Vous êtes sur la page 1sur 10

Département génie énergétique & environnement

Filière Master : Sciences de l'Eau de l’Énergie et de l'Environnement (S1)

Travaux Pratiques de Chimie

Responsables : Réalisés par :


Pr. El Mostapha LOTFI Kaoutar KARA
Pr. Nour-eddine TOUACH Siham BOUZEKRI
Nour-eddine TOUACH
Mohammed BENALI

Année Universitaire 2019 – 2020


Sommaire

Manipulation 1 : Les paramètres physico-chimiques des eaux... 2

Manipulation 2 : Titrage conductimétrique d’un vinaigre .......... 5

Manipulation 3 : Titrage pH-métrique d'un vinaigre .................. 7

Manipulation 4 : Dosage Spectrophotométrie des Ions Cuivre ... 9

TRAVAUX PRATIQUES 1
Manipulation 1 : Les paramètres physico-chimiques des eaux

Température
La température de l'eau doit être connue avec une bonne précision. Celle-ci joue un rôle dans la
solubilité des sels surtout des gaz, dans la détermination du pH, pour la connaissance de l'origine de
l'eau et des mélanges éventuels.

En général, la température de l'eau est influencée par celle du milieu entourant. Ainsi la température
des eaux superficielles est en relation permanente avec celle de l'air.

 Mode opératoire

On mesure la température à l’aide de thermomètre et L’unité de la température est le degré Celsius


(°C) ou le kelvin.

 Exploitation des résultats


NB : Le changement de la température a une grande influence sur les eaux :

 une température supérieure à 15°C favorise le développement des micro-organismes


dans les canalisations,
 peut intensifier les odeurs, la saveur et la couleur, réduit la densité et la viscosité,
 accélère les réactions chimiques et biochimiques,
 favorise le développement des algues,
 accélère la corrosion et la dissolution des métaux lourds, diminue l'effet du chlore
résiduel

pH : potentiels hydrogène :
Le pH (potentiel Hydrogène) mesure la concentration en ions H+ de l'eau. Il traduit ainsi la balance
entre acide et base sur une échelle de 0 à 14, 7 étant le pH de neutralité. Ce paramètre caractérise un
grand nombre d'équilibre physico-chimique et dépend de facteurs multiples, dont l'origine de l'eau.

 Exploitation des résultats

Tableau 1 : classification des eaux d'après leur pH

TRAVAUX PRATIQUES 2
La turbidité :
La turbidité est un paramètre organoleptique et une expression des propriétés optique d’une eau à
absorber ou à diffuser de la lumière. Elle est due à la présence des matières en suspension MES:
argiles, plancton, micro-organismes etc...

 Mode opératoire :
- Etalonner l’appareil à l’aide des solutions étalons
- Remplir une cuve de mesure propre avec l’échantillon bien homogénéisé et effectuer
rapidement la mesure après avoir bien essuyé les parois et le fond de la cuve.
- S’assurer de l’absence des bulles avant la mesure.
- Eviter de toucher les cuves aux points où elles sont traversées par la lumière.

La conductivité
La conductivité mesure la capacité de l’eau à conduire le courant entre deux électrodes métalliques
de 1 cm2 de surface, et séparées l’une de l’autre de 1 cm. Elle est l’inverse de la résistivité électrique
et en fonction de la concentration totale en ions, de leur mobilité et de leur température.

L’analyse s’effectue sur un prélèvement d’eau dont le volume doit être suffisant pour plonger la
sonde de conductivité, laisser la jusqu’à stabilisation.

 Mode opératoire

L’analyse s’effectue sur un prélèvement d’eau dont le volume doit être suffisant pour plonger la
sonde de conductivité, laisser la jusqu’à stabilisation.

 Exploitation des résultats

Types d’eaux Conductivité (μS/ cm)

Eau pure <23


Eau douce peu minéralisée 100 à 200
Eau de minéralisation moyenne 250 à 500
Eau très minéralisée 500 à 1000
Tableau 2 : des normes de l’eau potable

L’oxygène dissous :
L’oxygène dissous est parmi les paramètres les mieux documentés il est depuis très longtemps
mesure par une méthode chimique simple et rapide proposée en 1888 par Winkler.

TRAVAUX PRATIQUES 3
Actuellement les sont équipées d’électrode à oxygène. Mais la méthode de Winkler sert toujours
de référence pour le calibrage des capteurs à oxygène.

Les teneurs doivent être exprimées en moles d’O2 par kilogramme de solution.

Mode opératoire
 Calibrer l’appareil
 Verser un échantillon de l’eau à tester dans une bouteille adéquate.
 Plonger l’électrode de l’oxymétrie dans l’échantillon d’eau, lire la valeur affichée lorsqu’elle
est stable.

TRAVAUX PRATIQUES 4
Manipulation 2 : Titrage conductimétrique d’un vinaigre

Le vinaigre est une solution aqueuse contenant essentiellement de l’acide acétique (acide éthanoïque
en CH3COOH) dissous, ainsi que de nombreux autres solutés en concentration beaucoup plus faible,
la composition exacte dépendant du mode d’obtention. La teneur en acide acétique (éthanoïque)
d’un vinaigre figure sur la bouteille sous forme d’une valeur exprimée en degrés. Il s’agit en fait de
la teneur massique en CH3COOH. Ainsi, un vinaigre à X° contient X g de CH3COOH. Dans 100 g
de vinaigre. Cette valeur est généralement exprimée sur la bouteille avec un seul chiffre significatif,
ce qui correspond en principe à une incertitude de ±0,5 g. soit 10% pour un vinaigre à 5°

Objectif : mettre en œuvre un protocole pour déterminer la concentration C0 en acide éthanoïque


(CH3CO2H) d’un vinaigre du commerce et vérifier l’indication portée sur l’étiquette.

Matériel : Conductimètre et sa sonde - Burette graduée de 25 mL - Pipette jaugée de 10 mL -


propipette, Fiole jaugée de 100 mL - Agitateur magnétique - Becher de 150 mL - Eprouvette
graduée de 50 mL

Produits : Vinaigre du commerce - Solution d’hydroxyde de sodium (ou soude) de concentration


Cb = ------- mol. L-1 - Solution d’acide acétique commercial

Données physico-chimiques : Masse volumique du vinaigre :  vinaigre = 1000 g.L-1 Masses


molaires : M(C) = 12 g.mol-1, M(O) = 16 g.mol-1; M(H) = 1 g.mol-1 -
A 25°C : pKe =14; pKa (CH3COOH/CH3COO-)= 4,8
- Zone de virage de quelques indicateurs colorés : Hélianthine (3,1 - 4,4), BBT (6 - 7,6),
Phénolphtaléine (8,2 - 10)

1. En justifiant vos hypothèses, calculer la concentration molaire théorique de ce vinaigre en acide


acétique.
2. Pour vérifier cette indication, nous allons réaliser un dosage conductimétrique. On utilisera pour
ce faire une solution basique de soude, à la concentration CB = ---- mol.L–1.

a). Quel est le principe d’un dosage conductimétrique ?


b). Ecrire les demi-équations puis l’équation de ce dosage et Calculer la constante d’équilibre
de cette réaction. Conclure.
c). Rappeler la définition de l’équivalence du dosage.
d). Dresser le tableau d’évolution du système à l’équivalence et en déduire la relation
d’équivalence.
e). Quel volume théorique de soude faudra-t-il verser pour atteindre l’équivalence si l’on dose
10,0 mL de solution ? Discuter cette valeur et proposer une solution.
3. Réaliser le titrage avec un prélèvement de ---- mL de solution S’.

TRAVAUX PRATIQUES 5
La burette sera soigneusement rincée avec de la solution titrante

(ATTENTION : PAR PRECAUTION DE NE PAS CASSER L’ELECTRODE ajouter un


volume VEAU à la solution S lors du titrage).

Indiquer vos mesures dans le tableau suivant :

4. Tracer sur une feuille millimétrée la courbes σ = f(VB).


5. Déterminer les coordonnées du point d'équivalence E (VB équiv ; σ équiv).
6. En déduire la valeur de la concentration en acide éthanoïque de la solution S’, puis en déduire
celle du vinaigre commercial.
7. Calculer la masse d’acide éthanoïque présente dans un volume V = 100 mL de vinaigre
commercial, en déduire le degré du vinaigre commercial.
8. Evolution de la conductivité ionique du mélange :

Pour une solution contenant des ions Xi, de conductivité molaire ionique λi, la conductivité σ est
donnée par la relation : σ= Σ λi. [Xi].

a) Ecrire l’expression littérale de la conductivité σ au cours de cette expérience.

b) Ecrire l’expression de la conductivité avant l’équivalence puis après l’équivalence. Interpréter


qualitativement l’allure de la courbe,

9. Comparer les valeurs expérimentales aux valeurs théoriques calculés.

TRAVAUX PRATIQUES 6
3 Manipulation 3 : Titrage pH-métrique d'un vinaigre

Le vinaigre est une solution aqueuse contenant essentiellement de l’acide acétique (acide éthanoïque
en CH3COOH) dissous, ainsi que de nombreux autres solutés en concentration beaucoup plus faible,
la composition exacte dépendant du mode d’obtention. La teneur en acide acétique (éthanoïque)
d’un vinaigre figure sur la bouteille sous forme d’une valeur exprimée en degrés. Il s’agit en fait de
la teneur massique en CH3COOH. Ainsi, un vinaigre à X° contient X g de CH3COOH. Dans 100 g
de vinaigre. Cette valeur est généralement exprimée sur la bouteille avec un seul chiffre significatif,
ce qui correspond en principe à une incertitude de ±0,5 g soit 10% pour un vinaigre à 5°
Objectif : mettre en œuvre un protocole pour déterminer la concentration C0 en acide éthanoïque
(CH3CO2H) d’un vinaigre du commerce et vérifier l’indication portée sur l’étiquette.

Matériel : pH-métre, -Burette graduée de 25 mL - Pipette jaugée de 10 mL - propipette, Fiole


jaugée de 100 mL - Agitateur magnétique - Becher de 150 mL - Eprouvette graduée de 50 mL

Produits : Vinaigre du commerce - Solution d’hydroxyde de sodium (ou soude) de concentration


Cb = ------- mol. L-1 - Solution d’acide acétique commercial

Données physico-chimiques : - Masse volumique du vinaigre : vinaigre = 1000 g.L-1 - Masses


molaires : M(C) = 12 g.mol-1 ; M(O) = 16 g.mol-1 ; M(H) = 1 g.mol-1
- A 25°C : pKe = 14, pKa (CH3COOH / CH3COO-) = 4,8
- Zone de virage de quelques indicateurs colorés : Hélianthine (3,1 - 4,4), BBT (6 - 7,6),
Phénolphtaléine (8,2 - 10)

1. En justifiant vos hypothèses, calculer la concentration molaire théorique de ce vinaigre en


acide acétique.
2. Pour vérifier cette indication, nous allons réaliser un dosage pH-métrique. On utilisera pour ce
faire une solution basique de soude, à la concentration Cb= mol.L–1.

a. Quel est le principe d’un titrage pH-métrique ?

b. Ecrire les demi-équations puis l’équation de ce dosage et Calculer la constante d’équilibre


de cette réaction. Conclure.

c. Rappeler la définition de l’équivalence du dosage.

d. Dresser le tableau d’évolution du système à l’équivalence et en déduire la relation


d’équivalence.

e. Quel volume théorique de soude faudra-t-il verser pour atteindre l’équivalence si l’on dose
10,0 mL de solution ? Discuter cette valeur et proposer une solution.

TRAVAUX PRATIQUES 7
f. Comment évolue le pH au cours du dosage et plus particulièrement autour de l’équivalence
? Justifier.

3) Mesurer le pH de la solution S et le pH de la solution diluée S’.

4) À 25°C, le pKa du couple acide/base en CH3COOH (aq) / CH3COO- (aq) ) vaut 4,8. Quelle
espèce chimique du couple CH3COOH(aq)/CH3COO- (aq) prédomine dans la solution S ?
Justifier.

6) Tracer la courbe pH = f(Vb) sur papier millimétré.

7) Déterminer les coordonnées du point d'équivalence E (VB ; pH) à l'aide de la méthode des
tangentes.

8) En déduire la valeur de la concentration en acide éthanoïque de la solution S’, puis en déduire


celle du vinaigre commercial.

9) Calculer la masse d’acide éthanoïque présente dans un volume V = 100mL de vinaigre


commercial, en déduire le degré du vinaigre commercial. Effectuer un calcul d'erreur relative.
Données : densité du vinaigre commercial d = 1,0 Quel indicateur coloré aurait-on utilisé pour
effectuer ce titrage par colorimétrie ? Justifier

10) Comparer les valeurs expérimentales du pH aux valeurs théoriques calculés pour V B = 0ml,
demi-neutralisation, avant équivalence, à l’équivalence et après l’équivalence.

TRAVAUX PRATIQUES 8
Manipulation 4 : Dosage Spectrophotométrie des Ions Cuivre

 Principe du dosage

L'ion Cu2+ forme avec l'ammoniac un complexe Tétrammine cuivre Il bleu foncé en solution :
[Cu(NH3)4]2+

Son spectre d'absorption, dans le domaine du visible, présente un maximum pour une longueur
d'onde

 max= 608 nm. La préparation d'une gamme étalon conduit à la construction d'une courbe

D’étalonnage à cette longueur d'onde.

Puis la mesure de l'absorbance, à max, d'un échantillon de solution S complexé par l'ammoniac,
permet de

Déterminer la concentration en ions Cu2+ dans la solution S.

 Mode opératoire

Préparation de la solution étalon : peser sur une balance de précision une masse de sulfate de cuivre
II, pour préparer 100 mg/l de Cu2+, là dissoudre dans une fiole de 200 mL, et ajuster avec de l'eau
distillée. On obtient la solution étalon S0. Et aussi préparer 2M de l’ammoniac dans une fiole de
100 mL.

M (Cu(NO3)2,3H2O) = 241,60 g.mol-1 ; M(Cu)= 63,55 g.mol-1 ; M(NH4+)= 17,03 g.mol-1

Noter la pesée sur la feuille de résultats et calculer sa concentration Co.

Préparation de la gamme étalon : Dans une fiole jaugée de 20 mL introduire le volume V0 de


solution étalon S0, le volume V1 de solution d'ammoniac puis ajuster à 20 mL. Préparer ainsi six
solutions en respectant les instructions du tableau ci-dessous.

Trouver les volumes de la solution du cuivre pour préparer les concentrations de : 10, 20, 30, 40
mg/l.

 Préparation de la solution à analyser et mesures

Mesurer les absorbances des solutions 1,2, 3, 4, 5 à max en faisant le zéro avec la solution 1 puis
mesurer l'absorbance de la solution à analyser. Reporter les mesures sur la feuille de résultats.
Trouver la concentration de la solution inconnue.

TRAVAUX PRATIQUES 9