Vous êtes sur la page 1sur 96

Dépôt légal

Bibliothèque et Archives nationales du Québec


Bibliothèque et Archives, Canada
er
3 trimestre 2009
ISBN 978-2-9809672-2-1

Conception et rédaction :

me
M Stella Anastasakis
M. André Delisle
me
M Marie-Noëlle Sergerie

Photographies : Gracieuseté de la Ville de Montréal, GSI Environnement inc., Odotech


inc., Consumaj inc., CRIQ, FPPQ, Sanimax, Mesar Environair, Transfert
Environnement, Stella Anastasakis

Infographie : Line Drapeau, Vitamine D


GUIDE DE
GESTION DES
ODEURS

RÉALISÉ PAR

Mars 2010
PARTENAIRES
Le Guide de gestion des odeurs est une initiative de RÉSEAU environnement qui a été appuyée
par des partenaires qu’il tient à remercier :
COMITÉ DE RÉVISION

Un comité multisectoriel a été mis sur place par RÉSEAU environnement pour encadrer la
rédaction du document. Ce comité est composé de représentants d’industries membres
provenant de plusieurs secteurs d’activités dont : l’enfouissement et le compostage de déchets,
l’équarrissage, l’épuration des eaux usées, la production porcine et agro-alimentaire, l’industrie
manufacturière, la recherche et le développement. Le Comité regroupe aussi des experts en
matière de technologies de détection, de mesure et de traitement des odeurs. Les personnes
suivantes ont participé à la préparation et à la révision du guide, et RÉSEAU environnement tient
à les remercier :

me
- M Josée Bergeron, BFI Usine de Triage Lachenaie ltée
- M. Raphaël Bruneau, RÉSEAU environnement
me
- M Monique Charland, Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ)
- M. Denis Choinière, Consumaj inc.
me
- M Hélène Lauzon, Conseil patronal de l’environnement du Québec (CPEQ)
- M. Rino Dubé, Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ)
me
- M Mara Lú Herrera Cohen, Odotech inc.
me
- M Céline Husser, Kemira Water
- M. Alexis Lautard, RÉSEAU environnement
- M. Raymond Leblanc, Fédération des producteurs de porcs du Québec (FPPQ)
- M. Michel Malo, Ville de Montréal
- M. Jean-Luc Plante, Sanimax,
- M. Denis Potvin, Conporec Inc.
- M. Pierre Purenne, Ville de Montréal
- M. Georges René, Ville de Québec
- M. Arnold Ross, GSI Environnement inc.
- M. Dimitri Tsingakis, Association industrielle de l’est de Montréal
- M. Nicolas Turgeon, Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ)
- M. René Schreiber, Association québécoise des industriels du compostage
(AQIC)
- M. Derek Webb, BIOREM Technologies Inc.
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION ......................................................................................................... 1

1. LES ODEURS – NOTIONS DE BASE ........................................................... 2


1.1 DÉFINITION DE L’ODEUR ..................................................................................... 2
1.2 LES CARACTÉRISTIQUES DE L’ODEUR .................................................................. 4
1.2.1 La concentration ........................................................................................ 4
1.2.2 L’intensité ................................................................................................... 5
1.2.3 La qualité ................................................................................................... 6
1.2.4 La dimension hédonique ............................................................................ 6
1.3 LES CLASSES D’ODEURS .................................................................................... 7
1.4 LE PROCESSUS OLFACTIF ................................................................................... 8

2. LA PROBLÉMATIQUE DES ODEURS .......................................................... 9


2.1 LA PROVENANCE DES ODEURS............................................................................ 9
2.2 LES FACTEURS DE GÊNE DES ODEURS .............................................................. 10
2.3 LES EFFETS DES ODEURS DANS LE MILIEU ......................................................... 11
2.4 LA PRÉOCCUPATION DES ODEURS DANS L’HISTOIRE ........................................... 13

3. LA SAINE GESTION DES ODEURS ........................................................... 15


3.1 LE CADRE DE GESTION DES ODEURS ................................................................. 15
3.2 LE CADRE RÉGLEMENTAIRE .............................................................................. 18
3.2.1 Les lois, règlements et directives au Québec ........................................... 18
3.2.2 La réglementation municipale .................................................................. 19
3.2.3 La Ville de Montréal ................................................................................. 19
3.2.4 La législation dans les autres États .......................................................... 21
3.3 LA NÉCESSITÉ D’UNE APPROCHE PROACTIVE ..................................................... 21

4. LA MESURE DES ODEURS.......................................................................... 23


4.1 L’ÉCHANTILLONNAGE ....................................................................................... 23
4.1.1 L’échantillonnage à la source ................................................................... 23
4.1.2 L’échantillonnage dans le milieu récepteur ............................................... 24
4.2 LA MESURE DES ODEURS ................................................................................. 24
4.2.1 L’analyse physico-chimique ..................................................................... 25
4.2.2 L’analyse sensorielle en laboratoire ......................................................... 25
4.2.3 L’analyse sur le terrain ............................................................................. 29
4.3 LA MÉTHODE COMBINÉE (PHYSICO-CHIMIQUE ET SENSORIELLE) LE CG-SM-O ..... 31
4.4 LA COMPLÉMENTARITÉ DES MÉTHODES ............................................................. 33
4.5 L’ÉVALUATION DE LA GÊNE OLFACTIVE .............................................................. 34

5. L’ANALYSE D’IMPACT ODEUR .................................................................. 35


5.1 LES OBJECTIFS DE L’ÉTUDE ET LE CONTEXTE ..................................................... 37
5.2 LA CARACTÉRISATION ...................................................................................... 37
5.3 LA MODÉLISATION DE LA DISPERSION ATMOSPHÉRIQUE ...................................... 38
5.4 L’ANALYSE DES RÉSULTATS .............................................................................. 38
5.5 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE ...................................................................... 39

6. LES SOLUTIONS TECHNIQUES ................................................................ 41


6.1 LA RÉDUCTION À LA SOURCE ............................................................................ 42
6.1.1 La localisation des activités ...................................................................... 42
6.1.2 Les bonnes pratiques opérationnelles ...................................................... 42
6.1.3 La révision des façons de faire ou la réingénierie ..................................... 42
6.1.4 Le blocage des odeurs ............................................................................. 43
6.2 LES MESURES NE NÉCESSITANT PAS LE TRAITEMENT DES ODEURS ...................... 43
6.2.1 L’installation d’un d’écran végétal............................................................. 43
6.2.2 Le confinement des gaz odorants ............................................................ 44
6.2.3 Les produits masquants ........................................................................... 44
6.3 LES MESURES DE TRAITEMENT DES ODEURS ..................................................... 44
6.3.1 L’utilisation d’agents neutralisants ............................................................ 45
6.3.2 Les techniques non destructives .............................................................. 45
6.3.3 Les techniques destructives ..................................................................... 48
6.4 LES CRITÈRES DE RECHERCHE DES SOLUTIONS ................................................. 54
6.5 LE CONTRÔLE ET LE SUIVI ................................................................................ 56

7. LA GESTION SOCIALE DES ODEURS ...................................................... 58


7.1 LES SENSIBILITÉS SOCIALES ............................................................................. 58
7.2 UNE APPROCHE DE PRÉVENTION ...................................................................... 59
7.3 LES STRATÉGIES D’INSERTION SOCIALE ............................................................. 60
7.4 LES CONDITIONS DE SUCCÈS ............................................................................ 65

CONCLUSION ........................................................................................................... 67
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1-1 Classement des odeurs .......................................................................... 7
Tableau 2-1 Odeur et toxicité .................................................................................. 12
Tableau 3-1 Réglementation québécoise en matière de gestion des odeurs ............ 20
Tableau 4-1 Normes de mesures d’odeurs ............................................................... 32
Tableau 4-2 Comparaison des méthodologies de mesures d’odeur ......................... 33

LISTE DES FIGURES


Figure 1-1 Image du nez ............................................................................................ 2
Figure 1-2 Image du cerveau ...................................................................................... 3
Figure 1-3 Représentation de la sensibilité de la population aux odeurs .................... 4
Figure 1-4 Exemple courant de concentrations odeur ................................................. 5
Figure 1-5 Le processus olfactif .................................................................................. 8
Figure 2-1 Relation entre la perception de l’odeur, la gêne et les effets irritants pour le
sulfure d’hydrogène ................................................................................. 12
Figure 3-1 Démarche d’identification de la problématique ........................................ 17
Figure 3-2 Élément de réflexion pour une démarche de gestion des odeurs ............. 22
Figure 4-1 Montage de la chambre de flux pour un prélèvement sur une source
surfacique ............................................................................................... 24
Figure 4-2 Deux photos d’un poste d’olfactométrie.................................................... 26
Figure 4-3 Courbes de Weber-Fechner et de Stevens sur la relation entre la
concentration et l’intensité ........................................................................ 28
Figure 4-4 Gradation de l’inconfort inspirée de Nicell ................................................ 29
Figure 5-1 Éléments de l’étude d’impact odeur et de la planification stratégique ....... 36
Figure 5-3 Exemple de présentation de la distribution des odeurs dans un milieu ..... 38
Figure 6-1 Principe de fonctionnement d’une unité de lavage .................................. 46
Figure 6-2 Schéma de principe d’un adsorbeur à flux descendant fonctionnant en
alternance, adsorption/régénération ......................................................... 47
Figure 6-3 Schéma de principe d’un épurateur thermique en mode récupératif ......... 48
Figure 6-4 Schéma de principe d’un épurateur catalytique en mode régénératif ....... 49
Figure 6-5 Schéma de principe d’un biofiltre a) de type fermé, b) de type ouvert ...... 51
Figure 6-6 Cheminement décisionnel pour atténuer les odeurs ................................. 53
Figure 6-7 Domaine d’application des techniques d’épuration d’air ........................... 55
Introduction
L’actualité des dernières décennies a mis en évidence les préoccupations des citoyens qui se
mobilisent pour exprimer leurs inquiétudes quant à la qualité de leur milieu de vie. La question
des odeurs revêt une dimension particulière en ce sens puisqu’elle s’appuie d’abord sur les
relations de voisinage d’une entreprise avec son milieu.
La problématique des odeurs interpelle l’ensemble des secteurs économiques, entre autres, les
industries manufacturières, les grandes industries, les entreprises d’équarrissage, les entreprises
agricoles et agroalimentaires, les sites de traitement et de valorisation des matières résiduelles
(enfouissement, valorisation et compostage), de même que les usines d’épuration des eaux
usées.
Bon nombre d’entreprises s’engagent dans la recherche de solutions viables et mettent en place
des solutions originales et novatrices, autant techniques que sociales. De nouvelles façons de
faire se sont développées pour connaître les sources d’odeurs et évaluer leur impact dans le
milieu social. Les industries ont désormais accès à une plus grande variété de solutions. Le suivi
et le contrôle sont plus méthodiques. Enfin, les expériences de discussion avec le voisinage
portent fruit. On assiste au Québec, à l’instar d’autres États dans le monde, à l’émergence d’un
secteur professionnel et économique de pointe et d’un créneau d’intervention unique.
C’est dans ce cadre que le Comité multisectoriel sur les odeurs, formé par RÉSEAU
environnement, a amorcé une démarche de réflexion et d’action. La conception d’un guide de
saine gestion des odeurs en devient un instrument privilégié.
Le Guide sert d’abord à informer et sensibiliser les intervenants concernés et à faciliter la mise en
place de démarches acceptées par les exploitants, les citoyens et les décideurs publics. Il se veut
un outil d’aide à la décision et à l’action.
Bien que les solutions puissent varier d’un secteur à l’autre, une approche commune est
nécessaire, en termes de gestion responsable et de relation proactive avec le voisinage.
Les objectifs du guide sont de :
 Faciliter la tâche des promoteurs de projets et des gestionnaires d’entreprises
désirant concevoir des outils d’intervention spécifiques à leur secteur d’activité;
 Proposer une démarche commune de résolution de problèmes à l’ensemble des
intervenants concernés;
 Optimiser le processus de liaison sociale avec le voisinage et la communauté dans
le cadre de leurs activités et de leurs projets.
Pour faciliter la lecture du Guide, le terme « entreprise » englobe tous les intervenants,
organismes, municipalités ou entreprises qui œuvrent dans les milieux industriel, agricole ou
municipal. L’expression « odeur » cible toutes les odeurs émises par les activités perçues dans le
milieu et dont la gestion est du ressort des entreprises visées. Un glossaire à la fin permettra une
meilleure compréhension des termes plus techniques, les mots soulignés sont reliés à leur
définition par un simple clic.
Il est à noter que l’utilisation du masculin sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les
hommes que les femmes.
1. Les odeurs – notions de base
Ce premier chapitre présente quelques notions de base qui expliquent le mécanisme de l’odorat
et les caractéristiques des odeurs. La connaissance de ces notions permettra de mieux
appréhender les perceptions des individus dans leurs milieux.

1.1 DÉFINITION DE L’ODEUR


Une odeur provient d’un ensemble complexe de molécules présentes dans l’air que l’on respire et
que le système olfactif perçoit, analyse et décode.
Les scientifiques ont recensé plus de 10 000 odeurs différentes [1] et présentes en
concentrations très faibles dans la nature. En théorie, le nez humain est en mesure de détecter
chacune d’elles, et de réagir, sans nécessairement toutes les reconnaître.

L’odorat : un sens complexe


L’odorat est l’un des cinq sens qui mettent l’humain en relation avec le milieu qui l’entoure. Il se manifeste
dans un système complexe. L’air respiré par le nez circule d’abord à travers les orifices des trois cornets
osseux superposés à l’intérieur des fosses nasales. Il circule à travers deux muqueuses : une première
emmagasine l’air et une deuxième l’achemine vers le nerf olfactif via des milliers de neurones spécialisés.
En découle une activité sensorielle alors que les neurones réagissent et envoient l’information au cerveau,
en direction des zones cérébrales qui analysent, reconnaissent, interprètent et associent en fonction de la
mémoire olfactive.

Les fosses nasales contiennent 10 millions de cellules spécialisées dans l'odorat, concentrées sur une
surface de 4 centimètres carrés.

Figure 1-1 Image du nez [2]

La relation entre une substance odorante présente dans l’air et son appréciation est semblable à
d’autres fonctions sensorielles, tel que le goût et l’ouïe; elle varie d’une personne à l’autre et fait
appel à des jugements de valeur : « J’aime, je n’aime pas, je suis indifférent, je ne tolère pas,
etc. ».

2
La perception humaine des odeurs s’effectue en deux étapes :

 Un premier mécanisme se déclenche instantanément dès l’inhalation de l’air. Il s’agit de


la détection Ŕ les neurones olfactifs saisissent alors une information sans pouvoir
l’identifier;
 Une deuxième étape correspond au moment où l’odeur est assez importante pour
atteindre des milliers de neurones spécialisés qui classent les informations et les
envoient au cortex cérébral (voir figure 1-2) Ŕ il y a alors une reconnaissance de la
substance odorante et la traduction de celle-ci par la mémoire olfactive. L’odeur est alors
reconnue et classée.

Figure 1-2 Image du cerveau

L’odorat : un patrimoine génétique


Deux scientifiques ont reçu le prix Nobel de médecine en 2004 pour leurs travaux sur l'olfaction. Richard
Axel et Linda Buck [3] ont constaté que l’odorat est relié à la structure de l’ADN de l’individu. L’odorat est
directement lié à un millier de récepteurs olfactifs, chacun est encodé par un gène spécifique. Cette famille
compose à elle seule plus de 3 % du code génétique humain, soit plus de 1000 gènes, alors que le goût est
relié à 12 gènes, la vue à 3 gènes et l’ouïe à un seul [4].

Les gaz ne sont pas tous odorants


L’odeur n’est pas en soi une réalité matérielle, mais plutôt une sensation ou une perception de l’odorat des
humains et des animaux. Elle résulte de réactions chimiques de la plupart des gaz connus avec des
cellules spécifiques du nez. Toutefois, et heureusement pour nous, les composés prédominants de
l’atmosphère terrestre sont des gaz inodores, soit l’azote (78,1 %), l’oxygène (21,0 %), l’argon (0,9 %), le
gaz carbonique (0,04 %) et une quantité variable de vapeur d’eau (de 0,1 à 5,0 %) [5].

3
1.2 LES CARACTÉRISTIQUES DE L’ODEUR
L’odeur a une dimension à la fois subjective et objective. Les réactions des individus s’appuient
sur une expérience sociale, culturelle, psychologique et émotive et varient d’un individu à l’autre.
Toutefois, certaines études ont permis de cerner des comportements moyens d’un ensemble
d’individus. Il est donc possible de valider la présence des odeurs dans l’environnement, et
d’évaluer le degré de tolérance du milieu récepteur.
Quatre paramètres sont généralement utilisés pour caractériser la perception des odeurs: la
concentration, l’intensité, la qualité et le ton hédonique.
Une méthodologie scientifique, empruntée à la statistique, est utilisée pour associer une valeur à
chacun de ces paramètres. On fait appel à un groupe de personnes représentatives de la
population qui constituent un jury dont la mission sera d’évaluer des odeurs. Les membres d’un
jury sont triés et entraînés, on leur demande de flairer un ensemble d’échantillons et leurs
réponses sont consignées pour établir les valeurs recherchées. L’utilisation de ces paramètres et
les méthodes pour leur évaluation sont présentées dans le chapitre 4.

La sensibilité des individus et de la population en général face aux odeurs


Le degré de sensibilité d’une population aux odeurs a été documenté par des études qui
démontrent que le spectre de sensibilité humaine aux odeurs suit une courbe de
distribution logarithmique normale [6].
C’est à partir de cette conclusion que les méthodologies ont été développées pour guider
les analyses de perception des odeurs, en estimant que le seuil est atteint quand 50 %
de la population détecte une odeur. Le diagramme suivant représente la courbe de
sensibilité aux odeurs.

Figure 1-3 Représentation de la sensibilité de la population aux odeurs [7]

4
1.2.1 La concentration
Le premier aspect à considérer est la concentration de l’odeur perçue par un ensemble
d’individus dans le milieu récepteur.
Le seuil de détection olfactive correspond à la plus petite quantité de gaz nécessaire pour qu’une
odeur soit perçue par le nez. Ce seuil est atteint quand 50 % des membres d’un jury ont détecté
l’odeur et on y attribue la valeur d’une unité d’odeur (u.o.). La concentration correspond au
volume des gaz présents quand le seuil est atteint et s’exprime à son tour en unités d’odeurs.
Une unité d’odeur devient une valeur objective et mesurable. Ce paramètre est utile pour établir
la relation entre la source d’odeur et sa présence effective dans le milieu.
On peut distinguer deux autres seuils relatifs à la concentration odeur. Au degré de 2 ou 3
u.o./m³, le seuil de reconnaissance est généralement atteint. L’odeur est alors reconnue par 50%
des membres du jury. Quand la concentration de l’odeur aura atteint 5 à 10 u.o./m³, l’odeur sera
nettement perçue par 50% des membres du jury. Cette concentration est couramment appelée le
seuil de discernement.

Figure 1-4 Exemple courant de concentrations odeur

1.2.2 L’intensité
L’intensité de l’odeur reflète la puissance de perception ressentie par les personnes exposées.
Une odeur intense peut constituer une gêne chez les individus.
La mesure de l’intensité est possible selon une méthodologie spécifique qui est expliquée dans le
chapitre 4. L’intensité peut être mesurée en fonction d’un gaz témoin, ou évaluée en fonction des
réactions des membres d’un jury (faible, moyenne ou forte intensité). Ce paramètre est utilisé
pour connaître le degré relatif d’inconfort des individus.

5
1.2.3 La qualité
La qualité d’une odeur correspond à son identification par un individu liée à une situation ou à un
événement vécu.
L’individu reconnaît une odeur et la qualifie en puisant dans sa mémoire olfactive. Il peut identifier
les odeurs de parfum, de propreté, et aussi d’ammoniac, d’œufs pourris, de résidus alimentaires
ou d’animaux. Si plusieurs odeurs sont en présence, l’individu peut les classer et les discriminer
[8].
La connaissance de ce paramètre peut être utile : comme certaines activités peuvent dégager
plusieurs gaz qui se mélangent dans l’air ambiant, l’identification de l’odeur par les individus
permettra de mieux cerner la cause principale de la gêne olfactive.

La mémoire olfactive
La mémoire olfactive est plus développée que celles qui sont associées aux autres sens.
Appliquons l’exemple à une personne n’ayant jamais été exposée à l’odeur de vin. À la première
exposition, elle ne pourra pas l’identifier, mais sa mémoire enregistrera immédiatement
l’information, de même que le contexte sensoriel et émotionnel pour se souvenir à la prochaine
occasion. C’est en faisant appel à cette mémoire olfactive que cette personne parviendra à
s’entraîner à discriminer les moindres subtilités, à les qualifier et à différencier un cépage d’un
autre [9].

1.2.4 La dimension hédonique


Lorsqu’une odeur est ressentie, le premier jugement est le caractère hédonique (odeur agréable
ou non). Il devient donc un élément déterminant dans l’acceptabilité d’une odeur [10]. Le ton
hédonique représente l’appréciation de l’odeur par l’individu. Il influence l’estimation de la gêne
olfactive [11]. Pour connaître la valeur hédonique, on demande aux membres du jury d’évaluer,
sur une échelle, le degré de sensation qu’ils observent.

6
1.3 LES CLASSES D’ODEURS
Certains composés odorants sont plus facilement identifiés en fonction de la mémoire des
situations ou des activités présentes dans l’actualité d’un individu.
Les classes suivantes peuvent donner un aperçu des relations entre les gaz émis par les
entreprises et les réactions sensorielles suscitées. Ces classes sont ici décrites à titre indicatif,
puisqu’il peut exister autant de catégories que de sensations.

Sensation olfactive Famille de composés Exemple de substance Exemple d’industrie


chimiques ou odorante concernée
organiques

Œuf pourri, choux et Mercaptan, sulfure, disulfure, Pâtes et papier, chimie,


légumes en trisulfure, station d’épuration, abattoir,
Soufrés
décomposition, ail et gaz, traitement des lisiers,
raffinerie,

Piquante, irritante, Ammoniac, amines primaire, Chimie, pétrochimie,


poisson et viande en secondaire et tertiaire, épuration, textile, poisson,
Azotés
décomposition, composé cyclique, enfouissement, pharmacie,
excréments,

Vinaigre, beurre rance, Cétone, aldéhyde, ester, Sucrerie, chocolaterie,


sueur et transpiration, alcool, acide carboxylique, peinture, vernis, plastique,
Oxygénés
âcre, suffocante, bois, parfumerie, abattoir,
équarrissage,

Peinture, solvant, Autres composés  Benzène, toluène, Imprimerie, peinture,


essence, xylène, pétrochimie.
 Hydrocarbures
aromatiques  Éthane, propane,
butane, hexane,
 Hydrocarbures
aliphatiques

Tableau 1-1 Classement des odeurs

7
1.4 LE PROCESSUS OLFACTIF

La figure suivante illustre le processus olfactif et peut servir de référence pratique.

Figure 1-5 Le processus olfactif

8
2. La problématique des odeurs
L’implantation et l’exploitation d’une entreprise dans une localité constituent une force génératrice
d’emplois et de retombées économiques. À divers degrés, sa présence implique une relation
étroite avec la communauté d’accueil. Par contre, certaines de ses activités sont susceptibles de
créer des préoccupations. Les voisins qui s’installent avant ou après l’implantation de l’entreprise
souhaitent une qualité de vie comparable à un autre secteur résidentiel. Ils sont alors sensibles
aux activités de leur environnement qui peuvent avoir des conséquences sur leur milieu de vie.

Dans ce sens, les odeurs deviennent un enjeu social à partir du moment où les membres d’une
communauté les perçoivent comme une gêne. Leurs effets sont de moins en moins tolérés et font
l’objet de plaintes répétées.

L’exposition d’une population aux odeurs peut entraîner une gêne olfactive et une réaction
différentes selon les circonstances particulières, comportant des pics d’odeurs intenses ou des
1
odeurs continues . Par ailleurs, la gêne est vécue comme une nuisance lorsqu’elle excède le
seuil de tolérance du voisinage d’un point de vue objectif (durée, fréquence, intensité, nature de
l’odeur, etc.) et qu’elle constitue un inconvénient anormal en regard à l’activité exercée. Dans le
présent document, l’utilisation du mot « nuisance » ne doit pas s’entendre comme une référence
au droit commun des nuisances applicable à la province du Québec. Ce terme n’est pas utilisé
dans son acception juridique, mais renvoie uniquement au fait qu’une odeur puisse être perçue
comme une gêne ou un inconvénient.

Le présent chapitre fait un survol de la problématique des odeurs, entre autres, leur provenance,
les facteurs qui influencent leur perception, les effets sur le milieu humain, ainsi qu’un rappel
historique de l’évolution des odeurs dans les préoccupations sociales et des solutions
préconisées.

2.1 LA PROVENANCE DES ODEURS


Les activités industrielles ne sont pas toutes odorantes, ni au même degré. L’entreprise
concernée qui doit implanter une activité, ou qui reçoit des plaintes relatives aux activités en
cours, doit d’abord faire un inventaire des sources possibles d’odeurs :

Les intrants
Certains secteurs industriels réalisent des activités qui sont odorantes par nature, par exemple
l’industrie du compostage, de l’enfouissement, de l’équarrissage, de l’épuration des eaux usées.
Les odeurs sont alors présentes dans les intrants constitués de matières à traiter. Une attention
particulière est alors portée sur les conditions de réception et d’entreposage de ces matières.
Les procédés
D’autres industries utilisent des procédés de fabrication ou de transformation qui émettent des
odeurs, telles la cuisson pour certains procédés de production de pâtes et papiers, la
désulfuration utilisée dans une raffinerie, la fermentation nécessaire à la production de la bière.
Les activités de traitement de matières organiques peuvent aussi causer des odeurs, par

1
Van Harreveld A.P., 2001

9
exemple le retournement d’andins de compostage, ou l’aération de bassins de lixiviation. Les
procédures et les conditions d’opération sont alors évaluées pour en réduire l’impact.
Les extrants
Pour d’autres industries, c’est le résidu de production qui est odorant. C’est le cas, par exemple
pour l’industrie alimentaire, de l’élevage ou l’enfouissement de déchets. Les odeurs peuvent
aussi provenir de l’évaporation de produits chimiques, par exemple suite à la fabrication de
peinture, de vernis, de solvant ou d’autres produits. Le contrôle des émissions devient alors
nécessaire.

Le processus opérationnel
La cause des odeurs peut être attribuable aux opérations de l’entreprise au cours des activités
d’exploitation. Par exemple, la mise en place d’une nouvelle procédure opérationnelle ou d’une
autre activité peut être la cause d’émission d’odeurs. Là où elles ne sont pas attendues, les
odeurs peuvent être un signe de malpropreté, de fuites, de réactions incomplètes, de bris ou de
mauvais état d’équipement, et ce, même dans des entreprises qui n’émettent pas d’odeurs
caractéristiques.
Une revue des opérations peut dans ce cas s’avérer opportune, par exemple, le choix des
solvants, l’entretien des équipements, la ventilation ou l’utilisation de zones contrôlées pour
certaines opérations.

2.2 LES FACTEURS DE GÊNE DES ODEURS


Les composés odorants circulent suivant la direction des vents, de façon turbulente ou linéaire,
en fonction de la topographie ou du bâti de la zone périphérique au site. Les paramètres suivants
vont directement influencer le niveau de gêne causé par les odeurs :
 La concentration de l’odeur et l’intensité correspond à l’importance de l’odeur
ressentie par le citoyen;
 La fréquence est le nombre de fois où le nez est exposé à l’odeur dans un
espace de temps donné;
 La durée de l’exposition aux odeurs correspond au laps de temps pendant lequel
l’odeur est perceptible;
 La période indique quant à elle, le moment de la journée, du mois ou de l’année
au cours duquel il y a exposition à l’odeur;
 La localisation ou l’usage affecté au territoire en périphérie aura un impact
important sur l’acceptabilité sociale d’une activité;
 Le désagrément de l’odeur dépend du ton hédonique, de la qualité associée à
l’odeur et indique la tolérance et les attentes d’un individu ou d’une communauté
[12].
D’autres facteurs, propres à la nature humaine, sont à même d’influencer la sensibilité olfactive
[13]. Citons par l’exemple l’âge (baisse de sensibilité), le sexe (plusieurs études constatent que
les femmes sont plus sensibles), le tabagisme (perte de sensibilité), des allergies et divers états
de santé.
La relation entre tous ces facteurs est extrêmement variable. En effet, l’intensité de l’odeur
perçue est reliée aux pointes d’odeurs intenses plutôt qu’à une moyenne de concentration [14].
De plus, chaque individu réagira différemment et à divers niveaux, selon les conditions dans

10
lesquelles il se trouve lui-même avant l’occasion d’odeur (santé, personnalité, situation émotive,
conviction sociale ou culturelle) [15].

L’analyse de ces facteurs est expliquée dans le prochain chapitre. Elle sera essentielle dans une
étude d’impact des odeurs sur le milieu.

2.3 LES EFFETS DES ODEURS DANS LE MILIEU


Que l’odeur provienne d’un parfum trop fort porté par un collègue, ou de l’industrie voisine qui
émet des composés odorants, les réactions humaines et sociales s’expriment dans un large
éventail [16]. De plus, les perceptions des mêmes odeurs peuvent varier dans le temps, par
exemple on peut noter un phénomène d’adaptation à l’intensité prolongée de l’odeur [17] ou
constater une accentuation de la sensibilité chez un individu exposé à répétition [18].
Les effets individuels ou sociaux peuvent être documentés par la compilation des plaintes reçues,
par des enquêtes citoyennes, ou par un avis de santé publique. Ils seront pris en considération
lors d’une éventuelle étude d’impact des odeurs sur le milieu. Les effets des odeurs sur les
travailleurs de l’industrie peuvent également être documentés.

Les effets individuels


La présence d’odeurs dans l’environnement peut engendrer des effets individuels variables,
allant d’un sentiment de contrariété à des malaises psychologiques ou physiques [19].
Les effets psychologiques sur l’individu sont bien documentés par les études, et se présentent
dans un ordre croissant, allant de la sensibilité, à l’irritation, au rejet. Dans certains cas, leur
simple évocation engendrera des craintes ou des symptômes somatiques.

Parmi les effets somatiques connus, notons la présence de nausée, de perte de l’appétit ou
encore d’un stress qui lui-même peut causer une augmentation de la tension artérielle.
Les études indiquent que la plupart des symptômes rapportés sont aigus dans leurs
2
manifestations, limités dans le temps et de nature subjective . Compte tenu de la fluctuation des
odeurs, de la grande variabilité et du caractère subjectif des symptômes, les études indiquent
que chaque situation doit être examinée au cas par cas [20].

La toxicité des composés odorants


Les liens entre les odeurs et la toxicologie sont plus difficiles à cerner. La majorité des gaz émis
dans l’air ne sont pas toxiques et n’ont aucun effet sur la santé. À l’opposé, les gaz toxiques ou
qui ont des incidences sur la santé ne sont pas tous odorants [21].
La toxicité de composés odorants a fait l’objet de plusieurs analyses scientifiques. Il est démontré
que la concentration d’une odeur et son intensité ne sont pas assimilables au degré de toxicité
d’un composé [22]. Alors que certains composés ultra toxiques ne sont pas odorants (par
exemple, le monoxyde de carbone), ceux qui sont odorants auront été détectés par le nez bien
avant leur seuil de toxicité. Le nez peut donc devenir pour certaines substances un excellent outil
de détection et de prévention.
Aux fins de démonstration, citons l’exemple du sulfure d’hydrogène qui pourrait se dégager de la
cheminée d’une usine : en présence de ce composé, le nez réagit à son odeur bien avant d’avoir

2
Shusterman, 1992

11
subi ses effets irritants. La figure ci-après indique le seuil d’irritation dans une proportion 100 fois
plus élevée que la réaction humaine.

.
Figure 2-1 Relation entre la perception de l’odeur, la gêne et les effets irritants pour le
sulfure d’hydrogène [23]

Le tableau suivant illustre la variation entre la détection et la toxicité de certains composés


odorants :
Seuil de perception olfactive Seuil de toxicité (VLE)
Polluant / composé de référence
(mg/Nm3) (mg/Nm3)
Ammoniac 1-5 17

Amines Ŕ Méthyle amine 0,1 6,6

Sulfure d’hydrogène 0,001-0,1 14

Méthyle mercaptan 0,001-0,007 0,98

Aldéhydes Ŕ n-butanol 0,001-0,01 0,45

Acide cyanhydrique (dans l’eau) 0,001 mg/L 0,2 mg/L

.
Tableau 2-1 Odeur et toxicité [24]

Pour ces raisons, les spécialistes suggèrent alors de privilégier une approche basée sur la
perception des odeurs plutôt que toxicologique, dans le sens que les effets individuels sont en
3
général déjà existants avant la présence de dangers .

3
Cain, 1980

12
Les effets sociaux
La dispersion inadéquate des odeurs engendre souvent un sentiment de frustration de la
communauté affectée, qui a l’impression de subir une altération de son environnement et une
perte de contrôle sur son milieu de vie. Cette situation peut être un déclencheur des difficultés de
cohabitation entre le voisinage et l’entreprise concernée.
La gestion sociale des odeurs est un élément crucial de la saine gestion des odeurs. Le chapitre
7 y est entièrement consacré.

2.4 LA PRÉOCCUPATION DES ODEURS DANS L’HISTOIRE


C’est en Europe que l’histoire de gestion des odeurs est la plus documentée. Tous ont entendu
parler des odeurs nauséabondes de l’époque médiévale provoquées par l’entassement de
déchets et le ruissellement d’eaux salies [25].
Dès le début de l’industrialisation, la société européenne se retrouve confrontée à des problèmes
d'hygiène publique, d'insalubrité ou d'incommodité liés aux odeurs nauséabondes [26], parfois
porteuses de maladies.
À cette époque, le progrès des manufactures, principalement les tanneries, met en évidence
l’importance de développer des critères d’hygiène publique dans le développement urbain [27].
C’est dans ce nouveau contexte qu’en 1810, la France exige que les manufactures, ateliers et
établissements puissent s'installer auprès des résidences à la condition de convenablement
aérer les locaux, de ne jeter les eaux salies qu'à l'égout ou dans un puits perdu, et de ne pas
stocker de produits nauséabonds. Les entreprises sont tenues, avant ouverture, de déposer une
demande d'autorisation, accompagnée d’une « enquête » [28].
Cette approche est reprise par d’autres États et fixe les premiers fondements de gestion du
territoire, en établissant :
 le principe de la recherche d’un équilibre entre les différents intérêts en jeu;
 le principe d’identification des activités à risque;
 la notion d’analyse d’impact [29].
e
Ce n’est qu’au XIX siècle que des chercheurs tels Pasteur à Paris et le Dr Snow à Londres
associent les problèmes de santé aux conditions de l’eau et des déchets plutôt qu’aux odeurs,
établissant les premiers jets de santé publique.

À l’instar de l’Europe, la construction des égouts de Montréal


en 1850 a réglé plusieurs problèmes d’odeurs et de santé publique.

13
Au XXe siècle, les odeurs sont associées aux gaz qui se dispersent dans l’air, provenant
principalement du secteur industriel. Presque tous les États industriels du monde édictent des
lois sur la qualité de l’air, établissant des normes de débit à ne pas dépasser et obligeant les
industries à traiter les gaz dits odorants parmi les autres.
Le Québec suit un parcours semblable. Jusqu’à la fin des années 1960, les interventions des
trois ordres gouvernementaux (fédéral, provincial et municipal) dans ce domaine visent
essentiellement la pollution atmosphérique locale par voie réglementaire. Après 1970, les actions
sont davantage guidées par des préoccupations relatives à la santé et à la protection des milieux,
provoquant un ajustement de normes.

Les nouveaux défis


Aujourd’hui, la question des odeurs prend une dimension nouvelle [30]. Le problème se pose
avec une acuité plus vive, et ce, pour plusieurs raisons. Mentionnons entre autres raisons,
l’urbanisation près des industries et des fermes, l’expansion de l’industrie de traitement de
déchets et d’effluents, la sensibilisation des populations aux inconvénients causés par les
équipements publics ou privés, et l’importance de l’acceptabilité sociale dans les projets.
De plus, cette question est amenée de pair avec l’émergence de nouveaux défis liés au
développement durable et commande de nouvelles stratégies d’intervention dépassant la
réglementation.
Les nouvelles normes visent la qualité du milieu. Le Québec entreprend le virage, à l’instar
d’autres États dans le monde, ce qui suscite l’émergence d’un secteur professionnel et
économique de pointe et d’un créneau d’intervention unique.
Une législation en développement, conjuguée à une sensibilisation accrue des industriels,
enclenche la mise en œuvre de programmes d’investissement dans des technologies plus
adaptées.

14
3. La saine gestion des odeurs
Comme il a été démontré dans les chapitres précédents, les enjeux autour des odeurs sont
variés et ils interpellent l’ensemble des intervenants dans le milieu, dont les citoyens, les
entreprises et les gouvernements.
Bien que leur bilan environnemental se soit beaucoup amélioré, les entreprises doivent
aujourd’hui être performantes sur les plans technique et économique, mais également
préoccupées par les effets de leur exploitation sur la communauté. De nombreuses industries
intègrent les impacts possibles de leurs activités sur la communauté dans leur mode de gestion.
On assiste désormais à la mise en place de solutions originales et novatrices, autant techniques
que sociales et réglementaires, dans un cadre particulier de saine gestion.
Le chapitre 3 présente le cadre de gestion des odeurs au Québec, la réglementation en vigueur
et les étapes nécessaires pour assurer une gestion proactive.

3.1 LE CADRE DE GESTION DES ODEURS


L’actualité des dernières décennies en matière d’odeurs a permis le développement d’une
industrie dédiée au contrôle des odeurs, outillée d’approches novatrices. On assiste à
l’émergence d’un secteur dynamique de recherche et de transfert technologique, dans les
domaines de la prévention, de la mesure des odeurs, de l’étude des impacts, de la gestion
opérationnelle, de l’application de solutions techniques et de mesures de contrôle. De plus, des
avancées considérables ont également eu lieu au niveau de la stratégie sociale des entreprises.

15
Au Québec, les associations professionnelles et sectorielles d’affaires travaillent activement à la
compréhension de la problématique et la cohésion des actions. Elles tentent de guider leurs
membres vers des solutions adaptées. Parallèlement, des standards de saine gestion des odeurs
et de relations avec le public propres à tous les secteurs ont été développés.
Les nouveaux projets sont élaborés selon une approche intégrée qui peut se démarquer par la
considération d’éléments particuliers :
 Critères de localisation :
o Distance séparatrice avec les résidences ou autres activités sensibles;
o Conformité avec le plan d’urbanisme de la municipalité;
o Prise en compte du cadre physique et humain;
 Adoption de standards de qualité :
o Normes à atteindre;
o Technologies propres;
o Réduction à la source;
o Mesures d’atténuation des impacts;
o Contrôle et suivi;
 Relations avec la population :
o Comité de vigilance;
o Communication des actions entreprises;
o Relations publiques.

16
Les entreprises déjà installées aux prises avec des situations d’odeurs visent les mêmes
objectifs. La même démarche est nécessaire pour toutes les situations, soit la connaissance du
problème, la discussion avec la communauté et la mise en place d’un plan d’action. La figure
suivante démontre l’interrelation entre les actions proposées dans la démarche.

Figure 3-1 Démarche d’identification de la problématique [31]

Devant ces défis, les entreprises sont appelées à choisir des options orientées sur les
« meilleures technologies disponibles » en mesurant rigoureusement les paramètres suivants :
 Les ressources financières disponibles;
 Les effets des odeurs sur le milieu et la sensibilité de la population aux inconvénients, qui
constituent le premier critère et le plus important;
 Les effets des solutions choisies sur l’environnement;
 L’état de la technologie disponible et les conditions de succès de la solution appliquée.
Si l’absence d’odeur est utopique dans le domaine industriel, l’efficacité et l’efficience des
mesures mises en place pourront témoigner de la volonté de trouver une solution acceptable
pour tous les acteurs concernés par une problématique odeur.

17
3.2 LE CADRE RÉGLEMENTAIRE
La réglementation en matière d’odeurs est appelée à jouer un rôle de contrôle et d’encadrement
qui tienne compte des intérêts des groupes d’individus concernés et des meilleures technologies
4
disponibles . Plusieurs approches sont préconisées. Une brève description de la réglementation
adoptée au Québec est présentée dans cette section, de même qu’un survol des expériences
dans d’autres États.

3.2.1 Les lois, règlements et directives au Québec


Dans le cadre de la législation provinciale, le gouvernement du Québec assimile d’abord les
odeurs à une contamination ou une pollution. Par exemple, la Loi sur la qualité de
l’environnement (L.R.Q., chapitre Q-2) [32], inclut les composés odorants dans la catégorie des
contaminants. L’article 20 exige que nul ne doive émettre, dégager ou rejeter dans
l’environnement un contaminant au-delà de la quantité ou de la concentration prévue par le
règlement gouvernemental ou qui est susceptible de porter atteinte au bien-être ou au confort de
l’être humain. L’article 22 de la même loi oblige l’exploitant à obtenir un certificat d’autorisation
dans le cas où son activité est susceptible de générer des contaminants.
Par contre, si le projet est situé en zone agricole, il peut être assujetti à la Loi sur la Protection du
territoire et des activités agricoles (L.R.Q. c. P-41.1) [33], dans ce cas, le propriétaire doit se
conformer aux diverses directives de la Commission de protection agricole (CPTAQ) [34].
L’implantation de projets est aussi soumise à des conditions édictées dans les règlements (voir
tableau 3.1). Aux fins d’exemple, le gouvernement peut exiger d’un promoteur une étude d’impact
odeur avant l’obtention d’un certificat d’autorisation; de plus, il peut obliger l’entreprise à instaurer
un programme de prévention et des mesures de mitigation des odeurs et la mise en place d’un
comité de vigilance; c’est le cas pour plusieurs sites de traitement ou d’élimination des matières
résiduelles et organiques. Le gouvernement se préoccupe aussi de la distance séparatrice (zone
tampon) entre le lieu où se tient l’activité potentiellement nuisible et les résidences.

Le Règlement sur l’enfouissement et l’incinération de matières résiduelles (R.R.Q. c. Q-2, r.6.02)


[35], publié en 2006, exige le confinement des odeurs sur le site, et identifie des mesures
d’atténuation d’odeurs.
Le Règlement sur la qualité de l’atmosphère (R.R.Q. c. Q-2, r. 20) [36] exige le traitement des
odeurs dans plusieurs activités. Le règlement indique que la mesure des odeurs doit se faire par
olfactométrie. Cependant, il est à noter que le projet de modification du règlement proposé par le
ministère depuis 2005 ne fixe pas de normes spécifiques aux odeurs [37].

Dans l’ensemble, le gouvernement a plutôt opté pour une approche sectorielle, en publiant des
guides de bonnes pratiques et des directives ou en fixant des conditions d’installation d’industries
dans un territoire donné, en fonction des activités humaines. Toutefois, les exigences sont
différentes pour chacun des secteurs visés. Il est cependant à noter que dans les diverses
directives le gouvernement opte pour une mesure par olfactométrie, réalisée par un consultant,
par exemple dans le domaine agricole, des matières fertilisantes, ou de la qualité de l’air. Les
guides et directives peuvent être consultés à cet effet sur le site Internet du ministère du
Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP), ainsi que du ministère de
l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) ou de leurs organismes

4
Ville de Montréal, 2004

18
habilités. Une liste non exhaustive des guides de bonne pratique publiés au Québec figure en
annexe au présent guide.

3.2.2 La réglementation municipale

Les municipalités et les municipalités régionales de comté (MRC) sont responsables de la


protection des secteurs présentant un enjeu en matière de cohabitation harmonieuse. Leurs
interventions se situent au niveau de la réglementation sur les nuisances et de la réalisation de
plans de gestion du territoire.

De plus, les municipalités définissent, au sein de leur plan d’urbanisme et de leurs règlements de
zonage, ou par un Règlement de contrôle intérimaire, le cadre de partage du territoire par les
milieux résidentiel et industriel ou agricole. L’exploitant devra porter une attention particulière au
règlement de zonage du site et des sites voisins lors de la conception du projet. Lors de
l’exploitation, l’entreprise veillera à ce que le règlement ne soit pas modifié. Une telle démarche
permettra à l’entreprise de prévenir le développement de secteurs résidentiels à proximité de son
site.

Les municipalités peuvent également assujettir, si nécessaire, la délivrance d’un permis de


construction à des mesures d'atténuation des odeurs.

Par ailleurs, quelques municipalités ou MRC ont mis en place des politiques environnementales
ou de développement durable, dans lesquelles elles indiquent les orientations générales en
termes de cohabitation harmonieuse des divers intérêts.

En plus de s’assurer de l’application de leur réglementation, les municipalités peuvent s’associer


aux comités de citoyens pour discuter avec les entreprises.

3.2.3 La Ville de Montréal

Il convient d’ajouter que la Ville de Montréal possède un pouvoir plus étendu que les autres
municipalités, et peut exiger des normes d’assainissement de l’air, à l’instar du gouvernement du
Québec. L’ensemble des entreprises montréalaises est donc soumis à une réglementation
contrôlant l’émission des odeurs dans l’air. Il s’agit du règlement 2001-10, lequel remplace le
o
règlement n 90 de l’ancienne Communauté urbaine de Montréal (CUM) dont l’application a été
déléguée à la Ville de Montréal en 2002.

NORME DE LA VILLE DE MONTRÉAL SUR L’ÉMANATION D’ODEURS


Règlement relatif à l’assainissement de l‘air et remplaçant les règlements 44 et 44-1 de la Communauté
(Règlement no 90 de la CUM modifié par les Règlements nos 90-1, 90-2 et 90-3 [38])
Le règlement cité interdit à toute entreprise : d’émettre ou de laisser émettre dans l‘atmosphère un agent
polluant en quantité telle que le nombre d’unités d‘odeur mesuré hors des limites de la propriété où est
située la source, soit supérieur à 1.
La formule de calcul requise est expliquée dans l’article 3.04 du même règlement.

19
Le tableau suivant présente la réglementation québécoise applicable au domaine de la gestion
des odeurs.

Critère Législation provinciale Réglementation municipale

Normes d’émission (concentration de Loi sur la qualité de l’environnement Règlement numéro 2001-10 sur les
composés odorants dans l’air (mg/m³) (L.R.Q., c. Q-2, a. 20, 22) [Lien]; rejets à l'atmosphère et sur la
délégation de son application (CUM
Normes de qualité de l’air Règlement sur la qualité de
règlement 90-1) [Lien];
(concentration en unités d’odeurs) l’atmosphère (L.R.Q., c. Q-1, r.20,
a.16), [Lien];

Localisation et aménagement en Loi sur la protection du territoire et des Propre à chaque municipalité ou
fonction des résidences et du activités agricoles, (L.R.Q., c. P-41.1, MRC :
voisinage a. 58, 62, 79)) [Lien];
 Règlement de contrôle
Règlement de contrôle intérimaire Directive sur les odeurs causées par intérimaire;
les déjections animales provenant
 Règlement de zonage;
d'activités agricoles (R.R.Q., c. P.-
41.1, r.3.02) [Lien];  Distances séparatrices;
Loi sur la qualité de l’environnement
(L.R.Q., c. Q-2, art. 19.1) [Lien];

Loi sur l'aménagement et l'urbanisme,


(L.R.Q., c. A-19.1, a. 5, 53, 56, 65,
113) [Lien];

Gestion des nuisances Loi sur les compétences municipales Propre à chaque municipalité ou
(L.R.Q., chapitre C-47.1, a. 51-61) MRC :
[Lien];
 Encadrement dans les PGMR;
Code municipal du Québec (L.R.Q.,
 Inspection;
chapitre C-27.1, a. 455, 492) [Lien];
 Amendes;

Implantation de nouveaux projets Règlement sur l'enfouissement et Propre à chaque municipalité ou


(études d’impact) l'incinération de matières résiduelles MRC :
(L.Q.R. c. Q-2, r.6.02, a, 41, 48, 90,
 Conformité de zonage
117, 138) [Lien];
 Permis d’occupation
Loi sur les cités et villes (L.R.Q.,
chapitre C-19) [Lien];  Permis d’affaires;
Règlement sur l'évaluation et
l'examen des impacts sur
l'environnement [Lien];

Communication et mise sur pied de Loi sur les services de santé et les Propre à chaque municipalité ou
comités de vigilance services sociaux du Québec (L.R.Q. MRC :
Chapitre S-4.2, a.1) [Lien];
 Plan de gestion des matières
Décrets ministériels. résiduelles

Tableau 3-1 Réglementation québécoise en matière de gestion des odeurs

20
3.2.4 La législation dans les autres États

Une nouvelle approche juridique de la gestion des odeurs est adoptée par plusieurs États dans le
monde. En effet, en plus de fixer des normes d’émission, plusieurs gouvernements ont édicté des
procédures de contrôle qui obligent les entreprises visées à mesurer les impacts de leurs
activités sur le milieu récepteur. Pour ce faire, elles ont fixé des normes de mesure des odeurs
dans le milieu qui tiennent compte de la concentration, de l’intensité de l’odeur et de la perception
humaine. La Communauté européenne a établi une norme standardisée pour mesurer les
concentrations d’odeurs normées en termes d’unités d’odeur par mètre cube en proposant des
méthodes d’analyse par olfactométrie. À l’instar de l’Europe, plusieurs États américains,
brésiliens et australiens ont normalisé leurs méthodologies et approuvé des règlements s’y
référant. L’ensemble de ces normes en vigueur fait école et est repris sur une base volontaire
dans les autres États, dont le Québec. Les normes les plus utilisées sont décrites dans le
chapitre 4.

3.3 LA NÉCESSITÉ D’UNE APPROCHE PROACTIVE

Si les activités d’une entreprise sont susceptibles d’émettre des composés odorants causant des
inconvénients dans l’environnement, cette dernière doit adopter une démarche proactive, qui lui
permettra de privilégier les solutions en amont, et de mettre en place des actions visant à établir
une cohabitation harmonieuse avec le milieu.

Une démarche décisionnelle doit être entreprise rapidement, laquelle s’appuiera sur un bref état
de la situation, sur une démarche à privilégier et sur les solutions à envisager. Un plan de travail
rigoureux permettra d’explorer les solutions qui semblent les plus efficaces et surtout d’éviter des
dépenses inutiles.

21
La figure 3.2 propose des éléments de réflexion qui pourront être adaptés selon la situation. Ces
éléments seront présentés dans les différents chapitres du guide.

Odeurs potentielles
(Nouveau projet)

Figure 3-2 Élément de réflexion pour une démarche de gestion des odeurs

22
4. La mesure des odeurs
Afin de mieux définir les solutions, il est important pour l’industrie de connaître la nature et le
degré des émissions d’odeurs à la source et leur dispersion dans l’air ambiant et dans le milieu
récepteur. Pour mesurer une odeur, il faut intervenir au niveau du signal reçu par le système
olfactif humain, qui est le seul capable de l’évaluer.

Des méthodologies éprouvées et normalisées sont disponibles pour échantillonner les gaz
odorants, pour évaluer leur concentration odeur et pour identifier leur composition.

Ce chapitre traite des méthodologies appliquées les plus reconnues.

4.1 L’ÉCHANTILLONNAGE

L’échantillonnage des composés odorants est la première étape du processus de mesure et


constitue une étape cruciale pour assurer la validité des analyses. Le choix de la méthode
d’échantillonnage est généralement dicté en fonction de la stabilité des gaz à collecter et de la
technique d’analyse privilégiée.

L’échantillonnage est réalisé selon une procédure rigoureuse, régie par un protocole précis. Il
peut se faire à la source, ou dans l’air ambiant (milieu récepteur).

La mesure des émissions à la source est généralement privilégiée. Il s’agit de prélever des
échantillons odorants à la source en vue de les analyser ensuite en conditions contrôlées et
standardisées au laboratoire d’olfactométrie.

4.1.1 L’échantillonnage à la source

À la source émettrice de gaz odorants, l’échantillon sera prélevé à un point précis, par exemple, à
la cheminée ou à différents endroits dans le cas de source surfacique.

Dans le cas d’émissions de composés odorants dus aux opérations, l’échantillonnage sera fait
dans les zones critiques (près d’une entrée, d’un système d’aération, ou encore à la surface de
matières odorantes non recouvertes). Plusieurs échantillons peuvent s’avérer nécessaires.

Le prélèvement à la source des échantillons s’effectue généralement au moyen d’une sonde.

Dans le cas de sources surfaciques ou diffuses, des techniques sont utilisées pour capter les
gaz, comme celle de la chambre à flux ou du tunnel de vent. L’air prélevé est retenu dans un
contenant hermétique souple (sacs Tedlar, Nalophan, etc.) exempt de tout contaminant. De
l’information complémentaire concernant ces techniques est disponible sur Internet [39].

La mesure à la source permettra de connaître les caractéristiques des odeurs directement liées
aux activités de l’entreprise.

23
Figure 4-1 Montage de la chambre de flux pour un prélèvement sur une source
surfacique [40]

4.1.2 L’échantillonnage dans le milieu récepteur

L’échantillonnage des odeurs, soit dans l’air ambiant, soit dans le milieu récepteur, pourra
s’avérer nécessaire pour valider certaines analyses ou pour connaître le comportement des
odeurs en relation avec celles provenant d’autres sources. Les méthodologies de prélèvement
varient selon les objectifs fixés. Toutefois, plusieurs études ont démontré des variations
fréquentes de concentration en air ambiant sur une période de quelques dizaines de secondes
[41]. Ainsi, il devient fondamentalement difficile d’effectuer des prélèvements ou des mesures
d’odeurs en air ambiant dû aux variabilités météorologiques et à l’influence de la dynamique de la
turbulence atmosphérique sur la dispersion d’un panache d’odeur.

Les échantillons peuvent être acheminés en laboratoire, selon les mêmes procédures que pour
l’échantillonnage à la source. Cependant, ils peuvent aussi être traités sur place avec une
procédure de dilution ou non, dépendamment de l’équipement utilisé.

L’échantillonnage peut se faire en continu ou de façon discontinue. Il est cependant important de


noter que les échantillonnages effectués en discontinu doivent être captés en nombre suffisant
pour dresser un portrait d’une situation donnée, puisqu’ils sont soumis à des conditions de vents
et de température extrêmement variables.

4.2 LA MESURE DES ODEURS


Les méthodes de mesure des odeurs sont classées en deux grandes catégories : les méthodes
physico-chimiques et les méthodes sensorielles.

Les premières servent à établir un inventaire des molécules existantes dans le gaz odorant, ainsi
que leur débit. Les secondes auront recours au nez pour flairer les odeurs et quantifier ou
qualifier le degré de gêne des odeurs.
Un survol des méthodologies les plus utilisées est ici présenté.

24
4.2.1 L’analyse physico-chimique
Les odeurs sont liées à la présence de composés chimiques dans l’air que l’on respire. Il est
parfois aisé d’identifier ces composés et de mesurer leur teneur dans l’air ambiant.
Dans ces cas, l’analyse physico-chimique est la méthode traditionnelle : elle est réalisée au
moyen d’un chromatographe équipé d’un détecteur spécifique; elle consiste à prélever les
éléments présents dans un échantillon gazeux et d’identifier les composés chimiques.
Le CG-SM (Chromatographie en phase gazeuse avec détection par spectrométrie de masse) est
bien connu pour mesurer ces composants présents dans l’air en quantité infime (de l’ordre du
g/m ) tels que les composés organiques volatils (COV) dont certains sont odorants.
3

L’analyse physico-chimique sera utile pour déterminer la nature et les concentrations des
produits odorants à éliminer. Ces mesures seront nécessaires pour choisir un procédé de
traitement adapté. On peut avoir recours à ces méthodes pour déterminer l’efficacité de réduction
de composés chimiques d’un système déjà en place.
Cependant, on peut rencontrer d’importantes difficultés. La concentration des composés odorants
est souvent si faible qu’ils ne sont pas détectables, même par les outils les plus performants. Par
ailleurs, l’analyse physico-chimique peut devenir complexe quand les composés odorants sont
nombreux, et il n’est pas rare d’en retrouver une centaine dans un milieu donné. Dans ces
mélanges, les composés dominants ne sont pas nécessairement ceux qui créent le plus de gêne
olfactive. De façon générale, il est difficile de prévoir l’odeur résultante de mélanges de
composés odorants identifiés par des méthodes analytiques en raison des phénomènes de
synergie, d’inhibition ou de masquage entre les différents composés au niveau de la perception
des odeurs [42].

De plus, la mesure physico-chimique ne peut mesurer le ressenti d’un individu ou d’une


population. Pour évaluer plus directement la perception humaine du mélange des gaz odorants,
une analyse sensorielle s’avère nécessaire [43].

4.2.2 L’analyse sensorielle en laboratoire


L’analyse sensorielle répond bien à l’approche de gestion globale des odeurs, en fonction de la
réponse du milieu récepteur et de la gêne ressentie par la population. Malgré toute la technologie
existante, le système olfactif humain demeure le meilleur outil de détection des odeurs.
La méthode sensorielle la plus couramment utilisée est l’olfactométrie. L’olfactométrie est une
méthode de pointe normalisée, reconnue par la communauté scientifique à travers le monde.
Pour analyser les odeurs, elle fait appel à un jury sélectionné et entraîné selon des procédures
normalisées. Le nombre de membres doit être représentatif de la population. Le travail des
membres du jury consiste à flairer des échantillons de gaz dilués à divers degrés. Selon l’objectif
visé, chaque juré aura à indiquer la présence ou l’absence d’odeur, à en apprécier la qualité ou
encore à exprimer l’intensité perçue sur la base d’une échelle. La mesure des odeurs par
analyses olfactométriques peut être faite en laboratoire ou sur le terrain.

L’olfactométrie peut mesurer plusieurs paramètres de l’odeur, notamment, la concentration,


l’intensité et la qualité. La persistance de l’odeur, qui peut également être mesurée par cette
méthode, est utilisée pour décrire le taux auquel l’intensité de l’odeur diminue en fonction de
paramètres de dilution. Ces quatre paramètres sont objectifs, car leur mesure est basée sur des

25
échelles de références portant sur des faits. La mémoire olfactive des membres du jury n’aura
donc pas d’influence.

D’autres paramètres subjectifs de perception des odeurs peuvent être analysés par olfactométrie
à savoir : le ton hédonique, la gêne (degré d’inconfort), l’objection (niveau de tolérance) et la
force ressentie (mesure de l’intensité sans référentiel) [44]. Ces paramètres sont jugés subjectifs,
car ils font appel à la mémoire olfactive propre à chaque membre du jury. La mesure du ton
hédonique sera détaillée dans la section qui suit.

Figure 4-2 Deux photos d’un poste d’olfactométrie

Diverses étapes de mesures sont détaillées par les protocoles ou normes, allant du choix et de la
formation des jurés, à la manipulation des échantillons, l’étalonnage de l’olfactomètre, le choix
des instruments, en passant par la méthode de compilation des données. Ces normes sont
essentielles pour assurer la fiabilité des analyses et pour être en mesure de comparer une
situation à l’autre. Ces normes ont été retenues par divers gouvernements et sont souvent
exigées par les directives ministérielles.

4.2.2.1 La mesure de la concentration odeur par olfactométrie

La mesure de concentration de l’odeur est liée à son seuil de détection. Pour ce faire, on fait
appel à l’olfactométrie à dilution dynamique. Cette méthode consiste à présenter à un jury
l’échantillon de composés prélevé, dilué à divers degrés dans un gaz inodore. Le travail du jury
se fait dans un laboratoire aménagé dans des conditions précises, sans odeur, humidité, ou
distraction.

Le seuil de détection olfactive sera atteint dès que 50 % du jury aura perçu l’odeur et une
3
annotation d’une unité d’odeur par mètre cube (1 u.o./m ) sera allouée à cette mesure. La
concentration odeur de l’échantillon sera calculée à cette étape et équivaut au nombre de
dilutions qui ont été requises pour atteindre le seuil de détection. Elle s’exprime en nombre
3
d’unités odeur par mètre cube d’air (X u.o./m ).

26
Diverses étapes sont détaillées par les protocoles ou normes, allant de la manipulation des
échantillons, à l’étalonnage de l’olfactomètre, au choix des instruments et des jurés, en passant
par la méthode de compilation des données. Les normes les plus couramment utilisées sont :
ASTM E679-91, EN 13725 et AS/NZ 4323.3 [45].
D’autres normes sont aussi utilisées au Québec pour déterminer la concentration odeur,
mentionnons la norme de la Communauté métropolitaine de Montréal et l’ASTM D1391-57
utilisée par le MDDEP dans son Règlement sur la qualité de l’atmosphère. Cette dernière norme
a été remplacée par les critères d’ASTM E679-91.

La mesure de la concentration odeur sert à donner une valeur objective de l’odeur dans l’air. De
plus, la concentration permet de définir le débit d’odeur qui sera nécessaire pour effectuer la
modélisation et ainsi adapter les solutions. Le débit d’odeur est calculé en multipliant la
concentration odeur (u.o./m³) par le débit d’air (m³/s). Il sera exprimé en termes d’unités d’odeur
par seconde (u.o./s).

4.2.2.2 La mesure de l’intensité odeur par olfactométrie


La mesure de l’intensité d’une odeur requiert des échantillons d’odeur au supra-seuil, c’est-à-dire,
à des niveaux d’odeurs supérieurs au seuil de détection. Son analyse peut devenir utile pour
quantifier les odeurs qui sont plus fortes que d’autres. On peut mesurer l’intensité de manière
objective ou subjective en utilisant l’olfactométrie.

Valeur objective

Une première méthode consiste à comparer la perception du composé échantillonné avec


l’intensité d’un gaz dont les propriétés olfactives sont déjà connues. La plupart du temps, le gaz
de référence est le n-butanol. Les membres du jury sont sélectionnés en fonction de leur
sensibilité au n-butanol. L’exercice consiste à rechercher l’intensité de l’odeur perçue par les
membres du jury, en la comparant avec la concentration du n-butanol. Le résultat est exprimé en
partie par millions de n-butanol (ppm). Plus la valeur en ppm est élevée, plus forte est l’odeur.
Citons l’exemple de la norme américaine (ASTM E544-99) qui est élaborée dans ce sens.

Valeur subjective

D’autres méthodes scientifiques sont utilisées pour évaluer le caractère subjectif de l’intensité de
l’odeur. Par exemple, la norme VDI 3882, Partie1, consiste à demander à un jury d’évaluer, sur
une échelle croissante, l’intensité ressentie par l’odeur sur une échelle de 0 (odeur non détectée)
à + 6 (forte intensité).

4.2.2.3 La relation entre la concentration et l’intensité des odeurs


L’analyse de l’intensité d’une odeur peut devenir utile pour quantifier les odeurs qui sont plus
fortes que d’autre. Toutes les odeurs sont détectées à la concentration d’une unité d’odeur par
3 3
mètre cube (1 u.o./m ). Cependant, au degré de 2 ou 3 u.o./m , le seuil de reconnaissance est
atteint et certaines odeurs seront perçues à faible intensité alors que d’autres seront très

27
3
distinctement reconnues. Quand la concentration de l’odeur aura atteint 10 u.o./m , l’intensité de
certaines odeurs sera évaluée comme très forte alors que d’autres seront de faible intensité.
Les lois de Weber-Fechner et de Stevens décrivent la relation entre la grandeur d’un stimulus et
l’intensité de la perception. Ces lois sont des formules mathématiques qui sont acceptées dans la
littérature scientifique pour définir la relation entre l’intensité odeur et la concentration d’une
odeur.
L’utilisation de l’olfactométrie dynamique permet de mettre en relation la concentration et
l’intensité d’une odeur. La loi de Weber-Fechner permet de démontrer que pour deux composés
odorants (butanol et sulfure d’hydrogène) présentés à un jury à une même concentration (10
3
u.o./m ), l’intensité odeur de chaque composé perçue par le jury sera différente (voir figure 4.2).
La loi de Stevens permet de démontrer que, lorsque la concentration de l’odeur est trop élevée,
l’intensité atteint un degré de saturation et ne varie plus. Les figures suivantes représentent ces
démonstrations [46].

Courbe de Stevens

Intensité

Saturation

n = pente de
persistance
Inodorité

Concentration

Seuil de perception Seuil de reconnaissance

Figure 4-3 Courbes de Weber-Fechner et de Stevens sur la relation entre la concentration et


l’intensité

28
4.2.2.4 La mesure du ton hédonique
Pour évaluer le ton hédonique, on demande à des personnes d’identifier sur une échelle le degré
de confort ou d’inconfort qu’elles ressentent en flairant ladite odeur. On utilise cette méthode
entre autres pour comparer la perception des odeurs selon certaines circonstances (amont/aval,
avec ou sans application de masquant, ancien/nouveau produit).
À titre d’exemple, la norme VDI 3882 partie 2 prescrit de demander à un jury d’évaluer
l’appréciation de l’odeur sur une échelle, qui va de -5 (odeurs extrêmement déplaisantes) à +5
(odeurs extrêmement plaisantes).

La figure suivante représente une gradation inspirée des mesures proposées par James A.
Nicell, spécialiste québécois en génie de l’environnement [47], laquelle calcule le degré
d’appréciation de gêne variant de 0 à -10.

Figure 4-4 Gradation de l’inconfort inspirée de Nicell

4.2.3 L’analyse sur le terrain


4.2.3.1 La mesure par olfactométrie de terrain
Sur le terrain, on peut utiliser l’olfactométrie pour la recherche de la concentration ou de
l’intensité équivalent n-butanol.
Le scentomètre, olfactomètre portable, est utilisé pour mesurer la concentration odeur sur le
terrain. Cet appareil est pourvu d’un filtre de charbon dans lequel l’air ambiant est filtré. Il permet
de diluer l’air ambiant odorant avec de l’air filtré non odorant. On calcule ainsi le nombre de
dilutions requis pour atteindre le seuil de détection olfactive d’un individu dans l’air ambiant,
3
lequel se mesure en u.o./m . Des normes américaines régissent cette procédure, telle que A-58-
541, A-59-541, et A-60-541.

Photo d’un scentomètre

29
La mesure objective de l’intensité odeur sur le terrain se fait par une comparaison au n-butanol. Il
s’agit alors d’utiliser les dilutions du n-butanol dans des flacons, que le jury compare avec l’air
ambiant. Pour ce type de mesure, le jury doit utiliser un filtre à charbon afin de « reposer » son
sens olfactif avec de l’air non odorant. Sans cette précaution, le jury pourrait s’habituer à l’odeur
de l’air ambiant. Le résultat de cette mesure est toujours exprimé en partie par millions de n-
butanol (ppm) (norme ASTM E544-99) [48].

L’olfactométrie terrain peut être employée par un jury, par des comités de citoyens, par le
personnel de l’entreprise. Les directives d’utilisation sont essentielles pour assurer la fiabilité des
résultats. L’utilisation du scentomètre dans des conditions météorologiques instables peut
5
devenir difficile. Aussi, cet instrument doit être employé avec parcimonie [49].

4.2.3.2 La mesure par nez électronique


Le nez électronique est un appareil de nouvelle génération qui procède à une mesure
olfactométrique en continu. Il permet d’effectuer la mesure et la reconnaissance des odeurs [50].
Dans sa conception, le nez électronique a enregistré des millions d’expériences olfactives. Il est
constitué d’une matrice de multiples capteurs optimisés en fonction des odeurs émises par le
site. Il est étalonné par olfactométrie et donne des résultats en termes d’unités d’odeurs par
mètre cube (u.o./m³).
Afin de constituer un outil de suivi et de surveillance intégré des odeurs, les nez électroniques
disposés en différents points stratégiques d’un site industriel émissif sont couplés à une tour
météorologique et un logiciel de modélisation de la dispersion des odeurs. L’utilisateur peut
alors :
 Distinguer entre les odeurs provenant du site et celles provenant d’ailleurs;
 Identifier les sources d’odeurs les plus problématiques;
 Archiver en continu les résultats afin de garantir une traçabilité en cas de plainte de
riverains;
 Alerter en cas de dépassement de seuil;
 Intervenir rapidement en cas d’incidents d’exploitation.

Photo d’un nez électronique

5
Mylner, 1991

30
Entre autres, le nez électronique permet d’évaluer en continu la performance des systèmes de
traitement d’odeurs mis en place. L’utilisation de cet appareil requiert du développement et de
l’adaptation pour chaque application.

4.3 LA MÉTHODE COMBINÉE (PHYSICO-CHIMIQUE ET SENSORIELLE) LE CG-


SM-O

Il s’agit d’utiliser un équipement spécialisé dans la détection sélective de gaz ou de composés


organiques volatils (COV), appelé CG-SM-O. Cet appareil permet de séparer et présenter
individuellement les composés odorants. Un module olfactométrique est ajouté à l’équipement,
faisant ainsi appel au nez humain pour identifier l’intensité, le ton hédonique et la qualité des
odeurs de chacun des composés séparés. Pendant le processus d’analyse, l’appareil sépare
chaque composé et le présente l’un après l’autre à une personne entraînée pour ce type
d’activité. Cette personne décrit ce qu’elle ressent à chaque composé émis par le CG-SM-O. Un
logiciel peut traduire immédiatement son appréciation sur un graphique.

Cette technique permet d’identifier les composés odorants, aussi appelés marqueurs olfactifs,
dans un mélange complexe de composés gazeux. Cette technique permet également de
caractériser l’odeur de chacun des composants et de caractériser séparément leurs qualités
odorantes [51].

Selon le besoin, les résultats peuvent s’exprimer en termes de concentration des gaz, d’intensité
d’odeur, de valeur hédonique ou de qualité.

Photo d’un CG-SM-O

31
Le tableau qui suit présente une liste des principales normes utilisées et leurs domaines
d’applications. Les normes soulignées guideront le lecteur vers un hyperlien explicatif.

Objet de
Norme Application
mesure
Guidelines for odor sampling and Échantillonnage et mesure
Échantil- measurment by dynamic dilution
lonnage olfactrometry AWMA EE6
États-Unis
Choix et ASTM STP 758 (1981) [52] Choix d’un jury selon des paramètres
formation EN-13725 rigoureux et formation des membres pour
d’un jury uniformiser les codes de réponse
ASTM-E679-91 [53] Mesure du seuil de détection ou de
États-Unis reconnaissance
EN-13725 [54] Mesure de la concentration odeur par
Europe olfactométrie dynamique
6
AS/NZ 4323-3 Mesure de la concentration odeur par
Concen- Australie et Nouvelle-Zélande olfactométrie dynamique
tration ASTM D1391-57 [55] Mesure de concentration dans l’atmosphère
États-Unis Norme actualisée par ASTM E679-91
Règlement sur la qualité de l’atmosphère
(R.R.Q.)
7
Article 3,04 du règlement 90 Ville de Montréal

ASTM-E544-75 Comparaison avec n-butanol Ŕ mesure au


États-Unis supra-seuil de l’intensité odeur par dilution
dynamique ou statique de l’odeur
Intensité VDI-3882 partie 1 [56] Évaluation de l’intensité odeur par un jury sur
Allemagne une échelle prédéterminée
ASTM-E544-99 [57] Comparaison au n-butanol
États-Unis Intensité supra-seuil
VDI 3940, partie 2 [58] Mesure du pourcentage d’épisode d’odeur en
Allemagne différentes localisations du panache de
diffusion par un panel d’évaluateur
8
Olfacto- ASTM-E544-99 Comparaison au n-butanol
métrie États-Unis Intensité supra-seuil
terrain A-58-541 Comparaison de l’air ambiant à de l’air sans
A-59-541 odeurs (filtre au charbon)
A-60-541
États-Unis
Ton VDI-3882, partie 2 [59] Mesure du ton hédonique par olfactométrie
hédonique Allemagne

Tableau 4-1 Normes de mesures d’odeurs

6
AS/NZ 4323-3, 2001
7
COMMUNAUTÉ URBAINE DE MONTRÉAL, 1987
8
ASTM E544-99, 2006

32
4.4 LA COMPLÉMENTARITÉ DES MÉTHODES
Les deux approches de mesure, soit physico-chimique ou sensorielle, répondent à la recherche
de connaissance du comportement des odeurs. L’avantage des mesures analytiques physico-
chimiques est leur précision et leur reproductibilité, de même que leur capacité d’identifier les
composés susceptibles de causer des odeurs. Cependant, l’analyse physico-chimique ne permet
pas d’évaluer le ressenti olfactif. En contrepartie, l’analyse sensorielle permet d’évaluer l’odeur
telle que perçue par l’être humain. Le gaz odorant est alors analysé dans son ensemble et non
en fonction des caractéristiques de chacun des composés. Le choix de l’une ou l’autre des
méthodes sera fait en fonction de l’objectif de l’étude. Au besoin, les deux approches sont
complémentaires et permettent d’obtenir, lorsque requis, une caractérisation globale des odeurs.

Le tableau suivant met en lumière les méthodes de mesure d’odeurs et les normes.

Tableau 4-2 Comparaison des méthodologies de mesures d’odeur

33
4.5 L’ÉVALUATION DE LA GÊNE OLFACTIVE

Toutes les mesures des odeurs ont pour but de connaître la concentration des odeurs, leur
intensité, leur qualité et/ou leur valeur hédonique. En complémentarité avec ces valeurs, il est
possible d'utiliser une méthode d'enquête auprès des populations concernées afin de définir le
niveau de gêne olfactive auquel est exposée la population. Les enquêtes auprès des citoyens
sont traitées dans le chapitre 7.

34
5. L’analyse d’impact odeur
Dans la section précédente, plusieurs caractéristiques des odeurs et leurs méthodes de mesures
ont été examinées. Le gestionnaire est donc en mesure de lier les connaissances des odeurs
avec les facteurs qui influencent la gêne chez les individus et ainsi évaluer leur impact réel ou
potentiel dans le voisinage.

Une étude d’impact odeur constitue un outil de pointe afin de mieux cerner les enjeux. Elle offre
au promoteur des éléments de planification, de design, de contrôle, et ce, à toutes les étapes du
projet, de la conception à l’exploitation.

Elle est aussi utilisée dans le cadre de l’élaboration d’un plan de gestion environnementale de
l’entreprise ou pour développer des instruments de contrôle de l’air ambiant dans un quartier, une
municipalité, une région.

L’étude d’impact odeur : Un outil de relation avec la population

Vulgarisée, l’étude d’impact odeur devient un excellent outil de relations publiques et de


discussion avec la population. Elle peut démontrer l’engagement d’une entreprise à s’inscrire
dans une approche proactive de recherche de solutions significatives et autant que possible
préventives. La démarche est responsable dans le choix des meilleures technologies disponibles,
considérant les conditions d’acceptabilité sociale et les capacités financières de l’entreprise. Tout
au long du processus, la transparence est de mise ce qui sera profitable pour justifier les choix en
fonction des incertitudes ou des oppositions rencontrées.

Concrètement, l’étude d’impact odeur a pour but de réaliser une série de simulations sur une
échelle spatiale et temporelle et de visualiser les scénarios de dispersion des odeurs à travers un
territoire donné à l’aide de cartes graphiques ou autres formats. Elle est effectuée selon une
méthode scientifique similaire à l’évaluation et à l’examen des impacts d’émission atmosphérique
sur la qualité de l’air.

Une étude d’impact odeur comprend les quatre éléments suivants : la définition des objectifs et
du contexte de l’étude, la caractérisation des sources émettrices et du milieu récepteur; la
modélisation de la dispersion atmosphérique et l’analyse des résultats. Une fois le diagnostic
posé, le gestionnaire sera en mesure de débuter une planification stratégique afin d’établir un
plan d’action.

35
La figure qui suit présente les divers éléments d’une étude d’impact odeur et de la planification
stratégique qui en découle.

Figure 5-1 Éléments de l’étude d’impact odeur et de la planification stratégique

36
5.1 LES OBJECTIFS DE L’ÉTUDE ET LE CONTEXTE

La définition des objectifs à atteindre, généraux et spécifiques, s’effectue au début de l’étude et


constitue la ligne directrice de celle-ci. Citons quelques exemples :
o Analyser l’impact relatif d’une ou de plusieurs sources;
o Estimer le niveau d’abattement requis pour réduire les odeurs;
o Vérifier la conformité des installations à la réglementation en vigueur;
o Optimiser les investissements requis pour éliminer ou réduire les odeurs;
o Vérifier la dispersion dans l’espace et dans le temps.
Par ailleurs, le contexte est expliqué, faisant état des exigences réglementaires, de la définition
de la zone étudiée avec ses caractéristiques humaines et physiques, de l’historique des plaintes
et des préoccupations exprimées par les citoyens. D’autres informations peuvent être utiles
provenant d’expériences d’industries similaires (nature de l’entreprise, localisation,
caractéristiques des émissions d’odeurs, équipements odorants, etc.).

5.2 LA CARACTÉRISATION

La caractérisation des sources émettrices et du milieu récepteur constitue la deuxième étape. La


fiabilité des données est cruciale pour permettre d’obtenir les résultats les plus représentatifs de
la réalité.

Il faut identifier les sources d’odeurs fixes, surfaciques ou diffuses, inclure les données de
concentration et de débit à la source. Il faut ajouter les paramètres qui influencent la dispersion
des odeurs telles la fréquence et la durée.

Pour effectuer la modélisation, il faut obtenir les données météorologiques issues d’une tour
météorologique située préférablement sur le site étudié, ou dans un rayon immédiat. Ces
données proviennent de statistiques accumulées dans une période de temps donné, en général
pour une saison ou pour une année entière. Elles comprennent les courbes de la température, la
vitesse et la direction des vents, la classe de stabilité atmosphérique et les hauteurs de mélange.

Également, une bonne définition de la zone d’étude est importante, elle doit être réaliste et
raisonnable. Elle peut être choisie après discussion avec les professionnels, les citoyens et les
autorités s’il y a lieu. Les limites de la propriété doivent être connues, ce qui permet de vérifier le
respect des normes si applicables.

Choix de la méthodologie
Le choix de la méthodologie sera guidé par l’importance du projet, la complexité des sources
d’odeurs et la période de temps prévue. Comme c’était le cas pour la mesure des odeurs, une
série de modèles mathématiques ont été adaptés dans des logiciels, validés par les chercheurs
et standardisés afin d’assurer la fiabilité des résultats. Les logiciels américains sont généralement
utilisés au Québec. Mentionnons par exemple les logiciels ISC AREMOD, SCREEN, CALPUFF.
Ces modèles sont de type gaussien, d’autres sont de type Gilford ou Turner. Ajoutons le modèle
9
prescrit par la Ville de Montréal à l’article 3.04 du règlement 90 , et le nouveau modèle Tropos
mis au point au Québec [60].

9
COMMUNAUTÉ URBAINE DE MONTRÉAL, 1987

37
Toutefois, il faut s’assurer que les modèles utilisés pour la dispersion des odeurs considèrent les
pointes de concentration d’odeurs, autant que la concentration moyenne, puisque les solutions à
envisager doivent tenir compte des comportements inattendus des odeurs.

Il convient de spécifier que le MDDEP a produit un document pour guider les professionnels et
les entreprises dans le choix de la méthode, en fonction de la réglementation québécoise.
L’ensemble des directives sur les techniques de modélisation à utiliser se retrouve dans le guide
de la modélisation de la dispersion atmosphérique du MDDEP [61].

5.3 LA MODÉLISATION DE LA DISPERSION ATMOSPHÉRIQUE

Une modélisation de la dispersion des odeurs dans l’atmosphère permettra de déterminer dans
quelles conditions le milieu récepteur sera en présence d’odeurs fortes ou persistantes. Grâce au
logiciel choisi, la modélisation est en mesure de simuler l’effet d’une émission d’odeur et son
étendue en termes de concentration, qui tienne compte de la source, de la vitesse et de la
direction des vents, des conditions géographiques et d’identifier sur la carte les pointes
anormales ou les dépassements de concentrations acceptables.

Les simulations sont normalement effectuées pour une certaine période de temps, généralement
pour une saison ou une année entière, selon le but recherché et en fonction des données
météorologiques.

Selon le logiciel choisi, la visualisation sera présentée en forme de panache, de cerceaux, de


points de mesures, en deux ou trois dimensions. La figure suivante présente un panache de
distribution des odeurs selon les données compilées.

Figure 5-2 Exemple de présentation de la distribution des odeurs dans un milieu

5.4 L’ANALYSE DES RÉSULTATS

En fonction des objectifs spécifiques fixés, la modélisation permettra de connaître l’origine des
odeurs, les conditions météorologiques en présence lorsque le seuil de détection olfactive est
dépassé, la durée des épisodes de dépassement et les fréquences auxquelles le voisinage y est
exposé et les distances parcourues par les odeurs.

38
Pour être en mesure d’évaluer dans le temps, la modélisation permet d’ajouter une notion de
percentile, qui est une valeur statistiquement non dépassée. Par exemple, un percentile 98 sur
une année signifie que le seuil sera dépassé 2 % du temps, soit 175 heures, à diverses périodes
et selon diverses conditions. En appliquant ce paramètre, on peut prévoir la fréquence de
dépassement prévue dans la prochaine année, et anticiper la gêne olfactive créée par les
répétitions. En général, aux fins de simulations, les percentiles utilisés sont d’une valeur de 95,
3
98 ou 99,5. Par ailleurs, les seuils utilisés de dépassement sont de l’ordre de 1 u.o./m , de 2,4 ou
de 5.

Le rapport de l’étude d’impact devient un élément essentiel dans la prise de décision. Il peut être
réactualisé au besoin. Dans quelques cas, une étude plus spécifique sera nécessaire pour
approfondir les connaissances d’un problème qui requiert une attention toute particulière (telle
l’intensité extrême d’une odeur), les résultats compléteront l’étude d’impact odeur.

Grâce à la modélisation, on est en mesure de visualiser les effets des sources odorantes sur le
voisinage, d’identifier et de quantifier plus particulièrement :
 La source qui occasionne le plus d'impact chez les voisins;
 La relation entre les concentrations odeur et les fréquences d’exposition;
 Le niveau de dispersion de l’odeur par secteur dans la zone visée;
 Le niveau d’odeur aux limites de la propriété;
 Les pics de présence d’odeurs plus fortes dans l’espace et dans le temps et les
conditions météorologiques qui prévalent;
 Les niveaux moyens, les fréquences et les durées de dépassement d’une valeur seuil;
 Le niveau de gêne olfactive par secteur (caractère hédonique ou appréciation).

Les résultats permettront, entre autres :

 D’indiquer le niveau d’abattement nécessaire des odeurs;


 De faire un portrait des courbes de comportement des odeurs (amélioration ou
détérioration) possibles selon les conditions qui peuvent se présenter;
 De déterminer la conformité des scénarios avec la réglementation
 De répondre aux plaintes déposées par le public.
 D’analyser et comparer diverses options.

Le diagnostic posé, le gestionnaire sera en mesure d’établir un plan d’action qui comprendra les
mesures préventives, les mesures correctives, les investissements nécessaires, l’échéancier et
un plan de communication avec la population.

5.5 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Le contrôle des odeurs était jadis empirique. Il aura fallu distinguer l’odeur de la composition
chimique du gaz, mieux connaître le processus de dispersion de l’odeur, accroître les recherches
et le développement des technologies et, finalement, trouver des techniques plus opportunes de
réduction et de contrôle des odeurs pour en arriver à gérer adéquatement les multiples
dimensions de la problématique. Forte de ces expériences, la saine gestion des odeurs devient
une façon de faire intelligente et repose désormais sur des méthodes scientifiques de
connaissance et de contrôle de plus en plus adaptées.
La résolution des problèmes reliés aux odeurs est complexe, mais passe nécessairement par la
mise en place de bonnes pratiques permettant d’atténuer leurs impacts. Les difficultés se

39
présentent quand il y a dépassement de la moyenne acceptable. En portant au centre de la
stratégie l’atténuation de la gêne occasionnée par les odeurs, les solutions sont mieux ciblées.
Les choix doivent être justifiés par des critères techniques, financiers, environnementaux et
sociaux. Il ne faut pas hésiter à avoir recours à des spécialistes quand la situation s’avère
complexe.

Le gestionnaire doit élaborer un plan de travail réaliste et applicable, basé sur une évaluation
objective de la situation.

Un gestionnaire avisé s’informera des expériences vécues par d’autres entreprises similaires,
tout en sachant qu’on ne peut « copier/coller » les solutions. Il cherchera aussi des informations
auprès de son association professionnelle ou patronale. Il rédigera un cahier des charges pour
s’assurer que la technologie proposée réponde efficacement à ses besoins.

La direction de l’entreprise doit assumer un rôle d’exemple dans la résolution de problèmes. Un


comité interne responsable de la question pourra être mis sur pied pour assurer la pérennité des
actions entreprises. Il sera judicieux d’affecter au moins un employé aux relations publiques et au
suivi des plaintes. De plus, une formation des employés est nécessaire pour assurer un meilleur
contrôle des activités.

Une approche transparente

Le processus décisionnel servant à l’élaboration de ce plan de travail doit être engagé en toute
transparence et un plan de communication est utile, si ce n’est nécessaire, pour faire connaître à
la population les efforts engagés.

Il se peut que les solutions envisagées nécessitent une approche par étapes et l’application d’un
plan évolutif, compte tenu des contraintes inhérentes à l’entreprise et des objectifs à atteindre. Le
gestionnaire responsable devra agir avec transparence, et expliquer ouvertement son plan
évolutif à la population. À cet effet, des méthodes de discussion et de consultation de la
population sont proposées dans le chapitre 7.

40
6. Les solutions techniques
La connaissance des odeurs étant maintenant acquise, les prochaines étapes nécessitent une
approche en deux parties, la gestion technique et la gestion sociale. Dans le présent chapitre,
l’attention est portée sur les solutions techniques. Le chapitre 7, quant à lui pourra guider
l’exploitant dans ses relations avec la communauté.
L’absence d’odeurs à la source représente un objectif inatteignable. Il faut plutôt miser sur des
stratégies de saine gestion assurant aux citoyens environnants de préserver leur qualité de vie.
L’efficacité et l’efficience des mesures mises en place doivent témoigner de la volonté de trouver
une solution acceptable pour tous les acteurs.

Les solutions techniques sont de plusieurs ordres. La prévention des odeurs constitue
évidemment la première approche. Cependant, quand les odeurs ne sont pas évitables, le
contrôle des odeurs peut se faire à la source, par des actions ne nécessitant pas de traitement, et
en fin de compte en utilisant des techniques d’atténuation ou de mitigation des odeurs.

L’importance de choisir des solutions adéquates


Certaines solutions peuvent paraître à première vue attrayantes en raison de leur faible coût et
de leur efficacité au moment où le besoin se fait sentir. Or, les gestionnaires et promoteurs
pourront rapidement se rendre compte que si les solutions sont mal choisies pour quelques
raisons que ce soit, elles occasionneront probablement des dépenses supplémentaires, si ce
n’est qu’elles s’avéreront finalement inappropriées, voire tout simplement inutiles. En outre,
l’entreprise peut perdre sa crédibilité face au voisinage.

Le présent chapitre fait un survol des solutions techniques disponibles, sans les qualifier.
Chacune des techniques peut répondre à un besoin qu’il est difficile d’identifier dans un simple
guide. Une approche de décision assortie de critères de sélection et d’atteinte de résultat suit
cette section.

La prévention des odeurs


Il peut être possible de réduire l’importance relative d’une problématique d’odeurs en amont, sans
même avoir recours à des technologies ou à des traitements particuliers. En ce sens, la solution
passe par une bonne conception des procédures, ou la reconception selon une formule de
« technologie propre » accompagnée de bonnes pratiques préventives.
La prévention des odeurs est tout aussi importante lorsqu’il s’agit de l’implantation d’un nouveau
projet ou quand on prévoit de modifier les activités en vigueur pour se soumettre à de nouvelles
normes, pour agrandir, ou pour instaurer une politique environnementale ou de développement
durable.

41
6.1 LA RÉDUCTION À LA SOURCE

Une gestion préventive en amont a de nombreux avantages économiques, sociaux et


environnementaux. Quelques mesures pouvant être mises en place en amont selon les situations
seront présentées dans cette section.

6.1.1 La localisation des activités

Avant d’implanter un projet, il sera nécessaire de bien sélectionner le site qui accueillera l’activité.
Il est important de considérer une distance minimale qui sépare l’activité des résidences et autres
activités humaines. L’exploitant pourra faire appel à des professionnels pour bien planifier une
activité pouvant émettre des odeurs. Une attention particulière devra être portée au règlement de
zonage du site et des sites voisins lors de la conception du projet puis lors de son exploitation.
Une telle démarche évitera à l’entreprise de se retrouver dans une situation de cohabitation
difficile avec le voisinage et, surtout, d’avoir à investir des sommes importantes qui peuvent
mettre en cause la viabilité de l’activité.

6.1.2 Les bonnes pratiques opérationnelles


Les composés odorants sont principalement véhiculés par l’air, mais dans certains cas, ils
peuvent aussi l’être par la poussière et l’eau. Il convient d’affirmer que certaines odeurs peuvent
être atténuées à la source, par l’utilisation de bonnes pratiques industrielles. Quelques exemples
de bonne pratique [62] :

 Donner une formation adéquate au personnel;


 Encadrer les pratiques opérationnelles, en s’assurant que les portes soient étanches, que
l’entreposage soit conforme ou que les opérations plus critiques soient entreprises dans
des salles dédiées à cette unique fin;
 Recouvrir les matériaux odorants qui sont entreposés à l’extérieur;
 Assurer un meilleur contrôle de paramètres comme la vitesse de sortie des gaz ou
vapeurs, la ventilation, la température, la pression interne;
 Choisir des périodes de la semaine ou de la journée adéquates pour entreprendre une
activité susceptible d’émettre des composés odorants;
 Assurer le respect des conditions d’opération optimales [63];
 Entretenir les équipements;
 Maintenir l’entretien général du site (ex. : propreté, drainage, etc.) en s’assurant que les
poussières soient éliminées, que les eaux résiduelles soient traitées.

Plusieurs entreprises forment un comité avec les employés pour proposer un plan d’action
efficace et surveiller les pratiques.

6.1.3 La révision des façons de faire ou la réingénierie


Dans certains cas, les gestionnaires d’entreprise réalisent qu’une partie des odeurs dégagées
sont causées par les procédures d’exploitation (opération, procédés et maintenance) : la source
d’odeur est le solvant utilisé, les filtres sont mal entretenus, la ventilation est inadéquate, etc. La
prévention des odeurs s’effectue alors par l’optimisation des procédés ou par la modification de
pratiques dites à risque. La prévention devient donc une approche proactive de résolution des
problèmes.

42
 Recherche de produits non odorants dans les procédés;
 Attention portée aux procédures d’élimination;
 Ajout d’un réservoir à évacuation contrôlée;
 Ajout de pompes souterraines dans les réservoirs d’eaux usées;
 Séparation des mélanges incompatibles qui produisent des odeurs;
 Choix d’une diète appropriée pour les animaux (cas des installations d’élevage) [64];
 Améliorer les conditions d’aération ou de ventilation;
 Éviter certains mélanges gazeux qui génèrent des odeurs;
 Réduire l’entreposage de produits odorants.

6.1.4 Le blocage des odeurs


Des solutions techniques existent pour la réduction à la source des odeurs, incluant l’utilisation
d’additifs chimiques ou d’agents stabilisants. Ce type de solution vise à prévenir la formation de
composés odorants. Ces produits sont généralement ajoutés à des effluents. À titre d’exemple,
mentionnons les coagulants inorganiques à base de fer (chlorure ferreux, chlorure ferrique,
sulfate ferrique) qui peuvent bloquer la formation d’odeurs de soufre en contrôlant les sulfures
dissous. Cette technique est utilisée en phase aqueuse (ex. réseau de collecte des égouts) et
phase solide (ex. boues de station d'épuration).

6.2 LES MESURES NE NÉCESSITANT PAS LE TRAITEMENT DES ODEURS

6.2.1 L’installation d’un d’écran végétal


Une attention particulière doit d’abord être portée sur l’intégration de l’activité dans le paysage.
En effet, il est possible de faire appel à des techniques de verdissement pour améliorer
l’intégration d’une usine dans le paysage. L’aménagement de barrières végétales pourra dans
une certaine mesure, atténuer les odeurs perçues en filtrant et en provoquant une turbulence
pour augmenter la dispersion des odeurs. Pour être efficace, il a été estimé que les écrans
végétaux doivent avoir une hauteur supérieure à 10 mètres et une opacité minimum de 70 %
[65]. De plus, des études démontrent que des environnements agréables visuellement sont en
général moins mal perçus sur le plan olfactif [66].

43
6.2.2 Le confinement des gaz odorants
Certaines activités industrielles sont réalisées à partir de matières premières odorantes. C’est le
cas, entre autres, pour le traitement de matières résiduelles, l’équarrissage, l’épuration des eaux
usées, l’application de colles ou de solvants. D’autres utilisent des produits ou produisent des
résidus odorants, pensons à l’élevage porcin, à la fabrication de peinture ou de pâtes et papiers.
Le confinement des gaz en milieu fermé, et ainsi des odeurs, est aujourd’hui une mesure
préventive de plus en plus pratiquée, voire nécessaire pour bien des projets d’envergure. Des
normes à ce sujet sont d’ailleurs fixées en fonction des risques et de la nature des odeurs. Bien
que cette pratique puisse s’avérer onéreuse, elle est cependant une méthode sûre pour mieux
contrôler l’émission de composés odorants.

6.2.3 Les produits masquants


Les produits masquants permettent de superposer une odeur plaisante de vanille, de pommes ou
de lime à une odeur désagréable, en ne mettant en jeu aucune réaction chimique. Les
masquants se présentent généralement sous forme liquide et sont aspergés par un vaporisateur
dans le milieu odorant. L’équipement requis est rudimentaire et relativement économique.
Toutefois, l’utilisation des produits peut s’avérer onéreuse. Dans le cas d’émissions diffuses
d’odeurs, cette méthode constitue une option temporaire d’atténuation des odeurs, qui offre
l’avantage d’être rapidement mise en œuvre.
L’odeur perçue par le nouveau mélange est modifiée et susceptible d’être moins gênante.
Cependant, elle n’atténue pas l’odeur initiale et peut même augmenter la charge chimique et
l’odeur dans l’air. L’efficacité peut être aléatoire en fonction des variations de l’intensité, de la
source et des conditions météorologiques. Il devient donc indispensable d’en ajouter souvent.
Les épisodes de non-efficacité seront vécus avec autant d’acuité par les citoyens.
Pour ces raisons, le masquage est préférablement utilisé à titre de technique d’appoint ou
temporaire.

6.3 LES MESURES DE TRAITEMENT DES ODEURS

Dans les cas où les actions visant à prévenir la formation des composés odorants ne donnent
pas les résultats escomptés ou ne peuvent être mises en œuvre, l’entreprise devra recourir à
l’utilisation de méthodes d’atténuation ou de technologies de traitement. Une panoplie de
procédés de traitement peut être utilisée pour le contrôle des émissions atmosphériques
industrielles. Quelques fois les investissements nécessaires sont importants, le choix des
solutions doit être soigneusement analysé.

44
6.3.1 L’utilisation d’agents neutralisants
Les agents neutralisants agissent sur les molécules odorantes pour les détruire, modifier leur
composition, empêcher leur formation, ou diminuer l’intensité de l’odeur.
Les neutralisants se présentent généralement sous forme liquide et sont aspergés par un
vaporisateur dans le milieu odorant. Les neutralisants solides sont plutôt utilisés sur des sources
elles-mêmes solides ou sur les résidus organiques. L’équipement requis est rudimentaire et
relativement économique. Toutefois, compte tenu du volume de produits à utiliser, cette opération
peut s’avérer onéreuse.
Étant une solution rapide, les neutralisants peuvent procurer un confort olfactif en remplaçant le
caractère désagréable d’une odeur par une sensation plus positive.
Il faut mentionner que les neutralisants sont utilisés surtout sur des sources surfaciques, en aval,
et en complémentarité avec d’autres actions.

6.3.2 Les techniques non destructives

L’absorption
L’absorption est un processus de transfert de masse (diffusion) d’un composé en phase gazeuse
vers une phase liquide. On décrit aussi l’absorption comme étant un procédé de lavage simple
lorsque le composé transféré n’est pas modifié ou comme un procédé de lavage chimique
lorsqu’une réaction chimique est mise en œuvre afin de favoriser un meilleur transfert.
Une fois l’analyse physico-chimique préalable des composés chimiques odorants réalisée, la
conception du procédé de lavage requiert notamment le choix du liquide de lavage (eau et
réactifs chimiques) et le type de contacteur à mettre en œuvre. Les types de contacteurs sont
variés : colonne à garnissage, colonne à pulvérisation et atomisation, colonne à plateaux, venturi.
Il existe deux types de réactions chimiques permettant l’élimination des composés odorants :
 les réactions acide/base qui permettent l’accélération du transfert G/L (gaz liquide) des
polluants;
 les réactions d’oxydation qui permettent la régénération en continu de la solution de
lavage par l’utilisation de produits oxydants tels que l’hypochlorite de sodium (eau de
Javel), l’ozone, le permanganate de potassium, etc.

La figure 6.1 présente le schéma de fonctionnement d’une unité le lavage classique constituée de
deux tours. La première tour acide a un pH compris entre 2 et 3 et est destinée à l’élimination des
composés azotés (NH3, amines, etc.). La seconde tour basique oxydante dont le pH est compris
entre 10 et 11 est destinée à l’élimination des composés soufrés.
Cette technique de désodorisation offre l’avantage d’être adaptable à de nombreux secteurs
industriels comme l’industrie chimique, pharmaceutique, d’équarrissage, les stations d’épuration,
etc. L’absorption permet de bonnes efficacités d’abattement pour une large gamme de débits, de
concentrations et de composés odorants en plus d’être flexible et rapide à mettre en œuvre. Le
principal inconvénient de l’absorption est son coût de fonctionnement, lié en grande partie à la
consommation importante de produits chimiques et à l’évacuation des eaux de lavage. Par
ailleurs, l’exploitation des systèmes de lavage nécessite des compétences spécifiques et un
programme de maintenance rigoureux.

45
Figure 6-1 Principe de fonctionnement d’une unité de lavage [67]

L’adsorption

En désodorisation, l’adsorption consiste à fixer les composés malodorants présents dans la


phase gazeuse sur une surface de matériaux solides et poreux (adsorbant). Les principales
étapes qui entrent alors en jeu sont :
 le transfert de la phase gazeuse au travers de la couche limite entourant le matériau;
 le transport des molécules par diffusion dans le volume poreux;
 l’adsorption des molécules en surface du matériau.

On distingue deux types d’interactions à la surface du matériau solide : la physisorption (ou


adsorption physique) et la chimisorption (ou adsorption chimique). La chimisorption implique des
liaisons chimiques beaucoup plus fortes de type covalent moins réversibles comparativement à la
physisorption. Il est à noter que les réactions d’adsorption sont exothermiques, c'est-à-dire qu’il y
a un dégagement de chaleur lorsqu’elles se produisent.
Les principaux adsorbants utilisés sont le charbon actif, les zéolithes, les gels de silice et les
alumines. On les retrouve sur le marché sous forme de grain, fibre, toile ou encore de mousse. À
titre d’exemple, la capacité d’adsorption du charbon actif variera en fonction de la concentration

46
du composé à éliminer, de la granulométrie du charbon, de l’humidité, de la température et de la
vitesse de passage du gaz à traiter.
La mise en œuvre industrielle de l’adsorption prend généralement la forme d’un lit de filtration fixe
à flux descendant (vitesse superficielle : 500 à 3 000 m/h) d’une épaisseur comprise entre 1 et 2
m. En mode de fonctionnement continu, une installation comporte au moins deux unités de
traitement, l’une étant en adsorption pendant que l’autre est mode régénération (voir figure 6.2).
La régénération est une opération qui consiste à ramener le média adsorbant à une capacité
d’adsorption proche de celle son état d’origine. La régénération thermique à l’aide de vapeur
d’eau ou de la chaleur est de loin la plus couramment utilisée à l’instar de la régénération
chimique, beaucoup plus spécifique. Il existe deux autres types de régénération, la régénération
biologique (mise en contact du matériau adsorbant saturé avec une biomasse bactérienne apte à
dégrader les composés retenus) et la régénération par dépressurisation. Couplée au chauffage,
la régénération par dépressurisation peut être envisagée lorsque les composés sont très volatils
et/ou peu retenus sur l’adsorbant.

Figure 6-2 Schéma de principe d’un adsorbeur à flux descendant fonctionnant en


10
alternance, adsorption/régénération

10
ADEME, 2005

47
6.3.3 Les techniques destructives
Les techniques destructives font référence à l’oxydation complète des composés en dioxyde de
carbone, eau et différents oxydes ou produits d’oxydation. En désodorisation, les principales
techniques destructives concernent les procédés d’oxydation thermique, catalytique et
biologique. D’utilisation relativement simple, ils présentent aussi l’avantage de mettre en œuvre
des technologies classiquement rencontrées sur les sites de production industriels.

L’oxydation thermique
La mise en œuvre de l’oxydation thermique fait appel à une chambre de combustion dans
laquelle les effluents gazeux à traiter sont chauffés à des températures de l’ordre de 600 à 900
o
C à l’aide d’une flamme pendant une période de temps variant de 0,5 à plusieurs secondes
dépendant du type de composés à éliminer (voir figure 6.3). Outre la chambre de combustion, les
principaux éléments d’un épurateur thermique sont :
 le brûleur (généralement de type veine d’air à rampe ou conique placé directement dans
le flux gazeux à traiter);
 l’échangeur (pour le préchauffage des gaz et la réduction des coûts en énergie)
 les dispositifs de contrôle et de régulation (température des gaz à la sortie, débit de
combustible au brûleur, etc.).
On distingue deux types d’épurateurs thermiques
 Les épurateurs thermiques récupératifs qui utilisent un réacteur conçu avec des
matériaux réfractaires et des temps de séjour fixes;
 les épurateurs thermiques régénératifs qui utilisent typiquement trois lits de céramique,
ou plus, pour préchauffer le gaz à traiter, récupérer la chaleur des gaz traités et assurer
la purge du système.

11
Figure 6-3 Schéma de principe d’un épurateur thermique en mode récupératif

11
ADEME, 2005

48
L’oxydation catalytique
L’oxydation par voie catalytique fait appel à des matériaux (catalyseurs) ayant la propriété
o
d’utiliser des températures d’oxydation plus basses (de 160 à 400 C) comparativement aux
épurateurs thermiques. Il existe trois grandes familles de catalyseurs : les catalyseurs à base de
métaux précieux (platinum group metal (PGM) : platine et palladium), les catalyseurs à base
d’oxydes métalliques (BMO) et les catalyseurs à base de terres rares (La, Sr).
On distingue les épurateurs catalytiques récupératifs et régénératifs. Les épurateurs catalytiques
récupératifs consistent en un lit de catalyseur au lieu d’une chambre de combustion. Les
épurateurs catalytiques régénératifs sont semblables aux systèmes thermiques régénératifs avec
en plus un catalyseur imprégné à la surface des lits de céramiques (voir figure 6.4).

12
Figure 6-4 Schéma de principe d’un épurateur catalytique en mode régénératif

Dans les cas où l’autothermie ne peut être atteinte, les coûts élevés notamment des
combustibles (gaz naturel, mazout, etc.) nécessaires au fonctionnement des systèmes
d’oxydation thermique et catalytique font en sorte que ces techniques sont onéreuses. De plus,
elles peuvent conduire à la formation de sous-produits indésirables (NOx, SOx, etc.) et à
l’émission accrue de gaz à effet de serre. Ces techniques sont donc à privilégier pour les cas où
les émissions à traiter sont très concentrées (ex. gaz de procédé). Dans plusieurs situations
industrielles, l’oxydation thermique est mise à profit par l’existence d’un four, d’une chaudière ou
d’un incinérateur en utilisant les effluents à désodoriser comme air de procédé.

12
IDEM

49
La torchère avec dispersion atmosphérique
La torchère est d’abord utilisée pour brûler les gaz comme le méthane, par le fait même elle
détruit les gaz plus odorants. La hauteur de la torchère ou de la cheminée est importante pour
maximiser la dispersion des gaz de combustion, ainsi que d’éventuels sous-produits de réaction.

Cependant, comme il n’y a aucune récupération de la chaleur produite par le brûlage, le produit
ne peut être valorisé, réduisant les sources de revenus.

La biofiltration
En raison notamment de sa simplicité de mise en œuvre, la biofiltration constitue la technique
biologique ayant fait l’objet du plus grand nombre d’applications pour la désodorisation d’effluents
gazeux industriels. En effet, la biofiltration consiste à faire circuler les gaz malodorants à travers
un lit de filtration composé de matières organiques (compost, tourbe, copeaux de bois, charbon
actif, etc.) ou inorganiques (céramiques, sable, roches volcaniques, etc.) qui fixent les molécules
et les dégradent grâce à un processus d’oxydation biologique (voir figure 6.5). La biodégradation
des polluants dans un biofiltre implique un grand nombre d’étapes plus ou moins complexes dont
les principales sont :
 la phase de transport gazeux et d’équilibre des polluants à l’interface gaz-liquide;
 la diffusion des polluants au sein de la phase liquide;
 les phénomènes de sorption-désorption sur le support;
 les processus de biodégradation.

50
a) b)
13
Figure 6-5 Schéma de principe d’un biofiltre a) de type fermé, b) de type ouvert

La biofiltration est une technologie verte (faisant appel à des processus naturels de
biodégradation) relativement peu coûteuse et efficace pour traiter une grande variété de
molécules odorantes (ex. H2S, NH3, COV). De plus, l’aspect modulaire de ce procédé permet de
3 3
traiter une large gamme de débit (de 1 000 m /h à plus de 500 000 m /h). Cependant, la
conception et les conditions d’opération d’un biofiltre (prétraitement des gaz, temps de séjour,
contrôle de la température, contrôle du taux d’humidité, contrôle du pH, etc.) demandent une
attention particulière. Ceci dans le but d’éviter notamment la création de chemins préférentiels et
de maintenir des conditions optimales de biodégradation des composés malodorants.

13
ADEME, 2005

51
Dans le domaine du traitement des eaux usées, une des techniques de biofiltration est la
rediffusion de l’air vicié dans les bassins de boues activées [68]. Il s’agit d’un principe de
recirculation économique des gaz malodorants, générés par exemple par la gestion des boues,
au système d’aération d’un bassin de type boues activées. Ce procédé peut s’avérer efficace et il
permet d’utiliser les systèmes d’aération (suppresseurs et diffuseurs) existants sur le site.
Toutefois, cette technique ne s’applique qu’à petite échelle.

Les technologies sont nombreuses


D’autres techniques de désodorisation par voie biologique sont utilisées en milieu industriel. À
titre d’exemple, mentionnons le biolavage (ou lavage biologique) et les lits bactériens (ou
ruisselants). L’objectif de ce guide n’est pas de présenter en détail chacun de ces procédés.
D’autant plus que la recherche et le développement sont en constante évolution, favorisant
l’émergence de nouvelles technologies (par exemple la photocatalyse, le plasma froid, etc.). Le
lecteur intéressé pourra cependant se référer aux ouvrages suivants afin d’approfondir ses
connaissances dans le domaine :
ADEME (2005), Pollutions Olfactives : Origine-Législation-Analyse-Traitement. Agence de
l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, Dunod, Paris.

Davis, W.T. (2000), Air Pollution Engineering Manual. 2nd Ed., AWMA, Wiley Interscience.

Kennes, C., Veiga, M.C. (2001). Bioreactors for Waste Gas Treatment. Kluwer Academic
Publishers.
Martin, G., Laffort, P. (1991), Odeurs et désodorisation dans l’environnement. Tec & Doc,
Lavoisier, Paris.
Mycock, J.C., McKenna, J.D., Theodore, L. (1995), Handbook of Air Pollution Control Engineering
and Technology, Lewis Publishers.
Vigneron, Dr S., Technologies de purification de l’air, IAP Sentic

52
Figure 6-6 Cheminement décisionnel pour atténuer les odeurs

53
LES CRITÈRES DE SÉLECTION

6.4 LES CRITÈRES DE RECHERCHE DES SOLUTIONS


Avant d’analyser les technologies disponibles, le gestionnaire doit évaluer toutes les possibilités
pour prévenir ou pour réduire les odeurs à la source. Si une étude d’impact odeur a été réalisée,
il est possible de prévoir le succès des mesures à adopter en amont.
Si en plus une approche technologique de réduction ou de traitement des odeurs est nécessaire,
l’exploitant se réfère au diagnostic établi et aux conclusions de l’étude d’impact odeurs.
La recherche de solutions peut se faire à l’aide d’une grille d’analyse basée sur la hiérarchie
d’approches, en fonction des avantages et des inconvénients de chaque solution et de critères
environnementaux, sociaux, techniques et financiers.
Les quelques éléments qui suivent peuvent servir d’aide-mémoire afin d’alimenter la réflexion
entourant le choix d’une technologie ou d’une combinaison d’approches :
 Le taux d’abattement requis pour réduire l’impact odeur sur le voisinage;
 Le degré d’acceptabilité sociale à atteindre;
 L‘importance et la complexité du projet;
 La variabilité des opérations et des émissions;
 Les caractéristiques des rejets (débit, compositions chimiques, concentrations, nature,
température, répartition…);
 La possibilité de valorisation énergétique des composés traités ou de récupération;
 La facilité de mise en place, l’espace disponible ainsi que les contraintes de sécurité,
visuelles et sonores;
 La fiabilité des solutions disponibles;
 Les coûts d’installation et d’opération;
 La crédibilité des fournisseurs;
 La validation d’une technologie sans impacts sur l’environnement ou sur d’autres
activités.

54
La figure suivante donne un exemple sur les domaines d’application des techniques d’épuration
d’air, et des plages opérationnelles de différentes techniques d’épuration d’air.

14
Figure 6-7 Domaine d’application des techniques d’épuration d’air

La recherche de l’efficacité
Si l’utilisation de telles techniques est envisagée sur un site, il est recommandé de réaliser au
préalable des tests (bancs d’essai) afin de vérifier dans des conditions bien déterminées
l’efficacité épuratoire des différents produits et des technologies envisagées. Le recours aux
projets pilotes à petite échelle est une pratique courante en Amérique du Nord et en Europe. Elle
donne l’occasion aux intervenants de l’entreprise de se familiariser avec l’exploitation des
différentes facettes de la technologie testée et de préciser plus tard les exigences dans le cahier
des charges. Il est reconnu que les essais pilotes entraînent des modifications à la technologie
testée pour l’adapter au contexte spécifique des gaz à traiter, et ce, avant même de procéder à la
conception finale; c’est un avantage indéniable et une étape préliminaire souvent essentielle à
l’atteinte des résultats souhaités.

14
ADEME, 2005

55
La nécessité d’un plan de mise en place
Une fois le choix arrêté sur une ou plusieurs technologies, le gestionnaire d’entreprise peut établir
un plan d’investissement en fonction de l’efficacité et des coûts totaux anticipés. Plusieurs firmes
se spécialisent dans une technologie ou une autre et peuvent soutenir les gestionnaires dans leur
démarche de gestion intelligente des odeurs, et ce, à toutes les étapes de sa réalisation. Ces
firmes sont en mesure de former le personnel de l’entreprise et de proposer un protocole de suivi
adéquat. Un système informatique peut aussi être mis en place suite à l’identification de
paramètres-clés, qui déclenchera des alertes au besoin.

6.5 LE CONTRÔLE ET LE SUIVI


En soutien aux technologies utilisées, l’exploitant doit mettre en place un programme de gestion,
de contrôle et de suivi des odeurs pour prévenir toute éventualité. Un plan de contingence odeur
peut être élaboré, identifiant les mesures à prendre pour contrôler les incidents. Il est important
que ce programme soit expliqué à la population afin qu’elle puisse suivre l’évolution de la
démarche de réduction des odeurs.

Un tableau de bord ou une feuille de route peut être nécessaire. Il pourra être réalisé avec l’aide
du fournisseur de la technologie, des consultants-experts ou encore de l’association
professionnelle sectorielle, qui offre des services d’appoint dans de telles circonstances et des
informations pertinentes sur Internet.

L’importance du suivi
Les mesures de suivi sont essentielles, et prennent une importance particulière lorsque
l’exploitant a entrepris un plan de travail par étapes. Elles comprennent la collecte de nouvelles
données pour valider les actions entreprises. La fréquence de suivi est établie à l’avance et doit
être rigoureusement respectée.

La collecte de données peut se faire par les techniques énoncées au début de cette section. La
collaboration d’une firme ou entreprise spécialisée pourra être nécessaire.

La qualité des méthodes de suivi est tributaire de la capacité de l’entreprise à réagir rapidement.

L’utilisation d’équipement de contrôle


Une entreprise peut être invitée à installer un équipement de contrôle, dont une tour de météo sur
le site. Une telle tour est reliée à l’entreprise par ordinateur et peut générer des alertes quand les
conditions météorologiques sont défavorables. Dans son plan d’action, le gestionnaire prévoit
une action corrective réalisable en cas d’alerte.
Une mesure de suivi ou d’alarme peut s’avérer utile, dans certains cas, afin de prévenir les
dispersions accidentelles de composés. À titre d’exemple, une entreprise pourra installer à la
cheminée un capteur qui avertira le gestionnaire de tout dépassement d’émission d’un gaz. Une
action immédiate pourra être enclenchée. Une feuille de route peut être rédigée à cet effet,
permettant de définir la procédure à suivre afin de s’assurer d’un contrôle exhaustif et d’un suivi
rigoureux, et ce, en fonction des normes établies. La rapidité de réponse sera un exemple qui
améliorera la confiance de la population.

56
La participation des citoyens

La participation des citoyens s’avère une condition essentielle à l’atteinte des objectifs en matière
de gestion des odeurs. Le prochain chapitre est consacré entièrement à la gestion sociale des
odeurs.

57
7. La gestion sociale des odeurs
La prise en compte des préoccupations des citoyens est essentielle dans un processus
d’implantation d’un projet industriel. L’insertion sociale d’un projet est une combinaison gagnante.
Deux raisons principales : la connaissance des préoccupations sociales permet de mieux cibler
les actions à réaliser pour prévenir ou atténuer les odeurs, et la discussion avec la population
permet de mieux faire valoir les actions entreprises. Une situation de bonne entente pourra aider
à trouver des compromis acceptables par les parties, qui sont préférables à l’imposition de règles
trop sévère. Le tout doit cependant se faire dans les règles de l’art. Le présent chapitre donne un
aperçu des enjeux réels et propose une démarche proactive.

7.1 LES SENSIBILITÉS SOCIALES


Plusieurs raisons peuvent être à l’origine de la contestation d’une installation en opération ou
d’un nouveau projet d’implantation. Il peut en effet y avoir autant de perceptions et de réactions
que d’individus concernés.

De façon générale, les gens sont préoccupés par les risques et les inconvénients liés à
l’implantation d’un projet ou à l’exploitation d’une installation située à proximité de leur milieu de
vie. Ces préoccupations entraînent diverses réactions face à leur qualité de vie, ainsi qu’à la
qualité de leur environnement.

Des réactions connues


Certaines réactions aux odeurs sont prévisibles, tels la colère, le doute, la crainte, l’inquiétude, la
méfiance, l’opposition, la résistance, etc. Les réactions se manifestent à travers les
questionnements, les perceptions et les expressions d’opinions.

Un projet viable à long terme prévoit et tient compte des préoccupations des gens concernés et
cherche à trouver les réponses satisfaisant aux attentes. En ce sens, un des critères
prédominants en gestion des odeurs est l’acceptabilité sociale. Cette acceptabilité est une
condition incontournable et déterminante dans le bon voisinage d’une installation existante ou
dans un projet d’implantation en développement.

58
Les réactions de résistance sociale s’expliquent par le fait que les citoyens et les communautés
sont devenus beaucoup plus préoccupés par la protection de l’environnement et par leur qualité
de vie.

Les attitudes des promoteurs et des décideurs face à ces mobilisations sociales font la différence
dans le succès ou non des démarches d’implantation de leurs projets ou de la cohabitation avec
leur voisinage. Le plus souvent, le refus ou la dénonciation de l’opposition ne font qu’aggraver les
conflits et multiplier les obstacles à la bonne entente à tous les niveaux. Certains, dont les projets
sont la plupart du temps peu médiatisés, choisissent plutôt d’adopter des façons de faire
conciliantes en établissant des dialogues constructifs et des collaborations fructueuses avec les
communautés d’accueil de leurs projets et de leurs activités.

L’ajout de l’acceptabilité sociale comme critère de conception et d’évaluation des projets


constitue une façon concrète et efficace de prévenir, sinon de composer avec l’opposition. Cette
approche prend une dimension particulière dans le domaine des odeurs, puisque les efforts
requis pour réduire les odeurs sont directement proportionnels aux sensibilités des citoyens
touchés.

La gestion sociale préventive et proactive, axée sur la transparence, la participation et la


souplesse, est maintenant une condition incontournable d’un développement qui se veut durable.
C’est une clé essentielle pour qu’à la fois les promoteurs de projets, les communautés dans
lesquelles elles opèrent, autant que les opposants potentiels, ressortent gagnants de cette
nouvelle approche dite de gestion participative et démocratique du développement.

7.2 UNE APPROCHE DE PRÉVENTION


Reconnaître et comprendre le problème est à la base d’une démarche de gestion sociale. Se
l’approprier et y remédier en tentant de collaborer avec les populations concernées est la clé de
sa réussite.

En ce sens, la gestion sociale des problématiques d’odeurs découle d’une approche prudente
axée sur l’intégration des considérations sociales et la prévention des conflits. Diverses stratégies
sont possibles pour favoriser la cohabitation des activités et des projets avec le voisinage et la
communauté. Les stratégies portent principalement sur la responsabilité sociale des entreprises
et la participation des citoyens aux décisions qui influencent leur qualité de vie et celle de
l’environnement.

Quelques stratégies de gestion sociale


Les exploitants voulant adopter une gestion sociale prudente peuvent :
- Se donner des règles de bon voisinage;
- Adopter une politique de responsabilité sociale;
- S’informer sur la conformité réglementaire;
- Donner des informations justes;
- Assurer la propreté des lieux, soigner l’image de l’entreprise, pour qu’elle s’intègre
bien au paysage;
- Faire participer les parties intéressées à l’évaluation des projets;
- Fournir les moyens d’une vigilance citoyenne.

59
Cette approche proactive, visant l’acceptation de la présence et du développement de l’entreprise
par la communauté, suppose de la part des industriels des attitudes d’ouverture, de transparence
et de souplesse face aux attentes exprimées par les citoyens concernés. De plus, elle inclut
diverses tâches dans les activités d’exploitation et des étapes additionnelles dans l’élaboration et
l’évaluation des projets. Ces ajouts servent à acquérir les connaissances requises sur la situation
sociale, à planifier les démarches d’échanges et de liaison avec la communauté, de même qu’à
mettre en place des outils, des mécanismes et des programmes de mesure des performances,
de même que des engagements dans la communauté. Il est plus valorisant pour le promoteur de
consacrer du temps à la prévention plutôt qu’à la gestion des plaintes.

Attentes des parties prenantes


L’analyse de plusieurs cas permet de dégager des attentes souvent exprimées par les acteurs
concernés lors de conflits et des moyens pour y répondre :
- Une information complète, accessible, rigoureuse et permanente;
- Une évaluation préalable des risques potentiels et des impacts des odeurs;
- La consultation des parties intéressées sur les projets le plus tôt possible
dans le processus de décision;
- L’implication de l’entreprise dans sa communauté;
- Les garanties de bénéfices sociaux et économiques pour la communauté dans laquelle
l’entreprise opère.

Pour qu’un projet soit accepté par les citoyens, il faut leur fournir des outils et moyens qui les
rassurent sur le contrôle et l’influence qu’ils ont sur un projet. Les facteurs déterminant
l’acceptabilité sociale des projets et des installations industriels sont maintenant connus et
directement reliés aux perceptions des acteurs concernés. Ces perceptions sont influencées par
leur confiance envers les gestionnaires des entreprises, par leurs craintes et inquiétudes sur leur
sécurité et leur santé, sur la cohérence des décisions des élus et des gestionnaires, sur la
compassion et l’ouverture des promoteurs quant aux préoccupations exprimées, de même que la
nature des risques et des impacts qu’ils doivent subir sans avoir quelque contrôle que ce soit sur
les décisions qui les touchent directement.

7.3 LES STRATÉGIES D’INSERTION SOCIALE


Les principales stratégies de gestion sociale des problématiques d’odeurs servent à acquérir la
connaissance du contexte, à bâtir la collaboration avec la communauté et à assurer la vigilance
des citoyens.

Une responsabilité sociale de l’entreprise


Les populations concernées ont souvent l’impression de ne pas être respectées et prises en
compte par les industries émettrices d’odeurs. Dans de nombreuses situations, elles déplorent
avoir été confrontées au fait accompli, sans information suffisante et encore moins de
consultation. La responsabilité sociale de l’entreprise impose que les promoteurs consultent, ou
au minimum, informent les individus concernés par leur projet ou leurs activités.

60
7.3.1 La connaissance du contexte

La connaissance du problème est la première étape de toute démarche de gestion sociale des
odeurs. Pour ce faire, il faut décrire et comprendre le milieu d’insertion. Un profil social doit être
dressé, défini essentiellement comme le portrait de la situation :
 Qui sont les acteurs concernés, quels sont leurs valeurs, leurs préoccupations et leurs
intérêts?
 Quels sont les enjeux?
 Quelles sont leurs perceptions de la situation et de l’entreprise?
 Quelles sont les attentes des communautés locales, leurs besoins concrets en termes
d’information et de communication?
Autant de questions qui serviront à cerner la problématique. Cette étude sociale permettra de
faire un diagnostic de la situation, de déterminer les besoins et attentes des parties et de planifier
les actions et les démarches requises dans le cadre de la stratégie d’insertion sociale.

7.3.2 La collaboration avec la communauté


L’entreprise émettrice d’odeurs doit bâtir des relations harmonieuses avec sa communauté.
Gérer socialement son problème d’odeurs suppose le recours à une forme ou l’autre de
collaboration avec la communauté, par des moyens tels que l’information, la consultation et la
participation des citoyens.

Dans le cas d’un nouveau projet, cela doit se faire à toutes les étapes d’élaboration, d’évaluation,
de décision et de réalisation du projet et le plus tôt possible dans cette démarche. Plus les
personnes concernées seront appelées à collaborer rapidement avec le promoteur, plus elles
permettront aux entreprises de connaître les préoccupations et plus les acteurs pourront avoir
confiance que leurs préoccupations sont réellement prises en compte.

Collaborer signifie donc associer les personnes concernées dans les décisions et les actions. Il
faut informer les voisins sur l’ensemble des enjeux et les consulter sur les projets, que ce soit leur
justification, leurs impacts environnementaux et sociaux, les technologies utilisées, les mesures
de prévention et d’atténuation, etc.
Plusieurs mécanismes permettent la collaboration avec la communauté, les intervenants clés, les
groupes organisés : les consultations en cours d’évaluation, les échanges avec les organismes
ou les contacts personnalisés, et les programmes de contributions aux initiatives
communautaires. D’une part, des canaux de communication avec les représentants municipaux
et gouvernementaux, fonctionnaires et élus, doivent être établis et maintenus. D’autre part, la
représentativité des intervenants invités à participer aux initiatives de collaboration doit être
assurée, règle de base de tout mécanisme de participation garantissant la présence de toutes les
parties intéressées en vue d’obtenir la diversité et la totalité des opinions exprimées par les
participants. Les formules bien organisées de participation permettent aux citoyens de mieux
comprendre les projets et les activités des industries, d’exprimer ouvertement leurs opinions et
préoccupations, et d’apporter leurs suggestions et propositions pour améliorer les situations.
Dans certains débats ou conflits complexes, le promoteur d’un projet ou l’exploitant d’une
installation contestée peut devoir recourir à un tiers externe neutre ou à des spécialistes des
relations communautaires pour faciliter la mise en place des bases requises pour des échanges

61
constructifs avec les intervenants concernés, et pour acquérir la confiance des citoyens
nécessaire à un exercice concerté de recherche des conditions acceptables d’implantation de
nouveaux projets ou de maintien des opérations existantes.

Stratégie d’insertion sociale


Les principaux outils d’insertion sociale d’activités ou de projets à potentiel de génération
d’odeurs servent à appuyer et appliquer les stratégies d’insertion sociale. Ces outils sont
notamment les suivants :
- Portrait et diagnostic du « terrain » social;
- Plan de collaboration et de participation communautaires;
- Programmes de liaison et de vigilance.

Les mécanismes de participation sont importants et les gens doivent pouvoir s’y engager avec
confiance pour apporter leur point de vue indépendant, proposer les sujets selon leurs
préoccupations et chercher les réponses à leurs questions. Les gens qui participent le font avec
toute la légitimité que leur donne leur connaissance concrète de leur milieu de vie et leur volonté
d’en protéger la qualité.

7.3.3 La vigilance
Une fois le projet accepté et implanté, la collaboration avec les parties concernées et la
communauté doit continuer dans une perspective de bon voisinage et de cohabitation
harmonieuse.
Les contacts et les échanges doivent être constants. Un des moyens concrets afin de maintenir
de bonnes communications avec les divers interlocuteurs est le comité de liaison ou de vigilance.
D’autres moyens d’assurer la vigilance peuvent aussi être envisagés, par exemple, une ligne
téléphonique accessible 24 heures sur 24, un site Internet permettant d’acheminer directement à
l’exploitant les plaintes ou les commentaires, une personne chargée des relations
communautaires disponible pour répondre aux questions ou aux demandes d’information. Ces
mécanismes de vigilance permettent aux citoyens de surveiller attentivement et de manière
soutenue l’acceptabilité sociale des activités et des projets, ainsi que d’en assurer l’amélioration
continue.

Un comité de surveillance des odeurs


Dans le cas spécifique des problématiques d’odeurs, le comité de vigilance peut créer un sous-
comité ou groupe de travail mandaté pour la surveillance des odeurs. À l’aide d’instruments
simples d’observation, un « comité d’odeurs » peut recueillir de précieuses informations sur les
épisodes d’odeurs (fréquence, nature, intensité, dispersion, etc.) et contribuer concrètement à la
résolution des problèmes et à l’amélioration des procédés et pratiques à l’origine des épisodes
d’odeurs.

62
Les outils et moyens de surveillance et de résolution des problématiques d’odeurs sont diversifiés
et adaptés aux diverses situations rencontrées :

La gestion des plaintes


À titre de citoyen corporatif exemplaire, l’entreprise doit tenir compte des plaintes et ainsi
des conséquences de ses opérations sur le milieu.
Une plainte est un indicateur de la présence d’odeurs qui provoquent des réactions
négatives et qui motivent les individus à communiquer leur désagrément. Par contre, le
nombre de plaintes n’est pas nécessairement lié au nombre de personnes affectées par
les odeurs, de la même façon que l’absence de plainte n’indique pas forcément que
personne n’est affecté. La susceptibilité des personnes aux épisodes d’odeurs et le
nombre de plaintes qui en découle peuvent dépasser la problématique réelle des
nuisances d’odeurs et être le reflet d’une insatisfaction ou d’une opposition plus
fondamentale et directement reliée aux autres impacts et nuisances dont les odeurs
deviennent le symbole mobilisateur. Ces autres irritants ou difficultés doivent être
identifiés par les entreprises de façon à adopter rapidement les mesures et répondre
avec diligence aux préoccupations par des solutions satisfaisantes pour les citoyens et
les voisins.
Il ne suffit pas de respecter les exigences réglementaires de protection de
l’environnement et de la santé pour garantir un contrôle efficace des odeurs. Les plaintes
méritent d’être attentivement analysées pour mieux comprendre leur fondement et
élaborer des réponses adéquates pour régler les problèmes à leur origine. Un système
adéquat de réception des plaintes et, surtout, de suivi démontre l’attitude proactive et
responsable de l’entreprise.

Une ligne téléphonique pour gérer les plaintes : une vigie permanente
Les plaintes liées aux odeurs sont généralement fondées sur une perception momentanée et
reliée à un événement particulier. L’instauration d’un système de gestion des plaintes permanent,
par exemple, en offrant une ligne téléphonique, assure un contact régulier et direct avec la
population. Avec un tel système, l’entreprise est en mesure d’évaluer immédiatement si les
plaintes formulées sont fondées et d’y remédier rapidement au besoin. Ce système entraîne un
temps de réaction réduit par rapport à un appel logé auprès du ministère du Développement
durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) ou de la municipalité. La population pourra
alors reconnaître le sérieux de la démarche de gestion des odeurs et le professionnalisme des
gestionnaires.

La participation des citoyens

Les occasions de participation des citoyens interviennent à plusieurs moments clés de la


gestion sociale des problématiques d’odeurs, notamment l’analyse des situations et des
problèmes, ainsi que le suivi des performances des mesures préventives ou correctives
mises en place.

63
Avec une contribution active des citoyens percevant les odeurs, les analyses et
évaluations d’experts peuvent être confirmées et validées à l’aide des résultats des
observations consignées par les citoyens. Les outils de participation citoyenne à l’analyse
des situations de nuisances d’odeurs sont par exemple des enquêtes et sondages
auprès des citoyens concernés, la constitution de réseaux d’observateurs, ou « réseaux
de nez » comme dispositif terrain d’observation et de mesure des odeurs perçues.

Une autre option est de former les citoyens à participer aux mesures de suivi des odeurs.
À des moments précis, les personnes choisies pourront noter, à l’aide ou non d’appareils
portables, leurs observations sur un formulaire prévu à cette fin et communiquer aux
responsables de l’entreprise leurs observations. Cette mesure constitue une méthode
considérée technique de mesure et suivi des odeurs, méthode qui fait appel à la gestion
sociale puisqu’elle sollicite la participation volontaire de citoyens préférablement formés à
cette fonction de surveillance.

Ces démarches qui mettent à contribution des citoyens suscitent aussi un contexte de
collaboration et donnent confiance aux observateurs qui acquièrent des compétences
d’observateurs et qui, à titre de vigiles crédibles, se sentent responsabilisés dans
l’instauration d’approches et de mesures de cohabitation des installations à risques
d’odeurs avec leur communauté d’accueil. Pour obtenir les résultats escomptés en
termes de cohabitation harmonieuse, les efforts de référence aux citoyens et de liaison
avec les acteurs concernés doivent être maintenus et supportés par les entreprises à la
source des nuisances auxquelles sont possiblement exposées les communautés [69].

Ces démarches d’association des représentants des communautés et du voisinage aux


efforts de compréhension et de prévention des problématiques d’odeurs ne doivent pas
remplacer l’élaboration et l’adoption par les entreprises de plans d’intervention pour faire
face aux diverses situations possibles, que ce soit des bris d’équipements de traitement
des odeurs ou des émissions anormales d’odeurs. De tels plans permettent d’agir
promptement et efficacement afin faire preuve de diligence et d’efficacité pour satisfaire
aux attentes et réagir aux réactions des citoyens touchés.

Les alertes d’odeurs

Les plans d’intervention sur les odeurs peuvent inclure, par exemple, des moyens de suivi des
odeurs et d’autres informations sur les circonstances prévisibles d’épisodes d’odeurs. Des
« bulletins odeurs » ou des « alertes odeurs » peuvent aussi avertir les populations locales des
émissions d’odeurs momentanées ou anormales causées par des opérations spéciales, des bris
techniques ou des conditions atmosphériques particulières. Les comités de suivi et de
surveillance des odeurs peuvent servir de relayeurs de ces avis.

64
7.4 LES CONDITIONS DE SUCCÈS
Le succès de toute démarche de gestion sociale des problèmes d’odeurs dépend de plusieurs
conditions qui témoignent de la qualité de la gestion de l’entreprise.

Comment faire la différence?


Pour faire la différence en tant qu’entreprise responsable et ainsi répondre aux exigences de bon
citoyen corporatif, les gestionnaires des entreprises susceptibles d’émettre des composés
odorants doivent mettre de l’avant des méthodes de gestion adaptées. Ils doivent être réceptifs,
transparents et à l’écoute des préoccupations locales et sociales. Tout est question d’attitude.
Les mécanismes de collaboration contribuent à instaurer et faciliter le dialogue avec la population
et l’adhésion des citoyens aux impératifs et contraintes de l’entreprise.

Les critères d’évaluation de la qualité de gestion des décideurs dans la prise en charge des
problématiques d’odeurs sont principalement les suivantes :

La prévoyance
L’une des qualités cruciales est la prévoyance, qui permet d’anticiper les problèmes et
les solutions avant que les relations avec la communauté ne se détériorent de manière
irréversible. Une telle prévoyance conduit à déployer les ressources adéquates en temps
opportun, avant que les problèmes ne surgissent.

La crédibilité
La confiance des populations envers les promoteurs et les exploitants industriels
constitue un élément de base de la gestion sociale. Sans confiance, les relations avec la
communauté resteront tendues et distantes. La confiance doit néanmoins être
réciproque, ce qui amène les gestionnaires à considérer légitimes et pertinentes les
réactions des gens concernés. La gestion sociale est une relation de confiance qui
implique les gestionnaires d’entreprise à titre d’exploitants d’usines ou de promoteurs de
projets d’une part, et l’ensemble des citoyens d’autre part.

La diligence
Pour assurer l’efficacité des mécanismes de vigilance, une grande diligence est requise
de la part des gestionnaires d’entreprise. Des réponses doivent être apportées
rapidement aux plaintes et des actions de suivi doivent être prises et expliquées aux
auteurs des plaintes.

L’empathie
Le réflexe de tout promoteur doit être de se mettre dans la peau des gens concernés par
son projet, et plus particulièrement dans celle de ses voisins. C’est une autre des
conditions de succès de la démarche. L’empathie, c’est-à-dire le respect des

65
interlocuteurs, l’écoute active, le fait de considérer sérieusement les préoccupations
locales et sociales sont des clés de la réussite des démarches d’insertion sociale.

La compétence
Il faut ajouter aux notions précédentes la manifestation d’une certaine compétence et
d’un savoir-faire. Il doit en ce sens s’exprimer avec clarté et simplicité, en donnant l’heure
juste. Le promoteur doit aussi témoigner de son ouverture et de son honnêteté.

Ce qu’il ne faut jamais perdre de vue, l’histoire et l’expérience nous l’enseignent, c’est
qu’il est difficile de se défaire d’une mauvaise image. Il faut donc promouvoir une image
forte de l’entreprise et de ses dirigeants. Il faut pour cela démontrer son expertise et son
professionnalisme.

L’acceptation
Parmi les conditions de succès se retrouve aussi le fait que les gestionnaires et
décideurs acceptent la participation des citoyens au processus décisionnel, de même
que la possibilité d’être influencés par les représentations des citoyens.
La diffusion
Les performances des efforts des entreprises pour gérer adéquatement les
problématiques d’odeurs seront aussi perçues positivement si des moyens appropriés
d’information et de diffusion sont instaurés pour rejoindre les intervenants concernés et
faire connaître les résultats obtenus.
Ceci suppose de documenter les actions posées, d’en mesurer les effets en termes
d’amélioration des situations, de reconnaître les difficultés et les obstacles persistants,
ainsi que d’évoquer les efforts et actions à venir et les résultats escomptés pour la
résolution des problèmes constatés.

Pour éviter les pièges


Certains facteurs peuvent aggraver les situations problématiques, entre autres, le manque de
leadership, l’excès d’autorité, l’absence d’information, la divulgation d’information biaisée ou
incomplète, les consultations « bidons », les études techniques inaccessibles et les démarches
sociales tardives lorsque les décisions sont prises et en apparence arrêtées. Une attention doit
aussi être apportée à la politisation des débats, au laxisme réglementaire et aux conflits
d’intérêts, de même qu’aux apparences d’improvisation ou à la culture du secret, dont les
entreprises ne sont pas directement responsables, mais qui les touchent directement.

66
Conclusion
Dans le Guide de gestion des odeurs, le Comité multisectoriel de RÉSEAU environnement a
souhaité partager avec les représentants d’entreprises et d’industries une démarche de gestion
des odeurs globale et applicable à tous les secteurs d’activités susceptibles d’émettre des
odeurs. Plusieurs guides sectoriels existent à ce sujet, or, à ce jour, aucun guide n’avait été
envisagé dans une approche globale de la problématique des odeurs.
De la définition générale de l’odeur, utile à la compréhension de processus olfactif, à celle des
préoccupations sociales, en passant par les méthodes de mesure et les solutions techniques, le
présent Guide offre une approche complète et novatrice.
L’entreprise responsable qui met en œuvre ou qui développe une façon de faire selon les
orientations qui lui sont ici proposées est, non seulement en voie de gérer sainement et
efficacement son problème d’odeurs, mais aussi de devenir une entreprise de référence en ce
qui a trait à l’application du concept de développement durable. Surtout, une entreprise
responsable se démarquera positivement dans son milieu.
La saine gestion des odeurs devient un secteur économique de pointe, et le savoir-faire au
Québec se développe de façon dynamique. Ce guide a été rédigé pour une large diffusion, et les
entreprises ou organismes qui souhaitent le bonifier ou faire connaître leurs expériences, sont
invités à communiquer avec RÉSEAU environnement, dont les coordonnées figurent à la page
couverture du Guide.

RÉSEAU environnement tient à remercier les commanditaires, les membres du Comité


multisectoriel sur les odeurs et les partenaires qui ont contribué à la démarche.

67
GLOSSAIRE

Absorption L'absorption est un processus de transfert de masse d’un composé de la phase


gazeuse vers la phase liquide. On distingue l’absorption physique simple (si le
composé transféré n’est pas modifié) de l’absorption chimique lorsqu’une réaction
chimique (acide/base ou oxydation) est mise en œuvre.

Acceptabilité Capacité d’acceptation d’une activité en fonction de la valeur que la population attribue
sociale aux conséquences de cette activité dans son environnement.

Adsorption Adhésion des molécules d'une substance gazeuse ou liquide à une substance solide.
L’adsorption correspond à l’étape de fixation, due à des forces physiques ou
chimiques, des composés présents dans le fluide sur un support solide (adsorbant)
durant la phase de transfert de matière fluide-solide.

Analyse Essai de quantification d’une odeur ou mesure de la concentration odeur à l’aide d’un
olfactométrique olfactomètre.

Analyse Identification et quantification des composés chimiques présents dans un échantillon


physico- gazeux. L’analyse physico-chimique ou dosage peut être effectué en laboratoire à
chimique l’aide de méthodes spécifiques aux composés ou familles de composés recherchés.
Elle peut aussi être effectuée directement sur site au moyen d’appareils de mesures
directes.

Analyse L'analyse sensorielle est un ensemble de méthodes de mesure objectives qui font
sensorielle appel aux sens de perception humains (vue, ouïe, odorat, goût, toucher). Dans le
cadre du présent guide, le terme « analyse sensorielle » fait référence aux méthodes
de mesure utilisant l’odorat comme détecteur.

Atténuation des Intervention pour réduire les sources d’odeurs, en termes de concentration ou
odeurs d’intensité.

68
Autothermie Le pouvoir calorifique du gaz à traiter est suffisant pour maintenir une température
d’oxydation adéquate à l’intérieur du réacteur sans autre ajout de combustibles (gaz,
mazout, etc.)

Biofiltration Procédé d’épuration biologique à cultures fixées. L’air à traiter subit normalement un
prétraitement (humidification, dépoussiérage, etc.) pour ensuite traverser un lit de
matériaux filtrants (compost, tourbe, copeaux de bois, etc.) humide où les composés
odorants sont captés (par absorption et/ou adsorption) et ensuite biodégradés par les
micro-organismes présents dans le milieu filtrant.

Charbon actif Charbon poreux sous forme de poudre, granule ou textile capable d'adsorber les
substances volatiles. Le charbon actif est traité spécialement par activation chimique
pour accroître ses propriétés adsorbantes, utilisées pour retenir certains composés
indésirables pour le traitement des fluides par adsorption.

CG-SM Chromatographie en phase gazeuse avec détection par spectrométrie de masse

En anglais : GC-MS = Gas Chromatography Ŕ Mass Spectrometry

La chromatographie en phase gazeuse est une technique d'analyse qualitative et


quantitative de la chimie analytique dans laquelle l'échantillon contenant une ou
plusieurs espèces est entraîné par un courant de phase mobile (gaz) le long d'une
phase stationnaire (papier, gélatine, silice, polymère, silice greffée, etc.). Chaque
espèce se déplace à une vitesse propre en fonction de ses affinités par rapport à la
phase stationnaire.

Composé Substance ou composé volatil qui stimule le système olfactif de telle sorte qu’une
odorant ou odeur soit perçue.
substance
odorante 

Concentration Nombre d’unités d’odeur dans un mètre cube de gaz aux conditions normalisées. La
3
odeur concentration d’odeur s’exprime en termes d’unité d’odeurs par mètre cube (u.o./m ).
Elle est aussi décrite par le nombre de dilutions du gaz odorant qui sont nécessaires
pour que le seuil de détection olfactive soit atteint par 50 % d’un jury.

69
Concentration La concentration sous les niveaux de nuisance (CSNN) est une notion de
sous les concentration établie par le gouvernement, laquelle a été établie à un niveau devant
niveaux de assurer une protection suffisante contre les nuisances de tout type. Présentement, on
nuisance n’a déterminé des valeurs de CSNN que sur la base des seuils d’odeur. La CSNN a
(CSNN) été établie à la valeur même du seuil d’odeur (seuil de détection olfactive), c’est-à-dire
à la concentration à laquelle la présence d’une substance est détectée par 50 % de la
population.

Confinement Ensemble des mesures visant à limiter ou à bloquer la migration des contaminants
sous forme solide, liquide ou gazeuse dans le sol ou dans les eaux souterraines.

Le confinement ne constitue pas une technique de décontamination en soi, mais peut


être utilisé, in situ ou ex situ, en attente d'un traitement des milieux contaminés ou en
l'absence d'une solution de décontamination. Il existe des mesures de confinement
actives, impliquant l'utilisation d'équipement actif (ex. : le pompage et le traitement des
eaux souterraines) et des mesures de confinement passives. Dans ce dernier cas, le
confinement est généralement effectué à l'aide de systèmes de recouvrement, de
membranes étanches, de barrières enterrées verticales ou horizontales, etc. Les
mesures de confinement s'accompagnent d'un contrôle et d'un suivi visant à s'assurer
de leur maintien et de leur efficacité.

Contaminant Terme utilisé par la Communauté métropolitaine de Montréal et le gouvernement du


atmosphérique Québec pour définir une matière gazeuse (incluant les odeurs) susceptible d'altérer de
quelque manière la qualité de l'environnement.

À ne pas confondre avec le terme « polluant atmosphérique » qui désigne un


contaminant gazeux ou un mélange de plusieurs contaminants gazeux, présent dans
l'environnement en concentration ou quantité supérieure au seuil permissible
déterminé par règlement du gouvernement ou dont la présence dans l'environnement
est prohibée par règlement du gouvernement.

Critère Niveau de gêne acceptable par la communauté, dans des conditions souhaitables et
d’acceptabilité réalisables, après entente avec la population ou ses représentants.
sociale

Débit d’odeur Quantité d’unités d’odeur traversant une section définie par unité de temps. C’est le
produit de la concentration d’odeur (Cod), de la vitesse de sortie (v), et de la superficie
de sortie (A) ou bien le produit de la concentration d’odeur (Cod) et du débit volumique
pertinent (V). Son unité est l’u.o./h (ou u.o./min ou u.o./s).

70
Diagnostic Processus d’inspection visant à dresser un portrait de la situation et conduisant à la
découverte des causes probables d’une problématique odeur. Le diagnostic comprend
une collecte de données (mesure, échantillonnage et analyse), un constat des effets,
une analyse de la situation et des risques, ainsi que des recommandations de voies
d’amélioration, de mesures correctives ou de prévention.

Échantillon Dans le contexte du présent guide, l’échantillon est un échantillon de gaz odorant.
C’est la quantité de gaz censée être représentative de la masse gazeuse ou du flux
gazeux concerné, et qui est analysée afin d’identifier la présence ou de mesurer la
quantité de gaz odorant ou des odeurs, par la mesure physico-chimique ou
sensorielle.

Effluent Terme général utilisé pour désigner tout fluide émanant d'une source.

Émission Rejet de substances odorantes dans l'atmosphère à partir d’une source (fixe ou
d’odeurs diffuse) ou d’émissions fugitives.

Entreprise Pour faciliter la lecture du Guide, le terme « entreprise » englobe tous les intervenants,
organismes, municipalités ou entreprises qui œuvrent dans les milieux industriel,
agricole ou municipal.

Étude d’impact Analyse des effets d’une ou de plusieurs sources d’odeurs sur le milieu avoisinant.
odeur Cette analyse est effectuée à l’aide de modélisation de la dispersion atmosphérique
des odeurs permettant ainsi de prédire l’impact et les nuisances olfactives des sources
d’odeurs étudiées. Cette étude permet d’établir le niveau d’exposition à l’odeur des
populations avoisinantes et les niveaux d’abattements des odeurs requis afin de
résoudre une problématique d’odeurs.

Exposition Contact d’un individu avec une substance productrice d’odeur qui est inhalée de façon
ponctuelle ou en continu.

71
Gêne de l’odeur Inconfort ressenti par un individu en fonction des odeurs qu’il perçoit.

Immission Présence d’odeur dans l’air ambiant. Concentration d’une substance chimique dans
l'air ambiant. Les immissions sont mesurées au point d’impact par prise d’échantillon
dans l’air qui nous entoure. [Institut de veille sanitaire, 2000, Guide pour l’analyse du
volet sanitaire des études d’impact].

Transfert de polluants de l'atmosphère vers un récepteur. Exemple : polluants retenus


par les poumons.

Insertion Prise en compte des préoccupations sociales pendant l’élaboration d’un projet ou de
sociale mesures d’atténuation des effets odorants.

Intensité Puissance relative de l’odeur perçue au-delà du seuil de détection. On calcule en


équivalent général l’intensité par rapport au seuil de concentration du n-butanol. Elle s’exprime en
butanol de partie par million d’équivalent butanol.
l’odeur

Intensité de Puissance relative de l’odeur perçue par le nez au-delà du seuil de détection et
l’odeur classée sur une échelle progressive.

Jury Groupe de personnes, ou panel formé d’au moins 4 personnes appelées à flairer un
mélange odorant. Les membres de ce jury utilisé pour les mesures olfactométriques
sont sélectionnés en fonction de leur capacité olfactive et doivent être conformes aux
normes d’évaluation utilisées.

Milieu Milieu géographique dans lequel les composés présents dans l’air sont susceptibles
récepteur d’être perçus sous forme d’odeurs par la population.

Mitigation des Intervention pour diminuer les effets des odeurs dans le milieu récepteur.
odeurs

72
Modélisation Réfère à la modélisation de la dispersion atmosphérique des odeurs. Ces
modélisations ont pour but de prédire les caractéristiques des panaches d’odeurs
produits par une ou plusieurs sources d’odeur. Ces modélisations sont effectuées à
l’aide de modèle mathématique en tenant compte des paramètres spécifiques au
projet étudié tel : la topographie du milieu, la météorologie locale, les caractéristiques
des sources d’immissions d’odeur, les caractéristiques du milieu émetteur et
récepteur. Ces modélisations sont à la base des études d’impact odeurs.

Nombre
Nombre de dilutions nécessaires pour obtenir un mélange dont l’odeur est détectée
d’unités odeur
par 50 % des membres d’un jury. La méthodologie de calcul de ce nombre d’unités
d’odeur varie en fonction de la norme de mesures d’odeur utilisée.

Norme de
Norme émise par un gouvernement ou un organisme pour assurer la constance dans
mesure d’odeur
les mesures d’analyse des odeurs. Les normes le plus couramment utilisées au
Québec sont le EN 13725 et ASTM 679-91.

Nuisance
Effet cumulatif d’épisodes de gêne olfactive qui dépasse le seuil de tolérance des
individus exposés ou qui constitue un inconvénient anormal en regard de leur bien-
être. Quatre principaux éléments entrent en considération lors de l’analyse de la
nuisance olfactive soit : la concentration d’odeur, la fréquence des épisodes d’odeur,
la durée des épisodes d’odeur, et le ton hédonique de l’odeur.


Niveau
Degré de réduction des odeurs - Les niveaux d’abattement des odeurs à la source
d’abattement
sont normalement exprimés en termes de % calculé de la façon suivante :

Odeur
Appréciation sensorielle résultant d'une excitation des cellules olfactives du nez par
des substances chimiques volatiles.

Olfactomètre Appareil dans lequel un échantillon de gaz odorants est dilué avec un gaz inodore
dans des proportions précises et présenté à un jury afin d’en déterminer les
caractéristiques telles que, la concentration d’odeur, le ton hédonique, l’intensité de
l’odeur.

73
Olfactomètre à Olfactomètre permettant la dilution d’un échantillon de gaz odorants dans un gaz
dilution inodore selon des proportions de volume précises.
statique

Olfactomètre à Olfactomètre qui délivre, à un débit continu, un mélange de gaz odorant et de gaz
dilution inodore à des taux de dilution précis.
dynamique

Olfactométrie Technique sensorielle de mesure des odeurs. L’odeur est présentée à des récepteurs
sensoriels (nez humain ou capteurs électroniques, par exemple) et le stimulus généré
permet la caractérisation quantitative (concentration et intensité) et qualitative (qualité
et ton hédonique) de l’odeur perçue.

Oxydation Réaction chimique au cours de laquelle les effluents gazeux sont portés à une
thermique température suffisamment élevée pour que la réaction d’oxydation, par l’oxygène de
l’air, se produise. Les composés organiques sont oxydés en composés inorganiques.
Les produits de l’oxydation sont le dioxyde de carbone (CO 2) et l’eau (H2O) ainsi que
d’autres produits d’oxydation en fonction des molécules de départ : oxydes d’azotes
(NOx), monoxyde de carbone (CO), dioxydes de soufre (SO2), acide chlorhydrique
(HCl).

Percentile La concentration au percentile X à un point récepteur donné est la valeur de


concentration telle que X % des concentrations calculées à ce point lui sont inférieures
et (100-X) % des valeurs de concentration calculées lui sont supérieures. Cette
représentation donne une indication de la fréquence d’exposition du voisinage aux
concentrations les plus élevées sur l’année.

Qualité de Classement des odeurs perçues par un individu en fonction de son expérience
l’odeur olfactive.

Scentomètre Olfactomètre portable, utilisé pour mesurer les odeurs sur le terrain. Il s’inspire de
l’olfactométrie pour estimer le nombre de dilutions requis pour atteindre le seuil de
perception olfactive d’un individu dans l’air ambiant.

74
Sensibilité Préoccupation de gens par rapport aux risques et aux inconvénients liés à
sociale l’exploitation ou l’implantation d’une activité dans leur milieu.

Seuil de Nombre de dilutions de l’échantillon gazeux nécessaire pour que la probabilité de


3
détection perception de l’odeur soit de 0,5 dans les conditions de l’essai (en u.o./m ).
olfactive

Seuil de Même définition que le seuil de détection olfactive.


perception
olfactive 

3
Seuil de Seuil (en u.o./m ) auquel la probabilité que l’odeur soit reconnue ou identifiée est de
reconnaissance 0,5.

Source Activité ou matière qui sont à l’origine de l’émission des gaz odorants.
d’émission des
gaz odorants 

Source fixe Source d’émissions atmosphériques autres qu’un véhicule automobile, un aéronef, un
navire ou une locomotive, telle que décrite dans le Règlement sur la qualité de
l’atmosphère (Québec, Q-2, r.20).

Source Source fixe d’émissions atmosphériques dont les émissions proviennent d’un point
ponctuelle (ou particulier.
canalisée)

Source Source dont les émissions atmosphériques ne sont pas canalisées et dont toute la
surfacique (ou surface est émettrice. Un front d’enfouissement, un andain de compostage, une zone
diffuse) de recouvrement journalier sont des sources surfaciques.

Technologie Une technologie propre est un procédé industriel (ou une méthode de fabrication) qui
propre applique une stratégie environnementale préventive, non figée, en utilisant le plus
rationnellement possible les matières premières et/ou l'énergie tout en réduisant la
quantité et/ou la toxicité des polluants émis lors de la fabrication, de l'utilisation et de
l'élimination du produit.

Cette approche est différente des approches classiques qui se focalisent sur le
traitement des déchets et des émissions après leur création (approche «end of pipe»).

75
TLV Threshold Limit Value. Valeur limite d'exposition (VLE) établie par l'American
Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH), qui utilise TLV comme
marque déposée. Certaines administrations ont adopté les TLV comme limites
légales.

Ton hédonique Appréciation de l’odeur par un individu ou un jury, soit son caractère agréable ou
désagréable.

Toxicité Capacité propre d'une substance à provoquer des effets nocifs chez les organismes
vivants. [www.ecotoxique.com]

Unité d’odeur Unité de mesure de la concentration odeur, basée sur le nombre de dilutions par
mètre cube d’un gaz nécessaires pour que 50 % des membres d’un jury détectent une
odeur.

Valeur Degré de l’appréciation d’un jury associée au ton hédonique, variant de fortement
hédonique nauséabond, à indifférent, à très agréable.

VLE Valeur limite d'exposition (VLE), en anglais TLV (Threshold Limit Value) établie par
l'American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH). Certains
gouvernements ont adopté les TLV comme limites légales.

Zone sensible Une zone sensible comprend généralement des résidences, hôpitaux, écoles, de
même que des aires de repos ou de divertissement.

76
77
ANNEXE
LISTE DE GUIDES TECHNIQUES SUR LA GESTION DES ODEURS
Référence Document Lien
bibliographique internet
CRAAQ Comment réduire les émissions de poussières et lien
d'odeurs reliées aux productions animales
FPBQ La réduction des odeurs Une question lien
d'environnement
FPBQ Guide de bonnes pratiques agro- lien
environnementales pour la gestion des fumiers des
bovins de boucherie
FPBQ Brochure : La réduction des odeurs, une question lien
d’environnement...
FPPQ Projets d’élevage porcin et communications lien
locales, Comment vivre en harmonie
FPPQ Guide pratique sur le réglage des épandeurs de lien
lisiers et de fumier
MDDEP Guide sur la valorisation des matières résiduelles lien
fertilisantes Critères de référence et normes
réglementaires
Addenda 1 Addenda 2 Addenda 3
MDDEP Guide de la modélisation de la dispersion lien
atmosphérique
Collectif Environnement et santé publique, Fondement et lien
pratiques, 3e partie : milieux, expositions et
risques. Ch. 19 : Odeurs
MDDEP Critères de qualité de l’air, Cadre d’application et lien
de détermination
MDDEP Critères de qualité de l’air, Fiches synthèses lien
MDDEP Guide sur la valorisation des matières résiduelles
fertilisantes
Addenda 1 Addenda 2

78
79
RÉFÉRENCES

e
1 GANONG W. (2005), Physiologie médicale, traduit par Michel Jobin, 2 édition,
De Boeck Université, 2005, p. 178,
[http://universite.deboeck.com/livre/?GCOI=28011100570060] (29 août 2008).
Document non numérisé

2 Anatomie du nez, Médecine et santé, SevenMice SARL,


[http://www.medecine-et-sante.com/anatomie/anatnez.html] (31 juillet 2008).
Fichier

3 The Nobel Prize in Physiology or Medicine 2004, Nobelprize.org,


[http://nobelprize.org/nobel_prizes/medicine/laureates/2004/press.html] (31 juillet 2008).
Fichier

4 BUCK L.B. et AXEL R.(1991). A Novel Multigene Family may Encode Odorant Receptors: a
Molecular Basis for Odor Recognition, Cell, vol. 65, p.175-187,
[http://www.cell.com/content/article/abstract?uid=PII009286749190418X] (31 juillet 2008).
Document non numérisé

5 MANAHAN, S.E. (1984). Environmental chemistry, Fourth Edition, Willard Grant press.
Document non numérisé

6 VAN HARREVELD A.P. (2001). From odorant formation to odour nuisance: new definitions for
o
discussing a complex process, Water Science and Technology, vol. 44, n 9, p.9-15,
[http://lequia.udg.es/lequianet/WatSciTech/04409/0009/044090009.pdf] (3 octobre 2008).
Fichier

7 AMERICAN INDUSTRIAL HYGIENE ASSOCIATION (1993). Odors Threshold for Chemicals


with Established Occupational Health Standards, AIHA, Fairfax, VA, 80 p.
Document non numérisé

8 HOLLEY A. et SICARD G. (1994). Les récepteurs olfactifs et le codage neuronal de l'odeur,


o
médecine/sciences, n 10, p.1091-1098, [http://olfac.univ-
lyon1.fr/documentation/olfaction/medecine_sciences/medecine_sciences-2.html] (28
septembre 2008).
Fichier

9 ENGEN T. et ROSS B.M. (1973). Long-term memory of odors with and without verbal
o
descriptions, Journal of Experimental Psychology, n 100, p.221-227.
Document non numérisé

10 KREIM V. et GUILLOT J.-M. (2007). Mesure d’intensité d’odeur : cas d’un effluent vinicole et
d’un effluent reconstitué, École des Mines Alès, LGEI, Alès, France, 8 p.,
[http://www.eurodeur.com/pdf/poster/Poster_Kreim.pdf] (2 septembre 2008).
Fichier

11 MORIN B. (2005). Odeurs industrielles et gêne olfactive, Mémoire de maîtrise de Psychologie


de l’environnement, Université de Paris X Nanterre, 7 p.,
[http://ace2.over-blog.com/article-515988.html] (2 septembre 2008).
Fichier

80
12 VAN HARREVELD A.P, JONES N. et STOALING M. (2002). Assessment of community
response to odourous emissions, Rapport technique de recherche et développement,
Environment Agency, U.K, 135 p., [http://publications.environment-
agency.gov.uk/epages/eapublications.storefront/4aae559800fe3f56273fc0a802960686/Pr
oduct/View/SP4&2D095&2DTR&2DE&2DE] (2 septembre 2008).
Fichier

13 SHUSTERMAN D. (1992). Critical Review : The Health Significance of Environmental Odor


Pollution, Archives of Environment Health, 47 (I), 1992, p. 76-87.
Document non numérisé

14 VILLE DE MONTRÉAL, ODOTECH, SOLINOV (2004). Projet de recherche et de


démonstration sur la mesure, la prévention et le contrôle, la prévision, la surveillance et la
détection des odeurs liées aux opérations de compostage, 105 p.,
[http://www.recyc-
quebec.gouv.qc.ca/upload/Publications/odeurs_liees_au_compostage_-_partie_a.pdf] (4
septembre 2008).
Fichier

15 CHEN D. et DALTON P. (2005). The Effect of Emotion and Personality on Olfactory


o
Perception, Chemical Senses, Oxford University Press, n 30(4), p. 345-351,
[http://chemse.oxfordjournals.org/cgi/content/abstract/30/4/345] (15 avril 2008).
Fichier

16 DALTON P. (1996). Odor Perception and Beliefs about Risk, Chemical Senses, Oxford
o
University Press, n 21, p. 448-458,
[http://chemse.oxfordjournals.org/cgi/reprint/21/4/447.pdf] (15 avril 2008).
Fichier

17 CAIN W.S. (1974). Perception of intensity and the time course of olfactory adaption, ASHRAE
o
Transactions, n 80, p. 53-75.
Document non numérisé

18 CAIN W.S. (1980). The case against threshold measurement of environmental odors, Journal
of the Air Pollution Control Association, p. 1295-1296.
Document non numérisé

19 BONNEFOY B. (2007). Pourquoi sommes-nous gênés par les odeurs ? Le rôle de quelques
e
facteurs psychosociaux, Revue Air Pur n° 73, 2 semestre, p. 15-18,
[http://www.appa.asso.fr/_adminsite/Repertoire/7/fckeditor/file/Revues/AirPur/Airpur_73_
Bonnefoy.pdf] (8 octobre 2008).
Fichier

20 GINGRAS B., GUY C. et PAGÉ T. (2002). Environnement et santé publique, fondements


pratiques, 3e partie, chapitre 19, Edisem et Tec & Doc, Montréal, 2002, 34 p.,
[http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/mandats/LES-lachenaie/documents/DB26.pdf] (4
septembre 2008).
Fichier

21 DALTON Pamela (2005). Asthmatics and Fragrances: Lessons from the Lab and Life, copie
de la présentation, Monell Chemical Senses Center, Philadelphia, PA, 30 p.,
[http://www.aboutaircare.com/documents/CSPA_Dalton_5.06.pdf] (15 avril 2008).
Fichier

81
22 DIRECTION RÉGIONALE DE L'INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE
L'ENVIRONNEMENT DE PICARDIE Ŕ DRIRE (2004). Éléments techniques concernant
les odeurs, document en ligne, 4 p.
Fichier

23 SHUSTERMAN D. (1999). The Health Significance of Environmental Odour Pollution:


Revisited, Journal of Environmental Medicine, 1 p. 249-258,
[http://www3.interscience.wiley.com/journal/77004910/abstract] (6 octobre 2008).
Fichier

24 VIGNERON S. (2007). Revue des techniques de désodorisation, copie de la présentation,


IAP Sentic, 38 p.
Fichier

25 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE (2004). Stockage des déchets et santé publique,


Historique de la législation et de la réglementation, section 1, chap. III, 9 p.,
[http://www.invs.sante.fr/publications/2005/dechets/pdf/1-3.pdf] (2 septembre 2008).
Fichier

26 MALAN S. et POURTIER L. (2008). Règlementation en matière d’odeurs, Techniques de


l’ingénieur, traité Environnement, 9 p.,
[http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=16643487](5 octobre 2008).
Fichier
e
27 CORBIN A. (1986). Le miasme et la jonquille, ou l'odorat et l'imaginaire social aux XVIII et
e
XIX siècles, Paris, Flammarion, 336 p.
Document non numérisé

28 POIRET N. (1998). Odeurs impures : Du corps humain à la cité (Grenoble, XVIIIe-XIXe


o
siècle), Terrain, N 31 - Un corps pur, 38 p.,
[http://terrain.revues.org/document3141.html] (18 mai 2008).
Fichier

29 DOUAISIS TECHNOPOLE ENVIRONNEMENT(2007). Comment traiter les odeurs :


Pollutions olfactives et Réglementations, copie de la présentation, Technopole
Environnement, France, 21 p.,
[http://dtenvironnement.org/default.aspx] (4 septembre 2008).
Fichier

30 VAN HARREVELD A.P. (2003), Odor Regulation and the History of Odor Measurement in
Europe, OdourNet, Spain, p. 54-61,
[http://www.env.go.jp/en/air/odor/measure/02_1_3.pdf] (4 septembre 2008).
Fichier

31 Source : Ville de Montréal

32 QUÉBEC (2008). Loi sur la qualité de l'environnement, L.R.Q., chapitre Q-2, Éditeur officiel
du Québec,
[http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&fil
e=/Q_2/Q2.htm] (4 septembre 2008).
Fichier

82
33 QUÉBEC (2008). Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, L.R.Q.,
chapitre P-41.1, Éditeur officiel du Québec, articles 58, 62, 79 et 100,
[http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&fil
e=/P_41_1/P41_1.html] (4 septembre 2008).
Fichier

34 QUEBEC (2008). Lois et règlements, ressources, Commission de protection du territoire


agricole (CAPTQ), [http://www.cptaq.gouv.qc.ca/index.php?id=7&no_cache=1&MP=7-
146#c401] (15 avril 2008)
Document non numérisé

35 QUÉBEC (2008). Règlement sur l'enfouissement et l'incinération de matières résiduelles,


R.R.Q. c. Q-2, r.6.02, Éditeur officiel du Québec, articles 41, 48, 90, 117 et 138,
[http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=3&fil
e=/Q_2/Q2R6_02.HTM] (4 septembre 2008).
Fichier

36 QUÉBEC (2008). Règlement sur la qualité de l'atmosphère, R.R.Q. c. Q-2, r.20, Éditeur
officiel du Québec, articles 8, 16 et 96,
[http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&fil
e=%2F%2FQ_2%2FQ2R20.htm] (5 octobre 2008).
Fichier

37 QUÉBEC (2008). Règlement sur l’assainissement de l’atmosphère, (L.R.Q., c. Q-2, a.31 par.
a, b, c, d, e, h, h.2,i, a.53 par. a, b, c, a.109.1, a.124.0.1 et a.124.1), [version non
adoptée], MDDEP, 82 p.,
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/air/atmosphere/reg-assain-air.pdf] (4 septembre 2008).
Fichier

38 COMMUNAUTÉ URBAINE DE MONTRÉAL (1987). Règlements relatifs à l’assainissement


o
de l’air, n 90-1 à 90-5, article 3.04, 36 p.,
Fichier

39 ENVIRONMENTAL EMISSIONS & ODOUR LABORATORY (2008). Odour and VOCs


sampling, Center for Water and Waste Technology, University of New South Wales,
[http://www.odour.unsw.edu.au/sampling.html] (4 septembre 2008).
Document non numérisé

40 ODOTECH (2004). Projet d’aménagement d’une cellule d’enfouissement technique à Saint-


Thomas, Évaluation de l’impact sur la qualité de l’air et évaluation préliminaire du risque
pour la santé, Vol. 2 Ŕ Annexes, 9 p.,
[http://www.bape.gouv.qc.ca/sections/mandats/LES-St-Thomas/documents/PR8-1-Ann-1-
2.pdf] (4 septembre 2008).
Fichier

41 MYLNE K.R et MASON P.J. (1991). Concentration fluctuations measurements in a dispersing


plume at a range of up to 1000 m, Quaterly Journal of the Royal Meteorology Society vol.
117, no 497, p. 177-206, [http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=5006034] (14 avril
2009).
Document non numérisé

42 GOSTELOW P., LONGHURST P., PARSONS S.A. et STUETZ R.M. (2002). Review of
odour sampling and measurement, Rapport final pour EB Milton Keynes Ltd, 71 p.
Document non numérisé

83
43 NARJOUX A. et PAGÉ T. (2007). Métrologie des odeurs – Analyses olfactométriques versus
analyses chimiques, Note technique, Odotech, version 1, 3 p.,
[http://www.odotech.com/pdf/misc/Odotech_NoteTechnique_Olfactos_vs_Chimiques.pdf]
(24 avril 2008).
Fichier

44 ST. CROIX SENSORY, Inc. (2005). A Review of the Science and Technology of Odor
Measurement, papier prepare pour Air Quality Bureau of the Iowa Department of Natural
Resources, Lake Elmo, MN, 51 p.,
[http://www.iowadnr.com/air/afo/files/odor_measurement.pdf] (4 septembre 2008).
Fichier

45 AS/NZS 4323.3 (2001). Australian/New Zealand standard, stationary source emissions, part
3: determination of odour concentration by dynamic olfactometry, Standards Australia.
Document non numérisé

46 DEPARTMENT OF ENVIRONMENTAL PROTECTION (2002). Odour Methodology


Guideline, Perth, Western Australia, 32 p.,
[http://portal.environment.wa.gov.au/pls/portal/docs/PAGE/DOE_ADMIN/GUIDELINE_RE
POSITORY/ODOURMETHOD.PDF] (7 octobre 2008).
Fichier

47 NICELL J.A. (1994). Development of the odour impact model as a regulatory strategy,
International Journal of Environment and Pollution, 4:1/2, p. 124-138.
Document non numérisé

48 MCGINLEY P.E. et ST. CROIX SENSORY, Inc. (2000). Enforceable Permit Odor Limits,
papier présenté pour The Air and Waste Management Association Environmental
Permitting Symposium II, Chicago, IL, 14 p.,
http://www.fivesenses.com/Documents/Library/34%20%20Enforceable%20Permit%20Od
or%20Limits.pdf (4 septembre 2008).
Fichier

49 VAN HARREVELD A.P., SCHAKEL A., VALK C., VREEBURG S. (2000). Feasibility of a
standardised method for assessing odour annoyance potential, Amsterdam, Netherlands,
NOVEM Project 207, [http://www.odournet.com/publications.html] (28 octobre 2008).
Document non numérisé

50 ODOWATCH (2008). Suivi en continu des odeurs et des impacts. présentation acétates
[http://www.slideshare.net/OdoScan/odowatch-continuous-odor-monitoring-system-
presentation] (8 octobre 2008).
Document non numérisé

51 KOZIEL J. A., LINGSHUANG C., WRIGHT D.W. et HOFF S.J. (2006). Solid-Phase
Microextraction as a Novel Air Sampling Technology for Improved, GC–Olfactometry-
Based Assessment of Livestock Odors, Journal of Chromatographic Science, Volume 44,
Number 7, August 2006, p.451-457, [http://www.j-chrom-
sci.com/abstracts/2006/august/451-koziel.html] (7 octobre 2008).
Document non numérisé

84
52 ASTM STP 758 (1981). Guidelines for the Selection and Training of Sensory Panel Members,
American Society for Testing and Materials, Philadelphia.
Document non numérisé

53 ASTM 679-04 (2004). Determination of Odor and Taste Threshold by a Forced-Choice


Ascending Concentration Series Method of Limits, American Society for Testing and
Materials, Philadelphia.
Document non numérisé

54 EN 13725 (2003). Qualité de l’air - Détermination de la concentration d’une odeur par


olfactométrie dynamique, Communauté européenne de normalisation, Bruxelles,
Belgique.
Document non numérisé

55 ASTM D 1391-57 (1976). Standard Method for Measurement of Odor in Atmospheres


(Dilution Method), American Society for Testing And Materials, Philadelphia.
Document non numérisé

56 VDI 3882, Part 1 (1994). Olfactometry. Determination of Odor Intensity, Allemagne.


Document non numérisé

57 ASTM E544-99 (2006). Standard Practice for Referencing Suprathreshold Odor Intensity
Measurement, American Society for Testing and Materials, Philadelphia.
Document non numérisé

58 VDI 3940 (1991). Determination of Odorants in Ambient Air by Field Inspections, Allemagne.
Document non numérisé

59 VDI 3882, Part 2 (1994). Olfactometry. Determination of Hedonic Odor Tone, Allemagne.
Document non numérisé

60 ODOTECH (2008). Tropos Impact 7.2. 2 p.,


[http://www.odotech.com/pdf/fiches/fiche_tropos_fr.pdf] (7 octobre 2008).
Fiche produit

61 LEDUC R. (2005). Guide de la modélisation de la dispersion atmosphérique, Ministère du


Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs, Direction du suivi de l’état de
o o
l’environnement, Envirodoq n ENV/2005/0072, rapport n QA/49, 38 p.,
[http://www.mddep.gouv.qc.ca/air/atmosphere/guide-mod-dispersion.pdf] (12 septembre
2008).
Fichier

62 NATIONAL BIOSOLIDS PARTNERSHIP (2005). Manual of Good Practice for Biosolids,


Alexandria VA, 348 p.,
[http://biosolids.org/ems_main.asp?sectionid=48&pageid=189&pagename=Manual%20of
%20Good%20Practice] (7 octobre 2008).
Fichier

63 DEBRIEU C. (2004). Lutte contre les odeurs de l’assainissement, Document technique


o
FNDAE, n 13, 69 p.,
http://www.fndae.fr/documentation/PDF/fndae13_v2.pdf (7 octobre 2008).
Fichier

85
64 FÉDÉRATION DES PRODUCTEURS DE PORCS DU QUÉBEC (2004). Journée
d’information provinciale Les odeurs et la production porcine : les solutions accessibles,
Cahier des conférences, Drummondville, 87 p.
Fichier

65 CHOINIÈRE D. (2004) L’influence des haies brise-vent naturelles sur les odeurs, Consumaj,
Saint-Hyacinthe, 77 p.,
http://www.cpc-ccp.com/industry/pdf/lei-reports/Choiniere_rapport_final.pdf (7 octobre
2008).
Fichier

66 BONNEFOY B. (1997). Perception et évaluation olfactive : Le cas du métro parisien, Actes de


conférences, Eurodeur 97, Paris, 10 p.,
[http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=2280245] (7 octobre 2008).
Document non numérisé

67 ADEME (2005), Pollutions Olfactives : Origine - Législation - Analyse & Traitement, Agence
de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, Dunod, Paris, 400 p.,
[http://www2.ademe.fr/servlet/getDoc?cid=96&m=3&id=20537&ref=12527&p1=B] (10
octobre 2008).
Document non numérisé

68 CENTRE NATIONAL DU MACHINISME AGRICOLE, DU GÉNIE RURAL, DES EAUX ET DES


FORÊTS (2002). Des boues activées pour dépolluer l’eau des villes, Fiche d’information
IV, 2 p.,
[http://www.cemagref.fr/presse/Dossthem/imagEpur/Fiche%20IV.pdf] (8 octobre 2008).
Fichier

69 RÉMY, E. et ESTADES J. (2007). Nez à nez avec des nuisances odorantes, l’apprentissage
de la cohabitation spatiale, Sociologie du Travail, 49 (2), p. 237-252,
Résumé : [http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleURL&_udi=B6VR1-4NNYG23-
1&_user=10&_coverDate=06%2F30%2F2007&_rdoc=7&_fmt=high&_orig=browse&_srch=doc-
info(%23toc%236221%232007%23999509997%23661874%23FLA%23display%23Volume)&_cdi=6221&_sort=
d&_docanchor=&_ct=22&_acct=C000050221&_version=1&_urlVersion=0&_userid=10&md5=b8502faf685e7dbf
f03d264fc817898a] (8 octobre 2008).
Document non numérisé

86
87
911, rue Jean-Talon Est, bureau 220
Montréal, Québec, Canada, H2R 1V5
Téléphone : (514) 270-7110
Télécopieur : (514) 270-7154
Courrier électronique : inforeseau-environnement.com
Internet : http://www.reseau-environnement.com

88