Vous êtes sur la page 1sur 63

N.

HATIRA AMOR________________________________________________ cours de


commutation

CHAPITRE 1.............................................................................................................................3
INTRODUCTION A LA COMMUTATION...........................................................................3
1. EVOLUTION TECHNOLOGIQUE.............................................................................................................3
2. RESEAUX ET COMMUTATION ..............................................................................................................3
2.1 DEFINITION ........................................................................................................................................4
2.2 TYPES DE RESEAUX...........................................................................................................................4
3.3 CONFIGURATION DES RESEAUX COMMUTES.............................................................................5
2.4 Fonctions générales de la commutation.................................................................................................5
3. STRUCTURE D’UN RESEAU DES TELECOMMUNICATIONS............................................................5
3.1 FONCTIONS DE BASE DU RESEAU TELEPHONIQUE .................................................................5
3.2 ORGANISATION D’UN RESEAU TELEPHONIQUE.......................................................................6
3.3 ORGANISATION ET MISE EN OEUVRE DES RESEAUX TELEPHONIQUES.............................8
3.4 LE TRAFIC..............................................................................................................................................9
4. DEROULEMENT D’UNE COMMUNICATION SIMPLE.......................................................................10
CHAPITRE 2...........................................................................................................................12
PRINCIPES GENERAUX DE LA COMMUTATION..........................................................12
1. Les techniques de commutation..........................................................................................12
1.1 LA COMMUTATION SPATIALE ..........................................................................................................12
1.2 LA COMMUTATION TEMPORELLE ...................................................................................................13
2. Les modes de commutation.................................................................................................14
2.1 LA COMMUTATION DE CIRCUITS ....................................................................................................14
2.2 COMMUTATION DE MESSAGES........................................................................................................15
2.3 LA COMMUTATION DE PAQUETS.....................................................................................................15
3. RESEAU NUMERIQUE INTEGRE..................................................................................17
3.1 RESEAU NUMERIQUE AVEC INTEGRATION DE SERVICES .......................................................17
3.2 Développement des réseaux RNIS............................................................................................................18
3.3 Fonctionnement..........................................................................................................................................18
3.4 Le modèle OSI et le RNIS ........................................................................................................................19
3.5 EVOLUTION DES RESEAUX NUMERIQUES INTEGRES.................................................................20

FONCTIONS ET ORGANISATION D’UN CENTRE DE COMMUTATION....................21


1. FONCTIONS D’UN AUTOCOMMUTATEUR...............................................................21
1.1 FONCTION DE RELATION................................................................................................................22
1.2 FONCTION DE COMMANDE............................................................................................................22
1.3 FONCTION DE TRADUCTION..........................................................................................................22
1.4 FONCTION DE TAXATION...............................................................................................................23
1.5 LES FONCTIONS D’EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE....................................................23
2. ARCHITECTURE DES SYSTEMES DE COMMUTATION ELECTRONIQUES.........24
2.1 LOGIQUE CABLEE, LOGIQUE PROGRAMMEE............................................................................24
2.2 LE LOGICIEL OPERATIONNEL........................................................................................................25
2.3 STRUCTURE GENERALE DES AUTOCOMMUTATEURS ELECTRONIQUES A
PROGRAMMES ENREGISTRES..............................................................................................................25
3. Les organes de commandes.................................................................................................28
3.1 Fonctions et contraintes des organes de commande............................................................................28
2.2 STRUCTURE GENERALE DE L’UNITE DE COMMANDE..........................................................29
3. 3 les contraintes fondamentales...............................................................................................................30
3. 4 ARCHITECTURE DE LA COMMANDE..........................................................................................31
4. LES PHASES D'ETABLISSEMENT D'UN APPEL TELEPHONIQUE..........................38
CHAPITRE 4...........................................................................................................................42
LES RESEAUX DE CONNEXION........................................................................................42
1. FONCTIONS REALISEES PAR UN RESEAU DE CONNEXION ........................................................42
NUMERIQUE..................................................................................................................................................42
2. LES ELEMENTS DE BASE DES RESEAUX DE CONNEXION...........................................................42
NUMERIQUES..........................................................................................................................................42
2 . 1 COMMUTATION SPATIALE, COMMUTATION TEMPORELLE...............................................42
2. 2 LE COMMUTATEUR TEMPOREL : T.............................................................................................43
2. 3 COMMUTATEUR TEMPOREL COMMANDE PAR LA SORTIE.................................................44
2. 4 COMMUTATEUR TEMPOREL COMMANDE PAR L’ENTREE..................................................45
2. 5 LE COMMUTATEUR SPATIAL (ou matrice spatiale) ................................................................46
.....................................................................................................................................................................47
2. 6 LE COMMUTATEUR NUMERIQUE..............................................................................................47
3. La synchronisation.......................................................................................................................................50
3.1 synchronisation interne :........................................................................................................................50

Chapitre1______________________________________________________________________________1
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

3. 2 synchronisation du réseau général :.....................................................................................................50


CHAPITRE 5...........................................................................................................................52
LA SIGNALISATION TELEPHONIQUE.............................................................................52
1. SIGNALISATION D'ABONNE :.......................................................................................52
2. La signalisation inter - centraux :.......................................................................................52
2. 1 SUPPORT DE SIGNALISATION :......................................................................................................57
2. 2 SIGNALISATION SUR CANAL ASSOCIE : CAS ..............................................................................58
2. 3 SIGNALISATION SUR VOIE COMMUNE : PRINCIPE.....................................................................60
2. 4 AVANTAGES DE LA SIGNALISATION SUR VOIE COMMUNE :..................................................61
BIBLIOGRAPHIE.......................................................................................................................................63

Chapitre1______________________________________________________________________________2
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

CHAPITRE 1
INTRODUCTION A LA COMMUTATION

1. EVOLUTION TECHNOLOGIQUE
A l’invention du téléphone par Alexandre Graham Bell, uniquement deux
postes peuvent être en liaison dans deux pièces d’une même habitation
Conséquence : un certain nombre de postes reliés en dérivation sur une même ligne
et impossibilité de communiquer avec un poste raccordé sur une autre ligne.
La solution était de trouver un moyen avec lequel chaque téléphone peut être
connecté ou commuté (connecter temporairement) avec n’importe quelle autre
téléphone.
Une des solutions était de connecter chaque ligne avec toute les autres.
Si on a par exemple six postes il nous faudrait 15 lignes, pour N abonnés il nous faut
N(N-1)/ 2 lignes. Cette solution n’est pas pratique si N est grand.
Une solution pratique dans le temps était de faire emmener les lignes téléphoniques
vers un centre où elle seront commutées entre elles à l’aide d’un opérateur, le premier
standard manuel est alors né
La commutation manuelle:
Une opératrice se tenant devant un tableau répond aux appels, établit les
communications, à l’aide d’un cordon et libère la connexion quand la communication
est terminée. Chaque abonné dispose d’un jack et d’une lampe. La limite de cette
technique a été vite atteinte.
La commutation manuelle est très lente et coûteuse.
La commutation automatique:
En 1892 STROWGER invente le premier commutateur rotatif. Ce commutateur est
un équipement électromécanique commandé par les impulsions envoyées sur la ligne
d’abonné donc plus d’intervention humaine pour établir les communications.
Vers les années 50, les premiers systèmes pas à pas rotatifs (appelés aussi ROTARY)
ont été développés par les laboratoires BELL.
Inconvénient: bruit et lenteur (la durée de vie est de l’ordre de 100 ans).
Les systèmes cross bar automatiques sont nés vers les années 60. Il sont basés sur des
sélecteurs à barres horizontales et verticales d’où leur appellation: systèmes à barres
croisées. Les connexions sont établies par un point de croisement entre une barre
verticale et une autre horizontale et sont commandées par des électroaimants il s’agit
des systèmes électromécaniques. Dans ces systèmes on a pu déjà faire la distinction
entre le réseau de commutation qui est formé par l’ensemble des points de croisement
et le contrôle formé uniquement de relais à électroaimant.
La commutation électronique:
Actuellement on ne trouve que des systèmes de commutation électroniques dont
l’unité de commande est assimilable à des ordinateurs temps réel. Il se distingue
aussi par la nature de leur réseau de commutation à technologie spatiale ou
temporelle qui est la plus répandue.
La technologie temporelle consiste à établir la connexion en mettant en relation
temporellement, les circuits MIC entrants et sortants.
2. RESEAUX ET COMMUTATION

Chapitre1______________________________________________________________________________3
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

2.1 DEFINITION
Un réseau peut être défini comme étant un ensemble complexe de moyens
techniques permettant le transfert d’un signal correspondant à une information codée;
il peut être géré par un opérateur public ou privé.
Le réseau est donc constitué d’un ensemble de voies de transmission et de moyens
nécessaires pour les relier entre elles afin de les attribuer aux usagers.
L’attribution des voies de transmission, appelée aussi assignation, peut être fixe ou
variable suivant le type de service rendu. Dans le cas où l’assignation est variable une
opération de commutation est nécessaire.

2.2 TYPES DE RESEAUX


Trois types de réseaux existent : Réseau de diffusion, réseau de collecte et réseau
commuté

Nombre de 1 n>1 n > =1


sources

Nombre de n > 1 1 n > =1


destinations

Type Fixe Fixe Variable


d’assignation

Type de réseau Diffusion Collecte Commuté


source

destination

Tableau 1: les types des réseaux

Dans les réseaux de diffusion et de collecte, la transmission est par nature


unidirectionnelle.
Dans un réseau commuté, elle peut être bidirectionnelle si chaque usager joue à la
fois le rôle de source et de destination.

REMARQUE : LE RESEAU COMMUTE BANALISE


Un réseau commuté est dit banalisé si ses équipements de transmission et de
Commutations sont mis en commun à la disposition d’un grand nombre d’usagers qui
ont accès à ce réseau par un moyen de transmission individuel. C’est le cas du réseau
téléphonique.
Il comprend:
- Des groupes de voies de transmission standardisées équivalentes entre elles
de point de vue l’acheminement du trafic (même origine, même
destination) appelés faisceaux.
- Des centres de commutation ou centraux capables d’assigner une voie à
chaque communication.

Chapitre1______________________________________________________________________________4
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

-Des organes de commande et de gestion dont les services sont sollicités par
n’importe quel usager et attribués à chacun de cas en cas.

3.3 CONFIGURATION DES RESEAUX COMMUTES


L’interconnexion de plusieurs points par un réseau commuté peut être réalisée
par différentes topologies dont les principales sont:
a) Le réseau maillé : Tous les points sont reliés deux à deux par un faisceau
direct.
b) Le réseau étoilé : un central de commutation appelé central de transit
interconnecte entre eux les faisceaux qui le relient à chacun des points.
c) Le réseau linéaire : un seul faisceau est accessible directement en chacun
des points.
d) Le réseau bouclé : c’est un réseau linéaire fermé sur lui même.

a) b) c) d)

2.4 FONCTIONS GÉNÉRALES DE LA COMMUTATION


Dans un réseau téléphonique, la commutation joue un rôle fondamental en réalisant
deux fonctions essentielles:
1- Concentration du trafic en provenance de sources à faible activité sur des
moyens de transmission communs, en assignant une partie de leur capacité à chaque
source active.
2- Aiguillage de l’information d’une source vers une destination, selon un
itinéraire fixe ou variable à travers le réseau d’un central à l’autre.

3. STRUCTURE D’UN RESEAU DES TELECOMMUNICATIONS

3.1 FONCTIONS DE BASE DU RESEAU TELEPHONIQUE


La fonction essentielle d’un réseau téléphonique est de mettre en relation deux
postes d’abonnés.
L’établissement de cette relation se fait en utilisant les renseignements fournis par
l’abonné demandeur à savoir le numéro du demandé.
Le réseau téléphonique est responsable d’établir les communications, les
maintenir pendant toute la durée de la conversation avec une qualité d’écoute
suffisante tout en les supervisant pour détecter le raccrochage qui déclenche la
libération des équipements ayant servi à la communication.

Deux fonctions principales en découlent donc:

Chapitre1______________________________________________________________________________5
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

1- Interconnexion des abonnés: Fourniture d’un support physique temporaire


permettant aux extrémités de correspondre et transmettre des signaux dans la bande
vocale 300-3400 Hz.
2- Signalisation : Numérotation, échange d’informations inter centraux pour
l’établissement, la rupture et la supervision des communications.

D’autres fonctions s’ajoutent telle que l’exploitation du réseau ( mesure de trafic,


reconfiguration en cas de panne.... ).
Dans les réseaux classiques, ces fonctions sont confondues pour former le
réseau téléphonique.
De nos jours, des sous réseaux spécialisés commencent à apparaître ( réseau pour la
supervision et gestion des centre de transmission, réseau pour la signalisation.....)

3.2 ORGANISATION D’UN RESEAU TELEPHONIQUE


a) Organisation technique
Le réseau téléphonique est un réseau conversationnel commuté transmettant la
parole. Il dessert jour et nuit l’ensemble du territoire national et est interconnecté
avec le réseau mondial (liaison terrestre en câble ou faisceaux hertziens, câbles sous
marins , satellites...).
Les grandes fonctions réalisées au niveau d’un réseau de télécommunication se
répartissent entre:

- Le transport et la distribution qui permettent le raccordement des abonnés


- La commutation qui aiguille et concentre le trafic.
- La transmission qui véhicule le trafic entre les autocommutateurs via des
artères de transmission constituées de faisceaux de circuits.
chevelure P.C
ou câble de SR Commutation Transmission
branchement
Distribution Transport
Installation
d’abonné
Répartiteur
Réseau de lignes d’abonnés Général
Figure 1 : CONFIGURATION TECHNIQUE D’UN RESEAU TELEPHONIQUE

Le réseau de lignes d’abonnés (RLA) est appelé aussi le réseau d’accès et comprend
d’autres types d’accès tel que l’accès xDSL (ADSL), le WLL, les accès RNIS….
Les commutateurs effectuent l’aiguillage des communications dans la direction de
l’abonné demandé tout en introduisant une concentration de trafic afin de rentabiliser
au mieux les artères(support) de transmission et les organes intelligents de la
commande.
En effet, un commutateur est un aiguilleur à multiples directions piloté par une
logique complexe. Celle - ci est capable d’enregistrer le numéro demandé, de
déterminer la direction à prendre, de réserver un chemin libre, de surveiller la
communication durant toute sa durée et de taxer l’abonné demandeur.

Chapitre1______________________________________________________________________________6
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

Deux grandes classes de commutateurs existent : commutateurs d’abonnés et


commutateur de transit.
Le premier est celui sur lequel aboutissent des lignes d’abonnés, le second raccorde
uniquement des circuits.

Différents types de communications établies par un commutateur


1- Communication locale
2- Communication sortante
3- Communication entrante
4- Communication de transit

b) Organisation géographique
- Réseaux urbains: Ils sont caractérisés par une forte densité téléphonique, un trafic
par abonné élevé et une courte distance entre l’abonné et le commutateur.
- Réseaux ruraux : Caractérisés par une faible densité téléphonique, un trafic par
abonné de faible intensité et une distance importante entre l’abonné et le central.
- Réseaux interurbains : Ce sont ceux qui relient les réseaux locaux entre eux. Dans
ces réseaux, on ne considère plus la distribution et les abonnés mais plutôt la
commutation et la transmission.
c) Organisation administrative
Cette organisation résulte du découpage géographique du territoire et de
considérations techniques (transmission, taxation...)
Les concepts de base sont :
-Zone locale : zone géographique où tous les abonnés sont raccordés à un
même autocommutateur appelé centre local (CL).
Quand le centre est capable de faire l’aiguillage de tous les appels qu’il reçoit dans
plusieurs directions, il appelé centre à autonomie d’acheminement (CAA).
Une zone à autonomie d’acheminement est alors un ensemble de zones locales qui ne
se chevauchent pas et incluses dans une même zone de taxe (ZAA).
-Zone urbaine : zone à forte densité de population dans laquelle un sous
réseau a été crée pour acheminer les appels dans cette zone.
Les centres locaux d’une zone urbaine sont des CAA et prennent le nom de centres
urbains (commutateurs de grandes capacité )
-Réseaux interurbains: ce sont les liaisons grande distance qui fournissent les
circuits interurbains reliant les unes aux autres les zones à autonomie
d’acheminement soit directement soit en général à travers des centres de transit

Chapitre1______________________________________________________________________________7
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

 
CL 
ZAA
ZAA CAA

CT

CT

CT

CT

CU

CN CL : Centre local

ZU CAA : Centre à autonomie d'acheminement

CT : Centre de transit

ZAA : Zone à autonomie d'acheminement


CU
ZU : Zone urbaine

CN : Centre nodal

CU : Centre urbain

Figure 2 : ORGANISATION DU RESEAU

3.3 ORGANISATION ET MISE EN OEUVRE DES RESEAUX


TELEPHONIQUES
Un réseau téléphonique est organisé autour d’un certain nombre de plans
fondamentaux.
a) le plan de numérotage : il définit comment chacun des abonnés ou des
services est désigné par un numéro qui permet de l’identifier sans
ambiguïté.
Plan fermé : Les numéros d’abonnés ont une longueur fixe
Tout le territoire est considéré en totalité, pas de code de zone.
Plan ouvert : le territoire est partagé en zones. Un numéro d’abonné a une
longueur variable et est composé d’un préfixe interurbain suivi d’un code interurbain
suivi par le numéro annuaire de l’abonné.
Selon l’UIT-T Le numéro international d’un abonné comportera au plus 12
chiffres dans les réseaux classiques et 15 chiffres dans les réseaux numériques
intégrés.

Chapitre1______________________________________________________________________________8
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

Exemple : pour la Tunisie 216 71 xxx xxx


b) le plan d’acheminement : Il détermine le chemin physique et logique entre
deux points extrême du réseau.
L’acheminement d’une communication d’un centre de départ vers un centre d’arrivée
doit suivre les règles d’acheminement décrites dans ce plan.
(Faisceau de premier choix, faisceau de second choix, faisceau de débordement, le
principe est de choisir le chemin disponible le plus court).

c) Le plan de blocage: il définit la qualité de service dans le réseau, c’est - à -


dire la qualité d’écoulement de trafic mesurée par la probabilité de perte d'appels sur
les faisceaux et la probabilité de blocage dans les centres de commutation.

d) Le plan de transmission : il permet d'assurer une qualité de transmission


suffisante aux conversations en fixant les affaiblissements tolérés sur les lignes
exprimé en dB (décibel =10 log U1 / U2 ou P1 / P2 ).
Le CCITT appelé aussi UIT-T a normalisé les valeurs des affaiblissements et
distorsion admissible pour le réseau international.

e) Le plan de taxation : définit le coût des communications.


Quatre paramètres essentiels influent sur la tarification des communications :
1- Zone où réside l’abonné.
2- La distance qui sépare les deux abonnés.
3- La durée de la communication.
4- l’heure et le jour de l’établissement de la communication.

3.4 LE TRAFIC
Une ligne n’est pas occupée en permanence, son activité peut être mesurée par la
proportion de temps où elle est occupée c’est ce qu’on appelle son trafic.
Exemple:
Une ligne est occupée successivement pendant 3min, 5min, puis 4min au cours d’une
heure.
La durée d’occupation de cette ligne est 12 minutes.
L’intensité de trafic serait 12/60 = 0,2 Erlang.
l’unité de mesure du trafic est l’Erlang .
L’activité d’une ligne téléphonique suit un processus aléatoire qu’on caractérise par
une loi d’arrivée.
Quelques valeurs :
Trafic par abonné résidentiel = 0,1 à 0,15ER
Trafic par abonné affaire = 0,15 à 0,3ER
Taxiphone = 0,4 ER
PABX = 0,6 à 0,8 ER
Trafic par circuit = 0,7 à 0,8 ER

Chapitre1______________________________________________________________________________9
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

4. DEROULEMENT D’UNE COMMUNICATION SIMPLE

Abonné demandeur Central A Central B Abonné demandé

Décrochage Alimentation du
poste

Connexion d’un
enregistreur

Emission
Tonalité d’invitation d’invitation à
à numéroter transmettre

Numérotation
enregistrement des
chiffres

L’enregistreur
consulte un
traducteur

L’enregistreur
commande à un
marqueur de trouver
un circuit libre vers
le central B

Prise d’un circuit

Envoi vers B de
signal d’appel Connexion d’un
enregistreur
Signal d’accusé de
réception Vers A

Envoi des chiffres


Chiffres mémorisés
dans l’enregistreur

Chapitre1______________________________________________________________________________1
0
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

L’enregistreur
consulte un
traducteur :
Appel terminal

Commande de test
l’état de la ligne
demandée

Ligne trouvée libre Poste raccroché

envoi de tonalité de
Retour d’appel retour d’appel /
envoi de tonalité
d’appel La sonnerie tinte

Arrêt du signal Décrochage


Transmission d’appel /envoie d’un
du signal du signal de
décrochage décrochage

Avancement du
compteur du
demandeur

Communication

Les phases d’établissement d’un appel appelées aussi les phases de sélection peuvent
se résumer en :
1 - La présélection : alimentation et connexion à un enregistreur.
2 - La numérotation.
3 - L’analyse : chiffres, routage, taxation......
4 - La signalisation : échange de signaux entre les centres de commutation.
5 - La fin de sélection.
6 - Phase d’appel et de retour d’appel.
7 - La réponse.
8 - La conversation.
9- La libération.

Chapitre1______________________________________________________________________________1
1
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

CHAPITRE 2

PRINCIPES GENERAUX DE LA COMMUTATION

1. LES TECHNIQUES DE COMMUTATION


1.1 LA COMMUTATION SPATIALE
Relier une entrée à une sortie signifie établir une liaison permettant la transmission
de signaux électriques de façon à retrouver à la sortie le signal injecté à l’entrée
(parole ou données).
La manière la plus simple pour réaliser cette liaison est de mettre en contact deux
conducteurs métalliques.
Le point de contact des deux conducteurs est appelé point de connexion. Un
ensemble de points de connexion permettant d’établir les liaisons entre m lignes
entrantes et n lignes sortantes est appelé sélecteur.

Point de connexion ouvert


Lignes entrantes
Point de connexion fermé

Lignes sortantes
Figure 3 : PRINCIPE D’UN SÉLECTEUR

L’assemblage d’un certain nombre de sélecteur permet de constituer une matrice de


connexion.

Un point de connexion peut être réalisé par les contacts d’un relais, un commutateur
cross bar ou un mini sélecteur ou par un transistor utilisant ses propriétés: bloquant
ou passant.
En commutation spatiale chaque communication suit un chemin bien défini dans
l’espace, un point de connexion véhicule une communication à la fois.
La commutation spatiale permet donc de faire la connexion physique continuelle
entre une ligne entrante et une ligne sortante au moyen de points de connexion. Le
chemin établit est consacré à une seule communication.
La recherche d’itinéraire consiste à identifier les points de connexion à mettre au
travail sans interférence avec d’autres connexions déjà établies.
Un brassage est réalisé de façon à assurer l’accessibilité la plus large.
Dans un réseau de connexion (ou de commutation) bien conçu, il existe un grand
nombre d’itinéraires possibles entre deux points extrêmes.
La commutation électronique spatiale diffère de commutation électromécanique par
la nature des composants utilisés pour la réalisation des points de connexion
Lignes sortantes
(Lignes
d’abonnés)
Chapitre2 _____________________________________________________________________________12
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

Lignes entrantes
(Lignes d’abonnés)

Concentration Expansion
Brassage ou
distribution

(Circuits de jonction) (Circuits de jonction)

Figure 4 : CONNEXIONS REALISEES PAR UN CENTRE DE COMMUTATION

1.2 LA COMMUTATION TEMPORELLE


Les systèmes de transmission avec modulation par impulsion et codage
constitue l’élément de base pour les systèmes de commutation temporelle dans
laquelle il est nécessaire de transformer le signal électrique émis par l’abonné ( 300
-3400 Hz ) en un signal numérique.
Dans les systèmes MIC, chaque voie (ou canal) a une position dans une trame de
période 125 micro seconde.
L’information n’est pas continue mais se présente sous forme d’échantillons à une
fréquence de 8 KHz.
L’échantillon codé est un mot de 8 éléments binaires représentant la valeur de
l’amplitude instantanée du signal vocal ou octet de données.
Le multiplex MIC européen normalisé par le CCITT comporte 32 voies à 64
Kbits/Seconde de débit (débit sur une liaison 64 x8=2,048 Mbits par seconde).
La voie 0 sert à la synchronisation, la voir 16 sert à transmettre la signalisation
correspondant aux 30 voies de parole.
Chaque voie se voit allouer un intervalle de temps ( IT ) de 3,9 micro seconde. Le
code en ligne utilisé est le HDB3.
Les lignes entrantes et sortantes d’un autocommutateur sont raccordées alors sur des
liaisons multiplex MIC à 30 voies.
La commutation temporelle consiste à interconnecter deux voies se présentant dans
des multiplex à répartition temporelle.
Il s’agit de transférer dans une position temporelle donnée d’un multiplex sortant
donné, les informations véhiculées par la position du multiplex entrant correspondant
à la voie entrante donnée.

Séquence d’entrée Séquence de sortie


Commutateur à
A4 A3 A2 A1 répartition A1 A3 A4 A2
temporelle

X4 X3 X2 X1 Y4 Y3 Y2 Y1
Circuits sortants

Chapitre2 _____________________________________________________________________________13
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

Circuits entrants
Figure 5 : PRINCIPE DE LA COMMUTATION TEMPORELLE

REMARQUES :
* La commutation spatiale s’adapte aux lignes transportant une modulation
analogique.
* La commutation temporelle s’adapte aux lignes se présentant sur des multiplex de
transmission MIC. L’environnement doit être numérisé au préalable en utilisant des
convertisseurs analogiques numériques.
* L’avantage principale de la commutation temporelle est de permettre la création de
réseaux numériques intégrés par l’utilisation d’un même support de base à 64 Kbits/
seconde pour la transmission de la parole ou de données codées en MIC d’où
l’évolution vers le Réseaux Numérique à Intégration de Services (RNIS).
2. LES MODES DE COMMUTATION
2.1 LA COMMUTATION DE CIRCUITS
Cette technique a été utilisée pour la transmission de données avant
l’apparition de réseaux spécialisés pour les données.
Un circuit matérialisé est construit entre la source et la destination. Ce circuit
n’appartient qu’aux deux entités qui se communiquent

Nœud de
Source commutation

Circuit

Destination
Figure 6 : PRINCIPE DE LA COMMUTATION DE CIRCUIT
Le circuit doit être établi avant que des informations puissent transiter. Il dure
jusqu’au moment où l’un des deux abonnés interrompt la communication. Si les deux
correspondants n’ont plus de données à transmettre pendant un certain temps la
liaison reste inutilisée.
La commutation de circuits ne fait intervenir que des circuits de jonction et la
connexion peut être spatiale ou temporelle.
La communication par commutation de circuits est fondée sur la négociation et la
construction d'un chemin unique exclusif d'une machine A à une machine B, lors de
l'établissement d'une séquence de dialogue entre ces deux machines. Le chemin ainsi
créé perdure jusqu'à la clôture de la séquence de dialogue qu'il sous-entend. Ce
chemin est appelé un circuit, d'où le nom de cette méthode de communication.
La technique de commutation par commutation de circuits, très utilisée en
télécommunication, a pendant longtemps été réalisée à l'aide de centraux
téléphoniques établissant physiquement les connexions lors de la construction des

Chapitre2 _____________________________________________________________________________14
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

circuits, d'abord grâce aux petites mains des employées des téléphones qui
établissaient des liaisons entre des paires de connecteurs sur un tableau électrique,
puis de façon automatisée. Actuellement, la tendance s'oriente vers les circuits
virtuels construits sur des réseaux à commutation de paquets.

2.2 COMMUTATION DE MESSAGES


Un message est une suite d’informations logique formant un ensemble non dé
coupable logiquement aussi bien pour l’expéditeur que pour le destinataire, par
exemple: un fichier complet, une ligne tapée sur un terminal, un secteur de disque
(exemple de boite aux lettres).
La commutation de message est un processus d’acheminement de messages dans un
réseau de télécommunication sans établissement préalable d'un circuit de bout en
bout, par réception, mise en mémoire et retransmission des messages complets de
proche en proche vers leur destination.

Un réseau de commutation de messages se présente sous la forme suivante:


Message

NOEUD 1

NOEUD 2

NOEUD 3

Figure 7 : PRINCIPE DE TRANSFERT D’UN MESSAGE

C’est un réseau maillé de nœud de commutation, le message y est envoyé de nœud en


nœud jusqu’au destinataire. Il ne pas être envoyé au nœud suivant tant qu’il n’a pas
été reçu complètement et correctement dans le nœud précédant.
Il faut des mémoires au niveau des nœuds intermédiaires pour le stockage des
messages tant que ceux ci ne sont pas correctement reçus.
Un système de gestion des transmissions permet d’acquitter les messages
correctement reçus et demande la retransmission des message erronés : Il faut donc
un système de contrôle de flux dans les nœuds.
Une des difficultés est la transmission correcte de très long message. Pour un taux
d’erreurs de 10-5 bit (1 bit erroné sur 105 sur le réseau téléphonique) un message de
longueur 100 000 octets n’a qu’une possibilité de 0,0003 d’arriver correctement.
La communication est unidirectionnelle et la réception d’un message nécessite une
longue durée

2.3 LA COMMUTATION DE PAQUETS


Avec l’évolution rapide des besoins des utilisateurs dans le domaine de la
transmission de données et pour accélérer la vitesse de transmission, les réseaux de
commutation de paquets sont nés. Le paquet est une suite d’informations binaire ne
pouvant pas dépasser une longueur de valeur fixée à l’avance. Ainsi les messages des
utilisateurs sont découpés en paquets qui ont couramment une longueur maximale de
l’ordre de 1000 à 2000 bits.

Chapitre2 _____________________________________________________________________________15
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

La commutation de paquets est un processus d'acheminement dans lequel les


messages sont découpés en paquets, chaque paquet comportant les adresses
nécessaires à son routage. Dans les noeuds du réseau, ces paquets sont reçus dans une
file d'attente et retransmis, après analyse des adresses, sur la voie de transmission
appropriée; à l'arrivée, on reconstitue les messages à partir des paquets reçus.
Puisqu'un paquet n'occupe une voie que pendant sa transmission, la voie est
ensuite disponible pour la transmission d'autres paquets appartenant soit au même
message, soit à d'autres messages.
Le point de différenciation essentiel entre la commutation de paquets et la
commutation de circuits est le schéma de gestion/réservation des ressources au
niveau des unités d'acheminement intermédiaires.
La commutation de circuits nécessite la réservation de ressources de
communication durant toute la durée de la conversation et sur un trajet complet entre
les deux machines impliquées dans le dialogue. A l'opposé, dans le cas de la
commutation de paquets, la réservation de ressources ne concerne pour un paquet
donné que la liaison reliant deux unités d'acheminement sur laquelle le paquet
considéré est actuellement en cours de transit, et uniquement pendant la durée de
transit de ce paquet entre les deux unités d'acheminement considérées. Un avantage
évident de la commutation de paquets sur la commutation de circuits est donc une
utilisation beaucoup plus rationnelle des ressources de communication : les
ressources ne sont réservées que durant leur utilisation.
Les paquets sont envoyés indépendamment les uns des autres et les liaisons
entre nœuds de commutation qui les prennent en compte pour les émettre au fur et à
mesure de leurs arrivées dans le nœud.
Les paquets de plusieurs messages peuvent donc être multiplexés
temporellement sur une même liaison. (fig 8)
Le rôle des nœuds de commutation est d’aiguiller les paquets vers la bonne sortie ce
qui peut être donné par une table de routage.

Message p
p3 p2 p1
NOEUD q3 r2 p3 q2 r1 p2 q1 p1
Message q DE
q3 q2 q1
COMMUTATION
Message r DE PAQUETS
r3
Figure 8 : MULTIPLEXAGE TEMPOREL DES PAQUETS SUR UNE LIAISON

Par son principe, la commutation de paquet s’apparente à la commutation de message


avec cependant les différences suivantes :
• Les paquets sont des parties de message de format normalisé
comprenant des bits de contrôle destinés à protéger le paquet contre les erreurs de
transmission.
• La segmentation du message en paquet est faite par le réseau et non par
l’usager.

Chapitre2 _____________________________________________________________________________16
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

• Les temps de mémorisation des paquets dans les files d’attente aux
nœuds du réseau sont de quelques ms, ils donnent aux usagers l’impression d’une
transmission bidirectionnelle en temps réel.

commutation de Commutation de Commutation de


circuits paquets messages
Retard constant et court variable et moyen Variable et long
0-1ms 10ms....s s.....min
Degré d’utilisation faible à moyen élevé Moyen
des lignes
Protection contre les à la charge des prise en charge par selon les cas
erreurs usagers le réseau
Mode oui oui Non
bidirectionnelle
Changement
possible de format non oui Oui
De débit non oui Oui
Besoin en mémoire nul faible Grand
sur le trajet

TABLEAU 2 : LES CARATERISTIQUES DES TROIS MODES DE


COMMUTATION

3. RESEAU NUMERIQUE INTEGRE


La numérisation du réseau téléphonique a permis à ce dernier de devenir multi
- usage et de transporter les informations relatives à la voix, aux données, aux textes
et aux images. Les deux aspects principaux des systèmes numériques à savoir : La
représentation binaire de l’information, et le multiplexage temporel, présentent des
intérêts pour la commutation:
• La forme binaire permet d’interconnecter facilement une entrée à une
sortie quelconque du central (Une simple conjonction)

ordre de numéro numéro de


connexion d’entrée sortie
Figure 9 : EXEMPLE D’INSTRUCTION DE CONNEXION
• La structure en multiplex temporel permet de réaliser plusieurs liaisons
à travers le même point de connexion (utilisé alors en partage de temps) ce qui
conduit à une réduction considérable de la taille matérielle et de la complexité
logique des centraux et augmentation de leurs fonctionnalités.
• De plus la forme numérique s’apprête mieux à une mémorisation
momentanée

3.1 RESEAU NUMERIQUE AVEC INTEGRATION DE SERVICES


Des objectifs économiques d’une part et la croissance des besoins d’autre part
motivent deux tendances dans les réseaux des télécommunications modernes:
* Intégration de la transmission et de la commutation par l’utilisation de la forme
numérique de l’information (intégration n sur le plan de leurs fonctions respectives
qui restent toujours distinctes)

Chapitre2 _____________________________________________________________________________17
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

* Création de réseaux informatiques publics notamment pour l’acheminement de


trafic de données professionnelles.
Ces tendances parallèles suscitent l’éventualité d’un réseau numérique commun à la
transmission de données et à la téléphonie appelé réseau numérique avec intégration
de services RNIS.
3.2 DÉVELOPPEMENT DES RÉSEAUX RNIS
L’union internationale des télécommunications (UIT) a défini la technologie
RNIS comme un réseau fournissant une connectivité numérique d’une extrémité de
bout en bout avec une grande variété de services. Deux caractéristiques importantes
des réseaux RNIS les distinguent des réseaux téléphoniques classiques :
• Les connexions sont numériques d’une extrémité à l’autre ;
• RNIS définit un jeu de protocole d’interface utilisateurs/réseau
standard. De cette façon, tous les équipements RNIS utilisent les mêmes connexions
physiques et les mêmes protocoles de signalisation pour accéder aux services.

3.3 FONCTIONNEMENT
On entend par intégration de service, l’utilisation d’une partie ou de la totalité
du réseau de télécommunications pour acheminer des informations relatives à des
services de nature différentes comme par exemple : La téléphonie, La
téléinformatique, le télex, la télécopie, la visiophonie, la vidéoconférence........
Le RNIS propose l’intégration des supports et des services et, pour cela, il s’appuie
sur la numérisation et se développe au sein de normes internationales.
L’accès de base à 144 Kbit/s comporte deux voies à 64 Kbit/s et une voie à 16 Kbit/s
(2B+D). Les canaux B permettent, par exemple, de téléphoner tout en envoyant une
télécopie rapide. Le canal D, pour sa part, conçoit les signaux servant à
l’établissement de la communication et toutes les informations de service; il peut
aussi transporter des informations à bas débit. Il existe aussi un accès primaire qui
comporte 30 canaux B et un canal D (qui peut être utilisé pour les PABX)(figure 10
et 11)

Figure 10 : Schéma d’un accès de base

Chapitre2 _____________________________________________________________________________18
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

Figure 11 : Schéma d’un accès primaire

3.4 LE MODÈLE OSI ET LE RNIS

APPLICATION

PRESENTATION

SESSION

TRANSPORT

RESEAU Protocole D : niveau paquet

LIAISON LAPD : contrôle de flux connexion, identité et format des


trames, vérification des trames, détection des erreurs

PHYSIQUE - Capacité de transmission pour 2B+D ou 30B+D


- Synchronisation des trames.
- Accès au canal D (signalisation)
-Maintenance

LAPD: link access procedure on D channel


Le protocole D de signalisation contient les messages nécessaires pour
établissement, libération et pour l’accès aux compléments de services (Audio,
vidéo, débit…)
En RNIS, la commutation utilisée est de type paquet et tous les éléments d’accès au
RNIS sont spécifiés par des normes internationales.

Exemple de paquet X 25 :

Chapitre2 _____________________________________________________________________________19
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

Bit 8 7 6 5 4 3 2 1
GFI=general format LCGN = Logical Channel
OCTET 1
dentifier (paquet mod 8 ou Group Number
128) GFI=0001 mod 8 ou
0010 mod 128 PACKET HEADER
Logical Channel Number (LCN ) OCTET2
OCTET2
Paquet Type exemple : Call Request, Call Accepted, Data, OCTET3
Receive Ready, Receive not Ready,Reject....

USER Data, ADRESSES, Facilities (Dépending on Packet


type)

3.5 EVOLUTION DES RESEAUX NUMERIQUES INTEGRES


Le RNIS LARGE BANDE : B–ISDN : 2 exposant 24 canaux = 167777216
canaux simultanément avec signalisation dans la bande ; d’où l’évolution vers le
mode de transfert de l’information ATM (ASYNCHONOUS TRANSFER MODE) ,
l’organisme de base pour la standardisation est l’UIT-T (depuis 1989) et ATM
FORUM (formé en 1991 et travaille en collaboration avec l’ANSI, l’UIT …)
L’ATM est mode de transfert orienté connexion et utilisant le format cellule pour le
faire.
La cellule est un paquet de taille fixe : 53 octets (le choix de cette taille est pour
permettre la transmission a travers de longues distances sans avoir besoin
d’annulateur d’écho). Ainsi les retards seront prédictibles.

Le format de la cellule est le suivant :

48 octets pour PAYLOAD 5 octets pour


ENTETE (HEADER)
Les connexions ATM sont des canaux virtuels : Soit PVC (permanent virtual
channel) : connexion établie par un gestionnaire, ou SVC (switched virtual
Channel) : connexion établie par un système de signalisation.

Adaptation Layer

ATM layer

Physical Layer

Les niveaux du protocole ATM

Chapitre2 _____________________________________________________________________________20
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

CHAPITRE 3

FONCTIONS ET ORGANISATION D’UN CENTRE DE


COMMUTATION

1. FONCTIONS D’UN AUTOCOMMUTATEUR


Un autocommutateur permet d’établir une liaison temporaire entre deux
lignes: l’une est appelante (ou entrante) l’autre est appelée (ou sortante).
Ces lignes peuvent être soit des lignes d’abonnés ou des circuits de jonction
rattachant un autocommutateur à un autre.
Une même ligne peut être suivant les circonstances appelées ou appelantes.
Un autocommutateur peut raccorder un nombre variable de lignes (de quelques
dizaines à quelques milliers). La complexité et l’importance de l’autocommutateur
varient avec sa capacité.
Un autocommutateur doit accomplir deux fonctions essentielles:
- Une fonction matérielle pour permettre de relier physiquement la ligne du
demandeur à celle du demandé.
- Une fonction intelligente qui permet de commander le matériel telle que:
réception des chiffres, leur analyse en vue de déterminer la ligne appelée.
De ce fait un autocommutateur comprend deux parties importantes:
1- Un réseau de connexion à travers lequel s’établit la liaison temporaire
entre la ligne entrante et la ligne sortante. La technique utilisée pour la connexion est
basée sur le principe de la commutation temporelle et le multiplexage à répartition
temporelle.
2- Une unité de commande qui exécute les opérations de traitement des
informations reçues dans le central et s’occupe de la réception et de l’émission des
informations vers les autres centraux (fonction de relation avec l’extérieur appelée
aussi signalisation).
L’unité de commande spécifie aussi au réseau de connexion les ligne à interconnecter
ainsi que l’instant de début de connexion et celui de sa fin (fonction de commande).
D’autres fonctions sont accomplies par les organes de commande telle que
gestion de du système et la supervision et surveillance des équipements et des
liaisons établies.

Commutation

Commande

Figure13 : Schéma bloc d’un autocommutateur

Les organes de commande peuvent être un système unique dupliqué pour la


sécurité de fonctionnement ou un ensemble d’équipements identiques se répartissant
les appels à traiter et les différentes fonctions à exécuter.

Chapitre3_____________________________________________________________________________21
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

1.1 FONCTION DE RELATION


Un autocommutateur réagit en fonction des demandes qui lui sont faites à
distances soit par des abonnés (à travers leurs postes) soit à partir d’autres
autocommutateurs.
L’établissement des communications nécessite donc des échanges d’informations
pour lequel le commutateur doit disposer de fonction de dialogue avec l’extérieur. Ce
sont les fonctions de relation.
L’ensemble des procédures qui régissent ces fonctions est connu sous le nom
de signalisation téléphonique.
Les principales informations échangées en téléphonie sont:
* les informations relatives à l’état des liaisons participant à l’établissement
d’une communication.
* les informations de numérotation.
* les informations de fin de sélection qui indiquent l’état de ligne demandée
ou la cause du non aboutissement de l’appel.
* les informations de supervision (réponse du demandé, raccrochage du
demandé.....)

1.2 FONCTION DE COMMANDE


Elle inclue la commande des équipements de commutation et de signalisation.
Elle consiste en l’acquisition des informations par l’exploration périodique de
points de test aux niveaux des équipements de commutation (des mots binaires) pour
détecter les changements.
Cette fonction permet de faire l’affichage ou l’écriture sur les points
d’opération par l’affectation de différents états logiques aux organes de commutation.

1.3 FONCTION DE TRADUCTION


La principale information utilisée pour l’acheminement d’un appel est le
numéro de l’abonné demandé.
Cependant ce numéro ne peut être utilisé tel qu’il se présente.
Pratiquement il correspond à des informations particulières nécessaires à la
recherche de l’autocommutateur desservant la ligne demandée et à la recherche de
cette ligne dans ce dernier.
Cette opération de correspondance est la traduction.
a- Traduction départ:
Dans les réseaux téléphoniques, les premiers chiffres du numéro d’abonné
caractérisent l’autocommutateur auquel la ligne est rattachée.
Le but de la traduction départ, qui est effectuée par l’autocommutateur de
rattachement du demandeur, est de trouver la destination de l'appel et la taxation qu'il
faut appliquer à la communication.
Ceci serait l’objectif de l’analyse des chiffres. la traduction départ dépend du plan du
numérotage, du plan d’acheminement et du plan de taxation.
b- Traduction arrivée:
Son but est de vérifier que l’indicatif reçu correspond à l’un des indicatifs desservis
localement et de déterminer l’itinéraire que doit suivre la communication pour
aboutir à l’abonné demandé avec la vérification de l'état et la catégorie de ce dernier.

Chapitre3_____________________________________________________________________________22
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

1.4 FONCTION DE TAXATION


Les services rendus par le réseau de télécommunications doivent être rémunéré.
En exploitation normale, c’est l’abonné demandeur qui supporte le coût de
communication.
Les autocommutateurs doivent permettre l’élaboration des données nécessaires à la
facturation des communications qu’ils établissent.
Le prix d’une communication peut être proportionnel à sa durée mesurée à partir de
l’instant où l’abonné demandé a répondu.
Le coût de l’unité de temps de conversation dépend du type de communication et est
exprimé comme multiple d’une unité de tarification appelée taxe de base.
Les tarif peuvent dépendre de l’heure à laquelle a lieu la communication. La journée
se trouve découpée en un certain nombre de tranche horaire.
Deux méthodes de taxation sont utilisées: la taxation sur compteur par impulsions
périodes et la facturation détaillée (taxation sur ticket).

1.5 LES FONCTIONS D’EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE


1. Exploitation:
Des opérations quotidiennes telle que la mise en service d’une ligne d’abonné, la
mise en service d’un circuit, la modification de catégorie d’abonné ou la modification
de données de la traduction font partie de la gestion d’un commutateur.
Ces opérations sont exécutées sous forme d’échange d’informations entre le
personnel du centre de commutation avec ce dernier à travers des terminaux
informatiques pour les autocommutateurs numériques, et à l’aide d’un langage de
communication Homme - machine (commandes et sorties ).
L’autocommutateur doit donc gérer la procédure de dialogue et la traduire sous forme
de modification de données.
D’autres opérations d’exploitation sont nécessaires telles que la mesure de trafic pour
la planification du réseau.
2. Maintenance:
Détecter les anomalies de fonctionnement, les localiser et essayer de les réparer sont
des opérations nécessaires pour maintenir un état de fonctionnement satisfaisant de
l’autocommutateur.
Les systèmes électroniques sont dotés de fonctions de maintenance intégrées.
Le bon fonctionnement du système ou de certains de ses sous ensembles peut être
supervisé au moyens de fonctions de surveillance faisant partie de l’unité de
commande qui les déclenche automatiquement.
L’intervention de l’homme se trouve réduite à la substitution de circuits imprimés
présumés fautifs.

Chapitre3_____________________________________________________________________________23
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

2. ARCHITECTURE DES SYSTEMES DE COMMUTATION


ELECTRONIQUES
L’augmentation de la vitesse de réponse des composants électroniques a,
considérablement, modifié la conception des systèmes de commutation.
La diminution spectaculaire du coût des éléments électroniques utilisant
l’intégration large échelle (LSI ou VLSI) a permis la diminution considérable du coût
des autocommutateurs électroniques, ces deux facteurs ont été à l’origine du fait de
repenser la structure de la commutation

2.1 LOGIQUE CABLEE, LOGIQUE PROGRAMMEE


Un autocommutateur téléphonique a pour fonction d’analyser des événements
extérieurs émanent de différentes sources, de les interpréter comme des demandes de
communication déterminées et d’en déduire les actions à entreprendre afin de les
satisfaire.
Les décisions à prendre sont parfaitement déterministes et peuvent être décrite
au moyen d’une succession de choix élémentaires dans un programme à déroulement
conditionnel.
En commutation électromécanique, ce programme a été matérialisé par les
structures combinatoires des contacts de relais, les conditions de nature permanente
telles que les données de traduction sont réalisées sous forme de câblage.
Les conditions transitoires telles que la mémorisation d’un numéro demandé
se font à l’aide de maintien de certaines combinaisons de contacts. On désigne cette
technique par logique câblée.
La commutation électronique a permis d’introduire les systèmes à
programmes enregistrés (Stored Program Controled SPC) dans lesquels le
programme est explicité dans un calculateur. On bénéficie ainsi de tous les progrès
apportés aux calculateurs: C’est la logique programmée.
Cependant, il faut noter que les calculateurs de commutation n’ont pas la
structure universelle des autres calculateurs du fait qu’ils ont été conçus pour un
système de commutation déterminé.
La notion de programmes enregistrés caractérise d’une manière fondamentale
la commutation électronique.
Les programmes d’un calculateur de téléphonie sont rédigés en un langage
évolué puis compilés en une suite d’instructions en code machine, le résultat final de
la compilation est enregistrés dans une mémoire accessible par l’ordinateur et est
appelé le logiciel opérationnel
Les programmes enregistrés ont permis d’accroître le nombre de fonctions
d’où l’apparition de services supplémentaires, la signalisation sur canal commun,
centralisation de la maintenance et relation conversationnelle homme-machine
(langage Homme Machine)

CONSEQUENCE SUR LA STRUCTURE DES AUTOCOMMUTATEURS


Les organes de commande sont remplacés par un calculateur doté d’une
grande puissance de traitement, les fonctions intelligentes sont centralisées au niveau
d’un logiciel, cette centralisation pose des difficultés entre autre le risque de panne
complète.
Différentes structures sont utilisées pour essayer de remédier à ces difficultés.

Chapitre3_____________________________________________________________________________24
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

2.2 LE LOGICIEL OPERATIONNEL


Les programmes de commutation sont le fruit de travaux d’équipe comportant
à la fois des commutants et des informaticiens.
Pour permettre son entretien, le programme doit être conçu d’une manière
compréhensible.
Le logiciel est destiné à évoluer dans le temps : le programme doit donc être
modifiable et toute modification ne doit pas se répercuter sur les parties inchangées:
Il doit être modulaire.
L’environnement d’un central se modifie constamment : le programme doit
être extensible.
Quelque soit les circonstances, le logiciel doit aboutir à une situation évitant
les dommages au central : logiciel fiable.
Système d'exploitation

20%
Maintenance 40%
15% Traitement des appels
25%

Exploitation

Figure14 : ORGANISATION DU LOGICIEL OPERATIONNEL

a. SYSTEME D'EXPLOITATION:
Programme moniteur: Gestion du temps machine, interface avec les périphériques,
allocation de ressources et programmes de défense (réaction aux fautes, redémarrage
du système et sauvegarde et protection de données).

b. TRAITEMENT DES APPELS:


Tâche essentielle qui occupe la plus grande partie du temps calculateur et ne
représente qu’une faible part de l'ensemble des instructions.

c- EXPLOITATION:
Programmes permettant la gestion des lignes d'abonnés, des circuits, des équipements
de données de traduction et de taxation ainsi que l'observation du trafic.
d. MAINTENANCE:
Maintenance préventive: Essais des lignes et des circuits, tests périodiques du
matériel.
Maintenance corrective: Processus de localisation de pannes.

2.3 STRUCTURE GENERALE DES AUTOCOMMUTATEURS


ELECTRONIQUES A PROGRAMMES ENREGISTRES

Les systèmes électroniques sont caractérisés par la numérisation au niveau du


réseau de connexion et la commande par programmes enregistrés.
Malgré la diversité des systèmes, une architecture macroscopique caractérise
les commutateurs électroniques. (Voir figure 12)

Chapitre3_____________________________________________________________________________25
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

DESCRIPTION
A: Jonction d'abonnés et de circuits
B: Jonction d’accès au réseau
C: Jonctions internes de commande
C1: Jonction de commande de signalisation
C2: Jonction de commande de réseau de connexion
D: Jonctions de relation homme - machine
1- Les équipements individuels de lignes permettant le raccordement soit des postes
téléphoniques soit des circuits
2- Le réseau de connexion possédant ses propres organes de commande
3- les organes de collecte et de distribution des informations, intermédiaires entre les
équipements de lignes et la commande, traitent la signalisation voie par voie.
4- la commande formée essentiellement de processeurs et de mémoires dans des
organisations variées.
5- Les périphériques de types informatiques pour la communication avec le
personnel d'exploitation et de maintenance.

REMARQUE
On doit faire la distinction entre fonction et organe: Une fonction peut
concerner plusieurs organes; un organe peut remplir plusieurs fonctions

Chapitre3_____________________________________________________________________________26
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

A B

Equipements
Terminaux ou individuels de ligne
circuits

2
RESEAU
DE
CONNEXION
1
Logique de
PERIPHERIQUES
marquage
TELEPHONIQUES
Explo Distri
COLLECTE ET
rateur buteur
DISTIBUTION
3
D'INFORMATIONS
Signalisation
voie par voie
Canaux
sémaphores
Signalisation
par canal
sémaphore

C1 C2
BUS DE
TRANSMISSION

C
4
Commande

Mémoires

}
D

Périphériques de la relation
Périphériques
Homme - Machine
informatiques
5

Figure14 : STRUCTURE GENERALE DES AUTOCOMMUTATEURS


ELECTRONIQUES

Chapitre3_____________________________________________________________________________27
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

3. LES ORGANES DE COMMANDES

3.1 FONCTIONS ET CONTRAINTES DES ORGANES DE COMMANDE


Les organes de commande sont l’ensemble des équipements qui exécutent les
fonctions les plus intelligentes.(le logiciel)
Par nature les fonctions de commandes reposent sur l’existence d’une fonction
de mémorisation qui doit contenir à chaque instant l’état de tous les éléments
matériels ou logique du système.
Les organes de commandes doivent remplir deux types de fonctions :
a- Les fonctions de commutation: Elles reposent sur l’acquisition de
l’information à travers les points de test par les explorateurs d’événement sur les
lignes d’abonnés et les jonctions, et la distribution des signaux à travers les
distributeurs et les points d’opération sur les lignes d’abonnés et les jonctions.
Entre ces deux fonctions se placent d’autres fonctions internes d’analyse de
signaux reçus comme la traduction, l’acheminement et la connexion d’itinéraire dans
le réseau de connexion.
A toutes ces fonctions s’appliquent des contraintes du temps réel .
Un haut degré de parallélisme est requis puisque le nombre d’appels en cours
de traitement peut atteindre plusieurs centaines.
La puissance des organes de commande de commutation se mesure par le nombre
d’appels qu’ils sont capables d’écouler pendant une unité de temps (BHCA).
b-La fonction d’exploitation et de maintenance: ce sont les fonctions
qui permettent de gérer (Ajouter, modifier, supprimer) les éléments matériels ou
logique, de surveiller le fonctionnement de l’autocommutateur, de détecter et
localiser les défaillances des équipements.
Ces fonctions présentent des caractéristiques différentes de celles de la
commutation (Interaction avec l’opérateur, importance du temps réel plus faible)
L’introduction de l’électronique au niveau des systèmes de commutation a eu
les conséquences suivantes:
1- La séparation nette entre les organes de commande et ceux de la
commutation ce qui a permis de créer une interface entre la commande et la
commutation. Cette interface a pour rôle l’adaptation de vitesse (le temps de réponse
des composants de connexion est de quelques ms alors que celui de la commande il
est de l’ordre de ns donc rapport de 1/6)
2- Partage de temps entre les appels: puisque le temps de fonctionnement de la
commande est réduit par rapport aux équipements de commutation, il y a possibilité
de traitement de plusieurs appels en même temps.
3- Amélioration de l’exploitation et de la maintenance sans élévation du coût
du central par la possibilité d’utilisation de la capacité de traitement d’un calculateur
aussi bien pour la commutation que pour l’exploitation et maintenance.

La mise en oeuvre des fonctions de commutation, d’exploitation et de


maintenance peut faire appel à l’utilisation d’automates câblés ou programmés.
L’utilisation du câblé a tendance à disparaître
L’automate programmé est universel.
De ce fait, la structure des organes de commande on distingue 3 niveaux:
* Un premier niveau micro programmé constituant les organes d’acquisition et
de distribution

Chapitre3_____________________________________________________________________________28
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

* Un deuxième niveau programmé qui effectue le reste des fonctions de


traitement des appels.
* Un troisième niveau programmé d’exploitation et de maintenance.
Ces trois niveaux représentent l’organisation logique interne d’un système SPC.
Dans les systèmes les plus récents, on utilise les automates micro programmés ou
des microprocesseurs pour l’acquisition et la distribution.

2.2 STRUCTURE GENERALE DE L’UNITE DE COMMANDE


Pour satisfaire aux différentes contraintes, la structure générale de l’unité de
commande est organisée en trois niveaux (Fig 13)

P ériphériques télépho niques

S pécifité
V olum e de m atériel
Im po rtance du tem ps réel

N iveau d e com m u tation

C om plexité
log ique

N iveau
d'exploitation
et de m ainten ace

Figure15 : ORGANISATION LOGIQUE GENERALE DE L'UNITE DE COMMANDE

** Périphériques téléphoniques: Jonctions, équipement d’abonnés, récepteur


ou émetteur de code, réseau de connexion.... Ce sont tous les équipements qui
assurent des fonctions simples et répétitives (acquisition et distribution).
** Le niveau de commutation assure les fonctions de traitement de
l’information
** Le niveau d’exploitation et de maintenance

Chapitre3_____________________________________________________________________________29
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

Périphériques téléphoniques Périphériques téléphoniques

calculateur
calculateur
d'exploitation
dede
etcommutation
maintenance
autre autocommutateur autre autocommutateur
calculateur de
commutation calculateur
d'exploitation d'exploitation
et de maintenance
et de maintenance

b) structure à trois niveaux physiques


a) structures à deux niveaux physiques

Figure 16 : STRUCTURE PHYSIQUE DES ORGANES DE COMMANDE

REMARQUE :
* La configuration la plus fréquente est celle à deux niveaux physiques
* Quand le deuxième niveau est formé d’un calculateur unique, la structure du
système est appelée monarchique
* Quand le deuxième niveau est formé de plusieurs calculateurs la structure
est oligarchique.

3. 3 LES CONTRAINTES FONDAMENTALES


* La puissance de traitement en temps réel : c’est-à-dire le nombre d’appels
assurés par l’ordinateur en même temps.
* La permanence de service : la commande doit être opérationnelle
continuellement (24H / 24H).
* Facilité d’exploitation :
-Fonction d’exploitation et de maintenance.
-Possibilité d’évolution dans le temps.
Ces contraintes ont des conséquences sur le logiciel opérationnel et sur la structure
du matériel.

CONSEQUENCES SUR LE LOGICIEL OPERATIONNEL


* Organisation des programmes en plusieurs niveaux de priorité exemple : les
programmes de traitement des appels tel que analyse des chiffres, recherche de
chemin sont plus prioritaires que ceux de l’exploitation et de maintenance.

Chapitre3_____________________________________________________________________________30
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

* Introduction de logiciel de défense : programmes de test (supervision) et de


localisation automatique des fautes pour remédier aux contraintes de permanence de
service.
* Optimisation des volumes de mémoire nécessaire pour diminuer les coûts

CONSEQUENCES SUR LE MATERIEL


* Redondance du matériel
* Architecture spécifique
* Développement de calculateurs spécifiques sur les plans suivants:
- Codes d’instructions : pour augmenter la vitesse d’accès aux
séquences de programme qui consomment beaucoup de temps machine
- Dispositifs de maintenabilité pour réduire le temps de réparation des
pannes
-Technologique pour diminuer le coût du matériel et augmenter les
performance

3. 4 ARCHITECTURE DE LA COMMANDE
Beaucoup de modèles d’architecture existent. Les critères de distinction de ces
différents modèles sont :
- La centralisation ou la répartition des fonctions
- L’utilisation de deux ou de n calculateurs
- L’organisation en un ou plusieurs niveaux
A. CENTRALISATION ET REPARTITION
A.1 CENTRALISATION
m machines (processus ), p fonctions à accomplir ( représentées par p programmes ),
r ressources gérées ( matériel tel que périphériques téléphoniques ou logiciel comme
zone de travail, données des organes ) le principe est illustré par la figure 15.

Avantages:
- Connaissance totale de l’état du système
- Accessibilité à toutes les ressources dont jouit chaque calculateur
- Toutes modification ou amélioration du système porte souvent sur le logiciel.

Inconvénients
- Absence de modularité : il faut dès le début installer toute la puissance de calcul.
Le coût du matériel n’est pas proportionnel au trafic écoulé.
- Structure monolithique du logiciel qui rend le système fragile et lourd à gérer (il
suffit d’un bit erroné pour qu’aucun appel ne soit traité)

Chapitre3_____________________________________________________________________________31
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

R1 R2 Rr Ressources

M1 M2 Mm Machines

P1 P2 Pp Programmes

Schéma fonctionnel d'une structure de commande centralisée

Chacune des machines a accés directement à chacune des r ressources


et exécute tous les p programmes

Figure 17 : Structure d’un système à commande centralisée

A-2 RÉPARTITION

R1 R2 Rr Ressources

a b c

M1 M2 Mm Machines

i j k

P1 P2 Pp Programmes

Liaisond'échangeentremachines

figure18 : SCHÉMA FONCTIONNEL D'UNE STRUCTURE DE COMMANDE


RÉPARTIE
Chaque machine n'a accès, dans un état donné du système, qu'à un sous ensemble
a, b,..., c des ressources et/ou i ,j ,r des programmes c'est-à-dire fonctions.

Répartition statique et répartition dynamique:


-Statique: les fonctions ou les ressources traitées par une machine sont définis
une fois pour toute
-Dynamique: Chaque processeur peut potentiellement traiter toutes les
fonctions et accéder toutes les ressources à mais suivant l’état du système.
Avantages:
-Modularité du système
-Coût réduit
Inconvénients:

Chapitre3_____________________________________________________________________________32
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

-Nécessité d’implanter un mécanisme d’échange d’information entre les


calculateurs pour la coordination
- Le parallélisme à assurer
B.STRUCTURE A DEUX CALCULATEURS
Pour la fiabilité de la commande une redondance est requise au niveau des
calculateurs.
Le plus simple serait alors de dupliquer la machine qui en fonctionnellement est
suffisante pour le traitement de trafic.
Trois modes de duplication existent :
* Le micro-synchronisme
* Le partage de trafic
* Actif / réserve

1- Le micro synchronisme.
Le principe du micro synchronisme consiste à coupler matériellement les deux
calculateurs (A et B)de façon qu’ils exécutent la même instruction au même instant et
se compare le résultat avant de passer à l’instruction suivante. Toute divergence
(mismatch) entraîne la mise hors service du calculateur fautif.

Structure
Environnement

A C B

Figure 19 : STRUCTURE DU MICRO SYNCHONISME

Description :

Liaison active A, B : unités centrales des calculateurs


Liaison inactive M : mémoire des calculateurs
C : comparateur
Les deux machines doivent disposer à chaque instant des mêmes données
et recevoir simultanément les informations provenant de l’environnement
téléphonique ou informatique. En sens inverse un seul des calculateurs envoie les
ordres (on ne peut pas avoir deux chef !)

1.2 Etats des calculateurs


L’un des calculateurs est exécutif ou actif, l’autre est en réserve ou attente.
Les sous états du calculateur en attente sont : attente/ fonctionnel, attente/arrêté,
attente/ séparé.

Chapitre3_____________________________________________________________________________33
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

1.3 Réactions aux fautes


En cas de faute détectée par le comparateur, le processeur soupçonné fautif est
mis hors service, les deux calculateurs sont découplés et l’exécution d’un programme
de test en vue de localiser le processeur défectueux commence. Ce programme a une
durée d’exécution qui ne doit pas dépasser 20 mili- secondes pour que les appels ne
soient pas perdus.
Il existe des fautes permanentes et d’autres temporaires

1.4 Avantage et inconvénients


-Protection parfaite vis-à-vis des pannes des processeurs
-La simplicité relative du logiciel
Inconvénient: La protection est moins bonne pour les fautes de logiciel qui
peuvent avoir comme effet la réinitialisation du système.

2. Le partage de trafic
Le principe du partage de trafic consiste à répartir aléatoirement les appels qui
se présentent sur l’une ou l’autre des machines qui, une fois l’appel pris en compte,
le traite de bout en bout.
Conséquence: les deux machines se partagent les ressources et se
coordonnent pour y accéder (Système d’exclusion mutuelle par exemple).

2.1 Structure
Environnement

LIC
A B

EX
MA MB

Figure 20 : STRUCTURE DU PARTAGE DE TRAFIC


A, B : unités centrales des calculateurs LIC : liaison inter calculateur
M : mémoire des calculateurs Ex : dispositif d’exclusion

2. 2 Etats
Les deux calculateurs sont en ligne.
En cas de panne d’un processeur les sous états qu’il prend sont ceux du micro
synchronisme.
2. 3 Avantages et inconvénients
-Meilleurs résistance aux fautes de logiciel
-Possibilité de fonctionnement avec des logiciels différents dans chaque
calculateur
- La puissance de traitement des appels peut être doublée

Inconvénient:

Chapitre3_____________________________________________________________________________34
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

-Logiciel plus complexe à cause des processus de coordination entres les


calculateurs.

2. 4 Réaction aux fautes


En cas de faute dans un calculateur, celui-ci est mis hors service puis réinitialisé,
l’autre calculateur prend toute la charge (nouveaux appels et ceux établis).

3. Actif / Réserve
Un calculateur traite le trafic, l’autre est entièrement découplé au plan matériel
et logiciel et ne passera en ligne qu’en cas de panne du premier
Ce mode de duplication n’est utilisé que dans deux cas :
* Le calculateur qui passe de réserve à actif est capable de reconstituer l’état du
système (Abonnés libre, abonnés occupés, joncteurs engagés, itinéraire établi dans le
réseau de connexion.......)
* Les calculateurs utilisent la même mémoire.

Environnement

A B

M
Figure 21 : STRUCTURE DE L’ACTIF / RESERVE

Ce mode n’est pas répandu pour la commande d’un système de commutation.

Chapitre3_____________________________________________________________________________35
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

C. STRUCTURE A N CALCULATEURS

Objectif:
- Constituer une unité de commande puissante
- Simplifier les problèmes de logiciel par répartition des fonctions entre
plusieurs processeurs.
- Obtenir une modularité de la commande

C.1 : RÉPARTITION DES FONCTIONS


Les fonctions d’exploitation et de maintenance ont des caractéristiques différentes que
celles de traitement des appels (les dernières exigent plus de disponibilité que les
premières)
C. 2 : ARCHITECTURE D’UN SYSTÈME EN PARTAGE STATIQUE DE
FONCTIONS
LD
Périphériques téléphoniques
LEX

.........
MR1 MRn
OC Mq MR2
TR TX

LIP

CEM
LEX : liaison d’exploration Mq: marqueur
LD: Liaison de distribution OC: organe de contrôle
LIP: liaison inter processeurs CEM: centre d’exploitation et de
MR: Multi enregistreur maintenance
TX: taxeur TR: Traducteur

Figure 22 : EXEMPLES DE SYSTEME A STRUCTURE REPARTIE

D- ELEMENTS DE COMPARAISON DES STRUCTURES


-Disponibilité: ce paramètre traduit la permanence de service pour assurer un
niveau de fiabilité excellent, il est représenté par le rapport suivant
Temps moyen entre fautes
D=
Temps moyen entre fautes + temps moyen de réparation

-Trafic: la charge d’un calculateur en commutation est mesurée par son taux
d’occupation T= a + b n

Chapitre3_____________________________________________________________________________36
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

a = charge fixe dépendant de la configuration de l’autocommutateur ( trafic à


vide)
b = temps machine nécessaire pour traiter un appel
n = nombre d’appels par unité de temps

E. STRUCTURE DES CALCULATEURS DE LA COMMUTATION

Les calculateurs utilisés en commutation électronique pour le traitement


des appels sont développés spécialement pour cette utilisation

1- Caractéristiques communes avec les calculateurs universels


- Unité centrale, mémoire, unité d’échange, unité de liaison périphérique.
- Même structure des codes d’instruction et même principe d’adressage (direct - indirect
- indexé......)
-Même principe de protection de mémoire (bit de parité)
- Système de d’interruption permettant de hiérarchiser les tâches

2- Caractéristiques particulières aux calculateurs de commutation


- Codes d’instructions particuliers spécifiques aux processus temps réel (instruction sur
un bit pour effectuer un test, instructions arithmétique et logique sur une tranche de
mot ......)
- Mémoire de grande capacité d’adressage pouvant atteindre plus d’un million de mots à
32 éléments binaires
- Mémoire cache ou virtuelle n’existe pas
- Mécanisme de protection des logiciels : fonction chien de garde ou clé et verrou
- Entrée /sortie périphérique: téléphoniques et informatiques
- Disponibilité et maintenance: logiciel de localisation des fautes

Chapitre3_____________________________________________________________________________37
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

4. LES PHASES D'ETABLISSEMENT D'UN APPEL TELEPHONIQUE

RAPPEL :
Les autocommutateurs constituent les nœuds du réseau et téléphonique et
assurent les liaisons temporaires entre:
* Deux lignes d’abonnés raccordés au même commutateur.
* Une ligne d’abonnés et une jonction (circuit) vers un autre centre de
commutation (centre à autonomie d’acheminement).
Pour simplifier la structure du réseau et sa gestion certains autocommutateurs
desservant les zones locales peu denses peuvent ne pas être des centres à autonomie
d’acheminement (CAA), tous les appels sortant sont alors acheminés sur un seul
faisceau de jonctions vers un autocommutateur à autonomie d’acheminement (réseau à
structure en étoile)

* Une jonction provenant d’un autre autocommutateur et une ligne d’abonné.


* Deux jonctions provenant de deux centres distincts.
Un autocommutateur universel est celui capable de traiter les quatre types de
liaison sus - indiqués
Un autocommutateur capable de traiter le quatrième type est un centre de transit
Un autocommutateur de transit n’effectue pas de concentration mais le brassage
vers les différentes jonctions de sortie.

1. LES DIFFERENTES PHASES D’UN APPEL TELEPHONIQUE


Les opérations effectuées par un autocommutateur pour le traitement d’un appel
téléphonique sont réparties dans le temps en étapes appelées phases de sélections d’un
appel. ces phases dépendent du type de l’appel traité et du mode de relation utilisé entre
les autocommutateurs du réseau.

2. LA PREMIERE PHASE DE TRAITEMENT D’UN APPEL :


LA PRESELECTION
La réception d’une demande d’appel nécessite l’exécution par l’autocommutateur
d’un certain nombre d’opérations qui le mettront prêt à recevoir le numéro de l’abonné
demandé. L’ensemble de ces opérations est la présélection.
La présélection diffère selon que l’appel émane d’un abonné ou d’une jonction.

2.1 CAS D’APPEL PROVENANT D’UN ABONNE


Dans ce cas les opérations de présélection sont celles exécutées par l’autocommutateur
jusqu’à ce que celui-ci délivre l’invitation à transmettre à l’abonné demandeur:
* Décrochage de l’abonné se traduisant par la présentation d’une boucle
résistante sur la ligne.
* Détection de ce décrochage par un organe propre à chaque ligne: équipement
d’abonné ( la détection est faite à l’aide de l’exploration de routine ).
* Examen de l’identité de l’abonné ainsi que sa catégorie (poste à clavier ou à
cadran, ceci permet de déterminer sous quelle forme va se faire l’envoi des chiffres).
* Connexion de l’équipement de réception des chiffres.
* Envoi de l’invitation à transmettre
L’examen de l’identité de la ligne appelante peut déduire plusieurs cas: Exemple
abonné qui n’a pas droit à faire des appels.

Chapitre3_____________________________________________________________________________38
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

2.2 CAS D’APPEL PROVENANT D’UNE JONCTION


Dans ce cas la présélection est la phase démarrant de la réception d’un signal
d’engagement d’appel jusqu’à l’instant où l’autocommutateur est prêt à recevoir la
numérotation concernant la demande d’appel.
Cette phase dépend du type de signalisation utilisée entre centraux.
En cas de signalisation voie par voie les équipements utilisés pour la réception de
signalisation sont les auxiliaires récepteurs de signalisation.
Un autocommutateur peut desservir des jonctions utilisant des systèmes de
signalisation différents. A chaque jonction on connectera le récepteur de signalisation
adéquat Un ensemble de récepteurs est mis la disposition d’un ensemble de jonctions,
la connexion entre les deux équipements se fait à travers le réseau de connexion.
En signalisation par canal sémaphore, le signal d’appel et celui du premier chiffre
sont confondus du fait que le central est toujours prêt à émettre et à recevoir.

3. LA DEUXIEME PHASE D’UN APPEL : ENREGISTREMENT DE LA


NUMEROTATION ET LA SELECTION
Dans cette phase l’autocommutateur reçoit et enregistre les signaux de
numérotation qui vont être utilisés pour choisir un itinéraire vers l’abonné demandé.
Cette dernière opération est la sélection.
* La réception de la numérotation est contrôlée par un système de temporisation
* Si l’appel est sortant la jonction est prise à la fin de la réception de la
numérotation ou si le type de signalisation le permet dès qu’un nombre suffisant de
chiffres a été reçu ( suffisant pour déterminer sur quel faisceau l’appel doit être écoulé).
* Si l’appel est vers un abonné local (appel terminal) la fin de la réception des
chiffres démarre la recherche de la ligne appelée.
* Si l’appel est sortant la sélection d’une jonction vers l’autocommutateur appelé
nécessite le choix d’une jonction parmi celles qui sont disponibles vers cet
autocommutateur.

4. LA TROISIEME PHASE D’UN APPEL : LA SIGNALISATION


Cette phase consiste à transmettre vers un centre distant la demande d’appel et
les informations relatives à son aboutissement.( Elle n’existe que pour un appel sortant).
Le premier signal envoyé est celui de l’appel qui démarre la phase de
présélection dans le central d’arrivée.
Suivant l’état de la ligne demandée un signal de fin de sélection est envoyé vers
le central de départ.
Exemples de signaux de fin de sélection:
- Numéro reçu complet, ligne libre, l’appel donne lieu ou non à une taxation.
- Numéro complet, ligne occupée.
- Numéro complet, ligne inaccessible.
Si la ligne est libre, l’envoi du signal d’appel vers le demandé commence (courant
d’appel basse fréquence sur la ligne).
Si la ligne est occupée ou inaccessible, la libération de tous l’itinéraire utilisé est
commandée.

5. LA QUATRIEME PHASE: SUPERVISION ET TAXATION

Chapitre3_____________________________________________________________________________39
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

Cette phase démarre au décrochage du demandé et consiste à superviser l’état de


la liaison pour permettre la mise en relation des deux abonnée ou le relâchement du
chemin établit et à mettre en route la taxation de la communication.

Chapitre3_____________________________________________________________________________40
N.HATIRA AMOR________________________________________________ cours de
commutation

EN RESUME :

- Le réseau téléphonique réel est un graphe.

- La physionomie finale du réseau dépend du trafic, de contraintes technologiques


et de critères économiques.

- La charge d’un autocommutateur :

1- Fonctions élémentaires mais complexes: connexion de circuits entre eux,


concentration et brassage. La complexité provient du grand nombre de sources et
de destinations et donc de configurations possibles.

2- Fonction évoluée réclamant une grande intelligence: analyse de la


numérotation, taxation, recherche d’itinéraire, détection de fautes ⇒ fonctions qui
manipules un grand nombre de données.

3- Fonction intermédiaire, de routine, portant sur un grand nombre de


points : exploration des lignes d’abonnés les événements etc...

- Le réseau de connexion se charge des tâches 1 : intelligence faible :


concentration et brassage.

- La concentration est affectée aux concentrateurs d’abonnés appelés aussi unités


de raccordement d’abonnés (URA), Le brassage est affecté au coeur de chaîne.

- Un ou des calculateurs pour les tâches 2.

- Des périphériques pour les tâches 3.

Chapitre3_____________________________________________________________________________41
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

CHAPITRE 4
LES RESEAUX DE CONNEXION

INTRODUCTION
- Le signal téléphonique analogique est converti sous la forme numérique par la
modulation par impulsion codée MIC.
- Les commutateurs numériques interconnectent des voies codées en MIC sans effectuer
de conversion.



Unité de Circuit (Mic) à 2Mbits/s
Réseau de
raccordement
connexion
d’abonnés
 Commutation

Périphériques
Figure 23 : SITUATION
Calculateurs DU d’entrées/sorties
RESEAU DE CONNEXION
- Le réseau de connexion assure le brassage de façon que n’importe quelle entrée puisse
atteindre n’importe quelle sortie. Commande
Il est à noter que la connexion à réaliser est du type quatre fils.

1. FONCTIONS REALISEES PAR UN RESEAU DE CONNEXION


NUMERIQUE

- La fonction principale est l’établissement et le maintien des connexions téléphoniques


bidirectionnelles dont le débit est de 64 kbits /s.
- Fonction de connexion de diffusion entre voies sources de tonalités et de messages
enregistrés et les voies affectées aux abonnés et aux circuits.
- Autres type de connexion telle que connexion en Y ( une entrée vers deux sorties )
pour effectuer certaines fonctions de maintenance.
- Mise en phase des liaisons incidentes avec l’horloge locale du commutateur.
(fonction de synchronisation)
- Contribution à offrir une bonne qualité de service définie par un taux de blocage
interne très réduit ( inférieur à 10-3 ) et une sécurité de fonctionnement.

2. LES ELEMENTS DE BASE DES RESEAUX DE CONNEXION


NUMERIQUES
2 . 1 COMMUTATION SPATIALE, COMMUTATION TEMPORELLE
** La commutation spatiale consiste à établir physiquement un chemin entre la ligne
entrante et la ligne sortante.
Ce chemin est obtenu au moyen de point de connexion à deux états. Il permet le passage
de signaux entre échangés entre la source et la destination pendant toute la durée de la
communication.

Chapitre 4_______________________________________________________________________________42
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

** La commutation temporelle ou numérique consiste à prélever sur une liaison MIC


entrante un train d’impulsions pour le réinjecter sur une liaison sortante.
Cela exige que durant le temps qui s’écoule entre ces deux intervalles de temps, les
impulsions entrantes soient conservées en mémoire. Ce processus est répété 8000 fois
par seconde.
La commutation temporelle permet donc de changer la position temporelle des signaux
transportés par une voie MIC entrante en les faisant séjourner pendant un temps
convenable dans une mémoire tampon

Les réseaux de connexion numériques reposent sur les deux techniques citées à la fois
soit:
- Un changement de position temporelle: opération de type T qui réalise
le déphasage voulu en faisant séjourner dans une mémoire tampon pendant un temps
convenable les signaux transportés par la voie entrante.
-Une commutation spatiale entre des multiplex synchronisés : opération de
type S qui s’obtient par l’ouverture de portes logique rapides permettant de transférer
les signaux de la voie entrante vers le multiplex sortant.
Ces portes logiques réalisent les points de connexion et sont commandés à une cadence
égale à celle des multiplex internes.
Un réseau de connexion temporel peut combiner ces deux opérations en plusieurs
étages successifs:
TS, TST, TSST ......
Des mémoires de commande servent à établir ou à interrompre une connexion à travers
le réseau.
MIC0
 MIC0 VT1/30
(VT0/ 31) MIC1
MIC1 VTi
mémoire
réseau de
tampon
connexion
MICx
VTj 
MICn
MICn

Figure 24 : PRINCIPE DU COMMUTATEUR TEMPOREL

2. 2 LE COMMUTATEUR TEMPOREL : T

Il est constitué d’une mémoire tampon appelée mémoire de parole dans laquelle un mot
de huit éléments binaires est associé à chaque voie téléphonique.
Les inscriptions dans cette mémoire sont effectuées de manière cyclique, chaque
échantillon y est donc mémorisé pendant une période de 125 micro secondes.
Le contenu entier de la mémoire doit être lu en 125 micro secondes.
Pour réaliser cette opération, on décompose l’intervalle de temps élémentaire de 3,9
micro-secondes en n+1 sous intervalles notés T0 à Tn.
T0 est utilisé pour effectuer n écritures simultanées en mémoire tampon. Les autres
seront affectés à la lecture (T1 à la sortie 1 c’est-à-dire une voie i du MIC1 sortant Tk est
aiguillé vers le multiplex k et ainsi de suite ).

Chapitre 4_______________________________________________________________________________43
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

La connexion est caractérisée par l’adresse de lecture en mémoire tampon laquelle


correspond à une voie numérique en réception. Cette adresse est fournie par une
mémoire appelée mémoire de commande dans laquelle, chaque mot associé à une voie
sortante, contient l’adresse de la voie entrante reliée.
Cette mémoire est lue de façon cyclique: les inscriptions y sont faites par les
processeurs de la commande du central par les dispositifs de marquage.

LNE Transformation série / mémoire Transformation LNS1


1 parallèle tampon parallèle / série
32mots à 8e.b

LNE mémoire
Transformation série / tampon Transformation LNSn
n
parallèle 32mots à 8e.b parallèle / série
Jonctions
Jonctions sortantes
entrantes Ecriture Lecture t t
1n
Mémoire
de
commande
n fois
Base de 32mots
temps
Figure25: SCHEMA DU COMMUTATEUR TEMPOREL

La capacité maximale est d’environ 500 voies (en fait 512) ce qui donne : 16 liaisons
MIC.
A un instant t, ils se présentent 16 IT appartenant aux 16 voies MIC. (La technologie
utilisée est à haut degré d’intégration pour permettre a réduction du blocage interne).
La mémorisation se fait en 125 microsecondes à l’aide de transformation série parallèle.
La commutation se fait par l’extraction des intervalles de temps dans un ordre différent
de celui dans lequel ils ont été enregistrés. Cela se fait par l’assistance de la mémoire de
commande C.S.

2. 3 COMMUTATEUR TEMPOREL COMMANDE PAR LA SORTIE


intervalles de
temps arrivées 0 7
1
2

échantillon à 8e.b

511
Chapitre 4_______________________________________________________________________________44
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

compteur 0
1
0............511 SS 2
7 compteur

0............511
511

CS
Figure 26 : PRINCIPE DU COMMUTATEUR TEMPOREL COMMANDE PAR LA
SORTIE
Il est commandé par la sortie car chaque mot de la mémoire de commande est associé à
un intervalle de temps sortant déterminé. (Dans l’exemple IT2 entrant est connecté à
IT7 sortant).

2. 4 COMMUTATEUR TEMPOREL COMMANDE PAR L’ENTREE


Dans ce cas CS indique comment doit se faire l’enregistrement dans SS
( Sur l’exemple dela figure 25: IT5 entrant est connecté à IT2 sortant )

Chapitre 4_______________________________________________________________________________45
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

intervalles de 0
1 intervalles de
temps arrivées temps départ
2

échantillon à 8e.b

0 511 compteur
1
2 SS 0..............511
5

511

Figure 27 : PRINCIPE DU COMMUTATEUR TEMPOREL COMMANDE PAR


L’ENTREE

Ces deux types de commutateurs sont basés sur l’utilisation de mémoire RAM

EXERCICE:
SS

CS
1
3
2
0

X= X3 X2 X1 X0 est une trame qui se présente sur le côté arrivée de SS

Comment se présentera X à la sortie de SS dans le cas où ss eat commandée par la


sortie et dans le cas où elle commandée par l’entrée

2. 5 LE COMMUTATEUR SPATIAL (ou matrice spatiale)


C’est un tableau de point de croisement formé de portes logiques qui permet de
commuter les intervalles de temps dans l’espace afin de donner une accessibilité totale
entre les liaisons numériques entrantes et sortantes.
L’activation du point de croisement dure le temps de l’intervalle de temps interne.

Chapitre 4_______________________________________________________________________________46
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

Le contenu de l’intervalle de temps interne est le numéro de l’horizontale


CS se divise en plusieurs parties une pour chaque verticale. Le commutateur est utilisé
en partage de temps.

Horizontale 0
Horizontale 1
Horizontale2

verticale 0
verticale 1
verticale 2
IT internes
0
Compteur 1
2 1 CSC
Figure 28 : PRINCIPE
3 DE COMMUTATEUR SPATIAL

Dans ce cas le point de croisement 1 de la verticale 0 est actionné pendant l’IT interne 2

EXERCICE:
Remplir les cases de CSC pour avoir les liaisons suivantes:

H0 – V0 , H1 – V1, pendant l’intervalle de temps interne 0


H0 – V1 , H1 – V0, pendant l’intervalle de temps interne 1
H0 – V1 , H1 – V0, pendant l’intervalle de temps interne 2
H0 – V0 , H0 – V1, pendant l’intervalle de temps interne 3

2. 6 LE COMMUTATEUR NUMERIQUE
Un commutateur numérique se compose de commutateurs temporels et de
commutateurs spatiaux. Exemple : un commutateur T S T

Chapitre 4_______________________________________________________________________________47
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

0 0
1 1
A0 2 2
3 0 0 3 B1
1 1
SSA0 2 2 SSB1
3 3

Intervalles de temps
internes
0
0 CSA0 0
1 CSB1
1 2
SSA0 1
2 2
A1 3
3 0 0 3 B0
1 1
CSC0 CSC1
2 2
3 3
SSA1 SSB0
SSA0

CSA1 CSB0

Figure 27 : EXEMPLE DE RESEAU DE CONNEXION DE STRUCTURE TST

EXERCICE:
Rechercher toutes les informations sur le chemin utilisé par les différentes
communications suivant le contenu des différentes mémoires.

Chapitre 4_______________________________________________________________________________48
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

2 .7 LA METHODE DE CONTRE - PHASE


Les liaisons téléphoniques sont bidirectionnelles, il faut donc deux chemins à
travers le commutateur numériques.
Le commutateurs temporel réunit , en fait, les deux sens départ et arrivée pour former
un module de commutation temporel ( Time switch module en anglais :TSM ) .
Dans un TSM, SSA et SSB sont connectées de façon que le mot 0 de SSA et le mot 0
de SSB appartiennent à la même communication, le mot 1 de SSA et le mot 1 de SSB
à une autre et ainsi de suite.
Ceci faciliterait la tâche de raccordement des systèmes MIC sur le commutateur
numérique qui consiste donc à connecter les intervalles de temps arrivées d’un système
MIC à SSA et les intervalles de temps départ à SSB.
On fera de sorte que pour une communication, les deux intervalles de temps internes
mis en oeuvre, seront décalés de la moitié du nombre des intervalles de temps dans CSA
et CSB. C’est ce qu’on appelle la Méthode de contre phase.
Le fait de trouver un chemin dans un sens dans le commutateur, garantit le retour le
nombre d’intervalles de temps sur deux plus tard.

Grâce à la méthode de contre phase, on utilise une seule mémoire pour l’extraction de
SSA et l’enregistrement dans SSB.
On gagne ainsi une carte mémoire dans le commutateur temporel et on garantit le
chemin de retour puisqu’on choisissant l’IT de départ, l’IT d’arrivée est connu en même
temps.
Si CSA contient n cases numérotées de 0à n-1, CSB contient aussi N cases numérotées
de n/2 jusqu’à n-1 puis de 0à n/2 -1
Exemple:
0 0 2
1 2 3
2 1 0
3 3 1
CSA/B

Remarques:
La mémorisation d’un IT sur une case mémoire d’un commutateur temporel nécessite
125/512= 244 ns (la moitié de la durée d’un élément binaire)

Chapitre 4_______________________________________________________________________________49
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

3. LA SYNCHRONISATION
Les sous-ensembles de réseau de connexion numérique doivent être synchronisés
pour ne pas perdre de l'information. La fonction de génération et distribution des
signaux d'horloge est donc vitale pour le commutateur.
Le mauvais fonctionnement du système de synchronisation a toujours sur
conséquence sur la qualité de service.

3.1 SYNCHRONISATION INTERNE :

Elle doit être appliquée à l'ensemble de la chaîne de parole : unités de


raccordement d'abonnés et réseau de connexion.
Généralement, les différents éléments sont synchronisés entre eux en fréquence
et en phase.
Les signaux d'horloge sont distribués par une base de temps centrale qui ne doit
jamais être en panne ni perturbée.
Un sous-ensemble du réseau de connexion a besoin en général d’un certains
nombre de signaux périodiques pour fonctionner. Ces signaux sont délivrés localement
par des compteurs. Les signaux distribués par l'horloge centrale servent à synchroniser
ces compteurs.
Plusieurs méthodes de synchronisation interne existent :
• • Distribution majoritaire : 3 sources fonctionnant en micro
synchronisme.
Principe: chaque source sélectionne le bon signal à l'aide d'un vote majoritaire.
• • Distribution décentralisée : chaque source dispose de son propre
oscillateur synchronisé à partir d'une horloge centrale.

3. 2 SYNCHRONISATION DU RÉSEAU GÉNÉRAL :

Il est indispensable de synchroniser l'ensemble du réseau pour fournir une


qualité de services satisfaisante aux services non téléphoniques.
Couramment, il est admis de ne pas dépasser un glissement tous les 70 jours par
autocommutateur traversé.
Plusieurs techniques peuvent être utilisées pour synchroniser un réseau :
• • Fonctionnement plésiochrorne : le réseau est en fait asynchrone
mais la précision de toutes les horloges locales est très grande.
• • Synchronisation maître - esclave : une horloge principale
commande la synchronisation de l'ensemble des nœuds.
En général, le signal de synchronisation est extrait du multiplex numérique incident
(Solution centralisé est très sensible).
• • Synchronisation mutuelle : aucun nœud ne joue un rôle privilégié.
Chaque nœud a connaissance de la fréquence instantanée des autres horloges et s'en
sert pour corriger la sienne (correction après un calcul d'après la variation de
déphasage entre les horloges).

Chapitre 4_______________________________________________________________________________50
N.HATIRA AMOR________________________________________________ __cours de commutation

EXERCICE :
Réseau de connexion réel:
Etablir la liaison bidirectionnelle entre un circuit A raccordé à l’IT 30 du MIC 3 du
TSM 1 et le circuit B raccordé à l’IT 17 du MIC 5 du TSM1, L’IT interne Départ est le
no 111. Utiliser la méthode de contre phase.

Chapitre 4_______________________________________________________________________________51
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

CHAPITRE 5
LA SIGNALISATION TELEPHONIQUE

INTRODUCTION
En contexte téléphonique, la signalisation signifie le transfert, d'un point à l'autre,
d'information et d'instructions concernant l'établissement et la supervision d'un appel
téléphonique.
Traditionnellement, la signalisation est divisée en deux types :
* La signalisation d'abonné : celle qui est échangée entre le terminal d'abonné et
le central auquel il est raccordé.
* La signalisation inter - centraux : celle qui est échangée entre les centraux.

1. SIGNALISATION D'ABONNE :
Pour initier un appel, l'abonné décroche le combiné de son poste téléphonique; cette
action constitue un signal au central auquel est rattachée la ligne d'abonné, indiquant
que celui - ci désire faire un appel ( communication ).
Aussitôt qu'un équipement approprié de réception est connecté à la ligne appelante,
le central envoie une tonalité d'invitation à transmettre vers l'abonné appelant, celui - ci
peut alors commencer le chiffrage du numéro de l'abonné auquel il désire se connecter.
L'abonné demandeur reçoit ensuite, du central, l'état de l'appel : tonalité de retour
d'appel si l'abonné demandé est libre, tonalité d'occupation si ce dernier est occupé,
tonalité de congestion si l'appel ne peut pas être acheminé à cause d'un encombrement
dans le réseau, ou d'autres tonalités spécialisées ou des messages enregistrés.
Les informations sont transmises sur la ligne qui relie le poste d'abonné au
central et qui est dans la plupart des cas une connexion physique à deux fils.

2. LA SIGNALISATION INTER - CENTRAUX :


La signalisation téléphonique comprend aussi le transfert d'information entre les
centraux. Deux types de signaux existent dans ce cas : signaux de lignes et signaux
d'enregistreur.
1. Les signaux d'enregistreurs sont utilisés durant la phase d'établissement d'un
appel. On distingue les signaux d'enregistreur en avant et ceux en arrière

Chapitre 5_______________________________________________________________________________52
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

Exemple de signalisation d'abonné


Demandeur Demandé

 
Décrochage

Invitation à transmettre

Chiffres

signal de retour d'appel signal d'appel

Réponse du demandé

Conversation

Raccrochage
Raccrochage

Exemples de signaux fondamentaux inter - centraux

Demandeur Central A Central B Demandé

 
Signal de prise

Accusé de reception

Numéro du demandé

Réponse du demandé

Conversation

libération

Libération de garde

Chapitre 5_______________________________________________________________________________53
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

Les signaux en avant vont du central de rattachement de l'abonné demandeur vers celui
de l'abonné demandé; les signaux en arrière vont dans la direction inverse.
On trouve comme exemple de signaux en avant :
- Le numéro de l'abonné demandé.
- Catégorie de l'abonné demandeur.
Dans la direction arrière on peut trouver les signaux suivants :
- Confirmation que le central d'arrivée est prêt à recevoir les chiffres du numéro
demandé.
- Information sur la fin de sélection : message pour déconnecter l'enregistreur,
établir la connexion et donner l'état de la ligne de l'abonné demandé.
- Information de taxation : information dont on a besoin pour établir la taxation
de la communication.
Le large volume d'informations échangées par la signalisation d'enregistreur ainsi que la
rapidité requise pour l'établissement d'un appel ont permis le développement de
plusieurs systèmes de signalisation.
Le choix de l'utilisation d'un système ou d'un autre dépend de la facilité et le coût
de son adaptation au système de transmission existant.
Les anciens systèmes analogiques sont mentionnés sur la gauche de la figure alors
que les plus récents figurent sur la droite.
Le système R2 du CCITT (Comité consultatif international télégraphique et
téléphonique appelé récemment UIT - T) est parmi les plus récents; il est défini pour
l'utilisation nationale et internationale. C'est un système asservi : le signal en direction
avant est émis en permanence jusqu'à la réception d'un signal d'accusé de réception (en
arrière) du central terminal.
R2 est un système de signalisation à combinaison de fréquences nécessitant un émetteur
de code et un récepteur de code pour l'échange de l'information; celle - ci consiste
principalement en la combinaison de chiffres qui forment le numéro du demandé et
leurs accusés de réception respectifs.

Chapitre 5_______________________________________________________________________________54
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

Systèmes de signalisation d' enregistreur

DC ou une
DC 2 _ fréquences Multifréquence
fréquence Ac

Impulsion Impulsion Pulsé Asservis


décadic DC/AC codée

Avant
Inverse

Siemens Rotary AGF inst loop CCITT CCITT CCITT MF SO- MFC CCITT
BPO code code #4 #5 R1 -COTEL LME R2
( USA) ( France)

Vue générale des systèmes de signalisation d' enregistreur

Figure 30 : SYSTEMES DE SIGNALISATION D’ENREGISTREUR

( DC : Direct current, AC : Alternating current , LME : L M Ericsson)

Fréquence ( Hz)

Chapitre 5_______________________________________________________________________________55
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

numéro du Avant 1380 1500 1620 1740 1860 1980


signal Arrière 1140 1020 900 780 660 540
1 x x
2 x x
3 x x
4 x x
5 x x
6 x x
7 x x
8 x x
9 x x
10 x x
11 x x
12 x x
13 x x
14 x x
15 x x

Figure31 : TABLE DE FRÉQUENCES DES CODES UTILISÉS DU CCITT R2


2. La signalisation de ligne est utilisée pour la supervision de la ligne avant,
pendant et après la communication. On peut citer : le signal de prise de la ligne, le
signal de libération et celui de la libération de garde.

Code
Etat de la ligne Avant Arrière
af bf ab bb
Repos 1 0 1 0
Prise 0 0 1 0
Accusé de réception de prise 0 0 1 1
Réponse du demandé 0 0 0 1
Libération arrière 0 0 1 1
Libération avant 1 0 1 1
ou
Déconnexion / repos 1 0 1 0
Bloquée 1 0 1 1

Figure 32 : SYSTEMES DE SIGNALISATION DE LIGNE

Chapitre 5_______________________________________________________________________________56
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

L'équipement de signalisation de ligne est habituellement séparé des fonctions de


signalisation d'enregistreur.
Le système R2 numérique est un exemple de système de signalisation utilisé
pour les signaux de ligne. Deux canaux sont utilisés dans chaque direction pour chaque
voie de parole: a f et b f en direction avant et a b et b b en arrière.
Dans le système de signalisation sur voie commune la signalisation emprunte un
autre chemin que celui de la parole. Le support de la signalisation constitue lui même
un réseau.

2. 1 SUPPORT DE SIGNALISATION :
Différents supports de transmission peuvent être utilisés pour le transport de la
signalisation.
Trois types principaux existent :
1) Circuit physique : circuit où aucune transformation des fréquences de la parole
n'a lieu; exemple : connexion à deux fils avec multiplexage de fréquence ou temporel
(FDM ou TDM).
2) Circuit non physique : Circuit où la parole est transférée à des fréquences plus
élevées utilisant FDM, ou transférée sous forme numérique TDM.
3) Réseau de signalisation : Représente une nouvelle technologie pour le transfert
de signaux. Dans ce cas, l'acheminement des signaux est indépendant de
l'acheminement de la parole.
Mise à part le côté technique (Deux centraux doivent se comprendre !), les abonnés
exigent certains besoins de point de vue signalisation :
* Fiabilité de transfert de l'information (Sans erreur de correspondance).
* Rapidité de l'établissement de l'appel.
* Pas de perturbation due à la signalisation sur la ligne.

Chapitre 5_______________________________________________________________________________57
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

2. 2 SIGNALISATION SUR CANAL ASSOCIE : CAS

Circuits de
Joncteurs conversation Joncteurs
Réseau Réseau
de de

Connexion Connexion
Emetteur Emetteur
Recepteur Recepteur
de code de code
Unité de
unité de
commande
Commande

Autocommutateur A Autocommutateur B

Figure 33: PRINCIPE DE SIGNALISATION SUR CANAL ASSOCIE

Dans ce cas, comme cela a été déjà mentionné, la signalisation et la parole emprunte le
même chemin dans le réseau. A l'extrémité de chaque circuit, se trouve une jonction
(signalisation de ligne ) tandis que des organes communs, émetteurs récepteurs de code,
peuvent être connectés et donc associés à un circuit déterminé pendant la phase
d'établissement d'un appel.
Différents modes de ce type de signalisation existent :
a) Signalisation par courant continu : Les signaux sont transférés sous forme
d'impulsions par changement de polarités et de résistance de la ligne utilisée. Cette
variante est basée sur l'utilisation de relais et de contacts électriques qui leur sont
associés. Elle est applicable aux circuits de trafic local.
b) Signalisation par combinaison de fréquences ou tonalités : Pour les lignes
longue distance, les connexions basées sur le multiplexage de fréquence sont largement
utilisées.
Une distinction est faite suivant la bande de fréquences utilisée :
* Signalisation dans la bande de parole ( in - band ) : Les signaux varient
dans la bande 300 Hz - 3400 Hz ; exemple 2400 Hz (signaux d'enregistreur).
* Signalisation en dehors de bande de parole ( out - band ) : les signaux
utilisent des fréquences plus élevées que celles de la parole exemple 3825 Hz (signaux
de ligne).

Chapitre 5_______________________________________________________________________________58
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

R S
Equipement Equipement
MUX MUX
de de
S R
signali- signali-
- sation - sation

S = Sending ( Emission ) R = receiving ( Réception )


Appelés aussi RON et TRON
MUX = multiplex

Figure 34 : SUPPORT ANALOGIQUE DESIGNALISATION SUR CANAL


ASSOCIE
Le système est basé sur des tonalités constantes

c) Système numérique :
Pour les liaisons à Modulation par Impulsion Codée ( MIC ), des zéros et des uns
doivent être transmis sans s'occuper de l'information à transmettre.
La signalisation consiste aussi en des zéros et des uns; les équipements MIC ont déjà
préparé le terrain pour la signalisation.
En effet, comme cela est déjà connu, dans le MIC de premier ordre (30 / 32 canaux ),
une trame est composée de 32 canaux ou intervalles de temps ( IT ) dont 30 sont utilisés
pour véhiculer la parole, un pour la synchronisation (IT0) et un pour la signalisation
(IT16).

IT0 → Synchronisation IT16 →Signalisation

0 1 2 15 16 17 31

Canaux de parole Canaux de parole


16 - 30
1 - 15

FIG 35 : SUPPORT NUMERIQUE DE SIGNALISATION SUR CANAL ASSOCIE

L’intervalle de temps 16 contient 8 bits comme tous les autres intervalles.


Toute la signalisation des 30 voies de parole est transportée par l'IT 16, les 8 bits ne
sont sûrement pas suffisants pour le transfert de tous les signaux : une multi trames
composée de 16 trames (de 0 à 15) est utilisée. L'IT 16 est ensuite partagé de façon à ce
que chaque canal de parole puisse utiliser 4 bits pour la signalisation.

Chapitre 5_______________________________________________________________________________59
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

L'IT 16 de la trame 0 est utilisé pour la synchronisation de la multi trame et son accusé
de réception.
Dans l'IT 16 des trames suivantes on trouve la signalisation de la voie ou ITn et ITn+15.
Exemple : Dans l'IT16 de la trame 1, on trouve la signalisation du canal 1 et 16.
Celui de la trame 2 contiendra la signalisation du canal 2 et 17 et ainsi de suite.
Avec 4 bits on peut obtenir 16 différents signaux; mais, en réalité 15 seulement sont
utilisés puisque la combinaison 0000 est réservée pour la synchronisation.
Indépendamment du type de transmission utilisée entre centraux : Analogique ou
numérique, la signalisation d'enregistreur est toujours transportée sur le canal de la
parole. Ces signaux ne sont évidemment pas échangés lors de la communication. ce qui
veut dire que l'IT16 contient uniquement la signalisation de ligne .

EXEMPLES DE SYSTEMES DE SIGNALISATION SUR CANAL ASSOCIE :


a) 1VF: One voice frequency (impulsion décadic).
b) 2VF: Two voice frequency (CCITT numéro 4).
c) MFP: Multifrequency pulsed (CCITT numéro 5, R1)
d) MFC: Multifrequency compelled (CCITT R2, MFC - LM ERICSON ...).
Comme leurs noms respectifs l'indiquent, ils sont tous basés sur la combinaison
de fréquences. Ils ont tous des contraintes : lenteur, capacité d'informations limitée etc..
Dès les années 60, quand les centraux contrôlés par programmes enregistrés (Stored
program controlled : SPC) ont été introduits dans le réseau téléphonique, il était évident
qu'un nouveau concept de système de signalisation pourrait offrir plusieurs avantages
comparés aux systèmes traditionnels.
Dans ce nouveau système, des liaisons de données rapides entre processeurs des
centraux SPC sont utilisées pour transporter toute la signalisation et laisser aux circuits
de communication seulement le transfert de la parole.
Ce nouveau type de signalisation est connu sous le nom de signalisation sur voie
commune (Common Channel Signalling CCS).

2. 3 SIGNALISATION SUR VOIE COMMUNE : PRINCIPE


Dans ce cas, la signalisation de nombreux circuits peut être traitée par un nombre
limité de liaisons de données de signalisation rapides.
La signalisation est faite dans les deux directions ( avant et arrière ) moyennant un canal
pour chaque direction.
L'information de signalisation à transférer est groupée dans une unité de signal (paquet
de données).
Outre l'information de signalisation elle - même, on a besoin de l'identification du
circuit de parole auquel appartient cette information, l'information d'adresse et
information pour le contrôle d'erreurs.

Chapitre 5_______________________________________________________________________________60
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

Les centraux SPC et les liaisons de signalisation forment ainsi un réseau logique de
signalisation séparé à " commutation de paquets ".

circuits de
conversation
Réseau
Réseau
de de
Connexion
Connexion

Liaison de
transmission
Unité de Terminal de Terminal de Unité de
signalisation de données signalisation
Commande Commande

Autocommutateur A Autocommutateur B
Figure 36 : PRINCIPE DE LA SIGNALISATION SUR VOIE COMMUNE

Les échanges de signalisation sont assurés, sous forme de messages, par une liaison de
transmission de données commune à l'ensemble des circuits du faisceau. Aucun
équipement de type joncteur n'est plus nécessaire pour la signalisation à l'extrémité de
chaque circuit. Par contre, un terminal gère la procédure d'échange de messages à
l'extrémité de la liaison de transmission de données.
Deux standards recommandés par le CCITT existent pour la signalisation sur voie
commune :
Le premier est le CCITT numéro 6 produit en 1968 conçu pour le trafic
international sur des lignes analogiques.
Le second est le CCITT numéro 7 spécifié en 1979/80, il est le système de
signalisation le plus moderne.
Il a été spécifié pour les réseaux numériques où le taux de transmission élevé de 64 Kilo
bits par seconde, peut être exploité. Cependant il peut être utilisé sur des lignes
analogiques.
2. 4 AVANTAGES DE LA SIGNALISATION SUR VOIE COMMUNE :
En signalisation sur voie commune appelée aussi signalisation par canal sémaphore, il
n'existe pas de distinction entre signaux de ligne et signaux d'enregistreur.
Elle présente aussi de nombreux avantages. On peut citer :
Economique : moins d'équipements de signalisation sont requis comparés aux
systèmes traditionnels.

Chapitre 5_______________________________________________________________________________61
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

Performante : chaque liaison de signalisation peut gérer la signalisation de


plusieurs milliers d'appels simultanés.
Rapide : le temps d'établissement d'appel est réduit à moins d'une seconde dans la
plupart des cas.
Fiable : en utilisant des routes de signalisation alternées, le réseau de
signalisation est en sûreté.
Flexible : le système peut contenir beaucoup plus de signaux et peut être utilisé
pour d'autres fins que la téléphonie.

Chapitre 5_______________________________________________________________________________62
N.HATIRA AMOR__________________________________________________ cours de commutation

BIBLIOGRAPHIE

[HEBUTERNE 85] GERARD. Ecoulement de trafic dans les autocommutateurs.


Collection technique et scientifique des télécommunications, Masson 85.

[FANTAUZZI 90] GIUSEPPE. Digital switching control architectures, Artech House


90.
[NOLL ] MICHAEL. Introduction to telephones and telephone systems, Artech
House.

[GRINSEC 80] Grinsec. La commutation électronique, Eyrollles 1980 (2 tomes).

[MAIMAN 1994] MAXIME. Télécoms et réseaux, Masson 1994.

[DIRECTION GENERALE DES TELECOMMUNICATIONS FRANCAISES 1982]


Télécommunications françaises.

[RIGAULT 1998] CLAUDE. Principe de commutation numérique, du téléphone au


multimédia, Hermes 1998.

[HATIRA AMOR 1995] NAJET. Etude et dimensionnement d'un réseau de


signalisation en SS7. Mémoire de fin d'étude ESPTT 1995.

Chapitre 5_______________________________________________________________________________63