Vous êtes sur la page 1sur 7

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Le Copa-Cogeca est l’union, au niveau européen, du


Comité des organisations professionnelles agricoles
Les lobbies productivistes sapent
(c’est-à-dire les syndicats d’exploitants agricoles) et
l’ambition européenne d’une agriculture du Comité général de la coopération agricole (c’est-
plus écologique à-dire les coopératives). Et c’est la présidente de la
PAR AMÉLIE POINSSOT
ARTICLE PUBLIÉ LE MARDI 19 OCTOBRE 2021 FNSEA, Christiane Lambert, qui officie à la tête du
Copa.
Mardi 19 octobre est votée au Parlement européen la
stratégie «De la ferme à la fourchette», qui veut réduire Mediapart, en collaboration avec le consortium de
drastiquement les intrants chimiques en agriculture. journalistes européens Lighthouse Reports, explique
Depuis plusieurs semaines, elle est sous le feu d’une aujourd'hui comment, depuis plusieurs semaines, cette
attaque organisée du camp productiviste. Une enquête organisation ainsi que d’autres lobbies européens
avec nos partenaires de Lighthouse Reports. font tout pour couler l’ambition de la Commission
européenne et en atténuer les objectifs. Avec
pour principal outil une manipulation des savoirs
scientifiques autour de cette feuille de route dont le
but est de faire baisser les émissions de gaz à effet de
serre (GES) de l’agriculture européenne et d’enrayer
l’effondrement de la biodiversité.
Même le ministre français de l’agriculture, Julien
Épandage de glyphosate sur un champ de maïs dans la Sarthe, avril Denormandie, a repris à son compte les arguments
2021. La stratégie “De la ferme à la fourchette” vise à réduire de moitié
l'usage des pesticides d'ici à 2030. © Jean-François Monier / AFP avancés par les lobbies qui défendent à Bruxelles les
Réduire de moitié l’usage des pesticides, réduire de intérêts de l’agro-industrie.
20% celui des fertilisants chimiques, faire passer un
quart de la surface agricole européenne en agriculture
biologique (contre environ 8,5 % actuellement)… Tels
sont les principaux objectifs fixés pour 2030 par la
Commission européenne.
Ce mardi 19octobre après-midi, le Parlement européen
doit voter sur cette stratégie baptisée «De la ferme Épandage de glyphosate sur un champ de maïs dans la Sarthe. La
à la fourchette» (Farm to Fork) censée mettre stratégie “De la ferme à la fourchette” vise à réduire de moitié
l'usage des pesticides d'ici à 2030. © Jean-François Monier / AFP
l’agriculture européenne sur la voie d’une transition
écologique. C’est l’un des grands chapitres du Pacte Or, ce qui se cache derrière ce lobbying, c’est une
vert (Green Deal) lancé par la présidente Ursula certaine vision de la production animale : un modèle
von der Leyen depuis son arrivée aux manettes de reposant sur l’élevage industriel, ultra-dépendant des
l’exécutif européen, fin 2019. importations de maïs et de soja en provenance du
continent américain, s’opposant à toute évolution
Pour la production alimentaire du continent, dominée du régime alimentaire européen, et ne cherchant
jusqu’ici par le recours à la chimie de synthèse, aucunement à favoriser, in fine, les éleveurs sur le
une telle perspective serait une petite révolution. terrain.
Mais c’est compter sans l’intense travail de lobbying
effectué par les défenseurs du modèle existant: lobbies Une communication biaisée
de la viande, de l’agrochimie et des céréales… et C’est le 9 septembre dernier que commence
Copa-Cogeca, dont fait partie la puissante fédération l’offensive. Ce jour-là, une étude financée par le
syndicale française FNSEA. Grain Club, organisation de l’agrobusiness allemand

1/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

dans le secteur des céréales et de l’alimentation Elle conclut, en cas de mise en place de la stratégie «De
animale, et réalisée par une équipe de chercheurs de la ferme à la fourchette» sur le continent européen, à
l’université de Kiel, en Allemagne, est publiée. une hausse des prix, ainsi qu’une baisse de 10 à 15%
Elle montre que la mise en œuvre des objectifs de de la production animale et à une diminution de 10 à
la stratégie «De la ferme à la fourchette» conduirait 20% de la production issue des cultures.
à une baisse de la production agricole européenne, En 48heures d’intervalle, le rapport est présenté coup
à une hausse des prix, et l’alimentation du continent sur coup par une conférence financée par CropLife sur
deviendrait en outre plus dépendante des importations. le média européen Euractiv – qui a accueilli, depuis
Problème, la communication faite par le Copa- février 2020, sept débats sur le thème «De la ferme à la
Cogeca autour de cette étude passe sous silence fourchette», dont six sponsorisés par des organisations
un autre résultat important: le revenu et le bien- du secteur agroalimentaire (voir leurs réponses en
être des éleveurs pourraient s’en trouver grandement annexe de cet article) –, puis lors d’un événement
améliorés. spécial organisé par Livestock Voice, association
défendant les intérêts du secteur de l’élevage.
Interrogé par Lighthouse Reports, le scientifique
Christian Henning, auteur de cette étude, en convient À cette seconde conférence participent l’un des
lui-même. «La mise en place du Pacte vert coauteurs de l’étude de Wageningen, le chercheur de
en agriculture coïncide avec une augmentation Kiel… mais aussi l’eurodéputée conservatrice Anne
significative des services écosystémiques et peut Sander, membre des Républicains et sœur du patron de
augmenter simultanément les revenus des fermes.» l’organisme défendant les betteraviers français – autre
acteur de premier plan qui avait obtenu, l’an passé, la
Non seulement les services environnementaux rendus
réintroduction des néonicotinoïdes dans la culture
par les agricultrices et agriculteurs sont rémunérés
de betteraves.
par certaines aides de la PAC (politique agricole
commune), mais, de plus, les produits biologiques sont Problème, là aussi: de l’aveu de l'un des chercheurs de
mieux valorisés sur le marché. l'université de Wageningen intervenant sur Euractiv,
Johan Bremmer, son travail n’a pas abordé «l’impact
D’après les travaux du chercheur, le profit réalisé
positif sur le changement climatique de la stratégie
par une ferme qui passerait du conventionnel à
“De la ferme à la fourchette”». Ce qui est pourtant le
l’agroécologie pourrait être multiplié par plus de
principal objectif de cette feuille de route…
2,5. «Le Pacte vert est potentiellement une situation
gagnant-gagnant pour l’ensemble de la société car ses
bénéfices font plus que compenser les pertes dues à la
réduction de la production agricole conventionnelle»,
poursuit-il. Mais ce n’est pas ce qui aura été retenu.
Quelques semaines plus tard, une autre publication
met l’accent sur la baisse de la production, émanant
cette fois de l’université de Wageningen, aux Pays- L'un des objectifs de la stratégie “De la ferme à la fourchette” : atteindre 25 %
de surface agricole européenne en bio. © Infographie Simon Toupet / Mediapart
Bas. Commandée par CropLife Europe (lobby des
fabricants de pesticides), le Copa-Cogeca ainsi que D’autres études, réalisées antérieurement, sont
par d’autres organisations de l’agro-alimentaire, celle- également mises en avant par le Copa-Cogeca et
ci est rendue publique une semaine avant le vote au d’autres relais de l’agriculture productiviste pendant
Parlement européen. cette semaine où la bulle bruxelloise s’agite à
l’approche du vote de la feuille de route. L’une d’entre
elles est réalisée par les services scientifiques de
la Commission elle-même, le JRC (Centre commun

2/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

de recherche), rendue publique fin juillet, et indique La stratégie «De la ferme à la fourchette» va bien au-
que la mise en œuvre de la stratégie conduirait à une delà du changement d’un seul paramètre. Ce qu’elle
diminution de la production européenne de 10 à 15% propose, c’est un changement systémique, englobant
suivant les secteurs, à une baisse d’environ 20% des non seulement une réduction massive des déchets
GES émis par l’agriculture du continent d’ici à 2030, alimentaires, mais aussi favorisant des pratiques
mais également, a contrario, à une augmentation des agronomiques plus vertueuses dans les exploitations
émissions dans le reste du monde du fait d’une hausse agricoles et une évolution de notre alimentation vers
des importations. des régimes moins carnés.
L’autre rapport qui ressort des placards, c’est celui du Dès lors, la baisse de la production de viande qui
Département de l’agriculture états-unien (USDA), en découlerait pourrait n’avoir pas d’effet négatif
première analyse de la stratégie «De la ferme à la sur le marché européen. Mais l’évaluation de ces
fourchette», réalisée il y a près d’un an. Forcément conséquences s’avère particulièrement complexe.
biaisée par une lecture géopolitique aux intérêts L’étude de JRC exprime d’ailleurs clairement ces
divergents des Européens, cette étude venue d’outre- limites méthodologiques, notant que sa modélisation
Atlantique conclut, entre autres, à une baisse de 12% ne permet pas de prendre en compte «les synergies
de la production agricole européenne et à une hausse positives» qu’«un meilleur environnement» pourrait
des prix de 17%. apporter.
Un changement systémique « Les outils traditionnels, bien adaptés à l’étude
En réalité, tous ces rapports se ressemblent car des changements marginaux, se trouvent inadaptés
ils se basent sur le même genre de modèle: à l’évaluation de cette stratégie systémique»,
celui de l’équilibre de marché à partir d’un écrivent de leur côté les agronomes Xavier Poux
paramètre – la réduction des intrants chimiques. et Pierre-Marie Aubert, dans une note de l’Iddri
La plupart des calculs de rendement se basent en (Institut du développement durable et des relations
outre sur l’agriculture conventionnelle – et non internationales) publiée la semaine dernière, en
sur l’agriculture biologique pourtant appelée à se réaction à la salve d’études brandies à Bruxelles par
développer rapidement. C’est ainsi que Célia Nyssens, les lobbies productivistes.
chargée de l’agriculture au sein du Bureau européen Pour les deux chercheurs français, qui ont
de l’environnement, fédération d’ONG à Bruxelles, a modélisé depuis 2018 la transition agroécologique
dénoncé«une campagne de désinformation massive», du continent européen – le scénario «Tyfa» –
où «le lobby de l’agro-alimentaire industriel» a et récemment repris ce travail dans un ouvrage
picoré, dans les études, les résultats collant à son intitulé Demain, une Europe agroécologique (éditions
agenda. Actes Sud), «une végétalisation des régimes
De son côté le Copa-Cogeca, interrogé par Mediapart, alimentaires, en cohérence avec les recommandations
se défend. «Le Copa-Cogeca n’a procédé à aucune de l’Organisation mondiale de la santé, pourrait
sélection d’information, explique par courriel son compenser intégralement l’effet sur les volumes d’une
secrétaire général, Pekka Pesonen. Et, contrairement réduction de l’usage d’intrants chimiques en Europe».
à la caricature faite par certaines ONG, nous Plutôt que de s’inscrire dans cette perspective
n’avons pas parlé d’“étude d'impact” en commentant systémique, le ministre de l’agriculture Julien
les communiqués des différentes études et nous Denormandie ne retient que l’analyse mono-paramètre
avons toujours rappelé que toutes ces études ne de JRC. À la question de Mediapart sur la stratégie «De
remplaceraient pas le travail que la Commission la ferme à la fourchette», une semaine avant le vote au
pourrait/devrait conduire sur ce sujet.»

3/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

Parlement européen, le ministre français n’affirme pas toute la manœuvre de la confédération syndicale pour
un franc soutien à cette politique européenne. Tout au faire tomber la stratégie «De la ferme à la fourchette».
contraire. On y lit, entre autres, que certains amendements
«L’étude JRC, qui indique que l’agriculture dépassent la «ligne rouge» du Copa-Cogeca et qu’il y
européenne sera réduite de près de 15%, devrait a «besoin de lobby afin de modifier les amendements
interpeller chacun d’entre nous, nous répond-il au [...]».
cours d’une conférence de presse. De plus, deux tiers
de la baisse attendue des émissions de gaz à effet
de serre de l’agriculture seront compensés par une
hausse équivalente dans le reste du monde avec les
importations hors UE.»
Le ministre se montre d’ailleurs particulièrement Des vaches laitières dans une ferme assistée par des robots, en
critique vis-à-vis d’une agriculture qui serait plus Bretagne. Les lobbies qui s'attaquent à la stratégie “De la ferme à la
fourchette” défendent l'élevage industriel. © Damien Meyer / AFP
respectueuse des écosystèmes. «L’agroécologie, ce
n’est pas un projet politique, dit-il encore. Ce n’est pas Les axes déclinés pour aller dans ce sens font écho à
une vision nouvelle dans le milieu agricole. Cela se ce que nous racontions plus haut: «besoin de pousser
fait trop au détriment des agriculteurs, des objectifs de au niveau national» (cf.le positionnement de Julien
production, de notre souveraineté agricole.» Denormandie), «organisation de conférences sur les
études » (cf.les événements d’Euractiv et de Livestock
Le positionnement de l’État français colle à celui
Voice)… mais aussi «besoin de contacter autant
de l’agrobusiness européen. Or Julien Denormandie
d’eurodéputés que possible».
fait partie des négociateurs de la stratégie «De la
ferme à la fourchette»: après le vote des eurodéputés, L’organisation incite ses membres – parmi lesquels,
c’est au niveau du Conseil des États membres, et en France, la FNSEA – à contacter ses eurodéputés
en particulier entre ministres de l’agriculture, que la nationaux pour demander le report du vote et de
discussion se poursuivra. Ce long processus est ce nouveaux amendements, avec un «focus» sur les
que l’on appelle au niveau européen le «trilogue»: les élus de Renew (groupe parlementaire où siègent les
textes sont élaborés conjointement par la Commission, Macronistes français) et ceux des rangs sociaux-
le Parlement et le Conseil pour devenir réglementation démocrates.
et, éventuellement, réglementation contraignante. Une dizaine de jours avant le vote de l’hémicycle,
En attendant, le premier jet du Parlement, ce mardi, de nombreux élus de la majorité (droite, sociaux-
est déterminant pour cibler les objectifs des réformes démocrates, libéraux), mais aussi des députés
à engager dans le secteur agricole. Plus ils seront d’extrême droite ou du groupe des conservateurs, ont
ambitieux, plus la copie finale aura des chances de ainsi reçu des recommandations de vote du Copa-
l’être. Plus ils seront réduits, plus la copie finale sera Cogeca.
petit bras. Or, là aussi, le lobby agricole a tout fait, Enlever des mots
dès le départ, pour infléchir le texte en faveur de ses Dans ces documents auxquels Mediapart et
intérêts et du maintien d’une agriculture à dominante Lighthouse Reports – ainsi que quelques autres
productiviste, avec le moins d’obligations possible médias européens – ont eu accès, la confédération
pour le secteur de l’élevage. européenne propose aux parlementaires de modifier
Le 27 septembre, le Copa-Cegeca organisait une six amendements, en indiquant précisément les bouts
grande réunion avec ses représentants nationaux. de phrase qu’elle voudrait voir supprimer.
Mediapart a pu mettre la main sur les supports de
communication diffusés à cette occasion. S’y déroule

4/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

Chacune des courtes modifications demandées est gauche), d’autant que le premier fait partie de la
lourde de sens. Ainsi du mot «contraignant» dans l’un majorité au Parlement: dans le camp conservateur, les
des premiers amendements, qui détaille les objectifs concessions sur le texte ont déjà été faites.
de la stratégie «De la ferme à la fourchette»: son Pourquoi alors avoir envoyé ces demandes
apparition est systématiquement biffée dans le texte ; de modification? «Parce que depuis que ces
tout comme la mention que «ces objectifs sont très amendements de compromis ont été approuvés dans
raisonnables», qu’ils doivent être quantifiés au niveau les commissions agriculture et environnement, la
de chaque État membre, et qu’ils devraient être situation a changé à différents égards, à la fois au
«déclinés dans la législation», «y compris à travers niveau européen et international, répond à Mediapart
la révision de la Directive sur un usage durable des Pekka Pesonen, le secrétaire général du Copa-Cogeca.
pesticides». Plusieurs études, même avec leurs limites, ont évalué
Réviser cette directive européenne qui date de 2009 l’impact potentiel des objectifs de “De la ferme à la
est précisément un enjeu de premier plan pour fourchette” et montrent clairement que ces objectifs
toutes celles et ceux qui tentent de lutter contre le auront un effet significatif. » C’est pourquoi, estime-t-
recours à ces produits chimiques dévastateurs pour les il, le positionnement des députés sur les amendements
écosystèmes et la santé humaine… «peut changer à la lumière des résultats des études».
La confédération syndicale manifeste également son De fait, Herbert Dorfmann n’a pas été sourd aux
hostilité aux propositions d’étiquetage, de traçage, sirènes du Copa-Cogeca : avec 140autres élus du PPE
de labellisation: entre autres modifications, elle raye et de Renew, il a ajouté in extremis la semaine dernière
la demande d’information, pour tous les produits une proposition d’amendement, appelant à «une
d’origine animale, sur «la méthode de production, les étude d’impact ex ante robuste et scientifique» sur la
indicateurs de bien-être animal, le lieu de naissance, stratégie «De la ferme à la fourchette» – soit l’une
d’élevage et d’abattage». des demandes répétées de la confédération syndicale
Enfin, le diable se niche dans les détails: on trouve depuis le début de son offensive.
dans l’un des amendements une proposition en faveur Cette tactique d’approche, réitérée à chaque vote
d’une TVA zéro pour les produits sains et «durables» important en matière agricole – le Copa-Cogeca avait
comme les fruits et légumes, et d’une TVA plus également envoyé ses consignes lors du premier
élevée pour les produits malsains ou à «forte empreinte vote sur la nouvelle PAC, l’an dernier, comme nous
environnementale», comme la viande. Si l’on suit l’avions raconté dans Mediapart –, est un moyen
les recommandations du Copa-Cogeca, ces quelques d’exercer une pression continue. «Comme nous le
lignes devraient être supprimées. faisons sur tout sujet lié à l’agriculture, nous avons
En dépit de cette incursion méthodique dans le travail envoyé nos présentations et positionnement, et nous
parlementaire, il est peu probable que le Copa-Cogeca discutons avec autant d’eurodéputés que possible»,
obtienne gain de cause ce coup-ci. Ces amendements, indique ainsi Pekka Pesonen. Le principal lobby
qui doivent être votés ce mardi après-midi, sont le agricole européen a lancé une petite musique autour
résultat d’un compromis trouvé le 10septembre au sein de la stratégie «De la ferme à la fourchette» pour la
des deux commissions parlementaires agriculture et disloquer; il n’est pas près de s’arrêter.
environnement entre les différents partis politiques qui Boite noire
les composent. Cet article est le résultat d’une enquête menée
Il serait pour le moins étonnant de voir reculer les conjointement avec le site européen d’investigation
rapporteurs du texte, l’Italien Herbert Dorfmann (PPE, Lighthouse Reports, le média néerlandais Follow the
droite) et la Néerlandaise Anja Hazekamp (GUE,

5/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
6

Money, la radio allemande Deutsche Welle, et les de chacun. D’ailleurs, les spectateurs participent
médias italiens Investigative Reporting Project Italy également de façon interactive avec des sondages et la
(IRPI)etDomani. possibilité de poser leurs questions aux intervenants.
Mediapart a déjà travaillé avec Lighthouse Reports PS : l’information selon laquelle Copa-cogeca aurait
par le passé, en particulier sur une série d’enquêtes commandé une série d’articles auprès d’EURACTIV
publiées en juillet 2020 autour de l’exploitation des a déjà été démentie dans Le Monde du 12 octobre.
migrants en agriculture. On peut les retrouver ici : EURACTIV est un média indépendant. Nous ne
Exploitation de la main-d’œuvre immigrée: un vendons pas nos articles. Nos articles sont écrits
système cautionné par la PAC ; Terra Fecundis: par nos journalistes avec une totale indépendance
l’exploitation de travailleurs en «bande organisée» éditoriale et ils sont disponibles gratuitement sur les
visée par la justice; Dans les Landes, des saisonniers plateformes EURACTIV en anglais, en français et en
révèlent des abus chez le champion des carottes bio. allemand. »
En annexe, retrouvez les éléments de réponse Ci-dessous les questions que nous avions adressées à
d'Euractiv contacté au cours de cette enquête. Euractiv :
Prolonger • La conférence organisée le 12 octobre par Euractiv,
« Farm to Fork : What the analysis and data tell
En complément de notre article, voici les éléments us », était-elle financée par Croplife? J’ai pu lire
de réponse d’Euractiv fournis par son directeur de la «supported by Croplife» dans la présentation.
communication, Chris Powers:
• La modératrice de cette conférence, Jennifer Baker,
« EURACTIV prône une totale transparence sur est-elle une journaliste d’Euractiv?
les différentes sources de revenus des médias. • Savez-vous quels sont les intérêts défendus par
Par exemple, les sponsors qui nous permettent de Croplife dans la discussion autour de F2F (stratégie
financer l’organisation d’un débat sont clairement « De la ferme à la fourchette ») - Croplife étant un
identifiés comme tel (comme pour le débat Farm lobby de l’industrie des pesticides, comptant parmi
to Fork, en effet). Ils sont animés par des ses membres des entreprises comme BASF, Bayer
journalistes d'EURACTIV ou par des modérateurs Monsanto, Dow AgroSciences ou encore Syngenta
professionnels indépendants (comme Jennifer Baker) –?
afin d’assurer une conversation impartiale et • Comment expliquez-vous qu’un média comme le
constructive. L’indépendance de nos débats est la vôtre accepte ce type de sponsor?
clé de leur crédibilité et la raison de leur succès • Considérez-vous qu’en organisant cette conférence
grandissant, que ce soit en ligne ou hybride. Euractiv fait un travail journalistique ou un travail
Les débats EURACTIV à Bruxelles, Paris et Berlin, de communication?
sont inclusifs et représentatifs. Ils incarnent bien • J’ai eu comme information que le COPA-COGECA
le journalisme impartial et constructif qui est le avait commandé auprès d’Euractiv une série
nôtre. Nous invitons entre 4 et 6 intervenants d’articles qui paraît à partir de ce lundi 18 octobre
représentant les différentes perspectives : politique, autour des études produites au sujet de F2F. Est-ce
industrielle, associative, universitaire, société civile... que vous confirmez?
Cette diversité apporte aux spectateurs les clés du • Cette série d’articles a-t-elle fait l’objet d’un
débat politique existant et un aperçu des arguments financement extérieur et si oui, quel est le
financeur?

6/7
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
7

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

7/7