Vous êtes sur la page 1sur 60

DTS-Technique Année académique 2018-2020

TECHNIQUE

LE RÉSEAU D’ACCЀS FIBRE OPTIQUE GRAND COMPTE DE


ONATEL-SA :

« APRÈS AVOIR ETUDIÉ LE RESEAU EXISTANT, PROPOSER


UNE SOLUTION D’OPTIMISATION DE LA CONNECTIVITÉ DE
CE RÉSEAU AVEC FASONET »

Présenté par : Maître de stage :


SANOGO Moussa Steve Belvin GAMENE DRISSA
Etudiant en DTS2 TS en Télécommunications

Promotion 2018-2020
Octobre 2020

SANOGO MOUSSA STEVE BELVIN 1


DTS-Technique Année académique 2018-2020

PREAMBULE

Dans le cadre de l’obtention du Diplôme de Technicien Supérieur (DTS) option Réseaux et


Télécommunications délivré par l’Ecole Supérieure Multinationale des Télécommunications
(ESMT), les étudiants en fin de cycle (deuxième année) doivent effectuer un stage pratique au
sein d’une entreprise qui offre des services dans un domaine identique à la formation reçue
par ces derniers.

Ce stage a pour but de permettre à l’étudiant de faire ressortir ses connaissances théoriques et
pratiques assimilées durant les deux ans de formation, mais également de les parfaire. Le
stage sera couronné par un rapport de stage qui fera l’objet d’une soutenance devant un jury.
Notre choix c’est porté sur le leader des télécommunications au Burkina Faso, ONATEL-SA,
qui a bien voulu nous accepter pour ce stage. Nous avons été accueillis au Service Technique
Solution d’Entreprise pour une période de deux (02) mois allant du 30 juillet 2020 au 29
septembre 2020, ce qui nous a permis de nous immerger dans le milieu professionnel.
En ce qui concerne notre travail de développement personnel, nous nous sommes intéressés
au réseau d’accès fibre optique grand compte de notre structure d’accueil. C’est donc un réel
plaisir pour nous de vous présenter aujourd’hui le fruit de notre travail.

Mais avant tout développement sur notre expérience professionnelle, nous jugeons
opportun de commencer ce rapport par des remerciements à l’endroit de tous ceux qui ont eu
la volonté et la gentillesse de faire de ce stage, des moments d’apprentissage aussi bien sur le
plan humain que technique.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

DEDICACE

Je dédie ce présent rapport à mes chers parents :

- Pour tous les sacrifices qu’ils ont consentis pour mon


éducation jusqu’à ce jour ;
- Pour tous les efforts qu’ils continuent de déployer afin
de m’accompagner sur le chemin de la réussite ;
- Pour toute l’affection qu’ils n’ont cessé de me
témoigner.
Puisse Dieu le tout puissant les garder, les bénir et leur
procurer santé, bonheur et longévité.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

REMERCIEMENTS

À la fin de notre stage et de notre formation de technicien supérieur en


télécommunications, nous tenons à remercier en premier lieu l’ensemble de l’équipe
pédagogique de l’ESMT pour avoir assuré ces deux années durant notre formation
théorique et pratique.
Nos remerciements vont particulièrement à :
M. Michel KABRE, coordonnateur de l’ESMT antenne de
Ouagadougou
Mme Gisèle SAWADOGO, directrice des affaires financières de
l’ESMT antenne de Ouagadougou

Nous tenons également à remercier toutes les personnes qui ont contribué au succès de
notre stage et qui nous ont aidé lors de la rédaction de ce rapport.
Nous remercions :
M. Sidi Mohamed NAÏMI, le Directeur Général de ONATEL-SA.
M. Eloi OUEDRAOGO, Chef du Service Ingénierie et Optimisation de
ONATEL-SA.
M. Hermann KOHOUN, Chef du Service Technique Solution
d’Entreprise (STSE).
M. Aimé SAWADOGO pour son assistance et tous ses conseils et
apports pour la rédaction de notre rapport.
M. Drissa GAMENE, notre maitre de stage pour tous ses conseils.
M. Issaka KAFANDO.
M. Rahamane ZIDA.
M. Karim ZONGO.
Tout le personnel du Centre de Transmission de Ouagadougou (CTO)
pour leur contribution.
Aux membres du jury : Qu’ils trouvent l’expression de nos sincères
remerciements pour l’honneur qu’ils nous font en acceptant d’évaluer
ce travail.
Aux étudiants de l’ESMT antenne de Ouagadougou pour leur soutien.

Aux stagiaires pour leur apport à ce rapport de stage.


DTS-Technique Année académique 2018-2020

SOMMAIRE

PREAMBULE……………………………………………………………………………………….I
DEDICACE…………………………………………………………………………………………II
REMERCIEMENTS……………………………………………………………………………….III
SOMMAIRE……………………………………………………………………………………….IV
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS………………………………………………………..V
LISTE DES FIGURES…………………………………………………………………………….VII
INTRODUCTION……………………………………………………………………………………1
CHAPITRE I : PRÉSENTATION DES STRUCTURES D’ACCEUIL……………………………..2
I. ÉCOLE SUPÉRIEURE MULTINATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATION……….2
II. PRÉSENTATION DE ONATEL-SA.................................................................................5
CHAPITRE II : GÉNÉRALITÉ SUR LA FIBRE OPTIQUE ET LES RÉSEAUX OPTIQUES…..11
I. PRÉSENTATION DE LA FIBRE OPTIQUE..................................................................11
II. Les différents types de fibre optique.................................................................................13
III. Les avantages et limites de la fibre optique......................................................................14
IV. Les réseaux optiques.........................................................................................................15
CHAPITRE III : LE RÉSEAU D’ACCÈS FIBRE OPTIQUE GRAND COMPTE DE ONATEL-
SA…………………………………………………………………………………………...............19
INTRODUCTION........................................................................................................................19
I. Composition du réseau d’accès fibre optique....................................................................19
II. Implémentation des services.............................................................................................25
CHAPITRE IV : OPTIMISATION DE LA CONNECTIVITÉ DU RÉSEAU D’ACCÈS FIBRE
OPTIQUE DE ONATEL-SA AVEC FASONET…………………………………………………...31
Problématique...............................................................................................................................31
I. Présentation du plan d’optimisation..................................................................................31
II. Mise en œuvre de l’optimisation de la connectivité du réseau avec FASONET...............34
III. Critiques et suggestions....................................................................................................42

CONCLUSION……………………………………………………………………………………...45
BIBLIOGRAPHIE………………………………………………………………………………...VIII
WEBOGRAPHIE…………………………………………………………………………………...IX
ANNEXES…………………………………………………………………………………………...X
TABLE DES MATIЀRES………………………………………………………………………...XIII
DTS-Technique Année académique 2018-2020

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

ATM Asynchronus Transfer Mode


CNMO Centre National des Moyens Opérationnels
CDMA Code Division Multiple Access
CO Central Office
CTO Centre de Transmission de Ouagadougou
DHCP Dynamic Host Configuration Protocol
EPON Ethernet Passive Optical Network
EPSR Ethernet Protection Switching Ring
ESMT Ecole Supérieure Multinationale des Télécommunications
FAI Fournisseur d’Accès à Internet
FTTB Fiber To The Building
FTTH Fiber To The Home
FTTO Fiber To The Office
FTTX Fiber To The X
GE Gigabit Ethernet
IEEE Institute of Electrical and Electronics Engineers
IMAP Integrated Multi-services Access Platform
IMG Integrated Media Gateway
IP Internet Protocol
ISDN Integrated Services Digital Network
ISL Inter-Switch Link
LACP Link Agregation Control Protocol
LS Liaison Spécialisée
MAC Media Access Control
MTU Maximum Transmission Unit
NMS Network Management System
NRO Nœud de Raccordement Optique
OLT Optical Line Terminal
ONATEL-SA Office Nationale des Télécommunications–Société
Anonyme
ONG Organisation Non Gouvernementale
ONT Optical Network Terminal
ONU Optical Network Unit
OPT Office des Postes et des Télécommunications
PAgP Port Agregation Protocol
PC Personal Computer
PON Passive Optical Network
POTS Plain Old Telephone System
PSTN Public Switched Telephone Network
RAFO Réseau d’Accès Fibre Optique
DTS-Technique Année académique 2018-2020

RNIS Réseau Numérique à Intégration de Services


SDH Synchronous Digital Hierarchy
SI/SAV Service Installation / Service Après-Vente
SSH Secure Shell
STSE Service Technique Solution d’Entreprise
TDM Time Division Multiplexing
Telnet Teletype Network
TST Technicien Supérieur en Télécommunications
UIT-T Union International des Télécommunications
URAD Unité de Raccordement d’Abonnés Distante
VLAN Virtual Local Area Network
VoIP Voice over IP
WDM Wavelength Division Multiplexing
xDSL x Digital Subscriber Line

LISTE DES FIGURES


Figure 1: ESMT Dakar.............................................................................................................2
Figure 2 : ESMT antenne du Burkina Faso...........................................................................4
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 4:Siège de ONATEL-SA...............................................................................................5


Figure 5: Présentation des objectifs de ONATEL-SA...........................................................6
Figure 6:Organigramme de ONATEL SA.............................................................................8
Figure 7:Organisation du STSE............................................................................................10
Figure 8:Réflexion et réfraction de la lumière.....................................................................11
Figure 9:Constitution d’une fibre optique............................................................................12
Figure 10 : Typologie d’un réseau de communication optique...........................................16
Figure 11 : Architecture d'un réseau PON...........................................................................18
Figure 12 : IMAP 9700 et 9100 ALLIED TELESIS............................................................20
Figure 13 : IMG ALLIED TELESIS....................................................................................21
Figure 14 : Routeur X900 ALLIED TELESIS.....................................................................22
Figure 15 : Coupleur optique 1:64........................................................................................23
Figure 16 : Jarretière et coffret optique...............................................................................23
Figure 17 : Couverture du réseau d’accès fibre optique de ONATEL-SA........................24
Figure 18 : Trame Ethernet avant et après Tagguage.........................................................26
Figure 19 : Interconnexion entre le routeur X900 et l’IMG du client via les IMAP........29
Figure 20 : Configuration au niveau du routeur..................................................................29
Figure 21 : Configuration des IMAP....................................................................................30
Figure 22 : Configuration IMG du client.............................................................................30
Figure 23 : Plan d’optimisation.............................................................................................32
Figure 24 : Commutateur Catalyst 4507R+E vue de face...................................................33
Figure 25 : Interface Cisco Packet Tracer............................................................................34
Figure 26 : Architecture de configuration du domaine ESPR............................................35
Figure 27 : Configuration du nœud principal......................................................................36
Figure 28 : Configuration des nœuds de transit...................................................................36
Figure 29 : Architecture de configuration............................................................................37
Figure 30 : Agrégation de liens au niveau du switch Catalyst............................................37
Figure 31 : Agrégation de liens au niveau du routeur X900...............................................38
Figure 32 : Agrégation de liens au niveau de l’IMAP CTO1..............................................38
Figure 33 : Agrégation de liens au niveau de l’IMAP CTO2..............................................38
Figure 34 : Création des VLAN200 et 1000 sur le switch Catalyst et le routeur X900....39
Figure 35 : Création des VLAN200 et 1000 sur les IMAP CTO1 et CTO2.......................40
Figure 36 : Test de communication entre les différents PC par usage de la commande
« Ping ».....................................................................................................................................41
Figure 37 : Usage de la commande « sh etherchannel summary » sur le Catalyst...........42
DTS-Technique Année académique 2018-2020

INTRODUCTION

Dans le temps, les systèmes numériques les plus rapides transportaient l’information à des
débits de l’ordre de quelques Kb/s et cela était largement suffisant.
Mais avec l’apparition des services multimédia (voix, images, données) et des applications de
plus en plus gourmandes en bande passante, l’internet haut débit devient indispensable pour
l’utilisation quotidienne.
Les technologies xDSL précédemment utilisées ont vite montré leur limite. Ce qui a poussé
les opérateurs de télécommunications et les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) à déployer
les réseaux d’accès optiques. En effet, les fibres optiques s’avèrent très intéressantes pour leur
bande passante et leur débit, très supérieurs à ceux offerts par les autres technologies.
La plupart des systèmes d'accès optique déployés aujourd'hui sont basés sur les technologies
Gigabit PON (Passive Optical Network). Ce sont des réseaux optiques passifs à base d'une
architecture point à multipoints fonctionnant au débit de 1,25 ou 2,5 Gb/s.

Dans le but d’offrir à sa clientèle une meilleure fluidité de trafic, ONATEL-SA a déployé
depuis 2008 son réseau d’accès fibre optique. La mise en place de ce réseau permet d’offrir
aux clients des accès RNIS : T2, la voix sur IP (VoIP), des LS internet haut débit, les LS
numériques point à point ou point à multipoints de l’internet haut débit.

Notre rapport d’étude portera sur le réseau d’accès fibre optique de notre structure d’accueil.
Nous vous présenterons ce réseau avec ses différents constituants et son fonctionnement, puis
nous proposerons une solution d’optimisation de la connectivité de ce réseau avec FASONET,
le service chargé de la gestion du nœud internet de ONATEL-SA.
Dans le souci de mieux appréhender ce thème, nous organiserons notre travail comme suit :

Présentation des structures d’accueil


Généralité sur la fibre optique et les réseaux d’accès fibre optique
Le réseau d’accès fibre optique de ONATEL-SA
Optimisation de la connectivité du réseau d’accès fibre optique de ONATEL-SA

Critiques et suggestions
DTS-Technique Année académique 2018-2020

CHAPITRE I : PRÉSENTATION DES STRUCTURES D’ACCEUIL

I. ÉCOLE SUPÉRIEURE MULTINATIONALE DES


TÉLÉCOMMUNICATIONS

Figure 1: ESMT Dakar


Source : www.esmt.sn

1. Historique
L’Ecole Supérieure Multinationale des Télécommunications (ESMT) est comme son nom
l’indique, une institution multinationale qui a pour vocation depuis sa création en 1981, de
former des diplômés dans les domaines techniques et managériaux des Télécommunications
et des technologies de l’information et de la communication (TIC).
L’ESMT a été créée dans le cadre d’un projet du Programme des Nations Unies pour le
Développement (PNUD), avec le soutien de l’Union Internationale des Télécommunications
(UIT) et de la coopération française, canadienne et suisse. Ses membres fondateurs sont les
sept (07) pays d’Afrique de l’Ouest que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie,
le Niger, le Sénégal, le Togo. Cependant, le Togo ne fait plus partie des pays membres de
l’ESMT à l’heure actuelle. La Guinée Conakry s’est jointe aux membres fondateurs en 1998.
Son siège se trouve à Dakar (Sénégal).
L’école accueille chaque année en son sein des étudiants provenant de ses différentes
antennes mais aussi de l’ensemble des pays francophones pour une formation initiale ou
continue. Elle reçoit également des professionnels venant des opérateurs de
télécommunication.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

2. Gouvernance

L’ESMT est régie par un ensemble de textes réglementaires et statutaires :


 Un Accord Intergouvernemental entre les pays membres définit les engagements de
chaque pays, le statut juridique de l’école ainsi que ses modalités de fonctionnement.
 Le statut d’institution diplomatique lui a été donné par un accord de siège avec le
gouvernement du Sénégal depuis 1986.
 Le statut financier, le statut du personnel et le règlement intérieur, qui sont en accord
avec les lois du Sénégal.
La gestion de l’école est assurée par :
 Le Conseil des Ministres (CM)
 Le Conseil d’Administration (CA)
 La Direction Générale (DG)
 Le Conseil Scientifique et Pédagogique (CSP)
Sa tutelle est assurée par les ministères des Télécommunications/TIC des pays membres.

3. Cycles et diplômes

Les cycles de formation proposés à l’ESMT sont les suivants :


 Classes Préparatoires Conjointes (CPC)
 Licences Professionnelles en :
-Télécommunications et informatique (LPTI) ;
-Management et Economie du Numérique (LIPMeN) ;
-Licence Professionnelle en Réseaux et Services (LP3).
Diplôme d’ingénieur :
-Des Travaux Télécoms (IGTT) –option télécoms technique ;
-Des Travaux télécoms option technico-commercial ;
-De Conception (INGC) ;
-Des Travaux Informatiques et Télécoms (IG-IT) en cours du soir.
Masters Professionnels en :
-Réseaux et Télécommunications (MP-RT) ;
-Management de la Transformation Digitale (MP-MTD) ;
- Télécommunication et Informatique (MP-TI) en cours du soir ;
-Gestion et Economie des TIC (MP-GeTIC) en cours du soir ;
-Régulation et Politique des TIC (eMRP-TIC) en ligne.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

4. L’ESMT antenne du Burkina Faso


Afin de se rapprocher davantage de ses pays membres, l’ESMT a entreprit depuis l’an 2000
un processus de délocalisation de ses programmes de formation. C’est dans cette optique qu’a
été créé l’antenne du Burkina Faso le 10 janvier 2011 au titre de la rentrée académique 2010-
211, grâce à un accord entre l’ESMT de Dakar et l’Etat Burkinabè. L’école est située au sein
de l’Ecole Nationale des Postes (ENAPOST).
L’antenne forme des Techniciens Supérieurs en Télécommunications, cette formation dure
deux (02) années, nous sommes actuellement la (9ème) promotion de cette antenne.
L’antenne a récemment ouvert une nouvelle filière de formation au titre de l’année
académique 2019-2020 : la Licence Professionnelle en Réseaux et services (LP3).
L’objectif de cette licence professionnelle est de former des spécialistes en réseau et services
dans les domaines de l’informatique et des télécommunications.

Figure 2 : ESMT antenne du Burkina Faso


DTS-Technique Année académique 2018-2020

II. PRÉSENTATION DE ONATEL-SA

Figure 3:Siège de ONATEL-SA


Source : https://www.onatel.bf/onatel-sa.aspx

1. Historique
L’histoire des télécommunications au Burkina Faso commence en 1960 avec la création d’un
service des postes, du téléphone et du télégraphe géré par un département ministériel.
L’évolution ultérieure peut se résumer comme suit :
-Le 10 juin 1968 : le service des postes, du téléphone et du télégraphe devient l’Office des
postes et des télécommunications (OPT) sous le statut d’établissement public à caractère
industriel et commercial. Au fil des années, elle a subi un certain nombre de réformes.
-En Février 1987, suite à des difficultés rencontrées au niveau de la gestion et de la trésorerie,
la commission ministérielle propose la séparation des deux entités à savoir ONATEL et
l’OPT.
-Le 2 novembre 1994, ONATEL passe au statut de société d’Etat avec un capital de
12 000 000 000 de F CFA. Elle détient alors le monopole dans le domaine des
télécommunications fixes filaires au Burkina Faso.
-Le 3 décembre 1996 : lancement du réseau de téléphonie mobile cellulaire par ONATEL.
Elle crée alors un segment mobile « TELMOB », chargé de la gestion de cette téléphonie
mobile.
-Le 29 décembre 2006 : le groupe MAROC TELECOM de la filiale VIVENDI devient le
nouvel actionnaire majoritaire de l’ONATEL avec 51% de part. L’entreprise d’Etat devient
alors ONATEL-SA. L’appartenance au groupe VIVENDI confère à ONATEL une dimension
internationale et lui permet de bénéficier d’un vaste réseau et d’un transfert de savoir-faire.
-Le 17 Avril 2018 : l’Etat burkinabè cède encore 10% de ses parts à Maroc Telecom. Cette
opération permet à Maroc Telecom de porter à 61% sa participation au capital de sa filiale
burkinabè. ONATEL-SA est une entreprise cotée en bourse et est certifiée ISO 9001-2015.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

2. Les objectifs de l’entreprise

Assurer
Assurerlalamise
mise
Définir
Définiretetdéployer
déployer Définir
Définirles
les Définir
Définirles
lesrègles
règles
ààdisposition
disposition
lalapolitique
politiquequalité
qualité objectifs
objectifsqualité
qualité de
decommunication
communication
des
desressources
ressources

Ameliorer la
satisfaction de
nos clients

Développer les
Améliorer en
performances
permanence
de nos
notre SMQ
collaborateurs

Engagement de la
Direction

Favoriser les
actions en
Améliorer nos
faveur du
performances
développemen
t durable

Poursuivre
notre
contribution
au
développemen
t du pays

Figure 4: Présentation des objectifs de ONATEL-SA


Source : ONATEL-SA
DTS-Technique Année académique 2018-2020

3. Organisation et fonctionnement
ONATEL-SA est dirigée par un Directeur Général nommé par un Conseil d’Administration.
A la Direction Générale sont rattachés six (06) départements, trois (03) directions centrales et
cinq (05) directions régionales.
Les six (06) départements sont :
 Le Département Règlementation et Affaires Juridiques ;
 Le Département Affaires Générales ;
 Le Département Communication Institutionnelle et Relations Publiques ;
 Le Département Organisation et Qualité ;
 Le Département des Ressources Humaines ;
 Le Département du Contrôle Général.
Les trois (03) directions centrales sont organisées en départements auxquelles sont
rattachés des services. Ces directions sont les suivantes :
 La Direction Service ;
 La Direction Réseau ;
 La Direction Administrative et financière.
Enfin, les cinq Directions régionales sont localisées dans les plus importantes villes que sont :
Bobo Dioulasso, Ouahigouya, Koudougou, Fada et Kaya. Elles ont pour missions de :
 Coordonner les agences commerciales afin de dynamiser l’activité commerciale du
territoire de leur compétence ;
 Participer avec la Direction réseaux à la définition de la stratégie régionale de
développement du réseau ;
 Garantir la qualité de service rendue au client.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

4. Organigramme
L’organigramme de ONATEL-SA est donné par la figure ci-dessous :

Direction Générale

Département Règlementation et Affaires Juridiques Affaires Générales

Département de la Communication Institutionnelle et Relation Publiques


Département Organisation et Qu

Département des Ressources Humaines Département du Contrôle Gén

Direction Services Direction Direction Administrative et Financière


Directions Régi
Réseaux

Figure 5:Organigramme de ONATEL SA

Source : ONATEL-SA
DTS-Technique Année académique 2018-2020

5. Services offerts
ONATEL-SA domine le secteur des télécommunications au Burkina Faso par une large
couverture du territoire, des services et produits accessibles et de très bonne qualité, des offres
adaptées aux besoins de ses clients qu’ils soient jeunes, adultes, professionnels ou
communautaires. Les services offerts par ONATEL-SA sont des plus diversifiés et au cœur
des technologies de l’information et de la communication. Ce sont :
La téléphonie fixe : elle a été la première activité de ONATEL-SA. On serait tenté de croire
de nos jours que ce service tend à disparaître mais il a su évoluer au rythme de la technologie
du moment pour satisfaire tout le monde à travers sa disponibilité, ses nouveaux services, son
coût abordable, sa compatibilité et sa nécessité pour l’accès à d’autres services. Cependant,
les nombreux actes de vandalisme sur les câbles de transport constituent un réel handicap à
son essor. C’est ainsi que le Code Division Multiple Access (CDMA) vit le jour en réponse à
ce problème. En effet le poste CDMA est un combiné ressemblant au poste fixe cependant
son réseau d’accès est sans fil.
La téléphonie mobile : le service mobile de ONATEL-SA est géré par une section appelée
TELMOB. Elle possède le plus important réseau en termes de couverture, d’abonnés et offre
les services adaptés aux besoins de la clientèle à moindre coût. Elle propose actuellement la 4
G qui permet d’avoir des débits plus élevés et de rendre les communications plus fluides pour
les abonnés.
L’accès à internet est géré par FASONET. C’est le service chargé de la gestion du nœud
internet de ONATEL-SA. Ce segment offre plusieurs services dont le développement et ou
l’hébergement de sites web, la messagerie électronique, maintenance, matériel réseau.
Solutions sur mesure aux entreprises, administrations, institutions internationales etc. cette
partie est gérée par le Service Technique Solution d’Entreprise (STSE). C’est au sein de cette
structure que s’est déroulé notre stage.

6. Présentation du STSE

Le service technique solutions d’entreprise est une entité de l’Office National des
Télécommunications. C’est un service récemment créé en 2018 dont les objectifs sont :
- Accompagner les entreprises, l’Etat, les institutions à s’assurer de meilleures
productivités, grâce à des solutions innovantes et des services de qualité.
- Apprendre à connaître les défis et les besoins uniques de nos clients afin de bien
comprendre leurs stratégies et comment y ajouter de la valeur
- Tirer parti des technologies qui conviennent le mieux à nos clients afin de les aider à
atteindre leurs objectifs d’affaires
- Prise en charge de bout en bout des besoins clients
- Assurer la veille technologique
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Cette entité est en étroite collaboration avec la Direction Réseaux, le service business et
marketing, le Centre de Transmission de Ouagadougou (CTO), FASONET, le Service
Installation et Service Après-Vente (SISAV), le Centre National des Moyens Opérationnels
(CNMO), etc.
Pour assurer le bon fonctionnement de la structure et pour l’atteinte de ses objectifs, cette
entité est divisée en deux pools tel que présenté :

DIRECTION
RESEAUX

STSE

POOL POOL
DEPLOIEMENT DEPLOIEMENT
SAV TERMINAUX PABX ET
ET MINI FH TERMINAUX
Figure 6:Organisation du STSE
Source : STSE

Nous avons passé ces deux mois au pool déploiement SAV Terminaux et Mini FH. Nous
avons effectué les tâches suivantes :
- La création de nouveaux clients
- La maintenance curative des clients.
- La configuration d’un modem RADWIN.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

CHAPITRE II : GÉNÉRALITÉ SUR LA FIBRE OPTIQUE ET LES


RÉSEAUX OPTIQUES

I. PRÉSENTATION DE LA FIBRE OPTIQUE

1. DÉFINITION
Une fibre optique est un fil en verre ou en plastique très fin qui a la propriété de conduire la
lumière et sert dans les transmissions terrestres et océaniques de données.
Elle offre un débit d’information nettement supérieur à celui des câbles coaxiaux ou des
câbles cuivre et supporte un réseau « large bande » par lequel peuvent transiter aussi bien la
télévision, le téléphone, la visioconférence ou les données informatiques.

2. Principe de fonctionnement
Lorsqu'un faisceau lumineux heurte obliquement la surface qui sépare deux milieux plus ou
moins transparents, il se divise en deux : une partie est réfléchie tandis que l'autre est
réfractée, c'est à dire transmise dans le second milieu en changeant de direction. Quand un
rayon lumineux passe d'un milieu à un autre il y a réfraction tel que : n1sinƟ1= n2sinƟ2.

Figure 7:Réflexion et réfraction de la lumière

Source : Réalisation personnel avec Microsoft Word


C'est ce principe qui est utilisé pour guider la lumière dans la fibre. La fibre optique
comprend ainsi deux milieux : le cœur, dans lequel l'énergie lumineuse se trouve
confinée, grâce à un second milieu, la gaine, dont l'indice de réfraction est plus
faible.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 8:Constitution d’une fibre optique

Source : Cours EGT ESMT 2018/2019

3. Caractéristiques d’une fibre optique

3.1 L’ouverture numérique

On montre que pour qu'un rayon lumineux arrive à la sortie de la fibre, il doit subir plusieurs
réflexions tout au long de la fibre. Or à chaque réflexion une partie de la lumière est réfractée
et donc absorbée par la gaine.
Le rayon finit alors par être complètement atténué. Cependant il est possible de choisir l'angle
d'incidence pour qu'il n’y a pas de réfraction.
L’ouverture numérique (ON) caractérise l’angle maximum θ0 que peut faire le faisceau pour
assurer sa propagation dans la fibre optique. ON=√ n 12−n 22 avec n1 l’indice du cœur de la
fibre et n2 celui de la gaine.

3.2 L’affaiblissement linéique

Un signal optique perd sa puissance lorsqu’il se propage dans une fibre optique, c’est le
phénomène d’affaiblissement.
L’affaiblissement est donné en dB ou dB/Km. Dans une fibre optique l’affaiblissement
dépend de la longueur d’onde utilisée et la distance parcourue.
L’affaiblissement dans la fibre a plusieurs origines :

 Pertes par absorption moléculaire : elles sont causées par l’absorption des rayons
optiques par la silice et les impuretés contenus dans celle-ci.
 Pertes par micro courbures : elles sont dues principalement aux techniques de
fabrication, elles se traduisent par l’irrégularité de l’interface cœur gaine.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

 Pertes par courbures : lorsqu’on courbe une fibre, l’angle d’incidence diminue, ce qui
a pour conséquence soit une conversion de mode, soit un rayonnement dans la gaine.
 Pertes par épissure : elles sont dues au couplage.

II. Les différents types de fibre optique

En fonction du diamètre du cœur nous distinguons essentiellement deux types de fibres :

1. La fibre monomode
Ce type de fibre est le plus performent, grâce à un cœur extrêmement fin (10 ou 8.5
micromètres), le rayon se propage de manière quasi-rectiligne, il n’y a quasiment pas
d’atténuation d’information. L’inconvénient de ce type de fibres c’est qu’elles sont
relativement coûteuses car elles nécessitent une puissance d’émission très élevée dû au petit
diamètre du cœur.

5. La fibre multimode
Les fibres multimodes ont un cœur de diamètre plus important 50 ou 62,5 micromètres

2.1 La fibre multimode à saut d’indice

Le cœur et la gaine présentent des indices de réfraction différents et constants. Le passage


d'un milieu vers l'autre est caractérisé par un saut d'indice. Le faisceau lumineux injecté à
l'entrée de la fibre va atteindre la sortie en empruntant des chemins optiques différents ce
qui se traduit par des temps de propagation différents et donc un étalement du signal
transmis. Ce phénomène est appelé dispersion modale.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

2.2 La fibre multimode à gradient d’indice

Le cœur se caractérise par un indice variable qui augmente progressivement de l'interface


gaine-cœur jusqu'au centre de la fibre. Là aussi les rayons lumineux vont emprunter des
chemins différents, mais un choix judicieux du profil d'indice du cœur permet de tendre vers
des temps de parcours voisins et donc réduire l'étalement du signal.

III. Les avantages et limites de la fibre optique

1. Avantages
Les principales caractéristiques qui font de la fibre optique le support privilégié pour les
liaisons grandes distances et hauts débits sont entre autres :
- La bande passante très large allant de 200 à 600 Mhz/km pour les fibres multimodes et
plus de 10Ghz/km pour les fibres monomodes.
- La faible atténuation allant de 0,2 à 0,5 dB/km, ce qui permet d’établir des liaisons
grandes distance.
- L’insensibilité aux perturbations électromagnétiques
- La très bonne qualité de transmission
- Son faible poids et sa dimension réduite.
- Un autre avantage de la fibre optique est l’aspect sécurité : il est très difficile de
brancher une écoute sur un câble optique et une telle opération se traduit par une chute
significative du signal dont la cause est facilement localisable.

6. Limites
Les principaux inconvénients de la fibre optique sont entre autres :
- Son coût d’exploitation élevé (le déploiement de la fibre optique est très coûteux)
- Sa fragilité : Il faut prêter beaucoup d’attention lors de son utilisation car elle se casse
facilement.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

IV. Les réseaux optiques

Les réseaux optiques trouvent leur origine dans l’envie d’exploiter pour le haut débit, les
propriétés photoniques de la fibre optique (imperceptible aux interférences
électromagnétiques). Dans un premier temps, la technologie optique a été essentiellement
utilisée dans le cœur du réseau pour transmettre des données sur une grande distance et
fournir une capacité importante comparée à celle des câbles coaxiaux et les paires cuivrées.
Les réseaux optiques ont ensuite évolué et des architectures ont été adoptées en vue d’un
déploiement du réseau depuis le cœur jusqu’à l’abonné pour répondre aux besoins des
utilisateurs.

1. Les réseaux cœurs


Les réseaux cœurs représentent le nœud central du réseau télécom et fournissent des
nombreux services aux abonnés connectés via les réseaux d’accès. Les réseaux cœurs
transportent d’importantes données d’un nœud à un autre en interconnectant différents pays
ou régions et s’étendent sur des centaines voire des milliers de kilomètres entre nœuds. Les
réseaux cœurs sont souvent basés sur une structure maillée et fonctionnent en technique
WDM (Wavelength Division Multiplexing).

7. Les réseaux métropolitains


Encore appelés « Réseaux de distribution », les réseaux métropolitains représentent la partie
du réseau déployé dans les grandes villes ou régions. Il est l’interface entre le réseau cœur et
le réseau d’accès et connecte l’ensemble des Central Office (CO) à l’intérieur d’une région ou
d’une ville. Ce type de réseau peut s’étendre de quelques kilomètres à plusieurs dizaines de
kilomètres entre Central Office.

8. Les réseaux d’accès


Les réseaux d’accès (first or last mile network) représentent la partie du réseau qui relie le
fournisseur de service (CO : Central Office) à l’abonné. C’est l’interface entre l’abonné et le
réseau métropolitain qui se charge de collecter le flux total d’informations provenant des
abonnés puis de son transfert vers le réseau métropolitain via les CO. Dans ce cas, on parle
de transmission en « sens montant ». Dans le « sens descendant », les réseaux d’accès
fournissent la voix, des données, la vidéo et d’autres services aux différents abonnés.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 9 : Typologie d’un réseau de communication optique

On distingue les techniques FTTx (Fiber To The x) qui consistent à amener la fibre optique au
plus près de l'utilisateur afin d'augmenter la qualité de service en particulier le débit. Nous
citons ici les configurations les plus répandues, selon la localisation de la terminaison de
réseau optique :

3.1 Fiber To The Home (FTTH) / FTTO (Fiber To The Office)


La terminaison du réseau optique, propre à un abonné est implantée dans ses locaux. La fibre
optique va donc jusqu’au domicile ou au bureau (débit jusqu’à 1Gbits/s). Cette configuration
est appelée FTTH ou FTTO.

3.2 Fiber To The Building (FTTB)


La terminaison optique est localisée soit au pied de l’immeuble, soit dans un local technique,
soit dans une armoire ou un conduit sur le palier. Elle est généralement partagée entre
plusieurs abonnés qui lui sont raccordés par des liaisons en fil de cuivre. Le débit dans ce cas
peut atteindre 100 Mbits/s
DTS-Technique Année académique 2018-2020

8.3 Fiber To The Curb (FTTC) / Fiber To The Cabinet


(FTTCab)

La terminaison du réseau optique est localisée soit dans une chambre souterraine, soit dans
une armoire sur la voie publique (sous répartiteur), soit dans un centre de télécommunication,
soit sur un poteau. Dans le cas où la fibre arrive jusqu’au trottoir, on appelle cette
configuration Fiber to the Curb (FTTC). D’autre part, si elle arrive jusqu’au sous répartiteur,
on appelle cette configuration Fiber to the Cabinet (FTTCab). Selon le cas, il est envisagé de
réutiliser le réseau d’accès cuivre existant ou de mettre en œuvre une distribution terminale
par voie radio électrique. Le débit atteint 40Mbits/s

9. Les réseaux optiques passifs


Un réseau optique passif (PON) est un réseau de fibre optique utilisant une topologie point à
multipoint et des coupleurs optiques pour générer des données à partir d’un point de
transmission unique (OLT) vers de multiples terminaisons d’utilisateurs (ONU). Le terme
passif dans ce contexte, fait référence au fait que la fibre et les coupleurs ne sont pas
alimentés.
Contrairement à ce qui se passe dans un réseau optique actif à topologie point à point,
l’alimentation en électricité n’est nécessaire qu’au niveau des points d’envoi et de réceptions,
ce qui permet de réduire considérablement les coûts d’installation et de maintenance vu que
les équipements sensibles (ayant besoin de maintenance) sont situés aux deux bouts de la
chaine de transmission. Il existe deux principales normes de réseau PON : le réseau optique
passif Gigabit (GPON) et le réseau optique passif Ethernet (EPON) voir annexe 1.
Un réseau PON est composé par un coupleur optique, un équipement de ligne appelé OLT,
une unité de réseau appelé ONU, et une fibre optique monomode.

4.1 Le coupleur optique ou splitter


Les coupleurs sont des éléments passifs qui permettent de partager le signal optique vers « n»
ONU dans le sens descendant et d’agréger « n » signaux optiques en un seul signal dans le
sens montant. « n » peut varier de 2 à 64 dans un réseau PON. Une configuration classique est
de placer les coupleurs optiques en cascade afin de connecter un grand nombre d’utilisateurs.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

4.2 L’Optical Line Terminal (OLT)


L’OLT est installé dans le NRO (Nœud de Raccordement Optique). C’est un équipement actif
qui transforme le signal électrique venant du réseau de l’opérateur, en signal optique en
direction des ONT usagers.
Il assure les fonctions suivantes :
• La conversion du signal électrique au signal optique utilisé par l’équipement de
fournisseur de service et la conversion du signal optique au signal électrique
fournit par le réseau PON ;
• La gestion du protocole point à multipoint ;
• La coordination du multiplexage entre les différentes unités ONT ;
• Le contrôle de la bande passante et des VLAN (Virtual Local Area Network).

4.3 L’Optical Network Terminal (ONT)


L’ONT peut-être considéré comme un modem optique auquel le client vient connecter sa
passerelle d'accès au haut débit, c’est un élément terminal du réseau optique.
Il est l’interlocuteur directe de l’OLT. L’ONT est également qualifiés d’unité de réseau
optique (Optical Network Unit, ONU), il s’agit d’une simple différence de terminologie entre
les deux principaux organismes de normalisation : ONT pour l’UIT-T et ONU pour l’IEEE.
Ces deux termes sont, dans les faits, interchangeables, mais on utilise l’un ou l’autre en
fonction de la norme utilisée.

Figure 10 : Architecture d'un réseau PON


Source : https://denisetian.wordpress.com/category/gpon-ftth
DTS-Technique Année académique 2018-2020

CHAPITRE III : LE RÉSEAU D’ACCÈS FIBRE OPTIQUE


GRAND COMPTE DE ONATEL-SA

INTRODUCTION

Le réseau d’accès fibre optique de ONATEL-SA, aussi appelé Boucle Bancaire est basée sur
la commutation de paquet. C’est un réseau multiservice qui permet d’offrir des liaisons
spécialisées numériques point à point ou point à multipoint, de l’internet haut débit et des
accès RNIS (T2). Elle est essentiellement réalisée en fibre monomode et est destinée aux
« grands comptes » c’est-à-dire aux entreprises, aux ONG, aux banques, et aux fournisseurs
d’Accès à Internet (FAI). Elle couvre de nombreuses villes parmi lesquelles nous avons
Ouagadougou, Dori, Tenkodogo, Fada-N ’Gourma et un certain nombre de localités à travers
le pays.
Ces différents réseaux d’accès sont interconnectés entre eux à travers le réseau backbone de la
transmission de ONATEL-SA.
Ce backbone renferme les systèmes de transmission tels que le WDM, la SDH et le faisceau
d’infrastructures. Les équipements utilisés pour son réseau sont de ALLIED TELESIS,
fournisseur mondial de solutions d’accès Ethernet et IP sécurisées fondé en 1987.
Le réseau d’accès fibre optique de ONATEL-SA est constitué principalement de deux
groupes d’équipements : les équipements passifs (splitter, fibre monomode, jarretière et
coffret optique) et les équipements actifs (IMAP, IMG, routeur X900).
Dans ce chapitre nous présenterons ce réseau avec ses différentes composantes, puis nous
expliquerons son fonctionnement.

I. Composition du réseau d’accès fibre optique

Le réseau d’accès fibre optique de ONATEL-SA est composé de :

1. Integrated Multiservice Access Platform (IMAP)


Un IMAP commutateur de niveau 2 est un châssis multifonctionnel pouvant accueillir
simultanément plusieurs modules d’accès service (E1, PON, xDSL, POTS, GE…) et des
modules de contrôle, d’alimentation et d’alarmes. L’IMAP permet d’offrir aux clients des
services Triple Play (voix, vidéo, data) grâce à ses différentes cartes :
- Les cartes de type Fast Ethernet (FE) pouvant aller jusqu’à 100Mbits ;
DTS-Technique Année académique 2018-2020

- Les cartes Gigabits Optique permettant l’interconnexion entre IMAP ou entre IMAP et
routeur du client ;
- Les cartes EPON (Ethernet Passive Optical Network) qui permettent de raccorder
l’IMAP au splitter ;
- Les cartes CES8 qui font sortir 8 E1 TDM over Ethernet pour des application T2 ou
des liaisons spécialisées bas débit « nx64Kb/s » ;
- Les cartes NTE8 permettant l’interconnexion entre deux IMAP à travers une liaison
hertzienne (chaque carte offre 8 E1) ;
- Les cartes xDSL qui permettent de fournir des service haut débit sur le réseau d’accès
cuivre ;
- Les cartes Fx permettant la réalisation de dix (10) clients fibre optique avec des IMG
LH616 ;
- La carte CFC : c’est la carte mère de l’IMAP. Elle a une place dédiée dans le châssis.
C’est elle qui mémorise la configuration de l’IMAP. On a la carte CFC 12 pour les IMAP
9100 et la carte CFC 24 pour les 9700.
ONATEL-SA utilise dans son réseau trois types d’IMAP que sont :
- L’IMAP 9700 : il en existe quatre dans la le réseau : deux (02) au CTO, un (01) à
l’URAD de Ouaga 2000 et un autre à Bobo-Dioulasso. Cet IMAP est alimenté par un
courant continu de 48V, et peut raccorder trente-deux (32) splitter de trente-deux (32)
clients.
- L’IMAP 9200 : il en existe plusieurs dans le réseau et sont localisés pour la plupart au
niveau des sièges des grandes entreprises et institutions. Il est alimenté en courant continu
de 220V.
- L’IMAP 9100 : ces types d’IMAP sont localisés dans les différents sites de ONATEL-
SA à Ouagadougou aussi bien que dans les autres villes du pays. Celui-ci est alimenté en
courant continu de 48V, il peut raccorder au plus six (06) splitter de trente-deux (32)
clients.

IMAP 9100
IMAP 9700
Source : www.alliedtelesis.com/en/products/imap

Figure 11 : IMAP 9700 et 9100 ALLIED TELESIS


DTS-Technique Année académique 2018-2020

10.Integrated Multiservice Gateway (IMG) / ONT

Un IMG est un terminal client, il permet l’accès aux différents services proposés par
l’opérateur.
Il existe quatre (04) types d’IMG dans le réseau :
• L’IMG616 LH : ce terminal client possède une interface optique, six ports Ethernet et
deux interfaces PSTN. Ce type d’IMG est connecté au réseau par une paire de fibre optique
(une fibre pour l’émission et l’autre pour la réception).
• L’IMG726 Mode : c’est un équipement terminal client ayant une interface optique et
six (06) ports Ethernet. Il peut aussi avoir une carte CES2 c’est-à-dire deux sorties E1 et est
connecté à l’IMAP à travers la carte EPON relié à un splitter par un seul brin de fibre optique.
• L’IMG série 2400 : À la différence du 726 mode, ne possède pas de carte E1.
• L’IMG G634W : est un modem xDSL qui offre quatre ports RJ 45, un port pour
l’arrivé de la ligne xDSL et deux (02) interfaces PSTN.

IMG Série 2400 IMG616 LH


IMG726 Mode

IMG ADSL Source : www.alliedtelesis.com/fr/products/multiservice-


access/img

Figure 12 : IMG ALLIED TELESIS


DTS-Technique Année académique 2018-2020

11.Le routeur X900

Un routeur est un équipement assurant la sélection des chemins dans un réseau, selon un
ensemble de règles, pour acheminer les données (paquets) d’un expéditeur à un ou plusieurs
destinataires.
Dans le réseau d’accès fibre optique de ONATEL-SA c’est le routeur X900-24XT qui est
utilisé, il offre 24 ports RJ 45 10/100/1000BASE-T ainsi que deux emplacements d’extension
de 60GE chacun, qui permettent d’accueillir soit 12 ports RJ 45 10/100/100BASE-T, soit 12
modules SFP, ou un module XFP. Il prend en charge un module d’alimentation redondant.
Les modules XFP et SFP sont des émetteurs récepteurs optiques permettant la transmission
des données à des ordres respectifs de 10 et 1 Gigabytes par seconde.
Ce routeur est l’interface entre le réseau d’accès fibre optique et les fournisseurs de services :
les centraux téléphoniques, FASONET avec lequel il est interconnecté par l’agrégation de
trois (03) liens GE, les FAI tels que SANCFIS, BBTEL et ORANGE.
L’agrégation des liens ou Etherchannel est une technique utilisée dans les réseaux de
télécommunications, permettant le regroupement de plusieurs ports réseau et de les utiliser
comme s’il s’agissait d’un seul. Le but est d’accroitre le débit au-delà des limites d’un seul
lien, et de sécuriser les liens de telle sorte que la défaillance d’un port n’interrompt pas le
service, mais réduit seulement la bande passante. Pour configurer un Etherchannel nous avons
le choix entre deux protocoles : LACP (Link Agregation Control Protocol) qui est standardisé
IEEE 802.3 ad et PAgP (Port Agregation Protocol), qui est propriétaire Cisco, il est aussi
possible de configurer statiquement un Etherchannel.

Source : www.alliedtelesis.com

Figure 13 : Routeur X900 ALLIED TELESIS


DTS-Technique Année académique 2018-2020

12.Les éléments passifs du réseau


Il existe également dans le réseau des équipements passifs tels que :
 Le splitter :
Dans le réseau, nous avons des splitter de 16 et 32 clients généralement. Un splitter introduit
un affaiblissement autour de 10dbm.

Source : http://fibrefibre.com/optical-splitter-1x64-abs/

Figure 14 : Coupleur optique 1:64


 Les jarretières optiques et les tiroirs optiques.
Une jarretière optique est un brin de fibre optique protégée par une gaine et équipée à chaque
extrémité d’un connecteur optique. Elle permet de faire la liaison, sur de courte distance entre
deux équipements. Les jarretières optiques sont généralement classifiées par le type de
connecteurs à leurs bouts mais aussi par le type de fibre optique utilisée pour leur conception.
À ONATEL ce sont des jarretières monomodes de type : SC/SC LC/SC et FC/SC qui sont les
plus utilisées.

Tiroir optique
Jarretière optique

Source : http://french.fiber-patch-cord.com/photo/pt242213-
plc_1_32_fiber_optic_splitter_abs_material_sc_connector_3_0mm_diameter_g657a1_fiber_yellow_a
ble.jpg :

Figure 15 : Jarretière et coffret optique


DTS-Technique Année académique 2018-2020

Un tiroir optique est un rack destiné au raccordement des câbles optiques en vue d’assurer la
distribution sur d’autres câbles ou sur des équipements actifs (routeurs, switch …).

 Les câbles optiques :


La fibre optique la plus déployée à ONATEL-SA est la fibre monomode G652.B et G652.D
(standard UIT-T). Grâce à leurs faible affaiblissement linéique et à leurs larges bandes
passantes, elles permettent de réaliser des liaisons longue distance à très haut débit.

Il existe une plateforme qui permet de superviser l’ensemble du réseau, de faire son
exploitation et sa maintenance de façon dynamique. Ce système est essentiellement composé
d’un serveur NMS (Network Management System), d’un serveur DHCP (Dynamic Host
Configuration Protocol) et des PC d’exploitation et de maintenance.
Le serveur DHCP permet d’allouer une adresse IP à un terminal d’abonné nouvellement
connecté (IMG) en association avec son adresse MAC et en association avec le port de
l’IMAP auquel il est relié au réseau, puis procède à une mise à jour de sa version logiciel.
C’est à travers cette adresse IP que le NMS se connectera au terminal pour permettre sa
configuration, sa supervision ou son transfert d’un IMAP à un autre. Grâce à la supervision,
on peut prévenir les pannes et intervenir en cas de maintenance curative.

Figure 16 : Couverture du réseau d’accès fibre optique de ONATEL-SA

Source : STSE
DTS-Technique Année académique 2018-2020

II. Implémentation des services

1. Les services offerts


Le réseau permet d’offrir aux clients des LS point à point, des LS points à multipoint, internet
grand compte, internet grand public, la voix sur IP, des accès RNIS autres applications (vidéo
etc.). Tous ces services sont véhiculés par le système de VLAN.
Pour fournir ces différents services les IMAP, sont reliés entre eux et constituent donc des
nœuds du RAFO. À chaque IMAP on associe un certain nombre de clients grâce aux modules
d’accès service (CS8, PON, xDSL, FTTx, Fx, FE, EPON).
Dans une tel configuration tous les clients du réseau appartiennent par défaut au VLAN1, ce
qui implique qu’ils peuvent tous échanger des données entre eux, ce qui représente une
menace pour la sécurité. En effet des personnes plus aguerries en informatique peuvent ainsi
avoir facilement accès à des données de tierces personnes.
Aussi l’interconnexion des IMAP crée un grand domaine de broadcast dans le réseau, ce qui
a pour conséquence la saturation de la bande passante du réseau. Par exemple s’il y’a 500
IMG dans le réseau, à chaque fois qu’un IMG émet une trame de broadcast les 499 autres
recevrons cette trame.
Enfin le but du réseau étant de fournir des services aux clients et non de les interconnecter
simplement entre eux, il convient de regrouper les différents clients par services au niveau des
IMAP.
D’où l’usage des VLAN dans le RAFO de ONATEL-SA. Les VLAN permettent de regrouper
les différents clients en fonction du service désiré, dans un même domaine de diffusion, quelle
que soit leur position physique dans le réseau, mais également de permettre à chaque abonné
d’avoir accès à un service particulier (LS, internet grand compte).

2. Les VLAN
Un VLAN est un groupe logique d'unités ou d'utilisateurs qui peuvent être regroupés par
fonction, service ou application peu importe l'emplacement de leur segment physique. Il
existe trois différents types de VLAN : les VLAN de niveau 1 basé sur les ports, les VLAN de
niveau 2 basé sur les adresses MAC et les VLAN de niveau trois basé sur les adresses IP.
À ONATEL-SA, ce sont les VLAN de niveau 1 qui sont utilisés.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

2.1 Notion de Trunk


Entre deux ou plusieurs commutateurs nous pouvons avoir les même VLAN, pour permettre
de relier les utilisateurs de chaque VLAN de part et d’autre des switch tout en optimisant
l’utilisation des ports on crée des liens Trunk. Un lien Trunk permet de faire transiter
plusieurs VLAN sur un seul lien physique. Ce lien est généralement appelé « lien marqué » ou
« tagged link ». Sur ce type de liaison le commutateur ajoute des champs supplémentaires
dans la trame Ethernet, qui est désormais qualifiée de trame tagguée, afin de distinguer le
trafic des différents VLAN. Il existe deux principaux protocoles utilisés pour tagger des
trames Ethernet : la norme 802.1Q développé par l’IEEE et ISL de CISCO.

Figure 17 : Trame Ethernet avant et après Tagguage


Source : Réalisation personnel avec Microsoft Word

2.2 VLAN basés sur les ports

Dans un VLAN de niveau 1, l’appartenance d’un port du commutateur à un VLAN est


configurée de façon manuel ou automatique.
Il existe deux méthodes d’accès aux VLAN suivant le port :
 Le Port access ou untagged : Un port « access » est un port qui transporte des
informations d’un seul VLAN, c’est-à-dire que ce port n’émet et ne reçoit que
des trames non-taguées. Ce type de configuration est souvent utilisé pour les
stations terminales qui ne gère pas le 802.1Q.

 Le port trunk ou tagged : Dans ce cas le port émet obligatoirement des trames
tagguées, et peut recevoir des trames taguées ou non. C’est-à-dire que le port
transporte des informations de plusieurs VLAN. Ce type de configuration est
utilisé pour réaliser l’agrégation de VLAN sur un lien entre commutateurs ou
DTS-Technique Année académique 2018-2020

pour fournir plusieurs services à un client sur son IMG, dans ce cas chaque
VLAN est associer à un service, puis associé à l’un des ports LAN de l’IMG.
Il existe trois catégories de VLAN dans le réseau de ONATEL-SA :
 Les VLAN système : ce sont des VLAN utilisés pour la configuration et la supervision
des équipements du réseau. Nous avons ainsi :

 Le VLAN 4010 : qui permet aux IMG de recevoir une adresse IP via le
serveur DHCP lors de leur première connexion. Dès la réception de
l’adresse IP, les IMG contactent la Station NMS, puis mettent à jour
leur version logicielle et viennent se positionner dans le VLAN 4011.

 Le VLAN 4011 : qui permet la supervision et l’administration des IMG


depuis le NMS.

 Le VLAN 4000 : qui permet la supervision des IMAP et du routeur


X900

 Les VLAN pour service commun : ils sont utilisés pour fournir un même service à un
groupe d’utilisateurs. Les utilisateurs appartenant à un même VLAN, n’ont pas
forcement la possibilité de communiquer entre eux. En effet, pour un service internet
par exemple on définit le VLAN commun fonctionnant en mode UFO (Upstream
Forwarding Only). Ainsi tous les clients appartenant à ce VLAN bénéficient du même
service internet, car étant dans le même domaine de broadcast, mais n’ont pas la
possibilité de communiquer entre eux.

 Les VLAN pour service particulier : ces types de VLAN permettent de réaliser des LS
point à point ou point à multipoint pour les clients. Il peut s’agir par exemple d’une
banque qui désire relier son siège à ses différentes agences dans la ville ou à travers le
pays, dans un tel cas de figure, on crée un VLAN commun fonctionnant en mode
standard pour l’ensemble des agences.

Afin de mieux cerner l’usage des VLAN dans le réseau, dans le point suivant nous
procèderons à la création de VLAN qui permettront de fournir une connexion internet et faire
de la voix sur IP à un client.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

3. Cas pratique : configuration de VLAN pour un service internet et


VoIP

Pour fournir un service à un client nous avons le choix entre deux (02) modes de
configuration : la configuration par mode image ou celle par mode console.
La configuration par mode image est faite grâce à la plateforme NMS. Sur cette plateforme on
sélectionne les différents IMAP à travers lesquels le VLAN transitera jusqu’au client afin de
lui fournir le service désiré, puis on procède à la création du VLAN, après quoi la plateforme
se chargera de l’assignation de ce VLAN au niveau des interfaces des différents IMAP
sélectionnés, tout en définissant le mode d’accès (taggué ou non-taggué).
Quant au mode console son usage est plus complexe et fastidieux. En effet avec ce mode la
création du VLAN se fait en ligne de commande à l’aide d’un câble console, en se rendant sur
chaque IMAP au niveau desquels le VLAN transitera jusqu’au client soit par connexion
Telnet soit par SSH.
Sur chaque IMAP on créé le VLAN puis on l’associe à une ou plusieurs interfaces tout en
définissant le mode d’accès du VLAN au niveau de ces interfaces.
En générale tant que le VLAN est en transit sur le réseau, on le définit en mode taggué sur les
interfaces des IMAP, c’est seulement au niveau du terminal du client que l’on le définit en
mode « access » c’est-à-dire en mode non taggué.
Pour ce qui est de notre exemple, afin de fournir au client ci-dessous les services auxquels il a
souscrit, nous créerons le VLAN12 et le VLAN10 qui véhiculerons respectivement internet et
la VoIP.
La création de ces VLAN se fera au niveau du routeur X900, de l’IMG du client mais aussi
sur l’ensemble des IMAP permettant de relier ce dernier au routeur X900.
Sur l’IMG du client après création des VLAN 10 et 12, nous les associerons au port WAN
(port utilisé pour connecter l’IMG à l’IMAP) en mode trunk, puis le VLAN10 sera associé au
port 1 en mode access et le VLAN12 au port 2 également en mode access.
Quant aux trois (03) IMAP par l’intermédiaire desquels le client est relié au X900, nous
associerons les VLAN 10 et 12 en mode trunk sur les interfaces 3.0 et 5.1 du premier IMAP,
2.1 et 5.3 du second, et enfin aux interfaces 3.1 et 3.4 du troisième IMAP.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 18 : Interconnexion entre le routeur X900 et l’IMG du client via les IMAP
Source : Réalisation personnelle avec Edraw

Figure 19 : Configuration au niveau du routeur


DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 20 : Configuration des IMAP

Figure 21 : Configuration IMG du client


DTS-Technique Année académique 2018-2020

CHAPITRE IV : OPTIMISATION DE LA CONNECTIVITÉ DU


RÉSEAU D’ACCÈS FIBRE OPTIQUE DE ONATEL-SA AVEC
FASONET

Problématique
Lors du déploiement de son réseau d’accès fibre optique, ONATEL avait prévu une
connexion de 1GE entre le routeur X900 et FASONET. Cependant, avec la croissance de son
nombre d’abonnés la demande en bande passante a augmenté. Pour pallier à ce problème les
agents du STSE ont décidé d’agréger deux autres liens de 1GE chacun entre FASONET et le
routeur X900. Ils pensaient ainsi résoudre le problème mais ils ont été confrontés à un autre :
ils ont remarqué que les clients n’arrivaient toujours pas à bénéficier de la bande passante à
laquelle ils ont souscrite et que l’agrégation des 3X1GE entre le routeur X900 et FASONET
fournissaient un débit inférieur à trois (03) GE. Cette situation s’explique par le fait que les
protocoles utilisés pour l’agrégation des liens sont gourmands en bande passante.
De plus, on note de microcoupures dûes à la surcharge du routeur X900, qui cause de
multiples arrêts de service pour la clientèle.
Enfin les liens entre les IMAP CTO1 et CTO2 avec le routeur X900 étant de l’ordre de 1GE
chacun, cela implique qu’en aucun cas ces IMAP ne pourront fournir une bande passante
supérieure à 1GE aux différents clients qui leurs sont reliés.
Notre travail dans ce chapitre consistera à proposer une solution d’optimisation de la
connectivité du réseau existant avec FASONET.

I. Présentation du plan d’optimisation

L’optimisation de la connectivité du réseau avec FASONET se fera par introduction d’un


switch : Catalyst 4507R+E qui offre un plus grand nombre de ports Gigabit Ethernet, de capacités
1GE et 10GE. Ce switch sera relié à FASONET par un lien de 10GE.

Les IMAP et le nouveau routeur X900 ne disposant que d’interface 1GE, nous réutiliserons la
technique d’agrégation de lien pour relier le Catalyst aux IMAP CTO1 et CTO2 et au nouveau
routeur X900.
Ainsi par agrégation de six liens de 1GE, nous relierons le Catalyst 4507R+E au nouveau
routeur X900 qui servira désormais à connecter les villes de Ouahigouya, Kaya, Dori,
Koupéla, Pouytenga, Fada et Tenkodogo, mais aussi les FAI externes tels que BBTEL,
SANCFIS et ORANGE. Pour permettre à ces FAI externe de fournir des services à tout client
se trouvant dans le RAFO de ONATEL, nous relierons le nouveau routeur par des liens de
1GE chacun aux IMAP CTO1 et CTO2.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Aussi deux autres agrégations de 3X1GE seront mises en place depuis le Catalyst pour relier
les IMAP CTO1 et CTO2 qui offriront ainsi une bande passante de 6GE pour satisfaire les
besoins actuels de la clientèle.

Figure 22 : Plan d’optimisation


Source  : Réalisation personnel avec Edraw

1. Présentation du switch Catalyst 4507R+E

Un commutateur ou switch est un équipement qui relie divers éléments par câbles ou par fibre
dans un réseau. Un commutateur sait déterminer sur quel port il doit envoyer une trame (des
données) en fonction de l’adresse à laquelle cette trame est destinée.
Le Catalyst 4507R+E est un châssis horizontal à sept logements. Il prend en charge des
modules d'alimentation et des moteurs de supervision redondants et peut accueillir jusqu'à
sept modules (deux modules de supervision et cinq de ligne). Il fait partie de la gamme des
commutateurs Catalyst 4500 du célèbre constructeur de matériels réseau informatique CISCO.
Dans cette gamme nous retrouvons des commutateurs tels que : le Catalyst 4503, le Catalyst
4506, et le Catalyst 4510R.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 23 : Commutateur Catalyst 4507R+E vue de face


Source : www.cisco.com
(1) Alimentations (3) Moteurs de supervision (principaux dans l'emplacement
3 et secondaires dans l'emplacement 4)
(2) Modules de commutation (emplacements 1, 2, 5, 6, 7) (4) Plateau de ventilation

Pour garantir le bon fonctionnement du système, il est primordial de choisir avec soin
l’emplacement du switch, il faut veiller à ce que le commutateur soit installé dans un local
sécurisé réservé au personnel qualifié, dans un environnement sec, propre, correctement
ventilé et climatisé afin de maintenir la température du local entre 10 et 35° car les
températures extrêmes peuvent réduire le rendement du système et engendrer divers
problèmes, tels que le vieillissement et la panne prématurés des puces, ainsi que la défaillance
des composants mécaniques.
Il faut aussi mettre correctement à la terre les câbles d’alimentation du commutateur, pour
prévenir d’éventuelles surtensions et sous tensions qui pourraient entrainer la perte de données
en mémoire, voire une défaillance des composants. De plus il faut veiller à brancher le
commutateur sur un circuit d'alimentation dédié plutôt que sur un circuit partagé avec d'autres
équipements à forte consommation électrique.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

II. Mise en œuvre de l’optimisation de la connectivité du réseau avec


FASONET

Pour la mise en œuvre de notre solution d’optimisation, nous utiliserons le logiciel de


simulation réseau Cisco Paquet Tracer afin de configurer nos agrégations de liens entre le
switch Catalyst avec les IMAP CTO1, CTO2 et avec le nouveau routeur X900.
Le switch utilisé lors de la simulation ne disposant pas d’assez de port gigabit Ethernet nous
réaliserons quatre (04) agrégations de liens en partance du switch Catalyst vers le routeur
X900 deux (02) autres vers les IMAP CTO1 et CTO2
Les IMAP ne prenant en charge que le protocole LACP pour l’agrégation des liens nous
l’utiliseront lors de notre simulation. Puis nous procèderons ensuite à une série de test afin de
vérifier nos configurations.
Par ailleurs, afin de lutter contre les tempêtes de broadcast nous configurons le protocole
EPSR au niveau du réseau en boucle constituer par les IMAP CTO1, CTO2, FASONET et le
nouveau routeur X900. Quant aux boucles formées par le routeur X900 et les IMAP CTOI,
CTOII et le switch Catalyst c’est le protocole STP qui sera par défaut activé.

1. Présentation du simulateur (Cisco Packet Tracer)


Packet tracer est un logiciel puissant permettant de construire un réseau physique virtuel et de
simuler le comportement des protocoles réseaux sur un réseau.
L’utilisateur construit son réseau à l’aide d’équipements tels que les routeurs, les
commutateurs ou des ordinateurs, le tout relié grâce à des connexions telles que câbles divers,
fibre optique. Une fois l’ensemble des équipements reliés, il est possible pour chacun d’entre
eux, de configurer des adresses IP.

Figure 24 : Interface Cisco Packet Tracer


DTS-Technique Année académique 2018-2020

2. Configuration du protocole EPSR


Placer un ensemble d’équipement réseau en anneau est un moyen simple d’augmenter la
résilience d’un réseau, car un tel réseau n’est plus sensible à un point de défaillance unique.
Cependant l’anneau doit être protégé des boucles qui génèrent des tempêtes de diffusion qui
causent la paralysie du réseau. Traditionnellement c’est le Spanning Tree Protocol (STP) qui
est utilisé pour protéger les réseaux en anneaux, mais il est relativement lent à se remettre
d’une défaillance de liaison (30 secondes). ALLIED TELESIS a conçu son propre protocole
de gestion de réseau en boucle : l’ESPR (Ethernet Protection Switching Ring) qui permet
restauration inférieure à 50ms.
Dans EPSR, chaque anneau de commutateurs forme un domaine EPSR. L’un des
commutateurs du domaine est le nœud maître et les autres sont des nœuds de transit.
Sur le nœud maître, un port est le port principal et l'autre est le port secondaire. Lorsque tous
les nœuds de l'anneau sont actifs, EPSR empêche les boucles en bloquant la transmission de
données sur le port secondaire du nœud maître. Lorsqu'un nœud ou une liaison échoue, EPSR
détecte rapidement la panne et répond en débloquant le port afin que les données puissent
circuler autour de l'anneau.
Pour la configuration de notre domaine EPSR du nom de « boucle_a » constitué par les IMAP
CTO1, CTO2, l’IMAP de FASONET et le routeur X900, nous définirons le routeur X900
comme le nœud principal et les autres seront des nœuds de transit. Puis, sur chacun de ces
équipements nous créerons un VLAN100 de contrôle qui permettra au nœud principal
d’envoyer un HealthCheck périodique aux nœuds secondaires pour s’assurer de la qualité du
lien primaire.

Figure 25 : Architecture de configuration du domaine ESPR


Source : Réalisation personnelle
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 26 : Configuration du nœud principal

Les mêmes commandes sont écrites au niveau des IMAP CTO1, CTO2, et celui de
FASONET.

Figure 27 : Configuration des nœuds de transit


DTS-Technique Année académique 2018-2020

3. Configuration et vérifications des agrégations de liens

Figure 28 : Architecture de configuration

3.1 Agrégation des liens

Figure 29 : Agrégation de liens au niveau du switch Catalyst


DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 30 : Agrégation de liens au niveau du routeur X900

Figure 31 : Agrégation de liens au niveau de l’IMAP CTO1

Figure 32 : Agrégation de liens au niveau de l’IMAP CTO2


DTS-Technique Année académique 2018-2020

3.2 Test et validation des configurations


Nous procèderons dans cette partie à la vérification et aux tests de nos liens agrégés.
Pour ce faire nous utiliserons quatre (04) PC qui seront chacun reliés à un des équipements
(Catalyst, IMAP, CTO1et 2, le routeur X900 et les PC).
Puis nous créerons le VLAN 200 pour l’échange des données entre ces différents
équipements. Ensuite grâce à la commande « Ping » nous vérifierons que la communication
est possible entre les différents PC. Nous nous positionnerons sur un PC puis nous pinguerons
les autres grâce aux adresses IP que nous leur aurons attribué.
Aussi nous utiliserons la commande « sh etherchannel summary » pour découvrir et vérifier
le statut de nos liens agrégés.
Par ailleurs nous créerons un VLAN 1000 pour permettre l’administration des switch
(Catalyst, CTO1, CTO2) et du routeur X900. À ce vlan sera affecté des adresses IP.

Catalyst >enable X900>

Catalyst # conf t X900> enable

Catalyst (config)#vlan 200 X900 # conf t

Catalyst (config-vlan)# name Data X900 (config)#vlan 200

Catalyst (config)#vlan 1000 X900 (config-vlan)# name Data

Catalyst (config-vlan)# name Admin X900 (config)#vlan 1000

Catalyst (config-vlan)#ip address 10.0.2.253 X900 (config-vlan)# name Admin


255.255.255.0 Catalyst (config-vlan)#ip address 10.0.2.254
Catalyst (config-vlan)#do wr 255.255.255.0

Catalyst (config)#int Po1, Po2, Po3 X900 (config-vlan)#do wr

Catalyst (config-if)#switchport trunk allowed Catalyst (config)#int Po1


vlan add 200 X900 (config-if)#switchport trunk allowed vlan
Catalyst (config-if)#switchport trunk allowed add 200
vlan add 1000 X900 (config-if)#switchport trunk allowed vlan
Catalyst (config)#int f0/1 add 1000

Catalyst (config-if)#switchport mode access X900 (config)#int f0/1

Catalyst (config-if)#switchport access vlan X900 (config-if)#switchport mode access


200 X900 (config-if)#switchport access vlan 200
Catalyst (config-if)#do wr X900 (config-if)#do wr

Figure 33 : Création des VLAN200 et 1000 sur le switch Catalyst et le routeur X900
DTS-Technique Année académique 2018-2020

CTO1 # conf t CTO2>


CTO1 (config)#vlan 200 CTO2 >enable
CTO1 (config-vlan)# name Data CTO2 # conf t
CTO1 (config)#vlan 1000 CTO2 (config)#vlan 200
CTO1 (config-vlan)# name Admin CTO2 (config-vlan)# name Data
CTO1 (config-vlan)#ip address 10.0.2.1 CTO2 (config)#vlan 1000
255.255.255.0
CTO2 (config-vlan)# name Admin
CTO1 (config-vlan)#do wr
CTO2 (config-vlan)#ip address 10.0.2.10
Catalyst (config)#int Po1 255.255.255.0
Catalyst (config-if)#switchport trunk allowed CTO2 (config-vlan)#do wr
vlan add 200
CTO2 (config)#int Po1
Catalyst (config-if)#switchport trunk allowed
CTO2 (config-if)#switchport trunk allowed vlan
vlan add 1000
add 200
Catalyst (config)#int f0/1
CTO2 (config-if)#switchport trunk allowed vlan
Catalyst (config-if)#switchport mode access add 1000
Catalyst (config-if)#switchport access vlan CTO2 (config)#int f0/1
200
Catalyst (config-if)#switchport mode access
Catalyst (config-if)#do wr
Catalyst (config-if)#switchport access vlan 200
CTO2 (config-if)#do wr

Figure 34 : Création des VLAN200 et 1000 sur les IMAP CTO1 et CTO2
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Ping premier PC Ping deuxième PC


C:\>ping 192.168.1.1 C:\>ping 192.168.1.2

Pinging 192.168.1.1 with 32 bytes of data: Pinging 192.168.1.2 with 32 bytes of data:

Reply from 192.168.1.1: bytes=32 Reply from 192.168.1.2: bytes=32


time<1ms TTL=128 time<1ms TTL=128
Reply from 192.168.1.1: bytes=32 Reply from 192.168.1.2: bytes=32
time<1ms TTL=128 time=10ms TTL=128
Reply from 192.168.1.1: bytes=32 Reply from 192.168.1.2: bytes=32
time<1ms TTL=128 time=3ms TTL=128
Reply from 192.168.1.1: bytes=32 Reply from 192.168.1.2: bytes=32
time<1ms TTL=128 time<1ms TTL=128

Ping statistics for 192.168.1.1: Ping statistics for 192.168.1.2:


Packets: Sent = 4, Received = 4, Lost = 0 Packets: Sent = 4, Received = 4, Lost = 0
(0% loss), (0% loss),
Approximate round trip times in milli- Approximate round trip times in milli-
seconds: seconds:
Minimum = 0ms, Maximum = 0ms, Minimum = 0ms, Maximum = 10ms,
Average = 0ms Average = 3ms
Ping troisième PC Ping quatrième PC

C:\>ping 192.168.1.3 C:\>ping 192.168.1.4

Pinging 192.168.1.3 with 32 bytes of data: Pinging 192.168.1.4 with 32 bytes of data:

Reply from 192.168.1.3: bytes=32 Reply from 192.168.1.4: bytes=32


time=7ms TTL=128 time<1ms TTL=128
Reply from 192.168.1.3: bytes=32 Reply from 192.168.1.4: bytes=32
time<1ms TTL=128 time<1ms TTL=128
Reply from 192.168.1.3: bytes=32 Reply from 192.168.1.4: bytes=32
time<1ms TTL=128 time<1ms TTL=128
Reply from 192.168.1.3: bytes=32 Reply from 192.168.1.4: bytes=32
time<1ms TTL=128 time<1ms TTL=128

Ping statistics for 192.168.1.3: Ping statistics for 192.168.1.4:


Packets: Sent = 4, Received = 4, Lost = 0 Packets: Sent = 4, Received = 4, Lost = 0
(0% loss), (0% loss),
Approximate round trip times in milli- Approximate round trip times in milli-
seconds: seconds:
Minimum = 0ms, Maximum = 7ms, Minimum = 0ms, Maximum = 0ms,
Average = 1ms Average = 0ms

Figure 35 : Test de communication entre les différents PC par usage de la commande


« Ping  »
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Figure 36 : Usage de la commande « sh etherchannel summary » sur le Catalyst

Comme nous pouvons le constater nous avons trois agrégations de lien représentées par les
interfaces logique Po1, Po2 et Po3. À chaque interface logique est affecté les ports physiques
tel que nous les avons définis. Il en est de même pour les autres agrégations de liens au niveau
des IMAP CTO1, CTO2, et le routeur X900.

III. Critiques et suggestions

1. Critiques
Certes, aucune société humaine n’est parfaite, mais certaines s’efforcent de tendre vers la
perfection, c’est le cas de ONATEL-SA, particulièrement du STSE. Nos critiques à
l’endroit de ce service sont positives dans le sens qu’il accorde de l’importance à ses
stagiaires en leur permettant de participer aux interventions accompagnées de conseils et
surtout beaucoup de pratique. Nous admirons également la détermination des agents de ce
service qui malgré leur effectif réduit exécutent leurs tâches quotidiennes avec dynamisme
et enthousiasme, n’hésitant pas à effectuer des heures supplémentaires ou à travailler les
weekends en vue de satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante.
Cependant nous avons remarqué quelques points d’insuffisance que ce soit au niveau du
réseau d’accès fibre optique lui-même ou dans le service en général :

 Du côté réseau d’accès :


DTS-Technique Année académique 2018-2020

ONATEL-SA n’exploite pas tout le potentiel de ses IMAP en effet il ne les utilise que
pour fournir la voix et les données alors qu’ils peuvent offrir des services triple play
(voix, données, vidéo) ;

Deuxièmement le switch Catalyst, qui est censé remplacer le X900 en offrant un plus
grand nombre de ports optiques n’est plus pris en charge par son constructeur
(CISCO) depuis avril 2018. Ce qui implique que ONATEL ne puisse plus disposer
d’assistance logicielle pour la correction des bugs du système, ou de mise à jour
logicielle. Aussi CISCO ne fournira plus aussi de pièces de rechange.

Le réseau ONATEL tel qu’il est déployé depuis 2008 n’a pas connu d’évolution et ne
permet pas d’offrir aux clients des longueurs de trame (MTU) supérieurs à 1500
octets, pourtant les entreprises en expriment le besoin.

Pendant notre stage, nous avons également remarqué qu’il y a une incompréhension au
niveau des utilisateurs qui ont tendance à confondre bande passante et débit. Cette
incompréhension se traduit par des plaintes de ne pas avoir le « débit » auquel ils ont
souscrit, et il nous semble que cette incompréhension est fondée, puisque sur la page
internet de ONATEL on y mentionne clairement au niveau des offres de liaisons
spécialisées internet « débit » et non bande passante. Consulter ce lien :
http://www.onatel.bf/entreprises-pro/internet-et-donnees/acces-internet/ls.aspx
ONATEL vend de la bande passante et non du débit.

 Du côté Général :

Le nombre important de vandalisme au sein du réseau d’accès cuivre et fibre optique ;

L’insuffisance de personnel du STSE pour une prise charge rapide des différentes
tâches à effectuer.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

2. Suggestions

 Du côté réseau d’accès :

L’installation d’un lien redondant entre le switch Catalyst et Fasonet.

Nous préconisons l’acquisition de matériels dont la durée de vie n’est pas dépassée,
disposant d’interfaces 10GE, afin de garantir une assistance de la part du constructeur
en cas de panne ou de défaut de fabrication, mais aussi pour ne plus avoir à utiliser les
techniques d’agrégation de lien.

Aussi nous suggérons au service commercial de ONATEL-SA d’étudier l’éventualité


d’offrir aux clients des LS internet asymétriques. En effet, le débit descendant
(download) est plus utilisé que celui ascendant qui ne sert qu’à envoyer des requêtes.
Même si le tarif reste le même le client en serait très satisfait. Les commerciaux
doivent expliquer aux clients dès la première approche, que ONATEL vend de la
bande passante et non du débit.

Une mise à niveau du réseau d’accès afin de répondre aux nouvelles attentes des
clients. ALLIED TELESIS a conçu une nouvelle architecture de réseau PON intégrant
de nouveau switch de niveau 3 appelé AT-IE300, qui peuvent être utilisés au niveau
cœur du réseau afin de permettre aux entreprises d’avoir des MTU supérieur ou égale
à 1500 octets.

 Du côté général :

La mise en place de barbelés en fer tranchants à l’intérieur des chambres souterraines


afin de dissuader les vandales ;

L’intégration des stagiaires dans les missions hors de la ville dans le cadre de leur
apprentissage ;

L’augmentation de l’effectif des agents du STSE.


DTS-Technique Année académique 2018-2020

CONCLUSION

Ce stage effectué au STSE nous a permis d’accroître nos connaissances et d’approfondir les
notions de base apprises en classe. Il nous a été bénéfique car il nous a permis de toucher du
doigt la réalité du monde du travail. Les travaux que nous avons effectués nous ont permis de
découvrir les procédures de réalisation d’une liaison multi-services optique pour clients
grands comptes, mais aussi de connaitre et de comprendre le fonctionnement du réseau
d’accès fibre optique de ONATEL. Nous retenons que le STSE joue un rôle primordial dans
la supervision du réseau d’accès, la réalisation et la maintenance des liaisons spécialisées.

Le réseau d’accès fibre optique grand compte de ONATEL utilise le standard EPON
standardisé par l’IEEE, il a été déployé depuis 2008 afin de fournir une meilleure fluidité de
trafic aux clients grand compte. La mise en place de ce réseau permet d’offrir des accès
RNIS : T2, la voix sur IP (VoIP), des LS internet haut débit, les LS numériques point à point
ou point à multipoints de l’internet haut débit.
Ce réseau est constitué d’équipements passifs (splitter, fibre monomode, jarretière et coffret
optique) et d’équipements actifs (IMAP, IMG, routeur X900). Avec l’augmentation du
nombre d’abonnés de ce réseau qui expriment surtout le besoin d’avoir accès à internet, les
liens entre ce réseau d’accès et FASONET, le service en charge de la gestion du nœud internet
de ONATEL se sont saturés. Il nous a été demandé pendant notre stage à ONATEL de
proposer une solution d’optimisation de la connectivité de ce réseau avec FASONET.
L’optimisation de la connectivité du réseau d’accès avec FASONET c’est basé sur les
équipements existant dans le réseau, et à l’introduction d’un switch : le Catalyst 4507R+E.

.
DTS-Technique Année académique 2018-2020

BIBLIOGRAPHIE

Support fournis par ONATEL :

- Formation ONATEL IMAP 2015 de Allied Telesis;


- Formation IMG 2015 de Allied Telesis;
- Formation ONATEL x900 2015 de Allied Telesis.
- Formation ONATEL - PON

Support de cours :

- Cours Éléments généraux de transmission (EGT), DTS1 2019, dispensé par M.


Moustapha BAGAGNAN.
- Cours Réseaux et Interconnexion d’Ordinateurs (RIO), DTS2 2020, dispensé
par M. Quentin BAMBARA.
- Cours Raccordement Fibre Optique, DTS 2020, dispensé par M. Cyr DIATTO
Rapport de stage :

- Djamila BAKO (Promotion 2016-2018)


- W. Ariel Achken NIKIÈMA (2017-2019)
DTS-Technique Année académique 2018-2020

WEBOGRAPHIE

-Thèse de Max Fréjus O. SANYA sur le Déploiement de réseaux optiques d’accès NGPON
dans les métropoles de pays en développement : proposition de nouvelles techniques
d’implémentation de l’OFDM.

http://tel.archives-ouvertes.fr , consulté le 15.09.2020

-Caractéristiques Switch Catalyst 4507R+E

https://www.cisco.com/c/fr_ca/td/docs/switches/lan/catalyst4500/hardware/installation/guide/
78-14409-08/4500inst/01intro.html , consulté le 09.09.2020

-Notification de retrait du commutateur Cisco Catalyst 4507R+E

https://www.cisco.com/c/en/us/obsolete/switches/cisco-catalyst-4507r-e-switch.html, consulté
le 09.09.2020

-Cisco Etherchannel : configuration vérification et dépannage


https://cisco.goffinet.org/ccna/redondance-de-liens/cisco-etherchannel-configuration-
verification-depannage/ , consulté le 17.09.2020
DTS-Technique Année académique 2018-2020

ANNEXES
Annexe 1 : Les normes de réseaux PON actuellement les plus déployés.
A-PON B-PON E-PON G-PON

Standards ITU-T G. 983.21 ITU-T G. 983.2x IEEE 802.3ah ITU-T G.


984.x
Protocoles ATM ATM Ethernet GEM
Bande 2,5 Gb/s
passante 155 Mb/s (downlod)
maximale 622 Mb/s 1,25 Gb/s
1,5 Gb/s
(upload)
Nombre
d’abonnés par
16-32 16-32 16-32 32-64
PON

Bande 10-20 Mb/s 20-40 Mb/s 30-60 Mb/s 40-80 Mb/s


passante par
abonné

Annexe 2 : Caractéristiques du switch Catalyst 4507R+E


Description du produit Cisco Catalyst 4507R+E
Performance Capacité de commutation : 520 Gbps
Capacité de commutation par logement :48 Gbps
Routage IPv6 :110 Mbps
Routage IPv4 :225 Mbps

Taille table d’adresse 55 000 entrées


MAC

Densité des ports •240 ports 10/100 (RJ-45)


•240 ports 10/100 avec PoE (RJ-45)
•240 ports 10/100 avec ou sans PoE (RJ-21)
•240 ports 100FX (MT-RJ)
•240 ports 100LX-10 (MT-RJ) ou 100BX-D
(LC)
•244 ports 1000BASE-X
•240 ports 10/100/1000BASE-T
•240 ports 10/100/1000BASE-T avec PoE
•34 ports 10GBASE-X
Support de carte Jumbo 9216 octets
DTS-Technique Année académique 2018-2020

Annexe 3 : Quelques modules d’accès service.

Carte CFC12 Carte NTE8 Carte ADSL

Carte EPON Carte CES8 Carte Fx


DTS-Technique Année académique 2018-2020

Annexe 4 : Proposition de mise à jour du réseau optique de ONATEL.


DTS-Technique Année académique 2018-2020

TABLE DES MATIЀRES


PREAMBULE………………………………………………………………………………………..I
DEDICACE………………………………………………………………………………………….II
REMERCIEMENTS………………………………………………………………………………..III
SOMMAIRE………………………………………………………………………………………..IV
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS………………………………………………………...V
LISTE DES FIGURES……………………………………………………………………………..VII
INTRODUCTION……………………………………………………………………………………1
CHAPITRE I : PRÉSENTATION DES STRUCTURES D’ACCEUIL……………………………..2
I. ÉCOLE SUPÉRIEURE MULTINATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS...........2
1. Historique...........................................................................................................................2
2. Gouvernance.......................................................................................................................3
3. Cycles et diplômes..............................................................................................................3
4. L’ESMT antenne du Burkina Faso.....................................................................................4
II. PRÉSENTATION DE ONATEL-SA.................................................................................5
1. Historique...........................................................................................................................5
2. Les objectifs de l’entreprise................................................................................................6
3. Organisation et fonctionnement..........................................................................................7
4. Organigramme....................................................................................................................8
5. Services offerts...................................................................................................................9
6. Présentation du STSE.........................................................................................................9
CHAPITRE II : GÉNÉRALITÉ SUR LA FIBRE OPTIQUE ET LES RÉSEAUX OPTIQUES…..11
I. PRÉSENTATION DE LA FIBRE OPTIQUE..................................................................11
1. DÉFINITION....................................................................................................................11
2. Principe de fonctionnement..............................................................................................11
3. Caractéristiques d’une fibre optique.................................................................................12
3.1 L’ouverture numérique………………………………………………………………….12
3.2 L’affaiblissement linéique………………………………………………………………12
II. Les différents types de fibre optique.................................................................................13
1. La fibre monomode...........................................................................................................13
2. La fibre multimode...........................................................................................................13
2.1 La fibre multimode à saut d’indice……………………………………………………...13
2.2 La fibre multimode à gradient d’indice…………………………………………………14
III. Les avantages et limites de la fibre optique......................................................................14
1. Avantages.........................................................................................................................14
2. Limites..............................................................................................................................14
IV. Les réseaux optiques.........................................................................................................15
1. Les réseaux cœurs.............................................................................................................15
2. Les réseaux métropolitains...............................................................................................15
3. Les réseaux d’accès..........................................................................................................15
3.1 Fiber To The Home (FTTH) / FTTO (Fiber To The Office)……………………………16
3.2 Fiber To The Building (FTTB)………………………………………………………….16
3.3 Fiber To The Curb (FTTC) / Fiber To The Cabinet (FTTCab)………………………17
4. Les réseaux optiques passifs.............................................................................................17
4.1 Le coupleur optique ou splitter………………………………………………………….17
4.2 L’Optical Line Terminal (OLT)………………………………………………………...18
DTS-Technique Année académique 2018-2020

4.3 L’Optical Network Terminal (ONT)…………………………………………………..18


CHAPITRE III : LE RÉSEAU D’ACCÈS FIBRE OPTIQUE GRAND COMPTE DE ONATEL-
SA…………………………………………………………………………………………………...19
INTRODUCTION........................................................................................................................19
I. Composition du réseau d’accès fibre optique....................................................................19
1. Integrated Multiservice Access Platform (IMAP).............................................................19
2. Integrated Multiservice Gateway (IMG) / ONT................................................................21
3. Le routeur X900................................................................................................................22
4. Les éléments passifs du réseau..........................................................................................23
II. Implémentation des services.............................................................................................25
1. Les services offerts...........................................................................................................25
2. Les VLAN........................................................................................................................25
2.1 Notion de Trunk…………………………………………………………………………26
2.2 VLAN basés sur les ports……………………………………………………………..26
3. Cas pratique : configuration de VLAN pour un service internet et VoIP..........................28
CHAPITRE IV : OPTIMISATION DE LA CONNECTIVITÉ DU RÉSEAU D’ACCÈS FIBRE
OPTIQUE DE ONATEL-SA AVEC FASONET…………………………………………………...31
Problématique...............................................................................................................................31
I. Présentation du plan d’optimisation..................................................................................31
1. Présentation du switch Catalyst 4507R+E........................................................................32
II. Mise en œuvre de l’optimisation de la connectivité du réseau avec FASONET...............34
1. Présentation du simulateur (Cisco Packet Tracer).............................................................34
2. Configuration du protocole EPSR.....................................................................................35
3. Configuration et vérifications des agrégations de liens.....................................................37
3.1 Agrégation des liens……………………………………………………………………..37
3.2 Test et validation des configurations……………………………………………………39
III. Critiques et suggestions....................................................................................................42
1. Critiques...........................................................................................................................42
2. Suggestions.......................................................................................................................44
CONCLUSION……………………………………………………………………………………...45
BIBLIOGRAPHIE………………………………………………………………………………...VIII
WEBOGRAPHIE…………………………………………………………………………………...IX
ANNEXES…………………………………………………………………………………………..X
TABLE DES MATIЀRES………………………………………………………………………..XIII
Y