Vous êtes sur la page 1sur 12

Traitements thermiques des

métaux
Les traitements thermiques se répartissent en deux grandes catégories

• Les traitements de durcissement

• Les traitements d’adoucissement

Ils se classent aussi selon qu’ils ont:

– Pour effet de modifier en profondeur les propriétés du matériau


(traitement dans la masse)

– Pour effet de modifier superficiellement les propriétés du


matériau sur une profondeur limitée calculable (traitements
thermiques superficiels ou de surface)

GLOSSAIRE
Structure cristalline du fer
Austénitisation Fer γ
Fer α

T°idéale

Structure cristalline Structure cristalline


cubique centrée cubique à faces centrées
Les Traitements Thermiques
Définition: Les traitements thermiques ont pour but de modifier la structure de
l’acier (au cœur ou en surface) dans l’optique d’améliorer les performances des
caractéristiques mécaniques ou de retrouver ses caractères initiaux.
Aciers : ce sont des alliages contenant jusqu'à 2,06 % de carbone, sous forme de carbure de fer ou cémentite.

V Fer : le fer possède deux structures cristallines différentes. En dessous de la température d’austénitisation, le fer
possède une structure cristalline cubique centrée (fer α). De 960°C à 1400°C le fer possède une structure cubique face
O centrée (fer γ).

C Ductilité : aptitude d'un corps de se laisser tirer sans se rompre.

A Malléabilité : aptitude du métal à se laisser réduire en feuilles minces par laminage. Cette caractéristique dépend de la
plasticité.
B
Résilience : résistance d'un métal aux chocs.
U
Ténacité : résistance à la rupture d'un métal.
L
Austénite : l'austénite est une solution solide de carbone dans le fer γ.
A
I Cémentite : (ou carbure de fer) la cémentite est constituée de molécules composées d'atomes de fer et d'atomes de
carbone. Pour obtenir un carbure de fer, il faut 3 atomes de fer et un atome de carbone (Fe3C).
R
Ferrite : la ferrite est une solution solide de carbone dans le fer α.
E
Martensite : solution solide sursaturée de carbone. La martensite est un composant de trempe.

TT DE MASSE
Les traitements thermiques de masse
Les principaux traitements thermiques de masse sont:

- La trempe : qui durcit la pièce mais qui crée des tensions au cœur de la masse
- Le revenu : qui élimine les tensions internes
- Le recuit: qui permet de retrouver les caractéristiques de l’acier avant traitement

TREMPE

REVENU

RECUIT
Les traitements thermiques de masse
LA TREMPE

Définition: cycle thermique que subit la pièce, consistant en un chauffage à température


d’austénitisation, puis d ’un maintien à température suivi d ’un refroidissement rapide.

a) chauffage pour atteindre la température d ’austénitisation. (transformation de l ’acier en


Austénite par passage du Fer α au Fer γ).

b) le maintien à température dissout les carbures dans l ’austénite. (le carbone de la cémentite Fe3C
se sépare pour s ’incérer au centre des mailles du Fer γ, ), durée: 1min/mm d ’épaisseur de pièce.

c) le refroidissement rapide (l ’eau, l ’huile ou l ’air) évite la formation de la perlite (constituant obtenu
par la croissance de lamelles de cémentite alternées avec des lamelles de ferrite en cas de
refroidissement lent).

T
E
M
Le carbone reste ainsi en solution forcée
P dans le Fer α. Ce qui confère beaucoup de
E dureté à ce nouveau constituant appelé
R « MARTENSITE ».
A
T
U
R
E
TEMPS Les températures

LE REVENU
Détermination de la température d’austénitisation
Cette valeur dépend directement de la proportion de carbone dans la matière. On
l’obtient en lisant le Diagramme d’équilibre Fer-Carbonne. Elle est parfois spécifiée
dans les caractéristiques de la matière suivant le fournisseur REVENU
Exemple pour du C40 soit un acier non allié avec 0,4% de carbone

Température d’austénitisation, 850°C

850 °

Cette température doit être maintenue dans toute la pièce pendant un temps minimum
1min/mm d’épaisseur de pièce
Les traitements thermiques de masse
LE REVENU
Après des étapes de mise en forme à froid, le métal contient un grand nombre de défauts cristallins ponctuels
qui lui confère une résistance mécanique augmentée. En même temps la ductilité du matériau est réduite.
Pour regagner cette ductilité, on utilise le revenu

Le Revenu est effectué systématiquement après la trempe: cycle thermique que subit la pièce,
consistant en un chauffage entre 200° et 600°, puis d ’un maintien à température suivi d ’un
refroidissement lent.
a) -chauffage à 200° mini pour éliminer les tensions internes dues au refroidissement brutal de la périphérie de la pièce
sur le cœur dilaté. La contraction brutale de la périphérie, lors de la trempe, engendre des tensions entre le cœur et la
périphérie.

- chauffage entre 200° et 600° pour rechercher une valeur de caractéristique mécanique précise.

b) - maintien à température pendant une heure mini pour permettre l ’élimination des tensions dans toute la masse.

c) - refroidissement lent pour éviter la formation de nouvelles contraintes ou tensions internes.


T
E
M
P
E air
R
A Les températures
T
U
R
E LE RECUIT

TEMPS
Quelle température choisir pour un revenu si on veux
obtenir des caractéristiques mécaniques précises
Une fois que la formation de martensite est complète, la structure est très dure et très cassante. Pour
arriver à un état intermédiaire où la résistance est encore élevée, mais la résilience et la ductilité
sont augmentées, on conduit un traitement de revenu qui selon la température engendre les
changements suivants

Pour connaître la température de revenu en fonction des caractéristiques désirées, il faut se référer à
des abaques ou diagrammes. Il faut choisir le diagramme en fonction de la matière de la pièce.

Exemple ici le diagramme de revenu pour un acier de composition 1.5 Cr

Plus la résistance mécanique R diminue, plus la


température de revenu est élevée. Par contre, la
ductilité et la résilience augmentent avec
la température.

On peux donc connaître avant de faire un revenu,


les caractéristiques mécaniques que la pièce aura.

LE RECUIT
Les traitements thermiques de masse
LE RECUIT

L’intérêt d’effectuer un recuit est de mettre l ’acier dans une certaine structure pour
permettre l ’usinage ou la mise en forme par déformation plastique ou de régénérer la
structure.

Le Recuit : cycle thermique que subit la pièce, consistant en un chauffage entre


700° et 1000°, puis d ’un maintien à température suivi d ’un refroidissement lent.

T
E
M
P
E air
R
A
T
U
R
E
CARACTERISTIQUES
Exemple de structures observées au microscope avec un grossissement de: x 500
sur un acier C40 contenant 0,40% de Carbone.

Etat Recuit : on distingue des


grains sombres constitués
de « PERLITE » et des grains
clairs constitués de « FERRITE »

Etat Trempé : on distingue des


aiguilles noires sur un fond clair
caractérisant la « MARTENSITE »

APPLICATION
Application d’une trempe
Exemple de Traitement Thermique pour une bride en C40 5 de longueur =120mm,
et d ’épaisseur =20mm.
Caractéristique demandée: Re=700 à 800Mpa

20min
850°
eau

Trempe

Commentaires: Trempe
a) chauffage à 850° pour mettre l ’acier dans le réseau cristallin cubique à face
centrée correspondant au Fer g.

b) maintien pendant 20 minutes à 850° pour dissoudre les carbures dans toute la
masse de la pièce. Les atomes de carbone de carbure se dissocient et s ’insèrent au centre des
mailles du réseau du Fer g.

c) refroidissement rapide en plongeant la pièce dans un bac d ’eau. Le réseau


cristallin ( Fer g ) revient en Fer a de manière quasi instantanée, tout en gardant les atomes de
carbone en solution forcée dans ce Fer a. Ce nouveau constituant est appelé: MARTENSITE.
C40 (XC38)

Application d’un revenu Caractéristiques mécaniques après trempe


à l ’eau à 850°

Rm MPa A%
Re MPa KCU daJ/cm2

Caractéristique demandée: Re=700 à 800Mpa 1800 36

1600 Rm 32

1400 28

1200 24
Re
1000 20
20min
850° eau 800 16

600 12
A%
400 8
1heure KCU
550° 200 4

0
0 200 400 600
air Diagramme de revenu
Trempe
Revenu

a) chauffage à 550° pour atteindre la température permettant l ’obtention des 800 à


900 Mpa.

b) maintien pendant 1 h à 550° pour libérer toutes les tensions et garantir que la
dureté à cœur soit la même que celle en surface.

c) refroidissement lent pour éviter la formation de nouvelles contraintes.