Vous êtes sur la page 1sur 13

Les Avantages Sociaux

Plan

I- Le Régime de la CNSS
II- Prestations maladie, maternité et incapacité
III- Avantages sociaux adaptés aux besoins des employés
A- congé maladie
B- congé maternité
C- congé paternité
D- congé parental
E- Congé pour raisons personnelles
F- vacances

1
I- Pour Mieux comprendre le Régime de la CNSS
A. Identité et Mission de la CNSS

La Caisse Nationale de Sécurité Sociale est un organisme public soumis à la tutelle


Administrative du Ministère chargé de l’emploi. Elle est dotée de la personnalité civile et de
l’autonomie financière.
Le régime de sécurité sociale géré par la CNSS couvre les salariés de l’industrie, du
commerce, de l’agriculture, de l’artisanat, de la pêche et des professions libérales. Il assure à
ses assurés une Protection contre les risques de suppression des revenus en cas de maladie, de
maternité, D’invalidité ou de vieillesse. Il leur sert aussi des allocations familiales et fait
bénéficier leurs Ayant droit d’une pension de survivant d’une allocation de décès.

B. Eligibilité:
La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) est un régime à adhésion obligatoire. Il
couvre tout salarié non assujetti à un autre système de sécurité sociale.
Le personnel mis à la disposition de l’Université et le personnel étranger ne sont pas éligibles
à ce système.

C. Déclaration à la CNSS
L’immatriculation des salariés à la CNSS est une obligation légale. L’employeur est tenu de
déclarer l’ensemble de ses salariés mensuellement pour leur permettre de bénéficier d’un
éventail de prestations sociales, qui sont considérées, selon les cas, comme revenus
complémentaires ou revenus de remplacement.
Le numéro d’immatriculation à la CNSS permet aux assurés :
_ L’identification du salarié ;
_ L’enregistrement des déclarations de ses salaires ;
_ La sauvegarde des droits.
Un seul numéro d’immatriculation est attribué pour toute la durée de la vie professionnelle.
La double immatriculation léserait le salarié dans ses droits.
L’adhésion volontaire au régime de Sécurité Sociale est ouverte au salarié, qui ayant cessé
d’être assujetti au régime obligatoire de Sécurité, et ayant cumulé un minimum de 1080 jours
de cotisations, peut continuer à cotiser à la CNSS en vue de parachever ses droits aux
prestations à long terme (invalidité, vieillesse, survivant) et à court terme (indemnités
journalières de Maladie, maternité, et allocation de décès).

D. Part Patronale et salariale des Taux de Cotisations à la CNSS :


Type de prestations Employeur Salarié Total
Prestations familiales par rapport à la masse salariale réelle 7,50% 0% 7,50%
Prestations sociales par rapport à la masse salariale plafonnée à 6000 Dirhams
8,60% 4,29% 12,89% TFP (Taxe sur la formation professionnelle)
1,6% 0% 1,6%.

E. Les Prestations Familiales :


a. Les allocations familiales :

2
Cet avantage est lié à l’exercice d’une activité professionnelle assujettie au régime et à la
perception d’un salaire minimum mensuel de 500 DHS.
_ Bénéficiaires :
• Les salariés des entreprises industrielles, commerciales, libérales et artisanales ;
• Les travailleurs saisonniers ;
• les titulaires d’une pension d’invalidité ;
• les titulaires d’une pension de vieillesse ;
• les titulaires d’une rente à la suite d’une incapacité permanente de travail égal ou
supérieur à 70% résultant d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle à la
condition que les enfants soient nés au plus tard le 300ème jours ;
• avoir la qualité d’une divorcée ayant la prise en charge des enfants.
_ Conditions d’Attribution :
• Etre domicilié au Maroc ;
• Justifier d’une période de cotisation d’au moins égale à 108 jours pendant six mois
d’immatriculation ;
• Percevoir un salaire minimum mensuel net de 500 DHS ;
• Avoir un ou plusieurs enfants à charge.
Les Allocations Familiales sont servies pour 6 enfants au maximum à la charge de l’assuré, du
pensionné ou bien de son conjoint veuf ou divorcé non salarié. Elles sont versés pour les
enfants à charge âgés de moins de 12 ans et jusqu’aux 18 ans ou 21 ans s’ils sont,
respectivement, en apprentissage ou scolarisés et sans limite d’âge pour l’enfant handicapé.
Le montant des allocations familiales est de 150 dirhams par mois pour les trois premiers
enfants et 36 dirhams pour les trois autres.
Lorsque le mari et la femme sont tous deux assurés et susceptibles de bénéficier des
allocations familiales, celles-ci sont versées exclusivement au mari. En cas de séparation des
conjoints ou de dissolution du lien de mariage, les allocations familiales sont versées à la
personne à qui revient la charge des enfants.
_ Dépôt de dossier :
• Remplir en 1 exemplaire le formulaire « demande de perception d’allocations familiales » ;
• Copie de la carte de la CNSS ;
• Copie de la Carte d’Identité Nationale ;
• Certificat de vie individuel ou collectif selon le nombre d’enfants ;
• Extrait d’acte de naissance pour chaque enfant ;
• Copie de la CIN de la mère ;
• Copie de la Carte de CNSS de la mère, si elle travaille ;
• Copie légalisée de l’Acte du mariage.

F. Les Prestations Sociales à Court Terme :


a- Indemnités Journalières de Maladie (IJM) :
Les indemnités Journalières de Maladie sont attribuées en cas de maladie ou d’accident,
autres que les maladies professionnelles et les accidents de travail.
_ Conditions d’attribution :
• L’assuré doit se trouver dans l’incapacité physique dûment constatée par un médecin.
• Le droit à la première indemnité est accordé au travailleur qui justifie de 54 jours de
cotisation pendant les six mois civils précédents l’incapacité de travail.
• Postérieurement à l’incapacité initiale, l’assuré ne peut prétendre de nouveau aux indemnités
journalières qu’après une autre période minimum de six jours de cotisations.
_ La procédure :
• Remplir en trois (3) exemplaires le formulaire « Avis d’interruption de travail et

3
demande d’indemnités journalières », ces formulaires doivent être remplis par le médecin
traitant, l’employeur, et le médecin de la CNSS ;
• Copie de la carte CNSS ;
• Copie de la carte d’identité nationale ;
• Pli confidentiel de son médecin traitant ;
• Procès verbal en cas d’un accident de la voie publique.
L’assuré doit déposer lui-même son dossier auprès de la CNSS afin d’effectuer une contre
visite par le médecin conseil de la CNSS.
_ La durée d’indemnisation : 52 semaines au maximum
_ Délai de carence : La nouvelle mesure sur les indemnités journalières de maladie (IJM) a
institué un délai de carence de 3 jours. Les salariés ne sont indemnisés qu’à partir du
quatrième jour de maladie.

b- Indemnités Journalières de Maternité :


En cas de maternité, les assurées bénéficient d’une indemnité journalière de maternité pendant
quatorze semaines dont sept au minimum après la date de l’accouchement.
_ Conditions d’attribution :
Pour bénéficier des Indemnités journalières de maternité, la femme salariée doit justifier de 54
jours de cotisations pendant les six mois qui précède la date de l’arrêt de travail, être domicilié
au Maroc, et avoir cesser tout travail salarié.
_ La procédure :
• Remplir en trois (3) exemplaires le formulaire « Avis d’interruption de travail et
demande d’indemnités journalières », ces formulaires doivent être remplis par le médecin
traitant, l’employeur, munit des pièces suivantes :
• Copie de la carte CNSS ;
• Copie de la carte d’identité nationale ;
• Extrait d’acte de naissance de l’enfant ou Certificat de décès en cas de décès du nouveau né ;
• Certificat de vie individuel de l’enfant.
Le service des ressources humaines de l’Université se charge du dépôt de dossier auprès de la
CNSS.

c- Congé à l’Occasion de Naissance :


Conformément à l’article 270 du Code de Travail, l’employeur doit verser au salarié une
indemnité équivalente à trois jours de congé de naissance. L’employeur se fait rembourser
ladite indemnité par la CNSS.
_ Conditions d’attribution :
• Etre salarié,
• Naissance d’un ou de plusieurs enfants,
• Déclarer la naissance dans les 30 jours qui suivent la naissance.
_ La procédure :
• Remplir le formulaire «Demande de remboursement de congé de naissance » en 3
exemplaires,
• Extrait d’acte de naissance de l’enfant,
• Certificat de vie individuel de l’enfant,
• Copie de la Carte d’Identité National de l’assuré,
• Copie de la Carte de CNSS de l’assuré.

4
d- Allocation de Décès
L’allocation du décès est versée aux personnes qui, au jour du décès, étaient à la charge du
travailleur assuré justifiant de 54 jours de cotisations dans les six mois précédant le décès ou
du pensionné d’invalidité ou de vieillesse, et à l’assuré décédé suite à un accident non régi par
la législation sur les accidents de travail. L’allocation de décès permet de faire face aux frais
funéraires.
Le délai de prescription du droit à l’allocation décès est fixé à 9 mois à partir de la date du
décès.
Le montant de l’allocation décès est une somme forfaitaire fixée à 12.000 DHS.
Par ordre de priorité, peuvent obtenir l’allocation décès le conjoint ou l’épouse, à défaut, les
descendants, les ascendants, les frères et soeurs, à défaut la personne qui a supporté les frais
funéraires. Dans ce dernier cas, le montant de l’allocation au décès ne peut dépasser 6000
DHS.

G. Prestations Sociales à Long Terme


a- Pension d’Invalidité :
Si l’assuré présente une maladie de longue durée le rendant totalement incapable d’exercer
son travail, il aura droit, à une pension d’invalidité. Cette pension est accordée à l’assuré âgé
de moins de soixante ans qui présente une invalidité présumée permanente non couverte par la
législation sur les accidents du travail et les maladies professionnelles, dûment constaté par le
médecin désigné ou agrée par la Caisse Nationale de Sécurité Sociale, et qui justifie d’au
moins de
1080 jours d’assurance dont cent huit (108) jours pendant les douze mois civils qui précédent
le début de l’incapacité de travail.
_ La procédure :
• Remplir en trois (3) exemplaires le formulaire F.314-1-04 « Demande de pension
d’Invalidité», ces formulaires doivent être remplis par le médecin traitant et l’employeur ;
• copie de la Carte d’Immatriculation à la CNSS ;
• Copie de la Carte d’Identité Nationale (CIN) ;
• Certificat de vie de date récente ;
• Certificat de cessation d’Activité précisant la date d’arrêt de travail ;
• Certificat médical précisant la nature de la maladie, la durée et la date du début
d’incapacité ;
• Copie de la demande initiale des IJM si l’assuré a bénéficié des IJM.
Si l’état de l’assuré requiert l’assistance d’une tierce personne, la pension est majorée d’une
somme égale à 10% du salaire de référence.
La pension d’invalidité est remplacée par une pension de vieillesse lorsque le bénéficiaire
atteint l’âge ouvrant droit à la dite pension.

b- Pension de vieillesse :
Pour bénéficier d’une pension de retraite, l’assuré doit être âgé d’au moins 60 ans, cesser
toute activité salariée et justifier d’au moins de 3240 jours d’assurance. Conformément à la loi
du travail, l’employeur est tenu de garder en activité tout salarié qui à l’âge de soixante ans ne
justifient pas de la période d’assurance fixée par la CNSS
_ La procédure :
• Remplir en trois (3) exemplaires le formulaire F.315-1-0 ;
• Copie de la Carte d’Immatriculation à la CNSS ;
• Copie de la Carte d’Identité Nationale;
• Certificat de vie de date récente ;
• Certificat de Cessation d’Activité précisant la date d’arrêt de travail ;

5
• Copie de la demande initiale des IJM si l’assuré a bénéficié des IJM.
_ Taux de pension de vieillesse :
Minimum : 50% du salaire mensuel moyen pour les assurés qui justifient 3240 de cotisation.
Maximum : 70% du salaire mensuel moyen.
Le salaire mensuel moyen n’est pris en compte que dans la limite d’un plafond de
6000 DHS.

c- Pension de survivants :
La pension de survivants est accordée aux ayants droit d’un assuré ou d’un pensionné décédé.
Les ayants droits de l’assuré sont :
• Conjoint ou épouses ;
• Enfants à charge âgés de moins de 12 ans, jusqu’à l’âge de 18 ans s’ils
Sont placés en apprentissage ou 21 ans s’ils poursuivent leurs études, et
Sans limite d’âge pour l’enfant handicapé.
_ Conditions d’attribution :
La pension de survivants est accordée aux ayants droits de l’assuré décédé qui remplissait les
Conditions suivantes :
• Etre titulaire d’une pension d’invalidité ou de vieillesse;
• Ou justifiant ou moins de 1080 jours de cotisations à la date de décès.
La pension de survivants n’est due à un conjoint que si le mariage a été consacré deux
Ans au moins avant le décès. Toutefois, le droit à la pension de veuve est acquis si un enfant
est Né ou a été conçu durant l’union conjugale. En cas, de remariage, le droit à pension est
supprimé.

II- Prestations Maladie, Maternité et Incapacité


A- Eligibilité

Sont éligible à cette prestation :


• Le personnel à temps plein sous contrat à durée déterminé
• Personnel à temps plein sous contrat à durée indéterminé
L’assurance de base et l’assurance complémentaire sont prises en charge par l’Université.
Les professeurs à temps plein de nationalité étrangère et le personnel mis à la disposition de
l’Université peuvent bénéficier de cette prestation en supportant eux-mêmes les primes y
afférentes.

B- Assurance de base
a- Prestations Maladie et Maternité:
_ Prestation Maladie :
_ Remboursement des frais chirurgicaux et d’hospitalisation consécutifs à concurrence de
30.000 Dhs avec possibilité de prise en charge.
_ Remboursement des frais médicaux, pharmaceutiques et frais d’hospitalisation à
Concurrence de 80 % des frais engagés.
_ Optique:
_ Remboursement des verres de lunettes à hauteur de 80% des frais engagés (selon le tarif des
opticiens au Maroc).
_ Les montures des lunettes sont remboursées dans la limite de 800 dhs
_ Soins Dentaires:
_ Les remboursements des soins dentaires sont à 80%des frais engagés, en tenant compte de
la clé D qui est égale à 20 dhs (selon les tarifs de dentistes au Maroc).

6
_ Les prothèses dentaires sont remboursables après accord de la compagnie dans la limite de
3,000 Dhs pour une période de 12 mois.
_ Prestation Maternité :
Les frais de maternité sont pris en charge comme suit :
_ Accouchement simple : 2000 dhs
_ Accouchement gémellaire : 3000 dhs
_ Les frais pré et postnatal: 80% avec maximum de 2.000 dhs
_ Les fausses couches accidentelles : 80% avec maximum de 2.000 dhs
_ Accouchement par césarienne : prise en charge à 100%
Le plafond général des remboursements par maladie, par personne et par an, est de
30.000 DH
N.B : Les dossiers de maladie qui ne dépassent pas 500 DH du total des frais engagés, ne sont
pas soumis à la contre-visite.
_ La prime annuelle par adhérent :
• par adulte : 820 DH
• par enfant à charge : 640 DH

C- Assurance complémentaire:
L’assurance complémentaire garantie, à hauteur d’un 1.000.000.00 DH, la couverture des
frais chirurgicaux, médicaux et pharmaceutiques ainsi que les frais de transport.
L’assurance complémentaire est divisée comme suit :
* De 30.001,00 à 400.000,00 Dhs: Remboursement dans la limite de 80%
* De 400.001,00 à 750.000,00 Dhs: Remboursement dans la limite de 100%
* Frais de transport médical : Remboursement à concurrence de 250.000,00 Dhs.
_ La prime annuelle par adhérent :
• par adulte : 490 DH
• par enfant à charge : 190 DH
La souscription à l’assurance complémentaire est obligatoire pour tout assuré affilié à
l’assurance de base.

D- Tableau des Prestations Maladies


Nature des Soins et des Frais Taux de Remboursement Conditions Particulières
Consultations et visites de médecins, omnipraticiens et spécialistes 80% actes de pratique
médicale courante et de spécialité et petite chirurgie.
80 % Sont exclus de la garantie les frais relatifs à la ménopause, asthénie sexuelle, stérilité
primaire et secondaire. Interventions chirurgicales honoraires du chirurgien frais annexes à
une opération 100% au Maroc .80% à l’Etranger
Médicaments 80% Ne sont remboursés que les médicaments délivrés sur ordonnance
médicale par un pharmacien légalement diplômé frais de séjour en hôpital ou en clinique
100% au Maroc ,80% à l’Etranger Prestation soins dentaires
80% Selon les tarifs des dentistes au Maroc (avec clé D =20 Dhs)
La garantie ne s’applique pas si pour une même dent, les soins sont faits plus d’une fois.
Prestation Prothèse 80% à hauteur de 3000 dhs Ce remboursement est limité par personne et
par période de 12 mois. L’assuré doit obtenir l’accord écrit de la compagnie avant
d’entreprendre le traitement.
La garantie ne s’applique pas au renouvellement de la même prothése
Prestation de para –dentaire
3000 dhs Idem que la prothèse
Prestation d’ortho –dentaire

7
3000 dhs Après accord de la compagnie pour les enfants mois de 12 ans jusqu’ à l’âge de16
ans. Forfait d’accouchement simple 2000 dhs L’indemnité est versée sur présentation de
l’extrait d’acte de naissance du nouveau né.
Lorsque la grossesse menacée ou l’accouchement pathologique donnent lieu à un acte médical
ou chirurgical, la compagnie remboursera 80% des frais engagés frais d’accouchement
gémellaire 3000 dhs accouchement par césarienne 100% Prise en charge :
Frais pré et post natals 80% Maximum = 2000dhs
Vaccins préventifs 80% Accordé jusqu’à l’âge de 5 ans
Prestation optique
Monture : 800 Dhs tous les2 ans
Verres : 80% selon les tarifs des opticiens en vigueur
Les verres de contact & les lentilles cornéennes ainsi que les verres antireflets ne sont pas
garanties.

E- Assurance Incapacité et Invalidité :


a- Eligibilité
Sont éligible à cette prestation :
* Le Personnel marocain permanent
* les Professeurs marocains ne relevant pas de l’Etat
L’assurance incapacité et invalidité est prise en charge par l’Université.
Les professeurs à temps plein de nationalité étrangère et le personnel mis à la disposition d
l’Université peuvent bénéficier de cette prestation en supportant eux mêmes les primes y
afférentes. Taux de prime : 0.80 % du salaire.
b- Incapacité temporaire ou partielle totale :
_ Lorsque le malade est contraint de cesser toute activité suite à un accident ou une maladie,
la compagnie d’assurance lui versera 50% du salaire à partir du 31ème jour d’arrêt de travail
pour une période de 12 mois.

c- Invalidité Permanente Totale:


_ Si l’affilié est victime d’une maladie ou accident à un taux d’invalidité supérieur à 66%, la
compagnie d’assurance lui versera une rente à concurrence de 40% de son salaire annuel
jusqu’à sa mise en retraite.

Avantages sociaux adaptés aux besoins des employés

Définition :

Les régimes d’avantages sociaux « à la carte » s’avèrent un moyen de fournir des avantages
sociaux adaptés aux besoins des employés, ce qui n’est pas toujours possible avec des régimes
« universels ». Dans le cadre de tels régimes, l’employé a la possibilité de choisir le genre et
le niveau de couverture qu’il désire parmi les avantages offerts tels l’assurance-maladie, les
soins dentaires, l’assurance-vie, l’assurance en cas de décès accidentel ou de mutilation et
l’invalidité de longue durée.

De façon générale, ces programmes permettent à l'employé de personnaliser son programme


d'avantages pour qu'il réponde à ses besoins de couverture tout en respectant son budget.
Avec le temps et selon les circonstances, l'employé peut modifier son choix d'avantages.

8
Un régime à la carte prévoit généralement des crédits (parfois appelés « crédits variables »)
qui en couvrent les frais. Ces crédits constituent en quelque sorte le « compte » de l’employé.
Ce dernier les affectera à différentes options de couverture selon ses besoins. Le cas échéant,
les crédits non affectés sont remis dans le « compte », encaissés, reportés ou déposés dans un
REÉR.

D’autres régimes à la carte sont structurés de manière que l’employeur puisse fournir une
couverture de base à tous ses employés tout en permettant à chacun de sélectionner un niveau
de couverture pour chacune des options offertes, la plage s’étendant d’une absence de
couverture à une couverture étendue, chaque niveau ayant une valeur monétaire déterminée.

Remarques :

• Un régime d’avantages sociaux à la carte confère aux employeurs la possibilité


d’offrir à chaque employé un régime mieux adapté à ses besoins tout en l’aidant à
gérer les coûts du régime.

• Les employeurs peuvent déterminer pour chaque exercice le niveau de financement du


régime plutôt que de voir ce niveau imposé par des augmentations des prestations des
régimes d’assurance. En règle générale, il s’agit d’une contribution calculée sur la
base d’un montant forfaitaire par employé ou d’un pourcentage du salaire de chaque
employé.

• Les employeurs peuvent plus facilement contrôler les coûts du régime en optant pour
des avantages sociaux comportant des modalités de contrôle des coûts. Ils peuvent
aussi concevoir les régimes et en fixer les prix de manière à ce qu’ils soient attrayants.

• En règle générale, les employés peuvent modifier leurs choix au début de chaque
exercice.

Congé de maladie
Définition :

Le congé de maladie permet aux employés de s'absenter du travail lorsqu'ils sont malades. Ce
n'est pas vraiment un congé pour obligations familiales mais il peut parfois être utilisé comme
tel.

En bref, que dit la législation sur les normes d'emploi?

• En général, les employés ne peuvent être congédiés, suspendus, mis à pied ou


rétrogradés lorsqu'ils sont en congé de maladie. Au Canada, la législation sur les
normes de travail ne prévoit ce congé que dans quatre administrations (Canada,
Québec, Yukon et Terre-Neuve) et il n'est pas payé.

Remarque :

9
• Certaines entreprises, dans leurs régimes d'avantages sociaux, accordent aux employés
la possibilité de s'absenter en cas de maladie pendant une période déterminée sans
perte de salaire.

• Les employés peuvent aussi généralement prendre quelques unes de ces journées
annuellement sans avoir de certificat du médecin.

• Si l'employé doit prendre un long congé pour cause de maladie, il peut avoir droit de
prendre un congé mais non payé. Il peut alors avoir droit aux prestations de maladie de
l'assurance-emploi ou d'autres régimes de compensation pour les maladies et accidents
professionnels.

• Il arrive que certains employeurs permettent à leurs employés d'utiliser en partie leur
banque de congé de maladies pour couvrir certaines obligations familiales.

• Le congé de maladie peut aussi être associé au congé de maternité lors de


complications liées à la naissance d'un enfant.

Congé de maternité
Définition :

Ce congé permet à la mère de s'absenter du travail durant la période suivant la naissance de


l'enfant.

En bref, que dit la législation sur les normes d'emploi?

• Une employée qui donne naissance peut sous certaines conditions avoir droit à un
congé non payé de 17 semaines (18 semaines en Alberta, en Colombie-Britannique, au
Québec et en Saskatchewan). Les employées doivent donner un avis écrit à leur
employeur quelques semaines avant le début du congé. De même, le congé peut
commencer jusqu'à la 16è ou 17è semaine avant la date prévue de l'accouchement
pour se terminer au plus tard 17 semaines après la date réelle de l'accouchement selon
la juridiction. À son retour, l'employée doit être normalement réintégrée dans son
poste ou affectée à des fonctions équivalentes au même salaire et avec les mêmes
avantages.

• Généralement, une employée doit avoir été employée de façon continue par le même
employeur pendant un certain temps sauf en Colombie-Britannique, au Nouveau-
Brunswick et au Québec qui n'ont pas de telles exigences.

• Au fédéral et au Québec, une employée qui est enceinte ou qui allaite peut demander à
son employeur de modifier temporairement ses fonctions ou de l'affecter à un autre
poste si le fait de continuer à remplir de telles fonctions présente un risque pour sa
propre santé, ou celle du foetus ou de l'enfant. Cette demande doit toutefois être
accompagnée d'un certificat, établi par un médecin qualifié. S'il est impossible de
l'affecter à d'autres fonctions ou de modifier ses tâches, elle peut prendre congé
immédiatement.

• De même, dans plusieurs administrations, la législation sur les normes d'emploi


prévoit que les régimes d'avantages sociaux peuvent demeurer en vigueur pendant le

10
période de congé à la condition que l'employée verse, dans un délai raisonnable, toutes
les cotisations qu'elle aurait normalement payées.

• Au fédéral, un employeur ne peut congédier, mettre à pied ou rétrograder une


employée parce qu'elle est enceinte ou parce qu'elle a l'intention de prendre un congé
de maternité. L'employeur ne peut pas non plus invoquer le fait qu'elle est enceinte
pour lui refuser de l'avancement ou de la formation.

Remarque :

• Durant leur congé de maternité, les employées qui sont éligibles peuvent recevoir des
prestations de maternité de l'assurance-emploi durant 15 semaines suite à une période
de carence de deux semaines.

• Certains employeurs offrent un régime de prestations supplémentaires de chômage qui


comble en partie la différence entre les prestations de maternité de l'assurance-emploi
et le salaire de l'employée.

Congé de paternité
Définition :

Le congé de paternité s'adresse au père de l'enfant et lui permet de s'absenter du travail durant
quelques jours ou semaines suite à la naissance d'un enfant.

En bref, que dit la législation sur les normes d'emploi?

• Le congé de paternité n'existe pas en tant que tel dans les lois sur les normes d'emploi
au Canada. En général, la législation considère que le congé parental fait figure de
congé de paternité de longue durée pour les pères qui désirent s'absenter du travail
pour prendre soin de leur enfant.

• La Colombie-Britannique offre un congé de 5 jours sans solde pour s'occuper des


responsabilités familiales. Le Québec offre aussi un congé semblable pour les soins
d'un enfant.

Remarque :

• Ce congé permet au père de consacrer du temps au soin de la mère et de son enfant.

• Environ un tiers des conventions collectives prévoient un congé de paternité de


quelques jours. Le congé de paternité de plusieurs semaines est rarement offert au sein
des entreprises canadiennes. Dans ce cas, le père peut se prévaloir du congé parental.

11
Congé parental
Définition :

Ce congé permet au père et/ou à la mère de s'occuper d'un enfant qui vient d'arriver dans leur
famille qu'il soit leur enfant naturel ou un enfant adopté.

En bref, que dit la législation sur les normes d'emploi?

• Dans toutes les administrations canadiennes, les employés peuvent avoir droit à un
congé parental sans solde qui varie de 12 à 52 semaines.

• Les employés doivent donner un avis écrit à leur employeur quelques semaines avant
le début du congé. À leur retour, les employés doivent normalement être réintégrés
dans leur poste ou affectés à des fonctions équivalentes au même salaire et avec les
mêmes avantages.

• Dans dix administrations, les deux parents, en tant qu'employés, peuvent prendre un
congé parental. Il peut être partagé par les parents dans trois autres administrations.

• Certaines administrations permettent aux employés de maintenir leur participation


dans des régimes d'avantages sociaux à condition qu'ils versent, dans un délai
raisonnable, toutes les cotisations qu'ils auraient normalement payées.

Remarque :

• Durant leur congé parental, les employés qui y sont éligibles peuvent recevoir des
prestations de congé parental de l'assurance-emploi.

• Relativement peu d'employeurs offrent un régime de prestations supplémentaires de


chômage qui comble en partie la différence entre les prestations de congé parental de
l'assurance-emploi et le salaire de l'employé.

Congé pour raisons personnelles


Définition :

Le congé pour raisons personnelles permet aux employés de s'absenter des lieux de travail
afin de pourvoir aux besoins ou obligations qui les touchent personnellement (par exemple, un
déménagement).

En bref, que dit la législation sur les normes d'emploi?

• En général, ce congé n'existe pas dans les lois sur les normes d'emploi. Cependant, les
lois sur les normes d'emploi comprennent d'autres congés qui permettent aux
employés de pourvoir à leurs obligations personnelles. Parmi ces congés, on retrouve

- les vacances annuelles,


- les congés de décès,
- les congés pour obligations familiales,

12
- les congés pour fonctions judiciaires,
- le congé payé d'un jour à l'occasion du mariage d'un employé.

Remarque :

• Le nombre total de journées de congé disponibles est limité annuellement de même


que le nombre de journées de congé consécutives que les employés peuvent prendre.

• L'accès aux congés pour raisons personnelles permet aux employés de ne pas utiliser
leurs vacances pour voir à leurs besoins personnels.

• Cette mesure accroît le moral des employés et favorise le recrutement et le maintien


des effectifs. Elle peut aussi aider à réduire les tensions entre les employés qui utilisent
leurs congés pour responsabilités familiales et ceux qui, n'ayant pas de dépendants,
n'ont pas accès à ces congés.

• Ce congé peut être amalgamé avec le congé pour responsabilités familiales.

Vacances
Définition :

Les vacances font partie des politiques et pratiques les plus communes en milieu de travail.
Les entreprises peuvent aider leurs employés en leur accordant suffisamment de flexibilité
pour leur permettre

• de les partager en périodes plus courtes;

• de prendre leurs vacances en même temps que leur conjoint;

• de prendre congé durant la période estivale alors que les enfants sont à la maison.

Remarque :

• Partager les vacances en périodes plus courtes permet au gestionnaire de ne pas


remplacer certains employés essentiels.

• Cette mesure permet aux employés de répartir leurs vacances selon un horaire qui leur
convient mieux.

• Permettre aux employés de prendre leurs vacances durant l'été permet au gestionnaire
de mieux planifier le recrutement des employés saisonniers.

13