Vous êtes sur la page 1sur 38

BAICHOU KHALID

2009/2010
Akram-win@hotmail.fr

‫التعليم التقني والجامعي‬


CFO-khouribga DRH

SOMMAIRE
INTRODUCTIN………………………………………………………………4
REMERCIEMENT…………………………………………………………...5
DEDICACE……………………………………………………………………6
GENERALITES SUR LE GROUPE OCP………………………………….7
I- HISTORIQUE ……………………………………………………………………….7
II- MISSION ……………………………………………………………………………7
III- STATUT JURIDIQUE DE L’OCP ………………………………………………7
Carte géographique des sites miniers –OCP- au Maroc…………………………………8
IV - ORGANIGRAMME DU GROUPE OCP ……………………………………….9
V - FILIALES DU GROUPE OCP ……………………………………………9
PERSONNEL……………………………………………………………..10
I- APERCU SUR LE PERSONNEL DE L’OCP……………………………….10
II- SYSTEMES DE PROMOTION ……………………………………………...11
III- CONDITIONS DE VIE ET AVANTAGE SOCIAUX ………………………12
APERCU GENERAL SUR LA DEK……………………………………13
1- DIVISIONS ET SERVICES ………………………………………………………13
PREMIERE PARTIE……………………………………………………15
DISCRIPTION DE SIDI CHENNANE………………………………15
Etapes d’extraction du phosphate……………………………...………….15
L'organigramme du service électrique de sidi chennane ………………..17
LE CAMION M100…………………………………………………………………18
INTRODUCTION…………………………………………………………..18
1- Schémas synoptiques du système électrique……………………………20
Fonctionnement …………………………………………………………….20
2)- PROPULSION (marche avant – marche arrière)…………………….22
3) - Démarrage du moteur diesel :……………………………………...…23
4) – Ralentissement dynamique…………………………………………….25
Ralentissement dynamique provoqué ……………………………..25
- Limitation des courants des moteurs des roues en ralentissemen
dynamique …………………………………………………………………………………..26
Ralentissement dynamique par vitesse (action du relais OSBR….27
System de contrôle 17FL 77A3 ……………………………………..29
FLIGHT SYSTEMS…………………………………………………29

TRAVAUX DIVERS………………………………………………………………..30

DEUXIEM PARTIE………………………………………………………………...32
DESCRIPTION DU COZ…………………………………………………..32
A/Unité de stockage du phosphate humide (parc humide) ………………32
B/Unité de séchage ………………………………………………………….32

RAPPORT DE STAGE 2 ELANNABI


CFO-khouribga DRH
C/Les stocke du produit séché ……………………………………………..33
D/ le chargement …………………………………………………………….33
E/ Le stérile ………………………………………………………………….33

1. LE FOUR SECHEUR……………………………………………...34

Description du four sécheur ………………………………………………...34


a- le système d’alimentation en phosphate ……………………………………….34
b- la chambre à combustion (foyer) ………………………………………...…….34
c- le tube sécheur …………………………………………………………………..34
d- la chambre à poussière ……………………………………………………….…34
e- les ventilateurs de tirage ……………………………………………………..…34
f- la cheminée ………………………………………………………………………35

2. travaux divers………………………………..……35
COCLUSION……………………………………………….37

RAPPORT DE STAGE 3 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Il est bien entendu qu’une formation donnée ne pourrait être complète


qu’après avoir effectué un exercice pratique. C’est dans ce cadre que les
responsables de la formation nous ont prodigué une formation par alternance.
Ceci constitue une occasion d’apprentissage qui sert à enrichir les
connaissances acquises par la mise en pratique des cours théoriques.
Pour se fait, on a passé un stage d'identification dans le
service électrique de SIDI CHENNANE,du 26/09/2005
au :29/10/2005.

RAPPORT DE STAGE 4 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Au terme de cette période de formation et de stage, je me fais de voire

d’adresser mes vifs remerciements à tous ceux qui ont, d’une manière ou d’une

autre, contribué à m’informer par des nouvelles connaissances.

Ainsi, j’adresse mes remerciements :

- A la direction de CFO et en particulier a Mr : MESKAOUI

- A mon formateur responsable : Mr. BACHRANI Elmostafa

- A mes formateurs : Mr. WAJID, Mr. QODSI et Mr.

ELBORKI

Je tiens aussi à présenter mes sincères reconnaissances à tous les membres

du service électrique PMK/PC/IE-336 de SIDICHENNANE, je cite :

Mr. ELYASSAMI, l’ingénieur du service

Mr. AIT BEN HASSAN le Chef d’atelier, et à tous les agents des
services.
Et les membres du service électrique PMK/TD/CE-Z du COZ :
Mr. Achraf BERRADA, l’ingénieur du service.
Mr. LMGHARI, le Chef d’atelier.
Mr. ET-TSOULI, le chef des travaux. Et à tous les agents des services.

RAPPORT DE STAGE 5 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

DEDICACE
Je dédie ce travail a :
• A ceux qui m’ont donné tout ce qui est nécessaire à mon être et à mon
éducation depuis l’enfance.
Ceux qui ont éclairé ma vie par leurs éminents conseils afin de me voir une
personne digne de responsabilité. A mes chers parents.
• A ceux qui ont rendu le champ de mes connaissances fertile et qui ont
veillé sur ma formation, tout au long des années d’études, mes
respectueux formateurs.
• A ceux qui ont participé de près ou de loin, à l’élaboration de ce travail et
dont la contribution est indéniable.
• A tous mes fidèles amis, mes collègues.
• A vous tous je dédie le fruit de cet humble effort.

RAPPORT DE STAGE 6 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

GENERALITES SUR LE GROUPE OCP


I- HISTORIQUE :

Crée par le dahir du statut de 7 août 1920, l’OCP détient le monopole de


la recherche, de l’exploitation, de la valorisation de la commercialisation des
phosphates et de leurs dérivées.
C’est en février 1912 qu’on a découvert les premiers gisements dans la zone de
KHOURIBGA et plus précisément dans la région de OULED ABDOUNE. Mais
l’exploitation effective n’a commencé qu’en février 1921 dans la région de
OUED ZEM. Ce n’est qu’en 30 juin 1921 que le premier train sur voie large de
1.60 m a été chargé est dirigé vers le port de CASABLANCA. Un mois après
l’exploitation a commencé par voie maritime.
Depuis lors, les besoins mondiaux en phosphates ont fait de l’OCP une
entreprise qui jusqu ‘a nos jours n’a cessé de grandir et pour se maintenir face a
la concurrence des autres pays producteurs des phosphates et dérivés, il se
modernise, se développe continuellement et s’affirme comme le leader du
marchés mondial des phosphates.
En effet l’OCP est le premier exportateur est troisième producteur
mondial après les Etats-Unis et l’ex-URSS.
Vers l’année 1975 l’OCP s’est organisé en groupe qui comporte l’OCP et
d’autres filiales.
Ce groupe est géré par plusieurs directions coiffées par une direction
générale dont le siége social est à CASABLANCA.

II- MISSION :

La mission de l’OCP peut être résumée dans les deux points suivants :
 Extraire les phosphates bruts, les traiter pour rendre marchands et les
commercialiser.
 Valoriser une partie de la production de phosphate dans les usines
chimique soit sous forme d’acide phosphorique, ou sous forme d’engrais.

III- STATUT JURIDIQUE DE L’OCP :

Le groupe OCP est une entreprise semi-publique sous contrôle de l’état,


mais elle agit avec le même dynamisme et la même souplesse qu’une grande
entreprise privé servant a l’état marocain tout les droit de recherche et

RAPPORT DE STAGE 7 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

d’exploitation des phosphates, gérée par un directeur est contrôlé par un conseil
d’administration présidé par le premier ministre. La gestion financière est
séparée de celle de l’état.
Le groupe OCP est inscrit au registre de commerce et soumis sous le plans
fiscal aux même obligation que n’importe qu’elle entreprise privé (impôt sur les
salaires, sur les bénéfices, taxes sur l’exportation…), et chaque année, le groupe
OCP participe au budget de l’état par versement de ses dividendes.

Carte géographique des sites miniers –OCP- au Maroc

RAPPORT DE STAGE 8 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

IV - ORGANIGRAMME DU GROUPE OCP :

Direction générale et
commerciale

Direction Direction du Direction de la


Directeurs chargés de mission Secrétariat du directeur
Financière développement qualité
(DMA, DMS, DMT) général
(DF) (DD) (DQ)

Direction des Direction des


Direction Direction des Direction de la communication et
Ressources approvisionnements
commerciale systèmes de la coordination et des opérations
Humaines et marchés
(DC) d’information (DCOC)
(DRH) (DM)

Direction phos Direction des


boucraa Direction des Direction des industries chimiques Direction des
exploitations
(DB) exploitations de jorf lasfar industries chimiques
minières de
(DE) (DIJ) de Safi (DIS)
Khouribga (DEMK

V - FILIALES DU GROUPE OCP :

Dans le but de répondre aux besoins d’étude et de présentations liées à


l’exploitation et au développement, le groupe OCP dispose d’entités spécialisées
notamment :

a. CERPHOS : (centre d’étude de recherche des phosphates minéraux),


doté de laboratoire et d’unités d’essais pilotes.
b. SMESI : (société marocaine d’étude spéciale et industriel), entreprise
d’ingénieries et de réalisations industrielles.
c. FERTIMA : (société marocaine des fertilisants), opérant dans le secteur
de l’approvisionnement du pays en engrais du Maroc chimie et
d’importations. Cette société est prévue d’être privatisée, déjà 30% de sa
capitale sont introduit en bourse.
d. MARPHOCEAN : entreprise maritime spécialisée en particuliers dans
le transport de l’acide phosphorique.

RAPPORT DE STAGE 9 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

e. STAR : (société de transport d’affrètements réunis), travaillant dans le


domaine du courtage des affrètements maritimes.
f. SOTREG : (société de transport régionaux), chargée du transport du
personnel du groupe OCP.
g. IPSE : institut de promotion socio-éducative.

Depuis 1975 , l’ensemble de ces entités et filiales est intégré sur le plan
organisationnel , dans une structure de groupe, appelée groupe OCP ,et
comprend également MAROC PHOSPHORE (y compris MAROC
CHIMIE , absorbée par MAROC PHOSPHORE ), et PHOSBOUCRAA.

FILIALES ET PARTICIPATION :

FILIALES (1) Taux de contrôle


CERPHOS 100 %
FERTIMA 100 %
IPSE (2)
MAROC CHIMIE 100 %
MAROC PHOSPHORE 100 %
MARPHOCEAN 84 %
PHOSBOUCRAA 65 %
SOTREG 100 %
SMESI 100 %
STAR 100 %
PARTICIPATIONS
BMCE 20.8 %
COMANAV 27.3 %
PRAYON 35 %
Faisant partie intégrante de l’organisation interne de l’OCP.
(1) Autres filiales à 100 % : COMATAM, GPFCE, IMSA, Lejonc & Cie,
MAROTEC.
(2) Association.
(3) Autres participations :
BMCE-Madrid (15 %), Banque Populaire (5 %), FESA-Espagne (11.4
%), SEPYC (12 %), SIDET-SA (25 %), STOZ (35 %), UIM (en
liquidation).

PERSONNEL

I- APERCU SUR LE PERSONNEL DE L’OCP :


1) Les différents grades du personnel :
On distingue trois parties :

RAPPORT DE STAGE 10 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

• OUVRIER EMPLOYE OE : auquel on distingue entre deux


parties :
- Petite catégorie OE / PG : catégories 1, 2, 3 et 4.
- Grande catégorie OE / GC : catégories 5, 6 et 7.
• TAMCA : techniciens, agents de maîtrise, cadre
administratifs : leurs grades vont de X2 à X6.
• HORS CADRES : ce sont les ingénieurs dont l’échelle varie
de 2 à 8.

2) Les horaires de travail :


On distingue entre :
• Sirène : qui correspond à 9h de travail par jour, de 7 h à 12 h et
de 14 h à 18 h. sauf le samedi de 7 h à 12 h.
• Poste : correspond aussi à 9h de travail continue tout les jours
avec une petite pause d’une demi heure.
Entre chaque équipe et la suivante, il y une demie heur de relève pour
transmettre les consignes entre les ouvriers concernant le déroulement de travail.
Le premier poste comporte un nombre important d’agents les 2 autre poste
circulaire sur les trois poste (1ér, 2éme, 3éme).

Définition des fonctions :


Ingénieur chef : il assure le bon déroulement des travaux de son service sur
tous les domaines de plus il vise et signe touts les entrées et sorties pour son
service
Chef d’atelier : il veille à l’application des conditions de travail à savoir
l’organisation, les moyens de sécurité, la discipline, vérifier le pointage de la
maîtrise, veille sur la bonne synchronisation des travaux, demande des
explications aux chefs d’équipes concernant le temps mort ou abusif.
Chef d’équipe : il demande du travail pour ces ouvriers en mettant a leur
disposition tous les moyens nécessaires pour mieux effectuer les taches
demandées, et pointe son effectif. C’est un responsable de la qualité de
travail, du rendement de ses ouvriers, la formation, la discipline et la sécurité
du personnel.
Contre maître : c’est le chef de poste de travail, il enregistre chaque tache
effectuer dont il est responsable.
Les ouvriers non professionnels son dirigés par des ouvriers
professionnels, qui eux même exécutent les ordres de la petite maîtrise et
cette dernière est en contact direct avec la haute maîtrise et d’une façon
presque permanente. La haute maîtrise donne les ordres et essaie de
proposer les méthodes nouvelle, rentable et économique de production.

II- SYSTEMES DE PROMOTION :

RAPPORT DE STAGE 11 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

En vue de motiver son personnel, le groupe OCP leur donne la possibilité


d’avancer dans les catégories et les échelles.

L’avancement ce fait par :


 Voie de concours dans la limite des postes vacants dans le grade
supérieur.
 Ancienneté pour les ouvriers relevant des catégories 1 et 2.
 Voie de formation dans les écoles de l’OCP ou à l’étranger.
Ceci est un bon geste de la part de l’OCP car il améliore l’ambiance du
travail et encourage les ouvriers à fournir des efforts pour atteindrent les
grades supérieurs.

III- CONDITIONS DE VIE ET AVANTAGE SOCIAUX :

a) conditions de vie et salaire :


Durant la période de notre stage, on a constater que de nombreux ouvriers
se plaignent de la vie qu’il mènent au travail et au foyer, et expriment leur
insatisfaction envers les moyens matériels dont ils disposent, pour y remédier
les ouvriers font des heures supplémentaires et peuvent travailler même le
dimanche.
Quand aux salaires, ils dépendent essentiellement de la catégorie et
l’ancienneté et sont complétés par les allocations familiales, suivant le
nombre d’enfants qui est limité à six, une prime annuelle est versée à chaque
ouvrier dont la valeur dépend de la notation annuelle.

b) avantages sociaux :
Les ouvriers de l’OCP bénéficient de certains avantages sociaux avec leurs
familles, on cite :
 Le logement dans les résidences OCP qui dépendent de l’état civil et
le nombre d’enfants. Ces logements son en général satisfaisants.
 Les soins médicaux gratuits pour tous les membres de l’OCP et leurs
familles, un hôpital OCP KHOURIBGA et des dispensaires aux
villages participent à ce but, mais les problèmes du service médical
existent.
 Des installations telles : piscines, terrains de sport, restaurants.
 Economats et bains gérés par l’OCP auprès des résidents.
 Possibilité d’aller sur le compte de l’OCP aux lieus saints pour le
pèlerinage et organisation des excursions et réunions sportives pour
les enfants.

c) ambiance du travail :

RAPPORT DE STAGE 12 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Ce sont surtout les avantages sociaux qui ont poussé les ouvriers à
chercher du travail et même continuer ce travail. Les ouvriers sont motivés
par : le salaire, les différents primes et les avantages sociaux.

d) psychologie des ouvriers :


La plupart des ouvriers reconnaissent être sauver du chômage par l’OCP
et que cette entreprise leur permet d’aboutir à des buts qu’ils ne seraient
atteindre autrement. Ils ont un grand respect pour les ingénieurs, mes pour les
chefs d’équipes, qui ont on général un grand nombre de personnes à leur
charge, affirment que leurs salaires ne leur suffisant pas pour rependre à tous
leur besoins.

APERCU GENERAL SUR LA DEK

1) DIVISIONS ET SERVICES :

La direction des exploitations minières de KHOURIBGA (DEK) est


chargé de l’extraction des phosphates et de sont traitement jusqu'à la phase
de l’exportation au port de CASABLANCA.
Cette direction est constituée des divisions et services suivants :
 Division gestion administrative :(DEK/AK)
Elle gère le service social, le service juridique et le service habitat. Elle est
chargée de la gestion administrative dans la zone de KHOURIBGA, et se
place interlocuteur de l’OCP auprès des autorités locales et provinciales
 Division extraction :(DEK/EK)
Elle a pour mission l’extraction des minerais du sol par une méthode a ciel
ouvert. Actuellement, l’extraction souterraine et abandonnée suite à son
faible rendement. On distingue trois secteurs d’extraction (DAOUI, MRAH
LAHRACHE, SIDI CHENNANE).
 Division traitement :(DEK/TK)
Chargé du lavage, du séchage et de l’enrichissement des phosphates et son
acheminement par train vers les ports de CASABLANCA et JORF LASFAR
en liaison avec l’ONCF.
 Division embarquement :(DEK/PC)
Charger de stockage et de l’embarquement des phosphates transporter de
KHOURIBGA et exporter à l’étranger
 Division maintenance centralisée :(DEK/MK)
Elle a pour but de rendre des services de prestation à la zone de
KHOURIBGA. Elle est composée de quatre services :
 MK/CA : service du personnel et contrôle de gestion.
 MK/G : service génie civil et entretien habitat
 MK/X : service ateliers centraux et garages

RAPPORT DE STAGE 13 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Il est chargé du :
- froid et climatisation.
- Réparation et bobinage des moteurs et des
transformateurs
- Réseaux téléphoniques.
 MK/E : service électricité et eaux.
Ce dernier service est chargé du transport de l’énergie électrique de
l’usine d’AFOURAR et assure sa distribution dans les sites phosphatiques de la
zone. Il est chargé de la production, la distribution de l’eau de FKIH BEN
SALEH, pour le lavage de phosphate et pour l’usage domestique, il est aussi
chargé de :
 Service étude et analyse (DEK/EA) : service d’analyse,
d’étude et contrôle de la direction.
 Service des achats de la direction (DEK/AD) : service
charger des achats décentralisé de la direction générale de
CASABLANCA à la direction de KHOURIBGA.
 Service médicale de KHOURIBGA (DEK/SMK) : service
médical de la zone de KHOURIBGA.

DESCRIPTION DU ZONE DE STAGE

Mon stage a été effectué en deux zones :

• Partie du zone exploitation : PMK/PC/IE-336 de sidi CHENNANE.

• Partie du zone traitement : PMK/DK/ME-Z complexe OUAD-ZEM.

RAPPORT DE STAGE 14 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

DESCRIPTION DE SIDI CHENNANE


 Etapes d’extraction du phosphate :

Fôration

Sautage

Décapage

Défruitage

Transport du phosphate par camion

Epierrage et criblage

Mise en stock par qualité

RAPPORT DE STAGE 15 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Expédition ver les usines de traitement par qualité

 Etapes d’extraction du phosphate :

 Foration : elle consiste à forer des trous de diamètre de 228mm ,ce choix
permet d’avoir une énergie importante dégagé par l’explosifs, et ça se
fait par les BUSURUS-ERIE 45R.

 Sautage : cette opération consiste à mettre l’explosif dans les trous de


foration et procédé au tire .l’explosif utilisé dans les mines à ciel ouvert
de KHOURIBGA est l’Amonix composé de nitrate d’ammonium 94%
et de fuel 6%.

 Décapage : le décapage sera à enlever les morts terrains pour découvrir


les couches phosphatées, et ça ce fait soit par dragline pour les hauts
recouvrements, soit par bulldozers pour les bas recouvrements.

 Défruitage : il s’agit de prendre le fruit qui n’est que le phosphate, et ça


ce fait par les bulles, et par fois par les draglines.

 Transports : le transport vers les trémies d’épierrage et criblage est


assuré par les camions de 110t et de 170t (M100, M36, WABCO).

 Epierrage, criblage et mise en stock : cette opération close le cycle de la


chaîne cinématique. Elle consiste à un simple traitement du P205 qu’on
peut le résumer dans les étapes suivantes :

 Dépôt du phosphate dans les trémies.


 Passage par l’extracteur métallique.
 Epierrage sur le crible de maille de120 mm².
 Passage du refus de crible par le concasseur.

RAPPORT DE STAGE 16 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

 Le passant du crible est porté par des convoyeurs ou cribler à 2


étages.
 Le passant rejoint le circuit stérile.
 Le passant convoyé au stock.

 L'organigramme du service électrique de sidi chennane :

Chef de matériels : Mr. elbouchrifi

Chef de service :
Mr. elyassami

Ingénieur :
Mr. aitbaadi

Chef d'atelier Chef d'atelier


Mr.aitbelhassan Mr.sadqi

Section
Section engins Installat-ion fixe Section réseaux
machines

RAPPORT DE STAGE 17 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

INTRODUCTION

Le camion est de la famille des engins à traction diesel-électrique qui sert à

transport le phosphate de la zone d’extraction vers les trémies son principe de

fonctionnement est base sur la transformation de l’énergie chimique (gasoil+air)

en énergie mécanique par un moteur diesel et à travers un système électrique en

transforme l’énergie mécanique en énergie électrique, ce dernier transformé

aussi énergie mécanique par des moteurs de roues.

Le système électrique remplace dans le système conventionnel à traction

mécanique, la boite à vitesse, le convertisseur de couple et le différentiel.

Le système de traction diesel-électrique a l’avantage d’avoir un rendement

supérieur à celui obtenu avec le système conventionnel.

2)- Les Types Des Camions ;

Il est existe 4 types :

RAPPORT DE STAGE 18 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

a- L’engin camion M100 :

Le camion M100 est équipé par un moteur diesel (cumains) GM16V17T


qui entraîne une
Génératrice et une excitatrice, la génératrice alimente les deux moteurs de
roues.

Sa charge est de 110 T à 120 T. Et il est numéroté comme suivant :

- De 1 à 24 : Armoire arrière.
- De 25 à 34 : Armoire avant.

b- L’engin Wabco :

Il est équipé d’un alternateur et d’une excitatrice, et sa charge est


de170T. Et il
Est numéroté de 201 à205.

c- L’engin M36 FL 114

Il est équipé d’un alternateur et une génératrice (excitation


dynamique) et il
Est numérote de 101 à 105.sacharge est de 170T.

d- L’engin M36. FL191.

- Il est équipé d’une excitation statique (alternateur + pont mixte)


- Il est numéroté de 106 à 125.sacharge est de 170T.
De 26 à 34 : Armoire avant.

RAPPORT DE STAGE 19 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

CAMION M100 (110 T)

I- Schémas synoptiques du système électrique:


.

Fonctionnement :

L’engin camion à traction électrique est équipé par un moteur Diesel qui
entraîne une génération principale, un excitatrice, et alternateur de charge des
batteries.

RAPPORT DE STAGE 20 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Le champ d’excitatrice est alimente en courant continu par des batteries en 24


V, le champ de la génératrice principale est alimente par l’excitatrice en courant
continue, et la génératrice principale alimente les deux moteur de roues en
courant continue.

Au moment de la propulsion (Marche avant, Marche arrière) transformations


de l’énergie électrique en énergie mécanique par l’intermédiaire d’un réducteur
(Pignon salaire).

Pignon
planétaire

Pignon polaire Pignon


de roue

Le ralentissement dynamique est réalisé par régénération des moteurs des


roues, et un alternateur de charge pour la charge des batteries en 24V qui
alimentent les circuits de commande et de contrôle.

RAPPORT DE STAGE 21 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

2)- PROPULSION (marche avant – marche arrière)

Avant Arrière

Les moyennes des commendes du camion sont :

- Interrupteur principal.
- Levier sélecteur de position : marche avant /point neutre/marche
arrière.
- Pédale d’accélération.
- Pédale de ralentissement dynamique.
- Interrupteur de crénage par signe.
- Botton marche.
- Levier de la banne.

Ces commandes électriquement par des relais aux circuits de débits de la


génératrice (G) et permettent au conducteur d’agir sur le mouvement du
véhicule : vitesse, accélération et ralentissement à l’aide d’un inverseur
électropneumatique on va changé le sens de rotation des moteurs série des roues
par inversion de sens du courant dans les indicateur des moteurs série de roues.

RAPPORT DE STAGE 22 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Cet inverseur se constitue par deux babine magnétique, et pas de position neutre,
il ne rester qu’en position marche avant ou marche arrière suivant le dernier
enclenchement de la banne magnétique.
L’inversion de l’inverseur ne peut s’effectuer que si :

- La pédale d’accélération n’est pas actionnée.


- La pédale de ralentissement n’est pas actionnée.
- Le relais ARR n’est pas excite.
Le relais ARR (Anti-inversion) s’enclenche sauf si la vitesse de camion
inférieur ou égale à 3 Km/h : n camion ≤ 3 Km/h

En le régime "bas ralenti" la posions de sélecteur en marche arrière donne la


même ordre de fonctionnement que la marche avant, mais en"bas ralenti".Il n y a
pas de marche arrière.

3) - Démarrage du moteur diesel :

Lorsque le conducteur ferme l’interrupteur principal et met le sélecteur en


position de point neutre est mis en service :

- solénoïde de choix des régimes positionné en bas ralenti.


- Alimentation de solénoïde de freinage

Quand le conducteur actionne sur le Botton marche le moteur diesel tournera à


650 tr/mn (en bas régime), et lorsque positionne l’interrupteur du choix du
régime en haut ralenti le moteur diesel tournera) 1400 tr/min.

- Remarque :

Au début de la population l’interrupteur des régime doit être toujours


positionné en bas ralenti pour d »mineur le courant de démarrage.

Fonctionnement :

Lorsque le conducteur met le sélecteur à la position marche avant, la bobine


magnétique s’enclenche est mis l’inverseur à la position marche avant.

RAPPORT DE STAGE 23 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Quand le conducteur appuis sur la pédale d’accélération, le manocontact


s’excite est ferme son contacte, et alimente le relais ASR en 24 V à travers les
contact BSR1, MCOR1, PBS, et fin de course.

Le relais ASR s’excite est fermé son contacte et mise en service :

- Fermeture de la boucle génératrice et les deux moteurs de roue.


- Enclenchement d’enroulement principal d’excitation F1 – F2 de
l’excitatrice (E).
- L’excitation des contacteurs P1 et P2.
- L’enclenchement de la bobine du contacteur GF après les contacteurs
“P1“ et “P2“.
- Fermeture du circuit excitatrice champ principale F1 – F2 de la
génératrice par l’intermédiaire du contact GF

Donc le champ principal de la génératrice G1 (F1 – F2) excite par


l’excitation (E). La génératrice débité un courant continu qui alimente les deux
moteurs série de roue qui branché en parallèle, et alimente aussi les deux
enroulement d’excitatrice F3 – F4 et F5 - F6. (Champs directes) de l’excitatrice
(E), leurs actions s’ajoutent à celle de l’enroulement principale F1 – F2 de
l’excitatrice (E).

Lorsque en augmente la vitesse du moteur diesel par l’appui sur la pédale


d’accélération, la génératrice (G) et l’excitatrice (E) augmente leur débit, quand
la tension aux bornes de l’excitatrice (E) convaincre la tension Zener (Vz = 20
V). IL y a un courant circule dans l’enroulement F7 – F8 donne l’excitation du
champ F7 – F8 (Champ directe) de l’excitatrice (E).

Donc le débit de l’excitatrice (E) augmente, le champs d’excitation de la


génératrice augmente et le vitesse des deux moteurs de roues augmente, si la
tension atteint la vitesse 24km/h environ (700h7), la carte électronique 376 du
panneau 17F,77A3 actionne le relais FSR qui à son tour actionne les deux
contacteurs FS1 et FS2, leurs contacts de FS1 mettent en parallèle la résistance
FR1 avec l’inducteur du moteur , et les autre contacts de FS2 mettent en
parallèle la résistance FR2 avec l’inducteur du moteur M2.
- Remarque :

La déminition du champ de l’inducteur des moteurs série de roues pour


augmenter la vitesse du camion :

On a : E = K.nØ =>> n = E/ KØ

RAPPORT DE STAGE 24 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

4) – Ralentissement dynamique

-Ralentissement dynamique provoqué :

Lorsque le conducteur appuis sur la pédale de ralentissement dynamique


le mano contact BS ferme son contact et alimenté le relais BSR, cette dernière
mise en service :
1 – 1) Ouverture du circuit d’accélération :

- Déclenchement du relais ASR.


- Elimination de l effet d’accélération.
- L’ouverture du circuit de champ (F1 – F2) champ principale d’excitatrice.
- Déclenchement du contacteur GF.
- Déclenchement du contacteurP1 et P2.
- La vitesse du moteur diesel est1400 tr/min quelque soit sa vitesse initiale.

RAPPORT DE STAGE 25 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

1 – 2) Mise en service du circuit de ralentissement.

- Enclenchement des deux contacteurs BP1 et BP2

• Le contact BP1 ferme la boucle de l’induit du moteur de roue M2


et la résistance BR2 de freinage.

• Le contact BP2 ferme la boucle d’induit du moteur de roue M2 et


la résistance BR2 de freinage.

- Alimentation de l’enroulement shunt F3 – F4 de la génération G en sens


inverse pour qu’elle s’oppose à l’action de l’enroulement principale F1 –
F2 de cette même génératrice.

- Alimentation des deux enroulements d’excitatrice (E) (F3 –F4) (F5 –


F6) en sens inverse pour qu’elle s’oppose à l’action du champ principale
F1 – F2 d’excitatrice (E) champ direct.

- Alimentation des inducteurs des deux moteurs série de roue M1 et M2


par la tension de la génératrice (G).

- Excitation du contacteur Gf par l’intermédiaire de BSR1, BF2, est


ferme son contacte, est mis en service de l’enroulement d’excitation F1
– F2 champ direct de la génératrice (G).

- L’alimentation de l’enroulement principal F1 et F2 d’excitatrice par


l’intermédiaire de BF1, rhéostat BP, BF2, R16en 24V.

Remarque :
Le rhéostat BP est assure le maximum de ralentissement
- la réduction de tension d’excitatrice (E) au maximum sous l’action de
l’enroulement de l’excitation F7 et F8 champ inverse quand le rhéostat BD
est a sa fin de course.

3 - Limitation des courants des moteurs des roues en ralentissement


dynamique :

Fonctionnement (voir schéma)

RAPPORT DE STAGE 26 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Pendant le changement de vitesse du moteur diesel le moteur M2 débite un


courant I1 de 700 A dans la résistance BR et un courant i dans l’enroulement F4
– F4 (champ inverse) de l’excitatrice à travers le condensateur C2.

Une fois que le condensateur C2 est chargé, le courant i dans l’enroulement


F4 – F3 s’annule.

Il peut continuer à circuler si la chute de tension U entre R1 et R2 dépasse la


tension Zener qui est de 20V. Dans ce dernier cas il circule à travers R20 et les
diodes Zener. Ce courant réduit par l’intermédiaire de l’excitatrice et une
génératrice et le courant d’excitation des moteurs.

Après la stabilisation de la vitesse du moteur diesel à n1400 tr/min.

Si la charge et la vitesse du véhicule sont élevées, l’induit du moteur M2


peut encore débité un courant excessif.

L’enroulement F5 – F6 de l’excitatrice (E) peut devenir un champ inverse si


la chute de tension U entre R2 et R3 est supérieure à la chute de tension V aux
bornes de la résistance BFR2 et réduire les courants d’induit des moteurs.

4 – Ralentissement dynamique par vitesse (action du relais OSBR) :

Lorsque le camion roule plus vite sous l’effet de son inertie dans un terrain en
ponte et atteint la vitesse pour laquelle le réglage d’enclenchement du relais
OSBR a été ajusté à 51 Km/h la correspondance en fréquence est dans le tableau
des correspondances.
Le relais OSBR sera alimenté par le signal de sortie de la carte377 du
panneau 17FL – 77A3.

La fermeture de son contact qui est branché en parallèle avec le mano-


contact du ralentissement dynamique identique au ralentissement dynamique
effectué par action sur la pédale du ralentissement.

Ce ralentissement cesse quand la vitesse du camion descend à la valeur


correspondance au réglage de son déclenchement 40 Km/h.

L’accélération peut être effectué en appuyant sur la pédale d’accélération.

Il est aussi équipé d’un relais MCOR qui limite la vitesse avant
l’intervention du relais OSBR. La mise en service de ce relais est réglé à la
vitesse de 48 Km/h il est alimenté par la carte 377 du panneau 17FL 77a3.

RAPPORT DE STAGE 27 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

Sa fonction est :

• L’élimination de l’effet de l’accélération.

• L’élimination de l’effet du champ

F3-F4-F5-F6 de l’excitatrice (E)

• La stabilité de la vitesse du moteur diesel à 1400 tr/min.

L’action du relais MCOR s’aliment lorsque la vitesse du camion descend


à 37 Km/h (valeur correspondante au réglage de son déclenchement). C’est à ce
moment là que la propulsion redevient normale.
Tableau des correspondances

RAPPORT DE STAGE 28 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

5) – System de contrôle 17FL 77A3 :

1/ le panneau 17FL 77A3 à 3 cartes électroniques qui actionnent 4 relais ARR


(anti – inversion), FSR (augmentation de vitesse) MCOR (limitation de vitesse)
et OSBR (ralentissement par survitesse) à des vitesse différentes.

2/ Fonctionnement :

Le capteur de vitesse délivre un signal sinusoïdal ayant une fréquence


proportionnelle à la vitesse des roues.

Ce signal attaque l’étage de mise en forme A (carte 375) qui la transforme en


un signal carré pour attaque :

a- Le trigger de shmitt C (carte 375)


b- Les cartes 376 et 377 de détection de vitesse qui alimentent séparément et
à des vitesses bien définies des relais ARR-FSR MCOR et OSBR.

Ces cartes ont chacune 4 étages identiques et chaque étage à deux


potentiomètre de réglage P1 et P2.

FLIGHT SYSTEMS:
1. DESCRIPTIF :

RAPPORT DE STAGE 29 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

C'est un dispositif électronique permettant le contrôle et la


surveillance des paramètres ci-après:

 Pression huile moteur

 Pression carter moteur

 Pression turbo compresseur

 Pression de refroidissement

 Température eau

 Survitesse du moteur

Aussi, le moteur est équipe d'une autopompe pour le graissage


automatique avant le lancement du "diesel"

2. FONCTIONNEMENT DE SYSTEME:

a. Le moteur diesel ne peut démarrer qu'autre graissage


automatique par une pompe auxiliaire.

b. En cas d'anomalie survenue sur l'un des paramètres

suscités, une signalisation audio-visuelle est affichée au


niveau du flight systems et après 60 secondes, le moteur
diesel s'arrête automatiquement.

TRAVAUX DIVERS

* Pour les bulles :

- L’entretien des batteries :


+ Niveau d’eau.
+ Serrage des couses.
+ Nettoyage.
+ L’état des câbles

RAPPORT DE STAGE 30 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

+ Nettoyage
- Mesure de tension d’alimentation

- Vérification de l'éclairage et l'avertisseur de marche arrière

* pour les camions :


- Vérification des balais, les portes balais et l’état du collecteur des :

+Excitatrice
+Génératrice
+les Deux moteurs de roues

-Nettoyage
-Contrôle d’éclairage et l'avertisseur de marche arrière.
-L’entretien des batteries.
- vérification de l'état des plots des contacteurs.
-Contrôle de tension du courroie de :

+L’excitatrice
+L’alternateur de charge.

-Contrôle des batteries

+Nettoyage et serrage des causses


+Mesure de tension (24V)
+Niveau d’eau

-Mesure de tension d’alternateur de charge


-L’essai du moteur auxiliaire d’orientation
-L’état des câbles
-Contrôle des contacteurs et l’inverseur
-dépannage :
+ Démarrage des engins qui ont un problème de démarrage électrique.
+ Changement des cartes électronique défféctuer .
+ régler les problèmes de manque propulsion.
+ régler les problèmes de faible puissance.
+ Freinage dynamique.

RAPPORT DE STAGE 31 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

DESCRIPTION DU COZ

Le complexe est divisé en 4 unités suivant la nature de fonction de chacune


d’entre elles. (Voir schéma synoptique)

A/Unité de stockage du phosphate humide (parc humide) :

C’est un ensemble de 3 stocks A, B, et C ayant chacun une capacité de


150000m3.
Pour le produit humide un procédé naturel de filtration permet un présage
de ces stocks, et par conséquent un gain très important, la consommation
d’énergie de séchage qui est le fuel.

Ce stock humide est doté de 2 roue pelle orientable et glissantes sur le long
des 2 rails dans le parc, ces deux machines de déstockage assurant la reprise du
phosphate et elles sont capables de débloquer 2000t/h chacune, ainsi ils assurent
l’alimentation en permanence des fours sécheurs en produit humide.

En plus des 2 roues pelles le parc humide est aussi muni de deux
stockeuses qui assurent le stockage du produit venant de la laverie et de la
découverte.

B/Unité de séchage :

C’est la partie du complexe ou s’effectue l’opération primordiale qu’est le


séchage, elle est constitué de :

RAPPORT DE STAGE 32 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

 4 fours horizontaux dont la capacité d production est de 720t/h


 3 chaudières a brûleurs verticaux d’une conception assez simple et dont
les lesquelles est chauffé le fluide caloporteur ou le fluide
thermique(l’huile) servant au conditionnement du fuel , en pratique c’est
uniquement une chaudière qui mise en service et elle permet de chauffé le
fluide thermique jusqu'à 200°C.

 Station de dépotage :
Elle reçoit des camions de, fuel provenant de la raffinerie mohammadie,
le fuel est chauffé d’abord a 40°C, puis pompé et stocké dans deux
réservoir de capacité totale de 4460t, les citernes de fuel sont maintenues
chaudes a l’aide de thermoplongeur

 Station d’air comprimé :


Elle est conçue pour la régulation et la pulvérisation au niveau du brûleur
pour cela elle est équipée de 3 compresseurs ultramodernes.

C/Les stocke du produit séché :

Apres séchage le phosphate est envoyé vers l’un des trois stocks
sec A, B, et C pour être en suite embarqué dans les wagons.
Ces stocks sont équipés de plusieurs extracteur soutirent le produit
en cas de besoin pour le mettre sue des convoyeurs qui constituent un
moyen performant pour a cheminée le produit a ça destination ces
convoyeurs forme aussi un raison bien destine et bien calcule pour
permettre d’effectue les différent mélange et des différents type de
phosphate a fin de donné naissance de produit demande par le client.

D/ le chargement :

Ces la parties de complexe OUAD- ZEM qui permet de contrôle la


quantité des produit versée dans les wagons.
Elle s’occupe aussi de préparation des différentes qualités du phosphate
exigé par les clients et ceci en mélange plusieurs sortes du produit avec
des proportions bien déterminées.
(X% de l’humide + Y% du séché + Z% de podzolisé)
X, Y, Z : sont déterminée par le client
La cadence de chargement est environ 7 trains par jour, ce qui
équivalent à 82000t/j la capacité annuelle et de l’ordre de 10 Millions.

E/ Le stérile :

RAPPORT DE STAGE 33 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

C’est le stock du phosphate qui n’a pas pu traverser le crible ,il est
composé de petite pierres qui ont un diamètre supérieur au diamètre
caractéristique des grains de phosphate dont la teneur est supérieur à
50% ,autrement dit la stérile est caractérisé par une teneur en phosphate
faible.
1. LE FOUR SECHEUR
Description du four sécheur :
Le four sécheur est constitué principalement des éléments suivants :
a- le système d’alimentation en phosphate
b- la chambre à combustion
c- le tube sécheur
d- la chambre à poussière
e- les ventilateurs de tirage
f- la cheminée d’évacuation des gaz

g- le système d’alimentation en phosphate :


Constitué par un tapis roulant entraîné à vitesse constante. Une
trémie diverse le phosphate sur ce tapis par l’intermédiaire d’une
ouverture sous forme d’un casque réglable ce qui permet de modifier le
débit de phosphate en fonction des nécessités de production et
d’exploitation.

h- la chambre à combustion (foyer) :


Constitue le générateur des gaz chauds du processus, le fuel
visqueux est initialement chauffé à 100 ºC à 120 ºC à l’aide de la
vapeur d’eau. Pour faciliter son mélange avec l’air il est pulvérisé
l’adjonction d’un jet de fluide auxiliaire de vapeur d’eau, l’oxygène
nécessaire à la combustion est fournit par le courant d’air primaire qui
est injecté par un ventilateur de faible puissance.

i- le tube sécheur :
Est un tube horizontale de 25m de longueur et de 1.5m diamètre, il
est entraîné à une vitesse constante de 8tr/min.

j- la chambre à poussière :
Est constituée de tubes multi cyclone en X (chicanes) qui ont pour
rôle de freiner et récupérer les fines particules de phosphate (poussière)
qui se trouvent entraînées par les gaz chauds et qui constituent environ
30% du produit séché.

k- les ventilateurs de tirage :


Ont pour rôle de créer une dépression en tête du tube afin :

RAPPORT DE STAGE 34 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

- d’introduire le courant d’air secondaire


- d’éviter l’étranglement du tube sécheur

l- la cheminée :
Sert à évacuer les gaz de combustion, la vapeur d’eau due au
séchage et le phosphate sous forme de poussière non récupérable. Il
n’existe pas de récupération de gaz chauds, même partielle sur le four.

2. travaux divers

Entretien des moteurs électrique :


-changements des balais
-vérification les portes balais
-vérification des bornes des convexions des phases
-dépoussiérage
Entretien des postes électriques :
- nettoyage
- dépoussiérage des contacteurs
- vérification du bon état des plots des contacteurs
- vérification de la présence des matériels de sécurité nécessaire dans le
post.

Eclairage
-changement des lampes

- changement des ballasts déffectuer

Déplacement des câbles de réserve.

Dépannage :
- démarrage de l'installation en panne.

- faire la consignation d'une installation, pour cela il faut :


a. être habilité a consigné
b. s'assurer du départ a consigner
c. utiliser les accessoires de sécurité : gants, tabouret, etc.…
d. déclancher le disjoncteur

RAPPORT DE STAGE 35 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

e. ouvrir le sectionneur, à l'oeuil l'ouverture des mâchoires de cet


appareil et met un cadenat de sécurité
f. vérifier l'absence de tension
g. fermer le sectionneur de la mis à la terre pour le départ moyen
tension
h. fixer une pancarte de sécurité indiquant : travaux en cours
i. faire passer la consigne.

- faire la déconsignation d'une installation :


a. avoir l'accord de déconsigner
b. être habilite a déconsigner
c. s'assurer du départ a déconsigner
d. utiliser les équipements de sécurité des manœuvres électriques
(gans, tabouret, perche…)
e. ouvrir le cadenat de sécurité
f. ouvrir le system de la mise a la terre
g. fermer le sectionneur du départ concerne
h. enclencher le disjoncteur
i. récupérer la pancarte de sécurité
j. aviser le responsable de l'installation
k. faire passer la consigne
Comptage :
-relever les valeurs des compteurs horaires et des compteurs d'énergie des
installations chaque mois.

RAPPORT DE STAGE 36 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

CONCLUSION

Tout d’abord je remercie vivement mes formateurs et les agents de la


production pour leurs soutiens, leurs compréhensions et leurs efforts déployés
pour mener à bien mon stage.

Durant ce stage, j’ai appris que le travail demande le sérieux,


l’implication, la ponctualité, la flexibilité, le savoir-faire et la compétence sans
oublier le coté relations humaines qui reste un point non négligeable dans la
gestion du personnel et le bon déroulement des travaux.

L’OCP m’a permis, grâce à ses installations uniques au MAROC et Ses


potentialités, d’acquérir des connaissances nombreuses difficiles à traduire en
matière d’écriture, mais elles restent un atout riche pour franchir prochainement
le domaine du travail avec sûreté, sérénité et confiance en soi.

Enfin, je me suis rendu compte que le groupe ouvrier peut accélérer ou


retarder son travail suivant son moral. Cependant, les avantages (prime,
notation, félicitation…) peuvent inciter les agents à faire de leurs mieux. Il est
vrai que ce stage m’a permis aussi de découvrir l’esprit ouvrier et d’être au
courant de leurs façons d’interpréter les actes de leurs chefs et comment
l’ouvrier traduit ses ordres.

RAPPORT DE STAGE 37 ELANNABI


CFO-khouribga DRH

RAPPORT DE STAGE 38 ELANNABI