Vous êtes sur la page 1sur 263

CHEZ LE MÊME ÉDITEUR

Du même auteur:
e, lombal et côtes, 2006, 272 pages.
Au; '" TECHNIQUES AROCULA"ES. Tome 3, rachis cervical, thoraciqu
ATlAS D'ANATOMIE PAlPATO"E. Tome l, cou, tronc, membre supérieur. Investigation manuelle de surface, 2012,288 pages.
lombo-sacree, 2005,240 pages.
ArtAS'" TECHNIQUES ARTiCULA"ES OSTlOPATHIQUES. Tome 2, le bassin et la charnière
ATlAS Of TECHNIQUES ARTICULAIRES osrEOPATHIQUE S. Tome l, les membres, 2003, 272 pages.

LEs TENSIONS MUSCULA"ES. Du diagnostic au traitement, 2009, 304 pages,


avec Gilles Péninou

LE sv oroME NEU.OG!NE OOULOUREUX. D u diagnostic au traitement manuel. Tome l, membre supérieur, 2011, 336 pages, avec
Jan de laere.
LE SYNOOOME NEUROC!NE DOULOUREUX. Du diagnostic au traitement manuel. Tome 2, membre inférieur, 2012,448 pages avec

Jan de laere.

Autres ouvrages:

MASSo-lCJNtslTH!OAPIE IT TH!OA�E MANUEUE PRATIQUE. Tome 2, applications régionales. Membre supérieur. Tête et tronc supérieur,
par M. DufOU', S. BA'" et P. COLN!, 2012, 392 pages.
MAsSO-KlN!SITH!OA PIE ET TH!.APlE MANUELLE POATIQUE. Tome 3, applications régionales. Membre inférieur. Tronc, par M. Du FOU',

s. BARSI et P. COU<!, 2012, 424 pages.


MASSo-KIN!SITH!'APlE ET TH!OA�E MANUEUlE POATIQUE. Tome l, bases fondamentales, applications techniques par M. DUfOU.,
P. COU<! et S. BAR�, 2009, 336 pages.
LE "LAN MUSCULA"E DE DANIELS & WOOTHINGHAM. Techniques de testing manuel, par H. HISLOP et J. MON TG O MERY, traduction
d'É. VIEL, préface de M. OUfOU,, 8' édition, 2009, 488 pages.
ANATOMIE'" WPAREIL LOCOMOTEU'. Tome l, membre inférieur, par M. DUfOU., 2007, 480 pages.

ANATOMIE'" lAl'l'AREILlOCOMOTEU'. Tome 2, membre supérieur, par M. DUFOU', 2007, 448 pages.

ANATOMIE Of lAl'l'AREILlOCOMOTEU•. Tome 3, tête et tronc, par M. DUFOU', 2007, 372 pages.

8JoM!cANiQl>E fONCTlONNEUE, par M. OUfOU. IT M. PIlLU, 2005, 608 pages.


l.ExJQ<>JE Of NOMENClATURE ANATOMIQUE OE l'APPAREILlOCOMOTEU., par M. DUFO U ', 2001,64 pages.
ATLAS
D'ANATOMIE PALPATOIRE
TOME 2
MEMBRE INFÉRIEUR

Serge TIXA
Enseignant en anatomie
et en anatomie palpatoire
il l'école d'ostéopathie (ATSA) de Lyon,
il l'institut d'ostéopathie (IFKO)
et il l'institut de massa-kinésithérapie (IFMK) de Montpellier

ELSEVIER
MASSON
Ta ble des matières

La hanche 2
O S TÉOLO G I E .. 4
La région coxo-fémorale . ................. . . . . . . . . . . . . . ....................... . . . ........... ...... . . . .............. .................. .................................
6
L'os coxal, 7 . Le fémur, 16

M YO LO G I E .. 20
La région inguino-fémorale latérale..... 22
La région inguino-fémorale médiale ou trigone fémoral ...... . .............. .. ..
......... .... .
. ....... . . .
.................. .. ........ ... 25
La région glutéale... 30
Plan superficiel, 31 • Plan moyen, 33 • Plan profond, 35

N E R F S E T V A I S S E AU X ... 40
La région inguinale médiale ..... 44
La région glutéale... 47

La cuisse 50

M YO LO G I E .. 52

La région fémorale antérieure: le groupe musculaire antérieur.... 55


Le muscle sartorius, 56 . Le muscle quadriceps fémoral, 59 Le muscle tenseur du fascia lata, 65
.

La région fémorale postérieure...... . .


............ ... 68
Le groupe musculaire médial, 69 Le groupe musculaire postérieur, 76
.

Le genou 86

O S T ÉO LO G I E. 88

Le compartiment antérieur ... 89

Le compartiment médial .. 95

Le compartiment latéral .................... ..


99

A R T H RO LO G I E .. 105

Les ligaments.. ....... .. . . ...


106

N E R F S E T VA I S S E A U X .. 112

Les principaux nerfs et vaisseaux .....


113
be
122
OSTÉOLOGIE ..
123
les os de la jambe...... .... .

126
les articulations de la jambe...... ...
127
ARTHROLOGIE ....
129
MYOLOGIE ..
133
le groupe mu s cu laire antérieur...
139
le groupe musculaire latéral .....
Approche globale, 144

le groupe musculaire postérieur........................ .


146

le plan superficiel, 147 • le plan profond, 154

La cheville et le pied 162

OSHOlOGIE ...... 164

le bord latéral......................................................... 167


. .
le cinquième métatarsien, 168· le cuboïde, 170· le calcaneus, 171 • le talus, 174 • la malleole laterale, 175

le bord médial.................................... 176


.
le premier métatarsien, 177 • le cunéiforme médial, 180 • l'os naviculaire, 181 • le talus, 182 • le calcaneus,
184 • la malléole médiale, 185

la face antérieure de la cheville et la face dorsale du pied ..


186
Autres techniques d'approche, 191

la face postérieure de la cheville et du pied . ........................ .


193
.

la face plantaire.......... .... . . . . . . .. . . .


.

196
. . . . ...... ....... ............ .. ....... . . ............ . . .... . . ................ ....... . . .

Autres techniques d'approche, 201


ARTHROlOGIE .............. .
. . . . . . .
.
. .... ...... ...... ..... . ...............
........ ........ . . .. .
...... ....... ... .. 203
les interlignes articulaires et les ligaments
.......................................................... .........................
207
les articulations interphalangiennes (articulations
synoviales de type ginglyme), 208 . les
articul ations
métatarso-phalangiennes (articulations
synoviales de type ellipsoïde), 209 • les
articu lations tarso­
métatarsiennes, 210 • l'articulation
transverse d u tarse, 212 • l'articulation
subta laire (articu lation
synoviale de type ellipsoïde), 214·
l'articulation talo-crurale (articulation
synov iale de type ginglyme), 215
les ligaments de l'articulation ta ID-cru •

rale, 217 • le ligament tibio-libula


ire postérieur, 220
MyOLOGIE ......................
........... ..........
. ....................
....... ...........
.....................
... .......... ...........

221
.......... .....

Structures musculo-tendineu
ses de la cheville et du pied
le faSCia dorsal du pied, 226
..

224

les muscles intrinsèques du


pied . .
. .......... ..... .........
................. .. .
NERfS ET VAiSSEAUX
. ... ...

234
..................
les principaux nerfs................
. .
.
. ........... . ...........
.......... .
...... .......... ........
. . . . ................. 243
........ .
les principaux vaissea
.
...................
....................
.
.......... ..........
.......... . 246
ux............
... ...

250
Glossaire _... _......... . .... .........
...

Index 253

257
< �,'",,-�....
�, '•
,. ''''�..
'.,," �.....
-
� LA HANCHE / OSTEOLOGIE

OSTÉOLOGIE
Os (o�at (face lalerale)

, Mu\.Cle grarxl dor�1


, Musde 9'<100 9'ul...al
" ) ligne 9'ul...ale po�leflt'ufe
. MUj,(1e mo�n glvtt',))
,. S LII}nl! glutt'otlt .tntt'!f'urt'
6 L'9 ..�nl �'O-Iu�al
7 . Mu\.C1ep",fOl�
"

8 - UgOl" gl ult'ale mfE"fIf'Uft'


"

9 MU'SC1e droit ftmol'itl


"
,.
10 -logarnt'nl'Khoo ft'm orill
Il - lJg.tmenl WUO eporl@'U.o.
12 Musde lume.Ju SU�fleU'
" Muscle JUrM'ilU I n f@1'�1
.. MUj,(1e seITll-membrilrl@'UJ(
IS Muscle boctpi fl"moral
16 MU)oC!eCdneftmol'oIl
" Musde!.e1Tll-lf'fIdlll('1.lJl.
" 18 - MllS(k!gl.;tnd..oducll"tJf
"
19 Mus.cleobhqtWlnlel'nl!
]0 MuS(1e �t,t 9'u1eal
"

11 MUIoC!e obIlQU(' externe


"

" " MUj,(14! l��r du ',}$(.. l.1I<)


" lIgdment IngU'n;I!
"
" ,. MUs.<:IeWlton\lS
" lIgitmenlrllO-femor.t1
"
" 26 lJ9ament pubo-fem.;",,1
" MUj.(IePKtln�
" logdment pKlIne
19 MUK Ie long oKIdUCIt'Uf
30 MUKIe COU,! ..odUClt'U1
" Mu\.{1e otmnllt'UI elftE"fnt'
" MuscIe9'�'1fo

Os coxal ,face mèdlèlle!


"
1 Muscletf30S�!oe
"
2 MIftCIe Iliaque
" ) Mt.I1oClo! obIoqU(' In(t'fOl!
,. �rneflllngu,naI
11 FO$Sot r!lolque
" MU1oC1e obturateur ,n!@'fOl!
MU\oC!e �tJt �s � lIg�arQuH
8 Emlne-nce Iloopl.lbof-nne
2J
9 �rnent P«I'�
" 10 ·llgdmeflll.KuNue
ll-Mgledupl.lbI�
12 - Muscle é�alw, d e l'al'lu�
13 - Memblane obturalnce
14. Surlil(e symphyw..e
15 - C()l� caverneu�
16 Muscle Ischio.caverneu�
17 - Muscle'<I"é deslombh
"
"
" " 18 MusclHbKteu�dur�hb
" 19 -lIgdrnenl Iho - I o mbalre
"
20 ·lIgdrnenl �ro-lliaqu.e Imet01.l.e'UlI
1)
" 21.TuWr01.il�lIi.,queel
"
• I;g.rnenls�ro-i llaques dor�u.
22 -llgdrnenl� �tO-m;tqUoe1 V1!'fIlr�uX
" 23- Su.f�e ;IOuric u"'ire
16 " " Muscle coccygien
25 - lIgdfne1'\1 �'�neu.
"

26.llgdmefll �.o-luWrat
21- Muscle t.anwer1oe Plofond
28 -Muscle uan sver!.e superh<ieI
" Os el hgament5 du pel\l�
(vue anté r ieure )

1 ligament ilio-Iombalre
2 Fos5.e iliaque
J �re e.terne de la crf,te Iliaque
4 ·Zone rnlermfodralre de la cf�le iliaque
16 5 ·Tuoo(ulede la crtleUiaque
17 6 - Lfvre Interne de la crête iliaque
1- �pll'W iliaque antéra-supérleure
18 8· �pll'IIL' isci.alique
9· E.pine iliaque amero-lnférl4rurt
10 • LIIJilrneflt IoaCro-tubbal
19 Il . Eminence illO-pubienne
" Branche supérieure du pubis
13 for.men obturé
• 1< Branche Inférieure du pubis
, " ltg'llnenllong,tudinal ilnt�uf
,. 16 li gament wc/o-iliaque antérieur
2.
17 Promootoue sa.cral
18· Foramens wcraux petvllL'M
19 · Grand foramen ischillique
Il
20· Coccyx
" 21 . Tubercule du pubis
22 - Symphysepub�ne
Il "
1< "

,.
Os et ligaments du pelVIS
(vue postérieure)

1 • UgamMt s upra·IpII'H!WI
2 . Epine iliaque posléro-su�fe
Il ] -llgampnts sacro-lIiolQUH postéritufS
4 - Foramens wcrau)! don.1UX
S ·li9a�nl sac:ro·tubbal
6 - ligamenlS !oiKfo-COCC)'9�S
superficiels
" 7 -ligitmenu S<lCrO-(O(()'9iens
profonds
Petit fOfitmen Iscnlittique
Il llqitment IHo-lomb.1lœ
10 - (réte lIi.lque
II - Tubercule de lit crfte lIl.lque
11 - Epine III.lque itntéro-su�rleure
1) - Grand fOfitmen IschlittJQue
14 -ligament sacro-rpi neu)l
" 15 - Bord acétitbulalre
16- Tu�roslté Ischlittique
17 -Tendon du cMf long du muscle
biceps fémoritl
"

16
17
OSTÉOLOGIE
� LA HANCHE /

-FÉMORALE
LA RÉGION (aXa

Fig. 2 et 3. Vue de la région de la hanche

Les structures osseuses accessibles à la palpation sont : - l'épine iliaque postera -supérieure.

• l'oscoul: - l a petite échancrure innomi née,


-la crête iliaque. - l'épine iliaque postera-inférieure,
- répine iliaque antèro-supérieu re, -l'épine ischiatique.
- r�ne iliaque antèro-inférieure, -la petite incisure ischiatique,
-le tubercule iliaque. - la grande incisure ischiatique.
-la grande échancrure innominêe, -la tubérosité ischiatique.
- iii attr pecti�ale. - le bord i nférieur de l 'os iliaque.
-les branches cranialos du corps du pubis. • lefémur:
- iii symphyse pubienne. - la tête fémorale.
- le torps du pubis. -le grand trochanter.
- le tubercule pubien. -le petit trochanter.
L'os coxal
Fig. 4. La crête iliaque

TA I l est possible de percevoir les changements de cou r bure de


cet te structure, qui sont trip l es ·

• une courbure antérieure concave en dedans;


• une autre, posterieure, concave en dehors:
• une courbure convexe vers le haut, dont le sommet est à peu près
a égale distance des deux ext remités.
Son t également perceptibles ses variations d 'é p aisseur laquelle est
,

plus Importante aux deux extrémités de la str uc t u re et surtout


,

au niveau du sommet de la courbure antérieure -c'est-à-dire au


niveau du tubercule Iliaque (fig. 5).
Pour percevoir ces deux aspects de la crëte Iliaque, il suffit de la
parcoum d'avant en arrière et d'arrière en avant à l'aide d'une prise
pulpai re bl d lg l tale ou bien en la saisissant entre pouce et index.
,

La crête elle-même doit être parcourue mais aussi sa lèvre latérale


et sa levre médiale.
• I N S ERTI O N S
• Dans s a partie anterleure, elle donne Insertion aux muscles oblique
i
externe, obl q ue Interne et transverse de l 'a bd om en , ainsi qu'au tenseur
d u fascia lata
• Dans sa p art i e postêrleure s'inserent les muscles latisslmus dorsl
(g rand dorsal), carrê des lo mbes et sacro·lombal ou ilio-costal.

Fig. 5. le tubercule iliaque

TA Placé au sommet de la courbure antérieure, il fait saillie vers la


fosse iliaque latérale. Parcourir la crête iliaque d'avant en arrière
entre pouce et index pour percevoir cet épaississement du bord
supérieur de l'os.
Remarque; Sur la figure, la prise pulpaire est placee en regard de la
structure recherchée. Elle est à son contact par l'intermédiaire de
l'index.
" LA HANCHE / OSTÉ OLOG IE

Fig. 6. l'épine iliaque antéro-supérieure

TA ·Elle. est facile d'acces ; il suffit de repérer la partle la pl � S


anteneure de la crete iliaque'. c'est à cet endroIteprecIs qu el Ie se
situe. Saisir ensuite cette structure entre pouce t ndex pour bIen
1

la matérialiser.
• IN S E R T I O N S
' re
S u r l a face l te ra le de cette structure s rnse
a n t l e muscle tenseur du faSCia
lata et le muscle sar torlUS

Fig. 7. La grande échancrure innominée

TA Elleest partiellement accessible au-dessous de l'épine iliaque


antéro-supérieure (fiAS).

.
Fig 8. L'épine iliaque antéro-inférieure

TA C'est une densité perçue sous les doigts à quatre travers


de doigt environ de l'fIAS, à l'extrémité inférieure de la grande
échancrure innominée. Elle est plus ou moins accessible selon
la morphologie du sujet. Demander au sujet une antéversion du
bassin pour faciliter la perception de cette structure.
• I N S E RTIO N

Le muscle drOit fémoral (le tendon direct)

C LINIQUE
Si cette structure vous .. appar
aît " exagérément saillante sous
doigts, i l faut penser à une possib les
le calcification du muscle droit
fémoral (l'imagerie médicale
confirmera).
/ LA RÉGION COXO-FÉMORALE lY
-

Fig. 9. La crête pectinéale et la surface pectinéale

La crêt e pectmeale limite en haut la branche superieure du pubis


TA L'approche la plus simple est de repérer préalablement j'épine
du pubis. et de se diriger obliquement en dehors. en direction de
IllAS.
Remarque : At lentlon au cordon spermatique pour les hommes
et au ligament rond pour les femmes lorsque l'on procede à cette
recherche.
• INSE RTIONS
Sur fa crête peetlnéale s'Insere le plan superfiCiel du muscle pectiné et sur la
surface pectmeale s'Illsere le plan profond de ce même muscle ainsi que le
ligament pubo-femoral

Fig. 10. Les branches craniales du corps du pubis

TA Le praticien positionne ses doigts, places en crochet sur les


Il »,

branches craniales de chacun des corps du pubis, situees de part et


d·autre de la symphyse pubienne.

Fig. 1 1 . Les branches craniales du corps du pubis :


a utre technique d'approche

TA le praticien se place à la tète du sujet et positionne ses pouces


sur les branches craniales de chacun des corps du pubis.

,�
:M.�" .
� LA HANCHE / OS TÉOLOGIE

Fig. 12. la symphyse pubienne

Rappel c'est une amphlarth,ose ; les surfaces articulaires pubiennes


sont reunles par un fibrocartllage constitue d'un ensemble de fibres en
peripherie et d'une partie centrale gelatrneuse

TA La symphyse p b n ne
u ie est perçue sous dOigts comme
les une
dêpression entre les deux os pubIens, correspondant au disque
IOterpublen.

• I N S E RT I O N S
Les bords superieurs et Inferieurs de l a symphyse sont renforces par deux
ligaments (superreurs et rnferleurs) En avant. un ligament antefleUi. tres
epals. est renforce par les aponevroses d'Insertion de� muscles grand
drOIt. oblique externe et pyramidai de l'abdomen ainsi que par les tendons
d'Insertion du long adducteur et du graCIle En arrlere la symphyse est
renforcee par le ligament posterieur

Fig. 13. le tubercule pubien

TA les mains placees à plat au niveau du grand trochante


r, les
pouces se dirigent horizontalement vers l'intérieur
, à la recherche â
travers la région pubienne - mont du pubis
chez la femme - d'une
proêmine (e osseuse en forme d'épine: c'est
� le tubercule pubien.
Il se srtue a la partie la plus médiale de la
branche horizontale du
pubis tout pres de la symphyse pubien
: ne et plus exactement à la
JonctIon de la crete pectinéale et de
la crête obturatrice.
�: le tubercule pubien
surmonte le corps du pubis .

• INSERTIONS

Sur Q tubercule S'Insère le ligame


�� ere
t
ns
nt Ingumal et en dedans de
faisceaux des muscles abdom
IUlles
inaux ainsi qu'une partie du
muscle
_ add uc ttur
IUflg
LA R É G I O N COXO - F É MORA LE "

Fig. 14. Le corps d u pubis (partie antérieure de la branche ischia-pubienne)

TA le fora men obturé est limité en haut par la branche craniale du pubis,
medlalemenl et en avant par le corps du pubis (partie antérieure de la branche
ischlo-pubienne) ; en arfiere par la tubérosité ischiatique et en bas par la branche
ischlo-pubienne.
A ['aide de son pouce le praticien vient se positionner sur la partie antérieure de la
branche ischia-pubienne.
Remarque : Les deux corps du pubis s'unissent entre eux par la symphyse
pubienne.
• I N SERTI O N S
Sur la partie" la plus anterleure s'Insere le muscle long adducteur, en arriere de tUi le muscle
court adducteur, et pres du bord inferieur le muscle gracile

Fig. 15. L'épine iliaque postéro-supérieure


------
TA Cette structure correspond globalement a la fossette plus
ou moins visible chez tout individu ; elle se situe en regard de
l'articulation sacro-iliaque.
On peut également la mettre en évidence en repérant la partie
la plus postérieure de la crête iliaque et en la suivant jusqu'à
sa jonction avec Je bord postérieur de J'os coxal. Ce dernier se
caractérise par une légère dépression qui n'est autre que la petite
échancrure inominée.
� LA HANCHE / OSTEOLOGIE

Fig. 16. la petite échancrure inominée et "épine iliaque


postéro-i nfé rieure

la petite échancrure inominée


TA Située entre l'epine i l iaque postera-supefleure et l'epme
Iliaque postëro-Infeneure. a deux travers de dOigt environ de cette
dern ière. elle se recherche entre ces deux structures
les mouvements d'anteverSlon et de retroverSlon du baSSin aident
â la local iser.
l'épine iliaque postéro-inférieure
TA Elle répond à "extrémité postérieure de la surface aUriculaire.
Une prise pulpaire bidigitale. placee à deux travers de dOigt environ
de J'épine i l raque postera-supérieure, permet de la reperer. Elle sera
mieux perçue si "on demande au sujet d'effectuer une alternance
de mouvements d'antêversion et de rêtroversion du baSSin

Fig. 17. L'�pine iliaque postéro·inférieure en procubitus ..


autre technique d'approche
�� ��.suffit d:
su ivre I� bord latéral du sacrum
gq� C est au nIVeau de cette jonction
jusqu'â sa jonction avec
.
que nous percevrons
repme ihaque postéro-inférie
ure.
�� •. Juste � u dessus de cette structure
o::ll. ldnCrUre Innomlne�e. se situe la petite
LA RÉ GION (OXO - FÉMORALE

Fig. 18. L'épine ischiatique et la petite incisure ischiatique

L'épine Ischiatique
TA Le SUjet est en decubitus latéral,la hanche est fléchie. Reperer
prealablement la tuberosité ischiatique et la petite incisure ischiatique
qUI lUI fait sUite vers le haut. à l'aide d'une prise pulpaire bidigitale.
CecI Etant fait. plaquer la prise contre la tubérosité ischiatique
et la faire glisser dans la petite incisure ischiatique sans qu'elle
se déplace sur la peau {ce qui revient à faire glisser la peau sur
les tissus sous-jacents). l'épine ischiatique se situe à l'extrémité
proximale de cette échancrure.
Remarque : Le muscle grand glutéal doit être relâché.
C'est au niveau de cette structure que se réfléchit le muscle
obturateur Interne.
• I N S ERT I O N S
• le J umeau supeneur. SUI l a face externe d e l'épine Ischiatique
• le ligament sacro-eplneux sur l'apex de l'épine Ischiatique

la petite inCisure ischiatique


TA la tubérosité ischiatique doit être préalablement repérée à
l'aide d'une prise pulpaire bidigitale (voir fig. 22).
la dépression que l'on perçoit au-dessus d'elle, en direction du
sacrum, est la petite incisure ischiatique. Cest à son niveau que se
réfléchit le muscle obturateur interne.
le muscle grand gluteal doit être relâche. Il est quelquefois preferable
de placer la hanche beaucoup moins fléchie que sur la figure ci­
dessus: cela permet une meilleure pénétration de la prise à travers la
masse du muscle grand gluteal qui est, de ce fait, moins tendu.
Rem a rq ue ; Cette structure est située entre l'épine ischiatique et la
tubérosité ischiatique.

Fig. 19. l'épine ischiatique et la petite incisure ischiatique


en procubitus : autre technique d'approche

TA Après avoir repéré la partie la plus distale de la grande incisure


ischiatique - comme indiqué à la fig. 21- et en gardant la .même
prise, il suffit, sans perdre le contact avec la région et sans faire
glisser ses doigts sur la peau, d'effectuer des mouvements de
va-et-vient de haut en bas et de bas en haut pour percevoir une
densité sous les doigts qui n'est autre que l'épine ischiatique.
la petite incisure ischiatique est dans la continuité de la grande
incisure ischiatique et de l'épine ischiatique. II est également
possible de l'aborder depuis la tubérosité ischiatique en se plaçant
Juste au-dessus du pôle supérieur de cette dernière structure.
Remarque : Sur la figure ci-contre, la technique d'approche est
réalisée à l'aide d'une seule main.
� LA HANCHE / OSTÉOLOGIE

Fig. 20. la grande incisure ischiatique

TA Reperer preala bleme nt l'eplOe iliaque


poste ro-mfef leure a l'aide
e appuI sur la fosse. liaque
d'une prise pulpai re brdlglt ale Prendr
on de la grand e inCi sure
glutea le. la prise" plonge» e n directi
latéra l du sacrum
Ischiatique et du bord
ure est
Remarque: large et profon de, cette dern ere stfUct
" ,
ieure et 1 eplne
comprlse entre l'épme Iliaque poster a-Infer
masse muscu latre du
Ischiatique. Elle se reche rche a travers la
muscle grand glutéa l.
est postérie ure et que,
Il ne faut pas perdre de vue que sa concavi té
il travers elle. passe le muscle p'riform e e t l e nerf Ischiati que

l'investigation se fera en conséqu ence.

Fig. 21. la grande incisure ischiatique en procubitus :


autre technique d'approche

TA les doigts des deux mains du praticien, posés bien à plat dans
la région fessière rel.khée, cherchent à percevoir un bord tranchant
rectiligne.
�: Sur la figure ci-contre, la technique d'approche est
réalisée à l'aide d'une seule main.

Fig. 22. la tubérosité ischiatique

TA Ovalaire, il grosse extrémité postéro-supérieure, son extrémité


inférieure, étroite, prolonge le bord inférieur de l'os coxal. Une mise en
nexion de la hanche permet de la dégager du muscle grand glutéaL
Il est aussi possible de la palper e n décubitus ventral, au milieu du
repère cutané que constitue le pli glutéal.
�marque : C'est sur les t u bérosités ischiatiques que nous nous
asseyons le plus souvent.

• I N S E RTIONS
• le muscle Jumeau .nfeneur s'insere sur le pôle supeneur de la tuberoslte
Ischiatique -Juste au-dessus et en dehors de l'Insertion du ligament
'ioacro-tubéral
• M U'iocle'io l'iochlo'jamblers ('ioeml'membraneux,
fémoral) seml-tendlneux, biceps
• Muscle grand adducteur
• le ligament sacro·tuberal s'Insere au bord medlal
de la tuberoslte Ischiatique
LA R É G I O N (OXO - F É MO R A LE �

Fig. 23. La tubérosité ischiatique en procubitus :


autre technique d'approche

TA Le praticien place son pouce au niveau du repere cutané que


constitue le pli glutéal, pour être au contact de la tubérosité
Ischiatique ou s'Insèrent les muscles Ischia-jambiers.

CLINIQUE
la bursite ischiatique : une palpation- pression sur cette structure
réveillera une douleur exquise.
la tendinopathie des ischia-jambiers: la palpation-pression appliquée
sur ces tendons réveillera une douleur et le testing de ces mêmes
muscles peut être déficitaire et douloureux. l'étirement de ces muscles
sera également douloureux.
la désinsertion des ischia-jambiers: elle est rarissime. la palpation
retrouve une encoche sous les doigts en regard des tendons désinsérés
et le testing de l a flexion de genou sera fortement déficitaire.

Fig. 24. Le bord inférieur de l'os coxal

TA Reperer la tuberosite ischiatique (fig. 22) et la partie la plus anterieure et


mediale de la branche descendante du pubis .
Le bord inférieur de l'os iliaque comprend deux partie s:
• une partie antérieure, articulaire avec la surface articulaire de l'os controlatéral
pour former la symphyse pubienne;
• une partie postérieure rugueuse qui présente deux lèvres (interne et externe) et
un interstice.

• INSERTION
• Sur la levre externe le musc le gracile.

Fig. 25. Le bord inférieur de l'os coxal

TA Le praticien place sa main sur le corps musculaire du long


adducteur, et SUit le trajet de ce muscle en direction proximale
Jusqu'au contact avec le bord Inférieur de l'os coxal (le contact est
pris avec le bord radial de l'index du praticien, ou bien avec le pouce) .

• I NSERTlO"
N' ___ ___ __________
----
A la partie Inferieure et antefleure de ce bord s'insere le muscle graCile
� LA HANCHf / OST ÉOL OGI E

Le fémur
Fig. 26 et 27. Abord postérieur
de la tête fémorale

TA Mobiliser la hanche en rotation


médiale de manière a repousser
la tête fémorale vers l'a mere. Elle
est accessible à travers la masse
musculaire du muscle grand glutéal
entre le grand trochanter et la face
latérale de l'os coxal
Pour aVOir une meilleure perception
de la tête sous les dOigts. proceder
à plusieurs mouvements de
mobilisation en rotation de hanche.
Remarque : la tête femorale est
creusée en son centre (un peu
au-dessous et en amere) d'une
dépression . la fovea capltls. Cette
fossette est rugueuse et perforée de
très nombreux trous vasculaires.
• INSERTION
Cest dans cette fossette que s'Insere le
ligament de ta tête femorale

Fig. 28. Abord antérieur de la tête fémorale

TA le sUjet est placé en décubitus latéral. le thérapeute est


derrière lui et stabilise avec sa hanche le bassin examiné (dans le
plan antero-postérieur).
la main proximale se place a la partie antéro-Iatérale de la hanche
et place une prise pulpaire polydigitale à la partie antérieure de
cette dernière.
À l'aide d'une prise en berceau, la main distale se plaque
antéro-médiale de la cuisse concernée et amène lentement à la partie
membre inférieur en extension le
sUjet à raide de sa hanche). (le thérapeute bloque le bassin du
la main proximale perçoit progre
densité qUI n'est autre quela têtessivem
fémor
ent sous les doigts une
ale qui se projette en avant.
.....�. Au cours de cette mobilisation
, il sera possib de
percevoir le pouls de l'artère fémorale, elle-même projetéele en
par la protrusion de la tête fémo avant
rale.
LA R É G I O N (aXa- F ÉMO RALE

Fig. 2 9 . Abord d u grand trochanter en décubitus latéral


TA En décubitus laleral, le grand trochanter fait naturellement saillie
à la partie latérale de la hanche.

Fig. 30. Abord du grand trochanter en décubitus dorsal

TA En décubitus dorsal, le membre inférieur en légère abduction,


le grand trochanter est directement accessible dans la dépression
cutanee creee par l'a bduction de la hanche. Cette position
permet également un relâchement optimal de la musculature
environnante, ce qui rend beaucoup plus facile l'accès aux
differentes parties du grand trochanter, le bord superieur, le bord
inférieur, le bord antérieur, le bord postérieur, la face latérale et la
face médiale.
• INSERTIONS
• Bord superieur: le piriforme.
• Bord antérieur (ou face a ntérieu re) : le petit glutêal .
• Bord postérieur: ca rre fémoral.
• Face latérale: le moyen glutéal.
• Face méd i a l e :
- le muscle obturateur latéral dans la fosse trochantérique ; •

- a u-dessus et en avant de cette fosse : l'obturateur médial et les


Jumeaux.
• Le bord Inférieur limite en bas la face latérale, et est encore appele crete
. _

du vaste latéral car ce muscle s' i nsère à son niveau.

CLINIQUE
Concernant les bords supérieur, antérieur, postérieur, latéral et
inférieur, si la palpation de j'un d'eux est douloureuse, il faut penser
à une tendinopathie ou à une ténobursite du muscle s'insérant sur
la structure concernée. De plus le testing du muscle en cause sera
douloureux et/ou déficitaire. ne doit y avoir ni limitation ni douleur
Il
dans les mouvements passifs de l'articulation coxo-fémorale.
.., LA HANCHE / OSTÉOLOGIE

Fig. 31. Le grand trochanter ; bord superieur

Le muscle s'insérant sur cette structure est le piriforme

Fig. 32. Le grand trochanter ; bord anterieur

le muscle s'inserant sur cette structure est le petit glutêal.

Fig. 33. Le grand trochanter ; face laterale

le muscle s'insérant sur cette structure est le moyen glu téa


l
.

"'" 34. Le BQnd troc:hanter ; bord


inférieu r
le trkJSde sînsirant sur cette
structure est le vast e latér
al.
LA R É G I O N (OXO - FÉMO R ALE ,..

Fig. 35. Le grand trochanter : bord postérieur

Le muscle s'inserant sur cette structure est le carré fémoral.

Fig. 36. l e petit trochanter, premier temps : mise e n évidence d u .. hiatus ..


entre les muscles long adducteur (1) et gracile (2)

TA On voit apparaître sur la figure ci-contre en position postéra-médiale le muscle


gracile (2) et le muscle long adducteur (1).
Le sujet est en décubitus dorsal ; la hanche et le genou sont fiéchis.1I faut résister
il l'adduction horizontale. Cette technique a pour objectif de faire saillir les deux
structures musculaires recherchées.
Cest entre ces 2 structures que l'on recherche le contact direct avec le petit
trochanter.

Fig. 37. le petit trochanter, deuxième temps : prise de contact


direct

TA La prise en berceau avec la partie dorsale de la main qui se plaque


illa face médiale de la Jambe permet d'antérioriser le petit trochanter
a l'aide d'une rolatlon latérale de hanche. le pouce de l'autre mai'n se
glisse dans la profondeur des structures molles entre les muscles long
adducteur et gracile à la recherche d'une densité relativement sensible.
• INSERTIONS
• Le muscle Illo-psoas - SOit par l'intermediaire d'un tendon commun. SOit
par deux tendons separes par une bourse sereuse
� LA HANCHE 1 MYOLOGIE

MYOLOGIE
Region gluteale (plan superfiCiel)

1 - Crête Iliaque
6 2 - FaSCIa glutéal
3 - Muscle grand glutéal
4 - Muscle seml-tendmeux
S· Muscle biceps fémoral
6· Epine Iliaque anlera-supeneure
7 - Muscle tenseur du faSCia lala
8 8 - Muscle iartorlU5
9 9 - Muscle drQlt femoral
10 1 0· Tractus Illo-tiblai
1J - Muscle vaste latéral

11

Tractus ilio-ibial (plan superficiel)

1 • Fascia glutéal
2 - Muscle tenseur du fascia lata
3 - Muscle grand glutéal
4 - Muscle moyen glutéal
5 - M.Jscle pinforme
6 - tendons des muscles
obturateur Interne et jumeaux
7 - MU5C� carré fêmoraJ 8
8 - Muscle garnd fessier
(faisceau profond)
9 - Muscle grand fessier
(faisceau superficiel)

Région gluteale (plan profond)

1 - Muscle grand glutéal


2 - Musc� moyen glutéal
3 - üg� glutéale antérieure
<4 - Musde petit glutéal
5 - Bourse synoviale
6 - Grand trochanter
7 - Musde tenseur du faSCia lata
8 - Muscle sartorÎus
2
J
4

Muscles pelvi-trochantériens
(vue postérieure)

, -Muscle piriforme
2 -Muscle jumeau supérieur
3 - Muscle obturateur interne
Muscle moyen glutéal (vue latérale) 4 - Muscle jumeau inférieur
5 - Muscle carré fémoral
1 • Fascia glutéal 6 - Muscle grand glutéal
2 - Faisceau postérieur 7 - Muscle moyen glutéal
3 - Bourse synoviale
4 -Grand trochanter
5 -Insertion du muscle moyen glutéal
6 - Faisceau antérieur

Muscles pelvi-fémoraux médiaux


(vue antérieure )
3 �________________-;
1 - Muscle iIio-psoas
1 5 2 - Muscle carré fémoral
2 4 3 - Muscle pectiné
6 4 - Muscle long adducteur
3 7 5 - Muscle obturateur externe
6 - Muscle gracile
a 7 - Muscle petit adducteur
8 Muscle grand adducteur
4
-
L4 HA IIIC HI MYOLOGIE

O - FÉMORA L E LATÉ RA L E
LA RÉGION IN G U IN

Fig. 38. Vue antéro-médiale Fig. 39. Vue antéro-Iatérale


1. Muscle moyen gluteal
2. Muscle tenseur du fascia lata
3 Muscle drOit femoral
4 Muscle sartonu5

Dt for� tnangulaire, à sommet supérteur. cette région est la Jambe sur la cUISse lorsque le genou est nech�
deIImftte par . - lI a"ure la stabilité transversale du genou en equllibre
• le sommet (proximal) constitué par l'épine iliaque antéro. avec les muscles de la patte d'Ole
supenNrt, • Muscle sartonu5 :
• la 'mite tJt�alt constituée par le muscle tenseur du faSCIa - Fléchisseur, abducteur el rotateur latéral de la (Ulsse 5ur
!ru le ba",n.
• 'mrte méchait constituée par le muscle sartorius. - FléchISseur et rotateur médial de la Jambe Sur la cUISse
• .. pQnc::�r de cet espace triangulaire, constitué par le

- StabilISateur du ba"In dans le plan sagittal
m.tJ5C!e dtOtt fémoral, dont l'extrémité proximale s'Insinue - Antéverseur du bassin.
entreles deux muscles précédemment cités.
- Stabilisateur latéral du genou avec les autres muscles de
Ienuoque les muscles délimrtant cette région la patte d'oie (mUScle sem,·tend,neux et muscle gracile)
Jppoft.ennent topog,aph'Guement à la région de la CUISse. • Muscle droit fémoral :
• ACTlO ..s OlS NlUSCUS DE L4 RtGION INGUINO.Ft MORAlE - le muscle drOit fémoral est extenseur du genou et
hAll néchi"eur de la hanche.
• "''- � du f_.. latil • I N N E R VATIONS
- ��. aliducteur et rotateur médial de la CUISS. sur • Sarton us : nerf fémoral (L2, L3)
� twosw. • Quadriceps : nerf fémoral (L2, L3, l4)
- � de la pmbe sur la cu"se, et rotateur lat,;ral de • TH : nerf glutéal supérieur (l4, lS)
LA R É G I O N I N G U I N O - F É MOR ALE LAT
É RALE P':

Fig. 40. Le muscle tenseur du fascia lata


TA lJ rt'�lstJnce placee a la face antero-medtale de la cUisse flechle
[non vIsible sur 1.1 photo) s'oppose a la flexion de la cUisse et fait sadl1r
deux masses musculaires a la partie proximale de la CUisse.
la plus IJtcfaJe est celle du muscle tenseur du faSCIa lata
Cette mas) mu-:,culaHe est située entre l'eplne iliaque antéro.
superl ure et le grand trochanter
• INSE RTIONS

;\ f n v ,I d IJ I ' , f�l J' It' mu (It, S +n<,erf;' sur Id fdU' Idlerale de j'EIAS et sur
e , I 'e', Il i' Il'f 1 Jft' dt' ,..1 Il'Vlt,' IJlefdle dt' fd Ide l'dque

TH
2 SartorJus
3 DrOit Femoral

Fig. 41. G,os plan su, le sarto,jus

TA la demarche est Identique à celle utilisee pour le muscle tenseur du fascia lala.
Ce muscle correspond a la masse la plus médiale des deux masses musculaires
faisant saillie a la partie proximale de la cuisse, suite à la résistance placée à la face
antero-medlale de la cUisse pour s'opposer à une flexion de la cuisse sur le bassin.
L'eplne Iliaque antero-supéneure est la structure osseuse de référence puisque le
muscle recherche s'y Insere.
Remarque : le muscle sartorius constitue la limite médiale de la région inguino­
femorale laterale Il est aussi la limite latérale de la région inguino-fémorale
medlale ou trigone fémoral.
• INSERTIONS

A nlte ....eau (prol!.lmal), le muscle s'Insere sur l'EIAS


l TFl
2 Sartoflus
3 Droit femoral
LA HANCHE 1 MYOLO G I E

Fig. 42. Gros p l a n s u r l e d roit fémoral

TA C'est dans la depress10n compuse entfe le muscle tenseur du


faSCIa Jata lateralement. et le muscle sartOflUS. medlalement. que
l'on pourra rechercher la partie la plus proxImale du muscle drOit
femoral
Meme relàchee. l'extremlte proxImale de ce muscle se perçoit tres
bien souS les dOIgts On peut toutefoIs demander une succeSSIon de
fi contracter-relâcher " pour mieux percevoir les fibres musculaires
concernees ( l 'actIon musculaire supplementaire demandee est
l'extension de genou) en dehors de la fleXion de hanche deJa
soll icitee
A ce niveau (proxtmal). le muscle s'insere SUI l'EIAI (tendon direct) et
dans la fosse supra·acetabulalre (tendon reflechl)

• I N SE RTIO N S
Ce muscle s'msere pro)(lmJIf"ment .. ur 1 ep ne Jqut' Jr'Jtero nkT �·urt· et
dan� ta gouttlere �upra a(etabulalte et dl!>tJ t'ment sur lJ bJ'>t' dt' 1 plte a
et ta tube rOSlte antetleurf" du t Il

l TFl
2 Sartortus
DrOit femoral
LA R ÉGION I N G U I N O - FÉ MORALE M É
D I A LE ...

LA RÉG I O N I N G U I NO- FÉM O RALE MÉD IALE


O U TRIG ON E FÉM ORA L

Fig. 43. Vue médiale

1 Muscle sartOflus
2 Muscle Ilia-psoas
3 Muscle pectine
4 Muscle long adducteur
S Sommet d u triangle de Scarpa. point de jonction
entre le muscle sartOrlus et le muscle long adducteur

De forme trtangulalre. à sommet Inféneur, cette région appelée trigone fémoral est délimitée par :
• la base (proximale). constituee par rarcade crurale. structure tendue entre l'epine iliaque antero-superieure et le tubercule
pubien,
• la limite laterale. constituee par le muscle sartorius,
• la limite médiale, constituee par le muscle long adducteur,
• le sommet (distal), constitue par la jonction entre le muscle sartorius et le muscle long adducteur,
• � plancher H, constitue médialement par le muscle pectiné et latéralement par le muscle ilio-psoas.
le l'ensemble de cette

masse musculaire constitue une gouttiere concave en avant où chemine le paquet vasculo-nerveux destiné au membre
Infeneur
Remarque les muscles sartOrtus, long adducteur et pectiné appartiennent a la région de la cuisse.
l.4 HANCHI MVO LOGI E

·FEMORAlE MEOIAlE
• •, 'O ... S OES MUSCL ES OE lA REGIO N I N G U ' N O

• ActIOnS d u muscle sartOflUS

_ Flechls�ur. abducteur et rotateur latéral


de la cUisse sur le bassin

_ F1echiSRUf et rotateur medlal de la Jambe sur la cUisse


_ Stabilisateur du baSSin dans le plan sagittal
- AI1ttver�u r du basSin
d'Ole (muscle semHendlne ux et muscle gracile)
_ Stabthsateur lateral du genou avec les autres muscles de la patte
• ActIOns du muscle tho--psoas :
- lorsque le point fixe est au niveau du tronc :

• �xlOn de la CUIS� sur le baSSin avec une légère composante en rotation laterale .
· t compogntt d'adduction.
Itg..
- lorsque le point fixe est au niveau du fémur :
· pour l'iliaque fleXion et antéversion du baSSin
· poul ie psoas fleXion, InclinaIson homolatérale et rotation controlatérale du rachis lombal

• ActIons dos muscl.. adducteurs (pectiné et long adducteur)


- Adduction de la cuisse sur le bassin.

- RotatIOn !attrait de la cuisse sur le bassin - mise a part la portion Interne (ou faisceau Infeneur. ou encore faisceau
�Ical du grand adducttur), qui participe à la rotatIon médIale.
-A "exceptIon du faisceau vertical. tous ces muscles partiCIpent a la flexion de la cUisse sur le baSSin et. a partir d'un
ctrU'n dtgrl! de flexion (45"), peuvent devenir extenseurs.
- Stabillsalturs du bassin, en équilibre avec les abducteurs,
• Acbons du muscle gracile :
- Fléchis..ur tt rotateur médial de la jambe sur la cUISse.
- Adducttur tt rotattur médial de la cuisse sur le bassin.

• INNE RVATIONS

• SMtonus : rtrf fl!moral (ll, Ll, l3)


• Psoas plaus lomballt (U, l2, l3)
• /lQque : ntrf fl!moral (l2, l3, l4)
• � ntrf fl!moral + ntrf obturateur (Ll,
l3, l4)
• long �ucttur . ntrf fl!moral + nerf obturateur (Ll,
l3, l4)
• Gr.... ntrf obturattur (Ll, l3, l4)
• ut : ntrf fl!moral (Ll, l3, l4)

• Psoas r.lrne�x ""ntraux d.. nerfs lombaux (ll,


L2, L3)
LA R É G I O N I N G U I N O - F É M O R A L E M É D I A L E ...

Fig . 44. Le muscle long adducteur

TA ll. h�ln(he et le genou etant fiechls, le membre .nferleur a examiner est


Jnlt'flt' en Jbductlon a raide d'une prise en berceau Demander au sUjet
une Juductlon et reslste, a ce mouvement afin de faire sailln le muscle l ong
Jdduc eur, dont le relief apparait a la partie 5upero-medlale de la cuisse.

• INSE�TIONS
1 ;:' l J rq'l II I 1 IIIS l'

ClINIQUE
Face a un testlng diminue et douloureux. Il faut penser a une attemte
traumatique musculaire Le teslmg des différents muscles adducteurs
est global Cest la palpation specifique et douloureuse de chacun de
ces muscles qUI localisera le muscle at teint

Fig. 45. Muscle long adducteur : autre technique d'approche

TA l a résistance du praticien se fait à l'aide de son avant-bras droit.


Il se saisit du corps musculaire du long adducteur à l'aide de ses deux
mains

Fig. 46. Le muscle pectine

TA I l Se recherche en dehors du muscle long adducteur dans l a


depress10n qUI lUI f a i t s Ui te
Il constitue la par tle medlale du fi plancher " du triangle de Scarpa
Sur l a figure CI-contre, le muscle sartorlus apparaît entre l'Index et le
majeur de la main gauche du therapeute (main qUI reSlste a la fleXion et à
l'adduc tion de hanche) l'autre main designe la structure recherchée .

• I N SERTIONS

Fig. 47. Muscle pectine : autre technique d'approche


d
TA la main du thérapeute est située dans une dépression qui correspon
r et le muscle
au muscle recherché, située entre le muscle long adducteu
sar tOflUS
LA HAlleNt / MYOLOG I E

Fig. 48. L e muscle ilia-psoas

TA la prise doit etre placee en dedans du tr'lJet pro).,mal du muscle


erleure
sartOrlUS pres de son insertion sur l'epme ,liJque Jntero-sup
se
le muscle " '0 psoas est accessible a ce niveau parce qu'II
reflechlt sur la surface .ho-pect.nea le. recouvrant au-dela de cette
reflexlon, la face anterleure de l'altlCulJtlon (0)'0 femorale Il e�t
borde medlalement par le muscle pectine lJ mise en tenSion
musculalfe, par OppositIon à la fleXion de hanche a l'J,de de la
main distale, permet de percevOir sous les dOigts la contraction
des fibres musculaires a leur passage au n i veau de l'em,nence dlo
pectlnee
Rtmarque : Cette reglon est sensible , ,1 faut donc l'aborder avec
precaution

(UNIQUE
� bursite

la palpation dOit ttre faite medlalement par rapport au sartortus En


cas de burslte, outre la douleur exacer�e par la palpation, on peut
retrouver une tumtfactlon sous I� dOigts le testlng (fleXion de
hanche contre f�lstance) pe-ut ttre deficltalre et douloureux

• I NSERTIONS

• le mu'( le JXQ.J< ,n<..ere


sur le!. dl!.que<.. mtetverte tau, � Tl� J l,)
- !.ur le.... partie.... 'attrales et at:erwntei d corps vertt.'braUll de H2 a lS
- sur de!. arcade!. tendineuses s ueeo; �ur l"� tale.. IJtt.'rJle!. des tOrps
ver ebraux. endueo; du bord SUP'!"r eur au bord Inferieur de te.. me mes
COtIX vertebraux . (eo;, arcade� m tent cl.." J vertebrt' correspondante
un orl ce dans lequel c em nen It'S ..a §')eJu.ll )mb.:wes et leo; rameaux
commurHcant\ du nerf '-:.)mpèlth Uf"
sur la face anterleure de-; prXe\SU\ transverses des vertebres
lomb.lles
- 1 se termine sur le \Ommet du �! t tOChJn'er
• le muscle Iliaque <.. Insere
- o;ur la plus grande part e de la fO\')t Jque mpd'dle-
- sur la ievre me(hale de ta cre e aqut"
- sur le !tgament 1I10-tombal e la ba.,e du sauum e-n affl{'re
• les mUSCle-; Iliaque et psoas se ermlnent Sur
le pe it tfOlhante-r pdr
1 , mtermedlalre d un tendon commun. ou bien par deux tendono;
UI
dans ce cao; seront separeo;, par une InSertion bourse
sereu\e
Fig. 49. le muscle ilio-psoas dans sa partie proximale,
premier temps : recherche des points de repère

TA Une lesistance placee sur le front du sUjet fait saillir la sangle


abdom rnale et donc le bord lateral du muscle drOit de l'abdomen.
le pouce se place sur le nombril. le majeur sur l'eprne Iliaque
antero'superleure L'Index se positionne au milieu de cette l i gne, au
bord lateral du muscle drOIt de l'abdomen

Fig. 50. Le muscle ilia-psoas dans sa partie proximale,


deuxième temps

TA Le point spécifique au bord latéral du muscle droit de l'abdomen,


précédemment repéré (fig. ci·dessus), est le point optimal pour
aborder le muscle ilia-psoas.
Ce repérage effectué, la tête du sujet doit reposer sur un coussin pour
relâcher la sangle abdominale. Le thérapeute peut changer de position
et venir se placer â hauteur de la hanche du sujet pour poursuivre son
investigation. Il est indispensable de pénétrer la sangle abdominale
�( Il

avec précaution et par étapes de manière â surmonter les réa�tions de


défense de la paroi qui ne manqueront pas de se produire.
Une mise en tension musculaire, par l'intermédiaire d'une flexion
active de hanche, renforce la perception que l'on a de la masse
musculaire recherchée.
Remarque : La prise figurée ci-contre désigne le « point d'entrée »
dans la sangle abdominale et non la technique de palpation.
LA HANCHE M YOLOGIE

LA RÉGION G L U TÉAL E

Fig. 51. Vue postéro-I�tér.le

Llmlt� supérieure crêt


2 limite inférieure pli glut
e iliaq ue

3 limite médiale crète Iliaq


tal
ue et cocc yx qUi lUI fait sUIte
4 Limite latérale ('est une
lign e fictive vertIcale qUi
depUis l'épine iliaque anté descend
ro·supérleure Jusqu'au
trochanter rejoignant ains gran d
i la partit la plus laté rale
ou son prolongement du ph glutéal
Remarque : Cette ligne fictive
est remarquable dans
oU eUe se- ��rpose: plus la mesure
Ou mOins avec le bord
muscle tenseur du faSC postérieur du
5 Ph g'ut••,
ia lata

6 Muscle gr.nd g'ut••


,
LA R É G I O N G LUTÉAlE

Pla n superficiel

Fig. 52. Le muscle grand glutéal, vue postéro-Iatérale

Muscle grand gluteal


2 Pit gluteal

Le plan sLiper ciel de la r glon gluteale est representé par un seul muscle : le muscle grand glutéal.

• ACTIONS

• ( x tenseur de la cUisse s u r le bassin.


• Rotateur latcral de la cUisse sur le bassin
• Stabilisateur du bassin dans le plan sagittal
• Retrovcf!tCUr du bassin
• I N N E RVAT I O N

• erf gluteal ",fe"eur (l5. 51, 52)


LA HAJIICHf / MYOLOGIE

Fig. 53 . Muscle grand glutéal

TA le geste technique presente ICI a pour abject. de v'5uJI,se, le


muscle grand gluteal
la crête .lIaque, le grand trochanter, la tub�roslte IschiatIque. sont les
points de repere osseux essentiels qUI encadrent la teglon gluteale
le pl, gluteal, qUi a u n trajet pratiquement horizontal, correspond
approximativement au bord inferieur de ce muscle, lequel a une
d.rectlon oblique en bas et medtalement
" est demande au sUjet de decoller la partie anteneure de la (Ulsse
du plan de la table, tout en gardant le genou Oecht et sans qu',1 y ait
de compensation au niveau de la teglon lombaire
la resistance placee a la partie postero-mferleure de la cUisse
permet d'evlter de solliCIter une artICulation Intermediaire (dans
le cas present. le genou), de faire saillir la masse musculaire et
d'appreCler la quallte de la contraction par comparaison avec le
muscle contro·lateral
�UI! : le genou place e n pOSition flechle permet. en
• raccourCIssant · les muscles Ischlo-Jamblers. de privilegier

l'act lvlte specifique d u muscle grand gluteal, dans cet e action


partlcullere qu'est ICi l'extension de hanche
P l a n moyen

Fig. 54. Vue antéro-Iatérale de la hanche

l Muscle moyen gluleal


2 Muscle tenseur du fasCia lata
3 Muscle droIt femoral
4 Muscle sartOriUS

Le plan moyen de la reglon gluteale est represente par un seul muscle : le muscle moyen glutéal.

• ACTIONS DU MUSCLE MOY E N G LUTE A L

• lorsque le pomt fi x e e s t au niveau d u bassin


Abducteur de la cUIsse sur le bassIn
Flechisseur et rotateur medlal de la cUisse sur le bassin par ses fibres antérieures.
E x tenseur et rotateur lateral de la cUisse sur le bassin par ses fibres postérieures.
• Lorsque le pomt fixe est au niveau du femur stabilisateur du bassin dans le plan frontal.
�:
LA HANC H f / M Y O:::
lO G�
I�
E
�..
.. ..
.. ..
..�� �
== ==
==�__
______
__�__
____
____
____
____
____�

Fig. 55. Muscle moyen glutéal

TA les pOints de repere osseux essentiels sont la partie anterreure de la crete


Iliaque et le bord superieur du grand tro,han et
Demander au sUjet d-effec tuer une abduc Ion contre reslstance avec u n membre
InferIeur pOSitIonne en legere extension de hanche le corps musculaire se tend
entre les dOigts
En maintenant la pOSitron d'abduction e de eXlon de hanche. demander au
sUjet d'effec tuer des rotations medlales de hanche successives a u n rythme
rapide Ne pas oublier que le muscle tenseur d u fascia lata est sItue plus bas et
plus en avant que le muscle moyen gluteal
R�rq� : la matn qUI res/ste se posItIonne a la partie .nferleure et laterale de la
CUIsse, au-dessus du genou (pour evlte, de solliCIter une articulation Intermediaire .
dans le cas present, le genou) le corps musculaire vIsible sur la gure CI-contre (1) es
celUi du muscle moyen gluteal le corps musculaire de ce muscle est situe en arne'e
et en haut par rapport au muscle tenseur du fasclcl lata

• I N S E RTIONS
• c � mus.. l�In!.�(� ,Uf ,a fO'!.s� ",aque la!efa'� �" 're J (rf'!� Jqut' e' 1 ne-;
.. an er,�ur� et �!er �Ufe - �t sur la hre d!erJ " de J ,rf't'
glut�al�
• Il s� termine sur la face lateral� du grand trOCha"'er

• I N N E RVATION

• Nerf glutéal superieur (l5. SI)

Fig. 56. �usde � gluthl et le muscle ten�ur du fascia

TA B.en 1>". 1. dlSllnctlon entre le moyen glutéal (1) et le TH (2)


P l a n profond

Fig. 57. Vue postéro-Iatérale d e l a hanche

Le plan profond de la reglon glutéale comprend ,


• le muscle petit gluteal.
• les muscles peivi-trochantenens :
le muscle piriforme.
les muscles Jumeaux Inferieur et superieur,
le muscle obturateur mterne,
le muscle carre femoral,
le muscle obturateur externe
Rtmarqut : le muscle petit gluteal est recouvert par le corps musculaire du muscle moyen glutéal.
L'approche des autres muscles du plan profond n'est pOSSIble qu'a travers le muscle grand glutéal.

• ACTIONS • I N N E RVATIONS

• Actions d u muscle petit glutéal • Petit glutéal , nerf glutéal supérieur (l4, LS. 51)
Rotateur medlal de la cUisse sur 1 baSSin • Jumeau inferieur et carré fémoral : nerf du jumeau
Abducteur de la cUisse sur le bassin inférieur + nerf du carré fémoral (L4, LS, 51)
Stabilisateur du baSSin dans le plan frontal • Obturateur externe , nerf obturateur (L3, l4. L S)
PartiCIpe la fleXion de la CUisse sur le baSSin. • Piriforme , nerf du piriforme (L 5, 51, 52)
• Actions des muscles pelv1 trochantertens • Obturate ur interne et jumeau superieu r : nerf de
Ils sont tous rotateurs lateraux de la hanche l'obturat eur interne et du jumeau supérieu r (LS, 51. 52)
le piriforme est abducteur et stabilIsateur de la hanche
lorsque le pOint fixe est au nIveau du Femur.
Le carre femoral est adducteur
Remarque ' les pelvdrochantenens sont rotateurs lateraux
lorsque la hanche est en extenSion. Ils sont abducteurs
horizontaux lorsque la hanche est en fleXion
LA HANCHI MYOLOGIE

Fig. 58. le muscle petit glutéal

TA la ma.n proxImale (celle qUI palpel �e place entre le bord


superieur d u grand trochanter et la p .H
• t l e la plu) Jntefleure de Id
crete dlaque
Placee ainSI, ra main encadre. entre Je pouce et les Jutres dOigts. le
muscle tenseur d u fasCIa lata la main d,stale empaume la pJrtre
medlale du genou et a raIde d'une pnse en berceau le therapeute
soutIent l'ensemble d u segment (emoral
A partir de cette pOSition de depart (hanche et genou Oechls J
90·). ,1 est demande au sUJe une rotatIon media le de hanche
Concretement. cela s.gnlfie que le segment Jambier d u sUjet va
se porter vers le tI haut ". Une masse musculaire mdlfferenclee
se mobilise sous les dOlg s elle correspond a u muscle enseur
du faSCia lata les muscles petl gluteal e moyen gluteJI sont en
amere et au-dessus de ce corps musculaire
R��rqu� : l'acces direct de ce muscle n'est pas pOSSible car Il es
recouvert par les bres antefleures du muscle moyen gluteal fibres
qUi ont la meme action que le muscle petit gluteal

• INSE RTIONS
. Ce mu le If'l...e're , u r l a o��e JJ�ee . oer e rn J.t ° t' e n v) Jt )
'gne I.ùurbe '!>ernl t: feu a ri! ar ;er t'.J'e

• Il e' ...e term ne' �ur ,. bOrd a"'-eor euf dU !i:' }"ll t'Dl j'1tt't

'tg. 59. Autr� te<hniqu� d'approche

TA Lt � ..t tn decubftus cOf1trolatéra


t..... dos �,ns du therapwte pldcee a ld
l. hanche et genou flechIS

- � segment Jilm� (pou, S'oppose


partie dostale de la face

�j L>utr. �,n capt.1d cOf1tr


r a la 'ota t'on med'ale de la
act,on du pet,t glutéal a travers la
� musctJla.r. du moye
n glut';a/.
LA R É G I O N G L U T É ALE �

F i g . 60. Le muscle piriforme

• I NSERTIONS
� m j ,"llr'nt c e ln l'>llt, IflS,'/t> u r I d fJ(f' Jnt(>r'f!ure des dewoeme el
,'ni,' \lt'rtt'brt' ., J, 1 III"
• t j enwllt 1 HJh,'f/' jIj musc!!' umeJu U�t'rlt'ur et s'attache sur le
rd llfWf1t'W d,! gr,lfld Ifl I.Hlt("

Fig. 61. Le muscle piriforme

TA Le muscle piriforme est palpé dans la région glutéale. Pour


bien situer la direction de ce muscle placé en profondeur sous
la masse glutéale. il faut avoir présent à l'esprit les deux repères
osseux sUivants : le bord supérieur du grand trochanter et le bord
lateral du sacrum. le muscle piriforme est tendu entre ces deux
structures

Fig. 62. Piriforme relâché

le sUjet est place en procubltus Palper transversalement Je


piriforme. Juste en dehors du bord lateral du sacrum, la main
d u pratiCIen elant positionnee vers le bord superteur d u grand
trochanter
� �M�Y�O�l�O�G�I:E
LA HA N(H E __ -=
__ ..
.. ..
.m .. """"�"��----------------�----�----------�

le muscle obt urateu r


i n t e rn e
F·Ig. 63 .
InCisu re Ischia tique perme t
n 1 Ife b.dfglt ale au orveau de la petite

�� �e ;:;��t��t;
t u muscl e obtur ateur
ech.t
IOtern e C ec,t JU nlveJ U de celte struct urE"

osseuse que le muscle se re

• I N S E RTIO 5

Fig. 64. lei muscle< jumeaux inferieur et <uperieur et le mu<cle obturateur


int�mC!

TA l� deux mams du praticien se plaquent a l'aide d'une prise pUissante au


nl-œau de la petite Inc,sure Ischiatique A partir de ce pOint de repere. la prise du
pratICien � se deplacer en duectlon du grand trochanter pour ètre au contae
� muscles concernes (les muscles Jumeaux accompagnent le muscle obturateur
,n erne Jusqu'a son Insertion femorale).

• INSERTIO 5
• .t ..,. _t un eiiu UpI!f Wf s'm�rt sur la face !ateral€, de eplne sctHii IQue
• t ,... u�� Jul'T'le.1... ,ofer eUf S Insere �ur le pôle \uperleur de la tuberOSlte l'i{h Jt que
• Ce-.; �u.... mus,c\t'j, � erm nenl !.Ur le tendon du mu\(le obturateur ln erne et S In\trent
�. u 'j,U( la ('Kt med,al t du grand Hochan tt

Fig. 65. Le< muscle< jumeaux inferieur et <uperieur et le mu<cle obturateur


interne

TA Sur la ligure CI-contre, la prise du pratiCien s'est de placee


dans la reglon gluteale
a la recherche de la contraction des muscles concernes
la mise en tenSion de ces
muscl� est assuree par une reslstance placee a la
face laterale du genou l'action
demandee au sUjet est une abduction hOrizonta
le en fleXion de hanche
Iemarque : ces trOIS muscles sont places caudalem
en (au dessous) par rapport
au muscle piriforme
LA

Fig. 66. Le muscle carré fémoral

TA C'est u n muscle dont l'investigation directe n'est pas possi ble


(.H Il est place sous le muscle grand gluteal
les pOints de 't'pere osseu.( essentiels sont la tuberOSlte Ischiatique
med.alement e t le grand trochanter lateralement
Le pOint de repere musculaire essentiel est le bord Inférieur du
muscle grand gluteal
le SUjet etant place en decubltus laleral, hanche legerement
nechie, reslster d ia rotation laterale e t a ,'abduction de hanche
en appliquant une reslstance a la face laterale du genou le
corps musculaire du muscle recherche se tend sous les doigts à
travers la masse musculaire du muscle grand gluteal. qUi dOit ëtre
parf,lItement relache , pres de sa limite inferieure et entre les
r peres osseux remarquables precedemment decrlts
La palpatIon est dIffiCile chez le sUjet normal

• INSERTIONS
11 I l t'If' t" rl Jl"dJ' � sur ,a faH' e.-: terne de la
h J ' 1 J' t't ,. tt"r'� nt'" t'n ût'hO' �ur IJ fJ e po�lerLeure d u
f t) J p J rett' ntert10<hdnter,que

• I N N E R VAT ION

• er du muscle carre femoral (LS. S I )

Fig. 67. Le muscle obturateur externe

TA La hanche e t le genou sont fléchis à gO·. le pouce de la main


qUi palpe se place entre les muscles long adducteur et gracile.
Le membre supérieur droit du thérapeute s'oppose à la rotation
laterale de hanche qui est demandée au sujet sous forme de
.1 contracteHelâcher ». Cette action musculaire met en tension
le muscle concerné qui est alors perçu sous le pouce. l'autre main

partICipe à une prise de soutien.

• I N S E R TIONS
• L e muscle obturateur externe s'Insere s u r J'os coxal s u r l a (ace latérale d u
pour tour osseux d u (oramen obture e t d e l a membrane obturatrice, et
�ur le bord superieur de la branche Ischia-pubIenne
• Il se termine par un tendon dans la fossette trochanterlque (ou digitale)
de la face medlale du grand trochanter

39 1
X
LA HAN CHE / N E R F S ET VA I S S E A U

N E R F S E T V A ISS E A U X
Nerfs ischiatique et
cutané posterie ur de la cuisse
15
1 • Nerf ischiatique
2 - Nerf cutané postérieur de la cuisse
3 - Nerfs cJuniaux inférieurs
4 - Rameaux périnéaux
5 · Chef long du biceps fémoral
6 - Muscle semi-tendineux
7 - Muscle semi-membraneux
16
8 - Rameau articulaire
9 - Nerf sUfal
10 - Muscle gaslrocnémien médial
1 1 - Muscle soléaire
1 2 - Nerf tibial
13 - Nerf plantaire médial et latéral
17

14 - Rameaux calcanéens médiaux


1 5 - Grande incisure ischiatique
" 1 6 - Division ftbufaire commune
du nerf sciatique
17 - Chef coun du biceps fémoral
18 - Nerf fibulaire commun
1 9 - Nerf cutané sural laléral
19
10
20 - Branche anastomotique surale
21 - Rameaux calcanéens latéraux
,. 22 - Nerf cutané dor�l latéral

"

"
13
"

Nerfs ischiatique et
cutané postérieur de la cuisse

1 • Nerf cutané postérieur de la cuisse

Nerf ischiatique :
2 · Nerf fibulaire commun
via le nerf cutané sural latéral
3 · Nerf cutané sural médial
4· Nerf fibulaire superficiel
S· Nerf sural
6 . Nerf tibial
via les rameaux cakanéens média 6
ux
N E R F S ET VAISSEAUX

13

14
1S
Nerfs fémoral et cutané de la cuisse
16

' - Nerf cutané latéral de la cuisse


17
2 - Nerf fémoral
18 3 - Nerf obturateur
4 - Muscle iliaque
5 - Muscle grand psoas
6 - Rameau articulaire
7 - Muscle sartorius
8 - Rameaux cutanes antérieurs
du nerf fémoral
9 - Muscle droit fémoral
1 0 - Muscle vaste intermédiaire
10 1 1 - Muscle vaste latéral
19
11 1 2 - Muscle vaste médial
1 3 - T1 2
12
14 - L 1
1 5 - L2
1 6 - L3
1 7 - L4
18 - Tranc lamba-spinal
19 - Nerf saphène
20 - Rameau infra-patellaire
19
20
du nerf saphène

Nerfs cutanés de la cuisse

, - Nerf cutané latéral de la cuisse


., -.'-- 3
2 - Rameaux cutanés antérieurs
du nerf fémoral �',",-- 4
3 - Rameau infra-patellaire
du nerf saphène
4 - Nerfs cutanés médiaux de la jambe
(branches du nerf saphène)
LA HANCHE / N ER F S E T VA I S S EA U X

Nerf obturateur
J5
J • Nerf ilia-hypogclstrique
16 2 · Nerf j)io-inguinal
3 - Nerf gênito-fêmoral
17 4 - Nerf cutane 'au�rar de la cuisse
5 - Nerf fémoral
18
6 · Nerf obturateur
7 - Branche postérieure
8 - Rameau articulaire
9 - Branche antérieure

�-�-\ J9 1 0 - Rameau postérieur


11 - Muscle court adducteur
12 - Rameau cutané
13 - Rameau articulaire d u genou
14 - Hiatus tendineux de l'adducteur
1 5 - LI
1 6 - L2
17 - l3
1 8 - L4
1 9 - Tronc lamba-sacral
20 - Muscle obturateur externe
2 1 - Muscle long adducteur
22 - Muscle grand adducteur
23 - Muscle gracile

- La portion postérieure d u muscle grand


adducteur est innervée par le nerf
ischiatique.
- Le muscle pectiné (adducteur) est innervé
par le nerf fémoral.

Nerf obturateur
Innervation cutanée
N E R FS ET VAIS SEAU X �

Dermatomes du membre inférieur

Vue antérieure Vue postérieure

Tl O T12
Ti l L1
Tl2 L2

L1 53 L3
52 L4
54 LS
L2 55 52
53 51
Co
L3
L3

L4
L4
--- L3

LS LS
LS 51 --1- -

51
51 ---t'- t+----- LS
�+-- LS 51 -- -"'- 1"----- L4
lA RÉGION INGUINALE MÉDIA L E

. ' -

Fig. 68. Vue médiale de la cuisse

1. Muscle sartorius
2. Nerffémoral
3. Artère fémorale
LA

Fig. 6 9 . L'artère fémorale


TA Placer une prise bidigitale le long de l'artere en la comprimant
légèrement, au milieu d'une ligne fictive tendue entre l'épine
iliaque antéro-supérieure et le tubercule pubien. Les pulsations
de l'artère sont mieux perçues si la hanche est en position neutre.
voire en légère extension .
Remarque : Au voisinage de l'artère (côté médial), on perçoit
superficiellement de petits corps plus ou moins arrondis sous les
doigts : ce sont les ganglions lymphatiques inguinaux superficiels.

Fig. 70. le nerf fémoral, premier temps

TA Ce nerf est un nerf mixte qui provient des racines L2, l3 et L4.
Comme pour la recherche du pouls fémoral (fig. ci-dessus), il
faut dans un premier temps placer une prise pulpaire bidigitale
au milieu d'une ligne fictive tendue entre l'épine iliaque antéro­
supérieure et le tubercule pubien.
Ëtirement du nerf : sujet en procubitus, amener progressivement et
passivement une extension de cuisse sur le bassin (le genou étant
fléchi), l'autre main du praticien étant placée sur le sacrum pour
stabiliser le bassin.
Remarque : le membre inférieur du sujet peut être placé en
position neutre par rapport à la flexion-extension de hanche­
c'est-à-dire posé sur la table, et non en flexion de hanche et de
genou comme sur la figure ci-contre.
CLINIQUE
Atteinte du nerf fémoral
le dermatome de ce nerf intéresse la face antéro-médiale de la cuisse
la
et du genou ainsi que partie médiale de la jambe et le bord médial
du pied (hattux excepté).
le myotome intéresse les musctes itio·psoas, sartorius, pectiné et
quadriceps.
Un trouble de la sensibilité sur le dermatome et/ou un testing
déficitaire d'un ou plusieurs musctes du myotome traduira une atteinte
de ce nerf. Un réflexe patellaire diminué confirmera cette atteinte.
Ëtiologie : par exemple le cyctisme (position prolongée en flexion du
tronc) ou la prothèse de hanche.
LA HANCHE / N E R FS E T VA ISSEAUX

Fig. 71. le nerf fémoral, deuxième temps


TA Dans un deuxième temps, il sufiit de déplacer la � rise d'un travers
de dol.gt latéralement. en direction du muscle sartoflus pour se placer
sur la structure recherchée. Il faut l'aborder prudemment a' l',al'de d'. ne
u
prise pulpaire en griffe ", comme sur la figure et avec la precaution
Il

qui s'impose pour ce type de structure, L� nerf est perçu sous les
doigts comme un cordon cylindrique plein.

Fig. 72. le nerf cutané latéral de la cuisse

TA Ce nerfest un nerf sensitif qui provient des racines l2 et l3.


Il sort ensuite de la cavité abdominale en passant au-dessous
du ligament inguinal et en dedans du muscle sartoriuS. 1I croise
ensuite ce muscle vers le dehors au niveau de la grande échancrure
innominée (espace compris entre les deux épines iliaques
a nté rie ures EIAS et EIAI). Pour la palpation, il faut mettre le muscle
:
sartorius (1) en tension en résistant à la flexion de hanche du sujet
et faire rouler sous les doigts le nerf (2) qui croise la face antérieure
de ce muscle et se distribue ensuite à la région fessière à la face
postérieure de la cuisse et à la face antéro-Iatérale de la cuisse
jusqu'au genou.
CUNIQUE
Atteinte du nerf (ut�"é latérill
de Iii cuisse
Dermatome ; le territoire de ce nerf
intéresse la face antéro-Iatérale
de
supére-latérale de la pate a.
la cuisse, de l'EIAS jusqu'à la partie
l'anamnèse recherchera des
ll
troubles de la sensibilité
hypersensibilité, fourmillements (hypo ou
, etc), vêtements difficiles à
voire une irradiation atypique Supporter
(cuisse, fesse, scrotum ou gran
de lèvre).
Rechercher l'étirement du
nerf, sujet en décubitus
amener le membre inférieur controlatéral ;
concerné en extension et
postérieure (praticien plac en adduction
é derrière le sujet).
la palpation chercher
a à réveiller Jes troubles
exerçant une pression au-d paresthésiques en
essous et en dedans de l'EIA
S.
hlologie ;
- les traumatismes directs
de l'EIAS (foot, rugby) ;
- la compression du nerf
par une ceinture ;
- une hypertonie des
abdominaux ;
- Ullt ob6ité gynoid
e ; J'excès de graisse
comprimant le nerf.
LA RÉG ION G LUTÉALE

Fig. 7 3 . L e nerf ischiatique dans l a région glutéale

1. Tubérosité ischiatique
2. Grand trochanter
3. Nerf ischiatique
Fig. 74. Repérage du nerf ischiatique, premier temps :
recherche de la tubérosité ischiatique

le nerf ischiatique est un nerf mixte qui provient des racines l4,
LS, 51 et 52. Il quitte le bassin par la grande incisure ischiatique,
et passe entre le bord inférieur du muscle piriforme et le bord
supérieur du ligament sacro-épineux.
c<Plaqué contre l'épine ischiatique. il est en rapport en arrière avec
n

le nerf glutéal inférieur.


Les 4 zones où ce nerf est vulnerable (et où il faudra rechercher
une palpation-pression douloureuse) sont :
• le passage dans l'échancrure ischiatique ;
• lorsqu'il passe au-dessous du piriforme ;
• lorsqu'il passe près de la tubérosité ischiatique ;
• au·dessous de la fesse. entre le grand glutéal et le chef long
du biceps fémoral.
TA Dans cette position, hanche fléchie, la tubérosité ischiatique est
normalement dégagée du muscle grand glutéal. Une prise pulpaire
bidigitale (majeur · annulaire) doit s'y positionner.

Fig. 75. Repérage du nerf ischiatique, deuxième temps :


recherche du grand trochanter

TA Tout en maintenant la prise précédente, le pouce se place


sur le grand trochanter.
LA

Fig. 76. Repérage d u nerf ischiatique, troisième temps

TA Imaginer une ligne fictive tendue entre les deux structures


osseuses , repérées.
Placer l'index approximativement au milieu : c'est là que se situe le
nerf ischiatique.

Fig. 77. Le nerf ischiatique, quatrième temps

TA À ce niveau, le nerf a un diamètre d'environ un travers de doigt.


doit être abordé transversalement et avec précaution à l'aide
Il
d'une prise pulpaire bidigitale.
Remarque : le nerf n'est accessible que si la morphologie du
sujet le permet et à travers un muscle grand glutéal parfaitement
relâché. Dans ce cas, c'est cordon cylindrique plein qui est perçu
un
sous les doigts.
CLINIQUE
Atteinte du nerf ischiatique
Dermalome ; partie postérieure de la cuisse. Investiguer cette région
à l'aide d'une palpation-pression pour réveiller d'éventuels troubles
paresthésiques.

Myotome ; les muscles semi-tendineux, semi-membraneux, le faisceau


vertical (ou postérieur) du grand adducteur, le biceps fémoral.

Un testing déficitaire de l'un ou de la totalité de ces muscles devient


.. parlant ". Ne pas oublier de procéder à un étirement du nerf ;
effectuer une flexion passive de la hanche. Une extension du genou
(sujet en décubitus) déclenche une douleur vive à la face postérieure
de la cuisse.
� LA CUI SSE / MY OLO GIE

MYOLOGIE

Ostéologie du fémur
(vue antérieure)

-
1 Tête du fémur
2 -MUK�piriforme
] - MUK� obturateur Inle-rne
et jumt".JWI supobieur et inferle\Jr
-4 - Muscle petl' glutëal
S -ligament ilio-fémoral
fi - �menf pubo-feO'lOl'al
7 - Muscle "'<ISle latéfal
8 - Muscle vaste jnt�lime
9- Muscle articulant du gefIOIJ
10 - MUSClegraod addUCltl,1I
1 1 - SurfiKe �Il'''aire
12 - Favea Cilpitis
Il- ligne intenroch,lnlénque
14 - Col du fëmur
1 S · l'elit trochantet'
16- Muscle grand PWilS
1 7 · Muscle vaste m@dÎal
18 - Tubelcule du grand adducteur
19· Parella

Ostéologie du fémur
(vue posterieure)

1 - Fovea capitis
2 - ligament de la tête fémorale
3 -Tele du fémur
4 - Col du fémur
S - Muscle iho-psoas
10 -- -\- -f-A�'_ ____J_ 6 · Pt-III trochanter

-----�\- ��ai,,:1��;-
- - 18
7 - Muscle pectiné
" 8 - MUKIe (OUrt adducteur
lI 9 - Muscle long adducteur
la - Muscle Vaite médiDl
1 1 - Muscle grand adduclt'Ur
12 - ligne supra-<:ondylaire médi"te
1 3 · Musde g"strocnémien médi"l
14 - MUKle gr"nd "dducteur
1 S - Tubercule de l',,dducteur
16 - Tubercule supr"-COndyl"ire
17- Condyle médi,,1
18 - Ug"ment croisé postérieur
19 - Muscle obtur"teur externe
20 - Muscle moyen gluté,,1
21 - Crète Intertroch"ntér!que
22 - Muscle ufré fèmor,, 1
23 - Tubf.rosité gluté"le
24 - Muscle v"ste latéral
2S - Muscle grand glutéal
2 6 · Muscle vaste intefmédialre
27 . Muscle bkeps fémoral chef court
28 - Muscle C}ilstrocr'lémien latéral
29 - Muscle plantillre
30 -Tubercule SUp!'a-condy1aire latéral
31- ligament crOisé antérieur
32· Condyle latbal
33 - Muscle poplité
MYOLOGIE �

Mu' d�s anteneurs dt la cu,�

10
Mu'><le moyt"n glutéal
1 MUKIe l..Irt
I Ofl\,l�
Mu�cle ten�u! du f",><la lata
2 MUKIeIoflg �UC:I�
] Mus.cle dro.t femo.al
] MUKlegrK'1e
11 Mu�cle lIa�te latéral
.. MUKIe drOIt ffmor.1
5 MUKIe Il.ste mKI�1
" 6 Mu�cle Il,Hte médial
6 P.tel�
Patella
7 MUKIe 9"nd .od1Ktf1Jr
Mu<,cle iho psoa�
8 MUKIe !.e'mHendlnotYJ
J3 9 l'gament 'ngumal 9 MUKIe biceps ffmorilll
10 Muscle pectiné 10 MUKIe seml rnembr�.
" 1 1 MU<,cle lOng adducteur 11 MUKIe �strocnPmim
Il Mu<,cle g ,aClle
1 ] Mus.cle g,and adducteur 10

14 MUiCie 'kl!10flU!
1 S l'game nt �tellalfe
16 Mu<,(le �em,-membraneu�

11

IS
"

16

Tractus ilio-tibial
(vue laterale)

- Créle iliaque
FaKla glutéal
] - Muscle grand glutt'al
Muscle St'mi·tendineuj(
MUKle bkeps fémoral
6· Tra<tus iho-t,bral
7 - MUKle tt'n�ur du faK,a lata
8 · MUiClt' 'klrtonus
9 - Muscle drOit fémoral
10 - Muscle lIaste latPral
1 1 - Patella
11 . Condyle latéral du tIbia
10

11

"
LA CUISSE / MYOLOG I E

Mu scle grand adducteur


'vue posterleu,l')

1 TuberOSlté Ischiatique
FalscE'ilu postér�ur
FaIsceau antérieur
HI.lIUS du muscle adducteur
Tubercule de ''itddlJ(1t'u,
Musd!" grand 91u1é'al
Fémur
8 - ligne �pre

Muscles ischio-jambiers
(résection panielle des muscles
tendineux et biceps fémoral)
Muscles ischia-jambiers' -
1 -Tubérosité lS(hiatique
2 - Musclt semi-lendir'leu� 1· TubérOSité Ischiatique
3 - Mus.cle \.efTIj..membrant'wc
4· Expan� medialt
2· MU!oCle serni-membraneu:c
Musde seml-tendineux
S - In�ion principale " . Expansion mkliale
6· Chef IollQ du bic� fémora
l 5 · Insertion principale
7 - Chef COUrt du bictlX 'émoI'"
6· Chef long du biceps fémo,al
8 - Expansion latéralt
9 · Cap"ule artkulalre
7· Chef COUf! du biceps fémoral
8· hpansion latérale
9 · Capsule ilniculaire
l O - Tétefibul3ire

1 0 - Tête tibulaire

10
LA R É G I O N F É M O R A L E A N T É R I E U R E ... �

LA RÉG ION FÉMORALE ANTÉRIEURE :


LE G RO U PE M U SCU LAIRE ANTÉRI E U R

Fig. 3. Vue antéro-médiale de la cuisse


1. Muscle sartorius
2. Muscle droit femoral
3 . Muscle vaste médial
4. Muscle vaste lateral
5. Muscle tenseur du fascia lata
6. Muscle ilio·psoas
7. Muscle pectiné
8. Muscle long adducteur
9. Muscle gracile
10. Tendon d'insertion distal du muscle grand adducteur : insertion au
condyle medial sur le tubercule du grand adducteur du muscle grand
adducteur entre (lorsque le genou est Mchi) vaste medial et sartorius

Cette région est constituée par le groupe musculaire antérieur qui est composé par :
• le muscle sartorius,
• le muscle quadriceps femoral qui comprend :

- le muscle vaste médial,


- le muscle vaste latéral,
- le muscle droit fémoral,
- le muscle vaste intermédiaire et le muscle articulaire du genou non abordés dans cet ouvrage.
• le muscle tenseur du fascia et le tractus ilio-tibial.

Remarque : Ce muscle peut également être classé dans le plan superficiel des muscles de la région glutéale avec le grand fessier.
Le muscle sartorius

Fig.4. Vue médiale du muscle sartorius et visualisation de ses rapports


avec les autres muscles de la cuisse

1. Muscle sartorius
2. Muscle gracile
3. Muscle long adducteur
4. Muscle pectiné
5. Muscle ilio-psoas
6. Muscle vaste médial
7. Muscle droit fémoral
8. Tendon d' insertion distal du musc
le grand adducteur ; insertion au condyle médial sur
le tubercule du grand adducteur du musc le grand adducteur
• ACT IONS DU M U S C L
E SARTORIUS

• Fléchisseur, abducteur et rotateur latéral de la hanche.


• Fléchisseur et rotateur médial genou.
• Stabilisateur du bassin dans le du
plan sagittal .
• Antéverseur du bassin.
• Stabilisateur latéral du genou avec les autres muscles
de la patte d'oie (muscle sem i-tendineux et mus cle grac ile) .
• I N N E RVA TIO N

• Nerf fémoral (L1, L2, l3)


LA R É GION F É MORA LE ANT É RIEURE . �..

Fig. S. Le muscle sartorius dans sa partie distale

TA Demander au sujet de maintenir de manière isométrique une extension


de genou presque complète associée à une légère fiexion de hanche.
Placer également cette dernière en légère rotation latérale et appliquer
une résistance à l ' extrémité inféra-médiale du segment jambier correspondant,
de manière à résister isométriquement à l'adduction de hanche.
Remarque : La main distale décolle ) le muscle sartorius du muscle vaste médial (3).
1(

Dans cette position particulière du membre inférieur, la résistance placee à la


partie distale du segment jambier fait saillir le sarlorius au niveau du genou.
• I NSERTIONS

Ce muscle s'insère distalement à la face antèro-médiale du tibia, le long de la crête


tibiale, au-dessous de l'insertion du ligament patellaire. le tendon d'insertion
est situé en avant des tendons d'insertion des muscles gracile et semi-tendineux­
avec lesquels il constitue ce que l'on appelle les muscles de la patte d'oie.
CLINIQUE
À n
so insertion distale au niveau de la patte d'oie, il peut être concerné par une ténobursite.

1. Muscle droit fémoral


2. Muscle vaste latéral
3. Muscle vaste médial
4. Muscle pectiné
S. Muscle tenseur du fascia lata
6. Muscle long adducteur
7. Muscle gracile
8. Muscle sartorius

Fig. 6 La partie distale du muscle sartorius vue médiale,


genou semi-fléchi

TA Il suffit de placer le genou en extension presque complète


et la hanche en légère rotation latérale pour que le corps •

musculaire apparaisse ou puisse être saisi à raide d'une prise à deux


mains à la face médiale du genou.
LA CUI SSE / MYOLOGIE

F·Ig. 7. le muscle sartorius (1) à la cuisse


. ue à celle décrite precéd emme nt.
TA la démarche � e mise �n. te nsion
qui forme une sorte de dépress ion a la
est identiq
. un mus cl e plat cc Il

lorsqu'on ne le fa,t pas saillir, c est


jonct ion de la loge antér ieure
cteurs (2)
et de la loge média le de la cuisse . les musc,les add�
ment,
Je borde nt en dedan s. le muscle vaste média l (3) dlstale
puis le muscle droit fémoral (4) proxim aleme nt. en dehors
.

Fig. 8. le muscle sartorius (1) dans sa partie proximale

TA la démarche de mise en tension est identique à celle décrite fig. 6.


la partie proximale apparait près de l'épine iliaque antéro·supérieure (voir aussi
la reglon de la hanche).
Pour repousser le muscle sartorius vers l'intérieur, placer la prise qui investigue
dans la dépression comprise entre ce dernier et le muscle tenseur du fascia lata (2).
le muscle ilia-psoas (3), non figure sur la photo. et le muscle pectine (4) le bordent
en dedans.
• INSERTIONS

Ce muscle s'insere proximalement sur la face latérale de l'epine i liaque


antéro-supérieure,
en avant de J'insertion du muscle tenseur du fascia lata.
LA R É G I O N F É MORALE A N T É R I E U R E ... �

Le muscl e quad riceps fémora l

Fig. 9. Vue antérieure de la cuisse

1. Muscle sartorius
2. Muscle vaste médial
3. Muscle droit femoral
4. Muscle vaste latéral
5. Muscle tenseur du fascia lata
6. Tendon quadricipital
7. ligament patellaire

Remarque : Le muscle vaste intermédiaire, qui constitue la partie profonde du muscle quadriceps fémoral, n'est pas visible.

• ACTIONS DU MUSCLE QUADRICEPS FÉMORAL

• Extension de la jambe sur la cuisse.


• Les fibres directes et croisées des vastes participent à la stabilité d u genou dans un plan frontal.
• le muscle droit fémoral est extenseur de la jambe sur la cuisse, et fléchisseur de la cuisse sur le bassin.

• I N N ERVA T�
IO
�N� __
__ __
__ ______
__ __
__ __
__
__ __
__ __
______ __
__ __________
__ __
__ __
__ ________

• Nerf fémoral (L2, l3, L4)


LA CUISS E / MYOL O G I E

Fig. 10. l e tendon quadricipital

TA la main est placee sous le genou pour s'assurer que la contraction


est correctement effectuee.
Demander au sujet des ,( contracter-relâche r du muscle quadriceps femoral,
>1

en lui precisant d'écraser la main du thérapeute contre le plan de la table. Procéder


à son investigation, au-dessus de la patella et entre les muscles vastes .

• INSERTIONS
Ce tendon est formé par la réunion des quatre portions du muscle quadriceps muscles
vastes latéral, médial et intermédiaire, ainsi que le muscle drOit femoral. Le tendon commun
s'Insere sur la base de la patella
le drOit fémoral -qUi représente le plan super nClel de ce tendon commun -, ainsi que les
muscles vastes latéral et médial - qui représentent son plan moyen - participent ainSI
à la constitution du ligament patetlalre, qui s'insère sur la tuberoslle tibiale le tendon du
muscJe vaste Intermédiaire constitue le plan profond de ce tendon commun, et s'insere sur
la partie postérreure de ra base de ra patelta

Fig. 11. Tendon quadricipital, gros plan

1. Tendon quadricipita l
2. Vaste média l
3. Vaste latéral
4. Patella
5. ligament patellaire
6. Tubérosité tibiale

ClINIQUE
Atteinte du tendon quardridpitarl
n
�r�n��e�}:I::�:I�i��:���:: l i��X;:r��i� ��;I:���1a���e���Sre�:i��
vu plus tardivement. . examen est plus diffiCile lorsque le sujet est
Par contre, l'élongation du quadrice� �u les ml(r
niveau de la base de la patella ou sur s ords ' o-de. chl.�ures au
beaucoup plus fréquentes. La paIpafIon senS�e cette dernière sont
AttenfIon : Ne pas oublier qu'une sen"sera ible sur ces structures
aussi être le fait d'une fracture de ceI e ·dbTt
.

1 1
�· algu
.
e de la patella peut
l erme. re.
_
Fig. 12. Le l iga ment patellaire
TA I l peut être abordé genou en flexion ou genou en extension. Saisir les bords
latéraux de ce l i gament a l'aide d'une prise " pouce-index Son trajet légèrement
>1.

obl i que de haut en bas et d'arrière en avant sera ainsi beaucoup mieux perçu.
Remarque : Le ligament patellaire est une st ructu re m i xt e qu i est constituée â
la fois de fibres actives superficielles qui proviennent du muscle quadriceps et de
fibres passives profondes qui proviennent de l'apex de l a pa te l la.
CLINIQUE
Ce ligament peut être douloureux a la palpation suite il une tendinite de l'appareil
extenseur du genou au cours de la pratique intensive d u vélo et de la course à pied.

1. Ap ex de la p atel la
2. ligament patellaire
3. Base de la patella

Fig. 13. Le muscle vaste médial


TA I l faut demander au sujet une extension de genou pour voir
apparaître ce muscle.
Placer une main sous le genou - le dos de la main au contact
de la fosse poplitée - en demandant également au sujet de l'écraser
contre le plan de la table.
L'a utre main investigue le muscle vaste médial qu i apparaît
â la partie inféro-médiale de la cuisse.
Re marque La caractéristique du muscle vaste médial est qu ' i l
:
« descend beaucoup plus bas que le muscle vaste latéral (quatre
u

travers de doigts environ, entre les deux extrémités distales


de ces deux muscles).
• I N S ERTIONS
C e muscle sïnsère proximalement s u r toute l a hauteur d e l a lèvre médiale
de la ligne âpre, et sur la branche de tnfufcatlon médiale de cette ligne.
Cette Insertion s'êtend proximalementJusqu'à la limite Infêneure
de la ligne Intertrochanterique anterieure
.., LA CUI SSE / MY OLO G I E

Fig. 14. Vaste médial, gros plan


TA l'index du praticien désigne le vaste médial .d?� t le tendon
distal participe à la formation du tendon quadrlClpltal : JI a pour
caractéristique de descendre plus bas que le vaste lateral.

Fig. 15. Le muscle vaste latéral


TA Il est situe à la face latérale de la cuisse, en dehors du muscle
vaste intermédiaire et il est recouvert sur sa face latérale
par le tractus ilic-tibial.
Sa mise en tension est identique à celle décrite pour le muscle vaste
médial.
��f!ii!� JI faut se souvenir que ce muscle déborde en arriere du
tractus ilio-tibial. lci la main du praticien ne désigne que la partie
située en avant du tractus ilio-tibial.
• INSERTIONS
Ce muscle s'insère proxlmalement sur une crête qui limite. en dedans
et en bas, la face antérieure du grand trochanter et sur toute la hauteur
de la lèvre et du versant externe de la ligne âpre.
. ' -

Fig. 16. le muscle vaste latéral, partie proximale


TA Ne pas oublier que la partie proximale du vaste latéral est située
en avant et en arrière du tractus ilio-tibial (pouce et majeur
du praticien).
LA R É G I O N F É M O R A L E A N T É R I E U R E . �
. .

Fig. 17. Le muscle vaste latéral, partie distale


TA La partie distale du vaste latéral située en avant du tendon
du tractus ilio-tibial vient rejoindre le tendon commun des muscles
du quadriceps.

Fig. 18. Le muscle droit fémoral à la cuisse

TA La hanche est en légère flexion et le genou en extension incomplète.


la main du thérapeute se place sous le talon du membre inférieur concerné. afin
de moduler cette double action.
Demander au sujet une contraction maintenue de type isométrique du muscle
quadriceps fémoral.
Chez la plupart des sujets, le muscle apparait il la partie médiane de la cuisse entre
le muscle vaste médial en dedans et le muscle vaste latéral en dehors. Pour les
autres, il faut rechercher la masse musculaire en contraction à travers l'épaisseur
plus ou moins importante du tissu adipeux.
CLINIQUE
i
De tous les muscles du quadriceps fémoral, c'est celui qu est le plus concerné par les
pathologies musculaires : êlongation. micro-rupture et surtout le claquage.
LA CUISSE / MYOLOGIE

Fig. 19. le muscle droit fémoral dans sa partie proximale

TA la hanche est ech e, le genou est en ex te nsion incom plète pour mieux fa i re saillir le corps
fi l
m uscu la ire.
la main distale se place sous Je talon pour contrôler les mouvements demandés.
En demandant au sujet de décoller lêgerement le talon
de la main de soutien, le corps musculaire se contracte entre le muscle sartorius en dedans et le
muscle tenseur du fascia rata en dehors (voir aussi région de la hanche).
Remarque: À ce niveau, le corps muscu l ai re se glisse entre les deux muscles précédemment
cités et constitue le p lan che r de la région i n guino-fémorale latérale.
• INSERTIONS
Ce muscle s'Insère .
• prO imale ment sur l'épine iliaque antero-mfêneure et dans la gout tlere supra-acétabulaire.
X
• et distalement sur la base de la pate l la et la tubérOSité anteneure du tibia

Fig. 20. le muscle droit fémoral, autre vue

TA Ici, le droit fémoral est palpé dans le tiers proximal de la cuisse.


1. Droit fémoral
2. TFl
3. SartorÎus
LA R É G I O N F É M O R A L E A N T É R I E U R E ...

Le muscle tense u r d u fascia lata

Fig. 21. Vue antéro-Iatérale de la cuisse

1. Muscle tenseur du fascia tata


2. Tractus ilio-tibial
3. Muscle sartorius
4. Muscle droit fémoral
S. Muscle vaste latéral
6. Muscle vaste médial
7. Tendon quadricipital
8. Tendon du tractus ilia-tibial
9. Muscle grand glutéal
10. Muscle biceps fémoral

• ACTIONS DU MUSCLE T E N S E U R DU FASCIA LATA

• Fléchisseur, abducteur et rotateur médial de la cuisse sur le bassin.


• Extenseur de la jambe sur la cuisse, et rotateur latéral de la jambe sur la cuisse lorsque le genou est fléchi.
• Il assure la stabilité transversale du genou en équilibre avec les muscles de la patte d'oie.

• I N N E R VAT ION

• Nerf glutéal supérieur (L4, Ls, 51)


� LA CUISSE / MYOLOGIE

F ig. 22. Le tractus ilia-tibial dans sa partie distale

TA le genou étant en extension et la hanche en légère flexion, il faut


placer une résistance il J'abduction de hanche il l'e xtremlté distale
du membre inférieur a examiner, au-dessus de la malléole latérale
(cette dernière prise permettant de fane bàiller l'interligne
u u

fémoro-tibial latéral) : le tractus est de ce fait mis en tension


puisqu'il s'insere au-dessous de l'interligne précédemment cité.
A J'approche du genou, la bandelette constitue un véritable tendon
qui s'individualise fortement. notamment chez les sujets de sexe
masculin.
Remarque : On peut ajouter à J'action musculaire demandée
une rotation médiale de hanche, ce qui aura pour effet chez certains
sujets de renforcer la perception que l'on a du tractus.

Fig. 23. Le tractus ilia-tibial, autre vue

TA Gros plan sur le tendon distal du tractus ilio-tibial


qui va se terminer sur le tubercule infracondylaire du tibia.

- - -

Fig. 24. Le tendon du tractus ilia-tibial

Le genou étant fiéchi, pied reposant sur la table, il suffit


de demander au s�Jet uneleamorc
TA

tra�tus (1) apparaisse ou soit perçue d'exte


sous
nsion de genou pour que le
les
�ater� le du genou. Une rotation médi ale activdoigt s à la partie
e du segm ent
Jamb ier renforce cette mise en évidence du tractu
m�uvement le met en tension. On peut égale ments dema ilio-ti bial car ce
sUjet une extension compl'et e d u genou pour mieux. percender au
voir cette
st ructure.
LA R É G I O N F É M O R A L E A N T É R I E U R E ... �

Fig. 2 5. Le tractus ilia-tibial au niveau de la cuisse

TA La démarche technique est identique à celle décrite


précédemment.
Il est important de se souvenir que le tractus se positionne
il la partie latérale de la cuisse et qu'il est débordé antérieurement
et postérieurement par le muscle vaste latéral.
Remarque : La résistance appliquée par la main distale
sur le segment jambier permet de mieux faire saillir la structure
recherchée.

Fig. 26. Le muscle tenseur du fascia lata


TA La hanche étant placée en légère flexion el rotation médiale, il suffit de résister
de manière isométrique à l'abduction de hanche, à raide d'une résistance placée
à l'extrémité distale du membre inférieur, au-dessus de la malléole latérale.
Dans cette position, la force du muscle est sollicitée préférentiellement
dans sa composante d'abduction et de flexion de hanche ; la troisieme
composante (la rotation médiale), que l'on demande au sujet de réaliser
de manière alternée et répétitive, permet de mieux localiser le corps musculaire.
Ce dernier est perçu entre l'épine iliaque antéro-supérieure et le bord antérieur
du grand trochanter, en avant du muscle moyen glutéal.
Remarque : Il faut veiller â ne pas confondre le muscle tenseur du fascia lata
avec le muscle moyen glutéaL Ici, la prise encadre la partie la plus distale
du muscle qui se positionne au-dessous du muscle moyen glutéal.
• I N S E RTIONS
• Proximale ment ce muscle sïnsere sur la face externe de l'EIAS (épi ne iliaque antéro­
supérieure)et sur l'extrémité antérieure de la lèvre externe de la crète iliaque.
• Distalement. le corps musculaire se Jette sur le quart supéneur du bord antérieur
du tractus ilio-tlbial et par son Intermédiaire sur le tubercule infra-condylalre Situé
sur le condyle latéral du tibia
Remarque : Ne pas oublier l'insertion proximale et postérieure du vaste latéral
sur le versant latéral de la ligne âpre et donc sa palpation à ce niveau.

Fig.27. Le tendon du tractus ilio·tibial, vue globale


TA le praticien palpe a la fOIS le muscle tenseur du fascia lata (maen
gauche) et le tendon du tractus ilia-tibial (main droite).
LA RÉGION FÉMORALE POSTÉRIE U RE

Fig, 28, Vue postérieure de la cuisse

1. Muscle gracile
2. Muscle semi-membraneux
3. Tendon du muscle semi-tendine ux
4. Tendon du muscle biceps fémoral
Cette région camprend 1e groupe musculaire médial et 1e groupe musc .
le groupe musculaire médial est const't1 ue. par .' ulaire postérieur.
• les 5 muscles adducteurs :
- le muscle pectiné,
- le muscle long adducteur
- le muscle court adducteu'r
- le muscle grand adducteu �
- le muscle gracile. '
Le groupe musculaire postérieur est constitué pa r ,
• les 2 muscles 'ISCh'ID-Jam
, bier
'

- le muscle semi-tendineuxs médiaux :


- le muscle semi-membran�ux"

• le muscle ischia-jambier latéral :
scle biceps fémoral , chef long, chef court
: Seul le chef long est un muscle ischiO-ja"mb
ier.
LA R É G I O N F ÉM O R A L E POSTÉ R I E U R E �

Le groupe muscula i re médial

Fig. 29. Vue médiale d e l a cuisse

1. Muscle sartorius
2. Muscle gracile
3. Muscle long adducteur
4. Muscle pectiné
5. Muscle vaste médial
6. Muscle droit fémoral
7. Muscle vaste latéral
8. Muscle tenseur du fascia lata
9. Tendon d'insertion distal du muscle grand adducteur : insertion au condyle
médial sur le tubercule du grand adducteur du muscle grand adducteur
Placé dans la région fémorale postérieure, il comprend ,
• les muscles adducteurs composés de quatre muscles, disposés sur trois plans ,
- le plan superficiel constitué par le muscle pectiné et le muscle long adducteur.
- le plan moyen constitué par le muscle court adducteur,
- le plan profond constitué par le muscle grand adducteur.
• le muscle gracile.

• ACTIONS OES MUSCLES A D D U C T E U R S

• Adduction de la cuisse sur le bassin.


• Rotation latérale de la cuisse sur le bassin - mise à part la portion médiale (ou faisceau inférieur, ou encore faisceau vertical
du grand adducteur), qui participe à la rotation médiale.
• À l'exception du faisceau vertical, tous ces muscles participent à la flexion de la cuisse sur le bassin - et, à partir d'un certain
degré de flexion (45·), peuvent devenir extenseurs.
• Stabilisateurs du bassin, en équilibre avec les abducteurs.

• I N N ERVAT I O N S

• Pectiné , nerf fémoral + nerf obturateur (L2, L3, L4)


• Long adducteur , nerf obturateur + nerf fémoral (L2, L3, L4)
• Court adducteu r , nerf obturateur (L2, L3, L4)
• Grand adducteur :
- faisceaux adducteurs , nerf obturateur (L2, L3, L4),
- faisceau vertical : nerf ischiatique (L4, LS. 51)
� LA CUISSE / MYO LOG I E

Les m uscles a d d u cte u rs


Fig. 30. le muscle pectiné

TA Ce muscle est situé en avant du muscle court adducteur,


entre le muscle ilio-psoas en dehors et le muscle long adducteur
en dedans.
Le genou et la hanche étant fléchis, résister légèrement
et de manière isométrique à une adduction de hanche.
La dépression triangulaire à base supérieure que l'on voit apparaître
à la partie proximale de la cuisse correspond globalement
au muscle recherché.
• I NSERTIONS
• En haut, le muscle pectiné s'insère par l'intermediaire de deux plans ·
- le plan superficiel s'insère sur la crêle pectinêale depuis l'éminence ilio­
pubiennejusqu"à l'épine du pubis :
- le plan profond s'insère sur la lèvre anterleure de la gouttière sous­
pubienne.
• En bas, ce muscle s attache sur la branche de trlfurcation moyenne
supérieure de la ligne âpre.

Fig. 31. le muscle long adducteur

TA Le genou et la hanche sont fléchis. La hanche est également


�menée en a �duction horizontale. La prise distale se plaque
. de la cuisse pour résister, par [' intermédiaire
a la face medlale
de l'ava nt-b ra s, à ['adduction horizontale que ['on demande au suj et
d'effectuer.
Ce�t � double manœuvre permet de faire apparaître â la face
medlale de la cuisse une importante masse musculaire. qui n'est
autre que la structure recherchée.
• INSERTIONS
• le �uscle l�ng adducteur s'insère en h�ut a l'angle du corps du pubis
. , e du
:l a !a �a(� inferieur
elrolt, epals et aplati (en tubercu le pubien par l'intermédiaire d'un tendon
dedans et au-dessous du pectin é au-dessus
du court adducteur). •

• Il s'attache en bas à la partie


moyenne de la ligne âpre.
Fig. 32. le muscle court adducteur

TA À l'aide d'une prise en berceau, amener progressivement


le membre inférieur en abduction de hanche, en demandant
au sujet une légère résistance. le muscle g aci l (1) apparaît
r e
semblable à une corde le long du bord médial de la cuisse. Il est
nécessaire de se glisser entre ce muscle et le muscle long adducteur
(2). à la partie la pl u s proximal e possible, pour être en regard du
muscle court adducteur et plus particulièrement en regard du
faisceau inférieur.
Remarque : Chez la femme, le tissu adipeux masque généralement
ce repère musculaire que constitue le muscle gracile. la démarche
d'investigation reste identique ; il suffit simplement d'amener
le membre inférieur concerné en abduction maximale et, dans
cette position extrême, d'exercer une résistance à l'adduction
de hanche. Cette adaptation permet de mieux repérer le muscle
gracile et de se glisser entre ce dernier et le muscle long adducteur.
• INSERTIONS
• E n haut. le muscle court adducteur s'insère e n avant et au·dessus
du muscle grand adducteur. sur la surface qua dr l r
i a tè e et la partie
attenante de la branche ischlo-pubienne. Sa surface d'i nsertion s'intercale
également entre celles des muscles obturateur externe et g a ile. rc
• En bas, ce muscle s'attache par l ' i ntermédiaire de deux faisceaux :
- un faisceau supérieur en dehors de la branche de trifurcation moyenne
de la ligne âpre ;
f i ur a
- un faisceau in ér e la partie supérieure de l ' i nterstice de la ligne âpre

Fig. 33. le tendon distal du faisceau postérieur


ou du faisceau vertical du muscle grand adducteur

TA le point de repere osseux essentiel est le tubercule de I"adducteur.


le point de repère musculaire essentiel est le muscle vaste médial.
Le tendon recherché se situe en arrière de ce muscle. Il se présente
sous les doigts comme un cordon cylindrique plein et relativement
épais.
.., LA CUI SSE / MY OLO
GIE

FIg. 34 . Le muscle grand adducteur, faisceau postérieur


ou faisceau vertical (dans s a partie distale)

TA tubercul� du grand adduc teur


le point de repère osseux est let musc
(voi r la region du genou ). L'e lémen ulaire rema rquab le
est le musc le vaste medi al.
Après avoir reperé la partie postér ieure de ce dernie. r. muscl.e, te
rechercher le tendo n du muscl e grand adduc teur: qUI se presen
sous les doigts comm e un cordo n cylind rique plelO.
• I NSERTIONS
• En haut sur la partie postero·inféneure de la tubérosité ischiatique.
• En bas sur le tubercule du grand adducteur

Fig. 35. le muscle grand adducteur, portion externe ­


faisceau supérieur

TA La technique de mise en tension des muscles qui sont


des« structures repere ", est identique â celle décrite ci-dessus.
Il suffit, à l'aide de la main proximale qui se glisse entre les muscles
long adducteur et le muscle gracile (2), de déborder la partie médiale
de la cuisse vers "arrière pour être en regard de la structure recherchee.
Remarque: faut se souvenir des insertions proximales du faisceau
Il
musculaire concerné -celui du muscle grand adducteur-qui se font
sur la tubêrosité ischiatique, laquelle est une structure très postérieure.
• INSERTIONS
la portIon externe se subdivise en deux faisceaux : supérieur et moyen.
le faisceau superieur s'attache au 1/3 moyen de la branche ischio­
pubienne, et se termine sur la lèvre interne de la branche externe
de trifurcation de la ligne âpre.

Fig. 36. le muscle grand adducteur, portion extern e ­


faisceau moyen

TA À l'aide d'une prise en berceau, amener la hanche en abduction


de manière à mettre en tension les muscles adducteurs concernés
et pl us particulièrement le muscle long adducteur (1) et le muscle
gracile (2).
La main qui palpe se glisse entre ces deux muscles et, comme
sur la figure ci-contre, elle est en regard de la portion externe
(faisceau moyen) du muscle grand adducteur, portion de muscle
qui déborde distalement le muscle long adducteur et qui s'accole
à la partie moyenne de la portion médiale (ou faisceau inférieur
ou faisceau vertical) du muscle grand adducteur.
• I N S E RTIONS
Le faisceau moyen de la portion externe figure précédente) s'insère
en haut sur la branche ischio'pubienne et(voir
et se termine, en bas, Sur toute la hauteur sur la face externe de l'ischion
de l'Interstice de la ligne âpre. '
1. Muscle long adducteur
2. Muscle gracile
Le m u scle graci l e
Fig. 37. Vue postéro-médiale de la cuisse

1. Muscle gracile
2, Muscle vaste medial
3. Tendon d'insertion distal d u muscle grand adducteu r - insertion
au condyle médial sur le tubercule du grand adducteur du muscle
grand adducteur
4. Muscle se mi-tendineux
S. Muscle sem i-membraneux
6. Muscle biceps fémoral
7. Muscle grand glutéal

• ACTI O N S D U MUSCLE G R A C I LE

• Le gracile est fléchisseur et rotateur médial du genou.


• Il est adducteur et rotateur médial de la hanche.

Fig. 38. le muscle gracile dans sa partie distale au bord


interne du tibia

sj
TA le u et est en décubitus dorsal. la hanche et le genou sont fléchis.
Demander au sujet de procéder activement â une rotation médiale
de genou, tout en réalisant de maniere isométrique une flexion
de cette même articulation (en poussant le talon contre le plan de la
table en direction de la fesse). la prise se place au bord postera-médial
le
du condyle tibial médial. majeur se place contre le tendon recherché ;
l'annulaire est en regard du muscle semi-tendineux (1). le muscle seml­
membraneux (2) se si t ue de part et d'autre du tendon semi·tendlneux et en
avant de lui.

• I NSERTIONS
Dlstalement, c e de rnier s'msère à la partie supérieure d e la face médiale
d u tibia, en arrière du muscle sa rtorius qUI le recouvre et au·dessus ..
du muscle sem,·tendineux.
• I N N E RVATION

• Nerf obturateur (L2. L3)


� LA CUIS SE / MYO LOG I E

Fig. 39. le tendon distal du muscle gracile


TA le point de repère osseux reste le même : c'est le bord médial
du tibia, où se placent les doigts.
De J'autre main, placer une résistance à la flexion et à la rotation
médiale de genou en empaumant Je talon, tout en plaquant l'avant­
bras contre le bord médial du pied.
le tendon a i nvestigu e r (2) est perçu au-dessus d e celui du muscle
sem;-tend ineux et au dess o u s d u muscle sartorius qui peut le
-

recouvrir partiellement.
Difficulté d'a pproche : La recherche de ce tendon est relativement
aisée chez l'homme, beaucoup plus difficile chez la femme
en raison de la présence de tissu adipeux ; dans ce cas, il doit être
recherché plus postérieurement.

Fig. 40. le tendon du muscle gracile

TA Le tendon du muscle gracile apparaît en avant et en dedans du tendon


du muscle semi-tendineux.
1. Tendon du m u scl e gracil e
2. Tendon du muscle semi-membraneux
3. Tendon du muscle semi-tenclineux

Fig. 41. le muscle gracile à la cuisse

TA À l'aide d'une prise en.berceau, 1a main" distale se saisit du membre inférie


concerné et l'amène passivement en abduction de hanche ur
�emander au sujet de ré�liser une adduc tion de hanch e e
a ce mouvement pour faire saillir le corps muscu 1 aire, t résister
selo' n les sujets. • qUi• est plus ou moins visible
Il n y a plus qu'à décoller ce d .I r des plans muscul a ires
à l'aide d'une prise pulpaire bidig��:I:. sous-jacents
« Il
1( Il,
LA R É G I O N F É M O R A L E POST É R I EU R E �

Fig. 42. Le muscle gracile dans sa partie proximale

TA Le genou est fléchi ; la hanche est placee en flexion


et en rotation latérale. La main distale se plaque à la face médiale
du genou pour résister à une adduction horizontale de hanche.
La main proximale se saisit du muscle concerné a la face médiale
de la cuisse.
Remarque : Le tissu adipeux, très riche chez la femme dans cette
région, peut gêner quelque peu cette approche .
• I N S E RTIONS
Proximalement, le muscle gracile s'insère par un tendon large et pl at
surle corps du pUbiS, le long de la symphyse pubienne.
Le groupe musculaire postérieur

Fig.43. Vue postérieure de la cuisse

1. Muscle gracile
2. Muscle semi-membraneux
3. Muscle semi-tendineux
4. Tendon du musc le biceps fémoral
S. Chef court du biceps fémoral
Chef long du biceps femo
Muscle vaste médial ral
6.
7.

Placé dans la région fémorale postérieu re, il compren


• les muscles ischia-jambiers médiaux, constitués pard :
- le muscle semi-tendineux, deux muscles :
- le muscle semi-membrane
• le muscle ischia-jambier latéraux.l, constitué par le
- chef long. muscle biceps fémoral :
- chef court.
L A R É G I O N F É M O R A L E POSTÉ R I E U R E ,..

Les m u scles ischia-j a m biers médiaux


(m uscles sem i-te n d i neux et semi-mem bra neux)

Fig. 44. Vue postérieure de la cuisse,


genou semi-fléchi

1. Muscle semi-tendineux
2. Muscle semi-membraneux

• ACTI O N S DES M U S C l E S S E M I -T E N D I N E U X ET S E M I · M E M B R A N E U X

• Sur le genou ,
- Flexion de la jambe sur la cuisse.
- Le semi-tendineux est rotateur médial du genou avec le semi-membraneux (qui l'est plus faiblement).
- Les ischio-jambiers dans leur ensemble sont stabilisateurs du genou dans les mouvements rotatoires.
• Sur la hanche : extension de la cuisse sur le bassin, surtout Iprsque le genou est en extension.
• Sur le bassin :
- Stabilisateurs d u bassin dans le plan sagittal.
- Rétroverseurs d u bassin.

• I N N E RVAT I O N S

• 5em i-tendineux , nerf ischiatique (L5 . 51. 52)


• Semi-membraneux , nerf ischiatique (L5. 51. 52)
� LA CUISSE / MYOLO G I E

F·Ig. 45 . Le tendo n du musc le semi- tendi neux a u bord


. .
méd ial du tibia

TA Su r la figure ci-contre, la prise � ulpaire se plaque au bord '_

med ial du tibia et le majeur crochete le ten�on .du muscle seml


tendineux (1). Dans cette position (genou flechl), le tendon
du muscle gracile (2) se positionne en avant du tendon du muscle
semi-tendineux .
• INSERTIONS
• Ce muscle s'insère proxlmalement a la face posterie ure d e la tuberOSlte
ave c celuI du chef
Ischiatique par l'intermedlaire d'un tendondecommun
long du muscle b i cep s femoral en dedans l ' I nsertion d u muscle
s em l me m brane u x
• Distal e ment, il s i n s è re à la p a rt i e superieu re de la face m ed i al e d u
-

tibia, en arrière du mus cle sartorius et en dessous du muscle gr".ICIle


'

Fig. 46. L e tendon distal d u muscle semi-tendineux

TA Le point de repère osseux essentiel est l'extrémité supérieure


proximale du bord médial du tibia. . plaq�ee'
le genou étant fléchi aux environs de 90·, une mam,
à la face postérieure du calcanéus et au bord médial du p ied ,
s'oppose à la flexion et il la rotation médiale de genou, tandis
que l'autre main remonte le bord médial du tibia jusqu'à ce qu'elle
rencontre le tendon recherché.
On peut aussi demander au sujet de planter » son talon
Il

contre le plan de la table, ce qui réalise une contraction


isométrique de la flexion de genou, et d'effectuer rapidement
et successivement des rotations médiales du segment jambier.
Les deux mains sont alors libres pour investiguer.
Difficulté d'approche : la recherche de ce tendon est relativement
aisée chez l'homme, beaucoup plus difficile chez la femme
en raison de la présence de tissu adipeux ; dans ce cas, il doit être
recherché plus posterieurement_

Fig. 47. le muscle semi-tendineux à la face postérieure


de la cuisse

TA la main distale empaume le talon et se plaque au bord


medial du pied de manière à résister simult anément à la flexion
et à la rotation médiale du genou. le corps musculaire se trouve
dans le prolongement du tendon ci-dessus repéré.
le muscle se positionne à la partie postérieure de la cuisse.
en dedans du muscle biceps fémoral et en arrière du muscle semi­
membraneux.
Remarque : Ce qui fait la particula rite de ce muscle
est que le tendon monte très haut » (proxima
Il le ment)
à la face postérieure de la cuisse_ C'est ce qui apparaît clairemen t
sur la figure ci-contre. Il a aussi comme
en haut et tendineu x en bas, à l'inverseparticula rité d'être charnu
En ce qui concerne l'insertion proximaleduausemi-me
niveau
mbraneu x.
de la tubérosité
ischiatique.
LA R ÉG I O N F É MO R A L E POST É R I E U R E �

Fig. 48. Le tendon du muscle semi-tendineux

TA Le sujet est en décubitus ventral. Le thé rapeute exerce â l'aide de la main


distale une résistance à la flexion de genou en empaumant le talon. Cette
résistance peut également s'appliquer à la rotation médiale de genou (l'avant-bras
de l'examinateur se plaque alors au bord médial du pied).
Le tendon du muscle semÎ-lendineux est le plus postérieur et le plus latéral
des structures muscu lo-tendineuses qui apparaissent à la face postéro-médiale
de la cu isse.

Fig. 49. Le muscle semi-membraneux dans sa partie


distale : vue médiale

TA la main distale amène passivement le segment jambier


à
en rotation latérale de genou de manière bien dégager l'extrémité
distale du tendon. Celui-ci se présente sous les doigts comme
à
un gros cordon cylindrique près de son insertion la partie postéra·
médiale de l'extrémité supérieure du condyle médial du tibia .

• INSERTIONS
• l'insertion distale d e ce muscle s e fait par l'intermédiaire d e troIs tendons ;
- un tendon direct s'insérant à la partie postérieure du condyle médial
du tibia ;
- un tendon réfléchi recouvert par le ligament collatéral tibial,
qui se glisse dans la gouttiere horizontale du condyle médial du tibia,
et qui s'insère à l 'extrémité antérieure de cette gouttière ;
_ un tendon récurrent. encore appelé ligament poplité oblique, qui se perd

sur la coque condylienne latérale (épaississement de la capsule).


..... LA CUISSE / MYOLOGIE

Fig. 50. le muscle semi·membraneux dans sa partie distale,


vue postéro·médiale

TA En dehors de l'approche decrite precédemment, il peut être


utile de demander au sujet une flexion et une rotation médiale
de genou, actions auxquelles on s'opposera pour mieux percevoir
le tendon sous les doigts.
l'index étant plaqué sur le muscle semi-membraneux, à son insertion
sur Je tibia, on remarque, comme le montre la figure, que le muscle
gracile (2) le croise en arrière pour venir se positionner au-dessus
du muscle semi-tendineux (I), au bord médial du tibia. le corps
musculaire du muscle semi-membraneux est représenté par le
chiffre (3).
• I NSERTIONS
Ce muscfe s'Insere proximalement sur la partie laterale de la tuberoslte
Ischiatique. en dedans du muscle carré femoral et en dehors du tendon
commun au chef long du biceps fémoral et au muscle seml-tendlneux.

Fig. 51. Le tendon du muscle semi-membraneux

TA le point de repère osseux essentiel est constitué par l'angle


d'union des faces médiales et postérieure du condyle médial
du tibia. Positionner le segment jambier en rotation latérale
pour bien mettre en évidence cette structure osseuse.
Une main s'oppose â la flexion et il la rotation mediale du genou ;
l'autre main recherche un tendon qui se présente sous les doigts
comme un cordon cylindrique plein, assez épais.
Plus en avant, le tendon réfléchi de ce muscle glisse sous le ligament
collatéral tibial dans la gouttière horizontale du condyle tibial médial.
Il n'y a aucune difficulté d'approche si l'on pense à positionner
correctement le segment jambier en rotation latérale'
ce qui permet de bien dégager le tendon.

- - -

Fig. 52. Le muscle semi-membraneux

TA le muscle semi-membraneux (3) est un corps musculaire perçu sous les doi ts
entre les tendons des muscles semi-tendineux (1) et gracile (2). Il est égalemen�
perçu en dehors du tendon du muscle semi-tendineux.
LA R É G I O N F É M O R ALE POST É R I E U R E �

Fig. 53. Repérage global des muscles de la patte d'oie


au bord médial du tibia

TA Repérer préalablement l'extrémité supérieure d u bord médial


du tibia et placer les doigts comme sur la figure. À l'aide de l'autre
main, placer une résistance à la flexion et rotation médiale
à
isométrique du genou. Procéder des contracter-relâcher
<c »

pour mieux percevoir les tendons et leur situation topographique :


• le tendon du muscle semi-tendineux est le plus bas situé
et est bien perçu sous l'index ;
• le tendon du muscle gracile est situé juste au-dessus du précédent
et il est perçu sous le majeur ;
• la partie distale du muscle sartorius surplombe celle
du muscle gracile. La mise en tension de ce muscle est perçue
sous l'annulaire et elle est mieux perçue si l'on demande au sujet
une légère extension du genou.
Remarque , Si la perception des tendons au bord médial
d u tibia est difficile, les palper plus proximalement en déplaçant
les doigts légèrement en arrière ce qui est le cas chez la femme,
la présence de tissu adipeux gênant presque toujours la palpation
à
de ces structures ce niveau .

Fig. 54. Gros plan sur le repérage global décrit ci-dessus

TA Cette figure est intéressante car elle montre bien les positions
respectives des différents tendons et corps musculaires. l'index est
placé en regard du tendon du muscle semi-tendineux ; le majeur
est placé en regard du tendon du muscle gracile et l'annulaire
est placé en regard du muscle sartorius, qui n'apparaît pas sur la
figure et qui est mieux perçu si l'on demande au sujet une lég�re
extension du genou.
� LA CUISSE / MYOLOGIE

Fig. 55. Repérage global de la mise en tension des muscles de la patte


d'oie à la partie antérieure et médiale du tibia, médialement
à la tubérosité tibiale

TA À l'aide d'une prise large. placer globalement les doigts au-dessous du condyle
médial du tibia en empaumant la tubérosité tibiale dans le prolongement
des tendons abordés.
Une flexion de genou est réalisée de manière isométrique, contre le membre
inférieur contre-latéral, associée éventuellement à une rotation médiale du
segment jambier (réalisée en amenant la pointe du pied vers j'intérieur), car ces
musc/es de la patte d'oie sont aussi rotateurs internes du segment jambier. On
perçoit alors sous la peau, directement sous les doigts, la mise en tension des
muscles de la patte d'oie.
les tendons de la patte d'oie sont formés â ce niveau de deux plans :
• un plan superficiel formé par le tendon du sartorius qui fusionne
avec l'aponévrose superficielle de la jambe ;
• un plan profond qui est postérieur et qui est formé par les tendons du gracile
en avant et du semi-tendineux en arrière.
CLINIQUE

condyle tibial médial. en dedans de la


lorsque la palpatio n de la face antérieure d u
tubérosité tibiale antérieure, est douloureuse et que cette douleur est reproduite
.
il f t
p� r le sUlet lors de la montée d'escalier mais aussi il la marche :
.
a u penser à une
tenoburslte des m uscles de la patte d'oie.

- ' -
LA R É GION F É MORALE PO ST É RIEURE �

Le m u scle isch ia-ja m bi e r l atéra l ou m u scle biceps fémora l


(longue portion)

Fig. 56. Vue postéro-Iatérale d e l a cuisse

1. Muscle biceps fémoral - chef long


2. Muscle biceps fémora l - chef court
3. Tendon du muscle biceps fémoral
4. Muscle sem;-tendineux
5. Tendon du muscle semÎ-tendineux
6. Muscle semi-membraneux

• ACT I O N S DU MUSCLE BICEPS FÉMORAL


• Sur le genou ,
- Fléchisseur et rotateur latéral du genou lorsque ce dernier �st en flexion.
- Stabilisateur du genou dans les mouvements rotatoires.
• Sur la hanche : extenseur de la hanche, surtout si le genou est en extension.
• Sur le bassin :
- Participe à la stabilité sagittale de ce dernier.
- Rétroverseur du bassin.


INN ER VATI O��
N __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
__ __
____

• Nerf ischiatique (Ls, SI, 52)


.., LA CUISSE / MYOLOGIE

Fig. 57. le muscle biceps fémoral dans sa partie distale

TA la main qui empaume le talon résiste â la flexion de geno�.


et la face antérieure de l'avant-bras qui s'applique au bord lateral
du pied résiste à la rotation latérale de ?�nou.
le tendon -dêsigné par l'index du pratICien - apparalt a la partie.
_ .

latérale du genou. juste avant son insertion sur la tête de la ftbula .


• I NSERTION S
Distalement. ce muscte s'insere sur la tête de la fibula. en dehors
de l'insertion du ligament collateral fibulaire dont il est sépare par
une bourse sereuse Il s'Insere aussI sur le condyle lateral du tibia,
â proximit é de la tête fibulalre et au-dessous de la crête oblique du tibia

1. Biceps (êmoral : chef long


2. Biceps fémoral ; chef court
3. Tendon d'insertion du biceps fémoral

Fig. 58. Repérage du tendon du muscle biceps fémoral à la fosse poplitée,


autre technique d'approche

TA le sujet est en décubitus ventral. Une main empaume le talon, et l'avant-bras


se plaque au bord latéral du pied, de manière â pouvoir résister simultanément
à une flexion et â une rotation latérale de genou. le tendon apparaît (1) à la partie
postérieure et latérale de la fosse poplitée. le corps musculaire (2) du muscle
biceps fémoral est également visible.
1. Tendon d'insertion du muscle biceps fémoral sur la tête de la fibula
2. Corps musculaire de la longue portion du muscle biceps fémoral

Fig. 59. le musc le biceps fémo


ral, long ue porti on
TA Depu.is son insertion distale sur la tête de la fibula , le corps
muscula lre de la longue portion du biceps fémoral se dirig e
? bll.�u � ment en haut et en deda ns pour rejoin dre les musc les
Ischia-Jambiers méd iaux (semi-ten dine ux et semi -mem braneux)
LA R É GION F É MORALE PO ST É RIEURE �

Fig. 60. Le muscle biceps fémoral, courte portion

TA Depuis son insertion distale commune avec la longue portion


du biceps, le corps musculaire de la courte portion se dirige
verticalement en dehors de la longue portion (puisqu'elle s'insère
sur la l igne âpre).

Fig. 61. Le muscle biceps fémoral : longue portion

TA Lindex du praticien montre la jonction de la longue portion du biceps fémoral


avec le muscle semi-membraneux .

Fig. 62. Les tendons d'insertion des muscles ischia-jambiers


sur la tubérosité ischiatique

TA le sujet est en décubitus ventral. Le point de repère essentiel


est cutané : le pli fessier (1). Cest à travers lui que se palpent
les insertions de ces muscles sur la tubérosité ischiatique. Sur la
figure ci-contre le pouce est légèrement décalé en dehors par
rapport aux insertions de ces muscles sur la tubérosité ischiatique.

• I NSERTIONS
• Le chef long du muscle biceps femoral S'Insère sur la tuberoslte
ischiatique, par l'intermedialre d'un tendon commun avec le muscle
semi-tendlneux Cette Insertion commune est placee en dedans de celle
du muscle semi-membraneux
• la Courte portion du biceps s'Insère proxima/ement dans l'Interstice de la
ligne jpre et sur la branche de bifurcation latérale de cette ligne
OS T ÉOLOG I E

"

12 10
13

11
14
12
15 13
14

15

16

Ostéologie et arthrologie
du genou Ostéologie et arthrologie
(vue antérieure) du genou
(vue postérieure)
l - Patel1a
2 · Surface articulaire pateUaire , - Fémur
3 · ligament croisé antérieur 2 - Fosse intercondylaire
3 - Condyle médial du fémur
4 - Ménisque latéral
4 - Ligament croisé postérieur
5 - ligament collatéral libulaire
5 - Ménisque médial
6 - Tubercule Infracondylaire
6 - Ligament collatéral tibial
7 - Ligament antérieur
7 -Tibia
de la tête libulaire
8 - ligne soléaire
8 -Tête de la fibula
9 - Tibia
9 - Condyle latéral du tibia
10 - ligament croisé antérieur
10 - Membrane interosseuse de la jambe \ 1 - ligament ménisco-fémoral
11 -Tendon quadricipital 12 - Ménisque latéral
12 - Ligament collatéral tibial 1 3 - ligament collatéral flbulaire
1 3 - Ligament croisé postérieur 14 - ligament postérieur
14 - Ménisque médial de la tête flbulaire
1 5 - Ligament patellaire 1 5 - Tête de la flbula
16 - Membrane interosseuse
LE COM PARTIME NT ANTÉ RI E U R

Fig. 3. Vue de face, genou fléchi

Les structures osseuses accessibles à la palpation sont :


• la fosse suprapatellaire.
• la patella
- la base,
- la face antérieure,
- l'apex,
- les bords,
- l'approche latérale de la face postérieure,
- l'approche médiale de la face postérieure.
• le fémur
- les surfaces articulaires condyliennes,
- les sillons condylo-patellaires.
• le tibia
- le plateau tibial et l'interligne articulaire fémoro·tibial,
- la tubérosité tibiale.
F·Ig . 4 . la fosse suprapatellaire

u -dessus de la trochlée é m or a le â la parti� antéri eure


. .
;: I �����ité inférieure du fêmur, elle est �e for�1� trrangulalre
J f .

,
et elle reçoit au cours de l'extension la partie superieure
de la patella.
il pouvoIr 1 a pa 1 per d e maniere
.
Fléchir le enou son maximum pour
optimale � partir de la base de patella que
la pr
l'on re è e fac .ilement
(fig. ci-dessous).

Fig. 5. la base de la pate lia

TA à d r
Triangulaire, gra n e base a n té ieu re, à sommet postérieur, elle se présente
sous les doigts sous forme d'un plan incliné.

• INSERTIONS

Elle donne attache, dans s a moitie antérieure. a u tendon du muscle quad riceps et, en arrière
près de la surface articulaire, il la capsule articulaire.

Fig. 6. la face antérieure de la patella

TA Convexe et creusée de très nombr eux trous vascula


ires, elle présente
une surface inégale faite de rugosités et de dépres
sions verticales façonnées
par le passage du tendon quadr icipita l.

CLINIQUE
En cas de luxatio n récidivante de
la patella (affection que l'on peut
l'adolescente présentant un genou retrouver chez
valgum ), cette structure peut se retrouv
face latérale du genou ou à " cheval er sur la
.. sur le bord latéral de la trochl ée.
Fig. 7. l'apex de la pate"a

TA Pointant vers l'extrémité distale du membre inférieur, il donne insertion


au ligament patel lai re I l est possibl e de l'aborder genou fléchi ou étendu.
.

ClINIQUE
11 peut ëtre le siège d'une enthésopathie du plan profond du tendon pateUaire, plan
profond qui s'insère à ce niveau.
la tendinite patellaire
On la rencontre plus facilement dans la pratique de certains sports : les jeux de balle ou
de ballon se déroulant sur sol dur (basket, volley, hand-ball, ete). l'apex de la patelia est
douloureux à la palpation-pression.

Fig. 8. les bords de la pate lia

TA Au nombre de deux, ils se dirigent de haut en bas et de dehors en dedans


si l'on se réfère à l'axe médian de la patella. lIs sont directement accessibles
à l a palpation .

• INSERTIONS
C'est à leur niveau (plus exactement à la jonction du bord latéral et d e la base)
que l'on trouve l'attache du rétinaculum patellalre correspondant.

CLINIQUE
En cas de luxation latérale de la patella, il peut s'associer à cette dernière une fracture
ostéo-chrondrale du bord medial de la patella. la palpation percevra cette lésion. Une
sensation de corde « sensible " à la palpation, corde positionnée longitudinalement par
rapport à la patella, doit évoquer un p!icae, ou repli synovial.
Fig. 9. l'approche latérale de la surface articulaire latérale de la patella

TA Seule la partie la plus latérale de cette facette est accessible. Placer le genou
en hyper-extension, le muscle quadriceps fémoral étant parfaitement relaché. ri
suffit alors de repousser la patella vers l'extérieur.

ClINIQUE

Attention cette technique d'approche est


à proscrire en cas de luxation
récidivante de ra pa tel la .

Fig. lO. l'approche médiale de la surface articulaire médiale


de la pate lia

T� Place� le genou en hyper-extension, le muscle quadriceps


fe�� ral Etant parfaitement relâché. Il suffit alors de repousser
medlalernent la pate lia pour y accéder.

Fig. 11. la tubérosité tibiale

TA à .
Surface triangul aire somm et d'IS t a 1 , elle separe en avant les condyles latéral
et médial du tibia.
'j ' .
C'est Sur cette tubéro sité que S ns e rele ligament patellaire, structure
.
mixte
(en superfiCie) et de
formée de fibres actives pro venan t d u muscle quad nceps .
fi bres passives provenant de l'apex d e 1 a patella.
Fig. 12. le plateau tibial

TA Le genou étant fléchi à 90°, placer les pouces de chaque côté


du ligament patellaire dans l'interligne articulaire fémora-tibial.
Il suffit d'abaisser les pouces vers le bas pour être au contact
du bord antérieur non articulaire de ce plateau (palper ce bord
jusqu'à sa jonction avec le fémur).
Remargue ' Cette prise permet également d'être au contact
de l'interligne articulaire fémora tibial
- .

Fig. 13. les surfaces articulaires condyliennes du fémur

TA le genou étant fléchi à 90', placer les pouces de chaque côté


du ligament patellaire dans l'interligne articulaire fémoro·tibial.
Il suffit de relever les pouces vers le haut pour être au contact de la
structure recherchée.
En cas de difficulté, une flexion de genou plus importante
en facilitera l'accès.
� LE GENOU / OSTÉO LOGIE

Fig. 14. Visualisation des sillons condylo-patellaires


TA Ce sont des gouttières creusees a même la surface articulaire qUI partagent
l'extrémité inférieure du fémur encroûtée de cartilage en deux parties :
_ les surfaces articulaires situees en avant et au-dessus de ces sillons font
partie de la trochlée fémorale ;
- les surfaces articulaires situées en arrière et au-dessous de ces mêmes
sillons sont appelées les surfaces articulaires condyliennes.
1. Sillons condylo-patellaires (séparant les surfaces articulaires condyliennes
et patellaire)
2. Surface patellaire (où se déplace la face postérieure articulaire de la patella)
3. Surfaces articulaires condyliennes du fémur (se déplaçant sur les ménisques
du plateau tibial)

Fig. 15. Approche des sillons condylo.patellaires

TA la position idéale est un genou fléchi un peu au-de


:�s�::�, �:f� rcour�, à l'aide. d'u�e prise digitale, la surfa
là de 90.
ce a;tic ulaire entre
� I es sur aces artlcuI� lres condyliennes elles-mêmes pour
. s ou dépressions perce
sous les doigts �es deux gout
condy1o-patellalres. tlere que sont les sillon s voir
facile à perc!�o�� �ou��::��-g�:t:�lar i.ilreesItatép lusral marq
I on est le �Ius souvent beaucoup pl us
ue.
LE COMPARTIMENT MÉDIAL

Fig. 16. Vue antéro·médiale, genou fléchi

1. Patella
2. Condyle tibial médial
3 . Condyle fémoral médial
4. Surface articulaire fémorale tibiale
5. Tubérosité tibiale antérieure
6. Bord médial de la surface articulaire condylo-patellaire
7. Sillon du condyle médial

les structures osseuses accessibles à la palpation sont :


• le fémur
- l'épicondyle médial,
- le bord médial de la surface articulaire condylo-patellaire,
- la surface articulaire condylo-patellaire,
- le tubercule de l'adducteur.
• le tibia
- le plateau tibial médial,
- le bord inférieur du condyle médial du tibia,
- la partie supérieure du bord médial du tibia . structure remarquable pour le repérage des muscles de la patte d'oie.
Fig. 17. l'épicondyle médial du fémur : vue antérieure

TA Structure sous-cutanée directement accessible â la palpation, c'est la sadlie


osseuse la plus proéminente de la face mediale rugueuse d u condyle rnédial
fémoral.
8iiijj[ij�J son versant postérieur porte une dépressio n qui est l'empreinte
d'insertion du ligament collatéral tibial du genou.

Fig. 18. l'épicondyle médi al du fémur : vue médi


ale
TA C�tte �jsi�n médiale de l'épicondyle médial du fému
une VISu3.llsatlon et un repérage plus précis de la structure
r permet

recherchee.

• INSERTIONS

En arrière,de l'êpicondyle médial, se trouvent :


- �n,e de�re�sl�n où s'insère le ligament collatéral
-: ���;������:�:r����e de l' ligne ?e.?if�rcation tibial .
méd
�r
Au-dessous et en arrière deaddceucttueur ou Insere ce musclej�le de la ligne
r
S

le muscle gastrocr.emien médial. be cu le, II exist


· e une depr
. .
esslo. n où s' insêre
Fig. 19. Le bord médial de la surface articulaire condylo-patellaire
du fémur

TA Ce bord limite latéralement la trochlée fémorale et la surface articulaire


du condyle médial.
Un genou fléchi à son maximum facilite l'acces à cette structure.
le sillon du condyle médial
Il borde en bas la face médiale, rugueuse sous les doigts, du condyle médial
fémoral le long de sa limite inférieure. La profondeur de cette gouttière est
beaucoup plus marquée en arrière qu'en avant.
TA Placer le genou en flexion pour bien la dégager des structures musculo·
tendineuses.
Remarque : Ne pas oublier que, lorsque le genou est fléchi, on est en regard
d'une grande partie de la surface articulaire de l'extrémité inférieure du fémur.

Fig. 20. La surface articulaire condylo-patellaire médiale du fémur

TA À l'aide du pouce et de l'index, repérer l'interligne fémoro-tibial médial.


 partir de ce repère. parcourir la surface articulaire qui est perçue comme
une surface lisse sous le doigt. Cette surface articulaire est limitée par le bord
médial de la surface articulaire condylo-pate"aire médiale.

Fig. 21. Le tubercule de l'adducteur

TA Si la recherche de cette structure en elle-même est difficile,


il est possible de la repérer en situant d'abord le tendon du faisceau
vertical de l'adducteur.
Il suffit alors de suivre ce tendon pour trouver à son extrémité
distale une saillie qui est le tubercule recherché.
Fig. 22. le plat eau tibia l med ial
TA le genou etant. fie. chi à. ' son repéra
900 présente a.ucune diffic�lt�. er,
. d"la 1 eged uneplateau
En vue, antér ieure
. , la partie la plus me
ral . estestabord
tibial . sante a visualis
Intéres
e.
car ( est a. e n eau que le ligam ent collaté
� C�� ui est accessible à la pal p ation est le bord du plateau
et non le plateau lui-même.

Fig. 23. le bord inferieur du condyle médial du tibia

TA Le genou étant fléchi, il suffit de repérer le bord médial du tibia


et de le suivre jusqu'à son extrémité supérieure. On accroche
cc Il

alors facilement à l'aide d'une prise pulpaire uni- ou bidigitale


le bord inférieur du condyle médial en question.

Fig. 24. la partie proximale du bord médial du tibia

TA C'est une structure osseuse remarquable car c'est â ce niveau


que seront repérés les muscles de la patte d'oie : le muscle semi.
tendineux, le muscle gracile et le muscle sartorius - qui prennent
insertion plus distalement sur la face antéro-médiale du tibia ,
près de son bord antérieur.
LE COMPARTIMENT LATÉRAL

Fig. 25. Vue latérale - genou fléchi

Les structures osseuses accessibles à la palpation sont:


• le fémur

-le bord latéral de la fosse suprapatellaire,


- le bord latéral de la surface articulaire condylo·patellaire,

-l'épicondyle latéral du fémur,


-la surface articulaire condylo·patellaire latérale.
• le tibia
-le plateau tibial latéral,
-le tubercule infracondylaire,
-la crête oblique latérale,
-la crête oblique médiale.
• la Rbula
-la tête,
-Iecol.
Fig. 26. le bord latéral de la fosse suprapatellaire du fémur

TA JI est beaucoup pius marqué que le bord mé�ial


et il l'est d'autant plus que le genou est progressIvement amene.
en flexion maximale.

Fig. 27. Le bord latéral de la surface articulaire condylo·


patellaire latérale du fémur

TA Sa position très latérale témoigne d u posjtionnemen� .


très excentré que prend la patella lorsque le genou est flechl.
•••• oe ce fait, la surface articulaire condylo-patellaire
est beaucoup plus dégagée du côté médial que du coté latéral
lorsque le genou est fléchi.

Fig. 28. L'épicondyle latéral du fémur

TA Beaucoup moins saill a nt que j'épicondyle médial, il est également


situé à la partie moyenne de la face latérale du condyle.
En cas de diffic ulté. pour le repérer, mettr
e en tensi on le ligam ent
collatéral fibula ire, en faisa nt bâille r " j'inte
laU'ral, le genou étan t en flexion.«
rligne fémoro.tibial
La tubérosité se situe au point d'insertion Sur le fémur du ligam
cité ci-dessus. ent
• I N S E RTIO NS
• Au·dessous et en arrièr
e de l'êpicondyle latéral, se
où se fixe le trouve une dépression
tendon du muscle poplitê.
• Au-dessus et en arrièr
e se trouve une autre dépre
le muscle gastrocn ssion, Où s'inse re
êmlen latér al.
• Entre ces deux dépre
ssion s ; une crête où s'insere le
fibul alre. ligam ent collateral
Fig. 29. Le bord latéral du versant latéral de la surface
articulaire condylo-patellaire du fémur

TA Ce bord limite latéralement la trochlée fémorale et la surface


articulaire du condyle latéral.
Un genou fléchi à son maximum facilite l'acces à cette structure.

le sillon du condyle latéral


Il borde en bas la face latérale, rugueuse sous les doigts, du condyle
latéral le long de sa limite inférieure. La profondeur de ce sillon est
beaucoup plus marquée en arrière qu'en avant.
TA Placer le genou en flexion pour bien la dégager des structures
m U5CU 10-tend i neuses.

• INSERTIONS
l a capsule du g n
e ou et le tendon du muscle poplité s'insèrent dans ce sillon.

ClINIQUE
C'est dans ce sillon que s'insère le tendon du muscle poplité et c'est à
ce niveau qu'il sera sensible à la palpation en cas de tendinite.

Fig. 30. Le versant latéral de la surface articulaire condylo­


patellaire du fémur

TA Â l'aide du pouce, repérer l'interligne fémoro-t ibial latéral.


À partir de ce repère, parcourir la surface articulaire qui est perçue
comme une surface lisse sous le doigt. Cette surface articulaife
est limitée en dedans par le ligament patellaire et le bord lateral
de la patella ; elle est limitee lateralement par le bord lateral
de la surface articulaire condylo-patellaire.
CLINIQUE
En cas de subluxation ou de luxation récidivante de la pate/la. ce
versant peut être sensible à a palpation. JI peut l'être également en cas
l
, de surcharge de cette surface articulaire par une surutilisation intense
du genou même si elle est brève.
� LE GENO U / OSTÉ OLO G I E

Fig. 31. Le plateau tibial latéral


TA le genou etant fiec' h" â 90· son repérage ne présente aucune
l

dif� cu �té. En vue a������J��, �:;' c�:�':�a � l�::1 térale du plateau


.

est Interessant� à c i au que le Ii�a rne.nt


collatéral fibulatre est a bcorde. au n·veau de l'interligne artIculaire.
1

e- Ce qui est a cessib. le à la palpatIon est 1 e b ord


-:'::==-
margu
du plateau et non le plateau IUI-rneme. .

Interligne fémoro-tibial latéral


CLINIQUE
le kyste mêniscal
JI se résente â la �
palpation comme un nodule ferme, f CÎle� ent
palp � le, et se situant â I n
l a partie antéro-Iatérale de l ' nte rlIg e
articulaire fémoro-tibia l.

Fig. 32. Le tubercule intracandylaire : vue latérale

TA C est la saillie la plus proéminente du condyle latéra l du tibia


'

Le genou étant fléchi à 90·, il s'investigue j uste au-dessous de la partie


.

latérale du plateau tibial et en dehors de la tubérosité tibiale


1. Tubercule infra-condylaire
.

2. Tubérosité latérale du condyle latéra l du fémur


3. Tète de la fibula

• INSER TION S
Sur ce tubercule s'insère le tractus ilia-
tibial.
eUNIQUE
Le syndrome de ."esSUie-&lace du
tractus ilia-tibial est en fait un
balayage du tractus contr!! la tuber
sera donc douloureux à la palpation
osité latérale du fémur (2). Ce point
étend progressivement le genou
notamment lorsque le thérapeut
e
en extension en gardant la palpa
pression. La douleur survient tion­
généralement autour de 30
flexion. fi 40· de
Fig. 33. le tubercule infracondylaire : vue antérieure

TA Une vue complémentaire antérieure permet une visualisation et un repérage


plus précis de la structure en question. Un repère osseux supplémentaire
est offert par la tête de la fibula. structure osseuse en avant et en haut de laquelle
elle se situe.
• I N S E RT I O N S
L e tractus ilio-tibial d u muscle tenseur d u fascia lata

CLINiqUE
Un r
va u s forcé sur u n genou en extension peut entraîner une rupture distale du tractus
l t
et une fracture arrachement du tubercule. la pa pa i on de ce dernier provoquera a ors l
n ule r u
u e do u exq i se.

Fig. 34. la crête oblique latérale du tibia : vue de face

TA La crête oblique latérale : ('est en fait une crête osseuse tendue entre
le tubercule infracondylaire et le bord latéral de la tubérosit.. tibiale. Elle est
oblique de haut en bas et d'arrière en avant, et est directement accessible sous la
peau.
• I N S ERTIONS
Au-dessus d e l a crête oblique e t e n dedans :
- le tractus i l ia-t ibia l plus en dedans,
- le rétinaculum patellaire latéral.
Au-dessous de la crête obl.que et d'arriere en avant :
- le biceps fémoral.
- le long fibula.re,
- le long extenseur des ortet/s.
r
- le tibial antefl eu .

CLINiqUE
Tous les points d'insertion signalés ci-dessus peuvent être sensibles à la palpation JI,faut
.

alors pou rsui re la démarche cl i n i q u e palpatoire en fonction des muscles concernes.


v
Fig. 35. La tête de la libula : vue latérale

acc de la la fibu a ne présente au�u.ne difficulté. Pour


tète de l
la faire saillir, on pe u t p éa l a b l em e n t pOSition ner le genou en
TA L ès
mieux
'

rotation média e. l
. ''1'
Rmta . .
.... . ,.
;;ru
... L'apophyse sty oïde est une saillie osseuse qUi se eve
l
en arnere e "t en dehors de la surface articulaire de tête
la

de la fi bu la .

• I N S E RTIONS

latéralement et de haut en bas


- l e ligament collateral fibulalre
- le biceps fémoral
- le long fibulalfe

CLINIQUE

Tous tes points d'insertion signalés ci-d � ssus peu�e�t être sensi � les à
la palpation . Il faut alors poursuivre la demarche cl inique palpato lre en
fonction des muscles concernes .

Fig. 36. Le col de la libula : vue de face

TA Cette structure, qui s'interpose entre "extrémité supérieure


la fibula et la diaphyse fibulaire, est
où erffibu ai e s'enroule à ce niveauremarq uable dans la mesure
de
le n
jambier.
l r avant d'aborder le segment

CUNIQUE

être lésé à ce niveau par comp


le nerf fibulaire commun peut
(plâtre inadapté). Certaines interv ression
entions chirurgicales peuvent
une I�ion de ce nerf, ainsi que amener
le décubitus prolongé pour
les patients
alités avec une couverture
qui place passivement et •
lourdement " le
pied � flexion plantaire.
A RT H RO LO G I E

,.
11
"

13

10

Ostéologie et arthrologie Ostéologie et arthrologie


du genou du genou
(vue médiale) (vue latérale)

1 - Tendon quadricipital 1 - Épicondyle latéral


2 - Fémur 2 - Ligament posterieur de la tête fibulaire
3 - Patella 3 -Tête fibulaire
4 - Articulation fémoro-patellaire 4 - Fibula
S - Ligament patellaire S - Tendon quadricipital
6 - Ménisque médial 6 - Surface articulaire patellaire
7 - Ligament collatéral tibial 7 - Patella
8 - Fibula 8 - Condyle lateral du femur
9 - Membrane interosseuse 9 - Ménisque lateral
1 0 - Tibia (face media le) 10 - Ligament collatéral fibulaire
1 1 - Épicondyle medial 1 1 - Ligament patellaire
1 2 - Condyle medial du femur 12 - Ligament anterieur de la tête fibulaire
1 3 - Tuberosite tibiale
14 - Membrane interosseuse
L ES LIGAMENTS

Fig. 37. Vue antérieure du genou

les structures ligamentaires accessibles à la palpation sont :


• le ligament collatéral nbulaire : visualisation et mise en tension,
• le rétinaculum pateliaire transversal et latéral ; mise en tension,
• le ligament collatéral tibial : visualisation et mise
• le rétinaculum patellaire transversal et médial, en tension,
• le corps adipeux infrapatellaire : visualisation et approche
.
Fig. 38. Visualisation du ligament collateral fibulaire

TA Ce ligament (1) est tendu depuIs l'épicondyle latéral du fémur


jusqu'a la partie antéro-Iatérale de la tête de la fibula, en avant
d e l 'ape x de la tête fibulaire .

• INSERTIONS
• Il est constitue de deux parties (partICularite anatomique)
- une partie superficielle qui est separee d u tendon d u biceps par une
bourse séreuse :
- une partie profonde qUI adhere à la ca psu l e et qui est en ra p por t avec le
tendon du poplité et sa bourse sereuse qUI le sépare du menlsque latéral
CLINIQUE
levarus forcé du genou. avec ou sans rotation médiale, peut provoquer
une entorse de ce ligament : bé
soit n ign
e (simple étirement), soit
l t
beaucoup plus grave avec désinsertion du igamen ou arrachement
1. Insertion proximale (sur l'épicondyle fémoral)
osseux du point d'insertion.
2. Insertion distale (sur la tête de la fibula)
3. Corps du ligament

Fig. 39. Manœuvre de mise en tension du ligament


collateral fibulaire

TA Pour un repérage optimal, il est préférable de mettre en tension


le ligament collatéral fibulaÎre. Une fois repéré, son investigation
est aisée dans n'importe quelle position articulaire du genou.
Placer le sujet comme sur la figure ci-contre. Appliquer une pression
de dedans en dehors a l'aide d'une main positionnée à la face
médiale du genou examiné afin de faire « bâiller l'interligne
li

articulaire latéral, ce qui a pour conséquence de tendre le ligament.


L'autre main est placée en regard de cet interligne articulaire,
entre la tête de la fibula et l'epicondyle lateral du femur.
�!iiiiii!i:] le ligament se présente sous les doigts sous forme
d'un cordon cylindrique plein, plus ou moins épais selon les individus.
Ceux qui présentent un genu varum auront évidemment un ligament
beaucoup plus fort et épais puisqu'il est sollicité en permanence.

Fig. 40, Visualisation du retinaculum patellaire lateral


et transversal

TA Le genou est en extension complète, le muscle quadriceps


fémoral est relâché.
La patella peut soit être poussée vers l'extérieur, ce qui a pour effet
de tendre la structure en question (figure ci-contre, 1). soit
Il .>

être poussée vers l'intérieur, ce qui a le même effet. Le rétinaculum


patel l aire latéral est abordé perpendiculairement à son trajet.
1. Rétmaculum patellalre latéral
� LE GEN OU / A RTH RO
LOG I E

pate lia ire trans vers al et later al


Fig. 41. Palpation du retin acul um

Cette manœuvre � ui :pouss e la atella de dedans en dehor s (1) tend à amen er


la structure reCherC.he�
TA
e VI�U;,'i;e� fi dans40un plan qui se rapproche de plus
est �� renfor
en plus du plan sag,ttae une bandelette fibreuse
5 ne .
cemen t capsul aire qui est perçu
sous les dOigt s comm
1. Poussee de la patella en dehors

ClINIQUE
P m. ,
o ru lr .
peut être d u lou e x, o squ une tend ni
. .
i . .�
te sle e
'f 1 m latéral de la patelta
��/�a;;;�e� r i
extenseur du genou, suite à la p a q u e intensive
t des sports comme e

cyclism e ou la course à pied.

2e (�5 :

la subluxation latérale de la patella, et à fortiori la luxation récidivante. donneron t un

rétinaculum médial douloureux.

Fig. 42. Visualisation de la double mise en tension laterale


et médiale des rétinaculums patellaires

TA la traction de la patelia vers l'extérieur permet à la fois de faire


saillir le rétinaculum patellaire média l (1) et, dans le même temps,
de tendre le rétinaculum patellaire latéral, non visible sur la figure
ci-contre.
Au cours de cette manœuvre, le rétinaculum patellaire
latéral est amené à se tendre dans un plan qui se rapproche
progressivement du plan sagittal strict, alors que le rétinaculum
patellaire latéral est amené à se tendre dans un plan de plus en plus
horizontal. La figure ci-contre présente une vue inféro-médiale.
1. Traction de la patella vers le dehors
2. Cuisse
3. Jambe
4. Patella
5. Visualisation du rétinacu lum patellaire médial
qui est étiré
CUNIQUE
r
En as de luxation ch ontque latérale de la patella,
�t sensib� � a palpation et le sujet man feste des
le rétinaculum
médial
pitellaiire l i
son .......
ra ic
signes d"apprhnsion lorsque les mains du p t ien
s'approchent de
Fig. 43. Visualisation du ligament collatéral tibial

TA Ce ligament (1) est tendu depuis le sommet de J"epicondyle


médial du fémur- l'insertion se fait également dans une
dépression située juste en arriere de cette tubérosité -
jusqu'à la partie proximale du bord médial du tibia et à la partie
attenante de la face anléro-médiale de ce même os.
1. Insertion proximale du ligament au niveau du condyle fémoral
médial
2. Insertion distale du ligament sur le bord médial du tibia

• I NS E R T I O N S
• Ce ligament est formé d'un faisceau uperficiel
s e t d'un faisceau profond.
Le faisceau superficiel S' Insere proxlmalement sur le tubercule condylien
médial. descend ant éro- méd laleme nt et termine sur le
bord medial du t i bia. en arriè re des tendons de la patte d'Ole dont il est
obliquement se

séparé par une bourse sereuse.


• Particularite anatomique concernant le faisceau profond : beaucoup plus
court que le faisceau superficiel. Il est co nst tue de deux faisceaux de
i
fibres. un faisceau menisco-femoral et un faisceau menisco-tibial.

Fig. 44. Manœuvre de mise en tension du ligament collatéral tibial

TA La mise en tension optimale de ce ligament se fait en deux temps.


le genou étant fléchi à 90°, amener préalablement le genou en rotation latérale.
ce qui a pour effet de tendre le ligament.
Dans un deuxième temps, la main placée au niveau du genou pousse celui·cî
vers I·interieur (le pied etant immobilise sur la table). ce qui a pour effet de faire
bâiller l'interligne articulaire médial et de tendre plus intensement la structure

Fig. 45. Autre manière de mettre en tension le ligament·collatéral tibial

TA le talon reposant sur la table, empaumer le bord médial du pied de manière


à pouvoir amener le genou en rotation laterale.
Dans un deuxième temps, exercer avec l'autre main, plaquée à la partie latérale
du genou, une poussée qui amène le genou vers l'intérieur de manière à faire bâiller
l'interligne articulaire médial, ce qui a pour conséquence de tendre le ligament.
,Remarque : le ligament apparaît au niveau de l'interligne articulaire
(voir fig. suivante).
ligame nt
Fig. 46. Autre maniè re de mettre en tensio n le
collatér al tibial, manœu vre identiqu e
à la précédente, vue en gros plan

TA Cette figu re presente une vue antero-medlale du genou


prise en gros plan qui montre tres clairem ent la mise en tension
du ligament collatéral tibial.
RemarQue ; le ligament apparaît au niveau de l'interlig ne
articulaire (1).
ClINIQUE
Un traumatisme du genou en valgum forcé, couplé ou non une à
rotation latérale également forcée, étire et peut arracher de son
insertion proximale le ligament · ,'est le mécanisme classique de
l'entorse. Elle peut faire partie d'un traumatisme beaucoup plus étendu
qui englobe une lésion du croisé antérieur et du
ligament ménisque
médial.

Fig. 47. Visualisation du rétinaculum patellaire médial,


faisceau transversal, genou étendu, vue médiale

TA le genou est en extension complète, le muscle quadriceps


fémoral est relaché.
la patella peut soit être poussée vers l'extérieur, ce qui a pour effet
de tendre le rétinaculum, soit être poussée vers l'intérieur, ce qui a
0( Il

également pour effet de tendre » le rétinaculum.


M

la palpation est identique dans les deux cas, le rétinaculum


patellaire médial est abordé transversalement.
1. Rétinaculum patellaire médial

Fig. 48. Palpation du rétinaculum patellaire transversal


et médial

TA Cette manœuvre, qui subluxe médialement la patelta,


a �our effet de tendre la structure recherchée dans un plan
qUI se rapproche de plus en plus du plan sagittal strict.
Elle est un renforcement capsulaire qui est perçu sous les doigts
comme une bandelette fibreuse.
1. Poussée de la patella vers le dedans
2. Pate"a
3. Muscle quadriceps
4. Segment jambier
Fi g . 49. Manœuvre de mise en tension du rétinaculum
patellaire médial, faisceau transversal par traction
de la patella latéralement

TA Cette manœuvre identique a celle decnte fig. 42 a pour effet


de tendre la structure recherchee dans un plan qui se rapproche
de plus en plus du plan horizontal. Elle est un renforcement
capsulaire qui est perçu sous les doigts comme une bandelette
fibreuse.
1. Rétinaculum patellaire médial
2. Cuisse
3. J ambe
4. Patella

Fig. 50. Visualisation du corps adipeux infrapatellaire

TA C'est une masse graisseuse situee entre le ligament patellaire et la partie


postérieure non articulaire de la patelia ; elle se situe au-dessus de la surface
préspinale du plateau tibial. Latéralement. ce corps adipeux se prolonge
jusqu'à mi-hauteur des bords latéraux de la patella, formant ainsi des
bourrelets graisseux. le corps adipeux est bien visible et beaucoup plus marqué
si l'on demande au sujet une extension de genou, comme c'est le cas sur la figure
ci-contre.
Autre technique d'approche : le sujet est en decubitus. le praticien place une main
entre la fosse poplitée et la table et demande au sujet d'ecraser sa main. le corps
adipeux apparait de chaque côté de la patella et du ligament patellaire.
ema •
Il est plus marqué chez la femme que chez l'homme.
CLINIQUE
Maladie de Hotta
le corps adipeux du genou peut être gonflé et douloureux il la palpation. peut agir
il
de la maladie de .. Hoffa M.
o lors d'une intervention chirurgicale sur le genou, les tubes d'insertion passent
à t a e s le corp's adipeux et ce dernier peut rester sensible très longtemps.
rvr
N E R F S E T V A IS SE A U X
Nerfs ischiatique et
cutané p ostérieur de la cuisse
15
1 - Nerf ischiatique
2 - Nerf (utané postérieur de la cuisse
3 - Nerfs cluniaux inférieurs
4 - Rameaux perinéaux
5 - Chef long du biceps fémoral
6 - Muscle semi-tendineux
7 - Muscle semi-membraneux
" 8 - Rameau articulaire
9 - Nerf sural
1 0 - Muscle gastrocnémien médial
1 1 - Muscle soléaire
1 2 - Nerf tibial
"
13 - Nerf plantaire médial et tCltéral
14 - Rameaux calcaneens médiaux
, 5 - Grande incisure ischiatique
18 16 - Division fibulaire commune
du nerf sciatique
17 - Chef court du biceps fémoral
1 8 - Nerf fibulaire commun
1 9 - Nerf cutané sural latéral
"
20 - Branche anastomotique surale
21 - Rameaux ca1canéens latéraux
22 - Nerf cutané dorsal latéral

Nerfs ischiatique et
cutané postérieur de la cuisse

1 • Nerf cutané postérieur de la cuisse

Nerf ischiatique :
2 · Nerffibulaire commun
....ia le nerf cutané sural latéral
3 . Nerf cutané sural médial
4 - Nerffibulaire superficiel
5 • Nerf sural
6 · Nerf tibial
....ia les rameaux calcanéens médiaux
LES PRI N C I PAUX N E RFS ET VAISSEAUX

Fig. 51. V u e postérieure d e la fosse poplitée, position


. .
du sujet en décubitus dorsal, hanche et genou f1echls
Fig. 52. Gros plan sur le nerf tibial, position du s jet

en décubitus dorsal, hanche et genou flechrs

TA l'index designe le nerf tibial.


1. Nerf fibulaire commun

Fig. 53. Mise en évidence des nerf


s tibial, tibu laire com mun
et cutané sural latéral

le sujet est pla en décubitus latéral ; la hanche est fléc


au-delà de 90· ; le cé
TA

est amenée égalemen genou est légèrement fléchi et la cheville hie


t en flexion dorsale par le thérapeute.
l'index désigne la structur e recherchée.
Légende des figures
53 et 54
1. Nerf fibulaire commun
2. Nerf cutané sural latér
3. Nerf tibial
al
4. Tendon du biceps fémo
ral
Fig. 54. Gros plan sur la fosse poplitée, visualisation
des nerfs cités ci-dessus

TA La technique de mise en éVidence est identique a celle décote


ci-dessus : le sUjet est placé en décubitus latéral ; la cheville
est amenée passivement en flexion dorsale complète ; le genou
est légèrement flêchi et la hanche est amenée progressivement
en flexion plus ou moins complète.
Si cela ne suffit pas pour faire apparaître le nerf au milieu
de la fosse poplitée. il faut demander au sujet une flexion
du tronc accompagnée d'une flexion de la tête et du cou.

Fig. 55. Palpation du nerf tibial et du nerf tibulaire commun


dans la fosse poplitée : position de départ

TA Le sujet est assis sur la table avec une triple flexion du membre
inférieur : flexion dorsale du pied, flexion du genou et flexion
de la hanche. le tronc est légèrement fiéchi. le praticien est debout
du côté controlatéral, une main placée dans la fosse poplitée.
R mar Le genou du sujet doit ëtre plus ou moins fléchi
en fonction de sa morphologie afin d'obtenir une mise en tension
optimale du nerf que l'on souhaite aborder.

Fig. 56. Palpation du nerftibial : mise en tension

TA À partir de la position de départ (fig ci·dessus) le praticien


amène le tronc et la tête du sujet en flexion jusqu'à percevoir
sous ses doigts un cordon cylindrique plein (de la taille d'un
auriculaire) au milieu de la fosse poplitée.
Remarque : Les sujets de sexe fémÎnin étant en général beaucoup
plus souples que leurs homologues masculins, il est évident
que le praticien sera quelquefois amené à utiliser une flexion
de la tëte et du tronc submaximale (avec une flexion adaptée
du genou).
LE GENOU / N E RFS ET VAISSEAUX

Fig. 57. Palpation du nerf fibulaire commun ;


mise en tension

TA À partir de la posItion de mise en tenSIon du nerf tibial (décrite


cI-dessus). il suffit de demander au sUjet d'a mener son pied
en inversion et flexion plantaire jusqu'à percevoIr sous les doigts
un cordon cylindrique plein (plus fin que le nerf tibial). Il se palpe
dans la partie latérale de la fosse poplitée, le long du bord médial du
biceps fémoral. Son trajet se poursuit à la partie proximo-Iatérale
de la jambe en enroulant le col de la fibula.
!ci�[iij!�. De la même façon que pour le nerf tibial,
chez la femme le genou est placé plus en extension
que chez l'homme.

Fig. 58. Vue postérieure de la fosse poplitée, sujet en décubitus dorsal'


hanche et genou fléchis

TA l'index désigne le nerf libulaire commun.

Fig. 59. Mise en évid ence du nerf


fibul aire com mun
TA le sujet est �n décu bitus latér al. La tech nique
de mise
en e, �,I�ence est Identique à ceUe décrite pour les nerf
pop,Itee (fig. 55). s
de la fosse
L'index désigne la stru cture recherchée.
Fig. 60. Mise en évidence du nerf cutané sural latéral

TA le sujet est en décu bit u s latéral.


la te c h niq u e de mise en évidence est identique a ce ll e décrite
pour le nerf fibulaire commun (fig. 53).
L'index désigne la structure recherchée.

Fig. 61. Gros plan sur la fosse poplitée

TA En ce qui concerne ta technique de mise en évidence, voir


figure 53.
l'index désigne le nerf cutané sural latéral. On aperçoit en dehors
de lui, le nerf fibulaire commun (1) qui se dirige vers le col de la
fibula.
� LE GEN OU / NER FS ET VA
I SSE AUX

dans la fosse poplit ée,


Fig. 62. Prise du pouls de l'artère poplit ée
prem ier temp s

TA le enou est amené en extension plus,ou moj� s com,plète �fi.n de pouvoir


placer �ne prise pulpaire bi- ou tridigîtale a la partie s� pero� medlale de la fosse
poplitee, en se plaquant sur le tendon du muscle seml-tendlneux.

Fig. 63. Prise du pouls dans la fosse poplitée, deuxième temps

TA le genou est progressivement amené en flexion et la prise pulpaire se dirige


en direction de la partie centrale de la fosse poplitée à la recherche du " pouls
poplité que l'on trouve proche du nerf tibial.
»,

Fig. 64. Prise du pouls dans la fosse poplitée,


troisiè me temps
TA Un Positionn.ement du genou en flexion plus ou moins maximale permet
une ��, tente optima le du fibreux postérieur du genou. L'accès à l'artère
poplitee en est ainsi facilitéplan; elle est perçue à la partie médiale du nerf tibial.
� LA JAMBE / OSTÉ OLO G I E

...

OSTE OL O GIE
10
Insertions des muscles
anterieurs de la Jambe
"
1 - Muscle droit fémoral ,
2 - Rêtinaculum patellaire 'illéral 3 12
4
3 - Tractus ilio-tibial 5 13
,, - Expansion du biceps fémoral , 14
5 • Muscle long tlbulaire 15
6 - Muscle biceps fémoral "
7 - Muscle long extenseur des orteils
8 - Muscle long extenseur de l'hallu:w: 17
9 - Muscle troisième tlbulaire
la - Muscle grand adducteur
"
I l - Rétinaculum patellaire medial
12 - Muscle seml-mernbran('ux
13 - Ugamenl patell"ire
14 - Muscle gracile
15· Muscle wnoous
16 -Muscle st>mi-tendiMu)I;
1 7 · Membrane interosseuse
18 - Muscle tibial antérieur

Insfortions dpc .... . �"I@s


poS1�ri HS dl

1 - Muscle grand adducteur


2 - Muscle gastrocnémien médial
3 - Muscle semi-membraneull
4 - Muscle poplité
5 • Muscle soléaire
6 · Muscle tibial postérieur
7 - Muscle long fléchisseur des orteils
8 - Muscle plantaire
9 - Muscle gastrocnémien latéral
10 - Muscle court fibulaire
1 1 - Muscle long fléchisseur de l'hallux
12 - Membrane Interosseuse 10

"
"
LES OS O E LA J A M B E r

LES OS D E LA JAMBE

Fig. 3. Vue antérieure de la jambe

Les structures osseuses accessibles à la palpation sont :


• le tibia ,
- le bord antérieur,
- le bord médial,
- la face médiale,
- la face postérieure.
• la fibula ,
- la face latérale.
� LA JAMBE / OST ÉOL OGI
E

Fig. 4. le bord antér ieur du tibia

TA Ce bord s'étend depuis la tubérosité tibiale jusqu'à , la rnall.éole n1.édiale.


Dans ses 3/4 supérieurs. il se présente sous la forme d une arete, qUI porte le nom
de crete du tibia .
Dans son quart inférieur, le bord dévie en dedans en dIrection de la malleol e
. . '

média le et devient mousse. r est entièrement accessIb. le et ne


Directement sous-cutané, le bord antérieu
présente aucune difficulté d'investigation .

Fig. 5. le bord médial du tibia

TA Allant du condyle médial du tibia à la malléole médiale. il limite en dedans la face


médiale de la diaphyse tibiale. Il est, lui aussi, entièrement accessible â j'investigation.
ClINIQUE

La fracture de fatigue se révèle par une douleur aiguë sur un point pa p l at r


oi e très
précis plutôt situé dans le tiers distal alors que la douleur périostée s'étale sur une large
sUlface au tiers moyen du bord médial de cet os. Une douleur à la palpation de cette
structure peut révéler une périostite ou une fracture de fatigue.

Fig. 6. la face média le du tibia

TA lisse et plane, elle est en rapport direct avec la peau sur toute son étendue.
À la partie proximale de cette face viennent s'insérer, tout près de la tubérosité tibiale,
.
les muscles de la patte d'ote.
��tuée :ntr� le bord antérieur et le bord médial, elle est entière ment accessi
I lnvest1gatlon. ble â
1
j LES OS DE LA J A M B E �

Fig. 7. La face postérieure du tibia

TA Elle est partiellement accessible a l'investigation, en arrière du bord medial du


tibia et plus particulièrement aux extrémités proximale et distale de la diaphyse
tibiale.
Sur la figure ci-contre, le genou est positionné en rotation latérale pour bien
dégager la face à palper, tout près de son extrémité supérieure et en arrière du
bord médial.
Il faut prendre soin de bien relacher la musculature postérieure de la jambe.
• INSERTIONS
• Au-dessus de l a ligne oblique e t au niveau de s a levre sup fleu re : l e muscle poplité.
e
• Sur la ligne oblique : le muscle soleaire.
• Sur la levre Inf rieu re de la ligne oblique : les muscles tibial post r eu r latéralement et
e e i
long fiéchlsseur des o rtei l s mêdia emen t .
l
• Au dessous de la ligne oblique, une crête verticale sépare les Insertions du muscle long
-

fléchisseur des orteils, en ded n s et du muscle tibial postérieur, en dehors.


a ,

Fig. 8. La face latérale de la fibula

TA Cette face est accessible directement dans sa partie distale.


L'extrémité distale est parcourue par une crête oblique de haut en
bas et d'avant en arriere qui la subdivise en deux parties :
• une partie antérieure, de forme triangulaire. directement sous­
cutanée et accessible sans aucune difficulté ;
• une partie postérieure. sur laquelle coulissent les tendons des
muscles court et long tibulaire.
CL INIQU E
la fracture de fatigue peut être décelée à l'aide d'une pa p tion
la
pression appliquée à un io des deux tiers proximaux et du tiers distal
­

l' n
de cet os. Ce point doit être débordé en amont et en ava a
l la r he ch
ec r e
d'un point précis .

• INSERTIONS
ér
l a face lat ale est convexe en haut e t forme une gouttière longitudinale
dans sa partie moyenne sur laquelle s'insèrent les muscles long et court
, fibulalres.
� LA JAMBE / O S T É O LO G I E

LES ARTICULATION S DE LA JAM B E

Fig. 9. La jambe, vue latérale

les structures articulaires remarquables de l .


a Jambe sont les artic ulat ions tibio-fibu laire s pro
xim ale et dist ale.
ARTHROLOGIE �

A RT H RO LOG I E

2 --f-'�

3 --+----'-,
1 - Ligament antérieur de la tête fibulaire
2 - Tête de la fibula 4 -----1>--+ .
3 - Membrane interosseuse
4 - Fibula
5 - Tibia
6 - Ligament tibio-fibulaire antérieur 5 ----\----i-
7 - Malléole latérale

6 -------t
7
� LA JAMBE 1 ARTHR OLO G I E

Fig. 10. les articulations tibio-libulaires proximale e t distale

TA l'articulation tibio·fibu/aire proximale est une synoviale plane qUI


unit le tibia il la fibula. Elle est maintenue outre la capsule par deux
ligaments, un anterieur et un postér ieu r .

CLINIQUE
r
Cette articulation peut être le siège d'une luxation (ce qui est tres ra e),
d'une subluxation (malposition de la tête /ibulaire par rapport au tibia).
d'une hypermobilité, voire d'une arthropathie micro·traumatique. la
douleur est le signe majeur. la palpation et la mobilisation de la tête
fibulaire sont les deux gestes cliniques dés.

TA L'articulation tibio-tibulaire distale est une syndesmose qui unît


les épiphyses distales du tibia et de la libula. Elle est maintenue par
trois ligaments, un antérieur, un posterieur et un interosseux. Ce
dernier unit les deux surfaces articulaires qui ont la particularité
d'être dépourvues de cartilages.
MYOLO G I E �

MYO LOG I E

6
7
8

2 9
10
3
Muscles de la jambe
(loge antérieure)

1 - Ëpicondyle latéral
2 - Condyle latéral du tibia
3 Tête de la fibula
-

4 - Muscle long extenseur des orteils 11


5 Malléole latérale
-

6 - Fémur
4
7 - Patella
8 - Ëpicondyle médial
9 - Condyle médial du tibia
1 0 Tubérosité tibiale
-

1 1 - Muscle tibial antérieur


12 Malléole médiale
-

1 3 - Tendons du muscle
long extenseur des orteils
14 - Tendon du muscle
long extenseur de l'hallux

12
5

13
.., LA JAMBE / MYOLOGIE

7
9

Muscle tr ceps SI. al


(vue posterie ... e apres cn... e
d

� iCOndyle médial du fémur


1 � ;:uscie poplité
-

3 Muscle soléaire
-

4 - Muscle gastrocnémien médial


5 Tendon calcanéen
-

6 - Calcanéus
7 Muscle plantaire
-

8 Muscle gastrocnémien latéral


4 ---\- 8 4 8
-

9 Ëpicondyle latéral d u fémur


-

5 ---�>--L � 5 ---- +� __l_.

6 ---_""'-....+�
6
LES A R T I C U LAT I O N S D E L A JAMBE �

9 Muscles de la Jambe
2
)

10
3 3 - Muscle triceps sural
4 - Muscle long fibulaire
5 - Muscle court fibulaire
11 6 - Tendon calcanéen
4 12 7 - Rétinaculums supérieurs et
inférieurs des muscles fibulaires
8 - Patella
9 - Condyle latéral du tibia
1 0 - Fascia crural
1 1 - Muscle long extenseur des orteils
1 2 - Muscle tibial antérieur
1 3 - Muscle 3" fibulaire

13
"IIII LA IAMBE / MY OLO G I
E

8
Muscles profonds de la jambe
(loge postérieure) 3

1 - Condyle médial du tibia


2 - Ligne d u muscle soléaire
3 - Muscle long fléchisseur des orteils
4 - Malléole médiale
5 - Tendons de terminaison
d u muscle tibial postérieur 9
6 - Tendon du muscle long
fléchisseur de l'hallux
7 - Tête fibulaire
8 - Muscle tibial postérieur
9 - Muscle long fléchisseur de l'hallux
la Tubérosité calcanéenne
-

1 1 Malléole latérale
-

1 2 Tendon du muscle long


-

la
fléchisseur des orteils ". # �

4
11

12
LE G R O U P E M U S C U LA I R E ANT É R I E U R ,..

LE G RO U PE M U SCU LAIRE ANTÉ RI E U R


I l comprend les quatre muscles suivants :
• le muscle tibial antérieur,

• le muscle long extenseur de l'hallux,

• le muscle long extenseur des orteils,

• le muscle troisième nbulaire.


Remarque : Le muscle court extenseur des orteils participe aussi a l'extension des
orteils mais c'est un muscle intrinsèque du pied contrairement aux trois autres
muscles de l'appareil extenseur. Il sera abordé dans le chapitre La cheville et le pied.

• ACTIONS

• Muscle tibial antérieur : adducteur, supinateur et fléchisseur dorsal d u pied sur


la jambe.
• Muscle long extenseur des orteils : abducteur, pronateur et fléchisseur dorsal du
pied sur la jambe et extenseur des orteils.
• Muscle long extenseur de l'hallux : extenseur de l'hallux et participation il la
flexion dorsale du pied.
• Muscle troisième libulaire : fléchisseur dorsal et éverseur du pied.

• I N N ERVAT I O N S

• Tibial antérieur : nerf libulaire profond + n e r f libulaire c o m m u n (L4, LS, 51)


• Long extenseur des orteils : nerf libulaire profond (L4, L5, 51)
• Long extenseur de l'hallux : nerf libulaire profond (L4, L5, 51)
• Troisième libulaire : nerf libulaire superliciel (L5, 51)

Fig. 11. Vue antérieure de la jambe

1. Muscle tibial antérieur


2. Muscle long extenseur des orteils
3. Muscle long extenseur de l'hallux
4. Muscle troisième tlbulaire
5. Rétinacu lum inférieur des muscles
extenseurs des orteils
6. Bord antérieur du tibia
"'1IIIIII LA JAM BE / MYO LOG I E

e du tibial antér ieur


· 1 2 . Vue anté rieur
F'g.

1 Insertion proxi male


2. Corps musculaire
3. Tendon dist al

Fig. 13. la partie distale du tendon du muscle tibial


antérieur

TA Après avoir amené le pied en adduction, supination et flexion


dorsale, résister à l'action musculaire à J'aide d'une prise pulpa e ir
placée au bord médial du pied et destinée fai re apparaître le tendon.
à
Ce tendon est le plus médial des tendons antérieurs du cou-de-pied et
(1)
se situe juste en avant de la malléole médiale et de l'os naviculaire.

• INSERTIONS
Sur la figure ci-contre. la prise pulpaire bidlg1tale se pOSitIonne en regard
du tendon, près de son Insertion distale. a la partIe antelo-I nférieure de la
face médiale du cunéiforme médial (2). Cette insertion se poursuit par une
expanS1on, sur un tubercule il la partie inféra-médiale de la base du premier
métatarsien.
LE G R O U P E M U S C U L A I R E A N T Ë R I E U R �

Fig. 14. Le muscle tibial antérieur à la jambe

TA Le tendon (1) borde l a crête tibiale. ou le bord antérieur du tibia, en dehors. Il


se pou r suit par un corps musculaire (2) qui est ega l eme nt situé en dehors de la
même crete et en dedans du muscle long extenseur des orteils.
L'a ction musculaire demandée est identique à celle décrite ci-dessus.
Remarque : Sur cette figure. le muscle est simplement mis en évidence.
1. Tendon du muscle tibial antérieur
2 . Co r ps musculaire du muscle tibial anté r ieu r

ClINIQUE
le syndrome des loges
JI est la conséquence d'une augmentation de la pression intra-musculaire â l'intérieur
d'une loge anatomique qui se traduira donc par une ischémie des tissus et une douleur.
les 3 loges peuvent être atteintes.
Syndrome aigu de la loge antérieure
Il peut faire suite à
un traumatisme complique d'une fracture ou non qui implique la
pose d'un platre trop serre ou d'une attelle de contention.
Hors traumatisme, i l faut une sollicitation tres intense des muscles de cette loge qui
contraint le sujet à stopper son effort.
À la palpation, cette loge appa raît très sensible et très tendue. Le testing est déficitaire
et douloureux. Le dermatome du nerf fibulaire profond est le siège de troubles de la
sensibilité. A très court terme (quelques heures), la paralysie s'installe et les troubles
sensitifs dans le dermatome concerne s'aggravent.

Fig. 15. l'insertion proximale du muscle tibial antérieur

TA Demander un positionnement du pied identique à celui decrit


dans la figure 13. spécifique au muscle qu'on explore. et une
résistance également placée au bord médial du pied pour bie"n
percevoir le corps musculaire se tendre " sous les doigts.
({

• I N S E RT I O N S
C e muscle s'insère proxlmalement s u r l e tubercule m(racondylalfe. sur la
crête oblique et sur les 2/3 superieurs de la face antèro-Iaterale du tIbia
LA JAM BE / MYOL OG I E

r des orte ils


Fig. 16. l'appareil exte nseu

1. Muscle long extenseurr des de l'ha ll�x


2. Muscle long extenseu orteils
3. Mus cle trois ième fibu laire
4. Mus cle tibial a n terieu r
5 Mus cle cour t exte nseu r
6. Muscle court tibu laire

Fig. 17. Vue antérieure de l a cheville

1. Muscle long extenseur de l'hallux


2. Muscle tibial antérieur

Fig. 18. Le tendon du muscle long extenseur de l'hallux près


de son insertion distale

TA L'action demandée au sujet est une extension globale de l'hallux. Une


résistance à l'aide du pouce du thérapeute est appliquée à la face dorsale de la
deuxième phalange de l'hallux et tend à amener cette dernière en flexion.
L'Îndex du thérapeute montre le tendon près de ses insertions distales à la base de
la face dorsale de la deuxième phalange de l'hallux, ainsi que sur les faces latérales
de la base de la première phalange.
• INSERTIONS
Ce muscle s'insère proximalement sur la partie moyenne de la face médiate de la fibula. en
avant de la membrane interosseuse et distalement sur la base de la première phalange et
sur la deuxième phalange par deux expansions latérales
LE G RO U P E M U S C U L A I R E A N H R I E U R r

Fig. 19. le tendon du muscle long extenseur de l'hallux au cou-de-pied

TA L'a ction musculaire demandée est identique à celle décrite ci-dessus. l'index
montre le tendon à son passage au cou-de-pied.
légende des figures 18, 19 et 20
1 . Muscle tibial antérieur
2. Muscle long extenseur de l'hallux
3. Muscle long extenseur des orteils

Fig. 20. le corps musculaire du muscle long extenseur


de l'hallux à la partie distale du segment jambier

TA Après son passage en arrière des deux rêtinaculums des muscles extenseurs du
tarse. le tendon rejoint un corps musculaire qui se positionne entre le muscle tibial
antérieur en dedans et le muscle long extenseur des orteils en dehors.

Fig. 21. les tendons du muscle long extenseur des orteils au dos du pied

TA La main distale se place comme sur la figure ci-contre pour résister à l'extension
des orteils.
Chacun des tendons destinés aux quatre orteils doit être parcouru depuis son
extremite distale jusqu'au cou-de-pied. Sur la figure ci-contre. le tendon commun
est aborde au niveau du cou-de-pied. .

• INSERTIONS
• C e muscle s'insere proxlmalement s u r l e condyle latéral du tIbia (en dehors des insertIons
d u muscle tibial antérieur), et sur les 2/3 supefleurs de la (ace médiale de la tibula (le long
d u bord anterleur de cet os)
• Distaiement chacun des tendons de ce muscle destine aux quatre orteils se subdiVise cl la
(ace dorsale de la premlere phalange de chaque orteil pour aller s'Inserer SUI la base des
deuxll'me et trolsleme phalanges
� LA JAMBE / MYO LOG I E

Fig. 22. le muscle long extenseur des orteils à la jambe

TA le corps musculaire qui fait suite au tendon se positionne sur


toute la hauteur de la jambe entre les muscles long fibulaire et
court fibulaire en dehors. et le muscle tibial antérieur en dedans.
Bien repêrer ces deux derniers muscles grâce à leurs actions
permettra de mieux situer Je corps musculaire recherchê.
De plus, il est intêressant de demander au sujet de maintenir
de manière active une fiexion dorsale, une abduction et une
upronation )) du pied pour mieux percevoir la contraction
musculaire à ce niveau.

Fig. 23. le muscle troisième fibulaire

TA Ce muscle, quand il existe, apparaît sous la forme d'un tendon


a u bord latéral du tendon du muscle long extenseur des orteils
destiné au cinquième orteil.
Pourfaire,saillir le.ten�on recherché, il suffit de demander au sujet
une everSlon du pied a laquelle on opposera ou non une resistance.
• INSERTIONS
• Le �endo � se dj �,ge �er� la face dorsale de la base du cinquième
metatarslen. ou il Insere distalement.
S

• Proximalement, il s'attache sur le 1/3 i nférieur de la face médiale de la


fibula.
LE G R O U P E M U S C U L A I R E L AT Ë R A L ,...

LE G RO U PE MUS CU LAIR E LATÉ RAL

Fig. 24. Vue latérale d e la jambe

1. Muscle long fibulaire


2. Muscle court fibulaire
3. Muscle gastrocnemien lateral
4. Muscle gastrocnémien médial
5. Muscle soleaire
6. Tendon calcaneen

Il comprend deux muscles ,


• le muscle long fibulaire,
• le muscle court fibulaire.

• ACTIONS • Muscle court fibulaire ,


- Pronateur et abducteur du pied.
• Muscle long fibulaire ,
- Stabilisateur lateral du pied dans le plan frontal.
- Abducteur, pronateur et flechisseur plantaire du pied.
- II abaisse le premier métatarsien en le portant latéralement, • I N N ERVATION S
et de ce fait solidarise l'ensemble du métatarse.
• long fibulaire , nerf fibulaire superficiel (L4, LS , SI)
- Stabilisateur lateral du pied dans le plan frontal, en
• Court fibulaire , nerffibulaire superficiel (l4, LS, SI)
synergie avec le court tibulaire.
.., LA JAMBE / MYOL OGIE

Fig. 25. le muSC1 e long libulaire et les muscles en rapport

1. Muscle Jong fibulalre


.
2. Tendon du muscle long fibuJalre
3. Muscle court fibulaire
.
4. Muscle long extenseur des orteils
5. Muscle tibial antérieur
6. Muscle soleaire
7. Muscle gastrocnémien latéral

Fig. 26. le tendon du muscle long libulaire au bord latéral


du pied

TA Demander au sujet une abduction du pied en flexion plantaire,


à
action laquelle le praticien peut résister.
Après sa réflexion au niveau de la malléole latérale, le tendon
se plaque sur la face latérale du calcanéus, passe en dessous de
la trochlée fibulaire et s'engage au bord latéral du pied dans la
gouttière du cuboïde.

1. Tendon du muscle long tibulaire


2. Tendon d u muscle court tibulaire
LE G R O U P E M U S C U LA I R E LAT�RAL �

Fig. 27. Le tendon du muscle long fibulaire à la jambe

TA L'a ction musculaire est identique a celle dêcrite ci-dessus.


À ce niveau, le tendon concerne environ la moitié de la face latérale
de la jarnbe ; il se plaque sur le tendon du corps musculaire du muscle
court fibulaire qui le déborde en avant et en arrière.
• INSERTIONS
• Ce muscle s'Insere proximalement sur le condyle lateral du tibia (en
dehors de " ,nsertion du long extenseur des orteils), sur la face antéro­
laterale de la tête de la fibula. et sur le 1/3 superieur de la face laterale de
la diaphyse de cet os.
• Dista ieme nt, il s'Insere sur le tubercule postera-Iateral de la base du
premier metatarsien - avec le plus souvent des expansions au cunéiforme
médial ou deuxleme métatarsien, et au premier Interosseux dorsal.

Fig. 28. Le corps musculaire du muscle long fibulaire

TA l'action musculaire est identique à celle décrite ci-dessus


(abduction du pied en flexion plantaire).
le corps musculaire se positionne à la partie supérieure de la face
latérale de la jambe, entre le muscle long extenseur des orteils en
avant, et le muscle soléaire en arrière, désigné par l'index du praticien.
CLINIQUE
Une déchirure de ce muscle (bien que rare) est toujours possible. la
palpation spécifique du corps musculaire en déclenchant la douleur
met en évidence cette déchirure. Cette dernière permettra aussi
en repérant une éventuelle encoche (signe de rupture des fibres)
de confirmer lediagnostic. le testing de ce muscle (éversion) sera
douloureux et diminué.

1. Muscle long extérieur des orteils


2. Muscle court fibulaire
3. Muscle soléaire
LA JAM BE / MYOL O G I E

et les mus cles en rapp ort


Fig. 29. le mus cle cour t fibu laire

1. Muscle court fibu laire fibulair


2. Tendon du muscle longr des �
orte ils
3. Mus cle long exte nseu
4. Mus cle soléa ire
5. Muscle gastrocnemien latéral
6. Muscle tibial antérieur
7. Muscle long 1ibulaire

Fig. 30. le tendon du muscle court tibulaire dans son trajet


le plus distal au bord latéral du pied

TA Un mouvement d'abduction, résisté ou non, au niveau du pied


suffit pour faire saillir le tendon. Il faut suivre son trajet au bord
latéral du pied jusqu'à son insertion sur la tubérosité du cinquième
métatarsien.
Remarque : Pour bien visualiser son passage â la face latérale du
ca1canéus, au-dessus de la trochlée fibulaire. consulter le chapitre
la cheville et le pied.
1. Muscle long fibulaire
2. Tendon du muscle long fibulaire
3. Muscle court nbulaire
.
LE G R O U P E M U S C U L A I R E LAT É R A L ,.

Fig. 31. Le muscle court tibulaire à la jambe


TA Le mouvement demandé est le méme que ci-dessus ; le corps
musculaire apparait en avant du tendon du muscle long fibulaire.
Une succession de conl racleHel â c h e r " est très utile pour bien
te

percevo ir la situation du muscle relâché .


• INSERTIONS
C e muscle s'insere proxlrllalement s u r les 2/3 I nferieu rs d e la face latérale
de la fibula. et distalement s u r la t u bérosité d u cinquième métatarsien
ClINIQUE
Une déchirure de ce muscle est toujours possible (notamment dans
la pratique sportive). la palpation spécifique du corps musculaire en
déclenchant la douleur la mettra en évidence. Cette dernière technique
spécifique permettra également de repérer une éventuelle" encoche Il

dans le corps musculaire (signe de rupture des fibres). Le testing de ce


muscle (abduction du pied résistée) sera douloureux et diminué.
L'étirement de ce muscle en amenant le pied en adduction réveillera ou
exacerbera la douleur.

Fig. 32. Le muscle court tibulaire à la jambe, autre vue

TA le mouvement demandé est le même que ci-dessus. On peut


y ajouter une flexion plantaire du pied pour mieux percevoir la
contraction.
Le corps musculaire peut être également perçu en arrière du
tendon du muscle long fibulaire. selon les différentes morphologies
rencontrées.
� LA JAMBE / MYO L O G I E

Approche globa le
Fig. 33. Repérage global des muscles tibial antérieur, long extenseur
des orteils et long fibulalre
. est assIs. au bord de la table ,' lesJ"ambes peuvent être croisees l'une
TA Le sUjet
l' t le pied est en position tombante, normalement relache. (Le sUJe. t peu t
!��I:�:�t être placé en décubitus dorsal, le tron� étant relevé- afin. qu'il puisse
avoir un controle visuel sur les mouvements du pied).
La main qui palpe se positionne il l'aide d'une prise polici-digitale à la �arti.e .
supèro-Iatérale du segment jambier, entre la tête de la fibula et la tuberoslte
tibiale.

Fig. 34. Gros plan sur le repérage global décrit ci-dessus

TA Plus précisément : les cinquième et quatrième doigts se plaquent â la partie


antérieure de la tête de la fibula, les troisième et deuxième doigts se positionnent
au bord latéral de la tubérositê latêrale du tibia et juste au-dessous de la crête
oblique du tibia et du tubercule infracondylaire.
la prise globale ainsi positionnêe, le cinquième doigt est en regard du muscle long
fibulaire. le quatrième doigt est en regard du muscle long extenseur des orteils et
les troisième et deuxième doigts sont en regard du muscle tibial antêrieur.
LE G R O U P E M U S C U L A I R E LAT É R A L �

Fig. 35. Repérage de la partie proximale du muscle tibial antérieur

TA À partir de la position de départ décrite dans les figures 33 et 34, demander au


sujet d'amener le pied en adduction, supination et flexion dorsale.
La contraction musculaire est perçue sous les doigts et plus précisément sous les
deuxième et troisième doigts.

Fig. 36. Repérage de la partie proximale du muscle long extenseur des


orteils

TA À partir de la position de départ. décrite dans les figures 33 et 34. demander au


sujet d'amener le pied en abduction, pronation et flexion dorsale.
La contraction musculaire est perçue sous les doigts et plus précisément sous le
quatrieme doigt.
Remarque : Ce muscle n'est pas forcément clairement identifiable â ce niveau. Il
peut être recouvert par un muscle tibial antérieur ou long fibulaire très développé
ou même par ces deux muscles.

Fig. 37. Repérage de la partie proximale du muscle long libulaire

TA Â partir de la position décrite ci-dessus, demander au sujet d'amener le pied


en abduction, pronation et flexion plantaire, qui sont des actions du muscle long
fibulaire.
La mise en tension musculaire est perçue sous les doigts et plus prêcisément sous
les quatrième et cinquième doigts.
"'lIlIIII LA JAMBE / MYOL O G I E

LE GROU PE MUSC U LAIRE POST ÉRI E U R


le plan superficiel est composé par :
• le muscle triceps sUfal constitué par :
- le muscle gastrocnémien médial.
- le muscle gastrocnémien latéral,
- le muscle soléaire.
• le muscle plantaire.

L. plan profond est composé par ,


• le muscle tibial postérieur,

• le muscle long fléchisseur des orteils,

• le muscle long fléchisseur de l'hallux,

• le muscle poplité.

• ACTIONS
•Muscles triceps sUfal et plantaire :
- Flexion plantaire de la cheville.
- Les muscles gastrocnémiens participent faiblement a la flexion du genou et
sont beaucoup moins sollicités dans la flexion plantaire du pied lorsque le
genou est fléchi.
- Le muscle plantaire participe a la même action que celle des muscles
gastrocnémiens (c'est un muscle inconstant et son action est de toute manière
accessoire).
• Muscle tibial postérieur :

- Adduction et supination du pied.


- Ce muscle participe aussi la flexion plantaire du pied.
• Muscle long fléchis seur des
orteils
- Fléchisseur de la troisième phalange sur la deuxiè
me, de la deuxiè me sur la
première et de la première sur le métatarsien
corresponda nt. Cette action
concerne les quatre derni ers orteils.
- Ce muscle participe aussi a la flexion plant
aire de la chevi lle.
• Musc le long fléchisseu
r de l'hallu x , fléch isseu r de la deux ième
phala nge sur la
première et de la première sur le prem
ier métatarsien.
• Musc le poplité , rotat
eur méd ial du segment jamb ier
• INN ERVATI ON S
• Triceps sural , nerftibial (L5, 51,
52)
• Plantaire , nerf tibial (L5, 51, 52)
• Tibial postérieu
r , nerf tibial (LS, 51)
• Long fléchisseur
des orteils , nerf tibia l (L5, 51,
52)
• Long fléchisseur Fig. 38. Vue post érieu re de la jamb
• Poplité , nerf tibi
de l'ha llux , nerf tibia l (L5,51, 52) e
al (L4, L5, 51)
l� m �scle plantaire : distalement le ten 1. Musc le gastr ocném ien médi al
à
don est com mun celui du
triceps sura l ou 2. Musc le gastr ocné mien latér al
3. Muscle soléaire
bien Il peut être distinct.
Re�rque : Pour des raisons
. didactiques, les muscles gas 4. Tendon calcanéen
soleaire et le muscle plantaire sero trocnémiens, le mus cle
nt étudiés dan s cet ordre 5. Muscle plantaire
et sép aré me nt.
LE G R O U P E M U S C U L A I R E POSTÉ R I E U R �

Le p l a n su perficiel
Fig. 39. L e muscle triceps sural et les muscles en rapport

1. Muscle gastrocnémien médial


2. Muscle gastrocnémien latéral
3. Muscle sol é aire
4. Tendon calcanéen
5. Muscle long libulaire
6. Tendon du muscle long libulaire
7. Muscle court libulaire
8. Malléole latérale
9. Face postérieure du calcanéus
10. Tête de la libula
Il. Tendon du muscle biceps fémoral
� LA JAMBE / MYO L O G I E

Fig. 40. V',sual',sation des muscles gastrocnémiens

TA le triceps sural, et en pa rt icu l ier les gastrocnêmien:, peuvent être


particuliërement développes dans la pratique de certains sports, comme le
cyclisme.
WN�UE . _ _
Un gastrocnémien surnuméraire peut provoquer une compression de ,'artere tibiale.

le syndrome de la l og e postérieure
Suite à un traumatisme, une fracture avec une attelle de contention ou un plâtre trop
serré peuvent se compliquer d'un tel syndrome.
.
Hors traumatisme, il faut une sollicitation très intense des muscles de cette loge qUI
contraint le sujet à stopper son effort.
À la palpation, cette loge apparaît tres sensible et tr s tendue. le testing est d fi � t� i re
� � �
et douloureux. le dermatome du nerf tibial est le srege de troubles de la s:�slbrhte. À
tres court terme (quelques heures), la paralysie s'installe et les troubles sensrtlfs dans le
dermatome concerné s'aggravent.

Fig. 41. le muscle gastrocnémien médial (1) à la jambe

TA la prise de main distale permet, par l'intermédiaire de l'avant-bras qui repose


ue e
sur la face plantaire du pied, d'utiliser la techniq d s contracter-relâcher
ct Il

en sollicitant la flexion plantaire de cheville et, par la main qui empaume le


calcanéus, de résister â la flexion de genou ; ces deux actions musculaires etant
celles du muscle concerné. Ce dernier se rec h e rche â la partie postera-médiale de
la jambe, en arrière du muscle soléaire.
Remarque : le corps musculaire du muscle gastrocnémien médial descend plus
bas que celui du muscle gastrocnémien latéra l.

(UNIQUE
Ce muscle peut être désinséré partiellement
ou totalement à l'endroit exact ou se
trouve le pouce du praticien sur la figure ci-contr
e (à la jonction musculo-tendineuse).
Vu précocement, l'encoche est percept
ible sous les doigts du praticien ainsi
douleur perçue par le sujet. Vu plus tardive que la
ment le mollet sera gonflé et tendu rendan
l'examen plus délicat. la technique d'appro t
che décrite ci-dessus exacerbera la douleu
(la pratiquer avec l'étirement du triceps r
sural en flexion dorsale du pied en extens
genou confirmera le diagnostic). ion de
LE G R O U P E M U S C U L A I R E POST � R I E U R �

Fig. 42. Le muscle gastrocnémien médial (1) au genou

TA La technique de mise en tension musculaire est ident ique a celle décrite ci-dessus.
C LINIQ UE
le corps musculaire du gastrocnêmien media l (1) peut être le siège d'une élongation
musculaire. voire d'une rupture de fibres musculaires (déchirure) décelée à la palpation
par une encoche qui est perçue sous les doigts si le sujet est vu precocement. Plus
tardivement l'œdème rendra l'examen plus difficile. À l'anamnèse le sujet décrira une
sensation de " coup de poignard dans le mollet ou tout simplement une sensation
>1

de coup.

• I N S E RTIONS
• Proxlmalement. ce muscle s'attache. entre autres structures, sur la coque condylienne
médiale - quin'est en fait qu'un renforcement de la capsule articulaire du genou à la face
postérieure du condyle médial du fémur -, sur la tubérOSité supracondylalre médiale et
sur la partie voisine de la capsule et de la surface poplitée. Il est donc abordable il la partie
médiale du creux poplité. puisqu'il en constitue le bord mféra-médial.
• DistalemenL le muscle s'insère avec les muscl e s soléaire et gastrocnémien l a téral sur la
face postérieure du caicanéus par l'intermédiaire du tendon calcanéen .

Fig. 43. Le muscle gastrocnémien latéral (1) à la jambe

TA La aussi, la prise de main distale permet, par l'intermédiaire de la main qui


empaume le talon et de l'avant-bras qui repose sur la face plantaire du pied. de
résister, a la fois, a la flexion plantaire de la cheville et à la flexion de genou. (es
deux actions musculaires combinées font saillir le muscle recherché.
Il est toujours utile de recourir à des contracter-relâcher » pour bien percevoir la
Il

tension musculaire.
CLINIQUE
Ce muscle peut aussi être désinsére (partiellement ou totalement) il l'endroit précis
où se trouvent l'index et le majeur du praticien sur la figure ci-contre (à la jonction
musculo-tendineuse). Sous les doigts du praticien, la douleur est perçue par le sujet. Vu
plus tardivement, le mollet sera gonfle et tendu, rendant l'examen plus difficile.
� LA JAMBE / MYO L O G I E

Fig. 44. Le muscle gastrocné mien latéral (1) au genou et le muscle


plantair e (2)

TA la technique de mise en tension musculaire est identique à ce l le décrite


précédemment. anatomie
la partie proximale du muscle est une région remarquable enpoplitée.
palpatoire, car elle constitue le bord infére-Iateral de l a fosse Cette
extrémité musculaire proximale est bordée du coté médial par le muscle plantaire
situe dans un plan plus profond.
Remarque : le corps musculaire du muscle poplité, situé a la partie proximale et
postérieure de la jambe. est abordé de manière indirecte à travers la masse des
muscles gastrocnémiens (palpation non illustrée). la prudence est de rigueur
lorsque J'on palpe cette région en profondeur, en raison de la présence du nerf tibial.
CLINIQUE
le corps musculaire (1) peut également être atteint par une lésion mustulai re
(élongation, déchirure) mais cela est beaucoup moi ns fréquent que la lésion d u
gastrocnémien médial.

• INSERTIONS
• Proximalement. le muscle gastrocnémlen latéral s'attache, comme son homologue
du côté médial. sur la coque condylienne lateraJe de la capsule articulaire - qui est un
â
renforcement capsulaire la face postérieure du condyle latéral du fémur -, sur la tubérOSité
supracondylalre latérale et sur la partie voisine de la capsule et de la surface poplitée,
• Di sta lem�n,t . le muscle s'in sère avec les muscles soléaire et gastrocnémien latéral sur la
face posterieure du calcaneus ,
par l'I ntermédiaire du tendon calcanéen,
• le muscle p� � Ii �é s'i nsère p roximalement dans la fossette poplitée située juste en
,
1 ,
des sous de eplcondyle lateral du fémur et distalement sur le tibia au-dessus de la ligne
'
oblique du soléaire,

Fig. 45. L e muscle soléaire

TA Visua lisation du muscle soléaire, cheffibulaire dans toute


sa longueur
LE G R O U P E M U S C U LAIRE POST É R I E U R �

Fig. 46. Le muscle soléaire, chef nbulaire dans sa partie distale

TA La partie la plus distale du chef tibulaire du muscle soléaire se


situe au-dessus du muscle court fibulaire (2) et en arrière du tendon
du muscle long Ftbulaire (3). La main distale empaume le talon,
l'avant-bras se plaque à la face plantaire du pied pour résister a la
flexion plantaire. La technique du contracter-relâcher ,) est idéale
«

pour bien percevoir le chef musculaire. Il faut le rechercher le long


de la fibula entre le muscle gastrocnémien lateral (1), qui se situe
en arrière, et les muscles court et long fibulaires, qui se situent en
avant.
• INSERTIONS
le cheffibulalre d u muscle soléaire est l a partie d u corps musculaire qUI
s'attachesur la fibula (face postérieure de la tete et d u 1/4 proximal de la
diaphyse). ! !
s'étend beaucoup plus largement â la face latérale du segment
Jambier que ne le fait le chef tibial du côté médial.

Fig. 47. Le muscle soléaire, chef nbulaire dans sa partie


proximale

TA La partie moyenne et proximale du chef fibulaire du muscle


soleaire (4) se situe en arrière du muscle long fibulaire (3) et en
avant du muscle gastrocnemien lateral (1).
• INSERTIONS
les deux lames tendineuses provenant des chefs tibial et fibulalre
fusionnent en une seule lame d'ou partent de ses faces postérieure
et antérieure des fibres musculaires (la lame tendineuse étant de ce
fait comprise â l'intérieur du muscle, elle porte le nom de faSCia intra­
musculaire). La lame tendineuse du soléaire s'unit a celle des muscles
gastrocnémlens et vient se fixer a la face postérieure du calcanéus par
l'intermédiaire du tendon calcanéen.

Fig. 48. Le muscle soléaire, cheftibial

TA La main distale empaume le calcanéus ; l'avant-bras se plaque


sur la face plantaire du pied pour résister â la flexion plantaire de la
cheville.
la technique des ( contracter-relâcher est idéale pour bien
)1

percevoir le chef musculaire. Il faut le rechercher le long du bord


médial du tibia jusqu'au 1/3 moyen de cet os, en avant du muscle
gastrocnémien médial.
• INSERTIONS
Le chef tibial - qUI es t l a partie du corps musculaire qUi s'at tache sur la
levre Inféneure de la mo t e Infera-médiale de la ligne oblique, et sur le
i i
1/3 moyen d u bord médial du t b i a -, s'étend beaucoup mOins la/gement
a la face media le du seg m en t j ambier que ne le fait le chef fibulalre du
i

côte latéral
� LA JAMBE / MYO L O G I E

Fig. 49. Muscle soléaire, autre vue

TA Visualisation du chef tibial du soleaire dans toute sa longueu r


L Chef tibial du soléaire
2. Musc e gastrocnémien médial
l

Fig. 50. Tendon caleanéen


TA la main distale empaume le talon, et ravant-bras repose sur la face plantaire
du pied, ce qui permet de faire varier a volonté le degré de tension du tendon.
CeUe mise en tension peut s'effectuer de deux manieres :
·soit en exerçant une pression sur la face plantaire du pied, ce qui a pour effet
d'amener ce dernier en flexion dorsale et, donc, d'étirer le tendon ;
• soit en utilisant la technique des « (ontracter-rel�kher au niveau de la flexion
»

plantaire du pied.
Remarque : Une fois repéré, l'abord du tendon peut également être réalise en
position relâchee et sur ses trois faces (postérieure. anterieure et latérale). Il est le
plus volumineux de tous les tendons de l'organisme.
(UNIQUE

Voir chapitre la cheville et le pied (fig. 128 et 129).

• INSERTIONS

l e te �don (�lca neen resulte d e la réunion des muscles gastrocnémlens et du muscle


. .
soleaire. Il s Insere, en bas, sur la moitié inférieure de la face postérieure du calcanéus.
LE G R O U P E M U S C U L A I R E POST É R I E U R �

Fig. 51. Le muscle plantaire dans la fosse poplitée

TA Placé en avant du muscle gastrocnémien latéral qu'jl longe en dedans, il est


inconstant et difficilement atteignable ou alors proximalement dans la fosse
poplitee.
la main distale empaume le talon, et l'avant-bras se plaque à la face plantaire du
pied, ce qui permet de résister simultanement à la flexion plantaire du pied el à la
flexion du genou.
La perception de la contraction de ce muscle dépend de la morphologie du
sujet. Le muscle peut être perçu dans la fosse poplitee en dedans du muscle
gastrocnémien latéral.
Remarque : Le chiffre (1) signale davantage le trajet de ce muscle que le muscle
lui-même car il est situé en profondeur.
CLINIQUE
Ce muscle peut être également désinséré ou être le siege d'une déchirure musculaire.
Son i nvestigation c li nique est identique ce qui est décrit pour les muscles
à
gast rocn m ie ns.
é

• INSERTIONS
• En hau t i l s'insère sur l e condyle latéral correspondant, au·dessus et en dedans du chef
,

latéral du muscle gastrocném ien .

• En bas, il se fixe en dedans du tendon calcanéen, sur la face postérieure du calcanêus.


"'IIIIII LA JAM BE / MYO LOGI E

Le pla n profon d
F·Ig. 52. Le muscle tibial postérieur e t les muscles en rapport
(vue médiale)

1. Tendon du muscle tibial postérieu r . . r


2. Corps musculaire du muscle tibial posteneu
TA Remarque : Se reporter a la figure 56, pour visualiser les
rapports que cette structure entre�ien� ave� I�s deux autres
tendons de la gouttière rétro-malleolalre medl.ale et appartenant
également aux muscles du plan pro�ond de la Jambe :
• le muscle long fléchisseur des orteils.
• le muscle long fléchisseur de l'hallux.

Fig. 53. Le tendon du muscle tibial postérieur entre


la tubérosité de l os naviculaire et la malléole médiale
'

TA la main distale guide et/ou s'oppose à une adduction du pied,


celui-ci étant préalablement positionné en flexion plantaire.
tendon est perçu entre les deux structures citées ci-dessus . Illepeut
être utile dans certains cas de repérer préalablement la tubérosité
de l'os naviculaire (voir le chapitre La cheville et le pied).
CLINIQUE
Une rupture de ce tendon est possible à ce niveau
: la rupture est
palpable sous les doigts sous forme d'encoche sur
le trajet du tendon.
l'obésité associée â un pied plat valgus favoris
e cette affection chez le
joggeu r, l'hyperpronation du pied en est la cause
principale.
LE G R O U P E M U S C U L A I R E POSH R I E U R ,..

Fig. 54. Le tendon du muscle tibial postérie u r il la cheville

TA La main distale guide et/ou s'oppose à une adduction du pied,


préalablement positionné en flexion plantaire. le tendon apparait
en arrière de la malléole médiale. Il est perçu comme un cordon
cylindrique tres du r sous les doigts.
« Il

CLINIQUE
Il peu t être atteint à ce n i vea u pa r un eté nosyn ovite ou par une luxation,
passant de ce fait en avant de la malléole m édia le .

• INSERTIONS
• Proximalement, le tibial posterie u r s i nsè re
' :

- sur les 2/3 superieurs de la face postérieure du tibia, en dehors d'une


crête le séparant du long fléchisseur des orteils ;
- sur les 2/3 supérieurs de la face médiale de la fibula. en arrière de la
crête interosseuse.
• Distalement le muscle s'insere sur tous les os du tarse sauf le talus, et sur
tous les métatarSiens sauf les deux extrêmes.

Fig. 55. Le tendon et le corps musculaire du muscle tibial postérieur


il la jambe

TA Le segment jambier repose sur sa partie latérale. Pour bien percevoir


la contraction musculaire. il suffit de déplacer la prise pulpaire le long du
bord médial du tibia (1). Elle est mieux perçue si l'on utilise la technique des
cccontracter-relacher Il. À partir d'un positionnement initial du pied en flexion
plantaire, il est demandé au sujet des adductions répétées auxquelles on oppose
une résistance. Le corps musculaire qui fait suite au tendon (2) du muscle tibial
postérieur se place en avant du muscle long fléchisseur des orteils jusqu'â l'arcade
de ce dernier qui se fixe sur le tibia à une dizaine de centimètres environ au-dessus
de la malléole médiale. Après être passé au-dessous de cette arcade, le corps
musculaire se situe en dehors de celui du muscle long fléchisseur des orteils. À
ce niveau, il n'est pas abordable directement. !! est alors recouvert par le muscle
triceps sural.
CLINIQUE
En cas de déchirure de ce muscle, la palpation révèle une zone sensible des structures
molles près du bord médial du tibia. Cette douleur est aggravée par le testing de ce
muscle (inversion en flexion plantaire du pied contre résistance) qui est douloureux et
déficitaire. De même, l'étirement (mouvement inversé par rapport à son action testée)
sera douloureux.
LA JAMBE / M YO L O G I E

et les muscl es
Fig. 56. le muscle long fléchis seur des orteils
en rapport (vue média le)

1. Muscle tibia l postérieur


2. Muscle long flêchisseur des orteils
3. Muscle long fléchisseur de l'hallux
4. Tendon calcanéen

Fig. 57. les tendons du muscle long fléchisseur des orteils à la plante du pied

TA La main distale guide et/ou s'oppose légèrement â des flexions alternées et


rapides des doigts de pied, la cheville étant préalablement placée en position
à
neutre. l'autre main se plaque la face plantaire du pied en empaumant le bord
latéral de ce dernier. la prise est large pour bien percevoir la contraction. les
tendons eux-mêmes ne peuvent être perçus directement sous les doigts car ils
sont recouverts par ceux du muscle court fléchisseur des orteils.
Remargue : la contraction musculaire concernant ces deux muscles sera
beaucoup mieux perçue sous les doigts si l'on place préalablement les premieres
phalanges des orteils en hyper-extension.
LE G R O U P E M U S C U L A I R E POST É R I E U R �

Fig. 58. Le muscle long fléchisseur des orteils dans la gouttière


rétro-malléolaire médiale

TA le sujet execute des flexions alternées et rapides des orteils, le


pied reposant sur le talon ou sur son bord latéral.
Le tendon est perçu aux abords de la malléole médiale, en arrière
du tendon du muscle tibial postérieur.
• INSERTIONS
• Proximalement, ce muscle s'Insere :
- sur la partie médiale de la levre Inférieure de la ligne oblique du tibia .
- sur le 1/3 moyen de la face posterieure du tibia. en dedans d'une crête
longitudinale qUI le sépare du tibial posterieur.
• Distalement. 1I s'attache sur la base de la tfOlsieme phalange des orteils
lI à V

Fig. 59. Le corps musculaire du muscle long fléchisseur


des orteils du tiers inférieur de la jambe

TA Le segment jambier repose sur


sa partie latérale ; la cheville est
e
placée en position r lâché . e
le
l'index désigne corps musculaire qui se situe en arrière du muscle
us u
tibial postérieur j q . l'arcade formée par le muscle dont il est
'

question, et qui se fixe sur le tibia à une dizaine de centimètres


environ au-dessus de la malléole médiale. Au-delà de cette arcade,
le corps musculaire se place en dedans de celui du muscle tibial
postérieur et en avant de la partie médiale (ou tibiale du muscle
s a
olé ire).
La contraction musculaire est mieux perçue si l'on utilise la
technique des contracter-relâcher ». 11 est demandé au sujet
Il

d'exécuter rapidement des flexions répétées des orteils.


� LA JAMBE / MYOL O G I E

Fig. 60. Le muscle long fléchisseur de l'hallux

TA Remarque : Se reporter a la figure 56 pour visualiser les


rapports que cette structure entre� ien t ave� I� s deux autres
.
tendons de la gouttière rétro-malleolalfe media le et appartenant
également aux muscles d u plan pro:on d de la jambe �Ie muscle
.
tibial postérieur et le muscle long flechisseur des ortei ls).

1. Tendon du muscle tibial postérieur


2. Tendon du muscle long fléchisseur de l'hallux dans son
passage rétro-lalaire (entre les tubercules posléro-médial
et postéra-latéral)

Fig. 61. Le muscle long fléchisseur de l' hallux à la face


plantaire du pied

TA la main distale guide et/ou s'oppose légèrement à des flexions


alternées et rapides du gros orteil, la cheville étant préalablement
placée en position neutre et le pied reposant sur le talon ou sur son
bord latéral.
L'autre main se plaque â la face plantaire du premier métatarsien à
l'aide d'une large prise pour mieux percevoir la contraction. Cette
dernière permet une meilleure approche du tendon qui se présente
un peu comme une corde sous les doigts.
�ue : Cette structure tendineuse sera beaucoup mieux
perçue si l'on place préalablement la première phalange du gros
orteil en hyper-extension. la deuxième phalange peut être laissée
libre de toute résistance pour mieux percevoir le tendon.
LE GROU PE MU SCULAI RE PO ST É RIEUR �

Fig. 62. Le muscle long fléchisseur de l'hallux dans son passage


rétro-talaire

TA La main distale guide et/ou s'oppose à des flexions alternées


pi la he ill
et ra des du gros orleil. c v e étant préalablement placée
p si i
en o t on neutre et segmentle jambier reposant sur sa partie
p s ro I al
o té - atér e .
Le muscle est perçu entre les tubercules posté ra-latéral et postero ­
médial et en arrière du tendon du muscle long fléchisseur des
orteils.
• I NSERTIONS
• Proximalement. c e muscte s'insere les 3/4 nf eu s de l a face
sur I ën r
postérieure de la fibu l a
.
• Distalement il s'insère sur la base de la deuxleme phalange de l'hallux,
après être passê entre les deux os sesamoldes de l'articulation
metatarso-pha la nglen ne.

Fig. 63. Le muscle long fléchisseur de l'hallux : approche


médiale

TA Cette figure permet simplement de mieux visualiser le corps


musculaire (désigné par les deux premiers doigts), et qui se situe en
arrière du muscle long fléchisseur des orteils et à la partie médiale
du tendon calcanéen.
la contraction est mieux perçue si l'on demande au sujet
d'exécuter des flexions répétées et rapides de I·hallux. dans la
gouttière rétro-malléolaire médiale, entre la malléole médiale et le
tendon calcanéen.

Fig. 64. Approche latérale du muscle long fléchisseur de l'hallux

TA Le corps musculaire du muscle long fléchisseur de l'hallux est


aussi palpable en dehors du tendon ca lcanéen .
LA IAMBE / MYOL O G I E

Fig. 65. Tendon du muscle poplité

TA Une main résIste a la flexion de genou. l'autre se place en amere


du ligament collateral fibulaÎre.
le tendon recherche est perçu juste en amere de cette dern.ere
structure - cette perception n'est pas éVidente chez tous les sUJets.
Elle peut de plus être parasitée ,) par la contraction du muscle
<f

gastrocnémien latéra l.

Fig. 66. Insertion d u muscle poplité

TA yinsertion de ce tendon peut également se palper dans le sillon


lateral du condyle fémoral latéral.
le sillon d u condyle latéral

11 b ?rde en bas la face latérale, rugueuse sous les doigts, du condyle


lateral le long de sa limite inférieure. la profondeur de ce sillon est
beaucoup plus marquée en arrière qu'en avant.
, . -
LA CHEV ILLE ET LE PIED / OSTÉ O LOG I E

OSTÉOLOGIE
Os du pied (vue laterale)
n l ti
1 - ligame t ta o - bulal e r postérieur liga men t coboldo-n.wiculalre dOlsal
"1 - ligament talo-calcanêen posterieu r
1<1
1S
c uneo·cuboldlen dorsal
Os cubolde
) - ligament calcanM-fibulaire 16 ligament
l' fibulalre
igament (dkan�o-fibulaire
4 · Tubercule d'insertion 1 7 Muscle
du l 18 - V" métatarSien
5 - Tendon ca!canéen 1 9 - Surface articulaire malléolaire fibulalf'e
19
6 - Muscle abducteur du V 20 - lIgament talo-cakanéen Interosseu�
2. 7 - Rêtinaculum Inférieur des muscles fibul.'lIfes 21 - ligaments Inter-cunêlformes dorsau�
"
12
8 - Trochlée fibulaire 22 - ligament blfurqu�

23 9 - lIgament talo-fibulahe anteneur 23 - Os naViculaire


10 - ligament cakanêo-cuboldlen plantaire 24 - ligaments cunêo-navlculalres dor!;itu�
1 t - Muscles couns extenseurs des onells 25 - Os cunèforme médial
et de l'hallux 26 - Os cun�lforme Intermediaire
t .2 - ligament (dlcaneo-cubordien dorsal 27 - Os cunèforme latéral
1 ] - Muscle coun fibulaire

7 8 9 1011 121314151617 18

18
17
16

15

10 1 1 9 1 2 13 14
Os du pied (yue méd iale)

1 - Muscle tibial antérieur


10 - Ligament cakanéo-cuboïdien
2 - Os naviculaire plantaire

3 - L gament calcanéo-navkula
ire plantaire
1 1 - ligament tibio-calcanêen
1 2 - Muscle carré plantaire
5 - Ugament tibio-talair
4 - ltgament tibia-navicu
laire
1 3 - Muscle abducteur de l'hallux
e antérieur
6 - Ligament talo-ca1canéen
14 - Aponévrose plantaire
médial 1 5 - Tendon calcanêen
7 - ... métatarsien
8 - Os cunéiforme médi
16 - ligament talo-calcanée
n postérieur
al
9 - Muscle tibial postérieur 1 7 - Ligament tibio-talalre postér
ieur
1 8 - Surface articulaire malléo
laire tibiale
OSHOLOG I E

Os d u pied (vue plantaire)


2
1 Tendon calcanéen
-
15
2 Aponévrose plantaire
-
3 13
3 - Muscle abducteur d e l'hallux
4 - Muscle carré plantaire 16
4
5 Muscle tibial postérieur
-

6 - Ligament calcanéo naviculaire plantaire


5
7 Muscle court fléchisseur du l'hallux
-

8 - Muscle tibial antérieur 6


9 - Muscle long fibulaire 17
1 0 - Muscle adducteur d e l'hallux 5
1 1 Muscles i nterosseux dorsaux
-
16
12 - O s sésamoïde 18
19
13 - Muscle court fléchisseur des orteils
7
1 4 - Muscle long fléchisseur de l'hallux 20
1 5 - Muscle abducteur du V 8
1 6 - Ligament plantaire long 9
1 7 - Ligament calcanéo-cuboïdien plantaire 10
1 8 Muscle opposant d u V
-
11
1 9 - Muscle court fibulaire
20 - Muscle court fléchisseur du V
21 - Muscle long fléchisseur des orteils
la
12
3 13
10
13

14 21
LA CHEV illE ET LE PIED / O S T É O LO G I E

"
IS
" 10
la 1 1 1 2 1 3
Il
II "
1 • Tendon uk.néen 9 - s.lIon calcané(on
2 · MUs<le .Jbducttur du V 10 - llgamenl calcaneo-fibulalfe
9 -Tendon calca�
J - Surfact a,flcula" . tal'llft post!fleu.e II
1 · So.riiKe ..rticl,l�lte �le .nl�
2 ·Surf.ce utJCw'fe tOIjj� rTIO)'f'nI'W 1 0 - M� CMTe pl.!nLl;'f
Tube<cule d Insertion

)- Ugoiment Ijboo-ab� I I - � pl.lnt.l"t 4 - Surfilet ilfflculal.e loiIla,re moyenne du IIg<llmenl ulc<llnéQ·fibulalre

<4 • MuKW l'bu! posléritur


S - Ligilml"fll t.lo-ukanéen Inle'O'i\.eUll 12 - Réllnaculum Inféfie'ur
1 2 - MII5oCI.! abdtKte'U' de fh.lllu�
S · �ment � ..IcJ'" médI..t 13 -li9amenl Cilkafllêo.cubood� pI.iI"lollrt
6 · Rostrum (gfan� apoph�l des mu�des fibul<llires

6- l.icpmenl ",Io-<"néornll'll�l \4 - Surf.Kf' articulai.t cubood�� 7 · ligament blfurqut! 1 1 - lfochlée fibul<lllrE'

, - SurfKf Jniruli" f aI.ite post�ute 15 -l.Jgarnem cakanêo-rwviculatl't plantaire 8 - Muscle!. couru extenseurs de<; orteils

8 . �menl lilo-ulai� postb>e\.!, 1 6 · Roslrum (grande .�)


el Ge l"hallux

1 - MU$CIe ..bductfta' � thatlu. 1 - MUK� (oum eXIM\.e\Jf!


2 -Tubm:ulf. mfdiII
des orteils et de l'hallux
de li tubbos.n� � " 2 - ligamem blfurq�
3 - MlIKit arrt piM!u..'f
1 - ROSlfum ( grande <llpophyse)
.. . 5c.Isltn\KuIum u/i
" 4 - Tubb01llé du uk<llnéus
S - MUKJe. tibwil postbiNr
" 5 - Surface <IIrtKut.llrE' t.Jlalre postkieu,e
6 - �menl �uIoIjlfpl"'aIrt
7- s..n� �
6 - Sunenlaculum 1<1111 (petite apophyse)

8 - � pa,r,Qire
7 - Lig<IIfl'IMt t.J1o-c<llkanéen intercxs.eux

9 . Musde cOUl1 I\k1ws� � ontits


8 - Sillon c.ak<llnéen

IO-� ,bductl'\lf cfuV 9 - Surface <IInkul<lllle Ulaire ITIO)'erlrw


I l •Tubercule l.I!b.tl de iii fU�l� 10 - SurfoKe <IIrll(ulalre t.J1'II'e antérieure

"""""""
12 - lig.men\ pIInUII' long
13 -lJ9ament
13
akirW!o-<uboidien plantilre
"
1 4 - Tu�ule ak•.., ant�ur "
LE BORD LAHRAL

LE BORD LATÉRAL

Fig. 3. La face latérale de l a cheville et d u pied

Les structures osseuses accessibles à la palpation sont : - la grande apophyse,


• l e ci n quiè m e métatarsien : - la face articulaire cuboïdienne,
- la tête. - le sinus du tarse,
- la face latérale du corps. - la trochlée 1ibulaire,
- le bord inférieur du corps. - le tubercule d'insertion du l igament calcanéo-1ibulaire,
- la base du cinquième métatarsien et les autres os d u - la partie postérieure de la face latérale,
bord latéral du pied, repérage à l'aide d'une approche - la face supérieure : la partie latérale du segment
globale du bord latéral du pied, postérieur.
- la tubérosité du cinquième métatarsien. • letalus :
• le cuboïde : - la face latérale d u col,
- le bord latéral, - le processus latéral.
- la face dorsale, • la malléole latérale :
- la face plantaire. - le bord antérieur,
• le calcanéus : - le sommet,
- la face latérale, - le bord postérieur.
OSTÉOLOGIE
� LA CHE VIL LE ET LE PIED
/

Le cin quième mé tat ars ien


Fig. 4. La tête du cinquième métatarsien

TA ri suffit d'amener le c i n q u i è m e o rteil e n flexion plantaire


pour que la tête (1) d u cinquieme métatarsien apparaisse à la
partie dorsa l e du bord latéral du pied. Cette mise en évidence
permet également d e localiser l'a r ticulat io n m étata rso ­
phalangienne.

Fig. 5. La face latérale d u corps d u cinquième métatarsien

TA Directement sous·cutanée, i l n'y a aucune difficulté à la


parcourir ; elle se situe juste au-dessus du muscle abducteur du
petit orteil.

Fig. 6. Le bord i �férieur du corps du cinquième


.
metatarSlen

;A le b?rd inférieur du corps


: une c�urbure �.concavité plantaireà l'index sous
se présente �( l. la

��a gure CI-contre,


e que l'on perçoit bien.
S r 1 Index écarte muscle abducteur
le
du Petit � rteil pour être au contact de la structure osseuse
rec h erchee.
LE BORD LAT É R A L �

Fig. 7. Repérage " global .. des os du bord latéral du pied

TA le pied est normalement relâché, reposant sur une table


ou sur le genou du therapeute. La main proximale vient se placer
au cou-de-pied en se fermant doucement sur le bord latéral
du pied ; le bord latéral de l'auriculaire étant plaqué contre
la malléole latérale.
Ce dernier est au contact du col du talus (faces dorsale et
latérale), du plancher du sinus du tarse et de l'angle antéro­
su péro-Iatéral (grande apophyse) du calcanéus. l'annulaire
est en regard d u cuboïde. Le majeur est posé sur la base
du cinquième métatarsien.

Fig. 8. La tubérosité du cinquième métatarsien

TA Articulé par son


extrémité postérieure au cuboïde, le cinquième
métatarsien a la particularité de présenter en ar r i ère, en
bas et en
dehors de sa base u n tubercule proéminent, qui est la structure
osseuse recherchée sur laquelle s'attache le tendon du muscle
court tibulaire. Cette apophyse surplombe partiellement en arrière
le bord latéral du cuboïde.

CLINIQUE
Cette structure peut faire l'objet d'une fracture " arrachement · (par
traction du court fibulaire) lors d'une torsion du pied en inversion et
fle)(ion plantaire.
Le cuboïde
Fig. 9. le bord latéral du cuboïde

'�
. postéri eure
TA le cuboïde est la struct ure osseus e qUI
SUI·t ·tmme·d ·l a tem ent . à la partie
.
q
_ . .

apophy se une fOIS �eperee ,


sion qui suit c e promo � to"e a u b o r 1
.
d ed le tubercu le du c i n ui è m e métata rsÎen. Cette
s f d � laisser g l i ss er ses doigts dans l a dépres
� �;
latéral du pied. pour se trouver au contact d'un bord, d'une arete qUI n est autre que a
structu re recher chée. "
longe ce bord en gene
e a gue : le tendon du muscle court tibulaire qui
l'investigation s'il n 'est pas relàché .

ClINIQUE
le cuboïde peut être subluxé : dans ce cas tes mouvements passifs de pronation et de
.
� .
� � �
supination de l'avant-pied seront douloureux. la p lpatjon-p essl n re(he (he une doul eur
,
au niveau des quatre interlignes l'unissant aux cmq os qUI le CIrconsCrIvent (calcaneus,
naviculaire, cunéiforme latéral, métatarsiens IV et V.)

Fig. 10. la face dorsale du cuboïde

TA les deux structures osseuses remarquables, pour bien se positionner sur cette
face, sont :
• la tubérosité du cinquième métatarsien, déjà repéré,
' Ia grande apophyse du calcanéus.
Ces deux structures osseuses étant les limites antérieure et postérieure de la structure
recherchée, elle se situe forcément entre les deux.
À partir du bord latéral du cuboïde repéré (fig. ci-dessus) oû le pouce aura eté placé,
il suffira de déplacer légèrement ce dernier vers la face dorsale du pied pour être au
contact de la structure osseuse dont il est question.
1Il.Iil!oi:il Rugueuse, inclinée en bas et en dehors, elle est directement sous-cutanee
et ne présente aucune difficulté d'investigation. le tendon du muscle court fibulaire la
borde en dehors et le muscle court extenseur des orteils la recouvre partiellement.

Fig. 11. La face plantaire du cuboïde

TA Après avoir repéré le tubercule du cinquième métatarsien et la


grande apophyse du calcaneus, i l suffit après avoir placé le pouce entre
les deux structures précédemment citees, d e contourner le bord latéral
du pied
et donc le bord latéral du cuboïde pour se placer à raide du pouce à la
face plantaire de cet os.
LE B O R D LAHR AL ,.

Le ca lca néus
Fig, 12, La face latérale du calcanéus

TA L'avant-pied est placé en adduction et en légère supination, de


manière à faire saillir la face antérieure articulaire du calcanéus et à
la découvrir » partiellement.
u

Placer le pouce sur cette face et placer l'index sur la face


postérieure du calcanéu5 pour bien prendre conscience de la
dimension de cet os au sein des os du pied.

Fig, 13, la grande apophyse (ou rostrum) du calcanéus

TA Cette apophyse correspond il l'angle antéro-supérieur latéral du


calcaneum. Elle dêlimite en arrière l'interligne calcanêo-cuboïdien
latéral. L'avant'pied placé en supination en facilite l'accès, Elle peut
être très proéminente chez certains sujets comme (est le cas sur la
figure ci-contre.
Remarg ue L'intérêt de repérer cet angle est notable, car il permet
'

de dêlimiter de façon claire la dimension du calcanêus. forCt�;ment


variable d'un sujet à l'autre.

Fig, 14, la face cuboïdienne plantaire antérieure


du caicanéus

TA Pour que la partie supéro-antéro-Iatérale de cette facette '


se découvre, il suffit le plus souvent de demander au sujet une
adduction et une supination de j'avant-pied placé en légère
flexion.
Si cela ne suffit pas. il est possible de réaliser la manœuvre de
manière passive : bloquer le calcanéus à l'aide d'une main et de
l'autre main, amener l'avant-pied en adduction, supination et
lêgère flexion plantaire.
� LA CHEV ILLE fT LE PIED / OSTÉ O L O G I E

Fig. 15. le sinus du tarse

Rappel anatomique

le sinus du tarse est forme- par J'emboitement du calcanéus et d u


talus. Cest un canal qui s'éla rgit progressivement d e dedans en
dehors et d'arrière en avant. Il a pour " plancher le calcanéus,
Il

et pour toit " le talus et plus p récisément le sillon du talus.


H

la superposition de ces deux sillons forme un conduit que


l'on appelle le sinus du tarse. Ce n'est donc pas le sinus qui est
accessible, mais son pla ncher, et à l'endroit précis où il débouche
à la face supérieure du calcanéus au niveau d u segment
antérieur.
Remarque : la partie postérieure du sinus du tarse est occupée
par les deux faisceaux d u ligament talo-calcanéen interosseux.

TA le pied étant placé en position neutre, placer préalablement


l'index sur le bord a ntérieur de la malléole latérale. En avançant
légèrement ce dernier en direction de la plante d u pied, la
structure recherchée se présente sous la pulpe d u doigt sous la
forme d'une dépression. le muscle court extenseur des orteils
peut être une gêne à rapproche de la structure recherchée (il
faut donc veiller à ce qu'il soit relâché ou écarté). Le tendon du
muscle long extenseur des orteils ainsi que la partie latérale du
col du talus se situent en dedans .

Fig. 16. la trochlée fibulaire

TA C'est une saillie os euse située à un traver


� s de doigt environ
au-dess�us de la malleole latérale. la trochl
ée fibulaire sépare
la go��tlere
.
du muscle long fibula ire (qui est sous-jacente
) de la
gouttlere du muscle court fibulaire (qui
est sus-jacente).
Cette structure est inconstante.
LE BORD LAT É R A L �

Fig. 17. Le tubercule d ' insertion du ligament calcanéo­


tibulaire

TA Il n'est pas toujours tres bien différencié. Il donne attache au


ligament calcanéo-fibulaire (1) (anciennement appelé ligament
péronéo-calcanéen ou faisceau moyen du ligament latéral
externe). Ce tubercule se situe en arrière de la trochlée fibulaire (2)
à un travers de doigt environ au-dessus et en arrière d'elle et à
u n travers de doigt en dessous de l'interligne articulaire talo­
calcanéen latéral, le pied étant place en position neutre.
Remarque : Le tubercule est inconstant. En cas d'absence, le
ligament calcanéo-tibulaire s'insère directement sur la face latérale
du calcanéus.

Fig. 18. La partie postérieure de la face latérale


du caieanéus

TA Elle se p résente plane et rugueuse sous les doigts sur


pratiquement toute l'étendue de la face laterale du calcaneus qui
est directement sous-cutanee. Sur la ligure ci-contre, la prise est
legèrement en retrait pour laisser visible le plus largement possible
la structure osseuse en question.

CLINIQUE
Une douleur â la palpation de la partie postéro-inférieure de la face
latérale du calcanéus doit faire penser â une apophysite calcanéenne
que l'on peut retrouver chez l'enfant.

Fig. 19. La partie supérieure et latérale du segment


postérieur (dôme caieanéen) du calcanéus

TA Sur la figure ci-contre, J'index repose sur la structure osseuse


énoncée fig. 18 ; en arrière du talus et en dehors du tendon
calcanéen.
/ OSTÉOLOGIE
� LA CHE VIL LE ET LE PIED

Le talus
Fig. 20. la face latérale du col du talus

TA Au départ, le pi e d est placé en po: ition n� utre. l'index se


place s u r le bord an térieur de la malleole la ter� le. En avançant
légèrement ce dernier en ava n t et en dedans, I l se trou : e en
regard de la structure recherchée. Il suffi � de ba� culer 1 ava nt-pied
,
en légère s upin a tion pour que l a face laterale SOIt encore plus
accessible.

Fig. 21. le processus latéral du talus (1)

TA Une mise en inversion du pied permettra de mÎeux le percevoir


afin de le dégager de la malleole laterale.

CUNIQUE
Ce processus peut être fracturé au cours de traumatismes, notamment
lors de la pratique de certains sports .. d'hiver . (ski, 5urf des neiges,
etc..). Une fracture sans traumatisme est également possible sur cette
structure. la palpation-pression qui est douloureuse permet d'en
évoquer la possibilité.

• INSERTIONS
Ce processus sur lequel s'insère le l igament talo-calcanéen latéral
est situé
juste au-dessus de l'interligne articulaire talo-calcanéen latéra
l.
LE B O R D LAT É R A L "

La m a l léole l atéral e
Fig. 2 2 . Le bord antérieur d e l a malléole latérale

TA Dans sa partie la plus ,( haute " ou proximale, il donne


attache au ligament tibio-fibulai re antérieur et dans sa partie
la plus basse ou distale, il donne attache au ligament tala­
1( Il

tibulaire antérieur et au ligament calcaneo-ftbulaire.

ClINIQUE
Dans le cas d'une entorse ou d'un étirement du ligament tala­
â la palpation-pression. I l
fibulaire antérieur, ce bord sera sensible
faut aussi penser »
â une éventuelle fracture a rrach ement d'une
partie de ce bord à raide d'une palpation-pression qui déclenchera
«

une douleur exquise.

Fig. 23. le sommet de la malléole latérale

TA Ce sommet a la particularité de présenter,juste en avant de


son point le plus saillant, une échancrure où vient s'implanter
en partie le ligament calcanëo·tlbulaire, l'autre partie de ce
ligament étant situee sur la partie la plus « basse « (distale) du
bord antérieur.
C'est donc un point de repère important pour localiser les
insertions tlbulaires de ce ligament.

CLINIQUE
Dans le cas d'une entorse du ligament calcanêo·fibulaire, cette
structure sera douloureuse à la palpation·pression.

Fig. 24. Le bord postérieur de la malléole latérale

TA Il faut simplement veiller à ce que les muscles long fibulaire


et court fibulaire soient relâchés ou écartés pour éviter que leurs
tendons, qui passent en arrière de ce bord, n'en gênent l'accès.
Remarque : Ce bord donne attache au ligament tibio·fibulair�
postérieur mais aussi au ligament talo·fibulaire postérieur.

CLINIQUE
Si la palpation·pression de ce bord est sensible, il faut penser â une
lêsion êventuelle des structures ligamentaires s'y insérant (voir
remarque (j·dessus).
� LA CHEVIL LE ET LE PIED / O S T É O LO G I E

LE BORD MÉDIAL

Fig. 25. Le bord médial du pied

.. . . ...

les structures osseuses accessibles


• le premier métatarsi
à la palpation sont : • le talu s :
en :
- les phalanges de rhal lux et la - le cham p ligam entai re ou cham p moye
tête : approche dorsale. n de la tête d u
- la tête : app roche plantaire talus,
.
- le corps, - le col,
- approche " globale » des os - le tube rcule post éro.m édial ,
du bord médial du pied,
- le tubercule postéro.médial, - le tube rcule postéro.latéral.
- le tubercule postéro'latéral • le calc ané us :
.
• le cunéiforme - sustentaculu m tali,
médial :
- la face médiale : repérage - la gouttière calc anée nne
à raide du muscie tibial .
antérieur, • la mal léol e méd
iale :
- la face dorsale. - le bord antérieur,
• l'os naviculaire - l'extrémité inférieure,
- la tubérosité de l'os - le bord postérieur.
navicu laire : approche
- la tubérosité de t'os directe »,
q

naviculaire : repérage à
muscle tibial postérieu r. t'aide d u
LE BORD M Ë DIAL ,..

Le premie r métata rsien


Fig. 26. Les phalanges d e l'hallux e t la tête
du premier métatarsien : approche dorsale

TA Les phalanges ne présentent aucune difficulté d'i nvestigation .


si ce n'est de rappeler que chaque orteil est muni de trois phalanges
hormis j'hallux qui n'en possède que deux.
Une pal pation précise permet de distinguer sur ce dernier les faces
latérales, la face plantaire et dorsale de la dia physe de chacune des
phalanges.

Fig. 27. La tête et les os sésamoïdes du premier


métatarsien : approche plantaire

TA La prise pulpaire distale se place il la face plantaire de la


première phalange de manière à amener cette dernière en
extension. On perçoit alors. sous les doigts, la base plantaire de
cette phalange, la surface articulaire inférieure ou plantaire de la
tête du premier métatarsien et les deux os sésamoïdes.
Remarque . l'extrémité antérieure ou tête de tous les métatarsiens
se termine par une surface articulaire convexe beaucoup plus
étendue dans sa partie plantaire (1) que dorsale. Cette prise permet
de bien dégager cette surface articulaire.

Fig. 28. La face médiale du premier métatarsien

TA Elle est située il la partie médiale du pied.


Directement sous-cutanée, elle a la particularité de se situer dans
la moitié dorsale d u bord médial du pied (la moitié plantaire de ce
bord étant occupée par des structures molles).
.., LA CHE VILL E ET LE PIED / OSTÉOLOGIE

Fig. 29. la face dorsale du premier métatarsien

TA le corps de chaque métatarsien est prjsmatlq� e �t triangulaire.


.
Ce corps présente une face dorsale globalement etrolte mars
beaucoup plus large en arrière q u 'elle ne l'est en ava nt.
. . .
Remarque : Particularité anatomique de chaque metatarslen, Il
existe sur chaque facette dorsale deux bords latéraux, J'un qui est
médial et l'autre q u i est latéral.

Fig. 30. la face latérale d u premier métatarsien

TA les faces latérales de chaque métatarsien limitent respectivement, avec les


faces médiales des métatarsiens voisins, un espace particulier que l'on appelle
espace intermétatarsien ou espace interosseux .

• INSERTION
• Chacun des quatre muscles interosseux dorsaux s'insère en effet sur les faces latérales
et supérieures des deux métatarsiens qui limitent l'espace interosseux lUI correspondant.
• les muscles Interosseux plantaires sont au nombre de trois, et s'insèrent sur la partie
inférieure de la face latérale qui regarde l'axe du pied (axe passant par le deuxième orteil),
ainsi que sur le bord Inférieur et la base de ces métatarsiens.

Fig. 31. le bord inférieur de la diaphyse du premier


métatarsien

TA On perçoit très bien le bord plantaire ou inférieur de la diaphyse


du premier métatarsien qui se présente sous les doigts sous la
forme d'une courbe à concavité plantaire.
LE BORD M É D I A L ,..

Fig. 32 . Approche " globale " des os du bord médial du pied

TA le pied est normalement relâché, reposant sur une table ou sur


le genou du thérapeute.
La main proximale vient se placer au cou-de-pied en se fermant
doucement sur le bord médial du pied, le bord ulnaire de
l'auriCLJlaire étant plaqué au bord antérieur de la malléole médiale.
Dans le cas qui nous occupe :
• l'auriculaire est en regard de la face médiale du col du talus,
• l'annulaire est en regard de l'os naviculaire.
• le majeur est en regard du cunéiforme médial,
• l'index est en regard de la base du premier métatarsien.
Remarque : Cette approche globale des structures osseuses du
bord médial du pied peut être considérée comme étant fiable chez
à
la plupart des sujets (les cas extrêmes mis part, bien entendu).

Fig, 33. Le tubercule postéro-médial de la base du premier


métatarsien

TA l'index se glisse entre le corps musculaire du muscle abducteur


de l'hall ux et le bord plantaire du premier métatarsien que l'on
perçoit courbe sous les doigts. Sur la base et près de l'interligne
articulaire, on rencontre ce tubercule en suivant le bord médial du
corps du métatarse.

• I N SERTION
x i
Sur c e tubercule s'insère l 'e pan s on metatarslenne du muscle tibial
à
anterieur, l'autre insertion distale se situant la partie mëdiale du
cunéiforme m di l (1).
é a

Fig, 34, Le tubercule postéro-Iatéral de la base du premier


métatarsien

TA Situé à la face plantaire, en dehors et en arrière du précédent. il


reçoit l'expansion distale principale du muscle long tibulaire.
Il est évident que cette saillie osseuse, enfouie sous les structures
molles, sera beaucoup mieux perçue en cas de fonte musculaire,
ce qui est souvent le cas lorsque l'on a affaire à un sujet alité ,
depuis une longue période. Dans le cas contraire, la pression doit
être suffisamment importante » pour bien percevoir la structure
Il

recherchée.
� LA CHE VILL E ET LE PIED / OST
ÉOL O G I E

Le cunéiforme médial
F·' g. 35 l a face médiale du cunéiforme médial : repérage
à l'aide du muscle tibial anteneu r
. . .

Un moyen efficace de repérer cette face est de mettre en tension


le muscle tibial antérieur qui s'y i n se re. Il suffit de demander au
sujet une su in ation et une fle ion dorsale du ied avec ou sans
p x p ,

resistance.

Fig. 36. Vue latérale du bord dorsal du cunéiforme médial

TA Positionné au bord médial du pied, entre " os naviculaire et


le premier métatarsien, le cunéiforme médial présente un bord
supérieur ou dorsal (1) presque tranchant ressemblant à une arête,
notamment dans sa partie postérieure.
Illïiiiiil- Cette particularité est mise en évidence sur la figure
ci-contre où l'on dispose d'une vue latérale (expressément choisie
pour souligner cette particularité du cunéiforme médial).
LE BORD M É D I A L �

L'os n aviculaire
Fig. 37. La tubérosité de l'os naviculaire : approche
directe ))
Cf

TA Il est accessible en arrière du tendon du muscle tibial anterieur.


Chez beaucoup de sujets, il est franchement visible comme sur la
figu re ci-contre.
Remarque : Il peut exister un os t< surnuméraire S u r la tubérosité
Il

de 1'05 naviculaire (quelquefois appelé os naviculaire accessoire Il)


le

qui est un centre d'ossification secondaire du naviculaire. Cet os


surnu méraire peut ne pas fusionner avec " os naviculaire (auquel cas
il est très mobile) ou bien fusionner avec ce dernier â l'aide de tissu
fibreux (faiblement mobile dans ce dernier cas).

• I NS E R T I O N
C'est le tubercule qui fait saillie a la partie inféneure de la face médiale de
l 'os naviculaire (1). 11 sert de lieu d ' i ns ert io n au muscle tibial postérieur.

CLINIQUE
Lorsque cet os surnuméraire existe, il est important de se
Il »

chausser en conséquence. Une chaussure trop étroite provoque une


zone d'irritation à son contact, avec une douleur qui peut devenir
permanente. Une douleur est également ressentie en cas de tendinite
du muscle tibial postéri eur.
Remarque : l'os naviculaire lui-même peut être fracturé (fracture de
fatigue). la douleur à la palpation-pression, notamment sur sa face
dorsale. doit y faire penser.

fig. 38. la tubérosité de l'os naviculaire : repérage à l'aide


du muscle tibial postérieur

TA Mettre en tension le muscle tibial pos térieu r (l) est un moyen


efficace de repérer la tuberosité de l'os naviculaire lorsque ce l u i-c i
est peu appare nt . . ' .
le pied étant prealablem ent positionné en fleXion plantaire. Il suffit
de demander au sujet une adduction du pied.
À partir de la malléole media le, suivre le tendon du muscle cité ci­
dessus jusqu'à la tubérosité osseuse recherchée.
/ O S TEO LOG I E
� LA CHE VIL LE fT LE PIED

Le ta lus
Fig. 39. Le champ ligamentaire ou champ moyen de la tête
du talus

en rapport avec
TA Comme son nom l'indiqu e, cette str � cture est
le ligame nt calca n éo-nav iculaire planta Ire. .
, •
u r de la tete d u
Elle est située en arrière du champ antéro-supene
l'os navicul aire.
ri suffit de se placer en arrière de la tubérosi té de 1. '05 navIcula
talus qui s'articu le avec . .
ire (1).
au bord médial et pla ntaire d u pied, pour percevoi r une surface
" comme étant lisse » sous le doigt. . .
Remarque : Selon les sujets. il est � uelquefols . utlle d e plac: ,
ravant-pied en abduction et pronatl � n. pour m l � ux per�evolr cette
structure sous les doigts il la face media-pla ntaire d � pied entre la
tubérosité de l'os naviculaire et le sustentac ulum tall.

Fig. 40. La partie médiale du col du talus

TA La partie media le du col du talus (1) sinvestigue


essentiellement entre les tendons des muscles tibial antérieur (2)
en dehors et tibial posterieur (3) en dedans.

Fig. 41. La partie médiale du col du talus (deuxième


approche)

TA En dehors d·un reperage à I·aide de tendons (fig. ci-dessus), i l


est également possible d e repérer cette structure à l'aide d'une
ligne fictive tendue entre la tubérosité d e l'os naviculaire (1) et la
malleole mediale (2).
À partir du milieu de cette ligne et en direction de la malleole (2).
on est en regard du col du talus (surface rugueuse SOus les doigts).
À partir du milieu de cette ligne et en direction d e la face plantaire
du pied, on est en regard d u champ ligamentai re d e la tête du talus
(structure qui est perçue comme étant lisse sous les doigts).
Remi. ue ; Une crête rugueuse, se présentant quelquefois sous
forme de tubercule, plus ou moins marquée selon les sujets, sépare
ces deux parties du talus : champ ligamenta ire de la tête d u talus
et col.
LE B O R D M�DIAL

Fig. 42. Le tubercule postéro-médial du talus

TA Il est important de rappeler que cette structure osseuse (1)


appa r t i en t a la face postérieure du talus et qu'elle donne insertion
au faisceau tiblo-talaire postérieur, couche p rofonde d u l i gam e n t
deltolde.
De cette structure osseuse part également le li gam e n t talc·
calcanéen médial en direction du bord postérieur du sustenlaculum
lali.
CLINIQUE
Dans les sports comme le saut en hauteur, la danse classique mais aussi
le football, il y a compression de ce tubercule lorsque le calcanéus vient
buter contre le tibia (le tubercule postêro-Iatéral est aussi concerné,
voir Ci-dessous).

Fig. 43. Le tubercule postéro-Iatéral du talus

TA Ce tubercule (1) appartient aussi à la face postérieure du talus.


Il faut se plaquer â la partie médiale du tendon calcanéen et le
rechercher au niveau du bord postérieur du talus pour y avoir acces.
ema ue ' Chez la plupart des sujets, il est difficile d'accès, mais
c'est une structure osseuse remarquable, puisqu'elle est le lieu
d'insertion du ligament talo-tibulaire postérieur.

• I NS E RTION
Outre le ligament talo-fibulalre postefleur, S'Insère sur ce tubercule le
ligament talo·calcaneen posterieur, q Ui se termine sur la face postero'
superieure du calcanéus.
Entre les deux tubercules postéro-medlal et postero-Iatéral se trouve une
gout11ère oû chemine le tendon du long flechlsseur de l'hallux

CLINIQUE
Os surnuméraire
Un os trigone peut être présent sur le tubercule postéro·latéra l.1I peut
même fusionner avec ce dernier, constituant ce que l'on appelle un
processus trigonal.
Dans le premier cas, l'os trigone peut être mobilisé par la palpation.
Dans le second cas, la palpation permettra de percevoir une structure
osseuse très saillante et non mobilisable au·dessus du calcanéus et
qui peut être fracturée. la flexion plantaire passive et active peut être
douloureuse.
/ OSTE oLO G I E
� LA C HEVIL LE ET
LE PIED

Le ca lc an éus
Fig. 44. Le suste ntacul
um tali
la ma lléo le méd iale .
TA Il est situ é â env iron un trav
ers de doig t au-d esso uS de
sa part ie infé rieu re en fais ant gliss er la
raborder par
est égal ement possible de
prise dep uis le calc ané us. artic ulair e moy enne du
e apop hyse supp orte la surf ace
la part ie supé rieur e de cett
calcanéus des tiné e au talu s. entr e cett e
ial est très proche ; il est situé
l'interligne talo-calc anée n méd
apo physe et le talu s

• I N S E RTIO NS
ture part le ligament (alcanéo-n avlCulaire plant aire en
• Du bord anterieur de cettenstruc du talus pour se term iner sur l'os naviculaire
direction du champ moye de la tête part le ligament talo-calcanéen medial. en direct ion
• Du bord poste rieur de cette struct ure
du tubercule postero-medial du talus .
• Une gouttIère longe le somm
et de cette apophyse et lIvre passage au musc le long
flechisseur des orteIls
• Une autre gouttIère sItuee
sous le sustentaculum tall lIvre passage au muscl e long
flechisseur de l'hallux.
• Le muscle tIbIal poster ieur s'insèr e égalem
ent à son niveau.
• Le hgame nt tlbio-ca lcaneen s'insère à la pa rtIe poster Ieure de la couche superfi cielle du
hgament deltolde .

Fig. 45. La gouttière caicanéenne

TA Dirigée de haut en ?as et d'arrière en avant, elle occupe


.
largement la face medlale. Elle est limitée postérieurement
et en �a� par la tubérosité postéro·médiale du calcanéus (1)
et ant: neurement et en haut. par une saillie plus ou moins
volumIneuse selon les sujets : le sustentaculum tali (2).
la gouttière cakanéenne est fermée » en dedans
11

. . �c� lum des fléchisseurs qui va de la malléole médiale


�ar le retln
a la face medl ale du calcanéus. Cette gouttière permet le passa ge
. .
d�s � uscles tl �lal postérieur, long fléchisseur des orteils et long
flechlsseur de 1 hallux.
Dans �ette gouttière tous les tendons sont entourés d'une gaine
synov,a �e. Ils so�� également accompagnés dans leur tra·et
. j par le
nerf tibIal posteneur et l'artère tibiale postérieure

CUNIQUE

� � :: :
� la palpation-pr�sion de la face médiale de la t
:s:�o-�, l d�
Une doule �r b'e o " t '
ae calcanéus doit faire penser à une a o t
ée ne (affectIon que l'on peut retrouver chez l'enfant).P y
LE BORD M É DIAL �

La m a l léole médiale
Fig. 46. L e bord antérieur d e la malléole médiale

TA Très épais et rugueux, il sert d'attache à la couche superficielle


du ligament deltoïde .

• I N S E RT I O N S
Sur ce bord s'insere la capsule de l'articulation tala-crurale (synoviale de
type glnglyme)

Fig. 47. L'extrémité inférieure de la malléole médiale

TA Elle est constituée par deux tubercules (antérieur


et postérieur) séparés par une échancrure .

• I N S E RT I O N S
Sur cette échancrure s'insèrent les couches (superfiCielle et profonde)
du ligament deltoïde ou ligament collatéral médial de l'artICulation tala­
cru rale.

CLINIQUE
L'entorse grave de ce
ligament est rarissime ; par contre son étirement
par éversion traumatique du pied
est possible.

Fig. 48. Le bord postérieur de la malléole médiale

TA I l est parcouru par une gouttière oblique de haut en bas et de


dehors en dedans. Cette dernière est accessible à l'investigation
si l'on maintient relâchés les tendons qui s'y t rouvent : celui du
muscle tibial postérieur qui est le plus antérieur et celui du muscle
long fléchisseur des orteils qui se place en arrière du précédent.
Rema rgue : En fait, ces deux tendons cheminent en arrière de la
malléole médiale dans des gaines ostéo-fibreuses qui leur sont
propres .

• I N S E RT I O N S
Sur le bord posterieur de la malléole s'insere la capsule de l'articulation
ta lo-crura le
� LA CHEVI LLE ET LE PIED / OSTÉO LOG I E

lA FACE ANTÉRI E URE DE LA C H E VI L L E


ET LA FACE DORSAL E D U PI E D

Fig, 49, Vue antérieure de la cheville et vue dorsale du pied

� �
Le str ctures remarquable
s accessibles
• �
es etes des métatarsiens
en
à
vue dorsale'
la palpation sont ..

• le cinquième métatarsien
'
• le quatrième métatarsien
• le troisième métatarsien


le deuxième métatar
sie �'
le premier métatarsie
n'
• le col du talus,
• le bord antérieur de '
l extrém"lte' 10
" f'eneur
" e du tib"la,
• autres techniques d'
approche.
LA FACE A N T É R I E U R E D E L A C H E V I LLE ... ,..

Fig. 50. Les têtes des métatarsiens : vue dorsale

TA Il suffit, a l'aide d'une prise globale empaumant tous les dOigts du pied,
d'exercer une nexlon plantaire suffisamment Importante pour faire saillir
.
les têtes m é t a t ars i e n nes On peut évidemment effectuer cette manœuvre
métatarsie n ap re s mé ta t a rs i en

CLINIQUE
la névrite interdigitale des têtes métatarsiennes
Elle siège entre les deuxième et troisième ou troisième et q uat rième têtes
métatarsiennes. Pour réveiller la douleur, comprimer les deux têtes métatarsiennes
concernées l'une contre l'autre afin de comprimer le nerf incriminé. Cette névrite
est le plus souvent due au port de chaussures trop étroites. Elle peut aussi être la
conséquence d'une fraclure de fatigue au niveau du métatarse.

Fig. 51. Le cinquième métatarsien

TA Effectuer un repe rage p realable de la tête ainsi qu'un reperage de la base. Se


placer sur l'inte r ligne articulaire concerné (fig. 92) et le cinquième métatarsien
peut ainsi étre saisi entre le pouce et l'index.
Il est intéressant de noter la position et la dimension de cet os par rapport aux
autres métatarsiens. la base de ce métatarsien répond en arrière au cuboïde et
en dedans au quatrième métatarsien. Il présente à sa partie postéro-Iatérale la
tubérosité du c i nquième métatarsien.

C LI N IQ U E
la base du cinquième métatarsien peut être le siège d'une tendinite d'insertion ou
d'une fracture-arrachement de la tubérosité par utilisation intense du court fibulaire.
Fracture d ista le du corps (1), ou fracture p roxi ma le du corps (2) : dans les deux cas, une
douleur vive apparaît à la palpation·pression.
.., LA CHEVIL LE ET LE PIED / OSTÉO LOG I E

Fig. 52. le quatrième métatarsien

TA Reperer la tète et la base après avoir repéré j'interligne articulaire concerné.


ClINIQUE
Une fracture de fatigue peut le concerner (douleur exquise cl la palpation exercée sur
les faces dorsale et plantaire de la diaphyse), avec parfois un gonflement en regard du
métatarsien.
la douleur est exarcerbée lorsque le sujet est debout, lorsqu'il marche ou lorsqu'il se
tient sur la pointe des pieds.
Rermarque ; C'est typiquement la fracture de la marche " forcée Elle peut également
>J.

survenir en d'autres occasions.

Fig. 53. le troisième métatarsien

TA Repérer la tète et la base après avoir repéré l'interligne articu


laire concerné
eUNIQUE
o e
�a�:��:�:,� �� ��en�:i�����:�: :oit :��igr �ee �deuxle
r e OUI.�ur exqu�s� à la palpation des
métatarsien l'avant- ied pe t e g nf e. l marche me, troIsième ou quatrième
f�rcëe, la course â pied, les sports
_ .

���s �e cOe ty1 pe d·e traumatlsm


sur terrain d�r sont p�urv oy
e.
LA FACE ANT É RIEURE DE LA CHEVILLE ...

Fig. 54. Le deuxième métatarsien

la base a p rès avoir repéré l'i nte rli gne articulaire concerné.
TA Repé re r la tête et
Remarque : C'est l e p l us long de t o us les métatarsiens.

CLINIQUE
r i peut être le siege d' une fracture de fatigue (douleur exquise à la palpation des faces
dorsale et plantaire), avec parfois un gonflement en regard du mêtatarsien.
La douleur est exarcerbée lorsque le sujet est debout, lorsqu'il marche ou lorsqu'" se
tient sur la pointe des pieds.
Remarque : C'est typiquement la fracture de la marche " forcee ". Elle peut ëgalement
survenir en d'autres occasions.

Fig. 55. Le premier métatarsien

TA Repérer la tête et l a base après avoir repéré l ' i nte rl igne articulaire concerne.
Remargue : C'est le plus court et le plus massif ·1 de tous les métatarsiens.
te

CLINIQUE
Hallux valgus : adduction de l'hallux, plus ou moins douloureux. Dans les formes
hyperalgiques, tous les mouvements de l'hallux sont douloureux. L'oignon correspond
â l'inflammation de la bourse sur la partie mëdiale de la tête du premier mëtatarsien
q u i appa raît inflammatoire, rouge, gonflëe et plus ou moins douloureuse à la pa..lpation.
Parmi les causes, les chaussures à talons hauts et trop étroites sont encore une fois
incriminées.

- --
-- �
---
-- -.
Fig. 56. le col du talus

TA Sur la figure c.-contre, le col du talus �s t salsi par


l'Intermédiaire de ses faces latérale et medlale. 1..mdex sur ��
face medlale. Ces deux part i es du col ont étê vues lors de 1 etude
respectIVe des bords latéral et médial du p ied .

la face dorsale du col du talus se situe entre pouce et I nd ex


.
.

ClINIQUE
Ilpeut étre sensible â la palpation :
. sur sa face latérale apres une entorse ou un étirement du ligament
talo-fibulaire antérieur.
- sur sa face médiale après un étirement du ligament deltoïde.

Fig. 57. le bord antérieur de ,'extrémité inférieure de " épiphyse distale


du tibia

TA C'est ce bord qui vient « s'encastrer dans la gouttière


Il

transversale de la face dorsale du col du talus au cours des


mouvements de
flexion dorsale de la cheville.

CUNIQUE
Une doul�ur exacerbêe à la palpation-pre
ssion au-dessous du bord antérieur de
r�inaculum des extenseurs.
être due
l'�piphyse distale du tibia peut
capsulaire ou
à une atteinte une atteinte du
LA FACE A N T É R I EU R E D E LA C H EVILLE ...

Autres techniques d'approche


les approches palpatoires décrites ci-dessous sont destinées à faciliter ['apprentissag e des techniques articulaires
portant sur
cette région.

Fig. 58. La face dorsale du col du talus

TA Le majeur de la main du praticien vient se caler sur la face


dorsale du col du talus, en arrière du tubercule de 1'05 naviculaire.

Fig. 59. la face dorsale de l'os naviculaire

TA le tubercule de l'os naviculaire aisément palpable peut servir de


point de repère pour venir se positionner sur la face dorsale de l'os
en question.
� LA CHEVILL E ET LE PIED / .. ======::::!..-
O STÉOLOGIE:.--= :: __________________

Fig. 60. la face dorsale des trois cunéiformes

TA A partir de la face dorsale de J'os naviculaire, le praticien laisse


glisser son majeur en avant du tubercule de l'os naviculaire, el vient
se positionner sur la face dorsale des trois cunéiformes.

Fig. 61. La face dorsale de la base du premier métatarsien

TA Elle est abordée toujours par le majeur de la main du praticien


en laissant glisser distalement cette prise depuis la face dorsale
des trois cunéiformes jusqu'à la face dorsale de la base du premier
métatarsien.
LA FACE POST É R I E U R E D E L A C H E V I LLE ET D U P I E D �

LA FACE POSTÉRI E U R E
D E LA C H EVI LLE E T DU P I E D

Fig. 62. Vue postérieure de la cheville et du pied

Les structures osseuses accessibles à la palpation sont :


• la malléole médiale,
• le sustentaculum tali,
• la face postérieure du calcanéus .
• le segment postérieur de la face supérieure du calcanéus.
• la malléole latérale,
• la trochlée fibulaire.
/ O S T É O LO G I E
� LA CHE V/L LU T LE P/E
D

Fig. 63. la malléole médiale


au cours de rappr oche
née par l'inde x a déjà été repérée
TA Cette structure désigCest situa tion
d u bord média l du pied. une vue différente qui soulig ne sa
.
s struc tures anato mique s de la région
topographiq ue par rappo rt aux autre ole média le (2) par
la positi on " haute " de l a mallê
margue : Sur cette vue,
uliere ment mise en évide nce.
rappo rt à la mallé ole latéra le (1) est partic

1. Ma lléole latéra le
2. Malléole média le

Fig. 64. le sustentaculum tali

TA �ette structure également désignée par l'index (2) a aussi été abordée au cours
de 1 etude � u bord médial d � pied . C::tte vue postérieure confirme sa position
topographique par rapport a la malleole médiale (1) , un travers de doigt environ
au-dessous de cette dernière.

1. Malléole médiale
2. Sustentaculum tali

Fig. 65. la face postérieure du caleanéus

TA Ëtroite et lisse en haut elle es t 1 a �ge et rugueuse e bas. Elle se présente, sous
les doigts, globalement t riang u 1aire

. a gran d e base .Inferteure
. .

• INSERTIONS

Le tendon calcaneen dans sa partie Inferieure.

CLINIQUE

Apophysite ulunéenne postérieure


�'est une affection que l'on 1
peut retrouver chez 'enfant. Rechercher une douleur
1 1
a la palpation-pression' mais ausSt. e ong d u bord postéro-média
l et/ou latéral du
calca néus.
LA F A C E P O ST E R I E U R E D E LA C H E V I L L E ET DU P I E
D

Fig. 66. L e segment postérieur de la face supérieure du calcanéus

TA Concave sagittalement et convexe transversalement, il est abordé de chaque côté


du tendon calcanéen.

Fig. 67. la malléole latérale et le processus latéral du talus

TA Désignée par l'index, c'est une structure qui a été abordée au cours de l'étude
du bord latéral du pied. Cet angle de vue différent permet de souligner sa position
(1basse par rapport â la malléole médiale (1) ainsi que sa position par rapport à la
)1

trochlée fibulaire (2) (voir fig. ci·dessous).

1. Malléole médiale
2. Trochlée fibulaire o u tubercule des péroniers
3. Malléole latérale

CLINIQUE
le processus latéral du talus situé entre l'apex de la malléole latérale et la trochléefibulaire (2) peut
être fracture. Amener le calcanéus en .. inversion » pour faire saillir ce processus au-dessous de la
malléole latérale. la pa l pation-pression exacerbe la douleur en cas de fracture {douleur exquise�

Fig. 68. La trochlée libulaire

TA Structure également abordée au cours de l'étude d u bord latéral du pied, cet angle
de vue souligne sa position par rapport au sommet de la malléole latérale (1) qui est
d'un travers de doigt environ au-dessus d'elle.
Remarque : cette structure est inconstante.
LA CHEVI LLE fT LE PIED / OSTÉO LO G I E

LA FACE PLAN TAIRE

Fig. 69. Vue plantaire du pied

les structures osseuses


accessibles à la palpatio
n sont :
• les têtes des cinq métatar
siens (vue plantaire)•
• la face plantaire du cubo
ïde.
• les os sésamoïdes méd
ial et latéral,
• le tubercule postera-laté
ral du premier métatar
sien,
• le tubercule calcanéen,
• le segment postéri eur
de la face inférieure
du calc ané us,
• le processus mé dial de
la tubérosité du calc
ané us,
• le processus latéral de
la tubérosité du calc
anéus.
• autres techniq ues
d'approche.
L A FACE PLAN TAIRE ,..

Fig. 70. Les têtes des cinq métatarsiens : vue plantaire

TA Ce qui fail la caractéristique de chaque métatarsien est que la tête est


recouverte d'une su rface articulaire convexe qui a la particularité d'être beaucoup
plus étendue du côté plantaire qu'elle ne l'est du côté do r saL
On reconnaît donc cette spécificité à la palpation en retrouvant une large surface
convexe et lisse sous les doigts (1), juste en arriere des articulations métatarso�
phalangiennes de chacun des cinq métatarsiens.

CLINIQUE
La maladie de Morton
Il s'agit d'une névralgie plantaire de l'avant-pied. Elle est la conséquence d'une irritation
ou d'une compression d'un nerf digital plantaire dans un espace inter-métatarsien.
Cette pathologie se rencontre essentiellement chez la femme par le port de talons
hauts et de chaussures étroites (qui est souvent le propre des chaussures féminines)
couplé à des troubles morphologiques du pied comme le pied creux et/ou l'avant-pied
convexe.
Ostéonécrose aseptique de l a tête du deuxième ou du troisiême métatarsien
Il s'agit d'une affection qui survient chez l'adolescent suite à une ostéochondrite
des têtes métatarsiennes. la palpation révèle une douleur exquise entre deux
têtes métatarsiennes (principalement entre les têtes des deuxième et troisième
métatarsiens). le sujet précise à l'anamnèse que la station debout et/ou la marche
réveillent la douleur.

Fig. 71. La face plantaire du cuboïde

TA Cet os a déjà été abordé au cours de l'étude du bord latéral du


pied. Après avoir repere le tubercule du cinquième métatarsien
et la grande apophyse du calcanéum, il suffit, apres avoir placé
le pouce entre les deux structures precédemment citées, de
contourner le bord latéral du pied et donc le bord latéral du
cuboïde pour se placer à l'aide du pouce à la face plantaire de
cet os. Sur cette face, la crête du cuboïde (voi r ci-contre) peut se
palper aisement notamment chez les personnes alitées.

• I NSERTIONS
Cette surface est très riche en insertions ; elle présente dans sa partie
moyenne une crête (la tubérosité du cubo'lde). Sur cette �rête s'Insèrent
aussi les muscles intrinsèques du pied : opposant du petit orteil, court
fléchisseur du petit orteil. adducteur de l'hallux et le muscle extrins.�que :
tibial postérieur. En avant de la crête du cuboïde, il eXiste une gouttlere
ou passe le tendon du muscle long fibulalfe.

ClINIQUE
La palpation révèle une douleur exquis.e entre deu�, têtes
métatarsiennes (principalement entre les tetes des deuxleme. et
troisième métatarsiens). Le sujet précise à l'anamnèse que la station
debout et/ou la marche réveillent la douleur.
� LA CHE VIL LE ET LE PIED
/ OST ÉOL OG IE

Fig. 72. Le sésamoïde médial

Il
TA suffit de placer une prise pulpaire digitale à la face plantaire
de la tête d u premier métatarsien et d e procéder à une friction
transversale. Cette technique permet de percevoir sous le doigt
deux " tubercules séparés par une dépression.
JI

Sur la figure ci-contre, l'index crochete le sésamoïde médial.

• I N SE R T I O N S
et aux ligaments de
L'os sesamolde médial est fixe à la capsulel'hallux
l'articulation metatarso-phalanglenne dele chef Il est inclus dans les
muscles abducteurs de I"hallux et dans médial du court fléchisseur
de l'hallu x
CLINIQUE
l'hypersensibilité â la palpation du sésamoïde médial (fig. d�dessous)
doit faire penser â une sésamoïdite mais aussi â une possible fracture
de fatigue.
la fracture de ce sésamoïde (en général les deux sésamoïdes sont
concernés) provoque :
- une douleur exquise à la palpation-pression,
- une douleur à la dorsi-flexÎon passive de l'hallux,
- une douleur à la flexion plantaire résistée de l'hallux.

Fig. 73. Le sésamoïde latéral

cn
TA La te h ique est identique â celle décrite ci-dessus. Il suffit de
dé �lacer l'index vers le bord latéral du pied pour percevoir sous le
dOigt (au-delà de la dépression signalée ci-dessus) le sésamoïde
latéral.

• INSERTIONS

Comme le sésamoïde médial, le sésamoïde latéral est fixé il la capsule


et au � ligaments de l'artICulation métatarso-phalanglenne de l'hallux
Il est Inclus dans le chef latéral du muscle court fléchisseur de l'hallux
dans le chef transverse de l'adducteur et dans le chef oblique du mus�le
adducteur de l'hallux.
" . h"Isseur deEntre
lIee
les deux sésamoïdes passe le tendon du muscle long
l'hallux.
CLINIQUE
{�'."��c�-d�sus, une hypersensibilité à la palpation du sésamoïde
�:��:nser à une sésamoidite mais aussi â une possible
f�a��re�! .
��;���i:r�:�moïde (en général les deux sésamoïdes sont
•une douleur exquise à la palpation-pression,
· une douleur à la dorsi-flexion passive de \'hallux,
• une douleur à la flexion planta
ire résistée de l'hallux.
LA

Fig. 74. Le tubercule postéro-Iatéral du premier


métatarsien

TA Après avoir repéré la base du premier métatarsien, se


déplacer a la face plantaire du pied en direction du bord latéral
(la figure ci-contre montre sa position).
Remarque : Cette structure étant profondément située,
il est recommandé d'exercer une pression suffisamment
« Il à
importante pour y avoir accès. Une approche l'aide du pouce
peut se révéler plus efficace .

• INSERTIONS
S u r c e tubercule S'I nsère l e tendon d u muscle long fibulaire.

Fig. 75. Le tubercule (alcanéen

TA La figure ci-contre présente une vue plantaire du pied. ce qui permet


d'identifier plus précisément la position topographique de la structure en
q uest ion .

Si l'approche se fait à partir du bord médial, le col du talus sert de repere en


plaçant le pouce à son niveau. Il suffit ensuite de contourner le bord médial du
pied pour venir se placer sur la structure recherchée .

• I N SERTIONS
Su r el le s insère le ligament calcanêo-cuboïdien plantaire qui s e termine e n avant sur la
'

tu bêrositê du cu bo"ide et qui est recouvert par le ligament plantaire long. �

199
� LA CHE VILL E ET LE PIED
/ OST ÉOL O G I E

Fig. 76. l a tuberasité d u caka néus


tubérosité postér ieure du calcan éus, elle occupe le
TA Désignée aussi sous le nom de sur le sol.
postér ieur de 1'05 et représ ente la partie du calcan éu5 qui repose
tiers
ule postero -média l de la tubéro sité
I! présente deux tubercules ou processus : le tuberc
ule postér o-Iatér al de la tubéro sité du calcan éus .
du calcané us et le tuberc

• INSERTIONS
Entre les deux tubercules (ou processus) s'insere le ligament plantaire long q U I se termine en avant
sur la tubérOSité du (ubolde et sur la base des métatarsiens Il à V

Fig. 77. La tubérosité pastéra-médiale du cakanéus

TA C'est la plus volumineuse des deux tubérosités postérieures.

• INSERTIONS
Sur elle �'inserent le ��s(le abducteur de " hallux et. plus en arnere, le muscle court fléchisseur
des orteils, Plus en arnere encore, s'Insere l'aponévrose plantaire (insertion s'entendant sur toute
la largeur de la tubérOSité calcanéenne),
CLINIQUE
li névritt du nerf CiICin�n médiiili
À partir de .c�tte tub�ro�i�é rechercher en direction de l'hallux tout en restant sur' la
partie, posteneure
,

et inferieure du calcanéus une douleur révélée à 1 t'o presslon,


Il faut des impacts répétés du pied sur un sol dur avec un calcanéus�� �: I U��

Fig. 78. La t ubérosité postéra-Iatérale du calcan éus

TA C'est la moins volumin euse des deux tubêro sîtês postêri


eures,
• INSER TION
Sur elle s'insère 1e musc1e abducteur du petit orteil,
LA FACE PLANTAIRE

Autres tech niques d'appro che


Les approches palpatoires décrites ci-dessous sont destinées à faciliter l'apprentissage des techniques articulaires portant sur
cette région.

Fig. 79. La base du cinquième métatarsien à sa face


plantaire

TA Le sujet est en procubitus. Le praticien fléchit le genou du sujet.


se saisit du pied de ce dernier et « cale .. la face postérieure du
calcanéus entre l'auriculaire et l'annulaire de sa main gauche ou
droite. Le pouce de cette même main vient palper la face plantaire
de la base du cinquième métatarsien, ainsi que le tubercule de ce
dernier. L'autre main du praticien se place à la face dorsale du pied
du sujet.
Remarque : la prise qui enserre le calcanéu5 peut être différente
de celle décrite ci-dessus , cela dépend des morphologies
respectives du sujet et du praticien. Elle peut être utilisée pour
toutes les techniques d'approche décrites ci-dessous, intéressant la
face plantaire du pied.

Fig. 80. La face plantaire du cuboïde


---

TA Les positions du sujet et du praticien sont identiques à ce qui


est décrit pour la fig. 79. Le pouce du praticien vient se positionner
à la face plantaire du cuboïde.

Fig. 81. La face plantaire du premier métatarsien

TA Le pouce du praticien se positionne sur la face plantaire du


premier metatarsien et peut palper le tubercule postéro-médial (en
dedans) ou le tubercule postéro-Iatéral (en dehors).
LA CHEV ILLE ET LE PIED
/ OSTÉ OLOG IE

e méd ial
Fig. 82 . La face plant aire du cunéiform

U( du pred en
tlCien se décale sur la planteplanta
d :a
::r r:éUS
��e��i �� e méd ial.
� et vient palpe r la face ire du
cunéiform

Fig. 83. La face plantaire du tubercul e de l'os naviculaire

TA le tubercule de l'os naviculaire (1), déJà abordé dans le cadre


de l'etude du bord médial du pied. peut egalement se palper en
approche plantaire, comme le montre la figure CI-contre.

Fig. 84. La face plantaire de l'os naviculaire

TA À partir de la face plantaire du tubercule de l'os ryavjc;ulaire (1) • .

le pouce du praticien se dêplace latëralement pour venlr se placer a


la face plantaire de l'os naviculaire.

Fig. 85. L'approche plantaire du champ ligamentaire


ou champ moyen de la tête du talus

TA la tête du talus se palpe entre tubercule de l'os naviculaire (I)


et le sustentaculum tali situe â un letravers
la malléole médiale ; elle est perçue commedeétant
doigt en dessous de
une surface lisse
sous les doigts.
la palpation de cette structure est médiale mais
aussi plantaire car
cette partie de la tête est bien dégagée » à la face
pied. tt
plantaire du
ARTH ROLO G I E

A RT H RO LO G I E

13 24
12
11
10 23
9
8 21
7

J
20 22
6 19
18
5

4
17
3
16

Articulations du pied (vue médiale)

1 - Phalange distale de l'hallux 1 2 - Talus


2 - Capsules des articulations 13 - Malléole médiale
métatarso-phalangiennes 1 4 - ligament plantaire long
3 - Phalange proximale de l'hallux 1 5 - Ligament calcanéo-naviculaire plantaire
4 Capsules des articulations
- 16 - Calcanéus
interphalangiennes 1 7 - Sustentaculum tali
5 Premier métatarsien
- ' 8 - Partie tibio-talaire postérieure
6 Ligament tarsa-métatarsien dorsal
- 1 9 - Partie tibio-calcanéenne
7 Os cunéiforme médial
- 20 - Partie tibia-naviculaire
8 - Ligament intercunéiforme dorsal 21 - Partie tibio-talaire antérieure
9 - Ligaments cunéo-naviculaires dorsaux 22 - ligament collatéral médial ou deltoïde
1 0 - Os naviculaire 23 - Fibula
1 1 - Ligament talo-naviculaire dorsal 24 - Tibia
D / AR TH RO LO G I E
LA CH EV ILL E fT LE PIE

16 1 5 14 13 12

Articulations de la cheville et du pied (vue latérale)

1 - Tibia 1 2 - V' métatarsien


2 Fibula
- 13 - Os cuboïde
3 - Ligament tibio-fibulaire antérieur 1 4 - Ligament bifurqué
4 - Ligament tibio-fibulaire postérieur 15 - Ligaments calcanéo-cuboïdiens dorsaux
5 - Syndesmose tibio-fibulaire 1 6 - Ligament talo-calcanéen interosseux
6 - Talus 17 - Plantaire long
7 - Ligament talo-naviculaire dorsal 18 - Calcanéus
8 - Os naviculaire 1 9 - Ligament calcanéo-cuboïdien
9 - Ligament cubo-naviculaire dorsal 20 - Ligament talo-fibulaire antérieur
1 0 - Ligament cunéo-cuboïdien dorsal 21 Ligament talo-fibulaire postérieur
-

1 1 Capsules articulaires des articulations


- 22 - Malléole latérale
métatarso-phalangiennes
LA FACE PLAN TAIRE �

18

17
16
15
14
13
--Ic-- 1 2

-411\-\--4 1 0

7 8 9
Articulation subtalaire ouverte
(visualisation du ligament talo-calcanéen interosseux)

1 - Premier métatarsien 1 0 - Calcanéus


2 - Os cunéiforme médial 1 1 - Sustentaculum tali
3 Os naviculaire
- 1 2 - Surface articulaire tala ire postérieure
4 - Surface articulaire ligamentaire 1 3 - Ligament talo-calcanéen interosseux
5 - Surface articulaire de la tête du talus 14 - Tubercule postéro-médial du talus
6 - Col du talus 1 5 - Tubercule postéro-Iatéral du talus
7 - Aponévrose plantaire 16 - Talus
8 - Ligament plantaire long 17 - Malléole médiale
9 - Ligament calcanéo-naviculaire plantaire 1 8 - Tibia

205
� LA CHE VILL E ET LE PIED / ART HRO LOG I E

Articulations subtalaire et
talo-calcanéo-naviculaire

1 - Calcanéus
2 - Articulation subtalaire
3 - Articulation talo-calcanéo-naviculaire
4 - Ligament calcanéo-cuboïdien dorsal
5 - Ligament bifurqué
6 - Os cuboïde
7 - Séparation par le ligament
talo·calcanéen interosseux
8 - Bord libre du ligament
calcanéo-naviculaire pla ntaire
9 - Ligament calcanéo-naviculaire plantaire
10 - Os naviculaire
1 1 - Os cunéiforme médial
L E S I N T E R L I G N E S A R T I C U L A I R E S ET LES LIGAM ENTS

LES I NT E R LI G N ES ARTICU LAI RES


ET LES LIGAME NTS

Fig. 86. V u e a ntérieure d e la cheville e t v u e dorsale du pied

Les articulations accessibles à la palpation sont (en allant de l'extrémité des orteils jusqu'à la cheville) :
• les articulations interphalangiennes,
• les articulations métatarso-phalangiennes,
• l'articulation tarsa-métatarsienne,
• l'articulation transverse du tarse, incluant le ligament bifurqué (fig. 98) et l'articulation talo-calcanéo-naviculaire,
• l'articulation subtalaire,
• l'articulation talo-crurale,
• les ligaments de l'articulation talo-crurale,
• le ligament tibio-fibulaire postérieur.
� LA CHEV ILLE ET LE PIED / A R TH
ROLOG I E

Les articulations interphalangiennes


(articulations synoviales de type ginglyme)
Fig. 87. les articulations interphalangiennes
du petit orteil

TA Elles sont a u nombre de deux et identifiables sans aucune


difficulté .
Sur la figure ci-contre, la prise proxima le immobilise la phalange
proximale pendant que la prise distale amene en flexion
plantaire la phalange distale.
Remarq ue : Ce sont des trochléennes ou ginglymes. Les
surfaces articulaires en présence sont : d'une part. la surface
articulaire de l'extremité antérieure de la phalange la plus
postérieure qui a la forme d'une poulie ; d'autre part, la surface
articulaire de l'extrémité postérieure de la phalange la plus
antérieure qui a la particularité de posséder une crête médiane
peu marquée .

Fig. 88. l'articulation interphalangienne de l'haflux


en extension dorsale

TA, Au niveau d� l'hallux, �a particularité est qu'il ne présente


qu une seule � rtlculatlon
, mterp
halangienne.
Sur la figure Cl-contre, la prise proximale immo
bilise la premiere
phalange pendant que la prise distale
amène la deuxi ème
phalange en extension.
LES I N T E R L I G N E S A R T I C U L A I R E S ET LES LIGAM E NTS

Les a rticulation s métatarso-phala ngiennes


(a rticulations synoviales de type ellipsoïde)
Fig. 89. Les articulations métatarso-phalangiennes : vue dorsale

TA Sur la figure ci-contre, les deux mains se saisissent des orteils et les amènent en
flexion plantaire découvrant ainsi les surfaces articulaires posterieures et dorsales des
têtes métatarsiennes.
Remarque : La surface articulaire est perçue sous les doigts comme une surface lisse.
la plus accessible étant évidemment celle concernant l'hallux.

Fig. 90. Les articulations métatarso-phalangiennes : vue plantaire

TA Sur la figure ci-contre, la main se saisit des orteils et les amene en flexion
dorsale, dêcouvrant ainsi les surfaces articulaires antérieures et plantaires des têtes
métatarsiennes (1).
Remarque : La surface articulaire de la tête de chaque métatarsien « déborde »
largement du côté plantaire.

C LI N I QU E
Cette articulation souffre en cas d'hallux valgus (gros orteil en adduction par rapport à
l'axe du pied passant par le deuxième métatarsien). CeUe déformation est la consêqueoce
d'un port de chaussure inadéquat : talons haut. avant-pied comprimé dans une chaussure
trop étroite. le problème s'aggrave si, en plus, le sujet souffre d'un pied plat valgus.

Fig. 91. L'articulation métatarso-phalangienne de l'hallux

TA Lorsque l'on investigue cette articulation, on perçoit sur sa partie


plantaire les os sêsamoïdes.
� LA CHEV ILLE ET LE PIED / ARTHROLOG I E

Les articu lation s tarso -mét ata rsien nes


Elles unissent les 3 cunéiformes et l e cubol"de a u x 5 métatarsie ns. Elles comprenn ent trois artIculatio ns :
• une articulatio n médiale entre le cunéiform e
médial et le prem ier métatarsi en,
i nte rméd ia i re et latéral aux deux Jeme e t tra,Sterne métatarsiens,
• une a rtic ulatio n intermédiaire qui unit les cunéiformes

• une articulation latérale q u i unît le cuboïde aux quatrième


et c inq u iè me m é ta tar s i ens .

Ces trois articulations s ont des synoviales p l a ne s Bien qu 'il existe trois ca v ité s sy no vi al e s, les a rliculations i nterméd ia ires
.

et latérale communiquent le plus souvent avec celles des arti c ula t io n s in le rc u n e en ne s et cu n éo -cu boïd i e n n e. Celle d e
l'articulation cuneo-métatarsie nne médiale restant, elle, indépendante.

Fig. 92. L'interligne articulaire compris e ntre le cu boïde


et le cinquième métatarsien

TA l'index de la main gauche se place â la partie antérieure


et latérale d u cu boïde, tout e n étant a u contact d e la base
d u :i n q iè�e métatarsien. Pour bien percevoir l'interligne

articulaire, ri suffit de saisir la tête d u cinquième métatarsien et
de le mobiliser de haut e nbas et de bas e n haut, et ce de manière
répétitive, pour bien percevoir sous l'index l i nt erl i g n e recherché.
'

Fig. 93. L'interlign: articul ire compris entre le


. � cuboïde
et le quatneme metatarsien
T
( A Par rapport à la figure précédente. il suffit de
dépla cer
legerem nt en d:dans) l'i ndex de
� la main proxim ale en re ard


de la partie anten,
eure et médi ale d u cuboïde, tout
en étan au
contact de la base du quatr ième
métatarsien.
Les deux inter ligne s décrits
fig. 92 et fig. 93
opp sant le cubO ide aux
, � .
métatarsiens IV et V form ent
1 articulatio n cuboïdo-métata rsien ne
ég ale ment appelee .
métatarsienne latérale. tarso -

tUNIQUE
l'articulation métatarso
-cuboïdienne dOlt ' e-tre investiguée en cas
d'entorse du pied en
lO�r
. Slon
. et flexion pla taire.
pression des deux inter · la palpation­
Li douleur. Amener qalemen �II
lignes la constituant revel
.
�ra ou augmentera
t 1 base d es qu tflem
sta:T�
.
mébbrs�s en inversion � e et cinquième
� ligilments de cette articula �
en a�t I u ld de man
tio�
� � � ière à étirer
ainSI a cc revelller " la doul
eur.
:1
AttenfKm e tubercule
de la base du clOq. .-
Uieme métatarsien
�re fractur�. peut
LES I N T E R L I G N E S A R T I C U L A I R E S ET LES L I G A M ENTS
,..

Fig. 94. L'interligne articulaire compris entre


le cunéiforme latéral et le troisième métatarsien

TA A partir de la prise précédente (décrite ci-dessus), l'index se


déplace d'un travers de doigt environ vers l'intérieur du pied pour
à
étre la fois au contact du bord antérieur du cunéiforme latéral
et de la base du troisleme métatarsien.

Fig. 95. L'interligne articulaire compris


entre le cunéiforme intermédiaire
et le deuxième métatarsien

TA Toujours à partir de la prise précédente. il suffit de se déplacer


d'un travers de doigt environ vers l'intérieur du pied, tout en
ayant à l'esprit que le bord antérieur du cunéiforme intermédiaire
est en retrait par rapport aux bords antérieurs des deux autres
cunéiformes qui l'encadrent ; ceci amene a déplacer l'index vers
l'arrière du pied de manière a être bien au contact du cunéiforme
en question et de la base du deuxième métatarsien.
Remargue Les deux interlignes décrits fig 94 et fig. 95. opposant
les cunéiformes intermédiaire et latéral à la base des métatarsiens
Il et III, forment l'articulation cunéo-métatarsienne intermédiaire
dont la mobilité est tres limitée, contrairement aux articulations
médiale et latérale. C'est une articulation synoviale plane.

.
Fi g 96. L'interligne articulaire compris entre
le cunéiforme médial et le premier métatarsien

TA Pour repérer le cunéiforme médial.


Sur la figure ci-contre, la prise proximale se positionne au niveau
de l'interligne concerné. La prise distale mobilise la tête du
premier métatarsien.
LA CHEV ILLE ET LE PIED / ARTHROLOGIE

L'articulat ion transverse du tarse


est constituée d'une seule u n i t é comprenan t les
Elle u n i t l e tarse distal au tarse proximal. S u r l e plan fonctionne l. elle
articulations talo-calcanéo -navicu laire (articulation synoviale de type sphéroïde) et calca néo·cubold ienn e (articulation
synovial e dite en selle). le ligament bifurqué est le ligament commun à ces deux articulation s.

Fig. 97. la partie latérale de l'articulation transverse


du tarse

TA Elle correspond à l'articulation calcanéo-cuboïdienne. l'index


se pose sur la facette cuboïdienne du calcanéus. Cette facette
correspond à la face antérieure du calcanéus. Elle s'articule en
avant avec le cuboïde.
Une inversion du pied facilite " accès à la partie latérale de cette
face, désignée par l'index.

1. Rostrum calcanéen ou grande apophyse

Fig. 98. le ligament bifurqué de l'articulation transverse du


tarse
�T .Ce ligament se fixe en arrière sur la face dorsale rostrum calcanéen (1)
.
dIVlse en deux faiscea . " se
ux :
un fa � sceau latéral qui s'attache à la face dorsale


, .
un faisceau média l q Ur. s Insere
. du cuboïde (2) .
sur toute la hauteu r de l'extrémité latérale de
naviculaire (3). l'os
•Il est considéré comme le ligam ent clef de .
l'art"ICU 1 a t'Ion en quest ion.

eUNIQUE
C�tte articulation peut être le siè e
!
bifurq ué et du ligament calcanéo ub ï : �
d'un

o di
.
torse. l� palpation pression du ligament
orsal decienchera la douleur l'étirement
de ces ligaments en bloquant le .
calcaneu ' s et en amenant le cuboïde en
produira le même effet. inversion
Ce li�ment doit être investigué
sion et 1a reproduction du meca
en cas de torsi·on du pied .
. en Inver
sion et flexion
.
plantaire par la palpation'pres .
O'une main . , bloquer lecal . nlsme traumatique.
gesle's crInrqu
canéus '. de l'autre main. amener le cubo"d .
. es qui rM 1 e en Inversion (deux
ilient la douleur). '
L E S I N T E R LI G N E S A R T I C U L A I R E S ET LES L I G A M E NT S �

Fig. 99. La partie médiale de l'articulation transverse


du tarse

à
TA Elle correspond l'articulation talo-calcanëo-naviculaire. Le fait
d'amener le pied en ëversion permet de mieux dégager la tête du
talus qui s'articule en avant avec l'os naviculaire (1).
Sur la figure ci-contre, l'index est en regard du champ moyen de
la tête du talus, lequel est en rapport avec le ligament calca néo­
naviculaire plantaire. C'est une surface lisse q u i est perçue sous
l'index. Elle est encroûtée d e cartilage sur sa partie dorsale.

-�.
...� -

-
/ A R T H R O LO G I E
LA CHE VILL E fT LE PIED

L'articulation subtala ire


(articulation synoviale de type ellipsoïde)
Fig. 100. ['articulation subtalaire : vue latérale

TA l'index désigne l ' interlign e l ate ra l d e l'a rt ic u la t ion 5 u b ta l a i re. La proem i n e n c e


osseuse, en regard d e l'index, n'est autre q u e le processus l a t é r a l d u ta l u s ( 1 ) q u i
" supporte » la partie la pl us la téra le de la facette ti b u l a i r e du corps du t a l u s.

• I NSERTI ONS
Sur ce processus lateral S'Insere le Irgament talo-calcaneen ra tera i

CLINIQUE
le ligament talo-calcaneen lateral peut également être le siege d'une entorse ou
d'un étirement. la palpation-pression réveillera la douleur tout comme une mise en
" inversion . du calcanêus par rapport a u talus.

les gestes cliniques sont une palpation-pression et une répétition du mécanisme


traumatique afin de " réveiller " la douleu r.

Attention : Il faut penser à une éventuelle fracture du processus latéral du talus.

1. Processus latéral d u ta l us
2. Malléole latérale

Fig. 10l. L'articulation subtalaire : vue médiale

TA l'i nde � dési gne l' i nterligne média l de l'articulation su bta la ire.
.
la proemi nence osseuse située en regard de l'index est le
sustentaculum tali (1) qui supporte la su rface articulaire ta l aire

moyen e d u calcanéus, souvent en continuité avec l a surface
.
art iculaire tala ire antérieure du calcanéus.

CLINIQUE
�e ligament talo-calcanéen médial qui unit letuberc
ule postero- medial

� ta u.s au bord �ostêrieur du sustentaculum tali peut être le siège
d un �tlrement sUite à une torsion du pied
r: ?
en éversion. Une al ation­
slon sur le ord o têrieur du sustentaculum
��
r���; ;� : �� � � ta li ainsi u sur le
t r m dlal du talus sera douloureuse.
� Une ouverture
d� l ,
::�:����� �
li niveau, en amenant le calcanêus en êversio
n Par
onfirmera ou non cette hypothèse en
reveillant ou
l r

1. Partie posterieure du suste


ntacu l u m t a l i
2. Tubercule postéro-mé dial du talus
LA FACE A N T É R I E U R E D E LA C H E
V I L L E ...

L'a rticulation talo-crural e


(a rticulation synovia l e d e type ginglyme)
Fig. 102. Le bord latéral du versant latéral de la trochlée
du talus

TA l'index de la main proximale se place sur le bord antérieur


de l'épiphyse fibulaire, le pied étant en position neutre ; il suffit
d'amener le pied en légère flexion plantaire pour que le bord
dont il est question soit perçu sous le doigt.
Ajouter à cette action une légère adduction du pied peut rendre
cette perception encore plus aiguë.
Remarque : Ce bord, tout en étant lisse (parce que recouvert
« >1

de cartilage), est perçu comme étant tranchant


Il II.

Fig. 103. La surface articulaire malléolaire tibulaire

TA Le pied etant au depart place en position neutre. placer


l'index de la main proximale juste en avant du bord antérieur de
l'extrémité inférieure de la fibula .
À l'aide de la main distale, amener le pied en i nversion en y ajoutant
une légère flexion plantaire ; la facette articulaire en question est
1< perçue sous le doigt comme une surface lisse sous l'index.
)1

Fig. 104. Le versant latéral de la trochlée du talus

TA À partir du bord latéral repéré, il suffit de se glisser en arrière


du tendon du muscle long extenseur des orteils (1) en direction du
bord médial du pied.
Un positionnement du pied en inversion et flexion plantaire
(en faisant « saillir vers l'extérieur du pied la trochlée du talus)
1>

faCIlitera l'accès à la structure articulaire dont il est question.


/ ART HRO LOG IE
.., LA CHE VILL E ET LE PIED

Fig. 105. le bord médial du versant médial de la trochlée


du talus

ur de la
TA l'index de la main distale se place sur le bord antérie
ur de l'épiphyse
malléol e médiale , à sa jonctio n avec le bord antérie
tibiale, le pied étant en position neutre.
que le
11 suffit d'amen er le pied en légère flexion plantaire pour
il soit perçu sous le doigt. Il est préférab le
pied
bord dont est ques tion
à
d 'ajouter cette action muscula ire une légère éversion du
pour ne pas être gêné par le tendon du muscle tibial antérieu r
(1).
q ue : Ce bord qui est perçu comme étant une structure lisse
Remar
sous le doigt est beaucou p moins marqué du côté médial.

Fig. 106. La surface articulaire malléolaire tibiale

TA Après avoir placé l'index de la main distale en avant du bord


antérieur de la malléole médiale. il suffit ensuite de découvrir
Il 1)

au maxim � m la facette tibiale en amenant le pied en éversion,


tout en y ajoutant une légère flexion plantaire.
la surface articulaire en question est perçue comme une surface
lisse sous le doigt.

Fig. 107. Le versant médial de la trochlée du talus

TA � parti r du � � rd médial préalable ment repéré, i l suffit de


�� ghs�er en arrlere du tendon d u muscle tibial antérieu r (1) en
�. ��rtlr.on�.educette
Irectl bord latéral du pied.
position de départ, il est préférable d'amene r, dans
.
.
euxl �me t� r:'ps. le pied en éversion et légere flexion lantaire
afin de faire saillir la trochlée du talus au bord me. d'la 1 d U pied
1 P ,. l'accès
à la st ructure a rt'ICU aire dont il est question en sera facilité.

------
LA FACE ANTÉ R I E U R E DE LA C H E V I LLE . . . �

Les liga m e nts d e l 'a rticulation talo-crurale


Fig. 108. L e ligament talo-tibulaire antérieur

TA I l faut bien avoir presente à l'esprit l'insertion proximale (à


la partie moyenne du bord antérieur de la malléole latérale) et
son insertion distale (juste en avant de la surface malleolaire
latérale sur la face latérale du col du tal us) pour pouvoir aborder
ce ligament.
Il est quelquefois utile d'amener le pied en adduction, supination
et légère flexion p lan t a i re pour avoir un meilleur accès a c ette
structure ligamentaire.

ClINIQUE
Ce ligament est le plus frequemment touché par l'entorse, lorsque
le pied est brutalement amené en inversion et flexion plantaire. la
palpation pression sur son trajet réveille ou accentue la douleur en
cas d'entorse ou d'étirement.

Attention : une fracture « arrachement .. du bord antérieur de la


malléole fibulaire est toujours possible.

le gonflement antérieur avec ou sans ecchymose accompagne cette


lésion ligamentaire.

Fig. 109. Le ligament calcanéo-tibulaire

TA Le trajet du ligament ainsi que son insertion proximale (sur


le bord antérieur de la malléole, au-dessous du ligament décrit
figu re ci-dessus) et distale (sur la face latérale du calcanéus)
doivent être bien visualisés pour aborder correctement cette
structure ligamentaire.

CLINIQUE
En présence d'un gonflement antérieur avec ou sans ecchymose. ce
ligament doit également ètre investigué après une torsion du pied
en varus et flexion p lantai re. Une palpation-pression il son niveau,
ainsi qu'une mise en inversion du calcanéus réveille une douleur si
le ligament est atteint.
ARTHROLOG I E
LA CHE VILL E ET LE PIED /

Fig. 110. le ligament talo·fibulaire posterieur

Il est egalement i n dispe n sabl e. pour aborder correcte


ment cette
TA
st ruc t ure d'avoir bien présent a l'espnt son insertio nusprOXim ale
et en arrière
(sur la face médiale de l a malléole latérale, au-desso
du bord
de la surface articulai re) et distale (sur le tubercu le latéral
postérie ur d u talus).
Tendu entre ces deux s t r u c t u res osse uses, i l a un trajet
pratique ment horizon tal.
Remarque: I l est situé a u · d e ssous d u li g a ment t i b io -n b u l a i re
.
p osté r ieu r de l 'a rt ic u la t ion ti bio·fib u la i re inférieure

CLINIQUE
Palper le tubercule postéro-Iatéral du talus ainsi que le bord postérieur
de la malléole fibulaire li la recherche d'une douleur.
Attention : ne pas oublier que le bord postérieur du talus se posit i o nne
en dedans du tendon ca!ca n éen.

Fig. 111. La couche superficielle du ligament collatéral


médial ou deltoïde

TA JI est composé de deux faisceaux :


• un faisceau tibio-naviculaire (6) : tendu de la malléole ti bia l e à l'os
naviculaire (1) (partie antérieure) ;
• un faisceau tibio-cakanéen (7)
: tendu de la malléole tibiale
au sustentaculum tali (4) et au ligament (alcanéo-naviculaire
plantaire (3) (partie postérieure).
l'index du praticien désigne la couche superficielle d u
·
ligament dans s a globalité.

1. Os naviculaire
2. ligament tibia-talaire antérieur
3. Ligament calcanéo-naviculaire plantaire
4. Sustentaculum tali
6. ligament tibio-naviculaire
7. ligament tibio-calcanéen

CUNIQUE
: �uer une palpation-pression au niveau du corps de ce
ligament et
l r
hes à, a re<:herche d'�ne douleu � qui signe ait un possible
::��
étir t ce hgament. Une mise en tenSion
éYerSlon
' du �Ic.anéus Sur le talus confirmera ou
de cette structure par
non cette possibilité.
Rermrque : lentorse de cette structu
re est rarissime.
L E S I N T E R L I G N E S A R T I C U L A I R E S ET LES
LIGAM ENTS ,..

Fig. 112 . La couche profonde du ligament collateral medial


ou deltoïde (partie anterieure)

TA Elle est composée de deux parties :


. le ligament tLblO-lalaire antérieur,
• le ligament tlblo-talaire postérieur.
Remarque : l'index du praticien désigne le ligament tibio-talaire
antérieur qui est tendu de la malléole tibiale au col du talus.

1 . Muscle tibial antérieur


2. Muscle tibial posterieur
3. Ligament (alcanéo-naviculaire plantaire
4. 5ustentaculum tali

Fig. 113. la couche profonde du ligament collatéral médial


ou deltoïde (partie postérieure)

TA Le ligament tibio-talaire posterieur (S) s·insère sur la face


médiale de la malléole tibiale au-dessous de la surface articulaire et
jusqu·au tubercule postero-medial du talus.
Remi,rg . sur la figure ci·contre, c'est la partie la plus postérieure
du ligament qui est abordée (prés de son insertion sur le tubercule
postero-medial du talus).

1. Os naviculaire
2. Ligament tibio-lalaire antérieur
3. Ligament calcanéo-naviculaire plantaire
4. Sustentaculum tali
S. Ligament tibio-talaire postérieur
6. Ligament tibio-naviculaire
7. Ligament tibio-calcanéen

------�
�..;\�...

� LA CHEVIL LE ET LE PIED / A R T H ROLOG I E

Le ligament tibio-fibulaire postérieur


Fig. 114. le ligament tibio-libulaire postérieur

TA lorsque l'on se glisse à l'aide de J'index dans l a gouttière retro-malléolaire


latérale, le premier ligament perçu sous le doigt (en a l lant du haut vers le bas) est
le ligament tibio-fibulaire postérieur. Au-dessous de lui, on rencontre un faÎsceau
de fibres qui renforce la capsule articulaire et enfin plus bas, on est a u contact du
ligament talo-tibulaire postérieur
Remargue: Ce ligament appa rtient à " art iculation q u i unit dislalement le tibia
et la fibula la syndesmose fibulaire dista le.
:

JI existe aussi un ligament tibio-fibulaire an térieur et un liga ment i n terosseux qui


unissent ces 2 os.
MYO LOG I E

la

Gaines fibreuses et tendineuses du pied 11


2
1 Muscle long extenseur des orteils
- 12
2 - Muscle long fibulaire
3 - Muscle court fibulaire
4 Rétinaculum supérieur
-
3
des muscles extenseurs
4 13
5 Malléole latérale
-

6 - Rétinaculum inférieur
des muscles extenseurs
5
7 - Muscle 3' fibulaire 6
8 Tubérosité du cinquième métatarsien
-

9 - Muscle abducteur du V 14
1 0 - Muscle soléaire 3
1 1 - Muscle tibial antérieur 15
7
1 2 - Muscle long extenseur d e l'hallux
13 Malléole médiale
-
8 16
1 4 - Gaines tendineuses
1 5 - Muscle court extenseur de l'hallux 9
1 6 - Muscle court extenseur des orteils
17
1 7 - Muscles interosseux
12
� LA CHEV ILLE fT LE PIED / MYO LOG
IE

10
I l

12

13

"

15

12 ,.

Muscles du pied (vue mediaJe)

1 - F'Tffnief meldl,)rsi4'n 8 - Muscle 1009 flkhineur des o.tells


2· Muscle Ionq e�lens.eu' de l'h.lllu� 9 Millr�le medlale
3 - R�ina(uJum infên�1 1 0 · Mu\.Cle ub'i11 posteneUf
des muscles e.ll'n�r\ 1 1 - Gaine tendineuse
4 - Muscle tiboal anl�neul 1 2 · Muscle king f1ed1l!.seur de rhallux
S - RWn<KUtum superieur 1 ] · Tendon (alcanéen
des mU'i(Jes extenseurs 14 - Rélln,)culurn des muscles flê<hisseuls
6 · Muscle IriCf'ps �uriJl 1 5 - Tu�rosilé caJcanéenne
7 - Tibia 16 - Tubêlositë du V" mel<ltarsien

1 9 10 3 11 12 13 14

1 · Musde kmg fibulaill'


I l - Muscle coo.t extens
2· Muscle trKeps suril! eur des orteils
1 2 · Muscle )' fibulain.'
] - Muscle COU" fibutair
t'
1 3 - Tubérosité du V' �liI
4 - Fibul<l rslen
1 4 · Muscle' iJbdu<teul duV
5 · Ma!léoIe lat�1e
6 - RHioaculum !>U�l 15 - Aponévrow dor$,)lr

fibulailes
eul � musc�
16 - Musclr long uten�ur �on
rîls
17 - Musclr long r)(tros
7 -Tendon cakaneen e-ur dr t'hallu)(
18 - Rétlna.culum inférir
8- Cakanéus ur
9- �natulum lnf�r drs musc!rs r)(trnSI!'U'�
� muscle1
19 · Rél'na.culum supbir
fibulaires ur
10 - MuxIt! abdU<talr drs musclrs t)(trn�ur�
du V
20 - Musclr tibial amérla
ll
MYOLOGIE

Muscles courts du pied (vue plantairel

1 Tubérosité calcanéenne
-
8
2 Muscle abducteur de l'hallux
-

3 Aponévrose plantaire
-

4 Septum plantaire médial


-

5 Muscle court fléchisseur de l'hallux


-

6 · Faisceaux transverses 2 9
7 ligament métatarsien
-

transverse superficiel 3
8 Muscle long fibulaire
- 10
9 Muscle abducteur d u V
- 11
4
1 0 Septum plantaire latéral
-

1 1 Tubérosité du V· métatarsien
-
12
1 2 Troisième interosseux plantaire
-
9
1 3 Muscle court fléchisseur du V
-
5
13
6

7
� LA CHEV ILLE ET LE PIED / M Y O LO G I E

STRUCTURES MU SCULO-TE N DI N E U S ES
DE LA C H EVILLE ET D U PIE D

Fig. 118. Vue antérieure de la cheville et vue dorsale du pied

On distingue en faisant le (( tour


» de la chevi lle :
• le tendon du muscle long fiéchisseur des orteils au bord
• le tendon du muscle tibial antér
ieur,
• le tendon du muscle long médial du pied,
extenseur de I·hallu x.
• le muscle court exten • le tendon du muscle long fiéchisseur de l'hallux dans la
seur de l'hallu x,
• le tendon du mus cle long exte gouttière rétro- malléolai re médiale,
nseur des orteils,
• le tendon du muscle troisième • le tendon d u muscle long fiéchisseur de l'hallux a u bord
fibul aire,
• le corps musculaire du mus médial d u pied.
cle cour t extenseur des orte
ils,
• le tendon du muscle cour
t fibulaire, TA Remarque : Cette région topog
• le tendon du muscle long ra phiqu e ne doit pas étre
fibu laire, considérée au sens strict du terme
• la partie postérieure du ; elle n'est qu'un moyen
corps musculaire du mus didactique pour aborder les struc
cle court tures qui s'étend ent bien au.
fibulai re, delà d'elles au nive au du pied
.
• le tendon calcanéen.
• ACT IONS ET I N N E RVAT I O N

l postérieur il la mal léol
le tendon du muscle tibia S
e médiale,
• le tendon du muscle tibia • Voir la jam be
l postérieur au bord méd
ial du pied,
• le tendon du muscle - le grou pe mus cula Îre anté
long fléchisseur des rieur ,
orteils à la
malléole médiale, - le grou pe mus culai re latér
al,
- le grou pe mus culai re post
érieu r.
S T R U CT U R E S M U S C U LO-T E N D I N E U S E S DE LA C H E V I LLE ... ,..

Fig. 116. Le rétinaculum inférieur des muscles fibulaires

TA Sur cette figure. on aperçoit nettement la partie latérale du rétlnaculum


I n férieur des muscles extenseurs des orteils désignés par l'index et qui. après
avoir recouvert les tendons des muscles long extenseur des orteils (1) et troisième
fibulaire (2), se continuent au bord latéral du pied par le rétinaculum inférieur des
muscles fibula ires (3).

Fig. 117. les rétinaculums des muscles extenseurs

TA Sur cette figure. on distingue nettement la partie supérieure (1)


du rétinaculum des muscles extenseurs de sa partie inférieure (2).
/ MYOL O G I E
� LA CHEV ILLE ET LE
PIED

ed
Le fa sc ia do rs al du pi
pied
Fig. 118 . le fascia dor sal du
qui
t reme nt le fascia dorsa l du pied (2)
T� S u r cette fi. g u re · o n voit plusmpar iculiè
l o n g ex tenseur de rhallux (4) et le ti bi a l
t e n dons des uscles
vien t recouvrir l es
anteri eur (3).

Fig. 119. le tendon du muscle tibial antérieur

TA Un gros tendon. puissant, qui a la forme d'un cordon cylindrique


apparaît juste en avant de la malléole médiale. Il se dirige vers le bord
médial du pied où il prend son insertion principale sur le cunéiforme
médial, et envoyant une expansion au tubercule postéra·médial de la
base du premier métatarsien. Sur la figure ci-contre, la main gauche
positionne le pied en inversion et flexion dorsale. Il est demandé au
sujet de « tenir cette position. l'index de la main droite désigne
l'insertion tendineuse â la face mêdiale du cunêiforme.
'1

(UNIQUE
Ce tendon peut être le siège, en dehors d' une tendinopathie, d'une
rupture totale de ce dernier, notamment chez l'athlète qui pratique la
course à pied à très haute intensité.
-______________�__
....=
.: ___
I
S T R U C T U R ES M U S C U LO·TE N D I N E U S E S D E LA CHEVI
__
LLE. .. �

Fig. 120. Le tendon du muscle long extenseur de l'hallux

TA De ma nd er a u sUjet d'effectuer une double extension a u niveau de


l interp h a l a ngi e nne et de la mét a tarso pha la n gl enne de l'hallux. Une rési s ta n ce
' -

à
peut ètre placée à l'aide du pouce, la face dorsale de l'hallux, pour sens i b i l ise r
l e s ujet au mou vem e n t demandé. Le tendon apparaît, juste en dehors du tendon
repéré ci-dessus .
Remarque : le tendon du muscle dont il est question participe également
'
à
à l ad d u c t ion la sup i n a t ion et l a flexion dorsale de la cheville. Il s'insere
dislale ment sur la face dorsale les deux p ha l ange s de l'hallux.
,

CLINIQUE
Si les muscles de la loge antéro-Iatérale de la jambe sont hypersollicités (muscles tibial
antérieur, long extenseur de l'hallux et long extenseur des orteils), cela peut provoquer
une ténosynovite révélée par une palpation douloureuse sur le trajet du tendon designé
â
par l'index du praticien, et travers le rétinaculum des extenseurs.

Fig. 121. le corps musculaire du muscle court extenseur


de l'hallux

TA Inconstant, il constitue la partie la plus médiale du muscle court


extenseur des orteils puisqu'il constitue le chef musculairè destiné
il l'haliux.
Demander au sujet d'exécuter des extensions répétées de la
métatarso-ph alangienne de l'hallux pour tenter de le repérer au
dos du pied, juste en dehors du tendon du muscle long extenseur
de l'hallux repéré ci-dessus.
emargue · Il vient se placer sous les tendons de l'extenseur
commun des orteils, et s'insère distalement sur la base de la
pre mi ère phalange de l'hallux.
� LA CHE VIL LE ET LE PIED /
M Y O LO G I E

seur des ortei ls


Fig. 122. l e tendon du musc le long exten

TA 'est .un muSde . r �'pnder e à la flexion dorsale de la cheville et pour à l'abduc tion
� �, ,1 suffit dO
du p,e n��:�:� cette action muscul aire
dehors
au
du
sujet
tendon
faire
du muscle
appara.tre le tendon au 'veau
01 de la cheville. juste en
long extenseur de l'hallux. e nt â la face dorsale des phalanges d es quat re
. s t an ce placée g lobalem
Une resi . .
derniers orteils (pour s opposeces r a l e te n s on d es ln t erph a 1 a ng 'l ennes
' x i et
. a pour effet de fai.re ap p ar a "lt re
'

métata rso-pha langienn es de memes orteils)


les tendon s au dos du pied. . .
Remarque : Ce muscle par t i c i pe égaleme n t à l'abduct ion,
la pronatio n et a la
fle ion dorsale du pied.
x

CLINIQUE
Comme pour le long extenseur de l'haHux, un, surm�n�endror ge d� ce m uscr� .pe�t se
manifester par une ténosynovite au cou-de-p,ed a J
. .

� precrs �esr�ne . p�r


l'index du praticien (et .fi travers le rétinaculum des extenseurs), tenosynovrte reveillee
« »

par une palpation .fi cet endroit.

Fig. 123. le tendon du muscle troisième fibulaire

TA Demander au sujet une abduction, une pronation et une


flexion dorsale du pied à laquelle on peut ou non s'opposer en
plaçant une prise au bord latêral du pied, comme sur la figure ci­
contre.
le tendon apparaît en dehors du tendon du muscle long extenseur
des orteils destiné au cinquième orteil. Il se dirige vers la face
supérieure de la base du cinquième métatarsien qui est son
insertion distale.
1II.ïi1!Ù 1l est inconstant.

Fig. 124. le corps musculaire du muscle court extenseur


des orteils

TA Demander au sujet une extension des interphalangiennes et


des métatarso-phalangiennes des orteils de manière globale (le
cinquième orteil n'est pas concerné par ce muscle).
Le corps musculaire apparaît en dehors des tendons des muscles
longs extenseurs des orteils (1) et troisième fibulaire (2), en avant
de la malléole latêrale et en dedans du tendon du muscle court
fibulaire (3).
marque : L'opposition placée au bord latêral du pied par la main
distale a pour but de faire saillir les structures tendineus
« encadrent le muscle recherché - l'index le désigne esquiquiforme
n
_,

la plupart du temps un corps musculaire globuleux s'insérant


Il n,

Sur Je segment antérieur de la partie supérieure


Il est le seul muscle intrinsèqu e à la face dorsaledudu calcanéus
pied.
.
S T R U C T U R E S M U S C U LO 'T E N D I N E U S E S DE
LA CHEV ILLE ... .,.

Fig. 125. Le tendon du muscle court libulaire

TA Le pied étant placé en position neutre, il est demandé au


sujet d'effectuer une abduction pure d u p i ed
la main distale peut s'opposer â cette action musculaire sur le
.

bord latéral du p i ed
La main proximale désigne a l a i de de l'index la structure
.

'

recherchée.
Remarque : Ce tendon passe au-dessus de la trochlée fibulaire,
et vient s'insérer distalement sur la base du tubercule du
cinquième métatarsien.

ClINIQUE
Une rupture du rétinaculum supérieur des tibulaires entraîne
une luxation du long fibulaire en avant de la malléole latêrale.
Cette anomalie (ou ce dysmorphisme) peut également être
constitutionnelle.

Fig. 126. Le tendon du muscle long fibulaire

TA L'action demandée au sujet peut être identique â celle décrite


ci·dessus. Cela peut suffire a faire a ppa ra it re le tendon au bord
latéral du pied juste avant son entrée dans l a go uttiè re de l'os
cuboïde. On peut y ajouter une pron ati on et une flexion plantaire.
Remarque ; Ce tendon passe en dessous de la trochlée fibulaire
et vient s'insérer distalement sur le tubercule postéro-Iatéral de
la base du premier métata rs ien . Il envoie le p l us souvent une
expansion au cunéiforme médial, au deuxième métatarsien et au
premier muscle interosseux dorsal.

CLINIQUE
Comme pour le court fibulaire, un défaut de profondeur de la gouttière
rétro-malléolaire où passent ces deux tendons peut être incriminé.
la ténosynovite des fibulaires setraduit par une sensibilité à la palpation
de ces mêmes tendons. le tubercule du cinquième métatarsien peut
être douloureux ainsi que la mise en inversion passive du pied et
l'éversion résistêe du pied.

...
�"It" �
..
.\ � , ---'-
� LA CHE VILL E ET LE PIED /
MYOLO G I E

re
Fig. 127. le corps muscu laire du muscle court 1ibulai

TA l'action muscula ire demand ee au sujet est Identiq


ue à celle
décrite dans la figure 125. .
le corps muscula ire (1) est accessIble un peu au-dessu s de la
malléole latérale, en arriere et en avant du tendon du muscle long
fibulai re.
Selon les sujets, le corps musculai re peut être plus a p parent en
avant ou en arrière du tendon du muscle long fibulalre.

Fig 128. Approche latérale et postérieure du tendon caleanéen


.

TA Le tendon étant superficiel, il ne p résente aucune difficulté d'accès.

(UNIQUE

Ce tendon peut être le siège d'une tendinopathie 9 ui peut d �éné �er en tend in ose
.
.
(tendon qui sefibrose et s'épaissit ; épaississement qUi est appreCle de VISU a, la palpation,
notamment lorsque le sujet néglige ou sous-estime la lésion en ne respectant pas les
délais). Il peut aussi être le siège d'une rupture partielle ou totale.

Fig. 129. Approche a ntéro-Iatérale et antéro-médiale du tendon


calcanéen

TA Il suffit de repousser vers l'extérieur du pied le tendon, à l'aide du pouce, pour


avoir accès à la partie antéro-Iatérale de ce même tendon qui peut être investigué
à l'aide de glissements pulpaires en va-et-vient De la même manière, il suffit
H lI.

de repousser vers l'intérieur du pied le tendon à l'aide du pouce, pour avoir accès â
la partie antére-médiale de ce même tendon.

CLINIQUE
Cette approche palpatoire permet de détecter
les nodules ou les micro-ru ptures qui
siègent au niveau du tendon et qui signent
u n tendon fragilisé, potentiellement à
risque pour une rupture partielle ou totale.
S T R U C T U R E S M U S C U LO-T E N D I N E US E S DE LA CH
EVILLE . .. �

Fig. 130. Le tendon du muscle tibial postérieur à la malléole


médiale

TA Le pied étant placé en flexion plantaire, il suffît de demander au


sujet de réaliser une adduction du pied, à laquelle on oppose une
résistance au bord médial.
Le tendon apparaît au bord posterieur de la malléole médiale.

CLINIQUE
La femme d'un certain âge, souffrant d'obésité et présentant un pied
plat valgus. présente un ri sque potentiel de rupture de ce tendon.
Chez l'homme ('est la pratique intensive du jogging avec le même
trouble morphostatique du pied (pied plat valgus) qui peut aboutir au
même résultat. la luxation est également possible. avec un tendon qui
passe en avant de la malléole médiale.

Fig. 131. Le tendon du muscle tibial postérieur


au niveau de l'os naviculaire

TA la technique de mise en tension du tendon est identique il celle


décrite ci-dessus.
Après avoir contourné la malléole médiale, le tendon parcourt le
bord médial du pied, et s'insère sur la tubérosité de l'os naviculaire
- désigné par l'index sur la figure ci-contre -, ainsi que sur tous les
os du tarse (sauf sur le talus), et sur tous les métatarsiens (sauf les
deux extrêmes : premier et cinquième métatarsiens).

Fig. 132. Le tendon du muscle long fléchisseur des orteils


à la malléole médiale

TA Une main se place à la face plantaire des quatre derniers


orteils afin de solliciter des flexions répétées et rapides de ces
mêmes orteils. Ces actions musculaires répétées seront perçues
au niveau de l'autre main qui se place en arrière du muscle tibial
postérieur (1). l'index montre le tendon d u muscle long fléchisseur
des orteils (2), lui aussi placé en arrière de la malléole médiale.

-
-, '''''-
'''-:: �
� -----�-�-
-
LA CHE VILL E ET LE PIED / MYO LOG I E

Fig. 133. le tendon du muscle long fléchisseur des orteils


au bord médial du pied

TA Après avoir contourne la maJieole medlale, dans une gaine


osteo-fibreuse specifique, le tendon croise le ligament deltoïde de
l'articulation de la cheville et parcourt la gouttière creusée à cet
effet sur le sommet du sustentaculum ta".
Sur la figure ci-contre, l'index se place au niveau de cette gouttière.
Par la su ite, le tendon du muscle long fléchisseur des orteils (2) se
positionne à la face planta ire du pied.

Fig. 134. le tendon du muscle long fléchisseur de l ' hallux


dans la gouttière rétro-malléolaire médiale

TA Une main se positionne à la face plantaire de l'hallux pour


solliciter des flexions répétées et rapides de ce même hallux.
Ces actions musculaires répétées seront perçues dans la gouttière
rétro-malléolaire médiale â distance de la malléole médiale et tout
prés du tendon calcanéen.
lIam!�· Le tendon (3) du muscle concerné qui apparaît sur la
figure ci-contre n'est pas visible chez tous les sujets.

ClINIQUE

le football, le saut en hauteur et la danse classique sont des pratiques


s�ortjves qui peuvent amener une tenosynovite en question. le
risque est majoré si un os trigone (os surnumeraire) est présent sur le
tubercule postera-Iateral du talus. D'autres facteurs entrent en cause
pour justifier ce type d'accident.

Fig. 135. le muscle long fléchisseur de l'haflux : gros plan


sur le corps musculair e
1----

légende des figures 133, 134, 135


1. Muscle tibial postérieur
2. Muscle long fléchisseur des orteils
3. Muscle long fléchisseur de l'hallux
S T R U C T U R E S M U S C U LO - T E N D I N E U S E S D E LA C H
E VI L LE ...
�--------------------------�=----

Fig. 136. Le tendon du muscle long fléchisseur de l'hallux


a u bord médial du pied

TA Au-delà de l'articulation talo-crurale, le tendon se glisse dans


la gouttière de la face postérieure du talus (entre les tubercules
postera-latéral et postéro-médial) et se positionne au-dessous
du tendon du muscle long fléchisseur des orteils (2) dans une
gouttière spécifique creusee au sein de la face médiale du
calcanéus, au-dessous du sustenlacu lum tali.
Remarque : I l peut être intéressant comme sur la figure ci-contre
de mettre en tension le tendon du muscle tibial postérieur (l) car
ce dernier sert de point de repère pour la recherche du tendon
dont il est question.

CLINIQUE
la gaine de ce tendon commence à la malléole tibiale et se termine
a u niveau d e l'os naviculaire. Face à un e suspicion d e tenosynovite, il
faut avoir à l'esprit cette dimension de la gaine pour une palpation
cor recte.

Fig_ 137_ le tendon du muscle


long fléchisseur de
l'hallux : approche
latérale

TA le corps musculaire du muscle


long fléchisseur de l'hallux est
aussi palpable en dehors du tendon
calcanéen.
LES M USCLES INTRIN S ÈOU E S D U PI E D -

Fig. 138. Vue dorsale du pied


Fig. 139. Vue plantaire du pied

les structures musculaires acces


sibles à la palpation sont
.
• le muscle court extenseur des
orteils
• le muscle court exte '
nseur de l'hall ux
• le muscle abducteu
'
r du petit orteil
• le muscle court fléch

• le muscle Opposa

isseur du peti orteil
'
nt d u petit
' ortei l : visualisation de son
action,
• le mus cle abdu cteu
r de l'hal lux,
• le mus cle cou rt
fléchisseur de l'ha Ilux,
• 1e mus cle add ucte
ur de l'hal lux.
• le mus cle carr é
plantaire,
• le muscle court fléchiss .
eur des a rtell s : Visu alisa
. . tion de son action,
• les muscles interosseux .
plantaires et dorsaux : visu
alisa tion de leur s actio ns.
L E S M U S C L E S I N T R I NS È Q U E S DU P I E D

• A CTI ON S

• M usc l e court extenseur des orteils : il étend les premières phalanges d e s quatre premiers orteils e t le s incline latéralement.
• Muscle court extenseur de l'hallux : extenseur de l'hallux.
• Muscle abducteur du petit orleil : abducteur d u petit orteil.
• Muscle court fléchisseur d u petit orteil : fléchisseur du petit orteil.
• Muscle opposant d u petit orteil : attire en dedans le cinquième métatarsien.
• Muscle abducteur d e l'hallux ,
� Abducteur de la première phalange de l'hallux sur le premier métatarsien.
� Fléchisseur et abducteur d e l ' hallux.
• Muscle court fléchisseur d e l ' hallux , fléchisseur d e l'hallux.
• Muscle adducteur d e l'hallux , adducteur et fléchisseur d e l'hallux.
• Muscle carré plantaire , il stabilise le fléchisseur commun des orteils e n le tractant latéralement.
• Muscle court fléchisseur des orteils , fléchisseur de la deuxième phalange des quatre derniers orteils sur la première
phalange et fléchisseur de la première phalange sur le métatarsien correspondant.
• Muscles interosseux plantaires et dorsaux :
� Fléchissent la première phalange des orteils ;
� Les muscles interosseux dorsaux écartent les orteils de l'axe du pied (c'est-à-dire du deuxième orteil) ;
� Les muscles interosseux plantaires rapprochent les trois derniers orteils de l'axe du pied.

• I N N E RVAT I O N S

• Court extenseur des orteils , n e r f 1ibulaire profond (L4, L5, 51)


• Court extenseur de l ' hallux , nerf 1ibulaire profond (L4, L5, 51)
• Abducteur du V , nerf plantaire latéral (51, 52)
• Court fléchisseur du V , nerf plantaire latéral (51, 52)
• Opposant du V , nerf plantaire latéral (51, 52)
• Abducteur de l' hallux , nerf plantaire latéral (51, 52)
• Court fléchisseur de l ' hallux , nerf plantaire médial (L5, 51)
• Adducteur de l ' hallux , nerf plantaire latéral (51, 52)
• Carré plantaire , nerf plantaire latéral + médial (51, 52)
• Court fléchisseur des orteils , nerf plantaire médial (L5, 51)
• Interosseux plantaires et dorsaux , nerf plantaire latéral (52)
� LA CHE VILL E ET LE PIED 1 MYO LO G I E

ation et situatio n
Fig. 140. le muscle court extenseur des orteils - Visualis
topographiq ue

TA C'est le seul muscle (1) faisant partie de la région dorsale du pied.

• I N S E RTIONS
• Ce muscle s'Insere en arnere sur la partie antero JateraJe de la face dorsale de la grande
-

apophyse du calcaneus
• Il se termi n e en avant par quatre tendons ;
- le premier sur la face dorsale de la base de la première phalange de rhallux,
- les trOIS tendons lateraux, sur le bord lateral du tendon long extenseur des orteils,
destines aux deuxième. trolSleme et quatrième orteils.

Fig. 141. Le muscle court extenseur des orteils

TA Il suffit de demander au sujet d'executer une extension des


quatre premières phalanges des orteils correspondants, avec ou
sans résistance. pour percevoir le corps musculaire (1), en avant
de la malléole latérale et en dehors du tendon du muscle long
extenseur des orteils (2). Au-delà le muscle est plus difficilement
perçu, car il est recouvert par le long extenseur des orteils.

Fig. 142. Muscle court extenseur de l'hallux

TA Il fait partie d u muscle court extenseur des orteils. L'action musculaire


demand �e est identique à celle décrite dans la figure ci-dessus. Le corps
musculaire est perçu en avant du rétinaculum inférieur des muscles extenseurs
des orteils (fig. 116 et 117). en dedans d u tendon d u muscle long extenseur des
orteils (fig. 123).
L E.:.S M...:U S CLES INTR I N SËQUE S DU PIED
..J._-------�---�-----=========__..: _

Fig. 143. Terminaison des tendons du muscle court extenseur des orteils
au niveau des deuxième et troisième orteils

TA lOaclion musculaire demandée est identique à celle demandée dans la


figure 141 ; une prise pulpaire trj·digitale placée à la face dorsale des orteils
u »

tend â amener ces derniers en flexion plantaire pour faire apparaitre les tendons :
celui qui se jette sur le tendon de l'extenseur des orteils destiné au deuxième
orteil (1) et celui qui s'attache au tendon de l'extenseur des orteils destiné au
troisième orteil (2).

légende fig. 143


1. Tendon d u court extenseur des orteils destiné au deuxième orteil
2. Tendon du court extenseur des orteils destiné au troisième orleil

Fig. 144. Gros plan sur la terminaison des tendons


du muscle court extenseur des orteils pour les 2',
3', et 4' orteils

Fig. 145. Le muscle abducteur du petit orteil

TA Placer une large prise pulpaire au bord latéral du pied et demander des
abductions répétées du cinquieme orteil. la contraction musculaire
' est tres bien
perçue sous les doigts.

• I NS E R T I O N S

• arrière :
En
- sur la tuberosltë postëro-Iatérale de la face inféneure du calcaneus,
- sur l'aponevrose plantaire,
- sur la tubérosité du CinqUième métatarSien
• En avant
A l a partie plantaire laterale de la base de la premlere phalange du cmqUieme orteil
� LA CHEV ILLE ET LE PIED / MYO LO G I E

Fig. 146. Le muscle court fléchisseur d u petit orteil

TA " convIent de placer une prise pulpaire " b.-dIgitale " a la


face plantaire d u
du
cinquième métatarsie n, e n déplaçant légërement l a prise vers Je bord media!
du petit
pied. E n dehors, l e corps musculaire est recouvert par l e muscle abducteur
orteil.

• I N S E RTIO N
• En arrlere
- sur la pa tie laterale de la crête du cubolde ;
r
- sur la gaine du long fibulatre ;
- sur la base du Clnquleme metatarSlen
• En avant sur la face plantaire de la base de la preml€re phalange du (Inquleme orte.1

Fig. 147. Visualisation de l'action du muscle opposant


du petit orteil

TA Il a pour action d'amener le cinquième métatarsien en dedans.


Il appartient comme les deux muscles cités ci-dessus
au � roupe musculaire latéral. Il ne peut être palpé isolément et il
est Inconstant.

• INSERTION

• En arrière :
- sur la pa �tie latérale de la crête du cuboïde ;
-sur la gaine plantaire du long fibulaire.
• En avant : Sur le bord latéral de toute la longue
. tarSlen.
meta ur du Cinquième
L E S M U SCLE S INT R I N SÈQU ES DU P I E D

Fig. 148. L e muscle abducteur de l'hallux

TA I l suffît de placer une large prise pulpaire au bord médial du pied, et de


demander au sujet une abduction de l'hallux sur le premier métatarsien.
Si le sujet n'est pas en mesure d'effectuer ce type d'action musculaire . demander
alors une flexion de l'hallux sur le premier métatarsien : la contraction musculaire
est bien perçue au bord médial du pied, notamment à la face plantaire du
cunéiforme médial et de l'os naviculaire.

• I N SERTION
• E n arrière :

- sur la tubérosité postèra- méd iale de la face I n férieure du ca!canéus .


- sur l'aponévrose plantaire.
• En avant .
- sur le sesamolde médial :
- sur le bord médial de la base de la première phalange de l'hallux

Fig. 149. le muscle court fléchisseur de " hallux

TA À raide d'une prise pulpaire " bi-digitale » la plus large possible, il faut se placer
à la face plantaire du premier métatarsien, en arriêre des os sésamoïdes. en se
déplaçant légèrement du côté médial du pied pour percevoir le faisceau médial.
Pour le faisceau latéral, il faut alors déplacer la prise vers le bord latéral du pied en
se souvenant que ce dernier faisceau est partiellement recouvert par le tendon du
muscle long fléchisseur de l'hallux. L'action demandée est la flexion du gros orteil
sur le premier métatarsien.
Remarque : La superposition des différentes structures m usculaires rend la
perception isolée difficile.

• I N SERTIONS
• E n arrière :
- sur la face plantaire des cu néïformes i n termédiaire et raterai (deuxième et trOisième
cunéiformes) ;
- sur le ligament cakanéo·(uboïdien ;
- sur les expanSions du muscle tibial posténeur.
• En avant, par l'i ntermédiaire de deux faisceaux :

- un faisceau médial sur te tendon de l'abducteur de l'hallux .


- un faisceau latéral sur le tendon de l'adducteur de l'hallux
.., LA CHEV ILLE fT LE PIED / MYO LO
GIE

Fig. 150. le muscle adducteur d e l'hallux

faut placer une large prise à raide du pouce à la face plantaire du premier
TA Il
espace metatarsien en se plaçant plutôt du côté latéral. ri suffit alors de demander
au sujet une flexion de l'ha flux sur le premier métatarsien pour percevoir la
contraction musculaire sous les doigts. Cest au niveau du faisceau oblique qu'est
perçue la contraction, faisceau musculaire confondu avec le faisceau latéral du
muscle court fléchisseur de l'hallux. la perception de la contraction est difficile.
• INSE RTIONS
. Onglne par l'intermediaire de deux faisceaux
- Faisceau oblique
. sur la crête du cuborde .
. sur la partie plantaire du cuneiforme raterai et sur la base des trQISleme et quatneme
metatarslens ;
- sur le ligament calcaneo-cuboldlen :
- sur les expansions sur le tibial postérieur
-Faisceau transverse sur la capsule des troisieme, quatrleme et cinq uieme articulations
métatarso-phalanglennes
• Terminaison
- sur le sesamolde latéral ,
- sur le bord lateral de la base de la premlere phala nge de l 'hallux.

Fig. 151. Visualisation de l'action du muscle carré plantaire

TA Sur la figure ci-contre, les doigts se placent approximativement à la jonction


du muscle avec le �ord latéral du tendon du muscle long sseur des orteils.
. Du fal.t .de s�n obliquité, le tendon du musclefléchi
long fléchisseur des
o�ells a,�endance a Imprimer au pied et aux orteils une certain e déviation. La
raison d.et�e du �.uscl.e dont nous parlons est de corriger cette tendan ce .
De ce fait, Il participe a la flexion des quatre derniers orteils.
• INSERTIONS

•Origine : par l'intermédiaire de deux chefs.


- un chef latêral sur la face plantaire -
· d u ca 1 caneus et sur le ligame
nt calcanéo-cubo"idien
plantaire ;
�un �he� médial sur la partie concave de la face médiale du calcan
• ermtnalson : sur le bord latéral du tendo
n du long fléchisseur deséus ort�ils.
LES MUS CLES INTR INSÈ QUE S D U PIED

Fig. 152. Visualisation de l'action du muscle court fléchisseur des orteils


TA Une prise empaumant le pied par le bord médial ou lateral permet de placer
une large prise pulpaire à la partie médiane et plantaire d u pied.
JI suffit ensuite de demander des flexions répétées des orteils sur les métatarsien s
pour percevoir la contraction musculaire sous les doigts.
Remarque : I l y a superposition des tendons décrits ci-dessus avec ceux du muscle
long fléchisseur des orteils.

Fig. 153. Visualisation de l'une des actions des muscles


interosseux plantaires et des muscles lombricaux

TA La figure ci-contre visualise la flexion des premieres phalanges


sur les métatarsiens des quatre derniers orteils. Le gros orleil,
contrairement à ce que montre la figure, n'est pas concerné par
cette action. Les muscles interosseux plantaires fléchissent la
première phalange des quatre derniers orteils, et rapprochent les
trois derniers de l'axe du pied (qui passe pa, le deuxième orteil).
Les muscles lombricaux fléchissent la première phalange des
quatre derniers orteils et étendent les deux autres phalanges sur la
première.
• INSERTIONS
• Muscles interosseux plantaires ; au nombre de trois, ils s'insèrent sur la
face médiale et le bord plantaire des troisième. quatflème et cinquième
métatarsiens. et se terminent à la partre médiale de la base de la
premIère phalange de rorterl correspondant
• Muscles lombricaux :

Au nombre de quatre, Ils S'Insèrent sur les deux bords des troiSIème.
quatrième et cinquième tendons du long fléchisseur des orteils (sauf
_

le premIer 10mbrICai qui s'insère sur le bord medlal du tendon du


deuxième orteil).
_ Ils se terminent sur la partIe médiale de la base de la premIère phalange
des quatre derniers orteils avec une expansion au tendon extenseur
correspondant.
PIE D / MY OL O G I E
LA CH EV ILL E ET LE

inteross eux dor sal


Fig. 154 . Le premier mus cle

TA
, proehe des muscles interosseux dorsaux est possible dans les quat re
lap
espaces intermêtata rsiens" u'on les plaque sur les faces
Ils sont directement accessibles sous 1es d igts lorsq
0

latérales des métatarsien s.

Fig. 155. Visualisation de l'une des actions principales des museles


interosseux dorsaux

TA Sur la figure ci-contre, c'est l'aclion d'abduction des deuxièm�" troÎsièm� et .


quatrième orteils par rapport â ['axe du pied (passant par le deuxleme orteil) qUI
est privilégiée.
l!liilll�' Ces muscles fléchissent également la première phalange des quatre
derniers orteils.
• I N S E RTIONS

•Au nombre de quatre. ils s'insèrent sur les faces latérales et médiales des premier,
deuxième, troisième et quatrième mëtatarsiens et sur la face mëdiale du Cinquième
mëtatarsien.
• Ils se terminent sur la face latërale des deuxième, trOisième et quatrième phalanges (pou r
les deuxième, troisième et quatrième interosseux dorsaux). Le premier interosseux dorsal
se termine aussi sur la face médiale de la première phalange du deuxième orteil.
- le deuxième interosseux dorsal se termine sur la face latérale de la base de la première
phalange du deuxième orteil.
- les troisième et quatrième se terminent pour chacun d'entre eux sur les faces latérales
de la base des premières phalanges des troisième et quatrième orteils.
.._.._ Il est clair que les différentes actions analytiques muscles
intrinsèques du pied sont de peu d'importance face à la fonctiodes
n globale de ces
mêmes muscles lorsqu'on les considère comme un ensemble indissociable sur le
plan fonctionnel.
Vu sous cet angle, on devine leur rôle considérable au cours de la marche et
dans la station debout, sans oublier l'extraordinaire adaptation dont ils font
preuve lorsque le sujet est amené à se déplacer sur des surfaces hétérogènes
extrêmement variables (terrain sablonneux, caillouteux, etc).
N E R F S ET VAIS SEAU X ,..

N E R FS E T VA I S S E A U X

14

lS n

1 • Nerf fibulaire commun


8 2 - Tendon du biceps fémoral
3 - Rameau articulaire
6 4 - Tête de la fibula

16
5 - Muscle long fibulaire
6 - Nerf tibulaire superficiel
7 - Rameaux du nerf cutané sural latéral
17
8 - Muscle long extenseur des orteils
9 - Muscle court fibulaire
la - Nerf cutané dorsal intermédiaire
11 -
-
Nerf cutané dorsal médial
12 Nerf cutané dorsal latéral
1 3 - Nerfs digitaux dorsaux
14 - Nerf cutané sural latéral
15 - Nerf articulaire récurrent
1 6 - Nerffibulaire profond

8
18 -
1 7 Muscle tibial antérieur
18 - Muscle long extenseur de l'hallux
19 - Rameau latéral 4
9
-
du nerffibulaire profond
10 2 0 Court extenseur d e l'hallux
21 - Court extenseur des orteils
11 Nerf flbulalre com �un
22 - Rameau médial
du nerf fibulaire profond (innerv " ,ee

1 • Nerf culané sural lalêral

19 2 · Nerf /ibulaire superficiel


3 · Nerf sural via le rameau
20
12 21
(ulané dorsal latéral
4 · Nerf frbulaire profond
22
13
Il

Nerf t i b i a l
2
3 1 - Nerf ti bial
12 2 - Nerf cutané sural médial
3 Rameaux articulaires
-

4 - Muscle plantaire
5 - Muscle gastrocnémien
5 5 6 - Muscle poplité
7 Muscle soléaire
-

8 - Muscle tibial postérieur


9 Muscle long fléchisseur des orteils
6 -

la Rameau calcanéen médial


--

11 - Nerf fibulaire commun


12 Nerf cutané sural latéral
7
-

13 - Muscle long fléchisseur de l'hallux


14 - Nerf sural
15 - Rameau calcanéen médial
16 - Nerf cutané dorsal latéral

13

1 -_---\-, '-I
la ------+ -1
1r��---- 1 4
.-1"'''''---- 1 5
X)'......;;::"""I..---- 1 6
N E RFS ET VAISSEAUX

Innervation
8 de la plante du pied
9
1 Nerf tibial
- Nerf plantaire médial
-

2
3 � Muscle abducteur de l'hallux et nerf

10
correspondant
4
11
- Muscle court fléchisseur de l'hallux
et nerf correspondant
5 - Premier muscle lombrical

12
et nerf correspondant
6 - Nerfs digitaux plantaires communs

13 7 - Nerfs digitaux plantaires propres


8 - Rameau calcanéen latéral
du nerf sural

14 9 - Rameau calcanéen médial


1 0 - Nerf du muscle abducteur
15
du petit orteil
1 1 - Muscle court fléchisseur des orteils
et nerf correspondant
12 - Muscle carré plantaire

4 6
et nerf correspondant
' 3 - Muscle abducteur du petit orteil
16 14- Rameau profond
des muscles interosseux
1 5 - Rameau superficiel
6 7 du 4! muscle interosseux
16 - 2e, 3e et 4e muscles lombricaux

Aires sensitives
de la plante du pied

1 • Nerf tibial
(rameaux calcanéens médiaux)
2 • Nerf sural via les rameaux calcanéen
latéral et cutané dorsal latjral
3 · Nerf saphène
----tl--- 3 4 · Nerf plantaire latéral
5 · Nerf plantaire médial

4
SSEAUX
PIED / N E R F S ET VA I
LA CH EV ILL E ET LE

ERFS
LE S PRIN C IPAU X N

Fig. 156. Vue médiale de la cheville et du pied Fig. 157. Vue antérieure de la cheville et dorsale du pied
1. Le nerf fibulaire superficiel
2. Le nerf cutané dorsal intermédiaire
3. l téral dorsal latéral
Le nerf col a
4. l'a nastomose entre le nerf cutané dorsal intermédiaire et le nerf cutané dorsal latéral
S. Le nerf tibial
6. l'a rtêre tibiale postérieure
7. L artè re dorsale du pied
8. La grande veine saphène
'

9. Le nerf saphène

les structures remarquables accessibles à la palpation sont :


• le nerf fibulaire superficiel,

• le nerf cutané collatéral dorsal,

• le nerf saphène,

• le nerf sural,

• le nerf tibial postérieur,

• le nerf fibulaire profond.


LES P R I N C I PAUX N E R F S �

ig
F . 158. Le nerf fibulaire superficiel

TA Pour l'investigation de ce nerf, il y a deux possibilités :


SOitle rechercher assez haut au niveau du segment jambier
(approx i m a tivement à l'union des deux tiers proximaux et du tiers

distal de la pa rti e antéro-Iaterale de la jambe),


• so it beaucoup plus bas au niveau du cou-de-pied.
Remarque : Dans les deux cas de figure, il devient sous-cutané
a p rès avoir perforé l 'apo n év rose jambière.

CLINIQUE
la douleur et/ou les troubles sensitifs sont signalés par le patient sur le
dermatome concerne. Amener passivement ravant-pied et les orteils
en flexion plantaire et donc réveiller ou exacerber la douleur et/ou les
paresthésies. la palpation-pression est également un geste clinique
u
q i déclenche les symptômes cités ci-dessus. les causes peuvent être :
- un choc direct sur le trajet du nerf (pratique sportive ou accident de
r n
la ci culatio ) ;
- une entorse de cheville en inversion et flexion plantaire, mouvement
qui étire brutalement le nerf (le nerf peut être étiré proximalement
au col de la fibula et/ou distalement par des attaches sous-cutanées) ;
- des microtraumatismes répétés à l'occasion du port de talons hauts
(qui " propulse " le talus en avant) avec des lacets ou
des lanières q i u
compriment le nerf sur son trajet.
Quand l'atteinte du nerf fibulaire superficiel est distale, si le nerf
cutané dorsal médial est touché, on aura une douleur sur la partie
dorso-médiale du pied ; si le nerf cutané dorsal latéral est touché, alors
on aura une douleur sur le dos du pied.

Fig. 159. Le nerf cutané dorsal latéral (branche du nerf sural) (3)
et l'anastomose (4) (inconstante) entre le nerf cutané dorsal
intermédiaire (2) et le nerf cutané collatéral dorsal latéral (3)

TA On visualise bien sur cette figure le nerf fibulaire superficiel (nerf musculo­
cutané) dans la partie distale et antéro-Iatérale du segment jambier. Il se poursuit
ensuite à partir de la malléole latérale par le nerf cutané dorsal intermé�iaire (2)
qui chemine le long du troisième espace métatarsien.
Le nerf cutané dorsal latéral (3). prolongement du nerf saphène latéral qui (4)
chemine le long du bord latéral du pied est bien visible. ainsi que l'anastomose
passe, sur la
entre les deux structures nerveuses citées ci-dessus, anastomose qui
figure ci-contre. bien au-delà de la grande apophyse du calcaneus (5).
Remarque : l'anastomo se entre les nerfs cutanés dorsal latéral et dorsal
intermédiaire n'est pas constante.
� LA CHEV ILLE ET LE PIED 1 N E RFS ET VA ISSE AUX

Fig. 160. le nerf cutané dorsal intermédiaire

TA Vue lateraJe de ce nerf dont les rapports topographiq ues avec


les autres éléments nerveux de la région ont ete decnts ci-dessus.
le nerf est désigné par l'index du praticien.

Fig. 161. le nerf cutané dorsal média'

Pour mettre en tension cette structure, il suffit de placer le pied en


flexion plantaire. Le nerf se dirige vers le bord médial du pied et de
l'hallux.
Même remarque que pour le nerf fibulaire superficiel.
le nerfest désigné par les 2 doigts du praticien.

Fig. 162. le nerf saphène

Pour le mettre en tension, i l faut amener le pied en éversion. Ce


nerf est accompagné dans son trajet par la veine sap'hène.
le nerf est désigné par l'index du praticien

Fig. 163. le nerf sura' (1)


L E S P R I N C I PAUX NERFS '

Fig. 164. Le nerf tibial postérieur


TA I l est désigné par l'index d u praticien dans la go u ttière rétro ­
ma l léo laire méd ia le.
ClINIQUE
Syndrome canalaire du tunnel tarsien médial
Il s'agit de douleurs ou de paresthesies recouvrant le dermatome
des nerfs plantaires et du nerf calcanéen medial. La région rétro­
malléolaire médiale peut être gonflée et/ou tuméfiée. la palpation­
pression, au niveau de la région médiale en allant au contact des
nerfs, permet de déclencher la douleur et les éventuelles paresthésies
(pouvant irradier distalement et/ou proximalement dans le mollet.
Une mise en valgus du ca Ica né us peut aggraver les symptômes alors
que sa mise en varus peut les diminuer. les causes peuvent être ;
- une fracture de la malléole médiale,du talus ou encore du ca1canéus ;
•les suites de pratiques comme la randonnée, le marathon, la marche
militaire... ;
· des troubles statiques du pied (notamment un valgus prononcé du

ca1canéus) ;
des ténosynovites mécaniques ou inflammatoires des muscles
·

passant dans le canal tarsien médial (tibial postérieur, long fléchisseur


des orteils, long fléchisseur de l'hallux) ;
• des stases veineuses â ce niveau.

Fig. 165. Le nerf tibulaire profond

Le nerf passe sous le rétinaculum des extenseurs, se divise en 2 branches :


•une latérale qui innerve le court extenseur des orteils ;
•médiale qui innerve le premier interosseux dorsal (branche motrice) et une
branche sensitive qui vient innerver le territoire sensitif situe entre l'ha/ux et le
premier orteil.
CLINIQUE
Suivant le niveau de l'atteinte (au-dessus ou au-dessous de la division du nerf en 2 branches
terminales), nous aurons des troubles moteurs avec un testing déficitaire de l'extension des
orteils, ou des troubles purement sensitifs (douleurs ou paresthésies) lorsque la branche
médiale sera atteinte. Ces douleurs sont réveillées ou exacerbées par la palpation-pression
et/ou par l'étirement du nerf. les causes peuvent être :
- un traumatisme direct (chute d'un objet lourd sur le dos du pied, footbalL.) ;
. le port de talons hauts qui .. propulse .. Ietalusen avant contre lerétinaculum desextenseurs
et la compression des lanières (donc double compression intérieure et extérieure).
le port de chaussures de sport avec des lacets trop serrés peut comprimer la branche
sensitive médiale du nerf.
PIED / N E RFS ET
VA I S S E A U X
� LA CH EV ILL E ET LE

SE A U X
LE S PRIN CI PAU X VAIS

Fig. 166. Vue antérieure de la cheville et du pied Fig. 167. Vue médiale de la cheville et du pied ' .

1. le tendon du muscle tibial antérieur


2. Le tendon du muscle long extenseur de l'hallux
3. le tendon du muscle long extenseur des orteils
4. le rétinaculum inférieur des muscles extenseurs des orteils
S. �artère dorsale du pied
6. La grande veine saphène
7. L'artère tibiale postérieure
8. le nerf tibial
9. le nerf saphène
10. le nerf fibulaire profond
LE S PRIN CIPA UX VAI SS EAUX '

Fig, 168, l'artère tibiale postérieure et le nerftibial


postérieur

TA L'artère fait son entree dans la gouttière retro-malléolaire


médiale en se plaçant entre le muscle long fléchisseur des orteils
situé en avant et le muscle long fléchisseur de l'hallux situé en
arrière.
La prise du pouls et donc sa localisation en sera facilitée si le pied
est préalablement placé en légère inversion afin de relacher les
différentes structures molles de la région.
Le nerf tibial se palpe juste en arrière de l'artère ; il est perçu sous
les doigts comme un cordon cylindrique plein.

Fig, 169, l'artère dorsale du pied et la branche médiale du nerf fibulaire


profond

TA C'est le nom que prend ,'artère tibiale antérieure à partir du rétinaculum


inférieur des muscles extenseurs des orteils.
Elle descend à la face dorsale du pied jusqu'à l'extrémité postérieure du premier
espace interosseux qu'eUe traverse verticalement pour s'anastomoser avec
l'artère plantaire latérale.
• Le point de repère essentiel au dos du pied est le tendon du muscle long
extenseur de l'hallux. Rechercher, à l'aide d'une prise pulpaire bidigitale, le pouls
de l'artère dorsale du pied au dos du pied,juste en dehors de ce tendon et en
dedans de celui du muscle long extenseur des orteils destiné au deuxième orteil.
Les points de repère essentiels au niveau du cou-de-pied sont le faisc�au inférieur
du rétinacuJum des extenseurs et les tendons des muscles Jong extenseur de
l'hallux médialement et long extenseur des orteils latéralement (le pouls est
perçu à l'aide d'une prise bi-digitale entre ces deux tendons et en dessous ou à
travers le rétinaculum) .
• La branche médiale du nerf fibulaire profond se palpe dans le même espace que
l'artère dorsale du pied. Il faut se souvenir qu'elle est située en dehors de cette
artère.
G LOSSAI R E

Anamnèse Claquage musculaire


Ensemble des renseignements que le praticien Distension des fibres musculaires entraînant ou non
recueille en interrogeant un malade sur l'histoire de leur rupture.
sa maladie.
Dermatome
Antéversion (zone radiculaire) Territoire cutané sensitif en forme
Inclinaison en avant de la totalité d'un organe (cf de bande, i n nervé par une racine nerveuse. L:exa­
Organe). En kinésithérapie, on parle d'antéversion d u men des dermatomes est utile pour rechercher une
bassin, qui n'est pas u n organe. lésion tou chant une racine nerveuse (par exemple
une compression par une tumeur). En relevant les
Aponévrose
zones cutan ées insensibles, on peut ainsi savoir si
Membrane fi breuse conjonctive blanchâtre et résis­
elles coïncident avec un ou plusieurs dermatomes. La
tante, liée au muscle squelettique. Les aponévroses
racine en cause est identifiée grâce au dermatome
d'insertion sont les tendons des muscles plats, les
atteint, ce qui permet de déterminer le niveau de la
aponévroses de revêtement enveloppent les muscles
lésion médullaire responsable.
ou les groupes musculaires (voirfascia).
Douleur exquise
Apophysite
Douleur vive et nettement localisée en un point très
D ystrophie de croissance limitée à une apophyse
limité.
osseuse. C'est une variété d'ostéochondrose (cf ostéo­
chondrose). Exemples: apophysite calcanéenne posté­ Ecchymose
rieure, apophysite tibiale antérieure. Tâche tantôt violette ou noire, tantôt brune au jau­
nâtre, qui résulte de l'infiltration du tissu cellulaire
Articulation
par une quantité variable de sang. Elle peut appa­
Lieu de réunion de deux ou plusieurs os. Ces os
raître sur la peau, les muqueuses ou les séreuses.
peuvent être soudés (synarthrose), peu mobiles
(amphiarthrose) ou très mobiles (diarthrose). L'en­ Enthèse
semble des os revêtus de cartilage et réunis par les Lieu d'insertion sur l'os des tendons, ligaments et

ligaments constitue l'articulation. muscles.

Bourse séreuse Enthésopathie


destinée à faciliter le glisse­
Maldes insertions, enthésite, tendinopériostite ou tendi­
Synoviale (cf synoviale)
nite rhumatismale. Rhumatisme (cf. rhumatisme) extra­
ment de tendons ou de muscles
articulaire localisé au niveau des insertions osseuses des
Bursite tendons, des ligaments et des aponévroses. Il est sou­
Inflammation d'une bourse séreuse (cf bourse séreuse). vent d'origine traumatique comme l'épicondylite.

Calcification Entorse
Dépôt de carbonate et de phosphate de calcium dans dépla­
Lésion des ligaments d'une articu lation sans
les tissus et les organes (cf organes). es sont
cement des surfaces articulaires. Les entors
dues à un mouvement brutal de l'artic ulation lui fai­
Chondral
Relatif au cartilage. sant dépas ser ses amplitudes normales.
Luxa tion ,
Étiologie ses d u ne
Ce terme est sou ven t Déplac ement d es deux extrém ités osseu
Étude des causes des maladies. con tact norrna l
nyme de cause. articu lation entraî nant une perte d e
_
employe comm e syno etre due a ln
des deux surface s articul aires. Elle peut
choc ou à u n mouve ment forcé, beauco up
Exsudat
_
p l u s rare­
.

ment à une malfor mation (luxatio


x, tantot fibrin eux ou itale de
Liqui de organique tantôt sereu n congen
sUi nte au nivea u
muqu eux, riche en proté ines, qUI la ha nche).
d'une surface enflammée.
Névralgie
Fascia Ou encore douleur neuropathique, i l s'agit d ' u n syn-
à la face pro-
Membrane fibreuse resistante situee drome caractérisé par des d o u l e u rs spontanées ou
loges muscu laires
fonde de la peau ou limitan t des provoquées, continues o u pa roxystiques, siégeant
ou des regions anatom iques (voir aponévrose). sur le trajet des nerfs.

Foramen Névrite
Orifice. Inflammation d'un ou de plusieurs nerfs. Les névrites
Fracture de fatigue font partie des neuropathies périphériques (affec­
Fracture survenant sur un os sain, n'ayant subi aucun tion des nerfs en général). La cause de l'inflammation
traumatisme. Elle survient sur un os soumis à des peut être l'alcoolisme, u n e infection (lèpre, divers
contraintes excessives et d'autant plus fragile que le virus), u n trouble chimique (diabète) ou un t r a u m a ­
sujet est âgé. En médecine du sport, elle concerne le plus tisme. Les signes sont moteurs (faiblesse m u sc u l a i re
fréquemment les membres inférieurs et survient apres ou véritable paralysie) et/ou sensitifs (fo u r m ille­
une activité physique intensive ou inhabituelle (marche ments, douleu rs).
prolongée) ou à cause de chaussures mal adaptées.
Nodule
Ischémie Lésion cutanée o u m u q ueuse bien d é l i m itée. d e
Diminution ou arrêt de la circulation artérielle dans forme approximativement sphérique e t p a l p a ble.
une région plus ou moins étendue d'un organe (cf
Organe
organe) ou d'un tissu. Une ischémie entraîne u n
défaut d'apport e n oxygène et une a ltération d u
Élément anatomique distinct exerçant u n e fonction

métabolisme. Une ischémie modérée, lorsqu'elle particulière. Exemples : foie, m u scle, oeil:deht, peau,

concerne un muscle, peut ne se manifester que lors os.

d'un effort, lorsque les besoins du muscle en oxy­ Ostéochondrose


gène augmentent. Les conséquences sont réver­ Ou encore onstéochondrit e est u n e dystrophie d e
sibles lorsque l'ischémie est modérée ou transitoire, croissance frappant sélectivement certaines régions
mais une ischémie grave ou persistante peut abou­ ostéo-cartila gineuses : épiphyses, apophyses, petits
tir à la destruction des tissus, appelée selon les cas os, corps vertébraux , ainsi que certaines synchon­
infarctus ou gangrène : on parle plus volontiers de droses (union de deux os par un cartilage). Elle semble
gangrène quand il existe une atteinte de l a peau, et faire partie d u groupe des nécroses aseptique s par
d'infarctus lors d'une atteinte des viscères. troubles de la vascularis ation et guérit, suivant son
Kyste siège soit sans séquelle s, soit en laissant u n e d éfor­
Production pathologique formée mation définitive.
par une cavité ne
comm uniqu ant pas avec l'extérieur,
contenant une Paralysie
substance liquid e, moll e ou rarem
ent solid e ou bien Abolition d'origin e neurolo gique de la motrici té d ' u n
un gaz et dont la paroi n'a pas
de rapp ort vasc ulaire o u de plusieu rs muscle s. Lorsqu e la force m u sculair
avec le contenu. e
est seulem ent diminu ée, on parle d e parésie
.
Paresthésie Sténose
Sensation anormale, non douloureuse mais désa­ Ou étrécissement, il s'agit d'une diminution per­
gréable, ressentie sur la peau. Les paresthésies manent e du calibre d'un orifice ou d'un conduit du
traduisent une atteinte des fibres nerveuses et s'ob­ corps, avec altération de la paroi.
servent dans différentes affections neurologiques.
Subluxation
U n e paresthésie se traduit par des signes spontanés
On parle de luxation partielle, ou subluxation, quand
tels que fourmillements, raideur de la peau (peau
l'os déplacé a glissé sur le côté mais reste encore en
cartonnée), engourdissement.
contact sur une certaine surface avec le second 05 de
Périostite l'articulation.
Inflam mation aiguë ou chronique du périoste (mem­
Supination du pied
brane conjonctive qui entoure un 05 et permet sa
Mouvement amenant la plante du pied à regarder en
croissance en épaisseur) et de 1'05 adjacent.
dedans.
Plicae
Synoviale
(en latin : repli) Pli, plicature, bride. Certaines d'en­
Membrane tapissant la face interne de la capsule des
ter elles, localisées à la s ynoviale (cf synoviale) du
articulations mobiles ou diarthroses. Elle forme des
genou, sont à l'origine du blocage de cette articu­
replis ou franges et contient un liquide ressemblant
lation.
au blanc d'œuf, la synovie ou liquide synovial.
Pronation du pied
Tendinite
Orientation de la plante du pied un peu en dehors,
Ou ténosite, c'est une inflammation d'un tendon.
éversion.
Tendinopathie
Rétroversion
Ou ténopathie, il s'agit du nom générique des mala­
Inclinaison en arrière de la totalité d'un organe.
dies tendineuses.
Rhumatisme Ténosynovite
Nom donné à des affections très diverses, aiguës ou .
Inflammation simultanée d'un tendon et de la gaine
chroniques, ayant comme caractères c o m m u ns la
synoviale (cf synoviale) qui l'entoure.
douleur et la fluxion, localisées surtout au niveau des
articu lations et des parties molles qui les entourent Valgus, a, um
mais pouvant se manifester ailleurs. Se dit d'un membre ou d'un segment de membre
dévié en dehors de l'axe du corps. Exemple : coxa
Stase
valga, genu valgum, pied bot valgus.
Ralentissement prononcé ou arrêt de la circulation
d'un liquide dans l'organisme. Une stase du sang dans
Varus, a, um
les pieds peut être due à des varices des membres Se dit d'un membre ou d'un segment de membre

inférieurs. dévié en dedans vers l'axe du corps. Exempl e : coxa


vara, genu varum , pied bot varus.
I n d ex
ARTHROLOGIE - m. semi-membraneux, 68, 76, 77, 79, 80
- m. semi-tendineux, 76, 77, 79, 81
Articulation de la cheville et d u pied - Ligament(s), 173 Muscle(s)
- articulation talo-crurale, 217, 218, 219
- m. abducteur de l'hallux, 235, 239
- calcaneo-Rbulaire, 173
- m. abducteur du petit orteil, 234, 237
- fascia dorsal du pied, 226
- m. adducteur de l'hallux, 235, 240
- rétinaculums des muscles extenseurs, 225 - m. biceps femoral, 83, 84
- rétinaculums des muscles fibulaires, 225
- m. gastrocnémien latéral, 146, 149
- tibio-Rbulaire postérieur, 220
- m. gastrocnémien médial, 146, 148
Articulation du genou - Ligament(s), 107 - m. ilia-psoas, 25, 28
- collateral Rbulaire, 107 - m. interosseux, 235, 241, 242
- collateral tibial, 109 - m. lombrÎcaux, 241
- retinaculum patellaire lateral, 107 - m. opposant du petit orteil, 235, 238
- rétinaculum patellaire medial, 108, 110 - m. pectiné, 25, 27
- tendon ou ligament patellaire, 61 - m. plantaire, 146, 150, 153
Articulation(s), 208 - m. poplité, 146, 150
- interphalangiennes, 208 - m. quadriceps fémoral, 22, 55, 59, 60, 61, 62, 63
- metatarso-phalangiennes, 209 - m. soléaire, 151
- subtalaire, 214 - m. tenseur du fascia lata, 22, 23, 34, 55, 65, 66
- tala-crurale, 215, 216 - m. tibial antérieur, 133, 144, 145, 226
- tarso-metatarsiennes, 210, 211 - m. tibial postérieur, 146, 231
- transverse du tarse, 212, 213 - m. triceps sural, 146, 147, 152, 230
Surfaces articulaires condyliennes. 93 Patte d'oie
- m. gracile, 81
MYOLO G I E
- m. sartorius, 22, 25, 55, 56, 57, 81
- m. semi-tendineux, 68, 78, 79
Adducteurs Pelvi-trochantériens
- m. court adducteur, 68, 69, 71 - m. carré fémoral, 35, 39
- m. gracile, 68, 69, 73, 74 - m. jumeau inférieur, 35, 38
- m. grand adducteur, 68, 69, 71, 72 - m. jumeau supérieur, 35, 38
- m. long adducteur, 25, 27, 68, 69, 70 - m. obturateur externe, 35, 39
- m. pectine, 68, 69, 70 - m. obturateur interne, 35, 38
Extenseurs - m. piriforme, 35, 37
- m. court extenseur des orteils, 228, 234, 236, 237 Fibulaire
- m. court extenseur de l'hallux, 227, 236 - m. court Rbulaire, 139, 229
- m. long extenseur de l'hallux, 133, 136, 227 - m. long fibulaire, 139, 145, 229
- m. long extenseur des orteils, 133, 137, 144, 145, 228 - m. troisième Rbulaire, 133, 138, 228
Gluteaux
- m. grand glutéal, 30, 31 NERFS ET VAISSEAUX
- m. moyen gluteal, 33
- m. petit gluteal, 35, 3 6 Artère(s), 44
Fléchisseurs - dorsale du pied, 250, 251
- rn. carré plantaire. 240 - fémorale, 44, 45
- m. court flechisseur d e l'hallux, 235, 239 -grande veine saphène, 250
- m. court fléchisseur des orteils, 235, 241 - tibiale antérieure, 251
- m. court fléchisseur du petit orteil, 235. 238 - tibiale postérieure, 250. 251
227, 228,
- m. long fléchisseur de l'hallux, 146, 232 Nerf(s), 6, 22, 25, 30, 35, 44, 81, 89, 93, 94, 210, 226,
- m. long fléchisseur des orteils, 146, 231, 232 230, 231, 246
ISchia-jambiers - cutané dorsal intermédiaire, 246. 248
- m. biceps femoral, 68, 76, 83 - cutané dorsal tateral, 246. 247
-cutané latéral de la cuisse,46 - fibula,99, 104, 125
- cutané sural latéral,114 - malleole latérale, 175. 195
- fémoral,44. 45 - malléole médiale,185,194
-tibulaire commun,114 - métatarsien l, 177. 178,179, 189, 192, 198, 199, 201
- fibulaire profond, 250,251 -métatarsien Il,189
- tibulaire superficiel,246,247 -métatarsien III,188
-ischiatique,48 -métatarsien IV, 188
-saphéne,250 -métatarsien V, 168, 169, 187, 201
-tibial, 114,246,250, 251 -métatarsiens, 187, 197
- os coxal. 7, 8,9, 10, 11.12, 13, 14, 15,85
- os cuboïde, 170, 197, 201
OSTÉOLOGIE
-os cunéiformes, 179, 180, 192, 202
Ostéologie - os naviculaire,179,181,191,202
- caieanéus,171,172.173,184,194,195,199,200 -patella,89,90,91, 92
- espace intermétatarsien,178 -talus,172,174,179,182,183,190,191,202
-fémur,6,16,17,19,89,90,94,95,96,97,99,100,101,160 -tibia, 89,92,93, 95,98,99, 102, 103, 123, 124,125, 190

.
,.
472827 - (1) - (3,3) - Cl/2M 115' - NCOMPO
.--.-....��
Elsevier Masson SAS - 62, rue Camille-Desmoulins, 92442 Issy-Ies-Moùlin��ux Cedex
Depôt legal , octobre 2012 . • "1
..." ,, ;
Achevé d'imprimer sur les presses de Printer Trento
septembre 2012

Impnmé en ItalIe
5 E R G E T 1 X A

ATLAS
D'ANATOMIE
PA L PAT 0 1 RE
ouvrage consacré à une anatomie pratique e
Lors de l a parution de sa première édition en 1997, cet atlas était le premier
clinique du membre inférieur: l'anatomie palpatoire.
DepuIs, plusieurs éditions se sont succédées, apportant chacune son lot d'innovations
et d'améliorations, mais le principe

n'a pas change, et la méthode présentée ici, ainsi que la riche iconographie, font de cet ouvrage un outil
inégalé pour:

• la démarche diagnostique, dans la mesure ou la palpation est l'un des temps fort de l'examen clinique;
• une meilleure application des techniques manuelles (articulaires, myotensives, neuromobilisation).

Organisé en Cinq chapitres (Hanche, Cuisse, Genou, Jambe et Cheville et Pied). l'ouvrage présente de façon précise et concrète
les différentes structures anatomiques los; muscles, tendons et ligaments; nerfs et vaisseaux). grâce à plus de 50 illustrations
anatomiques en rouleurs et pres de 450 ohotographies en noir et blanc. toutes prises en situation .. sur le vivant.,
Chaque photographie, particulièrement soignée, est accompagnée d'un texte décrivant la technique d'approche (TA). qui
permet au lecteur de retrouver immanquablement la structure recherchée.
Chaque fOIS que nécessaire. les raope s anatomiques Indispensables à une bonne application des techniques d'approche
(:"sen1ons, actions, innervation) sont mentionnés.
Entierement refondue. cette 4' eo::o". offre au lecteur: une nouvelle maquette toute en couleurs, mieux hiérarchisée et
facl lit an! le repérage au sein de l'o uvrage; des planches anatomiques entièrement redessinêes, ainsi que des planches
supp!ementaires, de nouveaux ercz,drcs de. clinique., mettant en évidence le lien entre la palpation et le diagnostic; et
enfin, �H, (};05SJlfC des termes a connaitre.
A l a. fOIS n:anuel de rtference et g'Jiae �éthodologique, cet atlas s'adresse aussi bien
aux êtudiants qu'aux praticiens en
osteop athie, chiropraxie, kinésitherapie et podologie.

Le noir et blanc pou'.les p hotograp hies est un choix de l'auteur.


à la fois artistique et technique, permettant une
meIlleure mise en relief des structures anatomiques
recherchées.

� Tixa est cod,. formateur en ostéopathie, chiropraxie


et kinéSithérapie. 1/ est également charge de cours a l'ecole
d'os�thie ck Lyon (ATSA) paur les formations
initiales et en alternance oinsi qu'a l'institut d 'ostéop athi e (IFKO) et a
l'institutck mosso-kintsithl!rapie (IFMK) de Mantpel/ier