contre la seconde objection- sur deux fronts: d'une
autrement: une épaisseur des déterminations qui ne peut jamaís déboucher part contre ceux qui, de l'intérieur de la discipline historique, adressaient
sur la réalité saturée d'un déterminisme absolu, et une liberté humaine alors le meme type de critiques a Paul Veyne, et accusaíent Foucau!t et
qu'il faut toujours historiciser mais quí n'en reste pa~ moi~s i~t:ansití~e. Veyne de relativisme ; de l'autre, sur un front plus philosophique, contre
Déterminations et différence possible, Just01re et dtscontmmte, archeo- le néokantisme de certains habermassíens'.
logie et critique, subjectus et subjectum : toute 1' étrangeté de Foucault Orce que l'on oublie, c'est que la toute premiere hostilité est venue de
résíde dans cette simultanéité, dans cette coprésence des opposés- et ceux qui avaient précisément besoin de la référence ií une histoire conti-
dans la volonté de repérer les conditions (épistémiques d'abord, poli tiques nue, dialectique et téléologique puur pouvoir penser l'horizon de la lutte
ensuite) de leur indissociabilité. J'ai tenté de décrire ailleurs la maniere des classes ; et qui mettaíent en avantla nécessité de l'histoire comme
dont la pensée foucaldienne construisaít son propre modele de discontinuité << Tout >> pour rendre possible l'analyse dialectique de sa réalisation. La
dans l 'histoire, et acomprendre comment cette représentation inédite d' une déqualification de la pensée foucaldienne par un certaín marxisme ortho-
histoíre-chlasme (dont la premiere face- ce!le des déterminatíons- suscite doxe a été, dans les années 1960 et 1970, souvent violente. Mais ce que
l 'entreprise archéologique, alors que la seconde - celle de la « différence je voudraís montrer rapidement, c'est que la position de Foucault, bien
possíble » - faít rehundir les analyses archéologiques vers notre présent qu' hérétíque, n 'est pas absolument sans racínes dans l 'édifice du marxisme
et, au-delil, vers les expérimentations d'une « différence possible » enten- contemporain lui-méme.
due comme tache éthíque et politique) représentaít en réalité le véritable
monogramme de la pensée de Foucault6 • Ce sur quoi je voudrais insister
aujourd'hui, c'est plutót !'ensemble des déplacements qu'un tel chíasme fOUCAULf AVff'. LUKÁCS

provoque immédiatement, et quels en sont les effets dans le débat politíque


En 1960, le livre de Gyorgy Lukács, Histoire et conscience de classe
et philosophique de l'épuque. ,
Premier effet: l'histoire n'est plus lisible comme processus de réah- a finalement été traduit en fran9aís. On se souviendra sans doute que dan;
sation et/ou achiivement, ni assignable il un quelconque te los. ll s' en suit l'essai qui ouvre le volume, et qui remonte a 1919, la distinction entre
immédiatement une double série d'objectíons. Soit Foucau!t est coupable ce que la traduction fran~aise rend comme la " totalité » et la référence
d'avoir fragmenté l'histoire en<< blocs épístémiques »- et comme le dit au << Tout >> comme « sens (Sinngebung) transcendant, mythologique ou
Sartre apres la publicatíon de Les Mots et les Choses, en 1966, íl ne fait éthique9 » est fondamentale. Pour Lukács, non seulement la totalité exclut
7
que remplacer le « cinéma par une succession d'immobílítés » ; soit, a
force de prendre pour objet de son travaíl la constítution historique de 8. Pour avoir une idée précise de l'impact de ces débats sur la réftexion fouca!dienne, Voir ce
qu'en dit Foucault lui-meme au début de Michel FovcAUL:r, Gouvernement de soi et des autres,
ce que nous considérons habituellement comme des objets de pensée Cours au Co!U:ge de France ( 1982-1983),EHESS!Gal!imard!Seuil, Paris, 2008, dans un passage
(ou des sujets de discours et de pratiques), il perd tout point de repere et non lu du texte du cours reporté par une note d'édition, p. 5. Pour les accusatíons de« relativisme
moral», voir Rainer RoCHUTZ, {~ Esthétique de !'existence. Monde post-conventionnelle et théorie
6, Jeme pennets de renvoyer ici a deux de mes essais récents, Judith REVEL, F'oucault. Ur:e du pouvoir chez Foucault >>,in Michel Foucault philosophe. Rencontre internatíonale. Paris, 9,
pensée de la disconlinuité, Fayard, Paris, 2010 et Foucault avec Merleau·.Ponty. Ontologte 10, JJ janvier 1988, Seuil, París, 1989, p 288-301.
9. Gyorgy LuKÁCS, ~{ Qu' est~ce que le marxisme orthodoxe ? »,in Histoire et conscience de
politique, présentisme et histoire, Vrin, Paris, 2015.
7, Jean-Paul SARfRE, « Jean-Paul Sartre répond », L'Arc, n° 30, octobre 1966. classe, Éditions de Minuit, Paris, 1960, p. 42.
fOUCAULT, MARXISTE HÉRÉfiQUE? HISTOIRE, SUBJECTIVATION ET LIBERTÉ 161
160
MARX & FoucAULT

a un élément extérieur a l'histoire elle-meme est fondamentale: il n'y a


toute forme de transcendance, mais elle définit précisément sa qualité a pas de dehors de l'histoire. Sur ce point, Lukács est particulierement clair:
l'entrecroisement de l'accumulation et de la sédimentation des strate~
historiques, d'une part, et de la croissance d'une conscíenc~ de clas~e qm Dans cette perspective, la séparation révisionniste du mouvement et du but final
se manifeste comme une rechute au niveau le plus primitif du mouvement ouvrier.
n'estjamais celle d'un" spectateur impartía!» ou d'un ': su¡et c~nnmssant Car le but final n 'est pas un état qui attend le prolétariat au bout du mouvement
au sens de la méthode kantienne 10 »,de l 'autre. La total1té est sJmplement indépendamment de ce mouvement et du chemln qu'il parcourt, un« État d;
le senil de récapitulation provisoire de la stratífication historique, ce qm a ca
}'avenir» ; [ ... ]le butfinal est bien plutót cette relation la totalité la totalité
signifie, comme le précise immédíatement Lukács, que le:' pomt de vue de la société considérée comme processus). [ . ., J Tout effort pour conserver le
méthodologique de la totalité, dans lequel nous avons appns a reconna~r~ l~ « but final » ou l '« essence » du prolétariat pur de la souillure dans et par les
rapports avec l 'existence- capitaliste- conduit en demiere analyse as' éloigner
probleme central, la condition primordiale de laconnmssance de la real!te,
de l'appréhension de la réalité, de 1' « activité critique pratique »,a retomber
est un produit de l'histoire 11 ». , dans la dualité utopique du sujet et de l' objet, de la théorie et de la praxis, aussi
A!'inverse, quand Lukács se réfere au « Tout » en tant qu élément si1rement que le révisionnisme y avait conduit 15 •
transcendant, en surplomb de l'bistoire elle-méme, celui-cí correspond
exactement ace que Foucault, dans L'Archéologie du savoir, appelle quant En somme, pour Lukács, la totalité est le mouvement, toujours relancé
a lui « totalisation , - dans un usage du terme radicalement opposé par vers l'avant, de sa propre totalisation. La totalité est profondément (et
exclusivement) immanente: construite dans/par l'histoire elle-meme.
rapport a son emploi !nkacsien. La « totalisation >>: P?ur Foucault, est ~ne
conception de J'histoire comme développement et reahsatlon contm~e d un On dira que le parallélisme entre les deux penseurs n'est malgré tout
telas déja donné, elle correspond tres exactement a u« Tout »de Lukacs- et pas facile a établir: il y a chez Lukács le présupposé d'une uníté et d'une
!'une et l'antre doivent etre soumis a une critique virulente. En revanche, continuité du processus historíque sans lequella coincidence entre le point
de vue de classe du prolétaire et l 'appréhension de la société tout entiere ne
ce que le philosophe hongrois appelle dans son propre vo~abulaire co~cep­
serait pas possible. Chez Foucault, l 'unité du processus historique est au
tuella totalité vaut pour un processus de totalisation toujour:,; relance dans
l'histoire: c'est la paradoxale historicisation radicale du pomt ~e vue (de
contraire ce qu'il s'agit de déconstruire aussi bien méthodologiquement
(en travaillant sur des épistémes déterminées, a partir de périodisations
classe) sur et dans l'histoire. <<En reconnaissant que ':le facteur detennm~t
dans l'histoire est, en demiere instance, la product!On et la reproductwn précises) que philosophiquement (en soumettant le présupposé de l'unité
de la vi e réelle 12", Marx et Engels out acquis le point de vue pennettanl a une enquete historicisante, et en en faisant la généalogie). C'est bien
entendu vrai. Mais il n' en demeure pas moins que sur un point fondamental
de liquider toute mythologie 13 • >>
Une fois résolues les ambigu'ités sémantiques liées al'usage opposé du le lien de l'hérésie foucaldienne a la pensée de Lukács semble évident :
terme de totalisation, on trouve par conséquent chez Lukács comme e hez dans les deux cas, on est devant une conception de l'histoire qui fait de
foucault la défense d'un matéria!isme historique <<non mytho!ogique », cette derniere une production continue, une matrice productive « ouverte ".
refusant de se fonder sur des essences ou une origine ; ou pour le dire en Dans l'analytique foucaldienne, l'histoire esta la fois !'ensemble des
termes plus foucaldiens, construí! contre les présupposés d'une histoire déterminations auxquelles une époque est soumíse, et qui modelen! el
fa~onnent tout ce qui y émerge ; el sa surface visible, sa << peau » la plus
« sacralisée » et entierement anthropologisée au nom d'un « fondement
4
originaire quí fasse de la rationalité le te/os de l'humanité' ». J?ans les récente, quien signale paradoxalement la possible transformation ; et qui
deux cas, la volonté de décrocher !' appréhension du réel de toute reférence ouvre il ce qui, de l'intérieur de ses propres pa!lages accumulés et de ses
régimes de mise en ordre, pourrait précisément se donner sous la forme
d'une « différence ».
C'est paree qu'il y a la possibilité d'une différence dans l'hístoire que
10./bid,, p. 41-42.
la méthode de saisie de l'histoire doit etre discontinuiste. Comment, sinon,
11. !bid., p. 42. C'est moi qui souligne. . . . . rendre compte de l'émergence des différences? Foucault n'attend pas les
12. Friedrich ENGELS, « Lettre a J. Bloch, 21 septembre 1890 »,m Edward BERNSTE!N,
demiers cours au Coll?~ge de France pour fonnuler le probleme, quand íl
Dokumente des Sozialismus, tome U, p. 75 ; pour la traduction fran~aise, voi~ Kar! MA.~ et
Friedrich ENGELS, « Lettre a J. Bloch, 21 septembre 1890 >>, Études philosophtque:>, Écht!Ons s'agira, comme nous l'avons rappelé au !out début de ce texte, de penser
sociales, Paris, 1947, p. 123.
13. GyOrgy LuKÁCS, Histoire et conscience de classe, op. cit .. p. 38. 15. GyOrgy LUKÁcs, Histoire et conscience de classe, op. cit., p. 43.
14. Michel FoUCAULT, L'Archéologíe du savoir,op. cit., p. 22.
MARX & FoucAULT FOUCAULT, MARXISTE HÉRÉTIQUE ? HISTOIRE, SUBJECTJVATION ET LIBERTÉ 163
162

!a centralité del' altérité. Déja dans L'Archéologie du savoir, en 1969, on !'histoire sur elle-meme en pennanence relancée par l' action des hommes,
trouve une réftexion qui integre pleinement les« continuítés interr?mpues », a
un devenir la fois détenniné et ouvert.
les« seuíls » et les<< différences ». Or, tres significativement, des les pre- Pour avoir une idée de la violence générale du débat autour du petit
mieres pages du livre, l'enjeu semble se cristalliser sur la po~sibilité d: se texte de 1948, et de la perception (plus ou moins claire) de ce que Lukács,
réapproprier Marx. Un Marx << autre » : restítué a son hlstonc¡sall?n, a la vingt ans auparavant, avait imposé au marxisme « orthodoxe >> avec son
succession des discontinuités qui ont construí! le moment dont il esta la fms Histoire et conscience de classe (qui revendiquait précisément une nouvelle
le produit el ¡' analyste exceptionnel ; mais aussi ouvert a ce que Foucault orthodoxie contre les pseudo-orthodoxies marxistes << révisionnistes >>),
indique comme le caractere fondamentalement inachevé du présent, el qm a
on peut par exemple se référer la féroce recension d' Existentialisme ou
fait du méme coup du matérialisme historique une ouverture sur le bord marxisme? qu'Alphonse De Waelhens écrit en !948 dans la Revue philo-
de l'histoire elle-méme. L'histoire dans sa matéríalité : la<< páte >> qu'!l sophique de Louvain 18 • Malgré la violence du ton, De Wae!hens fonnule
s'agit de travailler; mais Foucault y ajoute sa propre idée: la matiere une avec une grande perspicacité ce qui fera précisément l 'intérét de Lukács
expérimentation qui ne se donile pas seulement c~mme, transformatw~ pour Merleau-Ponty dans les années 1950, c'est-a-dire le passage d'un
de ce qui est mais qui inclut également la productwn d une nouveaute, << matérialisme mécaniciste » a un << matérialisme dialectíque >> ouvert :
« [ ... ] Un matérialisme est non-mécarticíste sitót qu 'il affinne que l 'essence
l'irmption d'une inventíon.
des réalités est non pas statíque el donnée d'emblée mais, au contraire,
toujours en fonnation [ ... ]. >> Et De Waelhens de conclure- peut-etre un
MARXISME HÉTÉRODOXE ET << MATF.RIALISME OUVERT » peu rapidement - : « On ne voit d' ailleurs pas ce que cet évolutionnisme
change au débat'"· >>
Une demiere remarque sur cette série d'éléments, et sur l'hypothese Or c'est ce point qui fait toute la singularité de Lukács, et qui intéresse
d'une proxímité étonnante de Foucault et de Lukács. Jl est év1dent queh; précisément Merleau-Ponty - meme bien apres que Lukács ait renié son
fi1 qui relie les deux penseurs n'est pas direct. D'une part, la complex1te propre texte :
du parcours politique et philosophique de Lukács ne fac!lJte certes pas les La totalité dont Lukács parle, c'est. dans se-s propres termes, la« totalité de
choses (et le statut des textes de 1919-1923 pose en soi un probleme). De l 'empirle »,non pas tous les étres possibles et actuels, mais l 'assemblage cohérent
6
!'autre, Foucault se garde bien de citer le phílosophe hongrois' Mais on de tous les faits connus de nous, Quand le sujet se reconnaft dans l'histoire et
reconnaft l'histoire en lui-méme, il ne domine pas le tout comme le philosophe
pourrait dire aussi que l'histoire d'une pensée est toujours tnbuta!fe des
hégélien, mais du moins il est engagé dans une táche de totalisation, i1 sait
conditions matérielles et historiques de sa réceptlon. En France, la pensée a
qu'aucun fait historique n'aura pour nous tout son seos moins d'avoir été reHé
de Lukács est arrivée tard: en 1948 est traduit en fran9ais Existentialisme a a
tous ceux que nous pouvons connaltre, reporté titre de moment dans une seule
o u marxisme ?17, un petít texte quí représente un moment importan! dans grande entreprise qui les réunit, inscrit dans une P.istoire vertica!e, registre des
a
l'autocritíque que Lukács adresse Histoire et conscience de classe (qm tentatives qui avaient un sens, de leurs ímplications, de leurs suites recevables20.
n'est a l'époque pas traduit en fran.;;ais).ll s'en suit un énonne débat,_ en Je ne peux pas m'attarder ici sur la philosophie poli tique de Merleau-
particulier dans Les Temps Modernes et dans le joumal Combat. Or Sl le Ponty, en particuliera partir de sa mpture avec Sartre, en 1953, puis dans les
ton de la discussion avec Sartre est tendu, le débat est plus compliqué avec formulations qu'il en donne dans Les Aventures de la dialectique, en 1955.
Mer!eau-Ponty, puisque celui-ci considere qu' il y a chez le Lukács d~ 1923 Jeme limite done a signaler que l 'idée d'une histoire << ouverte » et d'une
(et contre ce qu'en dit Lukács lui-meme en !948), u~ e t~ntatlve,fonn!dable dialectique sans synthese possible (ce que Merleau-Ponty désigne comme
pour lire autrement Marx, tout entiere fondée sur l 1dee que l h1sto~re est a
une << hyperdialectique >>) représentent leur maniere le pont entre une
en réalité un processus de totalisation sans << Tout »,une récap!lulatwn de a
hétérodoxie marxiste << la Lukács » et ce que vont bientót etre, ¡¡ partir

16. Sur les ambigurtés de la poli tique de citation fouca!dienne, et sur l'importance para~oxale 18. A!phonse DE WAELHENS, « Compte rendu a Existentialisme ou marxisme? >>, Revue
de certains penseurs qui ne viennent pourtant jamais cités, ~e m~ .permets de renvoyer a mo.n philosophique de Louvain, vol. 46,0° 12,1948, p. 500-504.
texte «Les "grands absents", Une bibliographie par le vide», m.Phthppe~RT!Í:RES, Je~-Frany01s 19. !bid, p. 502.
BERr, Frederic ÜRC'.S, Judith REvEL (dir.), Cahier de L'Hern-e Fouca~lt, L Herne, Pans, 2011. 20. Maurice MERLEAu-PoNTY, Les Aventures de la dialectique, Gallimard. Paris, 1955 (réedlté
17, GyOrgy LuKÁCS, Existentialisme ou marxisme ?, Nagel, Pans, 1948. aux éditions Folio Essaís, Gallimard, Paris, 2000 p. 48). C'est moi qui souligne,
MARX & FoucAULT
FoucAULT, !\tlARXISTE HÉRÉTIQUE ? HlsTOIRE, suBJECTIVATION ET LIBERTÉ 165
164

l'État, la société civile : tous ces universaux que l'analyse sociologique, aussi
des années !960 ' les réflexíons foucaldiennes sur la possibilité d'une his- bien que l'analyse historique et l'analyse de la philosophie politique, utiiíse
toire non seulement discontinue mais simultanément d'etermmee · ' etdéter-
effectivement pour rendre compte effectivement de la pratigue gouvemementale,
minante, stratifiée et inaugurale, sédimentée et suspendue sur :on
propre f_ ... J L,'historicisme part de l'universel et le passe en quelque sortea la rápe

de l'hlstoire. Mon probléme est tout inverse, Je pars de la décision a la fois


bord _une histoire « déjii. faite >> et une hístoire " se farsant >> (je reprends
ici les expressions de Merleau-Pomy) ou, plus foucaldr~n~em~nt, une accu- théorique et méthodologique, qui consiste a dire: supposons que les universaux
n' existent pas, etje pose ace moment-Ia la question a1'histoire et aux historiens:
mulation et une invention. Il y aurait la, me semble-t-11, a rel!re au:rement
comment pouvez-vous écrire l'histoire si vous n 'admettez pasa priori que quelque
non seulement l'histoire de la pensée contemporame en France apres 1945 chose comme l'État, la société, le souveraín, les sujets existe? l ... ] C'est done
mais la maniere dont certaines lectures de Marx, mine~res .et sans doute exactement l'inverse de l'historicisme queje voudrais ici mettre en place. Non
profondément hétérogenes au marxísme orthodoxe de l _apres-gu~n:e, out pas done interroger les unlversaux en utilisant comme méthode critique l 'histoire,
émergé et anticipé étonnamment ce qui allait par la surte etre rdennfie, bren maís partir de la décision de J'inexistence des universaux pour demander quelle
histoire on peut faire21 .
trop génériquement, comme simples courants du « poststructurahsme » ·
Deux choses me semblent importantes dans cette longue cítation.
D'une part, l'enquete foucaldienne est toujours l'analyse d'un processus
LA « FABRIQUE >> HlSTOR!QUE DES SU.JF:fS de constitution (de la souveraineté, de l'État, des sujets ... ) dans l'histoire.
De l'autre, l'historicisme auquel Foucault s'oppose (partir de l'universel
Revenons cependant a notre point de départ - la question d~s effets et le confronter al 'histoire) est ici pensé comme 1'exact contraire de l' his-
poli tiques de la conception foucaldíenne de l'hístoíre comme « chrasme >>, toricisation entendue comme choix de méthode (écrire l'histoire il partir
c'est-a-dire encore une fois comme entrecroisement des détermmatwns de la capacité de celle-ci aproduire des objets, des concepts, des es paces
historiques et de la« dífférence possible >>. • • , • , • de distribution des savoirs, des pratiques, des systemes de hiérarchisation,
¡¡existe une seconde question sur laquelle s'estcnstall!s.ee ¡mmed~a~ des criteres d'évaluation en somme: des représentations du monde, et
temen! cette conceptíon chiasmatíque, celle des sujets pol!trques. ~e 1 ~~ bien entendu aussi des sujets situés dans le monde).
rappelé, ¡ 'énorme nouveauté des analyses foucaldrenne~ trent au fmt d av01r De ce<< constructivisme >> historique, Foucault donne, me semble-t-il, un
posé la uécessité d'une historicisationtotale, c'est-il-d1re aussl ~~la forme exemple particulierement clair quand, dans Surveiller et punir", en 1975,
méme des sujets polítiques, qu'íls s01ent md!Vlduels ou collectlfs, et des il affronte la question de la docilité des corps. La description del'« art des
concepts que ¡' on mobilise pour les penser. Un tel constructJVr.sme lusto- répartitions >> caractérístique des disciplines, ala fin du xvm' siecle, devíent
rique, quí amene Foucault a redoubler l 'analytíque des pouvorrs par une en effet l' occasion d 'une formidable analyse de la maniere dont l' individu
histoire des modes de subjectivatron, rmplrque cependant deux ruptures a été littéralement « inventé >> ala foís comme objet de gouvemement
essentielles. . disciplinal re (un gouvemement atravers !' individualisation, dit précisément
La premiere concerne les sujets existants, ou tout au ~mns ceux que Foucault) et comme sujet productif. Bien entendu, les deux dynamíques
nous sommes habitués a reconna!tre comme tels. H1stoncrse: les ~uJel~, sont liées: c'est précisément paree qu'il est individualisé (c'est-i\-dire
cela signifie ten ter d' en restítuer l' acte de naissance et la fonnatron, e_ e~t-a­ séparé de toute << agrégation subjective », lixé a un emp!acement précis,
dire aussi en décréter la non-universalité, en établir la f?~ctro~ strategrque dé-singularisé, associé a une fonction, déclaré a la foís spécifique et rem-
dans un ensemble de rapports, de pratiques etde nécessrtes qm semblen: se pla~able) que le sujet travailleur-individu, en tant que source de prestations
stabiliser en un moment et en un lieu donné.Au début du cours ~u College productives, est facile a gouvemer. Un individu a pour Foucault son acle
de France consacré a la biopolítique, en 1978-1979, on trouve a cet égard de naissance- historiquement situé- dans un geste double qui le distingue
une véritable déclaration d'íntention de Foucault: des autres et le décrete paradoxalement équivalent ií tous les autres, qui
Ceci implique immédiatement un certainchoix de méthode sur leq~e: j'essaier~ le líe a un << rang >> fonctionnel mais íntroduit ce rang dans une série et en
tout de m€me enfin de revenir un jour de fa9on plus longue, ~ats Je vou~rms décrete en méme temps la substitution toujours possible. Et l'on pourrait
tout de suite vous indiquer qu'en choisissant de parler ou ~e part~r ~e la prat.¡q~te
gouvernementale, c'est, bien súr, une maniere tout a fatt ex?lJctte de latsser
de cOté, comme objet premier, primitif, tout donné, ~n c:rtam nombre de .ces 21, Michel FoucAULT, Naissance de la bíopolitique, Cours au ColU:ge de Frunce (1978-1979),
notions comme,par exemple, le souverain, la souveramete, le peuple, les su}ets, EHESS/Gallímard/Seui!, Paris, 2004, p. 4-5. Nous soulignons.
22. Miche! FoucAUlJ, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Gallimard, Paris, 1975.
FoucAULT, MARXISTE HERf:TJQUE ? H!STOIRE, suBJECT!VATION ET uBERTÉ 167
MARX & FoucAULT
166

· • t t l' · t'on de la pouvoir présupposer, en amont, la présence d'un sujet (de classe) dout la
presque penser que Foucault va plus Iom : apres ou , mven ' .
fi"ure du citoyen, telle qu'on la trouve dans les tenues du contra! ~ocml,
seule hístoricité possible soit celle de la prise de conscience qu'íl finit par
avoir de luí -méme, de la conscience de sa propre exploítation ? La critique
obéit a un fonctionnement analogue- individuation et pourtant pnnclpe
de l'effet « dissolutif »que les analyses foucaldiennes semblentfaire subir
d'égalité absolue, hiérarchisation et pourtant pennutabilité, séparation et
au pouvoirest en réalité jouée il un double niveau: le pouvoír est ce contre
pourtant massification. En somme: l'invention de la démocratle, comme
l'invention de la production en série dans la structure d'usine, constrmt ses
quoi doivent pouvoír se définir les sujets en lutte; le pouvoirest, son tour, a
incamé par un certain nombre de << sujets » qui perdent leur cousistance
propres sujets avec soin: !'une comme l'autre .o?t besoin defair~ s'entre-
croiser la ligue de la distinctJOn avec celle del eqmvalence , et e est de. la
a
propre s'ils sont exposés la fragmentation du Pouvoir (« avec uu "P"
majuscule '?· disait ironiquement Foucault) en de multiples rapports de
jonction de ce double systeme de coordonnées que na!t la grru;de << m1se
pouvoir. L'Etat, la bourgeoisie en tant que classe, sont eux aussi des sujets.
en tablean» qui va non seulement sous-tendre les obsesstons taxmom1ques
Dans un compte rendu publié dans le jo urna! du PC! L' Unita en 1977,
du xvm' siecle mais accoucher d'une partie de la pensée coutractuelle de
apres la traduction italienne de Surveiller et punir, Alberto Asor Rosa- qui
Rousseau, serpenter dans l'organisation spatiale des couvents, des écoles,
est un remarquable historien de la littérature italienne et était a l'époque
des hópitaux et des casernes, et présider évidemment a l'orgamsanon de
l'uu des intellectuels les plus infiuents du Partí communiste italien- insiste
la production sérielle de biens matériels dans les usmes.
précisément sur le danger de cette dissolution que l'historicisation des
sujets (et la parallele démultiplication << microphysíqne >>des pouvoirs)
CRITIQUES MARX!STES
a fait courir al 'analyse politique. A force de vouloir arracher l'histoire a
les <<muse! es et les nelfs del' appareil jurídico-idéologico-institutionnel >>,
Si j'ai brievement mentionné Sundller etp~~ir- alors qu:en ré~lité
écrit tres durement Asor Rosa, et de chercher il démembrer littéralement
le pouvoir, Foucault ne risque-t-il pas de se retrouver face a du vide ? En
bien d'autres textes de Foucault aurment pu !Cl etre convoques~· e est
somme: << Décapitez le sujet, coupez la tete au Roí, bloquez le langage et
paree que jamais ouvrage foucaldien ne fut plus froidement accue!lh · On
dira, non sans raison, que le livre u' a pas été immédmteme~t per9u pa; les
le d1alogue, et vous aurez l 'Histoire, la vraie » ironise le critique italien :
philosophes comme leur appartenant, et que l' énonne quanl!té de,matenau
une maniere de di re que sans camps défiuis, sans sujets transparents eux- a
mémes, el surtout sans un clair vis-a-vis des parties qui s'affrontent, tout
historique qu'il présentait a contribué a en bromller la comprehens10n.
discours déconstruísant les prétentions d' uní versalité et d' anhistoricité des
Mais si 1' on se réfere al' ensemble des recensions publiées apres la sortw
sujets poli tiques devient eu réalité un obstacle politique.
du livre", en particulier en ltalie, ou le livre a immédiatement beauco~p
circulé et ou ¡¡ a alimenté un importam débat avec le marxtsme t!llllsalpm, Aujourd'hui, le c,onstructívisme foucaldien est accepté de maniere
on ne peut qu'étre frappés par !'argument qui revienten permanenc~: che~
relat1vement facile. A l'époque, ce qui frappe cependant, c'est la totale
dissymétrie entre la maniere dont, depuis 1'édífice du marxisme- ou des
Foucault, on ne sait plus ce que c'est que le pouvoir,quels wnt les suJets qm
subissent le pouvoír- et pour finir, ou sont passés les << suJet~ de dasse » ·
marxísmes -, ont réagi les historiens d'une part, et les philosophes de
Les manifestations d'incompréhension théorique et pohtrque se mul- l'autre. Le grand livre de Edward P. Thompson, The Making ofthe English
típlient face a l'historicisatíon des sujets, et plus encore d~vant .celle du
Working Class 24 , dont la publication remonte il. 1963, et dont le titre reven-
dique alui seul cette idée d'une émergence,oud'une «fabrique» historique
pouvoir lui-meme : si les sujets sont constrmts par/dans l h1stmre, et SI
de la classe ouvriere, est de ce point de vue emblématique. The Making :
le pouvoir se fragmente en une microphysique de rapports qm, dans leur
extension, perdent en visibilité et en uní té, pouvons-nous encor~ ¡dentilier
une naissance, une fonnation, et nou pas (seulement) une << position >> et
uue identité de classe. Pour res ter sur le cas spécifique du marxisme tran-
les parties confiictuelles qui sontenjeu- oppresseurs et oppnmes, patrons
et prolétaires ? Ce qui veut anssi dire : comment 1magmer encere la pos- salpin, en ltalie, oille livre est traduit des 1969, bieu plus tót qu'en France
sibilíté d'une lutte des classes? Celle-ci n'exige-t-elle pas au contra1re de done, le titre original est symptomatiquement << gommé »de cette idée de
<<fabrique >> historique : il devient Rivoluzione industria/e e classe ope-
23. La plupart de ces comptes~rendus, franyais ct étra~gers, ont.été récemm.ent réunis
et republiés ensemble, voir Philippe ARTL8RES, Jean-Fran9m~ BERT, P1~rre LA~couM:"<;, ~uca
PALTRlNJPRl, Judith REVF.L, Jean~Claude ZANCARJNJ {dir.), Surverller et pumr de M1chel foucauft,
24. Edward P. THoMPSON, La Formation de la classe ouvriáe anglaise, Seuil, Paris, 1988.
Regards critiques ( 1975-1979), Presses universitaires de CaeniiMEC, Caen, 2010.
MARX & FOUCAULT
FOUCAULT, MARXISTE HÉRÉT!QUE ? HISTOIRE, SUBJECTIVATION ET L!BERrÉ 169
168

raia25 - révolution industrielle et classe ouvriere- et évacue discretement pédeutique a une analyse pour, ainsi di re" par rebond >>,de notre propre
la dimension du Making de la couverture. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard présent. De cette concaténation de l'archéologie et de la généalogie, on a
si le livre, qui a eu une circulation fondamentale dans le débat italien de un exemple clair quand, lors du cours de 1978-1979 sur la Naissance de la
l'époque, a en réalité surtout représenté une référence centrale pour tous biopolitique, Foucault faít non seulement suivre al'analyse de l'économie
ceux qui, de l'intérieur d'un marxisme largement redéfini par l'opéra!sme, politique libérale du XlX siecle une double actualisation contemporaine
0

insistaient de fait, en rupture déclarée avec l' orthodoxie du PC!, pour faíre (l'analyse de l'ordo-líbéralísme allemand d'une part, celle de l'École de
de la subjectivité a la fois le produit et l'acteur des processus historiques, Chicago, de l'autre), mais aussi lorsqu'il pose le probleme présent de la
c'est-a-dire aussi le moteur des luttes et du capital. figure de !'Hamo oeconomicus comme entrepreneur de soí-méme en se
Pour Foucault, cette idée- fondamentale dans son projet d' une histoire référant ii des textes quí remonten! au milíeu des années 1960 el au début
des systemes de pensée, qu'il s'agit toujours de rendre compte de« nais- des années 1970- c'est-a-dire aux dix demíeres années par rapport asa
sances >>, est essentielle: elle est affirmée des Naissance de la clinique, en propre situation historique (1979).
!963 26 ; puis reprise dans le sous-titre de Surveiller et punir (Naissance de De l'autre, ce qui émerge de maniere puíssante, c'est l'idée nouvelle que
la prison), et dans le cours de 1978-1979 (Naissance de la biopolitique). l'attitude critique (qu'on se souvienne: la« vie autre >>,la recherche de la
Parallelement, l'impact du li vre de Thompson sur ses recherches est tout différence possible) doit aussi etre déc!inée comme volonté de constitution
a fait visible, des le début des années 1970- par exemple dans le cours de formes-sujet inédites. C'est en effet acela qu'amene l'historicisation:
au College de France de 1972-1973, La Société punitive'7 , oil la référence l'histoire des modes de subjectivation, si elle est poussée sur le bord extreme
aux analyses thompsoniennes est un sous-texte presque permanent des de l'histoire, la oii l 'histoire s'ouvre a la transformation créative de ce qui
analyses proposées. Mais, encore une fois, ce qui doit ici nous frapper, me paradoxalement est déja la, implique aussí une politique de J'invention
semble-t-il, c'est que si le probleme de l'historicisation des sujets, et l'idée de soi. La subjectivation n'est pas seulement un prob!eme éthique lié au
tres foucaldieuae que les sujets, loin d'étre les conditions de possibilíté de « retour >> de Foucault vers une série de corpus de philosophie ancienne.
1'expérience (e' est-a-dire aussi ceux de!' action poli tique), sont construits C'est essentiellement Je point d'arrivée d'un parcours qui était au départ
dans/par l' expérience historique et onl désormais droit de cité parmi les purement méthodologique, et qui s'est fait polítique.
historiens et les sociologues, demeurent souvent difficiles ií accepter En 1984, quelques mois avant sa mort, Foucault accorde un entretien
pour les philosophes. La philosophie reste réticente des lors qu'il s'agit a l 'anthropologue américaín Paul Rabinow. ll y déclare :
d'abandonner l'idée d'une imputabilité des actions, et la maniere dont Richard Rorty fait remarquer que, dans ces anal yses, je ne fais appel a aucun
celle-ci doit a son tour permettre l'inscription des sujets dans l'histoire. « nous }> -a aucun de ces « nous » dont le consensus, les valeurs, la traditionalité
fonnent le cadre d'une pensée et définissent les conditions dans lesguelles on
peut la valider. Mais le problCme, justement, est de savoir si effectivement e' est
bien a l'intérieur d'un « nous » qu'íl convlent de se placer pour faire valoir Jes
LA QUESTION POLmQUE DU « NOUS >> A VENIR princípes qu'on reconnait et les valeurs qu'on accepte; ou s'il ne faut pas, en
élaborant la question, rendre possible la formation future d'un « nous », C'est
J' aímerais conc!ure par un demier point. A la fin de sa vi e, Foucault faít que le « nous >> ne me semble pas devoir Ctre préalable a la question : ¡¡ ne peut
subir au theme de l'hístoricisation des sujets une inflexion d'importance. étre que le résultat- et le résultat nécessairement provísoire- de la question telle
qu'elle se pose dans les termes nouveaux oú on la formuie 28 .
Celle-ci procede en deux temps.
D'une part, on l'a vu, la reconstruction archéologique de la maniere Le« nous >> -comme en réalité le« soi », auquel Foucault avaít consacré
dont une certaine forme-sujet peut émerger en un moment précis doit etre bien des analyses entre la fin des années 1970 et le début des années 1980
complétée par une analyse généalogique : l 'archéologie est toujours pro- ne précede jamais l' expérience historique.ll en est au contraire remodelé
et modifié en permanence, il en représente le produit. Cela n'empéche en
25, Edward P. THOMPSON, Rivolu:ione industriale e classe operaia in lnghilterra (1963), rien de penser politiquement que la formation future d'autres « nous >>,
Saggiatore, Milan, 1969, et d'autres formes de rapport a soi, constituent précísément le terrain sur
26. Miche! FoucAULT, Naissance de la cliníque. Une archéologie du regard médical, PUF,
Paris, 1963.
27. Mi che! FoucAULT, La Soctété punitive. Cours au Coll?!ge de France ( l972-197 3), 28. Mi che! FoucAULT, « Politique, polémique, problématisation ~>,in Dits et écrits ( 1954-1 988),
Gal!imardJSeuil/EHESS, París, 2013. GaBimard, Paris, 1994, tome IV, p. 594. C'est moi qui sou!igne.
170 MARX & FouCAULT

lequella recherche de la" différence possible » peut el doit se matériali-


ser. Au « gouvernement de soi et des autres », dont .Foucault nous laisse
l'analyse de certaines formes historiques, il faut ajouter l'invention de soi
et des atltres. C'est en cela, peut-etre, que consiste la le<;on de Foucault,
philosophe politique de l'hístoire: de l'archéologie a la généalogie, et de
la généalogie a 1'ontologie politique. En quoi Marx est-il fondarnental en
cela ? C' est i\ Foucault qu'il revient de le réaffinner avec force :
Nous toumons hl autour d'une phrase de Marx: l'bomme produit l'homme.
Comment l'entendre? Pour moi, ce qui doit 8tre produít, ce n'est pas l'homme
te! que 1' aurait dessiné la nature, ou tel que son essence le prescrit ; nous avons a
produire quelque chose qui n'existe pas et dont nous ne pouvons savoir ce qu 'il
sera. Quant au mot « produire », je ne suis pas d 'accord avec ceux qui entcndraient
que cette production de l'homrne par l 'homme se fillt comme la production de
la valeur, la production de la richesse ou d'un objet d'usage économique; c'est
tout aussi bien la destruction de ce que nous sommes et la création d 'une ehose
totalement autre, d'une totale innovation 29 .

111.
Lire Marx apres Foucault

29. Duccio TRoMBADORI, « Entretien avec Michei Foucault :>),in Michel FouCAULT, Dits et
Écrits ( 1954-1988), tome II, p. 74. C'est moi qui souligne.
12

La subjectivité retrouvée. Une expérience


marxiste de Foucault

Antonio Negri 1

MARX APRÉB FoucAULT

La question que j'aimerais me poser aujourd'huí est simple: commenl


est-ce que j'ai tenté delire, dans mon travail, Marx ave e etapres Foucault?
J'aimerais temer d'analyser rapidement cette expérience, ll s'est agi de
fixer des axes de lecture marxiens quí s'organísentautour d'un dispositif de
subjectivation emprunté aFoucault, et dont j'essaierai de montrerqu'il es!
ala fois susceptible d' etre appliqué anotre propre actualité et qu 'il engage
une ontologie, Si, iU'inverse, Jire Marx signifie avoir une volonté radicale
de transfonnation de l'étre historique, la subjectivation foucaldienne doit,
me semble-t-i!, étre confrontée a cette déte~minatíon,
J'ai done pensé que, sur la base des intuitions et des conclusions fou-
caldiennes, le ton et le style fortement historicisés del' économie poli tique
marxienne devaient etre tres clairement articulés a 1'anal yse matéria!iste, 11
ne s' agissait pas seulement de Jire ensemble les textes hístoriques de Marx
et ses autres travaux (en particulier ceux qui concernent la critique del' éco-
nomie politique), mals d'approfondir et de développer de maniere généa-
logíque son analyse des concepts, c'est-a-díre l'ouverture de ces mémes
concepts a notre propre présenL L'approche foucaldienne m'a pennis non
seulement de saisir la subjectivation, mais d'insister sur la subjectivation
de la lutte des classes entendue comme agent du processus historique, ll
est évident que l' analyse d'une !elle subjectivation doit étre en pennanence
renouvelée et confrontée aux détenninations et aux transformations que
les concepts subissent daas le processus historique, Et tout cela, dans le
cadre de la pensée foucaldienne, en dehors de toute dialectique, ou de toute
téléologie- en assumant au contraire la subjectivation historique comme
un disposítif qui n'est ui causal, ni créatif, mais qui est daus tous les cas

l. Traduit de l'italien par Judith ReveL


MARX & FoucAULT LA SUBJECTIVI'rt RETROUVÉE. UNE EXPÉRIENCE !VIARXISTE DE f'OtJCAULT !75
174

déterminant, A la maniere de Machiavel : un matérialisme historique pour d'un autre', comme l'effet d'une lutte de classe possédant une incidence
nous. Deux exemples de cela, parmi tant d'autres. Quand Marx définit, ontologique. Les nouvelles caractéristiques de la subjectivation prolétaire
dans le Capital, le passage de l'extraction de la survaleur absolue il celle - résistante ou active comme force productríce (singularisée et cogniti ve)
de la survaleur relative, et qu'illie ce passage aux luttes ouvrier~s pour permettent de replacer la lutte de classe- entendue comme le moteur de
la réduction de la joumée de travail - lil, précisément, la subject¡vatwn ce développement capitaliste, et de son éventuelle críse finale- au centre
de classe et ¡' íntensíté des luttes deviennent essentielles dans le passage du développement capitaliste. Et cessons, achaque fois que quelqu'un
lui-meme. Elle définit en effet d'une part la transformation ontologique parle d'une éventuelle fin du capitalisme, de l'accuser de téléologie histo-
de la structure de la valorísation capitaliste, et de l'autre la transformation riciste ... Ce sont, au contraire, ces analogies entre Marx et Foucault qui
(ou !'iunovation) du rapport entre composition technique et composítion permettent de relancer ou de renouveler le sens de la « lutte des c!asses >>
politique de la subjectivité ouvriere. En somme: c'est la lutte qui rend comme Begriff des Politischen.
possible l 'événement et la transformation ontologique elle-meme'. . Dans ce contexte, on a pu- el c'est le troisieme point queje voudrais
Deuxieme exemple. Quand Marx passe de l'analyse de la« subsompt10n signaler- avancer dans l'analyse de la« composition techníque »de la
forme!le » a ce!le de la " subsomption réelle » du travail sous le capital, il force de travail, en insistan! sur le rapport que la subjectivation antago-
s'agit surtout d'une hypothese sur le développement historique du mod~ niste oppose au commandement capitaliste. Dans une perspective foucal-
de production capitaliste3 Marx tire de la description de ce passage (qm dienne, a partir de l'analyse des « techniques de soi 6 >>, on peut en effet
touche le processus de production de la survaleur et sa transformat!On en approfondir l'analyse de l'efficacité du travaí! vivant, quand ce travail
profit) différentes figures possibles de l'extraction de survaleur. Sur cette vivant se réapproprie des portions de «capital fixe >>.Cela signifie que
base, historíquement fondée, il introduit l'analyse de la reconfiguratwn la force de travail non seulement subit l'assujettissement du mode de
continue des catégories de l' exploitation au cours de différentes époques production capitaliste mais que, en se subjectivant, au niveau du capital
du développement capitaliste. C'est dans ce contexte, par exemple, qu~ cognitif, elle réagit en constituant de nouvelles figures du travail vivan!.
le concept de dasse ouvriere peut etre soumis a la critique- paree qu'1! Cel!es-ci, paree qu'elles s'appropríent des fractions du capital fixe, déve-
se transforme et se consolide selon des figures différentes dans le passage loppent une productivité supérieure.Autour de ce theme, il est aujourd'hui
de la" manufacture» a la« grande industrie»- et aujourd'hui dans le possible de saisir l'excédence caractéristique du travail vivant cognitif et
passage du capitalisme industrie! dans sa version fordíste--: plus ou moi~s d'approfondir l'analyse de sa productivité biopolitíque. Cette figure de
socialisée- au capitalisme financíer. Le concept de « multltude » peut !Cl capital, et celle de pouvoir, qui sont toujours interactives dans le rapport
représenter, me semble-t-il, un instrument efficace pour décríre !~s déter- de force qui les constitue, son! tout aussi interactives dans le rapport qui
minations actue!Jes du « travail vivan!>> au sens « cogml!f », smguher, prés1de aux processus de subjectivation. Nous devons peut-etre reprendre
p!uriel et coopératif4 • qu'il peut précisément.servir non p~s il ici la pensée de Simondon, non pas tant en l'utilisanl et en la développant
éliminer le concept de classe ouvriere, mais acontnbuer asa redéfimtwn. en termes d'intersubjectivité et de transindividuatíon, qu'en termes plus
Dans une perspective théorique de type foucaldien, il a été égaJement deleuziens o u guattariens, de transformatíon machinique des corporéités et
possib!e de considérer le concept marxien de capital- sí on l~ prend dans de la subjectívité. Dans cette perspective machínique, s'il manque pmfois
son déve!oppement historique, depuis la manufacture JUsqu i\ la grande chez Deleuze l'élément antagoniste de la subjectívation, ce demier peut
industrie, de la figure du capital social a ceUe du capital financier- en líen bien etre en réalité réintroduit en insistan! sur les intuitions de Foucault De
étroit avec le concept de pouvoir te! que Foucault le définit, e' est-i\-dire la méme maniere que la lutte des classes traverse la composition organique
comme le produit d'un rapport de force, comme une action sur l'action du capital, il y a- et cela devra etre reconnu comme étant de plus en plus
central- un élément machi ni que, qui est déterminé par la lutte des classes, et
qui appartient ala composítion technique de la force de travail antagoniste.
Apres Foucault, ce développement du discours marxíen devient possible.
2, Karl MARX, Le CapitaL Livre J, PUF, Paris, 2009, section I~I, chapitre vnL
3. Karl MARX,I..e Capital. Livre J,Manuscrits de 1863-1867, Editions sociales, Paris,2010, 5. Michel FoüCAULT, «Le sujet et le pouvoir >>,in Dits et écrits (1980-1988), Gallimard,
Paris, 1994, tome IV, p. 222-243.
chapitre !V, p. 179~210.
4. Voir Michael HARDT ,Antonio NEGRI, Multítude. Guerre et démocratie a l'áge de l'Empire, 6. Miche! FoucAULT, Subjectivité etvérité. Cours au ColU:ge de France ( 1980-198!), EHESS/
GaUimard/Seuil, París, 2014, p. 299 et s.
L~Découverte,Paris,2004.
176 MARX & FooCAULT LA SUBJECTIVITÉ RF:fROUVÉ.E. UNE J::<-:xPbRIENCE MARXISTE DE fOUCAULT 177

Dans le rapport de classe, tel qu'on peut l'étudierdans le sillage de la pensée soute, et e' est dans la « gouvernementalité >> que s 'articulen! de maniere
de Foucault, la dimension ontologique n'est pas un fond mais une machine plurielle des productions de pouvoir différentes el diffuses.
productive. L'agir commun, l'hégémonie productíve du commun dérivent Seconde différence. Chez Marx, la domination est celle du capital,
non seulement de la transformation du travail en machine cognitive, maís les dynamíques historiques du développement social se suívent selon le
surtout de la transformatíon anthropologique qui la sous-tend, des com- rythme des différentes « subsomptions >> selon une perspective univoque
portements dont elle se nourrit, de la nouvelle puissance technologique. de capitalisation, voire meme d' « étatisation du social». Chez Foucault, le
Si elles s 'enracinent dans 1'Antíquité, les technologies de soí débordent biopouvoir se décentre, sa diffusion se produit par germinations différentes,
largement ce cadre et donnent lieu aune nouvelle anthropologíe quin' a plus et les articulations du pouvoir se singularisent. On est en présence d'une
aucune caractéristique naturelle, identitaire, et qui redéfinit l'homme apres « socialisation du poli tique ».
la « mort de l 'homme >>. La recherche foucaldienne avait commencé avec Troisíeme différence. Chez Marx, le communisme s' organise atravers la
1' analyse del'« accumulation des hommes », qui se donnait en meme temps dictature du prolétariat, qui, seule, peut construí re la transition de la société
a
que l'accumulation originaire du capital ; présent, avec la composition capitaliste a une société sans classes. Chez Foucault, le régime politique
technique du travail, il s'agit d'approfondir la transformation des corps de la libération s'organise i\ travers la subjectivation, comme liberté qui
productífs, des modes de vie; et il s'agit d'affirmer de maniere définitive se singularise dans la production, et quí affirme sa capacité illimitée a
que les « modes de vie » sont de venus des « modes de production >>. construire du bonheur commun.
Enfin - quatrieme poínt, et je le dis ici de maniere tres schématique : Le probleme est de comprendre sí ces dífférences évidentes peuvent
a
si ou pose le rapport Foucault/Marx partir de la théorie foucaldienne de etre corrigées, ou réconciliées. Les divisions conceptuelles (quise donnent
la subjectivation, le communisme ne pourra qu'etre considéré comme le pourtant sur la base d 'une méme ligue ontologique) peuvent-elles etre effa-
proces qui compose ensemble la production du commun et la subjectivation cées ? Elles peuvent certainement etre rendues moins importantes qu' elles
démocratique, c'est-a-dire la singularisation de la multitude. C'est la que n'apparaissent au premier abord.
l'ontologie productive retrouve le concept de commun. Par exemple, concernant la premiere différence: e hez Marx, la concep-
tion organique de l'État et du commandement est fortement atténuée, au
niveau politique, par l'analyse historique du comportement des classes
DIFFÉRENCES ET RESSEMBLANCF"'i sociales, par le dispositif interprétatif de la « guerre de classe » et de ses
effets transitoíres et multiples ; mais également par les hypotheses (et par
A présent que j'ai dit en quoi Foucault m'a été utile pour lire Marx, les critiques) « communardes » développées dans ses différents écrits his-
j'aimerais cependant revenir en arriere et reprendre l'analyse d'tm point toriques. C' est dans tous les cas essentiellement sur le terrain de la critique
a
de vue moins subjectif, pour donner des bases plus patentes ce type de de l'économíe poli tique que cette conception est profondément modifiée
lecture qui a été le mien. - quand, de l'analyse des processus productifs et reproductifs (dans des
Sí 1' on parcourt le siecle qui va de Marx a Foucault, et que l' on analyse a
figures fortement centralisées et abstraites), Marx passe l'analyse de la
la diversité des formes d'exploitation, de luttes et de modes de vie, nous circulation social e des marchandises, et que, des processus de production,
repérons en réalité un certain nombre de différences.ll s'agitde différences, il remonte ala fonnation de la valeur; puis, qu'íl redescend vers l'analyse
probablement grossieres, sans doute limitées, mais qui se placen! malgré a
du salaire, et par conséquent la description des classes sociales et des
tout au centre de 1' analyse du lexique poli tique aussi bien de Marx que de modes de vi e. La multip!ication et la diffusion des mécanismes de pouvoir
Foucault. Elles donnent l'impression d'une distance tres grande. J'essaierai esquissent alors des espaces réellement tres vastes- quand la société devient
plus avant de voir si ces différences peuvent malgré tout etre replacées dans l'usine, les dispositifs de pouvoir essaiment, se diversifient, et, a partir de
une perspective commune- ce qui est évidemment mon hypothese. Mais ces différences, se mettent littéralement a pul ser.
pour l'ínstant, arretons-nous a ces différences. a a
Passons la seconde différence. Parallelement cette « capitalisation >>,
Premíere di:fférence. Chez Marx, l 'unité du commandement se maintíent a
c'esHl.-dire l'étatisation de la société (quise présente de maniere extre-
dans la figure du pouvoir souverain. Le gouvemement est unifié dans la mement violente dans l'accumulation originaire), il y a également chez
volonté du capital. Chez Foucault, l'unité du pouvoir est au contraire dis- Marx une certaine « gouvernementalisation » ou « socialisation del' État »
qui appara!t de maniere évidente dans le processus de transformation
178 MARX & FoucAuLT LA SUBJECTIVITÉ RETROUVÉE. UNE EXPFRIENCE MARXISTE DE FOUCAULT 179

du mode de production capitaliste - de la << subsomption formeUe » ala GRAMMA!RES DU POUVOIR


« subsomption réelle ». Je pense ici aux analyses de Roberto N1gro, qm a
ínsisté essentíellement sur ces analogies de la subsomption chez Marx et Je penseque si !'on reprend Foucault il partir de 1977-1978, et qu'on lit,
Foucaulf ; ou a celles de Pierre Macherey, qui a cherché a saísír a travers paralle!ernent aux cours, les analyses foucaldiennes de la toute fin, on peut
l' analy se des transformations de la société cette mutation spécifique qui en réalité le lire non seulement cornme philosophe mais comme militan! (les
transforme le « sujet produit >> en« sujet productif », et qui est chez Foucault cours a u College de France ont en réalité cette tonalité bien particuliere qui
8 pennet aussi cette autre lecture). Sur la base de ces textes, on peut définir
au camr du probU,me de la subjectivation
Troisieme différence a présent: le communísme marxien, la díctature du que! que chose quí va bien au-dela du simple probleme- somme toute assez
prolétariat, et son renversement ontologique dans les différentes formula- superficie! - des différences el des éventuelles ressemblances entre Marx
tions de la subjectivation foucaldienne. Lit encore, on peut peut-étre ten ter et Foucault: quelque chose qui permet bien plutót de définir pour l'un
d'établir une certaine convergence, si on pense par exemple aux pages que comme pour l' autre une sorte d 'cnracinement commun - l' enracinernent
Marx consacre dans les Grundrísse au communisme, au general intellect d'une ontologie du présent.
et a 1' « índividu social». La ressemb!ance est particulierement évidente Dans les années qui m' intéressent, Foucault élabore 1'articulation entre
a
si on confronte ce texte aux cours de Foucault partir de 1978 : peut-iltre éthique et politique et définit un « rapport a soi » qui es!, au rebours de
est-ce le fruit chez Foucault de discussions menées avec des amís, collegues toute opération individualisante ou de toute reprise du sujet cartésien,
ou collaborateurs ; c'est sans doute aussi 1' enregistrement visible de toute une constitution collective du sujet et son enracinement dans le proces
une historiographie de dérivatíon marxiste- je pense particulíerement au historique. ll en érnerge a la fois une destitution du sujeten tant que tel,
travail d'Edward PalmerThompson. et un travail sené sur la ou sur les figures que peut, ou peuvent, prendre
Cependant, et pour conclure sur ce point, si certaines ressernblances le ou les « Nous » en tant que sujets collectifs, et du rapport entre Je et
rapprochent nos deux auteurs autour d'un certain nombre de thématiques a
Nous, la fois comme devenir et comme multip!icité. Le" Nous >> est une
centrales pour la pensée rnodeme (l'État, la société, le sujet), elles ne nous multitude, et le « Je » y est toujours défini dans le rapport aux autres. Sí
permettent malgré tout que de les placer a l'intérieur d'une paradoxale l'on analyse le souci de soi, sur lequel Foucault s'attarde si longuement,
dissolution de la modemité, et non du cóté du développement d'une nou- on s'aper~oit parfaitement bien, par exemp!e, que ce souci n'est réductible
velle ontologie. Pourtant, il faut remarquer aussi qu'en commentantles ni a une pratique individuelle, ni ace que Judith Revel décrit dans un texte
différences et les ressemblances de Marx et de Foucault, nous nous somrnes récent comme- je cite-« une réponse individuel!e face un pouvoir a
a
référés ce Foucau!t spécifique qui arrivejusqu'au toumant biopo!itique des a a
qui tend lui-méme construire et modeler, selon ses propres nécessités,
cours de 1977-1978 et 1978-!979. Les analogies que j'ai essayé de pointer l'individu. Pour le di re de maniere brutale et schématique, le soi grec n'est
demeurent encore tres confuses. Les concepts sont traités de maniere encore pas le Je cartésien, et n'est pas non plus ajortiorí l'individu construit par
ambigue. ¡¡ suffit de penser que chez Marx, pour le premier et le second le libéralisme politique el économique dont Foucault décrit la naissance
exemple, toute accentuation discursive n' est jamais donnée en termes de en 1978-1979' ».
singularisation mais dans une extreme« abstraction >>. C'est exactement a
L' éthique se propose précisément l' entrecroisement de !' etre et du
1' inverse qui se produit pour Foucault. faire. Le décentrement du soi par le biais des pratiques ouvre un processusa
de subjectivation qui est, des lors, entierement poli tique. C' est ici que les
cyniques triomphent et que la parresia apparaít pour ce qu'elle est aussi :
non seulement une volonté (de dire-vrai) mais cornme un terrain de vérité.
Mais pour affirmer cela, il faut insister non seulement sur le couple pou-
voirlrésistance, el sur la dissymélrie entre les deux termes alors m~me que
!'un et l'autre se donnent toujours ensemble, mais surtout sur le caractere
7, Roberto N!GRO, « Subordination réelle et pouvoir biopolitique.Autour de Marx et Foucau!t >?, ontologique de cette différence. Cette dimension ontologique apparaít dans
Actuel Marx en ligne, n° 13, novembre 2002, Consultable en !igne: <http://actuelmarx,u-paris 10.
fr> et «Les enjeux d'une confrontation avec Marx>>, in PhilippeART!ERES et al., Míchel Foucault,
Cahiers de l'Herne, Paris, 2010, p. 142-146. 9. Judith REVEL, (< Tra po!itíca e etica. La questione dcHa soggettivazione », Euronomade.
8. Pi erre MAcHEREY ,Le Sujet des normes,Amsterdam, Paris, 2014, p. 149-212. Consultable en ligne: <wwweuronomade.info>,juin 2015.
MARX & FouCAuLf LA SUBJECTIVITÉ REfROUVf.E. UNE EXPÉRIENCE MARXISTE DE FOUCAULT 181
180

ÜNTOLOG!E DE LA PRAXIS
l'intransitivité de la liberté élément íncondítíonné méme quand il est pris
dans une ou plusieurs relatí~ns de pouvoír. C' estexactement ce quí s~ pa.-;se
avec le travail vívant, puissance íntransitíve dans le rapport decapll~l~ Dans la postmodemité, apres Heidegger, l'ontologie ne se définit plus
La vérité es! construite sur un terrain poi'étique qm prodmt de l etre comme le fondement du sujet mais comme un agencement linguistique,
nouveau. Les luttes de !ibération, par exemple, développent précisément pratique et coopératif, comme un tissu de praxis. C'est une ontologie de
une telle pratique íntransitíve de la liberté, d'une liberté qui crée la vérité. J'etre présent qui a brisé la continuité de la philosophie transcendantale telle
Dans le débat avec Noam Chomsky, quand on en vient aparler du désrr de qu'elle s'était fixée depuis Kant. Cette nouvelle ontologíe se« décroche >>
vérité du proléta.tíat, Foucault répond: « Je vous répondrai dans les termes littéralement de l 'ontologie moderne et de sa racine cartésienne, de !a cen-
de Spinoza. Je vous dirai que le prolétariat ne fait pas la guerrea la ':lasse tralité du sujet, et se construit sur une nouvelle matérialité des modes de vi e.
dirigeante paree qu'i! considere que cette guerre est juste. ~ pro!etanat L' écran épistémologique, qui était jusqu' alors considéré comme nécessaire
faít la guerre a la classe dirigeante paree que, pour la premrere folS da~s pour accéder a la réalité, s'écroule. C'est Heidegger qui s'avance sur ce
1'histoire, il veut prendre le pouvoir. Et paree qu 'íl veut renverser le pouvorr terrain. Mais e' est aussi Heidegger qui va paradoxalement le rendre impra-
de la classe dírigeante, il considere que cette guerre estjustew. >> • • ticable, paree que le travail techníque qni désormais constitue le monde se
Enfin, il est clair que le développement de tels processus de subJ~CtJva­ heurte avec l 'amvre elle-méme. Comme le dit tres clairement Heidegger:
tion conduit ala reforrnulation contínue de la grammaire (et des pratlques) La menace qui pese sur l'homme ne vient plus en premier lieu des machines et
du pouvoír. Si l'archéologie reconna!t la différence quí existe entre. un des appareí!s de la technique, dont 1'action peut éventuellement étre mortelle. La
passé et notre présent, et sí la généalogíe expérimente la dífférence possrble véritable menace a déjU frappé l'homme daos son etre. Le rCgne du Geste/lmenace
l'éventualité qu'a l'homme puisse etre refusée la possibilité de retoumer a un
entre demain et notre propre actualíté, tout cela n'est possible que paree dévoilement plus original,et d'entendre ainsi l'appcl d'une vérité plus initiale 11 •
que Foucault développe en réalité une enquete qui prend la f?rrne d'une
"ontologie de nous-mémes ». C'est a travers cette ontologre de nous- Chez Heidegger, ou l'étre n'est pas productif, la technique noie done
memes plantée dans le présent que nous avons la possibilité - mieux : la la production dans un destín inhumain et introduit dans la genese de la
nécessité- de mettre en crise les catégories de la modernité. On pourrart nouvel!e ontologie, la marque d'une perversion. La technique nous restitue
id donner de nombreux exemples, mais il me semble que ceux qui sont un monde dévasté, a waste land: id, de maniere inévitable, réapparaissent
les plus clairs et les plus centraux concement tous la nouve!le qualíté du alors les fantómes du sujet- fort bien représentés dans l'existentialísme
« travail vivan!», les nouvelles dimensious de sa capacité productive ·, ou heideggérien.
encore et c'est la un second élément qui est lié au premier, l'épmsement Entre Nietzsche et Foucault, je crois qu'un autre parcours se définit
des catégmies de public et de privé, etl' émergence d'un terrain qui est celui contre celui-lii. En opposition a Heidegger, dans la nouvelle ontologie, il
du « commun »,e! qui est précisément déterrniné par la ré-artJculat!On y a une bífurcation décisive qui ouvre a une sorte de << pulsation " com-
"Je >> et du « Nous »,la production du « Je » dans le travail du « Nous ». mune de la vie. La production de l'etre ne se donne ni dans la profondeur,
Ce qui est importan! dans cette séquence de l 'histoire de !' éthique et ni dans le transcendautal, mais elle s'organise dans la présence, dans
de l'action politique, c'est de constítuer la projection, ou plus exactement l'actualité, dans le soucí de la vi e. Je parle de<< pulsation >>, mais qu'il n'y
encore le disposítif d'une ontologie ouverte, d'une véritable production ait pas d' ambigulté : ríen de vi taliste ici, nous sommes dans la vi e social e
d'étre nouveau.ll est sans doute étrange de se díre que cette anal y se fouca!- et politique, pas dans la vie naturalísée, ou biologisée. La víe est toujours
dienne a vu le jour aun moment oil.les demiers échos de !'existentia!isn:e déja socíale et poli tique.
sartrien s'imposaient encore du cóté de la gauche révolutionn~ire. Mrus Chez Foucault, cette émergence d'une nouvelle ontologie du présent
contre Sartre, íl y a chez Foucault l'idée qu'il n'y a pas de hberte du SUJet, est, me semble+il, remarquable- et le fait est que nous y sommes tous
ou de nécessité du fait, mais une détermination nécessaire du contexte plongés. Un etre commun : ou la dépendance récíproque et multilatéra!e
ontologique el pourtant son ouverture: la liberté de l'agir et du faire éthique. des singularités construí! !e seul terrain sur lequel il est possíble de ques-
tionner la réalíté el de chercher la vérité. Comme !'a remarquablement

1o. Míchel FoucAULT, «De la nature humaine. Justice contre pouvoir »,in Dits et écrits ( 1954- 11. Martin HaoEGGER, «La. question de la technique »,in Essaís et conférences, Gallimard,
Paris, 1958, p. 948.
1988), Gallimard, París, 2001, tome I, p. 1371.
MARX & FoucAULT LA SUBJECTJVITE RETROUVÉE. UNE EXPÉRIENCE MARXJSTE DE FOUCAULT 183
182

montré Píerre Macherey, les livres de Foucault, des les premieres années, désubjeclivation du discours ontologique, et on a alors utilisé la médiation
se placent « au début de la période des grandes querelles quí out marqué d'Althusser, C'est en effet avec une radicalité tres grande qu'Althusser a
un complet renouvellement des mauieres de penser et d' écrire héritées de proposé cette ligue: « L'individu est interpellé en sujet (libre) pour qu'il
!'immédiat apres-guerre- avec la remíse en cause simultanée du réalisme se soumette librement aux ordres du Sujet, done pour qu'il accepte (libre-
narratif, des philosophies du sujet, des représentations continuistes du ment) son assujettissement, done pour qu'il "accomplisse tout seul" les
12
progres historique de la ratioualité dialectique », , , gestes el actes de son assujettissement. ll n'est de sujets que par et pour
Se libérer de cette culture sígnifie se débarrasser du sujet souveram et leur assujettissemenl 13 , >> Nous en sommes bien conscients, ll n'en reste pas
du concept de conscience- et avec eux, de toute téléologie de l'hístoire, moíns que, dans ce processus, et paree qu'il s'agissait avant toute chose
Cela signifie concevoír l'ontologie comme tissu et comme produit de la de dégonder la subjectivité, de couper l'arbre qui portait les branches de
praxis collective,Au milieu des années 1970, quaudje lisais ce que Foucault tout spiritualisme possible, Althusser a paradoxalement fini par couper la
écrivait alors, j'avais l'impression d'une impasse et jeme demandais si branche sur laque!le il était lui-méme assís, Elje veux rappeler íci ce qu'en
cette impasse ~e devait pas etre surrnontée- au-dela du culle sttucturaliste dit tres justement Étienne Balibar: << C'est (seulement) dans le proces
de l'objet et de la fascination spirilualiste pour le sujet-, par une poussée sans sujeten tant que proces historique que la "constitution du sujet" peut
de la subjeclivation, vers une conslruction ontologique de l'il-veuir, C'est avoir un sens", >> La critique marxienne du sujet ne peut en effet pas elre
exactement cequia commeucé a etre le cas,je crois, a partir de la fin des traduile en une figure non qualifiée, ou indélerrnínée, de l'antihumanisme,
années 1970, L'historicité, et la puissance quien émerge, doivent étre récupérées, Sans
Chez Marx, nous sommes face a une forme d' enracinement onlolo- doute, c'est précisément dans l'ontologie du préseut que peut et doit ré-
gique similaire, Un enracinement dans et de la présence historique, et sa émerger un humanisme d'apres la mo1t de l'homme,
reconstruction continue, ll n'y a aucune métaphysique du sujeL Le tissu
ontologique estexactement le meme que celui que j'appelais il y a un instant
le << lissu de la nouvelle ontologie », Prendre au sérieux cette immédiateté
oulologique ne signifie absolument pas ne pas teuir compte de la diversité
des époques historiques, el par conséquenl aussi des<< modes de vi e» dans
l'histoire- modes de vie auxque!s la réflexion de Foucault comme, avaut
lui, celle de Marx, a consacré une grande partie de son travaíl,!! s'agit
simplement d' etre capable de les confronter sur une base homogeue,
ll s' agit done de procéder ií partir des quatre points que j 'avais tenté de
définir au début de cette intervention, et queje rappelle ici : 1'historicisalion
radical e de la critique del' économie politique ; la reconnaissance de la lutte
des classes comme moteur du développement capitalisle ; la subjecti valion
de la force de travai! et du travail vivan! daus les luttes, et l 'adéquation des
corps produclifs ala mutalion des rapports de production; et pour finir, la
définítion d'une subjectivation ouverte au commun,

UN HUMAN!SME APRÉS LA MORT DE L'HOMME ?

Souvent, daus le contexte du débat frau9ais, et al 'inverse de toul cela, on


a tenté de poursuivre sur ce terrain en développaut au conlraire l 'idée d'une
13. LouisAcmussER, « Idéologie et appareils idéologiques d'État (Notes pour une recherche) »,
Positions, f):litions sociales, Paris, p. 121.
12. Pierre MAcHEREY, « Présentation »,in MJchet FoUCAUtr, Raymond Roussel, Oallimard, 14. Étienne BALlBAR, {< L'objet d' Althusser -~,in Sylvain LAZARUs, Politique et philosophíe
dans l'ceuvre d'Althusser, Paris, PUF, 1993, p. 104.
Paris, 1992,p,3A.
DE LA PRAXIS AUX PRATIQUES 185

Marx dans cette premiere these, le tort de Feuerbach est de tenir l'attitude
théorique pour la seule attitude « authentiquement humaine2 >>.Bien Join
que la théorie soit en elle-meme opposée ii la praxis, e' est cette valorisation
13 du comportement théorique aux dépens de la praxis, réduite ainsi a ses
« manifestalions sordides >>, qui fait toute l'opposition de la théorie a la
praxis. On le voit, le statut du concept de praxis est tout entier suspendu
ala compréhension de cette opposition entre les deux « comportements >>.
De la praxis aux pratiques Tout en gardant a l 'esprit cette opposition de la praxis a la théorie,
il convient a présent de se demander : a quelle préoccupation théorique
répond la pluralisation radicale du concept de « pratique >> chez Foucault ?
Pierre Dardot Dans un entretien de mars-avril 1966, Foucault précise qu'il entend par
« archéologie >> moins une discipline qu'un « domaine de recherche » ou
un« style de recherche >>, celui qui est mis en reuvre dans des ouvrages
comme l 'Histoire de la folie el la Naissance de la clinique, puis poursuivi
dans Les Mots et les Choses. ll indique, relativement au premier de ces
LA PRATIQUE ET LA THÉORIE
trois ouvrages, qu'il s'est agi pour luí de faire apparaitre un certain savoir
Arebours d'un usage bien établi qui veut qu'on se refuse atraduire le implicite de la folie comme condition de possibilité des << counaissances >>,
terme manden de <<praxis », il faut pour commencer rappeler qu'.en alle: des<< instítutious >> et des« pratiques », dans une société donnée. On peut
mand « die Praxis » signifie ton! simplement « la pratique >>. On drra ams1 noter que la pluralisatiou des << pratiques >> ne jouit d'aucun privilege
die Theorie und die Praxis, la théorie et la pratique. Mais Praxis a .un sens particulier relativement a celle des connaissances et des institutíons. On
irréductible acelui de «mise en pratique >> ou d' « application », qur se dua notera simplement au passage que les pratiques son! ici exemplifiées par
tout aussi bien Anwendung. En tout état de cause, dans le texte de 1845 les << pratiques commerciales et policieres >>, soit, des pratiques extérieures
oií ce concept est élaboré, Praxis ne signifie pas l'action d'appliquer un: au théorique pur, mais en meme temps prises dans un savoir. Aussitót
théorie. Les Thi!ses sur Feuerbach parten! de l'opposition de la prat1que a apres Foucault ajoute cette remarque décisive : <<Ce style de recherche a
la théorie pour mieux valoriser la pratique comprise de man~ere n?uvelle. pour moi 1' intérel suivant : il permet d' éviter tout probleme d' antériorlté
Et cette valorisation vaut jusque dans l'exercice de la pensee, pmsque la de la théorie par rapport ala pratíque, et inversement. Je traite en fait sur
deuxieme these sur Feuerbach fait de la praxis, non certes le« critere de la le méme plan, et selon leurs isomorphismes, les pratiques, les institutions
vérité >>, mais 1'épreuve par la pensée de sa propre réalité o u de so~ ratta- et les théories, etje cherche le savoir commun qui les a rendues possibles,
chement a ¡'" icí-bas 1 , • Cependant cette primauté de la praxis ne srgmfi~ la couche du savoir constituant et historique3 • »La remarque de Foucault
pas qu'elle ait une antériorité a i'intérienr d'une,séque~ce tempor~lle qm est décisive. nne s'agit pas d'une désinvolture al'égard d'uue question qui
ne feraít qu'inverser la relation de la pratique a la theone: en d autres continuait d'occuper le monde intellectuel et politique de l'époque. Plus
termes la théorie n' est pas comprise comme une « express10n >> seconde profondément, c'est tout le probleme du rapport de la théorie en généra!
et différée de la pratique. La premiere these parle explicitement de." theo- ií la pratíque en général qui se trouve récusé en tant que probleme4 • Si les
retische Verhalten >>, soit littéralement de« comportement théonque >>, pratiques son! situées sur le meme plan que les théories scientifiques o u les
ce qui donne a penser que « Praxis >> signifie un comportement ou une institutions c'est paree que la couche du savoir implicite qui les a rendues
attitude opposée acelle quí est donnée ici pour caractéristique de la théone possibles est la meme pour une société donnée. C'est par la que les iso-
lorsqu'elle s'autonomise et prétend a l'exclusivité. Ce comportement est
proprement une maniere de se rapporter a la réalité, qu'il s'agiss~ de la 2./bid., p. 56.
nature extérieure ou des autres hommes : Verhiiltnis, « rapport », v1ent en 3. Miche! FoucAULT, Dits et écrits ( 1954-1988), Gallimard, Paris, 2001 , tome I, p. 526-527
(nous soulignons).
effet de Verhalten, «se conduire >> ou <<se comporter ». Précisément, iisuivre 4. Foucault était en revanche tres soucieux de préserver une sorte d' ~< aller et venue » entre
son travail théorique et sa pratique afin d'éviter gue la théorie ne {< fasse la loi )~ relativement a
une pratique actuelle (voir Michel FoUCAliLT, Dits et écrits ( 1954~1988),op. cit., tome JI, p. 1567).
1. Pierre MACHEREY ,Marx 1845,Amsterdam, Paris, 2008, p. 61 et s.
MARX & FouCAULT DE LA PRAXIS AUX PRATIQUES 187
186

morphismes s'averent révélateurs: il n'y a d'isomorphismes entre théories LA PRAXIS COMME « ACTlVITÉ OBJECflVE >>
et pratiques que pour autant que théories et pratiques sont les une~ et les
autres prises dans du « théorico-actif >>, comme dit Fouc~ult pour destgn~r Comment entendre done 1' opposition de la praxis et de la théorie a
la dimension propre du « savoir >> par opposition au « pranco-merte.». Mms, partir de Jaquel! e Marx élabore son propre concept de Praxis ? U n 'est
non content de situer les pratiques sur le méme plan que les théones et le~ pas question ici d'une partition intérieure a la réalité, entre d'une part, des
connaissances Foucault introduit en méme temps a un concept renouvele choses qui ne se dévoileraient qu' aune attitude pratique, et d' antre part, des
des« pratique~, en s'autorisant a parler de<< pratiques discursives >~, qui choses, relevant d'un autre domaine, qui, elles, ne seraient accessibles qu'a
releven! du champ de la science elle-méme, et pas seulement de prattques une attitude théorique. Aucun découpage ontologique ne vient sous-tendre
extérieures au champ propre de la science. On le voit, l'affinnation de la une telle opposition. Rien ici n'est similaire a l'opposítíon aristotélicienne
primauté de la pratique sur la théorie est doublement mise e~ question de la theória, activité de contemplation des intelligibles en leur nécessité,
par la démarche de l'archéologie foucaldienne. En pren;te~ heu,.en ce et de la praxis qui désigne l'action éthique et politique, en tant qu'elle
que les pratiques non díscursives, encare nommées « pre-dtscurs1;es » porte exclusívement sur le contingent. On est loin du montage théorique
ou" extra-discursives »,y sont traitées sur le meme plan que les theones du << Livre V!» del' Éthique ií Nicomaque qui associe episthne et theória
scientifiques ; en second lieu, et subséquemment, en ce que l~ dtscours pour mieux distinguer l'action (praxis) et la production (poii!sis), toutes
scientifique consiste lui-méme en des pratiques qui, pour etre dJs~nfS!ves, deux également relatives au contingent. C'est a l'égard des mémes choses
n' en son! pas moins de véritables pratiques. Cette plurahs~t!On rad1cale des que l'on peut adopter une attitude théorique comme une attitude pratique.
pratiques, qui différencie non seulement entre pral!ques dt~curstves el pra- Pour le di re plus directement, e' est moins la vision des intelligibles que
tíques non discursives, mais aussi, a l'intérieur du discurstf comme du non l'intuition sensible qui est ici en cause. Al'« intuition » qui s'abstient de
discursif, ne peut manquer d'affecter en son cceur le concept de prattque. toute acti vi té susceptible de troubler l 'objet donné au sentir par un contact
Ces considérations imposent d'examiner de plus pres le tttre de mon immédiat, et qui differe en cela du regard a distancc de la theoria antique,
intervention : "De la praxis aux pratíques ». Prisa la lettre, il donne a Marx oppose dans la premiere these sur Feuerbach le rapport actif que la
entendre la possibilité d'un passage de la premiere aux seco~des moyennant praxis entretient avec ces memes objets sensibles. En quelques lignes, la
une simple pluralisation du substantíf «la praxts >>. Apres tout, prusque praxis est désignée par le tenne de Tatigkeit diversement qualifié: d'ahord
«die Praxis>> ne signifie rien d'autre que<< la pratique », on pourraJt se appelée « activité sensiblement humaine », puis « acti vité sensible, effective
proposer de réécrire ce titre en disant : « De la pratique aux pratiq~es ». comme !elle », puis « activité objective »,la praxis est enfin définie comme
Ainsi refonnulé, ce titre semble indiquer que le passage du smguher au « activité "révolutionnaire", pratique-critique5 ». Et c'est précisément cette
pluriellaisse subsister un noyau de sens don! l'invariance. aurait pour objectivité de l'activité que Feuerbach méconnait completement lorsqu'il
fonction de garantir la possibilité passage conc~ptuel dtrect. Autan~ réduit unílatéralement l'objectivité ala forme sous !aquel!e sont donnés les
le dire d'entrée de jeu, mon propos sera de problémattser cette posslbthte objets sensibles, c'est-ii-dire en tant qu'ils sont irréductibles aux « objets de
en mettant en évidence la rupture introduite par le recours au pluriel et en pensée ».El e' est encore cette réduction del' objectivité id'« etre-immédia-
m'interrogeant sur ce qui peut bien subsist~r du concept de« pratique », lement-donné » du sensible qui apparait aMarx comme le« défaut principal
dans les conditions d'l111e te!! e plnralisation. A cette fin, mon argumentatton de toute la tradition antérieure du matérialisme ». ll est remarquable que cette
s'organisera en trois temps: dans un premier temps il s'agira d'établir en présupposition de l'ancien matérialisme soit partagée par l'idéalisme: ni
que! sens la conception marxienne de la praxis peut etre d1te umtatre ; l 'nn ni l 'autre ne parviennent en effet a saisir l' acti vi té humaine autrement
dans un deuxieme temps, il conviendra de souligner que, ehez Foucault, la que de fa~on subjective, c'est-a-dire comme pure pensée, le premier pour
pluralisation est chargée de signifier l'hétérogénéité des pratiques; enfin, en déplorer l'ineffectivité, le second pour en magnifier la puissance. Au
je m'attacherai a montrer que cette hétérogénéité requiert d'étre comprise matérialisme del' intuition (« intuitionnant »,si l 'on traduit littéralement le
en tennes de confiictualité. texte allemand), qui est un matérialisme de type théorétique, Marx oppose
done un matérialisme de la praxis en affinnant l'objectivité de l'activité
humalne elle-méme en tant qu'elle produit le donné sensible lui-meme.

5. Pi erre MACHEREY,Marx 1845, op. cit., p.39-40.


MARX & FOUCAULT
DE LA PRAXIS AUX PRATIQUES 189
188

Afin de comprendre ce que cette conception de la praxis a d'original, rend les conditions données indépendantes de toute acti vi té, soit, comme
il importe de réinscrire son élaboration dans le contexte int~l!ectuel des le second, paree qu'il oppose aux conditions données l'activité regardée
années 1840. D'un cóté, Feuerbach réduit le monde naturel a une« subs- comme inconditíonnée.
tance » donnée de toute étemité et fait del' essence humaine quelque chose En définitive, comrne le fait remarquer Píerre Macherey, l'opposition
d'indépendant des rapports sociaux ; de l'autre, Bauer fait de l'activité de la théorie a la pratique est ici directement dégagée de la scission de
de la conscience de soi une véritable activité créatrice. Ce qm semble se l'objet et du sujet dont sont restés prisonniers l'ancien matérialisme et
rejouer par la, c'est l'opposition de Spinozaet de Fichte, cell~ de la:' s~bs­ l'idéalisme7 • L'attitude théorique du premier doít tout au privilege de
tance » et de la« conscience de soi », opposltlon que le systeme hegehen l' objectivité sensible pré-donnée, tandis que 1'accent mis par le second sur
affinnait pourtant avoir dépassée en concevant la « suhstance >> cornme la dimension de l' activité procede a u contraire d 'une valorisation du sujet
«sujet». Dans sa critique du matérialisme del 'intuition, Mar~ n'hésite pas pensé cornme conscience de soi. Marx entend surmonter la dualité du sujet
a s' appuyer sur des jeunes hégéliens comme August von C!eszkowski et agissant (eelui de la pratique cornprise comme aetivité d'autoposition du
Moses Hess, tenants d'une philosophie de l'action d'inspiration fichtéenne. Moi) et de l'objet donné (ce!ui d'une théorie condarnnée a la passivíté)
Mais !'un cornme l'autre n'ont développé le« cóté actif »que« de fa9on en arrachant l'activité pratique an modele de la conscience de soi. Ainsi
abstraite » dans la mesure ou ils ont placé l'actívíté ou praxis sous la comprise, la praxis produit 1' objet sensible en meme temps qu' elle produit
juridiction de la conscience et de la volonté. Ainsi, pour Cieszkowski, la le sujet de cette productíon. C'est en qnoi elle est « activité objective,:
praxis a venir n' est pas une praxis « antérieure a la théori~ », q~i ~' est elle n'est pas l'activité d'un sujet qui serait tont constitué antérieurement
qu'une praxis aveugle, mais bien une praxis« posténeure a la theone ». a la production de l'objeetivité sensible, mais l'activité par laquelle des
On mesure a quel point le scheme de l' « application » contmue !Cl de individus, qui font eux-mémes partí e du monde, produisent constamment le
valoir pour penser le rapport de la théorie ala pratique. La praxis est alors monde et se produisent enx-mémes constamment comrne sujets appartenant
cornprise comme l'action de« faire sortir de soi-rnéme » sa~s « sort1r d~ ace monde. On a la une eonception véritablernent unitaire qui, pour n' étre
soi-rneme » done toujours a partir de la pensée et de la consc~ence de soL pas assimilable ii une ontologie de Japraxis8 , n'en ramene pas moins toutes
Le eonc~pt de la praxis comrne « activité objeetive » entend précisé- les pratiques ii des formes de la praxis. Marx ne dit pas qu'il n'y a que la
ment rompre avec cette idée de la praxis comme « extériorisation » de la praxis, mais il fait indéniablement de la praxis le nonveau «sol>> a partir
conseience dans le monde. Une telle activité se caraetérise par trois traits duque! toutes les contradictions doivent désonnais trouver leur résolution.
remarquables qu' explicíte le texte deL' ldéologíe allemamie. Premier trait: C'est vrai de l'opposition de la théorie a la pratique 9 et de la scission du
l' acti vité pratique est « travail et création sensible incessante »,e' est-a-dire sujet et de l'objet comme de la contradiction entre le donné et le produit
productíon6 , et, en tant que te!le, elle constitue le véritable << fondement (ou le« posé»), ou encore entre la passivité et l'actívité.
de tont le monde sensible». Deuxieme trait: l'activité prat!que est en
méme temps et indissociablement autoproduction des individus << produc-
tivement actifs ». C' est ce que la troisieme these exprime en parlant de la L'HÉTÉROGÉNÉITÉ DES PRAT!QUES

« co!ncidence » (Zusammenfallen) entre l'autoa!tération des homrnes et la


transfonnation des circonsttmces. Troisieme traít: l'activité pratique comme Qu' en est-ila cet égard del' affirmation de la pluralité des pratiques e hez
activité de production et d'autoproductíon est toujonrs une activité condi- Foncault? En particulier,jusqu'ou va une telle affinnation el quelle est la
tionnée,jamais une« actívíté pure ».Ce qui veut dire toutii lafois que cette nature de cette pluralité? Et pourquoi une telle affirmation impliquerait-elle
activité part de conditions qu'elle trouve devant elle (vorjinden) sans les
avoir produites et qu'elle produit de nouvelles conditions en transforman!
7. Pierre MACHEREY, Marx 1845, op. cit., p. 57.
les conditions qu'elle n'a pas produites pour en avoir hérité. En raison de 8. A l'inverse, Georg Lukács parle de<.< la position ontologique central e de la praxis dans
leur unilatéralisme, l'ancien matérialisme et l'idéalisme méconnaissent l'étre .social» aprCs avoir distingué trois grands types d'étre: la nature inorganique, Ja nature
tous deux ce double cóté de la praxis, soit, comme le premier, paree qu'il orgamque, et l'étre social (voir Georg LuKAcs, Prolégomi!nes d l'ontologie de J'étre social
:bditions Delga, Paris, 2009, p. 73). '
9. La huitiCme thCse sur Feuerbach fera ainsi de la praxis et de l'acte de concevoír
6. Friedrich ENGELS et Kari I'viARX, L'Jdéoiogie allemande, Éditions sociales, París, 1975, (Beg:e.ifen) la praxis, !a solution rationnel!e de tous les mysteres qui incitent la théorie au
mystJcJsme.
p. 56 (traduction modifiée).
t90 MARX & FoucAULT DE LA PRAXIS AUX PRATIQUES 191

de rompre avec une conception de la praxis qui entend sunnonter l'oppo- sans postuler une« autonomie des díscours" >>.Ce postula! résulte d'une
sition du sujet et de l'objet tout comme celle de la théorie a la pratique? insatisfaction éprouvée par Foucault a l'égard d'une tendance, présente
En d'autres termes, en quoi cette méme conception exclut-elle elle-méme dans les ceuvres antérieures, a projeter une relation de « continuité » ou
la reconnaissance de la pluralité des pratíques ? d' « expression >>entre pratiques discursives et pratiques extra-discursives
On peut schématiquement distinguer trois moments dans l' élabora- (par exemple entre une réaction socia! e de répulsion al' égard de la folie et
tíon de la notion d'une pluralíté des pratiques chez Foucault. Le premíer la théorie médicale et scientifique)' 6 • On comprend de plus que la pratique
moment correspond a la description archéologíque des discours. On peut discursive s'exerce dans des regles qui ne procMent pas d'une intention-
dégager, a l'intérieur de ce premier moment, deux « axes de description nalité. Elle n'est pas la mise en ceuvre de regles par un sujet, mais J'assi-
perpendiculaires »: d'une part, un axe «vertical» qui est celui des rapports gnation de sa place a un sujet par des regles anonymes et impersonnelles.
entre le discursíf et le non discursif, axe emprunté par Histoire de la folie Ce qui est directement en cause n'est rien d'autre que la« souveraineté
et Naissance de la clinique ; d'autre part, un axe «horizontal » qui est du sujet 17 >>. Loin de renvoyer ala titularíté d'un sujet, le discours est en
celui des modeles communs a plusieurs discours, axe parcouru dans Les effet « un ensemble ou peuvent se détenniner la dispersion du sujet el sa
Mots et les Choses"'· Dans !'un et l'autre de ces axes il s'agit toujours de discontinnité avec lui-méme" ». C'est bien pourquoi il faut s'imposer de
"décrire », mais le deuxieme axe offre ceci de singulier qu'il prend pour parler des pratiques : si le pluriel est irréductible e' est paree qu' aucune
objet les seuls díscours dans leurs structures communes. Or les discours activité de conscience, aucun sujet, fut-il transcendantal, ne peut garantir
sont eux-memes définis comme des pratiques obéissant a des regles". J'unité des pratiques. Un m eme individu peut etre pris dans des pratiques
La question est alors de déterminer la spécificité de ce type de pratiques tres di verses qui le détenninent aoccuper des positions différentes. Ainsí,
relativement aux autres. partir des pratiques pour les décrire, e' est s 'interdire de partir de la
Revenan! en 1980 sur Les Mots et les Choses, Foucault affirme que son conscience. Sur ce poínt, on pourrait suggérer un rapprochement avec la
intention était de comparer trois « pratiques scientifiques >> (nommément démarche de Marx : en partan! de la praxis, ce dernier s 'interdit également
l'hístoíre naturelle, la grammaire et l' économie politique) sous 1' angle des de partir de la conscience. Mais il y acette différence que ce point de départ
<< procédures internes au discours scientifique" >>. Pour hétérogenes qu' elles est tout entier ordonné ill'objectif d'un dépassement de l'opposition du
soient, ces trois pratiques relevaient en effet du meme type de discours, sujet et de 1'objet. Or l 'archéologie foucaldienne se tient en der;il de cette
celui de la science. En outre, elles partageaient un certain nombre de traits opposition et n'entend done pas la« dépasser » ou la« surmonter, en
communs, comme celui de s'etre constítuées tomes trois au milieu du quelque fa9on que ce soit.
xvm' siecle et d'avoir subi toutes trois le méme type de transformation a Le deuxieme moment correspond au passage de l' « archéologie du
la fin du méme siecle. Ce geste comparatif excluait en son principe méme savoir » a la « dynastique du savoir19 » : a la description de surface des
toute question relatí ve ala naissance de la science apartir d'une « pratique discours succede une étude des rapports entre les discours et les conditions
réelle >>, c'est-a-dire a partir d'une pratique non discursive (par exemple économiques, sociales et politiques de leur apparition dans une socíété
d'une pratique économique). Seule importait alors l'analyse comparative donnée aune époque donnée. L' exemple de la pratique d' emprismmement
de p!usieurs pratiques discursives, « tout le coté pratique et institutionnel » comme pratique puní ti ve telle qu'elle se meten place au déhut du XIX" siecle
étant méthodologiquement neutralisé", toute relation causal e entre telle esta cet égard tres éclairant. Dans un texte de 1978 écrit al' occasion d 'un
pratique discursive et telle pratíque non discursive étant mise hors circuit. débat autour de Surveiller et punir, Foucault déclare que le point d 'attaque
ll s'agissait de se placer d'emblée aJ'intérieur des pratiques scientifiques de son analyse était non les « institntions »,non les << théories >> ou les
afin de décrire les regles de constitution des objets, des concepts et des « idéologies >>, mais les« pratiques >>. C'est que les pratiques ont leur
places du sujetl4. On voit done que cette description archéologique n' est pas propre logique ou leur propre raison: il n'y a pas de pratiques absolument

10. Michel FoUCAULT, Dits et écrits (1954-1988), op, cit., tome I, p. 618. !5./hid., p. 6!8.
11. Michel FoucAULT, L'Archéologie du savoir, Ga!limard, Paris, 2005, p. 66-67, p. 182, I6.lhid., p. !031.
p. 221. 17. Michel FmiCAULT, L'Archéologie du savoir, op. cit., p. 272. Voir aussi Michel FoucAULT,
12. Michel FoucAUU, Dits et écrits ( 1954-!988), op. cit., tome II, p. 886-887. Dits et écrits ( 1954-1988), op. cit., tome l, p. 881.
13. Michel FoucAULT, Dits et écrits (1954-1988), op. ciL, tome l, p. 871. 18. Míchel FoucAuLT, L'Archéologie du savoir, op. cit., p. 74.
!4./bid., p. !030. 19. Michel FoucAULT, Dits et écrits ( 1954·1988), op. cit., tome I, p. 1274,
192 MARX & FoUCAULT DE LA PRAXIS AUX PRJ\riQUES 193

« muettes >> car « il n'y pas de pratiques sans un certain régime de rationa- pratiques diseursives.!! peut s'agir ensuite de l'objectivation du sujet dans
lité'0 >>. Dans cette perspective les pratiques sont a considérer comme << le les« pratiques divisantes », ainsi nommées paree qu'elles divisent le sujeta
lieu d'euchaínement de ce qu'on dit et de ce qu'on fait, des regles qu'on l'intérieur de lui-meme, ou paree qu'elles le séparent des autres (le partage
21 entre le fou et l'homme saín d'esprit, le malade et l'indívidu en bonne saaté,
s' impose et des raisons qu' on se donne, des projets et des évidences ».
Cette formulation est précieuse en ce qu' elle donne a entendre que les le crimine! et le brave homme). On peut ainsi considérer la constitution du
pratiques lient en un nceud inextricable le dire et le faire, les raisons et les sujet fou comme l'effet d'un systeme de coercition, a condition de ne pas
regles, les évidences et les projets. L'autonomisation du discursif n' est plus oublier que le malade mental n'est pas entierement passif et se constitue
de mise ici pour autant que toute pratique releve a!afois de l'évidenee d'un comme sujet fou dans un rapport a celui qui le déclare fou (1 'hystérie en est
savoir te!le qu'el!e s'énonce dans le disconrs el d'une <<maniere de faire » l'illustration). Ces deux modes sont deux modes de constitutíon du sujet
obéissant a eertaines regles. Une pratique, ce u'est pas <<ce que font les par objectivation opérée dans un discours ou une pratique contraignante
gens », selon la p!atitude désarmante de Paul Veyne22 , car ce n' est pas tant ou normalisatrice, discours ou pratique qni ciblent des indívidus selon une
ce qui est fait ou ce qui est pratiqué que la maniere dont on fait ce qu'on íncidence singuliere. ll peut enfin s'agir de << la maaiere dont le sujet se
fait en tant qu' elle se justifie dans un certain discours. Ce qui s' élabore constitue de maniere active, par les pratiques de soi 27 ». Ce troisieme mode
alors c'est le coneept décisif de<< régime de pratiques23 »: on désigne par d'objectivation définit en fait une subjectivation tres spécifique: on a alors
la un ensemble singulier de pratiques relevant toutes d 'un meme régime de affaire a un rapport actif de soi a soi par lequel un individu se transforme
juridiction et de véridietion. Toute l'ceuvre de Foucault depuis 1' Histoire pour se constituer en sujet, et non plus a l'effet d'un investissement opéré
de la folie jusqu'a Surveitler et punir gagne a etre reine a la lumiere de par le pouvoir auquell 'individu << réagirait » plus ou moins activement. Sí
eette idée : étudier la séquestration des fous, ou la médecine clinique, ou toute subjectivation s' opere dans et par des pratiques, toutes les pratiques, et
1'organísatíon des sciences empiriques, ou la pratique del' emprisonnement, done toutes les subjectivations, ne se valen! pas. Dans les pratiques de soi,
c'est toujours étudier un certain jeu entre une codification-prescription le sujet n'est plus défini par la place que luí assigne par avance un discours,
et une production de discours vrais ayant pour fonction de justifier ces i! n'est plus constitué dans l'objectivation effectuée par des pratiques de
manieres de faire, done un certain régíme de pratiqnes •
24 coercition ou de contróle, il résulte d'une autoactivation et e' est pourquoi
11 y a enfin un troisieme moment qui correspoud a1'élaboration du concept cette subjectivation mérite proprement d' étre nommée une << autosubjecti-
de<< subjectivatíon ». Toutes les pratiques étudiées jusqu'ici définissent autant vation >>.Les pratiques de soi, comprises comme pratiques de liberté, ont
de modes d'objectivation: tous les objets apparaíssent dans ce ehamp, non de ce fait une dimension éthique et politique manifeste, puisque e' est par
comme des choses qui préexisteraient de toute éternité aux pratiques, mais elles qu'on peut résister aux pratiques de pouvoir que sont les<< pratiques
25
comme de stricts co!Télats de pratiques déterminées qui les objectivent • divisantes >>.Ce n'est done pas seulement qu'il y a autant de pratiques que
Cela vaut au premier chef des sujets eux-mémes. Foueault a distingué trois de modes différents d'objectivation, c'est plus fondamentalement que les
26
<< modes d'objectivation » qui constítuent les individus en sujets • ll peut pratiques constituent le te!Tain d'un conflit irréductible.
s'agir tout d'abord de l'objectivatíon du sujet par!ant en linguistique, ou
du sujet productif en économie politique, c'est-a-dire de la fa9on dont se
constitue le sujet a travers des investigations de type scientifique ou préten- ÉQU!VOC!TÉ DE LA << PRODUCT!ON » ET CONFL!CTUAL!TÉ DES PRATIQUES
dant ala scientificíté, done en définitíve del' objectivation du sujet dans des
Que eonclure de cette diversité des pratiques, depuis les pratiques dis-
20. Michel FoucAULX, Dits et écrits (1954~1988), op. cit., tomen, p. 845.
cursives jusqu'aux pratiques de soi ? En vérité il ne s'agit uul!ement d'une
21. Jbid., p. 84!. simple pluralité. La le~on foucaldienne est fondamentalement ce!! e de
22. Paul VEYNE, « Comment Foucault révolutionne t'histoire ,~,in Comment on écrit l'histoire, 1' hétérogénéité des pratiques .ll suffit de comparer la position de Foucault a
Seuil, Paris, 1979. celle d' Althusser pour s'en convaincre. Car, en dépit d'un << air de famille »,
23. Míchel FoucAULT, Díts et écrits ( [954~1988), op. cit., tome II, p. 841.
l 'aífirmation de Lire Le Capital selon laque!le « il u 'y a pas de pratique en
24.lbid., p. 845.
25. Le point a été mís en évidence par Paul VEYNE, <~ L'objet n'est que !e corrélat de la général, mais des pratiques distinctes >> - explicitement dirigée contre une
pratique >~,in Comment on écrit l'histoire, op. cit., p. 213.
26. Hubert DREYFUS et Paul Rt,BlNOW, « Pourquoi étudier le pouvok La question du sujet ~>,
in Michel Foucault un parcours philosophique, Ga!limard, Paris, 1984, p. 2CJ7. 27. Michel FoucAULT, Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tome II, p. 1538.
194 MARX & FoucAULT DE LA PRAXIS AUX PRATIQUES 195

conception dite « égalitariste » de la pratique - sert une these qui est aux On touche la a un point crucial. Toute la tradition issue de Marx com-
antipodes de celle de Foucault. Selon la these d' Althusser en effet, toutes prend la praxis en général comme << travail >> et << production >>. On peut
les pratiques, qu'elles soient économiques, polítiques, scientifiques ou certes comprendre la production par la praxis de son propre sujet comme
idéologiques, auraient en commun d'avoir la meme structure, la« struc- une« subjectivation >>. C'est d'ailleurs sans doute la un des effets les
ture d'une productiou28 ». On a affaire a une homologie de structure entre plus féconds que la lecture de Foucault produit sur la lecture de Marx,
toutes les pratiques différenciées par les niveaux del' existence soc•ale dont puisqu'il permet de consídérer les différentes formes de subjectivation
elles relevent. Cette homologie est elle-méme commandée par le caractere collective produite par la lutte des classes. ll n' empíkhe que les pratiques
déterminant en derniere instance de la« pratique économique >>. ll n'est de subjectivation, lorsqu'elles son! prises en compte a l'intérieur de cette
pas innocent que la définition générale de .la pratiq~e donné':_ des Pm~r tradition, sont plus ou moins ramenées au «lit de Procuste » du paradigme
Marx-<< tout processus de transformation d un~ matlere p~em1ere donne_e de la productíon. Cela tient tres largement a l'équivoque de la notion de
détermínée en un produit déterminé, transformatwn effectuee par un trava!l << production >> chez Marx lui-méme. Comme on l'a vu plus haut, la praxis
29
humaín déterminé, utilisant des moyens (de production) déterminés >>- y est << production >>,e' est-a-dire indissocíablement production de nouvelles
empnmte largement a1' analyse des momeuts simples du proces de travaíl, condítions par transformation des conditions données et autoproduction des
effectuée dans le chapítre v de la troisieme section du Capital. Marx Y acteurs comme nouveaux sujets dans et par leur propre actíon. Mais s 'agit-il
distingue trois moments: l'activité adéquate a une fin, l'objet de t;avail et vraíment de la mbne production ? La production de soi qui constitue les
le m oyen de travaíl'0 • Il ne faut pas s'y méprendre, la défimt10n d Alth,us- íudividus eu sujets est-elle du meme ordre que la productíon des condítíons
ser n' opere aucunement une réduction di recte de toutes les pratlques a la matérielles ? Dans uu entretien avec Duccio Trombadori paru en 1980,
production économique matérielle. Elle permet bien plutót d' obteuir une discutant la phrase de Marx : « L'homme produit l'homme >>, Foucault
conception unitaire de la pratique qui a l' avantage de subsumer toutes les s'interroge sur<< ce qui doit etre produit >>. Prenant ses distances avec
pratíques sous le concept de<< productíon >> ou de<< tra~a!l de tr~nsf~rma­ l'École de Francfort, il précise que cette productiou ne consiste nullement
tíon >>. l:opposition spéculaire de la théorie a<< la>> pral! que, qmmdmt une aretrouver une nature premiere perdue ou a se réapproprier notre essence,
conception indifférencíée de la pratique, est révoquée et 1'autonomw de la maís a<< produire quelque chose qui n'existe pas encore et dont nous ne
théorie en tant que pratique spécifique qui est << a elle-meme son propre pouvons savoir ce qu'il sera ».lmmédíatement apres il ajoute ces lignes:
critere ;,, est reconnue, mais c'est au prix d'une certaine homogénéisation Quant au mot de« produire »,je ne suis pas d'accord avec ceux qui entendraient
des pratiques. Par contraste, le seul concept de pratique que l'on p~isse que cette production de l'homme par l'homme se fait comme la production de
tírer des textes de Foucault se révele singulierement fmble : une pratlque la valeur, la production de la richesse ou d'tm objet d'usage économique; c'est
en général ce n'est rien d'autre qu'une <<maniere de faire" ». On p~ut bien tout aussi bien la destruction de ce que nous sommes et la création d'une chose
totalement autre, d'une total e innovation33 ,
súr ajouter que cela neva pas sans la poursuite de certams obJectlfs et la
mise en reuvre de certaíns moyens dans une situation donnée, ma1s ces Dans cette mise au point, íl convient d'entendre deux choses qui ne
indicatíons ne peuvent tenir lieu de << théorie de la pratique en généraP' >>, sont pas sans concerner directement la pensée de Marx lui-meme. En
pas plus qu'il n'y a de place chez Foucault pour une<< théoriedu sujeten premier lieu, la production de l'homme par l'homme est la production
généra! ».Les pratiques de soi sont bien des manieres de fatre quelque d'une nouvelle subjectivité, et non une reprise en soi d'une essence aliénée
chose de soi, elles n' en sont pas pour autant des formes de la productwn o u une restauration de 1' originaire dans son intégrité. ll faut prendre au
en général ni méme des formes de la subjectivation en général. sérieux le préfixe <<pro» qui oriente vers l' << avm1t >>de !'avenir, et non
vers le passé, fut-il celuí d'une essence. La productiou de l'homme est
une production de soi par soi dont ancune essence ne donne la regle ou le
but34 • Cette affirmation atteint non seulement l 'École de Francfort, mais
28. LouisAcmussER, Étienne BALlBAR et al.,Lire Le Capital, é.dítions Maspero, París, 1965,
aussi un certain Marx, celui qui définit, en 1843, l'émancipation << uni-
tome I, p. 69-70.
29. Louis AcrHUSSER, Pour Marx, Édítions Maspero, Paris, 1972, p. 167. versellement humaine >> par la reconduction (Zurüc/iführung) de tous les
30. Karl MARX, Le Capital. Livre l, PUF, 2006, p. 200.
31. Michel FoucAULT, Dits et écrits ( 1954-!988), op. cit., tome n. p. 819 et p. 841.
32. Pour Althusser, cette théorie s' identífie ala dialectique matériatiste ( voir Louis Am-HJSSER, 33. Michel FoUCAU!.:r, Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tomen, p. 893.
Pour Marx, op. cit., p. 169), 34.1bid., p. 894.
MARX & FoucAULT DE LA PRAXIS AUX PRATlQUES 197
196

rapports a l'homme luí-méme. En second lieu, cett~ meme prod_u~tion est Si la praxis est en tant que telle << révolutionnaíre >>en un sens large37 ,
hétérogene a la production de la valeur ou de la nchesse maten elle. Or daus la mesure oil elle transforme les hommes en meme temps que les
cette deuxieme affirmation se soutient du meme argument que la premiere : circonstances, toute praxis n'est pas pour autant émaucipatrice. Dans les
s'il ne peut y avoir homologie entre production de l'homme et production tennes de la troisieme these sur ~Feuerbach, toute auto-altération de 1'homme
matérielle, c'est bien paree que la production de l'homme est productíon changeaut les circonsttmces n' est pasen elle-meme libératrice. Une conclu-
de quelque chose de totalement autre, e' est-a-dire création du nouveau par sion du meme ordre vaut pour la subjectivation. Ainsi, la subjectivation
destruction de l'ancien. A !'in verse, la production matérielle obéit ii une néolibérale constitue une production de subjectivíté, mais cette production
regle et est ordonnée a une logique qui n' est pas ce!le de l' << accumulation tend précisément a faire de la logique d'accumulatíon qui caractérise la
des hommes "• mais celle de l'accumulation de valeur. C'est done cette production de valeur la regle du rapport i\ soí-méme, et done, en un sens, a
dimension de production du nouveau qui interdit tout ii la fois de concevoir homogénéíser pratiquement production de soi et production de valeur. On
la production de l'homme comrne réappropriation d'une essence et de la comprend l'enjeu directement politique, et pas seulement intellectuel, de
rabattre sur la production matérielle. l 'affinnation de l'hétérogénéité des pratiques : il s' agit moins de faire fond
Mais il faut préter attention a autre chose encore quí transparalt dans sur une<< différence onto!ogique >>que de faire échec iil'homogénéisation
la réponse de Foucault : il y est question de « ce qui doit etre produit », tendanciellement induite par les pratiques de pouvoir, par des pratiques
ou de ce que« nous avons ii produire »,ce qui indique de toute évidence altematives de subjectivation. Toute la question est de savoir si l'on peut
trne ttlche éthique et politique. Or, dans la suite de l'entretien, Foucault se satisfaíre de la référence ií une « totale innovation >> pour encourager
affinne qu' « au cours de leur histoire les homrnes n' ont jarnais cessé de une subjectivatíon alternative, d'autant que l'appel aune« invention de soi
se construire eux-mémes >>, c'est-i\-dire de<< se constituer daus une série pennanente et iilirnitée » est un des ressorts du gouvemernent néolibéral des
infinie et multiple de subjectivités différentes >> et que ce processus ne conduites. Par un paradoxe qui n' est qu' apparent, ce gouvemement fait en
prendra jamais fin''. Cette fois, l' accent est mis snr la continuité histo~ique effet del 'individualisation le m oyen del 'homogénéisation des pratiques38 •
du processus de production de subjectivité : les hommes se sont toujours En tout état de cause, la création du nouveau et du tout autre ne peut
produits comme subjectivités et continueront indéfiniment de le faire saus se penser dans les termes d'une pure << ínvention de soi >>, coupée de toute
qu' on puisse assigner une fin ace processus. On n'est plus dans l'affirma- condítion. L'invention de soi n'a rien d'une création ex nihilo, contraire-
tion de ce qui doit etre produit par l'homme, mais dans celle de ce qui a ment a ce que pensent certains foucaldiens adeptes d'une pure « esthéti-
toujours été produit par luí et qui continuera toujours de l'etre. Comment sation >> de soi. Parlant des pratiques de soi, Foucault prend d' ailleurs soin
articuler ces deux aspects? En distinguant la production de subjectivité en de préciser : elles << ne sont pas néanrnoins quelque cllose que l'individu
général, en tant qu'elle est coextensive il. toute l'llistoire de l'llomme, de la invente Jui-meme. Ce sont des schémas qu'il trouve dans sa culture et
tache éthique et politique de création d'une subjectivité nouvelle, en tant qui luí sont proposés, suggérés, imposés par sa culture, sa société el son
qu'elle ouvre sur un avenir improgrammable. Sil' on convient de nommer groupe social'">>. C'est la retrouver l'une des grandes ídées de Marx: la
« subjectivation >> tout processus de constitution du sujet''. on distinguera praxis ne part jamais de rien, elle a toujours as' accomplir in situ dans des
alors dans les pratiques de subjectivation se!on qu' elles sont assujettissantes conditions qu'elle n'a pas elle-rneme produites, elle est en ce sens tou-
ou au contraire libératrices. C' est que toute subjectivation ne consiste pas jours conditionnée, et c'est en transforman! ce quila conditionne qu'elle
en une autosubjectivation. Toutes les pratiques son! bien aleur maniere des accomplit la production du nouveau. Cela vaut de toute praxis, y cornpris
modes de subjectivation, mais toutes ne sont pas pour autant des pratiques et surtout quand elle s'affinne comme pratique de liberté. Certes, elle ne
de liberté. Carla liberté n'est pas pour Foucault une mystérieuse faculté, peut se contenter d'emprunter ses schémas a telle ou !elle culture, mais,
elle est d'abord et avant tout une pratique réfléchie. De ce point de vue, il
en est de la subjectivation chez Foucault comme de la praxis chez Marx.
37. Et non pas, bien súr, au seos étroit oU elle n'intervíendrait que dans les situations
exceptionnelles de crise révolutionnaire.
38. Comme on le voít ave e les différents rapports sur la santé publique (rapport d' information
du sénateur Milon de 2012,. troisieme plan Autisme de la ministre Carlotti en 2013), préconisant
35.lbid. 1'alignement des pratiques psychiatriques sur les pratiques médicales ades fins d' évaluation des
36. Jhid., p. 1525 : « J'appe!lcrai subjectivation le processus par lequel on obtient la praticiens eux-rnémes.
constitution d'un sujet>) 39. Michel FoucAULT, Dirs et écrits (1954-1988), op. cit., tome II, p. 1538.
MARX & FOUCAULT
198

' · 'en
ayant ales subvertir pratiquement, elle ne peut f~re (u' :ne ~::~~:~:ues
partir.Cependantlaquestionducommentdelasu jCC ~va ton . a tout le
de liberté subsiste. Pour ne pas esqui ver cette quesl!~n on 1o~tberté On 14
1
moins indiquer quelle est la rationalité propre aux prallques : d t · te
voit mal pourquoí seules c~s pr~t~q~e~ pourraient s, ~xer~:: d~rsou:a~: et
rationalité comme si la rat10nahte etalt par essence u co P
1 Pouvoir ou domination ? Pouvoir ou exploitation ?
de la norO::alisation. On ne peut se satisfaire de la seule affimmt!On se on
!aquel!e¡' invention de soi éthique est hétérogime a_la pro?uct!On de vale~r Deux fausses alternatives
économique. Le conftit fondamental est en effet mteneu~ al~ p~oduct!On e
soi elle-m€me. Sous peine d'etre condamnée ¡¡ l'ineffect!Vlte d u.ne postme. Emmanuel Renault
moral e la reconnaissance del' hétérogénéité des prallques dOlt s acc~mphl
en rec~nnaissance de la confiictualité des pratiques de product!On e so;.
Pour le dire dans les mots de Marx, il faut porter la lutte de classes sur e
terrain des subjectivítés. Le couple conceptuel pouvoir et exploitation évoque immédiatement la
polarité Foucaul t et Marx. S' il mérite une attention, e' est notamment paree
que l'idée selon !aquel!e il faudrait choisir entre analyse du monde social en
termes de pouvoir ou en termes d'exploitation releved'une fausse évidence
qui fournit une bonne illustration de l'évidence trompeuse de la polarité
Foucault et Marx, mais aussi de la maniere dont elle peut faire obstacle
a la lecture de Foucault autant que de Marx. Si par ailleurs le pouvoir et
!'exploítation méritent d\~tre examinés dans leurs rapports ala domination,
c'est paree que Foucault n'a pas tant voulu développer une théorie du pou-
voir qu'une analyse de différents objets, dont la domination, en termes de
pouvoir, tandis que l'analyse marxienne de l'exploitation s'inscrit quant il
elle explicitement dans une théorie de la domination. En ce sens, le concept
de domination ouvre un terrain d'investigation sur lequelles théorisations
foucaldiennes et marxiennes sont susceptibles de s'interroger, voire de
s'enrichir mutuellement. Cest sur ce terrain que l'on cherchera, dans un
premier temps, a identifier ce qui a pu étre dit par Foucault du rapport
entre pouvoir et domination, et, dans un deuxieme temps, a montrer que
Foucault lui-meme a fait ressortir !'originalité el l'intéret de l'approche
marxienne de la domination et del 'exploitation. Et ce, contrairement ace
que croient ceux qui s'appuient sur Foucault pour disqualifier les théories
de la domination, ou qui pensent que le concept d'exploitation est de ceux,
irrécupérables, que le concept de pouvoir permet d'éviter.

LE PROBLÉME DU RAPPORT ENTRE POUVOIR El' DOMlNATION CHFZ fOUCAULT

Pour fixer les enjeux d'une étude de la maniere dont Foucault a pensé
les rapports du pouvoir et de la domination, il n'est sans doute pas inutile
MARX & FOUCAULT
PüUVOIR OU DOMJNAT!ON ? POUVOIR OU EXPLOITATlON ? ... 201
200

de commencer par rappeler que l'ana!ytique foucaldiennedu pouv~ira domination42 », avant de préciser qu'elles inscrivent « dans le corps le líen
joué un role dans la disqualification du concept de dommatwn en theone contraignant entre une aptitude majorée et une domination accrue43 >>.La
socia!e, a partir des années !980. Ce concept a fait l'objet de deux grands question qui se pose n' est done pas de savoir s' il faut préférer une anal y se
types de critiques qui n'ont certes pas toujours été développés a partir de a
en termes de pouvoir une analyse en termes de domination. Mais en quoi
Foucault, mais qui out trouvé chez Foucault certains de leurs arguments. consiste au juste une analyse de la domination en termes de pouvoir ? Le
Une premiere critique avance que l'idée meme de domination enferme les corpus foucaldien n'offre aucune réponse complete cette question. Le a
dominés dans une position de victimes impuissantes a!ors qu'il n'y a pas concept de pouvoirfait l'objet de définitions hautement élaborées, et il est
de relation de pouvoir sans résistance, comme Foucault l'a compris. Une a
affirmé différentes reprises qu' il a pour fonction d' expliquer les rapports
secunde critique souligne que la catégorie de domination tend adissimuler de domination on que son usage doit étre coordonné avec une référence
la complexité interne et l'historicité des positions de dominants el dominés, a la domination. Mais le concept de domination, quant lui, qui est pris a
complexité et historicité que Poucault a également soulignées. On peut dans des sens tres différents, semble souffrir d'un défaut de théorisation.
déja répondre a ces critiques sur un plan général. D'une part, il est que! que On trouve chez Foucault au moins quatre manieres de penser la domina-
peu paradoxal de considérer que les idées de domination et de résistance tion: dans le premier cas, le concept de domination désigne une stabilisation
sont incompatibles puisque les traditions politiques qui ont fait usage du el une convergence de différentes relations de pouvoir, dans le second cas,
concept de domination, de l'anarchisme a certains féminismes en passant une forme particuliere de stabilisation et de convergence de ces relations,
par les marxismes, ont presque toujours fait des résistances suscitées p~ dans le troisieme cas, une dimension du gouvernement, et dans le quatrieme
la domination un point de référence. D'autre part, on vmt mal pourqum cas, un cas limite des relations de pouvoir. Le premier modele trouve une
l'idée méme de domination devrait impliquer une conception monoli- formulation claire dans 1' entretien avec Jacques Ranciere pour les Révoltes
thique et statique des rapports entre dominants et dominés. Que certaines logiques (1977), lorsque Foucault écrit que<< l 'entrecroisement des relations
théories sociales aient ainsi con~u la domination est incontestable, mais de pouvoir dessine des faits généraux de domination, que cette domina-
chez les auteurs qui semblent avoir exercé l'inlluence la plus profonde tion s'organise en stratégie plus ou moins cohérente et unitaire44 ». D'une
sur les connotations de ce concept en théorie sociale, on pense Marx et a part, la domínation apparaft ící comme ce qui esta expliquer et non ce qui
Weber10 , la domination est bien pensée dans la diversité de ses formes et serta expliquer. D'autre part, elle est d'emblée con¡;ue dans la diversité
de ses formes, diversité qui implique notamment que l'on puisse occuper
de ses vecteurs, ainsi que dans son historicité.
Foucault, quant a luí, n'a jamais cherché a substituer le concept de tantót des positions de dominants, tanto! des positions de domínés. En fin,
a
pouvoir celui de domination.ll est indéniable que le sens et la fonction la domination est ce qu'il faut décrire a partir de la multiplicité des résis-
qu'il a donnés au concept de pouvoír ont subí des modifications notables tances qu'elle suscite, c'est-a-dire de la multiplicité des gradations entre
lorsqu'il est passé de l'hypothese de la guerre civile la problématiquea « dominants » et « dominés >> : ces demiers, sont plus ou moins dominés
du gouvernement. Néanmoins, dans !'un et l'autre de ces deux modes de suivant qu'ils résistent plus ou moins. Décrire la domination partir de a
problématisatíon, le concept de pouvoir serta analyser les ressorts et l' opé- la multiplicité des résistances et a partir de la maniere dont elle s 'adapte
rativité de la domination41 , ainsi qu'a identífier des variations historiques a
a ces résistances ne conduit pas récuser toute pertinence l'idée d'une a
et institutíonnelles dans les formes générales de la domination. C'est dans lutte générale contre les différentes formes de la dominatíon, mais plutót
les premieres pages de la troisieme partíe de Surveiller et punir que cette a penser autrement les stratégies d'ensemble d'une telle lutte. C'est en ce
démarche est la plus explicite. Foucau!t y écrit que « les disciplines sont sens que Foucault ajo u te: « Il ne faut done pas se donner un fait premier et
devenues au cours du xvn' et du xvm' siecles des formules générales de massif de domination (une structure binaire avec d'un coté les "dominants"
et de l'autre, les "dominés"), mais plutót une production multiforme de

40. Pour une présentation des príncipes et des enjeux de la sociologie wébérienne de
la domínation, Voir l'introduction d'Yves Sintomer a l'édition fran.;;aise: Yves SlNTOMER,
« Introduction:>>,in Max WEBER,Sociologie de ladomination,LaDécouverte, Paris, 2013, p. ll-39.
Sur la théorie marxienne de la domination, nous nous permettons de renvoyer a Emmanuel
RE.NAUU, << Travail et domination >>,Marx et la philosophie, Paris, PUF, 2014, chapitre rx.
42. Michel FoucAlJLT, Surveiller et punir, Gallimard, Paris, 1975, p. 161.
41. Comme le souligne notamment Thomas LEMKE, «"Marx sans guillemets". Foucault, la 43.1bid .• p. 162.
gouvernementalité et la critique du néolibéralisme », Actuel Marx, n" 36, septembre 2004, p. 13-26. 44. Michel FoucAULT, Dits et écrits ( 1954-1988), Gallimard' Paris, 1994, tome m, p. 425.
202 MARX & FoucAULT POUVOIR OU DOM!NATION ? POUVOIR OU F.lCPLOITATION ? , . , 203

rapports de domination qui sont partiellement íntégrables a des stratégies ......-~:cmstit.uer a:esfacteurs combinés de domination? Une e hose est d'affinner
d'ensemble45 • >> que les techniques de soi ne sont pas toujours des facteurs de domination et
Dans le deuxieme modele, le concept de domination ne désigne plus qu'elles sont irréductibles ades techniques de coercition meme lorsqu'elles
la convergence et la stabilisation des rapports de pouvoir en général, mais constituent des facteurs de domination, autre chose est d'introduire la
¡'une de ses formes particulieres. Le concept de domination prend ce no~­ question de la domination comme une question índépendante de celle des
veau sens lorsqne l' article << Le sujet et le pouvoír >> ( 1982) distmgue tr01s teclmiques de soi.
types de luttes : les !uttes contre des <<formes de dom~natio~ (éthíques, Le quatrieme modele, présenté comme définitif, est élabcré dans l 'en-
sociales el religieuses) »,les luttes contre les<< fonnes d expl01tal!o~ >>, et tretien << L'éthique du souci de soi comme pratique de liberté>> (1984).
les « luttes contre ¡' assujettíssement"' ».Elles s' entrecroiseraíent toujours, Foucault y définit les << états de domination >> comme la forme limite des
mais le premier modele aurait predominé a l' époque des luttes contre.les relations de pcuvoir. Alors que ces dernieres sont << mobiles, réversibles
institutions féodales, le second au xtx' siec!e, alors que les luttes contre ¡·as- et instables >>, et qu'elles ouvrent « forcément des possibilités de résis-
sujettissement prédomineraient aujourd'hui. Puisque Foucault ne semble tance >>,les<< états de domination >>, quant a eux, se caractérisent par une
pas avoir repris cette chronologíe par la suite, il convient sa~s doute de ne stabilité, une réversibilité et une quasi-impossibilité de résistance"'. Les
pas luí accordertrop d'importance. Relevons s1mplementqu elle contred1t états de domination apparaissent pour ainsi dire comme une objection a
l'une de ses idées forces iU'époque de Surveiller et punir: s'!l faut penser la définition du pouvoir, une objection illustrée par un stade dépassé deJa
la domination en général, et 1' exploitation en partículier, en tennes d' assu- domination masculine.
jettissement (comme y inviten! les problématiques des :'- corps doCIIes » et Pour prendre un exemple, sans doute tres schématique, dans ]a structure conjuga\ e
de la nonnalisation des conduites), on voit mal pourqu01 1! faudrmt oppcser traditionnelle de la société du xvnf etdu x¡xe siCcle, on ne peut pas di re qu'il n'y
domination et exploitation d'un cóté, et assujettissement de l'autre. avait que le pouvoir de 1'homme: la femme pouvait faire tout un étatde choses: le
Le troisíeme modele consiste a concevoir le gouvernement comme un trornper, lui soutirer del 'argent, se refuser sexuellement. Elle subissait cependant
équilibre entre d'une part, ce que Foucault appelle des « techniques de un état de domination, dans la mesure oU tout cela n'était flnalement qu'un certain
nombre de ruses qui n'arrivaientjamais a renverser la situation49 ,
domínation », ou des techniques de coercition, et d'autre part, des<< tech-
niques de soi >>. Dans les transcriptions des conférenc~s de Darmouth Quelques pages plus loin, Foucault ajoute :
(1980), pub!iées dans Political Theory en 1993, on peut l!re: Je crois que toutes ces notions-Ia [pouvoir et domination 1ont été mal définies
n faut prendre en considération les interactions entre ces deux types de techniques et on ne sait pas trop bien de quoi on parle. Moi-méme je ne suis pas sUr, quand
- les techniques de dominatíon et les techniques de soi. Il faut prendre en a a
j'ai commencé m'intéresser ce probleme du pouvoir, d'en avoir parlé tres
considération les points oU les techniques de domination des individus les uns clairement ni d'avoir employé les mots qu'il faHait. Maintenant,j'aí une vision
par les autres ont recours a des procédures par le~quelles 1',lndiv~du agit su.r lui- beaucoup plus el aire de tout cela; il me semble qu'il faut distínguerdes relations de
mérne. Et, a¡ 'inverse, i1 faut prendre en considératton les pomts o u les techmques pouvoír comme jeux stratégiques entre des libertés r... ]et les états de domination
de domination des individus les uns par les autres ont recours a des procédures [ ... ]. Et, entre les deux, vous avez les technologies gouvemementales en donnant
par lesquelles les individus agissent sur eux-mémes .
47 a ce terrne un sens Jarge.50
leí encore, le sens conféré au tenne « domination >> peut susciter l' inter- Ce quatrieme modele !ni aussi pose un certain nombre de problemes.
rogation. Ponrquoi opposer domination et techniques de soi plutót que de En faisant ici des états de domination la forme limite des relations de
considérer que les techniques coercitives et les techmques de sol peuvent pouvoir, Foucault semble considérer que son analyse du pcuvoir ne vaut
pleinement que pour les<< jeux stratégiques entre libertés » et les<< techno-
45. [bid., p 425. On trouve ces memes thCmes dans l'entretien pour Rouge. _Yoir: << Entretien logies gouvernementales >>, et qu'elle ne peut completement expliquer les
inédit entre Michel Foucault et quatre militants de la LCR, membres de la rubnque cultureHe du relations de pouvoir stabilisées. Or, on peut considérer que cette exp!ication
journal quotidien Rouge »,juillet 1977. Consultable en Hgne: <http://guestionmarx.typepad.fr/ importe au plus haut point aussi bien du point de vue de la théorie sociale
files/cntretien~avec-michel-foucault-1 .pdf> que de la lutte politique. Du point de vue de la théorie sociale- comme
46, Michet FoucAULT, Dits et écrits (1954-1988), op. cit., tome IV, p. 227-228. . ,
47. Cité par Thomas LEMKE, « "Marx sans guil\emets''. Foucau~t, la ~ouvernen:t.mtahte et
la critique du néolibéralisme >,, op. cit., p. 20. Les conf~rences sont dtspombles _depws peu dans 48. Michel FoucAULT, Dits et écrits (1954-1988), tome IV, p. 720.
Michel FOUCAULT, L'Origine de l'herméneutíque de SOl. Conférences prononcees a Dartmouth 49. lbid .• p. 720·72!.
College ( 1980), Vrin, Paris, 2013. 50. !bid .• p. 729.
MARX & FOUCAULT
PouvoiR ou DOMINATION ? PouvoiR ou EXPLOHATION ? ... 205
204

l'avait expliqué Weber, que Foucault suit lorsqu'il analyse les rapports Comment expliquer ces revirements dans la maniere d' associer pouvoir
de domination en termes de stabilisation des rapports de pouvoir - ce ne et domination ? Puisqu'ils définissent des options inconciliables, a que!
sont pas les relations de « pouvoir » (Macht) réversibles entre individus modele s 'en remettre ? C' est sans doute dans l' analyse des cycles de la
qui organisent la vie sociale mais les relations de pouvoir stabilisées qu'il confrontation de Fou~ault avec Marx que la premiere de ces deux questions
désignait par le terme de« domination » (Herrschaft). C'esten ce sens qu'il trouve sa réponse54 • A l' époque de La Société punitive et de Surveíller et
faisait du concept de pcuvoir un « concept sociologiquement amorphe" >>. punir,!' enjeu était de propcser une analyse de la domination de classe et
L'un des enjeux de cette distinction est qu'el!e permet de rendre compte de la Jutte des classes alternative a celles que les marxismes proposaient.
du fait que des facteurs spécifiques expliquen! qu'une domination puisse L' analyse de la domination en termes de pouvoir constituait alors un objec-
susciter des résistances o u non, etre transfonnée par ces résistances ou non. tif fondamental. En poursuivant cet objectif, sous l 'inspiration de Weber,
ll n'est plns pcssíble d'en rendre compte sí l'on pose en príncipe que tout Foucault pouvait s' appuyer sur un concept de domínation dont le sens étaít
pouvoir produit des résistances en raison de la« rétivíté du vouloir >> et de fixé par le contexte marxiste de la discussion. Une fois abandonnée !' hypc-
l' « íntransivité de la liberté» (comme «Le sujet et le pouvoir >> semble these de la guerre civil e (c'est-a-dire le paradigme de la lutte des classes55)
le suggérer'2 ), ou si l'on pose en príncipe que le concept de domination pour la problématique du gouvemement, 1'analyse de la domination cessait
désigne des relations de pouvoír qui ne peuvent plus étre affectées par d'étre un enjeu fondamental en meme temps que le sens du concept deve-
les résístances qu'elles susciten!. Du point de vue pclitique, le modele nait problématique et qu'il fallait chercher des conceptions substitutives
ultime n'est pas moins problématíque. Une premiere difficulté tíent au dont on a vu qu'e!les furent résolument idiosyncrasiques. L'analyse de la
fait que l' on peut penser que la lutte poli tí que ne comporte de véritables domination en termes de pouvoir cessait d' étre déterminante paree que les
enjeux qu' a partir du moment ou les pouvoirs résistent aux résistances objectifs politiques n'étaient plus définis par la lutte contre la domination
qu'ils susciten!. A l'époque ou Foucault faisait du « sérieux de la lutte >> mais par la question suivante: comment étre gouvemé le moins possible56 ?
53
un argument phí.losophique, comme dans La Société punitive , il voyait Et des lors, soit la domination était con9ue comme un moment du gouver-
bien dans sa théorie du pcuvoir un moyen d'analyser la domination au
lieu de voir dans la domination le cas limite oii cette théorie ne s'applique 54. Pour une analyse de ces cydes, voir Étienne BAL!BAR, « Foucault et Marx. L'enjeu du
plus completement. Une deuxieme difficulté apparalt dans le traitement nominalisme »,in La Crainte des masses. Politique et philosophie avant et apri!s Marx, Galilée,
de l'exemple illustrant la distinction entre relations de pouvoir et états de París, 1997, p. 281~303. Dans ce qui suit, nous suivons plus spécifiquement la maniere dont ta
question des « cycles du rCglement de compte avec Marx» a été abordée dans l'interventíon
domination. En affirmant que l' état de domination propre aux rapports
d'btienne Balibar, « L'anti~Marx de Michel Foucaulr ,, du chapitre 6 du présent ouvrage.
sociaux sexués appartient au passé, Foucault semble étre conduit a !'une 55. Contrairement ace qu'on peut lire chez certains, l 'hypothese de la guerre dvile n'est pas
ou a l 'autre de ces ceux positions problématiques : soit la domination une hypothese nietzschéenne dirigée contre Marx. Foucault n'ignorait pas que Marx parle de !a
masculine appartient au passé (position politiquement problématique), lutte de classe comme une guerre dvile larvée toujours susceprible de se transformer en guerre
civíle ouverte (voir sur ce point « L'entretien inédit entre Michel Foucautt et quatre mllitants de
ou bien elle subsiste mais sous une forme atténuée qui ne peut plus etre la LCR, membres de la rubrique culturelle du journal quotidien Rouge »,consultable en Jigne :