Vous êtes sur la page 1sur 25

Sommaire

MATERIAUX COMPOSITES

Introduction…………………………………………………………………..5

I/ Définition…………………………………………………………….……….6 II/ Les Composites dans le génie civil………………………………………..6 1) Fibres minérales ou organiques………………………………………..7 2) Stratifiés…………………………………………………………………13

III/ Applications des composites en génie civil………………………………..14 IV/ Matériaux composites et construction écologique…………………………19 1) Introduction…………………………………………………………..19 2) Réutiliser des sous-produits de l’industrie forestière dans les composites bois/plastique……………………………………………19 3) Exemples de matériaux composites écologiques…………………..22

Conclusion……………………………………………………………………...23

Bibliographie…………………………………………………………………...24

MATERIAUX COMPOSITES

Liste des tableaux

Tableau 1: caractéristiques des fibres et matrices usuellement employées dans la fabrication

des matériaux composites [5]

8

Tableau 2:Caractéristiques des fibres et matrices usuellement employées dans la fabrication

des matériaux composites [5]

10

12

MATERIAUX COMPOSITES

Liste des figures

Figure 1: Principaux renforcements [6]

5

9

10

11

de carbone ; (c) plat préfabriqué de fibre d’armide [6]

12

Figure 6: structures sandwiches [5]

13

14

Figure 8: Décapage [7]

15

15

16

Figure 11: lissage de la surface de renforcement [7]

16

16

17

17

17

Figure 16: Panneau en laine de bois [8]

20

Figure 17: Panneau en fibres de bois

21

Figure 18 La brique de chanvre [8]

22

Figure 19: application de l’isolation composée d’un béton végétale

22

MATERIAUX COMPOSITES

Remerciement

Autant de phrases et des expressions aussi éloquentes et aussi sincère soient

elles ne peuvent suffire à exprimer notre reconnaissance et notre appréciation pour toute l’aide et le soutient qui ont fait de ce projet une expérience aussi enrichissante sur plusieurs plans.

Introduction

MATERIAUX COMPOSITES

Les composites, produits de synthèse, donnent des concurrences aux métaux parce qu’ils

sont légers, inaltérables et que leur résistance dépasse celle de l’acier (leur rapport résistance/poids est très élevé), en effet les plaques de PRF (polymères renforcés de fibres) sont normalement au moins deux fois et peuvent être 10 fois plus résistantes que les plaques en acier tandis que leur poids est seulement 20 % celui de l'acier. Depuis une dizaine d’années, ils sont présents dans le secteur de la construction, en particulier pour des interventions de renforcement d’ouvrages. Les matériaux composites composés des fibres de verre, d’aramide ou fibres de carbone, de par leur souplesse, leur facilité d’installation et leurs caractéristiques mécaniques adaptées, permettent d’intervenir sur des ouvrages de formes complexes. Ils s’adaptent à toutes

les formes de supports et ne requièrent aucun placage sous pression et apportent une performance à la structure que l’on ne retrouve pas avec les méthodes traditionnelles (béton armé ou plats métalliques collés). Toutefois, la pose, d’une apparente simplicité, est en fait très technique et nécessite une grande minutie au niveau de la préparation lors de l’encollage [1].

Introduction MATERIAUX COMPOSITES L es composites, produits de synthèse, donnent des concurrences aux métaux parce qu’ils

Figure 1: Principaux renforcements [6]

Page | 5

I/ Définition

MATERIAUX COMPOSITES

Un matériau composite est, par définition, tout alliage ou matière première comportant un

renfort sous forme filamentaire. Il nécessite l’association intime d’au moins 2 composants: le renfort et la matrice, qui doivent être compatibles entre eux et se solidariser, ce qui introduit la notion d’un agent de liaison, l’interface. Contrairement aux matières premières classiques dont on connaît à l’avance les caractéristiques mécaniques, celles des composites ne sont réellement connues qu’après fabrication, car on réalise, en même temps, le matériau et le produit.

Actuellement, les composés à matrice organique représentent plus de 99% des matériaux composites (Berreur et al, 2002); ils sont constitués par :

  • Une matrice organique, résine thermoplastique (TP) ou thermodurcissable (TD),

  • Une structure de renfort constitué de fibres, qui peuvent être de verre, de carbone, d’aramide ou de fibres naturelles (lin, chanvre, sisal…) [6].

En plus de ces deux constituants de base, il faut rajouter : une interface qui assure la compatibilité renfort-matrice, qui transmet les contraintes de l'un à l'autre sans déplacement

relatif. Il existe plusieurs types d’arrangement de fibres. Le rôle de la matrice est double : elle

conserve la disposition des fibres et leur transmet les sollicitations auxquelles est soumise la pièce. Un composite est très hétérogène et fortement anisotrope.

On distingue, généralement, deux grandes familles de composites :

  • Les composites de grande diffusion (GD), peu coûteux, occupent une large part de marché,

  • Les composites hautes performances (HP), assez onéreux, avec un marché encore réduit [5].

II/ Les Composites dans le génie civil

Les matériaux composites sont utilisés par l’homme depuis des millénaires dans le

domaine de la construction. Le pisé de paille et d’argile est un des plus anciens matériaux dont l’idée première est exactement celle des composites : exploiter la résistance à la rupture des fibres, en laissant à une matrice de « qualité mécanique » inférieure le soin de maintenir ces fibres dans la forme voulue [5].

MATERIAUX COMPOSITES

Depuis des millénaires, l’homme a cherché à se protéger dans un bâtiment. Pendant des

siècles, sa sécurité dépendait de protections dures, massives donc lourdes. La notion de constructions légères et souples ne date que de quelques décennies [5].

Les matériaux composites en polymères renforcés de fibres « PRF » sont des produits de synthèse constitués principalement de renforts fibreux, supportés par un liant appelé matrice. Leur comportement dépend principalement du pourcentage de fibres et des propriétés mécaniques des constituants. Ce sont les renforts fibreux qui donnent aux composites leurs propriétés hautement directionnelles, leur imposant un comportement anisotrope et essentiellement linéaire élastique jusqu'à la rupture [6].

3) Fibres minérales ou organiques

Parmi les fibres les plus connues en génie civil, on peut citer : le carbone (haut module élastique et résistances mécaniques importantes à la fatigue), le verre (résistances moyennes,

très utilisé pour renforcer les bétons) et l’aramide (de haute résistance à la traction, utilisée en

câbles de hautes performances).

  • - Carbone : Les fibres de carbone sont caractérisés par un module d’élasticité élevé et qui varie entre 200 et 800 GPa. L’allongement ultime est de 0,3 à 2,5 %. Les fibres de carbone n'absorbent pas l'eau et elles résistent à plusieurs solutions chimiques. Elles présentent une excellente résistance à la fatigue, et une faible relaxation comparée à celle des aciers extensibles précontraints. La fibre de carbone est un conducteur électrique et, par conséquent, peut donner la corrosion galvanique si elle est en contact direct avec l’acier. Il faut signaler également le mauvais comportement au choc et à l’abrasion des stratifiés renforcés par des fibres de carbone. Les fibres de carbone se différencient par le taux de carbone plus ou moins élevé qui modifie les allongements et les contraintes à la rupture et les modules d’élasticité [5].

On trouvera des fibres dites « à haute résistance » HR et des fibres « à haut module » HM ou même « à très haut module » THM, et des fibres intermédiaires.

  • - Verre : Les fibres de verre sont moins chères que les fibres de carbone et les fibres d'aramide. Par conséquent, les composites en fibres de verre sont devenu la solution la plus utilisée dans plusieurs applications, tel que le génie civil, l'industrie des bateaux

MATERIAUX COMPOSITES

et d’automobiles. Les modules d’élasticité des fibres varient entre 70 et 85 GPa avec

un allongement ultime de 2 à 5 % selon la qualité. Par contre les fibres de verre

peuvent avoir des problèmes de relaxation. Elles sont aussi sensibles à l’humidité,

mais avec le choix correct de la matrice les fibres sont protégées [5].

  • - Aramide : Appelés aussi polyamide aromatique, Les modules d’élasticité de ces fibres varient entre 70 et 200 GPa avec une haute énergie de fracture et un allongement ultime de 1,5 à 5 % selon la qualité. Les fibres d'aramide sont sensibles aux températures élevées, à l’humidité et aux radiations « ultraviolet » et par conséquent, ne sont pas largement utilisées dans les applications de génie civil [5].

MATERIAUX COMPOSITES et d’automobiles. Les modules d’élasticité des fibres varient entre 70 et 85 GPa avec

Tableau 1: caractéristiques des fibres et matrices usuellement employées dans la fabrication des matériaux composites [5]

Renforts

Les renforts contribuent à améliorer la résistance mécanique et la rigidité des matériaux composites et se présentent sous forme filamentaire, allant de la particule de forme allongée à la fibre continue qui donne au matériau un effet directif. Ils sont caractérisés par :

  • la nature de la fibre : minérale ou organique,

  • Architecture du renfort [4] :

MATERIAUX COMPOSITES

 Architecture du renfort [4] : MATERIAUX COMPOSITES Figure 2: les principaux matériaux de renfort [

Figure 2: les principaux matériaux de renfort [5]

Les matrices

La matrice fournit le mécanisme nécessaire au transfert de la charge de part et d’autre des fibres. Elle protège également les fibres des risques d’abrasion et des autres attaques

environnementales et chimiques.

Il existe deux types principaux de matrices :

  • Résine thermodurcissable (TD) : polymère transformée en un produit essentiellement infusible et insoluble après traitement thermique (chaleur, radiation) ou physicochimique (catalyse, durcisseur). La transformation est irréversible.

    • Résine thermoplastique (TP) : polymère pouvant être alternativement ramollie par chauffage et durci par refroidissement dans un intervalle de température spécifique du polymère étudié. Les Résines thermoplastiques présentent l’aptitude à l’état ramolli, de se mouler aisément par plasticité. La transformation est réversible [5].

MATERIAUX COMPOSITES

MATERIAUX COMPOSITES Figure 3: Les matrices [ 5 ] En génie civil, les résines thermodurcissables (thermosets)

Figure 3: Les matrices [5]

En génie civil, les résines thermodurcissables (thermosets) sont utilisées presque exclusivement, telles que les matrices vinylesters.

MATERIAUX COMPOSITES Figure 3: Les matrices [ 5 ] En génie civil, les résines thermodurcissables (thermosets)

Tableau 2:Caractéristiques des fibres et matrices usuellement employées dans la fabrication des matériaux composites [5]

L’intérêt des utilisations des polymères renforcés de fibres dans le génie civil se trouve essentiellement dans:

- Sa faible densité ;

  • - Ses propriétés mécaniques longitudinales ;

  • - L’absence de corrosion ;

  • - Sa très bonne tenue à la fatigue ;

  • - Sa facilité de manipulation [5].

Les composites sont dotés des propriétés physiques et mécaniques que ne possède pas chacun des constituants pris séparément [3]. Tel que :

  • - Grande rigidité dans une direction

  • - Très haute résistance

  • - Rapport résistance/poids élevé

-Principalement deux catégories

  • - Matériaux composites à base de fibres

  • - Matériaux stratifiés

MATERIAUX COMPOSITES

- Grande rigidité dans une direction - Très haute résistance - Rapport résistance/poids élevé -Principalement deux

Figure 4: Courbes contrainte-déformation typiques des composites [6]

Fibres de carbone

Suivant les conditions de fabrication, il existe toute une variété de fibres de carbone qu’on peut actuellement classer selon trois types :

  • Les fibres haute résistance HR,

  • Les fibres à module intermédiaire IM,

  • Les fibres à haut module HM.

Les caractéristiques physiques et mécaniques des fibres de carbone varient, mais elles sont incluses dans les limites données par le tableau 3.

Deux méthodes pour la confection des composites en fibres de carbone ont été employées pour le renforcement des structures en béton armé. La première, qui est le plus généralement employé, consiste en l'application in situ de la résine sur une toile tissée (wet lay-up method) (Figure 5.a) ou deux feuillets unidirectionnels (Figure 5.b). La deuxième méthode est la préfabrication du composite dans des formes variées (Figure 5.c).

MATERIAUX COMPOSITES

La première méthode est plus souple et permet la réparation sur les surfaces incurvées et déformées et même autour des coins, alors que la préfabrication permet un meilleur contrôle de qualité. [5]

MATERIAUX COMPOSITES La première méthode est plus souple et permet la réparation sur les surfaces incurvées

Tableau 3:Caractéristiques des fibres de carbone [6]

MATERIAUX COMPOSITES La première méthode est plus souple et permet la réparation sur les surfaces incurvées

Figure 5: Différents types de composite : (a) tissu de fibre de verre ; (b) deux feuillets de fibre de carbone ; (c) plat préfabriqué de fibre d’armide [6]

4) Stratifiés

MATERIAUX COMPOSITES

Plaques et coques stratifiées : dans une plaque sollicitée en flexion, les couches externes sont les plus sollicitées. Minimum trois couches (2 peaux, 1 âme).

Peaux : matériau rigide avec résistance à la flexion élevée (composite ou non).

Ame : matériau léger, faible rigidité, faible résistance. Différence de rigidité, contrainte de

cisaillement à l’interface, risque de délamination.

Exemple : panneaux Al-bois de balsa dans aéronautique, ski, bois lamellé-collé [5].

structures sandwiches Rigidité, résistance mécanique élevée et légèreté Exemple. : Toit, plancher, mur, queue d’avion.

4) Stratifiés MATERIAUX COMPOSITES Plaques et coques stratifiées : dans une plaque sollicitée en flexion, les

Figure 6: structures sandwiches [5]

MATERIAUX COMPOSITES

III/ Applications des composites en génie civil

Réparation de pont, renforcement structural

Bandes de polymères renforcés de fibres de carbone (PRC) pour le renforcement des ouvrages de construction. Ces fibres peuvent produire une haute résistance capable de soutenir la structure en béton

MATERIAUX COMPOSITES III/ Applications des composites en génie civil Réparation de pont, renforcement structural Bandes de

Figure 7: renforcement en fibres de carbone [6]

Mise en ouvre

Dans le cas de renfort en lamelle de fibre de carbone, en général on applique l'adhésif époxy en couche de 1 mm sur la surface déjà préparée ainsi que sur la face supérieure des lamelles, préalablement traitées en usine pour avoir la rugosité adéquate, et qui doivent également être propres. Dans le délai du temps d'application de la résine époxy, les lamelles seront posées à l'aide d'un rouleau pour exercer une pression. L'excédent de résine doit être nettoyé. Il est recommandé d'ancrer les lamelles dans un béton sain et de disposer de la longueur nécessaire

[6].

Préparation de la surface du béton

La surface du béton doit être bien préparée afin d’éviter la rupture à l'interface résine béton

par suivre un procédé adéquat.

MATERIAUX COMPOSITES

Une bonne préparation extérieure du béton exige une importante maintenance, et que les surfaces de béton irrégulier sont réglés. [6]

  • Préparation du support :

Elle consiste au sablage, on prépare la structure à recevoir le renforcement et assurer

l’adhérence entre les différents matériaux.

MATERIAUX COMPOSITES Une bonne préparation extérieure du béton exige une importante maintenance, et que les surfaces

Figure 8: Décapage [7]

  • nettoyage et brossage des surfaces qui peuvent être humides ;

MATERIAUX COMPOSITES Une bonne préparation extérieure du béton exige une importante maintenance, et que les surfaces

Figure 9: Brossage de l'élément [7]

  • Préparation des fissures par injection de la résine de réparation ;

MATERIAUX COMPOSITES

MATERIAUX COMPOSITES Figure 10: Injection de la résine [ 7 ]  Préparation de la surface

Figure 10: Injection de la résine [7]

  • Préparation de la surface du renfort :

Pour les plaques de composites, la rupture peut se produire aussi à l'interface de composite- résine si la surface de la plaque de carbone n'est pas correctement préparé (par exemple déplacement inadéquat, des impuretés comme par exemple : graisse sur la surface).

MATERIAUX COMPOSITES Figure 10: Injection de la résine [ 7 ]  Préparation de la surface

Figure 11: lissage de la surface de renforcement [7]

  • Pour les tissues

MATERIAUX COMPOSITES Figure 10: Injection de la résine [ 7 ]  Préparation de la surface

Figure 12: Decoupage de la tissue [7]

  • Application au rouleau, d’une couche de résine d’accrochage sur la surface à renforcer

MATERIAUX COMPOSITES

MATERIAUX COMPOSITES Figure 13: Application et accrochage [ 7 ]  Mise en place de la

Figure 13: Application et accrochage [7]

  • Mise en place de la bande ou du tissu ;

MATERIAUX COMPOSITES Figure 13: Application et accrochage [ 7 ]  Mise en place de la

Figure 14: Enroulement par les fibres[7]

  • Application au rouleau, d’une couche de résine d’accrochage sur la surface extérieure ;

MATERIAUX COMPOSITES Figure 13: Application et accrochage [ 7 ]  Mise en place de la

Figure 15: Application de la couche d'accrochage[7]

- renfort éventuel de la fixation des extrémités par mise en œuvre de chevilles TFC ; - passage de la bande dans l’imprégnateur ; - passage rouleau du maroufleur imprégnateur ;

Cas d’application

MATERIAUX COMPOSITES

On peut utiliser les PRF collés pour tous les renforcements et toutes les réparations de

structure béton ou bois et plus particulièrement dans les zones d’accès difficile et sur les

ouvrages de formes complexes.

Cas d’application MATERIAUX COMPOSITES On peut utiliser les PRF collés pour tous les renforcements et toutes

MATERIAUX COMPOSITES

IV/ Matériaux composites et construction écologique

4) Introduction

La plupart des composites sont à base de polymères thermodurcissables, ce qui les rend difficilement recyclables. Cette contrainte va donc à l'encontre du développement durable.

On peut aussi voir de nouvelles recherches axées sur les bio-composites notamment avec des fibres issues de plantes. Les bio-composites sont des matériaux formés par une matrice (résine) et un renfort de fibres naturelles provenant usuellement des plantes ou de la cellulose (fibre de bois, chanvre, etc.). De plus, ils contribuent au respect de l'environnement car ils sont biodégradables, utilisés dans l'ingénierie des tissus, des applications cosmétiques et de l'orthodontie. Ces bio-composites ne sont pas encore prêts à être mis sur le marché pour des secteurs de pointe. L'industrie française s'intéresse grandement à ce type de matériau.

Un composite n'est entièrement biodégradable que si la matrice utilisée, en plus de fibres naturelles, l'est elle-même (exemple : PLA, acide polylactique). Dans le cas où on emploie une résine de type « classique » (polyester, époxyde, etc.), l'intérêt d'utiliser des fibres naturelles comme renfort sera le caractère renouvelable de celles-ci, mais on ne pourra pas parler de composite biodégradable. Les matériaux composites ont un impact sur l'environnement [4].

2) Réutiliser des sous-produits de l’industrie forestière dans les composites bois/plastique

Une nouvelle méthode pour utiliser des sous-produits liquides de l’industrie du bois comme additifs dans la fabrication de composites bois/plastique est détaillée dans une publication de l’Université de Finlande Orientale [7].

L’étude a aussi mis en évidence que la spectrométrie de masse par transfert de proton (proton- transfer-reaction mass-spectrometry, PTR-MS) était une méthode bien adaptée à la mesure de composés organiques volatils (COV) émis par les composites bois/plastique [7].

Il existe une demande croissante d’alternatives aux produits à base de pétrole, et dans les

composites bois/plastique, l’un des composés est d’origine naturelle. Ces matériaux sont utilisés dans le bâtiment et l’automobile leur volume de production devrait croître de 14 % par an d’ici 2019 [4].

MATERIAUX COMPOSITES

Les propriétés chimiques du bois et du plastique sont très différentes, il est donc nécessaire de recourir à des additifs pour améliorer leur compatibilité. Les additifs permettent également d’améliorer, entre autres, les propriétés d’absorption d’eau et de résistance aux intempéries.

Cependant, certains additifs sont assez coûteux, et leur inclusion dans les composites bois/plastique est complexe. Il existe donc un besoin en nouveaux additifs, efficaces, moins chers, et basés sur des ressources renouvelables.

Rien

ne

se

perd

des

liquides issus du bois utilisés comme additifs dans les composites

bois/plastique

 

Une méthode spécifique d’ajout des sous-produits liquides aux granulés de bois/composite a été développée par les chercheurs. Les résultats montrent un meilleur comportement lors de l’injection, et une très bonne homogénéité des échantillons.

De plus, l’ajout de ces additifs liquides a réduit significativement l’absorption d’eau des

composites, et, pour certains additifs testés, a même amélioré leurs propriétés mécaniques [4].

3) Exemples de matériaux composites écologiques

Panneau laine de bois

Le panneau de laine de bois est appelé ainsi car il est souple, ou semi-rigide. Composé de bois recyclé, ces panneaux font de 30 à 55 kg/m 3 . Ils s'adaptent bien aux irrégularités et sont très utilisés pour isoler murs et toit entre chevrons ou en caisson. Ces panneaux souple sont d'excellents isolants thermiques et phoniques et offre une bonne protection contre la chaleur l'été. Les panneaux laine de bois sont plus souple et moins dense que les panneaux fibre bois.

MATERIAUX COMPOSITES Les propriétés chimiques du bois et du plastique sont très différentes, il est donc

Figure 16: Panneau en laine de bois [8]

Fibre de bois

MATERIAUX COMPOSITES

Le panneau de fibre de bois est un très bon isolant thermique et acoustique. Composé de fibre de bois densifiée de 110 à 260 kg/m 3 , ces panneaux sont "rigides" et résistants à la compression. Ces panneaux rigides sont très utilisés pour isoler le sol, les murs extérieurs et le toit. Ils protègent aussi très bien contre la chaleur estivale grâce à leur très bon déphasage thermique. Les panneaux fibres de bois sont plus rigides et denses que les panneaux en laine de bois [4].

 Fibre de bois MATERIAUX COMPOSITES Le panneau de fibre de bois est un très bon

Figure 17: Panneau en fibres de bois [8].

Le chanvre

Le chanvre est une des seules plantes de grande culture n’utilisant aucun herbicide, insecticide

ou fongicide. Le chanvre a acquis depuis dix ans une place prépondérante dans le domaine de l'éco construction et des isolants naturels.

Efficace, le chanvre a une conductivité thermique faible (0.038W/m.k) ce qui lui donne un bon pouvoir isolant.

La brique de chanvre est le seul matériau isolant dans la masse permettant d’atteindre la valeur de référence de la RT 2005 (résistance thermique Rth de 2,5K/w) dès 20 cm. Alors que le béton cellulaire l'atteint en 25 cm et la terre cuite en 30 cm. Avec la brique de chanvre de densité 300kg/m 3 , nous obtenons une conductibilité de 0,075 w/mk. [4]

MATERIAUX COMPOSITES

MATERIAUX COMPOSITES Figure 18 La brique de chanvre [8]  Le béton végétal Composé de structures

Figure 18 La brique de chanvre [8]

Le béton végétal

Composé de structures végétales, de liant de chaux aérienne et de charges minérales, le béton végétal permet de réaliser des chapes isolantes, ou l'isolation phonique thermique des murs et planchers. Isolant thermique, le béton de chaux et de chanvre sera efficace contre le froid et la chaleur estivale, ce sera aussi un bon isolant phonique en plancher intermédiaire [4].

MATERIAUX COMPOSITES Figure 18 La brique de chanvre [8]  Le béton végétal Composé de structures
MATERIAUX COMPOSITES Figure 18 La brique de chanvre [8]  Le béton végétal Composé de structures

Figure 19: application de l’isolation composée d’un béton végétale [8].

MATERIAUX COMPOSITES

Conclusion

Ce projet nous a permis de mieux étudier les matériaux composites en général, de constater leurs importance en génie civil spécifiquement, et de connaitre l'évolution de ces matériaux vers l’écologique. Le progrès scientifique et la recherche ne cesse d'optimiser ces matériaux pour bénéficier de leurs propriétés.

Il est à noter ainsi que cette occasion nous a été convenable pour travailler et s'enrichir l'un des connaissances de l'autre et de celle de notre encadrant qu'on remercie pour ses conseils.

Bibliographie

MATERIAUX COMPOSITES

[1] AFGC: Association française de génie civil (2003) “Réparation et renforcement des structures en béton au moyen des matériaux composites”, Documents scientifiques et

Techniques Recommandations provisoires-, Décembre 2003, 148 p.

[2] Bardonnet, P. (1992) “Résines époxys”, Technique de l’ingénieur, Traité Plastiques et Composites, A 3 465, A 3 466.

[3] Bessière, J.F. (1996) “La potentialité des matériaux composites de synthèse dans l’architecture”, Mémoire de fin d’études, École d’architecture de Paris Belleville.

[3] Berbain, F., Chevalier, A et Choudin, C. (1997) “Mise en oeuvre des composites, Méthodes et Matériels”, A 3 720, Technique de l’Ingénieur, Traité Plastiques et Composites,

volume AM 5.

[4] La chimie et l’habitat (Matériaux composites à matrices polymères).

[5] Jean LUYCKX . Composites à fibres de carbone dans le génie civil. (www.techniques- ingenieur.fr).

[6] www.hal.archives-ouvertes.fr consulté le (20 /11/2017).

[7] https://bu.umc.edu.dz consulté le (23 /11/2017).

[8] http://www.materiaux-naturels.fr consulté le (17 /11/2017).

MATERIAUX COMPOSITES