Vous êtes sur la page 1sur 17

Observation en lumiere polarisee non analsee

(LPNA):
Pour un mineral, avec l’observation en LPNA on peut

apprecier les proprietes optiques suivantes:

1. La forme

2. Le clivage

3. Le pleochroisme

4. Le relief

5. Les inclusions

6. Les alterations
1. La forme:

La forme d’un mineral correspond a l’aspect morphologique qu’il presente


Dans une section d’une roche donnée, selon le milieu e croissance, les


Mineraux developpent differrentes formes:
• La forme automorphe:


elle se definie par des faces cristallines bien développées et des


Angles francs. Les mineraux presentent donc des formes


geometriques qui varient selon la nature du mineral et sa section,


generalement cette forme caracterise ceux qui cristalise en


premier lieu lors de la solidification du magma.

Fig1:forme automorphe
• La forme xénomorphe :


Les mineraux sont dites xenomorphe lorsqu’ils ont des


contours quelconques,ne presentent donc, aucune face formée


et aucun angle reconnaissable, c’est le cas des mineraux cristallisant


dans des cavités ou des espaces laissés entre des


cristaux formsés antérieurement
Fig2: forme xenomorphe
Fig3:relation section et forme d’un minéral
2 . Le clivage:

Les clivages sont des plans de faiblesse dans la structure atomique du

mineral. En LPNA, les clivages apparaissent dans un mineral, en lignes

rectilignes, parallèles et equidistantes. Ces lignes correspondent aux traces

des plans de clivage. On distingue plusieurs qualités de clivage:



 Clivge parfait, fin,continu ou regulier(mica) )


Fig4: clivages fins
clivage moyen (amphibole) :

Fig5: clivages moyen


grossier, irregulier et non continu(pyroxéne)

Fig6:clivages grossiers
4. La couleur et le pleochroisme:

Certains mineraux colorés changent de couleur lorsque l’on

tourne la platine, il passent d’une couleur claire à une couleur

foncée. Chacune de ces couleurs est observée deux fois au

cours d’une rotation complète de la platine(360°). C’est le

phenomène du pléochroisme et les mineraux sont dits

pleochroiques.

si le mineral presente sa couleur la plus foncée lorsque la

direction de son allongement est parallèle au plan de vibration

du polariseur, ou faisant avec lui un angle inferieur à 45°, le

pleochroisme est direct.


Figure7: le pleochroisme, exemple de la
biotite qui presente un pleochroisme direct
si par contre, le maximum d’observation se produit lorsque

l’allongement est perpondiculair au plan de vibration du

polarisuer, ou lorsqu’ilfait avec ce dernier un angle superieur a

45°, le pleochroisme est inverse.

Fig8:le relief des mineraux, des contours bien


marqués pour les mineraux a fort relief et des
contours fins pour les mineraux a faible relief.
4. Le relief:

Le relief correspond a la rugosite que montre un mineral en lame mince. Il


s’agit d’irregularites de surface qui par reflexion et refraction concentre


Et disperse la lumiere.

Fig9:le relief des mineraux, des contours bien marqués pour


les minéraux a fort relief et de contours fins pour les
mineraux a faible relief.
5. Les inclusions:

On appelle inclusion tout corps bien reconnaissable avec des limites nettes,


englobé par un minéral hote.Les inclusons sont nombreuses et variées, tant


par leur forme que par leur nature(solide ou gaz).


On peut cité quelques inclusions caracteristiques de certains mineraux:

- Inclusions d’apatite(en baguettes ou en sections hexagonales) dans le

quartz.

- Inclusions charbonneuses en croix dans les andalousites

- Inclusions de zircon avec ler auréole pleochroique dans les biotites

- Inclusions liquides(eau, acide carbonique, solution salées) ou gazeuse

(CO2) sous forme de cavité et des bulles fréquentes dans le quartz.


Fig10:inclusions, A:zircon dans une biotite, B : apatite et inclusions
fluides dans unquartz.
6. Les altérations:

On dit qu’un mineral est altéré lorsqu’il presente des signes de

Destabilisation Et de transformations. Ces dernières commencent à

apparaitre a la peripherie du mineral, l long des cassures et suivant les

plans de clivages. La transformation peut aller jusqu’au remplacement, plus

ou moins complet, du minéral initial donnant lieu parfois a la formation d’un

nouveau mineral.

Il’est signaler que la limite entre le mineral initial et le mineral

secondaire(produit d’alteration) est toujours floue. Ce qui represente une

diference par rapport aux inclusions ou la limite est oujours nette.

A noter que crtains mineraux ne s’altèrent pas, ceci etan une de leurs

caracterisiques.Exemple: le quartz et la muscovite.


Fig11: alteration de mineraux, A alteration
d’un feldspath alcalin en argile, B: alteration
de plagioclase sericite, C:alteration de
labiotite en chlorite.