Vous êtes sur la page 1sur 530

Ouvrage 1

Audrey Millet, Histoire des sciences et des techniques (1500-1789). Documents, Neuilly,
Atlande, 2016, 510 p. (avec S. Pautet)
Audrey Millet
Sébastien Pautet

Sciences et techniques
XVe-XVIIIe siècles

Documents

Editions Atlande
Collection Clef concours
REMERCIEMENTS

Audrey Millet, docteure en histoire et ès Lettres (European University


Institute, Florence)
Sébastien Pautet, agrégé d'histoire et ancien élève de l’Ecole normale
supérieure de Lyon (Université Paris VII, Denis Diderot)

Les auteurs tiennent à remercier tout particulièrement Pierre-Yves


Beaurepaire, Pascal Brioist, Thérèse Bru, Serena Galasso, Liliane
Hilaire Pérez, Catherine Lanoé, Aurélie Massie, Aurélien Ruellet,
Laura Tatoueix, Michèle Virol.

Patrice Bret, Christiane Demeulenaere, Jérôme Millon, Corine Maitte,


Jean-Paul Morel, Frédéric Morvan-Becker, Irène Passeron, Stanis
Perez, Hélène Vérin et le Centre d’Etudes Supérieures de la
Renaissance nous ont gracieusment laissé utiliser leurs transcriptions.
Qu’ils en soient remerciés.
TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS ............................................................ 2
INTRODUCTION .............................................................. 12
FABRIQUE ET CIRCULATION DES SAVOIRS ET
DES TECHNIQUES A L’EPOQUE MODERNE ...... 16
LA COLLECTE DES SAVOIRS : DECRIRE, CLASSER,
COMPRENDRE ............................................................................ 18
Observer, collecter, classer ............................................... 18
L’observation de la nature : Léonard de Vinci et Lister .........18
L’histoire des plantes (1597) .............................................................22
Le cabinet de curiosité de Ferrante Imperato (1599) ...............24
Interpréter la nature : le Novum Organum de Bacon (1620) .26
Carte de la Lune dans le Senenograhia d’Hevelius (1647) ....32
L’herbier de toute une vie (1722) ....................................................34
Les nouvelles frontières du savoir .................................. 35
« Que personne n’attende de l’astronomie rien de certain »
(1543) .........................................................................................................35
Les Messager des étoiles (1610) ......................................................38
Les grands systèmes du monde : Ptolémée, Copernic, Tycho
Brahe (1647) ............................................................................................40
Les savoirs sur la forme de la Terre par Voltaire (1738)........43
ANALYSER, EXPERIMENTER, DISSEQUER ......................... 48
L’alchimie : entre magie, médecine et physique ...... 48
Entre magie, alchimie et médecine : Paracelse (1527) ............48
Qu’est-ce qu’un alchimiste ? (1751) ..............................................51
L’alchimie en peinture (1771) ..........................................................53
Médecine, anatomie et dissection ................................... 55
L’anatomie et la dissection selon Léonard de Vinci ................55
Théâtre anatomique de Vesale (1543) ...........................................58
La visite d’un médecin hollandais (1658/1662) .........................60
Dissection de coeurs humains ...........................................................62
La Leçon d'anatomie du docteur Tulp (1632).............................65
Dissection d’un visage (1685) ..........................................................67
Anatomie et dissection dans L’Encyclopédie (1751) ...............69
Expériences et science expérimentale ........................... 73
Lettre de Pierre Petit au résident du roi en Suède sur
l’expérience du vide (1646) ...............................................................73
La science expérimentale selon d’Alembert(1751) ..................77
Réseau savant et expérience : le phosphore de Beccaria à
Magalhães (1776) ..............................................................................82
INVENTER ET INNOVER .......................................................... 85
Les métiers de l’invention .................................................. 85
L’architecte du dôme de Florence : Brunelleschi (1421) .......85
Curriculum de Léonard à Ludovic Sforza (1483) .....................88
Article « Invention » dans L’Encyclopédie (1765) ...................90
Ferdinand Berthoud et l’horlogerie .................................................94
« Pour faire un bon vaisseau » : l’apport des charpentiers aux
ingénieurs (1760) ...................................................................................97
Le canard et le tambourin : les automates de Vaucanson
(1738) .........................................................................................................99
Contrôler l’invention : sciences, techniques,
économie................................................................................. 104
Dossier : la construction d’un privilège pour une machine à
vapeur atmosphérique (1726)......................................................... 104
Machines et inventions approuvées en 1771 par l’Académie
................................................................................................................... 109
INSTRUMENTS, APPAREILS ET MACHINE ....................... 111
Les outils de l’ingénieur .................................................. 111
Description et usage du compas euclidien (1571) .................. 111
Instruments mathématiques mécaniques de Jean Errard (1584)
................................................................................................................... 114
Outils et instruments des ingénieurs militaires et artilleurs
(1588-1613) .......................................................................................... 116
Instruments, prothèses et optique ................................ 120
Le lavement ......................................................................................... 120
Instruments et prothèses (1751) .................................................... 122
Les lunettes dans l’Encyclopédie (1751) ................................... 124
Mesures et observations................................................... 127
La lunette de Galilée (1609) ........................................................... 127
Quadrant d’Hevelius, 1644 ............................................................. 129
Observer le soleil (1647).................................................................. 131
Usage du microscope : Robert Hooke (1665) .......................... 132
Le plus grand télescope au monde (1789) ................................. 134
Les instruments de la science expérimentale .......... 135
La pompe à air de Boyle .................................................................. 135
Facture des instruments et machines pour Lavoisier (1785)
................................................................................................................... 137
RESEAUX, CIRCULATIONS, COMPARAISONS ................. 141
Circulations de modèles et savoir-faire : un ingénieur
huguenot en Angleterre (1736)...................................................... 141
La mission Dupas et de Poivres (1766) ...................................... 144
Dossier : le recrutement d’un informateur sur le salpêtre ... 147
Les observations d’un négociant français sur le commerce et
les arts : le voyage de Jean Claude Flachat à Naples (1766)
................................................................................................................... 151
Dossier : Les manufactures de laine en Europe : les
observations de l’Italien Moccafy (1766-1767) ...................... 156

SCIENCES ET TECHNIQUES :
INSTITUTIONNALISATION ET DIFFUSION ...... 167
LES LIEUX DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES ........... 170
L’anatomie d’une institution : l’académie royale des
sciences ................................................................................... 170
Règlement ordonné par le Roi pour l’Académie royale des
sciences (1699) .................................................................................... 170
La forme des élections : intrigue et autorité (1778)............... 176
Une séance à l’Académie (1785) .................................................. 178
Annonce de la réforme de l’Académie dans le Journal de
Paris par Lavoisier (1785) .............................................................. 180
Pratique de l’expertise académique par Condorcet (1786) . 184
La société des arts .............................................................. 188
La renaissance de la société des arts (1728) ............................. 188
Idée de l’établissement d’une Société académique des beaux
arts (1728).............................................................................................. 189
Un règlement pour la société des arts (1730) ........................... 192
Projets académiques ......................................................... 195
Une académie pour l’horlogerie ? (1765) .................................. 195
Un projet maçonnique de société scientifique : le collège des
Philalèthes (1785) ............................................................................... 197
Laboratoires ......................................................................... 199
Le laboratoire de l’alchimiste, par de Vries (1595) ............... 199
Laboratoire de Chymie dans L’Encyclopédie .......................... 201
Écoles, universités, arsenaux......................................... 204
L’arsenal de Venise par Galilée : un lieu propice à la
recherche en mécanique (1638)..................................................... 204
Le théâtre anatomique de l’université de Leyde (1612-1641)
................................................................................................................... 205
Visite de John Evelyn au théâtre anatomique de Leyde en
1641 ......................................................................................................... 206
L’infirmerie de l’hôpital de la Charité de Paris (1635) ........ 207
La fondation de deux écoles de mathématiques théoriques et
pratiques à Reims (1747) ................................................................. 208
L’École du génie de Mézières en 1789 ...................................... 211
LITTERATURE TECHNIQUE ................................................. 215
Livres de secrets et partage des savoirs .................... 215
Livre de secret et artillerie (1450-1500) .................................... 215
Entre secret technique et colportage : le Bâtiment des recettes
(1524-1560) de Jean Ruelle ............................................................ 219
Le partage des savoirs : la gravure en taille-douce selon
Abraham Bosse (1645) ..................................................................... 222
Théâtres de machines et réduction en art................. 226
La réduction en art de l’art de l’ingénieur : Jean Errard de
Bar-le-Duc (1604) .............................................................................. 226
Théâtre des instruments mathématiques et mécaniques de
Jacques Besson (1594)...................................................................... 228
Traités techniques savants .............................................. 230
Quels choix pour la description des arts ? (1675) .................. 230
Livres d’ingénieurs de la première moitié du XVIIIe s
imprimés chez Jombert (1747) ...................................................... 234
LA REPUBLIQUE DES SCIENCES : ECHANGES,
SOCIABILITES ET CONTROVERSES.................................... 240
Echanges et coopérations ............................................... 240
Institutions scientifiques et coopération : la correspondance de
Sloane (1699) ....................................................................................... 240
La circulation des savoirs géométriques dans la république
des Lettres (1728) ............................................................................... 241
Sociabilités savantes ......................................................... 243
Sociabilités et conflictualités : Descartes contre Roberval et
Gassendi (1648)................................................................................... 243
Le salon d’Holbach (1761) ............................................................. 246
Controverses savantes ...................................................... 249
Préface au Newtonianisme pour les dames d’Algarotti (1737-
38) : une traduction paradoxale ..................................................... 249
Le débat sur la forme de la Terre par Maupertuis (1738).... 252
Controverse publique sur les forces vives de Mairan et
Châtelet (1741) .................................................................................... 255
FIGURES DE SAVANTS ET TECHNICIENS ......................... 259
Léonard de Vinci................................................................. 259
Léonard de Vinci : la vie de Léonard par Vasari .................... 259
Visite du cardinal d’Aragon au Clos Lucé (1517) .............. 262
Newton .................................................................................... 264
Newton et la Physique, dans le discours préliminaire de
L’Encyclopédie (1751)...................................................................... 264
Mlle Ferrand, femme des salons, méditant sur les Principia de
Newton (1752) ..................................................................................... 267
Représentation de soi ........................................................ 269
Ma vie de Cardan (1643) ................................................................. 269
Hevelius, Aristote et Kepler(1668) .............................................. 272
Les devoirs de l’académicien par lui-même (1752) .............. 274
Les autorités.......................................................................... 276
La résurrection de Pythagore (1517) ........................................... 276
« Voilà les hommes utiles auxquels nous sommes redevables
des progrès étonnans de l’Anatomie » (1751) ......................... 280
Artisans ................................................................................... 284
Entre artisan et savant : un fabricant londonien d’instruments
scientifiques (1776)............................................................................ 284
Póra basana : chanson-poème des ouvriers métallurgistes de
Saint-Étienne ........................................................................................ 286
« Gagne petit auvergnat » (1737-1746)...................................... 288
PUBLICS DE LA SCIENCE ET DES TECHNIQUES ............. 289
Les élèves de la science et des techniques................ 289
Dossier : apprentissage sur le tas .................................................. 289
Dossier : dessin et enseignement .................................................. 293
L’espace public des sciences et des techniques ..... 302
La tradition des spectacles usant de la technique : fête pour
Ludovic Sforza organisée par Léonard (1493) ........................ 302
L’électricité : recherche, expérience, curiosité (1754) ......... 306
La bibliothèque scientifique et technique d’un parlementaire
parisien (1756) ..................................................................................... 308
Annonce de cours publics dans la Gazette de Médecine (1761)
................................................................................................................... 312
Le musée d’inventions de James Cox (1773) .......................... 315
Les récréations physiques et mathématiques de Guyot (1786)
................................................................................................................... 319
Sciences et techniques dans les arts ........................... 323
Techniques et art : la valeur d’une œuvre ................................. 323
Entre art et géométrie : l’usage de la perspective ................... 326
Les sciences en littérature et en peinture ................................... 330

ENCADREMENT SOCIOPOLITIQUE DES


SCIENCES ET DES TECHNIQUES .......................... 334
SCIENCES, TECHNIQUES ET CONSTRUCTION DE L’ETAT
.................................................................................................... 337
Mécénat et patronage ....................................................... 337
Portrait du mathématicien Luca Pacioli et son élève (1495)
................................................................................................................... 337
Lettre dédicace au pape Paul III par Copernic (1536) .......... 339
Robert Hooke et la Société Royale .............................................. 343
La République des lettres : la correspondance de Peiresc
(1633) ...................................................................................................... 345
Protections et incitations autour de Jacques Buot (1646-1648)
................................................................................................................... 349
Correspondance entre Lavoisier, le duc de Chaulnes et
Malesherbes (1785)............................................................................ 354
La gloire du prince............................................................. 356
Les comptes des artisans du Camp du Drap d’Or : culture
matérielle et représentation du pouvoir (1520) ....................... 356
Côme II de Médicis et les astres médicéens (1610) .............. 359
Le corps du roi : la santé de Louis XIV entre public et privé
(1647-1686) .......................................................................................... 363
Colbert présente les membres de l’Académie royale des
sciences à Louis XIV en 1667 ....................................................... 369
Sciences, techniques et religion .................................... 370
La condamnation de Galilée (1633) ............................................ 370
Amsterdam, commerce et religion ............................................... 376
Maîtrise de l’économie et du territoire...................... 377
Tremblement de terre de Clansayes : les explications du
géologue, Faujas (1772-1773) ....................................................... 377
Le mercantilisme et l’économie de la qualité .......................... 383
Enquête du régent (1716)................................................................. 388
Les Ponts et Chaussées et le bien public : la construction du
Pont de Neuilly (1788) ..................................................................... 392
Protéger les sciences et les techniques ...................... 401
Partager les savoirs ou protéger les secrets ............................... 401
Les prémisses de la propriété industrielle ................................. 403
SCIENCES, TECHNIQUES ET MODERNITE ........................ 406
Enquêtes, espionnage et contrôle de la production
.................................................................................................... 406
Migrations d’artisans entre Cambrésis, Pays Bas Autrichiens
et Sussex (1763) .................................................................................. 406
Enquêtes : les voyages deGabriel Jars ........................................ 411
Sciences, techniques et consommation ...................... 418
Publicité du parfumeur et distillateur Lafaye pour son
« Vinaigre de Perle » (1762) .......................................................... 418
Corps et techniques : l’art du tailleur de corps (1767).......... 422
Le papier de Hollande : commercialisation et recherche
académique............................................................................................ 423
« Marchandes de Mode » par Louis Sébastien Mercier (1780)
................................................................................................................... 428
Les débuts de l’hygiénisme ............................................. 430
L’insalubrité des fosses d’aisance : constats et recherches
(1779) ...................................................................................................... 430
L’hygiène publique vue par Louis Sébastien Mercier (1783)
................................................................................................................... 434
Le progrès scientifique et technique : son idéologie et
ses contestations.................................................................. 437
L’aérostation : progrès des sciences et rivalités internationales
(1783-1785) .......................................................................................... 437
Critique de l’académisme et des académiciens : Shadwell et
Marat (1676-1791) ............................................................................. 442
Les maladies des arts (1777) .......................................................... 449
Une affaire publique : le paratonnerre de Saint-Omer (1780-
1784) ........................................................................................................ 452
SCIENCES, TECHNIQUES ET REVOLUTION MILITAIRE 463
Artillerie ................................................................................. 463
Avant l’artillerie : escrime, géométrie et techniques du corps
................................................................................................................... 463
La bombarde et le mouvementchez Léonard ........................... 464
Abra de Raconis s’enthousiasme pour l’arsenal de Paris
(1533) ...................................................................................................... 467
Artillerie et mathématiques : lettre de Tartaglia au duc
d’Urbino (1537)................................................................................... 468
Les compétences d’un bon artilleur (1582) .............................. 473
Les débats sur l’« artillerie nouvelle » au XVIIIe siècle ...... 474
Génie militaire ..................................................................... 481
L’art des fortifications selon Galasso Alghisi (1570) ........... 481
Fortification militaire d’un havre (1619) ................................... 483
Le travail des ingénieurs militaires : la correspondance de
Vauban (1685-1691).......................................................................... 485
Les fortifications de Turin (1745) ................................................ 492
Marine ..................................................................................... 493
Vents et navigation (1545) .............................................................. 493
L’un des premiers ouvrages français d’architecture
navale (1677) ........................................................................................ 497
Théorie de la construction des vaisseaux par Paul Hoste
(1697) ...................................................................................................... 500
Etude des roulis et tangage des navires, 1697.......................... 504
Science et pratique : les Elements de l’architecture navale de
Duhamel du Monceau (1758) ........................................................ 505
SCIENCES, TECHNIQUES ET GENRE .................................. 509
Les travailleuses.................................................................. 509
Travail et morale : le statut des lingères (1485) ...................... 509
Sages-femmes et médecine .............................................. 512
Le savoir des sages-femmes selon Sarah Stone (1737)........ 512
L'art des accouchements de Mme du Coudray (1777) ......... 515
Brevet qui autorise la Dame Du Coudray, Maîtresse Sage-
femme, à tenir des Cours d’instruction publique dans toutes
les Provinces du Royaume .............................................................. 519
Les femmes savantes.......................................................... 521
Emilie du Châtelet : lettres, épîtres (1740) ............................... 521
Mme Lavoisier : lettres et gravures (1780) ............................... 526
INTRODUCTION

À l’inverse d’autres courants de la discipline historique, l’histoire des


sciences et des techniques a fait l’objet de peu d’ouvrages synthétiques,
en particulier pour les périodes médiévales et modernes. Aux côtés de
rares manuels généralistes, peu de titres présentent un mélange de
documents intégrant les regards nouveaux développés par les historiens
des sciences et des techniques, par-delà la mythologie des grands
savants, des génies de l’invention et de leurs créations. Alors que depuis
quelques décennies les historiens poussent les portes des ateliers,
pénètrent dans les laboratoires, explorent controverses et voyages
savants, questionnent les cadres matériels et socioculturels des pratiques
inventives ou des champs de bataille, les documents illustrant cette
histoire demeurent éparpillés en de multiples études spécialisées.
L’une des raisons de cette lacune tient certainement à la faible
présence - bien que croissante - de l’histoire des sciences et des
techniques aux différents concours des sciences humaines et sociales en
France. Alors que les recherches récentes ont été particulièrement
dynamiques dans ces thématiques, seul.e.s les préparationnaires aux
concours des écoles normales supérieures avaient été confronté.e.s à des
sujets abordant les savoirs scientifiques et techniques à l’époque
moderne, au travers des programmes portant sur « Sciences et
techniques en Europe (Italie, France, Pays-Bas, Empire, Îles
Britanniques, péninsule ibérique aux XVe et XVIe siècles » au concours
de l’ENS LSH en 2005, et « Sciences et société en France et en
Angleterre, 1687-1789 » pour le concours commun de 2016. Une étape
est donc désormais franchie avec la mise aux concours de Capes et
Agrégation à compter de 2017 d’un programme embrassant un vaste
espace chronologique et géographique, intitulé « Sciences, techniques,
pouvoirs et sociétés, du XVe siècle au XVIIIe siècle en Angleterre,
France, Pays-Bas/Provinces Unies et péninsule italienne ». Pour la
première fois, l’occasion est ainsi donnée de proposer une vision aussi
riche que possible de l’histoire des savoirs scientifiques et techniques
entre la fin du Moyen Âge et la fin de la période moderne, et de leurs
interactions avec la sphère sociale, politique ou culturelle.
Malgré l’importance qu’ont eu de grandes études techniques
pour le reste de la discipline historique ou pour l’épistémologie des
sciences et des techniques, que l’on pense aux travaux d’Alexandre
Koyré, de Thomas Kuhn ou des renouvellements très importants opérés
par Simon Schaffer et Steven Shapin par exemple, ces thématiques
restent relativement peu étudiées à l’université, au regard de l’histoire
politique, sociale ou culturelle des mondes modernes. Elles souffrent
probablement en conséquence d’un préjugé d’étrangeté ou d’une
méfiance quant au degré de savoirs ou d’érudition à acquérir dans les
disciplines techniques et scientifiques pour en maîtriser les contours.
Que l’on se rassure, la question posée aux historiens dans le cadre de
ces concours ne porte pas sur la logique propre à l’évolution des savoirs
scientifiques ou des pratiques techniques (approche dite
« internaliste »), mais sur l’environnement social, politique,
économique et institutionnel qui ont accompagné la construction et la
diffusion des savoirs entre le XVe et le XVIIIe siècle (approche dite
« externaliste »). Elle offre en conséquence aux historiens comme aux
candidat.e.s l’opportunité de se confronter à une grande pluralité de
thématiques, d’objets, d’espaces, de lieux, de sources et de documents,
pour partie déjà connus dans leurs formes et leur nature, mais originaux
dans leurs contenus ou leurs approches.
Il convenait donc de profiter de cette occasion pour proposer un
recueil compilant une grande diversité de documents portant sur les
sciences et les techniques entre la fin du Moyen Âge et la fin de
l’époque moderne. On l’aura compris, l’enjeu de ce recueil est double.
Il s’adresse en priorité aux étudiant.e.s préparant le Capes d’histoire-
géographie et/ou l’agrégation d’histoire. En même temps, il souhaite
s’adresser plus largement à la communauté enseignante et académique
afin de mettre à leur disposition un outil archivistique couvrant, de
manière transversale, l’ensemble des thématiques intéressant l’histoire
des sciences et des techniques pour la période moderne et ainsi combler
un manque éditorial qui demeurait jusqu’à présent. Les choix de
documents ont en conséquence répondus à différents enjeux et à un
cahier des objectifs variés, afin de rendre compte de l’originalité et du
foisonnement de la pensée technique et scientifique de l’Europe
moderne, de rendre palpable l’invention et l’innovation à l’oeuvre dans
les milieux artisanaux ou chez les fabricants d’instruments, de rendre
sensible aux lecteurs le regard nouveau porté sur une nature transformée
en champ d’exploration, en objet de contrôle et en instrument du
progrès. Des cours princières aux académies, des théâtres anatomiques
aux laboratoires, des manufactures aux démonstrations publiques de
physique ou de chimie, l’objectif de cet ouvrage est de faire découvrir et
comprendre la diversité du monde des sciences et des techniques d’une
période s’étendant des débuts d’une révolution militaire à ceux d’une
révolution industrielle.
Cet ouvrage tient compte du cadre spatio-temporel de la
thématique. Les documents ont été choisis de manière à aborder autant
que faire se peut les quatre siècles du programme et une attention
particulière a été portée sur l’intégration de tous les espaces concernés
par la question. On trouvera donc parmi ces documents des textes
abordant les sciences et les techniques en France mais aussi en
Angleterre, en Italie, dans les Pays-Bas et les Provinces Unies, avec
plusieurs textes mettant en avant les circulations de personnes, d’objets,
de lettres, de modèles, de savoir-faire par-delà les régions et les
frontières. La seconde entrée portait sur la diversité archivistique des
documents mobilisés. Compte tenu de la richesse de l’iconographie des
sciences et techniques, en particulier en ce qui concerne les machines
ou l’instrumentation de précision, nous avons veillé à proposer une
variété de documents illustrés : dessins de machines, d’instruments,
d’outils, dessins anatomiques ou médicaux, gravures de presse,
peintures d’artistes, planches académiques, etc. Les textes, d’origines
imprimées ou manuscrites, rassemblent de nombreuses sources
classiques de l’histoire des sciences et des techniques : traités savants,
encyclopédies, livres de machines, réductions en art, descriptions de la
nature, classifications. Ils intègrent aussi des sources complémentaires
comme les comptabilités artisanales, des listes de publications, des
inventaires de bibliothèques, etc. L’histoire des relations entre des
pratiques savantes et inventives avec leur environnement institutionnel
et social ont aussi conduit à sélectionner des textes normatifs ou
institutionnels, des sources judiciaires, des mémoires, des relations de
voyages, des articles de périodiques, des rapports administratifs, des
compte-rendus académiques, des correspondances publiques ou privées,
des ego-documents. La longueur de ces documents varie parfois
grandement au sein de ce recueil : certains ont été sélectionnés pour
donner un aperçu d’une thématique particulière ou le point de vue d’un
acteur donné ; d’autres au contraire se déploient sur plusieurs pages,
soit qu’il s’agisse de documents exceptionnels ou particulièrement
intéressants, soit qu’ils permettenr aux candidat.e.s et à leurs
enseignant.e.s de s’immerger dans des textes riches, au format des
différents concours préparés et d’en sélectionner librement les extraits à
commenter.
Le plan retenu présente plusieurs similarités avec celui du
manuel dédié à ce programme dans la collection Clef-Concours des
éditions Atlande, et ce afin de faciliter le travail des candidat.e.s qui
souhaiteraient progresser dans leur lecture en utilisant les deux outils. Il
ne le reproduit cependant pas parfaitement et n’en constitue qu’un
miroir déformant, car la classification des documents invitait à quelques
aménagements. La première partie est ainsi consacrée aux conditions de
la fabrique et de la circulation des savoirs. Elle offre un premier
panorama des productions savantes et techniques de l’époque moderne,
ainsi que des dynamiques à l’oeuvre dans la diffusion des savoirs et des
savoir-faire du XVe à la fin du XVIIIe siècle. La seconde partie
s’intéresse à la progressive institutionnalisation des sciences et des
techniques, aux lieux et aux publics de ces savoirs en constante
évolution. La dernière partie explore plus avant la relation étroite entre
pouvoirs, États, sciences et techniques. Chaque partie est précédée
d’une introduction permettant de présenter les documents qui ont été
rangés au sein de chaque partie de manière chronologiques ou réunis en
petits dossiers thématiques. La classification de ce corpus ne saurait
cependant répondre à une logique incontestable et nombreux sont les
documents dont les axes d’analyses sont multiples ou dont la richesse
mériterait qu’on les classât dans plusieurs catégories, tant ils éclairent
l’histoire des circulations, des institutions, des femmes, du travail
technique, etc. On ne se limitera donc pas aux seules pistes offertes par
les titres donnés aux documents qui en indiquent bien souvent l’intérêt
au regard de la thématique à laquelle ils sont adjoints, mais qui ne
sauraient en aucun cas réduire à eux seuls la richesse des informations
contenues en chacun d’eux.
Des descriptions géologiques de Léonard de Vinci à la satire des
académiciens de Thomas Shadwell, du microscope de Robert Hooke
aux automates de Jacques Vaucanson, des superbes tentures du camp du
drap d’or aux électrisation de l’abbé Nollet, c’est aux pulsations du
monde des sciences et des techniques que ce recueil invite en
fournissant aux étudiant.e.s comme aux professeurs et amateurs
d’histoire un ensemble de documents pluriels, complémentaires et
parfois originaux.
FABRIQUE ET CIRCULATION
DES SAVOIRS ET DES TECHNIQUES A L’EPOQUE
MODERNE

Les documents rassemblés dans cette première partie explorent


la fabrique et la circulation des savoirs du XVeau XVIIIe siècle. Textes
et illustrations témoignent d’une attention accrue des savants à
l’observation de la nature (des observations géologiques et botaniques
de Léonard de Vinci [1452-1519] à l’intérêt du naturaliste anglais
Martin Lister [1638-1712] pour les coquillages), à la collection et à la
classification des savoirs (du célèbre cabinet de curiosités de Ferrante
Imperato [1550-1625] jusqu’aux herbiers du XVIIIe siècle), à la
construction de nouveaux systèmes explicatifs de la mécanique céleste
et des phénomènes physiques (où dominent les modèles proposés par
Nicolas Copernic [1473-1543], Tycho Brahe [1546-1601], Galileo
Galilei [1564-1642], Isaac Newton [1642-1727]…) mais aussi
biologiques, chimiques ou mathématiques. Si la recherche d’inspiration
alchimique d’un Paracelse [1493-1541] évolue progressivement vers la
chimie, les expériences et la science expérimentale, à l’appel de Francis
Bacon [1561-1626], se dotent de méthodes nouvelles, s’incarnant
particulièrement dans l’expérience sur le vide d’un Evangelista
Torricelli [1608-1647] ou de Etienne Pascal [1588-1651] et Blaise
Pascal [1623-1662], dont les résultats se diffusent à travers le continent
via leurs réseaux de correspondants.
À l’interface des sciences et des arts, l’extension des frontières
des savoirs touche également la médecine, marquée par l’essor des
études anatomiques appuyées sur la dissection, des dessins de Léonard
de Vinci jusqu’aux dissections des XVIIe et XVIIIe siècle d’un Govert
Bildoo [1649-1713], menées dans des théâtres anatomiques tel celui
représenté au frontispice du De humani corporis fabrica d’André
Vésale [1514-1564]. L’instrumentation de précision tournée vers les
études astronomiques et microscopiques se diversifie et se complexifie,
appuyée sur une sophistication accrue des techniques inventives et
artisanales qui s’applique, par-delà le seul registre scientifique, au
monde des machines, des outils, des produits. Les machines de
construction des ingénieurs, les instruments mathématiques mécaniques
d’un Jean Errard de Bar-le-Duc [v. 1554-1610], les compas de mesure
comme le compas euclidien présenté par Jacques Besson [v. 1530-v.
1572], incarnent, aux côtés du microscope de Robert Hooke [1635-
1703], de la pompe à air de Robert Boyle [1627-1691], de l’immense
télescope de l’observatoire de Slough, ou encore des prothèses
médicales, cet essor de l’instrumentation et des machines à l’époque
moderne. Le monde des arts se dote ainsi d’inventions nouvelles,
particulièrement sophistiquées à l’image des progrès de l’horlogerie, ou
curieuses comme le célèbre canard mécanique de l’inventeur français
Jacques Vaucanson [1709-1782]. Ces inventions relèvent parfois
d’enjeux stratégiques pour les États, comme en témoigne la
construction d’un privilège pour une machine à vapeur anglaise dans la
France entre 1726 et 1736.
Les circulations des savoirs et des savoir-faire constituent en
effet un enjeu majeur de la progression des sciences et des techniques à
l’époque moderne. La circulation des objets, des personnes, des
techniciens, de même que les enquêtes et voyages d’étude favorisent le
progrès des savoirs et nourrissent les compétitions entre Etats à mesure
que les techniques et les savoirs spéculatifs deviennent un enjeu
économique et de maitrise du territoire. La circulation d’ouvrages
techniques et de leurs traductions – à l’image des écrits sur les
fortifications du Français Sébastien Le Pestre de Vauban [1633-1707]
ou du Hollandais Menno van Coehoorn [1641-1704], objet du débat
entre Lord John Perceval [1683-1748] et l’ingénieur huguenot Jean
Thomas [v. 1670-1739] –, le recrutement d’informateurs à l’étranger –
particulièrement surveillée par Antoine Lavoisier [1743-1794] et le
contrôleur général des finances Turgot [1727-1781] – ou encore les
voyages d’observation de manufactures étrangères – telle la vaste
relation de voyage d’un marchand de draps italien sur les manufactures
de laine en Europe en 1766-1777 – constituent autant d’exemples des
circulations à l’œuvre dans l’Europe des XV e-XVIIIe siècles aux
échelles locales et internationales qui animent la diffusion des savoirs et
savoir-faire, de l’aube au crépuscule de l’époque moderne.
LA COLLECTE DES SAVOIRS : DECRIRE, CLASSER, COMPRENDRE

Observer, collecter, classer

L’observation de la nature : Léonard de Vinci et Lister

[De l’Antiquité au XVe siècle, tous les domaines de l’histoire naturelle


étaient confondus sous l'appellation de Scala naturæ. L’observation
plus systèmatique de l’environnement entraîne la formation de diverses
disciplines, dont la géologie, la botanique et la conchyliologie, illustrée
ici par trois textes de Léonard de Vinci (1452-1519) et du naturaliste
anglais Martin Lister (1638-1712)]

Léonard et la géologie

« Réfutation posée à ceux qui soutiennent que les coquilles


sont entraînées par le déluge à plusieurs journées de distance de la mer.
Je dis que le déluge n'a pu apporter sur les monts les choses mais dans
la mer, à moins que la mer ait enflé au point de provoquer une
inondation considérable dépassant même ces endroits, phénomène qui
n'a pu se produire car il aurait créé le vide. Et si tu dis que la mer s’y
précipiterait nous avons déjà conclu que le lourd ne se soutient pas sur
le léger ; nous en concluons nécessairement que ce déluge fut causé par
l’eau des pluies auquel cas toute cette eau courut à la mer et non la mer
à la montagne ; et si elle courut à la mer, elle poussa les coquilles le
long du rivage, vers la mer et ne les attira donc point à elle. Et si tu dis :
la pluie ayant fait monter l'eau de mer, elle porta ses coquilles à cette
hauteur, nous avons déjà établi que ce qui est plus lourd que l’eau ne
surnage pas mais reste au fond, et n’en bouge que sous la pression des
flots. Et si tu dis que les ondes les ont apportées en ces lieux élevés,
nous avons prouvé que les ondes de grande profondeur se meuvent dans
le fond en sens contraire au mouvement de la surface ; à preuve la
turbidité de l'eau de mer produite par la terre qui a été emportée près du
rivage. Un objet plus léger que l'eau se meut avec son onde et il est
laissé à l'endroit le plus élevé du rivage, par la plus haute onde. Un objet
plus lourd que l’eau ne se meut que poussé par son onde à la surface de
son lit. De ces deux conclusions, qui en leur lieu seront pleinement
démontrées, nous inférons que l'onde superficielle ne peut porter de
coquilles, celle-ci étant plus lourde que l'eau. Elles seront donc poussées
par leur l’onde inférieure, quand le vent souffle de terre ; car en ce cas
la lame de fond se meut en sens inverse du vent prédominant. Au
surplus, ce ne serait pas là une raison pour que les coquilles aient été
charriées vers les montagnes, car l’eau du fond qui se meut a l'opposé
du vent sera plus lente que l'eau de la surface, dans la mesure où elle
aura une profondeur supérieure à la hauteur de cette onde. Ceci est
évident ; en effet si l’onde de la surface est haute d’une brasse et qu'elle
ait une centaine de brasses d’eau au-dessous d’elle, l’onde d’en bas sera
sans aucun doute 100 fois plus lente que celle d'en haut, comme il est
démontré dans la septième proposition. L’onde supérieure ne retournera
jamais à son fond avec une très grande force à moins que la profondeur
de l’eau au dessous d’elle ne soit égale à la sienne...
Si l’on trouve rarement des huîtres mortes sur les rivages de la
mer, c'est que d'habitude elles vivent fixées aux roches du fond, mais
sont incapables de mouvement, sauf en leur moitié sensible et légère.
L'autre va se fixer à la pierre ; ou si elle n'est pas fixée, du moins la
nature a fait qu'elle grandisse et ainsi s'alourdisse au point que la seule
ondulation de l'eau dans les vastes profondeurs marines n’a pu les
déloger facilement. Mais la valve douée de la faculté de mouvement est
fort légère et remplit près de l'autre l’office du couvercle pour le coffre.
La nourriture de l'huître pénètre spontanément dans son habitacle, car
elle consiste en animalcules en quête d'aliments autour des coquilles
d'huîtres mortes, et qui ainsi se rencontrent là où ces coquilles abondent.
Si le déluge les avait charriées à trois et 400 milles de la mer, il les y
aurait entraînées avec d'autres espèces, pêle-mêle ; or même à cette
distance de la mer, nous voyons les huîtres ainsi que les coques, le
calmar et tous les autres coquillages, par compagnie, morts tous
ensemble; et les coquillages isolés, distants l'un de l'autre, comme nous
le voyons tous les jours, sur les rives de la mer...
Et si tu disais que ces
coquilles ont été créées et continuent la lettre, en de tels yeux, par la
nature du site et l'influence des cieux cette opinion ne saurait être
fondée pour des cerveaux capables de grands raisonnements ; car les
années de leur croissance ce compte sur leurs écorces extérieures ; et on
m'envoie de grandes et de petites, qui n'aurait pu croître sans s'alimenter
ni se nourrir sans bouger ; or en l'occurrence, ici elle juste été incapable
de se mouvoir. »
Source : Codex Leicester, f. 9 v.

Léonard et la botanique

« La feuille est toujours tournée à l’endroit vers le ciel, afin de


mieux recevoir, sur sa surface entière, la rosée qui tombe de l’air, en un
lent mouvement ; ces feuilles disposées sur l’arbuste de manière à se
recouvrir le moins possible, alternent l’une au-dessus de l’autre, comme
le lierre qui tapisse les murs. Cette alternance se propose deux fins :
ménager des intervalles pour que l’air et le soleil puissent passer entre
eux, et secondement, permettre aux gouttes tombant de la première
feuille d’arriver à la quatrième, à la sixième, quand il s’agit d’autres
essences. [Source :Manuscrit G, f. 27 v.]
Toutes les branches des arbres, à chaque niveau de
bifurcation, réunies ensemble, ont la même épaisseur que la branche ou
le tronc qui les précède. Toutes les ramifications des eaux rassemblées,
à chaque niveau de leur cours, et pourvu que leur mouvement soit
uniforme, sont équivalentes à la taille du cours d’eau principal qu’elles
nourrissent [Source :Manuscrit I, f. 12 v.]
Si tu prélèves un anneau d’écorce sur l’arbre, il se dessèchera
au-dessus de l’anneau et toute la partie au-dessous restera en vie. Si,
ayant fait ton cercle sans adresse, tu coupes ensuite la plante avec
dextérité, près du pied, la partie habilement traitée sera préservée, le
reste abîmé. » [Source : Manuscrit B, f. 17 v.]

Plantes et coquillages du monde entier, par Lister (1698)

« II n'est point de visite qui m'ait plu davantage que celle que
je fis au P. Plumier, que je trouvai dans sa cellule, au couvent des
Minimes. II étoit rentré sur l'escadre de M. de Pontis, & avoit rapporté
avec lui plusieurs volumes in-folio de dessins & de peintures de plantes,
d'oiseaux, de poissons & d'insectes des Indes occidentales : tous
exécutés par lui-même avec beaucoup d'exactitude. C'est un homme qui
a une grande connoissance de l'histoire naturelle, surtout de la botaniqne.
II avoit déjà fait un voyage en Amérique, & avoit à son retour imprimé,
aux frais du Roi, une description en un volume in-folio des plantes de
ce pays. Ce volume fut si goûté, que le Roi l'y renvoya. II en étoit
revenu après plusieurs années de voyage dans les isles; mais il fit
plusieurs fois naufrage, & eut le malheur de perdre tous les objets qu'il
en rapportoit, tout en conservant ses papiers, qui heureusement se
trouvoient sur un autre bâtiment; en sorte que ce sont ceux-là seulement
que j'ai pu voir. II avoit destiné & disséqué un crocodile, une tortue de
mer, une vipère, & donné une bonne analyse de ses dissections [...].
Il n’y avoit qu’un petit nombre de coquilles ; mais j’y vis un
murex, qui donne la teinture pourpre, avec l’animal tel qu’il se meut
dans la mer. J’y vis aussi cette porcelaine, ou buccine de terre, que j’ai
fait dessiner, & qui pond des œufs à coquille dure que, pour la forme, la
couleur & le volume, on a peine à distinguer des œufs de moineau ; &
comme, tant le murex que la porcelaine étoient représentés avec les
animaux se montrant hors des coquilles, je désirai en avoir une copie,
qu’il me donna de la façon la plus obligeante. C’est à Saint-Domingue,
où il l’avoit trouvée, que le P. Plumier avoit dessiné la porcelaine.
Dans sa vaste collection de plantes, je remarquai que les
lianes & les fougères étoient de beaucoup les plus nombreuses. Il avoit
un nombre incroyable d’espèces de chacun des genres. Il y avoit un
incroyable nombre d’espèces de groseilles & quelques-unes de raisons
sauvages, qui toutes, me dit le Père, étoient bonnes à manger.
Il avoit, me dit-il, dans ses dessins de quoi faire dix volumes
aussi gros que celui qu’il avoit déjà publié ; & en outre deux volumes
d’animaux. »

Source : Martin Lister, John Evelyn, Voyage de Lister à Paris en 1698,


Paris, Société des bibliophiles, 1873, p. 76-77.
Bibliographie : S. Bramly, Léonard de Vinci, Paris, J.-C. Lattès, 1988.
P.Brioist, Léonard de Vinci, Arts, sciences et techniques,
Documentation photographique, 2011, n°8079. A. M. Roos, Web of
Nature: Martin Lister (1639–1712), the First Arachnologist,
Leiden/Boston, Brill Academic Publishers, 2011. A. Suranyi, The
Genius of the English Nation: Travel Writing and National Identity in
Early Modern England, Newark, University of Delaware Press, 2008. A.
Vezzosi, Léonard de Vinci : art et science de l'univers, Paris, Gallimard,
1996.
L’histoire des plantes (1597)

[John Gerard (1545-1612) botaniste et herboriste à Londres entretenait un


jardin dans la capitale. Il est l’auteur de l’un des herbiers les plus célèbres du
XVIIe siècle, doté de très ombreuses illustrations parmi ses près de 1500 pages.
Il a pour cette raison été plusieurs fois traduit en anglais, en néérlandais, en latin
et en français.]

Ill. 1
Source : Frontispice, J. Gerarde, The Herball or Generall Historie of
Plantes, Londres, John Norton, 1597.
Bibliographie : F.-J. Anderson, An Illustrated History of the Herbals.
New York, Columbia University Press, 1977. N. Jardine, J.-A. Secord,
E. Spary (dir.), Cultures of Natural History, Cambridge, Cambridge
University Press, 1996.B. W. Ogilvie, The Science of Describing:
Natural History in Renaissance Europe, Chicago, University of
Chicago Press, 2006.
Le cabinet de curiosité de Ferrante Imperato (1599)

[Pharmacien et naturaliste napolitain, Ferrante Imperato (1550-1625) a


collectionné des échantillons d’histoire naturelle au Palazzo Gravina de
Naples. Célèbre du vivant de son propriétaire, ce cabinet a fait l’objet
d’un catalogue publié en 1601. Le cabinet de curiosité ou studiolo peut
être considéré comme l’ancêtre du musée d’histoire naturelle. Les
collections concernent des animaux empaillés, des insectes séchés, des
coquillages ou encore des herbiers]

Ill. 2

Source : Ferrante Imperato, Dell’Historia Naturale…, Naples, 1599.


Bibliographie : B. Accordi, « Ferrante Imperato (Napoli, 1550-1625) e
il suo contributo alla storia della geologia », Geologica Romana, 1981,
n° 20, p. 43-56. P. Falguieres, Les chambres des merveilles, Paris,
Bayard, 2003.P. Findlen, Possessing Nature: Museums, Collecting and
Scientific Culture in Early Modern Italy, Berkeley, University of
California Press, 1994.A. McGregor, Curiosity and Enlightenment.
Collectors and Collections from the Sixteenth to the Nineteenth
Century, New Haven, Yale University Press, 2007. D. Moncond’huy et
alii, La licorne et le Bézoard: une histoire des cabinets de curiosités,
Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2014.
Interpréter la nature : le Novum Organum de Bacon (1620)

[L’anglais Francis Bacon (1561-1626), qui exerce à partir de 1618 la


charge de Chancelier d’Angleterre, a développé depuis ses jeunes
études un goût pour les sciences dont il a estime qu’elle méritent d’être
réformées. En 1620, il publie son œuvre majeure, Novum organum ou
« nouvel outil ». Bacon y développe une nouvelle conception de la
logique contre la logique d’Aristote présentée dans l’Organon auquel
fait référence le titre du traité.. L’expérimentation y tient une place
centrale : c’est par l’union de la raison et de l’expérience et par une
observation méthodique que peut advenir connaissance fiable. Il est
pour cela considéré comme l’un des fondateurs de l'empirisme
moderne.]

« 1- L’homme, serviteur et interprète de la nature, n’agit et ne


comprend que dans la proportion de ses découvertes expérimentales et
rationnelles sur les lois de cette nature ; hors de là, il ne sait et ne peut
plus rien.
2- Ni la main seule, ni l’esprit abandonné à lui-même, n’ont grande
puissance ; pour accomplir l’œuvre, il faut des instruments et des
secours dont l’esprit a tout autant besoin que la main. Et de même que
les instruments physiques accélèrent et règlent le mouvement de la
main, les instruments intellectuels facilitent ou disciplinent le cours de
l’esprit. […]
5- Ceux qui d’habittude se mêlent d’opérations naturelles, sont le
mécanicien, le médecin, le mathématicien, l’alchimiste et le magicien ;
amis tous (au point où en sont ls choses), avec des efforts bien légers et
un succès médiocre.
6- Espérer que ce qui n’a jamais été fait peut se faire, si on n’est par des
moyens entièrement inusités jusqu’ici, serait une pensée folle, et qui se
combattrait elle-même.
7- L’industrie de la main et celle de l’intelligence humaine semblent
très-variées, à en juger par les métiers et les livres. Mais toute cette
variété repose sur une subtilité extrême et à l’exploitation d’un petit
nombre d’expériences qui ont frappé les yeux, non pas sur une
abondance suffisante de principes généraux.
8- Toutes nos découvertes jusqu’ici sont dues bien plutôt au hasard et
aux leçons de la pratique qu’aux sciences ; car les sciences que nous
possédons aujorud’hui ne sont rien autre chose qu’un ceratin
arrangement des découvertes accomplies ; elles ne nous apprennent ni à
en fair e de nouvelles, ni à étendre notre industrie.
9- Le principe unique et la racine de presque toutes les imperfections
des sciences, c’est que tandis que nous admirons et exatons faussement
les forces de l’esprit huamin, nous n’en recherchons point les véritables
aides.
10- La nature est bien autrement subtile que nos sens et notre esprit ;
aussi toutes nos belles méditations et spéculations, toutes les théories
imaginées par l’homme sont-elles choses dangereuses, à moins toutefois
que personne n’y prenne garde.
11- De même que les sciences, telles qu’elles sont maintenant, ne
peuvent servir au progrès de l’industrie, la logique que nous avons
aujourd’hui ne peut servir au progrès de la science. […]
15- Nos notions générales, soit en physique, soit en logique, ne
contiennent rien de juste ; celles que nous avons de la substance, de la
qualité, de l’action, la passion, l’être lui-même, ne sont pas bien faites ;
bien moins encore celles qu’expriment ces termes : le grave, le léger, le
dense, le rare, l’humide ,le sec, génération, corruption, attirer,
repousser, élément, matière, forme, et autres de cette sorte ; toutes ces
idées viennent de l’imagination, et sont mal définies.
16- Les notions des espèces dernières, comme celles de l’homme, du
chien, de la colombe, et des perceptions immédiates des sens,comme le
froid, le chaud, le blanc, le noir, ne peuvent nous tromper beaucoup ; et
cependant la mobilité de la matiè§re et le mélange des choses les
trouvent parfois en défaut. Toutes les autres, que l’esprit humain a
mises en jeu jusqu’ici, sont de véritables aberrations, et n’ont point été
demandées à la réalité par une abstraction et des procédés légitimes.
[…]
18- Les découvertes de la science jusqu’ici ont presque toutes le
caractère de dépendre des notions vulgaires ; pour pénétrer dns les
secrets et les entrailles de la nature, il faut que notions et principes
soient tirés de la réalité par une méthode plus certaine et plus sûre, et
que l’esprit emploie en tout de meilleurs procédés.
19- Il n’y a et ne peut y avoir que deux voies pour la recherche et la
découverte de la vérité : l’une qui, partant de l’expérience et des faits,
s’envole aussitôt aux principes les plus généraux, et en vertu de ces
principes qui prennent une autorité incontestable, juge et établit les lois
secondaires (et c’est elle que l’on suit maintenant) ; l’autre qui de
l’expérience et des faits tire les lois, en s’élevant progressivement et
sans secousse jusqu’aux principes les plus généraux qu’elle atteint en
dernier lieu ; celle-ci est la vraie, mais on ne l’a jamais pratiquée.
20- L’intelligence abandonnée à elle-même, suit la première de ces
voies, qui est aussi le chemin tracé par la dialectique ; l’esprit en effet
brûle d’arriver aux premiers principes pour s’y reposer, à peine a-t-il
goûté de l’expérience, qu’il la dédaigne ; mais la dialectique a
singulièrement développé toutes ces mauvaises tendances, pour donner
plus d’éclat aux argumentations. […]
26- Pour bien faire entendre notre pensée, nous donnons à ces notions
rationnelles, que l’on transporte dans l’étude de la nature, le nom de
Prénotions de la nature [ou anticipations de la nature] (parce que ce
sont des façons d’entedre téméraires et prématurées), et à cette science
qui vient de l’expérience par une voie légitime, le nom d’Interprétation
de la nature. […]
28- […] les prénotions [anticipations] subjuguent notre assentiment
avec plus d’empire que les interprétations, parce que, recueillies sur un
petit nombre de faits, et sur ceux qui nous sont le plus familiers, elles
frappent incontinent l’esprit et remplissent l’imagination, tandis que les
interprétations, recueillies çà et là sur des frais très-variés et épars, ne
peuvent frapper subitement l’esprit, et doivent nécessairement paraître à
notre créance fort dures et étranges à recevoir, presque à l’égal des
mystères de la foi.
29- Dans les sciences où les opinions et les maximes sont seules en jeu,
les prénotions et la dialectique sont de grand usage, parce que c’est
l’esprit dont il faut triompher, et non la nature. […]
31- C’est en vain qu’on espère un grnad profit dans les sciences, en
greffant toujours sur le vieux tronc que l’on surcharge ; mais il faut tout
renouveler, jusqu’aux plus profondes racines, à moins que l’on ne
veuille perpétuellement tourner dans le même cercle, avec un progrès
sans importance et presque digne de mépris.
32- Nous n’attaquons point la gloire des auteurs anciens, nous leur
laissons à tous leur mérite ; nous ne comparons ni les esprits ni les
talens, mais les méthodes ; notre rôle n’est point celui d’un juge, mais
d’un guide. […]
82- La fin dernière et le but des sciences ont […] été mal établis par les
hommes ; mais quand même ils eussent été bien établis , la méthode
employée était erronée et impraticable. Et lorsqu’on y réfléchit, on est
frappé de stupeur, en voyant que personne n’ait pris à cœur et ne se soit
même occupé d’ouvrir à l’esprit humain une route sûre, partant de
l’observation et d’une espérience réglée et bien fondée ; mais que tout
ait été abandonné aux ténèbres de la tradition, aux tourbillons de
l’argumentation, aux flots incertains du hasard et d’une espérience sans
règle et sans suite. […] La véritable expérimentale […] allume d’abord
le flambeau, ensuite à la lumière du flambeau, elle montre la route, en
commençant par une expérience bien réglée et approfondie, qui ne sort
point de ses limites, et où ne se glisse point l’erreur ; en tirant de cette
expérience des lois générales, et réciproquement de ce lois générales
bien établies, des expériences nouvelles. […]
95- Les sciences ont été traitées, ou par les empiriques, ou par les
dogmatiques. Les empiriques, semblables aux fourmis, ne savent
qu’amasser et user ; les rationalistes, semblables aux araignées, font des
toiles qu’ils tirent d’eux-mêmes ; le procédé de l’abeille tient le milieu
entre ces deux : elle recueille ses matériaux sur les fleurs des jardins et
des champs ; mais elle les transforme et les distille par une vertu qui lui
est propre ; c’est l’image du véritable travail de la philosophie, qui ne se
fie par aux seules forces de l’esprit humain et n’y prend même pas son
principal appui ; qui ne se contente pas non plus de déposer dans la
mémoire, sans y rien changer, des matériaux recueillis dans l’histoire
naturelle et les arts mécaniques ; mais les porte jusque dans l’esprit
modifiés et transformés. […]
98- Notre histoire naturelle ne recherche rien suivant les véritables
règles, ne vérifie, ne compte, ne pèse, ne mesure rien. Mais tout ce qui
est indéterminé et vague dans l’observation, devient inexact et faux
dans la loi générale. Si l’on s’étonne de ce que nous disons, et si nos
plaintes paraissent injustes à ceux qui savent qu’Aristote, un si grand
homme et aidé des trésors d’un si grand roi, a écrit sur les animaux une
histoire à laquelle il a donné beaucoup de soins, et que bien d’autres,
avec plus de soins encore, quoique avec moins de bruit, ont beaucoup
ajouté à cette histoire , que d’autres encore ont écrit des histoires et des
descriptions nombreuss de plantes, de métaux et de fossiles ; ceux-là
certainement n’ont pas suffisamment entendu et compris ce dont il
s’agit ici. Autre chose est une histoire naturelle faite pour elle-même,
autre chose une histoire naturelle recueillie pour donner à l’esprit les
lumières selon lesquelles la philosophie doit être légitimement fondée.
Ces deux histoires naturelles, qui diffèrent sous tant d’autres rapports,
diffèrent surtout en ce que la première contient seulement la variété des
espèces naturelles, et non les expériences fondamentales des arts
mécaniques. […]
99- […] on ne pourra concevoir une espérance bien fondée du progrès
ultérieur des sciences, que lorsque l’on recevra et l’on rassemblera dans
l’histoire naturelle une foule d’expériences qui ne sont par elles-mêmes
d’aucune utilité pratique, mais qui ont une grand importance pour la
découvertes des causes et des lois générales ; expériences que nous
appelons lumineuses, pour les distinguer des fructueuses ; et qui ont
cette admirable vertu de ne jamais tromper ni décevoir. Comme leur
emploi n’est pas de produire quelque opération, mais de révéler une
cause naturelle, quel que soit l’événement, il répond toujours également
bien à nos désirs, puisqu’il donne une solution à la question […].
100- Non-seulement il faut rechercher et recueillir un plus grand
nombre d’expériences, et d’un autre genre, qu’on ne l’a fait
jusqu’aujourd’hui, mais encore il faut employer une méthode toute
différente, et suivre un autre ordre et une autre disposition dans
l’enchainement et la gradation des expériences. Une expérience vague
et qui n’a d’autre but qu’elle-même, comme nous l’avons déjà dit, est
un pur tâtonnement, plutôt fait pour étouffer que pour éclairer l’esprit
de l’homme ; mais, lorsque l’expérience suivra des règles certaines, et
s’avancera graduellement dans un ordre méthodique, alors on pourra
espérer mieux des sciences. […]
105- Pour établir les lois générales, il faut chercher une autre forme
d’induction que celle que l’on a employée jusqu’ici, et qui ne serve pas
à découvrir et à constituer seulement les principes, comme on les
nomme,, mais encore les lois les moins générales, les intermédiaires, et
toutes en un mot. […] l’induction, qui sera utile pour la déouverte et la
démonstration des sciences et des arts, doit séparer la nature par des
rejets et des exclusions légitimes ; et, après avoir repoussé tous les faits
qu’il convient, coclure en vertu de ceux qu’elle admet. »

Source : Francis Bacon, Novum Organum, nouvelle traduction par


Loquet, Paris, Hachette et Cie, 1857, p. 7-56.
Bibliographie : F. Bacon, Novum Organum (1620), Introduction,
traduction et notes par M. Malherbe et J.-M. Pousseur, Paris, PUF,
1986. L. Daston, « Baconian facts, academic civility, and the prehistory
of objectivity », in Megill A. (dir.), Rethinking objectivity, Durham &
London, Duke University Press, 1994, p. 37-63.P. Hamou, La Mutation
du visible. Essai sur la portée épitémologique des instruments d’optique
au XVIIe siècle, vol. 2, microscopes et téléscopes en Angleterre, de
Bacon à Hooke, Vileneuve d’Ascq, Presses universitaires du
Septentrion, 2001. P. Rossi, Francis Bacon: From Magic to Science,
Chicago, University of Chicago Press, 1968.
Carte de la Lune dans le Senenograhia d’Hevelius (1647)

[Johannes Hevelius (1611-1687) est un astronome polonais. Bien


qu’exerçant des fonctions officielles dans la vie municipale de Danzig,
c’est à l’astronomie qu’il consacre l’essentiel de son temps. Auteur
d’une célèbre cartographie de la lune, Hevelius a étudié les tâches du
soleil, les comètes, constellations. Il a consacré quatre années à réaliser
la topographie de la Lune, aboutissant en 1647 à Selenographia, atlas de
plusieurs cartes extrêmement détaillées de la surface de la Lune, ainsi
que de la rotation de la lune. Poursuivant l’œuvre de Galilée (1564-
1642), il est l’un des grands astronomes du XVIIe siècle, correspondant
en conséquence avec Edmond Halley (1656-1742), Robert Hooke
(1635-1703) ou la Royal Society.]

Ill. 3
Source : Johannis Hevelii, Selenographia, sive lunae descriptio…
Gedani, Hünefeld, 1647.
Bibliographie : L. C. Béziat, « La vie et les travaux de Jean Hevelius »,
Bulletino di bibliographia e di storia delle scienze matematiche e
fisiche, Roma, t. IX, 1876. P. Hamou, La Mutation du visible. Essai sur
la portée épitémologique des instruments d’optique au XVII e siècle, vol.
1, Du Sidereus nuncius de Galilée à la Dioptrique cartésienne,
Vileneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1999. J.-P.
Verdet, Une histoire de l’astronomie, Paris, Seuil, 1990.
L’herbier de toute une vie (1722)

[Le botaniste français Sébastien Vaillant (1669-1722) est sur son lit de
mort. Il veut vendre son herbier et demande à un proche, le botaniste
français Antoine-Tristan Danty d'Isnard (1663-1743) de le décrire à
l'acheteur, le botaniste anglais William Sherard (1659-1728). Vaillant a
consacré toute sa vie à l’étude des plantes qu’il observe dans les jardins,
collectionne dans des herbiers, étudiant particulièrement leurs
mécanismes de reproduction.]

« […] vous savez Monsieur qu'il [Sébastien Vaillant] a vu l'herbier de


Monsieur Tournefort, qu'il a parcouru celui de Monsieur Morin, que
Monsieur Fagon lui a donné le sien. Vous savez que Monsieur Vaillant
a desséché toutes les plantes qui ont été cultivées au jardin royal à Paris
depuis trente années environ. Vous savez aussi que M[ichel] Sarrazin
lui a envoyé toutes celles qu'il a découvertes dans ses courses : que le
RP [Révérend Père] Plumier lui en a donné plusieurs ; que monsieur
Tournefort lui a donné celles qu'il a découvertes dans ses voyages, qu'il
a eu des correspondances dans une partie de provinces de France, qu'il a
fait lui-même quelques voyages dans lesquels il a ramassé beaucoup de
plantes, que ces mêmes correspondances se sont étendues jusque dans
les pays étrangers, et qu'il les a même entretenues très longtemps avec
vous, Monsieur, que son exactitude l'a porté à vous demander Monsieur,
ainsi qu'aux autres savants botanistes de l'Europe les plantes sur
lesquelles il avait quelques doutes ce qui lui a donné occasion de
corriger beaucoup de fautes et de confusions dans la science de la
botanique. »

Source : Royal Society de Londres, Archives, Sherard Papers


Manuscrit 252, Correspondance de William Sherard, Danty d'Isnard à
Sherard [pour le compte de Sébastien Vaillant], lettre 259, Paris 11 avril
1722. (Transcription : Thérèse Bru)
Bibliographie :E. Kushner, L'époque de la Renaissance : 1400-1600,
John Benjamins Publishing, 1988, vol. 3, p. 445.Ph. Morat, G.-G.
Aymonin et J.-Cl. Jolinon, L’Herbier du monde. Cinq siècles
d’aventures et de passions botaniques au Muséum national d’histoire
naturelle, Paris, Muséum national d’histoire naturelle de Paris et Les
Arènes/L’iconoclaste, 2004.
Les nouvelles frontières du savoir

[Médecin et chanoine de Freuenburg, l’astronome polonais Nicolas


Copernic (1473-1543) est un humaniste respectueux des anciens,
rédigeant le De revolutionibus en suivant le plan de l’Almageste de
Ptolémée. C’est dans les années 1507-1512 qu’il échafaude ses
hypothèses de sa nouvelle astronomie. Tandis que la cosmologie
médiévale enseignée au début du XVe siècle reposait sur un univers
géocentrique, Copernic affirme qu’il n’y a pas de centre unique pour
tous les orbes terrestres, que le centre de la Terre n’est pas le centre de
l’univers, que le mouvement apparent du soleil vient du mouvement de
la Terre autour du soleil et de la Terre sur son axe. Si les idées de
Copernic se diffusent par le biais de l’un de ses disciples, Georg
Joachim Lauchen dit Rheticus (1514-1576), ce n’est qu’en 1543 qu’il se
décide à publier son De revolutionibus, peu avant sa mort. L’ouvrage,
en contradiction avec les Saints Ecritures, fait débat et est finalement
mis à l’Index en 1616]

« Que personne n’attende de l’astronomie rien de certain » (1543)

« Je ne doute pas que certains savants – puisque déjà s’est


répandu le bruit concernant la nouveauté des hypothèses de cette œuvre,
qui poste la terre comme mobile et le soleil, par contre, comme
immobile au centre de l’Univers, – ne soient fortement indignés et ne
pensent qu’on ne doit pas bouleverser les disciplines libérales, bien
établies depuis très longtemps déjà. Si cependant ils voulaient bien
examiner cette chose de près, ils trouveraient que l’auteur de cet
ouvrage n’a rien entrepris qui mériterait le blâme. En effet, c’est le
propre de l’astronome de colliger, par une observation diligente et
habile, l’histoire des mouvements célestes. Puis d’en [rechercher] les
causes, ou bien – puisque d’aucune manière il ne peut en assigner de
vraies – d’imaginer et d’inventer des hypothèses quelconques, à l’aide
desquelles ces mouvements (aussi bien dans l’avenir que dans le passé)
pourraient être exactement calculés conformément aux principes de la
géométrie. Or, ces deux tâches, l’auteur les a remplies de façon
excellente. Car, en effet, il n’est pas nécessaire que ces hypothèses
soient vraies ni même vraisemblables ; une seule chose suffit : qu’elles
offrent des calculs conformes à l’observation. A moins que quelqu’un
ne soit tellement ignorant en optique et en géométrie qu’il tienne
l’épicycle de Vénus pour vraisemblable et le croit être la cause pour
laquelle Vénus – de quarante parts de cercle et même d’avantage –
tantôt suit, tantôt précède le soleil. Qui ne voit cependant que, ceci étant
admis, il s’en suivrait nécessairement que, dans le périgée, le diamètre
de l’étoile devrait apparaître comme plus de quatre fois – et le corps
même comme plus de seize fois - plus grand que dans l’apogée ? à quoi
cependant s’oppose toute l’expérience des siècles.
Il y a dans cette science d’autres choses non moins absurdes
qu’il n’est pas nécessaire d’examiner ici. Car il est suffisamment clair
que cet art, simplement et totalement, ignore les causes des
mouvements irréguliers des phénomènes [célestes]. Et s’il en invente
quelques-unes dans l’imagination comme, certes, il en invente un très
grand nombre, il ne les invente aucunement afin de persuader
quiconque qu’il en est [effectivement] ainsi, mais uniquement afin
qu’elles fondent un calcul exact. Or comme pour [expliquer] un seul et
même mouvement s’offrent parfois différentes hypothèses (ainsi, pour
le mouvement du soleil, l’excentricité et l’épicycle), l’astronome en
adoptera de préférence celle qui est la plus facile à comprendre. Le
philosophe exigera peut-être d’avantage la vraisemblance ; aucun
cependant ne saurait ni atteindre, ni enseigner quoi que ce soit de
certain, à moins qu’il ne lui soit révélé par Dieu. Laissons donc ces
nouvelles hypothèses se faire connaître parmi les anciennes, nullement
plus vraisemblables, d’autant plus qu’elles sont à la fois admirables et
faciles et qu’elles mènent avec elles un trésor immense d’observations
les plus savantes. Et que personne, en ce qui concerne les hypothèses,
n’attende de l’astronomie rien de certain, puisqu’aussi celle-ci ne veut
nous donner rien de pareil, afin que – s’il prenait pour vraies des choses
fabriquées pour un autre usage – il ne quitte cette étude plus bête qu’il
ne l’avait abordée. »

Source : Copernic, De Revolutionibus orbium coelestium, 1543, trad.


par Alexandre Koyré, Diderot, Arts et Sciences, 1998. Version française
libre :
http://classiques.uqac.ca/collection_sciences_nature/copernic_nicolas/re
volutions/revolutions_orbes_celestes.html
Bibliographie : O. Gingerich, Le livre que nul n’avait lu. À la poursuite
du De Revolutionibus de Copernic, Paris, Dunod, 2008. J.-J.
Szczeciniarz, Copernic et la révolution copernicienne, Paris,
Flammarion, 1998. R. S. Westman, The Copernican Question.
Prognostication, Skepticism and Celestial Order, Berkeley, University
of California Press, 2011.
Les Messager des étoiles (1610)

[En 1610, l’italien Galileo Galilei (1564-1642), titulaire de la chaire de


mathématiques à l’université de Padoue où il enseigne les
mathématiques, la mécaniqueet l’astronomie de 1592 à 1610, rédige en
latin un petit traité d’astronomie intitulé Sidereus Nuncis (Le Messager
des Etoiles). Ses observations de la Lune, des étoiles et des satellites de
Jupiter reposent sur l’utilisation d’une lunette astronomique qu’il a lui-
même mise au point et perfectionnée depuis 1609. L’ouvrage est dédié
au grand-duc de Toscane et son ancien élève de mathématiques Cosme
II de Médicis (1590–1621) et baptise les quatre corps célestes qu'il a
découverts « Astres médicéens »]

LE MESSAGER
DES ETOILES
QUI DEVOILE DE GRANDS ET TOUT ADMIRABLES
SPECTACLES
Et vers eux propose de lever les yeux
à chacun, mais surtout, en vérité,
aux PHILOSOPHES et aux ASTRONOMIES ; par
GALILEO GALILEI
PATRICIEN FLORENTIN
Mathématicien en titre de l’Université de Padoue
EFFECTUEES GRACE A UNE LUNETTE
Récemment conçue par lui, ces observations portent sur la
FACE DE LA LUNE, d’INNOMBRABLES ETOILES FIXES,
la VOIE LACTEE, les ETOILES NEBULEUSES,
mais avant tout sur
QUATRE PLANETE
volant autour de l’Etoile de JUPITER à intervalles et périodes
irréguliers, d’une célérité merveilleuse ; ces planètes, à ce jour
de nul homme connues, dernièrement l’Auteur les a
découvertes le premier ; en outre,
ASTRES MEDICEENS
FUT LE NOM QU’IL DECIDA DE LEUR DONNER

A VENISE, chez Tommaso Baglioni, 1610


avec permission et privilège des Autorités.
Source : Galilée, Le Messager des étoiles, Paris, Seuil, 1992, p. 108.
Transcription du frontispice du Messager des étoiles de Galilée
(Sébastien Pautet)
Bibliographie : M. Bucciantini Galilée et Kepler : philosophie,
cosmologie et théologie à l’époque de la contre Réforme, Paris, Belles
Lettres, 2008. M. Bucciantini, M Camerota, F. Giudice, Galileo’s
Telescope. A European Story, Cambridge, Harvard University Press,
2015.M. Clavelin, La philosophie naturelle de Galilée, Paris, Albin
Michel, 1996. L. Geymonat, Galilée, Paris, Seuil, 1992. A. Koyré, La
révolution astronomique, Kepler, Galilée, Borelli, Paris, Hermann,
1961. M. Valleriani, Galileo Engineer, Art and Modern Science,
Dordrecht, Boston Studies in the Philosophy and History of Science,
2010.
Les grands systèmes du monde : Ptolémée, Copernic, Tycho Brahe
(1647)

[En 1647, Hevelius expose dans sa Selenographia trois théories du


système monde, donnant à voir les mutations épistémologiques à
l’œuvre au XVIIe siècle dans la connaisance de l’univers. La première,
celle de Ptolémée (90-168), repose sur le géocentrisme. La théorie,
également défendue par Aristote, considère que la Terre se situe,
immobile, au centre de l’Univers. Au contraire, Nicolas Copernic
(1473-1543) pense que le soleil se situe au centre de l’Univers. Le
Danois Tycho Brahe (1546-1601) met en place un système mixte, dit
géo-héliocentrique. La Lune et le Soleil tournent autour de la Terre
immobile immobile au centre de l'univers et les autres planètes tournent
autour du Soleil. Lors de la controverse ptoléméo-copernicienne,
l'héliocentrisme fait l'objet d'interdits religieux : Luther condamnera
Copernic dont le De Revolutionibus sera par ailleurs mis à l’Index en
1616 ; Galilée sera condamné à se rétracter en 1633 pour son livre le
Dialogue sur les deux grands systèmes du monde]

Ill. 4 – Le système de Ptolémée


Le système de Ptolémée

Ill. 5 Le système de Copernic

Ill. 6- Le système de Tycho Brahe

Source : Johannis Hevelii, Selenographia, sive lunae descriptio…


Gedani, Hünefeld, 1647.
Bibliographie : L. C. Béziat, « La vie et les travaux de Jean Hevelius »,
Bulletino di bibliographia e di storia delle scienze matematiche e
fisiche, Roma, 1876, t. IX. A. Koyré, La révolution astronomique,
Copernic, Kepler, Borelli, Paris, Hermann, 1961.R. Taton, Histoire
générales des sciences, Paris, PUF, 1998, t. 2. J.-P. Verdet, Une histoire
de l’astronomie, Paris, Seuil, 1990.
Les savoirs sur la forme de la Terre par Voltaire (1738)

[Le philosophe François-Marie Arouet, dit Voltaire (1694-1778),


célèbre depuis la fin des années 1710 pour ses tragédies, assiste en 1727
aux obséques de Isaac Newton (1643-1727) à Westminster Abbey,
durant son exil londonien de 1727-1728 consécutif à l’affaire du
chevalier de Rohan. Il décide dès lors de de mettre les théories de
Newton (1643-1727) à la portée du plus grand nombre, avec l’aide
notamment de Maupertuis, ardent défenseur des théories de Newton sur
la question de la de la Terre contre les partisans de Descartes. Si la
première édition de 1738 semble avoir été publiée sans son accord,
quatre ans après ses Lettres philosophiques, Voltaire participe aux
éditions postérieures. Aidé par sa maîtresse, Émilie du Châtelet (1706-
1749), auprès de laquelle il a trouvé refuge au château de Cirey,
Voltaire est l'un des premiers à vulgariser en France les idées de
Newton. Pour faire état des savoirs sur la forme de la Terre, il expose
les données dans une chronologie longue.]

« Les premiers astronomes, en Asie et en Égypte, s’aperçurent


bientôt, par la projection de l’ombre de la terre dans les éclipses de lune,
que la terre est ronde ; les Hébreux, qui étaient de fort mauvais
physiciens, l’imaginèrent plate ; ils se figuraient le ciel comme un demi-
cintre couvrant la terre, dont ils ne connaissaient ni la figure, ni la
grandeur, mais dont ils espéraient être tôt ou tard les maîtres. Cette
imagination d’une terre étroite et plate a longtemps prévalu parmi les
chrétiens. Chez beaucoup de docteurs, au xve siècle, il était assez reçu
que la terre était plate et longue d’orient en occident, et fort étroite du
nord au sud. Un évêque d’Avila, qui écrivit en ce temps-là, traite
l’opinion contraire d’hérésie et d’absurdité ; enfin la raison et le voyage
de Christophe Colomb rendirent à la terre son ancienne forme
sphérique. Alors on passa d’une extrémité à l’autre ; on crut la terre une
sphère parfaite, comme on crut ensuite que les planètes faisaient leurs
révolutions dans un vrai cercle. […][Or] la terre est un sphéroïde élevé
à l’équateur, et [n’est pas] une sphère parfaite […] [ce qui] avait
échappé aux plus grands génies, parce qu’un préjugé universel permet
rarement l’examen.
On sait qu’en 1672, Richer, dans un voyage à Cayenne, près
de la ligne, entrepris par l’ordre de Louis XIV, sous les auspices de
Colbert, le père de tous les arts ; Richer, dis-je, parmi beaucoup
d’observations, trouva que le pendule de son horloge ne faisait plus ses
oscillations, ses vibrations aussi fréquentes que dans la latitude de Paris,
et qu’il fallait absolument raccourcir le pendule d’une ligne et de plus
d’un quart.
La physique et la géométrie n’étaient pas alors, à beaucoup
près, si cultivées qu’elles le sont aujourd’hui […]. On trouva d’abord
qu’il fallait nécessairement que la pesanteur fût moindre sous l’équateur
que dans notre latitude, puisque la seule pesanteur fait l’oscillation d’un
pendule. Par conséquent, puisque la pesanteur des corps est d’autant
moins forte que ces corps sont plus éloignés du centre de la terre, il
fallait absolument que la région de l’équateur fût beaucoup plus élevée
que la nôtre, plus éloignée du centre ; ainsi la terre ne pouvait être une
vraie sphère.
Beaucoup de philosophes firent, à propos de ces découvertes,
ce que font tous les hommes quand il faut changer son opinion : on
disputa sur l’expérience de Richer ; on prétendit que nos pendules ne
faisaient leurs vibrations moins promptes vers l’équateur que parce que
la chaleur allongeait ce métal ; mais on vit que la chaleur du plus
brûlant été l’allonge d’une ligne sur trente pieds de longueur, et il
s’agissait ici d’une ligne et un quart, d’une ligne et demie, ou même de
deux lignes sur une verge de fer longue de trois pieds huit lignes.
Quelques années après, MM. Varin, Deshayes, Feuillée,
Couplet, répétèrent vers l’équateur la même expérience du pendule […].
Cette expérience vient d’être confirmée de nouveau par les
académiciens que M. le comte de Maurepas a fait partir pour le Pérou
[…]. À peu près au même temps, les académiciens qui ont été mesurer
un arc du méridien au nord ont trouvé qu’à Pello, par delà le cercle
polaire, il faut allonger le pendule pour avoir les mêmes oscillations
qu’à Paris : par conséquent la pesanteur est plus grande au cercle
polaire que dans les climats de la France, comme elle est plus grande
dans nos climats que vers l’équateur. Si la pesanteur est plus grande au
nord, le nord est donc plus près du centre de la terre que l’équateur ; la
terre est donc aplatie vers les pôles.
Jamais l’expérience et le raisonnement ne concoururent avec
tant d’accord à prouver une vérité. Le célèbre Huygens, par le calcul
des forces centrifuges, avait prouvé que la pesanteur devait être plus
grande à l’équateur qu’aux régions polaires, et que par conséquent la
terre devait être un sphéroïde aplati aux pôles. Newton, par les principes
de l’attraction, avait trouvé les mêmes rapports à peu de chose
près […]. C’est donc par les lois de la gravitation, combinées avec
celles de la force centrifuge, qu’on fait voir véritablement quelle figure
la terre doit avoir. Newton et Grégory ont été si sûrs de cette théorie
qu’ils n’ont pas hésité d’avancer que les expériences sur la pesanteur
étaient plus sûres pour faire connaître la figure de la terre qu’aucune
mesure géographique.
Louis XIV avait signalé son règne par cette méridienne qui
traverse la France ; l’illustre Dominique Cassini l’avait commencée
avec monsieur son fils ; il avait, en 1701, tiré du pied des Pyrénées, à
l’Observatoire, une ligne aussi droite qu’on le pouvait, à travers les
obstacles presque insurmontables que les hauteurs des montagnes, les
changements de la réfraction dans l’air, et les altérations des
instruments, opposaient sans cesse à cette vaste et délicate entreprise ; il
avait donc, en 1701, mesuré 6 degrés 18 minutes de cette méridienne.
Mais de quelque endroit que vînt l’erreur, il avait trouvé les degrés vers
Paris, c’est-à-dire vers le nord, plus petits que ceux qui allaient aux
Pyrénées vers le midi ; cette mesure démentait, et celle de Norvood, et
la nouvelle théorie de la terre aplatie aux pôles.
Cependant cette nouvelle théorie commençait à être tellement
reçue que le secrétaire de l’Académie n’hésita point, dans son histoire
de 1701, à dire que les mesures nouvelles prises en France prouvaient
que la terre est un sphéroïde dont les pôles sont aplatis. Les mesures de
Dominique Cassini entraînaient à la vérité une conclusion toute
contraire ; mais, comme la figure de la terre ne faisait pas encore en
France une question, personne ne releva pour lors cette conclusion
fausse […].
Quelque temps après, l’erreur de 1701 fut reconnue, on se
dédit, et la terre fut allongée par une juste conclusion tirée d’un faux
principe. La méridienne fut continuée sur ce principe de Paris à
Dunkerque ; on trouva toujours les degrés du méridien plus petits en
allant vers le nord.
Environ ce temps-là, des mathématiciens, qui faisaient les
mêmes opérations à la Chine, furent étonnés de voir de la différence
entre leurs degrés, qu’ils pensaient devoir être égaux, et de les trouver,
après plusieurs vérifications, plus petits vers le nord que vers le midi.
C’était encore une puissante raison pour croire le sphéroïde oblong, que
cet accord des mathématiciens de France et de ceux de la Chine.
On fit plus encore en France, on mesura des parallèles à
l’équateur. […] Tant de mesures renversèrent pour un temps, en France,
la démonstration de Newton et d’Huygens, et on ne douta pas que les
pôles ne fussent d’une figure tout opposée à celle dont on les avait crus
d’abord.
Enfin les nouveaux académiciens qui allèrent au cercle polaire
en 1736, ayant trouvé, par les mesures prises avec la plus scrupuleuse
exactitude, que le degré était dans ces climats beaucoup plus long qu’en
France, on douta entre eux et MM. Cassini. Mais bientôt après on ne
douta plus : car les mêmes astronomes qui revenaient du pôle
examinèrent encore ce degré, mesuré en 1677 par Picard, au nord de
Paris ; ils vérifièrent que ce degré est de 123 toises plus long que Picard
ne l’avait déterminé. […]Ainsi la première erreur de Picard, qui servait
de fondement aux mesures de la méridienne, servait aussi d’excuse aux
erreurs presque inévitables que de très-bons astronomes avaient pu
commettre dans ce grand ouvrage.
Les académiciens revenus du pôle avaient pour eux dans cette
dispute la théorie et la pratique. L’une et l’autre furent confirmées par
un aveu que fit, en 1740, à l’Académie, le petit-fils de l’illustre Cassini,
héritier du mérite de son père et de son grand-père. Il venait d’achever
la mesure d’un parallèle à l’équateur ; il avoua qu’enfin cette mesure,
prise avec tout le soin qu’exigeait la dispute, donnait la terre aplatie. Cet
aveu courageux doit terminer la querelle honorablement pour tous les
partis. »

Source : Voltaire, Élements de la Philosophie de Newton, Amsterdam,


Jacques Desbordes, 1738.
Bibliographie : L. Bobis, J. Lequeux, L'Observatoire de Paris : 350
ans de science, Paris, Gallimard, 2012. P. Brunet, L’introduction des
théories de Newton en France au XVIIIe siècle. Avant 1738, Paris,
Albert Blanchard, 1931. F. de Gandt, « La réception de Newton :
philosophes et géomètres », Revue du Nord, 77, 312, 1995, p. 845-857.
R. Iliffe, « Ce que Newton connut sans sortir de chez lui : Maupertuis et
la forme de la terre dans les années 1730 », Histoire & Mesure, 1993,
vol. 8, n°3, p. 355-386. V. Le Ru, Voltaire newtonien. Le combat d’un
philosophe pour la science, Paris, Vuibert/ADAPT, 2005. J. B. Shank,
The Newton Wars & the Beginning of the French Enlightenment,
Chicago, The University of Chicago Press, 2008.
ANALYSER, EXPERIMENTER, DISSEQUER

L’alchimie : entre magie, médecine et physique

Entre magie, alchimie et médecine : Paracelse (1527)

[Médecin, philosophe et théologien laïque, Théophraste Bombast von


Hohenheim, dit Paracelse (1493-1541), a joué un rôle remarquable dans
l’histoire de la médecine et l’histoire religieuse à la Renaissance. Si
Paracelse n’a pas joué un rôle aussi important dans la modernisation de
la médecine qu’un André Vésale (1514-1564) ou qu’un William Harvey
(1578-1657), il a cependant eu une grande influence dans la
réorientation de l’alchimie de la recherche sur la transmutation des
métaux vers la thérapeutique, et dans la rupture avec la théorie
traditionnelle galéniste : pour Paracelse, la maladie ne constitue pas un
déséquilibre général des quatre humeurs (sang, phlegme, bile jaune, bile
noire) mais les maux dérivent d'altérations des organes provoquées par
des substances étrangères. Chargé de cours de médecine à Bâle en 1527,
Théophraste élabore un cours qui commence par un virulent manifeste,
rejetant le galénisme et soutenant la nouvelle médecine qu'il enseigne.
A l’hiver 1527, un violent pamphlet à son encontre est placardé à Bâle,
et il finit par devoir quitter la ville.]

« Vous avez beau faire : vos injures et invectives ne


détourneront point mon dessein : je vous ferai lever le masque et serez
contraints de me suivre et de me reconnaitre pour votre Prince et
Monarque de la Médecine, soit que vous soyez Docteurs de
Montpelleier, de Lipse, de Padoue, de Paris, et tous autres ; oui je sais
de certains que vos magnificience et votre orgeuil seront un jour bien
rabaissés ; et combien que vos Académies et superbes Ecoles, et leurs
sublimes discours ne soient de mon opinion, aussi je ne le désire pas ;
car je les humilierai assez , et donnerai la vérité si claire, et si facile à
comprendre, que mes écrits dureront et substitueront jusques au dernier
jour du monde, comme véritables et incontradicibles ; et que les votres
seront estimés pleins de fiel, de venins et de couleuvres, et seront haïs
des hommes crapauds…
Et ailleurs il dit comme par esprit prophétique : en ce siècle, la
Monarchie de tous les arts m’a été donnée, à moi Théophraste
Paracelse, Prince de la Philosophie et Médecine : car j’ai été à ce appelé
et élu de Dieu, afin d’anéantir et abolir toutes les fantaisies et opinions
fallaces des présompteux et faux Artistes […]
Venons en au troisièmefondement de la Médecine qui est
l’Alchimie, en laquelle si le Médecin ne s’exerce avec très grande étude
et affection, et ne s’y rend très-parfait en la pratique d’icelle, tout ce
qu’il sait d’autres choses lui est inutile et vain : parce que la Nature est
si subtile et habille en ces choses, qu’elle ne peut être ni prise ni
comprise sans grande industrie ; car elle ne produit rien qui ne soit
parfait pour sa fin, mais il faut que l’homme perfectionne tout ; et cette
perfection s’appelle l’Alchimie : car l’Achimiste est comme le
Boulanger qui cuit le pain, ou comme le Vigneron qui exprime et
pressure le raisin pour préparer le vin, ou ainsi le Tisserand qui fait le
linge et les draps ; et ainsi quand la nature a produit quelque chose pour
l’utilité de l’homme, c’est l’Alchimiste qui la prépare, et la rend prête à
s’en servir. […]
Et certainerment les Artistes et ouvriers de chaque métier ont
sondé la Nature et recherché si curieusement en toutes ses propriétés
qu’ils ont appris à la polir et mettre au souverain degré de l’artifice et à
tirer d’elle tout ce qui peut aux choses externes : mais en la Médecine
seule, où ceci était le plus nécessaire, cet artifice n’a point encore été
trouvé, en sorte que l’art est très rude et très grossier. […]
Car cette préparation des remèdes, c’est ici le souverain secret
et principale fin : à savoir qu’après que tu auras atteint la connaissance
de la Philosophie et Atsronomie, c’est-à-dire la nature des maladies et
médicaments, et leur entière concordance, la plus grande chose et
principale conclusion et le plus nécessaire point, est de savoir comme il
te faut appliquer ce que tu fais. Or la Nature de soi-même t’enseigne en
toutes ces choses, quelle diligence tu dois avoir pour cuire des remèdes
à la perfection : et ainsi que l’Été fait mûrir la poire et la raisin, ainsi
faut-il préparer les remèdes. Que si tu prends ce soin, alors tu verras que
ton remède opérera comme il doit ; partant s’il est vrai que ta Médecine
doit produire son fruit ainsi que l’Été, saches que l’Été fait ceci par le
moyen de l’Alchimie et non sans elle. »

Source : Paracelse, L'art d'alchimie et autres écrits de Théoph.


Paracelse Bombast, tirés des traductions de ses premiers sectateurs,
Paris, Presses littéraires de France, 1950 (Discours de l'alchimie = Liber
Paramirum III ; Les paragraphes ; Épîtredu Livre des paragraphes
1527 ; Le livre du Caduc ; La petite chirurgie ; Le livre des vers,
serpents, etc.).
Bibliographie : A. G. Debus, TheEnglish Paracelsians, Londres,
Oldbourne Books, 1965. D. Kahn, Le fixe et le volatile. Chimie et
alchimie de Paracelse à Lavoisier, Paris, CNRS, 2016. C. Webster,
From Paracelsus to Newton: Magic and the making of modern Science,
Cambridge, Cambridge University Press, 1984, p. 14-17.
Qu’est-ce qu’un alchimiste ? (1751)

[Médecin et chimiste français, Paul-Jacques Malouin (1701-1778) est


membre de l’Académie des sciences depuis 1744 et professeur de
chimie au Jardin du Roi à partir de 1745. Publiant de nombreux
mémoires sur les métaux mais aussi sur les épidémies, il collabore à
l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, à travers plus de 70 articles
dont ceux portant sur l’« Achimie » et l’« Alchimiste ». Connu pour son
sérieux, il est intraitable avec ceux qui raillent la médecine et les
médecins. Il distingue deux types d’alchimistes : les vrais et les faux]

« ALCHIMISTE, s. m. celui qui travaille à l’Alchimie. Voyez


ALCHIMIE. Quelques anciens Auteurs Grecs se sont servis du mot
χρυσοποιητὴς, qui signifie faiseur d’or, pour dire Alchimiste, & de
χρυσοποιητικὴ, l’art de faire de l’or, en parlant de l’Alchimie. On lit
dans d’autres Livres Grecs, ποιητὴς, fictor, faiseur, Alchimiste, qui
signifie aussi Auteur de vers, Poëte. En effet, la Chimie & la Poësie ont
quelque conformité entr’elles. M. Diderot dit, pag. 8 du Prospectus de
ce Dictionnaire : la Chimie est imitatrice & rivale de la nature ; son
objet est presqu’aussi étendu que celui de la nature même : cette partie
de la Physique est entre les autres, ce que la Poësie est entre les autres
genres de littérature ; ou elle décompose les êtres, ou elle les revivifie,
ou elle les transforme, &c.
On doit distinguer les Alchimistes en vrais & en faux, ou fous.
Les Alchimistes vrais sont ceux qui, après avoir travaillé à la Chimie
ordinaire en Physiciens, poussent plus loin leurs recherches, en
travaillant par principes & méthodiquement à des combinaisons
curieuses & utiles, par lesquelles on imite les ouvrages de la nature, ou
qui les rendent plus propres à l’usage des hommes, soit en leur donnant
une perfection particuliere, soit en y ajoûtant des agrémens qui, quoique
artificiels, sont dans certains cas plus beaux que ceux qui viennent de la
simple nature dénuée de tout art, pourvû que ces agrémens artificiels
soient fondés sur la nature même, & l’imitent dans son beau.
Ceux au contraire qui sans savoir bien la Chimie ordinaire, ou
qui même sans en avoir de teinture, se jettent dans l’Alchimie sans
méthode & sans principes, ne lisant que des Livres énigmatiques qu’ils
estiment d’autant plus qu’ils les comprennent moins, sont de faux
Alchimistes, qui perdent leur tems & leur bien, parce que travaillant
sans connoissance, ils ne trouvent point ce qu’ils cherchent, & font plus
de dépense que s’ils étoient instruits, parce qu’ils employent souvent
des choses inutiles, & qu’ils ne savent pas sauver certaines matieres
qu’on peut retirer des opérations manquées.
D’ailleurs, ils ont pour les charlatans autant de goût que pour
les Livres énigmatiques : ils ne se soucient pas d’un bon Livre qui parle
clairement, mais ne flate point leur cupidité comme font les Livres
énigmatiques auxquels on ne comprend rien, & auxquels les gens
entêtés du fabuleux, ou du moins du mystérieux, donnent le sens qu’ils
veulent y trouver, & qui est plus suivant leur imagination ; aussi ces
faux Alchimistes s’ennuieront aux discours d’un homme instruit de
cette science, qui la dévoile, & qui réduit ses opérations à leur juste
valeur : ils écouteront plus volontiers des hommes à secrets aussi
ignorans qu’eux, mais qui font profession d’exciter leur curiosité.
Il faut dans toute chose, & surtout dans celles de cette nature,
éviter les extrémités : on doit éviter également d’être superstitieux, ou
incrédule. Dire que l’Alchimie n’est qu’une science de visionnaires, &
que tous les Alchimistes sont des fous ou des imposteurs, c’est porter un
jugement injuste d’une science réelle à laquelle des gens sensés & de
probité peuvent s’appliquer : mais aussi il faut se garantir d’une espece
de fanatisme dont sont particulierement susceptibles ceux qui s’y livrent
sans discernement, sans conseil & sans connoissances préliminaires, en
un mot sans principes. Or les principes des sciences sont des choses
connues ; on y doit passer du connu à l’inconnu : si en Alchimie, comme
dans les autres sciences, on passe du connu à l’inconnu, on pourra en
tirer autant & plus d’utilité que de certaines autres sciences ordinaires. »

Source : Paul-Jacques Malouin, « horlogerie », dans Denis Diderot,


Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des
sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres,
Paris, Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand, 1751, t. 1, p. 249.
Bibliographie : A. Aromatico, Alchimie : Le grand secret, trad. Par
Audrey Van de Sandt, Paris, Gallimard, 1996. D. Kahn, Le fixe et le
volatil : chimie et alchimie de Paracelse à Lavoisier, Paris, CNRS,
2016. R. Franckowiak, « La chimie dans l’Encyclopédie : une branche
tour à tour dépréciée, réévaluée et autonome », Recherches sur Diderot
et sur l’Encyclopédie, 2006, vol. 40-41, p. 221-231.
L’alchimie en peinture (1771)

[L’anglais Joseph Wright (1734-1797) a parfois été désigné comme le


« premier peintre de la révolution industrielle ». Si l’expression est
sujette à controverse, Wright a été un peintre sensible à l’évolution des
sciences contemporaines dont rendent compte ses œuvres en clair-
obscur. Ce tableau représentant en apparence une scène située dans une
époque antérieure aux XVIIe et XVIIIe siècles, traduit autant une image
rêvée de l’alchimie que les découvertes du siècle précédent. Intitulé
« L’alchimiste, à la recherche de la pierre philosophale, découvre le
phosphore, et prie pour la réussite de son expérience, comme c’était la
coutume des anciens astrologues chimistes », l’œuvre renvoie à la
découverte du phosphore en 1669 par l’alchimiste hambourgeois
Hennig Brandt, dont l’expérience a été rapportée dans de nombreux
manuels de chimie contemporains. Wright a été très inspiré par les
réunions de la Lunar Society qui regroupe des scientifiques et
industriels influents des Midlands.]

Ill. 7
Source : Joseph Wright of Derby, The Alchymist, In Search of the
Philosopher’s Stone, Discovers Phosphorus, and prays for the
successful Conclusion of his operation, as was the custom of the
Ancient Chymical Astrologers, huile sur toile, 1,270 × 1,061 m., 1771
(Derby Museum and Art Gallery)
Bibliographie : D. Kahn, Le fixe et le volatile. Chimie et alchimie de
Paracelse à Lavoisier, Paris, CNRS, 2016. N. Benedict, Joseph Wright
of Derby, Painter of Light, London, Paul Mellon Foundation for British
Art, 1968.
Médecine, anatomie et dissection

[En 1487, Léonard de Vinci (1452-1519) décide de disséquer des corps


dans le but de rédiger un traité d'anatomie illustré. Dans son Quaderni,
il donne une leçon d’anatomie et de dissection. Léonard prévient : les
découpes sont répugnantes mais il n’a jamais été négligent. L’attention
est essentielle à ce type d’activité : elle passe par la précision du geste,
la curiosité, l’ouïe, l’observation et le toucher. Léonard est
particulièrement attentif à la description du fonctionnement des organes,
des muscles et des nerfs.]

L’anatomie et la dissection selon Léonard de Vinci

« Toi qui juges préférable de regarder des démonstrations


anatomiques que des dessins, tu aurais raison, s'il était possible
d'observer tous les détails que ces dessins te montrent, en une seule
figure dans laquelle, avec tout ton talent, tu ne verras ni ne connaîtras
que quelques veines ; alors que moi pour en avoir une connaissance
exacte et complète je disséquais plus de 10 corps humains, en détruisant
les divers membres, et en enlevant jusqu'aux moindres parties de la
chair qui se trouvait autour de ces veines sans causer d'autres effusions
de sang que d’imperceptibles saignements des vaisseaux capillaires. Et
comme un seul corps ne dure pas le temps qu'il faut il m'a fallu procéder
par étapes sur autant de corps qui en fallait pour arriver à l'entière
connaissance ; et j'ai souvent recommencé deux fois pour découvrir les
différences. Mais si tu as l'amour de cette chose, tu en seras peut être
empêché par une répugnance de l'estomac ou si cela ne t’en détourne
pas, peut-être auras-tu la crainte de passer les heures nocturnes en
compagnie de cadavres tailladés, lacérés, horrible à voir ; et si cela
encore ne te rebute pas, peut-être manqueras-tu de l'habileté requise
pour dessiner, indispensable à une telle figuration ; et si tu as le dessin,
peut-être cet art ne s’alliera-t-il pas à la science de la perspective ; ou
encore, si tu la possèdes, ignoreras tu l'ordre des démonstrations
géométriques et la méthode du calcul des forces et des comportements
des muscles ; ou peut-être la patience te fera-t-elle défaut et ne sera tu
pas diligent. Ces choses si je les ai en moi ou non, les 120 volumes que
j'ai composés l’attesteront-, pour ces livres je ne me suis laissé arrêter ni
par l'avarice ni par la négligence, mais seulement par le
temps. [Quaderni I]
Pendant la durée d’une harmonique ou, comme on pourrait
dire, d’un temps musical, le coeur opère trois mouvements comme il est
énoncé ci-dessous., et une heure contient 1080 de ces temps. Le coeur
se dilate et se contracte donc 3540 fois par heure. Cette fréquence du
mouvement réchauffe les gros muscles cardiaques, lesquels réchauffent
le sang, qui bat continuellement en lui. Sa chaleur est plus développée
dans le ventricule gauche, aux parois très épaisses, que dans le droit
dont les couloirs sont minces. Cette chaleur fait perdre de son épaisseur
au sang ; elle le transforme en vapeur et le change en air, et le muerait
aussi en feu élémentaire, n'était que le poumon lui porte secours dans
cette crise, en lui dispensant la fraîcheur de son air. Mais le poumon ne
peut envoyer de l'air dans le coeur, la nécessité ne s’en fait d'ailleurs pas
sentir, car, no l’a dit, l’air est engendrée dans le coeur et à mesure qu’il
se mélange à la moiteur chaude et dense, il s'évapore sous forme de
sudation par les extrémités des veines capillaires qui sont à la surface
cutanée ; de plus l'air aspiré par le poumon y entre constamment sec et
froid pour en sortir humide et chaud ; mais les artères qu'un contact
continuel relie au réseau de branches de la trachée, s’étalent à travers le
poumon et captent la fraîcheur de l'air quand il pénètre.[Quaderni II]
Pourquoi les principales valves du ventricule droit sont faites
avec si peu de membranes et un tel réseau de cordes. La nature en a
ainsi ordonné, pour qu'à mesure que se referme le ventricule droit,
l'échappement du sang ne vienne à cesser subitement si la valve bloquai
la sortie d'une portion de ce sang qui doit être donné au poumon ; mais
ce ventricule se referme quand le poumon a reçu sa ration de sang, et
ainsi du ventricule droit le sang a pu s’infiltrer à travers les pores de la
paroi médiane dans le ventricule gaucge ; en même temps l’oreillette
droite devient la dépositaire de la surabondance du sang qui passe au
poumon, et celui-ci soudain le déversant à l’orifice du ventricule droit
se revivifie grâce à l’apport sanguin du foie. [Quaderni II]
Définition des instruments. Discours sur les nerfs, muscles,
tendons membranes et ligaments. L’office des nerfs est de transmettre la
sensation. Ils sont l’équipe conductrice de l’âme car ils ont leur origine
en son siège et commandant aux muscles ils actionnent les membres à
son gré. Les muscles, ministres des nerfs, tirent à eux les cordons joints
à ces membres de façon similaire. Les tendons sont des instruments
mécaniques qui ‘n’éprouvent pas de sensation par eux-mêmes, mais
exécutent tout le travail dont ils ont la charge. Les membranes jointes à
la chair s’interposent entre elle et le nerf ; et très fréquemment, elles
s’unissent au cartillage. Les ligaments, unis aux tendons, sont de la
nature des membranes qui relient les articulations des os et se changent
en cartilage. […] L’os est une matière dure impossible à fléchir, faites
pour la résistance, dépourvue de sensibilité et aboutissant aux cartilages
qui forment ses extrémités ; sa moelle se compose d’une matière
spongieuse, de sang et de graisse molle, revêtue d’un tissu très ténu. La
matière spongieuse est un mélange d’os, de graisse et de sang». Les
membres simples sont au nombre de onze : cartilages, os, nerfs, veines,
artères, membranes, ligaments et tendons, épiderme, chair et
graisse. [Quaderni II, 18v]

Source : Leonardo da Vinci, Quaderni d'Anatomia, éd. O. Vangensten,


A. Fonahn et H. Hopstock, 1911-16, 6 vols.
Bibliographie : P. Brioist, Léonard de Vinci, Arts, sciences et
techniques, Documentation photographique, n°8079, janv.-fév., 2011.
D. Le Nen, Léonard de Vinci, un anatomiste visionnaire, Paris,
L’Harmattan, 2010. R. Mandressi, Le Regard de l'anatomiste :
Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003. C.
Vecce, Léonard de Vinci, Paris, Flammarion, 2001.
Théâtre anatomique de Vesale (1543)

[Le frontispice de l’ouvrage de l’anatomiste et médecin, André Vesale


(1514-1564) représente un théâtre consacré aux dissections
anatomiques. Vésale, né dans les Pays-Bas espagnols dans une famille
de médecins et d’apothicaires, a très tôt développé des dissections
anatomiques d’abord à Paris, puis à l’Université de Padoue dont il tient
la chaire d’anatomie et de chirurgie de 1537 à 1546. Ses dissections et
ouvrages remettent en cause la théorie galéniste jusqu’alors largement
répandue chez les médecins. Le De Humani Corporis Fabrica est son
œuvre la plus importante. Le frontispice donne à voir, par-delà le
fourmillement des personnages, la curiosité croissante pour les études
anatomiques, mises en scènes par le graveur.]

Ill. 8
Source : Andreae Vesalius, De humani corporis fabrica, Basileae, Ex
officina Joannis Oporini, 1543 (frontispice). Credit : Wellcome Library,
London. Wellcome Images images@wellcome.ac.uk.
Bibliographie : A. Vesalius, La Fabrique du corps humain (1543),
livre I dans La fabrique de Vésale et autres textes, trad. par J. Vons et S.
Velut, Paris, BIU Santé, 2014. R. Delavault, André Vésale (1514-1564),
Bruxelles, Le Cri, 1999.
La visite d’un médecin hollandais (1658/1662)

[Peintre du siècle d’or hollandais, Jan Havickszoon Steen (1625-1679)


représente de nombreuses scènes de genre représentatives de la période.
Le traitement de ses différents sujets se caractérise par une observation
précise du quotidien. Dans ce tableau, Steen représente la visite d’un
médecin après d’une femme souffrante. L’examen du pouls se double
d’une uroscopie, autrement dit d’un examen fondé sur une analyse
qualitative de l’urine, considéré comme un moyen de dresser un
diagnostic.]

Ill. 9
Source : Jan Steen, La visite du médecin, 1658/1662, huile sur panneau,
49 x 42 cm., Wellington Museum, Londres. © Web Gallery of Art
Bibliographie : H. J. Cook, Matters of exchange: Commerce, Medicine
and Science in the Dutch Golden Age, New Haven, Yale University
Press, 2007. J. Dyer, « Birth of Modern Chemistry and Medicine in the
Dutch Golden Age », Article Eckles Prize for Research Excellence
2015 de l’université George Washington, Washington D.C. URL :
https://library.gwu.edu/sites/default/files/eckles/Eckles%20Prize%2020
15_Birth%20of%20Modern%20Chemistry%20and%20Medicine%20in
%20the%20Dutch%20Golden%20Age.pdf
Dissection de coeurs humains

Martin Lister et la dissection de cœurs (1698)

[Le fonctionnement du cœur humain préoccupe un large public de


médecins et d’anatomistes. Le naturaliste anglais, Martin Lister (1638-
1712), membre de la Royal Society, relate le séjour qu’il effectue en
France en 1698 dans un ouvrage publié à Londres l’année suivante.
Durant son séjour en France, il réalise la dissection de différents cœurs
avec le médecin et anatomiste français Alexis Littré (1654-1726).]

« M. Bennis me procura le cœur d'un fœtus humain qui avoit


respiré, mais quelques instans seulement; & je l'examinai avec M. Littre,
de Castres en Languedoc, anatomiste aussi adroit qu'intelligent, qui
enseigne la pratique de son art à des étudians de toutes les nations. Nous
répétâmes les expériences décrites plus haut; l'air & l'eau passèrent par
le trou ovale, tant de la veine pulmonaire que de l'aorte. Ce que je notai
plus particulièrement dans ce cœur, c'étoit que la membrane ou soupape
du côté gauche du trou ovale étoit plate & s'étendoit sur le trou presque
entier, sans avoir aucun rebord, parce qu'elle n'étoit pas autre chose que
la substance même de l'oreillette gauche continuée, ou son
prolongement; mais du côté droit, la veine cave tenant à l'oreillette, la
membrane avoit un rebord un peu enflé ; les deux parties
s'entr'ouvroient en sens contraire, &, se rabattant en quelque sorte l'une
sur l'autre, elles fermoient le trou ovale, mais pas assez solidement pour
qu'il ne pût pas demeurer plus ou moins ouvert durant toute la vie d'un
homme. De voir ces deux portions de membrane adhérer l'une à l'autre
dans un cœur soufflé & desséché, ce n'est pas de grande conséquence,
car j'en ai vu sécher avec le trou ouvert; puis la chose peut se gouverner
comme il arrive avec du papier non collé, ou comme il a lieu […] pour
le conduit biliaire pour son insertion dans les intestins.
La même personne m'a apporté le cœur d'un homme de
quarante ans, dans lequel le trou ovale étoit resté aussi ouvert que chez
un fœtus qui n'eût fait que de naître, & les ligamens qui rattachent la
soupape à l'oreillette & repassent de l'autre côté du rebord étoient très
apparens. »

Source : Martin Lister, John Evelyn, Voyage de Lister à Paris en 1698,


Paris, Société des bibliophiles, 1873, p. 74-75.
Bibliographie : R. Margotta, The Story of Medicine, New York,
Golden Press, 1968. R. Mandressi, Le Regard de l'anatomiste :
Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003. D.
Hillman, C. Mazzio, The Body in Parts : Fantasies of Corporeality in
Early Modern Europe, London, Routledge, 2013. C. Stein (ed.), The
History of Medicine, London, Routlege, 2015.

Cœur humain par Jan L’admiral

[Le peintre néerlandais Jan l’Admiral (1699-1773) a travaillé à Londres,


Paris, Leyde et Amsterdam. Il est reconnu pour sa précision, sans doute
due à une formation de graveur. Dès 1738, L'Admiral réalise plusieurs
gravures pour le milieu médical dont une étonnante coupe de pénis. Son
étude anatomique du cœur humain est légendée très précisément.]

Ill. 10

Source : Jan l’Admiral, Anatomische studie van een menselijk hart,


1700-1750, Rijksmuseum, Amsterdam.
Bibliographie : F. Rodari, Anatomie de la couleur : l'invention de
l'estampe en couleurs, Paris, Lausanne, Bibliothèque nationale de
France Musée Olympique, 1996, p. 80-84, 68. E. Bergvelt, R. E.
Kistemaker, De wereld binnen handbereik : Nederlandse kunst- en
rariteitenverzamelingen, 1585-1735, Amsterdam, Waanders, 1992, p.
226. Eleonora Saskia Bergvelt, Renée E. Kistemaker, De wereld binnen
handbereik : Nederlandse kunst- en rariteitenverzamelingen, 1585-
1735, Amsterdam, Amsterdams Historisch Museum, 1992, p. 39.
La Leçon d'anatomie du docteur Tulp (1632)

[En 1632, la guilde des chirurgiens d’Amsterdam, dirigée par le docteur


Nicholaes Tulp (1593-1674), commande au jeune Rembrandt (1606-
1669) un tableau d’une leçon anatomique. Cette séance de dissection
publique n’était autorisée qu’une seule fois par an avec le corps d’un
condamné à mort ; ici, Aris Kindt, 41 ans, pendu pour vol le même jour.
La disposition des personnages est peu réaliste mais le sujet montre
l’agitation des peintres et savants à l’égard des recherches anatomiques.
Constituant une rupture dans la représentation anatomique dans l’art,
révélatrice de l’atmosphère intellectuelle du XVIIe siècle, l’œuvre
reproduit avec précision l’examen de l’action du muscle fléchisseur
superficiel des doigts sur la flexion des articulations de la main]

Ill. 11

Source : Rembrandt, La Leçon d'anatomie du docteur Tulp, La Haye,


Mauritshuis, 1632.
Bibliographie : F. F. A. Ijpma, R. C. van de Graaf, J-P. A. Nicolai et
M. F. Meek, « De anatomische les van dr. Nicolaes Tulp » door
Rembrandt (1632) en de bevindingen bij de dissectie van de onderarm
van een kadaver : Anatomische discrepanties », Nederlands Tijdschrift
voor Geneeskunde, 2006, vol. 150, no50, p. 2756-65. R. Mandressi, Le
regard de l’anatomiste. Dissections et inventions du corps en Occident,
Paris, Seuil, 2003.
Dissection d’un visage (1685)

[Govert Bidloo (1649-1713), membre de la Royal Society, médecin et


antomiste, publie un receuil d’anatomie de 105 planches gravées à partir
des dessins de son ami liégois, Gérard de Lairesse (1641-1711). Ce
lavis à l’encre de chine représente les canaux salivaires, les muscles de
la langue, l’os hyoïde et le larynx, la vue intérieure du palet, la vue
intérieure de la mâchoire supérieure et la structure intérieure du nez.]

Ill. 12
Source : Govert Bidloo, Medicinae Doctoris & Chirurgi, Anatomia
Hvmani Corporis..., Amsterdam, 1685 (planches dessinées par Gérard
de Lairesse). Domaine public : Wikimedia Commons
Bibliographie : P. Dumaître, La curieuse destinée des planches
anatomiques de Gérard de Lairesse, peintre en Hollande. Lairesse,
Bidloo, Cowper, Amsterdam, Rodopi, 1982. R. Mandressi, Le regard de
l’anatomiste. Dissections et inventions du corps en Occident, Paris,
Seuil, 2003.
Anatomie et dissection dans L’Encyclopédie (1751)

[Pierre Tarin, médecin et encyclopédiste français. (1735-1761), auteur


de l’ouvrage Problemata anatomica, et Antoine d’Argenville,
naturaliste et historien d’art (1680-1765) qui a rédigé plus de 500
articles dans l’Encyclopédie, rédigent avec Denis Diderot les entrées
« Anatomie » et « Dissection » de l’Encyclopédie.]

« S. f. (Ordre encyclopédique, Entendement, Raison,


Philosophie ou Science, Science de la nature, Physique générale et
particulière, Zoologie, Anatomie simple et comparée) [Anatomie] C'est
l'art de disséquer ou de séparer adroitement les parties solides des
animaux, pour en connaitre la situation, la figure, les connexions, etc.
Le terme anatomie vient de, je coupe, je disseque. Il a différentes
acceptions. S'il se prend, comme on vient de le dire, pour l'art de
disséquer, il se prend aussi pour le sujet qu'on disseque ou qu'on a
disséqué ; et quelquefois même pour la représentation en plâtre, en cire,
ou de quelqu'autre manière, soit de la structure entière, soit de
quelqu'une des parties d'un animal disséqué. Exemple : Il y a au cabinet
du Roi de belles anatomies en cire.
But de l'Anatomie. Le but immédiat de l'Anatomie prise dans
le premier sens, ou considérée comme l'art de disséquer, c'est la
connaissance des parties solides qui entrent dans la composition des
corps des animaux. Le but éloigné, c'est l'avantage de pouvoir, à l'aide
de cette connaissance, se conduire surement dans le traitement des
maladies, qui sont l'objet de la Médecine et de la Chirurgie. Ce serait
sans doute une contemplation très-belle par elle même, et une recherche
bien digne d'occuper seule un philosophe, que celle de la figure, de la
situation, des connexions des os, des cartilages, des membranes, des
nerfs, des ligaments, des tendons, des vaisseaux artériels, veineux,
lymphatiques, etc. Mais si on ne passait de l'examen stérile des parties
solides du corps à leur action sur les parties fluides, sur le chyle, sur le
sang, le lait, la lymphe, la graisse, etc. et de-là à la conservation et au
rétablissement de la machine entière ; ce travail retomberait dans le cas
de beaucoup d'autres travaux, qui font un honneur infini à la pénétration
de l'esprit humain, et qui seront des monuments éternels de sa patience,
quoiqu'on n'en ait retiré aucune utilité réelle.[…] »
Source : Antoine Joseph Dezallier d’Argenville, Denis Diderot, Pierre
Tarin, « Anatomie », dans Denis Diderot, Jean Le Rond d’Alembert,
Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des
métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson, David
l’aîné, Le Breton, Durand, 1751, p. 409-437.

« S. f. (Anatomie) Le mot dissection pris dans son sens


particulier, se dit d'une opération d'Anatomie par laquelle on divise, au
moyen de differents instruments propres à cet effet, les parties solides
des corps animés dans des cadavres propres à ces usages, pour les
considérer chacune à part : d'où il suit que la dissection a deux parties ;
la préparation qui doit suivre l'examen, et la séparation. L'examen est
une recherche exacte et une étude réfléchie de tout ce qui appartient aux
différentes parties du corps humain. Cet examen a pour objet la
situation de ces parties, leur figure, leur couleur, leur grandeur, leur
surface, leurs bords, leurs angles, leur sommet, leur division, leur
connexion, leur tissu, leur structure, leur distinction, leur nombre, etc.
Le but des dissections est différent, suivant les différentes
personnes qui les pratiquent, les unes ne cherchant qu'à s'instruire, et
d'autres à porter plus loin les connaissances acquises sur les parties
solides. La fin des dissections doit être, ou de se procurer des moyens
plus surs pour connaitre les maladies, ou au moins d'entendre mieux le
jeu et la mécanique des parties solides que l'on disseque. La dissection
considérée sous ces deux points de vue, demande différentes
connaissances sur l'état le plus ordinaire des parties, sur les variétés
dont elles sont susceptibles, les espèces de monstruosités dans
lesquelles elles dégénèrent, la manière dont elles sont affectées dans les
maladies.
L'Anatomie pour celui qui l'apprend, ne demande que de bons
yeux, de l'attention, et de la mémoire, pour celui qui l'enseigne, de
l'acquis, de la méthode, et de la simplicité. Raconter ce qu'il y a de plus
certain et de mieux connu sur les parties solides ; le faire voir autant
qu'il est possible sur des cadavres frais, surtout lorsqu'il est question de
la situation et de la figure des parties, ou sur des préparations lorsqu'il
n'en veut donner qu'une idée générale ou en développer la structure ;
faire sur les animaux vivants les expériences nécessaires pour indiquer
ce qu'il y a de connu sur le rôle particulier que chaque partie solide joue
dans les corps animés ; indiquer au juste le terme précis des
connaissances où on est arrivé, et les moyens que l'on croirait propres à
les porter plus loin, etc. voilà ce que devrait faire un démonstrateur en
Anatomie. Les usages, les actions, les fonctions des parties, ont des
choses communes qui tiennent à des principes généraux, qu'il serait bien
plus facile de développer et de faire entendre quand une fois toutes les
parties et leur enchaînement seraient bien connus. Les corps animés
étant une espèce de cercle dont chaque partie peut être regardée comme
le commencement, ou être prise pour la fin, ces parties se répondent, et
elles tiennent toutes les unes aux autres. Comment peut on donc
supposer, lorsqu'après avoir fait la description d'une partie, on entre
dans de grands détails sur ses usages, ses fonctions, ses maladies ;
comment peut-on, dis-je, supposer que tous ces usages, ces maladies,
puissent être bien entendus de ceux qui n'ont tout au plus qu'une idée
fort vague de l'ensemble des parties ? C'est-là ce qui m'a fait toujours
penser qu'il serait bien plus avantageux pour le bien de la société, qu'il y
eut dans les différents hôpitaux des disséqueurs assez instruits, pour
bien préparer toutes les parties ensemble et séparément, sur différents
cadavres, et qu'il fût permis à tous ceux qui sont obligés par état, ou que
la curiosité porterait à s'instruire, d'aller dans ces endroits, après s'être
rempli la mémoire de ce qu'il y a à remarquer sur chaque partie, voir
développer ces parties sous leurs yeux, observer par eux-mêmes et
reconnaitre des vérités, qui par ce moyen leur deviendraient plus
familières, c'en serait même assez pour ceux qui ne cherchent point à
approfondir ; et je crois qu'ils pourraient se dispenser de travailler eux-
mêmes à ces dissections, à moins encore qu'ils ne se destinassent à
exercer les opérations chirurgicales, la dissection bien entendue pouvant
être un moyen d'acquérir plus de dextérité. En effet, comment peut-on
supposer que plusieurs personnes puissent toutes ensemble, comme cela
se pratique dans les démonstrations qui se font en public ou en
particulier, prendre des idées bien précises sur la figure, la situation, les
connexions, le tissu, la structure des parties qu'elles peuvent à peine
apercevoir, et qu'on ne leur fait voir que dérangées ; puisqu'il est des
parties qu'on ne peut bien découvrir qu'avec de bons yeux, et même
lorsqu'on en est près, et que d'ailleurs le gros des parties, ce qu'il y a de
plus extérieur, la figure, la situation, sont nécessairement bouleversées
dans les préparations dont on se sert pour ces démonstrations ? Ces
connaissances générales peuvent avoir leur utilité, pour passer à de plus
particulières ; mais sont-elles nécessaires pour y arriver ? C'est ce dont
je ne suis point persuadé : l'art de guérir exige tant de connaissances
particulières, qu'on ne peut trop s'attacher à abréger les moyens de les
acquérir. »

Source : Pierre Tarin, « Dissection », dans Denis Diderot, Jean Le Rond


d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des
arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson,
David l’aîné, Le Breton, Durand, 1751, t. 4, p. 1046-1047.
Bibliographie : R. Mandressi, Le Regard de l'anatomiste : Dissections
et invention du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003. P. Mazliak, La
biologie au siècle des Lumières, Paris, Vuibert, 2006.
Expériences et science expérimentale

Lettre de Pierre Petit au résident du roi en Suède sur l’expérience


du vide (1646)

[Membre de la Royal Society, Pierre Petit (1598-1677), géographe du


Roi et intendant des fortifications, est réputé être le plus habile
expérimentateur du royaume de France au milieu du XVIIe siècle. A la
suite des expériences d’Evangelista Torricelli (1608-1647) de 1644
prouvant l’existence du vide, il est conduit par le père Marin Mersenne
(1588-1648) à reproduire l’expérience en France. La lettre qu’il rédige à
Pierre Chanut, résident auprès de la reine de Suède, décrit la préparation
et le déroulé de l’expérience qu’il mène à Rouen, en compagnie
d’Etienne Pascal (1588-1651) et de son fils Blaise Pascal (1623-1662),
pour profiter de la qualité des verres produits par la manufacture de
cette ville. Pascal en rendra compte l’année suivante dans ses
Expériences nouvelles touchant le vide, en 1647.]

« A Monsieur Chanut, conseiller du roi en ses Conseils, et résident pour


Sa Majesté Très Chrétienne près de la reine de Suède
Monsieur,
Quand je n'aurais point d'autre sujet de vous écrire, par la
belle occasion du retour de Monsieur l'Ambassadeur de Suède, que
celui de me présenter à l'honneur de votre souvenir, et vous renouveler
les offres de mon très humble service, je ne manquerais pas à le faire et
à vous témoigner la part que je prends à la joie que tous vos amis ont
reçue des témoignages que Son Excellence a rendus de votre mérite, et
des satisfactions que Sa Majesté de Suède avait de vos services. […]
Et pour vous faire part de ce qui se passe en France parmi vos
amis, et dans le Lycée des curieux et des philosophes, quoique je ne
doute point que vous n'ayez des correspondances qui vous donnent avis
de toutes les nouveautés et bonnes choses qui s'y font, je vous en dirai
une de mon fait qui ne vous sera pas désagréable, touchant une
expérience que le père Mersenne me dit dernièrement que vous aviez
voulu faire ensemble, mais qui n'avait pas réussi pour en être
entièrement satisfaits. C'est de l'expérience du Torricelli touchant le
vide dont je veux vous entretenir, si vous affaires plus sérieuses vous en
peuvent donner le loisir.
Vous saurez donc que, l'ayant faite en mon particulier il y a
quatre ou cinq mois avec une sarbatane de verre d'environ deux pieds de
longueur, et n'ayant pas trouvé qu'il y eût assez de mercure dedans pour
causer par sa pesanteur un vide fort sensible, et que le peu qui en
paraissait au haut de la sarbatane se pouvait dire dans l'opinion
commune être de l'air raréfié, n'y en eût-il eu auparavant que la grosseur
d'un grain de mil, quoique j'eusse apporter toutes les précautions
suffisantes pour conclure qu'il n'y en avait point du tout, j'en fis le récit,
en passant à Rouen, à votre bon ami et le mien, Monsieur Pascal, qui fut
ravi d'ouïr parler d'une telle expérience, tant pour sa nouveauté que
parce que vous savez qu'il y a longtemps qu'il admet le vide. Et sur ce
que je lui dis que je n'étais pas encore entièrement satisfait de cette
épreuve, et que je la voulais refaire quelque jour de loisir avec une plus
grande sarbatane et plus grande quantité de mercure, afin de causer, s'il
était possible, un plus grand vide par un plus grand poids, il me pria
qu'il en pût être le spectateur, et que nous la fissions donc ensemble à
mon retour de Dieppe. […]
Je continuerai seulement l'histoire de notre vide, et vous dirai
qu'étant de retour à Rouen, nous allâmes ensemble à la Verrerie, où je
fis faire une sarbatane de quatre pieds de longueur, et de la grosseur du
petit doigt en dedans, et la fis boucher par un bout, ou sceller
hermétiquement pour parler en termes de l'art. Cela fait nous allâmes
chez un épicier ou droguiste pour nous fournir telle quantité de mercure
qui nous serait nécessaire, comme quarante ou cinquante livres : duquel
avec un petit entonnoir […], nous remplîmes tout bellement notre
sarbatane […].Cela fait, je retroussai mon bras et, mettant le doigt du
milieu sur le trou de la sarbatane, […] nous la levâmes tout doucement,
la soutenant par le bas et par le milieu, de crainte que le poids ne la fît
rompre, et pour me soulager. Puis, tenant toujours le doigt ferme et la
main à la sarbatane, je la plongeai à travers l'eau et le mercure jusques à
ce que mon doigt fût au fond du vase […]. Après quoi, retirant
bellement mon doigt de dessous, […] nous vîmes le mercure descendre
et quitter le haut du tuyau, […] il s'abaissa de plus de dix-huit pouces,
qui est une longueur extraordinaire […]. Sur cela nous nous mîmes à
philosopher avant que passer outre, et sur ce que le fils de Monsieur
Pascal objectait que les simpliciens pourraient dire que cet espace qui
paraissait vide était de l'air, lequel, pour éviter le vide, aurait pénétré le
verre, et serait entré par ses pores, je lui répondis aussi qu'on leur
pourrait demander pourquoi il n'y en entrait donc pas davantage, et
pourquoi tout le mercure n'était pas tombé […].
[…] Après que nous eûmes longtemps regardé ce vide
apparent ou véritable avec étonnement, et que nous l'eûmes mesuré et
marqué sur la sarbatane, je la levai doucement par le haut et, chose
étrange, le vide s'augmenta encore d'autant de longueur qu'il y avait de
hauteur de mercure dans le fond du vase, sans que le niveau ou hauteur
du mercure qui était dans la sarbatane changeât en façon quelconque, ni
remontât comme j'aurais cru. De quoi nous étant aperçus, nous le fîmes
plusieurs fois, et vîmes toujours la même chose que vous remarquerez
bien ,et qui m'a donné lieu d'en chercher la raison (que je vous déduirai
tantôt, et vous en demanderai votre avis). […] je la levai finalement
jusques à la région de l'eau, laquelle aussitôt que le mercure eût atteint
et que le bout eût quitté l'autre mercure du fond, il tomba, descendit
incontinent tout à la fois, et avec grande vitesse l'eau monta jusques en
haut de la sarbatane et remplit tout cet espace qui semblait auparavant
vide ou plein d'air, sans qu'il y en parût un seul grain par le haut.
Sur quoi voici comme, à mon avis, l'on peut discourir et
philosopher. Si c'eût été de l'air entré par les portes du verre, ou par le
dessous de la sarbatane, qui eût rempli cet espace, que nous avions vu
de dix-huit pouces, pourquoi l'eau qui est entrée par le bas aurait-elle
monté plus haut que les dix-huit pouces, et pourquoi aurait-elle tout à
fait chassé l'air de la place qu'il avait déjà occupée, et qui n'était pas
celle de l'eau ? Au contraire, elle avait fait un effort pour monter jusque-
là contre sa nature. […] Tant y a que l'effet en fut tel que je vous le dis,
et Monsieur Pascal, de longtemps persuadé de cette opinion de Héron et
de plusieurs autres philosophes, fut ravi de la voir à son sens confirmée
par cette expérience. Mais je luis dis pour mon regard que je ne croyais
pas que tout le monde en pût être satisfait comme lui parce que, dans
l'opinion commune qui n'admet point de vide […] et partant que cette
expérience confirme et favorise plutôt leur opinion qu'elle ne la détruit,
parce qu'en effet on ne leur saurait prouver qu'il n'y a point dans la
sarbatane aucune atome d'air au-dessus du mercure […] ainsi vous ne
sauriez que leur dire pour les convaincre. […] Mais je m'arrête trop à
vous entretenir du pour et du contre, et philosophe sur une matière de
laquelle je n'ai dessein que de vous écrire le fait, et vous déduire
naïvement l'histoire et le procès-verbal de l'expérience que nous avons
faite, pour en avoir, s'il vous plaît, vos sentiments, ou sur mon rapport
ou sur ce que vous-même en aurez vu quand vous aurez pris la peine de
la faire, comme je la décris : vous en mandant à ce dessein toutes les
particularités et les difficultés qui s'y rencontrent, afin que si Monsieur
l'Ambassadeur, auquel j'en ai parlé, et Sa Majesté de Suède, à qui
plaisent toutes les belles choses, en veulent avoir le plaisir, vous le leur
puissiez donner sans faillir, et en tirer tous ensemble et avec les plus
habiles de Suède, les conséquences que vous jugerez les meilleures.
[…] Mais je m'aperçois d'une longueur extraordinaire à vous
déduire des bagatelles, au lieu que je devrais avoir employé tant de
lignes au panégyrique de cette grande reine, que nous admirons tous ici,
et que je m'estimerais aussi heureux de servir partout où l'honneur de
ses commandements me pourrait appeler […]. Si vous me jugez donc
capable de lui rendre quelque service, soit dans la recherche des livres
dont elle a envoyé quelque mémoire, soit dans quelque autre emploi, je
vous supplie très humblement de vous en souvenir. […] Mais il faut
finir sur ce souhait, et vous priant de m'honorer toujours de vos bonnes
grâces, vous assurer que jamais homme ne fut et ne sera plus que moi,
Monsieur,
Votre très humble et très affectionné serviteur
PETIT »

Source : Blaise Pascal, Œuvres diverses, Paris, Ménard, t. 2, p. 346-


359. Pierre Petit, Observation touchant le vuide, faite pour la première
fois en France, Paris, Gabriel Cramoisy, 1647.
Bibliographie : Blaise Pascal mathématicien, physicien, ingénieur,
Clermont-Ferrand, Ministère de la Culture, 1993. A. Beaulieu,
Mersenne. Le grand Minime, Bruxelles, Fondation Nicolas-Claude
Fabri de Peiresc, 1996. F. De Gandt, L’œuvre de Torricelli : science
galiléenne et nouvelle géométrie, Nice, Publications de la Faculté des
Lettres et Sciences humaines de Nice, 1987, n°32. C. Licoppe, La
formation de la pratique scientifique. Le discours de l’expérience en
France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La Découverte, 1996. L.
Rougier, « Les expériences de Rouen », Philosophia Scientiæ, vol. 14,
n°2, 2010, p. 80-101.
La science expérimentale selon d’Alembert(1751)

[Jean le Rond d’Alembert (1717-1783), mathématicien, philosophe,


encyclopédiste, est entré en 1741 à l’Académie royale des sciences.
Admiratif de la Cyclopaedia de Chambers (1728), il s’associe à
l’homme de lettres Denis Diderot (1713-1784), passionné de sciences,
pour produire une encylopédie nouvelle et plus ambitieuse qui sera la
plus vaste entreprise éditoriale du XVIIIe siècle. D’Alembert s’est
réservé le discours préliminaire et la plupart des articles de
mathématiques et de physique, rédigeant au total près de 1600 articles.
Dans l’article « Expérimental », D’Alembert présente l’histoire de la
physique et de la science expérimentale, complétant sa conception de
l’expérience développée dans les articles « Physique », « Physico-
mathématiques » et « Application ».]

EXPÉRIMENTAL, adj. (Philosophie natur.) On appelle


Philosophie expérimentale, celle qui se sert de la voie des expériences
pour découvrir les lois de la Nature.
[…] Quand je parle, au reste, de l'application que les anciens
ont donnée à la physique expérimentale, je ne sais s'il faut prendre ce
mot dans toute son étendue. La physique expérimentale roule sur deux
points qu'il ne faut pas confondre, l'expérience proprement dite, &
l'observation. Celle-ci, moins recherchée & moins subtile, se borne aux
faits qu'elle a sous les yeux, à bien voir & à détailler les phénomenes de
toute espece que le spectacle de la Nature présente : celle-là au contraire
cherche à la pénétrer plus profondément, à lui dérober ce qu'elle cache;
à créer, en quelque maniere, par la différente combinaison des corps, de
nouveaux phénomenes pour les étudier: enfin elle ne se borne pas à
écouter la Nature, mais elle l'interroge & la presse […] car l'expérience,
parmi plusieurs avantages, a entre autres celui d'étendre le champ de
l'observation. Un phénomene que l'expérience nous découvre, ouvre nos
yeux sur une infinité d'autres qui ne demandoient, pour ainsi dire, qu'à
être apperçûs. L'observation, par la curiosité qu'elle inspire & par les
vuides qu'elle laisse, mene à l'expérience; l'expérience ramene à
l'observation par la même curiofité qui cherche à remplir & à serrer de
plus en plus ces vuides ; ainsi on peut regarder en quelque maniere
l'expérience & l'observation comme la suite & le complément l'une de
l'autre.
Les anciens ne paroissent avoir cultivé l'expérience que par
rapport aux Arts, & nullement pour satisfaire, comme nous, une
curiosité purement philosophique. Ils ne décomposoient & ne
combinoient les corps que pour en tirer des usages utiles ou agréables,
sans chercher beaucoup à en connoître le jeu ni la structure. Ils ne
s'arrêtoient pas même sur les détails dans la description qu'ils faisoient
des corps ; & s'ils avoient besoin d'être justifiés sur ce point, ils le
seroient en quelque maniere suffisamment par le peu d'utilité que les
modernes ont trouvé à suivre une méthode contraire.
[…] Au reste le petit nombre de grands génies qui étudioient
ainsi la Nature en elle - même, jusqu à la renaissance proprement dite
de la Philosophie, n'étoient pas vraiment adonnés à ce qu'on appelle
physique expérimentale. Chimistes plûtôt que physiciens, ils paroissent
plus appliqués à la décomposition des corps particuliers, & au détail des
usages qu'ils en pouvoient faire, qu'à l'étude générale de la Nature.
Riches d'une infinité de connoissances utiles ou curieuses, mais
détachées, ils ignoroient les lois du mouvement, celles de
l'Hydrostatique, la pesanteur de l'air dont ils voyoient les effets, &
plusieurs autres vérités qui sont aujourd'hui la base & comme les
élémens de la physique moderne.
Le chancelier Bacon, Anglois comme le moine, (car ce nom
& ce peuple sont heureux en philosophie), embrassa le premier un plus
vaste champ: il entrevit les principes genéraux qui doivent servir de
fondement à l'étude de la Nature, il proposa de les reconnoître par la
voie de l'expérience, il annonça un grand nombre de découvertes qui se
sont faites depuis. Descartes qui le suivit de près, & […] ouvrit
quelques routes dans la physique expérimentale, mais la recommanda
plus qu'il ne la pratiqua; & c'est peut-être ce qui l'a conduit à plusieurs
erreurs. […] l'esprit de la physique expérimentale que Bacon &
Descartes avoient introduit, s'étendit insensiblement. L'académie del
Cimento à Florence, Boyle & Mariotte, & après eux plusieurs autres,
firent avec succès un grand nombre d'expériences: les académies se
formerent & saisirent avec empressement cette maniere de philosopher:
les universités plus lentes, parce qu'elles étoient déjà toutes formées lors
de la naissance de la physique expérimentale, suivirent long-tems
encore leur méthode ancienne. Peu-à-peu la physique de Descartes
succéda dans les écoles à celle d'Aristote, ou plûtôt de ses
commentateurs.
[…] Newton parut, & montra le premier ce que ses
prédécesseurs n'avoient fait qu'entrevoir, l'art d'introduire la Géométrie
dans la Physique, & de former, en réunissant l'expérience au calcul, une
science exacte, profonde, lumineuse, & nouvelle : aussi grand du-moins
par ses expériences d'optique que par son système du monde, il ouvrit
de tous côtés une carriere immense & sûre ; l'Angleterre saisit ces vûes ;
la société royale les regarda comme siennes dès le moment de leur
naissance : les académies de France s'y prêterent plus lentement & avec
plus de peine, par la même raison que les universités avoient eue pour
rejetter durant plusieurs années la physique de Descartes : la lumiere a
enfin prévalu : la génération ennemie de ces grands hommes, s'est
éteinte dans les académies & dans les universités, auxquelles les
académies semblent aujourd'hui donner le ton.
[…] Qui jetteroit les yeux sur l'université de Paris, y
trouveroit une preuve convaincante de ce que j'avance. L'étude de la
géométrie & de la physique expérimentale commencent à y regner.
Plusieurs jeunes professeurs pleins de savoir, d'esprit, & de courage (car
il en faut pour les innovations, même les plus innocentes), ont osé
quitter la route battue pour s'en frayer une nouvelle; tandis que dans
d'autres écoles, à qui nous épargnerons la honte de les nommer, les lois
du mouvement de Descartes, & même la physique péripatéticienne, sont
encore en honneur. Les jeunes maîtres dont je parle forment des éleves
vraiment instruits, qui, au sortir de leur philosophie, sont initiés aux
vrais principes de toutes les sciences physico-mathématiques, & qui
bien loin d'être obligés (comme on l'étoit autrefois) d'oublier ce qu'ils
ont appris, sont au contraire en état d'en faire usage pour se livrer aux
parties de la Physique qui leur plaisent le plus. L'utilité qu'on peut
retirer de cette méthode est si grande, qu'il seroit à souhaiter ou qu'on
augmentât d'une année le cours de Philosophie des colléges, ou qu'on
prît dès la premiere année le parti d'abréger beaucoup la Métaphysique
& la Logique, auxquelles cette premiere année est ordinairement
consacrée presque toute entiere. […]
C'est dans ces circonstances que le Roi vient d'établir dans
l'université de Paris une chaire de physique expérimentale. L'état
présent de la Physique parmi nous, le goût que les ignorans mêmes
témoignent pour elle, l'exemple des étrangers, qui joüissent depuis long
- tems de l'avantage d'un tel établissement, tout sembloit demander que
nous songeassions à nous en procurer un semblable. L'occasion ne fut
jamais plus favorable pour affermir dans un corps aussi utile & aussi
estimable que l'université de Paris, le goût de la saine Physique, qui s'y
répand avec tant de succès depuis plusieurs années. Le mérite reconnu
de l'académicien qui occupe cette chaire, nous répond du succès avec
lequel il la remplira. Je suis bien éloigné de lui tracer un plan que sa
capacité & son expérience lui ont sans doute déjà montré depuis long -
tems. Je prie seulement qu'on me permette quelques réflexions
générales sur le véritable but des expériences […]
Les premiers objets qui s'offrent à nous dans la Physique, sont
les propriétés générales des corps, & les effets de l'action qu'ils exercent
les uns sur les autres. […] La seule utilité véritable que puissent
procurer au physicien les recherches expérimentales sur les lois de
l'équilibre, du mouvement, & en général sur les affections primitives
des corps, c'est d'examiner attentivement la différence entre le résultat
que donne la théorie & celui que fournit l'expérience, & d'employer
cette différence avec adresse pour déterminer, par exemple, dans les
effets de l'impulsion, l'altération causée par la résistance de l'air ; dans
les effets des machines simples, l'altération occasionnée par le
frotement & par d'autres causes. Telle est la méthode que les plus
grands physiciens ont suivie, & qui est la plus propre à faire faire à la
Science de grands progrès: car alors l'expérience ne servira plus
simplement à confirmer la théorie; mais différant de la théorie sans
l'ébranler, elle conduira à des vérités nouvelles auxquelles la théorie
seule n'auroit pû atteindre.
Le premier objet réel de la physique expérimentale sont les propriétés
générales des corps, que l'observation nous fait connoître, pour ainsi
dire, en gros, mais dont l'expérience seule peut mesurer & déterminer
les effets […]. On sait que les fluides pressent & résistent quand ils sont
en repos, & poussent quand ils sont en mouvement; mais cette
connoissance vague ne sauroit être d'un grand usage. Il faut, pour la
rendre plus précise & par conséquent plus réelle & plus utile, avoir
recours à l'expérience; en nous faisant connoître les lois de
l'Hydrostatique, elle nous donne en quelque maniere beaucoup plus que
nous ne lui demandons ; car elle nous apprend d'abord ce que nous
n'aurions jamais soupçonné, que les fluide ne pressent nullement
comme les corps solides, ni comme feroit un amas de petits corpuscules
contigus & pressés […] mais ce phénomene une fois connu,
l'Hydrostatique n'a guere besoin de l'expérience: il y a plus,
l'Hydraulique même devient une science entierement ou
presqu'entierement mathématique; je dis presqu'entierement, car
quoique les lois du mouvement des fluides se déduisent des lois de leur
équilibre, il y a néanmoins des cas où l'on ne peut réduire les unes aux
autres qu'au moyen de certaines hypothèses, & l'expérience est
nécessaire pour nous assûrer que ces hypotheses sont exactes & non
arbitraires. […] Que de choses n'aurois-je point à dire ici sur les
Sciences qu'on appelle physico - mathématiques, sur l'Astronomie
physique entr'autres, sur l'Acoustique, sur l'Optique & ses différentes
branches, sur la maniere.

Source : J. le Rond d'Alembert, « Expérimental », dans Denis Diderot,


Jean Le Rond d’Alembert,Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des
sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres,
Paris, Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand, 1751, t. 6, p. 298-301.
Bibliographie : P. Crépel, « La ‘physique’ dans l’Encyclopédie »,
Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie, 40-41, 2006, p. 251-283. C.
Licoppe, La formation de la pratique scientifique. Le discours de
l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), Paris, La
Découverte, 1996.
Réseau savant et expérience : le phosphore de Beccaria à
Magalhães (1776)

[João Jacintho de Magalhães (1722-1790), philosophe naturel portugais


et fabricant d’instruments installé en Angleterre, membre depuis 1774
de la Royal Society, écrit au docteur Joseph Priestley (1733-1804) à
Londres, le 30 novembre 1776. Il y évoque son séjour en Hollande,
auprès de Jean-Nicolas-Sébastien Allamand (1716-1787), professeur de
mathématiques à l’université de Leyde, ses correspondants en Europe et
l’expérience menée par Jean-Baptiste Beccaria (1716-1781), professeur
de physique expérimentale à l’université de Turin.]

« Londres le 30 novembre 1776


Monsieur,
Je ne suis arrivé qu’hier au soir de mon voyage en Hollande et
en Flandres, et je ne veux pas différer de vous faire part d’un fait de
physique, qui certainement ne vous sera pas moins agréable qu’il ne l’a
été pour moi la première fois que j’en ai entendu parler.
A mon arrivée à Leyde, je rendis visite au célèbre professeur
Allamand. Il eut la complaisance de me montrer sa grande collection
d’instruments de physique ; parmi lesquels se trouve le meilleur
assortiment, que j’aie jamais vu de verres blancs et colorés, de cristaux
et autres corps diaphanes, délicatement taillés en prismes et autres
figures, pour les expériences dioptriques. Cette vue me rappela les
tentatives inutiles qu’avait faites à Paris mon ami M. l’abbé Bourriot, et
que nous avions aussi faites ici, à Londres, M. B. Wilson et moi, pour
répéter cette expérience curieuse du père Beccaria, professeur à Turin,
insérée dans le LXIe volume des Transactions philosophiques ; savoir,
que le phosphore sulfuro-calcaire donne, lorsqu’on le met dans une
chambre obscure, la même lumière colorée qu’il a reçue à travers un
verre coloré exposé au soleil.
Je dis au professeur Allamand combien j’avais été intrigué de
ne pouvoir pas réussir dans cette expérience : ce que j’attribuai au
défaut de verres aussi bons que ceux du père Beccaria, ou que ceux que
j’avais actuellement devant les yeux. Il me répondit qu’il avait fait une
expérience qui était, à peu de choses près, la même que celle du père
Beccaria. […].
Deux jours après, je me trouvai de nouveau avec le même
professeur Allamand, à La Haye, où il vint exprès le professeur
Gaubius, à l’invitation du prince Gallitzin, ambassadeur de
l’impératrice de Russie et amateur de physique des plus intelligents de
son rang, pour voir quelques-unes de vos expériences sur différentes
espèces d’air, que je devais montrer à ce prince, lui ayant envoyé
d’Angleterre avant mon départ l’appareil nécessaire pour cet effet. Dans
cette assemblée, je fis tomber la conversation sur l’expérience du
phosphore de Bologne dont je viens de parler ; et le professeur
Allamand appela en témoignage M Hemsterhuis qui était présent. C’est
un savant très versé dans les expériences de physique qui fait son séjour
à La Haye. Il avait été présent à celles du professeur Allamand ; il
assura qu’il avait vu le même phénomène, et ajouta une circonstance
qui confirme mon idée, que son succès dépend de la bonne qualité du
verre qu’on emploie, et peut-être d’un certain degré de force dans les
rayons du soleil, lorsqu’on fait l’épreuve. […]. Outre cela, j’ai une lettre
authentique d’Italie, par laquelle il conte qu’un jeune homme de
premier rang, avec deux gentilshommes ses gouverneurs, devant qui
cette expérience du père Beccaria fut répétée, avaient vu le même
phénomène, et que les couleurs du phosphore, lorsqu’on le voyait dans
l’obscurité, étaient assez distinctes pour mettre les assistants en état de
deviner, sans en avoir été prévenus, qu’elle était la vraie couleur du
verre à travers lequel on l’avait exposé au soleil.
Or, il me paraît, et je crois que tout le monde est du même
avis, que c’est là une chose de fait, et que dans les matières de physique
on peut autant compter sur un fait lorsqu’on l’a vu une fois, que si on
l’observait tous les jours.
Je suis fâché d’avoir vu, par une lettre imprimée du père
Beccaria, qu’il a presque entièrement abandonné son opinion, comme
s’il s’était trompé dans son expérience en prenant l’ombre ou
l’obscurité faible du phosphore pour une couleur décidée. Ce qui l’a
engagé à cette rétractation, c’est que ni lui-même, ni M. Zanotti
président de l’Académie de Bologne, ni d’autres n’ont pu revoir le
même phénomène ; mais la circonstance rapportée par M. Hemsterhuis,
dont je viens de faire mention, peut expliquer entièrement
l’infructuosité de nos tentatives. J’espère avoir bientôt une quantité
suffisante du phosphore sulfuro-calcaire dont j’ai parlé, que je prépare
moi-même. Je l’enverrai au professeur Allamand en le priant de répéter
sur cette substance l’expérience en question, avec son bon appareil, qui
sans doute produira l’effet désiré, et confirmera ultérieurement la vérité
de l’observation du père Beccaria. […] »

Source : Joseph Priestley, Expériences et observations sur différentes


espèces d’air. Ouvrage traduit de l’Anglois de M. J. Priestley, Docteur
en Droit, Membre de la Société Royale de Londres, par M. Gibelin,
Docteur en Médecine, Membre de la Société Médicale de Londres,
Paris, chez Nyon l’aîné, 1780, p. 70-77.
Bibliographie : P.-Y. Beaurepaire, « L’Internationale des sciences de
João Jacintho de Magalhães (1722-1790) », in P.-Y. Beaurepaire (dir.),
La Communication en Europe de l’âge classique aux Lumières, Paris,
Belin, 2014. S. F. Mason, « Jean Hyacinthe de Magellan, F.R.S., and
the Chemical Revolution of the Eighteenth Century », Notes and
Records of the Royal Society of London, 1991, vol. 45, n°2, p. 155-164.
INVENTER ET INNOVER

Les métiers de l’invention

L’architecte du dôme de Florence : Brunelleschi (1421)

[Filippo Brunelleschi (1377-1446) est un des plus fameux représentants


de l’école florentine. Architecte et orfèvre, il théorise la « perspective
mathématique » dès 1415. Brunelleschi remporte en 1418 le concours
organisé par la fabrica de Florence visant à choisir l’artiste le plus
capable pour doter d’une coupole la cathédrale Santa Maria del Fiore. Il
finit par obtenir le chantier avec Lorenzo Ghiberti (1378-1455) en
prouvant qu’il est possible de monter la coupole sans échafaudages. En
1426, il parvient à évincer Ghiberti. Au début du siècle, la notion de
propriété des inventions commence à éclore. L’architecte a pour
ambition d’être reconnu comme « inventeur », propriétaire des secrets
engagés pour la construction de ses œuvres, et il obtient finalement l’un
des premiers brevets d’Europe occidentale. L’idée fait des émules : en
1474, le Sénat de Venise promulgue un décret où, pour la première fois,
les brevets sont soumis à une loi générale]

« Le pire est que des ignorants tirent gloire du travail des autres » : la
construction du dôme de Florence

« Ne partage pas tes inventions avec le plus grand nombre, ne les


partage qu’avec ceux qui comprennent et aiment les sciences. Découvrir
trop ses inventions et ses succès revient à abandonner le fruit de son
génie. Beaucoup sont ceux qui aujourd’hui rabaissent et nient nos
inventions, de telle sorte que nous ne sommes plus reçus dans les places
honorables, et qui, après un mois ou un an, utilisent le vocabulaire de
nos trouvailles, ou les choses mêmes qu’ils ont condamnées, et qui
s’attribuent la gloire des autres Cette connaissance de mes inventions
que j’ai acquise avec beaucoup de peine et au prix du sacrifice de mes
moyens d’existence, je suis réticent à les dévoiler à tous, car une fois
que l’invention est connue, il ne reste plus grand secret. Mais ceci ne
serait pas grave si un plus grand inconvénient encore ne suivait. Le pire
est que des ignorants tirent gloire du travail des autres et usurpent la
gloire d’une invention qui ne leur appartient pas. Pour cette raison, les
efforts de celui qui a entre ses mains la vraie connaissance sont souvent
retardés. Si dans toutes les époques ce vice a existé en abondance, de
notre temps, il s’est développé à un niveau inégalé. »

Source : Lettre de Brunelleschi à Taccola, dans Frank D. Prager and


Gustina Scaglia (eds.), Mariano Taccola and his Book De ingeniis,
Cambridge, Cambridge MIT Press, 1972, p. 141.

Un brevet de trois ans pour Philippo Brunelleschi (1421)

« Puissants et magnificents Seigneurs, Seigneurs Magistrats et


Gonfaloniers de justice,
Considérant que l'admirable Philippo Brunelleschi, un homme
à l'intellect des plus perspicaces, à l'industrie et à l'invention puissante,
un citoyen de Florence, a inventé quelques machines ou quelque sorte
de navires, par le moyen desquels il pense pouvoir facilement à
n'importe quel moment transporter toutes sortes de marchandises et de
charges sur le fleuve Arno, et sur tout autre fleuve ou espace aquatique,
pour un coût bien moindre que d'ordinaire, apportant de nombreux
autres bénéfices en marchant et à ses contemporains, considérant qu'il
refuse de rendre cette machine disponible au public afin que le fruit de
son génie et de ses compétences ne soient pas pillées par d'autres sans
son consentement, considérant toujours que s’il jouissait de quelques
prérogatives concernant son invention, il dévoilerait ce qu'il cache et le
rendrait disponible à tous, et considérant que ce sujet qui aujourd'hui se
trouve enfoui sans rien produire doit absolument être profitable à la fois
au dit Philippo et à tout notre pays et même à d'autres, nous décidons
qu'un privilège soit créé pour Philippo tel que nous allons le décrire ci
après, afin qu'il soit animé de façons plus ferventes encore pour
perfectionner ses recherches et stimuler ses très subtiles enquêtes. Nous
avons délibéré le 19 juin 1421 la chose suivante : qu’aucune personne
vivante quel que soit son statut et sa dignité sa qualité et son grade n'ose
présumer, dans les trois années qui viennent après l'approbation
duconseil de Florence, de copier le sieur Philippo sur le fleuve Arno ou
sur tout autre fleuve tout autre lac, tout autre étang ou toute autre eau
courante existant sur le territoire de Florence. Qu’il lui soit interdit de
posséder ou d'utiliser de quelque manière que ce soit une machine ou
tout autre instrument nouvellement inventé ou simplement perfectionné
destiné à importer ou à transporter par navire sur voie d'eau toute
marchandise ou tout bien, à moins qu'il n'utilise des machines ou des
instruments dont il se servait auparavant pour des opérations similaires.
Nous ordonnons que toutes nouvelles machines ou toute machine
améliorée soit brûlée, à l'exception bien sûre de toutes nouvelles
machines inventées ou perfectionner pour le transport par voie d'eau qui
serait l'invention de Philippo Brunelleschi ou encore qui recevrait son
agrément. Nous souhaitons aussi que toute marchandise toute chose ou
tout bien qui serait transporté avec de telles embarcations dans les trois
années qui viendront, soit libre d'imposition en ou de tout autre de
nouvelles taxes qui jusque-là n'auraient pas été prévues. »

Source : Brevet accordé par l’Opera del Duomo deFlorence


(gouvernement de Florence), à Philippo Brunelleschi. Archivio delle
riformaggioni di Firenze, Provvis Filza 113.
Bibliographie : P. Galluzzi, Les ingénieurs à la Renaissance : de
Brunelleschi à Léonard de Vinci, Florence, Giunti, 1995. H. Saalman,
Filippo Brunelleschi, A. Zwemmer, Londres, 1980. P. Sanpaolesi, La
Cupola di Santa Maria del Fiore, Roma, Officina Edizioni, 1941.
Curriculum de Léonard à Ludovic Sforza (1483)

[Léonard de Vinci (1452-1519), formé dans l’effervescente Florence


rejoint Milan en 1582 dans l’objectif de rejoindre la cour du célèbre duc
de Milan, Ludovic Sforza dit « Le More » (1452-1508), duc de Milan.
Le jeune artiste et ingénieur écrit une lettre au duc afin de se mettre à
son service, en se présentant comme un créateur ingénieux et polyvent,
capable de construire en priorité des machines de guerre, d’imaginer des
plans d’architecture, de réaliser des œuvres d’art. Malheureusement, la
demande restera lettre morte : Léonard n’a pas encore réalisé de faits
d’armes importants et est peu connu à Milan.]

« Ayant très illustre Seigneur, vu et étudié les expériences de tous ceux


qui se prétendent maîtres en l'art d'inventer des machines de guerre et
ayant constaté que leurs machines ne diffèrent en rien de celles
communément en usage, je m'appliquerai, sans vouloir faire injure à
aucun, à révéler à Votre Excellence certains secrets qui me sont
personnels, brièvement énumérés ici.
1° - J'ai un moyen de construire des ponts très légers et faciles à
transporter, pour la poursuite de l'ennemi en fuite ; d'autres plus solides
qui résistent au feu et à l'assaut, et aussi aisés à poser et à enlever. Je
connais aussi des moyens de brûler et de détruire les ponts de l'ennemi.
2° - Dans le cas d'investissement d'une place, je sais comment chasser
l'eau des fossés et faire des échelles d'escalade et autres instruments
d'assaut.
3° - Item. Si par sa hauteur et sa force, la place ne peut être bombardée,
j'ai un moyen de miner toute forteresse dont les fondations ne sont pas
en pierre.
4° - Je puis faire un canon facile à transporter qui lance des matières
inflammables, causant un grand dommage et aussi grande terreur par la
fumée.
5° - Item. Au moyen de passages souterrains étroits et tortueux, creusés
sans bruit, je peux faire passer une route sous des fossés et sous un
fleuve.
6° - Item. Je puis construire des voitures couvertes et indestructibles
portant de l'artillerie et, qui ouvrant les rangs de l'ennemi, briseraient les
troupes les plus solides. L'infanterie les suivrait sans difficulté.
7° - Je puis construire des canons, des mortiers, des engins à feu de
forme pratique et différents de ceux en usage.
8° - Là où on ne peut se servir de canon, je puis le remplacer par des
catapultes et des engins pour lancer des traits d'une efficacité étonnante
et jusqu'ici inconnus. Enfin, quel que soit le cas, je puis trouver des
moyens infinis pour l'attaque.
9° - S'il s'agit d'un combat naval, j'ai de nombreuses machines de la plus
grande puissance pour l'attaque comme pour la défense : vaisseaux qui
résistent au feu le plus vif, poudres et vapeurs.
10° - En temps de paix, je puis égaler, je crois, n'importe qui dans
l'architecture, construire des monuments privés et publics, et conduire
l'eau d'un endroit à l'autre. Je puis exécuter de la sculpture en marbre,
bronze, terre cuite. En peinture, je puis faire ce que ferait un autre, quel
qu'il puisse être. Et en outre, je m'engagerais à exécuter le cheval de
bronze à la mémoire éternelle de votre père et de la Très Illustre Maison
de Sforza.
Et si quelqu'une des choses ci-dessus énumérées vous semblait
impossible ou impraticable, je vous offre d'en faire l'essai dans votre
parc ou en toute autre place qu'il plaira à Votre Excellence, à laquelle je
me recommande en toute humilité. »

Source : Il Codice Atlantico di Leonardo da Vinci, f. 391r., nella


Biblioteca Ambrosiana di Milano, édité et trancris par Giovanni
Piumati, Milan, 8 volumes, 1894-1904.
Bibliogaphie : P. Brioist, Léonard de Vinci, homme de guerre, Paris,
Alma, 2013. P. Galluzzi, Les ingénieurs à la Renaissance : de
Brunelleschi à Léonard de Vinci, Firenze, Giunti, 1995.
Article « Invention » dans L’Encyclopédie (1765)

[Louis de Jaucourt (1704-1779), auteur prolifique de L’Encyclopédie,


expose l’intérêt des « inventions ». Il met à l’honneur les objets des
inventions (des bésicles à la fayence), le progrès, le temps longs et la
perfection des arts et des sciences que permet d’atteindre « l’instinct
méchanique » de certains hommes.]

« INVENTION, s. f. (Arts & Sciences.) terme général qui s’applique à


tout ce qu’on trouve, qu’on invente, qu’on découvre d’utile ou de
curieux dans les Arts, les Sciences, & les Métiers. Ce terme est assez
synonyme à celui de découverte, quoique moins brillant ; mais on me
permettra de les confondre ici, sans répéter les choses curieuses que le
lecteur doit lire préalablement au mot DECOUVERTE.
Nous sommes redevables des inventions au tems, au pur
hasard, à des conjonctures heureuses & imprévues, à un instinct
méchanique, à la patience du travail, & à ses ressources.
Ce n’est point aux recherches des gens qu’on appelle dans le
monde gens d’esprit ; ce n’est point à des philosophes spéculatifs, que
nous devons les inventions utiles qu’on trouva dans le xiij. & xiv.
siècles. Elles furent le fruit de cet instinct de méchanique que la nature
donne à certains hommes, indépendamment de la Philosophie.
L’invention de secourir la vûe affoiblie des vieillards, par des lunettes
qu’on nomme besicles, est de la fin du xiij. siecle. On la doit, dit-on, à
Alexandre Spina : les Vénétiens possédèrent dans le même siecle, le
secret des miroirs de crystal. La fayence qui tenoit lieu de porcelaine à
l’Europe, fut trouvée à Faenza : les meules qui agissent par le secours
du vent, sont à-peu-près du même tems. L’invention du papier fait avec
du linge pillé & bouilli, est du commencement du xiv. siècle. Cortusius
parle d’un certain Pax qui en établit à Padoue la première manufacture,
plus d’un siecle avant l’invention de l’Imprimerie. C’est ainsi que les
prémices des Arts ont été heureusement découverts, & souvent par des
hommes ignorés.
Je dis les prémices, car il faut remarquer que tout ce que nous
avons de plus curieux & de plus utile dans les Arts, n’a pas été trouvé
dans l’état où nous le voyons à présent. Toutes ces choses ont été
découvertes grossièrement, ou par parties, & ont été amenées
insensiblement à une plus grande perfection. C’est ce qui paroît du-
moins des inventions dont nous venons de parler ; & c’est ce qu’on peut
prouver de celles du verre, de la boussole, de l’Imprimerie, des
horloges, des moulins, des télescopes, & de tant d’autres.
Je passe sous silence les découvertes dans les Sciences, qui
ont pû être préparées par les travaux des sièclesprécédents ; ce sujet
seroit d’une trop longue recherche. Je ne parlerai pas davantage des
découvertes prétendues modernes, qui ne sont que des opinions
anciennes, présentées de nouveau sous des faces plus lumineuses. De
telles discussions se seroient d’ailleurs peu susceptibles de
démonstrations ; je me contenterai d’observer, pour ne point sortir des
Arts, qu’il a fallu une suite plus ou moins longue de tems pour
perfectionner les inventions, qui dans des siecles grossiers, étoient
originairement le produit du hasard, ou du génie méchanique.
Guttemberg n’imagina que les lettres mobiles sculptées en
relief sur le bois & sur le métal. Ce fut Schoëffer, qui rectifiant cette
invention, trouva le secret de jetter en fonte les caracteres ; & l’on sait
combien cet art a été perfectionné depuis Schoëffer.
Que ce soit Goya marinier, natif de Melfi, ou les Anglois, ou
les François, ou les Portugais, qui ayent trouvé l’usage de la boussole
dans le xij. siecle ; cette découverte est dans le même cas que celle de
l’Imprimerie. On ne sut d’abord qu’étendre l’aiguille aimantée sur du
liége à la surface de l’eau ; ensuite on vint à la suspendre sur un pivot
dans une boëte qui étoit suspendue elle-même ; & finalement on l’a
fixée à une rose de carton ou de talc, sur laquelle on a tracé un cercle
divisé en 32 parties égales, pour marquer les 32 airs, avec un autre
cercle concentrique, divisé en 360 degrés, & qui sert à mesurer les
angles & les écarts de la boussole.
L’invention des moulins-à-vent (peut-être originaire d’Asie)
n’a fait une fortune brillante, que quand la Géométrie a perfectionné
cette machine, qui dépend entierement de la théorie des mouvemens
composés.
Combien de siecles se sont écoulés pour perfectionner les
horloges & les montres depuis Ctesibius, qui fit vraissemblablement la
premiere horloge à rouage, & qui fleurissoit vers l’an 613 de Rome,
jusqu’à la derniere pendule faite en Angleterre par Graham, ou en
France par Julien le Roi ? Les Hughens, les Leibnitz, & tant d’autres, ne
s’y sont-ils pas exercés ?
[…] Quoique le tems enfante les présens qu’il nous fait,
l’industrie peut hâter, si j’ose parler ainsi, le terme de son
accouchement. Combien de siecles se sont écoulés, pendant lesquels les
hommes ont marché sur la soie, avant que d’en connoître l’usage, & en
composer leur parure ? La nature a sans doute dans ses magasins des
trésors d’un aussi grand prix, qu’elle nous reserve au moment que nous
l’attendrons le moins ; soyons toûjours à portée d’en profiter.
Souvent une invention jette de grandes lumieres sur celle qui
la précede, & quelques lueurs sur celle qui doit la suivre. Je ne dis pas
que l’invention soit toûjours féconde en elle-même : les grands fleuves
ne se forment pas toûjours les uns des autres ; mais les inventions qui
n’ont point d’analogie ensemble, ne sont pas pour cela stériles, parce
qu’elles multiplient les secours, & se reproduisent sous mille moyens
qui abregent les travaux de l’homme.
Mais il n’est rien de plus flatteur que l’invention, ou la
perfection des Arts, qui rendent au bonheur du genre humain. De telles
inventions ont cet avantage sur les entreprises de la politique, qu’elles
font le bien commun, sans nuire à personne. Les plus belles conquêtes
ne sont arrosées que de sueurs, de larmes, & de sang L’inventeur d’un
secret utile à la vie, tel que seroit celui de la dissolution de la pierre
dans la vessie, n’auroit point à redouter les remords inséparables d’une
gloire mêlangée de crimes & de malheurs. Par l’invention de la
boussolle & de l’Imprimerie, le monde s’est étendu, embelli, & éclairé.
Qu’on parcoure l’histoire : les premieres apothéoses ont été faites pour
les inventeurs : la terre les adora comme ses dieux visibles.
Il ne faut point s’étonner après cela, qu’ils soient sensibles à
l’honneur de leurs découvertes ; c’est la derniere chose dont l’homme
puisse se dépouiller. Thalès, après avoir trouvé en quelle raison est le
diametre du soleil au cercle décrit par cet astre autour de la terre, en fit
part à un particulier, qui lui offrit pour récompense, tout ce qu’il
exigeroit. Thalès lui demanda seulement de lui conserver l’honneur de
sa découverte. Ce sage de la Grece pauvre, & comblé d’années, fut
insensible à l’argent, au gain, à tout autre avantage, hormis à l’injustice
qui pourroit s’emparer de la gloire qu’il méritoit. […]
Mais pour le succès de cette entreprise, il est nécessaire que le
gouvernement éclairé daigne lui accorder une protection puissante &
soutenue, contre les injustices, les persécutions, & les calomnies de ses
ennemis. (D. J.) »
Source : Louis de Jaucourt, « Invention », dans Denis Diderot, Jean Le
Rond d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences,
des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris,
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand, 1765, t. 8, p. 848-849.
Bibliographie : L. Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des
Lumières, Paris, Albin Michel, 2000. L. Hilaire-Pérez, « Diderot’s
Views on Artists’ and Inventors’ Rights: Invention, Imitation,
Reputation », British Journal for the History of Science, 2002, vol. 35,
n°2, p. 129-150.
Ferdinand Berthoud et l’horlogerie

[Le neuchâtelois, Ferdinand Berthoud (1727-1807), est fait maître


horloger à Paris en 1753. Devenu Horloger-Mécanicien du Roi et de la
Marine, il se distingue particulièrement avec ses horloges et
chronomètres de marine permettant de calculer la longitude en mer. Il
rédige plusieurs articles sur l’horlogerie dans L’Encyclopédie (1751 et
1772). L’article qui suit insiste sur l’expérience et les essais des
hommes de l’art qui permettent de parvenir à la perfection. Un
plaidoyer pour des encouragements institutionnels finit le texte.]

« S'il est nécessaire de partir d'après des principes de


mécanique pour composer des pièces d'Horlogerie, il est à propos de les
vérifier par des expériences ; car, quoique ces principes soient
invariables, comme ils sont compliqués et appliqués à de très-petites
machines, il en résulte des effets différents et assez difficiles à analyser
: nous observerons que, par rapport aux expériences, il y a deux
manières de les faire. Les premières sont faites par des gens sans
intelligence, qui ne font des essais que pour s'éviter la peine de
rechercher par une étude, une analyse pénible que souvent ils ne
soupçonnent pas, l'effet qui résultera d'un mécanisme composé sans
règle, sans principe, et sans vue ; ce sont des aveugles qui se conduisent
par le tâtonnement à l'aide d'un bâton.
La seconde classe des personnes qui font des expériences, est
composée des artistes instruits des principes des machines, des lois du
mouvement, des diverses actions des corps les uns sur les autres, et qui
doués d'un génie qui sait décomposer les effets les plus délicats d'une
machine, voient par l'esprit tout ce qui doit résulter de telle ou telle
combinaison, peuvent la calculer d'avance, la construire de la manière la
plus avantageuse, en sorte que s'ils font des expériences, c'est moins
pour apprendre ce qui doit arriver, que pour confirmer les principes
qu'ils ont établis, et les effets qu'ils avaient analysés. J'avoue qu'une
telle manière de voir est très-pénible, et qu'il faut être doué d'un génie
particulier ; aussi appartient-il à fort peu de personnes de faire des
expériences utiles, et qui aient un but marqué.
L'Horlogerie livrée à elle-même sans encouragement, sans
distinction, sans récompense, s'est élevée par sa propre force au point où
nous la voyons aujourd'hui ; cela ne peut être attribué qu'à l'heureuse
disposition de quelques artistes, qui aimant assez leur art pour en
rechercher la perfection, ont excité entr'eux une émulation qui a produit
des effets aussi profitables que si on les eut encouragés par des
récompenses. Le germe de cet esprit d'émulation est dû aux artistes
anglais que l'on fit venir en France du temps de la régence, entr'autres à
Sully, le plus habile de ceux qui s'établirent ici. Julien le Roi, élève de
le Bon, habile horloger, était fort lié avec Sully [Henry Sully, horloger],
il profita de ses lumières ; cela joint à son mérite personnel, lui valut la
réputation dont il a joui : celui-ci eut des émules, entr'autres Enderlin,
qui était doué d'un grand génie pour les mécaniques, ce que l'on peut
voir par ce qui nous reste de lui dans le traité d'Horlogerie de M. Thiout
; on ne doit pas oublier feu Jean-Baptiste Dutertre, fort habile horloger ;
Gaudron, Pierre le Roy, etc. Thiout l'ainé, dont le traité d'Horlogerie fait
l'éloge.
Nous devons à ces habiles artistes grand nombre de
recherches, et surtout la perfection de la main-d'œuvre ; car, par rapport
à la théorie et aux principes de l'art de la mesure du temps, ils n'en ont
aucunement traité ; il n'est pas étonnant que l'on ait encore écrit de nos
jours beaucoup d'absurdités ; le seul ouvrage où il y ait des principes est
le Mémoire de M. Rivaz, en réponse à un assez mauvais écrit anonyme
contre ses découvertes ; nous devons à ce mémoire et à ces disputes
l'esprit d'émulation qui a animé nos artistes modernes ; il serait à
souhaiter que M. Rivaz eut suivi lui-même l'Horlogerie, ses
connaissances en mécanique auraient beaucoup servi à perfectionner cet
art.
Il faut convenir que ces artistes qui ont enrichi l'Horlogerie,
méritent tous nos éloges ; puisque leurs travaux pénibles n'ont eu pour
objet que la perfection de l'art, ayant sacrifié pour cela leur fortune : car
il est bon d'observer qu'il n'en est pas de l'Horlogerie comme des autres
arts, tels que la Peinture, l'Architecture ou la Sculpture ; dans ceux-ci
l'artiste qui excelle est non-seulement encouragé et recompensé ; mais,
comme beaucoup de personnes sont en état de juger de ses productions,
la réputation et la fortune suivent ordinairement le mérite. Un excellent
artiste horloger peut au contraire passer sa vie dans l'obscurité, tandis
que des impudents, plagiaires, des charlatants et autres miserables
marchands ouvriers jouiront de la fortune et des encouragements dus au
mérite : car le nom qu'on se fait dans le monde, porte moins sur le
mérite réel de l'ouvrage que sur la manière dont il est annoncé, il est
aisé d'en imposer au public qui croit le charlatan sur sa parole, vu
l'impossibilité où il est de juger par lui-même.
C'est à l'esprit d'émulation dont nous venons de parler, que la
société des arts, formée sous la protection de M. le Comte de Clermont,
dut son origine. On ne peut que regretter qu'un établissement qui aurait
pu être fort utile au public, ait été de si courte durée ; on a cependant vu
sortir de cette société de très-bons sujets qui illustrent aujourd'hui
l'académie des Sciences (a), et différents Mémoires (b) fort bien faits
sur l'Horlogerie. De concert avec plusieurs habiles horlogers, nous
avions formé le projet de rétablir cette espèce d'académie, et proposé à
feu Mrs Julien le Roy, Thiout l'ainé, Romilly, et quelques autres
horlogers célèbres. Tous auraient fort désiré qu'il réussit ; mais un d'eux
me dit formellement qu'il ne voulait pas en être si un tel en était ; cette
petitesse me fit concevoir la cause de la chute de la société des arts, et
désespérer de la rétablir, à moins que le ministère ne favorisât cet
établissement par des récompenses qui serviraient à dissiper ces basses
jalousies. »

Source : Ferdinand Berthoud, « Horlogerie », dans Denis Diderot, Jean


Le Rond d’Alembert Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des
sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres,
Paris, Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand, t. 8, 1765, p. 303-
310.
Bibliographie : Ferdinand Berthoud (1727-1807). Horloger
mécanicien du roi et de la marine, Musée international d'horlogerie, La
Chaux-de-Fonds, Musée de la Marine, Paris, 1984.
« Pour faire un bon vaisseau » : l’apport des charpentiers aux
ingénieurs (1760)

[Pierre Train, charpentier à Rochefort, est fasciné par les premiers


ingénieurs-constructeurs dont il cherche à comprendre les méthodes.
L’extrait ci-dessous est issu d’un mémoire de 1760, peut-être
commandé par l’intendant du port de Brest, dans lequel il explique ce
que doivent les ingénieurs aux charpentiers. Les essais et l’expérience
sont au centre de son propos]

« Pour faire un bon vaisseau, il a fallu faire des millions


d’essais sur la proportion de tous ces differens leviers, et sur celle de
leur poirds et de leur réaction non seulement considérés chacun à
chacun, mais pris dans leur tout ensemble, et comme devant se réunir en
un seul même effort, qui serve de nœud à la machine et en arrête le
dépérissement par la tendance même que paroissent avoir ses parties
vers sa destrcution.
Sous ce point de vue commun à tous les efforts, combien de
raports à réunir, et de combinaisons à faire pour le fixer et le saisir,
combien d’attention pour ne pas le perdre au milieu de tant de pièces à
mettre en œuvre, et combien d’observations à faire sur le degré de force
allant en décroissant jusques aux extremités qui ont le moins d’effort à
soutenir, il leur en reste cependant assés, et quelles n’en ayent pas trop
[…]. Et dans tout cela, combien de finesse de théorie, d’exactitude et de
vues économiques ne faut-il pas employer.
Non, je le repête, ce n’est point par la simple théorie que
l’homme a construit cette machine superbe, qu’il place sur la surface
flexible et liquide des mers, chargée de bien plus de poids, qu’il
n’oseroit lui en confier sur le terrain le plus ferme, avant de lui avoir
préparé des fondements […]. Où il n’a d’autres ressources pour le faire
marcher que son industrie à ramasser le souffle des vents qui se perd
dans l’air […] n’offrant à l’effort de son impulsion qu’un foible tissu de
chanvre ou de coton pour mouvoir des millions de quintaux. »

Source : Archives nationales, Marine D 25, Pierre Train, Essai sur


l’architecture navale ou traité abrégé de la construction, proportion
des pieces de bois et de fer qui composent le corps du vaisseau ainsi
que les matières, 1782.
Bibliographie : H. Vérin, La Gloire des ingénieurs: L'intelligence
technique du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, p. 401-
402.
Le canard et le tambourin : les automates de Vaucanson (1738)

[Fils d’un gantier de Grenoble, Jacques Vaucanson (1709-1782) est un


inventeur polyvalent, célèbre pour ses autormates. L’ingénieur se
distingue en 1738 par trois automates qui impressionnent son audience :
un Joueur de flûte traversière, un Joueur de tambourin et un Canard
digérateur. La particularité de ce canard artificiel réalisé en cuivre est
de démontrer que l’automate peut boire, manger, cancaner, barboter et
digérer à l’imitation de la nature. Les mouvements sont programmés par
des pignons placés sur un cylindre gravé contrôlant les baguettes qui
traversent les pattes. Fort de son expérience mécanicienne, Vaucanson
sera chargé de missions dans les manufactures textiles et réunira à la fin
de sa vie, à l’hôtel de Mortagne, une collection de machines qui sera
aux origines du Conservatoire national des arts et métiers.]

Lettre de M. Vaucanson à M. l’Abbé D. Fontaine.

« Les nouveaux Automates, Monsieur, que je compte exposer


le Lundi de Pâques prochain, & auxquels sera joint mon Flûteur, sont
1°. Un Canard, dans lequel je représente le Mécanisme des viscères
destinez aux Fonctions du boire, du manger, & de la digestion ; le jeu
de toutes les parties nécessaires à ces actions y est exactement imité : il
allonge son cour pour aller prendre du grain dans la main, il l’avale, le
digere, & le rend par les voyes ordinaires tout digeré ; tous les gestes
d’un Canard qui avale avec précipitation, & qui redouble de vitesse
dans le mouvement de son gosier, pour faire passer son manger jusques
dans l’estomac, y sont copiés d’après nature l’aliment y est diferé
comme dans les vrais animaux, par dissolution, & non par trituration,
comme le prétendent plusieurs Physiciens ; mais c’est ce que je me
réserve à traiter & à faire voir dans l’occasion. La matière digerée dans
l’estomac est conduite par des tuyaux, comme dans l’animal par ses
boyaux, jusqu’à l’anus, où il a un sphincter qui en permet la sortie.
Je ne prétens pas donner cette digestion pour une digestion
parfaite, capable de faire du sang & des parties nourricieres pour
l’entretien de l’animal ; on auroit mauvaise grace, je crois, à me faire ce
reproche. Je ne prétends qu’imiter la mécanique de cette action en trois
choses, qui sont 1°. d’avaler le grain ; 2°. de le macérer, cuire ou
dissoudre ; 3°. de le faire sortir dans un changement sensible.
Il a cependant fallu des moyens pour les trois actions, & les
moyens mériteront peut être quelque attention de la part de ceux qui
demanderoient davantage. Ils verront les expédiens qu’on a employez
pour faire prendre le grain au Canard artificiel, le lui faire aspirer
jusques dans son estomac, & là, dans un petit espace, construire un
laboratoire chymique, pour en décomposer les principales parties
intégrantes, & le faire sortir à volonté, par des circonvolutions de
tuyaux, à une extrémité de son corps toute opposée.
Je ne crois pas que les Anatomistes ayent rien à désirer sur la
construction de ses ailes. On a imité, os par os, toutes les éminences
qu’ils appellent apophyses. Elles y sont régulièrement observées comme
les diférentes charnières : les cavitez, les courbes, les trois os qui
composent l’aile, y sont très-distincts. Le premier qui est l’Homerus, a
son mouvement de rotation en tout sens, avec l’os qui fait l’office
d’omoplace ; le second os qui est le Cubitus de l’aile, a son mouvement
avec l’Homerus, par une charnière, que les Anatomistes appellent par-
ginglime ; le troisième, qui est le Radius, tourne dans une cavité de
l’Homerus, & est attaché par ses autres bouts aux petits os du bout de
l’aile, de même que dans l’animal. L’inspection de la machine fera
mieux connoître l’imitation de la nature qu’un plus long détail, qui
ressembleroit trop à une explication anatomique.
Pour faire connoître que les mouvemens de ces ailes ne
ressemblent point à ceux qu’on voit dans les grands chefs-d’œuvres du
Coq de l’Horloge de Lyon & de Strasbourg, toute la mécanique du
Carnard artificiel sera vuë à découvert, mon dessein étant plutôt de
démontrer, que de montrer simplement une machine. Peut être que
quelques Dames, ou des gens qui n’aiment que l’extérieur des animaux,
auroient mieux aimé le voir tout couvert ; mais outre que cela m’a été
demandé, je suis bien aise qu’on ne prenne pas le change, & qu’on
voye tout l’ouvrage intérieur.
Je crois que les personnes attentives, sentiront la difficulté
qu’il y a eu de faire faire à mon Automate tant de mouvemens
différens ; comme lorsqu’il s’élève sur ses pates & qu’il porte son cou à
droite et à gauche. Ils connoîtront tous les changemens des différens
points d’appui ; ils verront même que ce qui servoit de point d’appui à
une aprtie mobile, devient à son tour mobile sur cette partie, qui devient
fixe à son tour ; enfin ils découvriront une infinité de combinaisons
mécaniques.
Toute cette machine joüe sans qu’on y touche, quand on l’a
montée une fois.
J’oubliois de vous dire, que l’animal boit, barbotte dans l’eau,
croasse comme le Canard naturel. Enfin j’ai tâché de lui faire faire tous
les gestes d’après ceux de l’animal vivant, que j’ai considéré avec
attention.
Le second Automate, est le Joüeur de tambourin, planté tout
droit sur son pied d’estal, habillé en Berger danseur, qui joüe une
vingtaine d’airs, menuets, rigaudons ou contredanses.
On croiroit d’abord que les difficultez ont été moindres qu’au
Flûteur Automate ; mais sans vouloir élever l’un pour rabaisser l’autre,
je prie de faire réflexion qu’il s’agit de l’instrument le plus ingrat, & le
plus faux par lui-même ; qu’il a fallu faire articuler une flute à trois
trous, où tous les trous dépendent du plus ou moins de force du vent, &
de trous bouchez à moitié ; qu’il a fallu donner tous les vents différens,
avec une vitesse que l’oreille a de la peine à suivre, donner des coups de
langue à chaque note, jusques dans les doubles crochez, parce ue cet
instrument n’est point agréable autrement. L’Automate surpasse en cela
tous nos joueur de tambourin, qui ne peuvent remuer la langue avec
assez de legereté, pour faire une mesure entiere de doubles croches,
toutes articulées. Ils en couleur la moitié, & mon Tambourin joüe un air
entier avec des coups de langue à chaque note.
Quelle combinaison de vents n’a-t-il pas fallu trouver pour cet
effet ? J’ai aussi des découvertes, dont ne se seroit jamais douté ; auroit-
on cru que cette petite flute est un des instrumes à vent qui fatiguent le
plus la poitrine des joüeurs ?
Les muscles de leur poitrine font un effort équivalent à un
poids de 56 livres pésant puisqu’il me faut cette même force de vent,
c’est-à-dire, un vent poussé par cette force ou cette pesanteur, pour
former le si d’en haut, qui est la derniere note où cet instrument puisse
s’étendre. Une once seule fait parler la première note, qui est le mi :
jugez quelle division de vent il a fallu faire, pour parcourir toute
l’étenduë du flageolet Provençal.
Ayant si peu de positions de doigts différentes, on croiroit
qu’il n’a fallu de differents vents qu’autant qu’il y a de différentes
notes : point du tout. Le vent qui fait parler, par exemple, le ré à la suite
du l’ut, le manque absolument, quand le même ré est à la suite du mi
au-dessus, & ainsi des autres notes. Qu’on calcule, on verra qu’il m’a
fallu le double de différents vents, sans compterles diéses, pour lesquels
il faut toûjours un vent particulier ; je vous avoüerai de bonne-foi, que
je suis moi-même étonné de le voir joüer avec une combinaison si
variée, & j’ai été plus d’une fois prêt à désespérer de la réussite ; mais
le courage & la patience ont eu la victoire.
Ce n’est pas le tout, ce flageolet n’occupe qu’une main ;
l’Automate tient de l’autre une baguette, avec laquelle il bat du tambour
de Marseille. Coups simples & doubles, roulemens variés à tous les airs,
& accompagnant en mesure les mêmes airs qu’il joüe avec son flageolet
de l’autre main. Ce mouvement n’est pas un des plus aisés de la
machine. Il est question de frapper tantôt plus fort, tantôt plus vite, & de
donner toûjours un coup sec, pour tirer du son du tambour. Cette
mécanique consiste dans une combinaison infinie de léviers & de
resorts différens, tous mus avec assez de justesse pour suivre l’air ; ce
qui seroit trop long à détailler. Enfin cette machine a quelques
ressemblances avec celle du Fluteur ; mais elle a des moyens biens
différens. »

Le canard de Vaucanson, détruit en 1879

Ill. 13
Source : Registres de l'Académie royale des Sciences, "Lettre de M.
Vaucanson, à M. l'abbé D. F.", approbation. Approuvé par l'Académie
royale des Sciences le 3 mai 1738 à Paris. Approbation donnée à Paris
le 11 juin 1738. J. Vaucanson, Le mécanisme du fluteur automate, Paris,
Jacques Guerin, 1738. Image, Domaine public : Wikimedia Commons
Bibliographie : R. Benhamou, “From curiosité to utilité : the
automaton in eighteenth-century France”, Studies in eighteenth-century
culture, 1987, vol. 17, p. 91-105. A. Dalmasso, C. Spillmaecker (dir.),
Jacques Vaucanson, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble,
2010. A. Doyon, L. Liaigre, Jaques Vaucanson mécanicien de génie,
Paris, PUF, 1966.
Contrôler l’invention : sciences, techniques, économie

Dossier : la construction d’un privilège pour une machine à vapeur


atmosphérique (1726)

[La circulation des techniques nécessite un cadre juridique garantissant


la protection de l’exploitation des inventions. En 1726, l’Anglais John
May (ouvrier débauché par John Law) demande à obtenir un privilège
pour sa machine à vapeur de type Newcomen qu’il a introduite en
France. Un privilège est un droit octroyé à un inventeur ou à une
manufacture lui donnant une exclusivité sur une invention ou une
méthode de fabrication. Entre janvier 1725 et mai 1736, les
commissaires Donsenbray et Réaumur ont examiné cette machine à
Poissy, sur demande du Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères
Fleuriau de Morville. Leur compte rendu, très positif, résumé dans les
Histoires et mémoires de l’Académie royale des sciences en 1726,
conduit l’administration à bien vouloir accorder le privilège. Ayant reçu
une proposition de rédaction détaillée du privilège, l’administration la
remet à l’Académie pour lui demander d’en analyser les clauses
(prochette de séance de 1726). Les commissaires Donsenbray et
Réaumur, étudient point par point la demande de privilège et émettent
des avis et recommandations sur plusieurs points d’ordre juridique et
économique dans leur réponse du 3 avril 1736. Il s’agit d’un bel
exemple de construction d’un privilège dans la première moitié du
XVIIIe siècle.]

[Transmission par l’administration de la demande d’examen du projet


de privilège proposé par le Sr. May]
« Sur le témoignage avantageux que Mrs. de l’Académie des
Sciences ont rendu du succès et de l’utilité de la machine propre à
élever les eaux par le moyen du feu que le Sr. May a fait construire dans
le village de Passy, le Roy veut bien accorder à cet Anglais le privilège
exclusif qu’il demande pendant un certain nombre d’années à condition
que par un tarif qui sera attaché dans le contrescel des lettres, le prix des
machines qu’il construira pour le public sera fixé eu égard au volume
du cylindre qui doit régler la quantité de l’eau que la machine peut
élever et la hauteur à laquelle elle peut la porter. Mais comme ce tarif ne
saurait être arrêté que par des personnes capables de juger du mérite et
de l’effet de la machine, je vous prie, Monsieur, de vouloir bien engager
les commissaires qui l’ont examinée et en ont fait le rapport à
l’Académie de se charger de ce travail sur les mémoires que le Sr. May
leur fournira. Je crois aussi qu’il serait à propos de consulter ces
Messieurs sur le projet de lettres que cet Anglais m’a présenté et que je
vous envoie, par rapport à la clause qui y est insérée pour défendre à
toutes personnes d’imiter ou contrefaire sa machine sous prétexte
d’augmentation ou diminution ou de changement dans quelques unes de
ses parties. Ces termes me paraissent trop étendus et il serait peut être à
craindre que l’on ne gênât par une pareille clause, contre l’intention du
Roi, l’industrie de ceux qui pourraient inventer des machines propres à
élever des eaux lesquelles, quoique sur les mêmes principes, pourraient
cependant être différentes de celle du Sr. May. C’est pour prévenir cet
inconvénient qui n’échapperait pas à l’attention de Mrs. de l’Académie
que je vous prie, Monsieur, de les engager de prendre la peine de
rédiger un projet de cette clause avec des modifications et des
restrictions telles que le privilège exclusif qui sera accordé au Sr. May
ne puisse pas lui servir pour inquiéter ceux qui pourraient dans la suite
inventer et vouloir faire exécuter quelques machines différentes de la
sienne. Je vous prie de vouloir bien me renvoyer le projet de lettres
présenté par le Sr. May lorsque vous prendrez la peine de me faire part
de l’avis de Mrs. De l’Académie. Je suis... »

Source : Archives de l’Académie des Sciences, Pochette de séance


1726, « Transmission par l’administration de la demande d’examen du
projet de privilège proposé par le Sr. May ».

[Projet de lettres patentes de privilège exclusif présentées par le Sr. May


et ses associés : 
projet, partie juridique]
« Louis par la grâce de Dieu Roi de France et de Navarre, à
nos amis et féaux conseillers les gens tenant nos Cours de Parlement,
Grand Conseil, Requêtes de notre hôtel, baillis, sénéchaux, prévôts,
leurs lieutenants et tous autres, nos officiers et justiciers qu’il
appartiendra, salut. Notre cher et bien aimé Jean May nous ayant fait
remontrer qu’il souhaiterait introduire dans notre Royaume une
invention qui n’y a point encore été mise en usage pour élever les eaux,
dessécher les mines et marais et donner mouvement aux moulins,
pompes et autres machines par la force du feu et vapeur chaude par la
pesanteur de l’atmosphère et une espèce de vide par le moyen du dit feu
ou vapeur, qu’on peut mettre en pratique par plusieurs méthodes et
diverses formes selon les lieux et les occasions, laquelle invention peut
être d’un grand avantage à tout nos sujets et d’autant que le dit Sr. May
a fait ériger une machine de cette invention à ses frais et dépenses qui a
l’approbation authentique de notre Académie des Sciences, suivant le
certificat ci-joint. Il nous a humblement supplié de lui accorder et à ses
associés un privilège exclusif pour l’usage de cette invention qui peut
demander plus de temps et de dépense pour la porter encore à une plus
grande perfection. A ces causes et autres à ce nous mouvant, voulant
favorablement traiter le dit Sr. May et sa Compagnie, nous leur avons
donné et accordé, donnons et accordons par ces présentes signées de
notre main, pouvoir et privilège pour eux, leurs successeurs ayant cause,
leurs préposés, agents, commis procureurs et autres personnes avec
lesquelles ils conviendront d’établir, édifier, ériger, enseigner, user ou
mettre en pratique la dite invention et machine dans tous les endroits de
notre Royaume et places de notre obéissance, à l’exclusion de tous
autres pendant le temps et espace de cinquante années à compter du jour
et date des présentes avec pouvoir de recevoir et jouir de tous les biens,
profits et avantages provenant de ladite invention. Faisons défense à
toutes sortes de personnes, communautés et sociétés de quelques qualité
et condition qu’elles soient, d’exercer ou mettre en pratique la dite
invention ni de la contrefaire, imiter en quelque manière que ce soit ni
d’en faire aucun usage soit en y ajoutant, diminuant ou changeant
quelques unes de ses parties, sans la permission approbation et
agrément du dit Sr. May, ses associés ou ayant cause, en bonnes et dues
formes à peine de confiscation de tous les effets et matériaux qui y
auraient été employés et de six mille livres d’amendes contre chacun
des contrevenants, applicable un tiers à nous et les deux autres tiers au
Sr. May, ses associés ou ayant cause. Leurs accordons au surplus par les
dites présentes la permission et liberté de faire entrer et apporter dans
notre Royaume toutes sortes de matériaux propres et nécessaires aux
machines qui seront édifiées, soit charbon de terre, cuivre, fer, plomb,
bois et autres, sur les passeports que nous leur feront expédier sans être
obligés et contraints de payer aucun droit ni impôt. Voulons en outre
que leurs domestiques, ouvriers et serviteurs soient exempts [Une ligne
manquante] autres charges publiques.
[…] Le Sr. May et ses associés fourniront des machines pour
élever des eaux pour la ville de Paris et autres grandes villes du
royaume, depuis vingt pieds de hauteur, jusqu’à cent pieds, à prendre au
dessus des basses eaux des rivières et autres sources. Ils entretiendront
les machines de tous leurs mouvements et fourniront un conducteur
pour gouverner les machines pendant l’espace de cinquante années que
durera le privilège après lequel les dites machines resteront aux villes,
moyennant une rente annuelle […]. La ville de Paris et autres villes
seront chargées de fournir un terrain pour placer chaque machine, de
faire construire le bâtiment pour mettre les mouvements, la tour pour les
conduites qui élèveront l’eau jusqu’à la bâche, de faire construire les
puisards pour les pompes, l’aqueduc qui conduira l’eau de la rivière au
puisard, les clôtures de l’emplacement, les bâtiments pour loger ceux
qui seront préposés à la conduite de chaque machine, les hangars pour
mettre le bois en provision, le bois nécessaire ou charbon de terre pour
l’entretien du feu, les hommes nécessaires pour la conduite outre le
conducteur qui sera fourni par les intéressés au privilège et feront faire
toutes les conduites pour porter l’eau de la bâche où elle aura été élevée
dans tous les réservoirs de distribution, les intéressés au privilège ne
fournissant que la machine avec toutes ses mouvements et fourneau, le
conducteur et l’entretien […]. »

Source : Archives de l’Académie des Sciences, Pochette de séance


1726, « Projet de lettres patentes de privilège exclusif présentées par le
Sr. May et ses associés».

[La la réponse de l’Académie à la demande d’examen du projet de


privilège]
« Mrs. Donsenbray et de Réaumur qui avaient été nommés
pour examiner le projet de privilège de M. May, anglais y ont fait les
remarques suivantes.
1° Ces mêmes considérations semblent exiger que le Sr. May
fasse connaître au Conseil qu’il a par lui-même ou par ses associés les
fonds nécessaires pour soutenir cette entreprise.
2° On n’accorde guère les privilèges pour un temps si long,
ordinairement c’est pour vingt années et quelquefois seulement pour
dix, on les renouvelle quand le bien public parait le demander. Il y
aurait encore une restriction à mettre ici, c’est qu’en cas que l’impétrant
ne fit pas usage de son privilège dans un temps prescrit, dans un an par
exemple, qu’il en demeurerait déchu […]
4° Si on ne limitait pas la permission de faire entrer dans le
Royaume les matières nécessaires à la construction des machines et à
leur entretien, on aurait à craindre qu’elle ne servit de prétexte à frauder
les droits du Roi où à faire passer des marchandises prohibées mais on
aura rien de pareil à appréhender si pour leur construction on ne permet
l’entrée que de ce qui sera actuellement mis en œuvre, comme des corps
de pompes et autres tuyaux, récipients, robinets chaudières etc. soit de
cuivre, soit de plomb soit de fer. A l’égard du charbon de terre
nécessaire à l’entretien des machines, de l’étain et du plomb employés
pour faire de nouvelles soudures ou pour réparer les anciennes la
quantité ne peut être accordée, que pour la quantité qui sera reconnue
nécessaire par des commissaires nommés pour examiner quelle en sera
la consommation chaque année. […]
6° Le Conseil paraîtrait souhaiter une clause dont il n’est pas
fait mention dans ces lettres c’est un tarif de prix de chaque machine
proportionnel à la quantité d’eau qu’elle donnera, lequel tarif serait au
contrescel des lettres, il serait certainement commode et utile s’il
pouvait être fait sur des appréciations justes et constantes mais ce n’est
guère possible de bien apprécier de nouvelles machines dont la
première construction est toujours plus chère qu’elle ne l’est par la
suite, aussi nous ne nous souvenons pas qu’on ait jusqu’ici le prix
[illisible] que machine nouvelle en en accordant le privilège. […] »

Source : Archives de l’Académie des Sciences, Pochette de séance


1726, Séance du 3 avril 1726.
Bibliographie : Bernard Delaunay, « La pensée technique de
l’Académie royale des sciences (1699-1750) », thèse de doctorat, 2013,
vol. 2, p. 272-279.
Machines et inventions approuvées en 1771 par l’Académie

[Le contrôle de la monarchie française sur les inventions se manifeste


par l’expertise académique via la procédure d’examens d’inventions.
L’Académie des Sciences, dès 1699, est chargée de les évaluer. Chaque
année, la liste des machines et inventions approuvées par l’Académie
est publiée dans les Histoires et mémoires de l’Académie royale des
science.s]

« […] I. Deux Machines pour diviser un Instrument


quelconque, pourvu qu’on ait déjà une plate-forme ou une échelle bien
divisée. Par M. Pattier, Horloger-Mécanicien.
Avec ces machines, un ouvrier ordinaire peut exécuter les
divisions d’une manière plus exacte & plus sûre que ne le pourroient
sans cela meilleures Artistes. Le Public n’a pas oublié cette manière
ingénieuse de diviser les Instrumens que feu M. le Duc de Chaulnes a
proposée il y a quelques années. La machine de M. Pattier rend
l’invention de M. de Chaulnes d’une utilité plus générale, en donnant le
moyen de faire partager à tant d’instrumens qu’on voudra l’exactitude
d’une échelle divisée par la nouvelle méthode.
II. Un nouveau Baromètre portatif de M.rs Bourbon & Périca.
Ces instrument a l’avantage de ne pouvoir être brisé par le choc du
mercure contre le haut du tube ; mais il est à craindre que ces
Baromètres ne soient très-difficiles à purger d’air.
III. Un nouvel Etamage où le sieur Chartier emploie un Etaim
préparé d’une manière particulière, & qui donne à l’etamageplus de
solidité, sans le rendre plus nuisible à la santé.
IV. Un Lit mécanique. Ce lit est destiné à épargner aux
malades les douleurs que les secousses leur font éprouver lorsqu’on est
obligé de les remuer. M. Garat maître Menuisier, avoit le malheur d’être
témoin des souffrances de sa femme ; il s’est occupé des moyens de la
soulager, & l’ouvrage qu’il présente est le fruit de sa sensibilité. La
Mécanique en est plus simple, & cependant elle exécute plus de
mouvemens qu’un autre lit mécanique présenté par M. Hanot en 1741 ;
mais ce nouveau lit est susceptible encore d’être perfectionné, &
l’Académie qui a cru devoir encourager l’auteur en louant son
invention, n’a pas cru pouvoir porter un jugement décisif, jusqu’à ce
qu’elle ait vu ce lit exécuté en grand, & employé à l’usage de quelque
malade.
V. Un Fourneau économique, où un seul foyer peut échauffer
plusieurs chaudières remplies d’eau ; par M. Domicetti, Médecin
Vénitien. Ces chaudières sont disposées de manière qu’on peut les
employer, soit à donner à un malade un bain de vapeurs, soit à faire
cuire à la fois un grand nombre d’alimens.
VI. Un Fusil qui s’amorce promptement au moyen d’un
réservoir de poudre placé dans la batterie. Par ce moyen on peut
amorcer pendant la pluie ; on évite le danger auquel on s’expose en
amorçant à la manière ordinaire, si le bassinet contient encore
quelqu’étincelle. Ainsi ces batteries peuvent être utiles aux chasseurs,
leur mécanique est ingénieuse. M. Delaunay, Arquebusier qui en est
l’inventeur, les exécute très-bien, & elles n’ont d’autres désavantages
sur les batteries ordinaires, que ceux qui résultent nécessairement d’une
plus grande complication.
VII. Des Caryons, par M. de la Fosse ; ces crayons sont d’une
seule pièce, d’une bonté égale dans toute leur longueur. L’auteur les
peut rendre plus ou moins durs à son choix ; & sous tous ces rapports ils
paroissent supérieurs aux crayons d’Angleterre.
VIII. M. de la Nux a envoyé à l’Académie la Description de
ruches d’une forme inconnue en Europe. (…) Cette construction est due
aux habitans de Madagascar, en& ils ont porté cet usage dans l’île
Bourbon. […] »

Source : « Machines et inventions approuvées en 1771 par


l’Académie », Histoire et mémoires de l’Académie royale des sciences,
pour l’année 1771, Paris, Imprimerie Royale, p. 67-69.
Bibliographie : P. Bret, L'État, l'armée, la science. L'invention de la
recherche publique en France (1763-1830), Rennes, PUR, 2002. L.
Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris,
Albin Michel, 2000. L. Hilaire-Pérez, « Les examens d’inventions au
XVIIIe siècle », in É. Brian, C. Demeulenaere-Douyère (éd.),
Règlement, usages et science dans la France de l’absolutisme, Paris,
Tec & Doc Lavoisier, 2002, p. 309-321. L. Hilaire-Pérez, « Les
échanges techniques entre la France et l’Angleterre au XVIIIe siècle : la
révolution industrielle en question », in P.-Y. Beaurepaire, P.
Pourchasse (dir.), Les circulations internationales en Europe années
1680–années 1780, Rennes, PUR, 2010, p. 197-211.
INSTRUMENTS, APPAREILS ET MACHINE

Les outils de l’ingénieur

Description et usage du compas euclidien (1571)

[Jacques Besson (1530-1572), mathématicien et ingénieur, a consacré


de nombreux écrits techniques à la présentation, amélioration et
invention d’instruments et machines. Dans un très court traité, il décrit
et présente les usages d’un « compas euclidien » pour la topographie, la
géométrie, la perspective ou l’astronomie]

« Supposant, qu’on soit instruict premièrement aux préceptes


des sciences, que ce present compas requiert, Ceux qui s’en voudront
servir, trouveront qu’il faut qu’il ayt quatre parties principales : sçavoir
est, deux jambes, la teste cojointe en icelles : & puis après le costé
subtendant, qui est separé quand on veult : & sert côme d’indice, ou
base soubs tous angles, & en tous triangles rectilinelz. Une chacune des
jambes doit avoir environ un poulce de longueur, qui tire en pointe vers
les deux extremitez : & le reste jusques à demy doigt pres le centre de la
teste, est my-plat, & espais d’un sixieme de pulce, & large d’un quart de
poulce. […]
Venons en aux Usages. Pour entendre les usages communs de
notre compas, il convient avoir un plomb attaché à un fillet, long
environ huict poulces : & puis trois petites espinces […].
Cela vuydé & expedié : ou l’usaige sera theorical &
euclidien : ou de perspective commune : ou de geometrie pratique, ou
finalement d’Astronomie. S’il est Euclidien & theorical, il comprend &
respresente tous les angles, & Triangles rectilignes : ensemble ne
gnomon, ou Esquierre. Et par consequent, toute position de Lignes
droites & descriptions de cercles. Laquelle chose se mect de soy-mesme
en cuidance, par le mouvement de l’indice de la teste du compas, quand
on ouvre & ferme les hambes d’iceluy, jusques à ce qu’elles s’accordent
directement en une ligne : ou bien, outrepassent icelle, jusques en
esquierre. Et aussi, quant aux triangles : si en remarquant la quantité des
Angles, on moeult circulairement l’indice par son Axe capital, fiché
dans l’une des jambes : ou bien se tenant au dessus autrement : ou au
dela, ou on voudra pendant que sa largueur liche la superficie de l’autre
jambe. Car ainsi faisant, il n’y aura aucune espece de triangle rectiligne
[…].
En apres, l’usaige commun de perspective est aussi très-
manifeste en ce compas d’autant que toute chose qu’on veoit tout en un
coup, on la discerne par ses extremitez, & par un angle aigu : duquel la
chose sensible & visible est la base. Et quand on la discerne a deux
fois : c’est à sçavoir, en discourant une fois une extremité, & une fois
l’autre, on la comprend souz un angle, ou droit, ou obtuz : ou bien, souz
un angle plus aigu, ou moins obtuz […]. Toutes lesquelles proportions,
soit en consideration des distances des Estoilles : soit des choses
objectées icy bas face à face : ou obliquement devant les yeux : ce
compas euclidient les comprend toutes. Car lorsqu’on mect les trois
testes d’espingles devant dictes, une au centre de la teste, & les deux
autres aux deux tenons des jambes : & qu’on dresse la teste vers un des
yeux : l’autre estant bouché, & cloz […]on discerne le long de la
continuation de leurs Areste interieures,les deux extremitez de ce qu’on
veoit : il est certain, qu’à l’instant on trouvera entre les parties &
graduations de la teste, l’espece & quantité de l’Angle souz lequel on
aura peu veoir la chose qu’on s’est proposée a veoir devant les yeux : la
proportion aussi du changement de l’Angle, si on s’est approché ou
esloingé. Item, la position ou inclination d’icelle mesure se peut
congnoistre, si on mesure vulgairement, ou par art geometrique les
distances de l’œil, jusques aux extremitez de la dite chose […].
Outre-plus on peut par tel compas faire les cartes des Lieux
particuliers, comme d’une Forest, ou d’un terroir de ville, ou bourgade :
ou des circuits & contours des rues d’une cité. A sçavoir, lorsque par la
quantité commune des Angles, qui contiennent les predictes figurations
trouvées en l’ouverture des jambes du compas, & marques qui se font
en la teste : ensemble avec les distances comprenant iceux triangles,
trouvez cy-devant par la practique de Geometrie. Certainement faisant
proportionnellement de ce un desseing en une plaine, on aura la carte
formée d’un Lieu tel, qu’entre les predictz aura esté proposée.
Et que dirons-nous enfin, de ce que tel compas peut faire en
Astronomie ? On en peut remarquer les hauteurs des Estoilles sur
l’horizon, jusques au zenit : quand l’Indice vers sa teste tournera sur &
dedans les pertuiz du tenon d’une des jambes : & que les mesures qu’il
ha vers son extremité, jusques au nombre de quarante & cinq, &
revenans jusques a nonante s’appliqueront sur la face de l’autre jambe
dressée contremont à plomb. Car faisant ainsi, & visant par l’areste
dudict Indice, on trouvera les hauteurs des Estoilles jusques à quarante
& cinq degrez. Et par les autres quarante & cinq, qui reviennent pour
faire nonante on doit dresser & plomber en hault la jambe qui a esté
horizontale : à fin qu’en reculant des quarante & cinq premiers degrez
l’indice, on les retrouve, parvenant jusques au zenit, pour faire nonante.
Et voilà ce qui nous a semblé bon d’escrire & interpreter des usages
principaux & plus communs de ce present compas euclidien : à fin que
principalement les plus avancez aux Mathematiques en jouïssent &
façent leur profit soubz la faveur authorité, & liberalité de Monseigneur
le Conte de Rochefort : en attendant autre temps plus commode, pour
publier choses plus exquises. […] »

Source : Jacques Besson, Description et usage du compas euclidien,


contenant la plus part des observations qui se font en la geometrie
perspective, astronomie, & corographie, Paris, 1571
Bibliographie : F. Camerota, Nel segno di Masaccio: l'invenzione della
prospettiva, Firenze, Instituto e Museo di Storia della Scienza, 2001, p.
211. L. Dolza, H. Vérin, « Les théâtres de machines. Une mise en
scène de la technique », Alliage. Culture, Sciences, techniques, 2000,
n°50-51, p. 8-20. D. Hillard, « Jacques Besson et son Théâtre des
instruments mathématiques : recherches complémentaires », Revue
française d'histoire du livre, 1981, n° 30, p. 47-69. D. Hilard, « Jacques
Besson et son Théâtre des instruments mathématiques », Revue
française d’histoire du livre, 1979, n°22, p. 5‐38. F. Russo, « Deux
ingénieurs de la Renaissance, Besson, Ramelli », Thales, n°3, 1948.
Instruments mathématiques mécaniques de Jean Errard (1584)

[L’ingénieur et mathématicien lorrain Jean Errard de Bar-le-Duc (1554-


1610), a suivi des études de mathématiques et de géométrie, avant de se
former auprès d’ingénieurs italiens au service du duc de Lorraire
Charles III. Engagé auprès de ce dernier en 1580, il lui dédicace quatre
ans plus tard son premier livre sur les instruments mathématiques, dans
lequel il présente plusieurs machines de son invention, accompagnées
de légendes précises, dont il revendique la paternité. Il s’agit d’un bel
exemple de théâtre de machines français, de la fin du XVIe siècle.]

« Au lecteur
Il est bien facile à ceux qui envient le labeur d’autruy, estimer qu’ilz ont
peu faire le semblable ou mieulx, mais cette presumption n’en apporte
aucun tesmoignage qu’en représension & censure qu’ils font legerement
& sans peser les les raisons et fondements des œuvres & inventions de
ceulx qui les devancent. J’advoue que ce que je tiens pour mien à peu
par cy devant etre faict ou inventé (comme il est possible & se faict
ordinairement que deux personnes se rencontrent en mesme invention)
mais puis qu’il sor premier de ma bouticque, je me l’attribueray à bon
droit jusques à ce qu’un aultre en descouvre l’emprunct, ou que par
raisons & demonstrations geometriques il soit convaincu de faulx. Je
recevray toutesfois l’erreur qui me sera monstré avac aultant de bonne
volonté que je l’abandonne au jugement des bons & non à l’envie des
indiscrets & mesdisants. »

Ill. 14
Fig. 3. « Nouvelle façon de tour par lequel on peut orner toute sorte de
vis sans aucun modelle.Il y a assez de persones qui facillement pourront
torner une vis avans un modelle & forme sur laquelle ilz torneront un
cylindre, & le rendront de mesme modelle, mais cette façon de faire est
trompeuse, d’aultant qu’ils convient premierement avoir une vis qui soit
bonne aultrement que celle qu’on fera dessus sera toujours fausse, par
ainsi l’invention vraye de torner une vis sera de la faire sans aucun
modelle ainsy qu’on peut veoir par cette troisième figure ».

Source : Jean Errard de Bar-le-Duc, Premier livre des instruments


mathématiques mécaniques, Nancy, J. Jansson, 1584.
Bibliographie : P. Dubourg-Glatigny et H. Vérin (éds.), Réduire en art,
la technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, Presses de la
Maison des Sciences de l’homme, 2008. L. Dolza, H.Vérin, « Figurer la
mécanique : l’énigme des théâtres de machines de la Renaissance »,
Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2004, vol. 51-2, p. 7-37. B.
Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Seuil, 1978 (1ère éd.
1964). A. Millet, « Tracer le monde de la Renaissance aux Lumières »,
Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, septembre 2016. H.
Vérin, « La réduction en art et la science pratique au XVIe siècle », in
R. Salais, E. Chatel, Dorothée Ribaud-Danset (dir.), Institutions et
conventions. La réflexivité de l’action économique, Raisons Pratiques,
1998, vol. 9, p. 121-144.
Outils et instruments des ingénieurs militaires et artilleurs (1588-
1613)

La complexification des instruments : la barque d’Ambroise Bachot


(1598)

[Ambroise Bachot, d’une famille de peintres et relieurs parisiens, est


devenu militaire en travaillant auprès de l’ingénieur Agostino Ramelli
comme conducteur de dessin au siège de La Richelle de 1571. Il suit
ensuite son mentor à Turin, devenant à sa suite ingénieur des
fortifications. Rejoignant Henri IV en 1590, il deviendra ingénieur des
fortifications de la ville de Melun, avant d’obtenir le titre d’Ingénieur
du Roi au tout début du XVIIe siècle. Dans son ouvrage écrit à Melun,
Le Gouvernail, Bachot affirme la nécessité de la connaissance des
nombres et des lignes pour les ingénieurs. Il propose diverses inventions
techniques particulièrement détaillées, révélatrices d’une
complexification extrême de l’instrumentation à la fin du XVIe siècle,
telles que cette improbable « barque ».]

Ill. 15

« Instrument facile et de belle industrie pour mesurer par l’art de


géométrie toutes distances, tant longueurs haulteurs que profondeurs
encores que celui qui en voudra user neust aultre intelligence de
l’arithmétique que de sçavoir seulement nombrer pour congnoistre
nostre instrument, lequel j’ai nommé la barque à cause que ses membres
représentent le mast le timon et les aultres enharnachements d’un
vaisseau de nautonnier et mesmes les lignes visuelles peuvent
représenter les cordaiges et tout ainsy qu’une barque peult servir avec
les fliletz à pescher une infinité de divers poissons & pareillement une
barque accompagnées des raiz et lignes aprallèles donnera moien de
rassembler plusieurs diversités de termes au grand contentement des
espritz amateurs de vertus. »

Source : Le Gouvernail d’Ambroise Bachot, Paris, 1598. Domaine


public : Gallica
Bibliographie : G. Leroy, « Un ingénieur du roy au XVIe siècle »,
Almanach de Seine-et-Marne, Paris, 1873, p. 116-119. M. T. Gnudi, «
The cover design. Agostino Ramelli and Ambroise Bachot »,
Technology and culture, 15, 4, 1974, p. 614-625.

Échelle pour examiner la pièce d’après William Bourne (1588)

[L’artillerie à la Renaisasnce est déjà très demandeuse en instruments


mathématiques pour réduire les contingences liées au tir. Les artilleurs
utilisent en particulier des « échelles » embouchées dans la gueule du
canon permettant de s’assurer de la conformité de l’axe entre la
chambre et la volée du canon, permettant de réduire les calculs
mathématiques. Mathématicien et écrivain anglais, Guillaume ou
William Bourne (v. 1535-1582) a été canonnier de la Royal Navy et a
rédigé plusieurs ouvrages sur la marine ou l’artillerie. Dans son ouvrage
de 1572, il explique l’usage d’une de ses « échelles » à canons.]

« Afin de savoir si une pièce d’ordonnance a été proprement alésée, il y


a divers moyens géométriques de procéder, mais certains d’entre eux
sont très ennuyeux, par conséquent, pour un accès plus facile à la
solution, ils doivent fabriquer ce genre d’instrument fait de deux pièces
de bois léger, ou de deux bâtons bien droits qui doivent être aussi longs
que le creux ou la concavité de la pièce, et qu’il faudra monter de la
façon suivante […] En mesurant ou en essayant la pièce tout autour
avec la perche qui est hors de l’âme du canon, avec une règle graduée
en pouces, vous saurez si le cœur ou le creux de la pièce court bien au
milieu du métal, et s’il ne le fait pas, vous verrez de combien le métal
est plus épais d’un côté qu’il ne l’est de l’autre »

Source : William Bourne, The arte of shooting in Great Ordnance,


1572/3, p. 8-9.
Bibliographie : Gerard L’Estrange Turner, « Bourne, William (c.
1535–1582) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford,
Oxford University Press, 2004.

Jean Errard et l’utilisation du graphomètre pour les relevés de terrain


(1600)

[Jean Errad s’est distingué par sa compréhension des fortifications et


son invention de procédés permettant de tracer sur le terrain les
différents polygones indispensables pour fortifier une place. Dans sa
Fortification démontrée et réduite en art, il présente l’utilisation du
graphomètre, permettant de réaliser des relevés topographiques en
évitant autant que possible la complexité arithmétique ou géométrique
en remplaçant les mathématiques par des procédures gestuelles.]

Ill. 16

Source : Jean Errard de Bar-le-Duc, La fortification demonstrée et


réduicte en art…, Paris, 1600, p. 25.
L’usage des instruments sur le champ de bataille : mythe ou réalité ?
Le carré géométrique d’après Levinus Hulsius (1605)

[Les représentations théoriques de l’usage des instruments de


triangulation sur le champ de bataille posent un ceratin nombre de
questions sur l’utilisation concrète de ces outils sous le feu ennemi. Le
cas du champ de bataille représenté sur une planche d’un traité de
Levinius Hulsius (1546-1606) éditeur et fabricant d’instruments
scientifiques flamand, en est une illustration.]

Ill. 17

Source : Levinus Hulsius, Instrumenta Mechanica, Frankfurt, 1605.


Bibliographie : P. Brioist, « Les mathématiques et la guerre en France,
en Italie, en Espagne et en Angleterre au XVIe siècle », Mémoire inédit
d’habilitation à diriger des recherches, Université François Rabelais de
Tours, 2009, chapitre IV « L’apprentissage de l’art de la mesure et la
maitrise des instruments scientifiques à usage militaire », p. 435-542. P.
Brioist Léonard de Vinci, homme de guerre, Paris, Alma, 2013. P.
Brioist, « Les sciences et la guerre à la Renaissance », in D. Pestre, S.
Van Damme (dir.), Histoire des Sciences et des Savoirs, Paris, Seuil,
2015, vol. 1, p. 111-131.
Instruments, prothèses et optique

Le lavement
[Anciennement appelé clystère, le lavement est durant l’époque
moderne prescrit comme un remède souverain. Le pricnipe est
d’injecter de l’eau claire ou associée à un autre produit dans l’anus.
L’instrument qui sert à administrer le lavement ressemble à une grande
seringue. Cette dernière est en étain aux XVIe et XVIIe siècle. Ambroise
Paré est l’inventeur d’un instrument destiné à se laver soi-même. Il est
surtout conçu pour les femmes. En 1751, L’Encyclopédie considére
l’instrument comme un « remède »]

Instrument propre pour se donner soy-mesme un clystere (1585)

« Lon a coustume de prendre clysteres à toutes heures devant & apres


disner, moyennant que soit loin du repas de ne peur que ne soit fait
attraction par le clystere de la viande estant encore à cuire en
l’estomach. Parquoy on les peut prendre à 6.7.8.9. heures du matin
avant disner, ou 4.5.6. heures apres. L’usage des clysteres est assez
manifeste par la cognoissance de la matiere qui entre en iceux : ioint
que tous ont un commun usage, qui est d’aider l’explusion des
superjuitez contenues és intestins : & successivement des autres parties.
D’avantage quand l’aage ou la vertu du malade (comme aduient aux
enfans, & gens debiles & malades) n’est suffisante à porter medecine,
lors sommes contraints d’user de clysteres, à cause qu’ils ne debilitent
point tant les forces que les medecines. Pour cette cause aucuns ont
coustumes de prendre clysteres de deux iours l’un, encore qu’ils soyent
sains, quand nature est paresseuse à ietter les excrements. A gens
malades ils font ordonnez plus fouuent, pour tousiours tenir lasche le
ventre. L’usage desdits clysteres a esté inventé des Cicoignes… Au
contraire, le patient estant situé sur le costé gauche, il advient que le
clystere est contraint de demeurer au Rectum, ou au Colo : pource
qu’iceux par telle assiette sont pressez de la masse & pesanteur des
autres intestins superieurs. Apres qu’il a receu, il doit demeurer quelque
temps sur son dos, puis se tourner de costé & d’autre, ou sur la douleur,
s’il luy est possible.
Or il se trouve certaines femmes, qui pour nulles choses ne voudroyent
prendre un clystere de la main d’un homme pour une vergogne, & honte
qu’ils ont de se montrer : A cette cause i’ay fait portraire cest
instrument duquel elles se pourront aider à recevoir un clystere, le
mettant par devant (ayant un peu les fesses leuees) la canlulle dans le
siege marquee B. puis versera la liqueur dedans la boete marquee A. Le
couuercle marqué D. »

Source : Ambroise Paré, Les Oeuvres d'Ambroise Paré, divisées en


vingt huict livres avec les figures et portraicts, tant de l'anatomie que
des instruments de chirurgie, et de plusieurs monstres, reveuës et
augmentées par l'autheur, Paris, Gabriel Buon, Avec privilege du Roy,
1585, p. MCXXV.

Clystere, lavement, remède : synonymes (1751)

« CLYSTERE, LAVEMENT, REMEDE, trois termes synonymes en


Medecine & en Pharmacie. Je ne les arrange point ici au hasard, mais
selon l’ordre chronologique de leur succession dans la langue.
Il y a long-tems que clystere ne se dit plus ; lavement lui a succédé :
cependant l’abbé de S. Cyran le mettoit sous le regne de Louis XIV. au
rang des mots deshonnêtes qu’il reprochoit au pere Garasse, que
quelques-uns appelloient l’Hélene de la guerre des Jésuites & des
Jansénistes. Je n’entens, disoit le pere Garasse, par lavement, que
gargarisme ; ce sont les Apothicaires qui ont profané ce mot à un usage
messéant.
C’est une chose bien singuliere que l’attaque de l’abbé de S. Cyran ;
c’en est une autre qui l’est plus encore que la défense du P. Garasse.
On a substitué de nos jours le terme de remede à celui de lavement ;
remede est équivoque, mais c’est par cette raison même qu’il est
honnête.
Clystere n’a plus lieu que dans le burlesque, & lavement que dans les
auteurs de Medecine ; c’est aussi sous ce dernier que nous parlerons de
ce genre d’injection qu’on porte dans les intestins par le fondement, &
que les Chinois, en s’en servant, appellent le remede des Barbare. »

Source : Louis de Jaucourt, « lavement », L’Encyclopédie, 1751, t. 3, p.


553.
Bibliographie : H. Baudry, « Pudeur et thérapeutique aux XVIe et
XVIIe siècles : le problème du lavement de soi-même », Esculape et
Dionysos. Mélanges en l'honneur de Jean Céard, Genève, Droz, 2008,
p. 217-230. Ph. Perrot, Le travail des apparences ou les transformations
du féminin XVIIe-XIXe siècle, Paris, Seuil, 1984.

Instruments et prothèses (1751)

[L’instrumention s’étend aussi au domaine corporel et médical.


Connues depuis le Moyen Âge, les prothèses et instruments médicaux,
illustrés ici dans les planches de l’Encyclopédies, se perfectionnent
lentement au cours de la période moderne.]

Ill. 18
Ill. 19

Source : Denis Diderot et Jean le Rond d'Alembert, L'Encyclopédie,


Chirurgie, recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les
arts méchaniques, avec leur explication, 1751, Planches XVII et XIX.
Bibliographie : R. Darnton, L’Aventure de l’Encyclopédie, 1775-1800,
un best-seller au siècle des Lumières, Paris, 1982. S. Juratic, « Publier
les sciences au 18e siécle : la librairie parisienne et la diffusion des
savoirs scientifiques », Dix-huitième siècle, 2008, n°40, p. 301-313.
Les lunettes dans l’Encyclopédie (1751)

[Jean Le Rond D’Alembert (1717-1783) rédige une trentaine d’articles


portant sur l’optique dans L’Encyclopédie. Louis de Jaucourt (1704-
1779) écrit avec lui la notice « lunettes », faisant état de l’histoire et des
progrès réalisés sous l’impulsion d’inventeurs et artisans.]

« LUNETTE, s. f. (Dioptr.) instrument composé d’un ou de


plusieurs verres, & qui a la propriété de faire voir distinctement ce
qu’on n’appercevroit que foiblement ou point du tout à la vûe simple.
Il y a plusieurs especes de lunettes ; les plus simples sont les lunettes à
mettre sur le nez, qu’on appelle autrement besicles, & qui sont
composées d’un seul verre pour chaque œil. Voyez BESICLES.
L’invention de ces lunettes est de la fin du xiij. siecle ; on l’a attribuée
sans preuve suffisante au moine Roger Bacon. On peut voir sur ce sujet
le traité d’optique de M. Senith, & l’histoire des Mathématiques de M.
de Montucla, tome I. page 424. Dans cette même histoire on prouve
(voyez la page 433. & les additions) que l’inventeur de ces lunettes est
probablement un florentin nommé Salvino de Gl’armati, mort en 1317,
& dont l’épitaphe qui se lisoit autrefois dans la cathédrale de Florence,
lui attribue expressément cette invention. Alexandre Despina, de l’ordre
des freres Prêcheurs, mort en 1313 à Pise, avoit aussi découvert ce
secret, comme on le voit par ce passage rapporté dans une chronique
manuscrite ; ocularia ab aliquo primo facta, & communicare nolente,
ipse fecit & communicavit.
[…] Il y a des lunettes à mettre sur le nez, qu’on appelle des
conserves ; mais elles ne méritent véritablement ce nom, que
lorsqu’elles sont formées de verres absolument plans, dont la propriété
se borneroit à affoiblir un peu la lumiere sans changer rien d’ailleurs à
la disposition des rayons. Dans ce cas. ils pourroient servir à une vûe
qui seroit bonne d’ailleurs, c’est-à-dire, ni myope ni presbyte, mais qui
auroit seulement le défaut d’être blessée par une lumiere trop vive.
Ainsi les lunettes qu’on appelle conserves, ne méritent donc point ce
nom, parce qu’elles sont presque toûjours formées de verres convexes,
qui servent à remédier à un défaut réel de la vûe ; défaut qui consiste à
ne pas voir distinctement les objets trop proches & trop petits ; ce défaut
augmente à mesure qu’on avance en âge.
[…] LUNETTES, (Hist. des invent. mod.) les lunettes, ou plutôt
les verres à lunettes qu’on applique sur le nez ou devant les yeux pour
lire, écrire, & en général, pour mieux découvrir les objets voisins que
par le secours des yeux seuls, ne sont pas à la vérité d’une invention
aussi récente que les lunettes d’approche ; car elles les ont précédé de
plus de trois siecles, mais leur découverte appartient aux modernes, &
les anciens n’en ont point eu connoissance. […]
Il seroit bien étonnant si les anciens les eussent connues, que
l’histoire n’en eût jamais parlé à propos de vieillards & de vûe courte. Il
seroit encore plus surprenant, que les Poëtes de la Grece & de Rome, ne
se fussent jamais permis à ce sujet aucun de ces traits de satyre ou de
plaisanterie, qu’ils ne se sont pas refusé à tant d’autres égards.
Comment Pline qui ne laisse rien échapper, auroit-il obmis cette
découverte dans son ouvrage, & particulierement dans le livre VII. ch.
lvj. qui traite des inventeurs des choses ? Comment les medecins grecs
& romains, qui indiquent mille moyens pour soulager la vûe, ne disent
ils pas un mot de celui des lunettes ? Enfin, comment leur usage qui est
fondé sur les besoins de l’humanité, auroit-il pû cesser ? Comment l’art
de faire un instrument d’optique si simple, & qui ne demande ni talent,
ni génie, se seroit-il perdu dans la suite des tems ? Concluons donc, que
les lunettes sont une invention des modernes, & que les anciens ont
ignoré ce beau secret d’aider & de soulager la vûe.
C’est sur la fin du xiij. siecle, entre l’an 1280 & 1300, que les
lunettes furent trouvées ; Redi témoigne avoir eu dans sa bibliotheque
un écrit d’un Scandro Dipopozzo, composé en 1298, dans lequel il dit :
« je suis si vieux que je ne puis plus lire ni écrire sans verres qu’on
nomme lunettes, senza occhiali ». Dans le dictionnaire italien de
l’académie de la Crusca, on lit ces paroles au mot occhiali : « frere
Jordanus de Rivalto, qui finit ses jours en 1311, a fait un livre en 1305,
dans lequel il dit, qu’on a découvert depuis 20 ans l’art utile de polir des
verres à lunettes ». Roger Bacon mort à Oxford en 1292, connoissoit cet
art de travailler les verres ; cependant ce fut vraisemblablement en Italie
qu’on en trouva l’invention.
Maria Manni dans ses opuscules scientifiques, tome IV. &
dans son petit livre intitulé de gl’occhiali del naso, qui parut en 1738,
prétend que l’histoire de cettedécouverte est dûe à Salvino de gl’armati,
florentin, & il le prouve par son épitaphe. Il est vrai que Redi, dans sa
lettre à Charles Dati, imprimée à Florence en 1678, in-4°. avoit donné
Alexandre Spina dominicain, pour l’auteur de cette découverte ; mais il
paroît par d’autres remarques du même Redi, qu’Alexandre Spina avoit
seulement imité par son génie ces sortes de verres trouvés avant lui. En
effet, dans la bibliotheque des peres de l’Oratoire de Pise, on garde un
manuscrit d’une ancienne chronique latine en parchemin, où est
marquée la mort du frere Alexandre Spina à l’an 1313, avec cet éloge :
quæcumque vidit aut audivit facta, scivit, & facere ocularia ab aliquo
primò facta, & communicare nolente, ipse fecit, & communicavit.
Alexandre Spina n’est donc point l’inventeur des lunettes ; il en imita
parfaitement l’invention, & tant d’autres avec lui y réussirent, qu’en peu
d’années cet art fut tellement répandu par-tout, qu’on n’employoit plus
que des lunettes pour aider la vûe. De-là vient que Bernard Gordon, qui
écrivoit en 1300 son ouvrage intitulé, lilium Medicinæ, y déclare dans
l’éloge d’un certain collyre pour les yeux, qu’il a la propriété de faire
lire aux vieillards les plus petits caracteres, sans le secours des lunettes.
(D. J.).
[…] Le fils d’un ouvrier d’Alcmaer, nommé Jacques Métius,
ou plutôt Jakob Metzu, qui faisoit dans cette ville de la Nord-Hollande,
des lunettes à porter sur le nez, tenoit d’une main un verre convexe,
comme sont ceux dont se servent les presbytes ou vieillards, & de
l’autre main un verre concave, qui sert pour ceux qui ont la vûe courte.
Le jeune homme ayant mis par amusement ou par hasard le verre
concave proche de son œil, & ayant un peu éloigné le convexe qu’il
tenoit au devant de l’autre main, il s’apperçut qu’il voyoit au-travers de
ces deux verres quelques objets éloignés beaucoup plus grands, & plus
distinctement, qu’il ne les voyoit auparavant à la vûe simple. … (D.
J.) »

Source : Jean Le Rond d'Alembert et Louis de Jaucourt, « Lunettes »,


dans Denis Diderot, Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou
dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une
société de gens de lettres, Paris, Briasson, David l’aîné, Le Breton,
Durand, 1765, t. 9, p. 743-745.
Mesures et observations

La lunette de Galilée (1609)

[En 1609, l’astronome italien Galilée (1564-1642) entend dire que le


polisseur hollandais de lentilles, Hans Lippershey (1570-1619), a
construit un instrument permettant de voir des choses éloignées comme
si elles étaient proches. Galilée construit dès lors sa propre longue-vue
en utilisant des verres de lunettes qu’il apprend à polir. Son premier
instrument grossit trois fois. Quelques mois plus tard, il offre au Sénat
de Venise une longue-vue grossissant huit fois. Alors professeur à
l’Université de Padoue qui dépend de la République de Venise, son
salaire est doublé : les autorités vénitiennes ont compris l’intérêt
militaire de l’invention, permettant de détecter les navires approchant
du port avec une avance très confortable. Galilée parviendra à la fin de
l’année 1609 à produire un téléscope grossissant vingt fois la taille des
objets.]

[Lettre de Galilée à Benedetto Landucci, à Florence]

« Venise, 29 août 1609


Cher et honoré beau-frère,
Depuis que j’ai reçu le vin que vous m’avez envoyé, je ne
vous ai plus écrit faute de matière. Je vous écris aujourd’hui parce que
j’ai à vous faire part d’une nouvelle dont je me demande si elle vous
sera agréable ou non, car l’espoir de rentrer dans ma patrie va m’être
enlevé, mais par une circonstance utile et honorable.
Sachez donc qu’il y a environ deux mois le bruit s’est répandu
ici qu’avait été présentée en Flandre, au comte Maurice, une lunette
fabriquée avec un art tel qu’elle faisait paraître très rapprochés les
objets les plus lointains, si bien qu’elle permettait de voir distinctement
un homme à la distance de deux milles. Cet effet me sembla si
merveilleux que j’en fis le sujet de mes réflexions ; et jugeant que la
fabrication de l’appareil devait se fonder sur la science de la
perspective, je me mis à y penser. Enfin, je la retrouvai et si
parfaitement que j’en ai fabriqué un qui l’emporte de beaucoup en
renommée sur celui de Flandre. La nouvelle que j’en avais fabriqué un
étant parvenue à Venise, j’ai été appelé, il y a six jours par Sa
Seigneurie Sérénissime à laquelle je l’ai montré, ainsi qu’au Sénat tout
entier, à la profonde stupeur de tous ; et il y eut de nombreux
Gentilshommes et sénateurs qui, malgré leur grand âge, ont fait
plusieurs fois l’ascension des plus hauts campaniles de Venise pour
découvrir en mer des voiles et des vaisseaux si éloignés que, se
dirigeant à toutes voiles vers le port, ils mettaient plus de deux heures
avant de se rendre visibles sans ma lunette ; car, en somme l’effet de cet
instrument est de faire paraître un objet qui se trouve, par exemple, à
une distance de cinquante milles aussi grand et aussi proche que s’il
était à cinq milles.
Or donc, ayant compris de quelle utilité pourrait être cet
instrument en mer et sur terre, et voyant le désir qu’en avait le
Sérénissime Prince, je me décidai, le 25 de ce mois, à me présenter au
Collège et à en faire don librement à Sa Seigneurie. Au Collège il me
fut ordonné d’attendre dans la salle du Pregadi et, quelques instants plus
tard, l’illustrissime et excellentissime procurateur Priuli, qui est un des
réformateurs de [service] sortit du Collège et, m’ayant pris par la main,
me dit que l’excellentissime Collège, sachant de quelle manière j’avais
exercé mes fonctions à Padoue dix-sept années durant, et de plus ayant
apprécié ma courtoisie à lui faire un don si agréable, avait
immédiatement ordonné aux illustrissimes réformateurs de renouveler
mon contrat et, si j’y consentais, de me nommer à vie et aux
appointements annuels de mille florins […].
Voilà tout ce que j’ai à vous dire pour le moment. Ne
manquez pas de m’envoyer des nouvelles de vous et de vos affaires ;
saluez en mon nom tous les amis et rappelez moi au souvenir de
Virginia et de toute la maison. Que le Seigneur vous donne prospérité.
De Venise le 29 août 1609.
Galilée »

Source : Galilée, Dialogue et lettres, Paris, Michel et Santillana, 1956,


p. 354-355 et p. 391-393.
Bibliographie : F. Berretta, Galilée en procès, Galilée réhabilité ?,
Saint Maurice, Éditions Saint Augustin, 2005. M. Bucciantini, Galilée
et Kepler : philosophie, cosmologie et théologie à l’époque de la contre
Réforme, Paris, Belles Lettres, 2008. M. Bucciantini, M. Camerota, F.
Guidice, Galileo’s Telescope. A European Story, Cambridge, Harvard
University Press, 2015. S. Drake, Galilée, Arles, Actes Sud, 1986. L.
Geymonat, Galilée, Paris, Seuil, 1992. M. Valleriani, Galileo Engineer,
Art and Modern Science, Dordrecht, Boston Studies in the Philosophy
and History of Science, 2010.

Quadrant d’Hevelius, 1644

[Johannes Hevelius (1611-1687) améliore le quadrant azimutal de


Tycho Brahe. Avec cet instrument, l’exactitude des mesures est de
l’ordre de la minute d’angle.]

Ill. 21

Source : Johannis Hevelii, Machina coelestis, Gedani, Simon Reiniger,


1673, première partie sur la description des instruments.
Bibliographie : L. C. Béziat, « La vie et les travaux de Jean Hevelius »,
Bulletino di bibliographia e di storia delle scienze matematiche e
fisiche, Roma, t. I. M. Daumas, Les instruments scientifiques aux XVIIe
et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1953. K. Targosz, « Johann Hevelius et
ses démarches pour trouver des mécènes en France », Revue d’histoire
des sciences, 1977, vol. 30, n°1, p. 25-41. A. Turner. Early scientific
instruments: Europe 1400–1800, London, Sotheby's, Harper & Row,
1987.
Observer le soleil (1647)

[L’astronome polonais Johannes Hevelius (1611-1687) construit un


observatoire sur le toit de sa maison afin d’observer le soleil, les étoiles
et les comètes. Sa machine pour observer le soleil constitue un outil
essentiel à ses découvertes : par ce dispositif, Hévélius est l’un des
premiers astronomes à avoir pu observer les tâches solaires, au début
des années 1640]

Ill. 22

Source : Johannis Hevelii, Selenographia, sive lunae descriptio…,


Gedani, Hünefeld, 1647. Domaine public : Wikimedia Commons
Usage du microscope : Robert Hooke (1665)

[Robert Hooke (1635-1703) est une de plus grandes figures


scientifiques du XVIIe siècle. L’homme a plusieurs casquettes : il est
physicien, astronome, naturaliste, ingénieur, architecte, géomètre,
philosophe et enseignant. Hooke est démonstrateur à la Royal Societey
et responsable des expériences. Il construit lui-même l’un des premiers
microscopes sophistiqués en assemblant trois lentilles (une oculaire, une
de champ et une d’objectif) dont il fait reproduire dans sa Microscopia
le rendu visuel, à l’image de cette observation d’une ortie. Si le
Hollandais Zacharias Janssen (v. 1588-1631) a composé des
microscopes similaires, il n’a pas atteint le grossissement de celui de
Hooke qui dépasse de trente fois ceux des précédents instruments.]

Gravure du microscope de Hooke

Ill. 23
Source : Robert Hooke, Micrographia or some Physiological
Description of Minute Bodies made by Magnifying Glasses with
Observations and Inquiries thereupon, Londres, Martyn et Allestry,
1665.
Bibliographie : M. Daumas, Les instruments scientifiques aux XVIIe et
XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1953. P. Hamou, La Mutation du visible.
Essai sur la portée épistémologique des instruments d’optique au
XVIIesiècle, vol. 2, microscopes et téléscopes en Angleterre, de Bacon à
Hooke, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001.
M. Hunter, S. Schaffer, Robert Hooke, Woodbridge, The Boydell Press,
1988. M. J. Ratclif, The Quest for the Invisible: Microscopy in the
Enlightenment, Aldershot, Ashgate, 2013. A. Turner. Early scientific
instruments: Europe 1400–1800, London, Sotheby's, Harper & Row,
1987.

Vue d’une ortie au microscope par Hooke

Ill. 24
Le plus grand télescope au monde (1789)

[Télescope de quarante pieds construit par l’astronome William


Herschel (1738-1822) pour l’Observatory House de Slough, en
Angleterre. Il s’agit du plus grand télescope jamais construit durant
toute l’époque moderne.]

Ill. 25

Source : « Telescope », Encyclopaedia Britannica, 1797, vol. 18,


planche DV.
Bibliographie : M. Daumas, Les instruments scientifiques aux XVIIe et
XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1953. A. Turner, Early scientific
instruments: Europe 1400–1800, London, Sotheby's, Harper & Row,
1987.
Les instruments de la science expérimentale

La pompe à air de Boyle

[En 1659, Robert Boyle (1627-1691), physicien irlandais, met au point


une pompe à air (ou pompe à vide) qui permet de baisser la pression
dans une cloche de verre. L’expérience sur le vide est une conséquence
des réflexions d’Evangelista Torricelli (1608-1647) et Blaise Pascal
(1623-1662) sur la pression athmosphérique. C’est Robert Hooke
(1635-1703) qui a construit l’instrument avec Boyle. La pompe à air
constitue le symbole même de la science expérimentale qui se déploie
au cours XVIIe siècle, et a été l’objet d’un des travaux les plus
importants du renouvellement de l’histoire des sciences : Steven
Schapin & Simon Schaffer, Leviathan and the Air-Pump: Hobbes,
Boyle and the Experimental Life, Princeton, Princeton University Press,
1985 (traduit en français par Sylvie Barjansky et Thierry Piélat, editions
La découverte, 1993)]

Ill. 25

Source : Robert Boyle, New Experiments Physico-Mechanicall,


Touching the Spring of the Air, and its Effects, London, Miles Flesher
for Richard Davis, 1661.
Bibliographie : S. Shafin, S. Schaffer, Léviathan et la pompe à air,
Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte, 1993.
Facture des instruments et machines pour Lavoisier (1785)

[Les expériences scientifiques nécessitent un certain nombre


d’instruments et de matériaux. Jean-Nicolas Fortin (1750-1831),
fabricant d’instruments scientifiques, est un des fournisseurs du
scientifique Antoine Lavoisier (1743-1794). Les factures et les
descriptions d’instruments permettent d’envisager le coût d’une
expérience, le contenu d’un laboratoire, la culture matérielle de la
pratique savantes mais aussi les savoirs opératoires des fabricants
d’instruments scientifiques dans les dernières decennies du XVIIIe
siècle]

Fait et fournis par Fortin à Monsieur Lavoisier les instruments et


machines cy après détaillié, commancé en 9bre 1784 jusqu’en mars
1785 relativement à la décomposition et la recomposition de l’eau.
deux cannons de fusil chacun ralongé par un bout par 36 l.
un tuyau de cuivre rouge ; à une certaine proximité sur ces
tuyaux étoit deux montants réunis à leurs extréités par un ecrou
et interceptant entr’eux un tube de verre qui y étoit mastiqué ; à
l’autre bout de ces mêmes cannons mis aussi une ralonge
courbe convenablement pour s’aranger à un serpentin ; arangé
pour ‘intérieur deux bottes de lammes de ferre et enfin
recouvert chacun de ces cannons de trois couches de fil de ferre
retiré les trois couches de fil de ferre de chacun de 10
ces cannons pour rebouché à soudurre de cuivre rouge
plusieurs troux et ensuite remis de nouveau le meme fil de ferre
tuyau de cuivre qui s’arangeoit par un bout à 14
l’extrémité de la ralonge de cuivre rouge portant un robinet
s’ajustant aussi par vis et ecroux à la machine pneumatique
convenablement placée pour cela
entonoir de verre fermé par ces extrémités par deux 30
bôiètes de cuivre portant chacune un robinet, l’inférieur porte
un ajutage et porte un tuyau pour faire communiquer le dessous
avec le dessus de l’autre, l’entonnoir portant ce petit tuyau, un
robinet
tuyaux courbés communiquant d’un bout au flacon 28
tubulé et par l’autre bout à la cuve portant trois robinets dont
un particulier pour un tube faisant fonction de barometre
une pince en acier propre à fixer tous ces tuyaux à la 4
cuve
cuillieres pneumatau chimique ; fait sur trois vases de 15
verre à chacun un colier de cuivre portant une coulice destinée
à recevoir un manche de cuivre recourbé en plusieurs parties
appareil pour l’air nitreux ; fait un trepied pour 10
supporter le balon, avoir dressé sa tubulurre, ajusté une plaque
de verre percée de deux troux traversés par un tube de verre, le
tout retenu sur le pied par des cordonnois de soies
deux tuyaux de cuivre courbés portant un ecrou 15
aproprié pour des robinets servant de conduit, des cubes aux
réservoirs pour les airs
deux autres tuyaux de cuivre d’un fort diamètre 6
arangés à la partie des réservoirs par où l’on fait evacuer l’air
fait pour un flacon tubulé latéralement deux conduits 8
de laiton traversant des tubes de verre et mastiqué sous le cul
de ce meme une forte plaque de verre ; cecy etoit disposé en
premier lieu pour la combustion des deux airs mais cela n’a pas
eu de suquecès
176
l.

Suite de la première partie 176


l.
réparation en premier lieu à une petite pompe 15
destinée à faire le vuide dans des veseaux de verre, avoir repoli
et verni tout ce qui en dependoit, mis d’autres cuirs à toutes les
aderances et d’autres soupapes
changement et adition fait à la meme pompe : 1° un 60
autre piston portant une tringle d’acier calibré, 2° une poignée
double retenue par des ecroux à la tringle d’acier, 3° un
bouchon au corps de pompe portant une boiete à cuirs traversé
par la tringle d’acier, 4° un tuyau fixé par des vis au bouchon
de la pompe, 5° trois autres tuyaux dont deux se réunissent par
ecrou et vis interseptant entr’eux une soupape, le troisième se
fixant aux deux premiers par erou et vis, 6° une eprouvette
avec une echelle mobile, un robinet et une clef en acier à
l’usage de l’eprouvette, 7° une piece en ferre placée sous le
support de la pompe pour poser les pieds dessus dans l’usage
de la machine
fait un autre arbre à la roue d’engrenage de la 6
machine pneumatique auxiliere qui a cassé dans le cours des
expériences
pour le balon qui a servi à la combustion des deux 20
especes d’airs, avoir dressé à l’emerie le bord de sa tubulurre,
une plaque ou bouchon de verre, un arnais de fil de laiton, une
cage lui servant de pied fermée d’un cercle de ferre tenant à
trois montants un deuxième cercle de ferre portant trois
branches qui s’acommode et sont retenus à l’extremité de trois
montants par des ecroux, le tout garni de crin et recouvert de
peau
ensuite deux tuyaux de cuivre portant chacun un 75
robinet, un colié avec pas de vis pour recevoir un robinet de
côté ; réparé ces memes robinets et fait pour chacun une sorte
piece de cuivre se montant à vis sur ces memes robinets, un
troizieme tuyau portant un robinet communiquant à la pompe
par où l’on fesoit le vuide dans le balon, tous ces tuyaux font
partie d’une forte piece de cuivre dans laquelle est pratiqué un
robinet traversé par une petite communication
une communication electrique qui partoit de la petite 4
communication du balon à la machine electrique
un petit cannal portant un ecrou et une piece macive 6
dont l’usage etoit de faire communiquer le balon à peser l’air
avec tout l’appareil
une clef en aciez servant au moyen du petit canal à 4
fixer le balon à peser l’air, à tout l’appareil
limes de plusieurs especes, tant pour les metaux que 15
pour le bois avec leurs manches, quatre vrilles et une paire de
tenailles
une tablette pour l’usage des airs portant deux arcs de 12
cercles en ferre avec vis et ecroux pour la fixer à la hauteur
convenable sur la cuve
pour le temps emplyé à la préparation de ces 90
appareils et dans le temps de l’expérience
483
l.
Suite des articles precedents 483
l.
reçu acompte en deux fois sur ce montant trois cent livres. 300
reste 183
En juillet 1785 un appareil aussi destiné à l’usage des gaz 78
26 1.
reçu deux cent soixante et une livre pour solde tout compte du
présent memoire à Paris ce vingt juillet 1785. Fortin

Source : Lavoisier, Œuvres de Lavoisier. Correspondance, t. IV, 1784-


1786, Paris, Hermann, 1986, « Facture de Fortin, 20 juillet 1795 », p.
137-140.
Bibliographie : B. Bensaude-Vincent, Lavoisier. Mémoires d'une
révolution, Paris, Flammarion, 1993. P. Bret, « Lavoisier à la régie des
poudres : le savant, le financier, l’administrateur et le pédagogue »,La
Vie des Sciences. Comtes rendus de l’Académie des sciences, série
générale, 11, 4, 1994, p. 297-317. M. Daumas, Les instruments
scientifiques aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1953. M. Daumas,
Lavoisier, théoricien et expérimentateur, Paris, PUF, 1955. A.Turner.
Early scientific instruments: Europe 1400–1800, London, Sotheby's,
Harper & Row, 1987.
RESEAUX, CIRCULATIONS, COMPARAISONS

Circulations de modèles et savoir-faire : un ingénieur huguenot en


Angleterre (1736)

[John Percival – ou Perceval - (1683-1748), 1er comte d’Egmont et vice-


roi d’Irlande, est un parlementaire irlandais, membre de la Royal
Society, qui a tenu un journal entre 1730 et 1747. Le lundi 14 juin 1736,
il reçoit la visite d’un ingénieur huguenot, le capitaine Jean Thomas
(1670- 1739). Cet ingénieur militaire a servi sous les ordres de
l’ingénieur français Sébastien Le Pestre de Vauban (1633-1707) à partir
de 1686, malgré une tentative de fuite vers l’Angleterre après la
révocation de l’édit de Nantes en 1685. Il profite de sa présence en
Flandres en 1695 pour rejoindre le camp anglo-hollandais, passant dès
lors sous les ordres du célèbre ingénieur hollandais Menno Van
Coehorn (1641-1704). Il effectuera diverses tâches civiles et militaires
en Angleterre et Irlande par la suite. Rendant visite à John Percival, ce
dernier l’interroge sur les systèmes de fortification de Vauban et
Coehorn. La discussion insiste sur le rôle des livres dans la circulation
des modèles de fortifications, évoquant notamment les mémoires de
l’ingénieur huguenot Le Goulon ou ceux du maître de mathétmatiques
des pages de la petite écurie du roi, Alain Manesson-Malet (1630-
1706).]

« Lundi 14 juin, 1736.


Est venu me visiter le capitaine Thomas, un réfugié français
qui jouit d’une demie paye d’une couronne par jour du gouvernement
anglais, comme ingénieur. Il a servit dans toutes les guerres du roi
Guillaume, d’abord sous les orders du maréchal Vauban pour les
Français, puis sous les orders du célèbre Coohorn, pour les Hollandais
et les Anglais. Il est désormais trop âgé pour le service, et tout comme,
dit-il, tous ceux de son époque, si tant est qu’ils vivent encore, à
l’excpetion du lieutenant-colonel Lilly, qui se trouve aujourd’hui en
Jamaïque, où il est bien installé et riche. Il nomme Vauban son Maître,
et refuse de me dire lequel des deux est le plus grand ingénieur, lui ou
Coohorn, mais il reconnait à ce dernier d’avoir perfectionné ls
techniques du premier en plusieurs points. Le livre de Coohorn sur la
method de fortification est selon lui pleine d’erreurs dans sa traduction,
et même en Français, mais pour une raison différente, qui est qu’elle ne
contenait pas les dernières ameliorations que ce grand hommme a
proposées, et qu’il en possédait bien d’autres qu’il réservait secrètement
pour leur seul service de ses maîtres, les Hollandais, mais ces secrets
ont disparu avec lui. […]
Je l’ai interrogé sur Monsieur Goulon, dont j’avais lu le livre
sur l’attaque et la défense des villes. Il me dit qu’il s’agissait de l’un des
milleurs livres sur ce sujets ; que Goulon était un réfugié français au
service des Hollandais , très estimé par le roi Guillaume, mais que pour
sauvegarder la réputation du général Opdam, il a été disgracié et
conduit à se retirer. L’histoire est la suivante : à la bataille de Landen
[ou de Neerwinden, 1693], il commandait l’Artillerie, lorsque au
sommet de l’action, et lorsque les Hollandais semblait avoir l’avantage,
Opdam, pris de panique, vint à lui et lui dit que la bataille était perdu, il
lui ordonna de returer son canon et de tous les sauver, aussi vite qu’il
pourrait, pour qu’ils ne tombent pas dans les mains de l’ennemi. Avec
beaucoup de répugnance, il fut forcé d’obéir et cela s’avéra très
préjudiciable pour les Hollandais, qui à la fin furent renversés.
Questionné sur cela devant la cour martielle, il allégua que le général
Opdam lui avait commandé de faire cela, et que plusieurs témoins
pouvait en répondre, mais Opdam, dont l’honneur était en jeu,
s’arrangea pour qu’ils ne puissent pas se présenter, and Goulon fut ainsi
indignement démi de son service. […]
Je lui ai demandé ce qu’il savait de Malet, dont j’avais lu le
livre de géométrie et fortification. Il me dit qu’il était un mathématicien,
mais pas à proprement parler un ingnéieur, qu’il avait servit au Portugal
sous le titre de sergent major, et qu’il était devenu le précepteur des
pages du roi en mathématiques à son retour. »

Source : John Percival, Manuscripts of the Earl of Egmont. Diary of


Viscount Percival afterwards first Earl of Egmont (1683-1748),
London, HM Stationery off., 1920, vol. 2, p. 280-281.
Bibliographie: M. Virol, « La circulation des ingénieurs c. 1680-c.
1780 », in P.-Y. Beaurepaire et P. Pourchasse (dir.), Les circulations
internationales en Europe de 1680 à 1780, Rennes, PUR, 2011, p. 67-
80. M. Virol, « La traduction des ouvrages des ingénieurs : stratégies
d’auteurs, pratiques de libraires et volonté des princes (1600-1750) »,
Artefact. Technique, histoire et sciences humaines, 2016. M. Virol,
« Savoirs d’ingénieur acquis auprès de Vauban, savoirs prisés par les
Anglais ? », Documents pour l'histoire des techniques, 2010, vol. 19, p.
35-45.
La mission Dupas et de Poivres (1766)

[Pierre Poivre (1719-1786), naturaliste, voyageur et administrateur


colonial, est nommé Intendant des Isles de France et de Bourbon en
1766. Son rôle est d’introduire des espèces végétales nouvelles ou et
d’organiser l’exploitation des ressources naturelles pour développer
l’économie de l’île. Il est épaulé dans sa tâche par Jean-Daniel Dumas
(1721-1794), colonel d’infanterie]

« 28 novembre 1766
Mémoire du Roy
Pour servir d’instruction aux Srs Dumas Commandant général
et Poivre Commissaire général de la Marine faisant fonction d’Intendant
aux Isles de France et de Bourbon.
Sa Majesté ayant fait choix du Sr Dumas colonel d’infanterie
pour commander en chef aux Isles de France et de Bourbon, et du Sr
Poivre commissaire général de la Marine pour faire aux deux dites îles
les fonctions d’intendant, elle va leur faire connaître l’importance de ces
îles, exposer les divers avantages que le Royaume peut en retirer, établir
les principes de leur plus utile administration, et fixer la conduite que
les Srs Dumas et Poivre doivent tenir dans les différentes parties du
gouvernement qui leur est confié.
[…] La cannelle est déjà établie à l’Isle de France, mais elle
n’est pas d’une bonne qualité, et on prétend que c’est le défaut de
culture, et c’est elle qui mérite toute l’attention du Sr Poivre. Il est aisé
de se procurer le poivre et d’en faire des essais, mais pour la muscade et
le gérofle, il y a de grandes difficultés à vaincre, cependant cela n’est
pas impossible puisqu’on a déjà eu du plant, c’est à quoi il faut mettre
toute son industrie, et il ne faut pas se rebuter par le mauvais succès des
premières tentatives.
Les mines de fer sont encore un objet qui mérite beaucoup
d’attention. Les Srs Rostaing et Hermans ont entrepris des forges que la
Compagnie a encouragées par plusieurs avantages. Cependant l’utilité
de ces forges est encore un problème. Si les bois ne repoussent pas à
l’Isle de France, les pluies seront moins fréquentes, le sol trop découvert
sera brûlé par le soleil. Plusieurs habitations sans culture, 900 noirs et
beaucoup d’ouvriers blancs qui consomment des vivres sans en
produire, dix mille arpents de bois réservés pour ces forges, la qualité
de la mine contestée, sont des considérations qui militent contre cette
manufacture dans une île destinée surtout à la relâche des vaisseaux, à
leur radoub, au renouvellement de leurs subsistances. D’un autre coté,
ces forges peuvent être très utiles aux armements et expéditions de
guerre, et les îles voisines pourraient fournir le bois qui leur est
nécessaire.
Les Srs Dumas et Poivre pourront par leurs observations
mettre Sa Majesté en état de prononcer sur l’utilité ou le dommage de
cet établissement.
On vient de parler des bois, cet objet doit être pris dans une
considération particulière. Ils sont nécessaires aux bâtiments civils, à la
marine et au service militaire. On s’est plaint qu’il n’a pas été donné à
cette partie si importante les soins et l’attention qu’elle méritait. Les Srs
Dumas et Poivre ne sauraient trop se hâter de la régler par une bonne
police. Ils se feront représenter les règlements faits à ce sujet, ils
prendront une connaissance exacte de l’état actuel des bois, ils feront
apporter à leur exploitation et à leur emploi toute l’économie possible,
ils ne permettront aux particuliers d’en couper qu’avec des précautions
qui en assurent la conservation. Ce sera la matière d’un règlement
provisoire d’après lequel Sa Majesté pourra établir une loi de police
générale pour tous les bois des deux îles. Les plus beaux cantons
doivent cependant être réservés pour le service du Roi, ainsi que ceux
que la Compagnie s’était réservée, comme ceux de Jacotet et autres. Il
ne faut pas finir cet article sans avertir le Sr Poivre de la nécessité
d’avoir en magasin des bois de construction pour les radoubs des
vaisseaux que Sa Majesté pourra envoyer dans l’Inde.
Il sera fait un nouveau recensement des deux îles dans lequel
on distinguera les hommes libres, leurs esclaves, leurs femmes et leurs
enfants. Ce travail fait avec exactitude fera connaître l’accroissement
qu’aura pris la colonie dans quelques années. Ce recensement doit être
fait tous les ans.
Le Sr Poivre enverra des états détaillés de tout ce qui
concerne l’état actuel de la colonie avec ses réflexions sur les moyens
de la rendre aussi florissante qu’il est possible. Ces états seront
distribués par chapitre avec les titres qui leur conviennent, savoir :
Religion, Justice, Militaires, Finances, Commerce, Population,
Agriculture, Marine, etc. Il joindra à ces états des notes sur les individus
remarquables pour faire connaître leurs mœurs, leurs capacités, leurs
talents, leur inclination, leurs vices et leurs vertus afin que Sa Majesté
puisse juger ici de la destination qu’on peut leur donner et des usages
auxquels on peut les employer. Dans une colonie naissante il faut tâcher
de tirer parti de tout le monde et il y a peu de gens qui ne puissent être
employés utilement quand on sait trouver leur véritable destination.
Sa Majesté ne croit pas avoir besoin de recommander aux Srs
Dumas et Poivre la bonne intelligence dans laquelle ils doivent vivre, et
le concert avec lequel ils doivent opérer. Le moyen le plus sûr
d’entretenir ce concert et cette bonne intelligence sera l’attention de
l’un et de l’autre à se renfermer chacun dans les limites des pouvoirs qui
leurs sont confiés.
Fait à Versailles, le 28 novembre 1766. »

Source : Archives Nationales, Col C/4/17 f° 3-22, « Mémoire du Roy


pour servir d’instruction aux Srs Dumas et Poivre », 1766 (transcription
J.-P. Morel, 2010).
Bibliographie : J. Fressoz, F. Graber, F. Locher, G. Quenet,
Introduction à l'histoire de l'environnement, Paris, La Découverte,
2014. M. Ly-Tio-Fane, « Pierre Poivre et l'expansion française dans
l'Indo-Pacifique », Bulletin de l'École française d'Extrême-Orient,
1967, vol. 53, n°2, p. 453-512.
Dossier : le recrutement d’un informateur sur le salpêtre

[L’administration royale, et en particulier Anne Robert Jacques Turgot


(1727-1781), contrôleur général des finances depuis 1774, souhaitent
améliorer la production de salpêtre, qui entre dans la composition de la
poudre à canon. Il s’agit pour cela de collecter des informations sur sa
fabrication par l’organisation d’un réseau d’informateurs. Cette
sélection fait l’objet d’un contrôle rapproché de l’administration, à
l’image de la sélection de M. de Saint-Edmond, pourtant recommandé
par le chimiste Balthazar Georges Sage (1740-1824), qui mobilise le
Régisseur des Poudres et Salpêtres Antoine Lavoisier (1743-1794), le
Contrôleur général des finances Turgot, ou encore le secrétaire d’Etat à
la Marine Antoine de Sartine (1729-1801). Saint-Edmond périra
finalement en mer durant son trajet vers les Indes. La politique globale
mise en place par la Régie des Poudres et Salpêtres permettra de
doubler dans le royaume le volume de salpêtre en 10 ans]

[Lettre de Sage à Lavoisier, 1er décembre 1775]

« Monsieur Mon cher confrere,


J’ai engagé Mr de St emond mon ami et Celui de M Dailli qui
est Sur le point de partir pour L’inde, de prendre Connoissance de la
fabrication Du Salpetre : je lui Donnerai Tous les Renseignemens que je
pourrai ; je lai engagé à Aller vous voir pour Converser avec vous Sur
Cet article, je crois qu’il pourra vous etre utile parcequ’il sest adodonné
avec passion à la Chimie et a Lhistoire Naturelle et qu’il ne voyage que
pour Perfectionner ses Connoissances, il seroit important pour vous quil
fut chargé par le Ministre de S’occuper particulierement de la Maniere
dont on prepare le Salpêtre et la borax dans L’inde, Si je n’étois pas
physiquement certain que M. De St Edmond est propre a remplir Cette
Commission, je ne vous L’addresserois pas ; il Seroit interessant pour la
france de pouvoir arracher aux indiens un secret qui est Devenu pour
elle, une nécessité.
je suis avec un sincere attachement Monsieur et cher confrere
Votre très humble et tres obeissant Serviteur
Sage
Ma fievre et Mon Rhume sont passés j’irai Samedi a Lacademie
Ce 1er décembre 1775 »
[Lettre de Lavoisier à Turgot, 3 décembre 1775]

« M. Turgot, le 8 Xbre 1775


Monsieur,
Il m’est venu hier de la part de M. d’ailly un officer reforme
de la compagnie des indes nommé M. de St Emont qui paroit ne pas
manquer dintelligence et qui a Surtout beaucoup dactivité. Il a suivi a
Paris plusieurs Cours de chimi et nottamment Ceux de M. Sage et i
paroit en avoir retire du fruit. Il est au moment de repartir pour linde et
il offre dy prendre telles informations que vous jugeres a propos Sur la
fabrication du Salpetre Sur Celle du borax et Sur tous les objets de
phisique de politique et deconomie qui peuvent interesser le
gouvenrement. Jay vu Ce matin M. dAilly pour prendre des notions plus
precisesSur l’espece dhomme auquel nous avions a faire il m’a assuré
quil étoit bien né, qu’il connoissoit Sa famille et qu’il repondoit de son
zele et de son intelligence je suis convenu en consequence avec M.
d’ailly que j’aurois lhonneur de vous en ecrire et que je vous
demanderois pour M. de St Emont une espce de lettre d’autorisation jen
ay redigé le projet avec M. dailly et jay l’honneur de vous lenvoyer
affin que Si vous lapprouves vous puissies le Signer sur le champ et le
remettre à M. de St Emond vous trouverez peut etre que la lettre est un
peu vague mais nous avons pensé quelle devoit etre tournée de maniere
a ne prendre aucune espece d’engagement avec lui
M. de St Emont nest point un homme asses connu dans les
Sciences pour qu’on puisse avoir une tres grande confiance dans Ses
recherches et il nous a Semble quil falloit voir ce quil enverroit avant de
rien promettre
M. de St Emond demande pour premiere grace dans Ce
moment Son passage gratuit Sur le vaisseau le bordelois Sur lequel il
doit Sembarquer et il assure que cette faveur Saccorde aisement je jois
en consequence un projet de lettre pour M. de Sartine que je vous
prierois de Signer M. de St Emond Se chargera de la remettre lui meme
et den Suivre la reponse. il compte partir mardy ou mercredy au plus
tard pour Rochefort et il ny a pas un instant a perdre pour toutes ces
dispositions
je joins icy un mot de memoire expositif de la demande de M.
de St Emond je vous prie Si vous ny trouves point dinconvenient dy
mettre une apostille approbative et de me le renvoyer affin quil Soit
remis dans le depost de M. dormesson.
je Suis avec lattachement le plus respectueux
Mons. »

[Lettre de Lavoisier à Sartines, 3 décembre 1775]

« M. de Sartines,
Le Sr de St Emond Monsieur qui repasse dans les indes est
charée d’y remplir un objet important pour le gouvernement et il
desireroit obtenir Son passage aux frais du Roy Sur le vaisseau le
bordelois qui doit partir de rochefort. Si vous Croyes que Cette faveur
puisse lui etre accordée je vous Serois bien oblige de donner les ordres
les plus prompts Ce vaisseau devant mettre a la voile le 10 ou 12 de ce
mois
J’ay lhonneur detre avec un très parfait attachement Monsieur
votre très humble et très Obéissant Serviteur »

[Lettre de Turgot à Lavoisier, 3 décembre 1775]

« L’occasion du Sr De St Emond est d’autant plus


avantageuse Monsieur, qu’elle peut remplir en partie nos vues d’une
maniere economique, mais je crains que son sejour dans aucune partie
ne soit assés long pour suivre une operation comme celle de la
Generation du nitre. 2° sa qualité d’offiier de l’ancienne Compagnie
pourra luy nuire dans des lieux ou les Anglois dominent et il sera plus
difficile de luy faire avoir des recommandations de Savans pour les
preposés de la Compagnie Angloise.
3° je ne sais a quel point on peut compter sur sa science. en
tout cas il faut que vous luy donniés une instruction detaillée. il seroit a
souhaiter que Mrs Macquer et Holker vous aidassent pour l’article des
teintures.
Je suis avec toute l’estime possible, Monsieur, votre très
humble et très Obéissant Serviteur
Turgot. »

Source : Lavoisier, Œuvres de Lavoisier. Correspondance, 1770-1775,


Paris, Hermann, 2012, t. 2, p. 522-529.
Bibliographie : M.-N. Bourguet, « Voyage, statistique, histoire
naturelle. L’inventaire du monde au XVIIIe siècle », rapport de synthèse
présenté pour l’habilité à diriger les recherches, université de Paris-1,
1993. P. Bret, « Lavoisier à la régie des poudres : le savant, le financier,
l’administrateur et le pédagogue », La Vie des Sciences. Comtes rendus
de l’Académie des sciences, série générale, 1994, vol. 11, n°4, p. 297-
317. É. Brian, La Mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au
XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994. I. Laboulais, « La fabrique des
savoirs administratifs », dans D. Pestre, S. Van Damme (dir.), Histoire
des Sciences et des Savoirs, Paris, Seuil, 2015, vol. 1, p. 447-463.
Les observations d’un négociant français sur le commerce et les
arts : le voyage de Jean Claude Flachat à Naples (1766)

[Jean-Claude Flachat (v. 1700-1775), voyageur, négociant et


manufacturier de cotonnades et de soiries à Saint-Chamond, observe
lors de ses voyages les technologies et l’organisation industrielles des
pays étrangers. Il publie en 1766 ses Observations sur le commerce et
les arts d’une partie de l’Europe, de l’Asie, qui est le résultat d’une
mission qu’il a effectuée en 1755 pour Daniel-Charles Trudaine (1703-
1769), directeur du commerce depuis 1749, afin de percer le marché
oriental et d’en copier les techniques. Ce mélange de relation
marchande, d’enquête économique et de récit de voyage s’insère dans le
circuit traditionnel du Grand Tour traversant notamment l’Italie avant
de rejoindre l’Empire ottoman. Il rejoint Naples après son passage par
Gênes, en direction de Rome. Fin observateur, il est particulièrement
attentif à Naples aux dynamiques de consommation, aux manufactures
textiles, aux cadres du commerce.]

« Comptable à toutes sortes de personnes, en donnant mes


Observations au Public, j'ai voulu également leur être utile & leur
plaire. C'est dans cette intention que je me suis attaché à plusieurs objets
qui paroissent devoir mériter l'attention des curieux. Un coup d'œil sur
les machines & les métiers donc je donne des plans exacts, suffira pour
en démontrer l'utilité aux Artistes & aux Fabricants. J'indique aux
Négociants François les branches de commerce qu'ils peuvent
revendiquer ou faire en concurrence avec les autres Commerçants de
l'Europe, en Turquie, & sur-tout à Constantinople, sur les côtes
d'Afrique & d'Italie, dans quelques États du Nord & de l'Allemagne, &
même dans une partie des Indes : en un mot, j'ai présumé & l'on a pensé
que cet Ouvrage seroit utile & agréable ; je ne dis point par l'élégance
du style, (j'écris en Négociant) mais par un grand nombre d'observations
intéressantes que j'ai faites dans mes voyages. […]
Si le succès ne répond pas à mes vues, qui tendent toutes au
bien de ma patrie, j'aurai peut-être au moins la consolation de faire
rendre justice au desir que j'ai toujours eu de mériter le titre glorieux de
Citoyen utile ; il suffiroit lui seul pour me récompenser de toutes mes
recherches, & du travail de plusieurs années. […]
On va à Naples à travers une campagne admirable de seize
mille. Les Italiens l'appellent Stellata, comme si tous les astres se
plaisoient à la favoriser de leurs plus riches influences. […] La
populace y paroît naturellement portée à la révolte ; & dans les
tumultes, elle est capable des plus grands excès. Ce génie doit
surprendre, quand on sait combien l'air qu'on respire à Naples est doux.
Ce royaume vaut plus de douze millions. Je ne puis m'empêcher
d'envier aux Napolitains l'art de préparer les savons, & de faire les
pastilles : c'est toujours une grande ressource pour le peuple, & un
trésor pour l'État. Les Napolitains font un grand commerce de soies
crues, & même ouvrées, qui font entrer dans l'État des sommes
considérables.
Il n'a pas tenu au Prince régnant que les manufactures
d'étoffes & de rubans qui y sont établies depuis fort long-temps, n'aient
reçu un nouvel éclat sous son regne. Il y a fait venir des Manufacturiers
de France, dont il a puissamment protégé les entreprises. On ne sait
guère à qui l'on doit imputer la chûte. Les François qui y vendent en
gros nos étoffes en soie ou en laine, ont peut-être plus contribué que le
Ministere à dégoûter & même à ruiner les entrepreneurs, qui, sans les
obstacles presque journaliers qu'on opposoit à leur ardeur, auroient fait
un tort considérable à nos fabriques. Leurs ouvrages auroient sans doute
eu moins de goût & moins d'éclat ; ils n'en auroient pas été moins
vendus. Le choix des matieres, qu'ils étoient à portée de faire plus
aisément que nous, la modicité de la main d'oeuvre, dans un pays où
toutes les denrées sont abondantes, les frais de transport, toujours
considérables par les droits qu'on est obligé de payer, leur auroient
permit de les débiter à un prix qui leur auroit sûrement mérité la
préférence.
Le grand nombre des acheteurs n'est pas communément en
état de se satisfaire pleinement. L'appas d'un gain modique à faire dans
un achat l'emporte ordinairement sur la valeur intrinseque & réelle de la
chose. Le peuple est par-tout obligé de consulter beaucoup moins son
goût que sa bourse ; & c'est le peuple & la Bourgeoisie qui achetent le
plus, parce que le nombre en est plus considérable que celui des Nobles.
Ceux-ci pensent suivre à cet égard leur goût & leurs caprices ; delà
vient que dans tous les États de l'Europe, les étoffes de nos grandes
fabriques ne restent guere pour le compte de ceux qui les y envoient.
Mais sont-elles aussi avantageuses à l'État que les manufactures dont les
productions, quoique moins précieuses, sont également recherchées par
les Seigneurs, & par les Bourgeois, & font subsister sans interruption un
grand nombre de citoyen ? Toutes les villes commerçantes de l'Italie
paroissent se régler en conséquence de ce systême.
Il ne sort communément de leurs fabriques que des étoffes
communes, des rubans de grand usage ; ils peuvent les vendre à plus
bas prix que nous, par les raisons que je viens d'apporter. Il y auroit de
la partialité & de l'injustice à soutenir que la modicité de leur prix en
fasse tout le mérite. Ce que j'en ai vu m'a paru communément de bon
goût ; tout au moins les naturels du pays le pensent ainsi. C'est plus qu'il
n'en faut. La beauté en ce genre peut être arbitraire ; & je n'imagine pas
sur quel fondement un peuple voudroit assujettir les autres à ses idées.
Les grands Fabricants se sont toujours réglés sur les goûts divers des
nations avec lesquelles ils étoient en relation d'affaires. Ce qu'il y a de
certain, c'est qu'il s'en faut de beaucoup que les marchandises que nous
envoyons dans ce royaume fassent entrer dans nos provinces l'argent
que nous y portons pour l'achat des soies que nous en retirons.
Cependant les Italiens en général se servent des étoffes de soie à peu
près comme nous faisons usage des étoffes de laine d'Angleterre. S'il est
bien vrai que nos desseins & nos couleurs donnent par-tout la
supériorité à nos ouvrages, c'est donc leur cherté qui est un obstacle à
leur vente.
Les étrangers font des efforts pour s'en passer ; ils n'y
réussissent que trop, & nos fabriques doivent s'en appercevoir. Tout bon
citoyen, qui gémit avec raison de voir que chaque nation tâche de jouir,
du moins en partie, d'une source aussi précieuse, doit infiniment
applaudir au systême de Gouvernement qui tend à ranimer parmi nous
l'industrie, & la faire revivre avec éclat, en protégeant les Artistes & les
récompensant. […]
Les droits qu'on préleve sur les marchandises suspendent beaucoup
moins les entreprises que l'enceinte resserrée où l'avidité des Traitants
semble les renfermer. Cette gêne & ces impositions excessives sont
aussi onéreuses aux Princes qu'à leurs sujets. Moins on exigera de
droits, plus le débit sera grand. Le peuple, dans l'abondance qui regne
par-tout où le commerce est en vigueur, pourra s'accorder à peu près
tout ce qu'il enviera. Le luxe s'en augmentera, mais il favorisera les
Arts. Les moyens de se soutenir en cet état d'aisance seront aussi
nombreux que les caprices des hommes ; on sait qu'ils sont presque
infinis.
Chacun aura de quoi s'occuper, & le métier qu'il exercera lui
assurera une honnête fortune ; le trafic de province à province, & de
royaume à royaume, permis & facilité, en fera valoir les denrées, & par
conséquent circuler les richesses. Les ventes en tout genre de
marchandises seront plus fréquentes & plus considérables, &
occasionneront principalement l'exportation.
Le Prince prélevera moins ; mais ses droits souvent répétés
augmenteront, j'ose le dire, ses revenus, quoiqu'ils soient plus
modiques : ils ne servent communément qu'à hausser le prix des choses,
sans l'enrichir. Les précautions que prennent les Traitants pour s'en
assurer la perception, opposent chaque jour de nouveaux obstacles à
l'ardeur des Négociants
[…] Un royaume déchoit insensiblement de sa première
splendeur, tandis qu'une petite république fleurit, & trouve dans ses
richesses les forces qu'elle ne sauroit avoir par elle-même. Le commerce
en est le principal soutien. Il n'y connoit ni gêne, ni droits excessifs, ni
privilèges exclusifs. La liberté en est l'ame. Aussi a-t-on toujours vu les
Ministeres les plus sages s'appliquer à l'en faire jouir.
C'est à cette prudente administration que les peuples ont dû
leur bonheur. Si les jours du grand Colbert n'en étoient pas une preuve,
la plupart des peuples d'Italie où ce systême est admis m'autoriseroient à
l'avancer. Ils m'ont du moins inspiré ces réflexions : je les donne pour ce
qu'elles valent ; je ne prétends m'ériger ni en censeur, ni en homme
d'État.
Je m'entretenois de cette idée en parcourant le royaume de
Naples. Qu'il produiroit de richesses, si le génie du François eût été
donné à ses habitants ! Nous ne devons cependant guere moins à la
Providence ; il ne tient qu'à nous de connoitre nos avantages, & d'en
tirer parti. »

Source : Jean-Claude Flachat, Observations sur le commerce et sur les


arts d'une partie de l'Europe, de l'Asie, de l'Afrique et même des Indes
orientales, Lyon, Jacquenod & Rusand, 1766, t. 1, p. i-iii et p. 66-76.
Bibliographie : L. Hilaire Pérez, « Culture technique et pratiques de
l'échange entre Lyon et le Levant : inventions et réseaux au XVIII e
siècle », Revue d'Histoire Moderne et Contemporaine, 2002, vol. 49,
n°1, p. 89-114. F. Humblot, « Le voyage technologique de Jean-Claude
Flachat dans l’Empire ottoman au XVIIIe siècle », in L. Hilaire-Pérez,
F. Simon, M. Thébaud-Sorger (dir.), Un dialogue des savoirs. Les
sciences et les techniques en Europe, XVe-XVIIIe siècles, Rennes, PUR,
sous presse. D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des
hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003. D. Todériciu,
« Jean-Claude Flachat (1700-1775), voyageur, industriel et
technologue », Revue d’histoire des sciences, 1973, vol. 26, n°2, p. 137-
143.
Dossier : Les manufactures de laine en Europe : les observations de
l’Italien Moccafy (1766-1767)

[Gian Batta Moccafy, marchand piémontais, voyage en 1766-1767 en


France, Angleterre, dans les provinces-Unies, Pays-Bas Autrichiens et
en terres d’Empire. Son récit illustre parfaitement le voyage type d’un
homme de l’art, à la fois marchand et entrepreneur. Il s’intéresse
particulièrement à l’industrie lainière, cherchant à débaucher des
ouvriers et des entrepeneurs. Ce long document offre une vision précise
et riche des différentes formes de manufactures lainières en Europe, de
Lyon à Leyde ou de Leeds à Sedan. Il témoigne aussi de l’importance
de la qualité et de la déclinaison des gammes de produits dans
l’économie du XVIIIe siècle, des modalités de circulations de savoir-
faire, des différentes catégories de travailleurs et de techniques
mobilisés dans la production drapière]

[Lyon]
« […] Le principal objet du commerce de cette ville est le change et la
fabrication des étoffes de soie. Il y a les grandes et les petites fabriques :
les grandes fabriques sont gérées par des entrepreneurs avec de grands
fonds, et pour les petites il est permis à qui que ce soit de travailler,
même en ayant un seul métier. Les marchands, tant en gros qu’au détail,
vendent ce qui leur semble et leur plaît sans aucune réserve de quelque
marchandise que ce soit. Les affaires du commerce sont gouvernées par
les négociants eux-mêmes avec la formation d’un conseil où siège le
Prévôt des marchands avec deux maîtres et six autres négociants qui
sont dans l’obligation d’être dans le conseil quatre ans chacun. Cette
charge sert d’habilitation à la noblesse. Pour pouvoir aspirer à ces
charges, il faut qu’ils aient été recteurs des hôpitaux et se soient
employés au bénéfice du bien public. Tous les arts et tout le commerce
font passer leurs représentations à ce conseil et quand il s’agit d’une
affaire concernant une profession précise, les syndics de cette
profession sont dans l’obligation de se réunir. De même, quand ils
doivent établir un édit en faveur ou contre le commerce, ils écoutent
surtout les conseillers aux affaires concernant toutes les professions afin
de référer ensuite le sentiment de chacun des syndics et de prendre une
décision nécessaire et fondée. Si, tous unanimes, ils rédigent l’édit, ils
l’envoient pour confirmation au Grand Conseil du Roi, sinon ils
l’envoient complétés par les oppositions qui ont été faites pour en
entendre les déterminations suprêmes. Tous les jours de la semaine, il y
a des réunions de négociants, d’honnêtes hommes, et également de
nobles, qui s’appellent académies. Dans celles-ci, chacun propose son
sentiment, la preuve qui en a été faite et sa réussite. Lorsque trois ou
quatre l’approuvent suite à l’expérience qui en a été faite, ils la publient.
À présent, l’unique but de l’académie d’agriculture est la garance et les
mûriers. Toutes les villes de commerce trouvent un grand avantage à se
réunir dans un lieu public tous les jours ; on en compte deux, qui
s’appellent Bourse, dans cette ville, une pour l’été et une pour l’hiver.
On y traite des négociations moyennes que l’on fait, et, à force de s’y
rendre et d’y raisonner, les négociants se communiquent toutes les
affaires, tant du pays que de l’étranger […]. »

[Paris]
« […] Son but principal est le change et la marchandise, les expéditions,
la fabrication, en revanche, on y trouve peu de grandes fabriques. Parmi
celles-ci, il y a la fabrique du Sieur Julienne qui fait des draps écarlates
et bleus. Il a une teinturerie dotée d’un privilège privatif pour teindre en
écarlate ainsi qu’une manufacture de tapisserie. C’est un grand corps de
maison dans lequel on exécute toutes ces opérations. Il n’y a
d’habitation que pour les chefs, mais les ouvriers sont cependant obligés
d’habiter dans le voisinage afin de pouvoir entendre le son de la cloche
et se rendre au travail. Comme grands édifices, il y a également la
manufacture de porcelaines et celle de l’imprimerie des toiles qui sont à
Sèvres près de Paris. Dans le reste de Paris et de ses alentours, on
produit toutes sortes de marchandises, mais chaque ouvrier travaille
chez lui et, une fois qu’il a fait une pièce, il la porte à un marchand
expéditeur et en reçoit tout de suite plus ou moins son argent : ainsi j’ai
dit tout ce que l’on peut imaginer sur toute sorte de travail. Si l’ouvrier
veut faire quelque fortune, il faut qu’il s’attache à inventer tous les jours
quelque chose de nouveau et une fois l’invention faite, s’il veut la
publier, il va chez le gazetier et, moyennant le paiement de cinq sols, il
annonce son invention à toute la capitale et aux provinces. […] En
sortant de Paris pour prendre la route de la Normandie, la première
fabrique que l’on rencontre est celle de Louviers, ville pas très grande
mais peuplée. On y produit les draps les plus fins de France après ceux
d’Abbeville, privilège royal concédé par le Roi au Sieur Vanrobest,
fabricant originaire de Leyde où son entreprise est encore ouverte. »

[Elbeuf]
« […] La distribution de chacun des édifices [de la manufacture de
draps] est la même qu’à Louviers à la différence qu’ils n’ont pas tant
d’exactitude dans la fabrication, si bien qu’à force de faire de mauvais
draps, la fabrique allait tous les jours en décadence. Mais à la fin du
mois de septembre dernier, ceci étant venu à connaissance du Grand
Conseil, les inspecteurs ont été changés de façon à leur faire suivre les
ordres donnés pour la constitution de la fabrique. On a fait une nouvelle
revue de tous les métiers battants et les inspecteurs ont reçu l’ordre
d’essayer de mettre peu à peu en œuvre ceux qui étaient sans travail au
motif qu’il n’y avait plus de vente, en obligeant les maisons les plus
importantes à s’en charger afin de remettre la fabrique dans l’état initial.
Les inspecteurs ont reçu l’ordre de ne plus plomber les pièces qui ne
sont pas bien travaillées et, pour la bonne foi publique, de marquer lors
de leur visite les défauts sur la lisière au cas où les propriétaires ne
l’aient pas fait comme c’est leur devoir. Dans ce temps, la maison du Sr
Lefevre a exposé que vu le peu de vente, les métiers susdits ne
pouvaient s’employer pour un tel article sans un grave dommage pour
les fabricants, car la marchandise serait restée invendue. Elle promettait
pour cela de s’en charger à condition qu’on lui donne le privilège, pour
lui et ses successeurs, pour les articles de nouvelle invention qu’il
présenterait au Conseil. […] Le Sr Lefevre a d’abord présenté un
échantillon de droguets de Silésie à la mode de ceux de Reims, mais
beaucoup plus forts, travaillés avec des laines d’Espagne ordinaires et
rayés de deux couleurs différentes ; deuxièmement d’autres échantillons
de droguets ordinaires […] ; troisièmement, deux autres échantillons de
demi-draps appelés draps d’été travaillés avec une chaîne de soie et de
laine sur fine […]. Ces trois échantillons ont été pris en considération
ainsi que la demande de privilège du Sr Lefevre, mais étant donnée la
maxime générale de ne plus concéder de privilège exclusif d’aucune
sorte pour ne pas enlever cet avantage aux peuples, on a répondu au Sr
Lefevre que le roi ne voulait absolument plus concéder de privilège
exclusif, mais que pour le stimuler on lui aurait concédé 3 francs de
bonification pour chaque pièce sur soie vendue à l’étranger et 1.10 franc
pour tout droguet à la mode de ceux d’Angleterre qu’il aurait vendu à
l’étranger, avec un plomb et une marque pour distinguer ceux qu’il
ferait en tant qu’inventeur des autres, au cas où il s’en ferait ; et, pour
gratification supplémentaire, on faisait de son frère un inspecteur de la
manufacture de Carcassonne avec 5/M livres de salaire. Ledit Lefevre
s’est mis à travailler ses pièces pour obtenir les patentes de privilège
pour la bonification de sortie des états dont on attendait qu’elle soit
publiée d’un jour à l’autre. […] »

[Rouen]
« […] En ce qui concerne la draperie, on fait à Rouen des draps, mais
bien peu à cause des autres fabriques voisines […]. Les ratines […]
sont aussi un objet de la fabrication de Rouen bien qu'elles ne se fassent
pas à Rouen, mais dans un village ayant pour nom Darnétal, distant
d'une demi-lieue de la ville et où se trouve le gros de la fabrication de
toute la draperie. Elle se fait avec les mêmes règles qu'au Piémont,
selon les édits de Louis XIV sur lesquels ont été copiés ceux du
Piémont, avec cette seule différence que les draps de Rouen se
fabriquent avec des laines de seconde et de troisième sorte d'Espagne et
ceux du Piémont avec des laines de seconde et troisièmes sorte de
Rome, selon les édits, et à présent avec des laines de toutes sortes. […]
À Darnetal, il y a aussi une importante teinturerie à la direction de
laquelle se trouve un certain Lambert qui a très grande réputation dans
toute la France. Il a le privilège de teindre de toutes les couleurs sur
l'étoffe qu'il lui plaît, et il peut également teindre en écarlate sans
pourtant pouvoir apposer le plomb doré que met le Sr Julienne de Paris.
Il a deux neveux qui font le même métier, et, interrogé par moi sur le
ton de la conversation, s'il aurait envoyé travailler en dehors de l'État
l'un de ses élèves, il me répondit oui, pourvu qu'il y trouve son compte.
Il m'a assuré qu'ils sont en état de teindre comme lui toutes sortes
d'étoffes et, de fait, ce sont les neveux qui travaillent à la direction de
cette teinturerie, le Sr Lambert étant un homme déjà âgé qui ne peut
plus beaucoup travailler. Mais, comme au début lui seul a fait marcher
cette teinturerie, il conserverait avec lui, pour promouvoir les intérêts de
sa famille, le plus jeune qui, avec son assistance, serait en état de
succéder à ses privilèges ; le premier, plus fort et plus vieux, il
l'établirait dans un autre État afin que tous deux puissent travailler plus
librement. […] Comme le port de Rouen est l’entrepôt pour toutes les
marchandises des provinces de cette capitale, les marchands et les
fabricants viennent à la Bourse de toutes les provinces, surtout ceux
d’Elbeuf et de Louviers qui viennent régulièrement trois fois par
semaine pour l’achat de leurs laines et pour négocier leurs fonds. […] »

[Amiens]
« […] De Aumale, je suis venu à Amiens, capitale de la Picardie. […]
Le total des maîtres fabricants est de 1500, dont 1000 sont en ville,
chacun avec ses métiers battants, 200 commissionnaires qui font toutes
sortes d’expéditions et 300 patrons à la campagne. Les travailleurs sont
dix mille : avant de pouvoir travailler des draps comme patron, il faut
posséder un fonds suffisant et avoir travaillé dix ans comme ouvrier. La
fabrique est distincte en deux classes appelées de grande et de petite
navette. La grande est celle qui fait les camelots fins qui doivent être
larges d’un ras et un quart ; toutes les autres étoffes que l’on fait sont de
petite navette et elles ont une demie aune de large, à quelques pouces
près. Pour les camelots sur fins, tant de poil que de laine, il n’y a aucune
filature, car ils tirent presque tous leurs fils de Hollande. La Hollande
est leur intermédiaire surtout pour ceux de poil, car les poils ne peuvent
sortir de Turquie s’ils ne sont pas filés. […] Les bonnes patronnes ont
leurs magasins auxquels les hommes confient les filés tant de laine que
de poil en brut, et ils leur comptabilisent au poids. Elles doivent les
teindre et préparer ces filés pour la fabrication des camelots, selon les
modèles que les hommes leur donnent pour les couleurs. Les femmes
font monter les chaînes pour les donner aux travailleurs et elles leur
donnent les bobines de trame pour la formation de ces camelots. Les
hommes ont l’inspection sur les métiers qu’ils visitent pour voir si les
ouvriers travaillent selon leur devoir. Une fois la pièce faite, elle est
rendue au magasin des filés, où elle est examinée par les travailleurs
afin d’enlever les gros et de réparer à l’aiguille les défauts qu’ils
peuvent avoir. Ensuite, elles les font ainsi passer en écru au magasin des
hommes en contrepartie des filés qu’elles ont reçus, de telle sorte que le
magasin des femmes ayant reçu mille lires de filé, elles doivent restituer
aux hommes autant de poids de camelot ou de toute autre étoffe. La
facture des camelots est payée à la mesure, c’est-à-dire autant par aune,
de sorte que ce sont les femmes qui payent toute la main-d’œuvre de
fabrication de la pièce, sans que les hommes ne s’en mêlent, les femmes
étant toujours intéressées à la moitié des bénéfices qu’ils retirent. Il
reste aux hommes le soin des apprêts et de la finition de la pièce,
l’écriture, la correspondance et le retrait des crédits, le soin de leurs
fonds, la correspondance pour l’achat des matières premières, ainsi que
le paiement des ouvriers pour les apprêts. […] »

[Abbeville]
« […] En ce qui concerne la fabrique de draps, c’est la plus grandiose
de toutes celles que j’ai vues. Elle est située en dehors de la ville dans
une grande campagne, ornée tout autour de belles allées d’arbres avec
différents beaux jardins. Au centre se trouve l’habitation de la famille
du Sr Vanrobest qui en est le patron : de nation hollandaise, il est natif
de la ville de Leyde, où il a encore sa propre maison, sa sœur étant elle-
même intéressée [à la fabrique] comme le sont tous les fils du Sr
Vanrobest et deux autres neveux qui sont avec lui. […] On se sert du
rez-de-chaussée pour les magasins des draps perfectionnés et pour la
caisse de tout l'argent que produit la fabrique […]. Cette maison
communique avec quatre autres grandes maisons qui servent à la
fabrique.
La première est située sur la rive de la Somme : les laines viennent par
le fleuve se décharger depuis la mer, comme tous les autres produits
nécessaires à la fabrication des draps. Dans la même maison, au rez-de-
chaussée, il y a six grandes pièces pour les teintures avec l'habitation du
teinturier et de tous ses ouvriers. Sur le devant, il y a une cour avec des
terres pour les magasins du bois ; du côté opposé, se trouvent les
magasins des laines sales et un grande chambre où se font les choix de
laines. À l'étage supérieur, il y a les cardeurs, le magasin de l'huile et un
magasin où l'on conserve la laine cardée pour la distribuer aux fileuses,
avec une autre pièce pour tous les filés. L'habitation pour le préposé à
toutes ces opérations s'y trouve également : il a une caisse pour payer
toutes ces opérations et des registres pour donner son compte à la caisse
générale, dont est sorti l'argent qu'on lui a confié. À côté de celle-ci, ils
en font une autre pour les fileuses, car ils veulent réunir dans le futur
toute la filature qui est encore à présent dispersée en ville et dans les
campagnes voisines. Deux grandes pièces en forme de galeries sont déjà
faites. De l'autre côté de la maison patronale, se trouvent les métiers, les
lainages pour les draps et les tondeurs, surveillés par un contremaître
qui dispose d’une caisse avec un registre pour les payer. Ces deux
maisons sont à côté du fleuve : par des canaux réalisés tout exprès, il
alimente en eau nécessaire toutes ces opérations. Cette seconde maison
est formée par des chambres très longues, les ouvriers étant tous situés
en ligne des deux côtés afin que le contremaître et les patrons puissent
voir en se promenant si les tisseurs, tondeurs et laineurs font leur
devoir. Dans la troisième [maison], située à côté de celle-ci, se trouvent
les ourdissoirs et les ouvriers qui font les navettes, avec, au premier
étage, l'intermédiaire qui reçoit les draps du foulon dans une grande
pièce destinée à leur visite. Dans celle-ci se trouve le commis préposé à
l'inspection sur le foulon et au paiement des ouvriers susdits avec un
registre de l'argent qui lui a été con é par la caisse générale. À côté, se
trouvent les écuries et les remises pour les voitures des patrons et les
chariots à chevaux pour le service de la fabrique. […] Dans la
quatrième maison, il y a les presses avec toutes les finitions des pièces,
un contremaître et sa caisse pour le paiement des ouvriers. Les draps
partent emballés de cette maison pour être confiés au grand magasin
d'expédition. Les draps ne peuvent être emballés si un patron ne les a
d'abord examinés et n'a donné son plomb pour les faire exporter. […] »

[Leeds]
« […] La fabrication des draps ordinaires dans le royaume d’Angleterre
est restreinte à la province de Leeds, ville considérable située sur les
rives de l’Are. Dans tous ses alentours, il y a une infinité de moutons
qui constituent la rente de ces alentours et qui appartiennent aux
travailleurs de ces terres, dont la plus grande partie est inculte et est
seulement en pâturage pour [ces mêmes animaux]. […] Là-bas, chaque
paysan est fabricant, il file sa laine chez lui : ceci est l’emploi des
femmes et de leurs fils, le soin de la formation de la pièce étant laissé
aux hommes déjà âgés. Ils filent leur laine comme elle vient, en
sélectionnant simplement entre deux qualités de laine, fine et ordinaire.
De ces deux choix de laine, il se fait ainsi trois qualités de draps, les
plus fins sont appelés draps reffole, les seconds Bristol et les troisièmes
du Nord. Ces dénominations leur sont données par les acheteurs dans le
choix des draps eux-mêmes, selon la plus ou moins bonne qualité de
laine qu’ils trouvent employée dans ceux-ci. […] Dans toutes les
maisons, il se fait des draps et chaque particulier a trois ou quatre
métiers, selon son fonds de laine. Une fois sa pièce de draps réalisée, il
la porte aux foulons publics qui se trouvent sur le fleuve susdit. Après le
foulage, ils les plient en rond et, ainsi roulés, ils vont dans la ville de
Leeds les jours de marché, le mardi et le samedi, et ils y vendent leurs
draps suivant les prix courants qu’établissent les acheteurs à l’ouverture
du marché : une fois le prix décidé pour une pièce, il l’est pour toutes.
L’acheteur examine les draps qu’il a achetés pour leur donner leurs
noms, selon la qualité plus ou moins fine de la laine avec laquelle ils ont
été travaillés. […] Ayant acheté et opéré la distinction d’appellation de
qualité, on procède en ville aux apprêts plus ou moins soignés qui
conviennent à chacune de ces qualités. […] Les échantillons indiqués E
ont pour nom scotto. Ce genre d’étoffe se fabrique dans les campagnes
à mi-chemin entre Londres et Norwich. On considère ses habitants très
habiles dans cet article dont il se fait une seule grande quantité. La plus
forte consommation de ce genre de marchandise est en blanc écru
comme l’échantillon, bien qu’il s’en vende également en blanc et en
noir, le blanc naturel est capable d’ailleurs de recevoir toutes sortes de
couleurs. Les qualités sont décrites ci-dessous :
Scotti de 25 yards et 22 pouces de largeur, de 30 s. jusqu’à 36 sterling la
pièce
Scotti de 27 yards, 41 pouces, de 46 jusqu’à 47 la pièce
Idem, de 30 yards, 41 pouces, de 66 jusqu’à 105
idem de 42 yards, 41 pouces, de 86 jusqu’à 105 »

[Lille]
« […] De Londres, en repassant par Calais, je suis venu dans un
caraballa ou voiture publique à Dunkerque où j’ai dû séjourner pour
attendre la diligence qui part pour Lille. (…) Après m’être arrêté un jour
en raison de l’absence de la voiture publique qui part seulement trois
fois par semaine, je suis allé à Lille (…). Les articles qu’on fabrique
sont presque tous d’étaim ; on y fait aussi des draps, mais en très faible
quantité. Ils font deux sortes de draps : la première est un drap plus
ordinaire que celui d’Elbeuf et [la seconde] une qualité de drap de pied
qu'ils appellent Viciora et dont ils se servent comme habit au cœur de
l’hiver en tentant d’utiliser ceux qui, par hasard, sont plus mous. Dans
cette sorte de drap, ils se servent de toutes les laines les plus ordinaires,
y mélangeant également du poil de vache dont ils prennent le plus fin
pour ce travail, le reste va en Hollande et à Sedan pour les lisières des
draps. […] Les presses sont toutes à l’imitation des anglaises, mais elles
ne sont pas de la même perfection, car ils n’ont pas les cartons des
Anglais. De fait, en France et en Hollande, ils ne sont pas encore
parvenus à la perfection des Anglais dans la fabrication de ces cartons.
Les teintures sont les mêmes que partout ailleurs, mais toutes les
couleurs qu’ils entreprennent sont d’une perfection médiocre. […] »

[Leyde]
« […] La ville de Leyde est grande et bien peuplée. Tous les principaux
fabricants y sont, mais il y a bien peu de métiers parce que les draps
sont tissés à vingt ou trente milles de la ville et viennent [ensuite]
recevoir leur finition des mains des patrons. Ceux-ci vont faire le tour
de leurs fabriques une fois ou deux par semaine pour voir si toutes les
autres fabrications qui précédent la formation de la toile se font
correctement et conformément à ce que nous avons vu dans la
description générale de la fabrication des draps. Dans la filature des
laines, ils observent la méthode d'Elbeuf, à la seule différence que les
Hollandais filent la laine plus ouverte que dans tous les autres pays que
j’ai vus. C'est pour cela que les draps hollandais sont forts avec un fil
plus gros et que, usés pour faire sortir le poil, ils ne sont pas aussi fins
que les autres [?], mais ils font plus d'usage car ils sont plus forts. […]
L'autre différence qu'il y a entre la fabrication hollandaise et les autres,
réside dans les dernières tontes des draps : qui se sert de petites brosses
(spasetto) pour relever le poil, qui se sert d’un fer ; les Hollandais le
relèvent avec la main mouillée de leur propre salive afin qu’il tombe
sous le coup de la force. […] C’est pour cette raison que les draps
hollandais n’ont pas l’air aussi fins : ils ne peuvent être tondus à fond.
J’ai demandé à un patron fabricant pourquoi, connaissant une meilleure
méthode, il ne la faisait pas mettre en pratique, il m’a clairement
répondu que les travailleurs quitteraient sa fabrique plutôt que de varier
leurs habitudes et que c’était pour ce motif qu’il les laissait faire comme
ils en avaient l’habitude. Il n’est pas surprenant que la teinture en noir
des draps de Hollande soit meilleure que dans tous les autres pays en
raison des bons règlements qui sont instaurés : il n’est permis à aucun
teinturier de teindre un drap en noir si il n’est pas d’abord teint en bon
bleu Roi et, pour la sûreté de cette opération si nécessaire, aucun
teinturier ne peut teindre un drap fin si la pièce destinée à une telle
couleur n’a pas d’abord été présentée teinte en bleu à l’inspecteur,
lequel y appose son plomb une fois qu’il l’a examinée, permettant ainsi
au teinturier de passer au noir. Cette pratique existe aussi à Sedan, mais
elle est voulue par le fabricant, qui a la liberté de faire comme il le veut.
[…] »
[Sedan]
« […] ville de France située au milieu des collines, qui est très petite
mais le nombre des fabriques est si grand qu’en comptant la ville et les
faubourgs, ces fabriques fournissent le pain à plus de huit mille
personnes grands et petits. Les draps de ces fabriques fines prennent le
nom du patron comme Mr Paignon (Pagnon), Mr Rousseau (Rosso).
Les draps de ces deux fabriques sont ceux qui ont acquis la réputation
d’être les premiers pour la qualité et la finesse, chacune de ces deux
maisons a seulement cinquante métiers battants. Les principaux patrons
ont leur demeure à Paris et viennent une fois par an à la fabrique pour
en faire l’inventaire. Pour le reste, elle est dirigée par des commis qui
n’ont aucun intéressement dans celle-ci, si bien qu’ils font du bon ou du
médiocre parce que, quand ils achètent dix balles de laine, il faut
qu’elles soient réduites en draps fins. Mais étant donné leur crédit, ils
vendent très souvent le nom et non la qualité. Il y a de très nombreuses
maisons ici qui ont plus de métiers battants et qui font des draps
semblables à Paignon et Rousseau. Parmi celles-ci, il y a la maison
Louis Labauche et fils qui fait des draps de toutes sortes comme le font
tous les autres fabricants, en observant pourtant la règle de la fabrique.
Mais sa fabrique est divisée en deux catégories : la première, et la plus
importante, est de draps communs ; elle est dirigée par ses fils et les
têtes des draps sont signées « Labauche et fils » ; l’autre catégorie est
celle du père qui, à l’arrivée des laines, fait choisir les plus fines pour
former une qualité de draps super fins qui porte sur la tête de la pièce «
Louis Labauche », et ceci avec un privilège égal à celui de Paignon et
Rousseau. Leur bonté réelle commence à leur faire prendre du crédit et,
de fait, ce sont des draps parfaits. Il peut les faire meilleurs que les deux
autres parce qu’il sait quoi faire des laines inférieures qu’il remet à ses
ls qui les emploient dans les draps ordinaires. Entre père et fils, tous
unis sous le seul gouvernement du père, ils ont deux cent trente métiers
battants toute l’année. La règle de la fabrique de Sedan est que chacun
obtient le privilège du nom et est obligé de marquer de combien de
centaines de fils la pièce est composée pour pouvoir en donner, au vu de
sa qualité, la juste fixation du prix. […] »

Source : Biblioteca reale di Torino, Storia Patria, 907 ; Corine Maitte,


Gian Batta Moccafy, « Relation de voyage », Documents pour l'histoire
des techniques, 2009, n°18, p. 167-220 (transcription par Corine
Maitte).
Bibliographie : M. Barkhausen, Government control and free
enterprise in Western Germany and the Low countries in the Eighteenth
century ”, dans Peter Earle (éd.), Essays in European economic history,
1500-1800, Oxford, 1974, p. 212-273.
A. Becchia dir., La draperie de
Normandie du XIIIe au XXe siècle, Rouen, Publications de l’Université
de Rouen, 2003. J. Bottin, N. Pellegrin (dir.), Échanges et cultures
textiles dans l’Europe pré-industrielle. Actes du colloque de Rouen, 17-
19 mai 1993, Revue du Nord, 1996, hors série n°12. G. L. Fontana,
Gérard Gayot (éd.), La laine. Produits et marchés (XIIIe- XXe siècle),
Padoue, Cleup, 2004. C. Maitte, « Au cœur des manufactures lainières
européennes du XVIIIesiècle. Le voyage de Gian Batta Moccafy, 1766-
1767 », Documents pour l’histoire des techniques, 2009, vol. 18, p.
151-166. P. Minard, La fortune du colbertisme. Etat et industrie dans la
France des Lumières, Paris, Fayard, 1998.
G. D. Ramsay, The English
Woollen Industry, 1500-1750, Londres, MacMillan, 1982. D. Roche,
Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des
voyages, Paris, Fayard, 2003.
SCIENCES ET TECHNIQUES : INSTITUTIONNALISATION ET
DIFFUSION

L’époque moderne a connue une progressive


institutionnalisation des sciences et des techniques, ayant permis la
construction et la diffusion des savoirs et savoir-faire. Plusieurs lieux de
savoirs ont, dans ce contexte, joué un rôle éminent d’encadrement ou de
promotion du travail savant et artisanal, à l’image de la Royal Society
[1660- ] de Londres. Deux institutions françaises font l’objet d’une
attention accrue ici, l’Académie royale des sciences de Paris [1666- ]
ainsi que la Société des Arts [1721-1736], reflétant les formes ou
tentatives d’encadrement des sciences et des techniques à partir du
XVIIe siècle, leurs pratiques ainsi que leurs limites. D’autres milieux,
tels que la franc-maçonnerie ou le monde des artisans ont été touchés
également par ce mouvement académique, à l’image du collège des
Philalèthes de Lille [1785-1789]. Lieux de science par excellence, les
laboratoires ont connu des évolutions sensibles entre le XVIe et la fin du
XVIIIe siècle, en lien avec le développement de l’instrumentation de
précision. Les hôpitaux ou arsenaux, tel celui de Venise au XVII e siècle,
ont aussi constitué d’autres lieux de production des savoirs pratiques ou
spéculatifs, de même que les collèges, écoles ou universités ont joué un
rôle sensible dans la diffusion des savoirs techniques, à l’image de
l’université de Leyde et son théâtre anatomique, ou encore de l’Ecole
du génie de Mézières [1748-1794].
Ces enseignements pratiques et théoriques, tant dans les arts que
dans les sciences, se sont appuyés sur une très riche littérature technique
et savante, progressivement codifiée au cours de l’époque moderne. Les
livres de secrets tels que le Bâtiment des recettes [1560, 1ère éd. 1525],
les théâtres de machines et les réductions en art dont sont représentatifs
les travaux d’un Jacques Besson [v. 1530-v. 1572], et les traités savants,
tels que les traités d’ingénieurs et de mathématiques imprimés par
Charles-Antoine Jombert [1712-1784], constituent des vecteurs de
l’échange des savoirs et des savoir-faire, non sans débats sur la forme à
donner à ces récits, dont les échanges sur la description des arts entre
l’Académie et Jean-Baptiste Colbert [1619-1683] témoignent à la fin du
XVIIe siècle.
De la République des Lettres de la Renaissance naît bientôt une
République des sciences, fondée sur la coopération entre institutions
dont les échanges de Hans Sloane [1660-1753] entre la Royal Society et
l’Académie royale des sciences sont le reflet, mais aussi sur des réseaux
de correspondances et controverses publiques entre savants, à l’image
des âpres débats entre René Descartes [1596-1650] et Gilles Personne
de Roberval [1602-1675] ou entre Emilie du Châtelet [1706-1749] et
Jean-Jacques Dortous de Mairan [1678-1771]. Tandis que se déploient
de nouveaux lieux de sociabilités savantes dans l’Europe du XVIIIe
siècle, des académies aux cafés et salons, les débats savants demeurent
longtemps vifs au siècle des Lumières quant à l’adoption des théories
newtoniennes en Europe, à l’image des mises au point du traducteur
français du Newtonianisme pour les dames de Francesco Algarotti
[1712-1764].
Isaac Newton [1642-1727] constitue indéniablement l’une des
plus grandes figures savantes, célébré durant le siècle des Lumières en
Angleterre, en Hollande et finalement en France où la salonnière
Elisabeth Ferrand [1700-1752] se fait représenter aux côtés des
Principia et où l’architecte Etienne-Louis Boullée [1728-1799] dédie au
grand savant anglais un projet de cénotaphe utopique. Avant lui,
Léonard de Vinci [1452-1519], comme Kepler, Copernic ou Galilée,
aura constitué une autre de ces grandes figures, tant comme savant que
comme homme de l’art. Derrière ces grandes figures, d’autres savants
ont mis en scène leurs activités, leurs controverses, leurs œuvres, tels
Girolamo Cardano [1501-1576] ou Johannes Hevelius [1611-1687]. Le
monde artisanal, plus discret, affleure derrière les grands inventeurs,
comme le fabricant d’instrument John Bird [1709-1776] mais encore
dans des chants populaires d’ouvriers stéphanois ou dans les
représentations des petits métiers urbains.
Si les acteurs de la science sont multiples, leurs publics le sont
également. Des écoles de dessins et formes d’apprentissages artisanales,
au contact de la matière et de la géométrie, jusqu’au musée d’objets
techniques d’un James Cox 1723-1800], la science et les arts sortent des
académies et se répandent à travers des cours publics, comme les cours
de chimie de l’apothicaire Guillaume-François Rouelle [1703-1770] au
Jardin du Roi, des bibliothèques, à l’image de la collection d’ouvrages
du parlementaire Louis Davy de Lafautrière [1700-1756], des
démonstrations physiques ou des récréations mathématiques d’un
Edme-Gilles Guyot [1706-1786] répondant à la curiosité croissante des
élites européennes pour les savoirs et les techniques. Peinture et
littérature s’en font l’écho, tant dans leur pratique, en particulier dans
l’usage de la perspective chez Piero de la Francesca [v.1412-1492] par
exemple ou chez Samuel Dirksz van Hoogstraten (1627-1678), que
dans leurs objets représentés : les vers d’un Louis de Fontanes [1757-
1821] déploient une poésie du progrès des sciences, comme un écho
aux peintures d’un Joseph Wright of Derby [1734-1797].
LES LIEUX DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES

L’anatomie d’une institution : l’académie royale des sciences

[Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), contrôleur général des finances de


1665 à 1683, crée en 1666 une Académie consacrée au développement
des sciences. Il s’inspire notamment de l’Accademia dei Lincei à Rome
et de la Royal Society à Londres, fondées respectivement en 1603 et
1645. Colbert choisit les mathématiciens, astronomes, physiciens,
botanistes, anatomistes, zoologistes et chimistes qui siègent pour la
première fois le 22 septembre 1666. En janvier 1699, l’Académie
obtient son premier règlement et est placée sous la protection de Louis
XIV]

Règlement ordonné par le Roi pour l’Académie royale des sciences


(1699)

« Versailles, 26 janvier 1699


Le Roi voulant continuer à donner des marques de son affection à
l’Académie royale des sciences, Sa Majesté a résolu le présent
règlement, lequel Elle veut et entend être exactement observé.
I. - L’Académie royale des sciences demeurera sous la protection du
Roi et recevra ses ordres par celui des Secrétaires d’État à qui il plaira à
Sa Majesté d’en donner le soin.
II. - Ladite Académie sera toujours composée de quatre sortes
d’académiciens : les honoraires, les pensionnaires, les associés et les
élèves ; la première classe composée de dix personnes, et les trois autres
chacune de vingt ; et nul ne sera admis dans aucune de ces quatre
classes, que par le choix ou l’agrément de Sa Majesté.
III. - Les honoraires seront tous regnicoles et recommandables par leur
intelligence dans les mathématiques ou dans la physique, desquels l’un
sera président, et aucun d’eux ne pourra devenir pensionnaire.
IV. - Les pensionnaires seront tous établis à Paris : trois géomètres, trois
astronomes, trois mécaniciens, trois anatomistes, trois chimistes, trois
botanistes, un secrétaire et un trésorier. Et lorsqu’il arrivera que
quelqu’un d’entre eux sera appelé à quelque charge ou commission
demandant résidence hors de Paris, il sera pourvu à sa place, de même
que si elle avait vaqué par décès.
V. - Les associés seront en pareil nombre ; douze desquels ne pourront
être que regnicoles, deux appliqués à la géométrie, deux à l’astronomie,
deux aux mécaniques, deux à l’anatomie, deux à la chimie, deux à la
botanique ; les huit autres pourront être étrangers et s’appliquer à celles
d’entre ces diverses sciences pour lesquelles ils auront plus d’incli-
nation et de talent.
VI. - Les élèves seront tous établis à Paris, chacun d’eux appliqué au
genre de science dont fera profession l’académicien pensionnaire
auquel il sera attaché ; et s’ils passent à des emplois demandant
résidence hors de Paris, leurs places seront remplies, comme si elles
étaient vacantes par mort.
VII. - Pour remplir les places d’honoraires, l’assemblée élira, à la
pluralité des voix, un sujet digne qu’elle propose- ra à Sa Majesté pour
avoir son agrément.
VIII. - Pour remplir les places de pensionnaires, l’Académie élira trois
sujets, desquels deux au moins seront associés ou élèves, et ils seront
proposés à Sa Majesté, afin qu’il lui plaise en choisir un.
IX. - Pour remplir les places d’associés, l’Académie élira deux sujets,
desquels un au moins pourra être pris du nombre des élèves, et ils seront
proposés à Sa Majesté, afin qu’il lui plaise en choisir un. […]
XVI. - Les assemblées ordinaires de l’Académie se tiendront à la
bibliothèque du Roi, les mercredi et samedi de chaque semaine ; et
lorsque lesdits jours se rencontrera quelque fête, l’assemblée se tiendra
le jour précédent.
XVII. - Les séances desdites assemblées seront au moins de deux
heures, savoir : depuis trois jusqu’à cinq.
XVIII. - Les vacances de l’Académie commenceront au huitième de
septembre et finiront le onzième de novembre ; elle vaquera en outre
pendant la quinzaine de Pâques, la semaine de la Pentecôte, et depuis
Noël jusqu’aux Rois.
XIX. - Les académiciens seront assidus à tous les jours d’assemblée, et
nul des pensionnaires ne pourra s’absenter plus de deux mois pour ses
affaires particulières, hors le temps des vacances, sans un congé exprès
de Sa Majesté.
XX. - L’expérience ayant fait connaître trop d’inconvénients dans les
ouvrages auxquels toute l’Académie pour- rait travailler en commun,
chacun des académiciens choisi- ra plutôt quelque objet particulier de
ses études, et par le compte qu’il en rendra dans les assemblées, il
tâchera d’enrichir de ses lumières tous ceux qui composent l’Académie,
et de profiter de leurs remarques.
XXI. - Au commencement de chaque année, chaque académicien
pensionnaire sera obligé de déclarer par écrit à la Compagnie le
principal ouvrage auquel il se proposera de travailler ; et les autres
académiciens seront invités à don- ner une semblable déclaration de
leurs desseins. […]
XXIV. - Toutes les observations que les académiciens apporteront aux
assemblées seront par eux laissés le jour même par écrit entre les mains
du secrétaire, pour y avoir recours dans l’occasion.
XXV. - Toutes les expériences qui seront rapportées par quelque
académicien seront vérifiées par lui dans les assemblées, s’il est
possible, ou du moins elles le seront en particulier, en présence de
quelques académiciens.
XXVI. - L’Académie veillera exactement à ce que, dans les occasions
où quelques académiciens seront d’opinions différentes, ils n’emploient
aucun terme de mépris ni d’aigreur l’un contre l’autre, soit dans leurs
discours, soit dans leurs écrits ; et lors même qu’ils combattront les
sentiments de quelques savants que ce puisse être, l’Académie les
exhortera à n’en parler qu’avec ménagement.
XXVII. - L’Académie aura soin d’entretenir commerce avec les divers
savants, soit de Paris ou des provinces du royaume, soit même des pays
étrangers, afin d’être promptement informée de ce qui s’y passera de
curieux pour les mathématiques ou pour la physique ; et dans les
élections pour remplir des places d’académiciens, elle donnera
beaucoup de préférence aux savants qui auront été les plus exacts à
cette espèce de commerce.
XXVIII. - L’Académie chargera quelqu’un des académiciens de lire les
ouvrages importants de physique ou de mathématiques qui paroîtront,
soit en France, soit ailleurs ; et celui qu’elle aura chargé de cette lecture
en fera son rapport à la Compagnie, sans en faire la critique, en
marquant seulement s’il y a des vues dont on puisse profiter.
XXIX. - L’Académie fera de nouveau les expériences considérables qui
se seront faites partout ailleurs, et marquera dans ses registres la
conformité ou la différence des siennes à celles dont il était question.
XXX. - L’Académie examinera les ouvrages que les académiciens se
proposeront de faire imprimer ; elle n’y donnera son approbation
qu’après une lecture entière faite dans les assemblées, ou du moins
qu’après un examen et rapport fait par ceux que la Compagnie aura
commis à cet examen ; et nul des académiciens ne pourra mettre aux
ouvrages qu’il fera imprimer le titre d’académicien, s’ils n’ont été ainsi
approuvés par l’Académie.
XXXI. - L’Académie examinera, si le Roi l’ordonne, toutes les
machines pour lesquelles on sollicitera des privilèges auprès de Sa
Majesté. Elle certifiera si elles sont nouvelles et utiles, et les inventeurs
de celles qui seront approuvées seront tenus de lui en laisser un
modèle.[…]
XXXVIII. - Dans toutes les assemblées, le président fera délibérer sur
les différentes matières, prendra les avis de ceux qui ont voix dans la
Compagnie, selon l’ordre de leur séance, et prononcera les résolutions à
la pluralité des voix.
er
XXXIX. - Le président sera nommé par Sa Majesté au 1 janvier de
chaque année ; mais quoique, chaque année, il ait ainsi besoin d’une
nouvelle nomination, il pourra être continué tant qu’il plaira à Sa
Majesté. ; et comme, par l’in- disposition ou par la nécessité de ses
affaires, il pourrait arriver qu’il manquerait à quelques séances, Sa
Majesté nommera en même temps un autre académicien pour présider
en l’absence dudit président.
XL. - Le secrétaire sera exact à recueillir en substance tout ce qui aura
été proposé, agité, examiné et résolu dans la Compagnie, à l’écrire sur
son registre, par rapport à chaque jour d’assemblée, et à y insérer les
traités dont il aura été fait lecture. Il signera tous les actes qui en seront
délivrés soit à ceux de la Compagnie, soit à autres qui auront intérêt
d’en avoir ; et à la fin de décembre de chaque année, il donnera au
public un extrait de ses registres, ou une histoire raisonnée de ce qui se
sera fait de plus remarquable dans l’Académie.
XLI. - Les registres, titres et papiers concernant l’Assemblée
demeureront toujours entre les mains du secrétaire, à qui ils seront
incessamment remis par un nouvel inventaire que le président en
dressera ; et au mois de décembre de chaque année, ledit inventaire
sera, par le président, récolé et augmenté de ce qui s’y trouver avoir été
ajouté durant toute l’année.
XLII. - Le secrétaire sera perpétuel ; et lorsque, par maladie ou par autre
raison considérable, il ne pourra venir à l’assemblée, il y commettra tel
d’entre les académiciens qu’il jugera à propos, pour tenir en sa place le
registre.
XLIII. - Le trésorier aura en sa garde tous les livres, meubles,
instruments, machines ou autres curiosités appartenant à l’Académie ;
lorsqu’il entrera en charge, le président les lui remettra par inventaire ;
et au mois de décembre de chaque année, ledit président récolera ledit
inventaire pour l’augmenter de ce qui aura été ajouté durant toute
l’année.
XLIV. - Lorsque des savants demanderont à voir quel- qu’une des
choses commises à la garde du trésorier, il aura soin de les leur montrer
; mais il ne pourra les laisser transporter hors des salles où elles seront
gardées, sans un ordre par écrit de l’Académie.
XLV. - Le trésorier sera perpétuel ; et quand, par quelque empêchement
légitime, il ne pourra satisfaire à tous les devoirs de sa fonction, il
nommera quelque académicien pour y satisfaire à sa place.
XLVI. - Pour faciliter l’impression des divers ouvrages que pourront
composer les académiciens, Sa Majesté permet à l’Académie de se
choisir un libraire, auquel, en conséquence de ce choix, le Roi fera
expédier les privilèges nécessaires pour imprimer et distribuer les
ouvrages des académiciens que l’Académie aura approuvés.
XLVII. - Pour encourager les académiciens à la continuation de leurs
travaux, Sa Majesté continuera à leur faire payer les pensions ordinaires
et même des gratifications extraordinaires, suivant le mérite de leurs
ouvrages.
XLVIII. - Pour aider les académiciens dans leurs études et leur faciliter
les moyens de perfectionner leur science, le Roi continuera de fournir
aux frais nécessaires pour les diverses expériences et recherches que
chaque académicien pourra faire.
XLIX. - Pour récompenser l’assiduité aux assemblées de l’Académie,
Sa Majesté fera distribuer, à chaque assemblée, quarante jetons à tous
ceux d’entre les académiciens pensionnaires qui seront présents.
L. - Veut Sa Majesté que le présent règlement soit lu dans la prochaine
assemblée et inséré dans les registres, pour être exactement observé,
suivant sa forme et teneur ; et s’il arrivait qu’aucun académicien y
contrevînt en quelque partie, Sa Majesté en ordonnera la punition
suivant l’exigence du cas.
Fait à Versailles, le vingt-sixième jour de janvier mil six cent quatre-
vingt-dix-neuf.
[Signé] LOUIS
[Plus bas] PHELYPEAUX »
Source : Archives nationales, O1 43, f. 34-40 et Histoire de l’Académie
royale des sciences, année 1699, avec les mémoires de mathématique et
de physique pour la même année, Paris, Jean Boudot, 1702, p. 3-11.
La forme des élections : intrigue et autorité (1778)

[La procédure d’élection au sein de l’Académie fait l’objet de débats,


critiques et réformes au XVIIIe siècle. Afin de limiter les abus lors de
l’élection des académiciens associés libres, un nouveau règlement est
rédigé en 1778. Il révèle qu’au-delà des travaux scientifiques, le
processus de sélection intègre des considérations sociales ou politiques,
ainsi que certaines formes de clientélisme.]

Règlement pour les associés libres et étrangers, 1er avril 1778

« On a délibéré sur la forme de l’élection des académiciens associés


libres régnicoles et étrangers, et on a arrêté qu’on suivroit le règlem(en)t
suivant.
1° Nous avons observé deux sortes d’abus dans les élections, l’intrigue
et l’autorité.
Toutes deux peuvent remplir l’académie de sujets médiocres si elle n’y
met ordre.
2° Le plus sûr moyen de barrer l’intrigue est de ne pas laisser le tems
d’intriguer et de diminuer le nombre des intriguans, c’est-à-dire ceux
qui doivent être proposés.
3° Le seul moyen de prévenir les abus d’autorité est de ne présenter
jamais au ministre que des sujets dont les talents soient bien connûs et
qui puissent faire honneur à l’Académie.
En conséquence de ces principes nous proposons le règlement qui suit
pour le choix des associés libres régnicoles et pour le choix des associés
etrangers qui peuvent appartenir indistement (sic) aux différentes
classes.

Règlement
Le jour même qui aura été indiqué pour l’election, l’académie fera tirer
au sort les noms de six académiciens pensionnaires ou associés, un de
chaque classe, trois mathématiciens et trois physiciens, lesquels
s’assembleront aussitôt pour proposer à l’Académie quatre sujets bien
connûs par la supérieurité de leurs talents, s’ils sont régnicoles, et par
une grande célébrité s’ils sont etrangers. De ces quatre sujets
l’Académie en elira deux au scrutin pour les présenter au Roi en la
manière accoutumée.
Rarement on présenteroit à l’Académie un plus grand nombre de
concurrens sans mettre des sujets médiocres à côté de bons.
Au moyen de ce Règlement, s’il a lieu, personne n’aura le tems de
solliciter d’écrire, de faire écrire les ministres, les gens puissants, de
faire agir des amis, les amis de ses amis, les femmes même auprès des
académiciens qui se croyent souvent obligés de donner leur voix contre
leur avis, pour ne pas manquer soit à leurs protecteurs, soit à leurs
amis. »

Source : Archives de l’Académie des sciences, Procès verbal du 1er


avril 1778, transcrit dans Patrice Bret, « La prise de décision
académique : pratiques et procédures de choix et d’expertise à
l’Académie royale des sciences », in É. Brian, Christiane
Demeulenaere-Douyere (dir.), Règlement, usages et science dans la
France de l’Absolutisme, Paris, Éditions Tec & Doc, 2002, p. 356-357.
Une séance à l’Académie (1785)

[Antoine Lavoisier (1743-1794), directeur de l’Académie royale des


sciences en 1785, écrit à Jean-Louis-Paul-François de Noailles, duc
d’Ayen (1739-1824), président de l’Académie, pour préparer la séance
publique à laquelle il ne pourra pas assister. Cette correspondance
donne à voir l’organisation d’une séance à l’Académie à la fin du
XVIIIe siècle]

[Lettre de Lavoisier au duc d’Ayen, 19 mars 1785]

« M. le duc d’Ayen, Capitaine des gardes de sa majesté à Versailles


Monsieur le duc
Je suis obligé de partir pour la campagne pour quinze jours et
je ne serai de retour que le sammedy veille de la quazimodo. Cette
circonstance m’empeche d’aller prendre vos ordres à Versailles pour la
seance publique de l’Académie des sciences mais j’espere que vous
serés à Paris le jour de la quazimodo ou le lendemain lundy qui est fete
et j’ay l’honneur de vous proposer de rassembler ches vous à l’heure
que vous jugeres convenable le Comité des officiers et ceux qui se
proposent pour lire à la seance publique. Je vais en attendant vous
rendre compte de ce que nous avons projetté.

Projet de Seance pour le mercredy [6]


avril 1785
Annonce des prix 5 minutes
Eloges de M. M. Euler et Margraf 30 minutes
memoire de M. de Cassini fils sur les variations qui 15 minutes
arrivent à la temperature des caves de l’Observatoire
de M. Vic d’Azir sur la comparaison des muscles de 15 minutes
l’homme et de quelques animaux domestiques
de M. Fougeroux sur la conservation des bleds 15 minutes
de M. Quatremere d’Ijonval sur l’education des betes à 12 minutes
laïne en plain air
de M. l’abbé Tessier sur une espece de ciprès qu’on 15 minutes
pourroit multiplier dans nos forets
de M. Meusnier sur les variations arrivés au ballon de 8 minutes
l’Academie.
total 133 minutes
La seance n’est que de 120 minutes
Excedent 13 minutes

Vous voyes d’apres cela, M. le duc, que la seance sera


amplement remplie et que nous serons meme probablement obligés ou
de supprimer un des memoires ou d’engager les autheurs à les abreger.
J’ay lu une partie des mémoires proposés et j’avoue qu’aucun ene
presente de decouvertes importantes, mais tous roulent sur des objets à
la portée du plus grand nombre des auditeurs et comme il y aura une
grande diversité, j’espere que nous ne serons pas ennuyeux. Je crois,
Monsieur le duc, qu’il est necessaire que vous voulies bien insister
aupres des lecteurs sur la necessité d’etre courts. Je n’ay promis que dix
minutes de tems à chacun, à l’exception de M. Vic d’Azir, qui ne peut
se restreindre à moins de 15. Si l’on étoit exact à remplir les conditions
il y auroit du tems pour tout le monde.
J’espere que nous serons plus brillants à la seance de la Saint-
Martin.
Je suis avec un profond respect, M. le duc […]. »

Source : Lavoisier, Œuvres de Lavoisier. Correspondance, t. IV, 1784-


1786, Paris, Hermann, 1986, p. 78-79.
Annonce de la réforme de l’Académie dans le Journal de Paris par
Lavoisier (1785)

[En 1785, pour annoncer la réforme de l’Académie royale des sciences


dont il est tout juste devenu le directeur, Antoine Lavoisier (1743-1794)
publie dans le Journal de Paris une notice informant l’opinion des
raisons motivant la réorganisation. Lavoisier profite de cette occasion
pour revenir sur l’histoire de l’Académie depuis ses origines, ses
évolutions progressives et sa nouvelle organisation]

« Notice relative à l’Académie des sciences


Le Roi ayant, par le Règlement du 23 avril dernier, donné une
nouvelle forme à l’Académie des Sciences, on a pensé qu’il pourroit
être agréable au Public de trouver ici une Notice abrégée des différentes
révolutions qu’elle a éprouvées, & des circonstances qui y ont donné
lieu.
Presque toutes les Compagnies savantes & littéraires n’ont été d’abord
que des Sociétés particulières, liées & réunies par un rapport de goût &
d’inclinations. Il n’y avoit point à proprement parler, d’Académie des
sciences à Paris avant 1666. Cependant, depuis plus de cinquante ans,
les Savants de cette Capitale & les Etrangers instruits qui s’y trouvoient,
avoient commencé à se rassembler, d’abord chez le P. Mersenne, qui
étoit lié d’amitié & de correspondance avec les plus habiles gens de
l’Europe, & ensuite chez M. de Montmort, Maître des Requêtes, qui
joignoit beaucoup d’esprit à beaucoup de lumières. Gassendi, Descartes,
Hobbes, Roberval, les deux Pascal, père et fils, Blondel, & quelques
autres, s’y proposoient des problèmes de mathématiquses, et & faisoient
des expériences. On y annonçoit les découvertes nouvelles ; on y
examinoit les conséquences qu’on en pouvoit tirer ; jamais peut-être on
n’a cultivé avec plus d’application les Sciences qui naissent de l’union
de la Géométrie & de la Physique.
Ces premières assemblées, qui n’eurent pour lien que
l’estime, l’amitié, l’émulation, l’amour de l’étude, une sorte de passion
pour les connoissances élevées, furent le berceau de l’Académie des
Sciences. Bientôt elles acquirent assez de célébrité pour fixer l’attention
du Souverain. Louis XIV venoit de conclure la paix des Pyrennées, sa
puissance venoit d’être affermie par des conquêtes, & son Royaume
n’avoit plus besoin que d’être éclairé par les sciences, enrihci par
l’industrie, embelli par les arts. Il chargea Colbert de travailler à leur
avancement.
[…] Ce vaste plan, digne du génie de Colbert, n’eut qu’une
exécution partielle ; on laissa subsister l’Académie Françoise & celle
des Inscriptions & Belles-Lettres qui avoient été précédemment
établies, & on créa une Académie particulière, composée de
Mathématiciens & de Physiciens, qui commença ses assemblées à la
Bibliothèque du Roi, au mois de Décembre 1666. On y attacha quelques
pensions & quelques fonds pour des expériences.
L’Académie des Sciences, ainsi assemblée par les ordres du
Roi, protégée & dotée par sa munificence, n’avoit cependant encore
aucune forme légale, & sa constitution n’étoit fondée sur aucun acte
émané de l’autorité Royale. Un Règlement rendu par Sa Majesté le 26
janvier 1699, lui donne une consistance plus fixe. On avoit senti que
pour faire marcher toutes les Sciences de front, pour qu’aucune ne fût
négligée, il falloit affecter dans l’Académie un certain nombre de places
à chaque ordre de connoissance. Elle fut en conséquence divisée en six
classes : la Géométrie, l’Astronomie, la Mécanique, l’Anatomie, la
Chymie & la Botanique. Chaque classe fut composée de trois
Pensionnaires, de deux Associés & de trois Elèves. Et comme il y a des
esprits très propres aux Sciences, mais non moins passionnés pour la
liberté, qui les aiment toutes, s’occupent de plusieurs, & ne peuvent
s’asservir exclusivement, ni même de préférence à aucune ; comme il
semble d’ailleurs utile qu’il y ait dans l’Académie un certain nombre de
Savans plus spécialement chargés d’épier, pour ainsi dire, & de suivre
les connoissances nouvelles qui ne peuvent être regardées comme
faisant partie des Sciences déjà cultivées, on créa une classe d’Associés
libres : l’Académie enfin fut décorée par une classe d’Honoraires.
Il est rare qu’un établissement quelconque arrive tout d’un
coup au degré de perfection dont il est susceptible, & cette réflexion
s’applique à l’Académie des Sciences. On s’apperçut bientôt que la
classe d’Elèves représentoit une distinction humiliante, qu’elle ne
pouvoit convenir à des gens d’un mérite consommé, qu’elle tendoit par
conséquent à écarter de l’Académie ceux qui auroient été dans le cas
d’y arriver avec une réputation faite ; & en effet l’Académie s’est
trouvée quelquefois dans l’alternative embarrassante ou de faire des
choix médiocres pour les places d’Associés, ou de faire une sorte
d’injustice aux Elèves. On crut en 1716 avoir remédié à ces
inconvéniens, en substituant le titre d’Adjoint à celui d’Elève ; mais en
changeant la dénomination, on ne changea pas l’inégalité que produisoit
la trop grande multiplicité des grades, & les principaux désavantages de
cette inégalité ont substitué avec elle.
La constitution donnée à l’Académie des Sciences par le
Règlement de 1716, présentoit un autre défaut ; la division, en six
classes, n’embrassoit par l’universalité des Sciences. On avoit oublié
d’y comprendre la Physique expérimentale qui faisoit dans ce moment
même des progrès rapides en Angleterre, en Hollande & en Italie ; la
Métallurgie qui étoit cultivée avec un grand soin en Allemagne ;
l’Histoire Naturelle, qui rassemble, qui décrit, qui nous apprendre à
connoître toutes les richesses du globe ; enfin, depuis 1716, on s’est
appliqué avec succès à la Minéralogie ; & l’Agriculture, qui avoit été
jusqu’alors livée au simple cours de l’habitude, est devenue une
science.
[…] Les Sciences attendoient une réforme ; & elle vient d’être
faite par un Roi Protecteur des Lettres & des Arts, ami de l’Humanité,
qui fait que les Nations les plus instruites, les plus industrieuses, les
plus actives, sont en même-tems les plus heureuses, les plus respectées,
les plus imposantes, & que la puissance d’un grand Empire est par
conséquent liée à la prospérité des Arts & à l’accroissement de
l’industrie nationale. Une Ordonnance du 23 avril dernier, adressée à
l’Académie des Sciences par M. le Baron de Breteuil, a fait connoître
les intentions de Sa Majesté. Ce Règlement établit deux nouvelles
classes, l’une pour la Physique générale, l’autre pour l’Histoire naturelle
& la Minéralogie : il associe la Métallurie à la Chymie, & l’Agriculture
à la Botanique ; ensorte que l’Académie sera à l’avenir divisée en huit
classes au lieu de six, savoir : Géométrie, Astronomie, Mécanique,
Physique générale, Anatomie, Chymie & Métallurgie, Botanique &
Agriculture, Histoire-naturelle & Minéralogie. Le Roi, par ce même
Règlement, supprime l’ordre & la dénomination d’Adjoint. Chaque
classe sera composée de trois Pensionnaires & de trois Associés libres
& des Associés étrangers, à l’égard desquels il n’est rien innové : le
Géographe à l’Académie, au lieu du titre d’Adjoint, aura également
celui d’Associé.
Par l’exécution de ce plan, l’Académie se trouve augmentée
de six nouvelles places de Pensionnaires, dont Sa Majesté a bien voulu
ordonner les fonds sur son Trésor Royal ; presque tous les
Académiciens obtiennent ou des augmentations de pension ou de
nouvelles pensions, dont ils ne jouissoient pas, ou au moins une
espérance plus prochaine d’en obtenir.
Enfin, par la suppression des Adjoints, & en employant les
Surnuméraires qui avoient été nommés en différens tems, le Roi a
trouvé dans le sein même de l’Académie de quoi former
presqu’entièrement les deux classes de nouvelle création.
Ce changement apporté à la constitution de l’Académie, est
une nouvelle marque de la bienfaisance de Sa Majesté, de la protection
qu’elle accorde aux Sciences, & une preuve du zèle éclairé du Ministre,
qui étend ses regards sur toutes les parties de son Département, pour y
porter les encouragemens & y diriger les bienfais du Roi. »

Source : Lavoisier, « Notice relative à l’Académie des sciences »,


Journal de Paris, Jeudi 9 juin 1785, n° 160, p. 663-665.
Pratique de l’expertise académique par Condorcet (1786)

[L’Académie des sciences se présente commme le lieu de l’expertise


par excellence. Cette expertise s’opère par le biais de commissions,
dont les commissaires sont nommés de façon autonome par les
académiciens eux-mêmes ; ils proposent des conclusions sur lesquelles
l’Académie se prononce. En juillet 1786, le secrétaire perpétuel Nicolas
de Condorcet (1743-1794), revendique fermement auprès du ministre
Louis Auguste Le Tonnelier de Breteuil (1730-1807) cette autonomie
de l’Académie en matière d’expertise. Son mémoire fait suite à la
création de deux commissions chargées d’examiner un projet
d’acheminement des eaux de l’Yvette vers la capitale. Dans les années
1760, l’Académie avait évoqué la nécessité de mettre en place un
approvisionnement hydraulique plus efficace de Paris. Elle avait retenu
en 1762 le projet de dérivation de l’Yvette proposé par l’académicien
Antoine Deparcieux (1703-1768), repris par deux ingénieurs des Ponts
et Chaussées, Jean-Rodolphe Perronet (1708-1794) et Antoine Chézy
(1718-1798). Le Bureau de la Ville de Paris avait finalement retenu un
projet concurrent, celui des pompes à feu installées sur la Seine par
Jacques-Constantin Périer (1742-1818) et son frère Auguste Charles. En
1781, cependant, le sous-ingénieur des Ponts et Chaussées Nicolas
Defer de la Nouerre (1740-1794), réactualise le projet de l’Yvette avec
un devis moins coûteux. Une commission de l’Académie examine alors
le projet et lui donne un avis favorable. Faisant pression sur le
gouvernement pour accélérer les travaux, Defer obtient en mai 1786 un
décret du Conseil d’Etat du Roi favorable à son projet, examiné une
nouvelle fois par l’Académie mais aussi par une commision de quatre
académiciens choisis par le gouvernement…]

[Mémoire de Condorcet, secrétaire perpétuel de l’Académie royale des


sciences, au baron de Breteuil, ministre de la Maison du roi, 9 juillet
1786]

« L’académie se fait constamment un devoir de concourir aux


vües bienfaisantes du Gouvernement toutes les fois qu’il lui a fait
l’honneur de la consulter, elle n’a rien négligé pour répondre à sa
confiance si quelquefois elle aparoit attachée aux formes qui ont été
établies depuis son institution pour la manière dont elle doit remplir les
intentions du Gouvernement, c’est parce qu’elle croit ces formes
propres à rendre ses réponses plus utiles. L’usage ordinaire est que
l’académie choisisse des commissaires qui lui rendent compte de
l’examen qu’ils ont fait de la question proposée, leur rapport est lû et
discuté dans les séances de la compagnie et n’est sensé terminé que
lorsqu’il a reçu son approbation. Alors ce rapport peut-être regardé
comme renfermant l’avis de l’académie en corps ou du moins comme
ne refermant rien qui ait pu exciter une réclamation fondée de la part de
ceux de ses membres qui se sont livrés à la partie des séances à laquelle
cette question appartient.
L’académie n’a pu voir sans peine que l’arrêt du conseil qui
ordonne aux Magistrats chargés d’examiner les projets relatifs à la
conduite de l’Yvette d’appeler quatre membres de l’académie des
sciences, donne à ces magistrats le droit de les choisir ou du moins de
les présenter au roi.
Il est arrivé plus d’une fois, que des membres de l’académie
ont été chargés par le gouvernement de différents examens et de
différentes commissions mais alors c’est comme particuliers, et non
comme académiciens c’est évidemment à ce titre qu’ils sont appellés et
par conséquent c’est par l’académie qu’ils doivent être choisis où
présentés.
Cette distinction n’est pas futile elle est même consacrée par
les règlements de l’académie relativement à un autre projet. L’académie
laisse à tous ses membres la liberté d’imprimer leurs ouvrages et
n’exerce sur cet ouvrage aucune censure mais il s ne peuvent prendre au
frontispice le titre d’académicien, si l’ouvrage soumis au jugement de
l’académie n’a été lû par des commissaires et n’a obtenu sur leur
rapport l’approbation de la compagnie.
Dans la question présente, les réclamations de l’académie sont
encore fondées sur un motif particulier. Il s’agit de conduire à Paris les
eaux de l’Yvette. Le premier projet donné par M. Deparcieux a été
soumis au jugement de l’académie et lû dans ses assemblées. Le travail
que M. Perronet a exécuté d’après les vües de M. Deparcieux a été
communiqué à l’académie, une copie en est déposée dans ces registres
et l’auteur en a rendu compte à la compagnie dans ses séances.
Le projet de la pompe à feu a été soumis à l’examen de
l’académie qui a nommé des commissaires et a donné sa sanction au
rapport qu’ils lui en ont fait et c’est par ordre du gouvernement qu’elle
s’est occupée de cet objet.
Enfin M. de Fleury, alors contrôleur général a demandé à
l’académie d’examiner le nouveau projet de M. de Fer [de la Nouerre]
pour l’Yvette, en le comparant en même tems à tous les projets qui ont
le même bût, celui de procurer de l’eau aux habitants de Paris. Elle a
nommé alors pour commissaires MM. D’Alembert, Le Roi, Delalande,
Tilet, l’abbé Bossut, de Condorcet et Coulomb, ils ont fait leur rapport
sur le projet de M. de Fer : rapport dans lequel is ont laissé indécis
plusieurs points qui pouvoient demander un examen plus long et plus
approfondis.
Ainsi non seulement la question sur laquelle l’arrêt du conseil
ordonne de consulter quatre membres de l’académie est déjà soumise au
jugement du corps entier, d’après les ordre même du gouvernement,
mais il existe dans l’académie une commission nommée par elle, qui a
déjà commencé à lui rendre compte des projets de l’Yvette, et ainsi elle
doit désirer que pour les autre parties de ce même projet ce soient
également des membres choisis par elle qui soient chargés d’un nouvel
examen et qui lui en rendent compte. Autrement le second avis que
donneroient les autre académiciens ne seroit plus celui de l’académie,
mais leur propre sentiment, en sorte que le jugement du corps entier se
trouveroit en quelque sorte soumis et subordonnée à celui de quelques
uns de ses membres. Elle espère de la bonté du Roi qu’il voudra bien ne
pas donner cette atteinte à un usage constant que l’intérêt public rend
cher à l’académie, et dont l’interruption en ce moment sembleroit
annoncer une diminution de confiance qu’elle n’a pas méritée et
mettroit ceux qui seroient chargés du nouvel examen dans une position
embarassante à l’égard de leurs confrères. »

Source : Archives de l’Académie des sciences, Pochette de séance du


12 juillet 1786, retranscrit dans Patrice Bret, « La prise de décision
académique : pratiques et procédures de choix et d’expertise à
l’Académie royale des sciences », in É. Brian, C. Demeulenaere-
Douyere (dir.), Règlement, usages et science dans la France de
l’Absolutisme, Paris, Editions Tec & Doc, 2002, Annexe 3, p. 357-358.
Bibliographie : P. Bret, « La prise de décision académique : pratiques
et procédures de choix et d’expertise à l’Académie royale des
sciences », in E. Brian, C. Demeulenaere-Douyere (dir.), Règlement,
usages et science dans la France de l’Absolutisme, Paris, Éditions Tec
& Doc, 2002, p. 321-362. R. Hahn, L’anatomie d'une institution
scientifique, l'Académie des Sciences de Paris, 1666-1803, Bruxelles,
Editions des archives contemporaines, 1993. I. Passeron, « Une séance
de l’Académie au XVIIIe siècle », in É. Brian, C. Demeulenaere-
Douyere (dir.), Histoire et mémoire de l’Académie des Sciences, Guide
de recherches, Paris, Éditions Tec & Doc, 1996. R. Taton, Les origines
de l’Académie Royale des Sciences, Paris, Palais de la Découverte,
1965.
La société des arts

[En 1728, un groupe de quelques mathématiciens, horlogers et


géographes forment sous l’impulsion de l’Anglais Henry Sully (1680-
1729) la Société des Arts, dédiée à la promotion des savoirs utiles et au
perfectionnement des arts mécaniques. Malgré un déclin rapide, la
Société cessant ses activitsé vers 1736, elle attire en quelques années
près de 200 membres venus de toute l’Europe et obtient le patronage du
Comte de Clermont. Henri Libéaux, géographe fondateur et censeur
royal, écrit en 1728 à l’abbé Jean-Paul Bignon (1662-1743) pour qu’il
devienne le protecteur de la société. Cet académicien avait cherché à
promouvoir les arts mécaniques au sein de l’Académie des sciences dès
les années 1690, et était parvenu fonder une première « Société
académique des Beaux-Arts » sous la Régence. L’ « idée » de 1728 et le
règlement de 1730 dévoilent les ambitions et l’organisation de cette
éphémère assemblée]

La renaissance de la société des arts (1728)

[Lettre du 8 novembre 1728 de Liébaux à l’abbé Bignon]

« Monsieur,
L’éclat et le progrès dont les sciences et les beaux arts vous
sont redevables, ne permettent point au savans et aux habiles artistes qui
s’y apliquent, de porter a d’autres qu’a vous, l’homage de leur travaux
et même de leurs projets. La Société des arts que vous avés bien voulu
honorer autrefois de votre protection, autant convaincue de cète justice
qu’il est possible de l’être, croiroit manquer au plus essentiel de ses
devoirs, si sa premiere demarche exterieure, depuis sa renaissance,
n’etoit pas de vous ofrir un tribut si légitime et en même tems si propre
a lui concilier l’estime et l’aprobation publique. C’est dans cète double
vue, Monsieur, qu’elle m’a chargé d’avoir l’honeur de vous ecrire, pour
vous suplier de vouloir ien l’accepter ce tribut, et de lui faire la grace de
la proteger encore presentement qu’elle a resolu de s’atacher plus
particulierement a son objet, aussi bien que vous avés daigné le faire
lorsqu’elle n’etoit, pour ainsi dire, que l’ébauche de ce qu’elle croit
pouvoir se flater d’être aujourd’hui. Elle a l’honeur, Monsieur, de vous
envoyer la liste des persones qui la composent, le projet de ses
reglements, et une legere idée du plan qu’elle s’est proposée de suivre
dans son travail et dans sa conduite. Elle s’assureroit du succès de l’un
et de l’autre, si vous aviés la bonté de l’honorer de vos conseils, mais
quoi qu’elle soit assés eclairée pour sentir combien ils lui seroient
avantageux, elle est trop respectueuse pour oser demander tant de
grandes choses en même tems.
Pour moi, Monsieur, je ne puis retenir le sentiment qui me fait
regarder comme le plus grand avantage de la place que m’a doné la
Société, l’honeur de cète place me procure de pouvoir me dire avec le
plus profond respect Monsieur votre tres humble et tres obeissant
serviteur Liébaux.
A Paris, ce 8. 0bre. 1728 »

Source : BnF, ms. fr. 22240, f° 372-373, retranscrit dans Irène


Passeron, « La Société des arts, espace provisoire de reformulation des
rapports entre théories scientifiques et pratiques instrumentales », in
Christiane Demeulenaere-Douyère, Eric Brian (dir.), Règlement, usages
et science dans la France de l’Absolutisme, Paris, Tec & Doc, 2002,
Annexe 1, p. 122.

Idée de l’établissement d’une Société académique des beaux arts


(1728)

« Le penchant si naturel de parler des choses pour lesquelles


l’on a le plus de goût ayant porté quelques personnes assés versées dans
les mathematiques en general et dans quelques unes de ses plus utiles
parties, a se revoir souvent et a faire de leurs déclassement des
entretiens sur les sciences et sur les arts a produit insensiblement, la
Société naissance dont il s’agit.
Cette société dont quelques uns des membres ont esté de celle
des arts qui s’assembloit il y a quelques années aux galleries du Louvre
avec l’aprobation de feu M. le duc d’Orleans et sous la protection de
Monsieur l’abbé Bignon a senti que la theorie seule n’aloit gueres plus
loin qu’a Satisfaire la curiosité, et que la pratique denuée des lumieres
de la theorie n’estoit ordinairement qu’une espece d’habile routine que
le bonheur du Succè n’accompagnoit pas toujours.
Cette reflection luy a fait naitre la pensée de les unir l’une à
l’autre en toute occasion persuadée que sans les secours mutuels qu’elle
se doivent necessairement donner et dont elles ont reciproquement
besoin, elles ne peuvent que rarement et pour ainsy dire par haszard
approcher du point de perfection dont elles sont suceptibles.
Ce projet inspiré par l’amour du Vray et par celuy du bien
public n’a point encore esté communiqué a des gens sensés sans en
avoir enlevé les suffrages et ces suffrages ont tellement encouragés
ceux qui l’ont formé qu’ils ont desja pris tous les arrangements qui
estoient en leur pouvoir pour mettre serieusement la main a l’execution.
La Societé actuellement composée de theoriciens et de praticiens qui
ont acquis quelque reputation dans le monde a donc resolue de
s’attacher a perfectionner les arts par le secours des sciences, ce qui ne
sauroit manquer de tourner a l’avantage de celles cy puisque par les
moyens dont elles sont obligées de se servir seront de plus en plus
exemts de deffauts.
La Geographie, la navigation et les mecaniques seront en
quelque sorte ses principaux objets. Elle ne negligera rien pour les
porter a un plus grand degré d’exactitude que celuy ou elles se trouvent
a present, mais elle n’abandonnera cependant pas tous les autres arts
utiles ; son attention ira meme jusqu’à ceux qui ne servent qu’a procurer
l’agreable.
Tant de connoissances sont necessaires pour remplir ce
dessein qu’il est aisé de comprendre, que la nouvelle Société sera
obligée de s’appliquer particulierement à la geometrie, a l’astronomie,
et a la phisique même.
Pour se mettre en etat de perfectionner les methodes de[j]a
suivies dans la pratique des arts, la Société examinera ces methodes, en
observera les avantages et les deffauts et employera toute sa capacité a
inventer de nouveaux moyens pour les rendre en même tems plus surs
et plus exacts et d’un usage plus facile.
Lorsque quelqu’ingenieux artiste aura entrepris ou voudra
entreprendre quelque ouvrage ou il croira que les avis et les secours de
la societé pouront luy estre necessaires, elle se fera un devoir de luy
accorder les uns et les autres avec le dernier desinterressement, trop
contente d’avoir pu concourir a l’utilité publique ou au moins aux
progrès des beaux arts.
L’acquisition que la nouvelle Societé a deja faite dans les
pays Etrangers de plusieurs membres zelés pour l’accomplissement de
ses desseins et celle qu’elle a tout lieu d’espérer d’y faire encore dans la
suitte ne peuvent guere manquer de la mettre en etat d’enrichir la
France de toutes les decouvertes qui se feront dans les arts hors du
Royaume et cela d’une maniere plus positive que ne peuvent le faire les
journaux ou les matieres ne sont presque qu’indiqués.
Comme l’experience seule peut solidement instruire, il est
hors de doute que la nouvelle Societé aperceuvra dans le cours de ses
travaux beaucoup d’objets dignes de son attention qu’elle n’a point
encore envisagé ou qu’elle n’a envisagé que superficielement mais sa
docilité a ecouter les sages conseils qu’on voudra bien luy donner et son
application a les suivre pouront contribuer extremement a la faire
arriver au but qu’elle s’est proposé qui n’est autre chose que le bien et
l’utilité publique.
Les assemblées de la Société se tiendront le dimanche après
midy depuis quatre heures jusqu’à six et cela aifn de ne detourner
personne des devoirs de son etat, dans les assemblées chaque membre
de la Societé y lira les morceaux qu’il aura composé et si la compagnie
les juge digne d’estre rendus publiques elle les abandonnera a
l’impression quand il s’en trouvera une quantité suffisante pour former
un juste volume. »

Source : I. Passeron, « La Société des arts, espace provisoire de


reformulation des rapports entre théories scientifiques et pratiques
instrumentales » in É. Brian, C. Demeulenaere-Douyère (dir.),
Règlement, usages et science dans la France de l’Absolutisme, Paris,
Éditions Tec & Doc, 2002.
Bibliographie : P. Bertucci, O. Courcelle, « Artisanal knowledge,
expertise and patronage in Early 18th-Century Paris : the Société des
Arts », Eighteenth-Century Studies, 48, 2015, p. 159-179. R. Hahn,
« The applications of science to society: the societies of art », Studies
on Voltaire and the Eighteenth Century, 1963, vol. 25, p. 829-836. R.
Hahn, « Science and the arts in France: The limitations of an
encyclopedic ideology », Studies in eighteenth-century culture, 1981,
vol. 10, p. 77-93. I. Passeron, « La Société des Arts, espace provisoire
de reformulation des rapports entre théories scientifiques et pratiques
instrumentales », in É. Brian, C. Demeulenaere-Douyere éd.,
Règlement, usages et science in la France de l’absolutisme, Paris,
Éditions Tec & Doc, 2002, p. 109-132.
Un règlement pour la société des arts (1730)

« […] Art. 2 L’objet unique de la Société est de perfectionner les Arts.


Elle sera composée de cinq Classes d’Associés : une d’Honoraires, une
d’Etrangers, une d’Assidus, une de Libre & une de Répondans.
Art. 7 Les cent Associés compris dans les deux articles précedens seront
douze Geomètres, quinze Mécaniciens, deux Astronomes, treize
Physiciens, deux Médecins, trois Chirurgiens Anatomistes, dix
Chimistes, deux Botanistes, cinq Ingénieurs, trois Architectes, deux
Constructeurs de Vaisseaux, deux Pilotes, deux Geographes, deux
Hydrographes, quatres Orlogers, deux Ingénieurs en instrumens de
Mathematiques, deux Peintres, deux Sculpteurs, deux Orfèvres, deux
Graveurs, un Musicien, un Verrier, deux Lunetiers, un Emailleur, & six
Entrepreneurs de différentes Manufactures.
Art. 8 Les cent Associés désignés dans l’article précédent, seront
divisés en neuf distributions différentes, ainsi qu’il va être expliqué :
Pour l’agriculture & l’oeconomique, quatre Physiciens, deux Chimistes,
deux Botanistes & deux Méchaniciens. Pour les différentes parties de la
Médecine qui peuvent être perfectionnées par les sciences, […]. Pour
les Manufactures de toute sorte d’ouvrage de soye, laine & fil, leur
texture et teinture […]. Pour tous les Arts employés par l’Architecture
Civile et Militaire, […]. Pour la construction des Ports & autres
ouvrages de cette nature, pour la construction des vaisseaux, […]. Pour
l’art de mesurer le tems, et pour la construction des instrumens de
Mathématiques, […]. Pour l’art de travailler les verres qui ont rapport à
l’optique […]. Pour tous les arts compris sous la Métallique […]. Enfin
pour les arts de goût, autant qu’ils peuvent être perfectionnés par les
Sciences […].
Art. 12 La Société pour se mettre en état de remplir plus surement &
plus promptement son objet, choisira chaque année un des Associés
Assidus ou Libres de chaque distribution, qui seront chargés de lui
donner un détail exact de l’état présent des Arts […].
Art. 13 La Société choisira chaque année un des Associés Assidus ou
Libres, qui sous le titre d’Indicateur presentera un Catalogue exact de
tous les livres nouveaux, Journaux, Theses & autres ouvrages qui
paraîtront en Europe, tant sur les Arts, que sur les Sciences qui y ont
rapport […].
Art. 14 La Société nommera chaque année un nombre suffisant
d’Associés Assidus ou Libres, pour faire mois par mois, chacun en ce
qui les concernera, les extraits des Livres, Journaux & autres ouvrages
nouveaux contenus dans les Catalogues que l’Indicateur aura fourni
l’année précédente […].
Art. 16 Les Assemblées ordinaires de la Société se tiendront le
Dimanche et le Jeudi de chaque semaine, depuis quatre jeures jusqu’à
six de l’après midi, & la séance durera exactement deux heures.
Art. 33 Les Associés qui auront des mémoires à lire, auront soin de les
faire enregistrer prédecemment par le Secretaire : lorsqu’on fera la
lecture d’un memoire, si l’Auteur desire qu’il n’y soit point fait
d’interruption il sera libre de prier qu’on diffère les objections jusqu’à
la seconde lecture […].
Art. 42 Pour subvenir aux dépenses que la Société sera obligée de faire,
tant pour les frais des Assemblées que ceux des corespondances, ceux
des expériences, des achats de Livres, &c. les associés paieront le
double de ce que paieront les Libres, & les Libres le double des
Assidus ; à cet effet, il sera fait une délibération dans le mois de
Décembre prochain par la Société […].
Art. 44 Comme les Arts doivent être l’unique objet de la Société, les
memoires & autres ouvrages qui ne concerneront purement que les
sciences seront rejettés. […]
46 articles
Signé de Moncrif le 3 janvier 1730
Privilège royal en date du 20 janvier 1730
Enregistré à la Librairie le 24 janvier 1730 »

Source : Bibliothèque nationale de France, ms. 22225, f. 1-6, retranscrit


dans Irène Passeron, « La Société des arts, espace provisoire de
reformulation des rapports entre théories scientifiques et pratiques
instrumentales », in C. Demeulenaere-Douyère, É. Brian (dir.),
Règlement, usages et science dans la France de l’Absolutisme, Paris,
Tec & Doc, 2002, p. 122-123.
Bibliographie : P. Bertucci, O. Courcelle, « Artisanal knowledge,
expertise and patronage in Early 18th-Century Paris : the Société des
Arts », Eighteenth-Century Studies, 2015, n°48, p. 159-179. R. Hahn,
« The applications of science to society: the societies of art », Studies
on Voltaire and the Eighteenth Century, 1963, vol. 25, p. 829-836. R.
Hahn, « Science and the arts in France: The limitations of an
encyclopedic ideology », Studies in eighteenth-century culture, 1981,
vol. 10, p. 77-93. I. Passeron, « La Société des Arts, espace provisoire
de reformulation des rapports entre théories scientifiques et pratiques
instrumentales », in C. Demeulenaere-Douyère, É. Brian (dir.),
Règlement, usages et science in la France de l’absolutisme, Paris,
Éditions Tec & Doc, 2002, p. 109-132.
Projets académiques

[L’article « Horlogerie » de l’Encyclopédie est rédigé en 1765 par Louis


de Cahusac (1706-1759). On peut s’étonner du choix d’un auteur
dramatique pour écrire sur ce thème. Toutefois, la notice est bien dans
l’esprit de l’entreprise de Diderot et d’Alembert. Il s’agit d’un plaidoyer
pour une académie consacrée à l’horlogerie]

Une académie pour l’horlogerie ? (1765)

« On me permettra de parler ici de quelques-uns des


avantages d'une société ou académie d'Horlogerie.
Quoique l'Horlogerie soit maintenant portée à un très-grand
point de perfection, sa position est cependant critique ; car si d'un côté
elle est parvenue à un degré de perfection fort au-dessus de l'Horlogerie
anglaise par le seul amour de quelques artistes, de l'autre elle est prête à
retomber dans l'oubli. Le peu d'ordre que l'on peut observer pour ceux
que l'on reçoit ; et plus que tout cela, le commerce qu'en font les
marchands, des ouvriers sans droit ni talents, des domestiques et autres
gens intrigans, qui trompent le public avec de faux noms, ce qui avilit
cet art : toutes ces choses ôtent insensiblement la confiance que l'on
avait aux artistes célèbres, lesquels enfin découragés et entrainés par le
torrent, seront obligés de faire comme les autres, cesser d'être artistes
pour devenir marchands. L'Horlogerie dans son origine en France
paraissait un objet trop faible pour mériter l'attention du gouvernement,
on ne prévoyait pas encore que cela put former dans la suite une
branche de commerce aussi considérable qu'elle l'est devenue de nos
jours ; de sorte qu'il n'est pas étonnant qu'elle ait été abandonnée à elle-
même ; mais aujourd'hui elle est absolument différente, elle a acquis un
très-grand degré de perfection : nous possedons au plus haut degré l'art
d'orner avec goût nos boites de pendules et de montres, dont la
décoration est fort au-dessus de celles des étrangers qui veulent nous
imiter : il ne faut donc plus envisager l'Horlogerie comme un art
seulement utile pour nous-mêmes : il faut de plus le considérer
relativement au commerce qu'on en peut faire avec l'étranger.
C'est de l'établissement d'une telle société que l'art de
l'Horlogerie acquerra le plus de confiance de l'étranger.
Car 1°. une telle académie servirait à porter l'Horlogerie au
plus haut point de perfection par l'émulation qu'elle exciterait parmi les
artistes, ce qui est certain, puisque les arts ne se perfectionnent que par
le concours de plusieurs personnes qui traitent le même objet.
2°. Les registres de cette société serviraient comme d'archives,
où les artistes iraient déposer ce qu'ils auraient imaginé ; les membres
de ce corps plus éclairés et plus intéressés à ce qu'il ne se commit
aucune injustice, empêcheraient les vols qui se font tous les jours
impunément : sur les mémoires que l'on rassemblerait, on parviendrait à
la longue à publier un traité d'Horlogerie très-différent de ceux que nous
avons ; c'est faute de pareilles archives que l'on voit renaitre avec succès
tant de constructions proscrites, et c'est ce qui continuera d'arriver
toutes les fois que l'on approuvera indifféremment toutes sortes de
machines nouvelles ou non.
Or le public imagine que l'art se perfectionne, tandis qu'il ne
fait que revenir sur ses pas en tournant comme sur un cercle. On prend
pour neuf tout ce que l'on n'a pas encore vu.
3°. L'émulation que donnerait cette société, servirait à former
des artistes qui partant du point où leurs prédécesseurs auraient laissé
l'art, le porteraient encore plus loin ; car pour être membre du corps, il
faudrait étudier, travailler, faire des expériences, ou se résoudre à être
confondu avec le nombre très-considérable des mauvais ouvriers.
4°. Il en résulterait un avantage pour chaque membre ; car
alors le public étant instruit de ceux à qui il doit donner sa confiance,
cesserait d'aller acheter les ouvrages d'Horlogerie chez ce marchand qui
le trompe, assuré de ne trouver chez l'artiste que d'excellentes machines
; enfin de ces différents avantages, il en résulterait que la perfection où
notre horlogerie est portée, étant par-là plus connue de l'étranger, ceux-
ci la préféreraient en total à celle de nos voisins. »

Source : Louis de Cahusac, « Horlogerie », dans D. Diderot, J. le Rond


d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des
arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson,
1765, t. 8, p. 268-272.
Un projet maçonnique de société scientifique : le collège des
Philalèthes (1785)

[À Metz comme à Lille, à la fin du XVIIIe siècle, les loges maçonniques


s’inspirent du modèle académique pour fonder des projets de sociétés
savantes maçonniques. En 1785 est ainsi projetée la fondation d’un
collège dit des Philalèthes à Lille. Le rite des philalèthes réunit en
maçonnerie les chercheurs de la vérité. Le texte présente ainsi les
parallèles entre sociétés savantes, académies et sociétés maçonniques]

« Voyons les académies, les sociétés littéraires, les facultés de


médecine, et tous les établissements utiles et avantageux pour les
sciences et les arts […]
Si nous pouvons donner une bonne consistance à cette société,
la protection dont je viens de parler peut nous devenir d’une grande
utilité ; ne pouvons-nous pas espérer à celle des magistrats de cette
ville, ne serait-ce pas la meilleure égide que nous puissions nous
donner ? lorsque nous nous en ouvrerons au grand jour ? Pour moi,
j’espère tout et j’y vois les plus grands avantages, mais il faut tout un,
ou tout autre, jeter le manteau de la Maçonnerie ou le tenir à la rigueur.
S’annoncer sous le titre de société littéraire et scientifique ou sous celui
de maçons Philalèthes. Il faut changer de conduite, les choses ne
peuvent rester comme elles sont. Je m’explique.
Si nous gardons le manteau de la Maçonnerie il faut envoyer
une circulaire dans toutes les loges de cette ville pour que ceux d’entre
eux qui voudraient se faire recevoir parmi nous, en leur faisant voir à
quelles conditions on peut y être admis c’est-à-dire en évoquant les
talents que nous serons en droit d’exiger. C’est un hommage que nous
leur devons, d’ailleurs n’ayons point de crainte, quand l’on apprendra
ces conditions, nous n’aurons pas de foule.
Mais en gardant la Maçonnerie comme couvert, nous ne
sommes point maçons constitués, nous sommes bien [issus] de loges
constituées mais la loge des Philalèthes n’est point une loge
maçonniquement constituée, c’est une vérité. Nous ne pouvons point
montrer de patentes constitutives, nous n’avons point payé pour en
avoir, car enfin, tout se paie.
Or donc, cette vérité bien établie, il est incontestable que nous
ne pouvons recevoir personne maçon puisque nous n’en n’avons pas les
droits constitutifs, c’est pourtant ce que l’on a fait ; d’ailleurs on a senti
de suite le louche de la chose, on a bien senti que l’on ne pouvait faire
de réception puisque l’on l’a faite en secret. Pourquoi n’a-t-on pas fait
cette proposition là dans une de nos assemblées ? Il n’y a personne qui,
quelque dessein qu’il eût eu de voir maçon le proposé, n’eût été contre
la proposition parce qu’on ne pouvait que déroger à l’ordre. Que
signifient ces menées sourdes ? A quoi ressemblent-elles ? La chose est
si secrète que toutes les loges d’ici le savent. Pourquoi n’avons-nous
pas été instruits de cette réception nous membres de ce collège et d’une
autre qui devait ou a dû se faire mercredi dernier, est-ce ainsi que l’on
travaille ? On a donné au premier récipiendaire les trois premiers grades
de suite, j’en suis fâché mais ce candidat ne peut être que maçon bâtard,
la loge d’ici ne pouvant ni ne voulant le reconnaître. Encore un coup,
j’en suis fâché le frère nouvel initié n’en peut en rien il est pleinement
disculpé à cet égard : qu’il soit tranquille, qu’il apprenne aussi que j’ai
pour lui la plus parfaite estime que je serai charmé de le voir
maçonniquement mon frère, il y en a beaucoup qui lui en diront autant.
Ainsi il est clair que d’après cela nous ne pouvons recevoir personne
maçon comme on l’a indécemment proposé dans notre dernière
assemblée. Nous ne pouvons pas admettre en ce collège aucun profane
tant que nous garderons le couvert maçonnique. Qu’il soit levé ! J’y
consens avec bien d’autres, et nous recevrons tous ceux qui feront leur
profession de foi dans la carrière des talents et des arts. C’est avis n’est
pas à dédaigner. »

Source : Bibliothèque municipale d’Alençon, legs Liesville, ms. 456, f.


109-110.
Bibliographie : P.-Y. Beaurepaire, « Sociabilité, Franc-maçonnerie et
réseaux relationnels. Contributions pour une histoire sociale et
culturelle de l‟espace européen des Lumières », Habilitation à diriger
des recherches, Université Paris IV, 2002, vol. 2, p. 32. P.-Y.
Beaurepaire, « Une école pour les sciences. Le collège des Philalèthes
et la tentation académique des élites maçonniques lilloises à la fin de
l’Ancien Régime », Revue du Nord, n ̊ 332, 1999, p. 723-744.
Laboratoires

Le laboratoire de l’alchimiste, par de Vries (1595)

[Hans Verdeman de Vries (1527-1606) est un célèbre représentant de la


Renaissance flamande. Peintre et architecte, son style est reconnaissable
à l’utilisation systèmatique de la perspective linéaire, inspirée de
l’Italie, et sans doute issue de sa formation de charpentier puis de
peintre vitrailliste. Son dessin d’un laboratoire d’alchimiste permet de
saisir l’idée que se font les hommes de la Renaissance des talents de
l’alchimiste. L’ordonnancement y est très idéalisé]

Ill. 26
Source : Jan Vredeman de Vries (1527-1607), Alchemist's laboratory,
gravure imprimée, dans Heinrich Khunrath, Amphitheatrum sapientiae
aeternae, 1595.
Bibliographie : D. Kahn, Le fixe et le volatile. Chimie et alchimie de
Paracelse à Lavoisier, Paris, CNRS, 2016. P. Forshaw, « Curious
Knowledge and Wonder-working Wisdom in the Occult Works of
Heinrich Khunrath », in R. J. W. Evans and A. Marr (dir.), Curiosity
and Wonder from the Renaissance to the Enlightenment, Aldershot,
Ashgate, 2006, p. 107-129. P. Forshaw, « Alchemy in the
Amphitheatre’: Some consideration of the alchemical content of the
engravings in Heinrich Khunrath’s Amphitheatre of Eternal Wisdom
(1609) », in Jacob Wamberg (dir.), Art and Alchemy, Copenhague,
Museum Tusculanum Press, 2006, p. 195-220.
Laboratoire de Chymie dans L’Encyclopédie

[Bien qu’idéalisée, la planche de L’Encyclopédie représentant le


laboratoire de chimie, accompagnée de sa légende, donne à voir
quelques outils et instruments nécessaires à la pratique de la chimie
alors en plein essor dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.]

Ill. 27
Fig. 1. Poudrier. 27. Athanor.
2. Flacon à goulot renversé, 28. Matras en digestion dans
avec son bouchon de verre. l'athanor.
3. Aludels pour tirer l'esprit de 29. Tour de l'athanor.
souffre, selon la mé - thode de 30. Physicien conférant avec
Stahl. un Chimiste sur la disso -
4. Balon ou récipient. lution.
5, 6. Cornues. 31. Table du laboratoire.
7. Cucurbites de rencontre. 32. Verres où se font des
8. Matras avec sa tête de dissolutions métalliques.
maure 33. Chimiste.
9, 10. Entonnoir. 34. Fourneau d'essai.
11. Enfer de Boyle. 35. Entonnoirs à filtrer des
12. Jumeaux. liqueurs.
13. Pélican. 36. Table percée pour recevoir
14. Alambic avec sa cucurbite. plusieurs entonnoirs.
15. Vaisseau à retirer les 37. Récipient placé au -
huiles essentielles pesantes, de dessous d'un entonnoir.
M. Venel. 38. Bocal placé au - dessous
16. Matras de rencontre. d'un entonnoir.
17. Vaisseau pour la 39. Flacon bouché.
sublimation des fleurs de 40. Bocal couvert de papier.
Benjoin. 41. 42. Récipient adapté à une
18. Appareil pour mesurer la cornue placée dans le fourneau
quantité d'air qui s'échap - pe 42.
des corps en fermentation. 43. Fourneau à capsules.
19, 19, 19, 20. Manteau de la 44. Chimiste faisant des
cheminée. projections pour les clissus.
21. Soufflet de forge. 45. Appareil des clissus.
22. Bain - marie pour une 46. Forge.
cucurbite de verre. 47. Baquet au - dessous d'une
23. Serpentin double dans la fontaine.
cuvette. 48. Garçon de laboratoire
24. Cucurbite d'un alambic de lavant les vaisseaux.
cuivre. 49. Tonneau plein d'eau.
25. Son chapiteau. 50. Autre garçon de
26. Garçon de laboratoire, laboratoire.
portant du charbon.
Source : Louis de Cahusac, « Chymie : laboratoire et table des
rapports », dans Denis Diderot, Jean Le Rond d’Alembert,
Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des
métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson, David
l’aîné, Le Breton, Durand,1767, t. 3, p. I et planche 1.
Bibliographie : P. Bret, C. Lanoë, « La formation d’un espace de
travail entre sciences et arts et métiers : le laboratoire du chimiste et le
laboratoire du parfumeur au XVIIIe siècle », dans M. Hamon (éd.),
Travail et métiers avant la révolution industrielle, Paris, CTHS, 2006,
p. 139-154. D. Kahn, Le fixe et le volatile. Chimie et alchimie de
Paracelse à Lavoisier, Paris, CNRS, 2016.
Écoles, universités, arsenaux

L’arsenal de Venise par Galilée : un lieu propice à la recherche en


mécanique (1638)

[À partir de 1492, Galilée (1564-1642) enseigne la mécanique


appliquée, les mathématiques, l’architetcure militaire et l’astronomie à
l’université de Padoue qui appartient à la république de Venise. La ville
est alors réputée pour son arsenal. Galilée le met en scène dans son
ouvrage de 1638, Discours concernant deux sciences nouvelles,
rappelant par là le rôle des arsenaux comme lieux de savoirs à l’époque
moderne]

« SALVIATI : Quel large champ de réflexions me paraît ouvrir aux


esprits spéculatifs la fréquentation assidue de votre fameux arsenal,
seigneurs Vénitiens, et particulièrement le quartier des « travaux mécaniques
». Toutes sortes d'instruments et de machines y sont en effet constamment
mis en oeuvre par un grand nombre d'artisans dont certains, tant par les
observations que leurs prédécesseurs leur ont léguées que par celles qu'ils
font sans cesse eux-mêmes, allient nécessairement la plus grande habileté au
jugement le plus pénétrant.

SAGREDO. Rien n'est plus vrai ; curieux de nature, je vais souvent, moi
aussi, pour mon plaisir, visiter ces lieux et me mêler à ceux que pour leur
supériorité sur les autres ouvriers nous appelons des « maîtres » (proti);
leur conversation m'a plus d'une fois aidé à chercher l'explication de cer-
tains faits non seulement étonnants, mais encore mystérieux et quasi ini-
maginables. Parfois aussi, à vrai dire, ils m'ont confondu et mis au déses-
poir de comprendre comment pouvait se produire, en l'absence de toute
raison apparente, ce que mes sens me prouvaient être vrai. »

Source : Galilée, Discours concernant deux sciences nouvelles (1638),


traduction et notes de M. Glavelin, Paris, Armand Colin, 1970, p. 49.
Bibliographie : P. Brioist, « Les mathématiques et la guerre en France,
en Italie, en Espagne et en Angleterre au XVIe siècle », Mémoire inédit
d’habilitation à diriger des recherches, Université François Rabelais de
Tours, 2009, p. 440-441.
Le théâtre anatomique de l’université de Leyde (1612-1641)

[Pieter Pauw (1564-1617), professeur d’anatomie dans la jeune


université de Leyde, fondée en 1575, fonde en 1593 un théâtre
anatomique, considéré comme l’un des plus fameux édifices consacrés
aux dissections antomiques publiques à la fin de la Renaissance. En
1620, l’écrivain et mémorialiste anglais John Evelyn (1620-1706)
rapporte les détails de sa visite dans son journal. ]

Ill. 28 – Leyde theatrum

Source : Gravure de Willem Swanenburgh, d’après un dessin de


Johannes Woudanus, 1612.
Visite de John Evelyn au théâtre anatomique de Leyde en 1641

« Parmi les rareté de ce lieu [Leyde], j’étais très enchanté par la vue de
leur école d’anatomie, du théâtre, et du dépôt adjacent, qui est bien
founi en curiosités naturelles : on y trouve des squelettes, allant de la
baleine et l’éléphant à la mouche et à l’araignée […]. Parmi la grande
variété d’autres choses, on m’a présenté un couteau tout juste sorti des
tripes d’un Hollandais ivre, présentant une incision sur le côté, après
qu’il ait glissé de ses doigts pour s’enfoncer dans son estomac. »

Source : W. Bray, The diary of John Evelyn, New York and London,
M. Walter Dunne, 1901, t. 1, p. 28-29.
Bibliographie : R. Knoeff, « Dutch Anatomy and Clinical Medicine in
17th-Century Europe », European History Online (EGO), publié par le
Leibniz Institute of European History (IEG), Mainz, 20 juin 2012. URL:
http://www.ieg-ego.eu/knoeffr-2012-enTh.H. R. Mandressi, Le Regard
de l'anatomiste. Dissection et invention du corps en Occident, Paris,
Seuil, 2003. « Un amphithéâtre d'anatomie moralisée », in Leiden
University in the Seventeenth Century. An exchange of Learning,
Leyde, Th. H. Lunsingh Scheurleer et G. H. M. Posthumus Meeyjes,
1975.
L’infirmerie de l’hôpital de la Charité de Paris (1635)

[Le célèbre graveur tourangeau Abraham Bosse (v. 1602-1676)


immortalise en 1635 l’hôpital de la Charité de Paris. La légende au
recto, en bas indique : « Vous aurez beaucoup merité, / Pour jouyr des
choses prosperes ; / Si vous suiuez la CHARITÉ, / Qu'exercent icy ces
bons Peres.// Vous voyez combien ardammant / Leur propre Vertu les
oblige / A secourir à tout moment / Ceux que la Maladie afflige // Ils
font toute sorte d'efforts, / Dont vn zele saint les enflamme ; / Et pour la
guerison des Corps, / Ils pensent au salut de l'Ame // Imitant leurs
soings genereux, / Vous deuez employer vos peines / A seruir les
Pauures comme Eux / Dans les infirmitez humaines ». L’établissement
est fondé par Marie de Médicis en 1602. Elle invite à Paris des frères de
la Congrégation de Saint-Jean-de-Dieu pour soigner les malades
pauvres. L’hôpital sert également de lieu d’apprentissage aux gestes
médicaux.]

Ill. 29 – Charité

Source : L’infirmerie de l’hospital de la Charité de Paris, gravure


d’Abraham Bosse, 1635.
Bibliographie : L. W. B. Brockliss et C. Jones, The Medical World of
Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 1997.
La fondation de deux écoles de mathématiques théoriques et
pratiques à Reims (1747)

[Dans la vague de créations d’établissements techniques et scientifiques


de la première moitié du XVIIIe siècle, un cas singulier est constitué par
l’école de mathématiques de Reims. En 1747, la création sous la
patronage de l’Académie royale des sciences d’une école de
mathématiques pratiques permet à l’Académie de définir le contenu
attendu d’un enseignement technique par la rédaction d’un programme
et de méthodes d’enseignement rompant avec la réduction en art. Le
traité passé entre la ville de Reims et l’Académie présente le
programme et les objectifs de cet enseignement.]

« Articles arrêtés
 Entre l’Académie Royale des Sciences Et le Conseil


de la ville de Reims
Mrs. Les Lieutenants, gens du Conseil et échevins de la ville
de Reims ayant fait part à l’Académie de par leur lettre du 14 novembre
qui a été lue dans l’assemblée du 23 du même mois du projet de
l’établissement qu’ils désiraient faire dans leur ville de deux écoles
publiques, l’une destinée à enseigner le théorie des Mathématiques
l’autre uniquement consacrée à l’instruction de ceux qui se destinent
aux Arts et ayant demandé à l’Académie de vouloir bien accepter la
direction de ces écoles, la Compagnie nomma Mrs. De Mairan,
Clairaut, Bouguer et son secrétaire pour conférer avec Mr. Rolland de
Challerange, conseiller au parlement de Paris nommé par Mrs. de la
ville de Reims pour leur représentant avec lequel ils ont, sous le bon
plaisir de l’Académie, arrêté les articles suivants, conformément à ce
que nous ont marqué Mrs. du Conseil de Reims dans la lettre qu’ils ont
écrite.
Ier - Les deux écoles de mathématiques théoriques et pratiques établies
dans la ville de Reims sous l’autorité de Mrs. les Lieutenants, Gens du
Conseil et Echevins de la ville seront comme ils le désirent sous
l’inspection et la direction de l’Académie.
II - Lorsqu’il sera question de nommer un professeur, les quatre
commissaires nommés par l’Académie s’assembleront à Paris avec le
représentant nommé par le Conseil de la dite ville à cet effet, lequel
aura sa voix et sera toujours membre d’une Cour Souveraine, d’une
académie, d’un corps de la dite ville ou enfin un homme connu par des
ouvrages d’une grande réputation et ce représentant sera nommé avec
les commissaires de l’Académie dans les lettres d’institution qui seront
données au professeur.
III - Les professeurs nommés seront tenus avant l’ouverture de chaque
cours de faire part à l’Académie du plan qu’ils se proposeront de suivre,
des traités qu’ils prétendront expliquer sur chaque matière, de ce qu’ils
auront dessein d’y ajouter ou d’en retrancher et en cas que l’Académie
juge à propos d’y faire quelque changement ils seront obligés de s’y
conformer.
IV - A la fin de chaque cours les professeurs seront tenus de rendre
compte à l’Académie du fruit de leurs leçons et du progrès
extraordinaire qu’auront pu faire quelques uns de leurs écoliers.
V - Si un desdits professeurs négligeait son école ou se rendait
méprisable par ses mauvaises mœurs, le Conseil de ville se réserve le
droit de le destituer sans autre formalité que d’en donner préalablement
avis à l’Académie et de lui avoir fait agréer ses raisons. Comme aussi
dans le cas où un professeur ne répondrait pas à l’idée que l’Académie
aurait pris de son zèle et de sa capacité, il serait remercié sur le champ
par le Conseil de la ville de Reims en conséquence de la lettre que
l’Académie écrirait à cet effet.
VI - Sur la proposition faite Mrs du Conseil de la ville de Reims de la
personne du R.P. Ferry, religieux minime qui s’offre de remplir les
deux chaires, les commissaires de l’Académie conjointement avec Mr.
De Challerange ont nommé le dit P. Ferry pour remplir ces deux places
de professeur, auquel en conséquence de cette nomination l’Académie
fera expédier des lettres.
Nous soussignés Commissaires de l’Académie Royale des Sciences en
représentant du Conseil de la ville de Reims avons arrêté le traité ci-
dessus pour être exécuté suivant sa forme et teneur, fait et arrêté double,
le présent pour l’Académie Royale des Sciences à Paris, le deuxième
avril mil sept cent quarante huit. Signé : Dortous de Mairan, Bouguer,
Clairaut, Grandjean de Fouchy, Secreperpelde l’Acad. Rledes Sciences,
Rolland de Challerange. »

Source : Archives de l’Académie des sciences, Pochette de séance


novembre 1747, retranscrit dans Bernard Delaunay, « La pensée
technique de l’Académie royale des sciences (1699-1750) », thèse de
doctorat de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, vol.2, 2013, p. 312-
314.
Bibliographie : B. Delaunay, « La pensée technique de l’Académie
royale des sciences (1699-1750) », thèse de doctorat, vol. 2, 2013. R.
Hahn, L’anatomie d'une institution scientifique, l'Académie des
Sciences de Paris, 1666-1803, Bruxelles, Éditions des archives
contemporaines, 1993. R. Taton, Les origines de l’Académie Royale des
Sciences, Paris, Palais de la Découverte, 1965. R. Taton, « L’École
royale du Génie de Mézières », in R. Taton (dir.), Enseignement et
diffusion des sciences en France au XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 1964
L’École du génie de Mézières en 1789

[Créée en 1748, une année après l’Ecole des Ponts et Chaussées, l’Ecole
du génie de Mézières, ancêtre de l’Ecole polytechnique, forme pendant
une cinquantaine d’années plus de 500 ingénieurs militaires, dont
certains sont devenus d’importants savants, tels que Pierre Dubuat
(1734-1809), Charles-Augustin Coulomb (1736-1806), Lazare Carnot
(1753-1823), Jean-Baptiste Meusnier de la Place (1754-1793).
L’enseignement qui allie théorie et pratique est assuré par des savants et
académiciens de premier rang, tels que le physicien Jean-Antoine Nollet
(1700-1770), les mathématiciens Charles Bossut (1730-1814), Gaspard
Monge (1746-1818), Claude Joseph Ferry (1756-1845), le chimiste
Jean-François Clouet (1751-1801) et par des techniciens comme les
dessinateurs Savart et Marion. L’Ecole du génie, qui constitue la plus
scientifique des écoles techniques d’Ancien régime, acquiert en
conséquence une réputation européenne dans la seconde moitié du
XVIIIe siècle. Les souvenirs personnels d’un ancien élève passé par
Mézières en 1789, Ferdinand de Bony de la Vergne (1769-1860),
dévoilent les éléments matériels et la renommée de cette école qui a
participé de l’institutionnalisation et de la scolarisation de la charge
d’ingénieur des fortifications dans les dernières décennies de l’Ancien
régime]

« On sait que le génie militaire fut réuni à l’artillerie pendant


un certain temps, ensuite ces deux corps furent séparés. L’école du
génie fut fixée à Mézières. Cette ville présentait alors comme
aujourd’hui de grands avantages pour l’instruction des élèves, les chefs
ayant sous les yeux l’ensemble de l’école et la conduite des jeunes gens.
Dans une petite ville, il y a moins de distractions, moins
d’entraînements fâcheux que dans une grande cité remplie de séductions
de tous genres. Le pays très-accidenté, renfermant quantité d’usines, est
très propre aux études de toute nature. L’école, depuis son
établissement a toujours eu des commandants et des professeurs
distingués de tout genre, tels que l’abbé Nollet, physicien célèbre ;
l’abbé Bossut, de l’Académie des sciences, auteur de plusieurs ouvrages
de mathématiques estimés ; MM. Monge, Ferry qu’il suffit de nommer ;
Clouet, excellent chimiste. Puis d’admirables mécaniciens, tels que
MM. Savart, Marion, etc. Et en dernier lieu, pour commandants, MM.
De Villelongue, de la Pisse, de Jaubert ; aussi la réputation de cette
école fut elle européenne.
Le roi de Naples envoya, vers 1789, six jeunes officiers à
Mézières pour être instruits ainsi que les autres élèves de l’école.
Malheureusement ces jeunes gens n’ayant pas les connaissances
préliminaires nécessaires pour entendre les leçons de nos professeurs,
on fut forcé de les installer dans une salle à part où ils reçurent des
instructions coordonnées aux connaissances qu’ils possédaient. Mais en
somme ils n’apprirent pas grand chose et s’en retournèrent convaincus
qu’on leur avait caché le fin du métier. […]
L’école était composée de vingt élèves, tant anciens que
nouveaux qu’on renouvelait par moitié chaque année, ce qui comprenait
deux promotions de dix élèves, nombre jugé suffisant en temps de paix
pour compléter le corps composé de trois cent vingt-neuf officiers de
tout grade. Ainsi, au total, il y avait à l’école, y compris les trois chefs,
vingt-trois officiers qui joints à trois ou quatre ingénieurs de la place, à
quelque semestriers et officiers en retraite, réunissait dans cette ville un
plus grand nombre d’officiers du génie qu’il n’y en eut dans aucune
autre place.
Dans les derniers temps, il existait à Paris, au faubourg St-
Honoré, une école préparatoire destinée principalement aux élèves du
génie. De cette école, connue sous le nom de la pension Berthaut, son
fondateur, sont sortis nombres d’officiers du génie. Elle fournissait
presque toujours la majorité dans les promotions. Dans la mienne, nous
étions sept sur dix de cette pension ; de manière qu’en arrivant à l’école
de Mézières, on se trouvait déjà d’anciennes connaissances. […]
On était examiné à Paris, par l’abbé Bossut qui fixait le rang
de ceux qui étaient refusés et qui, concourant les années suivantes,
savaient à peu près à quoi s’en tenir sur leur sort. Ordinairement on
subissait trois examens ; ces examens particuliers assez rigoureux,
duraient six à sept heures de temps.
On restait ordinairement deux ans à l’école de Mézières. […]
L’école possédait un cabinet de physique, un laboratoire de
chimie, des ateliers de mécanique, une bibliothèque et bibliothécaire,
des bains, etc. Il y avait aussi à l’école une institution secondaire où les
jeunes gens de la ville ou autres recevaient des instructions relatives aux
arts, et apprenaient le dessin linéaire, le lavis, la construction des cartes.
[…]
Chaque promotion restait dans une salle particulière, depuis
sept heures du matin jusqu’à une heure, après quoi on était libre le reste
de la journée, excepté le temps des cours de physique et de chimie qui
se faisaient l’été et duraient environ six semaines chacun. Le
commandant en troisième inspectait le travail des élèves et on avait son
cabinet à côté des salles.
Dans les derniers temps, ces deux cours, dont je viens de
parler, étaient faits par deux professeurs distingués, MM. Ferry et
Clouet.
Les travaux dans les salles consistaient en cours de
stéréotomie et applications, coupe des pierres, charpente, perspective,
ombres, architecture, nivellement, fortifications, cartes. La seconde
année était principalement consacrée aux levers de tout genre, à la toise,
à la planchette, à la boussole, au graphomètre et à vue. Ainsi on levait
des terrains de tous genres, des parties de fortifications, des usines ; puis
on faisait des reconnaissances à vue et des mémoires sur tous ces objets.
Tout cela était terminé par un simulacre de siège. […]
Le comte d’Artois, depuis Charles X, vint visiter la ville et
l’école de Mézières. Les officiers étaient en grande tenue dans les
salles. On raconte que quelques personnes de la suite du prince jetèrent
les yeux sur des épures étalées sur les tables des élèves, puis regardant
plusieurs cartes pendues aux murs comme ornement, ils donnaient leur
approbation par quelques mouvements de tête comme pour indiquer que
les prétendues copies leur semblaient parfaites.

Source : Comte de Bony de la Vergne, Anecdotes, bons mots, saillies,


balourdises, excentricités, évènements singuliers, avec quelques
souvenirs de lʼEcole du Génie de Mézières, à lʼusage des rieurs de bon
aloi, Par le Comte de B. d. I. V., a C. d. G., auteur d’un voyage en
suisse, etc., Metz, Dembour et Gangel, 1843 (seconde édition),
Archives de la Bibliothèque Centrale de l’Ecole polytechnique, V2
166/B.
Bibliographie : B. Belhoste, A. Picon et J. Sakarovitch, « Les exercices
dans les écoles d’ingénieurs sous l’Ancien Régime et la Révolution »,
Histoire de l’éducation, 1990, n°46, p. 53-109. R. Chartier, « Un
recrutement scolaire au XVIIIe siècle : l’Ecole royale du Génie de
Mézières », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 20, 1973, p.
353-375. K. Chatzis, « Theory and Practice in the Education of French
Engineers from the middle of the 18th century to the present », Archives
internationales d’histoire des sciences, 2010, n°164, p. 43-78. S. Pautet,
« Produire une élite savante et technicienne à l’Ecole du génie de
Mézières », Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines, 2016,
n°4. R. Taton, « L’Ecole royale du Génie de Mézières » in R. Taton
(dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIe
siècle, Paris, Hermann, 1964. A. Picon, L’invention de l’ingénieur
moderne : l’Ecole des Ponts et Chaussées (1747-1851), Paris, Presses
de l’E.N.P.C., 1992.
LITTERATURE TECHNIQUE

Livres de secrets et partage des savoirs

Livre de secret et artillerie (1450-1500)

[Le livre de secrets est un genre littéraire particulièrement apprécié à la


Renaissance. S’il exite déjà durant l’Antiquité, il connait un véritable
renouveau sous forme imprimée en Italie au XVI e siècle. Qu’ils
concernent les cosmétiques ou la cuisine, ou encore l’artiellerie, tel que
ce Livre du secret de l’art de l’artillerye et canonnery, ces ouvrages
proposent des listes de conseils, de recettes ou de remèdes issus de
l’alchimie ou du monde des métiers. Ils participent à la promotion du
génie et des arts de faire auprès d’un public varié composé de princes,
d’humanistes, de marchands, de classes moyennes urbaines.]

« Comme a tous princes roys ducs contes barons chevaliers


communaultez de villez de chasteaulx et de citez et aultres seigneurs et
gens quelzconques qui se doibvent de leurs ennemys estre assiegez
contrainctz compellez et auctrement offendus en leurs chasteaul x
forteresses et cytez soit besoing avoir non pas serviteurs et familiers
mais aussi gens de guerre qui en eulx ayent moult grand loyault é sans
discretion et preudhommie envers leursd. prince seigneur et maistre qui
pour eulx et contre leursd. ennemys corps et bien exposent et mectent
en peril de mort et non pas fuir et se mectre en sauveté et souffrir par
leur negligence ou debilité ou lacheté de couraige a iceulx leurs
ennemys gaigner chose qui est a garder dont leur honte et f[air]e et
commectre quelque fraude malicieuse et auctre chose deshonneste ou de
reproche, et qu’ilz ayent en eulx advis et prudence et pouvoiret
considerer ou et comment ilz pourront lesd. ennemys de leursd. maistres
et seigneurs mieulxde plus aisement et amoings de dommaige assaillir
et insulter iceulx grever de traict de saiectes ou auctrement leur nuyre
moyennant instrumens de bataille soy savoirgarder de leur ennemys en
eulx ordonner et disposer en leurs deffenses dedans leursd. Ch[ast]aulx
et forteresses et lieux assiegez comme dehors en leurs saillies assaulx et
insulta[ti]ons contre iceulx ennemys demeurer ensemble en bonne paix
et amour et generallement leur faict conduire et gouverner bien
honnorablement menorment et dhonnestement selon le conseil des
saiges et expers en faict de guerre, mais aussi leur est besoing et de
necessité d’avoir et de tenir maistres et ouvriers qui sachent et puissent
bien besongner quant mestier en est comme massons charpentiers
forgeurs canonniers et auctres ouvriers de canonnerye et puis que ainsi
est que sur tous aultres ouvriers leur soient tres-utilles et necessaires
bons maistres et ouvriers de cannonerye qui sachent bien faire [(blanc)]
mistionner et preparer tous huilles et pouldres aultres apparten[ans] dud.
art et avecce auctres belles choses proufitables et convenables a icelluy
comme faire composer et tirer fusees de [(blanc)] de pelottes de feu
gregoys et aultres comme [(blanc)] d’artillerye par lesquelles choses on
se puisse deffendre de ses d. ennemy de leur nuyre et porter dommaige,
car diceulx maistres ou ouvriers de canonnerye ressouare grand ayde
confort et grand espoir de victoire a ceulx de leur party ; et qu’il n’y ait
faulte d’avoir provision de chaulx de salpre[tre] de boys a faire charbon
et Mereure d’eaue de vye camphre de sel armoniac, et de toutes aultres
matieres apparten[ans] aud. art de canonnerye et aultres condictions
dessusd. ; car qui est despourveu desd. M[aistr]es et ouvriers du d. art et
aussi des matieres apparten[ans] et propres a ce dit est assiege ou
assailly de ses annemys souvent advient qu’il deboute et deshorte de ses
terres et seigneuries, et aultrement choent et tournent a grief dommaige
et inconveniant, parquoy honnorable et magnificque estat de noblesse
qui de dieu tout puissant a este ordonne que la tuition et deffence du st
empire romain est depuis mocqué et vitipendé, car comme dict le sage
ceulx qui sans deffence de leurs ennemys se laisse trouverde pitite et
foyble compaignie souvent sont sarmonstez, et pour ses causes et
auctres l’acteur de ce present livre a este meu de faire et composer de
present traicté lequel est appellez Le livre du secret de l’artillerye et
canonnerye et de l’oppera[ci]on du feu auquel est detronneeer declaree
la manierre de composer et preparer toutes huylles et toutes manieres de
pouldres et aultres choses appartenans aud. art.
De la maniere de charger bombardes, canons et aultres
bastons de canonnerye, y bouter le feu et en tirer, et diverses choses
touchant ce.
Comment on doibt charger la chambre d’une bombarde, canon ou aultre
baston de canonnerye, soit grand ou petit, tellement qu’il ne soit trop
fort ne trop peu chargé, mais selon vraye et juste mesure. Vous debvez
mesurer la longueur dud. baston par dedans depuys la bouche orifice
d’icelluy jusques au fons, et icelle longueur diviser en cinq parties
esgalles, desquelz l’une sera pour mectre le tampon, l’autre sera vuyde,
et les aultres dernieres doibvent estre chargez debonne pouldre et forte,
et en gardant ceste doctrine, les traiz seront bons et somes et p[]lames.
Comment on doibt bruller et allumer en la chambre d’une bombarde,
canon ou aultre baston de canonnerye apres ce qu’il est chargé pourra
eviter tous peril dommaige et inconvenians celuy qui boutera le feu.
Quand vous aurez chargé une bombarde, canon ou aultre
baston de canonnerye, et que vous y vouldrez bouter le feu, pour eviter
peril, prenez un fer agu et le boutez par le pertuys par lequel on boutte
le feu, pour eviter peril, en la chambre jusque au fond du bas d’icelle ;
puys bouttez aud. pertuys de bonne pouldre d’amorse, de laquelle y ayt
tant que led. pertuys en soit plain, car la dicte pouldre d’amorse est
moult chaulde et moult friande, et que tantost et soudainement allume
l’autre pouldre dont est chargee lad. chambre, et ainsi la conforte, ayde
et amende ; et après, mectez de lad. pouldre d’amorse dessus led.
pertuys et encore de lad. pouldre dont est chargee lad. chambre, et
d’icelle faictes une traynee jusques au pertuis et là alumera lad. autre
poudre dont est chargé led. baston, et ce pendant vous vous pourrez
reculler assez avant et estre de l’abry et alongner dud. baston pour eviter
led. danger et peril qui pourraient advenir en vostrepersonne ; et vous
gardez bien d’allumer lad. pouldre d’amorse sans lad. pouldre
commune, car elle est si chaulde, friande et soudaine que ne vous
pourriez estre de l’abry assez a temps, ne alongner dudict baston, par
quoy en pourrez encourir et enchoisir en très-grant inconvénient et
dommaige de vye.
Comment on doict faire fusées bonnes et parfaites
Prenez cinq livres de sal nître, une livre de soufre, demye livre
de charbons, pillez en ung mortier et y adjoustez de l’huile benoiste et
de l’eau de vye tant que mestier sera et de tout faictes pastes ; puys ayez
autant de fers convenables à fusées que voudrez faire de fusées;
lesquelles enfluterez et emplastrés si très bien de la dicte paste, et iceulx
ainsi empastez mectez seicher en un four chauld, que la paste soit bien
seiche, et lors tirez les dudict four et formez et figurez la paste en façon
de fusées, après les envelopper tout à l’entour de drap linge et les liez
ensemble chaulds et brullans. »
Source : Bibliothèque Nationale, ms. 4653 (recueil factice), f. 125-170.
Anonyme, Livre du secret de l’art de canonnerie / Le livre du secret de
l’art de l’artillerye et canonnerye, entre 1450 et 1500.
Bibliographie : P. Brioist, « L'artillerie à la Renaissance », in
Renaissance des savoirs scientifiques et techniques ?, Paris, Droz, 2002,
p. 79-95. N. Prouteau, E. de Crouy-Chanel et N. Faucherre. Artillerie et
fortifications, 1200-1600, Rennes, PUR, 2006.
Entre secret technique et colportage : le Bâtiment des recettes (1524-
1560) de Jean Ruelle

[Le « Bastiment des receptes » est un livre de secrets anonyme paru à


Venise vers 1524, traduit de l’italien au français en 1560 par Jean
Ruelle. Le recueil vénitien s’intitulait « Dificio di ricette » et a connu un
énorme succès en Europe, avec plus de soixante éditions en français
jusque dans les années 1830. Les recettes concernent les savoirs
techniques de la vie domestique, des soins du corps et des cosmétiques,
de la pêche ou encore de l’artisanat.]

« AU LECTEUR
SALUT
Comme ainsi fust, bening lecteur, que ces ans passez, non
sans mon grand travail et fatigue, j’eusse prins plaisir d’assembler et
accumuler plusieurs sortes de receptes experimentees, lesquelles
peussent enseigner grand nombre de beaux secretz, et lesdits secretz
eusse monstrez et conferez avec aucuns de mes amis. Iceux en fin m’ont
prié, ou plustost contraint, pour l’utilité publique, de les faire imprimer
et mettre en forme, à ce qu’ilz, et tous pareillement qui se delectent et
prennent plaisir à semblables honnestetez, en peussent avoir la copie.
Par ainsi voulant obeïr à leur bon desir, me suis deliberé faire
imprimer mon dessus dit receptaire, duquel à mon advis un chacun
pourra recevoir grande utilité et plaisir. Et sera iceluy traicté, divisé en
trois petites parties.
En la premiere, seront escrites plusieurs tres utiles receptes,
desquelles on pourra avoir quelque esbat et delectation, comme en lisant
plus amplement se cognoitra.
En la seconde, verrez escritz grand nombre de beaux et nobles
secretz touchant l’art et composition de plusieurs odeurs suaves et
confortatives.
Le tiers et dernier receptaire traictera d’aucuns secretz
necessaires à la santé du corps humain, desquelz n’y ha si petit qui ne
vaille bonnement un thresor. Car pour tout certain, sans les beaux
secretz de l’art medecinale, il ne faut aucunement douter que nostre vie
seroit beaucoup plus courte et brieve. Pourtant donques, amy lecteur,
prens garde à vivre et t’entretenir en santé.
Eaue pour blanchir les dents.
Prens sel nitre, alun de roche non calciné autant d’un que
d’autre. Fais le tout distiller et la premiere eaue qui en sortira sera clere.
Icelle gardera pour les dents car elle est bonne et en useras en les lavant
d’icelle eaue avec un peu de cotton.
Pour faire beaux cheveux.
Prens bois de lierre et luy oste la premiere escorce sans plus.
Mets le en cendre. Puis prens eaue de vigne environ demy cestier ou
chopine. Fais lessive puis t’en lave tres bien la teste et t’essuie au soleil.
Et quand seras à demy essuié, aye savon blanc deffait et deslayé avec
un peu de la susdite lessive environ demie escuelle et soit ledit savon
liquide comme miel. Puis mouille ta main dudit savon et t’en frotte les
cheveux. Laisse les essuier, oinds t’en de rechef jusques à trois ou
quatre fois, t’essuiant comme dessus. Fais cela deux fois la semaine, tu
auras fort beaux cheveux.
Pour faire croistre les cheveux et devenir beaux.
Prens une poignee de lupins et les mets tremper en eaue ainsi
que l’on fait les febves. Puis baille leur un bouillon et le[s] tire hors. Et
de la puree qui restera fais en lessive de laquelle lave toy trois ou quatre
fois.
Pour faire les cheveux noirs.
Prens litarge pilee et broyee et autant de chaux vive. Deslaye
le tout en eaue chaude et mesle tres bien de ceste eaue. Lave t’en les
cheveux et ilz deviendront noirs.
Pour oster le poil en quelle partie du corps que voudras et jamais ne
reviendra.
Prens les escailles de cinquante œufs ou environ, calcine les
tres bien et les fais distiller en chappelle avec bon feu. Et tu auras eaue
de laquelle tu t’oindras au lieu auquel voudras oster le poil et tu en
verras grande experience.
Pour faire le visage beau aux femmes.
Recipe semence de persil et d’ortie, almendes de pesches, fais
le tout bouillir ensemble et de telle eaue ou puree lave t’en où il te
plaira.
Pour faire un rouge à teindre le visage aux femmes.
Prens sandal rouge pillé et broyé bien delié et ayes du vinaigre
bien fort qui soit distillé deux fois. Puis mets ledit sandal dens telle
quantité dudit vinaigre que bon te semblera. Fais bouillir ensemble et
quand sera au feu mets y un petit d’alun de roche pillé. Tu verras un
rouge tres parfait. Si tu veux qu’il soit odorant, mets y dedens un peu de
musc, cyvette, ambre gris ou autre telle odeur que tu aymeras le mieux.
Pour faire belle la face.
Prens febves, pois communs, pois chiches. Fais en poudre
laquelle destremperas en eaue tiede et glaire d’œuf et laict d’asnesse.
Puis la mettras ainsi seicher. Et quand tu en voudras user deffaits un peu
de ladite confection en une eaue commune de laquelle te laveras la face.
Et elle deviendra belle et claire. »

Source : Le bâtiment des recettes - Présentation et annotation de


l'édition Jean Ruelle, 1560, transcription de Geneviève Deblock,
Rennes, PUR, 2015, p. 60.
Le partage des savoirs : la gravure en taille-douce selon Abraham
Bosse (1645)

[Abraham Bosse (1602-1676) est l’un des plus importants graveurs du


premier tiers du XVIIe siècle, ayant impulsé notamment le
développement de la gravure sur cuivre (ou gravure en taille-douce) en
France. Passioné par la géométrie et les arts mécaniques, il publie en
1645 le premier manuel technique de gravure en taille-douce.
L’ouvrage est un succès : il est réédité et traduit en une dizaine de
langues européennes. L’ambition de Bosse est de partager ses
connaissances avec le plus grand nombre, graveurs, peintres ou encore
dessinateurs. Le texte est également un hommage aux grands artisans
européens de la gravure et aux progrès des savoir-faire en ce domaine.]

« Aux amateurs de cet art.


Messieurs,
Puisque vous aimez la graveure en Taille Douce, Que celle à
l’eau Forte se pratique en diverses manieres, & que plusieurs d’entre
vous tesmoignent un grand desir de sçavoir de laquelle je me sers ; J’ay
pense qu’il ne vous seroit pas desagrable de la voir publiée avec toute la
franchise & naïveté qui m’a esté possible, afin que ceux qui voudront
commencer à se donner cette sorte d’occupation ou de divertissement, y
puisse trouver d’eux-mêmes s’i y a moyen, quelque sorte d’introduction
à l’Art ; Et pour inviter ceux qui y excellent, à nous communiquer de
mesme ce qui en est venu à leur connoissance : Je puis bien asseurer
qu’en cecy je n’ay point eu d’autres intentions, & que je n’ay rien du
tout reservé ny deguisé de ce que j’en ay peu sçavoir jusques à cette
heure ; si je viens à reussir au contentement & gré de quelqu’un, j’en
seray bien réjouy, sinon je ne laisseray pas d’avoir satisfait aux
sentimens qui me feront dire toute ma vie que je suis,
Messieurs,
Votre très-humble et très obeïssant serviteur,
A. Bosse »

« […] Avant propos


Dans le dessein que j’ai de traitter ici de la maniere de graver
en taille douce avec l’eau forte pour en tirer apres des impressions, je ne
m’arresterai point à parler de l’art de la graveure en general ; à vous
dire qu’il a plusieurs especes, qu’on grave en pierre, en verre, en bois,
en metaux, en creux, autrement en fonds, en relief, ou Espagne ; & en
autres matieres & manieres ; ni qu’il est des plus anciens puisque
Moyse en a escrit ainsi que d’une chose laquelle estoit de son temps fort
en usage. Mais pour la graveure en taille douce au burin ou à l’eau
forte, ou plustost quant à la pratique d’imprimer àl’encre ou autre
liqueur des planches gravées en taille douce, il n’y a point d’asseurance
qu’elle ait devancé l’imprimerie des Lettres puisqu’il n’en paroist aucun
reste comme on void des autres sortes de graveurs, enlumineure, & de
l’écriture à la main.
Pour donc en demeurer à la graveure en taille douce,on y
grave sur des planches comme d’airain ou cuiure, de lethon, de fer, &
autres metaux, mais plus communement de cuiure rouge autrement
rosette ou airain : & lon y grave en deux façons, l’une tout purement au
seul burin, & l’autre par le moyen encore de l’eau forte ; & semble que
celle au burin soit la plus ancienne, & qu’elle ait donné sujet d’inventer
celle à l’eau forte pour essayer à la contrefaire : Et à vray dire on s’est
pris d’une telle sorte, & lon en est venu si avant à celle de l’eau forte,
qu’il ya telles stapes de cette maniere où lon a de la peine a connoistre
& à s’asseurer qu’elles ne soient pas au burin du moins en beaucoup de
leurs parties ; ce qui m’a fait conjecturer que les arts n’ont pas esté mis
tout d’un coup à la perfection où la plupart d’eux se trouve à present ; &
que de ceux qui s’y sont adonnez toûjours quelqu’un y a contribué de
temps en temps ; ainsi lon peut dire que nous en avons l’obligation les
uns aux autres : Et pour moy j’advouë que je me sens extremement
obligé à plusieurs de ceux qui ont travaillé à perfectionner la graveure
en taille douce à l’eau forte, parce que j’ai beaucoup appris de cet Art
en voyant leurs ouvrages, sur tout cde ceux que je nommerai cy-
apres.[…]
Le premier d’entre ceux à qui j’ai obligation est, Simon
Frisius Hollandois, lequel à mon advis doit avoir une grande gloire en
cet art, d’autant qu’il a méni la pointe avec une grande liberté, & en ses
hacheures il a fort imité la netteté & fermeté du burin, ce qui se peut
voir en plusieurs de ses ouvrages, j’entens seulement pour la netteté des
traits à l’eau forte, laissant l’inventions & le dessein à part mon
intention n’estant pas d’entraiter. […]
Après luy nous avons Mathieu Merian Suisse, lequel a selon
mon sens fait des ouvrages à l’eau forte aussi nets & egalement
travaillez que l’on puisse faire. […]
Et suivre est venu Lacques Callot Lorrain, lequel a
extremement perfectionné cet art, & de telle sorte qu’onpeut dire qu’il
la mise au plus haut poinct qu’on le puisse faire aller, principalement
pour les ouvrages en petit, quoi qu’il en ait fait quelques uns en grand
autant hardiment gravez qu’il se puisse fiaire, et n’eust esté que son
genie l’aporté aux petites figures. […]
Et quant à moy je souhaiterois que tous les excellents Peintres
& Dessignateurs, se voulussent adonner à cette sorte de graveure,
d’autant que par ce moyen nous aurions la communication de plusieurs
excellentes pieces dont nous demeurons privez ; & pour ceux qui sont
touchez de la netteté, je pense que la plupart advoüeront que rien ne les
en a tant destourné que la difficulté qu’ils ont rencontrée à y reüssir,
d’abord & que leur esprit etant d’ailleurs occupé à leurs autres
principales productions ils n’ont pas eu le temps de s’attacher à un art
qui demande une si longue pratique, non seulement pour arrangement
égal des hacheures & la grande netteté qu’il faut avoir, mais encore
pour éviter quantité d’accidens qui arrivent à la maniere de faire le
verni, à l’appliquer sur la planche, le conserver en travaillant, y mettre
l’eau forte, & autres particularitez.
Or m’estant estudié de mon pouvoir à combattre ces
dificultez, dont personne queje sçache n’a traitté par escrit public
jusques à cette heure, j’ay pensé que je ne serois pas une chose
desagreable à plusieurs de publier la mniere dont je me sers, & telle que
j’ay peu jusques à present la rencontrer, ou eje ne suis pas arrivé sans
beaucoup de peine, d’autant que ce n’a esté que par une soigneuse
comparaison des ouvrages ou stampes que plusieurs ont faites par le
moyen de cet art tant bonnes que mauvaises ; dont les bonnes m’ont fait
essayer d’aller plus avant, & les mauvaises m’ont donné la
connoissance de plusieurs imperfections & accidents que j’ay taché
d’eviter ; & d’autant plus que j’ay comme borné l’eau forte à ne pouvoir
jamais surmonter la netteté & fermeté d’un beau burin, cela
n’empêschera pas que ceux qui pourront aller au dela ne le facent,
auquel cas il ne feront pas peu, & pour ce qui est de moy j’espere que
ma granchise obligera quelqu’un à m’en enseigner davantage, à qui je
serai extremmeent obligé. »
Ill. 30

Source : Abraham Bosse, Traicté des manieres de graver en taille


douce sur l’airin. Par le Moyen des Eaux Fortes, & des Vernix Durs &
Mols. Ensemble de la façon d’en Imprimer les Planches & d’en
Construire la Presse & autres choses concernans lesdits Arts, Grabeur
en taille douce, Paris, Bosse, 1645. Les graveurs en taille douce, 1643,
eau-forte, 260 x 327 cm., BNF Est., Ed 30 a.
Bibliographie : S. Join-Lambert, M. Préaud (dir.), Abraham Bosse,
savant graveur, catalogue d’exposition BNF-Musée des Beaux-arts de
Tours, Paris, Seuil, 2004.
Théâtres de machines et réduction en art

La réduction en art de l’art de l’ingénieur : Jean Errard de Bar-le-


Duc (1604)

[La réduction en art, dont la Fortification démonstrée et réduicte en art


(1600) de l’ingénieur lorrain Jean Errard de Bar-le-Duc (1554-1610)
constitue un exemple éclatant, correspond à genre d’écrit technique
répondant à un projet de diffusion écrite et de rationalisation des
pratiques et savoir-faire. Elle vise à rassembler et organiser des savoirs
épars, souvent non-écrits ou non codifiés, par une mise en ordre
méthodique des savoirs, utilisant notamment les mathématiques ou la
figuration. L’intérêt de cette littérature technique, pour ses auteurs et ses
lecteurs, est d’accéder ainsi à des savoirs longtemps réservés aux seuls
gens de métiers ou d’avoir à disposition des solutions permettant de
faciliter les choix techniques des hommes de l’art. Le frontispice de
l’ouvrage de Jean Errad adopte le langage de la réduction en art en
mélangeant savamment connaissance de l’Antiquité à architecture de la
Renaissance tout en affichant les ambitions militaires du livre]

Ill. 31
Source : Frontispice de La Fortification demonstrée et reduicte en Art
par Jean Errard de Bar-le-Duc, Ingénieur du Très Chestien Roy de
France et de Navarre, Deidée à sa Majesté, à Paris, 1604, Edition
seconde revue et augmentée.
Théâtre des instruments mathématiques et mécaniques de Jacques
Besson (1594)

[En parallèle de la réduction en art se développe le genre des théâtres de


machines, livres imprimés présentant des séries de gravures
d’instruments et de machines (grues, leviers, machines simples ou
complexes, etc.). Le livre de Jacques Besson (1530-1572), ingénieur
calviniste dauphinois, constitue certainement l’un des premiers théâtres
de machines. Offrant l’ouvrage à Charles IX, Besson rassemble des
dessins de machines et d’instruments qu’il a observés lors de son séjour
en Italie. Besson s’y présente comme un « bon » inventeur de la
Renaissance, mettant à la disposition du public des machines que celui-
ci ne connaît pas, c’est pourquoi par delà les dessins, il explique les
causes et effets des machines, insiste sur l’utilité des mathématiques et
de la mécanique aristotélicienne. Les livres d’inventions constituent un
outil de promotion professionnel des ingénieurs de la Renaissance]

Ill. 32
Source : Jacques Besson, Theatre des instrumens mathematiques et
mechaniques de Jaques Besson, Dauphinois, docte mathematicien :
avec l'interpretation des figures d'icelui, par François Beroald. Plus, en
ceste derniere edition ont esté adjoustées additions à chaque figure,
Lyon, Jacques Chouet, 1594.
Bibliographie : A. Boinette et M. Lallemend, Jean Errard de Bar-le-
Duc, « premier ingesnieur du tres chrestien roy de France et de
Navarre Henri IV » : sa vie, ses œuvres, sa fortification, Paris,
Dumoulin, 1884. P. Dubourg Glatigny et H. Vérin (dir.), Réduire en art.
La technologie de la Renaissance aux Lumières, Paris, MSH, 2008. H.
Vérin, La gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe au
XVIIIe siècle, Paris, 1993. H. Vérin, « La réduction en art et la science
pratique au XVIe siècle », in R. Salais, E. Chatel, D. Ribaud-Danset
(dir.), Institutions et conventions. La réflexivité de l’action économique,
Raisons Pratiques, 1998, p. 121-144.
Traités techniques savants

Quels choix pour la description des arts ? (1675)

[En 1675, le contrôleur général des finances, Jean-Baptiste Colbert


(1619-1683), donne pour objectif à l’Académie royale des sciences la
description des machines utilisées par les arts. Cependant, cette
description va progressivement glisser vers les arts eux-même, née du
décalage entre les objectifs voulus par Colbert et l’interprétation qui en
est faite par les académiciens. Au lendemain de l’exposé de la demande
de Colbert, l’Académie consacre une séance extraordinaire à un débat
sur les meilleures façons d’y répondre, donnant lieu à la proposition
formelle transmise à Colbert le 20 juin 1675. Celle-ci est représentative
d’une approche académique de la technique qui se déploie dans les
décennies suivantes, insistant sur les aspects théoriques et pratiques,
mais se divisant sur l’importance à accorder à la partie théorique, entre
ceux voulant s’en tenir aux machines simples et ceux souhaitant aborder
les lois fondamentales sur le mouvement des corps]

« Le jeudi 20ème de juin, la Compagnie étant assemblée


extraordinairement, plusieurs ont lu leur projet pour l’exécution d’un
traité de mécanique que la Compagnie a ordre de composer. On a mis
tous les écrits entre les mains du secrétaire [Jean-Baptiste Du Hamel]
pour en faire un extrait et le présenter à Monseigneur Colbert.
Je remarque dans les projets qui m’ont été mis entre les mains
que presque tous conviennent dans la disposition générale de l’ouvrage,
qu’il doit être divisé en deux parties principales dont la première
comprendra tout ce qui concerne la théorie et les principes sur lesquels
cette science de Mécanique est établie.
La 2ème expliquera ce qui regarde la pratique ou l’application
de la théorie aux machines avec la description et les figures de toutes
celles qui sont en usage et en quelque considération. On convient
encore que dans la 1ère partie qui doit expliquer les puissances qui font
mouvoir les corps et celles qui les arrêtent comme étant les principes
naturels des mécaniques et que l’on expliquera la raison des machines
simples auxquelles les autres peuvent se réduire.
Mais il y en a qui veulent que dans l’explication de ces
puissances on descende plus dans le problème, que l’on propose
d’abord toutes les espèces de forces mouvantes comme sont celles de la
pesanteur, des hommes et des animaux, de l’eau et du vent, du ressort,
de la percussion de la poudre à canon : qu’on réduise toutes ces forces à
celles du poids et cela par des expériences, quel poids égale la force de
l’homme et ainsi des autres. Qu’on propose les principes généraux du
mouvement et de la multiplication des forces, par exemple, pour
multiplier la force il faut la faire agir d’autant plus longtemps ; qu’il
faut employer pour le moins la valeur d’autant de force pour élever par
machines que sans machine et que pour élever deux fois plus haut un
même poids il faut employer deux fois autant de forces ; qu’il faudrait
aussi expliquer ce qui regarde l’équilibre des liqueurs.
Quelques uns descendent encore dans un plus grand détail. Ils
veulent qu’après avoir établi les principes les plus simples dont la
nature se sert pour le mouvement qu’on expose la nature, les effets et
les principales propriétés du mouvement puisque la mécanique, à bien
parler, est la science de mouvoir les corps ou d’en arrêter le
mouvement, comme la pesanteur des corps, la figure, la rareté, la
densité et qu’on examine le génie de la nature dans l’explication des
principes généraux du mouvement qui serviront à leur faire
comprendre, et même à leur démontrer comment l’explication de celui-
ci qui est fondamental que les corps sont en équilibre lorsque leurs
poids sont en raison réciproque de la vitesse de leur mouvements.
[…] Ensuite ils voudraient expliquer le centre de gravité et ses
propriétés, le centre du mouvement, sa direction et son accélération puis
entrer dans le détail du mouvement du feu pour en faire l’application
aux mines, à l’artillerie, aux feux d’artifices et parler du mouvement de
l’air, de son ressort, de ses utilités pour la navigation, les moulins, et du
mouvement de l’eau, rapporter tous les théorèmes ( ?) pour leur
élévation et les jets d’eau, le temps de leur écoulement, leur mesure et
ensuite expliquer la résistance des solides, de la percussion et enfin de
l’application artificielle du mouvement sur un corps, c'est-à-dire des
premières machines qui se peuvent réduire à quatre, qui sont la balance,
le plan incliné, le ressort et le marteau […
Pour la manière de traiter cette première partie presque tous
sont d’avis qu’elle doit être simple, aisée, dégagée le plus qu’il sera
possible des termes trop savants, sans démonstrations mathématiques.
Quelques uns néanmoins croient que l’on doit garder l’ordre
mathématique qui est de mettre d’abord les définitions et axiomes et
qu’il est même nécessaire de démontrer quelques proposition
fondamentales comme de la balance, du plan incliné et s’il se peut du
marteau et du ressort. Ils (estiment) même que pour faciliter
l’intelligence de ces démonstrations, il serait nécessaire de donner avant
ce premier traité un abrégé des propositions où les théorèmes seraient
expliqués en nombre seulement. Car sans ce petit abrégé il serait
impossible que ceux qui ne savent point de géométrie pussent avoir
aucune connaissance ni de la raison ni de l’effet de ces machines.
D’autres sont d’avis que ces définitions soient 1° des choses
nécessaires et qui ne peuvent s’entendre sans ces définitions. 2° qu’il
importe de les rédiger en des termes qui soient entendus de tout le
monde comme le mot de momentum qui est pris diversement par
différents auteurs. 3° Que l’on doit supposer comme connus les
principes communs à toutes les parties mathématiques et employer
seulement les principes propres aux mécaniques. Enfin il y en a qui sont
de (ces sentiments) que l’on ne doit rien mettre dans cet ouvrage que ce
qui est nécessaire pour l’intelligence des machines et d’écrits sur les
questions et mêmes les démonstrations qui ( ?) plus de curiosité que
d’utilité : que l’on doit faire entrer dans ce traité tout ce qui est
nécessaire pour l’exécution du dessein que l’on entreprend, on doit
craindre aussi de rendre l’ouvrage inutile par la multitude des matières
et qu’au lieu d’un traité particulier que Sa Majesté nous ordonne
d’entreprendre on ne fasse presque un corps entier de physique. Que si
on est obligé de dire beaucoup de choses, du feu, du ressort de l’air, des
eaux, il ne faut pas prétendre épuiser ces matières mais dire seulement
ce qui sera nécessaire. Que l’on peut se dispenser de cette manière de
traiter ce qui est observé par les géomètres et qui n’est goûté que de
ceux qui y sont accoutumés. Il faut, si l’on veut que cet ouvrage soit
utile, facile et agréable à tout le monde, que l’on ait besoin du sens
commun pour l’entendre.
Pour ce qui regarde la seconde partie, je vois que la plupart
sont d’avis que l’on commence par expliquer les machines par les plus
simples et dont l’usage est le plus courant et distribuer les autres par des
classes générales comme les machines de guerre, du labourage, de la
navigation, des arts et métiers dont on fera encore diverses classes.
Quelques uns voudraient que l’on commençât par les
machines qui servent à élever et remuer de grands poids puis décrire
celles dont on se sert pour élever les eaux, parler des moulins des
pompes et n’expliquer pas seulement par quels principes elles agissent
mais encore remarquer ce qu’il faut observer pour les bien construire.
On pourrait ensuite expliquer celles qui servent au transport comme
chariots, carrosses, rouleaux etc. Puis machines de guerre, d’agriculture,
de navigation de géométrie, d’astronomie, les machines des Arts et
Métiers et premièrement des instruments les plus simples et communs à
plusieurs métiers comme de la règle, compas, marteau etc. et après des
composées.
On a aussi proposé de commencer par les arts les plus
généraux comme par ceux qui s’exercent sur les métaux, on peut
considérer particulièrement ceux qui travaillent sur le fer dont on fait le
plus grand usage en France. Ainsi on peut commencer par les machines
qui servent pour la fonte, puis expliquer celles qui servent à son
affinage, pour la battre etc.
Après on pourra parler des arts qui s’exercent sur la pierre, le
bois etc. par exemple en partant de la scie on fera les différences de
celles qui sont propres pour scier en long, ou on traitera de celles qui
servent à scier le (?) et encore de celles qui font leur effort par les bras
ou par les machines. […] »

Source : Archives de l’Académie des Sciences, registre de séance 20


juin 1675, retranscrit dans Bernard Delaunay, « La pensée technique de
l’Académie royale des sciences (1699-1750) », thèse de doctorat, 2013,
vol. 2, p. 283-287.
Bibliographie : B. Delaunay, « La pensée technique de l’Académie
royale des sciences (1699-1750) », thèse de doctorat de l’université
Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2013, vol. 1. R. Hahn, L’anatomie d'une
institution scientifique, l'Académie des Sciences de Paris, 1666-1803,
Bruxelles, Editions des archives contemporaines, 1993. M. Pinault,
« Aux sources de l’Encyclopédie : la Description des Arts et Métiers »,
thèse de l’École pratique des Hautes-Études, 1984. R. Taton, Les
origines de l’Académie Royale des Sciences, Paris, Palais de la
Découverte, 1965.
Livres d’ingénieurs de la première moitié du XVIII e s imprimés
chez Jombert (1747)

[Libraire, éditeur et écrivain, Charles-Antoine Jombert (1712-1784)


porte le titre de « Libraire du Roi pour l’artillerie et le génie ». Il est le
fondateur d’une véritable dynastie de libraires et éditeurs d’ouvrages sur
les sciences et les techniques aux XVIIIe et XIXe siècle. La liste des
ouvrages reproduite ici donne à voir la littérature technique destinée aux
ingénieurs militaires et artilleurs au milieu du XVIIIe siècle (abordant
les mathématiques, la philosophie naturelle, l’architecture civile et
militaire, l’art militaire) mais aussi les acteurs impliqués dans
l’économie de la connaissance.]

LIVRES QUI SE TROUVENT CHEZ LE MEME LIBRAIRE [EXTRAITS]


Ouvrages de M. BELIDOR, ancien Professeur Royal des
Mathématiques, Chevalier de l’Ordre Militaire de S. Louis, &c
Nouveau Cours de Mathématiques à l’usage de l’Artillerie & du 15 l.
Génie, où l’on applique les parties les plus utiles de cette
Science à la théorie & à la pratique des differens sujets qui
peuvent avoir rapport à la Guerre. In-quarto, avec 34 planches.
La Science des Ingenieurs, dans la conduite des travaux de 24 l.
fortification, & d’Architecture civile, où il est traité de la
poussée des terres contre les revêtemens : de la méchanique des
voutes : du détail des matériaux : de la construction des édifices
qui se font dans une Place de Guerre : de la décoration & des
cinq Ordres ; & du devis des Ouvrages qui ont rapport aux
fortifications ; gros in-quarto, grand papier, enrichi de plus de
50 planches.
Le Bombardier François, ou nouvelle méthode pour jetter les
Bombes avec précisions, avec un Traité des Feux d’Artifice, in-
quarto, avec figures.
Architecture Hydraulique, ou l’Art de conduire, d’élever & de 40 l.
ménager les eaux pour tous les besoins de la vie. Premiere
Partie ; en deux volumes in-quarto, grand papier, enrichis de
cent grandes planches très-bien gravées.
Ouvrages de M. l’abbé DEIDIER, ancien Professeur Royal des
Mathématiques aux Ecoles d’Artillerie de la Fère
Airthmétique des Géométres, ou nouveaux Elémens de 12 l.
Mathématique ; contenant la théorie & la pratique de
l’Arithmétique. Une introduction à l’Algèbre & à l’Analyse ;
avec la résolution des Equations du second & du troisième
dégré ; les raisons, proportions, & progressions Arithméatiques
& Géométriques : les combinaisons, l’Arithmétique des infinis ;
les Logarithmes, les Fractions Décimales, &c. in-quarto, 1739.
Le calcul Différentiel & le calcul intégral expliqués & 15 l.
appliqués à la Géométrie : avec un traité préliminaire touchant
la résolution des Equations en général […], 1740.
Le Parfait Ingenieur François, ou la Fortification suivant le 15 l.
systême de M. le Maréchal de Vauban, & des autres Auteurs
qui ont écrit sur cette Science : avec l’attaque & défense des
Places : nouvelle édition, augmentée du Plan & de la
Description de Luxembourg ; de la Rélation & des Plans du
siége de Lille, & du Siége de Namur, in-quarto, enrichi de 50
planches, 1742.
Lettre de M. de Mairan à Madame la M. D. C. avec la 3 l.
Dissertation de M. de Mairan sur l’estiamtion & la mesure des
forces motrices des corps, & la réfutation des forces vives, par
M. l’Abbé Deidier, in-douze, 1741.
Elémens généraux des parties des Mathématiques les plus 24 l.
nécessaires à l’Artillerie & au Génie, contenant les Elemens de
l’Arithméatique, de l’Algébre, de l’Analise : les raisons,
proportions & progressions Arithmétiques & Geometriques,
avec un petit Traité des Logarithmes. Les Elémens de la
Géométrie, de la Trigonométrie, du Nivellement, de la
Planimétrie, de la Stereométrie, des Sections Coniques, le Toisé
de la Maçonnerie, & le Toisé des Bois. Les Elemens de
l’Arithmétique des Infinis, la Mécanique générale, c’est-à-dire,
la Science du mouvement, la Statique, l’Hydrostatique,
l’Arométrie & l’Hydraulique, avec un traité de Perspective. En
deux volumes in-quarto, enrichis de plus de 60 planches, 1745.
Traité de Perspective théorique & pratique. Brochûre in-quarto. 3l 10
s.
Ouvrages de M. OZANAM, de l’Académie des sciences
Cours de Mathématique, qui comprend les parties de cette 40 l.
Science les plus utiles à un homme de guerre, en cinq volumes
in-octavo, avec plus de 200 planches ; contenant les traités
suivans qui se vendent séparément. Le prix du Cours entier est
de…
L’introduction aux Mathématiques, qui contient les Définitions, 2 l.
un traité d’Algèbre, la résolution de l’Arithmétique par
l’analyse, & les pratiques de Geométrie, in-octavo, avec quatre
planches. Broché.
L’Arithmétique, où toutes les opérations de cette Science sont 2 l.
démontrées par une méthode fort simple ; le tout appliqué à la
Guerre, aux Finances, & à la Marchandise, in-octavo.
La Fortification réguliere et irréguliere, qui comprend la 6 l.
construction, l’attaque & la défense des Places selon les plus
célébres Auteurs, avec le calcul des lignes & des angles de
chacune de ces méthodes, in-octavo, enrichi de 44 planches.
La perspective théorique & pratique, où l’on enseigne la 6 l.
maniere de mettre toutes sortes d’objets en Perspective & d’en
représenter les ombres causées par le Soleil & d’autres
lumieres, in-octavo, enrichi de 36 planches.
Les récréations Mathématiques & Physiques, où l’on trouve 20 l.
plusieurs Problêmes curieux & utiles sur l’Arithématiqeu, la
Géométrie, la Mécanique, l’Optique, la Gnomonique, & la
Physique ; avec un traité des Horloges Elémentaires, des
Lampes perpétuelles, & des Phosphores naturels & artificiels,
& la description des Tours de Gibeciere & des Gobelets. En
quatre volumes in-octavo, avec plus de 120 planches.
Usage du Compas de proportion, avec un traité de la division
des champs ; nouvelle édition augmentée de l’usage de
l’Instrument universel par le même Auteur. In-douze. Sous
presse.
Méthode pour lever les Plans & les Cartes de Terre & de Mer, 2 l.
avec instrumens & sans instrumens, in-douze, avec figures.
Ouvrages de M. LE BLOND, Maître de Mathématiques des Pages du
Roi
Abrégé de Géometrie à l’usage des jeunes Militaires, où l’on 2 l.
trouve les Elemens de cette science nécessaire à ceux qui 10 s.
veulent apprendre les Fortifications, in-douze, avec figures.
L’Arithmétique & la Geométrie de l’Officier, contenant les 12 l.
Elemens de ces deux Sciences appliqués aux différens besoins
de l’homme de Guerre, avec un abregé de la castrametation ou
mesure des Camps, en deux volumes in-octavo, avec près de 40
planches. Sous presse.
Elémens de la Guerre des sièges, à l’usage des jeunes 15 l.
Militaires ; où il est traité de l’Artillerie, ou des Armes &
machines en usage à la Guerre depuis l’invention de la poudre :
de l’attaque des Places, où l’on trouve fort en détail tout ce qui
concerne les travaux & les opérations d’un Siege Royal, ou
d’une Ville fortifiée ; & de la défense des Places ; avec un
Mémoire contenant plusieurs observations sur la visite des
Places, & un Dictionnaire des termes les plus en usage & les
plus nécessaires pour l’intelligence de la Guerre des Siéges. En
trois volumes in-octavo, enrichis de vignettes & de 32 planches
fort bien gravées.
Art militaire
Théorie nouvelle sur le Mécanisme de l’Artillerie. Par M. 15 l.
Dulac, Officier d’Artillerie du Roi de Sardaigne, in-quarto,
enrichis de près de 40 planches.
Essay de l’application des forces centrales aux effets de la 2l.
poudre à canon. Par M. Bigot de Morogues, in-octavo. 10 s.
De l’attaque & de la défense des Places, avec un Traité pratique 12 l.
des Mines, par M. le Marêchal de Vauban, & un Traité de la
Guere en général. Nouvelle édition, plus correcte & plus ample
que la précédente ; enrichie de Notes instructives. En deux
volumes, in-octavo. La Haye. 1743
Traité des Feux d’Artifice pour le Spectacle, par M. Frezier, 6 l.
Directeur des Fortifications de Bretagne. Nouvelle édition tout-
à-fait différente de l’ancienne, & beaucou plus ample, in-
octavo, orné de vignettes & de figures en taille-douce.
Nouvelle maniere de fortifier les Places, ou Traité de la 6 l.
Construction des Fortifications, tant pour un terrein bas &
humide, que pour un endroit sec & élevé. Par M. le Baron de
Coëhorn, in-octavo, avec beaucoup de figures. Amsterdam.
L’Ingénieur François, contenant la Géométrie pratique sur le 6 l.
papier & sur le terrain, & la Fortification reguliere & irreguliere
suivant M. de Vauban, in-octavo, rempli de figures.
Amsterdam.
Mémoires de M. Goulon, Généralissime des Armées de 4 l.
l’Empereur, sur l’attaque & la défense d’une Place. Avec le 10 s.
Plan & la Rélation du Siège de la Ville d’Ath, in-octavo, avec
figures. La Haye.
Art de la Guerre, par regles & principes : Ouvrage de M. le
Maréchal de Puysegur, mis au jour par M. le Marquis de
Puysegur son fils, Brigadier des Armées du Roi. In-folio, grand
papier, enrichi de près de 5 0planches. Sous presse.
De M. s’GRAVESANDE, Professeur de Philosophie & de
Mathematique dans l’Université de Leyde
Elemens de Physique mathematique, confirmés par les 12 l.
experiences, ou Introduction à la Philosophie de Newton, à
l’usage des Etudians. Traduit du Latin, par M. Roland de
Virloys, en deux volumes in-octavo, avec 50 planches.
De M. VARIGNON,, de l’Academie Royale des Sciences, &c.
Nouvelle Mécanique ou Statique, dont le projet fut donné en 20 l.
1699, en deux volumes in-quarto, enrichis de 65 planches.
De M. SEB. LE CLERC, Chevalier Romain, Professeur de Géométrie
& de Perspective dans l’Academie Royale de Peinture
Traité de Géométrie théorique & pratique à l’usage des 7 l.
Artistes : contenant les définitions, les notions ou principes, la
pratique des angles & des igures, la réduction ou transfiguration
des Plans, leur division, leur augmentation & leur diminution :
le Toisé, la Trigonométrie, la doctrine des solides, avec la
maniere de lever les Plans, de les tracer, & de mesurer sur le
terrain toutes sortes d’objets inaccessibles : nouvelle édition
très bien exécutée, & enrichie de 45 planches ornées de petits
sujets propres à dessiner à la plume, in-octavo.
De M. BOUGUER,, de l’Académie Royale des Sciences, ancien
Professeur d’Hydrographie, &c
Traité du Navire, de sa construction & de ses mouvemens, gros 15 l.
in-quarto, enrichi de figures. 1746.
De la Mature des Vaisseaux ; Pièce qui a remporté le prix de 6 l.
l’Acdémie en 1728. Avec deux autres pièces qui y ont
concouru, in-quarto, figures.
Traité complet de la Navigatio, composé pour l’instruction des 10 l.
Officiers de Marine, & dicté dans les Ecoles Royales
d’Hydrographie. Par M. Bouguer le pere, Hydrographe du Roi
au Croisic, in-quarto, avec fig.
Source : Christian Wolff, Cours de Mathématiques qui contient toutes
les parties de cette science mises à la portée des commençants, Paris,
Jombert, 1747, t. 3.
Bibliographie : A. Blanchard, Les ingénieurs du Roy, de Louis XIV à
Louis XVI. Étude du corps des fortifications, Montpellier, Université
Paul Valéry, 1979. G. Kaucher, Les Jombert. Une famille de libraires
parisiens dans l’Europe des Lumières (1680-1824), Paris, Droz, 2015.
E. d’Orgeix, I. Warmoes (dir.), Les savoirs de l’ingénieur militaire et
l’édition de manuels, cours et cahiers d’exercices (1751-1914), Paris,
Ministère de la culture et de la communication, 2013. H. Vérin, La
Gloire des ingénieurs. L’intelligence technique du XVIe au XVIIIe siècle,
Paris, Albin Michel, 1993.
LA REPUBLIQUE DES SCIENCES : ECHANGES, SOCIABILITES ET
CONTROVERSES
Echanges et coopérations

Institutions scientifiques et coopération : la correspondance de


Sloane (1699)

[En 1699, la réorganisation de l’Académie des sciences par son nouveau


règlement l’invite à développer le réseau de ses correspondants et de ses
relations au sein des institutions de la croissante République des
sciences. Etienne François Geoffroy (1672-1731), jeune apothicaire
parti se former en Angleterre, rencontre Hans Sloane (1660-1753),
secrétaire de la Royal Society qui l’y fait admettre en 1698. Geoffroy est
nommé intermédiaire entre la Royal Society et l’Académie des sciences
en 1699 afin d’œuvrer au rapprochement des deux sociétés savantes]

[Lettre de Geoffroy à Sloane, 7 mars 1799]


« Dans ce but, notre académie désirant entretenir une correspondence
avec la Royale Society, je me suis proposé d’échanger avec la Societé
[…] sur ce qui ici sera nouveau, curieux et méritera de lui être
communiqué, et j’ai également espoir qu’en échange vous
communiquerez à l’Académie ce qui sera nouveau et curieux. J’espère
que ni vous ni la Societé n’allez désapprouver cette correspondance
mutuelle, par laquelle nos deux Societé et Académie peuvent s’informer
de tout ce qui est advenu de plus curieux dans le monde et ainsi
accroître notre savoir mutuel ».

Source : British Library, Sloane ms. 4037, Etienne François Geoffroy


Letters to Sir H. Sloane, Paris 7 mars 1699, f. 222.

« L’Académie royale (à laquelle le Roi vient de donner une nouvelle


forme et une plus grande splendeur qu’auparavant) désire répondre à
l’intention héroique que sa Majesté a décidé de faire fleurir dans son
royaume, en plus de la Paix : les savoirs naturels et mécaniques. Parmi
toutes choses que l’Académie a destinées à ce but, il a été estimé que
l’un des objets les plus importants était de développer de multiples
correspondances, non seulement en ce royaume, mais dans bien d’autres
parties du monde. A cette fin, il est à souhaiter que chacun de ses
membres recommande les hommes instruits en chaque pays avec
lesquels il pourrait y avoir de fructueuses relations […] et pour montrer
l’estime particulière qu’elle a pour ces correspondants, l’Académie a
demandé à son secrétaire de donner à chacun des marques du plaisir
qu’elle a recue de leurs correspondances, et de soutenir ses obligations
envers eux, si ils veulent assurer l’entretien de ce commerce.
L’Académie réciproquement nous engage à communiquer à ces
correspondants toutes les choses faites lors de ses réunions qui
mériteraient d’être partagées […] Monsieur Cassini et moi comprenant
les grands avantages que tirerait l’Académie de ce commerce mutuel de
Lettres avec vous, nous avons proposé de vous faire la demonstration
du plaisir qu’a l’Académie royale d’entretenir cette relation commune,
et pour vous engager à la continuer, on nous a donné ces Patentes
souscrites par son secrétaire, marquees de son sceau comme un
témoignage indéniable de cette reconnaissance […].
[PS] J’ai déjà pu faire sentir à l’Académie royale les profits de cette
correspondance avec vous en lisant plusieurs extraits curieux des
dernières Transactions philosophiques que vous m’avez envoyées. »

Source : British Library, Sloane ms. 4037, Etienne François Geoffroy


Letters to Sir H. Sloane, Paris, 25 avril 1699, f. 258.
Bibliographie : S. Ackermann, J. Wess, “Between antiquarianism and
experiment: Hans Sloane, George III and collecting science”, dans K.
Sloan (dir.) Enlightenment. Discovering the World in the Eighteenth
Century, London, The British Museum Press, 2003, p. 150-157.

La circulation des savoirs géométriques dans la république des


Lettres (1728)

« Monsieur Le Rang que vous tenez et la Reputation dont vous jouissez


dans la Republique des Lettres, me portent à vous offrir un ouvrage de
Mathematique que je viens de mettre au jour. Mr de Woolhouse mon
ami es votre zelé admirateur ma fait esperer que vous l'agreriéz comme
un gage de mon estime. Heureux s'il peut meriter quelque part dans la
votre. J’espere aussi que vous voudréz contribuer à le faire un peu
connoitre à votre illustre et vraiment Royale Societé. Vous verrez, et ils
verront que je suis fort admirateur declaré des Geometres anglais. je
dois meme à cette occasion vous dire et vous prier de leur apprendre
que je travaille avec deuz autres à une traduction francoise de l'abregé
de Lowthorp qui est le plus beau receuil que nous ayons en fait de
Physique et de Geometrie. je recouvrai avec plaisir vos bons avis es les
leurs aussi sur une traduction de cette conséquence. je suis avec
beaucoup de Respect et toute l'estime que vous meritéz Monsieur
Votres tres humble et tres obeissant serviteur L. Castel jes.
A Paris ce 5me Decembre 1728. »

Source : British Library, Sloane ms. 4050, f. 15, Microfilm: The


History of Science and Technology Series One: The Papers of Sir Hans
Sloane, 1660-1753, 5 decembre 1728.
Bibliographie : S. Ackermann, J. Wess, “Between antiquarianism and
experiment: Hans Sloane, George III and collecting science”, dans K.
Sloan (dir.) Enlightenment. Discovering the World in the Eighteenth
Century, London, The British Museum Press, 2003, p. 150-157.
Sociabilités savantes

Sociabilités et conflictualités : Descartes contre Roberval et


Gassendi (1648)

[Au sein de la République des Lettres, les relations entre savants sont
parfois tumultueuses. Les relations difficiles entre René Descartes
(1596-1650) et Pierre Gassendi (1592-1655) ou Gilles Personne de
Roberval (1602-1675), rapportées par le biographe de Descartes, Adrien
Baillet (1649-1706), s’insèrent dans le cadre des débats scientifiques de
la première moitié du XVIIe siècle et des groupes et institutions qui
encadrent la vie savante en Europe. On y observe notamment le rôle
d’intermédiaire et de patron des sciences joué par César d’Estrées
(1628-1714)]

« [1648] Ce fut pendant cet interval qu’il fut connu principalement de


M. l’Abbé d’Estrée, qui fut depuis Eveque Duc de Laon, Pair de France,
& qui est maintenant revêtu de la pourpre de l’Eglise Romaine.
Monsieur le Cardinal d’Estrées étoit dès lors regardé comme le fauteur
des Lettres & le protecteur de ceux qui en font profession. Mais comme
il étoit déjà luy-meme a rang des vrais Sçavans, sa faveur n’étoit point
aveuglé, & sa protection n’étoit point sans discernement. Le décrit de sa
naissance & son propre mérite luy avoit acquis de si bonne heure dans
le monde, luy avoit fait d’abord ouvrir le cœur & tendre la main à tous
ceux qui étoient assez heureux pour joindre la vertu à l’érudition. Il
voyoit avec peine que la petite brouillerie qui sembloit diviser M.
Descartes d’avec M. Gassendi formât une espece de scandale dans la
République des Lettres, & il prit la présence de M. Descartes pour une
occasion que la Providence luy offroit de faire la reconciliation des
deux premiers Philosophes du siècle. Il les fit avertir l’un & l’autre de
son dessein, & il leur prépara un splendide repas auquel il convia divers
Sçavans de distinction pour être les témoins d’une action si édifiante.
Les principaux d’entre les conviez furent son Théologien le fameux M.
de Launoy, M. l’Abbé de Marolles, qui avoit un zèle tout particulier
pour la gloire des Lettres & l’union des Sçavans, & qui s’étoit chargé de
porter la parolle à M. Descartes & à M. Gassendi comme ami de tous
les deux ; M. l’Abbé de Marivaux, celuy qui voulant passer en
Amérique quelque tems après fit naufrage sur la seine dans le port
même de Paris ; M. de Roberval, Professeur de Mathématique ; le P.
Mersenne avec son compagnon le P. Hilarion de Coste malgré la
différence de leur institut. Mais M. Gassendi qui devoit avoir la
principale part à la fête & à la célébration du sacrifice qui se faisoit pour
sa réconciliation, ne put y assister ayant été retenu par une indisposition
qui luy étoit survenuë la nuit précédente. De sorte qu’après les
conversations qui avoient suivi le dîner, Monsieur l’Abbé d’Estrées
mena la compagnie chez luy, & ce fut là que M. Descartes embrassa M.
Gassendi en présence de l’illustre Patron des sciences qui les réünissoit,
& des autres Sçavans dontl a chambre se trouva remplie. […]
[1648] Ce fut le jour de la réconciliation des deux Philosophes que M.
de Roberval entreprit pour la premiere fois de démontrer l’impossibilité
du mouvement dans le Vuide. M. Descartes à qui s’addressoient
personnellement les prétentions de ce Mathématicien, ne fit point
difficulté de répondre d’abord à toutes ses objections. Mais il le fit avec
tous les égards qui étoient dûs à la présence de Monsieur l’Abbé
d’Estrées & de sa compagnie, sans changer la face d’une conversation
honnête et paisible. L’humeur de M. de Roberval, qui avoit par tout
besoin de l’indulgence de ceux qui à il avoit affaire, ne s’accomodoit
pas assez du flegme qui accompagnoit ordinairement les discours de M.
Descartes. Aussi ne fut-il pas longtemps sans s’échauffer. Ni la
considération du respect dû à M. l’Abbé d’Estrées, ni la modération de
M. Descartes ne purent éteindre ou rallentir ce feu. Il en fit ressentir
encore les effets end’autres occasions à M. Descartes pendant le reste
de son séjour à Paris. Les Mathématiciens de la ville s’assembloient
souvent, ou chez l’Abbé Picot son hôte, ou aux Minimes de la Place
royale jusqu’au fort de la maladie du P. Mersenne, pour avoir la
satisfaction de conférer avec luy, ou pour faire leurs observations en sa
présence. De tant de Sçavans que M. Descartes voyoit avec plaisir, M.
de Roberval étoit le seul qui luy fut devenu formidable par son humeur :
& pour tempérer un peu sa joye, M. de Roberval ne s’absentoit presque
d’aucune des assemblées où il se trouvoit. On y répétoit souent
l’expérience du Vuide, non pour l’instruire d’une chose qui le nuy étoit
pas nouvelle, mais pour luy en faire voir toutes les manieres différentes
qu’on avoit inventées depuis peu, & qu’on n’avoit pas encore vuës. Il
ne s’y donnoit point d’autre part que celle de spectateur : c’est pourquoi
il y parloit peu, & seulement pour marquer comment ces expériences
s’accordoient avec ses principes.
[…] Ce fut en l’un de ces assemblées […] que M. de Roberval entreprit
de pousser entièrement M. Descartes à bout sur tous les points de sa
Physique auxquels il étoit contraire. Quoy qy’il affectât de parler un
langage tout à fait opposé à celuy de l’Ecole, il n’en étoit pas plus uni
de sentimens avec M. Descartes. Il l’attaqua non seulement sur le Vuide
& sur l’impossibilité du mouvement dans le Plein, mais encore sur les
Atomes qu’il rejettoit, & sur la matière qu’il supposoit divisible à
l’indéfini. Il l’entreprit d’un ton si magistral & si semblable à celuy dont
il avoit coutume d’épouvanter les écoliers de sa classe, que M.
Descartes qui n’étoit point venu en France pour disputer en parut
étourdi, & la criante de retrouver un second Voetius dans ce Professeur,
fit qu’il aima mieux se ftaire que de luy laisser prendre pied sur ce qu’il
pourroit luy dire pour l’embarquer dans des contestations. Il témoigna
néanmoins à la compagnie qu’il ne s’abstenoit de répondre à M. de
Roberval que pour l’obliger de mettre ses difficultez par écrit, & qu’il
s’offroit en ce cas là de le satisfaire. […] M. de Roberval ne voulut pas
se soumettre à une condition si juste : & il ne fut pas plutôt sorti de
l’assemblée que s’imaginant pouvoir prendre droit sur le silence de M.
Descartes, il se vanta par tout qu’au moins une fois en sa vie il avoir sçu
luy fermer la bouche. »

Source : Adrien Baillet, La Vie de Monsieur Descartes, Paris, D.


Horthemels, 1691, vol. 2, p. 342-350
Bibliographie : F. Alquié, Descartes. L'homme et l'œuvre, Paris, PUF,
1950. G. Milhaud, Descartes savant, Paris, Felix Alcan, 1921. J.
Vincent, « Descartes-Roberval, une relation tumultueuse », Revue
d’histoire des sciences, 1998, vol. 51, p. 363-372. S. Taussig, Pierre
Gassendi, introduction à la vie savante, Brepols, Turnhout, 2003.
Le salon d’Holbach (1761)

[Si en Angleterre, les coffee-houses jouent un rôle important pour les


sociabilités savantes et industrielles, en France les salons jouent un rôle
primordial de sociabilité mondaine et savante. Paul Thiry d’Holbach
(1723-1789) tient l’un des salons les plus réputés du Siècle des
Lumières, tenant table ouverte tous les jeudis et dimanches. D’Holbach
a participé à l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert à partir de 1751
et rédigé des articles traitant de métallurgie, géologie, médecine, de
minéralogie et de chimie. De prestigieuses personnalités savantes se
réunissent chez lui, tels que Buffon, Joseph Priestley ou encore Adam
Smith]

« Parmi les sociétés dont le zèle pour la cause de la


philosophie m'ouvrit l’entrée, je dois mettre au premier rang, pour
l'utilité, l'agrément et l'instruction que j'en ai retirés, celle du baron
d’Holbach.
Le baron d’Holbach, que ses amis appelaient baron parce
qu’il était allemand d’origine, et qu'il avait possédé en Westphalie une
petite terre, avait environ soixante mille livres de rente, fortune que
jamais personne n’a employée plus noblement que lui, ni surtout plus
utilement pour le bien des sciences et des lettres.
Sa maison rassemblait dès lors les plus marquants des
hommes des lettres français, Diderot, J.-J. Rousseau, Helvétius,
Barthez, Venel, Rouelle et ses disciples, Roux et Darcet, Duclos,
Saurin, Raynal, Suard, Boulanger, Marmontel, Saint-Lambert, La
Condamine, le chevalier de Chastellux, etc.
Le baron lui-même était un des hommes de son temps les plus
instruits, sachant plusieurs des langues de l’Europe, et même un peu des
langues anciennes, ayant une excellente et nombreuse bibliothèque, une
riche collection des dessins des meilleurs maîtres, d’excellents tableaux
dont il était bon juge, un cabinet d'histoire naturelle contenant des
morceaux précieux, etc. À ces avantages, il joignait une grande
politesse, une égale simplicité, un commerce facile, et une bonté visible
au premier abord. On comprend comment une société de ce genre
devait être recherchée. Aussi y voyait-on, outre les hommes que je viens
de nommer, tous les étrangers de quelque mérite et de quelque talent qui
venaient à Paris ; à Paris qui était alors, comme l’appelait Galiani, le
café de l’Europe. Je ne finirais pas si je disais tout ce que j’y ai vu
d’étrangers de distinction qui se faisaient honneur d’y être admis,
Hume, Wilkes, Sterne, Galiani, Beccaria, Caraccioli, le lord Shelburne,
le comte de Creutz, Verri, Frisi, Garrick, le prince héréditaire de
Brunswick, Franklin, Priestley, le colonel Barré, le baron Dalberg,
depuis électeur de Mayence, etc.
Le baron d’Holbach avait régulièrement deux dîners par
semaine, le dimanche et le jeudi : là se rassemblaient, sans préjudice de
quelques autres jours, dix, douze et jusqu’à quinze et vingt hommes de
lettres et gens du monde ou étrangers, qui aimaient et cultivaient même
les arts de l’esprit. Une grosse chère, mais bonne, d’excellent vin,
d’excellent café, beaucoup de dispute, jamais de querelle ; la simplicité
des manières, qui sied à des hommes raisonnables et instruits, mais qui
ne dégénérait point en grossièreté ; une gaieté vraie sans être folle :
enfin une société vraiment attachante, ce qu’on pouvait reconnaître à ce
seul symptôme, qu’arrivés à deux heures, c’était l’usage de ce temps-là,
nous y étions souvent encore presque tous à sept ou huit heures du soir.
Or, c’est là qu’il fallait entendre la conversation la plus libre, la plus
animée et la plus instructive qui fût jamais : quand je dis libre, j’entends
en matière de philosophie, de religion, de gouvernement, car les
plaisanteries libres dans un autre genre en étaient bannies.
Cicéron a dit en quelque endroit qu’il n’y a point d’opinion si
extravagante qui n’ait été avancée par quelque philosophe. Je dirai de
même qu’il n’y a point de hardiesse politique et religieuse qui ne fut là
mise en avant et discutée pro et contra, presque toujours avec beaucoup
de subtilité et de profondeur.
Souvent un seul y prenait la parole, et proposait sa théorie
paisiblement et sans être interrompu. D’autres fois, c’était un combat
singulier en forme, dont tout le reste de la société était tranquille
spectateur : manière d’écouter que je n’ai trouvée d’ailleurs que bien
rarement.
C’est là que j’ai entendu Roux et Darcet exposer leur théorie
de la terre ; Marmontel, les excellents principes qu’il a rassemblés dans
ses Eléments de littérature ; Raynal, nous dire à livres, sous et deniers
le commerce des Espagnols aux Philippines et à la Vera-Cruz, et celui
de l’Angleterre dans ses colonies ; l’ambassadeur de Naples et l’abbé
Galiani, nous faire de ces longs contes à la manière italienne, espèces de
drames qu’on écoutait jusqu’au bout ; Diderot, traiter une question de
philosophie, d’arts ou de littérature, et, par son abondance, sa faconde,
son air inspiré, captiver longtemps l’attention.
C’est là, s’il m’est permis de me citer à côté de tant d’autres
hommes si supérieurs à moi, c’est là que moi-même j’ai développé plus
d’une fois mes principes sur l’économie publique.
C’est là aussi, puisqu’il faut le dire, que Diderot, le docteur
Roux et le bon baron lui-même établissaient dogmatiquement
l’athéisme absolu, celui du Système de la Nature, avec une persuasion,
une bonne foi, une probité édifiante, même pour ceux d’entre nous qui,
comme moi, ne croyaient pas à leur enseignement.
Car il ne faut pas croire que dans cette société toute
philosophique qu’elle était, au sens défavorable qu’on donne
quelquefois à ce mot, ces opinions libres outre mesure fussent celles de
tous. Nous étions là bon nombre de théistes, et point honteux, qui nous
défendions vigoureusement, mais en aimant toujours des athées de si
bonne compagnie. »

Source : Abbé Morellet, Mémoires sur le dix-huitième siècle et la


Révolution [1821], Paris, Mercure de France, 1988, p. 129-131.
Bibliographie : A. Lilti, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité
à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.
Controverses savantes

Préface au Newtonianisme pour les dames d’Algarotti (1737-38) :


une traduction paradoxale

[En 1738, Louis-Adrien Duperron de Castera (1705-1752), auteur


dramatique, entreprend la traduction du Newtonianisme pour les dames
de Francesco Algarotti (1712-1764) paru l’année précédente. Il s’agit
d’une des toutes premières vulgarisations scientifiques de l’Optique
d’Isaac Newton. Cette présentation des idées newtoniennes sous une
forme dialoguée est publiée la même année que les Elements de la
philosophie de Newton de Voltaire. L’ouvrage est un grand succès,
réédité en italien en 1738, 1739 et 1746, traduit en anglais en 1739 et
plusieurs fois réédité. La préface du livre témoigne cependant de toute
la méfiance suscitée par les idées newtoniennes au pays de Descartes.]

[Préface du traducteur Duperron de Castera]


« Deux raisons m’ont engagé à traduire cet Ouvrage. Nos
Sçavans connoissent la Philosohie de Newton, mais nous avons
beaucoup de gens d’esprit qui ne la connoissent pas encore. Un Peuple,
qui aime les Sciences & les beaux Arts, doit toujours de l’attention aux
découvertes de ses voisins, ou pour adopter leurs idées, ou pour les
réfuter justement. Si d’autres Nations pensent mieux que nous, notre
honneur & notre intérêt veulent que nous profitions de leurs lumieres ;
si ces mêmes Nations sont dans l’erreur, mettons-nous en état de les
éclairer ; quelle gloire de triompher sous les drapeaux de la vérité, aussi
bien que sous ceux de Mars !
J’ai donc eu dessein premierement, non pas d’étendre le
Newtonianisme, mais de le faire connoître. En second lieu, j’ai pensé
qu’on seroit bien aise de voir sur quel ton les Italiens sçavent
Philosopher & badiner, prêter de l’enjouëment aux questions les plus
sérieuses, amener dans les Cercles la Géometrie et la Physique. Nous
avons dans ce genre un chef-d’œuvre inimitable, tout Lecteur François
pourra se donner le plaisir du parallele, c’est une excellente méthode
pour constater l’histoire de l’esprit humain, & pour marquer les
différens progrès du goût.
On peut loüer M. Algarotti sans craindre de passer pour
flatteur ; beaucoup d’érudition, beaucoup d’esprit & d’amenité, une
méthode lumineuse, une dexterité charmante à mettre dans tout leur jour
les Dogmes & les Expériences de Newton ; point de figures
Géométriques, point de calculs embarrassans. L’Auteur pour ménager
la délicatesse des Dames a bien voulu perdre une partie des belles
choses qu’il sçait, mais il lui en reste assez pour instruire & pour plaire.
Cependnat j’ai peu qu’on ne lui reproche d’avoir le ton un peu décisif.
Zelé partisan des Sçavans d’Angleterre, il n’en parle qu’avec
vénération, & sans doute il n’a pas tort. Prévenu contre Descartes &
contre tous nos Philosophes François, il les traite de temps en temps
avec un mépris souverain ; ce sont, si l’on veut l’en croire, des esprits
Romanesques, livrés à la temerité des conjectures, entraînés par la
fureur de fabriquer des Systêmes, toujours exposés aux insultes des
Observations & de l’Expérience. Notre Nation n’est gueres plus
respectée, on nous donne de la gentillesse & du feu, mais dès qu’il
s’agit du solide, c’est chez les anglois qu’on va le chercher. A l’âge de
M. Algarotti & au mien, dans cet âge, où notre jeunesse nous tend si
souvent des embûches, peut-on trop craindre de précipiter son
jugement ?
Descartes fut le pere de la saine Philosophie ; avant Descartes
l’on n’étudioit que pour pallier l’ignorance ; il débroüilla le Chaos des
Ecoles, il substitua des idées claires, nettes & distinctes aux vaines
questions, dont on enveloppoit la vérité ; lors même qu’il ne la trouvoit
pas, il nous mettoit sur les voyes pour la trouver, & si l’on veut bien lui
rendre justice, on conviendra que nous lui devons nos progrès dans
l’Art d’observer & d’expliquer la Nature. Sa méthode toute seule,
quand il n’auroit rien fait d’avantage, l’annonceroit pour le plus grand
génie de l’Univers.
Quel reproche peut-on faire à Descartes ? S’il n’a pas
développé tout, c’est la faute du temps, l’expérience & les Observations
lui manquerent. Loüons-le plutôt de nous avoir laissé un Systême, dont
le fonds excellent n’a besoin d’être corrigé que dans quelques-unes de
ses parties. Les Carraches, les Raphaëls ont porté jusqu’au suprême
degré la gloire de la Peinture ; peut-être seroient-ils demeurés au-
dessous du médiocre, s’ils n’avoient été précédés par un Masaccio qui,
selon le témoignage d’un bon Connoisseur, surmonta se qu’il y avoit de
plus rude & de plus difficile dans cet Art, & fut le premier qui fit
parroître ses figures dans de belles attitudes, qui leur donna de la force,
du mouvement, du relief & de la grace. Descartes est le Masaccio de la
Physique ; peut-être que sans lui Newton n’auroit sçû que bégayer.
Quoiqu’en général M. Algarotti soit clair, on pourra trouver
qu’il ne l’est pas toujours. Lorsqu’il le veut, il sçait trop bien expliquer
les choses les plus obscures, pour qu’on lui pardonne la moindres
obscurité ; son Livre est fait pour les Dames, & sans doute pour les
hommes, qui ne sont point initiés dans les mysteres de la Philosophie
Newtonienne ; doit-il esperer que de pareils Lecteurs l’entendront à
demi mot.
S’il m’est permis de porter mon jugement sur le style Italien,
j’avoüerai qu’il me paroît un peu trop diffus. L’Auteur n’a point évité
les phrases allongées, comme il le promet dans sa Préface […].
Voilà tout ce que je dois dire sur mon Auteur, & sur le
caractere de son Ouvrage […]. Souvent il prend un ton Poëtique, j’en ai
usé de même, je l’ai suivi pas à pas, nous quittons, nous reprenons
ensemble la simplicité du Dialogue. Une traduction doit être un portrait
fidele, & pour avoir cette qualité, il faut qu’elle présente non seulement
les traits de l’Original mais encore son coloris. »

Source : Le Newtonianisme pour les dames, ou Entretiens sur la


lumière, sur les couleurs et sur l'attraction, traduit de l'italien de M.
Algarotti, par M. Duperron De Castera, Paris, Montalant, 1738,
« Préface », p. iii-xv.
Bibliographie : C. Borghero, Les Cartésiens face à Newton,
Philosophie, science et religion dans la première moitié du XVIII e
siècle, Turnhout, Brepols, 2011. P. Brunet, L’introduction des théories
de Newton en France au XVIIIe siècle. Avant 1738 Paris, Albert
Blanchard, 1931. J. B. Shank, The Newton Wars & the Beginning of the
French Enlightenment, Chicago, The University of Chicago Press,
2008. J. B. Shank, « Les figures du savant, de la Renaissance au siècle
des Lumières », in D. Pestre, S. Van Damme (dir.), Histoire des
Sciences et des Savoirs, Paris, Seuil, 2015, vol. 1, p. 43-65.
Le débat sur la forme de la Terre par Maupertuis (1738)

[Dès la fin du XVIIe siècle, la forme de la Terre est au centre des débats
scientifiques et joue un rôle central dans la démonstration des thèses
newtoniennes en France. Isaac Newton a estimé, par ses calculs et la loi
de gravitation, que la terre devrait être renflée à l’équateur et aplatie aux
pôles. La proposition va à l’encontre de la conception cartésienne de la
forme de la Terre et des mesures géodésiques des astronomes français
Jean-Dominique Cassini (1625-1712) et Jacques Cassini (1677-1756).
La querelle entre cartésiens et newtoniens s'envenime peu à peu et
l'Académie des Sciences de Paris en devient le théâtre. Admis à
l’Académie en 1723, Pierre-Louis Moreau de Maupertuis (1698-1759),
partisan de Newton, rédige en 1732, un premier discours dans lequel il
défend la thèse du savant anglais. Pour trancher entre les deux formes
de la Terre, et mettre un terme à la querelle, l'Académie des Sciences
organise deux expéditions au Pérou et en Laponie afin de fournir de
nouvelles mesures. En 1738, Maupertuis tranche la question]

« Personne n'ignore la dispute qui a duré 50 ans entre les


sçavans sur la figure de la Terre. On sçait que les uns croyoient que
cette figure étoit celle d'un sphéroïde applati vers les poles, et que les
autres croyoient qu'elle étoit celle d'un sphéroïde allongé. Cette
question, à ne la regarder même que comme une question de simple
curiosité, seroit du moins une des plus curieuses dont se puissent
occuper les philosophe et les géomètres. Mais la découverte de la
véritable figure de la Terre a des avantages réels.
Quand la position des lieux seroit bien déterminée sur les
globes et sur les cartes, par rapport à leur latitude et leur longitude, on
ne sçauroit connoître leurs distances, si l'on n'a la vraye longueur des
degrés, tant du méridien, que des cercles parallèles à l’Équateur. Et si
l'on n'a pas les distances des lieux bien connues, à quels périls ne sont
pas exposés ceux qui les vont chercher à travers les mers !
Lorsqu'on croyoit la Terre parfaitement sphérique, il suffisoit
d'avoir un seul degré du Méridien bien mesuré ; la longueur de tous les
autres étoit la même et donnoit celle des degrés de chaque parallèle à
l'équateur [...] Mais les mesures des Anciens s'accordoient si peu, que
quelques unes différoient des autres de plus de la moitié, et si l'on
adjoûte au peu de rapport qu'elles ont entr'elles, le peu de certitude où
nous sommes sur la longueur exacte de leurs stades1 et de leurs milles,
on verra combien on étoit éloigné de pouvoir compter sur les mesures
de la Terre qu'ils nous ont laissées. Dans ces derniers tems on avoit
entrepris des mesures de la Terre, qui, quoiqu'elles fussent exemptes de
ce dernier inconvénient, ne nous pouvoient guères cependant être plus
utiles [...]
Le Roy ordonna qu'on mesurât le degré du Méridien vers
l’Équateur, et vers le Cercle Polaire, afin que non-seulement la
comparaison de l'un de ces degrés avec le degré de la France fît
connaître si la terre étoit allongée ou applatie, mais encore que la
comparaison de ces deux degrés extrêmes l'un avec l'autre déterminât sa
figure le plus exactement qu'il étoit possible.
On voit en général, que la figure d'un sphéroïde applati, tel
que M. Newton l’a établi, et celle d'un sphéroïde allongé, tel que celui
dont M. Cassini a déterminé les dimensions dans le livre de la
Grandeur et la figure de la Terre, donnent des distances différentes
pour les lieux placés sur l'un et sur l'autre aux même latitudes et
longitudes ; et qu'il est important pour les navigateurs de ne pas croire
naviguer sur l'un des sphéroïdes lorsqu'ils sont sur l'autre...
La connoissance de la figure de la Terre est encore d'une plus
grande utilité pour déterminer la parallaxe de la Lune, chose si
importante dans l'astronomie. Cette connoissance servira à
perfectionner la théorie d'un astre qui paroît destiné à nos usages, et sur
lequel les plus habiles astronomes ont toûjours beaucoup compté pour
les longitudes.
Enfin, pour descendre à d'autres objets moins élevés, mais qui
n'en sont pas moins utiles, on peut dire que la perfection du nivellement
dépend de la connoissance de la figure de la terre. Il y a un tel
enchaînement dans les sciences que les mêmes éléments servent à
conduire un vaisseau sur la mer, servent à connoître le cours de la Lune
dans son orbite, servent à faire couler les eaux dans les lieux où l'on en
a besoin pour établir la communication.
C’est sans doute pour ces considérations que le roy ordonna
les deux voyages à l’Équateur et au Cercle Polaire. Si l'on a fait
quelquefois de grandes entreprises pour découvrir des terres ou
c[h]ercher des passages qui abrégeroient certains voyages, on avoit
toûjours eu les vûës prochaines d'une utilité particulière. Mais la
détermination de la figure de la terre est d'une utilité générale pour tous
les peuples, et pour tous les temps [...] »

Source : Maupertuis, Préface du Discours sur la mesure du degré de


méridien au cercle polaire (1738), dans Œuvres de M. de Maupertuis,
Dresde, 1752, p. 97-102.
Bibliographie : D. Beeson, Maupertuis: An Intellectual Biography,
Voltaire Foundation, Oxford, 1992. R. Iliffe, « Ce que Newton connut
sans sortir de chez lui : Maupertuis et la forme de la terre dans les
années 1730 », Histoire & Mesure, 1993, vol. 8, p. 355-386. M.
Valentin, Maupertuis : Un savant oublié, Rennes, La Découvrance,
1998.
Controverse publique sur les forces vives de Mairan et Châtelet
(1741)

[Émilie du Châtelet (1706-1749), femme de science, a joué un rôle très


important dans l’introduction des thèses newtoniennes et leibnitziennes
en France. Son château de Cirey, qui accueille Voltaire en exil, devient
un lieu d’étude philosophique et scientifique. En 1737, elle concourt à
un prix de l’Académie sur la nature et la propagation du feu qui lui vaut
d’être publiée, tandis qu’elle aide Voltaire dans la rédaction de ses
Elements de la philosophie de Newton, publiés en 1738. En 1736, elle a
découvert les travaux de Leibnitz, et en particulier sa thèse des « forces
vives » inventée en 1686 pour expliquer la conservation de l’univers. La
publication de ses Institutions physiques en 1740 introduit pour la
première fois les idées de Leibnitz en France. C’est alors que s’entame
une âpre controverse avec le secrétaire perpétuel de l’Académie des
sciences, Jean-Jacques Dortous de Mairan (1678-1771), ouvertement
hostile à cette théorie depuis la parution en 1728 de sa Dissertation sur
l’estimation et la mesure des forces motrices des corps. Les lettres
publiées et vendues par les libraires donnent un grand écho à cette
controverse publique en 1741]

« Madame, Monsieur,
Le Public jugera si votre Critique sur la Dissertation que je
joins ici, est bien ou mal fondée, & si l’air paradoxe de la Proposition
que vous y avez particulierement attaquée, annonce un paralogisme, ou
un raisonnement solide, qui n’en devoit être que plus frappant. C’est
pour faciliter ce jugement que j’ai consenti à la réimpression de mon
Ouvrage sous une forme plus commode, & plus propre à se répandre,
étant détaché du corps des Mémoires de l’Académie. […]Recevez-le du
moins, je vous prie, comme un hommage que je vous rends. J’attendrois
trop, ou plutôt j’attendrois vainement, si je ne voulois m’acquitter de ce
devoir, que par de grands & d’excellens Livres, ou de l’importance de
celui dont vous m’avez honoré. Il me suffit, pour oser vous offrir celui-
ci, que vous l’ayez jugé digne d’être sacrifié sur les Autels que vous
élevez à M. Leibnits.
Je ne puis vous cacher, Madame, que je crois ma cause jugée
avec un peu de précipitation, que je pense même qu’il n’y avoit point
qu’à lire la Proposition dont il s’agit, soit dans son énoncé, soit dans le
texte qui la suit, & qui l’explique, pour se garantir du faux aspect sous
lequel vous l’avez considerée. Mais je fais plus, Madame, j’ose
présumer que ce même Ouvrage où vous l’avez lûë, un peu médité,
vous fournira de quoi sentir le foible des preuves qui vous ont paru les
plus victorieuses en faveur des Forces Vives, & qui remplissent le
dernier Chapitre de vos Institutions de Physique.
Ma présomption n’est pas ce me semble sans fondement, & je
me flatte du moins, après tout ce qui s’est passé, que vous la trouverez
excusable. Car enfin, Madame, les raisonnemens de ce Memoire, qui ne
vous paroissent aujourd’hui que séduisans, vous les jugiez admirables,
& si lumineux que vous sembliez être persuadée qu’ils avoient
détrompé le monde de l’erreur des Forces Vives, lorsque vous écriviez
votre sçavante Piéce sur la nature du Feu. Qu’est-il arrivé depuis qui
m’ait enlevé un si glorieux suffrage ? Le voici, Madame, & la date de
votre changement.
C***, le séjour des Sciences & des beaux Arts, depuis que
vous l’habitez, devint peu de temps après les éloges que vous m’aviez si
libéralement accordez, une Ecole Leibnitiene, & le rendez-vous des plus
illustres Partisans des Forces Vives. Bientôt on y parle un autre langage,
& les Forces Vives y sont placées sur le Trône à côté des Monades ;
vous envoyez alors à Paris un Correctif des louanges que vous aviez
données à mon Ouvrage, & des effets trop surprenans que vous lui aviez
attribués : vous souhaitez en me^me temps que ce Correctif, ne pouvant
être inseré dans le Texte, soit mis en Errata à la suite de votre Piéce
qu’on imprimoit actuellement […].
[s’ensuit une démonstration de la réfutation des Forces Vives par
Dortous de Mairan]
Je me flatte, Madame, que vous regarderez toutes ces
réflexions comme une preuve du cas que je fais de vos lumieres, & de
ce bon esprit qui ne scçauroit vous permettre de résister au vrai, quand
il ne se présentera à vous sans nuage.
Je suis avec un profond repect, &c.
A Paris, ce 18 Février 1741. »

Source : Jean Jacques Dortous de Mairan, Lettre de M. de Mairan,


secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences, &. A Madame
*** Sur la Question des Forces Vives, en réponse aux Objections
qu’elle lui a fait sur ce sujet dans ses Institutions de Physique, Paris,
Jombert, 1741.

« Quelque forme que prenent vos ouvrages, Monsieur, j’en


ferai toujours un cas infini, ainsi vous ne devez pas douter de la
reconnoissance avec laquelle je reçois l’édition in 12 de vôtre mémoire
que vous m’envoiez, & je commence à croire véritablement les
institutions de Phisique un livre d’importance depuis qu’elles ont
procuré au public la Lettre à laquelle je vais répondre, & cette nouvelle
édition de vôtre mémoire dont vous avez consenti qu’on l’enrichit, avec
les changemens importans que vous y avez faits, & dont vous avez la
bonté de m’instruire.
Si je n’avois craint de manquer à la politesse en diférant trop
long-temps cette reponse, je vous aurois demandé quelques
éclaircissemens dont j’avouë que j’aurois besoin.
Je vous demanderois, parexemple, ce que vous entendés par
bien lire un ouvrage, afin que je puisse me garantir à l’avenir du
reproche que vous me faites de n’avoir pas bien lû ni dans son énoncé,
ni dans le texte qui la suit, la proposition de vôtre memoire dont j’ai pris
la liberté de ne pas convenir.
[…] Je suis dans le même embaras pour sçavoir quel
Constraste un Errata peut faire avec le monde pour lequel je suis née,
s’il y a du Constraste dans tout ceci, il me semble que ce n’est pas dans
cet Errata qu’il consiste.
[…] Comme il ne s’agit heureusement pas ici de transcrire 14
pages, je vais épargner au Lecteur la peine d’aller chercher cet endroit
dans mon livre, & dans votre memoire, & je vais lui metre les deux
textes sous les yeux, afin qu’il juge par lui meme de l’importance des
variations qui s’y trouvent.
[s’ensuit une démonstration point par point réfutant les arguments de
Dortous de Mairan]
Cependant malgré toutes ces preuves, vous me dites encore à
la pag. 12. de votre letre, que je ne puis vous passer cette conclusion,
qu’on doit estimer la force des corps par les obstacles qu’ils ne
surmontent point, & qu’ils auroient surmonté par une force constante,
mais que je ne la réfute nulement, dites moi donc ce que c’est que
refuter, si ce n’est pas demontrer, que ce que l’on refute implique
contradiction ? Mais c’est peut-être cela que vous entendés, quand vous
me dites page 16. de votre Letre, que c’est un peu cavalierement que
j’ai pretendu vous refuter.
Il est vrai que j’aurois pu, & que je pourois encore faire une
refutation plus ample de votre Memoire, mais comme la proposition que
j’ai combatuë, sert de base a presque tous les raisonemens qu’il
contient, je crois qu’il suffit d’avoir tapé cette base pour faire crouler
tout l’édifice, je vais donc à present me defendre à mon tour, & voir si
je pourai sauver les preuves, que j’ai aportées dans mon ouvrage en
faveur des forces vives, de coups que vous prétendés leur porter dans
votre Letre.
[…] Enfin je suis encore persuadée avec vous qu’il y a
quelqu’un ici qui a tort, mais je suis bien sure du moins n’avoir pas
celui de ne pas sentir tout votre merite, je suis, &c.
A Bruxelles, ce 26 mars 1741. »

Source : Émilie du Châtelet, Réponse de Madame du Chastelet A la


lettre que Mr. de Mairan, Secretaire perpetuel de l’Académie des
Sçiences, lui a écrite le 18 Février 1741, sur la question des forces
vives, Bruxelles, Foppens, 1741.
Bibliographie : É. Badinter, Les Passions intellectuelles, I, Désirs de
gloire, 1735-1751, Paris, Fayard, 1999, p. 41-47. O. Bruneau et I.
Passeron, « Des lions et des étoiles : Dortous de Mairan, un physicien
distingué », dans Revue d’Histoire des Sciences, 2015, t. 68, p. 259–
279. K. Kawashima, « La querelle des forces vives : le débat entre Mme
Du Châtelet et Dortous de Mairan », in Madame Du Châtelet : la femme
des Lumières, catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale de
France, 2006, p. 99-103.
FIGURES DE SAVANTS ET TECHNICIENS

Léonard de Vinci

[La vie et l’œuvre de Léonard de Vinci (1452-1519) ont fasciné ses


contemporains. Même s’il ne l’a jamais rencontré, le peintre et écrivain
toscan Giorgio Vasari (1511-1574) lui consacre une notice
particulièrement élogieuse dans ses Vies d’artistes. La figure de Vinci
par Vasari sert largement à alimenter le mythe d’un génie dès ses plus
jeunes années. Quant au cardinal Louis d’Aragon (1475-1519),
voyageur princier de la Renaissance, il visite en 1517 au Clos Lucé un
artiste veilli mais qui n’a rien perdu de sa perfection et de sa curiosité]

Léonard de Vinci : la vie de Léonard par Vasari

« Le ciel, dans sa bonté, rassemble parfois sur un mortel ses


dons les plus précieux et marque d'une telle empreinte toutes les actions
de cet heureux privilégié, qu’elle semble moins témoigner de la
puissance du génie humain que de la faveur spéciale de Dieu. Léonard
de Vinci, dont la beauté et la grâce ne seront jamais assez vantés, fut un
de ces élus. Sa prodigieuse habilité le faisait triompher facilement des
plus grandes difficultés. Sa force, son adresse, son courage avait
quelque chose de vraiment Royal et magnanime ; et sa renommée,
éclatante pendant sa vie, s’accrut encore après sa mort. Léonard, fils de
Ser Piero Da Vinci, se serait distingué même dans les sciences et les
belles lettres, si, à toutes les facultés rares dans son esprit doué, ne se fut
malheureusement alliée une certaine inconstance d'humeur, qui lui
faisait aborder et abandonner beaucoup de choses pour un tour. Pendant
quelques mois il étudie à l'arithmétique : c'est progresse sur ses rapides,
il ne tarda pas à embarrasser son maître parler douter les questions
soulevées. Il cultive un peu la musique, et bientôt, inspiré par son génie
entreprenant et facile, il sut jouer divinement de la lyre et marier ces
accords aux chants qu'il improvisait. Cependant malgré cette variété
d'études, il modelait et dessinait constamment. C'était là sa fantaisie la
plus forte. Ser Piero s’en aperçut, et réfléchissant au génie naissant de
son fils, il prit quelques dessins de celui-ci, et s’en alla voir Andrea del
Verrochio, son ami intime, et le supplia de lui dire si Léonard,
s'appliquant ainsi au dessin, pourrait un jour occuper une place
distinguée parmi les artistes. Andréa, étonné en voyant les
commencements prodigieux de ce jeune homme, engagea fort son ami à
le faire étudier. Ser Piero le lui envoya tout joyeux pour travailler dans
son atelier. Léonard avait trop d'intelligence pour s'attacher à une seule
branche de l'art : tout ce que le dessin embrasse fut l'objet de sa
recherche. Jeune encore, et déjà bon géomètre, il se montra sculpteur en
en modelant en terre quelques têtes de femmes et plusieurs têtes
d'enfants, qu'on aurait pu attribuer à la main d'un maître. Il se montra
encore architecte en faisant les plans et les dessins d’un certain nombre
d’édifices, de moulins, de fouleries et de machines se mouvant par la
seule force de l’eau. Ce fut lui, malgré sa grande jeunesse, qui, le
premier parla de se servir des eaux de l’Arno pour en faire un canal de
Pise à Florence. Mais sa vocation voulait qu’il fut peintre : il dessinait
beaucoup d’après nature, et modelait en terre des figures, qu’il drapait
ensuite avec des chiffons mouillés et enduits de terre ; puis, sur
certaines toiles de lin ou de batiste, il dessinait avec soin, à la pointe de
sa brosse, avec un peu de blanc et de noir, ces études qu’il rendait
admirablement, comme le prouvent quelques figures que nous
conservons dans notre recueil. Il dessina aussi sur le papier, avec une
pureté et une perfection que jamais personne n’a pu atteindre. J’en
pourrais fournir la preuve par la magnifique tête, pleine d’effet et de
caractère que je possède. Dieu avait vraiment donné à cet homme
sublime un tact exquis pour concevoir et une terrible puissance pour
démontrer. Intelligence, mémoire, dessin, parole, tout concourait au
triomphe de ses idées, qu’il imposait en résolvant et détruisant les
objections les plus fortes. Il composait une quantité de modèles et de
dessins pour prouver qu’ici l’on pouvait aplanir une montagne ou la
percer, afin d’unir deux plaines ; que là au moyen de vis, leviers et
cabestans, l’on pouvait soulever ou tirer des poids énormes ; qu’ailleurs,
à l’aide de pompes on pouvait curer un port et faire monter les eaux.
Enfin sa tête était en travail continuel, et de tous ces projets, il est
résulté un grand nombre de dessins qui sont épars ça et là entre les
mains des artistes : j’en ai vu beaucoup. Il s’amusait même à dessiner
des nouds de cordes, disposés de façon à remplir un cercle. Il existe une
gravure d’un de ces dessins, remarquable par l’arrangement et les
difficultés vaincues, au milieu duquel il a inséré ces mots : Leonardus
Vinci Academia. Parmi ses dessins de machines se trouvait ce fameux
plan au moyen duquel, un jour, il démontra à plusieurs citoyens de
mérite, qui gouvernaient alors Florence, qu’il soulèverait leur temple de
San Giovanni et l’exhausserait sur des degrés sans le détruire. Il
s’appuyait sur de si bonnes raisons, qu’il fallait finir par se laisser
convaincre ; on ne reconnaissait l’impossibilité d’une semblable
entreprise que quand il n’était plus présent. Tous les cœurs étaient à lui
tant il avait de prestige et de charme dans sa conversation. Ne possédant
presque rien, et peu assidu au travail, il eut toujours des domestiques,
des chevaux, qu’il aimait par-dessus tout, et une ménagerie d’animaux
de toute espèce, qui faisaient ses délices et qu’il soignait avec une
patience et un amour infinis. Souvent en passant par les lieux où l’on
vendait des oiseaux, il en payait le prix demandé, les tirai lui-même de
la cage et leur rendait la liberté. La nature l’avait comblé : éminent en
tout genre, sans égal pour comprendre, agir, bien faire et persuader. Il
semble cependant que cette grande intelligence de l’art soit précisément
cause que Léonard qui commença beaucoup de choses, n’en finit
aucune. Il craignait que son exécution ne pût jamais atteindre à la
hauteur où son génie l’appelait ; il craignait que ses mains, tout habiles
qu’elles fussent, ne le trahissent pour rendre les difficultés extrêmes et
les finesses merveilleuses que son imagination se plaisait à créer. Alors,
repris par ses caprices, il étudiait la philosophie des choses naturelles,
qui le menait à connaître la propriété des plantes, et à observer le
mouvement du soleil, de la lune et des astres.
Comme nous l'avons déjà dit, Léonard étudiait le dessin chez
Andrea del Verrochio. Celui-ci le chargea un jour de peindre un ange
dans un baptême du Christ. La figure du jeune élève se trouvait
tellement supérieure à celle du maître, qu’Andrea, désespéré de se voir
vaincu par un enfant, renonça pour toujours à la peinture. On confia à
Léonard un carton d'après lequel on devait exécuter en Flandre une
portière, tissue de soie et d'or, destiné au roi de Portugal. Ce carton
représentait Adam et Eve dans le paradis terrestre, au moment de leur
désobéissance. Léonard dessina en grisaille, et à la brosse, plusieurs
animaux dans une prairie émaillée de mille fleurs, qu’il rendit avec une
précision et une vérité inouïes. Les feuilles et les branches d’un figuier
sont exécutées avec une telle patience et un tel amour, qu’on ne peut
vraiment comprendre la constance de ce talent. On voit aussi un
palmier, auquel il a su donner un si grand ressort par la disposition et la
parfaite entente des courbures de ses palmes, que nul autre n’y serait
arrivé. Malheureusement, la portière fut abandonnée et le carton est
aujourd’hui dans la maison fortunée du magnifique Ottavien de
Médicis, auquel il a été donné il y a peu de temps, par l’oncle de
Léonard […] ».

Source : Giorgio Vasari, « La vie de Léonard de Vinci », dans Vies des


Peintres les plus éminents, sculpteurs et architectes (1568), trad. par
Léopold Leclanché, Paris, Just Tessier, 1839-1841, t. 4, p. 1-32.
Bibliographie : D. Arasse, Léonard de Vinci, le rythme du monde,
Paris, Hazan, 2011.

Visite du cardinal d’Aragon au Clos Lucé (1517)

« Amboise : visite a Léonard de Vinci.


Amboise est une petite ville très gaie et bien située ; elle est
dans la plaine, niais son château s’élève sur la hauteur; il n’est pas
fortifié; il est bien compris comme appartements et il a une très belle
vue. Le roi Charles y résidait volontiers, comme le roi Louis son père, a
Tours et le roi Louis son successeur à Blois.
Sa Seigneurie alla visiter avec nous, dans un faubourg
d’Amboise, Messire Léonard de Vinci, Florentin, âgé de plus de
soixante-dix ans, peintre très célèbre de notre temps.
Il montra au cardinal trois tableaux ; le portrait d’une certaine
dame florentine peinte jadis au naturel sur l’ordre de feu le Magnifique
Julien de Médicis ; un Saint Jean-Baptiste enfant et enfin une Vierge
avec l’enfant assise sur les genoux de sainte Anne. Ces trois oeuvres
sont exécutées avec une grande perfection. Il est vrai que, désormais, le
dit maître Léonard ayant été atteint d’une paralysie du bras droit, on ne
peut plus attendre de lui d’autres qelles choses ; mais il a fort bien
instruit un élève venu de Milan, qui travaille excellemment sous sa
direction. Et quoique le susdit maître ne puisse plus colorier avec la
douceur qui lui était particulière, du moins s’occupe-t-il à faire des
dessins et à surveiller le travail des autres.
Ce gentilhomme a composé un ouvrage sur l’anatomie
appliquée spécialement à l’étude de la peinture, aussi bien des membres
que des muscles, les nerfs, des veines, des jointures, des intestins et de
tout ce qui peut s’expliquer tant sur le corps des hommes que sur celui
des femmes; on n’en a jamais fait de semblable, il nous l’a montré et
nous a dit, en outre, qu’il avait fait la dissection de plus de trente corps
d’hommes ou de femmes de tout âge.
Messire Léonard a également écrit sur la nature des eaux, les
diverses machines, et sur d’autres sujets qu’il nous a indiqués, une
quantité de volumes; tous ces livres, écrits en italien, seront une source
précieuse d’agrément et de profit lorsqu’ils viendront au jour.
BLOIS »

Source : Don Antonio de Beatis, Voyage du Cardinal d’Aragon en


Allemagne, Hollande, Belgique, France et Italie (1517-1518), Paris,
Perrin, 1913.
Bibliographie : A. Chastel, Le Cardinal Louis d'Aragon, un voyageur
princier de la Renaissance, Paris, Fayard, 1986.
Newton

Newton et la Physique, dans le discours préliminaire de


L’Encyclopédie (1751)

[Après les rudes débats qui ont opposé les newtoniens aux cartésiens
jusque dans les années 1740, la parution de l’Encyclopédie en 1751
affirme le succès des thèses de Newton en France. Jean Le Rond
d’Alembert (1717-1783), dans le Discours préliminaire à
l’Encyclopédie, manifeste son admiration pour Newton, à qui il donne
un rôle clé dans l’histoire progrès des sciences. En 1738, D’Alembert
avait d’ailleurs publié un Traité de dynamique influencé par la méthode
newtonienne.]

« Newton, à qui la route avoit été préparée par Huyghens, parut


enfin, & donna à la Philosophie une forme qu'elle semble devoir
conserver. Ce grand génie vit qu'il étoit tems de bannir de la Physique
les conjectures & les hypothèses vagues, ou du moins de ne les donner
que pour ce qu'elles valoient, & que cette Science devoit être
uniquement soûmise aux expériences & à la Géométrie. C'est peut-être
dans cette vûe qu'il commença par inventer le calcul de l'Infini & la
méthode des Suites, dont les usages si étendus dans la Géométrie même,
le sont encore davantage pour déterminer les effets compliqués que l'on
observe dans la Nature, où tout semble s'exécuter par des especes de
progressions infinies. Les expériences de la pesanteur, & les
observations de Képler, firent découvrir au Philosophe Anglois la force
qui retient les planetes dans leurs orbites. Il enseigna tout ensemble & à
distinguer les causes de leurs mouvemens, & et à les calculer avec une
exactitude qu'on n'auroit pû exiger que du travail de plusieurs siecles.
Créateur d'une Optique toute nouvelle, il fit connoître la lumiere
aux hommes en la décomposant. Ce que nous pourrions ajoûter à l'éloge
de ce grand Philosophe, seroit fort au-dessous du témoignage universel
qu'on rend aujourd'hui à ses découvertes presque innombrables, & à son
génie tout à la fois étendu, juste & profond. En enrichissant la
Philosophie par une grande quantité de biens réels, il a mérité sans
doute toute sa reconnoissance ; mais il a peut-être plus fait pour elle en
lui apprenant à être sage, & à contenir dans de justes bornes cette
espece d'audace que les circonstances avoient forcé Descartes à lui
donner. Sa Théorie du monde (car je ne veux pas dire son Systême) est
aujourd'hui si généralement reçue, qu'on commence à disputer à l'auteur
l'honneur de l'invention, parce qu'on accuse d'abord les grands hommes
de se tromper, & qu'on finit par les traiter de plagiaires. Je laisse à ceux
qui trouvent tout dans les ouvrages des anciens, le plaisir de découvrir
dans ces ouvrages la gravitation des planetes, quand elle n'y seroit pas ;
mais en supposant même que les Grecs en ayent eu l'idée, ce qui n'étoit
chez eux qu'un systême hasardé & romanesque, est devenu une
démonstration dans les mains de Newton : cette démonstration qui
n'appartient qu'à lui fait le mérite réel de sa découverte ; & l'attraction
sans un tel appui seroit une hypothèse comme tant d'autres. Si
quelqu'Ecrivain célebre s'avisoit de prédire aujourd'hui sans aucune
preuve qu'on parviendra un jour à faire de l'or, nos descendans auroient-
ils droit sous ce prétexte de vouloir ôter la gloire du grand oeuvre à un
Chimiste qui en viendroit à bout ? Et l'invention des lunettes en
appartiendroit-elle moins à ses auteurs, quand même quelques anciens
n'auroient pas cru impossible que nous étendissions un jour la sphere de
notre vûe ?
D'autres Savans croyent faire à Newton un reproche beaucoup
plus fondé, en l'accusant d'avoir ramené dans la Physique les qualités
occultes des Scholastiques & des anciens Philosophes. Mais les Savans
dont nous parlons sont-ils bien sûrs que ces deux mots, vuides de sens
chez les Scholastiques, & destinés à marquer un Etre dont ils croyoient
avoir l'idée, fussent autre chose chez les anciens Philosophes que
l'expression modeste de leur ignorance ? Newton qui avoit étudié la
Nature, ne se flattoit pas d'en sçavoir plus qu'eux sur la cause premiere
qui produit les phénomènes ; mais il n'employa pas le même langage,
pour ne pas révolter des contemporains qui n'auroient pas manqué d'y
attacher une autre idée que lui. Il se contenta de prouver que les
tourbillons de Descartes ne pouvoient rendre raison du mouvement des
planetes ; que les phénomènes & les lois de la Mechanique s'unissoient
pour les renverser ; qu'il y a une force par laquelle les planetes tendent
les unes vers les autres, & dont le principe nous est entierement
inconnu. Il ne rejetta point l'impulsion ; il se borna à demander qu'on
s'en servît plus heureusement qu'on n'avoit fait jusqu'alors pour
expliquer les mouvemens des planetes : ses desirs n'ont point encore été
remplis, & ne le seront peut-être de long-tems. Après tout, quel mal
auroit-il fait à la Philosophie, en nous donnant lieu de penser que la
matiere peut avoir des propriétés que nous ne lui soupçonnions pas, &
en nous desabusant de la confiance ridicule où nous sommes de les
connoître toutes ?
A l'égard de la Métaphysique, il paroît que Newton ne l'avoit
pas entierement négligée. Il étoit trop grand Philosophe pour ne pas
sentir qu'elle est la base de nos connoissances, & qu'il faut chercher
dans elle seule des notions nettes & exactes de tout : il paroît même par
les ouvrages de ce profond Géometre, qu'il étoit parvenu à se faire de
telles notions sur les principaux objets qui l'avoient occupé. Cependant,
soit qu'il fût peu content lui-même des progrès qu'il avoit faits à d'autres
égards dans la Métaphysique, soit qu'il crût difficile de donner au genre
humain des lumieres bien satisfaisantes ou bien étendues sur une
science trop souvent incertaine et contentieuse, soit enfin qu'il craignît
qu'à l'ombre de son autorité on n'abusat de sa Métaphysique comme on
avoit abusé de celle de Descartes pour soutenir des opinions
dangereuses ou erronées, il s'abstint presque absolument d'en parler
dans ceux de ses écrits qui sont le plus connus ; & on ne peut guere
apprendre ce qu'il pensoit sur les différens objets de cette science, que
dans les ouvrages de ses disciples. Ainsi comme il n'a causé sur ce point
aucune révolution, nous nous abstiendrons de le considérer de ce côté-
là. »

Source : Jean Le Rond d’Alembert, « Discours préliminaire », dans


Denis Diderot, Jean Le Rond d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire
raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens
de lettres, Paris, Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand, 1751.
Bibliographie : C. Borghero, Les Cartésiens face à Newton,
Philosophie, science et religion dans la première moitié du XVIII e
siècle, Turnhout, Brepols, 2011. F. De Gandt, « La réception de
Newton : philosophes et géomètres », Revue du Nord, 77, 312, 1995, p.
845-857. F. De Gandt, « Les études newtoniennes du jeune
D’Alembert », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 2005, vol.
38, p. 177-190. J. B. Shank, « Les figures du savant, de la Renaissance
au siècle des Lumières », in D. Pestre, S.Van Damme (dir.), Histoire
des Sciences et des Savoirs, Paris, Seuil, 2015, vol. 1, p. 43-65.
Mlle Ferrand, femme des salons, méditant sur les Principia de
Newton (1752)

[Isaac Newton (1643-1727) constitue incontestablement un héros des


Lumières, célébré dans toute l’Europe comme le génie du progrès. La
lecture, pourtant si difficile des Principia, ou la possession du livre, se
veut le reflet de la curiosité des hommes et femmes du XVIIIe siècle
pour les sciences et les savoirs. Salonnière et philosophe, Élisabeth
Ferrand (1700-1752) reçoit dans son salon de Saint-Germain à Paris
certains des savants en vue de la capitale, comme Maupertuis ou
D’Alembert. Intéressée par les mathématiques et la physique, elle
réalise des expériences devant ses invités. En 1752, c’est en train de
méditer sur Newton que le peintre Maurice-Quentin de La Tour (1704-
1788) la représente]

Ill. 33

Source : Maurice-Quentin de La Tour (1704-1788), Mlle Ferrand


méditant sur Newton (1700-1752), pastel, 73x60cm, 1752, Alte
Pinakothek, Munich.
Bibliographie : N. Jeffares, « La Tour, Mlle Ferrand méditant sur
Newton », Dictionary of Pastellists before 1800, Londres, Unicorn
Press, 2006, p. 5-6. A. Lilti, Le Monde des salons. Sociabilité et
mondanité à Paris, 1776-1785, Paris, Fayard, 2005. J. B. Shank, The
Newton Wars & the Beginning of the French Enlightenment, Chicago,
The University of Chicago Press, 2008.
Représentation de soi

Ma vie de Cardan (1643)

[Girolamo Cardano (1501-1576), astrologue, philosophe et médecin


italien, hésite longtemps à publier ses écrits. Après avoir réalisé
l’horoscope du Christ expliquant que la Passion correspond à la
conjonction des planètes dans son Commentaire à l'astrologie judiciaire
de Ptolémée (1552), Cardano est poursuivi par l’Inquisition pour
hérésie en 1570. Il est finalement condamné à 2 mois de prison, 1800
écus d’or d’amende, radié de l’université de Bologne et sommé
d’abjurer. Dans son autobiographie, Ma Vie, quelques semaines avant
sa mort, il énumère tous les vices dont il a été accusé et revient sur les
travaux qu’il a effectués ainsi que sur ses controverses, notamment avec
le mathématicien Niccolo Tartaglia (1499-1557)]

« Les motifs qui m’ont poussé à écrire, je pense qu’on les a déjà
compris. Ce furent les avertissements de songes répétés deux, trois,
quatre fois et davantage, comme je l’ai rapporté ailleurs, mais aussi le
désir de perpétuer mon nom. A deux reprises, du reste, j’ai jeté une
bonne partie de mes œuvres : d’abord vers ma trente-septième année,
j’en brûlai neuf parce que je compris qu’elles seraient sans valeur et
d’aucune utilité. Il y avait là-dedans beaucoup de fatras, surtout en
médecine. De ces livres je ne sauvai rien et n’en conservai aucun en
entier, sauf le Des mauvaises pratiques des médecins actuels, qui fut ma
première publications, et les Rudiments d’arithmétique dont je me
servis pour bâtir mon Arithmétique pratique. Un peu plus tard, vers
1541, je fis paraître l’opuscule Supplément aux almanachs qui, après
avoir été augmenté dans la deuxième édition, reçut de nouvelles
additions et fut encore réimprimé. En 1573, lorsque mes malheurs
avaient déjà pris fin, je détruisis cent vingt autres livres, mais je ne
procédai pas comme la première fois ; j’en tirai tout ce qui me parut
utile – ainsi mon petit volume de Plaisanteries piquantes extrait d’un
vaste recueil d’anecdotes -, et j’en gardai quelques-uns intégralement
comme le Sur les livres des hommes illustres.
J’en ai transformé d’autres, comme Diomède qui reçut « des armes de
bronze en échange d’armes d’or, ce qui valait neuf contre ce qui valait
cent ». Je fis mes livres parce que cela me plaisait, je les détruisis quand
j’en étais mécontent, et l’événement me donna raison dans les deux cas.
Plus tard, à la suite de songes répétés, j’écrivis le De la subtilité que je
donnai à imprimer, puis augmentai pour une deuxième édition et que je
publiai enfin une troisième fois avec de nouveaux suppléments. Je
passai ensuite au Grand art que je composai pendant que j’étais aux
prises avec Giovanni Colla et Tartaglia, qui m’avait fourni le premier
chapitre et qui préféra m’avoir pour rival – un rival supérieur à lui –
plutôt que pour ami lié par la reconnaissance , alors que la découverte
appartenait à un autre. Pendant que je voyageais sur la Loire, n’ayant
rien à faire, je rédigeai mon Commentaire à l’Astrologie judiciaire de
Ptolémée, en 1552. J’ajoutai, en 1658, les traités Des proportions et La
règle Aliza à mon Grand art et je fis paraître le tout : puis je complétai
mon Arithmétique par les deux livres de la Géométrie nouvelle et du De
la musique ; mais ce dernier ouvrage, six ans plus tard, c’est-à-dire en
1574, je l’ai corrigé et fait recopier. J’ai publié le De la variété des
choses en 1558 : c’étaient les restes du De la subtilité que je n’avais pu
mettre en ordre et reprendre à cause de la multitude de mes
occupations : mes fils peu soumis et sans capacités, mes revenus à peu
près nuls, l’enseignement sans répit, la direction de ma maison,
l’exercice de mon art en ville, les consultations, la correspondance, et
tant d’autres choses qui ne me laissaient pas le temps de respirer et
moins encore de revoir mes livres. Parmi tous ces tracas, je fis paraître
pour la première fois ma Consolation, j’yu ajoutai ensuite le traité De la
sagesse, qui fut réimprimé en 1543. Entre-temps, j’écrivis de nombreux
opuscules qui sont en partie publiés, en partie inédits, et tous mes livres
de médecine, dont quatre on paru : le Commentaire aux Aphorismes
d’Hippocrate, celui à son De l’aliment, celui à son Traité des airs, des
eaux et des lieux et celui à son Pronostic. […]
Lorsque j’arrivai à Bologne, je fis éditer mon Commentaire au Sur les
Songes de Synésios, qui sera assurément utile aux gens raisonnables, en
revanche peut-être mauvais pour la foule grossière. […] Il est assez
difficile de distinguer les livres utiles des inutiles, pour qu’on doive
établir un troisième groupe dont la lecture serait réservée aux seuls
doctes. »

Source : Jérôme Cardan, Autobiographie. Ma vie, traduite du latin par


Jean Dayre, Paris, Belin, 1936, p. 204-208.
Bibliographie : A. Arcellaschi, Le De propria Vita de Jérôme Cardan,
médecin et philosophe (1501-1576) », Vita Latina, 1990, vol. 118, n°1,
p. 2-7. J.-Y. Boriaud (dir.), La pensée scientifique de Cardan, Paris, Les
Belles Lettres, 2012. M. A. Nordgeard, « Sidelights on the Cardan-
Tartaglia controversy », National Mathematics Magazine, 1938, vol. 12,
n°7, p. 327-346. O. Ore, Cardano, the Gambling Scholar, Princeton,
Princeton University Press, 1953.
Hevelius, Aristote et Kepler(1668)

[Sur le frontispice de sa Cosmographia (1668), Johannes Hevelius


(1611-1687) se met en scène en scène entre Aristote (384-322 av. J.-C.),
défenseur du modèle géocentrique, et Kepler (1571-1630), qui
développe l’hypothèse héliocentrique d’après Copernic]

Ill. 34

Frontispice de la Cometographia d’Hevelius le représentant entouré


d’Aristote (à gauche) et Kepler (à droite), entourés d’instruments
d’observation.
Source : Johannis Hevelii, Cometogaphia, Gedani, Simon Reiniger,
1668.
Bibliographie : K. Targosz, « Johann Hevelius et ses démarches pour
trouver des mécènes en France », Revue d’histoire des sciences, 1977,
vol. 30, n°1, p. 25-41. J.-P. Verdet, Une histoire de l’astronomie, Paris,
Seuil, 1990.
Les devoirs de l’académicien par lui-même (1752)

[Pierre Louis Moreau de Maupertuis (1698-1759) est élu membre de


l’Académie des sciences en 1723 et intègre plus tard la Royal Society.
Rendu célèbre par le débat sur la forme de la Terre et son expédition en
Laponie, il se met au service de Frédéric II de Prusse à partir des années
1740 et préside l’Académie des sciences Berlin. En 1752, il publie
depuis Berlin ses Lettres. Les devoirs de l’académicien insistent sur la
nécessité de l’entraide entre savants et de l’amour des sciences]

« Messieurs,
Lorsque j’entreprends ici de parler des devoirs de
l’Académicien je n’aurois qu’à dire ce que vous faites, pour avoir
presque dit ce que vous devez faire : & j’auraois pu donner cette forme
à mon Discours, si je n’avois eu à craindre un air d’ostentation qu’on
auroit pu me reprocher, malgré le peu de part que j’ai à votre gloire & à
vos travaux. Je parlerai donc ici des devoirs de l’Académicien en
général : si vous y trouvez votre éloge, ceux qui ne sont pas de ce
corpzs y trouveront ce qui peut les rendre dignes d’en être.
Mais avant que de parler de devoirs à des hommes libres, tels
que sont les citoyens de la république des Lettres ; quelle est donc la loi
que les peut obliger ? Pouquoi le Philosophe renoncera-t-il à cette
liberté, laquelle il semble qu’il ait tout sacrifié, pour s’assujettir à des
devoirs, pour se fixer des occupations réglées & d’un certain genre. Il
faut sans doute qu’il y trouve quelqu’avantage : & cet avantage quel
est-il ?
C’est celui que les hommes retirent de toutes les Sociétés :
c’est le secours mutuel que se prêtent tous ceux qui en sont les
membres. Chaque société possède un bien commun, où chaque
particulier puise beaucoup plus qu’il ne contribue.
Qu’un homme qui s’applique aux Sciences veuille se suffire à
lui-même, qu’il ne veuille emprunter d’aucun autre les connoissances
dont il a besoin, quand même je supposerai qu’il ait tout le génie
possible, avec quelle peine, avec quelle lenteur, ne fera-t-il pas ses
progrès ! quel temps ne perdre-t-il pas à découvrir des vérités, qu’il
auroit connu d’abord, s’il eut profité du secours d’autrui ! Il aura épuisé
ses sources avant que d’être arrivé au point d’où il eût pu partir.
Combien celui qui, aidé des lumières de ceux qui l’ont devancé, & de
celles de ses contemporains, réserve toute sa vigueur pour les seules
difficultés qu’ils n’ont pas résoluées, combien celui-là n’est-il pas plus
en état de les résoudre ?
Tous ces secours qu’on trouve dispersés dans les ouvrages &
dans le commerce des Savants, l’Académicien les trouve rassemblés
dans une Académie ; il en profite sans peine dans la douceur de la
Société ; & il a le plaisir de les devoir à des confrères & des amis.
Ajoutons-y ce qui est plus importanty encore ; il acquiert dans nos
assemblées cet esprit académique, cette espéce de sentiment du vrai, qui
le lui fait découvrir où il est, et l’empêche de le chercher l où il n’est
pas. Combien différents Auteurs ont hazardé de systêmes dont la
discussion académique leur auroit fait connoître le faux ! Combien de
chimères qu’ils n’auroit osé produire dans une Académie !
[…] Les devoirs même que l’Académie vous impose sont-ils
autre chose que ce que l’amour des Sciences vous feroit faire ?
Trouveriez-vous trop de contrainte dans l’Académie de l’Europe la plus
libre ? »

Source : P.-L. Moreau de Maupertuis, Œuvres de Mr. De Maupertuis,


Lyon, Jean-marie Bruyset, 1756, vol. 3, p. 283-287.
Bibliographie : D. Beeson, Maupertuis: An Intellectual Biography,
Voltaire Foundation, Oxford, 1992. R. Hahn, L'anatomie d'une
institution scientifique, l'Académie des sciences de Paris, 1666-1803,
(1971) Bruxelles, Éditions des archives contemporaines, 1993. M.
Valentin, Maupertuis: Un savant oublié, Rennes, La Découvrance,
1998.
Les autorités

La résurrection de Pythagore (1517)

[Représentant du néo-plotonicisme allemand, Johannes Reuchlin (1455-


1522) est considéré, avec Érasme, comme l'humaniste par excellence. Il
étudie le grec à l’Université d’Orléans puis le droit à Poitiers. Reuchlin
voyage à Rome, à Florence et est anobli par l’empereur Frédéric III. Il
défend la cause des juifs de Mayence en 1510. Après être entré en
conflit avec l’Inquisition, Reuchlin fait appel à Léon X. À la suite du
concile de Latran (1512-1517) ses théories controversées sur le Talmud
sont finalement validées mais la montée des opinions luthériennes
poussent le pape à interdire la réédition des Lettres des hommes obscurs
en 1520]

« Très béni pape Léon X, la philosophie italienne de la


religion Chrétienne, naguère héritée de Pythagore, le premier par sa
réputation, par de grands hommes d’esprit supérieur, assujettie pendant
de nombreuses années aux sourds aboiements des sophistes, gisait
ensevelie depuis longtemps dans les ténèbres d’une nuit épaisse, jusqu’à
ce que, par la faveur des Dieux, se lève le Soleil des meilleures études,
votre illustre père, Laurent de Médicis, successeur en tant que maître de
Florence du grand Cosme [...].
Après mon arrivée en Italie en compagnie de l’éminent
Eberhardus Probus, en ce temps premier Duc de Würtemberg, j’entrai
avec lui dans Florence en avril 1482. À chaque fois que je vantais au
Duc la noblesse insigne de la famille Médicis, ce qu’en vérité je ne
devais manquer de faire, il exprimait le désir de s’entretenir avec
Laurent lui-même. Quand Laurent l’apprit – je ne sais qui lui en parla –
il prit la main de l’étranger avec grande gentillesse et nous emmena à sa
demeure, et il nous montra tout ce qui valait d’être vu : d’abord les
robustes écuries pour les chevaux, puis l’arsenal équipé de toutes sortes
d’armes de guerre, et après cela les chambres individuelles, tendues des
plus précieuses tapisseries et couvertes de beaux tapis, et sous les
combles une orangeraie plantée d’arbres, Jardin des Hespérides aux
pommes d’or. Et lorsque je m’émerveillai de sa bibliothèque, il répondit
avec grande courtoisie, comme cet homme très doux le faisait
d’ordinaire, que « son plus grand trésor était ses enfants plutôt que ses
livres.
Je vous prie, très saint Père, de me permettre, à moi le plus
humble des hommes, un roturier, de vous parler quelque peu plus
franchement. Imaginez-vous à quel point je fus ému d’admiration et de
la joie la plus profonde quand j’appris que vous, le très noble fils du
meilleur et du plus sage des princes, Laurent de Médicis, aviez accédé
par acclamation universelle à la suprême dignité du trône papal et que,
tel un grand prêtre, je me remémorai à l’instant cette phrase paternelle
comme une authentique prophétie !
[...] Votre père a semé les graines de toute l’antique
philosophie, qui vient maintenant à maturité, si bien que sous votre
règne il nous sera permis d’en récolter les fruits en toutes langues : grec,
latin, hébreu, arabe et chaldéen. C’est qu’à présent les livres sont dédiés
à votre Sainteté dans ces langues, et toutes ces choses qui furent très
sagement engagées par votre père sont accomplies avec davantage de
fruit sous votre autorité.
Considérant de là qu’il ne manquait aux scolastiques que les
œuvres de Pythagore, qui demeurent enfouies et éparses à l’Académie
Laurentienne, j’ai cru qu’il ne vous déplairait pas que je publie les
doctrines que Pythagore et les nobles pythagoriciens sont réputés avoir
défendues, afin que ces œuvres qui, jusqu’à présent, sont demeurées
inconnues des Latins, puissent être lues selon votre bon vouloir. Marsile
a préparé Platon pour l’Italie, Lefèvre d’Étaples a rétabli Aristote pour
les Français, et quant à moi, Reuchlin, je compléterai le groupe, et
expliquerai aux Allemands le Pythagore qui renaît par mes efforts, dans
le livre que j’ai dédié à votre nom. Mais cette tâche ne serait pas
complète sans la kabbale des Juifs, parce que la philosophie de
Pythagore trouvait ses origines dans les préceptes de la kabbale, et
quand dans le souvenir de nos ancêtres elle s’effaça de Grande Grèce,
elle vivait encore dans les écrits des cabalistes. Puis tous ces ouvrages
furent presque complètement détruits. [...]
Dans cette courte compilation de votre humble serviteur
Reuchlin, vous trouverez, très saint Pape Léon, les opinons et doctrines
tirées de la philosophie symbolique de Pythagore et la kabbale des sages
antiques. Bien qu’elles soient peu nombreuses, ces doctrines offrent aux
scolastiques la possibilité de faire des recherches et de spéculer plus en
profondeur. [...] je remets ce livre entier sous votre autorité, dont le
jugement concentre la censure de tous, afin que vous puissiez rejeter les
passages déplaisants, et alors je me réjouirai de ce que tout le reste vous
aura plu. Vous jugerez si j’ai entrepris cette tâche pour votre salut et
pour le bien de tous, et je suis confiant qu’elle ne vous paraîtra pas
complètement dénuée de mérite, puisque mon labeur peut rendre
accessible à tous des idées auparavant inconnues. Par la lecture que mes
ennemis feront de ces œuvres, je puis espérer abréger à six mois, à
défaut d’y échapper totalement, la guerre de cinq ans dont ils m’ont,
vous le savez, menacé. Et puis enfin, vous aurez sous la main un
ouvrage de moi pour susciter votre indulgence, quand mes ennemis
s’efforceront de détourner ou de séparer votre âme paternelle de moi.
[...] Je ne puis soupçonner que vous placerez votre confiance
dans des hommes qui, au mépris de l’interdit apostolique et de vos
censures, respectant à peine la procédure, ont brûlé mon livre alors que
l’affaire était en jugement. Mais plutôt vous vous fierez aux dires des
plus importants personnages d’Allemagne, les plus grands dans les hauts
jugements, que je n’ai provoqué aucun scandale, que je n’ai jamais
suscité la ruine d’aucun en Allemagne, tous étant liés à moi par une
langue commune... Vous avez en effet été assuré de mon innocence, de
ma piété, de ma foi et de mon intégrité par les lettres, scellées et dignes
de confiance, qui ont été écrites par un grand nombre des dirigeants les
plus éminents des vastes territoires de notre nation, et par des magistrats,
et par le peuple d’Allemagne, et les plus saints évêques de nos diocèses,
ainsi que par les villes et cités. Vous avez en main des témoignages de
mon innocence, qui vous ont été adressés trois ou quatre fois par
l’invincible Maximilien, Empereur des Romains, et par le très révérend
cardinal, monseigneur de Gurk...
Si vous daignez vous souvenir du témoignage et des
engagements de tous ces hommes que je viens de mentionner, et si en
outre vous consentez à ce que l’on vous lise les sentences des juges,
vous m’estimerez certainement loin d’être coupable des charges dont
m’accablent mes accusateurs. Presque toute la ville de Rome proteste de
mon innocence, ainsi que tous les érudits des autres nations, qui presque
quotidiennement m’écrivent pour m’assurer que je n’ai jamais
scandalisé aucun d’entre eux dans mes écrits, mais qu’au contraire je me
suis efforcé en différentes langues d’établir l’Église dans l’Esprit Saint,
écrits qui, par delà la diversité de leurs langues, ont rapproché les
peuples par l’unité de la foi. Ces hommes observent à juste titre que je
suis, moi, le premier à avoir produit des textes grecs en Allemagne, et
que j’ai, avant tout le monde dans l’Église universelle, présenté et
enseigné l’art et les études hébraïques [...]. »

Source : Ludwig Geiger, « Johannes Reuchlins Briefwechsel (1517) »,


dans Bibliothek des Litterarischen Vereins in Stuttgart, Tübingen, L.
Geiger Verlag, 1875.
Bibliographie : Érasme, Les Colloques d'Érasme, Paris, Éd. du Cerf,
1998. Ulrich von Hutten, Lettres des hommes obscurs, éd. bilingue par
Jean-Christophe Saladin, Paris, Les Belles Lettres, 2004.
« Voilà les hommes utiles auxquels nous sommes redevables des
progrès étonnans de l’Anatomie » (1751)

[Les auteurs de L’Encylopédie, sensibles à la progression des savoirs,


établissent dans certains articles la revue des travaux ayant permis la
naissance et l’épanouissement des disciplines savantes. Le cas de
l’Anatomie n’y déroge pas et énumère les médecins, anatmistes,
apothicaires et autres homes sans qui les progrès de l’anatomie
n’auraient pas eu lieu]

« On pourrait distribuer l'histoire générale de l'Anatomie en


cinq parties : la première comprendrait depuis la création jusqu'à
Hippocrate ; la seconde, depuis Hippocrate jusqu'à Hérophile et
Erasistrate ; la troisième, depuis Hérophile et Erasistrate jusqu'à Galien ;
la quatrième, depuis Galien jusqu'à Vesale ; et la cinquième, depuis
Vesale jusqu'à nous. […]Vesale découvrit le ligament suspenseur du
penis, et rectifia un grand nombre de notions auxquelles on était attaché
de son temps, et qu'il eut le courage d'attaquer, malgré l'autorité de
Galien dont elles étaient appuyées.
Achillinus de Bologne parut en 1521 : on lui attribue la
découverte du marteau et de l'enclume, deux petits os de l'oreille
interne. Dans la même année, Berenger de Carpi, qui guérit le premier
le mal vénérien par les frictions mercurielles, et découvrit l'appendice
du coecum, les caroncules des reins, ce qu'il appelait corps glanduleux,
et la ligne blanche, qu'il nomme ligne centrale. En 1524, Jason Desprez
: Alexander Benedictus de Vérone, en 1527 : en 1530, Nicolas Massa,
qui nous a laissé une description très-exacte de la cloison du scrotum ;
et dans la même année, Michel Servet, Espagnol, homme d'un génie peu
commun, qui entrevit la circulation du sang, ainsi qu'il parait par des
passages tirés d'ouvrages qui ont été funestes à l'auteur, et dont les titres
ne promettent rien de semblable : l'un est de Trinitatis erroribus ; et
l'autre, Christianismi restitutio. Volcher Coyter, en 1534 ; il naquit à
Groningue, et fit les premières observations sur l'incubation des œufs,
travail que Parisanus continua longtemps après : en 1536, Guinterus
d'Andernach, qui nomma pancreas le corps glanduleux de ce nom, et
découvrit la complication de la veine et de l'artère spermatique : en
1537, Louis Bonnaccioli, qui décrivrit les nymphes et le clitoris, comme
des parties distinctes : Vassée de Catalogne, en 1540 : Jean Fernel,
d'Amiens, en 1542 : Charles Etienne, de la faculté de Paris, et Thomas
Vicary, de Londres, en 1545 : en 1548, Arantius, et Thomas Gemini,
qui pensa voler à Vesale ses planches anatomiques, dont il n'était que le
graveur : en 1551, Jacques Sylvius, qui aperçut le premier les valvules
placées à l'orifice de la veine azygos, de la jugulaire, de la brachiale, de
la crurale ; et au tronc de la veine cave qui part du foie, le muscle de la
cuisse appelé le carré, l'origine du muscle droit, etc. en 1552, André
Lacuna : en 1556, Jean Valverda, qui mérite une place parmi les
Anatomistes, moins par ses découvertes que par son application à
l'Anatomie ; il eut l'honneur de faire passer cet art d'Italie en Espagne ;
honneur stérile, car il n'y fructifia pas. Réal Colomb, de Crémone, en
1559 ; en 1661, Ambraise Paré, qui n'eut pas été si grand chirurgien s'il
n'eut été grand anatomiste ; et Gabriel Fallope, qui a donné son nom à
une des dépendances de la matrice, qu'on prétend avoir été connue
d'Herophile et de Rufus d'Ephese. […]
En 1640, Besler, qui a écrit sur les parties de la génération de
la femme ; en 1641, Thomas Bartholin, Vesling ; et Wirsung, qui nous a
appris que le pancréas avait un conduit ; en 1642, Jean Bont ;
Sheneider, qui a traité de la fabrique du nez, de la membrane pituitaire,
etc. en 1643 : Rubbeck, en 1650, qui partage avec Bartholin l'honneur
de la découverte des vaisseaux lymphatiques : en 1651, Highmore et
Antoine Deusing ; en 1652, Molinettus ; Dominique de Marchettis ;
Warthon, qui découvrit les glandes salivaires inférieures ; et Pecquet,
qui découvrit le canal torachique, et annonça le réservoir qui porte son
nom : réservoir beaucoup plus remarquable dans les animaux que dans
l'homme, où il n'a pas une forme et une capacité bien décidées.
[…] En 1694, Gibbon et Cowper, qui découvrit les glandes de
l'urethre, qui portent son nom ; Dionis et Ridley, qui a bien connu le
cerveau, en 1695 ; en 1696, Leuwenhoeck dont on a une infinité
d'observations microscopiques ; Posthius, en 1697 ; en 1701, Paschioni,
Berger et Fantonus ; Valsalva, en 1704 ; Francus de Franckenau, en
1705 ; en 1706, Morgagni, dont on a des choses nouvelles sur la langue,
le pharynx, l'épiglotte, les glandes sebacées, l'utérus, le vagin, les
mammelles, etc. en 1707, Drake, Keill et Douglas, qui a fait voir que
quoique le conduit de la glande parotide fût coupé, on pouvait, quand
l'extrémité coupée était encore assez proche, la ramener dans la bouche
et guérir la plaie.
En 1709, Lister, Hovius, qui a écrit sur les humeurs des yeux,
en 1710 ; Goelicke, en 1713 ; Lancisi, qui s'est particulièrement illustré
par la publication des tables d'Eustachi, en 1714 ; en 1719, Heister,
chirurgien et médecin si célèbre ; en 1721, Ruisch, qui poussa l'art des
injections si loin, art dont la perfection a confirmé tant de découvertes
anciennes, et occasionné celle de tant de vérités inconnues ; en 1724,
Santorini ; en 1726, Bernard Siegfried Albinus, qui a une connaissance
si étendue de tout le corps anatomique, et qui s'est fait une si grande
réputation par ses tables et par l'édition qu'il a donnée de celles
d'Eustachi ; en 1727, Haller, savant en Anatomie et en Physiologie ; le
célèbre Monro, en 1730 ; Nichols, en 1733 ; Cassebohm, qui a bien
connu l'oreille, en 1734 ; enfin Boerhaave, l'Esculape de notre siècle,
celui de tous les Médecins, qui a le mieux appliqué l'Anatomie et la
Physiologie à la théorie et à la pratique ; et tant d'autres parmi les
anciens et les modernes, tels que Casserius, Bourdon, Palfin, Lieutaud,
Cant, etc. à qui leurs ouvrages feront plus d'honneur que mes éloges, et
qui par cette raison ne devraient point être offensés de mon oubli.
[…] Voilà les hommes utiles auxquels nous sommes
redevables des progrès étonnans de l'Anatomie. Si nous n'ignorons plus
quelles sont les voies étroites qu'ont à suivre les liqueurs qui se séparent
de nos aliments ; si nous sommes en état d'établir des règles sur la diete
; si nous pouvons rendre raison du retour difficile de la lymphe ; si nous
savons comment par des obstructions causées dans les vaisseaux qui les
portent, ces vaisseaux sont distendus ou relâchés, et comment il s'ensuit
une hydropisie plus ou moins considérable, suivant que ces vaisseaux
sont plus ou moins gros ; si nous nous sommes assurés des propriétés de
l'humeur pancréatique, et si nous avons vu disparaitre le triumvirat et
toutes les visions de Vanhelmont, de Sylvius de le Boè sur la
fermentation nécessaire à la digestion ; si nous avons vu cesser les
suites fâcheuses des blessures du conduit de la parotide ; si nos humeurs
sont débarrassées de ces millions d'animalcules dont elles fourmillaient
; si le réservoir de la semence de la femme nous est enfin connu ; si
l'homogénéité de cette semence, de celle de l'homme, et d'une infinité
d'extraits de substances animales et végétales, est constatée ; si tant
d'imaginations bizarres sur la génération viennent enfin de disparaitre,
etc. c'est aux découvertes des Anatomistes dont nous venons de parler,
que nous en avons l'obligation. […] »
Source : Denis Diderot, Pierre Tarin, Antoine Joseph Dezallier
d’Argenville, « Anatomie », dans Denis Diderot, Jean Le Rond
d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des
arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson,
David l’aîné, Le Breton, Durand, 1751, p. 415-416.
Artisans

Entre artisan et savant : un fabricant londonien d’instruments


scientifiques (1776)

[Entre le monde des savants et celui des artisans, les fabricants


d’instruments de précision constituent une figure hybride, jouissant
d’un marché croissant au XVIIIe siècle composé d’amateurs et de
savants. John Bird (1709-1776) est l’un des plus fameux fabricants
d’instruments scientifiques londoniens, fournissant notamment
l’astronome royal James Bradley. La légende de son portrait loue la
qualité et la reconnaissance de son travail]

Ill. 35

« John Bird de Londres, qui a fournis les principaux observatoires du


monde, avec les instruments astronomiques les plus importants qu’il a
réalisés lui-même d’après sa propre méthode qu’il a perfectionnée en
une manière supérieure à toutes celles qui ont été exécutées auparavant,
pour laquelle ainsi que pour beaucoup d’autres améliorations dans la
construction des instruments astronomiques, il a été honoré d’une
récompense considérable par la Commission of Longitude »

Source : John Bird (1709-1776) par J. Lewis, 1776. Domaine public :


Wellcome Library no. 1120i.
Bibliographie : G. Clifton (éd.), Directory of British scientific
instrument makers 1550-1851, Londres, Zwemmer, 1995. A.
McConnell, « From craft workshop to big business – The London
scientific instrument trade’s response to increasing demand, 1750-
1820 », London journal, 19, 1994, p. 36-52. A. Millet, « Tracer le
monde de la Renaissance aux Lumières », Artefact. Techniques, histoire
et sciences humaines, septembre 2016, n°4. A. Turner, Early scientific
instruments in Europe 1400-1800, Londres, Sotheby’s publications,
1987.
Póra basana : chanson-poème des ouvriers métallurgistes de Saint-
Étienne

[Les ouvriers de la Manufacture d’armes de Saint-Etienne font parti des


ouvriers métallurgistes les plus qualifiés de la France du XVIII e siècle.
En réaction aux élites sociales et techniciennes qui entourent la
manufacture, en particulier aux officiers militaires et ingénieurs venus
d’autres provinces, les artisans ont développé une culture faite de
chansons populaires forgées dans le dialecte local du Forez. La chanson
ici traduite, qui constitue une adresse allégorique à la « basana » (nom
du tablier de cuir porté par les forgerons), a été composée par un ouvrier
métallurigste anonyme à la fin du XVIIIe siècle. Elle témoigne de la
fierté collective des artisans et de leur ressentiment à une période de
tensions sociales et de réforme de la manufacture royale.

Pauvre basana,
Tu es très malheureux,
Tu es la graine
Qui fait les bienheureux :
Au riche, tu produis tout
Au riche, tu fournis tout
C’est une vieille blessure de guerre
Qui te fait languir, pauvre basana !

Pauvre basana !
Tu les salues tous,
Monsieur et Madame ;
Tu les respectes tous
Tu les vois se promener
Avec leurs nez en l’air,
Te menaçant de leur canne.
C’est à toi de leur céder place, pauvre basana !

[…]

Que savent-ils faire ?


Outre gratter du papier
Avec leur air de plaire,
Bien boire et bien manger.
Ils ne savent pas taper dans un clou
(Ils rient à leur aise),
Et même pas broyer à la main.
Hélas ! Que feraient ils sans basana ?

Quand basana
Tu ne peux plus te porter,
Tu prends une canne,
Tu cherches l’hôpital,
Et de là la Charité,
Puis après quelques mois
Tu finis au cimetière Notre Dame !
Hélas, c’est ton lot à toi, pauvre basana !

Source : Georges Straka (éd.), Poèmes du XVIIIe siècle en dialecte de


Saint-Etienne (Loire), Edition avec commentaires philologiques et
linguistiques, Paris, Société d’Edition les Belles Lettres, 1964, p. 553-
555. Trad. par Sébastien Pautet.
Bibliographie: K. Adler, Engineering the Revolution : Arms and
Enlightenment in France, 1763-1815, Princeton, Princeton University
Press, 1997, p. 182.
« Gagne petit auvergnat » (1737-1746)

[Les « cris de Paris » désignent la vente à la criée des marchands


ambulants, qui exerçent leurs activités dans les rues de la capitale. De
fait, la rue du XVIIIe siècle constitue un lieu où s’exposent les
techniques artisanales. Les dessins d’Edmé Bouchardon (1698-1762)
donnent à voir une myriade de petits métiers techniques tant masculins
que féminins, à l’image de ce gagne-petit ou rémouleur, chargé
d’aiguiser les couteaux et lames dans les rues parisiennes]

Ill. 36

Source : Edmé Bouchardon, Etudes prises dans le bas peuple ou les


Cris de Paris, Paris, Joullain, 1737-1746.
Bibliographie : V. Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les
représentations des petits métiers parisiens (XVI-XVII siècle), Paris,
Publications de la Sorbonne, 1995.
PUBLICS DE LA SCIENCE ET DES TECHNIQUES

Les élèves de la science et des techniques

Dossier : apprentissage sur le tas

Réflexions et mise en place de l’apprentissage aux Gobelins

[Plusieurs types de formations techniques coexistent hors du système


corporatif à l’époque moderne. Dès le XVIIe siècle, sous l’impulsion de
Jean-Baptiste Colbert (1619-1683), les manufactures d’Etat
s’organisent. Pour concurrencer les productions étrangères, elles
chechent à former des jeunes gens aux techniques, notamment à la
tapisserie aux Gobelins. Les apprentis feront leur classe en manufacture,
sur le tas]

« Le roi étant informé que les règles établies par l’édit du mois de
novembre 1667 pour l’instruction des élèves […] ont été négligées
depuis longtemps […] pour y renouveler et perpétuer des ouvriers
habiles, lesquels élèves, faute de subordination […], se trouvent livrés
et abandonnés aux caprices de simples ouvriers dont la négligence ou
l’absence fréquente des ateliers rendent pour ainsi dire inutiles les soins
que les professeurs de dessin établis en ladite manufacture et les
entrepreneurs [chefs d’ateliers] d’icelle se donnent pour le progrès de
ces élèves […]. Article Premier. Il sera établi […] un séminaire pour le
nombre d’élèves nécessaire pour succéder et perpétuer les ouvriers de
ladite manufacture et pour mettre à profit leurs talents […].
les apprentis ou élèves feront tout ce qui concerne le service des ateliers
de basse lisse pour le montage des pièces, dévidage des laines et soies,
balayage et autres […] ».
Source : Archives Nationales, O/1/2047, 1770.

« un atelier pour le séminaire et des endroits pour y nourrir et


coucher les apprentis. Ils y auraient même une espèce de jardin
particulier pour leurs récréations et ne passeraient plus leurs journées en
partie à polissonner dans les grandes cours parce qu’on les tiendrait
renfermés ».
Source : Archives Nationales, F/12/639.
« Notre manufacture des Gobelins se soutient avec les plus grands
succès. […] Ce qui s’est surtout perfectionné, c’est la tapisserie de
basse-lisse. On ne faisait anciennement, sur ces sortes de métiers, que
les ouvrages les plus communs ; les actions venaient à rebours du
tableau ; il fallait découper le modèle par bandes, pour le placer sous la
tapisserie ; & par surcroît, comme on travaille à l’envers, la difficulté de
comparer le coloris du tableau avec l’ouvrage paraissait un obstacle
invincible pour pouvoir rien exécuter en ce genre d’une certaine
perfection. M. de Vaucanson ayant été invité par M. le marquis de
Marigny à chercher le moyen de rectifier ces inconvénients, fit un
nouveau métier […] Depuis ce temps, & par les soins de M. Neilson
[…], ces ouvrages sont devenus susceptibles de la même perfection et
correction que ceux de haute lisse. »

Source : Pierre Patte, Monuments érigés en France à la gloire de Louis


XV, précédés d’un tableau du progrès des arts et des sciences sous ce
règne…, Paris, 1765, p. 35-38.
Bibliographie : F. Morvan-Becker, « L'école gratuite de dessin de
Rouen, ou la formation des techniciens au XVIIIe siècle », Université
Paris 8, thèse de doctorat, 2012, p. 159-160 et 162.

Pédagogie d’atelier (1750)

[Le dossier du dessinateur pour soierie lyonnais, Claude Ayné, au


milieu du XVIIIe siècle, aux archives départementales du Rhône
conserve un manuel d’apprentissage. Il y explique les étapes nécessaires
pour réaliser une esquisse en soierie, dessin technique. Le livret a sans
soute servi à des apprentis car Ayné se revèle particulièrement
pédagogue dans ses explications]

« [Pour] inventer les esquis[ses], il faut premièrement avoir la largeur


du chemin, ensuite chercher le sujets principal sur un papier verni, le
poser ensuite, le contraster, après on achève le compartiment. Il faut que
les idées de droguet soient nettes et quelles s’expliquent de la première
vue sans qu’il faille chercher son sujet.

[Il est aussi possible de modifier un dessin en carte selon l’étoffe.]


« Un dessein en carte que l’on veut changer de papier en cours vaut le
même nombre de cordes de largeur. On veut savoir combien il portera
juste de haut.
Vous prendrez à vue le compas la hauteur du dessein en question en
question et vous la diviserez en deux et voyez si la moitié de la hauteur
divise juste la largeur en parties égales sinon vous commencera à
diviser la dite en trois ou en 4 sur quoi ce quatre divise juste la largeur
de votre dessein. Ce fait vous retiendrez le nombre de carreau de largeur
sur tant de haut et l’écrirez 10 L. 3 de h. Vous prendrez alors le papier
neuf sur lequel vous le voulez transporter et ayant compté le même
nombre de cordes que la première carte vous bornerez la largeur de
votre nouvelle carte que vous diviserez avec le compas en 10 partie[s]
alors de la même ouverture du compas vous la répéterez trois fois pour
la hauteur de votre nouvelle carte qui est la question proposée. »

Source : Archives Départementales du Rhône, 8B636, dossier Ayné.


Bibliographie : A. Millet, Dessiner la mode (1750-1850), version
remaniée de la thèse de doctorat, à paraître 2018, Paris, Vendémiaire.

Élèves, manufacture de Sèvres (1754)

[Fondée à Vincennes en 1738, la manufacture de porcelaine déménage


au château de Bellevue à Sèvres en 1756. L’établissement accueille des
élèves afin de former les ouvriers les plus compétents pour la décoration
des porcelaines. C’est dans le cadre de l’atelier qu’ils apprennent les
gestes du métier.]

Liste des élèves de la manufacture de Sèvres en 1754


Nom Âge Date Dit Appointements
d’entrée (mensuel en
livres)
Bardel 23 Août 1751 élève peintre 12
ans de la
manufacture
Beaune 34 Juin 1751 élève peintre 40
ans de la
manufacture
Fonsettios Janvier élève peintre 15
Antoine 1753 de la
manufacture
Fonsettios 18 Janvier élève peintre 15
François ans 1753 de la
manufacture
Joffroy 20 Juillet élève peintre À partir de
ans 1753 de la 1754
manufacture
Massüe 38 2 aout ancien élève 45
ans 1745 de la
manufacture
(devenu
doreur)
Thévenet 18 Juin 1752 élève peintre 24
fils ans de la
manufacture

Source : AMS, D1, 1749-75, liasse 6, Porcelaine de France 1er octobre


1754, Privilège Eloy Brichard.
Bibliographie :A. Millet, Dessiner la mode (1750-1850), version
remaniée de la thèse de doctorat, 2017.
Dossier : dessin et enseignement

[Le dessin se situe au centre de l’apprentissage des techniques. Savoir


transverse, il permet de former un langage compris de tous. Les
techniques militaires ne sont pas en reste. De nombreux manuels font le
lien entre dessin, mathématiques, construction navale, fortifications.
Pour John Locke, l’aprrentissage du dessin et des formes géométriques
doit débuter dès l’enfance. Les amphitéâtres sont calqués sur les
théâtres anatomiques. Du XVIIe au XVIIIe siècle, l’enseignement du
dessin s’institutionnalise à partir de la création de l’Académie royale
d’architecture, de peinture et de sculpture afin de former les meilleurs
ouvriers capables de concurrencer les étrangers. Ces nouveaux
établissements se nomment « Ecoles Gratuites de Dessin ». Une
cinquantaine d’écoles ouvre en France. Elles répondent généralement
aux besoins des manufactures locales. À Tours, ces établissements sont
destinés à soutenir les fabriques de soieries]

Manuel militaire (1582)

« Les dessins de ce manuel ont été dessinés en respectant une certaine


échelle, par conséquent le fait d'avoir des échelles et des schémas
d'orientation, et de les appliquer à ces figures, rendront les
démonstrations et les preuves en ces questions fort simples à saisir pour
les lecteurs, même si ces derniers ne savent rien ou presque en
géométrie. »

Source : Edward Worsop, A Discoverie of sundrie errours and faults


daily committed by lande-meaters ignorant of Arithmeticke and
geometrie, 1582.

Apprendre la navigation et construction navale : du globe céleste au


globe terrestre en passant par le latin (1597)

« La seule bonne méthode d'enseignement et d'apprentissage de la


cosmographie, la géométrie et l'arithmétique est de commencer par le
globe céleste avant de se consacrer au globe terrestre. […]
Certains professeurs qui entreprenant d'enseigner à des hommes savants
et habiles, ont passé beaucoup de temps sur peu de choses, se
consacrant beaucoup trop à divers jolis jouets surprenants. […]
Goodwyn est un homme méconnaissant la langue latine mais ayant une
connaissance adéquate des mathématiques, de la topographie, de
l'utilisation du globe, et de divers autres instruments et qui a obtenu, en
partie par sa propre industrie et par la lecture d'auteurs anglais (parmi
lesuqels beaucoup sont excellents) et en partie par la conversation avec
des savants (ce dont il est particulièrement friand) une telle
connaissance et une telle dextérité dans l'enseignement et la pratique
des bases de ces arts, que, pour lui rendre ce qu'on lui doit, je n'ai jamais
rencontré son pareil ailleurs. […]
Je ne doute point que n'importe lequel d'entre eux [les marins], avec
quelques mois d'apprentissage avec un bon professeur et trois ans de
pratique au cours de quelques bons voyages, ne soit capable d'acquérir
plus de perfection dans cet art en peu d'espace (Dieu bénissant son
travail) qu'il n'aurait pu en acquérir en vingt ans d'expérience, étant
donné l'ignorante pratique commune. Bien que de tels instructeurs ne
soient guère nombreux, je pense qu'un certain nombre d'entre eux
pourraient être bien employés et pourraient même être plus nombreux
encore si on réclamait leurs services et si ils étaient tenus en meilleure
estime, particulièrement dans la Cité de Londres.
Il serait fort utile pour l'avancement de ce savoir-faire que les praticiens
de cet art (la navigation), et les étudiants en mathématiques, puissent
souvent conférer ensemble. Car à moins que l'on n'allie connaissance
théorique et pratique, il ne peut rien y avoir d'excellent: la connaissance
paresseuse sans pratique et la pratique ignorante sans connaissance ne
servent pas à grand chose. »

Source : William Barlowe, The Navigator’s Supply, London, 1597.

Les fortifications : dessin et mathématiques (1607)

« Et je louerai le fait que dans ce lieu on apprend à dessiner des


forteresses et des pays, à faire des croquis, et à connaître toutes les
choses de la fortification et ce qui traite de castramentation, [qu’on] y
exerce les Seigneurs Académiciens à extraire des racines carrés, chose
si nécessaire et qu’on y considère nécessaire d’enseigner la matière de
l’artillerie et toutes ces autres choses qui relèvent du siège ou de la
défense des forteresses. »

Source : E per me loderei questo che in questo principio si attendesse a


dissegnar fortezze e paesi, prenderne in dissegno et alle cose della
fortificatione trattan della castramentatione, essercitare le Signori
Accademici nella inventione della racine quadrata chi è tanto
necessaria, sara ancora necessario insegnar la materia della artiglieria
et altre cose appertinenti alla opugnazione et difesa di fortezze. Lettre
de De Conti, 1607.
Bibliographie : P. Brioist, « Les mathématiques et la guerre en France,
en Italie, en Espagne et en Angleterre au XVIe siècle », Habilitation à
diriger des recherches, Université François-Rabelais de Tours, 2009. J.
Hale, « Military Academies on the Venetian Terraferma in the early
XVIIth Century », Renaissance War Studies, Londres, Hambledon
Press, 1983. p. 141-202. A. Romano, La Contre-Réforme
mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique à
la Renaissance, 1560-1640, Rome, École Française de Rome, 1999, p.
3.

John Locke, l’enfant et le dessin (1693)

« Lorsque l’enfant écrit bien et vite, je pense qu’il est à propos,


non seulement de continuer à exercer sa main par l’écriture, mais
encore de porter plus loin son habileté en lui apprenant le dessin. C’est
chose très utile pour un gentleman en maintes occasions, mais surtout
quand il voyage : le dessin lui permettra en effet d’exprimer en
quelques traits bien assemblés, ce qu’il ne pourrait représenter et rendre
intelligible, même en couvrant de son écriture toute une feuille de
papier. De combien de monuments, de machines, de costumes, un
voyageur peut aisément retenir et transmettre l’idée, grâce à un talent
même médiocre dans l’art du dessin.
Je n’entends pas vous conseiller pourtant de faire de votre fils un
peintre consommé, car pour parvenir dans cet art, même à la médiocrité,
il faudrait plus de temps qu’un gentleman ne peut en dérober à d’autres
occupations dont l’importance est autrement sérieuse.
Une fois que l’enfant s’est familiarisé avec l’étude des sphères, il
est en état d’apprendre quelque peu de géométrie ; et ici je crois qu’il
suffira de lui enseigner les six premiers livres d’Euclide. Je ne sais en
effet si ce n’est pas là tout ce qui est nécessaire ou utile pour un homme
d’affaires. D’ailleurs, dans le cas où un enfant aurait le génie et le goût
de cette science, après être allé jusque-là sous la conduite de son
précepteur, il lui sera loisible d’aller plus loin de lui-même sans le
secours d’aucun maître. »

Source : John Locke, Quelques pensées sur l’éducation (1693)


traduction G. Compayré (1889), Paris, Vrin, 1992.
Bibliographie : F. Morvan-Becker, « L'école gratuite de dessin de
Rouen, ou la formation des techniciens au XVIIIe siècle », Université
Paris 8, thèse de doctorat, 2012, p. 48-49. M. Parmentier, Introduction à
l’Essai sur l’entendement humain de Locke, Paris, PUF, 1999.

« Le dessin nécessaire à tous les genres de talent »

« Dans ces vues, nous avons jugé convenable d’en instituer trois,
le premier que nous appellerons cours élémentaire sera spéculatif,
accompagné de démonstrations et regardera surtout les personnes qui
n’ont besoin d’acquérir les principes de cet art que par induction [les
maîtres d’ouvrage]. Le second, intitulé cours de théorie, sera
accompagné de citations utiles et importantes, dicté, démontré et destiné
à ceux qui font leur objet non seulement de l’architecture, mais encore
de la peinture et de la sculpture et des autres arts [les architectes en
particulier] […] Le troisième, sous le nom de cours de pratique, aura
pour objet l’exercice du dessin [en note : Nous estimons le dessin si
nécessaire à tous les genres de talent que nous ne saurions trop en
recommander l’exercice à tous nos ouvriers ; lui seul peut leur attirer
quelque distinction dans leur profession et les guider dans la conduite
de leurs travaux. Personne n’ignore que c’est depuis que cette étude est
entrée pour quelque chose dans l’éducation des artisans que la France
l’emporte sur les nations voisines dans la pratique des arts de goût.],
l’application de la géométrie pratique aux arts mécaniques, et sera
consacré à ceux qui, se bornant à la construction des bâtiments, ont
besoin d’une théorie moins transcendante, mais auxquels de simples
éléments ne suffiraient cependant pas pour acquérir les connaissances
qui leur sont nécessaires dans l’art de bâtir, et qui faute de principes ne
pourraient jamais faire de grands progrès dans leur profession. »

Source : Discours prononcé à l’ouverture du cinquième cours public


donné par le sieur Blondel…, Paris, Jombert, 1754, p. 13-15.
Bibliographie : F. Morvan-Becker, « L'école gratuite de dessin de
Rouen, ou la formation des techniciens au XVIIIe siècle », Université
Paris 8, thèse de doctorat, 2012, p. 77.

Lettres patentes pour l’établissement d’une école gratuite de dessin à


Paris (1767)

[Jean-Jacques Bachelier (1724-1806) ouvre une école de dessin à Paris


en 1766. Celle-ci reçoit le soutient du pouvoir royal par lettres patentes
l’année suivante. Pensionné du roi pour sa peinture de fleurs en 1749 et
membre de l’Acdémie un an plus tard, Bachelier a su trouver les
soutiens nécessaires à la fondation de l’établissement. Le règlement
insiste sur le lien entre l’institution et les corps de métiers. Ce type
d’école forme des technciens du dessin. Cette copie est destinée à servir
de modèle aux tourangeaux pour la création de leur propre école de
dessin]

« Louis par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre : À Tous qui


présente ces Lettres, verront saluer la perfection à laquelle par nos soins
et notre protection se sont élevés dans notre Royaume les differens
Corps d'arts et métiers, nous ayant Convaincu de plus en plus que
l'industrie des artistes de ces differens corps formois une branche du
commerce la plus florissante et la plus avantageuse à nos sujets, nous
croyons devoir apporter encore plus d'attention à ce qui peut faciliter
l'accroissement de leurs connaissances et de leurs talents. Ces
considérations nous avoient déjà déterminé à permettre l'ouverture d'une
école dans laquelleon enseigneroit Gratuitementlesprincipes
Elementaires de la Géometrie pratique, de l'Architecture, et des
differentes parties du Dessin, pour procurer à l'avenir à chaque ouvrier
la faculté d'éxécuter luy même et sans secours étranger, les differens
ouvrages queson Génie Particulier pour son art luy fait imaginer. Le
nombre considérable des élèves que le désir de s'instruire à attirer à ces
Écoles, pour concourir avec nous par leur application à rendre plus
Celebre, s'il étoit possible, l'industrie de nos sujets, nous a fait penser
qu'il manquoit plus à ce projet pour qu'il devint parfaitement Utile, que
d'en faire un Établissement que nous honorions particulièrement de
notre protection, en permettant au moins à ceux de nos sujets qui nous
ont déjà témoigné ou témoigneront par la suite vouloir Contribuer à la
Dotation de cette École, de nous donner cette preuve de leur Zéle pour
le bien et l'utilité de notre Royaume. À ces causes et autres et sommes
nous de l'avis de notre conseil, et de notre Grâce spéciale, pleine
puissance et autorité Royale, nous avons Ordonné et ordonnons,
voulons ce qui suit :
Article Premier : L'École gratuite de dessin déjà ouverte à l'Ancien
Collège d'Autun, et celles qui s'établiront successivement dans notre
bonne ville de Paris en faveur des jeunes gens qui se destineront aux
Arts Méchaniques et aux différents Métiers seront et demeureront
réunies sous le titre d'École Royale Gratuite et Régie et Administrée
sous l'inspection du Sr Lieutenant Général de Police de notre Ville.
2. Il sera établi un Bureau d'administration auquel présidera le dit sieur
Lieutenant Général de Police et qui sera composé d'un Directeur, et de
six administrateurs choisis parmi les notables de notre ville ayant voix
délibérative avec luy ; et pour le service du dit bureau il sera nommé un
secrétaire et un caissier.
3. Le Directeur et les Administrateurs, que nous nous réservons de
nommer pour cette fois seulement, choisiront, aussitôt après qu'ils
auront été par nous nommer, le Secrétaire et le Caissier, ils choisiront
aussi par la suite les nouveaux Administrateurs que nous voulons être
changés à l'expiration de trois années d'exercice, de façon qu'il arrive
chaque année deux nouveaux pour remplacer les deux anciens qui se
retireront. Permettons au moins au dit bureau de continuer une fois
seulement les anciens administrateurs.
4. Les règlements pour le choix des professeurs pour l'admission des
élèves, pour les compositions à faire pour les placer, pour les placer à
prix et distribuer pour les concours, tant des maîtres que des élèves,
seront délibérés à la pluralité des suffrages au bureau d'administration
en dessus établi et proposé par le Directeur; Ceux qui intéresseront
l'ordre, la police et l'administration du dit établissement seront aussi
délibérer au Bureau et pourront être proposer par le Directeur ou l'un
des Administrateurs.
5. Permettons aux six corps des marchands, aux autres corps,
Communautés et Particuliers de notre bonne ville de Paris, même les
autres villes de notre Royaume qui nous ont témoigné leur désir de
Concourir au dit Établissement de fonder à perpétuité ou à vie, les
places d'élèves dont ils désirent avoir la nomination. Vouloir que les
mêmes dispositions ayent lieu pour les fondations des prix à distribuer
aux élèves, et pour celles des apprentissages et maîtrises qui seront
accordées dans le concours ; autorisant à cet effet la passation de tels
actes qui seront nécessaires pour ces différents objets, toutefois en se
conformant à notre Édit du mois d'août mil sept cent quarante neuf et
notamment l'article 18 d'iceluy.
Voulons que toutes les maîtrises qui seroient acquises pour
Récompenser les élèves qui les avoient méritées dans les concours, ne
soient payées que sur le prix établi en faveur des fils de maîtres, Pourvu
que toutefois que les dits élèves ayent fait leur apprentissage dans les
mêmes Corps et Communautés dont les maîtrises leur seroient
conférées. Si donnons en mandement à nos Conseillers, les gens tenan
notre cour de Parlement à Paris, que ces présentes ils ayent à faire
Registrer et le contenu, et observer selon la forme et teneur, cessant et
faisant cesser tous troubles et empêchements, et nonobstant toutes
choses à ce contraire. Car tel est notre plaisir, en témoin de quoy nous
avons fait mettre notre sceau à ces dites présentes. Donné à
Fontainebleau, ce vingtième jour d'octobre, l'an de Grâce mil sept cent
soixante sept et de notre règne le cinquante troisième. Signé, Louis et
plus bas par le Roy Phelipeaux, et scellé du grand sceau de cire jaune.
Registrées, oui, ce requérant le procureur Général du Roy, pour être
exécutées selon leur forme et teneur, suivant l'arrest de ce jour. À Paris
en Parlement, le premier Décembre mil sept cent soixante sept. Signé
Ysabeau. »

Source : Archives départementales d'Indre-et-Loire, C 348, Lettres


Patentes pour l'établissement des Académies de Peinture et Sculpture
dans les principales villes du Royaume, suivies des Lettres Patentes du
Roy, portant établissement d'une École Royale gratuite de dessin à
Paris, Fontainebleau, 20 octobre 1767, registrées le 1 er décembre 1767,
4 f.

De l’école gratuite à l’école académique de Tours (1781)


[Le dessinateur et archiviste, Charles-Antoine Rougeot (1740-1797),
fonde en 1776 une école de dessin à son domicile. Celle-ci est rattachée
à l'Académie parisienne et prend le titre d'école gratuite de dessin en
1781. Le corps de ville et les soyeux y voient une occasion de
développer l'enseignement du dessin de soierie afin d'appuyer l'industrie
de la soie à Tours, capitale historique de la soie. Le règlement est établi
à partir de celui de Poitiers daté de 1772]

« Charles Claude de La Billarderie, comte d’Angiviller , conseiller du


Roi en ses conseils, Maitre de camps de cavalerie, Chevalier de l'ordre
royal et militaire de St Louis, chevalier commandeur des ordres royaux,
militaire hospitalier de Saint Lazare de Jérusalem et de Notre-Dame du
Mont Carmel, intendant du jardin Royal des plantes, Pensionnaire
vétéran de l'Académie Royale des Sciences, Directeur et Ordonnateur
général des Batiments du Roi, jardins, arts, académies et Manufactures
Royales, Grand voyer de la ville de Versailles.
Sur ce qui nous a été représenté que depuis quelques années,
il a été établi dans la ville de Tours sous la direction et l'inspection du
corps municipal de la dite ville , une école gratuite de dessin et que cette
école y ayant sensiblement augmenté le goût des arts et attire des
provinces voisines nombre de sujets pour y participer à ses instructions,
il serait utile de lui donner un nouvel encouragement en l'érigeant en
école académique de Peinture, Sculpture, architecture, et arts analogues
conformément aux lettres patentes du mois de novembre 1676
enregistrées au Parlement et à l'article 6 de la déclaration du Roy
concernant les arts de peinture et de sculpture données à Versailles le 19
mars 1767 et enregistrées par le Parlement le 2 juillet de la même
année.
Nous en vertu des dites lettres patentes et déclaration
autorisons et confirmons le dit établissement et lui permettons de
prendre le titre d'école académique de Peinture, Sculpture, architecture
et arts dépendant du dessin, à l'effet d'y enseigner les dits arts, sous la
direction, quant à la police et à l'économie intérieure, le maire et
échevin de la ville de Poitier, et quant à la partie de l'art, sous celle de
l'Académie Royale de Peinture et Sculpture de Paris, avec laquelle elle
aura soin de correspondre en tout ce qui pourra être utile au Progrès des
arts et à la bonne instruction, au moyen de quoi la dite école
académique participera aux avantages accordés par les dites lettres
patentes et sera dorénavant sous la protection des directeurs et
ordonnateurs généraux des batimens de sa majesté.
En foi de quoi nous avons fait expédier la présente
confirmation de l'établissemen de l'École Académique de Peinture,
Sculpture, Architecture et autres Arts Analogues établi à Poitier, que
nous avons signé de notre main, fais contre signés par le secrétaire
ordinaire des batimens de sa majesté, et scellé du cachet de nos armes,
fait à Versailles le douze avril 1781.
D'Angevillier. »

Source : Archives départementales d’Indre-et-Loire, C 348,


Confirmation de l’École Académique de la ville de Tours, le comte
d'Angevilliers, Versailles, 12 avril 1781, 3 f.
Bibliographie : A. Millet, « Charles-Antoine Rougeot et Jean-Jacques
Raverot : itinéraire d’une famille au sein des écoles de dessin de Tours
(1776-1826) », in V. Fonteneau et R. d’Enfert, Espaces de
l’enseignement scientifique et technique. Acteurs, savoirs, institutions,
XVIIe-XXe siècles, Paris, Hermann, 2011, p. 109-18.
L’espace public des sciences et des techniques

La tradition des spectacles usant de la technique : fête pour


Ludovic Sforza organisée par Léonard (1493)

[Léonard de Vinci (1452-1519), malgré l’échec de sa lettre à Ludovic


Le More, duc de Milan (1452-1492) en 1482, est parvenu à intégrer les
milieux artistiques milanais et a étendu sa curiosité aux études
architecturales, anatomiques et hydrauliques. En 1489, il réussit à
s’attirer les grâces du duc en proposant une solution pour ériger une
statue en bronze posant d’importants problèmes techniques. Il s’est
inspiré pour cela de sa fréquentation des chantiers d’artilleries et de
leurs coordinations de différents fours. Si la statue ne verra pas le jour,
il devient néanmoins « ordonnateur des fêtes et spectacles aux décors
somptueux » de Ludovic Sforza. Le 13 janvier 1490, Léonard organise
la « Fête du Paradis » pour célebrer le mariage de Galeazzo Sforza avec
Isabelle d’Aragon. Les effets spéciaux appuyés sur le jeu des techniques
et des machines fascine les invités]

« Fête où représentation appelée Paradis qu’a fait donner le


Seigneur Ludovic à la gloire de la Duchesse de Milan. Ainsi appelée car
avec grand génie et art par Maître Léonard de Vinci, Florentin avait
fabriqué un paradis avec toutes les sphères, les planètes qui tournaient
et les planètes étaient représentées par des hommes habillés de la façon
décrite par les poètes, et tous ils parlaient illuminés par la lumière de la
Duchesse Isabelle.
Le premier ange annonce :
Attention ! Ecoutez tous, inclinez vous. Le ciel reflète votre
triomphe, celui du grand Monarque qui meut les sphères. Que l’enfer se
taise et dépose ses martyres pour qu’aie lieu votre fête sur Terre où
s’invite Jupiter. Et vous verrez de grandes choses, jamais encore
admirées, en l’honneur d’Isabelle et de ses vertus. Jupiter dans le ciel
sur sa sphère s’adresse aux planètes, disant qu’il veut descendre sur
terre…
Apollon s’émerveille de tant de lumière : O très glorieux, o
éternel Jupiter…
Jupiter dit à Mercure qu’il aille faire connaître à la Madone
l’occasion de sa venue :
Va, Mercure, mon digne orateur, trouver cette divine Isabelle,
et dis lui que Jupiter roi du plus grand des royaumes, est venu sur terre
pour l’honorer…
Mercure s’en va et prononce son discours devant la
Madone…
Mercure parle à Jupiter de son ambassade à la Madone…
Mercure parle, toutes les planètes de nouveau louent Jupiter
de sa venue sur terre, à commencer par la Lune.
Vénus parle… »

Source : Bernardino Bellincioni, Rime dell’arguto et faceto poeta


Bernardo Bellincione fiorentino, Milano, 1493.

« Relation de la fête du Paradis


Ordre de la fête et de la représentation qu’a fait faire
l’Illustrissime Seigneur Ludovic en honneur et pour la gloire de
l’Illustrissime et Excellentissime Majesté la Duchesse Isabelle, et de
l’excellentissime et très heureux Seigneur Jean Galeazzo Maria Sforza,
à présent Duc de Milan. Cette fête et représentation s’est donnée le
mercredi le 13 janvier 1490 : et a été si bien ordonnée et conduite, en
unmode si calme et silencieux, qu’il n’est au monde moyen de dire et
d’exprimer sa perfection par le langage comme on le verra par ordre. Et
pour commencer je dirais ce qu’il en est de la salle où a été donnée cette
fête et représentation.
La salle ou a eu lieu cette fête est dans le château de la Porte
Giovia et c’est celle qui est proche de la chapelle ou le Duc va entendre
la messe, et où il a fait faire un ciel fait de verdures et le Duc avait là
représenté ses armes, ducales, celles de la famille des Sforza et de celle
du Roi Ferdinand. Autour de cette salle il y avait une corniche de
verdure.
Le Paradis était fait à la ressemblance d’un demi oeuf, lequel,
à l’intérieur était entièrement couvert de feuilles d’or avec un grand
nombre de lumières représentant les étoiles et dont certaines
représentaient les sept planètes, selon leur orbite, hausse ou basse. A
son tour, la limite extérieure de cet hémisphère était ornée des 12 signes
du zodiaque, qui, avec certaines lumières intérieures protégées par du
verre étaient vraiment magnifiques à voir. Dans ce paradis il y avait de
nombreux chants doux et suaves. Il y eut des coups de feu et soudain
descendit du paradis un putto vêtu à la mode d’un ange qui annonça la
dite représentation. Libre de dire ces paroles, il tomba a terre et ce fut
un si grand ornement et splendeur qu’on aurait dit qu’il s’agissait d’un
véritable paradis, c’est ainsi en tout cas que je l’ai entendu avec les sons
suaves et les chants qu’il y avait là. Au milieu de tout cela apparut
Jupiter et auprès de lui les planètes, selon leur degré. Malgré les chants
et les instruments, on faisait pourtant le silence pour chaque dialogue et
Jupiter remerciait avec quelques belles paroles Dieu de lui avoir permis
de créer dans le monde une belle et vertueuse dame comme
l’Illustrissime et excellentissime majesté la Duchesse
Isabelle. Apollon, qui jusque là était absent, s’émerveilla des
paroles que prononçait Jupiter et se réjouit qu’il ait créé au monde une
personne plus belle que lui. Jupiter lui répondit qu’il ne devait pas s’en
émerveiller car quand il le créa lui, il se réserva de pouvoir créer une
plus belle créature encore, et que jusqu’à présent il avait réservéce
pouvoir afin de l’utiliser pour la Duchesse Isabelle. A présent il voulait
descendre sur terre pour l’exalter et la glorifier. Et ainsi descendit-il du
ciel avec toutes les autres planètes et apercevant une montagne il alla
s’y asseoir et les planètes, une à une allèrent s’asseoir à ses pieds…
Jupiter demanda à Mercure qu’il s’en aille chercher les trois grâces et
les sept vertus…et Jupiter lui fit don de la grâce. Les trois grâce
commencèrent à chanter en l’honneur de la dite Illustrissime Isabelle.
Le chant fini, ce fut le tour des sept vertus qui l’accompagnèrent dans sa
chambre avec les trois grâces. Et Ainsi se termina la fête. Laquelle fut si
belle et bien ordonnée qu’on ne vit au monde rien de tel. Et tous ceux
qui se trouvaient présents pour voir cette fête ont à rendre grâce à notre
Seigneur Dieu et à l’Illustrissime Ludovic qui nous a fourni tant de
grâce et de plaisir. »

Source : Bibliothèque Estense, Cod. Ialiano n.521 J 4.21 La festa del


paradiso di Leonardo da Vinci e Bernardo Bellincioni, 13 janvier 1490,
Archivio Storico Lombardo : giornale della Societa Sorica Lombarda
Serie Quarta, transcription Edmondo Solmi, Vol. I, Anno XXXI, 1904,
p.75-80.
Bibliographie : P. Brioist, Le prince et les Arts en France et en Italie,
Neuilly, Atlande, 2010. P. Brioist Léonard de Vinci, homme de guerre,
Paris, Alma, 2013. Luca Garai, La Festa del Paradiso di Leonardo da
Vinci, Milan, La Vita Felice, 2014. R. Strong, Les fêtes de la
Renaissance 1450-1650, Art et Pouvoir, Arles, Solin, 1991.
L’électricité : recherche, expérience, curiosité (1754)

[La naissance de l’électricité a joué un grand rôle dans la curiosité des


élites des Lumières pour les démonstrations expérimentales,.
Académicien et professeur auprès des ingénieurs et artilleurs, Jean
Antoine Nollet (1700-1770) qui s’est formé aux démonstrations
publiques auprès de l’Anglais John Theophilus Desaguliers (1683-
1744) et du Hollandais Pieter van Musschenbroek (1692-1761),
contribue à répandre le goût de la physique expérimentale hors des
cercles savants tout en poursuivant ses propres recherches et
construisant ses propres instruments. Ses ouvrages illustrés, en
particulier ses Leçons de physique expérimentales (1743), connaissent
un vif succès. L’expérience ici mise en scène est issue de la seconde
édition de son Essai sur l’électricité des corps (1765)]

Ill. 37

Source : Abbé Nollet, Essau sur l’électricité des corps, Paris,


Hippolyte-Louis Guerin et Louis-François Delatour, 1765, p. 10.
Bibliographie : P. Bertucci, G. Pancaldi, Electric bodies. Episodes in
the history of medical electricity, Bologna, University of Bologna,
2001. L. Pyenson et J.-F. Gauvin (dir.), L’art d’enseigner la physique.
Les appareils de démonstration de Jean-Antoine Nollet, 1700-1770,
Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2002. J. Torlais, L’Abbé
Nollet (1700-1770) et la physique expérimentale au XVIIIe siècle, Paris,
Palais de la Découverte, 1959.
La bibliothèque scientifique et technique d’un parlementaire
parisien (1756)

[Le conseiller au Parlement de Paris, janséniste et franc-maçon, Louis Davy


de Lafautriere (1700-1756), auteur d’une Epitre newtonienne sur le genre
de la philosophie en 1739, posséde à sa mort une bibliothèque extrêmement
riche, démontrant une grande curiosité pour les sciences et les techniques.
Elle comporte des théâtres de machines, les histoires annuelles de
l’Académie des sciences, les ouvrages mathématiques d’académiciens, les
Principia de Newton, ou encore les récentes Leçons de physique de l’abbé
Nollet]

[Extrait du catalogue de la bibliothèque du conseiller Davy de Lafautriere


établie en 1756]

Auteur Ouvrage
Chambers Encyclopédie (2 vol.)
Voltaire Eléments de la philosophie de Newton
Bacon L’artisan de la fortune
Bacon Essais
Rohault Traité de Physique
De qualitatibus rerum cosmicis : de vi aeris
Boyle
elastica
Musschenbroek Essai de Physique
*** Observations de Physique
Privat de Molières Leçons de Physique
Emilie du Châtelet Institutions de Physique
Côtes(LeMonnier
Leçons de Physique expérimentale
traducteur)

Deslandes Recueil de traités de Physique


Abbé Nollet Leçons de Physique expérimentale
Halles Description d’un ventilateur
Pascal Traité de l’équilibre des liqueurs
Mariotte Second essai de la nature de l’air
Desaguliers Dissertations sur l’électricité
Nollet Essai sur l’électricité des corps
De Mairan Dissertation sur la glace
Ozanam Récréations mathématiques
Mariotte Œuvres
Lamy Eléments de Mathématiques
Newton Opuscula mathematica, philosophia & philo.
Camus Cours de mathématiques
Viète Algèbre
Guisnée Application de l’algèbre à la géométrie
Clairaut Eléments d’algèbre
De Challes Eléments d’Euclide
Ozanam Géométrie pratique
Sauveur Géométrie pratique et abrégé de Mécanique
Clairaut Eléments de Géométrie
Le Clerc Pratique de la Géométrie
L’Hôpital Analyse des infiniment petits
Newton Traité ou méthode des fluxions
Rondet Analysedes infiniment petits
Van Schooten Tabulae sinuum, tangentium, secantium
Ozanam Usage du compas de proportions
Ozanam Méthode pour arpenter
D. Jacq. Alexandre Traité des horloges
Derham Traité d’horlogerie
Sully Règle artificielle du temps
Thiout Traité de l’Horlogerie

P. Fournier Hydrographie
Duhamel du Traité de la fabrique, de la manœuvre pour les
Monceau vaisseaux ou l'Art de la corderie
Le Cordier Instruction des pilotes
Desroches Dictionnaire des termes de marine
Ouvrages d’optique (dont le traité d’ optique
Divers auteurs
de Newton)
Salomon de Caux Raisons des forces mouvantes
Gobert Traité pour la pratique des forces mouvantes
Traité des forces mouvantes pour la pratique
De Camus
des Arts et Métiers
De Mairan Dissertation sur l’estimation et la mesure des
forces motrices des corps
P. Jean François La science des eaux
d° L’art des fontaines
Elévation des eaux par toutes sortes de
Chevalier Morland
machines, etc.
Ozanam La mécanique et la perspective
Nic. Tartaglia Quesiti ed inventioni diverse
Desseins artificiaux de toutes sortes de
Jacq. De Strada
moulins à vent, à l’eau, etc.
Traité de la construction et des usages des
Bion
instruments de mathématiques

Bion L’usage des globes


Remarques et expériences physiques sur une
Amontons
nouvelle clepsydre
Needham Nouvelles observations microscopiques
*** Description du cabinet de M. de Servière
Histoire de l’Académie royale des sciences
Fontenelle
avec les éloges
Fontenelle, De Mémoires de l’Académie des sciences depuis
Mairan, de Fouchy, 1666 jusqu’ à 1749, Machines et inventions
Gallon approuvées, T ables
*** Pièces du prix de l’Académie de 1738
Th. Sprat Histoire de la Société royale de Londres
John Lowthorp (et
Abrégé des Transactions philosophiques
autres jusqu’en 1733)
Journal des savants depuis 1666 jusqu’en
***
1739
Journal des savants depuis octobre 1736
***
jusqu’en décembre 1743

Source : Bernard Delaunay, « La pensée technique de l’Académie


royale des sciences (1699-1750) », thèse de doctorat de l’université
Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2013, vol. 2, p. 336-340.
Bibliographie : P. Chevallier, Les Ducs sous l’Acacia ou les premiers
pas de la Franc Maçonnerie française, 1725-1743, Nouvelles
recherches sur les Francs Maçons parisiens et lorrains, 1709-1785. Les
idées religieuses de Davy de La Fautrière, Genève, Slatkine, 1994.
Annonce de cours publics dans la Gazette de Médecine (1761)

[Les cours publics se multiplient dans l’Europe du XVIII e siècle et


particulièrement à Paris. La chimie, science moderne propre à aiguiser
la curiosité des amateurs, connaît ainsi un brillant succès. Assurés par
des médecins, apothicaires et chimistes, ils mobilisent certains
professeurs ou savants en vue, à l’image de l’apothicaire Guillaume-
François Rouelle (1703-1770). Le nombre de cours proposé en 1761
témoigne d’une demande forte pour ces cours publics.]

« La Chymie, que l’on regardoit ci-devant comme une science


toute Allemande, semble aujourd’hui naturalisée en France, & y recevra
vraisemblablement sa dernière perfection, comme tant d’autres Arts qui
ont été transportés d’ailleurs, dans cet heureux sol.
Rien ne prouve mieux combien le goût de la Chymie est
maintenant à la mode ici, que le grand nombre de Cours publics &
particuliers, qui se font journellement à Paris, & qui sont tous fort
suivis. D’excellens Ouvrages, déjà sortis de la plume de divers
Chymistes François, le prouvent également. Et nous pouvons encore
ajouter, par surabondance de preuves, que les Personnes qui ont
toujours été en possession de donner le ton à la Nation, de belles Dames
font l’honneur de ce grand Art de le cultiver avec ardeur, de grands
Seigneurs y ont fait des progrès singuliers.
Dans l’âge où les passions sont les plus vives & les plus
fortes, & qui est-ce qui en a de plus vives & de plus fortes que
l’Homme de génie ? qui auroit jamais imaginé que dans l’âge des
passions, & de la frivolité, de jeunes Seigneurs François auroient déjà
fait en Chymie des recherches profondes & des découvertes brillantes ?
Qui se seroit attendu de voir Quelqu’un, appelé par la naissance au rang
des Paris du Royaume, se faire honneur de siéger avec des Médecins,
des Apothicaires, & tels autres Gens, dont le plus beau titre est celui de
Philosophes par le feu, pour nous servir de l’expression d’un de leurs
Devanciers ? On verroit peut-être un tel phénomène sans étonnement en
Angleterre ; mais que l’on ait ce spectacle aujourd’hui en France, & que
l’on veuille bien n’y pas faire attention, pour n’être pas obligés de
s’élever contre ; il faut que nos mœurs soient bien changées par un
certain vent d’Outre-mer, qui a soufflé ici depuis quelque tems.
Revenons aux Cours de Chymie.
Il s’en fait un chaque année au Jardin du Roi, par MM.
bourdelin, Professeur, & Rouelle, Démonstrateur, l’un Médecin, l’autre
Apothicaire, tous les deux de l’Académie des Sciences.
M. Poissonnier, Médecin & Professeur Royal, joint des
Expériences à ses Leçons de Chymie, au Collège Royal de France,
place de Cambray.
M. Bellot, Médecin, & M. la Planche, Apothicaire,
commenceront Mercredi prochain, trois Juin, le Cours annuel de
Pharmacie Galénique & Chymique, aux Ecoles de Médecine, rue de la
Bucherie.
MM. Couzié, de Moret, Julliot, la Planche, Bataille, Santerre,
Laborie, Azema & Trevez Apothicaires, font alternativement un Cours
d’Expériences Chymiques, au Jardin des Apothicaires, rue de
l’Arbalêtre.
M. Rouelle, qui a plus contribué que Personne à rapandre en
France le goût de la Chymie, & que la plûpart de nos Chymistes se font
un honneur de regarder comme leur Maître, fait, tous les ans, des Cours
particuleirs de Chymie & de Pharmacie, dans son Laboratoire, rue
Jacob.
M. la Planche en fait également de l’une & de l’autre espèce,
dans son Laboratoire, rue de la Monnoye ; fournissant ainsi, avec un
zèle inexprimable, trois carrière à la fois. C’est le triple Gerion échauffé
par le Phlogistique.
Enfin M. Macquer, Médecin, célèbre par des Elémens de
Chymie Théorique & Pratique, écrit avec une précision & une netteté
dont on avoit peine à croire que cette Science fût susceptible ; & M.
Baumé, Apothicaire, qui semble avoir un fonds inéuisable de nouvelles
Expériences à offrir, presque coup sur coup, à la curiosité publique, font
de concert de semblables Cours dans leur Laboratoire, rue Saint Denis,
vis-à-is Saint Leu.
Notre Feuille ne suffiroit pas pour faire connoître en détail,
tous ceux qui brûlent du Charbon à Paris, dans la vue d’éclaircir telle ou
telle vérité Chymique ; & un In-folio suffiroit à peine pour nommer
simplement ceux qui en brûlent sans sçavoir pourquoi. »

Source : Gazette de médecine, 1761, vol. 1, p. 197-200.


Bibliographie : C. Lehman, « Between Commerce and Philanthropy :
Chemistry Courses in Eighteenth-Century Paris », in B. Bensaude-
Vincent et C. Blondel (dir.), Science and Spectacle in the European
Enlightenment, Aldershot, Ashgate, 2008, p. 103-116. L. Roberts, «
Chemistry on Stage : Rouelle and the Theatricality of Eighteenth
Century Chemistry », in B. Bensaude-Vincent et C. Blondel (dir.), op.
cit., p. 129-139. M. Thebaud-Sorger, « Spectacles de sciences », in D.
Pestre, S. Van Damme (dir.), Histoire des Sciences et des Savoirs, Paris,
Seuil, 2015, vol. 1, p. 133-153.
Le musée d’inventions de James Cox (1773)

[L’espace public de la science et des techniques nait aussi d’institutions


nouvelles, telles que les musées. James Cox (1723-1800), inventeur,
orfèvre et entrepreneur, organise un musée privé de machines et
automates à Londres. Les premières expositions ont lieu en 1769 mais
le musée ouvre officiellement trois ans plus tard. L’inventeur utilise
habilement les annonces publicitaires pour construire la popularité de
son établissement. Ce dernier devient très populaire auprès des élites –
et fait partie des expositions les plus chères de Londres. Il est
finalement vendu en 1775 et Cox n’a jamais obtenu le patronage royal
qu’il espérait]

ANNONCE [Advertisement]
« Magnificence, Goût, Utilité, Plaisir, c’est qu’offrent des
objets dont la réunion dans une seule et même exposition constituerait
le chef d’oeuvre des Arts. C’est du moins ce que le Propriétaire des
pieces décrites plus particulièrement dans le catalogue descriptif, s’est
propose de faire. A quel point son dessein a été accompli, il revient au
Public de juger et de determiner.
La Pompe Asiatique a été, de toute antiquité, affublée d’un
étalage de métaux précieux, travaillés grossièrement, et de pierres, pour
la plupart mal serties, et même encore plus mal disposées, sans goût,
sans effet intéressant, et sans utilité.
Le Propriétaire de cette Exposition, convaincu que quelque
chose de mieux pouvait être fait, a imaginé qu’il pourrait se réclamer du
goût des Orientaux pour la brillance, en ajoutant à son dessin, une plus
grande finition de l’ouvrage ; l’enchantement d’un mécanisme le plus
apte à captiver ces gens en leur offrant le charme de la nouveauté ; le
tout combiné avec la douce harmonie des sons et même avec l’utilité.
Le Chronoscope, l’Automate qui joue de la flûte, l’usage fait
des pouvoirs mécaniques naturels dans plusieurs des ces pièces,
fournissent sûrement des idées utiles et bien assez philosophiques pour
se défendre du reproche de n’petre ue des babioles scintillantes.
On peut demander à bon droit au Cynique le plus invétéré si,
alors qu’il estime acquis qu’un tas de dorures et de bijouterie, n’offre
rien d’autre qu’un éclat brilliant juste bon à fatiguer les yeux, sans
apporter quoi que ce soit à l’esprit, il pourrait pousser son raisonnement
au point de faire pâtir d’une telle condamnation ces oeuvres pour
lesquelles on a essayé de remédier à ces défauts et d’introduire de
nouvelles sortes de beautés ? Serait-il prêt à confondre l’insipidité d’un
spectacle dénué de sens, avec les imitations heureuses, en dorures et en
pierres, d’un papillon, d’une fleur, d’un oiseau, d’un éléphant, et même
d’un serpent ! Surtout si à ces imitations, déjà en soi ingénieuses, est
ajoutée la magie du mécanisme qui les anime tels des plantes et des
animaux ; et qu’ils soient de plus, accompagnés de l’harmonie d’une
musique qui flatte l’oreille, alors que les yeux sont plaisaimment
divertis par des objets dont la magnificence est, de loin, la moindre de
leur part de mérite !
Un spectacteur curieux pourrait trouver de quoi se satisfaire
ici en considérant les différences entreles goûts de l’Europe et de l’Asie
[…].
Il a aussi eu la grande satisfaction de trouver, alors qu’il
constituait ce splendide assemblage de rarités mécaniques, les moyens
de faire concourir à la perfection le travail et l’industrie d’un grand
nombre d’Artistes les plus ingénieux. Le peintre, l’orfèvre, le bijoutier,
Le Lapidaire, la Sculpteur, l’Horologer, en somme Presque tous les arts
libéraux ont troivé à s’y employer ; et tous ont coopéré avec profit. Dire
que le propriétaire a imagine et donné cette sorte de prologement à leurs
professions déjà étendues, est moins lui attribuer un honneur, que
rendre justice à ces Arts les plus chers ; qui, en virtu de leur relations
bien connues, sont si disposés pour l’aide mutuelle, dans le but de
conférer de la splendour à chacun.
Ce qui a tant contribué à encourager le Propriétaire à risquer
des avances aussi considérables, est, la consideration ue sur le trône de
Grande-Bretagne se trouve George III, un Prince, qui est non seulement
un amoureux éclairé des Arts et des Sciences, mais un patron généreux
pour les efforts auxquels ceux-ci produisent; pour illustrer son règne ;
pour orner sa capitale ; et pour contribuer, en lui conférant une célébrité
attractive, à la transformer en qu’elle peut raisonnablement devenir,
l’ATHÈNES de l’EUROPE”. » […]

« St. James’s Chronicle, 10 mars 1772


Ce Musée consiste en un nombre infini de pièces de
Mécanisme, certaines de 16 pieds de haut; en or, argent, agathe, ambre,
cristal, lapis lazuli et aventurine etc. etc., enrichies de bijoux et autres
pierres précieuses de toutes sortes, représentant des animaux
innombrables, des oiseaux, des insectes, des fleurs, etc. etc. en
mouvement.
Une pièce représente un automate en habit de Chinois, assis
sous un riche pavillon, ce personnage jouant des airs variés sur une flûte
en or, ornée de bijoux. L’air sort de sa bouche, pendant qu’avec ses
doigts il exécute les morceaux avec grâce.
Une autre consiste en une cage à oiseaux, dont le piédestal
forme une commode du plus beau lapis lazuli et d’aventurine, soutenue
par des bêtes asiatiques ; cette dernière contient un très joli carillon de,
qui sonne les heures, joue piano et forte, et exécute d’autres grâces
musicales ; et en ouvrant des portes, elle fait découvrir une grand
cascade, et des fontaines curieuses d’eau artificielle, tombant de
rochers, traversée par des dauphins, et projetée par des tritons à partir de
leurs coquillages, et réflétée encore par des miroirs placés dans les
cavités des rochers. Au-dessus se tient une cage à oiseaux d’une
richesse et d’une beauté exquises, composée d’or, d’argent, de joaillerie
et d’agathe, finement dessinée et décorée ; sous les portes de la cage, se
trouvent des Encadrements dans lesquels les oiseaux sont visbles en
mouvement ; dans un encadrement un oiseau collecte des fruits et des
fleurs et dans un autre, une nichée est nourrie par un ancien : sur la
cage, est posée une horloge, qui carillonne, sonne et répète ; elle a deux
cadrans et à droite et à gauche de la cage, elle met en mouvement des
étoiles ascendantes en joaillerie. Au-dessus de l’horloge, se tient un
teplpe d’agathe, d’or, avec des piliers d’argent, et des decorations d’or
et de bijoux ; devant, il y a une peinture curieuse animée ; au-dessus du
temple, un pavillon hexagonal, au centre duquel se trouve un double
étoile ascendante ; il est surmonté d’une plus grande étoile, animée d’un
mouvement en spiral. Dans la Cage, se tiennent deux oiseaux, tout en
joaillerie, leur plumage formé de pierres de diverses couleurs ; ils
bougent leur becs, gazouillent, et battent des ailes ; leurs sons sont
musicaux et mélodieux, ils chantent à la fois des Solos et des Duos, ce
qui procure le plus plaisant effet.
Une troisième pièce est un grand et beau vase exposant un
large bouquet de réalisation exquise ; les diverses fleurs avec leurs
feuilles sont copiées de la nature, et montées avec une centaine de
pierres de couleurs différentes, par lesquelles les teintes et les nuances
des fleurs sont rendues magnifiquement ; la plus importante s’ouvre et
se ferme comme dans la Nature, et le reste, étant fixé sur des ressorts
spiraux d’or trempé, bouge et vibre au olus petit miuvement. Au-dessus
des fleurs se tiennent deux Oiseaux, comme suspendus à une tige ; ils
sont animés, comme vivants; celui du dessous qui regarde vers le haut
en ouvrant son bec est nourri par l’autre avec des Perles, ce dernier
agitant ses ailes en même temps. […] »

Source :Une collection d’extraits variés en prose et en vers, des


publications de Londres sur le MUSEE des Spring-Gardens contenant
de nombreux témoignages favorables et de judicieuses observations sur
cette exposition d’art superbe et singulière, Londres, J. Bell, près
d’Exeter Change, sur le Strand ; S. Gardener, dans Grace-Church
Street ; et, avec Permission, au Musée, dans les Spring-Gardens.
Bibliographie : L. Hilaire-Pérez, Lapièce et le geste. Artisans,
marchands et savoirs techniques à Londres au XVIIIe siècle, Paris,
Albin Michel, 2013. M. Pointon, “Dealer in magic: James Cox’s
jewelry museum and the economics of luxurious spectacle in late-
eighteenth-century London”, in N. De Marchi, Economic engagements
with art, Durham, Duke University Press, 1999, p. 423-451. R. Smith,
“James Cox's silver swan. An eighteenth century automaton in the
Bowes Museum », Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines,
septembre 2016, n°4.
Les récréations physiques et mathématiques de Guyot (1786)

[Les récréations physiques et mathématiques du postier Edmé-Gilles


Guyot (1706-1786) constituent l’un des grands succès de librairie de la
seconde moitié du XVIIIe siècle. Dans son ouvrage, il expose des
expériences et des astuces physiques et mathématiques, jouant sur les
illusions, les problèmes de combinatoires, le jeu des aimants ou de
l’électricité, etc. La première édition, parue en 1769, est un succès et
conduira à plusieurs rééditions, ainsi qu’à plusieurs traductions à travers
l’Europe. Ces récréations illustrent l’essor d’une science mondaine au
siècle des Lumières]

[Avertissement de l’éditeur]
« Les deux premieres éditions de l’Ouvrage donné au Public, sous le
titre de Nouvelles Récréations Physiques et Mathématiques, se trouvant
entièrement épuisées, et quantité de nouveaux amusemens sur les
diverses parties de ces Sciences ayant été imaginés depuis sa derniere
impression, on a cru qu’en lui présentant cette troiséme édition, il étoit
indispensable d’y ajouter ce qu’il y a de plus curieux dans les nouvelles
découvertes sur l’Electricité, et particulièrement sur les Gas, dont on
n’avoit point parlé dans les précédentes éditions […]. Quel que soit le
sentiment du lecteur à cet égard, il est constant que cet Ouvrage a eu
beaucoup de succès et qu’il a même été traduit en Anglais, en Allemand
et en Hollandais. La traduction hollandaise, la meilleure de toutes, n’a
été faite que sur la première édition ; et celle qu’on présence ici est non
seulement deux fois plus étendue mais partie même des amusemens,
compris dans la premiere, ont été perfectionnés et simplifiés […] »

[Discours préliminaire]
« La science de la Physique et des Mathématiques, si utile et si
nécessaire pour toutes les autres sciences dont elle est le principe,
s’étend aussi sur nos amusemens les plus agréables […]. Une
application trop longue à des objets sérieux, ou à l’étude des choses
abstraites et difficiles, cause à la fin de la fatigue, et quelquefois même
de l’ennui, qui épuiseroient entiérement les esprits, si on ne les ranimoit
par des récréations propres à rétablir l’ordre et l’harmonie si nécessaires
pour conserver le corps dans osn premier état : c’est donc avec raison
que ces amusemens peuvent être considérés comme des remédes
innocens que la nature, qui tend toujours à contribuer à notre bien-être,
nous présente pour remédier aux maux qui résultent immanquablement
‘une trop longue application à l’étude, que notre constitution naturelle
ne pourroit longtemps supporter. Ce n’est pas le seul avantage que nous
procurent ces amusemens ; il est constant qu’ils contribuent beaucoup à
orner l’esprit, et à donner à notre façon de penser une justesse
géométrique aussi satisfaisante qu’utileet nécessaire dans toutes les
affaires de la vie ; ils nous procurent aussi de plus grandes
connoissances ; et souvent ils peuvent nous mener à des découvertes
utiles. […] J’ai eu attention à ne présenter que des choses nouvelles,
agréables et faciles à exécuter. Je me suis efforcé de rendre intelligible
même à ceux qui n’ont qu’une légere notion de la Physique et des
Mathématiques, sans négliger cependant d’expliquer, lorsuqu’il a été
nécessaire, les principes et les causes de ces différens prestiges. J’ai tiré
de ces divers effets tous les amusemens que j’ai cru les plus propres à
étonner et à surprendre agréablement. Enfin je les ai construit et déguisé
de maniere à inquiéter beaucuoop ceux devant qui on s’amusera à les
représenter. […] J’espère que le Public me saura gré de lui avoir dévoilé
tous ces petits prestiges ; et je puis l’assurer qu’il n’est aucun de ces
Récréations qui ne puisse être construite et exécutée, pour peu qu’on y
employe des Ouvriers adroits et intelligens (1). J’ai fait construire pour
quantité de Princes et Seigneurs les pieces contenues dans les
précédentes éditions, et il n’y en a eu aucune qui n’ait produit
exactement son effet. Ce n’est pas qu’en général depuis que cet
Ouvrage a paru, on ne soit entièrement revenu du préjugé qui s’étoit
répandu qu’il y entroit du merveilleux ; mais comme ceux qui font voir
quelques-uns de ces amusemens en public, soutiennent toujours
hardiment avoir fait des découvertes extraordinaires inconnues aux
Physiciens, quelque ridicule que soit une pareille prétention, j’ai cru
qu’il étoit aussi essentiel qu’indispensable de détromper ceux qui
seroient encore tentés de les en croire sur leur parole.
(1) Il est quelques Ouvriers qui ont voulu copier quelques-unes de mes
pieces, c’est-à-dire, les plus faciles à exécuter. Je prie ceux qui ont pu
en acheter, de les comparer avec celles qui s’exécutèrent sous mes yeux,
ils verront la différence qu’il y a, tant pour la précision, que pour la
propreté de l’exécution. On trouvera leur prix à la fin de chaque
volume, que j’ai réduit au plus bas possible. »
[Exemple de récréation avec un aimant : le peintre habile.]
[Après avoir introduit le lecteur aux principes de l’aimantation, de
l’attraction, et de la construction des aimants, Guyot présente les étapes
de construction de deux boîtes aimantées et décorées M et N puis les
effets sa première récréation intitulée Le peintre habile]
« On présente à une personne la boëte N, et les quatre tableaux, en lui
laissant la liberté d’y insérer secrètement celui qu’elle jugera à propos,
et en lui recommandant de cacher soigneusement les trois autres, et de
rendre la boëte fermée ; on pose exactement l’autre boëte fermée sur
cette premiere, on la laisse un instant pour donner à l’aiguille le tems de
se fixer. On l’ouvre ensuite, et on fait voir que le Peintre qui y est
représenté, a peint en petit la copie du tableau qui y a été renfermé ; il
faut avoir attention en ouvrant la boëte de tournant un peu le petit
bouton pour fixer le cercle, ce qui donne occasion de pouvoir ôter cette
boëte de dessus celle où est renfermé le tableau, et de le remettre même
entre les mains de la personne sans que le cercle puisse en aucune façon
se déranger de la position que lui a fait prendre le barreau. »

Ill. 38
Source : M. Guyot (Société littéraire et Militaire de Besançon),
Nouvelles récréations physiques et mathématiques, contenant ce qui a
été imaginé de plus curieux dans ce genre, et ce qui se découvre
journellement ; Auxquelles on a joint les causes, leurs effets, la meniere
de les construire, et l’amusement qu’on en peut tirer pour étonner et
surprendre agréablement, Troisième édition, considérablement
augmentée, Paris, Gueffier, 1786.
Bibliographie : B. Belhoste, « Récréations et mathématiques
mondaines au XVIIIe siècle : le cas de Guyot », Historia Mathematica,
2014, vol. 41, n°4, p. 490-505. G. Chabaud, « La physique amusante et
les jeux expérimentaux en France au XVIIIe siècle », Ludica, n°2, p. 61-
73. M. Thebaud-Sorger, « Spectacles de sciences », in D. Pestre, S. Van
Damme (dir.), Histoire des Sciences et des Savoirs, Paris, Seuil, 2015,
vol. 1, p. 133-153.
Sciences et techniques dans les arts

Techniques et art : la valeur d’une œuvre

Contrat passé entre Ghirlandaio et le prieur de l’Hôpital des


Innocents à Florence (1485)

[En 1485, le prieur de l’hôpital des Innocents de Florence passe un


contrat avec le peintre Ghirlandaio (1449-1494) pour la commande d’un
tableau sur l’Adoration des mages. L’œuvre est receptionnée trois ans
plus tard. Le contrat énumère des clauses financières, matérielles et le
temps de réalisation du tableau. Il donne à voir la valeur du travail d’un
artiste-artisan de la Renaissance]

« […] à la requête du révérend Messer Francesco […] prieur


du Spedale degli Innocenti à Florence, et de [Ghirlandaio], peintre, moi,
Fra Bernardo di Francesco de Florence, frère de Jésus, ai rédigé de ma
propre main ce document qui vaut contrat et commande d’un retable
destiné à l’eglise du susdit Spedale degli Innocenti, avec les accords et
stipulations établis comme suit : Que ce jour, le 23 octobre 1485, ledit
Francesco s’en remet au susdit Domenico et le charge de peindre un
panneau que ledit Francesco a fait fabriquer et a fourni ; lequel panneau
ledit Domenico préparera à ses frais ; et il doit peindre ledit tableau
entièrement de sa propre main, selon le modèle dessiné sur le papier,
avec les personnages et de la manière qui y sont indiqués […] ; et il doit
peindre ledit tableau tout entier à ses propres frais avec des couleurs de
bonne qualité et de la poudre d’or sur les ornements comme il se doit,
[…] d’ici trente mois ; il recevra pour prix de ce tableau [aux frais
dudit Domenico] cent quinze gros florins, s’il me semble à moi, le
susnommé Fra Bernardo [le garant], que le tableau les vaut […]. »

Bibliographie : Milanesi, Documenti inediti dell’arte toscana dal XII al


XVI secolo. Vedi Il Buonarroti, Roma, 1887, série III, vol. II, quaderni
X, p. 335-338. G. B. Cavalcaselle, J. A. Crowe, Storia della pittura
italiana, Firenze, Le Monnier, 1896, vol. VII, p. 296-298. M.
Baxandall, L’œil du Quattrocento : l’usage de la peinture dans l’Italie
de la Renaissance, Paris, Gallimard, 1985, p. 17-18.
Artistes ou artisans ? Le prix d’une œuvre pour Michel-Ange selon
Francisco de Hollanda

[Francisco de Hollanda (1517-1585), peintre et humaniste, rédige ses


Dialogues sur la peinture en 1548. Le troisième et dernier dialogue,
sans doute fictif, met en scène Michel-Ange qui répond aux questions
de la marquise Vittoria Colonna et de Francisco de Hollanda lui-même.
Hollanda fournit des repères pour l’estimation des œuvres d’art au
milieu du XVIe siècle et le rôle croissant attribué à la figure de l’artiste
ainsi qu’à sa renommée]

« Pour ma part, j’estime à un très haut prix une œuvre faite de main de
maître, encore qu’elle ait été faite en peu de temps; car, si elle en a
demandé beaucoup, qui saurait en fixer le prix ? En revanche, j’estime à
très peu de valeur une oeuvre qui a demandé beaucoup d’années à un
peintre qui, nonobstant qu’on lui donne ce nom, n’entend rien à la
peinture. Car on ne doit pas estimer les oeuvres d’après la durée du
travail employé sans utilité à les faire, mais d’après le mérite et
l’habileté de la main qui les a faites. S’il en était autrement, on ne
paierait pas plus cher un jurisconsulte pour étudier l’espace d’une heure
tel cas d’importance, qu’un tisserand pour toutes les toiles qu’il tisse sa
vie durant, ou qu’un travailleur de terre qui sue tout le long du jour sur
sa tâche.
E por tal variar natura è bella.
« Et quoi de plus sot que ces évaluations faites par qui ne distingue ni le
bon ni le mauvais d’une œuvre ? Telles, en effet, qui ont peu de valeur,
sont estimées très cher ; et pour d’autres, qui valent davantage, on ne
paie même pas le soin apporté à les faire, ni le mécontentement
qu’éprouve le peintre en apprenant qu’on doit évaluer son œuvre, ni le
très grand ennui qu’il ressent à réclamer son salaire à un trésorier
dépourvu de sens musical. » […]
« Il me semble que les peintres de l’antiquité ne se fussent pas contentés
de vos salaires et de vos évaluations à l’espagnole. Et je crois bien
qu’ils ne s’en contentèrent pas. Certains d’entre eux en usèrent, lisons-
nous, avec une libéralité et une magnificence peu communes :
convaincus qu’il n’y avait pas en leur patrie assez de richesses pour
payer leurs œuvres, ils les donnaient généreusement pour rien,
quoiqu’ils eussent dépensé à les faire leur temps, leur argent et le travail
de leur esprit. De ce nombre furent Zeuxis d’Héraclée, Polygnote de
Thasos, et plusieurs autres. » […]
« D’autres, d’humeur moins patiente, mutilaient et brisaient les œuvres
qu’ils avaient faites à force de travail et d’étude, en voyant qu’on ne les
leur payait pas aussi cher qu’elles le méritaient. Tel certain peintre
auquel César avait commandé un tableau. Il en demandait une si grosse
somme d’argent que César (peut-être pour mieux jouer son rôle) se
refusait à la donner. Ce peintre alors, saisissant le tableau, le voulait
briser malgré sa femme et ses enfants qui l’entouraient, pleurant une
pareille perte. Mais César le confondit comme il convenait à lui seul de
le faire : il paya le double du prix demandé, disant au peintre qu’il était
fou s’il espérait vaincre César. »
Source : Francisco de Holanda, Quatres dialogues sur la peinture (v.
1548), trad. Léo Rouanet, Paris, Honoré Champion, 1911.
Biblioraphie : M. Warnke, L’artiste et la cour : aux origines de
l’artiste moderne, Paris, M.S.H., 1989, p. 190-191.
Entre art et géométrie : l’usage de la perspective

Un mathématicien et peintre de la Renaissance : Piero della


Francesca (1412-1492)

[Le peintre italien Piero della Francesca (v. 1412-1492), proche du


mathématicien Luca Pacioli (1445-1517), est notamment l’auteur de
plusieurs ouvrages de géométrie dont un traité de perspective, le De
prospectiva pingendi (De la perspective en peinture). Il illustre le rôle
croissant de la géométrie dans le perfectionnement de l’art de la
perspective dans la peinture italienne de la Renaissance]

Ill. 39

Source : Piero della Francesca, La Flagellation du Christ, huile sur


panneau, 59 x 82 cm., après 1444, Galleria Nazionale delle Marche,
Urbino.
Bibliographie : J.-P. Le Goff, « La perspective, la renaissance de l’art
(autour de La Flagellation du Christ de Piero della Francesca) », Pour la
Science, 2004, n°323, p. 96-97
Livre de perspective de Jean Cousin, maître peinture à Paris (1560)

[Jean Cousin (v. 1490-1560) a réalisé des dessins pour des vitraux, des
gravures ou encore des tapisseries. Son traité de perspective paru en
1560 a été largement diffusé dans les milieux artistiques. Son ouravge
permet notamment au dessinateur novice de comprendre aisément le
tracé d’un point de fuite tout en proposant des modèles de tracé
géométrique permettant la réalisation de la perspective.]

« Pour venir à l’intelligence de cest Art de Perspective, faut


premierement avoir la cognoissance des Poincts, Lignes, Superfices &
Corps desquels pour autant que l’entiere & parfaite declaration
appartient proprement à la Geometrie, je n’entreprendray en ce livre de
les declarer plus amplement mais me contenteray de presenter aux
Lecteurs quelques traicts & figures des plus nécessaires à l’intelligence
& execution de cet Art : plus tost pour les faire resouvenir de telles
choses, que pour les en instruire entierement, renvoyant à la Geometrie
ceux qui ne les auroient par cy devant apprise, pour en estre plus
amplement informez. Quant à present il me suffira de vous proposer ce
que dit est, & vous declarer les noms, usages, & accidents d’aucunes
lignes, poincts & figures appartenants particulierement à la Perspective.
Donques pour entrer en matiere en premier lieu, par A nous son
representées deux lignes s’entrecoupent à l’escquierre, ou à angles
droicts desquelles l’une est Perpendiculaire, & l’autre Traversante : &
s’apelle laditte intersection communement, le Traict quarré. »
Ill. 40

Source : Jean Cousin (v.1503-v.1560), Livre de perspective, Paris,


Itchan le Royer, imprimeur du roy ès Mathematiques,1560 (Livre de
perspective de Jehan Cousin, senenois, maistre painctre à Paris).
Bibliographie : V. Auclair, Dessiner à la Renaissance. La copie et la
perspective comme instruments de l'invention, Rennes, PUR, 2010. V.
Auclair, « La Quadrature dans le livre de Perspective de Jean Cousin
(1560). Réflexions sur l'histoire d'une notion », dans M. Bleyl & P.
Dubourg-Glatigny (éd.), Quadratura: Geschichte, Theorie, Techniken,
Berlin/Munich, Deutscher Kunstverlag, 2011, p. 65-80.

Le perfectionnement de la perspective : vue d’un corridor de Van


Hoogstraten (1662)

[Samuel Van Hoogstraten (1627-1678) est un peintre, graveur et


théoricien de l’art du siècle d’or hollandais. Après avoir fréquenté
l’atelier de Rembrandt, il séjourne un an à Rome puis voyage entre
1662 et 1666 à Londres. Van Hoogstraten a notamment construit des
boites d’optique permettant de travailler matériellement la perspective.
Sa vue d’un corridor témoigne de ses recherches sur le trompe-l’oeil et
la perspective.]
Ill. 41

Source : Samuel Dirksz van Hoogstraten (1627-1678), Vue d’un


corridor, 1662, Huile sur toile, 260x140 cm, National Trust, Dyrham
Park.
Bibliographie : P. Allegretti (dir.), Piero della Francesca, trad.
O. Ménégaux, Paris, Flammarion, 2006. M. Baxandall, L’œil du
Quattrocento. L’usage de la peinture dans l’Italie de la renaissance,
trad. de l’anglais, Paris, Gallimard, 1985. H. Zerner, L'Art de la
Renaissance en France : l'invention du classicisme. Paris, Flammarion,
1996, chapitres VII « Jean Cousin et la peinture » et VIII « Jean Cousin
et les métiers d'art ».
Les sciences en littérature et en peinture

Poésie philosophique et scientifique : l’Essai sur l’astronomie de


Louis de Fontanes (v.1781)

[Louis de Fontanes (1757-1821), homme de lettre passioné de sciences,


publie ses poèmes et ses premiers écrits dans l’Almanach des Muses et
le Mercure de France dès 1777. Son Essai sur l’astronomie rédigé vers
1781 mêle le progrès et les héros de la science à une exaltation du divin
et à des réflexions sur d’autres formes de vie dans l’univers…]

Sous un règne propice à la gloire des arts,


Près du calme des champs, non loin de nos remparts,
S’éleva cette tour paisible et révérée,
A l’étude des cieux par Louis consacrée,
Je vins sur sa hauteur méditer quelquefois :
L’auguste poésie anime encor sa voix,
En contemplant les cieux dont elle est descendue ;
Son audace a besoin de leur vaste étendue,
Je connus, j’entendis les sages de ces lieux :
Et, quand j’ose chanter leur art audacieux,
Puissent-ils applaudir à celui du poète ! […]
Cet empire des cieux qu’aujourd’hui développe
A l’œil observateur le savant télescope,
Cacha longtemps ses lois aux mortels curieux ;
En vain sollicité par nos premiers aïeux,
Il s’ouvrit à nous seuls ; et, vaincu par nos veilles,
Au verre industrieux confia ses merveilles. […]
Je sais que de ton nom [Grèce] les voyageurs épris,
Sur les pas de Choiseul, ont cherché tes débris ;
Que ton goût instruisit le ciseau, la palette ;
Qu’Homère anime encor les accents du poète,
Qu’il est le dieu des arts, mais tes sages vantés,
Dans Paris ou dans Londre aujourd’hui transportés,
Rougiraient des erreurs qu’enfantaient leurs écoles.
Les deux, déshonorés par tes rêves frivoles,
Oublièrent Thalès, Démocrite, Platon ;
Mais ils me nomment tous Descartes et Newton. […]
Et qu’ai-je appris des Grecs, de ces peuples menteurs ?
Bien peu de vérités, d’innombrables erreurs.
Ils croyaient ces grands corps, suspendus dans le vide,
Des points d’or attachés à leur voûte solide.
Leur soleil fatigué descendait dans les mers.
Rome, sans l’éclairer, soumettant l’univers,
Reçut les lois, les arts, les erreurs de la Grèce. […]
Vérité qu’on fuyait, il est temps de renaître !
Cieux, agrandissez-vous : Copernic va paraître !
Il parait, il a dit : et les cieux ont changé.
Seul, au centre du sien, le soleil est rangé ;
Il y règne, et de loin voit la terre inclinée
Conduire obliquement les signes de l’année,
Et montrant par degrés ses divers horizons,
En cercle, autour de lui, ramener les saisons. […]
Vers ces globes lointains qu’observa Cassini,
Mortel, prends ton essor, monte par la pensée,
Et cherche où du grand tout la borne fut placée.
Laisse après toi Saturne, approche d’Uranus ;
Tu l’as quitté, poursuis : des astres inconnus,
A l’aurore, au couchant, partout sèment ta route ;
Qu’à ces immensités l’immensité s’ajoute. […]
Newton, qui, de ce Dieu le plus digne interprète,
Montra par quelles lois se meut chaque planète,
Newton n’a vu pourtant qu’un coin de l’univers ;
Les cieux, même après lui, d’un voile sont couverts.
Que de faits ignorés l’avenir doit y lire !
[…] On dit que sur sa tour,
Quelquefois l’astronome, attendant leur retour,
Vit, dans des régions qu’il s’étonne d’atteindre,
Luire un astre nouveau, de vieux astres s’éteindre.
Tout passe donc, hélas ! Ces globes inconstants,
Cèdent comme le nôtre à l’empire du temps ;
Comme le nôtre, aussi, sans doute, ils ont vu naître
Une race pensante, avide de connaître ;
Ils ont eu des Pascal, des Leibnitz, des Buffons.
Tandis que je me perds en ces rêves profonds,
Peut-être un habitant de Vénus, de Mercure,
De ce globe voisin qui blanchît l’ombre obscure,
Se livre à des transports aussi doux que les miens.
[…] Habitants inconnus de ces sphères lointaines,
Sentez-vous nos besoins, nos plaisirs et nos peines ?
Connaissez-vous nos arts ? Dieu vous a-t-il donné
Des sens moins imparfaits, un destin moins borné ?
Royaumes étoiles, célestes colonies,
Peut-être enfermez-vous ces esprits, ces génies,
Qui, par tous les degrés de l’échelle du ciel,
Montaient, suivant Platon, jusqu’au trône éternel. […]
Moins de gloire appartient à mes humbles essais,
Toutefois, j’ai voulu des poètes français
Élever les regards vers de si beaux spectacles.
Et lorsque la nature, étalant ses miracles,
Prodigue devant nous tant de trésors nouveaux,
Comme elle, s’il se peut, varions nos tableaux.
Faut-il offrir toujours, sur la scène épuisée,
Des tragiques douleurs la pompe trop usée ?
Des sentiers moins battus s’ouvrent devant nos pas.

Source : Louis de Fontanes, Essai sur l’Astronomie, 1789.


Bibliographie : M. Fumaroli, « Louis de Fontanes (1757-1821). Poète
et grand maître de l'université impériale», Revue d'histoire littéraire de
la France, 2003, vol. 103, n°3, p. 683-691.

Une expérience sur un oiseau dans une pompe à air par Joseph
Wright of Derby (1768)

[L’anglais Joseph Wright (1734-1797), outre sa peinture d’un


laboratoire d’alchimiste, a consacré l’une de ses peintures les plus
célèbres à une expérience réalisée avec une pompe à air. Inspirée de
l’expérience de Robert Boyle, qui expérimentait parfois sa pompe sur
des animaux à l’image de l’oiseau ici représenté, la peinture traduit
l’étonnement et la fascination qu’exerce la science dans l’Europe du
XVIIIe siècle]
Ill. 42

Source : Joseph Wright of Derby, An Experiment on a Bird in an Air


Pump, 1768, huile sur toile, 183x244cm, The National Gallery,
Londres.
Bibliographie : N. Benedict, Joseph Wright of Derby, Painter of Light,
London, Paul Mellon Foundation for British Art, 1968. S. Schaffer, S.
Shapin, Le Léviathan et la pompe à air, Hobbes et Boyle entre Science
et Politique, Paris, La Découverte, 1993.
ENCADREMENT SOCIOPOLITIQUE DES SCIENCES ET DES
TECHNIQUES

Les sciences et les techniques ont bénéficié de l’intérêt des


pouvoirs centraux et ont évolué en parallèle de la structuration des
institutions de l’Europe moderne. Le mécénat et le patronage ont eu un
rôle fondamental dans le financement et la protection des savants et
hommes de l’art. Les princes ont souvent à leur service ou pour
précepteurs quelques savants réputés – à l’image du mathématicien
Luca Pacioli [1445-1517] pour le duc d’Urbino. Ils jouent un rôle de
promotion des arts et des savoirs, dont Nicolas-Claude Fabri de Peiresc
[1580-1637] ou le chancelier Pierre Séguier [1588-1672] constituent
des acteurs importants. Certains savants, comme Nicolas Copernic
[1473-1543], ont aussi dû chercher la protection des autorités pour la
publication de leurs théories et face à leurs opposants. Par cet
encadrement des sciences et des arts, c’est aussi la gloire du prince, des
villes ou des Etats qui est en jeu. Les splendeurs du camp du drap d’Or
en 1520 pour l’entrevue entre Henri VIII [1491-1547] et François Ier
[1494-1547] en sont un exemple, tout comme l’est l’attitude de Louis
XIV [1638-1715] à l’égard de l’Académie des sciences. Le corps du roi,
quant à lui, fait l’objet d’une attention particulière de la part de ses
médecins tandis que les gazettes se font l’écho de la santé du monarque.
Progressivement, les techniques ont également été un outil au
service des souverains afin d’accentuer le contrôle sur les territoires et
assurer le développement économique des Etats. Le contrôle des
manufactures en faveur d’une économie de la qualité voulue par Jean-
Baptiste Colbert [1619-1683], les enquêtes minéralogiques telles que
l’enquête du Régent en 1717-1718, ou encore la construction des ponts
décrite par l’ingénieur Jean-Rodolphe Perronet [1707-1794] ont été
autant d’outils au service de la monarchie française. Le contrôle des
ressources a aussi poussé les Etats à renforcer le contrôle sur la
protection des sciences et des techniques, en particulier par l’usage des
privilèges et brevets, annonçant plus largement les débuts de la
propriété industrielle. Les sciences et techniques comme agents du
progrès, de la prospérité ou de la modernité, font aussi l’objet
d’enquêtes et d’espionnage, dont témoignent les Voyages
métallurgiques de Gabriel Jars [1732-1769] ou les condamnations par
contumace d’artisans du Cambrésis passés aux Pays-Bas Autrichiens ou
dans le Sussex en 1763.
Si religion, sciences et techniques entretiennent des rapports
complexes, cristallisés dans la condamnation de Galilée [1564-1642] en
1633, la marche des savoirs et des savoir-faire a participé à la fin de
l’époque moderne d’une pensée du progrès, incarnée à l’échelle des
corps par l’usage croissant de produits cosmétiques comme le
« vinaigre de Perle » du parfumeur Lafaye contrôlés par la Société de
médecine, par une attention croissante à l’hygiène, en particulier aux
problèmes causés par les fosses d’aisance, ou encore par une idéologie
plus générale du progrès cristallisée dans les débuts de l’aérostation qui
combine progrès des sciences, génie technique, tout en participant des
rivalités franco-anglaises pour la conquête des airs. Cependant cette
attention au progrès s’est accompagnée de contestations liées aux
maladies dues aux métiers techniques, au rôle des académiciens dans la
société, à l’instar dela pièce satirique The Virtuoso de Thomas Shadwell
[1642-1692], ou encore des craintes suscitées par les inventions
nouvelles, dont le procès du paratonnerre de Saint-Omer [1780-1784]
constitue certainement l’un des exemples les plus éloquents. .
Dans le domaine militaire, l’attention aux techniques et aux
savoirs scientifiques a été la plus visible, donnant lieu parfois à de vifs
débats, à l’image du progrès de l’artillerie qui oppose les partisans de
l’ancienne à ceux de la nouvelle artillerie comme l’officier et
correspondant de l’Académie des sciences Tronçon du Coudray [1738-
1777]. Le développement de l’artillerie à partir de la fin du Moyen Âge
a bouleversé les règles de la guerre, entraînant un perfectionnement des
armes, mais aussi une sophistication croissante des fortifications dont la
construction, l’attaque et la défense est confiée aux ingénieurs. Les
reconnaissances de la place de Namur par Sébastien Le Pestre de
Vauban [1633-1707] ainsi que ses critiques quant à la gestion des
entrepreneurs donnent à voir la pratique du génie militaire à la fin du
XVIIe siècle. Dès la Renaissance, la balistique et les fortifications font
l’objet d’études avancées de la part des mathématiciens. Les
fortifications géométriques de l’architecte Galasso Alghisi [1523-1573]
ou les réflexions physico-mathématiques de Niccolo Fontana Tartaglia
[1499-1557] sur l’artillerie adressées au condottiere et duc d’Urbino en
1537 reflètent l’usage des mathématiques dans l’art et la pratique de la
guerre. Cet usage est tout aussi sensible dans la construction navale où
théorie et pratique se structurent progressivement, à l’image des progrès
opérés entre l’Architecture de Navale du maître de dessins des gardes
de la marine de Toulon François Dassié en 1677 et celle plus attentive à
la pratique de l’académicien et physicien Henri Louis Duhamel du
Monceau [1700-1782] en 1758.
Enfin, la place des femmes dans le monde des sciences et des
techniques mérite une attention particulière. Impliquées dans de
nombreux métiers techniques, des lingères aux métiers artisanaux ou
dans les manufactures décrites dans la relation de voyage de Moccafy,
les femmes se sont aussi particulièrement distinguées dans le travail de
la science, dont Émilie du Châtelet [1706-1749] et Marie-Anne Pierre
Paulze [1758-1836], épouse de Lavoisier, constituent les figures
éminentes. A la frontière de l’art et de la médecine, les sages-femmes
ont aussi un rôle fondamental dans l’accompagnement médical des
grossesses ainsi que dans le progrès des connaissances obstétriques. Les
observations de Sarah Stone [ ?-mi XVIIIe siècle]et les prérogatives
attribuées à Angélique du Coudray [1714-1794] contribuent à illustrer
une activité traditionnelle en cours de professionnalisation à la fin de
l’époque moderne.
SCIENCES, TECHNIQUES ET CONSTRUCTION DE L’ETAT
Mécénat et patronage

Portrait du mathématicien Luca Pacioli et son élève (1495)

[Luca Pacioli (1445-1514/7) est un moine franciscain qui a consacré sa


vie à l’étude des mathématiques qu’il a enseignées dans plusieurs
universités (Bologne, Rome, Venise). Proche de Léonard de Vinci et de
Piero della Francesca, ses travaux sur les volumes ainsi que sur la
comptabilité à partie double en font un savant important de l’Italie de la
Renaissance. Le duc d’Urbino, Federico da Montefeltro (1422-1482) le
prend à ce titre pour précepteur de son fils et successeur, Guidobaldo
(1472-1508), souvent désigné comme le personnage représenté aux
côtés du mathématicien expliquant les éléments d’Euclide.]

Ill. 43
[L’élève est généralement désigné commele duc d’Urbino, Guidobaldo
I da Montefeltro]

Source : Jacopo de Barbari (1460/1470-v. 1516), Portrait de Luca


Pacioli (1445-1517) avec son élève, 1495, huile sur panneau,
98x108cm, Musée Capodimonte, Naples.
Bibliographie : P. Boucheron, « Urbino, la cité idéale ? », in Les
Collections de l'Histoire, 2001, n°12, p. 21. P. Brioist, « Les savoirs
scientifiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2002, vol.
49, n°4, p. 52-80. C. H. Clough, « Federico da Montefeltro’s Patronage
of the arts 1458-1482 », Journal of the warburg and courtauld
institutes, , 1973, vol. 36, p. 129-144.
Lettre dédicace au pape Paul III par Copernic (1536)

[La lettre-dédicace de Nicolas Copernic (1473-1543) au pape Paul III


1534-1549), placée en préface du livre des révolutions, constitue un
exercice rhétorique en faveur d’une réforme des savoirs astronomiques
au sein de la Chrétienté. Il s’agit aussi d’une démarche visant à obtenir
les faveurs du pape, appelé à agir en juge face aux théologiens qui, tels
Bartolomeo Spina (v. 1475-1546) ou Giovanni Maria Tolosani (v.
1471-1549), souhaitent alors condamner les thèses allant à l’encontre
des Ecritures]

« Préface de Nicolas Copernic aux Livres des revolutions, au très saint


pere le pape Paul III,

Très Saint-Père, je peux assez bien imaginer que certaines


personnes, aussitôt qu’elles sauront que j’attribue certains mouvements
dans mes livres sur les révolutions des corps célestes, expliqueront qu’il
faut nous rejeter, cette opinion et moi.
Je n’aime pas tant ce qui est miens au point de ne pas considérer ce
que les autres vont en juger. Et même si je sais que la pensée du
philosophe n’est pas soumise aux clameurs de la foule, parce que son
but est d’explorer la vérité en toutes choses, dans la mesure où Dieu l’a
permis à la raison humaine ; je considère cependant qu’il faut éviter les
opinions très éloignées de la vérité.
En conséquence, je me suis dit que cette idée paraitrait absurde à
ceux qui sont convaincus de l’opinion sur l’immobilité de la terre oar
ke hygeebt de plusieurs siècles, si je maintenais que la terre se meut :
ainsi partagé, je me suis longuement demandé si je devais faire
connaître mes commentaires que j’ai écrits pour démontrer ce
mouvement, ou s’il serait mieux de suivre l’exemple des Pythagoriciens
[qui] ne diffusaient les secrets de la philosophies qu’à leurs parents et
amis, non par l’écriture mais par la seule voie orale […]. Il me semble
qu’ils le faisaient […] pour que les études les plus belles, recherchées
par de très grands hommes, ne soient pas méripées par ceux qui refusent
de consacrer aux sciences beaucoup de peine – sauf aux sciences
lucratives […]. Alors, ayant bien examiné cela avec moi-même, je failli
me convaincre que, par crainte du mépris pour la nouveauté et
l’absurdité apparence de mon opinion, il fallut que je mette tout à fait de
côté ce travail.
Cependant, mes amis m’en ont dissuadé, alors que j’hésitai
longtemps et leur résistai ; parmi eux, en particulier, il y avait le
Cardinal de Capoue, Nicolas Schonberg, célèbre dans tous les dmaines
de la connaissance ; après lui, mon trè cher évêque de Culm, Tiedemann
Giese, qui consacre autant de zèle à l’Eglise qu’à toutes les bonnes
sciences. Ce dernier, notamment, m’a souvent exhotrté et m’a même
poussé par plusieurs reproches, à publier ce livre qui était demeuré
cahché non seulement neuf ans chez moi, mais même de plus plus de
quatre fois neuf ans. Un bon nombre d’autres hommes excellents et très
savants m’ont également exhosté à ne plus refuser – à cause de l’anxiété
que je pouvais avoir – de partager ce travail pour l’intérêt général des
mathématiciens. Ils m’ont assuré que, aussi absurde que paraisse ma
théorie sur le mouvement, il récolte plus d’admiration et de gratitude
quand ils verront par mes commentaires se dissiper les nuages de
l’absurdité par mes démonstrations les plus claires. Animé par cet
espoir et ces exhosrtations, j’ai finalement été conduit à permettre à mes
amis de publier cette œuvre qu’ils m’avaient si longtemps réclamée.
Mais Votre Sainteté ne sera pas surprise que j’ose faire paraître
mon travail, puisqu’après tant de peine pour le réaliser, c’est sans
crainte et en confiance que je livre mes réflexions sur le mouvement de
la terre ; et vous vous demandez comment m’est venue à l’esprit cette
idée, qui va contre l’opinion reçue et le sens commun, d’imaginer un
mouvement de la terre. C’est pourquoi je ne vais pas cacher à Votre
Sainteté que ce qui m’a conduit à réfléchir et calculer les mouvements
des corps célestes ne m’est venu d’aucune autre raison que de ce que les
mathématiciens ne sont pas unanimes à ce propos. Tout d’abord, ils sont
si incertains des mouvements du soleil et de la lune qu’ils ne peuvent en
déduire la grandeur éternelle de l’année entière. Deuxièmement,
lorsqu’ils élaborent les mouvements de ces [astres] ou des cinq autres
astres errants, ils ne font appel ni aux mêmes principes, ni aux mêmes
corollaires, ni aux mêmes peuvres pour montrer les mouvements
apparents. A savoir qu’ils utilisent pour les uns des [cercles]
homocentriques tandis que d’autres utilisent des cercles excentriques ou
épicycles, mais n’atteignent pas pleinement ce qu’ils recherchent. […]
Enfin, pour la chose principale, à savoir la forme du monde et la
symétrie exacte de ses parties, ils ne peuvent ni la trouver, ni la calculer.
Comme s’il s’agissait d’un corps dont les mains, les pieds, la tête et les
autres membres, bien que très beaux, n’étaient pas établis
proportionnellement à un seul corps et ne se correspondaient
aucunement, et seraient réunis pour ne former qu’un montre, et non un
homme […] ce qui ne serait certainement pas arrivé s’ils avaient obéi à
des principes sûrs. Si les hypothèses qu’ils appliquent n’avaient pas été
trompeuses, alors ce qu’ils en auraient déduit aurait été prouvé hors de
tout doute. […]
Comme j’avais longtemps examiné l’incertitude des traditions
mathématiques établissant les mouvements des sphères du monde, il
m’a commencé à être ennuyeux que les philosophes, qui avaient étudié
avec tant de soin les choses les plus triviales du mouvement, n’avaient
pu établir aucune explication certaine des mouvements de la machine de
l’Univers qui a été bâti pour nous par le meilleur et le plus grand de tous
les maîtres. C’est pourquoi je me suis donné la peine de lire les livres de
tous les philosophes que je pouvais, afin de trouver si l’un deux n’avait
jamais pensé que d’autres mouvements des corps célestes pouvaient
exister, hors de ceux qui ont enseigné les mathématiques dans les
écoles. J’ai d’abord trouvé chez Cicéron que Nicetus croyait que la terre
se déplaçait. J’ai ensuite trouvé chez Plutarque que d’autres avaient
également eu cette opinion. […] Compte tenu de cela, j’ai également
commencé à la mobilité de la terre ; et bien que cette idée me semblait
absurde, puisque néanmoins d’autres avant moi s’étaient accordé la
liberté d’imaginer des mouvements divers pour décrire les phénomènes
des astres, j’ai pensé que je pourrais également m’accorder de
rechercher si, à condition d’admettre quelque mouvement de la terre, on
ne pourrait obtenir une voie plus fiable pour trouver les révolutions des
orbes célestes que précédemment.
Ainsi, ayant supposé les mouvements que j’attribue à la terre dans
les travaux suivants, je trouvai finalement par de longues et nombreuses
observations que, si les mouvements des autres planètes étaient
rapportés au mouvement de la terre, et que celui-ci était pris comme
base de la révolution de chacun des astres, non seulement les
mouvements apparents de ceux-ci, mais encore l’ordre et la taille des
astres et orbes en découlaient, et qu’il y avaient dans le ciel lui-même
un lien de sorte qu’aucune des parties de l’univers ne put être changé
sans que cela n’entraine une confusion de toutes les autres et de tout
l’univers.
[…] Pour que les savants et les ignorants voient que ne veut
affronter aucun jugement, j’ai voulu dédiers ces travaux qui sont les
miens à Votre Sainteté plutôt qu’à tout autre, par que vous êtes tenu,
même dans ce coin très éloigné de la terre où je travaille, pour le plus
sublime dans la dignité du rang et dans l’amour des sciences et des
mathématiques ; de sorte que vous pouvez, par votre autorité et votre
jugement, réprimer les morsures des calomniateurs, même si l’on dit
qu’il n’y a pas de remède contre la morsure des détracteurs.
Mais s’il se trouvait des causeurs qui, bien qu’ignorant dans toutes
les mathématiques, s’arrogaient tout de même le droit de juger ce sujet
et osaient, blâmer ou attaquer mon travail, à la faveur d’un passage de
l’écriture détourné de son sens ; de ceux-là je ne me souci pas, tant je
méprise leur jugement stupide […]. Les choses mathématiques sont
écrites pour les mathématiciens qui, si mon esprit ne me trompe pas,
appréciement ces miens travaux qui participent à la gloire de la
république ecclésiastique dont Ta Sainteté occupe le lieu le plus élevé.
Car il n’y a pas longtemps, au concile de Latran, sous Léon X, la
question de l’amélioration du calendrier de l’Eglise a été débattue et est
restée en suspens, car la grandeur des années et des mois, ainsi que les
mouvements du soleil et de la lune ont été estimés insuffisament
déterminés. Encouragé par le célèbre Paul, évêque de Fossombrone, qui
avait présidé à cette affaire, j’ai eu à cœur d’étudier ces objets avec plus
de détails. Ce que j’ai accompli sur ce sujet, je le soumets au sujgement
de Votre Sainteté et à celui de tous les autres savants mathématiciens. »

Source : Nicolaus Coppernicus, Über die Kreisbewegungen der


Weltkörper, Thorn, Lambeck, 1859.
Bibliographie : O. Gingerich, Le livre que nul n’avait lu. À la poursuite
du De Revolutionibus de Copernic, Paris, Dunod, 2008. J.-
J.Szczeciniarz, Copernic et la révolution copernicienne, Paris,
Flammarion, 1998. R. G. Olson, Science and Religion, 1450-1900: from
Copernicus to Darwin, Baltimore, John Hopkins University Press,
2006. R. S. Westman, The Copernican Question. Prognostication,
Skepticism and Celestial Order, Berkeley, University of California
Press, 2011.
Robert Hooke et la Société Royale

[Robert Hooke a été l’un des fondateurs de la Royal Society en 1660.


Nommé démonstrateur de cette société savante à partir de 1662 puis élu
fellow en 1663, il dédie en 1665 sa Micrographia au roi Charles II,
« grand fondateur et patron », mais également à la jeune Royal Society]

« Au roi
Sire,
Je dépose humblement ce présent à vos pieds. Bien qu'il vous parvienne
accompagné de deux désavantages, l'insignifiance de l'Auteur, et du
Sujet, je suis encouragé par la grandeur de votre miséricorde et de votre
savoir. La première m'apprend que le plus présomptueux des
contrevenants peut être par vous pardonné ; la seconde, que vous
n'estimerez pas le plus petit ouvrage de la nature ou de l'art indigne de
votre observation. Parmi les nombreuses félicités qui accompagnent
l'heureuse restauration et gouvernement de vos Majestés, ce n'est pas
l'une des moindres que la philosophie et le savoir expérimental
prospèrent sous votre royal patronage. Alors que la calme prospérité de
votre règne nous donne tout loisir de poursuivre ces études dans la
quiétude d'une retraite, il est juste que leurs fruits soient, en
remerciements, retournés à votre Majesté. Il y a, Sire, plusieurs de vos
Sujets, de votre Société Royale, appliqués à l'étude de plus nobles
matières [que la mienne] : l'amélioration des manufactures et de
l'agriculture, l'accroissement du commerce, les avantages de la
navigation : en tout cela, ils sont appuyés par l'encouragement et
l'exemple de vos Majestés. Au milieu de ces grands desseins, je
m'efforce ici-même d'apporter ce qui est davantage dans la mesure de
mes moindres capacités, et d'offrir quelques-unes des plus infimes au
nombre des choses visibles, au puissant souverain dont l'empire s'étend
sur le plus considérable domaine des choses invisibles en ce monde,
l'esprit des hommes.
Le plus humble et obéissant sujet et serviteur de votre Majesté, Robert
Hooke »

« À la Société Royale
Après mon adresse à notre grand fondateur et patron, je ne peux que me
sentir obligé, en considération des nombreux engagements que vous
m'avez conférés, d’offrir les fruits de mon labeur à cette très illustre
assemblée. Il vous a plu d'accepter ces esquisses à grands traits. J'y ai
depuis ajouté quelques Descriptions, et Conjectures de mon cru. De la
sorte, avec votre bénédiction, je dois aussi implorer votre pardon. Les
règles que vous vous êtes fixé dans votre progression philosophique
semblent les meilleures qui aient jamais été pratiquées. Particulièrement
celle consistant à éviter tout dogmatisme, de même que l'adhésion à
toute hypothèse qui n'est pas suffisamment appuyée et confirmée par
des expérimentations. Cette voie semble la meilleure, et devrait
préserver tant la philosophie que l'histoire naturelle de ses précédentes
corruptions. En affirmant cela, je peux sembler condamner mon propre
cours d'action dans ce Traité, dans lequel se trouvent peut-être quelques
expressions qui peuvent sembler plus positives [volontaires /
affirmatives] que vos prescriptions ne le permettent : et bien que je
désire qu'elles soient entendues uniquement en tant que Conjectures et
Questions (ce que vos méthodes ne condamnent pas), si même en cela
je suis dans l'excès, il est juste que je déclare, que cela n'a point été fait
en suivant vos principes. Car il serait déraisonnable que vous deviez
subir l'imputation des fautes dans mes conjectures, sachant que vous
recevez si peu d'avantages en termes de réputation des observations
erronées de votre très humble et fidèle serviteur
Robert Hooke »

Source : Robert Hooke, Micrographia or some Physiological


Description of Minute Bodies made by Magnifying Glasses with
Observations and Inquiries thereupon, Londres, Martyn et Allestry,
1665.
Bibliographie : R. Hooke, H. W. Robinson (eds.), The Diary of Robert
Hooke, 1672-1680, London, Taylor & Francis, 1935. A. Chapman,
England’s Leonardo : Robert Hooke and the Seventeenth-century
Scientific Revolution, London, Taylor & Francis, 2004.
La République des lettres : la correspondance de Peiresc (1633)

[Nicolas-Claude Fabri de Peiresc (1580-1637) est un parlementaire,


homme de lettres, collectionneur et érudit provencal. Surnommé « le
prince des curieux » par son ami, le savant Pierre Gassendi (1592-
1655), il a entretenu une très vaste correspondance, de plus de 10 000
lettres, avec Galilée, Kepler, Hevelius, Mersenne ainsi qu’avec la
plupart des cours européennes. Passionné par l’astronomie, il fait part à
Gassendi de ses observations récentes, évoque le patronage de l’évêque
de Digne, Raphaël de Bologne (1590-1657), ainsi que son réseau de
correspondants d’érudits européens, notamment l’astronome allemand
Wilhelm Schickard (1592-1635), l’astronome provençal Jacques
Gaffarel (1601-1681), l’érudit Samuel Petit (1594-1643) ou encore son
aide Corberan.]

« A monsieur,
Monsieur Gassendi docteur en sainte theologie et theologal en l’église
cathedrale de Digne, à Digne

Monsieur,
Vostres despesche du Xie arriva assez à temps pour faire tenir
à Paris par l’ordinaire des lettres de Mr l’evesque de Digne et les
vostres, comme celle de Marseille, y a esté envoyée en mesme temps.
Mr l’advocat du roy survint tost aprez avec voz lettres du lendemain, et
la lunette que je fis esprouver le mesme jour par Corberan sur le soleil
,tandis que j’estois contrainct d’aller au palais. Mais le soir j’y vis les
cornes de Venus beaucoup plus grandes et plus distintes qu’en la
mienne et que je n’avoys encore veu en auculne autre, dont je fus
merveilleusement bien edifié et mortifié tout ensemble de n’avoir peu
en mesme temps voir Saturne pour verifier si j’y pourroys recongnoistre
la triplicité de son corps, nom plus que la lune qui estoit lors couverte
de nüages […]. Aux objects de terre, ceste lunette faict fort bon effect,
mais la multiplicité des tuyaux faict pencher les deux bouts plus que le
mitan du seul fardeau de la garniture des verres, ce qui corrompt un peu
l’effect principalement au soleil, et possible est cause que Venus ne s’y
trouve pas si bien despouillée des rayons comme il seroit à desirer.
Corberan est aprez pour refaire un tuyeau de deux ou troys pieces
seulement qui se puisse estendre plus directement.
Tant est que je ne vous sçauroys dire combien je vous suis
redevable du plaisier que vous m’avez procuré en cela, et par
consequant à Mr l’evesque de Digne, envers lequel je vouldroys bien
avoir peu meriter ceste faveur, par quelque bien digne service. Ayant un
peu de regret que l’excez ordinaire de voz honnestetez ne vous ayt porté
à renoncer au droict qui vous estoit acquis sur une si curieuse piece, et à
l’acceptation possible un peu plus libre qu’il n’eust fallu des honnestes
offres qu’en faisoit une personne de ceste qualité, à laquelle elle estoit
sans comparaison beaucoup mieux seante et mieux emplyée qu’à moy
qui me suis trouvé surprins d’une grande confusion et bien empesché à
me deffendre de la courtoisie et liberalité tant de l’un que de l’aultre,
craignant que vous ne m’ayez laissé la preferance de la meilleure dont
vous ne debviez vous priver en façon quelquonque, ne pour quelque
cause que ce fust, à cause de l’interest et du prejudice qui en pourroit
revenir au public, et que vous n’ayez despourveu Mr De Digne de chose
qu’il avoit apportée de si loing et recherchée avec tant de soing. […]
Aprez que le temps aura recouvré sa serenité, et que nous
aurons peu voir avec la commodité requise ce qui se pourra voir et faire
voir à noz amys et aux vostres en ceste ville de cez merveilles de venus
et de Saturne, il sera bien raisonnable de nous en contenter, et que Mr
de Digne trouve bon que nous luy en fassions la restitution, sans
diminution quelquonque du bon gré que nous luy en debvrons trez touts
et que je n’oublieray de ma vie, durant laquelle il ne m’estoit point
arrivé de voir rien de plus beau ne plus digne d’admiration, ne que
j’eusse plus ardamment souhaicté d’esprouver depuis plus de vingt ans.
Au reste j’ay veu la lettre que luy escript Mr Gaffarel ; et ay
esté bien ayse d’apprendre les particularitez que nous avions ignorées
de cez païs là […] où j’entends que Mr de Digne se trouva lors de ceste
celebre entreveüe du cardinal inante, dont j’eusse bien voulu sçavoir le
destail a vray principalement sur cette ceremonie de l’estrieu que S. A.
voulut tenir conjoinctement avec le filz du conte de Verrüe, lorsque le
cardinal infante monta à cheval pour s’en retourner à la mer. Car cela
s’est raconté de plusieurs differantes façons, et je vouldrois bien estre
asseuré de la verité du faict, si vous pouviez desrober quelque heure du
temps pluvieulx durant lequel voz observations plus pressantes cesses,
vous m’obligeriez bien […].
On escript de Marseille que l’Italie est toute en grande allarme
de la guerre à renouveller à Mantoüe par ce cardinal infante, et qu’il
s’est enfin sasy de Plaisance pour y faire sa place d’armes, quoyqu’il y
eust eu bruict contraire que l’on y avoit receu garnison françoyse […].
Quant à Mr Sckikardus, je suis bien aise que vous vous soyez
résolu de luy escripre plustost que plus tard, et de luy communiquer voz
rares observations dont il sçait si bien faire son profit, et suis bien marry
qu’il ne se soit rien trouvé dans mes caisses du levant qui puisse estre
de son goust que je scaiche.
J’avoys receu, cez jours passez, une petite lettre d’advis de Mr
Petit sur son arriée Nismes, où je luy envoyay les tables hebraïques
manuscrites d’astronomie dont je vous avoys parlé pour les traduire, s’il
jugeoit qu’elles en valleussent la peine, ensemble le manuscrit
hebraïque de la petite chronique des juifs que Mr Genebrard avoit
traduit autresfoys pour voir si en le conferant il y trouveroit rien de
remarquable. […] L’autheur de cez tables vivoit 300 ans y a, ce dict-on,
à Tharascon. Si Mr Sckikard vouloit voir de cez livres samaritains,
possible y trouveroit-il quelque chose de son goust, en cez epistres à
Scaliger et en l’un de cez derniers volumes que j’ay encor icy escript en
lettres partie samaritaines, partie arabiques, concernant divers discours
de leurs meurs, où il y a une genealogie de Mahomet de fort peu de
generations. […] Nous luy en enveyerons le volume, si vous voulez,
vous asseurant que je suis amoureux de la vertu et ingenuité de ce
personnage et que je reputeroys à grand heure de luy pouvoir rendre
service et tesmoigner mon affection.
Ce que vous m’avez mandé que les nües vous avoient couvert
le ciel durant tant de jours, m’a donné courage de vous envoyer
l’observation que fit Corberan le soir de l’arrivée de mes caisses de
livres, où il fit l’esseay de ce que vous luy aviez ordonné, avec son
astrolabe, et mit sur le papier les haulteurs de cez quatre astres que je
vous disoys dernierement avoir veus rangez quasi en une mesme ligne
et quasi en oequidistance. Il tesmoigne une grande envie de continuer.
Je luy veulx faire faire un baston de Jacob pour cela, si je trouve un
ouvrier. Ce qui me faict souvenir de vous reprocher que vous ne m’avez
pas mangé ce que vous m’aviez promis pour l’ouvrier de la machine
aux macules solaires, que je vous supplie de ne plus oublier, si me
voulez laisser en ma liberté.
Sur quoy je finis demeurant, monsieur, vostre, etc.
De Peiresc. à Aix, ce 16 juin 1633. »
Source : Lettres de Peiresc à Borilly, à Bouchard et à Gassendi, 1626-
1637, étditées par Philippe Tamizey de Larroque, Imprimerie Nationale,
1893, p. 309-313.
Bibliographie : J. Dhombres, Agnès Breson (dir.), Peiresc (1604-
2004), Actes du colloque international (26-30 août 2004), Turhout,
Brepols, 2006. P. Gassendi, Correspondance : lettres et extraits choisis
(éditée par G. borel et A.-M. Vidal, Le Chaffaut, Terradou, 1992. P. N.
Miller, L'Europe de Peiresc. Savoir et vertu au XVIIe siècle, Paris,
Albin Michel, 2015. A. Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du
patronage scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe
siècle, Rennes, PUR, 2016.
Protections et incitations autour de Jacques Buot (1646-1648)

[Jacques Buot (v. 1623-1678) est un ingénieur, mathématicien et


astronome français, qui a été l’un des fondateurs de l’Académie royale
des sciences. Originaire de Laigle, dans l’Orne, il se rend à Paris sur les
conseils de Pierre Petit (1598-1677), ingénieur en charge des
fortifications, et de Jean Ballesdens (1595-1675), secrétaire et ami du
Chancelier Pierre Séguier (1588-1672). A partir de 1648 il est décrit
comme Mathématicien et porte le titre d’Ingénieur ordinaire du Roi. En
1647, il publie l’Usage de la roue de proporition (qui en fait aux côtés
de Blaise Pascal l’un des inventeurs des machines à calculer), ouvrage
accompagné d’une lettre de Ballesdens, forme d’épître indirecte au
chancelier, d’une lettre de Petit, et qu’il dédicace au chancelier, grand
mécène et collectionneur du milieu du XVIIe siècle.]

Lettre de Ballesden à Buot, 6 mars 1646

« A Monsieur Buot,

La reputation que vous avez acquise, &, & qui m'a fait naistre
le desir d'avoir le bien de vostre connoissance, ne tient pas de ces faux
bruits qui donnent ce qu'on ne merite point, ou qui s'augmentent en
allant par la Monde au delà de ce qu'on merite. [...] En effect, Monsieur,
quelque laüange qu’on puisse donner aux Escrits que vous m’avez
envoyez, elle demeure toujours au dessous de celle que nous vous
donnerions si vous nous les apportiez vous-mesmes. […] s’il ne
paroissoit que Celuy qui a fait toutes choses avec Poids, Nombre &
Mesure, vous en a voulu particulierement inspirer le secret. Il n’en faut
point menteir, on n’a iamais rien veu de comparable à cette nouvelle
Sphere des nombres dont vous êtes l’inventeur, & l’on peut dire que le
mouvement en est aussi juste & aussi regulier que celuy du Soleil et des
Astres.
Pourquoy donc, Monsieur, differez-vous tant de venir recevoir
icy les honneurs que vous y devez attendre? Si vous avez trouvé le
Centre de toutes choses, comment pourriez-vous ignorer que cette
merveilleuse Ville est le Centre où les grands Esprits comme vous se
doivent rendre ? A l'esgard du merite des Hommes, il est de Paris
comme des Echos, qui n'ont point de repercussion dans un trop grand
esloignement. C'est assez pour vostre petite Ville de Laigle que les
autres ne luy contestent pas l'advantage de vostre naissance, Paris vous
demande le reste de vos iours & de vos estudes: Et ce miracle du
Monde pretend que vous luy veniez rendre le Tribut que tous les
sçavans font gloire de luy payer. [...] Si vous estes retenu chez vous,
comme vous m'escrivez, par le regret de quitter un Pere cassé de
vieillesse, consolez-vous de l'esperance que ie vous donne de vous en
procurer un dont le merite ne peut vieillir, & qui est reconnu pour le
Pere commun de tous les habilles gens du Royaume. Ne differez donc
plus de venir rendre comme les autres, vos hommages à ce Grand
Homme qui a toûjours eu tant de passion pour les Sciences & pour les
Arts Liberaux, que sa grande Libéralité le peut faire estimer prodigue
envers ces Neuf pauvres Filles qui estoient demeurées sans Dot depuis
tant de Siecles. Vous connoissez bien que cela ne se peut dire que de ce
Chancelier incomparable, de cét Illustre SEGUIER de qui les Vertus
comme infinies & toujours agissantes pour le bien de la France, vous
obligent de luy consacrer ce nouveau Chef d'oeuvre dans lequel, par un
Mouvement qui n'a point de fin, vous nous aprenez à compter iusqu'à
l'infiny. Mais si sa Modestie nous defend de tenir le compte de ses
belles Actions, au moins ne sçauroit-elle nous empescher de faire
connoistre le rapport qu'elles ont avec l'usage de vostre Machine,
puique pour satisfaire aux differens Exercices de sa Charge, il sçait
rendre la Iustice, comme a dit un Ancien, selon la Proportion
Arithmetique & Geometrie. Pour moy, Monsieur, bien que ie ne serve
que de Nombre dans le Monde, ie vous supplie de croire que ce n'est
pas mon interest particulier, mais seulement l'amitié que i'ay pour vous
qui me porte à vous solliciter de mettre en lumiere vostre nouvelle
Arithmetique. [...]
Monsieur,
Pour vostre tres-humble & tres affectionné serviteur, I. Ballesdens
A Paris, ce 6 de Mars 1646 »

Lettre de Petit Bourbonnois à Buot, 23 septembre 1646

« AMonsieur Buot,

Pour satisfaire à ce que vous tesmoignez desirer de moy par la


vostre, touchant mon advis sur vostre instrument, & l’impression de son
usage que vous me communiquastes il y a trois mois, je vous dira ce qui
m’en semble sans vous flatter.
La lettre de Petit est une critique de l'autorité des Anciens, du
savoir des Docteurs, et un appel à la raison. Célèbre l'invention de
l'algèbre, comme étant la marque du siècle. Évoque l'invention des
logarithmes.[…]
Cela est tellement surprenant que ie me souviens qu'estant en
Danemarc il y a plus de 20. ans, en faisant le recit au bon
Longomontanus Disciple de Ticho, il ne le pouvoit croire: & comme il
n'en avoit point oüy parler (dont ie m'estonnois) il m'exaltoit tous jours
sa Prostapherese, à laquelle il estoit extremement versé, & la preferoit à
toute autre invention, iusqu'à ce que'enfin ie luy fis voir par les
Logarithmes autant d'advantage & de facilité par dessus les Sinns [sic]
ordinaires & sa Prostapherese qu'ils en ont par dessus les cordes de
Ptolemée, dont il resta tout esbahy. En ce mesme temps vn
Gentilhomme Anglois disciple de Briggius apporta dans Paris une regle
sur laquelle par le moyen de trois ou quatre lignes divisées selon la
proportion de susdits nombre ou Logarithmes [...].
Ie trouve que depuis ce temps-là des Logarithmes &
Rabdologie, il ne s'est rien produit de considerable touchant la pratique
des nombres que la Boëte ou instrument de Monsieur Pascal, Piece
veritablement inventée avec autant de bonheur & de speculation que
son autheur a d'esprit & de science. Mais comme elle consiste en
quantité de Rouës, de Ressorts, & de mouvements, & qu'il faut la teste
& la main d'vn bon Horologeur pour la comprendre & l'executer,
comme l'adresse & la connoissance d'un bon Arithmeticien pour s'en
pouvoir servir. Il est à craindre que son usage n'en soit iamais rendu
commun, & qu'on la gardera plustost dans des Cabinets & grandes
Bibliotheques pour y estre admirée, que dans des Bureaux des Finances
& Eslections pour départir les Tailles, ou dans les Contoirs des
Marchands, pour y faire leurs Regles d'Escomptes & de Compagnies.
[...]
Et c'est en quoy pourtant vostre Rouë a tant d'advantages, &
peut faire toutes ces choses en si peu de temps & avec tant de facilité,
sans erreur sensible & preiudiciable aux interessez que pour cela seul
elle doit & merite estre donnée au iour: & il n'y a point de Generalité,
d'Election, ny mesme de Paroisse, qu'on ne deust obliger d'en avoir une
avec vostre livre, puis que l'usage en est beaucoup plus facile à
apprendre & incomparablement plus prompt à operer que la méthode,
les tables & miroirs dont on se sert coustumierement.
Et outre que vostre ouvrage sera dans les termes & conditions
des choses qu'on approuve, chacun louëra vostre modestie, & personne
ne pourra vous blasmer raisonnablement d'avoir esté frappé de cette
maladie, qu'on peut appeler maintenant contagion aussi bien que
demangeaison d'escrire & de faire de livres: Au contraire il se pourra
faire que vous aurez trop attendu, & que pour avoir esté liberal de cette
invention depuis sept ou huict ans qu'elle est vostre, d'autres s'en seront
prevalus; comme il m'est souvent arrivé pour avoir esté trop facile à
communiquer mes desseins, & fait part aux premiers Venus de la joye
que j'avais d'avoir trouvé quelques Nouveautez.
Pierre Petit Bourbonnois.
De Dieppe, ce 23 septembre 1646. »

Lettre de Buot au chancelier Séguier, 23 septembre 1646

« A monseigneur Seguier chancelier de France.

Monseigneur,
Je n'aurois jamais ozé me jetter dans la foule de tant d'hommes
excellens, qui vous presentent à l'envy leurs plus rares Ouvrages, si je
n'avois apris que vostre GRANDEUR n'avoit pas desagreable que je me
misse de leur Compagnie, afin de vous rendre mes hommages. Je sçay,
Monseigneur, qu'on ne peut rien offrir que de bas un Esprit si relevé &
si penetrant que le vostre: mais considerant que la justesse & la
proportion de toutes choses ne peuvent estre mieux entenduës que de
celuy qui pese la Vie & la Fortune des hommes dans les balances de la
Justice, j'ay creu que cette passion que vous avez pour le bien public, ne
vous feroit point desaprouver le present que je fais aujourd'huy à la
France, sous la faveur de vostre illustre Nom. C'est, MONSEIGNEUR,
une petite Rouë qui comprend tous les advantages qu'on a cherchez par
les Nombres & par les Tables, & qui fait en moins d'une heure les
supputations qui occuperoient les plus intelligens des journées toutes
entieres. Si cette premiere production de mon esprit reçoit de vostre
grandeur un accueil favorable, j'auray assez de courage pour
entreprendre, & peut-estre assez de force pour achever un travail que
tout le monde jugera digne de vostre estime & de vostre protection, sous
laquelle j'espere finir le reste de ma vie, & me dire avec respect &
dependance,

MONSEIGNEUR,
De vostre Grandeur,
Le tres-humble, tres-obeïssant & tres-fidele serviteur,
I. BUOT »

Source : Jacques Buot de Laigle, Usage de la roue de proportion sur


laquelle on pratique promptement & facilement toutes les Reigles de
l’Arithmetique & les Analogies de la trionometrie Geometrique &
Astronomique. Œuvre tres-necessaire aux Marchands, Banquiers,
Asseeurs de Tailles, Ingenieurs, Astronomies…, dédiée a monseigneur
seguier, Chancelier de France, Paris, Chez M. Mondiere, 1648.
Bibliographie : Y. Nexon, Le Chancelier Séguier (1588-1672).
Ministre, dévot et mécène au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon,
2015. A. Ruellet, La Maison de Salomon. Histoire du patronage
scientifique et technique en France et en Angleterre au XVIIe siècle,
Rennes, PUR, 2016.
Correspondance entre Lavoisier, le duc de Chaulnes et Malesherbes
(1785)

[En 1785, Antoine Lavoisier (1743-1494), alors régisseur des Poudres,


organise avec l’ingénieur militaire et géomètre Jean-Baptiste Meusnier
de la Place (1754-1793) ainsi que son épouse Marie-Anne Lavoisier
(1758-1836), sa grande expérience de décomposition et de synthèse de
l’eau. Il invite à cette occasion le chimiste Louis Joseph d’Albert
d’Ailly, duc de Chaulnes (1741-1792), le physicien Jacques Charles
(1746-1823), le ministre d’Etat et botaniste Chrétien Guillaume de
Lamoignon de Malesherbes (1721-1794).]

Brouillon de lettre de Lavoisier au duc de Chaulnes et Malesherbes,


26 février 1785

« M. le duc de Chaulnes, en son hotel rue de Bondy


M. de Malesherbes, ministre d’etat

Monsieur le duc
Nous avons fait M. Meusnier et moi des dispositions pour
repeter très en grand l’experience de la combustion de l’air inflammable
et de l’air dephlogistiqué. Si notre experience reussit nous formerons
environ huit onces d’eau. L’Academie a nommé des commissaires pour
assister à cette experience et elle doit commencer demain à neuf ou dix
heures du matin chez moi à l’Arsenal. Elle durera probablement toute la
journée celle du lendemain. Nous serions très flattés que vous
voulussies bien assister à cette experience dont l’objet est de decider si
l’eau est rellement un corps composé. J’aurai l’honneur de vous offrir
un dejeuner si cela peut vous convenir (à ajouter pour M. de
Malesherbes, Mme Lavoisier en seroit ainsy que moi infiniment flattée
et elle a meme chargé M. du Sejour de négotier cet arrangement avec
vous).
J’ay l’honneur d’etre très respectueusement […] »

Lettre de Lavoisier à Charles, 26 février 1785

J’ai l’honneur de vous faire part, Monsieur, que nous avons


fait M. Meusnier et moi des preparatifs pour répéter en grand
l’expérience de la combustion de l’air inflammable et de l’air
déphlogistiqué. Si cette expérience réussit nous formerons environ huit
onces d’eau.
L’Académie a nommé des commissaires pour assister à cette
expérience et elle doit commencer demain à neuf ou dix heures du
matin chés moi à l’Arsenal : elle durera probablement toute la journée
et celle du lendemain. Nous serions très charmés que vous voulussiés
bien assister à cette expérience dont l’objet est de décider si l’eau est
réellement un corps composé. J’aurai l’honneur de vous offrier un
dejeuner-diner si cela peut vous faire plaisir.
J’ai celui d’être avec des sentimens de consideration
Monsieur votre très humble et très obeissant serviteur
Lavoisier »

Source : Lavoisier, Œuvres de Lavoisier. Correspondance, tome IV,


1784-1786, éd. Alain Horeau, Paris, Hermann, 1986, p. 70-71.
Bibliographie : B. Bensaude-Vincent, Lavoisier. Mémoires d'une
révolution, Paris, Flammarion, 1993. P. Bret, « Lavoisier à la régie des
poudres : le savant, le financier, l’administrateur et le pédagogue »,La
Vie des Sciences. Comtes rendus de l’Académie des sciences, série
générale, 1994, vol. 11, n°4, p. 297-317. M. Daumas, Lavoisier,
théoricien et expérimentateur, Paris, PUF, 1955. F.L. Holmes, Lavoisier
and the Chemistry of Life An Exploration of Scientific Creativity,
Madison, University of Wisconsin Press, 1985. J.-P. Poirier, Antoine-
Laurent de Lavoisier, 1743-1794, Paris, Ed. Pygmalion/Gérard Watelet,
1993. A. Donovan, Antoine Lavoisier, Science, Administration, and
Revolution, Oxford, Cambridge, Blackwell, 1993.
La gloire du prince

Les comptes des artisans du Camp du Drap d’Or : culture


matérielle et représentation du pouvoir (1520)

[L’entrevue du Camp du Drap d’Or (7-24 juin 1520) entre François Ier
et Henri VIII, a constitué l’une des plus fastueuses rencontres
diplomatiques du XVIe siècle. Visant à la conclusion d’un accord de
paix, la rencontre coûte jusqu’à 400 000 livres tournois. Les livres de
comptes des artisans et techniciens témoignent du rôle clé joué par
l’artisanat dans la représentation du pouvoir politique et l’importance
des dispositifs matériels au service des enjeux diplomatiques.]

« Satins taffetas franges de soye et de leine/toille de hollande/fer/assier/


Et autres menuz fraiz.
Audit Jehan Richard marchant demeurant à Tours La somme
de huit cens cinquante quatre livres deux sols neuf deniers tournois Pour
cinq cens vingt cinq aulnes et demie demy quart satins de burges
jaulnes blancs noirs et violletz par luy fourny Pour servir aux pantes et
festaiges desdites tantes et pavillons A raison de XXXII sols VI deniers
laulne Pour ce cy VIII cent LIIII livres II sols.
Audit Jehan Richard La somme de trente quatre livres dix solz
tournois Pour le nombre de onze aulnes et demye de satin jaulne de
soye par luy livrez pour servir comme dessus a raison de LX sol laulne.
Pour ce cy XXXIIII livres X sols.
A luy la somme de treize livres quinze solz tournois pour cinq
aulnes de satin noir de soye quil a livre et pour servir comme dessus a
raison de LV sols tournois laulne.
Pour ce cy XIII livres XV sols

Achapt de boys de sappin noyer et chesne Et autres boys


A Berthelemy grand marchant de boys demeurant en la ville
de Mouy en auvergne la somme de six cens dixhuit livres tournois pour
le nombre et quantite de quatre cens onze pieds de boys de pins et de
sapins tous escarrez de deux dours et demy pic en carre et de longueur
de troys a quatre toises comprins deux gros mastz de cinquante quatre
pieds de longueur dun grant pied en carre par ung bout Rendus par
charroy despuis les lieux ou ilz ont este coupez au pays dauvergne et de
Forestz jusques sur le port du puy Guillaume sur la riviere dallier.
Distant de quatre a cinq lieux par terre Et depuys ledit lieu du puys et
port de Puy Guillaume jusques au port de la ville de Tours et es ysles
dautour dicelle appartenant a messire de Sainct gatian ou est comprins
la voicture par eau et par terre desdits boys a raison de XXX sols pour
chacun pied de pin ou sappin rendu audit Tours du charpentiers pour
servir aux mastz festaiges portes et autres choses desdites tentes et
pavillons
Pour ce cy VI cent XVIII livres

Et premierement Tantiers et cousturiers


A Bricet du pre Jehan Biourt Colas Gallant Pierre Boner Et
Mathieu Couchet cousturiers La somme de cinquante solz tournois Qui
est a chacun ceulx dix solz tournois Pour avoir vacque et besongne
audites tantes et pavillons durant les XXVIeet XXVIIejours de fevriers
derrenier passe mil cinq cens dixneuf Qui est au feux de V sols à
chacun deulx par jour qui vallent la somme de cinquante solz tournois
Comme il appert par ung cayer ou rolle escript en parchemin signe et
certiffie en la fin dudit maistre delartillerie nomme cy devant Et celle du
seel de ses armes Et pareillement signe dudit [...blanc] casenosvic
conseiller et maître dostel du roy notre Sire Le XXIIejour de Juillet lan
mil cens vingt Du quel sont contenuz et declairez toutes et chascunes
les parties contenues audit roolle Et payees par ledit Guillaume de
Seigne present commis a chacun desdites parties Ainsi quil appert par la
quittance dicelle parties esciptes en la fin dudit roolle signee et reccue
Par michel le grand Commis dudit maistre Nicolle Berziau notaire et
secretaire du roy notre Sire et contrerolleur general de son artillerie Le
XXIIIe jour desdit moys et an Lequel roolle ou cayer est cy rendu qui
servira cy apres Pour toutes ls parties contenues en Icelluy cayer Pource
cy par vertu dicelluy Ladite somme de L sols.
Audit Bricet du pre Jehan Biourt Colas Gallant Pierre Bouer
Mathieu Couchet Jehan herbele Fleurentin Micheron Estienne des loges
Rene Raboteau Mathurin Hainchin Anthoine du boys Francoys
perroys/Gilles de la Saye Pasquier du noyer et gabriel girolle Qui sont
seize personnes La somme de huit livres tournois qui est a chascun
deulx X sols Pour avoir vacque et besongne audites tantes et pavillons
Durant les premier et IIe jours de mars ensuivant aussi derrenier passe
Qui est audit feux de V sols a chascun deulx par jour Pource cy ladite
somme de VIII livres
A Francois Belin Estienne Girard Et Jehan Aubert aussi
cousturiers Pour avoir pareillement besongne ausdites tantes et
pavillons avec les dessusdits ledit II e jour de mars et audit feux de V
sol a chacun par jour cy XV sols

Forgeurs
A Nicolas Aucher maistre forgeur en lartillerie du Roy la
somme de vingt livres tournoys pour ses gaiges de deux moys
commencant le XVe jour de mars derrenier passe Et finissant le
XVejour de may ensuyvant aussi derrenier passe davoir avec autres
forgeurs faict les ferreures des mastz festes frucstraiges et autres choses
necessaires desdites tentes et pavillons audit Tours qui est a la raison de
dix livres par moys pour ce cy XX livres tournois
A Pierre Bourraste forgeur La somme de sept livres dix solz
tournoys A luy ordonne pour avoir servy et besongne avec le dessusdit
Nicolas Aucher et autres forgeurs en la ville de Tours pour le faict des
ferreures desdites tentes et pavillons Et ce pour ung moys commencant
le quinziesme jour davriel derrenier passe et finissant le XIIIejour de
may ensuyvant aussi derrenier passe pour ce VII livres X sols
tournois. »

Source : « Compte de la commission des tentes, pavillons et


enrichissemens d’iceulx, menez en la ville d’Ardre pour la veue et
traicté de paix d’entre le Roy notre sire et le roy d’Angleterre, faict ou
mois de juing l’an 1520 », retranscrit dans Aurélie Massie, « Les
artisans du Camp du Drap d’Or (1520) : culture matérielle et
représentation du pouvoir », Encyclo. Revue de l’école doctorale ED
382, 2013, p. 55-79.
Bibliographie : S. Anglo, « Le Camp du Drap d’or », dans Jean Jacquot
(éd.), Les fêtes de la Renaissance, Paris, CNRS, 1960, t. 2, p. 113-134.
P. Brioist, Le prince et les Arts en France et en Italie, Neuilly, Atlande,
2010. A. Massie, « Les artisans du Camp du Drap d’Or (1520) : culture
matérielle et représentation du pouvoir », Encyclo. Revue de l’école
doctorale ED 382, 2013, p. 55-79.
Côme II de Médicis et les astres médicéens (1610)

[En 1610, Galilée dédie son Messager des étoiles à son protecteur
Côme II de Médicis, dont il a été le précepteur de 1605 à 1608. En
1609, tandis qu’il enseigne les mathématiques à l’université de Padoue,
il apprend l’existence d’une lunette grossissante hollandaise qu’il
s’attache à reproduire pour en faire un instrument d’observations
astronomiques. En janvier 1610, il découvre et observe quatre étoiles
accompagnant le mouvement de Jupiter. Ce sont ces satellites qu’il
nomme dans son ouvrage « Astres Médicéens » en référence aux
Grands-Ducs de Toscane qui le protègent depuis la fin des années
1580 .]

« Au Sérénissime Côme II de Médicis, Quatrième Grand-Duc de


Toscane

Il y a certainement de la noblesse et de la dignité dans


l’intention de ceux qui se sont efforcés de protéger de la malveillance
les nobles actions des hommes distingués, et de défendre contre l’oubli
et la mort leurs noms qui méritent l’immortalité. De cette nobles
intention nous sont parvenues les images d’hommes célèbres sculptées
dans le marbre ou bien façonnées dans le bronze, léguées de la sorte à la
mémoire de la postérité ; nous lui devons encore les statues érigées,
pédestres ou équestres ; de même, comme le dit le poète, vinrent les
dépenses que l’on que l’on fit monter jusqu’aux Etoiles par-dessus les
colonnes et les pyramides ; de là, enfin, des villes furent bâties et
distinguées des noms de ces hommes, dont la postérité reconnaissante a
estimés devoir être confiés à l’éternité. […]
D’autres, cependant, recherchant des monuments plus stables
et plus durables, ont consacré l’éternelle célébrité des grands hommes,
non au marbre ou au bronze, mais à la garde des Muses et aux
monuments imperissables des lettres. Mais à quoi bon rappeler toutes
ces choses si l’ingéniosité humaine,, contente des régions d’ici-bas,
n’avait pas cherché à aller plus avant ; or,, comme elle comprend bien
que tous les monuments humains, finissent par périr de la violence, de
la tempête et de la vétusté, voyant plus loin,, elle inventa des signes plus
imperissables, sur lesquels le temps vorace et la vieillesse envieuse ne
pourraient revendiquer aucun droit ; c’est pourquoi, s’élevant au ciel,
elle inscrivit sur les Orbes éternels des plus brillantes Etoile les noms de
ceux qui, pour leurs exploits extraordinaires et presque divins,
méritaient de jouir d’une vie éternelle en compagnie des Astres. C’est
pourquoi la gloire de Jupiter, de Mars, de Mercure, d’Hercule et des
autres héros qui donnent leurs noms aux Etoiles, ne n’évanouira pas
avant l’extinction de la la splendeur des Astres eux-mêmes.
Cette trouvaille de l’humaine sagacité, parmi les plus nobles
et les plus admirabless’est cependant fanée en quelques siècles,, les
antiques héros occupant ces sièges de lumière et les possédant comme
de droit ; en leur assemblée, la piété d’Auguste tenta en vain de faire
admettre Jules César ; il souhaita en effet donner le nom d’ « Astre
Julien » à une étoile, qui apparut en son temps, l’une de celles que les
Grecs et les Latins nommaient « chevelue » ou « comètes », et qui
disparut en peu de temps, évanouissant l’espoir d’une telle ambition Au
contraire, nous sommes capables de lire les cieux pour ton Altesse,
Prince Sérénissime, avec bien plus de vérité et de bonheur, car à peine
les immortelles beautés de ton esprit commencent-elles à briller sur
terre, que les Astres brillants s’offrir à notre vue dans les Cieux telles
des langues venues dire et célébrer tes vertus hautement éminentes.
Voici donc quatre Astres offertes à ton glorieux nom, et qui
n’appartiennent pas à la multitude des communes et moins insibles
étoiles fixes, mis appartientn au glorieux rang des planètes – quatre
Astres qui décrivent entre eux des mouvements différents, autour de la
planète de Jupiter, la plus glorieuse de toutes, comme i elles en étaient
les propres enfants, accomplissant leurs courses et leurs orbites à une
vitesse merveilleuse, tout en achevant cependant, en parfait accord, leur
brillantes révolutions tous les dix ans autour du centre de l’univers,
c’est-à-dire, autour du Soleil.
Mais le Créateur de ces Etoiles lui-même semblait m’exhorter
pour des raisons lumineuses, à donner à ces nouvelles planètes le nom
glorieux de ton Altesse, de préférence à tous les autres. Car, de même
que ces Etoiles, en dignes enfants de Jupiter, ne s’éloignent jamais de
son flanc, si ce n’est d’une courte distance, nul ne peut ignorer que, de
même, la clémence, la mansuétude de l’âme, la douceur des manières,
la splendeur du sang royal, la noblesse dans les actes publics, la
grandeur de l’autorité et du pouvoir sur les autres, sont autant de vertus
qui ont toutes élu domicile et siègent en ton Altesse, - qui peut ignorer,
dis-je, que toutes ces qualités, d’après la providence divine dont nait
tout le Bien, émanent de l’Astre bienfaisant de Jupiter ? Jupiter, Jupiter,
dis-je, dès la naissance de ton Altesse, émergeant des brumes troubles
de l’horizon, prenant position au milieu des Cieux, illuminant de son
palais royal l’angle situé à l’Orient, contempla ta bienheureuse
naissance du haut de son auguste trône, puis versa toute la splendeur de
sa majesté dans la plus pure atmosphère, afin que ton corps et ton âme
tendres – que Dieu avait déjà paré des plus belles grâces divines –
puissent recevoir dans ton premier souffle la puissance et l’influence
qui sont siennes. Mais en vérité, pourquoi donc devrais-je user
d’arguments probables, alors que je peut presque parfaitement faire la
démonstration de ma conclusion ? Il plut à Dieu,Tout-Puissance, que je
ne soit pas jugé indigne par tes Sérénissimes parents de consacrer mon
zèle à enseigner à ton Altesse les Mathématiques, devoir dont je me suis
accompli ces quatre dernières années ,à cette période de l’année où il est
de coutume de se reposer des études trop sévères. C’est pourquoi,
comme il m’a été donné par la volonté de Dieu de me mettre au service
de ton Altesse, et ainsi de recevoir auprès de toi le rayonnement de ta
clémence et de ta bienveillance inestimables, faut-il s’étonner si mon
âme s’est ainsi trouvée échauffé qu’il ne peut presque méditer à rien
d’autre, jour et nuit, qu’au moyen de faire reconnaître combien moi,
qui, non seulement par mon inclination, mais aussi par ma naissance
même et ma nature, suis ton sujet, je souhaite anxieusement ta gloire et
te faire connaître ma reconnaissance ? Puisque c’est sous ton patronage,
Côme Sérénissime, que j’ai découvert ces Etoiles inconnues de tous les
Astronomes avant moi, c’est de bon droit que j’ai décidé de les désigner
du très Auguste nom de ta famille. Comme je fus le premier à les
recherche, qui pourrait me blâmer si je leur donne un nom et les
appellesETOILE MEDICEENNES, dans l’espoir que ces Astres turent
de ce nom auatnt de gloire que les autres Etoiles en ont tiré des héros ?
Si l’on passe sous silence tes Ancêtres Sérénissimes, dont la gloire
éternelle est attestée par les monuments qui en transportent l’histoire, ta
vertu seule, Très Noble Seigneur, peut conférer à ces Astres un nom
immortel ; car qui peut douter que tu entretiendras et préserveras les
espoirs, aussi grands soient-ils, que suscient l’heureux commencement
de ton règne, et que tu surpasseras même, de sorte que lorsque tu auras
sous les bienheureux auspices de ton règne, bien qu’il soit déjà tu auras
surpassé tes semblables, tu n’en rivaliseras pas moins avec toi-même et
deviendra ainsi jour après jour plus grand que toi-même et ta propre
grandeur ?
Accepte donc, Prince Très Clément, cette gloire pour ta
famille que te réservent les Etoiles ; et puisses-tu jouir pour de longues
années ces bénédictions qui te sont envoyées des Etoiles comme de
Dieu, le Créateur et Gouverneur des Etoiles.

Padoue, le 12 mars, 1610.


Le très dévoué Serviteur de ton Altesse,
Galileo Galilei. »

Source : The Sidereal Messenger of Galileo Galilei and a Part of the


Preface to Kepler’s Dioptrics, containing the original account of
Galileo’s Astronomical discoveries, traduire et édité par Edward
Stafford Carlos, Rivingtons, Londres, 1880, p. 1-6.
Bibliographie : M. Bucciantini, Galilée et Kepler : philosophie,
cosmologie et théologie à l’époque de la contre Réforme, Paris, Belles
Lettres, 2008. M. Bucciantini, M Camerota, F. Giudice, Galileo’s
Telescope. A European Story, Cambridge, Harvard University Press,
2015. M. Clavelin, La philosophie naturelle de Galilée, Paris, Albin
Michel, 1996. A. Koyré, La révolution astronomique, Kepler, Galilée,
Borelli, Paris, Hermann, 1961. L. Geymonat, Galilée, Paris, Seuil,
1992. M. Valleriani, Galileo Engineer, Art and Modern Science, Boston
Studies in the Philosophy and History of Science, Dordrecht, 2010.
Le corps du roi : la santé de Louis XIV entre public et privé (1647-
1686)

[Le corps du roi fait l’objet d’une attention marquée, tant de ses
médecins que du peuple au travers de la presse périodique. L’épisode de
la petite-vérole du roi donne lieu en 1647 à un récit public de la
convalescence du roi dans la Gazette de France, louant les vertus du
souverain et de la reine. L’épisode de la fistule anale de 1686 est quant
à lui rapporté dans le Journal de santé tenu par ses médecins, document
exceptionnel collectant l’ensemble des informations sur la santé du roi,
les remèdes employés, les acteurs prenant en charge la santé du
monarque.]

La petite-vérole du roi dans la Gazette de France (1647)

« Toutes les actions de Leurs Majestés sont trop exemplaires


pour ne mériter pas d’être exposées aux yeux d’un chacun, et tout ce qui
se passe en cette cour tire après soi trop de conséquences, pour vous le
taire ; mais surtout, la santé de notre jeune monarque, le bonheur de la
France, l’espoir de la chrestienté et qui doit estre un jour la gloire de
l’univers, cette précieuse santé est une pièce trop considérable, sa
convalescence d’une maladie qui nous a tenus entre l’espérance et la
crainte et qui nous donne aujourd’hui une pleine consolation et fait
épanouir nos cours d’aise, est un joyau de trop grand prix pour ne le
montrer que par un bout au lieu de le faire voir tout entier et en son jour.
Ce levain qui tire sa source du principe de la génération ; cette
cause commune, ou qui est si générale que les exceptions en sont rares,
laquelle nous assujettit tous à la petite-vérole, est un sujet tant rebattu
des médecins, que je renvoye ceux qui en ignoreront les causes aux
livres qu’ils en ont faits, me contentant […] de ne suspendre pas
davantage vos esprits en l’attente d’une si bonne nouvelle qu’est la
guérison de ce prince : dans laquelle n’y ayant aucune circonstance qui
ne soit considérable, je vous en fais part, afin que vous ne sachiez pas
seulement en général que le Roy se porte bien, mais que vous soyez
encore plus particulièrement informé des raisons et des moyens dont on
s’est servi pour parvenir à sa guériso
Le lundi II de ce mois de novembre 1647, le Roy se plaignit
d’une douleur de reins : laquelle pensant divertir il fut sur les cinq
heures du soir à la comédie, dans le même Palais-Cardinal où
demeurent Leurs Majestés : mais le mal le pressant et s’augmentant,
accompagné d’une douleur sautelante non-seulement dans la région des
reins, mais aussi et principalement sur l’extrémité de l’épine du dos,
cette douleur obligea S. M., à sortir du lieu de la comédie et de s’en
venir dans la chambre de la Reine, où était le sieur Vautier, son
premier-médecin […].
La Reine ayant demandé d’abord audit sieur Vautier ce que
c’estait du mal du Roy, après l’avoir considéré il fit un prognostic selon
sa prudence et sagacité ordinaire, qui sera difficile à croire à ceux qui
n’y estaient pas présens, mais que l’on vous peut assurer, ayant eu pour
témoins la Reine et toute la cour, à sçavoir, qu’il craignait que ce ne fust
un signe de la petite-vérole : ce qui fust trouvé d’autant plus
extraordinaire que le mal semblait avoir l’idée d’un rheumatisme. […]
Sa Majesté dormit la nuit, mais avec quelqu’inquiétude qui ne
l’empescha pas toutesfois de se vouloir lever à sept heures du matin, qui
est aussi l’heure ordinaire de son lever : mais son pouls ayant esté lors
trouvé plus fréquent et fiébreux, on l’obligea à se tenir au lit et prendre
un lavement : ensuite duquel se trouvant mieux elle voulut encore se
lever, et n’en fust empêschée que sur la remontrance qu’en se levant son
mal pourraist de beaucoup empirer. Sur les deux heures après midi, la
fièvre continuant, le sieur Vautier lui fit tirer huit onces de sang du bras
droit, pour oster la plénitude, soulager prompement la nature, le rendre
plus libre, et facilité l’éruption de la petite-vérole, si son jugement ne se
trompait point, et en tout cas empescher les progrès de la fièvre.
La nuit du mardy au mercredy fut encore inquiète ; ce qui
joint à quelques petites taches rouges qui commencèrent à paraistre sur
le visage le matin du mesme jour, donna sujet audit sieur Vautier de
proposer une seconde saignée (…). Le lendemain jeudy 14 du mesme
mois dès le matin, il n’y eut plus à douter que le prognostic du dit sieur
Vautier ne fust très-véritable […].
Les inquiétudes du Roy avaient beau diminuer, celles de cette
grande Reine ne cessaient point, et ont esté telles que ne pouvant
commettre à aucun autre la charge de ce qu’elle pouvait faire elle-
mesme, cette bonne princesse s’assujettissait avec plaisir aux moindres
offices nécessaires à cet illustre malade, S. M. lui donnait elle-mesme
presque tous ses aliments, qui n’étaient que des bouillons rafraîchissants
et cardiaques : tels qu’on été aussi ses remèdes, ayant pris souvent des
eaux cordiales, du Bezoard, et des tablettes faites avec les perles
préparées et le sucre dissoult, en eau d’oxytryphillon ; et son boire ayant
été de la décoction de corne de cerf, dans laquele on dissoulvait le plus
souvent cet excellent cardiaque l’aigre de cèdre. […]
Le dimanche 24 du dit mois, et quartorzième du mal, il survint
au Roy un flux de ventre bilieux, qui ne lui apporta qu’un léger
soulagement. Le lendemain 25 du mois, et quinzième de la maladie,
tout demeura en même estat, sinon qu’on reconnut une rétention de
matières séreuses, faisant pointe à l’extrémité des deux poulces des
pieds, et sur le petit doigt du pied droit, à laquelle on donna
promptement issue en ouvrant la peau avec le ciseau. […]
La patience que ce jeune monarque a apportée en cet âge dans
tout le cours de sa maladie, n’est pas aisée à concevoir, non plus que la
constance avec laquelle, bien loin de des appréhensions que les plus
martiaux ne se sont pu souvent empescher d’avoir à la vue de leur sang,
il a courageusement présenté son bras à toutes les fois que l’on lui a fait
voir la saignée lui estre nécessaire, raisonnant et se payant toujours de
raison, hors ces petits intervalles que je vous ay marquez ; et il ne
prenait pas avec moindre résolution les médecines et autres remèdes
qu’on lui offrait. Aussi jamais les saignées ne l’ont affaibli, et les
purgations encore moins. Mais il avait surtout extrêmement agréable en
tout temps ce qui lui était dit et présenté par la Reine.
Ne croyez point aussi que la piété de la Reine ait rien obmis
de ce qui était nécessaire pour implorer le secours d’en haut en une
affaire de telle importance, ayant fait à cette fin prier Dieu et exposer le
Saint-Sacrement dans toutes les églises. Ce qui se fit avec un tel
concours de peuple et avec un si grand zèle, qu’il était capable mesme
en une plus grande extrémité de maladie, de forcer le ciel à rendre ce
prince à la France. Aussi la Reine n’a-t-elle point de plus grande
impatience que de conduire bientost le Roy à Notre-Dame pour en
rendre grâces à Dieu, faire voir à ce peuple dans le visage serein de son
Roy le bon succès de leurs prières et de leurs vœux, et ensuite de leur
faire sentir tous les effets d’une affection réciproque […]. »

Source : Gazette de France, 29 novembre 1647, p. 1137-1148

Une source exceptionnelle : le Journal de santé de Louis XIV (1686)


« Cette bonne santé dont le roi semblait jouir sur la fin de
l’année dernière, ne fut pas d’une longue durée et servit de prélude à la
plus fâcheuse et à la plus pernicieuse de toutes les incommodités, qui ne
nous donna pas moins de peine et de soins, durant toute l’année, qu’elle
donna à S. M. même de chagrin et d’inquiétude. Elle se plaignit, au 15
janvier, d’une petite tumeur devers le périnée, à côté du raphé, deux
travers de doigt de l’anus, assez profonde, peu sensible au toucher, sans
douleur ni rougeur, ni pulsations ; se portant fort bien du reste, et
n’étant empêchée d’aucune de ses fonctions naturelles, ni même de
monter à cheval. Cependant, cette tumeur, petit à petit parut s’endurcir
et s’accroître, et, le 31 de janvier, elle nous parut assez considérable
pour presser le roi de faire quelques remèdes pour tâcher à la résoudre,
s’il était possible. S. M. s’y résolut, et, le 5 de février, on lui appliqua
des cataplasmes faits avec les farines d’orob, de fèves, de seigne,
d’orge, de graine de lin bouillies dans l’oxycrat, et renouvelés sur le mal
toutes les cinq à six heures. Le roi garda le lit pendant quelques jours,
appliquant sur la tumeur un emplâtre de céruse cuite et de ciguë. Les
douleurs se rendirent plus considérables, le 16 de février, et telles que,
le roi, ayant peine à marcher, se mit au lit. La tumeur n’augmenta pas
sensiblement, mais la peau rougit tant soit peu, et la matière sembla
tourner à la suppuration ; ce qui nous obligea […] de mettre sur
l’endroit qui paraissait tant soit peu s’élever, un plumaceau enduit de
suppuratif […] ce qui ne fut pas inutile puisque le 18, la tumeur
commença à se ramollir, et les douleurs à augmenter […]. On ne put
point se défendre, dans cette conjoncture, d’écouter les louanges d’une
toile Gaultier, ou sparadrap de madame de la Daubière, qui se fit chez
les apothicaires du roi, sur son ordonnance, avec demi-livre de gomme
élémi et de térébenthine cuite dans l’eau de plantain, huit onces de cire
jaune, et une once et demi de baume liquidambar, ou, à son défaut, de
baume du Pérou. Et l’on ne put refuser aux instances des courtisans de
mettre ce remède, qui n’ayant pas répondu au prompt miracle que l’on
s’en était promis, et n’étant pas d’ailleurs un remède de grande
efficacité, ni de prompt soulagement, comme on le demande à la Cour,
fut changé pour retourner au suppuratif., à la faveur duquel, sur le soir
du dix-neuvième, l’abcès s’ouvrit, et, toute la nuit, ce qu’il avait de
matière plus cuite et suppurée se vida. […] [La situation se stabilise
durant plusieurs mois] Durant tout ce temps, les forces et le bon visage
revenaient au roi ; son ulcère vidait très peu de chose. Il allait à cheval
assez longtemps, sans beaucoup d’incommodité, si ce n’est quelquefois
qu’il se faisait quelque petit cul-de-poule à l’entrée de la fistule, qui se
gonflait lorsqu’il y avait quelque peu de matière retenue, sans que cela
l’empêchât d’aller à la chasse. On fut quelque temps à la toucher avec
un pinceau trempé dans l’huile de gayac préparée par les apothicaires,
et non celle de cerf. Le cul-de-poule se consuma peut à peu ; mais il
revint ensuite, et le roi, qui avait résolu, aussitôt son retour de
fontainebleau, de se faire faire l’opération, comme le seul et unique
remède pour guérir, cessa d’en faire aucun autre, comme inutile ou de
peu de vertu. […] Le 18 novembre, étant revenu à Versailles, le roi
résolu depuis longtemps à se faire faire l’opération pour guérir de sa
fistule, sans en avertir personne, que ceux qui étaient nécessaires pour
une affaire d’une aussi grande importance, sur les huit heures du matin,
M. Félix, en présence de M. le marquis de Louvois, de moi, et de M.
Fagon, secourus de M. Bessières, introduisit une sonde au bout d’un
bistouri fait exprès, tout le long de la fistule jusque dans le boyau, qu’il
joignit avec le doigt de la main droite et, la retirant en bas, ouvrit la
fistule avec assez de facilité, et ayant ensuite introduit des ciseaux dans
le fondement par la plaie, il coupa l’intestin un peu au-dessus de
l’ouverture, et coupa toutes les brides qui se trouvèrent dans l’intestin ;
ce que le roi soutient avec toute la constance possible. Une heure après
l’opération, il fut saigné du bras. Il vécut d’un régime fort exact,
s’abstenant de tous aliments solides, à la réserve d’une légère taille de
pain dans son bouillon, le matin et le soir. […] Toutes choses allant fort
bien, sans fièvre, sans aucun dévoiement, ni aucun autre accident,
lorsque le temps de la suppuration fut passé, c’est-à-dire après le 14, je
commençai à donner au roi un peu de pigeon dans son potage, du
chapon bouilli, et du poulet gras rôti, et le soir, des œufs brouillés dans
du bouillon. »

Source : Antoine Vallot, Antoine d’Aquin, Guy-Crescent, Journal de


santé de Louis XIV, édité par Stanis Pérez, Grenoble, Jérôme Millon,
2004, « Remarques pour l’année 1686 », p. 230-239.
Bibliographie : S. Pérez, La santé de Louis XIV. Une bio-histoire du
Roi-Soleil, Seyssel, Champ Vallon, 2007. S. Pérez, « La fistule anale de
Louis XIV. Grandeurs et servitudes de la maladie », La Revue du
praticien, 2009, n°59, p. 439-441. S. Pérez, « Écrire et décrire la
maladie de son patient: Charles Quint, Louis XIII et Louis XIV sous
l’œil de leurs médecins personnels », in E. Belmas, S. Nonnis-Vigilante
(dir.), Les relations médecin-malade. Des temps modernes à l’époque
contemporaine, Villeneuve d’Ascq, Presses du Septentrion, 2013, p. 65-
76.
Colbert présente les membres de l’Académie royale des sciences à
Louis XIV en 1667
[Créée en 1667, l’Académie royale des Sciences participe u grand projet
de Louis XIV consistant à la mise sous tutelle de l’ensemble de la vie
culturelle et scientifique du Royaume. L’action de Colbert (1619-1683)
à l’égard des progrès scientifiques et techniques est à remarquable.
Henri Testelin (1616-1695), un des fondateurs de l’Académie royale de
peinture en 1648, invente une scène de présentation au roi des
membres de la nouvelle Académie des sciences. L’espace est fictif
car il s’ouvre sur l’Observatoire que commence seulement à édifier
Claude Perrault]

Ill. 44

Source : Henri Testelin (1616-1695), Colbert présentant les Membres


de l’Académie royale des sciences à Louis XIV en 1667, seconde moitié
du XVIIe siècle, huile sur toile, 348 x 590 cm., Château de Versailles.
Sciences, techniques et religion

La condamnation de Galilée (1633)

[La sentence du 22 juin 1633 condamne Galilée (1564-1642) suite à la


publication en 1632 du Dialogue sur les deux plus grands systèmes du
monde dans lequel Galiée défend la supériorité du système
héliocentrique copernicien. En 1543, le livre De revolutionibus de
Copernic avait substitué l’héliocentrisme au géocentrisme, bouleversant
ainsi la cosmologie traditionnelle. Giordano Bruno, qui avait défendu
les arguments de Copernic, a déjà été jugé et brûlé vif le 17 février 1600
tandis que l’héliocentrisme a été condamné par l’inquisition romaine en
1616. Galilée est donc ataqué pour avoir professé une doctrine hérétique
et contraire aux Ecritures]

[Sentence du 22 juin 1633]

« Nous,
Par la miséricorde de Dieu, cardinaux de la Sainte Église
romaine, inquisiteurs généraux du Saint-Siège Apostolique,
spécialement députés dans toute la République chrétienne contre la
dépravation hérétique,
Puisque toi, Galileo Galilei, fils de feu Vincenzo Galilei,
Florentin, âgé de soixante-dix ans, tu as été, en 1615, dénoncé à ce
Saint-Office, parce que tu tenais pour véritable la fausse doctrine,
enseignée par aucuns, que le Soleil est le centre du monde et immobile
et que la Terre ne l’était pas et se déplace d’un mouvement journalier;
que tu avais des disciples auxquels tu enseignais la même doctrine; et
que tu entretenais une correspondance avec des mathématiciens
d’Allemagne à ce sujet ; que tu avois, fait imprimer un livre intitulé des
Taches du Soleil, et publié d’autres écrits contenant la même doctrine
que celle de Copernic; étant donné que, face aux objections tirées de la
Sainte Écriture qui t’ont parfois été faites, tu as répondu en glosant sur
l’Écriture en suivant ta propre interprétation; et que, ensuite, on a
présenté la copie d’un document prenant la forme d’une Lettre, que l’on
disait avoir été écrite par toi à un de tes anciens disciples, dans laquelle,
suivant la position de Copernic, se trouvent diverses propositions
contraires au sens véritable et à l’autorité de la Sainte Écriture.
Pour ces raisons, ce Saint Tribunal, voulant remédier au
désordre et au dommage causés, qui sont allés croissants au préjudice
de la Sainte Foi; par ordre de Sa Sainteté et des Très Éminents et Très
Révérends Seigneurs les cardinaux de cette Suprême et Universelle
Inquisition, les théologiens qualificateurs ont défini comme suit les
deux propositions sur la stabilité du Soleil et le mouvement de la Terre :
- La proposition selon laquelle le Soleil est le centre du monde
et immobile d’un mouvement local est une proposition absurde et
fausse en philosophie, et formellement hérétique, pour être
expressément contraire à la Sainte Écriture,
- La proposition selon laquelle la Terre n’est pas le centre du
monde ni immobile, mais qu’elle se meut, et aussi d’un mouvement
diurne, est également une proposition absurde et fausse en philosophie,
et considérée en théologie ad minus erronea in fide.
Mais, attendu que l’on a voulu à l’époque te traiter avec
clémence, il a été décrété par la Sacrée Congrégation tenue devant Sa
Sainteté, le 25 février 1616, que le Très Éminent Mgr le Cardinal
Bellarmin t’ordonnait d’abandonner entièrement cette fausse opinion,
sans quoi le commissaire dudit Saint-Office devait t’en faire
commandement et te défendre de l’enseigner jamais à aucun autre ni de
la soutenir ; et que si tu n’obéissais pas, tu devrais être condamné à une
peine de prison, en exécution duquel décret, le jour suivant, et en
présence du susdit Très Éminent Mgr le Cardinal Bellarmin, après avoir
reçu les remontrances bénignes et bienveillantes dudit cardinal
Bellarmin, ledit Commissaire du Saint-Office t’a enjoint, assisté de
notaire et témoins, d’abandonner complètement ladite opinion fausse, et
à l’avenir de ne pouvoir la soutenir ni la défendre ni l’enseigner en
aucune manière, ni en paroles ni par écrit ; et comme tu avais promis
d’obéir, tu fus renvoyé.
Et afin qu’une doctrine aussi pernicieuse soit complètement
extirpée, et qu’elle ne s’insinue pas plus au grave préjudice de la vérité
catholique, un Décret a été fait par cette Sacrée Congrégation de
l’Index, censurant les livres qui traitaient de telle doctrine, déclarant
celle-ci fausse et entièrement contraire à la Sainte Écriture.
Toutefois, il est récemment paru un livre, qui avait été
imprimé à Florence sous ton nom : Dialogue de Galileo Galilei des
deux principaux Systèmes du Monde, de Ptolémée et de Copernic et la
Sacrée Congrégation ayant été informée que par la publication de ce
livre l’opinion fausse du mouvement de la Terre et de la stabilité du
Soleil gagnait chaque jour plus de terrain, ledit livre a été examiné avec
la plus grande attention et on y a trouvé clairement une violation de
l’injonction susdite qui t’avait été faite, car tu as dans ce livre défendu
ladite opinion déjà condamnée et qu’on avait en ta présence déclarée
telle; puisque que, dans ledit livre, par des détours variés, tu t’es ingénié
à faire croire que tu restais dans le doute mais qu’elle est expressément
probable, ce qui est aussi une erreur très grave, puisque en aucune
manière ne peut être probable une opinion qui a été définie et déclarée
aller à l’encontre de la Sainte Écriture.
C’est pourquoi nous t’avons ordonné que tu te présentes de
nouveau devant ce Saint Tribunaloù tu as été interrogé après avoir prêté
serment, et tu as reconnu avoir rédigé et fait imprimer ce livre. Tu as
avoué que, il y a dix ou douze ans environ, après que ladite injonction
t’avait été notifiée, tu as commencé à écrire ledit livre; que tu as
demandé l’autorisation de le publier, sans pour autant signaler à ceux
qui t’ont accordé cette autorisation qu’on t’avait enjoint de ne pas
soutenir, ni défendre, ni enseigner de quelque manière que ce soit une
semblable doctrine.
Tu as aussi confessé que la rédaction dudit livre est en
plusieurs points composée de telle sorte qu’un lecteur peut penser que
les arguments pour la partie fausse sont plus efficaces à persuader, que
faciles à être réfutés. Tu as allégué, pour excuse, être tombé dans une
erreur si éloignée de ton intention, par le fait d’avoir écrit sous une
forme dialoguée, et aussi la complaisance naturelle que chacu a à
l’égard de ses propres subtilités, afin de paraître plus subtil que le
commun des mortels, en imaginant, même pour les propositions
fausses, des arguments plausibles et ingénieux.
Et un délai convenable t’ayant été accordé pour préparer tes
défenses, tu as présenté un certificat de la main de Son Éminence Mgr
le Cardinal Bellarmin, obtenu par toi, selon tes dires, pour te défendre
contre les calomnies de tes ennemis qui t’opposaient ce que tu avais
abjuré et que le Saint-Office t’avait condamné à faire pénitence. Dans
ce certificat il est dit que tu n’as pas abjuré, et que tu n’as pas fait
pénitence, mais seulement que t’a été notifiée la déclaration faite par Sa
Sainteté et publiée par la Sacrée Congrégation de l’Index, par laquelle il
est déclaré que la doctrine du mouvement de la Terre et de la stabilité
du Soleil étant en contradiction avec la Sainte Écriture, pour cette raison
ne devra être ni défendue ni maintenue, et parce que dans ce certificat il
n’est pas fait mention des deux clauses de l’injonction qui sont docere
et quovis modo, tu alléguas que nous devons croire que, au cours de
quatorze ou seize années, tu en as perdu le souvenir, et que c’est aussi la
raison pour laquelle tu n’as pas parlé de l’injonction au moment où tu as
demandé l’autorisation de faire imprimer le livre, et que tout ceci est dit
non pour excuser ton erreur, mais pour qu’elle ne soit pas attribuée à à
la malice, mais à une vaine ambition. Mais ce certificat que tu produis
pour ta défense ne fait qu’aggraver ta culpabilité, car, bien qu’il y soit
dit que ladite opinion est en contradiction avec la Sainte Écriture, tu as
néanmoins eu l’audace d’en discuter de la défendre, et de la considérer
comme probable; tu ne peux pas non plus tirer avantage de la licence
que tu as habilement extorquée par des artifices, car tu n’as pas notifié
l’injonction qui t’avait été faite.
Et comme il nous a semblé que tu n’avais pas dit la vérité tout
entière concernant ton intention, nous avons jugé qu’il était nécessaire
de te soumettre au rigoureux examen, au cours duquel tu as répondu
catholiquement, sans préjudice pourtant des choses que tu avais avouées
sur ton intention, et qui ont été invoquées contre toi, comme il est dit ci-
dessus.
C’est pourquoi, après avoir examiné et mûrement considéré
les mérites de ta cause, sur tes confessions, reconnaissances et
productions, et tout ce qu’en raison on doit examiner et considérer, nous
en sommes venus à prononcer contre toi la sentence définitive suivante :
Après l’invocation du Saint Nom de Notre Seigneur Jésus-
Christ et de sa Très Glorieuse Mère toujours Vierge Marie,
Par cette sentence définitive, nous, constitués pro Tribunali
du conseil et avis de nos consultants, les Révérends Maîtres de la sacrée
théologie et docteurs dans l’un et l’autre droit, nous prononçons par ces
écrits touchant la cause ou les causes présentées devant nous, entre le
Magnifique Carlo Sinceri, docteur in utroque jure, procureur fiscal de
ce Saint-Office, d’une part, et toi, Galileo Galilei, accusé et ici présent,
coupable, interrogé, confès et jugé comme ci-dessus, d’autre part;
Nous disons, prononçons, sentencions et déclarons que toi
Galilée, pour les raisons des choses établies au cous du procès et que tu
as confessées ci-dessus, tu t’es rendu envers ce Saint-Office
véhémentement suspect d’hérésie, à savoir d’avoir tenu et cru cette
fausse doctrine contraire à l’Écriture Sainte et Divine, que le Soleil est
le centre du monde et qu’il ne se meut pas de l’Orient à l’Occident, et
que la Terre se meut et n’est pas le centre du monde, et que l’on peut
soutenir et défendre comme étant probable une opinion après qu’elle a
été déclarée par définition contraire à la Sainte Écriture; et en
conséquence tu as encouru toutes les censures et peines imposées et
promulguées par les Sacrés Canons et les autres constitutions générales
et particulières, contre de tels délinquants.
De cette peine, nous sommes contents de te libérer, à
condition que dès maintenant, avec un cœur sincère et une foi non
feinte, tu abjures, maudisses et détestes devant nous les susdites erreurs
et hérésies, et toute autre erreur et hérésie contraire à l’Église
Apostolique et Catholique, de la manière et sous la forme prescrite par
nous.
Et afin que cette grande faute, pernicieuse erreur et
transgression que tu as faite ne demeure tout à fait impunie, afin que tu
sois à l’avenir plus prudent et serves d’exemple aux autres pour qu’ils
s’abstiennent de semblables délits, nous ordonnons que, par un édit
public, le livre des Dialogues de Galileo Galilei soit interdit.
Nous te condamnons à la prison formelle de ce Saint-Office, à
notre arbitre, et pour pénitence salutaire nous t’enjoignons de dire trois
ans durant une fois par semaine les sept Psaumes de la pénitence, nous
réservant la faculté de modérer, changer ou lever, en tout ou en partie,
les susdites peines et pénitences.
Et c’est ainsi que nous disons, prononçons, jugeons,
déclarons, ordonnons et réservons, ainsi et dans tout autre meilleur
mode et forme qui Nous est donné.
Nous, cardinaux soussignés, avons ainsi prononcé:
F. cardinal d’Ascoli
G. cardinal Bentivoglio;
Fr. D. cardinal de Cremona
Fr. An. cardinal de S. Onofrio
B. cardinal Gessi
F. cardinal Verospio;
M. cardinal Ginetti »

Source : Galileo Galilei, Opere, Favaro, Edition nationale, 1888-1905,


vol. XIX, doc. 24 c, p. 402.
Bibliographie : F. Berretta, Galilée en procès, Galilée réhabilité ?,
Saint Maurice, Éditions Saint Augustin, 2005. M. Bucciantini, Galilée
et Kepler : philosophie, cosmologie et théologie à l’époque de la contre
Réforme, Paris, Belles Lettres, 2008. S. Drake, Galilée, Arles, Actes
Sud, 1986. L. Geymonat, Galilée, Paris, Seuil, 1992. R. G. Olson,
Science and Religion, 1450-1900: from Copernicus to Darwin,
Baltimore, John Hopkins University Press, 2006.
Amsterdam, commerce et religion

[Pour le néérlandais Caspar Barlaeus (1584-1648), il existe un lien entre


la religion et le commerce. Le catholicisme ne serait pas la religion
idéale pour développer l’économie commerciale d’un pays. En
revanche, l’église réformée serait capable d’accompagner les savants et
les savoirs]

« Je montrerai qu’il y a une excellente alliance entre le


commerce et l’étude de la sagesse et des lettres et que le désir
d’accroître ses richesses n’est pas contradictoire avec la réflexion de
l’esprit, laquelle, en retour, ne s’oppose pas à ce désir. L’une et l’autre
de ces deux facultés s’accordent sur d’excellents principes, si bien qu’à
mon avis le marchand aura d’autant plus de chance qu’il saura
philosopher plus clairement […]. Telle est la raison pour laquelle […]
le dieu préposé par les Anciens à la vente et à l’achat des marchandises
[…] est le plus intelligent de tous les dieux, Mercure, l’auteur de la
sagesse et de l’éloquence […]. Je tire la conclusion que les grands
représentants du savoir et de la sagesse ont reconnu un lien entre le
commerce et la philosophie […]. C’est précisément parce que le sage et
le marchand devaient obéir aux préceptes de la vertu naturelle. Tout
d’abord, le Sage met en garde le marchand contre un désir excessif […].
Plus les biens qu’il possède sont abondants, moins il pèche, plus l’or
qu’il possède est brillant, plus il cherche à être humble. Plus il fait de
bénéfices, plus il loue la générosité divine […]. À cela s’ajoute que,
puisque l’utilité est conforme à la nature, tout vice est contraire à la
nature de l’homme et à la droite raison, et ce qui est malhonnête ne peut
coexister avec l’utile, ni l’honnête avec l’inutile […] »

Source : Caspar Barlaeus, Le Marchand Philosophe de Caspar


Barlaeus : un éloge du commerce dans la Hollande du Siècle d’Or;
étude, texte et traduction du Mercator Sapiens, traduit et commenté par
Catherine Secretan, Paris, Honoré Champion, 2002.
Bibliographie : H. J. Cook, « Amsterdam, entrepôt des savoirs au
XVIIe siècle. », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2008, vol.
55, n°2, p. 19-42
Maîtrise de l’économie et du territoire
Tremblement de terre de Clansayes : les explications du géologue,
Faujas (1772-1773)

[Faujas St Fond, (1741-1819) est géologue et administrateur du Jardin


des Plantes à Paris. Il a réalisé plusieurs voyages à Clansayes et
éprouvé, sur place, plusieurs commotions, qu’il a consignées avec
beaucoup de soin dans un de ses ouvrages. Il recherche les principales
circonstances de ces tremblements de terre et estime qu'il « seroit
intéressant pour la physique d'en retenir les détails »]

« Ce village ou plutôt ce tas de masures situé sur le penchant


d'une montagne et sur des rochers mal assurés a été le théâtre des
tremblements qui viennent d'affliger le canton.
II est vraisemblable que ce n'est pas pour la première fois ; les
éboulements et crevasses qui se montrent en tournant du couchant au
nord de la montagne attestent des mouvements et événements
précédents. Quelles en ont été les causes et les époques ? C'est ce que
l'on ignore.
Une pareille ignorance pourrait à l'avenir avoir des
inconvénients c'est pour les prévenir que l'on déposera dans les archives
de la communauté de Clansayes ce tableau des accidents qu'elle vient
d'éprouver.
Le 8 juin 1772, on y ressentit sur le midi une première
secousse de tremblement, l'impression en fut légère ainsi que celle de
trois autres appréciées entre 3 et 5 heures du soir qui continuèrent le
lendemain. Faujas Saint Fond qui s’était rendu à Clansayes pour étudier
le phénomène et en a dressé un journal ajoute : "Les quelques secousses
du 9 toutes sensibles dans le voisinage n'occasionnèrent aucun
dommage dans le village.
Une secousse plus forte se fit sentir le 11, à 5 heures du matin,
sur deux lieues de surface et fit tomber plusieurs pierres des vieux
remparts de Clansayes. Le reste du jour se passa en faibles
ébranlements mêlés de bruits souterrains qui imitaient l'explosion d'un
canon lors desquels la terre ne paraissait faire aucun mouvement. Ce
bruit qui se manifestoit particulièrement à Clansayes dura pendant tout
le mois de juin par intervalle et fut suivi de quelques légères secousses
dont la direction étoit alors du couchant au levant. Ces phénomènes
n'ont point ou bien légèrement été marqués jusqu'au mois de novembre
suivant. A cette époque les petites secousses et les bruits ont
recommencé. Parmi le nombre on remarqua la secousse du 29 mais sans
nul effet extérieur. Le calme parut ensuite se rétablir et jusqu'au milieu
de janvier 1773, on n'a éprouvé que quelques secondes avec bruits.
Mais le 16 de ce mois, sur les 4 heures et demie du soir, on ressentit
deux mouvements assez violents, suivis de moindres, on ressentit deux
mouvements assez violents, suivis de moindres, qui durèrent toute la
nuit, partie du lendemain et surlendemain 18.
Le 18 fut remarquable par les ébranlements considérables
qu'il fournit à 8 heures 10 minutes, 8 heures 48 minutes, 9 heures 20
minutes du matin et 8 heures 15 minutes du soir. La chute de plusieurs
pierres des remparts et des maisons; les lézardes survenues à différents
bâtiments du village alarmèrent les habitants au point qu'ils se retirèrent
presque tous en criant : Miséricorde ! Dans l'église paroissiale.
La nef fendue et ouverte d'environ un pouce ne leur présentait
pas un asile bien sûr; mais le zèle de de M. Daudel, leur curé, qui y
passa la nuit avec eux, leur fournit la plus grande consolation. La
postérité apprendra avec admiration que ce respectable pasteur, dont la
maison était la plus menacée par sa situation et son mauvais état, résista
constamment aux sollicitations de ses parents qui voulaient l'en tirer,
pour rester à portée de secourir ses malheureux paroissiens.
Faujas Saint-Fond ajoute que toutes les maisons furent
ébranlées et que plusieurs reçurent des dommages ; que les 19, 20, 2l et
22 il y eut beaucoup de bruit et de faibles secousses et que la réponse
suivante du curé mérite d'être conservée à la postérité: "Pouvois-je
abandonner mes pauvres paroissiens, dans le moment où je leur
devenois le plus nécessaire? Je suis résigné à tous les événements, et
résolu de ne quitter mon clocher qu'à ma mort.
M. d'Audiffret, vi-bailli de St-Paul-Trois-Châteaux et
subdélégué du département, empressé de concourir à la tranquillité des
habitants, écrivit aux consuls de l'informer exactement des accidents, et
tâcha de les rassurer sur leurs suites, d'après l'indication que donnait la
pureté des eaux.
Ce symptôme semblait, en effet, promettre que le feu n'ayant
aucune part aux tremblements, ils ne seraient pas considérables; on
jugea qu'ils provenaient des éboulements intestins de la montagne. Cette
conjecture était appuyée par les déchirements intérieurs, le défaut des
exhalaisons et altérations des eaux et un simple tourbillon frais qui
accompagnait les ébranlements.
[…] Selon Faujas St-Fond, le tremblement de terre du 23 se
prolongea jusqu'à Suze, Valréas, La Garde, Pierrelate, Montélimar, etc.,
et même au-delà du Rhône, dans la direction du Bourg-St-Andéol et de
Viviers. Le même auteur signale quelques secousses mêlées de bruit, le
24 janvier; une simple commotion le 25; du bruit et quelques
ébranlements légers pendant la nuit, les 26, 27, 28 et 29; deux
secousses, la dernière forte, et un bruit souterrain par intervalle, le 30, à
6 heures du matin.
Dans la nuit du 30 au 31, quelques secousses, une, entre autres, terrible :
le bruit, cette fois, s'annonça en même temps que la commotion. A 11
heures du matin du 31, autre secousse, mais moins considérable. Les
1er, 2 et 3 février, plusieurs secousses médiocres dans le village, mais
beaucoup plus sensibles dans les fermes situées du nord au couchant. Le
4 février, à 2 heures après-midi, les fermes qui se trouvèrent dans cette
position, éprouvèrent un ébranlement très fort, à peine sensible dans le
village."
L'intervalle du 23 janvier au 7 février a été rempli par des
secousses et du bruit remarqué tant la nuit que le jour, et qui n'ajoutaient
ni à la frayeur ni aux accidents. L'une et l'autre furent cruellement
aggravés par l'ébranlement ressenti le 7, à une heure trois quarts du
matin. Faujas St-Fond rend compte en ces termes de la journée du 7
février :
A 1 heure trois quarts du matin, nouvelle secousse, presque aussi forte
que celle du 23 janvier, mais qui dura quatre secondes de plus; le
village et les fermes du voisinage furent cruellement ébranlés. »
La terre moins balancée, dit la relation contemporaine, parut sauter
verticalement; l'ébranlement dura une demi-minute, tandis que les
précédents n'avaient été que d'environ deux secondes. Il fit sonner sept
coups au timbre de St-Paul, déliter une assise de pierres de la voûte et
ouvrir les fentes de l'église de Clansayes, où il n'y eut pas d'autres
accidents remarquables, attendu les précautions prises pour les prévenir.
Les effets de cette secousse furent surtout sensibles sur l'esprit des
habitants, difficiles à rassurer contre l'espèce de pression des
tremblements.
Depuis le 7 février jusqu'au 15 du même mois, au témoignage
de Faujas St-Fond, l'on éprouva diverses secousses; elles partoient alors
de dessous Clansayes, se prolongeoient du côté de St-Raphael, village
éloigné d'une lieue, où elles occasionnèrent des dommages, en
renversant plusieurs cheminées. Le 15 février, à 11 heures et demie du
matin, une secousse très-courte, mais des plus violentes. Du 15 au 22 du
même mois, quelques légères commotions; le bruit et les tremblements
s'affoiblissoient à Clansayes, mais augmentoient dans la partie du sud-
ouest; il arrivoit même quelquefois qu'on n'entendoit que le bruit à
Clansayes, et que les ébranlements se manifestoient du côté de St-
Raphael.
D'après la relation contemporaine, « depuis le 7 février, de
légères secousses et des bruits aperçus alternativement chaque jour
laissaient renaître le courage des habitants; mais il subit une rude
épreuve, le 22, à 8 heures et demie du matin. Trois secousses ressenties
coup sur coup, qui firent détacher des pierres de différents murs et
voûtes, rappelèrent encore l'idée de désertion, constamment détruite par
les secours et sollicitations de M. d'Audiffret. »
Faujas St-Fond décrit avec plus de détails la funeste journée
du 22. « Une grosse pierre se détacha de la voûte d'un cabinet où le curé
étoit occupé à écrire, mais, heureusement, il n'en fut pas frappé ; les
murs du village furent considérablement endommagés, et les ouvriers
occupés à démolir les murs de l'ancien château furent contraints, pour
ne pas exposer leur vie, d'interrompre sur-le-champ leur travaux, et
même d'y renoncer. Le 24, entre 8 et 9 heures du matin, trois secousses
si violentes que le curé, ouvrant dans ce moment la porte de sa maison,
sentit qu'elle fut repoussée avec violence contre lui, au point qu'elle fut
refermée; une partie du mur du rempart fut renversée sous les yeux
mêmes du curé. Le 25, quelques ébranlements légers, tandis que, à St-
Raphael, les » secousses devinrent violentes. Depuis le 25 février 1773
jusqu'au 1er du mois de juin suivant, le village de Clansayes fut assez
tranquille et n'éprouva que quelques légères secousses, par intervalle;
mais ce qu'il y eut d'extraordinaire, c'est qu'elles furent très violentes à
St-Raphael, et qu'elles remontoient vers une partie du territoire de
Clansayes qui avoit été épargnée jusqu'alors. Le 1er juin, à 4 heures du
matin, l'on fut effrayé à Clansayes par un bruit fréquent et très-marqué,
qui se manifesta à diverses reprises et qui dura jusqu'à midi, sans
commotion; ce ne fut qu'à 2 heures et demie du soir qu'on ressentit une
terrible secousse sans bruit. Le 2, du bruit sans commotion. Tout le reste
du mois de juin fut calme et l'on n'éprouva rien. Le 7 juillet, dans la
matinée, trois » secousses très-fortes dans la partie du couchant du
territoire de Clansayes, mais à peine sensibles au village. Depuis le 7
juillet jusqu'au 13 octobre, très-peu de chose à Clansayes, mais de
temps en temps des secousses très-fortes à St-Raphael. Le 13 octobre, à
4 heures après-midi, trois secousses fortes à Clansayes, dont une fut
suivie d'un bruit considérable; la commotion fut une secousse verticale,
qui tint la direction du midi au nord. Le 15, à 4 heures du soir, trois
légères secousses. Le 25 novembre, quelques secousses médiocres, avec
bruit. Les commotions et le bruit s'affoiblirent dans le mois de
décembre, de manière qu'à la fin de ce mois l'on n'entendit, et l'on ne
ressentit plus rien.
Revenons à la relation contemporaine, qui s'occupe
uniquement du village.
Le mouvement du 22 février est le dernier qu'on ait remarqué;
il n'a été suivi que d'une succession de faibles bruits et tremblements,
qui devinrent tous les jours moindres et plus rares.
La nature des lieux et des accidents ont fait présumer que ces
derniers avaient eu leur cause dans l'embrasement d'une mine
souterraine. On espère que sa consommation ramènera la tranquillité, et
que, si jamais elle était troublée de nouveau, les effets n'en seraient pas
plus funestes. La vétusté des maisons justifierait les craintes, et il est à
souhaiter qu'on y ouvre efficacement les yeux et qu'on prévienne le
danger de leur chute naturelle, plus imminente peut-être que celui des
tremblements.
De tout quoi procès-verbal a été dressé par nous soussigné,
assisté des officiers municipaux et notables habitants de Clansayes en
trois doubles : l'un pour être envoyé à M. l'intendant, le deuxième pour
rester au greffe de la subdélégation, et le troisième pour être déposé
dans les archives de la communauté.
Fait à St-Paul-Trois-Châteaux, le 10 mai 1773.
Signés : d'Audiffret, A. Daudel, curé; Daniel, F. Javelas, J. Bonton,
consul; J. Arnoux. »

Source : « Relation des tremblements de terre principalement ressentis


à Clansayes » [Dauphiné, 1772-1773], dans André Lacroix,
L'arrondissement de Montélimar : géographie, histoire…, Valence,
Combier et Nivoche, 1873, t. 3, p. 246-254.
Bibliographie : G. Quenet, Les tremblements de terre aux XVIIe et
XVIIIe siècles: la naissance d'un risque, Seyssel, Champ Vallon, 2005.
Le mercantilisme et l’économie de la qualité

[Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) est Contrôleur général des finances


depuis 1665, fonction qui s’ajoute aux charges de surintendant des
Bâtiments et manufactures royales depuis 1664, de secrétaire d’Etat à la
Maison du roi à partir de 1668 et de Secrétaire d’Etat à la Marine en
1669. Le renforcement de l’administration conduit Colbert à s’intéresser
aux manufactuères et à la qualité des produits afin de conquérir les
marchés extérieurs. Entre 1666 et 1690, plus de 150 règlements
imposent aux artisans et marcands-fabricants des normes
d’uniformisation des fabrications. A partir de 1669, deux règlements
créent les commis chargés d’inspecter et normaliser la fabrication
textile, appelés inspecteurs des manufactures à compter de 1690.
L’instruction de 1670 met en pratique les décisions de 1669. Dès 1668,
on trouve cependant les racines de la politique mercantiliste de Colbert
à travers la relation de Marc-Antoine Guitiniani (1619-1688),
ambassadeur vénitien en France de 1665 à 1668]

Colbert, Instruction générale pour l'exécution des règlements des


manufactures, 1670

« 11. Ledit commis fera assembler les jurés et tous les maîtres dans la
chambre de la communauté et leur fera lecture dudit règlement,
expliquera sur chacun article ce qu'ils doivent pour le bien exécuter et
leur fera connaître que s'ils y contreviennent, il s'ensuivra
infailliblement leur ruine parce que leurs étoffes seront confisquées et
les lisières déchirées publiquement, ce qu'ils ne sauraient éviter car, non
seulement leurs marchandises seront visitées par les jurés du lieu, mais
encore par les gardes des marchands des villes et des foires où elles
seront portées pour être vendues et débitées [...]. Et ainsi la seule
ressource desdits ouvriers est de bien travailler : ce que faisant, leurs
marchandises seront plus dans le commerce que par le passé, d'autant
qu'il en viendra moins des pays étrangers [...].
12. Il doit y avoir deux marques différentes en chaque ville ou bourg où
il se fait des manufactures entre les mains des gardes jurés ou égards de
chaque communauté : l'une pour la marque des marchandises anciennes
non conformes au règlement, l'autre pour la marque des marchandises
conformes audit règlement, autour desquelles sera inscrit le nom du lieu
de leur fabrique ; et n'en pourront être marquées les étoffes d'un autre
lieu à peine de punitions [...].
16. Il est aussi nécessaire que lesdits jurés fassent une visite générale
chaque mois dans toutes les maisons des ouvriers et façonniers [...] pour
y visiter et marquer les étoffes [...].
17. Sur toutes choses ledit commis tiendra fortement la main à ce que
toutes les marchandises de laine et de fil foraines et étrangères
contenues audit règlement qui seront transportées dans les villes pour y
être débitées, soient déchargées dans les halles d'icelles après avoir
passé au bureau des douanes et qu'elles y soient [...] marquées si elles
sont conformes audit règlement, sinon saisies et confisquées [...].
24. Se rendre très exact à l'observation de la largeur des étoffes
prescrites par le règlement, sans en rien diminuer et que la force, la
finesse et la bonté soient égales en toute pièce et proportionnées à sa
qualité. À l'effet de quoi sera pris le nombre de fils nécessaires pour
parvenir à ladite largeur, force, finesse [...].
30. Avoir un homme affidé et intelligent dans les manufactures, en tous
lieux du département dudit commis où elles sont établies, pour
découvrir les abus qui s'y font [...].
56. Remarquera ledit commis [...] à quelles teintures chaque lieux sont
plus propres [...] et quelles couleurs y abondent le plus afin d'obliger
ceux des lieux circonvoisins d'y envoyer teindre leurs étoffes [...].
58. Pareillement examiner tous les lieux les plus convenables à
l'établissement et l'augmentation des manufactures soit pour le rapport
de la terre, la commodité des eaux, le nombre d'hommes [...]. »

Source : « Instruction générale donnée [...] aux commis envoyés dans


toutes les provinces du royaume pour l'exécution des règlements
généraux des manufactures et teintures », citée par Pierre Clément,
Lettres, instructions et mémoires de Colbert, Paris, Impr. Impériale,
1861-1882, t. II, p. 834-840.

La politique économique de Colbert vu par l'ambassadeur Giustiniani


(1668)

« Son but est de rendre le pays entier supérieur à tout autre en


opulence, abondant en marchandises, riche en arts et fécond en biens de
toute sorte, n’ayant besoin de rien et dispensateur de toutes choses aux
autres Etats. En conséquence, il ne néglige rien pour acclimater en
France les meilleures industries de chaque pays, et il empêche par
diverses mesures les autres Etats d’introduire leurs produits dans ceux
du Roi. Ce qui se fabrique de particulier en Angleterre, ce que la nature
y produit de rare, il s’est étudié à l’importer dans le royaume. Il essaye
de faire tanner à l’anglaise les peaux de bœuf provenant du royaume,
afin qu’elles servent aux mêmes usages que les cuirs anglais et les
remplacent. A la Hollande, on a emprunté sa manière de fabriquer les
draps, comme aussi les fromages, les beurres et autres spécialités. A
l’Allemagne, on a pris les manufactures des chapeaux et du fer-blanc et
beaucoup d’autres travaux industriels ; à notre pays, les points à jour
(punt-in-aria), les miroirs. Cinq à six mille femmes répandues dans la
plupart des provinces y travaillent, et beaucoup de maîtresses (mistre)
de Venise y sont allées. Quant aux miroirs, le progrès en a été fort
arrêté, mais on n’en pense pas moins à le remettre en bon chemin. On
s’efforce de prendre la fleur de ce que produit le monde entier. On a
appris de la Perse le travail des tapis, et il s’en fait à Paris de plus beaux
et de plus élégants ; on importe et on vend les raretés les plus belles des
Indes, et partiellement on a pris à l’Afrique plusieurs de ses procédés de
fabrication.
Ce qu’il y a de mieux dans toutes les parties du monde se
fabrique à présent en France ; et telle est la vogue de ces produits, que
de toutes parts affluent les commandes pour s’en fournir. Cela
occasionne une telle demande que l’argent haussant de prix fait
éprouver une grande perte dans les remises, de sorte que, pour éviter un
change onéreux, il faut envoyer du numéraire dans ce royaume, au
dommage évident des autres places et à l’entière satisfaction des désirs
de Colbert, qui ne cherche qu’à en dépouiller les autres Etats pour en
enrichir la France.
Autant il est charmé de voir passer l’or des autres dans le
royaume, autant il est jaloux et soigneux de l’empêcher d’en sortir, et à
cet effet les ordres les plus sévères sont donnés partout. De l’or
étranger, qui consiste en pistoles d’Espagne, et des écus d’or de France,
qui sont de très-bon- aloi, le roi retire une avantage très-considérable, en
refondant le tout en louis d’or courants. Pour les attirer dans les caisses
de la Monnaie, on défend aux particuliers de les recevoir s’ils ne sont
pas trébuchants, de sorte que tout ce qui se trouve dans ce cas passe
nécessairement à la Monnaie, qui les refrappe en louis et en retire
double profit. [...]
Son Excellence s’est appliquée à développer le grand
commerce extérieur, le commerce maritime, celui des Indes
principalement et du Levant. Il y a à Paris une réunion de délégués
spéciaux, où chaque semaine on examine et étudie ces matières. Pour le
commerce du Levant, le Ministre croit qu’il rapporte à la France 5
millions par an. Si l’on comprend sous ce nom l’Italie, la Sicile, les
Etats de Vos Excellences et ceux du Grand Turc, comme j’ai remarqué
que ce mot signifie, je n’en fais aucun doute ; mais si on le restreint à la
Turquie seule, je pense qu’il y a erreur.
J’ai fait à Colbert de vives représentations, dans la persuasion
que la considération du commerce avec les sujets de l’empire Ottoman
pouvait empêcher la France de rompre avec le Grand Turc ; et Van
Beuningen m’ayant redit les raisons que j’avais exposées à Colbert,
j’eus l’espérance qu’elles auraient été débattues dans le Cabinet et
parmi le grands ; je ne dis rien, bien entendu, du profit que les provinces
maritimes de la France tirent de la guerre de Vos Excellences avec le
Turc. De Marseille et de Toulon, pendant toute l’année et en particulier
pendant les mois de novembre et décembre, partent maintes et maintes
tartanes pour Candie, chargées de vins, salaisons, draps, habits, armes et
autres choses nécessaires pour la nourriture et l’entretien des armées de
[...] (S. M.), et rapportant en retour le numéraire tiré de Vos
Excellences, comme s’il n’y avait chez nous aucun de ces
approvisionnements et qu’il fallût les attendre du dehors. [...]
La principale visée de Colbert n’est pas de prendre pied dans
les Indes pour s’enrichir en distribuant les denrées dans les autres pays
de l’Europe comme font les Anglais et les Hollandais, mais pour les
répandre dans le royaume de France et y ruiner ce commerce qui est le
plus grand que fassent ces deux peuples, et par là attirer à lui l’argent
des Français. Le royaume n’ayant plus besoin des marchandises des
autres, ils perdront leur principale ressource, et contenant en lui-même
les produits dont on a besoin ailleurs par nécessité ou par luxe, il sera
toujours bien fourni de numéraire. »

Source : P. Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, t.


VII, Paris, 1861-1882, p. CLXXII et suivantes.
Bibliographie : P. Minard, La Fortune du colbertisme . État et
industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998. P. Minard,
« Réputation, normes et qualité dans l'industrie textile française au
XVIIIe siècle », in A. Stanziani (ed.), La Qualité des produits en
France, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2003, p. 69-92.
Enquête du régent (1716)

[À la fin de 1715, Philippe d’Orléans (1674-1723), Régent de France


(1715-1723), lance une grande enquête nationale pour collecter des
renseignements à la fois sur la qualité et la quantité des ressources
naturelles dont le royaume peut disposer pour restaurer sa situation
économique catastrophique à la fin du règne de Louis XIV. Cette
enquête est ralisée sur le terrain par les intendants, mais la direction
scientifique est confiée à l’Académie royale des sciences, et en
particulier à René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757)]

« Estat sommaire de la généralité de Tours

[en marge : mines de fer cuivre, or, argent] On trouve des


mines de fer, en quelques endroits de la Touraine, notament à S t Maars,
et à Marré, et on en a découvert une de cuivre, où on prétend qu’il y a
de l’or et de l’argent, depuis quelques années auprès de l’abbaye de
Moyerre, dont le Roy a fait don au sieur des Pointy. On en a fait
plusieurs fois l’épruve de quelques morçeaux qu’on avoit trouvés sur la
superficie ce qui fait juger qu’on en pourroit retirer de plus grands
profits, si on fouilloit plus avant, parce que les mines sont toujours plus
fines dans le fond. On trouve du salpêtre [en marge : salpêtre], dans les
costeaux de la rivière de Loire exposés au midy, il y en a aussy aux
environs de Chinon et en beaucoup d’autres endroits de la Touraine. On
trouve des pierres de moulages dans les parroisses de Percenay,
d’Ambillou, de St Estienne de Chigné, de St Maars, et de Mettray [en
marge : pierres de moulages à mordre] qu’on trafique sur mer par la
rivière de Loire, et les médecins tiennent qu’il y a deux mil sortes de
plantes pour l’usage de la médecine.
Pour les manufactures qui sont meintenant en Touraine, il y
en a trois principalles, la soirie, la draperie et la tannerie.
[en marge : soirie] Celle de la soirie est la plus considérable,
et la der[ni]ère établie. Le Roy Louis onze fist venir à Tour [sic] en
l’année 1480 les plus habilles ouvriers de l’Europe qu’il envoya
chercher à Venise, à Florence [,] à Gesnes, et jusque dans la Grèce.
D’abord il leurs fit donner des logements, et fournir d’ustensils, par les
habitants mais depuis il leur permist de faire un établissement dont il
leurs donna ses lettres patentes au mois d’octobre mil quattre centz
quattre vingt avec des privilèges.
Cette manufacture s’est depuis augmentée considérablement
par l’industrie des ouvriers, qui se sont tellement perfectionnéz qu’ils
excellent dans la beauté de leur fabrique, mais surtout dans la nouveauté
des étoffes, et dans les nuances des couleurs, [en marge : nuance des
couleurs] que les ouvriers de Lion et d’Italie ne peuvent imiter.
Le Cardinal de Richelieu voulant faire voir au Roy Louis
Treize que la France pouvoit se passer des meilleures manufactures de
ses voisins, luy remonstre dans son Testament politique, qu’on faisoit à
Tours de si belles pannes, qu’on les envoyoit en Espagne[,] en Italie, et
dans tous les autres pays étrangers, que les taffetas unis étoient d’un si
grand débit, par toutte la France, qu’il n’étoit pas besoin d’en chercher
ailleurs ; qu’on y fabrique des velours rouges, violets, et tannéz aussy
beaux qu’à Gennes, que c’étoit le seul endroit où il se faisoit des serges
de soye, que les moires s’y faisoient aussy belles qu’en Angleterre, et
que les moires d’or y étoient plus belles qu’en Italie.
Dans ce temps là que la fabrique de Tours estoit maintenue
par le ministre, et elle étoit dans sa splendeur, les étrangers venoient eux
mêmes achepter les marchandises. Il y avoit plus de vingt mil ouvriers
en soye à Tours y compris les apprentifs, et plus de huit mille métiers
d’étoffes de soye, sept centz moulins à soye, et plus de quarante mil
personnes emploiées à dévider la soye, à l’aprester et à la fabriquer, au
lieu qu’il n’y avoit maintenant que douze centz métiers, soixante dix
moulins, et quattre mil personnes occupées au travail de la soye non
compris la rubannerie, dont il y a eu autrefois trois mil métiers tant à
Tours qu’aux environs, et dont il n’en reste pas maintenant soixante.
La diminution de cette manufacture qui rejaillit sur tous les
habitants de la ville de Tours, et sur toutte la province, provient de
plusieurs causes. La première de la cessation du commerce avec les
étrangers, avec lesquels ceux de Tours faisoient trafic de plus de dix
millions par an. La seconde de la nécessité des peuples, qui a obligé
plusieurs ouvriers d’aller s’établir ailleurs particulièr[emen]t les
Religionnaires, qui se sont habituéz en Angleterre et en Hollande, où ils
ont porté la manufacture. La troisième de ce que les marchands de
Tours n’ont plus la liberté d’achepter les soyes : on les oblige de les
aller prendre à Lion, et comme les marchands de Lion ont toujours été
jaloux de ceux de Tours, ils font ce qu’ils peuvent pour les gesner, et
pour anéantir leurs fabrique [sic]. Ils leurs vendent les soyes à tel prix
qu’ils veullent, et ne leurs fournissent pas les espèces de soyes, ny le
nombre dont ils ont besoin, de sorte que les fabriquants de Tours sont
souvent obligés faute de soye, de renvoyer une partie de leurs ouvriers,
qui sont autant de gueux à la charge de la ville. A quoy on peut encore
ajouter, que ceux de Lion ne vendent jamais les soyes, comme elles
leurs viennent d’Italie, du Levant, du Languedoc, et autres lieux, mais
ils défont les balles, et meslant d’autres espèces de soye, de moindre
valleur, les lient avec quantité de fils, qui augmente beaucoup le poids.
Enfin la quatrième cause de la diminution de cette manufacture, vient
des toilles peintes, et de plusieurs autres étoffes des Indes, où tout le
monde court avec empressement, à cause de leur nouveauté et du bas
prix.
Il n’y a que la ville d’Amboise, qui s’est distinguée des autres
villes de la province, et qui s’est maintenue dans cette manufacture, on
fait estime de ses estamines et de ses droguets. [en marge : étamine
droguets]
[en marge : tanerie] La tannerie est une manufacture qui
répond assez à la peine des ouvriers, et il en est sorty plusieurs familles
riches. On tient qu’il y en a eu autrefois quattre centz en Touraine. Il y
en avoit plus de trente cinq à quarante dans les seulles villes de Loches
et de Beaulieu, il n’en reste plus maintenant que cinquante quattre dans
toutte la province. La raison de sa diminution vient du peu de
consoma[ti]on de bœufs, tauraux, ou vaches.
[en marge : mines de charbon] Il y a des mines de charbon de
terre dans les parroisses de Courson, de St Georges, de St Aubin, de
Luygné, Chaudefonds, Chalonne, et Montejan sur Loire, et plusieurs
mines de fer, mais il n’y a que deux forges, une à Châteaux la Valière,
et l’autre à Poancé, parce que les eaux et les forêts ne se trouvent pas à
la portée des mines, des verreries à Chenu, dans la forest de Vésins, et
en d’autres endroits. [en marge : forges verrerie]
On y pourroit aussy établir des verreries pour des vitriers.
Dans le Saumurois et au long de la rivière de Loire[,] plusieurs carrières
de pierres blanches, fort propres pour les édifices. On y trouve aussy
beaucoup de salpêtre qu’on porte à la rafinerie de Saumur. [en marge :
salpêtre rafinerie carrière de pierres]
Il y a pareillement plusieurs carrières d’ardoises à l’entour
d’Angers, [en marge : ardoises] et dans les parroisses de l’Hôtellerie de
Flée, la Jaille, et Maigné près d’Aon, dans l’élection de Château
Gontier.
Les terres du côté de Mayenne sont noires, pesantes, et
difficilles à labour, mais elles le sont encore davantage du côté de
Laval, et on observe que le meilleur laboureur, avec six bœufs et quattre
chevaux, n’en peut faire par an que quinze à seize arpens [en marge : ce
que peut labourer le meilleur laboureur]. C’est pour quoy on laisse
reposer les terres huit, dix, et douze années de suitte, on y recueille du
sègle, et du bled breton, qu’on nomme ordinairem[en]t bled sarazin ou
carabin, dont on fait du pain fort noir et rude, qui sert de nouriture aux
laboureurs ; on y trouve très peu de froment et d’orge, il y a des
chanvres et des lins [en marge : chanvres lins] depuis que ceux du pays
ont semé des graines d’Hollande[,] les lins ont été plus grands, mais ils
ne sont pas si fins et si beaux qu’ils estoient auparav[an]t[,] ce qui a
diminué la beauté des toilles. […] »

Source : Archives de l’Accadémie des Sciences, T12/123/O11.


Bibliographie : C. Demeulenaere-Douyère et D. J. Sturdy, L’enquête
du Régent, 1716-1718. Sciences, techniques et politique dans la France
préindustrielle, Turnhout, Brépols, 2008.
Les Ponts et Chaussées et le bien public : la construction du Pont de
Neuilly (1788)

[Jean-Rodolphe Perronet (1708-1794) est un ingénieur et architecte


français, fondateur de l’Ecole des Ponts et Chaussées en 1747. Auteur
de plusieurs traités d’ingénierie et d’architecture, il publie en 1788 une
description de la construction de plusieurs ponts dans lequel ressort la
croyance des ingénieurs des Ponts et Chaussées du XVIIIe siècle d’agir
pour le bien public et le développement économique de l’Etat. La
longue description qu’il donne de la reconstruction et de l’aménagement
des abords du Pont de Neuilly à partir de 1768 constitue une belle
source donnant à voir le travail des ingénieurs et architectes, la vie d’un
chantier et de ses travailleurs au XVIIIe siècle ou l’intérêt du public, du
roi et des administrateurs pour les ouvrages d’architecture.]

[Dédicace au roi]
« Sire,
Dans le nombre des choses qui ont illustré le règne de votre
auguste aïeul, il en est une qui doit occuper un rang distingué, par
l’avantage qu’elle procure à l’agriculture et au commerce, en
augmentant les revenus de la couronne, et donnant plus d’aisance et de
commodités aux sujets de Votre Majesté : c’est, Sire, la construction
des chemins qui ont été ouverts depuis la capitale jusqu’aux extrémités
du royaume, sur une longueur ensemble de plus de six mille lieues.
Ces travaux, dont les plus puissantes et les plus anciennes
nations ont donné l’exemple, n’avoient souvent pour objet que de
favoriser les vues ambitieuses des conquérants, qui nettoient toute leur
gloire à détruire et enchaîner les autres nations et à s’enrichir de leurs
dépouilles; au lieu que les mots qui ont dirigé ces mêmes travaux en
France, ne tendent qu’au bonheur d’un peuple humain et civilisé.
Votre Majesté, pénétrée des motifs de bienfaisance qui
animaient son auguste aïeul, favorise également les travaux des ponts et
chaussées, de la navigation intérieure du royaume, et des ports
maritimes du commerce ; tous objets que Votre Majesté a mis sous la
direction d’un ministre autant occupé de la gloire de Votre Majesté que
du bien de ses sujets, secondé par un magistrat vigilant et zélé ; et ces
travaux sont continués dans le temps d’une guerre autant dispendieuse
qu’elle est juste et nécessaire.
Le canal entrepris par Votre Majesté du côté de la rivière
d’Yonne, pour la communication des deux mers par le centre du
royaume, et qui fera époque sous son règne, vient aussi d’être
commencé par les états de Bourgogne, dans la partie de Dijon à la
Saône, et tout cela à l’étonnement des ennemis de l’état, sans qu’il ait
été établi aucun nouvel impôt sur le peuple.
Que de puissants motifs, Sire, pour exciter la reconnoissance et
l’amour de la nation, si fidele et si attachée à ses souverains, n’a-t-elle
pas encore lieu d’espérer, après que la paix, en augmentant les
ressources de l’état, aura permis à Votre Majesté de développer plus
efficacement ses vues de bienfaisante pour le soulagement et le bonheur
de son peuple!
L’art de la construction des ponts, des chemins, des canaux et
de plusieurs autres travaux publics, a acquis de la perfection par les
grands ouvrages faits depuis un demi-siècle: il étoit utile de faire
connoître les moyens que l’on a employés pour le succès de ces travaux,
qui ont mérité l’approbation de la nation et des étrangers.
C’est la description des méthodes et des moyens de construction
de plusieurs de ces grands ouvrages, que je présente aujourd’hui Votre
Majesté, et que je la supplie d’agréer comme le fruit d’une étude et
d’une expérience de plus de quarante années. Je m’estimerai très
heureux si Votre Majesté daigne l’accueillir favorablement.
Je suis, avec le plus profond respect, Sire, de Votre Majesté.
Le très humble, très obéissant et très fidèle serviteur et sujet, Perronet. »

[Extrait du discours préliminaire]


« Il étoit réservé à notre siecle et au zele patriotique d’un
magistrat éclairé, et de ses dignes successeurs, de donner des chemins à
la France et des ponts qui pourront […] un jour, par leur hardiesse et
leur solidité, servir de modeles aux architectes des autres nations. Il sera
toujours facile de reconnoître comment les chemins qui resteront,
auront été faits, soit par les Romains ou par d’autres peuples ; mais
l’établissement des ponts exige, tant pour les fonder que pour les élever,
des moyens qui disparoissent après leur entiere construction : non
seulement alors l’art de vaincre les difficultés sans nombre qui se sont
trouvées pour asseoir solidement ces masses énormes, ne laisse plus
appercevoir ses ressources ; mais la coupe et la pose des pierres,
l’assemblage des cintres de charpente et la maniere de décintrer les
voûtes, ont exigé, de la part de l’artiste, des attentions et des manœuvres
inconnues même aux gens du métier qui n’auroient par été à portée de
suivre des grands travaux de ce genre. La seule théorie,
quoiqu’indispensable pour de pareils ouvrages, seroit également
insuffisante : une pratique éclairée et confirmée par le succès est le
guide le plus sûr auquel on puisse avoir recours. Plusieurs habiles
ingénieurs, tels que MM. Pitrou et de Regemorte le cadet, sont connus
du public par des ouvrages imprimés : le premier a donne la description
de plusieurs ponts qu’il a fait construire , et les dessins du pont
d’Orléans, tel qu’il l’avoit projeté avant celu iqu’a fait exécuter feu M.
Hupeau, premier ingénieur des ponts et chaussées : le second a publié
les détails de la construction ingénieuse qu’il a employée au pont de
Moulins, où plusieurs ingenieurs et un habile architecte [Hardouin
Mansard] avoient échoué successivement avant lui […]. Les détails de
la construction des ponts de Neuilli, de Mantes, d’Orléans et de Nogent
sur-Seine […] en présentant des modeles d’ouvrages différents de ceux
dont avons les descriptions ne peuvent être que très utiles aux
ingénieurs, et intéressants pour tous ceux à qui leur goût et leurs
connoissances ne permettent pas de voir dans les arts rien qui doive leur
être indifférent ou étranger […]. La description de ces ouvrages, et celle
qui pourra être faite par la suite, des autres grands travaux qui ont été
dirigés par feu MM. Trudaine pere et fils, et qui, après M. le président
de Cotte, pednant le ministere de M. Necker, le sont actuellement par
M. de la Milliere, intendant des ponts et chaussées, donneront de
nouvelles lumieres sur ces genres de construction, qui sont tous
également intéressants pour l’état. »

[La construction du Pont de Neuilly]


« Les deux ponts de charpente de Neuilli étant très anciens et
mauvais, nous nous étions occupés, dès l’année 1766, du projet de les
reconstruire en pierre. La débâcle des glaces du mois de janvier 1768
ayant emporé plusieurs travées du pont, situées du côté de Courbevoie,
et endommagé l’autre pont, on fut obligé de presser cette
reconstruction : et pour livrer provisionnellement le passage au public
on commença par réparer ces vieux ponts et les mettre en état de servir,
jusqu’à ce que celui de pierre fût construit. […] L’examen du local nous
fit reconnoître qu’il convenoit d’établir le nouveau pont en cinq arches,
chacune de cent vingt pieds d’ouverture, sur l’alignement de l’avenue
des Champs-Elysées, que l’on prolongeroit jusqu’au haut de la butte de
Chantecoq, avec les mêmes quatre rangs d’arbres […] de faire au haut
de cette butte une place de cent toises de diametre […] devant former
une étoile de six avenues à double rang d’arbres […].
La connoissance que nous avons de la force des pierres pour
résister au poids dont on peut les charger, nous a fait penser qu’on
pourroit diminuer de beaucoup l’épaisseur qu’on est dans l’usage de
donner aux piles, laquelle est évaluée ordinairement au cinquieme de
l’ouverture des arches ; ce qui auroit exigé une épaisseur de vingt-
quatre pieds aux piles du pont de Neuilli : on s’est contenté de leur en
donner treize, et l’on auroit pu en toute rigueur les réduire à dix pieds
[…]. La largeur du pont est de quarante-cinq pieds d’une tête à l’autre,
dont vingt-neuf pour le passage des voitures, et six pieds trois pouces
pour chaque trottoir […].
[Travaux de l’année 1768] […] On s’est proposé dans cette
campagne de construire les magasins et hangars nécessaires pour serrer
les équipages et outils ; d’établir les forges, boulangerie, charronnages,
la machine pour broyer le ciment et celles pour faire le mortier à
couvert ; de fonder la culée et la pile du côté de Courbevoie, ainsi que
les murs […].
On a commencé le 28 avril à battre les pieux du batardeau, au-
devant de la culée située du côté de Courbevoie […]. On a employé à ce
battage quatre sonnettes, dont les moutons pesoient depuis 600 jusqu’à
900 livres : le service en a été fait à la tiraude, ou petites cordes, par
vingt hommes aux unes et trente aux autres, à raison de 30 livres par
homme, chaque sonnette étant conduite par un charpentier, nommé
enrimeur. […] on avoit commencé, le 21 mai, à draguer l’intérieur du
batardeau : on y a employé successivement cinq dragues, dont le service
étoit fait par huit manœuvres et un charpentier pour chacune […]. Ce
travail a été achevé le 14 juin. […] Pendant qu’on faisoit le batardeau,
on étoit occupé à enlever les terres de l’emplacement de la culée jusqu’à
la surface de l’eau ; […] il étoit nécessaire d’établir les machines qui
devoient servir aux épuisements et de les mettre en action. On est
communément dans l’usage de se servir de pompes à chapelets, qui sont
servies chacune par douze hommes, dont quatre sont appliqués aux
manivelles du hérisson qui porte la chaîne, et sont elevés de deux heures
en deux heures successivement jour et nuit par un pareil nombre
d’hommes, pour qu’ils aient quatre heures de repos avant de reprendre
le travail ; mais on a cru pouvoir employer le courant de la riviere pour
ces épuisements, au moyen d’une roue à godets qu’une roue à aubes
faisoit mouvoir […]. Après avoir épuisé l’intérieur du batardeau,
continué l’enlèvement des terres jusqu’à 7 pieds au-dessous des plus
basses eaux, et planté des piquets à l’endroit de l’emplacement destiné
pour chaque pilotis, on a commencé, le 15 juillet, à les battre. […] Ce
travail a été fait avec la plus grande vivacité au moyen de l’émulation
qu’on avoit excitée entre les ouvriers et de ce qu’on accordoit six livres
à ceux que chaque sonnette qui, à la fin de la journée, avoient battu plus
de trois pilots au refus. La durée du travail étoit de douze heures par
jour ; et pendant ce temps chaque sonnette battoit communément trois et
quatre pilotis. Le battage de tous ces pilotis a été achevé le 14 août.
[Travaux de l’année 1769] Après avoir fondé dans la première
année la culée et la pile situées du côté de Courbevoie, et fait achever
les bâtiments, hangars et machines nécessaires pour les travaux, il
restoit encore une culée et trois piles que l’on se proposoit de fonder
dans la deuxième année. […] Un pilot battu avec la sonnette à tiraude
revenoit, pour main-d’œuvre, à 13 livres 15 sous ; et celui battu au
déclic avec des chevaux, seulement à 5 livres 1 sou 7 deniers :
l’économie pour chaque pilot étoit de 8 livres 13 sous et 5 deniers. […]
Pendant la durée de ces travaux, on s’occupoit à faire tirer la pierre, le
libage et le moellon, dans une douzaine de différentes carrieres ; on
faisoit approcher les matériaux par terre et en bateaux, et atiller les
pierres sur les chantiers : on faisoit aussi approcher et façonner les bois
qui étoient destinés pour les cintres et les échafauds pour la campagne
suivante […].
[Travaux de l’année 1770] Levage des cintres. Le 20 septembre,
les moises horizontales, entre-toises, guettes et contre-fiches, étoient
posées aux trois cintres. […] La pose de la pierrre de taille a été
commencée le 14 août : on a établi un poseur, trois contreposeurs et
deux ficheurs à la culée du côté de Neuilli. […]
[Travaux de l’année 1771] On s’est proposé pendant cette
campagne de poser les fermes des premiere et deuxieme grandes arches
qui restoient à cintrer du côté de Courbevoie, de faire un pont de service
pour l’approche des bois, des cintres et de la pierre, lequel le trouvât
assez élevé pour que la navigation ne fût pas interompue pendant tout
ce travail, et enfin de poser le plus de cours de voussoirs qu’il seroit
possible. […]
On croit devoir donner ici l’inscription toute simple qui a été
gravée sur cuivre, et placée, avec les différentes monnoies d’or et
d’argent du regne de Louis XV, dans une boîte de bois de chêne,
laquelle a été encastrée pendant cette campagne dans une pierre du
pont. L’an de grace M. DCC. LXVIII, le 54me du regne de Louis XV le
bien-aimé, la fondation du pont de pierre de Neuilli-sur-Seine a été
commencée sous la direction de Daniel-Charles Trudaine, conseiller
d’état ordinaire et au conseil royal, intendant des finances : cette
fondation a été achevée l’an 1769, sous ala direction de Jean-Charles-
Philibert Trudaine, son fils, qui l’a remplacé dans toutes ses fonctions
au conseil ; M. Etienne Maynon d’Invau, son beau-frere, étant pour
lors ministre d’état, contrôleur général des finances, ayant les ponts et
chaussées dans son département.
[Travaux de l’année 1772] Les cintres étant chargés, comme on
l’a dit ci-devant, des dix-huitième et dix-neuvieme cours de voussoirs et
d’un poids de 260 milliers dans leur milieu, n’ont été aucunement
endommagés pendant l’hiver, non plus que le pont de service […]. Les
cintres ne se sont point non plus affaissés, quoiqu’on eût lieu de s’y
attendre à cause du poids considérable dont ils étoient déjà chargés.
Mais il n’étoit pas prudent de les laisser en place pendant l’hiver suivant
sous le poids des nouveaux cours de voussoirs dont ils auroient été
chargés ; c’est pourquoi il étoit nécessaire que les cinq arches fussent
fermées ensemble, et qu’il restât encore assez de temps avant la fin de
la campagne pour démonter les cintres et les ponts de service. On avoit
encore besoin pour cela de tirer des carrieres, de transporter et de faire
tailler sur les chantiers dix-neuf cents soixante-dix voussoirs, ce qui
faisait près du tiers des cinq mille six cent cinquante qui devoient entrer
dans tout le pont : c’est pourquoi on fut obligé d’employer
journellement trois cents cinquante ouvriers aux carrieres, dont le plus
grand nombre étoit placé à celle de Saillancourt, la qualité de la pierre
en ayant été reconnue la meilleure […]. On a occupé soixante-seize
chevaux pour conduire cette pierre de la carriere au port de Meulan,
dont la distance est de deux lieues, en chemin montueux, et trois et
quatre bateaux pour la voiturer par eau en remontant jusqu’à Neuilli : le
trajet étoit de dix-neuf lieues, à cause des grandes sinuosités de la Seine.
On a commencé l’ouvrage le premier avril, avec trente tailleurs de
pierre sur les chantiers : le nombre en a été augmenté jusqu’à cent
quarante, à mesure que les matériaux arrivoient. La totalité des ouvriers
de toute espece employés pendant cette campagne, tant aux ouvrages du
pont qu’à ceux des terrasses, est montée jusqu’à huit cents soixante et
douze, compris quarante-sept charpentiers, vingt poseurs, et cent contre-
poseurs et ficheurs. Le nombre des chevaux a été communément de cent
soixante-sept. […]
Pendant que l’on chargeoit avec les derniers voussoirs le haut
des cintres, on a remarqué que les six fermes intermédiaires étoient
affaissées de 2 pouces et demi de plus que celles des têtes, qui sont en
effet les moins chargées. […] On a placé huit quartiers de pierre de plus
sur chacune des fermes de tête, pesant ensemble trente-six milliers, dans
l’intention de faire baisser ces fermes autant que les autres […]. Pour
remédier à un pareil inconvénient, qui cependant n’a causé aucun
préjudice, on voit qu’il seroit prudent de fortifier ces fermes
intermédiaires, ou de leur donner moins d’espacement entre elles. […]
Après avoir étoupé les joints à la douelle, comme cela se pratique pour
tous les voussoirs, afin d’empêcher la perte du mortier, on les a coulés
en mortier de chaux avec ciment passé au tamis, sur au moins moitié de
leur hauteur, et le reste en pareil mortier et gros ciment […].
Le roi Louis XV ayant désiré voir la partie du décintrement
restante à faire au pont de Neuilli, qui consistoit dans l’enlèvement des
fermes de charpente, et ayant indiqué qu’il se rendroit au pont le 22
septembre, on disposa pour cet effet un emplacement où l’on dressa une
tente pour sa majesté, une pour les princes, une pour les ambassadeurs,
une pour les seigneurs de la cour et les ministres, et d’autres pour le
public […]. Pour rendre cette manœuvre plus intéressante, on a
entrepris de faire tomber toutes les fermes de chaque arche
successivement en quelques minutes de temps […]. Quelques temps
avant l’arrivée du roi, on avoit placé neuf hommes à chaque cabestan,
dont un étoit employé à la retenue du cordage, et l’on avoit préparé les
autres manœuvres ; elles furent faites au coup de tambour pour chaque
tour de cabestan, et toutes les fermes ont été renversées en trois minutes
et demie. […] On découvrit les voûtes en entier : elles parurent d’une
construction d’autant plus légère et hardie que les cordons et les
parapets, ainsi qu’une partie des tympans et de la maçonnerie des reins,
restoient encore à poser. On fut pour lors fort surpris de voir ainsi
tomber toute une charpente, laquelle, un instant auparavant, paroissoit
nécessaire au soutien des voûtes : sa majesté, qui étoit venue vers les
quatre heures après midi à Neuilli, témoigna sa satisfaction à M. l’abbé
Terray, pour lors contrôleur général, et à M. Trudaine, chargé du détail
des ponts et chaussées, sous l’administration et la direction desquels se
faisoient ces travaux , et le roi, en s’en retournant à Marly, passa en
voiture sur le nouveau pont. […] Comme il avoit été prévu que sa
majesté ne se rendroit que l’après-midi à Neuilli, et que l’on y viendroit
de bonne heure dans la matinée pour avoir des places, M. trudaine fit
préparer des fourneaux et des tables placées sous des tentes où le public
fut servi splendidement en attendant le roi : on eut même l’attention de
porter à dîner, ainsi que toutes sortes de rafraîchissements, aux
personnes qui desiroient de rester à leurs places ; ce qui fut fait
abondamment et avec tant de soin, que le public en parut très satisfait :
l’ordre y fut d’ailleurs si bien observé qu’il y eut aucune piece d’égarée
dans la quantité immense d’argenterie dont on avoit eu besoin. […] On
croit devoir ne pas omettre de dire ici que l’on avoit fait oberver un si
grand ordre dès la sortie de Paris et sur les chemins des envrons de
Neuilli, jusqu’à deux lieues de distance, que l’on pouvoit y arriver sans
confusion et se retirer de même : aussi n’est-il arrivé aucun accident ; et
cela étoit d’autant plus difficile à la proximtié de Paris, à cause d’un
nombre considérable de voitures et de l’affluence du public qui étoit
attiré par la présence du roi, que le pont de bois par lequel il falloit
passer étoit fort étroit, et la place destinée à ce spectacle très resserrée.
On a frappé une médaille à l’occasion de ce décintrement, portant d’un
côté l’effigie du roi, avec ces mots : LUDOVICUS XV
CHRISTIANISSIMUS. Au revers, une vue du pont, portant
l’inscription suivante : NOVAM ARTIS AUDACIAM MIRANTE
SEQUANA. Et pour exergue : PONS AD LUGNIACUM
EXSTRUCTUS M. DCC. LXXII.

Source : J. R. Perronet, Description des projets et de la construction


des ponts de Neuilli, de Mantes, d’Orléans, de Louis XVI, etc. On y a
ajouté le projet du canal de Bourgogne, pour la communication des
deux mers par Dijon ; et de celui de la conduite des eaux de l’Yvette et
de la Bievre à Paris, Nouvelle édition, Paris, Didot, 1788, réimprimé
sous le titre Construire des ponts au XVIIIe siècle. L’œuvre de J. R.
Perronet, [présenté par Michel Yvon], Paris, Presses de l’École
nationale des ponts et chaussées, 1987.
Bibliographie : A. Picon, Architectes et ingénieurs au siècle des
Lumières, Marseille, Parenthèses, 1988. A. Picon, L’invention de
l’ingénieur moderne. L’Ecole des Ponts et Chaussées, 1747-1851,
Paris, Presses de ‘Ecole nationale des Ponts et Chaussées, 1992. A.
Picon, « Le Pont de Pierre (1772-1942) », in Pont de Bois, Pont de
Pierre, Pont d’Acier : Histoire du Pont de Neuilly du XVIIIe siècle à nos
jours », catalogue d’exposition, Sceaux, Musées de l’Ile de France,
2005, p. 6.
Protéger les sciences et les techniques

Partager les savoirs ou protéger les secrets

[Le développement des sciences et des techniques durant l’époque


moderne entraîne des débats sur la protection des savoirs. Les avis
divergent ; certains, souhaitent que les découvertes, méthodes de
fabrications ou autres, soient divulguées au plus grand nombre ; tandis
que d’autres se sentent victimes de plagiat. Sous-jacent, des
questionnements sur l’universalité des savoirs naissent]

La critique du secret (1617)


« Quant aux autres, qui cachent leurs dons, & les tiennent secrets, avec
intention de ne les communiquer à personne, pour en être tant plus
(comme ils se persuadent) estimés, en ont non seulement peu de
louange & gré entre les hommes détestant leur envie & déloyautés; mais
en seront aussi quelque jour epris par ce Grand Dieu & Pere de famille,
& comme dispensateurs infidèles, condamnés. »

Source : Jacobus et Octavius de Strada, La premiere [et seconde]


partie des Desseins artificieux, 1617.
Bibliographie : B. Ravier, « Voir et concevoir les théatres de machines
(XVIe-XVIIIe siècle), thèse de doctorat, 2013, p. 200.

« Tout le reste était si fidèlement tiré de mon livre » (1667)


[J.-B. du Tertre évoque dans l’édition de son ouvrage de 1667 le conflit
qui l’oppose à César de Rochefort. Ce dernier a publié en 1658 une
Histoire naturelle et morale des îles Antilles de l’Amérique. Dans la
préface, le missionnaire du Tertre s’estime plagié.]

« Ce livre [de C. de Rochefort], paru en 1658, fut aussitôt présenté à


messieurs de l’Assemblée des physiciens, mathématiciens et
astronomes, qui après en avoir loué le discours, remarquèrent
qu’excepté les digressions qu’il a faites, très peu convenables à
l’histoire des Antilles, le vocabulaire de ce bon père [le P. Breton] et les
belles antithèses de ses amis, presque tout le reste était si fidèlement tiré
de mon livre qu’il n’a même pas omis les fautes que j’y avais faites.
Quelques-uns de ces messieurs me prièrent d’écrire, de réclamer mon
travail et de faire en même temps connaître l’inexactitude de plusieurs
mémoires dont il s’était servi pour composer son livre. M. de
Montmore, chez qui ces messieurs s’assemblaient, et dont il était un des
principaux ornements, s’offrait de faire imprimer en Hollande, à ses
frais, tout ce que j’aurais écrit, et m’en pria avec tant d’instance, que je
l’eusse fait si mes supérieurs ne m’en eussent diverti par des
occupations plus pressantes. » 

Source : J.-B. du Tertre, Histoire générale des isles de Saint


Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique et autres dans
l’Amérique […], Paris, J. Langlois, 1654, Épître.
Bibliographie : F. Regourd, « Capitale savante, capitale coloniale :
sciences et savoirs coloniaux à Paris aux XVIIe et XVIIIe
siècles. », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2008, vol. 55,
n°2, p. 121-151.
Les prémisses de la propriété industrielle

[Le dessin constitue l’étape fondamentale de conception des produits,


garante en partie de leur succès commercial éventuel. Au début du
XVIIIe siècle, les fabricants lyonnais réclament une protection des
dessins pour leurs manufactures de soie. En 1711, une ordonnance
consulaire, confirmée par Lettres Patentes l’année suivante et
enregistrée au Parlement en 1717, reconnaît formellement l’importance
des dessins dans les manufactures de soierie à Lyon. Cependant, les
registres de délibérations et mémoires dénoncent l’insuffisance de la loi
de 1717. Les dessinateurs sont montrés du doigt et accusés d'infidélité,
à l’image du contenu de la lettre du Contrôleur général au Prévôt des
marchands de Lyon en 1725. Définir un dessin de fabrique demeure
néanmoins peu aisé et différentes catégories, plus ou moins
protégeables, apparaissent. Les difficultés à enrayer le commerce des
dessins entrainent pour cette raison une réaffirmation des interdictions
durant la seconde moitié du XVIIIe siècle.]

Interdiction de « voler, vendre, prêter, remettre et se servir


directement ou indirectement des desseins » (1711)

« Faisons très expresses inhibitions et défense à tous marchands,


maîtres, ouvriers, compagnons et autres employés dans la manufacture
des étoffes de soye de quelque sexe et âge qu’ils puissent être de
prendre, voler, vendre, prêter, remettre et se servir directement ou
indirectement des desseins qui leur ont été confiés pour fabriquer ;
comme aussi de retenir ou vendre sous prétexte de déchet ou autrement,
aucune soye, dorure et marchandise qui leur auront été données pour
fabriquer, et à toutes personnes de les acheter, ni de s’insinuer dans la
vente des dites soyes, dorures et marchandises ».

Source : Archives Municipales de Lyon, HH139, Règlements


particuliers pour chaque communauté et affaires particulières, Ouvriers
en étoffe d'or, d'argent et de soie, Privilèges et règlements,
Chappe/07/190 N 165, 8 février 1672. Bibliothèque Municipale de
Lyon, imprimé 113884.
Bibliographie : L. Miller,« Designers in the Lyon Silk Industry, 1712-
1787 », thèse d’histoire de l’art moderne, Brighton Polytechnic, 1988,
p. 73-74, notes 126-127.

L’infidélité des dessinateurs (1725)

« Ils vendent ces mêmes dessins en même temps aux étrangers qui font
faire des étoffes sur le champ, les envoient en France et font tort, par ce
moyen, à nos fabricants, parce que leurs étoffes n’ont plus l’agrément
de la nouveauté. »

Source : Archives Nationales, F12 1440, Le contrôleur général au


Prévôt des marchands à Lyon, 1725.
Bibliographie : L. Miller, « Designers in the Lyon Silk Industry, 1712-
1787 », thèse d’histoire de l’art moderne, Brighton Polytechnic, 1988,
p. 71, note 112.

Les différentes valeurs des dessins (1740)

« L’acceptation ordinaire du mot de dessein, c’est une disposition, un


assemblage de fleurs, de fruits ou de figures d’architecture ou autres
distribuées suivant un certain ordre, avec les couleurs ou les
ordonnances qui lui sont propres… Les étoffes du petit façonné telles
que les droguets dont un simple compartiment, une mosaïque ou
quelque feuillage d’une seule couleur forment toute l’économie, ne
présentent point cette idée. Il ne faut pas des efforts du génie bien
pénibles, pour la composer ; le même goût, la même idée s’en
présentera à plusieurs personnes. »

Sources : Archives municipales de Lyon, HH139, Mémoire des


marchands et fabricants servant de résponse aux moiens et défenses du
Sr Ribier, 4 mars 1740.
Bibliographie : L. Miller, « Designers in the Lyon Silk Industry, 1712-
1787 », thèse d’histoire de l’art moderne, Brighton Polytechnic, 1988,
p. 75, note 129.

Réaffirmation des interdictions et durcissement des peines (1784)


« Défend également Sa Majesté à tous Dessinateurs et autres personnes
qu’elles soient, de lever et copier, faire lever et copier, directement ou
indirectement, et en quelque façon que ce puisse être, aucun dessin sur
des étoffes tant vieilles que neuves, ni sur les cartes de dessins desdites
étoffes, à peine de mille livres d’amende contre le Dessinateur… et de
pareille amende contre celui qui les lui aurait fait lever ou copier. »

Source : Archives Municipales de Lyon, manuscrit, Requête au Roi et


au Conseil d’État par les fabricants d’étoffes de soie, etc., concernant
les dessins, 6 juillet 1784.
Bibliographie : L. Miller, « Designers in the Lyon Silk Industry, 1712-
1787 », thèse d’histoire de l’art moderne, Brighton Polytechnic, 1988,
p. 85.
SCIENCES, TECHNIQUES ET MODERNITE

Enquêtes, espionnage et contrôle de la production

Migrations d’artisans entre Cambrésis, Pays Bas Autrichiens et


Sussex (1763)

[En 1761, des Français soutenus par le gouvernement anglais installent


une manufacture de lin à Winchelsea, dans le Sussex. Cette
manufactuère prospère attire une main d’œuvre venue du Cambrésis,
alors touché par une crise économique. Au-delà de l’émigration
d’ouvriers anglais vers l’Europe au XVIIIe siècle, il existe ainsi une
immigration et des circulations techniques allant du continent vers les
îles Britanniques. En réaction, les réseaux migratoires, organisés par des
passeurs et des artisans, font l’objet d’une répression accrue des
autorités françaises à partir de 1763]

« De par le Roi.
Louis-Guillaume de Blair, Chevalier, Seigneur de Boisemont &
Courdimanche, Conseiller du Roi en ses Conseils, Maître des Requêtes
ordinaires de son Hôtel, Intednant de Justice, Police & Fiannces de la
Province du Haynaut Pays d’entre Sambre, Meuse & d’outre Meuse,
cambray & Comté de Cambresis, St. Amand, Mortagne et leurs
Dépendances.

Sur ce qui nous a été représenté de la part des principaux Négocians de


cette Province, que depuis quelques années plusieurs Ouvriers
Mulquiniers passent sur des terres de domination étrangère où ils
exercent leur métier & occasionnent par là une exportation de nos Fils,
que s’étant apperçus que ces deux causes produisoient de la diminution
dans le Commerce des Toilettes & surtout augmentoient le prix du fil ;
ils ont cherché à connoître ce qui pouvoit y avoir donné lieu, qu’ils ont
sçu que certains Négocians de la Ville de St. Quentin ayant fait faillite,
se sont réfugiés en pays étrangers où ils ont établis une manufacture de
Toilettes qu’ils s’fforcent de soutenir en attirant nos Ouvriers auprès
d’eux, & en faisant acheter scretemnt nos fils ; étant de plus informé
que ce qui a le plus contribué à l’émigration des Ouvriers est la facilité
avc laquelle les Mayeurs & Gens de Loi des Paroisses leur délivrent des
certificats qui leur tiennent lieu de Passeports, & celle qu’ont plusieurs
parents de donner à leurs enfans, frères ou sœurs, des secours en argent
pour arriver jusque sur les terres étrangères, & comme ces émigrations
tendant à la ruine du Commerce des Toilettes & à la dépopulation du
pays, ce qui est contriare au bien du Royaume & à celui du Pays en
particulier il nou a paru important d’y pouvoir : A ces causes, Nous
avons ordonné & ordonnons ce qui suit.

Article premier.
Nous faisons défenses à tous les Habitants de l’étendue de notre
Département, de sortir de leurs Paroisses pour passer chés l’étranger,
sous quelque prétexte que ce puisse être, sans être muni de Passeports &
Certificats en bonne & due forme, signés des Députés des Etats dans les
pays d’Etats, & de nos Subdélégués dans les Paroisses qui ne sont point
pays d’Etats ; Enjoignant à cet effet aux Mayeurs & Gens de Loi
desdites Paroisses d’informer sur le champ, soit les Députés des Etats,
soit nos Subdélégués des noms, âge, sexe & qualités des fugitifs, du
jour qu’ils se seront absentés, & des biens qui leur appartiennent.

II. Faisonsdéfenses aux Mayeurs & Gens de Loi de notre Département


de délivrer aucuns Certificats aux Ouvriers Mulquiniers ou autres
Habitans desdites Paroisses qui voudroient s’en absenter qu’ils n’en
ayent auparavant obtenu le consentement par écrit des Députés des
Etats, si lesdites Paroisses sont dans des pays d’Etats, ou autrement de
nos Subdélégués, leur enjoignon au surplus de faire arrêter sur le champ
ceux et celles desdites Paroisses qui tenteroient d’en sortir sans de
pareils Certificats, & d’en avertir sans aucun retardement, soit les
Députés des Etats, soit nos Subdélégués sous peine d’être rendu
responsables de leur émigrations.

III. Ordonnonspareillement auxdits Mayeurs & Gens de Loi d’informer


les Etats ou nos Subdélégués du retour dans leurs Paroisses des
particuleirs qui auroient passé dans les pays étrangers.

IV. Défendonstrès-expressement aux Peres, Meres, Parents, Tuteurs & à


tous autres de faciliter, aider, ou favoriser les émigraitons de leurs
enfans ou de ceux qui sont sous leur puissance, à peine d’en répondre
en leur propre & privé nom ;

V. Déclaronsque toutes les défenses ci-dessus sont faites sous peine


contre les contrevenans d’être poursuivis extraordinairement, & punis
suivant la rigueur des Ordonnances.

Mandonsà nos Subdélégués, & enjoignons aux Mayeurs & Gens de Loi
de etnir la main à l’exécution de notre présente Ordonnance, laquelle
sera exécutée nonobstant opposition ou appel, imprimée, lue, publiée &
affichée dans toutes les Paroisses de notre Département, Enjoignant en
outre auxdits Mayeurs et Gens de Loi d’en faire lecture à l’issue de le
Messe Paroissiale.

Fait à Valenciennes le 30 avril 1763

Signé DE BLAIR
Par Monseigneur GASCHET DESMARAIS.

Source : Archives départementales du Nord, Arrêt du 30 avril 1763, C


9489, pièce 80.

« Nous, par Jugement Souvérain & en dernier ressort, avons déclaré &
declarons Jacques Ruggin, dit la Poussiere, atteint & convaincu de
s^’etre employé en différens temps à séduire & engager les Ouvriers
Multiquiniers & autres Artisans de cette Province & environs pour les
faire passer dans le Pays étranger, & y porter le genre de leur industrie,
d’y en avoir conduit plusieurs bandes & notamment une de dix-huit
personnes des deux sexes mentionnées au Procès, avec laquelle il a été
arrêté au Franc de Bruges dans le mois de Mars dela présente année,
pour réparation de quoi nous l’avons condamné à être attaché par
l’Exécuteur de la Haute-Justice, pendant une heure à trois jours de
marché consécutifs au Carcan, avec écriteau devant & derriere portant
ces mots, Embaucheur & Conducteur des Sujets du Roi à l’étranger, à
être marqué le troisième jour par ledit Exécuteur sur l’épaule dorite,
d’un Fer chaud empreint des trois Lettres G. A. L. & conduit ensuite
aux Galeres pour y servir à perpétuité en qualité de Forçat, ses biens
acquits & confisqués au profit du Roi, ou en l’amende de la moitié de la
valeur de ses biens au cas que confiscation n’ait lieu.

DECLARONS les només Pierre-Michelle Dienne, Pierre-Charles Farez,


Michel Furgero, Jacques-antoine Lanfiaux, Jean-Adrien Richez, Louis-
Joseph Danjou, Jean-Pierre Lempereur, Pierre-Dominique Villain,
Philippe Milot, Pierre-François Daubenton, Charles-François Baudigny,
Charles-Antoine Laure, Marie-Catherine Milot, Marie-Magdeleine
Parmentier & Marie-Anne –Joseph Leblond, atteints &convaincs de
s’être laissés séduire par ledit Jacques Ruffin, & d’être partis avec lui au
préjudice des défenses portées par les Ordonnances, pour passer dans
les Pays étrangers pour réparation de quoi, avons ordonné qu’ils seront
mangés en la chambre de Justice pour y être blâmés, avec défenses de
récidiver sous peine de punition corporelle ; leur enjoignons de
rapporter au Greffe de la Commission, tous les six mois un Certificat de
résidence des Gens de Loi de la Paroisse dans laquelle ils se retireront, à
peine d’être poursuivis extraordinairement & punis suivant la rigeur des
Ordonnances.

Au surplus, avons comme précédemment déclaré la Contumace bien


instruirte à l’égard de Jean-Charles & Louis Druon, & la nommée
Joseph Wibail, & adjuggeant le profit d’icelle, Nous avons déclaré les
condamnations ci-dessus prononcées contre Pierre-Michel Dienne,
Pierre-Charles Garez & autres accusés communes avec eux, & sera le
présent Jugement à l’égard desdits trois Contumacés transcrit dans un
Tableau & attaché à un Poteau, qui pour cet effet sera planté sur la
Place publique de cette Ville : Condamnons aussi les susdits accusés
solidairement aux dépens, frais & mises de Justice ; Ordonnons que le
présent Jugement sera imprimé & affiché dans la Ville de cambray, &
dans tous les Villages du Cambresis, ainsi que partout ailleurs où besoin
sera. […]
Le présent Jugement a été exécuté à l’égard de Jacques Ruffin, dit la
Poussiere, les dix-neuf, vingt-un & vingt-deux du présent mois
d’Octobre mil sept cent soixante trois, & à l’égard de tous les autres
accusés le dix-huit desdits mois & an. »

Source : Archives départementales du Nord, Jugement du 18 octobre


1763, C 9489, pièce 128
Bibliographie : S. R. Epstein, « Journeymen, mobility, and the
circulation of technical knowledge », dans L. Hilaire-Pérez, A.-F.
Garçon (dir,), Les Chemins de la nouveauté. Inventer, innover au
regard de l’histoire, Paris, CTHS, 2004, p. 411-430. J. R. Harris,
Industrial espionage and technology transfer. Britain and France in the
18th-century, Aldershot, Ashgate, 1998. R. Morieux, « La fabrique
sociale des réseaux migratoires. Les ouvriers du lin entre Cambrésis,
Pays-Bas autrichiens et Sussex dans la seconde moitié du XVIII e siècle
», Documents pour l'histoire des techniques, 2010, n°19, p. 47-61. L.
Pérez, « Savoirs techniques, et migrations : l’histoire face aux mythes »,
Documents pour l’histoire des techniques, 2008, n°15, p. 3-9.
Enquêtes : les voyages deGabriel Jars

[Gabriel Jars (1732-1769) est un entrepreneur et académicien,


spécialiste des mines, qui a réalisé de nombreux voyages à travers
l’Europe pour observer les installations et techniques minières
étrangères, contribuant notamment à l’introduction de la technique de la
fonte au coke en France. Décédé en 1769, son frère publie à titre
posthume ses Voyages métallurgiques dans lesquels Gabriel Jars
reproduit ses observations, notamment celles réalisées dans le grand
centre de production de l’acier et du toyware qu’est alors la ville de
Sheffield, en Angleterre]

Éloge de Gabriel Jars à l’Académie des sciences de Paris (1769)

« Gabriel Jars, de l’Académie des Arts, établie à Londres, &


de celle des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Lyon, naquit à Lyon le
26 janvier 1732, de Gabriel Jars, intéressé dans les mines de Saint-Bel
& de Cheissey […]. M. Jars dont nous faisons l’éloge, fit ses premières
études au grand Collège de Lyon, & il s’y étoit déjà distingué lorsque
M. son Père commença l’exploitation des mines de Saint-Bel & de
Cheissey, & il crut y devoir appeler son fils pour essayer ses talens. Cet
essai fut suivi du plus grand succcès, les dispositions que M. Jars avoit
reçues de la Nature n’attendoient qu’une occasion pour se développer ;
la vue des mines, des travaux & des établissemens nécessaires à leur
exploitation le rendirent Métallurgiste, & bientôt il fallut modérer cette
ardeur & l’empêcher de passer la plus grande partie de son temps dans
les souterreins : l’envie de s’instruire lui faisoit oublier le danger auquel
il exposoit sa vie & sa santé. Cette espèce de phénomène parvint
jusqu’aux oreilles de feu M. de Vallière ; à son passage à Lyon, il
voulut voir le jeune homme, & en fut si content qu’il jugea nécessaire
de l’envoyer à la Capitale, pour y cultiver des talens si marqué & si
précieux, & dès ce moment il devint en quelque sorte l’Elève de l’Etat.
M. Trudaine, auquel M. de Vallière avoit fait connoître les
talens & la bonne volonté de M. Jars, seule bonne recommandation
auprès de lui, & qui protégeoit ouvertement l’établissement des mines
du Lyonnois, le fit entrer à l’école des Ponts & Chaussées, pour y
prendre les connoissances qui lui étoient nécessaires, & il y apprit le
Dessin & les Mathématiques, en même temps qu’on lui faisoit faire un
cours de Chimie qui pût le mettre au fait des véritables principes de la
Métallurgie, à laquelle il se destinoit. Au bout de deux années
employées à ce travail, il fut envoyé par le Gouvernement aux mines de
plomb de Poulawen en Bretagne ; il y donna des preuves si marquées de
sa capacité, par les plans & les Mémoires qu’il envoya, qu’on n’hésita
point à le renvoyer l’année suivante visiter dans la même province les
mines de Pontpean : & en Anjou celles de charbon de terre, qui sont aux
environs d’Ingrande ; trèsp-eu de temps après il fut chargé d’aller en
Alsace visiter les mines de Saint-Marine-aux-mines & de Giromagny,
desquelles il envoya des plans accompagnés de Mémoires détaillés ; de-
là il retourna aux mines de Saint-Bel et Cheissey : sa présence y valut
un grand fourneau à raffiner le cuivre, qui procura aux entrepreneurs
une économie considérable ; il a depuis communiqué la description de
ce fourneau à l’Académie, qui l’a destinée à paroître dans ses Mémoires
de 1769 ; il ajouta à la construction de ce fourneau celle de plusieurs
autres, dont l’utilité qu’on éprouve tous les jours est un nouveau motif
de regretter sa perte. M. Jars avoit à peine demeuré un an à Paris,
lorsqu’il reçut ordre d’aller en Allemagne visiter les mines de Saxe,
d’Autriche, de Bohême, de Hongrie, du Tirol, de la Carinthie & de la
Styrie : ce voyage dura trois ans, et le fruit en fut une grande quantité de
bons Mémoires sur tous les objets qu’il avoit observés.
Ce fut au retour de ce voyage que M. Jars se présenta pour la
première fois à l’Académie, & qu’il y lut plusieurs Mémoires qui le
firent connoître & lui valurent le titre de Correspondant, qu’il obtient le
10 Janvier 1761 ; ce fut aussi à peu près en ce même temps qu’il fut
reçu Associé de l’Académie Royale des Sciences, Belles-Lettres & Arts
de Lyon ; il alla ensuite faire un tour aux mines de Saint-Bel & de
Cheissey, où il fit construire un martinet pour battre le cuivre ; il se sut
bon gré dans cette occasion d’avoir employé quelque temps à l’étude
des Mathématiques. Pendant qu’il étoit à Cheissey, il reçut ordre de se
rendre en Franche-Comté, pour y travailler à la recherche des mines de
charbon, & il emplya une année entière à cette recherche.
A peine étoit-il de retour de ce voyage, qu’on l’envoya en
Angleterre pour y acquérir de nouvelles connoissances […] : il en
rapporta plusieurs observations importantes, entr’autres le procédé par
lequel on obtient le minium qui étoit presque inconnu parmi nous, ou au
moins entre les mains d’un petit nombre d’Artistes qui en faisoient un
secret. Pendant son séjour en Angleterre il fut admis comme Associé-
étranger à l’Académie des Arts établie à Londres. Nous n’avons pas
parlé jusqu’ici d’une autre occupation de M. Jars pendant ses voyage,
c’étoit l’étude de la Langue des différens pays où il se trouvoit,
connoissance d’autant plus nécessaire qu’il avoit principalement à
traiter avec des gens qui n’entendoient que la leur, ou plutôt leur espèce
de jargon, plus difficile à entendre que la Langue même […].
Jusque-là M. Jars n’avoit encore pour ainsi dire que préludé à
ses voyages ; le Ministère lui en fit entreprendre un en 1766 d’une bien
plus grande étendue ; il fut envoyé pour visiter la plus grande partie des
mines du Nord ; il demanda pour adjoint dans ce voyage se le second
ses frères, qui avoit étudié comme lui la Métallurgie. […] Les deux
Voyageurs partirent bien munis de recommandations ; & sachant que
leur arrivée étoit annoncée aux Ministre du Roi, par-tout où ils devoient
aller : ils visitèrent d’abord la Hollande & ses manufactures ; de là ils
passèrent au pays d’Hanovre & dans les montagnes du Hartz, où ils
séjournèrent quatre mois ; ils parcourrurent une partie de la Saxe & du
comté de Mansfeld, d’où ils passèrent à Hambourg, & de là à
Copenhague aux mines d’argent de Koenigsberg en Norwège, & enfin
en Suède. Nous ne pouvons passer ici sous silence l’accueil qu’ils
reçurent du Prince Royal de Suède ; ce Prince avoit eu l’attention de
faire prévenir les Professeurs d’Upsal de leur arrivée, & lui & Leurs
Majestés Suédoises leur firent l’honneur de s’entretenir longtemps avec
eux sur les objets de leur voyage ; la gloire du Prince Royal est trop
chère à l’Académie, pour qu’elle puisse négliger de faire part au public
de ce nouveau témoignage de son amour pour les Sciences, & de lui en
marquer ici la reconnoissance.
On peut aisément juger des risques, des périls & des peines
qu’entraînoit un pariel voyage [mais] rien ne put rebuter les courageux
Observateurs, & le désire de s’instruire & de servir leur Roi & leur
patrie aplanirent toutes ces difficultés. Le fruit de cette savante caravane
fut consigné au Conseil dans seize Mémoires ; après quoi les deux
frères se séparèrent ; le Cadet retourna à Saint-Bel & celui dont nous
faisons l’éloge revint à Paris ; il eut pour récompense de ce voyage un
Département, que M. Trudaine engagea M. le Contrôleur général à lui
donner.
Nous voici enfin arrivés à l’endroit de la vie de M. Jars qui
intéresse le plus l’Académie. Peu de temps après son retour, la mort de
M. Baron y fit vaquer une place de Chimiste ; malgré les Concurrens
redoutables qu’avoit M. jars, il osa entrer en lice ; les voix furent
balancées entre L. Lavoisier & lui ; & l’Académie eut la satisfaction de
les voir tous deux agréés par le Roi le 19 mai 1768. M. Jars ne fut pas
plutôt admis parmi nous, qu’il voulut justifier le choix de l’Académie,
par plusieurs Mémoires qu’il lut dans ses assemblées ; son élection
avoit été précédée par deux autres qu’il avoit lûs, l’un sur le procédé des
Anglois pour faire l’huile de vitriol, fruit de son voyage en Angleterre ;
& l’autre sur la séparation des métaux.
Aussitôt après sa réception, il lut un Mémoire sur la
circulation de l’air dans les mines. Une observation singulière faite dans
les mines de Cheissey fut l’occasion de ce travail […]. De ce principe, il
tire la raison du singulier phénomène qu’on observe dans quelques
mines où les ouvriers ne peuvent travailler dans le printemps ni dans
l’automne, parce qu’ils y manquent d’air, quoiqu’il y en trouvent
suffisamment pendant l’hiver & pendant l’été […]. Ce Mémoire
paroîtra dans le Volume de 1768, actuellement sous presse. Il lut encore
au mois de Juin dernier, la description du fourneau d’affinage, duquel
nous avons déjà parlé. […] Il fut chargé au mois de Juillet d’aller visiter
différentes manufactures du Royaume ; il parcourut celles du Berry &
du Bourbonnois, & passa en Auvergne, dans le même dessein ; c’étoit
là que la fin de sa vie étoit marquée. Dans une des courses qu’il étoit
obligé de faire à cheval pendant les ardeurs de la canicule, il fut frappé
d’un coup de soleil ; M. de Monthion, Intendant de la Province,
s’empressa de lui procurer tous les secours de l’art, mais ces secours
furent inutiles, & il mourut le 20 août, troisième jour de sa maladie,
muni des Sacremens de l’Eglise, & avec une résignation & une
tranquillité dignes d’un Philosophe Chrétien […].

Source :Histoire et mémoires de l’Académie royale des sciences, pour


l’année 1769, « Eloge à M. Jars », p 173-179.
Voyage à Sheffield de Gabriel Jars (1774)

Il y a, à peu de distance de la ville de Sheffield, un très-grand


nombre de mines de charbon fort abondantes. Le charbon y est à peu
près de même nature qu’à Newcastle, cependant moins bitumineux. Il
est du même prix. Cette abondance de charbon, dont on ne peut avoir
aucune consommation par mer, puisque Sheffield est trop avant dans les
terres, y a donné lieu à l’établissement d’un très-grand nombre de
manufactures, en tous genres, pour la quinquaillerie ; ce qui rend cette
ville très-peuplée & très-florissante. Il y a beaucoup de fabriques de fer,
pour gros & petits ouvrages. On y fait beaucoup d’acier […].
[Jars décrit particulièrement la fabrique des boucles en acier à
Sheffield] Les boucles faites d’un métal quelconque, comme argent,
cuivre, métal blanc, jaune, &c. sont fondues & jettées en sable, comme
le font tous nos fondeurs de France ; mais les moules ne servent qu’à
leur donner la forme. Les desseins s’impriment avec des coins d’acier,
sur lesquels on a gravé ce qu’on veut imprimer, à l’aide d’une espèce de
mouton ou de machine à sonnette. Cette machine est connue en France,
depuis l’établissement des fabriques de boutons à l’Angloise ; mais
cette impression ne se donne qu’après que ces formes de boucles ont été
nettoyées du sable qu’elles ont retenu du moule. La machine par cette
opération est un petit barril, dans lequel on met les boucles avec de
l’eau & du sable. Le barril est traversé par un axe qui le fait tourner
lentement. On imprime ensuite les boucles, les unes à froid, les autres à
chaud, selon la qualté du métal. Comme les boucles sont ordinairement
à jour, on a un balancier, auquel on met des emporte-pieces faits
exactement de la forme que doivent avoir les trous indiqués par le
dessein. Ces boucles sont ensuite polies. [Les] parties arrondies du
dessein [sont polies] avec une machine à brosses. Il y en a plusieurs
dans le même endroit, elles agissent par l’eau. […] J’ignore si elles sont
plus ou moins douces ; cependant elles m’ont paru assez égales à cet
égard. Une de ces brosses sert communément pour le premier poli à
l’huile & l’émeri ; la seconde au blanc d’Espagne, pour nettoyer
entièrement. Je crois qu’on passe les boucles à cette troisieme
lorsqu’elles sont entièrement finies & qu’on les a recouvertes avec du
blanc d’Espagne, & peut-être du vinaigne, car j’en ai vu une grande
quantité dans un coin de l’attelier, qui étoient couvertes d’une matiere
blanche, & qu’on avoit mis là pour les faire sécher […].
Tous les ouvrages de quincaillerie se font à peu près de la
même maniere ; on y employe les mêmes machines : par exemple, pour
les chaines d’acier, chaque partie qui compose une chaine, est
imprimée ; mais comme il en coûteroit beaucoup si les coins qu’on
emploie étoient gravés, comme dans les monnoies, on s’y prend comme
il suit. On grave seulement une matrice pour chaque nouveau dessein ;
cette gravure est en bosse & non en creux. Les matrices étant faites avec
beaucoup d’exactitude & bien trempées, servent à former tous les
nouveaux coins, avec lesquels on imprime. A cet effet, on a une piece
d’acier, toute rouge, sur laquelle on imprime le dessein de la matrice,
ensuite on la trempe en paquet ; & cela se répete jusqu’à ce que les
coins cassent ou soient usés ; la premiere matrice sert de cette façon
pour toujours […].
Le premier poli qu’on donne est celui de la machine à brosses
à l’huile & à l’émeri, pour les côtés qui sont arrondis. Pour rendre cette
opération plus prompte & plus commode, des enfants enfilent sur de
gros fils de fer, toutes les petites pieces qui sont égales & de même
forme. On en fait entrer une grosse sur deux fils de fer. On les y
assujettit en réunissant les deux fils de fer ensemble. On les donne en
cet état à des filles ou femmes qui les présentent contre la brosse,
jusqu’à ce qu’elles soient assez polies. Quant aux surfaces plates, elles
sont polies par des enfants, sur les meules horizontales & à l’émeri. Ces
meules vont par l’eau. Il y en a six ou huit dans le même moulin. Elles
sont placées circulairement. Il y a un petit garçon à chaque meule ; pour
leur donner la facilité de tenir ces pieces, on a des morceaux de bois
creusés suivant les desseins ; on y enchasse la piece qu’on veut polir ; &
comme chacun polit toujours le même dessein, cela va très-vite. […] On
porte ensuite les pieces dans un autre attelier pour donner le dernier poli
aux surfaces plates. On a pour cela un morceau de bois de huit à dix
pouces de long, sur sept à huit de large, recouvert d’une espece de
goudron. Un enfant présente ce goudron devant le feu, applique dessus
les pieces d’acier, les y enchasse, & les arrange aussi près les unes des
autres qu’il est possible. Après quoi des femmes mettent un peu de
potée par dessus, & frottent avec les deux mains à la fois, aussi long-
temps qu’elles jugent que les pieces soient parfaitement polies.

Source : Gabriel Jars, Voyages métallurgiques ou Recherches et


observations sur les mines & forges de fer, la fabrication de l'acier,
celle du fer blanc & plusieurs mines de charbon de terre, faites depuis
1758 jusque & y compris 1769, en Allemagne, Suède, Norvège,
Angleterre & Écosse, Lyon, Gabriel Regnault, 1774, p. 255-264.
Bibliographie : A.-F. Garçon, « Gabriel Jars, un ingénieur à l'Académie
royale des Sciences », in Règlement, usages et science dans la France
de l'absolutisme, Londres - Paris - New York, Editions Tec & Doc,
2002, p. 237-253. L. Hilaire-Pérez, Lapièce et le geste. Artisans,
marchands et savoirs techniques à Londres au XVIIIe siècle, Paris,
Albin Michel, 2013. K. C. Barraclough, Sheffield steel, Hartington,
Moorland publ., 1976. G. Tweedale, Steel city. Entrepreneurship,
strategy, and technology in Sheffield 1743-1993, Oxford, Clarendon,
1995.
Sciences, techniques et consommation

Publicité du parfumeur et distillateur Lafaye pour son « Vinaigre


de Perle » (1762)

[En 1762, le parfumeur et distillateur Lafaye fait la réclame de sa


création : le « vinaigre de perle ». La stratégie marketing de Lafaye est
la suivante : vendre au consommateur une exclusivité, cosmétique,
certes, mais également dotée de vertus médicales. Pourtant, au même
moment la Société royale de médecine se méfie des produits fantasques,
esthétiques et se réclamant de la catégorie des remèdes]

« VINAIGRE DE PERLE
A quarante sols la petite Bouteille,
De la Composition du Sieur LA FAYE, Marchand Parfumeur &
Distillateur de S. A. Monseigneur le Maréchal Prince DE SOUBISE, à
Dunkerque,
Très connu dans les dix-sept Provinces des Pays-Bas, par les
Etablissemens qu’il y a formés,
Et à Paris, rue Plâtrière, vis-à-vis l’Hôtel de Bullion,
Où il a établi un des plus beaux Magasins, & des mieux assortis
concernant les ARTICLES DE LA TOILETTE, annoncés dans le Catalogue du
Goût & de l’Odorat, qu’il donne GRATIS.

Le Sieur LA FAYE est le seul inventeur du Vinaigre de Perle, dont les


propriétés connues l’ont rendu précieux aux Personnes qui en font
usage pour toutes les Maladies de la Peau. Ce Vinaigre est un composé
de Baume précieux, d’Aromates, de Simples, de Racines & de Rosée,
lequel a la propriété de rafraïchir & ne conserver le Teins jusques dans
l’âge le plus avancé : il nourrit & adoucit la peau, empêche les rides,
conserve la délicatesse des traits, & ranime les couleurs ; c’est un
Remede souverain pour guérir les
Dames, Boutons, Rougeurs, & en général toutes les Maladies de la
Peau. Comme il n’y entre aucun fard, on ne peut éprouver aucun
inconvénient dans l’usage qu’on en peut faire.
Le soir, avant de se coucher, il faut mettre dans un vase environ un tiers
de ce Vinaigre sur deux tiers d’eau de pluie ou de rivière, & imbiber un
linge propre dans ce mélange, se frotter le visage, la gorge, &c. jusqu’à
ce que l’on sente une certaine chaleur ; s’arêter un moment &
recommencer deux ou trois fois la même opération ; le lendemain
matin, ayant trempé un linge de la même maniere que le soir précédent,
on se le passera légerement comme si on vouloit s’ôter de la poudre. Il
faut faire attention de ne pas s’essuyer ; on peut faire tiédir l’eau si c’est
en hiver.
Les Dartres qui mettent du Rouge peuvent faire usage de ce Vinaigre
auparavant que de se l’appliquer.
Pour conserver les mains, après se les être nettogées avec la Pâte
d’Amande & se les être essuées, on versera quelques gouttes de ce
Vinaigre dessus & on le laissera sécher.
Les Personnes affligées de Boutons, Rougeurs, Dartres, Taches de
rousseurs & autres Maladies de la Peau, mettront moitié Vinaigre &
moitié Eau, ou même du Vinaigre pur, & s’en serviront comme il est dit
ci-dessus.
Rien de plus sain & de meilleur pour les Personnes qui font usage des
Bains, que de verser dans l’Eau du Bain dix à douze bouteilles de ce
Vinaigre.
Ce Vinaigre est d’une couleur d’Huile d’Olive ; il est incorruptible &
peut se conserver un temps infini.
Beaucoup de Personnes se sont appliquées à le contrefaire ; c’est pour
cette raison que le Sieur LA FAYE le cachette avec les Armes de
Soubise, & son nom est autour du cachet.
Il n’a plus de Bureau pour la distribution de ce Vinaigre ; il le débite
seulement en ses Magasins de Paris & de Dunkerque, pour assurer les
personnes qui en font usage qu’il est véritablement celui de sa
composition.
Vu & Approuvé ce 28 décembre 1762.
Vu l’Approbation, permis d’imprimer ce 29 Décembre 1762.
De Sartine. »

Source : Archives de la Société royale de médecine, Remèdes secrets,


carton 101, dossier 30, pièce n°1 reproduit par Catherine Lanoë,
« Inventions et contrôle de la production des cosmétiques à la fin du
XVIIIe siècle, d’après les archives de la Société Royale de Médecine »,
in M.-S. Corcy, C. Demeulenaere, L. Hilaire-Pérez (dir.), Les Archives
de l’invention : écrits, objets et images de l’activité inventive des
origines à nos jours, Toulouse, CNRS, 2006, p. 360-361.
Bibliographie : C. Lanoë, « Inventions et contrôle de la production des
cosmétiques à la fin du XVIIIe siècle, d’après les archives de la Société
Royale de Médecine », in M.-S. Corcy, C. Demeulenaere, L. Hilaire-
Pérez (dir.), Les Archives de l’invention : écrits, objets et images de
l’activité inventive des origines à nos jours, Toulouse, CNRS, 2006, p.
341-361. C. Lanoë, La poudre et le fard, une histoire des cosmétiques
de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008.

Embellissement et mécanique : « Tamis à sasser l’amidon en


poudre et développements » (1789)

[En 1789, une vignette de L’Encyclopédie présente un tamis, appareil


qui doit broyer l’amidon. C’est dès 1776, que Charles Godefroy décrit
« un moulin complet ». Il s’agit bien d’une rationalisation technique de
la fabrication des cosmétiques qui engage divers corps de métiers,
parfumeurs et menuisiers notamment, afin de répondre à la demande
croissante des consommateurs]

Tamis :
« C’est une boite dans laquelle on a tendu une toile, ou de soie, ou de
crin, ou de telle autre étoffe, pour y passer, soit des liquers, soit des
poudres qu’on veut épurer.

Ill. 45
Source : Jacques Lacombe, Encyclopédie méthodique. Arts et métiers
mécaniques, Paris, Panckoucke, 1789, t. 6, p. 150.
Bibliographie : C. Lanoé, La Poudre et le fard: Une histoire des
cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon,
2008.
Corps et techniques : l’art du tailleur de corps (1767)

[La clarté de la planche de L’Encylopédie montrant les patrons d’un


corsage permet de saisir le lien entre les mathématiques, la géométrie et
les mesures et le métier de tailleur. La coupe d’un patron ou l’art de
tailler les corps necessite de sérieuses connaissances en mathématiques
et tracés géométriques]

Ill. 46

Source : Denis Diderot, Jean le Rond d’Alembert, « L'art du Tailleur


d'habits et de corps », Encyclopédie, 1767, planche 22.
Bibliographie : Catherine Lanoë, Laurence Moulinier (dir.), Corps
parés, corps parfumés, dossier in Artefact. Techniques, histoire et
sciences humaines, n°1, 2013.
Le papier de Hollande : commercialisation et recherche
académique

[Ces deux documents mis en regard témoignent de l’intérêt des


circulations de savoir-faire techniques à des fins de consommation et
d’économie. La publicité du boutiquier Boissière (1755) met en valeur
la réputation des papiers de Hollande au milieu du XVIIIe siècle via le
jeu des gammes et des dénominations de produits. Le mémoire du
physicien et inspecteur des manufactures Nicolas Desmarets (1725-
1815), une quinzaine d’année après, rapporte les résultats d’une enquête
faisant suite à l’introduction d’outils et techniques hollandaises en
France afin de parvenir à reproduire la qualité du papier de Hollande.
Le document met en évidence les problématiques liées aux circulations,
appropriations et traductions de techniques à la fin de l’époque
moderne.]

Publicité commerciale parisienne, « A la flotte d’Hollande », 1755

A LA FLOTTE D’HOLLANDE,
Rue du Bussy, au coin de la rue de Seine.

BOISSIERE, Marchand ; tient Magasin de toutes sortes de bons Papiers


battus, coupés pour l’écriture ; comme aussi Papier d’Hollande de toute
grandeur, glacé, bordé, doré sur tranche, tant à vignettes qu peint,
papiers pour l’Impression, pour les Plans, pour la Muqieu & le Plein-
chant, Papier bleu d’Hollande de toute grandeur pour le Dessein, gris à
dessiner, d’Hollande & autres ; Registres de toutes grandeurs, reglés &
non reglés, reliés de toutes façons ; Boëtes de Carton pour les Bureaux ;
Plumes d’Hollande, d’Oye & de Cigne de toutes grosseurs ; Curedents à
la Carmeline, & autres ; Cire d’Espagne très-fite de toutes couleur ;
Canifs, Gratoirs, Pinçons & Compas des meilleurs Ouvriers ; Etuits
garnis pour Messieurs les Ingénieurs ; Epingles de toutes grosseurs ;
Ecritoires de table, de poche & de valise de toutes grosseurs en chagrin,
& autres ; Encre de la Chine ; Porte feuilles en maroquin de toutes
grandeurs, doublés de tabis de foye, garnis en argent & en cuivre ;
Serviettes & petits Porte-feuilles à l’Angloise, pour la poche, en
maroquin de toutes façons ; Encre double & luisante, & toutes autres
Marchandises concernant l’Ecriture & la Mercerie : Le tout en
conscience & au plus juste prix. A PARIS, 1755.

Source : Archives départementales de la Seine, D43Z, Publicité


commerciale « A la flote d’Hollande », reproduite par Dena Goodman,
« Why is writing paper blue ? Colour and fashion in eighteenth century
writing paper », in Marie-Sophie Corcy, Christiane Demeulenaere,
Liliane Hilaire-Pérez (dir.), Les Archives de l’invention : écrits, objets
et images de l’activité inventive des origines à nos jours, Tourlouse,
CNRS, coll. « Histoire et Techniques », 2006, p. 546.

Mémoire sur les manipulations en usages dans les Papeteries de


Hollande, 1771

« Premier mémoire sur les principales manipulations qui sont en usage


dans les papeteries de hollande avec l’explication physique des
résultats de ces manipulations.

[Résumé] Entre deux nations voisines qui ont les mêmes


manufactures, & qui fabriquent les mêmes matières par des moyens
semblables, l’une acquiert & conserve sur l’autre une supériorité
marquée, sans que les ouvriers même des manufactures qui ont cet
avantage sachent à quoi ils le doivent. Ceux qui connoissent les
procédés de deux fabriques, aperçoivent bien entr’elles une foule de
petites différences. Mais ces procédés sont l’ouvrage d’une routine
aveugle ; on ignore les motifs qui les ont fait adopter, & l’on ne sait à
laquelle des ces pratiques, atribuer la supériorité d’une manufacture sur
l’autre. Les épreuves nécessaires pour décider cette question, seroient
trop dispendieuses & trop incertaines, il faut qu’un Physicien suive les
opérations des manufactures & sache démêler l’influence de chacune
sur la perfection de l’ouvrage fabriqué. M. Desmarest a soigneusement
examiné les manufactures de papier de Hollande. Il a démêlé dans leurs
procédés, ce qui donnoit à ces papiers leur supériorité sur les nôtres,
pour l’écriture & le dessin, ce qui rendoit les nôtres plus propres à
l’usage de l’impression ; & comment, en combinant ces procédés, on
parviendroit à fabriquer au papier de Hollande, & qu’on rendroit à
volonté plus propre pour lécriture ou pour l’impression. Ce travail de
M. Desmarest a eu le succès le plus flatteur pour lui. M. Trudaine,
convaincu de l’utilité des changemens proposé, les a introduits dans nos
manufactures, & bientôt la France sera affranchie d’un tribut payé trop
longtemps à l‘industrie étrangère.

[Mémoire] Depuis que j’ai eu des occasions fréquentes


d’étudier les différentes manipulations en usage dans les Papeteries de
France, & de faire une comparaison suivie des papiers qu’on y fabrique
avec ceux qu’on tire de Hollande, j’ai été convaincu que les Hollandois
employoient à la préparation de leurs papiers des procédés qui nous
étoient totalement inconnus, & à l’aide desquels ils leur
communiquoient certaines qualités que nous avons tenté depuis
longtemps de donner aux nôtres. On sait que les papiers de Hollande,
destinés la plupart à l’écriture & au dessin, ont une surface très-douce &
très-unie : que le fond de l’étoffe a une souplesse qui ne nuit point à sa
force : qu’ils ont une teinte légère de bleu qui éclaircit avantageusement
le blanc de la pâte, & qu’enfin ils sont bien collés & également collés
dans toute leur suface. […]
D’un autre côté, les papiers fabriqués dans les moulins de
France & destinés à l’écriture, même ceux d’une qualité supérieure, les
pâtes superfines de l’Auvergne, de l’Angoumois & du Vivarais, ont
communément à leur suface une infinité d’aspérités, & présentent un
grain peu adouci qui s’oppose à chaque mouvement de la plume […].
D’après une différence aussi marquée dans des parties essentielles,
observées constamment entre les papiers fabriqués en Hollande, & ceux
qui sortent de nos meilleures manufactures, je soupçonnai que l’art de la
papeterie en Hollande étoit en possession de certaines manipulations
totalement inconnues en France ; & je fus confirmé encore davantage
dans cette présomption, en n’observant par rapport à ces points
essentiels qui font la douceur de la suface & la douceur de l’étoffe,
aucune amélioration bien sensible dans les papiers qui portoient
l’attache des fabriques où l’on avoit introduit les cylindres Hollandois.
Je puis citer ici les papiers ordinaires de Montargis, de Montbron en
Angoumois, & de Voujeaud en Bourgogne. J’attribois ces qualités
inestimables du papier de Hollande, à certaines manipualtions délicates,
que n’avoient pas saisies ceux qui s’étoient occupés de l’introduciton
des cylindres en France. Je n’étois pas ébranlé par les discours vagues
de quelques-uns des fabricans François, qui ayant visité des moulins
Hollandois, m’assuroient n’y avoir vu que ce qui se pratique
journellement dans les nôtres, & qui attribuoient aux fortes presses que
les Hollandois ont dans leurs salles, la douceur & la souplesse de leurs
papiers. Pour convaincre ces fabricans du peu de fondement de leurs
prétentions, je fis mettre à différentes fois, sous une presse d’apprêteur,
des papiers fabriqués dans nos moulins […]. Les papier François,
soumis à cette épreuve quatre à cinq jours de suite, pendant lesquels je
fis toujours augmenter la compression, en sortirent avec un grain très-
peu adouci […].
En conséquence de tous ces motifs, je sentis la nécessité de
voir en détail tous les procédés des Hollandois, & de les voir
relativement aux résultats dont j’ai parlé, pour les introduire, s’il étoit
possible, dans nos fabriques. Comme j’avois étudié l’art de la Papeterie
en France, j’étois en état de distinguer, parmi les procédés Hollandois,
ceux qui méritoient une attention particulière, quoique simples en
apparence, d’avec ceux qui n’avoient rien de plus avantageux que les
manipualtions en usage dans nos moulins. Je communiquai mes vues à
M. Trudaine, dont on connoît le zèle pour la perfection des Arts ; il crut
mes raisons assez fondées, & l’objet assez important pour mériter un
voyage en Hollande : c’est la suite raisonnée des principales
observations que j’ai faites dans les moulins de Hollande & de Flandre,
que je vais avoir l’honneur de présenter à l’Académie […].
Maintenant que nous avons exposé l’ensemble de toutes les
manipulations hollandoises, discuté leurs avantages & leurs
inconvéniens, indiqué les causes des qualités & des défauts du papier de
Hollande, il ne nous reste plus qu’à parler des précautions avec
lesquelles on peut introduire la réforme dans nos fabriques. […] Depuis
quelques années, des ouvriers Flamands instruits des procédés de
l’échange dont les fabriques de Bruxelles & de Gand font usage, se sont
répandus dans quelques-uns de nos moulins : ils ont prétendu les ajouter
à nos opérations, sans autre réforme préliminaire [mais avec peu de
résultats et une augmentation du prix de vente]. Il est nécessaire qu’il y
ait entre tous les travaux d’une manufacture une correspondance
raisonnée qui économise le temps & les manipulations. Les procédés
qui précèdent doivent avoir un rapport intime avec ceux qui suivent, &
en compléter les effets sans les détruire. […] On tomberoit dans un […]
inconvénient, si l’on adoptoit la pratique de l’échange sans avoir
l’attention de réformer les étendoirs ; on n’obtiendroit que des résultats
très-incomplets […] : c’est pour faciliter les moyens d’exécuter cette
réforme que j’ai joint à ce Mémoire le plan d’un étendoir qui vient
d’être exécuté dans ces vues : voyez les figures à la fin de ce Mémoire.
[En outre] les Hollandois pour communiquer une légère teinte
de bleu à leur papier, emploient le bleu d’émail uni à l’amidon [mais]
l’on est plus frappé de l’inconvénient qu’a le bleu d’émail d’empâter le
bec de la plume, que du lustre agréable qu’il communique au papier
lorsqu’on l’emploie en dose convenable, on pourra [donc] substituer à
cette préparation d’autres matières colorantes dont j’ai fait l’essai en
différens temps, & qui remplissent assez bien le même objet ; elles sont
peu coûteuses, se mêlent facilement à la pâte, ou dans les cylindres […].
Parmi les prépartions qui réussisent, je puis indiquer ici, 1.° la
composition du bleu de Saxe, qui est une dissolution de l’indigo dans
l’acide vitriolique ; 2.° le vitriol de Chypre. »

Source : Histoire et mémoires de l’Académie royale des sciences, pour


l’année 1771, p. 335-364.
Bibliographie : M. Berg et H. Clifford, « Commerce and the
commodity. Graphic display and selling new consumer goods in
XVIIIth-century England », in M. North et D. Ormrod (éd.), Art
markets in Europe, 1400-1800, Aldershot, Ashgate, 1998, p. 187-200.
N. Coquery, « The language of success. Marketing and distributing
semi-luxury goods in XVIII-century Paris », Journal of Design History,
vol. XVII, 1, 2004, p. 71-89. K. Davids, The rise and decline of Dutch
technological leadership. Technology, economy and culture in the
Netherlands, 1350-1800, Leyde, Brill, 2008, 2 vol. R. Hahn, L'anatomie
d'une institution scientifique, l'Académie des sciences de Paris, 1666-
1803, (1971) Bruxelles, Éditions des archives contemporaines, 1993.
« Marchandes de Mode » par Louis Sébastien Mercier (1780)

[Dans son Tableau de Paris, Louis-Sébastien Mercier (1740-1814),


formidable observateur, esquisse le Paris de la mode. C’est avec
beaucoup d’humour qu’il décrit la gravité des marchandes de mode à la
tâche, les dépenses, les poupées publicitaires, le brouillage de la
hiérarchie sociale par l’imitation et la géographie parisienne de modes
qui changent toujours plus vite]

« Rien n'égale la gravité d'une marchande de modes


combinant des poufs, & donnant à des gazes & des fleurs une valeur
centuple. Toutes les semaines vous voyez naître une forme nouvelle
dans l'édifice des bonnets. L'invention en cette partie fait à son auteur
un nom célébré. Les femmes ont un respect profond & senti pour les
génies heureux qui varient les avantages de leur beauté & de leur figure.
La dépense des modes excede aujourd'hui celle de la table &
celle des équipages. L'infortuné mari ne peut jamais calculer à quel prix
monteront ces fantaisies changeantes ; & il a besoin de ressources
promptes, pour parer à ces caprices inattendus. Il feroit montré au doigt,
s'il ne payoit pas ces futilités aussi exactement que le boucher & le
boulanger.
C'est de Paris que les profondes inventrices en ce genre
donnent des loix à l'univers. La fameuse poupée, le mannequin précieux
, affublé des modes les plus nouvelles, enfin le prototype inspirateur
passe de Paris à Londres tous les nfiois, & va de là répandre ses graces
dans toute l'Europe. Il va au nord & au midi : il pénétré à
Constantinople & à Pétersbourg ; & le pli qu'a donné une main
françoise, se répété chez toutes les nations, humbles observatrices du
goût de la rue Saint-Honoré!
Tout cela est bien fou ! Mais l'usage , le sceptre inébranlable
en main , regle tout, ordonne tout ; il n'y a point de réponse à ces mots,
on dit, en fait, on pense , on s'habille ainsi.
Les modes font une branche de commerce très- étendue. Il
n'est que le génie fécond des François, pour rajeunir d'une maniere
neuve les choses les plus communes. Les nations voisines ont beau
vouloir nous imiter ; la gloire de ce goût léger nous demeurera en
propre. On ne songera pas même à nous disputer cette incontestable
supériorité.
Ces amusemens de l'opulence enrichirent une foule
d'ouvrieres ; mais ce qu'il y a de fâcheux, c'est que la petite bourgeoise
veut imiter la marquise & la duchesse. Le pauvre mari est obligé de suer
fang & eau pour satisfaire aux caprices de son épouse. Elle ne revient
point d'une promenade sans avoir une fantaisie nouvelle. La femme du
Notaire étoit mise ainsi : on n'ira pas le lendemain souper en ville , si
l'on ne peut étaler le même bonnet. Autant de pris sur la part des enfans
; & dans ce conflit de parures, la tête tourne réellement à nos femmes.
J'ai connu un étranger qui ne vouloit pas croire à la poupée de
la rue Saint-Honoré, que l’on envoie régulièrement dans le nord, y
porter le modele de la coëffure nouvelle ;tandis que le sécond tome de
cette même poupée va au fond de l'Italie, & de là se fait jour jusques
dans l'intérieur du serrail. Je l'ai conduit, cet incrédule, dans la fameuse
boutique ; & il a vu de ses propres yeux , & il a touché; & en touchant,
il sembloit douter encore, tant cela lui paroissoit vraiment incroyable !
Ajoutons ce que dit Montesquieu dans ses Lettres Persannes :
« Une femme s'est mis dans la tête qu'elle devoit paroître à une
assemblée avec une certaine parure ; il faut que dès ce moment
cinquante artisans ne dorment plus & n'aient plus le loisir de boire & de
manger. Elle commande, & elle est obéie plus promptement que ne le
feroit le roi de Perse, parce que l'intérêt est le plus grand monarque de la
terre. »
Je voulois donner ici un petit dictionnaire des modes& de
leurs singularités ; mais tandis que j'écrivois, la langue des boutiques
changeoit ; on ne m'entendroit plus dans un mois, & il me faudroit un
commentaire pour me faire comprendre. La moitié de mon livre, je le
répete, aura perdu de les couleurs avant qu'il foit imprimé. »

Source : Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Neuchâtel, S.


Fauche, 1781, t. 2, p. 173.
Bibliographie : Crowston C. H., Credit, Fashion, Sex: Economies of
Regard in Old Regime France, Durham, London, Duke University
Press, 2013. Crowston C. H., Fabricating women: the Seamstresses of
Old Regime France, 1675-1791, Durham, London, Duke University
Press, 2001.
Les débuts de l’hygiénisme

L’insalubrité des fosses d’aisance : constats et recherches (1779)

[Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’essor de la chimie fait


apparaître l’hygiène. L’attention est de plus en plus portée sur la
nécessité du renouvellement de l’air et sur le critère de l’odeur. Les
savants de la décennie 1780 considèrent de plus en plus que les égouts,
les cimetières, les fosses d’aisance, favorisent les gaz méphitiques
menant à l’asphyxie ainsi que les miasmes qui provoquent des maladies
infectieuses. En 1779, l’abbé Pierre Bertholon de Saint-Lazare (1741-
1800), membre de la Société royale des sciences de Montpellier,
s’intéresse ainsi à un accident survenu à Béziers, faisant ainsi écho aux
recherches croissantes des savants sur les méfaits des fosses d’aisance, à
l’image des recherches de l’académicien Jean-François Marcorelle
(1714-1787) ou du médecin Jean Noël Hallé (1754-1822). Le Tableau
est haut en couleur : odorant, poisseux et parfois infecte]

Lettre de l’abbé Bertholon, 15 août 1779


[probablement adressée à l’académicien Cadet de Gassicourt, frère de
Cadet de Vaux]

« Monsieur,
Un événement malheureux qui a rapport à vos travaux et à
ceux de M. votre frère est arrivé depuis peu dans cette ville ; je
m’empresse de vous en faire part, et de vous donner par là un
témoignage de la haute estime que m’ont inspirée vos talents et vos
brillantes découvertes en chimie, ainsi que les qualités personnelles que
ceux qui vous connaissent ont reconnue en vous. Vous verrez ici une
courte relation de cet accident que j’ai beaucoup abrégée afin qu’elle
pût être contenue dans une lettre. Si vous désirez de plus grands détails,
je m’empresserai de vous les donner. Afin que le récit fût plus
intelligible, je vous envoie la figure en cartes coupées, vous n’aurez
qu’à relever les côtés abbatus de l’auge et renfler le turay applati ; j’ai
trouvé cela plus expéditif que de faire faire un dessein. Vous vous
ressouvriendez que l’auge est petite, qu’elle est enfoncée dans la terre
jusqu’à ses bords, et qu’elle est exposée à l’air ; que la ligne AB marque
le sol. Je serais charmé que vous eussiez la bonté de lire à l’Académie
des Sciences le précis de cette relation, et si vous pouvez obtenir qu’on
en fasse mention dans son histoire, je vous en serai très obligé. Si
relativement à vos vues, vous souhaitez que je fasse quelques
expériences sur l’air ou gaz renfermé dans cette eau, je les ferai et vous
communiquerai celles que j’ai faites sur le lieu, et ensuite, avec de l’air
renfermé dans un magasin que j’ai transporté chez moi. Vous pouvez
disposer de mon zèle en cette occasion ; trop heureux de pouvoir vous
donner les marqus de l’estime distinguée avec laquelle j’ai l’honneur
d’être, Monsieur, votre très humble & très obéissant serviteur.
[S’ensuit une Relation de deux asphyxies occasionnées par le
gaz méphitique renfermé dans l’eau des égouts d’une ville, qui servait à
arroser un jardin. Par M. l’abbé Bertholon de Saint Lazare, des Acad.
Des Sciences de Béziers, Montpellier, Lyon, &c. &c.] Les effets
terribles des vapeurs méphitiques qui, depuis quelque temps, semblent
devenir plus fréquents, sans doute par le peu de précautions qu’on
prend, se sont fait sentir tout récemment à Béziers. Le 13 juillet 1779, le
jardinier de l’hôpital des malades de cette ville fut frappé de mort par
cette espèce d’exhalaison, et le lendemain matin, une sœur converse
tomba en asphyxie par l’influence meurtrière de cette cause. Celle-ci ne
dut le retour à la vie qu’aux prompts secours qu’elle reçut, tandis que le
jardinier, à qui on n’administra que des remèdes opposés à ceux que la
nature de son mal exigeait, périt victime de l’impéritie. Afin de faire
connaître la cause de ces deux accidents funestes et surtout son énergie,
je crois qu’il est à propos d’entrer dans quelques détails : ils sont sûrs
parce que je me suis transporté plusieurs fois sur le lieu, afin
d’examiner attentivement toutes les circonstances locales relatives à cet
événement. Comme dans l’hôpital des malades il n’y a point d’eaux
suffisantes pour arroser le jardin de cette maison, on a construit un
grand réservoir dans lequel els égouts de toute la ville sont rassemblés
avec soin. Ce réservoir, qui a une certaine étendue, est voûte et se
trouve placé sous la partie supérieure du jardin, laquelle est beaucoup
plus élevée que la partie inférieure qu’on arrose selon la méthode du
pays, c’est à dire par inondation et non par irrigation. Cette eau est,
ainsi qu’on le présume, chargée de toutes les immondices de la ville, et
surtout d’une partie des matières fécales qu’on jette dans les ruisseaux
des rues de la ville qui sont les plus éloignées du centre. […].La couleur
de cette eau est d’un noir foncé, et lorsqu’elle a resté dans un état de
stagnation comme elle l’est toujours dans le réservoir, elle est couverte
d’une espèce de coûte superficielle mousseuse et très hétérogène à la
vue. […]. »

Source : Archives de l’Académie des sciences, Pochette de séance du


15 mai 1779, Lettre autographe de Bertholon du 15 août 1779.

Mémoire de Marcorelle sur les fosses d’aisance (1782)

« Si l’accident funeste qui arriva le 16 avril 1779, dans une fosse


d’aisance de Narbonne, jeta d’une part le deuil & la consternation dans
cette ville, il a procuré de l’autre des avantage inappréciables à
l’humanité. C’est cet accident dont je rendis compte le 3 mai suivant à
l’Académie royale des Sciences de Paris, qui a déterminé cette
Compagnie à définir exactement l’asphyxie & l’apoplexie, à bien établir
les caractères constitutifs de l’une & de l’autre de ces maladies, que
l’ignorance ne confond que trop souvent, & à exposer d’une manière
claire & précise la méthode qu’il faut suivre dans le traitement des
asphyxiés ».

Source : Marcorelle, Avis pour neutraliser à peu de frais les fosses


d’aisance, afin d’en faire la vidange sans inconvénients & sans danger,
Narbonne, J. Besse, 1782

Recherches de Hallé sur le méphitisme et les fosses d’aisance (1785)


« Les réflexions que je présente aujourd’hui à la Société royale de
Médecine sont le résultat des expériences faites il y a plus de deux ans
sous les yeux des commissaires de l’Académie des Sciences et de la
Société royale pour constater les propriétés attribuées par M. Janin à
son anti-méphitique. J’ai joint à ces expériences quelques recherches
que j’offre comme un supplément aux excellentes observations sur les
fosses d’aisance, publiées par MM. Cadet de Vaux, Laborie &
Parmentier. […] Mon dessein est seulement de répandre, s’il m’est
possible, quelques lumières de plus sur un objet bien important,
puisqu’il intéresse la santé de tous les citoyens & la vie d’une classe
d’hommes utiles et malheureux ».

Source : Hallé, Recherches sur la nature et les effets du méphitisme des


fosses d’aisance, paris, P. D. Pierres, 1785.
Bibliographie : P. Bourdelais (dir.), Les hygiénistes : enjeux, modèles
et pratiques, Paris, Belin, 2001. J.-B.Fressoz, L’apocalypse joyeuse.
Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, 2012. J.-P.
Poirier, L’abbé Bertholon. Un électricien des Lumières en province,
Paris, Hermann, 2008.
L’hygiène publique vue par Louis Sébastien Mercier (1783)

[L’opinion de la fin du siècle des Lumières, sensible à l’intérêt croissant


des médecins et chimistes pour l’hygiène, s’empare du sujet et conduit
un observateur et commentateur comme Louis Sébastien Mercier
(1740-1814) à faire de l’hygiène un sujet de réflexion, de la fermeture
du cimetière des Innocents jusqu’à la surface des poteries]

« Poterie.
Tous nos vases de terre qui servent à nos cuisines, font
enduits d'un vernis qui se dissout, parce qu'il est attaquable par le foie
de soufre. Les ustensiles de terre & de métaux peuvent donc receler un
poison seçret dans la coction de nos alimens journaliers. M. Dantic a
composé une nouvelle poterie qui vaut la porcelaine, qui va au plus
grand feu, & qui met à l'abri de tous les dangers. C'est une découverte
intéressante, propre à occasionner une révolution salutaire utile à la
conservation de l'espece. Négligeroit-on cette poterie, dont les
avantages sont réels, lorsqu'on a prodigué une protection
presqu'indéfinie à l'art de la porcelaine, art de luxe ? Cette nouvelle
invention est d'un usage universel. Son prix modique est à la portée de
tous les citoyens; elle tend à conserver leurs jours, & n’attend plus que
la protection & la faveur du gouvernement.

Conseil de santé.
Il n’existe pas encore ; mais ne devroit-on pas l'établir ? Il
devroit être composé, non de ces médecins, si dangereux avec leur
routine, si ignorans avec leurs theses ; mais de ces chymistes qui ont fait
de ces belles & neuves découvertes, qui nous promettent enfin le vrai
secret de la nature.
Ce conseil examineroit à Paris tout ce qui sert à la nourriture
de l'homme ; l'eau, le vin, l'eau-de-vie, la bierre, les huiles, le bled, les
légumes, le poisson, &c. Il reconnoltroit les perfides mélanges ; souvent
la marée est corrompue, les huîtres gâtées ; les légumes récelent des
çharansons. De là des maladies dont on ignore l'origine.
Des physiciens préposés pour examinateurs des denrees & des
boilfons, arrêreroient dans leur source les maladies épidémiques. On
appelle les médecins lorsque le danger se manifeste : pourquoi ne le
préviendrait-on pas ? Mais les médecins ne songent pas à conserver la
santé de l'homme ; ils attendent le profit de la maladie.
Les Chartreux, les Bénédictins & les Carmes, qui mangent la
meilleure marée, ont un frere surveillant & qui s'y connoît. Mais
pourquoi ce qu'on livre à un peuple affamé, venant acheter le rebut des
riches, parce qu'il faut qu'il soupe pour pouvoir travail- ler le lendemain,
ne seroit-il pas fournis à une inspection sévere, puisque la faim & la
nécessité le font passer sur la bonté de la marchandise ? Du poisson
pourri ne seroit-il pas de la contrebande, comme une livre de tabac
d'Alsace ?

Amélioration.
Je me hâte de le publier, le cimetiere des Innocens vient d'être
fermé enfin : ce cimetiere où l'on enterroit des morts depuis Philippe le
Bel !
Il étoit alors loin de la Ville, il se trouvoit de nos jours au
centre. Le parlement écouta les réclamations des habitans qui
environnent le cimetiere ; il consulta des Chymistes & des Physiciens.
Les connoissances nouvellement acquises sur l'air méphitique, furent
employées utilement : il fut reconnu que l'air du cimetiere des Innocens
étoit le plus insalubre de Paris. Les caves adjacentes étoient méphitisées
au point qu'il fallut en murer les portes : le danger étoit pressant ; le
cimetiere fut fermé le 1er décembre 1780.
Rendons graces au zele du Magistrat qui a poursuivi cette
bonne œuvre avec une chaleur vraiment patriotique : il a peut-être arrêté
dans son origine une maladie contagieuse.
C’est à la police à interroger souvent la Chymie, afin de
connoître les moyens que l'art emploie pour détruire ces foyers
pestilentieIs qui tuent la santé. Une inspection active & surveillante
corrigeroit le défaut qui résulte d'une vaste population.
De même le Quai de Gévre est porté sous une voussure qui
joint le Pont-Notre-Dame au Pont-au-Change. Cette voussure formoit
un cloaque affreux, où quatre égouts versoient la fange , où aboutisoit le
sang des tueries , où toutes les latrines répandoient leurs immondices.
La riviere, pendant huit mois de l'année, n'arrosoit point les arches
fétides de ce pont qui borde la riviere ; l'air hépatique qui s'exhaloit de
ces foyers de corruption, corrompoit la viande, attaquoit les matieres
d'or & d'argent. Une odeur insupportable se répandoit sur les quais
Pelletier& de la Megisserie& l'on ne pouvoit yrésister. Nous nous en
sommes plaints dans l’An 2440. Enfin le mal étant poussé au comble, &
les chaleurs de la saison derniere ayant ajoute à l'infection,
l'administration de la ville a bien voulu s'occuper des travaux qui
intéressent la salubrité de l'air & la santé des habitans.
Nous serons délivrés de ces exhalaisons perfides, & voilà
deux fléaux de moins après plusieurs réclamations : il est donc bon de
peser sur les abus, de les offrir sous leur véritable trait; car à force de
clameurs on se fait entendre des hommes en place , qui ont toujours
l'oreille un peu dure, ou qui font distraits.
Il en reste bien d'autres à détruire, c'est l'ouvrage, du tems &
del’éloquence patriotique ; mais pourquoi les abus les plus intolérables
subsistent-ils malgré les livres & les lumieres, malgré les réclamations
universelles des bons citoyens ? C'est qu’il n'y a pas un seul abus dont
nombre de personnes ne tirent de grands avantages ; c'est que certains
hommes ne lisent pas, n'ont pas le tems de lire, & qu'ils ne font servir
leur autorité incertaine & passagere qu'aux vues d'une ambition petite &
concentrée.
C'est à un certain éloignement, c'est chez l'étranger, que les
abus d'un peuple ou d'une ville frappent plus directement l'observateur.

Source : Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris. Nouvelle édition


corrigée et augmentée, Amsterdam, 1783, t. 2, p. 201-205.
Bibliographie : P. Bourdelais (dir.), Les hygiénistes : enjeux, modèles
et pratiques, Paris, Belin, 2001. J.-B. Fressoz, L’apocalypse joyeuse.
Une histoire du risque technologique, Paris, Le Seuil, 2012. O. et C.
Hannaway, « La fermeture du cimetière des Innocents », Dix-huitième
siècle, 1977, t. 9, p. 181-191. E. Rufi, Louis-Sébastien Mercier
(Bibliographie des écrivains français), Paris, CNRS, 1996. L. Turcot,
Le Promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2007.
Le progrès scientifique et technique : son idéologie et ses
contestations

L’aérostation : progrès des sciences et rivalités internationales


(1783-1785)

[L’avènement de l’aérostation à la fin du XVIIIe siècle suscite une


vague d’enthousiasme dans le public pour les sciences et les techniques.
Les vols en ballon attirent les foules et symbolisent le progrès des
savoirs d’un siècle bouleversé par la victoire du système newtonien, le
développement de la chimie, la naissance de l’électricité. Dans son
Journal, Emmanuel de Croÿ-Solre (1718-1784) se fait l’écho de cet
enthousiasme pour les débuts de l’aérostation que les rivalités
nationales transforment bientôt en symbôle de modernité des Etats, à
l’image des ballons « défrancisés » de Vincenzo Lunardi (1759-1806),
au motif de l’Union Jack]

Les ballons et le progrès : le journal du prince de Croÿ (1783)

« Ce soir-là 30 septembre [1783], nous fîmes l’expérience de


remplir plusieurs bouteilles d’air inflammable de marais. Nous
l’allumâmes à mesure, puis nous en emportâmes. J’étais porté à ces
expériences par celle de la découverte de MM. de Montgolfier, la plus
belle du siècle, qui m’occupa extrêmement et me remit à la physique.
[…]
Ce fut le 30 août que je commençai à entendre parler, par le
Journal de Paris du 27, de ces grandes découvertes et expériences-là.
MM. de Montgolfier, deux frères très savants, à la tête de la
fameuse papeterie d’Annonay, vers Lyon, qui leur fait tant d’honneur,
raisonnant ensemble des expériences de Boyle sur les diverses
pesanteurs des différents airs, imaginèrent que cette différence,
devenant plus sensible en grand, par le déplacement ‘une plus grande
étendue d’air plus lourd par un air plus léger qui devait le surmonter,
s’échauffèrent sur cette belle idée et eurent, pour la première fois, le
courage de la mettre en pratique.
Ils cherchèrent les airs les plus légers et sans dépense. Ayant
imaginé la fumée de paille mouillée et de poils brûlés, ils firent des
épreuves. Ils y sacrifièrent une pièce de taffetas qui leur était venue
pour des doublures d'habit, se mirent à la coudre, la tenant serrée, y
firent entrer leur gaz ou fumée. Enfin, jour mémorable, étant à
Annonay, très occupés de leurs épreuves, le 5 juin 1783, la machine, en
partie remplie de ce nouvel air, leur échappe des mains et va se fixer au
plancher.
Qu'on se retrace, si l'on peut, la joie qu'ils durent ressentir On ne
peut guère la comparer qu'à celle de Christophe Colomb qui, à la veille
d'être obligé d'abandonner sa belle entreprise, aperçoit, le premier, une
petite lumière, à laquelle nous devons la connaissance de l'Amérique;
ou à celle de Copernic quand, de son temps, on découvrit les lunettes
d'approche pour prouver son système.
De là, tout de suite, ils éprouvent à l'air : même réussite. Ils
travaillent avec ardeur à de plus grands en toile, garnis de papier collé.
Enfin, le 5 juin, ils élèvent deux fois de grands ballons, devant tout le
monde, et en envoient le procès-verbal à l'Académie des Sciences qui
les pria de venir à Paris, répéter cette expérience à ses frais.
A peine cela est-il connu et répandu dans les journaux, que
tous les physiciens s'échauffent l'imagination, voient déjà les voyages
par l'air plus faciles que sur mer, et qu'on s'empresse d'en faire des
épreuves. MM. Charles et Robert, physiciens, y travaillent, une
souscription nombreuse du café appelé le Caveau, au Palais-Royal, s'y
joint, on se dispute, chacun veut avoir la gloire, enfin on fait au mieux,
et à grands frais, un globe de douze pieds de diamètre, de taffetas enduit
de gomme élastique et rempli de l'air inflammable six à sept fois plus
léger que l'air, tiré de l'effervescence de la limaille avec l'acide
vitriolique. C'était aller, tout d'abord, à peu près, à ce qu'il y avait de
plus parfait.
Aussi, malgré la pluie et l'orage, devant presque tout Paris, au
Champ-de-Mars, le 27 août 1783, on lâche ce globe qui s'enlève comme
un trait jusqu'à cinq cents toises au moins, perce la nuée, se voit encore
au-delà quand elle se dissipe, enfin s'élève à perte de vue et ne retombe
qu'à cinq lieues de là. Cette réussite, complète malgré le plus mauvais
temps et tous les obstacles, enchanta tous les spectateurs. On comprend
bien que les amateurs ne s'en échauffèrent que davantage. On fit
plusieurs expériences en petit, on vendit des globes et de l'air, et tout
réussit.
Cependant, M. de Montgolfier travaillait au sien pour
l'Académie. Le Roi et la Reine ayant voulu voir cette singulière
épreuve, on l'apporte à Versailles, il se prépare dans l'avant-cour, devant
un monde étonnant. Il faisait beau sa machine de 600 aunes de toile
garnie de papier collé en forme de tente à la-turque, de 60 pieds de haut
sur 40 de large, est remplie de son gaz de paille brûlée, en dix minutes.
On y suspend une cage avec un mouton, un canard et un coq, on coupe
les cordes, et cette grande machine s'élève majestueusement, va passer
par dessus la chapelle, et le vent l'emporte à une demi-lieue de là, où
elle tombe doucement, et où on trouve les animaux en bonne santé le
Roi fit mettre à la Ménagerie le mouton, pour conserver le premier
animal qui a ouvert la route des airs.
De là, tout le monde s'empresse à donner des idées et à
préparer de nouvelles expériences. Beaucoup de globes d'environ six
pieds de diamètre, réussirent. Un, avec transparent, à la fête du duc de
Crillon, reste onze heures en l'air, un autre va à six lieues. Mais le
décisif fut l'expérience que M. de Montgolfier préparait dans des
jardins, au faubourg -Saint-Antoine, à ses frais, et pour examiner tout
l'effet de son invention, qui n'est pas seulement admirable par la
découverte, mais surtout de l'avoir tout de suite imaginée en grand, et
d'avoir trouvé un gaz pratique et point cher.
Ce fut le 15 octobre qu'où je viens de dire et devant un monde
prodigieux, un homme s'éleva en l'air pour la première fois. Ce fut M.
Pilâtre de Rozier, physicien, qui en mérita l'honneur par le zèle qu'il
montra toujours pour cette découverte. Le 17, M. de Rozier y remonte
avec un réchaud à faire du gaz, et se relève d'un arbre par lui-même.
Enfin, le 19 novembre, dimanche, beau temps calme, devant plus de
deux mille- âmes, M, de Rozier s'élève quatre fois différentes, les deux
dernières avec un compagnon. Ainsi deux et trois hommes se tinrent en
l'air, à au moins 300 pieds de hauteur, retenus par des cordes, la
machine pesant 1.000 livres, la galerie 500, le tout ayant 70 pieds de
hauteur, sur 45 de large, rempli de son gaz en cinq minutes, et à sa
volonté. Deux fois il frise la terre et se relève en faisant du gaz. Ainsi,
point de risque à descendre. Voilà une réussite complète, et deux et trois
hommes élevés et soutenus à volonté dans l'air, chose, jusque-là,
absolument impossible !
Je fis venir aussi de ces ballons de Paris, et M. Mouron, bon
physicien, s'en étant bien servi, tout le commencement d'octobre, je
m'amusai extrêmement à enlever de ces globes-là devant tout le monde,
.à enflammer, en versant de l'eau dessus, de l'air des marais que nous
prenions au mieux, et à détonner l'air de limaille avec l'acide vitriolique,
toutes expériences très neuves et très frappantes, qui nous amusèrent
fort, ainsi que de lire et bien étudier les livres de M. Sigaud de Lafond
que j'ai cité, et tout ce qui se fit et s'écrivit à ce sujet, qui occupait tout
le monde avec d'autant plus de raison que voilà, à peu près, la première
vraie découverte faite par des Français, et, après l'électricité, la plus
grande du siècle.
Il me parut, d'après l'expérience, que l'embarras était la
prompte perdition de cet air subtil dont je trouvai une échelle graduée,
qui fait que les machines ne peuvent rester longtemps en l'air, mais elles
avaient l'avantage de descendre' doucement et sans risque, et, au long
temps près, on remédiait aux difficultés.
M. Franklin, auteur de la découverte de l'électricité du
tonnerre, dit, au sujet de ces globes, qu'on appela aérostatiques : « C'est
un enfant. Peut-être ne sera-t-il que peu de chose, peut-être aura-t-il
beaucoup d'esprit. Il faut voir à compléter son éducation ». Mais les
hommes enlevés, comme j'ai dit, par M. de Montgolfier, du 15 au 19
octobre 1783, commençaient à fixer l'enfant d'esprit. […]
Le Journal de Paris du 26 octobre nous donna un article si
curieux, que je le fis imprimer séparément à Calais et à Valenciennes, et
répandre partout. Cela en valait d'autant plus la peine, que je donnai à
dîner, ce jour-là, à un monsieur qui était témoin, et que l'habile M.
Dagelet me manda le détail en savant, d'où je vis que les deux hommes
avaient été élevés et sans risques ni peine, à deux cents pieds au-dessus
de Montmartre, et descendus de même.
Ainsi, de mon vivant, on a fixé le système de Newton, M.
Franklin a conduit le tonnerre, on a découvert les longitudes, les
marées, M. Cook a parachevé la connaissance du globe dont on ne
connaissait guère que moitié, on a trouvé les airs factices qui faisaient
partie des corps, et on a analysé l'air. La chimie et les hautes sciences se
sont éclaircies et prouvées, etc. Enfin, voilà des hommes élevés dans
l'air à de grandes hauteurs, ce qu'assurément on aurait juré impossible, il
y a un an, sans compter tout ce qu'on perfectionna ! »

Source : Journal inédit du duc de Croÿ (1718-1784), t. 4, publié,


d'après le ms. autographe conservé à la bibliothèque de l'Institut, avec
introd., notes et index par le Vte de Grouchy et Paul Cottin, Paris,
Flammarion, 1906-1921, p. 306-311.
Ballons et rivalités nationales : le ballon de Lunardi (1785)

Ill. 47

Source : Julius Caesar Ibbetson, Ascension de George Biggins dans le


ballon de Lunardi, 1785, huile sur toile, 50,5cmx61cm, Neue
Pinakothek, Munich.
Bibliographie : M.-P. Dion, Emmanuel de Croy (1718-1784). Itinéraire
intellectuel et réussite nobiliaire au siècle des Lumières, Bruxelles,
Editions de l’Université de Bruxelles, 1987. P. Keen, « The
‘Balloonomania’ : Science and Spectacle in 1780 England »,
Eighteenth-Century Studies, n°39, 4, p. 507-535. M. Thébaud-Sorger,
L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, PUR, 2009. M. Thébaud-
Sorger, « Nation fière et nation légère. L’Angleterre, la France et
l’invention des ballons», Documents pour l’Histoire des Techniques,
2010, n°19, p. 229-241.
Critique de l’académisme et des académiciens : Shadwell et Marat
(1676-1791)

Une pièce satirique à l’encontre de la Royal Society et les savants :


The Virtuoso (1676)

[The Virtuoso est une comédie du dramaturge anglais Thomas Shadwell


(1642-1692), produite en 1676 au Dorset Garden Theatre, qui a connu
pendant plus de trente ans un grand succès en Angleterre. Il s’agit d’une
satire de la Royal Society et de ses savants, inspirée d’expériences
rapportées dans la Microcraphia de Robert Hooke ou dans les
Philosophical Transactions.]

[La scène s’ouvre et on découvre Sir Nicholas apprenant à nager sur


une table, Sir Formel et le Maître-nageur sont debout à ses côtés.]

« Sir Formel
Je ne doute pas, Sir, qu’en un court espace de temps, vous deviendrez
une Curiosité pour cette Science aquatique, et en cela vous ne sauriez
être surpassé par une respiration de Grenouille. Quoique j’avoue que
[vous êtes] le plus curieux de tous les Animaux amphibies dans l’Art,
si je puis dire […].
Maitre-Nageur
[…] Sir Nicholas, c’était admirable, c’était la meilleure nage qu’aucun
autre Homme en Angleterre ne saurait faire. Observez la Grenouille.
Remenez vos bras un peu plus proches, puis tendez-les brusquement -
rassemblez un petit peu plus vos Jambes. Donc, c’est très bien.
Incomparable.
Entrent Bruce, Longvil et Lady Gimcrack.
Bruce
Ne les interrompons pas, Madame, mais observons un peu cette
Curiosité.
Longvil
C’est une noble Invention.
Lady Gimcrack
C’est une chose à laquelle le Collège n’a jamais pensé.
Sir Nicholas
Laissez-moi me reposer un peu pour respirer. C’est donc merveilleux,
mon noble ami, d’observer l’agilité de ce bel Animal qui, bien que j’en
empêche le mouvement, par la détention de ce fil entre mes dents, qui
crée une ligature autour de ses reins, et bien que par de nombreux arrêts
soudains j’ai parfois conduit l’Animal à couler ou immerger, malgré
cela il parvient avec son activité infatigable à remonter et à rester de
tout son corps à la surface de l’Elément humide.
Sir Formel
C’est vrai, Noble Sir. De même que je ne doute pas que votre Génie
conduise votre Art à égaler, si ce n’est dépasser, la Nature. Aucune
grenouille ne saurait non plus mieux nager que vous sur Terre.
Sir Nicholas
Mais je ne doute pas, Sir, que dans très peu de temps je pourrais devenir
amphibie. Un homme, par son Art, peut s’approprier un Elément pour
lui. […]
Sir Formel
Attendez, Sir Nicolas; il y a ici ces nobles Gentlemen et Philosophes,
que j’ai invités pour embrasser vos mains; et je ne suis pas peu fier
d’être l’instrument bienveillant et heureux […] de l’échange familier
qui va s’opérer entre de tels excellents Virtuosos.
Brice
Nous sommes […] vos humbles Serviteurs Sir Nicholas.
Longvil
Nous devrions nous penser très honorés de prendre connaissance d’un
Virtuoso si célèbre.
Sir Nicholas
Vous êtes les bienvenus dans mon modeste Laboratoire; et si je peux
vous être d’un quelconque service dans la voie de la Science, ma nature
est de la diffuser, et je serais heureux d’échanger avec d’éminents
Virtuosos puisqu’il m’a été dit qui vous étiez. […]
Sir Formal
Le monde entier est fier de Sir Nicholas pour son excellence physico-
mathématique. […]
Bruce
Nous sommes tous deux vos admirateurs. Mais parmi toutes vos
inventions, aucune n’égale celle-ci portant sur la Nage. […]
Longvil
Avez-vous déjà essayé dans l’eau, Sir?
Sir Nicholas
Non, Sir, mais je nage excellemment sur Terre.
Bruce
Avez-vous l’intention de pratiquer dans l’Eau, Sir ?
Sir Nicholas
Jamais, Sir. Je déteste l’Eau, je ne m’aventure jamais sur l’eau […].
Longvil
Alors il n’y a aucune utilité au fait de nager.
Sir Nicholas
Je me contente de la partie Spéculative de la Natation. Je ne m’intéresse
pas à la pratique. Je fais rarement quelque chose pour l’utilité, ce n’est
pas ma façon de faire. La Connaissance est la fin ultime. […]
Sir Formel
Etudier en vue de l’utilité est vil et mercantile, bien en deçà du
tempérament serein et calme d’un Philosophe apaisé. […]
Sir Nicholas
[Par ailleurs] J’ai réalisé d’admirables effets en utilisant la transfusion
du Sang, en transportant le Sang d’un Animal dans un autre.
Sir Formal
Sur mon Intégrité, il a mené la transfusion à l’Acmé de la perfection, et
il a l’ascendant sur tous les autres Virtuosos en ce qui concerne cette
opération. Je l’ai vu faire les plus admirables effets au monde sur deux
animaux ; le premier était un animal domestique appelé communément
un Epagneul Galeux ; l’autre était une Créature moins avenante,
communément appelée un Bulldog Bruyant. Je vous en prie, Sir,
expliquez cela.
Sir Nicholas
Mon but, Sir, était que les deux animaux soient l’Emetteur et le
Récepteur en même temps. Une fois que j’ai fait les Ligatures aussi
dures que possibles afin de rendre la veine jugulaire turgescente, j’ai
ouvert les artères carotides, et les veines jugulaires en même temps et
ainsi ai provoqué l’échange de sang de l’un à l’autre.
Sir Formal
Et ce qui arriva par l’Opération était miraculeux, car l’Epagneul Galeux
devint bruyant, et le Bulldog Bruyant devint Galeux. […] »

Source : Thomas Shadwell, The Virtuoso, 1676, Acte II, scène 2.


Les académiciens ou les Charlatans modernes de Marat (1791)

[Jean-Paul Marat (1743-1793), médecin, physicien et révolutionnaire,


publie, en 1791, Les charlatants modernes, ou lettres sur le
charlatanisme académique dans lequel il s’en prend aux académiciens,
« faut amants de la vérité, apôtres sincères du mensonge, adorateurs de
la fortune »]

« On répete de toutes parts que ce siécle est celui de la


philosophie ; mais cher Camille, quel contraste entre nos prétentions
ridicules et notre stupide crédulité ! Jamais on n’entendit tant vanter nos
lumieres, et jamais on ne vit tant de visionnaires, tant de dupes. Depuis
plusieurs années, le peuple de tous les rangs ne court-il pas, à l’envi,
après d’effrontés jongleurs, ne se fait-il pas gloire de s’attacher à leur
char ? […]. Dans les classes inférieures de la société, les connaissances
se bornent à quelques procédés mécaniques et aux moyens de se tirer de
la misere. Dans la classe mitoyenne, elles se rapportent à quelque
profession, quelqu’art, quelque science, et aux moyens de prendre ses
avantages avec adresse. Dans les classes superieures, elles ont pour
objet l’art de plaire, de parvenir, de jouir, pour ne rien dire de l’art des
expédiens. Ainsi, dans toutes ces classes, l’éducation tend presque
uniquement à exercer les organes, à cultiver la mémoire, à étouffer le
naturel, ou à former l’ame à la dissimulation, à l’astuce, à l’intrigue.
Restent donc ceux en qui les lumieres semblent concentrées, et qui
s’érigent en précepteurs du genre humain : mais pour un sage, que
d’hommes vains et superficiels ! […].
Si on recherchait avec soin [la cause] de la crédulité, qui
déshonore la génération presente, peut-être la trouverait-on dans la
préférence marquée que les sciences ont obtenue sur la littérature.
Celle-ci, s’efforçant d’instruire et de plaire, cherche à parler au cœur et
à la raison : celles-là, ne voulant qu’endoctriner, disposent à l’amour du
merveilleux. L’étude de la nature, si simple dans ses moyens, si féconde
dans ses résultats, offre une infinité de phénomenes surprenans, qu’il
n’est pas aisé d’éclaircir : ne pouvant les ramener à des causes
naturelles, on leur en suppose de merveilleuses, et si les hommes ne
peuvent pour toujours se défendre de cet écueil, que feront des écrivains
médiocres, et cette foule d’écrivains ignares qui ne cessent de
barbouiller du papier, sur la phisique, l’histoire naturelle, la chimie ?
Crois-moi, Camille, les savans ont si souvent gâté le jugement des
amateurs, en les accoutumant au merveilleux et à un jargon vide de
sens, que c’est à qui l’emportera en stupidité ; et par une suite
nécessaire de cette malheureuse disposition d’esprit, plus un ouvrage est
inintelligible, plus il est en possession de plaire. On objectera peut-être
que Mesmer et Cagliostrio ont trouvé plusieurs suppôts dans l’académie
française et n’en ont pas trouvé un seul dans l’académie des sciences.
Mais on ne fait pas attention que l’académie des sciences compte au
nombre de ses membres les médecins les plus accrédités de la capitale :
et tu conçois ce que peut la jalousie de métier […]. Ainsi, l’étude des
sciences, qui procure si rarement de vraies lumieres, traine presque
toujours à sa suite la crédulité et la superstition ; preuve évidente qu’elle
ne convient pas à la multitude. Mais ce n’est pas de Mesmer et de
Cagliostrio que tu veux être entretenu ; leur regne est fini, et ils sont
presque oublié : c’est d’une autre espece de charlatans, toujours au
milieu de nous, courans les cercles, encensés par les trompettes de la
renommée, engraissés par le gouvernement, et dévorant, dans l’oisiveté
et les plaisirs, la substance du malheureux artisan, du pauvre laboureur
[…].
Cher Camille, si tu prends la peine d’examiner cette foule
d’opinions erronées et absurdes qui déparent les sciences exactes elles-
mêmes ; ces rêveries publiées tour à tour sur l’histoire naturelle, la
chymie, la physique ; cette foule de systêmes qui s’entre-détruisent
réciproquement : tu seras surpris de la confiance de ces Messieurs dans
les lumieres du siecle, et des complimens sans fin qu’ils se font sur les
progrès de la raison, sur le regne de la vérité. […] La manie des
systêmes s’est […] emparée de tous les savans ; mais elle ne donne pas
la même allure aux chymistes et aux physiciens. Tandis que les derniers
s’efforcent de ramener à un seul agent tous les phénomenes de la nature,
les premiers multiplient ces agens à l’infini ; ils prennent pour principes
simples les résultats de la résolution des mixtes, et comme ces résultats
varient avec les substances qui les ont fournis, ils en font des élémens
différens. A quel nombre prodigieux n’ont-ils pas porté les acides, et à
quel nombre prodigieux ne portent-ils pas les gaz aériformes ? Si tu
parcours la multitude des volumes publiés depuis quinze ans sur ces
gaz, tu y chercheras vainement des expériences saillantes ; mais tu y
verras dix mille petits faits qu’ils ont retournés, de toutes les manieres,
et dont ils ont presque toujours tiré des inductions contradictoires.
D’ailleurs, dans leurs écrits, pas un principe lumineux, pas une loi
certaine, pas une conséquence exacte, pas un phénomene bien vu. Aussi
leurs sublimes découvertes se réduisent-elles à confondre tous les êtres,
et à replonger dans les ténebres les matieres les mieux éclaircies […].
Ce seroit un beau spectacle, que celui d’une société de sages,
unis par les liens de l’estime et de l’amitié, cultivant de concert les
sciences, accueillant les vérités nouvelles, propageant les découvertes
utiles ; conservant le dépôt des connaissances certaines, consacrant à la
patrie le fruit de leurs travaux ; tous animés du même zele, tous heureux
du bien qu’ils auroient fait ! On applique aux compagnies savantes ce
touchant tableau, j’en cherche par-tout le modèle ; et ne le trouve nulle
part. […] Tu es étonné de cette légion de savans, vrais ou faux, que le
gouvernement entretient à grands frais, et du peu de progrès que les
sciences font parmi nous. Tu ne conçois pas la seule académie de Paris,
qui jamais ne fit rien pour l’honneur de la nation, coûte annuellement
dix fois plus à l’état que tous les grands hommes qui illustrerent le
regne de Louis XIV. Tu te récries que l’on accumule sur la tête d’un
académicien oisif, plusieurs pensions, dont une seule suffirait à
l’entretien d’un homme de lettres laborieux. Tu t’indignes de ce que,
pour gorger ces gens-là, on crée même en leur faveur des charges sans
emploi, et qu’on y attache de gros honoraires. Enfin, tu gémis de ce
qu’on arrache le pain à des malheureux, pour le donner à des
saltimbanques […]. Ne confond pas de grace, les académies de
provinces avec les académies de la capitale. Les premieres sont des
associations formées par la vanité de petits importants qui cherchaient à
jouer un rôle, et par l’ennui de petits amateurs qui ne savaient comment
tuer le tems. Mais les dernieres sont des enfans de l’orgeuil des
ministres de nos rois. De graves politiques les ont regardées comme des
excroissances nécessaires dans un grand empire, ne fut-ce que pour
servir au faste du monarque. […] Pour répandre les graces du prince, la
seule regle à suivre serait de ne les accorder qu’à ceux dont les travaux
ont procuré quelqu’avantage réel à la nation : encore ces graces doivent-
elles surtout consister en distinctions glorieuses, monnaie qui n’épuise
pas l’état, et qui a tant de prix aux yeux des belles ames, quand on sait
en être avare […]. Mais enfin, s’il est indispensable qu’un savant ait de
quoi vivre et de quoi travailler, que sa pension ne s’étende qu’au simple
nécessaire, et qu’une petite somme une fois payée, le mette en état de se
procurer les instrumens dont il a besoin ».
Source : Marat, Les Charlatans modernes, ou lettres sur le
charlatanisme académique, Paris, Marat, 1791, p. 5-12.
Bibliographie : B. Bensaude-Vincent, L'opinion publique et la science.
A chacun son ignorance, Paris, La Découverte, 2013. O. Coquard,
Marat, Paris, Fayard, 1993. J. M. Gilde, « Shadwell and the Royal
Society: Satire in the Virtuoso », Studies in English Literature, 1500–
1900, 1970, vol. 10, n°3, p. 469-490. J.-B. et J.-F. Lemaire, J.-P.
Poirier, Marat homme de science ?, Le Plessis-Robinson, Synthélabo,
1993.
Les maladies des arts (1777)

[Bernardino Ramazzini (1633-1714), docteur en médecine de


l’université de Parme en 1659, est devenu en 1682 professeur de
« médecine théorique » au sein de la nouvelle université de Modène.
Son Essai sur les maladies des artisans (1700) connaît un grand succès
dans les métropoles industrielles que sont Venise, Paris et Londres.]

Arts contre Nature (1777)


« Préface de l’auteur
Il y a, dans la société des hommes assez mal intentionnés pour accuser
la Nature, cette mère bienfaisante de tous les êtres, de n’avoir pas veillé
sur l’espece humaine avec assez de prudence é de circonspection ; & de
n’avoir pas prévu tous les dangers auxquels l’homme est exposé par les
circonstances de sa vie. […] Cependant le plus injuste querelle qu’on
lui suscite à ce sujet, & qui lui fait donner si mal-à-propos le titre de
marâtre, c’est d’avoir forcé l’homme à pourvoir chaque jour à
l’entretien & à la conservation de sa vie, qui, sans ce secours, seroit
bientôt détruite. […]
Ne seroit-il donc pas permis d’assurer que cette nécessité, qui donne
aux animaux, même les moins raisonnables, un instinct presque
ingénieux, a fait naitre tous les Arts, soit méchaniques, soit libéraux, qui
malheureusement sont altérés par quelques maux, ainsi que tous les
biens dont l’homme jouit ? En effet, ne sommes nous pas forcés de
convenir que plusieurs Arts sont une source de maux pour ceux qui les
exercent, & que les malheureux Artisans trouvant les maladiesles plus
graves où ils espéroient puiser le soutien de leur vie & de celle de leur
famille, meurent en détestant leur ingrate profession. Ayant eu, dans ma
Pratique, de fréquentes occasions d’observer ce malheur, je me suis
appliqué, autant qu’il a été en moi, à écrire sur les maladies des
Artisans. »
Source : B. Ramazzini, Essai sur les maladies des artisans, trad. A.-F.
de Fourcroy, Paris, Chez Moutard, 1777, p. lix-lxii.

Les maladies des peintres selon Ramazzini (1777)


« Les compositeurs ont en outre un autre malheur à craindre ; leurs yeux
sans cesse attachés sur les caractères noirs, s’affaiblissent peu à peu et
ils ont naturellement les organes mal constitués, ils deviennent sujets à
la faiblesse de la vue, aux gouttes sereines et aux autres maladies des
yeux.
Dans les mêmes pages, le médecin rapporte l’histoire de deux frères
imprimeurs qui abandonnent leur métier pour ne pas devenir tout à fait
aveugle. »
« Les ouvriers, en petits objets, sont donc forcés, pour apercevoir
distinctement leurs ouvrages, d’y fixer longtemps les yeux par une
espèce de mouvement tonique continu. En outre, tandis que les yeux
sont fixés et constamment attachés sur les mêmes objets leurs humeurs
s’épaississent, deviennent opaques et leur vue s’éteint petit à petit.
Ainsi, quoique la nature leur ait donné de très bons yeux, ils deviennent
myopes et louchent. Tels sont les malheurs que ces artistes retirent de
leurs talents. »

Source : B. Ramazzini, Essai sur les maladies des artisans, trad. A.-F.
de Fourcroy, Paris, Chez Moutard, 1777, p. 472 et 438.

« Des Maladies auxquelles sont sujets les Mineurs » (1777)

« Les mineurs qui, dans l’énorme profondeur où ils travaillent,


entretiennenet, pour ainsi dire, un commerce avec les enfers, nous
fournissent un exemple frappant des vapeurs mortelles & empestées qui
s’exhalent des filons méalliques. Ovide a très bien dit à ce sujet : « Les
hommes peu contens des abondantes moissons & autres alimens qu’ils
retiroient de la terre, allerent fouiller jusques dans ses entrailles, pour en
arracher les trésors qu’elle tenoit cachés dans les lieux les plus
profonds, comme si elle eût craint d’irriter leur convoitise » […]. Il
reproche aux hommes leur avarice & leur folie, quileur a fait tirer des
entrailles de la terre, & montrer à la lumière, ces vils métaux dont nous
faisons nos richesses, & que nous rendons, comme l’a dit Pline, le prix
de tous les autres biens, quoiqu’ils soient vraiment l’origine & la source
de tant de maux.
L’expression d’Ovide peut aussi très bien se rapporter aux maux
physiques qui attaquent le corps des Mineurs. Les maladies auxquelles
ils sont sujets, aussi bien que les autres Ouvriers de ce genre, sont, pour
l’ordinaire, l’asthme, laphtisie, l’apoplexie, la paralysie, la cachexie,
l’enflure des pieds, la chûte des dents, les ulceres des gencives, les
douleurs et les tremblements des membres. Ce sosnt donc les poumons
et le cerveau qui sont affectés dans ces ouvriers, mais principalement
les premiers. L’air porte avec lui dans ces vicères, les particules
minérales dont il est infecté ; ces substances exercent leur première
action sur leur tissu, &, bientôt reçues dans les organes vitaux, le cœur
& les vaisseaux, elles se mêlent au sang, elles altérent la nature du
verceau & du suc nerveux, & produisent, par cette altération, les
tremblements, les stupeurs, & tous les maux détaillés ci-dessus. Telle
est la cause de l’excessive mortalité chez des Mineurs ; aussi leurs
femmes sont-elles souvent veuves […]