Vous êtes sur la page 1sur 21

MEMBRURES COMPRIMEES

Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com

Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com
1. Introduction
• Une structure comporte des éléments qui résistent aux efforts de compression
– Les piliers, des poussards, les diagonales
– Si excentricité faible  l’élément est comprimé centriquement
2. Charge ultime des colonnes courtes
Nu = A . fy donc N  Nu A : section brute
Nu = charge ultime d’écoulement plastique
3. Charge critique de flambement plan élastique
• La résistance ultime d’une colonne élancée comprimée centriquement est
inférieure à la charge d’écoulement plastique
• La théorie élastique du flambement plan à été développée par EULER ( au
milieu du 18ème siècle).
• La théorie d’Euler repose sur les hypothèses suivantes:
– La barre est parfaitement rectiligne
– La barre est parfaitement articulée à ces deux extrémités
– Le moment d’inertie I et la section A sont constantes
– Le matériau est homogène isotrope
Source: et indéfiniment élastique
www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com
– La charge appliquée est rigoureusement centrée
– Les extrémités ne peuvent subir de déplacement transversal relatif

Flambage plan d’une barre biarticulée

• Équation différentielle d’équilibre :


d 2 v Nv N
2
 0 on pose   2

dx EI EI

• La déformée est sinusoïdale

Source: www.almohandiss.com
• Source: www.almohandiss.com
La charge de flambement N cr est égale à la charge pour laquelle la barre est en
équilibre indifférent.
 2 EI
N cr  N E 
L2
• Le cas de la barre biarticulée à ses deux extrémités constitue le cas
fondamental de flambement.
• La charge critique des barres présentant d’autres conditions d’appuis
– Est calculée en introduisant la notion de longueur effective Le
– Le est la distance séparant deux points d’inflexion de la déformée
– L’expression généralisée de la charge critique de flambement s’écrit

 2 EI  2 EI
N cr  N E  
KL  2
Le 
2

• La contrainte moyenne de compression vaut donc


N cr  2 EI
 cr   E  
AKL 
2
A
 2 EI KL I
 cr   E  2 avec   et i 
 i
Source: www.almohandiss.com
A
Source: www.almohandiss.com

Flambage d’une barre comprimée

Longueur de flambage d’une barre comprimée


Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com
4. Critique de la théorie du flambement Eulérienne.
• La théorie d’Euler fût très longtemps négligée
– Parce qu’elle n’était pas corroborée par les résultats des essais
– Les barres de longueur courantes présentaient une capacité portante
inférieur à la charge critique Eulérienne
• Les raisons de cette concordance tiennent
– Au comportement du matériau qui ne présente pas un domaine élastique
indéfini
– Aux imperfections inévitables des pièces industrielles
– La transition entre la charge plastique et la charge critique Eulérienne est
progressive ( figure 5.3.C )
– Pour les grands élancements, ces courbes sont proches d’Euler
• Lorsque l’élancement diminue l’écart devient sensible
• On constate que la charge ultime de flambement Nk = A k est plus faible que la
charge critique Eulérienne Ncr = A cr

Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com

Allure des courbes de flambage selon les hypothèses effectuée


Source: www.almohandiss.com
5. Imperfection des barresSource: www.almohandiss.com
industrielles
• Une barre industrielle infirme les hypothèses du flambement élastique
– Homogénéité du matériau varient point à point
– L’axe de la barre présente un défaut de rectitude (processus de fabrication)
– La charge ne peut jamais être appliquée centriquement
– Présence de contraintes résiduelles
– La déformée initiale de la barre, son axe n’est pas absolument rectilignee
• Les divers imperfections font en sorte que dès le début de mise en charge
– Des sollicitations parasites de flexion se développent dans la barre
– Ces sollicitations croissent avec l’augmentation de la charge
– Effondrement quand équilibre entre forces intérieures et extérieurs n’est
plus possible
– La charge ultime de flambement Nk est atteinte
– Nk < Ncr

Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com

Flambage par divergence de l’équilibre

5.1. Influence de la déformée initiale sur la charge ultime de flambement


• Soit une barre biarticulée comprimée axialement avec N
– La barre présente une déformée initiale (mode fondamental)
x
v 0  e0 sin 
L
dv 0
– La pente 0  avec cos 0  1 et sin 0  0
dt Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com

Influence de la déformée initiale sur la charge ultime de flambement

• L’équation fondamentale d’équilibre de la colonne à courbure initiale


d 2v N d 2v N   x
 v0  v  0 ou   v  e0sin 0
dx 2
EI dx 2
EI  L 
Source: www.almohandiss.com
• Source:
L’expression de la déformée www.almohandiss.com
additionnelle v
e0 x
v 2 sin 
 EI L
 1
NL2
• L’amplitude de la flèche additionnelle en x=L/2
N
NE e0
e  e0 , etot 
N N
1 1
NE NE

6. Charge ultime de flambement plan


6.1 Généralités
• La C.E.C.M a entrepris des travaux
– Des milliers d’essais effectués sur des barres industrielles
– Des simulation numériques pour évaluer le comportement de telles barres
• La comparaison des résultats d’essais et simulations à montré une excellente
concordance
• Sur la base de ces travaux des courbes de flambement sont établies

Source: www.almohandiss.com
• Chaque courbe est établieSource: www.almohandiss.com
en tenant compte des critères suivants:
– La forme de la section
– Le plan de flambement
– L’épaisseur des parois
– Le mode d’élaboration
• La simulation numérique à été conduite à l’aide d’un programme de calcul
permettant la prise en compte:
– Des non linéarités matérielles et géométriques
– Des imperfection géométriques initiales d’amplitude e0=(1/1000)L
– L’intensité et la distribution des contraintes résiduelles ont été formulées
sur la base de mesures expérimentales

6.2. Courbes Européennes de flambement


Nk 
N , 
Np E
Nk = charge ultime de flambement
E
N p  Af y , E   N = force portante réduite
fy  = élancement réduit
Source: www.almohandiss.com
• Source: www.almohandiss.com
Le tableau ci-dessous donne E en fonction de t et fy

Épaisseur t Fe360 Fe430 Fe510


(mm) fy E Fy E fy E
t  20 255 90,2 280 86,0 380 73,9
20 < t  30 240 92,9 265 88,4 360 75,9
30 < t  40 225 96,0 250 91,1 340 78,1
t > 40 210 99,3 235 93,9 320 80,5

Principe d’établissement des courbes de flambage


Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com

Courbes Européennes de flambement

Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com

Table des sections des courbes de flambement

Source: www.almohandiss.com
• Source: www.almohandiss.com
Une étude propose des expressions analytiques des courbes de flambement
pour   0,2
On pose 
  1     0,2    2

 est donnée par le tableau 5.14. ci-dessous

Courbe a0 a b c d

 0,125 0,206 0,339 0,489 0,756

Valeurs du coefficient 

0 ,8
 fy 
 mod    
 235 
2
    4 2
N 2
2

Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com
7. Longueur de flambement
• L’hypothèse de barres articulées, encastrées est rare
• Il faut évaluer correctement le degré de restreintes aux extrémités
7.1. Cas le plus général
• Évaluation du coefficient de flambement
– Colonnes à nœuds fixes en translation:
1  0,145ki  k s   0,265ki k s
K
2  0,364ki  k s   0,247ki k s
– Colonnes à nœuds mobiles en translation:
1  0,2ki  k s   0,24ki k s
K
1  0,8ki  k s   0,60ki k s
• Calcul des coefficients ki et ks
RC  Ri
ki 
RC  Ri   R p
i

RC  Rs
ks 
RC  Rs   R p
s Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com

R s
p Rs

R
i
p
Rc

Ri

Modèle pour le calcul de ki et ks


Rc = raideur de la colonne à vérifier
Ri = raideur de la colonne inférieur
Rs = raideur de la colonne supérieure
 R p = somme des raideurs des poutres arrivant au nœud inf
i

R
s
s = somme des raideurs des poutres arrivant au nœud sup
Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com
Avec
4I Ip 4I i 4I s
Rc  ; Rp   ; Ri  ; Rs 
l lp li ls
 = Coefficient dépendant de la configuration de la déformée de l’élément
considéré
1. Cas des poutres des portiques contreventés
– Simple courbure

2  2
 1
1

– Empêchement de rotation à l’extrémité 2

2  0  4

Source: www.almohandiss.com
Source: www.almohandiss.com
– Rotation libre à l’extrémité 2

2
 0,5  3
1

2. Cas des poutres des portiques non contreventés

– Double courbure
2
1  6
1

Source: www.almohandiss.com