Vous êtes sur la page 1sur 25

Économie Monétaire et Financière (2)

Le 16 / 02 (séance 1)

Sélection des investissements (c'est le résultat de niveau d’endettement élevé.)

Taux administré (dicté)

#Expliquer comment la sélection des investissements et les taux administrés ont

#Expliquer comment la sélection des investissements et les taux administrés ont

la sélection des investissements et les taux administrés ont causé ralentissement et décroissance de l'économie?
causé ralentissement et décroissance de l'économie?

causé ralentissement et décroissance de l'économie?

la sélection des investissements et les taux administrés ont causé ralentissement et décroissance de l'économie?

La conséquence : le passage vers la libéralisation du taux d'intérêt à la recherche d'un taux d'intérêt convenable qui lie la sphère monétaire au sphère réelle et qui lie le financement à l'investissement.

#Expliquer comment la libéralisation des taux d'intérêt contribuer à l'amélioration de

#Expliquer comment la libéralisation des taux d'intérêt contribuer à l'amélioration de

comment la libéralisation des taux d'intérêt contribuer à l'amélioration de la croissance économique?
la croissance économique?

la croissance économique?

comment la libéralisation des taux d'intérêt contribuer à l'amélioration de la croissance économique?

Règle (1) : on ne peut parler d'un développement financier qui contribué à la croissance économique que si tout investisseur quel que soit le niveau de risque de son projet trouve un financier (agent avec moyen de paiement excédentaire)

La conséquence de la libéralisation des taux d'intérêt c'est qu’on a supprimé la sélection des investissements c'est-à-dire que tous les investissements productifs de richesse ont contribué à la création de richesses et à la croissance économique, la conséquence c'est que la libéralisation du taux d'intérêt offre non pas juste une solution convenable mais plutôt des solutions convenables et des solutions adaptées pour toute demande de moyens de financement. Également le système financier est qualifié d’être développé qui contribue à la croissance économique lorsque les agents économiques avec excédent de moyen de paiement trouvent des solutions de placement le plus convenable.

Règle : suite à ce débat l'objectif de l'économie financière est d’analyser l’allocation des ressources financières l’allocation la plus optimale qui contribue à la création de richesses par conséquent la croissance économique.

Le 02/03 (séance 2)

La libéralisation des taux d'intérêt permet alors une meilleure allocation des ressources financières une réduction des coûts de financement, un développement et élargissement de la gamme des produits de financement offerte. Les trois qui soulignent sont les apports.

Quels sont les principaux apports de la libéralisation du taux d'intérêt ?

Premier lien :

Entre développements de systèmes financiers et croissance économique : un accroissement de la proportion de l’épargne transmise au financement des investissements. Le rôle de ce canal vise premièrement la constitution d'un stock important de l'épargne afin d'améliorer le financement d'un maximum d'investissement possible. -l'amélioration du stock de l'épargne implique l'amélioration automatiquement de la proportion des investissements financiers, automatiquement l'amélioration de la croissance économique.

Deuxième lien :

Un accroissement de la productivité marginale du capital et de l’amélioration de la rémunération de l’épargne : Ce lien contribue parfaitement à la réalisation du premier lien (constitution d’un bon stock d’épargne) car si l’épargne n’est pas bien rémunérée l’agent économique préféra plutôt de consommer que de constituer de l'épargne.

Troisième lien :

Le développement d'instruments d’épargne fiable, efficace et adéquate - sur ce troisième lien le système financier doit assurer un maximum de solutions pour les investisseurs et un maximum de solutions de placement pour les épargnants, ces solutions doivent répondre parfaitement aux exigences aux contraintes aux attentes des investissements et des épargnants. Les 3 liens doivent être parfaitement réalisables les trois à la fois pour qu'on puisse parler d'une contribution du système financier à la croissance économique.

&Expliquer comment le système financier contribue-t-il à la réalisation de la

&Expliquer comment le système financier contribue-t-il à la réalisation de la

&Expliquer comment le système financier contribue-t-il à la réalisation de la croissance économique ?
croissance économique ?

croissance économique ?

&Expliquer comment le système financier contribue-t-il à la réalisation de la croissance économique ?

Remarque :

Les contraintes, les attentes et les conditions ils sont expliqués par le niveau de rendement rechercher et le niveau de risque à prendre.

Suite à ce débat quelles sont les fonctions du système financier ?

Premier fonction :

Ajustement entre capacité et besoin de financement : sur cette fonction les agents économiques excédentaires au moyen de paiement ou plutôt avec besoin se rencontre ou bien d'une façon directe ou plutôt indirecte afin d'échanger la quantité des moyens de paiement selon les exigences et les attentes des deux agents économiques. Cette fonction explique que le rencontre entre agent avec excédent et agent avec besoin vise la bonne répartition du stock de l'épargne collecté (les ressources financières) sur le maximum investissement possible.

Deuxième fonction :

Facilitation des échanges de bien et de service. -deux variables importantes contribue à l'explication de la croissance économique, en site le commerce extérieur (marchandise, matières premières et moyens d'équipement) et deuxième variables c’est : flux de capitaux. Cette fonction vise la mobilisation facile des capitaux et le financement des achats de matières premières et moyens d'équipement afin d'assurer une bonne création de richesses.

Troisième fonction :

Mobilisation et collecte de l'épargne. Cette fonction est au cœur de l'explication des trois canaux qui lie le développement financier à la croissance économique à savoir principalement la constitution d'un maximum de stock des ressources financières (épargnes collectées). Cette fonction vise la constitution d’un stock de ressources financières à partir de la contribution non coordonnée d'un grand nombre d’épargnants, expliqué non pas juste par les grandes épargnes mais également par les petites épargnes.

Quatrième fonction :

Production d'informations sur les investissements envisageables et l’accumulation du capital :

Les informations à produire sur le système financier sont principalement : quel est le niveau de risque et quel est le niveau de rendement pour chaque investissement, ainsi par conséquent l’épargnant décide le niveau de rendement cherché et le niveau de risque à prendre.

Le 08/03 (séance 3)

Comment les fonctions assurées par le système financier contribuent à réaliser

parfaitement les instruments et les canaux de transmission entre développement

financier et croissance économique ?

2 ème fonction :

Commencer cette 2ème fonction contribue à la réalisation parfaite des canaux de

Commencer cette 2ème fonction contribue à la réalisation parfaite des canaux de

fonction contribue à la réalisation parfaite des canaux de transmission entre développement financier et croissance
transmission entre développement financier et croissance économique ?

transmission entre développement financier et croissance économique ?

à la réalisation parfaite des canaux de transmission entre développement financier et croissance économique ?

La bonne mobilisation des capitaux est garantie par la bonne rémunération de l’épargne, cette mobilisation passe par autant de solutions de financement pour les investisseurs et autant de solution de placement pour les épargnants.

3 ème fonction : mobilisation et collecte de l'épargne.

Expliquer l’interaction entre la troisième et la première fonction ?

La réalisation de la 3ème fonction table sur la constitution d'un important stock de ressources financières, ce stock de ressources financières il doit être amélioré en permanence car la première fonction c'est-à-dire l’ajustement entre excédent et besoin en terme de moyens de paiement est en évolution permanente raison pour laquelle on note tout le temps que le système financier doit assurer un ajustement dynamique pour combler l'écart entre besoin et excédent en terme de moyens de paiement.

Précision :

L’amélioration du stock des ressources financières est en permanence car les besoins en terme de moyens de paiement sont en évolution permanente.

Précision :

On ne peut améliorer le stock des ressources financières que si on arrive parfaitement à réaliser le second canal (l’amélioration de productivité marginale)

4

ème fonction :

Production d'informations sur les investissements envisageables et l’accumulation du capital (efficience et efficacité de l'allocation des ressources financières) le système financier en assurant de la réalisation de cette fonction joue le rôle de garant en terme de crédibilité des informations partagées sur le système financier, car si les informations ne sont pas crédibles la conséquence une réduction du stock des ressources financer, une grande partie de l'épargne s’échappe au système financier, déséquilibre entre excédent et besoin au moyen de paiement ce qui va freiner certainement la croissance économique.

Quelles sont les informations circulant sur le système financier ?

Les deux informations sont principalement le niveau de risque et le niveau de rendement à la fois proposé par les investisseurs et exigé par les épargnants. La bonne allocation des ressources financières qui est d'ailleurs l'objectif principal de l'économie financière passe nécessairement par la crédibilité des informations partagées sur le système financier.

Comment la réalisation de cette fonction contribue parfaitement au bon

fonctionnement des trois canaux de transmission qui lie le système financier et la

croissance économique ?

À ce niveau on trouvera certainement sur le 3 ème canal une solution ou plutôt des solutions de financement qui arrange à la fois l’agent économique avec besoin et agent économique avec excédent.

5 ème fonction :

Répartition, diversification du portefeuille et gestion de risque. Le système financier est qualifié de largement développé que s’il permet aux épargnants de changer leur position à tout moment une fois le niveau de rendement exigé et le niveau de risque à prendre change.

Le 09/03 (séance 4)

Expliquer comment la libéralisation des taux d'intérêt dynamisés la croissance économique ?
Expliquer comment la libéralisation des taux d'intérêt dynamisés la croissance

Expliquer comment la libéralisation des taux d'intérêt dynamisés la croissance

Expliquer comment la libéralisation des taux d'intérêt dynamisés la croissance économique ?
économique ?

économique ?

Cette libéralisation des taux d'intérêt à donner naissance à un ajustement parfait entre besoin et excédent de moyens de paiement, cet ajustement est expliqué par l’apparition de solutions convenables qui arrange tous les investisseurs et tous les épargnants, suite à cette condition favorable de financement on assistait alors à une amélioration de stocks des ressources financiers et un maximum d'investissement financier d’où l'amélioration de la création de richesse (croissance économique).

Expliquer comment la 5 è m e fonction qui porte sur (la répartition, diversification ….

Expliquer comment la 5 ème fonction qui porte sur (la répartition, diversification ….)

qui porte sur (la répartition, diversification …. ) est un indicateur pour relever le niveau de
est un indicateur pour relever le niveau de développement du système financier ?

est un indicateur pour relever le niveau de développement du système financier ?

répartition, diversification …. ) est un indicateur pour relever le niveau de développement du système financier

Le système financier en jouent son rôle de garant de la qualité des informations il est entrain d'assurer les épargnants et par conséquent les encourager à financer les investissements sur la base de la qualité des informations partager et sur la base du niveau de risque et de rendement la conséquence une amélioration du stock des ressources financier qui doit être bien répartie sur l'ensemble des investissements envisageables.

NB :

Le mot-clé le plus important reste également le niveau de liquidité élevé : cette variable permet aux épargnants d'ajuster leur positionnement suite à toute modification de rendement ou de risque, autrement dit à l'apparition d'information nouvelle sur les investissements envisageables, cette nouvelle information elle doit être garanti par le système financier (information fiable et crédible).

Constance :

suite à ce niveau de confiance et de garantit le stock de ressources financières il est en évolution permanente, l'ajustement entre capacité et besoin en matière de moyens de paiement également, la création de richesses est garantie via le financement d’un maximum d'investissement ce qui implique une croissance économique.

& Expliquer l’impact de développement du marché des titres de créances négociables

&Expliquer l’impact de développement du marché des titres de créances négociables

de développement du marché des titres de créances négociables (TCN) sur le développement des l'entreprises ?
(TCN) sur le développement des l'entreprises ?

(TCN) sur le développement des l'entreprises ?

de développement du marché des titres de créances négociables (TCN) sur le développement des l'entreprises ?

Le 3 ème canal porte sur un maximum de solutions possibles pour les investisseurs par conséquent l'investisseur choisira certainement la solution de financement qui répond parfaitement aux caractéristiques de son projet d’investissement envisageable. La conséquence une adéquation entre investissement de financement donc amélioration des chances de réussite de la création de la richesse.

Le 16/03 (séance 5)

 

Suite au développement du système financier est-ce que la banque joue un rôle

 

important dans le financement de l'économie ou plutôt un rôle secondaire ou plutôt

marginal ?

 
 

Expliquer la différence entre l'économie d'endettement et l'économie du marché ?

Financement

Négociation gré a gré EXTERN Marché Négociation pure Direct Indirect Emission Emission d’action TCN
Négociation
gré a gré
EXTERN
Marché
Négociation
pure
Direct
Indirect
Emission
Emission
d’action
TCN
nouvelle
Transformation
Finance
(finance non
monétaire
(titre de
monétaire)
(création
propriété)
CT
MLT
monétaire)
INTERN
INTERN

Autofinancement

Sachant que l'autofinancement c'est la disponibilité positive entre les mains des

ménages et des entreprises qui sont considéré en tant que financement interne

expliquer dans quel cas cet autofinancement se transforme en financement externe

direct?

La transformation de l'autofinancement en tant que solution de financement interne vers la solution de financement externe direct passe par l'incorporation (transformation) de l'autofinancement donc le capital de l'entreprise (augmentation de capital par transformation de l'autofinancement en action nouvelle). Le financement externe direct (technique de distribution) et une option de financement largement sollicité par les néoclassiques, pour ces théoriciens l’épargne est une renonciation à la consommation immédiate et donc une consommation différée dans le temps, pour ces théoriciens l'agent économique une fois recevra son revenu il va consulter le niveau de rendement sur le système financier puis décidé ou bien consommé ou bien d'épargner (revenue taux d'intérêt consommation ou épargne)

le financement externe indirect ou plutôt technique d'intermédiation suppose sur la présence d'un agent économique (une institution financière) qui joue le rôle intermédiaire financier interposé entre agent économique avec excédent et agent économique avec besoin, cette fonction de financement qui sollicite par les keynésiens car ils estiment que les besoins de la croissance économique en terme de ressources financières dépassent le stock de ressources financières existant, d'où la nécessité de création de nouvelles quantités de ressources financières, ainsi pour Keynes la banque joue un rôle très important dans le financement de l'économie, la définition de l’épargne selon Keynes ce qu'il s'agit d'un résidu dépendant de l'importance de revenu, agent économique une fois recevra son revenu il doit d'abord consommé (motif de transaction) puis après consultation des niveaux de rendement sur le système financier il a décidé ou bien d'épargne ou bien thésaurisé (préférence à la liquidité) revenu consommation épargne ou une thésaurisation.

Expliquer comment le financement externe direct est important chez les

néoclassiques et comment le financement externe indirect est important chez les

keynésiens?

La logique avancée par les deux groupes de théoriciens le néoclassique et les classiques :

(1) table d'abord sur l'interprétation de la définition avancée à l'épargne (2) table sur le stock de ressources financières est-ce qu'il est suffisant ou non, pour les néoclassiques il est suffisant sous contrainte de l'améliorer en inciter les agents économiques à épargner davantage par la présence d'une bonne rémunération de l'épargne ce qui va vérifier la 1 ère fonction du système financier (ajustement entre capacité et besoin) à travers le second canal qui lie le système financier à la croissance économique, pourtant pour Keynes les besoins de l'économie en matière de ressources financières ils sont en croissance permanente, d'où la nécessité d'une amélioration du stock des ressources financières par la présence de la banque en cas de besoin.

Précision :

Sur le côté financement externe direct la rencontre entre les agents économiques d'une façon directe passe ou bien par une opération de gré à gré où les agents économiques excédentaire et déficitaire se connaissent ou plutôt cette rencontre passe par les mécanismes de marché où il y a anonymat total.

Confusion :

Est-ce que le OPCVM sont considérés comme un financement externe direct ou

Est-ce que le OPCVM sont considérés comme un financement externe direct ou

Est-ce que le OPCVM sont considérés comme un financement externe direct ou indirect ?
indirect ?

indirect ?

Est-ce que le OPCVM sont considérés comme un financement externe direct ou indirect ?

Avec le développement de la marchandisation de l'innovation financière l'institutionnalisation du marché on assistait à une forte confusion qui empêche la séparation définitive entre financement externe direct et financement externe indirect exemple des produits dérivés et les OPCVM

Le 22/03 (séance6)

Expliquer l'intermédiation financière sur la base de l'échéance et sur la base de

Expliquer l'intermédiation financière sur la base de l'échéance et sur la base de

Expliquer l'intermédiation financière sur la base de l'échéance et sur la base de niveau de risque?
niveau de risque?

niveau de risque?

Expliquer l'intermédiation financière sur la base de l'échéance et sur la base de niveau de risque?

L'intermédiation financière implique une transformation des actifs et des échéances et une prise de risque, la banque support des risques sur l'emprunteur final et s'adapte à ses besoins par une transformation des l'échéances courtes vers des échéances langues. Les caractéristiques de l'agent économique avec excédent (ménages) Échéance courte et risque faible, pourtant les caractéristiques de l'agent économique avec besoin l'échéance longue le risque élevé, ainsi la banque :

Constat : La banque via l'intermédiation financière (fonction d'intermédiaire financier) la banque elle est en train de prendre le risque à la place des l'agents économique avec excédent.

Quels sont les types des banques et quelles sont leurs fonctions principales ?

1 ère catégorie : banque de dépôt : (banque commercial, banque de détaille) ce sont

des banques dont le rôle principal c'est de collecté les ressources financières (épargne monétaire et épargne financière) cette banques contribuent au financement de l'économie ou bien par mobilisation de l'épargne collectée vers les agents économiques avec besoin (il s'agit d'une création non monétaire) ou bien assuré l'amélioration de l'épargne existante par la création d'une nouvelle quantité de moyen de paiement (il s'agit d'une création monétaire).

2 ème catégorie : Les banques d'affaires sont éclater en deux : banque de financement

et d'investissement et banque Privée. - Banque de financement et d'investissement : ce sont les banques qui joue le rôle d'intermédiaire dans les opérations financières (introduction en bourse, augmentation du capital, emprunt obligataire, opération de fusion et d'acquisition) ce sont des banques qui ne prête quasiment pas et utilisent leurs propres capitaux (leur knowledge) leurs expérience, leurs niveau d’expertise en tant que conseiller pour réussir les dite opérations financières il peut lui arriver de prendre position en participation minoritaire ou majoritaire dans une affaire ( entreprise industriel ou commercial) en cherchant de réaliser des gains ou des plus-values importante (capital-risque). L'importance des banques d'affaires réside principalement à la réussite de l'opération financière, autrement dit une bonne réussite de la rencontre entre les agents avec excédent et les agents avec besoin. - Banques Privées : il s'agit des banques qui se spécialisent dans la gestion de fortunes ou de patrimoine des clients fortunée, à qui des produits et des services spécifiques sont proposés (déclaration fiscale, fonds spéculatif, fonds d'investissement)

3 ème catégorie : Banques universelles : il s'agit de grandes banques ou plutôt un

congloméra financier qui vérifie à la fois le métier de la banque commerciale, de la

banque d'affaires et de la banque d'investissement et de financement. Exemple : à l’échelle national actuellement la Banque Populaire (groupe :

Banque Finance
Banque
Finance
populaire Com
populaire
Com

), Attijariwafa bank (groupe :

SNI Holding

) et la BMCE Bank (groupe :

) ils sont considérés comme banque universelle, et à l'échelle internationale City

bank (groupe : City groupe), BMCI (groupe : BNP Paribas), Barclays.

Le 23/03 (séance7)

Expliquer l’in compatibilité entre l'échéance et le niveau de risque entre agent

Expliquer l’incompatibilité entre l'échéance et le niveau de risque entre agent

l’in compatibilité entre l'échéance et le niveau de risque entre agent excédentaire et agent déficitaire ?
excédentaire et agent déficitaire ?

excédentaire et agent déficitaire ?

l’in compatibilité entre l'échéance et le niveau de risque entre agent excédentaire et agent déficitaire ?
Expliquer comment cette incompatibilité est résolue dans le financement externe

Expliquer comment cette incompatibilité est résolue dans le financement externe

Expliquer comment cette incompatibilité est résolue dans le financement externe indirect ?
indirect ?

indirect ?

Expliquer comment cette incompatibilité est résolue dans le financement externe indirect ?

L’incompatibilité est expliquée par la divergence entre le niveau de la liquidité exigé par chaque agent, elle est expliquer également par la divergence en terme du niveau de risque à ne pas dépasser par l'agent excédentaire et le niveau de risque proposé par l'agent déficitaire, cette incompatibilité (divergence) rend les échanges des ressources financières entre les deux agents impossible. Pour résoudre ce problème la présence d'un intermédiaire financier est importante car elle permet le rapprochement entre les exigences et les attentes de chaque agent, cette intermédiaire financier dispose du pouvoir de transformation de l'échéance de l'actif et du niveau de risque pour qu'il soit accepté par les deux, sans oublier que cette intermédiaire elle va assurer le transfert des ressources financières.

Expliquer la différence entre intermédiaire financier et intermédiaire dans les

opérations financières à travers l’explication de l'activité de la banque de dépôt et de la

banque d'affaires dans le financement externe direct et indirect ?

il faut préciser d'abord qu'il s'agit quasiment d’une même question, la différence entre intermédiaire financier par rapport intermédiaires dans les opérations financières c'est une différence qui porte sur la nature de l'échange est-ce qu'il est direct ou plutôt indirect, pour le premier (intermédiaire financier) il s'agit d'une opération de change indirect où l'institution financière assure elle-même le transfert des ressources financières depuis l'agent excédentaire vers l’agent déficitaire, par contre l’intermédiaire dans l’opération financière l’institution financière accompagne l’agent excédentaire pour que lui-même transfert ces ressources financières vers l’agent déficitaire (elle va le conseiller pour réaliser une opération financière optimale elle conseille en même temps l’agent déficitaire à la recherche des ressources financières dans les meilleures conditions d'une façon optimale) cette institution financière dans l’opération financière n'est autre que la banque d'affaires par contre il s'agit de la banque de dépôt dans l'opération d'intermédiation financière (financement externe indirect)

Est-ce qu'il y a une institution qui réalise les deux opérations en même temps ?

Oui, il s'agit d'une banque universelle

Comment l'intermédiation financier transfert les échéances courtes vers les

Comment l'intermédiation financier transfert les échéances courtes vers les

Comment l'intermédiation financier transfert les échéances courtes vers les échéances longues ?
échéances longues ?

échéances longues ?

Comment l'intermédiation financier transfert les échéances courtes vers les échéances longues ?

Pour répondre à cette question il faut analyser d'abord la relation entre l'agent excédentaire et l'institution financière, puis deuxièmement analyser la relation entre l’intermédiaire financier et l’agent déficitaire, sur la premier relation l’intermédiaire financier exemple : EQDOM elle va lever (collecter) l’épargne contre un actif (bon de société de financement) dont les caractéristique s’est une échéance court et un niveau de liquidité très élevé et le niveau de risque est également faible, donc les conditions de l’agents excédentaire elles sont vérifié. Passons à la deuxième relation (l’intermédiaire financier et l’agent déficitaire) institution financière donc notre cas Wafasalaf elle va transférer les moyens de paiement à l'agence déficitaires contre un autre actif (exemple : si elle finance l'autoroute du Maroc ça va être contre une obligation sur 20 ans)

Quelles sont les activités de la banque de dépôt ?

Il y a 3 activités :

- recevoir les dépôts à vue et à terme.

- assurer la circulation de la monnaie.

- octroyer des crédits.

1 èr activité : l'objectif de cette activité est de précisé que la banque collecte différents types d'épargne (épargne monétaire ou épargne financière) pour le premier la banque elle ne les touche pas pour octroyer des crédits par contre le deuxième type d'épargne il est servi pour financier les agents économiques déficitaire.

2 ème activité : la circulation de la monnaie suppose que les banques soient

interconnecter (toutes les banques ont un compte à la Banque centrale pour compenser leur créance) la circulation de la monnaie suppose aussi l'existence des supports qui facilitent la bonne circulation de la monnaie (chèque, virement, prélèvement automatique, carte bancaire…)

3 ème activité : (trois type de crédits)

1 èr type de crédit : inférieur à 2 ans il s'agit des solutions de financement à court

terme (les besoins en trésorerie) exemple : crédit de consommation pour les ménages, découvert de crédit pour les entreprises.

2 ème type de crédit : (de 2 ans à 5 ans jusqu'à 7 ans) ce type de crédit est dédié aux

entreprises pour l'achat d'équipement, pour les ménages équipement plus les voitures.

3 ème type de crédit : (Crédit supérieur à 7 ans) est dédié au financement des grands

projets d'investissement pour les entreprises et l'achat de logement pour les ménages.

Remarque : les banques de dépôt se livre à une double intermédiation :

1-Les établissements de crédit, collecte des fonds à court terme pour les transformer en prés à long terme 2-Elle assume les risques que ne veulent à prendre en charge des épargnants, et si l’épargne collectée est insuffisante elle crée la monnaie nécessaire (création monétaire)

Le 26/04 (séance 8)

Sur le marché interbancaire s’agit - il d’une opération de financement ou plutôt d’une

Sur le marché interbancaire s’agit-il d’une opération de financement ou plutôt d’une

s’agit - il d’une opération de financement ou plutôt d’une opération de régularisation de la liquidité
opération de régularisation de la liquidité ?

opération de régularisation de la liquidité ?

s’agit - il d’une opération de financement ou plutôt d’une opération de régularisation de la liquidité

Le marché interbancaire c’est un marché réservé au établissement bancaire qui peuvent procurer de la liquidité contre des titre a court terme ce marché constitue une source capitale de la liquidité a la disposition des banque pour équilibrer leur trésorerie, quoi que cet équilibre il était vérifié dans les années 80 mais non dans l’objectif de dynamiser le financement de l’économie mais juste de éclaté la situation comptable des banques.

Les 4 principaux axes 1993 :

1 èr axe : unification du cadre juridique.

2 ème axe : renforcement de la protection de la clientèle.

3 ème axe : renforcement du contrôle exécré par les autorité de la tutelle.

4 ème axe : renforcement du cadre de la concertation a l’échelle national.

Explication du 1 èr axe :

l’objectif rechercher par cet axe est de contrôler la quasi-totalité des établissement de crédit, des établissement qui collecte les fonds , des établissement qui gère les moyen de paiement afin de mesurer parfaitement la quantité de liquidité qui circuler sur le marché.

Explication du 2 ème axe :

Cet axe a été vérifié par la création d’un fond de garantie des déposant, par des mécanismes de soutient financier a porter au banque en difficulté, l’objectif derrière cet axe c’est d’instaurer un niveau de confiance élever entre épargnants et banque afin de réussir la principale fonction du système fin a savoir une meilleur mobilisation des capitaux et par conséquent une amélioration du stock des ressources financières

Explication du 3 ème axe :

Le renforcement du contrôle exercé par l’autorité monétaire (banque centrale et ministère du finance) il c’y étalé non pas juste sur les établissement de crédits mais également leur filiale, l’objectif derrière cadre parfaitement avec l’objectif du 1 èr a savoir parfaite mesure de la quantité de la liquidité qui circule sur l’économie.

Explication du 4 ème axe :

Vu que le taux directeur est la variable la plus importante dans le système financier monétaire et économique alors toute prise de décision par rapport a cet variable elle doit être soigneusement analysée, raison pour laquelle la banque central est invité a consulté trois organes consultatif spécialisé en la matière :

1 er organe :

C’est la caisse national de la monnaie et de l’épargne : cette caisse est appeler à donner son avis sur les orientation de la politique monétaire.

2 ème organe :

Le comité de l’établissement de crédit : il est consulté sur les question relative a l’activité des établissement de crédit, sur les aspects technique, sur des aspects prudentielle et sur les instruments de la politique monétaire. L’objectif rechercher de la présence de cette organe est doté le système bancaire d’un suivie permanent sur les activités bancaire.

3 ème organe :

La commission de discipline des établissement de crédit : cette commission elle est charger d’instaurer les dossiers disciplinaire et de proposer le cas échéant des sanction a rencontrer les banques.

Expliquer comment les apports de la loi 1993 en rendue le système bancaire

Expliquer comment les apports de la loi 1993 en rendue le système bancaire

Expliquer comment les apports de la loi 1993 en rendue le système bancaire marocain plus solide
marocain plus solide ?

marocain plus solide ?

Expliquer comment les apports de la loi 1993 en rendue le système bancaire marocain plus solide

Le système bancaire est devenue solide suite à ces reformes car on a neutralisé au maximum la défaillance et les épargnants et les banque également suite a ces reforme les mécanisme de contrôle et de surveillance se sont amélioré et l’objectif de l’éco mon et fin est réaliser (la bonne allocation des ressources financières et la bonne adéquation de la liquidité sur le système financière).

Le 27/04 (séance 9)

La loi 2006 :

1 èr axe : unifier le cadre juridique.

2 ème axe : élargir le cadre de la concertation.

3 ème axe : renforcer la protection des épargnants et des emprunteurs.

4 ème axe : renforcer le pouvoir de décision, le contrôle de la banque centrale ainsi que Les règles prudentielles.

Explication de 1 èr axe :

L’un des principaux objectif de la loi 2006 est l’introduction d’une concurrence égale entre les différente établissements de crédit en suppriment le caractère spécifique d’un certain nombre établissements de crédit qualifier en tant que organisme financier spécifique (crédit agricole, CIH, banque alaman, BFC)

Remarque :

Lobjectif de cet axe il est en face avec l’objectif du même axe de 1993 qui est le contrôle de la quasi-totalité des établissements de crédit avec une amélioration importante sur le traitement des établissements de crédit sur le même pied d’égalité.

Quelle est la différence entre unification du cadre juridique apporté par la loi 1993 et

Quelle est la différence entre unification du cadre juridique apporté par la loi 1993 et

est la différence entre unification du cadre juridique apporté par la loi 1993 et l’unification juridique
l’unification juridique de 2006 ?

l’unification juridique de 2006 ?

est la différence entre unification du cadre juridique apporté par la loi 1993 et l’unification juridique

Le champ de contrôle a été élargie à CDG, Caisse d’Epargne National, la Caisse Centrale de Garantit, banque offshore et association de crédit.

Explication du 2 ème axe :

La loi (2006) à essayé de répondre a l’impératif de concertation par la pris en place d’un sens de supervision sous la tutelle du ministère de finance et de BANK AL- MAGHRIB, le conseil national de crédit et de l’épargne, le comité d’établissement de crédit, la commission disciplinaire des établissement de crédit et également la banque centrale elle doit prendre l’avis du groupement professionnel des banques Maroc également l’association prof des établissement financière.

Illustrer à travers un schéma les déterminants de la prise de décision par la banque

Illustrer à travers un schéma les déterminants de la prise de décision par la banque

Illustrer à travers un schéma les déterminants de la prise de décision par la banque centrale
centrale ?

centrale ?

Illustrer à travers un schéma les déterminants de la prise de décision par la banque centrale

1 èr niveau :

Le comité monétaires : ce comité réalise une analyse quotidienne et hebdomadaire portant sur la situation de liquidité et du niveau de taux sur le marché interbancaire, ce comité publie un rapport quotidien et hebdomadaire pour prendre une décision optimale :

- décision quotidienne : (24h) injecter de la liquidité, retrait de la liquidité ou rien.

- Décision hebdomadaire : (7jours) avance de la liquidité sur sept jour, reprise de la liquidité sur sept jours, ou rien.

2 ème niveau :

Le comité monétaire et financière : il réalise une analyse détaillé sur la situation de liquidité, les niveau des taux (taux sur marché interbancaire, taux des crédits de consommation, taux des crédits émaux), la situation des finances publiques, commerce extérieur, taux d’inflation, taux de change (toutes variables macro-économique). Après cette analyse ce comité mon et fin publie un rapport mensuelle sur la politique monétaire et un rapport sur la conjoncture national et international. Suit la prise de décision qui va porté principalement sur la réserve monétaire obligatoire : rien ou bien augmenter le taux de la réserve ou bien baissé le taux de la réserve.

3 ème niveau :

le conseil de la banque : la décision prise par ce conseil, après consultation de rapports détaillé sur la conjoncture nationale et internationale plus bien sur les différents rapports quotidien et hebdomadaire et mensuelle, cette décision portant sur le taux directeur qui doit être convenable.

Remarque : 3 scenarii :

1- maintenir le taux directeur stable (rien ne change). 2- augmenter le taux directeur par une augmentation réglementaire de 25 points de base (= 0,25%). 3- baissé le taux également par 25 points de base.

Explication du 3 ème axe :

La protection des déposants et des emprunteurs : la protection de la clientèle et des établissements de crédit selon la loi bancaire 2006 passe par l’instauration et l’amélioration du fond de garantit des déposants et des emprunteurs, également par l’obligation du convention écrite entre l’établissement et le client et c’est pour toute ouverture de compte à vue et à terme.

Le 03/05 (séance 10)

Expliquer comment la banque centrale décide selon les rapports de la loi bancaire

Expliquer comment la banque centrale décide selon les rapports de la loi bancaire

Expliquer comment la banque centrale décide selon les rapports de la loi bancaire 2006 ?
2006 ?

2006 ?

Expliquer comment la banque centrale décide selon les rapports de la loi bancaire 2006 ?

Les mots clés de la réponse : la nature de décision (quotidienne hebdomadaire mensuel) nature des rapports (rapport quotidienne qui porte sur la situation de la liquidité et situation des taux, rapport hebdomadaire situation de liquidité, situation des taux et situation des finances publiques et également un rapport mensuel chaque mois qui contient la liquidité taux finances publiques qui sont détaillées, rapport trimestriel :

rapport sur la conjoncture nationale et internationale détaillé ( le tout ).

1 èr ratio (fonds propres) : il doit être égal à 100 millions de dirham.

2 ème ratio (ratio de la liquidité) : ce ratio implique que les banques elles sont tenus de respecter d'une façon permanente un rapport minimum égal à 100 % entre les actifs disponibles et réalisables à court terme des engagements de la banque (Sigma des actifs disponible et réalisable à court terme sur sigma des engagements supérieur ou égal à 100 %) l'objectif derrière cette exigence élevée et de permettre au déposant un niveau de liquidité élevé et niveau de l'immédiat assuré

3 ème ratio (ratio de solvabilité) : selon les normes internationales (les normes de Bâle II) ce ratio de solvabilité impose aux banques de respecter d'une façon permanente et de couvrir les risques pondérées par un minimum de 8 %, au Maroc le niveau d'exigence il est élevé, il est de 10 % (dans quelques situation il est de 12 %)

4 ème ratio (ratio de division de risque) les banques doivent en permanence respecter un

rapport maximum de 20 % entre dune part l’ensemble des risques encouru et le fonds propres (Sigma des risques encouru rapporter sur les fonds propre) il doit être inférieur ou égal à 20 %, les exigences rapporté par ce ratio sont également élevés pour ne pas nuire à la qualité de solvabilité de la banque.

5 ème ratio (règles de classification et approvisionnement des créances de souffrance) :

la détermination de niveau de risque selon ce coefficient passe par une classification des créance sous trois catégories : créances très douteuse, créance douteuse créance compromis. Les banques elles sont appelées à constituer les provisions techniques entre 70% et 100 % pour couvrir ses créances.

6 ème ratio (coefficient relative à la position de change) : l'analyse de ce coefficient passe par deux ratio : premier ratio (Sigma des différentes positions de change par rapport aux fonds propres qui ne doit pas dépasser 20 %), deuxième ratio (la position par chaque devise par rapport aux fonds propresquantité de chaque devise ne doit pas dépasser 7 %) également toute position dans une devise enregistre en une perte de change de plus de 3 % elle doit être déclaré à l'immédiat à la banque centrale.

Explication du 4 ème axe : (suite du 9 ème séance)

(accroissement de pouvoir de contrôle exercé par la banque centrale) : la loi bancaire de 2006 elle a apporté plus d'autonomie à la banque centrale en plus de la surveillance la banque centrale contrôle le système bancaire pour faire face à tout risque, à ce niveau la banque centrale contrôle désormais la caisse de dépôt et de gestion, caisse centrale de garantie, des associations de micro crédit, le service financier de la Poste (à partir de 2010 elle est devenue une banque ordinaire), également les entreprises intermédiaires en matière de transfert de fonds (exp : Western Union), suite au déclenchement de la crise financière à l'été de 2007 Bank Al-Maghrib par principe de prudence elle a instauré deux obligation importante aux établissements de crédit :

ère obligation :

1

La banque elle doit se doter d'un système de contrôle interne, ce système vise à identifier, mesurer et surveiller l'ensemble des risques qui peuvent causer une dépréciation de la liquidité, de solvabilité et de la rentabilité de la banque.

2 ème obligation :

Disposez d'un devoir de vigilance, ce devoir de vigilance concernant toute opération dont la cause économique ou le caractère légal n’est pas apparent, l'objectif derrière cette règle est destiné à prévenir les risques et a lutter contre le blanchiment d'argent et criminalité financière.

Le 04/05 (séance 11)

Expliquer le pourquoi le passage de la loi 1993 à la loi de 2006 puis à la loi 2015 ?

Le mot clé c’est l’insuffisance, également détecter l’apparition de nouveaux risques (interne, externe, spécifique, systémique) effet domino (une réaction en chaîne qui peut se

produire lorsqu'un changement mineur provoque un changement comparable à proximité, qui provoquera un autre changement similaire, et ainsi de suite au cours d'une séquence linéaire)

La loi bancaire de 2015 :

L’objectif derrière cette nouvelle loi est de :

* Augmenter le taux de bancarisation qui est actuellement de 60%.

* Doté le Maroc d’une loi qui vérifie et qui cadre son objectif de devenir un pole

financier régional.

* Populariser les produits bancaires surtout avec l’arriver de banque dite participatif.

1. en matière de contrôle les banques participatifs seront traiter sur un même pied

d’égalité avec les banques existante.

2. Les banques participatives devront soumettre un rapport annuel au conseil

supérieur des Ouléma, ainsi qu’un rapport comptable à la banque centrale.

3. La loi n’exclut pas non plus pour ces banques participatives de proposer les mêmes

produits (almorabaha, almocharaka, almodaraba)

4. L’objectif rechercher par cette loi est d’équilibrer la relation entre client et banque,

de populariser et d’augmenter le taux de bancarisation (60% actuellement) qui laisse une bonne marge au pouvoir d’attraction (des produits que l’on qualifie islamique ou halal), également un nouveau cadre pour le pole financier régionale (Casablanca finance city CFC) parmi les nouveautés également figure la création d’un établissement de paiement eu écart, le développement mobile banking.

5. Nouveau cadre, nouvelle définition, nouvelle modalité de gestion, des congloméra

financier.

6. Elargissement du contrôle exercer sur les associations de micro crédit, ainsi le

comité d’établissement de crédit se doit confier de nouvelle attributions concernant

l’octroi et le retrait d’agrégat

7. Les établissements de crédit sont appelés à mettre en place un mécanisme de veille

et d’audit (les établissements de crédit sont tenus à soumettre un rapport détaillé sur tous les éléments internes externes et spécifiques qui peuvent donner naissance à l’apparition d’un risque)

8. La loi 2015 envisagé l’instauration du comité de coordination et de surveillance

des risques systémique charger d’assurer la surveillance macro prudentiel du système

financier.

9. La loi bancaire Mars 2015 permet a la banque centrale de s’opposé a toute prise de

participation même en cas de respect des limites si elle juge que la participation considérer pourrai altérer la situation de l’établissement sur le plan de la solvabilité de la liquidité de la rentabilité ou de lui faire courir un risque excessif.

Le 10/05 (séance 12)

Quels sont les mécanismes de la régularisation de la liquidité sur le marché

interbancaire

?

1 èr axe : opération de l'intervention de la banque centrale.

Les avances de Bank Al-Maghrib :

Le marché interbancaire c'est un marché réservé à la banque centrale et aux banques pour objectif de régularisation et ajustement de la liquidité (trésorerie des banques) il ne s'agit pas d'une opération de financement mais plutôt d'un échange de la monnaie centrale, ce marché interbancaire peut se trouver en deux situations. La première situation : excédentaire en termes de liquidité alors dans ce cas là la banque centrale elle doit intervenir pour retirer l'excédent de liquidité afin de limiter le taux d'inflation à des niveaux raisonnable. La deuxième situation : la banque centrale intervient par injection de liquidité dans l'objectif pour que les banques commerciales continuer à octroyer les crédits. Précision : l'intervention de la banque centrale par injection pour être sur une durée de 24 heures par objectif cette fois ci, de régulariser les indicateurs réglementaires et prudentiel (ratio de liquidité, ratio de solvabilité) que les banques elles sont censées de vérifier d'une façon permanente.

Déroulement de l'opération des avances sur 7 jours :

L’opération des avances sur 7 jours c'est une opération qui se déroule chaque mercredi avant 10h30, la banque centrale après analyse de la situation de la liquidité elle décidera de servir ou bien de la totalité de la demande ou bien une partie de la demande ou bien rien servir, les banques servie elles doivent payer un taux d'intérêt qui n'est autre que le taux directeurs.

Expliquer en deux mots la différence entre les taux suite à l’adjudication à la

Expliquer en deux mots la différence entre les taux suite à l’adjudication à la

la différence entre les taux suite à l’adjudication à la française et les taux des avances
française et les taux des avances à 7 jours actuelle ?

française et les taux des avances à 7 jours actuelle ?

la différence entre les taux suite à l’adjudication à la française et les taux des avances

Exemple :

Prorata

ATW

700

700/2400 =

×1500 = 437,5

BP

800

800/2400 =

×1500 = 499,95

CIH

900

900/2400 =

× 1500 = 562,5

Totale

2400

 

Commentaire :

Pour commenter ce tableau on doit obligatoirement porter attention sur le montant servi (1500). La banque centrale après analyse détaillée de la situation de la liquidité sur le marché ainsi que les niveaux des taux d'intérêt sur le marché interbancaire sur les opérations de crédit (le comité monétaire) elle a décider de ne pas servir la totalité de la demande à savoir 2400 mais plutôt elle à servie une partie (1500), le calcul de la part de chaque banque passe par un principe de prorata.

Les avants sur 24 heures :

Ces avances sont justifiées par la régularisation des ratios réglementaires et prudentiels dictés par la banque central (Bank Al-Maghrib), le taux servi il est égal au taux directeur plus 100 points de base (1 %) actuellement le taux directeur il est de 2,25% donc le taux des avances sur 24 heures et de 3,25%. La reprise de liquidité sur 7 jours :

Le cas (1) : la BAM décide de retirer 1000 :

Taux

 

ATW

 

BMCE

BP

Total

2%

 

500

600

400

1500

2,25%

 

300

200

100

600

2,50%

 

0

100

100

200

2,75%

 

0

0

100

100

 

2400

Prorata :

 

ATW

: 500/1500= 0,33

0,33×1000 = 333,33

 

BMCE : 600/1500= 0,4 0,4×1000 = 400

B.P

: 400/1500= 0,26

0, 26×1000= 266,66

Le cas (2) : la BAM décide de retiré 2000 :

Taux

 

ATW

 

BMCE

BP

Total

2%

(500/1500) ×1000

 

(600/1500)

(400/1500)

1500

×1000

×1000

2,25%

(300/700) ×500

 

(200/700) ×500

(200/700) ×500

700

2,5%

 

0

 

100

100

200

2,75%

 

0

 

0

100

100

 

2500

[2500-2000=500]

la banque centrale après analyse détaillée de la situation de la liquidité, niveau des taux et autres elle a décidé de retirer 2000 autrement dit la BAM juge que la quantité excédentaire qui peut causer l'augmentation du taux d'inflation, également elle a juger de retirer 2000 pour freiner la création monétaire ainsi la BAM elle va commencer par le taux le plus bas vers le taux qui suit jusqu'à retirer le montant de 2000, pour le taux 2 % elle va satisfaire la totalité de la demande des banques 500 + 600 + 400 = 1500 les 500 restants elles vont être servi au prorata sur le taux qui suit (2,25%), concernant les autres taux ils vont être rejetés.

Le 11/05 (séance 13)

Expliquer l'objectif derrière les trois canaux de transmission entre le système

Expliquer l'objectif derrière les trois canaux de transmission entre le système

l'objectif derrière les trois canaux de transmission entre le système financier et développement économique ?
financier et développement économique ?

financier et développement économique ?

l'objectif derrière les trois canaux de transmission entre le système financier et développement économique ?

1 èr canal : l'accumulation de la proportion de l'épargne.

2 ème Canal : l'amélioration de la productivité marginale du capital.

3 ème canal : la diversification des instruments (épargne).

Quel est le lien entre la fonction de la production de l'information et la fonction

Quel est le lien entre la fonction de la production de l'information et la fonction de la

de la production de l'information et la fonction de la diversification, de répartition et gestion de
diversification, de répartition et gestion de portefeuille ?

diversification, de répartition et gestion de portefeuille ?

de la production de l'information et la fonction de la diversification, de répartition et gestion de

Les informations recherchées sur le marché portent principalement sur le niveau de rendement et le niveau de risque, l’épargnant se trouve alors à la recherche du couple rendement risque le plus optimal (le rapport rendement risque qui lui convient) alors à travers la 5 ème fonction l'agent économique peut à tout moment changer le positionnement si le niveau de rendement ou le niveau de risque ne convient plus à ses attentes et à ses exigences. Le système financier doit alors lui permettre de liquider pour acheter autre chose.

Expliquer comment le système bancaire est devenu plus compétitif suite aux

réformes bancaires, autrement dit Comment les réformes bancaires ont augmenté le

niveau de la concurrence entre les banques ?

En améliorant le niveau de l’unification du cadre juridique les banques elles sont traitées de la même façon (suppression de caractère spécifique des banques) l'objectif ainsi est de pousser les banques à défendre leur part de marché, la conséquence une parfaite libéralisation du taux d'intérêt également une amélioration des Dépôts collecter et les crédits octroyer. - l'amélioration de la concurrence passe également à travers l'augmentation du niveau de confiance chez les épargnants et les banques par le renforcement de leur protection via la création de fonds de garantie et le respect des règles réglementaire et prudentiel. Reprise de liquidité sur 24 Heures (facilité de dépôt sur 24 heures) :

Une banque peut se trouver avec un excédent de liquidité exceptionnelle sur une journée à son initiative ou bien à l'initiative de la banque centrale. La BAM procéder pour retrait de cette quantité de liquidité excédentaire sur 24 heures, en contrepartie d'un taux d'intérêt payer par la Banque Centrale qui égale le taux directeur moins 100 points de base.

1 ère opération : Open-market (marché monétaire ouvert) cette technique d'open-

market consiste à régulariser la liquidité sur le marché via l'opération d'achat et de vente de bons du Trésor, si le marché est excédentaire la BAM procède à céder les bons du Trésor contre la liquidité par contre si le marché il est déficitaire la BAM procède à acheter les bons du Trésor auprès des banques commerciales contre la liquidité (cette technique dOpen-market elle n’est plus utilisé par la BAM depuis 2006 vu quelle impact le marché secondaire des bons du Trésor, alors que la BAM elle doit rester neutre par rapport au changement de variables économiques, elle doit les impacter d'une façon indirecte.

2 ème opération : swap (change) de la même logique de technique d'open-market la

BAM procédé à la régularisation de la liquidité contre les divises, achat de devises auprès des banques si le marché il était déficitaire en terme de liquidité ou bien cession de devises si le marché il était excédentaires en terme de liquidité.

Le 17/05 (séance 14)

Comment le marché interbancaire s’auto régularise en terme de liquidité sans

Comment le marché interbancaire s’auto régularise en terme de liquidité sans

Comment le marché interbancaire s’auto régularise en terme de liquidité sans l'intervention de la BAM ?
l'intervention de la BAM ?

l'intervention de la BAM ?

Comment le marché interbancaire s’auto régularise en terme de liquidité sans l'intervention de la BAM ?

1 èr type d'opération :

(Les avances en blanc) il s'agit d'un transfert de liquidité monnaie centrale depuis le compte de la Banque excédentaire vers la banque déficitaire sans garantis, toutes les banques disposent un compte chez la banque centrale donc toute opération de régularisation de liquidité passe par un simple écriture comptable depuis le compte de la Banque excédentaire vers la banque déficitaire sans contrepartie, cette opération s'explique par le niveau de confiance élevé entre les banques et par le nombre réduit (limité) d’intervenants sur le marché interbancaire.

2 ème type d'opération :

(Les cessions temporaires) la régularisation de la liquidité par cette deuxième opération passe par l'échange de liquidité contre une garantit. (Remarque : suite au réforme de 1993 la BAM et pour objectif de financer le trésor dans les bons conditions et pour que le trésor encore une fois bénéficie des moyens de paiement disponible dans le circuit bancaire, les banques se trouvent alors obligé d'acheter les bons de Trésor pour les utilisés en tant que garantit le moment où ils sont à la recherche de la liquidité. Trois type de cession temporaire :

1 èr type :

Pension non livrée(pension interbancaire ordinaire) il s'agit d'une opération de la

régularisation de liquidité avec la présence d'une garantie non livrée donc il y aura alors un transfert non pas un échange, un transfert de liquidités depuis la banque excédentaire (prêteur) vers banque déficitaire (emprunteur) la spécificité de cette opération c'est que l'emprunteur conserve la garantie (pas d’échange)

2 ème type :

Pension livréece type d'opération pour régularisation de la liquidité passe par un échange de la liquidité contre la garantie, autrement dit un transfert de liquidité depuis la banque excédentaire vers la banque déficitaire et un second transfert de garantie (bon de trésor) depuis la banque déficitaire vers la banque excédentaire, les caractéristiques de cet échange porte sur le montant et la duré (24 heures à 30 jours) il y a exception pour quelques opérations de cession temporaire qui porte sur 3 mois (ces

opérations sont similaires de dépôt à terme). 3ème type :

REMRE (racheter ce que on a vendu) ce type d'opération est similaire à l'opération de pension livrée sauf que l'emprunteur il peut récupérer ses garantie à tout moment sans attendre l'échéance convenu au départ (l'emprunteur dispose d'une option de rachat)

Comment le marché interbancaire trouve son équilibre en terme de liquidité ?

(Réponse : régularisation par intervention de la banque centrale + intervention)

sans

 

Expliquer comment le développement du marché des TCN à contribuer au

 

développement économique ?

 
 

Comment le développement du marché des TCN à dynamiser le financement des

entreprises ?

 

On ne qualifie un marché de TCN de développé que s’il offre le maximum de solutions de financement et de placement possible qui répond au maximum au attentes et exigences pour les investisseurs et pour les épargnants autrement dit il faut quil présente des solutions optimales donc les entreprises trouveront sur le marché les solutions de financement qui cadre parfaitement avec leur exigences et attentes en terme de rendement et risque, comme tout investissement il n’est réussi qu’avec la présence d’un financement optimal.

Expliquer le pourquoi la diversité des bons de trésor ?

Les besoins au moyen de paiement annoncé par la ministère de finance c’est pour répondre principalement à la nature des dépenses envisageables par le trésor, si le trésor à besoin de moyen de paiement pour le fonctionnement donc il y aura une

demande de moyen de paiement sur le court terme par contre s’il à besoin de moyen de paiement pour l’équipement ça doit être de moyen terme, si il envisage des

investissement lourd (barrage, Autoroute, Aéroport paiement sur long terme.

) il à besoin de moyen de

Caractéristiques des bons du trésor :

Trois catégories de bons de trésor

Court terme :

Envisageable pour des opérations de fonctionnement (paiement des salaires) sur cette partie il s’agit des bons de trésor à l'échéance de : 13 semaines, 26 semaine, 52 semaines Moyen terme :

Il s'agit des bons de Trésor de 2 ans et 5 ans (au Maroc on considère que 2 ans en tant que court terme) Long terme :

Dans l'objectif d'investissement, il porte sur les bons de Trésor de : 10 ans, 15 ans, 20 ans, et depuis juin 2006 30ans.

Le 18/05 (séance 15)

Remarque :

les titres de créances négociables sont plusieurs type dont principalement les bons de Trésor, les obligations (ordinaires, subordonné, convertible, perpétuel…), bons de société de financement, certificat de dépôt, billet de trésorerie…, ces même titre de créance négociable sont également diversifiées en termes d’échéances, un même titre de créance peux passer d'une échéance courte à une échéance longue, les certificats de dépôts par exemple peuvent avoir une échéance sur une année jusqu'à 5 ans, les bons de société de financement peuvent avoir une échéance de une année à 7 ans, ce qui présente alors une diversité de combinaison en taux d'intérêt et en échéance, ce qui présente alors pour les investisseurs et les épargnants une diversité de solutions optimale,et de financement et de placement.

Les établissements qui ont la capacité de solutionner et acheter les bons de Trésor il s'agit de deux groupes d'établissements de crédit :

1 èr groupe : constitué de quelques banques plus la CDG (Caisse de dépôt et de gestion),

ce groupe il a le droit d'acquérir les bons de Trésor pour leur propre compte et pour le compte de leurs clients.

2 ème groupe : il ne peut acquérir les bons de Trésor que pour leur propre compte, il est composé de 4 établissements (Dar Al-Amane, Dar Addamane, (CMM) la caisse marocaine des marchés et (FEC) les fonds d'équipement communal)

Les IVT (intermédiaires en valeurs du Trésor) : les autorités monétaires ont institué la qualité des IVT confié a six établissement financier (CDG + ATW + BMCE + BMCI + BP + CFM) ces IVT ils ont comme rôle principal de dynamiser le marché des bons de trésor, de communiquer au trésor leur appréciation de la demande et en s'engagent à participer régulièrement pour adjudication, ils doivent acquérir 10 % au moins des montants adjugé. Remarque importante :

La présence des IVT d'une façon permanente présente pour le trésor une source de financement permanente d’un minimum de 10%, autrement dit les IVT ils doivent assurer au trésor 10 % de des moyen de paiement.

Périodicité et modalités des adjudication (solutions) le trésor en essayant de combler les besoins mensuel on gérant l’écart entre recettes et dépenses qui donne naissance à un solde dont la plupart des cas est négatif, il procède a des sorties sur le marché des bons de Trésor chaque semaine précisément chaque mardi.

Le premier mardi du mois il propose à lever les fonds sur la partie courte (13 semaines, 26 semaines, 52 semaines et 2 ans)

Le deuxième mardi du mois il s'agit d'une adjudication courte et moyen terme (de 13 semaines jusqu'à 5 ans)

Le troisième mardi réserver aux adjudications court terme

Le dernier mardi du mois court moyen et long terme

L’analyse des sorties du trésor elle ne doivent pas être analysé d'une façon hebdomadaire mais plutôt d'une façon mensuel. L’objectif est d'analyser l'adéquation entre les lever du trésor et le besoins annoncé par le trésor. La banque centrale elle reçoit chaque mercredi avant 10h30 les propositions formulées par les soumissionnaires des enveloppes (des plis) indiquant les montants et les taux proposés (prix) pour chaque maturité (échéance), la BAM procède à établir un tableau récapitulatif indiquant les montants et les taux proposés. (L’objectif derrière c’est d’analyser la quantité de liquidité et le niveau des taux) ce tableau récapitulatif sera transmettre au trésor par anonymat total (pour atteindre un niveau de compétitivité et transparence élevée), le trésor par adjudication à la hollandaise pour lever les montants dont-il a besoin selon le taux le plus compétitif.

Remarque :

L’adjudication à la hollandaise des bons du Trésor est similaire à la technique de reprise de la liquidité par la BAM.

Exemple :

 

A

B

C

D

Total

3%

1000

700

500

500

2700

3,5%

500

600

700

700

2500

3,7%

0

300

700

1000

2000

Résultat des adjudications : (4000 2700 = 1300) Investisseur A : [(500/2500) × 100] %×1300 = 260 Investisseur B : [(600/2500) × 100] %×1300 = 312 Investisseur C : [(700/2500) × 100] %×1300 = 364 Investisseur D : [(700/2500) × 100] %×1300 = 364

Commentaire :

Le trésor on analysant son besoin il confronte ainsi les demandes et les soumissions pour acquérir les bons de Trésor émanent des soumissionnaire, le trésor il commencera par lever les fonds des taux le plus bas et passer aux autres taux jusqu'à lever les montants qui comble son besoin par catégorie, les taux et les montants qui dépasse les attentes et les besoins du trésor seront rejeté car il s'agit d'un excédent par rapport à son besoin.

BON COURAGE