Vous êtes sur la page 1sur 6

Projet de loi

Loi de finances rectificative pour 2020


(1ère lecture)
18 avril 2020
(n° 403 )

Direction de la
séance

AMENDEMENT
présenté par

M. BOCQUET, Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY


Et les membres du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste

Article additionnel après l’article 5

Après l’article 5, insérer un article additionnel ainsi rédigé :


« I. Avant la première phrase du premier alinéa de l’article L. 823-5 du code de la construction et de
l’habitation, il est inséré une phrase ainsi rédigée :
« Les aides personnelles au logement sont dues à compter du premier jour du mois civil au cours duquel les
conditions d'ouverture du droit sont réunies. Toutefois, lorsque ces conditions sont réunies antérieurement au
mois de la demande, l'aide est due à compter du premier jour du mois au cours duquel la demande est
déposée
II. Les pertes de recettes pour l’État qui pourraient résulter de la présente loi sont compensées à due
concurrence par un relèvement du taux de l’impôt sur les sociétés. »

Objet

Alors que les plus fragiles d’entre nous souffrent particulièrement de la crise économique et sociale liée à
l’épidémie de COVID 19,, cet amendement supprime le délai de carence d’un mois pour le versement des aides
personnelles au logement.
Projet de loi
Loi de finances rectificative pour 2020
(1ère lecture)
18 avril 2020
(n° 403 )

Direction de la
séance

AMENDEMENT
présenté par

M. BOCQUET, Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY

Et les membres du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste

Article additionnel après l’article 5

Après l’article 5, insérer un article additionnel ainsi rédigé :


I. L’article L. 823-7 du code de la construction et de l’habitation est abrogé
II. Les pertes de recettes pour l’État qui pourraient résulter de la présente loi sont compensées à due
concurrence par un relèvement du taux de l’impôt sur les sociétés. »

Objet

Cet amendement permet de revenir sur l’application d’un seuil de non-versement des APL, aujourd’hui fixé à
10 euros.
Alors que nous concitoyens les plus fragiles souffrent encore plus durement de la pandémie et de la crise
économique et sociale exceptionnelle qui en découle, il semble nécessaire de supprimer une telle mesure qui
est source d’incompréhension et de colère pour les ménages modestes tout comme des étudiants qui
bénéficient théoriquement d’une aide mais qui ne leur est pas versée car jugée trop faible par rapport au coût
de gestion. Or, l’automatisation des traitements ne justifient plus cet argument aujourd’hui.
Certes, cette mesure représente un coût supplémentaire mais les effets sont importants pour les familles les
plus modestes, ce qui dans la période que nous traversons nous semble un objectif prioritaire.
Projet de loi
Loi de finances rectificative pour 2020
(1ère lecture)
18 avril 2020
(n° 403 )

Direction de la
séance

AMENDEMENT
présenté par

M. BOCQUET, Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY


Et les membres du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste

Article additionnel après l’article 5

Après l’article 5, insérer un article additionnel ainsi rédigé :


I. L’article L824-2 du code de la construction et de la construction est rédigé comme suit :
« Article L. 824-2. - Lorsque le bénéficiaire de l'aide personnelle ne règle pas la dépense de
logement, l'organisme payeur, si le bénéficiaire est de bonne foi, maintient le versement de l'aide
personnelle au logement.
II. Les modalités d'application du présent article sont fixées par voie réglementaire.
III. Les pertes de recettes pour l’État qui pourraient résulter de la présente loi sont compensées à due
concurrence par un relèvement du taux de l’impôt sur les sociétés. »

Objet

Cet amendement, alors que nombre de nos concitoyens face aux conséquences de l’épidémie qui se traduit par
un recours massif au chômage partiel se trouvent en de grandes difficultés pour payer leurs loyers. Cet article
prévoit le maintien des APL en cas d’impayés lorsque le locataire est de bonne foi, c’est-à-dire lorsque ces
impayés sont liés à l’incapacité financière et matérielle du locataire d’assumer son loyer. La perte des APL
conduit en effet le plus sûrement vers l’expulsion locative alors que le maintien dans les lieux reste à privilégier
dans le cadre d’un droit au logement effectif qui ne soit pas purement déclaratoire.
Dans ce cadre particulier de difficulté de maintien dans le logement et alors que rien n’est prévu pour sursoir
aux impayés de loyers, le maintien des APL dans cette situation nous semble prioritaire.
Projet de loi
Loi de finances rectificative pour 2020
(1ère lecture)
18 avril 2020
(n° 403 )

Direction de la
séance

AMENDEMENT
présenté par

M. BOCQUET, Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY


Et les membres du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste

Article additionnel après l’article 5

Après l’article 5, insérer un article additionnel ainsi rédigé :


I. Le II de l’article 200 de la loi de finances pour 2020 est abrogé.
II. Les modalités d'application du présent article sont fixées par voie réglementaire.
III. Les pertes de recettes pour l’État qui pourraient résulter de la présente loi sont compensées à due
concurrence par un relèvement du taux de l’impôt sur les sociétés. »

Objet

Cet amendement permet, dans une période très particulières où les difficultés de nos concitoyens sont accrues,
de revenir sur la désindexation des APL opérée par l’article 200 du projet de loi de finances pour 2020. En effet,
cet article met en œuvre la désindexation des prestations sociales servies par l’État. Comme en 2019, celles-ci
ne seront revalorisées que de 0,3 % en 2020 quand l’inflation est estimée à 1 % voire 1.2%, une économie
estimée à 200 millions d’euros.
Les auteurs de cet amendement exhorte également le gouvernement à revenir sur la baisse des APL de 5 euros
depuis le début de la mandature.
Projet de loi
Loi de finances rectificative pour 2020
(1ère lecture)
18 avril 2020
(n° 403 )

Direction de la
séance

AMENDEMENT
présenté par

M. BOCQUET, Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY


Et les membres du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste

Article additionnel après l’article 17

I. L’article 613-3 du code de la construction et de l’habitation est complété par un alinéa ainsi
rédigé :
« De manière exceptionnelle et eu égard à la crise particulière liée à l’épidémie de COVID 19,
toute expulsion locative sans relogement est interdite jusqu’au 31 mars 2021 »
II. Les pertes de recettes pour l’État qui pourraient résulter de la présente loi sont compensées à due
concurrence par un relèvement du taux de l’impôt sur les sociétés. »

Objet
Les auteurs de cet amendement, alors que tous les intervenants reconnaissent la difficulté de donner des
indications fiables sur l’évolution de la pandémie, souhaitent garantir aux locataires leur droit constitutionnel
au logement durant cette période spécifique. Ils estiment ainsi que la prorogation de la trêve hivernale
jusqu’au 31 mai est insuffisante et qu’il convient de l’allonger jusqu’à l’automne prochain pour mettre sous
protection ces populations fragiles, charge à l’État d’indemniser les propriétaires.
Projet de loi
Loi de finances rectificative pour 2020
(1ère lecture)
18 avril 2020
(n° 403 )

Direction de la
séance

MM. BOCQUET et SAVOLDELLI, Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY


Et les membres du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste
Article additionnel après l’article 5

Après l’article 5, insérer un article additionnel ainsi rédigé :


« I. De manière exceptionnelle, le montant de versement des aides personnalisées au logement mentionnée au
livre VIII de code de la construction et de l’habitation est majoré de 155 euros pour l’ensemble des allocataires
pour le versement réalisé au mois de mai 2020.

II. Les pertes de recettes pour l’État qui pourraient résulter de la présente loi sont compensées à due
concurrence par un relèvement du taux de l’impôt sur les sociétés. »

Objet

Les auteurs de cet amendement souhaitent par cet amendement revenir sur le scandale de la baisse des APL de
5 euros en début de mandat du président Macron qui a fait perdre plus de 155 euros à chaque allocataire. En
ces temps de grave crise sanitaire, économique et social, il convient en sus d’un rehaussement du niveau des
APL tel que nous le proposons au travers les amendements précédents, de prévoir une augmentation
exceptionnelle pour le mois de mai représentant l’équivalent de ce que chaque allocataire a perdu.