Vous êtes sur la page 1sur 53

.IR1

1

1

1

1

(;

I.'N

1)

,\

Il

M

l

lt

l

'

Annexe B

ÇTA '1' - MA J( )I( c; L:N 1:luL

SUI'ERIEURE

1

.-

RE 'TION

1311 PERSONNEL

Rut: Fritz

Tuussaint

47

Le 09 Dec 76

No DSP/lOlS

--------------- 1050 BRUXELLES

Tf : 02/640. 10.00 - Ext

! a

!

A

DPS (2 Ex)

Info : Chef EMG Gd '

DSO

OBJET : Mutation de deux membres du BCR.

Sur ordre du Chef EMG Gd, les MDL MAQUET, Thierry

(45146 1036) et

actuellement affectés

au BCR,feront mutation immédiatement par NS pour le 5 Gp Mob.

Ces mutations seront confirmées par le plus prochain

BP .

Pour DSP absent,

PIRE

LtCol

DSP Adj

DOCUMENT No 2

Rapport

BSR Bruxelles

"Coup

d'~tat"du

en

annexe

: - extrait rapport

b

Sûreté de

10-9-1 973

1'Etat

@

-

extrait

"Spécial"

-

rapport

Commandant

du District

en néerlandais

Au Csmd de la Cd -DO0

OmT: Tnfo coup Réf: Telex EMtG-

j:

6

Suite au télex oit4 en réfCrence et au informations parues di la "Gazet van Antwerpen" et 1 'heodomadaire "~péoial",relatives aux possi- Mités d'un coup d'~tat en Belgiqug,la BÇ3 a fait une enquête dans les milieux politiques de la capitale et spécialement dans les milieux d'ex- trême-droite.

De cette enquête il ressort qu'il y aurait des "oontactsw,mêrnc actuellement,entre oertains milieux financiers et des groupements poli- tiques d'extrême-droite et ceoi dans le but de noyauter nos institutions par des éléments favorables A la doctrine d'extrême-droite .NOUU n'avens

e&- <.SI%

-b-

-1.e-

-

->,

- -

i

**

toutefol8

imminente par la force.

pu recuellllr auoune infornvtlon relative,A une prise'&A pouvo

w

Parmi les quelques groupements d'extrême-droite,le NEM-Club (~ouvelEurope Magazine-~1ub)est le plu6 important.En tput ors celui-01

semble être le mieux financé et le mieux structurk .Il a des seotions ,cian

quelques grandes villes du pays.

Le NEM-Club de Bruxelles est très actif : dditlon du mensuel "~eNouvel Europe Vagazinen,édition de nombreux papillon8 et rff iohes, organisation de confCrences et de fêtes.

-- -fi

ïe rddaoteur en chef de ce mensuel.est le nommé:

LECEiiF Emile,Edmond

. (I .--

be1ge

Journaliste, nd A St biard le 14.4.2C, domioilié à Etterbeek,rue &kens,n05.

Ce dernier a de combreuses relations dans les milieux d'extrême-droite.1

8 dk6 membre

des groupements "Mouvement dlAotion ~ivique"(MAC) et "Jeune

Europen,tous deux aotuellement dissous mis dont la plupart des membres

ont adhéré aux NEM-Clubs. LECERF est aotuellement celui,qui publiquement,passe pour être le dlri- geant spirituel du NEM-Club.

PIFET J8oques,Joseph, - belse,

nd A Etterbeek le 31.7.38 et domioilld A BruxellesD8v

18 Nivaolqnol, ne serait qu'un "homme de pnille".

LECERF Ernils a'ippu~surtout sur:

NANCY Claude,Ernest,Alfred, belge.

doatour en mécieoirw,

NANCY 8'ocoupe de l'informrtion et de la dooumentution du mouvemnt.ïl entre également dons ses Intentions de former un pupe de jeunes milit

et de leur faire suivre un entrafnement dq.Judo,korate,eto que I

les familiariser aveu les techniques de .1 propagande politique.11 a Ctl

,Pinsi

comme LECERF?membre du MAC-et de Jeune Europe.

Les différents NEid-Club8 du pays ne oomptent que peu de membies

(2 &O0 d'après un dirigeant) et en gdnéra1,ceux-ai sont peu enthousiasti pour des actions sur la voie publique et ont peu d'exprérience 8' ce euJc

(mnifestations,collage d 'offiches,eto

) .C'est ainsi que les colleurs (

affiches se font rdgulièrement identifier par la police.

autre part,il semble que l'organe "~eNouvel Europe Magazine" connaft Urie bonne diffusion,partioulièrement A Bruxelles et A Liègeq,oe qui laisse supposer qu'en plus des membre8,le NEM peut compter sur un or grnnd nombre de sympathisante. Le NEM-CluD aerait financd et dirigé par une sCrie de peraoml:

e.a.

$:Mr

:

VANZN BOEYNAhTS,Ministre de la D6fënËe kiationala.

2O le Comte de SREY Arnoül,Marie, belge,conseiller social; né B Woluwé St Pierre le 26.4.25, domicilid A Uocle,rue Roberts Jor.es,no30.

Ce cernier serait ex-chef du Protocole du Ministère de la Coopdrai au Développement.Il est l'époux de la Bnronne VAN ZEZWND,Marie,nde B St Josse-ten-Noode le 27.10.27.

3' de BONVOISIN Em;Mnuel,Morie, belge,docteur en droit,administrateur de sooidté, né h Verviers le 23.7.10 domicilie? b Uccle,avenue de Messidor,n0204.

.

.

L' intdressd est administrateur de la Banque n~elgolaisenA Bruxell

4' Ecuyer de BONVOISIN Benoit, belge,

nk

B Etterbeek le 14.03.3,

'

domicilid B Etterbeek,= St Miohel n'>O.

Il est le neveu du no? et serait un uni intime et oollaborateur de

Mr VANDES X'EYNAER'S.

Cette liste n'est pas l~rnitative.

Les autres groupements d'extrême-droite frmoophones tels que le "parti ~uropden"et "Wallnnie"(iuuvement ptionnliete ) ne 8 'entendent apparemment pas idéologiquement avec le NEM-Club et ne semblent pas dis- poser d 'un financement important .le Parti Europden ne oompterait qu 'une centaine de membres et d'après nos infoniiptions,"~allonie" ne oornpteroit

que 6(six) membres.

Las groupemants d'extrême-droite flmnds tels que VMODWe~-Diet St Wrtensfonds ne semblent pas avoir dtd contactd8.Toutefois une per- sonnalité flnmnnde aurait étd contactée.11 s'agirait d'un certain M? VOL;LEMAERE,ancien fonotianripire du Mlniatkre de la Coopération au Dé- veloppenent et habitant Malines.

En ce qui conoerne notre enquête &na le8 nublieux des foroes armée celle-ci r dt6 trba dieorèts et ne nous 8 pas permis de reoueillir des inîormrtions préoisee.ie SDRA est certainement mieux pl806 pour

6-

reouelllir des renseignements dnns ces milieux.11 nous est toutefois revenu qu'aprbs la parution des articles en question ciam Ir "ûmzet van ~ntwerpen"et âans "~p6cial",le nom de l'ex-gdndral JANSSENS Emile de 1 Foroe Publique a fait l'objet de oomentairee âans le Club Albert de la Caserne hudouin B Bruxelks.

Au ooura de l'enq~ête~d'eutresnoms nous ont 6t6 oitds,n!aisinou n'avons pas pu ddterminer,jusqutbprésent,le rôle ?ou6 ou A Jouer par c. personnes dons oette affaire:

ORTEZA Philippe,belge oinéoste-Journaliste, nd B Malines le 29.2.1940 domicilid A Ixelles,rue E.Vanden ~riesscris,n~48.

+

Ce dernier travaille A Média-Press A Bruxelles et dirige les servio photographiques du NEM-Club.

B. de MARCKE de MERKEN,identitd inconnue.

CECCCK

M.J

Cd.

bs

EXTRAIT D!J FAPPOZT SEiiSTRIEL DE LA S.E. - 197;5

'A

- EXTREME-DROITE

RUMEURS ---------------------------------------------------- CONCERNAKL' DES PROJETS DE PUTSCHE EN BELGIQUE.

~'hebdomadairefrancophone de Bruxelles, "SPECIAL", dans son numéro du

dans son numéro du 5 september, avaient

15 aoat, et lUhobdomadaire flamadn "KNACK",

lancé le bruit que des éléments appartenant à différents groupuscules d'extrêrne- droite, et notammen aux NEM-Clubs (~ouvelEurope ~agazine-Culbs),préparajent un coup dlEtat en Belgique, en collaboration avec un certain nombpe d'officiers. Ces deux journaw- paraissent avoir été les seuls à fournir un nombre abondant de détails

à ce sujet. Les autres journaux belges de différentes tendances, qui' ont fait allussion à cette gffaire, se smt contentés de ccmmenter les articles parus daqs les deux journaux précités.

Cesijet a également fait écho au -dela de nos frontières, si bien que des rumeurs les plus fantaisistes ont parfois Tait la une des colonnes de la presse gtrangère.

b

Après s'être livré à un examen critique des arbicles de "SPCIAL" et de "KNAXC"on peut fprinuler les conclusions générales suivantes:

A côté de quelques éléments positifs figurant dans la prasse, la plupart des renseignenents sont très vagues ou exégérés ou faux ou inventés ou bien manguent de précisions. Bien qu'il ne soit pas du tout exclu quedes groupuscules ou personnalités d'extrême droite aient eu des contacts avec certains milieux ou personnalités militaires les articles de "SPECIAL" et de "KNACK" revêtent soit un carctère sensationnel soit un asprct provocateur.

Dans le cas d'une provocation, plusieurs sources peuvent être envisagées.

Aussi bien l'article de "SPECIAL" que celui paru dans "KNACK" pourrait être inspiré par une personne, qui, animée d'un sengiment de vengeance, s'est servie de ce moyen pour kxtériorier des rancunes personnelles.

'Elne provocation pourrait également émaner soit des milieux d'extrême droite ou anti- communistes soit de milieux militaires, adversdires du Ministre de la bsfense Nationle et du Gouvernement actuel.

Qumi qu'il en soit, il est certain que ces derniers temps, les milieux patriotiques et les mouvements anticonunistes ontété sensibilisés par les exagérations de l'extrême geuche et qu'une réaction s'est fait jour aussi bien dans les milieux modgrés que dans ceux de droité et d'extrême droite.

Notons que les mildiux d'extrême àgauche -spécialiement le PCB- bien que ne coroyant pas à la posbilité d'un putsch, ont profité de cette affaire pour étoffer leur propagande contre la soi-disant fascisation du régime.

- I

Dans ce numéro de

du 22 août 1973

La couverture

La plus énor~itecomète, jamais

observée de mémoire fonce ii une vitesse inimaginable \,ers notre système so1:iire. Elle passera i proximité du Soleil.

A toutes les $poques de l'histoire.

ses pareilles fureiit gc'iiériitriçes de terreurs. de légtndes.

dc préiiioiiitioiis

(Plus que 146 jours. page 38).

Belgique. énoncer une conspiration dérange évideniiiient ceux qui la! préparent. Mais la nouvelle embarrasse aussi étrangement ceux qui ont charge?

(Ce coup d'Etat qu'on nous prépare. page 20). 3

d'éclairer l'opinion

Dossier Qui donc est l'Irlandais. personnage romanesque et ambigii, victime d'une lanientablc gucrrc civilc? Le romancier et le poète. mieux que le sociologue, vous le dévoileroiit. (Un personnage en mille morceaux. page 34).

Affaires mouvement de grève spontané,

Un

mais réfléchi: celui de Brassico Ghlin. Et. une fois de plus. pour un statut syndical qui s'interprète. (La spontanéité réfltchie, page 44).

Notre temps Un café du centre de la ville ferme ses portes et du même coup s'effacent près de cinquante ans de vie bruxelloise. C'était le dernier (( cafconc )) de la capitale (La mort du (( Sainte-Catherine )>, page 54).

'CIAL - 22 AOUT 1973

. --.-

Il est du devoir d'une presse libre de dknoncer les atteintes à la sécurité de I'Etat, écrivions-nous à cette place, la semaine dernière, en i\ntroduisant notre article sur la préparation d'un coup d'Etat en Belgique. II n'est pas bon d'avoir raison avant les autres. Nos révélations sur l'institut concentration~iairede Brasschaat. le de- sastre d'Etrimo. et le mystère de la fcintile coupée en morceaux. l'ont prou- vé à suffisance. Aujourd'hui, une fois de plus. la presse francophone nous reproche par son silence embarrassé de jouer les Cassandre. Un silence, qui n'est au de- meurant que le reflet de son apathie foncière et de son peu de goût pour I'information véritable, celle qui ne provient pas nécessairement des allées du pouvoir ou des dépêches des télé- scripteurs, qui exige un travail en pro- fondeur pour des journalistes dignes de ce nom. La grande presse flamande, en re- vanche, n'a pas hésité, même si, en toute logique, elle avait le droit sinon le devoir de ne pas se jeter tête baissée sur I'information que nous divulguions. En l'occurrence, elle a scrupuleusement accompli son métier. C'est tout à son honneur. Et ce ne sont pas ,les rodo- montades, directement inspirées par la conjoncture politique, d'un Josse Van Eynde qui nous inquiètent. L'homme poursuit une certaine logique. Son grand mérite consiste au moins à en avoir une, et de la traduire dans ses écrits.

L'histoire de la comète qui viendra troubler le ciel de vos vacances et, bientôt, celui du mois de janvier, n'est

sans doute pas rassurante. Il s'agira cependant d'un étonnant spectacle qui, dans 146 jours, nous sera offert. Mais ceux que travaillent les grandes frayeurs ancestrales, seront donc déçus. Nous ne sommes pas des oiseaux de mauvais augure, ni les porte-parole des Témoins de l'Apocalypse. Le phénomène est à ce point rare - il provoque d'ores et déjà l'émoi du monde scientifique - qu'il

« cover

story ». C'est pourquoi Ghislain Cotton s'est colleté avec la cornete (( Kohoutek ».

Elle n'aura bientôt plus de secrets pour

*

*

convenait de lui accorder la

VOUS.

-LE

~uurvOtCATQU'ON NOUS PREPARE

Huit jours ont passé sur la nouvelle que des officiers et

CS ultra. en contact secret,

A

mettaient sur pied un coup dlEtat. Une semaine d'écoulée.

C'est le moment.de

faire le point en attendant la suite

En Belgique. révéler qu'un complot

parquets, en sont dcpiiis loiiçteinps per-

se prépare contre le rkgiine (diiiis des

milieux bien spécifiés ou tout le

do-

nionde maine très secret, c'est qiic lu conspira-

étape

suadées. Ce qui est nuuvcnu. dans ce

tion

franchi.

depuis

peii.

une

sait qu'il se trouve des opposants déter- minés il ce qu'ils appellent le Système)

a de plus quand

les deux courants

sub-

c'est engendrer des réactions significati- versifs souterrains se soiit rencoiitrks.

ves sans doute mais bien troublantes.

A priori, trois départements ministé- tion du processus jugée suffisaminent riels sont particulièrement concernés par alarmante en liaut lieu pour que dcs de-

On a enregistre. dès lors. uiic occéléra-

niissions

exécutés par ceux dont In chiirgc et le

dit

plus lii

de

moins en nous autorisaiit à peiiscr que.

2

Un

tel stiide.

la situation

etiiit

siiffi-

siin~iiicntséricuse pour la porter i Iii sur le plan objectif, le dossier de- connaissance cide nos lecteurs. Ils ont

détails, certifie dans sa globalité.

C'est

de

un fait acquis que des officiers

et des

à

en

PLIrce

Ont

Ob~ectiuité

public- cornrnciit

ce

qui est

un coup

réagi

théâtre

eu

véhicules de l-information desquels que elle

pour le démentir ou le dénier.

ble

nos polices politiques, qu'elles dépendent

directement du gouvernement ou des la ,,o,,,~I~~,Estimant. il faut le croire.

visée francopholle a

siir I'existeiicc. et les visies du coinplot'? Qu'elles sont du m2ine <( toniieau » que l:i laussc nou~ellr- signalie par Spé-

- de I'assassin;it du ministre de

cial

lit Justice. Or. ce cariular, de n1aiiv:iis

goût niais tout

que. est tellement bien un fait réel qiie

la police en a identifié l'auteur. une feinme. S'il se renseigne i bonne sour- ce. M. Van Eyiidt: en apprendra sans doutc davantage à ce sujet. Et i pro-

pos.

p:is sriilerneiit. iii niéiiic p;irticulière-

de mtme syinptoniati-

une telle affaire: l'Intérieur. la Justice voirs cornpli.mcnt:iirc.s et dcs

,et Iii Défense Nationale. S'ils n'ont ni expressément définies nient été aussitôt

l'un ni I'liutre réagi publiquen~ent. on

pcut croire qu'ils n'en sont pas pour iiu- méticr coiisisteiit ii ;issiircr ILI sécliritP

tant restés iiisensibles h nos révélatioiis. du Pouvoir. iiicrit. le fait d'officiers fraricophones :

On peut égalenient conjecturer que, d'or-

dre supérieur, des enquêtes sévéres vont NO1i"l'avoiis

être et menées avec diligence.

Ce qui prouve que, cc nivelu. on ajoute foi h ce que nous écri\oiis.

coup

d-étiit qli'on nous prép;ire est 1.affaii.e de

une

lVabsencede toute controverse, même de

conccn- triitioniiaire de Brasschaat, le désastre

ultra, du désir de du aussi considérable que préoccupant? Etrimo et le inystére de la femme cou-

pouvoir par la force. coiisidérerit Un E~ ~'~~i~~i~~belge pas pée en morceaux - que nous avons

tel coup d'Etat comme le meilleur - et le seul - moyen de chasser un résime

et

dénaturé. il est non moins évident que, le temps passant, ces conspirateurs ont dressé des plans et élaboré des pro- grammes dans le sens de Cette action:

parlementaire qu'ils jugent impuissant

éclairci avant la Justice - on a tente de

conscience professionnelle. Mais au-deli

meure et existe. Tel que nous l'avons ou- admis ces vert. Composé de faits et d'éléineiits que

iiussi. dc lu coiispir;itiori qui n'est

coiiinie ii;i~ixIl;iiiiiiiids. l'ont écrit scs coiifrére.; des joiir-

;

Ainsi.

cil dehors de deus quotidieiis

:

et dauiijoui-n;ilistcde radio ~l~,~~~d

I;, presse~r.~gr.~~~ilforillationcstiil~c

ticnt

i se persuader

SpCcial

et

de

nous

-

que

ce

seuls.

C'est

-

'

1

:it~itudequi n'est pas d'liier. A l'époque

de nos rivélations sur l'institut

~.~~~~~i~~de

les

nous isoler derriire le même mur d'iner- fie. Mais le sileiice établi. en hâte. au-

tour de nos propos ne constitue en rien

L*~~~~~- evénemeiits nous a donné raison et reiidu

ignoré

I a

f

daêtreéclairée se sont. dans leUr grande majorité, bien gardé de porter

~-é~é~~~~~~isonattention.F,-,~-~~ un obstacle. A chaque fois. la suite des $

de la presse écrite, et télé- justice. II en sera de même ai.ec cette

affaire de putsch qui ne fait que com- mencer.

que le fait pour des militaires et des civils de ce pays d'aspirer h y instaurer un régime fort et de se prtip:irer à l'établir tant sur le plan tactique que politique, ne présente aucuii interèt pour leurs lecteurs, leurs auditeurs et leurs spectateurs. Seuls. la Go~etiun A~iric.c,t.- pen. le Staridaarti et la BRT ont. dans les heures qui ont suiki. fait écho à la divulgation de ces inquiétantes me- nées. M. Van Eynde aussi dans sa V01ksgo:~r. Qu'a-t-il dit des révélations

U

IIIcendies

Victimes

d I1ig n0rance

Deux faits troublants: alcirs que la

sirs.

moyenne annuelle des victimes d'incen- De plus. les Nord-Africains envoient dies en Belgique s'éEève à cent-vingt. beaucoup d'argent à leur famille non-

douze personnes sont mortes brûlées émigrée, et le nombre élevé de leurs

enfants diminue proportionnellement le niveau de leur confort. Mais les muu-

région

en six mois seulement et pour la seule

bruxelloise.

Et,

sur

ccs

douze

personnes. neufsont nord-africaines (huit

vaires con<liiions de

iopement

n'expii-

Marocains et Lin Algérien). et un di-

quent

pis

2

elles

seules

tous

\es in-

La i~it?cuiirinissancrdes drr1zger.s

du feu est r.esponsnb1e de

cendies II y a aussi qui naissent la méconnaissance dans leur demeure. du feu

et de ses dangers. En Algérie, au Ma-

de non?breux étrangc~rs vie des étrangers en Belgique, sans dou- roc, en Tunisie, on allume rarement des

OH Belgique. , - te? De logements surpeuplés, de vieilles poêles ou des réchauds a l'intérieur des

maisons 8: peine salubres? Oui, en par- tie. C'est d'ailleurs souvent davantage

seraient plutôt l'apanage des pays

tains étrangers, et plus particuliérement

tuellement, dans toute la Belgique et les Nord-Africains. vivent dans des mai-

plus particulièrement à Bruxelles, la

sans arrêt.

Maes,

été ravagés par le feu en quelques jours.

rene des

petit

ziéine travaillait coinme pompiste au ser-

vice

garagiste

nord-africain,

A cause des mauvaises conditions de

If! n7Ur.f

habitations. Le chauffage y est inutile.

et la cuisine se

prépnrc g5nL:ralcrncnt

Pendant les mois.d'été, les incendies

et des régions forestiéres. Pourtant ac-

«

La

pompiers

retentit

Laiterie

« Ca

va

D, le café de Romain seul >) a Vilvorde ont

chauds par choix :que par obligation que cer- dans des cours intérieures. Lorsqu'ils

par souci d'économie. Soit qu'ils sirent amasser en peu d'années un

magot

rapidement leur pays de soleil. Soit letir explique. Ga7: de v~IIc. bonhoi~ntset .

dé-

fortablement),setrouventconfrontésbru-

talement

a ces problèmes de feu inté-

rieur.

Et bien

souvent personne ne les

qui

leur permette

de

rejoindre

arrivent en Europe, les Nord-Africains, contrairement aux Grecs, aux Turcs etc.

si- sons misérables. Par choix, c'est-à-dire (qui ne vivent pas toujours plus con-

Pas de victimes. heureusement, dans qu'ils préfèrent consacrer Iciir urgent ii autres robiiiets de sécuritS ne font pas

ces trois sinistres.

des voitures, des vércmcnts ou des loi-

iilors I'objct JI: tolit le soin reqiiis.

/

'

[

:

.

.--

i

par un coup dfEtat?

Née de la hargne et de Ja grogne, une Cagoule à la belge médite un coup d'Etat. Nous avons nous aussi nos colonels et nos ultras.

Un

mouvement

d'extrême-droite

qui se prépare a un coup d'Etat en Belgique et organise déjà l'aprés- régime. Des plans stratégiques mis au

point pour réussir un putsch mili-

taire et, au premier plan, s'emparer

des points névralgiques de Bruxelles.

.< :. Ces deux hypothèses renversantes

< sont, depuis quelque temps, prises

?

k +-,-

S".,

.-.

.

"

ï

. 2

A<.+;,

.

*

.:".:b,

,;

L

extrêmement au sérieux par le Pou- voir au point que des missions de surveillance et d'investigation ont été assignées, de toute urgence, a la sé- curité de I'Etat. L'origine de cette brusque prise de conscience :

1. Les contacts discrets pris par des

personnalités (< ultra >> avec certains parlementaires aux fins de savoir quel comportement ceux-ci adopte- raient en cas de prise du ,pouvoir par la force. 2. Un trafic d'armes découvert à Liège dans ces mêmes milieux acti- vistes. Les appréhensions du gouverne- ment se sont révélées légitimes. Les rapports des experts de la Sûreté d'Etat confirment que les préparatifs

I

, d'un coup d'Etat sont actuellement

conduits en Belgique. dans le plus grand secret, par des officiers et des extrémistes de droite. Longtemps, il s'cst agi de deux conspirations pa'- rallèles qui n'accusaient aucune inter- 1 pénétration sérieuse. Mais, par la suite, les deulr courants se sont ren- contrés. Le moteur politique du coup de force a trouvé son ressort mili- taire. Ça ne s'est pas passé autrement en Grèce le 21 avril 1967.

Le putsch est prêt

A l'armée, l'idée d'un renverse- ment du régime par les armes est née de la violente opposition d'un cer-

tain nombre d'officiers qui se disent

loyalistes, à l'endroit du système po-

1

litique en exercice. Les errements et les atermoiements dont ce système donne trop souvent le spectacle, en

ment. Aujourd'hui, le pronunc miento est prêt. Sur le papier dans les têtes. Au point qu'il 1

dépit des efforts de certains hommes t 'cinq ou six semaines, des sanctic de bonne volonté, comme le sont as- 1ont dû être prises à l'encontre

surément quelques tenants du pou-

plusieurs officiers d'un régiment c

voir, les ont progressivement ancrés tonné dans le nord du pays

raison de leurs propos et leur comp

mettre vigoureusement de l'ordre tement (( subversifs

dans la pétaudière nationale, chas- Ce n'est pas un phénomène isl

Tel autre régiment - dont on ti le nom -passe pour n'attendre qu signal pour << passer à l'action )>. signal qui serait censé, par exem. venir du Palais et qui, bien enten ne viendra jamais, D'abord tra à mots voilés aux bars et aux ta1 de bridge, l'entrée en action pour

dans la conviction qu'il s'agit de

ser les politiciens en fonction et les remplacer par des hommes neufs, purs, forts et dynamiques. Au sein des clubs qui leur sont réservés, ces redresseurs de torts à étoiles ont, dé- laissant le bridge et les échecs, pris l'habitude d'un autre jeu: celui qui consiste, par exemple, a prendre la

capitale d'assaut en investissant les brutalement devenir une réalité

centres nerveux du Pouvoir. Le jeu cassante au cas d'une nouvelle

est vite devenu une préoccupation puis un programme. Le plan d'un putsch est né de ce qui n'a d'abord été qu'une rêverie et un divertisse-

cance du Pouvoir ou de toute ai crisespectaculaire du Régime. Vo) les choses en face: nous avohs a nos colonels. Des colonels qui, 1

Dans ce numéro de

du 15 août 1973

La couverture Les Etats-Unis in;inqiient de pétrole.

Ce n'est

de la graiide crise de I'éncrgic.

Dont nous serons tous victimes. Dem:iiti ou lin peii plus tard. (Pétrole: ii sec. pige 58).

quc ILI prciiiicsc étapc

-

~

pourrait éclater en Belgique. Et pourtant (Sommes-nous menacés par un coup d'Etat? page 20).

Affaires Neuf ans après la fusion daAgfa et de Gevaert, Hendrik Cappiiyns dresse le bilan de ce mariape de raison. Et d'amour. Les Poulidor de la photo. page 36).

Notre temps:

Si l'on parle tant de l'infarctus. c'est qu'on le connaît mal. Et que le cceur, pour la plupart, reste un inconnu troublant. A ce propos, le docteur Barnard nous livre une passionnante mise au point., ceur qui nous agresse, page 50).

Des officiers et des ((ultras)) qui préparent un coup d'Etat'en Belgique? Géiiérrilement, une telle annonce ren- contre Ic scepticismé de beaucoup de monde et remplit d'une joie secrète le poujadiste qui sommeille en chacuii de nos compatriotes. Et c'est bien compré- hensible: qui s'aviserait de troubler le ciel sans nuage (malgré les (( petits )) scandales politiques) d'iiii pays oii il friit si bon vivre? Et pourtant. Les faits que l'un de'nos jotirn:ilistes révèle cette semainc tou- chent bien a la sécurité nationale. Plus qu'un état d'esprit latent, des indices précis et Lin faisceau d'informations recueillies par les services responsables de la sécurité du pays permettent au- jourd'hui d'affirmer qu'il ne s'agit plus d'une galéjade ou d'une espèce de monstre du Loch Ness estival qui réapparaît en période de creux )) poli- tique. A ce jour, on peut compter sur les doigts d'une seule main les personnes qui sont dans le secret des dieux. Une conspiration, quelle qu'elle soit, n'est pas rendue publique en la salle de la Madeleine, à Bruxelles. Mais une Presse libre a le devoir de la dénoncer.

*

Incroyable: des pompes d'essence sont fermées aux Etats-Unis. Les Américains n'en croient pas leurs yeux, alors qu'ils sont les premiers producteurs de pétrole du monde. La pénurie est-elle pour deninin ? Risq~ic-t-elle de traverser l'Atlantique ?

- Nul ne peut le dire, estime André Joveneau qui s'est livré à une longue enquête. Et d'ajouter que la pénurie ne sera pas provoquée par l'épuisement des réserves. Elles sont importantes et pourront encore assurer I'approvision- nement mondial au cours des vingt prochaines années. Cependant, les réserves ne sont pas inépuisables et le fait que les besoins

une

situation délicate que nous exposons dans le détail. Conclusion : l'or noir sera demain

ne

cessent

de

croître,

a

créé

\

cisons-le, entendent échapper par leur

la Défense

coinplot S. la tutelle de

nationale et mener leur propre jeu prendre à tous les mouvements d'ex-

dans leur propre intérêt.

Mouvement national de Wallonie dont la doctrine consiste A s'en

trên~c-gauchequ'ils soient commu- nistes, marxistes ou léninistes. Sous ces diverses appellations. il s'agit, en réalité, d'un siil et même mouvement macéré dans les nostalgies de l'Or- dre Nouveaii des années d'occupation et les'ferments d'un curieux <( gau- chisme dc droite )) nourri de racisme aryen. de friscismc A l'italienne, d'nnticommunisme primaire et d'at- lantisme forcené. Ce qu'on est con- venu d'appeler l'extrême-droite dans

les éditoriaux de la presse et les rap-

ports de police est cout~tii-iièrede la génération de ce genre de chapelles

souterraines que les polices politiques ont pris l'habitude de traiter avec indulgence dans la mesure où elles considèrent leur activité comme sté- rile ,et folklorique. Cette fois pourtant. les autorités responsables du maintien de l'ordre ont fini par s'inquiéter de la démar- che de ces courants de conspiration endémique. A la suite d'une affaire de trafic d'armes et d'édition de tracts. plusieurs leaders du NEM à Liège . entre autres un marchand d'automobiles et le fils d'un Améri- cain naturalisé. ont été entendus par

la police. Cette opération judiciaire

a coïncidé avec une campagne de

urovocation déclenchée par le mou- iement dans ~'ag~lomerationlié- geoise: jusqii'en plein centre de Se- raing-la-rouge. des slogans anti-bol- cl~eviquesont été (< bombés >> sur les murs. A ce moment, le département de la Justice n'ignorait pas que, le 23 juin dernier. le NEM avait or- ganisé, A Bo~isvnl.lin grand feu de camp solennel en l'honneur des (( camarades allemands )> réunis à la même heure .en un lieu tenu secret autour d'un même brasier allégori- que. On savait aussi que les conspira- teurs liégeois ont l'habitude de se réunir dans un grand h6tel du centre de la Cité Ardente où ils doivent se retrouver le 7 septembre prochain A 20 heures. On était également au coiirünt des tribulations survenues lors de la réunion du 30 septembre dernier oii un hôtelier de la place des Giiillcmitis, iiifortiii. uii dcriiicr riio-

ment de lil nature dc lit iiinnil'estiiiion

Un feu de camp incendiaire Du côté des civils, l'affaire remonte à 1966, l'époque où des nostalçiques du nazisme se sont regroupés dans une organisation secrète appelée (( Der Stahlhelm v. En décembre de la même année, l'association a tenu ses assises 1 Bruges. Par la suite, un directeur commercial de Grive- , gnée et un tailleur d'Amay, qui comptent parmi ses fondateurs, ont étendu le recrutesment à la région liégeoise. Dans la même volonté de regroupement, le Sint Martenfonds

' s'est ménagé, en 1968, une section wallonne qu'allaient animer trois ex- Waffen SS, un Glontois et deux Lié- geois. Mais les anciens combattants de l'Est qui avaient rejoint ses rangs n'ont pas supporté d'y coudoyer des inciviques et des collaborateurs. Ils les chassèrent en 1969. lors d'une

réunion, dans un atelier d'armiirerie de Liège. Cette épuration devait peu après aboutir à la création d'un club, le ((NouvelEurope-Magazine», en si-

de NEM ui allait rapidement pro- +II erer et prendre vigueur. En novem- bre dernier, un nouvel organisme de encore avec le

II a de ces coïncidences. Au moment

mërne où la Sûreté d'Etat M s'intéressait » au N.E.M.à l'injonction du ministre de la Justice. le bruit a couru. la semaine dcr- niére. à Bruxelles. que M. Vanderpoor-

ten atait été assassiné au Zoute où il a pris

quelquesjours de vacances. C'est

pondante anon) mc qui a transmis la fausse nouvelle à la police knockoise.

une corres-

qui allait se tenir sous son toit, a mis tout ce beau monde à la porte et l'a contraint chercher refuge dans un restaurant d'outremeuse où il a pu entonner tout a son aise au dessert les hymnes de guerre germaniques qui lui tiennent tant A mur.

Le souvenir de Berchtesgaden Tout ceci ne relèverait que d'un pittoresque de mauvais goût et d'une sinistre indecence si des indices sé- rieux n'avaient permis de comprendre que le temps des démonstrations

passives touche a sa fin.

1. Ces derniers temps, on a enre- gistré pliisieurs cambriolages de ca- sernes auxquels on n'a pas trouve d'auteurs ni d'explications. Or. il est établi que les conspirateurs réunis- sent actuellement des stocks d'armes importants.

2. La présence d'officiers et, dit-on

aussi. de magistrats au sein du NEM

a permis et facilité la conjonction des deux mouvements de subversion.

3. Les confidences faites A des par-

lementaires choisis pour leur esprit

non-conformiste et leur opposition au système témoignent d'un état de préparation tactique avancé.

4. Une délPgation de douze anima- .

teurs du NEM s'est rendue, cet été, . en Allemasne. Sous le prétexte de . vacances bn\.aroises. elle est allée en pèlerinase à Berchtessaden. Inter- venant dans un climat politique où, de l'avis de beaucoup de Belses, la dégradation des institutions monar- chiques et des affaires de 1'Etat s'ac- célère irréversiblement sous leurs yeux. l'existence d'une subversion secrète. inspirée, structurée et armée, constitue une menace qu'tl serait in- sensé de traiter avec indifférence et désinvolture. Au guuvernement, on commence à penser qu'il est vraiment trop confortable de prendre ces of- ficiers qui rêvent de prendre la rue de la Loi sous le canon des blindés pour des stratèges de café et ces activistes pour des desperados de mélodrame. La preuve. c'est que, depuis quelques jours, les uns et les autres sont dans le collimateur de I'Etat. La précaution est raisonnable. On a vite ses colonels au pouvoir r1ii:ind on n'y croit pcis.

l

Info

in

door

verband

de

net

rie

no;;lijke

staatsgreep

fr~:-.ùtalige o'ficieren

gepland

z?,?l:

'l:.; :.-.:;:"

r,13!!qr

<y,,,::

.?iP

,

y

', ,,

,

3' "

-1jzprs

t.ell;-

een

9r.r.o

o!;:!e!.!:oüd

.j-j:i3;,:l.C

r:et

y:-*:jg

J.-'::.',:Z

er.

r.l:el?

:j;i;:3L:

in

verband

xet

de

uy>:.:ln '.ekC, v?r:;?zer,

wij

.

+:,:-

,,

.

',,. ,

,.

-.eV:.- . o. :

. ,,

--i<:.:ao!*>I-~*,2!- ,;::a

.

.

5;. r.2 :e

;roc? o :'ricierer. en

tTL,:ii+l~erf.!

;-:e:iheh5e1-i

2e;eve~.

/,j::

,?.:.y

.'jIJ 2:-;.;::-.-:.

'.

.*:il ?ït hi,;

::e"

:.-,::

<;

c.1:

> .!

?::

,j.e

vier

i;èt

::~:lt::11~t?,i?eft cet

:;roc?

j-th:'

officie_"ey

i;aler',en

3!rver

te

een offi-

ïe

officie

enkele

:;éK

ciel.

;ci:,

c.frici2r?::

-li? vt?r- )in-]i:;i;z;:~q:;

de

222~: .!.jil

v;'.n

CF?::

1

%et, y.1.;:.

:,e!;!:c:i

?:-szrr:

'c-?.:,':.~l.

or;::'-.t

zsü?e::

vior-er,.

réi;ine

zo,,l, d2r,

'

.~

-: .er.c

r,,e*j:: !.-c;:t3;.t

te

1u.?y~2r:7r;;!:.::::II

)7.z:t'r,:?::

.

.

;:;!:IL.

-C.?Q!:-C::

y.*t

3.%':'.','Y

.,

.

,.,:1--.

.,.L !;eee:t

.':lx

=.--

iievrri.7 :d

hebben

or

.;te!.:n

toe-ezegd.

 

.

y

-2

.

!,

.? ::-

.::

t

-:?!-

tiepft

 
 

.'

m.-.,

.>

1

,

;; ,-.

; ; 3

?,

[?

:;e

:.

.

r. - y- :

:-

.,,;,,y. : y:.c7.,,*-

 

v.t,- ':y<-

:litle;.

 

,

3

.

-

.>

5s -:

-

hur. ,.py

-,,:

:,-

-1.'

v"rC;er

,-;ic-

t2

--

.*.-

 

.

.

-,

.A

v.

,

pi

;\

,

PI.

.

,

.

:

.

:

.

-.

-,. ,

<

.

,

p.--

:

c

,

,.!3:,':;5

'

:( ,.

'.

!

t.~::j.;o!i,l<r~-t :~ir2c: :.?c:>; ge:rraat

.-,

'.'

-

le

-

,

.

~;.onc.

i

:

e:- i-.aeveêl!-,e,?er.

I

I'

:il i-t,.zi~-e!:

'. =:

" '

,

pi-,bîz.

C'O f d

;\an

,<p

en

.,.

naôr

::lcrover

.<c ;<:e?ens bestezc? -.y?-

vt?r.i:ir

j.-.Gr,;

-:~or ezlce1e

heeft

'jn.,-' -:

'?pi;

-

--.

r'

of :'icj ers.:::

i 2

i,,; c:,?:?

,,ao i;

-.

-

;,-.:.;.?

'.:.d

-:,

:

-.,

.,

,

v,.!--::.:L;c.:p. -''<.f.

.

.

,

6

.-

.

-, ; 1.

.

. -.-:en;.i;>yd vol- ?cc;

,

.

:;;.':'.'.'S

6> :-.

1

.

.

, ; ; - , %. -

vr.,,r, y

: f .; - :: zic zna

i.,?t; te

doen

yc,;y

2-

-

y~~?r~2:;t;?.:

pie$ ,eA:

-,

'. >??

va,.,-.

a-,- ,

-: : .

',-j;

-,:

L

.

.,y.

.-.>.

"-'. -

.

z2t.Bs,;~-!.1~':;lj'

'

cas:"

zci-ts x.-,ie --PK niet

alleen

:.

iTA

te?.?:,?

:.:.:

'yt,ci;T

,,cqck.t cl:e

ir!z.rl.~:jr

-~*?.,+A

,,

.-

te

.

.

-

-

-

rrr>*

y~~~<~~-',,s::ne;:

~~-~I,:~~~~.;!-

;K

'~3-1 er

-

'

veel

7~ez-3er

03~\re:.

-- ,--,:.e

2:-

7.r~~:

-

-2

v,l;ii-.r:

vi-r;:?:

1:;

a?

ij

l;lj

,ni:!

i.-?.:;-::.

1:

en

,

.:.A

c~.i.!cr

':!r.,

:i.l

VC:,-:;:-;.~!?G

'

zl;ri .

.

O,?

z:ee,adceld

.n+t

;;:i:<~-

+,t

te

,O

:

.

or-snisatie

;:y?

.

~~.::.: 3.j~:- :e

#

J

,

-i

te

zxzk

.

.-

-

,.I,,&ri

;,>:j

.-.: 7.

-

.

,- -" :

8.

,=

~:,~~~?,i~:~t,i;i;eiji,3-~',:~:

-

7.:::::

-:- eorl

?n 3nf"t.r

3::er

.

.

i:~;

32s

de

uitgcrle!.:f

var.

y-,

de

?P.<

'

,i:;c:-

'

,.

na

'--::

.I

,.-l

;r:icjl:-

eer. ;e~r<rcLen. "iii

T

,:2.

-:

i~~,-;;:spri-

'.'c3rnL

kuiei.-.c

':ri:::'.%

:-.

"drin'n"

-;.

-vv

of Li~i~r:=1;

.l:lr.nnen

irae;

eer

^,;;~:'~-

-

?,-.

. ->.

.

~~~r-e?l~îtgtn.iar

:.- .2L-,

:a.

:

AL.,

:

2:-

SC:.:.

.

_RST

J:I .: -,'307 Le

::lnnr.en

van

 

i<ci:r?n.

.>vortui;C

;'on

het

?ll

k?r.

vk:

Li.:::.

A.

,,.:,

-

.

,

.:-.;-.:,L

-"

ve1,trlrle

;.!.il:r !iij

o,c

dit

;er:-,î

lcver-3e

aar.

é:-v

de

de

;ri::

c.ffj.cierir:

0:.

re:.i.:er::en

te ?P

ben

svin he t cl,ged:-r.r;

in cir 35:.1~~i:i

CAS.

.i.?ic., :

.,

-.

-e::

hi j ;e.~rri;t net

'?SC;I::;3

er.

hi2

.~rclcri+jft de

nislg);kin= vzn

riczt.

t:!:

;:;:p.

je

;czt;r.fli

ei5:.$c;c.:;t.~1:.à

.il? ;:cor

slecht

ÿ:ar.

-v31;c2cû

3.;;"" 2,

err. i.?rt~iekte- 'J3:1

hoo.-::itr. cch2lon

L)hL*.::E i;?r.!;-;r.?-:

,::crEez.

r-an

!e

.;;:-!

.

.

oc

522-n~ ans

ietroffen

r.:den

de

on

gesprek

ren

02

moyelijke

Gat

rîe?r,

voorS~~ei:ii:~~:e~;u!cr;cn

I.ez zou

.~t;~ats;rz:.;

biririenland

tr~ente

ir.

!-,;inden

die

veriedigi~gvan

omdat

volzens

het

.je

ri:'-:;:!*.îcht

:~e';.zrc i;e;:cven

ovrr!:ei?

7o;;eli Jlcx is. :te-::; vol~efiu>.;":','~ z3.~ ,:i: c??--tA>- de

uit

cer,

st:*:at~~reepzc-der

ciet

or

onze

:qo:!r.,yeyx:rg

3

3

vrG9y

dit

v3:.

6e

st3atç~olitieniet

zaken

te

vergemakkeli;

ken.

i!i:

sntxoordde

nlder

leggen.

.

.

,-:Czl?i;

2-

o;.ticir

.u.;s?riri ;VI: verjclrlerden net

:)AiJ1.ilE er.

Z;*.:?BS

DOCUMENT No

3

Rapport

BSR LIEGE du 23-8-73

Coup d'Etat

.

,,

.,

.

.

.

-

'

'L!

.

&

-.

-a

-

'

:

-

Au Commandant du ~imtriktde LIECE.

.

.

I

.

. ,>

.

.

.

.-

.

Y

.

-

'

.

-

.

;

.

2

.

,

'.,

,

b

-

OBJET i Coup dgQta

Rbf,

<

.

elciqua,

14 11 25

11, 17 15

.

.

.

.

.-

-

-.

,,a

.-

.

!

.

.-

73 et Aou. 73,. '

Bou.

'

+

.:,

.

.

-.

.

.

1

-

s

:

.

'.

I

.;

I

.

.

. -.

.

.

,

-

:

-.

.

.

.

,

,

.

.

.-3.

.

.

.

,.

,"

-;

~'aprb8no8 reneei~nementd,te de la wGa~et,Van

.

.

bntwerpene conet,ituo un

- Uo arti~lehbpeu prha sexnblablb aat 'paru dme

.:

.

;

,.'!;.

-

.

.

.

%+,

.

.

-.; .

sp6cialR

'

L.

,

'

no437 <La15 Aou.73. Ci-joint, une. copic de cet article-inti-'.,

tnlé Semmes-nova 'menacée jar, cbup'"d*état ?.'

-

a.

7.

'-,

n,.

Le Nowel Eurepe Magazine club (: ~H.E.M.V~~I~):est:nianF- b:

.

.

.L

.

2

-fest ment visé, maisls jo~~1ur1iati:rii6land les mou~e&anteF;:

--

et a accmndU.6 les fausqee &nfo'~ations.a-':',.* ;

.

.-

.:.

$

.r

.

. -. Il-nTy a pab -etide trafic 'd!rrmes d6couvert h ~ié~e

-

AP~-

.-.-

-

d '

4

. s:

;~;

*

,

des: personrias. =if&.es:+x:&~ft %l?pbJet.drune .*. i.3

.

.

.*

-

.

.+.>*,-&

"

.

. <

.

.

.

-

8

.-*:

.

:'

,

.

.

-.

.,

'"

::

.

-4

intervention

--

o.

' : ,-,Le banquet dont qaestion 6,ta%tg,osgauietS

-.-. -

parles

~nc.ie$

.

'

.::

.,.'

-+ -2:

.

-

.

.

=

"C

.

'

' ^ ceinbattanta de l~~s$,"qai.'SO~~s~~vh~ltmembres du

BW-CIU~. mais *.ppart ienïient: &>-O:

- 160

" Der ~talhelm~.b~.:%.

.

.'.

- -

:

-

- lons

.

.

-

.

'

.

:;,z 4,

A.".

.

x.

%

.:4

.

*>:

- -

<+

,.

4

.- -

'oiflrnisat ion jap~.e*';.:- 1.4

#.

.

.

-

.

.

'.

.

<Tl

%a-

réserve fais-

Y-

.

:

-,

'

.

.

.-.

.

T,,.

pr&é'i&riem&y'.'::

r

-

.

:. %- ccnnaisscndpzis d*0ffie'iérb

:

a

. , , ;- ,

'

Y.-%*,.;.

a3--.'

-.-

.-

:,-.'

'part3s':ide' Ces mouvement ê&. -.y;-

.

.

-.:

A,

'~ecercle des *~ffioisrede,.'r&seme

.

.

'

.

.

.

f'

\

; pas d'actlvit6

a Liège. Il-est,prCsidC par le colonel:1

:-.

en retraite

ti~if6subvereive* .

de NYS et nu' pe~t:'~aa-8tre suepecté d?at+,*;

.

.L

I

.

.-

,a- =-

.

c

'

 

.

 

.

 

A

noter que I*auteur.de lvaFticle de wSpécialn est la':

nomnt4

t

,

.

.

.

.

 

t

.-.,-

.

.

r'

/W A L H E E R , Pol Henri.Robert Joseph ~ené Belge - d'origine hollandaise.

t

Divorc6 a6 à ~iège,le HUSTING, 08 Catherine janvier 1920 dpoux en eecondas noces de MASQUELIER,Odet te journaliste domicili6 h WOLUWE St PIERRE avenue Orban, nO1ll.

Le NEM-Club est diriça

sur le plan national par t

.

!

8

)C L E C E R F

/

, Emile Edouard

journaliste. n6 A St Mard, Is 13 avril 1920

domicilid

rue La Vanelle, n03.

WOLUWE St PIERRE

I .I

1

4

A LIM;E, deat le nommdt

%D E II A Y B E

Raymond, Joieph

.- rorrésontant, d~rnî~îlid LIEOE.

,

Heratal le 15 juillet 1939

quai St Léonard, 11049.

CD 1321. ;

-

pm~~q

.@O, aeoond6 ,par quolqqai ippathtmaat 8, te18 8

-.

'

lot A M B E R 2 , Pimrre Ma~oelJeur Prurgoîi~'

3

4tudiant$ n/ :&-~ll~l~~~-~rits~~04.12.47

y domioilié,

Le prboité .cet parfoie 6ditem. rerpona8bls

chawmde ~îbmenceru,?*11.

d'affiches. Il donno.alors ltrdrerse ruivantei

Rd. Erneat .~olvay;'.ls HERSTWi

.

.

!

l,

Catts dernier@ adreeee est cells~dk-'noxm&8

.

i

.

.

+ 9 c H

O

W-M

. .

A K

E R

, piede mile ~os&h

n6 h Grivegnée,

,

,

.

.

le 18 novembre 1933

domicilie

avenue des Eglantiei-8-.n03, rbdldant '

A-BEYNE.r;HEUSAY,

8 .HERSTAL, Bd,.-,Exneet Solvay,

no15e.

'

'

Lequel, bien que6tant en lidison-~avea~UNEERT,nte8t.pi8 co~upour avei~une acti.vit6 au.seinid~.XE3f-~lub.

8

-

.

't

2.

.

3

4

.

*

.

. .

M .U L

.!

-.

.,

.

.

.*,

L E R

.

*

,

.

.

.

.,.,

'

*

, bila ~icolas'JO& Belge, srrmwicy, n6-

-.-

~aa:. ++-

k

.

domicilid h BERSTdL, .rue,deal Vo.sgsr8, h*8." -.-i

Le pr6cit6 ~sxploits.un--atë1~'èr;derdparaties -;

,;

-

./

5; 1~

,

--,

 

.

,

 

-

:s

 

?

.

 

-2

9.

,'

.

 

-

' .-,

:5

 

, -.- ' dgarmurerie h. LIMiE, :.rue--.~ani~ck,.n!l5c- :

.

.

-

*

:

.

, -2

.

.,,

*

*-:

,

.-

Y

,

,

.

-+

;

-

R"U Y FE s ,, bdr< ~eany~oî&G'' .

,.

.

.

.

-.

,

-

.i .-+

.Belge,

Directeur .commercial: s; :. : -.,.,b-t,'.,

_

.

,

n6 B ~iige,-10 24 e~Ut~.l923,domic~li6B >.;:

.

, .: -GRNMiNZE,.,rue.de &tIndustridrinoI.7 ci;: =

.

.

-.

:

.

.

:

N&~A&b.'këmbrs6 pour la rCgion

1-LOCAL

/C+,

.'.

--r ~45pnb ~tënt- ses rdunionk.~a~;~i&&~:fr8t1~li;tà68:.BÔÜ~~&,J. l:

ci-.

7

:.:,.:-

.

'

:L~G&,

'

-" .;

. -

-

'

':<

-.

--s

.::.--

r -

'-

-

Ct ,-.Fm 8'

.-'-4

.;&.: ;<7-; :>.:a.;>

.v

;

.

6

.

'

.-

,:. -Ce -:

d. -

*y-

*1

:.

;

A

ces .réunions assistent une cinq-nta,ir+e de ,per'8&.xfàe

.'&,jets culturale

-

,

-!.-,:

-.'

.-?,

.>

-

.

.'

.

-

.

.

in~itbeé-et pas. nécessairanent affili0es

sont exposCs, mais toujoure en rapport ayec ,leicîdo1o~Ie .&,'- !-

d'extr8me-droite.

I

Le NEF¶Wlub se déclare anti-comm&i6té ' et prétend dénon-

.

.

,

.,

cer toute8 lee activlt6s nefastee pu bon.fonctiorinanient dim, paye, cmnme Par exemple les gaapillagea et le. favoritimmea

, En ce moment, des affiche8 ~ont:~réparéespowla rentrés des classes, contre loensedgnemcnt r6nov6(ci-jolnt une phote-

copie).

Le DER

Mouvement bolné d'anciens SS, combattants du front de ltEet. Se déclare Européen et aati-communiste. ' Est dirigé P LIEGE par MULLER, Bnlle, d6Jh cit6 au NEMG.

STAUiELM.

Club.

Ses principaux e#mpathieants sont r

bS W 1 N N E N

, Chantal

Fanny

Belge, sans profeaslon ,

nt5

y domicilid , rue de la Gare, nolog.

Olona, le 15 juillet

1950

.

*

?".

r-: '.* RF~.~T!lrï;.:j

i:

1"

,*

*

:.&,!.,\tt

::a,

*

%VA*PJE-R

Vu *. ~ené

Joseph.

Hadelin.

",

Belge

ohauffacrr-livreur

. :. n6-B.Libge181002,mar6.1921,

"domloili6 B A M. A Y

,'

.

rue ~6eirbL6ga, n0.9

-.

.

.

qbACROXX

.

;&-?'i+

.

-

*

,".

-

. G

.

.

-*

.