Vous êtes sur la page 1sur 12

«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

UNITE DE FORMATION : LA REGLEMENTATION ET


LA TARIFICATION DOUANIERE

SEQUENCE : LE DECLARANT EN DOUANE


ET LA PROCEDURE DE L’OBTENTION DU CERTIFICAT
NUMERIQUE ET DU CODE D’ACCES POUR ACCEDER AU
SYSTEME BADR :

INTRODUCTION

L’entreprise qui réalise des opérations d’achat ou de vente de


marchandises à l’international doit se conformer à certains nombres
d’obligations législatives et réglementaires.
Parmi les obligations auxquelles l’entreprise se trouve confrontée à
l’importation ou l’exportation on cite celles liées au dédouanement.
Le dédouanement est une étape importante dans les opérations de
commerce international, il doit être accompli par une personne qui
représente légalement la société auprès de l’ADII.
Cette personne, communément appelée déclarant en douane, doit
connaître parfaitement toutes les démarches et formalités douanières et
non douanières attachées au dédouanement.

I - LE DECLARANT EN DOUANE

A. Définition :

Le déclarant en douane est une personne physique ou morale dont la


mission consiste à établir et signer les déclarations en douane et
accomplir toutes les formalités douanières ou autres relatives aux
marchandises importées ou présentées à l’exportation.
Il agit soit pour son propre compte en tant que propriétaire de la
marchandise ou pour le compte d’autres personnes en tant que transitaire
agrée.

Page 1
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

Il traite directement avec la douane ; Il est de ce fait, responsable


envers les autorités douanières de l’exactitude et de la sincérité des
renseignements fournis dans les déclarations en détail tels que : espèce
tarifaire ; valeur déclarée ; origine de la marchandise, etc...

B. Les Personnes Qui Peuvent Faire Des Déclarations à La


Douane

D’après les dispositions des articles 67 et 69 du code des douanes,


seules peuvent faire acte de déclarant en douane les personnes
suivantes :

1. le propriétaire réel de la marchandise ou son mandataire


exclusif,

2. le transitaire agrée,

3. les personnes réputées propriétaires des marchandises :

 les transporteurs de marchandises

 les détenteurs de marchandises

 les voyageurs et les frontaliers

4. Autres personnes titulaires de l’autorisation de


dédouaner.

B1- Le propriétaire réel des marchandises ou son mandataire


exclusif

L’article 67-1er alinéa du code des douanes autorise le propriétaire


des marchandises à faire acte de déclarant pour les marchandises
présentées ou déposées en douane qui lui appartiennent. Le même article
stipule que le propriétaire de la marchandise doit justifier de sa qualité
de propriétaire de la marchandise par la présentation :

Page 2
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

 de documents commerciaux attestant l’achat ou la vente de ces


marchandises en son nom propre (ex : la facture commerciale).
 de titres de transport établis en son nom propre ou à son ordre
(ex : le connaissement maritime en cas de transport maritime).

Le dit propriétaire peut donner par procuration tous pouvoirs à un


mandataire, qui est à son service exclusif, de déclarer en détail en ses
lieu et place (Voir photocopie).

B2) le transitaire agrée :

a. Définition :

Le transitaire est toute personne physique ou morale faisant


profession d’accomplir pour le compte d’autrui les formalités des douanes
concernant la déclaration en détail des marchandises, que cette
profession soit exercée à titre principal ou à titre accessoire.
Nul ne peut faire la profession d’accomplir pour autrui les
formalités douanières concernant la déclaration en détail des
marchandises s’il n’a pas été agrée comme transitaire en douane.
Donc l’exercice de la profession de transitaire en douanes est
subordonné à l’obtention d’un agrément. Celui-ci est donné à titre
personnel (lorsqu’il s’agit d’une personne physique), lorsqu’il s’agit d’une
société, il doit être obtenu pour la société et pour toute personne habile
à déclarer pour son compte.

b. Mandat de l’opérateur économique au transitaire en douane :

Conformément aux dispositions législatives et réglementaires en


vigueur, le transitaire agrée doit être mandaté par son client
(propriétaire réel de la marchandise) afin d’accomplir, pour le compte de
ce dernier, les formalités de déclaration en détail.
Ce mandat à une durée de validité d’une année, doit être déposé par les
opérateurs économiques auprès de l’ADII.

Page 3
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

La gestion informatique de ce mandat dans le système BADR,


permettra aux opérateurs économiques de suivre les opérations déclarées
par leurs transitaires.

c. Droits et obligations du transitaire en douanes

Ses droits et obligations découlent, d’une part, des dispositions de


l’article 67 du code des douanes donnant compétences au transitaire en
douanes d’accomplir pour autrui les formalités douanières, d’autre part
les dispositions des articles 67 et 222 du code, le considérant comme
redevable des droits et taxes et pénalement responsable des infractions
relevées dans sa déclaration.

B3) Les personnes réputées propriétaires des marchandises

B3-1 : le transporteur des marchandises

D’après les dispositions de l’article 67 du code des douanes, le


transporteur est réputé propriétaire des marchandises qu’il transporte.
Ainsi, dans le cas d’un transport routier de part et d’autre d’une
frontière, au point de vue de l’article 67 du code, le conducteur des
véhicules en sa qualité de transporteur sera admis à déclarer en douane
les marchandises qu’il transporte.
Par contre, une compagnie de navigation maritime qui achemine jusqu'à
un port du Maroc des marchandises prises en charge dès leur
débarquement par un aconier n’a plus la qualité de transporteur au sens
du code, car l’opération de transport est terminée au moment de la prise
en charge desdites marchandises par la compagnie d’aconage. Dans ce cas
ladite compagnie maritime n’est plus réputée propriétaire des
marchandises débarquées et ne peut par conséquent, selon l’article 67 du
code, déclarer en détail lesdites marchandises.
Il en serait autrement si une compagnie de navigation aérienne
déchargeait les marchandises dans ses propres magasins et en assumait la
responsabilité vis-à-vis de l’administration des douanes car la qualité de

Page 4
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

transporteur est maintenue tout le temps pendant lequel ladite compagnie


assume la garde des marchandises. C’est le cas, par exemple de la RAM.
En fin, pour être complet, il est rappelé que rien n’empêche une
compagnie de transport de solliciter un agrément de transitaire mais dans
ce cas, les déclarations en détail seront déposées par la compagnie en
qualité de transitaire et non pas de transporteur.

B3-2 : Les détenteurs de marchandises

Il s’agit de toute personne qui détient des marchandises, qui par leur
nature doivent être déclarées à la douane marocaine.
Cette catégorie de personne a le droit de faire des actes de déclarant
en douane pour les marchandises en leur possession.

B3-3 : Les voyageurs et les frontaliers

Est réputé voyageur, toute personne franchissant les limites d’un


bureau douanier en vue d’entrer ou de sortir du territoire assujetti.
Est réputé frontalier, toute personne qui réside dans les limites du
rayon terrestre douanier et qui exerce ses activités de part et d’autre de
la frontière.

D’après l’article 67, 2ème alinéa du code des douanes les voyageurs et
les frontaliers sont réputés propriétaires des marchandises, objets ou
denrées qu’ils transportent ou détiennent.

L’article 15 de l’AMF (arrêté du ministre des finances) n° 1319-77


dispense les voyageurs et les frontaliers de produire une déclaration en
détail par écrit pour les marchandises ou objets destinés à leur usage
personnel ou familial, à l’exclusion de tout usage commercial, qu’ils
transportent soit sur eux-mêmes soit dans leurs bagages.

Page 5
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

B4/ Autres personnes titulaires de l’autorisation de dédouaner les


marchandises :

Au terme de l’article 69 du code des douanes, toute personne


physique ou morale qui, sans exercer la profession de transitaire, entend,
à l’occasion de son industrie ou de son commerce, faire à la douane des
déclarations pour autrui doit obtenir l’autorisation de dédouaner. Cette
autorisation est accordée pour des opérations portant sur des
marchandises déterminées et qui sont spécifiées dans l’autorisation.
On peut citer à titre d’exemple : les déménageurs pour les mobiliers
(ex : Ste Bailly Maroc, Bedel…..), les sociétés de pompes funèbres pour
les dépouilles mortelles, l’Office National des Chemins de Fer
(ONCF)…etc.
Pour le cas de l’ONCF, vu son commerce qui est l’entreposage des
marchandises, est titulaire d’une autorisation délivrée par l’ADII pour
déclarer les marchandises sous douane en vue de les acheminer du port
de Tanger Med ou de Casablanca, sous sa responsabilité, vers son
terminal (Port sec) d’Ain Sbâa ‘’Mita’’ où sont accomplies les formalités
douanières et administratives.

Page 6
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

II/ LES PARTICULARITES CONCERNAT LA PROFESSION DE


TRANSITAIRE EN DOUANE.

L’exercice de la profession de transitaire en douanes est


subordonné (soumis) à l’obtention d’un agrément qui exige une certaine
procédure à suivre pour les personnes intéressées.

A/ Procédure d’agrément.

1) Conditions exigées :

Pour être admis à présenter une demande d’agrément le requérant doit


satisfaire aux conditions suivantes :
1- Jouir de ses droits civiques,
2- Etre titulaire d’une licence ou d’un diplôme reconnu équivalent,
3- Justifier de références professionnelles en matière douanière
portant au minimum sur 3 ans.
4- Satisfaire à un test d’aptitude professionnelle organisé par l’ADII.

Lorsque la demande d’agrément concerne une personne morale, la (ou


les) personne (s) habiles (s) proposée (s) pour représenter ladite
personne morale doit (doivent) remplir les conditions ci-dessus.

2) Composition du dossier de la demande

L’intéressé doit adresser sa demande sous plis recommandé au


directeur de l’administration. Il doit indiquer le ou les bureau (x) de
douanes près duquel ou desquels la fonction de transitaire sera
habituellement exercée. Les demandes d’agrément doivent être
accompagnées :

 Pour les personnes physiques :


1- D’un extrait de l’acte de naissance ou de toute autre pièce en tenant
lieu,
2- D’un extrait du casier judiciaire ou de toute autre pièce en tenant
lieu,
Page 7
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

3- D’un certificat de résidence au Maroc,


4- Des photos d’identité récentes,
5- De documents justifiant une surface financière qui ne doit pas être
inférieure à 100 000 DH (attestation bancaire ou autre).
6- Une attestation justifiant une expérience en matière douanière
portant au minimum sur 3 ans,
7- D’une copie certifiée conforme à l’originale de la licence ou d’un
diplôme reconnu équivalent,
8- D’un certificat d’inscription au registre du commerce ou de
l’engagement de provoquer cette inscription.
 Pour les personnes morales :
1- D’un exemplaire des statuts de constitution de la société, certifié
conforme à l’original, avec la légalisation de la ou de (s) signature
(s) apposée (s).
2- D’un exemplaire d’un journal d’annonces légales portant insertion
d’un extrait de ces statuts.
3- D’un exemplaire du procès verbal (PV) des délibérations nommant
les administrateurs ayant la signature sociale certifiée conforme à
l’originale avec la légalisation des signatures apposées,
4- D’un certificat d’inscription au registre de commerce de la société.
Les personnes habiles à représenter une société doivent joindre, en
plus des documents exigés pour les personnes physiques, une procuration
sur papier timbré dont le modèle est délivré par l’administration, les
mandatant pour représenter la société en douane.
L’administration peut exiger du demandeur d’agrément, qu’il soit
personne morale ou physique, toute autre pièce qui lui paraîtrait
nécessaire.

3) Enquête administrative

Dans le délai maximum de 15 jours suivant la date de réception de la


demande d’agrément, l’administration accuse réception de ladite
demande, ordonne une enquête qui doit porter sur :

1- La qualité sous laquelle le demandeur est connu du service douanier.


2- Les rapports qu’il a avec l’administration des douanes,
Page 8
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

3- Les capacités professionnelles du demandeur et son comportement,


4- La moralité commerciale et la surface financière du demandeur,
5- Ses antécédents sur le plan du contentieux douanier.

En outre, les pétitionnaires sont entendus par l’administration centrale


afin d’apprécier l’étendue et le niveau de leurs connaissances techniques
et professionnelles (dans le cadre d’un test d’aptitude professionnelle).
Parallèlement à la constitution du dossier d’enquête et dans le délai
maximum de 15 jours, l’administration doit saisir la chambre de discipline
des transitaires agrées en douane en lui communiquant, pour avis, la
demande d’agrément accompagnée de toutes les pièces exigibles.
Le dossier d’enquête et l’avis de la chambre de discipline doivent
dans le délai de 2 mois à compter de la date de l’accusé de réception de la
demande, être transmis au comité consultatif.
Dans le cas où l’avis de la chambre de discipline ne lui serait pas
parvenue dans le délai de 2 mois, le comité consultatif peut passer outre.
L’avis du comite consultatif doit être formulé au cours de sa plus
prochaine séance suivant le jour où le dossier de l’affaire lui a été
transmis avec l’avis de la chambre de discipline et, au plus tard, dans les 2
mois de cette remise.

4) Décision de l’agrément

L’agrément est donné par décision du ministre chargé des finances


prise sur proposition du Directeur de l’ADII et après avis favorable de la
chambre de discipline et du comité consultatif.
A signaler, néanmoins, au passage que le comité consultatif appelé à se
prononcer sur les demandes d’agrément est composé comme suit :

1- le directeur de l’administration ou son représentant,


2- le responsable de l’administration chargé des dossiers des
transitaires,
3- un représentant du ministre chargé du commerce,
4- un représentant du service extérieur de l’administration désigné par
le directeur de cette dernière,

Page 9
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

5- un représentant de la fédération des chambres de commerce,


d’industrie et de service,
6- deux représentants des transitaires désignés par la chambre de
discipline parmis ses membres.

Le comité consultatif (CC) se réunit sur convocation de son président.


Ses avis sont formulés à la majorité des voix, celle du président étant
prépondérante en cas de partage. Il est dressé un procès verbal (P.V) de
chaque séance par un fonctionnaire de l’ADII chargé de la fonction de
secrétaire.

Tandis que le comité de discipline (CD) est composé de dix membres


qui sont des transitaires agrées élus pour 4 ans.
Dans la pratique, les décisions d’agrément sont signées par le directeur
de l’ADII agissant par délégation du ministre des finances. Les décisions
accordant l’agrément sont notifiées individuellement aux pétitionnaires.
Elles indiquent le numéro d’inscription au registre matricule cité ci-après.
Les décisions d’agrément sont portées à la connaissance des usagers par
un avis aux importateurs et aux exportateurs par la voie du bulletin
officiel.
Le registre matricule est un document tenu par l’ADII sur lequel sont
inscrits tous les transitaires en douane agrées et les personnes habiles à
déclarer pour le compte des sociétés ayant obtenues l’agrément de
transitaire en douane.
Les décisions de rejet sont notifiées individuellement aux
pétitionnaires.
Dans le cas où la décision de rejet aurait été prise malgré l’avis favorable
de la chambre de discipline (CD), le pétitionnaire à le droit de renouveler
sa demande dans les 15 jours de la notification du rejet.

B/ Exercice de la profession de transitaire en douane

1) Formalités préalables à l’exercice de la profession

Tout transitaire nouvellement agrée ne peut exercer sa profession


qu’après avoir justifié auprès de l’ADII de son inscription au rôle des
Page 10
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

patentes et au registre du commerce ou des démarches entreprises à cet


effet.

2) Procuration

Le transitaire agrée peut donner par procuration tous pouvoirs à un


mandataire qui est à son service exclusif, pour le représenter auprès de
la douane et pour signer en son nom toute déclaration, reconnaissance de
consignation, procès verbaux de saisis, transactions par suite d’actes
contraires aux lois et règlements douaniers.
A cet effet, il a été institué pour les mandataires, une autorisation
conforme au modèle délivré par le chef de circonscription à la demande
des transitaires agrées.
Il est à noter que les services douaniers procèdent au contrôle de
l’identité des déclarants dûment agrées soit au vue du listing (liste) des
transitaires agrées, soit au vue de l’autorisation dont sont menus les
mandataires.

3) Responsabilité des transitaires agrées.

Les transitaires en douane sont dans l’exercice de leur profession


responsables des opérations effectuées par leurs soins. Ils sont en leur
qualité de signataires des DED pénalement responsables pour les
omissions, inexactitudes et autres irrégularités relevées dans leurs DED.
Ils sont également pénalement responsables du fait de leurs instructions.
De même, les transitaires agrées ont la qualité de redevable des droits
de douane et autres droits et taxes exigibles à l’importation ou à
l’exportation.

4) Cas de renonciation à l’agrément

En cas de renonciation d’un titulaire de l’agrément, de décès de ce


titulaire, de dissolution d’une société titulaire d’un agrément, l’ADII
constate la caducité de l’agrément.
Est, notamment, réputé avoir renoncé à son agrément, tout
transitaire qui, sauf cas de force majeure admis par l’administration, n’a
Page 11
«EDLTRA» Ecole Spécialisée des Déclarants en Douane de la Logistique et du Transport

pas, chaque année, déposé et fait enregistrer en douane un minimum de


50 DED après une franchise d’une année.

5) Retrait d’agrément

L’agrément peut être retiré, à titre temporaire ou définitif, par


décision du ministre des finances après avis de la chambre de discipline
et du comité consultatif.
Le retrait d’agrément temporaire ou définitif peut être proposé
soit par l’ADII soit par la chambre de discipline. Lorsqu’une telle mesure
est envisagée, l’ADII informe l’intéressé, par lettre recommandée, des
griefs retenus à sa charge, l’invite à établir s’il juge opportun, un
mémoire en défense destiné au comité consultatif et l’avise qu’il peut
demander à être entendu par le comité consultatif (CC) et qu’il lui est
loisible de se faire assister ou représenté par un avocat.
Les décisions de retrait d’agrément provisoires ou définitives sont
notifiées individuellement aux intéressées.
Elles sont, en outre, portées à la connaissance du public sous forme
d’avis aux importateurs et exportateurs publiées au bulletin officiel, au
plus tard 15 jours après la date de la signature de la décision du retrait
par le ministre chargé des finances.

Page 12