L'ELOGE DU VIN

(AL KHAMRIYA)

E55AI 5UR LA MY5TIQUE MU5ULMANE

« Connenl I'âne pouiiail-eIIe ne pas piendie son essoi, quand, de Ia gIoiieuse Iiesence un appeI affeclueux, doux conne
Ie nieI, paivienl jusqu'a eIIe el Iui dil : « LIòve-loi ` » Connenl Ie poisson pouiiail-iI ne pas londii innedialenenl de Ia leiie
sòche dans I'eau, quand Ie liuil des fIols aiiive a son oieiIIe de I'ocean aux ondes fiaîches ` Connenl Ie faucon pouiiail-iI ne
pas s'envoIei, oulIianl Ia chasse, veis Ie poignel du ioi, dòs qu'iI enlend Ie lanlouiin, fiappe pai Ia laguelle, Iui donnei Ie si-
gnaI du ieloui ` Connenl Ie çoufi pouiiail-iI ne pas se nellie a dansei, louinoyanl sui Iui-nône conne I'alone, au soIeiI de
I'eleinile, afin qu'iI Ie deIivie de ce nonde peiissalIe ` VoIe, voIe, oiseau, veis lon sejoui nalaI, cai le voiIa echappe de Ia cage el
les aiIes sonl depIoyees. LIoigne-loi de I'eau saunâlie, hâle-loi veis Ia souice de Ia vie... » (
1
)
Ainsi Ie giand poòle peisan }aIâI ad Dîn Roûnî chanle I'invincilIe aspiialion de I'âne hunaine veis I'Llie alsoIu el Ia Ieifec-
lion infinie. Dieu seuI exisle veiilalIenenl, d'une exislence necessaiie. Le nonde phenonenaI esl Ie iefIel de I'Llie sui Ie niioii
du Non-Llie, el I'honne, niciocosne, iefIòle en son coui Ia sonne des divins Alliiluls. « Qui connaîl son âne connaîl son
Seigneui. Man 'arafa nafsancu 'arafa raooancu ». Loisqu'iI s'esl Iileie des aspiialions qui Ie liienl en las veis Ie non-ôlie poui
lendie enliòienenl veis Ia souice de loule vie, de loule leaule el de loul lien, conpienanl que loul hois Dieu n'a qu'une exis-
lence iIIusoiie, noil a. Iui-nône, iI vil en son Seigneui. Ll Ie noyen pai exceIIence de celle Iileialion esl ce nône Anoui qui
ienonle de loule leaule veis Ia ßeaule paifaile conne iI esl descendu de ceIIe-ci poui Ia nanifeslei. « }'elais un liesoi cache, dil
Dieu, el j'ai vouIu ôlie connu ». La connaissance el I'anoui de Ia Veiile (a| Haqq, Dieu), Ia na'rifa el Ia nanaooa sonl Ia lase de Ia
nyslique çoufie conne de Ia nyslique chielienne.
Celle nyslique esl lheocenliisle. LIIe n'esl pas une concenlialion du noi sui Iui-nône, un enliaînenenl, un ienoncenenl a
vide. Le fana (annihiIalion) qu'eIIe inpIique n'esl pas une exlinclion dans Ie neanl, nais une evasion de I'exislence conlingenle el
une pIongee dans I'Lxislence veiilalIe, une noil a I'iiieeI el une vie dans I'eleineI alsoIu (oaqa). LIIe piocIane Ia gialuile de Ia
giâce nyslique el Ia passivile des elals supeiieuis de Ia Voie, ollenus giâce a I'inilialive divine el non pai Ies piopies effoils
seuIs de I'honne (
2
). LIIe ne denande a Dieu que Iui-nône, conne ßayazîd de ßislhân, qui, voyanl Ies deux iives du Tigie se
iappiochei poui Iui Iiviei passage, se iefusa a piofilei d'un niiacIe aIois qu'iI pouvail passei Ie fIeuve dans un lac poui une
piòce de nenue nonnaie (
3
). LIIe enseigne, avec Ies lheoIogiens calhoIiques, que I'essenlieI de Ia vie nyslique esl I'union a Dieu
el non pas Ies neiveiIIes, Ies phenonònes el Ies exlases.
Ceiles, leaucoup de çoufis nusuInans, conne de yogis hindous, onl pu piendie paifois I'accessoiie poui Ie piincipaI el Ies
noyens poui Ia fin , Ieuis liogiaphes suiloul onl pu insislei a I'excòs sui des liails Iegendaiies el des lhònes de foIkIoie ou pie-
senlei des apoIogues ingenieux poui des ieaIiles, au poinl de paiaîlie ieduiie, en des lenps de decadence, Ia sainlele a une
aciolalie , nais, conne dil }ânî, « Ies giands nysliques ne fonl poinl cas » des phenonònes exleiieuis, du degagenenl des
sens el de I'enpiie sui Ies choses (
4
).

LA MYSTIQUL COMIARLL.

Le nol nyslique peul s'enlendie dans Ie sens de docliine el dans Ie sens d'expeiience. La docliine nyslique, qui esl aIois Ia
nelaphysique puie, inpIique I'expeiience nyslique conne ieaIisalion el I'expeiience nyslique suppose Ia docliine poui lase.
Lnfin, Ia lheoIogie nyslique deciil Ies caiaclòies el Ies nelhodes de Ia nyslique vecue.
La docliine el I'expeiience nyslique onl ceiles des foines pIus ou noins paifailes el aulhenliques, nais sonl essenlieIIenenl
univeiseIIes, de nône, d'aiIIeuis, que Ieuis devialions, Ieuis peiveisions el Ieuis caiicaluies. Celle univeisaIile, ~ donl Ia pIu-
pail des speciaIisles ne senlIenl nône pas se doulei, cai Ie leiiain, difficiIe el pIein de chausse-liappes, de Ia nyslique conpa-
iee, esl Ioin d'ôlie expIoie, ~ pose, loul conne I'univeisaIile des lhònes de foIkIoie, de deIicals piolIònes, que Ia lonne
voIonle, Ies vues el Ies iappiochenenls a voI d'oiseau ne suffisenl ceiles pas a iesoudie.
AnaIogie ne signifie pas necessaiienenl enpiunl ou infIuence diiecle. Ceilains onl cheiche a piecisei des infIuences, a ela-
lIii pai exenpIe que Ia nyslique nusuInane, Ie çoufisne, vienl des Indes ou de Ia Ieise , d'aulies nellenl au conliaiie en
doule ces infIuences el s'effoicenl nône de nininisei Ies anaIogies , el ces deux alliludes exliônes ne liennenl peul-ôlie pas
conple de loules Ies conpIexiles du ieeI. II faul ôlie liòs piudenl avanl d'affiinei une idenlile ou une anaIogie. Les nônes
nols peuvenl cachei des idees diffeienles. Mais inveisenenl une nône conceplion peul ievôlii diveises foines. D'aulie pail, Ia
conpiehension exacle d'une pensee eliangòie esl assez difficiIe , iI faul poui ceIa une connaissance suffisanle de Ia Iangue, des
liaduclions lonnes, el aussi assez d'inleIIigenle synpalhie poui ievivie, au noins dans une ceilaine nesuie, poui ninei inle-

1
Cf. NichoIson, Dîvân-i Chans-i Taliîz de }aIâI addîn Roûnî, Canliidge, 1898, p. 116, el Augusle ßiicleux, liad. de SaIânân el AlsâI de }â-
nî, Iaiis, 1911, p. 17.
2
Une ceilaine conceplion de Ia nyslique louddhisle (heleiodoxe pai iappoil au liahnanisne el, senlIe-l-iI, a Ia liadilion geneiaIe), uni-
quenenl pieoccupee de faiie echappei I'honne a Ia douIeui, negIige, au noins lheoiiquenenl, Dieu (cai Ie niivana n'esl pas loujouis foi-
cenenl Ie neanl pui el Ies lheoiiciens louddhisles, du nahayana, giand vehicuIe, suiloul, se sonl foil eIoignes de I'idee piinilive), el nie Ie
liahnan-alnan hindouisle, sulslance supiône a IaqueIIe pailicipe I'âne hunaine piofonde. La nyslique des Vedanlins senlIe au con-
liaiie lasee sui Ies nônes piincipes liadilionneIs que Ie çoufisne, Ie pIalonisne el Ia nyslique chielienne.
3
Ieiîd ed Dîn 'Allâi, |c ncncria| dcs sain|s, lia4. Iavel de CouileiIIe, Iaiis, 1889, p. 125. Cf. une anecdole anaIogue dans Ia vie du ßouddha.
4
Cf. SiIveslie de Sacy, Nolices el Lxliails des nanusciils de Ia ßilIiolhòque RoyaIe, XII, 3O3.



iieuienenl Ie piocessus inleIIeclueI en queslion. Le liavaiI pieIininaiie des speciaIisles doil donc ôlie I'elude appiofondie des
Iexiques lechniques el I'elalIissenenl ciilique de lexles el liaduclions adequales. II faul enfin que I'eiudil, phiIoIogue el hislo-
iien, soil aussi un nelaphysicien el ail un nininun de vie spiiilueIIe.
II faul de nône ôlie liòs piudenl avanl de concIuie a un enpiunl diiecl. L'unile de I'espiil hunain esl assez piofonde el Ies
conlinaisons de concepls, inages, synloIes, elc., assez Iinilees poui suffiie a expIiquei lien des anaIogies. La iecheiche des
souices qui olsòde aujouid'hui Ies hisloiiens ne doil pas faiie neconnaîlie Ies iessouices de I'inaginalion ni ceIIes de Ia vie. II y
a des Tailuffes de chaii el d'os qui ne doivenl iien a MoIiòie , lien des fennes jaIouses onl ieedile Ies fuieuis d'Heinione, el,
depuis qu'Honòie a nonlie Andionaque lendanl son lele a son naii pailanl poui Ie fionl, lien des epouses encoie onl souii
a liaveis Ieuis Iaines. Les lhòses de I'oiigine peisane ou hindoue du çoufisne lendenl, senlIe-l-iI, de pIus en pIus a ôlie alan-
donnees, ou du noins ne peuvenl s'elalIii avec ceililude, piolaliIile ou nône viaisenlIance d'apiòs ce que nous pouvons en
savoii. CeIa ne veul pas diie qu'iI n'y ail pas une anaIogie piofonde enlie Ia nyslique nusuInane el Ia nyslique hindoue, soil
en veilu de I'unile de I'espiil hunain (dans Ia nesuie où ceilains concepls sonl « viais » el ceilaines idees adequales), soil en
veilu d'une connunaule d'oiigine Ioinlaine (ce qu'un }oseph de Maislie, pai exenpIe, appeIIe Ia Tiadilion piinilive, donl Ia
ieveIalion esl Ie iappeI el I'epanouissenenl (
5
).)
Un des noyens, nous Ie veiions, de conpiendie Ies pensees oiienlaIes esl nône de faiie, avec loul Ie lacl el Ia piudence qui
s'inposenl, des conpaiaisons enlie Ies pensees hindoue, nusuInane el chielienne du noyen âge, coiiespondanl loules liois a
des foines de civiIisalions liadilionneIIes qui offienl enlie eIIes d'inconleslalIes anaIogies inleIIeclueIIes ou sociaIes. Une unile,
piofonde naIgie des nuances ceilaines el des diveigences, appaiaîlia, assez inpiessionnanle. L'eIenenl nusuInan feia Ie ponl
enlie I'Lxliône-Oiienl el I'Occidenl. Nous savons, d'aiIIeuis, qu'une de ses souices piincipaIes esl Ia pensee giecque qu'iI a con-
liilue dans Ia pIus Iaige nesuie a liansnellie a I'Luiope.
TeI esl donc Ie sens qu'iI conviendia de donnei aux noles conpaialives, aux iappiochenenls de nols ou d'idees, donl nous
avons connenle Ies lexles qui suivenl. Iaifois iI y a infIuence pIus ou noins nelle, enpiunl pIus ou noins diiecl (nous savons
dans queIs iappoils sonl Aiislole, Aveiioös el sainl Thonas , nous savons que Ie neopIalonisne a exeice son aclion sui Ies
Aiales el Ies çoufis conne sui Ies eciils du pseudo-Denys, de Scol Liigòne ou de I'LcoIe de Chailies au XIIe siòcIe , nous sa-
vons que Ie chapeIel esl venu des Indes en Luiope pai Ie nonde nusuInan el pai I'Lspagne, elc...) , paifois I'on ne peul que
conslalei une siniIilude sans piononcei si eIIe vienl d´une inilalion, d'une souice connune, d'une nône expeiience spiiilueIIe
ou d'un nône enchaînenenl de concepls , paifois encoie Ia iessenlIance esl puienenl appaienle. La veiile esl une. La Tiadi-
lion esl univeiseIIe, avec ses foines el ses defoinalions diveises. Les siniIiludes en ce cas ne fonl que nonliei I'unile de Ia doc-
liine. Se iefusanl syslenaliquenenl a lenii conple de ce qu'iI peul y avoii de veiile oljeclive, Ies hisloiiens sliiclenenl piofanes
s'effoicenl loujouis de liouvei des infIuences. IIs foinenl aIois diveises hypolhòses, loules pIus ou noins viaies ou pIus ou
noins fausses, inconpIòles en loul cas el souvenl assez vaines.

MLTAIHYSIQUL LT MYSTIQUL.

La nyslique esl, cioyons-nous, Ie leine de Ia ieIigion, conne Ia piiòie connune a poui aloulissenenl noinaI ~ el suina-
luieI en nône lenps ~ I'oiaison conlenpIalive. La ieIigion puie esl lheocenliisle el s'oppose a I'egocenliisne de Ia nagie ,
ceIIe-ci veul iecevoii, ceIIe-Ia donnei. Oi, Ia nyslique esl, fondanenlaIenenl, Ie lheocenliisne Ie pIus conpIel el I'anoui Ie pIus
pui.
La lheoiie de I'union nyslique de I'âne avec Dieu inpIique naluieIIenenl une conceplion de Dieu el de I'âne. Sociale, IIa-
lon, Aiislole el IIolin onl fouini Ies lases nelaphysiques de ces conceplions. Dieu esl Ia ReaIile alsoIue, I'Llie necessaiie, I'Acle
pui, Ia « foine » paifaile sans neIange de « naliòie », I'Lspiil innualIe. Ce Dieu esl a Ia fois lianscendanl el innanenl, infi-
ninenl au-dessus de loules Ies choses conlingenles, nais ienpIissanl Ie nonde de sa piesence, Ies choses n'exislanl que pai pai-
licipalion de son ôlie.
II y a dans I'âne de I'honne, ce niciocosne, inage du ciealeui, queIque chose qui Iui peinel d'alleindie I'AlsoIu, une elin-
ceIIe divine, une fine poinle de I'espiil, un cenlie inaIienalIe, souice el lase de loule connaissance ieeIIe de I'idee de Dieu el de

5
« }'appeIIe de nes voux Ia ciealion, aussi lien dans I'Inde qu'en Luiope, de chaiies de Melaphysique el Myslique conpa-
iees d'Oiienl el d'Occidenl. Leui liavaiI, qui deviail nulueIIenenl se conpIelei, esl aclueIIenenl indispensalIe a I'espiil hu-
nain, s'iI veul appiendie a se connaîlie soi-nône loul enliei. L'oljel n'en seiail pas une pueiiIe couise au cIochei, poui lâchei
d'elalIii Ia piinaule chionoIogique de leI gioupe de pensee. Celle iecheiche n'a aucun sens : Ies hisloiiens des ieIigions qui s'al-
lachenl a decouviii I'inleidependance inleIIeclueIIe des syslònes, oulIienl I'essenlieI : a savoii que Ies ieIigions ne sonl pas, a
I'oidinaiie, des diaIecliques inleIIeclueIIes nais des fails d'expeiience, el que si Ie iaisonnenenl inleivienl apiòs, poui consliuiie
des syslònes sui ces fails, ces syslònes ne liendiaienl pas une heuie sans Ies soulassenenls piofonds de ces fails. » Ronain
RoIIand, Lssai sui Ie nyslique el I'aclion de I'Inde vivanle, II, La vie de Vivekananda, l. II, appendice, nole II.
R. RoIIand ajoule, en paiIanl de I'ouviage du Iiof. RudoIf Ollo, de Mailuig, Wesl OeslIiche Myslik, VeigIeich Und Unlei-
scheidung zui Wesensdeulung (Colha, 1926) ~, qui piend poui lype des deux nysliques Çankaia el Maîlie Lckhail : « Sa lhòse
essenlieIIe elalIil I'exliaoidinaiie paienle des Uinoliven (nolifs fondanenlaux) de I´expeiience spiiilueIIe de I´hunanile, inde-
pendannenl de Ia iace, de I´epoque el du cIinal. La nyslique dil-iI esl pailoul el loujouis Ia nône. Ll c'esl Ie fail de I'unile
piofonde de I'espiil hunain. ßien enlendu, ceIa n'excIul poinl Ies vaiianles des diveises peisonnaIiles nysliques. Mais ces va-
iianles ne sonl pas condilionnees pai Ia iace, I'epoque ou Ie pays. On peul Ies ienconliei côle a côle dans Ie nône niIieu. »
SignaIons une elude de M. MaiceI LaIIenand, Mc|apnqsiquc c| nqs|iquc cnrc|icnncs c| nindcucs ccnparccs, exli. de « NouveIIe equipe », 193O,
ßiuxeIIes.



loules Ies ideees univeiseIIes. L'âne ne peul connaîlie Ia ieaIile supei-enpiiique qu'en descendanl en ce cenlie piofond, deve-
nanl un avec celle ReaIile (adacqua|ic rci c| in|c||cc|us).
II n'y a pas a opposei Ie Dieu de IIalon el Ie Dieu de Ia ßilIe. Les Iòies el Ies Docleuis de I'LgIise ne Ies onl janais sepaies.
L'inluilion nelaphysique nous piesenle ce Dieu en soi, Ia ieveIalion ieIigieuse nous dil ce qu'iI esl poui Ies honnes el Ies socie-
les. Quand IascaI oppose Ie Dieu des phiIosophes au Dieu vivanl d'Aliahan, d'Isaac el de }acol, iI ne s'agil que de conpaiei
Ies ialiocinalions cieuses, Ies dispules veilaIes, Ies oigueiIs docloiaux, a Ia veiile saisie pai loule I'âne. Mais au-dessus de Ia
iaison sinpIe (qui se liouve, dil sainl Auguslin, au-dessus de Ia pailie infeiieuie de I'âne), iI y a (au sonnel de Ia pailie supe-
iieuie) I'inleIIecl qui connaîl Ies Idees eleineIIes, iaisons innualIes des choses passagòies.
La lheoiie pIalonicienne des Idees esl, en effel, I'une des lases de Ia pIupail des docliines nysliques. Nous veiions, dans Ies
lexles qui suivenl, des aIIusions conslanles a celle conceplion, qui esl associee a ceIIe des Coiiespondances enlie Ie nonde vi-
silIe el Ie nonde invisilIe. Ce qui esl en las esl conne ce qui esl en haul, avail dil Heinòs Tiisnegisle. Toule chose ici-las a sa
iacine en haul, dil Ia KallaIe. Lneison veiia dans Ie nonde visilIe Ie « cadian » de I'invisilIe ieaIile. « Les idees incoipoieIIes
sonl Ies cachels des choses sensilIes », dil IhiIon Ie }uif. « Les choses visilIes sonl des inages des invisilIes », dil Ie pseudo-
Denys. Connenlanl Ie nol de sainl IauI, que Ia ciealion esl un ensenlIe de choses invisilIes nanifeslees visilIenenl, }oseph
de Maislie diia que « dans ce nonde que nous voyons loul se iappoile a un aulie nonde que nous ne voyons pas » el que Ie
nonde esl un « assenlIage d'appaiences donl Ie noindie phenonòne cache une ieaIile ». Ln appiofondissanl ces donnees, on
aiiive a un poinl de vue qui concoide piecisenenl avec I'expeiience vecue des nysliques. Le lul supiône appaiaîl en effel ôlie
I'union avec Ia ReaIile alsoIue, Ie ieloui a I'unile, Ia piise de conscience de Ia ieaIile onloIogique, Ie Iilie ienoncenenl a I'indivi-
duaIile cenliipòle. Si nous n'avons d'aulie ôlie que ceIui que nous lenons de Dieu, si c'esl en Iui que nous avons Ia vie, Ie nou-
venenl el I'exislence, Dieu esl innanenl , nais iI esl aussi lianscendanl, Ies choses n'elanl iigouieusenenl iien pai iappoil a
Iui. A piopienenl paiIei, « iI n'y a qu'un nonde », dil Ie Senaleui nailinisle des Scirccs dc Sain|-Pc|crsocurg. « }e voudiais qu'on
ne dîl janais : I'aulie vie , cai iI n'y en a qu'une », eciivail L. C. de Sainl-Mailin.
Le nyslique iejelle Ie voiIe qui Iui couvie Ia ieaIile, iI « ieaIise » que Dieu esl I'ôlie de son ôlie, iI ienonce au noi conlingenl
poui liouvei Ia « veiile de I'Lxislence » supiône, iI aiiive pai Ies diveis degies de I'oiaison a Ia conlenpIalion des choses di-
vines el a I'union liansfoinanle qui « I'aneanlil en Dieu, conne Ies Iueuis de I'auioie s'aneanlissenl dans Ia Iuniòie du SoIeiI
quand Ie soIeiI paiaîl ». (Maîlie Lckhail).
Ceilains nysliques devoyes sonl lonles dans I'iIIuninisne ou Ie panlheisne, conne ceilains lheoIogiens onl neconnu
queIIe ieponse necessaiie Ia nyslique donnail aux exigences Ies pIus piofondes de Ia vie spiiilueIIe. L'essence de celle deiniòie
n'esl d'aiIIeuis pas Iiee aux foinuIes paifois naIadioiles qui onl pielendu I'expiinei. Mais on ne sauiail voii Ie noindie pan-
lheisne (au sens de nonisne naluiaIisle que ce nol a piis dans I'Occidenl nodeine), dans Ies docliines de I'unile de I'ôlie el de
I'union liansfoinanle que nous liouvons chez Ies nysliques Ies pIus diveis (
6
). LIIes ne sonl pas pIus panlheisles, conne nous
Ie veiions en eludianl Ies lexles qui suivenl, chez Ies çoufis que chez Ies chieliens du Moyen Age, Ies Iòies de I'LgIise ou Ies
nysliques du XVIe el du XVIIe siòcIe.
TeIIe foinuIe de sainl Ignace ou de sainl Thonas feiail ciiei au panlheisne si on Ia liouvail chez un aulhenlique çoufi ou
dans un lexle hindou. Mais dans I'un el I'aulie cas, iI ne s'agil en geneiaI que d'une expeiience anaIogue ou d'une nône liadi-
lion.

LA TRADITION MYSTIQUL LN OCCIDLNT.

Nous assislons aujouid'hui a une ceilaine ienaissance nyslique. Des vies de Sainls sonl eciiles, des lexles sonl pulIies, el
des discussions sui ces piolIònes suscilenl un inleiôl inallendu. Le snolisne s'en nôIe peul-ôlie, qui n'esl pas fail poui Ies
ecIaiicii. Toujouis esl-iI que Ies speciaIisles eux-nônes ieliouvenl depuis queIques annees une liadilion inleiionpue pendanl
deux siòcIes. La liadilion calhoIique, en effel, depuis CIenenl d'AIexandiie (| veis 215) ~ sans paiIei de sainl IauI el de sainl
}ean ~ jusqu'a ßeiuIIe el Maiie de I'Incainalion, offiail une unile ceilaine, naIgie Ies nuances diveises, el concoidail avec Ia
liadilion univeiseIIe, Les lhònes geneiaux de Ia viaie gnose ollenue pai Ia noilificalion, el de Ia piiòie puie sans inages, fu-
ienl soulenus pai CIenenl d'AIexandiie, Oiigòne, Ies noines du IVe siòcIe, sainl Auguslin, sainl ßenoîl, Ciegoiie Ie Ciand, elc.
Le pseudo-Denys dislingue nellenenl I'idee alsliaile de I'union supia-inleIIeclueIIe. NoinaIenenl I'honne ne peul pensei
sans inage (nini| in in|c||cc|u qucd nisi prius in scnsu, diia Ia foinuIe scoIaslique) , iI s'eIòve de Ia connaissance des choses sen-
silIes a Ia connaissance des invisilIes (nous avons vu Ia lheoiie des coiiespondances) , iI ne peul savoii ce que Dieu esl, nais ce
qu'iI n'esl pas. TeI esl, diia sainl Thonas, Ie node de connaissance hunain en dehois de Ia Iuniòie de gIoiie de Ia vision leali-
fique. Mais Ia conlenpIalion nyslique esl conne une vision lealifique anlicipee. L'union nyslique, seIon Ie pseudo-Denys, esl
donc au-deIa de I'alsliaclion phiIosophique el de Ia tia ncga|icnis.
II invile, conne Ie feia sainl }ean de Ia Cioix, a depassei Ies sens, Ies inages, Ies opeialions discuisives, « el loules Ies choses
qui sonl sans ôlie viainenl», poui alleindie CeIui qui esl au-dessus de loul ôlie el de loule connaissance, dans Ia lenòlie pIus
liiIIanle que Ia Iuniòie.
II piecise, d'aiIIeuis, que ces nols : ignoiance, lenòlie, doivenl ôlie conpiis, non conne d'une piivalion, nais poui ainsi
diie d'un excòs. Cai, « I'ignoiance en ce qui conceine Dieu esl viainenl connaissance ». (
7
)

6
NichoIson a piopose Ie nol panenlheisne (non pas : loul esl Dieu, nais : loul esl en Dieu) : The idea of peisonaIily in Sûfisn, Canliidge,
1923, p. 27.
7
Dans Ie nône sens Mouhyiaddîn Iln 'Aiali dil que poui Ies çoufis Ia connaissance de Dieu esl une veiilalIe ou paifaile ignoiance.



Apiòs Scol Liigòne au IXe siòcIe, sainl ßeinaid, Hugues el Richaid de Sainl- Vicloi au XIIe, Ia giande expIosion nyslique des
oidies nendianls au XIIe, sainl ßonavenluie, AIleil Ie Ciand, Ies deux sainles MechliIde, sainle AngòIe de IoIigno, sainle Cei-
liude, puis sainle Calheiine de Sienne el sainle ßiigille de Suòde, Lckhail, Suso, TauIei, Ruyslioek au XIVe, sainle Calheiine de
Cônes, Haiphius, Ceison, Thonas a Kenpis, au XVe, elc., sainle Theiòse, au XVIe, deciil avec une elonnanle finesse psychoIo-
gique Ies effels de I'oiaison sui I'âne el Ie coips. Sainl }ean de Ia Cioix piecise avec pIus de iigueui el noins de feninile queIIe
esl I'essence de Ia vie nyslique : I'union a Dieu el non Ies effels pioduils pai Ies elals diveis. La « Iigaluie » de I'exlase esl pio-
duile pai I'inlense concenlialion, Ies « iapluies » sonl pIus fiequenles chez Ies fennes que chez Ies honnes el chez Ies espiils
failIes, conne un sainl }oseph de Cupeilino, que chez un sainl Iiançois de SaIes. Ces phenonònes sonl dûs a Ia failIesse du
coips hunain , pIus I'honne devienl spiiilueI pai I'effel de Ia Iuniòie inleIIeclueIIe, pIus son âne el son coips sonl spiiiluaIises,
de leIIe soile qu'iI devienl capalIe de suppoilei Ies elals Ies pIus hauls de I'union liansfoinanle sans Iigaluie ni exlase coipo-
ieIIe , pIus Ies iayons de Ia conlenpIalion sonl puis, noins iIs sonl peiceplilIes el noins iIs affeclenl I'inaginalion el Ies sens.
L'halilude s'elail iepandue de nedilei avec nelhode sui-un sujel pieux defini en faisanl liavaiIIei I'inaginalion el I'enlende-
nenl. Oi, leaucoup de spiiilueIs deviennenl a un ceilain nonenl incapalIes de nedilei discuisivenenl quand iIs piienl , ~
c'esl aIois que connence Ia piiòie nyslique sans inages , ~ iIs adhòienl a Dieu de loule Ieui voIonle, nais sonl dans un elal
d'aiidile sans saveui, sans consoIalion de Dieu ni des ciealuies , c'esl Ia nuil des sens causee pai Ies deluls de Ia conlenpIalion
infuse. Sainl }ean de Ia Cioix fuInine conlie Ies confesseuis qui ne conpiennenl pas Ies ânes el veuIenl Ies olIigei a nedilei
discuisivenenl naIgie loul. Vienl ensuile Ia nuil de I'espiil avec de leiiilIes epieuves dans IesqueIIes Dieu puiifie el delache Ia
pailie supeiieuie de I'âne poui I'union paifaile.
Au XVIIe siòcIe se pioduil, en nône lenps qu'une expIosion nyslique neiveiIIeuse avec sainl Iiançois de SaIes, sainl Vin-
cenl de IauI, Ie caidinaI de ßeiuIIe, Ie Iòie de Condien, Maiie des VaIIees, Ie I. LaIIenanl, Ie I. Suiin, Maiie de I'Incainalion,
elc..., une ieaclion anlinyslique donl M. I'alle ßienond (
8
) a nonlie I'oiigine au XVIe siòcIe, dans Ia condannalion d'AIvaiez
pai Ie geneiaI des jesuiles, Meicuiian, el qui seia accenluee pai Ia queieIIe du quielisne.
Un ienveisenenl de Ia liadilion se pioduil. On ne lienl pIus aucun conple des conseiIs de sainl }ean de Ia Cioix. On consi-
dòie que Ia nedilalion discuisive esl Ia iògIe geneiaIe el esl faciIe a lous. On iegaide Ies conlenpIalifs conne des paiesseux
failIes d'espiil , Ies ânes qui ne peuvenl nedilei sonl ieduiles a se consideiei eIIes-nônes conne des phenonònes Ianen-
lalIes. On n'appiecie que Ies phenonònes exleiieuis, Ies slignales, Ies iapluies, Ies visions, suiloul ceIIes conceinanl Ie Sacie
Coui, Ia Iassion, I'Lnfanl }esus, elc... « L'ail ne iepiesenle pIus Ies sainls agenouiIIes paisilIenenl en adoialion, nais se loidanl
Ies lias, lendanl Ie cou el iouIanl des yeux en des exlases de desii effiene, landis qu'iIs dechiienl Ieuis vôlenenls poui souIagei
Ieui liûIanle poiliine. Les peinluies de Rone el de ßoIogne el Ies scuIpluies du ßeinin iivaIisenl avec I'aichilecluie laioque,
poui expiinei avec enphase Ies conceplions que Ie XVIIe el Ie XVIIIe siòcIes se fonl de Ia devolion (
9
) » Depuis une lienlaine
d'annees un ieloui a Ia liadilion nyslique s'esl pioduil el a donne Iieu a de nonlieuses conlioveises (
1O
). M. I'alle ßienond,
dans Ies deinieis voIunes de son His|circ |i||crairc du scn|incn| rc|igicux cn |rancc el dans des poIeniques iecenles, oppose au
lheocenliisne nyslique deux foines anlinysliques de I'anlhiopocenliisne qu'iI laplise panhedonisne ieIigieux el asce-
licisne. Dans Ie pieniei cas, I'on pense qu'iI n'y a pas de giâce sans pIaisii spiiilueI el I'on idenlifie Ia piiòie au desii sensilIe
(IascaI, NicoIe, Ies }ansenisles, ßossuel nône), aIois que Ia nyslique liadilionneIIe paiIe sans cesse de I'elal de secheiesse, se
nefie nône des giâces sensilIes, iecIane avanl loul I'adhesion de Ia voIonle a ceIIe de Dieu, naIgie loul, el pieconise Ie « pui
anoui ». De son côle I' « ascelicisne » ne veul enlendie paiIei que d'une piiòie pialique, aclive. Un ouviage iecenl va jusqu'a
opposei au ßenediclin qui chanle Iiluigiquenenl Ia gIoiie de I'LleineI, Ie }esuile epiis d'aclion el concevanl Ia piiòie conne un
noyen de cuIluie du noi , iI feIicile Ia Conpagnie de }esus d'avoii fail liionphei celle conceplion, pIus noiaIisle que ieIi-
gieuse, de Ia piiòie-exeicice, aux depens de Ia conceplion liadilionneIIe, pIus ieIigieuse que noiaIisle, de Ia piiòie-adoialion.
InpossilIe d'ôlie pIus nellenenl anlhiopocenliisle, pIus Ioin des Iòies el des ScoIasliques, pIus Ioin d'un ßeiuIIe el d'un Con-
dien, d´une Maiie des VaIIees piianl Dieu de I'aneanlii, pouivu que Ie desii de Ie Iouei deneuiâl en sa pIace, pIus Ioin d'un
sainl Iiançois de SaIes (donl I'auleui pouilanl se iecIane), qui eciivail que Ies sainls lâchaienl de iendie Ieui anoui si sinpIe-
nenl paifail el si pui, que « ni Ies consoIalions, ni Ies veilus nônes ne linssenl aucune pIace enlie Ieui coui el Dieu », iefulanl
ainsi panhedonisne el noiaIisne ascelicisle, loul en evilanl I'excòs conliaiie du quielisne , pIus Ioin enfin du lheocenliisne
nusuInan.

THLOCLNTRISML LT IUR AMOUR.

Le Dieu du Coian n'a, en effel, « ciee Ies honnes el Ies genies que poui I'adoiei », c'esl-a-diie poui " Ie connaîlie el I'ainei,
connenleionl Ies nysliques, donl Ie pui anoui el Ia gIoiie de Dieu seionl Ies Ieils-nolivs conlinueIs. « O non Dieu , s'eciiail
HaIIaj, lu ne sais inpuissanl a l'offiii I'aclion de giâce qu'iI le faul. Viens donc en noi le ieneiciei loi-nône. VoiIa Ia veiilalIe
aclion de giâces ». Renoncei a ce las nonde, c'esl I'ascòse des sens , ienoncei aux joies cieees du Iaiadis, c'esl I'ascòse du coui ,
ienoncei a soi-nône, c'esl I'ascòse de I'espiil. II a gaide, Iui aussi, de confondie Ies giâces sensilIes avec I'essenlieI de Ia vie
nyslique.

8
|a nc|apnqsiquc dcs sain|s, lones VII el VIII, 1928, de I'His|circ |i||crairc du scn|incn| rc|igicux cn |rancc dcpuis |a fin dcs gucrrcs dc rc|igicn jusqu'a
ncs jcurs.
9
Don Chapnan, dans son ienaiqualIe ailicIe de I´|ncqc|cpacdia cf Rc|igicn and ||nics, de Haslings, sui Ie nyslicisne calhoIique.
1O
Cf. Ies ouviages du chanoine Saudieau, du I. IouIain, du I. MaiechaI, de I. von HügeI, elc...



« Le Voisin d'aloid, Ia naison ensuile » (a| jar |scunna ad dar), disail Râli 'a aI 'Adaviya. C'esl a celle sainle fenne, qui vi-
vail a ßaçia au VIIIe siòcIe, que ienonle I'aIIegoiie faneuse, devenue couianle chez nous au XVIIe siòcIe (
11
), de Ia sainle qui
poile d'une nain une oulie d'eau poui eleindie I'enfei el de I'aulie une loiche poui deliuiie Ie cieI, afin d'ainei Dieu poui Iui-
nône. L'anecdole a ele iaconlee a }oinviIIe en Lgyple pendanl Ia cioisade de sainl Louis (
12
).
« QueIIe diffeience, s'eciie Yahya len Mo'adz Râzî, enlie ceIui qui va au feslin poui Ie feslin el ceIui qui y va poui Ie
ßien-Aine !... Le paiadis esl Ia piison des gnosliques conne Ie las-nonde esl Ia piison des cioyanls. »
Le peisan }ânî decIaie que Ie çoufi a ienonce, non seuIenenl a loul desii en celle vie, nais que sa voIonle s'esl nône desin-
leiessee de Ia vie fuluie poui adheiei conpIòlenenl a Ia voIonle de son Seigneui. Apiòs avoii elalIi Ia possiliIile de Ia nahal-
la (
13
), anoui iecipioque enlie I'honne el Dieu, Ies çoufis Ia definiionl I'exacle adhesion du coui a Ia voIonle divine el
I'aneanlissenenl de I'ananl dans I'oljel de son anoui.
Qochayiî iappoile une cuiieuse senlence alliiluee ajesus :« On a dil: Dieu (qu'iI soil exaIle !) a ieveIe a }esus (sui Iui Ie saIul
!) : Ceiles, quand je iegaide Ie coui d'un de nes seivileuis el que je n'y vois ni I'anoui de ce nonde ni ceIui de I'aulie nonde, je
Ie ienpIis de Mon anoui. »
De Ia nedilalion nône de Ia cnanada (II n'y a de divinile que Dieu) iefusanl de iien associei a Dieu, Ies nysliques indui-
saienl en effel Ie ienoncenenl a loul desii egocenliisle, nône ceIui du neiile peisonneI el des joies cieees du Iaiadis.

ORICINL LT LVOLUTION DU ÇOUIISML.

L'on a piopose poui Ies nols çcufi el |açauucuf (çoufisne) diveises elynoIogies : seIon ceilains ces leines viendiaienl du
veile çafa, ôlie pui, du nol giec scpncs, sage, de çaff, pieniei iang, des an| aç çcuffa, Ies « gens du lanc », pieux conpagnons du
Iiophòle, qui couchaienl dans un coin de Ia nosquee de Medine. L'on s'esl aiiôle a I'elynoIogie pioposee dans Ie pIus ancien
liaile aiale de çoufisne d'Alou Naçi as Saiiâj el qui fail deiivei çcufi de çcuf, Iaine , I'halil de Iaine, Ie fioc, ayanl ele choisi pai
Ies pienieis ascòles nusuInans, a I'inilalion sans doule des noines el einiles chieliens d'Oiienl.
Le pieniei qui ail poile Ie suinon de çoufi ful Aloû Hâchin de Koûfa ( | 15O/768). Le pieniei eciivain qui enpIoie ce nol
esl }âhidz de ßaçia (| 869) qui donne Ies nons de pIusieuis devols faneux pai Ieui eIoquence. Ieu a peu Ie leine de çoufi el Ie
poil du vôlenenl de Iaine lIanche designòienl I'ensenlIe des nysliques nusuInans.
Renaiquons qu'iI s'agil ici d'un suinon donne a un gioupe el que ce leine, pejoialif chez Ies adveisaiies, peul devenii un
signe ailoie fiòienenl pai Ies inleiesses, ainsi que ceIa s'esl passe poui Ies Cueux, Ies CueIfes, Ies Toiys, elc... IIusieuis sens el
pIusieuis elynoIogies sonl aIois possilIes, ou pIulôl Ies sens acceples ne sonl pas necessaiienenl I´elynoIogie piinilive, pai
deiivalion phonelique noinaIe. Iai exenpIe, un honne appeIIe pai deiision Ies devols des « Iaineux ». Oui, iepIiquenl-iIs,

11
Cf. Ie fionlispice de Ia Cari|cc de }.-I. Canus iepioduil dans ßienond, His|. |i||. du scn|, rc|ig., l. I |'nunanisnc dctc| (158O-166O), 1921, p. 184.
12
}oinviIIe, edil. NalaIis de WaiIIy, 1868, p. 158 : Le Soudan de Danas ayanl offeil son aIIiance a sainl Louis, Ie ioi Iui envoya
des nessageis, avec IesqueIs se iendil en Syiie « Iiòies Yves Ii ßielons, de I'oidie des Iiòies Iiescheouis, qui savoil Ie Saiiazin-
nois. Tandis que iI aIoienl de Ioui hosleI a I'osleI dou Soudan, fiòies Yves vil une fenne vieiIIe qui liaveisoil paini Ia iue el
poiloil en sa nain deslie une escueIIee pIeinne de feu el en Ia seneslie une phioIe pIeinne d'yeaue. Iiòies Yves Ii denanda : o
Que veus-lu de ce faiie ` » LIIe Ii iespondi qu'eIIe vouIoil dou feu aidoii paiadis, que janais n'en fusl poinl, el de I'yeaue es-
leindie enfei que janais n'en fusl poinl. Ll iI Ii denanda : « Iouiquoy veus-lu ce faiie `» ~ « Ioui ce que ce je ne vueiI que nuIz
face janais lien poui Ie gueiiedon de paiadis avoii, ne poui Ia pooui d'enfei, nais piopienenl poui I'anoui de Dieu avoii, qui
lanl vaul el qui loul Ie lien nous puel faiie. » Iiòie Yves n'avail pas vu Ia fenne, nais iI avail enlendu iaconlei a Danas
I'anecdole qui elail couianle chez Ies nysliques. Voici ce que dil AfIakî dans sa vie de }aIflI ad dîn Roûnî (Sain|s dcs dcrticncs
|curncurs, liad. Huail, ch. 272,1.1, p. 31O) : Kiiâ Khâloûn, epouse de }aIâI addîn, denandail un joui queI elail Ie sens du hadils : «
La pIupail des halilanls du paiadis sonl des inleciIes », son naii iepondil que c'elail paice qu'iIs se salisfonl du jaidin au Iieu
de ne pensei qu'au }aidiniei. II iecila ce veis :
Ioui noi Ie paiadis sans La voii esl a Ia fois I'enfei el I'enneni , celle spIendeui n'a liûIe qui esl Ia gIoiie des Iuniòies de
I'eleinile.
Iuis iI iaconla connenl une conpagnie de nysliques vil un joui Râli 'a avec un liandon d'une nain el une ciuche d'eau de
I'aulie poui incendiei Ie paiadis el eleindie I'enfei « afin de faiie dispaiaîlie ces deux voiIes qui nous coupenl Ia ioule, afin que
Ie lul soil designe el que Ies seivileuis de Dieu Ie seivenl sans nolifs d'espeiance ou de ciainle, cai s'iI n'y avail pas I'espoii du
paiadis el Ia ciainle de I'enfei, Ia pIupail des gens n'adoieiaienl poinl Dieu ni ne se nonlieiaienl oleissanls. »
Les lexles pulIies pai Ch.-V. LangIois dans |a Vic cn |rancc au Mcqcn Agc... lone IV, |a tic spiri|uc||c, nonlienl a queI poinl Ia phiIosophie
du pui anoui elail couianle au Moyen Age dans Ia Iilleialuie pieuse. M. ßienond insisle sui ce poinl dans un ailicIe qu'iI a consacie au Iivie
de M. LangIois (Ditcr|isscncn|s dctan| |'arcnc, 193O, ch. n, p. 82 el 83) : « Avec I'ancienne lia-dilion, el lien avanl IeneIon, qui naIheuieuse-
nenl ne connaissail pas ces vieux lexles, ~ heIas ! ßossuel non pIus, ~ iIs dislinguenl Ies « paifails » des « neicenaiies »... La supiône
nuance, chòie a lous Ies nysliques nodeines el donl IeneIon seia Ie nailyi, un lexle deux fois ioyaI de sainl Louis nous Ia nonlie deja fani-
Iiòie a Ia feiveui du noyen âge : « Chòie fiIIe..., nellez volie coui a ce que, si vous eliez ceilaine de n'ôlie janais ieconpensee de vos lonnes
aclions ni punies de vos nauvaises, vous ne Iaissiez pas de iien faiie qui depIûl a Nôlie-Seigneui el de faiie Ies choses a son gie seIon vos
foices, puienenl poui I'anoui de Iui. »
13
« Si vous ainez Dieu, II vous aineia... II Ies aine el iIs L'ainenl », Coian, III, 29 el V, 59. ~ Cf. Ie chapilie de Ia Risa|a de Qochayiî sui Ia na-
naooa.
La calaIe juive piocIane aussi I'anoui iecipioque de I'honne el de Dieu qui ieunil Ie nonde supiône au nonde infeiieui. « Le piincipe de
I'anoui pui esl a ce poinl cenliaI... que I'ailie sephiiolhique loul enliei s'appeIIe « I'anoui »... Le nyslicisne juif, conne Ia gnose chie-
lienne, ne sepaie pas Ia connaissance de I'anoui. » IauI VuIIiaud, La KallaIe juive, 1927, l. I, p. 148.



el nous sonnes aussi Ies « puis » ou Ies « sages ». Nous voyons, en effel, un assez giand nonlie de definilions anciennes du
çoufisne iappiochei ce nol de çafa , nais iI s'agil pIulôl d'un jeu de nol que d'une elynoIogie piopienenl dile. Les çoufis peu-
venl se iecIanei, paini Ies Conpagnons du Iiophòle, de piecuiseuis, conne Alou Dzaii el Houdzaïfa. II y eul ensuile des
devols (nasi|, pIui. ncussa|), des penilenls « pIeuieuis » (oa||a'cun), des qcuççaç, piedicaleuis popuIaiies. Les spiiilueIs se giou-
pòienl peu a peu, el avanl de s'oiganisei en couvenls, oidies el confieiies, iIs foinòienl nolannenl Ies deux ecoIes de ßaçia el
de Koûfa. Ces deux IocaIiles de Mesopolanie, aux fionliòies de I'Aialie, gioupaienl egaIenenl Ies lheoIogiens, liadilionnisles
el aulies docleuis de I'IsIan. LIIes avaienl chacune des caiaclòies el des lendances assez piecises. « La coIonie aiale de ßaçia,
dil M. Louis Massignon (
14
), de cIan laninile, d'un lenpeianenl ieaIisle el ciilique, epiise de Iogique en giannaiie, de iea-
Iisne en poesie, de ciilicisne en hadils, de sunnisne avec lendances nolaziIiles el qadaiiles (
15
) en dognalique, eul poui
naîlies en nyslique : Hasan ßaçiî (| 11O/728), MâIik len Dinai, IadhI Raqqâchî, Ralâh len 'Ani Qaisî, Çâhih Mouiiî el 'Ald
aI Wâhid len Zaid (| 17.7/793). fondaleui de Ia ceIòlie aggIoneialion cenolilique de 'Allâdân. La coIonie aiale de Koûfa, de
cIan yenenile, d'un lenpeianenl ideaIisle el liadilionnaIisle, epiise de cnauadzdz (
16
) en giannaiie, de pIalonisne en poesie,
de dhâhiiisne (
17
) en hadils, de chiisne (
18
) avec lendances nouijiles en dognalique, eul poui naîlies en nyslique : Ralî' len
Khailsan (| 67/686), Alou IsiâiI MouIâ'î (| 14O/757), }âlii len Haiyân, KouIail Çaidâvî, Mançoûi len'Annâi, Alou'I
'Alâhiya el 'Aldak. »
A Ia nône epoque dans Ie Khoiasan, au noid-esl de Ia Ieise, Ie faneux ascòle Iliâhîn len Adhan (| 161/778) eul conne
discipIe Chaqîq ßaIkhî (| 194/8O9).
Ces spiiilueIs du IIe siòcIe de I'Hegiie (VIIIe de }.-C.) conlinuaienl Ies ascòles (zâhid) du Iei siòcIe, qui poussaienl a I'exliône
Ie poinl de vue coianique du neanl des liens de ce nonde. IIs avaienl en geneiaI une excessive conscience du peche el une
ciainle accalIanle de Ia juslice divine, en nône lenps qu'un giand alandon a Ia voIonle de Dieu (|aua||cu|). Ce çoufisne pii-
nilif esl souvenl pIus ascelique que nyslique a piopienenl paiIei, lien qu'iI conlienne en geine Ies eIenenls essenlieIs de Ia
nyslique fuluie. Hasan ßaçiî conliilue poui une giande pail a Ie faiie evoIuei dans ce sens en insislanl sui I'inleiioiisalion de
Ia vie ieIigieuse. II exigeail non seuIenenl Ia noilificalion, nais aussi Ia puiificalion du coui pai Ia nedilalion, el piocIanail
qu'un giain de viaie piele vaul nieux que niIIe de jeûne el de piiòie exleiieuie. De son côle Ia sainle fenne Râli'a (| 185/8O1)
pieconisail, nous I'avons vu, Ie pui anoui nyslique desinleiesse.
Au IIIe el IVe siòcIes, Ie çoufisne piend un caiaclòie pIus nellenenl nelaphysique el lheosophique. La puiificalion du coui
nòne a Ia conlenpIalion des ieaIiles divines. Les nysliques aspiienl a I'union pai Ia na'rifa (connaissance, gnose) el Ia nanaooa
(anoui). Ma'ioûf aI Kaikhî (| 2OO/813), a qui I'on doil Ia pieniòie definilion du |açauucuf (« Le çoufisne c'esl saisii Ies ieaIiles
el ienoncei a ce qui esl enlie Ies nains des ciealuies »), piocIanail I'inilialive de Ia giâce divine dans I'anoui donl iI elail « eni-
vie ». D'Aloû SouIaynân ad Dâiânî (| 215), I'on iappoile une leIIe paialoIe sui I'anoui iecipioque de Dieu el de ses sainls el
des definilions de Ia na'rifa : « La gnose esl pIus pioche du siIence que du discouis... Quand Ie gnoslique a son oeiI spiiilueI ou-
veil, son oiI coipoieI esl feine : iI ne voil iien que Lui... Quand Ie coui pIeuie paice qu'iI a peidu, I'espiil iil paice qu'iI a liou-
ve ».
Mohâsilî (| 243/857) a expose d'une adniialIe façon sa vocalion nyslique el Ies elapes de sa vie inleiieuie.
Chez Dzoû'n Noûn aI Miçiî (| 245/854), Ie caiaclòie lheosophique du çoufisne s'affiine nellenenl el loul pailicuIiòienenl.
« II y avail eu des cheikhs avanl Iui, dil }ânî, nais c'esl Iui qui a Ie pieniei expIique Ie synloIisne çoufi el paiIe de Ia voie ». II
liaça, en effel, « I'ilineiaiie » spiiilueI el on Iui doil Ia pieniòie cIassificalion des « elals » (na|, pIui. : anua|) nysliques el des «
slalions » (naqan, naqana|).
II dislingue liois soiles de connaissance : 1° ceIIe de I'ensenlIe des fidòIes , 2° ceIIe des phiIosophes el des lheoIogiens , 3° Ia
« connaissance des alliiluls de I´unile », ceIIe des sainls « qui voienl Dieu avec Ieui coui ». Ln dehois de celle inluilion su-
piône, ineffalIe, Dieu ne peul ôlie deciil que negalivenenl (Denys I'Aieopagile, sainl Thonas). « Toul ce que vous inaginez,
disail-iI, Dieu en esl I'oppose ».
Conne on Iui denandail connenl iI connaissail Dieu : « }e Le connais pai Lui-nône », iepondil-iI. II affiinail, en effel,
I'union liansfoinanle, Ia viaie Iouange de Dieu inpIiquanl I'alsoiplion de I'adoialeui dans I'oljel de son adoialion. II piofes-
sail un ceilain esoleiisne, decIaianl que cel anoui divin elail un nyslòie donl on ne devail pas paiIei aux piofanes (
19
).
La docliine de I'union liansfoinanle liouve chez Alou Yazîd ßislhânî (| 261/875) une expiession singuIiòienenl auda-
cieuse en des foinuIes poeliquenenl iaffinees el sulliIes. Ce peisan auiail enpIoye Ie pieniei Ies nols fana' el oaqa', poui ex-
piinei I´annihiIalion du noi el sa deifoinalion. « II n'y a de Dieu que noi, Iui fail-on diie, adoiez-noi. CIoiie a noi ! Conlien
giande esl na najesle ! », ce qui ne seiail d'aiIIeuis qu'une Ioculion lheopalhique, une paioIe de Dieu, s'expiinanl pai sa
louche. AI Ançâiî, auleui d'un liaile de çoufisne, pievienl qu'on a nis lien des exliavagances apociyphes dans Ia louche de ce

14
LncycIopedie de I'IsIan, Dic|icnnairc gccgrapniquc c|nncgrapniquc c| oicgrapniquc dcs pcup|cs nusu|nans, pulIie avec Ie concouis des piincipaux
oiienlaIisles pai M. Th. Houlsna, R. ßassel, T. W. AinoId el H. ßauei, Leyde el Iaiis, 19O8 el suiv.
15
Le nolaziIisne esl une ceIòlie ecoIe lheoIogique el phiIosophique du IIe siòcIe de I'Hegiie, de lendances IileiaIes, ialionaIisles el « peIa-
giennes », qui soulenail que Dieu fail necessaiienenl Ie lien el esl olIige d'ôlie jusle, que I'honne esl Iilie el auleui de ses acles. Les qa-
daiiles sonl Ies pailisans du Iilie-aililie, pai opposilion aux jalaiiles.
16
Raieles, exceplions.
17
LilleiaIisne.
18
Les chiiles, qui sonl Ia najoiile en Ieise el s'opposenl aux oilhodoxes sunniles, sonl Ies Iegilinisles, pailisans des dioils de 'AIi, gendie du
Iiophòle, el de Ia posleiile de ce deiniei.
19
Le pieceple de }esus de ne pas jelei de peiIes aux pouiceaux se iappoile aux sciences nysliques, disenl Ies çoufis.



heios Iegendaiie du çoufisne peisan. Nous cilons dans Ies noles qui suivenl queIques adniialIes senlences de cel eliange pei-
sonnage.
Yahya len Mo'adz ai Râzî (| 258/871)» de Nichapoui, Iui eciivil un joui : « }e suis ivie poui avoii lu Ionguenenl a Ia coupe
de Son anoui ». « Un aulie, iepondil ßislhânî, a lu Ies neis du cieI el de Ia leiie el iI n'esl pas encoie desaIleie , iI liie Ia Iangue
el ciie : N'y en a-l-iI poinl encoie ` »
Ce Yahya ai Râzî, qui ful Ie pieniei a faiie un couis pulIic de çoufisne, osa Ie pieniei aussi avouei son anoui poui Dieu,
au slyIe diiecl, en de couiles oiaisons, pIeines d'huniIile.
L'anoui de I'huniIile, si onloIogiquenenl el si psychoIogiquenenl sage, cai celle veilu piend conscience de Ia ieaIile pio-
fonde el n'offie pIus de piise a I'essence du naI, s'iI esl assez peu fiequenl chez Ies docleuis de Ia Loi encIins au phaiisaïsne,
fIeuiil chez Ies nysliques nusuInans conne chez Ies sainls chieliens. Une anecdole (
2O
) ieIalive a ßislhânî iappeIIe un faneux
passage des |icrc||i où sainl Iiançois d'Assise deciil Ia joie paifaile ollenue giâce aux nepiis el nauvais liailenenls des
honnes.
Conne un vieux cheikh, pIein d'adniialion poui ßislhânî, Iui denandail un joui connenl s'y piendie poui acqueiii Ies
nônes giâces : « Iais-loi iasei Ia lôle el Ia laile, iepIiqua-l-iI, quille les vôlenenls, iouIe auloui de loi lon nanleau, accioche-
loi au cou un sac de noix , puis assenlIe des ganins, piopose-Ieui une noix poui chaque gifIe qu'iIs le donneionl el pionòne-
loi ainsi, a liaveis Ies naiches, devanl les anis el connaissances. »
Dans Ia seconde noilie du IIIe siòcIe de I'Hegiie, landis que Ies docliines nysliques, nelaphysiques el lheosophiques du
çoufisne se syslenalisaienl, Ies çoufis s'oiganisòienl giadueIIenenl en gioupes pIus nonlieux assujellis a une discipIine el a
des devolions iegIees, avec des novices (ncurid), el des diiecleuis spiiilueIs (cnci|n ncurcnid, pir, us|ads). Iiecuiseuis des i|nuan
(fiòies) des aclueIIes confieiies, Ies Tayfoûiiya fuienl Ies discipIes de ßislhânî, Ies Khaiiâziya ceux d'Alou Sa'îd aI Khaiiâz, Ies
Noûiiya ceux d'Alou'I Housayn an Noûiî, Ies MaIanalis ou Qaççaiiya, de Handoûn aI Qaççai.
}ounayd (| 297/91O) eciivil Ia lheoiie du çoufisne, nais I'enseignail dans un ceicIe piive, landis que ChilIî (| 334/946) el
HaIIâj (| 3O9/922) Ia poilòienl sui Ia pIace pulIique.
C'esl aIois qu'euienl Iieu Ies pienieis piocòs inlenles aux nysliques : a Dzoû'n Noûn Miçiî, a Noûiî, a Alou Hanza, el sui-
loul a HaIIâj.
Hosayn iln Mançoûi aI HaIIâj, ne a ßayda (Iais) au niIieu du IXe siòcIe, vecul Ionglenps a ßaghdad, se iendil a Ia Mecque,
piôcha dans Ie Khoiasan aux païens, visila Ies Indes. II connul }ounayd, Toslaiî, Noûiî, ChilIî, Iln 'Alhâ, elc., nais quilla Ie fioc
lIanc des çoufis poui Ia ncuraqqa'a, nanleau de Ioques ligaiiees, cousues loul a loul, des ascòles gyiovagues. II elonna Ies
gens pai ses piodiges, ses excenliiciles, ses piedicalions fougueuses coupees de ciis exlaliques. L'inpoilance de son iôIe dans
I'evoIulion de Ia nyslique nusuInane a ele nonliee pai M. Massignon dans un ouviage capilaI (
21
). II esl ceIòlie poui avoii dil
: Ana a| Haqq, }e suis Ia Veiile (Dieu).
HaIIâj, qui avail Iui-nône denande a Dieu de peiii nailyi d'un anoui donl iI n'avail pas su cachei Ies lianspoils, condan-
ne pai ses coieIigionnaiies qui cioiiaienl en Ie faisanl nouiii execulei Ia Ioi, ful enpiisonne sous Ie caIife Moqladii, condanne a
I'issue d'un Iong piocòs qui fail pensei a ceIui de }eanne d'Aic, el execule a ßaghdad en 3O9/922.
IIageIIe, nuliIe, ciucifie, iI nouiul en paidonnanl a ses louiieaux el en s'eciianl : « Ce que veul I'exlalique, c'esl I'Unique,
seuI avec Iui-nône ».
Ln IsIan, conne aiIIeuis, Ies canonisles inlegiisles linienl en suspicion Ies nysliques, Iulle incessanle de I'espiil el de Ia
Iellie, des oa|nini el des dnaniri. De pail el d'aulie iI y eul des excòs. Ceilains fcqana el nc|a|a||incun nonliòienl a I'egaid des
lhòses nysliques I'inconpiehension Ia pIus conpIòle el Ia defiance Ia pIus injuslifiee, conne pI-sieuis nysliques s'expiinòienl
en foinuIes scalieuses, fiisanl I'heleiodoxie, ou nonliaienl pai quielisne ou pai indiffeience un nepiis dangeieux des pies-
ciiplions canoniques. L'espiil doil ôlie naluieIIenenl piefeie a Ia Iellie, el Ie iile n'esl iien sans I'inleiioiisalion du cuIle. Mais
I'une el I'aulie sonl insepaialIes conne I'âne el Ie coips. Si a ceilains nonenls Ia Iigaluie enpôche Ie nyslique de piiei voca-
Ienenl, pai exenpIe si une Maiie des VaIIees esl enpôchee pendanl 33 ans de connuniei, ce n'esl pas une iaison poui iepudiei
Ia Iiluigie el Ies sacienenls. Ieisonne (sauf Ies iIIunines) n'y songe. Toul au conliaiie, I'effoil nyslique lend a donnei aux iiles
loul Ieui sens, loule Ieui saveui el loule Ieui efficacile.
Si Ies Tayfoûiia, discipIes de ßislhânî, ienonçaienl a conliôIei Ieui iviesse, si ceilains nols naI conpiis d'AI HaIIâj iis-
quaienl de lioulIei Ies ânes sinpIes, si des iIIunines anlinoniens senlIaienl nepiisei el vioIei Ies iògIes canoniques, si cei-
lains deiviches gyiovagues se Iaissaienl aIIei, sous pielexle d'inspiialion, a loules Ieuis fanlaisies nône ciapuIeuses, Ia najoiile
des çoufis s'effoicòienl, piudennenl de conciIiei Ieui vie inleiieuie el I'oilhodoxie, Ia « veiile » el Ia « Ioi ». }ounayd el Toslaiî
insislaienl sui Ie iespecl des piesciiplions canoniques (
22
). }anais, d aiIIeuis, I'IsIan sunnile n'exconnunia Ie çoufisne (auqueI

2O
« Lvidennenl excessive, nais piofilalIe lanl aux analeuis qui conçoivenl Ia nyslique conne un ail d'agienenl, qu'aux savanls qui pen-
senl en peneliei Ie Iexique en consuIlanl une lilIiolhòque », dil Massignon, |ssai sur |cs crigincs du |cxiquc |ccnniquc dc |a nqs|iquc nusu|-
nanc, 1922, p. 256.
On appeIIe naIanalù ceux qui cachenl aux yeux du nonde Ieui sainlele sous des dehois fiivoIes ou nône coupalIes, piefeianl Ie scandaIe au
phaiisaïsne. Cf. ci-apiòs, p. 83-88.
21
Louis Massignon, |a passicn d´A|-Hcsaqn-ion-Manscur, A|-Ha||aj nar|qr nqs|iquc dc |'|s|an, 1922.
22
La Loi esl I'halil exoleiique, Ia Voie I'halil esoleiique du çoufi, dil Chalislaiî, Gu|snan-i-Raz, veis 35O el Lahijî connenle
qu'apiòs I'elal de I'iviesse el de I'annihiIalion, où I'on n'esl pIus naîlie de soi, iI y a I'elal d'union peinanenle conscienle où I'on
s'acquille de lous Ies devoiis oidinaiies.
Le coips vaul nieux que Ie vôlenenl nais ce n'esl pas une iaison poui se pionenei loul nu.



Ie giand ChazâIî donna definilivenenl dioil de cile dans I'oilhodoxie), qui Iui fouinil nône une si giande pail de sa vie noiaIe
el de sa devolion.
II esl possilIe qu'a une ceilaine epoque ceilains seclaiies nysliques aienl vouIu pIus ou noins consciennenl deliuiie I'oi-
lhodoxie. Hasan Çallah, Ie Vieux de Ia Monlagne, elail nône peul-ôlie, conne Ie veul ßaiies, un nalionaIisle peisan qui ne
paidonnail pas a I'IsIan d'ôlie venu dans Ies fouigons de I'eliangei aiale. Mais iI seiail aussi injusle de suspeclei dans son en-
senlIe I'oilhodoxie du çoufisne que de piôlei a Hugues de Sainl-Vicloi, a Ceison, a sainl }ean de Ia Cioix, qui ful accuse d'iI-
Iuninisne, a IeneIon, suspecl de quielisne, a }oseph de Maislie, haul giade de I'Lcossisne, Ie dessein de ienveisei I'LgIise
calhoIique, conne Ies Iiòies du Lilie Lspiil nedievaux ou Ia Iianc-Maçonneiie nodeine.
La ieaIile esl pIus conpIexe. Lnlie ces deux exliônes, enlie Ies nysliques iigouieusenenl oilhodoxes el Ies secles nellenenl
ievoIulionnaiies, iI y eul lien des nuances diveises, sans paiIei des nysliques pioleslanls conne ßoehne ou Svedenloig. Les
nônes nuances doivenl se ieliouvei dans I'IsIan sunnile el Ies nonlieuses vaiieles du chiisne.
ßaIzac dislinguail Ia ieIigion exoleiique de sainl Iieiie el de ßossuel el Ia ieIigion esoleiique de sainl }ean el de IeneIon, de-
cIaianl ne pouvoii iejelei ni I'une ni I'aulie. Au Iieu de Ies opposei, iI convienl pIulôl de voii dans I'une Ie leine el I'apogee de
I'aulie. De nône }esus elail-iI venu, non deliuiie Ia Loi, nais I'acconpIii (scd adinp|crc).
Toul en pIaçanl I'Lspiil au-dessus de Ia Loi conne sainl IauI, Ie çoufi pouvail d'une façon geneiaIe pensei que Ia Voie, Ioin
d'ôlie inconpalilIe avec Ies pieceples de Ia Ioi, suppose nône Ieui sliicle olseivance, pouivu que Ie iile ne fasse pas oulIiei Ia
ieaIile inleiieuie, pouivu que I'olseivance des pieceples ne fasse pas oulIiei, conne disail Wâsilî, CeIui qui a pose Ies pie-
ceples. Le Iiophòle Iui-nône n'avail-iI pas dil que Ie viai nusuInan esl ceIui qui pialique Ia chaiile, que Ie viai ncnajir (enigie
de Ia Mecque a Medine) esl ceIui qui enigie Ioin de ce que Dieu a defendu, que Ies acles vaIenl pai I'inlenlion, que I'alslinence
du nensonge el des ouvies du nensonge vaul nieux que Ie jeune du Ranadhan, que Ie giand jinad (gueiie sainle) esl Ia gueiie
que I'on fail conlie soi-nône el Ies passions ` Conlie Ie seclaiisne el I'elioilesse dognalique, conlie loul phaiisaïsne, Ies nys-
liques piocIanaienl Ia piinaule de I'Lspiil.
Un naIenlendu pouvail naîlie des leines lechniques enpIoyes el des foinuIes phiIosophiques. La phiIosophie des pienieis
lheoIogiens (ncu|a|a||incun) nusuInans elail alonislique, occasionnaIisle, nianl Ia spiiiluaIile de I'âne, confondanl I'unile on-
loIogique el I'unile aiilhnelique, elc., ce qui faisail foicenenl paiaîlie heieliques Ies essais d'expIicalion des pienieis nys-
liques. Quand Ia connaissance cioissanle de Ia phiIosophie giecque auia piocuie a Ia pensee nusuInane une enveiguie pIus
nelaphysique el un vocaluIaiie pIus coiiecl, Ies lheoiiciens de Ia nyslique evileionl Ies anciens naIenlendus el adapleionl
Ieuis expeiiences aux conceplions liadilionneIIes des Idees eleineIIes, du Logos, de I'espiil innoileI, du cosnos oidonne, de Ia
Cause pieniòie el des causes secondes.
Ici se pose Ie piolIòne des infIuences exleiieuies. ßeaucoup d'oiienlaIisles onl ciu voii une opposilion alsoIue enlie Ia con-
ceplion coianique oiigineIIe el ce qu'iIs appeIaienl Ie panlheisne des çoufis el iIs onl concIu de Ia que Ie çoufisne ne pouvail
qu'avoii une oiigine exlia-nusuInane. Nous cioyons que celle opposilion n'exisle pas au fond el qu'iI s'agil d'une evoIulion
noinaIe en nône lenps que d'un degie supeiieui d'inleIIeclion d'une nône veiile. De fail, c'esl pai Ia nedilalion conlinueIIe
du Coian que Ies pienieis spiiilueIs cheichaienl a se iappiochei de Dieu el Ie veile |aqarra´a, iecilei Ie Coian, esl Ie synonyne
piinilif de |açauuafa, ôlie çoufi. La pIus giande pailie des leines lechniques nysliques sonl enpiunles au Coian el piennenl
aIois un sens pIus pIein, pIus piecis ou pIus piofond que dans I'acceplion vuIgaiie (
23
). L'appiofondissenenl de Ia vie inleiieuie

23
Cf. Massignon, |ssai sur |c |cxiquc |ccnniquc. On a denonlie que Ie hadils : « |a ranoaniqa fi'| is|an : Ias de vie nonaslique en
IsIan » n'esl pas aulhenlique. Le Coian feIicile au conliaiie Ies noines chieliens d'avoii pialique celle veilu suieiogaloiie. M.
Massignon elalIil que ranoaniqa avail piinilivenenl un sens Iaudalif. Le Iiophòle Iui-nône donna I'exenpIe de voux de chas-
lele lenpoiaiie. La pIupail des sainls nusuInans se naiiòienl el euienl des enfanls (ce qui favoiisa d'aiIIeuis Ies alus du na-
ialoulisne), nais s´iIs eslinenl que loule chose a son lenps iIs enlendenl que Ia vie des sens ne devienne poinl un olslacIe a Ia
vie spiiilueIIe. Dans une ceilaine conceplion popuIaiie supeislilieuse du sainl consideie conne delenleui d'une foice nysle-
iieuse qui n'a pIus iien a voii avec Ia spiiiluaIile, Ies piouesses sexueIIes deviennenl, au nône lilie que Ies piodiges Ies pIus in-
viaisenlIalIes, des pieuves de sa laiaka. Mais ce n'esl poinl ainsi qu'iI faul inleipielei Ia liòs caiacleiislique anecdole suivanle
iappoilee de }aIâI addîn Roûnî pai AfIâkî. (|cs sain|s dcs dcrticncs |curncurs, liad. Huail, ch. 323, l. I, 1O18, p. 354) :
« D'apiòs de chasles fennes voiIees on iappoile qu'un joui iI passa dans I'espiil ecIaiie de Kiiâ-Khâloûn (que Dieu soil salis-
fail d'eIIe !) qu'iI y avail lien Ionglenps que nolie naîlie (Roûnî) s'occupail de dininuei Ia quanlile de nouiiiluie el Ia duiee
de son sonneiI, ainsi que de nuIlipIiei ses danses el ses jeûnes, ses expIicalions nysliques el scoIasliques. « II y nonlie une
exageialion enoine , iI se Iivie a des noilificalions sevòies. Ioui celle iaison, se disail-eIIe, iI ne fail nuIIenenl allenlion a nous,
el ne s'occupe pas des jeux de I'anoui. Lsl-iI seuIenenl iesle chez Iui une liace des quaIiles viiiIes el de devoii conjugaI ` Seiail-
iI possilIe que loule envie ail dispaiu chez Iui, el qu'iI ail ienonce au pIaisii ` » Celle nône nuil, Ie naîlie Iui fil I'honneui de Iui
iendie visile el a 7O iepiises Iui fil senlii ses lianspoils anouieux conne un Iion fuiieux, a leIIes enseignes qu'eIIe dul s'enfuii
el se iefugiei sui Ia leiiasse du coIIòge en denandanl paidon , nais Ie naîlie insisla en disanl : « Ce n'esl pas encoie leinine. »
Lnsuile iI dil : « Les honnes de Dieu onl Ie pouvoii de faiie ce qu'iIs veuIenl, iIs inspeclenl Ies pensees cachees des honnes ,
pailoul où on Ies cheiche, iIs sonl piesenls, el Dieu Ies piològe el Ies aide , qu'iI nous gaide qu'iIs soienl negIigenls pai iappoil
aux peliles choses ! Cependanl si nous avons cessede nous Iiviei au pIaisii, c'esl pai suile de nolie pIongee dans I'au-deIa el de
nos occupalions aupiòs de Dieu, el ceIa aussi esl poui vous. }e veux qu'a pailii de ce joui lu le piepaies poui I'aulie nonde, cai
Ies pIaisiis el Ies deIices y sonl eleineIs , iIs y duienl sans changenenl. »
« Iuis iI ajoula : « Celle nône avenluie esl deja aiiivee exaclenenl enlie Ia liòs sincòie ('Aïcha) el I'LIu de Dieu (Mohan-
ned). 'Aïcha souffiail de Ia iaiele de sa conpagnie, el eIIe denandail paifois a jouii des pIaisiis chaineIs. Un joui, pai hasaid,
eIIe elail assise a Ia vue du Iiophòle , un noineau en cochail avec exageialion un aulie. 'Aïcha fil ienaiquei celle scòne avec



aloulissail noinaIenenl a ceilains iesuIlals el a des foinuIes de pIus en pIus nelles. Le Dieu unique du Coian devenail Iogi-
quenenl I'Unique ReaIile des çoufis. Les infIuences exleiieuies onl pu aidei naluieIIenenl celle denaiche. La chose esl incon-
leslalIe poui Ies lhònes issus speciaIenenl du neopIalonisne. II convienl, nous I'avons dil, d'ôlie piudenl sui ce leiiain.
Le çoufisne iessenlIe au tcdan|a, nais poui elalIii une deiivalion, iI faudiail elalIii avec piecision Ies conlacls enlie Ie
nonde hindou el Ie nonde nusuInan a I'epoque de Ia naissance du çoufisne el conslalei nellenenl des enpiunls. C'esl ce
qu'on ne peul faiie avec assez de piecision (
24
). II en esl de nône poui I'hypolhòse du çoufisne pioduil de I'espiil peisan. Si
Ma'iouf aI Kaikhî el ßislhânî elaienl peisans, ou d'oiigine peisane, Alou SoIaynan ad Dâiânî el Dzou'n Noûn Miçiî, qui eu-
ienl lanl d'aclion dans Ia foinalion du çoufisne lheosophique, elaienl, I'un aiale de Wâsil, I'aulie egyplien, ne de paienls nu-
liens ou coples, el insliuil dans Ia science giecque.
L'infIuence de ceIIe-ci ful a coup sûi consideialIe, speciaIenenl en ce qui conceine Ie neo-pIalonisne. C'esl pai Ies AIexan-
diins que Ies nusuInans enliòienl en conlacl avec Ia pensee giecque. Sans aIIei jusqu'a diie conne NichoIson que « Ie çou-
fisne lheosophique esl suiloul un pioduil de Ia specuIalion giecque » (
25
), speciaIenenl du neo-pIalonisne, iI esl ceilain que,
c'esl a celle docliine qu'iI iecouiul souvenl poui liouvei ses foinuIes. Les chieliens euienl, d'aiIIeuis, un iôIe inpoilanl conne
liaducleuis des ouvies giecques en aiale, soil diieclenenl, soil pai I'inleinediaiie du syiiaque. A pail ceIa Ie iôIe de I'in-
fIuence chielienne ne senlIe pas avoii ele consideialIe, lien qu'iI y ail eu aux deux pienieis siòcIes de I'Hegiie d'assez non-
lieux conlacls el que Ies ascòles nusuInans se soienl effoices de ne Ie cedei en iien aux noines oiienlaux. Chose ienaiqualIe,
Ies eciils alliilues a Denys I'Aieopagile el qui duienl ôlie conposes au VIe siòcIe en Syiie pai un noine chielien neopIalonicien,
fuienl liaduils en syiiaque el en Ialin (pai Scol Liigòne) el connuienl une si giande vogue que Ie pseudo-Denys elail au IXe
siòcIe I'auleui spiiilueI « a Ia node » des iives du Tigie a ceIIes de Ia Seine (
26
).
Le noyen âge piopienenl dil, Ies XIIe el XIIIe siòcIes (VI el VII de I'Hegiie), naiquenl une nouveIIe peiiode du nyslicisne
caiacleiisee pai Ia lheoiie de I'Unile de I'Lxislence (uanda| a| ucujcud). Les choses n'onl d'aulie ôlie que ceIui qu'eIIes liennenl de
I'Llie divin. Neanl en eIIes-nônes, eIIes pieexislenl dans Ie Savoii divin el Dieu Ies exleiioiise pai son Veile. Les espiils indivi-
dueIs ielouinenl a Dieu en se ieinlegianl a I'Lspiil supiône, conne I'inleIIecl passif d'Aveiioòs a I'InleIIecl agenl (
27
).
Celle docliine, qui piend sa souice dans Ie pIalonisne, I'ansloleIisne el Ie neopIalonisne, iejoinl ceIIe des giands scoIas-
liques nedievaux, naIgie I'appaience panlheisle de ses foinuIes. De nône I'expeiience des sainls, vivanl Ia vie de Ia giâce. Les
deux ieIigions, si pioches I'une de I'aulie a Ieui lase (
28
), se iejoignenl aussi a Ieui cine.

MOUHYIADDIN IßN 'ARAßI.

Aloû ßaki Mohannad len 'AIi Mouhyiaddîn len 'Aialî esl Ia figuie doninanle de celle peiiode. Ne a Muicie (AndaIou-
sie) en 56O/1165, iI se iendil en Oiienl en 598/12O1 el nouiul a Danas en 638/124O où iI esl enleiie (
29
). On Iui alliilue des cen-
laines d'ouviages (
3O
). Les piincipaux de ceux qui onl suivecu sonl Ies |cuçcuç a| Hi|an, IeiIes de Ia Sagesse, Ies innenses |cu-
|cuna| a| Ma||iqa, ReveIalions Mecquoises, où iI expose un syslòne conpIel de nelaphysique nyslique, el Ies leaux poònes
ieunis sous Ie lilie de Tarjcunan a| acnuaq (
31
). Inleipiòle des Desiis, odes nysliques dediees a une soile de ßealiice.
Les |cu|cuna| s'ouvienl pai I'aIIegoiie suivanle : faisanl auloui de Ia Ka'la Ies piocessions liadilionneIIes, Mouhyiaddin voil
un espiil ceIesle sous a foine d'un jeune honne execulanl Ie nône iile, qui Iui nonlie Ie lenpIe esoleiique vivanl cache sous
Ie vôlenenl du lenpIe de pieiie, conne Ies Idees eleineIIes sonl cachees sous Ie voiIe de Ia ieIigion ieveIee, el, Iui inspiianl Ia
connaissance des seciels divins, Iui oidonne d'eciiie sui ces nyslòies. Conne d'aulies çoufis, conne Ie ceIòlie poòle peisan
}aIâI addîn ai Roûnî, Iln 'Aialî s'eIevail a une Iaigeui de vue qui unissail elioilenenl I'espiil de synlhòse el de loIeiance a Ia
nelaphysique de I'unile el a Ia nyslique de Ia deifoinalion. Lchappanl a I'alnosphòie elouffanle des uIenas exoleiiques el des
foqaha, Ieuis piincipes nônes pIaçaienl Ies nysliques au-dessus de loul inliansigeanl foinaIisne. Quand on aspiie avanl loul
a Ia veiile, quand on cheiche I'espiil deiiiòie Ia Iellie el Ia ieaIile deiiiòie Ies appaiences, quand on esl louine enliòienenl veis
Dieu, Ies diveigences hunaines el Ies opposilions des gioupes sociaux qui s'adoienl eux-nônes dans Ieuis fanalisnes, paiais-

pIaisanleiie au Iiophòle qui, celle nuil-Ia, Iui iendil visile 9O fois. II Iui dil : « O 'Aïcha, ne l'inagine pas que nous soyons in-
puissanl ou qu'une fissuie se soil elalIie dans nolie foice, nais c'esl poui Ie desii du coui que nous avons alandonne cel aulie
desii, cai nous sonnes devenus ceux qui cheichenl Ie desii eleineI. » 'Aïcha se nil a pIeuiei el se iepenlil. »
« Alandonnei Ies passions el Ies pIaisiis, c'esl de Ia geneiosile , ceIui qui s'enfonce dans Ia concupiscence ne s'en ieIòve pas. »
24
Cf. poIenique enlie M. Hoilen el M. Massignon. M. ßIochel invoque Ie louddhisne.II y eul sans doule des infIuences, nais posleiieuie-
nenl, el non pas, senlIe-l-iI, a I'oiigine.
25
NichoIson, Oiigin and deveIopnenl of Sufisn, vilh a Iisl of definilions of lhe leins sûfî and lasavvuf, aiianged chionoIogicaIIy, ]curna| cf
Rcq a| Asia|ic Sccic|q, 19O6, p. 3O3 el suiv. NichoIson signaIe aussi Ie iôIe possilIe du gnoslicisne. « Nous ne pouvons en ce qui conceine Ies
ciiconslances hisloiiques iappoilei I'oiigine du çoufisne a I'Inde ni a Ia Ieise, nais nous devons ieconnaîlie en Iui Ie pioduil de I'union de
Ia pensee giecque el de Ia ieIigion oiienlaIe, el en pailicuIiei du neo-pIalonisne, du chiislianisne el du gnoslicisne. II esl possilIe que
deux au noins de ces syslònes aienl ele infIuences pai Ies idees peises ou hindoues, nais ce giand piolIòne n'a pas encoie el ne peul pas
peul-ôlie ôlie iesoIu definilivenenl. L'infIuence diiecle des idees hindoues sui Ie çoufisne, indenialIenenl giande, ful posleiieuie el se-
condaiie a côle de I'infIuence de Ia specuIalion giecque el syiiaque. » Ilid., p. 32O.
26
Cf. A. Meix, |dcc und Grund|inicn cincr a||gcncincn Gcscnicn|c dcr Mqs|i|, HeideIleig, 1893, p. 24.
27
Cf. Ies noles ci-apiòs p. 135 el 235 sui Ie ncur ncnannadi, Ie rcun a| a'dnan, I'Honne Iaifail, elc...
28
Cf. nolie Vie de Mahonel, 1929, nolannenl chap. IX.
29
L'enii 'AldeIqadei s'esl fail enleiiei a ses pieds.
3O
Cf. ßiockeInann, Gcscnicn|c d. Arao. |i||., I, 441-448.
31
Ldile el liaduil pai NichoIson : A coIIeclion of nvslicaI odes, Londies, 1911.



senl necessaiienenl noins essenlieIIes. Le lheocenliisne ne peul, conne Anligone, que piendie pail a I'anoui el non pas a Ia
haine.
Tous Ies honnes, Ies aninaux nône el lous Ies ôlies, disail Iln 'Aialî, sonl « Ia faniIIe de Dieu ». La chaiile doil ôlie uni-
veiseIIe. Les honnes s'accusenl nulueIIenenl d'idoIâliie ou d'heiesie, paice que Ieuis inleIIigences elanl insuffisanles el ne se
iessenlIanl pas, iIs se foinenl diveises conceplions inadequales el, pienanl Ies synloIes poui Ia chose synloIisee, iIs s'inagi-
nenl Dieu de diveises façons. Mais, en ieaIile, « Dieu a loules Ies foines el II n'a pas de foine... Les honnes onl conçu diveis
ciedos sui Dieu. Moi, j'ai a Ia fois lous ces ciedos ».
« Mon coui, chanle-l-iI, esl capalIe de loules Ies foines : iI esl Ie cIoîlie du noine chielien, un lenpIe poui Ies idoIes, une
piaiiie poui Ies gazeIIes, Ia Ka'la du pòIeiin, Ies TalIes de Ia Loi nosaïque, Ie Coian... Anoui esl non ciedo , de queIque côle
que se louinenl ses chaneIIes, Anoui esl loujouis non ciedo el na foi. »
« L'anoui esl I'essence de loules Ies ieIigions », disail }aIâI addîn Roûnî. Myslique, nelaphysique, hunanisne (
32
), univeisa-
Iisne, Iaigeui d'espiil sonl, quoiqu'on en pense paifois, des poinls de vue hainonieusenenl el elioilenenl Iies.
SeIon une anecdole piolalIenenl inexacle, nais significalive, Iln 'Aialî auiail connu Iln aI Iâiidh el Iui auiail denande de
faiie un connenlaiie a sa giande Tâ'iya (Ie pIus Iong des poònes d'Iln aI Iâiidh, iinanl en Ta el consliluanl un liaile de nys-
lique). La chose esl inuliIe, auiail iepondu Ie poòle : les Iouloûhâl sonl Ie neiIIeui des connenlaiies a na qacida.
Iln aI Iâiidh elail en loul cas conlenpoiain du giand penseui. II se iallache en un sens a Ia nône ecoIe de nyslique, lien
qu'iI soil un poòle sponlane pIulôl qu'un nelaphysicien syslenalique el lien que ce soil sans doule son connenlaleui NâloIo-
sî, feivenl discipIe de Mouhyiaddîn Iln 'Aialî, qui ail pai Ia suile inleipiele lous ses veis seIon Ia docliine de ceIui qu'iI appeIIe
Ie Cheikh aI Aklai, Ie pIus giand des naîlies.

IßN AL IARIDH.

Chaiaf addîn 'Onai len aI Iâiidh (Ie Caiie, 577/1181-632/1235) ne quilla I'Lgyple que poui deux sejouis a Ia Mecque. II
connença, dil-on, dòs sa jeunesse, a se delachei du nonde el vecul queIque lenps en einile sui Ies penles du Moqallan, cou-
chanl dans des giolles el des sancluaiies alandonnes. Iuis iI s'inslaIIa au coIIòge Sayfiya. Conne iI vivail depuis pIusieuis an-
nees dans I'ausleiile el Ia piiòie, nais sans iecevoii I'iIIuninalion inleiieuie, iI vil un joui un honne nysleiieux, un sainl
d'AIIah cache sous Ia peisonne d'un vieiI epiciei que loul Ie nonde pienail poui un ignoianl el un idiol. S'elanl iendu a Ia
Mecque sui Ie conseiI du sainl, iI y ieçul enfin I'iIIuninalion, y passa une quinzaine d'annees el ievinl au Caiie poui iecueiIIii Ie
deiniei soupii de son naîlie. Ln 1231, iI ielouina aux Iieux sainls où iI vil Ie ceIòlie cheikh 'Onai as Souhiavaidî (
33
). Un des
poònes d'Iln aI Iâiidh se leinine pai ce veis palhelique :
A loi Ia lonne nouveIIe ! DepouiIIe-loi donc de ce qui esl sui loi. MaIgie les inpeifeclions iI a ele queslion de loi.

L'on iaconle, en effel, que Souhiavaidî se liouvanl a Ia Mecque I'oljel de Ia veneialion d'une giande fouIe, se denandail
avec angoisse s'iI elail digne de lanl de iespecl el queIIe elail sa veiilalIe pIace aupiòs de Dieu. Iln aI Iâiidh Iui appaiul el pio-
nonça ce veis. Souhiavaidî ciianl de joie se nil aIois a dechiiei ses vôlenenls, el lous Ies assislanls fiienl de nône. Ayanl ien-
conlie peu apiòs Iln aI Iâiidh devanl Ia Ka'la, Ies deux honnes s'enliassòienl el causòienl queIque lenps a voix lasse.
Iln aI Iâiidh nouiul a Ia nosquee-univeisile d'AI Azhai où Ie suIlan eyoulile MâIik KâniI vinl Ie visilei.
Son lonleau, dans Ie cineliòie de Qaiafa, au pied du Moqallan, ful iecouveil d'une coupoIe pai ßaikouk an Nâsiiî, Iieule-
nanl du suIlan naneIouk , iI esl I'oljel d'une giande veneialion. Les conlioveises sui I'oilhodoxie d'Iln aI Iâiidh faiIIiienl
lioulIei I'oidie pulIic au XVe siòcIe. Une felva ful aIois iendue en faveui du poòle. Depuis I'inslaIIalion du gouveinenenl ol-
lonan en Lgyple, sa lonle esl I'une des sepl pIaces où I'on fail Ia iecilalion du Coian pendanl Ie Ranadhan.
De laiIIe noyenne el sveIle, leau de visage, eIeganl, de caiaclòie doux, lienveiIIanl, eIoquenl el geneieux, iI elail passion-
nenenl epiis de Ia leaule, el I'on iaconle qu'iI se deiangea queIque lenps lous Ies jouis poui aIIei voii un chaneau donl Ies
piopoilions I'avaienl chaine.
Dans I'un de ses pIus leaux poònes nysliques iI s'eciie :
Quand II esl alsenl, nes yeux Le voienl dans loul ce qui esl leau, giacieux el chainanl ,
Dans I'hainonie du Iulh el de Ia fIûle, Ioisque ces deux insliunenls nôIenl Ieuis accoids,
Dans Ies piòs el Ies vaIIees des gazeIIes, a Ia fiaîcheui des aules el des soiis,
La où lonlenl Ies goulleIelles sui un lapis de veiduie liiIIanl de fIeuis,
Quand Ie zephyi liaîne Ies pans de sa iole el appoile, au pelil joui, Ie pIus enlaune de ses souffIes,
Ll quand na louche coIIee aux Iòvies de Ia coupe aspiie Ia saIive du vin dans un Iieu pilloiesque.

II avail, dil-on, a ßahnassa de jeunes escIaves nusiciennes el iI lonlail en exlase au son de Ieuis insliunenls.
De nône que poui }aIâI addîn Roûnî ou sainl }ean de Ia Cioix, un evenenenl exleiieui piis synloIiquenenl, un nol, un
chanl d'anoui piofane enlendu, elail poui Ie poòle I'occasion d'un lianspoil exlalique.

32
Ce nol peul piôlei a des naIenlendus seIon qu'on Iui fail signifiei : iien que I'hunain, ou loul I'hunain. Dans Ie pieniei cas, c'esl Ie couianl
naluiaIisle, ialionaIisle, nodeine, dans Ie second c'esl I'hunanisne qui devienl faciIenenl univeisaIisle el nyslique, puisque I'honne ve-
iilalIe conpIel, c'esl I'Honne Iaifail, I'Honne UniveiseI donl nous paiIons pIus Ioin.
33
Chihâl addîn Aloû Hafç 'Onai len 'AldaIIah as Souhiavaidî, 539/1144-632/1234. Ne pas Ie confondie avec son oncIe AldeIqâhii as Sou-
hiavaidî (49O/1O97-562/1162) de ßaghdad, ni avec Chihâladdîn }ahjâ as Souhiavaidî MaqloûI, d'AIep (| 587/1191).
Cf. ßiockeInann, Ceschichle dei Aialischen Lilleiallui, Weinai, 1898, lone I, p. 44O.



S'elanl iendu au loid du NiI, conne iI ainail a Ie faiie Ie soii, iI enlendil un joui un fouIon qui s'enpoilail conlie une piòce
de diap : « Ce noiceau de diap, disail-iI, n'a coupe Ie souffIe. S'iI ne se nelloie pas, qu'iI soil dechiie ! » S'appIiquanl Ie synloIe,
'Onai len aI Iâiidh se nil a iepelei avec feiveui : « II n'a fendu Ie coui. S'iI ne se nelloie pas, qu'iI soil dechiie ! » II iegiellail
anòienenl que son coui ne fûl pas encoie conpIòlenenl deIivie des inpuieles hunaines el des allaches aux choses conlin-
genles poui ôlie dechiie pai I'annihiIalion de I'exislence dans a conlenpIalion de I'Auleui de loule exislence.
Revenanl une nuil d'une ieunion, iI enlendil des gaides de poIice qui chanlaienl avec leaucoup d'aninalion.
IIs chanlaienl :
Mon Seigneui, nous avons veiIIe espeianl l'alleindie.
Mon Seigneui, lu ne I'as pas peinis. Nous nous sonnes endoinis poui iôvei de loi.
Mon Seigneui, Ie iôve n'esl pas venu, el sans doule lu ne nous piôles aucune allenlion.

Saisi a Ia goige pai Ie desii d'anoui, Ie poòle, dans Ia iue nône, se nil a chanlei :
O halilanls de Thaïla, esl-ce que vous n'avez pas a offiii Ies nels de I'hospilaIile ` La nuil vous a conduil un hôle eliangei.

Iuis, peidanl loul conliôIe sui Iui-nône, geslicuIanl el hois de ses sens, iI dechiie ses halils, jelle loul ce qu'iI a sui Iui,
pIeuie, genil jusqu'a I'aule. Les gens s'allioupenl el gagnes pai Ia conlagion, iIs se nellenl a dechiiei eux aussi Ieuis vôlenenls.
Iln aI Iâiidh, conne Ie ienaique NâloIosî, ne senlIe pas ôlie paivenu au sonnel de I'elal nyslique. II y a chez Iui une
soile d'anoui de I'Anoui divin qui n'esl pas Ie delachenenl paifail, pIus exaclenenl un desii des giâces sensilIes poui eIIes-
nônes el de I'iviesse exlalique. C'esl un poòle, un liòs giand poòle, un eslhòle, un Racine qui a passe sa vie a expiinei en syn-
loIes inoulIialIes Ies lhònes de Ia nyslique çoufie. Ses inages sonl sulliIes, ses veis elonnannenl nusicaux, pIeins d'asso-
nances iaffinees, de jeux de nols paifois un peu iecheiches, nais souvenl piofonds el giaves, el piesque loujouis d'une
peifeclion deconceilanle. II Ies conposail, dil-on, au soilii d'elals exlaliques pendanl IesqueIs iI ieslail Ionglenps elendu in-
noliIe, conne en calaIepsie. « II a pIonge, dil son connenlaleui ßoûiînî, dans Ies neis piofondes de Ia poesie el en a iappoile
des peiIes qui onl elonne Ies pIus haliIes. Dans I'ail de ceIeliei I'anoui, iI a Iaisse Ioin deiiiòie Iui lous ses iivaux. II esl Ie suI-
lan des anouieux paini Ies honnes el Ies genies. » II esl Ie pIus giand poòle nyslique que Ia Iangue aiale puisse opposei au
peisan }aIâI addîn Roûnî.
Conne Ie Canlique des canliques el conne lanl de nysliques, Iln aI Iâiidh expiine I'anoui divin sous des figuies pio-
fanes. II use avec viiluosile de loules Ies iessouices du synloIisne eiolique el du synloIisne lachique si deveIoppes dans Ia
poesie aiale (
34
).
Quand Ies deiviches du Caiie ou Ies Deiqava de Iòs cheichenl I'exlase dans Ie sana', conceil spiiilueI, el Ies danses exla-
liques, un jeune honne Ieui chanle souvenl des poònes d'Iln aI Iâiidh.
Chaiilnâ 'aIâ dzikii 'I 'halîli noudânalan
Sakiinâ lihâ nin qalIi an ioukhIaqa'I kainou.

« Nous avons lu a Ia nenoiie du ßien-Aine un vin qui nous a enivies avanl Ia ciealion de Ia vigne », chanle Ia jeune voix
palhelique , el Ies soupiis defaiIIanls el Ies « AIIah ! » exlaliques iacIenl Ie fond des poiliines gonfIees d'une iviesse que I'ôlie ne
peul suppoilei qu'en s'oulIianl.
Les nysliques onl aiiange un Iangage que ne conpiennenl pas ceux qui n'onl pas Ieui expeiience spiiilueIIe, en soile que
Ioisqu'iIs expiinenl Ieuis elals ou slalions, ceIui qui esl dans Ie nône elal conpiend Ie sens de Ieuis leines, nais ceIui qui n'y
pailicipe pas, Ie sens Iui en esl inleidil... Ceilains inilies onl expiine diffeienls degies de Ia conlenpIalion nyslique pai ces
synloIes de vôlenenls, loucIes de cheveux, joues, giains de leaule, vin, fIanleaux, elc... qui aux yeux du vuIgaiie ne foinenl
qu'une liiIIanle appaience... IIs onl signifie pai Ia loucIe Ia nuIlipIicile des choses qui cachenl Ie visage de I'Aine , iIs onl nis Ie
giain de leaule en iappoil avec I'Unile, Ie vin iepiesenle I'anoui, Ie desii aidenl el I'iviesse spiiilueIIe , Ie fIanleau I'iiia-
dialion de Iuniòie divine dans Ie coui de ceIui qui suil Ia voie. Le vôlenenl du lenoin signifie Ia leaule de I'essence alsoIue. »
QueI que soil Ie jugenenl qu'on poile sui Ie conceil spiiilueI ~ el des docleuis nusuInans, nône nysliques, en onl signaIe
Ies dangeis ~ iI seiail alsuide d'y ieduiie Ie nyslicisne oiienlaI, el a pIus foile iaison de I'idenlifiei aux excenliiciles sangui-
naiies des 'Isava nangeuis de veiie piIe. Le sana' (conne Ie dechiienenl des vôlenenls), n'esl qu'une nanifeslalion exleiieuie
deI'iviesse inleiieuie chez Ies uns, un piocede de ieaIisalion ailificieI chez Ies aulies, chez d'aulies encoie une devialion caiica-
luiaIe. C'esl seuIenenl Ia giande exlension des confieiies depuis Ie XVe siòcIe el Ia decadence geneiaIe qui onl donne lanl d'in-
poilance aux danses des i|nuan, qui ne doivenl pas faiie oulIiei Ies giandes synlhòses el Ies vies piofondenenl ienoncees des
}ounayd, des ßislhânî, de HaIIâj, des Mohâsilî, des ChazâIî, des Iln 'Aialî, elc... Lncoie seiail-iI injusle de neconnaîlie Ia va-
Ieui du sana´ qu'on ne peul iejelei alsoIunenl en piincipe sans condan-nei loule nusique ieIigieuse (
35
).

34
« Les nysliques, dil Lâhijî, connenlaleui du Gcu|cnan-i-Raz, Roseiaie du Savoii, de Châlislaiî (cile pai Caiia de Vaux, |cs pcnscurs dc
|'|s|an, lone IV, 1923 p. 288), onl convenu d'expiinei pai des nelaphoies Ieuis decouveiles el Ieuis elals spiiilueIs , si ces inages paifois
elonnenl, I'inlenlion n'en esl pas noins lonne.
35
}e ne peux pas iesislei au pIaisii de cilei ici Ia Iellie suivanle liòs caiacleiislique en nône lenps que liòs evocaliice que je
viens de iecevoii d'un jeune Maiocain qui y deciil Ie dzi|r des Deiqava de Iòs :
« Meici, chei ani, de n'avoii donne I'occasion de ievivie encoie queIques inslanls avec non poòle piefeie, Ie SuIlan des Anou-
ieux, Iln aI Iâiidh. II a ele Ia nouiiiluie de non âne pendanl na jeunesse. }e Ie savais pai coui conne je savais non Coian. A
Ia zavia el dans loule ieunion où deux faqiis se ienconliaienl, Iln aI Iâiidh elail connenle el chanle.



Iiends Ie iesle du souffIe que lu n'as Iaisse , I'anoui n'esl pas paifail s'iI Iaisse queIque chose de Ia vie. Ah ! qui feia peiii
non âne de I'anoui d'un jeune faon...
Le faon synloIise ici, connenle NâloIosî, Ie degie de I'iiiadialion du ßien-Aine , halilanl du deseil, iI fail soilii Ie novice
du nonde des foines poui Iui peinellie de ievôlii I'Lxislence VeiilalIe.
Ioui Iui j'ai peidu loule ielenue , poui Iui j'ai ienonce a Ia piele, el au sainl pòIeiinage.

Le nyslique, en effel, ne fail pIus iien que pai Dieu, esl passif enlie Ies nains de Dieu, ne cheiche pIus aucun neiile peison-
neI.
Iln aI Iândh pouisuil ses inages, ses anlilhòses, ses conlinaisons iaffinees de son el ses jeux de nols sulliIs, naIheuieuse-
nenl piesque inliaduisilIes.
Voici, piesque en enliei, I'un des pIus ceIòlies poònes d'Iln aI Iâiidh :
Mon coui ne dil que lu es na peile , non âne soil la iançon ! que lu Ie saches ou non.

NâloIosî eciivil loul un Iivie sui ce « que lu Ie saches ou non ». Dieu, dil-iI, esl a Ia fois connu el inconnu, puissanl el in-
puissanl, inleiieui el exleiieui, elc... II se connaîl Iui-nône pai I'Honne Iaifail, I'Adan cosnique (Ie Veile spIendeui du Iòie),
dans IequeI iI se iefIòle, el Ie nyslique, aneanli a son exislence piopie, iejoinl Dieu pai ce nedialeui en qui iI ievil a I'Lxislence
veiilalIe.

}e n'auiai pas paye lon anoui si je suis ceIui qui ne neuil pas de liislesse. Ll qui liendia conne noi sa paioIe `
}e n'ai que non âne , ceIui qui donne son âne pai anoui poui ce qu'iI aine n'esl pas piodigue.
Si lu I'acceples, je suis, giâce a lon aide, aiiive au lul, que j'ai nanque sinon...

« ...}e ievois encoie Ia zavia que je fiequenlais dans une pelile iueIIe d'LI ßIida, loul a fail isoIee el lianquiIIe. }'y aIIais lous Ies
vendiedis veis qualie heuies du soii. Les faqiis aiiivaienl Ies uns apiòs Ies aulies, posaienl Ieuis lalouches dans un coin, puis,
avançanl Ienlenenl el sans liuil, ôlaienl Ieui capuchon, seiiaienl Ies nains de Ieuis fiòies d'une ceilaine naniòie el se nel-
laienl a genoux.
« Quand Ie nonlie des faqiis esl assez inpoilanl, Ie noqadden piend Ia RisaIa d'AI Qochayiî (Ie « Iivie nòie » ainsi qu'on
I'appeIIe) ou un aulie ouviage du nône genie el Iil d'une voix liòs douce queIques passages en Ies connenlanl. Les faqiis po-
senl des queslions el disculenl avec Ie noqadden ou enlie eux, nais avec leaucoup d'oidie el de caIne. L'âne nouiiie pai
celle Iecluie el ces discussions, I'on foine un ceicIe el Ie dziki s'inpiovise sui Ia cadence d'un leau chanl. Le chanleui piend Ia
piecaulion de ne pas noduIei dòs Ie delul Ies veis d'Iln aI Iâiidh, Ie SuIlan des Anouieux, de peui d'excilei liop liusquenenl
I'exlase des faqiis. D'aulies poòles, conne Maqdisî, Chlouiî, ßaghdadî el AI Haiiaq sonl psaInodies sui un iylhne liòs Ienl.
Les assislanls fonl un nouvenenl de va el vienl d'avanl en aiiiòie, acconpagnanl Ie chanl en iepelanl |a i|ana i||a A||an. Les
joues se coIoienl, Ies yeux se feinenl chez Ies uns, chez Ies aulies au conliaiie s'ecaiquiIIenl. Le iylhne s'accenlue : on se Iòve
d'un seuI coup el |a i|ana i||a A||an esl ieduil a ||an loul couil.
« On esl deloul. On ecoule nainlenanl des veis d'Iln aI Iâiidh, nais ceux seuIenenl d'un nyslicisne peu accenlue. Les faqiis
s'excilenl, iIs connencenl a dansei. C'esl aIois que Ie chanleui passe insensilIenenl a des poònes du SuIlan aI 'Achiqin d'un
nyslicisne de pIus en pIus piofond.
« Des Houva, Houva (Lui ! Lui !) dechiianls pailenl de lous Ies côles. II n'esl pas iaie de voii un ncussanni' (chanleui), envahi
pai Ie souffIe nyslique que fail couiii un veis d'Iln aI Iâiidh el piis pai Ie na|, se nellie a dansei. Les faqiis, assis hois du ceicIe
el qui ne dansenl pas poui une iaison queIconque, acconpagnenl de nouvenenls nodeies Ia cadence du dziki , souvenl aussi,
penelies pai Ie sens d'un veis, iI Ieui aiiive de londii aIois piecipilannenl en poussanl un cii de joie el de se nôIei a Ia danse.
« L'excilalion s'accioîl, on esl en sueui, Ies luilans se denouenl, Ies lôles se ienveisenl el Ies yeux hagaids se diiigenl veis Ie cieI
elIouis pai Ia vision d'une Iuniòie ineffalIe... Chose difficiIe, que dis-je, inpossilIe a expIiquei... La |nanriqa d'Iln aI Iâiidh a
enivie Ies ânes. Hcuua, Hcuua... Le souffIe devienl pIus foil el piecipile. Toul ceIa dans un oidie paifail el paifailenenl iylh-
ne. Le noqadden ou un aulie faqii veneialIe, au niIieu d'un ceicIe, diiige Ie dziki. S'iI conslale un ieIâchenenl chez Ies uns, iI
Iance Iui-nône un veis sulIine d'Iln aI Iâiidh, suivanl Ia nône nesuie que Ie chanleui. Le disliail ievienl a Iui, Ie haiasse ie-
piend couiage. Hcuua, Hcuua... Lui ! Lui I On n'enlend pIus nainlenanl que Ie souffIe de Ia poiliine qui dininue de pIus en
pIus. La failIe ciealuie s'aneanlil devanl Lui. Les ncussani'cun ne chanlenl pIus ensenlIe. Chacun a loui de iôIe, chanle un
ncuua|, d'Iln aI Iâiidh lien enlendu (qui peul se Iassei d'Iln aI Iâiidh `). Des Hcuua ievivifienl Ies couis. La sueui couIe Ie
Iong des visages. Les louches s'ouvienl. Le chanleui Iance aIois :
« S'iI s'alsenle de Ia piuneIIe de non oiI, II esl en noi. II esl en noi ! II esl en noi ! Houva ! Houva ! » Un souiiie enleIIil lous
Ies visages. « II esl en noi ! II esl en noi ! Houva ! Houva ! » C'esl Ie fana' conpIel. On n'esl pIus Ia. On n'exisle pIus. Ce « II esl
en noi ! » fail fienii loul Ie nonde, nône ceux qui ne chanlenl pas ou qui passenl pai hasaid dans Ia iueIIe où se liouve Ia
nodesle zavia. Les janles chanceIIenl. On s'asseoil enfin. Lncoie queIques leaux veis, nolannenl : « Ah ! si ceIa pouvail duiei
eleineIIenenl poui noi... » On se saIue de nouveau. On esl heuieux. On se senl I'âne pIus Iegòie.
« Toul ceIa, heIas ! n'esl pIus que souveniis poui noi. Non seuIenenl je ne vais pIus a Ia zavia, nais je n'enlends pIus paiIei d'eIIe. L'ele
deiniei, en liaveisanl un joui Ie quailiei d'LI ßIida, je fus anene a y enliei. SiIence conpIel... Des loiIes d'aiaignees pailoul. Un hilou Io-
geail sui Ie lonleau d'un des descendanls de MouIay aI 'Ailî. Où sonl Ies faqiis d'auliefois ` Les vieiIIaids sonl noils ou devenus in-
fiines. Les jeunes se sonl nodeinises el piefòienl piendie I'apeiilif aux leiiasses des cafes ou faiie Ies cenl pas au MeIIah el a Ia ViIIe
NouveIIe. L'Oiienl, heIas ! peid son essence en nône lenps que son chaine. Le souffIe divin qui s'exhaIe des veis d'Iln aI Iâiidh ne sou-
Iòve pIus Ies poiliines. Où s'achenine-l-on `... »



C'esl Ia ieunion de I'espiil individueI a I'espiil supiône, au rcun a| a'dnan.

O loi qui ne fiuslies de Ia douceui du sonneiI el ne donnes I'aspecl d'un naIade en n'inspiianl Ia passion qui ne con-
sune,
Aie pilie de non deiniei souffIe el de ce que lu as Iaisse sulsislei de non coips affailIi el de non coui lIesse a noil.
La passion peisisle el I'union se fail allendie , Ia palience se peid el Ia ienconlie esl ielaidee...
Denande aux eloiIes de Ia nuil si Ie sonneiI a visile nes paupiòies. Connenl visileiail-iI ce qu'iI ne connaîl pas `
...S'iI n'y a pas d'union possilIe avec loi, pionels-Ia du noins a non espoii, el diffòie-Ia, si lu as pionis poui ne pas lenii.
Le ielaid de la pail, si I'acconpIissenenl fail defaul, n'esl pIus doux que I'exaucenenl de Ia pail d'un aine conpIaisanl.

Douce ou loiluianle conscience de Ia piesence ou de I'alsence divine. Angoisse de savoii si I'union esl possilIe, a IaqueIIe on
aspiie el donl on expeiinenle Ies pienices loui a loui avec Ies deieIiclions. IiolIòne pailicuIiòienenl giave dans un niIieu où
des lheoIogiens iigoiisles, pai souci de Ia lianscendance, onl cieuse un alîne qui senlIe infianchissalIe enlie Ie Seigneui el ses
escIaves.
Mais Ie nyslique aulhenlique n'a pas pIus de convoilise spiiilueIIe qu'iI n'a de concupiscence , paifailenenl ienonce, iI ne
cheiche que Dieu, el, a liaveis Ies angoisses de Ia nuil olscuie conne paini Ies deIices de Ia quielude, dans Ia feiveui conne
dans Ia secheiesse, sa voIonle adhòie uniquenenl a Ia voIonle divine. Iui anoui :
}e couis veis Ies souffIes du zephii poui ne disliaiie, nais non iegaid n'aspiie qu'au visage de ceIui auqueI iIs onl piis Ieui
paifun.
Ieul-ôlie Ie feu qui ne consune s'apaiseia-l-iI , non desii a noi esl qu'iI ne s'apaise janais.
... Si un aulie se conlenle du fanlône de son inage, noi, de sa possession nône, je ne ne conlenle pas.
Mon anoui esl inlangilIe el poui non naIheui je ne puis gueiii qu'en peiissanl.
Iai son anoui qui s'esl inpiine en noi el que je venòie conne Ie Livie sacie,
S'iI ne dil pai coquelleiie : « Tiens-loi sui des liaises aidenles », je Iui oleiiai sans hesilei.
Ll s'iI veul na joue poui naichei dessus, je Ia poseiai conlie leiie sans degoûl.
... Toules Ies Iunes (
36
) el chaque laiIIe sveIle, quand iI s'iiiadie, se piecipilenl a sa ienconlie.
Si je dis : « }'ai poui loi lous Ies anouis possilIes », « c'esl, dil-II, que Ia giâce n'appailienl el que loules Ies leaules sonl en
noi. »
... Le lenps se pouiiail passei a deciiie ses leaules : iI iesleiail loujouis queIque chose a deciiie.
... S'iI ne visile un joui, ô nes enliaiIIes, dechiiez-vous d'anoui , s'iI s'en va, ô nes yeux, pIeuiez.
Mais qu'inpoile s'iI senlIe s'eIoignei ` (
37
) CeIui que j'aine esl avec noi , s'iI s'alsenle de Ia piuneIIe de non oiI, iI esl en
noi.

Tu ne ne cheicheiais pas si lu ne n'avais deja liouve... Le ioyaune de Dieu esl au-dedans de nous... Qui se connaîl soi-
nône connaîl son Seigneui...
Un des lhònes favoiis de Ia poesie anouieuse aiale esl ceIui du |in. Ce nol, que « coquelleiie » iend liòs inpaifailenenl,
s'appIique a Ia fioideui du lien-aine lyian, a sa ciuaule, pIus douce pouilanl que I'indiffeience donl eIIe n'a que I'exleiieui, a
ses dedains où I'on liouve une suavile. Avec Ie |in, I'on chanleia, savouianl Ia voIuple d'ôlie son escIave, Ia souveiaine Iileile
qui donne el ielienl Ies giâces gialuiles, Ies duieles qui iendenl pIus exaIlanles Ies noindies faveuis, el Ia iesislance de I'oljel
aine qui accioîl Ie desii.
Dans Ie poòne |in da|a|an, au sens piofane si giacieux el au sens nyslique si enouvanl, Iln aI Iâiidh chanle celle enpiise el
cel alandon, el dil au ßien-Aine :
Monlie Ia coquelleiie Ia pIus oigueiIIeuse, lu en as lien Ie dioil, el conduis-loi en lyian, cai Ia leaule l'a donne ce pouvoii.
A loi Ie connandenenl : deciòle ce que lu veux decielei , Ia leaule le fail iegnei sui noi. Si na peile doil n'unii a loi, ah !
fais-Ia venii. Que je sois la iançon !
... De loi Ia naIadie ne n'a janais sepaie. Connenl I'oigueiI le delouineiail-iI de noi, ô dedaigneux chaineui !
Tu es piesenl en noi dans lon alsence nône, el dans la ciuaule je sens une lendiesse.

Dans cel elal, Ie nyslique voil loul en Dieu (
38
) el Dieu en loul. II voil Ia « veiile » des choses, iI voil Ies choses conne des
nanifeslalions de Ia Veiile, el Ia Veiile (qu'eIIe soil exaIlee !) conne sous-lendanl loules choses, cai Ie nonde s'evanouiiail si
Dieu se ieliiail de Iui :
La pIeine Iune a ienpIace poui non oiI ieveiIIe I'inage de la face , en loule foine eliangòie lon appaiilion a iafiaîchi nes
yeux : je n 'ai vu que loi seuI.



36
Les leaules, synloIisanl Ies ânes paifailes qui iefIòlenl Ie soIeiI de I'Lxislence veiilalIe.
37
Mol a nol : I'eIoignenenl n'a pas de faule. C'esl-a-diie : naIgie loul el loujouis, Dieu esl en noi el je suis en Iui (« n'inpoile où vous ôles, iI
esl avec vous », dil Ie Coian, cile ici pai NâloIosî). L'essenlieI n'esl pas Ies giâces sensilIes, Ies deIices de Ia feiveui, nais I'adhesion pio-
fonde de Ia voIonle. L'eIoignenenl, dil NâloIosî, c'esl voii aulie chose que Dieu, alliiluei une exislence ieeIIe alsoIue, hois de Dieu, aux
conlingences, cioiie que queIque chose exisle sans que Dieu soil I'ôlie de son ôlie, Ia veiile de son exislence.
38
Vidcn|cs Dcun cnnia sinu| tidcn| in ipsc. Sainl Thonas, Adt. Gcn|cs, C. III, ch. LIX.



LLS TRAITLS DL ÇOUIISML.

Les pIus anciens liailes de çoufisne (
39
) que nous connaissions sonl du Ve siòcIe de I'Hegiie (XIe }.-C.), de Haiavî el Houjvî-
iî (en peisan), de Saiiâj el Qochayiî (en aiale) Veis Ia fin du VIe-XIIe siòcIe, Ie Ieisan Iaiîd eddîn 'Allâi eciivil son ceIòlie ie-
cueiI hagiogiaphique, |c Mcncria| dcs sain|s, el son poòne, |c |angagc dcs ciscaux, exposanl aIIegoiiquenenl Ies elapes de Ia voie
nyslique. Les 44.OOO veis du Ma|nnaui de }aIâI addîn Roûnî (VIIe/XIIIe siòcIe) foinenl une veiilalIe el geniaIe encycIopedie
nyslique. Souhiavaidî de ßaghdad eciil en aiale a Ia nône epoque son 'auarif a| na'arif. Oulie ses poònes aIIego-iiques, Ie
Ieisan }ânî (IXe/XVe siòcIe) eciivil un liaile de çoufisne el iecueiI hagiogiaphique, Nafana| a| cuns, Ies SouffIes de I'Inlinile. Le
Gu|snan i Raz de Châlislaiî iepond en veis nagnifiques a queIques queslions sui Ia docliine. On peul cilei encoie en Ieise Ies
liailes de Chans ed dîn Iliahîn d'Llei-kouh, d'aI Makkî, elc. Les ouvies oiiginaIes se iaiefienl ensuile au piofil des connen-
laiies. Zakaiya aI Ançaiî connenle au Xe/XVIe siòcIe Ia Risa|a de Qochayiî, aI Kâchifî connenle des exliails du Ma|nnaui, Nâ-
loIosî connenle au XIe/XVIIe Ie Dîvân d'Iln aI Iâiidh. Mais un connenlaiie peul ôlie aussi lien un chef d'ouvie d'insipidile
qu'un chef-d'ouvie de finesse el d'hunanisne, (Aveiioòs esl appeIe dans Ia Divine Conedie Ie Ciand Connenlaleui d'Aiis-
lole), NâloIosî a nis dans Ie sien loul son coui, loule sa science el loul son ail.
Au niIieu du XIXe siòcIe Ie cheikh Senoûsî, fondaleui de Ia faneuse secle sahaiienne, eciivil un cuiieux liaile de çoufisne,
où I'on liouve, poui Ies nelhodes de dziki, de concenlialion, elc., des infIuences hindoues nodeines dues suiloul aux ien-
conlies de pòIeiins a Ia Mecque.
Ces liailes, en nône lenps qu'iIs iaconlenl Ia vie des sainls, iecueiIIenl Ieuis senlences el Ieuis poònes, nonlienl I'oiganisa-
lion, Ie Iexique, Ies lhònes, Ies lendances diveises du |açauucuf. Les çoufis cheichenl a se iallachei aux conpagnons du Iio-
phòle pai des isnads (chaîne de lenoignages) donl I'aulhenlicile esl naluieIIenenl foil suspecle. ßeaucoup adnellenl I'idee d'un
aspecl esoleiique de Ia ieveIalion liansnis pai 'AIi. Tous en loul cas pialiquenl sui une giande echeIIe, conne nous Ie veiions,
I'inleipielalion aIIegoiique du Coian, seIon Ies degies de conpiehension diveis des espiils. IIs liouvenl, en effel, dans Ie Livie
sacie, nonlie de veisels auxqueIs iIs donnenl un sens nyslique supeipose au sens IilleiaI, el un ceilain nonlie d'aulies veisels
où se disceine Ie geine de Ieui nyslique. Ainsi : Toule chose peiil sauf Ia Iace d'AIIah, XXVIII, 88. Toul sui leiie s'aneanlil,
nais Ia Iace CIoiieuse de lon Seigneui sulsisle loujouis, CLV, 26 (d'où Ia lheoiie du fana' el du oaqa'). ~ De queIque côle que
lu le louines, Ia esl Ia Iace d'AIIah, II, 1O9. ~ II Ies aine el iIs L'ainenl, V, 5O, (d'où Ia nanaooa, anoui iecipioque de Dieu el des
sainls). ~ Ll dans ceIa iI y a ceiles un nenoiiaI poui ceIui qui a un coui, qui piôle I'oieiIIe el qui devienl lenoin, L, 36, elc...
Nonlie de leines du vocaluIaiie çoufi onl d'aiIIeuis une oiigine coianique.
Si Ie piincipe du çoufisne elail I'inleiioiisalion du cuIle el Ia negalion de loul phaiisaïsne, I'oiganisalion eIIe-nône du çou-
fisne el sa vuIgaiisalion devaienl, naIheuieusenenl, iisquei pialiquenenl de ieslauiei un aulie genie de phaiisaïsne.
Le ncurid, novice, aspiianl, pienail Ia |nirqa, Ie fioc de çcuf. Le cnci|n ncurcnid, diiecleui spiiilueI, Iui enseignail Ia |nariqa, Ia
voie. Iassanl pai Ia tia purga|ita de Ia gueiie conlie I'âne chaineIIe, Ia nafs, Ie noi, iI eIevail son coui, qa|o, son espiil, rcun el Ia
fine poinle de son espiil, sirr, puiifies, Iileies du peche, des piejuges, de I'egoïsne el des appaiences, a Ia conlenpIalion anou-
ieuse des ieaIiles divines.
Dieu seuI peul puiifiei Ies couis, nais I'honne doil coIIaloiei a I'infusion de Ia giâce. Les nelhodes de nedilalion, de iepe-
lilion suiloul des nons d'AIIah, de dzi|r, donl Ia pieniòie elape esl I'oulIi du noi el Ia deiniòie I'alsoiplion de Ia pensee dans
son oljel, dil }ânî, ceilains piocedes de concenlialion, gesles, aspiialions el expiialions, qui onl pu venii des Indes, Ie conceil
spiiilueI el Ies danses exlaliques, elc., sonl des noyens de vaIeuis diveises en eux-nônes el aussi seIon Ies individus qui Ies
pialiquenl.
L'ilineiaiie veis Dieu esl naique pai diveis « elals » (anua|) donnes, geneiaIenenl passageis el hois du conliôIe hunain,
venanl el pailanl « conne Dieu veul », el « slalions » (naqana|) acquises el duialIes : peidie el liouvei, expansion el conliac-
lion, piesence el alsence, fana' el oaqa', ~soliiele, sciupuIe (uara´), ascelisne (zcnd), palience (çaor), alandon (|aua||cu|), quie-
lude (ridna')...
« Les « elals », disail HaIIaj, c'esl Dieu qui Ies donne loul enlieis. »
« }e suis depuis vingl ans, disail Alou'I Housayn an Noûiî, enlie Ie faqd (peile) el Ie uajd (liouvei, feiveui). Quand je liouve
non Dieu, je peids non coui (qa|o) el quand je liouve non coui, je peids non Dieu. »
Les liailes de çoufisne (
4O
) iepailissenl Ies honnes en diveises calegoiies, donl Ies piincipaIes sonl Ies suivanles : 1° Ies oidi-
naiies (liules, pôcheuis, nondains, « voiIes », « disliails ») , 2° Ies lons, Ies pieux, Ies jusles , 3° Ies exceIIenls, Ies sainls, Ies nys-
liques. Les pienieis ne goûlenl que Ies liens de ce nonde» Ies seconds aspiienl a ceux de I'aulie, au paiadis ciee, Ies lioisiònes,
aspiianl a Ia ieaIile alsoIue, ne se conlenlenl que du Ciealeui.
Ou lien (division de }ânî) : Ies insoucianls, qui suivenl une fausse ioule , Ies sa|i|s, conpagnons du dioil chenin , el Ies pai-
fails, aiiives a Ia gnose el au |aunid (alleslalion de I'Unile divine, nais aussi, poui Ies nysliques, unificalion, inluilion qu'iI n'y a
d'aulie ôlie ieeI que Dieu el union a celle ReaIile supiône). Soil, diia un aulie çoufi, Ies gens de Ia nafs (âne chaineIIe, noi), Ies
gens du 'aq| (inleIIecl, iaison) el Ies gens du rcun (espiil).
Les honnes spiiilueIs des deux deiniòies cIasses se divisenl en pIusieuis calegoiies. Ceux de Ia pIus haule neiilenl seuIs en
dioil Ie lilie de çoufis , iI y a paini eux des piophòles el des sainls, paivenus au leine de Ia voie, nais iesles en ce nonde poui
diiigei Ies honnes en lanl qu'envoyes de Dieu chaiges d'une ieveIalion, ou Ies nysliques en lanl que cnci|ns ncurcnids, diiec-
leuis spiiilueIs paifails , iI y a d'aulie pail Ies najdcuos qui ieslenl peidus dans I'ocean de I'union.

39
}e ne paiIe pas ici des giandes ouvies pIus geneiaIes de ChazâIî, Iln 'Aialî, elc.
4O
M. L. ßIochel a anaIyse ce que disenl de celle hieiaichie spiiilueIIe el des delaiIs de Ia RògIe çoufie, Ies liailes de Ia deiniòie pailie du
Moyen-Age. Cf. ]curna| Asia|iquc, 19O2, el ||udcs sur |'csc|crisnc nusu|nan, Louvain, 191O, exliail du Musccn.



La seconde cIasse (lons, sa|i|s) conpiend (de haul en las) : Ies aspiianls çoufis, ncu|açauuif, Ies na|ana|is, aux veilus igno-
iees , Ies ascòles, zanid, Ies pauvies, faqir (Ies çoufis sonl lous des faqîis, nais lous Ies faqîis ne sonl pas necessaiienenl des çou-
fis), Ies seivanls, |nadin, fiòies conveis qui seivenl Ies ieIigieux poui gagnei des neiiles el acconpIissenl Ies ouvies
d'olIigalion nais non Ies suieiogaloiies, enfin Ies sinpIes adoialeuis qui oleissenl a Dieu en vue d'une ieconpense.
La dislinclion enlie I'ascòse el Ia nyslique esl nellenenl indiquee : I'ascòle naiche, Ie çoufi voIe , I'ascòle esl aclif, Ie çoufi esl
passif , Ie pieniei aspiie, cheiche, Iulle conlie soi , Ie second ieçoil Ies giâces infuses el esl noil en I'unile de I'Llie eleineI. Le
'Auarif a| na'arif de Souhiavaidî dislingue Ies spiiilueIs en qualie cIasses qui sonl (de las en haul) : Ies sa|i|s piopienenl dils
qui ieslenl a Ia slalion (naqan) des exeicices spiiilueIs el des noilificalions , Ies najdcuos qui sonl au naqân de Ia quielude , Ies
sa|i|s paivenus au iavissenenl apiòs Ies conlals el ayanl liouve « Ie nieI apiòs Ia coIoquinle », conlenpIanl une pailie du
nonde supeiieui , enfin Ies nadjcuos paivenus a I'union conpIòle el conlenpIanl loules Ies Iuniòies de Ia ceililude sans aucun
voiIe.
Une equivaIence peul ôlie elalIie enlie ces qualie cIasses de Souhiavaidî el Ia division donnee pai }ânî el pai Iln KhaIdoun
: Ia pieniòie calegoiie conpiendiail Ies adoialeuis, Ies seivanls, Ies faqiis, Ies ascòles, Ia seconde Ies naIânalis, Ia lioisiòne Ies
noulaçavvifs el Ia qualiiòne Ies çoufis piopienenl dils.
Les iessenlIances el Ies conliefaçons de chaque cIasse peinellenl de deciiie d'aulies vaiieles psychoIogiques.
II y a, dil }ânî, de faux çoufis qui alusenl de Ia cieduIile du peupIe el sonl un sujel de scandaIe (
41
). Aux naIânalis, devols
de giande olseivance, iessenlIenl Ies kaIendeis, devols de pelile olseivance, qui jouissenl de Ia paix inleiieuie, s'acquillenl
des olIigalions, n'aspiienl pas pIus Ioin, conlenls de ienoncei aux Iulles de Ia vie nais sans se Iancei dans Ies Iulles spiiilueIIes
el Ies giandes angoisses de Ia Voie nyslique. II y a aussi Ies faux kaIendeis, delauches cyniques el pilloiesques lohònes, leIs
qu'on en voil dans Ies MiIIe el Une Nuils. II y a de nône, a côle des ascòles el des faqiis, des gens qui aspiienl a se delachei du
nonde sans paivenii a oulIiei Ieui enlouiage el Ieui noi, des gens qui desiieiaienl vivie dans Ia pauviele, nais sonl encoie
lenles pai Ies iichesses. Leuis conliefaçons sonl de faux devols hypociiles el d'aloninalIes Tailuffes.
D'un aulie poinl de vue, essenlieIIenenl inleiieui el esoleiique, I'eIile des sainls dans Ie nonde esl iepailie seIon une hieiai-
chie cachee qui soulienl nysliquenenl Ie nonde : Ies aoda|, Ies aorar, Ies au|ad, Ies « deIegues », enfin Ie IôIe (Qcu|no), qui esl Ie
« giand secouis» ((Gnau|s) el Ie Sceau (Kna|an). Le supiône Sceau des sainls, dil Iln 'Aialî dans Ies |cu|cuna|, seia ~ conne
Mohannad esl Ie Sceau des Iiophòles ~ }esus a sa seconde venue.
Les liailes de çoufisne deciivenl aussi Ia vie que Ies adeples doivenl nenei dans Ies couvenls el Ies delaiIs ninulieux de Ia
iògIe lheoiique donl Ies exigences posilives ou negalives s'inposenl, oulie naluieIIenenl Ies olIigalions canoniques oidinaiies,
a quiconque veul s'engagei dans Ia Voie (|nariqa), aspiie a Ia vie nyslique el a Ia « ieaIisalion » de Ia docliine nelaphysique.
La piiòie, diaIogue avec I'Llie unique, adoialion puie de Ia puie ReaIile, ecaile Ies voiIes de I'iIIusion, fail soilii I'honne de
son ôlie phenonenaI. Les iiles naleiieIs qui I´acconpagnenl sonl necessaiies poui faiie pailicipei Ie coips a I´adoialion el y
disposei I´âne, nais I´essenlieI esl I´ascension veis Dieu. « L'alIulion, dil ChilIî, esl Ia sepaialion d'avec Ie nonde , Ia piiòie esl
I'union avec Dieu. »
Sui Ie jeûne, sui Ies iepas en connun, sui Ie sonneiI, sui Ie siIence, sui Ies vôlenenls, sui Ies conceils spiiilueIs ou seances
exlaliques, sui Ies visiles aux nosquees el sancluaiies, Ies liailes de çoufisne donnenl des conseiIs sevòies, avec loujouis Ie sou-
ci de Ia spiiiluaIile inleiieuie, el des jugenenls d'une psychoIogie paifois liòs sage.
Le çoufi ieguIiei doil vivie geneiaIenenl en connunaule cai iI n'esl pas lon que I'honne soil seuI : son conpagnon aIois
iisqueiail souvenl d'ôlie IlIis (Ie dialIe). II iesle en elioil conlacl avec Ie cheikh qu'iI a choisi el donl iI suil Ies couis. Mais iI peul
changei de naîlie el de iesidence afin de connaîlie pIusieuis nelhodes el de cheichei pailoul Ia science, fûl-ce en Chine. Cei-
lains voyagenl ainsi de zavia en zavia une giande pailie de Ieui vie , d'aulies ieslenl loujouis au nône endioil. Ces voyages
sonl aussi I'oljel de piesciiplions delaiIIees. A côle des çoufîs seiieux en quôle de peifeclion, donl Ia douceui du cIinal, Ia faciIi-
le de Ia vie, I'exlension des zavias el I'hospilaIile pailoul assuiee favoiisaienl Ie delachenenl, iI y eul naIheuieusenenl aussi
des vagalonds donl Ia iole de luie ou Ia ncraqqa'a de Ioques ligaiiees cousues loul a loul n'elail pas loujouis Ie signe d'une
vie edifianle. Ces lohònes pilloiesques ou ces Iileilins cyniques appaiaissenl pIein de vie dans Ies conles el Ies ninialuies
oiienlaIes, conne Ies noines gyiovagues d'Occidenl inspiienl ceilains Cc||cqucs d'Liasne el Ies saliies du XVIe siòcIe. Le phaii-
saïsne esl paifois Ie ieveis de Ia piele nusuInane officieIIe. Les giaves peisonnages diapes de lIanc soyeux qui liaveisenl Ies
coIonnades d'AI Azhai ou de Qaiaouyine, Ies uIena el Ies foqaha, docleuis de Ia Ioi el sciiles, Ies giands louigeois de I'IsIan,
piienl cinq fois pai joui, s'alsliennenl de vin el de poic, donnenl Ia dîne de ce qu'iIs possòdenl. IIs se conpIaisenl voIonlieis
dans Ie senlinenl d'ôlie des jusles qui s'acquillenl avec exaclilude de Ieuis devoiis enveis Ieui Seigneui. IIs ne deleslenl pas que
Ie nonde Ie sache. IIs savenl que Ieui veilu seia ieconpensee en ce nonde el en I'aulie. D'indicilIes joies Ies allendenl aux jai-
dins loujouis veils, pIeins de fiuils, de iuisseaux, de houiis el d'ephòles, landis que Ies infidòIes giiIIeionl dans Ia fIanne in-
feinaIe ou pouiiiionl eleineIIenenl dans des fIeuves de pus , el iIs ne s'angoissenl pas a I'idee qu'iI y auia des dannes, conne
HaIIâj el ßislhânî iegiellanl que I'inleicession du Iiophòle au }ugenenl deiniei ne s'elende poinl a lous Ies honnes. IIs appie-
cienl ici-las une lonne iepulalion, non seuIenenl poui Ies avanlages pIus ou noins piecis qu'iIs en ieliienl, nais aussi poui Ie
souci nolIe de donnei un lon exenpIe.
Le souffIe vivifianl du çoufisne, queIque exenpIe de phaiisaïsne ou nône d'hypociisie qu'aienl pu donnei de soi-disanl
çoufis, ieagil conlie celle lendance. Le cuIle inleiieui esl loul. Mais ceIa ne veul pas diie qu'on puisse negIigei I'exleiieui el

41
II donne a ceilains d'enlie eux Ie non de oa|ninis, paice qu'iIs ne liennenl pas conple des piesciiplions de Ia Ioi. Le nol a ele appIique a une
secle heielique. Mais d'une façon geneiaIe, iI s'appIique au conliaiie dans un sens favoialIe a lous Ies çoufis qui s'allachenl au côle inle-
iieui, spiiilueI, esoleiique de Ia ieIigion, sans poui ceIa negIigei Ie côle exleiieui el exoleiique qui esl au pieniei ce que Ie coips esl a
I'âne.



donnei du scandaIe, disenl lous Ies naîlies de Ia nyslique , poui spiiiluaIisei Ia Ioi, iI faul connencei pai Ia ienpIii el non pai
Ia deliuiie. L'anlinonien nône sincòie n'esl pas pIus Ie viai çoufi que Ie phaiisien convaincu n'esl Ie veiilalIe devol , noins en-
coie Ie faqii deveigonde, qui iejoinl Ie lailuffe. Mais ceilaines ânes enlhousiasles, epiises de sinceiile puie, onl goûle une joie a
fuii Ia consideialion des honnes, a s'alliiei Ieui nepiis. Ioui nieux cachei Ieui veilu, Ies naîânalis piiaienl Ies poiles cIoses
el jeûnaienl en seciel.
Ln Oiienl, leiie d'eIeclion de loules Ies oiiginaIiles el de loules Ies feiveuis, Ia pIupail des nysliques, nône Ies pIus aus-
lòies, n'elaienl iien noins que soIenneIs el conpasses. Connenl piendiaienl-iIs au seiieux Ies appiecialions de ce nonde el son
echeIIe des vaIeuis ` QueI souIagenenl appoile Ieui aisance dans I'alnosphòie elouffanle que fonl pesei Ies devols iespeclalIes
el Ies pedanls scoIasliques !
Ceilains exageiaienl sans doule, el Houjvîiî ienaique avec psychoIogie : « I'honne oslenlaloiie agil en vue de gagnei Ia
popuIaiile, landis que Ie naIânali agil en vue d'ôlie iejele pai Ies gens. Tous deux onl Ieuis pensees fixees sui Ies honnes el ne
s'eIòvenl pas au-dessus. Le viai deiviche ne s'occupe pIus de I'opinion des honnes, iI esl indiffeienl a Ieui lIâne conne a Ieui
faveui. »
A pIus foile iaison, vioIei deIileienenl Ia Ioi poui se faiie lIânei esl chose condannalIe. Iai un iaffinenenl d'oigueiI, cei-
lains enpIoienl ce noyen delouine d'alliiei I'al-lenlion sui eux, el « Ieui façon de se iendie ainsi inpopuIaiie n'esl qu'un
sinpIe pielexle poui acqueiii Ia popuIaiile ».
La nelhode du « lIâne » (na|ana|), pieconisee pai Handoûn Qaççâi, naIgie ses excòs possilIes, a I'avanlage de deiacinei
I'un des pIus giands olslacIes au piogiòs spiiilueI el a Ia naiche veis Dieu. Le naIânali, qui devia evilei Ie scandaIe, n'auia
que Ia iessouice de connellie des acles qui ne soienl ni des peches ni des indecences, poui evilei Ia consideialion des honnes.
Mais paifois iI Iui suffiia de faiie Ie lien poui qu'on Ie lIâine.
« Les gens de Ia Veiile, dil Houjvîiî dans son chapilie sui Ia voie du « lIâne » (na|ana|), suiloul Ies pIus eninenls, sonl
souvenl I'oljel du lIâne du vuIgaiie. L'Apôlie (Mohannad), qui esl Ieui nodòIe el Ieui chef, el qui naiche a Ia lôle des
ananls, ful honoie el lien consideie de lous jusqu'au joui où Iui ful ieveIee I'evidence de Ia Veiile el où I'inspiialion vinl sui
Iui. AIois Ies gens usòienl Ieuis Iangues a Ie lIânei. Les uns disaienl : « C'esl un soiciei », Ies aulies : « c'esl un devin el un
poòle », ou : « c'esl un fou », ou : « c'esl un nenleui », elc... Dieu a dil, paiIanl des viais cioyanls : « IIs ne ciaignenl Ie lIâne de
peisonne. C'esl Ia giâce de Dieu qu'iI accoide a qui Iui pIaîl. II enliasse loul el connaîl loul. » (Coian, V, 59.) TeIIe esl Ia cou-
lune de Dieu : ceux qui paiIenl de Iui sonl lIânes pai Ie nonde, nais iI pieseive Ieuis couis d'ôlie pieoccupes pai I'opinion du
nonde. Ainsi fail-iI en sa jaIousie : iI gaide ses ananls d'allachei Ieuis yeux a ce qui esl aulie que Iui , iI Ies gaide de se voii eux-
nônes, de peui qu'iIs ne s'allachenl a Ieui piopie leaule el lonlenl dans I'anoui-piopie el Ia salisfaclion de soi... Toul ce qu'iIs
fonl, Ies aulies Ies en lIânenl, el iIs se iepiinandenl eux-nônes de faiie inpaifailenenl Ie lien. Ainsi peul ôlie ecaile I'anoui-
piopie, qui esl, poui ceux qui naichenl dans Ia Voie veis Dieu, de lous Ies olslacIes el de lous Ies voiIes Ie pIus difficiIe a enIe-
vei... Leuis aclions, quoique lonnes, ne sonl pas appiouvees pai Ie vuIgaiie, qui ne Ies voil pas leIs qu'iIs sonl ieeIIenenl , el
eux-nônes ne iegaidenl pas Ieuis ouvies de noilificalion, si nonlieuses soienl-eIIes, conne piocedanl de Ieui piopie fond el
de Ieuis piopies foices. IIs ne se conpIaisenl donc poinl en eux-nônes el sonl a I´alii de Ia piesonplion. Qui esl appiouve pai
Dieu esl desappiouve pai Ie vuIgaiie, el qui s'eIil soi-nône n'esl pas au nonlie des eIus de Dieu. Ainsi IlIis (Ie dialIe) ful ap-
piouve pai Ies honnes el acceple pai Ies anges, el iI se conpIul en soi , nais Dieu n'elanl pas salisfail de Iui, Ieui appiolalion
ne Iui iappoila qu'une naIediclion. Adan, d'aulie pail, ful desappiouve pai Ies anges, qui diienl : « Vas-lu pIacei sui Ia leiie
queIqu'un qui y feia Ie naI ` » (Coian, II, 28), nais iI ne se conpIul pas en soi, cai iI dil : « O non Seigneui, nous sonnes cou-
palIes » (Coian, VII, 22) , Dieu elanl salisfail de Iui, Ie lIâne des anges el son iepenlii pioduisiienl des fiuils de niseiicoide...
Le lIâne des honnes esl Ia nouiiiluie des anis de Dieu, cai iI esl un signe de I'appiolalion divine , iI esl Ie deIice des sainls de
Dieu, cai iI esl une pieuve qu'iIs sonl piòs de Iui , iIs s'en iejouissenl conne Ies aulies honnes se iejouissenl de Ia popuIaiile.
SeIon un hadils que I'Apôlie auiail ieçu de CaliieI, Dieu dil : « Mes anis sonl sous non nanleau : sauf noi, peisonne lne Ies
connaîl a I'exceplion de nes anis (
42
). » Ioui ceilains, Ia « voie du lIâne » esl une nelhode d'ascòse el de noilificalion , Ieui
pIus giande joie esl d'ôlie nepiise, niseialIe, huniIie, aviIi. On denandail un joui a Iliâhîn len Adhan s'iI avail janais connu
Ia salisfaclion de son desii : « Oui, dil-iI , deux fois. La pieniòie, j'elais dans un naviie, où peisonne ne ne connaissail. }'elais
vôlu d'halils connuns, na cheveIuie elail Iongue el non aspecl leI que loul Ie nonde iiail el se noquail de noi. II y avail Ia un
louffon qui passail son lenps a ne liiei Ia laile, a ne I'aiiachei el a ne faiie sulii loules soiles d'affionls a sa naniòie. }'elais
paifailenenl salisfail, nais na joie alleinl son pIus haul poinl Ie joui où ce louffon s'appiocha el pissa sui noi. La seconde fois,
j'aiiivai a un viIIage pai une foile pIuie qui avail lienpe non fioc iapiece sui non coips, el j'elais accalIe pai Ie fioid de I'hivei.
}e vins a Ia nosquee, nais on ne ne Iaissa pas enliei. La nône chose n'advinl a Ia poile de liois aulies nosquees où je chei-
chais alii. De desespoii, conne Ie fioid iesseiiail sa giiffe sui non coui, j'enliai dans une naison de lains el j'elendis na iole
Ie Iong du poôIe. La funee n'enveIoppa el noiicil nes vôlenenls el non visage. AIois je ne senlis enliòienenl salisfail (
43
). »
Dans Ie couis de sa vie, Ie çoufi doil acconpIii, a I'exenpIe du Iiophòle, une ou pIusieuis ieliailes (|na|ua), geneiaIenenl de
quaianle jouis conne }esus au deseil el Moïse avanl de nonlei au Sinaï. Celle ieliaile a une giande inpoilance el esl conside-
iee conne un des noyens Ies pIus efficaces, quand on y esl lien piepaie, poui ollenii Ia deIiviance. LIIe se fail dans une ceIIuIe
speciaIe, aussi peu confoilalIe que possilIe, où I'on puisse olseivei Ie siIence conpIel de Ia Iangue el du coui.
On connence pai faiie une giande alIulion, ievôlii des halils paifailenenl piopies, faiie une piiòie el un acle de conliilion
geneiaIe. On ne soil de Ia ceIIuIe que poui se iendie a Ia piiòie en connun. On ne nange en piincipe que du pain el du seI en
s'effoiçanl d'en dininuei piogiessivenenl Ia quanlile de façon a ne pIus alsoilei qu'une deni-Iivie pai joui dans Ia deiniòie

42
Houjvîiî, Kacnf a| nanjcuo, ch. VI, liad. NichoIson, 1911, p. 62 el suiv.
43
Ilid., p. 68. ~ Cf. un iecil du nône genie dans Ies |icrc||i.



decade. Souhiavaidi cile des gens qui, duianl une leIIe ieliaile de quaianle jouis, ne nangòienl que qualie fois : Ie sepliòne, Ie
dix-sepliòne, Ie lienle-deuxiòne el Ie quaianliòne joui.
Toul Ie lenps esl aIois occupe pai Ia nedilalion el Ia piiòie. Le çoufi iecile Ia cnanada (II n'y a de divinile qu'AIIah...) jusqu'a
ce qu'iI senle qu'iI n'y a d'aulie ôlie veiilalIe que I'Llie alsoIu. II fail Ie dzi|r jusqu'a ce qu'iI neuie au nonde sensilIe poui vivie
dans Ie nonde ieeI lianscendanl. II ne doil enliei en une leIIe ieliaile que sui Ie conseiI de son cheikh, Ioisqu'iI y esl lien dispo-
se , sinon Ie denon enlieiail avec Iui dans sa ceIIuIe. Si I'espiil (rcun) el Ia iaison ('aq|) ne piedoninenl pas en Iui sui I'âne chai-
neIIe (nafs) el I'inaginalion (uann), Ia soIilude el Ies ausleiiles ne Iui feiaienl que du naI. II en esl de nône poui I'assislance au
sana´, conceil spiiilueI, seance de nusique el de danse exlalique. D'une façon geneiaIe d'aiIIeuis, Ie cadie de Ia RògIe doil ôlie
assez eIaslique poui s'adaplei aux elals el aux facuIles diveises de chacun. Toul individu, dil Souhiavaidî, doil avoii sa pail
deleininee d'exeicices naleiieIs el d'exeicices spiiilueIs, el seuIenenl ceIIe-Ia. Le cheikh n'appiend a chacun que Ia pailie de Ia
docliine qu'iI esl capalIe de conpiendie. Son haliIele consisle a ieconnaîlie Ies capaciles de chaque leiiain el d'y senei Ies
giaines adequales aux nonenls convenalIes.
L´on doil oleii au cheikh nouichid sans disculei, pcrindc ac cadatcr, conne a Dieu nône. L'oleissance esl en effel une ex-
ceIIenle nelhode de ienoncenenl el un ienpail conlie I'iIIuninisne. Mais une passivile alsoIue peul avoii ses dangeis si Ie
supeiieui esl indigne ou au-dessous de sa lâche. Aussi Ies liailes de çoufisne allachenl-iIs une exliône inpoilance au choix du
cheikh.

LLS CONIRLRILS. LL MARAßOUTISML. L'LTAT IRLSLNT DL LA MYSTIQUL MUSULMANL.

Les cenlies de çoufisne devinienl non seuIenenl des ecoIes de sainlele, nais aussi paifois ce que M. Massignon appeIIe des
« funeiies d'opiun suinaluieI, des Colineau Veiein de I'exlase », où I'on echangeail de sulliIes senlences finenenl ciseIees
dans un slyIe lechnique, el pIus iepelees que loujouis viainenl vecues.
De nône que I'Un neopIalonicien finil pai ôlie pialiquenenl deliône pai Ies daïnons, anges el eons foinanl I'echeIIe enlie
Ie cieI el Ia leiie, de nône, nole M. NichoIson (
44
), Ies çoufis qui piofessaienl I'adoialion de I'Unique ReaIile, iisquòienl souvenl
de faiie d'individus hunains I'oljel de Ieui cuIle effeclif.
IIus ou noins diieclenenl Ie çoufisne esl Iie au cuIle des sainls, qui degenòie, dans Ies nasses ignoianles des epoques de
decadence, en naialoulisne effiene, avec Ia conpIicile des chefs spiiilueIs. AIois que, pai Ia hauleui de Ieuis vues el Ieui Iai-
geui d'espiil, Ies giands çoufis avaienl ele Ies pionnieis de Ia loIeiance, Ies nenlies des confieiies devinienl paifois Ies chan-
pions du fanalisne.
Le Sainl, Ie ua|i, Ie ça|in, esl I'eIu, I'ani de Dieu, el loul ce que nous avons dil de Ia nyslique nonlie queIIe inpoilance a
I'idee de sainlele dans Ia vie nusuInane. LIIe esl naIheuieusenenl elendue paifois alusivenenl dans Ia pialique. La nolion de
oara|a, de foice suinaluieIIe enananl quasi naleiieIIenenl du coips du sainl ou de son lonleau, esl aIois agiandie denesuie-
nenl au deliinenl de Ia nolion de vaIeui spiiilueIIe el noiaIe. L'on consideieia conne sainls des individus excenliiques ou
failIes d'espiil el I'on appiecieia Ieui sainlele a piopoilion de Ieuis exliavagances , insliunenls passifs de Ia foice suinaluieIIe
qui Ies possòde, iIs seionl consideies conne iiiesponsalIes el au-dessus de loule ciilique. L'idee de pauviele esl si inlinenenl
Iiee a ceIIe de sainlele que Ie nol faqir, pauvie, esl synonyne de sainl. Mais iI seil aussi liop connunenenl a designei un vuI-
gaiie nendianl qui veul passei poui un sainl. Lnfin Ia peisonne ou Ia lonle des sainls esl I'oljel de lanl de supeislilions iappe-
Ianl Ie paganisne qu'on a pu diie que Ie naialoulisne elail, pIulôl que I'IsIan, en pIusieuis iegions, Ia ieIigion de fail d'une
pailie des nasses nusuInanes. Les confieiies se nuIlipIiòienl el adniienl, oulie Ies çoufis piopienenl dils voues a Ia vie ieIi-
gieuse dans Ies zavias, un nonlie de pIus en pIus giand de « fiòies », lieis-oidie vivanl dans Ie nonde, nais pailicipanl a cei-
lains exeicices pulIics el a Ia oara|a de I'ensenlIe.
Celle exliône vuIgaiisalion anena piogiessivenenl Ies confieiies, suiloul depuis Ie XVIe siòcIe, a s'occupei des choses de ce
nonde, a jouei un iôIe poIilique, en nône lenps "qu'eIIe favoiisail loules Ies devialions, supeislilions el alus.
Conlie ces alus piolesle aujouid'hui eneigiquenenl Ie nouvenenl iefoinisle : puiilanisne iadicaI el « pioleslanl » des
Wahaliles, iefoinisne nodeie des discipIes du cheikh egyplien Mohanned 'Aldou, Iaïcisne exlienisle des KenaIisles luics.
MaIheuieusenenl, Ie nodeinisne nusuInan iisque d'aiiachei Ie lon giain en nône lenps quen I'iviaie el d'allaquei avec Ie
çoufisne Ia fIeui nône, I'âne piofonde el vivifianle de Ia civiIisalion nusuInane, que ful Ia liadilion nelaphysique el nys-
lique.
Dans Ia si deIicale el difficiIe adaplalion a Ia vie conlenpoiaine, Ie nonde nusuInan, si I'evoIulion ne se fail pas dans Ia
Iigne de ses viaies liadilions, iisque de piendie a I'Luiope ses defauls, sans acqueiii ses quaIiles el de peidie, a piopienenl pai-
Iei, son âne. Si d'une pail Ia jeunesse evoIuee se desinleiesse des liadilions, qu'iI ne faul pas confondie avec Ies ioulines, el de
Ia Tiadilion univeisaIisle, qui esl aux anlipodes de lous Ies piejuges, el si d'aulie pail Ies conseivaleuis conseivanl Ieuis pieju-
ges el Ieuis ioulines iefusenl d'eIaigii Ieui hoiizon, Ie fIanleau de I'hunanisne el de Ia nyslique, IesqueIs sonl, quoi qu'on en
pense paifois, elioilenenl Iies I'un a I'aulie, ne seia pIus sauvegaide que sous un loisseau de pIus en pIus cIos.
TeIIe esl, d'aiIIeuis, peul-ôlie, a I'âge de fei que nous vivons Ia deslinee de I'Lspiil.

*
* *



44
Inlioduclion a son edilion el liaduclion angIaise du Ditani Snansi Taoriz de }aIâI addîn Roûnî, p. XXI.



Le Dîvân des poònes d'Iln aI Iâiidh ful ieuni pai son pelil-fiIs 'AIi. II donna Iieu a de nonlieux connenlaiies, nolannenl
pai Siiâj aI Hindî, Kâchânî, Chans aI ßasilî, Iaighânî, Zouhaiiî, Hanavî, Qazvînî, }ânî Qaïçaiî, ßoûiînî, NâloIosî.
Une pailie des connenlaiies de ßoûiînî el de NâloIosî a ele inpiinee dans I'edilion du Divan d'Iln aI Iâiidh (sauf Ia
Grandc Ta'iqa), faile pai Ie Syiien chielien Rochayd ad Dahdâh, a MaiseiIIe en 1853, edilion qui ful denaiquee pai pIusieuis
aulies, inpiinees en Oiienl (
45
).
Un nanusciil de Ia ßilIiolhòque NalionaIe nous a peinis de conpIelei Ie lexle de NâloIosî poui des passages essenlieIs. Da-
le de 1232/1817, iI conlienl, en effel, I'inlegiaIile du connenlaiie, en qualie voIunes cIasses sous Ia cole : Mss aiales 3159-3162,
el inliluIes Kacnfcu's sirri '| gnanidn fi cnarni diuan |oni | |aridn. « Myslòies piofonds nis a decouveil poui seivii d'expIicalion au
Divan d'Iln aI Iâiidh, pai 'AldeIghanî iln Isnâ 'iI an NâloIosî.
Le connenlaiie de Ia Khaniiya se liouve aux foIios 14-85 du 4e voIune.
II exisle d'aulies nanusciils du connenlaiie de NâloIosî au ßiilish Museun, (add. 7564-5 Rich.,) a ßeiIin el a Leyde.
Le connenlaiie de ßoûiînî esl suiloul giannalicaI el IilleiaIisle, nous n'en n'avons donne que queIques passages pouvanl
avoii Ieui inleiôl , ceIui de NâloIosî, conpose en 1O86/1675, esl nellenenl nelaphysique el nyslique.
AI Hasan iln Mohannad ad Dinachqî aç Çaffoûiî ßadi addîn aI ßoûiînî naquil en 963/1556 a Çaffoûiiya en CaIiIee, vecul
suiloul a Danas el a }eiusaIen, ful en 1O2O/1611 cadi de Ia caiavane syiienne du pòIeiinage de Ia Mecque, el nouiul en 1O24
(11 juin 1615). II esl I'auleui d'un iecueiI de 2O5 liogiaphies, de queIques poònes el du connenlaiie d'Iln aI Iâiidh (
46
).
'AdleIghanî an NâloIosî (de NapIouse en IaIesline), ne en 1O5O/1641,noil en 1143/1731, eludia sepl ans a Danas piòs de Ia
nosquee des Oneiades Ies ouvies d'Iln 'Aialî el ceIIes de 'Afîf addîn al TiIinsânî, s'affiIia aux confieiies Qadiiiya el Naq-
chlandiya, se iendil en 1664 a ConslanlinopIe, en 1666 a ßaghdad, en 1688 au Lilan, en 1689 a }eiusaIen, en 1693 en Lgyple el a
Ia Mecque, en 17OO a TiipoIi, el ievinl a Danas où iI vecul jusqu'a sa noil au faulouig de ÇâIihîya. Les lazais de Ia viIIe feinò-
ienl Ie joui de son enleiienenl, Ie 24 cha'lân 1143/4 nais 1731. ßeaucoup Ie consideiaienl conne un sainl , iI n'en avail pas
noins ele accuse d'inpiele el naIliaile au couis d'une eneule.
ßiockeInann donne (cp. ci|., II, 345 el suiv.) une Iongue Iisle de ses ouviages. A pail ses connenlaiies de nonlieux poòles
el auleuis nysliques, Ies pIus inleiessanls sonl Ies iecils de ses voyages. II fil aussi des poònes en aiale cIassique el en Iangue
diaIeclaIe, un ouviage sui Ies songes liòs popuIaiie en Oiienl, une defense des MavIavis, deiviches louineuis discipIes de }aIâI
addîn Roûnî, elc. M. Massignon (
47
) a liouve un cuiieux nanusciil donl on ne connaîl que deux exenpIaiies, inliluIe Gnaqa| a|
na|n|cuo fi nanaooa| a| Manocuo, où NâloIosî, defendanl I'anoui pIalonique, s'effoice d'elalIii a coup de hadils nohannediens
qu'iI esl Iicile de iegaidei avec pIaisii de leaux visages adoIescenls.
Dans son connenlaiie d'Iln aI Iâiidh, NâloIosî inleipiòle Ies veis du poòle seIon Ia docliine çoufie el, speciaIenenl, ceIIe
d'Iln 'Aialî, qu'iI appeIIe Ie Cnci|n a| A|oar, Ie naîlie pai exceIIence, nais en s'effoiçanl d'allenuei Ies foinuIes que I'on pouiiail
jugei scalieuses chez ce deiniei el d'en donnei une inleipielalion oilhodoxe.
Iln aI Iâiidh (
48
) esl foil peu connu en Iiance. Ialiicius dans son Spccincn araoicun, Roslock, 1638, in-4°, p. 151, en avail lia-
duil en Ialin 14 veis (du poòne : « C'esl loi qui esl na Ioi »...). W. }ones, dans ses Ccnncn|arii pccsccs asia|ica, Londies, 1774 el
Leipzig, 1777, in-8°, p. 79, avail donne Ie lexle el Ia liaduclion Ialine de Ia qacida : « Lsl-ce un ecIaii a I'hoiizon, ou Ie voiIe de
LeïIa qui en lonlanl a Iaisse voii son visage ` »
C. A. WaIIin edila en 185O a HeIsingfois Ia qacida iinanl en : -âhâ : Carncn c|cgiacun ionu'| |aridi cun ccnncn|aric Aodu|gna-
nini (NâloIosî), avec lexle aiale aulogiaphie.
SiIveslie de Sacy, dans sa Cnrcs|cna|nic araoc, lone III, p. 143-74, donne avec des noles Ie poòne : « Iouiquoi ne n'esl-iI pas
peinis d'elanchei sui les Iòvies Ia soif qui ne devoie ` » ainsi que neuf peliles enignes.
Ciangeiel de Lagiange liaduisil en fiançais queIques couils poònes dans une pIaquelle de dix-huil pages : |x|rai|s du ditan
d'Onar ion |arcdn, 1823, el dans son AnlhoIogie aiale, 1828, nolannenl Ia Knanriqa, donl sa liaduclion esl iepioduile dans Ies
Pagcs cncisics dcs grands |critains : Les au|curs araocs, avec une inlioduclion pai L. MachueI, Iaiis, CoIin, 1912, p. 253 a 256.
Une Khaniiya esl, on Ie sail, un genie cIassique de poòne consacie a I'eIoge du vin, piofane ou nyslique.
D'aulies poònes nineuis d'Iln aI Iâiidh sonl liaduils dans : I. de Mailino el AldeI KhaIek ley Saioil, An|nc|cgic dc |'Ancur
aiale, 19O2, p. 259-264, pai V. }anali dans un nuneio du Mcndc pcc|iquc de 1886, p. 164, el pai Wacyf ßoulios ChaIy dans |cs
Pcr|cs |parpi||ccs.
Ces liaduclions Iaissenl en geneiaI leaucoup a desiiei. Les pIus iecenles senlIenl ignoiei que Ies poònes onl un sens nys-
lique el n'y voii que des chanls d'anoui piofane. Ciangeiel de Lagiange, qui sail qu'iI s'agil dans Ia Khaniiya de I'Anoui di-
vin, nel pai convenance Ie ßien-Aine au feninin. Dans sa |i||cra|urc araoc, p. 116, CIenenl Huail, consacianl queIques Iignes a
Iln aI Iâiidh, Ie piesenle conne un poòle lachique ainanl foil Ie jus de Ia lieiIIe. SiIveslie de Sacy esl Ie pòie el Ie geanl de

45
La pieniòie edilion inpiinee du Divan esl d'AIep, 1257/1841. Les aulies edilions avec connenlaiies sonl de ßeyioulh.
13O4/1887,13O8/1891,1312/1895, Le Caiie, 1289/1872, 13O6/1889. el 131O/1893. ~ Cf. a Ia ßilIiolhòque NalionaIe Ies Mss. Aiales
645,1343,1932,3143-8, 3157-66, 3171, 4261, 5O88, 59O6, 6O84.
46
Lilhogiaphie au Caiie en 1279/1862. Cf. Deienlouig, |cs nanuscri|s Araocs dc |'|scuria|, N° 42O, 4 , ~ ßiockeInann, Gcscnicn|c dcr Arao. |i|-
|cr. II, 29O.
47
Cf. Rccuci| dc |cx|cs incdi|s ccnccrnan| |'nis|circ dc |a nqs|iquc cn paqs d'is|an, 1929, p. 242-243.
48
Oulie ces liavaux, I'on liouveia des nolices liogiaphiques sui Iln aI Iâiidh, pai son pelil-fiIs 'AIi, dans I'inlioduclion au Dîvân, dans : Iln
KhaIIikân, 8icgrapnica| dic|icnarq liansIaled ly ßaion Mac Cuckin de SIane, Londies el Iaiis, 1843, l. II, p. 388 , ~ Alou'I Iahâh
'AldaIhayy, Cnadnara| a| Dnanao, lexle aiale iepioduil pai NichoIson dans }ouinaI of lhe RoyaI Asialic Sociely, 19O6, p. 797 , ~ ßiockeI-
nann, Gcscnicn|c dcr Araoiscncn |i||cra|ur, l. I, p. 262 el suiv., avec une Iongue Iisle des edilions, des nanusciils el des connenlaiies de ses
poònes.



I'OiienlaIisne , sa pIace esl de loul pieniei iang el ses ouvies onl une inpoilance capilaIe, nais a son epoque Ie çoufisne elail
encoie assez naI connu. II ful d'aiIIeuis Ie pieniei a I'eludiei conne Ie piouve son essai sui Ies Nafana| a| cuns de }ânî. Mais iI
ne s'aiiôla pas aulienenl a Iln aI Iâiidh.
C'esl en IlaIie que Ies poònes d'Iln aI Iâiidh onl eu Ie pIus de vogue. Iielio VaIeiga liaduisil el conpaia aux veis de Ie-
liaique Ies poònes nineuis : Ditanc di Onar fig|ic di Â|-|arcd, 1874 , el || Ditanc di Onar ocn a| |arcd, |radc||c c parcgcna|c cc| can-
zcnicrc dc| Pc|rarca, IIoience, 1874. C'esl Ia seuIe liaduclion conpIòle en Luiope des poònes nineuis. Ln 19O1, I'edileui
Caiiinglon en avail annonce une liaduclion fiançaise en edilion de Iuxe, pai M. ßichaia Iacaiie, d'apiòs I'edilion aiale du
cheikh Rochayd ad Dahdâh de 1853 , nais eIIe n'a pas paiu.
D'aulie pail, Ia giande Ta'iqa, Iong poòne didaclique de 761 veis sui Ia nyslique, inpoilanl nais noins vivanl que Ies qaci-
das, a ele I'oljel de savanles eludes en IlaIie. Le piofesseui Ignazio di Malleo en fil une liaduclion aulogiaphiee non nise dans
Ie pulIic, a Rone, en 1917 : |on a| |arid, || gran pccna nis|icc nc|c cc| ncnc a|-Ta'iqqan a| Kuora, Rona, 1917, aulogi., 8°, II-257
pages. A ce piopos Ie piofesseui C. A. NaIIino pulIia dans Ia Ritis|a dcg|i s|udi cricn|a|i, 1919, l. VIII, p. 1-1O6, un Iong ailicIe liie
a pail : || pccna nis|icc araoc d'|on a| |arid in una rcccn|c |raduzicnc i|a|iana. I. di Malleo iepondil en un ailicIe de Ia nône ievue,
192O, 479-5OO : SuIIa nia inleipielazione deI poena nislico d'Iln aI Iâiid, auqueI M. NaIIino iepIiqua (ilid, 5O1-562) : Anccra su
|on a| |arid c su||a nis|ica nusu|nana.
De celle poIenique M. ReynoId AIIeyne NichoIson, piofesseui a Canliidge, eciil dans ses S|udics in is|anic nqs|icisn, Can-
liidge, 1921, p. VII : « Les ailicIes de NaIIino, qui conpiennenl un exanen ciilique de nonlieux passages du poòne, sonl Ia
pIus inpoi-lanle conliilulion qu'un oiienlaIisle euiopeen ail appoilee a I'elude d'Iln aI Iâiidh... Ioui Iui, conne poui noi, iI
senlIe cIaii que Ie poinl de vue de Di Malleo esl eiione. Ni Ia foine ni Ia sulslance de Ia Tâ'iya ne suggòienl qu'eIIe ful inspiiee
pai Iln aI'Aiali, quoiqu'on y puisse liouvei queIques liaces de son infIuence. LIIe n'esl pas du nône genie que des poònes
inspiies ceilainenenl pai Iui, leIs que Ia 'Aqniqqa de }îIî. Suiloul c'esl I'auloliogiaphie d'un nyslique, Ia desciiplion pai un
poòle de sa vie inleiieuie, el Ies leines enpIoyes appailiennenl au vocaluIaiie psychoIogique du çoufisne, a pail de iaies ex-
ceplions. }e ne conliedis pas ceux qui appeIIenl Iln aI Iâiidh un panlheisle , nais son panlheisne (a Ia diffeience de ceIui de ses
connenlaleuis) esl essenlieIIenenl une naniòie de senlii, non un syslòne de pensee. » Ces ienaiques sonl assez jusles, nais iI
convienl d'ajoulei que, nône chez NâloIosî, discipIe d'Iln 'Aialî el nône chez ce deiniei, iI s'agil, non pas de panlheisne au
sens occidenlaI nodeine, nais de ce poui quoi M. NichoIson Iui-nône a piopose Ie nol pancn|ncisnc.
M. NichoIson a liaduil en piose angIaise Ies liois quails de celle Ciande Tâ'iya (
49
), ainsi que queIques fiagnenls d'aulies
poònes (
5O
).
Ln aIIenand, Iln aI Iâiidh eul Ia « naIchance d'ôlie liaduil (
51
) pai von Hannei (
52
) ».
Nous ieneicions M. L. Massignon, piofesseui au CoIIòge de Iiance, M. Rene Cuenon, Si Mohanned eI Iasi, Si Mohanned
len 'AldeIjeIiI el Si Ahned ßennani, de Iòs, des conseiIs el des indicalions qu'iIs nous onl donnes.
L. D.




















49
S|udics in is|anic nqs|icisn, p. 195-266.
5O
|oid., p. 162 el suiv., el dans : A |i|crarq nis|crq cf |nc Araos, Londies, 1O,O1, el Trans|a|icns cf cas|crn pcc|rq and prcsc, Canliidge, 1922. Cf. aussi
ßiovne, |i|crarq nis|crq cf Pcrsia, II, p. 5O4.
51
Das araoiscnc ncnc |icd dcr |icoc das is|, « |onc| |aridns Taìjc| » in Texl und Ueleiselzung zun eislen MaIe... heiausgegelen von Hannei-
IuigslaII. Vienne, Inpiineiie InpeiiaIe, 1854, in-4°. L'edilion du lexle aiale vocaIise esl exceIIenle, nais Ia liaduclion en veis aIIenands a
ele sevòienenl appieciee.
52
NichoIson, cp. ci|., p. V el p. 189 : « To liansciile is one lhing, lo liansIale is anolhei and as « liansIalion » of a Iileiaiy voik usuaIIy inpIies
lhal sone allenpl has leen nade lo undeisland il, I piefei lo say lhal Von Hannei iendeied lhe poen inlo geinan ihyned veise ly a
nelhod pecuIiai lo hinseIf, vhich appeais lo have consisled in picking oul lvo oi lhiee voids in each coupIel and fiIIing lhe void vilh
any ideas lhal vighl sliike his fancy. Ieihaps, in a sense, lhe Ta'iqqa is unslianIalalIe... »



LA KHAMRIYA
(E!ngc du VIn)

Ioòne nyslique d´Iln aI Iaiidh
Suivi du connenlaiie
De 'AldaIghanî an NaloIosî

Cc||c |raduc|icn incdi|c a c|c fai|c d´aprcs |cs cdi|icns
du Diuan d´|on a|-|aridn ccnp|c|ccs par un nanuscri|
dc |a 8io|ic|ncquc Na|icna|c.
|||c ccnprcnd aussi, quand i|s cn| un in|crc| par|icu-
|icr, ccr|ains passagcs du ccnncn|airc dc 8curini.


NOUS AVONS ßU A LA MLMOIRL DU ßILN-AIML UN VIN QUI NOUS A LNIVRLS AVANT LA CRLATION DL LA
VICNL.

NOTRL VLRRL LTAIT LA ILLINL LUNL. LUI, IL LST UN SOLLIL , UN CROISSANT LL IAIT CIRCULLR. QUL
D'LTOILLS RLSILLNDISSLNT QUAND IL LST MLLANCL !

SANS SON IARIUM }L N'AURAIS IAS TROUVL LL CHLMIN DL SLS TAVLRNLS. SANS SON LCLAT L'IMACINATION
NL IOURRAIT LL CONCLVOIR.

LL TLMIS LN A SI ILU CONSLRVL QU'IL LST COMML UN SLCRLT CACHL AU IOND DLS IOITRINLS.

SI SON NOM LST CITL DANS LA TRIßU, CL ILUILL DLVILNT IVRL SANS DLSHONNLUR LT SANS ILCHL.

IL LST MONTL ILU A ILU DU IOND DLS VASLS LT IL N'LN RLSTL LN VLRITL QUL LL NOM.

QU'IL VILNNL UN }OUR A L'LSIRIT D'UN HOMML, LA }OIL S'LMIARL DL CLLUI-CI LT LL CHACRIN S'LN VA.

LA SLULL VUL DU CACHLT IOSL SUR LLS VASLS SUIIIT A IAIRL TOMßLR LLS CONVIVLS DANS L'IVRLSSL.

S'ILS ARROSAILNT D'UN TLL VIN LA TLRRL D'UN TOMßLAU, LL MORT RLTROUVLRAIT SON AML LT SON CORIS
SLRAIT RLVIVIIIL.

LTLNDU A L'OMßRL DU MUR DL SA VICNL, LL MALADL DL}A ACONISANT RLTROUVLRAIT AUSSITOT SA
IORCL.

IRLS DL SLS TAVLRNLS, LL IARALYTIQUL MARCHL LT LLS MULTS SL MLTTLNT A IARLLR AU SOUVLNIR DL SA
SAVLUR.

SI LLS SOUIILLS DL SON IARIUM S'LXHALLNT LN ORILNT, UN HOMML IRIVL D'ODORAT DLVILNT DANS
L'OCCIDLNT CAIAßLL DL LLS SLNTIR.

CLLUI QUI TILNT LA COUIL, LA IAUML IARDLL DL CL VIN, NL S'LCARLRA IAS DANS LA NUIT , IL TILNT UN
ASTRL DANS LA MAIN.

UN AVLUCLL-NL QUI LL RLCLVRAIT DANS SON CGUR RLCOUVRLRAIT AUSSITOT LA VUL. LL ßRUISSLMLNT DL
SON IILTRL IAIT LNTLNDRL LLS SOURDS.

SI DANS UNL TROUIL DL CAVALILRS SL DIRICLANT VLRS LL TLRROIR QUI LUI DONNL NAISSANCL, QULL-
QU'UN LST IIQUL IAR UNL ßLTL VLNIMLUSL, LL IOISON NL LUI IAIT IAS DL MAL.

SI L'LNCHANTLUR TRACL LLS LLTTRLS DL SON NOM SUR LL IRONT D'UN IOSSLDL, CLS CARACTLRLS LL CUL-
RISSLNT.

ßRODL SUR LL DRAILAU DL L'ARMLL, CL NOM LNIVRL TOUS CLUX QUI MARCHLNT SOUS L'LTLNDARD.

IL IOLIT LL CARACTLRL DLS CONVIVLS LT IAR LUI SL CONDUISLNT DANS LA VOIL DL LA RAISON CLUX QUI
N'ONT IAS DL RAISON.




CLLUI DONT LA MAIN N'A }AMAIS CONNU LA LARCLSSL DLVILNT CLNLRLUX, LT CLLUI QUI N'AVAIT IAS DL
CRANDLUR D'AML AIIRLND A SL MODLRLR, MLML DANS LA COLLRL.

SI LL ILUS STUIIDL DLS HOMMLS IOUVAIT ßAISLR LL COUVLRCLL DL SON AICUILRL, IL ARRIVLRAIT A COM-
IRLNDRL LL SLNS DL SLS ILRILCTIONS.

ON ML DIT : « DLCRIS-LL, TOI QUI LS SI ßILN INIORML DL SLS QUALITLS ». ~ OUI, LN VLRITL, }L SAIS COMMLNT
LL DLCRIRL.

C'LST UNL LIMIIDITL LT CL N'LST IAS DL L'LAU, C'LST UNL ILUIDITL LT CL N'LST IAS DL L'AIR, C'LST UNL LU-
MILRL SANS ILU LT UN LSIRIT SANS CORIS.

SON VLRßL A IRLLXISTL LTLRNLLLLMLNT A TOUTLS LLS CHOSLS LXISTANTLS, ALORS QU'IL N'Y AVAIT NI
IORMLS NI IMACLS.

C'LST IAR LUI QU'ICI SUßSISTLNT TOUTLS LLS CHOSLS, MAIS LLLLS LL VOILLNT AVLC SACLSSL A QUI NL
COMIRLND IAS.

LN LUI MON LSIRIT S'LST LILRDU DL TLLLL SORTL QU'ILS SL SONT MLLLS TOUS DLUX INTIMLMLNT, MAIS CL
N'LST IAS UN CORIS QUI LST LNTRL DANS UN CORIS.

VIN LT NON VICNL : }'AI ADAM IOUR ILRL. VICNL LT NON VIN : SA MLRL LST MA MLRL.

LA IURLTL DLS VASLS LN VLRITL VILNT DL LA IURLTL DLS IDLLS , LT LLS IDLLS, C'LST LUI QUI LLS IAIT
CROITRL.

ON A IAIT UNL DISTINCTION , MAIS LL TOUT LST UN , NOS LSIRITS SONT LL VIN LT NOS CORIS LA VICNL.

AVANT LUI, IL N'Y A IAS D' « AVANT » LT AIRLS LUI, IL N'Y A IAS D' « AIRLS » , LL COMMLNCLMLNT DLS
SILCLLS A LTL LL SCLAU DL SON LXISTLNCL.

AVANT QUL LL TLMIS IUT, IL A LTL SOUS LL IRLSSOIR. LL TLSTAMLNT DL NOTRL ILRL N'LST VLNU QU'AIRLS
LUI, IL LST COMML UN ORIHLLIN.

TLLLLS SONT LLS ßLAUTLS QUI INSIIRLNT IOUR LL LOULR LLS IROSLS HARMONILUSLS LT LLS VLRS CHAN-
TANTS.

CLLUI QUI NL LL CONNAIT IAS LNCORL SL RL}OUIT DL L'LNTLNDRL CITLR, COMML L'AMANT DL NOU'M
D'LNTLNDRL LL NOM DL NOU'M.

ILS ONT DIT : « TU AS ILCHL LN LL ßUVANT.»~ NON, CLRTLS, }L N'AI ßU QUL CL DONT }'LUSSL LTL COUIAßLL
DL ML IRIVLR.

HLURLUX LLS CLNS DU MONASTLRL ! COMßILN ILS SL SONT LNIVRLS DL CL VIN ! LT IOURTANT ILS NL L'ONT
IAS ßU, MAIS ILS ONT LU L'INTLNTION DL LL ßOIRL.

AVANT MA IUßLRTL }'AI CONNU SON IVRLSSL, LLLL SLRA LNCORL LN MOI QUAND MLS OS SLRONT IOUS-
SILRL.

IRLNDS-LL IUR, CL VIN , OU NL LL MLLL QU'A LA SALIVL DU ßILN-AIML , TOUT AUTRL MLLANCL SLRAIT
COUIAßLL.

IL LST A TA DISIOSITION DANS LLS TAVLRNLS , VA LL IRLNDRL DANS TOUTL SA SILLNDLUR. QU'IL LST ßON
DL LL ßOIRL AU SON DLS MUSIQULS !

CAR }AMAIS NULLL IART IL N'HAßITL AVLC LA TRISTLSSL, COMML N'HAßITLNT }AMAIS LNSLMßLL LLS CHA-
CRINS LT LLS CONCLRTS.

SI TU T'LNIVRLS DL CL VIN, IUT-CL LA DURLL D'UNL SLULL HLURL, LL TLMIS SLRA TON LSCLAVL DOCILL LT
TU AURAS LA IUISSANCL.




IL N'A IAS VLCU ICI-ßAS CLLUI QUI A VLCU SANS IVRLSSL, LT CLLUI-LA N'A IAS DL RAISON QUI N'LST IAS
MORT DL SON IVRLSSL.

QU'IL ILLURL SUR LUI-MLML, CLLUI QUI A ILRDU SA VIL SANS LN IRLNDRL SA IART.


NOUS AVONS ßU A LA MLMOIRL DU ßILN-AIML UN VIN» (
53
) DONT NOUS NOUS SOMMLS LNIVRLS AVANT LA
CRLATION DL LA VICNL.
ßOURINI ~ Sache que celle qacida esl conposee dans Ia Iangue lechnique des çoufis, dans Ie Iexique desqueIs Ie Vin, avec
ses nons el ses alliiluls, signifie ce que Dieu a infuse en Ieui âne de connaissance, de desii el d'anoui. Le ßien-Aine, c'esl lan-
lôl Ie Iiophòle, lanlôl I'essence du Ciealeui, I'LleineI (qu'iI soil giand el haul !), paice que Dieu (qu'iI soil exaIle !) a desiie ôlie
connu el a ciee. Sa ciealion piovienl de I'anoui (
54
) , el puisqu'iI a aine, puis ciee, iI esl donc I'Ananl el I'Aine, Ie Denandeui
el Ie Denande. Le Vin, ici, c'esl Ia Connaissance de Dieu el Ie desii aidenl d'aIIei veis Dieu.

53
Le Vin esl enpIoye poui signifiei I'anoui divin, anoui de Dieu poui Lui-nône el anoui de Dieu poui Ies honnes el des
honnes poui Dieu, cause el fin de I'univeis. Anoui geneialeui du nonde el anoui deifoinaleui des ânes. Anoui insepa-
ialIe de Ia connaissance. Manaooa el na'rifa. Anoui d'aulanl pIus giand que Ia connaissance esl pIus paifaile (Leonaid de Vin-
ci). Anoui qui nail de Ia connaissance viaie aussi necessaiienenl que Ia Iuniòie du soIeiI (Spinoza). Anoui qui liansfoine
I'ananl dans I'oljel de son anoui, au poinl que I'Ananl, I'Aine el I'Anoui deviennenl un.
Le synloIisne lachique esl liòs ancien el liòs fiequenl chez Ies nysliques. Le Can|iquc dcs Can|iqucs I'enpIoie en nône
lenps que Ie synloIisne eiolique. La vigne, Ie iaisin, Ie vin el Ia coupe se liouvenl dans Ies nyslòies anliques, Ia Iegende du
CiaaI, Ia nesse calhoIique. Un des faneux viliaux de Sainl-Llienne du Monl, Ie « piessoii nyslique », iepiesenle Ie coips du
Chiisl sous une piesse d'où couIe a fIols Ia loisson saIvaliice. }esus s'elail Iui-nône conpaie a Ia vigne.
Ln helieu, Ies nols vin (qain) el nyslòie (scd) onl Ia nône vaIeui nuneiique : 7O, el se iappiochenl pai consequenl seIon Ie
piocede calaIislique de guenaliie. Le TaInud indique en effel ce iappoil a pIusieuis iepiises. Le Zohai, a piopos du lanquel
des eIus apiòs Ia iesuiieclion, paiIe du vin conseive depuis Ia ciealion el qui seia seivi aux jusles , iI s'agil, dil-iI, des nyslòies
caches depuis Ia ciealion du nonde el qui seionl aIois ieveIes. Le giand iecueiI calaIislique paiIe aussi du vin où Ie Roi-Messie
a Iave sa iole dòs Ie joui de Ia ciealion du nonde, confoinenenl au nysleiieux veisel LIX, II, de Ia Cenòse. SeIon Sineon len
Yochaï, Ies giappes de Ia Teiie Iionise iappoilees a Moïse pai ses espions figuienl I'enseignenenl de Ia Hagada. SeIon Ia liadi-
lion juive laInudique connenlanl Ie Canlique des Canliques, Dieu esl I'Lpoux, I'AssenlIee d'IsiaöI, ensenlIe des ânes sancli-
fiees, esl I'Lpouse, el Ia Loi esl synloIisee pai Ie vin. (Cf. IauI VuIIiaud, |a Kaooa|c juitc, I, 164, el |c Can|iquc dcs Can|iqucs
d'aprcs |a |radi|icn juitc, p. 59).
Ln IsIan, I'inleidiclion de loiie Ie vin naleiieI accenlue encoie Ia foice el Ia poilee du synloIe. Les poòles piofanes Iui fe-
ionl signifiei Ies pIaisiis nondains el Ies poòles nysliques Ia giâce divine, I'iviesse de I'anoui spiiilueI el Ia science esoleiique.
Les uns el Ies aulies onl nanie ce lhòne d'une façon liòs heuieuse. « Le vin, Ia loiche el Ia leaule sonl Ies epiphanies de Ia Veii-
le (Dieu) », dil Mahnoûd Châlislâiî dans son leau poòne Gu|snan i Raz, Ie }aidin de Ia Rose (lexle peisan el liaduclion an-
gIaise, pai L. H. WhinfieId, Londies, 188O, in-4°, p. 78). Le Vin, connenle Lâhijî, esl I'exlase qui lianspoile Ie çoufi hois de Iui-
nône a I'appaiilion des iiiadialions du ßien-Aine , Ia Toiche, c'esl Ia Iuniòie aIIunee dans son coui pai celle appaiilion, el Ia
ßeaule, c'esl Ia Veiile eIIe-nône iendue nanifesle el piesenle. « ßois a Iongs liails, conlinue Châlislâiî, Ie vin de I'annihiIalion...
ßois Ie vin qui le deIivieia de loi-nône el feia lonlei dans I'Ocean I'ôlie de Ia goulle d'eau. ßois Ie vin, cai sa coupe esl Ia face
de I'Ani , Ia coupe esl son oiI chaviie pai I'iviesse. Cheiche Ie vin sans coupe ni goleIel , Ie vin, c'esl Ie luveui, I'echanson, c'esl
Ia coupe. » C'esl-a-diie que Ie vin de I'unificalion annuIe loule pIuiaIile phenonenaIe, deliuil Ie noi el alsoile loul dans I'unile.
De nône, ßâyazîd ßislhânî ( | 261/875) disail : « }e suis Ie luveui, Ie vin el I'echanson. Dans Ie nonde de I'Unificalion lous
sonl un ». Yahya len Mo'âdz ai Râzî Iui ayanl eciil un joui : « }e suis ivie d'avoii lu a fond Ia coupe de son anoui », ßislhânî
Iui iepondil : « Un aulie a lu Ies neis du cieI el de Ia leiie el n'esl pas encoie desaIleie. II liie Ia Iangue el denande s'iI n'y en a
pas encoie. » A pailii de celle epoque Ie synloIisne lachique devienl couianl dans Ie çoufisne. Avanl Iui Ies deux pienieis
exenpIes connus sonl de Dâ'oûd al Tâ'î (| 165), un des pienieis çoufis (conne iI avail souii el qu'on Iui denandail pouiquoi, «
au ciepuscuIe, iepondil-iI, on n'a donne un vin qui s'appeIIe Ia loisson de I'inlinile , aujouid'hui j'ai fail un feslin el ne suis
alandonne a Ia iejouissance »), el de Dzoû'n Noûn aI Miçiî ( f 245) qui paiIe de Ia coupe de I'anoui. NaluieIIenenl, Ies çoufis
onl liie paili el inleipiele nysliquenenl Ie veisel LXXVI, 21 du Coian, qui dil : « Leui Seigneui Ieui feia loiie une loisson puie
», Ie veisel LXXXIII, 25 : « On Ieui donneia a loiie un vin paifune el sceIIe », Ies veisels XLVII, 16, XXXVII, 44-46, LVI, 18,
LXXVIII, 34, LXXVI, 5 el suiv., elc., qui paiIenl de loisson, de vin, de coupes, de souices el d'echansons.
La laveine peul ôlie Ie Iieu de ieunion des çoufis, conne eIIe peul signifiei Ie nonde enliei, nanifeslalion de I'AlsoIu. De
nône I'echanson peul ôlie Dieu, veisanl sa giâce, ou Ie nyslique inilie capalIe de Ia connuniquei aux honnes.
Le synloIisne du vin a ele enpIoye pai Ies nysliques chieliens, nolannenl a piopos du Canlique des Canliques, connenle ou inile pai
sainl }ean de Ia Cioix, sainle Theiòse, elc., elc... Maiie des VaIIees enlendail pai vin Ies joies spiiilueIIes.
54
« }'elais un liesoi cache, }'ai vouIu ôlie connu el }'ai ciee », dil un hadils souvenl cile pai Ies nysliques.
« L'anoui esl Ia cause finaIe de Ia ciealion », dil }ânî dans Ycuscuf c| Zcu|aì|na. ~ « Tu sacc|a ncndun currcrc cccpcra|, Tu ncs anaoas ». (Hynne
des Vôpies du Sacie-Coui).



L'expiession NOUS NOUS SOMMLS LNIVRLS signifie que nous avons ele enivies en enlendanl : « Ne suis-je pas volie Sei-
gneui (
55
) ` ». AVANT LA CRLATION DL LA VICNL, c'esl-a-diie avanl I'exislence , cai Ia vigne veul diie ce nonde possilIe el
lenpoieI que I'onnipolence divine a fail soilii du neanl.
NAßOLOSI ~ L'expiession NOUS AVONS ßU signifie que nous, qui naichons dans Ia voie de Dieu de loule nolie âne el
de loule nolie voIonle lendue, nous avons lu.
A LA MLMOIRL DU ßILN-AIML. Ce ßien-Aine, c'esl Ia Veiile (
56
) (qu'LIIe soil exaIlee !) qui s'iiiadie sui ses seivileuis, ex-
leiieuienenl el inleiieuienenl, pai Ia foine de loules Ies choses, ceIIes-ci elanl Ia liace des leaux Nons (
57
) de ceIui qui esl al-
soIunenl lianscendanl.
La MLMOIRL (dziki), c'esl Ie souvenii apiòs I'oulIi de Ia disliaclion el apiòs Ie voiIe de I'eIoignenenl , el ce nol peul signi-
fiei Ia cilalion avec Ia Iangue ou avec Ie coui. C'esl Ia iepelilion de son Non (qu'iI soil exaIle !), confoinenenl a sa paioIe (Co-
ian, VI, 91) : « Dis : AIIah ! el Iaisse-Ies a Ieui jeu vain. » Cai s'occupei d'aulie chose que Lui esl un jeu vain, qui Ieuiie Ies
ignoianls. C'esl I'halilude des luveuis delauches de loiie au son des insliunenls el des chanls. Nolie cheikh (Iln aI Iâiidh) a
fail Ia nône chose, nais en ienveisanl I'oidie el en decouvianl Ies ieaIiles de Ia geneiosile divine. Ll iI veul faiie enlendie que
Ia nenoiie (nenlion) de I'Aine esl poui Iui, conne Ie seiail une nusique, Ie neiIIeui noyen d'aiiivei a I'aIIegiesse.
Le VIN signifie Ia loisson de I'Anoui Divin qui iesuIle de Ia conlenpIalion des liaces de ses leaux Nons. Cai cel anoui
engendie I'iviesse el I'oulIi conpIel de loul ce qui exisle au nonde (
58
).
DONT veul diie : pai ce Vin, enanalion (nacn'a) geneiaIe el pailicuIiòie, qui s'iiiadie de foine en foine (çcura), qui descend
de souiale (du Coian) en souiale (scura) (
59
)
NOUS NOUS SOMMLS LNIVRLS, c'esl-a-diie nous avons peidu, a foice d'aIIegiesse, connaissance de loul ce qui esl aulie
que Ia Veiile. Nous sonnes paivenus, pai Ie funel de celle sulliIe Iiqueui, a I'oulIi nône de nolie oulIi.
AVANT LA CRLATION DL LA VICNL, veul diie que celle iviesse a devance dans Ia piescience divine I'appaiilion de loule
chose piedeslinee. Ln effel, sans Ia ieaIisalion pieniòie dans I'exislence eleineIIe, Ia ieaIisalion seconde ne seiail pas, ni Ia liace
conlingenle de I'Lxislence eleineIIe.

LA ILLINL LUNL LST SON VLRRL , LT LUI LST UN SOLLIL QUL IAIT CIRCULLR (
6O
) UN CROISSANT. QUL
D'LTOILLS RLSILLNDISSLNT QUAND IL LST MLLANCL ! (
61
)

NAßOLOSI ~ Ce VIN, c'esl I'Anoui divin eleineI qui appaiaîl dans Ies nanifeslalions de Ia ciealion. Dieu (qu'iI soil exaI-
le !) a dil (Coian, V, 59) : « II Ies aine el iIs L'ainenl. » Le soIeiI de « II Ies aine » se iefIòle dans Ia Iune de « iIs L'ainenl », el c'esl
loujouis Ia nône Iuniòie, Ia Iuniòie de I'une elanl de nône naluie que ceIIe de I'aulie (
62
). Ll c'esl encoie, ce Vin, Ia Iuniòie

55
Lois du Covenanl (ni|saq) (Coian, VII, 171). Quand Dieu inleiiogea Ia nasse des ânes fuluies dans Ies ieins d'Adan poui se
faiie iendie un lenoignage soIenneI d'adoialion el d'oleissance. Cf. ci-apiòs, p. 235.
56
A| Haqq ou Ia ReaIile, c'esl-a-diie Dieu.
57
A Dieu Ies pIus leaux nons, dil a pIusieuis iepiises Ie Coian. On en conple 99 : Ie Ceneieux, Ie Iuissanl, Ie Ioil, Ie Miseiicoidieux, Ie CIe-
nenl, sans loine, I'LleineI, CeIui qui sulsisle pai soi-nône, elc...
58
On liouve une nouiiiluie deIeclalIe quand on ienonce aux vaniles de Ia vie », concIul sainl Thonas d'Aquin au chanl XI du Iaiadis de
Danle. ~ « C'esl un saciifice agiealIe a Dieu que ceIui pai IequeI on s'aiiache en queIque soile a son coips el a ses incIinalions , c'esl Ie viai
cuIle divin. CeIui qui dans ses pensees iejelle loule inage visilIe el loul ce qui vienl des aulies sens poui ne pIus faiie agii que sa puie inleIIi-
gence, ceIui-Ia pouisuil Ia viaie phiIosophie... L'âne du gnoslique doil ôlie loul d'aloid delaiiassee de son enveIoppe naleiieIIe, c'esl-a-diie
affianchie des fiivoIiles des sens, des idees vaines el inadequales el des passions , aIois eIIe iecevia Ia Iuniòie qui Ia sanclifieia » (vie puiga-
live, iIIuninalive el conlenpIalive), dil CIenenl d'AIexandiie (S|rcna|cs, V, II), qui ajoule : « Ce n'esl pas sans fondenenl que Ies nyslòies
chez Ies Ciecs connençaienl pai Ies alIulions. Ioui nous, chieliens, Ia puiificalion se fail pai Ia confession el on aiiive a Ia conlenpIalion pai
I'anaIyse ». ~ Le gnoslique de sainl IauI el des Iòies de I'LgIise, c'esl Ie 'arif, el Ia gnose, Ia na'rifa des çoufis. Les nysliques calhoIiques no-
deines insislenl pIus pailicuIiòienenl sui Ie côle expialion, conpassion, tia crucis, el Ies çoufis sui Ie côle nelaphysique, sui Ia conscience de
I'unile de I'ôlie piise pai Ie nyslique, nais si Ies nelhodes el Ies alliludes diffòienl paifois, Ia docliine esl Ia nône.
59
Les ciealuies diveises, nanifeslalions de Dieu, sonl conne Ies chapilies, veisels, nols el Iellies de Ia IaioIe divine. Celle idee
se ieliouve chez pIusieuis çoufis.
LIIe nonlie cIaiienenl Ie sens panenlheisle, non panlheisle, de Ia docliine.
6O
Le nol adara peul signifiei enlouiei ou faiie ciicuIei, offiii a Ia ionde. II y a dans ce veis une doulIe seiie d'inages sulliIes pivolanl sui ce
nol el ieunissanl lous Ies aslies du cieI : Ie disque el Ie cioissanl Iunaiie, Ie soIeiI, enfin Ies eloiIes , el d'aulie pail une seiie d'inages se
iappoilanl au vin : veiie que fail ciicuIei un echanson (Ie ni|a|, cioissanl, evoque une jeune leaule , on pouiiail paiaphiasei : « Que fail
ciicuIei un (echanson leau conne un) cioissanl » , nais I'inage, si eIIe en devenail pIus cIaiie el piecise, seiail peul-ôlie liop naleiiaIi-
see.) Le connenlaiie de ßoûiînî piecise que Ie vin esl Ia connaissance divine, Ie veiie ceux qui onl celle connaissance, speciaIenenl Ies
piophòles el suiloul Mohannad, el Ie cioissanl, ceux qui Ia liansnellenl, nolannenl Ies conpagnons du Iiophòle qui a dil : « Mes con-
pagnons sonl conne des eloiIes qui vous guidenl dans Ia lonne voIonle », el Ies discipIes de ceux qui onl Ia Connais-sance.
61
Quand on veise queIque aulie Iiquide dans une coupe de vin des luIIes liiIIanles se foinenl a Ia suiface. Celle inage esl assez fiequenle
dans Ia poesie oiienlaIe. « Les ôlies sonl conne des luIIes sui Ie vin dans Ie goleIel de I'exislence », dil 'Onai Khayyân.
62
AiIIeuis, dans Ie connenlaiie du poòne : « Mon coui n'a dil ... », NâloIosî,-elalIil de nône, en s'auloiisanl de ce veisel coianique, Ia pos-
siliIile de Ia Manaooa, anoui iecipioque enlie Dieu el I'honne, el eciil : « L'anoui divin qui esl dans Ie seivileui, c'esl Ia descenle de
I'anoui divin qui esl dans Ie Seigneui ». ~ Dieu esl en effel Ia ßeaule eleineIIe qui pai necessile de naluie desiie ôlie ainee, el se nani-
fesle pai anoui. L'anoui piofane esl une inage de I'anoui divin, conne Ia Iuniòie de Ia Iune iefIòle ceIIe du SoIeiI (conne I'ôlie des
ciealuies a sa souice dans I'Llie divin). L'âne Ianguil du lesoin de se ieunii a ce donl eIIe a ele sepaiee pai I'iIIusion de I'individuaIile el Ie
voiIe du nonde sensilIe. L'Anoui s'incaine loul pailicuIiòienenl dans I'Honne Iaifail qui fail Ie ponl enlie Ies deux nondes el Ies deux



qui liiIIe en loul Iieu, el c'esl encoie Ie vin de I'Lxislence veiilalIe el I'appeI veiidique. Toule chose a lu de ce vin el en eIIe ap-
paiaîl I'onlie el ce qui donne I'onlie. II esl I'anoui qui fail geinei loules Ies giaines el iI esl Ie vin qui enivie I'espiil de Zeid el
de 'Ani (
63
) el iI esl I'exislence qui fail deloidei loules Ies geneiosiles. II esl I'appeI de : « Kcun fa qa|cun. Sois, el eIIe esl (
64
) »,
d'où soil loul nouvenenl el loule slaliIile. II esl Ia sulslance qui nainlienl loules Ies sulslances. Ll loul ceIa n'esl que desciip-
lions el naniòies de diie poui designei seuIenenl Ies vôlenenls de SouIaïna el de Asna (
65
), cai ceIui qui a conpiis Ie signe n'a
pas lesoin de I'expiession, el ceux qui en onl goûle savenl Ie sens viai de ce qui esl eciil sui Ie papiei el Ie seciel des couis
nolIes.
Que veul diie Ia ILLINL LUNL (oadr) ` C'esl I'honne paifail, Ie savanl qui cheiche consciencieusenenl Ia veiile el qui Ia
pialique (
66
) Le Qancus (
67
) dil que oadr c'esl Ia Iune en son pIein , Ie Çahâh (
68
) dil qu'on I'a appeIee oadr paice qu'eIIe « s'en-
piesse apiòs » Ie soIeiI, conne si eIIe aclivail Ie couchei de ceIui-ci. L'honne paifail esl ienpIi de Ia Veiile (qu'LIIe soil exaIlee
!) (conne un veiie de vin) pai I'iiiadialion (lajaIIî), I'appaiilion el Ie Ievei de Sa Iuniòie. L'honne paifail s'enpiesse apiòs Ie
soIeiI de I'Unile (
69
) en se Ievanl dans Ies lenòlies de Ia ciealion, conne s'iI aclivail son couchei , iI Ie cache aux yeux des scep-
liques , iI esl Ie Iieu où s'iiiadie paifailenenl Ia Veiile , iI esl Ia poile des dons el des giâces (
7O
).

nodes de I'ôlie, cause pieniòie el cause finaIe de Ia ciealion, (« Tu n'as aine avanl Ia fondalion du nonde », dil }esus, }ean, XVII, 24)
inage de Dieu qui iefIòle lous ses Alliiluls, el qui se nanifesle pai Ies piophòles el Ies sainls, seuIs paifails effeclivenenl, aIois que lous
Ies honnes Ie sonl en puissance. (Cf. nole 1O.) ~ L'anoui esl I'essence de loule ieIigion, dil }aIâI addîn Roûnî, « pIus un honne aine el
pIus piofondenenl iI penòlie Ies seciels divins. L'anoui esl I'aslioIale des nyslòies ceIesles , iI puiifie el iend cIaiivoyanl I'oiI spiiilueI. »
II inpIique I'idenlile de voIonle , iI aloIil Ie confIil enlie Ia Iileile el Ia necessile , iI unil a I'ôlie univeiseI, au-dessus de loules Ies Iinila-
lions. « }e ne suis d'aucun pays... au-dessus du cieI el de I'enfei... hois de Ia Iignee d'Adan... Tianscendanl I'âne el Ie coips, je vis dans
I'âne de non ßien-Aine, de nouveau Un. »
63
Nons enpIoyes couiannenl dans Ies exenpIes de giannaiie. Conne nous diiions : de Iieiie el de IauI, c'esl-a-diie de quiconque.
64
Nons enpIoyes couiannenl dans Ies exenpIes de giannaiie. Conne nous diiions : de Iieiie el de IauI, c'esl-a-diie de quiconque.
65
Kcunfa qa|cun. « Quand Dieu a iesoIu queIque chose, iI dil : « Sois » el eIIe esl. » Coian, II, III , XXXVI, 82.
66
« Iaiie Ia veiile », dil sainl }ean. Ici iI s'agil de ceIui qui esl a Ia fois uIena, docleui, qui sail ce qu'iI faul faiie, el qui Ie fail. Idee fiequenle
chez Ies noiaIisles. Cf. Pa|rc|cgia cricn|a|is, l. XIII, 1919, p. 349, Asin IaIacios, |cgia c| agrapna Dcnini ]csu apud ncs|cniccs scrip|crcs... : «
Dixil }esus qui scienlia piodilus fueiil, el feceiil el docueiil, hic vocalilui nagnus in iegno coIoiun », d'apiòs ChazâIî.
67
LncycIopedie, pai Iiioûzâlâdî, | 1414, defenseui d'Iln 'Aialî.
68
Aulie diclionnaiie.
69
Ou de I'Unicile.
7O
SeIon Ia nelaphysique de I'ecoIe des landa|iqa, piofessanl I'Unile de I'Lxislence, uanda| a| ucujcud, fondee pai Iln 'Aialî, Ies
choses onl un degie supeiieui d'exislence dans Ie Savoii divin (cf. Ia disseilalion de sainl Thonas d'Aquin se denandanl s'iI
vaul nieux poui Ies ciealuies exislei seuIenenl dans Ie Savoii divin, ou avoii une exislence exleiieuie aclueIIe) donl eIIes ena-
nenl pai une evoIulion en cinq lenps. Les espiils, pai une invoIulion inveise, ieinlògienl I'essence divine. ~ On voil ici une
conceplion anaIogue aux lheoiies neopIaloniciennes, el qui se ieliouveia en Luiope, speciaIenenl accenluee chez un Scol Lii-
gòne, puis chez Ies lheosophes nailinisles du XVIIIe siòcIe, elc. ~ L'Honne Iaifail ou I'Honne UniveiseI esl Ie noud de celle
evoIulion-invoIulion. II esl Ie niciocosne a liaveis IequeI Dieu esl nanifesle a Iui-nône. Ln cel Honne-Dieu sonl ieunis Ies
deux alliiluls conpIenenlaiies Seigneui el seivileui. C'esl ce Medialeui univeiseI que Dieu pioposa sous Ia foine (çcura)
d'Adan a I'adoialion des Anges. IlIis (Salan) ful danne poui avoii, liop iadicaI nonolheisle, iefuse de se piosleinei devanl Iui.
De nône, seIon des specuIalions chieliennes, Salan iefusa d'adnellie Ie Chiisl, nouveI Adan, incainalion du Veile IiIs du
Iòie, de Ia seconde hyposlase en IaqueIIe Dieu piend conscience de soi-nône eleineIIenenl, nedialeui el sauveui univeiseI en
IequeI Dieu ieuniia loules choses, lanl ce qui esl dans Ies cieux que ce qui esl sui Ia leiie (Lphòs., I, 1O). Cf. ce que nous disons
ci-dessous du rcun a| a'dnan el du ncur a| ncnannadi.
L'espiil hunain ieinlògie I'essence divine en s'idenlifianl avec cel Honne Iaifail (cf. sainl IauI, |pncs., IV, 13), conne Ie
chielien doil devenii un aulie Chiisl. De leIIe soile que Ie leine peul s'appIiquei a Ia fois a cel Adan cosnique el au nyslique
paivenu a I'union conpIòle.
'AldaIkaiîn aI }îIî (1365-1428) a deveIoppe celle conceplion dans son |nsan a| Kani| fi na'rifa|i'| aua|nir ua'| aua'i|, «
L'Honne Iaifail dans Ia gnose des deiniòies el des pieniòies choses. » (Cf. une inpoilanle elude dans NichoIson, S|udics in
is|anic nqs|icisn, Canliidge, 1921, ch. II, p. 77-148). NâloIosî a eciil un connenlaiie de cel Insân aI KâniI de }îIî.
Quand Ies chieliens paiIenl d'aIIei a Dieu pai Ie IiIs, Ie Veile, Ie Chiisl, iIs ne disenl en sonne pas aulie chose que Ies Mu-
suInans paiIanl de I´insan a| |ani|, du rcun el du ncur. II esl d'aiIIeuis evidenl que Ies honnes ne peuvenl depassei I'indi-
viduaIile el soilii de Ia nuIlipIicile qu'en s'unissanl a cel Honne UniveiseI.
Les Lsoleiisles nusuInans de celle peiiode onl donne de I'Honne Iaifail el du IôIe, Qcu|no (cf. p. 172-173), des definilions
qui senlIenl paifois exliavaganles. Mais iI convienl de dislinguei enlie I'Honne Iaifail nylhique, Veile, Adan Kadnon, In-
leIIigence univeiseIIe, el Ie sainl hunain qui pai Ia voie nyslique s'unil a Iui. Voici Ia definilion que }oijanî donne (SiIveslie de
Sacy, Nc|iccs c| |x|rai|s dcs nanuscri|s dc |a 8io|ic|ncquc Rcqa|c, 1818, l. X, n° 211) de I'Honne Iaifail : « II esl Ia ieunion de lous
Ies nondes divins el naluieIs, univeiseIs el pailieIs. II esl Ie Iivie dans IequeI sonl ieunis lous Ies Iivies divins el naluieIs. A iai-
son de son espiil (rcun) el de son inleIIecl ('aqI), c'esl un Iivie iaisonnalIe nonne Ia Mòie du Livie (cunn a| |i|ao, leine coia-
nique designanl Ie piololype ceIesle des Iivies ieveIes, Ie Veile el I'Lspiil divin, que }oijanî idenlifie a I'InleIIigence pieniòie). A
iaison de son coui (qa|o), c'esl Ie Iivie de Ia TalIelle lien gaidee (sui IaqueIIe sonl insciiles loules Ies choses dans Ia piescience
divine). A iaison de son âne (nafs), c'esl Ie Iivie des choses effacees el des choses eciiles (Ie nonde sensilIe des choses liansi-
loiies) : c'esl Iui qui esl ces feuiIIels veneialIes, eIeves, puis, qui ne doivenl ôlie louches el donl Ies nyslòies ne peuvenl ôlie
conpiis que pai ceux qui sonl puiifies des voiIes lenelieux. Le iappoil de I'InleIIigence pieniòie (a| ´aq| a| auua|) au Ciand



Le VLRRL signifie Ie Iieu d'eIeclion de I'appaiilion el de I'iiiadialion poui Ie naqan (
71
) liòs haul, el I'on appeIIe I'honne
paifail un veiie paice que ce qui esl en Iui esl un vin enivianl. L'espiil de ceIui qui loil ce Vin se delache de Ia consideialion des
nondes visilIes. L'honne paifail dil au novice (ncurid) (
72
) sincòie ce qui a ele infuse en Iui des sciences ceilaines de ce Vin. Le
nouiîd sincòie Ie loil donc de cel honne paifail. Sa quanlile (|iniqa) el sa quaIile (|cifiqa) s'aneanlissenl el iI ne iesle de Iui iien
d'aulie que Lui (
73
).

Monde (a| 'a|an a| |aoir) el a ses ieaIiles esl conne Ie iappoil de I'espiil hunain au coips el a ses facuIles , I'Ane univeiseIIe (an
nafs a| |cu||iqa) esl Ie coui du Ciand Monde, conne I'âne iaisonnalIe esl Ie coui de I'honne, el c'esl poui ceIa que Ie nonde
esl appeIe Ie Ciand Honne. » De nône que I'honne esl Ie pelil nonde, niciocosne. « Le nonde de I'honne ieunil lous Ies
nondes » (ilid., n° 154). Iln 'Aialî appeIIe I'honne un oarza|n, un islhne, unissanl Ies deux nondes. « L'honne esl conne un
islhne enlie Ia Iuniòie el I'olscuiile », dil }aIâI addîn Roûnî dans Ie Ma|nnaui.
Le Ciand Monde, naciocosne, senlIe designei ici Ie nonde des Idees, des a'qan |saoi|a, essences fixes, ieaIiles des choses
ienfeinees dans Ie savoii divin, coeleineIIes a Dieu, n'elanl posleiieuies a Iui que quanl a I'essence, non au lenps.
L'Honne Iaifail, au sens du nyslique, esl, dil NâloIosî, Ie Iieu sui celle leiie de I'iiiadialion divine Ia pIus conpIòle. Ce
nol de |aja||i conne ceIui de ncur, Iuniòie, esl liòs fiequenl sous sa pIune conne chez lous Ies çoufis. Ces expiessions sonl
d'aiIIeuis assez naluieIIes el Ie synloIisne Iuniòie-lenòlies vienl sponlanenenl. (II se liouve aussi dans sainl IauI, |pncs., V, 8,
II Ccr. IV, 6, el I Tncssa|, V, 5 el dans sainl }ean, VIII, 12). Mais Ia aussi un iappiochenenl avec Ie neopIalonisne s'inpose, spe-
ciaIenenl en ce qui conceine Ia « phiIosophie iIIuninalive », ni|na| a| icnraq.
Ce nol s'appIique speciaIenenl a Ia docliine de Souhiavaidî MaqloûI d'AIep ( | 587/1191), auleui d'un ouviage poilanl ce
lilie. Ioui Souhiavaidî MaqloûI, Dieu esl Ia Luniòie des Iuniòies, Ies espiils supeiieuis sonl des Iuniòies , I'iIIuninalion esl Ia
diffusion de ces Iuniòies ideaIes, descendanl de Ieui souice pieniòie dans Ie nonde des lenòlies. IIolin avail appeIe celle dif-
fusion, iiiadialion.
M. Caiia de Vaux (« La phiIosophie iIIuninalive d'apiòs Souhiavaidî MeqlouI », }ouinaI Asialique, 19O2), nole I´affinile de
celle leininoIogie avec Ie nazdeisne peisan el Ie nanicheisne. Celle phiIosophie esl, dil-iI, un neopIalonisne iecouveil d'une
leinnoIoiie nanicheenne. Mais, conne nous I'avons dil, Ie fail des infIuences possilIes, piolalIes ou ceilaines, ne doil pas
faiie neconnaîlie Ie fail des denaiches anaIogues el paiaIIòIes de I'espiil hunain.
Les penseuis nusuInans onl eux-nônes piocIane ce qu'iIs devaienl a Ia pensee giecque, speciaIenenl au pIalonisne el au neopIalonisne.
Heinòs, LnpedocIe, Iylhagoie, IIalon, Agalhodænon, elc., sonl souvenl appeIes des piophòles inspiies. Aiislole ful connu d'aloid a
liaveis Ies neopIaloniciens, el des eciils neopIaloniciens Iui elaienl alliilues. Le neopIalonisne a infIuence nône Ies phiIosophes nusuI-
nans pIulôl aiisloleIiciens conne Iln ThofaïI el Avicenne, nais non pas loulefois Aveiioòs. Le çoufisne, nous I'avons dil, dul leaucoup
aux Ciecs, nais iI depassa ce que I'on enlend souvenl pai I'espiil giec dans un sens ieslieinl. L'on peul d'aiIIeuis pensei que lien des eIe-
nenls de Ia pensee giecque depassenl I'hoiizon du ialionaIisne ou du naluiaIisne, el iI esl piolalIe que ceilaines docliines, conne Ie py-
lhagoiisne el Ie neopIalonisne, euienl des souices oiienlaIes. Aiislole Iui-nône a piocIane Ie giand piincipe de I´adccqua|ic rci c|
in|c||cc|us. Ln IIalon, un }oseph de Maislie dislinguail un eIenenl giec el un eIenenl oiienlaI, el piefeiail ce deiniei.
71
Slalion, pIace. Le naqan d'Aliahan esl a Ia ka'la de Ia Mecque donl on Iui alliilue Ia consliuclion.
Les nysliques nusuInans enpIoienl souvenl ce leine de naqan (pIuiieI : naqana|) poui Ies elapes de Ia vie spiiilueIIe, a cô-
le du nol na| (pIuiieI : anua|). Les slalions (naqana|) sonl des veilus acquises, el Ies elals (anua|), pIus passageis, des giâces
donnees. Une exlase, un eIan d'anoui el de joie nyslique, une inpiession de douIeui, Ia piesence ou I'alsence divine, elc., sonl
des elals. L'ascelisne, Ia palience, I'alandon a Dieu, Ia salisfaclion nulueIIe de I'âne el de Dieu, elc., sonl des slalions. Les au-
leuis coufis, Saiiâj , Houjvîiî, Qochayiî, ChazâIî, Souhiavaidî de ßaghdad, onl paiIe des elals el des slalions. Leui doulIe Iisle
ne concoide d'aiIIeuis pas loujouis. (Cf. aussi Louis Massignon, A| Ha||aj, 1922, p. 423).
A côle de ces leines cIassiques, ceilains auleuis nysliques en onl enpIoye qui iappeIIenl Ies « jaidins » el Ies « châleaux » nysliques, degies
d'oiaison, de Ia nyslique calhoIique (sainle Theiòse en pailicuIiei). Ainsi Ies oiseaux du poòne aIIegoiique de Iaiîd addîn 'Allâi, Man|iq a|
|aìr, Ie Langage des oiseaux, liaveisenl 7 vaIIees : iecheiche, anoui, connaissance, Iileialion, unile, slupefaclion, annihiIalion (liad. Caicin
de Tassy.Iaiis, 1863). (Cf. Hoin, Gcscnicn|c dcr Pcrsiscncn |i||cra|ur, Leipzig, 19O1, p. 158 el suiv. , el Caiia de Vaux, |cs Pcnscurs dc |´|s|an, l.
IV, 1923, p. 312-317). ~ Iln 'Aialî conpaie I'iIIuninalion a un châleau donl I'InleIIecl univeiseI fail visilei Ies diveises chanlies. (Cf. Asin
IaIacios, Aocn Masarra q sua cscuc|a, Madiid, 1914, p. 163).
72
Le discipIe, I'aspiianl, elynoIogiquenenl « ceIui qui desiie » Dieu el Ia science divine.
73
Docliine de I'union liansfoinanle, expeiience nyslique univeiseIIe qu'en IsIan HaIIaj ful I'un des pienieis a foinuIei Ie
pIus calegoiiquenenl au delul du Xe siòcIe. « Quand Ia veiile s'esl enpaiee d'un coui eIIe Ie vide de loul ce qui n'esl pas eIIe.
Quand Dieu s'allache a un honne, iI lue en Iui loul ce qui n'esl pas Lui », dil-iI. Ll encoie : « }e suis devenu CeIui que j'aine... »
el son faneux « Ana a| Haqq. }e suis Ia Veiile. » II piecise d'aiIIeuis qu'iI s'agil d'une deifoinalion, d'une iiiadialion, non d'une
incainalion. II suppIie Dieu d'enIevei Ies deinieis voiIes : « Lnlie noi el loi, iI sulsisle un « c'esl noi », qui ne louinenle. Ah !
enIòve, de giâce, ce « c'esl noi » d'enlie nous deux ! » MaIgie I'opposilion enlie Ia nisòie chaineIIe de Ia ciealuie el I'inpassili-
Iile divine, iI y a une affinile enlie I'espiil hunain, appeIe a Ia vision lealifique el Dieu. Dieu n'esl pas sepaie de sa ciealion, loul
en ne Iui elanl pas annexe. Si Ie ciealeui se ieliiail, Ia ciealion cesseiail d'exislei, puisqu'eIIe n'a d'ôlie que pai Iui. Iai un node
lianscendanl el don gialuil de I'anoui divin, I'âne liansfoinee en espiil qui liansfiguie I'ôlie, devienl ceIui qu'eIIe aine. Ce
n'esl pIus noi qui vil, nais Lui qui vil en noi, dil sainl IauI. II ne iesle pIus iien du vieiI honne dans I'Adan nouveau. II vil de
Ia vie divine dans Ia nesuie où iI neuil a Ia sienne. Le çoufisne, dil }ounayd, qui pouilanl n'adnel pas Ia foinuIe haIIajienne,
c'esl nouiii a soi-nône el vivie en Dieu. Les puissances de I'âne sonl ievôlues des divins Alliiluls, eIIe esl loule ienpIie de
Dieu, possedee de Dieu, deifiee, non sulslanlieIIenenl, nais noiaIenenl, pai une pailicipalion ineffalIe, niiacIe de I'anoui
divin.
(Cf. Massignon, op. cil., p. 517 el suiv., el nolie Vic adnirao|c c| Rctc|a|icns dc Maric dcs Va||ccs, 2e pailie, chap. 2).




Deja ßayazîd ßislhânî (| 874) avail piofesse Ia docliine de I'exlinclion, de I'annihiIalion (fana´) el de Ia deifoinalion (oaqa' :
de oaqiqa, ôlie peipelueI, innualIe). II faul passei pai Ie iien poui liouvei Ie loul, dil sainl }ean de Ia Cioix. « Quand I'honne
n'esl iien, disail de nône ßislhânî, iI esl avec loul... Les ciealuies sonl sujelles aux elals, nais I'inilie n'a pas d'elals, paice que
ses vesliges sonl effaces el son essence annihiIee pai I'essence d'un aulie, el ses liaces sonl peidues dans Ies liaces d'un aulie...
}e suis soili de noi-nône conne un seipenl de sa peau. Iuis j'ai iegaide. }'ai vu que I'ananl, I'aine el I'anoui sonl un, cai
dans Ie nonde de I'unificalion lous peuvenl ôlie un. }e suis Ie luveui el Ie vin el I'echanson. »
Ce lhòne esl I'un des pIus souvenl liailes pai Ies çoufis des siòcIes suivanls, dans Ie Maghiel aussi lien qu'en Oiienl, en
aiale aussi lien qu'en peisan. Iln 'Aialî qui naquil en AndaIousie el nouiul a Danas en 124O, definil Ie fana' : Ia vision, Ia «
ieaIisalion », de Ia pail du seivileui que Dieu nainlienl, se lienl sous loules choses. (Dcfini|icncs, edilion en aiale, pai C. IIügeI,
Leipzig, 1845.) Le poinl de vue onloIogique el Ie poinl de vue nyslique sonl elioilenenl Iies dans sa docliine de I'unile de I'exis-
lence, uanda| a| ucujcud. II definil Ia « ieaIile », naqiqa, de Ia façon suivanle : « Ses alliiluls (du Seigneui) se sulsliluenl aux
liens, cai c'esl Iui qui agil poui loi, en loi el de loi el poui loi. » Ll iI dil, d'apiòs un eneigique el pilloiesque veisel du Coian
(XCVI, 15) : « II n'y a pas de ciealuie que Dieu ne liaîne pai sa naciqa (louffe de cheveu du niIieu du fionl). »
On saisil ici sui Ie vif connenl Ies penseuis nysliques onl deduil une nelaphysique piofonde des conceplions oidinaiies de
Ia ieIigion el de Ia lheoIogie. MaIgie Ies nolaziIiles el Ies qadaiiles, pailisans du Iilie aililie, Ies conceplions qui insislaienl sui
Ia loule-puissance, Ia souveiainele, Ia piescience el Ia Iileile alsoIue de Dieu, sui Ia piedeslinalion, I'enpoilòienl suiloul apiòs
Ach'aiî. Les uns el Ies aulies nanquaienl d'enveiguie nelaphysique el iisquaienl d'aloulii a des concIusions inlenalIes, d'un
côle au « peIagianisne », de I'aulie au falaIisne. Si I'honne esl auleui alsoIu de ses acles, Dieu n'esl pIus I'auleui de loules
choses, el si Dieu esl I'auleui de nos acles, que deviennenl nolie Iileile, nolie iesponsaliIile el sa juslice ` Les çoufis el Iln
'Aialî s'enpaieionl des lhòses de Ia lheoIogie officieIIe el des veisels coianiques poui Ieui faiie expiinei Ies conceplions de
I'unile de I'exislence el de I'union nyslique liansfoinanle. Leui Dieu n'esl pas un lyian capiicieux qui n'a aucun conple a
iendie de ses fanlaisies, nais Ia ReaIile (a| Haqq) alsoIue, donl lous Ies ôlies liienl Ieui ôlie, qu'iI ne lienl qu'a nous d'appiehen-
dei en puiifianl nolie espiil des idees fausses el nolie coui des desiis nondains, el auqueI Ie nyslique s'unil pai Ia connais-
sance el I'anoui. Deciivanl Ia sepliòne « vaIIee » dans Ie Langage des oiseaux, Ie Ieisan 'Allâi eciil : « La lu vois dispaiaîlie
devanl un seuI iayon du soIeiI spiiilueI Ies niIIieis d'onlies qui l'enlouienl... Loisque I'Ocean de I'innensile cesse d'agilei ses
vagues, Ies figuies foinees a Ieui suiface dispaiaissenl. Ces figuies ne sonl aulies que Ie nonde piesenl el Ie nonde fului. Ce-
Iui donl Ie coui s'esl peidu dans cel ocean y esl peidu poui loujouis el deneuie en iepos. Dans celle nei paisilIe iI ne liouve
aulie chose que I'aneanlissenenl... Si une chose puie lonle dans cel ocean, eIIe y peidia son exislence pailicuIiòie... Ln cessanl
d'exislei isoIenenl eIIe seia leIIe desoinais. LIIe exisle el n'exisle pas. Connenl ceIa peul-iI se faiie ` L'espiil esl inpuissanl
a Ie concevoii. »
Ce nyslòie pieoccupail }oseph de Maislie. QueIIe peisonnaIile peul Iaissei sulsislei cel aneanlissenenl de I'individuaIile
qu'une Maiie des VaIIees conpaie a Ia liansulslanlialion euchaiislique ` (Les liois Ieisonnes de Ia Tii-unile ne sonl pas liois
individus divins). II pensail que Ie « syslòne de MaIIelianche de Ia vision en Dieu n'esl qu'un supeile connenlaiie de ces nols
si connus de sainl IauI : C'esl en Iui que nous avons Ia vie, Ie nouvenenl el I'ôlie », el que « Ie panlheisne des sloïciens el ceIui
des Spinoza sonl une coiiuplion de celle giande idee ». II avail ele elIoui el « piôl a se piosleinei » Ia pieniòie fois qu'iI avail Iu
Ia phiase faneuse : « Dieu esl Ie Iieu des espiils conne I'espace esl ceIui des coips. » Le Senaleui des Soiiees de Sainl-Ieleis-
louig fail aIIusion dans Ie Xe enlielien aux inages de Mne Cuyon el de IeneIon sui Ies ânes qui se peidenl en Dieu conne Ies
fIeuves dans Ia nei, el se denande : « Toules ces eaux ne peuvenl se nôIei a I'ocean sans se nôIei ensenlIe, du noins d'une
ceilaine naniòie que je ne conpiends pas... Loisque Ia doulIe Ioi de I'honne seia effacee el que ses deux cenlies (sans doule
I'âne chaineIIe el I'espiil, Ia nafs el Ie rcun des Aiales) seionl confondus, iI seia Un : cai n'y ayanl pIus de conlal dans Iui, où
piendiail-iI I'idee de Ia duile `... Que deviendia Ie Mci, Ioisque loules Ies pensees seionl connunes conne Ies desiis, Ioisque
lous Ies espiils se veiionl conne iIs sonl vus ` Qui peul conpiendie, qui peul se iepiesenlei celle }eiusaIen ceIesle, où lous Ies
halilanls, penelies pai Ie nône espiil, se penelieionl nulueIIenenl el se iefIechiionl Ie lonheui `... IIus on exanine I'univeis
el pIus on se senl poile a cioiie que Ie naI vienl d'une ceilaine division qu'on ne sail expIiquei el que Ie ieloui au lien depend
d'une foice conliaiie qui nous pousse sans cesse veis une ceilaine unile loul aussi inconcevalIe. »
Dans Ie chiislianisne, Ies fidòIes sonl appeIes a devenii ditina ccnscr|cs na|ura, vivanl a Ia vie divine a piopoilion qu'iIs
neuienl a Ia Ieui piopie, luanl Ie « vieiI honne » poui s'idenlifiei a I'Adan nouveau (sainl IauI, I Coi., XV, |pncs., IV, 24, Rcn.
VI). Les sacienenls du laplône el de I'euchaiislie fonl nouiii avec Ie Chiisl noil el iessuscile poui ievivie avec Iui a Ia vie
eleineIIe (IauI, Rcn., VI el I Ccr., X, 17 el XV). }esus liionphanl des lenòlies appeIIe lous Ies honnes a ne faiie qu'un avec Iui
conne iI ne fail qu'un avec Ie Iòie (]can, XIV, XV el XVII). Non seuIenenl iI ieslauie I'unile peidue de Ia naluie hunaine en ie-
paianl Ia division causee pai Ie peche d'Adan, nais en assunanl poui Ia iegeneiei el Ia gIoiifiei celle naluie, iI assuie Ia con-
nunion de ceIIe-ci a Ia divinile, de leIIe soile que Dieu soil loul en lous (I Ccr., XV, 28). Ce qui signifie, connenle Oiigòne
(Principcs, 1. VIII, ch. VI) « que chaque sulslance inleIIigenle elanl paifailenenl puiifiee, loules ses pensees seionl Dieu , eIIe ne
pouiia voii el conpiendie que Dieu , eIIe possedeia Dieu el Dieu seia Ie piincipe el Ia nesuie de lous ses nouvenenls , ainsi Ia
fin des choses nous ianòneia au poinl donl nous elions pailis. »
L'on liouve dans Ia nyslique nusuInane Ies conceplions anaIogues de I'Honne Iaifail el du Ncur (Iuniòie) conpiis
conne Logos. Ll }esus-Chiisl esl appeIe Veile d'AIIah dans Ie Coian Iui-nône. La docliine essenlieIIe de Ia nyslique nusuI-
nane esl que Dieu esl seuI I'Llie alsoIu, que Ies choses, neanl en eIIes-nônes, n'onl d'aulie ôlie que ceIui que Dieu Ieui donne ,
ayanl ieaIise Ia veiile onloIogique, ayanl ienonce a alliiluei aux ciealuies une exislence ieeIIe alsoIue, Ie nyslique voil Dieu en
loul el loul en Dieu , ayanl ienonce a soi-nône, iI vil en Dieu el Dieu vil en Iui.



Dieu a dil (Coian, XIII, 18) : « C'esl ainsi que Dieu dislingue Ie viai el Ie faux. Tandis que I'ecune s'en va, inuliIe, ce qui esl
uliIe aux honnes deneuie sui Ia leiie. » Ll iI a dil (Coian, passin) : « C'esl Dieu qui esl dans Ies cieux el sui Ia leiie. » Les
choses conlingenles s'effacenl landis que I'Lxislence ieeIIe deneuie leIIe qu'eIIe elail avanl Ia ciealion, el I'aspiianl (sa|i|) s'effa-
ceia aussi.
Les nols LT LUI LST, qui se iappoilenl a ce vin, sonl poui affiinei qu'iI esl une sulslance exislanle, une veiile Iunineuse,
eleineIIe, peipelueIIe.
II esl un SOLLIL qui se Iòve, qui ecIaiie loule chose piedeslinee el loule chose inaginee, seIon sa science el sa voIonle, el se-
Ion Ia diieclion qu'iI donne a son oidie eleineI, slalIe. Dieu a dil (Coian, XXIV, 35) : « Dieu esl Ia Luniòie des cieux el de Ia leiie
», c'esl-a-diie qu'iI iIIunine ces choses de sa Iuniòie el c'esl de Lui qu'eIIes liennenl Ieui ôlie (
74
), pai Ie deciel de son appaiilion,
que I'on ieaIise ou non sa piesence (
75
). Cai Ia Iuniòie du soIeiI qui se Iòve aux hoiizons el fail face a Ia Iune, appaiaîl en ceIIe-ci
sans que Ie soIeiI se depIace veis eIIe ou se ienconlie avec eIIe.
L'expiession IAIRL CIRCULLR, veul diie connaîlie ses Nons el ses leaux Alliiluls.
Le CROISSANT (hiIâI), c'esl Ia pIeine Iune (oadr) eIIe-nône , nais du seuI fail d'appaiaîlie eIIe-nône, eIIe esl un peu ecIip-
see, poui ne pas nonliei loule Ia Iuniòie qu'iI y a en eIIe, conne Ia leiie qui se nel enlie Ia Iune el Ie soIeiI liansfoine Ia pIeine
Iune en cioissanl.
Si I'honne paifail esl pIeine Iune, iI n'y a pas en Iui d'heleiogeneile el iI ne peul pas s'expiinei , nais s'iI esl cioissanl, son
noi I'ecIipse un pelil peu , iI appaiaîl aIois conne cioissanl el peul seivii Ies convives (ainsi qu'un echanson).
LORSQU'IL LST MLLANCL veul diie : quand iI esl nôIe a une sulslance diffeienle de Iui.
Les LTOILLS ` C'esl encoie ce cioissanl, Ioisqu'iI se ielouine (
76
) el considòie Ies aulies , iI devienl aIois eloiIe poui guidei
Ies honnes, el ceux qui Ie suivenl naichenl a sa Iuniòie. Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, XVI, 16) : « Avec Ies eloiIes, iIs
sonl guides » , el Ie Iiophòle (sui Iui Ia piiòie el Ia paix !) a dil : « Mes conpagnons sonl conne des eloiIes , queI que soil ceIui
que vous suiviez, vous seiez dans Ia lonne voie ». Le conpagnonnage c'esl Ia ienconlie, nône seuIenenl spiiilueIIe, enlie gens
de Ia Voie.
COMßILN (d'eloiIes iespIendissenl !) : ce conlien ! excIanalif, synloIise que Ie neIange (donl on a paiIe) pai Ia piise de
conscience el Ia peile de conscience, Ia decouveile el I'ecIipse, esl Ia slalion (naqan) de ceIui qui piie (da´i). Mohannad (sui Iui

Celle nyslique, nous I'avons dil, suppose une conceplion de Dieu el de I'espiil anaIogue a ceIIe du pIalonisne , anaIogue
aussi a ceIIe de I'hindouisne (cf. pai exenpIe ce que dil M. R. Cuenon de ßiahna, ßiahnâ, âlnâ, yoga, nukli, dans |n|rcduc|icn
gcncra|c a |'c|udc dcs dcc|rincs nindcucs, p. 21O, 228, 238, 252, 268, elc., el dans |'ncnnc c| scn dctcnir sc|cn |c Vcdan|a).
S'iI esl difficiIe de nonliei des infIuences hindoues aux oiigines du çoufisne, I'on liouve des conlacls nonlieux pai Ia suile a pailii de I'inva-
sion nusuInane. Des ninialuies nous nonlienl des ascòles hindous el nusuInans vivanl en lonne inleIIigence (cf. sii Thonas W. Ai-
noId, Pain|ing in |s|an, 1929), Les enlieliens de Lahoie, enlie Ie piince inpeiiaI, de Ia dynaslie des giands MogoIs, Dâiâ Shikûh el I'ascòle
hindou ßala La'I Das, en 1O63/1653 (lexle peisan el liaduclion fiançaise pai CI. Huail el L. Massignon, 1926, exliail du ]curna| Asia|iquc,
oclolie-decenlie 1926), nous donnenl un exenpIe liòs cuiieux d'essai de conciIialion ieIigieuse, ou en loul cas de conpiehension nu-
lueIIe. « QueIIe dislinclion peul-on elalIii enlie Ie ciealeui el Ia ciealuie ` denande Ie piince nusuInan. }'avais pose celle queslion a
queIqu'un, qui n'a iepondu en conpaianl Ieui diffeience avec ceIIe qui exisle enlie un ailie el sa senence (cf. ce que dil ci-dessous Nâlo-
Iosî). Soil , nais connenl I'inleipielei ` ~ Le ciealeui, iepond I'ascòle hindou, esl conne I'ocean el Ia ciealuie conne une ciuche pIeine
d'eau. Quoique I'eau soil Ia nône dans Ia ciuche que dans I'ocean, iI y a une liòs giande diffeience enlie Ies deux iecipienls. C'esl ainsi
que Ie ciealeui esl ciealeui el Ia ciealuie ciealuie. » Inleiioge sui I'union liansfoinanle, iI Ia conpaie au fei iougi au feu, el iI paiIe de
I'aneanlissenenl nys-leiieux qu'esl Ia nu||i, saIul, deIiviance pai Ia liansfoinalion dans I'ôlie hunain de loul ce qui fail olslacIe a son
union a I'Llie univeiseI. Tiansfoinalion qui doil ôlie enlendue ici au sens iigouieusenenl elynoIogique de « passage « au deIa de Ia
foine » qui n'appaiaîl conne une desliuclion que du poinl de vue speciaI el conlingenl de Ia nanifeslalion... passage du nanifesle au
non-nanifesle, pai IequeI s'opòie Ie ieloui a I'innulaliIile eleineIIe du Iiincipe supiône, hois de IaqueIIe iien ne sauiail d'aiIIeuis exislei
qu'en node iIIusoiie. » (Cuenon, op. cil., p. 21O.) Le louddhisne, qui eul ceiles Ie neiile de ieagii conlie lien des alus pialiques el d'ap-
poilei au nonde des exenpIes pailicuIiòienenl savouieux de chaiile, esl une heiesie, une soile de pioleslanlisne, pai iappoil au liah-
nanisne. Ses phiIosophes, en iefusanl loule nolion de Sulslance alsoIue el d'espiil innoileI, de liahnan-âlnan, elianIaienl Ies lases
nelaphysiques de Ia docliine nyslique liadilionneIIe el aloulissaienl au nihiIisne. Mais Ies penseuis louddhisles du giand VehicuIe,
Manaqana, qui onl pievaIu en Chine el au }apon, ieslauiaienl, senlIe-l-iI, pIus ou noins, indiieclenenl el inconsciennenl, ces nolions,
loul en nainlenanl Ia negalion de piincipe : Ieui sulconscienl univeiseI, a|aqa-tijnana, Ieui naluie alsoIue, |a|na|a, Ieui conceplion posilive
du nirtana el de Ia louddheile coiiespondenl en fail, naIgie loul, pIus ou noins aux conceplions de I'âlnan, de Ia nukli, elc., conne a
ceIIes que nous eludions du fana', du |aunid, du ncur ncnannadi, de I'Honne Iaifail, elc... (Cf. Rene Cioussel, Sur |cs |raccs du 8cuddna,
chap. XVII el XVIII).
74
Mol a nol : el iI appaiaîl en eux sans eux.
75
Mol a nol : seIon I'alsence ou Ia piesence du coui. (Ms. aiale 3162 de Ia ß. N., foI. 21).
76
Mol a nol : « Ioisqu'iI va dans un sens diffeienl de son pieniei chenin », c'esl-a-diie : Ioisque Ie nyslique se delouine de son exlase poui
paiIei aux honnes. ~ Ln sonne Ie sens geneiaI de ce veis sulliI senlIe ôlie que Dieu se iefIòle, conne Ie soIeiI dans Ia Iune, dans
I'honne paifail, Ie nyslique, IequeI esl un cioissanl poui iniliei Ie nouiid el une eloiIe poui guidei Ies honnes. Cel honne paifail, ien-
pIi de Ia connaissance de Dieu, conne un veiie I'esl de vin, connunique ce vin, seIon Ieuis capaciles, au nouiîd el aux honnes. Ieul-
ôlie faul-iI conpiendie que, conne cioissanl, iI connunique Ia veiile esoleiique aux nouiîdoun, el conne eloiIe, Ia veiile exoleiique au
connun des fidòIes. Nous avons en loul cas liouve dans Ia cIassificalion des spiiilueIs (Inlioduclion, § « Les liailes de çoufisne ») I'idee
que Ie nyslique paivenu au pIus haul slade peul, ou lien ieslei peidu dans I'ocean de I'unificalion, ou lien s'occupei encoie des honnes
poui Ies guidei sui celle leiie. L'idee se ienconlie aussi dans Ies nysliques liahnanisle, louddhisle el chielienne. Maiie des VaIIees auiail
vouIu quillei Ie cieI poui sauvei Ies ânes ici-las. ~ CuiIIaune IosleI (Ms. Ialin 3398 de Ia ß. N., foI. 44 v°), liòs inpiegne de Ia KallaIe
juive el de Ia nyslique aiale, qu'iI ful I'un des pienieis a iepandie en Luiope au XVIe siòcIe, dil que I'âne hunaine esl « Ia haipe du divin
accoid el Ia TASSL DU DIVIN VIN.



Ia piiòie el Ia paix !) a dil : « Ceiles, ceIa n'oppiesse Ie coui, el je denande paidon a Dieu pIus de seplanle fois pai nuil el pai
joui. » TeI esl I'elal de I'eloiIe qui guide dans Ies lenòlies de Ia leiie el de Ia nei.
II y a donc liois aspecls unis el dislincls : Ie paifail el assuie, Ie gnoslique el Ie guide, I'aspiianl sincòie. Ce sonl liois pei-
sonnes dislincles ou lien liois iôIes dislincls d'une nône peisonne : soIeiI, Iune, eloiIe.
LlIouis pai Ies nyslòies veiidiques, envahis pai Ies sulliIs seciels, iIs n'onl pIus aucun doule, iIs sonl Iileies de loule pei-
pIexile.

SANS SON IARIUM (
77
) }L N'AURAIS IAS TROUVL LL CHLMIN DL SLS TAVLRNLS , SANS SON LCLAT L'IMACINA-
TION NL IOURRAIT LL CONCLVOIR.

NAßOLOSI ~ SON IARIUM, c'esl Ie nonde de I'espiil supiône (cr rcun c| a'dnan) (
78
) qui « piocòde du connandenenl de
Dieu ». (Coian, XVII, 87).
Les TAVLRNLS, ce sonl Ies piesences de Ia Sulslance liòs eIevee, Ies diffeienls Nons el Alliiluls liòs hauls. Sans Ies pai-
funs qu'exhaIenl ces piesences, dil Ie poòle, je n'auiais pas ele guide veis Ies leaux Nons el Ies hauls Alliiluls. Cai ces liaces
qui poilenl ce seciel cache, Ieuis paifuns se sonl exhaIes el onl enlaune Ie nonde, el n'a ele fiuslie de Ies senlii que ceIui qui
n'a pas I'odoial assez fin poui Ies senlii el poui s'assuiei des sciences inconpaialIes el des diffeienles lianches de Ia Connais-
sance.
SON LCLAT esl une figuie poui diie Ia Iuniòie (ncur) de I'InleIIecl ('aq|) hunain, el cel inleIIecl esl Ia Iueui de I'ecIaii spiii-
lueI, el cel ecIaii spiiilueI esl un synloIe du rcun a| anri (
79
), qui esl conne un cIin d'oeiI.
Dieu a dil (Coian, LIV, 5O) : « Nous ne connandons qu'une seuIe fois, conne un cIin d'oiI ». L'inleIIecl esl a I'espiil ce que
Ia Iangue esl a I'honne. Sans son 'aq| Iunineux (du Vin) donl I'espiil hunain esl Ie iefIel, I'inaginalion, qui inspiie, au coui,
des synloIes inadequals, n'auiail pas alliilue a ce Vin, synloIe de Ia Veiile univeiseIIe, alsoIunenl ieeIIe el divine, une inage
, cai ce Vin n'a pas d'inage en soi (
8O
) . L'inleIIecl esl dans Ia necessile de Iui alliiluei une inage, cai iI ne peul pensei une chose
sans se Ia iepiesenlei. On a dil que Ie jugenenl deiive de Ia iepiesenlalion. La iepiesenlalion ne nuil pas aux gens de Ia con-
naissance, qui sonl assuies des veiiles de Ia foi. Quiconque possòde un inleIIecl avec IequeI iI se iepiesenle Dieu esl dans Ia ne-
cessile d'affiinei sa divinile el ses Alliiluls, Nons el Acles. Le Cheikh aI Aklai (Iln 'Aialî) (que Dieu sanclifie son espiil !) a
dil : « Dieu n'a pas de foine el II a loules Ies foines. »

LL TLMIS LN A SI ILU CONSLRVL QU'IL LST COMML UN SLCRLT CACHL AU IOND DLS IOITRINLS.

NAßOLOSI ~ CeIa signifie qu'iI ne iesle que liòs peu de ce Vin dans Ies vues inleiieuies de ceux qui sonl lenus a I'olsei-
vance de ses senlences, el ceIa, paice que Ies disliaclions se sonl enpaie du coui de Ia pIupail d'enlie eux. Le TLMIS veul diie
ici Ies chaines de ce nonde el ses ponpes qui disliaienl Ies couis negIigenls el enpôchenl de s'eIevei a Ia conlenpIalion des
iiiadialions (|aja||i) de Ia Veiile (qu'eIIe soil exaIlee !) (
81
). Le TLMIS qui esl Ie synloIe des chaines vains de ce nonde el de ses
faux oinenenls, n'a Iaisse dans Ie coui de Ia pIupail des adoialeuis aucune liace de spiiiluaIile el aucun iesle du rcun a| anri.
COMML UN SLCRLT signifie que celle veiile esl cachee dans Ies inleIIigences hunaines, conne Ies seciels sonl caches el
conseives dans Ies consciences de ceux qui onl ieçu Ia science divine.




77
A zaga de lu hueIIa,
Las jovenes discuiien aI canino,
AI loque de cenleIIa,
AI adolado tinc,
Lnissiones dc oa|sanc divino.
Ln Ia inleiioi ocdcga de ni anado ocoi,
Y quando saIia,
Ioi loda aquesla vega,
Ya cosa no salia,
Y aI ganado peidi, que anles seguia.
Sainl }ean de Ia Cioix, 17e el 18e canlique spiiilueI. Cf. Can|iquc dcs can|iqucs, I, 2 el 3.
78
Cf. pIus Ioin ce qui conceine Ie rcun a| anri el Ie ncur a| ncnannadi.
79
L'Lspiil (rcun) qui piocòde du connandenenl (anr) de Dieu, seIon Ie veisel coianique deja cile, I'Lspiil, souffIe divin. Anr esl paifois dans
Ie Coian un equivaIenl du Veile. (Cf. H. HiischfeId, Ncu rcscarcns in|c |nc ccnpcsi|icn cf |nc Qcran, 19O2. p. 15-17, qui fail, avec Ies leines
heliaïques, de cuiieux iappiochenenls).
8O
C'esl paice que I'inleIIigence hunaine esl un iefIel du Logos divin, paice qu'iI y a une affinile enlie eux, que Ia connaissance esl possilIe.
Mais c'esl « noins en ce qu'iI esl qu'en ce qu'iI n'esl pas » qu'on peul conpiendie Dieu, conne disenl CIenenl d'AIexandiie, Ie Iseudo-
Denys, sainl Thonas d'Aquin, elc., quand iI s'agil de Ia tia ncga|icnis inleIIeclueIIe. (TheoIogies apophalique el calaphalique).
81
« Aussilôl que I'âne achòve de se puiifiei soigneusenenl des foines el des inages saisissalIes, eIIe laigneia dans celle puie el sinpIe Iu-
niòie, el, en s'y liansfoinanl, alleindia I'elal de peifeclion. Ln effel celle Iuniòie n'esl janais alsenle de I'âne , ce qui fail olslacIe a son
infusion, ce sonl Ies foines Ies voiIes des ciealuies qui enveIoppenl el enlaiiassenl I'âne... » Sainl }ean de Ia Cioix, Mcn|cc au Carnc|, 1. II,
ch. XIII.



SI SON NOM LST CITL DANS LA TRIßU, CL ILUILL DLVILNT IVRL SANS DLSHONNLUR LT SANS ILCHL.

NAßOLOSI ~ AÇßAHA (
82
), c'esl Ia dispaiilion des lenòlies de I'indiffeience el Ie Ievei des Iuniòies de I'iiiadialion divine
sui Ie coui qui fail Ia cilalion (dziki).
Le ILUILL, c'esl-a-diie Ies gens de Ia TRIßU, sonl ceux qui sonl devenus aples pai une inilialion (
83
) a iecevoii Ies Iuniòies
du jaiIIissenenl divin el de Ia giâce (nadad). IIs sonl IVRLS giâce a I'iiiadialion el a ce qu'iIs decouvienl devanl eux , iIs peidenl
Ia connaissance des choses changeanles el possòdenl exaclenenl Ies sens piofonds des seciels.

DU IOND DLS VASLS IL LST MONTL ILU A ILU LT IL N'LN RLSTL LN VLRITL QUL LL NOM (
84
).

NAßOLOSI ~ Le sens aIIegoiique de ce veis esl que Ies sciences divines sonl cachees loul au fond des poiliines des honnes
el que Ies voIonles des ânes sonl incapalIes d'acqueiii el de iecheichei ces sciences divines, paice que Ies couis en sonl de-
louines pai Ieui giande avidile des choses de ce nonde.
IL N'LN RLSTL LN VLRITL... La Veiile du Vin esl nonlee, apiòs s'ôlie iiiadiee pai sa descenle dans Ies foines peiceplilIes
ou concevalIes (
85
), el iI ne iesle chez Ie nouiid sincòie que LL NOM, qui iògne sui Iui (
86
), paice qu'iI (Ie nouiid) esl Ie Iieu de
son iiiadialion, Dieu a dil : « A Dieu Ies leaux Nons , piiez-Ie pai eux » (Coian, VII, 179) , cai on ne peul Ie piiei ni Iui adiessei
de denande si ce n'esl pai ses Nons, cai ce sonl ses Nons qui iegissenl Ies nondes, en dehois de I'Lssence Saciee, IaqueIIe n'a
pas lesoin des nondes, cai Dieu a dil : « Ceiles, Dieu n'a pas lesoin des nondes. » (Coian, XXIX, 5) (
87
).

S'IL VILNT UN }OUR A L'LSIRIT D'UN HOMML, LA }OIL S'LMIARL DL CLLUI-CI LT LL CHACRIN S'LN VA.

NAßOLOSI ~ Le fail de VLNIR A L'LSIRIT, c'esl Ia conceplion d'une inage (çcura) piopoilionneIIe au degie de piepaialion
du seivileui. Les iepiesenlalions qu'on se fail sonl d'aulanl pIus paifailes qu'on esl pIus ou noins paifailenenl piepaie a iece-
voii I'iiiadialion du Seigneui. LIIes sonl concepls, synloIes appioxinalifs ou nône inages sensilIes. QueIqu'un (
88
) a dil : « On
a foine diveises conceplions de Dieu, el noi j'ai a Ia fois loules ces conceplions. » C'esl Ie sens nône de Ia paioIe de Dieu (Co-
ian, II, 1O9) : « De queIque côle que vous vous louiniez, Ia face de Dieu esl Ia. II esl innense el iI sail loul ». II s'esl decouveil en
s'iiiadianl pai une inage queIconque, n'inpoile IaqueIIe, paice qu'iI s'iiiadie el se voiIe a sa voIonle (
89
). S'iI veul, iI s'iiiadie
sous loules Ies foines (çcura) el, s'iI veul, iI s'iiiadie sous une foine el non une aulie , s'iI veul, iI s'ecIipse sous loules Ies foines
poui I'honne, Iui nonlianl que loules ces foines ne sonl que des choses ephenòies. Ll ainsi iI agil seIon Sa voIonle.
Le poòle affiine que Sa piesence appoile LA }OIL el chasse LL CHACRIN en ce nonde el en I'aulie. CeIa du seuI fail qu'iI
VILNT A L'LSIRIT. Si I'on a celle joie poui Le concevoii seuIenenl, qu'esl-ce que ce seia poui sa piesence (ncudncur) (
9O
).

LA SLULL VUL DU CACHLT IOSL SUR LLS VASLS SUIIIT A IAIRL TOMßLR LLS CONVIVLS (
91
) DANS L'IVRLSSL.

NAßOLOSI ~ Les CONVIVLS ce sonl ceux qui sonl « engages » (sa|i|cun) dans Ia Voie de Dieu.
Le CACHLT des vases, c'esl Ia liace de I'iiiadialion divine dans Ie coui du seivileui.
RLCARDLR Ie cachel, c'esl s'assuiei de Iui, ce qui vous aiiache conpIòlenenl a volie « aIleiile ».
Le VASL, c'esl I'âne (nafs) (
92
) de I'honne, cai Ie cachel esl pose sui eIIe pai I'iiiadialion qui Iui esl pailicuIiòie, a chaque ins-
lanl de sa vie, poui chacun de ses elals. Dieu a dil (Coian, XIII, 33) : « Qui esl-ce qui esl pose sui (suiveiIIe) Ies aclions des ânes
` » Ll iI en esl ainsi poui loules Ies ânes, cioyanles ou infidòIes. La giande jaiie iepiesenle Ie coips de I'honne.

82
Le nol açoana peul signifiei « devenii » ou « ôlie encoie Ie nalin », conne Ie fail ienaiquei Ie connenlaiie de ßoûiînî. La cilalion de ce vin
Ia nuil fail qu'on esl encoie ivie Ie nalin.
83
NâloIosî iappioche, conne ayanl Ia nône iacine, giannalicaIe an|, Ies gens, el ncu|a´anni|, piepaie, aple, inilie.
84
Ce veis se iallache pIulôl, senlIe-l-iI, a I'avanl-deiniei veis qu'au piecedenl, conne Ie ienaique ßoûiînî qui insisle sui Ia finesse des
inages de iheloiique que conpoilenl Ies diveis nols, el ainsi que Ie nonlie Ie delul du connenlaiie de NâloIosî.
85
Toul vienl de Dieu el loul ielouine a Dieu. Chule el Redenplion. Iiocession el conveision. InvoIulion el LvoIulion. Le nyslique ienonle, Ie
pIus haul qu'iI esl possilIe a Ia ciealuie, ici-las, du fond des pIans hieiaichises de Ia duiee. Cf. Laslax, |c prco|cnc du Ma|, 1919, el nolie ]c-
scpn dc Mais|rc nqs|iquc, 2e pailie, chap. I.
86
Dieu iegil Ie nonde pai ses Alliiluls. Le nyslique esl ievôlu des Divins Alliiluls qui s'iiiadienl en Iui.
87
Les lheoIogies dislinguenl I'essence divine el Ies alliiluls divins. L'Ln-Soph el Ies Sephiiolh de Ia KallaIe. Le Dieu sans foine el Ie Dieu
nanifesle de I'advaïlisne hindou. ßiahna el ßiahnâ.
88
Mouhyiaddîn iln 'Aialî.
89
Toules Ies choses sonl Ies nanifeslalions de Dieu. « L'Lspiil souffIe où iI veul », el Ies giâces nysliques sonl un don gialuil. « Les elals exla-
liques, c'esl Dieu qui Ies piovoque loul enlieis », dil HaIIâj. Aussi suppIiail-iI : « Ne ne iends pas a noi-nône apiòs n'avoii iavi a noi-
nône , ne ne nonlie pas non noi apiòs ne I'avoii voiIe. » Mais I'idee expiinee pai NâloIosî n'a pas seuIenenl un sens nyslique, eIIe a
aussi, conne ceIa aiiive fiequennenl, un sens onloIogique nelaphysique : loules choses sonl des nanifeslalions de Dieu. On peul adoiei
Dieu sous n'inpoile queI synloIe , nais I'idoIâliie connence Ioisqu'on piend Ie synloIe poui ce qu'iI iepiesenle, Ioisqu'on piend Ies al-
liiluls el Ies « liaces » poui des ôlies independanls.
9O
Cf. I'hynne nedievaI alliilue a sainl ßeinaid ou a une allesse lenedicline du XIVe siòcIe : }esu duIcis nenoiia (dzi|r),... Sed supei neI el
onnia, Ljus duIcis piæsenlia (ncudncur)... NiI ccgi|a|ur duIcius... Quan lonus es quæienlilus ! Sed quid intcnicn|ious `
91
Nadin, pIui. ncudana' ou nidan, ceIui qui loil avec vous, Ie connensaI.



S'ILS ARROSAILNT DL CL VIN LA TLRRL D'UN TOMßLAU, LL MORT RLTROUVLRAIT SON AML LT SON CORIS SL-
RAIT RLVIVIIIL (
93
).

NAßOLOSI ~ Le Iiophòle (sui Iui Ia piiòie el Ia paix !) a dil : « Dieu a ciee Ies ciealuies dans des lenòlies (c'esl a-diie qu'iI
Ies a diffeienciees du neanl). Iuis iI Ies a aiiosees de sa Iuniòie (c'esl-a-diie de Ia Iuniòie de Son Lxislence ieeIIe pai I'iiiadia-
lion). CeIui qui esl alleinl pai celle Iuniòie esl dans Ia lonne voie (c'esl-a-diie qu'iI piend conscience de son neanl oiigineI) el
ceIui que celle Iuniòie n'a pas alleinl (c'esl-a-diie qui n'a pas piis conscience de son neanl), s'egaie. »
Ce sonl Ies « convives » qui ARROSLNT, ce qui synloIise qu'iIs (Ies ncuridcun) se diiigenl lous en une giande assenlIee
veis Ia piesence de Ia Veiile iiiadiee, avec sa peinission. Dieu a dil au sujel de }esus (sui Iui Ie saIul !) : « Tu iessuscilais Ies
noils avec na peinission...» (Coian, V, 11O).
Le noil RLSSUSCITLRA, deviendia vivanl conne iI I'a ele, si Dieu Ie veul el I'oidonne a ceux qu'iI a eIus paini ses seivi-
leuis engages dans Ia voie de Ia ceililude. II esl ainsi aiiive a pIusieuis des sainls de Dieu de iessuscilei des noils pai des ni-
iacIes (
94
), heiilage spiiilueI de }esus.

LTLNDU A L'OMßRL DU MUR DL SA VICNL, LL MALADL DL}A ACONISANT RLTROUVLRAIT AUSSITOT SA
IORCL.

NAßOLOSI ~ L'OMßRL, c'esl Ie nonde de I'inaginalion de I'honne paifail , eIIe ievienl de I'Occidenl des nondes a
I'Oiienl du SoIeiI de I'Unile, pai Ie Ievei du rcun a| anri divin.
Le MUR DL SA VICNL, signifie Ies nondes de Ia possiliIile saisis pai Ia peiceplion el I'inleIIigence, el qui sonl conne un
nui enlie Ia vie d'ici-las (dcunia) el I'aulie (a|nira). Ln effel, Ie coips hunain, el loul ce qu'iI conlienl de sens, de nenlies, de
foice spiiilueIIe, esl conne un nui : quand iI lonle en iuines pai Ia noil, I'honne va dans I'aulie nonde.
Le fail d'LTLNDRL, c'esl Ia diieclion de Ia conscience de I'honne paifail el Ia confoinalion de son inaginalion a I'inage
d'un MALADL. Dieu a dil : « Dans Ieuis couis, iI y a une naIadie ». (Coian, II, 9). Cai Ia spiiiluaIile (rcunaniqa) des couis hu-
nains peul ôlie naIade conne Ies coips , nais Ie ienòde des coips esl naleiieI (nassi), landis que Ie ienòde des couis esl in-
naleiieI (na´naui). Ll I'honne paifail qui connaîl son Dieu el fail ce qu'iI Iui oidonne sail que Ie ienòde efficace poui Ie
naIade, c'esl de s'elendie dans Ia foi el I'huniIile.

IRLS DL SLS TAVLRNLS LL IARALYTIQUL MARCHL , LT LLS MULTS SL MLTTLNT A IARLLR AU SOUVLNIR DL SA
SAVLUR.

NAßOLOSI ~ Ce sonl Ies convives qui appiochenl Ie paiaIylique. Les TAVLRNLS sonl Ies assenlIees (naj|is) des gens des
sciences divines, conpagnons de Ia ceililude el de Ia Connaissance.
Un IARALYTIQUL, c'esl ceIui qui ne peul s'eIevei a Ia veiilalIe el paifaile connaissance de son Dieu.
II MARCHL, c'esl-a-diie qu'iI se defail des chaînes de ses haIIucinalions el de ses desiis, el s'engage deIileienenl dans Ies
voies de Ia ceililude avec I'assislance de Ia Ciâce (|aufiq).
Les nuels IARLLNT : iIs exposenl Ies sciences divines el Ies veiiles de Ia Connaissance.
Le SOUVLNIR (dzi|r). C'esl Ia capacile de conseivei loujouis Ie souvenii des iiiadialions divines el de Ies faiie ievenii a I'es-
piil, nône dans ce nonde de Ia possiliIile, de façon que Ie caiaclòie conlingenl el ephenòie de ce nonde dispaiaisse lolaIe-
nenl de Ia conscience.
DL SA SAVLUR, c'esl-a-diie au souvenii des sens des iiiadialions divines, sens couianls dans Ie Iangage des inilies, cai
quand Ia paioIe soil des couis, eIIe enlie dans Ies couis el ceIIe qui esl sui Ies Iangues ne depasse pas Ies Iangues.
Le MULT, c'esl I'honne indiffeienl, auqueI un voiIe cache Ies iiiadialions de CeIui qui connaîl Ie nieux Ies nyslòies (
95
), cai
iI esl nuel de Iangue el de coui, el sa paioIe conlingenle ne paiIe que de choses conlingenles.

SI LLS SOUIILLS DL SON IARIUM S'LXHALLNT LN ORILNT, UN HOMML IRIVL D'ODORAT DLVILNT DANS
L'OCCIDLNT CAIAßLL DL LLS SLNTIR.

NAßOLOSI ~ L'ORILNT c'esl Ie côle de I'esl d'où sonl soilis Ies Sainls du 'Iiaq, el d'où vienl Ie IôIe (qcu|no) (
96
), el c'esl aus-
si veis I'Oiienl que loul I'univeis conveige.

92
Nafs = âne, âne sensilive, aninaIe, infeiieuie, el rcun = espiil, âne supeiieuie. L'âne el I'espiil, ncpncsn el ruacn en helieu. }oseph de
Maislie dil que I'âne sensilive esl connune a I'aninaI el a I'honne, IequeI a aussi I'espiil. Ln aiale nafs esl usile aussi poui : noi-nône,
Iui-nône, ou, Ie noi.
93
Inla´acha, geinei, s'epanouii, iajeunii, ôlie ievivifie, iessuscile. ßoûiînî souIigne Ia leaule de I'inage d'un coips qui geine el ievil apiòs
avoii ele aiiose.
94
« Iai Ia voie de Ia |arana », niiacIes des sainls, Ia ncu'jiza elanl Ie niiacIe des Iiophòles poilanl un defi poui piouvei Ieui nission.
95
'AIIan eI ghouyoûl, un des 99 nons de Dieu.
96
Le IôIe des Sainls. A chaque epoque, iI exisle sui leiie un ceilain nonlie de sainls el d'inilies, qui sonl conne « Ie seI de Ia
leiie », qui nainliennenl Ies giandes veiiles el Ies giandes veilus. Huysnans expiine une idee anaIogue dans Sain|c |qduinc dc
Scnicdan, en ce qui iegaide speciaIenenl Ies « conpalienls ».



On peul encoie voii dans Ie Levanl Ie coui de I'honne paifail, paice que ce coui esl I'hoiizon où se Iòve Ie SoIeiI de I'Lxis-
lence veiilalIe.
Les SOUIILLS DL SON IARIUM, c'esl Ie fail, poui I'honne de Ia connaissance paifaile, de s'appiochei des sens des iiia-
dialions divines avec goûl el avec anoui. Les paifuns de Ia Connaissance se iepandenl de lous côles el Ies naiques appaiais-
senl sui Iui de Ia sinceiile de son anoui.
De I'OCCIDLNT sonl soilis de giands sainls donl Ia pIupail onl enigie veis I'Oiienl, conne Ie Cheikh eI Aklai (Iln 'Aialî)
el queIques aulies.
CeIui qui esl IRIVL D'ODORAT, c'esl ceIui qui ne senl pas I'odeui des iiiadialions divines, paice que son âne (nafs), esl al-
soilee pai Ies inages changeanles du nonde ciee.
L'ODORAT LUI RLVILNT, c'esl-a-diie Ia capacile de senlii de leIIe soile qu'iI peul saisii Ies paifuns de Ia ceililude el de Ia
Connaissance dans Ies paioIes des gens de Ia Decouveile el de Ia ReaIile.

CLLUI QUI TILNT LA COUIL, LA IAUML COLORLL DL CL VIN, NL S'LCARLRA IAS DANS LA NUIT , IL TILNT UN
ASTRL DANS LA MAIN.

NAßOLOSI ~ LA IAUML DL CLLUI QUI TILNT LA COUIL, c'esl Ia nain du ncurid (novice) sincòie quand iI Ia nel dans
ceIIe de I'honne paifail, univeiseI qui guide dans Ia voie nohannedienne, au nonenl du seinenl (ncu'anada) el de I'hon-
nage (ncuoaqa'a). C'esl Ia venle de I'âne (ou du noi) a Dieu, qui ievôl, pai I'iiiadialion de Ia giâce, Ie vôlenenl de Ia foine
(çcura) hunaine paifaile, ceIIe du cheikh-guide. Loisque Ie ncurid sincòie nel Ia nain dans ceIIe du cheikh paifail qui Ie guide
veis Dieu, avec goûl el avec anoui, Ie ncurid a louche Ie vôlenenl du nouiâd (
97
) : Ia venle esl concIue, conpIòle, iiievocalIe.
La Veiile (qu'eIIe soil exaIlee !) a achele I'âne du ncurid, juiidiquenenl, el ceIui-ci ne peul ievenii sui sa venle. Dieu (qu'iI soil
exaIle !) a dil (Coian, IX, 112) : « Dieu a achele aux cioyanls Ieui âne ». Ce qui peul s'appIiquei a ceux qui cioienl au cheikh-
guide. II en iesuIle Ia cioyance a I'Lxislence ieeIIe a IaqueIIe on aiiive en « ieaIisanl » I'exlinclion el I'aneanlissenenl de son es-
sence (dza|) el de ses alliiluls (cifa|), el ceIa sans ncu|cu| ni i||inad (
98
), cai I'Lxislence ne peul pas peneliei dans Ie neanl ni s´y
unii.
Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, IX, 112) : « Rejouissez-vous de Ia venle que vous avez concIue ». Ce qui esl une aIIusion
au conlial des cheikhs paifails. Ioui liouvei ce deiniei, Ie nouiîd doil ôlie paifailenenl sincòie. Quand Ie nouiîd adhòie sin-
còienenl a Ia voIonle de Dieu, iI liouve Ie cheikh paifail, cai ceIui-ci esl une pieuve (ncujja) de Dieu poui Ies ciealuies sui Ia
leiie jusqu'au joui du }ugenenl. Si Ie nouiîd n'esl pas sincòie, iI ne Ie liouveia janais. Dieu (qu'II soil exaIle !) a dil (Coian,
XVIII, 16) : « CeIui que Dieu guide, iI esl dans Ia voie dioile, el ceIui que Dieu egaie, lu ne Iui liouveias pas de guide ».

Dans un aulie poòne (« RaIenlis la naiche, ô chaneIiei... »), Iln aI Iâiidh conpaie Ies sainls aux pieux qui souliennenl Ies
lenles des Aiales, cai Ies sainls, pai Ieuis veilus, sonl cause que Ie nonde se nainlienl.
Le IôIe (qoulhl) esl Ie chef de Ia hieiaichie des sainls leIIe que I'onl syslenalisee peu a peu Ies çoufis. II esl I'Honne Iaifail pai
exceIIence, I'inage de Dieu sui Ia leiie, Ie pivol, I'axe de I'univeis, Ie pieseivaleui du nonde. Conceplion qui s'esl nôIee paifois,
sans doule, a ceIIe de I'inan infaiIIilIe el inpeccalIe des Chiiles el des IsnaeIiens, nais qui se iallache d'aulie pail a ceIIes de
I'Honne Iaifail el du ncur ncnannadi. On peul I'enlendie au sens chiile conne d'un supiône iepiesenlanl de Dieu sui Ia
leiie, ou lien conne d'une union nyslique avec Ie Veile el I'Lspiil vivificaleui.
C'esl dans ce deiniei sens que I'enlend Iln aI Iâiidh, qui dans sa Grandc Ta'iqa (veis 5OO el 5O1), s'alliiluanl ce lilie, dislingue Ie
IôIe spiiilueI du IôIe leiieslie, chef de hieiaichie nysleiieuse des sainls. (Cf. NichoIson, S|udics in is|anic nqs|icisn, p. 194.) }oi-
jânî, Iln 'Aialî, aI Kâchifî el Ies çoufis posleiieuis donnenl au IôIe spiiilueI Ies caiaclòies du Logos, nedialeui des giâces di-
vines, pai IequeI sulsislenl lous Ies nondes.
Celle hieiaichie conpoile en geneiaI : au-dessous du Qcu|no, IôIe, ses ncuqaoa, « deIegues » (singuIiei : naqio), oidinaiienenl au
nonlie de liois, puis Ies qualie au|ad (singuI. : ua|ad), ou « pieux » (dans Ie sens de piquel) coiiespondanl aux qualie poinls
caidinaux, puis Ies sepl aorar, enfin Ies 4O (ou 7 seIon Iln 'Aialî) ocuda|a (sing. : oada|) ou aoda|, « ienpIaçanls ». }oijânî, Dcfini-
|icncs..., edil. C. IIügeI (en aiale), Leipzig, 1845, in-8°, specifie que ces ocuda|a' sonl « sui Ie coui d'Aliahan », el que Ie Qoulhl
esl « sui Ie coui d'IsiâfîI ». Les auleuis çoufis de Ia decadence onl deveIoppe ce lhòne el conpIique a I'exliône dans un sens
quasi nylhoIogique peidanl de vue Ie sens piofond de Ia spiiiluaIile, souice de vie. (Cf. ßIochel, «Lludes sui I'eso-leiisne nu-
suInan », dans ]curna| Asia|iquc, l. XX, 19O2).
« Les jusles sonl Ies coIonnes de I'univeis », dil Ia Iaiaphiase chaIdaïque du Canlique des canliques, Taigun du VIe ou VIIIe siòcIe. (Cf. I.
VuIIiaud, |c Can|iquc dcs Can|iqucs, 1925, p. 91.)
97
Ln louchanl Ia nain du cheikh, IequeI esl Ie vôlenenl de Dieu, Ie ncurid (ceIui qui desiie) a louche Ie vôlenenl du ncurad (Ie
Desiie, Dieu, ou ceIui qui Ie iepiesenle, ceIui que Dieu desiie).
}esus disail a Maiie des VaIIees qu'eIIe elail Ia iole donl II elail ievôlu.
On appeIIe venle pai I'allouchenenl (nouIânasa) ceIIe qui se fail en louchanl Ia nain du vendeui (Cf. Ies hadils sui ce sujel dans ßokhaiî,
elc.).
98
Hcu|cu|, infusion, incainalion de Ia divinile dans I'honne , i||inad, unificalion, neIange de Ia sulslance hunaine el de Ia sulslance divine ,
foinuIes heleiodoxes que I'on accusail paifois Ies çoufis de piofessei. Le ncu|cu| esl une lhòse qu'on accusa HaIIaj de piofessei. L´ 'i||inad
esl defini ainsi pai }oijâni (74O-816 H.) : « Quand deux sulslances deviennenl une seuIe , ceIa n'a Iieu que dans Ies nonlies, a pailii de 2 el
au-dessus. » S. de Sacy, Nc|iccs c| |x|rai|s dcs Mss dc |a 8io|. Rcq., l. X, 1818. ~ « La ciealuie, dil Thonas Deschanps, esl deifiee, deifoinee
pai I'union liansfoinanle, nais non « faile deesse ». ]ardin dcs ccn|cnp|a|ifs parscnc dc f|curs d'ancur ditin, 16O5, p. 413. IIusieuis çoufis onl
enpIoye Ies nols i||inad el |aunid dans Ie sens d'unificalion nyslique. Ce que nous avons dil de I'insuffisance du vocaluIaiie phiIoso-
phique des pienieis siòcIes de I'Hegiie expIique que des naIenlendus aienl pu se pioduiie.



Avec Ie veiie, Ie poòle fail aIIusion au cheikh paifail, el avec Ie Vin a Ia Veiile de I'Lxislence (a| naqiqa| a| ucujcudiqa).
La COLORATION, c'esl poui diie nelaphoiiquenenl I'infIux divin qui se connunique au nouiîd sincòie annihiIe.
II NL S'LCARLRA IAS DANS LA NUIT, c'esl-a-diie dans un nonde d'enlie Ies nondes.
IL TILNT UN ASTRL DANS SA MAIN, signifie nelaphoiiquenenl I'infIux passe en Iui au conlacl de Ia nain du cheikh pai-
fail el I'allachenenl spiiilueI el coidiaI qu'iI a poui Iui apiòs Ie seinenl el I'honnage. Ll ce Iien spiiilueI se liansnel inlacl
conne un heiilage depuis Mohannad jusqu'au joui du }ugenenl.

UN AVLUCLL-NL QUI LL RLCLVRAIT DANS SON CGUR RLCOUVRLRAIT AUSSITOT LA VUL, LT LL ßRUISSLMLNT
DL SON IILTRL IAIT LNTLNDRL LLS SOURDS.

NAßOLOSI ~ CeIa signifie Ia decouveile de Ia Veiile qui esl loul el en qui loul esl (
99
). L'AVLUCLL-NL, c'esl Ie seivileui
disliail, insoucianl, a qui son noi voiIe Ies iiiadialions de son Seigneui.
CHADA (
1OO
) : c'esl Ia naissance de I'auioie, poui Ie ncurid, apiòs Ies lenòlies de Ia nuil, pai Ia giâce divine. 'AIi (que Dieu
fasse liiIIei sa face !) a dil a son seivileui KounaïI : « Lleins Ia Ianpe, cai Ie joui s'esl Ieve ». II veul diie : Ia Luniòie de I'Lxis-
lence s'esl devoiIee a loi , n'enpIoie donc pIus nainlenanl Ia Iuniòie de Ia iaison ('aq|) poui conpiendie Ies choses divines , ie-
gaide avec Ia Luniòie de Dieu el non Ia Iuniòie de la iaison, cai I'honne n'a lesoin de ceIIe-ci que quand iI s'agil des lenòlies
du nonde ciee. ~ Le Iiophòle (sui Iui Ia piiòie el Ia paix !) a dil : « Le cioyanl voil pai Ia Luniòie de Dieu el paiIe pai Sa giâce
(|aufiq). »
Le IILTRL, c'esl Ia iaison ('aq|) de I'honne paifail , cai celle iaison ne peul s'eIevei a Ia conpiehension, el I'honne ne con-
piend pas avec celle iaison, nais pai I'iIIuninalion de son Seigneui. Mais I'honne paifail piesenle ce qu'iI a saisi giâce a I'iIIu-
ninalion de son Seigneui, a sa iaison, el sa iaison Ie puiifie de I'inpuiele des choses el de Ia souiIIuie de Ieuis liaces , Ia iaison
peiissalIe esl donc Ie fiIlie el Ie sepaialeui.
Les SOURDS sonl Ies disliails, Ies insoucianls, qui n'enlendenl pas Ia veiile, occupes qu'iIs sonl pai I'eiieui. Dieu (qu'iI soil
exaIle !) a dil (Coian, XXI, 1OO) : « ...el iIs n'enlendenl iien ». IIs enlendenl giâce a ce fiIlie, Ia iaison iIIuninee (´aq| ncurani). Iei-
sonne ne peul conpiendie Ia paioIe des gens qui connaissenl paifailenenl Dieu, sans Ia iecevoii diieclenenl de I'un d'eux (
1O1
).
Si on Ia ieçoil d'un non inilie ou d'un Iivie dans Ia iaison lenelieuse non iIIuninee (´aq| dncu|nani), ce n'esl pas Ia paioIe (|a|an)
des gens de Ia Connaissance, nais Ia paioIe du noi chaineI (nafs).

SI DANS UNL TROUIL DL CAVALILRS SL DIRICLANT VLRS LL TLRROIR QUI LUI DONNL NAISSANCL, QULL-
QU'UN LST IIQUL IAR UNL ßLTL VLNIMLUSL, LL IOISON NL LUI IAIT IAS DL MAL.

NAßOLOSI ~ La TROUIL DL CAVALILRS (cr ra|o), c'esl ceux qui se sonl engages dans Ia Voie el Ies gens de Ia Connais-
sance, qui sonl « poiles ». Dieu a dil : « Nous avons ele geneieux enveis Ies fiIs d'Adan el nous Ies avons poiles sui Ia leiie el
sui Ia nei. » (Coian, XVII, 72). CeIui qui Ies poile c'esl Ia Veiile (qu'eIIe soil exaIlee !) el iIs sonl poiles sui Ia leiie feine pai des
lôles de sonne el sui nei pai des naviies. Les « lonnes choses » sonl Ia leiie, Ies nonunenls, Ies ailies. Ll ceux qui savenl
lien ceIa sonl Ie ra|o, Ia ieunion de ceux qui sonl « nonles » , el ceIui qui ne sail pas esl une liule sous Ia foine d'un honne,
insoucianl de I'oidie el alsoile pai Zeid el 'Ani (
1O2
) .
Le TLRROIR signifie Ia foine coipoieIIe sui IaqueIIe a geine Ia foine spiiilueIIe (
1O3
) oidonnanle qui vienl de Ia giaine se-
nee pai Dieu. Les fiuils qu'eIIe a donnes, sonl Ies giappes des significalions cachees sous Ies ecoices des choses naleiieIIes , ce
vin en a ele exliail pai Ie piessoii, liionphe du Seigneui, jaiIIissenenl divin el synloIe du cheikh-guide paifail.
L'honne IIQUL, c'esl I'anouieux que Ia vipòie de Ia passion a noidu , Ie IOISON, Ies appaiences changeanles des nondes
peiissalIes.

99
Haqiqa| a| ucujcudiqa a| jani'a, I'Llie ieeI alsoIu univeiseI.
1OO
Conne açoana, signifie ôlie au nalin, devenii.
1O1
Idee de Ia necessile d'une liansnission oiaIe d'honne a honne, de naîlie a discipIe, d'une inilialion peisonneIIe. Toule science, divine ou
hunaine, nedecine ou nyslicisne, doil ôlie liansnise ainsi. Necessile aussi d'un diiecleui de conscience, conne dans Ie calhoIicisne.
Mais aulie chose aussi. M. Rene Cuenon, (|n|rcduc|icn a |'c|udc dcs dcc|rincs nindcucs, 1921, p. 275), paiIanl des delenleuis de Ia Tiadilion
sui IaqueIIe loule Ia vie coIIeclive iepose el qui peinel Ia « ieaIisalion nelaphysique » nenanl a Ia « deIiviance », eciil : « C'esl Ia aussi, en
nône lenps, I'expIicalion de I'allachenenl piofond el indefeclilIe qui unil Ie discipIe au naîlie, non seuIenenl dans I'Inde, nais dans
loul I'Oiienl... La fonclion de I'insliucleui esl veiilalIenenl, en effel, une « paleinile spiiilueIIe », el c'esl pouiquoi I'acle iilueI el synlo-
Iique pai IequeI eIIe delule esl une « seconde naissance » poui ceIui qui esl adnis a iecevoii I'enseignenenl pai une liansnission iegu-
Iiòie. C'esl celle idee de « paleinile spiiilueIIe » qu'expiine liòs exaclenenl Ie nol « guiu » qui designe I'insliucleui chez Ies Hindous, el
qui a aussi Ie sens d' « ancôlie » , c'esl a celle nône idee que fail aIIusion chez Ies Aiales Ie nol « sheikh » qui avec Ie sens piopie de «
vieiIIaid », a un enpIoi idenlique... L'OiienlaI esl a I'alii de celle iIIusion liop connune en Occidenl qui consisle a cioiie que loul peul
s'appiendie dans Ies Iivies, el qui aloulil a nellie Ia nenoiie a Ia pIace de I'inleIIigence. »
1O2
Iai Ies ciealuies.
1O3
Sainl }ean de Ia Cioix, apiòs avoii deciil Ies epieuves de Ia nuil olscuie qui « pIonge I'enlendenenl dans Ies lenòlies, Ia voIonle dans Ies
secheiesses, Ia nenoiie dans Ie vide, Ie coui dans I'aneilune », dil que celle piivalion des consoIalions spi-iilueIIes esl une condilion ie-
quise « poui que I'âne puisse iecevoii Ia foine spiiilueIIe de Ia vie, qui n'esl aulie que I'union d'anoui » pui. Nui| coscurc dc |´cspri|, chap.
III.



Le poison NL LUI ILRA IAS DL MAL, cai s'iI (Ie nouiîd) s'adiesse au guide paifail, ceIui-ci Iui fail connaîlie Ia veiile, I'es-
sence des choses exislanles el Ie sens des iiiadialions. Rien ne peul Iui faiie de naI , ni Ies choses, ni Ieui onlie ne peuvenl ôlie
des voiIes poui Iui.

SI L'LNCHANTLUR TRACL LLS LLTTRLS DL SON NOM SUR LL IRONT D'UN IOSSLDL, CLS CARACTLRLS LL CUL-
RISSLNT.

NAßOLOSI ~ L'LNCHANTLUR c'esl I'honne paifail, Ie cheikh-guide.
LLS LLTTRLS DL SON NOM sonl Ies diveises elapes (
1O4
) pai où passe I'honne engage dans Ia voie, liansfoinalions des
sens des iiiadialions divines, avec eIIes el pai eIIes, el non pai Iui-nône. Celle eciiluie ne peul ôlie liacee que pai Ie cheikh-
guide. SeuI, iI peul donnei I'inilialion, diiigei veis Ie Seigneui el piovoquei I'infusion des giâces du CIenenl, lanlôl pai une ef-
fusion inluilive du coui au coui, lanlôl pai inleipielalion des expiessions el expIicalion des signes, lanlôl pai Ie ievôlenenl du
fioc (khiiqa (
1O5
)) lien connu des çoufis. II y faul une paifaile sinceiile des deux pailies. L'elal (na|) de sinceiile s'insinue aIois
pai Ie connandenenl de Dieu dans Ie nouiîd. Iaifois encoie Ie cheikh n'a qu'a jelei un iegaid, confoinenenl au hadils : « }e
suis Ia vue avec IaqueIIe iI voil... » conseiIIanl de s'appiochei de Dieu pai Ies acles suieiogaloiies (nauafi|). Ou lien Ie nouiîd
sincòie iegaide Ie cheikh guide, confoinenenl au hadils : « ... cile Dieu... »
L'inilialion esl pIus ou noins iapide seIon Ia piepaialion el seIon Ies soins, Ia poIilesse el Ie iespecl donl on enlouie Ie cheikh
(
1O6
).
Le IOSSLDL, c'esl I'honne disliail, indiffeienl, a qui loul esl voiIe, qui esl enliaîne pai Ies inaginalions de sa iaison ('aq|),
pai ses passions, ses soucis, en loul ce qu'iI conpiend. Sa pensee va d'une ciealuie a une aulie, ne voil que Ies choses cieees el
esl delouine des iiiadialions de Ia Veiile. II voil Ies ciealuies conne si eIIes se nainlenaienl pai eIIes-nônes, conne si eIIes
donnaienl el iefusaienl, alaissaienl el eIevaienl , iI ne piononce pas Ia Iouange de Dieu avec eIIes, pai eIIes el en eIIes. Ll ceIa
piovienl de Ia peiveisile de son inaginalion (|naqa|) olsedee pai Ies phanlasnes. S'iI n'elail pas conscienl de I'elal où iI se
liouve, nous Ie jugeiions loul a fail denenl, el iI ne seiail pIus lenu aux olIigalions canoniques. Mais, conne iI esl conscienl de
son elal peiveis el qu'iI peisisle a y deneuiei, Dieu, pai dedain el poui I'eIoignei de Iui, I'a sounis a I'ensenlIe des olIigalions
canoniques el veul qu'iI Ies ienpIisse (
1O7
). C'esl ce qu'on veul diie pai Ie possede.
Les CARACTLRLS sonl liaces sui Ie IRONT poui que Ieui piesence soil conslannenl lien en vue sui Ia pailie Ia pIus eIe-
vee du coips.

LCRIT SUR LL DRAILAU DL L'ARMLL, CL NOM LNIVRL TOUS CLUX QUI MARCHLNT SOUS L'LTLNDARD.

NAßOLOSI ~ Le DRAILAU DL L'ARMLL, c'esl Ia voie (|nariqa (
1O8
)) liacee pai un cheikh çoufi dans IaqueIIe naichenl Ies
ncuridcun, qui s'engagenl poui Ie conlal conlie Ieui noi, poui en paicouiii Ies elapes jusqu'a Ia connaissance de Ieui Seigneui.
II y a pai exenpIe Ie diapeau de I'ainee Qâdiiiya poui ceux qui sonl dans Ia lhaiîqa du cheikh 'AldeIqâdei aI KîIânî (
1O9
)
voie d'huniIile el de noilificalion, Ie diapeau de I'ainee Mouhyouviya Ieve pai nolie cheikh, Ie Cheikh aI Aklai (
11O
) Mou-
hyiaddîn len 'Aialî (que Dieu sanclifie son âne (
111
) !), voie de science lienfaisanle el d'aclion eIevee, el encoie Ie diapeau de
I'ainee ChâdziIiya Ieve pai Alou'I Hasan ach ChâdziIî (
112
), Ie connaisseui paifail, poui ceux qui sonl engages dans sa voie
d'alandon du iaisonnenenl discuisif (|adoir).
Ainsi chaque cheikh a sa voie pailicuIiòie qui esl I'elendaid Ieve pai Iui.
Le fail d'ôlie LCRIT SUR Ie diapeau, c'esl Ie novicial du nouiîd. Le veile eciiie esl au passif el Ie sujel sous-enlendu esl
Dieu (C'esl Dieu qui eciil ce non). II faul de loule necessile poui ceIa que Ie nouiîd se piesenle. Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil
(Coian, XXXV, 2) : « Ce que Dieu disliilue de sa niseiicoide, nuI ne peul Ie ielenii, el ce qu'iI en ielienl, nuI ne peul Ie dislii-

1O4
Les diveis degies de I'oiaison, « jaidins », « châleaux », elc., des nysliques. On voil que NâloIosî insisle sui Ia gialuile de Ia giâce el sa
necessile.
1O5
Vôlenenl dislinclif des çoufis , Ie fioc lIanc de Iaine, c'esl Ie çoûf , Ie naîlie ienellail Ia khiiqa au discipIe en signe d'inilialion.
1O6
On conçoil qu'une leIIe inpoilance donnee au naîlie, Iegiline en piincipe, peul donnei Iieu a des alus dans Ia pialique des confieiies de-
geneiees.
1O7
Les honnes sonl sounis aux olIigalions canoniques (5 piiòies pai joui, jeûnes, alIulions, elc...). Les enfanls, Ies naIades, Ies
fous en sonl dispenses (pai en las poui ainsi diie) , Ies nysliques en peuvenl ôlie dispenses, en un sens pai en haul, disenl Ies
çoufis, paice qu'a un ceilain degie Ieuis puissances sonl paifois suspendues (Ia Iigaluie des lheoIogiens calhoIiques) el paice
que I'espiil esl supeiieui a Ia Iellie. (Cf. ce que nous avons dil dans I'inlioduclion).
NâloIosî dil ici que c'esl a cause de Ieui inpeifeclion que Ies honnes sonl lenus aux olIigalions canoniques. C'esl ce que sainl IauI dil de
Ia Ciâce pai iappoil a Ia Loi. Le Coian decIaie que c'esl a cause de Ieui nechancele que lanl de piesciiplions ninulieuses sonl inposees
aux }uifs.
1O8
Ce nol qui signifie voie, designe aujouid'hui Ies confieiies ieIigieuses nusuInanes, donl NâloIosî va cilei queIques fondaleuis.
1O9
Ou }îIânî, ou }îIâIî, ou }îIî, | 1166, Ie giand sainl de ßaghdad, Ie pIus popuIaiie dans loul Ie nonde nusuInan, suinonne Ie « suIlan des
sainls ». Lponyne des Qâdiiîyn.
11O
Le Cheikh aI Aklai, liòs giand, Ie pIus giand, Ie Maîlie pai exceIIence, suinon donne a Iln Aialî pai ses discipIes. Alou ßaki Mohannad
len 'AIi Mouhyi ad-dîn len 'Aialî aI AndaIousî, ne a Muicie en 56O (1165), noil a Danas en 638 (124O), halila 3O ans SeviIIe, se iendil a
Tunis, a Ia Mecque en 598 (12O1) el 611, en Lgyple a ßaghdad en 6O1 el 6O8, a MossouI el enfin a Danas.
111
Sirr, son seciel, son inleiieui, sa conscience.
112
Ne en Tunisie, | 1258.



luei ». TeI esl Ie delul de Ia giâce. II esl dil dans Ie Coian (XI, 9O) : « Ma giâce vienl de Dieu. C'esl sui Iui que je n'appuie el
c'esl a Iui que je ielouine. »
L'alandon a Dieu (|aua||cu|) el Ie ieloui a Dieu (|auoa) sonl Ies deux condilions de Ia giâce (|aufiq) divine.
Le NOM, c'esl son essence.
Le nouiîd, en enlianl sous Ie diapeau, poile son allenlion el nedile sui un des Nons de Dieu qui indiquenl ses acles, pai
exenpIe : Ie Ciealeui, CeIui qui nainlienl, Ie Vivificaleui, CeIui qui donne Ia noil, elc... ~ ou sui un des Nons indiquanl ses
quaIiles essenlieIIes, conne Onniscienl, Toul-Iuissanl, elc... (
113
)
L'LNIVRLMLNT, c'esl I'inpuissance poui I'InleIIecl de saisii loules Ies choses cieees.
CLUX QUI MARCHLNT SOUS L'LTLNDARD sonl Ies nouiîds qui se sonl sincòienenl alandonnes aux olIigalions qu'in-
pose Ia lhaiîqa de Ieui cheikh.

IL IOLIT LL CARACTLRL DLS CONVIVLS, LT IAR LUI SL CONDUISLNT DANS LA VOIL DL LA RAISON CLUX QUI
N'ONT IAS DL RAISON.

NAßOLOSI ~ Les CONVIVLS sonl Ies nouiîds qui ciaignenl Dieu el pialiquenl sa ieIigion.
La VOIL DL LA RAISON, c'esl Ia decision de faiie Ie lien el non Ie naI, ce qui esl un des leaux caiaclòies de I'honne.
CLLUI QUI N'A IAS DL RAISON, signifie que ceIui qui n'a pas de iesoIulion (el de iesoIulion posilive, c'esl-a-diie ceIIe de
faiie Ie lien, cai loul honne peul avoii une decision queIconque), en luvanl ce vin, I'acquieil el aiiive aux voies des sciences.
Quand sa iesoIulion esl de faiie Ie naI, c'esl une iesoIulion qui n'a pas de vaIeui.

CLLUI DONT LA MAIN N'A }AMAIS CONNU LA LARCLSSL DLVILNT CLNLRLUX, LT CLLUI QUI N'AVAIT IAS DL
CRANDLUR D'AML AIIRLND A SL MODLRLR, MLML DANS LA COLLRL.

NAßOLOSI ~ CeIui qui loil de ce vin devienl CLNLRLUX, c'esl-a-diie qu'iI lienl un jusle niIieu el n'esl ni avaie ni pio-
digue. La CRANDLUR D'AML (ni|n), c'esl Ie ni|n cIassique, de ceux « qui naîliisenl Ieui coIòie el paidonnenl aux gens » (Co-
ian, III, 128).

SI LL ILUS STUIIDL DLS HOMMLS IOUVAIT ßAISLR LL COUVLRCLL DL SON AICUILRL, IL ARRIVLRAIT A COM-
IRLNDRL LL SLNS DL SLS ILRILCTIONS.

NAßOLOSI ~ L'honne STUIIDL, c'esl I'honne ignoianl, disliail, nais qui aine Ies sainls, qui sulil I'alliail de Ia feiveui
des gens de Ia Connaissance paifaile, queI qu'iI soil. Le Iiophòle (sui Iui Ia piiòie el Ia paix !) a dil : « L'honne fiequenle ceux
qu'iI aine ».
Le COUVLRCLL synloIise Ie voiIe deiiiòie IequeI Ie Vin se cache aux inleIIigences hunaines. Ce voiIe, c'esl Ia iaison hu-
naine qui esl Ie couveicIe de ce vin quand iI I'ignoie el son fiIlie quand iI Ie connaîl.
Le ßAISLR donne a ce couveicIe, c'esl I'inslanl où I'iiiadialion cachee se fail connaîlie.
Le SLNS DL SLS ILRILCTIONS (
114
), (na´na cnana'i|ina), c'esl ce qui lianspaiaîl chez Ie seivileui des sens des caiaclòies
(a|n|aq), Alliiluls el Nons du Seigneui, en essence el en acle. Cai Ie seivileui a ces nônes choses, el c'esl poui ceIa qu'iI esl dil
dans Ie Hadils que Dieu a ciee Adan a son inage. Mais ce qui lianspaiaîl, c'esl Ie «sens» de ces caiaclòies, Alliiluls el Nons,
inage (çcura) el non ieaIile eleineIIe. Ll c'esl poui ceIa que Ie poòle a dil « Ie sens de ses peifeclions » el non Ies peifeclions eIIes-
nônes. C'esl Ioisque Ie seivileui s'annihiIe el que s'annihiIenl ses «sens» (na'na), qu'appaiaissenl ieeIIenenl ses peifeclions
(cnana´i|) el que Ies suifaces de celle sulliIe loisson iefIechissenl Ieui Iuniòie (
115
).

ON ML DIT : « DLCRIS-LL, TOI QUI LS SI ßILN INIORML DL SLS QUALITLS. » ~ OUI, LN VLRITL, }L SAIS COMMLNT
LL DLCRIRL.

NAßOLOSI~ Ceux qui DISLNT, ce sonl ceux a qui Ie Vin esl voiIe, qui Ie cheichenl, qui desiienl Ie connaîlie el qui cioienl
I'avoii pai une sinpIe desciiplion, pai I'inpiession de sa desciiplion sui Ieui inaginalion, conne iIs onl Ia connaissance du
nonde ciee pai I'inpiession de sa foine sui Ieui inaginalion (Ia peiceplion) , nais Ies choses divines sonl pIus haules el lians-
cendanles.
II Iui esl inpossilIe d'avoii une foine en soi, el iI a Ia foine de loules Ies choses poui ceux qui Ie savenl lianscendanl, au-
dessus de loules Ies foines.
DLCRIS-LL, veul diie : cile-nous ses liails qui onl alliie la iecheiche el la passion, poui qu'en Ies sachanl, nous Ie connais-
sions conne loi lu I'as connu.

113
La nedilalion el Ia iepelilion d'un Non divin esl une nelhode cIassique d'enliaînenenl spiiilueI dans Ies oidies ieIigieux nusuInans.
114
Ou quaIiles.
115
Les ciealuies iefIòlenl Ies alliiluls divins, du seuI fail qu'eIIes exislenl, el n'onl d'aulie ôlie que ceIui qu'eIIes liennenl de Dieu. IIus eIIes
sonl paifailes, pIus I'inage esl puie. Ce qui esl viilueI chez Ia pIupail devienl deifoinalion chez Ie nyslique pai I'annihiIalion el I'union
liansfoinanle.



Cai Ia connaissance inluilive (
116
) esl Ia seuIe denandee el ieconnandee, el non pas Ia connaissance inaginalive (|naqa-Iiya)
el iepiesenlalive (|açuiriqa) que Ies espiils foinenl seIon Ieuis concepls, connaissance vuIgaiie acquise pai Ia discussion (da|i|),
Ia denonslialion (ocur nan), I'aigunenl d'auloiile (|aq|id) ou I'inilalion seiviIe (idz'an), connaissance qui suffil sans doule au
slade (dans Ie naqan) de Ia foi (inan), nais ne suffil pas au slade de Ia peifeclion (insan).
}L SAIS LL DLCRIRL veul diie : II n'esl appaiu, je Ie connais, el Ie goûle apiòs I'avoii cheiche avec feiveui, dans Ia nesuie
où j'elais piepaie a iecevoii son jaiIIissenenl el ses giâces. Ll ceIa non en son essence, non en Iui-nône, cai peisonne ne peul Ie
connaîlie conne iI se connaîl Iui-nône.

C'LST UNL LIMIIDITL LT CL N'LST IAS DL L'LAU, C'LST UNL ILUIDITL LT CL N'LST IAS DL L'AIR, C'LST UNL LU-
MILRL SANS ILU LT UN LSIRIT SANS CORIS.

NAßOLOSI ~ II n'esl pas paIpalIe conne I'eau , iI n'esl pas saisissalIe el inpui conne I'esl encoie I'aii , c'esl un espiil pui
sans aucun suppoil chaineI. ßief, Ies quaIiles de ce Vin, en consideianl Ies iiiadialions de sa veiile seciòle appaiaissenl au poòle
ôlie qualie :
Ia LIMIIDITL, Ia ILUIDITL, Ia LUMILRL el L´LSIRIT. C'esl donc un espiil delaiiasse de I'eau, de I'aii, du feu el de Ia
leiie, eIoigne de Ia naleiiaIile de ces qualie eIenenls, nône s'iI appaiaîl cache sous ces eIenenls, cai iI esl Ie suppoil du coips
eIenenlaiie qu'iIs conposenl (
117
). II « piocòde du connandenenl » (anr) de Dieu qui appaiaîl sous Ia foine de I'Lspiil. Dieu
(qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, XVII, 87) : « IIs l'inleiiogeionl sui I'Lspiil. Reponds : L'Lspiil piocòde du connandenenl du
Seigneui ». Le connandenenl de Dieu, c'esl Ia necessile de son exislence lianscendanle. Ll poui connaîlie son Seigneui, Ie sei-
vi-leui n'a iien de nieux a faiie qu'a lien connaîlie son espiil (rcun), insuffIe en Iui « pai Ie connandenenl du Seigneui ». Ce-
Iui qui connaîl paifailenenl son espiil connaîl Ie « connandenenl du Seigneui », el CeIui qui connaîl paifailenenl Ie «
connandenenl du Seigneui » connaîl son Seigneui (
118
). Ll ceIa depend seuIenenl du degie de sa piepaialion, non du « con-
nandenenl » Iui-nône. Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, VI, 91) : « IIs n'onl pas esline Dieu a sa jusle vaIeui. » Le poòle
paiIe seIon Ie degie de sa piepaialion dans Ia Connaissance , nais Ia ieaIile chez Iui esl pIus haule el lianscendanle.

SON VLRßL (
119
) A IRLLXISTL LTLRNLLLLMLNT A TOUTLS LLS CHOSLS LXISTANTLS ALORS QU'IL N'Y AVAIT NI
IORMLS NI IMACLS.

NAßOLOSI ~ Le VLRßL (nadi|s), c'esl Ia IaioIe (|a|an) inleiieuie de Dieu, IaqueIIe n'esl pas foinee de Iellies ni de sons
ciees, nais esl un des Alliiluls de Dieu, non son essence nône, el pouilanl non diffeienle de celle Lssence.
La IaioIe divine inleivienl Iois de Ia ciealion el du connencenenl (des choses) poui loul ce qui esl dans Ie Savoii (´i|n) de
Dieu. L'alliilul Savoii Iui fail connaîlie de loule eleinile el a janais (
12O
) loul ce qui doil ôlie connu necessaiienenl, soil son es-
sence, ses Alliiluls, ses Nons, ses Acles el ses Oidies (an|an), el loul ce qui peul I'ôlie, soil ses elals (ncunfa'i|) (
121
), ses ciea-
luies, ce qui a ele, ce qui esl el ce qui seia a janais, seIon I'oidie (|ar|io) qui iegil loules Ies choses possilIes. L'alliilul IaioIe
decouvie ce que Dieu connaîl, ce qui esl dans son Savoii, conne iI veul el conne iI Iui pIaîl.
LTLRNLLLLMLNT (qadinan) se iappoile au Veile. Cai Ie Savoii esl anleiieui a ce qui esl connu, d'une anleiioiile essen-
lieIIe nais non lenpoieIIe, Ie loul elanl eleineI (
122
). Quanl aux choses possilIes, Ie caiaclòie de possiliIile (de conlingence) Ieui
esl essenlieI. LIIes sonl loules neanl dans I'eleinile, cIassees dans I'oidie qui Ies iegil nainlenanl.
Le Savoii divin a decouveil (a conçu) ces Idees eleineIIenenl (aza|an). L'alliilul IaioIe s'esl allache a eIIes dans I'eleinile
(aza|) el Ies choses possilIes onl acquis I'ôlie seIon Ieuis Iiniles, Ieui piedeslinalion el I'oidie où eIIes sonl nainlenanl. C'esl ain-

116
Ma´rifa uajdaniqa, connaissance anouieuse ouinluilion inleIIeclueIIe, seIon qu'on donne a uajdani Ie sens d'affeclif ou d'inleiieui, ce qui ie-
vienl d'aiIIeuis au nône en nelaphysique nyslique, où Ia connaissance el I'anoui sonl insepaialIes.
117
Celle expiession el Ies expiessions anaIogues des pages suivanles ne sonl pas du panlheisne. Sainl Ignace, pai exenpIe, dans ses |xcrciccs
spiri|uc|s, dil que Ies honnes paifails peuvenl pIus faciIenenl que Ies aulies « nedilei el conlenpIei que Dieu, nolie Seigneui, esl dans
loules Ies ciealuies pai son essence, pai sa piesence el pai sa puissance. » IIs peuvenl donc juiei pai Ia ciealuie sans iisquei I'idoIâliie. « }e
consideieiai, dil-iI encoie dans Ia ConlenpIalion ad ancrcn, Dieu piesenl dans loules Ies ciealuies. II esl dans Ies eIenenls Ieui donnanl
I'ôlie , dans Ies pIanles Ieui donnanl Ia vegelalion , dans Ies aninaux Ieui donnanl Ie senlinenl , dans Ies honnes Ieui donnanl I'inleIIi-
gence. » « C'esl en Lui que nous avons Ia vie, Ie nouvenenl el I'ôlie, dil sainl IauI. Les scoIasliques, de Scol Liigòne a sainl Thonas, onl
pIus ou noins insisle sui celle idee que I'ôlie de Ia ciealuie esl deiive de I'Llie divin. Mouhyiaddîn len 'Aialî Iui-nône, qui dil que I'ôlie
esl connun a Ia ciealion el au ciealeui, consideianl que Dieu esl necessaiienenl ciealeui, conne Ia fIûle esl insepaialIe du joueui de
fIûle, ne pense pouilanl pas que loul soil Dieu nais que loul esl en Dieu. Ianenlheisne el non panlheisne. II affiine Ia lianscendance di-
vine el decIaie que I'union nyslique esl de voIonle, non d'essence. Sui I'allilude anaIogue de Ia pensee hindoue, cf. R. Cuenon, |n|rcduc|icn
gcncra|c a |'c|udc dcs dcc|rincs nindcucs, 1921. p. 268.
118
Anr esl un equivaIenl de Veile, conne nous I'avons dil. ~ « Qui ne voil voil non Iòie », dil }esus. |i|icquc prcccdi|, dil du Sainl-Lspiil Ie
Crcdc.
119
Hadîls : Ce qu'on dil el ce qui peul ôlie iedil. Ici, iI s'agil, nole ßoûiînî, de Ia paioIe du Soi divin incieee, alliilul de Dieu. ~ « Au connen-
cenenl elail Ie Veile... » Sainl }ean, I,1.
12O
L'aiale a pIusieuis nols que I'on peul liaduiie pai eleinile, nais qui onl des nuances piecises: aza|, qui n'a pas de connencenenl, aoad,
qui n'a pas de fin, qidan, qui esl liòs ancien, oiigineI, el oaqa, qui duie loujouis, peipelueI. L'âne esl aoadi el non aza|i.
121
C'esl-a-diie sa coIòie, sa salisfaclion, elc. (façon de paiIei), pai iappoil aux choses conlingenles, aux aclions hunaines, elc...
122
Les essences fixes, Ies Idees, Ies ieaIiles des choses ienfeinees dans Ie Savoii divin, ne sonl posleiieuies a Dieu que quanl a I'essence, non
au lenps, cai eIIes sonl coeleineIIes, dil }oijânî, op. cil., n° 154.



si que Ie Savoii divin suil Ies choses possilIes connues, neanl dans I'eleinile (aza|an) en piesence du Savoii divin , el Ies choses
connues leIIes qu'eIIes sonl suivenl Ia IaioIe divine dans I'eleinile en piesence du pouvoii ciealeui (ijad) qui Ies a fail soilii du
neanl (ncundi|s |ana), el c'esl Ie Kcun fa qa|cun (Sois ! el eIIe esl).
Dieu (qu'II soil exaIle !) a dil (Coian, VI, 73) : «Sa IaioIe esl Ia Veiile (
123
). A Lui Ie iògne ». Ll II a dil (Coian, XIX, 35) en pai-
Ianl de }esus (sui Iui Ia paix !) : « C'esl }esus, fiIs de Maiie, IaioIe de Veiile (
124
), ceIui sui IequeI on discule ». II a dislingue }esus
pai Ie liionphe en Iui de Ia conlenpIalion du Veile el I'annihiIalion en Iui de loule aulie chose que Ie Veile (
125
).
Toules Ies IORMLS el loules Ies IMACLS sonl Ies choses possilIes, c'esl-a-diie Ies choses cieees, loules conlingenles, ayanl
eu un connencenenl , eIIes n'onl pas d'exislence piopie a côle de Ia Science el de Ia IaioIe divine, nais sonl nône neanl de-
vanl ces deux piesences , eIIes sonl venues a I'exislence pai Ia ciealion du Veile divin, I'Lxislence veiilalIe piojelanl sui eIIes sa
Iuniòie (
126
). LIIes sonl Ies effels (du Veile) conne I'onlie piojelee pai queIqu'un qui se lienl deloul. Dieu (qu'iI soil exaIle !) a
dil (Coian, XXV, 47-48) : « Ne vois-lu pas connenl lon Seigneui a elendu I'onlie `... (L'onlie = Ies choses cieees.) S'iI avail
vouIu iI auiail pu Ia faiie slalIe. Iuis Nous avons pIace Ie soIeiI (Ie soIeiI de I'Lxislence veiilalIe) conne guide sui eIIe , puis
Nous I'avons ieliiee a Nous avec faciIile. » (C'esl-a-diie : Nous I'avons fail venii en piesence de nolie Veile el nous I'avons con-
nue leIIe qu'eIIe esl , I'iIIuninalion de I'Lxislence du Veile se ieliie d'eIIe el eIIe devienl neanl conne eIIe esl en eIIe-nône) (
127
).
Dieu a dil (Coian, XIII, 16) : « Devanl Dieu se piosleine loul ce qui esl dans Ies cieux el sui Ia leiie lon gie naI gie, el Ieuis
onlies nônes Ie fonl Ie nalin conne Ie soii. » La piosleinalion c'esl I'annihiIalion (fana). Le Iiophòle (sui Iui Ia piiòie el Ia
paix !) a dil : « Un suIlan jusle esl I'onlie de Dieu sui Ia leiie. » C'esl-a-diie qu'iI sail ôlie une liace de Ia IaioIe el du Savoii di-
vin. II a dil aussi : « II y en a sepl que Dieu piolegeia de son onlie Ie joui (du }ugenenl deiniei) où iI n'y auia d'onlie que son
onlie », el dans une aulie veision « ... qu'iI piolegeia de I'onlie de son Tiône ». Toul ceIa veul diie qu'iI Ieui decouviiia, pai Ia
veilu de Ieuis sainles aclions, qu'iIs sonl des liaces de Ia liace qu'esl son Tiône. IIs Ie connaîlionl aIois paifailenenl el pai inlui-
lion (
128
), apiòs I'avoii connu pai Ia connaissance inaginalive el conceplueIIe, qui esl ceIIe des docleuis de Ia Iellie (
129
).

C'LST IAR LUI QU'ICI SUßSISTLNT TOUTLS LLS CHOSLS, MAIS LLLLS LL VOILLNT AVLC SACLSSL A QUI NL
COMIRLND IAS (
13O
).

NAßOLOSI ~ Les choses SUßSISTLNT, deviennenl ieeIIes, sans avoii pai eIIes-nônes I'exislence , Ieui nainlien el Ieui iea-
Iisalion onl Ieui exislence dans Ie Savoii el Ie Veile divins (
131
), conne Ie paIniei a son exislence dans Ie noyau de dalle. Aussi
appeIIe-l-on Dieu Ie Vivanl (a| naqq) el Ie Qaqcun (CeIui qui exisle pai Iui-nône el nainlienl loule exislence) eleineIIenenl (
132
).
C'esl IAR LUI, pai ce Vin, que Ies choses se nainliennenl ainsi.
Les CHOSLS sonl loul ce qui esl conçu, peiçu el inagine.
Ici (|anna) signifie pai Ia piesence de ce pouvoii de nainlenii loules Ies choses possilIes.
CeIa, avec une SACLSSL (ni|na) que Ie savoii divin a decielee , el sagesse equivaul a juslice ('ad|). Ll ceIa poui signifiei que
son Savoii des choses possilIes, « neanlieIIes », leIIes qu'eIIes sonl, Ies Lui decouvie. II Ies suil donc. Rien n'appaiaîl de ces
choses, pai son Veile eleineI, que ce qui a ele conçu dans Ie Savoii divin. « A Dieu I'aigunenl peienploiie. S'iI avail vouIu iI
vous auiail lous nis dans Ia voie dioile. » (Coian, VI, 15O.) Ce qui veul diie : si vous eliez, en volie possiliIile « neanlieIIe »,
dans Ia voie dioile, iI vous auiail sus ainsi dans Ia voie dioile, el vous auiiez ele, en son Veile, dans Ia voie dioile, el iI vous au-
iail fails dans Ia voie dioile lous. Mais vous n'avez pas ele (lous) ainsi dans Ie nonde de volie possiliIile « neanlieIIe » non pIus

123
« Ta paioIe esl Ia veiile », dil }esus (}ean, XVII, 17). Veiile (naqq) = Dieu en aiale. Le veisel coianique equivaudiail aIois a : Son Veile esl
Dieu.
124
C'esl-a-diie Veile de Dieu.
125
}esus, lype d'union nyslique liansfoinanle.
126
Ln eIIes-nônes, independannenl de ce qu'eIIes onl de I'ôlie divin, Ies ciealuies ne sonl qu'un pui neanl, dil naîlie Lckhail au XIVe siòcIe,
a peu piòs conne Scol Liigòne au IXe, el sainl Thonas au XIIIe. ~ « }'ai inleiioge Ia leiie, dil sainl Auguslin, el eIIe a dil : « }e ne suis pas.
Ll loules Ies choses du nonde onl fail Ie nône aveu ».
127
L'on voil connenl Ies çoufis cheichaienl aux lexles du Coian des sens aIIegoiiques.
128
Mol a nol : pai Ie goûl el Ia decouveile. -- « Mainlenanl nous voyons pcr spccu|un in cnigna|c, nais aIois nous veiions face a face , nainle-
nanl je connais inpaifailenenl, nais aIois je connaîliai conne je suis connu ». IauI, I Coi., XIII, 12
129
. Ou|ana' cr rcuscun, Ies IilleiaIisles. ~ II esl a nolei que ce veis el Ies sepl suivanls, 23-3O, nanquenl dans ceilains nanusciils, pai exenpIe
dans Mss Aiales, 4261 el 1343 de Ia ßilIiolhòque NalionaIe. Le 1932 inleipose Ies veis de Ia façon suivanle : 22, 31, 32, 23-3O, 33.
13O
Ou lien : C'esl pai Lui que se nainliennenl ici loules Ies choses qui Ie voiIenl sagenenl a qui ne conpiend pas, ~ ou lien :
C'esl pai Iui qu'une sagesse nainlienl ici loules choses el Ie voiIe...
~ ou lien : que sulsislenl ici loules Ies choses seIon une sagesse, nais iI esl voiIe a... ~ Le sujel du veile voiIei peul ôlie Ies choses, Ia sa-
gesse ou Ie vin , el Ie pionon de oina peul se iappoilei a vin, a sagesse ou a choses.
131
« Toules choses onl ele failes pai Iui (Ie Veile) el iien de ce qui a ele fail n'a ele fail sans Iui. Ln Iui elail Ia vie, el Ia vie elail Ia
Iuniòie. » }ean, I, 3-4.
~ « C'esl Iui qui esl I'inage du Dieu invisilIe, Ie pieniei-ne de loules Ies ciealuies. Cai c'esl en Iui qu'onl ele cieees loules choses... II esl
avanl loules choses, el loules choses sulsislenl pai Iui... ». Sainl IauI, CoIoss., I, 15-17. ~ C'esl pai Ie Veile, dil Ie Zohai, qu'onl ele cieees
loules choses. « Le Veile exisle de loule eleinile, nais iI se nanifesla poui Ia pieniòie fois quand Ia naliòie ful cieee... LIohin se nanifes-
la sous Ia foine du Veile , celle senence divine pai IaqueIIe Ia ciealion a ele opeiee, venail de geinei, el, en se liansfoinanl de Iensee en
Veile, eIIe fil enlendie un son... », son qui fail jaiIIii Ie poinl piinoidiaI, oiigine de Ia Luniòie.
132
L'Llie de Dieu esl a I'oiigine el au coui de I'ôlie des choses qui pailicipenl de Iui en lanl qu'eIIes liennenl de Iui Ieui ôlie. Ln Dieu pieexis-
lenl lous ses effels, loules Ies foines inleIIigilIes des choses fuluies. (Sainl Thonas d'Aquin).



qu'en son Veile , el c'esl ainsi que vous ôles appaius, dans Ie nonde de Ia nanifeslalion (phenonenaI), cioyanls ou infidòIes,
oleissanls ou desoleissanls , el ainsi de loules Ies choses. Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, XCIII, 7) : « II l'a liouve egaie el iI
l'a nis dans Ia voie dioile », c'esl-a-diie : lu as ele egaie, puis sui Ia voie dioile, el Dieu l'a nis sui Ia voie dioile. II s'agil peul-
ôlie ici (
133
) de I'egaienenl IoualIe qui esl I'elonnenenl piovoque pai Ia giandeui el Ia nagnificence de Dieu (qu'iI soil exaIle !).
II en esl ainsi poui loul ce qui change el loul ce qui esl change. Dieu (qu'iI soil exaIle !) liouve dans I'eleinile (aza|) une chose,
changeanle, dans Ie nonde de sa possiliIile , iI Ia sail changeanle, iI Ia paiIe el Ia ciee (Ia fail soilii, aujada). Le sujel qui fail des
acles, lons ou nauvais canoniquenenl, esl un sujel ieeI dans Ie nonde de sa possiliIile « neanlieIIe », puis dans Ie Savoii, puis
dans Ie Veile, puis dans Ie nonde de Ia nanifeslalion (ijad) el de I'infIuence (|a|sir) , iI se fail loil (dza|in) a Iui-nône (s'iI
pôche). Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, XI, 1O3 el XVI, 119) : « Nous ne Ieui avons pas fail loil, nais iIs se sonl fail loil a
eux-nônes. » Ll c'esl poui ceIa que Dieu a envoye des piophòles el fail descendie des Livies (ieveIes), el que des IegisIalions
onl ele insliluees, ainsi que des ieIigions, poui dislinguei Ie lien du naI, Ia veiile de I'eiieui. II n'y a pas de deleininisne (de
conliainle jaor), cai Ie seivleui esl Iilie de choisii el de vouIoii Ie lien ou Ie naI, dans Ie nonde de sa possiliIile, puis dans Ie
Savoii, puis dans Ie Veile, puis dans Ie nonde de Ia nanifeslalion el de I'infIuence de Dieu sui Iui, sans pouilanl qu'iI ail un
pouvoii ciealeui a Ia iacine de ses acles el qu'iI puisse cieei une chose que Dieu n'ail poinl cieee, cai I'exislence n'esl pas a Iui,
nais a Dieu (qu'iI soil exaIle !) el iI n'y a pas d'exislence a loul ce qui esl aulie que Lui. La ciealion des choses n'esl que Ia piojec-
lion sui eIIes de Ia Luniòie de I'Lxislence veiilalIe, seIon Son vouIoii el Sa voIonle, Son savoii, Sa piescience el Son deciel,
avanl Ie connencenenl des lenps (aza|an) el seIon I'oiienlalion de Son Veile oiigineI (qadin). Iiofile, ô discipIe inpailiaI (sa|i|
ncuncif), de celle digiession, cai eIIe esl Ie noyau de Ia connaissance de Dieu.
CLUX QUI 'N'ONT IAS DL COMIRLHLNSION sonl lous ceux donl Ie noi esl un voiIe qui Ies enpôche de conlenpIei Ieui
Seigneui. IIs nienl aIois ce qu'iIs ne conpiennenl pas des paioIes des inilies a Ia connaissance de Dieu. IIs Ieui iepiochenl des
peches giaves, iIs Ies exconnunienl (
134
). Dieu voil loul. Le Cheikh aI Aklai (Iln 'Aialî) a dil : « Loisque Dieu Ie geneieux con-
naîl Ie seciel de na conscience, peu n'inpoile Ia fuieui des aulies. »

LN LUI MON LSIRIT S'LST LILRDU DL TLLLL SORTL QU'ILS SL SONT MLLLS TOUS DLUX INTIMLMLNT , MAIS CL
N'LST IAS UN CORIS QUI LST LNTRL DANS UN CORIS.

NAßOLOSI ~ II s'agil ici du Vin el de I'elal supiône du discipIe engage (sa|i|) dans Ia voie de I'iiiadialion divine.
DL TLLLL SORTL QU'ILS SL SONT MLLLS veul diie que I'un s'esl nôIe a I'aulie, Ie Vin a I'espiil, nais quand Ie neanl esl
nôIe a I'Llie, conne Ie paIniei esl dans Ie noyau avanl de devenii paIniei aIois qu'iI esl neanl en Iui, iI ne s'agil pas d'un ne-
Iange a piopienenl paiIei. Ln effel, poui que deux choses soienl neIangees, iI faul qu'eIIes exislenl deja loules deux, el ceIa ici
esl inpossilIe, cai iI n'y a pas d'exislence a côle de Ia Veiile (qu'eIIe soil exaIlee !), nais loul ce qui exisle lienl son exislence de
I'Lxislence de Ia Veiile (qu'eIIe soil exaIlee !) (
135
), en ce sens qu'iI esl une nanifeslalion de Son Lxislence. Dieu (qu'iI soil exaIle !)
a dil (Coian, CXII) : « II n'a pas engendie el n'esl pas engendie. II n'a pas d'egaI. »
INTIMLMLNT veul diie qu'iIs sonl devenus une nône chose, conne Ie paIniei dans Ie noyau avanl de geinei. Ll celle
union c'esl I'union du connaissanl el du connu en lanl qu'iI esl connu el non en dehois de celle connaissance (
136
).
Celle union n'esl pas Ia ILNLTRATION D'UN CORIS dans un aulie, conne I'eau dans I'eponge, ni conne Ie paifun des
ioses dans Ies pelaIes de ioses qu'on peul faiie soilii en piessanl , nais conne Ia piesence viilueIIe de I'ailie dans Ia giaine ,
chaque giaine pioduil un ailie pailicuIiei qui ne se liouve pas dans une aulie giaine. CeIa n'esl ni du i||inad, ni du ncu|cu|, donl
Ies ignoianls accusenl Ies gens de Ia voie de Dieu el Ies gnosliques, ne conpienanl pas Ie sens de Ieuis paioIes el ignoianl
I'usage qu'iIs fonl enlie eux des nols dans I'expose de Ieui science divine. Ioui qu'iI y ail i||inad ou ncu|cu|, iI faul qu'un ôlie
s'unisse a un aulie ou Ie penòlie.

VIN LT NON VICNL , }'AI ADAM IOUR ILRL. VICNL LT NON VIN , SA MLRL LST MA MLRL.

NAßOLOSI ~ Le VIN exisle, el Ia VICNL (Ies nondes possilIes, Ies choses cieees peiissalIes) esl en eIIe-nône neanl , cai
Ies choses sonl liiees du neanl, qui esl Ieui iacine , I'exislence qui appaiaîl en eIIes c'esl I'Lxislence de Ia Veiile (qu'eIIe soil exaI-
lee !) el non une aulie.
Le Vin exisle el Ia Vigne n'exisle pas, dans I'elal où j'ai ADAM a I'oiigine COMML ILRL. La paleinile d'Adan (sui Iui Ie sa-
Iul) el na fiIialion pai iappoil a Iui onl exisle dans Ie Savoii divin.

133
Ce veisel s'appIique au Iiophòle. ~ Dans loul ce passage, NâloIosî s'effoice de conciIiei Ia Iileile el Ia iesponsaliIile hunaine avec Ia
piescience de Dieu, seuI ciealeui.
134
Ta|fir, fail de decIaiei infidòIe.
135
Le connenlaiie s'allache a iepoussei Ie iepioche d'associalionisne, en nône lenps qu'iI expose Ia docliine de « I'unile de I'exislence ». ~
L'âne hunaine lenanl pai son fond Ie pIus inline a Ia divinile peul (naîlie Lckhail) s'allachei a soi-nône el s'eIoignei de Dieu, au Iieu de
s'allachei a ce qu'iI y a en eIIe de pIus piofond el s'unii a Dieu en ienonçanl a ses Iiniles poui se fondie dans I'Llie divin.
136
OnloIogiquenenl, nelaphysiquenenl, Ie Connaissanl, c'esl Dieu en qui pieexislenl Ies idees des choses possilIes, des fuluies ciealuies, el
Ie Connu, c'esl Ia ciealion. Mysliquenenl, Ie Connu c'esl Dieu el Ie Connaissanl, c'esl Ie nyslique qui se fond en Lui. Les idees, foines des
choses, pieexislenl en Dieu, conne Ies nodòIes des fuluies choses cieees el conne Ies oljels de Ia Connaissance divine. Le nyslique ie-
liouve I'unile peidue.



La Vigne exisle el Ie Vin n'exisle pas, dans I'elal où j'ai Ia nône nòie (
137
) , cai I'exislence esl une (
138
) , quand on I'alliilue au
Vin divin, a I'Iiiadialion spiiilueIIe ieeIIe (|aja||i a| anri a| ucujcudi), iI ne iesle pIus a Ia vigne, qui iepiesenle Ie nonde, aucune
exislence. Si on I'alliilue a Ia vigne, on nie loule exislence au vin.
Iai exenpIe, un honne eleinua un joui pendanl Ie couis de }ounaïd (
139
) (que Dieu sanclifie son espiil !) el s'eciia (
14O
) : «
Louange a Dieu ! ~ Teinine », dil }ounaïd, cai I'honne n'avail pas ajoule : « naîlie des nondes. » (Coian, I, i.) « Ll qu'esl-ce
que Ie nonde poui ôlie cile a côle de Dieu ` » dil aIois ceIui qui avail eleinue. ~ « Le conlingenl, quand iI esl Iie a I'eleineI, n'a
pIus d'exislence », dil }ounaïd. Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, XXIV, 35) : « Dieu esl Ia Iuniòie des cieux el de Ia leiie » (au
genilif, el ceIa, dans ce las nonde) , el (Coian, XXXIX, 69) : « La leiie s'iIIunineia de Ia Iuniòie de son Seigneui », (el ceIa, dans
I'aulie nonde). La Iuniòie veiilalIe c'esl I'Lxislence de Ia Veiile (qu'eIIe soil exaIlee !).
SA MLRL LST MA MLRL : Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, XIII, 39) : « Dieu efface ce qu'iI veul » (en Se voiIanl), « el iI
nainlienl » (en s'iiiadianl) , « aupiòs de Iui esl Ia Mòie du Livie (
141
) ». La Mòie du Livie, c'esl Ia lase du Iivie el son piololype.
Le Iivie, c'esl Ies lalIes gaidees, el sa Mòie, c'esl Ie Savoii el Ia IaioIe , ou lien Ie Iivie, c'esl Ie Savoii Iui-nône , seIon Sa paioIe
(Coian, VI, 54 , cf. aussi VI, 12) : « Volie Seigneui s'esl inpose Ia niseiicoide. »

LA IURLTL DLS VASLS LN VLRITL VILNT DL LA IURLTL DLS IDLLS , LT LLS IDLLS C'LST LUI QUI LLS IAIT
CROITRL.

NAßOLOSI : Les VASLS signifienl Ie nonde possilIe, c'esl-a-diie loules Ies ciealuies.
LN VLRITL, c'esl-a-diie dans Ia ieaIile divine, dans Ia conceplion du gnoslique qui a une giande foi en son Seigneui, el non
dans ceIIe de I'insoucianl aveugIe.
La IURLTL (ou Ia sulliIile) DLS IDLLS (na'na) ici veul diie Ia puiele de ce que Ies foines des choses possilIes iefIòlenl de
Ia piesence divine el des iiiadialions du Seigneui , el ceIa ne peul ôlie saisi ni pai Ia iaison ('aq|) ni pai Ies sens.
Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, VI, 1O3) : « Les iegaids ne peuvenl L'alleindie, el Lui, iI alleinl Ies iegaids. II esl Ie Sul-
liI, Ie Tiòs ßien Infoine. » La sulliIile esl une caiacleiislique du nonde spiiilueI el du Noûi Mohannadî, nais celle sulliIile,
pai iappoil a Dieu (qu'iI soil exaIle !) esl encoie une epaisseui, de nône que Ies coips sonl une epaisseui pai iappoil a I'espiil.
Le Cheikh aI Aklai (Iln 'Aialî) a dil dans ses |cu|cuna| : « L'Lxislence veiilalIe el Ie neanl, si on Ies nellail sui (Ies deux
pIaleaux d') une laIance, ceIIe-ci se liendiail en equiIilie, el enlie eux (deux se liouve) Ie possilIe », c'esl-a-diie ce qui esl sus-
ceplilIe d'avoii une exislence ou non.
Le sens de ce veis esl : Loisque Ies idees divines liionphenl des ciealuies en se decouvianl el en se donnanl en conlenpIa-
lion, Ie loul esl pui, el en veiile loul esl pui , sinon c'esl foicenenl une epaisse olscuiile dans Ies yeux el Ies vues.
Les IDLLS sonl Ies sciences el Ies connaissances divines dans Ie coui du gnoslique, doue de goûl, alîne de passion, conpa-
gnon de Ia decouveile el de Ia peiceplion.
Les idees divines S'ACCROISSLNT seIon Ia puiele de I'âne (
142
) , eIIes descendenl sui Ies couis puiifies des vices conne Ies
pIuies alondanles des cieux nysleiieux.

ON A IAIT UNL DISTINCTION , MAIS LL TOUT LST UN, NOS LSIRITS SONT LL VIN LT NOS CORIS LA VICNL.

NAßOLOSI ~ La DISTINCTION enlie Ies Idees el Ies ciealuies a Iieu dans I'elal de Ia cioissance el de I'augnenlalion.
Le TOUT LST UN veul diie I'exislence de I'Unique vivanl en son essence, qui a devoiIe eleineIIenenl pai son Savoii Ies
choses connues possilIes, neanl en eIIes-nônes, el Ies a paiIees pai son Veile inleiieui sans connencenenl ni fin. Cel Llie
unique se nanifesla, s'iiiadia el se decouviil , II conlenpIa son Lssence pai son Lssence (
143
). Ll ces choses connues possilIes,
neanl en eIIes-nônes, n'exislenl pas pai eIIes-nônes.

137
II diia pIus las que I'Lspiil supiône esl conne Ie pòie du Vin el Ia naluie conne sa nòie.
138
C'esl Ia faneuse foinuIe d'Iln 'Aialî.
139
Aloû'I Qâsin aI }ounaïd iln Mohannad aI Khazzaz aI Qavâiîiî, | ßaghdad, 298/911, ceIòlie çoufi, naîlie d'aI HaIIâj qui ionpil avec Iui.
(Cf. L. Massignon, A| Ha||aj..., p. 33-38 el |ssai sur |c |cxiquc..., p. 273-279).
14O
SeIon I'usage.
141
Ounn a| Ki|ao, Ie piololype des Livies ieveIes, foines diveises du Livie eleineI, c'esl-a-diie Ie Veile. }oijânî idenlifie lexlueIIenenl
I´Ounn aI Kilâl avec I'InleIIigence Iieniòie el avec I'Honne Iaifail. (Op. ci|., definilions 19O el 211). Adan esl anine d'un souffIe de
I'espiil divin. Lve esl soilie du coips naleiieI d'Adan. Le poòle veul signifiei que nous sonnes soilis d'une Lxislence (Adan) el d'une
non-exislence (Lve). SeIon Ia nelaphysique çoufie, conne nous I'avons vu, Ies ciealuies, iefIels de I'Llie veiilalIe qui piojelle sa Iuniòie
sui Ie non-ôlie, pailicipenl de I'un el de I'aulie.
142
Le connenlaiie paiIe conne si oina (feninin) se iappoilail a |c|fcun, puiele (nascuIin), el non a Vin (feninin). ~ L'echeIIe des ciealuies
iefIòle Ia hieiaichie des Idees eleineIIes , I'espiil de I'honne s'eIòve d'aulanl pIus qu'iI conçoil pIus cIaiienenl Ies Idees Ies pIus haules , el
sa connaissance esl d'aulanl pIus puie que son coui I'esl davanlage.
143
Les ciealuies sonl dislincles du Ciealeui lianscendanl, nais eIIes n'onl pas d'aulie ôlie que I'Llie qu'iI Ieui donne. « Dans Ie Veile, qui esl
coeleineI au Iòie, ieposenl de loule eleinile Ies causes pieniòies .c'esl-a-diie Ies idees... Toules Ies choses, visilIes conne invisilIes,
n'exislenl que pai pailicipalion a ces piincipes pienieis ». (CiIson, |a pni|cscpnic au Mcqcn agc, 1925, p. 17, iesunanl Ia docliine de Scol
Liigòne). Ll encoie : « La ciealuie sulsisle en Dieu el Dieu se ciee, d'une naniòie ineffalIe el seciòle, en cieanl Ia ciealuie , invisilIe, iI se
iend visilIe , inconpiehensilIe, iI se fail conpiehensilIe , supeiessenlieI el suinaluieI, iI se donne une essence el une naluie , ciealeui de
I'univeis, iI devienl I'univeis ciee, el Iui qui pioduil loule chose devienl pioduil en loule chose... ». D'aulie pail, ce passage de NâloIosî



Ll c'esl ce que « ieaIisenl » Ies gnosliques (´arifcun). La connaissance de I'Lxislence unique el veiilalIe Ieui aiiive dans Ie
nonde possilIe, « neanlieI » , iIs cioienl el adhòienl d'une cioyance el d'une foi egaIenenl possilIe (conlingenle) el « nean-
lieIIe».
TeIIe elail Ia voIonle du Ciealeui en cieanl Ie nonde, ainsi qu'iI esl dil dans Ie hadils qcdsi (
144
) : « }'elais un liesoi cache. }'ai
vouIu Me faiie connaîlie. }'ai ciee Ies ciealuies. }e Me suis fail connaîlie a eIIes, el c'esl pai Moi qu'eIIes M'onl connu. » Les Al-
liiluls el Ies Nons divins se sonl ieveIes aux ciealuies, pai I'inleinediaiie des piophòles el des envoyes (sui eux Ia paix !), pai
niseiicoide a Ieui egaid , el loul ceIa dans I'oidie qui iegil Ies nondes de Ia possiliIile, oidie vouIu pai Dieu.
Nos LSIRITS, nos « rcun a| anri » onl ele insuffIes en nous, piocedanl « du connandenenl de Dieu » pai I'inleinediaiie du
giand rcun a| ncnannadi (Lspiil Mohannedien) univeiseI (
145
).
Ces espiils, c'esl ce Vin, cai Ies espiils viennenl de Ia fiagnenlalion de I'ensenlIe du rcun a| ncnannadi. Dieu (qu'iI soil exaI-
le !) a dil (Coian, IX, 129) : « II vous esl venu, de vos ânes (
146
), un apôlie. »
LL VIN : Les espiils sonl Ia fiagnenlalion de I'ensenlIe du rcun a| ncnannadi. IIs coiiespondenl a Ia seconde « Iuniòie » du
veisel : « Luniòie sui Iuniòie » (Coian, XXIV, 35), Iuniòie possilIe el « neanlieIIe » dans Ia Luniòie de I'Lxislence veiilalIe, en
I'essence de IaqueIIe quiconque y penòlie se liansfoine (
147
).
Nos CORIS, ce sonl Ies foines qu'onl piises Ies choses possilIes dans Ie nonde de Ieui possiliIile el dans Ie nonde de Ieui
exislence. IIs sonl conne Ia vigne, conne Ie iaisin qui conlienl Ie jus spiiilueI qui deviendia vin el enivieia Ies inleIIigences
('aq|) pai Ies sciences el Ies ieaIiles de Ia Connaissance qu'iI Ieui infuseia.

AVANT LUI, IL N'Y A IAS D'« AVANT » LT AIRLS LUI IL N'Y A IAS D'« AIRLS » , LL COMMLNCLMLNT DLS
SILCLLS A LTL LL SCLAU DL SON LXISTLNCL.
AVANT LL TLMIS LL ILUS RLCULL, IL A LTL SOUS LL IRLSSOIR (
148
). LL TLSTAMLNT (
149
) DL NOTRL ILRL N'LST
VLNU QU'AIRLS LUI, QUI LST COMML ORIHLLIN.

NAßOLOSI ~ Le TLMIS LL ILUS RLCULL : c'esl-a-diie avanl Ie connencenenl du nonde.
LL IRLSSOIR : Le fail de faiie soilii Ie jus du iaisin, c'esl Ia dislinclion enlie I'Lxislence veiilalIe el Ies foines qu'eIIe ievôl.
Le TLSTAMLNT D'ADAM, Ie pòie du genie hunain (sui Iui Ie saIul!), c'esl sa piophelie, ou son pacle (ni|saq), Cai Dieu a
dil (Coian, III, 75) : « Loisque Dieu ieçul Ie pacle des piophòles, (iI Ieui dil ): (C'esl poui ceIa que) je vous ai donne Ie Iivie el Ia
sagesse. Iuis iI vous esl aiiive (ou : iI vous viendia) un piophòle qui cioil ce que vous avez deja ieçu , vous ne pouvez que Ie
cioiie el I'aidei. » Ou lien iI peul s'agii du Covenanl (
15O
) des ânes dans Ies ieins d'Adan, quand Dieu Ieui a dil : « Ne suis-je
pas volie Seigneui ` » el qu'eIIes onl iepondu : « Si ».

iappeIIe de façon inpiessionnanle Ia nelaphysique chielienne du Veile el du IiIs : Dieu ciee Ies choses pai son Veile, en Ies paiIanl inle-
iieuienenl , Ie IiIs esl Ia connaissance que Dieu a de soi-nône.
144
« Sacie » , senlence ieçue en iôve ou en exlase, où Dieu paiIe a Ia pieniòie peisonne pai Ia louche du nyslique. Sui Ia queslion du hadils
qodsi, cf. L. Massignon, |ssai sur |c |cxiquc |ccnniquc..., p. 1OO el suiv.
145
L'Lspiil (rcun) ou Ia Luniòie (ncur) nohannedienne, c'esl, nous I'avons dil, dans Ia liadilion nelaphysique nusuInane Ia pieniòie des
ciealuies d'où loules Ies aulies piocòdenl, Ia nasse piinoidiaIe d'adoialion, Ie nedialeui univeiseI, ciee el pouilanl divin, ni ciee ni in-
ciee, dil Iln HanlaI Iui-nône, si peu esoleiique. Cf. Ia nole 3 du connenlaiie suivanl.
146
Min anfcusi|cun, que I'on liaduil IilleiaIenenl pai : d'enlie vous (Mohannad esl envoye aux Aiales el choisi paini Ies Aiales), el que
NâloIosî inleipiòle conne se iallachanl a I'idee du Logos, de I'Lspiil univeiseI, rcun a| ncnannadi.
147
L'ôlie conlingenl lienl son ôlie de I'Llie ieeI, divin, alsoIu. Le nyslique ieaIise celle unile de I'Llie el ne vil pIus qu'en Dieu de Ia Vie veii-
lalIe.
148
'Açr signifie a Ia fois lenps el eciasenenl.
149
'And peul signifiei leslanenl, aIIiance, « covenanl », conlial, pionesse, conseiI, connaissance ou lenps.
15O
Mi|saq, Coian, VII, 171.
Avanl Ia ciealion de I'Adan leiieslie, Dieu fil conpaiaîlie deux fois Ia çcura, Ia Ioine de I'Adan ceIesle, (I'Adan Kadnon des calaIisles), Ia
pieniòie fois poui Ia faiie adoiei pai Ies anges (Salan iefusa el ful danne) (Coian, II, 32, VII, no, XVIII, 48 , XX, 115 el XXXVIII, 71-8O) Ia
seconde fois poui se faiie adoiei Iui-nône, au non de lous Ies honnes fuluis, pai celle nasse piinoidiaIe d'adoialion, pieniòie ciealuie
el pouilanl adoialIe : ncur ou rcan ncnannadi des nusuInans, âne cieee du Chiisl ayanl I'union hyposlalique donl paiIe CuiIIaune Ios-
leI. Celle âne du Chiisl, « engendiee avanl Ia Iuniòie », conne dil Ie psaune, el joinle au Veile, unie avanl Ia ciealion a Ia deuxiòne Hy-
poslase, esl, dil IosleI, « celle geneiaIe inleIIigence qui esl necessaiienenl avanl loule aulie el de IaqueIIe iI esl eciil : ao ini|ia c| an|c sæcu|a
crca|a sun » (LccIesiaslique, XXIV, 14) , eIIe esl I'InleIIecl agenl, Ia Mcns Gcncra|is, I'Ange du Ciand ConseiI, Ia Iieniòie Naluie anleiieuie a
Ia naluie sensilIe, Ie Medialeui univeiseI. L'incainalion, dil IosleI, auiail eu Iieu nône sans Ie peche d'Adan. Celle Ane souffie une pas-
sion cosnique el c'esl en eIIe que « Ie Chiisl Agneau esl ciucifie dòs I'oiigine du nonde ». Celle sagesse cieee, unie au Logos divin, a « de-
siie Ia cioix depuis I'oiigine du nonde afin d'expiei dans son coips avec Ia nône douIeui si Ionglenps souffeile pai I'Ane ». (Cf. nolie
Tncnas Mcrus c| |cs U|cpis|cs dc |a Rcnaissancc, 1927, p. 199-214). ~ Le Coian, XCV, 4, dil que Dieu a ciee I'honne « de Ia pIus leIIe foine »
el Ie hadils piecise, conne Ia Cenòse, que c'esl a son inage. Le lype de celle inage esl en Dieu conne une puie foine inleIIegilIe. Iln
Kaiiân dil que « Ia pieniòie chose cieee pai Dieu a dû ôlie une foine vivanle pensanle », el c'esl celle Ioine qui piononceia, au non de
Dieu, Ie }ugenenl deiniei, de nône que I'LvangiIe chaige de celle fonclion Ie Dieu fail Honne. Le nascu|, poui ceilains inilies el poui
HaIIaj, c'esl Ie Dieu-hunanile, Ia Ioine assunee pai Ie Veile divin avanl loule ciealion, qui, figuiee pai Adan, iepondil : Oui ! au Cove-
nanl, el iendia, peisonnifiee pai }esus, Ie }ugenenl Supiône. Cf. ce que nous avons dil de I'Honne Iaifail... L'anoui elanl « I'essence de
I'essence », Ia iaison d'ôlie de Ia ciealion, poui Ies nysliques conne }îIânî, Chochlaiî, }onayd, HaIIaj, conne poui ChazâIî, I'anoui esl Ie
Vin prc-c|crnc| que chanle ici Iln aI Iâiidh, lu pai Ies piedeslines en Ia nuil du Covenanl. (Cf. Massignon, A| Ha||aj, p. 599-61O.) La Sainle



AIRLS LUI, c'esl-a-diie apiòs I'appaiilion du ce Vin sous Ie vôlenenl des iaisins el des giappes qui Ie voiIenl (
151
).
Le fail de Iui alliiluei I´LTAT D'ORIHLLIN synloIise aIIegoiiquenenl I'annihiIalion de I'Lspiil auqueI iI esl nôIe Iois de sa
pieniòie appaiilion (
152
), avanl de se dissinuIei dans Ia naluie donl iI esl ievôlu, conne si I'Lspiil elail son pòie el Ia naluie sa
nòie (
153
). Loisqu'iI appaiaîl dans Ie nonde conpose d'Lspiil el de naluie, soil Ie nonde aninaI el hunain, el que I'honne
enlie dans Ie conlal poui se fiayei un chenin veis Iui (
154
), el que son pòie, Ie rcun a| anri, esl noil el evanoui el annihiIe , Ie
Vin esl aIois oipheIin au sein de Ia naluie, dans Ie giion de sa nòie. Ll c'esl poui ceIa que I'honne esl dans Ia necessile de ien-
pIii Ies olIigalions canoniques posilives el negalives. Ll c'esl Ie sens du hadils conceinanl ceIui qui s'appioche (de Dieu) pai Ies
pieceples suieiogaloiies : « }e suis I'ouïe avec IaqueIIe iI enlend el Ia vue avec IaqueIIe iI voil. » TeI esl I'elal de I' « engage » sin-
còie dans sa ioule veis Ia connaissance de son Seigneui el Ia conscience de sa pioxinile. Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, VI,
153 el XVII, 36) : « N'appioche Ie lien de I'oipheIin que de Ia leIIe naniòie. » Le lien de I'oipheIin coiiespond aux foices nalu-
ieIIes el sensoiieIIes el ce veisel veul diie : « ne deliuisez pas inlegiaIenenl en vous ces foices naluieIIes apiòs avoii aneanli en
vous Ie nonde des ânes el des espiils.(
155
) » L'inleidiclion d'appiochei Ie lien de I'oipheIin a poui lul Ia conseivalion des olIi-
galions canoniques du seivileui.

TLLLLS SONT LLS ßLAUTLS QUI INSIIRLNT IOUR LL LOULR LLS ßLLLLS IROSLS LT LLS ßLAUX VLRS.

NAßOLOSI ~ Les ßLAUTLS sonl Ies Alliiluls de ce Vin qui inspiienl Ies Iouangeuis , ceux-ci, en effel, ne I'onl Ioue que
paice que ces leaules Ies onl inciles a Ie faiie, Ioisqu'iIs onl decouveil Ies sens piofonds des iiiadialions de ses leaux Nons. Le
Iiophòle (sui Iui Ia piiòie el Ia paix !) a dil : « Dieu a 99 nons. CeIui qui Ies a denonlies enlie au paiadis. » Ce qui signifie que
ceIui a qui Dieu se decouvie en s'iiiadianl pai ces Nons, donl Ies nondes ciees sonl Ies liaces (
156
), enlie au paiadis, c'esl-a-diie
au paiadis de Ia connaissance (
157
), donl iI savouie Ies deIices.

CLLUI QUI NL LL CONNAIT IAS LNCORL SL RL}OUIT DL L'LNTLNDRL CITLR COMML L'AMANT DL NOU'M (
158
)
D'LNTLNDRL LL NOM DL NOU'M.

ßOURINI ~ Sachez que celle soile d'anoui dans IaqueIIe I'anouieux aine sans connaîlie Ia peisonne ainee s'appeIIe ancur
ncsaìquc, paice que Moïse (sui Iui Ia piiòie el Ie saIul !) lonla evanoui sui Ia nonlagne (du Sinaï) au nonenl de I'appaiilion
(de Dieu), nais n'a pas vu I'appaiilion (I'iiiadialion, |aja||i) (
159
).
C'esl a ceIa qu'a fail aIIusion Ie poòle qui a dil :
« IIs n'onl dil : « Tu as aine conne un aveugIe un ephòle aux leaux yeux noiis el lu ne I'as janais vu. Tu peux diie que lu
es epiis d'un phanlasne. » }e ieponds : « }e suis nosaïque. L'anoui esl dans I'inleIIigence el Ia conpiehension. }'aine pai I'en-
lendenenl el je ne vois pas Ie coips de I'aine ! »
NAßOLOSI ~ CLLUI QUI NL LL CONNAIT IAS, pai goûl, decouveile ou feiveui, c'esl-a-diie I'insoucianl, Ie voiIe, se ie-
jouil, I'âne el Ie coips Iegeis, au nonenl de sa CITATION (
16O
) (dziki), soil qu'iI piononce ce dziki, soil qu'iI I'enlende, soil qu'iI
s'en souvienne en son coui. II se iejouiia lien pIus encoie quand iI Iui seia donne de Ie connaîlie !

Sophie des Ciecs el des Russes oilho-doxes joue un iôIe anaIogue. On peul iappiochei aussi de ces conceplions Ie Melalion, Ia Chekina, Ia
Luniòie du Messie de Ia CalaIe juive, el lien enlendu Ie Logos neopIalonicien el phiIonien.
151
Le lexle a un sens onloIogique el nyslique a Ia fois, se iappoilanl a Ia nelaphysique cosnique en queslion, en nône lenps qu'a I'expe-
iience spiiilueIIe.
152
Le rcun elanl Ia pieniòie ciealuie. L'Anoui Divin se nanifesle d'aloid dans celle foine, puis dans Ia ciealion.
153
Cf. Ies idees de IosleI sui I'InleIIecl aclif el I'InleIIecl passif ou Mòie du nonde, pailie infeiieuie de I'Lspiil supiône el de I'âne hunaine.
154
II s'agil nainlenanl speciaIenenl de I'annihiIalion nyslique, de I'union liansfoinanle. L'espiil du nyslique s'esl aneanli en Dieu el c'esl
Dieu qui vil en Iui. Mais iI n'esl pas dispense poui ceIa (sauf quand iI en esl enpôche pai Ia Iigaluie de I'exlase), de ienpIii Ies olIigalions
canoniques exleiieuies. Iln 'Aialî, oa|nini (inleiieui, spiiiluaIisle) quanl aux dognes el aux cioyances, piefeianl I'espiil a Ia Iellie, esl dna-
niri, IilleiaIisle, quanl aux iiles, pialiquanl exaclenenl Ies devolions iequises.
155
Les « nuils » de sainl }ean de Ia Cioix.
156
Ou Ies iefIels.
157
]anna| a|'irfan. Le sansciil Paradccna (conliee supiône), Ie Pardcs de Ia KallaIe, Ie Iaiadis, designe souvenl Ia Connaissance inilialique ies-
lauianl I'elal edenique. Ll ceIa nous ianòne pai Ia nonlagne de I'Agneau el Ies qualie fIeuves, au CiaaI des chevaIieis de MonlsaIval, a Ia
Coupe pIeine du lieuvage d'innoilaIile. Cf. pai exenpIe R. Cuenon, Ll Roi du Monde, 1927, p. 5O el suiv., 1OO, elc.
158
Non d'une fenne aiale ceIòlie pai sa leaule, donl Iln aI Iâiidh paiIe aussi dans son poòne |aniqa (donl lous Ies veis finissenl pai un
Ian) : « C'esl Iui I'anoui... »
159
Coian, VII, 139 : « Loisque Moïse aiiiva a I'heuie convenue el que Dieu Iui eul paiIe, iI dil : Seigneui, nonlie-loi a noi. Tu ne ne veiias
pas, iepiil Dieu , nais iegaide Ia nonlagne, si eIIe iesle innoliIe a sa pIace, lu ne veiias. Ll Ioisque Dieu se nanifesla sui Ia nonlagne, iI
Ia ieduisil en poussiòie. Moïse lonla evanoui. » Cf. Lxode, XXIV, 12-18. ~ Cel eciouIenenl de Ia nonlagne devanl Ia piesence de Ia gIoiie
divine esl conpaiee paifois chez Ies çoufis a I'annihiIalion (fana) du noi en Dieu. « Aussi Ionglenps que Ia nonlagne de lon ôlie deneuie
devanl loi (lanl que lu ne ienonceias pas a I'iIIusion egocenliisle de I'exislence conlingenle poui le fondie dans I'Llie alsoIu, I'Lxislence
veiilalIe), Ia ieponse a « Monlie-loi », seia : « Tu ne ne veiias pas », dil Chalislâiî dans son leau poòne nyslique : Ie }aidin de Ia Rose
(gu|snan i raz... of Sa'd ud Din Mahnud Shalislaii, lexle peisan, liaducl. angIaise el noles d'apiòs suiloul Ie connenlaiie de Lahiji, pai L.
H. WhinfieId, Londies, 188O, in-4°, p. 2O, veis 193).
16O
Le dzi|r (qui signifie cilalion, nenlion, nenoiie, iepelilion, el piend paifois Ie sens de iecueiIIenenl, d'oiaison), veul diie ici, seIon Ie
connenlaiie, Ie souvenii (du Covenanl adanique, du Vin pie-eleineI lu).



Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, XXXV, 34) : « Ne vous avons-nous pas donne assez de lenps poui iefIechii ` » Ce qui
signifie : en ceIui qui iefIechil (|adza||ara), s'annihiIe loul ce qui n'esl pas Lui , iI ne conlenpIe que Lui, pai sa conlenpIalion el
non pai son exislence, cai ceIIe-ci esl annihiIee (
161
). Ll c'esl ce que veul diie aIIegoiiquenenl Ia paioIe : « Nous avons fail des-
cendie Ie dzi|r el nous en sonnes Ie gaidien. » (Coian, XV, 9.)
La RL}OUISSANCL, I'aIIegiesse esl poi-lee a son conlIe pai Ia dispaiilion de lous Ies chagiins el de lous Ies soucis, el pai
I'adhesion excIusive au Connu (
162
). « Les eIus (Ies sainls) de Dieu n'onl ni ciainle ni chagiin. » (Coian, X, 63.)

ILS ONT DIT : « TU AS ILCHL LN LL ßU-VANT.» ~ NON, CLRTLS, }L N'AI ßU QUL CL DONT }'LUSSL LTL COU-
IAßLL DL ML IRIVLR.

NAßOLOSI ~ On Iui dil : « Tu AS ßU LL ILCHL », c'esl-a-diie Ie vin qu'on liie des iaisins piessuies el qui esl canonique-
nenl iIIicile. On Iui a dil ceIa paice qu'on Ie voil alsenl, hois de Iui, conne un honne ivie, delache des choses de ce nonde,
alsoile qu'iI esl inleiieuienenl pai Ia conlenpIalion de Ia piesence de son Seigneui, Ia jouissance el Ies saveuis exquises des
iiiadialions de I'Lxislence veiilalIe el Ies piogiòs de son appioche. Les piofanes cioienl que seuIes peuvenl nellie en cel elal Ies
choses iIIiciles leIIes que Ie vin, Ie hachich el Ies sulslances anaIogues. On Ie liouve paifois senlIalIe a un possede el a un de-
nenl, el paifois cIaiivoyanl, Iucide , aussi fail-on ces supposilions a son egaid.
II eul ele COUIAßLL DL S'LN IRIVLR, cai ceIui qui ne loil pas ce Vin esl en peinanenl elal de cnir| (
163
) dissinuIe. Le Iio-
phòle (sui Iui Ia piiòie el Ia paix !) a dil : « Le cnir|, dans na connunaule, esl pIus inpaIpalIe que Ia naiche des fouinis sui
une pieiie Iisse. » Le cheikh AisIan de Danas a dil : « Tu es enliòienenl cnir| dissinuIe, el lon lavhîd (
164
) n'appaiaîl que si lu
sois de loi-nône. » Ce chiik dissinuIe n'esl pas coupalIe chez Ies docleuis exoleiiques ('cu|ana adn dnanir) (
165
) nais c'esl un
peche chez Ies sainls eIus inilies a Ia gnose divine. Ll c'esl poui ceIa que Ie poòle dil ici qu'iI seiail coupalIe (
166
).

HLURLUX LLS CLNS DU MONASTLRL ! COMßILN ILS SL SONT LNIVRLS DL CL VIN ! LT IOURTANT ILS NL L'ONT
IAS ßU, MAIS ILS ONT LU L'INTLNTION DL LL ßOIRL.

ßOURINI ~ LLS MONASTLRLS (daìr) sonl Ies couvenls chieliens. Les CLNS DU MONASTLRL iepiesenlenl ceux qui
s'adonnenl aux sciences divines el Ies conpagnons de I'anoui du Seigneui.
Le fail de S'LNIVRLR DL CL VIN, c'esl Ia facuIle de « ieaIisei » ses suaviles qui sonl I'anoui de Ia connaissance veiilalIe. On
sail que des anouieux sincòies, aux desiis aidenls, sonl noils aspiianl encoie a Ia conlenpIalion de Ia leaule , Ie cheikh (Iln aI
Iâiidh) (que Dieu soil conlenl de Iui !) esl de ce nonlie, a noins que Ie souiiie qu'iI eul au nonenl de quillei ce nonde n'in-
dique qu'iI venail d'aiiivei a Ia conlenpIalion, oljel de son desii, quand iI a iecile : « ]'a||cndais dcpuis |cng|cnps un rcgard dc Tci ,
an ! ccnoicn dc sang a fai| ccu|cr cc nicn dcsir ! (
167
) » el qu'iI a souii. CeIa fail cioiie aux inilies qu'iI elail enfin aiiive a son lul.
NAßOLOSI ~ Les CLNS DU MONASTLRL sonl Ies sainls (ua|i), heiilieis du naqan spiiilueI de }esus, de Ia sainlele de }e-
sus (sui Iui Ie SaIul !) dans Ia ieIigion nohannedienne qui ieunil en eIIe lous Ies naqana| des piophòles el des envoyes anle-
iieuis, cai Ies sainls sonl Ies heiilieis des piophòles el Ies savanls ('cu|ana') en Dieu. Dieu (qu'iI soil exaIle !) a dil (Coian, XXXV,
25) : « Ceiles, paini ses seivileuis, ceux qui ciaignenl Dieu sonl Ies savanls. » Ll Ie Iiophòle (sui Iui Ia piiòie el Ia paix !) a dil : «
Nous aulies, piophòles, nous ne Iaissons en heiilage ni un deihen, ni un dinai, nais seuIenenl Ia science », c'esl-a-diie Ia
science divine.
COMßILN ILS SL SONT LNIVRLS DL CL VIN, paice qu'iIs se sonl souvenus pai eux-nônes el iIs onl enlievus Ie nonde
des espiils Iileie des lenòlies qui Ies a inlioduils dans Ie ncur a| ncnannadi. Mais, iIs ne sonl pas aiiives au lul supiône. Dieu
(qu'iI soil exaIle !) a» dil (Coian, LIII, 43) : « Ton Seigneui, ceiles, esl Ie leine de loul. » Ainsi, dans Ieui naiche veis Ia Veiile
(qu'LIIe soil exaIlee !), iIs s'engIoulissenl dans Ia Iuniòie sans que son seciel inline Ieui soil ieveIe, paice qu'iI sulsisle un loul
pelil iesle du noi quand iIs ieçoivenl, I'iiiadialion de Ia veiile, du Seigneui.
ILS N'ONT IAS ßU de ce vin, c'esl-a-diie qu'iIs ne sonl pas aiiives loul a fail. IIs naichenl sui sa ioule a sa suile. La loisson
synloIise I'aiiivee (
168
) (des nysliques), Ia naiche de ce Vin dans Ieui noi. AIois Ieui ipseile (ananiqqa) de-vienl Son ipseile, el

161
II n'esl pIus que sa conlenpIalion, pai idenlificalion du connaissanl el du connu.
162
La diieclion unique de I'espiil louine excIusivenenl veis Dieu.
163
Le fail de donnei un associe a Dieu.
164
Alleslalion de I'unile de Dieu. Ce deiniei lexle decIaie que Ie viai |aunid inpIique I'alleslalion nyslique de I'unile de I'ôlie. ~ Le fail de se
vouIoii dislincl, aulonone, de se piendie soi-nône poui cenlie, esl deja du sepaialisne el une soile d'idoIaliie. ~ NâloIosî a connenle
un liaile de ce cheikh AisIan : ßilIiolhòque NalionaIe, Ms. Aiale 3223.
165
Les dhâhiiiles IilleiaIisles s'opposenl aux lâlhiniles, conne nous I'avons vu. II y eul queIque lenps un iile dhâhiiile, fonde au IXe siòcIe
pai Dâvoûd iln 'AIi.
166
Ce veis peul aussi iepondie aux accusalions d'heleiodoxie poilees conlie Ies nysliques çoufis. IIs iepIiquenl non seuIenenl que Ieui con-
ceplion des voies d'oiaison el de I'union liansfoinanle esl Iegiline, nais encoie que Ie spiiilueI engage dans Ia voie, dans I'expeiience
nyslique, n'a pas Ie dioil de conliaiiei Ies giâces divines. Le veisel coianique II, 167 : « O cioyanls, nouiiissez-vous des nels deIicieux que
nous vous accoidons », pouiiail se piendie dans ce sens.
167
Veis de Ia giande lâ'iya, ceIòlie poòne d'Iln aI Iâiidh, donl lous Ies veis se leininenl pai un |a.
ßeaucoup des gens de I'anoui iecipioque (enlie Dieu el I'honne) (nanaooa) onl paiIe dans Ieuis poònes des nonaslòies, ajoule ßoûiînî.
168
liça|, expiine poui I'anoui piofane conne poui I'anoui divin, I'elal supiône, I'union, Ia possession, I'exaucenenl des desiis.



I'inleivaIIe qui Ies sepaiail dispaiaîl. L'essence (ou I'oiI, 'aìn) se fixe dans I'essence (ou I'oiI). Le poinl du ghaïn (
169
) dispaiaîl. La
ieaIile de deux devienl un. Celle naiche (du Vin dans Ieui noi) esl une naiche sans naiche a piopienenl paiIei, cai I'Lxis-
lence VeiilalIe Iòve lous Ies voiIes des choses peiissalIes du nonde, el iI ne sulsisle pIus d'ôlie, donl LIIe ne soil I'essence de
I'ôlie, ôlie qui pailicipe au Vin giâce a Ia geneiosile el a Ia lienveiIIance divine.
ILS LN ONT LU L'INTLNTION, c'esl-a-diie qu'iIs onl diiige Ieui voIonle veis Ia ieaIile de son essence (´aìn) en effaçanl Ie
poinl du ghaïn, Ie poinl de Ieui noi (nafs) lanlôl s'effaçanl, lanlôl sulsislanl (
17O
).

AVANT MA IUßLRTL }'AI CONNU SON IVRLSSL. LLLL SLRA LNCORL LN MOI QUAND MLS OS SLRONT IOUS-
SILRL.

NAßOLOSI ~ Ce veis signifie : Loisque je ne suis annihiIe el effondie, ivie du Vin de Ia Iiesence ReeIIe, celle iviesse sul-
sislail eleineIIenenl dans Ia Iiescience divine. LIIe iesle avec noi el ne dispaiaîlia pas, nône quand non coips dispaiaîlia el
qu'iI ne iesleia de noi ni foine ni onlie. Ce Vin esl ainsi avec noi el ne se sepaie pas de noi dans Ia pie-eleinile ni Ia posl-
eleinile (
171
).

IRLNDS-LL IUR (CL VIN) , MAIS SI TU VLUX LL MLLANCLR, SACHL QUL T'ARRLTLR A AUTRL CHOSL QUL LA
SALIVL DU ßILN-AIML SLRAIT COUIAßLL.

ßOURINI ~ Ln sulslance ce veis veul diie d'aloid qu'iI faul piendie Ie Vin paifailenenl pui sans aucun neIange, el que si
on veul Ie neIangei, iI ne faul Ie nôIei a iien d'aulie qu'a Ia saIive du ßien-Aine , loul aulie neIange seiail coupalIe.
IIusieuis onl connenle ce veis. Ceilains disenl que Ie Vin coiiespondiail a |a i|ana i||a a||an : II n'y a de divinile que Dieu (Ia
pieniòie pailie de Ia cnanada), el que Ia saIive du ßien-Aine seiail ncnannad rascu| a||an : Mohannad esl I'envoye de Dieu (Ia
seconde pailie de Ia cnanada). D'aulies onl dil que ce veis signifiail : Tiens-l'en a Ia -connaissance (na'rifa) de lon Seigneui , el si
lu l'adiesses a aulie chose que son Lssence (dza|) ne depasse pas ses Alliiluls (cifa|). C'esl Ia qu'iI y a des suaviles où se con-
pIaisenl Ies inleIIigences ('aq|) saines.
Ll on a dil d'aulies choses encoie el ces significalions ne peuvenl ôlie saisies que pai ceux qui se donnenl leaucoup de peine.
NAßOLOSI ~ C'esl un oidie au nouiîd sincòie de piendie ce vin IUR, sans neIange. La puiele de celle loisson synloIise
I'aneanlissenenl de loul, hois I'Lxislence veiilalIe, el Ia conlenpIalion de I'Lxislence veiilalIe puie pai eIIe-nône el non pai Ie
noi de I'individu phenonenaI. CeIa fail pensei a ces veis d'Aloû Madyan :
Offie-Ie a Ia ionde, pui. Ias de neIange. Depuis que nous exislons, nous n'avons janais connu de neIange. Nous avons ele
piesenls, puis nous nous sonnes evanouis quand on a offeil ses veiies a Ia ionde. Iuis nous sonnes ievenus a nous, conne si
nous n'avions janais ele piesenls el conne si nous n'avions janais ele alsenls.
C'esl Ie sens du hadils deja cile : « }e suis I'ouïe avec IaqueIIe iI enlend el Ia vue avec IaqueIIe iI voil. »
Si lu veux, ô engage, Ie MLLANCLR avec aulie chose, ~ c'esl-a-diie descendie de Ia piesence de I'union, qui esl lon allesla-
lion de I'Unile puie el Ia conlenpIalion de Ia Veiile pai Ia Veiile quand lu es sûi d'ôlie aiiive a LIIe el sûi que loul sauf LIIe esl
neanl (fânî) , ~ si lu neIanges I'Lxislence veiilalIe avec Ies foines des choses exislanles neanlieIIes ('adania), lu ne dois pas le
delouinei de Ia SALIVL DU ßILN-AIML, c'esl-a-diie (lu ne dois pas l'aiiôlei a aulie chose que) Ie ncur a| ncnannadi, pieniòie
chose cieee de Ia Luniòie divine, c'esl-a-diie pieniòie diffeiencialion (ou piefoinalion) neanlieIIe el foine polenlieIIe (|açuir
iq|idari), conne si eIIe elail I'eau de Ia louche (Ia saIive) du ßien-Aine eleineI, hunee aux connissuies des Iòvies de I'Lchan-
son , cai celle Iiqueui esl Ia liace de ses leaux Nons el I'iiiadialion de ses hauls Alliiluls.
S'iI faul a loul piix neIangei I'Lxislence veiilalIe avec des foines diffeienciees, neanl en eIIes-nônes, el lenanl Ieui exis-
lence de celle Lxislence ieeIIe, une, unique, iI ne faul Ia neIangei qu'a ce qui esl Ie pIus diieclenenl enane d'LIIe (
172
). Ll loul
vienl d'LIIe. « Dieu esl Ie ciealeui de loules choses. » (Coian, VI, 1O2.)

IL LST A TA DISIOSITION DANS LLS TAVLRNLS , VA LL IRLNDRL DANS TOUTL SA SILLNDLUR. QU'IL LST ßON
DL LL ßOIRL AU SON DLS MUSIQULS !

NAßOLOSI ~ IL LST A TA DISIOSITION : piends-Ie, sois sûi el ceilain de lon annihiIalion el de la fusion effeclive en
I'Lxislence veiilalIe pai IaqueIIe lu exisles. Ne doule pIus de ce que lu cioyais inaginaiie. TeI esl Ie sens de I'acle de loiie ce
Vin, cai loiie c'esl s'infusei ce qui vous elail exleiieui. Quand lu seias ceilain de dislinguei I'Lxislence pai IaqueIIe lu exisles, lu

169
Lellie de I'aIphalel aiale, aìn poinlee. ~ Idee d'aIIuie calaIislique, qui evidennenl signifie que Ie nyslique ienonçanl son noi, liise
loules Ies Iiniles qui I'enpôchenl de se fondie dans I'Llie. Ln effaçanl Ie poinl du gnaìn sui Ie nol qui liansciil celle Iellie, on a : 'aìn, qui
signifie essence. « L'ôlie phenonenaI, dil ainsi Chalislaiî, esl conne Ie poinl sui ´aìn, quand 'aìn esl pui, gnaìn devienl 'aìn ». (Gu|snan i
Raz, veis 3O6). Quand 'aìn esl delaiiasse de son poinl, connenle Lahijî, gnaìn, olscuiile de I'ôlie conlingenl, esl sulIine en 'aìn, I'essence
divine, I'ôlie alsoIu.
17O
Conne iI s'agil ici de gens qui ne sonl pas aiiives loul a fail a I'union conslanle, au « naiiage spiiilueI », Ieui union esl inleinillenle. A
iappiochei des dnqana el sanadni hindous.
171
« Loisque iien n'exislail I'anoui exislail, el Ioisqu'iI ne iesleia pIus iien, I'anoui iesleia. II esl Ie pieniei el Ie deiniei.
« II esl Ie ponl de Ia veiile , iI esl au-dessus de loul ce qu'on peul diie. II esl Ie conpagnon dans I'angIe du lonleau. » MiIIe el une nuils,
998e nuil (seIon Ie Di Maidius).
172
« NuI ne peul aIIei.au Iòie que pai noi », dil }esus, Veile de Dieu, nedialeui univeiseI, dans I'LvangiIe.



liouveias que loul ce qui esl hois d'LIIe esl neanl , el lu es paini ce qui esl hois d'LIIe. AIois lu conpiendias Ia paioIe : « Dieu
Ies enlouie de loules pails. » (Coian, LXXV, 2O.) Ll de Ia vienl Ie synloIe du vin que Ie poòle a donne a I'Lxislence, son synloIe
el non son non.
Les TAVLRNLS, c'esl-a-diie pailoul, cai ce Vin, qui synloIise I'Lxislence veiilalIe, I'Un unique, appaiaîl, s'iiiadie el se de-
couvie pai Ia diffeiencialion el Ia foinalion de loules choses. Toule chose esl donc une laveine poui ce Vin , el « loule chose pe-
iiia sauf sa face. » (Coian, XXVIII, 88.)

CAR }AMAIS NULLL IART IL N'HAßITL AVLC LA TRISTLSSL, COMML N'HAßITLNT }AMAIS LNSLMßLL LLS CHA-
CRINS LT LLS CONCLRTS.

NAßOLOSI ~ C'esl poui ceIa que chaque confieiie (|na'ifa) a adople un conceil spiiilueI (sana') avec des aiis el des insliu-
nenls de nusique, ce qui esl pailicuIiòienenl leau au nonenl de (I'exlase, Iois de) Ia decouveile el conlenpIalion des iiiadia-
lions de Ia Veiile de I'Lxislence el de Ia consideialion de sa geneiosile enveis ses seivileuis.
Celle nône nusique esl pai conlie inleidile aux gens de I'insouciance (aux piofanes) paice qu'eIIe ne fail qu'accioîlie Ieui
insouciance a I'egaid du Dieu digne d'adoialion (
173
).

SI TU T'LNIVRLS DL CL VIN, IUT-CL LA DURLL D'UNL SLULL HLURL, LL TLMIS SLRA TON LSCLAVL DOCILL LT
TU AURAS LA IUISSANCL (
174
).

NAßOLOSI ~ Ce veis s'adiesse au nouiîd sincòie engage dans Ia voie de Dieu (qu'iI soil exaIle !). LL TLMIS, c'esl Ia vie du
nouiîd, ou lien Ie lenps en geneiaI loul enliei. L'LSCLAVL c'esl Ie seivileui qui le iend lous Ies seivices que lu veux el ne le
desoleil pas , cai lu es aneanli, lu as ienonce a lon noi (
175
), lu conlenpIes lon Seigneui pai lon Seigneui, au Iieu de conlen-
pIei lon noi pai lon noi, ou lon Seigneui pai lon noi (
176
).
A TOI aIois LA IUISSANCL sui loules choses (
177
). CeIui qui esl ainsi ne juge pIus que seIon Ie jugenenl de Dieu, el son ju-
genenl esl I'essence du jugenenl de Dieu. C'esl ainsi qu'elail Alou ÇâIih 'AldeIqâdei aI KîIânî, qui, ceiles conpienail paifai-
lenenl celle paioIe de Dieu (Coian, VIII, 17) : « Vous ne Ies avez pas lues, nais c'esl Dieu qui Ies a lues, » el : « Tu n'as pas Iance
(Ia fIòche) , c'esl Dieu qui I'a Iancee, » el ceIIe-ci (Coian, VI, 18) : « C'esl Lui Ie vainqueui, qui liionphe de ses seivileuis. » Ses
seivileuis sonl ses sainls, Ies gnosliques, donl II a liionphe, qu'II a conquis, liionphanl de Ieui essence annihiIee pai Son Ls-
sence eleineIIe, Ses Alliiluls el Ses Nons.

173
ChazâIî a Ionguenenl discule dans son |nqa Ia Iegilinile de Ia nusique en geneiaI el du conceil spiiilueI en pailicuIiei. M.
Duncan ß. MacdonaId a liaduil ce lexle dans Ie ]curna| cf |nc Rcqa| Asia|ic Sccic|q, 19O1-19O2 : « LnolionaI ieIigion in IsIan, as
affecled ly nusic and singing... ». Les liailes de çoufisne s'effoicenl de juslifiei Ie sana', loul en ieconnaissanl qu'iI peul donnei
Iieu a des alus. Le conceil spiiilueI esl, avec Ia danse des deiviches, un eIenenl liòs caiacleiislique de Ia nyslique nusuInane.
On ne peul Ie condannei conpIòlenenl qu'en iefusanl loule nusique ieIigieuse el loule piele enolionneIIe. Ll I'aigunenlalion
sulliIe de ChâzaIî esl sui ce poinl liòs soIide. Mais iI nòne a deveIoppei oulie nesuie ce côle enolionneI, el, dans Ie cas des
confieiies liop vuIgaiisees, aloulil souvenl a des piocedes d'aclion sui Ie syslòne neiveux piesque puienenl necaniques.
ßaiies a deciil avec une giande finesse de synpalhie Ia danse exlalique des deiviches louineuis (nau|auis) de Qonia, discipIes
du giand poòle }aIâI addîn Roûnî.
Vicieux, s'iI n'esl qu'une necanisalion ailificieIIe de I'exlase, conne pouiiaienl I'ôlie I'aIcooI el ceilains slupefianls, Ie sana' esl,
poui Ies Oiienlaux expansifs, un exuloiie de I'enlhousiasne, el peul nône ôlie lenefique aux espiils lendus pai I'ascòse el Ia
nedilalion.
Depuis ßossuel, I'LgIise gaIIicane el Ie siòcIe des peiiuques nonunenlaIes, Ia conceplion que nous avons chez nous de Ia sainle-
le el de Ia devolion inpIique une giavile soIenneIIe el conpassee qui excIul Ies nanifeslalions exleiieuies liop vives el nous
enpôche de conpiendie qu'un }aIâI addîn Roûnî ne pouvail s'enpôchei de louinoyei conne I'alone dans Ie iayon de soIeiI
quand I'appeI invisilIe avail louche son coui. Nous ne voyons pas un eccIesiaslique veneialIe se nellanl a saulei conne Ie ioi
David devanl I'Aiche ou conne Ie cIeige de SeviIIe, el IhiIippe de Neii, palion des hunoiisles, aux diies de M. I'alle ßie-
nond, n'auiail pas ele appiecie de ce côle des AIpes.
Louez I'LleineI, dil Ie Isaune 15O, « Iouez-Ie au son de Ia lionpelle , Iouez-Ie avec Ie psaIleiion el Ia haipe. Louez-Ie avec Ie lanloui el Ia
fIûle , Iouez-Ie avec Ie Iulh el avec I'oigue. Louez-Ie avec Ies cynlaIes ielenlissanles , Iouez-Ie avec Ies cynlaIes de liionphe ! »
174
Hcu|n, Ie connandenenl, Ie jugenenl. ~ ßoûiînî a piopos de I'euphoiie que donne I'iviesse naleiieIIe, cile ces veis du giand poòle chie-
lien AkhlaI, conlenpoiain el favoii des pienieis caIifes onneïades : « Loisque non echanson ne veise el puis ne veise liois coupes, je
sois liaînanl Ie pan de non nanleau, aussi fiei que si j'elais lon enii, ô enii des cioyanls. » Le caIife 'AldeInaIik iln Meivan en effel
ayanl denande au poòle connenl iI pouvail piendie pIaisii a une loisson qui connençail pai une saveui acie el finissail pai une nausee,
AkhlaI Iui iepondil que dans I'inleivaIIe iI y avail un nonenl qu'iI ne cedeiail pas poui Ie ioyaune de I'enii el qui inspiiail Ies veis en
queslion.
175
« }e n'ai que non âne (non noi), el je Ia donne. CeIui qui donne son âne pai anoui poui ce qu'iI aine n'esl pas piodigue », dil Iln aI Iâ-
iidh dans un aulie poòne.
176
« Viens donc en noi Te gIoiifiei Toi-nône », dil HaIIâj. ßislhânî dil : « }e suis aIIe de Dieu a Dieu jusqu'a ce qu'iI fûl ciie de noi en noi ,: O
Toi Moi ! »
177
« }e vous donneiai, dil }esus a Maiie des VaIIees, une puissance alsoIue sui lous Ies honnes. }e vous donneiai une puissance alsoIue sui
Ies qualie eIenenls. }e feiai voii el connaîlie a loul Ie nonde que }e suis vivanl el iegnanl en vous, el que }e suis loul el que vous n'ôles
que non halil donl je suis ievôlu... » (Ms. 11943, foI. 126 v° de Ia ßilI. Nal., el 1195O, p. 95).




IL N'A IAS VLCU ICI-ßAS CLLUI QUI A VLCU SANS IVRLSSL, LT CLLUI-LA N'A IAS DL RAISON QUI N'LST IAS
MORT DL SON IVRLSSL.
QU'IL ILLURL SUR LUI-MLML, CLLUI QUI A ILRDU SA VIL SANS LN IRLNDRL SA IART.

NAßOLOSI ~ NL VIT IAS veiilalIenenl ceIui qui n'a qu'une vie aninaIe el non hunaine. A quoi fail aIIusion Ia paioIe : «
Lsl-ce que ceIui qui elail noil el que nous avons iessuscile `... » (Coian, VI, 122), el ceIIe-ci : « Vous eliez noils el iI vous a ien-
du Ia vie. » (Coian, II, 26.) (
178
)
ICI-ßAS, c'esl ce nonde-ci donl Dieu a dil (Coian, LVII, 19) : « Sachez que Ia vie de ce nonde n'esl que jeu, fuliIile, vain oi-
nenenl, sleiiIe oigueiI de vouIoii suipassei auliui. »
CLLUI QUI A VLCU SANS IVRLSSL, c'esl ceIui qui a vecu poui ce nonde, qui s'esl adonne a ce jeu, a celle fuliIile, a celle
vanile, a cel oigueiI. II ne s'esl pas enivie de ce Vin, ce qui I'auiail sousliail a ces cinq choses , sa vie n'a pas ele digne d'un
honne.
CLLUI QUI N'LST IAS MORT DL SON IVRLSSL, c'esl ceIui qui n'a pas occupe lous ses inslanls a Ia conlenpIalion de I'Lxis-
lence veiilalIe, el ne s'esl pas donne enliòienenl a eIIe.
La RAISON Iui a fail defaul, iI n'elail pas dans Ia lonne voie, iI a ILRDU son lenps, el iI a gâche sa VIL.


178
« Nous sonnes passes de Ia noil a Ia vie» I }ean, III, 14.

rieurement le processus intellectuel en question. Le travail preliminaire des specialistes do it done etre l'etude approfondie des lexiques techniques et l'etablissement critique de textes et traductions adequates. II faut enfin que l'erudit, philologue et historien, so it aussi un metaphysicien et ait un minimum de vie spirituelle. II faut de meme etre tres prudent avant de conclure a un emprunt direct. L'unite de l'esprit humain est assez profonde et les combinaisons de concepts, images, symboles, etc., assez limitees pour suffire a expliquer bien des analogies. La recherche des sources qui obsede aujourd'hui les historiens ne doit pas faire meconnaitre les ressources de l'imagination ni celles de la vie. II y a des Tartuffes de chair et d'os qui ne doivent rien a Moliere; bien des femmes jalouses ont reedite les fureurs d'Hermione, et, depuis qu'Homere a montre Andromaque tendant son bebe a son mari partant pour le front, bien des epouses encore ont souri a travers leurs larmes. Les theses de l'origine persane ou hindoue du coufisme tendent, semble-t-il, de plus en plus a etre abandonnees, ou du moins ne peuvent s'etablir avec certitude, probabilite ou meme vraisemblance d'apres ce que nous pouvons en savoir. Cela ne veut pas dire qu'il n'y ait pas une analogie profonde entre la mystique musulmane et la mystique hindoue, soit en vertu de l'unite de l'esprit humain (dans la me sure ou certains concepts sont « vrais » et certaines idees adequates), so it en vertu d'une communaute d'origine lointaine (ce qu'un Joseph de Maistre, par exemple, appelle la Tradition primitive, dont la revelation est le rappel et l'epanouissernent (5).) Un des moyens, nous le verrons, de comprendre les pensees orientales est meme de faire, avec tout le tact et la prudence qui s'imposent, des comparaisons entre les pensees hindoue, musulmane et chretienne du moyen age, correspondant toutes trois a des formes de civilisations traditionnelles qui offrent entre elles d'incontestables analogies intellectuelles ou sociales. Une unite, profonde malgre des nuances certaines et des divergences, apparaitra, assez impressionnante. L'elernent musulman fera le pont entre l'Extreme-Orient et l'Occident. Nous savons, d'ailleurs, qu'une de ses sources principales est la pensee grecque qu'il a contribue dans la plus large mesure a transmettre a l'Europe. Tel est done le sens qu'il conviendra de donner aux notes comparatives, aux rapprochements de mots ou d'idees, dont nous avons commente les textes qui suivent. Parfois il y a influence plus ou moins nette, emprunt plus ou moins direct (nous savons dans quels rapports sont Aristote, Averroes et saint Thomas; nous savons que le neoplatonisme a exerce son action sur les Arabes et les coufis comme sur les ecrits du pseudo-Denys, de Scot Erigene ou de l'Ecole de Chartres au Xlle siecle : nous savons que le chapelet est venu des Indes en Europe par le monde musulman et par l'Espagne, etc ...) ; parfois l'on ne peut que cons tater une similitude sans prononcer si elle vient dune imitation, d'une source commune, d'une meme experience spirituelle ou d'un meme enchainement de concepts; parfois encore la res semblance est purement apparente. La verite est une. La Tradition est universelle, avec ses formes et ses deformations diverses. Les similitudes en ce cas ne font que montrer l'unite de la doctrine. Se refusant systematiquement a tenir compte de ce qu'il peut y avoir de verite objective, les historiens strictement profanes s'efforcent toujours de trouver des influences. IIs forment alors diverses hypotheses, toutes plus ou moins vraies ou plus ou moins fausses, incornpletes en tout cas et souvent assez vaines. MET APHYSIQUE ET MYSTIQUE.

La mystique est, croyons-nous, le terme de la religion, comme la priere commune a pour aboutissement normal - et surnaturel en meme temps - l'oraison contemplative. La religion pure est theocentriste et s'oppose a l'egocentrisme de la magie ; celle-ci veut recevoir, celle-l a donner. Or, la mystique est, fondamentalement, le theocentrisme le plus complet et l'amour le plus pur. La theorie de l'union mystique de l'ame avec Dieu implique naturellement une conception de Dieu et de l'arne, Socrate, Platon, Aristote et Plotin ont fourni les bases metaphysiques de ces conceptions. Dieu est la Realite absolue, FEtre necessaire, l'Acte pur, la « forme» parfaite sans melange de « matiere », l'Esprit immuable. Ce Dieu est a la fois transcend ant et immanent, infiniment au-dessus de toutes les choses contingentes, mais remplissant le monde de sa presence, les choses n'existant que par participation de son etre. II y a dans l'ame de l'homme, ce microcosme, image du createur, quelque chose qui lui permet d'atteindre l'Absolu, une etincelIe divine, une fine pointe de l'esprit, un centre inalienable, source et base de toute connaissance reelle de l'idee de Dieu et de
5 « ['appelle de mes vceux la creation, aussi bien dans l'Inde qu'en Europe, de chaires de Metaphysique et Mystique comparees d'Orient et d'Occident. Leur travail, qui devrait mutuellement se completer, est actuellement indispensable a l'esprit humain, s'il veut apprendre a se connaitre soi-merne tout entier. L'objet n'en serait pas une puerile course au clocher, pour tacher d'etablir la primaute chronologique de tel groupe de pensee. Cette recherche n'a aucun sens : les historiens des religions qui s'attachent a decouvrir l'interdependance intellectuelle des systemes, oublient l'essentiel : a savoir que les religions ne sont pas, a l'ordinaire, des dialectiques intellectuelles mais des faits d'experience, et que si le raisonnement intervient apres, pour construire des systemes sur ces faits, ces systemes ne tiendraient pas une heure sans les soubassements profonds de ces faits. » Romain Rolland, Essai sur le mystique et l'action de l'Inde vivante, II, La vie de Vivekananda, t. II, appendice, note II. R. Rolland ajoute, en parlant de l'ouvrage du Prof. Rudolf Otto, de Marburg, West Oestliche Mystik, Vergleich Und Unterscheidung zur Wesensdeutung (Gotha, 1926) -, qui prend pour type des deux mystiques Cankara et Maitre Eckhart: «Sa these essentielle etablit l'extraordinaire parente des Urmotiven (motifs fondamentaux) de l' experience spirituelle de l'humanite, independamment de la race, de l'epoque et du climat. La mystique dit-il est partout et toujours la meme, Et c'est le fait de l'unite profonde de l'esprit humain. Bien entendu, cela n'exclut point les variantes des diverses personnalites mystiques. Mais ces variantes ne sont pas conditionnees par la race, l'epoque ou le pays. On peut les rencontrer cote a cote dans le meme milieu. »

Signalons une etude de M. Marcel Lallemand, Metaphysique Bruxelles.

et mystique

chreiiennes et hindoues comparees, extr. de

«

Nouvelle equipe

»,

1930,

toutes les ideees universelles. L'arne ne peut connaitre la realite super-empirique qu'en descendant en ce centre profond, devenant un avec cette Realite (adaequatio rei et intellectus). II n'y a pas a opposer le Dieu de Platon et le Dieu de la Bible. Les Peres et les Docteurs de l'Eglise ne les ont jamais separes. L'intuition metaphysique nous presente ce Dieu en soi, la revelation religieuse nous dit ce qu'il est pour les hommes et les societes. Quand Pascal oppose le Dieu des philosophes au Dieu vivant d'Abraham, d'lsaac et de Jacob, il ne s'agit que de comparer les ratiocinations creuses, les disputes verbales, les orgueils doctoraux, a la verite saisie par toute l'ame, Mais au-dessus de la raison simple (qui se trouve, dit saint Augustin, au-dessus de la partie inferieure de l'arne), il y a (au sommet de la partie superieure) l'intellect qui connait les Idees eternelles, raisons immuables des choses passageres. La theorie platonicienne des Idees est, en effet, l'une des bases de la plupart des doctrines mystiques. Nous verrons, dans les textes qui suivent, des allusions constantes a cette conception, qui est associee a celIe des Correspondances entre le monde visible et le monde invisible. Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, avait dit Hermes Trismegiste. Toute chose ici-bas a sa racine en haut, dit la Kabbale. Emerson verra dans le monde visible le « cadran » de l'invisible realite, « Les idees incorporelles sont les cachets des choses sensibles », dit Philon le Juif. « Les choses visibles sont des images des invisibles », dit le pseudoDenys. Commentant le mot de saint Paul, que la creation est un ensemble de choses invisibles manifestees visiblement, Joseph de Maistre dira que « dans ce monde que nous voyons tout se rapporte a un autre monde que nous ne voyons pas» et que le monde est un « assemblage d'apparences dont le moindre phenomene cache une realite ». En approfondissant ces donnees, on arrive a un point de vue qui concorde precisement avec l'experience vecue des mystiques. Le but supreme apparait en effet etre l'union avec la Realite absolue, le retour a l'unite, la prise de conscience de la realite ontologique, le libre renoncement a l'individualite centripete. Si nous n'avons d'autre etre que celui que nous tenons de Dieu, si c'est en lui que nous avons la vie, le rnouvement et l'existence, Dieu est immanent; mais il est aussi transcend ant, les choses n'etant rigoureusement rien par rapport a lui. A proprement parler, « il n'y a qu'un monde », dit le Senateur martiniste des Soirees de Saint-Petersbourg. « [e voudrais qu'on ne dit jamais : l'autre vie; car il n'y en a qu'une », ecrivait L. C. de Saint-Martin. Le mystique rejette le voile qui lui couvre la realite, il « realise» que Dieu est l'etre de son etre, il renonce au moi contingent pour trouver la « verite de l'Existence » supreme, il arrive par les divers degres de l'oraison a la contemplation des choses divines et a l'union transformante qui « l'aneantit en Dieu, comme les lueurs de l'aurore s'aneantissent dans la lumiere du Solei I quand le soleil parait ». (Maitre Eckhart). Certains mystiques devoyes sont tombes dans l'illuminisme ou le pantheisrne, comme certains theologiens ont meconnu quelle reponse necessaire la mystique donnait aux exigences les plus profondes de la vie spirituelle. L'essence de cette derniere n'est d'ailleurs pas liee aux formules parfois maladroites qui ont pretendu l'exprimer. Mais on ne saurait voir le moindre pantheisme (au sens de monisme naturaliste que ce mot a pris dans l'Occident moderne), dans les doctrines de l'unite de l'etre et de l'union transformante que nous trouvons chez les mystiques les plus divers (6). Elles ne sont pas plus pantheistes, comme nous le verrons en etudiant les textes qui suivent, chez les coufis que chez les chretiens du Moyen Age, les Peres de l'Eglise ou les mystiques du XVle et du XVIIe siecle. Telle formule de saint Ignace ou de saint Thomas ferait crier au pantheisme si on la trouvait chez un authentique coufi ou dans un texte hindou. Mais dans l'un et l'autre cas, il ne s'agit en general que d'une experience analogue ou d'une meme tradition. LA TRADITION MYSTIQUE EN OCCIDENT. Nous assistons aujourd'hui a une certaine renaissance mystique. Des vies de Saints sont ecrites, des textes sont publics, et des discussions sur ces problernes suscitent un interet inattendu. Le snobisme s'en mele peut-etre, qui n'est pas fait pour les eclaircir, Toujours est-il que les specialistes eux-memes retrouvent depuis quelques annees une tradition interrompue pendant deux siecles. La tradition catholique, en effet, depuis Clement d'Alexandrie (t vers 215) - sans parler de saint Paul et de saint Jean - jusqu'a Berulle et Marie de l'lncarnation, offrait une unite certaine, malgre les nuances diverses, et concordait avec la tradition universelle, Les themes generaux de la vraie gnose obtenue par la mortification, et de la priere pure sans images, furent soutenus par Clement d'Alexandrie, Origene, les moines du IVe siecle, saint Augustin, saint Benoit, Gregoire le Grand, etc. Le pseudo-Denys distingue nettement l'idee abstraite de l'union supra-intellectuelle. Normalement l'homme ne peut penser sans image (nihil in intellectu quod nisi prius in sensu, dira la formule scolastique) ; il s'eleve de la connaissance des choses sensibles a la connaissance des invisibles (nous avons vu la theorie des correspondances) ; il ne peut savoir ce que Dieu est, mais ce qu'il n'est pas. Tel est, dira saint Thomas, le mode de connaissance humain en dehors de la lurniere de gloire de la vision beatifique. Mais la contemplation mystique est comme une vision beatifique anticipee. L'union mystique, selon le pseudo-Denys, est done au-dela de l'abstraction philosophique et de la via negationis. II invite, comme le fera saint Jean de la Croix, a depasser les sens, les images, les operations discursives, « et toutes les choses qui sont sans etre vraiment», pour atteindre Celui qui est au-dessus de tout etre et de toute connaissance, dans la tenebre plus brillante que la lurniere, II precise, d'ailleurs, que ces mots: ignorance, tenebre, doivent etre compris, non comme d'une privation, mais pour ainsi dire d'un exces. Car, « l'ignorance en ce qui concerne Dieu est vraiment connaissance ». (7)

6

7

Nicholson a propose le mot panentheisme (non pas: tout est Dieu, mais : tout est en Dieu) : The idea of personality in SUfism, Cambridge, 1923, p. 27. Dans le meme sens Mouhyiaddin Ibn 'Arabi dit que pour les coufis la connaissance de Dieu est une veritable ou parfaite ignorance.

Apres Scot Erigene au IXe siecle, saint Bernard, Hugues et Richard de Saint- Victor au XIIe, la grande explosion mystique des ordres mendiants au XIIe, saint Bonaventure, Albert le Grand, les deux saintes Mechtilde, sainte Angele de Foligno, sainte Gertrude, puis sainte Catherine de Sienne et sainte Brigitte de Suede, Eckhart, Suso, Tauler, Ruysbroek au XIVe, sainte Catherine de Genes, Harphius, Gerson, Thomas a Kempis, au XVe, etc., sainte Therese, au XVIe, decrit avec une etonnante finesse psychologique les effets de l'oraison sur l'ame et le corps. Saint Jean de la Croix precise avec plus de rigueur et moins de feminite quelle est l'essence de la vie mystique: l'union a Dieu et non les effets produits par les etats divers. La « ligature» de l'extase est produite par l'intense concentration, les « raptures» sont plus frequentes chez les femmes que chez les hommes et chez les esprits faibles, comme un saint Joseph de Cupertino, que chez un saint Francois de Sales. Ces phenomenes sont dus a la faiblesse du corps humain ; plus l'homme devient spirituel par l'effet de la lurniere intellectuelle, plus son arne et son corps sont spiritualises, de telle sorte qu'il devient capable de supporter les etats les plus hauts de l'union transformante sans ligature ni extase corporelle; plus les rayons de la contemplation sont purs, moins ils sont perceptibles et moins ils affectent l'imagination et les sens. L'habitude s'etait repandue de mediter avec methode sur-un sujet pieux defini en faisant travailler l'imagination et l'entendement. Or, beaucoup de spirituels deviennent a un certain moment incapables de mediter discursivement quand ils prient; c'est alors que commence la priere mystique sans images; - ils adherent a Dieu de toute leur volonte, mais sont dans un etat d'aridite sans saveur, sans consolation de Dieu ni des creatures; c'est la nuit des sens causee par les debuts de la contemplation infuse. Saint Jean de la Croix fulmine contre les confesseurs qui ne comprennent pas les ames et veulent les obliger a mediter discursivement malgre tout. Vient ensuite la nuit de l'esprit avec de terribles epreuves dans lesquelles Dieu purifie et detache la partie superieure de l'ame pour l'union parfaite. Au XVIIe siecle se produit, en meme temps qu'une explosion mystique merveilleuse avec saint Francois de Sales, saint Vincent de Paul, le cardinal de Berulle, le Pere de Condren, Marie des Vallees, le P. Lallemant, le P. Surin, Marie de l'Incarnation, etc ..., une reaction antimystique dont M. l'abbe Bremond (8) a montre l'origine au XVIe siecle, dans la condamnation d'Alvarez par le general des jesuites, Mercurian, et qui sera accentuee par la querelle du quietisme. Un renversement de la tradition se produit. On ne tient plus aucun compte des conseils de saint Jean de la Croix. On cons idere que la meditation discursive est la regIe generale et est facile a tous. On regarde les contemplatifs comme des paresseux faibles d'esprit ; les ames qui ne peuvent mediter sont reduites a se considerer elles-rnernes comme des phenomenes lamentables. On n'apprecie que les phenomenes exterieurs, les stigmates, les raptures, les visions, surtout celles concernant le Sacre Cceur, la Passion, l'Enfant Jesus, etc ... « L'art ne represente plus les saints agenouilles paisiblement en adoration, mais se tordant les bras, tendant le cou et roulant des yeux en des extases de desir effrene, tandis qu'ils dechirent leurs veternents pour soulager leur brulante poitrine. Les peintures de Rome et de Bologne et les sculptures du Bernin rivalisent avec l'architecture baroque, pour exprimer avec emphase les conceptions que le XVIIe et le XVIIIe siecles se font de la devotion (9) » Depuis une trentaine d'annees un retour a la tradition mystique s'est produit et a donne lieu a de nombreuses controverses (10). M. l'abbe Bremond, dans les derniers volumes de son Histoire liiteraire du sentiment religieux en France et dans des polerniques recentes, oppose au theocentrisme mystique deux formes antimystiques de l'anthropocentrisme qu'il baptise panhedonisme religieux et asceticisme. Dans le premier cas, l'on pense qu'il n'y a pas de grace sans plaisir spirituel et l'on identifie la priere au desir sensible (Pascal, Nicole, les [ansenistes, Bossuet rnerne), alors que la mystique traditionnelle parle sans cesse de l'etat de secheresse, se mefie meme des graces sensibles, reclame avant tout l'adhesion de la volonte a celle de Dieu, malgre tout, et preconise le « pur amour ». De son cote I' « asceticisme » ne veut entendre parler que d'une priere pratique, active. Un ouvrage recent va jusqu'a opposer au Benedictin qui chante liturgiquement la gloire de l'Eternel, le [esuite epris d'action et concevant la priere comme un moyen de culture du moi ; il felicite la Compagnie de Jesus d'avoir fait triompher cette conception, plus moraliste que religieuse, de la priere-exercice, aux depens de la conception traditionnelle, plus religieuse que moraliste, de la priere-adoration. Impossible d'etre plus nettement anthropocentriste, plus loin des Peres et des Scolastiques, plus loin d'un Berulle et d'un Condren, dune Marie des Vallees priant Dieu de l'aneantir, pourvu que le desir de le louer demeurat en sa place, plus loin d'un saint Francois de Sales (dont l'auteur pourtant se reclarne), qui ecrivait que les saints tachaient de rendre leur amour si simplement parfait et si pur, que « ni les consolations, ni les vertus memes ne tins sent aucune place entre leur cceur et Dieu », refutant ainsi panhedonisme et moralisme asceticiste, tout en evitant l'exces contraire du quietisme ; plus loin enfin du theocentrisme musulman. THEOCENTRISME ET PUR AMOUR.

Le Dieu du Coran n'a, en effet, « cree les hommes et les genies que pour l'adorer », c'est-a-dire pour" le connaitre et l'aimer, commenteront les mystiques, dont le pur amour et la gloire de Dieu seront les leits-motivs continuels. « 0 mon Dieu , s'ecriait Hallaj, tu me sais impuissant a t'offrir l'action de grace qu'il te faut. Viens done en moi te remercier toi-merne, Voila la veritable action de graces ». Renoncer a ce bas monde, c'est l'ascese des sens ; renoncer aux joies creees du Paradis, c'est l'ascese du cceur ; renoncer a soi-merne, c'est l'ascese de l'esprit. II a garde, lui aussi, de confondre les graces sensibles avec l'essentiel de la vie mystique.

8

9

La metaphysique des saints, tomes VII et VIII, 1928, de I'Histoire liiieraire du sentiment religieux en France depuis la fin des guerres de religion jusqu' ii nos jours. Dom Chapman, dans son remarquable article de l'Encyclopaedia of Religion and Ethics, de Hastings, sur le mysticisme catholique. CfIes ouvrages du chanoine Saudreau, du P. Poulain, du P. Marechal, de F. von Hugel, etc ...

10

1927. Remarquons qu'il s'agit ici d'un surnom donne a un groupe et que ce terme. a l'imitation sans doute des moines et ermites chretiens d'Orient. je le remplis de Mon amour. Le premier ecrivain qui emploie ce mot est [ahidz de Bacra (t 869) qui donne les noms de plusieurs devots fameux par leur eloquence.ils distinguent les « parfaits » des « mercenaires ». les mystiques induisaient en effet le renoncement a tout desir egocentriste. les coufis la definiront l'exacte adhesion du cceur a la volonte divine et l'aneantissement de l'amant dans l'objet de son amour. les « gens du bane ». 1868. Apres avoir etabli la possibilite de la mahabba (13). « Le principe de l'amour pur est a ce point centraL.litt. ne separe pas la connaissance de l'amour.. Le mysticisme juif. . La vie spirituelle.aff. p. un texte deux fois royal de saint Louis nous la montre deja familiere a la ferveur du moyen age: « Chere fille . Bremond insiste sur ce point dans un article qu'il a consacre au livre de M. pieux compagnons du Prophete. III.1921. ou plutot les sens acceptes ne sont pas necessairernent l'etymologie primitive. du sent. L'on a propose pour les mots c. montrent a quel point la philosophie du pur amour etait courante au Moyen Age dans la litterature pieuse. Voici ce que dit Aflaki dans sa vie de Jalftl ad din Rorrrni (Saints des derviches tourneurs. p. Plusieurs sens et plusieurs etymologies sont alors possibles. disait Rabi 'a al 'Adawiya.1. » Frere Yves n'avait pas vu la femme. relig.helas ! Bossuet non plus. n.ouj. Puis il raconta comment une compagnie de mystiques vit un jour Rabi 'a avec un brandon d'une main et une cruche d'eau de l'autre pour incendier le paradis et eteindre l'enfer « afin de faire disparaitre ces deux voiles qui nous coupent la route. de la sainte qui porte d'une main une outre d'eau pour eteindre l'enfer et de l'autre une torche pour detruire le ciel. t. I L'humanisme deooi (1580-1660).. que jamais n'en fust point. Le premier qui ait porte le surnom de coufi fut Abou Hachim de Koufa (t 150/768). » Le persan [ami declare que le coufi a renonce.. freres Yves vit une femme vieille qui traversoit parmi la rue et portoit en sa main destre une escuellee pleinne de feu et en la senestre une phiole pleinne d'yeaue. meme celui du rnerite personnel et des joies creees du Paradis. etre pur..oufi de c. Camus reproduit dans Bremond. la maison ensuite » (al jar tsoumma ad dar). afin que le but soit designe et que les serviteurs de Dieu le servent sans motifs d'esperance ou de crainte. . p. premier rang. amour reciproque entre l'homme et Dieu. Coran. ayant ete choisi par les premiers ascetes musulmans. s'ecrie Yahya ben Mo'adz Razi. purement pour l'amour de lui. cette splendeur m'a brule qui est la gloire des lurnieres de l'eternite. I. Huart. laine . de c.le Les textes publics par Ch.« Pour ce que ce je ne vueil que nulz face jamais bien pour le guerredon de paradis avoir. 1930.« On a dit: Dieu (qu'il soit exalte !) a revele a Jesus (sur lui le salut !) : Certes. le roi lui envoya des messagers. qui tant vaut et qui tout le bien nous puet faire. car s'il n'y avait pas l'espoir du paradis et la crainte de l'enfer. l'habit de laine. . Qochayri rapporte une curieuse sentence attribuee ajesus . la plupart des gens n'adoreraient point Dieu ni ne se montreraient obeissants. ch. Tandis que il aloient de lour hostel a l'ostel dou Soudan. qui malheureusement ne connaissait pas ces vieux textes. La Kabbale juive. Il vous aimera .. si vous etiez certaine de n'etre jamais recompensee de vos bonnes actions ni punies de vos mauvaises. chere a tous les mystiques modernes et dont Fenelon sera le martyr. » 12 11 Cf. entre celui qui va au festin pour le festin et celui qui y va pour le Bien-Aime !.. trad.. 29 et V. non seulement a tout desir en cette vie. 59. du mot grec sophos. que remonte l'allegorie fameuse. ORIGINE ET EVOLUTION DU C::0UFISME. Joinville. mais que sa volonte s'est meme desinteres see de la vie future pour adherer completernent a la volonte de son Seigneur. son mari repondit que c'etait parce qu'ils se satisfont du jardin au lieu de ne penser qu'au Jardinier. Freres Yves li demanda : 0 Que veus-tu de ce faire ? » Elle li respondi qu'elle vouloit dou feu ardoir paradis. 158 : Le Soudan de Damas ayant offert son alliance a saint Louis.1.. . 148. 184. »Paul Vulliaud. un homme appelle par derision les devots des « laineux ». vous ne laissiez pas de rien faire qui deplut a Notre-Seigneur et de faire les choses a son gre selon vos forces. ne pour la poour d'enfer. » De la meditation merne de la chahada (11n'y a de divinite que Dieu) refusant de rien associer a Dieu. repliquent-ils.le chapitre de la Risala de Qochayri sur la mahabba. La supreme nuance.oufi et tacaunoouf (coufisme) diverses etymologies: selon certains ces termes viendraient du verbe c. 82 et 83) : « Avec l'ancienne tra-dition.-P.. » 13 « Si vous aimez Dieu. L'anecdote a ete racontee a Joinville en Egypte pendant la croisade de saint Louis (12). La cabale juive proclame aussi l'amour reciproque de l'homme et de Dieu qui reunit le monde supreme au monde inferieur. p.couj]«. edit. qui savoit le Sarrazinnois. ainsi que cela s'est passe pour les Gueux.r mettez votre cceur a ce que. Hist. sage.-V. C'est a cette sainte femme. Natalis de Wailly. qui couchaient dans un coin de la mosquee de Medine. le froc. demandait un jour quel etait le sens du hadits : « La plupart des habitants du paradis sont des imbeciles »... et de l'yeaue esteindre enfer que jamais n'en fust point. Oui. M. les Torys. par derivation phonetique normale.Cf. que l'arbre sephirothique tout entier s'appelle « l'amour ». 272. frontispice de la Cariiee de J.« Le Voisin d'abord. quand je regarde le cceur d'un de mes serviteurs et que je n'y vois ni l'amour de ce monde ni celui de l'autre monde. Le paradis est la prison des gnostiques comme le bas-monde est la prison des croyants. «Quelle difference. L'on s'est arrete a l'etymologie proposee dans le plus ancien traite arabe de coufisme d'Abou Nacr as Sarra] et qui fait deriver c. qui vivait a Bacra au VIlle siecle. et bien avant Fenelon. peut devenir un signe arbore fierement par les interesses. Langlois (Divertissements devant l'arche. devenue courante chez nous au XVIIe siecle (11). Et illi demanda : « Pourquoy veus-tu ce faire ?» . t. etc . p. Par ex ernple. les Guelfes. comme la gnose chretienne. pejoratif chez les adversaires. mais proprement pour l'amour de Dieu avoir. mais il avait entendu raconter a Damas l'anecdote qui etait courante chez les mystiques.. Peu a peu le terme de coufi et le port du vetement de laine blanche designerent l'ensemble des mystiques musulmans. avec lesquels se rend it en Syrie « Freres Yves li Bretons. epouse de [alal addin. 310) : Kira Khatoun. tome IV.. Langlois dans La Vie en France au Moyen Age . afin d'aimer Dieu pour luimeme. des ahl ac. Illes aime et ils L'aiment ». ch...afa. de l'ordre des Freres Prescheours. 11recita ce vers : Pour moi le paradis sans La voir est a la fois l'enfer et l'ennemi .

. ordres et confreries. IIs avaient en general une excessive conscience du peche et une crainte accablante de la justice divine. Hasan Bacri contribue pour une grande part a le faire evoluer dans ce sens en insistant sur l'interiorisation de la vie religieuse. dit M. II distingue trois sortes de connaissance : 1° celle de l'ensemble des fideles . le fameux ascete Ibrahim ben Adham (t 161/778) eut comme disciple Chaqiq Balkhi (t 194/809). parmi les Compagnons du Prophete. Bauer. disait-il. II y eut ensuite des devots (nasik. au nord-est de la Perse. Dieu ne peut etre decrit que negativement (Denys l'Areopagite. Nous voyons. II exigeait non seulement la mortification. W. pour exprimer l'annihilation du moi et sa deiformation. Dictionnaire geographique ethnographique et biographique des peuples musulmans. 17 18 Litteralisme. La doctrine de l'union transformante trouve chez Abou Yazid Bisthami (t 261/875) une expression singulierement audacieuse en des formules poetiquernent raffinees et subtiles. Ces deux localites de Mesopotarnie. nous l'avons vu. Houtsma. bien qu'il contienne en germe les elements essentiels de la mystique future. II affirmait. plur. plur. a qui l'on doit la premiere definition du tacaunoouf (<< Le coufisme c'est saisir les realites et renoncer a ce qui est entre les mains des creatures »). par opposition aux jabarites. de realisme en poesie. Koulaib Caidawi. de chiisme (18) avec tendances mourjites en dogmatique. 3° la « connaissance des attributs de l'unite ». 16 Raretes. de sunnisme avec tendances motazilites et qadarites (15) en dogmatique.et nous sommes aussi les « purs » ou les « sages ». qui soutenait que Dieu fait necessairement le bien et est oblige d'etre juste. Leyde et Paris. Quand le cceur pleure parce qu'il a perdu. « II y avait eu des cheikhs avant lui. noussak). groupaient egalement les theologiens. qui poussaient a l'extreme le point de vue coranique du neant des biens de ce monde. [abir ben Haiyan. Mohasibi (t 243/857) a expose d'une admirable facon sa vocation mystique et les Napes de sa vie interieure. Louis Massignon (14). que l'homme est libre et auteur de ses actes. un assez grand nombre de definitions anciennes du coufisme rapprocher ce mot de c.. le coufisme prend un caractere plus nettement metaphysique et theosophique. le pur amour mystique desinteresse. declarant que cet amour divin etait un mystere dont on ne devait pas parler aux profanes (19). des qouc. » Ala meme epoque dans le Khorasan. ce qui ne serait d'ailleurs qu'une locution theopathique. « II n'y a de Dieu que moi. La purification du cceur mene a la contemplation des realites divines.c.) continuaient les ascetes (zahid) du ler siecle. Le precepte de Jesus de ne pas jeter de perles aux pourceaux se rapporte aux sciences mystiques. Abou'l 'Atahiya et 'Abdak. « La colonie arabe de Bacra. celle des saints « qui voient Dieu avec leur cceur ». 19 . « Tout ce que vous imaginez. son ceil corporel est ferme : il ne voit rien que Lui . Malik ben Dinar. Chez Dzou'n Noun al Micri (t 245/854). Elles avaient chacune des caracteres et des tendances assez precises.predicateurs populaires. de dhahirisme (17) en hadits. Arnold et H. de clan yernenite. d'un temperament idealiste et traditionnaliste.-c.ac. qui sont la majorite en Perse et s'opposent aux orthodoxes sunnites. en effet. Les chiites. partisans des droits de 'Ali. en meme temps qu'un grand abandon a la volonte de Dieu (tawakkoul). previent qu'on a mis bien des extravagances apocryphes dans la bouche de ce 14 Encyclopedic de l'Islam. gendre du Prophets. l'on rapporte une belle parabole sur l'amour reciproque de Dieu et de ses saints et des definitions de la ma'rifa : «La gnose est plus proche du silence que du discours . dit [ami. Les spirituels se grouperent peu a peu. En dehors de cette intuition supreme. Ma'rouf al Karkhi (t 200/813). aux frontieres de l'Arabie. Au IIIe et IVe siecles. Comme on lui demandait comment il connaissait Dieu : « [e Le connais par Lui-merne ». de clan tamimite.. l'esprit rit parce qu'il a trouve ». auteur d'un traite de coufisme. l'union transformante. 2° celle des philosophes et des theologiens . traditionnistes et autres docteurs de l'lslam. eprise de chaioddzdz (16) en grammaire. comme Abou Dzarr et Houdzaifa. 15 Le motazilisme est une celebre ecole theologique et philosophique du IIe siecle de l'Hegire. Abou Israil Moula'i (t 140/757). sont les legitimistes.. ineffable. Les qadarites sont les partisans du libre-arbitre. s'exprimant par sa bouche. Gloire a moi ! Combien grande est ma majeste ! ». et avant de s'organiser en couvents. « l'itineraire » spirituel et on lui doit la premiere classification des « etats » (hal. et proclamait qu'un grain de vraie piete vaut mieux que mille de jeune et de priere exterieure. De son cote la sainte femme Rabi'a (t 185/801) preconisait. Quand le gnostique a son oeil spirituel ouvert. en effet. d'un temperament realiste et critique. fondateur de la celebre agglomeration cenobitique de 'Abbadan.7/793). Ces spirituels du lIe siecle de l'Hegire (VIlle de J.afa. La colonie arabe de Koufa. : ahwal) mystiques et des « stations» (maqdm. le caractere theosophique du coufisme s'affirme nettement et tout particulierernent. T. adorez-moi. la vraie louange de Dieu impliquant l'absorption de l'adorateur dans l'objet de son adoration. Basset. Les mystiques aspirent a l'union par la ma'rifa (connaissance. lui fait-on dire. de tendances liberales. Th. Mancour ben'Ammar. exceptions. Al Ancari. R. mais c'est lui qui a le premier explique le symbolisme coufi et parle de la voie ». publie avec le concours des principaux orientalistes par M. II traca. eut pour maitres en mystique: Hasan Bacri (t 110/728). et de la posterite de ce dernier. eprise de logique en grammaire. des penitents « pleureurs » (bakka'oun). eut pour maitres en mystique: Rabi' ben Khaitsam (t 67/686). une parole de Dieu. Rabah ben 'Amr Qaisi. D'Abou Soulayman ad Darani (t 215). II professait un certain esoterisme. Les coufis peuvent se reclamer. proclamait l'initiative de la grace divine dans l'amour dont il etait « enivre ». en effet. de platonisme en poesie. maqamiits. ils forrnerent notamment les deux eccles de Bacra et de Koufa. Ce coufisme primitif est souvent plus ascetique que mystique a proprement parler. Dieu en est l'oppose ». de critic isme en hadits. 1908 et suiv. Fadhl Raqqachi. saint Thomas).. mais il s'agit plutot d'un jeu de mot que d'une etymologie proprement dite. Cahih Mourri et 'Abd al Wahid ben Zaid (t 17. mais aussi la purification du cceur par la meditation. Ce per san aurait employe le premier les mots fana' et baqd'. disent les coufis. rationalistes et « pelagiennes ». repondit-il. de precurseurs. gnose) et la mahabba (amour).

roule autour de toi ton manteau. a No uri. lui demandait un jour comment s'y prendre pour acquerir les memes graces: « Fais-toi raser la tete et la barbe. Precurseurs des ikhwan (freres) des actuelles confreries. la Voie l'habit esoterique du coufi. manteau de loques bigarrees. L'importance de son role dans l'evolution de la mystique musulmane a ete montree par M. accrochetoi au cou un sac de noix. » Dans la seconde rnoitie du IIIe siecle de l'Hegire. et execute a Baghdad en 309/922. et le rite n'est rien sans l'interiorisation du culte. [amais. fleurit chez les mystiques musulmans comme chez les saints chretiens. qu'aux savants qui pensent en penetrer le lexique en consultant une bibliotheque ». Hosayn ibn Mancour al Halla]. II etonna les gens par ses prodiges. a travers les marches. vers 350 et Lahiji commente qu'apres l'etat de l'ivresse et de l'annihilation. OU l'on n'est plus maitre de soi. II est celebre pour avoir dit : Ana al Haqq. La passion d'AI-Hosayn-ibn-Mansour. Si a certains moments la ligature empeche le mystique de prier vocalement. preferant le scandale au pharisaisme. Yahya ben Mo'adz ar Razi (t 258/871)>> de Nichapour. ses predications fougueuses coupees de cris extatiques. comme pl-sieurs mystiques s'exprirnerent en formules scabreuses. pir. comme ailleurs. condarnne par ses coreligionnaires qui croiraient en le faisant mourir executer la loi. ustads). les coufis s'organiserent graduellement en groupes plus nombreux assujettis a une discipline et a des devotions reglees. Si les Tayfouria. avec des novices (mourfd). p. et des directeurs spirituels (cheikh mourchid. puis assemble des gamins. L'amour de l'humilite. repliqua-t-il. 1922. toute leur saveur et toute leur efficacite. se rendit a la Mecque. sous pretexte d'inspiration. Nouri. dit Massignon. au style direct. AI-Hallaj martyr mystique de I 'Islam. d ailleurs. si certains derviches gyrovagues se laissaient aller. ses excentricites. mais quitta le froc blanc des coufis pour la mouraqqa' a. fut ernprisonne sous le calife Moqtadir. car cette vertu prend conscience de la realite profonde et n'offre plus de prise a l'essence du mal. a toutes leurs fantaisies meme crapuleuses. qui fut le premier a faire un cours public de coufisme. la « verite» et la « loi ». par ex em ple si une Marie des Vallees est ernpechee pendant 33 ans de communier. dit Chabistari. mais l'enseignait dans un cercle prive. a bu les mers du ciel et de la terre et il n'est pas encore desaltere : il tire la langue et crie : N'y en a-t-il point encore? » Ce Yahya ar Razi. Tostari. frisant l'heterodoxie. les Tayfouriya furent les disciples de Bisthami. « Un autre. Une anecdote (20) relative a Bisthami rappelle un fameux passage des Fioretti OU saint Francois d'Assise decrit la joie parfaite obtenue grace aux mepris et mauvais traitements des hommes. metaphysiques et theosophiques du coufisme se systematisaient.heros legendaire du coufisme per san. En Islam. des ascetes gyrovagues. plein d'admiration pour Bisthami. Je suis la Verite (Dieu). C'est alors qu'eurent lieu les premiers proces intentes aux mystiques: a Dzou'n Noun Micri. 22 La Loi est l'habit exoterique. Chibli. ou montraient par quietisme ou par indifference un mepris dangereux des prescriptions canoniques. prudemment de concilier leur vie interieure et l'orthodoxie. crucifie. visita les Indes. Le corps vaut mieux que le vetement mais ce n'est pas une raison pour se promener tout nu. repondit Bisthami. 83-88. precha dans le Khorasan aux patens. p. 1922. De part et d'autre il y eut des exces. osa le premier aussi avouer son amour pour Dieu. Jounayd et Tostari insistaient sur le respect des prescriptions canoniques (22). si des illumines antinomiens semblaient mepriser et violer les regles canoniques. les Nouriya ceux d'Abou'l Housayn an Nouri. quitte tes vetements. en de courtes oraisons.. propose-leur une noix pour chaque gifle qu'ils te donneront et promenetoi ainsi. seul avec lui-me me ». On appelle malamatu ceux qui cachent aux yeux du monde leur saintete sous des dehors frivoles ou merne coupables. devant tes amis et connaissances. Certains foqaha et motakallimoun montrerent a l'egard des theses mystiques l'incornprehension la plus complete et la defiance la plus injustifiee. lutte incessante de l'esprit et de la lettre. la majorite des coufis s'efforcerent. Essai sur les origines du lexique technique de la mystique musulmane. il y a l'etat d'union permanente consciente OU l'on s'acquitte de tous les devoirs ordinaires. etc. ci-apres. ne a Bayda (Fars) au milieu du IXe siecle. . Tout au contraire. Massignon dans un ouvrage capital (21). vecut longtemps a Baghdad. Nous citons dans les notes qui suivent quelques admirables sentences de cet etrange personnage. Personne (sauf les illumines) n'y songe. les canonistes integristes tinrent en suspicion les mystiques. 256. renoncaient a controler leur ivresse. et surtout a Halla]. Jounayd (t 297/910) ecrivit la theorie du coufisrne. Cf. qui avait lui-meme demande a Dieu de perir martyr d'un amour dont il n'avait pas su cacher les transports. a Abou Hamza. pleines d'humilite. condamne a l'issue d'un long proces qui fait penser a celui de Jeanne d'Arc. les Kharraziya ceux d'Abou Sa'id al Kharraz. tandis que Chibli (t 334/946) et Halla] (t 309/922) la porterent sur la place publique. Flagelle. l'effort mystique tend a donner aux rites tout leur sens. il mourut en pardonnant a ses bourreaux et en s'ecriant : « Ce que veut l'extatique. lui ecrivit un jour: «Je suis ivre pour avoir bu longuement a la coupe de Son amour ». Comme un vieux cheikh. cousues bout a bout. de Hamdoun al Qaccar. rnutile. Halla]. 21 Louis Massignon. si certains mots mal compris d'AI Halla] risquaient de troubler les ames simples. c'est l'Unique. des bdthini et des dhdhiri. Mais l'une et l'autre sont inseparables comme l'arne et le corps. les Malamatis ou Qaccariya. II connut Jounayd. s'il est assez peu frequent chez les docteurs de la Loi enclins au pharisaisme. si ontologiquement et si psychologiquement sage. L'esprit doit etre naturellement prefere a la lettre. l'Islam sunnite n'excommunia le coufisme (auquel 20 « Evidemment excessive. Gulshan-i-Raz. ce n'est pas une raison pour repudier la liturgie et les sacrements. tandis que les doctrines mystiques. disciples de Bisthami. mais profitable tant aux amateurs qui concoivent la mystique comme un art d'agrement. Ibn 'Atha.

a Gerson. qui lui fournit merne une si grande part de sa vie morale et de sa devotion.AYcha) et l'Elu de Dieu (Mohammed). non detruire la Loi. le dessein de renverser l'Eglise catholique. Quand la connaissance croissante de la philo sophie grecque aura procure a la pensee musulmane une envergure plus metaphysique et un vocabulaire plus correct. loin d'etre incompatible avec les preceptes de la loi. comme disait Wasiti. les theoriciens de la mystique eviteront les anciens malentendus et adapteront leurs experiences aux conceptions traditionnelles des Idees eternelles. a Fenelon. 354) : « D'apres de chastes femmes voilees on rapporte qu'un jour il passa dans l'esprit eclaire de Kira-Khatoun (que Dieu soit satisfait d'elle !) qu'il y avait bien longtemps que notre maitre (Roumi) s'occupait de diminuer la quantite de nourriture et la duree de son sommeil. Entre ces deux extremes. que le vrai mohajir (emigre de la Mecque a Medine) est celui qui emigre loin de ce que Dieu a defendu. entre les mystiques rigoureusement orthodoxes et les sectes nettement revolutionnaires. c'est par suite de notre plongee dans l'au-dela et de nos occupations aupres de Dieu. Est-il seulement reste chez lui une trace des qualites viriles et de devoir conjugal? Seraitil possible que toute envie ait disparu chez lui. lei se pose le problerne des influences exterieures.le grand Chazali donna definitivernent droit de cite dans l'orthodoxie). un moineau en co chait avec exageration un autre. 'Aicha souffrait de la rarete de sa compagnie. Essai sur le lexique technique. un nationaliste persan qui ne pardonnait pas a l'lslam d'etre venu dans les fourgons de l'etranger arabe. haut grade de l'Ecossisme. etait merne peut-etre. trad. 1. [e veux qu'a partir de ce jour tu te prepares pour l'autre monde. pourvu que l'observance des preceptes ne fasse pas oublier. ainsi que de multiplier ses danses et ses jeunes. Hasan Cabbah. ch. Les memes nuances doivent se retrouver dans l'lslam sunnite et les nombreuses varietes du chiisme. qui fut accuse d'illuminisme. 323. suspect de quietisme. et elle demandait parfois a jouir des plaisirs charnels. mais l'accomplir (sed adimplere). que l'abstinence du mensonge et des ceuvres du mensonge vaut mieux que le jeune du Ramadhan. sans parler des mystiques protestants comme Boehme ou Swedenborg. Un jour. II est possible qu'a une certaine epoque certains sectaires mystiques aient voulu plus ou moins consciemment detruire l'orthodoxie. Le Coran felicite au contraire les moines chretiens d'avoir pratique cette vertu surerogatoire. confondant l'unite ontologique et l'unite arithrnetique. ils sont presents. M. le maitre lui fit l'honneur de lui rendre vi site et a 70 reprises lui fit sentir ses transports amoureux comme un lion furieux. ce qui faisait forcernent paraitre heretiques les essais d'explication des premiers mystiques. les mystiques proclamaient la primaute de l'Esprit.. (Les saints des derviches tourneurs. ils y durent sans changement. » Ensuite il dit : « Les hommes de Dieu ont le pouvoir de faire ce qu'ils veulent. Tout en placant l'Esprit au-dessus de la Loi comme saint Paul. contre tout pharisaisrne. des preuves de sa baraka. 'Aicha fit remarquer cette scene avec . au meme titre que les prodiges les plus invraisemblables. Celui qui a pose les preceptes. Beaucoup d'orientalistes ont cru voir une opposition absolue entre la conception coranique originelle et ce qu'ils appelaient le pantheisme des coufis et ils ont conclu de la que le coufisme ne pouvait qu'avoir une origine extra-musulmane. de l'esprit immortel. a saint Jean de la Croix. et Dieu les protege et les aide. Dans une certaine conception populaire superstitieuse du saint considere comme detenteur d'une force mysterieuse qui n'a plus rien a voir avec la spiritualite. plus precis ou plus profond que dans l'acception vulgaire (23). La philo sophie des premiers theologians (moutakallimoun) musulmans etait atomistique. mais s'ils estiment que toute chose a son temps ils entendent que la vie des sens ne devienne point un obstacle a la vie spirituelle. du cosmos ordonne. ils inspectent les pensees cachees des hommes . il y eut bien des nuances diverses. de la Cause premiere et des causes secondes. du Logos. etre coufi. Massignon etablit que rahbaniya avait primitivement un sens laudatif. et qu'il ait renonce au plaisir ? » Cette meme nuit. le Vieux de la Montagne. Mais il serait aussi injuste de suspecter dans son ensemble l'orthodoxie du coufisme que de preter a Hugues de Saint-Victor. On a demontre que le hadits : « La rahbaniya fi' Iislam: Pas de vie monastique en Islam» n'est pas authentique. le coufi pouvait d'une facon generale penser que la Voie. De meme Jesus etait-il venu. La plus grande partie des termes techniques mystiques sont ernpruntes au Coran et prennent alors un sens plus plein. Pour cette raison. declarant ne pouvoir rejeter ni l'une ni l'autre. car les plaisirs et les delices y sont eternels . Le Prophete lui-rnerne donna l'exemple de vceux de chastete temporaire. a Joseph de Maistre. c'est par la meditation continuelle du Coran que les premiers spirituels cherchaient a se rapprocher de Dieu et le verbe iaqarra'a. reciter le Coran. et ne s'occupe pas des jeux de l'amour. il ne fait nullement attention a nous. Balzac distinguait la religion ex oteri que de saint Pierre et de Bossuet et la religion esoterique de saint Jean et de Fenelon. que les actes valent par l'intention. t. comme le veut Batres. p. Au lieu de les opposer. niant la spiritualite de l'arne. a telles enseignes qu'elle dut s'enfuir et se refugier sur la terrasse du college en demandant pardon. pourvu que le rite ne fasse pas oublier la realite interieure. occasionnaliste. qu'il nous garde qu'ils soient negligents par rapport aux petites choses ! Cependant si nous avons cessede nous livrer au plaisir. il convient plutot de voir dans l'une le terme et l'apogee de l'autre. » « Puis il ajouta : « Cette meme aventure est deja arrivee exactement entre la tres sincere (. partout ou on les cherche. L'approfondissement de la vie interieure 23 Cf. La realite est plus complexe. Nous croyons que cette opposition n'existe pas au fond et qu'il s'agit d'une evolution normale en merne temps que d'un degre superieur d'intellection d'une meme verite. mais le maitre insista en disant : « Ce n'est pas encore terrnine. par hasard. De fait. se disait-elle. les prouesses sexuelles deviennent. La plupart des saints musulmans se rnarierent et eurent des enfants (ce qui favorisa d'ailleurs les abus du rnaraboutisme). ses explications mystiques et scolastiques. comme les Freres du Libre Esprit rnedievaux ou la Franc-Maconnerie moderne. « II y montre une exageration enorme . est le synonyme primitif de tacaunoafa. il se livre a des mortifications severes. et cela aussi est pour vous. Massignon. Le Prophete lui-merne n'avait-il pas dit que le vrai musulman est celui qui pratique la charite.1018. elle etait assise a la vue du Prophete . Mais ce n'est point ainsi qu'il faut interpreter la tres caracteristique anecdote suivante rapportee de [alal addin Rorrrni par Aflaki. Un malentendu pouvait naitre des termes techniques employes et des formules philosophiques. que le grand jihad (guerre sainte) est la guerre que l'on fait contre soi-merne et les passions? Contre le sectarisme et l'etroitesse dogmatique. etc. suppose meme leur stricte observance. Huart.

25 Nicholson. 320. Geschichte d. Massignon.Il y eut sans doute des influences. Les principaux de ceux qui ont survecu sont les FOU90U9al Hikiim. 26 Cf. un role important comme traducteurs des ceuvres grecques en arabe. Abou Solayman ad Darani et Dzou'n Noun Micri. Les choses n'ont d'autre etre que celui qu'elles tiennent de l'Etre divino Neant en elles-memes. d'etre prudent sur ce terrain. lui inspirant la connaissance des secrets divins. Blochet invoque le bouddhisme. 441-448. indeniablement grande..les notes ci-apres p. L'influence directe des idees hindoues sur le coufisme. with a list of definitions of the terms sufi and tasawwuf. 1893. quand on cherche l'esprit derriere la lettre et la realite derriere les apparences. M. 1911. 1906. II en est de meme pour l'hypothese du coufisme produit de l'esprit persan. . II convient. p. malgre l'apparence pantheiste de ses formules. d'ailleurs. La chose est incontestable pour les themes issus specialernent du neoplatonisme. soit par l'interrnediaire du syriaque. se rejoignent aussi a leur cime. notamment chap. cette nuit-la. A part cela le role de l'influence chretienne ne semble pas avoir ete considerable. Heidelberg. et instruit dans la science grecque. ne t'imagine pas que nous soyons impuissant ou qu'une fissure se soit etablie dans notre force. » Ibid. 30 Cf. furent traduits en syriaque et en latin (par Scot Erigene) et connurent une si grande vogue que le pseudo-Denys etait au IXe siecle l'auteur spirituel « a la mode» des rives du Tigre a celles de la Seine (26). les immenses Foutouhiit al Makkiya. » « Abandonner les passions et les plaisirs.. Chose remarquable. 29 L'emir 'Abdelqader s'est fait enterrer a ses pieds. l'anstotelisme et le neoplatonisrne. polemique entre M. l'Homme Parfait. On lui attribue des centaines d'ouvrages eO). mais ce grand problems n'a pas encore et ne peut pas peut-etre etre resolu definitivement. Abou Bakr Mohammad ben 'Ali Mouhyiaddin ben 'Arabi est la figure dominante de cette periode. Les Fouiouhd: s'ouvrent par l'allegorie suivante : faisant autour de la Ka'ba les processions traditionnelles. Londres. il faudrait etablir avec precision les contacts entre le monde hindou et le monde musulman a l'epoque de la naissance du coufisme et cons tater nettement des emprunts. Si Ma'rouf al Karkhi et Bisthami etaient per sans. arranged chronologically. Idee und Grundlinien einer allgemeinen Geschichte der Mystik. p. L'influence de celle-ci fut a coup sur considerable. ou d'origine persane. Merx. C'est par les Alexandrins que les musulmans entrerent en contact avec la pensee grecque. 31 Edite et traduit par Nicholson: A collection of mystical odes. le rouli al a' dham. bien qu'il y ait eu aux deux premiers siecles de l'Hegire d'assez nombreux contacts et que les ascetes musulmans se soient efforces de ne le ceder en rien aux moines orientaux.. p. Les deux religions. Nicholson signale aussi le role possible du gnosticisme. C'est ce qu'on ne peut faire avec assez de precision (24).. etc. A. Le Dieu unique du Coran devenait logiquement l'Unique Realite des coufis. notre Vie de Mahomet. specialernent du neo-platonisrne. Il est possible que deux au moins de ces svstemes aient ete influences par les idees perses ou hindoues. leurs principes memes placaient les mystiques au-dessus de tout intransigeant formalisme. paraisplaisanterie au Prophete qui. Horten et M. il se rendit en Orient en 598/1201 et mourut a Damas en 638/1240 OU il est enterre (29). Brockelmann. Les esprits individuels retournent a Dieu en se reintegrant a l'Esprit supreme. I. c'est a cette doctrine qu'il recourut souvent pour trouver ses formules. II lui dit : « 0 'Aicha. semble-t-il. les XIIe et XIIIe siecles (VI et VII de l'Hegire). MOUHYIADDIN IBN 'ARABI. et en particulier du neo-platonisme. Revelations Mecquoises. nous l'avons dit. et les beaux poemes reunis sous le titre de Tarjoumiin al achwiiq (1). fut posterieure et secondaire a cote de l'influence de la speculation grecque et syriaque. l'autre egyptien. car nous sommes devenus ceux qui cherchent le desir eternel. ou il expose un systerne complet de metaphysique mystique. soit directement. mais c'est pour le desir du cceur que nous avons abandonne cet autre desir. Comme d'autres coufis. comme le celebre poete per san [alal addin ar Rourni. 135 et 235 sur le noiir mohammadi. mais posterieurement. 303 et suiv. Mouhyiaddin voit un esprit celeste sous a forme d'un jeune homme executant le meme rite. » 24 Cf. Perles de la Sagesse. quand on est tourne entierement vers Dieu. mais nous devons reconnaitre en lui le produit de l'union de la pensee grecque et de la religion orientale. 27 Cf. » 'Aicha se mit a pleurer et se repentit. mais pour etablir une derivation. Les chretiens eurent. 24. Le coufisme res semble au vediinta. vivant la vie de la grace. il est certain que. Ne a Murcie (Andalousie) en 560/1165. elles preexistent dans le Savoir divin et Dieu les exteriorise par son Verbe. « Nous ne pouvons en ce qui concerne les circonstances historiques rap porter l'origine du coufisme a l'Inde ni a la Perse. 1929. rejoint celIe des grands scolastiques medievaux. ne de parents nubiens ou coptes. les ecrits attribues a Denys l'Areopagite et qui durent etre composes au VIe siecle en Syrie par un moine chretien neoplatonicien. a l'origine. lui ordonne d'ecrire sur ces mysteres. specialernent en ce qui concerne le neo-platonisrne. Le moyen age proprement dit. comme l'intellect passif d'Averroes a l'Intellect agent (27). et. Echappant a l'atmosphere etouffante des ulemas exoteriques et des foqaha. et non pas. Quand on aspire avant tout a la verite. comme les Idees eternelles sont cachees sous le voile de la religion revelee.aboutissait normalement a certains resultats et a des formules de plus en plus nettes. les divergences humaines et les oppositions des groupes sociaux qui s'adorent eux-memes dans leurs fanatismes. qui eurent tant d'action dans la formation du coufisme theosophique. lui rend it vi site 90 fois. IX. etaient. qui prend sa source dans le platonisme. qui lui montre le temple esoterique vivant cache sous le vetement du temple de pierre. c'est de la generosite . marquent une nouvelle periode du mysticisme caracterisee par la theorie de l'Unite de l'Existence (wahdat al woujoud). Sans aller jusqu'a dire comme Nicholson que « le coufisme theosophique est surtout un produit de la speculation grecque » (25). odes mystiques dediees a une sorte de Beatrice. si proches l'une de l'autre a leur base (28). Ibn 'Arabi s'elevait a une largeur de vue qui unissait etroiternent l'esprit de synthese et de tolerance a la metaphysique de l'unite et a la mystique de la deiformation. Journal of Royal Asiatic Society. Litt. Arab. Les influences exterieures ont pu aider naturellement cette demarche. l'un arabe de Wasit. celui qui s'enfonce dans la concupiscence ne s'en releve pas. De meme l'experience des saints. Interprete des Desirs. Cette doctrine. Origin and development of Sufism. du christianisme et du gnosticisme. 28 Cf.

un evenement exterieur pris symboliquement. en realite. disait [alal addin Rorrrni. as Sou- 33 Chihab addin Abou Hafc 'Omar ben 'Abdallah as Souhrawardi. metaphysique. aurait repondu le poete : tes Foutouhat sont le meilleur des commentaires a ma qacida. elegant. dit-on. Dans les pres et les vallees des gazelles. le Coran . Dans l'harmonie du luth et de la flute. sont « la famille de Dieu ». se demandait avec angoisse s'il etait digne de tant de respect et quelle etait sa veritable place aupres de Dieu. rationaliste. Charaf addin 'Omar ben al Faridh (Ie Caire. disait Ibn 'Arabi. Amour est mon credo. Cf. Geschichte der Arabischen Litterattur. bienveillant. La charite do it etre universelle. tome I. et tous les assistants firent de meme. universalisme. Selon une anecdote probablement inexacte. en effet. II se rattache en un sens a la meme ecole de mystique. Les controverses sur l'orthodoxie d'Ibn al Faridh faillirent troubler l'ordre public au XVe siecle. puisque l'homme veritable complet. De meme que pour [alal addin Rorrmi ou saint Jean de la Croix. Puis il s'installa au college Sayfiya. Dans le premier cas. » « L'amour est l'essence de toutes les religions ». La chose est inutile. un temple pour les idoles. est capable de toutes les formes: il est le cloitre du moine chretien. 577/1181-632/1235) ne quitta l'Egypte que pour deux sejours a la Mecque. a la fraicheur des aubes et des soirs. Weimar. il etait passionnement epris de la beaute. dit-on. « Dieu a toutes les formes et II n'a pas de forme . chant d'amour profane entendu. rimant en Ta et constituant un traite de mystique). gracieux et charmant . c'est l'Homme Parfait. Un des poemes d'Ibn al Faridh se termine par ce vers pathetique : A toi la bonne nouvelle! Depouille-toi done de ce qui est sur toi. des sa jeunesse. L'on raconte. d'Alep (t 587/1191). ils se forment diverses conceptions inadequates et. le plus embaume de ses souffles. lieutenant du sultan mamelouk . En 1231. p. Mais. un 32 Ce mot peut preter a des malentendus selon qu'on lui fait signifier: rien que l'humain. Depuis l'installation du gouvernement ottoman en Egypte. Mystique.. Dans l'un de ses plus beaux poemes mystiques il s'ecrie : Quand II est absent. Quand le zephyr traine les pans de sa robe et apporte. un mot. ni avec Chihabaddin [abja as Souhrawardi Maqtoul. y passa une quinzaine d'annees et revint au Caire pour recueillir le dernier soupir de son maitre. moderne. Amour est toujours mon credo et ma foi. j'ai a la fois tous ces credos ». 539/1144-632/1234. dans le cimetiere de Qarafa. De taille moyenne et svelte. parce que leurs intelligences etant insuffisantes et ne se ressemblant pas. la Ka'ba du pelerin. il retourna aux lieux saints ou il vit le celebre cheikh 'Omar as Souhrawardi (33). etait pour le poete l'occasion d'un transport extatique. Ibn 'Arabi aurait connu Ibn al Faridh et lui aurait demande de faire un commentaire a sa grande Ta'iya (Ie plus long des poemes d'Ibn al Faridh. Et quand ma bouche collee aux levres de la coupe aspire la salive du Yin dans un lieu pittoresque. Les hommes s'accusent mutuellement d'idolatrie ou d'heresie. Son tombeau. II avait. . que Souhrawardi se trouvant a la Mecque l'objet de la veneration d'une grande foule. Ibn al Faridh mourut a la mosquee-universite d'AI Azhar ou le sultan eyoubite Malik Kamil vint le visiter. il vit un jour un homme mysterieux. de quelque cote que se tournent ses chamelles. mais significative. a se detacher du monde et vecut quelque temps en ermite sur les pentes du Moqattam. La ou tombent les gouttelettes sur un tapis de verdure brillant de fleurs. que prendre part a l'amour et non pas a la haine.. les Tables de la Loi mosaique. 1898. le plus grand des maitres. Moi. fut recouvert d'une coup ole par Barkouk an Nasiri. humanisme (32). au petit jour. bien qu'il soit un poete spontane plutot qu'un metaphysicien systematique et bien que ce soit sans doute son commentateur Nabolosi. II commenca. « Mon cceur. Ibn al Faridh etait en tout cas contemporain du grand penseur. mais sans recevoir l'illumination interieure. comme Antigone. les animaux meme et tous les etres. l'Homme Universel dont nous parlons plus loin. largeur d'esprit sont. beau de visage. et l'on raconte qu'il se derangea quelque temps tous les jours pour aller voir un chameau dont les proportions l'avaient charrne. fervent disciple de Mouhyiaddin Ibn 'Arabi. a Bahnassa de jeunes esclaves musiciennes et il tombait en extase au son de leurs instruments.. eloquent et genereux. Malgre tes imperfections il a ete question de toi. S'etant rendu a la Mecque sur le conseil du saint. mes yeux Le voient dans tout ce qui est beau. IBN AL PARIDH. lorsque ces deux instruments melent leurs accords. il est l'objet d'une grande veneration. c'est le courant naturaliste. Le theocentrisme ne peut. Une fetwa fut alors rendue en faveur du poete. quoiqu'on en pense parfois. un saint d'Allah cache sous la personne d'un vieil epicier que tout le monde prenait pour un ignorant et un idiot. Les hommes ont concu divers credos sur Dieu.sent necessairernent moins essentielles. au pied du Moqattam. Tous les hommes. Ayant rencontre peu apres Ibn al Faridh devant la Ka'ba. une prairie pour les gazelles. les deux hommes s'embrasserent et causerent quelque temps a voix basse. des points de vue harmonieusement et etroiternent lies. de caractere doux. chante-t-il. dans le second c'est l'humanisme qui devient facilement universaliste et mystique. Ne pas le confondre avec son onele Abdelqahir hrawardi (490/1097-562/1162) de Baghdad. Brockelmann. sa tombe est l'une des sept places ou l'on fait la recitation du Coran pendant le Ramadhan. prenant les symboles pour la chose symbolises. couchant dans des grottes et des sanctuaires abandonnes. ils s'imaginent Dieu de diverses facons. ou tout l'humain. Ibn al Faridh lui apparut et prononca ce verso Souhrawardi criant de joie se mit alors a dechirer ses vetements. il y recut enfin l'illumination. Comme il vivait depuis plusieurs annees dans l'austerite et la priere.. 440. qui ait par la suite interprete tous ses vers selon la doctrine de celui qu'il appelle le Cheikh al Akbar.

« Nous avons bu a la memo ire du Bien-Aime un Yin qui nous a enivres avant la creation de la vigne ». 'Omar ben al Faridh se mit a repeter avec ferveur : « II m'a fendu le cceur. II est le sultan des amoureux parmi les hommes et les genies. Le samii' (comme le dechirement des veternents). et presque toujours d'une perfection deconcertante. Saisi a la gorge par le desir d'amour. le Sultan des Arnoureux.. concert spirituel. [e ne peux pas resister au plaisir de citer ici la lettre suivante tres caracteristique en merne temps que tres evocatrice que je viens de recevoir d'un jeune Marocain qui y decrit le dzikr des Derqawa de Fes : « Merci. est-ce que vous n'avez pas a offrir les mets de l'hospitalite ? La nuit vous a conduit un hate etranger. des Ibn 'Arabi.. comme en catalepsie. » Quel que soit le jugement qu'on porte sur le concert spirituel . [e le savais par cceur comme je savais mon Coran. chante la jeune voix pathetique : et les soup irs defaillants et les « Allah! » extatiques raclent le fond des poitrines gonflees d'une ivresse que l'etre ne peut supporter qu'en s'oubliant. il entendit un jour un foulon qui s'emportait contre une piece de drap : « Ce morceau de drap. tome N. flambeaux. des Mohasibi. il a laisse loin derriere lui tous ses rivaux. meme mystiques. . n'est qu'une manifestation exterieure del'ivresse interieure chez les uns. un esthete. ont convenud'exprimerpar des metaphoresleurs decouverteset leurs etats spirituels.dit Lahiji.l'intentionn'en est pas moinsbonne. le reve n'est pas venu. Ibn al Faridh etait commente et chante. tu ne l'as pas permis. disait-il.. se mit a chanter: o habitants de Tharba.. qu'il soit dechire ! » S'appliquant le symbole. plus exactement un desir des graces sensibles pour ellesmemes et de l'ivresse extatique. qui ne doivent pas faire oublier les grandes syntheses et les vies profondement renoncees des Jounayd. S'il ne se nettoie pas. S'il ne se nettoie pas.et des docteurs musulmans. cher ami. 34 « Les mystiques. Certains inities ont exprime differents degres de la contemplation mystique par ces symboles de vetements. Charibna 'ala dzikri 'l'habibi moudamatan Sakirna biha min qabli an ioukhlaqa'l karmou. si ces imagesparfois 35 etonnent. II y a chez lui une sorte d'amour de l'Amour divin qui n'est pas le detachement parfait. Ses images sont subtiles. de jeux de mots parfois un peu recherches.. dit son commentateur Bourini. et sans doute tu ne nous pretes aucune attention. et les danses extatiques. celui qui est dans le meme etat comprend le sens de leurs termes. joues. Puis. etc. Encore serait-il injuste de meconnaitre la valeur du samd' qu'on ne peut rejeter absolument en principe sans condam-ner toute musique religieuse (35). II a ete la nourriture de mon arne pendant ma jeunesse.. Le vetement du temoin signifie la beaute de l'essence absolue. commentateurdu Coulchiin-i-Riiz.de Chabistari (citepar Carra de Vaux. C'est un poete. Illes composait. mais celui qui n'y participe pas. mais souvent profonds et graves. 288). de Halla]. Les penseurs de l'Ielam. le flambeau l'irradiation de lurniere divine dans le cceur de celui qui suit la voie. chez d'autres encore une deviation caricaturale. un tres grand poete. un jeune homme leur chante souvent des poemes d'Ibn al Faridh. ses vers etonnamment musicaux. au sortir d'etats extatiques pendant lesquels il restait longtemps etendu immobile. en sorte que lorsqu'ils expriment leurs etats ou stations. nous avons veille esperant t'atteindre. et a plus forte raison de l'identifier aux excentricites sanguinaires des 'Isawa mangeurs de verre pile. en ont signale les dangers . II use avec virtuosite de toutes les ressources du symbolisme erotique et du symbolisme bachique si developpes dans la poesie arabe (34). Nous nous sommes endormis pour rever de toi. dit-on. Comme le Cantique des cantiques et comme tant de mystiques. 1923 p. boucles de cheveux. Ils ont signifie par la boucle la rnultiplicite des choses qui cachent le visage de l'Aime : ils ont mis le grain de beaute en rapport avec l'Unite: le Yin represente l'amour. A la zawia et dans toute reunion OU deux faqirs se rencontraient.. des Bisthami.il serait absurde d'y reduire le mysticisme oriental. C'est seulement la grande extension des confreries depuis le XVe siecle et la decadence generale qui ont donne tant d'importance aux danses des ikhwan. grains de beaute. m'a coupe le souffle. yin. Mon Seigneur. le desir ardent et l'ivresse spirituelle. un precede de realisation artificiel chez les autres. gemit jusqu'a l'aube. ne semble pas etre parvenu au sommet de l'etat mystique. un Racine qui a passe sa vie a exprimer en symboles inoubliables les themes de la mystique coufie. Mon Seigneur. le sens lui en est interdit. Quand les derviches du Caire ou les Derqawa de Fes cherchent l'extase dans le samii' .S'etant rendu au bord du Nil. qu'il soit dechire ! » II regrettait amerement que son cceur ne flit pas encore completement delivre des impuretes humaines et des attaches aux choses contingentes pour etre dechire par l'annihilation de l'existence dans a contemplation de l'Auteur de toute existence. qui aux yeux du vulgaire ne forment qu'une brillante apparence . de m'avoir donne l'occasion de revivre encore quelques instants avec mon poete prefere. Ibn al Faridh. Revenant une nuit d'une reunion. jette tout ce qu'il a sur lui. le poete. il dechire ses habits. pleure.. Les mystiques ont arrange un langage que ne comprennent pas ceux qui n'ont pas leur experience spirituelle. Roseraiedu Savoir. dans la rue merne. comme il aimait a le faire le soir. perdant tout controle sur lui-merne. etc. Ils chantaient : Mon Seigneur. Dans l'art de celebrer l'amour. comme le remarque Nabolosi. pleins d'assonances raffinees. «II a plonge. ils se mettent a dechirer eux aussi leurs veternents. dans les mers profondes de la poesie et en a rapporte des perles qui ont etonne les plus habiles. Ibn al Faridh. » II est le plus grand poete mystique que la langue arabe puisse opposer au persan [alal addin Rourni. des Chazali. Les gens s'attroupent et gagnes par la contagion. gesticulant et hors de ses sens. il entendit des gardes de police qui chantaient avec beaucoup d'animation. Ibn al Faridh exprime l'amour divin sous des figures profanes.

. l'on forme un cercle et le dzikr s'improvise sur la cadence d'un beau chant.. Les faqirs arrivaient les uns apres les autres. ses antitheses. celui qui donne son arne par amour pour ce qu'il aime n'est pas prodigue. souvent aussi.. Le chanteur lance alors : « S'il s'absente de la prunelle de mon ceil. OU sont les faqirs d'autrefois 7 Les vieillards sont morts ou devenus infirmes. Tout cela dans un ordre parfait et parfaitement rythme... presque en entier. que j'ai manque sinon . rejoint Dieu par ce mediateur en qui il revit a l'Existence veritable. puis. » On se salue de nouveau. On n'est plus lao On n'existe plus. ils commencent a danser... dirige le dzikr. notamment : « Ah ! si cela pouvait durer eternellement pour moi. les tetes se renversent et les yeux hagards se dirigent vers le ciel eblouis par la vision d'une lurniere ineffable . Chacun a tour de role.. ne cherche plus aucun rnerite person- « . On se sent l'arne plus legere. Les faqirs posent des questions et discutent avec le moqaddem ou entre eux. Le souffle devient plus fort et precipite. comme Maqdisi.. le degre de l'irradiation du Bien-Aime . On ecoute maintenant des vers d'lbn al Faridh. il fait sortir le novice du monde des formes pour lui permettre de revetir l'Existence Veritable. « II est en moi ! II est en moi ! Houwa ! Houwa ! » C'est le jana' complet. Le souffle divin qui s'exhale des vers d'Ibn al Faridh ne souleve plus les poitrines. » . mais je n'entends plus parler d'elle. que dis-je. Houwa . Houwa.. interieur et exterieur. Silence complet. Le chanteur prend la precaution de ne pas moduler des le debut les vers d'lbn al Faridh. chante un mouwal. dans lequel il se reflete. nel. etc .. [e n'aurai pas paye ton amour si je suis celui qui ne meurt pas de tristesse. « On est debout. ses combinaisons raffinees de son et ses jeux de mots subtils. Les jeunes se sont modernises et preferent prendre l'aperitif aux terrasses des cafes ou faire les cent pas au Mellah et a la Ville Nouvelle. le harasse reprend courage. meme ceux qui ne chantent pas ou qui passent par hasard dans la ruelle OU se trouve la modeste zawia. « Quand le nombre des faqirs est assez important. les yeux se ferment chez les uns. D'autres poetes.. accompagnant le chant en repetant La ilaha ilia Allah.. le moqaddem prend la Risala d'AI Qochayri (Ie « livre mere» ainsi qu'on l'appelle) ou un autre ouvrage du meme genre et lit d'une voix tres douce quelques passages en les commentant. Chose difficile. Le rythme s'accentue : on se leve d'un seul coup et La ilaha ilia Allah est reduit a Llah tout court. . Pour lui j'ai perdu toute retenue. il lance lui-merne un vers sublime d'lbn al Faridh.. Les moussamioun ne chantent plus ensemble. puissant et impuissant.. L'ete dernier. dit-il.. Le mystique. otaient leur capuchon. La sueur coule le long des visages. II est en moi ! II est en moi ! Houwa ! Houwa ! » Un sourire embellit tous les visages. « Tout cela. Le moqaddem ou un autre faqir venerable. grace a ton aide.. suivant la merne me sure que le chanteur. chez les autres au contraire s'ecarquillent. Si tu l'acceptes. La faible creature s'aneantit devant Lui. Houwa . impossible a expliquer . L'Orient. en effet. Chtouri. le Sultan des Amoureux. Nabolosi ecrivit tout un livre sur ce « que tu le saches ou non ». II se connait lui-merne par l'Homme Parfait. illeur arrive de bondir alors precipitarnment en poussant un cri de joie et de se rneler a la danse. Le faon symbolise ici. serraient les mains de leurs freres d'une certaine rnaniere et se mettaient a genoux. assis hors du cercle et qui ne dan sent pas pour une raison quelconque. je suis. J'y allais tous les vendredis vers quatre heures du soir. accompagnent de mouvements moderes la cadence du dzikr . Un hibou 10geait sur le tombeau d'un des descendants de Moulay al 'Arbi. l'un des plus celebres poemes d'lbn al Faridh : Mon cceur me dit que tu es ma perte . Houwa. en traversant un jour le quartier d'El Blida. helas ! n'est plus que souvenirs pour moi. Les assistants font un mouvement de va et vient d'avant en arriere. Des Houwa revivifient les cceurs. est a la fois connu et inconnu. envahi par le souffle mystique que fait courir un vers d'lbn al Faridh et pris par le Mil. l'Adam cosmique (Ie Verbe splendeur du Pere). Ou s'achemine-t-on 7. Dieu.Prends le reste du souffle que tu m'as laisse . On s'asseoit enfin. Les joues se colorent. mon arne soit ta rancon ! que tu le saches ou non. avancant lentement et sans bruit. de peur d'exciter trop brusquement l'extase des faqirs. helas ! perd son essence en meme temps que son charme. les turbans se denouent. La khamriya d'lbn al Faridh a enivre les ames. ne fait plus rien que par Dieu. S'il constate un relachement chez les uns. Non seulement je ne vais plus a la zawia. d'lbn al Faridh bien entendu (qui peut se lasser d'lbn al Faridh ?). l'amour n'est pas parfait s'illaisse quelque chose de la vie. «Des Houwa. Ibn al Fandh pour suit ses images.. Les jambes chancellent. malheureusement presque intraduisibles. arrive au but. Houwa (Lui! Lui !) dechirants partent de tous les cotes. On est heureux. C'est alors que le chanteur passe insensiblement a des poemes du Sultan al 'Achiqin d'un mysticisme de plus en plus profond. Les faqirs.. II est en moi. L'arne nourrie par cette lecture et ces discussions. commente Nabolosi. pour lui j'ai renonce a la piete. et au saint pelerinage. se mettre a danser. tout a fait isolee et tranquille. Des toiles d'araignees partout. aneanti a son existence propre. Et qui tiendra comme moi sa parole? [e n'ai que mon arne . mais avec beaucoup d'ordre et de calme. Ce « II est en moi ! » fait frernir tout le monde. on est en sueur. Voici.. je fus amene a y entrer. et le mystique. est passif entre les mains de Dieu..[e revois encore la zawia que je frequentais dans une petite ruelle d'EI Blida. Baghdadi et Al Harraq sont psalmodies sur un rythme tres lent. posaient leurs babouches dans un coin. Ah ! qui fera perir mon arne de l'amour d'un jeune faon . au milieu d'un cercle. II n'est pas rare de voir un moussammi' (chanteur). penetres par le sens d'un vers. Le distrait revient a lui. Les bouches s'ouvrent. Lui! Lui I On n'entend plus maintenant que le souffle de la poi trine qui diminue de plus en plus. Encore quelques beaux vers. habitant du desert. « L'excitation s'accroit. Les faqirs s'excitent. mais ceux seulement d'un mysticisme peu accentue.

si tu as promis pour ne pas tenir.. Si je dis: « J'ai pour toi tous les amours possibles ».. aux contingences. Toutes les lunes (36) et chaque taille svelte. ch. et la Verite (qu'elle soit exaltee !) comme so us-tend ant toutes choses. a ses dedains OU l'on trouve une suavite. Qui se connait soimeme connait son Seigneur . moi. o toi qui me frustres de la douceur du sommeil et me donnes l'aspect d'un mala de en m'inspirant la passion qui me consume. LIX. quand il s'irradie. . Le retard de ta part.S'il n'y a pas d'union possible avec toi. dit Nabolosi. pleurez.. L'eloignement. Tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais deja trouve .. L'essentiel n'est pas les graces sensibles. au rouh al a' dham. Dans le poeme tih daliilan. car la beaute t'a donne ce pouvoir. 36 Les beautes. il est en moi. si l'accomplissement fait defaut. a travers les angoisses de la nuit obscure comme parmi les delices de la quietude. parfaitement renonce. Mais qu'importe s'il semble s'eloigner ? (37) Celui que j'aime est avec moi . Dieu est en moi et je suis en lui «< n'importe OU vous etes.. Que je sois ta rancon ! . a laquelle on aspire et dont on experimente les premices tour a tour avec les derelictions.. s'il s'en va. Comment l'orgueil te detournerait-il de moi.. savourant la volupte d'etre son esclave. car le monde s'evanouirait si Dieu se retirait de lui: La pleine lune a rernplace pour mon ceil reveille l'image de ta face. c'est voir autre chose que Dieu. » . Saint Thomas. et dans ta cruaute je sens une tendresse. 0 mes yeux. Avec le tfh. attribuer une existence reelle absolue. Angoisse de savoir si l'union est possible. III. prornets-la du moins a mon espoir.. Comment visiterait-il ce qu'il ne connait pas? . plus douce pourtant que l'indifference dont elle n'a que l'exterieur. Un des themes favoris de la poesie amoureuse arabe est celui du tfh. et conduis-toi en tyran. Problema particulierernent grave dans un milieu OU des theologians rigoristes. Ce mot. et la resistance de l'objet aime qui accroit le desir. que « coquetterie » rend tres imparfaitement.. II voit la « verite» des choses. cite ici par Nabolosi). Gentes.. Dans cet etat. m'est plus doux que l'exaucement de la part d'un aime complaisant.. dechirez-vous d'amour . croire que quelque chose existe sans que Dieu soit l'etre de son etre. 37 38 Mot a mot: l'eloignernent n'a pas de faute. en toute forme etrangere ton apparition a rafraichi mes yeux : je n 'ai vu que toi seul.. Si un autre se contente du fantome de son image.. dit-Il.. . il est avec vous ». Aie pitie de mon dernier souffle et de ce que tu as laisse subsister de mon corps affaibli et de mon cceur blesse a mort. la verite de son existence. l'on chantera.. Ibn al Faridh chante cette emprise et cet abandon. il ne cherche que Dieu. et differe-la. la patience se perd et la rencontre est retardee . C'est-a-dire : malgre tout et toujours. Mon amour est intangible et pour mon malheur je ne puis guerir qu'en perissant. et dit au Bien-Aime : Montre la coquetterie la plus orgueilleuse. la beaute te fait regner sur moi. mais l'adhesion profonde de la volonte. Et s'il veut ma joue pour marcher dessus. au sens profane si gracieux et au sens mystique si ernouvant. et. Le royaume de Dieu est au-de dans de nous . Adv.. se precipitent a sa rencontre.. il voit les choses comme des manifestations de la Verite. ah ! fais-la venir. De toi la maladie ne m'a jamais separe. tu en as bien le droit. par souci de la transcendance. Douce ou torturante conscience de la presence ou de l'absence divine. le mystique voit tout en Dieu (38) et Dieu en tout. s'il s'absente de la prunelle de mon ceil. S'il me dit par coquetterie : « Tiens-toi sur des braises ardentes ». S'il me vi site un jour. C. la souveraine liberte qui donne et retient les graces gratuites.. La passion persiste et l'union se fait attendre . les duretes qui rendent plus exaltantes les moindres faveurs. Pur amour: [e cours vers les souffles du zephir pour me distraire. mais mon regard n'aspire qu'au visage de celui auquel ils ont pris leur parfum. Mais le mystique authentique n'a pas plus de convoitise spirituelle qu'il n'a de concupiscence. dans la ferveur comme dans la secheresse. Demande aux etoiles de la nuit si le sommeil a visite mes paupieres. A toi le commandement : decrete ce que tu veux decreter .. sa volonte adhere uniquement a la volonte divine. je la poserai contre terre sans degout. Peut-etre le feu qui me consume s'apaisera-t-il : mon desir a moi est qu'il ne s'apaise jamais . s'applique a la froideur du bien-aime tyran. les delices de la ferveur. de sa possession merne. Par son amour qui s'est imprime en moi et que je venere comme le Livre sacre. que la grace m'appartient et que to utes les beautes sont en moi. Si ma perte do it m'unir a toi. ont creuse un abime qui semble infranchissable entre le Seigneur et ses esclaves. symbolisant les ames parfaites qui refletent le soleil de l'Existence veritable. « c'est. Videntes Deum omnia simul vident in ipso. . a sa cruaute.. dit le Coran. Le temps se pourrait passer a decrire ses beautes : il resterait toujours quelque chose a decrire . . je ne me contente pas. je lui obeirai sans hesiter.C'est la reunion de l'esprit individuel a l'esprit supreme. hors de Dieu. 0 mes entrailles. 0 dedaigneux charmeur ! Tu es present en moi dans ton absence merne.

expansion et contraction. son esprit. » Les traites de coufisme (40) repartissent les hommes en diverses categories. Le Gulshan i Raz de Chabistari repond en vers magnifiques a quelques questions sur la doctrine. pour les methodes de dzikr. la voie. Beaucoup admettent l'idee d'un aspect esoterique de la revelation transmis par 'Ali. prenait la khirqa. et Etudes sur I' esoterisme musulman. dont les principales sont les suivantes : 1 ° les ordinaires (brutes. malheureusement. . qui suivent une fausse route. 3° les excellents. . etc . les traites de la derniere partie du Moyen-Age. lui enseignait la ihariqa. la est la Face d'Allah. le moi. presence et absence. des influences hindoues modernes dues surtout aux rencontres de pelerins a la Mecque. le Per san Farid eddin 'Attar ecrivit son celebre recueil hagiographique. amour reciproque de Dieu et des saints). ou les mystiques en tant que cheikhs mourchids. les themes. d'al Makki. ecrivit un curieux traite de coufisrne. Nabolosi commente au XIejXVlle le Diwan d'Ibn al Faridh. etc. venant et partant « comme Dieu veut ». sirr. intuition qu'il n'y a d'autre etre reel que Dieu et union a cette Realite supreme). (d'ou la mahabba. en meme temps qu'ils racontent la vie des saints. arrives a la gnose et au tawhfd (attestation de l'Unite divine. ferveur). dans le Livre sacre. Blochet a analyse ce que disent de cette hierarchie spirituelle et des details de la Regle coufie. directeur spirituel. les justes. Ibn 'Arabi. moi). selon les degres de comprehension divers des esprits. aspirant.. nombre de versets auxquels ils donnent un sens mystique superpose au sens litteral. qui prete l'oreille et qui devient temoin. E. L'itineraire vers Dieu est marque par divers « etats » (ahwal) donnes. purifies. les saints. rouh et la fine pointe de son esprit. V. pour les mystiques. etc. au paradis cree. et « stations» (maqamat) acquises et durables : perdre et trouver. le Langage des oiseaux. il elevait son cceur. le froc de waf Le cheikh mourchid.. fondateur de la fameuse secte saharienne. les Souffles de l'Intimite. Ou bien (division de [ami) : les insouciants. Mais un commentaire peut etre aussi bien un chef d'ceuvre d'insipidite qu'un chef-d'ceuvre de finesse et d'humanisme. aspirations et expirations. les troisiernes. a la contemplation amoureuse des realites divines. Les 44. Dieu seul peut purifier les cceurs. de repetition surtout des noms d'Allah. des prejuges. Louvain. les gens de la nafs (arne charnelle. XXVIII. quietude (ridha') . dont la premiere etape est l'oubli du moi et la derniere l'absorption de la pensee dans son objet. 88.. «voiles ». le concert spirituel et les danses extatiques. « distraits ») . Tous en tout cas pratiquent sur une grande echelle. certains precedes de concentration. II. novice. c'est Dieu qui les donne tout entiers. « Les « etats ». L. Ces traites. » « [e suis depuis vingt ans. . de l'egolsme et des apparences. ou l'on trouve. unification.. Passant par la via purgativa de la guerre contre l'ame charnelle. les gens du 'aql (intellect. les tendances diverses du tacaunoouf. mais aussi. exposant allegoriquement les etapes de la voie mystique.Et dans cela il y a certes un memorial pour celui qui a un cceur. Nombre de termes du vocabulaire coufi ont d'ailleurs une origine coranique. Ceux de la plus haute rneritent seuls en droit le titre de coufis .sobriete. 50. compagnons du droit chemin. qalb. les saliks. les mystiques. et un certain nombre d'autres versets ou se discerne le germe de leur mystique. liberes du peche. mondains. et son poerne. de concentration. Tout sur terre s'aneantit. la nafs. On peut citer encore en Perse les traites de Chams ed din Ibrahim d'Eber-kouh. Les methodes de meditation. le lexique. je perds mon cceur (qalb) et quand je trouve mon cceur. CLV.. Journal Asiatique. il y a d'autre part les majdoube qui restent perdus dans l'ocean de l'union. ne se contentent que du Createur. 40 . en effet. et les parfaits. abandon (tawakkoul). 2° les bons. l'organisation elle-meme du coufisme et sa vulgarisation devaient. (Averroes est appele dans la Divine Comedie le Grand Commentateur d'Aristote). Au milieu du XIXe siecle le cheikh Senousi. etc. aspirant a la realite absolue. 39 [e ne parle pas ici des grandes ceuvres plus generales de Chazali. dira un autre coufi. le Memorial des saints. Soit. de Harawi et Houjwiri (en persan). Les ceuvres originales se rarefient ensuite au profit des commentaires. etc. Les coufis cherchent a se rattacher aux compagnons du Prophete par des isnads (chaine de temoignages) dont l'authenticite est naturellement fort suspecte. raison) et les gens du roun (esprit). Zakarya al Ancari commente au XejXVIe siecle la Risdla de Qochayri. Quand je trouve mon Dieu. extrait du Museon. le Per san [ami (IXejXVe siecle) ecrivit un traite de coufisme et recueil hagiographique. toute sa science et tout son art. Le mourid. mais la Face Glorieuse de ton Seigneur subsiste toujours.). scrupule (wara). de dzikr. 1902. Ils trouvent. Cf. Outre ses poernes allego-riques. comme nous le verrons. je perds mon Dieu. Les hommes spirituels des deux dernieres classes se divisent en plusieurs categories. recueillent leurs sentences et leurs poemes. pecheurs. gestes. qui ont pu venir des Indes. entre le faqd (perte) et le wajd (trouver. 1910. mais l'homme do it collaborer a l'infusion de la grace. il Y a parmi eux des prophetes et des saints.. Nabolosi a mis dans le sien tout son cceur. M. patience (9abr). l'interpretation allegorique du Coran. risquer pratiquement de restaurer un autre genre de pharisaisme. parvenus au terme de la voie.Illes aime et ils L'aiment.000 vers du Mathnawf de [alal addin Rourni (VllejXIIIe siecle) forment une veritable et geniale encyclopedic mystique. les pieux. dit [ami. montrent l'organisation. generalement passagers et hors du controle humain. Les plus anciens traites de coufisme (39) que nous connaissions sont du Ve siecle de l'Hegire (XIe J. 26 (d'ou la theorie dufana' et du baqa'). Si le principe du coufisme etait l'interiorisation du culte et la negation de tout pharisaisrne. . ascetisme (zohd). 36.LES TRAITES DE C::0UFISME. al Kachifi commente des extraits du Mathnawf. 109.-c. Nafahat al ouns. Les premiers ne goutent que les biens de ce rnonde» les seconds aspirent a ceux de l'autre. mais restes en ce monde pour diriger les hommes en tant qu'envoyes de Dieu charges d'une revelation.De quelque cote que tu te tournes. Souhrawardi de Baghdad ecrit en arabe a la meme epoque son' aiodnf al ma' iiri]. sont des moyens de valeurs diverses en eux-memes et aussi selon les individus qui les pratiquent. disait Abou'l Housayn an Nouri. directeurs spirituels parfaits. disait Hallaj. fana' et baqd'. de Sarra] et Qochayri (en arabe) Vers la fin du VIe-Xlle siecle. Ainsi : Toute chose perit sauf la Face d'Allah.

aspire a la vie mystique et a la « realisation» de la doctrine metaphysique. qui jouissent de la paix interieure. les faqirs. les awtiid. il s'applique au contraire dans un sens favorable a tous les coufis qui s'attachent au cote interieur. a quiconque veut s'engager dans la Voie (tharfqa). sur les vetements. zdhid. l'ascete est actif. esoterique de la religion. a certains d'entre eux le nom de bdihinis. l'extension des zawias et l'hospitalite partout assuree favorisaient le detachement. Leurs contrefacons sont de faux devots hypocrites et d'abominables Tartuffes. II y a aussi les faux kalenders. les pauvres. La distinction entre l'ascese et la mystique est nettement indiquee : l'ascete marche. Les graves personnages drapes de blanc soyeux qui traversent les colonnades d'AI Azhar ou de Qaraouyine. s'abstiennent de Yin et de pore. mais aussi pour le souci noble de donner un bon exemple.Jesus a sa seconde venue. de ruisseaux. freres conyers qui servent les religieux pour gagner des rnerites et accomplis sent les ceuvres d'obligation mais non les surerogatoires. le second recoit les graces infuses et est mort en l'unite de l'Etre eternel. ressemblent les kalenders.comme Mohammad est le Sceau des Prophetes . contents de renoncer aux luttes de la vie mais sans se lancer dans les luttes spirituelles et les grandes angoisses de la Voie mystique. mais l'essentiel est l'ascension vers Dieu. sans pour cela negliger le cote exterieur et exoterique qui est au premier ce que le corps est a . sur les visites aux mosquees et sanctuaires. cherche. Ces voyages sont aussi l'objet de prescriptions detaillees. fut-ce en Chine. s'acquittent des obligations. II y a de merne. » Sur le jeune. mais sont encore tentes par les richesses. Les res semblances et les contrefacons de chaque classe permettent de decrire d'autres varietes psychologiques. l'elite des saints dans le monde est repartie selon une hierarchie cachee qui soutient mystiquement le monde : les abdiil. faqir (les coufis sont tous des faqirs.La seconde classe (bons. Le 'Awiirij al ma' iirij de Souhrawardi distingue les spirituels en quatre classes qui sont (de bas en haut) : les siiliks proprement dits qui restent a la station (maqiim) des exercices spirituels et des mortifications. sur les concerts spirituels ou seances extatiques. il y eut malheureusement aussi des vagabonds dont la robe de bure ou la moraqqa'a de loques bigarrees cousues bout a bout n'etait pas toujours le signe d'une vie edifiante. II reste en etroit contact avec le cheikh qu'il a choisi et dont il suit les cours. a cote des ascetes et des faqirs. le coufi vole. La priere. khiidim. des gens qui desireraient vivre dans la pauvrete. devots de petite observance. reagit contre cette tendance. les abriir. et des jugements d'une psychologie parfois tres sage. spirituel. les ascetes. prient cinq fois par jour. Le mot a ete applique a une secte heretique. les maldmatis. le coufi est passif. sur le sommeil. les majdoube qui sont au maqarn de la quietude. siiliks) comprend (de haut en bas) : les aspirants coufis. IIs se complaisent volontiers dans le sentiment d'etre des justes qui s'acquittent avec exactitude de leurs devoirs envers leur Seigneur. donnent la dime de ce qu'ils possedent. lutte contre soi . les servants. «L'ablution. la seconde les malamatis. enfin le Pole (Qouthb). aux vertus ignorees . Mais d'une facon generale. et ils ne s'angoissent pas a l'idee qu'il y aura des damnes. les servants. enfin les madjoube parvenus a l'union complete et contemplant to utes les lumieres de la certitude sans aucun voile. II y a. les traites de coufisme donnent des conseils severes. est la separation d'avec le monde. moutacaunoif. IIs ne detestent pas que le monde le sache. tandis que les infideles grilleront dans la flamme infernale ou pourriront eternellement dans des fleuves de pus. non seulement pour les avantages plus ou moins precis qu'ils en retirent. Le coufi regulier doit vivre generalement en communaute car il n'est pas bon que l'homme so it seul : son compagnon alors risquerait souvent d'etre Iblis (Ie diable). Le souffle vivifiant du coufisrne. comme les moines gyrovagues d'Occident inspirent certains Colloques d'Erasme et les satires du XVIe siecle. avec toujours le souci de la spiritualite interieure. IIs savent que leur vertu sera recornpensee en ce monde et en l'autre. sur le silence. Le pharisaisme est parfois le revers de la piete musulmane officielle. dit Ibn 'Arabi dans les Fouiouhiit. des gens qui aspirent a se detacher du monde sans parvenir a oublier leur entourage et leur moi. les siiliks parvenus au ravissement apres les combats et ayant trouve « le miel apres la coloquinte ». mais tous les faqirs ne sont pas necessairernent des coufis). comme Halla] et Bisthami regrettant que l'intercession du Prophete au Jugement dernier ne s'etende point a tous les hommes. Les traites de coufisme decrivent aussi la vie que les adeptes doivent mener dans les couvents et les details minutieux de la regIe theorique dont les exigences positives ou negatives s'imposent. fait sortir l'homme de son etre phenomenal. d'autres restent toujours au meme en droit. n'aspirent pas plus loin. sera . Mais il peut changer de maitre et de residence afin de connaitre plusieurs methodes et de chercher partout la science. dit [ami. docteurs de la loi et scribes. essentiellement interieur et esoterique. quelque exemple de pharisaisme ou meme d'hypocrisie qu'aient pu donner de soi-disant coufis. les ascetes. debauches cyniques et pittoresques bohernes. dialogue avec l'Etre unique. tels qu'on en voit dans les Mille et Une Nuits. la troisieme les moutacawwifs et la quatrieme les coufis proprement dits. parce qu'ils ne tiennent pas compte des prescriptions de la loi. ecarte les voiles de l'illusion. la priere est l'union avec Dieu. dit Chibli. les grands bourgeois de l'Islam. devots de grande observance. Mais cela ne veut pas dire qu'on puisse negliger l'exterieur et 41 Il donne l'ame. IIs apprecient ici-bas une bonne reputation. les ulema et les foqaha. Certains voyagent ainsi de zawia en zawia une grande partie de leur vie. de houris et d'ephebes. Le culte interieur est tout. Une equivalence peut etre etablie entre ces quatre classes de Souhrawardi et la division donnee par [ami et par Ibn Khaldoun : la premiere categoric comprendrait les adorateurs. les « delegues ». D'indicibles joies les attendent aux jardins toujours verts. le premier aspire. outre naturellement les obligations canoniques ordinaires. la facilite de la vie. de faux coufis qui abusent de la credulite du peuple et sont un sujet de scandale (41). Les rites materiels qui l' accompagnent sont necessaires pour faire participer le corps a l' adoration et y disposer I'arne. adoration pure de la pure Realite. sur les repas en commun. enfin les simples adorateurs qui obeissent a Dieu en vue d'une recompense. Ces bohemes pittoresques ou ces libertins cyniques apparaissent plein de vie dans les contes et les miniatures orientales. Le supreme Sceau des saints. dont la douceur du climat. Aux malamatis. D'un autre point de vue. qui est le « grand secours» ((Ghawts) et le Sceau (Khiitam). A cote des coufis serieux en quete de perfection. pleins de fruits. contemplant une partie du monde superieur.

trad. Elle se fait dans une cellule speciale. La meme chose m'advint a la porte de trois autres mosquees ou je cherchais abri. et Houjwiri remarque avec psychologie : « l'homme ostentatoire agit en vue de gagner la popularite. Tous deux ont leurs pensees fixees sur les hommes et ne s'elevent pas au-dessus. a l'avantage de deraciner l'un des plus grands obstacles au progres spirituel et a la marche vers Dieu. Adam. il faut commencer par la remplir et non par la detruire. 68. 28). . de peur qu'ils ne s'attachent a leur pro pre beaute et tombent dans l'arnour-propre et la satisfaction de soi. un recit du merne genre dans les Fioretti. Mais certaines ames enthousiastes. qui ne les voit pas tels qu'ils sont reellernent . car il dit : « 0 mon Seigneur... » (Coran. Pour mieux cacher leur vertu. » Dans le cours de sa vie. qui est. « Les gens de la Verite. qui rejoint le tartuffe. n'etaient rien moins que solennels et compasses. generalement de quarante jours comme Jesus au desert et MOIse avant de monter au Sinal. de tous les obstacles et de tous les voiles le plus difficile a enlever . I'etais vetu d'habits communs. d'autre part. pour obtenir la delivrance. et eux-memes ne regardent pas leurs ceuvres de mortification. et j'etais accable par le froid de l'hiver.. De desespoir. surtout les plus eminents. Le blame des hommes est la nourriture des amis de Dieu. dit-il . ont goute une joie a fuir la consideration des hommes. 1911. avili. II y avait la un bouffon qui passait son temps a me tirer la barbe. Les uns disaient : « C'est un sorcier ». 43 Ibid. C'est la grace de Dieu qu'il accorde a qui lui plait. la « voie du blame» est une methode d'ascese et de mortification.. 59. VII. quoique bonnes. per sonne bne les connait a l'exception de mes amis (42). p. Tout ce qu'ils font. mais ma joie atteint son plus haut point le jour ou ce bouffon s'approcha et pissa sur moi. meme les plus austeres. ['etais parfaitement satisfait. terre d'election de toutes les originalites et de toutes les ferveurs. OU: « c'est un fou ». parlant des vrais croyants : « IIs ne craignent le blame de personne. miserable. illes garde de se voir euxmemes. malgre ses exces possibles. II. mais il ne se complut pas en soi. ou l'on puisse observer le silence complet de la langue et du cceur. Dieu dit : « Mes amis sont sous mon manteau: sauf moi. ou personne ne me connaissait. Alors les gens userent leurs langues a le blamer. IIs ne se complaisent done point en eux-memes et sont a l'abri de la presomption. si nombreuses soient-elles. » Pour certains. p. Nicholson. j'arrivai a un village par une forte pluie qui avait trempe mon froc rapiece sur mon corps. eprises de sincerite pure. pour spiritualiser la loi. La methode du «blame» (maliimat). Comment prendraient-ils au serieux les appreciations de ce monde et son echelle des valeurs ? Quel soulagement apporte leur aisance dans l'atrnosphere etouffante que font peser les devots respectables et les pedants scolastiques ! Certains exageraient sans doute. il est indifferent a leur blame comme a leur faveur. et qui s'elit soi-merne n'est pas au nombre des elus de Dieu. Leurs actions. Alors je me sentis entierement satisfait (43). L'antinomien meme sincere n'est pas plus le vrai coufi que le pharisien convaincu n'est le veritable devot : moins encore le faqir devergonde. dit Houjwiri dans son chapitre sur la voie du « blame» (maliimat). mais il preserve leurs cceurs d'etre preoccupes par l'opinion du monde. aussi peu confortable que possible. le coufi do it accomplir. 22) . j'entrai dans une maison de bains et j'etendis ma robe le long du poele. Ainsi fait-il en sa jalousie: il garde ses amants d'attacher leurs yeux a ce qui est autre que lui. Dieu a dit. Par un raffinement d'orgueil. quand on y est bien prepare. Cette retraite a une grande importance et est consideree comme un des moyens les plus efficaces. qui devra eviter le scandale. » A plus forte raison. a l'exemple du Prophete. les autres : « c'est un devin et un poete ». mais Dieu n'etant pas satisfait de lui. preconisee par Hamdoun Qaccar.) Telle est la coutume de Dieu : ceux qui parlent de lui sont blames par le monde. leur plus grande joie est d'etre meprise. pour eviter la consideration des hommes. tandis que le malamati agit en vue d'etre rejete par les gens. disent tous les maitres de la mystique. V. fut desapprouve par les anges. car il est une preuve qu'ils sont pres de lui. certains emploient ce moyen detourne d'attirer l'at-tention sur eux. pour ceux qui marchent dans la Voie vers Dieu. II embrasse tout et connait tout. mais on ne me laissa pas entrer. violer deliberement la loi pour se faire blamer est chose condamnable. nous sommes coupables » (Coran. et « leur facon de se rendre ainsi impopulaire n'est qu'un simple pretexte pour acquerir la popularite ». sont souvent l'objet du blame du vulgaire. Ainsi Iblis (Ie diable) fut appreuve par les hommes et accepte par les anges. L'Apotre (Mohammad)... le blame des anges et son repentir produisirent des fruits de rnisericorde . ils s'en rejouissent comme les autres hommes se rejouissent de la popularite. comme le froid resserrait sa griffe sur mon cceur. Qui est approuve par Dieu est desapprouve par le vulgaire. La seconde fois. ch. faire une priere et un acte de contrition generale. ma chevelure etait longue et mon aspect tel que tout le monde riait et se moquait de moi. et ils se reprirnandent eux-memes de faire imparfaitement le bien. n'aura que la res source de commettre des actes qui ne soient ni des peches ni des indecences. 62 et suiv.donner du scandale. et qui marche a la tete des amants. ne sont pas approuvees par le vulgaire.. les autres les en blarnent. les maiarnatis priaient les portes closes et [eunaient en secret. . qui dirent : « Vas-tu placer sur la terre quelqu'un qui y fera le mal? » (Coran. qui est leur modele et leur chef. [e vins a la mosquee.Cf. a s'attirer leur mepris. et il se complut en soi . comme procedant de leur pro pre fond et de leurs propres forces. . etc . Mais parfois illui suffira de faire le bien pour qu'on le blame. Dieu etant satisfait de lui. la plupart des mystiques. car il est un signe de l'approbation divine. fut honore et bien considere de tous jusqu'au jour OUlui fut revelee l'evidence de la Verite et ou l'inspiration vint sur lui. VI. a me l'arracher et a me faire subir toutes sortes d'affronts a sa maniere. deux fois. On demandait un jour a Ibrahim ben Adham s'il avait jamais connu la satisfaction de son desir : « Oui. Le malamati. j'etais dans un navire. revetir des habits parfaitement propres. On commence par faire une grande ablution. Selon un hadits que l'Apotre aurait recu de Gabriel. La premiere.. ou : « c'est un menteur ». hurnilie. Ainsi peut etre ecarte l'amourpropre. On ne mange en principe que du pain et du sel en s'efforcant d'en diminuer progressivement la quantite de facon a ne plus absorber qu'une demi-livre par jour dans la derniere 42 Houjwiri. une ou plusieurs retraites (khalwa). Kachf al mahioub. On ne sort de la cellule que pour se rendre a la priere en commun. Le vrai derviche ne s'occupe plus de l'opinion des hommes. leur approbation ne lui rapporta qu'une malediction. En Orient. il est le delice des saints de Dieu. La fumee m'enveloppa et noircit mes vetements et mon visage.

. le modernisme musulman risque d'arracher le bon grain en meme temps quen l'ivraie et d'attaquer avec le coufisme la fleur merne. a s'occuper des choses de ce monde. doit avoir sa part deterrninee d'exercices materiels et d'exercices spirituels. les coufis qui professaient l'adoration de l'Unique Realite. De meme que l'Un neoplatonicien finit par etre pratiquement detrone par les darmons. ne sera plus sauvegarde que sous un boisseau de plus en plus clos. reforrnisme rnodere des disciples du cheikh egyptien Mohammed 'Abdou. et seulement celle-la. peut-etre. concert spirituel. et plus repetees que toujours vraiment vecues. LE MARABOUTISME. D'une facon generale d'ailleurs. le trente-deuxieme et le quarantieme jour. Souhrawardi cite des gens qui. d'ailleurs. est l'elu.) jusqu'a ce qu'il sente qu'il n'y a d'autre etre veritable que l'Etre absolu. mais participant a certains exercices publics et a la baraka de l'ensemble. Tout le temps est alors occupe par la meditation et la priere. le cadre de la RegIe doit etre assez elastique pour s'adapter aux etats et aux facultes diverses de chacun. comme a Dieu meme. risquerent souvent de faire d'individus humains l'objet de leur culte effectif. un nombre de plus en plus grand de « freres ». le c. le flambeau de l'humanisme et de la mystique. est synonyme de saint. Tout individu. Si l'esprit (roiih) et la raison (' aql) ne predominent pas en lui sur l'ame charnelle (najs) et l'imagination (wahm). La notion de baraka. L' on doit obeir au cheikh mourchid sans discuter. par la hauteur de leurs vues et leur largeur d'esprit. dit Souhrawardi. Enfin la per sonne ou la tombe des saints est l'objet de tant de superstitions rappelant le paganisme qu'on a pu dire que le maraboutisme etait. son arne. en plusieurs regions.alih. Le coufi recite la chahada (11n'y a de divinite qu'Allah . lorsqu'il y est bien dispose. surtout depuis le XVIe siecle. que fut la tradition metaphysique et mystique. L'on considerera comme saints des individus excentriques ou faibles d'esprit et l'on appreciera leur saintete a proportion de leurs extravagances. a jouer un role politique. note M. outre les coufis proprement dits voues a la vie religieuse dans les zawias. Le Saint. anges et eons formant l'echelle entre le ciel et la terre. le monde musulman. Mais il sert aussi trop communement a designer un vulgaire mendiant qui veut passer pour un saint. Les confreries se rnultiplierent et admirent. l'ami de Dieu. superstitions et abus. instruments passifs de la force surnaturelle qui les possede. ne mangerent que quatre fois : le septieme. plutot que l'Islam. la religion de fait d'une partie des masses musulmanes. qu'il ne faut pas confondre avec les routines. LES CONFRERIES. XXI. Dans la si delicate et difficile adaptation a la vie contemporaine. L'idee de pauvrete est si intimement liee a celIe de saintete que le mot [aoir. quoi qu'on en pense parfois. lesquels sont. avec la complicite des chefs spirituels. Mais une passivite absolue peut avoir ses dangers si le superieur est indigne ou au-dessous de sa tache. des Gobineau Verein de l'extase ». risque de prendre a l'Europe ses defauts. . Si d'une part la jeunesse evoluee se desinteresse des traditions. ils seront consideres comme irresponsables et au-dessus de toute critique. Massignon appelle des fumeries d'opium surnaturel. 11en est de meme pour l'assistance au samii'. les membres des confreries devinrent parfois les champions du fanatisme. Cette extreme vulgarisation amena progressivement les confreries. OU l'on echangeait de subtiles sentences finement ciselees dans un style technique. a proprement parler. « * * * 44 Introduction a son edition et traduction anglaise du Divani Shamsi Tabriz de [alal addin Roumi. en maraboutisme effrene. Contre ces abus pro teste aujourd'hui energiquement le mouvement reformiste : puritanisme radical et « protestant» des W ahabites. seance de musique et de danse extatique. 11ne doit entrer en une telle retraite que sur le conseil de son cheikh. si l'evolution ne se fait pas dans la ligne de ses vraies traditions. perinde ac cadaver. Les centres de coufisme devinrent non seulement des eccles de saintete. Plus ou moins directement le coufisme est lie au culte des saints. p. etroiternent lies l'un a l'autre. pauvre. Le cheikh n'apprend a chacun que la partie de la doctrine qu'il est capable de comprendre. de merne. Telle est. de force surnaturelle emanant quasi materiellement du corps du saint ou de son tombeau. la solitude et les austerites ne lui feraient que du mal. Nicholson (44). le dix-septierne. dans les masses ignorantes des epoques de decadence.. qui est aux antipodes de tous les prejuges. Alors que. Son habilete consiste a reconnaitre les capacites de chaque terrain et d'y semer les graines adequates aux moments convenables. L'obeissance est en effet une excellente methode de renoncement et un rempart contre l'illuminisme. sinon le demon entrerait avec lui dans sa cellule. et si d'autre part les conservateurs conservant leurs prejuges et leurs routines refusent d'elargir leur horizon. le waif. Elle est malheureusement etendue parfois abusivement dans la pratique. les grands coufis avaient ete les pionniers de la tolerance. laicisme extrerniste des Kernalistes turcs. et de la Tradition universaliste. durant une telle retraite de quarante jours. 11fait le dzikr jusqu'a ce qu'il meure au monde sensible pour vivre dans le monde reel transcendant. mais aussi parfois ce que M. L'ET AT PRESENT DE LA MYSTIQUE MUSULMANE. en meme temps "qu'elle favorisait toutes les deviations. est alors agrandie demesurement au detriment de la notion de valeur spirituelle et morale. Aussi les traites de coufisme attachent-ils une extreme importance au choix du cheikh.decade. et tout ce que nous avons dit de la mystique montre quelle importance a l'idee de saintete dans la vie musulmane. tiers-ordre vivant dans le monde. Malheureusement. qui degenere. l'arne profonde et vivifiante de la civilisation musulmane. sans acquerir ses qualites et de perdre. a l'age de fer que nous vivons la destinee de l'Esprit.

ou le voile de Leila qui en tombant a laisse voir son visage? » G. Grangeret de Lagrange. avec texte arabe autographic. 1828. ou Nabolosi. Une Khamriya est. p. Les autres editions avec commentaires sont de Beyrouth. tome III. Geschichte der Arab. Chadharat al Dhahab. en 1666 a Baghdad. Qazwini. par son petit-fils 'Ali. intitule Ghayat al maihloub fi mahabbat al Mahboub.. specialernent. 259-264. p. dont sa traduction est reproduite dans les Pages choisies des grands Ecrivains : Les auteurs arabes. etudia sept ans a Damas pres de la mosquee des Omeiades les ceuvres d'Ibn 'Arabi et celles de 'Afif addin at Tilimsani. mais en s'efforcant d'attenuer les formules que l'on pourrait juger scabreuses chez ce dernier et d'en donner une interpretation orthodoxe. II donna lieu a de nombreux commentaires. Machuel. [ami Qaicari. Litter. un genre classique de poeme consacre a l'eloge du vin. en quatre volumes classes sous la cote: Mss arabes 3159-3162. D'autres poemes mineurs d'Ibn al Faridh sont traduits dans: F. W. 262 et suiv. l'integralite du commentaire. II. Al Hasan ibn Mohammad ad Dimachqi ac Caffouri Badr addin al Botrririi naquit en 963/1556 a Caffouriya en Galilee.4261. . en 1689 a Jerusalem. 47 Cf. l'on trouvera des notices biographiques sur Ibn al Faridh. Date de 1232/1817. 7564-5 Rich.Brockelmann. il contient. II fit aussi des poemes en arabe classique et en langue dialectale. on le sait. Cf. et revint a Damas ou il vecut jusqu'a sa mort au faubourg de Calihiya. Silvestre de Sacy. en 1693 en Egypte et a la Mecque. t. Le commentaire de la Khamriya se trouve aux folios 14-85 du 4e volume. est nettement metaphysique et mystique. Kachani. Anthologie de l'Amour arabe. Nabolosi interprete les vers du poete selon la doctrine coufie et. 79. p. met par convenance le Bien-Aime au ferninin. Bourini. le maitre par excellence.4 . Dans sa Liiterature arabe. 48 Outre ces travaux. . 1289/1872. dans sa Chrestomathie arabe. 253 a 256. et intitules Kachfou' s sirri 'I ghamidh fi charhi diiodn Ibni I Fdridh. 1774 et Leipzig. . A part ses commentaires de nombreux poetes et auteurs mystiques. Les manuscrits Arabes de I' Escurial.. de quelques poemes et du commentaire d'Ibn al Faridh (46). compose en 1086/1675. fut en 1020/1611 cadi de la caravane syrienne du pelerinage de la Mecque. 'Adbelghani an Nabolosi (de Naplouse en Palestine). defendant l'amour platonique. Parghani. Le Caire.mort en 1143/1731. 1902. notamment par Siraj al Hindi. Londres et Paris. Les plus recentes semblent ignorer que les poemes ont un sens mystique et n'y voir que des chants d'amour profane. II est l'auteur d'un recueil de 205 biographies.). en 1700 a Tripoli. p.3157-66. (add. I. 1304/1887. vecut surtout a Damas et a Jerusalem. Clement Huart. Zouhairi. Biographical dictionary translated by Baron Mac Guckin de Slane. edition qui fut demarquee par plusieurs autres. imprimees en Orient (45). p. avec une introduction par L. faite par le Syrien chretien Rochayd ad Dahdah.Brockelmann. 797.5906. en avait traduit en latin 14 vers (du poeme : « C'est toi qui est ma loi ». le presente comme un poete bachique aimant fort le jus de la treille. Le commentaire de Bourini est surtout grammatical et litteraliste. . 242-243. 143-74. II. cit.6084. il n'en avait pas moins ete accuse d'impiete et maltraite au cours d'une emeute. 1843. par 'Abdelghani ibn Isma 'il an Nabolosi. 46 Lithographie au Caire en 1279/1862. 1929. et 1310/1893. s'affilia aux confreries Qadiriya et Naqchbandiya.1343. se rend it en 1664 a Constantinople. dans: Ibn Khallikan.5088. etc.1932. et dans son Anthologie arabe. A. Dans son commentaire d'Ibn al Faridh. avec une longue liste des editions. dans l'introduction au Diwan. 1777. une defense des Mawlawis. Londres.Cf. 1906. qu'il appelle le Cheikh al Akbar. Derenbourg. Une partie des commentaires de Borrrini et de Nabolosi a ete imprimee dans l'edition du Diwan d'Ibn al Faridh (sauf la Grande Ta'iya). 1638. in-8°. p. celIe d'Ibn 'Arabi. les plus interessants sont les recits de ses voyages. Brockelmann donne (op. Wallin edita en 1850 a Helsingfors la qacida rimant en : -aha : Carmen elegiacum ibnu' I Faridi cum commentario Abdulghanini (Nabolosi). 1823. en 1688 au Liban. p. et par Wacyf Boutros Ghaly dans Les Ces traductions laissent en general beaucoup a desirer. p. Jamati dans un numero du Monde poetique de 1886. II. Nabolosi. t.3171. 45 La premiere edition imprimee du Diwan est d'Alep. .Abou'l Fahah 'Abdalhayy.1312/1895. a Marseille en 1853. 164. profane ou mystique. le 24 cha'ban 1143/4 mars 1731. Chams al Basiti. « Mysteres profonds mis a decouvert pour servir d'explication au Diwan d'Ibn al Faridh. N° 420. de Martino et Abdel Khalek bey Saroit. Les bazars de la ville fermerent le jour de son enterrement. Ibn al Faridh (48) est fort peu connu en France. Fabricius dans son Specimen arabicum.) a Berlin et a Leyde. 1306/1889.3143-8. ne en 1050/1641. Arabes 645.. Hamawi. consacrant quelques lignes a Ibn al Faridh. M. 1257/1841. 290. Geschichte der Arabischen Litteratur. donne avec des notes le poeme : « Pourquoi ne m'est-il pas permis d'etancher sur tes levres la soif qui me devore? » ainsi que neuf petites enigmes. en effet.. Massignon (47) a trouve un curieux manuscrit dont on ne connait que deux exemplaires. in-4 a. Recueil de textes inediis concernant I'histoire de la mystique en pays d'islam. celui de Nabolosi. Un manuscrit de la Bibliotheque Nationale nous a permis de completer le texte de Nabolosi pour des passages essentiels. Beaucoup le consideraient comme un saint. Rostock. nous n'en n'avons donne que quelques passages pouvant avoir leur interet. Paris.) une longue liste de ses ouvrages. et mourut en 1024 (11 juin 1615). 151. Colin. qui sait qu'il s'agit dans la Khamriya de l'Amour divin. s'efforce d'etablir a coup de hadits mohammediens qu'il est licite de regarder avec plaisir de beaux visages adolescents.Le Diwan des poemes d'Ibn al Faridh fut reuni par son petit-fils 'Ali. Grangeret de Lagrange traduisit en francais quelques courts poemes dans une plaquette de dix-huit pages: Extraits du divan d'Omar ibn Faredh. 116. p. 1912. Silvestre de Sacy est le pere et le geant de Perles Eparpillees. un ouvrage sur les songes tres populaire en Orient. avait donne le texte et la traduction latine de la qacida : « Est-ce un eclair a l'horizon. p. derviches tourneurs disciples de [alal addin Roumi. 345 et suiv.1308/1891. Jones. II existe d'autres manuscrits du commentaire de Nabolosi au British Museum. des manuscrits et des commentaires de ses poemes. notamment la Khamriya. texte arabe reproduit par Nicholson dans Journal of the Royal Asiatic Society. 388 . a la Bibliotheque Nationale les Mss. p. dans ses Commentarii poeseos asiaticse.. par V.

the Ta'iyya is unstranlatable . t. par M. p. M. 1919. Vienne. Nicholson a traduit en prose anglaise les trois quarts de cette Grande Ta'iya (49). Rene Guenon. II fut d'ailleurs le premier a l'etudier comme le prouve son essai sur les Nafahat al ouns de [ami. I. tradotto e parogonato col canzoniere del Petrarca. VIII. Si Mohammed ben 'Abdeljelil et Si Ahmed Bennani. et Translations of eastern poetry and prose. Cambridge. 1874. Cf. 1921. Surtout c'est l'autobiographie d'un mystique. long poerne didactique de 761 vers sur la mystique.. 51 Das arabische hohe Lied der Liebe das ist. in a sense. L'edition du texte arabe vocalise est excellente. 80.. professeur au College de France. Bichara Facaire. 1920.. D'autre part. V et p. Pietro Valerga traduisit et compara aux vers de Petrarque les poemes mineurs : Divano di Omar figlio di AI-Fared. Reynold Alleyne Nicholson. d'apres l'edition arabe du cheikh Rochayd ad Dahdah de 1853.. Imprimerie Imperiale. p. Cambridge. Nallino publia dans la Rivista degli studi orientali. op. 1922.D. Ibid. quoiqu'on y puisse trouver quelques traces de son influence. sa place est de tout premier rang et ses ceuvres ont une importance capitale. il semble clair que le point de vue de Di Matteo est errone. mais la traduction en vers allemands a ete severement appreciee.. mais elle n'a pas paru.l'Orientalisme . I prefer to say that Von Hammer rendered the poem into german rhymed verse by a method peculiar to himself. 52 Nicholson. ecrit dans ses Studies in islamic mysticism. Massignon. herausgegeben von HammerPurgstall.. sont la plus impor-tante contribution qu'un orientaliste europeen ait apportee a l'etude d'Ibn al Faridh . 189 : « To transcribe is one thing. p. p. 1854. 1917. cii. 1-106. 504.. a Rome. Nallino repliqua (ibid. disciple d'Ibn 'Arabi et meme chez ce dernier. Literary history of Persia. 501-562) : Ancora su De cette polernique M. un long article tire a part: II poema mistico arabo d'Ibn al Fdrid in una recenie traduzione italiana. 195-266. which appears to have consisted in picking out two or three words in each couplet and filling the void with any ideas that wight strike his fancy. 10. Nous remercions M. » Ces remarques sont assez justes. la grande Ta'iya. aussi Browne. II. Perhaps. C'est la seule traduction complete en Europe des poemes mineurs. [e ne contredis pas ceux qui appellent Ibn al Faridh un pantheiste . II gran poema mistico nota col nome al. important mais moins vivant que les qacidas. Londres. p. auquel M. Elle n'est pas du meme genre que des poemes inspires certainement par lui. p. Ni la forme ni la substance de la Ta'iya ne suggerent qu'elle fut inspiree par Ibn al'Arabi. Pour lui. 11-257 pages.. M. et les termes employes appartiennent au vocabulaire psychologique du coufisrne. a ete l'objet de savantes etudes en Italie. A ce propos le professeur C. to translate is another and as « translation » of a literary work usually implies that some attempt has been made to understand it. Florence. non un systerne de pensee. professeur a Cambridge. in-4°.01. il s'agit. mais il convient d'ajouter que. 1874. mais son pantheisme (a la difference de celui de ses commentateurs) est essentiellement une rnaniere de sentir. et II Divano di Omar ben al Fared. des conseils et des indications qu'ils nous ont donnes. Mais il ne s'arreta pas autrement a Ibn al Faridh. comme pour moi. A.479-500: Sulla mia interpretazione del poema mistico d'Ibn al Farid. C'est en Italie que les poemes d'Ibn al Faridh ont eu le plus de vogue. » . en 1917 : Ibn al Fdrid. L. Ibn al Fdrid e sulla mistica musulmana. En 1901. E. Si Mohammed el Fasi.Ta'iyyah al Kubrii. ainsi que quelques fragments d'autres poemes (50). et dans: A literary history of the Arabs. la description par un poete de sa vie interieure. a part de rares exceptions. l'editeur Carrington en avait annonce une traduction francaise en edition de luxe. En allemand. VII : « Les articles de Nallino. meme chez Nabolosi.. Nicholson lui-meme a propose le mot panentheisme. auto gr. qui comprennent un examen critique de nombreux passages du poeme. non pas de pantheisme au sens occidental moderne. mais de ce pour quoi M. di Matteo repondit en un article de la meme revue. Ibn al Faridh eut la « malchance d'etre traduit (51) par von Hammer (52) ». « Ibnol Fdridh« Taijet » in Text und Uebersetzung zum ersten Male . mais a son epoque le coufisme etait encore assez mal connu. Le professeur Ignazio di Matteo en fit une traduction autographiee non mise dans le public. de Fes. 162 et suiv. Roma. tels que la 'Ayniyya de Jill. 49 50 Studies in islamic mysticism..

SI DANS UNE TROUPE DE CAVALIERS SE DIRIGEANT VERS LE TERROIR QUI LUI DONNE NAISSANCE. UN CROISSANT LE FAIT CIRCULER. LUI. certains passages du commentaire d'apres les editions par un manuscrit un interet particude Bourini. LE POISON NE LUI FAIT PAS DE MAL.LAKHAMRIYA (Eloge du Yin) Poeme mystique d'Ibn al Faridh Suivi du commentaire De ' Abdalghani an Nabolosi Cette traduction inedite a ete faite du Diwan d'lbn al-Fdridn completees de la Biblioiheque Nationale. LE BRUISSEMENT DE SON FILTRE FAIT ENTENDRE LES SOURDS. SI L'ENCHANTEUR TRACE LES LETTRES DE SON NOM SUR LE FRONT D'UN POSSEDE. S'ILS ARROSAIENT D'UN TEL VIN LA TERRE D'UN TOMBEAU. QUELQU'UN EST PIQUE PAR UNE BETE VENIMEUSE. LE MALADE DEJA AGONISANT RETROUVERAIT AUSSITOT SA FORCE. . LE PARALYTIQUE MARCHE ET LES MUETS SE METTENT A PARLER AU SOUVENIR DE SA SAVEUR. LA JOIE S'EMPARE DE CELUI-CI ET LE CHAGRIN S'EN VA. IL TIENT UN ASTRE DANS LA MAIN. IL EST MONTE PEU A PEU DU FOND DES VASES ET IL N'EN RESTE EN VERITE QUE LE NOM. NOUS AVONS BU A LA MEMOIRE DU BIEN-AIME UN VIN QUI NOUS A ENIVRES AVANT LA CREATION DE LA VIGNE. CES CARACTERES LE GUERISSENT. Elle comprend aussi. SANS SON ECLAT L'IMAGINATION NE POURRAIT LE CONCEVOIR. SI LES SOUFFLES DE SON PARFUM S'EXHALENT EN ORIENT. BRODE SUR LE DRAPEAU DE L'ARMEE. IL EST UN SOLElL . IL POLIT LE CARACTERE DES CONVIVES ET PAR LUI SE CONDUISENT DANS LA VOlE DE LA RAISON CEUX QUI N'ONT PAS DE RAISON. QUE D'ETOILES RESPLENDISSENT QUAND IL EST MELANGE! SANS SON PARFUM JE N'AURAIS PAS TROUVE LE CHEMIN DE SES TAVERNES. NOTRE VERRE ETAIT LA PLEINE LUNE. CE PEUPLE DEVIENT IVRE SANS DESHONNEUR ET SANS PECHE. UN HOMME PRIVE D'ODORAT DEVIENT DANS L'OCCIDENT CAPABLE DE LES SENTIR. QU'IL VIENNE UN JOUR A L'ESPRIT D'UN HOMME. CE NOM ENIVRE TOUS CEUX QUI MARCHENT SOUS L'ETENDARD. LA SEULE VUE DU CACHET POSE SUR LES VASES SUFFIT A FAIRE TOMBER LES CONVIVES DANS L'IVRESSE. CELUI QUI TIENT LA COUPE. SI SON NOM EST CITE DANS LA TRIEU. LA PAUME FARDEE DE CE VIN. NE S'EGARERA PAS DANS LA NUIT. LE TEMPS EN A SI PEU CONSERVE QU'IL EST COMME UN SECRET CACHE AU FOND DES POITRINES. quand ils ont lier. UN AVEUGLE-NE QUI LE RECEVRAIT DANS SON CCEURRECOUVRERAIT AUSSITOT LA VUE. PRES DE SES TAVERNES. ETENDU A L'OMBRE DU MUR DE SA VIGNE. LE MORT RETROUVERAIT SON AME ET SON CORPS SERAIT REVIVIFIE.

QU'IL EST BON DE LE BOIRE AU SON DES MUSIQUES ! CAR JAMAIS NULLE PART IL N'HABITE AVEC LA TRISTESSE. COMME L'AMANT DE NOU'M D'ENTENDRE LE NOM DE NOU'M. LE TESTAMENT DE NOTRE PERE N'EST VENU QU'APRES LUI. IL N'Y A PAS D' « AVANT» ET APRES LUI. C'EST PAR LUI QU'ICI SUBSISTENT TOUTES LES CHOSES. MAIS LE TOUT EST UN . CELUI QUI NE LE CONNAIT PAS ENCORE SE REJOUIT DE L'ENTENDRE CITER.OUI. IL EST A TA DISPOSITION DANS LES TAVERNES. VIN ET NON VIGNE : J'AI ADAM POUR PERE. IL A ETE SOUS LE PRESSOIR. EN VERITE. ILS ONT DIT : « TU AS PECHE EN LE BUVANT.CELUI DONT LA MAIN N'A JAMAIS CONNU LA LARGESSE DEVIENT GENEREUX. MAIS ILS ONT EU L'INTENTION DE LE BOIRE. C'EST UNE UMPIDITE ET CE N'EST PAS DE L'EAU. . AVANT MA PUBERTE J'AI CONNU SON IVRESSE. MEME DANS LA COLERE. PRENDS-LE PUR. TOI QUI ES SI BIEN INFORME DE SES QUAUTES ». CERTES. COMME N'HABITENT JAMAIS ENSEMBLE LES CHAGRINS ET LES CONCERTS. MAIS CE N'EST PAS UN CORPS QUI EST ENTRE DANS UN CORPS. JE N'AI BU QUE CE DONT J'EUSSE ETE COUP ABLE DE ME PRIVER. ET CELUI QUI N'A VAIT PAS DE GRANDEUR D'AME APPREND A SE MODERER. IL EST COMME UN ORPHEUN. « APRES ».» . LA PURETE DES VASES EN VERITE VIENT DE LA PURETE DES IDEES. ON ME DIT : « DECRIS-LE. TOUT AUTRE MELANGE SERAIT COUPABLE. SI LE PLUS STUPIDE DES HOMMES POUV AIT BAlSER LE COUVERCLE DE SON AIGUIERE. CE VIN. FUT-CE LA DUREE D'UNE SEULE HEURE. ELLE SERA ENCORE EN MOl QUAND MES OS SERONT POUSSIERE. VIGNE ET NON VIN : SA MERE EST MA MERE. C'EST UNE FLUIDITE ET CE N'EST PAS DE L'AIR. ET LES IDEES. . AVANT LUI. VA LE PRENDRE DANS TOUTE SA SPLENDEUR. NOS ESPRITS SONT LE VIN ET NOS CORPS LA VIGNE. ON A FAIT UNE DISTINCTION. C'EST UNE LUMIERE SANS FEU ET UN ESPRIT SANS CORPS. TELLES SONT LES BEAUTES QUI INSPIRE NT POUR LE LOUER LES PROSES HARMONIEUSES ET LES VERS CHANTANTS.NON. OU NE LE MELE QU'A LA SAUVE DU BIEN-AIME . JE SAIS COMMENT LE DECRIRE. C'EST LUI QUI LES FAIT CROITRE. LE TEMPS SERA TON ESCLAVE DOCILE ET TU AURAS LA PUISSANCE. LE COMMENCEMENT DES AVANT QUE LE TEMPS FUT. HEUREUX LES GENS DU MONASTERE ! COMBlEN ILS SE SONT ENIVRES DE CE VIN ! ET POURTANT ILS NE L'ONT PAS BU. SI TU T'ENIVRES DE CE VIN. MAIS ELLES LE VOILENT AVEC SAGESSE A QUI NE COMPREND PAS. ALORS QU'IL N'Y AVAIT NI FORMES NI IMAGES. IL N'Y A PAS D' SIECLES A ETE LE SCEAU DE SON EXISTENCE. SON VERBE A PREEXISTE ETERNELLEMENT A TOUTES LES CHOSES EXISTANTES. IL ARRIVERAIT A COMPRENDRE LE SENS DE SES PERFECTIONS. EN LUI MON ESPRIT S'EST EPERDU DE TELLE SORTE QU'ILS SE SONT MELES TOUS DEUX INTIMEMENT.

la messe catholique. des mysteres caches depuis la creation du monde et qui seront alors reveles. l'Aime et l'Amour deviennent un. ['ai voulu etre connu et ['ai cree ».. Dans le monde de l'Unification tous sont un ». p. le Jardin de la Rose (texte persan et traduction anglaise. detruit le moi et absorbe tout dans l'unite. de coupes. BOURINI . versant sa grace. La taverne peut etre le lieu de reunion des coufis. et se rapprochent par consequent selon le precede cabalistique de guematrie. etc. Whinfield. les grappes de la Terre Promise rapportees a MOIse par ses espions figurent l'enseignement de la Hagada. Bisthami lui repondit : « Un autre a bu les mers du ciel et de la terre et n'est pas encore desaltere. « L'amour est la cause finale de la creation ».IL N'A PAS VECU ICI-BAS CELUI QUI A VECU SANS IVRESSE. notamment a propos du Cantique des Cantiques. de la Genese. (Hymne des Vepres du Sacre-Ceeur). Amour qui transforme l'amant dans l'objet de son amour. XXXVII. La vigne. Naturellement. de sources et d'echansons. I. et la Loi est symbolisee par le Yin. Londres. etc. manifestation de l'Absolu. p. « Le yin. Avant lui les deux premiers exemples connus sont de Da'oud at Ta'l (t 165). 1880. la Torche. etc . a propos du banquet des elus apres la resurrection. Le Cantique des Cantiques l'emploie en meme temps que le symbolisme erotique. c'est la coupe. comme elle peut signifier le monde entier. Amour d'autant plus grand que la connaissance est plus parfaite (Leonard de Vinci). les versets XLVII. Marie des Vallees entendait par vin les joies spirituelles. De merne. . La Kabbale juive. 164. Sa creation provient de l'amour (54) . signifie ce que Dieu a infuse en leur arne de connaissance. puis cree. les coufis ont tire parti et interprete mystiquement le verset LXXVI. Les uns et les autres ont manie ce theme d'une facon tres heureuse. 78). le Demandeur et le Demande. En hebreu. le Yin de l'annihilation . amour de Dieu pour Lui-meme et amour de Dieu pour les hommes et des hommes pour Dieu. l'interdiction de boire le Yin materiel accentue encore la force et la portee du symbole. represente le corps du Christ sous une presse d'ou coule a flots la boisson salvatrice. LXXVI. l'echanson. un des premiers coufis (comme il avait souri et qu'on lui demandait pourquoi. la legende du Graal. dit Mahmoud Chabistari dans son beau poeme Culshdn i Riiz. le Yin et la coupe se trouvent dans les mysteres antiques. 44-46. sainte Therese. le raisin. le « pressoir mystique ». 21 du Coran. En Islam. Le Bien-Airne. LXXVIII.« Tu saecla nondum currere coeperai. qui dit : « Leur Seigneur leur fera boire une boisson pure ». « Bois a longs traits. NOUS A VONS BU A LA MEMOIRE DU BIEN-AIME UN VIN» (53) DONT NOUS NOUS SOMMES ENIVRES A VANT LA CREA nON DE LA VIGNE. Yahya ben Mo'adz ar Razi lui ayant ecrit un jour: « [e suis ivre d'avoir bu a fond la coupe de son amour ». il est done l'Amant et l'Aime. car sa coupe est la face de l'Ami. l'ivresse de l'amour spirituel et la science esoterique. Amour qui nait de la connaissance vraie aussi necessairernent que la lurniere du soleil (Spinoza).. de yin. parle du Yin conserve depuis la creation et qui sera servi aux justes . on m'a donne un Yin qui s'appelle la boisson de l'intimite . cause et fin de l'univers. Selon Simeon ben Yochai. commente Lahiji. 34. Dieu est l'Epoux. dit un hadits souvent cite par les mystiques. de desir et d'amour. Bois le Yin qui te delivrera de toi-rnerne et fera tomber dans l'Ocean l'etre de la goutte d'eau. II. ensemble des ames sanctifiees. Le Zohar. Le Vin. conformernent au mysterieux verset LIX. et la Beaute. Amour generateur du monde et amour deiformateur des ames. dit-il. ET CELUI-LA MORT DE SON IVRESSE. 59). c'est la lurniere allumee dans son cceur par cette apparition. Paul Vulliaud.. 25 : « On leur donnera a boire un Yin parfume et scelle ». Cherche le Yin sans coupe ni gobelet. Le Talmud indique en effet ce rapport a plusieurs reprises. continue Chabistari. par E. Bois le yin. 53 Le Vin est employe pour signifier l'amour divin. est l'Epouse. H. le Yin et l'echanson. Jesus s'etait lui-meme compare a la vigne. Bayazid Bisthami ( t 261/875) disait : « [e suis le buveur. commente ou imite par saint Jean de la Croix. 54 « ['etais un tresor cache. Mahabba et ma'rifa. ici. 18.« au crepuscule. . parce que Dieu (qu'il soit exalte !) a desire etre connu et a cree.. Tu nos amabas ». l'Assernblee d'Israel. l'Eternel (qu'il soit grand et haut !). et Le Cantique des Cantiques d' apres la tradition juive. 16. De meme l'echanson peut etre Dieu. Les poetes profanes lui feront signifier les plaisirs mondains et les poetes mystiques la grace divine. in-4°. Selon la tradition juive talmudique commentant le Cantique des Cantiques. est l'extase qui transporte le coufi hors de luimeme a l'apparition des irradiations du Bien-Aime .Sache que cette qacida est compo see dans la langue technique des coufis. Un des fameux vitraux de Saint-Etienne du Mont. » A partir de cette epoque le symbolisme bachique devient courant dans le coufisme. dit Jam]' dans Yousouf et Zoulaikha. la torche et la beaute sont les epiphanies de la Verite (Dieu) ». N'A PAS DE RAISON QUI N'EST PAS QU'IL PLEURE SUR LUI-ME ME. 5 et suiv. Amour inseparable de la connaissance... avec ses noms et ses attributs. dans le lexique desquels le Vin. (Cf. et puisqu'il a aime. il s'agit. les mots Yin (yain) et mystere (sod) ont la meme valeur numerique : 70. repondit-il. Le grand recueil cabalistique parle aussi du Yin ou le Roi-Messie a lave sa robe des le jour de la creation du monde. aujourd'hui j'ai fait un festin et me suis abandonne a la rejouissance »). tantot l'essence du Createur. Le Vin. et de Dzou'n Noun al Micri (f 245) qui parle de la coupe de l'amour. le verset LXXXIII. c'est la Connaissance de Dieu et le desir ardent d'aller vers Dieu. c'est le buveur. CELUI QUI A PERDU SA VIE SANS EN PRENDRE SA PART. c'est tantot le Prophete. la coupe est son ceil chavire par l'ivresse. LVI. II tire la langue et demande s'il n'y en a pas encore.. ou le mystique initie capable de la communiquer aux hommes. » C'est-a-dire que le Yin de l'unification annule toute pluralite phenornenale. le yin. qui parlent de boisson. c'est la Verite elle-meme rendue manifeste et presente. Le symbolisme bachique est tres ancien et tres frequent chez les mystiques. Le symbolisme du vin a ete employe par les mystiques chretiens. au point que l'Amant.

sont comme les chapitres. qui marchons dans la voie de Dieu de toute notre arne et de toute notre volonte tendue. mais l'image. qui leurre les ignorants. VII. c'est la descente de l'amour divin qui est dans le Seigneur ». connaissance de tout ce qui est autre que la Verite. offrir a la ronde. celles-ci etant la trace des beaux Noms (57) de celui qui est absolument transcendant. et ecrit : « L'amour divin qui est dans le serviteur. qui ajoute : « Ce n'est pas sans fondement que les mysteres chez les Grecs commencaient par les ablutions. sans borne. c'est le souvenir apres l'oubli de la distraction et apres le voile de l'eloignement . conclut saint Thomas d'Aquin au chant XI du Paradis de Dante. Cette idee se retrouve chez plusieurs coufis. le Fort.« C'est un sacrifice agreable a Dieu que celui par lequel on s'arrache en quelque sorte a son corps et a ses inclinations. Nous sommes parvenus. 60 Le mot addra peut signifier entourer ou faire circuler. des idees vaines et inadequates et des passions. la lurniere 55 Lors du Covenant (mftsiiq) (Coran. ceux qui la transmettent. c'est l'Amour divin eternel qui apparait dans les manifestations de la creation. Les mystiques catholiques modernes insistent plus particulierement sur le cote expiation. exterieurement et interieurernent. et les disciples de ceux qui ont la Connais-sance. Et il veut faire entendre que la memo ire (mention) de l'Aime est pour lui. Ce Bien-Airne. C'est l'habitude des buveurs debauches de boire au son des instruments et des chants. dit Clement d'Alexandrie (Stromates. L'amour profane est une image de l'amour divin.Le gnostique de saint Paul et des Peres de l'Eglise. dans le commentaire du poeme : « Mon cceur m'a dit . la ma'rifa des coufis. . Il y a dans ce vers une double serie d'images subtiles pivotant sur ce mot et reunissant tous les astres du ciel : le disque et le croissant lunaire. en s'autorisant de ce verset coranique. manifestations de Dieu. le verre ceux qui ont cette connaissance. qui descend de sourate (du Coran) en sourate (soura) (59) NOUS NOUS SOMMES ENIVRES. c'est la Verite (56) (qu'Elle soit exaltee !) qui s'irradie sur ses serviteurs. » Car s'occuper d'autre chose que Lui est un jeu vain.Ce VIN. VI. versets. et ce mot peut signifier la citation avec la langue ou avec le cceur. L'ame languit du besoin de se reunir a ce dont elle a ete separee par l'illusion de l'individualite et le voile du monde sensible. si elle en devenait plus claire et precise. et le croissant. mots et lettres de la Parole divine. de la doctrine. DONT veut dire: par ce Vin. alors elle recevra la lumiere qui la sanctifiera » (vie purgative.. Pour nous. Quand Dieu interrogea la masse des ames futures dans les reins d'Adam pour se faire rendre un ternoignage solennel d'adoration et d'obeissance. 57 ADieu les plus beaux noms. . qui s'irradie de forme en forme (90ura). comme le serait une musique. 91) : « Dis: Allah! et laisse-les a leur jeu vain. On en compte 99 : le Genereux. l'Etemel. amour reciproque entre Dieu et l'homme. C'est la repetition de son Nom (qu'il soit exalte !). Le VIN signifie la boisson de l'Amour Divin qui resulte de la contemplation des traces de ses beaux Noms. A LA MEMOIRE DU BlEN-AIME.. 62 Ailleurs. c'est-a-dire affranchie des frivolites des sens. ci-apres. le Puissant. Et c'est encore. AVANT LA CREA nON DE LA VIGNE. » Le soleil de « Illes aime » se reflete dans la lune de « ils L'aiment ». chretiens. Car cet amour engendre l'ivresse et l'oubli complet de tout ce qui existe au monde (58). non pantheists. c'est le vrai culte divino Celui qui dans ses pensees rejette toute image visible et tout ce qui vient des autres sens pour ne plus faire agir que sa pure intelligence. 59 Les creatures diverses. celui-la poursuit la vraie philosophie . 59) : « Illes aime et ils L'aiment. illuminative et contemplative). la purification se fait par la confession et on arrive a la contemplation par l'analyse ».. compassion. notamment les compagnons du Prophets qui a dit : « Mes compagnons sont comme des etoiles qui vous guident dans la bonne volonte ». le meilleur moyen d'arriver a l'allegresse. 58 On trouve une nourriture delectable quand on renonce aux vanites de la vie ». sur la conscience de l'unite de l'etre prise par le mystique. comme la lumiere de la lune reflete celle du Soleil (comme l'etre des creatures a sa source dans l'Etre divin). c'est-a-dire Dieu. La MEMOIRE (dzikr). QUE NABOLOSI . c'est-a-dire nous avons perdu. . 235. par le fumet de cette subtile liqueur. p. II). L'ame du gnostique doit etre tout d'abord debarrassee de son enveloppe materielle. la doctrine est la meme. c'est le 'arit et la gnose. la possibilite de la Mahabba. serait peut-etre trop materialisee.. L'Amour s'incarne tout particulierement dans l'Homme Parfait qui fait le pont entre les deux mondes et les deux . et d'autre part une serie d'images se rapportant au vin : verre que fait circuler un echanson (Ie htliil. et se manifeste par amour. LA PLEINE LUNE EST SON VERRE . le soleil. 171).. via crucis. 61 Quand on verse quelque autre liquide dans une coupe de vin des bulles brillantes se forment a la surface.. ET LUI EST UN SOL ElL QUE FAIT CIRCULER D'ETOILES RESPLENDISSENT QUAND IL EST MELANGE! (61) (60) UN CROISSANT. Cf. sans la realisation premiere dans l'existence eternelle. «Les etres sont comme des bulles sur le vin dans le gobelet de l'existence ». ». et les coufis sur le cote meta physique. on pourrait paraphraser: « Que fait circuler un (echanson beau comme un) croissant » . et c'est toujours la meme lurniere.L'expression NOUS NOUS SOMMES ENIVRES signifie que nous avons ete enivres en entendant : «Ne suis-je pas votre Seigneur (55) ? ». emanation (nach' a) generale et particuliere. dit a plusieurs reprises le Coran. etc. V. Elle montre clairement le sens panentheiste. la lumiere de l'une etant de meme nature que celIe de l'autre (62). 56 Al Haqq ou la Realite. En effet.) Le commentaire de Bourini precise que le vin est la connaissance divine. V. le Misericordieux. Celui qui subsiste par soi-meme. enfin les etoiles . nous avons bu.L'expression NOUS A VONS BU signifie que nous. par la forme de toutes les choses. mais en renversant l'ordre et en decouvrant les realites de la generosite divine. conformernent a sa parole (Coran. A VANT LA CREA nON DE LA VIGNE. car la vigne veut dire ce monde possible et temporel que l'omnipotence divine a fait sortir du neant. c'est-a-dire avant l'existence . croissant. Nabolosi-ctablit de merne. veut dire que cette ivresse a devance dans la prescience divine l'apparition de toute chose predestinee.Dieu est en effet la Beaute eternelle qui par necessite de nature desire etre aimee. NABOLOSI . ce Vin. a force d'allegresse. Dieu (qu'il so it exalte !) a dit (Coran. dit 'Omar Khayvarn. le Clement. la realisation seconde ne serait pas. Cette image est assez frequents dans la poesie orientale. evoque une jeune beaute . Notre cheikh (Ibn al Faridh) a fait la meme chose. ni la trace contingente de l'Existence eternelle. mais si les methodes et les attitudes different parfois. specialement les prophetes et surtout Mohammad. a l'oubli meme de notre oubli.

Mais il convient de distinguer entre l'Homme Parfait mythique. qui ne doivent etre touches et dont les mysteres ne peuvent etre compris que par ceux qui sont purifies des voiles tenebreux. Les esprits.. wahdat al tooujoud. Nabolosi a ecrit un commentaire de cet Insan al Kamil de Jill. et qui se retrouvera en Europe. XIII. c'est-a-dire de quiconque. 65 Kounfa yakoun. puis chez les theosophes martinistes du XVIIIe siecle. Comme nous dirions : de Pierre et de Paul.L'amour est l'essence de toute religion. incarnation du Verbe Fils du Pere. 66 « Faire la verite ». Et tout cela n'est que descriptions et rnanieres de dire pour designer seulement les vetements de Soulaima et de Asma (65). L'homme parfait s'empresse apres le soleil de l'Unite (69) en se levant dans les tenebres de la creation. et qui le fait. ille cache aux yeux des sceptiques. par une involution inverse. II est la substance qui maintient toutes les substances. refuse de se pro sterner devant lui.. seuls parfaits effectivement. t. note 10. des definitions qui semblent parfois extravagantes.. il purifie et rend clairvoyant I'CEil pirituel. 'Abdalkarim al Jill (1365-1428) a developpe cette conception dans son Insdn al Kimu! fi ma'rijati'l aindkhir wa'l awa'il. comme le chretien do it devenir un autre Christ.. « plus un homme aime et plus profondement il penetre les secrets divins. Que veut dire la PLEINE LUNE (badr) ? C'est l'homme parfait. il abolit le conflit entre la liberte et la necessite . selon des speculations chretiennes. 10). L'esprit humain reintegre l'essence divine en s'identifiant avec cet Homme Parfait (d. Verbe. t 1414. III . au-dessus de toutes les limitations. 172-173).. la dissertation de saint Thomas d'Aquin se demandant s'il vaut mieux pour les creatures exister seulement dans le Savoir divin.) . ils ne disent en somme pas autre chose que les Musulmans parlant de Yinsdn al kiimil. Idee frequents chez les moralistes. » (Cf. et elle est (64) ». etc. Les Esoteristes musulmans de cette periode ont donne de l'Hornme Parfait et du Pole. dit [alal addin Roumi. c'est un livre raisonnable nomme la Mere du Livre (oumm al kitab. 1919. Sois. et c'est encore le Yin de l'Existence veritable et l'appel veridique. » s II implique l'identite de volonte . universels et partiels. Iblis (Satan) fut damne pour avoir. dit saint Jean. 70 Selon la metaphysique de l'ecole des Wahdatfya. t. : « Dixit Jesus qui scientia proeditus fuerit. une importante etude dans Nicholson.. Ephe«. alors que tous les hommes le sont en puissance. II. Transcendant l'ame et le corps. Adam Kadmon. C'est ce Mediateur universel que Dieu proposa sous la forme (90ura) d'Adam a l'adoration des Anges. les choses ont un degre superieur d'existence dans le Savoir divin (d. II est l'amour qui fait germer toutes les graines et il est le Yin qui enivre l'esprit de Zeid et de 'Amr (63) et il est l'existence qui fait deborder toutes les generosites. Voici la definition que [orjani donne (Silvestre de Sacy. reintegrent l'essence divine. II est d'ailleurs evident que les hommes ne peuvent depasser l'individualite et sortir de la rnultiplicite qu'en s'unissant a cet Homme Universel. Patrologia orientalis. ou avoir une existence exterieure actuelle) dont elles emanent par une evolution en cinq temps. p. qui sait ce qu'il faut faire.. cause premiere et cause finale de la creation. il unit a l'etre universal. Satan refusa d'admettre le Christ. Notices et Extraits des manuscrits de la Biblioiheque Royale. au-dessus du ciel et de l'enfer . XVII. 13). trop radical rnonotheiste. Cambridge. dit Jesus. Quand les chretiens parlent d'aller a Dieu par le Fils. de la seconde hypostase en laquelle Dieu prend conscience de soi-merne eternellernent. comme s'il activait son coucher . fondee par Ibn 'Arabi. lei il s'agit de celui qui est a la fois ulema.qui brille en tout lieu.. saint Paul. . (Cf. 69 Ou de l'Unicite. Cf.82. car celui qui a compris le signe n'a pas besoin de l'expression.. A raison de son cceur (qalb). je vis dans l'ame de mon Bien-Aime. L'amour est l'astrolabe des mysteres celestes. nouvel Adam. II est l'appel de : « K6un fa yakoun. ce que nous disons ci-dessous du roun al a' dham et du nour al mohammadi. que [orjani identifie a l'Intelligence premiere). I. X. 67 Encyclopedie. «< Tu m'as aime avant la fondation du monde ». Logia et agrapha Domini Jesu apud moslemicos scriptores . 24) image de Dieu qui reflete tous ses Attributs. ch. Jean. « [e ne suis d'aucun pays . terme coranique designant le prototype celeste des livres reveles. En cet Homme-Dieu sont reunis les deux attributs cornplernentaires Seigneur et serviteur. c'est-a-dire de quiconque. 349. De merne.L'Homme Parfait ou l'Homme Universel est le nceud de cette evolution-involution. le Verbe. 68 Autre dictionnaire. le savant qui cherche consciencieusement la verite et qui la pratique (66) Le Qamous (67) dit que badr c'est la lune en son plein. le Christ. tant ce qui est dans les cieux que ce qui est sur la terre (Ephes. le Cahah (68) dit qu'on l'a appelee badr parce qu'elle « s'ernpresse apres » le soleil. le Verbe et l'Esprit divin. defenseur d'Ibn 'Arabi. « Quand Dieu a resolu quelque chose. et le saint humain qui par la voie mystique s'unit a lui. par Firouzabadi. il est le lieu ou s'irradie parfaitement la Verite. specialernent accentuee chez un Scot Erigene. l'apparition et le lever de Sa lurniere. Qouthb (d. il dit : « Sois » et elle est. et qui se manifeste par les prophetes et les saints. d'ou sort tout mouvement et toute stabilite. » Coran. comme si elle activait le coucher de celui-ci. et ceux qui en ont goute savent le sens vrai de ce qui est ecrit sur le papier et le secret des cceurs nobles. Intelligence universelle. il est la porte des dons et des graces eO). De telle sorte que le terme peut s'appliquer a la fois a cet Adam cosmique et au mystique parvenu a l'union complete. A raison de son esprit (rouh) et de son intellect ('aql). de nouveau Un. eleves. IV. II est le microcosme a travers lequel Dieu est manifeste a lui-rneme. 1818. et fecerit et docuerit. docteur. Asin Palacios. II. XXXVI. p. » 63 Noms employes couramment dans les exemples de grammaire. c'est le livre de la Tablette bien gardee (sur laquelle sont inscrites toutes les choses dans la prescience divine). .On voit ici une conception analogue aux theories neoplatoniciennes. Cf. Studies in islamic mysticism. p. d'apres Chazali. Toute chose a bu de ce Yin et en elle apparait l'ombre et ce qui donne l'ombre. hie vocabitur magnus in regno ccelorum ». « L'Homme Parfait dans la gnose des dernieres et des premieres choses. 1921. Le rapport de l'Intelligence premiere (al 'aol al awwal) au Grand . purs. du roun et du nour. professant l'Unite de l'Existence. n° 211) de l'Hornme Parfait: « II est la reunion de tous les mondes divins et naturels. 64 Noms employes couramment dans les exemples de grammaire. modes de l'etre. hors de la lignee d'Adam . 77-148). Comme nous dirions : de Pierre et de Paul. L'homme parfait est rempli de la Verite (qu'Elle soit exaltee !) (comme un verre de Yin) par l'irradiation (tajalll). A raison de son arne (nafs). c'est le livre des choses effacees et des choses ecrites (Ie monde sensible des choses trans itoires) : c'est lui qui est ces feuillets venerables. II est le livre dans lequel sont reunis tous les livres divins et naturels. mediateur et sauveur universel en lequel Dieu reunira toutes choses.

Ainsi les oiseaux du poeme allegorique de Farid addin 'Attar. Platon. appele a la vision beatifique et Dieu. ne doit pas faire meconnaitre le fait des demarches analogues et paralleles de l'esprit humain. cit. L'ascetisrne. une impression de douleur.. et preferait ce dernier. Leipzig. 72 Le disciple. IV. Et encore: « [e suis devenu Celui que j'aime . Ces expressions sont d'ailleurs assez naturelles et le symbolisme lumiere-tenebres vient spontanernent. Le coufisme. le lieu sur cette terre de l'irradiation divine la plus complete. 71 Station. Massignon. Ce mot de tajallf comme celui de nour. chap. op. 11 ne reste plus rien du vieil homme dans l'Adam nouveau. Les Penseurs de l'lslam. 11 supplie Dieu d'enlever les derniers voiles: « Entre moi et toi. Ibn 'Arabi appelle l'homme un barzakh. Le neoplatonisme a influence merne les philosophes musulmans plutot aristoteliciens comme Ibn Thofail et Avicenne. Leur double liste ne concorde d'ailleurs pas toujours. specialement en ce qui concerne la « philo sophie illuminative ». 5 et dans saint Jean. Aristote fut connu d'abord a travers les neoplatoniciens. et I Thessal. microcosme.. Le Grand Monde. Le maqiim d'Abraham est a la ka'ba de la Mecque dont on lui attribue la construction. « Le monde de l'homme reunit tous les mondes » (ibid. 2).. (Cf. etc. Ah ! enleve. etc. c'est mourir a soi-meme et vivre en Dieu. (Cf. Ephes. Mantiq at iair. ont parle des etats et des stations. p. place. irradiation. p. (11 se trouve aussi dans saint Paul. II Cor. p. Plotin avait appele cette diffusion. un Joseph de Maistre distinguait un element grec et un element oriental. et il est probable que certaines doctrines. Qochayri. 6... Les mystiques musulmans emploient sou vent ce terme de maqiim (pluriel : maqamat) pour les etapes de la vie spirituelle. des graces donnees. liberation. t. auteur d'un ouvrage portant ce titre. 423). etymologiquement « celui qui desire » Dieu et la science divine. IV. sont des stations. le Langage des oiseaux. 312-317). de la mystique catholique (sainte Therese en particulier). degres d'oraison. Sa quantite (kimiya) et sa qualite (keifiya) s'aneantissent et il ne reste de lui rien d'autre que Lui (73). Les auteurs coufis. Empedocle. l'arne transformee en esprit qui transfigure l'etre. p. essences fixes. Sarra] . et notre Vie admirable et Revelations de Marie des Vallees. (Cf. connaissance. par une participation ineffable. L'homme parfait dit au novice (mourfd) (72) sincere ce qui a ete infuse en lui des sciences certaines de ce Vin. specialement au platonisme et au neoplatonisme. plus pas sagers. semble designer ici le monde des Idees. aussi Louis Massignon. et c'est pour cela que le monde est appele le Grand Homme. Aben Masarra y sua escuela. note l'affinite de cette terminologie avec le mazdeisme per san et le rnanicheisme. dit [alal addin Roumi dans le Mathnawf. lurniere. dit Nabolosi. macrocosme. Agathodasmon. Chazali. un isthme. Al Hallaj. Ce mot s'applique specialernent a la doctrine de Souhrawardi Maqtoul d'Alep (t 587/1191). au sens du mystique. n'etant posterieures a lui que quant a l'essence. L'on peut d'ailleurs penser que bien des elements de la pensee grecque depassent l'horizon du rationalisme ou du naturalisme. mais Lui qui vit en moi. un neoplatonisme recouvert d'une termnolorie manicheenne. realites des choses renfermees dans le savoir divin. mais il depassa ce que l'on entend souvent par l'esprit grec dans un sens restreint. l'illumination est la diffusion de ces lumieres ideales. est tres frequent sous sa plume comme chez tous les coufis. non d'une incarnation. n° 154). possedee de Dieu. mais non pas toutefois Averroes. V. nous l'avons dit. et les etats (ahwal). unissant les deux mondes. comme nous l'avons dit. la presence ou l'absence divine. Madrid. Dieu est la Lurniere des lumieres. sont des etats. puisqu'elle n'a d'etre que par lui. 11 vit de la vie divine dans la me sure OU il meurt a la sienne. 1914. amour. non au temps. . » et son fameux « Ana al Haqq. est. des a'yan tsabita. coeternelles a Dieu. et Carra de Vaux. L'Homme Parfait. Mais. Gesehiehte der Persisehen Litteratur. la satisfaction mutuelle de l'arne et de Dieu. Quand Dieu s'attache a un homme. dit-il.. il y a une affinite entre l'esprit humain. 12). Souhrawardi de Baghdad. V. le fait des influences possibles. 1901. 163). annihilation (trad. 1923. qui pourtant n'admet pas la formule hallajienne. » 11 precise d'ailleurs qu'il s'agit d'une deiformation. stupefaction. il subsiste un « c'est moi ». Par un mode transcend ant et don gratuit de l'amour divin. et l'on appelle l'homme parfait un verre parce que ce qui est en lui est un Yin enivrant. M. dit Jounayd. comme le pythagorisme et le neoplatonisme. sont souvent appeles des prophetes inspires. dit saint Paul. 73 Doctrine de l'union transformante. « Quand la verite s'est emparee d'un cceur elle le vide de tout ce qui n'est pas elle. descendant de leur source premiere dans le monde des tenebres. 1863). eurent des sources orientales. il tue en lui tout ce qui n'est pas Lui ». a cote du mot hal (pluriel : ahwal). ce « c'est moi » d'entre nous deux! » Malgre l'opposition entre la misere charnelle de la creature et l'irnpassibilite divine. Asin Palacios.. et des ecrits neoplatoniciens lui etaient attribues. la creation cesserait d'exister. Le coufisme.Paris. unite. 2e partie. 1902). d'une irradiation. elle est toute remplie de Dieu. hikmat al ichraq. Dieu n'est pas separe de sa creation. tout en ne lui etant pas annexe. . VIII. un elan d'amour et de joie mystique. «L'homme est comme un isthme entre la lurniere et l'obscurite ». l'Ame universelle (an nafs al koulliya) est le cceur du Grand Monde.. qui me tourmente. Pour Souhrawardi Maqtoul. dit-il. p. l'abandon a Dieu. mais moralement. Une extase. de grace. l'aspirant. non substantiellement. 517 et suiv. Cette philo sophie est. deifiee. 158 et suiv. » De merne que l'homme est le petit monde. Le rnourid sincere le boit done de cet homme parfait. Pythagore. 1922. certains auteurs mystiques en ont employe qui rappellent les « jardins » et les « chateaux » mystiques. Carra de Vaux (<< La philo sophie illuminative d'apres Souhrawardi Meqtoul ». Horn. les esprits superieurs sont des lurnieres . Hermes. [e suis la Verite. Mais la aussi un rapprochement avec le neoplatonisme s'impose. Aristote lui-merne a proclame le grand principe de l'adeequatio rei et intelleetus. comme l'ame raisonnable est le cceur de l'homme.Ibn 'Arabi compare l'illumination a un chateau dont l'Intellect universel fait visiter les diverses chambres. dut beaucoup aux Crecs. probables ou certaines.. devient celui qu'elle aime. Les puissances de l'ame sont revetues des divins Attributs. miracle de l'amour divino (Cf. traversent 7 vallees : recherche. 8. la patience. Carcin de Tassy. En Platon. A cote de ces termes classiques. Monde (ai' dlam al kabfr) et a ses realites est comme le rapport de l'esprit humain au corps et a ses facultes . Houjwiri. . Les penseurs musulmans ont eux-memes proclame ce qu'ils devaient a la pensee grecque. etc. Journal Asiatique. L'esprit de celui qui boit ce Vin se detache de la consideration des mondes visibles. Les stations (maqamat) sont des vertus acquises. Si le createur se retirait.Le VERRE signifie le lieu d'election de l'apparition et de l'irradiation pour le maqiim (71) tres haut. experience mystique universelle qu'en Islam Hallaj fut l'un des premiers a formuler le plus categoriquement au debut du Xe siecle. Ce n'est plus moi qui vit.

Comment cela peut-il se faire ? L'esprit est impuissant a le concevoir. les figures forrnees a leur surface disparaissent. XIV.... Decrivant la septieme « vallee » dans le Langage des oiseaux. tuant le « vieil homme » pour s'identifier a l'Adam nouveau (saint Paul. » Dans le christianisme. Ephes. de la part du serviteur que Dieu maintient. du moins d'une certaine rnaniere que je ne comprends pas . car c'est lui qui agit pour toi.. de telle sorte que Dieu soit tout en tous (I Cor. Non seulement il restaure l'unite perdue de la nature humaine en reparant la division causee par le peche d'Adam. La doctrine essentielle de la mystique musulmane est que Dieu est seulFEtre absolu. 15) : « II n'y a pas de creature que Dieu ne traine par sa naciya (touffe de cheveu du milieu du front). car dans le monde de l'unification tous peuvent etre un.. il assure la communion de celle-ci a la divinite. Dieu n'est plus l'auteur de toutes choses. » On saisit ici sur le vif comment les penseurs mystiques ont deduit une metaphysique profonde des conceptions ordinaires de la religion et de la theologie. 28). XV. haqiqa. 1845. Les uns et les autres manquaient d'envergure metaphysique et risquaient d'aboutir a des conclusions intenables. Et Jesus-Christ est appele Verbe d'Allah dans le Coran lui-rnerne. 17 et XV). Leur Dieu n'est pas un tyran capricieux qui n'a aucun compte a rendre de ses fantaisies. elle y perdra son existence particuliere . XV et XVII). » Ce mystere preoccupait Joseph de Maistre. Jesus triomphant des tenebres appelle tous les hommes a ne faire qu'un avec lui comme il ne fait qu'un avec le Pere (Jean. immuable). Quelle personnalite peut laisser sub sister cet aneantissernent de l'individualite qu'une Marie des Vallees compare a la transubstantiation eucharistique ? (Les trois Personnes de la Tri-unite ne sont pas trois individus divins). l'ernporterent surtout apres Ach'ari. Elle existe et n'existe pas. dans le Maghreb aussi bien qu'en Orient. parce que ses vestiges sont effaces et son essence annihilee par l'essence d'un autre. XV. VIII. en toi et de toi et pour toi. » Ce theme est l'un des plus souvent traites par les coufis des siecles suivants. IV. Si une chose pure tombe dans cet ocean. la nafs et le roun des Arabes) seront confondus. lorsque toutes les pen sees seront communes comme les des irs. » Le Senateur des Soirees de Saint-Petersbourg fait allusion dans le Xe entretien aux images de Mme Guyon et de Fenelon sur les ames qui se per dent en Dieu comme les fleuves dans la mer. Ce qui signifie. la souverainete. Rom. VI). de la facon suivante : « Ses attributs (du Seigneur) se substituent aux tiens. etre perpetuel. et auquelle mystique s'unit par la connaissance et l'amour. l'aime et l'amour sont un. qui peut se representer cette Jerusalem celeste. se penetreront mutuellement et se reflechiront le bonheur ? . la « realisation ». Que deviendra le Moi. sur la predestination. » Et il dit.. mais la Realite (al Haqq) absolue. mais en assumant pour la regenerer et la glorifier cette nature. (Definitiones.. ayant realise la verite ontologique.. Ibn 'Arabi qui naquit en Andalousie et mourut a Damas en 1240. neant en elles-memes. la prescience et la liberte absolue de Dieu.. disait de meme Bisthami. d'un cote au « pelagianisme ». vivant a la vie divine a proportion qu'ils meurent a la leur propre. [e suis le buveur et le Yin et l'echanson. OU prendrait-il l'idee de la duite ? . [e suis sorti de rnoi-merne comme un serpent de sa peau. X. commente Origene (Principes. Plugel. dit saint Jean de la Croix. Malgre les motazilites et les qadarites.. . que deviennent notre liberte. En cessant d'exister isolement elle sera belle desormais. mais l'initie n'a pas d'etats. Les creatures sont sujettes aux etats. edition en arabe.. qu'il ne tient qu'a nous d'apprehender en purifiant notre esprit des idees fausses et notre cceur des desirs mondains. le mouvement et l'etre ». n'ont d'autre etre que celui que Dieu leur donne. de l'annihilation ifana') et de la deiformation (baqa' : de baqiya. II definit la « realite ». « Quand l'homme n'est rien. 24. Puis j'ai regarde. ch. elle ne pourra voir et comprendre que Dieu . elle possedera Dieu et Dieu sera le principe et la mesure de tous ses mouvements. Les sacrements du bapterne et de l'eucharistie font mourir avec le Christ mort et ressuscite pour revivre avec lui a la vie eternelle (Paul. les conceptions qui insistaient sur la toute-puissance. que les choses. et que « le pantheisme des stoiciens et celui des Spinoza sont une corruption de cette grande idee ». J'ai vu que l'amant. il sera Un : car n'y ayant plus de combat dans lui. par G.. Si l'homme est auteur absolu de ses actes. VI et I Cor.. de l'autre au fatalisme. et ses traces sont perdues dans les traces d'un autre . VI) « que chaque substance intelligente etant parfaitement purifiee. II faut passer par le rien pour trouver le tout. il vit en Dieu et Dieu vit en lui. penetres par le meme esprit. » L'on trouve dans la mystique musulmane les conceptions analogues de l'Homme Parfait et du Notir (lurniere) compris comme Logos.Deja Bayazid Bisthami (t 874) avait professe la doctrine de l'extinction. 1. dont tous les etres tirent leur etre. Plus on examine l'univers et plus on se sent porte a croire que le mal vient d'une certaine division qu'on ne sait expliquer et que le retour au bien depend d'une force contraire qui nous pousse sans cesse vers une certaine unite tout aussi inconcevable. ayant renonce a attribuer aux creatures une existence reelle absolue. et se demande : « Toutes ces eaux ne peuvent se rneler a l'ocean sans se rneler ensemble. le mystique voit Dieu en tout et tout en Dieu. definit le fana' : la vision. le Per san 'Attar ecrit : « La tu vois disparaitre devant un seul rayon du soleil spirituelles milliers d'ombres qui t'entourent.. en arabe aussi bien qu'en persan.. ainsi la fin des choses nous ramenera au point dont nous etions partis. II pensait que le « systerne de Mallebranche de la vision en Dieu n'est qu'un superbe commentaire de ces mots si connus de saint Paul: C'est en lui que nous avons la vie. Lorsque l'Ocean de l'imrnensite cesse d'agiter ses vagues. notre responsabilite et sa justice? Les coufis et Ibn 'Arabi s'empareront des theses de la theologie officielle et des versets coraniques pour leur faire ex primer les conceptions de l'unite de l'existence et de l'union mystique transformante. se tient sous toutes choses. toutes ses pen sees seront Dieu. et si Dieu est l'auteur de nos actes.. Leipzig. d'apres un energique et pittoresque verset du Coran (XCVI.) Le point de vue ontologique et le point de vue mystique sont etroiternent lies dans sa doctrine de l'unite de l'existence.. il est avec tout. lorsque tous les esprits se verront comme ils sont vus ? Qui peut comprendre. Dans cette mer paisible il ne trouve autre chose que l'aneantissement. wahdat al woujoud. I Cor. II avait ete ebloui et « pret a se pro sterner » la premiere fois qu'il avait lu la phrase fameuse : « Dieu est le lieu des esprits comme l'espace est celui des corps. OU tous les habitants. Rom. les fideles sont appeles a devenir dioinze consortes nature.. ayant renonce a soi-merne. partisans du libre arbitre. Lorsque la double loi de l'homme sera effacee et que ses deux centres (sans doute l'ame charnelle et l'esprit. Ces figures ne sont autres que le monde present et le monde futuro Celui dont le cceur s'est perdu dans cet ocean y est perdu pour toujours et demeure en repos.

indirectement et inconsciemment. etc. Arnold. malgre tout. 74 Mot a mot: et il apparait en eux sans eux. de brahman-atman. que l'on realise ou non sa presence (75). Cet homme parfait. ['avais pose cette question a quelqu'un. Car la lurniere du soleil qui se leve aux horizons et fait face a la lune. une sorte de protestantisme. 268. c'est la pleine lune (badr) elle-merne : mais du seul fait d'apparaitre elle-merne. « Quelle distinction peut-on etablir entre le createur et la creature? demande le prince musulman. inutile. 18) : « C'est ainsi que Dieu distingue le vrai et le faux. est comme l'ocean et la creature comme une cruche pleine d'eau. c'est-a-dire qu'il illumine ces choses de sa lurniere et c'est de Lui qu'elles tiennent leur etre (74).En somme le sens general de ce vers subtil semble etre que Dieu se reflete. du noiir mohammadi. Les entretiens de Lahore. 210. N. symbolise que le melange (dont on a parle) par la prise de conscience et la perte de conscience.. C'est ainsi que le createur est createur et la creature creature. veut dire connaitre ses Noms et ses beaux Attributs. 44 VO). nous donnent un exemple tres curieux d'essai de conciliation religieuse. quel que soit celui que vous suiviez. (Ms. en refusant toute notion de Substance absolue et d'esprit immortel. op. tout en maintenant la negation de principe: leur subconscient universal. » Et il a dit (Coran. Transformation qui doit etre entendue ici au sens rigoureusement etymologique de « passage « au dela de la forme » qui n'apparait comme une destruction que du point de vue special et contingent de la manifestation . arabe 3162 de la B. une verite lumineuse. chap.. p. son moi l'eclipse un petit peu . est une heresie. comme a celles que nous etudions dufana'. L'idee se rencontre aussi dans les mystiques brahmaniste. latin 3398 de la B. elle est un peu eclipsee.. eternelle. Huart et L. ce qui est utile aux hommes demeure sur la terre. de la mukti. vous serez dans la bonne voie ». Sur les traces du Bouddha. entre gens de la Voie. la decouverte et l'eclipse. communique ce vin. ces notions. Mais les penseurs bouddhistes du grand Vehicule. ou en tout cas de comprehension mutuelle. suppose une conception de Dieu et de l'esprit analogue a celIe du platonisme . Ses philosophes. 210. . semble-t-il. nous l'avons dit. la verite exoterique au commun des fideles. dans Introduction generale a l'etude des doctrines hindoues. 252. et l'aspirant (salik) s'effacera aussi. LORSQU'IL EST MELANGE veut dire: quand il est mele a une substance differente de lui. par exemple ce que dit M. est la station (maqam) de celui qui prie (da'i). et le Prophete (sur lui la priere et la paix !) a dit : « Mes compagnons sont comme des etoiles . du tawhfd. qu'il fut l'un des premiers a rep andre en Europe au XVIe siecle. delivrance par la transformation dans l'etre humain de tout ce qui fait obstacle a son union a l'Etre universe1. rempli de la connaissance de Dieu. passim) : « C'est Dieu qui est dans les cieux et sur la terre. tres impregne de la Kabbale juive et de la mystique arabe. dans l'homme parfait. Si l'homme parfait est pleine lune. qui ont prevalu en Chine et au [apon. Les mots ET LUI EST. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. Tandis que l'ecume s'en va. cit. et seIon la direction qu'il donne a son ordre eternel.. fo1. lequel est un croissant pour initier le mourid et une etoile pour guider les hommes. et il parle de l'aneantissement mvs-terieux qu'est la mukii. Nous avons en tout cas trouve dans la classification des spirituels (Introduction. dit que l'ame humaine est « la harpe du divin accord et la TASSE DU DNIN VIN. » Interroge sur l'union transformante. sir Thomas W. stable. extrait du Journal Asiatique. comme un verre l'est de vin. Marie des Vallees aurait voulu quitter le ciel pour sauver les ames ici-bas. qui eclaire toute chose predestinee et toute chose imaginee. 16) : « Avec les etoiles. le mystique.. atma. p. L'expression FAIRE CIRCULER. selon sa science et sa volonte. et dans L'homme et son devenir selon le vedanta). 21). Soit. ou bien s'occuper encore des hommes pour les guider sur cette terre. leur nature absolue. mais comment l'interpreter ? . de l'Homme Parfait. » Les choses contingentes s'effacent tandis que l'Existence reelle demeure telle qu'elle etait avant la creation. en 1063/1653 (texte persan et traduction francaise par C1. ou bien rester perdu dans l'ocean de l'unification. par le dec ret de son apparition. meme seulement spirituelle. S'il est difficile de montrer des influences hindoues aux origines du coufisme. ce que dit ci-dessous Nabolosi). sont pour affirmer qu'il est une substance existante. a mot: selon l'absence ou la presence du cceur. bouddhiste et chretienne. Peutetre faut-il comprendre que. selon leurs capacites. comme la terre qui se met entre la lune et le soleil transforme la pleine lune en croissant. analogue aussi a celIe de l'hindouisme (d. par rapport au brahmanisme. hors de laquelle rien ne saurait d'ailleurs exister qu'en mode illusoire. passage du manifeste au non-manifests. yoga. par lequel s'opere le retour a l'immutabilite eternelle du Principe supreme. restauraient. XXIV. octobre-decembre 1926). 1929). il n'y a pas en lui d'heterogeneite et il ne peut pas s'exprimer .) Le bouddhisme. Le CROISSANT (hilal). qui eut certes le merite de reagir contre bien des abus pratiques et d'apporter au monde des exemples particulierement savoureux de charite. 75 76 Mot Mot a mot: « lorsqu'il va dans un sens different de son premier chemin ». apparait en celle-ci sans que le soleil se deplace vers elle ou se rencontre avec elle. lorsqu'il se retourne (76) et considere les autres . Dara Shikuh et l'ascete hindou Baba La'l Das. pour ne pas montrer toute la lurniere qu'il y a en elle. perpetuelle. XIII. fo1. leur conception positive du nirvana et de la bouddheite correspondent en fait. XVI. comme croissant. c'est-a-dire : lorsque le mystique se detourne de son extase pour parler aux hommes. au mourid et aux hommes. Le compagnonnage c'est la rencontre. il la compare au fer rougi au feu. Dieu a dit (Coran. COMBIEN (d'etoiles resplendissent!) : ce combien ! exclamatif. entre le prince imperial. il devient alors etoile pour guider les hommes. 35) : « Dieu est la Lurniere des cieux et de la terre ». etc. Des miniatures nous montrent des ascetes hindous et musulmans vivant en bonne intelligence (d. mais s'il est croissant. 1926. il apparait alors comme croissant et peut servir les convives (ainsi qu'un echanson). ils sont guides» . 228. il communique la verite esoterique aux mouridoun.. Mohammad (sur lui Cette mystique. N.. Guenon de Brahma. Mahayana. XVII et XVIII).Le createur.. alaya-vijnana. (Cf. etc . plus ou moins aux conceptions de l'atman. » (Cuenon.. § « Les traites de coufisme ») l'idee que le mystique parvenu au plus haut stade peut. Les ETOILES ? C'est encore ce croissant. Rene Grousset. comme le soleil dans la lune.Dieu a dit (Coran. iaihaid. . qui se rapportent a ce vin. Brahma. l'on trouve des contacts nombreux par la suite a partir de l'invasion musulmane. II est un SOLElL qui se leve. Quoique l'eau soit la merne dans la cruche que dans l'ocean. il y a une tres grande difference entre les deux recipients. qui m'a repondu en comparant leur difference avec celle qui existe entre un arbre et sa semence (d. Painting in Islam. mukti. Massignon. de la dynastie des grands Mogols.Guillaume Postel (Ms. R. et ceux qui le suivent marchent a sa lurniere. . et comme etoile. ebranlaient les bases metaphvsiques de la doctrine mystique traditionnelle et aboutissaient au nihilisme. salut. 238. repond l'ascete hindou. plus ou moins.

Al toque de centella. les differents Noms et Attributs tres hauts. Y al ganado perdi. (Theologies apophatique et cataphatique). 1. Hirschfeld.SON PARFUM. des symboles inadequats. parce que les distractions se sont empare du cceur de la plupart d'entre eux. et cela. en s'y transformant. parce qu'il y a une affinite entre eux. Les TAVERNES. Emissiones de balsamo divino. ils n'ont plus aucun doute. NABOLOSI . Cf. 81 « Aussitot que l'ame acheve de se purifier soigneusement des formes et des images saisissables. L'intellect est a l'esprit ce que la langue est a l'homme.. ils sont liberes de toute perplexite. le gnostique et le guide. Y quando salia.Cela signifie qu'il ne reste que tres peu de ce Vin dans les vues interieures de ceux qui sont tenus a l'observance de ses sentences. souffle divino Amr est parfois dans le Coran un equivalent du Verbe. p. En effet cette lumiere n'est jamais absente de l'ame . je n'aurais pas ete guide vers les beaux Noms et les hauts Attributs. lune. comme un clin d'ceil ». Noms et Actes. II y a done trois aspects unis et distincts : le parfait et assure. de curieux rapprochements). envahis par les subtils secrets. 15-17. comme les secrets sont caches et conserves dans les consciences de ceux qui ont recu la science divine. XIII. Por toda aquesta vega. Quiconque possede un intellect avec lequel il se represente Dieu est dans la necessite d'affirmer sa divinite et ses Attributs. symbole de la Verite universelle. Al adobado vino. avec les termes hebraiques. Dieu a dit (Coran.. COMME UN SECRET signifie que cette verite est cachee dans les intelligences humaines. La representation ne nuit pas aux gens de la connaissance.. (Coran. Las jovenes discurren al camino. ch. cela m'oppresse le cceur. et cet intellect est la lueur de l'eclair spirituel. qui est comme un clin d'oeil. que la connaissance est possible. al amri (79). l'imagination. n'a laisse dans le cceur de la plupart des adorateurs aucune trace de spiritualite et aucun reste du rouh al amri. NABOLOSI . » I LE TEMPS EN A SI PEU CONSERVE QU'IL EST COMME UN SECRET CACHE AU FOND DES POITRINES. car ce Vin n'a pas d'image en soi (80) . II. Mais c'est « moins en ce qu'il est qu'en ce qu'il n'est pas » qu'on peut comprendre Dieu. et je demande pardon a Dieu plus de septante fois par nuit et par jour. n'aurait pas attribue a ce Vin. 17e et 18e cantique spirituel. etc. ce sont les formes les voiles des creatures qui enveloppent et embarrassent l'ame . qui sont assures des verites de la foi. l'Esprit. Eblouis par les mysteres veridiques. saint Thomas d'Aquin. Montee au Carmel. I. SANS SON ECLAT L'IMAGINAnON NE POURRAIT LE CONCEVOIR. qui fait. et cet eclair spirituel est un symbole du rotih. XVII. 80 C'est parce que l'intelligence humaine est un reflet du Logos divin. Car ces traces qui portent ce secret cache. 1902. New researchs into the composition of the Qoran. Sans son aqllumineux (du Vin) dont l'esprit humain est le reflet. Saint Jean de la Croix. l'aspirant sincere. ce qui fait obstacle a son infusion. SANS SON PARFUM (77) JE N'AURAIS PAS TROUVE LE CHEMIN DE SES TAVERNES. plus loin ce qui conceme le roidi al amrf et le noiir al mohammadf. 79 L'Esprit (rouh) qui precede du commandement (amr) de Dieu. . et n'a ete frustre de les sentir que celui qui n'a pas l'odorat assez fin pour les sentir et pour s'assurer des sciences incomparables et des differentes branches de la Connaissance. selon le verset coranique deja cite. dit le poete. L'intellect est dans la necessite de lui attribuer une image. En la interior bodega de mi amado bebi. 77 A zaga de tu huella. leurs parfums se sont exhales et ont embaume le monde. (Cf. LIV. 50) : « Nous ne commandons qu'une seule fois. le PseudoDenys. au cceur.la priere et la paix !) a dit : « Certes. c'est le monde de l'esprit supreme (er roun el a'dham) (78) qui « precede du commandement de Dieu ». H. quand il s'agit de la via negationis intellectuelle. » Saint Jean de la Croix. car il ne peut penser une chose sans se la representer. qui inspire. absolument reelle et divine. elle baignera dans cette pure et simple lumiere. comme disent Clement d'Alexandrie. que antes seguia. Ya cosa no sabia. une image . On a dit que le jugement derive de la representation. ce sont les presences de la Substance tres elevee. 87). Sans les parfums qu'exhalent ces presences. » Tel est l'etat de l'etoile qui guide dans les tenebres de la terre et de la mer. atteindra l'etat de perfection. 78 Cf. Le TEMPS veut dire ici les charmes de ce monde et ses pompes qui distraient les cceurs negligents et empechent de s'elever a la contemplation des irradiations (tajallf) de la Verite (qu'elle soit exaltee !) (81). Ce sont trois personnes distinctes ou bien trois roles distincts d'une meme personne : soleil. 2 et 3. et. Le TEMPS qui est le symbole des charmes vains de ce monde et de ses faux ornements. Cantique des cantiques. etoile. Le Cheikh al Akbar (Ibn 'Arabi) (que Dieu sanctifie son esprit !) a dit: « Dieu n'a pas de forme et II a toutes les formes. SON ECLAT est une figure pour dire la lurniere (nour) de l'lntellect (' aql) humain.

NABOLOSI . Ejus dulcis prsesentia thoudhour. comme cela arrive frequemment. a l'avant-dernier vers qu'au precedent. « Les etats extatiques. il s'irradie sous toutes les formes (90ura) et. Le mystique est revetu des Divins Attributs qui s'irradient en lui. mais l'idolatrie commence lorsqu'on prend le symbole pour ce qu'il represente. LA SEULE VUE DU CACHET POSE SUR LES VASES SUFFIT A FAIRE TOMBER LES CONVIVES (91) DANS L'IVRESSE. il s'eclipse sous toutes les formes pour l'homme. 1919. et les graces mystiques sont un don gratuit. priez-le par eux » (Coran. c'est-a-dire les gens de la TRIEU.. en dehors de l'Essence Sacree. 179) .. Procession et conversion. et il ne reste chez le mourid sincere que LE NOM. Lasbax. car on ne peut le prier ni lui adresser de demande si ce n'est par ses Noms. comme le fait remarquer le commentaire de Botrrini. l'hyrnne medieval attribue a saint Bernard ou a une abbesse benedictine du XNe siecle : Jesu dulcis memoria (dzikr). S'il veut. celui qui boit avec vous. ici-bas. semble-t-il. un sens ontologique metaphysique : toutes choses sont des manifestations de Dieu. a chaque instant de sa vie. 83 Nabolosi rapproche. comme le remarque Bourini qui insiste sur la finesse des images de rhetorique que comportent les divers mots. II. CE PEUPLE DEVIENT IVRE SANS DESHONNEUR NABOLOSI sur le cceur qui Le PEUPLE. 5) (87). La citation de ce vin la nuit fait qu'on est encore ivre le matin. et notre Joseph de Maistre mystique. On peut adorer Dieu sous n'importe quel symbole . ils perdent des choses changeantes et possedent exactement les sens profonds des secrets. Les representations qu'on se fait sont d'autant plus parfaites qu'on est plus ou moins parfaitement prepare a recevoir l'irradiation du Seigneur. LA JOIE S'EMPARE DE CELUI-CI ET LE CHAGRIN S'EN VA. Le CACHET des vases. Aussi suppliait-il : « Ne me rends pas a moi-meme apres m'avoir ravi a moimerne . divins. du fond des plans hierarchises de la duree. parce qu'il (Ie mourid) est le lieu de son irradiation. 86 Dieu regit le monde par ses Attributs. VII. Dieu a dit (Coran. II s'est decouvert en s'irradiant par une image quelconque. » (Coran. initie. elle a aussi. c'est la trace de l'irradiation divine dans le cceur du serviteur. » C'est le sens meme de la parole de Dieu (Coran. Dieu n'a pas be so in des mondes. Quam bonus es quzerentibus ! Sed quid invenientibus ? Nadim. XXIX. Chute et Redemption. Quelqu'un (88) a dit : « On a forme diverses conceptions de Dieu. (90). ne me montre pas mon moi apres me l'avoir voile. c'est la conception d'une image (90ura) proportionnelle au degre de preparation du serviteur. l'essence divine et les attributs hindou.. c'est l'ame (nafs) (92) de l'homme. qui regne sur lui (86). et mouia'ahhil. et ainsi que le montre le debut du commentaire de Nabolosi. n'importe laquelle.. parce que les cceurs en sont detournes par leur grande avidite des choses de ce monde. Elles sont concepts. il s'irradie sous une forme et non une autre.. car le cachet est pose sur elle par l'irradiation qui lui est particuliere. Cf.A(:BAHA (82).Le sens allegorique de ce vers est que les sciences divines sont cachees tout au fond des poitrines des hommes et que les volontes des ames sont incapables d'acquerir et de rechercher ces sciences divines. c'est Dieu qui les provoque tout entiers ». Sed super mel et omnia. prepare. pour chacun de ses etats. le plus haut qu'il est possible a la creature. Nil cogitatur dulcius . XIII. 1.. 33) : « Qui est-ce qui est pose sur (surveille) les actions des ames ? » Et il en est ainsi pour toutes les ames. . grammaticale ahl. lorsqu'on prend les attributs et les « traces » pour des etres independants. chap. Le VASE. Et ainsi il agit selon Sa volonte. Dieu a dit : « ADieu les beaux Noms. L'En-Soph et les Sephiroth de la Kabbale. sont ceux qui sont devenus aptes par une initiation (83) a recevoir les lurnieres divin et de la grace (madad). . laquelle n'a pas besoin des mondes. Le Dieu sans forme et le Dieu 87 Les 89 Toutes les choses sont les manifestations de Dieu. qu'est-ce que ce sera pour sa presence thoudhour.SI SON NOM EST CITE DANS LA TRIEU. La grande jarre represente le corps de l'homme. 90 91 Cf. la face de Dieu est lao II est immense et il sait tout ». Le poete affirme que Sa presence apporte LA JOIE et chasse LE CHAGRIN en ce monde et en l'autre. c'est s'assurer de lui. lui montrant que toutes ces formes ne sont que des choses ephemeres. 85 Tout vient de Dieu et tout retourne a Dieu. comme ayant la merne racine. Involution et Evolution.Les CONVIVES ce sont ceux qui sont « engages» (satikoun) dans la Voie de Dieu. . et moi j'ai a la fois toutes ces conceptions. IL N'EN RESTE EN VERITE . car ce sont ses Noms qui regis sent les mondes. Le prooleme du Mal. symboles approximatifs ou merne images sensibles. c'est la disparition des tenebres de l'indifference et le lever des lumieres de l'irradiation divine fait la citation (dzikr). « L'Esprit souffle OU il veut ». 109) : « De quelque cote que vous vous tourniez. noudamd' ou nidiim. le commensal.Le fait de VENIR A L'ESPRIT. Le mystique remonte.. Si l'on a cette joie pour Le concevoir seulement. Cela du seul fait qu'il VIENT A L'ESPRIT. 82 Le 84 Ce vers se rattache plutot. IIs sont IVRES grace a l'irradiation et a ce qu'ils decouvrent devant eux. apte. DU FOND DES VASES IL EST MONTE PEU A PEU ET IL N'EN RESTE EN VERITE QUE LE NOM (84). s'il veut. du jaillissement la connaissance ET SANS PECHE. La Verite du Yin est montee. 2e partie. ce qui vous arrache completernent a votre « alterite ». car Dieu a dit : « Certes. REGARDER le cachet. S'IL VIENT UN JOUR A L'ESPRIT D'UN HOMME. s'il veut. apres s'etre irradiee par sa descente dans les formes perceptibles ou concevables (85). » Mais l'idee exprimee par Nabolosi n'a pas seulement un sens mystique. theologies distinguent manifeste de l'advartisme 88 Mouhyiaddin ibn 'Arabi. dit Halla].les gens. croyantes ou infideles. NABOLOSI . . plur. Brahma et Brahms. mot acbaha peut signifier« devenir» ou« etre encore le matin ». parce qu'il s'irradie et se voile a sa volonte (89). NABOLOSI ..

Dieu a dit au sujet de Jesus (sur lui le salut !) : « Tu ressuscitais les morts avec ma permission . sens courants dans le langage des inities. SI LES SOUFFLES DE SON PARFUM S'EXHALENT EN ORIENT. c'est la direction de la conscience de l'homme parfait et la conformation de son imagination a l'image d'un MALADE. elle entre dans les cceurs et celIe qui est sur les langues ne depasse pas les langues.Ce sont les convives qui approchent le paralytique. ressuscite. Le MUET. DE SA SAVEUR. ce qui symbolise qu'ils (les mouridouns se dirigent tous en une grande assemblee vers la presence de la Verite irradiee. 9). animale. Celui qui est atteint par cette lurniere est dans la bonne voie (c'est-a-dire qu'il prend conscience de son neant originel) et celui que cette lumiere n'a pas atteint (c'est-a-dire qui n'a pas pris conscience de son neant). UN HOMME PRIVE D'ODORAT DEVIENT DANS L'OCCIDENT CAPABLE DE LES SENTIR. (Coran. et sa parole contingente ne parle que de choses contingentes. LE MALADE DEJA AGONISANT RETROUVERAIT AUSSITOT SA FORCE.. et rouh = esprit. car il est muet de langue et de cceur. par le lever du rotih. Les TAVERNES sont les assernblees (majlis) des gens des sciences divines. l'homme va dans l'autre monde. NABOLOSI . en ce qui regarde specialernent les « compatients ». al amri divino Le MUR DE SA VIGNE. Et l'homme parfait qui connait son Dieu et fait ce qu'il lui ordonne sait que le rernede efficace pour le mala de.L'ORIENT c'est le cote de l'est d'ou sont sortis les Saints du 'Iraq. il existe sur terre un certain nombre de saints et d'inities. A chaque epoque. arne superieure. de facon que le caractere contingent et ephernere de ce monde disparaisse totalement de la conscience. il y a une mala die ». et d'ou vient le Pole (qouthb) (96). lui-meme. c'est le monde de l'imagination de l'homme parfait. s'egare. Par la voie de la karama ». 92 Nafs = arne. II. 94« 95 'Allam el ghouyorrb. V. la mou'jiza etant le miracle des Prophetes portant un defi pour prouver leur mission. de membres. Car la spiritualite (rouhiiniya) des cceurs humains peut etre malade comme les corps. avec sa permission. de force spirituelle. compagnons de la certitude et de la Connaissance. Dieu a dit: «Dans leurs cceurs. auquel un voile cache les irradiations de Celui qui connait le mieux les mysteres (95). II MARCHE. c'est de s'etendre dans la foi et l'humilite. Le mort RESSUSCITERA. miracles des saints.deviendra vivant comme ill'a ete. Bourirri souligne la beaute de l'image d'un corps qui germe et revit apres avoir ete arrose. le moi. Le fait d'ETENDRE.Le Prophete (sur lui la priere et la paix !) a dit : « Dieu a cree les creatures dans des tenebres (c'est a-dire qu'il les a differenciees du neant). LE MORT RETROUVERAITSON AME ET SON CORPS SERAIT REVIVIFIE(93). En effet. NABOLOSI . inferieure. 96 Le Pole des Saints. ET LES MUETS SE METTENT A PARLER AU SOUVENIR DE SA SAVEUR. rajeunir. NABOLOSI . mais le rernede des corps est materiel (hassf). 110). c'est l'homme indifferent. PRES DE SES TAVERNES LE PARALYTIQUE MARCHE . arne sensitive.. c'est-a-dire qu'il se defait des chaines de ses hallucinations et de ses desirs. Le SOUVENIR (dzikr). meme dans ce monde de la possibilite. si Dieu le veut et l'ordonne a ceux qu'il a elus parmi ses serviteurs engages dans la voie de la certitude. ETENDU A L'OMBRE DU MUR DE SA VIGNE. heritage spirituel de Jesus. NABOLOSI . lequel a aussi l'esprit. C'est la capacite de conserver toujours le souvenir des irradiations divines et de les faire revenir a l'esprit.» (Coran. etre revivifie. Puis illes a arrosees de sa lurniere (c'est-a-dire de la lurniere de Son Existence reelle par l'irradiation). 93 Inta' acha. nephesh et ruach en hebreu. signifie les mondes de la possibilite saisis par la perception et l'intelligence. le corps humain.c'est celui qui ne peut s'elever a la veritable et parfaite connaissance de son Dieu. qui maintiennent les grandes verites et les grandes vertus. et c'est aussi vers l'Orient que tout l'univers converge. Les muets PARLENT : ils exposent les sciences divines et les verites de la Connaissance. II est ainsi arrive a plusieurs des saints de Dieu de ressusciter des morts par des miracles (94). . s'epanouir. qui sont comme « le sel de la terre ». un des 99 noms de Dieu. elle revient de l'Occident des mondes a l'Orient du Soleil de l'Unite.L'OMBRE. c'est-a-dire au souvenir des sens des irradiations divines. car quand la parole sort des cceurs. Un PARALYTIQUE. germer. et qui sont comme un mur entre la vie d'ici-bas (douniii) et l'autre (iikhira). » Ce sont les « convives » qui ARROSENT. L'ame et l'esprit. En arabe nafs est usite aussi pour: moi-meme. est comme un mur : quand il tombe en ruines par la mort. et s'engage deliberement dans les voies de la certitude avec l'assistance de la Grace (tawfiq). ou. tandis que le rernede des cceurs est immateriel (ma'nawf). et tout ce qu'il contient de sens. Joseph de Maistre dit que l'ame sensitive est commune a l'animal et a l'homme. Huysmans exprime une idee analogue dans Sainte Lydwine de Schiedam.S'ILS ARROSAIENT DE CE VIN LA TERRED'UN TOMBEAU.

chef de hierarchic mysterieuse des saints. edit. puis les quatre awtiid (singul. 112) : « Dieu a achete aux croyants leur arne ». Definitiones . a chamelier .) : «Quand deux substancesdeviennentune seule. parce que ce cceur est l'horizon OU se leve le Soleil de l'Existence veritable. specifie que ces boudalii' sont « sur le cceur d'Abraham ». Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. et que le Qouthb est « sur le cceur d'Israfil ». Pour trouver ce dernier. 413.deiformee par l'union transformante. NABOLOSI . Lorsque le mourid sincere met la main dans celIe du cheikh parfait qui le guide vers Dieu. il ne le trouvera jamais. LA PAUME COLOREE DE CE VIN. iiiihiid.leshadits sur ce sujet dans Bokhari.Notices et Extraits des Mss de la Bibl. mediateur des graces divines. de s'approcher des sens des irradiations divines avec gout et avec amour. il est dans la voie droite. ou celui qui le represente. comme le Cheikh el Akbar (Ibn 'Arabi) et quelques autres. universel qui guide dans la voie rnohammedienne. p. le mourid (celui qui desire) a touche le vetement du mouriid (Ie Desire. CELUI QUI TIENT LA COUPE.P. ordinairement au nombre de trois. Ibn 'Arabi.dit ThomasDeschamps. infusion.16) : « Celui que Dieu guide. « Lesjustes sont les colonnesde l'univers ». ou « pieux » (dans le sens de piquet) correspondant aux quatre points cardinaux.) 97 En touchant la main du cheikh.Le houloiil est une these qu'on accusaHallajde professer.. (Cf. c'est le fait.incarnationde la divinitedans l'homme. par l'irradiation de la grace. Dieu (qu'll soit exalte !) a dit (Coran. l'image de Dieu sur la terre. Ce qui est une allusion au contrat des cheikhs parfaits. On peut l'entendre au sens chiite comme d'un supreme representant de Dieu sur la terre. Le Cantique des Cantiques. par lequel subsistent tous les mondes. IL TIENT UN ASTREDANS LA MAIN. . distingue le Pole spirituel du Pole terrestre. unification. IX. Roy. XVIII. Ce que nous avons dit de l'insuffisancedu vocabulairephilosophique des premierssieclesde l'Hegireexpliqueque des malentendusaient pu se produire. II est l'Homme Parfait par excellence. car les saints. l'axe de l'univers. etc. » S. XX. est absorbee par les images changeantes du monde cree. Vulliaud. sont cause que le monde se maintient.L' 'iiiihiid est definiainsi par [orjani (740-816 H. le mourid a touche le vetement du mourad (97) : la vente est conclue. de Sacy.. 1845. Les auteurs coufis de la decadence ont developpe ce theme et complique a l'extrerne dans un sens quasi mythologique perdant de vue le sens profond de la spiritualite.maisnon« faite deesse ». Quand le rnourid adhere sincerement a la volonte de Dieu.. Cette hierarchic comporte en general: au-dessous du Qouthb. X. 112) : «Rejouissez-vous de la vente que vous avez conclue ». a partir de 2 et au-dessus. c'est la main du mourid (novice) sincere quand il la met dans celIe de l'homme parfait. p. le pivot. »). NE S'EGARERA PAS DANS LA NUIT. ses nouqabd. Ibn al Faridh compare les saints aux pieux qui soutiennent les tentes des Arabes. source de vie. Pole. Blochet. Les parfums de la Connaissance se repandent de tous cotes et les marques apparaissent sur lui de la sincerite de son amour. qui revet. le preservateur du monde. qui dans sa Grande Tii'iya (vers 500 et SOl). juridiquement.« La creature. ou bien comme d'une union mystique avec le Verbe et l'Esprit vivificateur. « delegues » (singulier : naqfb).(Cf. in-8°. s'attribuant ce titre. formulesheterodoxesque l'on accusaitparfois les coufisde professer. L'ODORAT LUI REVIENT. il trouve le cheikh parfait. Celui qui est PRIVE D'ODORAT. Conception qui s'est melee parfois.). t. Studies in islamic mysticism. et celui-ci ne peut revenir sur sa vente. Plusieurscoufisont employe les mots iitihdd et tawhfd dans le sens d'unificationmystique..1818. De l'OCCIDENT sont sortis de grands saints dont la plupart ont emigre vers l'Orient. Jesus disait a Marie des Vallees qu'elle etait la robe dont II etait revetu. 98 Houlou]. tu ne lui trouveras pas de guide ». Dans un autre poeme (<< Ralentis ta marche. le vetement de la forme (90ura) humaine parfaite.On peut encore voir dans le Levant le cceur de l'homme parfait. Ce qui peut s'appliquer a ceux qui croient au cheikhguide. p. mais qui se rattache d'autre part a celles de l'Homme Parfait et du noiir mohammadi.LA PAUME DE CELUI QUI TIENT LA COUPE. Nicholson. C'est la vente de l'ame (ou du moi) a Dieu. car celui-ci est une preuve (houjja) de Dieu pour les creatures sur la terre jusqu'au jour du Jugement.) [orjani. Jardin des contemplatifs parseme de fleurs d'amour divin. celan'a lieu que dans lesnombres. t. « rernplacants ». . [orjani. IX. par leurs vertus. parce que son arne (nafs). II en resulte la croyance a l'Existence reelle a laquelle on arrive en « realisant » l'extinction et l'aneantissement de son essence (dziit) et de ses attributs (cifiit). : badal) ou abdiil. C'est dans ce dernier sens que l'entend Ibn al Faridh. pour l'homme de la connaissance parfaite. c'est celui qui ne sent pas l'odeur des irradiations divines. 194. 91. La Verite (qu'elle soit exaltee !) a achete l'arne du mourid. le rnourid doit etre parfaitement sincere. car l'Existence ne peut pas penetrer dans le neant ni s'y unir. On appellevente par l'attouchement(moulamasa)cellequi se fait en touchant la main du vendeur (Cf. avec gout et avec amour. dans Journal Asiatique. et cela sans houloul ni ittihiid (98). Leipzig. puis les sept abriir. 1925. «Etudes sur l'eso-terisme musulman ». et celui que Dieu egare..melangede la substancehumaine et de la substancedivine.1902).Targum du VIeou VIllesiecle. au moment du serment (mou'iihada) et de l'hornmage (moubiiya'a). dit la Paraphrasechaldaiquedu Cantiquedes cantiques. celui que Dieu desire). lequel est le vetement de Dieu. 1605. Dieu. Flugel (en arabe). : watad). a celIe de l'imiim infaillible et impeccable des Chiites et des Ismaeliens. complete. celIe du cheikh-guide. Le Pole (qouthb) est le chef de la hierarchic des saints telle que l'ont systernatisee peu a peu les coufis. sans doute. irrevocable. c'est-a-dire la capacite de sentir de telle sorte qu'il peut saisir les parfums de la certitude et de la Connaissance dans les paroles des gens de la Decouverte et de la Realite. Les SOUFFLESDE SON PARFUM. enfin les 40 (ou 7 selon Ibn 'Arabi) boudald (sing. (Cf.. Si le rnourid n'est pas sincere. G.est deifiee. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. al Kachifi et les coufis posterieurs donnent au Pole spirituelles caracteres du Logos.

a qui son moi voile les irradiations de son Seigneur. UN A VEUGLE-NE QUI LE RECEVRAIT DANS SON CCEUR RECOUVRERAIT DE SON FILTRE FAIT ENTENDRE LES SOURDS. non seulement dans l'Inde. Les SOURDS sont les dis traits. Toute science. c'est la raison (' aql) de l'homme parfait. dit que cette privation des consolations spi-rituelles est une condition requise « pour que l'ame puisse recevoir la forme spirituelle de la vie. Mais autre chose aussi. Si on la recoit d'un non initie ou d'un livre dans la raison tenebreuse non illuminee ('aql dhoulmdnis. le POISON. la raison illuminee ('aql nouranf). pour le mourid. XXI. les monuments. apres avoir decrit les epreuves de la nuit obscure qui « plonge l'entendement dans les tenebres. Idee de la necessite d'une transmission orale d'homme a homme. en merne temps. les insouciants. une « paternite spirituelle ». III. sont les grappes des significations cachees sous les ecorces des choses rnaterielles . l'Etre reel absolu universel. 100) : « . medecine ou mysticisme. et sa raison le purifie de l'impurete des choses et de la souillure de leurs traces. p. la vclonte dans les secheresses. Les fruits qu'elle a donnes. chap. ET LE BRUISSEMENT NABOLOSI . mais dans tout l'Orient. insouciant. en effet. C'est cette idee de « paternite spirituelle » qu'exprime tres exactement le mot « guru » qui designe l'instructeur chez les Hindous. a sa raison. c'est l'amoureux que la vipere de la passion a mordu. Et ceux qui savent bien cela sont le rakb. regarde avec la Lurniere de Dieu et non la lurniere de ta raison. Comme acbaha. (Introduction ii I'etude des doctrines hindoues.. d'une initiation personnelle.. Necessite aussi d'un directeur de conscience. ce vin en a ete extrait par le pressoir.Le Prophete (sur lui la priere et la paix !) a dit : « Le croyant voit par la Lurniere de Dieu et parle par Sa grace Le FILTRE. XVII. jaillissement divin et symbole du cheikh-guide parfait. qui sont « portes ». 100 101 102 103 .. c'est a cette merne idee que fait allusion chez les Arabes le mot « sheikh » qui avec le sens pro pre de « vieillard ».et ils n'entendent rien ». Les « bonnes choses » sont la terre. et c'est pourquoi l'acte rituel et symbolique par lequel elle debute est une « seconde naissance » pour celui qui est admis a recevoir l'enseignement par une transmission reguliere. la reunion de ceux qui sont « montes» . ecrit : « C'est la aussi. 1921. signifie metaphoriquernent l'influx passe en lui au contact de la main du cheikh parfait et l'attachement spirituel et cordial qu'il a pour lui apres le serment et l'hommage. et celui qui ne sait pas est une brute sous la forme d'un homme. IIs entendent grace a ce filtre. c'est-a-dire dans un monde d'entre les mondes. AUSSITOT LA VUE.. Saint Jean de la Croix. insouciant de l'ordre et absorbe par Zeid et 'Amr (102) . » (Coran. Celui qui les porte c'est la Verite (qu'elle so it exaltee !) et ils sont portes sur la terre ferme par des betes de somme et sur mer par des navires. qui n'est autre que l'union d'amour » pur. doit etre transmise ainsi. parlant des detenteurs de la Tradition sur laquelle toute la vie collective repose et qui permet la « realisation meta physique » menant a la « delivrance ».Avec le verre. triomphe du Seigneur. le cceur dans l'amertume ». SI DANS UNE TROUPE DE CAVALIERS SE DIRIGEANT VERS LE TERROIR QUI LUI DONNE QU'UN EST PIQUE PAR UNE BETE VENIMEUSE. Le TERROIR signifie la forme corporelle sur laquelle a germe la forme spirituelle (103) ordonnante qui vient de la graine semee par Dieu. et qui a aussi le sens d' « ancetre » .. et avec le Vin a la Verite de l'Existence (al haqiqai al woujoudiya). mais la parole du moi charnel (nafs). Mais l'homme parfait presente ce qu'il a saisi grace a l'illumination de son Seigneur. 'Ali (que Dieu fasse briller sa face !) a dit a son serviteur Koumafl : « Eteins la lampe. II NE S'EGARERA PAS DANS LA NUIT. La COLORATION. apres les tenebres de la nuit.Cela signifie la decouverte de la Verite qui est tout et en qui tout est (99). c'est ceux qui se sont engages dans la Voie et les gens de la Connaissance. L'homme PIQUE. signifie etre au matin. divine ou humaine. c'est pour dire rnetaphoriquernent l'influx divin qui se communique au rnourid sincere annihile. les arbres. car l'homme n'a besoin de celle-ci que quand il s'agit des tenebres du monde cree. car cette raison ne peut s'elever a la comprehension. ce n'est pas la parole (kalam) des gens de la Connaissance. les apparences changeantes des mondes perissables. car le jour s'est leve ». » Par les creatures. l'explication de l'attachement profond et indefectible qui unit le disciple au maitre. Nuit obscure de l'esprit. a un emploi identique . Rene Cuenon. sans la recevoir directement de l'un d'eux (101). M. le poete fait allusion au cheikh parfait. NAISSANCE. occupes qu'ils sont par l'erreur. LE POISON NE LUI FAIT PAS DE MAL. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. GHADA (100) : c'est la naissance de l'aurore. par la grace divine. IL TIENT UN ASTRE DANS SA MAIN. n'emploie done plus maintenant la lurniere de la raison (' aql) pour com prendre les choses divines. II veut dire: la Lurniere de l'Existence s'est devoilee a toi . et l'homme ne comprend pas avec cette raison.La TROUPE DE CAVALIERS (er rakb). de maitre a disciple.. . 72). L'Oriental est a l'abri de cette illusion trop commune en Occident qui consiste a croire que tout peut s'apprendre dans les livres. Personne ne peut comprendre la parole des gens qui connaissent parfaitement Dieu. la raison perissable est done le filtre et le separateur. comme dans le catholicisme. qui n'entendent pas la verite. Dieu a dit : « Nous avons ete genereux envers les fils d'Adam et nous les avons portes sur la terre et sur la mer. 275). et qui aboutit a mettre la memoire a la place de l'intelligence. Et ce lien spirituel se transmet intact comme un heritage depuis Mohammad jusqu'au jour du Jugement. QUEL- (tawfiq)· » NABOLOSI . mais par l'illumination de son Seigneur. La fonction de l'instructeur est veritablement. la memoire dans le vide. c'est le serviteur distrait. L'AVEUGLE-NE. devenir. 99 Haqfqat al woujoudiya al jiimi' a.

Et cela provient de la perversite de son imagination (khayiil) obsedee par les phantasmes. L'etat (hal) de sincerite s'insinue alors par le commandement de Dieu dans le mourid. Seul.CES CARACTERES LE GUB- NABOLOSI . » L'initiation est plus ou moins rapide selon la preparation et selon les soins.. et non par lui-meme. c'est le noviciat du mourid. pour en parcourir les etapes jusqu'a la connaissance de leur Seigneur. conformement au hadits : « [e suis la vue avec laquelle il voit. S'il n'etait pas conscient de l'etat ou il se trouve. ne a Murcie en 560 (1165). voie de science bienfaisante et d'action elevee. par elles et en elles. indifferent. sa conscience. 106 On conceit qu'une telle importance donnee au maitre. necessite. par ses passions. comme si elles donnaient et refusaient.). 111 Sirr.. peut donner lieu a des abus dans la pratique des confreries degenerees. Le fait d'etre BCRIT SUR le drapeau. le grand saint de Baghdad. II y a par exemple le drapeau de l'armee Qadiriya pour ceux qui sont dans la thariqa du cheikh 'Abdelqader al Kllani (109) voie d'humilite et de mortification. le Maitre par excellence. a la Mecque en 598 (1201) et 611. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. par dedain et pour l'eloigner de lui. mort a Damas en 638 (1240). designe aujourd'hui les confreries religieuses musulmanes. et il ne serait plus tenu aux obligations canoniques.. des mystiques. ni leur ombre ne peuvent etre des voiles pour lui. en Egypte a Baghdad en 601 et 608. a Mossoul et enfin a Damas. son interieur. tantot par interpretation des expressions et explication des signes. le drapeau de l'armee Mouhyouwiya leve par notre cheikh. t 1258. le Cheikh al Akbar (110) Mouhyiaddin ben 'Arabi (que Dieu sanctifie son arne (111) !). l'essence des choses existantes et le sens des irradiations. le maitre remettait la khirqa au disciple en signe d'initiation. » conseillant de s'approcher de Dieu par les actes surerogatoires (nawiifil). c'est le couf .. Parfois encore le cheikh n'a qu'a jeter un regard. nous le jugerions tout a fait dement. Nabolosi dit ici que c'est a cause de leur imperfection que les hommes sont tenus aux obligations canoniques. 108 Ce mot qui signifie voie. 110 Le Cheikh al Akbar. TRACE LES LETTRES DE SON NOM SUR LE FRONT D'UN POSS:E:D:E. ce que nous avons dit dans l'introduction). t 1166. Rien ne peut lui faire de mal. c'est l'homme distrait. ou Jill. tantot par le reveternent du froc (khirqa (105)) bien connu des coufis. et ce qu'il en retient. parce qu'a un certain degre leurs puissances sont parfois suspendues (la ligature des theologiens catholiques) et parce que l'esprit est superieur a la lettre.. C'est ce qu'on veut dire par le possede. dont Nabolosi va citer quelques fondateurs.L'ENCHANTEUR c'est l'homme parfait. (Cf. Eponyme des Qadiriyn. transformations des sens des irradiations divines. se rendit a Tunis. ni les choses. il ne prononce pas la louange de Dieu avec elles. le plus populaire dans tout le monde musulman. Le Coran declare que c'est a cause de leur mechancete que tant de prescriptions minutieuses sont imposees aux Juifs. ses soucis. LES LETTRES DE SON NOM sont les diverses etapes (104) par ou passe l'homme engage dans la voie. le plus grand. l'a soumis a l'ensemble des obligations canoniques et veut qu'illes remplisse (107). Le POSSBDB. Mais. nul ne peut le distri104 Les divers degres de l'oraison. car s'il (Ie mound) s'adresse au guide parfait. pour ceux qui sont engages dans sa voie d'abandon du raisonnement discursif (tadbfr). 105 . surnomme le « sultan des saints ». Les CARACTERES sont traces sur le FRONT pour que leur presence soit constamment bien en vue sur la partie la plus elevee du corps. cite Dieu . habita 30 ans Seville. il peut donner l'initiation. XXXV. qui est entraine par les imaginations de sa raison (' aql).. son secret. Cette ecriture ne peut etre tracee que par le cheikhguide. Ainsi chaque cheikh a sa voie particuliere qui est l'etendard leve par lui. C'est ce que saint Paul dit de la Grace par rapport a la Loi. le connaisseur parfait. c'est la voie (tharfqa (108)) tracee par un cheikh coufi dans laquelle marchent les mouridoun. II faut de toute necessite pour cela que le rnourid se presente. les fous en sont dispenses (par en bas pour ainsi dire) . les mystiques en peuvent etre dispenses. etc. celui-ci lui fait connaitre la verite..Le poison NE LUI FERA PAS DE MAL. On voit que Nabolosi insiste sur la gratuite de la grace et sa Vetement distinctif des coufis . tres grand. les mala des. disent les coufis. a qui tout est voile. ou Jilali. Le verbe ecrire est au passif et le sujet sous-entendu est Dieu (C'est Dieu qui ecrit ce nom). 109 au Jilani. abaissaient et elevaient . le froc blanc de laine. conformernent au had its : « . « jardins ».. Ou bien le rnourid sincere regarde le cheikh guide. Abou Bakr Mohammad ben 'Ali Mouhyi ad-din ben 'Arabi al Andalousi. Sa pensee va d'une creature a une autre. CE NOM ENIVRE TOUS CEUX QUI MARCHENT SOUS L'BTENDARD. legitime en principe. etc . jeunes. ablutions. la politesse et le respect dont on entoure le cheikh (106). 112 Ne en Tunisie. ne voit que les choses creees et est detourne des irradiations de la Verite. diriger vers le Seigneur et provoquer l'infusion des graces du Clement. SI L'ENCHANTEUR RISSENT. avec elles et par elles. le cheikh-guide. NABOLOSI . II y faut une parfaite sincerite des deux parties. qui s'engagent pour le combat contre leur moi. II voit les creatures comme si elles se maintenaient par elles-memes. surnom donne a Ibn Arabi par ses disciples. en un sens par en haut. en tout ce qu'il comprend. 107 Les hommes sont soumis aux obligations canoniques (5 prieres par jour. nul ne peut le retenir. et encore le drapeau de l'armee Chadziliya leve par Abou'l Hasan ach Chadzili (112). BCRIT SUR LE DRAPEAU DE L'ARMBE. 2) : « Ce que Dieu distribue de sa misericorde. Dieu. tantot par une effusion intuitive du cceur au cceur.« chateaux ». Les enfants.Le DRAPEAU DE L'ARMBE. comme il est conscient de son etat pervers et qu'il persiste a y demeurer.

Quand sa resolution est de faire le mal. par exemple : le Createur. l'acquiert et arrive aux voies des sciences.L'homme STUPIDE. Le Prophete (sur lui la priere et la paix !) a dit : « L'homme frequente ceux qu'il aime ».Les CONVIVES sont les mourids qui craignent Dieu et pratiquent sa religion. Le COUVERCLE symbolise le voile derriere lequelle Yin se cache aux intelligences humaines. et n'ont d'autre etre que celui qu'elles tiennent de Dieu. NABOLOSI .JE SAIS COMMENT NABOLOSI. C'est sur lui que je m'appuie et c'est a lui que je retourne. et il a la forme de toutes les choses pour ceux qui le savent transcendant. MEME DANS LA COLERE. IL ARRIVERAIT A COMPRENDRE LE SENS DE SES PERFECTIONS. signifie que celui qui n'a pas de resolution (et de resolution positive. c'est ce qui transparait chez le serviteur des sens des caracteres (akhlaq). Les creatures refletent les attributs divins.veut dire: cite-nous ses traits qui ont attire ta recherche et ta passion. c'est-a-dire celIe de faire le bien. c'est-a-dire qu'il tient un juste milieu et n'est ni avare ni prodigue. III. Et c'est pour cela que le poete a dit « le sens de ses perfections» et non les perfections ellesmemes. quel qu'il soit. le Vivificateur. Celui qui donne la mort.. Attributs et Noms. 128). SI LE PLUS STUPIDE DES HOMMES POUVAIT BAlSER LE COUVERCLE DE SON AIGUIERE. etc. c'est le «sens» de ces caracteres. Car le serviteur a ces memes choses. »- OUI. II est dit dans le Coran (XI. c'est l'instant ou l'irradiation cachee se fait connaitre. » L'abandon a Dieu (tawakkoul) et le retour a Dieu (tawba) sont les deux conditions de la grace (tawfiq) divine. LE DECRIRE. c'est l'impuissance pour l'lntellect de saisir toutes les choses creees. La VOlE DE LA RAISON. c'est la decision de faire le bien et non le mal. . mais qui aime les saints. Tel est le debut de la grace. de ceux « qui rnaitrisent leur colere et pardonnent aux gens» (Coran.buer ».Celui qui boit de ce Yin devient GENEREUX. CELUI DONT LA MAIN N'A JAMAIS CONNU LA LARGESSEDEVIENT GENEREUX. etc. ce sont ceux a qui le Yin est voile. ce qui est un des beaux caracteres de l'homme. comme Omniscient. audes sus de toutes les formes. ET CELUI QUI N'A VAIT PAS DE GRANDEUR D'AME APPREND A SE MODERER. qui desirent le connaitre et qui croient l'avoir par une simple description. (113) L'ENIVREMENT. Ce qui est virtuel chez la plupart devient deiformation chez le mystique par l'annihilation et l'union transformante. c'est une resolution qui n'a pas de valeur. Tout-Puissant. c'est le hilm classique. II lui est impossible d'avoir une forme en soi. Plus elles sont parfaites. qui subit l'attrait de la ferveur des gens de la Connaissance parfaite. ET PAR LUI SE CONDUISENT DANS LA VOlE DE LA RAISON CEUX QUI N'ONT PAS DE RAISON. image (90ura) et non realite eternelle. . qu'apparaissent reellernent ses perfections (chama'il) et que les surfaces de cette subtile boisson reflechissent leur lurniere (115).TOI QUI ES SI BIEN INFORME DE SES QUAUTES. comme ils ont la connaissance du monde cree par l'impression de sa forme sur leur imagination (la perception) . 113 114 115 La meditation Ou qualites. distrait. Ce voile. du seul fait qu'elles existent. et la repetition d'un Nom divin est une methode classique d'entrainement spirituel dans les ordres religieux musulmans.Ceux qui DISENT. c'est la raison humaine qui est le couvercle de ce Yin quand ill'ignore et son filtre quand ille connait. CELUI QUI N'A PAS DE RAISON. C'est lorsque le serviteur s'annihile et que s'annihilent ses «sens» (ma'na). plus l'image est pure. La GRANDEUR D'AME (hilm). en buvant ce yin. NABOLOSI . car tout homme peut avoir une decision quelconque). en essence et en acte. nous le connaissions comme toi tu l'as connu. DECRIS-LE. tma'nd chama'iliha).ou sur un des Noms indiquant ses qualites essentielles. qui le cherchent. EN VERITE. et c'est pour cela qu'il est dit dans le Hadits que Dieu a cree Adam a son image. mais les choses divines sont plus hautes et transcendantes. c'est son essence. NABOLOSI .. porte son attention et medite sur un des Noms de Dieu qui indiquent ses actes. Le BAlSER donne a ce couvercle. en entrant sous le drapeau. Le rnourid. pour qu'en les sachant. ON ME DIT : « DECRIS-LE. Le SENS DE SES PERFECTIONS (114). Attributs et Noms du Seigneur. c'est l'homme ignorant. CEUX QUI MARCHENT SOUS L':ETENDARDsont les mourids qui se sont sincerement abandonnes aux obligations qu'impose la thariqa de leur cheikh. Celui qui maintient.. 90) : « Ma grace vient de Dieu. Mais ce qui transparait. Le NOM. IL POUT LE CARACTERE DES CONVIVES. par l'impression de sa description sur leur imagination..

qui dit que l'etre est commun a la creation et au createur. connaitre comme il se connait lui-rneme. C'EST UNE LUMIERE SANS FEU ET UN ESPRIT SANS CORPS. » Ils peuvent done jurer par la creature sans risquer l'idolatrie. La Parole divine intervient lors de la creation et du commencement (des choses) pour tout ce qui est dans le Savoir ('ilm) de Dieu. mais qui ont des nuances precises: azal. c'est un esprit pur sans aucun support charnel. note Bourini. dit [orjani. » « C'est en Lui que nous avons la vie. 121 C'est-a-dire sa colere. non au temps. selon qu'on donne a toaidiini le sens d'affectif ou d'interieur. etc . abad. dit-il encore dans la Contemplation ad amorem. qui n'a pas de commencement. 116 . il n'est pas saisissable et impur comme l'est encore l'air. so it ses etats (mounja'il) (121). ETERNELLEMENT (qadfman) se rapporte au Verbe. perpetuel.1. soit son essence. aux actions humaines. Il affirme la transcendance divine et declare que l'union mystique est de volonte. p. (facon de parler). L'attribut Savoir lui fait connaitre de toute eternite et a jamais (120) tout ce qui doit etre connu necessairernent. NABOLOSI . est dans toutes les creatures par son essence. 1921. » Saint Jean. mais la realite chez lui est plus haute et transcendante. et non pas la connaissance et representative (ta9wfriya) que les esprits forment selon leurs concepts. dans la mesure car personne ne peut le C'EST UNE LIMPIDITE ET CE N'EST PAS DE L'EAU. Sur l'attitude analogue de la pensee hindoue. je le connais. et baqii. Dieu present dans toutes les creatures. C'est ainMa'rifa wajdaniya. C'EST UNE FLUIDITE ET CE N'EST PAS DE L'AIR. comme il veut et comme illui plait. leur predestination et l'ordre OU elles sont maintenant. cit. connaissance vulgaire acquise la demonstration (bour Min). Elles sont toutes neant dans l'eternite. Filioque procedit. qui dure toujours. C'est done un esprit debarrasse de l'eau. ses Attributs. comme la flute est inseparable du joueur de flute. ce qui est et ce qui sera a jamais. R. attribut de Dieu. l'argument d'autorite (taqlfd) ou l'imitation servile (idz' an). 119 Hadits : Ce qu'on dit et ce qui peut etre redit. cf. imaginative (khaya-liya) par la discussion (dalfl).Car la connaissance intuitive (116) est la seule demandee et recornmandee. en considerant les irradiations de sa verite secrete apparaissent au poete etre quatre : la LIMPIDITE. et tout ce qui peut l'etre. non du « commandement » lui-rneme. qidam. Et cela depend seulement du degre de sa preparation. par exemple. car il est le support du corps elernentaire qu'ils compo sent (117). laquelle n'est pas formee de lettres ni de sons crees. eloigne de la materialite de ces quatre elements. notre Seigneur. classees dans l'ordre qui les regit maintenant. et le gofrte apres l'avoir cherche avec ou j'etais prepare a recevoir son jaillissement et ses graces.. ont plus ou moins insiste sur cette idee que l'etre de la creature est derive de l'Etre divino Mouhyiaddin ben 'Arabi lui-meme. «Je considererai. et pourtant non differente de cette Essence. Et cela non en son essence.Le VERBE (hadfts). la LUMIERE et L'ESPRIT. le servi-teur n'a rien de mieux a faire qu'a bien connaitre son esprit (roiih). le tout etant eternel (122). considerant que Dieu est necessairement createur. du feu et de la terre. originel. comme nous l'avons dit. les realites des choses renferrnees dans le Savoir divin. la FLUIDITE. de la parole du Soi divin increee. dans les plantes leur donnant la vegetation.«Au commencement etait le Verbe . ses creatures. SON VERBE (119) A PREEXISTE ETERNELLEMENT FORMES NI IMAGES. 118 Amr est un equivalent de Verbe. c'est la necessite de son existence transcendante. 87) : « IIs t'interrogeront sur l'Esprit. non son essence merne. 120 L'arabe a plusieurs mots que l'on peut traduire par eternite. les qualites de ce Vin. dans les animaux leur donnant le sentiment..« Qui me voit voit mon Pere ». et Celui qui connait parfaitement le « commandement du Seigneur» connait son Seigneur (118). c'est la Parole (kalam) interieure de Dieu. qui suffit sans doute au ferveur. le caractere de possibilite (de contingence) leur est essentiel. 1. » Le poete parle selon le degre de sa preparation dans la Connaissance . etc.. Reponds : L'Esprit precede du commandement du Seigneur ». II « precede du commandement » (amr) de Dieu qui apparait sous la forme de l'Esprit... ne pense pourtant pas que tout soit Dieu mais que tout est en Dieu. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. JE SAIS LE DECRIRE veut dire: II m'est apparu. L'attribut Parole decouvre ce que Dieu connait. d'une anteriorite essentielle mais non temporelle. . Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. dit que les hommes parfaits peuvent plus facilement que les autres « mediter et contempler que Dieu. Introduction generale ii I' etude des doctrines hindoues. OU la connaissance et l'amour sont inseparables. insuffle en lui « par le commandement du Seigneur ». Bref. 91) : « IIs n'ont pas estime Dieu a sa juste valeur. ce qui revient d'ailleurs au meme en metaphysique mystique. XVII. 117 Cette expression et les expressions analogues des pages suivantes ne sont pas du pantheisme. lei. connaissance amoureuse ouintuition intellectuelle. dans les hommes leur dormant l'intelligence. VI. par sa presence et par sa puissance. L'attribut Parole s'est attache a elles dans l'eternite (azal) et les choses possibles ont acquis l'etre selon leurs limites. de Scot Erigene a saint Thomas. ses Noms. non en lui-merne.II n'est pas palpable comme l'eau. Le Savoir divin a decouvert (a concu) ces Idees eternellernent (azalan). sa satisfaction. dit saint Paul. ses Actes et ses Ordres (ahkam). op. qui n'a pas de fin. les Idees. meme s'il apparait cache sous ces elements. connaissance stade (dans le maqam) de la foi (fman). de l'air. Et pour connaitre son Seigneur. 122 Les essences fixes. Quant aux choses possibles. dit du Saint-Esprit le Credo. mais ne suffit pas au stade de la perfection (ihsan). mais est un des Attributs de Dieu. n° 154. A TOUTES LES CHOSES EXIST ANTES ALORS QU'IL N'Y A VAIT NI NABOLOSI . selon l'ordre (tartfb) qui regit toutes les choses possibles. qui est tres ancien. Celui qui connait parfaitement son esprit connait le « commandement du Seigneur ». ce qui a ete. 268. non d'essence. dans ses Exercices spirituels. ce qui est dans son Savoir. L'ame est abadf et non azali. Car le Savoir est anterieur a ce qui est connu. il s'agit. par rapport aux choses contingentes. Cuenon. Il est dans les elements leur donnant l'etre . Le commandement de Dieu. dit Jesus. Saint Ignace. ne sont posterieures a Dieu que quant a l'essence. . Panentheisme et non pantheisme. Les scolastiques. le mouvement et l'etre. car elles sont coeternelles.

. en votre possibilite « neantielle ». percu et imagine. celui sur lequel on discute ». dit Jesus (Jean.si que le Savoir divin suit les choses possibles connues. et elle a dit : « [e ne suis pas. c'est-a-dire les choses creees.. » Jean. qu'ils sont des traces de la trace qu'est son Trone. XVII. . » (Coran. XIX. son qui fait jaillir le point primordial.. XIII. XIII. (L'ombre = les choses creees. les creatures ne sont qu'un pur neant. Parole de Verite (124). Et toutes les choses du monde ont fait le merne aveu ». I Cor. Tout cela veut dire qu'illeur decouvrira. type d'union mystique transformante. et sagesse equivaut a justice (' adl). que ce qui a ete concu dans le Savoir divino « ADieu l'argument peremptoire. et toutes choses subsistent par lui . » (C'est-a-dire : Nous l'avons fait venir en presence de notre Verbe et nous l'avons connue telle qu'elle est. Dieu a dit (Coran.. 12 129. deviennent reelles. Puis Nous avons place le soleil (Ie soleil de l'Existence veritable) comme guide sur elle . puis Nous l'avons retiree a Nous avec facilite. mais alors no us verrons face a face. VI. (Saint Thomas d'Aquin). Verite (haqq) = Dieu en arabe. il vous aurait sus ainsi dans la voie droite. 31. elles n'ont pas d'existence pro pre a cote de la Science et de la Parole divine. Le Prophete (sur lui la priere et la paix !) a dit : « Un sultan juste est l'ombre de Dieu sur la terre. et c'est le Koun fa yakoun (Sois ! et elle est). et saint Thomas au XIIIe. . et dans une autre version « . Paul. Le 1932 interpose les vers de la facon suivante : 22. 35) en parlant de Jesus (sur lui la paix !) : « C'est Jesus. Le verset coranique equivaudrait alors a : Son Verbe est Dieu. l'Existence veritable projetant sur elles sa lurniere (126). elles sont venues a l'existence par la creation du Verbe divin.. Il est avant toutes choses. 128 Mot a mot: par le gout et la decouverte. manquent dans certains manuscrits. et la vie etait la lurniere. 127 L'on voit comment les coufis cherchaient aux textes du Coran des sens allegoriques. » C'est-a-dire qu'il sait etre une trace de la Parole et du Savoir diYin. . mais il est voile a. en se transformant de Pensee en Verbe. .« J'ai interroge la terre.... 32. avec une SAGESSE (hikma) que le savoir divin a decretee .Il est a noter que ce vers et les sept suivants. . toutes contingentes.« Maintenant nous voyons per speculum in enigmate. la sagesse ou le vin . a peu pres comme Scot Erigene au IXe. 125 Jesus. I.. l'illumination de l'Existence du Verbe se retire d'elle et elle devient neant comme elle est en elle-rnerne) (127).) S'il avait voulu il aurait pu la faire stable. toutes les formes intelligibles des choses futures. C'est PAR LUI. ».Le sujet du verbe voiler peut etre les choses. » La prosternation c'est l'annihilation ifanii). maintenant je connais imparfaitement. comme le palmier a son existence dans le noyau de datte. . Aussi appelle-t-on Dieu le Vivant (al hayy) et le Qayoum (Celui qui existe par lui-me me et maintient toute existence) eternellement (132). sans avoir par elles-rnernes l'existence. Oulamii' er rousoiim. et. ayant eu un commencement.. 126 En elles-memes.C'est par le Verbe. 130 Ou bien: C'est par Lui que se maintiennent ici toutes les choses qui le voilent sagement a qui ne comprend pas. S'il avait voulu il vous aurait tous mis dans la voie droite. Coloss. leur maintien et leur realisation ont leur existence dans le Savoir et le Verbe divins (131). C'EST PAR LUI QU'ICI COMPREND PAS (130).. «Le Verbe existe de toute eternite. 124 C'est-a-dire Verbe de Dieu. dit maitre Eckhart au XNe siecle. qu'il protegera de l'ombre de son Trone ». et les choses connues telles qu'elles sont suivent la Parole divine dans l'eternite en presence du pouvoir createur (fjiid) qui les a fait sortir du neant (mouhdits lahii). « neantielles ». Elohim se manifesta sous la forme du Verbe . a sagesse ou a choses. que les choses se maintiennent ainsi. Et cela pour signifier que son Savoir des choses possibles. 150. 23-30. apres l'avoir connu par la connaissance imaginative et conceptuelIe. -. mais sont merne neant devant ces deux presences. et leurs ombres memes le font le matin comme le soir. elle fit entendre un son .) Ce qui veut dire: si vous etiez. Les CHOSES sont tout ce qui est concu. mais alors je connaitrai comme je suis connu ». 16) : « Devant Dieu se prosterne tout ce qui est dans les cieux et sur la terre bon gre mal gre.Les choses SUBSISTENT. En lui etait la vie. II les suit done. Dieu (qu'll soit exalte !) a dit (Coran. par la vertu de leurs saintes actions. II a distingue Jesus par le triomphe en lui de la contemplation du Verbe et l'annihilation en lui de toute autre chose que le Verbe (125). et il vous aurait faits dans la voie droite tous.ou bien: C'est par lui qu'une sagesse maintient ici toutes choses et le voile . les Lui decouvre. en son Verbe. SUBSISTENT TOUTES LES CHOSES. neant dans l'eternite (azalan) en presence du Savoir divin . fils de Marie. 131 « Toutes choses ont ete faites par lui (Ie Verbe) et rien de ce qui a ete fait n'a ete fait sans lui. Mais vous n'avez pas ete (tous) ainsi dans le monde de votre possibilite « neantielle » non plus « Ta parole est la verite ». Elles sont les effets (du Verbe) comme l'ombre projetee par quelqu'un qui se tient debout. En Dieu preexistent tous ses effets. Ils le connaitront alors parfaitement et par intuition (128). Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. Car c'est en lui qu'ont ete creees toutes choses . et vous auriez ete. independamment de ce qu'elles ont de l'etre divin. XXV. ».. cette semence divine par laquelle la creation a ete operee. Saint Paul. 3-4. qui est celIe des docteurs de la lettre (129).ou bien: que subsistent ici toutes les choses selon une sagesse. Rien n'apparait de ces choses. par exemple dans Mss Arabes. dans la voie droite... Et II a dit (Coran. mais il se manifesta pour la premiere fois quand la matiere fut creee . par son Verbe eternel. VI. dit saint Augustin. 73) : «Sa Parole est la Verite (123). par ce Vin. Toutes les FORMES et toutes les IMAGES sont les choses possibles.« C'est lui qui est l'image du Dieu invisible. A Lui le regne ». I. 4261 et 1343 de la Bibliotheque Nationale. 15-17. MAIS ELLES LE VOILENT AVEC SAGESSE A QUI NE NABOLOSI . telles qu'elles sont. venait de germer. 123 . 23-30. . et le pronom de bihii peut se rap porter a vin.. origine de la Lumiere. Cela. 132 L'Etre de Dieu est a l'origine et au cceur de l'etre des choses qui participent de lui en tant qu'elles tiennent de lui leur etre. dit le Zohar. 17). qu'ont ete creees toutes choses. les litteralistes. 33. le premier-ne de toutes les creatures... 47-48) : « Ne vois-tu pas comment ton Seigneur a etendu l'ombre ? . lei (tamma) signifie par la presence de ce pouvoir de maintenir toutes les choses possibles. dans la voie droite. II a dit aussi : «II y en a sept que Dieu protegera de son ombre le jour (du Jugement dernier) OU il n'y aura d'ombre que son ombre ».

Le sujet qui fait des actes. Profite. dans l'etat OU j'ai ADAM a l'origine COMME PERE. mais a Dieu (qu'il soit exalte !) et il n'y a pas d'existence a tout ce qui est autre que Lui. formes des choses.qu'en son Verbe . et le Connu. en ce sens qu'il est une manifestation de Son Existence. NABOLOSI . ne comprenant pas le sens de leurs paroles et ignorant l'usage qu'ils font entre eux des mots dans l'expose de leur science divine. . ainsi que des religions. en merne temps qu'il expose la doctrine de « l'unite de l'existence ». dont les ignorants accusent les gens de la voie de Dieu et les gnostiques. Dieu (qu'il soit exalte !) trouve dans l'eternite (azal) une chose. car l'existence n'est pas a lui. Pour qu'il y ait ittihdd ou houloul. VIN ET NON VIGNE . puis dans le monde de la manifestation et de l'influence de Dieu sur lui. peu m'importe la fureur des autres. et cela ici est impossible.Le VIN existe. 135 Le commentaire s'attache a repousser le reproche d'associationisme. II en est ainsi pour tout ce qui change et tout ce qui est change. des futures creatures. ni comme le parfum des roses dans les petales de roses qu'on peut faire sortir en pressant . fait de declarer infidels. qui est leur racine. c'est le mystique qui se fond en Lui. mais ils se sont fait tort a eux-memes. Cette union n'est pas la PENETRATION D'UN CORPS dans un autre. et que des legislations ont ete instituees. comme les modeles des futures choses creees et comme les objets de la Connaissance divine. mais comme la presence virtuelle de l'arbre dans la graine . CEUX QUI 'N'ONT PAS DE COMPREHENSION sont tous ceux dont le moi est un voile qui les empeche de contempler leur Seigneur. les choses creees perissables) est en elle-meme neant : car les choses sont tirees du neant. » EN LUI MON ESPRIT S'EST EPERDU DE TELLE SORTE QU'ILS SE SONT MELES TOUS DEUX INTIMEMENT . puis dans le Verbe. ni du houloul. pour que deux choses soient melangees. bons ou mauvais canoniquement. et Dieu t'a mis sur la voie droite. II n'y a pas de deterrninisme (de contrainte jabr). la verite de l'erreur. Et cette union c'est l'union du connaissant et du connu en tant qu'il est connu et non en dehors de cette connaissance (136). Cela n'est ni du iitihiid. NABOLOSI . comme le palmier dans le noyau avant de germer. il faut qu'elles existent deja toutes deux. 134 Takfir. le Connaissant. 7) : « II t'a trouve egare et il t'a mis dans la voie droite ». dans le monde de la manifestation (phenomenal). La creation des choses n'est que la projection sur elles de la Lurniere de l'Existence veritable. il la parle et la cree (la fait sortir. car elle est le noyau de la connaissance de Dieu. La paternite d'Adam (sur lui le salut) et ma filiation par rapport a lui ont existe dans le Savoir divino Nabolosi s'efforce de concilier la liberte et la responsabilite humaine avec la prescience de Dieu.Dans tout ce passage. II n'a pas d'egal. mais tout ce qui existe tient son existence de l'Existence de la Verite (qu'elle soit exaltee !) (135). puis dans le Savoir. II s'agit peutetre ici (133) de l'egarement louable qui est l'etonnement provo que par la grandeur et la magnificence de Dieu (qu'il soit exalte !). Le Yin existe et la Vigne n'existe pas. il se fait tort (dzatim) a lui-rneme (s'il peche). En effet. pour distinguer le bien du mal. obeissants ou desobeissants . Mystiquement. le Yin a l'esprit. Dieu voit tout. XCIII. VIGNE ET NON VIN . 133 Ce verset s'applique au Prophets. IIs leur reprochent des peches graves. sans pourtant qu'il ait un pouvoir createur a la racine de ses actes et qu'il puisse creer une chose que Dieu n'ait point creee. Le Cheikh al Akbar (Ibn 'Arabi) a dit : « Lorsque Dieu le genereux connait le secret de ma conscience. 119) : « Nous ne leur avons pas fait tort. CXII) : « II n'a pas engendre et n'est pas engendre. dans le monde de sa possibilite. seul createur. car il n'y a pas d'existence a cote de la Verite (qu'elle soit exaltee !). il faut qu'un etre s'unisse a un autre ou le penetre. Sa prescience et Son decret. il ne s'agit pas d'un melange a proprement parler. L'ame humaine tenant par son fond le plus intime a la divinite peut (maitre Eckhart) s'attacher a soi-meme et s'eloigner de Dieu. dans le monde de sa possibilite . puis dans le monde de la manifestation (fjad) et de l'influence (tatsfr) . il la sait changeante. IIs nient alors ce qu'ils ne comprennent pas des paroles des inities a la connaissance de Dieu. chaque graine produit un arbre particulier qui ne se trouve pas dans une autre graine. comme le palmier est dans le noyau avant de devenir palmier alors qu'il est neant en lui. » Et c'est pour cela que Dieu a envoye des prophetes et fait descendre des Livres (reveles). . c'est Dieu en qui preexistent les idees des choses possibles. et c'est ainsi que vous etes apparus. XI. puis sur la voie droite. et ainsi de toutes les choses. 0 disciple impartial (satik mouncif). c'est-a-dire : tu as ete egare. ils les excommunient (134). avant le commencement des temps (azalan) et selon l'orientation de Son Verbe originel (qadfm). DE TELLE SORTE QU'ILS SE SONT MELES veut dire que l'un s'est mele a l'autre. MAIS CE N'EST PAS UN CORPS QUI EST ENTRE DANS UN CORPS. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. car le servteur est libre de choisir et de vouloir le bien ou le mal. mais quand le neant est mele a l'Etre. preexistent en Dieu. et la VIGNE (les mondes possibles. c'est la creation. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. le Connu c'est Dieu et le Connaissant. selon Son vouloir et Sa volonte. au lieu de s'attacher a ce qu'il y a en elle de plus profond et s'unir a Dieu en renoncant a ses limites pour se fondre dans l'Etre divino 136 Ontologiquement. SA MERE EST MA MERE. » INTIMEMENT veut dire qu'ils sont devenus une meme chose. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. l'existence qui apparait en elles c'est l'Existence de la Verite (qu'elle soit ex altee !) et non une autre. puis dans le Verbe. Son savoir. est un sujet reel dans le monde de sa possibilite « neantielle ». croyants ou infideles. Les idees. changeante. Le mystique retrouve l'unite perdue.II s'agit ici du Yin et de l'etat supreme du disciple engage (satik) dans la voie de l'irradiation divine. awjada). de cette digression. J'AI ADAM POUR PERE. metaphysiquement. puis dans le Savoir. comme l'eau dans l'eponge. 103 et XVI.

Les IDEES sont les sciences et les connaissances divines dans le cceur du gnostique. [oriani identifie textuellement l'Oumm al Kitab avec l'Intelligence Premiere et avec l'Homme Parfait. EN VERITE. 12) : «Votre Seigneur s'est impose la misericorde. n'existent pas par elles-mernes.c'est-a-dire les idees . La philosophie au Moyen iige. » La subtilite est une caracteristique du monde spirituel et du Nour Mohammadi. dans la conception du gnostique qui a une grande foi en son Seigneur. d'une maniere ineffable et secrete. MAIS LE TOUT EST UN. La Mere du Livre. Adam est anime d'un souffle de l'esprit divino Eve est sortie du corps materiel d'Adam. Cet Etre unique se manifesta. c'est-a-dire toutes les creatures. le prototype des Livres reveles. » (Coran. il se rend visible. s'irradia et se decouvrit .. dit [ounaid. dans ce bas monde) . Par ex ernple.La DISTINCTION entre les Idees et les creatures a lieu dans l'etat de la croissance et de l'augmentation. et non a Vin (feminin). ou bien le livre. Al HaWij . quand il est lie a l'eternel. ON A FAIT UNE DISTINCTION. purete (masculin). p. Oumm al Kitiib. NABOLOSI . mais elles n'ont pas d'autre etre que l'Etre qu'illeur donne. L.. aussi VI.. n'existent que par participation aces principes premiers ». comme nous l'avons vu. 54. c'est-a-dire dans la realite divine. 273-279). et Lui. II est le Subtil. 1925. il devient l'univers cree. cit. il atteint les regards. C'est la fameuse formule d'Ibn 'Arabi. et (Coran. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. par rapport a Dieu (qu'il soit exalte !) est encore une epaisseur. 298/911. Si on l'attribue a la vigne. ET LES IDEES C'EST LUI QUI LES FAIT NABOLOSI: Les VASES signifient le monde possible. La lurniere veritable c'est l'Existence de la Verite (qu'elle soit exaltee !). Toutes les choses. invisible. resumant la doctrine de Scot Erigene). c'est-a-dire ce qui est susceptible d'avoir une existence ou non. et non dans celIe de l'insouciant aveugle. et en verite tout est pur. qui est coeternel au Pere. maitre d'al Halla] qui rompit avec lui.La Vigne existe et le Vin n'existe pas.. c'est le Savoir et la Parole. et lui qui produit toute chose devient produit en toute chose . formes diverses du Livre eternal. D'autre part. « aupres de lui est la Mere du Livre (141) ». XXXIX. 69) : « La terre s'illuminera de la lurniere de son Seigneur ». reflets de l'Etre veritable qui projette sa lumiere sur le non-etre. il se donne une essence et une nature. sinon c'est forcernent une epaisse obscurite dans les yeux et les vues. 17. VI. Le poete veut signifier que nous sommes sortis d'une Existence (Adam) et d'une non-existence (Eve). (Op. « et il maintient » (en s'irradiant) . p. le Tres Bien Informe. La PURETE (ou la subtilite) DES IDEES (ma'na) ici veut dire la purete de ce que les formes des choses possibles refletent de la presence divine et des irradiations du Seigneur. c'est-a-dire le Verbe. XIII.. les creatures. Les idees divines S'ACCROISSENT selon la purete de l'ame (142) . . si on les mettait sur (les deux plateaux d') une balance. Le TOUT EST UN veut dire l'existence de l'Unique vivant en son essence. (et cela.. (Gilson. neant en elles-mernes. . Et ces choses connues possibles.) « Et qu'est-ce que le monde pour etre cite a cote de Dieu ? » dit alors celui qui avait eternue. p. Les creatures sont distinctes du Createur transcendant. n'a plus d'existence ». compagnon de la decouverte et de la perception. I. et entre eux (deux se trouve) le possible ». c'est la base du livre et son prototype. a l'lrradiation spirituelle reelle (tajallf al amri al woujoudf). l'esprit de l'homme s'eleve d'autant plus qu'il conceit plus clairement les Idees les plus hautes . abime de passion. reposent de toute eternite les causes premieres . Selon la metaphysique coufie. II contempla son Essence par son Essence (143). on nie toute existence au vin.Termine ». NOS ESPRITS SONT LE VIN ET NOS CORPS LA VIGNE. dans l'autre monde). elles descendent sur les cceurs purifies des vices comme les pluies abondantes des cieux mysterieux. VI. Le livre. 137 138 139 140 141 142 143 Il dira plus bas que l'Esprit supreme est comme le pere du Vin et la nature comme sa mere. Abou'l Qasim al [ounard ibn Mohammad al Khazzaz al Qawariri. « Dans le Verbe. c'est le Savoir lui-merne . Et encore: « La creature subsiste en Dieu et Dieu se cree. et cela ne peut etre saisi ni par la raison (' aql) ni par les sens. de meme que les corps sont une epaisseur par rapport a l'esprit. et sa connaissance est d'autant plus pure que son cceur l'est davantage. 39): «Dieu efface ce qu'il veut » (en Se voilant). definitions 190 et 211). ce passage de Nabolosi . un homme eternua un jour pendant le cours de [ounard (139) (que Dieu sanctifie son esprit !) et s'ecria (140) : « Louange a Dieu I . Selon l'usage. Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. car l'homme n'avait pas ajoute : « maitre des mondes. XXIV. mais cette subtilite. ». qui represente le monde. i. il se fait comprehensible. t Baghdad. il ne reste plus a la vigne..«Le contingent. SA MERE EST MA MERE: Dieu (qu'il soit exalte !) a dit (Coran. createur de l'univers. selon Sa parole (Coran. incomprehensible.. (Cf. visibles comme invisibles. » LA PURETE DES VASES EN VERITE VIENT DE LA PURETE DES IDEES. celebre coufi. qui a devoile eternellement par son Savoir les choses connues possibles. Le commentaire parle comme si bihii (feminin) se rapportait a loifoun. 33-38 et Essai sur le lexique .. 103) : « Les regards ne peuvent L'atteindre. et cela. le tout est pur. neant en elles-memes. doue de gout. celle-ci se tiendrait en equilibre. et les a parlees par son Verbe interieur sans commencement ni fin. Massignon. et sa Mere. d. Le sens de ce vers est: Lorsque les idees divines triomphent des creatures en se decouvrant et en se donnant en contemplation. superessentiel et surnaturel. 35) : « Dieu est la lurniere des cieux et de la terre» (au genitif. dit [ounaid.L'echelle des creatures reflete la hierarchie des Idees eternelles .. c'est les tables gardees.. participent de l'un et de l'autre. Le Cheikh al Akbar (Ibn' Arabi) a dit dans ses Pouiouhiit : « L'Existence veritable et le neant. CROITRE. aucune existence. en creant la creature. car l'existence est une (138) . quand on l'attribue au Vin divin. dans l'etat OU j'ai la meme mere (137) .

«covenant ». ni cree ni incree. ils croient et adherent d'une croyance et d'une foi egalement possible (contingente) et « neantielle». » LE VIN: Les esprits sont la fragmentation de l'ensemble du roun al mohammadi.) La Sainte . premiere creature et pourtant adorable: noiir ou roah mohammadf des musulmans. ordre voulu par Dieu. QUI EST COMME ORPHELIN. 148 'A9r signifie a la fois temps et ecrasement. Dieu fit comparaitre deux fois la 90ura.. de vos ames (146). repondit : Qui! au Covenant. 14) . par cette masse primordiale d'adoration. unie avant la creation ala deuxierne Hypostase. Cette sagesse creee. 129) : « II vous est venu. 71-80) la seconde fois pour se faire adorer lui-meme. Le nasoiii. sentence recue en reve ou en extase. A VANT LE TEMPS LE PLUS RECULE. La connaissance de l'Existence unique et veritable leur arrive dans le monde possible. la masse primordiale d'adoration. la note 3 du commentaire suivant. l'amour est le Vin pre-eiernel que chante ici Ibn al Faridh. Puis il vous est arrive (ou : il vous viendra) un prophete qui croit ce que vous avez deja recu . Cf. procedant « du commandement de Dieu » par l'interrnediaire du grand roiih al mohammadi (Esprit Mohammedien) universel (145). 32. Coran. Ces esprits. 147 L'etre contingent tient son etre de l'Etre reel. Ibn Karram dit que « la premiere chose creee par Dieu a du etre une forme vivante pensante ». la Forme de l'Adam celeste. par l'intermediaire des prophetes et des envoyes (sur eux la paix !). II. Massignon. (Cf. dit Ibn Hanbal lui-meme. qui. le Mediateur universel. (illeur dit ): (C'est pour cela que) je vous ai donne le livre et la sagesse. vous ne pouvez que le croire et l'aider. la Premiere Nature anterieure a la nature sensible. si peu esoterique. (Cf. le pere du genre humain (sur lui le salut!). Dieu (qu'il soit ex alte !) a dit (Coran. L'amour etant « l'essence de l'essence ». cree et pourtant divin. ce que nous avons dit de l'Homme Parfait. elle est l'Intellect agent. aurait eu lieu merne sans le peche d'Adam. et c'est par Moi qu'elles M'ont connu. J'ai cree les creatures. « neantiel » . 149 'Ahd peut signifier testament. p. 146 Min anfousikoum. de l'Esprit universal. Car Dieu a dit (Coran. rap pelle de facon impressionnante la metaphysique chretienne du Verbe et du Fils: Dieu cree les choses par son Verbe. Al Hallaj. XCV. nous l'avons dit. est. 48 . a « desire la croix depuis l'origine du monde afin d'expier dans son corps avec la merne douleur si longtemps soufferte par l'Ame ». pour les mystiques comme Jilani. 75) : « Lorsque Dieu recut le pacte des prophetes. . la Mens Generalis. que c'est a son image. XXIV. Massignon. ou son pacte (mftsaq). Le TESTAMENT D'ADAM. 4. Le type de cette image est en Dieu comme une pure forme intellegible. XXIV. bu par les predestines en la nuit du Covenant. quand Dieu leur a dit : « Ne suis-je pas votre Seigneur? » et qu'elles ont repondu : «Si ». au nom de tous les hommes futurs. IL A ETE SOUS LE PRESSOIR (148). XVIII.. le Fils est la connaissance que Dieu a de soi-meme. 199-214). comme la Genese. 115 et XXXVIII. figures par Adam. Telle etait la volonte du Createur en creant le monde. le Jugement Supreme.. un apotre. » Ou bien il peut s'agir du Covenant (150) des ames dans les reins d'Adam. pour certains inities et pour Halla]. c'est le Dieu-humanite. 599-610. 144 « Sacre » . 150 Mftsaq. divin. dit Postel. en l'essence de laquelle quiconque y penetre se transforme (147).. III. IIs sont comme la vigne.Le Coran. VII. et jointe au Verbe. (l'Adam Kadmon des cabalistes). et tout cela dans l'ordre qui regit les mondes de la possibilite. par rnisericorde a leur egard . Essai sur le lexique technique . IX. notre Thomas Morus et les Utopistes de la Renaissance. ou Dieu parle a la premiere personne par la bouche du mystique. J'ai voulu Me faire connaitre. Halla]. L. VII. IL N'Y A PAS D'« AVANT» ET APRES LUI IL N'Y A PAS D'« APRES » SIECLES A ETE LE SCEAU DE SON EXISTENCE. rouli al mohammadf. 171.Le TEMPS LE PLUS RECULE: c'est-a-dire avant le commencement du monde. d. LE PRESSOIR : Le fait de faire sortir le jus du raisin. en les parlant interieurement. 1927. Nos CORPS. dit que Dieu a cree l'homme« de la plus belle forme » et le hadits precise.Et c'est ce que « realisent » les gnostiques (. lurniere possible et « neantielle » dans la Lurniere de l'Existence veritable. et c'est cette Forme qui prononcera. [onayd. ainsi qu'il est dit dans le hadits qodsf (144) : « I'etais un tresor cache. c'est la distinction entre l'Existence veritable et les formes qu'elle revet. la premiere fois pour la faire adorer par les anges (Satan refusa et fut damne) (Coran. Le mystique realise cette unite de l'Etre et ne vit plus qu'en Dieu de la Vie veritable. Cette Arne souffre une passion cosmique et c'est en elle que « le Christ Agneau est crucifie des l'origine du monde ». « cette generale intelligence qui est necessairement avant toute autre et de laquelle il est ecrit : ab initia et ante scecula creata sum» (Ecclesiastique. que l'on traduit litteralement par: d'entre vous (Mohammad est envoye aux Arabes et choisi parmi les Arabes). L'incarnation. [e Me suis fait connaitre a elles. XX. ce sont les formes qu'ont prises les choses possibles dans le monde de leur possibilite et dans le monde de leur existence. la raison d'etre de la creation. le Jugement demier. dit Postel. arne creee du Christ ayant l'union hypostatique dont parle Guillaume Postel. Avant la creation de l'Adam terrestre. nos « roun al amri» ont ete insuffles en nous. promesse. c'est ce Vin. » Les Attributs et les Noms divins se sont reveles aux creatures. absolu. c'est sa prophetie.r p. Sur la question du hadits qodsi. c'est. Chochtari. le mediateur universal.arifoiin). « engendree avant la lumiere ». la Forme assumee par le Verbe divin avant toute creation. comme pour Chazali. comme dit le psaume. . conseil. alliance. connaissance ou temps. Nos ESPRITS. p. contrat. et rendra. LE TESTAMENT VENU QU'APRES LUI. car les esprits viennent de la fragmentation de l'ensemble du roun al mohammadi. 100 et suiv. Cf. unie au Logos divin. 145 L'Esprit (rouh) ou la Lumiere (nour) mohammedienne. Cette arne du Christ. de merne que l'Evangile charge de cette fonction le Dieu fait Homme. AVANT LUI. personnifiee par Jesus. no. l'Ange du Grand Conseil. dans la tradition metaphysique musulmane la premiere des creatures d'ou toutes les autres precedent. LE COMMENCEMENT DES (149) DE NOTRE PERE N'EST NABOLOSI . au nom de Dieu. comme le raisin qui contient le jus spirituel qui deviendra vin et enivrera les intelligences (' aql) par les sciences et les realites de la Connaissance qu'illeur infusera. et que Nabolosi interprets comme se rattachant a l'idee du Logos. 35). IIs correspondent a la seconde « lurniere » du verset: « Lumiere sur lumiere » (Coran.

TELLES SONT LES BEAUTES QUI INSPIRENT POUR LE LOUER LES BELLES PROSES ET LES BEAUX VERSo NABOLOSI . il la reduisit en poussiere. lOa. l'Existence veritable). traduct. est mort et evanoui et annihile . H. l'arne et le corps legers. sera: « Tu ne me verras pas ». preferant l'esprit ala lettre. » Le bien de l'orphelin correspond aux forces naturelIes et sensorielles et ce verset veut dire: « ne detruisez pas integralement en vous ces forces naturelles apres avoir aneanti en vous le monde des ames et des esprits. Dieu (qu'il so it exalte !) a dit (Coran. il dit : Seigneur.entre au paradis. le Paradis. 155Les «nuits » de saint Jean de la Croix. soit le monde animal et humain.CELUI QUI NE LE CONNAIT PAS. le souvenir (du Covenant adamique. de remplir les obligations canoniques exterieures. veut dire ici. of Sa'd ud Din Mahmud Shabistari. dit Chabistari dans son beau poeme mystique: le Jardin de la Rose (gulshan i raz ..Lorsqu'il apparait dans le monde compose d'Esprit et de nature. a la Coupe pleine du breuvage d'immortalite. XXN. On peut rapprocher aussi de ces conceptions le Metatron. Tu ne me verras pas. 158Nom d'une femme arabe celebre par sa beaute. dans le giron de sa mere. montre-toi a moi. la Chekina.avant de se dissimuler dans la nature dont il est revetu. litteraliste.dont il savoure les delices. d'oraison). ne l'ont loue que parce que ces beautes les ont incites a le faire. c'est-a-dire l'insouciant. quant aux rites. BOURINI . soit qu'ill'entende. les idees de Postel sur l'Intellect actif et l'Intellect passif ou Mere du monde. L'Amour Divin se manifeste d'abord dans cette forme. dont les mondes crees sont les traces (156). selon le commentaire. J'aime par l'entendement et je ne vois pas le corps de l'aime ! » NABOLOSI . le voile. au moment de sa CIT A nON (160)(dzikr). et que l'homme entre dans le combat pour se frayer un chemin vers lui (154). Tu peux dire que tu es epris d'un phantasme. parce que MOIse (sur lui la priere et le salut !) tomba evanoui (de Dieu). de l'union transformante. 156au les reflets. VI. p. 12-18. 160Le dzikr (qui signifie citation. L'esprit du mystique s'est aneanti en Dieu et c'est Dieu qui vit en lui. » [e reponds : « [e suis mosaique. 153Cf.Les BEAUTES sont les Attributs de ce Vin qui inspirent les louangeurs . decouverte ou ferveur. tu me verras. Et lorsque Dieu se manifesta sur la montagne.. Morse tomba evanoui. » Ce qui signifie que celui a qui Dieu se decouvre en s'irradiant par ces Noms. 153 et XVII. . par exemple R. L'amour est dans l'intelligence et la comprehension. partie inferieure de l'Esprit supreme et de l'ame humaine. » 159Coran. »Cf. p. .APRES LUI. spiritualiste) quant aux dogmes et aux croyances.Cet ecroulement de la montagne devant la presence de la gloire divine est comparee parfois chez les coufis a l'annihilation ([ana) du moi en Dieu. soit qu'il s'en souvienne en son cceur. lorsqu'ils ont decouvert les sens profonds des irradiations de ses beaux Noms. se rejouit. . si elle reste immobile a sa place. le Pardes de la Kabbale. 36) : « N'approche le bien de l'orphelin que de la belle maniere. 154Il s'agit maintenant specialernent de l'annihilation mystique. 151Le texte a un sens ontologique et mystique a la fois. Le fait de lui attribuer l'ETAT D'ORPHELIN symbolise allegoriquement l'annihilation de l'Esprit auquel il est mele lors de sa premiere apparition (152). 50 et suiv. est dhiihirf. ceux-ci. soit qu'il prononce ce dzikr. le Vin est alors orphelin au sein de la nature. tajallf) (159). 1880. aime sans connaitre la personne aimee s'appelle amour sur la montagne (du Sinal) au moment de l'apparition Sophie des Crees et des Russes ortho-doxes joue un role analogue. Exode. VII. » Tel est l'etat de l' « engage» sincere dans sa route vers la connaissance de son Seigneur et la conscience de sa proximite. designe souvent la Connaissance initiatique restaurant l'etat edenique. Cf.Sachez que cette sorte d'amour SE REJOUIT DE L'ENTENDRE CITER COMME L'AMANT DE NOU'M (158) dans laquelle l'amoureux C'est a cela qu'a fait allusion le poete qui a dit : « IIs m'ont dit : « Tu as aime comme un aveugle un ephebe aux beaux yeux noirs et tu ne l'as jamais vu. Et c'est le sens du hadits concernant celui qui s'approche (de Dieu) par les preceptes surerogatoires : « [e suis l'oute avec laquelle il entend et la vue avec laquelle il voit. puis dans la creation. CELUI QUI NE LE CONNAIT PAS ENCORE D'ENTENDRE LE NOM DE NOU'M. Whinfield. Et c'est pour cela que l'homme est dans la necessite de remplir les obligations canoniques positives et negatives. Lt Roi du Monde. mais n'a pas vu l'apparition (1'irradiation. texte persan. mais regarde la montagne. au Craal des chevaliers de Montsalvat. pratiquant exactement les devotions requises. et prend parfois le sens de recueillement. II se rejouira bien plus encore quand illui sera donne de le connaitre ! mosaique. biiihini (interieur. 157 Jannat al'irjiin.. c'est-a-dire apres l'apparition du ce Vin sous le vetement des raisins et des grappes qui le voilent (151). la reponse a « Montre-toi ». Le Prophete (sur lui la priere et la paix !) a dit : « Dieu a 99 noms. Londres. mention. reprit Dieu . vers 193). Ibn 'Arabi. 20. Mais il n'est pas dispense pour cela (sauf quand il en est empeche par la ligature de l'extase). par E. repetition. du Vin pre-eternal bu). mernoire. se rapportant a la metaphysique cosmique en question.et que son pere. en merne temps qu'a l'experience spirituelle. c'est-a-dire au paradis de la connaissance (157). Le sanscrit Paradecha (contree supreme). 152Le rouli etant la premiere creature. Et cela nous ramene par la montagne de l'Agneau et les quatre fleuves. dont Ibn al Faridh parle aussi dans son poeme lamiya (dont tous les vers finissent par un lam) : « C'est lui l'amour. Celui qui les a denombres entre au paradis. et bien entendu le Logos neoplatonicien et philonien. par gout. comme si l'Esprit etait son pere et la nature sa mere (153). Cuenon. en effet.(155) » L'interdiction d'approcher le bien de l'orphelin a pour but la conservation des obligations canoniques du serviteur. « Aussi longtemps que la montagne de ton etre demeure devant toi (tant que tu ne renonceras pas a l'illusion egocentriste de l'existence contingente pour te fondre dans l'Etre absolu. le rouh al amri. anglaise et notes d'apres surtout le commentaire de Lahiji.. in-I". la Lumiere du Messie de la Cabale juive. 139 : « Lorsque Morse arriva a l'heure convenue et que Dieu lui eut parle. etc. 1927.

» Et le Prophete (sur lui la priere et la paix !) a dit : « Nous autres. 43) : « Ton Seigneur. Arabe 3223. parce qu'il subsiste un tout petit reste du moi quand ils recoivent.Les GENS DU MONASTERE sont les saints (waif). XXXV. est deja du separatisme et une sorte d'idolatrie. ah !combien de sang afait cauler ce mien desir !(167) » et qu'il a souri. 167 : « 0 croyants. 165 Les dhahirites litteralistes s'opposent aux bathinites. s'annihile tout ce qui n'est pas Lui. l'union. autonome. ceux qui craignent Dieu sont les savants. de la saintete de Jesus (sur lui le Salut !) dans la religion mohamrnedienne qui reunit en elle tous les maqdmdi des prophetes et des envoyes anterieurs. On le trouve parfois semblable a un possede et a un dement. II eut ete COUP ABLE DE S'EN PRIVER. car celui qui ne boit pas ce Yin est en permanent etat de chirk (163) dissimule. » (Coran. 164 Attestation de l'unite de Dieu. parmi ses serviteurs. Il y eut quelque temps un rite dhahirite. 163 Le fait de donner un associe a Dieu. lucide. c'est la faculte de « realiser » ses suavites qui sont l'amour de la connaissance veritable. Ms. aussi fait-on ces suppositions a son egard. la jouissance et les saveurs exquises des irradiations de l'Existence veritable et les progres de son approche. 167 Vers de la grande ta'iva. heritiers du maqdm spirituel de Jesus. MAIS ILS ONT EU L'INTENTION DE LE BOIRE. le cheikh (Ibn al Faridh) (que Dieu soit content de lui !) est de ce nombre. detache des choses de ce monde. l'irradiation de la verite.) ILS ONT DIT : « TU AS PECHE EN LE BU-VANT. l'etat supreme. NON. Cela fait croire aux inities qu'il etait enfin arrive a son but. hors de lui. Ils repliquent non seulement que leur conception des voies d'oraison et de l'union transformante est legitime. X. par identification du connaissant et du connu. et parfois clairvoyant. quand il a recite: « J' attendais depuis long temps un regard de Toi. n'a pas le droit de contrarier les graces divines. 25) : « Certes. celebre poeme d'Ibn al Faridh. IIs marchent sur sa route a sa suite. Le verset coranique II. ajoute Bourini. NABOLOSI . ILS NE L'ONT BOURINI . 168 Wic. 63. On lui a dit cela parce qu'on le voit absent. certes. LIII. ils s'engloutissent dans la lumiere sans que son secret intime leur soit revele. l'allegresse est per-tee a son comble par la disparition de tous les chagrins et de tous les soucis. La boisson symbolise l'arrivee (168) (des mystiques). comme nous l'avons vu. . par sa contemplation et non par son existence.Nabolosi a cornmente un traite de ce cheikh Arslan : Bibliotheque Nationale. pourrait se prendre dans ce sens.Le fait de se vouloir distinct. aux desirs ardents. et ton tawhid (164) n'apparait que si tu sors de toi-merne.al. parce qu'ils se sont souvenus par eux-memes et ils ont entrevus le monde des esprits libere des tenebres qui les a introduits dans le nour al mohammadi. prophetes. de se prendre soi-meme pour centre. » Ce chirk dissimule n'est pas coupable chez les docteurs exoteriques ('oulama adh dhahir) (165) mais c'est un peche chez les saints elus inities a la gnose divine. nourrissez-vous des mets delicieux que nous vous accordons ». c'est-a-dire qu'ils ne sont pas arrives tout a fait. dans leur marche vers la Verite (qu'Elle soit exaltee !). et par l'adhesion exclusive au Connu (162). objet de son desir. fonde au IXe siecle par Dawoud ibn 'Ali. JE N'AI BU QUE CE DONT J'EUSSE ETE COU- NABOLOSI . HEUREUX LES GENS DU MONASTERE! COMBIEN ILS SE SONT ENIVRES DE CE VIN! ET POURTANT PAS BU. ni un dinar. Dieu (qu'il soit exalte !) a» dit (Coran. Dieu (qu'il so it exalte !) a dit (Coran. ils ne sont pas arrives au but supreme. est plus impalpable que la marche des fourmis sur une pierre lisse.» p ABLE DE ME PRIVER. la possession. c'est-a-dire la science divine. ILS N'ONT PAS BU de ce vin. absorbe qu'il est interieurernent par la contemplation de la presence de son Seigneur. « Les elus (les saints) de Dieu n'ont ni crainte ni chagrin. Le fait de S'ENIVRER DE CE VIN. car les saints sont les heritiers des prophetes et les savants ('oulama') en Dieu. 34) : « Ne vous avons-nous pas donne assez de temps pour reflechir ? » Ce qui signifie : en celui qui reflechit (tadzakkara). dont tous les vers se terminent par un tao Beaucoup des gens de l'amour reciproque (entre Dieu et l'homme) (mahabba) ont parle dans leurs poemes des monasteres. . » Ainsi. XXXV. et Il n'est plus que sa contemplation. sont morts aspirant encore a la contemplation de la beaute . mais seulement la science ». 9. On sait que des amoureux sinceres. CERTES.Dieu (qu'il so it exalte !) a dit (Coran. exprime pour l'amour profane comme pour l'amour divin. Alors leur ipseite (ananfyya) de-vient Son ipseite. est le terme de tout. La direction unique de l'esprit tourne exclusivement vers Dieu. dans l'experience mystique.On lui dit : « Tu AS BU LE PECHE ». XV. Ce dernier texte declare que le vrai tawhfd implique l'attestation mystique de l'unite de l'etre. dans ma communaute. Les GENS DU MONASTERE representent ceux qui s'adonnent aux sciences divines et les compagnons de l'amour du Seigneur. Le Prophete (sur lui la priere et la paix !) a dit : « Le chirk. c'est-a-dire le vin qu'on tire des raisins pressures et qui est canoniquement illicite. Mais.) La REJOUISSANCE. 166 Ce vers peut aussi repondre aux accusations d'heterodoxie portees contre les mystiques coufis. il ne contemple que Lui. du Seigneur. car celle-ci est annihilee (161). nous ne laissons en heritage ni un derhem. l'exaucement des desirs. comme un homme ivre. la marche de ce Yin dans leur moi. Et c'est ce que veut dire allegoriquement la parole: « Nous avons fait descendre le dzikr et nous en sommes le gardien. 161 162 . COMBIEN ILS SE SONT ENIVRES DE CE VIN.LES MONASTERES (dafr) sont les couvents chretiens. » Le cheikh Arslan de Damas a dit : « Tu es entierement chirk dissimule. mais encore que le spirituel engage dans la voie. Les profanes croient que seules peuvent mettre en cet etat les choses illicites telles que le vin. le hachich et les substances analogues. Et c'est pour cela que le poete dit ici qu'il serait coupable (166). » (Coran. a moins que le sourire qu'il eut au moment de quitter ce monde n'indique qu'il venait d'arriver a la contemplation.

c'est-a-dire (tu ne dois pas t'arreter a autre chose que) le noiir al mohammadi. C'est la qu'il y a des suavites OU se complaisent les intelligences (' aql) saines.IL EST A TA DISPOSITION: prends-le. puis nous nous sommes evanouis quand on a offert ses verres a la ronde. ghai'n devient 'utn ». dit Jesus. et tenant leur existence de cette Existence reelle.Ce vers signifie : Lorsque je me suis annihile et effondre. et il ne subsiste plus d'etre.si tu melanges l'Existence veritable avec les formes des choses existantes neantielles (' adamia). l'amour restera. Puis nous sommes revenus a nous. comme si elle etait l'eau de la bouche (la salive) du Bien-Aime eternel.C'est un ordre au rnourid sincere de prendre ce vin PUR. et que la salive du Bien-Aime serait mohammad rasoul allah: Mohammad est l'envoye de Dieu (la seconde partie de la chahada). et si tu t'adresses a autre chose que son Essence (dzat) ne depasse pas ses Attributs (cifat).Idee d'allure cabalistique. est comme le point sur 'atn. unique. dans l'Evangile. etre qui participe au Vin grace a la generosite et a la bienveillance divine. il est au-dessus de tout ce qu'on peut dire. nous n'avons jamais connu de melange. A rapprocher des dhyana et samiidhi hindous. on a : 'oin. sans melange. premiere chose creee de la Lurniere divine. tantot subsistant (170). et lorsqu'il ne restera plus rien. sois sur et certain de ton annihilation et de ta fusion effective en l'Existence veritable par laquelle tu existes.l'intervalle qui les separait disparait. (Gulshan i Raz. BOURINI . ELLE SERA ENCORE EN MOl QUAND MES OS SERONT POUSStERE. 172 Nul ne peut aller. Cette marche (du Vin dans leur moi) est une marche sans marche a proprement parler. 998enuit (selon le Dr Mardrus). Depuis que nous existons. Le point du ghaYn(169) isparait. 102. « . 0 engage. En effacant le point du ghain sur le mot qui transcrit cette lettre. . » Mille et une nuits. AVANT MA PUBERTE J'AI CONNU SON IVRESSE. leur union est intermittente. dit ainsi Chabistari.c'est-a-dire descendre de la presence de l'union. Il est le compagnon dans l'angle du tombeau. S'il faut a tout prix melanger l'Existence veritable avec des formes differenciees.) IL EST A TA DISPOSITION DANS LES TAVERNES. . L'essence (ou l'ceil. D'autres ont dit que ce vers signifiait : Tiens-t'en a la -connaissance (ma'rifa) de ton Seigneur. Quand tu seras certain de distinguer l'Existence par laquelle tu existes. l'essence divine. Nous avons ete presents. Verbe de Dieu. ILS EN ONT EU L'INTENTION. Plusieurs ont commente ce verso Certains disent que le Vin correspondrait a Iii ildha illa allah: II n'y a de divinite que Dieu (la premiere partie de la chahada). Cela fait penser aces vers d'Abou Madyan: Offre-le a la ronde. 170 Comme il s'agit ici de gens qui ne sont pas arrives tout a fait a l'union constante. Ne do ute plus de ce que tu croyais imaginaire. NABOLOSI . qui evidemment signifie que le mystique renoncant son moi. neant en elles-memes. et la contemplation de l'Existence veritable pure par elle-meme et non par le moi de l'individu phenomenal. II est le premier et le dernier. mediateur universal. brise toutes les limites qui l'empechent de se fondre dans l'Etre. cette ivresse subsistait eternellement dans la Prescience divine. » (Coran.au Pere que par moi ». ain pointee. c'est-a-dire premiere differenciation (ou preformation) neantielle et forme potentielle (ta9wfr iqtidarf). car cette liqueur est la trace de ses beaux Noms et l'irradiation de ses hauts Attributs. il ne faut le rneler a rien d'autre qu'a la salive du Bien-Aime : tout autre melange serait coupable. qui est ton attestation de l'Unite pure et la contemplation de la Verite par la Verite quand tu es sur d'etre arrive a Elle et sur que tout sauf Elle est neant (fani) . La d realite de deux devient un. une. ivre du Vin de la Presence Reelle. PRENDS-LE PUR (CE VIN) . commente Lahiji. Et on a dit d'autres choses encore et ces significations ne peuvent etre saisies que par ceux qui se donnent beaucoup de peine. dont Elle ne soit l'essence de l'etre. pur. vers 306). « L'etre phenomenal. le MELANGER avec autre chose. ghain. MAIS SI TU VEUX LE MELANGER. Quand 'uin est debarrasse de son point. obscurite de l'etre contingent. car l'Existence Veritable leve tous les voiles des choses perissables du monde. meme quand mon corps disparaitra et qu'il ne restera de moi ni forme ni ombre. hors l'Existence veritable. et que si on veut le melanger. qui signifie essence. SACHE QUE T'ARRETER A AUTRE CHOSE QUE LA SAUVE DU BIEN-AIME SERAIT COUPABLE. l'etre absolu. « Il est le pont de la verite. NABOLOSI . t tout E vient d'Elle. 171 « Lorsque rien n'existait l'amour existait. La purete de cette boisson symbolise l'aneantissement de tout. Tel est le sens de l'acte de boire ce Vin. » Si tu veux. QU'IL EST BON DE LE BOIRE AU SON DES MUSIQUES ! NABOLOSI . Ce Vin est ainsi avec moi et ne se separe pas de moi dans la pre-eternite ni la posteternite (171).En substance ce vers veut dire d'abord qu'il faut prendre le Vin parfaitement pur sans aucun melange. est sublime en 'oin. tu 169Lettrede l'alphabet arabe. . il ne faut la melanger qu'a ce qui est le plus directement emane d'Elle (172). Elle reste avec moi et ne disparaitra pas. C'est le sens du hadits deja cite: « [e suis l'ouie avec laquelle il entend et la vue avec laquelle il voit. comme si nous n'avions jamais ete presents et comme si nous n'avions jamais ete absents. 'afn) se fixe dans l'essence (ou l'ceil). au « mariage spirituel ». VI. humee aux commissures des levres de l'Echanson. car boire c'est s'infuser ce qui vous etait exterieur. Pas de melange. « Dieu est le createur de toutes choses. c'est-a-dire qu'ils ont dirige leur volonte vers la realite de son essence ('arn) en effacant le point du ghaYn. tu ne dois pas te detourner de la SAUVE DU BIEN-AIME. VA LE PRENDRE DANS TOUTE SA SPLENDEUR.le point de leur moi (nafs) tantot s'effacant. quand 'uin est pur.

n'aurait pas ete apprecie de ce cote des Alpes. son symbole l'Un unique. l'abbe Bremond. [e vous donnerai une puissance absolue sur les quatre elements. c'est la vie du rnourid. ce qui est particulierernent beau au moment de (l'extase. 126 V de la Bib1. LXXV. tout en reconnaissant qu'il peut donner lieu a des abus. . » (Coran. disciples du grand poete [alal addin Rourni. Louez l'Eternel. lors de) la decouverte et contemplation des irradiations de la Verite de l'Existence et de la consideration de sa generosite envers ses serviteurs. 17) : « Vous ne les avez pas tues. 175 «Je n'ai que mon arne (mon moi).. aux dires de M. 95). louez-le avec le psalterion et la harpe. Louez-le avec le tambour et la flute. O . et.. as affected by music and singing . JAMAIS ENSEMBLE LES CHA- NABOLOSI . aboutit souvent a des precedes d'action sur le systerne nerveux presque purement mecaniques.) Alors tu comprendras la parole: « Dieu poete a donne a l'Existence. s'irradie et se detaverne pour ce Vin. et que [e suis tout et que vous n'etes que mon habit dont je suis revetu . c'est Dieu qui l'a lancee. » Ses serviteurs sont ses saints. et 11950. 88. qui. Ses Attributs et Ses Noms.. Bisthami dit: «Je suis alle de Dieu a Dieu jusqu'a ce qu'il fut erie de moi en moi . au lieu de contempler ton moi par ton moi.Bourini a propos de l'euphorie que donne l'ivresse materielle. c'est-a-dire partout. le samii' est. s'il n'est qu'une rnecanisation artificielle de l'extase. car ce Vin. NABOLOSI . ou bien le temps en general tout entier. le jugement.. 11943. avec la danse des derviches. dont II a triomphe. » et celle-ci (Coran. qui triomphe de ses serviteurs. les entoure de toutes parts. Akhtallui repondit que dans l'intervalle il y avait un moment qu'il ne cederait pas pour le royaume de l'emir et qui inspirait les vers en question. On ne peut le condamner completernent qu'en refusant toute musique religieuse et toute piete emotionnelle. une puissance absolue sur tous les hommes. patron des humoristes. Vicieux. Cette meme musique est par contre interdite aux gens de l'insouciance (aux profanes) parce qu'elle ne fait qu'accroitre leur insouciance a l'egard du Dieu digne d'adoration (173). Batres a decrit avec une grande finesse de sympathie la danse extatique des derviches tourneurs (maulawis) de Qonia. la conception que nous avons chez nous de la saintete et de la devotion implique une gravite solennelle et compassee qui exclut les manifestations exterieures trop vives et nous empeche de comprendre qu'un [alal addin Roumi ne pouvait s'ernpecher de tournoyer comme l'atome dans le rayon de soleil quand l'appel invisible avait touche son cceur. 173 Chazali a longuement discute dans son Ihya la legitimite de la musique en general et du concert spirituel en particulier. un exutoire de l'enthousiasme. Les traites de coufisme s'efforcent de justifier le samii'. car tu es aneanti. Nous ne voyons pas un ecclesiastique venerable se mettant a sauter comme le roi David devant l'Arche ou comme le clerge de Seville. tu as renonce a ton moi (175). dit Jesus a Marie des Vallces. SI TU T'ENIVRES DE CE VIN. tu contemples ton Seigneur par ton Seigneur. je sors trainant le pan de mon manteau. p. COMME N'HABITENT GRINS ET LES CONCERTS. 176 «Viens done en moi Te glorifier Toi-meme ». qui symbolise l'Existence veritable. Louez-le avec les cymbales retentissantes . LE TEMPS SERA TON ESCLAVE DOCILE ET TU AURAS LA PUISSANCE (174). certes comprenait parfaitement cette parole de Dieu (Coran. Le concert spirituel est. Depuis Bossuet. FUT-CE LA DUREE D'UNE SEULE HEURE. triomphant de leur essence annihilee par Son Essence eternelle. 20. qu'll a conquis. ou ton Seigneur par ton moi (176). VIII. VI. cite ces vers du grand poete chretien Akhtal. dit le Psaume ISO. couvre par la differenciation et la formation de toutes choses. Macdonald a traduit ce texte dans le Journal of the Royal Asiatic Society. aussi fier que si j'etais ton emir. Et l'argumentation subtile de Chazali est sur ce point tres solide. ». et Philippe de Neri. et son jugement est l'essence du jugement de Dieu. Mais il mene a developper outre mesure ce cote emotionnel. Celui qui donne son arne par amour pour ce qu'il aime n'est pas prodigue ». LE TEMPS. dit Halla]. M. A TOI alors LA PUISSANCE sur toutes choses (177). L'ESCLA VE c'est le serviteur qui te rend tous les services que tu veux et ne te desobeit pas. un element tres caracteristique de la mystique musulmane. 1901-1902 : « Emotional religion in Islam. 18) : « C'est Lui le vainqueur. 6 emir des croyants.Ce vers s'adresse au rnourid sincere engage dans la voie de Dieu (qu'il soit exalte !). Nat.. Les TA VERNES. louez-le avec les cymbales de triomphe ! » 174 Houkrn.) Et de la vient le symbole du vin que le et non son nom. le commandement. et je la donne. louez-le avec le luth et avec l'orgue. apparait. C'est ainsi qu'etait Abou Calih 'Abdelqader al Kilani. dit Ibn al Paridh dans un autre poeme. Celui qui est ainsi ne juge plus que selon le jugement de Dieu. contemporain et favori des premiers califes ommerades : « Lorsque mon echanson me verse et puis me verse trois coupes. Duncan B. fo1. et « toute chose pe- CAR JAMAIS NULLE PART IL N'HABITE AVEC LA TRISTESSE.» et :« Tu n'as pas lance (la fleche) . pour les Orientaux expansifs. l'Eglise gallicane et le siecle des perruques monumentales. » (Coran. [e ferai voir et connaitre a tout le monde que [e suis vivant et regnant en vous.C'est pour cela que chaque confrerie (tha'ifa) a ado pte un concert spirituel (sama') avec des airs et des instruments de musique.: 0 Toi Moi!» 177 «Je vous donnerai. mais c'est Dieu qui les a tues. Toute chose est done une rira sauf sa face. les gnostiques. dans le cas des confreries trop vulgarisees. comme pourraient l'etre l'alcool et certains stupefiants. XXVIII.trouveras que tout ce qui est hors d'Elle est neant : et tu es parmi ce qui est hors d'Elle. et peut merne etre benefique aux esprits tendus par l'ascese et la meditation. « louez-le au son de la trompette . » (Ms. » Le calife 'Abdelmalik ibn Merwan en effet ayant demande au poete comment il pouvait prendre plaisir a une boisson qui commencait par une saveur acre et finissait par une nausee.

et il a gache sa VIE. c'est ce monde-ci dont Dieu a dit (Coran. ET CELUI-LA N'A PAS DE RAISON QUI N'EST PAS MORT DE SON IVRESSE. vain ornement. La RAISON lui a fait defaut. II. il a PERDU son temps. et celle-ci : « Vous etiez morts et il vous a rendu la vie. a cet orgueil. A quoi fait allusion la parole: « Est-ce que celui qui etait mort et que nous avons ressuscite ? . QU'IL PLEURE SUR LUI-ME ME. futilite. 178 « Nous sommes passes de la mort a la vie» I Jean. . sa vie n'a pas ete digne d'un homme.IL N'A PAS VECU ICI-BAS CELUI QUI A VECU SANS IVRESSE. LVII. » (Coran. c'est celui qui a vecu pour ce monde. il n'etait pas dans la bonne voie. 26. ce qui l'aurait soustrait aces cinq choses . VI. 19) : « Sachez que la vie de ce monde n'est que jeu. 122). qui s'est adonne a ce jeu. a cette vanite. CELUI QUI N'EST PAS MORT DE SON IVRESSE. NABOLOSI . c'est celui qui n'a pas occupe tous ses instants a la contemplation de l'Existence veritable. sterile orgueil de vouloir surpasser autrui.NE VIT PAS veritablement celui qui n'a qu'une vie animale et non humaine. » (Coran.) (178) ICI-BAS.. et ne s'est pas donne entierement a elle. CELUI QUI A PERDU SA VIE SANS EN PRENDRE SA PART.14. a cette futilite. II ne s'est pas enivre de ce Yin. » CELUI QUI A VECU SANS IVRESSE. III.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful