Vous êtes sur la page 1sur 3

PROCAL

LIEFERANTENVERBAND HEIZUNGSMATERIALIEN ARBEITSGEMEINSCHAFT WÄRMEPUMPEN


ASSOCIATION DES FOURNISSEURS DE MATERIEL DE CHAUFFAGE GROUPEMENT POMPES A CHALEUR

Directive concernant le traitement et la qualité de l’eau dans les


installations de chauffage

Installations de chauffage à températures d’exploitation jusqu’à 100 °C

1. Comment éviter des dégâts causés par la formation de calcaire


La tendance à obtenir de plus petites pertes thermiques dans les bâtiments entraine, ensemble
avec les systèmes de chauffage à basse température, une augmentation du rapport entre le volume
d’eau de l’installation de chauffage et la puissance de la chaudière (litres/kW). La tendance actuelle
à installer des appareils muraux à condensation (gaz et mazout) demande des surfaces d’échange
compactes avec une charge thermique considérablement plus élevée.
Dans les installations de pompes thermiques, de telles surcharges de température peuvent
apparaitre partiellement dans le condensateur ou à l’endroit de l’installation d’une chaudière
électrique auxiliaire. Pour les installations de pompes thermiques bivalentes avec une chaudière, les
valeurs indicatives de la chaudière en question sont à observer.

L’entreprise d’installation et responsable de la qualité d’eau.

Par la constatation de l’augmentation des dégâts aux chaudières et installations de pompes


thermiques, dont la cause est la formation de calcaire, il est nécessaire, de remplir l’eau de
remplissage initial et des remplissages complémentaires futurs selon cette directive, contenant les
valeurs de réglage et les valeurs indicatives. En cas d’écarts de la directive, des mesures adéquates
sont à prendre afin d’éviter des dégâts au système de chauffage.

Les données de la présente directive se basent sur la Directive VDI 2035 feuille 1(édition 12/2005),
conditionnement d’eau dans les installations de chauffage et les prescriptions spécifiques des
fournisseurs respectivement fabricants des produits.

2. Valeurs indicatives selon VDI 2035 pour éviter des dégâts par la corrosion

Puissance total de la ou des chaudières Exigence concernant la dureté d’eau


kW °fH
< 50 pas d’exigences *
50 – 200 max. 20
200 – 600 max. 15
plus de 600 max. 0,2
* Pour des installations < 50 kW équipées d’appareils muraux, à condensation, pompes thermiques
ou systèmes de chauffage électriques, la dureté de l’eau de remplissage doit être en dessous de
30°fH.

Les indications éventuellement plus détaillées de la part du fabricant pouvant différer de la


présente directive, particulièrement pour des appareils à condensation, priment et sont à
observer dans tous les cas !

Si les valeurs initiales sont dépassées, l’eau de remplissage et de remplissage complémentaire doit
être traitée.
PROCAL

3. Autres recommandations utiles selon la Directive VDI 2035 :


• Avant l’assainissement d’une installation il faudrait contrôler par une mesure de dureté d’eau, si
l’offre pour une nouvelle installation doit inclure des mesures de traitement d’eau.
• Installer suffisamment d’organes d’arrêt afin de permettre en cas de travaux que le moins d’eau
possible doit être vidée et rajoutée ensuite.
• Pour des installations à plusieurs chaudières, la première mise en service doit être effectuée
pour toutes les chaudières en même temps, c’est à dire parallèlement, afin que le calcaire
puisse se répartir dans toutes les chaudières.
• Pour les installations à volumes d’eau plus grands que 20 litres/kW (pour les installations à
plusieurs chaudières, il convient d’utiliser la plus petite des puissances individuelles.) en ce qui
concerne la dureté d’eau, il convient d’utiliser l’échelon supérieur de la puissance thermique
total selon le tableau.
• Si la proportion entre le volume d’une installation de chaudière et la puissance thermique
dépasse les 50 litres par kW, l’eau de remplissage utilisée doit avoir moins de 0,2°fH,
spécialement en cas d’appareils muraux montés en cascade !
• Pour des installations dès 50 kW il est conseillé d’installer un compteur d’eau dans la conduite
de remplissage et de noter la quantité d’eau de remplissage rajoutée dans le classeur
technique de l’installation.
• Si dans un cas exceptionnel, des stabilisateurs de dureté sont ajoutés à l’eau de remplissage et
aux quantités d’eau de remplissage rajoutées, il est conseillé de contacter le fournisseur ou le
fabricant de la chaudière pour le choix du produit, son dosage, sa surveillance et son
évacuation.
• Dans le cas de l’utilisation d’un antigel, le produit et son dosage doivent être autorisés pour des
installations de chauffage par le fournisseur. Un contrôle périodique (p.ex. 1 x par an) de la
concentration, de la valeur pH et de la concentration des inhibiteurs est à prévoir selon les
indications du fabricant.
• En cas de plusieurs additifs, p. ex. antigel et stabilisateur de dureté, les additifs devraient
provenir du même fabricant, autorisés dans la combinaison voulue.
• Un nettoyage professionnel des échangeurs de chaleur (p. ex. en cas de boue ou de calcaire)
doit être effectué par une entreprise spécialisée. Les adresses se trouvent auprès des
fabricants ou fournisseurs.

4. Installation, entretien et service


L’entreprise d’installation est responsable de la qualité d’eau.
Les circuits de l’eau de chauffage sont à contrôler au moins une fois l’an par l’installateur.
Avant le remplissage et le remplissage complémentaire, l’installateur doit s’informer sur les
prescriptions et indications possibles de la part du fabricant concernant la qualité d’eau. La
non-observation de telles prescriptions, peut entrainer des dégâts considérables à
l’installation de chauffage.

Lors de la mise en service ou lors de remplissages complémentaires, l’installateur doit établir un


procès verbal contenant des indications sur la qualité d’eau, la quantité de remplissage (le volume
de l’installation) la préparation et les additifs. (Recommandation : Tenir un classeur technique
contenant les données sur l’installation de chauffage.)

Secrétariat PROCAL: Téléphone 043 366 66 50 Secrétariat AWP: Téléphone 043 366 66 52
Case postale 3377 Téléfax 043 366 66 01 Case postale 3377 Téléfax 043 366 66 01
CH-8021 Zürich Email info@procal.ch CH 8021 Zürich Email info@awpschweiz.ch

Page 2 édition 25.05.2007


PROCAL

Le procès verbal sur les valeurs mesurées permet de déterminer la cause en cas de changements
dans le système. L’eau de remplissage présentera une valeur pH plus basse et atteindra la valeur
d’exploitation voulue au bout de 2 à 3 mois. Les valeurs des prélèvements devraient correspondre
aux données ci-après :
• Valeur pH 8,2 - 9,5
pour Silicium d’alu : max. 8,5

Pour des installations industrielles, les indications suivantes du fabricant sont à observer :
• Capacité conductrice
• Dureté totale
• Teneur en oxygène
• Teneur en chlorure
• Sulfate

5. Directives / Recommandations / Notices


En pratique, les directives, recommandations et notices suivantes sont à observer :
• Directive VDI 2035 feuille 1 (édition 12/2005)
• Notice concernant les dégâts de corrosion dans l’eau de chauffage (PROCAL/AWP)
• www.qualitedeleau.ch

Secrétariat PROCAL: Téléphone 043 366 66 50 Secrétariat AWP: Téléphone 043 366 66 52
Case postale 3377 Téléfax 043 366 66 01 Case postale 3377 Téléfax 043 366 66 01
CH-8021 Zürich Email info@procal.ch CH 8021 Zürich Email info@awpschweiz.ch

Page 3 édition 25.05.2007