Vous êtes sur la page 1sur 25

Les outils

du changement...

La GALAXIE du MANAGEMENT

La CULTURE des ORGANISATIONS


Le PROJET de SERVICE
STRATÉGIE et OBJECTIFS STRATÉGIQUES

L'administration du futur - J.-L. Deligny - éditions Eyrolles - 1990

Dr Lucien Mias - http://membres.lycos.fr/papidoc/ - novembre 1991


Lucien Mias 1
Sommaire
1 - L'ORGANISATION ET SON SYSTÈME.
2 - LE MANAGEMENT
• Modèle classique.
• L'étoile de l'organisation.
• La galaxie du management.
• Le management participatif.
3 - Le SECRET du SUCCÈS.
• À la recherche de l'excellence.
• L'entreprise du troisième type.
• Passeport pour le succès.

Lucien Mias 2
1 - L'ORGANISATION et son SYSTÈME
Une organisation est une "association qui se propose des buts
déterminés"
• Entreprise : "organisation de production de
biens ou de services à caractère commercial”
• Administration : "ensemble de services et
agents chargés de l'application des lois et
de la marche de services publics".

"Une organisation est un système fonctionnellement et


hiérarchiquement structuré, orienté vers des buts prédéterminés.
En évolution permanente, elle stabilise son fonctionnement par
interaction avec son environnement interne et externe"J.L. Deligny
La notion d'organisation renvoie à celle des systèmes
et son analyse fait appel à l'analyse systémique.
"Un système est un ensemble organisé complexe,
composé d'éléments solidaires en interaction dynamique"

Lucien Mias 3
Un système = 4 concepts fondamentaux
1) L ’INTERACTION : relation qui modifie les éléments du système.
• L'approche rationaliste est basée sur le principe de causalité :
une cause A produit un effet B.

A B CAUSE SYSTéME EFFET

• L'approche systémique est basée sur le principe de la rétroaction :


une action de A sur B est suivie d'une action de B sur A.

A B
CAUSE SYSTéME EFFET

— Une rétroaction peut être positive (ou amplificatrice) si A est


augmenté ou négative (ou régulatrice) si A est diminuée

2) LA TOTALITÉ (ou solidarité) : un système n'est pas la somme de ses


éléments, mais un tout non réductible à ses parties.
• « Je tiens pour impossible de connaître les parties sans connaître le
tout, non plus que de connaître le tout sans connaître particulièrement
les parties » Blaise Pascal.
Lucien Mias 4
3) L'ORGANISATION : relations entre éléments d'un ensemble.
Ceci lui donne des caractéristiques distinctes de celles de ses éléments.
Deux aspects : structurel l'organigramme), fonctionnel (le programme).
4) La COMPLEXITÉ : impossible de simplifier les phénomènes par
élimination totale de l'incertitude et du hasard.
Le degré de complexité d'un système est fonction du nombre de ses
éléments et du type de relations entre éléments.
PHILOSOPHIE de la DÉMARCHE SYSTÉMIQUE
APPLIQUÉE AUX ORGANISATIONS

— « La systémique nous apprend à considérer la science et nos


possibilités d'action comme contingentes et limitées : mieux vaut en
conséquence ne pas chercher à régler à tout prix un problème, mais se
contenter d'améliorer une situation donnée.
— La vision systémique fait une large part au savoir-faire et à
l'apprentissage.Cette modestie, ce pragmatisme, est aussi une sagesse qui
sait relativiser les choses, mettre l'homme et la science à leurs vraies
places, éminentes mais non dominantes.» R-A Thietard "Le management " 1980

Le management des organisations est donc une démarche souple,


pragmatique qui s'appuie constamment sur l'analyse systémique.

Lucien Mias 5
2 - LES MODÈLES DE MANAGEMENT

• Le management est l'art de conduire une


organisation, de la diriger, de planifier son
développement et de la contrôler.
• Il ne se réduit pas aux seules fonctions de direction
mais couvre l'ensemble du pilotage d'un système
complexe.

Sommaire
• Modèle classique.
• L'étoile de l'organisation.
• La galaxie du management.
• Le management participatif.

Lucien Mias 6
Le modèle classique de management

• Le MODÈLE CLASSIQUE du
management, NE FAIT PAS référence
au but, à la culture de l'organisation.

EXEMPLE CLASSIQUE DE MODƒLISATION

Planification
Organisation Contr™le
Activation

AxŽsur les FONCTIONS

• Les termes utilisés présentent des ambiguïtés...

Lucien Mias 7
Il est préférable d ’utiliser d ’autres termes. À la place de •••
••• Planification (organisation selon un plan), d'utiliser STRATÉGIE
(actions coordonnées en vue d'atteindre un but fixé à l'avance)

••• Organisation (association qui se propose des buts déterminés)


d'utiliser STRUCTURES (organisation complexe et importante,
envisagée dans ses éléments essentiels).

••• Activation (rendre actif), d'utiliser SOCIAL (relatif aux relations entre
les membres d'un groupe).

••• Contrôle d'utiliser SUIVI (« Contrôle » en français veut dire


vérification mais en anglais signifie : maîtrise, régulation).

g ie
StratŽ
Structures Suivi
Social
Nouveau schéma de l'organisation
Lucien Mias 8
L ’étoile de l ’organisation
Nouveau schéma d’organisation => pyramide => voiture => étoile...

La pyramide de l ’organisation
En superposant aux 4 sous-systèmes le sous-système de
la CULTURE, qui domine, on obtient une pyramide.

CULTURE

STRATƒGIE SUIVI

STRUCTURES SOCIAL

Mais la pyramide, représentation statique ne tient


pas compte des interactions dynamiques.
Lucien Mias 9
La voiture
- Les deux roues motrices, CULTURE et SOCIAL, doivent
tourner à la même vitesse.
- Les deux roues directrices, STRATÉGIE et STRUCTURES,
doivent s'orienter dans la même direction pour impulser le
changement.
- La boite de régulation, SUIVI, vérifie en permanence la
cohérence du système et évite dérapages et tête-à-queue.

CULTURE STRATEGIE

SUIVI Changement
de direction
SOCIAL
STRUCTURES
Mouvement

En pratique, il est préférable d'utiliser l'image de l'étoile,


plus facile à dessiner que la pyramide ou la voiture...

Lucien Mias 10
L ’étoile de l ’organisation
"Le management est l'art d'assurer en permanence la
maîtrise (statique et dynamique) de la stratégie, des
structures et des forces sociales de l'organisation, en
cohérence avec sa culture."

CULTURE

tŽoile de
l'organisation

Lucien Mias 11
La Galaxie du management
La constellation de l’environnement de l ’étoile

TECHNOLOGIE : ensemble de techniques, d ’outils, machines, matériaux.


CLIENTÈLE : ensemble d'acheteurs qui se servent toujours au même endroit.
CONCURRENCE : rivalité entre plusieurs forces poursuivant un même but.
PERSONNEL : ensemble des personnes employées dans une organisation.
FINANCES : ensemble des recettes et des dépenses.
Lucien Mias 12
La Galaxie du management

La constellation de l'environnement + l’étoile de


l'organisation = LA GALAXIE DU MANAGEMENT

Des interactions privilégiées existent entre :

• la technologie et la stratégie.
• la clientèle, la stratégie, les structures.
• le personnel, le social et le suivi.
• les finances et le suivi.
• la concurrence, la stratégie et le suivi.
• la clientèle et le personnel.

Lucien Mias 13
LE MANAGEMENT PARTICIPATIF
LA PARTICIPATION est un ensemble de principes d'après lesquels les
salariés reçoivent une part des bénéfices de leur entreprise et qui,
plus généralement, tendent à ce que les groupes sociaux acquièrent
certains pouvoirs d'initiatives dans les décisions qui les concernent.
Ordonnance du 17 août 1967 du Général de Gaulle
« La participation, voilà la grande réforme de ce siècle.
Ce qui est en cause, c'est la condition de l'homme »

• Sans grande portée pratique jusqu'en 1980.


• L 'arrivée des cercles de qualité, a donné au management participatif sa
vraie dimension en permettant aux salariés d'exercer, au sein de leur
entreprise une réelle influence sur leur travail et d ’avoir des initiatives.

Mais le management participatif ne se limite pas au seul niveau


tactique de la gestion quotidienne du bureau ou de l'atelier.
La "participation à la gestion", présente une dimension
stratégique primordiale, surtout en période économique difficile

Lucien Mias 14
Avantages du management participatif
Enquête auprès de 206 cadres de 82 entreprises et administrations.

• 33 % - UNE VIE INTERNE : mobilisation, motivation, dynamisme,


cohésion et esprit d'entreprise, créativité, communication.

• 22 % - L'HUMANISME : considération, épanouissement, implication,


ambiance, bien-être.

• 18 % - LA PERFORMANCE : efficacité, rentabilité, qualité, meilleure


utilisation des potentiels humains, synergie.

• 16 % - LE CHANGEMENT : survie, suivi de l'évolution, attentes sociales.

Un risque au début...
… Survenue de comportements critiques et revendicatifs qui ne se
seraient pas manifestés avec un management directif ! Réaction normale
de "tous ceux que l'on faisait taire, tous ceux qui ne comptaient pas".
Ne pas se décourager, ça passe ... L'important est d'éviter les blocages

Lucien Mias 15
Neuf facteurs de blocage du management participatif
• Défauts de méthodologie.
• Insuffisance des pilotes ou acteurs.
• Enjeux personnels.
• Résistance aux changements.
• Problèmes de relations sociales.
• Cloisonnements internes.
• Lourdeurs structurelles.
• Difficultés d'évaluation des résultats.
• Absence de contreparties significatives.

Fin des états d'âme ...


qu'on le veuille ou non, les temps ont changé !
La mise en œuvre d'un management participatif est
devenu une obligation imposée par les nouvelles
conditions économiques.

Lucien Mias 16
3 - LE SECRET DU SUCCÈS

Sommaire

• À la recherche de l'excellence.
- Prix de l'excellence, T. Peters et R. Waterman - 1983

• L'entreprise du troisième type.


- L'entreprise du 3° type, G. Archier et H. Sérieyx - 1986

• Passeport pour le succès.


- L'administration du futur, J-L Deligny - 1990

Lucien Mias 17
À la recherche de l'excellence
- Prix de l'excellence, T. Peters et R. Waterman - 1983

Rappelle les 8 attributs des entreprises qui gagnent.

1) Prendre le parti de l'action.


2) Rester à l'écoute du client.
3) Favoriser l'autonomie et l'esprit novateur.
4) Asseoir la productivité sur la motivation du personnel.
5) Mobiliser autour d'une valeur-clé.
6) S'en tenir à ce qu'on sait faire.
7) Préserver des structures simples et légères.
8) Allier souplesse et rigueur.

Lucien Mias 18
L'entreprise du 3° type
L'entreprise du 3° type, G. Archier et H. Sérieyx - 1986

1 - Le temps à quatre vitesses.

UN PROJET Ë LONG TERME

DES SCƒNARIOS Ë 4 OU 5 ANS

UN PLAN Ë 2 OU 3 ANS

Un business intelligence service


branchŽsur l'im mŽdiat

Lucien Mias 19
2 - La réatique
• Mode d'organisation pour agir vite.
Structures plus biologiques que logiques,
• Définition du travail en termes de
missions et non plus en termes de tâches.
• Secret des entreprises japonaises et
californiennes qui misent sur l'intelligence.

3 - La mobilisation
1) Vouloir être leader.
2) Utiliser l'échec.
3) Apprivoiser le temps et construire des projets.
4) Prendre des risques.
5) Développer l'écoute et la curiosité.
6) Gérer l'ambiguïté et accepter les contradictions.
7) Mobiliser les hommes.
Le temps des leaders, G. Rolland 1986

Lucien Mias 20
Passeport pour le succès
L'administration du futur, J-L Deligny - 1990
Les 19 clés de la qualité
Elles feront fonctionner le système en harmonie avec son environnement.

01) L'ouverture 10) L'animation

02) La compétence 11) L'innovation


12) L'écoute
03) La mobilisation
13) La notoriété
04) L'honnêteté
14) L'image
05) Le pilotage
15) le dialogue
06) La formation
16) La valorisation
07) La souplesse 17) La rigueur
08) La délégation 18) La vigilance
09) L'efficacité 19) La compétitivité

Lucien Mias 21
Explications pour chacune des 19 clés
1) L'ouverture : s'adapter à l'environnement et à son évolution. Tirer profit
des réussites et des échecs.
2) La compétence : valoriser son savoir-faire, favoriser l'autonomie et
l'esprit novateur des collaborateurs.
3) La mobilisation : concentrer les efforts sur les objectifs stratégiques et
tirer profit de l'intelligence de tous.
4) L'honnêteté : être exigeant avec soi-même et avec les autres, demeurer
Implacable si faute contre l'esprit.
5) Le pilotage : suivre les indicateurs stratégiques. Bilans périodiques et
ajustement des objectifs.
6) La formation : primordiale. Investissement le plus productif. Accepter
d'être tour à tour enseignant et enseigné
7) La souplesse : ajuster en permanence la structure à la stratégie.
S'adapter aux changements rapides.
8) La délégation : mettre en place des structures de pouvoirs.
9) L'efficacité : vérifier l'adéquation des structures et des objectifs pour
optimiser la productivité.

Lucien Mias 22
10) L'animation : assurer la coordination interne entre les hommes.
L'encadrement est animateur d'équipe.
11) L'innovation : soutenir la recherche. Inventer des produits nouveaux.
Assurer une "veille" technologique.
12) L'écoute : connaître et satisfaire la demande existante et potentielle.
Produire de la qualité.
13) La notoriété : faire connaître l'identité culturelle de l'organisation
Développer la communication externe.
14) L'image : former le personnel à l'exercice de la communication/clients.
Mettre en valeur ses produits.
15) Le dialogue : avec le personnel et les représentants syndicaux.
Décloisonner les structures.
16) La valorisation : mettre en place des filières métiers et carrières
Gestion individualisée du personnel.
17) La rigueur : rationaliser et assouplir la gestion financière.
Inspections à blanc et rigueur.
18) La vigilance : assurer une veille de l'environnement/concurrents.
Copier les autres. Diffuser ses acquis.
19) La compétitivité : comparer avec les prix de la concurrence.
Calculer les coûts de production. Améliorer.
Lucien Mias 23
In fine...
Les 19 clés du succès, interférent dans la Galaxie, avec...
— les 10 clés intrinsèques de la qualité (étoile de l'organisation)
— les 9 clés extrinsèques de la qualité (constellation)
CONCURRENCE

é
vit

Vig
ti

ilan
éti
TECHNOLOGIES FINANCES

mp
CULTURE

ce
Inn
Co
ho
ova u re nn ur
rt ê te e
tio ve té ig u
ou

ce
n R

mot
éten

ivat
p
STRATÉGIE SUIVI
com

pilotage

ion

n
f or
cité
soup

atio

Va
ma c a
te

tio i
eff

anim

lor
n
ou

les s

isa
Ec

STRUCTURES SOCIAL

tio
délégation

n
i été Dial
o r ogu
Not e
CLIENTÈLE Image PERSONNEL
Lucien Mias 24
Merci de votre attention !
Lucien Mias 25