Vous êtes sur la page 1sur 99

Guide pratique

pour l’analyse
des comptes annuels
Guide pratique
pour l’analyse
des comptes annuels
D/1831/2017/16/450
E.R. : Mario Coppens, Boulevard Baudouin 8, 1000 Bruxelles.
table des matières
I. Introduction.................................................................................................................................................................................................................................. 7

II. Le Plan Comptable...................................................................................................................................................................................................................... 9


A. Structure et contenu du plan comptable........................................................................................................................................................................ 9
B. Etude des comptes........................................................................................................................................................................................................................ 9
1. Classe I......................................................................................................................................................................................................................................... 9
2. Classe II..................................................................................................................................................................................................................................... 10
3. Classe III................................................................................................................................................................................................................................... 12
4. Classe IV................................................................................................................................................................................................................................... 13
5. Classe V.................................................................................................................................................................................................................................... 14
6. Classe VI................................................................................................................................................................................................................................... 14
7. Classe VII................................................................................................................................................................................................................................. 15
C. Aperçu des principaux comptes......................................................................................................................................................................................... 16

III. La comptabilité...........................................................................................................................................................................................................................19
A. La technique comptable......................................................................................................................................................................................................... 19
B. Les comptes annuels consolidés...................................................................................................................................................................................... 22
1. Obligation de consolidation......................................................................................................................................................................................... 22
2. Méthodes de consolidation.......................................................................................................................................................................................... 22
a) La méthode intégrale (filiale exclusive)........................................................................................................................................................ 22
b) La consolidation proportionnelle (filiales communes)........................................................................................................................ 24
c) La méthode des équivalences ou des mutations des avoirs (participations dans des sociétés liées).................. 24
C. IFRS : International Financial Reporting Standards............................................................................................................................................. 25

IV. Les comptes annuels............................................................................................................................................................................................................. 27


A. Critères de taille........................................................................................................................................................................................................................... 27
1. La valeur seuil qui détermine la taille de l’entreprise et le modèle des comptes annuels à utiliser............................ 27
a) Nouvelles valeurs seuil........................................................................................................................................................................................... 27
b) L’introduction de la micro-entreprise (art.15/1 Code des sociétés)........................................................................................... 28
c) Le groupe d’ampleur limitée ............................................................................................................................................................................... 28
d) Dépassement des valeurs seuil.......................................................................................................................................................................... 28
e) Extension de la notion de chiffre d’affaires.................................................................................................................................................. 28
f) Calcul de la valeur seuil pour le premier exercice comptable.......................................................................................................... 28
g) Exercices différent de 12 mois............................................................................................................................................................................ 29
2. Les modèles (voir annexes)........................................................................................................................................................................................ 29
a) Adaptation des modèles complet et abrégé et du modèle des comptes annuels consolidés.................................... 29
b) Introduction d’un modèle micro......................................................................................................................................................................... 29
c) Contrôles arithmétiques et logiques................................................................................................................................................................ 29
B. Contenu des comptes annuels........................................................................................................................................................................................... 29
1. Le bilan..................................................................................................................................................................................................................................... 29
2. Le compte de résultats .................................................................................................................................................................................................. 31
3. L’annexe................................................................................................................................................................................................................................... 32
4. Le bilan social....................................................................................................................................................................................................................... 32
C. Un premier examen du bilan............................................................................................................................................................................................... 33
1. Premier examen du bilan.............................................................................................................................................................................................. 33
2. Premier examen du compte de résultats............................................................................................................................................................ 34

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 3


D. Méthodes d’analyse................................................................................................................................................................................................................... 34
1. Analyse horizontale ou analyse dans le temps............................................................................................................................................... 34
2. Analyse verticale ou l’analyse de la structure.................................................................................................................................................. 35
3. Analyse des ratios.............................................................................................................................................................................................................. 36
a. Ratios de liquidité........................................................................................................................................................................................................ 37
1. Liquidité générale (current ratio)............................................................................................................................................................. 37
2. La liquidité au sens strict (quick ratio).................................................................................................................................................. 38
3. Rotation des stocks de marchandises et d’approvisionnement............................................................................................. 38
4. Rotation des stocks d’en cours de fabrication et de produits finis....................................................................................... 38
5. Nombre de jours de crédit clients............................................................................................................................................................. 38
6. Nombre de jours de crédit fournisseurs............................................................................................................................................... 39
b. Ratios de solvabilité................................................................................................................................................................................................... 39
1. L’indépendance financière............................................................................................................................................................................ 39
c. Ratios de la rentabilité.............................................................................................................................................................................................. 39
1. La marge nette sur vente............................................................................................................................................................................... 40
2. La marge brute sur vente............................................................................................................................................................................... 40
3. Rentabilité brute de l’actif total avant impôts et charge des dettes.................................................................................... 40
4. Rentabilité nette de l’actif total avant impôts et charge de dettes....................................................................................... 40
5. Rentabilité nette des capitaux propres après impôts................................................................................................................... 41
6. La notion de cash-flow.................................................................................................................................................................................... 42
7. La rentabilité du cash-flow............................................................................................................................................................................ 43
d. Les ratios de la valeur ajoutée............................................................................................................................................................................. 43
1. La valeur ajoutée ............................................................................................................................................................................................... 43
2. Valeur ajoutée par personne occupée.................................................................................................................................................... 43
3. La part des frais de personnel dans la valeur ajoutée................................................................................................................. 44
4. Le taux d’investissements............................................................................................................................................................................. 44
5. La valeur ajoutée brute en fonction des produits d’exploitation........................................................................................... 44
6. La valeur ajoutée en fonction des immobilisations corporelles brutes............................................................................. 45
7. Acquisitions d’immobilisations corporelles en fonction des immobilisations corporelles
au terme de l’exercice précédent.............................................................................................................................................................. 45
8. La part des frais hors caisse dans la valeur ajoutée...................................................................................................................... 45
9. La part de la charge des dettes dans la valeur ajoutée.............................................................................................................. 45
10. La couverture des fonds étrangers à long terme par le cash-flow ...................................................................................... 46
e. (R)EBIT(A) et (R)EBITDA...................................................................................................................................................................................... 47
1. Ebit : « earnings before interest and taxes »........................................................................................................................................ 47
2. Rebit : « recurring earnings before interest and taxes »............................................................................................................... 47
3. Ebita : « earnings before interest, taxes and amortization »...................................................................................................... 47
4. Ebitda : « earnings before interest, taxes, depreciation and amortization ».................................................................... 47
5. Rebitda : « recurring earnings before interest, taxes, depreciation and amortization »............................................ 47

V. Entreprise en difficulté.................................................................................................................................................................................................... 49
A. La législation relative aux sociétés commerciales ............................................................................................................................................... 49
B. Conditions comptables d’une entreprise en difficulté......................................................................................................................................... 49
C. La loi sur la continuité des entreprises ........................................................................................................................................................................ 51
D. La définition économique de l’entreprise en difficulté........................................................................................................................................ 53

4 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


VI. Le réviseur d’entreprises............................................................................................................................................................................................... 55

VII. Problèmes concernant l’analyse financière.................................................................................................................................................. 59


A. La partialité de l’approche financière........................................................................................................................................................................... 59
B. La limite des données statistiques................................................................................................................................................................................. 60
C. L’information incomplète..................................................................................................................................................................................................... 60

VIII. Conclusion................................................................................................................................................................................................................................... 63

IX. Annexes........................................................................................................................................................................................................................................... 65

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 5


6 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
Introduction
I.

Chaque année les délégués de la CGSLB au sein des conseils d’entreprise reçoivent les informations économiques et
financières indispensables relatives à l’entreprise qui les occupe. Le législateur a jugé indispensable de tenir les travail-
leurs au courant de la situation économique et financière de leur entreprise.

Comme tant d’autres techniques, celle de la comptabilité s’est perfectionnée au fil des années. De frais ordinaires –
état de dépenses établis par le propriétaire foncier au 16ième siècle – les comptes annuels sont devenus de nos jours
une image « quasi » fiable et complète de l’entreprise. Le raffinement de la technique a eu pour conséquence que la
comptabilité est actuellement quasiment le terrain exclusif des spécialistes en la matière.

Les experts comptables et les réviseurs d’entreprise ont développé un jargon particulier comme moyen de communica-
tion. Pour la plupart de nos délégués, les comptes annuels sont aussi faciles à déchiffrer que des hiéroglyphes.

Ce guide pratique se propose de rendre plus intelligible l’information fournie. Pour ce faire, nous donnerons tout
d’abord un aperçu des différents comptes de la comptabilité. Ensuite nous expliquerons brièvement la technique
comptable. Mais, rassurez-vous, il n’entre pas dans nos intentions de faire de vous des comptables mais bien de vous
procurer une connaissance de base de la technique utilisée. Nous aborderons les comptes annuels dans tous leurs
aspects. Après avoir expliqué les notions de bilan et de compte de résultats, nous utiliserons les comptes annuels
comme base pour des informations complémentaires, partant des différentes méthodes d’analyse. Lorsque les délé-
gués syndicaux sont confrontés aux notions de liquidité, de valeur ajoutée etc. lancées par la direction financière ou
par le réviseur d’entreprise, il est important qu’ils sachent ce qu’elles recouvrent. Ce n’est pas tant leur signification qui
importe que les implications qu’elles entraînent éventuellement pour l’entreprise si certains ratios n’atteignent pas les
valeurs souhaitées.
Nous analyserons aussi les clignotants qui nous avertissent lorsque l’entreprise est en difficulté ainsi que la fonction
et le rôle exercé par le réviseur d’entreprise. Pour terminer nous mentionnerons quelques problèmes de l’analyse
financière.

Cette brochure permet finalement à la réunion annuelle extraordinaire du conseil d’entreprise et à ses discussions pré-
liminaires de devenir un cadre de communication permettant d’échanger des opinions et des visions, éventuellement
étayées par notre Service Soutien aux entreprises. D’ailleurs, il est évident qu’il s’agit de bien comprendre les questions
éventuellement posées et de ne pas se contenter de réponses approximatives de la part de la direction ou du réviseur.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 7


8 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
Le
II. Plan Comptable

Structure
A. et contenu du plan comptable
Le Plan Comptable minimum et normalisé belge (PCMN) est divisé en 10 classes.
Les comptes des classes de 1 à 5 sont des comptes de bilan. Cela signifie que l’on retrouve leurs soldes dans le bilan.

Les comptes des classes 6 et 7 sont des comptes de résultat (frais/produits). Leurs soldes se trouvent dans le compte
de résultats.
Les classes 8 et 9 sont libres.
La classe 0 est réservée aux droits et engagements hors bilan.

Etude
B. des comptes

Classe
1. I
Fonds propres, provisions pour risques, impôts différés et frais et dettes à plus d’un an

On y trouve trois catégories d’éléments :


1. Les comptes des fonds propres :
• 10. Capital
• 11. Primes d’émission
• 12. Plus-values de réévaluation
• 13. Réserves
• 14. Bénéfice ou perte reporté(e)
• 15. Subsides en capital
Le total de ces comptes représente l’actif net de l’entreprise.
2. Provisions et impôts différés (compte 16)
3. Dettes à plus d’un an (compte 17)

10. Capital
Sommes investies.
11. Primes d’émission
La différence entre la valeur nominale des actions et parts et le prix d’émission.
12. Plus-values de réévaluation
La différence (plus-value) entre la valeur d’acquisition réelle et la valeur d’acquisition inscrite aux comptes de
l’actif.
13. Réserves
Les bénéfices non distribués et affectés par l’Assemblée générale aux réserves.
14. Bénéfice reporté ou perte reportée
Les résultats non distribués et non affectés.
15. Subsides en capital
Intervention des pouvoirs publics autre qu‘une intervention dans les intérêts.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 9


16. Provisions et impôts différés
Ces comptes ont pour objet de couvrir les pertes ou frais nettement circonscrits quant à leur nature, mais dont le
montant n’est pas connu à la date de la clôture de l’exercice.
160. Provisions pour pensions et obligations similaires : les provisions sont constituées par l’entreprise pour
couvrir ses obligations en matière de pensions de retraite et de survie, pré-pensions et obligations similaires
à l’égard des membres ou anciens membres de son personnel.
161. Provisions pour charges fiscales : se compte couvre les charges fiscales pouvant résulter de révisions fiscales
d’exercices antérieurs.
162. Provisions pour grosses réparations et gros entretiens
163. Provisions pour obligations environnementales
164/165. Provisions pour autres risques et frais : à ventiler par catégorie
168. Impôts différés : ce poste comprend exclusivement :
a) les impôts différés à des exercices ultérieurs sur les plus-values réalisées sur des immobilisations ma-
térielles et immatérielles et sur des titres émis par le secteur public belge au cas où les impôts sur ces
plus-values auraient été remis à une date ultérieure ;
b) Les impôts étrangers différés à des exercices ultérieurs de même nature que ceux repris au point a).
17. Dettes à plus d’un an
Les dettes qui ont un terme contractuel supérieur à un an.
Ce compte n’est pas prévu au plan comptable minimum normalisé mais il peut s’utiliser comme compte de clôture
entre l’entreprise et les succursales.
19. Avances aux associés sur la répartition de l’actif net

Classe
2. II
Frais d’établissement, actifs immobilisés et créances à plus d’un an

On y trouve les comptes des biens et valeurs destinés à rester durablement sous la même forme dans l’entreprise.

20. Frais d’établissement :


Ces frais sont contractés indépendamment de l’activité économique. Il s’agit donc de frais engagés pour la fonda-
tion, l’agrandissement ou la restructuration de l’entreprise. Sont repris ici les frais de notaire, frais de publication au
Moniteur belge, inscription à la Banque-Carrefour des entreprises, …
Les frais d’établissements ont un caractère de « charge ». Cela signifie qu’ils peuvent être repris directement dans
les charges (compte de résultats) mais l’on dispose ici d’une possibilité de les reprendre à l’actif mais il s’agit
d’une faculté et non d’une obligation. Dès lors ils seront éventuellement pris en charge suivant les règles énoncées
par l’organe de gestion. Ils sont crédités annuellement des amortissements effectués à raison de 20 % au moins
des sommes réellement dépensées. Toutefois, l’amortissement des frais d’émission peut être reporté sur toute la
durée de l’emprunt.
Le compte 204 Frais de restructuration comprend les frais de restructuration ou de réorganisation avec un effet
favorable et durable sur la rentabilité de l’entreprise. Nous retrouvons cette répartition dans l’annexe.

21. Immobilisations incorporelles :


Ce compte représente les frais de recherches et de développement, les concessions, les licences, le goodwill, …
Ces postes sont mentionnés dans l’annexe si nécessaire.
Les Immobilisations incorporelles ne peuvent pas faire l’objet d’une réévaluation.

10 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


22. Terrains et constructions
Sont inscrits sous cette rubrique les terrains bâtis et non bâtis, les constructions édifiées ainsi que leur agencement
que l’entreprise détient en propriété et affectés durablement par elle à son exploitation.
Quand on ne peut séparer la valeur du bâtiment de la valeur de terrain, seul un compte est utilisé : Terrains bâtis.

23. Installations, machines, outillage


Les installations et les machines comprennent les installations diverses nécessaires à l’exploitation d’une part et
d’autre part le matériel d’exploitation constitué par l’ensemble des objets, instruments et machines avec ou par
lesquels on extrait ou transforme ou façonne les matières et fournitures ou avec ou par lesquelles on fournit les
services qui font d’objet de la profession exercée.
L’outillage comprend tous les équipements dont l’utilisation classifie ce matériel dans un emploi déterminé.
Ne sont pas à mentionner à ces comptes le mobilier et le matériel roulant qui se retrouvent dans la rubrique
suivante.

24. Mobilier et matériel roulant


Le mobilier comprend notamment tous les meubles et objets tels que tables, chaises, etc. Le matériel roulant ou
plus exactement le matériel de transport comprend tous les véhicules et appareils servant au transport par route,
par fer, par eau et par air, du personnel, des marchandises, des produits ou des matières premières.

25. Immobilisations détenues en location-financement et droits similaires


La location-financement (ou leasing) est une technique permettant de louer des biens d’investissement ou des
équipements destinés à des fins professionnelles pour une durée égale à la durée d’utilisation économique du bien.
Le prix de la location doit être établi dans le contrat et doit être égale à la valeur d’amortissement du bien loué pour la
durée d’utilisation économique. Le contrat doit également prévoir que les loueurs ont la possibilité d’acheter le bien à
la date d’échéance du contrat à un prix établi dans le contrat qui doit correspondre à la valeur résiduaire du bien.

26. Autres immobilisations corporelles


Les immobilisations corporelles englobent en fait tous les investissements effectués par l’entreprise à des fins
professionnelles, qu’ils soient ou non amortis.

27. Immobilisations corporelles en cours et acomptes versés


Ce compte fait apparaître les immobilisations corporelles non terminées à la date de clôture de l’exercice créées ou
non par l’entreprise ainsi que les acomptes et paiements anticipés effectués en vue de l’achat d’immobilisations
corporelles.

28. Immobilisations financières


Le compte comprend les participations et les créances. Une participation est un droit commun détenu par une
entreprise dans une autre société en vue de créer un lien durable avec celle-ci qui lui permette d’exercer une
influence et un contrôle sur celle-ci.
Les créances reprisent dans ce compte sont des créances avec des entreprises liées qui ont pour but de soutenir
cette entreprise.
280. Participation dans des entreprises liées
281. Créances sur des entreprises liées
282. Participations dans des entreprises avec lesquelles il existe un lien de participation
283. Créances sur des entreprises avec lesquelles il existe un lien de participation
284. Autres actions et participations
285. Autres créances
288. Cautionnements versés en numéraire : toutes les cautions payées pour par ex. le téléphone, le télex.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 11


29. Créances à plus d’un an
Les créances de l’entreprise qui ont un terme supérieur à un an. La distinction est faite entre les créances qui
découlent de l’activité commerciale normale et les autres créances.

Classe
3. III
Stocks et commandes en cours d’exécution

On y trouve les comptes des valeurs d’exploitation acquises en vue d’être revendues avec ou sans traitement.
La valeur des stocks représente en général un des postes les plus importants de l’actif d’une entreprise industrielle.
Leur évaluation influence sérieusement les résultats d’exploitation et par conséquent l’interprétation de la rentabilité.

30. Approvisionnements
Matières premières : la matière principale pour fabriquer un produit.

31. Approvisionnements – Fournitures


La matière nécessaire à travailler la matière première.

32. Biens en cours de fabrication


Les produits qui n’ont pas encore atteint le stade final de fabrication.

33. Produits finis


Les marchandises fabriquées par l’entreprise, destinées à être vendues ou livrées.

34. Marchandises
Les biens vendus tel quel, sans transformation.

35. Immeubles destinés à la vente


Les immeubles acquis en vue de leur revente.

36. Acomptes versés sur achats pour stocks


Tous les acomptes pour obtenir des stocks de biens.

37. Commande en cours d’exécution


Il s’agit d’un compte dans lequel sont portés :
• Les travaux en cours de fabrication, exécutés pour compte de tiers en vertu d’une commande mais pas encore
livrée, excepté les biens fabriqués en série et de façon normée ;
• Les services en cours de prestation, exécutés pour compte de tiers en vertu d’une commande sauf s’il s’agit de
services prestés de façon standardisée.

12 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Classe
4. IV
Comptes des créances et dettes jusqu’à un an

Les comptes de cette classe enregistrent les créances et les dettes, à l’exception de celles mentionnées aux classes 1
et 2 en raison du délai de leur échéance dépassant un an et de celles qui en raison de leur caractère financier prédo-
minant sont indiquées à la classe 5. Par extension, la classe 4 comporte aussi les comptes destinés à l’enregistrement
des écritures de régularisation des frais et des produits.

40. Créances commerciales


Ce compte reprend les créances nées de transactions commerciales courantes qui ont un terme contractuel de
maximum 1 an.

41. Autres créances


Les créances ne résultant pas de livraisons de biens ou de prestations de services (par ex. TVA à percevoir, impots,
produits à percevoir).

42. Dettes à plus d’un an, échéant dans l’année


Les échéances dans l’année des emprunts à plus d’un an qui doivent être remboursées (payées) dans l’année.

43. Dettes financières


Les comptes comprennent les dettes de l’entreprise à maximum un an envers les établissements de crédits dont le
terme d’exigibilité est à moins d’un an.

44. Dettes commerciales


Les dettes dont le terme contractuel est inférieur à un an, résultant de livraisons de biens et de services effectués à
l’entreprise par des tiers (fournisseurs).

45. Dettes fiscales, salariales et sociales


Les dettes issues de contrats de travail pour ouvriers ou employés ou s’y rapportant et dettes envers l’administra-
tion fiscale.

46. Acomptes reçus sur commandes


Les acomptes qui doivent être payés lors de la commande.

47. Dettes découlant de l’affectation des résultats


La part du bénéfice qui doit être distribuée.

48. Dettes diverses


Toutes les autres dettes à moins d’un an qui ne peuvent être classées dans les autres comptes.

49. Comptes de régularisation et comptes d’attente


Ce compte est relatif aux comptes de régularisation de l’actif et du passif qui ont pour but de rattacher à une
période déterminée les résultats qui lui sont propres.
Si ce poste contient des sommes importantes, il peut être subdivisé comme ci-dessous, mais ceci n’arrive pas
souvent.
490. Frais à reporter : c’-à-d. les frais payés dans l’exercice mais qui se rapportent à l’exercice suivant (actif).
491. Produits acquis : c’-à-d. les revenues à rattacher à l’exercice en cours mais qui seront encaissés au cours de
l’exercice suivant (actif).

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 13


492. Frais à emporter : c’-à-d. les frais qui seront payés au cours de l’exercice suivant mais qui se rapportent à
l’exercice en cours (passif).
493. Produits à reporter : c’-à-d. les revenus qui sont perçus dans l’exercice en cours mais sont imputables à
­l’exercice ultérieur (passif).
499. Comptes d’attentes : ces comptes doivent être soldés à la date du bilan.

Classe
5. V
Placements de trésorerie et de valeurs disponibles

On retrouve dans cette classe les moyens financiers de l’entreprise de même que les placements de trésorerie.

50. Actions propres


Achat de ses propres actions.

51. Actions et parts


Achat d’actions dans d’autres entreprises.

52. Titres à revenu fixe


Créances et placements à plus d’un mois.

53. Dépôts à terme


Créances et placements.

54. Valeurs échues à l’encaissement

55. Organismes de crédit :


Comptes ouverts chez les diverses banques à subdiviser comme suit :
• Compte Courant
• Cheques émis
• Pertes de valeur enregistrées

56. Office des Chèques Postaux

57. Caisses

58. Virements internes

Classe
6. VI
Frais

Nous distinguons deux sortes de frais.

1. Les frais d’exploitation 60-66A


Ce sont les frais nécessaires à l’exploitation de l’entreprise.

14 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


a. Le compte 60 regroupe les approvisionnements et marchandises – matières premières, fournitures.
Les comptes 600 à 608 sont les achats, le compte 609 regroupe les variations de stocks par sorte.
b. Dans le compte 61 nous retrouvons les services et biens divers comme le loyer et les charges locatives,
l’entretien et les réparations ; l’eau, le gaz, l’électricité, le téléphone, les assurances non relatives au personnel,
les commissions aux tiers, les honoraires, voyages, déplacements, la publicité, la documentation et la sous-­
traitance.
c. Les frais inscrits au compte 62 sont ceux supportés par l’entreprise en vue de couvrir la rémunération de son
personnel, toutes catégories confondues.
d. Le compte 63 reprend tous les amortissements et réductions de valeur sur les immobilisations, ventilés par
sorte, les réductions de valeur sur les stocks et les créances commerciales ainsi que les provisions pour pen-
sions, grosses réparations et gros entretiens et autres risques éventuels. Les réductions sur les immobilisations
financières sont comptabilisées en frais non récurrents.
e. Tous les autres frais d’exploitation sont comptabilisés au compte 64.
f. Les frais d’exploitation non récurrents se retrouvent dans le compte 66A. Il s’agit des frais inhabituels.

2. Les frais financiers


Il s’agit des frais de banques, les différences de change… tous les frais concernant les opérations financières.
Ces charges se trouvent au compte 65.

A côté de tous ces frais nous avons encore le compte 67 pour les impôts, le compte 68 pour les transferts aux impôts
différés et aux réserves immunisées et le compte 69 pour les affectations et les prélèvements.

Classe
7. VII
Produits

Comme pour les frais nous avons deux sortes de produits répartis de la même manière :

1. Les produits d’exploitation 70-76A


a. Le compte 70 exprime le chiffre d’affaires ;
b. Le compte 71 donne la variation des stocks répartie par sorte ;
c. Le compte 72 représente la production immobilisée ;
d. Les autres produits d’exploitation sont repris sous le compte 74 ;
e. Le compte 76A reprend les produits d’exploitation non récurrents.

2. Les produits financiers sont divisés en produits financiers récurrents qui sont comptabilisés au compte 75 et
produits financiers non récurrents que nous retrouvons sous le compte 76B.

Outre ces produits le compte 77 représente la régularisation d’impôts, les comptes 78 reprend les prélèvements sur
fonds propres et sur les réserves immunisées et les comptes 79 sert aux affectations et aux prélèvements sur les capi-
taux propres et aux interventions d’associés dans les pertes.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 15


Aperçu
C. des principaux comptes
Compte de bilan
Classe 1 Classe 2 Classe 3 Classe 4 Classe 5
Comptes de fonds Compte de frais Comptes des stocks et Compte des créances et Placement de
propres, de provis. d­ ’établissement, commandes en cours dettes à moins d’un an ­trésorerie et valeurs
Pour risques et frais d­ ’actifs immobilisés disponibles
et de dettes à plus et de créances
d’un an à plus d’un an
10 Capital 20 Frais 30 Approvision. Mat. 40 Créances 50 Actions propres
­d’établissement Premières ­commerciales
11 Primes d’émission 21 Immobilisations 31 A
 pprovis. 41 Autres créances 51 Actions, parts et
incorporelles Fournitures placements de
trésorerie autres
que placements à
revenu fixe
12 Plus-value de 22 Terrains et 32 Produits en cours 42 Dettes à plus d’un 52 Titres à revenu fixe
r­ éévaluation c­ onstructions de fabrication an échéant dans
l’année
13 Réserves 23 Installations, 33 Produits finis 43 Dettes financières 53 Dépôts à terme
­machines et
­outillage
14 Bénéfice reporté ou 24 Mobilier et matériel 34 Marchandises 44 Dettes 54 Valeurs échues à
perte reportée roulant ­commerciales l’encaissem.
15 Subsides en capital 25 Immobilisations 35 Immeubles acquis 45 Dettes fiscales, 55 Organismes de
détenues en ou construits en vue s­ alariales et sociales crédit
location- de la revente
financement ou
droits similaires
16 Provisions et frais et 26 Autres immobilisa- 36 Acomptes versés 46 Acomptes reçus sur 56 Office des chèques
impôts différés tions corporelles sur achats pour commandes postaux
stocks
17 Dettes à plus d’un 27 Immobilisat. en 37 Commandes en 47 Dettes issues de 57 Caisses
an cours et acomptes cours d’exécution l’affectation des
versés résultats
18 .................................................... 28 Immobilisations 38 .................................................... 48 Dettes diverses 58 Virements internes
financières
19 Avances aux 29 Créances à plus 39 .................................................... 49 Comptes de régul. 59 ....................................................
a­ ssociés sur d’un an et d’attentes
la répartition
de l’actif net

16 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Compte de résultats
Classe 6 Classe 7 Classe 8 Classe 9 Classe 10
Frais Produits Libre Libre Droits et engagements
hors bilan
60 A
 pprovision- 70 Chiffre d’affaires 00 Garanties
nements et ­constituées par des
m­ archandises tiers pour compte
de l’entreprise
61 Services et biens 71 Variations des 01 Garanties
divers stocks et des ­personnelles
c­ ommandes en constituées pour
cours d’exécution compte de tiers
 émunérat.,
62 R 72 Immobilisations 02 Garanties réelles
charges sociales et produites constituées sur
pensions avoirs propres
63 Amort., réductions 73 .................................................... 03 Garanties reçues
de valeurs, provis.
Pour risques et
frais
64 Autre frais 74 Autres produits 04 Biens et valeurs
d’exploitation d’exploitation détenus par des
tiers en leur nom
mais aux risques
et profits de
­l’entreprise
65 Frais financiers 75 Produits financiers 05 Engagements
récurrents récurrents d’acquisition et de
cession
66A F rais 76A P
 roduits 06 Marché à terme
d­ ’exploitation d’exploitation
non ­récurrents non récurrents
66B Frais financiers 76B Produits
non récurrents d’exploitation
non récurrents
67 Impôts sur le 77 Régularisat. des 07 Biens et valeurs
résultat impôts et reprises détenus par
de provisions ­l’entreprise
fiscales
68 Transfert aux 78 Prélèvement sur 08 ....................................................
réserves les impôts différés
immunisées et sur les réserves
immunisées
69 Affectation et 79 A ffectation et 09 Droits et
p­ rélèvements ­prélèvements ­engagements
divers

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 17


18 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
III. La comptabilité
Pour établir les comptes d’une association dans laquelle on est par ex. membre actif, l’on mettra dans la plupart des
cas, les produits en regard des dépenses. Cette technique est également à la base de la comptabilité. Tant qu’il est
question d’acquisition directe de produits ou de consommation directe des dépenses cette représentation simpliste
est tenable. Mais dès l’instant où il faut projeter les dépenses et les produits vers l’avenir et que des avoirs sont acquis
et des dettes contractées, il n’est plus facile de s’en tenir à cette technique. Il convient alors d’établir, outre l’état des
produits et des dépenses, un état des avoirs et des dettes. Et c’est pour mieux faire ressortir la relation entre ces deux
comptes que la comptabilité a été perfectionnée.

La comptabilité se compose d’un nombre de comptes définis par la loi. En premier lieu, nous avons le bilan. Celui-ci
a trait aux avoirs et aux dettes. En second lieu, nous trouvons les comptes relatifs aux dépenses et aux produits. Ces
comptes sont repris dans le compte des résultats.

La
A. technique comptable
La comptabilité consiste à débiter et à créditer les comptes spécifiques. Qu’ils s’inscrivent au bilan (actif ou passif) ou
au compte des résultats, chaque compte se clôturera à la fin de l’année par un solde issu de la différence entre tous les
crédits et débits. Ce solde se retrouve dans le compte de résultats.

La tenue d’un journal et d’un grand-livre est obligatoire. Le journal reprend toutes les inscriptions effectuées. Le grand-
livre est constitué d’un nombre de comptes qui seront débités ou crédités au moment de leur inscription au journal.

Chaque événement est noté au journal où il est débité d’un compte A et par contre crédité sur un compte B.

Quelques règles à retenir :


• avoirs = débit actif
• dettes = crédit passif
• frais = compte de résultats débit
• produits = compte de résultats crédit

Ci-dessous nous allons élaborer et analyser 4 exemples :

La facture d’électricité d’un montant de 1 000 est payable à 30 jours.

Journal :

débit crédit
1 frais d’électricité 1 000
fournisseurs 1 000

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 19


Grand-livre :

frais d’électricité fournisseurs


débit crédit débit crédit
1 000 (1) (1) 1 000

Que se passe-t-il ? L’électricité constitue un coût pour l’entreprise, le montant de la facture en question est donc comp-
tabilisé au compte de résultats, à savoir « frais d’électricité ». La dette résultant de cet achat se répercute sur la situation
financière de l’entreprise. C’est pourquoi elle est créditée pour un montant identique au bilan. (Le numéro inscrit entre
parenthèses dans le Grand-livre est le numéro attribué à ce poste dans le Journal)

En pratique, on débite un compte de frais et on crédite un compte de dettes.

Au terme des 30 jours, la facture en question est honorée :

Journal :

débit crédit
2 fournisseurs 1 000
liquidité 1 000

Grand-livre :

fournisseurs liquidité
débit crédit débit crédit
1 000 (2) (1) 1 000 (2) 1 000

L’endettement vis-à-vis des fournisseurs est réduit de 1 000 suite à ce paiement. D’autre part, le compte en banque
sera crédité. Remarquons à cet égard qu’il faut penser à l’inverse de la banque. En effet, un solde débiteur sur l’extrait
de compte est inscrit dans la comptabilité de l’entreprise comme solde créditeur. Car la banque fournit les renseigne-
ments en partant de son point de vue qui se situe évidemment à l’opposé de celui du client.
Il s’agit d’une inscription au débit d’un compte de dettes (passif) contre l’inscription au crédit d’un compte (actif) (il
arrive que ce compte s’inscrive au passif en cas de solde négatif).

(a) L’entreprise est propriétaire d’un immeuble de 1 000 000 euros et l’amortit à raison de 5 % de la valeur
d’achat à la fin de la seconde année à compter de l’achat.

Journal :

débit crédit
x amortissements 50 000
amortissements sur immeuble 50 000

20 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


L’immeuble étant déjà depuis 2 ans en possession de l’entreprise, il y aura déjà eu des amortissements sur l’immeuble
au cours de la première année. Afin de garder un aperçu de la situation, un compte « amortissements sur immeuble »
qui est en fait un compte créditeur à l’actif du bilan, est créé. En cas de vente ou de liquidation de l’immeuble ce solde
sera extourné vis-à-vis de la valeur d’achat. Le bilan reflète également la différence issue de ces deux comptes.

Grand-livre :

immeuble amortissements sur immeuble


débit crédit débit crédit
1 000 000 ( ) ( ) 50 000
(x) 50 000

amortissements
débit crédit
50 000 (x)

On procède donc à une réduction de la valeur de l’immeuble. Dans le compte de résultats on procédera donc à l’ins-
cription au débit du compte de frais « amortissements » vis-à-vis du compte actif « amortissements sur immeuble ».
Le solde initial du compte actif résulte de l’amortissement effectué au cours de l’année précédant l’exercice.

(b) L’entreprise reçoit une commission de 50 000 euros.

Journal :

débit crédit
y liquidité 50 000
produit d’exploitation 50 000

Grand-livre :

liquidité produit d’exploitation


débit crédit débit crédit
50 000 (y) (y) 50 000

Nous voyons donc que le compte actif (compte en banque) est débité face à l’inscription au crédit d’un compte de
produits.

Dans notre exposé de la technique comptable, nous nous sommes limités à l’essentiel. Il va de soi que la comptabilité
englobe bien davantage. Il est important de savoir comment se forment les soldes de comptes et de maîtriser l’interac-
tion qu’il peut y avoir entre le bilan et le compte de résultats afin de bien saisir la technique comptable.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 21


Les
B. comptes annuels consolidés

Obligation
1. de consolidation

L’obtention de comptes annuels consolidés des entreprises faisant partie d’un groupe ou se trouvant à la tête d’un
groupe constitue une information complémentaire importante.

Pour les comptes annuels consolidés l’on part du principe qu’un consortium d’entreprises peut être considéré comme
une entité. Dès lors, les comptes annuels ainsi obtenus ne sont pas l’addition pure et simple des postes du bilan des
entreprises séparées. Au sein d’un consortium il existe plusieurs relations internes différentes. Ainsi, il est possible de
contracter un emprunt auprès d’une entreprise liée. La dette dans le chef de l’emprunteur est une créance dans le chef
du prêteur. Ces relations internes sont contrepassées (extournées) vis-à-vis l’une de l’autre dans les comptes annuels
consolidés.

Contrairement à la comptabilité ordinaire, les comptes annuels consolidés ne sont pas le résultat de comptabilisations
journalières mais bien d’un nombre d’opérations à effectuer sur les bilans de sociétés qui en font partie.

En principe chaque entreprise qui est une entreprise mère à l’obligation de déposer des comptes annuels consolidés
et un rapport annuel consolidé si elle contrôle, à elle seule ou conjointement, une ou plusieurs filiales à droit belge ou
étranger. (art.7. MB 6.3.90)
Pour l’application il faut comprendre (art. 2 en 3 MB 6.3.90) par :
• entreprise mère, l’entreprise qui contrôle à elle seule ou ensemble avec d’autres entreprises, une ou plusieurs
filiales ;
• filiale, l’entreprise qui subit ce contrôle ;
• contrôle d’une entreprise, l’autorité de droit ou de fait d’exercer une influence décisive sur la nomination de la majo-
rité de ses administrateurs ou gérants ou sur l’orientation de sa politique ;
• contrôle conjoint, le contrôle qu’exerce un nombre limité d’associés ensemble quand ils ont convenus que les déci-
sions concernant l’orientation de la politique de l’entreprise ne peuvent être prises sans leur consentement mutuel.

Méthodes
2. de consolidation

a) La méthode intégrale (filiale exclusive)


Dans le cas d’une consolidation intégrale tous les éléments de l’actif et du passif, tous les droits et obligations et tous
les produits et les frais aussi bien de l’entreprise mère que de la filiale sont repris intégralement dans les comptes
annuels consolidés. La part des capitaux propres de l’entreprise contrôlée qui appartient aux actionnaires minoritaires
est comptabilisée dans une rubrique séparée des capitaux propres consolidés et du compte de résultats consolidé.

Si une entreprise détient plus de 50 % des actions d’une filiale ou si, ensemble, l’entreprise mère et une filiale dé-
tiennent plus de 50 % de ces actions, l’on procède à une consolidation intégrale.
Pour la consolidation intégrale, l’on suppose que tous les actifs de la filiale appartiennent au groupe à condition qu’ils
n’aient pas trait à des créances mutuelles. En vue d’exprimer la part que détiennent d’autres actionnaires au sein de
sociétés liées, il est prévu au passif un compte « Intérêts de tiers ». En d’autres termes, on reconnaît avoir une dette
vis-à-vis d’autres actionnaires.
Lors de la comptabilisation l’on procédera à la contrepassation des fonds propres de la filiale face aux immobilisations
financières de l’entreprise mère ayant trait à cette filiale.

22 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Données : 2 bilans

entreprise mère filiale


actif passif actif passif
IM 2 000 FP 1 500 IM 1 500 FP 900
IF 1 000 FELT 1 500 FELT 600

• IM = immobilisations matérielles
• IF = immobilisations financières
• FP = fonds propres
• FELT = fonds étrangers à long terme

Nous constatons que l’entreprise mère détient des immobilisations financières à raison de 1 000 et que les fonds
propres de la filiale s’élèvent seulement à 900. Supposons que la filiale soit achetée à un prix de 100 supérieur à sa
valeur objective, on parle alors de « goodwill », soit une immobilisation immatérielle, amortissable en 3 ans. Nous
procédons dès lors à l’opération suivante :

Journal (consolidé) :

débit crédit
1 fonds propres F 900
goodwill EM 100
IF EM 1 000
2 IM EM 1 500
IM F 1 500
3 FELT F 600
FELT EM 600

(EM = entreprise mère, F = filiale)

Grand-livre :
Compte entrepris mère :
• SI = solde initial
• SF = solde final

FP FELT
débit crédit débit crédit
(SI) 1 500 (SI) 900
(3) 600
(SF) 1 500 (SF) 2 100

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 23


IM IF
débit crédit débit crédit
(SI) 2 000 (SI) 1 000 (SI) 1 000
(2) 1 500
(SF) 3 500 (SF) 0 (SF) 0

goodwill
débit crédit
(1) 100
(SF) 0

Nous constatons que les comptes de la filiale se clôturent par zéro. Dès lors, les comptes de la filiale sont entièrement
intégrés dans les comptes de l’entreprise mère. Et cependant, aucune addition n’a eu lieu. Les fonds propres de l’en-
treprise mère sont en effet restés identiques.

Lorsqu’il n’y a eu que la consolidation intégrale le solde des immobilisations financières sera égal à zéro.

Si l’on possède, par exemple, 80 % de l’entreprise, les fonds propres de la filiale seront contre-passés pour 100 % en
regard des immobilisations financières et d’un intérêt de tiers. C’est un compte créditeur du passif.

b) La consolidation proportionnelle (filiales communes)


Le contrôle peut s’exercer de manière exclusive ou commune. Dans ce dernier cas un nombre restreint d’associés
conviennent que les décisions concernant l’orientation de la gestion ne peuvent être prises sans leur consentement
commun. Il est alors question d’une filiale commune.
La consolidation proportionnelle implique que tous les comptes de l’actif et du passif, tous les droits et obligations et
tous les produits et les frais de la filiale sont repris intégralement dans les comptes annuels consolidés proportionnelle-
ment aux droits détenus dans son capital par la société consolidante et par les filiales reprises dans la consolidation.

c) La méthode des équivalences ou des mutations des avoirs (participations dans des sociétés liées)
La méthode de la mutation des avoirs s’utilise uniquement lorsque l’on ne possède pas plus de 50 % mais au moins
10 % d’une entreprise. Le cas échéant, les immobilisations financières seront seulement évaluées au taux des fonds
propres au sein des sociétés associées auquel l’on a droit. Ce taux peut différer lorsque, dans les comptes annuels de
l’entreprise mère, ces actifs ont été évalués au prix d’achat historique.

Selon cette méthode les participations retenues par la société consolidante sont réévaluées :
Le prix d’acquisition historique de ces participations est remplacé par la part de la société consolidante dans les
capitaux propres. La même chose vaut pour le dividende. La méthode n’intègre pas les comptes de la société associée
dans ceux de la société consolidante. Il ne s’agit par conséquent pas d’une méthode de consolidation à proprement
parler mais plutôt d’une méthode particulière de valorisation.

24 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


IFRS :
C. International Financial Reporting Standards

Pourquoi les IFRS ?

Évolution internationale en matière comptable :


• Consensus sur le fait que le processus d’harmonisation du reporting international comptable et financier est exécuté
au niveau IASB (International Accounting Standards Board).
• Le besoin grandissant d’une information financière hautement qualitative et transparente.

Évolution européenne en matière comptable :


• Les IFRS dans l’Union européenne : les entreprises cotées en bourse ont l’obligation de publier leurs comptes
annuels consolidés comformément aux IFRS.
• Adaptation des Directives européennes à l’évolution des exigences IFRS.
• Constitution d’un mécanisme d’exécution, aussi bien au niveau technique (EFRAG) que politique (ARC) afin d’intro-
duire les IFRS dans le contexte européen (‘endorsement’).

Évolution belge en matière comptable :


• Les entreprises cotées en bourse ont l’obligation de publier leurs comptes annuels consolidés comformément aux
IFRS depuis 2005.
• Les entreprises non cotées en bourse : pas d’obligation d’utiliser les IFRS pour leurs comptes annuels consolidés.
• Les banques non cotées ont l’obligation de publier leurs comptes annuels consolidés conformément aux IFRS
depuis 2006 et les entreprises d’assurance non cotées depuis 2012.
• L’utilisation des IFRS pour les comptes annuels simples des entreprises n’est actuellement pas autorisée.
• Les avis les plus récents de la Commission des Normes comptables (CNC) font référence aux IFRS compte tenu du
contexte belge.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 25


26 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
IV. Les comptes annuels
La Loi du 17 juillet 1975 concernant la comptabilité et les comptes annuels et ses décrets d’exécutions, surtout l’A.R.
du 8 octobre 1976 définissent la publication aussi bien que le contenu du rapport financier. Ils contraignent chaque
entreprise à tenir une comptabilité et à établir des comptes annuels.
Les comptes annuels sont composés du bilan, du compte de résultats et des annexes. Le bilan social est ajouté aux
annexes par l’A.R. du 4 août 1996 et modifiés par l’A.R. du 10 février 2008.

Ce même A.R. du 8 octobre 1976 définit également la manière d’établir les règles d’évaluation (art. 15-36). Il faut
donc vérifier si les règles d’évaluation appliquées sont conformes à cet A.R.

L’A.R. du 18 décembre 2015 transpose la directive comptable 2013/34/EU en droit belge et a été publié au Mo-
niteur belge du 30 décembre 2015. Il apporte des modifications au Code des sociétés, à l’A.R. du 30 janvier 2001
et à l’A.R. du 12 septembre 1983 (PCMN). Ces adaptations sont d’application aux exercices comptables qui com-
mencent au 1er janvier 2016 dont la grande majorité des comptes annuels ne sera déposée à la BNB qu’à partir du
­printemps 2017.
La transposition n’est applicable qu’aux entreprises. Elle n’a pas de conséquences pour les associations et les fonda-
tions.

La nouveauté de la transposition de la Directive consiste principalement en l’ajout d’une nouvelle catégorie de petites
entreprises, à savoir les micro-entreprises.

Critères
A. de taille

La
1. valeur seuil qui détermine la taille de l’entreprise et le modèle des comptes
annuels à utiliser

a) Nouvelles valeurs seuil

Taille de l’entreprise petite grande


Critères dépassement d’un critère maximum dépassement de plus d’un critère
Nombre de travailleurs
(­ exprimés en équivalents temps 50
plein (etp), moyenne annuelle
Chiffre d’affaires annuel
9 000 000
(en eur, hors tva)
Total du bilan (en eur) 4 500 000

Les critères de taille sont dorénavant calculés sur base individuelle.


Cependant, pour l’entreprise mère (ou les entreprises qui appartiennent à un consortium) le chiffre d’affaires et le total
du bilan est calculé sur base consolidée et le critère « moyenne annuelle du nombre de membres du personnel » est
calculé par addition du nombre de travailleurs qui est occupé par chaque entreprise liée en moyenne sur l’année.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 27


b) L’introduction de la micro-entreprise (art.15/1 Code des sociétés)
Parmi les petites entreprises l’on distingue dorénavant les micro-entreprises. Il s’agit d’entreprises qui ne sont ni socié-
té mère ni filiale et qui, à la date de la clôture, ne dépassent pas plus d’un critère ci-dessous.

Taille de l’entreprise micro


Critères dépassement d’un critère maximum
Nombre de travailleurs (en etp, moyenne annuelle) 10
Chiffre d’affaires annuel (en eur, hors tva) 700 000
Total du bilan (en eur) 350 000

c) Le groupe d’ampleur limitée


Une société et ses filiales ou des sociétés qui forment ensemble un consortium sont supposés former un groupe d’am-
pleur limitée si ces sociétés ne dépassent pas ensemble, sur base consolidée, plus d’un critère ci-dessous :

Taille de l’entreprise groupe d’ampleur limitée


Critères dépassement d’un critère maximum
Nombre de travailleurs (en etp, moyenne annuelle) 250
Chiffre d’affaires annuel (en eur, hors tva) 34 000 000
Total du bilan (en eur) 17 000 000

d) Dépassement des valeurs seuil


Quand plus d’un des critères ci-dessus est dépassé ou qu’un de ceux-ci n’est plus dépassé cela n’entraîne des
conséquences que si le phénomène est constaté sur deux exercices comptables consécutifs. Dans ce cas l’impact des
conséquences commence à partir de l’exercice qui suit la première année du constat du dépassement ou du non-dé-
passement de plus d’un critère.

e) Extension de la notion de chiffre d’affaires


Si les produits qui sont le résultat de l’exploitation normale d’une société est constitué pour plus de la moitié de pro-
duits qui ne répondent pas à la définition du poste ‘chiffre d’affaires’ ce dernier doit être interprêté comme : le total des
produits d’exploitation et produits financiers à l’exclusion des produits non récurrents.

f) Calcul de la valeur seuil pour le premier exercice comptable


Les critères de taille pour les entreprises qui démarrent leur exploitation sont interprétés au début de l’exercice sur
base d’une estimation de bonne foi des chiffres. S’il s’avère de cette estimation que plus d’un critère sera dépassé
durant le premier exercice, il devra en être d’office tenu compte pour le premier exercice.

28 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


g) Exercices différent de 12 mois
Si l’exercice comptable dure exceptionnellement plus de douze mois ou moins de douze mois (l’exercice ne peut dé-
passer les 24 mois moins un jour calendrier) le critère qui a rapport avec le chiffre d’affaires sera recalculé au pro rata.
Chaque mois entamé y comptera pour un mois entier.
A titre d’exemple : pour un exercice qui court du 15 février au 31 décembre inclus, 11 mois entamés sont comptabili-
sés et le critère de chiffre d’affaires est adapté dans le sens suivant :

• Petite entreprise : 11/12 x 9 000 000 EUR = 8 250 000 EUR


• Micro-entreprise : 11/12 x 700 000 EUR = 641 667 EUR

Les
2. modèles (voir annexes)
Les modèles et les contrôles arithmétiques et logiques sont préparés par la Banque Nationale de Belgique et doivent
ensuite être soumis pour avis à la Commission des Normes comptables (CNC) avant de pouvoir être mis à disposition
des entreprises.

a) Adaptation des modèles complet et abrégé et du modèle des comptes annuels consolidés
À partir de l’exercice 2016 les nouveaux modèles doivent être utilisés. Les adaptations concernent aussi bien la mise-
en-page que le contenu des comptes annuels.

b) Introduction d’un modèle micro


Les micro-entreprises doivent utiliser un modèle propre à partir de l’exercice 2016 car certaines informations ne sont
pas d’application pour elles.

c) Contrôles arithmétiques et logiques


Les nouveaux modèles et les modèles adaptés ont entraîné une modification des contrôles arithmétiques et logiques

Contenu
B. des comptes annuels
Le bilan est rédigé après affectation des résultats de l’année comptable, ce qui veut dire en tenant compte de la déci-
sion concernant le solde du compte de résultats et du résultat reporté.
Chaque élément actif est taxé à sa valeur d’achat et repris comme tel dans le bilan après déduction des amortisse-
ments cumulés et réductions de valeurs concernées.

Le
1. bilan
Comme mentionné, le bilan est un état des avoirs et des dettes. Celui-ci est établi après affectation du résultat en fin de
chaque exercice comptable. Les avoirs et les dettes sont respectivement comptabilisés à l’actif et au passif.

actif passif
comptes ayant trait comptes ayant trait
aux Avoirs aux Dettes

Les avoirs sont classés suivant leur degré de réalisation (vendables ou encaissables) et les dettes suivant l’ordre
­d’exigibilité (mesure dans laquelle les créanciers sont à même de réaliser leurs créances).

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 29


Ainsi nous obtenons :
Actif :
• les frais d’établissement (non réalisables)
• les actifs immobilisés (ce sont les investissements qui s’avèrent difficiles, voire impossibles à convertir en liquide)
• les stocks
• les valeurs disponibles (créances) à court terme

Passif :
• les fonds propres (l’argent mis à la disposition par les actionnaires constitue une dette)
• les dettes à long terme
• les dettes à court terme

Malgré la grande quantité d’informations, les schémas des comptes annuels complets en tant que tels ne sont pas
vraiment propices à l’analyse financière. C’est pourquoi ces informations sont le plus souvent converties en schémas de
base plus commodes pour l’analyse. Par le biais de petites conversions l’on obtient le bilan converti.
Ainsi la disponibilité ou l’exigibilité sont-elles mieux exprimées.

Bilan converti du point de vue de la liquidité et de la solvabilité

Actif Passif

  Frais d’établissement  Capital


+  Immobilisés Incorp. +  Primes d’émission
+  Immobilisés Corp. +  Plus-value de réévaluation
+  Immobilisés Finan. + Réserves
+  Créances à plus d’un an +  Bénéfice ou perte reportée
+  Subsides en capital
=  Immobilisé net (> 1 an)
=  Fonds propres

  Stocks et commandes   Provisions et impôts


+  Créances à max.1 an +  Dettes à plus d’1 an
+  Placements trésorerie
+  Comptes de régularisation =  Fonds étrangers à long terme (>1 an)

=  Actifs disponibles (< 1 an)   Dettes à max.1 an


+  Comptes de régularisation
+  Liquidités (direct)
=  Fonds étrangers à court terme (< 1 an)
=  Actifs courants

À l’actif les rubriques sont réparties en actifs immobilisés et disponibles selon leur durée de vie, de plus ou de moins
d’un an. Les actifs disponibles sont à leur tour divisés en actifs réalisables à court terme, et les liquidités, directement
relevables.
La somme de l’immobilisé net et des actifs courants donnent le total de l’actif.

Au passif se retrouvent la répartition entre les fonds propres, les fonds étrangers à long terme et les fonds étrangers à
court terme. Le court et long terme dépendent à nouveau de leur durée de vie. Les fonds propres et les fonds étran-
gers à long terme sont pris ensemble comme fonds permanents. Ces fonds peuvent à long terme rester dans l’entre-
prise.

30 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Le
2. compte de résultats

Le compte de résultats est divisé par sortes de coûts.

Le compte de résultats reflète les frais et produits de l’entreprise au cours d’une période déterminée. Il existe une diffé-
rence fondamentale entre le bilan et le compte de résultats. En effet, le bilan se rapporte à un état et peut se comparer
à un instantané pris au dernier jour de l’exercice. Le compte de résultats se rapporte à une période et reflète le total
des dépenses faites et des produits acquis.

Le compte de résultats étant généralement établi sous forme d’échelle, nous nous limiterons donc à cette forme. Selon
cette méthode, les frais sont directement déduits des produits afférents et sont ensuite ajoutés au résultat antérieur.

Produits d’exploitation : ....................................................

Frais d’exploitation : −  ....................................................

Résultat d’exploitation : ....................................................

Produits financiers : ....................................................

Frais financiers : −  ....................................................

Bénéfice ou perte de l’exercice avant impôt : ....................................................

Impôts : ....................................................

Bénéfice ou perte de l’exercice : ....................................................

Les résultats d’exploitation sont ceux obtenus par l’exercice de l’activité journalière. Il s’agit tout simplement de la
différence entre les frais et les produits.
Lorsque les fonds propres sont insuffisants l’entreprise a la possibilité de financer certaines activités au moyen de
fonds étrangers. Le coût de ce financement s’inscrit à la rubrique des frais financiers. D’autre part, l’entreprise réinvestit
les fonds dont elle n’a pas besoin pour l’exercice de son activité normale. Le produit de cet investissement s’inscrit à la
rubrique des produits financiers.

Il arrive que l’entreprise acquière des produits ou soit redevable des coûts qui ne sont pas dus à une exploitation nor-
male. Ces produits ou ces coûts se retrouvent dans les comptes des produits ou frais non récurrents.

Après impôts nous obtenons le résultat relatif à l’exercice. Ce dernier fait alors l’objet d’un traitement :
• Soit il est reporté. En d’autres termes, au lieu de verser directement le résultat aux actionnaires, il reste disponible
pour la période subséquente.
• Soit il est réservé. Le résultat est alors en permanence réinvesti dans la société.
• Soit, le résultat est versé. Dans pareil cas, on indemnise directement les actionnaires pour leur apport dans la
­société.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 31


L’annexe
3.
L’annexe contient des informations supplémentaires concernant les différents postes du bilan et du compte de résul-
tats. Prenons par exemple les frais d’établissement, l’augmentation (ou réduction) de capital, les frais de restructura-
tion, les actifs immobilisés, etc.
Si des changements dans la structure de l’entreprise ont eu lieu au cours de l’année comptable, ceux-ci sont également
incorporés dans l’annexe sous le titre de « Mutations de l’exercice ».
Dans l’annexe se retrouvent également les droits et engagements hors bilan qui peuvent influencer le capital, la posi-
tion financière ou le résultat de l’entreprise.
Enfin, nous y retrouvons les informations complémentaires qui, le cas échéant, doivent être fournis par l’entreprise
telles que la structure de l’actionnariat, le montant des subsides attribuées ou versés, le compte-rendu des décisions
de l’administrateur, le rapport annuel des administrateurs et le rapport des commissaires.

Le
4. bilan social

Le contenu du bilan social


Le bilan social doit mentionner des données du personnel et en particulier un état des personnes employées avec une
répartition entre, d’une part les personnes pour lesquelles l’entreprise a introduit une déclaration DIMONA auprès de
l’ONSS, soit les travailleurs inscrits au registre général du personnel ; et d’autre part les intérimaires et les personnes
mises à disposition de l’entreprise.

Le bilan social contient un tableau des mouvements du personnel durant l’exercice et un état d’information des activi-
tés de formation suivies par les travailleurs dont les coûts sont entièrement ou partiellement à charge de l’employeur.

Les formations sont réparties entre formations professionnelles continuées (formelles ou informelles) et formations
professionnelles initiales. Il faut comprendre par formation professionnelle continuée la formation suivie par un ou
plusieurs membres du personnel qui est préalablement programmée afin d’augmenter les connaissances ou les com-
pétences des travailleurs. Sous la formation professionnelle initiale est reprise la formation donnée à des salariés de
l’entreprise dans le cadre de systèmes de formation et travail en alternance qui ont pour but l’obtention d’un diplôme
ou d’un certificat officiel.
Les petites entreprises sont autorisées à rédiger le bilan social en suivant le schéma abrégé.

Informations séparées du bilan social


Mesures en faveur de l’emploi :
C’est l’ONSS qui agrègera ces informations et les transmettra à l’employeur entre le 1er février et le 10 mars de l’année
concernée. Elle s’appuiera sur des informations portant sur les avantages financiers relatifs aux mesures en faveur de
l’emploi qui lui sont fournies par l’employeur dans le cadre de la déclaration multifonctionnelle à l’emploi (DMFA). De
ce fait, l’employeur disposera des informations nécessaires à temps.
Il incombe alors à l’employeur d’informer le conseil d’entreprise ou à défaut à la délégation syndicale, ou à défaut
des deux, directement aux travailleurs de l’entreprise. La transmission de ces informations doit avoir lieu dans le mois
suivant leur réception par l’ONSS. Toutefois, lorsqu’il existe un conseil d’entreprise ou une délégation syndicale, ces
informations doivent être communiquées dans les 3 mois suivant la date de clôture de l’exercice.

Il n’est plus inclus dans l’annexe aux comptes annuels qui suivent le modèle complet ou abrégé. Ceci, à la suite de la
transposition de la Directive comptable européenne en droit belge.

32 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Le bilan social comme document séparé
Selon la directive comptable le bilan social peut continuer à faire partie intégrante des comptes annuels selon le
modèle complet. Cependant, pour les petites et micro-entreprises qui suivent respectivement le modèle abrégé ou le
micro-modèle le bilan social ne peut plus faire partie des comptes annuels selon la directive.
Le bilan social est dorénavant requis de toutes les sociétés comme un document séparé. Toutes les sociétés doivent
rédiger un bilan social séparé et le déposer auprès de la Centrale des bilans de la Banque nationale de Belgique à
moins qu’elles ne choisissent de reprendre volontairement ces informations dans leurs comptes annuels. Cela doit
avoir lieu endéans les 30 jours après la validation de ceux-ci et au plus tard 7 mois après la clôture de l’exercice par les
administrateurs ou les gérants.
Cependant, quand il s’agit d’une petite entreprise qui a établi et communiqué ses comptes annuels selon le modèle
abrégé ou micro, elle doit néanmoins présenter ceux-ci au conseil d’entreprise selon le modèle complet et un bilan
social selon le modèle le plus étendu. Ces comptes annuels communiqués et le bilan social doivent également être
présentés à l’assemblée générale des actionnaires.

Un
C. premier examen du bilan
Avant d’analyser les comptes annuels, il est utile de procéder à un premier examen des données. Une première « lec-
ture » critique des comptes annuels offre souvent une image claire de la situation financière de votre entreprise. En les
relisant attentivement vous obtiendrez des informations bien utiles, nécessaires à l’analyse. Cette première image de
l’entreprise révèlera les points d’attention qui nécessiteront une analyse plus précise.

Le but du premier examen n’est certainement pas d’effectuer une analyse approfondie des chiffres mais de détecter à
l’avance des informations remarquables et précieuses, des informations qui peuvent être utiles à l’analyse ultérieure.

Comment effectuer cette première lecture critique des comptes annuels ?

Premier
1. examen du bilan
Est-ce que le total du bilan a augmenté ou baissé ?
Si le total du bilan augmente, vous avez affaire à une entreprise en expansion. Si toutefois le total du bilan a baissé, les
biens et les sources de financement de l’entreprise diminuent et vous avez donc affaire à une entreprise en régression.

Contrôlez le rapport des « grands blocs » du côté de l’actif et du côté du passif du bilan, c.-à-d. :
• actifs immobilisés/total de l’actif
• actifs circulants/total de l’actif
• capitaux propres/total du passif
• équipements et impôts différés/total du passif
• dettes à plus d’un an/total du passif
• dettes à un an maximum/total du passif

La suite du premier examen du bilan


Est-ce que vous constatez des glissements dans ces rapports ?
• Les conditions de base concernant l’équilibre financier ont-elles été remplies, c.-à-d. les investissements à long
terme (actifs immobilisés) ont-ils été financés avec des moyens à long terme (capitaux permanents) ?
• Cherchez les principales (plus grandes) rubriques du bilan et exprimez-les en pourcentage du total du bilan.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 33


• Constatez-vous des changements frappants concernant les dépenses (actif) ou le financement (passif) : p. ex. d’im-
portants investissements complémentaires ou des amortissements d’actifs immobilisés, d’importantes hausses de
réserves ou de créances, des changements de capitaux, de nouveaux financements, …
• Mettez ces changements des réserves, créances commerciales, dettes fournisseurs… en lien avec l’évolution du
chiffre d’affaires. Suivent-ils la même tendance ?
• N’oubliez pas de contrôler les règles d’évaluation des rubriques. Dispose-t-on d’information sur d’importants chan-
gements à ce niveau ?
• Cherchez des informations complémentaires dans l’annexe des comptes annuels et dans le rapport annuel (éven-
tuellement disponible).

Premier
2. examen du compte de résultats
• L’entreprise a-t-elle fait des profits ou a-t-elle enregistré des pertes ?
• Est-ce que le chiffre d’affaires augmente ou recule (éventuellement combiné à divers produits d‘exploitation) ?
• Étudiez les résultats partiels : le résultat d’exploitation, le résultat financier, le résultat non récurrent et l’influence de
l’impôt.
• Cherchez les 5 groupes de charges les plus importants (il s’agit le plus souvent des comptes 60-, 61-, 62-, 630- et
650) et calculez leur rapport au chiffre d’affaires. Étudiez leur évolution. Ces frais sont-ils maîtrisés ou non ?
• Est-ce qu’il y a des éléments singuliers jouant un rôle dans les résultats de l’exercice, donc essentiellement des
bénéfices ou des pertes non récurrents ?
• Regardez le traitement du résultat.
• Cherchez des informations complémentaires dans l’annexe aux comptes annuels et (éventuellement) dans le
rapport annuel. Le rapport annuel contenant toujours des informations utiles, il doit impérativement être consulté, si
disponible (grandes sociétés).

De interprétations personnelles sont bien entendu possibles, il faut donc les traiter avec précaution !

Méthodes
D. d’analyse

Analyse
1. horizontale ou analyse dans le temps
L’analyse horizontale à pour but d’évaluer l’évolution des différentes données financières dans le temps. Cette évolu-
tion dans le temps est présentée par le biais d’un indice de temps.
Le calcul des indices de temps exige le choix d’une année de base où l’indice est identifié à 100 %.
Généralement c’est la première année d’activité qui est choisie comme année de base. Au cas où cette année ne serait
pas normale ou représentative pour l’entreprise, il est préférable de choisir l’année la plus ancienne qui répond à ces
conditions.
Le calcul de l’indice se fait comme suit :

chiffre d’une année précise


indice temporel  =    x 100
chiffre de l’année de base

Remarquons que quelques cas spéciaux peuvent se présenter résultant de ce calcul. L’indice affiche (avec raison) un
signe négatif si le chiffre d’une année est négatif, alors que le chiffre de base est positif. Le signe négatif apparaît aussi
si le chiffre d’une année est positif et le chiffre de base négatif, ce qui marque une hausse du montant.
Si le chiffre de base est 0 et le chiffre de l’année de l’analyse diffère de 0, alors l’indice est infini.

L’analyse horizontale permet d’évaluer la tendance et l’ampleur des changements dans le temps par poste.

34 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


D’ailleurs, on peut comparer l’évolution horizontale des différents éléments. De cette manière on peut par exemple
examiner le lien de cohérence entre l’évolution dans le temps des ventes, des frais d’exploitation, des stocks et des
créances commerciales.
L’analyse horizontale doit, comme chaque technique d’analyse financière, être interprétée avec prudence. Il y notam-
ment des éléments qui peuvent perturber l’évolution dans le temps : le changement ou une application non consis-
tante de la présentation comptable et des règles d’évaluation, l’inflation, …

Les amortissements représentent en principe des coûts fixes. L’analyse horizontale permet de contrôler si les amor-
tissements d’exploitation sont éventuellement fortement réduits. Une telle diminution a comme conséquence que
l’évolution du résultat d’exploitation nette est moins négative que l’évolution du résultat brute. Cette technique est une
forme de ‘gestion du bénéfice’. Cette technique vise à éliminer les fluctuations et à parvenir à un résultat stable par une
diminution ou une augmentation de certains postes : amortissements, réductions de valeur, prévisions et comptes de
régularisation.

En pratique, l’analyse s’effectue toujours en fonction des grandes rubriques. Nous analysons d’abord les différents
totaux et si nous remarquons de grandes différences nous analysons les sous-rubriques. Un exemple pour illustrer :

Indices de temps (2013 = 100)


2014 2015 2016
capital
plus-values de réévaluation
réserves 100,00 100,00 151,84
résultat reporté 930,94 1 369,74 1 806,42
subsides 92,31 87,97 79,76
primes de fermeture 99,42 99,42 99,42
fonds propres 142,50 164,82 190,80

Dans cet exemple nous constatons une hausse considérable des fonds propres par rapport à l’année de base. Si on
analyse les différentes rubriques on constate que cette tendance est particulièrement due à la hausse incroyable du
résultat reporté, pas moins de 18 fois plus en 2016 comparé à l’année de base 2013. Si l’on prend également en
compte les chiffres absolus, la hausse des fonds propres avec un facteur 1,9 s’explique.

Analyse
2. verticale ou l’analyse de la structure
Il est important de connaître la part relative de chaque rubrique du bilan ou du compte de résultats. Pour cela le total
des actifs et des passifs du bilan est assimilé à 100 % et chaque poste est exprimé en pourcentage de ce total.

Pour le compte de résultats la même méthode est appliquée : les produits et frais sont calculés en pourcentage du
chiffre d’affaires.
Si les résultats financiers et non récurrents démontrent une importance relative, on peut analyser les produits et frais
financiers et non récurrents séparément en les exprimant en pourcentage des produits respectivement financiers et

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 35


non récurrents. Dans le traitement du résultat les différentes rubriques sont exprimées proportionnellement au total à
distribuer ou à traiter assimilé à 100 %.

L’analyse verticale permet l’évaluation de la structure du bilan : quelle est la composition des actifs investis et dans
quelle mesure les différents passifs contribuent-ils au financement de l’entreprise ?
L’analyse verticale du compte de résultats, surtout des résultats d’exploitation, est tout aussi importante. Les résultats
d’exploitation sont liés à un chiffre central : le chiffre d’affaires. La plupart des frais d’exploitation sont en effet influencé
à long terme par le niveau d’activité ou le chiffre d’affaires. L’analyse verticale reflétera donc la structure des produits et
des frais.

Outre l’analyse de la structure du bilan et des résultats à un moment déterminé, il est également possible d’analyser
verticalement le bilan et les résultats sur plusieurs années successives et de les comparer. L’analyse verticale dans le
temps nous montre les changements dans la composition relative du bilan et du compte de résultats. Cet exercice re-
flète le changement dans le temps qui se manifeste sous une seule rubrique, indépendamment de l’évolution du total ;
elle complète donc l’analyse horizontale.

Prenons le même exemple que ci-dessus. Nous remarquons que les fonds propres augmentent proportionnellement
vis-à-vis du total du passif. Ceci est naturellement dû à l’augmentation du résultat reporté qui fait de sorte que le chiffre
absolu a un poids plus important dans l’image totale. Les fonds propres représentent en 2016 presque 1/5 du total
du passif.

Indices de structure
2014 2015 2016
capital
plus-values de réévaluation
réserves 1,21 1,22 1,85
résultat reporté 5,35 7,96 10,43
subsides 5,87 5,65 5,09
primes de fermeture 1,91 1,93 1,92
fonds propres 14,34 16,76 19,29

Analyse
3. des ratios
Un ratio est un chiffre proportionnel par lequel deux ou plus de données du bilan, du compte de résultats ou de l’an-
nexe sont mis en rapport. Les ratios doivent toujours être interprétés en relation réciproque.

Dans cette brochure nous nous arrêterons aux 21 ratios de la Banque Nationale de Belgique. Il s’agit de ratios géné-
raux qui valent pour un grand nombre d’entreprises. Nous traitons successivement les ratios concernant la liquidité,
la solvabilité, la rentabilité et la valeur ajoutée.

36 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


a. Ratios de liquidité
La liquidité est la capacité de l’entreprise à mobiliser la trésorerie pour assurer ses obligations de paiement à court
terme. La liquidité est toujours reliée aux fonds de roulement propres. Ces fonds de roulement propres se définissent
de 2 manières différentes :

Capitaux propres Stocks et commandes en cours d’exécution


+  provisions et impôts différés +  créances à un an au plus
+  dettes à plus d’un an +  placements de trésorerie
−  actifs immobilisés ou +  comptes de régularisation
−  créances à plus d’un an +  valeurs disponibles
−  dettes à un an au plus

Si ce chiffre est inférieur à 0, cela implique que l’entreprise finance des actifs immobilisés au moyen de crédits à court
terme ce qui n’est pas une situation saine. Un solde supérieur à 0 peut indiquer dans une certaine mesure la possibilité
d’investir.

Si nous représentons cette définition en ratio, nous obtenons le ratio de la liquidité au sens large :

1. Liquidité générale (current ratio)

Actifs circulants − créances à plus d’un an


Dettes à un an au plus + comptes de régularisation du passif

C’est la relation des valeurs disponibles, des débiteurs à court terme et des stocks aux dettes à court terme. Il est
important parce qu’il peut être considéré comme un critère absolu de l’équilibre financier. Il doit en principe être
supérieur à 1. Lorsqu’il est bien plus élevé, cela indique soit que les stocks sont trop importants, soit que les débiteurs
effectuent leurs paiements trop tard, soit que les paiements aux fournisseurs sont effectués trop tôt, soit deux ou toutes
ces causes simultanément. Bref, une politique financière trop généreuse. Des stocks trop importants immobilisent
beaucoup d’argent ce qui aura des répercussions sur les coûts financiers. Des clients qui tardent à payer témoignent
d’une mauvaise politique en la matière. Des fournisseurs payés prématurément peuvent mener l’entreprise à des diffi-
cultés financières. Toutefois, en cas de valeur négative de ce ratio les difficultés de paiement des dettes à court terme
ne tarderont pas à surgir et l’entreprise devra faire appel aux actionnaires ou à des tiers afin d’obtenir de nouveaux
fonds. Ce déséquilibre financier peut conduire à la faillite.
Le ratio de liquidité générale, appelé aussi current ratio, peut également être trop élevé dans une entreprise commer-
ciale qui achète des produits qu’elle revend sans transformation – qui revend donc les produits tels qu’elle les a ache-
tés – mais en réalisant une marge bénéficiaire importante. Dans ce cas, les stocks ne seront pas trop importants mais
les clients représenteront un chiffre anormalement élevé. La situation ne doit donc pas être attribuée aux paiements
qui s’effectuent tardivement mais bien à la marge bénéficiaire élevée, ce qui ne pourra difficilement passer pour une
mauvaise politique financière.
Ceci démontre qu’il y a lieu d’interpréter ces ratios avec prudence et qu’il fau(drai)t connaître l’entreprise avant de
pouvoir se prononcer sur le sujet. Les secteurs diffèrent entre eux, par conséquent, le current ratio de même que le
quick ratio (voir ci-dessous) auront une signification tout à fait différente selon qu’il s’agit d’une entreprise commerciale
ou d’une entreprise industrielle.

En outre, nous analysons aussi le ratio de liquidité au sens strict ou ‘acid test’. Ce ratio élimine les éléments les moins
liquides (provisions, commandes en cours d’exécution et les comptes de régularisation). Numérateur et dénominateur
sont limités aux éléments les plus liquides et est donc plus strict ; de là le nom ‘quick ratio’ ou ‘acid test’.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 37


2. La liquidité au sens strict (quick ratio)

Créances à 1 an au plus + placements de trésorerie + valeurs disponibles


Dettes à 1 an au plus

C’est le rapport entre les valeurs disponibles et les débiteurs à court terme, d’une part et les dettes à long terme,
d’autre part. Idéalement, ce ratio doit se situer entre 0,7 et 0,9. S’il est supérieur cela signifie que soit les clients paient
trop tard, soit que les paiements aux fournisseurs s’effectuent trop tôt. S’il est inférieur, on peut s’attendre avec certi-
tude à des difficultés de paiement des dettes à court terme.
La position de liquidité réelle de l’entreprise est influencée par les fonds de roulement propres mais également et de
manière substantielle par la composition des actifs et des passifs à court terme. C’est pourquoi nous analysons égale-
ment les ratios qui concernent les stocks, les créances commerciales et les dettes commerciales à un an au plus.

Puisque les éléments de l’actif demandent un financement, nous pouvons parler pour chaque poste de l’actif d’un
investissement, c’est-à-dire de la mobilisation de valeurs disponibles. Dans ce sens, même garder des valeurs dispo-
nibles représente un investissement.

3. Rotation des stocks de marchandises et d’approvisionnement (matières premières et consommables)

Frais d’exploitation − variations des stocks − production immobilisée − subsides d’exploitation


− subsides de capital
x 365
Stocks marchandises + stocks approvisionnements

4. Rotation des stocks d’en cours de fabrication et de produits finis

Frais d’exploitation − variations des stocks − production immobilisée − subsides d’exploitation


− subsides de capital
x 365
Stocks d’en cours de fabrication + produits finis

Le dénominateur représente chaque fois le coût des ventes. De cette façon il est possible de déduire combien de fois le
stock concerné a été vendu en moyenne durant l’exercice.
En règle générale, l’on peut affirmer qu’un indice élevé signifie que les stocks se réalisent plus rapidement et que par
conséquent la liquidité s’en trouvera améliorée. Une rotation lente reflète des stocks plus élevés en comparaison avec
le chiffre d’affaires, soit des stocks dépassés invendables ou difficilement vendables.

5. Nombre de jours de crédit clients

Créances commerciales à 1 an au plus + actions endossées


x 365
Chiffre d’affaires + autres produits d’exploitation + subsides d’exploitation + TVA sur ventes

Ce ratio donne en moyenne le nombre de jours de délai de paiement accordé par l’entreprise.
Pour la plupart des entreprises il n’est pas possible d’obtenir un paiement comptant pour chaque vente réalisée. Le fait
d’accorder un crédit aux clients constitue souvent un argument de vente important.
La croissance des créances commerciales revient cependant à l’immunisation de fonds n’occasionnant pas de plus-­
values. La perception des créances peut être contrôlée grâce à une politique de perception de rabais ou d’intérêts.
Plus cet indice sera petit, meilleure sera la liquidité.

38 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


6. Nombre de jours de crédit fournisseurs

Dettes commerciales à 1 an au plus


x 365
Achats de marchandises, approvisionnements + services et biens divers + TVA sur achats

L’obtention de bonnes conditions d’acquisition peut impliquer que l’on a négocié un délai de paiement. Il arrive
cependant parfois de ne pouvoir payer les fournisseurs dans les délais. Le cas échéant, il faudra procéder au paiement
d’intérêts de retard. Il y a dès lors lieu d’interpréter le nombre de jours de crédit aux fournisseurs.
S’agit-il effectivement d’un sursis de paiement obtenu ou s’agit-il plutôt d’un manque de liquidités pour payer les
fournisseurs ?
Certains fournisseurs accordent de sérieux rabais pour paiement en contant, dans ce cas le crédit de fournisseurs repré-
sente une forme de financement chère.

b. Ratios de solvabilité
Le but principal des ratios de solvabilité est d’examiner si l’entreprise est capable d’assurer ses obligations financières
concernant les paiements d’intérêts et le remboursement de dettes.
Pour cela nous utilisons les ratios du taux d’endettement et ceux du recouvrement.
Le taux d’endettement général d’une entreprise peut être mesuré de manières différentes. La Banque Nationale de
Belgique a fait le choix de mesurer l’indépendance financière.

1. L’indépendance financière

Fonds propres
Total du passif

C’est le rapport entre les fonds propres et le total du bilan. Ce ratio permet d’évaluer l’équilibre financier de l’entreprise.
Avec le ratio de liquidité générale il est admis que le ratio d’indépendance financière est le principal ratio. Si ces deux
chiffres clé sont bons, il est admis que l’on peut parler d’une base solide pour une entreprise solvable et saine.
D’abord et avant tout ce ratio démontre l’indépendance (l’autonomie) de l’entreprise, autrement dit ses chances pour
un avenir stable. Deuxièmement, son affaiblissement a en général une influence négative sur la rentabilité parce que
les frais financiers augmentent. En effet, plus les dettes sont élevées, plus les charges d’intérêts sont élevées. Concrè-
tement : plus bas est le taux d’indépendance financière, plus réduite sera la protection contre les créanciers. La réserve,
formée par les fonds propres, diminue. Ce ratio peut donc aussi être interprété comme un indicateur des risques
financiers.

c. Ratios de la rentabilité
Les ratios de la rentabilité ont pour but d’évaluer les résultats de l’entreprise de manière relative. La rentabilité se fait
par l’analyse du rapport entre les ventes, les actifs et les fonds propres.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 39


1. La marge nette sur vente

Produits d’exploitation − frais d’exploitation + subsides en capital


Marge nette =
Chiffre d’affaires + autres produits d’exploitation − subsides d’exploitation

Abstraction faite des subsides en capitaux reçus et des subsides d’exploitation nous pouvons affirmer qu’il s’agit du
rapport proportionnel du résultat d’exploitation à l’ensemble des produits d’exploitation. Si l’on obtient par exemple
le résultat de 0,8 cela signifie que sur une vente de 100 un bénéfice de 8 est réalisé sans tenir compte des frais et
produits financiers de l’entreprise ni des frais et produits exceptionnels.

2. La marge brute sur vente

Produit d’exploitation − frais d’exploitation + amortissements + provisions


+ subsides en capital + frais activés
Marge brute =
Chiffre d’affaires + autres produits d’exploitation − subsides d’exploitation

La marge brute ne tient dès lors pas compte des amortissements ni des provisions reprises au résultat d’exploitation.
La marge brute rend le rapport proportionnel entre le résultat d’exploitation, frais hors caisse compris.
Bien que les marges brute et nette ne représentent qu’une partie de la rentabilité finale de l’entreprise, soit la partie
qui représente l’activité de l‘entreprise, ces marges sont d’un intérêt crucial pour évaluer une entreprise. Ces marges
concernent en effet l’activité proprement dite, dénuée des résultats indirects dus au financement etc. Pour l’emploi il
est important que cette marge soit la plus grande possible, étant donné que tant les ventes (bénéfices) que les frais
salariaux (frais) y sont représentés.

Les marges brute et nette doivent être considérées conjointement. Si par exemple la marge brute reste constante mais
que la marge nette diminue, ceci est dû à une augmentation relative des frais hors caisse. Une marge brute constante
et une marge nette en hausse sont les conséquences d’une réduction relative des amortissements, réductions de
valeur et provisions. Nombre de combinaisons sont possibles. Cette comparaison peut révéler des manipulations
possibles.

La rentabilité brute et nette du total de l’actif, avant impôt et charge des dettes. A nouveau les deux ratios se dis-
tinguent par les frais hors caisse.

3. Rentabilité brute de l’actif total avant impôts et charge des dettes

Résultat brut avant frais hors caisse, avant frais financiers et impôts
Total de l’actif

4. Rentabilité nette de l’actif total avant impôts et charge de dettes

Résultat brut après frais hors caisse, avant frais financiers et impôts
Total de l’actif

40 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


La rentabilité du total de l’actif ou du capital total reflète le résultat acquis par capital investi de 100. À nouveau il
est conseillé d’analyser la rentabilité brute et nette côte à côte. La comparaison peut notamment mettre en évidence
l’influence des amortissements, des réductions de valeur et des provisions. Ceci sera d’autant plus important à mesure
des variations des frais hors caisse.

5. Rentabilité nette des capitaux propres après impôts

Bénéfice (perte) de l’exercice après impôts


Rentabilité des capitaux propres =
Capitaux propres

La rentabilité des fonds propres nous donne le bénéfice final par rapport à l’ensemble des moyens mis en œuvre, en
d’autres termes le capital mis à disposition par les actionnaires. Le bénéfice relatif à l’exercice se réalise en principe en
deux phases. Nous avons en premier lieu le bénéfice réalisé grâce à l’activité de l’entreprise, c.-à-d. le produit d’exploi-
tation.
À ce montant sont ajoutés dans la seconde phase les résultats financiers. Les frais résultants des dettes sont soustraits
et les bénéfices résultant d’investissements financiers sont additionnés pour obtenir le bénéfice (ou la perte) avant
impôt.

En tenant comptes des risques d’entreprise il est d’usage de compter sur une rentabilité des fonds propres de plus ou
moins deux pour cent supérieure au taux d’intérêt en vigueur sur le marché.

Il y a cependant lieu de formuler les remarques suivantes en ce qui concerne la rentabilité des fonds propres :

• Le bénéfice de l’exercice est en partie un résultat qui repose sur des données objectives. D’autre part, les amortisse-
ments et les provisions constituent un élément essentiel dans le calcul de ce bénéfice. Comme signalé plus haut, ces
chiffres reposent sur des jugements de valeur.

• Pour des raisons d’ordre fiscal l’on procède parfois à plus d’amortissements que ne l’exige la réalité économique.
Ainsi, un immeuble ne perd que très rarement sa valeur nominale. Lors de la vente d’un immeuble on comptabilise-
ra un résultat non récurrent qui est la conséquence d’une sous-estimation de l’immeuble.

• Dans de nombreux cas, les immobilisations financières sont également sous-évaluées. On achète par exemple
la firme X en 2000. Pendant sept ans cette firme réalise un bénéfice de 10 % sur ses fonds propres. Ce bénéfice
n’étant pas versé, il ne fait qu’accroître les fonds propres de la firme X. Le compte de résultats de la société-proprié-
taire ne présentera durant ces sept ans aucun indice attestant d’un accroissement virtuel du capital. Ce n’est que
dans les commentaires (à condition d’être dûment remplis) que nous pourrons nous faire une idée de cet enrichisse-
ment. Si, enfin, la firme X est vendue après 7 ans, il apparaît qu’elle se situe à 195 % de sa valeur initiale.

• Les fonds propres non plus ne sont pas immunisés contre des évaluations subjectives. Au constat que certains
éléments portés à l’actif sont sous-évalués l’entreprise procédera à des réévaluations. Celles-ci font partie des fonds
propres et influenceront le ratio susmentionné.

Les remarques reprises ci-dessus ne représentent qu’une sélection des multiples considérations que l’on peut avoir
quant à la rentabilité d’une entreprise. Du point de vue économique ou fiscal, les entreprises sont parfois contraintes
de procéder à certaines évaluations. En principe, ces évaluations doivent être objectives et présenter une image fidèle

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 41


de la réalité. Or, souvent les réévaluations n’ont lieu que si elles sont à même de flatter le bilan en temps de crise. Lors
de l’interprétation, une certaine prudence est donc de rigueur.

Un ratio supplémentaire employé par la BNB est celui du rapport du cash-flow aux capitaux propres. Il nous semble
donc opportun d’expliquer la notion du cash-flow.

6. La notion de cash-flow
Bien que cette notion ne se retrouve dans aucun bilan le cash-flow est au moins aussi important que le bénéfice comp-
table. Le bénéfice comptable est d’ailleurs le résultat d’une série d’évaluations. Celles-ci ne sont pas toujours objectives
ou ne peuvent pas toujours s’effectuer objectivement. Les aspects fiscaux jouent parfois un rôle dans ces évaluations.

Pour neutraliser les effets d’évaluations subjectives il est parfois utile de parler de cash-flow au lieu de bénéfice. Il faut
toutefois tenir compte de ce que, le cas échéant, certains frais (inévitables) ne sont pas inclus dans le résultat obtenu.

Le cash-flow est le bénéfice comptable majoré des frais hors caisse et diminué des produits hors caisse.
Ou…
Le cash-flow est la différence entre les produits et les frais de trésorerie.

Bien que la première définition semble plus difficile, elle est néanmoins la plus indiquée pour calculer le cash-flow.
Nous partons donc du bénéfice comptable issu du compte de résultats. Nous y additionnons les amortissements qui
ne représentent évidemment pas des sorties de trésorerie.
Les provisions constituées pour couvrir certains risques ou pour couvrir des dépenses envisagées n’étant pas non plus
des sorties de caisse, nous les y additionnons également. Une diminution de valeur sur un élément de l’actif (autre que
des amortissements) a un effet sur le résultat mais ne conduira pas à une sortie de trésorerie.

Le cash-flow doit être interprété comme suit :


• les rentrées d’argent de l’entreprise ;
• la ressource pouvant servir aux paiements échelonnés des emprunts éventuels ;
• il peut également être affecté au financement de nouveaux investissements ;
• il ne constitue pas un bénéfice ni une perte, un certain nombre de frais n’étant pas compris dans ce résultat.

Dans certains cas il faut cependant être prudent :


• Parfois le cash-flow est utilisé pour dissimuler des pertes. Les entreprises préfèrent utiliser ce terme étant donné
qu’il reflète généralement un meilleur résultat ;
• Les entreprises au processus de production à prédominance de capital auront un cash-flow plus important que les
entreprises à prédominance de main-d’œuvre. La cause en est l’importance des amortissements relatifs au parc
machines ;
• Un cash-flow négatif reflète un manque de financement des dépenses courantes. De ce fait, l’entreprise est tenue de
financer ses opérations à court terme par des fonds étrangers. Ceci est évidemment une des dernières phases dans
l’agonie de l’entreprise.

En résumé, on peut dire que le cash-flow constitue un reflet plus objectif du résultat obtenu par l’entreprise puisque
son calcul ne fait pas appel aux évaluations (subjectives) de durée de vie, de dépréciation, de frais variables futures,
etc. Le cash-flow constitue la source de financement pour certains investissements ou remboursements d’emprunts.
La rentabilité du cash-flow est à proprement parler analogue à la rentabilité brute des capitaux propres. Ce ratio dé-
montre l’efficacité de l’entreprise à générer des revenus bruts (cash) via ses capitaux propres.
La différence avec le ratio précédent correspond donc aux amortissements, réductions de valeurs et provisions, soit les
frais hors caisse.

42 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


7. La rentabilité du cash-flow

Cash-flow
Rentabilité du cash-flow =
Capitaux propres

À nouveau le calcul de la rentabilité brute complètera le ratio de la rentabilité nette d’autant plus à mesure que les frais
hors caisse sont soumis à de fortes fluctuations et influenceront donc la rentabilité nette.
L’usage du cash-flow en lieu et place du bénéfice ou de la perte offre une image plus objective. De cette façon la pos-
sibilité de déguiser le résultat est limitée, par exemple par des amortissements accélérés ou ralentis, autrement dit, par
la manipulation des frais hors caisse.

d. Les ratios de la valeur ajoutée

1. La valeur ajoutée
La valeur ajoutée reflète la part du processus de production des matières premières au produit fini qui est réalisée au
sein de l’entreprise. Au niveau international ceci est souvent l’argument pour imposer des droits d’entrée (en cas de
valeur ajoutée trop limitée).

La valeur ajoutée brute est une simple équation :

Prix de vente de la production


− Prix d’achats des biens intermédiaires (matières premières, services)

Valeur ajoutée brute

On peut donc affirmer que cette valeur comprend un nombre de frais d’exploitation non négligeables. Les plus im-
portants sont les frais de personnel, les frais hors caisse (amortissements etc.), ceux de fonds étrangers (intérêts) et
l’indemnité du capital (dividendes).

Ces frais peuvent s’exprimer par un pourcentage de la valeur ajoutée. Normalement, l’addition de tous ces pourcen-
tages est égale à 100. Or, si l’entreprise subit des pertes, cette somme peut être supérieure à 100.

2. Valeur ajoutée par personne occupée


La valeur ajoutée brute par personne occupée est une norme classique pour la productivité et donc la compétitivité de
l’entreprise.

Valeur ajoutée brute


Effectif de personnel moyen en ETP

Notons qu’il faut toujours tenir compte du secteur, du type de produit et du degré d’intégration verticale. Autrement dit,
les entreprises commerciales produisent relativement moins de valeur ajoutée que les entreprises industrielles ou de
services. La valeur ajoutée sera également plus élevée si l’entreprise produit elle-même ou au contraire moins élevée si
elle achète des biens intermédiaires.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 43


3. La part des frais de personnel dans la valeur ajoutée

Frais de personnel
Valeur ajoutée brute

Comme signalé plus haut, la valeur ajoutée brute est égale à l’ensemble des frais qui sont ajoutés au produit fini au
sein de l’entreprise. Il va de soi que les frais de personnel en font partie. Cette partie reflète la dépendance de l’entre-
prise aux frais en question.

Si l’entreprise procède à une réduction de son personnel de l’ordre de 10 % par exemple et si la part des frais de
personnel dans la valeur ajoutée est par ex. de l’ordre de 60 %, l’entreprise réalisera une économie sur ses frais de
10 x 60 / 100 x 100 ; l’économie en question s’élèvera donc à 6 % du total des frais. D’autre part, une augmentation
salariale de l’ordre de 5 % engendra une augmentation des frais de 3 %.

La part de ces frais est importante en cas de prédiction de faillite et de licenciement collectif. Chaque secteur a une clé
de répartition optimale entre l’affectation du capital (investissements) et du travail.
Ainsi, les secteurs à prédominance de main d’œuvre (le textile p. ex.) auront une part plus élevée que les secteurs à
prédominance de capital (la chimie p. ex.). Il est couramment admis que même dans les secteurs à prédominance de
main-d’œuvre l’on ne peut jamais dépasser les 85 %. En cas de pertes considérables il arrive que cette part soit supé-
rieure à 100 %. Les conséquences coulent alors de source.

4. Le taux d’investissements
Il va de soi que les investissements en immobilisations corporelles sont importants pour la création de valeur ajoutée.
Pour cela nous définissons le ratio ci-dessous :

Achats d’immobilisations corporelles


Taux d’investissements =
Valeur ajoutée brute

Ce ratio nous donne une indication de la continuité de l’entreprise.

5. La valeur ajoutée brute en fonction des produits d’exploitation

Valeur ajoutée brute


Chiffre d’affaires + autres produits d’exploitation + variations des stocks + production immobilisée

Le dénominateur n’est rien d’autre que la valeur ajoutée brute moins les frais d’exploitation. Ou autrement dit :

Produits d’exploitation − frais d’exploitation


Produits d’exploitation

Ce ratio analyse à nouveau les prestations de l’entreprise mais surtout le résultat d’exploitation. Une hausse de la pro-
duction correspond normalement à une diminution de la part des frais. Autrement dit, on peut mesurer les prestations
opérationnelles sans tenir compte des éléments financiers.

44 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Une hausse de la valeur ajoutée brute devra donc engendrer une hausse du ratio, sinon on est confronté à de l’ineffica-
cité.

6. La valeur ajoutée en fonction des immobilisations corporelles brutes

Valeur ajoutée brute


Immobilisations corporelles brutes

7. Acquisitions d’immobilisations corporelles en fonction des immobilisations corporelles au terme de


l’exercice précédent

Achats d’immobilisations corporelles


Immobilisations corporelles à la fin de l’exercice précédent

Ce ratio indique également le climat d’investissement de l’entreprise.

8. La part des frais hors caisse dans la valeur ajoutée


Il s’agit des amortissements, réductions de valeur et provisions pour les risques et frais par rapport à la valeur ajoutée.
Ce ratio peut également être compris comme la part des amortissements dans la valeur ajoutée.

Frais hors caisse


Valeur ajoutée brute

Ce ratio donne le rapport entre les investissements et les coûts. Plus les investissements sont élevés, plus il y aura
d’amortissements. Une entreprise sur le retour verra cette part diminuer comparé aux autres frais puisqu’elle utilise
souvent des installations amorties. Ce ratio doit surtout être combiné avec l’annexe concernant les immobilisations
corporelles. Si les amortissements ont diminué à cause des désinvestissements en machines, l’on peut s’interroger sur
la capacité de production. Dans d’autres cas ce n’est pas nécessairement un problème.

9. La part de la charge des dettes dans la valeur ajoutée

Charge des dettes


Valeur ajoutée brute

Une entreprise devra faire appel à du capital étranger pour le financement de certains éléments de l’actif. Ce finan-
cement a forcément un prix. Le ratio ci-dessus a un lien direct avec la solvabilité. Il reflète la part de ces frais dans le
total des frais. Quand cette part est systématiquement à la hausse, l’entreprise se trouve dans de sérieuses difficultés.
Comme expliqué plus tôt, ce financement avec du capital étranger augmentera à mesure que le cash-flow de l’entre-
prise devient insuffisant pour financer les investissements nécessaires. À un stade ultérieur (cash-flow négatif), même
les dépenses courantes devront être financées par du capital étranger. Ce financement génère naturellement des frais
liés. L’escompte à charge de l’entreprise fait également partie des frais financiers.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 45


A côté des ratios utilisés par la BNB, il existe encore de nombreux rapports importants. Cette brochure n’a pas l’inten-
tion de les traiter tous. Nous souhaitons cependant encore mentionner un ratio complémentaire.

Il fait partie des ratios de solvabilité. Comme nous le savons ces ratios traitent le risque financier. Le risque financier
représente plus que le risque d’avoir un résultat net insuffisant pour porter les frais financiers des fonds étrangers. Le
risque financier englobe aussi le risque qu’une entreprise ne soit plus capable de rembourser les dettes contractées.
Un ratio qui analyse ce phénomène est la couverture des fonds étrangers à long terme par le cash-flow.

10. La couverture des fonds étrangers à long terme par le cash-flow

Fonds étrangers à long terme


Cash-flow

Supposons qu’une entreprise finance entièrement ses actifs immobilisés par des dettes à long terme. Ces dettes
doivent évidemment être amorties dans l’intervalle d’une période déterminée. Le cash-flow est la ressource de ces
amortissements. Le résultat de la fraction ci-dessus représente le nombre d’années nécessaires à l’entreprise pour
rembourser ses obligations à long terme.

Si le chiffre ainsi obtenu est inférieur ou égal à 2, cela implique que l’entreprise est en mesure d’amortir ses dettes
en moins de 2 ans. En termes boursiers, il s’agit d’une entreprise à « cotation A ». Ce chiffre ne peut cependant être
supérieur à la durée des dettes à long terme.

Les situations suivantes peuvent se produire :


• L’échéance obtenue est inférieure à l’échéance de remboursement des dettes à long terme :
L’entreprise est en mesure de rencontrer ses obligations à long terme et obtient même un solde permettant de
financer des investissements sans devoir contracter d’emprunts.

• L’échéance obtenue est égale à l’échéance de remboursement des dettes à long terme :
L’entreprise est toujours en mesure de rencontrer toutes ses obligations à long terme mais devra faire appel à des
emprunts pour ses investissements de remplacement à moins que la durée de l’investissement soit supérieure à
l’échéance.

• L’échéance obtenue est supérieure à l’échéance de remboursement des dettes à long terme :
En supposant que la durée de l’investissement est à peu près égale à l’échéance on peut supposer qu’à moyen
terme l’entreprise devra, le cas échéant, réduire ses investissements. Dans ce cas, il faudra d’abord emprunter pour
finalement financer les remboursements. Seulement, si un cash-flow identique peut être obtenu en continuant à
utiliser des installations déjà amorties, il restera un peu d’espoir pour cette entreprise. A défaut d’adaptations struc-
turelles, ce genre d’entreprises rencontrera de sérieuses difficultés.

Une remarque importante concerne les dettes envers les établissements de crédit et autres dettes qui sont en principe
à court terme tout en ayant le caractère de dette à long terme. Des entreprises en difficultés ne pourront guère obtenir
des prêts à long terme. Dans ce cas, on tâte les limites du crédit de caisse courant. Ce crédit de caisse devient par
conséquent un multiple… du cash-flow !

46 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Il va de soi que l’entreprise ne sera plus à même d’apurer ce crédit de caisse à court terme. De ce fait, cette dette a
perdu son caractère de dette à court terme. Ainsi, dans certains cas peut-on envisager de reprendre (partiellement) ces
dettes sous la rubrique des dettes à long terme.

Une autre remarque importante concerne les dettes non réclamées provenant de prêts subordonnés et d’autres prêts
contractés auprès d’entreprises appartenant au groupe dont on fait partie et dont les dates d’échéance ne sont pas
connues. Il s’agit souvent de dettes qui ont le caractère de capital social, étant entendu que dans certains cas il y a lieu
de payer un intérêt fixe. Lors de l’appréciation du ratio susmentionné il est préférable de retirer ces dettes du total des
dettes.
Cette couverture du cash-flow est sans aucun doute un complément utile pour mesurer l’indépendance financière.

e. (R)EBIT(A) et (R)EBITDA

1. Ebit : « earnings before interest and taxes »


Une mesure des revenus opérationnels d’une entreprise avant déduction de la rente (intérêt) et de l’impôt. Il est défini
comme le chiffre d’affaires moins les frais d’exploitation, les produits et charges financières ainsi que les impôts.

2. Rebit : « recurring earnings before interest and taxes »


Est comparable à l’« ebit ». La seule différence réside dans le calcul qui ne tient compte que des activités continuées.
« Rebit » signifie « recurring ebit ».

3. Ebita : « earnings before interest, taxes and amortization »


Le bénéfice est calculé avant déduction des intérêts, impôts et réductions de valeur (amortization en anglais) mais
après déduction des amortissements (depreciation en anglais). Les amortissements échelonnent le prix d’achat d’im-
mobilisations corporelles sur plusieurs années. La méthode d’amortissement influence le bénéfice. Les réductions de
valeur sont appliquées aux immobilisations corporelles sans durée de vie limitée (par ex. les terrains), aux immobilisa-
tions financières, aux immobilisations incorporelles (par ex. les formations et la recherche) ou actifs circulants (par ex.
les créances commerciales et les stocks).

4. Ebitda : « earnings before interest, taxes, depreciation and amortization »


Aussi appelé cash-flow d’entreprise ou cash-flow opérationnel. Il s’agit du bénéfice avant déduction d’intérêts, impôts,
réductions de valeur et amortissements. Les financiers regardent le cash-flow d’entreprise pour établir la capacité de
remboursement d’une entreprise ayant beaucoup de dettes auprès des banques.

5. Rebitda : « recurring earnings before interest, taxes, depreciation and amortization »


Le « rebitda » s’établit sur base du même mode de calcul que l’« ebitda ». En clair, les éléments considérés comme non
récurrents sont déduits de l’« ebitda ».

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 47


48 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
Entreprise
V. en difficulté

La
A. législation relative aux sociétés commerciales
La législation stipule qu’en cas de perte réduisant l’actif net à un montant inférieur à la moitié du capital social,
l’assemblée générale extraordinaire doit être réunie dans un délai n’excédant pas deux mois à dater du moment où
la perte a été constatée ou aurait dû l’être en vertu des obligations légales ou statutaires. A l’occasion de l’assemblée
générale, les actionnaires peuvent procéder à la liquidation ou à l’assainissement de la société.
(C. Soc., art. 633, 1er tiret, SA et Comm.VA ; art. 332, 1er tiret, SARL ; art.431, 1er tiret, ACRL)

Lorsque l’actif net est réduit à un montant inférieur à ¼ du capital social, la même procédure est suivie. Dans ce cas la
liquidation a lieu quand elle est approuvée par ¼ des votes de l’assemblée réunie.
(C. Soc., art. 633, 4ème tiret, SA en Comm. VA ; art. 332, 3ème tiret, SARL ; art. 431, 3ème tiret, ACRL)

Lorsque l’actif net est réduit à un montant inférieur au minimum légal tout intéressé peut demander la dissolution de
la société. Les montants minimums sont fixés à :
• 61 500,00 EUR pour une SA
• 6 200,00 EUR pour une SARL et ACRL

Le cas échéant le tribunal peut accorder une période de régularisation.


(C. Soc., art. 634, SA en Comm. VA ; art. 333, SARL ; art. 432, ACRL)

L’actif net se calcule de deux façons. Soit par soustraction de toutes les dettes, provisions et pertes subies du total de
l’actif ou du total du bilan, soit en considérant les fonds propres moins les pertes.

Analysons le poste des plus-values de réévaluation. Conformément à la loi les plus-values de réévaluation ne peuvent
être converties en capital. Néanmoins, ces plus-values on trait à une part de l’actif. Lors de la liquidation de l’actif ces
plus-values, évaluées correctement, profitent de l’entreprise. En vertu de la définition légale et du calcul sur base des
fonds propres, ces plus-values de réévaluation appartiennent à l’actif net.

Conditions
B. comptables d’une entreprise en difficulté
Une entreprise en difficulté peut obtenir des dérogations concernant certaines obligations sociales et peut éventuelle-
ment faire appel au fonds de fermeture d’entreprise (FFE). Pour être reconnue comme entreprise en restructuration
l’entreprise doit satisfaire aux conditions stipulées ci-après :

1. Les comptes annuels des deux exercices précédant le dépôt du plan de restructuration doivent refléter une perte
sur l’exploitation courante avant impôts et le dernier exercice doit refléter une perte supérieure aux amortissements
et réductions de valeur.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 49


Il est dès lors clairement établi qu’il doit s’agir d’une perte sur l’exploitation courante. La perte se compose comme
suit :

+ Produits d’exploitation
− Pertes d’exploitation

Résultat d’exploitation

+ Produits financiers
− Dépenses financières

Résultat de l’exploitation courante

Les frais et produits non récurrents ne peuvent donc pas être repris dans ce calcul. Ce qui est en quelque sorte normal.
En effet, les produits ou les frais non récurrents ne peuvent guère être considérés comme un élément structurel du
résultat. Lors de la vente d’un immeuble il peut être réalisé une plus-value n’ayant aucun trait à l’activité de l’entreprise
mais subissant uniquement les fluctuations du marché immobilier. D’autre part, des provisions peuvent être inscrites
en prévision des restructurations.

2. Pour le dernier exercice, la perte doit excéder le montant des amortissements et des réductions de valeur.
Cela revient en fait à un cash-flow négatif sans imputation du résultat non récurrent.

Calcul :

+ Bénéfice de l’exercice
− Produits non récurrents
+ Frais non récurrents

Résultat de l’exploitation courante

+ Amortissements (sauf amortissements exceptionnels)


+ Réductions de valeur (sauf réductions de valeurs exceptionnelles)

Cash-flow de l’exploitation courante

3. La troisième condition comptable est la condition relative à la législation sur les sociétés commerciales évoquée
ci-dessus. (C. Soc., art. 633, 1er tiret, SA en Comm.VA ; art. 332, 1er tiret, SARL ; art.431, 1er tiret, CARL).

50 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Pour les entreprises en difficultés les critères repris ci-dessus ont été quelque peu nuancés :

1. On établit que l’entreprise doit avoir accumulé, au cours des trois dernières années, une perte telle que les fonds
propres ont diminué d’au moins 30 %.

La condition est dès lors la suivante :

+ Capital
+ Primes d’émission
+ Plus-values de réévaluation
+ Réserves
+ Bénéfice reporté – perte au cours de la période précédant 3 ans
− Perte reportée au cours de la période depuis 3 ans

= 60 % des fonds propres à la fin de l’exercice − 3

On ne s’exprime donc plus en termes de capital et de bénéfice de l’exploitation courante. D’abord il y a lieu de
conclure que les fonds propres de l’entreprise sont considérés comme étant l’ensemble constitué du capital apporté
et des réinvestissements qui ont eu lieu au cours des années. En second lieu les résultats non récurrents ont été
injustement inclus (selon nous) dans ce calcul.

2. L’entreprise a un cash-flow opérationnel négatif au cours du dernier exercice et a connu une perte au cours des
deux années précédentes.
A nouveau, les résultats non récurrents sont repris dans le calcul.

La
C. loi sur la continuité des entreprises
La loi sur la continuité des entreprises est entrée en vigueur le 1er avril 2009 (LCE). Cette loi offre, à toutes les entre-
prises en difficulté, plus de possibilités pour survivre et pour trouver des solutions flexibles lors de problèmes tempo-
raires. La loi est le résultat de la réforme de la loi sur le concordat judiciaire de 1997. Celle-ci offrait aux entreprises
un cadre pour surmonter des périodes difficiles. La société avait la possibilité de se protéger contre les créanciers et ce
juste assez longtemps pour élaborer un plan de redressement. Il s’agissait toutefois d’une option difficile et coûteuse.
La nouvelle loi est plus conviviale : elle offre aux entreprises en difficulté plus de possibilités pour repousser la faillite et
pour survivre.

Les entreprises en difficulté ont dorénavant plus d’outils pour organiser leur survie. Elles seront assistées par un juge
délégué. Un accord à l’amiable est plus facile et la loi prévoit un « médiateur d’entreprise », un intermédiaire facilitant
les contacts entre le chef d’entreprise et ceux qui ont le destin de l’entreprise entre leurs mains. Enfin, il y a une alter-
native à la faillite : l’entreprise peut être transférée sous autorité de justice, en entier ou en partie.

Le 1er août 2013 un certain nombre d’adaptations entraient en vigueur dans la législation concernant la continuité
des entreprises. Leur but est de résoudre certains problèmes soulevés par la procédure d’insolvabilité. Il ne s’agit ce-
pendant pas d’une adaptation majeure. Les principes fondamentaux de la législation restent de vigueur et la continuité
des entreprises ainsi que leur développement restent centraux.

Malgré cet objectif, le seuil d’accès à la procédure LCE a été relevé. Elle est devenu nettement plus stricte, c’est-à-dire
qu’une préparation est nécessaire afin d’éviter que la requête soit déclinée. En outre, la pertinence de l’information

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 51


financière devra être attestée par un expert-compable externe ou un réviseur d’entreprises. Le coût pour engager la
procédure a également été augmenté de manière substantielle.

Les experts-comptables et les réviseurs d’entreprise sont investis non seulement d’un rôle dans l’attestation de
l’information financière. Ils auront, en outre, à l’avenir et tout comme les consultants fiscaux l’obligation d’apporter
leur contribution à l’analyse commerciale. En effet, ils auront dorénavant l’obligation d’informer le tribunal quand ils
constaterons des faits qui mettent la continuité de l’entreprise en péril et auquel il ne sera pas suffisamment remédié
de manière pertinente par l’administration de l’entreprise. Celle-ci doit en effet garantir la continuité de l’entreprise
durant minimum douze mois.

À l’avenir les créanciers seront mieux informés du déroulement de la procédure, e.a. par l’établissement d’un dossier
électronique qui pourra être consulté à distance. Durant la procédure ils devront également être informés de chaque
modification.

La loi vise à limiter le risque de concurrence déloyale qui pourrait résulter de la procédure de réorganisation judiciaire.
Dans les secteurs au nombre d’acteurs actifs limité la suspension peut brouiller la concurrence. Une réorganisation
avec moratoire ou annulation de dette peut également modifier les rapports concurrentiels.

Le tribunal dispose ainsi d’un cadre d’analyse qui doit lui permettre de refuser l’homologation d’un accord collectif. En
la matière le critère d’évaluation sera l’ordre public.

Là où jusqu’à présent les remises de dettes jusqu’à 100 % des créances pouvaient être négociées, la loi limite cette
remise de dette à maximum 85 %. Les créanciers publics, comme l’ONSS et le fisc, sont traités comme créanciers
sursitaires ordinaires les plus favorisés. En d’autres termes, leur position est à nouveau favorisée par rapport aux autres
créanciers.

Un aspect important sont les dispositions concernant le transfert de travailleurs, en cas de transfert sous autorité
judiciaire est profondément modifiée. Les règles dont le mandataire judiciaire devra tenir compte lors du transfert des
droits et obligations des travailleurs concernés par un transfert ne se limitent pas aux dispositions de la loi. En effet, la
loi devra être précisée dans une convention collective du travail qui devra être conclue au Conseil National du Travail.

Il en va de même des travailleurs-représentants des organes de concertation de l’entreprise le législateur a prévu que
ces organes sont en principe continués après transfert, dans leur configuration existante sauf si convenu autrement. Les
travailleurs protégés (dans le cadre de la délégation des travailleurs) gardent leur protection, même après transfert.

52 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


La
D. définition économique de l’entreprise en difficulté
Par définition une entreprise en difficulté ne parvient pas à réaliser ses buts (économiques et sociaux) de manière
continue. Une rentabilité minimale et une liquidité suffisante sont des conditions financières essentielles à la survie de
l’entreprise.

Si nous combinons ces deux critères et répartissons les entreprises en entreprises à succès et défaillantes, sur base de
leur liquidité et rentabilité, nous obtenons 4 catégories.

Rentabilité
Liquidité
+ −
1 3
+ saine gravement malade
2 4
− temporairement malade agonisante

Dans la plupart des cas, le manque de liquidités est une situation temporaire bien qu’elle puisse entraîner des consé-
quences fâcheuses. Lorsque l’entreprise réussit à vendre une immobilisation, la situation se rétablit après un certain
temps.

En cas de rentabilité trop faible ou négative, nous avons affaire à une maladie structurelle. La rentabilité réduite est
la conséquence de l’absence de la demande ou de l’enrichissement des matières premières ou d’autres facteurs de
production indispensables. Il n’est guère possible d’y faire face par la vente d’un actif quelconque. Une restructuration
s’impose.

Au cas où les deux sont trop faibles on a affaire à un double problème. En premier lieu l’entreprise n’est plus en me-
sure de payer ses créanciers à brève échéance ; en second lieu l’entreprise ne dispose plus de revenus courants pour
remédier à cette situation. La vente d’actifs engendrera des rétrécissements de l’entreprise qui ne sera guère favorable
à la rentabilité. Dans la plupart des cas, c’est la première phase de la faillite.

Les notions de liquidité et de rentabilité ne sont pas les seuls facteurs dans le processus de faillite. Elles font fonction
de feux rouges parce que, dans la plupart des cas, ils s’allument à bref délai (moins de 2 ans) avant la faillite.

La solvabilité n’a pas d’impact direct sur la faillite mais dans la plupart des cas elle joue un rôle bien avant la faillite. La
solvabilité établit si l’entreprise est encore solvable afin de pouvoir contracter de nouveaux emprunts. A long terme une
entreprise ne pouvant plus moderniser est vouée à l’échec. Pour ces modernisations elle est tenue de faire appel à des
emprunts à long terme. Nous constatons parfois qu’une entreprise qui n’est plus solvable procède au financement de
projets à long terme au moyen d’emprunts contractés à bref délai.

Le cas échéant, nous sommes face à un équilibre financier précaire :

emprunts à long terme


actifs immobilisés
et fonds propres

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 53


54 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
VI. Le réviseur d’entreprises
La fonction de réviseur d’entreprises – ou plus spécifiquement celle d’auditeur – est présente dans tous les pays
où existe la liberté d’entreprendre. Le réviseur d’entreprises est un expert indépendant et impartial qui contrôle les
comptes annuels. Il est nommé ou congédié par l’assemblée générale des actionnaires mais avec la participation active
du conseil d’entreprise.
C’est ainsi qu’il ne peut être nommé ou congédié que par une double majorité au sein du conseil d’entreprise. Il est
nommé pour une période de trois ans et son mandat peut être renouvelé.

Le réviseur est affecté à certaines missions qui lui sont imposées par la loi. Sa tâche principale réside dans l’audit,
soit la vérification des comptes annuels. Il bénéficie de la confiance des différentes parties concernées et vérifie si les
comptes annuels reflètent une image fidèle du patrimoine, de la situation financière ainsi que des résultats de l’exer-
cice de l’entreprise. Il contrôle en fait la fiabilité et la complétude des informations économiques et financières, plus
spécifiquement les comptes annuels, la comptabilité et autres pièces vérifiables.
Un audit résulte dans un texte détaillé, le rapport de contrôle. Dans ce rapport le réviseur se prononce sur la qualité de
l’information financière procurée par l’entreprise. Après ce contrôle les comptes annuels reçoivent ou non la certifica-
tion nécessaire.

Le réviseur d’entreprises ne se limite pour autant pas à celui de gardien de la qualité de l’information contenue dans
les comptes annuels. Le législateur lui a confié bien d’autres missions en fonction de chaque événement important
jalonnant la vie de l’entreprise. A titre d’exemple, dans des situations de conflits d’intérêts ou d’intérêts divergents, le
réviseur d’entreprises joue le rôle d’arbitre indépendant.

Au sein du conseil d’entreprise il a un rôle didactique. Il commente les comptes annuels et le rapport annuel suivant
les articles 143 et 144 du Code des entreprises.
Il explique et analyse également la structure et l’évolution de l’état financier de l’entreprise. Pour effectuer ce rôle il est
autorisé à assister aux réunions du conseil d’entreprise qui peut lui poser des questions. Si nécessaire, il peut émettre
une opinion indépendante à propos d’un dossier économique ou financier.

La fonction de conseil du réviseur d’entreprises


Dans le respect des principes d’indépendance, le réviseur d’entreprises peut pratiquer le conseil et l’encadrement
dans la recherche de solutions pour des problèmes spécifiques que peut affronter une entreprise dans le domaine de
l’organisation administrative et comptable, de l’évaluation, etc. Puisque, dans la fonction de contrôle, le droit fiscal
entre également en compte, il peut être important pour l’entreprise de demander l’avis du réviseur d’entreprises en
cette matière.
Rien n’empêche le réviseur d’entreprises d’assister l’entreprise, au cours de ses travaux, par ses conseils et ses inter-
ventions. De la sorte, faire appel à un réviseur d’entreprises représente pour l’entreprise un « plus » important, une
valeur ajoutée.
Par sa spécialisation le réviseur d’entreprises est amené à analyser le système de gestion interne de l’entreprise à
laquelle il pourra prodiguer d’éventuelles indications utiles. Il conseillera également la mise en place d’un système
budgétaire et de reporting approprié à l’entreprise. Le réviseur a également dans ses attributions l’audit environne-
mental, l’accompagnement du développement de systèmes informatisés d’information, des procédures y afférantes,
les aspects de contrôle interne et de protection de données qui les accompagnent, les services de certification (assu-
rances services), par exemple à l’égard du commerce électronique, etc.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 55


Le 24 novembre 2016 a été votée la loi sur l’organisation de la profession et de la supervision publique des réviseurs
d’entreprises (« Loi sur la réforme de l’audit »).
Cette loi est le dernier élément de la réforme de l’audit lancée par la Commission européenne en 2014 qui avait pour
but :
• de renforcer grâce à diverses mesures l’indépendance de l’auditeur afin d’augmenter la qualité, le contenu informatif
et la fiabilité des rapports de contrôle.

L’accent est mis sur 4 domaines :


1. Renforcement de l’indépendance
2. Un rapport du commissaire plus informatif
3. Une supervision publique renouvelée sur les réviseurs d’entreprise
4. Un institut au service du métier

Loi sur la réforme de l’audit :


Pour les Organismes d’Intérêt public (banques, institutions de liquidation, (ré)assureurs, entreprises cotées en
bourse) :

Rotation externe obligatoire du commissaire après 9 ans avec la possibilité de prolongation :
• à 18 ans en cas d’adjudication publique remportée ;
• à 24 ans en cas de mandats exercés collégialement ;
• en cas de mesures transitoires.

Période de
cooling off :
4 ans
(= 6 ans en pratique) Rotation externe (OIPs)
4
Si mandat
collégial :
extension
possible
24 ans
9
Rotation
standard :
9 ans
à 24 ans (moins que UE
18 10 ans)

Si adjudication
publique :
extension possible
à 18 ans

56 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 57
58 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
VII. Problèmes concernant l’analyse financière

La
A. partialité de l’approche financière
Au moyen de données publiées, via des calculs et des comparaisons l’analyse financière nous permet d’obtenir une
certaine image de la santé des entreprises. Toutefois une entreprise est autre chose qu’une succession de chiffres.

Entre l’entreprise et les analystes financiers se fait un échange mutuel d’informations. Les analystes tentent de quanti-
fier tout ce qui se passe dans l’entreprise et l’entreprise se base sur ces données parce qu’elles sont quasiment la seule
source objective d’information.

Définition de l’entreprise

« L’entreprise n’est pas seulement un patrimoine générateur de profits ou de pertes.


(L’entreprise) est essentiellement un agencement dynamique et durable d’hommes, de moyens techniques et de capi-
taux, organisé en vue de l’exercice d’une activité économique débouchant sur la réalisation d’un produit brute (= valeur
ajoutée), permettant d’attribuer des revenus bruts ou nets à tous ceux qui ont concouru à sa réalisation.
Ce produit est une composante (…) du produit national brut (…) »
Rapport au Roi AR du 8 octobre 1976 relatif aux comptes annuels des entreprises

La manière de coopérer des uns avec les autres au sein de l’entreprise est d’une importance cruciale pour la continui-
té de l’entreprise. Aujourd’hui nous voyons que des notions telles que la « qualité intégrale » et la « participation des
travailleurs » gagnent en importance. Les entreprises partent du principe que ces types de coopération forment la base
de l’augmentation de la valeur ajoutée de l’entreprise.

Le progrès technologique est la deuxième base pour une entreprise saine. A plus longue terme ce progrès technolo-
gique aura, aussi bien en termes de nature des produits que de méthodes de production, une influence prépondérante
sur le produit de vente de l’entreprise. Même si la volonté de voir le produit fini quitter l’entreprise à un prix compétitif
est présente, des efforts commerciaux seront indispensables.

Pyramide liqui-
des ratios dité
financiers
solvabilité

rentabilité

valeur ajoutée

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 59


Les indicateurs financiers de chaque entreprise sont basés sur les 3 éléments précités. Dans le cas où ces indicateurs
atteignaient des valeurs critiques la cause s’en trouverait ce sera souvent le résultat d’un mauvais marketing, d’une
technologie vieillotte ou d’une mauvaise organisation. Il est clair que les facteurs cachés sont très difficiles à chiffrer.
Une entreprise qui ne sait pas attirer le marché vers elle parce que son produit ne satisfait plus la clientèle verra réduire
sa valeur ajoutée après un certain laps de temps. Les gains se transformeront en pertes et l’entreprise affichera une
solvabilité dégradée. Finalement les banques n’auront plus envie de prêter de l’argent à cette entreprise. Ainsi les
liquidités se transformeront en pertes critiques et la faillite sera inévitable.

Comme nous le constatons l’analyse financière est basée sur la partie émergeante de l’iceberg ! Il est impossible, en
partant de chiffres, de comprendre l’organisation de l’entreprise sous toutes ses facettes. D’autre part il est quasiment
impossible, vu l’organisation de l’entreprise, d’obtenir des données quantifiables objectives.

La
B. limite des données statistiques
Pour interpréter des ratios financiers on se réfère souvent à des moyennes. D’autre part on peut également les incorpo-
rer dans un modèle afin de porter un jugement sur l’avenir de l’entreprise.
Il est souvent très difficile de travailler de cette façon parce que l’on se heurte sans arrêt à des situations telles que :
d’une part… d’autre part… C’est un reproche souvent entendu qui vaut pour toute la science économique. Toutefois,
l’économie est une science humaine et l’homme n’est pas toujours prévisible. Néanmoins une entreprise qui est
statistiquement vouée à la mort peut parfois se sortir des difficultés grâce à un nouvel administrateur innovateur. Vu les
comportements individuels imprévisibles il est souhaitable que chaque économiste qui se prononce le fasse de façon
nuancée et en s’appuyant sur une probabilité statistique minimale.

L’information
C. incomplète
Afin de pouvoir s’exprimer sur l’avenir d’une entreprise il est nécessaire d’être en possession des données indispen-
sables. D’une part, il est rarement possible de disposer des données peu ou pas quantifiables, d’autre part, certaines
données quantifiables elles-mêmes peuvent également faire défaut.

À titre d’exemple, certaines entreprises au bord de la faillite ne se donnent même plus la peine de produire leur
bilan. Autre exemple, des dettes en souffrance envers l’ONSS qui ne sont pas renseignées à l’annexe. Les entreprises
n’aiment pas trop étaler ce genre de problèmes. La publicité qui est donnée aux relations internes et aux obligations
légales n’est pas trop appréciée.

En second lieu, il arrive que certaines informations soient présentées de manière volontairement inexacte. Cette atti-
tude a principalement des objectifs fiscaux ou peut servir à se défaire de certains créanciers tâtillons. La liberté qui est
laissée à l’évaluation de certains actifs permet à l’entreprise de surévaluer ou de sous-évaluer son patrimoine selon ses
besoins.
Les créances, les revalorisations, l’actif des coûts et des participations sont tous soumis à une évaluation subjective. Si
l’entreprise fait trop de bénéfices, elle sera tentée d’éluder l’impôt en sous-évaluant ses actifs alors qu’elle les suréva-
luera plutôt si elle se trouve en difficultés. Pour tromper les créanciers l’entreprise aura tendance à se surévaluer. La loi
belge sur la comptabilité est ainsi faite qu’elle supporte un certain degré de liberté.

60 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Il peut arriver qu’effectivement, il y ait une erreur dans les comptes annuels déposés. Ceci est plutôt rare puisque
le Banque nationale et surtout sa centrale générale des bilans effectue de nombreux contrôles. L’information peut
également parfois être incomplète ou simplement mal utilisée dans l’idée que l’on s’en fait. Lorsque les statistiques
sectorielles sont effectuées par la Banque nationale, tous les bilans des entreprises ne sont pas encore disponibles.
Coïncidence ou non, les entreprises en difficultés font régulièrement connaître leurs chiffres soit tardivement, soit
ne les fournissent tout simplement pas. N’est-ce pas une manière d’embellir les statistiques des valeurs globales
sectorielles ?

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 61


62 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
VIII. Conclusion

Dans cette brochure nous avons fait un voyage à partir des principes élémentaires et simples de la comptabilité pour
aller ensuite, via les analyses horizontales et verticales vers l’analyse des ratios. Pour terminer nous avons attiré l’atten-
tion sur quelques faiblesses de l’analyse financière.

Cette brochure doit être comprise comme un manuel. Son but est de servir d’outil aux mandataires de la CGSLB lors
de l’interprétation des comptes annuels. Comme cet exercice n’a lieu qu’une fois l’an, il est utile d’avoir un résumé des
méthodes appliquées. En somme, un dictionnaire des comptes annuels.

Un chiffre en soi est une donnée très monotone. Cependant, quand sa signification devient claire ce chiffre devient
intéressant. En découvrant la relation entre les chiffres et les événements nous entamons un voyage de découvertes de
plus en plus enrichissantes.

Considérez dans ce cas cette modeste brochure comme un guide de voyage.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 63


64 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels
IX. Annexes

Les annexes visualisent le bilan et le compte de résultats. L’annexe 1 reproduit le modèle complet pour entreprises.
L’annexe 2 reproduit le modèle abrégé pour petites entreprises et l’annexe 3 est le modèle de comptes annuels
­consolidés.

Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 65


Annexe 1

66 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 67
Annexe 2

78 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 79
Annexe 3

88 • Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels


Guide pratique pour l’analyse des comptes annuels • 89
www.cgslb.be