Vous êtes sur la page 1sur 56

‫الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية‬

République algérienne démocratique et populaire


‫وزارة التعليم العالي و البحث العلمي‬
Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique
‫المركز الجامعي بلحاج بوشعيب عين تموشنت‬
Centre Universitaire Belhadj Bouchaib d’Ain-Temouchent
Institut des Sciences et de la Technologie
Département de Génie Electrique

Projet de fin d’études


Pour l’obtention du diplôme de Master en :
Domaine : SCIENCE ET TECHNOLOGIE
Filière : Génie électrique
Spécialité : Commande de Système éléctrique
Thème

ETUDE ET REALISATION D’UN


INCUBATEUR AUTOMATIQUE A OEUFS

Présenté Par :

1) SIDAHMED ELHADI LAB


2) FEKIRI KHADIDJA
Devant les jurys composés de :

Dr.FATMI.M MCA C.U.B.B (Ain Temouchent) Président


Dr.MENDEZ.KH MCA C.U.B.B (Ain Temouchent) Examinateur
MR.BENAZZA.B MAA C.U.B.B (Ain Temouchent) Encadrant
MR.SOUAG SLIMANE MAA C.U.B.B (Ain Temouchent) Co-encadrant

C.U.B.B.A.T 2015/2016
C.U.B.B.A.T 2015/2016 2
REMERCIMENT

En préambule à ce mémoire nous remercions « DIEU » qui nous aide et nous


donne la volonté, le courage et la patience durant ces longues années d’étude.

Nous souhaitons adresser nos remerciements les plus sincères aux personnes qui
nous ont apportés leur aide et qui ont contribué à l’élaboration de ce mémoire
ainsi qu’à la réussite de cette formidable année universitaire.

Ces remerciements vont tout d’abord au corps professoral et administratif de la


Faculté CUBBAT, pour la richesse et la qualité de leur enseignement et qui
déploient de grands efforts pour assurer à leurs étudiants une formation actualisée.

Nous tenons à remercier sincèrement Monsieur « Mr. Benazza Bagdadi » qui,


en tant que Directeur de mémoire, il est toujours montré à l’écoute et très
disponible tout au long de la réalisation de ce mémoire, ainsi pour l’inspiration,
l’aide et le temps qu’ils ont bien voulu nous consacrer et sans qui ce mémoire
n’aurait jamais vu le jour.

Et aussi nous tenons à remercier Monsieur Slimane Souag qui a fait un grand
travail et qui nous a beaucoup aider dans notre mémoire.

On n’oublie pas nos parents pour leur contribution, leur soutien et leur patience.
Enfin, nous adressons nos plus sincères remerciements à tous nos proches et amis,
qui nous ont toujours soutenue et encouragée au cours de la réalisation de ce
mémoire.
Merci à tous et à toutes

C.U.B.B.A.T 2015/2016 3
Dédicaces Sidahmed ould Elhadi Lab

Je dédie ce simple travail

A mes chers parents qui m’ont soutenu durant toute ma vie.


A mon oncle Khalifa Lab qui a tout fait pour moi, à qui je tiens à exprimer ma
profonde gratitude et tous mes respects pour sa présence, son aide, son affection
et son sacrifice.

A ma grande famille et particulièrement mes oncles et cousins.


A tous mes frères et sœurs que j’aime beaucoup.
A mon binôme avec qui j’ai partagé la joie et les difficultés relatives au suivi de
la formation pour sa motivation et ses judicieuses propositions Fekiri Khadidja.

A tous mes amis et particulièrement les meilleurs :


Ely cheikh ould Ahmed Salem, Abba ould Bah, Cheikh abdallahi ould Cheikh
baye, Wenne Mohamed et Itawel amrou Tabouh.
A toute la famille Lab et la grande famille Maloum Din.
A tous mes compatriotes Mauritaniens à Ain Temouchent qui représentent pour
moi une famille et un meilleur entourage et qui mon encourager et soutenu durant
mes cinq années de séjour dans notre deuxième pays.

A tous ceux qui j’aime et ceux qui pensent à moi.


Au pays d’Algérie et mes chers frères Algériens et Algériennes qui m’ont bien
accueilli et aidé dans cette formation.
A ceux qui profiteront un jour de ce travail.
A toute la communauté des étudiants étrangers à Ain Temouchent CEEAT.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 4
Dédicaces Fekiri khadidja

Je dédie ce modeste travail

A mon cher père RABAH et A ma chère mère FATNA

Car leurs amours et leurs soutiens à distance ont été primordiaux pour l’aboutissement de ma
Thèse et qui ont veillé sur moi surtout pour que je sois toujours à l’aise.
Je le dédie à mes chères sœurs ZAHRA, HALIMA, ASMAE, HADJAR, MARIYA et à
mon frère HOUSSEM qui n’ont pas cessé de m’encourager dans les moments les plus
difficiles.
A mes très chères grandes mères KHIRA, RAHMA, YAMINA et grands-pères ABD
ALKADER et ALIE.
A mes très chères tantes.
A mes très chers oncles.
A mes cousins et cousines qui j’adore beaucoup.
A tous la famille FEKIRI et KHALDI.
A mon binôme SIDAHMAD WALDALHADI LAB et toute sa famille.
Atouts mes amies de l’université durant les scinques années d’études.
A mon futur homme que j’aime.
Qu’ils trouvent ici l’expression de mes sentiments les plus profonds pour le confort
Moral qu’ils m’ont assuré tout au long de mes études.
A ceux que j’ai partagée avec eux mes très bon souvenirs de l’université
A toutes personnes qui nous a aidées de près ou de loin
A vous mes amis de la promotion 2015/2016.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 5
L’incubateur est un appareil constitué essentiellement d’une enceinte close
aseptique, maintenue à température et humidité constantes par des systèmes de
régulation, dans cette enceinte sont placés les œufs pour la durée de leur
incubation.
Nous décrivons ici une mesure de température et d’humidité et système
d'affichage basé sur le capteur DHT11et le microcontrôleur PIC16F877A. La
température en degrés Celsius et l’humidité sont affichée sur un afficheur 7
segments avec le nombre de jours.
La réalisation pratique du circuit électronique et le circuit imprimé du projet
doivent être effectués à l’aide des logiciels Proteus ISIS et ARES.
Mots clés : Incubateur, Température, Humidité, Capteur, PIC16F877, DHT11,
Proteus.

The incubator, is an apparatus which keeps eggs warm until they hatch.
The incubator keeps temperature and humidity constants with systems
of regulation.
We describe here the measures of temperature and humidity and display
system based on sensor DHT11 and the microcontroller PIC16F877A.
The temperature in Celsius degree and humidity are obtrusive on the
display with the 7 number of days.
The practical implementation of the electronic circuit, visualization of the project
should be made in environmental Proteus ISIS and ARES software.
Keywords: Incubator, Temperature, Sensor, PIC16F877, DHT11, Proteus.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 6
SOMMAIRE

INTRODUCTION GENERALE .......................................................................................... 11


CHAPITRE 1 INCUBATEUR A ŒUF ET PARAMETRE D’INCUBATION ................ 12
1. Introduction ................................................................................................................... 13
2. Généralité sur l’incubateur a œuf de poule : ................................................................. 13
2.1. Historique ............................................................................................................... 13
2.2. Incubation : ............................................................................................................ 14
2.3. Incubateur : ............................................................................................................ 14
2.4. Résumé des informations importantes ................................................................... 16
2.5. Fertilité des œufs à couver ..................................................................................... 17
2.6. Utilisation de la couveuse et procédés d'incubation .............................................. 20
2.7. Les paramètres d’incubation .................................................................................. 20
3. Conclusion :................................................................................................................... 27
CHAPITRE 2 LA FABRICATION D’UN INCUBATEUR .............................................. 28
1. Introduction : ................................................................................................................. 29
2. Les types de l’incubateur ............................................................................................... 29
2.1. L’incubateur manuel : ............................................................................................ 29
2.2. L’incubateur semi-automatique : ........................................................................... 29
2.3. L’incubateur automatique ...................................................................................... 30
3. Des exemples pour la partie mécanique et électrique d’incubateur .............................. 30
3.1. Couveuse NOVITAL modèle B 12 manuel ........................................................... 30
3.2. FIEM25 Semi-automatique .................................................................................... 31
3.3. FIEM MG 25 Clip automatique ............................................................................. 32
4. Les solutions techniques pour la température et le retournement ................................. 33
4.1. La solution technique de température .................................................................... 33
4.2. Solutions techniques de retournement ................................................................... 33
5. Matériel du montage réalisé d’incubateur ..................................................................... 34
5.1. Les composants de la partie mécanique ................................................................. 34
5.2. Les composants de la partie électrique .................................................................. 34
6. Spécifications de chaque composant électrique ............................................................ 35
6.2. Afficheur 7 segment ............................................................................................... 37

C.U.B.B.A.T 2015/2016 7
6.3. Transistor (NPN) BC337 ....................................................................................... 39
6.4. Transistor (NPN) BC108 ....................................................................................... 40
6.5. Capteur DHT11 ...................................................................................................... 41
6.6. Relais 12V .............................................................................................................. 42
6.7. LED ........................................................................................................................ 44
7. Protocole I2C................................................................................................................. 45
7.1. Présentation du bus I2C ......................................................................................... 45
7.2. Support physique du bus I2C ................................................................................. 45
8. CONCLUSION ............................................................................................................. 45
CHAPITRE 3 MODELISATION ET REALISATION DE L’INCUBATEUR ................ 46
1. Introduction ................................................................................................................... 47
2. Généralité sur Proteus : ................................................................................................. 47
2.1. ISIS : ...................................................................................................................... 48
2.2. Altium designer : .................................................................................................... 48
3. Partie mécanique ........................................................................................................... 48
4. Partie électrique ............................................................................................................. 49
4.1. Circuit de commande ............................................................................................. 49
4.1. Circuit d’affichage ................................................................................................. 50
5. Programme : .................................................................................................................. 52
6. Conclusion :................................................................................................................... 52
CONCLUSION GENERALE ............................................................................................... 53
BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................... 55

C.U.B.B.A.T 2015/2016 8
TABLE DES FIGURES
Fig I. 1 Mini incubateur............................................................ Error! Bookmark not defined.
Fig I. 2 Incubateur pour 60 œufs ............................................. Error! Bookmark not defined.
Fig I. 3 Chariots munis de plateaux à œufs …………………………………………………..19
FigI.4 Ventouse d’aspiration………………………………………………………………….19
Fig I. 5 . Schéma des solutions pour avoir une température stable……………………………21
Fig I. 6 La chaleur produite par l’œuf dans les jours d’incubation…………………………….23
Fig I.7Machine de transfert……………………………………………………………………26

FigII.1Couveusenormalmodelb12…………………………………………………………….29
FigII2fiem25……………………….………………………………………………………....30
FigII.3 FIEM MG 25 Clip…………………………………………….…………………...…31

FigII.4. La solution technique de température………………………………………………………..32

FigII.5. Microcontrôleur PIC16F876A………………………………………………..…….35

FigII.6.schéma du Microcontrôleur PIC16F876A…………………………………………..36

FigII.7. Afficheur 7 segment………………………………………………………………...37

FigII.8. Les 10 chiffres représentés avec l'affichage à 7 segments………………………….37

FigII.9. Affichage des lettres...........................................................................................…...38


FigII.10Transistor (NPN) BC337…………………………………………………………...39
FigII.11. Transistor (NPN) BC108………………………………………………………….39
FigII.12. Symbole d’un transistor NPN……………………………………………………..40
FigII.13.CapteurDHT11…………………………………………………………………….40
FigII.14. Schémas électrique d’un capteur DHT11………………………………………....41
FigII.15. Relais 12v………………………………………………………………………....42
FigII.16 Schémas électrique Relais 12v…………………………………………………….42
FigII.17. Une diode électroluminescente……………………………………………………43

FigIII.1 circuit ISIS…………………………………………………………………………46

FigIII.2. Modélisation d’incubateur sur solidworks………………………………………..47

FigIII.3 schéma de commande de l’incubateur…………………………………………….49


FigIII.4 circuit imprimé du circuit de commande de l’incubateur…………………………50
FigIII.5 schéma de du circuit d’affichage à l’aide l’afficheur 7segment…………………..50
FigIII.6 circuit imprimé du circuit d’affichage à l’aide l’afficheur 7segment……………..51
FigIII.7 circuit commande avec l’affichage réalisé sur maquette d’essai… ………………...51

C.U.B.B.A.T 2015/2016 9
INTRODUCTION GENERALE

C.U.B.B.A.T 2015/2016 10
INTRODUCTION GENERALE

Une couveuse (ou incubateur) est une machine reproduisant les conditions de
développement fœtal.
C'est le chirurgien-accoucheur Stéphane Tarnier (1828-1897), Président de
l'Académie de Médecine, professeur de clinique obstétricale, qui le premier a mis
au point une véritable couveuse pour les prématurés. Il est imité par les médecins
de province qui font réaliser des couveuses artisanales encore très rudimentaires,
tel le docteur Léon Dufour (1856-1928) de Fécamp, fondateur de l’Œuvre de la
Goutte de Lait. Référence : Marie-Hélène Desjardins, « La couveuse du docteur
Léon Dufour », in Annales du Patrimoine de Fécamp, no 05 - 1998.
Les couveuses modernes ont été créées dans les années 1950 par les pédiatres pour
permettre de contrôler la température, prévenir les risques d'infection et permettre
l'accès aux ressources et équipements spécialisés.
Elles sont soit adaptées aux bébés prématurés en maternité, soit à l'incubation des
œufs en élevage.
Le terme couveuse d'entreprises est utilisé aussi pour signifier les associations
qu'aident les entrepreneurs dans le démarrage de leur entreprise.
Nous avons utilisé dans nôtres thème un incubateur pour conserver les œufs de
poule.
Le mémoire est structuré de la manière suivante :
Dans le premier chapitre, nous allons présenter une généralité sur l’incubateur et
l’incubation avec la définition de chaque ces paramètres et ces étapes pour avoir
une bonne résulta de l’œuf jusqu’à le poussin.
Le deuxième chapitre, Est consacré à définir les types des incubateurs avec des
exemples des parties électriques et mécaniques pour réaliser la couveuse à œuf.
Deuxièmement présentation des matérielles encaisserez pour réaliser
l’incubateur
Dans le troisième chapitre, Nous mettrons en œuvre réalisation de cet incubateur
et nous expliquerons les différentes étapes. Les résultats de réalisation vérifient la
robustesse de la commande pour différents modes de fonctionnement.
Enfin, une conclusion générale résume les principaux résultats auxquels nous
avons abouti

C.U.B.B.A.T 2015/2016 11
CHAPITRE 1
INCUBATEUR A ŒUF
ET PARAMETRE
D’INCUBATION

C.U.B.B.A.T 2015/2016 12
1. Introduction
Pour avoir des poussins nous avons deux types d’incubation : l’incubation par la Poule
couveuse, soit par une couveuse artificielle. Toute les poules n'ayant pas le désir de couver, et
une poule ne pouvant couver qu'une douzaine d'œufs à la fois, l'Homme a inventé la couveuse
artificielle permettant de faire incuber au moment choisi par lui, entre trois et plusieurs
centaines d'œufs en même temps, donc il a pensé de prendre le rôle de la poule avec un
incubateur .

Définition :
 L’incubateur (couveuse) est un appareil servant à l’incubation artificiel des œufs de
poule, d’oie, reptile ….. etc.
 L’incubateur peut désigner plusieurs choses :
 Des appareils chauffants : (servant à accueillir des bébés prématurés, pour des
œufs dans exploitation avicole, une armoire thermo statée dans les laboratoires
biologie).
 Au sens figuré :(un projet d’entreprise, en informatique, de développement
logiciel encore de stade de friche ou de vielle.

2. Généralité sur l’incubateur a œuf de poule :


2.1. Historique
Bien que l’autruche ait parcouru les siècles, et par conséquent traversé de multiples civilisations
(égyptienne, grecque, romaine, bushman, etc.), ce n’est qu’à partir de 1870 que son exploitation
devint une industrie grâce à l’invention de l’incubateur artificiel. L’inventeur en fut Arthur
Douglas, pionnier des éleveurs de Grahamstown (République d’Afrique du Sud).

Voici ce qu’était l’incubation artificielle au début du siècle (Méthode du Dr Ménégaux in Poiss


on, 1926) :

« ...l’incubateur a une température de 39 degrés. Cette température est abaissée vers le


quinzième jour entre 37 et 38 degrés, on continue à l’abaisser jusqu’à la fin de l’incubation de
manière qu’elle soit comprise entre 36,8 et 37 degrés. Pendant les deux premiers jours, on ne
doit pas toucher aux œufs, après le deuxième jour, on les laisse refroidir un peu sur une
couverture pendant trente minutes et pendant les cinq jours qui suivent, on les fait refroidir
pendant une durée de trente à cinquante minutes.

Il est nécessaire d’avoir un degré hygrométrique constant dans la salle d’incubation et une
ventilation parfaite, pas trop violente mais bien assurée. Pour maintenir une humidité dans le
local, on arrose le matin des nattes qui absorbent une quantité d’eau suffisante. Au quinzième
jour, on mire les œufs ...»

C.U.B.B.A.T 2015/2016 13
Nous pouvons comprendre que les résultats obtenus étaient très loin de ce que nous réussissons
aujourd’hui avec les incubateurs modernes.

2.2. Incubation :
L'incubation artificielle est l'ensemble des opérations qui, à partir d'une quantité d'œufs pondus,
permet d'obtenir le maximum de poussins viables au coût le plus bas possible. Cette technique
utilise des incubateurs qui sont conçus pour régulariser la chaleur, l'humidité, la ventilation et
la rotation des œufs afin que s'accomplisse un développement embryonnaire normal existe deux
types d’incubateurs : les incubateurs à ventilation naturelle ou statique et les incubateurs à
ventilation forcée ou dynamique où l'air est brassé par un ventilateur.

Les incubateurs fonctionnent soit à l'électricité, au gaz ou au pétrole et ont des capacités variant
entre 8 et 200 œufs pour les petits producteurs à plus de 100000 œufs pour les grandes fermes.

2.3. Incubateur :
L’incubateur est un appareil consistant essentiellement en une enceinte close, aseptique,
maintenue à température et humidité constantes par des systèmes de régulation, et où sont
placés les œufs pour la durée de leur incubation.

Les matériaux utilisés pour l’enceinte doivent être non poreux et d’entretien aisé pour le
nettoyage ; le PVC est idéal pour cet usage. Ils doivent aussi être exothermiques pour éviter les
déperditions de calories.

Les systèmes de régulation de la température (thermostats) sont de plusieurs types : bilames,


tubes de mercure à contacts électriques, ou thermostats électroniques à micro-processeurs. Ces
derniers sont préférables aux autres du fait de leur précision de régulation.

Un système de retournement automatique des œufs sera plus commode que le retournement
manuel.

L’incubateur disposera d’ouïes réglables pour permettre l’entrée et la sortie d’air pour le
renouvellement de celui-ci dans l’enceinte.

Les incubateurs peuvent être de capacité différentes (50, 100, 250, 1000, … œufs) allant même
jusqu’à la taille d’un local entier.

En résumé, l’incubateur imite l’incubation par les poules grâce à un bon réglage de la
température, de l’humidité relative, de la ventilation et du retournement régulier des œufs.

Il existe plusieurs modèles avec des différentes tailles par exemple :

C.U.B.B.A.T 2015/2016 14
2.3.1. Mini incubateur pour 7 œufs :

Figure I.1. Mini incubateur pour 7 œufs

2.3.2. Incubateur pour 60 œufs :

C.U.B.B.A.T 2015/2016 15
Figure I.2. Incubateur pour 60 œufs

2.4. Résumé des informations importantes


2.4.1. Stockage des œufs :
■ Il faut les retourner 2 fois par jours.

■ La conservation idéale est comprise entre 12 °C de 20 °C.

■ On ne doit pas garder les œufs trop gros, trop petits, fêlés, difformes...

■ On ne doit pas laver les œufs.

■ Les œufs doivent être placés à plat et doivent être calé sur du sable bien sec.

■ Il faut éviter toutes vibrations et secousses.

2.4.2. Pendant l’incubation :


■ Tous les œufs doivent être placés en même temps dans l’incubateur.

■ La durée de l’incubation des œufs de poules est d’environ 21 jours.

■ L’humidité doit être stable du premier au 19ème jour (40%) et du 19ème au 21ème (65%).

■ La température de la pièce où se trouve l’incubateur doit être comprise entre 19 °C de 25 °C.


La température doit être stable (38,5°C) au-dessus des œufs et il faut éviter les variations de
température.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 16
■ Ils doivent être retourné 2 fois par jours (1/2 tour le matin et ½ tour le soir), mais il ne faut
pas retourner les œufs les 2 premiers et les 2 derniers jours.

■ Une légère ventilation est nécessaire pour que les œufs puissent respirer.

Après l’éclosion :

■ Il faut laisser les poussins 24 h dans l’incubateur sans leur donner à manger et à boire.

2.5. Fertilité des œufs à couver


Les œufs à incuber doivent avoir été fécondés. En reproduction naturelle, le taux de Fécondation
moyen des œufs varie entre 78 et 91% selon l'âge et l'origine des reproducteurs (coqs, poules).
Les meilleurs résultats de fécondation sont obtenus avec des reproducteurs (coqs et poules)
élevés dans des conditions similaires à celles des pondeuses. La sex-ratio est en général d'un
coq pour 10 poules avec des variations en fonction des races. Préconise plutôt que pour avoir
une bonne fécondation, il faut 8 à 8,5% de coqs du nombre de poules pour obtenir 90 à 92%
d'œufs fécondés dès la 26ème semaine d'âge et 94 à 97% dès la 28ème semaine. Chez la poule,
plus le taux de ponte est élevé, plus le pourcentage d'œufs fertiles est élevé.

2.5.1. Traitement des œufs à couver :


Le traitement des œufs comportent plusieurs aspects dont les principaux sont le ramassage, le
tri, la désinfection et le stockage

 Ramassage des œufs


Les œufs pondus ont une température voisine de celle du corps de la poule (40, 5°C). De ce fait
ils devraient être ramassés régulièrement au moins deux fois par jour et refroidis à la
température de stockage pour empêcher le pré incubation et le développement de l’embryon.
En effet, l'embryon commence à se développer à 21°C et des changements de température
ultérieurs peuvent entrainer une mortalité embryonnaire précoce qui pourra être faussement
interprétée comme un problème de fertilité. En outre, le matériel servant au ramassage des œufs
doit être propre et nettoyé régulièrement afin d'éviter toute souillure aux œufs.

 Tri des œufs à couver


Cette opération a pour objectif d'obtenir un maximum d'œufs à couver aptes à l'incubation.

Les œufs à couver doivent être frais, propres, de poids convenable et sans anomalies de taille
et de forme. Ainsi donc, les œufs présentant des anomalies de la coquille (mince, poreuse, rayée)
et des formes anormales (allongées, arrondies annelées) sont à éliminer. Il en est de même des
œufs trop petits ou trop gros et ceux âgés de plus d'une semaine. Les meilleurs résultats
d'éclosion s'obtiennent avec des œufs âges de 3 à 4 jours et de poids compris entre 30 et 70 g
en fonction des races.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 17
Les œufs de 55 à 60 g éclosent mieux que ceux de 60 à 70 g. Cependant, ces œufs doivent avoir
été fécondés et provenir de poules saines et bien nourries et qui ont principalement reçu des
vitamines (A, B D et E). En effet, leur carence dans l'alimentation réduit la fertilité des œufs et
augmente la mortalité embryonnaire.

 Désinfection des œufs à couver


La désinfection a pour but d'éliminer les impuretés et germes qui se trouveraient sur la

Coquille des œufs et qui pourraient compromettre les résultats d'éclosion. Cette opération doit
être effectuée rapidement après la collecte des œufs. Toutefois, il est déconseillé de laver les
œufs à l'eau sous peine d'éliminer la couche protectrice Les recouvrant (cuticule) et destinée à
les protéger des invasions microbiennes. Différentes méthodes de désinfection sont utilisées,
mais la fumigation au formol Reste la méthode de référence. Ainsi, propose une fumigation des
œufs aux doses de 40 ml de formol. 40 ml d'eau et 20 g de permanganate de potassium pour un
mètre cube. La désinfection doit être réalisée dans une salle à une température de 22 à 26°C
pendant 20 à 30 minutes.

 Stockage des œufs à couver


Après la désinfection, les œufs doivent être conservés dans un local aéré mais à l'abri des
courants d'air, du soleil et des poussières. La durée de conservation des facultés d'éclosion des
œufs dépend en partie de la température de la pièce dans laquelle sont stockés les œufs avant
incubation. De 7 à 15°C, la conservation des facultés d'éclosion est bonne pendant 6 jours.

Elle diminue progressivement à partir du début de la seconde semaine. La température de la


salle de stockage doit être maintenue entre 17 et 18°C pour une durée de 3 à 4 jours. L'éclos
vite des œufs diminue de 1 à 1,4% par jour de stockage. Afin de limiter les pertes d'eau par
évaporation qui aura pour effet d'abaisser le taux d'éclosion et la vitalité du poussin, l'humidité
relative de la salle de stockage doit être maintenue entre 70 et 85%.

Durant leur stockage, les œufs à couver sont placés dans une position pointe en bas pour un
stockage de courte durée. Pour des stockages supérieurs à 7 jours, un stockage pointe en haut
permet de limiter les pertes d'éclosion dues au stockage. Aussi, il est recommandé de les
retourner pendant le stockage afin d'éviter que le jaune adhère à la coquille. Les œufs ne doivent
jamais être stockés à même le sol mais sur des palettes en bois ou de préférence en plastique.

Au couvoir les œufs sont mis dans des chariots munis de plateaux d’incubation (Voir figure)
pointe vers le bas à l’aide de ventouse aspiratrices (Voir figure) et stocké dans la chambre froide.
Normalement on ne peut pas éviter le stockage avant l’incubation. Le temps de stockage, et
surtout la température et l’humidité relative sous laquelle on stocke les œufs, sont très
importants pour le taux d’éclosion. C’est pourquoi il faut stocker les œufs dans des zones
spéciales (locaux de stockage d’œufs) où l’on peut obtenir et maintenir la température/humidité
relative correcte. Les conditions optimales pour le stockage sont mentionnées dans la procédure
de transport et stockage.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 18
FigureI.3.Chariots munis de plateaux à œufs.

Figure I.4.ventouse d’aspiration.

 Transport des œufs à couver

C.U.B.B.A.T 2015/2016 19
Il est déconseillé de transporter les œufs à couver. Cependant, lorsque le transport des œufs est
nécessaire, il doit être fait avec délicatesse afin de limiter les pertes. En effet, au cours du
transport il y a des risques de chocs qui peuvent provoquer des micro-fêlures ou même la rupture
des chalazes dont la fonction est de maintenir le jaune au centre de l'œuf

2.6. Utilisation de la couveuse et procédés


d'incubation
L'incubation des œufs de poule dure en moyenne 21 jours dont 18 jours en incubateur et 3 jours
en éclosoir. Cette durée varie en fonction de facteurs propres à l’œuf (souche, âge de l’œuf au
moment de sa mise en incubation, poids). La durée et surtout les résultats d'incubation sont liés
à un ensemble de paramètres dont les principaux sont la température, l'hygrométrie, les teneurs
en oxygène et en gaz carbonique de l'air et le retournement.

2.6.1. Installation de l’incubateur


La couveuse doit être placée dans une pièce bien isolée dans laquelle la température reste la
plus constante possible jour et nuit. La température de la salle doit être comprise entre 18 et
20°C et l'hygrométrie supérieure à 70%. Il faut aussi assurer une bonne ventilation tout en
évitant les courants d'air. Par ailleurs, avant la mise en service de la couveuse, il est préférable
de la faire fonctionner pendant une semaine afin de pouvoir effectuer tous les réglages (stabilité
de la température et de l'hygrométrie). On considère que le réglage est au point lorsque la
couveuse maintient une température stable pendant une période de 24 heures sans réajustement
du thermostat.
2.6.2. Préchauffage des œufs
Pour obtenir un bon taux d'éclosion, il est nécessaire de réchauffer les œufs avant leur mise en
incubateur. Ce procédé permet d'éviter un choc thermique aux œufs mais également il permet
un démarrage plus rapide et plus homogène du développement embryonnaire. Préconise un
préchauffage à 28°C, propose un préchauffage compris entre 25 et 28°C pendant 56 minutes.

2.7. Les paramètres d’incubation


2.7.1. La température
Une couveuse doit fournir une température comparable à celle d’une Poule qui chauffe ses œufs
avec son corps. Si la température ambiante Descend en dessous de 35 °C, il faut se servir d’une
couveuse équipée D’un chauffage. Un thermomètre (0-50 °C) Est indispensable de même que
le maintien de la bonne température Nécessite une bonne isolation.

La température obtenue par chauffage se règle manuellement ou à L’aide d’un thermostat. Ne


faites pas incuber d’œufs pendant les saisons Où la température ambiante de la pièce ne descend
pas au-dessous De 40 °C. Une telle chaleur tue les embryons. Dans ce cas, on ne peut Pas

C.U.B.B.A.T 2015/2016 20
incuber, sauf dans une chambre climatisée, ce qui entraîne d’autres Complications car il faut
maintenir la température exacte et l’humidité Relative.

 Le réglage de la température pendant l’incubation


Le facteur essentiel de la réussite de l’incubation est la température, Surtout pendant la première
semaine. La température optimale lors des 2 premières semaines est de 38,9 °C avec un écart
maximal de 0,5 °C Vers le haut ou vers le bas. Au-delà de 40,5 °C, les températures sont
Mortelles pour les embryons.

Une hausse de température et une baisse d’humidité peuvent donner Ensemble des résultats
désastreux. Une température trop basse retarde L’éclosion des œufs, mais est toutefois moins
dangereuse qu’une température trop élevée.

A partir du 19ième jour de l’incubation, la température doit baisser à 36,1 °C car les Poussins
produisent eux-mêmes de la chaleur. Les poussins nouveau-nés qui gardent Le bec ouvert
essayent de perdre de la chaleur en respirant fortement. Cela indique un Surchauffe ment de la
couveuse.

Contrôlez donc le thermomètre. Dans la couveuse à pétrole l’air chaud vient du bas. La
température la plus des œufs haute est bien sûr près de la source de chaleur. Il faut donc placer
la cuvette du thermomètre exactement au niveau des œufs, c’est-à-dire à 5 cm au-dessus du
fond du plateau.

Pour Avoir une température stable


Ampoule (s)

Ou
Chauffer Radiateur
les œufs Ou

Résistance chauffante
Garder une
température
stable
Réguler la Régulateur
Ou
températur
e
Thermostat

Conserve la
température Caisse isolant

Figure I.5. Schéma des solutions pour avoir une température stable.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 21
 Le développement embryonnaire est essentiellement régi par la température. Il s’agit là
d’un paramètre capital dans la détermination des conditions d’incubation.

 La production de chaleur de l’embryon.

Il est communément admis qu’au cours du développement embryonnaire deux grandes périodes
se succèdent : l’une, endothermique, en tout début d’incubation et d’une durée d’environ 8-9
jours, et l’autre, exothermique, en fin d’incubation et d’une durée approximative de 7-8 jours.
Entre les deux, une étape dite iso thermique, souvent très courte, est parfois mentionnée. Ont
été les premiers à déterminer la production de chaleur de l’embryon :

C.U.B.B.A.T 2015/2016 22
Figure.I.6. La chaleur produite par l’œuf dans les jours d’incubation.

2.7.2. Le niveau d’humidité relative


L’humidité relative (HR) varie fortement avec la température. Si ce Niveau n’est pas bon, les
embryons se déshydratent dans l’œuf ou Ne parviennent pas à éliminer les gaz toxiques qu’ils
produisent. Un bon Niveau d’humidité s’obtient en installant dans la couveuse des récipients
Remplis d’eau. L’humidité relative se mesure à l’aide d’un thermomètre à cuvette humide ou
avec un hygromètre Conséquences d’une mauvaise hygrométrie dans l’incubateur.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 23
Hygrométrie trop élevée Hygrométrie trop basse

Œuf augmentation de la contamination fuite hydrique entraînant des


et développement des bactéries adhérences

Embryon mort tardive par défaut de perte


d’eau

Éclosion prématurée éclosion tardive

Poussin faible, non mobile, poisseux, sec, petit, déshydraté, adhérant


œdèmes sous-cutanés à la coquille

Cordon mal cicatrisé Sec


ombilical

2.7.3. La ventilation
Une bonne ventilation est nécessaires car les embryons ont besoin D’oxygène et rejettent du
gaz carbonique. Une ventilation déficiente Peut provoquer l’étouffement des poussins dans
l’œuf. La couveuse Présentée ici est dotée de trous d’aération spéciaux. Le diamètre des Trous
est d’environ 1 cm. Les trous peuvent être fermés avec des bouchons.
Il est difficile de prévoir combien de trous devront être ouverts. Cela dépend du nombre de fois
que la porte est ouverte pour le retournement Des œufs. Comme la porte ouverte laisse entrer
un peu d’air Frais, il faut ouvrir quelques trous supplémentaires quand on arrête de Retourner
les œufs après 19 jours d’incubation. Au moins 2 trous doivent Rester ouverts constamment.
Le système automatique de retournement des œufs exige l’ouverture d’un plus grand nombre
de trous.
2.7.4. Le retournement des œufs
Les œufs doivent être retournés régulièrement, sinon les résultats D’incubation seront très bas.
Le nombre de fois que les œufs ont été Retournés est en relation directe avec le nombre doufes
qui éclosent. Retournez les œufs trois fois par jour pendant les premiers 19 jours. Après, le
retournement n’est plus nécessaire. Le retournement des œufs à l’aide d’un mécanisme
automatique est Une opération très facile. Il peut également se faire à la main. Agissez
Doucement mais assez rapidement. Il est bon de retirer totalement le Plateau à incubation, de
retourner les œufs sur 180° et de replacer le Plateau en position inverse. Fermez la porte pendant
le retournement Des œufs. Si vous n’êtes pas sûr que la chaleur se diffuse de façon Égale sur
tous les œufs, remplacez les œufs du milieu par ceux qui se Trouvent sur les bords. Marquez
les œufs en écrivant un nombre.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 24
 Recommandations.
Alors que l’intérêt d’un angle de retournement de 45° semble susciter peu de controverses, le
moment de son arrêt et sa fréquence semblent encore soulever des questions. Les essais que
nous avons réalisés dans nos propres couvoirs ont clairement montré qu’une augmentation de
la fréquence des retournements avait un effet bénéfique sur les taux d’éclosion. Il convient donc,
là où ceci est possible, de privilégier les retournements toutes les 15 ou 30 minutes plutôt que
toutes les heures.
L’arrêt du retournement ne peut être envisagé que si celui-ci n’entraîne pas la formation de
poches de chaleur dans la machine. French N.A. (1997) a montré que les vitesses d’air requises
pour évacuer la chaleur produite par l’embryon diminuaient lorsque les plateaux d’incubation
étaient maintenus à l’horizontale. Cependant, ceci peut favoriser la formation de zones plus
chaudes dans la machine, en particulier là où les vitesses d’air sont normalement les moins
importantes.
Maintenir le retournement jusqu’au transfert et travailler à des fréquences plus élevées que
d’habitude peut éviter la formation de poches de chaleur et réduire ainsi indirectement les
besoins en vitesse d’air.
2.7.5. Mirage des œufs à couver
Le mirage est une opération qui consiste à éclairer l'intérieur de l'œuf à l'aide d'un appareil
Appelé mireuse ou mire œuf doté d'une source lumineuse. Le mirage des œufs est une Opération
très importante car il permet de détecter les œufs clairs (non fécondés), les Embryons morts et
de voir si le développement du poussin dans l'œuf se déroule normalement Habituellement deux
mirages sont pratiqués.
Le premier est effectué au 7ème ou 9ème jour d'incubation et permet de retirer les œufs non
fécondés et le second a lieu au 18ème jour d'incubation. Ce dernier Mirage permet de retirer les
œufs à embryons morts. On peut Également observer le bon développement de la chambre à air
le 7 ème 14 ème et 19 ème jour d’incubation et éliminer les œufs contenant des embryons morts
en cours d'incubation. Le mirage doit être fait avec précaution car il est responsable de 1 à 3%
de mortalité embryonnaire.
Après le dernier mirage, les œufs peuvent être transférés dans un éclosoir si le dispositif existe,
auquel cas, l'éclosion peut se poursuivre dans l'incubateur. Dans tous les cas J'humidité relative
qui était de 50 à 60% durant les 18 premiers jours, doit être élevée à plus de 75% afin que
l'éclosion puisse se dérouler normalement. A partir 18ème jour, aucune autre manipulation n'est
faite jusqu'à l'éclosion.
L'éclosion intervient au 21ème jour d'incubation. Il faut au poussin douze heures pour briser la
coquille et se libérer.
A la sortie, le poussin emmène avec lui, l'enveloppe contenant le jaune, ce qui constitue une
réserve alimentaire supplémentaire pour sa première semaine de vie hors de la coquille. C'est
la présence de ce jaune qui permet le transport des poussins sur de grandes distances et pendant
plusieurs jours sans qu'il faille les nourrir ou les abreuver.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 25
 Transfert :
Après environ 18,5 jours d’incubation, les œufs sont transférés à l’éclosoir. On mire souvent
les œufs avant de les transférer à l’éclosoir afin de pouvoir enlever les œufs stériles et les œufs
contenant des embryons morts. Si le pourcentage d’œufs clairs (vierges) dépasse les attentes,
une analyse des œufs clairs (vierges) peut aider à déterminer le problème d’une faible
couvabilité ou d’une mauvaise qualité des poussins. Cette opération ne se fait pas actuellement
à défaut de la mireuse. Le transfert des œufs se fait des plateaux d’incubation aux caisses
d’éclosion.

FigureI.7. Machine de transfert.


Le transfert des œufs ne doit pas durer plus que 30minutes. Si les œufs restent plus longtemps
hors de la machine, il y a risque d’une baisse importante de leur température.
 Eclosoir :
Pour éclore, les œufs sont chargés dans les éclosoirs qui ont les mêmes caractéristiques qu’un
incubateur, démuni seulement d’un système de retournement d’un jeu de résistance et du régleur
de la température et doté de bobines électromagnétiques pour permettre une amenée d’eau au
cooking plus forte que celle de l’incubateur.

- Température 99° ¼

- -Humidité 90 à 92%

La fiche contenant le code d’identification doit être transférée également avec les œufs et placée
sur l’éclosoir.

Le programme d’éclosion commence et dure environ 3 jours. Les poussins sont traités au formol
afin de donner aux poussins une couleur jaune uniforme et réduire la contamination par des
micro-organismes pathogènes.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 26
Après 21 jours et 8 heures à lieu l’éclosion, de ce fait on précède au tri et au comptage des
poussins, lesquels sont mis par 100 dans des cartons troués pour l’aération et déposées dans la
salle d’expédition qui est une salle dotée d’un climatiseur automatique.

3. Conclusion :
L'utilisation d'un incubateur est une bonne option si vous n'avez pas accès à une poule couveuse
ou si vous couvez des œufs pour la première fois. Un incubateur vous permet d'être en contrôle
du processus d'éclosion. Les incubateurs sont également la meilleure option pour couver de
grandes quantités d'œufs.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 27
CHAPITRE 2
LA FABRICATION
D’UN INCUBATEUR

C.U.B.B.A.T 2015/2016 28
1. Introduction :
L’idée de ce projet est de fabriquer un incubateur à œufs qui permettra le développement
artificiel des œufs afin d’obtenir des poussins.

N’importe qu’un incubateur petit, grand ou bien la matière de la partie mécanique en bois ou
plastique, fer, aluminium et même la partie électrique possède des composants nécessaire pour
un bon fonctionnement mais le plus important de respecté les paramètres de l’incubation : la
température, le médité, le retournement et la ventilation.

Les autres choses c’est pour Bo coup plus de bonne résulta et de fiabilité.

Donc nous avons prendre quelque type des incubateurs fabriqué avec des différentes méthodes
et on choisit la partie mécanique et électrique qui nous intéresse à réaliser un incubateur très
simple d’utilisation.

2. Les types de l’incubateur


On en distingue de différentes sortes. Elles sont souvent en plastique, de différentes formes et
tailles.

2.1. L’incubateur manuel :


Idéale pour les débutants et/ou pour couver de petites quantités d'œufs, l’incubateur manuel est
simple à utiliser.
• Le retournement des œufs se fait manuellement.
• Elle est généralement équipée d'une petite résistance, d'un thermostat et d'un
ventilateur pour répartir la chaleur.

2.2. L’incubateur semi-automatique :


La couveuse semi-automatique est préréglée, il suffit de brancher la couveuse et d'ajouter de
l'eau dans le réceptacle.

• Thermostat à affichage digital.


• Grille pour placer les œufs.
• Résistance chauffante pour le chauffage.
• Un ventilateur répartit la chaleur.
• Le retournement des œufs est 'effectué par un système de bascule ou autres.
• Certaines couveuses peuvent être équipées de deux résistances, de plusieurs tiroirs
avec des séparations réglables et adaptables aux œufs.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 29
2.3. L’incubateur automatique
La couveuse automatique convient aux éleveurs confirmés possédant de nombreuses poules.
• Le retournement des œufs est automatique.
• Thermostat à affichage digital précis.
• L'hygrométrie est régulée.
• Grille pour placer les œufs.
• Plusieurs bacs prévus pour les œufs.
• Bonne répartition de la chaleur.
• Interrupteur d'éclairage indépendant.
• Les autres options pour les plus performantes : matériaux stratifiés avec de bonnes
finitions, hygrométrie à bulbe humide, hublot de contrôle, renouvellement de l'air au
moyen de trous d'aération, ventilation réglable, thermostat électronique, calendrier
d'incubation programmé...

3. Des exemples pour la partie mécanique et électrique


d’incubateur
3.1. Couveuse NOVITAL modèle B 12 manuel

Figure II.1.Couveuse normal model b 12

C.U.B.B.A.T 2015/2016 30
INCUBATEUR convenant tout à fait pour l'éleveur débutant. Couvercle transparent
permettant de bien voir les œufs.
Fiche détaillée
Ventilation statique
Chauffage par ampoule
Contrôle de la température thermomètre traditionnel, thermostat électronique
réglable Retournement manuel
Hygrométrie par bacs à eau intégrés
Dimensions B12 : 26 x 26 x 24 (haut.) cm
Capacités B12 : 12 œufs
Consommation max : 60W, moyenne : 15W (220V)
3.2. FIEM25 Semi-automatique

Figure II.2.fiem25

Cet incubateur est prévu pour 25 œufs de poule et livrée avec sa grille
multi-œufs, celle-ci vous permet de placer toutes les tailles
d'œufs, de ceux de caille à ceux d'oie.
Soit : Capacités de la couveuse
•25œufs de poules, canes colvert
• 35 de faisans, pintades
• 75 de cailles, perdrix
• 9 oies, paonnes
• 20 canes de barbarie, dindes.
Semi-automatique, il suffit de retourner les œufs matin et soir en actionnant une tirette, ça
prend 2 secondes
Régulation de température par thermostat électronique, associée à un ventilateur.
Livrée avec un thermomètre qui indique la température idéale de 38°C.
Dôme transparent permettant de suivre les différentes étapes de la couvaison à l'éclosion.
Fiche détaillée
Ventilation pulsée
Chauffage par résistance
Contrôle de la température thermomètre traditionnel, thermostat électronique réglable

C.U.B.B.A.T 2015/2016 31
Retournement manuel, automatique en option (Réf. B20A)
Hygrométrie par bacs à eau intégrés
Consommation maxi : 70W (220V)

3.3. FIEM MG 25 Clip automatique

Figure II.3. FIEM MG 25 Clip

Couveuse FIEM automatique, le moteur actionne un mécanisme qui permet le


retournement alterné des œufs. Un ventilateur brasse l'air d'une
manière uniforme dans toute la couveuse. Un thermostat de précision
équipe la MG 25 Clip. La température à l'intérieur de la couveuse est
indiquée sur le thermomètre gradué en degré F. Une vitre vous permet
d'avoir une bonne surveillance dans la couveuse. La couveuse est
équipée d’une grille universelle de six rangées.
1. Puissance absorbée 60 w à la misse en température.
2. Tension d'utilisation : 230 v
3. Consommation d'utilisation +/- 30 w suivant la température ambiante.
4. Dimension : 39 cm x 39 cm x 30 cm de haut
5. Poids : 10 kg
6. L'emballage est conçu pour les expéditions
CAPACITE DE L'INCUBATEUR
• Poule – Canard : 28 œufs
• Faisane –Pintade : 36 œufs
• Perdrix- Caille- Colin : 72 œufs
• Dinde- Gros Canard : 24 œufs
• Oie : 9 œufs

C.U.B.B.A.T 2015/2016 32
4. Les solutions techniques pour la température et le
retournement
4.1. La solution technique de température
Les différentes solutions techniques qui permettent de satisfaire la température c’est pour Avoir
une température stable.

Figure II.4. La solution technique de température

Explication :
Les œufs sont chauffés grâce aux ampoules chauffantes qui sont reliées au
Régulateur. La sonde permet de mesurer la température au niveau des œufs. Lorsque la
Température est trop basse (<38,5°C), les ampoules s’allument. Lorsque la température est
supérieure à 38,6°C, les ampoules s’éteignent

4.2. Solutions techniques de retournement


Les différentes solutions techniques qui permettent de satisfaire le retournement (Pouvoir
Retourner les œufs facilement tous ensemble).
Solution 1
Principe :
Les œufs sont dans un cylindre, une manivelle fait tourner le cylindre pour que les œufs
Roulent.
Solution 2

C.U.B.B.A.T 2015/2016 33
Principe :
Les œufs sont posés sur des barres qui tournent à l’aide d’une manivelle pour que les Œufs
roulent sur les barres d’à côté.

Solution 3 :
Principe :
Les œufs sont posés sur un tapis roulant et retenus par des parois. Quand les roues tournent,
elles entraînent le tapis qui entraîne lui-même les œufs. Comme ces derniers sont retenus par
les parois, ils roulent sur eux même.
Solution 4
Principe :
Les œufs sont disposés sur première plaque et disposés dans les trous d’une deuxième plaque
Trouée. Lorsque l’on fait glisser la plaque, les œufs roulent.

5. Matériel du montage réalisé d’incubateur


Dans cette partie, nous allons choisie des composants actifs et passifs pour réaliser un
incubateur automatique.

5.1. Les composants de la partie mécanique


 Boîte polystyrène type transport médicament de dimension (42X30X32)
Nous avons pinté par les couleurs rouge et noir (anti tache).
 Une plaque de fer on a collé sur la boite pour voir le font sans ouvre la boite.
 Papier aluminium pour couvrir le font du boite : c’est la matière qui garde la
température et Pour la protection contre la rouille.
 Un récipient d’eau.
 Une étagère pour stoker les œufs.
5.2. Les composants de la partie électrique
Notre circuit comporte les éléments suivants :

 1 microcontrôleur PIC16F876A
 6 Afficheurs à 7 segments
 1 Transistor (NPN) BC337
 6 Transistors (NPN) BC108
 Capteur DHT11 (température et d’humidité)
 Relais 12v
 Lampe de réchauffement W
 22 Résistances à différente valeur (min0.1K…...4.7K max)
 3 capacités (2*22p /1*15p)
 2 Crystal (100KHZ)
 2 Diodes

C.U.B.B.A.T 2015/2016 34
 2 LED
 Horloge externe

6. Spécifications de chaque composant électrique


II.6.1. Microcontrôleur PIC16F876A
Un PIC c’est une unité de traitement de l’information de type microprocesseur à laquelle on
ajoute des périphériques internes en particulier de la mémoire, permettant de réaliser des
montages sans nécessite l’ajout de composants externes.

L‘intérêt de microcontrôleurs réside dans leurs sortie sur lesquelles on peut brancher plusieurs
composants : des diodes lumineuses, des moteurs, haut-parleur ou de simple boutons poussoir.
Il suffit de programmer ces ports soit entrée ou en sortie. Ces fonctions programmables varient
d’un PIC à l’autre, influençant le choix du microcontrôleur et le câblage.

Il existe trois grandes familles de PIC :

Famille Baseline Mide-Range High-End

Taille des mots 12 bits 14 bits 16 bits


d’instruction

Figure II.5. Microcontrôleur PIC16F876A

16F876 est le nom d'un microcontrôleur Micro chip de la famille PIC 16Fxxx.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 35
 Le numéro 16 signifie qu'il fait partie de la famille "MID-RANGE". C'est un
microcontrôleur de la famille 8 bit. Cela veut dire que l'ALU (Arithmétique and
Logique Unit ou Unit Arithmétique et Logique en français) traite naturellement des
mots de 8 bits maximum.
 La lettre F indique que la mémoire programme de ce PIC est de type "Flash". Chaque
ligne de mémoire est un mot de 14 bits.
 Les trois derniers chiffres permettent d'identifier précisément le PIC, ici c'est un PIC
de type 876.
 La référence 16F876 peut avoir un suffixe du type "-XX" dans lequel XX représente la
fréquence d'horloge maximale que le PIC peut recevoir

6.1.1. Principe de fonctionnement :


Un microcontrôleur est un composant électronique Autonome doté :
• d’un microprocesseur.
• de la mémoire RAM.
• de la mémoire permanente.
• des interfaces d’E/S //, série (RS232, I2C, SPI …)
• des interfaces d’E/S analogique.
• Des Time pour gérer le temps.
• D’autres modules plus au moins sophistiqués selon la taille des Μc.
La figure suivante montre le détail du fonctionnement de ce microcontrôleur

CMOS : nécessitent une alimentation

MSP430 : acceptent une tension comprise entre 1.8 et 3.6 volt.

DVSS : C'est la patte14 du MSP430G2302.

DVS : C’est la patte14 du MSP430G2302.

RST : est une entrée du circuit.

P1 et P2 : Ces deux ports sont complets : ils comportent chacun 8 pattes.

GND (Ground = masse) : désigne la borne négative de l’alimentation.

Il est généralement moins puissant qu’un microprocesseur en terme de rapidité ou de taille


mémoire, il se contente le plus souvent d’un bus 8 ou 16 bits. Ceci en fait un composant très
bon marché parfaitement Adapté pour piloter les applications embarquées dans de nombreux

C.U.B.B.A.T 2015/2016 36
domaines d’application. Je pense qu’on ne se tromperait pas beaucoup si on affirme
qu’aujourd’hui il y’a un Microcontrôleur (± grand) dans chaque équipement électronique.

Un microcontrôleur peut être programmé une fois pour toutes afin qu'il effectue une ou des
tâches précises au sein d'un appareil électronique. Mais les μC récents peuvent être
reprogrammés et ceci grâce à leur mémoire permanente de type FLASH (d’où le terme flasher
quelque chose).

Plusieurs Constructeurs se partagent le marché des microcontrôleurs, citons INTEL,


MOTOROLA, AMTEL, ZILOG, PHILIPS et enfin MICROCHIP avec ses Pics très populaires
qui nous intéresse ici dans ce cours.

Figure II.6.schéma du Microcontrôleur PIC16F876A

6.2. Afficheur 7 segment


Les afficheurs 7 segments sont un type d'afficheur très présent sur les calculatrices et les
montres à affichage numérique : les caractères (des chiffres, bien que quelques lettres soient
utilisées pour l'affichage hexadécimal) s'écrivent en allumant ou en éteignant des segments, au
nombre de sept. Quand les 7 segments sont allumés, on obtient le chiffre 8.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 37
Figure II.7. Afficheur 7 segment

Les 10 chiffres représentés avec l'affichage à 7 segments :

Figure II.8. Les 10 chiffres représentés avec l'affichage à 7 segments

Les chiffres 7 et 9 sont les seuls à pouvoir être représentés de deux façons : en allumant les
segments A, B et C (comme sur ce tableau) ou assez rarement A, B, C et F pour le 7, et en
allumant les segments A, B, C, D, F et G (comme sur ce tableau) ou A, B, C, F et G (comme
sur l'animation ci-contre) pour le 9.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 38
Ces chiffres décimaux peuvent être complétés par les lettres A à F pour la numération
hexadécimale.

Figure II.9. Affichage des lettres.

6.3. Transistor (NPN) BC337

Figure II.10. . Transistor (NPN) BC337

Un transistor BC337 est un dispositif de commande de courant à trois bornes utilisées à des fins
générales. En fonction du type semi-conducteur utilisé, le transistor BC337 est un négatif-
positif-négatif (NPN), car les principaux terminaux utilisent une valeur négative (N) de
matériau de type. Le transistor schématique d'un transistor NPN indique l'émetteur avec une
flèche pointant vers l'extérieur du transistor. Il est connu qu'un transistor à jonction bipolaire,
car elle utilise un (P) de matériau de type semi-conducteur positif prise en sandwich entre deux
matériaux de type n. Les semi-conducteurs tels que le silicium et le germanium, on utilise dans
le transistor BC337 pour contrôler l'écoulement des charges électriques en permettant à un
courant de commande pour faire varier la conductivité des bornes principales du transistor.

Ce transistor NPN a une base ou la borne de commande, une borne d'émetteur, et une borne de
collecteur. Sur la jonction base-émetteur, la quantité du flux de courant détermine le courant de
collecteur. Le rapport entre le courant de collecteur du courant de base est connu sous le nom
de bêta. Si le transistor a un bêta de 100, un courant de 1 milliampère (mA) à travers la jonction
base-émetteur produit un courant de 100 mA dans le collecteur. Le collecteur peut être connecté
à une charge passive, ce qui pourrait être une résistance, un circuit accordé, un transformateur
audio, ou bobine électromagnétique d'un relais, sur un courant continu (CC) d'alimentation.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 39
6.4. Transistor (NPN) BC108

Figure II.11. Transistor (NPN) BC108

Transistors remplissent deux fonctions principales. Ils amplifient les signaux électroniques et
agissent comme des interrupteurs. Un transistor est un transistor BC108 à usage général
fabriqués à partir de silicium. Le code de la lettre «B» représente le silicium, et le code "C" de
la lettre représente la fréquence audio de faible puissance. Les chiffres identifient le modèle de
transistor particulier.

Pendant la fabrication, le silicium pur utilisé pour fabriquer des transistors est dopé avec d'autres
éléments pour modifier la propriété neutre du silicium en matériau positif et négatif. Matériau
Positivement dopé est étiqueté "P", et le matériau dopé négativement est étiqueté "N." Un
transistor NPN, donc, à deux couches négatives et une couche positive. A l'inverse, un transistor
PNP a deux couches positives et une couche négative. Le transistor à BC108 est un transistor
NPN.

La base du transistor se trouve entre le collecteur et l'émetteur. Dans les deux principaux types
de transistors, la base est faite de matériau soit positif ou négatif. Un transistor NPN BC108 a
une base de matériau positif, et le collecteur et l'émetteur sont des matériaux négatifs. L'inverse
est vrai pour un transistor PNP.

Caractéristiques d’un transistor NPN.


Polarité du transistor NPN
Collecté Tension Emetteur V (br) ceo 20V
Fréquence de transition ft typ 150MHz
Courant de collecteur DC 200mA
Dissipation de puissance Pd 600mW
Gain en courant DC hFE 110
Température de fonctionnement -65 ° C à + 200 ° C

C.U.B.B.A.T 2015/2016 40
Transistor Type de boîtier TO-18
Nombre de broches 3

Il possède 3 électrodes :
 B : la base.
 C : le collecteur.
 E : l’émetteur repéré par la flèche

Figure II.12. Symbole d’un transistor NPN.

6.5. Capteur DHT11

Figure II.13. Capteur DHT11

Ce Capteur DHT11de Température & d’humidité dispose d'un complexe sonde de


température et d'humidité avec une sortie de signal numérique étalonné. En utilisant
le signal d'acquisition numérique technique exclusive et de la technologie de détection
de température et d'humidité, il assure une grande fiabilité et une excellente stabilité à long
terme. Ce capteur comprend un élément de mesure de l'humidité de type résistif et une

C.U.B.B.A.T 2015/2016 41
composante NTC de mesure de température, et se connecte à une haute
performance microcontrôleur 8 bits, offrant une excellente qualité, une réponse rapide, la
capacité anti-interférence et la rentabilité.

Chaque élément DHT11 est strictement étalonné dans le laboratoire qui est extrêmement précis
sur le calibrage de l'humidité. Les coefficients d'étalonnage sont stockés sous forme de
programmes dans la mémoire OTP, qui sont utilisés par le procédé de détection de signal interne
du capteur. L'interface série mono-fil rend l'intégration du système rapide et facile. Sa petite
taille, faible consommation d'énergie et la mise à 20 mètres de la transmission du signal qui en
fait le meilleur choix pour diverses applications, y compris ceux les plus exigeants. Le
composant est le paquet de broches seule rangée 4 broches. Il est commode de se connecter et
des forfaits spéciaux peuvent être fournis en fonction de la demande des utilisateurs.

Caractéristiques techniques :
Aperçu
Article
Plage de mesure
Humidité Précision
Précision de la température

Figure II.14. Schémas électrique d’un capteur DHT11

6.6. Relais 12V

C.U.B.B.A.T 2015/2016 42
Figure II.15. Relais 12v

Un ventilateur 12V DC ou du moteur ont des bobines à l'intérieur. Vous auriez besoin d'un
relais pour le contrôler. Un relais est un commutateur à commande électrique pour allumer ou
éteindre un appareil. La plupart des relais utilisent un électro-aimant pour faire fonctionner un
mécanisme de commutation mécanique. Vous pouvez entendre un «clic» lorsque les
commutateurs de relais sur quand il magnétiser la bobine et allumer l'interrupteur. Ci-dessous
est une image d'un 12V Single Pole Double Throw (SPDT) relais logé dans un boîtier
transparent. Vous pouvez voir les fils de cuivre d'enroulement ou bobine clairement.
Mais d'autres principes de fonctionnement sont également utilisés, tels que des relais à l'état
solide. Les relais sont utilisés là où il est nécessaire de commander un circuit par un signal de
faible puissance (avec séparation galvanique complète entre les circuits de commande et
contrôle), ou où plusieurs circuits doivent être contrôlés par un seul signal. Les premiers relais
ont été utilisés dans les circuits télégraphiques longue distance que des amplificateurs ils ont
répété le signal venant d'un circuit et retransmis sur un autre circuit. Relais ont été largement
utilisés dans les centraux téléphoniques et les premiers ordinateurs pour effectuer des opérations
logiques.
Un relais électromagnétique simple, se compose d'une bobine de fil enroulée autour d'un noyau
de fer doux, une culasse en fer qui fournit un trajet de faible réluctance pour le flux magnétique,
une armature en fer mobile, et un ou plusieurs jeux de contacts (il y en a deux dans le relais
photo). L'armature est articulée sur la chape et lié mécaniquement à un ou plusieurs jeux de
contacts mobiles. Il est maintenu en place par un ressort de sorte que lorsque le relais est
désexcité il y a un espace d'air dans le circuit magnétique. Dans cette condition, l'un des deux
jeux de contacts dans le relais photo est fermé, et l'autre jeu est ouvert. Autres relais peuvent
avoir des ensembles de contacts en fonction de leur fonction plus ou moins. Le relais dans
l'image a aussi un fil de connexion de l'armature à l'étrier. Cela garantit la continuité du circuit
entre les contacts mobiles sur l'armature, et la piste de circuit sur la carte de circuit imprimé
(PCB) via le joug, qui est soudé sur le PCB.
Lorsqu'un courant électrique est passé à travers la bobine génère un champ magnétique qui
active l'armature, et par conséquent le mouvement du contact (s) mobile soit fait ou pauses (en
fonction de la construction) une connexion avec un contact fixe. Si l'ensemble des contacts a
été fermé lorsque le relais a été mis hors tension, puis le mouvement ouvre les contacts et rompt

C.U.B.B.A.T 2015/2016 43
la connexion, et vice versa, si les contacts sont ouverts. Lorsque le courant à la bobine est coupé,
l'armature est retournée par une force.

Figure II.16. . Schémas électrique Relais 12v

6.7. LED
La LED ( light emitting diode) ou diode électroluminescente (DEL). Une LED est un semi-
conducteur (diode) qui émet du conducteur que les LED utilisent électromagnétique, c’est-à-
dire en lumière. Une LED est essentiellement composée d’une puce, qui émet des photons, et
d’un boîtier, qui protège l’assemblage comme illustre la FIGURE

Une diode électroluminescente est une jonction P-N qui doit être polarisée en sens direct
lorsqu’on veut émettre de la lumière. La plupart des recombinaisons sont radiatives. La face
émettrice de la LED est la zone P car c’est la plus radiative

Figure II.17. Une diode électroluminescente.

COULEUR
Ce n’est pas la couleur du boîtier qui fait que tel composant émettra dans cette même couleur
mais cette dernière est liée la nature précise du matériau semi-conducteur.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 44
Les techniques de fabrication permettent d’obtenir des diodes électroluminescentes à émission
Super rouge, rouge, orange, jaune, verte et bleue et aussi infrarouge

7. Protocole I2C
7.1. Présentation du bus I2C
Le bus I²C permet de faire communiquer entre eux des composants électroniques très divers
grâce à seulement trois fils :

 Un signal de données (SDA)


 Un signal d'horloge (SCL)
 Un signal de référence électrique (masse)
Le bus I²C permet des échanges à la vitesse de 100 kbits par seconde. Certes, la vitesse
de transfert du bus I²C n'est pas fulgurante, mais dans bien des cas, la vitesse n'est pas
l'élément prédominant.
● L'utilisation d'un bus I²C permet de réduire la complexité des circuits imprimés à réaliser.
● Par exemple, pour connecter une EEPROM ou une RAM à un microcontrôleur classique, il
faut relier entre eux les bits de données et les bits d'adresses des différents composants, et, en
plus, il faut bien souvent ajouter une logique de sélection.
7.2. Support physique du bus I2C
Pour se connecter à un bus I²C il faut donc une masse, et deux fils de communication

 SDA (Signal DATA), est utilisé pour transmettre les données


 SCL (Signal CLOCK) est utilisé pour transmettre un signal d'horloge synchrone
(signal qui indique le rythme d'évolution de la ligne SDA).

8. CONCLUSION
La réalisation d’incubateur possède deux parties essentiels mécanique est électrique. Les
composants de chaque partie sont étudié théoriquement dans ce chapitre .Le chapitre suivant
est consacré à la réalisation pratique de notre dispositif.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 45
CHAPITRE 3
MODELISATION ET
REALISATION DE
L’INCUBATEUR

C.U.B.B.A.T 2015/2016 46
1. Introduction
Dans notre projet on utilise le logiciel ‘Proteus’ qui est une suite logicielle destinée à
l'électronique. Développé par la société L’absenter Electroniques, Les deux logiciels principaux
composent cette suite logicielle : ISIS, ARES.

Figure III.1 circuit ISIS

2. Généralité sur Proteus :

Cette suite logicielle est très connue dans le domaine de l'électronique. De nombreuses
entreprises et organismes de formation (incluant lycée et université) utilisent cette suite
logicielle.
Dans notre cas, nous avons choisi la famille des microcontrôleurs PIC16F cette phase de
simulation va nous permettre de guider la réalisation.

Proteus possède plusieurs avantages :

 Pack contenant des logiciels facile et rapide à comprendre et utiliser.


 Le support technique est performant.
 L'outil de création de prototype virtuel permet de réduire les coûts matériel et logiciel
lors de la conception d'un projet.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 47
2.1. ISIS :
Le logiciel ISIS (Intelligent Schématique Input System) de Proteus est principalement connu
pour éditer des schémas électriques. Par ailleurs, le logiciel permet également de simuler ces
schémas ce qui permet de déceler certaines erreurs dès l'étape de conception.
Indirectement, les circuits électriques conçus grâce à ce logiciel peuvent être utilisé dans des
documentations car le logiciel permet de contrôler la majorité de l'aspect graphique des circuits.

2.2. Altium designer :


Le logiciel Altium designer est un outil d'édition et de routage qui permet de réalisé des circuits
imprimé efficacement. Un schéma électrique réalisé sur ISIS peut alors être importé facilement
sur Altium pour réaliser le PCB de la carte électronique. Bien que l'édition d'un circuit imprimé
soit plus efficiente lorsqu'elle est réalisée manuellement, ce logiciel permet de placer
automatiquement les composants et de réaliser le routage automatiquement.

3. Partie mécanique
A différents stades de la conception de notre incubateur, il est essentiel de représenter la solution
envisagée par des moyens graphiques adaptés (solidworks). Ces différentes représentations
permettent à la fois de concevoir un produit étudier point de vue conception et design.
Pour cela nous avons utilisé le logiciel SolidWorks qui offre la possibilité de modéliser notre
produit à une approche presque réel.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 48
Figure III.2. Modélisation d’incubateur sur solidworks

4. Partie électrique
4.1. Circuit de commande
Dans notre mémoire on a utilisé un microcontrôleur pic pour exécuter notre programme et
commandé les diffèrent actionneur d’incubateur suivant le schéma suivant

C.U.B.B.A.T 2015/2016 49
Figure III.3 schéma de commande de l’incubateur

Figure III.4 circuit imprimé du circuit de commande de l’incubateur

4.1. Circuit d’affichage


Afin de permettre une flexibilité de l’emplacement du circuit d’affichage sur l’incubateur on a
décidé de divisé notre circuit en deux partie la partie commande qui est déjà cité et la partie
affichage illustré dans la figure suivante

Figure III.5 schéma de du circuit d’affichage à l’aide l’afficheur 7segment

C.U.B.B.A.T 2015/2016 50
Figure III.6 circuit imprimé du circuit d’affichage à l’aide l’afficheur 7segment

C.U.B.B.A.T 2015/2016 51
Figure III.7 circuit commande avec l’affichage réalisé sur maquette d’essaie

5. Programme :
Voilà une partie du programme :

sbit Data at RA0_bit;

sbit DataDir at TRISA0_bit;

unsigned short k,tm,ss0;

const char TABLE[]={0x3F,0x06,0x5B,0x4F,0x66,0x6D,0x7D,0x07,0x7F,0x6F};

unsigned short T_Byte1, T_Byte2, RH_Byte1, RH_Byte2;

6. Conclusion :
La réalisation de notre circuit nous a permet de bien comprendre le Logiciel Proteus qui est
effectivement entièrement destiné à la conception et à la réalisation de circuit imprimé et de
schéma électronique. Et il est extrêmement puissant et performant

C.U.B.B.A.T 2015/2016 52
CONCLUSION GENERALE

C.U.B.B.A.T 2015/2016 53
CONCLUSION GENERALE

Aujourd'hui, nous avons besoins de l’incubateur pour couver des œufs


sans poule et dans importe quelle moment avec un nombre d’œufs que nous
voulons incuber.
Le bon fonctionnement de l'incubateur dépend du réglage qui permet une
température nécessaire constante. C'est par l'expérience que l'utilisateur saura
comment régler au mieux son incubateur pour avoir les meilleurs résultats
possibles.
En résumé, l’incubateur idéal doit répondre aux critères suivants :
– contrôle et régulation de la température.
– lecture de l’humidité relative (hygromètre)
– retournement automatique des œufs à fréquence réglable
– circulation et renouvellement de l’air
– construction avec un matériau iso thermique et d’un nettoyage facile
– alarme en cas de panne (dépassement de la température de consigne).
Nous avons consacré notre travail sur le savoir d’utiliser le logiciel Proteus qui
nous a permet de bien construire notre maquette avec l’éditeur de schéma ISIS et
le passage vers la réalisation du circuit imprimé par l’outil de conception ARES
Nous espérons que cette étude sera utile pour les prochains travaux et sera
compléter à l’avenir par d’autres étudiants.
Enfin, nous estimons avoir fourni dans ce rapport les éléments nécessaires à la
clarification de l’utilité et de l’élaboration de notre projet.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 54
BIBLIOGRAPHIE

C.U.B.B.A.T 2015/2016 55
[1] HANSETS, Edouard. De l'œuf à l'autruchon, Belgique, Les presses
agronomiques de Gembloux, 2013, 66p.

[2] Bignoff. Second partie-Révision 22-la gamme Mid-Range par l’étude des
16F87X (16F876/16F877) [en ligne]. (Consultée 27/04/2014).
http://www.abcelectronique.com/bigonofon.
[3] A. Oumnad « Famille des Mid-Range de Microship: PIC (16F876/16877)»
Datasheet (1999. « PIC16F87X :28/40»)
[en ligne]
Microchip Technology Imc.DS30292B http://www.alldatasheet.com
[4] www.oumnad.123.fr/Microcontroleurs/PIC16F877.pdf

[5] www. Zen22142.Zen.co.Prac/Relay.htm


[6] fr.wikipedia.org/wiki/diode_électroluminexente.
[7] Projet fin d’études (étude et réalisation d’un takimetre) Khalil et Barraho
(2013/2014)
[8] NICOVAN, Wageningen, et autres. L’incubation des œufs pas les poules et en
couveuse, Jeroen Boland, 2000, 61p.
[9] Guide d’incubation, Amérique, Hubbard, 62p.
[10] www.droboticsonline.com,DHT11Temperature & humidity, 2010
[11] www .petersime.com
[12] www.datashitcatalog.com
http://onsemi.com
[13] Datasheet (BC337 NPN gemeral purpose transistor),1997
[14] GRAULE,Anthony, Comment construire son incubateur façon méthode
Albey ? ,2009
http://dragoland.free.fr
[19] Dr. Soltane. « Chapitre 5», cours Automatique ‘I2C’, 2014, 53P.

C.U.B.B.A.T 2015/2016 56