Vous êtes sur la page 1sur 67

Sommaire

Introduction........................................................................................................................................1
CHAPITRE I Généralités sur la mitochondrie
I.1. Evolution de la recherche sur la mitochondrie............................................................................2
I.2. Structure mitochondriale :............................................................................................................3
I.3. Génome mitochondrial..................................................................................................................4
I.4. Fonctions mitochondriales............................................................................................................6
I.4.1. Métabolisme énergétique........................................................................................................6
I.4.2. Production mitochondriale d’ERO......................................................................................13
I.4.3. Mitochondrie et mort cellulaire...........................................................................................14

Chapitre II Mécanismes de la toxicité Mitochondriale

II.1. Inhibition de la chaine respiratoire mitochondriale................................................................16


II.1.1. Inhibition du complexe I.....................................................................................................17
II.1.2 Inhibition du complexe II.....................................................................................................21
II.1.3. Les inhibiteurs du complexe III..........................................................................................22
II.1.4 Les inhibiteurs du complexe IV...........................................................................................23
II.1.5 Inhibiteurs du complexe V...................................................................................................25
II.2 .Découpleurs de la phosphorylation oxydative..........................................................................25
II.3 . Toxiques agissant sur le métabolisme mitochondrial.............................................................30
A. Inhibiteurs directs de la β-oxydation.....................................................................................32
B. Diminution des niveaux de cofacteurs...................................................................................32
C. Mécanisme indirect par inhibition de la chaine respiratoire mitochondriale....................33
D. Déplétion de l’ADNmt suivi d’une altération secondaire de la β-oxydation......................34
II.4. Action sur les transporteurs membranaires.............................................................................34
II.4.1 Inhibition de l’ATP/ADP translocase..................................................................................34
II.4.2 Toxiques agissant sur le pore de transition de perméabilité mitochondriale...................35
II.5. Toxiques agissant sur le génome mitochondriale.....................................................................37
A. Inhibiteurs de la réplication de l’ADN mitochondrial.........................................................38
B. Les inhibiteurs de la topoisomérase......................................................................................41
Chapitre III Les atteintes mitochondriales

Chapitre IV Evaluation de la toxicite mitochondriale

IV.1 Diagnostic biologique des atteintes mitochondriales..............................................................46


IV.2 Evaluation in vitro de la toxicité mitochondriale.....................................................................47
IV.3 Evaluation in vivo de la toxicité mitochondriale......................................................................51
IV.4 Evaluation insilico de la toxicité mitochondriale.....................................................................51

Conclusion.........................................................................................................................................54
Liste des tableaux

Tableau 1 : Niveau d’atteinte mitochondriale en fonction du toxique.................................................43


Tableau 2 : symptômes et maladies associés à un dysfonctionnement mitochondrial .......................44
Tableau 3 : Signes, symptômes et maladies associés avec un dysfonctionnement mitochondrial.......48
Liste des figures

FIGURE 01 : Représentation schématique de la structure mitochondriale..........................................18


FIGURE 02 : Schéma structurale de l’ADN mitochondrial.....................................................................19
Figure 03 : Schéma descriptif des différentes étapes de la β-oxydation..............................................21
Figure 04 : Schéma descriptif des différentes étapes cycle de Krebs...................................................22
Figure 05 : Schéma descriptif étapes de la Chaine respiratoire mitochondriale...................................23
Figure 06 : Schéma descriptif des réactions d’oxydo-réduction du complexe III..................................25
Figure 07 : Schéma descriptif des réactions d’oxydo-réduction du complexe IV..................................26
Figure 08 : Production des ERO par la chaine respiratoire mitochondriale..........................................28
FIGURE 09 : Principaux mécanismes de la toxicité mitochondriale......................................................31
Figure 10 : principaux inhibiteurs des complexes de la chaine respiratoire.........................................32
Figure 11: Structure de la roténone.....................................................................................................33
Figure 12 : mécanisme de découplage de la phosphorylation oxydative.............................................41
Figure 13 : Mécanisme d’action du 2,4-dinitrophénol..........................................................................42
Figure 14 : Présentation schématique de l’oxydation mitochondriale des acides gras........................45
Figure 15: Conséquences de l’inhibition de la β-oxydation des acides gras.........................................46
Figure 16 : Mécanismes d’inhibition de la β-oxydation mitochondriale par l’acide.............................47
Figure 17 : Mécanismes d’inhibition de la β-oxydation mitochondriale des acides.............................48
FIGURE 18: Représentation schématique du PTPm..............................................................................51
FIGURE 19: Situation normale et physiopathologique du PTPm..........................................................52
Figure 20 :  Stratégie diagnostique devant une atteinte mitochondriale.............................................46
FIGURE 21 : Schéma général de l’étude in Silico de la toxicité mitochondriale....................................50
FIGURE 22 : Structures d’alertes identifiées.........................................................................................51
INTRODUCTION

Introduction

Les mitochondries, du grecμιτoς (mitos, un fil) et χoνδριoν (khondrion, un grain), sont


des organites intracellulaires qui existent dans le cytoplasme des cellules eucaryotes,
constitués par deux membranes (respectivement externe et interne) délimitant la matrice qui
contient de nombreuses enzymes et l’ADN mitochondrial (ADNmt). Les mitochondries
exercent une variété de fonctions importantes, notamment la synthèse de l'adénosine
triphosphate (ATP), la signalisation / l'homéostasie du calcium, le métabolisme des acides
gras, l'initiation de l'apoptose, la régulation de la prolifération cellulaire et la biosynthèse des
structures héminique, pyrimidine et stéroïde.

Étant donné les complexités structurelles et fonctionnelles des mitochondries, Les


xénobiotiques peuvent interférer avec la fonction mitochondriale de nombreuses façons
différentes : inhibition de la chaîne respiratoire mitochondriale, découplage de la
phosphorylation oxydative, perturbation des différentes voies métaboliques notamment la β-
oxydation des acides gras, altération des pores de transition de perméabilité (PTPm), action
sur les canaux ioniques et les transporteurs, altération de l'ADNmt et de la synthèse des
protéines.

Depuis que le premier dysfonctionnement mitochondrial a été décrit dans les années
1960, le rôle central que les mitochondries jouent dans la santé et la maladie a été largement
documenté, beaucoup de ces troubles sont effectivement causés par les médicaments
couramment prescrits, par les vaccins et/ou autres produits chimiques toxiques qui
empoisonnent les mitochondries de notre cerveau, de nos nerfs, de nos muscles et de nos
organes. Nous sommes donc affectés par des maladies évitables d’origine iatrogène, ou
causées par l’industrie.

Des changements indésirables dans l'une ou l'autre des fonctions de la mitochondrie


peuvent avoir des conséquences désastreuses et, par conséquent, la surveillance des composés
pour la toxicité mitochondriale est un élément crucial de toute étude toxicologique
expérimentale.

1
CHAPITRE I

Généralités sur la mitochondrie


CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Les mitochondries, du grecμιτoς (mitos, un fil) et χoνδριoν (khondrion, un grain), sont


des organites producteurs d'énergie qui existent dans le cytoplasme des cellules eucaryotes.
Les mitochondries exercent une variété de fonctions importantes, notamment la synthèse de
l'adénosine triphosphate (ATP), la signalisation / l'homéostasie du calcium, le métabolisme
des acides gras, l'initiation de l'apoptose, la régulation de la prolifération cellulaire et la
biosynthèse des structures héminique, pyrimidine et stéroïde.

I.1. Evolution de la recherche sur la mitochondrie

Les mitochondries, du mito grec et des chondros, sont des organites producteurs
d'énergie qui existent dans le cytoplasme des cellules eucaryotes, ils ont été décrites par des
histologistes et des cytologistes durant la deuxième moitié du 19ème siècle en tant que
minuscules granulés intracellulaires de différentes tailles et formes.

La découverte par Leonor Michaelis en 1898 qu'ils pourraient être colorés avec le
colorant vert Janus était probablement la première indication qu'ils étaient des sites de
processus redox intracellulaires. Cette notion a été renforcée par une observation d'Otto
Warburg, qui a trouvé en 1913 la consommation d'oxygène par une fraction particulaire
obtenue à partir de dispersions tissulaires.

Cependant, ce n'est qu'après que Albert Claude isolât des mitochondries relativement
pures en quantités substantielles d'homogénats tissulaires par centrifugation différentielle
que les progrès dans l'élucidation de leur importance pour les fonctions cellulaires
accélérèrent.

Dans les années 1930, lorsque Hans Krebs a montré que le cycle de l'acide
tricarboxylique localisé à la mitochondrie, ils ont été reconnus comme des usines chimiques
importantes.

Les années suivantes ont vu la découverte de la phosphorylation oxydante, et les


mitochondries ont émergé comme la principale source d'ATP cellulaire.

Cependant, les concepts modernes de la phosphorylation oxydative et les mécanismes


moléculaires de la phosphorylation oxydative ont été formulés plus tard.

16
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Avec la découverte de l'ATPase / ATP synthase , l'ère des découvertes fondamentales


liées aux mitochondries comme transformateurs d'énergie cellulaire semblait prendre fin.

Plus récemment, la mitochondriologie a connu une renaissance et est maintenant un


centre d'intérêt intense pour une grande variété de sciences de la vie. Tout d'abord, la
découverte que les défauts de l'ADN mitochondrial (ADNmt) sont à la base des maladies
mitochondriales a lancé le nouveau champ de la médecine mitochondriale.

En second lieu, les mitochondries ont été reconnus pour jouer un rôle majeur dans
l'initiation et l'exécution de la mort cellulaire programmée (apoptose). Parmi les nouveaux
domaines d'étude, on compte la théorie mitochondriale du vieillissement et les mécanismes
de signalisation intracellulaire. Les mitochondries sont aussi des cibles, primaires ou
secondaires, de nombreux xénobiotiques thérapeutiques et toxiques[1].

I.2. Structure mitochondriale :

Les mitochondries sont des organites fortement compartimentés avec deux membranes,
une membrane mitochondriale externe riche en molécules de cholestérol / porine et une
membrane interne mitochondriale riche en cardiolipine. Ces membranes séparent
fonctionnellement deux régions distinctes, l'espace intermembranaire et la matrice.

La membrane externe comprend deux membranes bicouches lipidiques et contient de


nombreux pores aqueux perméables à tous les ions et molécules jusqu'à 14 kDa. Cela rend
l'espace intermembranaire chimiquement équivalent au cytosol par rapport aux petites
molécules qu'il contient.

Contrairement à la membrane externe, la membrane interne est imperméable aux ions et


aux molécules polaires mais contient de nombreux transporteurs de protéines traversant la
membrane. En outre, la membrane interne est pratiquement dépourvue de cholestérol et riche
en cardiolipine.

Le contenu de la matrice dépend de la disponibilité des protéines de transport dans la


membrane interne pour faciliter l'importation / exportation de molécules telles que l'ATP /
ADP qui sont transportées via le translocateur d'adénosine nucléoside (ANT).
L'imperméabilité de l'IMM permet de maintenir un gradient électrochimique Et ce gradient
fournit la force motrice du proton pour la génération d'ATP. Le maintien de l'intégrité de la

17
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

membrane interne est essentiel pour la fonction mitochondriale. La membrane interne est la
cible la plus courante pour les toxiques mitochondriaux.

De nombreux xénobiotiques endommagent les mitochondries soit en augmentant la


perméabilité de la membrane interne, soit en inhibant les protéines de transport. De plus, de
nombreux médicaments possèdent une affinité très élevée pour la cardiolipine et se lient donc
préférentiellement à la membrane interne et affectent des processus organiques importants [2].

FIGURE 01 : Représentation schématique de la structure mitochondriale.

I.3. Génome mitochondrial

La mitochondrie possède son propre génome sous forme d’un ADN bicaténaire et
circulaire, cet ADN est composé de 16 569 paires de bases (Pb) et ne comporte pas d’introns
et sa séquence est entièrement connue.

L’ADN mitochondrial contient 37 gènes qui codent pour 13 protéines (7 protéines du


complexe I, 1 protéine du complexe III, 3 protéines du complexe IV et 2 protéines du
complexe V) avec 22 ARN de transfert et 2 ARN ribosomaux 12S et 16S.

18
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

FIGURE 02 : Schéma structurale de l’ADN mitochondrial

Toutes les protéines codées sont des sous-unités de complexes enzymatiques du système
de la phosphorylation oxydative.

Les 2 ARN ribosomaux, 12 protéines et 14 ARN de transfert (ARNt) sont codés par le
brin lourd alors que le brin léger code quant à lui 8 ARN de transfert et une protéine. Seules 2
régions de l’ADN mitochondrial ne sont pas codantes: une séquence de 1122 paires de bases
(Pb), appelée D-Loop, qui contient l’origine de réplication du brin lourd et les promoteurs du
brin lourd et léger, ainsi qu’une séquence de 30 Pb contenant l’origine de réplication du brin
léger.

Le génome mitochondrial présente un taux de mutations en moyenne 10 fois que celui du


génome nucléaire, plusieurs éléments peuvent expliquer cette caractéristique : un système de
réparation de l’ADN moins efficace que dans le noyau et l’absence de protection par des
protéines de type histone.

D’autre part, la proximité de la chaîne respiratoire qui génère des quantités importantes
d’espèces oxygénées réactives, expose le génome mitochondrial à des dommages
oxydatifs[3].

19
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

I.4. Fonctions mitochondriales

La mitochondrie est considérée comme l’usine à énergie de la cellule en raison de son


rôle dans la synthèse d’ATP.

Cependant, il ne s’agit pas de sa seule fonction elle est également impliquée dans la
synthèse d’hormones stéroïdes, de l’hème, l’uréogénèse, dans la signalisation cellulaire,le
maintien de l’homéostasie calcique et dans l’apoptose.

Nous ne traiterons dans ce chapitre que leurs rôles majeurs.

I.4.1. Métabolisme énergétique

Ce processus se déroule en plusieurs étapes, Il débute par deux voies cataboliques : la


glycolyse et la beta oxydation.

La glycolyse permet la dégradation du glucose en pyruvate ensuite importé dans la


matrice mitochondriale où il est dégradé en acétyle CoA comme les lipides par le biais de la
beta oxydation, l’acétyle CoA intègre le cycle de Krebs, permet la formation des coenzymes
réduits NADH et FADH2.

I.4.1.1. Béta oxydation mitochondriale

L'oxydation des acides gras se produit principalement dans la matrice mitochondriale,


alors que la synthèse des acides gras est dans le cytosol. Les acides gras sont des
composantsimportants des membranes biologiques. La principale fonction des acides gras est
la production d'énergie.

Le métabolisme d'acides gras libres est complexe. Acyl-CoAs, formé dans le cytoplasme
à partir d'acides gras, ne peut pas traverser la membrane mitochondriale interne, ne peut pas
entrer dans la matrice mitochondriale. Les acides gras sont activés avant d'entrer dans la
matrice mitochondriale. L'activation nécessite l'ATP et la acyl-CoA synthase. L'ATP est
hydrolyse en ADP et phosphate inorganique. Les produits finaux de la bêta-oxydation sont les
AcétylCoAs et les équivalents réducteurs.

20
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Les équivalents réducteurs sont translocés dans la chaîne respiratoire mitochondriale et


l'acétylCoA entre dans le cycle de l'acide citrique. Les acides gras sont oxydés pour produire
de l'eau dans la chaîne respiratoire et du dioxyde de carbone dans le cycle de l'acide citrique.

Figure 03 : Schéma descriptif des différentes étapes de la β-oxydation.

I.4.1.2. Cycle de Krebs

L’oxydation de l’acétylCoA résultant du catabolisme des glucides et des acides gras et


des est effectuée par une voie métabolique cyclique comportant huit étapes, connue sous le
nom de cycle de l’acide citrique. Le cycle commence par la condensation de l’acétylCoA à
oxyder avec l’oxaloacétate, pour former tout d’abord le citrate, qui est ensuite isomérisé en
isocitrate. L’isocitrate est déshydrogéné avec perte de CO2, ce qui conduit à la formation d’α-
cétoglutarate et d’une première molécule de NADH. L’a-cétoglutarate subit lui aussi une
déshydrogénation avec perte de CO2 et formation de succinylCoA et d’une deuxième
molécule de NADH. Trois réactions enzymatiques successives convertissent le succinylCoA
en oxaloacétate qui est prêt pour la condensation avec une nouvelle molécule d’acétylCoA ;
au cours de cette dernière phase du cycle de l’acide citrique une molécule de GTP, une
molécule de FADH2 et une troisième molécule de NADH sont créées.

21
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Figure 04 : Schéma descriptif des différentes étapes cycle de Krebs.

I.4.1.3. La phosphorylation oxydative

La mitochondrie est le siège de l’oxydation phosphorylante. Cette réaction permet la


formation d’ATP par l’ATP synthase située dans la membrane interne mitochondriale. La
chaîne respiratoire, située elle aussi dans la membrane interne, utilise l’énergie fournie par
l’oxydation d’équivalents réduits (NADH et FADH2) pour expulser des protons (H+) de
l’espace matriciel vers l’espace intermembranaire. Ce gradient de protons sert ensuite de
source d’énergie à l’ATP synthase pour assurer la synthèse d’ATP par phosphorylation de
l’ADP.

La chaîne respiratoire mitochondriale se compose de 5 complexes enchâssés dans la


membrane interne mitochondriale. Elle a été caractérisée par l’utilisation d’inhibiteurs, par
l’étude des états respiratoires stationnaires et par l’isolement des différents complexes la
constituant.

22
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Figure 05 : Schéma descriptif étapes de la Chaine respiratoire mitochondriale

A. Complexe I (NADH-coenzyme Q oxydoréductase ou NADH déshydrogénase)

Le complexe I ou NADH-ubiquinone oxydoréductase est le plus gros complexe de la


chaîne respiratoire mitochondriale (980 kDa). Il est composé de 44 sous-unités chez les
mammifères, dont 7 codées par le génome mitochondrial.

Le transfert des électrons se fait depuis une flavine mononucléotide (FMN) située à
proximité du site de fixation du NADH jusqu’au site de liaison à la quinone via 8 centres Fer-
Soufre, tous également situés dans le bras matriciel.

Le NADH donne 2 électrons qui sont ensuite transférés successivement jusqu’à


l’ubiquinone. La réduction de la quinone s’accompagne du pompage de 4 protons vers
l’espace intermembranaire. Le complexe I contient 4 canaux au travers de la membrane
interne qui pourraient prendre en charge chacun le pompage d’un proton bien que des études
récentes avancent plutôt un rapport de 3 protons par molécule de NADH. L’ubiquinone se
fixe au complexe I dans une cavité, située àl’interface entre les 2 bras, contenant des résidus
hydrophiles quiinteragissent probablement avec les résidus hydrophiles de l’ubiquinone[4].

23
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

B. Complexe II (Succinate-Q oxydoréductase, ou succinate déshydrogénase)

Le complexe II ou succinate-ubiquinone oxydoréductase ou succinate déshydrogénase


présente la particularité d’être à la fois une enzyme du cycle de Krebs et complexe de la
chaîne respiratoire. Il est composé de 4 sous-unités codées par le génome cellulaire :

- 2 sous-unités hydrophobes (SdhC et SdhD) qui assurent l’ancrage du complexe à la


membrane interne, contenant le cytochrome b, un groupement hème et le site de fixation à
l’ubiquinone.

- 2 sous-unités hydrophiles, une flavoprotéine (SdhA) contenant une flavine adénine


dinucléotide, le site de fixation des acides dicarboxyliques et une protéine Fer-Soufre
contenant 3 centres Fer-Soufre (SdhB).

Au niveau du complexe II, le succinate est oxydé en fumarate, fournissant deux électrons
via la réduction du FAD en FADH. Les électrons sont ensuite transférés à l’ubiquinone via les
3 centres Fer-Soufre. Le transfert d’électrons au niveau du complexe II n’est pas couplé à un
transfert de protons. Bien que le rôle de l’hème du complexe II ne soit pas clairement établi,
certaines études avancent que le premier électron transféré à l’ubiquinone pourrait aller et
venir entre l’ubiquinone et l’hème ce qui empêcherait une réaction avec l’oxygène
moléculaire et donc la formation d’espèces réactives de l’oxygène (ERO)[5].

C. Complexe III (Coenzyme Q-cytochrome c oxydoréductase, ou cytochrome c


réductase ou cytochrome bc1 complexe)

Chez les mammifères, cette enzyme est un dimère, chaque sous-unité du complexe
contenant 11 sous-unités protéiques (10 codées par l'ADN nucléaire et 1 par l'ADN
mitochondrial), un noyau fer-soufre et trois cytochromes (un cytochrome c1 et deux
cytochromes b). La réaction catalysée par le complexe III est l'oxydation d'une molécule
d'ubiquinol et la réduction de deux molécules de cytochrome c.

24
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Figure 06 : Schéma descriptif des réactions d’oxydo-réduction du complexe III.

Cette étape s'accompagne du transfert de 4 protons de la matrice vers l’espace inter-


membranaire grâce au cycle Q décrit par Mitchell (1975). Ainsi, des électrons dérivant de
l’oxydation de l’ubiquinol sont recyclés par le site ubiquinol réductase de cette enzyme ce qui
permet le pompage des protons vers l'espace intermembranaire. Ce complexe est un des sites
producteurs de ERO mitochondriaux[6].

D. Complexe IV (cytochrome c oxydase) :

Ce complexe est la dernière enzyme de la chaîne de transport d'électrons. Composé de 13


sous-unités, dont 3 sont codées par le génome mitochondrial, il reçoit un électron de chacune
des quatre molécules de cytochrome c et les transfère à une molécule d'oxygène. L'oxygène
moléculaire est ainsi réduit en deux molécules d'eau. Cette réaction s’accompagne d’une
translocation, vers l'espace inter-membranaire, de quatre protons participant au potentiel
électrochimique autour de la membrane interne de la mitochondrie.

Ce complexe est fortement impliqué dans la régulation de la chaîne respiratoire,


notamment par l'occupation compétitive de molécules de NO sur le site de fixation de
l'oxygène. Plusieurs isoformes tissu-spécifiques de ce complexe IV ont été décrites,
participant au rôle régulateur.

25
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Figure 07 : Schéma descriptif des réactions d’oxydo-réduction du complexe IV.

E. Complexe V (ATP Synthase) :

L’ATP synthase F0F1ATPase, dernier complexe de la chaine respiratoire est une protéine
massive en forme de champignon. Le flux d’électrons à travers la chaine respiratoire génère
de l’ATP par le processus de la phosphorylation oxydative. La théorie chimio-osmotique,
développé par Peter Mitchell en 1961, propose que les deux processus sont couplés par un
gradient de protons à travers la membrane mitochondriale interne de sorte que la force
motrice des protons due à la différence de potentiel électrochimique (pole négatif du côté de
la matrice) soit le moteur du mécanisme de synthèse de l’ATP.

La force motrice des protons commande une ATP synthase membranaire qui forme de
l’ATP en présence de Pi+ ADP. L’ATP synthase est incluse dans la membrane interne avec
les complexes de la chaine respiratoire. Plusieurs sous-unités de la protéine forment une
sphère appelée F1 autour d’un axe, qui plonge dans la matrice et porte le mécanisme de
phosphorylation. F1 est attaché à un complexe protéique membranaire appelé F0 entraine sa
rotation, et sert de moteur à la production d’ATP dans le complexe F1. On pense que cela se
fait par un mécanisme d’échange de liaison, dans lequel la conformation des sous-unités B de
F est modifiée lors de la rotation de l’axe, passant d’une conformation qui fixe fermement
l’ATP à une autre qui libère de l’ATP pour fixer ADP et Pi de façon à pouvoir former l’ATP
suivant. Des estimations suggèrent que pour chaque NADH oxydé, les complexes I et III
transfèrent chacun quatre protons tandis que le complexe IV en transfère deux [7].

26
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

F. Les supercomplexes

Les supercomplexes permettraient d’améliorer et d’accélérer le flux d’électrons entre les


complexes en diminuant la distance de diffusion des transporteurs spécifiques (ubiquinone et
cytochrome c) mais également d’éviter les fuites d’intermédiaires réactifs comme
l’ubisemiquinone qui peut réagir avec l’oxygène et former des anions superoxydes (O 2.-).
Ainsi, des travaux récents ont permis de montrer que l’existence de ces supercomplexes
réduit la production d’ERO notamment au niveau du complexe I [8].

Plusieurs types de supercomplexes différents ont été mis en évidence :

- supercomplexe I+III : correspondant à une association latérale entre un dimère


decomplexe III et le bras membranaire d’un complexe I.

- supercomplexe III2+IV1-4: un dimère de complexe III peut également être associé à


plusieurs copies du complexe IV (1 à 4) en fonction des espèces, cette association étant
dépendante de la présence de cardiolipine qui ne serait pas indispensable à la formation de ce
supercomplexe mais plutôt à sa stabilisation.

- supercomplexe I+III2+IV : ce supercomplexe, aussi appelé respirasome, représente la


plus grosse structure individuelle de la chaîne respiratoire mitochondriale.

I.4.2. Production mitochondriale d’ERO

Le processus normal de transport d'électrons est associé à une fuite de faible niveau
d'électrons qui sont directement donnés à l'oxygène moléculaire. Il en résulte la formation
d'espèces réactives d'oxygène telles que le superoxyde qui peut réagir et endommager les
phospholipides, les protéines et l'ADNmt. Bien que l'anion superoxyde ait une réactivité
chimique limitée, il peut être converti en des espèces plus réactives, par exemple le peroxyde
d'hydrogène (H202) et plus particulièrement le radical hydroxyde via la réaction de Fenton.
Environ 2-4% de l'oxygène total consommé par les mitochondries n'est pas totalement réduit
en eau et se traduit par la formation de ROS. Dans des conditions physiologiques normales,
les cellules sont capables de contrer les effets nocifs du ROS par plusieurs systèmes de
défense antioxydants, lorsque la production de ROS dépasse la capacité des systèmes de
défense antioxydants, le stress oxydatif s'ensuit.

27
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Les principales sources de ROS sont le complexe I (source primaire due à avoir la
capacité la plus réduite) avec le complexe III, la monoamine oxydase et le complexe IV
contribuant également à la charge. Les protéines mitochondriales qui sont localisées autour de
la chaine de transport d’électrons (situées principalement dans la matrice ou agissant comme
des transporteurs) sont constamment en danger d'être altérées par le stress oxydatif. De plus,
la dégradation du complexe I et du complexe III par le stress oxydatif peut entraîner une
augmentation de la génération de ROS à partir de ces sites, puis un cycle vicieux s’ensuit. De
plus, l'inhibition chimique de la chaîne respiratoire à des sites multiples augmente encore la
production d'anions superoxyde et, comme telle, la production de ROS induite par un
médicament peut jouer un rôle clé dans l'AOP des composés de ciblage mitochondriaux[9].

Figure 08 : Production des ERO par la chaine respiratoire mitochondriale

I.4.3. Mitochondrie et mort cellulaire

Les mitochondries ont joué un rôle crucial dans les voies de mort cellulaire, l'apoptose et
la nécrose.

Les mitochondries ont été fortement impliquées dans le contrôle de la nécrose. La mort
cellulaire par nécrose peut se produire en raison de l'activation de la transition de perméabilité
mitochondriale (PPTm) qui comprend l'effondrement de la force motrice du proton, une
diminution de la production d'ATP et une augmentation de l'hydrolyse de l'ATP par F 0F1-ATP
synthase. En outre, il a été décrit que le gonflement cellulaire pendant la nécrose (en raison
d'altérations dans le cytosquelette et l'inhibition de la pompe Na +/K+) est causée par la
respiration cellulaire altérée et l’épuisement de potentiel membranaire.

28
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

L'apoptose, une forme de mort cellulaire programmée dans lequel l'accumulation


excessive de Ca2+ conduit à la formation d'espèces réactives d'oxygène (ERO) et à l'ouverture
du pore de transition de perméabilité mitochondriale (PTPm), qui dépolarise les
mitochondries et conduit au gonflement mitochondrial. Ceci peut également fournir un
mécanisme pour la libération du cytochrome c de l'espace inter-membranaire dans le
cytoplasme cellulaire. Le cytochrome c fonctionne normalement comme une partie de la
chaîne respiratoire, mais lorsqu'il est libéré dans le cytosol, il devient une composante critique
du mécanisme d'exécution de l'apoptose, où il active les caspases et provoque la mort
cellulaire apoptotique. L'apoptose peut être déclenchée par des signaux extracellulaires (voie
extrinsèque) ou par des processus intracellulaires (voie intrinsèque).

Une formation mitochondriale accrue d’ERO déclenche la voie intrinsèque en ouvrant


des pores de transmission de perméabilité avec une perméabilité accrue de la membrane
mitochondriale externe [10].

29
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

CHAPITRE II

Mécanismes de la toxicité mitochondriale

30
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Étant donné les complexités structurelles et fonctionnelles des mitochondries, Les


xénobiotiques peuvent interférer avec la fonction mitochondriale de nombreuses façons
différentes : inhibition de la chaîne respiratoire mitochondriale, découplage de la
phosphorylation oxydative, perturbation des différentes voies métaboliques notamment la β-
oxydation des acides gras, altération des pores de transition de perméabilité (PTPm), action
sur les canaux ioniques et les transporteurs, altération de l'ADNmt et de la synthèse des
protéines [11].

Les mécanismes impliqués sont examinés ci-dessous :

FIGURE 09 : Principaux mécanismes de la toxicité mitochondriale

II.1. Inhibition de la chaine respiratoire mitochondriale

Les inhibiteurs des complexes de la chaine respiratoire comprennent de nombreux


xénobiotiques qui interfèrent directement en bloquant le transport d'électrons, ainsi ces agents
inhibent l'oxydation des substrats et la consommation d'oxygène pouvant conduire à une
acidose lactique, une accumulation lipidique et une hypoglycémie.

31
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Figure 10 : principaux inhibiteurs des complexes de la chaine respiratoire mitochondriale

II.1.1. Inhibition du complexe I

Le complexe I est le plus susceptible des complexes de la chaine respiratoire au


dysfonctionnement induit par les xénobiotiques. Plus de 60 types différents de composés
naturels et synthétiques peuvent perturber l'activité mitochondriale du complexe I, y compris
les pesticides, les neurotoxines et les antibiotiques. Il a été suggéré, à la suite d'études
rigoureuses sur les relations structure-activité [12] que, généralement, les composés ayant une
activité inhibitrice complexe I ont une similarité modulaire avec l'ubiquinone. Les inhibiteurs
du complexe I peuvent être classés en grande partie dans l'une des trois catégories, à savoir les
composés qui inhibent au niveau de l'interface NADH-flavine, les antagonistes quinolones
non spécifiques des complexes I et III et finalement, Des inhibiteurs spécifiques et puissants
du complexe I tels que la roténone.

- Pesticides :

La roténone est une molécule organique naturellement produite par certaines plantes
tropicales, elle entre dans la composition de nombreux pesticides et insecticides.

La roténone classée comme antagoniste de la semiquinone, se lie irréversiblement à la


NADH déshydrogénase mitochondriale (complexe I) à deux sites, l'un enfoui dans la partie

32
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

hydrophobe de la membrane interne et l'autre à un site externe sur la face de la matrice. Cette
liaison bloque le transport d'électrons du groupe de déshydrogénase fer-soufre vers CoQ et
entraîne la formation de ROS [13-15].

Figure 11: Structure de la roténone

- Les acaricides et Les pyrethrinoides possèdent également un pouvoir inhibiteur sur le


complexe I [16].

- Médicaments :

Tranquillisants :

Les barbituriques sont généralement utilisés pour leurs propriétés anesthésiques,


tranquillisantes et anticonvulsivantes.

Les barbituriques et notamment l’amytal (5-ethyl-5-iso amylbarbituric acide) inhibent la


fonction mitochondriale au niveau du cerveau, du cœur et du foie par action directe sur la
NADH déshydrogénase [17-19].

Antiépileptiques :

La phénytoïne est une molécule faisant partie du groupe des hydantoïnes, utilisée en
pharmacie principalement comme antiépileptique cependant il est associé à des dommages
hépatiques.

33
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Les études prouvent qu'il y a deux sites d'inhibition par le phenytoine : le premier au
niveau du cytochrome b et le second au niveau du complexe I [15].

Neuroleptiques antipsychotiques :

L'halopéridol, la chlorpromazine, la fluphenazine, la rispéridone et la clozapine sont


utilisés principalement comme antagonistes du récepteur D2 de la dopamine dans le
traitement de la schizophrénie et des troubles bipolaires. Cependant, ils peuvent entraîner des
effets secondaires extrapyramidaux sévères, tels que le parkinsonisme et la dyskinésie tardive.

En 1964, il a été montré que la chlorpromazine inhibait la respiration mitochondriale du


cerveau et du foie. Plus récemment, on a montré que l'halopéridol et la fluphenazine épuisent
le glutathion et Inhibent la respiration mitochondriale dans les tranches de cerveau. La
respiration a été restaurée par le thiol réducteur dithiothreitol, ce qui suggère que l'inhibition
était due à l'inactivation du complexe I.

L'ordre de classement de la puissance de l’inhibition du complexe I du cortex cérébral de


rat était halopéridol > chlorpromazine> fluphenazine> risperidone [20].

Anesthésiques locaux :

Des anesthésiques locaux tels que la bupivacaïne sont des amines tertiaires hautement
lipophiles qui sont associées à une cardiotoxicité et à une myotoxicité. Ceci pourrait résulter
en partie de leur capacité à altérer le métabolisme énergétique des mitochondries en faisant
circuler des protons à travers la membrane interne mitochondriale (décrite ci-dessous).

Le complexe I était le plus sensible à l'inhibition par la bupivacaïne (impliquant un site de


liaison du côté cytosolique). La bupivacaïne induit une myotoxicité et des myopathies,
probablement en raison de sa toxicité mitochondriale, ce qui entraîne l'ouverture du PTPm.

La ropivacaïne était moins efficace pour inhiber le complexe I, probablement à cause de


son lipophilie [21].

La lidocaïne est un bloqueur des canaux Na + et un anesthésique local utilisé pour


l'anesthésie spinale. Il a été associé à la neurotoxicité initiée par l'inhibition de la respiration
mitochondriale neuronale, la dépolarisation mitochondriale, la libération du cytochrome c et
l'activation de la caspase [22].

34
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Fibrates :

Le clofibrate, le ciprofibrate, et le fenofibrate sont prescrits pour diminuer


l'hyperlipidémie, prévenant ainsi les maladies cardiaques. Cependant, chez certains patients,
ils peuvent causer une toxicité hépatique, une hépatomégalie et une toxicité musculaire.
Plusieurs mécanismes de stress oxydatif ont été suggérés.

Des études utilisant des hépatocytes cultivés ont montré que les ERO proviennent d'une
inhibition de la respiration mitochondriale par action sur le complexe I [23].

Les biguanides :

Les biguanides (la phenformine, la buformine et la metformine) utilisé comme


antidiabétiques oraux. Ces effets secondaires incluent des symptômes gastro-intestinaux et
une acidose lactique rare mais grave.

laphenformine était largement utilisée, mais les risques d'acidose lactique qu'elle générait,
parfois avec issue fatale, ont fait qu'elle a été retirée de la pharmacothérapie dans la plupart
des pharmacopées (1977 pour les États-Unis). La metformine est beaucoup plus sûre car elle
s'est avérée causer 20 fois moins d'acidose que la phénformine.

De façon intéressante, l'effet antidiabétique de ces biguanides ainsi que l'acidose lactique
ont été attribués à l'inhibition du complexe respiratoire mitochondrial I [21].

Le mécanisme de l'inhibition de la NADH déshydrogénase (complexe I) n'est pas connu


mais pourrait impliquer la partie hydrocarbonée de la molécule de biguanide liant la chaîne
hydrocarbonée des phospholipides membranaires avec la charge positive du groupe
guanidiniumprotoné interagissant avec le groupe phosphate de phospholipide [24].

- Les solvants halogénés

Hépatotoxicité de type I (légère) est relativement fréquente, se produisant chez 25 à 30%


des patients après exposition à l'halothane, elle est attribuée au métabolisme réducteur
(anaérobie) qui entraîne une peroxydation lipidique. L'incidence de l'hépatotoxicité de type II
(hépatite fulminante) est <1: 6000 et est associée à une nécrose centrolobulaire massive du
foie. L'hépatotoxicité est probablement initiée par l'immunité, à la suite d'un métabolisme

35
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

oxydatif catalysé par P450 (environ 20%) en chlorure de trifluoroacétyle, qui se lie de façon
covalente à des protéines réticulaires endoplasmiques hépatiques, qui agissent comme
haptènes.

L'hépatotoxicité à l'halothane de type II a un taux de létalité de 50%. En revanche,


l'énuronane et l'isofurane subissent un métabolisme d'environ 2% et 0,2%, et sont donc
beaucoup moins hépatotoxiques. La toxicité mitochondriale peut contribuer à l'hépatite, car
l'halothane augmente les taux de NADH des cardiomyocytes, probablement en inhibant le
complexe I. L'isoflurane et le sévoflurane sont moins inhibiteurs. Cependant, seul l'halothane
a également inhibé la succinate déshydrogénase, complexe II [25].

- Neurotoxines :

La MPTP (1-Methyl-4-phenyl-1,2,3,6 tétrahydropyridine) est une toxine qui via son


métabolite actif 1-méthyl-4-phénylpyridinium (MPP+), inhibe sélectivement la NADH-
coenzyme Q réductase (complexe I) et provoque le parkinsonisme chez les humains, les
primates et les souris [26].

II.1.2 Inhibition du complexe II

Des études cristallographiques aux rayons X montrent la structure de l'succinate-


ubiquinone oxydoréductase (Complexe II) avec l'oxaloacétate, un inhibiteur compétitif
classique lié au site de dicarboxylate similaire au malate ou au fumarate.

D'autres inhibiteurs comprennent l'inhibiteur compétitif malonate. Le cyclophosphamide,


le kétoconazole et l'hydrazine inhibent également la succinate déshydrogénase [27].

Le complexe II est inhibé expérimentalement par l'acide 3-nitropropionique (3-NP) pour


étudier certaines maladies neuro-dégénérative. Il possède une structure similaire à celle du
succinate et l’inhibe complexe II de façon irréversible [28, 29].

II.1.3. Les inhibiteurs du complexe III

Le complexe III ou ubiquinol cytochrome c réductase.

Les inhibiteurs de complexe III ont été explorés pour être utilisés comme antibiotiques,
fongicides, antalgiques et médicaments anticancéreux. Il est important de noter que

36
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

l'inhibition du complexe III de la chaîne mitochondriale (conduisant à l'épuisement de l'ATP)


n'est pas le seul effet nocif de ces molécules. La génération de ROS suite à l'inhibition
chimique du complexe III contribue probablement à la toxicité cellulaire et tissulaire
ultérieure. Les inhibiteurs du complexe III sont généralement classés selon le site d'action et
sont décrits ci-dessous.

- Groupe I - antagonistes de quinol englobant un groupe β-méthoxyacrylate qui bloquent


le processus d'oxydation de l'ubiquinol (myxothiazol, strobilurines et oudémines).

- Groupe II - Contient un fragment de 6-hydroxyquinone et bloquer le transfert d'électrons


au cytochrome c1 et ainsi inhiber la réduction du cytochrome b1 (par exemple
undécylhydroxydioxobenzothiazole).

- Groupe III - Empêche le transfert d'électrons de l'hème vers une quinone ou une
molécule de semiquinone au site Qi du complexe III (par exemple l'antimycine A et la
funiculosine).

Les inhibiteurs du site Qi du complexe III tels que l'antimycine (antibiotique produit à
partir de bactéries du genre Streptomyces) sont spécifiques du complexe cytochrome-bc1
tandis que les inhibiteurs naturels du site Q0 sont moins spécifiques et possèdent une structure
de type ubiquinone qui provoque souvent la co-inhibition du complexe I (bien qu'avec une
puissance nettement inférieure Que l'effet inhibiteur qu'ils exercent sur le complexe III).

Les ions zinc sont également reconnus pour inhiber la chaîne respiratoire mitochondriale
via le complexe III. Le zinc se lie de manière réversible et avec une affinité élevée au site Q 0
du complexe cytochrome-bc1 et est capable d'inhiber la consommation d'oxygène avec une
puissance élevée.

D'autres cations métalliques mono et divalents, tels que Hg2+, Ag+, Cu2+ et Cd2+ inhibent le
complexe mitochondrial III mais avec un rendement inférieur [30].

Le NAPQI (N-acétyl-p-benzoquinone imine), un métabolite réactif du paracétamol


responsable en cas de surdosage d’une cytolyse et d’une nécrose hépatocytaire
centrolobulaire dose-dépendante inhibe le complexe III de la chaine respiration [31-34].

37
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

II.1.4 Les inhibiteurs du complexe IV

Plusieurs molécules sont inhibitrices de ce complexe IV, comme les petites molécules
oxygénées (NO, CO) qui entrent en compétition sur le site de fixation de l'Oxygène, mais
aussi le Cyanure et l'Azide qui bloque le transfert des électrons , et les inhibiteurs compétitifs
du Cytochrome c (polycations) [30].

A. Inhibiteurs qui entrent en compétition sur le site de fixation de l'O2

Monoxyde de carbone :

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore, non irritant. Il est indétectable par
les mammifères mais particulièrement toxique pour eux. Chez l'Homme, il est la cause de
nombreuses intoxications domestiques, souvent mortelles.

Son émanation, provenant d'une combustion incomplète de composés carbonés, est


accentuée par une mauvaise alimentation en air frais et/ou une mauvaise évacuation des
produits de combustion (ventilation).

Une fois dans le sang, le CO se fixe sur les hémoprotéines de la façon suivante : 80-85 %
sur l’hémoglobine, 10-15 % sur la myoglobine et 5 % sur les autres composés contenant de
l’hème notamment la cytochrome-oxydases a3.

Le monoxyde de carbone se lie au cytochrome oxydase et inhibe son activité entrainant


inhibition du gradient de proton nécessaire au fonctionnement de la chaine respiratoire et un
blocage du flux d’électrons allant des substrats jusqu’à l’oxygène[35].

B. Inhibiteurs non compétitifs avec l’O2 et le cytochrome c

Le cyanure :

Le radical CN- se combine avec le Fe3+ et le Cu2+ du cytochrome oxydase ; il en résulte un


blocage réversible de la respiration cellulaire et tissulaire, ainsi l’O 2 arrive à la cellule mais ne
peut être utilisé, une cyanose ne peut donc pas être observée.

38
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Cette inhibition non spécifique bloque l’oxydation des autres complexes situés en amont
de la chaine respiratoire, annulant par conséquent le gradient protonique et toute la synthèse
d’ATP par phosphorylation oxydative.

On note que 250 µM de KCN inhibe complètement le transport d’électron au niveau du


cytochrome c oxydase [30, 36].

l'Azide de sodium :

L'exposition des particules cérébrales (fractions submitochondriales) à l'azide de sodium,


un inhibiteur complexe de la IV (cytochrome oxydase), peut produire un radical °OH. Les
animaux traités chroniquement par l'azide de sodium présentent une réduction marquée de
l'activité du cytochrome oxydase et un déficit d'apprentissage.

L’ion azoture N- se comporte de manière voisine à l’ion cyanure, il se fixe sur le fer
ferrique de la cytochrome-oxydase a3, et inhibe la chaîne respiratoire mitochondriale. Il
inhibe également de nombreuses autres métallo-enzymes [37] .

C. Inhibiteurs compétitifs du Cytochrome c

La Céphalosporines est un antibiotique qui induit une néphrotoxicité et provoque une


insuffisance rénale aiguë chez les humains et les animaux. Il se caractérise par des lésions
aiguës de nécrose tubulaire proximale, en particulier dans le segment S2 des tubules, où le
médicament est transporté du sang vers la cellule tubulaire proximale par le transporteur
anionique organique. Cette accumulation dans les cellules épithéliales tubulaires proximales
inhibe la cytochrome oxydase mitochondriale par un mécanisme inconnu, et cette inhibition a
été proposée comme mécanisme néphrotoxique associé à ce médicament [38].

D'autres composés ont montré une activité inhibitrice aiguë vis-à-vis l'ATP-synthase
mitochondriale, mais avec moins de puissance que les Oligomycines décrites ci-dessus. Il
s'agit notamment des anesthésiques locaux [39], du paraquat [40], de l'antagoniste des
récepteurs β-adrénergiques propranolol [41] et des composites organostanniques [42].

II.1.5 Inhibiteurs du complexe V

Les Oligomicines sont des macrolides synthétisés par Streptomyces qui peuvent être
toxiques pour d'autres organismes.

39
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

L'Oligomicine A est un inhibiteur de l'ATP synthase. Il inhibe l'ATP synthase en bloquant


son canal protonique (sous-unité Fo), qui est nécessaire pour la phosphorylation oxydative de
l'ADP à l'ATP. L'inhibition de la synthèse de l'ATP par l'Oligomycine A réduira
significativement le flux d'électrons dans la chaîne de transport des électrons; Cependant, le
flux d'électrons n'est pas complètement arrêté en raison d'un processus connu sous le nom de
fuite de protons ou découplage mitochondrial.

Ce processus est dû à la diffusion facilitée des protons dans la matrice mitochondriale par
l'intermédiaire d'une protéine de découplage telle que la thermogénine, ou UCP1[30].

II.2 .Découpleurs de la phosphorylation oxydative

Dans leur revue écrite en 2000, Wallace et Starkov suggèrent que le terme découplage
devrait englober tout processus d'excitation énergétique qui rivalise pour l'énergie avec les
fonctions mitochondriales de routine, et induit ainsi un gaspillage d'énergie métaboliquement
futile. Ils expliquent que cette description englobe toute modification induite par les
xénobiotiques de toute fonction mitochondriale consommatrice d'énergie (comme le transport
d'ions, de métabolites ou de protéines) ainsi que l'idée classique de découplage (dissipation du
gradient de protons et impact sur la production d'ATP) [30].

Habituellement, les découpleurs de la phosphorylation oxydative provoque un


effondrement du potentiel membranaire, une réduction de la production d'ATP mitochondrial,
des niveaux accrus d'oxydation du substrat et une augmentation de la production de chaleur.

40
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Les découpleurs peuvent être classés dans les catégories suivantes:

Figure 12 : mécanisme de découplage de la phosphorylation oxydative

 Découpleurs ionophores

Les ionophores sont des composés de diverses structures chimiques qui sont capables de
transporter de petits ions à travers une membrane lipidique. Les ionophores sont généralement
sous-catégorisés en fonction de leurs propriétés physico-chimiques ou leur mécanisme de
transport ionique.Il existe aussi des ionophores spécifiques pour les protons H + nommés
protonophores.

Les ionophores de type canal (par exemple la gramicidine A, D et S) sont généralement


des peptides amphiphiles courts qui forment des canaux dans les membranes lipidiques. Ces
canaux peuvent être sélectifs vis-à-vis des petits ions tels que protons ou K+ en fonction du
peptide, de la structure de la membrane et des conditions. L'augmentation résultante de la
perméabilité vis-à-vis des protons et du K+ effondre efficacement le ΔΨ dans les
mitochondries, soit du fait du cycle du proton, soit du transport K+ électrophorétique.

41
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Les ionophores de type porteur (par exemple la valinomycine et la nigéricine) sont


capables de former des complexes solubles dans des lipides neutres ou chargés avec un ion
pour faciliter son transport électrophorétique ou son échange avec des protons à travers la
membrane interne mitochondriale.

- Phénols substitués

Les phénols substitués, y compris le 2,4-dinitrophénol (2,4-DNP) hautement toxique, sont


les découpleurs les mieux représentées et les plus étudiées. Utilisé dans les années 1930
comme médicament pour la perte de poids, de nombreux effets secondaires associés ont été
reconnus et il a été finalement retiré du marché [5].

Figure 13 : Mécanisme d’action du 2,4-dinitrophénol

Bien que n'étant pas autorisé comme médicament, le 2,4-DNP est encore utilisé
occasionnellement et de nombreux décès sont encore attribués avec des signes et symptômes
tels que l’hyperthermie, malaise, Une insuffisance respiratoire et finalement la mort [43].

Les études In Silico ont confirmé que les phénols substitués se détachaient par mécanisme
protonophorique et révélaient des corrélations importantes entre le découplage et les
propriétés physico-chimiques telles que l'hydrophobicité, l'acidité et la stabilité de la
membrane lipidique [44].

42
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

- Dérivés de la salicylanilide (2-hydroxy-N-phénylbenamide)

Les salicylanilides ont été largement utilisés comme médicaments antihelminitiques, bien
qu'ils soient des découpleurs protonophoriques de phosphorylation oxydative mitochondrial.
Le mécanisme de découplage est similaire à celui des phénols substitués [43].

D'autres composés ont montré une activité protonophorique importante mais moins
éfficace tel que les anti-inflammatoire non stéroïdien avec un groupe ionisé (diclofenac,
aspirine, et l’indométacine) [19].

 Découpleurs cationiques ou électrophorétiques

Les composés cationiques lipophiles (c'est-à-dire ceux contenant une charge positive)
sont accumulés dans les mitochondries, car ils traversent facilement la membrane interne.
Cette accumulation dans la matrice provoque augmentation de la perméabilité membranaire
aux ions avec dissipation du potentiel membranaire requis par l’ATP synthase.

La pentamidine (thérapie et prophylaxie de la trypanosomiase) s'accumule dans les


mitochondries par un mécanisme électrophorétique qui réduit partiellement le potentiel de la
membrane interne, provoquant la perméabilisation et la libération de Ca2+ [45].

Les ions Pb2+, Hg2+, Cu2+, Cd2+, Ag+ provoquent une dissipation du potentiel membranaire
par transfert électrophorétique du à leurs potentiels membranaires [30].

- Antidépresseurs :

L'addition de fluoxétine ou de norfluoxétine (métabolite déméthylé) à des mitochondries


isolées de cerveau de rat découple la phosphorylation oxydative et inhibe l'activité de
F1F0ATPase avec une valeur IC50 de 80 uM [46].

- Les Anesthésiques :

Le propofol (2,6-diisopropylphénol) est un anesthésique intraveineux qui interagit avec le


récepteur GABA. Cependant, des infusions prolongées de propofol peuvent induire une
acidose lactique métabolique chez les patients, en particulier chez les enfants, et plusieurs cas
de lésions hépatocellulaires ont été rapportés.

43
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

L'altération du métabolisme énergétique mitochondrial a été attribuée à son activité


protonophore légère, et elle a dissipé le potentiel de la membrane lorsqu'elle a été ajoutée à
des mitochondries isolées [47].

 Les accepteurs alternatifs d’électrons

Les principaux agents qui agissent par ce mécanisme sont la doxorubicine et le paraquat :

- Anthracyclines :

Un exemple classique d'un accepteur d'électrons alternatifs est l'agent antinéoplasique


doxorubicine (adriamycine). Avec un potentiel rédox de -320 mV, la doxorubicine est un bon
accepteur d'électrons alternatifs du complexe I, qui forme alors le semi-mono-radical libre
intermédiaire intermédiaire réduit. L'oxydation du glutathion mitochondrial, l'induction du
pore de transition de perméabilité mitochondriale et l'oxydation du mtDNA cardiaque mettent
en évidence l'importance du cycle rédox mitochondrial comme voie critique dans le
mécanisme de la cardiotoxicité induite par la doxorubicine[48].

- Paraquat :

Le paraquat (herbicide interdit en Europe) accepte les électrons du complexe III et les
ramène ensuite à la chaîne respiratoire à un potentiel redox plus élevé. Cela permet aux
électrons de contourner une partie de la chaine respiratoire l'excluant de la production
d'énergie[49].

- La Ménadione

En dépit de la toxicité préjudiciable associée à d'autres accepteurs d'électrons, des shunts


d'électrons ont été utilisés thérapeutiquement pour contourner le dysfonctionnement de la
chaîne respiratoire. Un exemple clé en est l'utilisation de la ménadione pour traiter les
encéphalopathies mitochondriales, qui sont fréquemment caractérisées par une carence en
cytochrome bc-1. La ménadione permet aux électrons de contourner la partie dysfonctionnelle
de la chaîne et améliore la carence bioénergétique causée par ces troubles, entraînant une
amélioration significative des performances neurologiques et musculaires [50].

44
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

 Cas de l’arséniate (AsV)

Ce découplant est un analogue structural de l’ion phosphate, qui est un substrat essentiel
de l’ATPase. L’arséniate qui s’accumule dans la matrice entre en compétition avec le
phosphate pour la réaction de phosphorylation de l’ADP. Il en résulte la formation d'ADP-
arséniate, composé instable qui s’hydrolyse immédiatement en libérant l’énergie sous forme
de chaleur. L’ATPase travaille alors dans le vide en accélérant la synthèse d'ADP-arséniate à
partir de l’énergie que lui fournit le gradient de protons transmembranaire [30].

II.3. Toxiques agissant sur le métabolisme mitochondrial

Les mitochondries sont impliquées dans de nombreux processus biochimiques et en


particulier dans la synthèse de l’énergie sous forme d’ATP. Cette synthèse d’ATP se fait
notamment grâce à l’oxydation de différents substrats, tels que l’acide pyruvique (issu de la
glycolyse), les acides gras et différents acides aminés. L’oxydation de l’acide pyruvique se
fait par l’intermédiaire du cycle de Krebs, tandis que la dégradation des acides gras ce fait
grâce à un processus métabolique appelé β-oxydation mitochondriale.

Le cycle de Krebs et la β-oxydation des acides gras sont deux voies métaboliques le plus
fréquemment ciblés par le xénobiotiques.

Figure 14 : Présentation schématique de l’oxydation mitochondriale des acides gras et de


la chaîne respiratoire mitochondriale.

Les inhibiteurs de l'oxydation des substrats mitochondriaux ont pour la plupart des cas
une structure semblable aux substrats naturels et vont interférer avec le métabolisme.

45
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

L’idée que des médicaments puissent altérer les fonctions mitochondriales, dans le foie et
d’autres tissus comme les muscles, est apparue notamment lorsqu’il a été rapporté la survenue
chez des individus traités de symptôme observables également chez des patients présentant
des maladies mitochondriales d’origine génétique ou un syndrome de Reye dont la
physiopathologie implique des dysfonctionnements mitochondriaux sévères [51].

Les inhibiteurs de l'oxydation des substrats mitochondriaux ont pour la plupart des cas
une structure semblable aux substrats naturels et vont interférer avec le métabolisme.

II.3.1 Inhibition de la B-oxydation des acides gras

De nombreux xénobiotiques peuvent interférer directement et / ou indirectement avec la


β-oxydation des acides gras mitochondriale, La réduction sévère de l’oxydation des acides
gras peut avoir également plusieurs conséquences au niveau biochimique

- une diminution de la synthèse d’ATP qui peut expliquer la survenue d’une nécrose
concomitante.
- une diminution de la production des corps cétoniques.
- une accumulation dans le plasma et les urines de dérivés d’acides gras.
- une réduction de la gluconéogenèse qui peut expliquer l’hypoglycémie sévère
survenant chez certains individus [52].

Figure 15: Conséquences de l’inhibition de la β-oxydation des acides gras.

Plusieurs mécanismes peuvent être impliqués dans l’inhibition de la β-oxydation


mitochondriale induite par les médicaments et une même molécule peut perturber cette voie

46
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

métabolique en altérant différentes enzymes mitochondriales. Les mécanismes les plus


fréquemment décrits sont détaillés ci-dessous :

A. Inhibiteurs directs de la β-oxydation

Certains médicaments peuvent inhiber directement une enzyme impliquée dans la β-


oxydation. C'est le cas par exemple de la tianeptine, de l'amiodarone, du tamoxifène et de
l'acide valproïque via la formation du 2,4-VPA-CoA, un métabolite très réactif.

Le paracétamol également inhiber la β-oxydation des acides gras par l'intermédiaire de


son métabolite réactif, le NAPQI [53].

Les enzymes spécifiquement inhibées n'ont pas toujours été identifiées lors des études
expérimentales. La CPT1 (carnitine palmitoyl transférase 1) est une enzyme pourrait être une
cause pour certains médicaments, l'acide valproïque et l'amiodarone [52].

B. Diminution des niveaux de cofacteurs 

Certains les médicaments peuvent aussi former des esters avec le coenzyme A et/ou la L-
carnitine, entraînant une diminution des concentrations intracellulaires de ces deux cofacteurs
indispensables à la β-oxydation mitochondriale. Un tel mécanisme est observé avec l’acide
valproïque, l’acide salicylique et l’ibuprofène [52].

Figure 16 : Mécanismes d’inhibition de la β-oxydation mitochondriale par l’acide


valproïque

47
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

C. Mécanisme indirect par inhibition de la chaine respiratoire mitochondriale

La β-oxydation mitochondriale peut être également inhibée suite à une altération sévère
de la chaîne respiratoire. Un tel mécanisme pourrait survenir avec l’amiodarone qui inhibe
l’activité des complexes I et II de la chaîne respiratoire.

Ce médicament, une fois dans l’espace inter-membranaire, subit une protonation au


niveau de son groupement diéthyl aminoéthoxy. La molécule positivement chargée (Am +)
pénètre alors dans la matrice grâce au potentiel de membrane mitochondrial, entraînant dans
un premier temps un découplage de la phosphorylation oxydative et son accumulation
progressive dans la mitochondrie. La présence de fortes concentrations intra-mitochondriales
d’amiodarone induit secondairement l’inhibition d’enzymes de la β-oxydation mitochondriale
et de la chaîne respiratoire [52].

Figure 17 : Mécanismes d’inhibition de la β-oxydation mitochondriale des acides gras par
l’amiodarone

La perhexiline, le tamoxifène et la buprénorphine pénètrent également dans la


mitochondrie grâce au potentiel membranaire, ce qui entraîne leur accumulation dans la
matrice et l’inhibition secondaire d’enzymes de la chaîne respiratoire et de la β-oxydation
[54, 55].

48
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

D. Déplétion de l’ADNmt suivi d’une altération secondaire de la β-oxydation

Un tel mécanisme est observé avec la tacrine et le tamoxifène s’intercalent sélectivement


entre les bases d'ADNmt sans affecter l'ADN nucléaire et inhibent la réplication de l'ADNmt
directement et par inhibition des topoisomérases et par conséquent l’inhibition de la β-
oxydation [56].

II.4. Action sur les transporteurs membranaires


II.4.1 Inhibition de l’ATP/ADP translocase

- Le chardon a glu

L’Atractylisgummifera L, ou chardon à glu, est une plante médicinale d’Afrique du Nord


qui appartient à la famille des Astéracées, responsable d’un grand nombre d’intoxications
accidentelles ou volontaires. l’atractyloside et le carboxyatractyloside sont les deux glycosides
diterpéniques responsables de la toxicité.

Les deux glycosides inhibent le transport des nucléotides phosphoryles ADP et ATP a
travers la membrane mitochondriale interne, ce qui empêche la phosphorylation oxydative.
L'action de l'actractyloside se situe au niveau de l'adénine nucléotide translocase ou
ADP/ATP translocase. Cette enzyme est chargée du transfert de l'ADP dans la matrice
mitochondriale. L'atractyloside, en raison de son analogie structurale avec I'ADP, entre en
compétition avec ce dernier et se fixe sur la translocase, l’empêchant de pénétrer dans la
matrice mitochondriale et, par suite, d'être transforme en ATP [57].
Lorsque l'atractyloside se fixe à la translocase, ni l'ADP ni l'ATP ne peuvent s'y lier,
empêchant ce dernier de sortir de la matrice mitochondriale [58]. L'affinité du
carboxyatractyloside pour le transporteur, qu'il inhibe de façon non compétitive [59], est
supérieure à celle de l'atractyloside; ceci s'explique par les interactions qu'établit le groupe
carboxylique supplémentaire avec les acides aminés proches du site de fixation.
L'atractyloside et le carboxyatractyloside sont, d'ailleurs, utilisés comme inhibiteurs
spécifiques de l'adénine nucléotide translocase dans les études du transport mitochondrial de
l'ADP et l'ATP [59, 60].
L'atractyloside facilite la perméabilisation cellulaire. Les effets cytotoxiques de
l'atractyloside, in vivo et in vitro, sont dus à sa capacité d'induire l'ouverture du pore de
transition de perméabilité et par conséquent la perméabilisation de la membrane

49
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

mitochondriale [61]. Les cellules les plus vulnérables sont celles du foie, du rein, du pancréas
et du myocarde.
L'action des deux glycosides entraine l'augmentation de la consommation du glucose,
l'épuisement du stock hépatique et musculaire en glycogène et l'inhibition de la
glycogénogenèse.
II.4.2 Toxiques agissant sur le pore de transition de perméabilité mitochondriale

En condition normale, la membrane mitochondriale interne est imperméable aux


molécules électriquement chargées, les échanges ne se faisant que par l’intermédiaire de
transporteurs spécifiques hautement régulés. En conséquence, le milieu matriciel (l’intérieur
de la mitochondrie) est chimiquement très différent du cytosol. Ceci permet, entre autre,
d’établir un gradient de concentration de protons (la force protomotrice) nécessaire à la
synthèse d’ATP.

Dans certaines situations, la membrane interne devient librement perméable à tous les
composés dont la taille est inférieure à 1.5 kDa. Cette modification de perméabilité de la
membrane interne (appelée transition de perméabilité) est due à l’ouverture en son sein d'un
canal non spécifique appelé le Pore de Transition de Perméabilité (PTPm) [62].

La structure moléculaire exacte du PTPm reste encore l’objet de débat. Il est admis que le
PTPm est un complexe multi protéique régulé, entre autre, par des interactions protéines-
protéines. Le seul composant unanimement reconnu comme faisant partie du PTPm est la
cyclophyline D . A titre d’exemple, le transporteur des nucléotides adényliques (ANT), n’est
pas indispensable à la transition de perméabilité puisque celle-ci persiste chez des
mitochondries dépourvues d’ANT [63].

50
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

FIGURE 18: Représentation schématique du PTPm

Le calcium est l’inducteur majeur de l’ouverture du PTPm. La quantité de calcium


nécessaire à l’ouverture du pore varie en fonction de la présence de cofacteurs agissant soit
comme activateurs (moins de calcium étant alors requis pour ouvrir le pore), soit comme
inhibiteurs (plus de calcium étant requis pour ouvrir le pore). Les autres principaux
activateurs physiologiques de l’ouverture du PTPm sont le phosphate, la dépolarisation
mitochondriale et toutes les situations pro-oxydantes[56].

In vitro (sur mitochondries isolées) l’ouverture du PTPm entraîne un gonflement


mitochondrial qui aboutit à la rupture de la membrane externe et à la libération de molécules
pro-apoptotiques, et une forte production de radicaux libres de l’oxygène [64]. C'est ce
déclenchement de la mort cellulaire qui est à la base de l'hépatotoxicité de l'acide valproïque
et du diclofénac.

51
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

FIGURE 19: Situation normale et physiopathologique du PTPm

D'autres exemples de xénobiotiques ou de facteurs endogènes qui peuvent induire une


transition de perméabilité comprennent l'hormone stéroïde dehydroepiandrosterone, le
naproxène, l'acide salicylique, et la neurotoxine MPP+ [65, 66].

Le paracétamol est transformé par le cytochrome P450 2E1 en N-acétyl-p-benzoquinone


imine (NAPQI). En effet, ce métabolite réactif se fixe de façon covalente à plusieurs protéines
mitochondriales, ce qui pourrait non seulement faciliter l’ouverture des PTPm mais également
entraîner d’autres dysfonctionnements mitochondriaux conduisant à une réduction de la
production d’énergie [67].

L’inhibiteur pharmacologique de référence du PTPm est la Cyclosporine A (CsA) qui agit


en détachant la Cyclophiline D du reste du PTPm [68].

Les métaux lourds (le cadmium Cd2+, le mercure Hg2+ et le plomb Pb2+) sont des
inducteurs puissants de la transition de perméabilité par un mécanisme différent de celui de la
Cyclosporine A en imitant l’action du Ca2+ sur le PTPm [68].

II.5. Toxiques agissant sur le génome mitochondriale

Le génome mitochondriale est particulièrement sensibles aux agressions exogènes et ceci


est dû à :

- La mitochondrie est pourvue d’un système enzymatique de réparation d’ADN mais


celui-ci est moins performant que celui du noyau.

52
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

- L’absence d’introns dans l’ADNmt qui fait que toute mutation touche une région
codante.
- L’absence de protéines équivalentes aux histones
- Les mitochondries se situent à proximité de sites où les ERO’s sont systématiquement
générés.

Divers toxiques ciblent l’intégrité du génome mitochondriale ; ils peuvent dégrader


l’ADN mitochondriale, inhiber la réplication de l’ADNmt, la transcription de l’ARNmt et la
traduction des protéines [69].

Ces différents effets peuvent diminuer la synthèse des polypeptides de la chaîne


respiratoire codée par l’ADNmt, avec des conséquences diverses sur le flux d’électrons qui
peut être soit légèrement ou sévèrement diminuée [69].

A. Inhibiteurs de la réplication de l’ADN mitochondrial

La perturbation des gènes nucléaires importants pour l'homéostasie mitochondriale peut


conduire à une maladie héréditaire autosomique. Plus de 110 mutations spécifiques de
l'ADNmt ont été décrites .

En outre, l'inhibition de la synthèse de l'ADNmt et / ou de l'oxydation de l'ADN est une


caractéristique clé de la toxicité de nombreux médicaments antirétroviraux.

- Les inhibiteurs de la transcriptase inverse

Le ADNmt tronqué et instable résultant est responsable de l'appauvrissement de l'ADNmt


qui a été observé après le traitement par INTI et cela non seulement conduit à une diminution
de l'abondance mitochondriale, mais les mitochondries qui survivent manquent de
nombreuses sous-unités protéiques codées par ADNmt essentielles aux complexes de la
chaine respiratoire.

Un petit nombre de patients atteints d'un trouble de l'immunodéficience acquise (SIDA)


ont subi des effets indésirables en raison de la toxicité mitochondriale, causée par une thérapie
antirétrovirale à long terme qui comprend la neuropathie sensorielle et la stéatose hépatique.
Dans de rares cas, l'acidose lactique induite par les INTI, l'insuffisance hépatique ou la
pancréatite ont été fatale.

53
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

De plus, l'appauvrissement de l'ADNmt a été démontré dans le foie chez les patients
atteints du VIH, traités à la fois avec la stavudine et la zalcitabine induisant l'épuisement du
ADNmt en fonction du temps et de la concentration [70].

De façon cruciale, si une grande proportion de l'ADNmt présent est mutée, les
mitochondries deviendront dysfonctionnelles, tout en conservant la capacité de se répliquer
via la biogenèse. Il en résulte la propagation de la mutation.

Comme les cellules de mammifères contiennent entre 2000 et 5000 copies du génome
mitochondrial, l'endommagement ou de l'appauvrissement de l'ADNmt ne devient évident
qu'après un traitement chronique. Cependant, en raison des problèmes liés aux médicaments
contre le VIH, la FDA exige maintenant que tous les antiviraux soumis à cette classe
thérapeutique incluent l'évaluation de l'effet sur l'ADNmt.

Les ERO générés au cours de la phosphorylation oxydative peuvent des dommages à


l'ADNmt, y compris les ruptures à simple et double brin, les sites abasiques et les dommages
de base. En raison de la proximité de l'ADNmt avec la chaîne respiratoire, l'ADNmt a
démontré une plus grande susceptibilité (que l'ADN nucléaire) à des dommages tels que la 8-
oxoguanine [71].

En plus des effets directs sur l'ADNmt, un autre mode de toxicité bien établi est
l'interférence du toxique avec la synthèse des protéines mitochondriales (c'est-à-dire la
traduction de l'ARNm). Les mitochondries contiennent leurs propres machines enzymatiques
nécessaires pour traduire la protéine à partir de molécules d'ARN codées par l'ADNmt, les
protéines ribosomiques étant nettement différentes de celles du cytosol qui décodent le
génome nucléaire. On pense que l'inhibition de la synthèse protéique résulte de la liaison à des
ribosomes mitochondriaux avec une affinité plus élevée que la liaison ribosome-ARN. Les
exemples comprennent le linézolide [72], le chloramphénicol [73] et certains des
médicaments antibactériens à base de tétracycline [74].

- l’éthanol

La mitochondrie est l'une des principales cibles de la toxicité hépatique de l'éthanol.


L'alcool a des effets inhibiteurs et des effets toxiques sur la fonction mitochondriale.

54
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

Les effets inhibiteurs sont dus au métabolisme de l'alcool en acétaldéhyde puis en acétate.
Ces deux oxydations s'accompagnent d'une réduction du NAD+ en NADH. La diminution du
rapport NAD+/NADH est responsable de l'inhibition des métabolismes mitochondriaux
dépendants du NAD+.

L'éthanol est responsable d'un important stress oxydant lié à la production de radicaux
libres dérivés de l'alcool (radicaux éthoxyle et a ou b-hydroxyéthyle) et, surtout, à une
augmentation de la formation des diverses EROs, incluant l'anion superoxyde, le peroxyde
d'hydrogène et le radical hydroxyle [75]. Dans l'hépatocyte, cette production accrue de
radicaux libres et d'EROs a lieu au niveau des mitochondries, du réticulum endoplasmique et
du cytosol [76].

Dans les mitochondries, la production accrue d'EROs pourrait avoir lieu au niveau de la
chaîne respiratoire [77].

La formation accrue d'EROs lors de l'intoxication alcoolique pouvait faire envisager des
effets néfastes sur l'ADNmt. L’administration par voie orale chez la souris d'une dose unique
d'alcool (5 g/kg) entraîne des concentrations plasmatiques initiales d'alcool de 4 g/L. Ce
traitement ne modifie pas la quantité ou l'intégrité de l'ADN nucléaire hépatique, mais
entraîne des modifications majeures de l'ADNmt.

La présence de lésions de l'ADNmt hépatique était confirmée par des expériences


comparant l'amplification par PCR d'un fragment long (environ 8600 pb) et d'un fragment
court (environ 300 pb) de l'ADNmt. Les lésions oxydatives de l'ADN, telles qu'une cassure
unique ou des sites abasiques nombreux (sites où il y a eu perte de base purique ou
pyrimidique) empêchent la progression de la polymérase lors de la réaction PCR.

Les génomes mitochondriaux fortement oxydés sont probablement dégradés par des
endonucléases. Concomitamment aux lésions oxydatives décrites ci-dessus, on observait une
déplétion de 51 % de l'ADNmt deux heures après l'intoxication alcoolique. Cette déplétion de
l'ADNmt hépatique était totalement prévenue par un prétraitement par le 4-méthylpyrazole,
un inhibiteur à la fois de l'alcool déshydrogénase et du cytochrome P-450 2E1 [78].

Ce résultat démontrait que ce n'était pas l'alcool lui-même, mais son métabolisme qui
endommageait l'ADNmt. Par ailleurs, la déplétion de l'ADNmt était concomitante d'une
importante peroxydation lipidique et était prévenue par un antioxydant puissant, la
mélatonine, suggérant le rôle des EROs dans cette dégradation [78].

55
CHAPITRE II Mécanismes de la toxicité mitochondriale

- le paracétamol

L’administration par voie orale chez la souris d'une dose élevée de paracétamol chez la
souris ne modifie pas significativement la quantité ou l'intégrité de l'ADN nucléaire, mais
entraîne un épuisement majeures de l'ADNmt [79].

B. Les inhibiteurs de la topoisomérase

La tacrine est utilisé pour le traitement symptomatique de la maladie d'Alzheimer. Le


tamoxifène est un modulateur sélectif des récepteurs des œstrogènes utilisé sous forme orale
dans le cancer du sein.

La tacrine et le tamoxifene découple la phosphorylation oxydative et s’accumulent dans la


matrice mitochondriale, s’intercalant sélectivement entre les bases d'ADNmt sans affecter
l'ADN nucléaire et inhibent la réplication de l'ADNmt directement et par inhibition des
topoisomérases[69].

56
Chapitre III

Les atteintes mitochondriales


Chapitre III LES ATTEINTES MITOCHONDRIALES

On sait depuis peu que les dommages mitochondriaux iatrogènes peuvent expliquer de
nombreux effets indésirables des médicaments

Depuis que le premier dysfonctionnement mitochondrial a été décrit dans les années
1960, le rôle central que les mitochondries jouent dans la santé et la maladie a été largement
documenté. On comprend maintenant que les dommages mitochondriaux jouent un rôle dans
un large éventail de troubles n’ayant apparemment pas de rapport les uns avec les autres,
comme la schizophrénie, le diabète, la maladie de Parkinson, le syndrome de fatigue
chronique, la stéatose hépatite non alcoolique.

Or, beaucoup de ces troubles (voir liste ci-dessous) sont effectivement causés par les
médicaments couramment prescrits, par les vaccins et / ou autres produits chimiques toxiques
qui empoisonnent les mitochondries de notre cerveau, de nos nerfs, de nos muscles et de nos
organes. Nous sommes donc affectés par des maladies évitables d’origine iatrogène, ou
causées par l’industrie.

42
Chapitre III LES ATTEINTES MITOCHONDRIALES

Tableau 1 : Niveau d’atteinte mitochondriale en fonction du toxique.

Médicament Classe de médicament Mitochondrial hors Observations cliniques


cible
Phenformine, Biguanide Complexe I Acidose lactique
Buformine, Metformine
Troglitazone Thiazolidinedione Complexes I-V; Stéatose, hyperplasie des canaux
perméabilité biliaires, apoptose, hépatique
Transition pore Nécrose, hépatotoxicité
Rénofibrate, Fibrate Complexe I Hépatocarcinogenèse, mort
ciprofibrate, cellulaire hépatique
Clofibrate, gemfibrozil
Simvastatine, Statine Pore de transition de Myopathie
lovastatine, perméabilité
Cerivastatine
Linezolid Oxazolidinone Synthèse protéique codée Myélosuppression, neuropathie
par ADNmt optique,
Neuropathie périphérique
Chloramphenicol _ Synthèse protéique codée Myélosuppression
par ADNmt
Tétracycline Tétracyclines Synthèse protéique codée Hépatotoxicité
par ADNmt;
Oxydation des acides
gras
Gentamicine Aminoglycoside Synthèse protéique codée Néphrotoxicité, ototoxicité
par ADNmt
Trovafloxacine Fluoroquinolone Stress oxydatif, perte de Hépatite aiguë
protéine codée par
l'ADNmt
Zalcitabine, didanosine, NRTI Synthèse de l'ADNmt Stéatohépatite
stavudine
Nimésulide, diclofénac Médicament anti- Désaccouple le transport Insuffisance hépatique aiguë,
inflammatoire non d'électrons de l'ATP de hépatotoxicité, troubles
stéroïdien synthèse; Pore de intestinaux
transition de perméabilité inflammation
Chlorpromazine Antipsychotique Complexe I et V; QT prolongation
Désaccouple le
Transport des électrons
de la synthèse de l'ATP
Nefazodone Antidépresseur Complexe I Nécrose hépatique, hépatite

Amineptine, tianeptine Antidépresseur Oxydation des acides Stéatose hépatique


tricyclique gras
Tolcapone Inhibiteur de la catéchol- Désactiver le transport Hépatite fulminante
O-méthyltransférase d'électrons de l'ATP
la synthèse
Amiodarone, _ Désactiver le transport Hépatotoxicité, Hépatite
perhexiline d'électrons de l'ATP
la synthèse; Stress
oxydatif
Acide valproïque _ Oxydation des acides Stéatose hépatique
gras
Tamoxifène antagoniste des Désactiver le transport Stéatohépatite, nécrose hépatique
récepteurs oestrogèniques d'électrons de l'ATP de
synthèse; Complexe IV
Flutamide Antiandrogène non Complexe I Hépatite aiguë, insuffisance
stéroïdien hépatique
Doxorubicine Anthracycline Stress oxydatif Cardiomyopathie

43
Chapitre III LES ATTEINTES MITOCHONDRIALES

Tableau 2 : symptômes et maladies associés avec un dysfonctionnement mitochondrial [80]

Organe Signes cliniques


SNC Myoclonies, convulsions ,ataxie, cérébelleuse, régression psychomotrice, retard mental,
démence , , migraine, hemiparesies récurrentes, cécité corticale, hémianopsie
,leucodystrophie, atrophie corticale, neuropathie périphérique
Muscle Myopathie progressive, faiblesse musculaire proximale, myalgies, intolérance à l'effort,
myoglobinuries récurrentes
Rein Tubulopathie proximale, néphropathie tubulaire interstitielle, syndrome néphrotique,
insuffisance rénale
Cœur Cardiomyopathie concentrique hypertrophique ou dilatée, bloc atrio-ventriculaire
Foie Hépatomégalie progressive, insuffisance hépatocellulaire, hépatite fulminante
Œil Neuropathie optique, rétinopathie
Oreille Surdité, surdité neurosensorielle
Pancréas Diabète
Systémique Syndrome de fatigue chronique, acidose lactique

44
Chapitre IV

Evaluation de la toxicite mitochondriale


Chapitre IV Evaluation De La Toxicite Mitochondriale

Les mitochondries exercent deux fonctions essentielles dans la cellule, à savoir la


production de plus de 90% de l'énergie de la cellule et le contrôle de la survie cellulaire en
tant que partie intégrante de l’apoptose. Des changements indésirables dans l'une ou l'autre de
ces fonctions peuvent avoir des conséquences désastreuses et, par conséquent, la surveillance
des composés pour la toxicité mitochondriale est un élément crucial de touteétude
toxicologique expérimentale.

Récemment, avec une meilleure compréhension de la structure et de la fonction


mitochondriale, de nouveaux tests de dysfonctionnement mitochondrial ont été développés.
L'application de ces tests a révélé une forte altération de la fonction mitochondriale par
plusieurs toxiques . Il n'est donc pas surprenant que l'on mette beaucoup plus l'accent sur
l'identification de la toxicité mitochondriale au début du processus de développement.

Il ya trois effets indésirables généraux qui résultent de la toxicité mitochondriale:


perturbation du métabolisme énergétique, augmentation de la génération de radicaux libres et
altération de l’apoptose.

La capacité de tester des médicaments pour ces effets progresse rapidement. Depuis
plusieurs années, des panneaux de toxicité sont disponibles, et ces panneaux comprennent
typiquement un ou plusieurs essais de toxicité mitochondriale, tels que des essais pour la
production d'ATP, le potentiel de membrane, l'activation de la caspase 3 et la consommation
d’oxygène.

45
Chapitre IV Evaluation De La Toxicite Mitochondriale

IV.1 Diagnostic biologique des atteintes mitochondriales

La toxicité mitochondriale associé aux médicaments représente un problème de santé


majeur et que la connaissance de son impact clinique serait utiles dans l'élaboration de
stratégies visant à réduire ces effets potentiellement toxiques[81].

Les atteintes mitochondriales jouent un rôle dans la pathogenèse de troubles hépatiques


[82], rénales[83], cardiaques [84] et musculaires [85] ainsi que dans l’acidose lactique [86].
En effet ces systèmes s'appuient fortement sur le métabolisme aérobie et semblent être
particulièrement sensible aux agents qui interfèrent avec celui-ci [87].

Leur exploration repose sur une analyse multidisciplinaire fondée sur la présentation
clinique, l’imagerie, les explorations métaboliques (Acidose lactique), la morphologie
musculaire, la mesure des activités enzymatiques de la chaîne respiratoire et de la
phosphorylation oxydative, et la génétique moléculaire[88].

La démarche diagnostique au laboratoire repose sur l’examen anatomopathologique de


labiopsie musculaire quand elle est disponible, puis sur l’analyse spectrophotométrique
desactivités enzymatiques de la chaîne respiratoire et de la phosphorylation oxydative
(muscle, foie, fibroblastes)) et/ou l’étude par génétiquemoléculaire de l’ADN mitochondrial
(ADNmt) ou de gènes nucléaires impliqués dans ces maladies par PCR.

Figure 20 :  Stratégie diagnostique devant une atteinte mitochondriale.

46
Chapitre IV Evaluation De La Toxicite Mitochondriale

IV.2 Evaluation in vitro de la toxicité mitochondriale

Plusieurs des expériences in vitro décrites ci-dessous, telles que la consommation


d'oxygène et les dosages d'ATP, sont effectuées dans des lignées cellulaires immortalisées,
cultivées dans un milieu contenant du glucose. Pour faciliter la culture, il est courant d'utiliser
des lignées de cellules immortalisées pour les activités de dépistage préclinique, mais elles ont
une préférence pour la synthèse de l'ATP par glycolyse lorsqu'elles sont cultivées dans des
milieux conditionnés par le glucose [89].

Ce phénomène est appelé l'effet Crabtree, rend l'identification des toxiques


mitochondriaux difficile [90]. Pour surmonter cela, les cellules peuvent être cultivées dans un
milieu contenant du galactose par opposition au glucose qui oblige les cellules à s'appuyer sur
les mitochondries pour leur synthèse ATP et sont donc plus sensibles au composés qui
inhibent la chaine respiratoire mitochondriale ou découplent la phosphorylation oxydative
mitochondrial [91].

Les techniques in vitro utilisant la culture cellulaire ou les mitochondries isolées sont
couramment utilisées pour évaluer les effets des médicaments sur les mitochondries. Ces
méthodes resteront essentielles pour l'élucidation de la cible, par exemple en distinguant les
effets sur la chaine respiratoire (oxydation) de l'efficacité de la phosphorylation (découplage)
[92].

Il semble peu probable cependant que l'évaluation in vitro puisse définir adéquatement
la pertinence de la dysfonction mitochondriale in vivo. En outre, les méthodologies
traditionnelles de sécurité des médicaments peuvent être insuffisantes. Les critères standards
utilisés pour les tests de sécurité dans le développement préclinique et clinique, tels que les
signes cliniques, l'histopathologie, l'hématologie et la chimie clinique sont très importants
pour détecter des composés avec des effets non intentionnels, mais ils sont relativement
imprécis et insensibles pour détecter des altérations de la fonction mitochondriale. Pour les
médicaments qui ont un certain niveau d'activité mitochondriale in vitro, il est prévu que les
études de sécurité devront être complétées par des évaluations plus spécialisées ou ciblées.

Les systèmes modèles pour l'étude de la toxicité mitochondriale incluent les cellules
entières maintenues en culture, les mitochondries isolées, les coupes de tissus (pour les
marqueurs histopathologiques) et les particules sub-mitochondriales.

47
Chapitre IV Evaluation De La Toxicite Mitochondriale

Le système utilisé dépend en grande partie du dosage effectué mais revêt une
importance cruciale lorsqu'on relie les résultats à des événements potentiels in vivo[93].

Tableau 3.Signes, symptômes et maladies associés avec un dysfonctionnement mitochondrial

Procédures/Analyses Modèle Technologie/Méthodologie commentaires


Système (s)
Interruption tissulaire et
homogénéisation dans du saccharose
Isolation Mitochondries entières de tamponné contenant EGTA, KCl,
mitochondriale / Foie, muscle squelettique, BSA puis centrifugation
Cœur, cerveau, rein et différentielle. Certaines procédures
cortex utilisent des gradients de percoll
pour la purification. Les
synaptosomes peuvent contaminer
les préparations du cerveau.[94]
Isolation des Préparé à partir de
particules mitochondries entières Sonification et centrifugation en
submitochondriales / isolées plusieurs étapes dans le saccharose /
(SMP) EDTA. SMP sont également
disponibles dans le commerce.
Coupes de tissu Fixation du glutaraldéhyde et
Analyse Mitochondries Microscopie électronique coloration par l'acétate d'uranyle /
morphologique isolées citrate de plomb. [95]
Cellules ou Electrode de type Clarke : Procédure polarographique utilisant
mitochondries Ratio ADP/O des mitochondries en suspension
isolées dans une solution d'EDTA / EGTA
Consommation de saccharose avec des substrats et
d'oxygène des inhibiteurs spécifiques d'CTE à
25-30 ° C (agitation). Le rapport
ADP / 0 peut être calculé (mol ADP
phosphorylé par mole d'oxygène
consommé) [96]
Mitochondries Calcium vert 5-N, Arsenazo Les changements dans le spectre
Capacité de isolées III d'absorbance à la longueur d'onde
rétention du calcium électrode d'ions spécifique paire 675-685nm (ASZ III) ou de
(CRC) Spectrophotomètre à calcium fluorescence verte (505 nm /
fluorescence 531nm) désignent les flux de
calcium après stimulation du
substrat. [97]
Cellules ou JC-1, TMRM, TMRE, NAO, Les marqueurs fluorescents qui
mitochondries RH-123. Spectrophotomètre s'accumulent dans la matrice et sont
Potentiel isolées à fluorescence libérés lorsque le ΔΨ est diminué.
membranaire Un certain nombre de colorants
mitochondrial fluorescents sont disponibles dans le
commerce (par exemple JC-1,
TMRM, etc.). [98]
Pore de transition Mitochondries Spectrophotomètre (JC-1 / Le gonflement est enregistré
mitochondriale / isolées TMRM) + KH2P04 pour spectrophotométriquement à 540 nm
Gonflement induire un gonflement en utilisant des mitochondries
mitochondrial activées par le succinate .[99]
Cellules et Analyse de phosphate à Détermination de la teneur en
Taux d’ATP tissus frais et haute énergie (AMP, ADP + phosphate à haute énergie dans des
congelés ATP) tissus / cellules surgelés
instantanément (raclé en acide
perchlorique) par HPLC. [100]
Cellules en Ratio GSSH / GSSG La détermination du glutathion à son
Espèces réactives de culture, Détermination de l'état état réduit (GSH) et oxydé (GSSG)

48
Chapitre IV Evaluation De La Toxicite Mitochondriale

l'oxygène mitochondries antioxydant. peut être analysée par spectrométrie


isolées, tissu de masse ou par absorption dans de
congelé. nombreux échantillons biologiques
(cellules, mitochondries, sang).
[101]
Expression génique / tissus frais et RT-PCR, technologie Isolement d'ARN à partir de tissu ou
teneur en ADNmt et congelés Microarray de cellules congelées. Transcription
délétion inverse de l'ARN vers l'ADNc avant
l'analyse de l'expression du gène
mitochondrial en utilisant la
technologie TaqMan de
désactivation en temps réel /
fluorescence.
En variante, pour mesurer
l'épuisement de l'ADNmt, on
détermine le nombre de copies d'un
gène mitochondrial (par exemple la
cytochrome c-oxydase) par rapport à
une gérante d'ADN nucléaire (par
exemple la β-actine). [102, 103]
Mitochondries Les mitochondries activées L'activité du complexe I mesurée
isolées avec des substrats appropriés comme une diminution sensible à la
et les variations d'absorbance roténone de la concentration de
Activité des dépendantes du produit sont NADH à 340 nm, L'activité du
complexes (I-V) surveillées. complexe II-III est mesurée par une
réduction sensible du cytochrome c à
l'antimycine-A du succinate à 550
nm
La vitesse à laquelle le cytochrome c
est oxydé représente la Vmax de la
réaction réalisée par le complexe IV.
[104]
lactate / pyruvate Cellules Spectrométrie de masse [NADH] / [NAD +] est en équilibre
(HepG2) avec [lactate] / [pyruvate] dans le
Sérum sanguin analyseur biochimique cytoplasme et l'espace
extracellulaire. Des méthodes sont
disponibles pour mesurer [NAD +]
avec précision; Mais quantifier
NADH avec précision est un défi.
Quantifier [pyruvate] et [lactate]
dans les milieux de culture est un
substitut pour la mesure de [NAD +]
et [NADH]. La mesure du lactate:
pyruvate fournit également une
mesure de l'activité glycolytique
cellulaire. [105]
Accumulation de Cellules Analyse colorimétrique - Une modification de la teneur en
triglycérides analyseur biochimique triglycérides intracellulaires des
intracellulaires cellules fournit une indication des
changements potentiels dans la
fonction bioénergétique
mitochondriale ou la β-oxydation. Le
réactif de triglycéride (Randox)
détermine les taux de triglycérides
intracellulaires par une méthode
colorimétrique basée sur la
dégradation enzymatique des
triglycérides. [105]

49
Chapitre IV Evaluation De La Toxicite Mitochondriale

IV.3 Evaluation in vivo de la toxicité mitochondriale

Des paramètres spécifiques in vivo sont probablement nécessaires à l'avenir afin


d'améliorer la compréhension de la toxicité mitochondriale in vivo. Cela peut inclure
l'analyse des fractions mitochondriales isolées d'animaux traités [93], des techniques
d'imagerie spécialisées telles que la tomographie par émission de positons (PET) [106]ou des
techniques de résonance magnétique nucléaire (RMN) améliorée, telles que la spectroscopie
par résonance magnétique[107].

Les évaluations idéales pour une utilisation dans le développement de médicaments


seraient non invasives et démontreraient un bon degré de spécificité des organes cibles, la
prédiction et la traduction clinique [87]. Actuellement, ces évaluations ne sont mises en œuvre
que lorsque la toxicité mitochondriale est un facteur limitant dans le développement d'un
médicament candidat et n'est pas routinière. Des travaux supplémentaires sont donc
nécessaires pour valider et développer ces paramètres et pour comprendre leurs capacités et
leurs limites.

IV.4 Evaluation in silico de la toxicité mitochondriale

L'élaboration de méthodes permettant de prédire la toxicité mitochondriale, sans passer


par des études in vivo, est une priorité de recherche. De nombreux outils in silico ont été
développés pour aborder ce problème avec ceux basés sur une compréhension mécanique des
processus conduisant à la toxicité mitochondriale offrant les solutions les plus prometteuses.

FIGURE 21 : Schéma général de l’étude in Silico de la toxicité mitochondriale.

50
Chapitre IV Evaluation De La Toxicite Mitochondriale

Un Molecular Initiating Event (MIE) est l'interaction initiale d'un produit chimique avec
une cible biologique et sa connaissance peut être utilisée dans le développement de voies de
résultat défavorables. Il est essentiel de prévoir quels produits chimiques sont capables de
déclencher un MIE [108].

La toxicité mitochondriale est impliquée dans une gamme de résultats défavorables avec
des organes tels que le foie, les reins et le cœur étant particulièrement sensibles. Le but de
l’étude in Silico était d'utiliser la relation structure-activité pour identifier des alertes
structurelles associées à la toxicité mitochondriale et pour identifier les mécanismes potentiels
d'action de ces toxiques.

288 composés de type médicament ont été obtenus auprès de Zhang et al [109] et
utilisés dans l'analyse, 171 de ces produits chimiques avaient été identifiés comme étant
toxiques pour les mitochondries.

La bibliothèque ToxPrint de fragments moléculaires a été utilisée pour identifier des


alertes structurelles associées à la toxicité des mitochondries en étudiant la capacité des
fragments à distinguer les toxiques mitochondriaux et non toxiques. Les fragments identifiés
n'ont été considérés comme des alertes structurelles si l'on pouvait obtenir une justification
claire et mécaniste, étayée par la littérature.

Neuf alertes structurelles ont été identifiées, Sept associés au cycle des électrons et
deux aux cycles du proton. Les noms, les mécanismes, et le nombre de toxiques
mitochondriaux qui contiennent les alertes alertes structurelles sont présentées dans le
schéma ci-dessus [110].

FIGURE 22 : Structures d’alertes identifiées.

51
Conclusion 

Les mitochondries exercent deux fonctions essentielles dans la cellule, à savoir la


production de plus de 90% de l'énergie de la cellule et le contrôle de la survie cellulaire en
tant que partie intégrante de l’apoptose. Des changements indésirables dans l'une ou l'autre de
ces fonctions peuvent avoir des conséquences désastreuses et par conséquent, la surveillance
des composés pour la toxicité mitochondriale est un élément crucial de toute étude
toxicologique expérimentale.

Récemment, avec une meilleure compréhension de la structure et de la fonction


mitochondriale, plusieurs études in vitro, in vivo et in silico de dysfonctionnement
mitochondrial ont été développées. Ces études ont révélé une forte altération de la fonction
mitochondriale par plusieurs toxiques . Il n'est donc pas surprenant que l'on mette beaucoup
plus l'accent sur l'identification de la toxicité mitochondriale au début du processus de
développement.

Actuellement, cette évaluation de la toxicité mitochondriale n’est mises en œuvre que


lorsque la toxicité mitochondriale est un facteur limitant dans le développement d'un
médicament et n'est pas routinière. Des travaux supplémentaires sont donc nécessaires pour
valider et développer ces études et pour comprendre leurs capacités et leurs limites.
Bibliographies

54
1. Scheffler IE. A century of mitochondrial research: achievements and perspectives.
Mitochondrion. 2001;1(1):3-31.
2. Anderson S, Bankier AT, Barrell BG, de Bruijn MH, Coulson AR, Drouin J, et al. Sequence and
organization of the human mitochondrial genome. Nature. 1981;290(5806):457-65.
3. Mohamed Yusoff AA. Role of mitochondrial DNA mutations in brain tumors: A mini-review.
Journal of cancer research and therapeutics. 2015;11(3):535-44.
4. Wikstrom M, Hummer G. Stoichiometry of proton translocation by respiratory complex I and
its mechanistic implications. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of
America. 2012;109(12):4431-6.
5. Yankovskaya V, Horsefield R, Tornroth S, Luna-Chavez C, Miyoshi H, Leger C, et al.
Architecture of succinate dehydrogenase and reactive oxygen species generation. Science.
2003;299(5607):700-4.
6. Iwata S, Lee JW, Okada K, Lee JK, Iwata M, Rasmussen B, et al. Complete structure of the 11-
subunit bovine mitochondrial cytochrome bc1 complex. Science. 1998;281(5373):64-71.
7. Botham KM, A.Mayes P. chaine respiratoire et phosphorylation oxydative. In: boeck d, editor.
Biochimie de Harper : 4e édition: Murray / Bender / Botham / Ken; 2011. p. 103-12.
8. Maranzana E, Barbero G, Falasca AI, Lenaz G, Genova ML. Mitochondrial respiratory
supercomplex association limits production of reactive oxygen species from complex I. Antioxidants
& redox signaling. 2013;19(13):1469-80.
9. Kowaltowski AJ, de Souza-Pinto NC, Castilho RF, Vercesi AE. Mitochondria and reactive
oxygen species. Free radical biology & medicine. 2009;47(4):333-43.
10. Tsujimoto Y, Shimizu S. Role of the mitochondrial membrane permeability transition in cell
death. Apoptosis : an international journal on programmed cell death. 2007;12(5):835-40.
11. Vuda M, Kamath A. Drug induced mitochondrial dysfunction: Mechanisms and adverse
clinical consequences. Mitochondrion. 2016.
12. Birch-Machin MA, Marsac C, Ponsot G, Parfait B, Taylor RW, Rustin P, et al. Biochemical
investigations and immunoblot analyses of two unrelated patients with an isolated deficiency in
complex II of the mitochondrial respiratory chain. Biochemical and biophysical research
communications. 1996;220(1):57-62.
13. Miyoshi H. Structure–activity relationships of some complex I inhibitors. Biochimica et
Biophysica Acta 1998;1364:236-44.
14. Esposti MD. Inhibitors of NADH–ubiquinone reductase: an overview. Biochimica et Biophysica
Acta 1998;1364(2):222–35.
15. Rhea Mehta, Katie Chan, Owen Lee, Shahrzad Tafazoli, O’Brien PJ. Drug-associated
mitochondrial toxicity. In: JAMES A. DYKENS. Pfizer IS, UK, YVONNE WILL. Pfizer IG, Connecticut,
editors. Drug-induced mitochondrial dysfunction. New Jersey: John Wiley & Sons, Inc., ; 2008. p. 92-
147.
16. Murai M, Miyoshi H. Current topics on inhibitors of respiratory complex I. Biochim Biophys
Acta. 2016;1857(7):884-91.
17. Aldridge WN, Parker VH. Barbiturates and oxidative phosphorylation. The Biochemical
journal. 1960;76:47-56.
18. Chance B, Williams GR, Hollunger G. Inhibition of electron and energy transfer in
mitochondria. I. Effects of Amytal, thiopental, rotenone, progesterone, and methylene glycol. The
Journal of biological chemistry. 1963;238:418-31.
19. Scatena R, Bottoni P, Botta G, Martorana GE, Giardina B. The role of mitochondria in
pharmacotoxicology: a reevaluation of an old, newly emerging topic. American journal of physiology
Cell physiology. 2007;293(1):C12-21.
20. Balijepalli S, Boyd MR, Ravindranath V. Inhibition of mitochondrial complex I by haloperidol:
the role of thiol oxidation. Neuropharmacology. 1999;38(4):567-77.
21. Sztark F, Nouette-Gaulain K, Malgat M, Dabadie P, Mazat JP. Absence of stereospecific effects
of bupivacaine isomers on heart mitochondrial bioenergetics. Anesthesiology. 2000;93(2):456-62.
22. Johnson ME, Uhl CB, Spittler KH, Wang H, Gores GJ. Mitochondrial injury and caspase
activation by the local anesthetic lidocaine. Anesthesiology. 2004;101(5):1184-94.
23. Keller BJ, Yamanaka H, Thurman RG. Inhibition of mitochondrial respiration and oxygen-
dependent hepatotoxicity by six structurally dissimilar peroxisomal proliferating agents. Toxicology.
1992;71(1-2):49-61.
24. Owen MR, Doran E, Halestrap AP. Evidence that metformin exerts its anti-diabetic effects
through inhibition of complex 1 of the mitochondrial respiratory chain. The Biochemical journal.
2000;348 Pt 3:607-14.
25. Hanley PJ, Ray J, Brandt U, Daut J. Halothane, isoflurane and sevoflurane inhibit
NADH:ubiquinone oxidoreductase (complex I) of cardiac mitochondria. The Journal of physiology.
2002;544(Pt 3):687-93.
26. Przedborski S, Jackson-Lewis V, Naini AB, Jakowec M, Petzinger G, Miller R, et al. The
parkinsonian toxin 1-methyl-4-phenyl-1,2,3,6-tetrahydropyridine (MPTP): a technical review of its
utility and safety. Journal of neurochemistry. 2001;76(5):1265-74.
27. Waterfield CJ, Delaney J, Kerai MD, Timbrell JA. Correlations between in vivo and in vitro
effects of toxic compounds: Studies with hydrazine. Toxicology in vitro : an international journal
published in association with BIBRA. 1997;11(3):217-27.
28. Zeevalk GD. In Vitro Studies of 3-Nitropropionic Acid. In: Sanberg PR, Nishino H, Borlongan
CV, editors. Mitochondrial Inhibitors and Neurodegenerative Disorders. Totowa, NJ: Humana Press;
2000. p. 53-72.
29. Huang L-s, Sun G, Cobessi D, Wang A, Shen JT, Tung EY, et al. 3-NITROPROPIONIC ACID IS A
SUICIDE INHIBITOR OF MITOCHONDRIAL RESPIRATION THAT, UPON OXIDATION BY COMPLEX II,
FORMS A COVALENT ADDUCT WITH A CATALYTIC-BASE ARGININE IN THE ACTIVE SITE OF THE
ENZYME. The Journal of biological chemistry. 2006;281(9):5965-72.
30. Wallace KB, Starkov AA. Mitochondrial targets of drug toxicity. Annual review of
pharmacology and toxicology. 2000;40:353-88.
31. Ramsay RR, Rashed MS, Nelson SD. In vitro effects of acetaminophen metabolites and
analogs on the respiration of mouse liver mitochondria. Archives of biochemistry and biophysics.
1989;273(2):449-57.
32. Wallace KB. Drug-induced mitochondrial neuropathy in children: a conceptual framework for
critical windows of development. Journal of child neurology. 2014;29(9):1241-8.
33. Shah AD, Wood DM, Dargan PI. Understanding lactic acidosis in paracetamol
(acetaminophen) poisoning. British Journal of Clinical Pharmacology. 2011;71(1):20-8.
34. Hargreaves IP, Al Shahrani M, Wainwright L, Heales SJ. Drug-Induced Mitochondrial Toxicity.
Drug safety. 2016;39(7):661-74.
35. Queiroga CS, Almeida AS, Vieira HL. Carbon monoxide targeting mitochondria. Biochemistry
research international. 2012;2012:749845.
36. Nuskova H, Vrbacky M, Drahota Z, Houstek J. Cyanide inhibition and pyruvate-induced
recovery of cytochrome c oxidase. Journal of bioenergetics and biomembranes. 2010;42(5):395-403.
37. Cooper CE, Brown GC. The inhibition of mitochondrial cytochrome oxidase by the gases
carbon monoxide, nitric oxide, hydrogen cyanide and hydrogen sulfide: chemical mechanism and
physiological significance. Journal of bioenergetics and biomembranes. 2008;40(5):533-9.
38. Kiyomiya K, Matsushita N, Matsuo S, Kurebe M. Cephaloridine-induced inhibition of
cytochrome c oxidase activity in the mitochondria of cultured renal epithelial cells (LLC-PK(1)) as a
possible mechanism of its nephrotoxicity. Toxicology and applied pharmacology. 2000;167(2):151-6.
39. Dabbeni-Sala F, Schiavo G, Palatini P. Mechanism of local anesthetic effect on mitochondrial
ATP synthase as deduced from photolabelling and inhibition studies with phenothiazine derivatives.
Biochimica et biophysica acta. 1990;1026(1):117-25.
40. Palmeira CM, Moreno AJ, Madeira VM. Mitochondrial bioenergetics is affected by the
herbicide paraquat. Biochimica et biophysica acta. 1995;1229(2):187-92.
41. Snoeij NJ, Penninks AH, Seinen W. Biological activity of organotin compounds--an overview.
Environmental research. 1987;44(2):335-53.

56
42. Wei YH, Lin TN, Hong CY, Chiang BN. Inhibition of the mitochondrial Mg2+-ATPase by
propranolol. Biochemical pharmacology. 1985;34(7):911-7.
43. Ilivicky J, Casida JE. Uncoupling action of 2,4-dinitrophenols, 2-trifluoromethylbenzimidazoles
and certain other pesticide chemicals upon mitochondria from different sources and its relation to
toxicity. Biochemical pharmacology. 1969;18(6):1389-401.
44. Terada H. The interaction of highly active uncouplers with mitochondria. Biochimica et
biophysica acta. 1981;639(3-4):225-42.
45. Moreno SN. Pentamidine is an uncoupler of oxidative phosphorylation in rat liver
mitochondria. Archives of biochemistry and biophysics. 1996;326(1):15-20.
46. Curti C, Mingatto FE, Polizello AC, Galastri LO, Uyemura SA, Santos AC. Fluoxetine interacts
with the lipid bilayer of the inner membrane in isolated rat brain mitochondria, inhibiting electron
transport and F1F0-ATPase activity. Molecular and cellular biochemistry. 1999;199(1-2):103-9.
47. Acco A, Comar JF, Bracht A. Metabolic effects of propofol in the isolated perfused rat liver.
Basic & clinical pharmacology & toxicology. 2004;95(4):166-74.
48. Berthiaume JM, Wallace KB. Adriamycin-induced oxidative mitochondrial cardiotoxicity. Cell
biology and toxicology. 2007;23(1):15-25.
49. Castello PR, Drechsel DA, Patel M. Mitochondria Are a Major Source of Paraquat-induced
Reactive Oxygen Species Production in the Brain. The Journal of biological chemistry.
2007;282(19):14186-93.
50. Walker UA, Byrne E. The therapy of respiratory chain encephalomyopathy: a critical review of
the past and current perspective. Acta neurologica Scandinavica. 1995;92(4):273-80.
51. Fromenty B, Pessayre D. Inhibition of mitochondrial beta-oxidation as a mechanism of
hepatotoxicity. Pharmacology & therapeutics. 1995;67(1):101-54.
52. Begriche K, Massart J, Robin MA, Borgne-Sanchez A, Fromenty B. Drug-induced toxicity on
mitochondria and lipid metabolism: mechanistic diversity and deleterious consequences for the liver.
Journal of hepatology. 2011;54(4):773-94.
53. Chen C, Krausz KW, Shah YM, Idle JR, Gonzalez FJ. Serum metabolomics reveals irreversible
inhibition of fatty acid beta-oxidation through the suppression of PPARalpha activation as a
contributing mechanism of acetaminophen-induced hepatotoxicity. Chemical research in toxicology.
2009;22(4):699-707.
54. Berson A, Fau D, Fornacciari R, Degove-Goddard P, Sutton A, Descatoire V, et al. Mechanisms
for experimental buprenorphine hepatotoxicity: major role of mitochondrial dysfunction versus
metabolic activation. Journal of hepatology. 2001;34(2):261-9.
55. Larosche I, Letteron P, Fromenty B, Vadrot N, Abbey-Toby A, Feldmann G, et al. Tamoxifen
inhibits topoisomerases, depletes mitochondrial DNA, and triggers steatosis in mouse liver. The
Journal of pharmacology and experimental therapeutics. 2007;321(2):526-35.
56. Begriche K, Massart J, Robin M-A, Borgne-Sanchez A, Fromenty B. Drug-induced toxicity on
mitochondria and lipid metabolism: Mechanistic diversity and deleterious consequences for the liver.
Journal of hepatology. 2011;54(4):773-94.
57. Bruni A, Luciani S, Bortignon C. Competitive Reversal by Adenine Nucleotides of Atractyloside
Effect on Mitochondrial Energy Transfer. Biochimica et biophysica acta. 1965;97:434-41.
58. Winkler HH, Bygrave FL, Lehninger AL. Characterization of the atractyloside-sensitive adenine
nucleotide transport system in rat liver mitochondria. The Journal of biological chemistry.
1968;243(1):20-8.
59. Vignais PV, Vignais PM, Defaye G. Adenosine diphosphate translocation in mitochondria.
Nature of the receptor site for carboxyatractyloside (gummiferin). Biochemistry. 1973;12(8):1508-19.
60. Obatomi DK, Bach PH. Biochemistry and toxicology of the diterpenoid glycoside atractyloside.
Food and chemical toxicology : an international journal published for the British Industrial Biological
Research Association. 1998;36(4):335-46.
61. Bowser DN, Petrou S, Panchal RG, Smart ML, Williams DA. Release of mitochondrial Ca2+ via
the permeability transition activates endoplasmic reticulum Ca2+ uptake. FASEB journal : official
publication of the Federation of American Societies for Experimental Biology. 2002;16(9):1105-7.

57
62. Biasutto L, Azzolini M, Szabo I, Zoratti M. The mitochondrial permeability transition pore in
AD 2016: An update. Biochimica et biophysica acta. 2016;1863(10):2515-30.
63. Kokoszka JE, Waymire KG, Levy SE, Sligh JE, Cai J, Jones DP, et al. The ADP/ATP translocator is
not essential for the mitochondrial permeability transition pore. Nature. 2004;427(6973):461-5.
64. Batandier C, Leverve X, Fontaine E. Opening of the mitochondrial permeability transition pore
induces reactive oxygen species production at the level of the respiratory chain complex I. The
Journal of biological chemistry. 2004;279(17):17197-204.
65. Lagoutte D, Préaux N, Gleye C. Toxicité des médicaments inhibiteurs du complexe I de la
chaîne respiratoire mitochondriale. Médecine thérapeutique. 2004;10(1):27-32.
66. Annepu J, Ravindranath V. 1-Methyl-4-phenyl-1,2,3,6-tetrahydropyridine-induced complex I
inhibition is reversed by disulfide reductant, dithiothreitol in mouse brain. Neuroscience Letters.
2000;289(3):209-12.
67. Ruepp SU, Tonge RP, Shaw J, Wallis N, Pognan F. Genomics and proteomics analysis of
acetaminophen toxicity in mouse liver. Toxicological sciences : an official journal of the Society of
Toxicology. 2002;65(1):135-50.
68. Belyaeva EA, Sokolova TV, Emelyanova LV, Zakharova IO. Mitochondrial electron transport
chain in heavy metal-induced neurotoxicity: effects of cadmium, mercury, and copper.
TheScientificWorldJournal. 2012;2012:136063.
69. Pessayre D, Berson A, Fromenty B. Features and mechanisms of drug-induced liver injury.
Drug-induced mitochondrial dysfunction: JAMES A. DYKENS. Pfizer, Inc. Sandwich, UK

YVONNE WILL. Pfizer, Inc. Groton, Connecticut; 2008. p. 143-202.


70. Walker UA, Bauerle J, Laguno M, Murillas J, Mauss S, Schmutz G, et al. Depletion of
mitochondrial DNA in liver under antiretroviral therapy with didanosine, stavudine, or zalcitabine.
Hepatology. 2004;39(2):311-7.
71. Yakes FM, Van Houten B. Mitochondrial DNA damage is more extensive and persists longer
than nuclear DNA damage in human cells following oxidative stress. Proceedings of the National
Academy of Sciences of the United States of America. 1997;94(2):514-9.
72. Garrabou G, Soriano A, Lopez S, Guallar JP, Giralt M, Villarroya F, et al. Reversible inhibition
of mitochondrial protein synthesis during linezolid-related hyperlactatemia. Antimicrobial agents and
chemotherapy. 2007;51(3):962-7.
73. Oerter D, Kirstaedter HJ, Bass R, Merker HJ. Effect of chloramphenicol and thiamphenicol on
mitochondrial components and the possible relationship to drug toxicity. Postgraduate medical
journal. 1974;50 Suppl 5:65-8.
74. McKee EE, Ferguson M, Bentley AT, Marks TA. Inhibition of mammalian mitochondrial
protein synthesis by oxazolidinones. Antimicrobial agents and chemotherapy. 2006;50(6):2042-9.
75. Nordmann R, Ribiere C, Rouach H. Implication of free radical mechanisms in ethanol-induced
cellular injury. Free radical biology & medicine. 1992;12(3):219-40.
76. Kurose I, Higuchi H, Kato S, Miura S, Ishii H. Ethanol-induced oxidative stress in the liver.
Alcoholism, clinical and experimental research. 1996;20(1 Suppl):77A-85A.
77. Bailey SM, Cunningham CC. Acute and chronic ethanol increases reactive oxygen species
generation and decreases viability in fresh, isolated rat hepatocytes. Hepatology. 1998;28(5):1318-
26.
78. Mansouri A, Gaou I, De Kerguenec C, Amsellem S, Haouzi D, Berson A, et al. An alcoholic
binge causes massive degradation of hepatic mitochondrial DNA in mice. Gastroenterology.
1999;117(1):181-90.
79. Cover C, Mansouri A, Knight TR, Bajt ML, Lemasters JJ, Pessayre D, et al. Peroxynitrite-
induced mitochondrial and endonuclease-mediated nuclear DNA damage in acetaminophen
hepatotoxicity. The Journal of pharmacology and experimental therapeutics. 2005;315(2):879-87.
80. Cohen BH, Gold DR. Mitochondrial cytopathy in adults: what we know so far. Cleveland Clinic
journal of medicine. 2001;68(7):625-6, 9-42.

58
81. Neustadt J, Pieczenik SR. Medication-induced mitochondrial damage and disease. Molecular
nutrition & food research. 2008;52(7):780-8.
82. Fromenty B. Toxicité mitochondriale et métabolique des médicaments : mécanismes et
conséquences au niveau du foie. Réanimation. 2010;19(6):552-67.
83. Ortiz A, Tejedor A, Caramelo C. Nephrotoxicity. Drug-Induced Mitochondrial Dysfunction:
John Wiley & Sons, Inc.; 2008. p. 291-310.
84. Finsterer J, Ohnsorge P. Influence of mitochondrion-toxic agents on the cardiovascular
system. Regulatory toxicology and pharmacology : RTP. 2013;67(3):434-45.
85. Johnson TE. Skeletal Muscle and Mitochondrial Toxicity. Drug-Induced Mitochondrial
Dysfunction: John Wiley & Sons, Inc.; 2008. p. 235-49.
86. Pieczenik SR, Neustadt J. Mitochondrial dysfunction and molecular pathways of disease.
Experimental and molecular pathology. 2007;83(1):84-92.
87. Hamilton BF, Stokes AH, Lyon J, Adler RR. In vivo assessment of mitochondrial toxicity. Drug
discovery today. 2008;13(17-18):785-90.
88. Rahman S, Hanna MG. Diagnosis and therapy in neuromuscular disorders: diagnosis and new
treatments in mitochondrial diseases. Journal of neurology, neurosurgery, and psychiatry.
2009;80(9):943-53.
89. Robinson BH, Petrova-Benedict R, Buncic JR, Wallace DC. Nonviability of cells with oxidative
defects in galactose medium: a screening test for affected patient fibroblasts. Biochemical medicine
and metabolic biology. 1992;48(2):122-6.
90. Marroquin LD, Hynes J, Dykens JA, Jamieson JD, Will Y. Circumventing the Crabtree effect:
replacing media glucose with galactose increases susceptibility of HepG2 cells to mitochondrial
toxicants. Toxicological sciences : an official journal of the Society of Toxicology. 2007;97(2):539-47.
91. Nadanaciva S, Will Y. New insights in drug-induced mitochondrial toxicity. Current
pharmaceutical design. 2011;17(20):2100-12.
92. Armstrong JS. Mitochondrial medicine: pharmacological targeting of mitochondria in disease.
British journal of pharmacology. 2007;151(8):1154-65.
93. Ash AS, Toh HT. Oxidative phosphorylation in heart mitochondria isolated from
chlorpromazine-treated animals. British journal of pharmacology. 1970;38(2):436P-7P.
94. Simon N, Papa K, Vidal J, Boulamery A, Bruguerolle B. Circadian rhythms of oxidative
phosphorylation: effects of rotenone and melatonin on isolated rat brain mitochondria.
Chronobiology international. 2003;20(3):451-61.
95. Lecoeur H, Langonne A, Baux L, Rebouillat D, Rustin P, Prevost MC, et al. Real-time flow
cytometry analysis of permeability transition in isolated mitochondria. Experimental cell research.
2004;294(1):106-17.
96. Palmeira CM, Ferreira FM, Rolo AP, Oliveira PJ, Santos MS, Moreno AJ, et al. Histological
changes and impairment of liver mitochondrial bioenergetics after long-term treatment with alpha-
naphthyl-isothiocyanate (ANIT). Toxicology. 2003;190(3):185-96.
97. Al-Nasser IA. In vivo prevention of adriamycin cardiotoxicity by cyclosporin A or FK506.
Toxicology. 1998;131(2-3):175-81.
98. Petronilli V, Penzo D, Scorrano L, Bernardi P, Di Lisa F. The mitochondrial permeability
transition, release of cytochrome c and cell death. Correlation with the duration of pore openings in
situ. The Journal of biological chemistry. 2001;276(15):12030-4.
99. Fuller KM, Arriaga EA. Advances in the analysis of single mitochondria. Current opinion in
biotechnology. 2003;14(1):35-41.
100. Curti C MF, AC P, Galastri LO, Uyemura SA SA, C C, FE M, et al. Fluoxetine interacts with the
lipid bilayer of the inner membrane in isolated rat brain mitochondria,inhibiting electron transport
and F1 F0-ATPase activity. Mol Cell Biochem.

. Molecular and cellular biochemistry. 1999;199:103–9.

59
101. Troyano A, Fernandez C, Sancho P, de Blas E, Aller P. Effect of glutathione depletion on
antitumor drug toxicity (apoptosis and necrosis) in U-937 human promonocytic cells. The role of
intracellular oxidation. The Journal of biological chemistry. 2001;276(50):47107-15.
102. Harbottle A, Birch-Machin MA. Real-time PCR analysis of a 3895 bp mitochondrial DNA
deletion in nonmelanoma skin cancer and its use as a quantitative marker for sunlight exposure in
human skin. British journal of cancer. 2006;94(12):1887-93.
103. Venegas V, Halberg MC. Measurement of mitochondrial DNA copy number. Methods in
molecular biology. 2012;837:327-35.
104. A. M, Birch-Machin. ASSESSMENT OF MITOCHONDRIAL RESPIRATORY COMPLEX FUNCTION
IN VITRO AND IN VIVO. Dermatological Sciences. 2008:384-93.
105. Douglas Kerr GG, Ghunwa Nakouzi Assays of Pyruvate Dehydrogenase Complex and
Pyruvate Carboxylase Activity. Biochemical and Molecular Analysis. 2012;837:93-118.
106. Leont'eva IV, Litvinova IS, Litvinov MM, Sebeleva IA, Sukhorukov VS, Tumanian MR, et al.
[The use of positron emission tomography for noninvasive diagnosis of mitochondrial dysfunction
and assessment of myocardial compensatory reserve in children with cardiomyopathies].
Kardiologiia. 2002;42(1):80-5.
107. Penn AM, Roberts T, Hodder J, Allen PS, Zhu G, Martin WR. Generalized mitochondrial
dysfunction in Parkinson's disease detected by magnetic resonance spectroscopy of muscle.
Neurology. 1995;45(11):2097-9.
108. Vinken M. The adverse outcome pathway concept: a pragmatic tool in toxicology. Toxicology.
2013;312:158-65.
109. Zhang H, Chen QY, Xiang ML, Ma CY, Huang Q, Yang SY. In silico prediction of mitochondrial
toxicity by using GA-CG-SVM approach. Toxicology in vitro : an international journal published in
association with BIBRA. 2009;23(1):134-40.
110. Nelms MD, Mellor CL, Cronin MT, Madden JC, Enoch SJ. Development of an in Silico Profiler
for Mitochondrial Toxicity. Chemical research in toxicology. 2015;28(10):1891-902.

60