LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ | VENDREDI 16 JUIN 2017 | 3

 

ICLUSESI ICHAMONIXI
Le Tour de Savoie Mont Blanc Il est possible de s’inscrire
arrive à la Sardagne au festival de yoga
» Le quartier de la Sardagne est en fête cet après­midi avec  » Le Chamonix yoga festival revient à Chamonix avec 
l’arrivée de la deuxième étape du Tour de Savoie Mont Blanc, aux  une 4e édition, du 30 juin au 2 juillet. Il sera précédé 
alentours de 17 h/17 h 30. Les cyclistes, qui auront 188 km dans  d’un pré­festival du 26 au 29 juin et suivi d’un post­
les jambes, arriveront tout droit de Val­Cenis. Des difficultés de  festival du 4 au 7 juillet. Au programme : des cours en 
circulation sont à prévoir entre 15 h 45 (passage de la caravane)  intérieur (au Majestic), en extérieur (centre­ville) et 
et 17 h 30. Le lendemain, le départ se fera de Magland à 10 h 25.  en altitude (Planpraz). Mais aussi des conférences et 
Après 126 km, et un passage par Sallanches et Praz­sur­Arly, les  des masterclass avec de nombreux professionnels. 
sportifs seront à Saint­Michel­de­Maurienne. Inscriptions possibles : www.chamonixyogafestival.com
821254300

VOTRE RÉGION
HAUTE­SAVOIE | Les électeurs se sont très peu mobilisés dimanche.  Sur le marché d’Annecy­le­Vieux, nous avons tenté de comprendre ce désamour

Mais pourquoi donc les Haut­Savoyards
ont­ils été si peu nombreux à aller voter ?
L’INFO EN + TROIS
LES CHIFFRES CLÉS DES
DERNIÈRES ÉLECTIONS QUESTIONS À…
o En 2002, le premier tour
des législatives n’avait
comptabilisé que 38 % Olivier Ihl
d’abstention, contre 44 % Professeur
en 2007 et 42 % en 2012. des universités
o Pour le second tour du en sciences
scrutin, la participation a politiques
diminué à chaque fois.
47 % des inscrits ne se à Grenoble
sont pas rendus aux urnes
en 2002, 50 % en 2007 et
« ll y a eu une difficulté à percevoir
44 % en 2012.
o Des chiffres qui
le rôle, l’ancrage des listes »
contrastent forcément avec Ü Comment peut-on expliquer cette abstention record en
la dernière élection France comme en Haute-Savoie ?
présidentielle. Au premier «Elle se traduit plus intensément dans les territoires de
tour, le taux de participation tradition de droite, et des fiefs du parti socialiste puisque ce
était de 78 % et de 75 % au sont des territoires et des populations qui ont été démobili-
second. sées par ce scrutin et la perspective qui est tracée par
o Quant aux élections Emmanuel Macron. Elle laisse de côté un certain nombre de
départementales de 2015, forces politiques. En Haute-Savoie, qui est terre traditionnel-
l’abstention s’était située lement plus à droite, notamment sur Annecy, avec une
aux alentours de 55 %. tradition centriste de grande ouverture d’esprit, ce n’est pas
étonnant que cette abstention soit plus marquée. Pour
beaucoup d’électeurs, il apparaissait que les jeux étaient
Pour cette ultime ligne droite faits. Le deuxième élément, c’est le fait que les partis sont
électorale, les derniers tracts allés à cette bataille de manière assez confuse à cause des
étaient distribués sur le marché bouleversements dans le clivage droite gauche qui normale-
d’Annecy-le-Vieux. ment clarifie. Les électeurs traditionnels, n’ont pas réussi à
Photo Le DL/Chloé LAYDEVANT se retrouver dans cette élection.»

Pour le premier tour des distribués  entre  deux  stands  tées. » brigands ! »  Bernard  dénon­ décidaient  de  ne  pas  utiliser  Ü La méconnaissance de ce scrutin, le nombre de listes ou
législatives, la Haute- de fruits et légumes. Les mili­ Marité,  elle,  ne  comprend çait  également  un  ras­le­bol  ce droit : « Si les gens veulent  les affaires ont pu jouer un rôle ?
Savoie a connu un taux tants des deux camps s’étaient pas  ceux  qui  ne  votent  pas,  général à l’encontre des politi­ que ça change, il faut voter ! » «Le scrutin présidentiel a l’avantage d’élire une personne
d’abstention de 53 %, de positionnés  stratégiquement  mais  elle  peut  « leur  trouver  ciens qui n’en ont « rien à faire Dimanche,  le  choix  devrait pour être chef de l’État, il y a une dimension de personnali-
deux points supérieur à la au début du marché pour que  des excuses », expliquait­elle  de  l’intérêt  des  Français »  et  être plus facile, il n’y aura plus sation, de visibilité publique. Les taux de participation sont
moyenne nationale qui les  badauds  soient  moins  en rigolant. Elle a d’ailleurs es­ qui  ne  pensent  « qu’à  s’en  que deux bulletins, à pouvoir  bien meilleurs. Quand il faut élire 577 députés, là c’est
avait déjà affiché un niveau pressés et aient plus de temps  sayé de convaincre son petit­ mettre  dans  les  poches. »  Et  mettre dans l’urne. Mais avec  beaucoup plus complexe. Notamment parce que la dynami-
record sous la à leur accorder. On a bien vou­ fils d’aller voter même si elle  même  s’il  ira  voter,  car  des  la large victoire de La Républi­ que du travail parlementaire est moins connue. Concernant
Ve République. Sur le lu faire confiance à leur expé­ estime  que  ce  n’est  pas  évi­ gens  se  sont  battus  pour  ce  que  en  Marche  au  premier  les listes, je ne suis pas partisan de cette lecture. Il y a plus
marché d’Annecy-le-Vieux, rience  de  ce  côté­là  et  on  a  dent avec « 18 listes qu’on ne  droit, il peut comprendre ceux tour,  les  électeurs  pourraient  de 14 listes en moyenne par circonscription, c’est un record.
personne n’est surpris. demandé à ceux qui passaient connaît pas forcément. » qui boudent les urnes : « Il y a  aussi être tentés de ne pas se  Mais normalement c’est dans les élections où il y a le plus de
s’ils  comprenaient  les  Fran­ D’autres  ne  connaissaient de quoi en avoir marre. » Mais déplacer en estimant que l’is­ choix que la participation est la plus haute. Ce qui a
çais  et  surtout  les  Haut­Sa­ pas non plus les enjeux de cet­ Claude et Jean­Pierre, eux qui sue du vote est déjà connue,  beaucoup nui à cette campagne, c’est le message de ces

«O
n en a assez parlé », voyards qui boudaient les ur­ te  élection  pourtant  capitale.  ont  toujours  voté  également,  surtout si le soleil est de sortie. listes, avec des divisions à l’extrême de la gauche, des
soufflait  un  passant nes. Carine expliquait que son fils  ne comprenaient pas ceux qui Alexandre MUFFON candidats sans étiquette, d’autres de la majorité présiden-
en refusant un tract à lui avait demandé à quoi cor­ tielle sans être soutenu par En Marche, etc. Il y a eu une
l’entrée du marché, mercredi  « Mes valeurs ne sont pas  respondait  ce  scrutin  avant  difficulté à percevoir le rôle, l’ancrage de ces listes. Et pour
matin.  « J’en  ai  jusque­là », 
pestait un autre, en déclinant 
représentées » d’aller voter. Des tracts manquants ? les affaires, c’est une dimension qui existe toujours et qui a
pénalisé les candidats républicains mais on n’a pas vu cette
l’offre également. Cette cam­ Statistiquement, il était quasi­ « Il y a de quoi en avoir  sanction avec les affaires Ferrand et Bayrou, ce n’est pas
pagne a été longue, entre les 
primaires, la présidentielle, et 
désormais les législatives, cer­
ment  certain  de  rencontrer 
des  abstentionnistes,  comme 
Sylvie  qui,  pour  la  première 
marre »
Au­delà  du  choix  cornélien 
L ucienne s’est invitée dans une discussion, non pas pour
évoquer l’abstention, mais pour relever un autre souci :
des tracts manquants dans les enveloppes avant les élec­
une variable importante de ce scrutin.»

Ü Est-ce que la participation va s’améliorer au second tour ?
tains commencent à fatiguer. fois de sa vie, n’a pas voté aux  entre  tous  ces  tracts  au  mo­ tions.  Un  problème  qui  met  à  mal  la  démocratie  selon Comment peut-on l’augmenter à l’avenir ?
La  rue  des  Pommaries  qui législatives.  Absente  diman­ ment de voter, la fracture peut  elle : « Ma sœur n’est pas allée voter car elle pensait qu’il «Une réforme du mode de scrutin, avec de la proportionnel-
accueille le marché de la ville  che dernier, elle n’a pas eu en­ être  bien  plus  profonde.  An­ n’y avait pas de candidat qui la représentait. » L’électrice le par exemple, peut redonner une incitation aux électeurs.
chaque  semaine  avait  bien  vie de faire une procuration :  dré ne vote plus, lassé par tou­ a  failli  faire  la  même  chose,  mais  a  finalement  décidé  Ou une réforme institutionnelle, pour dissocier l’élection
des allures de dernière ligne  « Il y a trop de candidats, trop  tes  les  affaires  qui  ont  écla­ d’aller à son bureau de vote de Novel. C’est d’ailleurs là  présidentielle des législatives. Les législatives paraissent
droite mercredi. c’est  trop.  Et  j’ai  perdu  mes  boussé  la  classe  politique :  où elle s’est rendu compte qu’elle n’avait pas tout reçu par dénuées de sens vu qu’elles sont placées dans la continuité
Ce  jour­là,  comme  depuis illusions, les valeurs que je dé­ « Ça  va  trop  loin,  entre  tous  voie postale… de la présidentielle. On peut aussi redonner plus de pou-
quelques mois, des tracts sont  fends  ne  sont  pas  représen­ ces scandales… Il y a trop de  A.M. voirs au Parlement pour donner une dimension politique
plus forte à l’élection. Pour le second tour, je ne pense pas
qu’il y aura d’amélioration même si les partis appellent à un
Une dernière sur le terrain pour les candidats et les distributeurs de tracts sursaut civique. Traditionnellement, le second tour est
moins participatif que le premier. L’électorat qui a vu ses
candidats éliminés est peu incité à aller voter.»

L es  distributeurs  de  tracts
LR  et  LREM  se  faisaient
face pour l’une des derniè­
badge  au  nom  d’Annabel
André­Laurent.
La  candidate  LR  était
litants ont « toujours le sou­
rire », même si ce n’est « pas
simple  pour  eux,  comme
Propos recueillis par A.M.

res fois et tentaient un ulti­
me plaidoyer sur le marché
d’ailleurs présente entre les
étals avec son soutien, le dé­
pour nous. »
Ce  ballet  politique  dure
Les jeunes boudent l’élection
d’Annecy­le­Vieux.
Même s’il essuyait des re­
puté­maire sortant Bernard
Accoyer,  pour  faire  bonne
depuis octobre, alors forcé­
ment, après trois saisons, le
malgré l’éducation civique
fus  en  proposant  son  pros­ figure  après  la  désillusion marchand  reconnaît  cer­
pectus à l’effigie de Véroni­
que  Riotton  et  Emmanuel
Macron, Jean­Pierre invitait
du premier tour.
Un  des  promeneurs  ne
manquait pas de jeter la vé­
tains visages.
À  côté  de  lui,  Dominique
souligne  le  vrai  cœur  du
À   la  sortie  d’une  boulangerie,  un  professeur  regrette
qu’en dépit de tous les efforts effectués sur l’éducation
civique au collège, les jeunes ne votent pas.
les curieux à voter pour faire rité crue aux visages des des problème selon lui : « Plutôt « À  croire  que  c’est  l’effet  contraire »,  s’inquiète­t­il  de
chuter  le  taux  d’abstention représentants républicains : que  de  parler  de  l’absten­ cette désaffection. Il espère toutefois que la moralisation de
afin  que  la  future  élue  soit « Les carottes sont cuites, la tion,  il  faut  parler  du  vote la vie publique, qu’il estime « noble », saura redonner con­
« représentative »  de  l’opi­ place  de  la  Haute­Savoie blanc. » fiance à l’électorat. Le politologue Olivier Ihl confirme ces 
nion des habitants de la pre­ est au centre. » Il regrette d’ailleurs que le propos : « Depuis qu’il y a des enquêtes sur l’abstentionnis­
mière circonscription. À son comptoir où il propo­ parti  du  vote  blanc,  une me, les 18­25 ans sont le public le moins participatif, le plus
se  différentes  sortes  de nouvelle liste qui a fait son volatil. » Malgré des problèmes d’intégration, de désaffilia­
« Les carottes  pains, Alain discute plus de apparition à l’échelle natio­ tion sociale, les jeunes avaient pu renouer avec la politique
sont cuites » la  stratégie  de  Didier  Des­ nale,  n’ait  pas  proposé  de au moment de la présidentielle avec le Front national ou la 
Les  militants  Les  Républi­ champs la veille face à l’An­ candidat  dans  la  circons­ Le député-maire sortant Bernard Accoyer (à droite) est venu sur le France  insoumise,  mais  les  deux  courants  n’ont  pas  su 
cains jouaient également le gleterre,  que  de  politique. cription. marché d’Annecy-le-Vieux avec Annabel André-Laurent, la candidate confirmer pour les législatives.
jeu jusqu’au bout avec leur Mais il reconnaît que les mi­ A.M. LR qui brigue le mandat sur la première circonscription. Photo Le DL/C.L A.M.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful