Vous êtes sur la page 1sur 29

SONELGAZ E T U D E S D ' E X E C U T I O N S NBRE DE PAGES : 29

XD / XDG METHODOLOGIE D'UNE ETUDE CODE : 22PL1

G.T.D.G D'EXECUTION M.A.J : 09/06/1997

SOMMAIRE:
==========

1 - Propriétés des gaz distribués


1.1 - Composition volumétrique
1.1.1 - Gaz naturel type Hassi R’Mel
1.1.2 - Propane commercial

1.2 - Combustion
1.3 - Pouvoir calorifique
1.4 - Densité
1.5 - Indice de Wobbe
1.6 - Limites d’inflammabilité

2 - Débits de base des appareils fonctionnant au gaz


2.1 - Usage domestique
2.1.1 - Cuisine
2.1.2 - Chauffe eau et chauffe bain
2.1.3 - Radiateurs à gaz
2.1.4 - Chaufferie collective

2.2 - Usage tertiaire


2.2.1 - Hôtellerie
2.2.2 - Restauration
2.2.3 - Hôpitaux
2.2.4 - Boulangerie
2.2.5 - Chauffage grand locaux
2.2.6 - Séchage
2.2.7 - Blanchisserie industrielle
2.2.8 - Cuisine collective
2.2.9 - Torréfaction
2.2.10 - Abattoirs
2.2.11 - Biscuiterie

3 - Estimation des débits


3.1 - Probabilité de fonctionnement des appareils
3.2 - Confort
3.3 - Coeffition de simultanéité
3.4 - Exemple d’application

==========

Références à consulter : 32PL2 - 32PL4 - 32PL11 - 34PL1 - 11PL1 Utilisation :

11PL2 - 33PL2 - 33PL3 - 33PL4- (1--14) - Gaz naturel

Dernière date de mise à jour : 09/06/1997 - Propane


4 - Dimensionnement des conduites
4.1 - Eléments techniques

4.2 - Méthodes de détermination des calibres


4.2.1 - Equations de pertes de charge
4.2.2 - Méthode graphique
4.2.3 -Programme de calcul

4.3 - Pertes de charges de parcours admissibles


4.3.1 - Pressions de fonctionnement des appareil
4.3.2 - Pertes de charges au niveau de compteur
4.3.3 - Pertes de charges dans les installations intérieures

4.4 - Influence de l’altitude


4.5 - Vitesse du gaz

5 - Calibres usuel

6 - Comptages et détentes normalisés


6.1 - Critères de choix d’un compteur
6.2 - Calcul de débit et choix d’un compteur
6.3 - Détermination d’un type de compteur
6.4 - Choix d’un détendeur

==========

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 2/29
1 - Propriétés des gaz distribués :

1.1 - Composition volumétrique :

1.1.1 - Gaz naturel :

Le gaz naturel distribué est composé essentiellement de méthane .Une composition


moyenne de gaz naturel de type Hassi R’mel et Adrar ( année 1996 ) est donnée, à titre
indicatif est comme suit :

Hassi R'mel Adrar


Constituant Formule
% Molaire % Molaire
Azote N2 6,15 2,30
Oxyde de carbone CO2 0,19 6,12
Méthane CH4 85.10 88,31
Ethane C 2H 6 5,90 2,48
Propane C3H 8 1,92 0,61
Iso-butane i-C4 0,24 0,06
N-butane nC4 0,33 0,06
N-penthane nC5 0,17 0,06

1.1.2 - Propane commercial :

Constituant Formule % Molaire


Méthane CH4 traces
Ethane C2H6 3,2
Propane + Propène C3 96,3
Iso-Butane iC4 0,2
N-Butane nC4 0,3

1.2 - Combustion :

Le gaz distribué est utilisé comme énergie domestique et industrielle. Cette énergie
résulte d’une réaction exothermique. La réaction des hydrocarbures se résume ainsi :

CnHm + (n + m/4) O2 n CO 2 + m/2 H2 O

Gaz naturel : CH4 + 2O2 CO 2 + 2 H2 O

Propane : C3H8 +5O2 3CO 2 + 4 H2 O

Le gaz utilisé doit être brûlé dans des conditions favorables en aménageant les aérations
nécessaires. Les aérations ont un double intérêt :

- technique : bon rendement thermique,

- sécuritaire : renouvellement de l’air ( apport de l'air frais et évacuation de l'air vicié ).

Sachant que pour brûler un volume de gaz naturel, il faut à peu près dix volumes d’air et
pour brûler un volume de propane il faut 23 volumes d’air.

____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 3/29
Exemple :

Une cuisine de 15 m3 équipée d’une cuisinière et d’un chauffe-eau consomment 3 m3 de


gaz naturel par heure.

Sachant qu’il faut 10 volumes d’air pour 1 volume de gaz, on déduit qu’il faut 30 m3
d’air; dans le cas où l’aération n’existe pas ( ou mal dimensionnée ), le risque d’asphyxie est
cependant fatal.

A titre d’exemple, si on suppose que la vitesse de propagation est 0,3 m par seconde, les
conditions favorables à une combustion hygiénique exigeraient une amenée d’air directe d’au
moins 270 cm².

1.3 - Pouvoir calorifique :

C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète d’un volume de gaz
donné (m3) dans des conditions normales de pression et de température ( 1,013 bar et 0°C ).

Pouvoir calorifique d'un mélange d'hydrocarbure :

Il est exprimé par la formule suivante :

PC = ∑ X PC i i

où :

PC : pouvoir calorifique du mélange

Xi : fraction molaire d'un constituant du mélange

PCi : pouvoir calorifique d'un constituant du mélange

1.4 - Densité d'un mélange d'hydrocarbure :

Elle est exprimée par la formule suivante :

d=
∑d Xi i

d air

où :

d : densité du mélange

di : densité d'un constituant du mélange

Xi : fraction molaire d'un constituant du mélange

dair : densité de l'air

1.5 - Indice de Wobbe :

L'indice de Wobbe est une grandeur proportionnelle à l'apport calorifique fourni par un
brûleur déterminé, alimenté en gaz, sous une pression également définie.

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 4/29
C'est le quotient du pouvoir calorifique par la racine carré de sa densité :

PC
WGN =
d

où :

WGN :indice de Wobbe

PC : pouvoir calorifique du mélange

d : densité du mélange

1.6 - Résumé :

Constituant Pouvoir calorifique Densité Indice de Wobbe


(Ci) (mth/m3) (PCS) (di) (mth/m3)
CH4 9530 0,5537 12807,24

C2H6 16860 1,0378 16650,10

C3H8 24350 1.5219 19738,13

C4H10 32060 2.0060 22635,91

C5H12 40600 2,4901 25728,69

Type de gaz Pouvoir calorifique Indice de Wobbe


Densité
(1996) (th/Nm3) (PCS) (th/Nm3)

Hassi R'mel 9,45 0,6399 11,81

Adrar ( Sbâa ) 8,16 0,6449 10,16

Propane 24,35 1,562 19,48

1.7 - Limites d’inflammabilité :

C'est la quantité de gaz combustible qui mélangée à une quantité d'oxygène donnée peut
propager une flamme; il existe une limite d'inflammabilité inférieure (L.I.I) et une limite
d'inflammabilité supérieure (L.I.S).

Type de gaz L.I.I. (%) L.I.S. (%)

Gaz naturel 5,3 13,5

Propane commercial 2,2 9,5

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 5/29
2 - Débits de base des appareils fonctionnant au gaz :

2.1 - Usage domestique :

1 th/h= 1,163 Kw
1 th = 1000 Kcal

2.1.1 - Cuisine :

Puissance Débit horaire


Cuisinières
(Th/h) (m3/h)

feu ultra rapide 3,22 0,36

feu rapide 2,50 0,28

feu semi-rapide 1,25 0,14

grill 2,3 0,25

four 3 0,32

2.1.2 - Chauffe-eau et chauffe-bain :

Type Puissance Débit horaire


(mth/mn) (Kw) (m3/h)

125 8,7 1,1

250 17,4 2,2

325 22,7 2,8

400 27,9 3,5

2.1.3 - Chaudière et chaudière mixte :

Type Puissance Débit


(th/h) (Kw) horaire(m3/h)
12 14 1,8
16 18 2,3
20 23,3 2,9
24 28 3,4
27
30 35 4,3
40

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 6/29
2.1.4 - Radiateurs à gaz :

Type Puissance Débit horaire


(th/h) (Kw) (m3/h)
1,7 2,0 0,24
2,5 3,0 0,37
4 4,7 0,60
5 5,8 0,77
6 7,0 0,84
7 8,2 1,07
8 9,3 1,15
9 10,5 1,38

2.2 - Usage tertiaire :

2.2.1 - Biscuiterie :

Capacité Consommation
(T) (th/h)
10 65
Biscottes 100 600
200 1200
12 80
Biscuits 120 300
160 500

2.2.2 - Boulangerie :

Nbre habitants Consommation


Type de four
(Nbre lgts) (th/h)
Four léger métallique 1000 (250) 50
Four à accumulation 1000 (250) 170
Four continu 2000 (500) 65
Four continu 3000 (750) 90
Four continu 5000 (1250) 150
Four continu 10000 (2500) 280

2.2.3 - Chauffage des grands locaux :

Usage Consommation
Type
(mth/m²)
locaux à faible déperditions :
Moyen 35 mth/h/m²
Fort 50 mth/h/m²
Air chaud locaux à fortes déperditions :
Moyen 45 mth/h/m²
Fort 60 mth/h/m²

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 7/29
2.2.4 - Restauration

Nombre de couverts Menu fixe à cartes


par repas (th/h) (th/h)
10-25 40 80
25-50 55 100
50-200 77 127
200-300 115 185
300-500 250 350

2.2.5 - Hôtellerie :

Catégorie Eau chaude Chauffage/chambre


(étoile) (th/h/chambre) Climat doux Climat rude
(th/h) (th/h)
1 2,5 1,5 2,5
2 2,7 2,0 3,0
3 3,8 2,5 3,5
4 5,0 3,5 4,5

Piscine : 25m x 15m 300 à 400 th/h

2.2.7 - Blanchisserie industrielle :

800 à 1000 mth/h/Kg de linge


Séchage : 200 mth/h/Kg de linge

2.2.8 - Torréfaction :

2,3 th/h/tonne/mois

2.2.9 - Chaufferies collectives :

Usage Besoin

eau chaude/appartement 1,2-1,8 th/h

chauffage/appartement 6,5 th/h

2.2.10 - Cuisine collective :

Besoin
Nombre de rationnaires
(th/h/ration.)
100 60
200 135
400 185
600 250
800 330
1000 370
>1000 +35 th/h/rationnaire en plus

Ces chiffres sont à diminuer de 20% si on ne sert qu'un repas par jour.

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 8/29
3 - Détermination des débits :

3.1 - Probabilités de fonctionnement des appareils :

Usage Cuisine Chauffe bain Chauffage


Probabilité de
0,3 0,1 0,5
fonctionnement

En effet; sur une amplitude de fonctionnement 18h la cuisine fonctionne pour une durée
cumulée de 6h à peu près.

Le chauffe bain fonctionne pendant cette même amplitude, entre vaisselle et douche
matin, midi, après midi et soir pour une durée de 2h à peu près.

Le radiateur à gaz, quand à lui, peut être soit à l'arrêt, soit en fonctionnement; on peut
alors déduire de la probabilité de fonctionnement est égale à 1/2 soit p = 0,5.

3 - Détermination des débits foisonnés :

3.2 - Confort :

Les abonnés suivants leurs niveaux de vie, se distinguent par la nature de l'usage qu'ils
en font du gaz :

- Confort 1 : Cuisine,

- Confort 2 : Cuisine + eau chaude,

- Confort 3 : Cuisine + eau chaude + chauffage individuel.

3.3 - Coefficient de simultanéité :

Dans un ensemble collectif, il est délicat de déterminer avec rigueur le nombre d'appareils
fonctionnant en même temps pour pouvoir estimer le débit global d'un groupe d'abonnés.
Néanmoins du point de vu probabilistique on peut faire une approche d'estimation.

En effet, soit :

A= { événement de fonctionnement d'un appareil donné },

p= { probabilité de événement A },

q= { probabilité de la non réalisation de événement A } = 1-p,

x= { variable aléatoire désignant la fréquence de événement A au cours d'une série de n


épreuves }.

Déterminer la loi de distribution de la variable aléatoire pour une série de n épreuves ?

La variable aléatoire x prendra l'une des valeurs suivantes :

{ 0/n ; 1/n ; 2/n ; ... ; m/n ; n/n}.

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 9/29
La probabilité P( x = m/n ) pour que la variable aléatoire x prenne la valeur m/n,
autrement dit, pour que, au cours de n épreuves, l'événement A se réalise m fois, est
égale à :

C mn p m q n − m .

Autrement dit :

m
p( x = ) = C mn p m q n − m
n

La loi de distribution de la variable aléatoire x peut être disposée de la forme suivante :

x
0 1 2 ... m ... n
n n n n n
m
p( x = ) 1* q
n
C 1n pq n −1 C 2n p 2 q n − 2 .. C mn p m q n − m .. 1*pn
n

La loi de distribution ainsi obtenue est une loi de distribution binomiale, car les
probabilités P( x = m/n ) sont égales aux termes correspondants du développement de
l'expression (p+q)n :
n
( p + q ) n = ∑ C mn p m q n − m
n=0

Il découle également que la probabilité pour que l'événement x ait lieu au moins k fois,
sera déterminé par la formule :
n
k
P( x ≥
n
)= ∑C m
n p n q n− m
m= k

ou :
k −1
k
P ( x ≥ ) = 1 − ∑ C mn p n q n − m
n m=0

On en déduit que la probabilité de fonctionnement de k appareils en même temps est


donnée par la formule suivante :
k −1
k
P( x ≤
n
)= ∑C m
n p n q n−m
m= 0

ou :

k n!
P( x ≤ )= p k q n−k
n k !( n − k )!

En conclusion la probabilité de fonctionnement simultané d'un ensemble d'appareils obéit


à la loi de répartition binomiale.

Si p est la probabilité de fonctionnement et ( 1-p ) la probabilité de non fonctionnement.

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 10/29
La probabilité de trouver les k appareils en service est donnée par la fonction de
répartition :
k
Pk = ∑ C kn p k q n − k
0

où :

n = nombre d'appareils de même type,


p = probabilité individuelle de fonctionnement pour chaque type.

Connaissant n, la taille ou nombre des abonnés domestiques et pi la probabilité de


fonctionnement de chaque appareil domestique, on peut construire directement une table
numérique de statistiques ( voir annexe 1 ) ou des graphes ( voir annexe 2 ) qui nous
permettent de déterminer le coefficient de simultanéité correspondant à chaque usage.

3.4 - Exemple d'estimation de débit :

Supposons qu'on veut alimenter un groupe de 40 abonnés domestiques habitant un


immeuble à 5 étages à raison de 10 abonnés par cage comme illustré ci-après :

Supposons que les clients ont un confort 3; le débit foisonné est exprimé comme suit :
3
QT = n∑ Ciq i
1
où :

n : nombre d'abonné,
qi : débit de base par usage,
Ci : coefficient de simultanéité de chaque usage.

Du graphe ou de la table statistique on extrait les coefficients Ci :

C1 = 0,57 coefficient de simultanéité de la cuisine,


C2 = 0,25 coefficient de simultanéité du chauffe bain,
C3 = 0,81 coefficient de simultanéité chauffage.

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 11/29
Débit de base de chaque usage :

cuisine : q1 = 1,38 m3/h,


chauffe bain : q2 = 2,2 m3/h,
chauffage :. q3 = 0,79 m3/h.

Débit foisonné par colonne montante (CM) :

QCM1 = QCM2 = QCM3 = QCM4 = 10 ( 1,38 x 0,57 + 2,2 x 0,25 + 0,79 x 0,81 )

= 19,76 m3/h

4 - Détermination des calibres :

4.1 - Eléments techniques:

La prise en charge d'une étude d'exécution nécessite un certain nombre d'éléments


suivants :

- une demande d'alimentation en gaz (DAMG) + une fiche de collecte,

- un plan de situation du client (plan de masse),

- un recensement des usages avec puissances ou débit à mettre à disposition pour chaque
appareils,

- nature de l'usage (domestique, tertiaire, industriel),

- nature du branchement projeté (individuel ou collectif),

- longueur projetée en enterré ou aérien avec un relevé isométrique,

- pression d'alimentation demandée ( 21 mbar, 300 mbar ),

- planches de réseau Sonelgaz (1/500 ou 1/200),

- connaissance dynamique du réseau.

4.2 - Méthodes de détermination des calibres :

4.2.1 - Méthodes mathématiques :

Dans la distribution du gaz, à Sonelgaz, on emploie les formules simplifiées de


Renouard.

Elles sont établies avec un coefficient de perte de charge λ = 0 , 172 Re −0,18 et ont comme
valeur :

- en basse pression, P > 500 mmCE = 50 mbar ( 1 mbar =10,2 mmCE ) :

Q 1,82
PA − PB = 233 × 10 6 × s × L ×
D 4 ,82

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 12/29
- en moyenne pression type B, P ≤ 4 bar relatifs :

Q1,82
P − P = 48600 × s × L × 4,82
2
A
2
B
D
avec :

s : densité fictive tenant compte de la viscosité,


L : longueur du tronçon AB en Km,
Q : débit en m3/h (15°C et 1013 mbar),
D : diamètre intérieur du tronçon AB en mm,

P A - PB = perte de charge linéaire en mmCE,


P²A - P²B = perte de charge quadratique en bars² absolus.

4.2.2 - Méthode graphique :

4.2.2.1 - Graphique MPB :

∆P 2
A partir des abaques ( , Q ) en annexes 3 et 4 et schématisé dans la figure suivante,
L
on peut déterminer le calibre d'une conduite de distribution de gaz MPB en procédant comme
suit :

- connaissant le débit estimé QT ( voir point 3.4), la pression du réseau PA ( PA ≤ 4 bar ), la


pression requise au point d'alimentation PB ( PB ≥ 1 bar ) et la pression requise en amont du
∆P 2
détendeur ( ou poste ) pour alimenter un client à 21 ou 300 mbar, on calcule ,
L
∆P 2
- on positionne le point M correspondant à la valeur calculée ,
L
∆1) parallèle à l'axe des abscisses à partir du point M ,
- on trace la droite (∆

∆P 2
∆2) parallèle à l'axe des ordonnées
- on trace la droite (∆ à partir du point N correspondant
L
au débit estimé QT,

∆1) et (∆
- l'intersection des droites (∆ ∆2) nous donne un diamètre intérieur théorique D qui est à
rapprocher aux diamètres commerciaux, par majoration, en consultant la planche spécification
tubes (A) ( voir point 5 ).

Une application numérique est traitée au point 7.

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 13/29
4.2.2.2 - Graphique BP :

∆P
A partir de l'abaque ( , Q ) en annexe 5, on peut déterminer le calibre d'une conduite
L
de distribution de gaz en BP.

- connaissant le débit estimé QT ( voir point 3.4), la pression du réseau PA ( PA ≤ 20 mbar) et la


∆P
pression requise au point de piquage PB ( PB ≥ 19,5 mbar ), on calcule ,
L
∆P
- on positionne le point M correspondant à la valeur calculée ,
L
∆1) parallèle à l'axe des abscisses à partir du point M ,
- on trace la droite (∆

∆P
∆2) parallèle à l'axe des ordonnées
- on trace la droite (∆ à partir du point N correspondant
L
au débit estimé QT,

∆1) et (∆
- l'intersection des droites (∆ ∆2) nous donne un diamètre intérieur théorique D qui est à
rapprocher aux diamètres commerciaux, par majoration, en consultant la planche spécification
tubes (A) ( voir point 5 ).

Exemple :

Supposons qu'on veut alimenter un secteur sanitaire nécessitant 70 m3/h; le secteur est
situé à 500 m de la conduite principale en BP.

Déterminer le calibre de l'extension à réaliser ?

Appliquant la méthode décrite ci-dessus :

∆P PA − PB 20 − 19 , 5
= = = 1mbar = 10 , 2 mmCE
L L 0, 5

Le graphe en annexe 5 étant établi pour un gaz théorique de densité s=0,5, on doit
∆P
multiplier par un coefficient K = 1,06 qui tient compte de la nature du gaz.
L

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 14/29
On déduit donc que :

∆P
× K = 10 , 2 × 1, 06 = 10, 81
L

- on positionne le point M = 10,81 sur l'axe des ordonnées,

- on positionne le point N = 70 m3/h sur l'axe des abscisses,

∆1) et (∆
- l'intersection des droites (∆ ∆2) nous donne un diamètre intérieur théorique D=150 qui
est à rapprocher au diamètre commercial, par majoration, en consultant la planche
spécification tubes (A) :

- Fonte calibre 150 ou,

- Acier calibre 150 ( voir STG A 110 ).

4.2.3 - Programme de calcul :

L'usage de calculatrice programmable est également un moyen rapide de détermination


des calibres. Un programme de calcul de pertes de charges pour les canalisations gaz MP et
BP a été développé par XD/G en version micro.

4.3 - Pertes de charge admissibles :

La perte de charge admissible est l'écart possible entre la pression d'émission (Pe), de
raccordement ou de piquage et la pression minimale requise pour le fonctionnement de tout
organe ou appareil d'utilisation.

4.3.1 - Pertes de charge admissibles sur réseaux (MPB) :

La pression de distribution en MPB est de 4 bar relative.

Pour tenir compte des pertes en aval du branchement et éviter des déclenchements
intempestifs des détendeurs, en prenant pour ( pression nominale ) = 0,5 bar.

La perte de charge maximale ∆Hmax dans le réseau MPB :

∆H²max= ( P²e - P²min ) = [( 1 + 4 )² - (1 + 1)²] = 21 bar²

La perte de charge maximale ∆Hbrt dans le branchement MPB :

∆H²brt= [ P²min - ( 1 + 0,5 )² ] = ( 4 - 2,25 ) = 1,75 bar²

Le graphique en annexe 7 illustre ces notions.

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 15/29
4.3.2 - Pertes de charge admissibles en BP :

4.3.2.1 - Pression de fonctionnement des appareils domestiques :

Pression Pression Pression


Nature du gaz minimale normale maximale
(mbar) (mbar) (mbar)
Gaz naturel Groupe H 17 21 25

Gaz naturel Groupe B 20 25 30

Propane 25 37 45

4.3.2.2 - Pertes de charge admissibles sur les réseaux (BP) :

La variation totale de pression dans l'ensemble compteur et installation intérieur de


l'abonné est de 2,5 mbar.

La perte de charge maximale ∆Hmax dans l'ensemble branchement, compteur et


installation de l'abonné est :

∆Hmax= ( Pe - Pmin) = ( 22 - 17 ) = 5 mbar

La perte de charge admise dans le branchement est :

∆Hbrt =[ 22 - (17 + 2,5) ] = ( 22 - 19,5 ) = 2,5 mbar

4.3.2.3 - Pertes de charge au niveau du compteur :

Compteur ∆P
(mbar)
G4-G10 0,7

G16 et plus 1,5

4.3.2.4 - Pertes de charge admissibles dans les installations intérieures :

Perte de charge Perte de charge


Emplacement du
Type d'immeuble admise après admise entre
compteur
compteur piquage et entrée
(mbar) compteur (mbar)
en limite de propriété 1 0,5
Immeuble à un seul
logement
dans le logement 0,5 1

en gaine technique 0,5 1

Immeuble collectif en local technique 1 0,5

dans le logement 0,5 1

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 16/29
4.4 - Influence de l'altitude :

Dans le cas des branchements alimentés en BP et dans les conduites après détente, il y
a lieu de prendre en considération l'influence de l'altitude qui peut compenser
avantageusement , dans certain cas, la perte de charge dynamique dûe à l'écoulement du gaz
( cas de l'alimentation des immeubles collectifs ou des chaufferies en terrasse ); celle-ci est
estimée de la manière suivante :

Gain ou perte dû à l'altitude ∆p.

∆p = hω(1 − d )
∆p : en mmCE, ( 1 mbar = 10,2 mmCE ),
h : hauteur en m,
d : densité du gaz,
ω : densité de l'air (1,293).

h ∆p
(m) (mbar)
10 0,46
20 0,91
30 1,37
40 1,82
50 2,28
100 4,56
150 6,84
200 9,13
250 11,41
300 13,70

4.5- Vitesse du gaz :

Des vitesses de circulation du gaz élevées peuvent constituer une gêne pour les
abonnés; pour minimiser l'effet nuisible, on conseille de limiter la vitesse à 20 m/s en MPB et 5
à 10 m/s en BP.
Q
V = 354
PD 2
avec :

V : vitesse du gaz (m/s),


P : pression absolue (bar),
D :diamètre intérieur (mm),
Q : débit normal du gaz (m3(n)/h).

La vitesse est également un paramètre significatif qui nous permet de juger si le calibre
calculé a été bien choisi ou non.

Des vitesses trop grandes indiquent que le calibre est petit et réciproquement .

Dans le cas général, celle-ci est limitée à 20 m/s sur réseau MPB et à 15 m/s à l'entrée
d'un poste MPB ( voir 11PL1 ).

5 - Calibres usuels :

Les calibres normalisés dans la distribution du gaz suivant la nature des matériaux sont
indiqués ci-après :

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 17/29
5.1- Tubes en polyéthylène :

Calibre nominal Diamètre intérieur


(mm) (mm)
16 11,4
20 14.0
32 26.0
40 32.6
63 51,4
90 73,6
125 102,2
160 130,8
180 147,2
200 163,6

5.2 - Tubes en acier :

5.2.1 - Sans soudure à extrémités lisses :

Diamètre intérieur
Calibre
(mm)
50 54,5
100 107,1
150 159,3
150 182,9
200 207,3
200 231,9
250 260,4
300 319,7
350 339,6

5.2.2 - Soudés en hélice :

Diamètre intérieur
Calibre
(mm)
150 159,3
200 212,1
250 266
300 315,9
350 347,6

5.3 - Tubes en cuivre :

Diamètre intérieur
Calibre
(mm)
14/16 14
20/22 20
26/28 26
40/42 40
47/50 47

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 18/29
6 - Comptage et détentes normalisées :

6.1 - Critère de choix d'un compteur :

Parmi les critères de choix d'un compteur, on peut citer :

- pression maximale de service,

- débit nominal et maximal,

- type d'usage :

. débit fractionné,

. débit modulé;

- continuité de service,

- prix et encombrement si les critères précédents laissent le choix.

Dans le cas d'usages multiples incompatibles avec la plage de mesurage du compteur, il


sera préférable d'adopter l'une des deux conceptions suivantes :

Variante 1 ( en opération contôlée ):

Variante 2 :

Pour plus de détails, se référer au point 6 ( choix du mode de comptage de la planche


11PL8 ).

6.2 - Calcul du débit et choix d'un compteur :

Le point 4 de la planche 11PL8 nous donne le détail sur la méthode de calcul de débit
d'un compteur.

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 19/29
Exemple de calcul :

Calculer le débit du gaz nécessaire pour un brûleur d'une puissance maximale de 620
Kw :

- puissance : 620 Kwh = 516 th/h,


- rendement : 0,85,
- PCI : 10215 kcal ≅ 10,215 th ≅ 10,216 x 1,16 Kw =11,85 kwh,
- pression d'utilisation : 300 mbar,

620 620
Q= = = 46 , 89 m 3 / h
11, 85 × 1, 313 × 0 , 85 13, 22

Q = 47 m3/h

Remarque :

Dans le calcul, on tient compte du PCI (0,90 x PCS) car la chaleur latente de vaporisation
n'est pas utilisée.

Le débit maxi nécessaire étant de 47 m3/h; en consultant l'annexe 8, le compteur à


installer est un G40 type delta ( dont le débit maxi est de 65 m3/h )

6.3 - Détermination d'un type de compteur :

En fonction des débits maximum et minimum le graphe en annexe 8 nous permet de


sélectionner un compteur en fonction de ses débits max et min.

6.4 - Choix du détendeur :

Généralement la détente et le comptage sont complémentaires :

Débit maximal (m3/h)


Comptage Détente Calibre
GN Propane
G2,5 B6 4 2,4 20
G4 B6 6 3,6 20
G6 B10 10 6 32
G16 1B25 25 15 40
G25 2B25/B40 40 24 50
G40 3B25 65 39 50
65 4B25 100 60 80

7 - Application numérique :

7.1 - Détermination du calibre de l'extension AB :

QT =QCM1 + QCM2 + QCM3 + QCM4 = 4 × 19,76 = 79,04 m3/h

∆P 2 PA2 − PB2 3 − 2
2 2

= = = 10
L L 0 , 500

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 20/29
A partir du graphe de l'annexe 3 on déduit que :

D = 35 mm

Compte tenu de la limitation de la vitesse à 20 m/s :

Q 79 , 04 27980, 16
V = 354 = 354 = = 13, 66 m / s
PD 2
2 × 32 2
2048

V = 13,66 m/s ≤ 20 m/s

La condition de vitesse étant vérifiée, le diamètre commercial est à choisir dans la gamme
suivante :

- Polyéthylène calibre 40 ( voir STG A 400 ) ou,

- Acier calibre 50 ( voir STG A 110 ).

7.2 - Détermination du calibre du branchement ( Annexe 3 ):

Supposons que la longueur des branchements à réaliser est de 15 m, en suivant les


mêmes étapes qu'en 4.2.2, on déduira que les branchements seront réalisés en polyéthylène
calibre 20.

Calibre du branchement = 20

7.3 - Détermination du calibre de la colonne montante ( Annexe 6 ) :

Supposons que la longueur totale de la colonne montante à réaliser est de 20 m et que


les compteurs sont installés dans une gaine technique ( c.a.d que la perte de charge admise
entre la sortie détendeur et entrée compteur est de 1 mbar, ).

Diamètre théorique (Dth) :

En utilisant le graphe en annexe 6 et schématisé dans la figure suivante, on déduit que le


diamètre théorique de la CM est 42 mm.

Dth = 42 mm

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 21/29
Diamètre réduit (Dr) :

Le diamètre réduit s'obtient en multipliant le diamètre théorique par un coefficient qui tient
compte de la nature et de la pression du gaz. Ce coefficient est donné par le tableau suivant :

Pression
Nature
du gaz
BP MPB

Gaz naturel 0,72 0,22

propane commercial 0,72 0,22

Le diamètre réduit est donc :

Dr = 0,72 x Dth

Dr = 0,72 x 42 = 30,04 mm

Les colonnes montantes seront donc réalisées en cuivre de calibre 40/42.

Diamètre commercial (Dc) :

(Dc) = 40 mm

_____________________________________________________________________
09/06/1997 22PL1 22/29
SONELGAZ E T U D E S D ' E X E C U T I O N PAGE :23/29

XD / XDG TABLE DES COEFFICIENTS CODE : 22PL1

G.T.D.G DE SIMULTANEITE ANNEXE 1

Cuisinière Chauffe bain Chauffage


Usage
p=0,3 r=2% p=0,10 r=4% p=0,5 r=1%

n C1 C2 C3

5 0,680 0,310 0,930

10 0,570 0,250 0,810

15 0,520 0,220 0,770

20 0,490 0,200 0,740

25 0,480 0,196 0,710

30 0,460 0,190 0,690

35 0,451 0,180 0,680

40 0,442 0,176 0,670

45 0,438 0,173 0,660

50 0,427 0,170 0,630

Dernière date de mise à jour : 09/06/1997


SONELGAZ E T U D E S D ' E X E C U T I O N PAGE :24/29

XD / XDG COEFFICIENTS CODE : 22PL1

G.T.D.G DE SIMULTANEITE DES TROIS USAGES ANNEXE 2

Dernière date de mise à jour : 09/06/1997


SONELGAZ E T U D E S D ' E X E C U T I O N PAGE : 25/29

XD / XDG DETERMINATION DES DIAMETRES CODE : 22PL1

G.T.D.G DES EXTENSIONS MOYENNE PRESSION ANNEXE 3

Cet abaque est établi pour un gaz théorique de densité égale à 0,5.

Pour un gaz naturel on multipliera le diamètre théorique lu sur l'abaque par un


coefficient K = 1,06.

Dernière date de mise à jour : 09/06/1997


SONELGAZ E T U D E S D ' E X E C U T I O N PAGE :26/29

XD / XDG DETERMINATION DES DIAMETRES CODE : 22PL1

G.T.D.G DES EXTENSIONS MOYENNE PRESSION ANNEXE 4

Cet abaque est établi pour un gaz théorique de densité égale à 0,5.

Pour un gaz naturel on multipliera le diamètre théorique lu sur l'abaque par un


coefficient K = 1,06.

Dernière date de mise à jour : 09/06/1997


SONELGAZ E T U D E S D ' E X E C U T I O N PAGE :27/29

XD / XDG DETERMINATION DES DIAMETRES CODE : 22PL1

G.T.D.G DES EXTENSIONS BASSE PRESSION ANNEXE 5

Ce graphe est établi pour un gaz théorique de densité égal à 0,5.


∆P
Pour un gaz naturel de densité d , il faut multiplier par 1,06.
L

Dernière date de mise à jour : 09/06/1997


SONELGAZ E T U D E S D ' E X E C U T I O N PAGE : 28/29

XD / XDG DETERMINATION DES DIAMETRES DES CODE : 22PL1

G.T.D.G BRANCHEMENTS ET CM BP ANNEXE 6

Dernière date de mise à jour : 09/06/1997


SONELGAZ E T U D E S D ' E X E C U T I O N PAGE :29/29

XD / XDG DETERMINATION D'UN TYPE DE CODE : 22PL1

G.T.D.G COMPTEUR ANNEXE 7

Dernière date de mise à jour : 09/06/1997