Vous êtes sur la page 1sur 2

TRAVAIL A RENDRE 10/04/2020 IDMANE MOHAMED 2GC2

1) Question de réflexion sur l’histoire du système portuaire au Maroc :

Depuis toujours, les ports jouent des rôles fondamentaux dans le développement du commerce
international, de l’aménagement des territoires et de développement économique.

Le Maroc se situe à l’extrémité Nord-Ouest de l’Afrique, n’est séparé de l’Europe que de 14 Km. Trait
d’union et point de friction entre l’Afrique, L’Europe et le Moyen Orient. Et contient presque 3500 Km de
côtes qui se divisent sur 512 Km en Méditerranée et 2422 Km en Atlantique. Tout cela a fait du système
portuaire marocain un système très ancien qui revient jusqu’au XIIIème siècle. Les ports marocains ont
connu nombreux développements surtout pendant le XXème siècle. Par exemple, l’élargissement
fondamentale du Port de Casablanca qui a fut de ce port de devenir le premier au Maroc et en Afrique
vers les années 50. Le port Fédala (Mohammedia) se développe par l’installation de sea-lines (première
au Maroc et en Afrique) en 1952. La construction du premier terminal à conteneurs au Monde à
Casablanca en 1942 qui a aidé le port de Casablanca à détenir le monopole dans la hiérarchie portuaire
marocaine dans le trafic Conteneurisé en assurant à lui seul plus de 98% du trafic.

Mais, le Maroc n’a pas réussi à déployer une référence mondiale malgré tous ses avances dans le
continent Africaine à cause du manque des études et de la politique du « bricolage » qui a mis fin à
plusieurs ports au Maroc.

2) Comment se présente la nouvelle stratégie portuaire du Maroc en termes de régionalisation et


répartition territoriale ?

La capacité des ports marocains nécessite d’être renforcée et adaptée aux nouvelles exigences du
transport maritime et d’être bien répartie sur le littoral marocain suite à l’accroissement incessant de la
demande.

Par ailleurs, et compte tenu du processus de régionalisation avancée dans lequel le Royaume est engagé,
les ports doivent accompagner le développement intégré et durable des régions sur le plan économique
et social. En effet, chaque région devra tirer parti du rôle moteur de l’activité portuaire et du rôle
structurant des grands chantiers lorsque de nouvelles infrastructures portuaires sont créées.

D’où la nécessité d’avoir des ports performants qui deviendront des acteurs du développement régional
du territoire et de contribuer aux équilibres régionaux du Royaume et favoriser le développement social
et humain.

- Répartition des pôles portuaires :

[NOM DE L’AUTEUR] 1
TRAVAIL A RENDRE 10/04/2020 IDMANE MOHAMED 2GC2

 Le pôle de l’Oriental :
Nador-ville aura 2 ancrages ; au service de l’industrie et de l’économie locale et port rapide roulier en
direction de l’Europe du Sud au service de l’ensemble du pays. Le port de Nador sera un point d’équilibre
régional au nord du Royaume qui agira, à la fois en termes de complémentarité et en termes de
concurrence, avec les ports de la région de Kénitra-Casablanca.

 Le pôle du Nord-Ouest :
Il verra Tanger ville se tourner résolument vers le tourisme et les services (croisière et plaisance) tandis
que Tanger Med s’affirmera comme le port majeur sur le Détroit (conteneurs notamment en
transbordement, roulier, ferry), à la croisée des grandes routes maritimes Nord-Sud et Est-Ouest.

 le pôle de Kénitra-Mohammedia-Casablanca :
-Casablanca s’orientera vers les produits unitarisés à forte valeur ajoutée (conteneur et roulant)
-le port historique (zone de la pêche, réparation navale, Tarik) évoluera dans une optique d’ouverture
vers la ville avec notamment le môle Tarik qui deviendra un terminal de croisière en lien direct avec le
centre-ville.
-Les autres produits non unitarisés (vracs, néo-vracs, conventionnels) seront transférés progressivement
vers Mohammedia et vers un nouveau port qui sera construit dans la région de Kénitra.

 Le pôle Abda – Doukkala :


-il restera un centre de l’industrie lourde avec entre autres l’OCP, l’ONE et la SONACID ancrés sur Jorf
Lasfar. Le projet d’une nouvelle raffinerie d’hydrocarbures sur Jorf amènera à envisager une extension
portuaire de grande ampleur. Avec la croissance des besoins énergétiques et la nécessité d’améliorer la
compétitivité de l’OCP, un nouveau port vraquier va être construit au sud de Safi.
-Le port de Safi ville, maintenant ancré à la région de Marrakech par la régionalisation en cours, restera
un port de commerce généraliste au service de son hinterland proche (céréales, conventionnel,
conteneurs en feedering).

 Le pôle de Souss-Tensift :
Agadir sera un pôle d’équilibre inter-régional au centre du Royaume en complémentarité et en
concurrence avec les ports de la région de Kénitra-Casablanca.

 Le pôle des Ports du Sud :


Regroupe 3 ports principaux : Tan Tan où l’ONE pourrait construire une centrale thermique au charbon et
qui est susceptible de jouer un rôle particulier dans la problématique énergétique de la zone ; Laâyoune
qui reste un grand port de pêche mais également de commerce tourné vers les îles Canaries, l’OCP y
disposant d’infrastructures portuaires dédiées ; à Dakhla, le port actuel situé dans la baie, est en cours
d’extension pour répondre à la demande immédiate.

[NOM DE L’AUTEUR] 2