Vous êtes sur la page 1sur 15

Chapitre 2.

Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

2. Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques (5


semaines)13
2.1. Dynamique des fluide et turbomachines ...................................................................................... 13
2.1.1. Conservation de la masse ........................................................................................................ 13
2.1.2. Conservation de la quantité de mouvement ....................................................................... 13
2.1.3. Conservation du moment de la quantité de mouvement ................................................. 13
2.1.4. Equation d’Euler ....................................................................................................................... 13
2.1.5. Equation d’Euler et l’équation de conservation de l’énergie.......................................... 15
2.1.6. Rothalpie ..................................................................................................................................... 16
2.2. Rappels de notions de thermodynamique .................................................................................... 16
2.2.1. Rapport de température .......................................................................................................... 18
2.2.2. Rapport de pression et de densité ......................................................................................... 18
2.2.3. Entropie ...................................................................................................................................... 18
2.3. Rendement ........................................................................................................................................... 19
2.3.1. Rendement isentropique ......................................................................................................... 19

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 12


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

2. Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques (5


semaines)
2.1. Dynamique des fluide et turbomachines
Les principes fondamentaux de la conservation de la masse, de la conservation de l’impulsion
angulaire (ou le moment de la quantité de mouvement), sont les éléments clés pour les applications
dans le domaine des turbomachines. Dans la suite, on rappelle les expressions mathématiques de ces
principes à la lumière de la notion de volume de contrôle. La figure 2.1 illustre un volume de contrôle
V

Figure 2.1 : Volume de contrôle

2.1.1. Conservation de la masse


La conservation de la masse exprime que l’accumulation de la matière dans un volume de contrôle
est égale à la somme des flux massiques qui traversent les frontières du volume .l’expression
mathématique du principe est :
𝑑
∫ 𝜌𝑑𝑉 + ∫𝑆 𝜌𝑣. 𝑑𝑆 = 0 2.1
𝑑𝑡 𝑉
2.1.2. Conservation de la quantité de mouvement
Le principe de la conservation de la quantité de mouvement indique que la sommation des forces
est égale à l’accumulation de la quantité de mouvement dans un volume de contrôle plus la somme
des flux de quantité de mouvement qui traversent les frontières du volume
𝑑
𝐹= ∫ 𝜌𝑣𝑑𝑉 + ∫ 𝜌𝑣𝑣. 𝑑𝑆
𝑑𝑡 𝑉 𝑆
2.1.3. Conservation du moment de la quantité de mouvement
Ce principe indique que la variation de l’impulsion angulaire est égale à la somme des moments
des forces externes. Tel que pour la quantité de mouvement, la conservation du moment de la
quantité de mouvement est couramment exprimée par la formule ⍵
𝑑
𝑀= ∫ 𝑟 𝗑 𝜌𝑣𝑑𝑉 + ∫𝑆 𝑟 𝗑 𝜌𝑣𝑣. 𝑑𝑆 2.2
𝑑𝑡 𝑉
2.1.4. Equation d’Euler
Le point de départ pour l’étude des turbomachines est l’équation d’Euler. Celle –ci peut être déduite
aisément du principe de conservation de l’impulsion angulaire ou moment de la quantité de
mouvement. En particulier, on considère un écoulement unidimensionnel en régime stationnaire dans
le rotor d’une turbomachine ayant des conditions uniformes à l’entrée et à la sortie notées par les
indices 1et 2, respectivement. On applique alors, l’équation 2.2 à un filet de fluide entre ses deux
points illustres à la figure 2.2 et celle-ci devient :
𝑀 = ∫𝑆 𝑟 𝗑 𝜌𝑣𝑣. 𝑑𝑆 = 𝑟2 𝗑 𝜌2 𝑣2 𝑄2 − 𝑟1 𝗑 𝜌1 𝑣1 𝑄1 2.3

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 13


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Figure 2.2: Rotor schématique et équation d'Euler

D’autre part, pour un écoulement unidimensionnel en régime permanent l’équation de la


conservation de la masse se traduit par :
∫𝑆 𝜌𝑣. 𝑑𝑆 = ∫𝑆2 𝜌2 𝑣2 𝑑𝑆2 − ∫𝑆1 𝜌1 𝑣1 𝑑𝑆1 = 0 2.4

Ou encore𝑚̇ = 𝜌2 𝑄2 = 𝜌1 𝑄1 . Alors, l’équation 2.3 se réduit à :


𝑀 = 𝑚̇( 𝑟2 𝗑 𝑣2 − 𝑟1 𝗑 𝑣1 ) 2.5
Bien que cette expression de l’équation d’Euler soit sous une forme mathématique élégante, elle
requiert de modification pour être utilisable
Forment courantes :
Dans une turbomachine, l’élément qui produit les changements importants dans le fluide est le
rotor et un paramètre très important pour l’analyse est la variation de la vitesse dans différents
systèmes de références
Les vecteurs de vitesse à considérer sont la vitesse périphérique U au rayon r par rapport au
centre de rotation, la vitesse absolue C du fluide, mesurée dans le système fixe ou global et la vitesse
relative W dans un système solidaire avec l’aubage en mouvement. Ces trois vitesses sont reliées par
la relation :
𝐶 =𝑈+𝑤
Dans ce contexte, on appelle Cu la composante tangentielle de la vitesse absolue, Cx la composante
dans la direction axiale et Cm la composante méridionale de la vitesse C selon la direction normale à U
Fig.2.3. On considère que Cu est positive si elle a la direction de U et négative dans le cas contraire
.l’introduction de ces définitions dans l’équation 2.5 conduit à l’équation fondamentale des turbomachines.

Figure 2.3 : Rotor élémentaire

𝑀 = 𝑚̇( 𝐶2𝑢 𝑟2 − 𝐶1𝑢 𝑟1 ) 2.6

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 14


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Pour un rotor ayant une vitesse de rotation w, la puissance 𝑊̇ est donnée par :
𝑊̇ = 𝑀⍵ = 𝑚̇( 𝐶2𝑢 𝑟2 − 𝐶1𝑢 𝑟1 )⍵ = 𝑚̇( 𝐶2𝑢 𝑈2 − 𝐶1𝑢 𝑈1 )
Où on a employé la relation 𝑈𝑖 = 𝑟𝑖 𝑤 (𝑖 = 1,2). On peut ainsi considérer le travail spécifique
(l’énergie transmise par unité de masse) entre le rotor et le fluide selon :
𝑊̇
𝐸= = (𝐶2𝑢 𝑈2 − 𝐶1𝑢 𝑈1 ) 2.7
𝑚̇

Pour les machines hydrauliques, on exprime généralement l’énergie par unité de poids, 𝑚𝑔̇ , plutôt
que par unité de masse 𝑚̇. Dans ce cas, la puissance par unité de poids a la dimension d’une distance
et on la note par le symbole H, que l’on appelle la charge et elle devient :
(𝐶2𝑢 𝑈2 −𝐶1𝑢 𝑈1 )
𝐻= 2.8
𝑔

Une deuxième forme de l’équation d’Euler peut être trouvée à partir de la relation
trigonométrique :
𝐶 2 + 𝑈 2 − 2𝑈 ⏟
𝐶 𝑐𝑜𝑠 𝛼 = 𝑤 2
𝐶𝑢

Alors les équations 2.7 et 2.8 deviennent respectivement :


𝐶22 −𝐶12 𝑈22 −𝑈12 𝑤12 −𝑤22
𝐸= + + 2.9
2 2 2
𝐶22 −𝐶12 𝑈22 −𝑈12 𝑤12 −𝑤22
𝐻= + + 2.10
⏟2𝑔 ⏟2𝑔 ⏟2𝑔
𝐼 𝐼𝐼 𝐼𝐼𝐼
Ces deux équations montrent que le transfert d’énergie peut être reparti de différentes manières.
Le premier terme indique la variation d’énergie cinétique dans l’écoulement, le deuxième la variation
d’énergie due aux forces centrifuges et le troisième la variation d’énergie due aux vitesses relatives 𝑤𝑖 .
2.1.5. Equation d’Euler et l’équation de conservation de l’énergie
Pour un volume de contrôle V et en négligeant les effets dissipatifs, ce principe s’écrit :
𝑑
∫ 𝜌𝑒𝑑𝑉 + ∫ (𝜌𝑒 + 𝑝)𝑣. 𝑑𝑆 = 𝑄̇ − 𝑊̇ + 𝑆
𝑑𝑡 𝑉 𝑆
Où :
𝑄̇ : Taux de transfert de chaleur au volume de contrôle
𝑊̇ : Taux de travail extrait du volume de contrôle
𝑒 : Énergie totale par unité de masse
𝑆 : Source d’énergie par unité de masse
L’énergie totale par unité de masse est définie par :
𝑣. 𝑣
𝑒=𝑢+ + 𝑔𝑧
2
Où :
𝑢 : Énergie interne
𝑣.𝑣
: Énergie cinétique
2

𝑔𝑧 : Énergie potentielle
Dans l’étude des turbomachines, on utilisera les hypothèses suivantes :
• Ecoulement permanant :

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 15


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

𝑑 𝑑
∫ 𝜌𝑑𝑉 = 0 𝑑 ′ 𝑜ù ∫ 𝜌𝑒𝑑𝑉 = 0
𝑑𝑡 𝑉 𝑑𝑡 𝑉
• Ecoulement unidimensionnel
𝑚 ̇ = 𝜌1 𝑣1 𝐴1 = 𝜌2 𝑣2 𝐴2 (1 : entrée, 2 : sortie)
• Le taux de transfert de chaleur est faible en termes relatifs
𝑄̇ = 0
• Aucun type de source
𝑆=0
Alors l’équation de l’énergie devient :
𝑝2 𝑝1
−𝑊̇ = 𝑚̇ [(𝑒2 + ) − (𝑒1 + )]
𝜌2 𝜌1
En plus, dans une turbomachine à gaz ou à vapeur, on peut considérer que la variation de l’énergie
potentielle est négligeable par rapport aux autres formes d’énergies (cinétique de pression et interne).
Ainsi,
𝑝2 𝑝1 1 1
(𝑒2 + ) − (𝑒1 + ) = (ℎ2 + 𝑣22 ) − (ℎ1 + 𝑣12 )
𝜌2 𝜌1 2 2
D’où l’équation de l’énergie prend la forme répondue :
−𝑊̇ = 𝑚̇(ℎ02 − ℎ01 ) 2.11
1
Avec ℎ étant l’enthalpie du fluide et ℎ0 = ℎ + 𝑣22 , l’enthalpie totale ou de stagnation.
2
Finalement, si on confronte cette équation par unité de masse avec l’équation 2.7 on trouve la
relation suivante utilisée pour les turbines à gaz et à vapeur :
(ℎ02 − ℎ01 ) = (𝐶2𝑢 𝑈2 − 𝐶1𝑢 𝑈1) 2.12
2.1.6. Rothalpie
L’équation 2.12, est valable pour un écoulement adiabatique et dans l’absence de termes sources,
peut s’écrire comme :
(ℎ02 −𝐶2𝑢 𝑈2 ) = (ℎ01 − 𝐶1𝑢 𝑈1 )
Et en général :
1
(ℎ0 −𝐶𝑢 𝑈 ) = (ℎ + 𝐶2 − 𝐶𝑢 𝑈 )
2
Le terme ℎ0 −𝐶𝑢 𝑈 est appelé Rothalpie𝑅𝑡ℎ :
𝑅𝑡ℎ = ℎ0 −𝐶𝑢 𝑈
2.2. Rappels de notions de thermodynamique
La thermodynamique, peut être interprétée comme étant la science des surfaces et des courbes
dans une multitude d’espace tridimensionnels définis par des coordonnées physiques, sans aucun
souci du temps. Compliqué ? Pas nécessairement !
Tel que dans une géométrie on peut reconnaitre des surfaces ou des lignes qui joignent deux
points, dans le monde de la thermodynamique on définit également des points, des courbes et des
surfaces. Cependant, les coordonnées de base ne sont plus classiques x,y et z, de l’espace cartésien,
mais des quantités ayants une connotation physique, tel que la pression, le volume et la température,
par exemple. Dans ce monde, on identifie les coordonnées des points extrêmes d’une courbe

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 16


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

thermodynamique comme étant deux états thermodynamiques et la courbe elle-même est associée à une
transformation ou processus.
En résumé, lorsqu’on transforme en funambule et qu’on « marche » d’une extrémité à une autre
sur une « corde thermodynamique », on dit qu’une transformation a eu lieu entre deux états.
L’exemple typique est donné par la compression d’un gaz dans un piston passant d’une pression 𝑃1 ,
volume 𝑉1 , et température 𝑇1 donnée vers une deuxième condition (état) décrite par 𝑃2 , 𝑉2 et 𝑇2 .
La figure 2.4 illustre une surface et une transformation thermodynamique dans ce repère.

Figure 2.4 : Surface et processus thermodynamique

Le funambule nous permet aussi de donner une image à la notion d’équilibre thermodynamique.
En effet, dans le monde tridimensionnel des coordonnées thermodynamiques on peut concevoir un
« funambule parfait » qui ne tombe jamais. La corde est rigide et elle peut s’arrêter sur n’importe
quel point de l’infinité qui forme la corde. Chaque point est un état d’équilibre thermodynamique.
Maintenant c’est le tour à l’épineux problème du temps. Lorsqu’on analyse une transformation
thermodynamique, on découvre que la coordonnée temporelle est inexistante. Ceci implique, entre
autre qu’il est possible d’effectuer une évolution (se promener sur la corde) sans se préoccuper de la
vitesse de la transformation. Encore plus, le concept de vitesse de transformation n’existe
simplement pas puisque peu importe l’endroit où l’on soit sur la corde, on sera toujours en équilibre.
Dans ce cas la notion de temps est irrelevante.
Dans l’univers de la thermodynamique, les courbes ne sont qu’un sous ensemble des surfaces
appelé surfaces d’état. Elles sont formées par une infinité de points en équilibre thermodynamique. Par
exemple, une surface d’état est celle formée par une multitude des points de pression, de température
et de volume correspondant à plusieurs conditions d’un gaz enfermé dans un piston. C’est sur
chacune de ces surfaces d’état que l’on définit des trajectoires (transformations) pour aller d’un point
(un état) vers un autre.

Les derniers mots de cette courte introduction sont dédiés à la réversibilité et à l’irréversibilité. Si
pour aller d’un état thermodynamique à un autre on suit une courbe sur une surface d’état, on réalise
alors une’ transformation réversible. Le nom réversible peut être associé au fait qu’on pourra
emprunter le même chemin pour revenir au point de départ. Par contre, si on décolle de la surface
d’état pour sauter d’un état vers un autre ou que l’on passe par un chemin inconnu, alors la
transformation est de nature irréversible. Dans ce cas, il est impossible de revenir au point de départ
puisque aucun chemin n’a été défini. On pourra cependant retourner à l’état initial par d’autres
chemins, mais on ne retrouvera pas la même qualité d’énergie. Qualité d’énergie ?

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 17


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Bien qu’un chemin irréversible emprunté par un mouton noir est inconnu, il est souhaitable
d’avoir une mesure de combien il s’est éloigné du chemin réversible des moutons blancs. Afin de
mesure cet écart on a inventé l’entropie. L’entropie est alors l’indice de degré d’irréversibilité.
En fait l’irréversibilité d’un processus empêche de revenir à l’état initial sans payer un coût. Alors
on découvre que l’entropie est une sorte de taxe qui indique que l’énergie a diminuée en qualité .Voilà
la deuxième loi !
L’image de Geourgescu pour expliquer les lois de la thermodynamique est incomparable à ce
sujet.
Il apparente la qualité d’énergie à la qualité de sable dans un sablier .le sable demeure le même
indépendamment de la partie sur laquelle il se trouve .par contre une fois que tous le sable a rempli la
partie inferieure il ne peut pas revenir de soi-même vers la partie supérieure .cette situation est
associer à la perte en qualité que subit l’énergie dans le processus.
Il est grand temps de reprendre quelque unes des quantités employées en thermodynamique
2.2.1. Rapport de température
Lentalpie totale ou de stagnation est definie comme étant la somme de l’entalpie et de l’energie
1
cinetique, soit ℎ0 = ℎ + 𝑣22 . Pour un gaz parfait, avec 𝐶𝑝 = 𝑐𝑡𝑒 et ℎ𝑟𝑒𝑓 = 0 , de sorte que ℎ = 𝐶𝑝 𝑇
2
et ℎ0 = 𝐶𝑝 𝑇0 , alors :
𝑣2
𝑇0 = 𝑇
2𝐶𝑝

En utilisant les relations :


𝛾𝑅
𝑎 = √𝛾𝑅𝑇 𝐶𝑝 =
𝛾−1

On obtient
𝑇0 (𝛾−1)𝑣 2 𝑇0 (𝛾−1)
= 1+ = 1+ 𝑀2 2.14
𝑇 2𝑎2 𝑇 2
𝑣
Ouu le rapport 𝑀 = est le nombre de Mach.
𝑎
2.2.2. Rapport de pression et de densité
Lors d’un processus adiabatique réversible (isentropique), pour un gaz idéal les relations entre les
propriétés totales et statiques sont :
𝛾 𝛾
𝑃 𝑇 𝛾−1 𝜌 𝑇 𝛾−1
( 0) = ( 0𝑠 ) , ( 0) = ( 0𝑠 ) 2.15
𝑃 𝑇 𝜌 𝑇

Où l’indice s a été ajouté pour insister que le passage de l’état statique vers l’état de stagnation
d’effectue suivant un processus isentropique.
2.2.3. Entropie
Le concept d’entropie permet de mesurer le degré d’irréversibilité d’une transformation. Pour un
écoulement stationnaire, avec une accumulation nulle le bilan générale sur un volume de contrôle :
𝐴𝑐𝑐𝑢𝑚𝑢𝑙𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 = ⏟
𝐸𝑛𝑡𝑟é𝑒𝑠 − 𝑆𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒𝑠 + ⏟
𝐸𝑛𝑡𝑟é𝑒𝑠 − 𝑆𝑜𝑟𝑡𝑖𝑒𝑠 + 𝐺é𝑛𝑒é𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑖𝑛𝑡𝑒𝑟𝑛𝑒
𝑡𝑟𝑎𝑛𝑠𝑝𝑜𝑟𝑡 𝑝𝑎𝑟 𝑐𝑜𝑛𝑣𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑎𝑟 𝑔𝑟𝑎𝑑𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑇

Devient :
𝑄𝑒 𝑄𝑖
𝑚̇𝑠2 + ∫ = 𝑚̇𝑠1 + ∫ + 𝑆𝑔̇
𝑇 𝑇𝑒 𝑇 𝑇𝑖
Pour un fluide incompressible :

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 18


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

𝑇2
𝑠2 − 𝑠1 = 𝐶𝑙𝑛
𝑇1
Et pour un gaz idéal, avec l’aide de l’équation de Gibbs
𝑇𝑑𝑠 = 𝑑𝑢 + 𝑝𝑑𝑣
On peut obtenir les relations suivantes pour la variation de l’entropie entre deux états 1et 2 :

𝑇2 𝑝2
𝑠2 − 𝑠1 = 𝐶𝑝 𝑙𝑛 − 𝑅𝑙𝑛
𝑇1 𝑝1
𝑇2 𝑣2
𝑠2 − 𝑠1 = 𝐶𝑣 𝑙𝑛 + 𝑅𝑙𝑛
𝑇1 𝑣1
𝑣2 𝑝2
𝑠2 − 𝑠1 = 𝐶𝑝 𝑙𝑛 + 𝐶𝑣 𝑙𝑛
𝑣1 𝑝1

2.3. Rendement
Dans une turbomachine, il y a fondamentalement deux types de pertes :
Les pertes externes entre la machine et l’ambient, notamment par frottement des composantes
mécaniques et les pertes internes de l’écoulement .les pertes dues à l’écoulement sont causées par
les forces de viscosité qui transforment de l’énergie mécanique en chaleur, par le phénomène de
turbulence, par le décollement de la couche limite et par les fuites.
Ces différents types de pertes ont donné lieu à diverse définissions de rendement tel que le
rendement mécanique le rendement interne ou isentropique et le rendement volumétrique.
2.3.1. Rendement isentropique

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 19


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 20


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 21


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 22


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 23


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 24


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 25


Chapitre 2. Théorie unidimensionnelle machines hydrauliques et pneumatiques

Université Bordj Bou Arreridj Dr. Issam MEGHLAOUI 26