Vous êtes sur la page 1sur 35

Le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale

Le Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale (CTA) a été créé en 1983 dans le cadre de la
Convention de Lomé entre les États du Groupe ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) et les pays mem-
bres de l'Union européenne. Depuis 2000, le CTA exerce ses activités dans le cadre de l'Accord de
Cotonou ACP-CE. Le CTA a pour mission de développer et de fournir des services qui améliorent
l'accès des pays ACP à l'information pour le développement agricole et rural, et de renforcer les capa-
cités de ces pays à produire, acquérir, échanger et exploiter l'information dans ce domaine.
Le CTA est financé par l'Union Européenne.
CTA , Postbus 380 6700 AJ Wageningen , Pays-Bas
Site Web : www.cta.int

La Conférence des Ministres de l'Agriculture de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (CMA/AOC).


La Conférence des Ministres de l'Agriculture de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (CMA/AOC) est
une Organisation Inter Gouvernementale (OIG) qui regroupe les Ministres de l'Agriculture et/ou de
l'Elevage de 20 pays dont 14 d'Afrique de l'Ouest (Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d'Ivoire,
Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal, Togo).
La CMA/AOC œuvre par des actions concertées de coopération en relation avec les autres organisa-
tions régionales, au renforcement des capacités des pays membres afin de promouvoir l'intégration
économique et le développement de leur secteur agricole.
7, Avenue Bourguiba, Dakar, Sénégal Tél. : + 221 338 69 11 90 Fax : + 221 338 69 11 93
Site web : www.cmaoc.org

L'Observatoire Régionale des Fruits & Légumes (ORFL)


Créé sous l'impulsion de la CMA/AOC, cet observatoire basé à Conakry, a pour objectif principal de
combler le déficit d'information sur le secteur horticole en Afrique de l'Ouest et du Centre.
L'observatoire vise à renforcer les capacités et la cohésion des acteurs agricoles publics et privés et à
intensifier les échanges de produits agricoles d'origine AOC en fournissant des données factuelles col-
lectées par les organisations nationales de producteurs membres de ces structures.
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 5

SOMMAIRE DU GUIDE

INTRODUCTION 7

1. ETAT DES ECHANGES COMMERCIAUX ENTRE PAYS DE L'AOC 8

1.1. Etat des échanges 8

1.2. Potentialités des origines AOC : l'offre & la demande 8

1.3. Opportunités d'échanges au sein des pays de l'AOC 10

2. EXPORTATION DE FRUITS ET LEGUMES FRAIS VERS L'UE 11

2.1. Evolution de la part des origines AOC vers l'Union Européenne 11

2.1.1. Evolution 2004/2006 11

2.1.2. Exportation des pays AOC vers l'UE 13

2.2. Conditions d'accès au marché européen 14

2.2.1. Tendances de la demande des acheteurs et consommateurs de l'UE 14

2.2.2. La réglementation de l'UE et les certificats volontaires 15

3. EXIGENCES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES 17

3.1. Exigences de qualité sanitaire 17

3.2. Ravageurs et maladies des fruits et légumes d'exportation 18


6 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

4. SERVICES ET DEMARCHES ADMINISTRATIVES 19

4.1. Commercialisation des fruits et légumes par les pays AOC 19

4.2. Les contraintes aux exportations intra régionales en Afrique de l'Ouest


et du Centre 19

4.3. Les démarches de l'exportateur ouest et centrafricain de fruits et légumes 20

Adresses utiles 22

ANNEXES 27
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 7

INTRODUCTION

Le guide

Ce guide a été rédigé pour mettre à la disposition des producteurs et exportateurs de


fruits et légumes ouest et centrafricains des informations pratiques relatives aux
échanges commerciaux intra régionaux et avec l'Union Européenne (UE).

Le premier chapitre passe en revue l'état actuel des échanges et les opportunités de
commercialisation de fruits et légumes entre pays de l'Afrique de l'Ouest et du
Centre (AOC).

Le second chapitre aborde les exigences de qualité sanitaire et la problématique des


ravageurs et maladies des fruits et légumes y compris celle de la mouche des fruits.
Le troisième chapitre porte sur une analyse approfondie des tendances de l'offre et de
la demande de fruits et légumes en Europe et la part des origines de l'Afrique de
l'Ouest et du Centre pour différents produits.

Le dernier chapitre rappelle les services et démarches administratives à connaître


pour mieux exporter de l'Afrique de l'Ouest et du Centre à savoir : au niveau de la la
Communauté Économique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC) et de la
Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) vers l'UE.
Outre, les aspects qui s'appliquent à l'ensemble des produits d'exportation, un accent
particulier est mis sur des produits spécifiques que sont : l'ananas, le haricot vert, la
mangue, le melon, la papaye et la patate douce.
8 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

Chapitre

1
1. ETAT DES ECHANGES COMMERCIAUX ENTRE
PAYS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE
1.1. Etat des échanges

Le secteur agricole demeure la base des économies des pays de la CEMAC


et de la CEDEAO en matière de participation à la formation du PIB, de
croissance économique, de recettes d'exportation et aussi d'emplois créés.
Les principales filières d'exportation connaissent des difficultés majeures
du fait de leur manque de productivité et de compétitivité exacerbé par les
distorsions du marché consécutives aux aides accordées aux producteurs
des pays développés. Pourtant, il existe des complémentarités entre pays de
l'Afrique de l'Ouest et du Centre à développer à travers le commerce intra
- régional de produits agricoles.
En effet, une synergie commerciale entre ces pays peut être développée. Il
est à noter que les opérateurs/exportateurs de fruits et légumes ont privi-
légié le marché européen au détriment des échanges inter états africains
alors qu'il peut exister des opportunités d'échanges entre pays Afrique de
l'Ouest et du Centre.

1.2. Potentialités des origines AOC : l'offre & la demande


L'offre : Exportation des fruits et légumes par les pays AOC

Figure 1 : Moyenne des exportations de fruits entre 1995 et 2005 (Source : CMA/AOC)
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 9

Figure 2 : Moyenne des exportations légumes entre 1995 -2005 (Source : CMA/AOC)

La demande : importation des fruits et légumes des pays AOC

Figure 3 : Moyenne des importations de fruits entre 1995-2005 (Source : CMA/AOC)

Figure 4 : Moyenne des importations de légumes entre 1995-2005 (Sources : CMA/AOC)


10 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

OFFRE & 1.3. Opportunités d'échanges au sein des pays de l'Afrique de


DEMANDE l'Ouest et du Centre
Malgré une gamme très variée de cultures vivrières de base, les pays de
L'analyse croisée l'Afrique de l'Ouest et du Centre dans leur globalité importent une part
des volumes
exportés et
importante des produits nécessaires à leur alimentation sur le marché
importés facilite international. La complémentarité entre les pays doit être un atout pour les
l'appréciation de échanges commerciaux entre ces pays comme l'attestent ces volumes d'ex-
l'offre et de la portation et d'importation des fruits et des légumes de certains pays de
demande en
fruits et légumes.
l'Afrique de l'Ouest et du Centre (figures 1 à 4).
Un bon nombre des pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre importent
L'offre : La Côte des quantités plus ou moins importantes de fruits et légumes. Selon les sta-
d'Ivoire, le tistiques de la FAO, en 2005, le Bénin en a importé 50 000 tonnes, le
Cameroun et le
Ghana représen-
Burkina Faso 40 000 tonnes, le Cap Vert 27 000 tonnes, le Niger 20 000
tent les plus tonnes, … Des Pays comme le Ghana, le Nigeria et le Sénégal sont égale-
grands fournis- ment de grands importateurs de fruits.
seurs de fruits Pour tirer profit du potentiel des marchés régionaux et internationaux et
tandis que les
plus grands
de leur complémentarité, un observatoire régional des fruits et légumes
exportateurs de basé à Conakry a été créé en décembre 2006 à l'initiative de la CMA/AOC.
légumes sont le
Niger, le A titre d'exemple : le cas de l'ananas
Cameroun, le
Burkina et le
Tchad. Les volumes d'importation/exportation d'ananas au cours de l'année 2005
La demande : ont mis en exergue que certains pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre
Les plus grands peuvent couvrir les besoins des autres. Par exemple dans ce secteur, la Côte
consommateurs d'Ivoire domine nettement le marché de l'UE, avec plus de 80% des expor-
de fruits sont : la tations ACP alors que certains pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre
Côte d'ivoire, le
Ghana, le sont demandeurs de ce produit. Ainsi la demande en ananas est plus
Nigeria, le importante pour le Sénégal, le Nigeria et la Mauritanie dont les importa-
Sénégal et le tions en 2004 se chiffrent, respectivement, à 5980 tonnes, 2590 tonnes et
Gabon. 1050 tonnes au moment où des pays comme la Côte d'Ivoire (136 000
Pour les
légumes, la tonnes en 2004) et le Ghana (51 417 tonnes en 2004) sont de grands expor-
demande est tateurs vers l'Union européenne (source CMA/AOC).
forte et les plus
grands consom- L'exportation vers les pays de la région Afrique de l'Ouest et du Centre
mateurs sont le
Ghana, le pourrait poser moins de problèmes logistiques et d'exigences de qualité
Nigeria, le commerciale par rapport à la concurrence des autres origines présentes
Sénégal, la Côte sur le marché européen.
d'Ivoire, la
Gambie, la
République du
Congo, le Bénin,
la Guinée, le
Gabon et la
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 11

Chapitre

2
2. EXPORTATION DE FRUITS ET LEGUMES FRAIS VERS l'UNION A RETENIR
EUROPEENNE
La compétition
2.1. Evolution de la part des origines de l'Afrique de l'Ouest et entre fournis-
du Centre vers l'Union Européenne seurs de l'UE en
fruits et légumes
frais est forte. Le
Une longue tradition d'exportation de produits agricoles de l'Afrique de plus grand pro-
l'Ouest et du Centre vers l'Union européenne existe depuis de nombreuses fessionnalisme
décennies. est requis des
origines AOC
L'Afrique occidentale comme centrale possède un potentiel important de pour établir et
production et d'exportation de fruits vers les marchés régionaux et inter- développer des
nationaux, particulièrement l'Union européenne. Ce potentiel est illustré flux d'exporta-
surtout par la mangue, un produit phare de la région et dont les atouts tion durables et
profitables vers
sont1 : qualité reconnue, bon positionnement variétal, savoir-faire des les marchés
entreprises, développement de la logistique maritime, filière rentable, cer- européens.
tifications de qualité en augmentation.
Les exportations de mangues des pays AOC vers l'UE, ont atteint 28 000
tonnes en 2006, ce qui correspond à 19% du total des importations euro-
péennes. Les importations de mangues de l'UE des pays AOC ont été mul-
tipliées par 9 en passant de 16 000 tonnes en 1985 à 146 000 tonnes en
2006 2.

2.1.1. Evolutions 2004/2006

Les importations totales de fruits et légumes de l'Union européenne à 15


membres, hors produits transformés et tubercules, ont atteint 12,4 millions
de tonnes en 2006. Ce sont 12,2 milliards d'euros qui ont été dépensés par
l'UE pour importer près de 10,7 millions de tonnes de fruits frais et 1,7
millions de tonnes de légumes. Les pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre
contribuent à hauteur de 740 000 tonnes, dont 69% sont constitués par les
bananes (487 000 tonnes cumulées du Cameroun et de la Côte d'Ivoire).

1 Catherine Guichard : Journée Qualité CMA-AOC…. Conakry 1 décembre 2007


2 Source: COLEACP
12 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

Importations de fruits & légumes frais


(hors tubercules) dans l'UE-15

2004 2005 2006


Volumes Valeurs Volumes Valeurs Volumes Valeurs
Fruits 9 375 8910 9 720 9835 10 703 10579
Légumes 1 685 1400 1 650 1470 1 717 1597
Totaux 11 060 10310 11 370 11305 12 420 12176
Origine AOC 732 554 659 514 740 515
(Valeurs : x 1000 euros – Tonnages : x 1000 tonnes)

Tableau 1 - Source : Eurostat et COLEACP

L'Union européenne est un grand producteur de fruits et légumes frais (les


Etats membres du sud approvisionnent ceux du nord et du centre). Elle est
aussi un grand importateur de fruits et légumes tropicaux et de contre-sai-
son. Les échanges intra-communautaires de l'UE se sont élevés à plus de
18 millions de tonnes en 2005 (fruits : 10 Mt ; légumes : 8 Mt). Les fruits
et légumes ACP peuvent accéder au marché de l'UE par un grand nombre
de points d'entrée, leur distribution pouvant ensuite se faire à l'échelle
d'une région, d'un pays ou du continent.
La demande européenne à l'importation est grande, diversifiée et crois-
sante, comme il apparaît dans le tableau qui précède. Toutefois, l'offre du
Bassin méditerranéen et des pays de l'Hémisphère Sud progresse à un
rythme beaucoup plus soutenu que celle de la région de l'Afrique de
l'Ouest et du Centre.
L'UE est de ce fait la cible privilégiée de pratiquement tous les pays expor-
tateurs du monde, qui se livrent à une concurrence acharnée et font valoir
leurs atouts en termes de qualité, de prix, de régularité des apports, de ser-
vices et de promotion.
A RETENIR Ainsi, de plus en plus, on note l'essor du commerce équitable (fair trade)
en Europe et notamment au Royaume-Uni.
Les pays ACP Le commerce équitable vise à établir un rapport d'échanges satisfaisant
dans leur ensem- pour tous. Il repose sur le principe de la rémunération du producteur à sa
ble contribuent à
juste valeur. Les acheteurs qui s'engagent à faire du commerce équitable
hauteur de 10,5
% aux importa- payent, entre autres, un prix minimum aux producteurs ainsi qu'une prime
tions de l'UE (1,3 supplémentaire pour donner suffisamment de revenus aux producteurs et
millions de leur permettre de subvenir à leurs besoins, mais également d'investir dans
tonnes) et la
le développement de leur communauté.
contribution spé-
cifique de la
région AOC
atteint 6% pour
un total de 740
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 13

2.1.2. Exportation des pays AOC vers l'UE

Les exportations totales de la région Afrique de l'Ouest et du Centre vers


l'Union européenne, se sont élevées en 2006 à 740 000 tonnes avec les
bananes et à 230 000 tonnes sans celles-ci, en provenance de 6 origines
principales :
- la Côte d'Ivoire : avec 227 000 tonnes de bananes, 95 000 tonnes
d'ananas, principalement de type Cayenne Lisse, et 15 000 tonnes de
mangues exportées en 2006 vers l'UE, la Côte d'Ivoire est le leader
incontesté de la région en fruits & légumes d'exportation.
- le Cameroun : avec 259 000 tonnes de bananes exportées en 2006, le
Cameroun devance la RCI. Toutefois, ses performances hors bananes
sont incomparablement plus modestes, avec moins de 5 000 tonnes,
essentiellement des ananas exportés par avion vers l'UE.
- le Burkina Faso : traditionnellement exportateur de fruits & légumes,
le secteur peine à trouver les capacités pour se redresser après les
hausses successives du coût du transport aérien, qui ont affecté la com-
pétitivité de tous les pays sahéliens enclavés. Bien que les exportations
de haricots verts par avion reculent depuis 5 ans, c'est le secteur de la
mangue qui se relance (1 200 tonnes en 2006, soit + 75% par rapport à
2005), avec des expéditions maritimes via Abidjan en hausse. Ce mou-
vement bénéficie de la baisse des tensions régionales et d'appuis à la
relance de cette filière.
- le Sénégal : les progrès du Sénégal méritent une mention particulière.
L'origine s'est engagée activement dans la modernisation de sa filière
horticole, la certification " qualité " d'un nombre croissant d'entreprises
et a su exploiter les atouts compétitifs de la logistique maritime pour
atteindre les marchés européens. Avec 7 000 tonnes de mangues expor-
tées en 2006, près de 15 000 tonnes de légumes (haricots verts, pois
gourmands, tomates cerises) et des melons.
- le Mali : un redressement est en cours dans le secteur de la mangue,
dont près de 3 500 tonnes ont été exportées vers l'UE en 2006, soit une
hausse de 35% par rapport à l'année précédente.
- le Ghana : le développement des exportations de cette origine a été
considérable au cours des 5 dernières années, pendant lesquelles le
Ghana est devenu le 1er exportateur d'ananas de type extra-sweet (40
000 tonnes en 2006) et a ravi au Kenya une large part du créneau des
légumes asiatiques (20 000 tonnes).

D'autres origines de l'Afrique de l'Ouest et du Centre contribuent plus


modestement aux flux d'exportation de fruits et légumes frais vers
l'Europe, que ce soient le Bénin et le Togo en ananas, la Gambie en
mangues et légumes asiatiques, ou encore la Guinée en ananas et mangues.
14 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

2.2. Conditions d'accès au marché Européen

2.2.1. Tendances de la demande des acheteurs et consommateurs


de l'UE

De manière générale, les consommateurs européens aspirent dans leurs


A RETENIR choix à des aliments de bonne qualité (visuelle et gustative), sains, faciles à
Pour démontrer préparer, présents à pratiquement tous moments de l'année et d'un rapport
que toutes les qualité/prix satisfaisant. Les préoccupations de santé sont également plus
précautions ont fortes, notamment pour lutter contre l'obésité des jeunes enfants, qui
été prises pour
résulte d'une alimentation déséquilibrée, souvent trop pauvre en fruits et
prévenir les non-
conformités en légumes frais. La demande pour les produits biologiques se consolide, bien
matière de que les produits dits " conventionnels " continuent de représenter la majo-
sécurité sanitaire rité des ventes.
(principe de la "
due diligence "),
les acheteurs Vers le nord de l'Europe, la tendance d'achat des consommateurs s'oriente
européens vers les produits pré-emballés et faciles d'emploi (pré-découpés, portions
demandent de individuelles), avec cependant une grande attention aux prix. En allant
plus en plus à
vers le sud, la place significative des fruits et légumes dans l'alimentation
leurs
fournisseurs quotidienne induit une propension à s'intéresser à la fraîcheur et au goût
d'être certifiés des fruits et légumes frais, souvent d'ailleurs de production locale en sai-
selon divers son, en y consacrant une partie plus importante du budget des ménages.
cahiers de
A l'écoute de ces besoins, tous les acteurs de la filière alimentaire, depuis la
charges et de
mettre en place production locale ou importée, jusqu'à la transformation et la distribution,
un système de cherchent en permanence à innover (gamme des produits, variétés nou-
contrôle des velles, conditionnements adaptés…), à donner des garanties accrues de
points où
sécurité sanitaire et de régularité des approvisionnements, tout en veillant
pourraient se
produire des à optimiser leurs coûts et marges.
défauts de Sur ce dernier aspect, avec les progrès technologiques dans la conservation
qualité. et le stockage, doublés d'une préoccupation environnementale croissante,
la tendance se dessine en faveur des origines les plus proches des lieux de
consommation, qui occasionnent le moins de pollution par le transport
(transports maritime ou route/rail préférés au transport aérien). Dans ce
contexte, la région de l'Afrique de l'Ouest et du Centre doit exploiter les
atouts de sa proximité avec l'Europe (en comparaison d'autres grandes
régions exportatrices beaucoup plus éloignées) et de l'existence de liaisons
maritimes fiables.

Sont jointes en annexe, les fiches profils des principaux produits de


l'Afrique de l'Ouest et du Centre exportés vers l'UE.
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 15

2.2.2. La réglementation de l'UE et les certificats volontaires

Quelques règlements fondamentaux


La réglementation de l'Union européenne vis-à-vis des pays tiers porte
principalement sur les normes de commercialisation et de sécurité sani-
taire et phytosanitaire. Quelques règlements importants et leurs implica-
tions pour les producteurs de l'Afrique de l'Ouest et du Centre :
- Le Règlement CE n° 178/2002 établissant les prescriptions et prin-
cipes généraux de la législation alimentaire et fixant des procédures
relatives à la sécurité des denrées alimentaires. Règlement applicable
depuis le 1er janvier 2005 qui institue, entre autres, l'obligation de mise
en place de systèmes de traçabilité de " la ferme à la table ".
- Le Règlement CE n° 882/2004 (en vigueur depuis le 1er janvier
2006) : relatif à l'obligation de contrôles officiels de la qualité sanitaire
des aliments pour animaux et des denrées alimentaires pour tous les
pays UE ou pays tiers exportateurs vers l'UE.
- Le Règlement CE n°852/2004 : relatif à l'hygiène des denrées alimen-
taires, applicable depuis le 1er janvier 2006. A cet effet, il importe que
des dispositions particulières soient prises au plan des infrastructures
de production et de la formation du personnel, au regard de l'acuité des
problèmes d'hygiène rencontrés en entreprises AOC.
- Le Règlement CE n°396/2005 : relatif aux Limites Maximales appli-
cables aux résidus de pesticides (LMR) présents dans ou sur les denrées
alimentaires et aliments pour animaux d'origine végétale et animale.
- Règlement 466/2001 : portant sur les teneurs maximales en conta-
minants (métaux lourds, mycotoxines, nitrate, etc.).
- Directive CE 2004/1002 : relative au traitement des bois - matériaux
d'emballage et de calage en bois brut, y compris les palettes bois.
- Règlement (CE) n° 2092/91 : relatif aux exigences légales en matière
de méthodes de production biologique, étiquetage, transformation,
commercialisation et importation de produits biologiques dans l'UE.

Les certificats volontaires


Les acheteurs (chaînes de supermarchés, importateurs, …) mettent en
place des exigences supplémentaires ou commerciales communément
appelés Référentiels qualité qui peuvent être plus strictes que les exigences
réglementaires. Plusieurs certifications existent : à chaque entreprise de
faire son choix en fonction des marchés visés et des exigences de ses ache-
teurs.
Au-delà des variantes dans les points de contrôles et critères de confor-
mité, l'exigence de maîtrise de la sécurité sanitaire des denrées alimen-
taires reste une préoccupation constante des différents Référentiels qualité.
Par exemple, GLOBALGAP (Ex EUREPGAP) est la certification la plus
connue au stade de la production primaire, tandis que le British Retail
16 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

Consortium (BRC) est une certification applicable aux stations de condi-


tionnement ou de la transformation.
Ces certifications peuvent être plus contraignantes que les dispositions
officielles et ne doivent pas être confondues avec la réglementation qui
s'impose à tous les acteurs de la chaîne.
Il existe aussi des certifications dans le domaine de l'environnement (ISO
14 000) ou des conditions sociales de travail dans les filières agricoles.
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 17

Chapitre

3
3. EXIGENCES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

3.1. Exigences de qualité sanitaire

Il importe que des dispositions particulières soient prises au plan des infra-
structures de production et de la formation du personnel, au regard de
l'importance de l'hygiène et des nombreuses sources de contaminations
pouvant avoir lieu à toutes les étapes de la chaîne de production (récolte,
transport, manutention, stockage….).

Les infrastructures
Pour réduire les risques de contamination des dispositions particulières
doivent être prises au plan des infrastructures et installations de condition-
nement notamment :
- Installations de points d'eau et de sanitaires, notamment dans les sta-
tions de conditionnement
- Formation et sensibilisation du personnel aux bonnes pratiques
appropriées et aux règles d'hygiène de base :
• Entretien et nettoyage des lieux, des installations, des matériaux et
accessoires pouvant entrer en contact avec les produits ;
• importance de l'hygiène corporelle ;
• interdiction de fumer, de manger et de boire sur les lieux de travail ;
• obligation de se laver les mains notamment au moment des récoltes
et du conditionnement des fruits et légumes.

Stratégies de formation
Pour le personnel de récolte et de conditionnement, en majorité peu alpha-
bétisé, et en grand nombre, il conviendrait de privilégier l'utilisation d'ou-
tils didactiques et des supports appropriés (pictogrammes) :

Obligation de se laver les mains Interdiction de manger et de boire !


18 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

INITIATIVES 3.2. Ravageurs et maladies des fruits et légumes d'exportation


DE LUTTE
CONTRE LA Le manguier peut être sujet à des problèmes phytosanitaires dont la gra-
MOUCHE vité et l'impact sont d'importance variable en fonction du stade phénolo-
DES FRUITS gique et des régions de production.
Parmi les principaux ravageurs figurent les mouches des fruits, la coche-
Brochure " nille farineuse, les termites, les fourmis oecophylles et les punaises.
Comment lutter En ce qui concerne les maladies, on peut citer l'anthracnose, l'oïdium, l'al-
contre la
mouche des
ternatriose, la pourriture pédonculaire et la bactériose.
mangues ", CTA-
CMA/AOC Problématique de la mouche des fruits
Malgré l'augmentation de la production et des volumes d'exportation, la
Lettre
d'information
commercialisation de la mangue est sérieusement menacée par les
sur la mouche mouches des fruits. D'année en année, les ravages causés par cet insecte
des fruits et ruinent les planteurs. Récemment une nouvelle espèce Bactrocera
légumes en Invadens présente dans tous les pays de la région a occasionné des dégâts
Afrique de
l'Ouest,
importants.
COLEACP- CIRAD La conséquence à court terme est l'augmentation de pertes liées à la com-
mercialisation. La présence d'un seul fruit infesté dans un conteneur à
Atelier régional l'entrée du territoire de l'UE entraîne la destruction du lot de mangues
sur la mouche,
Conakry Nov.
occasionnant une perte sèche à l'exportateur de plus de 40 000 euros
2006, CMA/AOC (coûts de destruction pour un conteneur de 40 pieds). A long terme, si
aucune action d'urgence n'est prise et mise en œuvre promptement pour
Visioconférence, endiguer ce fléau, la poursuite de la production et le développement du
Word Bank
Institute, mars
commerce et l'exportation des fruits et légumes des pays AOC vers l'UE
2007. pourraient être sérieusement compromis.
A ce jour, aucune méthode de lutte efficace à 100% contre les mouches des
Identification fruits n'est disponible. Il y a donc urgence à s'attaquer à ce fléau. Une véri-
des nouvelles
espèces, L'IITA-
table stratégie de lutte contre les mouches doit être élaborée au plan
CIRAD régional.
Des initiatives sont entrain d'être prises (CTA-CMA/AOC, COLEACP-

G. Goergen © IITA,
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 19

Chapitre

4
4. SERVICES ET DEMARCHES ADMINISTRATIVES

4.1. Commercialisation des fruits et légumes par les pays


de l'Afrique de l'Ouest et du Centre

Des efforts importants sont enregistrés pour la mise en place d'une poli-
tique économique et commerciale.
Différents arrêtés et textes de lois instituent la libre circulation des biens,
services et produits du crû dans la zone CEDEAO et CEMAC.
Le Traité de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)
a été mis en oeuvre en vue d'atteindre les objectifs spécifiques suivants :
- Eliminer les barrières tarifaires et non tarifaires et toutes les taxes et
mesures d'effet équivalent sur les échanges entre les pays membres,
sous réserve du respect des règles d'origine de l'Union ;
- Etablir un Tarif Extérieur Commun (TEC) ;
- Instituer des règles communes de concurrence ;
- Instituer la libre circulation des personnes, des biens, des services et
des capitaux et le droit d'établissement ;
- Mettre en place un système de normes harmonisées ainsi que des pro-
cédures de certification et de contrôle de qualité.
Aussi, depuis le 1er janvier 2000, l'UEMOA a réalisé l'Union douanière par
la mise en place d'un Tarif Extérieur Commun (TEC) et d'un Régime
Tarifaire Préférentiel à travers la Taxe Préférentielle Communautaire au
taux zéro (0).
Malgré cela, de multiples contraintes demeurent constituant ainsi un véri-
table frein aux échanges commerciaux.

4.2. Les contraintes aux exportations intra régionales


en Afrique de l'Ouest et du Centre

De multiples difficultés constituent des entraves à la libre circulation des


produits originaires. Il s'agit, entre autres :
- du refus par certains pays d'appliquer la Taxe Préférentielle
Communautaire à certains produits agréés ;
- de l'exigence de certificats nationaux de conformité pour les produits
exportés ;
20 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

- de la non reconnaissance des documents commerciaux délivrés par


certains Etats ;
- de la superposition des formalités douanières d'un Etat membre à un
autre.

LES TRACASSERIES
Pratiques anormales et illicites
Police - Gendarmerie - Douane (PGD) !
Malgré l'existence des dispositions relatives à la libre circulation des per-
sonnes et des biens dans l'espace CEDEAO d'une part, et CEMAC d'autre
part, les tracasseries administratives demeurent une entrave majeure au
développement des échanges.
De plus, les formalités douanières, policières, de gendarmerie et des ser-
vices phytosanitaires sont nombreuses, longues, coûteuses et se tradui-
sent par l'aggravation des délais de route pouvant conduire à l'altération
des produits.

4.3. Les démarches de l'exportateur ouest et centrafricain


de fruits et légumes

Les documents et démarches administratives essentiels pour exporter des


lots de fruits et légumes sont :
- carte import-export délivrée par la Chambre de Commerce,
d'Industrie et/ou d'Agriculture selon les pays
- documents de transit :
• une facture commerciale
• une liste de colisage
• un certificat phytosanitaire délivré par la Direction de la Prévision
des Végétaux (DPV).
- contrat de base avec un ou des importateurs (clientèle)
- contrat cadre d'achats avec les petits producteurs
- contrat d'emplois avec les travailleurs
- cahier de charges conforme aux normes d'exportation UE
- certificat de formation en renforcement des capacités via une institu-
tion spécialisée ou agréée
- documents de constitution légale de l'entreprise.
- certificat d'origine, un EUR1 valant permis de libre circulation en
Europe (documents à acquérir à la chambre de commerce)
- attestation d'exportation et si le montant excède 5 millions de francs
CFA.
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 21

NB :
- Les Certificats Phytosanitaires émis par les services de la protection
des végétaux du pays d'exportation sont nécessaires à l'entrée dans l'UE
pour certains fruits et légumes (ex. agrumes, mangues, fruits de la pas-
sion, goyaves, pommes de terre) et pas pour d'autres (ex. ananas, gom-
bos, haricots verts, noix de coco, melons, papayes, tomates).

- Le Certificat de circulation EUR 1 : l'Accord de Partenariat de


Cotonou conclu entre l'Union européenne et le Groupe des Etats ACP
maintient l'exemption de droits de douane à l'import dans l'UE pour la
majorité des fruits et légumes frais exportés des pays ACP. Pour béné-
ficier de cette disposition avantageuse, un Certificat de circulation
EUR 1 doit justifier de l'origine ACP et être joint à chaque lot exporté.
22 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

ADRESSES UTILES

Sites institutionnels Observatoire régional des Fruits et


Légumes en Afrique de l'Ouest et du
La Communauté Économique et Centre (ORFL/AOC)
Monétaire de l'Afrique Centrale Corniche Sud Mafanco
(CEMAC) BP 844 / 775 Conakry, Guinée
Secrétariat Exécutif de la CEMAC, Tél : (224) 30 46 37 84
BP 969 - Bangui - Centrafrique Fax : (224) 30 46 36 34
Tél : (236) 61 13 59 / 61 21 79 / 61 65 84
Fax : (236) 61 21 35 Réseau des systèmes d'Information
E-mail : secemac@cemac.cf de Marchés d'Afrique de l'Ouest
Site web : www.cemac.cf (RESIMAO)
BP E 5589 Mali
La Communauté Économique des États Bamako
de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) Tél : (223) 676 83 47 /
Ecowas Executive Secretariat 221 40 73 /221 17 11
60, Yakubu Gowon Crescent, Asokoro Fax : (223) 221 40 73
District Abuja, Nigeria E-mail : salif@datatech.net.ml
Tél : (234) 09 234 76 47 Site web : www.resimao.org
Tél/Fax : (234) 09 234 30 05 / 234 76 44
Site web :www.ecowas.int/nismes Projet d'Appui à l'Entreprenariat Paysan
(PAEP)
Conférence des Ministres de l'Agriculture Bureau du Projet
de l'Afrique de l'Ouest et du Centre Programme Banque Mondiale
(CMA/AOC) Lutte contre la mouche des fruits.
BP 15799 Centre Foret 10è RIAOM Thiés
7, Avenue Bourguiba BP 432 Sénégal
Dakar, Sénégal Tél : (221) 33 951 17 85
Tél : (221) 338 69 11 90 Fax : (221) 33 951 23 42
Fax : (221) 338 69 11 93 E-mail : remipaep@sentoo.sn
E-mail : cmaoc@cmaoc.org Site web : www.worldbank.org/wbi/rural/fruit-fly
Site web : www.cmaoc.org

Observatoire Régional de la Filière


Oignon de l'Afrique de l'Ouest et du
Centre (ORO/AOC)
BP : 323 Niamey Niger
Tél : (227) 96 97 19 39
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 23

Les chambres de commerce République du Congo


Chambre de Commerce, d'Industrie,
Bénin d'Agriculture et des Métiers de Brazzaville
Chambre de Commerce et d'Industrie du (CCIAMB)
Bénin Avenue Amilcar Cabral
Avenue Charles de Gaulle BP 92 Brazzaville
Cotonou Tél : (242) 81 16 08
01 BP 2985 Cotonou
Tél : (229) 21 31 21 26 Côte d'Ivoire
Fax : (229) 21 31 20 77 Chambre de Commerce et d'Industrie
de Côte d'Ivoire
Burkina Faso 6, Avenue Joseph Anoma
Chambre de Commerce, d'Industrie et 01 BP 1399 Abidjan 06
d'Artisanat du Burkina Faso. Tél : (225) 20 33 16 00
01 BP 502 Ouagadougou 01 Fax : (225) 20 32 39 42
Tél : (226) 50 30 87 73 Site web : www.chamco-ci.org
Fax : (226) 50 30 87 19
Gabon
Cameroun Chambre de Commerce, d'Agriculture,
Chambre de Commerce, d'Industrie, des d'Industrie et des Mines du Gabon
Mines et de l'Artisanat (CCIMA) Avenue du Marquis de Compiègne
BP 5814 Yaoundé BP 2234 Libreville
Tél : (237) 99 91 62 86 Tél : (241) 72 20 64
E-mail : tdakayi@yahoo.com Fax : (241) 74 64 77
Site web : www.ccima.net
Gambie
Cap-Vert Gambia Chamber of Commerce and
Associaìao Comercial, Industriale Agricola Industry
de Sotavento 55, Kairaba Avenue
Guerra Mendes 13, Piso 1 K.S.M.D. Serrekunda
Caixa Postal 78 Praia PO Box 3382 Serrekunda
Tél : (220) 37 89 29
République Centrafricaine Fax : (220) 37 89 36 / 22 96 71
Chambre de Commerce, d'Industrie, E-mail : gcci@ganet.gm
des Mines et de l'Artisanat (CCIMA) Site web : www.gambiachamber.gm
B.P. 813 et 252 - Bangui
Tél : (236) 61 16 68
Fax : (236) 61 35 70
Site web : www.ccima-rca.com
24 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

Ghana BP 215
The Ghana National Chamber of Nouakchott
Commerce and Industry Tél : (222) 525 22 14
65, Kojo Thompson Road 2nd Floor Adabla Fax : (222) 525 38 75
Plaza, Aroko Street, Rokomlemle
Tudu Niger
PO Box 2325 Chambre de Commerce et d'Industrie du
Accra-Ghana Niger
Tél : (233) 21 70 12 780 / 21 70 12 781 Place de la Concertation - Niamey
Fax : (233) 21 255 202 BP 13 299 Niamey
E-mail : info@ghanachamber.org, Tél : (227)20 73 66 92
gncc@ghana.com Fax : (227) 20 73 69 47
Site web : www.ghanachamber.org Site web : www.ccaian.org

Guinée Nigeria
Chambre de Commerce, d'Industrie et Nigerian Association of Chambers of
d'Artisanat de Guinée (CCIAG) Commerce, Industry, Mines and Agriculture
BP 545 (NACCIMA)
Conakry 8A, Oba Akinjobi Way Ora Ikeja, Lagos
Tél/Fax : (224) 45 29 51 P.M.B 12816, Lagos, Nigeria
E-mail : cciag@sotelgui.net.gn Tél : (234) 14 96 47 27 / 47 10 827
49 32 481
Guinée-Bissau Fax : (234) 1 496 47 37
Chambre de Commerce, d'Industrie et E-mail : contact@naccima.com
d'Agriculture de Guinée Bissau. Site web : www.naccima.com
Av. Pansau naisma CP.88 Bissau
Tél/ Fax : (245) 20 16 02 Sénégal
E-mail : cciag@mail.gtelecom.gw Chambre de Commerce et d'Industrie
de Dakar
Mali 1, Place de l'Indépendance
Chambre de Commerce et d'Industrie BP 118 Dakar (Sénégal)
du Mali Tél : (221) 33 823 71 89
Place de la Liberté - Bamako Fax : (221) 33 823 93 63
BP E 1398 Bamako E-mail : cciad@orange.sn
Tél : (223) 223 23 54 Site web : www.cciad.sn
Fax : (223) 223 23 59
E-mail : ccim@cefip.com Tchad
ecochambre@afribone.net.ml Chambre de Commerce, d'Industrie,
d'Agriculture, des Mines et d'Artisanat
Mauritanie (CCIAMA)
Chambre de Commerce, d'Industrie et Tél : (235) 52 52 64
d'Agriculture de Mauritanie Fax : (235) 52 14 52
Avenue de l'Indépendance
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 25

Togo
Chambre de Commerce et d'Industrie
du Togo
Angle Avenue de la Présidence et G.
Pompidou Lomé
BP 3263 Lomé
Tél : (228) 221 23 05
Fax : (228) 221 23 41

Autres sources d'information Normes du Codex alimentarius


Programme (FAO/OMS) de protection de la
CTA santé des consommateurs et la promotion
Le Centre Technique de Coopération de pratiques loyales dans le commerce des
Agricole et Rurale aliments à travers la mise en place des
CTA , Postbus 380 6700 AJ Wageningen, normes ayant trait aux aliments.
Pays-Bas Site web : www.codexalimentarius.net
Site Web : www.cta.int
Export Help Desk / DG Commerce de
AFRISTAT la Commission Européenne :
Observatoire Economique et Statistique (Informations en ligne sur les conditions
d'Afrique Subsaharienne requises à l'import par l'UE)
BP E 1600 Bamako Mali Site web :
Tél : (223) 221 55 00 / 221.60.73 http://exporthelp.europa.eu/index_fr.html
Fax : (223) 221 11 40
E-mail : afristat@afristat.org La sécurité sanitaire des aliments
Site web : www.afristat.org dans l'UE
Site web :
APEX - CI http://ec.europa.eu/food/index_en.htm
Association pour la Promotion
des Exportations de Côte d'Ivoire COLEACP
01 BP 3485 Abidjan 01 - Côte d'ivoire Comité de Liaison Europe-Afrique-Caraïbe-
Tél : (225) 20 21 75 74 Pacifique pour la promotion des exporta-
Fax : (225) 20 21 75 76 tions horticoles ACP-UE
E-mail : apexci@aviso.ci Sites web : www.coleacp.org
Sites web : www.apex.ci
www.apexci.org
26 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 27

Annexes
28 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

ANNEXE 1 : ANANAS
Pays exportateurs d’ananas vers l’UE-15 La région Afrique de
2004 2005 2006 l'Ouest et du Centre (19%)
est le 2nd le plus important
Côte d'Ivoire 136 006 99 632 94 636
fournisseur de l'UE,
Ghana 51 417 44 973 40 135 toujours grâce à la Côte
Cameroun 3963 4411 8 493 d'Ivoire (12%) qui accuse
Bénin 1206 1155 1 333
cependant un nouveau
recul en 2006. Le Ghana,
Togo 664 617 976 bien qu'en recul, a
Guinée 405 459 426 développé sa production
Sénégal 2 24 d'hybrides " Sweet " très
demandés dans l'UE.
Total AOC 193 661 151 249 146 023

Tableau 2

Le Cameroun représente la plus forte croissance en 2006 grâce au développement des volumes trans-
portés par voie maritime de variétés hybrides.

Calendrier d'approvisionnement de l'UE en ananas


AOC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Côte d'Ivoire
Ghana
Cameroun
Bénin
Togo
Guinée
Sénégal
Tableau 3
Normes : L'ananas fait l'objet d'une norme du Codex Alimentarius (CODEX STAN 182-1993 ; Rév.1-
1999, Amd. 1 -2005) et d'une norme CEE-ONU (FFV-49) dans laquelle une disposition spéciale est
prise pour les ananas " Queen " et les ananas exportés sans couronne.

Principales faiblesses de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : La reconversion variétale est très par-
tielle en Côte d'Ivoire et l'offre en Cayenne Lisse reste toujours majoritaire. Seules les grandes entre-
prises ont introduit les hybrides à grande échelle, à côté du " Cayenne Lisse ". L'instabilité interne en
Côte d'Ivoire a freiné les investissements dans la filière ananas où les petits producteurs sont très nom-
breux.

Principaux atouts de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Proximité des marchés européens, permet-
tant ainsi d'être compétitif, surtout par voie maritime. Les marchés des NEM et d'Europe du Sud sont
toujours demandeurs de Cayenne Lisse. De nouveaux marchés de niche ont été développés par le Bénin
avec le Pain de sucre, le Togo et le Cameroun avec l'ananas biologique et le Ghana avec le commerce
équitable. Un nombre croissant d'entreprises ouest africaines ont une certification privée.
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 29

ANNEXE 2 : HARICOT VERT


Pays exportateurs de haricots verts vers l’UE-15 Le Sénégal (7.000 t) a
maintenu sa place de premier
2004 2005 2006
fournisseur de la région
Sénégal 5 625 6 894 7 002 Afrique de l'Ouest et du
Burkina Faso 823 514 639 Centre et a du affronter
l'Egypte son principal
Gambie 510 368 358
concurrent sur tous les
Nigeria - 17 66 marchés européens en
Côte d'Ivoire - - 22 Bobby. L'Ethiopie utilise la
logistique aérienne belge
Cameroun - 4 7
pour entrer vers ses marchés
Ghana 9 4 cibles l'Allemagne et les
Mali 160 6 3 Pays-Bas. Le Burkina Faso
(640 t, +24%) est en légère
Total AOC 7 127 7 803 8 101
progression en 2006.
Tableau 4
Calendrier d'approvisionnement de l'UE en haricots verts
AOC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Sénégal
Burkina Faso
Gambie
Nigeria
Côte d'Ivoire
Cameroun
Ghana
Mali

Tableau 5

Tendances : Le marché s'est segmenté entre le haricot filet (très fin / fin) et le Bobby. Les acheteurs du
nord Europe demandent de plus en plus de produits certifiés. Développement de la demande en préem-
ballés, prêts à consommer ; opportunités sur le segment des haricots verts biologiques.
Le Sénégal est la seule origine Afrique de l'Ouest et du Centre à avoir élargi sa gamme de haricots verts
(filets et Bobby, vrac, préemballés) et à un coût plus compétitif grâce au transport maritime.

Principales faiblesses de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Le coût élevé du fret aérien et des
intrants ; manque d'organisation des filières ; autoconcurrence entre opérateurs ; rendements insuffi-
sants ; hétérogénéité qualitative et irrégularité des apports ; une mise en valeur difficile d'une " image
qualité " du haricot vert de la région AOC.

Principaux atouts de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Proximité des marchés européens ; capa-
cité d'adaptation face à la concurrence grâce au développement d'une offre en maritime (Sénégal), d'une
segmentation de la gamme (filets et Bobby) et de recours à des technologies innovantes (préemballé,
prêt-à l'emploi). Un nombre croissant d'entreprises certifiées Eurepgap ont mis en conformité leurs pro-
duits face aux exigences d'hygiène et de sécurité sanitaire.
30 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

ANNEXE 3 : MANGUES
Pays exportateurs de mangues vers l’UE-15 La Côte d'Ivoire, en hausse
2004 2005 2006 de 46% ; ses performances,
Côte d'Ivoire 11 122 9 835 14 390 s'ajoutant aux fortes
progressions du Sénégal
Sénégal 2 810 3 011 7 071
(+ 235%), du Burkina Faso
Mali 2096 2560 3 476 (+85%) et du Mali (+36%),
Burkina Faso 925 1164 2 156 portent à 14% le total des
Gambie 593 608 785 importations UE en
Guinée 562 85 388
provenance de la région
Afrique de l'Ouest et du
Ghana 177 268 295
Centre.
Cameroun 115 138 84
Total AOC 18 400 17 669 28 645
Tableau 6
Calendrier d'approvisionnement de l'UE en mangues
AOC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Burkina Faso
Côte d'Ivoire
Gambie
Ghana
Guinée
Mali
Sénégal
Tableau 7
Variétés : La région Afrique de l'Ouest et du Centre exporte des mangues Kent, Keitt, Haden, mais aussi des
mangues Amélie (Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Mali ; peu colorées, maturation difficile à maîtriser ; marché de
niche), Valencia (Mali).
Normes : La mangue fait l'objet d'une norme de qualité de la CEE/ONU (FFV-45), d'une norme au Codex
Alimentarius (CODEX STAN 184-93) et d'une brochure interprétative de la norme CEE-ONU éditée par
l'OCDE.
Principales faiblesses de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Risques phytosanitaires à maîtriser en vergers
(hygiène, lutte intégrée) et en post-récolte pour éviter les interceptions/destructions à l'entrée dans l'UE (mouches
des fruits) constatées depuis 2004. Améliorer la traçabilité, la programmation et l'organisation de la mise en mar-
ché des mangues Afrique de l'Ouest et du Centre en Europe pour réduire l'autoconcurrence entre origines et l'ac-
cumulation de stocks pesant sur les cours. Une qualité irréprochable est exigée en début de campagne.
Principaux atouts de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Le nombre croissant d'entreprises certifiées
(Eurepgap notamment) ; l'accès au transport maritime (5 à 10 jours de mer selon destination UE), principale-
ment à partir de Dakar et Abidjan ; une gamme variétale satisfaisante ; le savoir faire des producteurs/exporta-
teurs. La mangue devenant un fruit de consommation courante, tout au long de l'année, la réussite des origines
Afrique de l'Ouest et du Centre passe par la maîtrise de la qualité du produit, de l'organisation de la filière et des
plannings de mise en marché, aux prix les plus compétitifs.
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 31

ANNEXE 4 : MELON
Pays exportateurs de melons vers l’UE-15 Le Sénégal, principal
exportateur de la région
2004 2005 2006 Afrique de l'Ouest et du
Sénégal 297 571 763 Centre, a accru ses expéditions
de melons charentais de
Ghana 8 0 51 contre-saison (+34%) en se
Nigeria 1 1 6 positionnant sur d'autres
marchés européens comme
Mali 0 0 1 l'Espagne. Il est à noter les
Total AOC 306 572 821 débuts du Ghana qui expédie
vers le marché britannique.
Tableau 8

Calendrier d'approvisionnement de l'UE en melons


AOC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Sénégal
Ghana
Nigeria
Mali

Tableau 9

Principales faiblesses de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Pas de gamme variétale diversifiée ;


éloignement des marchés UE par rapport au pourtour méditerranéen ; peu d'origines maîtrisent la cul-
ture du melon destiné à l'exportation.

Principaux atouts de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Proximité du marché UE par rapport à l'of-
fre américaine ; utilisation du transport maritime pour offrir en contre-saison un melon à un coût com-
pétitif ; expérience et savoir-faire au Sénégal permettant une maîtrise technique de l'itinéraire de pro-
duction.
32 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

ANNEXE 5 : PAPAYE
Pays exportateurs de papayes vers l’UE-15 La région Afrique de
(milliers de tonnes) l'Ouest et du Centre (8%),
troisième fournisseur de
2004 2005 2006
l'UE, accroît ses volumes
Côte d'Ivoire 1 163 1 397 1 856
grâce aux apports de la
Ghana 1 864 1 334 1 231 Côte d'Ivoire et du Sénégal,
Sénégal 6 0 106 mais aussi du Ghana.
Sierra Leone 19 1 4
Cameroun 27 13 4
Togo 1 0 2
Mauritanie 0 0 2
Gambie 1 28 1
Total AOC 3 081 2 773 3 206
Tableau 10
Calendrier d'approvisionnement de l'UE en papayes
AOC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Côte d'Ivoire
Ghana
Sénégal
Sierra Leone
Cameroun
Togo
Mauritanie
Gambie

Tableau 11

Principales faiblesses de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Les faibles volumes exportés ne per-
mettent pas d'emprunter la voie maritime. Production mono-variétale (solo 8) et pas de segmentation
de la gamme. Forte concurrence du Brésil et de l'Equateur pratiquement toute l'année.

Principaux atouts de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Le Ghana et la Côte d'Ivoire sont les pre-
miers fournisseurs des marchés de l'UE ouest africains depuis 5 ans ; diversification des débouchés pour
la Côte d'Ivoire (Royaume-Uni) et le Ghana (Belgique et Pays-Bas) ; la logistique aérienne permet d'of-
frir un produit de bonne qualité gustative malgré un coût de fret élevé ; développement de nouveaux
marchés de niche (biologique, commerce équitable) notamment par le Ghana ; émergence de nouveaux
fournisseurs (Sénégal, Mauritanie) orientés vers des marchés exigeants (Royaume-Uni).
GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE 33

ANNEXE 6 : PATATE DOUCE


Les origines Afrique
Pays exportateurs de patates douces vers l’UE-15
de l'Ouest et du
2004 2005 2006 Centre sont mineures
et ont connu un
Ghana 86 285 122
déclin de leurs
Nigeria 13 1 exportations vers les
marchés de l'UE en
Cameroun 4
2006.
Total AOC 86 298 127

Tableau 12

Calendrier d'approvisionnement de l'UE en patates douces

AOC 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Ghana

Nigeria

Cameroun

Tableau 13

Variétés : Selon les variétés, la peau est de couleur blanc crème ou brun, rouge foncé ou violet alors que
la chair peut être blanche, jaune ou jaune orangé.

Conditionnement, calibres : La patate douce est conditionnée dans un carton dont le poids net varie
selon les origines : Afrique du Sud / 10 kg ; Israël / 6kg ; Etats-Unis - Egypte /18-20kg

Normes : Il n'existe pas de norme. Cependant, la patate douce fait partie des priorités de normalisation
du Comité sur les fruits et légumes du CODEX ALIMENTARIUS (cf rapport 12ème session Mexico -
mai 2005)

Principales faiblesses de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Volume de production limitée pour


l'exportation ; manque de compétitivité du produit sur les marchés européens.

Principaux atouts de l'Afrique de l'Ouest et du Centre : Développement d'un marché de niche avec
une qualité de produit reconnue (biologique) ; potentiel de développement de la logistique maritime
(Ghana, Cameroun), déjà utilisée par d'autres produits périssables (ananas, bananes..).
34 GUIDE D'EXPORTATION DES FRUITS ET LÉGUMES EN AFRIQUE DE L'OUEST ET DU CENTRE

NOTES PERSONNELLES