Vous êtes sur la page 1sur 11

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/235437377

Etude critique des règles parasismiques Algériennes RPA 99 version 2003

Conference Paper · June 2009

CITATIONS READS

0 5,637

1 author:

Bachir Kebaili
Badji Mokhtar - Annaba University
17 PUBLICATIONS   2 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Reinforced recycled concrete View project

All content following this page was uploaded by Bachir Kebaili on 04 June 2014.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

ETUDE CRITIQUE DES REGLES PARASISMIQUES ALGERIENNES


RPA99 VERSION 2003

KEBAILI Bachir, REDJEL Bachir


ba_kebaili@hotmail.com
Laboratoire de Génie Civil, Faculté des sciences de l’ingénieur, Université Badji Mokhtar Annaba

Résumé : Dans cet article une étude critique des Règles Parasismiques Algériennes RPA99
version2003 est faite à travers les constats établis après les différents séismes qui ont touché le
pays. Concernant les définitions des structures de contreventement elles devraient être
beaucoup plus simples et précises, le facteur de comportement pour les structures autostables
avec maçonnerie insérée est très favorable ce qui a montré ces limites, les contreventements
mixtes devraient tenir compte des effets d’interaction dans la définition du coefficient de
comportement, l’adoption d’un nouveau spectre de réponse sans incidence sur les forces
sismiques, majoré en analyse dynamique, avec des coefficients de pénalité encourageant le
non respect des règles de l’art et en finalité quelques remarques sur les conditions
constructives; tous cela est établi afin d’améliorer la protection des constructions en Algérie.
Mots clé : Structures, Béton armé, Séisme, Dynamique, Code

Abstract: In this paper critical study on Algerian seismic code defined by RPA99 report2003 is
done toward the statement established after the different earthquakes which hit the country. As
regards classification of structural stability systems they may be simpler and clear, the building
behaviour factor of moment-resisting frame system with masonry inserted is very favourable
which shown his limit , dual system wall frame may take in account of building behaviour factor
the effect of interaction, new response spectra is adopted with not incidence on seismic forces ,
increased in dynamic analysis, with penalty coefficient which cheer up no respect of
construction art ruler and finally every remark on the constructions conditions, all this, is given
to improve the building protection in Algeria.

Keywords: Structural, reinforced concrete, seismic, Dynamic, Code


Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

1. Généralité
Depuis le séisme d’El Asnam de magnitude Ms=7,5 en 1980 qui a fait un désastre tant en vie
humaine qu’en destruction de constructions, l’Algérie s’est dotée d’un règlement parasismique
RPA81 version83, inspiré des règles sismiques américaines (université de Stanford USA), vue
le manque d’expérience des ingénieurs algérien face à ce nouveau phénomène. D’autres
secousses moins importantes telle celle de Constantine en Octobre 1985 de magnitude Ms=5.9
et autres ont fait que ces règles soient modifiées, une première révision en 1988 concernant le
zoning, l’annulation de la restriction pour l’utilisation des portiques autostables en zone.III et
quelques dispositions constructives ont été adoptées. Divers autres régions du pays ont subit
aussi des agressions sismiques tel que El Afroun en 1988 Ms=5,4, Mascara en 1994 Ms=5,6,
Alger en 1996 Ms=5,7, Ain Témouchent en Décembre 1999 de magnitude Ms=5.8 qui à fait
encore beaucoup de victimes et de dégâts.
La révision faite en 1988 s’est avérée insuffisante puisque le principe même de la protection
sismique a savoir le non effondrement des constructions n’a pu être respecté vu l’ampleur des
dégâts occasionnés lors des séismes de Ain Témouchent en1999 et récemment celui de
Boumerdes en 2003 qui a été très violent et destructeur. Les différents RPA étaient basés sur
les règles classiques de béton armé, définies par le critère des méthodes déterministes qui
s’est avéré insuffisant du point de vue sécuritaire, où d’autres normes sont maintenant en
vigueur basées sur les méthodes semi probabilistes dont l’Algérie s’en est dotée en 1993,
calcul de béton armé CBA93, en grande partie tiré des règles Françaises de béton armé aux
états limites défini par les règles BAEL91. La nouvelle révision du RPA faite en 1999 où nous
avons carrément opté en grande partie pour les règles parasismiques françaises à savoir le
PS92 dont le RPA99 est inspiré en matière de type de sols et de coefficient de réponse, tout en
maintenant certaines parties du RPA88 sans aucune mise à jours, surtout pour la vulnérabilité
des structures autostables avec maçonnerie insérée, qui représente la majorité des nouvelles
constructions en Algérie, et que tout les experts du parasismique se sont mis d’accords sur leur
comportement aléatoire et faible.
A travers la lecture des récentes règles parasismiques Algériennes RPA99 Version 2003,
comparativement à d’autres règlementations ainsi que l’analyse de certains séismes surtout
celui de Boumerdes nous formulons certaines critiques concernant certaines parties qui à notre
humble avis devraient être revues et faire l’objet d’une étude beaucoup plus approfondie.

2. Règlementation
Il est important de signaler que la substitution de quelques parties du RPA88 par la
réglementation française a savoir le PS92 surtout en termes de sols et de spectre de réponse
n’est pas d’actualité étant donnée que nous sommes bien partis sur le principe de la protection
sismique avec une réglementation qui se base sur l’utilisation du domaine de comportement
plastique en tenant compte d’un facteur de comportement défini par B qui représente la ductilité
du système de contreventement, alors qu’il n’a fait son apparition en France qu’en 1992 sous
l’appellation coefficient de comportement R. Le règlement parasismique français le PS69 révisé
en 1982 n’utilise pas ce principe considéré comme une source d’instabilité dans le cas des
séismes, cette notion n’a été introduite que dans les nouvelles règles de 1992.
L’évaluation de l’action sismique est assez simple, elle se base sur le même principe universel
a savoir l’accélération sismique, le coefficient de réponse, la masse, l’importance de l’ouvrage,
le sol, le facteur de pondération des risques et le coefficient de comportement introduit
récemment dans la réglementation européenne.
Ces changements ne vont pas améliorer la situation, puisqu’ils n’ont pas touché le véritable
problème qui sont les structures autostables avec et sans maçonnerie insérée dont le
comportement sismique s’est avéré très en deçà des aspirations, qui ne sont pas très utilisées
dans les pays européens contrairement qu’en Turquie et dont il faudrait s’inspirer des récents
séismes qui ont touché ce pays.
Ces révisions n’ont pas aussi pris en considération l’évolution des règles de béton armé qui
sont passées des méthodes déterministes avec une utilisation des matériaux dans le domaine
élastique vers des méthodes beaucoup plus récentes qui tiennent compte à la fois des lois de la
Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

probabilité pour la détermination des différentes actions et résistance ainsi qu’une utilisation
des matériaux aux états limites ou le domaine de plastification est considéré.

3. Contreventement des structures en béton armé


Dans le choix des systèmes de contreventement des structures en béton armé on peut
remarquer que les règles RPA81 sont beaucoup plus précises en terme de structures de
contreventement autostable que celle de 88 qui au contraire sont a l’origine des défaillances au
niveau du calcul ou la notion de libre déplacement n’a pas été reprise dans la quantification du
facteur de comportement, ce qui a donné lieu à des interprétations différentes conduisant à
considérer les structures avec remplissage en maçonnerie comme faisant partie de cette
catégorie, d’où une approche beaucoup plus optimiste qui ne reflète pas le comportement réel
de ces structures qui se sont avérées très vulnérables compte tenue de l’interaction cadre
maçonnerie, ce qui a été constaté lors des différents séismes qui ont eu lieu en Algérie et
ailleurs. Les mêmes limitations en nombre de niveaux et hauteur de ces constructions ont été
introduites pour les structures autostables sans remplissage, ce qui est contraire au principe du
bon comportement de ces structures définies comme étant résistantes au moment avec une
très bonne dissipation d’énergie comme le montre leur coefficient de comportement qui est le
meilleur Tab.1.

Tab : 1. Système de contreventement définit par le RPA

Système de RPA81 RPA88 RPA99 Version2003


contreventement Version83
Existante
1. Portique autostable BA Existant Existant 5 niveaux ou 17m zone.I
sans remplissage en Interdit en 4 niveaux ou 14m zone.IIa
Maçonnerie Zone.III 3 niveaux ou 11m zone.IIb et III
B=1/4 B=1/4 B=1/R=1/5
Existante avec définitions ambiguë
très vulnérable.
2. Portique autostable BA Existant Inexistant 5 niveaux ou 17m zone.I
avec remplissage en Interdit en Interprété 4 niveaux ou 14m zone.IIa
Maçonnerie zone.III comme 3 niveaux ou 8m zone.IIb
B=1/3 pour 1. 2 niveau ou 08m en zone.III
B=1/R=1/3,5
3. Voiles porteurs en béton Existant Existant Existant
armé B=1/3 B=1/3 B=1/R=1/3,5
4. Noyau en BA Inexistant Inexistant Existant
B=1/R=1/3,5
5. Mixte Ossature + Voile Existante Existante Existant
avec justification B=1/5 B=1/5 B=1/R=1/5
d’interaction
6. Ossature contreventée Existante Existante Existant
par voile en BA B=1/4 B=1/4 B=1/R=1/4
7. Système console a Existant Existant Existant
masse répartie B=1/2 B=1/2 B=1/R=1/2
8. Système à pendule Existant Existant Existant
inverse B=2/3 B=2/3 B=1/R=1/2

On remarque qu’on devrait être beaucoup plus contraignant par rapport au RPA81V83 ce qui
n’est pas le cas et surtout pour les structures en portique autostable sans ou avec maçonnerie
insérée, aussi l’incohérence entre la limitation des étages pour ces deux systèmes où la
ductilité est très importante pour le premier ce qui devrait lui conférer un nombre d’étage
normalement plus important.
Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

Les leçons tirées des récents séismes concernent surtout le comportement des structures
autostables avec maçonnerie insérée qui ont été très vulnérables avec des comportements
aléatoires et des effondrements quasi-totaux, sans possibilité de comportement ductile; ceci
devrait nous pousser à d’autant plus de prudence et ne les tolérer qu’on site 1 ou 2 pour 3 ou 4
niveaux en zone.I et zone.II, en maintenant leurs interdictions en zone.III tel que prévu par les
règles RPA81V83 qui ont été établies suite justement aux constations des désastres qui ont
touché ce types de structures quelque soit le nombre de leur niveaux Fig.1.

Fig.1 : Effondrement d’un bâtiment et d’une villa autostable avec maçonnerie insérée Boumerdes2003

Dans la définition du portique avec remplissage en maçonnerie rigide d’après le RPA99 une
seule paroi de 10cm est insérée à l’intérieur du cadre poteau poutre exception faite pour les
parois extérieures ou une autre de 5cm peut aussi être insérée. On peut remarquer que dans le
cas contraire, lorsque les deux parois de 10cm sont insérées à l’intérieur du cadre ce qui est le
plus couramment utilisé dans les constructions, ou une paroi supérieure à 10cm est insérée il
n’y a plus de classe réglementaire pour ce type de structure. Combien même calculées avec
ces méthodes, les réalisations faite en application de ces règles ou la maçonnerie a été
disposée a l’extérieur du cadre a favorisé leur désolidarisation et même leur effondrement
malgré que l’article 6.2.4 du même RPA interdit ce type de concept . Il nous parait
indispensable de définir ce type de structures simplement par maçonnerie insérée au lieu d’aller
vers des détails qui ne sont d’aucune utilité, Fig.2.

Fig.2 : Effondrement et détachement de la maçonnerie extérieure non insérée Boumerdes2003


Pour les systèmes de contreventement mixte (portique-voile) aucune indication concernant la
proportion de chacun de ces éléments n’est définie, on passe du système de contreventement
par portiques au système mixte pour palier au problème de la limitation d’étages dans les
structures autostables, il serait beaucoup plus judicieux de traiter de la dominance du système
de contreventement en introduisant un minimum de rigidité concernant la proportion des voiles
de contreventement pour la définition de ce cas de structures. Il est aussi important de tenir
compte des développements des méthodes de calcul basées sur l’analyse numérique ou les
Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

suppositions et hypothèses de la reprise des efforts sismiques ne doivent plus poser un


problème au vue de la répartition des efforts et se limiter aux systèmes de structure
contreventés par portique, par voile ou avec interaction sans tenir compte de la répartition de
l’effort normal tel que mentionné par le RPA.

4. Coefficient de comportement global (R)


C’est un coefficient dépendant de la capacité d’une structure à dissiper de l’énergie par
déformation post-élastique sans rupture, ce qui permet de réduire les coûts des protections
sismiques dans le cas de séisme majeur, mais qu’il va falloir utiliser sereinement. Dans le
contexte actuel, la réglementation internationale a tendance à parler de 2 ou 3 limites de
ductilité, normal ou haute, faible, moyenne, ou efficace, permettant ainsi de faire très attention
quant à l’utilisation de la capacité de déformation qui doit être limitée selon le cas.
4.1 Structures autostables
Les structures autostables avec maçonnerie insérée sont les plus ambiguës dans leurs
possibilités de ductilité ou une interaction cadres maçonnerie a tendance à fragiliser le
comportement et passer d’une résistance aux moments ce qui est très avantageux à une
résistance aux cisaillements induits par les diagonales qui se développent dans la maçonnerie
lors d’un séisme, ce qui explique leur vulnérabilité Fig.3.

Fig.3 : Rupture par cisaillement due à l’interaction maçonnerie portique

La ductilité est complètement réduite, d’où la réduction de leur coefficient de comportement et


les limites d’utilisation qui les concernent surtout dans les sols de type3 ou 4 où elles doivent
être carrément interdites. Comparativement à d’autres règlements parasismiques dans des
pays qui utilisent ce type de constructions on peut voir à titre d’exemple, la limite de ductilité
Tab.2.

Tab.2 : Valeurs du coefficient de comportement Q comparative

N° Pays R R réviser
1 Algérie RPA 3,0 (1981) 4,0 (1988)
2 Algérie RPA (PS92) 3,5 (1999) 3,5 (2003)
3 Mexico CTNERD - 2,0 (2003)
5 France PS92 Sans (1982) 1,5 (1992)
6 EUROCODE8 - 1,5

On peut remarquer que toutes les structures calculées entre 1988 et 1999 sont très optimistes
quant à la bonne tenue sous une agression sismique majeur, alors que déjà lors du séisme de
Chlef en 1980 on avait dressé un constat qui nous a poussés à prendre des mesures de
restriction dans le RPA81V83 et qui devrait en réalité être beaucoup plus pénalisant au vue des
constatations qui ont eu lieu lors des séismes ultérieurs ce qui n’a pas été le cas. Il faudrait
dans toute révision de règles être beaucoup plus exigeant et de pénaliser d’avantage ce type
de structure qui a montré ces limites de part le monde, voir interdire carrément ce type de
Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

constructions et les substituer par les structures en maçonnerie chaînée qui sont plus
performantes et stables.
4.1 Structure mixte.
Dans le cas d’un contreventement mixte ou plusieurs coefficients de comportement entrent en
combinaison aucune logique n’apparaît on peut remarquer que le RPA99 V2003 donne des
coefficients de comportement qui normalement représentent le comportement d’une structure
composée où les limites seraient celles du contreventement lui-même, ce qui n’est pas le cas
comme on peut le voir dans le tableau Tab.2.

Tab.2 : Valeurs du coefficient de comportement R

N° Type de contreventement Coef de comportement R


1 Autostable sans remplissage 5,0
2 Autostable avec remplissage 3,5
3 Portique contreventé par voile 4,0
4 Portique voile avec interaction 5,0

La valeur du coefficient de comportement dans le cas de l’interaction portique voile pris R=5
n’est pas aussi simple, il devrait y avoir déjà un paramètre permettant de ce situé dans ce type
de combinaison de système d’interaction, ou il faut en premier dissocier entre portique avec et
sans maçonnerie insérée qui sont très différents de part leur comportement respectif et
l’interaction voile, ensuite tenir compte d’un coefficient de comportement qui sera proportionnel
à la distribution de l’effort tranchant dans chaque élément de contreventement c'est-à-dire tenir
compte de la proportion des éléments qui le constituent, ce qui est adopté dans le PS92 et
l’EUROCODE8.

5. Facteurs de qualité
Pour tenir compte de certains aspects qui ont tendance à accentuer les effets des séismes les
différentes règles RPA99 ont introduit un facteur de pénalité. On peut remarquer que certains
critères sont contraires au but recherché par l’élaboration des règles parasismiques à savoir la
ductilité qui ne peut être obtenue sans une bonne conception et réalisation conforme aux règles
de l’art, on citera :
• Les irrégularités en plan et en élévation
• Le contrôle de la qualité des matériaux
• Le contrôle de la qualité d’exécution.
Une structure parasismique doit présenter une configuration aussi simple que possible avec
une régularité distinguée en plan et en élévation afin d’avoir un comportement normal lui
permettant de résister a un séisme, la maçonnerie insérée intervient indirectement dans la
rigidité des ossatures autostables ce qui doit nous pousser à prendre en compte sa répartition
en plan dans la définition de la symétrie en plan ainsi qu’en élévation, comme on a pu le
remarquer dans le comportement des systèmes définis comme à étage souple (soft-story) avec
une faible densité de maçonnerie relative et qui ont été aussi très touchés lors du séisme de
Boumerdes Fig.4.
Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

Fig.4: Instabilité d’un bâtiment à RDC souple

La notion de rigidité doit inclure aussi la répartition de la maçonnerie insérée pour mieux refléter
le comportement réel de ces structures vis-à-vis de la torsion, surtout dans la modélisation pour
un calcul numérique ce qui va directement influencer la notion de ductilité, donc directement le
coefficient de comportement.
Concernant le contrôle de la qualité des matériaux et de l’exécution il est indispensable que la
notion de comportement ductile ne puisse être dissociée de ces deux conditions et dont elle
dépend directement. Ce qui a été constaté lors des récents séismes c’est justement la non
conformité des exigences parasismiques avec les matériaux utilisés qui ce sont avérés
médiocre lors de toutes les expertises faites ainsi que des conditions constructives où presque
la totalité des effondrements sont dus au non respect, or la notion de déformation post-élastique
n’apparaît que si et seulement si on assure un bon confinement du béton avec des dispositions
très précises telles que mentionnées dans toutes les règles sismiques. Ceci dit, on ne pourra
parler du principe de ductilité c'est-à-dire de coefficient de comportement sans dispositions
constructives et contrôle, ce qui nous impose au contraire d’exiger un contrôle rigoureux en
matières de génie parasismique.

6. Spectres règlementaires de calcul


Ils permettent de déterminer la réponse sismique à partir des caractéristiques du sol et
dynamique de la structure. On peut remarquer que le spectre développé par le RPA81V83,
modifié en 88 a été complètement délaissé pour prendre celui du PS92 comme référence ce qui
n’apporte aucune amélioration du point de vue du calcul de l’effort sismique si ce n’est la
complication de la formulation fig.5.
3

2,5
RPA99S1
RPA88S1
RPA99S2
RPA88S2
2
RPA99S3
RPA88S3
RPA99S4
D 1,5 RPA88S4

0,5

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5
T en s

Fig.5: Comparaison facteur d’amplification dynamique RPA99 RPA99 (PS92)

On peut remarquer qu’il n y a aucune différence entre le spectre du RPA88 et RPA99 (PS92)
lorsqu’on applique uniquement une correction du maximum de réponse pour un amortissement
de 5% de référence au lieu de 10% en introduisant d’autres types de sols uniquement par
affinité.
D’après le RPA99 et même la version 2003 ce spectre de réponse varie selon que l’on utilise la
méthode statique ou dynamique ce qui est sans fondement puisqu’un spectre ne représente
que le comportement d’un oscillateur simple sous une action sismique réelle, il est indépendant
Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

de la méthode utilisée Fig.6 (spectres de calcul pour R=4 et un sol S1 dans le cas d’une
analyse statique et dynamique).

D
1,4
RPA99 STATIQUE
RPA99 DYNAMIQUE
1,2

1
Facteur d'amplification dynamique
0,8

0,6

0,4

0,2

0
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5
T en s

Fig.6 : Facteur d’amplification dynamique

On remarque que les deux spectres ont une allure différente avec une majoration de 25% de la
réponse sismique dynamique et une branche ascendante, contraire aux spectres déduits à
partir d’enregistrement réel ou cette dernière n’existe nullement, ceci est du à une mauvaise
interprétation du PS92 qui n’utilise cette partie que pour la notion de coefficient de
comportement pour des structures très rigides de faible période, ainsi nous aurons une
multitude de spectres de calcul qu’il sera difficile de manipuler, aussi lors de l’analyse
dynamique l’application de ces spectres va conduire à une majoration des efforts sismiques
importante.

7. Etude comparative des efforts sismiques


Si on considère une structure contreventée par voile, dont les caractéristiques sont les
suivantes :
Voiles 150*20 cm
Poutres 30*60 cm
Masse par étage 18 tonnes
Masse terrasse 15 tonnes
Hauteur étage 3m portée poutre 5m
Structure en béton armé E=3.2E6 t/m2
Le calcul des valeurs propre a été fait par
SAP2000 Tab.3.

Structure mixte

Tab.3 : Valeurs des périodes et déformées

MODES 01 02 03 04 05

T (secondes) 0.328 0.092 0.056 0.044 0.039

ø1 0.205 0.798 1.000 0.903 0.529

ø2 0.449 1.000 0.239 -0.828 -0.896

ø3 0.67 0.546 -0.948 -0.204 1.000

ø4 0.857 -0.265 -0.446 1.000 -0.811

ø5 1.000 -0.903 0.850 -0.640 0.384


Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

Pour un calcul dynamique basé sur la superposition modale tel que :


⎛ n n

Fki = S a * Wk * Φ ki * ⎜ ∑Wk * Φ ki / ∑Wk * Φ 2ki ⎟
⎝ k =1 k =1 ⎠
(1)
Et un calcul statique d’après RPA99 :
⎛ n

Fk = S a * W * ⎜Wk * hk / ∑Wi * hi ⎟
⎝ i =1 ⎠
(2)
En tenant compte des paramètres de variabilité du coefficient de comportement et pour une
zone de sismicité moyenne avec un coefficient de pénalité Q=1 le calcul des efforts sismiques a
donné les résultats montrés sur la fig.7.
1,5
DYNAMIQUE/STATIQUE

1,0

0,5
R Variable
R Constant
R Constant sans majoration de 1,25
statique
0,0
1 2 3 4 5
NOMBRE DE MODES CONSIDERES

Fig.7: Etude comparative entre la méthode statique et celle dynamique

Nous pouvons déduire que l’analyse dynamique selon RPA99 donne des résultats qui sont
importants par rapport à la méthode statique, ce qui la rend défavorable malgré son fondement
scientifique, mais si l’on maintient un coefficient de comportement constant sans majoration du
spectre de calcul les résultats deviennent plus réalistes et exacts.
Aussi il est à noter que la maçonnerie insérée influe sur la rigidité du système de
contreventement de ce fait il faudrait aussi tenir compte de ce paramètre dans le calcul des
périodes de ces structures afin qu’il soit en compatibilité avec celle déduite des méthodes
empiriques données par les différents règlements parasismiques.

8. Justification de la sécurité
On remarque aussi que les combinaisons adoptées, sont celles définies dans le RPA81 selon
les méthodes déterministes du béton armé de 1968 et ce malgré l’évolution des concepts vers
des approches semi probabilistes qui ont été adoptées dans le règlement de béton armé le
CBA93, et dont il faudrait mettre le RPA99 en conformité en tenant compte des différentes
actions.
Gmax + Gmin + E + ψ 11.Q1 + ∑ψ 2i .Qi (3)
Alors que celles du RPA sont déterministes définies par :
G+Q+ E (4)
0,8G + E (5)
Pour ce qui est des matériaux les contraintes limites sont définies sans aucune corrélation avec
les notions d’état limite a savoir celle du béton comprimé sous charge axiale à 0,30fc, ainsi que
des méthodes de calcul exposées qui ne sont pas en conformité avec le calcul du béton selon
les états limites.

9. Conditions constructives
Beaucoup de choses sont à reprendre, ce qui est urgent à notre avis c’est surtout pour les
ossatures autostables concernant premièrement les zones de recouvrements ou d’après le
Premier Symposium Méditerranéen de Géoengineering «SMGE09» Alger 20 et 21 juin 2009

RPA99 elles devraient être faite en dehors des zones nodales si c’est possible sans aucune
autre indications, dans le cas contraire ou le problème de la ductilité va se poser en terme de
possibilité de plastification avec un risque de désintégration du béton et perte d’adhérence acier
béton dans ces zones conduisant à des ruptures des nœuds rigide ainsi que la disposition des
cadres en U qui est aussi mise en cause dans la fragilisation des nœuds et qui doit
impérativement être pris en charge aussi, ainsi que la formation des rotules plastiques au
niveaux des poutres aux lieu des poteaux ce qui a été la cause d’effondrement de beaucoup
d’édifices Fig.8.

Fig.8 : Arrachement des armatures recouvertes en zone nodale après plastification

11. Conclusion
• Les systèmes de contreventement poteaux poutres autostables avec maçonnerie
insérée soient plus restrictifs en terme d’utilisation en fonction du nombre d’étage, de la
nature du site, ainsi que de la zone de sismicité vue la vulnérabilité de ces structures.
• Donner une définition simple en terme de maçonnerie insérée dans les cadres poteaux
poutres sans aucune autre indication prêtant à confusion et interprétation.
• Revoir les coefficients de comportement pour les structures autostables avec insertion
de la maçonnerie et pour les structures mixtes.
• Faire introduire la répartition de la maçonnerie dans la notion de définition des structures
régulières ainsi que la mission de contrôle et de suivi dans le critère de comportement
post-sismique.
• Définir aussi des degrés de ductilités pour les structures en fonction de la qualité
d’exécution et du contrôle.
• Adopter un même spectre de calcul simplifié pour le calcul statique et dynamique sans
aucune majoration.
• Mettre a jours les combinaisons de charges avec le règlement de béton armé CBA93,
l’utilisation obligatoire des cadres au lieu des U au niveau des nœuds, les recouvrement
sont à éviter en zone nodale sinon appliquer une majoration en terme de longueur, enfin
mettre en conformité les calculs exposés avec ceux du béton armé aux états limites.

10. Bibliographie
1. European Committee of Standardization, 2003. Eurocode8: Design of Structures for Earthquake
Resistance—Part 1: General Rules, Seismic Actions and Rules for Buildings, prEN 1998-1, Brussels,
Belgium.
2. Fardis, M. N., and Panagiotakos, T. B., 1997. Seismic design and response of bare and masonry-
infilled reinforced concrete buildings, Part II: Infilled structures, J. Earthquake Eng. 1 (3), 475–503.
3. H. Sezen, A.S. Whittaker, K.J. Elwood, K.M. Mosalam Performance of reinforced concrete
buildings during the August 17, 1999 Kocaeli, Turkey earthquake, and seismic design and
construction practise in Turkey Engineering Structures 25 (2003) 103–114
4. Iranian Building Codes and Standards Iranian Code of Practice for Seismic Resistant Design of
Buildings Standard No. 2800 3rd Edition.
5. Règles Parasismique Algérienne RPA99 DTR BC 2-48
6. Specification for Buildings to be Built in Seismic Zones 2007 Ministry of Public Works and Settlement,
Government of Republic of Turkey.

View publication stats