Vous êtes sur la page 1sur 28

1

Construction

La durabilité

Sika France
2

Construction
Durabilité Matériau qui acquiert ses propriétés au cours du temps et qui
vieillit …Rôle important de l’environnement
Il subit des agressions physico-chimiques et mécaniques
« Portes d’entrée » des agents agressifs : porosité et la fissuration

Porosité
de la
pcd

Agents agressifs :
CO2,
Sulfates,
Chlorures, ...

Fissuration

Sika France
3

Construction Porosité (porosité « ouverte » et connectivité des pores) :

Dosage en C, rapport E/C


Qualité de la mise en œuvre : malaxage, mise en place, vibration, cure

Fissuration (ouverture des fissures, étendue, localisation):

Maîtrise des fissurations précoces


• formulation, fabrication, mise en oeuvre, cure
• retraits plastique, endogène, thermique, de dessiccation

Sollicitations mécaniques et physico-chimiques

Sika France
4

Construction Mécanismes de dégradation :


Actions mécaniques : fatigue, cycles de gel/dégel ...

Actions physico-chimiques :

Corrosion des armatures métalliques (BA, BP)


éclatement du béton
diminution des sections efficaces d’armatures
Dégradation de la matrice cimentaire
lessivage de la Portlandite, transformation des produits liants
formation de produits gonflants : création de contraintes de traction et
fissuration

Actions combinées mécaniques et physico-chimiques

Sika France
5

Corrosion des armatures métalliques :


Construction (présence d’eau)

Fe Fe2+ + 2e- (dissolution du métal, anode)


1/2O2+ H2O + 2e- 2OH- (réaction cathodique)
Fe2+ + 2OH- Fe(OH)2

Poursuite des réactions en présence d’oxygène pour donner Fe(OH)3, Fe2O3 puis
oxydation lente - Oxydes hydratés : Fe2O3H2O, Fe3O4 (magnétite), … « rouille »

Perte d’adhérence
Diagramme des: armatures,
de Pourbaix diminution
système Fe-H des sections d’acier et ...
2O
éclatement du béton

Sika France
armature 6

béton

Construction Carbonatation :
air
CO2
+ Ca(OH)2

CaCO3

Action du CO2 de l’air PH


Béton : milieu basique PH de l’ordre de 13.5 passivation des armatures
CO2 + Ca(OH)2 CaCO3 , diminution du PH (9) dépassivation + corrosion
Vitesse de carbonatation optimale : HR=65%
Mise en évidence de la carbonatation par un indicateur coloré (phénolphtaléine)
Vitesse de carbonatation avec la profondeur
Définition de l’épaisseur d’enrobage des armatures (qcq cm)

V carbo

65% HR

Sika France
7

Action des ions chlorures :


Construction
Deux mécanismes de pénétration des ions chlorures
- entraînement mécanique : humidification ou pression (perméabilité)
- gradient de concentration (diffusion) béton constamment saturé

[Cl-]/[OH-] > 1 solution interstitielle instable : plus acide


Formation de produits de corrosion incluant des ions chlorures
Combinaison possible carbonatation/action des ions chlorures

Principes de protection contre la corrosion :


Imprégnation du béton par des inhibiteurs de corrosion (réaction anodique :
phosphate de sodium ou réaction cathodique : sulfate de zinc)
Imprégnation du béton par des produit hydrophobes
Recouvrement ou traitement de surface des aciers
Protection cathodique
Ragréage + imprégnation (réparation)

Sika France
8

Construction
Essais (accélérés) de carbonatation et
de pénétration des ions chlorures :

Carbonatation :
Eprouvette mise en atmosphère riche en CO2, HR de l’ordre de 60%
Après vieillissement, l’éprouvette est fendue et la carbonatation mise en évidence
par un indicateur coloré (phénolphtaléine)
Comparatif

Pénétration des ions chlorures :


Aptitude des bétons à la ralentir ou l’arrêter
Deux types d’essais :
1) Mise en contact d’une éprouvette avec une solution contenant des ions chlorure
à t, détermination du profil en ions chlorure et calcul du coefficient de diffusion
2) Pénétration des ions chlorure sous champs électrique (AASHTO) (rapide),
calcul d’un coefficient effectif de diffusion

Sika France
9

La formulation de béton et les dispositions constructives :


Construction ENV 206 : Définition des classes d’exposition (e/c maxi et c mini)

Optimisation granulaire (compacité) - Qualité de la mise en œuvre


Nature des granulats - Cure
Type de ciment - Enrobage des armatures
Additions minérales (NFP 18 305 : a/(a+c) maxi) /classe d’exposition
Nature des adjuvants (eurocode 2)
Eau

Sika France
Action des cycles de gel/dégel :
10

Construction (mécanique et chimique, présence d’eau, environnement de l’ouvrage)


1) succession de cycles gel/dégel
2) sels de déverglaçage (ou fondants)

1) pression dans les capillaires - mouvements d’eau vers les fronts de congélation.
Fissuration répartie dans la masse (gel interne).

Plusieurs théories ou modélisations :


- Pressions hydrauliques (Powers 1949) (V=9%)
- Pressions osmotiques (Powers et Helmuth 1953)
- Analyse thermodynamique

2) Chocs thermiques et action chimique des sels. Délitage superficiel : « écaillage »

-T : chute de température en surface (réaction endothermique de fusion de la glace)


contraintes de traction fissuration
- Diffusion des sels dans le béton (chlorures, sulfates, etc.) et  salinité.

Sika France
11

Construction VISUALISATION DE LA PATHOLOGIE

CYCLES GEL-DEGEL

Sika France
12

Construction VISUALISATION DE LA PATHOLOGIE


CYCLES GEL-DEGEL - FACTEUR AGGRAVANT

ECAILLAGE : SEL DE DEVERGLACAGE

Sika France
13

Construction VISUALISATION DE LA PATHOLOGIE


CYCLES GEL-DEGEL - FACTEUR AGGRAVANT

ZONE DE MARNAGE

Sika France
14

Construction
Utilisation des agents entraîneur d’air :
- Réseau de bulles d’air fines : diamètre de 10 µm
- Espacement régulier : facteur d ’espacement : L=200µm

Incidence sur Rc et la rhéologie, contrôle de la teneur en air occlus des bétons 4 à 8%


Réduit également l’écaillage

Formulation et mise en œuvre (qualité de la surface !)

Définition des classes d’exposition et contrôle des bétons (comportement au gel,


utilisation de granulats non gélifs NFP 18-593, sensibilité à l’écaillage)

Sika France
15

Construction Réactions Alcalis-Granulats (ou Alcalis-silice) RAG :


Affecte qcq barrages, ponts ou bâtiments destruction

Réaction entre la silice réactive (amorphe) contenue dans certains granulats et


les alcalins du ciment (Na+, K+).
Formation de gel silicate alcalin gonflant à l’interface pâte/granulats fissuration

Conditions de manifestation de la RAG :


- Présence de silice amorphe dans les granulats
- Teneur en alcalins du béton élevée
- Environnement humide

Gel de silice MEB

Sika France
16

Construction Classement des ouvrages en catégories et définition de niveaux de prévention


en fonction de la classe d’exposition :
Catégorie I : <B16, ouvrages provisoires, éléments non porteurs internes
Catégorie II : la plupart des ouvrages de bâtiment et génie civil
Catégorie III : barrages, tunnels, ouvrages exceptionnel, etc.
1 2 3 4
sec ou peu humide humide et eau humide+gel+fondants milieu marin
I A A A A
II A B B B
III C C C C

Types de fissuration
observée :

Sika France
17

Construction Etablissement du diagnostic :

Observation d’une fissuration non expliquée par ailleurs


Recherche de la composition du béton dans le dossier de l’ouvrage
Prélèvement d’échantillons par carottage
Examen visuel, acétate d’uranyle (méthode LPC 36)
Observation au MEB sinon autre pathologie (réaction sulfatique)

Réparation : Prévention :
Difficile ! - Utiliser des granulats non réactifs
Suivi de la fissuration (NFP 18-542 : essais accélérés
Limiter l’arrivé d’eau - Limiter la teneur en alcalins du ciment,
Essai accéléré de gonflement des adjuvants, etc.)
(potentiel)

Sika France
18

Construction Réactions Sulfatique Interne (RSI)

Formation d’ettringite différée lorsque la matrice


cimentaire a déjà durcie (aiguilles très denses)

Fissuration et éclatement du béton

Favorisée par une température élevée au jeune âge (>70°)

Sika France
19

Construction Ambiances chimiquement agressives :


Exposition à des ambiances chimiquement agressives
Vecteur commun : l’eau

Acides ou solutions salines dissolution de la chaux composés solubles


Influence des constituants du béton, de la formulation et des conditions climatiques

Eaux sulfatées : Ca, Na, K, Mg (avec Mg>Na>Ca)

CaSO4 + C3A ettringite (cristallisation, expansion, fissuration)


Sulfate + Ca(OH)2 gypse (+ C3A) ettringite

NF P 15-319 certification ES (Eaux Sulfatées) ciment à faible teneur en C 3A

Sika France
20

Construction CAUSE DE LA PATHOLOGIE

EAUX SULFATEES OU EAUX DE MER

Sika France
21

Construction CAUSE DE LA PATHOLOGIE


EAUX SULFATEES OU EAUX DE MER

Sika France
22

Construction VISUALISATION DE LA PATHOLOGIE


EAUX SULFATEES

ETTRINGITE : THAUMASITE :
C3A,3CaSO4,32H2O CS,CaCO3,CaSO4,15H2O

Sika France
23

Construction VISUALISATION DE LA PATHOLOGIE


EAUX SULFATEES

SOURCE DE SULFATE EXTERNE

Sika France
24

Construction Eau de mer : Chlorures et sulfates

(plus agressif pour les parties d’ouvrages subissant des immersions alternées)
(processus
Chlorures + C3A monochloroaluminate (+ sulfates) ettringite plus lent
que le précédent)

NF P 15-317 certification PM (Prise Mer) ciment à faible teneur en C 3A

Substitution de Ca2+ par Mg2+ dans les C-S-H M-S-H (pas de propriétés liantes)

Sika France
25

Construction VISUALISATION DE LA PATHOLOGIE


EAUX SULFATEES OU EAUX DE MER

EAU DE MER

Sika France
26

Construction Eaux pures et eaux acides:


Dissolution de la Portlandite (lessivage)

Sika France
27

Construction VISUALISATION DE LA PATHOLOGIE


EAUX PURES ET ACIDES

EAU PURE EAU ACIDE

Sika France
28

Construction VISUALISATION DE LA PATHOLOGIE

CAS PARTICULIER : ACIDE SULFURIQUE (H2SO4)

Sika France