Vous êtes sur la page 1sur 22

HENRI BOURASSA

ET

L':\ VE~IH BE \UTUE IL\ CE

l ib( Ill~~~ l'llfi:'\11:'\U: liE\ .\:--T I.E PIIE\11 1-:11 CO:'\f:Hf.:~ li E 1.\
l . .'. ." ;n: Fil \:'\(.'.\ 1 ~~. .\1 f' .\:'\ .\11.\ . - .\ 1..\ IH.ME Sf:.\ :'\CE
1; f: :'\ f.: H A I.E , \ E:X BH t:H I :'11111. U : :.!" Jl'l :X l!ll2.

QIJf.:HEC
I mpr imerie ùe L'Ac:TIOX So<'tAJ.t: LIMJTt;J::
103, rue ~ni n te-Anne

1913
ET

1:.\ \î·:.\IH Hl·: .\OTHE HACE

l\lon .;ci~nc ur 1{' PrC:·sidt•nt,


~ ( c.~~<·iJ:nl'll r:~,
~(csdnmes ct ~l cssicu rs,

J'ni Jwiue il croire qut.' les orgnui~ntcu rs dt.• l'C muJ:nÎfilfllt.' •·on·
grès n'ont pas cu une nrril-rc·pt.'uséc dt' prlllicnt·c lorsqu'ils unl
ehoi!li pour nsoi un snjct <:onfiru:· duns ln ri•gion d e l'nwnir. ~Jni s
conuuc je n'ai nulle prét<:ntion 1\11 clou de prophétit.•, on lllt.' pt:rulet-
tra bien de procéder duns lu prt:·visiou dl' l'n\'l'uir en lll'appuynnt
sur les cnsci~ncmcnts du pn:~sé ct :sur les le~:ons de l'heure actn«'lle.
On m'a demandé de vous l'Utreteuir tic ln langue frnnc;nise
et de son influence sur l'nvt'Ïiir dt· ln rnct•. :;i \·ous en nvc:r. lu pn·
tience, uous niions Huclier la quc!>tion ù un double point tic niC.
~ous niJon .~ d 'nbord considérer quclll' peut être l'iuffut•ncc
de lu lnn~ue sur l'a \'en ir de ln race die-ml! Ille ; puis nou!i étudierons
cc qui, tl mon sens, est l'aspect it' plu~ importnnt de ln question :
le rôle de la lnn~uc duns les relations qui doi\'cut t•xister entre la
race fran\;t\isc ct les rnccs qui hnhitcnt a\·cc elle le continent n111éri·
cain.
De la nécessité de eonsern•r ln langue afin de c·onst.•f\'Cr lu ral'e.
est-il nécessaire de \'ous entretenir longtemps? Dans le domaine
de ln diplomntil' ct de ln politique, peut-être Tallt.•yrnnd n\·ait-il
raison de dire que lu parole a HC:· donnée à J'homme pour déguiser
sa pensée. l\lnis lorsqu'il s'agit de ln \'ie des nations, Dieu merci,
le don de Dieu u'a pus défailli : la parole rc:stc aux nations ct aux
races pour exprimer tout cc qu'il y n de plus noble et de plus géné-
reux en elles; et elle:; ont cessé de vine le jour où elles ont perdu
leur langue.
Peut-être m'objectera -t-on, et n,·ee mison, l'exemple d ' une
race dont je veux dire un mot sympathique ce soir (peut-être parce
que ce n'est pas le temps de le faire) : je veux parler de la race
- ~

ll'lallolui-· ·· •pri ol ''"··i·l•'· t'l t'llll•t'rlt' '"" l'lll"lll'lo'· r·· l'lltii ΕI'II'· loio·n
•t•r't•llt• n il lll'rtlll tlt·I•IIÎ • longiPIIIJ'• '" lnr•L:IIt'. 1.•·· c·irt'ttll•lnrll't'!'l
' t"i nul t'Ill rul11o'· •·•·lit• lll'flt', il n',\' n l"'' lit•ll ,J,. J,., rdnlt- r t't' •nir.
.l o· ,.,.11, ••·nl•·rnPIII r.IJ'I~~'It'l' tt'll' •Ï !:1 rac•t• irlnlltlni·•· n pu. a 1 ra\'ns
1r.,j, ,jj., J,., do· l~~"r"'·t·uliun 1'1 d.. olt'••·lliro·lnt•JII•. ''""''' rn·r "''" •·n r nt··
l•'• rc• l'''''l•l't', ,.·,.,1 pn'•t•Î•t'• n~t•lll ir l'lili-l' do• c•t•ll•• J'«'l'•t'•t·nl ion ; , .·,.,t
t' li lull:111l pnn r '"" ,.,i,lt'llt't' 111t'• ll' t' !'! l""tr la t'tlll •t' r\'ltl iu11 tlt· ~~~
(oi •tlr't•llt• li IIIIIÎIIIo·nu "'" Îtlt•lllili•,
:\la i• \'o~···r. ln .. itunlion dt• ln rlll'l' irlan•l:tÎ.•t· 11 11\ f.:lnl•·
l ' ui ... ( ',·ri•·•, •·dl•· •Îiunlion, 1111 point dt· l' lit' dt•.• lro llllllt'~ qui ln
t'" "'l''"''"'·•··l •'· tnlllllllllt', J.,., lrl nnclni• ~· n11l t'ttlltpri" 11111 ' inllllt'llt't'
t'OII•Ïcli·rnl.lt·, tlunt ""·' t't1111pnlriult'• ,,. plaÎJ.(IIt'llt purfoi ~; 11111Î>o ib
ft•r:tit•nt pt·•ll -c'· trt• II IÎI' IIX •l'in1ih•r h·ur t'XI'Ilrph•, 1lnrrs t'l' •t'•'il 11 tic
Iton, 'l'"' clt· ~ ·· borrtl'f it •l•· \'nint·~ tlt'•uurll'illliuns cl ù lllirllt'lllt•r tlt•i
hni tH'• '1'': n'u11t jnrnnis t•llflllllt'• rÏt'll d ' utilt• .
.\lui• ,j lt•• lrlnrul ai~ "'"' ,Jt.,·,·nn• pt·ut-i·lrt• J,. g runpt• p"liti1prc
J• ri•polldt•raul dt•,; l~lllli-l'IIÏ• , !11 rllt't' '•·~ t nuyi·t• ''""'Il· grnrul tuut
ll'urÏL:ÎrH' '"'J.(ItH•IIXurrllt', 'l"i t••t lt• pPIIJIIt• anu'·rit·nin.
( 'uu ,iclt'·rcz ruuirrkllrrll t Il· pt•rrpk t'l'tlssni,;, ,i rcllrnrtptal.lt· p11r
St'S lult•Jit«, pnr so11 l'lll'rgic·, pur ln tlin~r, ité Ile sc~ fnculté!'l irrtc•llt•c-
tndlt•, t:t rnnr:•h•s. 1-:n pc rtlnnt lt•rJr lrrn).(IIC <'l t~ll s'n)(siruilnnt intcl-
lcl'lncllt•lrrt•rrt ù ln ru•·t• nnglu-,.,nlWIIIIt', lt•s f.t·n:oo~nis unt fonrui IL
1'.\uglt•lt•rrt• d iL l 't•mpirt• ltritnnnÏtflll' 1111 cnellidl'llt mnrul cl intd-
lcetm•l tlnnt un ne sauruit IIÏt·r la ,·all'llr; rrwi.~ la rure (•cos:;uisc a
Ji,.pum l'OIIIIIIl' ruet' cl t•,l dt•\'l'IIIIC ~<ÎIIIJIIt·nll'llt 1'1111 d e-; (·lérncnt"
constitutifs till pcuplt• l•ritauniqtrl'.
Ll• jour uir lint: rut·e <'t'sse tl't'l\111 .. nt·r ~n pcn,(·c d ses sentiment..;
Jnus sa lnn~rre, tlnm l'l't tc lung11c tpri u grnmli a\'CC l'Ile et s'est
form ée n\'cc o;urr tcrupt:•runrent ctllllÎlJIIl', l'Ile est perdue t·onllnc ru1·e.
Ln cnnsen-ntiun tic ln Inn gue est nhrv llllliCU t néccssai:-e tl ln cnn,cr-
nltiun Je ln mec, de son ~énic, de so 1 carnctt•rc ct de son tt•n•péru-
IIIC Il t.

Un jour, dans une réu11;on intime, un Canadien frnnçai~ émi-


n rnt ex primait le regret que ses compatriotes eussent perdu tant
d'années ÎL lutter pour la cono;cr\'ntiorr de l eur langue ; cnr, disai t-il,
il est hien difficile de supposer qu'ils y réussiront toujours. Ils
finiront par adopter la langue de ln majorité - ct alors pourquoi
ne pas s'y résoudre dès maintenant? - ou ils resteront isolés, comme
·,
t'li lt·~ ll o'• lort'll \ llr ln lo·rro· ol ' f:g,\ pl o•. If, •t•ruod prl\t'• do· IIIUÎ III • u\.olo
'{'~
tn ~t'• dunt jf, puurruio·ul jouir ,, 'If," f tt-iolttlnio·ul n\o·o· f, ., uu t n•,
rut·o·~. pnr l:1 lall).(lll', (':If f,., 11111'111'• d par f,. , lwloil o1d•·· ,f,. 11 ,;,.
ir.
t'OJII IIIIIIII', 1>11 n ·•l•·, ujuutuit il, l'llll ~t·n·anl lt•ur' •rualito', pr"l'r"'•
{'•
t•t m·q n\·rnu t t•o•llo•, ,f,., .\ u:.:lu-:-'u\1111', jj, t'\t'rt-t•rui•·u t ""'' Î1111tto•lw•·
·~ l
r•ri·pttllolt'·ru lllt•,
('t•rlt''• al,..l rul'll•oll f:~Îit• do· l1111k lit•rlo'• nati .. u:~lo•, •·dit• "f'Ïlliuu,
l'II\'Î,aJ,:t'•P "' '"' 1111 uudo• •'·1 fuit. ,.,, p•·ul -t'·l ft' "'" '''litololo•, :\l ai•.
IIII'"Ït•llr', 1111lrl' lil'rlo'• d llulrt• Îll·lÎIII'I 11 • ""'" a •:o·rli"''lll-if, pa'
ln 'Jill' lt· j111lf oit""'" 11111'1111• ru·rtl 1 11111 fi' lall;!lll', ""''" ,.,.,.,, .... .,, 1'1'1·., j.

,
'l'
Sl'lllt'lll I'C l'llflll'lo'•rt• proprt•, l'l'• fao·ll!lo'•, •JH·,, iuJt•, 'I'IÎ ! t'li \l'Il l (;IÎfl'
tlt· " " " ' 1111 t'•lc'•utt'lll tll·,.iraltl•· ('"",.la <'1111•1 rtl d iou olo• la 11:a i Ï•·It t.lllll·
tlit'lllll' 1'1 ft- dc'•n•lnpppo•llll'll l olo- lu 11:11 iutt a llto'•rit•:tÎIII' ;- 1.,· jnnr odt
le
111111~ 1111rio11 • pt•rdu l111lfo' l:tnglw, 11o11' ,,• riu11- (11'111-•'·lt·• cl··· . \u ~.:ltd,
IIIηclioc·fl'S, cio•, f:,.o .... ai• (lll":d.Jc•• 1111 cie• 11l:tii\':IΕ lrla nd:ti•, 111:1Ε
e 111111." Ill' ••·ritll" plu..; dt• ,·(·ril:ti.JI', ( 'a uadic·u-.
Uappdl'l':·\'UII.' <'l'li~· parnlt· l:t pidnirc· epie' , ..... , :tp(•lulldi--ic z
1111;.!11i·rt•, t'l'lit• pu rule• (ll'nlloll•';'l' par l'i·t~~itwlll d ,.,lt'·:.:u•'• tf,. 1'.\•·aoll·u1ic·
r fr:llll;u i'''• :"1. La ll l~': M (' h:t<tl1'' lnH;_!111' .• o llic·i l t•, rc'•\'c'·h· 1'1 ('oll•:l<'rt'
le gC:·nit• d '1111l' fllt'<' '' · Ett t•ITc• l, ,.·,.,, la laH:!III' 'lili dnHII" :tnx "''1\'rt'.'
d e l'esprit cl ' mw rnt·t• e!'tlc marttnc iutlt'·li·l,ilc· ttlli c•u fai t l••llk la
\'nlc•nr, colttlllt' I'Hrl d'nu pa y .~ n'a cie• \'Uit·nr pro(ll't' f(ll<•,.i le•, ll'llt'rt•.,
qu'il iu:<pirt• n ·lli·lt·nt lt• ;.!o'• nÎI' ('llrt ic·u lit•r tlt• la llatiuu .

.\ \'O:>o;>4·;\'0l':\ l,t; U IIOIT lit: l'll:-i>lt:ll \' t;u .' iOTHt: 1. \~l;t t: {

S'il y n pour IIIIIIS nt'•t·e~~i tC:• dt• c•cmsl' r\'cr notre laugut•, l'l ~i nous
trOII\'tliiS notn· anwl:tl{t' d:t ns t•t•tle t•oll.;c:rnttiuu , <'Il U\'oll,· ll o ll ~ le
droit ?
\ 'uil:'t nue <JIIt•stiun ftlli 111érilt• d 'être en\'Î.o;agét• sous plusieurs
aspcds. I.e droit naturel . pct·,;oHn c ne le m c. Em·urt• it·i ttn'on
mc pe ruwltc d e l'Î lcr une parolt• J e :\1. l.umy : u f.' u\':lllt:tg,. clcs
a rm es c l l11 mas~c tlc la popul:ttion IIC co11fércut Îl :llll'llll pt•uplc k·
droit ui le moy<'n d ' impost•r snn lunw•gt· ''·
:\ ec)lé du 111 ot « 1110,\'CII, ,, je p o,rra i.; pe ul-t:t rt· un poi 11 t d'iule rro-
lo(ali ou, ct l'histoire d e l'lrl:tllllc sullit :'1 ju.;tifier mun doutt' ; 111ais
s ur le droi t, ao;!>nrelllcnt, a!lcunc ll l-sitatiou ne pt·Ht cxisler. nu moins
d tl'?: qnieoncruc a l'esprit hie n Cuit t•l le <·n•ur û la hot llll' plue'<'.
A \'ons-nous, uu Canada, le droit ll:gal, le clruit con.~t it u ­
tionnel, d'exiger la cuusc n·ation ct ln propaga nde d e la l:m~uc frn n-
çaisc dans toute l'étendue dt• ln Cl)nfédératiun canaclic uuc ? .Je sais
bie11 q11c le traité de Paris Ile contctJait nnr.unc stipulation à. cc
- li --

sujet; je snis (!gaiement que ln capitulation de Québec ct celle de


r.tontrénl n'en pnrlnient par. je n'ignore pas que ln constitution cie
1774 ct celle de 1791 étn: .t muettes à cc sujet; je sais que ln
constitution de 1841, parlant, pour la première Cois, de l'usage de ln
langue françai se au C:wndn, ln prose ri \'nit, dnm les sphères officielles.
Dans le trnvnil tr(·s intéressant qu'il vous ' 1 communiqué, l'ho-
norable :\1. Bclcourt a traité cc !>Ujd tn"<'C beaucoup de science ct
de clarlé: ct c'itrit utile. JI est hon l ' Il l'fret que nous soyons hien
rensl'ignés sur t·c qn<• no us garantit la lt•ttrc cie nos lois. :\1. IJclcourt
a s urtout cn\·isn~é la question cu juriste. Permettez-moi de \'OUs
demander de sortir des hornes étroit<•s de la lettre des traités ct des
constitutions, ct de r emonter nux principes fondamentaux de la
constitution :mglnisc, ù ces larges priu<ipes de droit acquis mnis non
écrit. <111i sont le plus glorieux apanage de tous les citoyens hritan-
niqta•s.
La constitution nuglais<• clle-mêlllc, qu'l'st-ellc, sinon une série
de pri~~t·ipcs de droit pri\'é, social ct pulitiquc, prntiqués pendant
des si&c-lcs ct consignés d,. temps à autre dans les Statuts de la
Grandr Bretagne? Sïl falla it s't•n tenir il ln lettre des Statuts, quel
est le droit 111oral. quel est le droit politique ou le droit social qui
aurait la moindre hase solide. dans tout !'.Empire Britannique?
Toute notre histoire pruu,·c q•:'cn dehors de ln lettre des traités
et des lois, nous possédons un droit positif ti la conservation et à la
propngandc de lu langue françai se il tr:wers toute l'étendue de la
Confédération canadienne.

1775

Douze ans après le traité de Paris, il n'y n,·nit encore qu'une


poignée de marchands anglais sur le \'icux rocher de Québec, mais
il y était resté quelques milliers de colons de France, nhandonnc!s,
forcément je veux bien le croire, par la mère pntrie. Une armée
de rebelles nnglo-snxons ns~iégcait ;'\ ,·ille. J,es communications
avec :\lontrénl étaient interrompues pur l'armée du général Amherst.
Sir Guy Carleton, voyant qu'il ne potl\·ait compter ni sur la force .
de ses canons ni sur l'armée anglaise pour se défendre, fit appel au
peuple de Québec. Il demanda à tous les citoyens en dge de porter
les nrmcs de s'enrôler volontairement, ct il ordonna à ceux qui
n'o.\'aicnt pa'> assez de courage ou de conviction pour prendre les
armes de sortir de ln ville. Les vingt-cinq ou trente marchands
anglais sortirent et allèrent sur l'Ile d 'Orléans attendre, à l'abri des
coups, le rés ultat de la lutte. Qui triompherait? le Roi ou la
7

Ile de LiJ,!llC? Mail> le~ « mnnJ.!cUr!> de soupe aux pois » prirent les armes
:m de ct connnent à ln déft•nsc des remparts d'oit, quinze tUJ s auparavant,
\IC )a le canon anj.!lnis les mitraillait. Fidi-lcs 1111 serment prêté,:\ ln voix
de la du clcrJ,!é ((IIi lt•nr avait C"onsdll(• d'a<'et'Jitt•r le nouY<.'liU régi111c, ils
elles. SIUJ\'l-ft•Jit la YÏllt• de Qul-bt•t• dt• J"ntliiCjllC Ulllt'n<.'niut• ; Ct pendant
l'ho· toute la tluret• d(• la J.!Ucrrc ils déft•Hdircnt ln t·olonic d le druJlCau
ec ct bri tanu iq uc (•ont rr• lt•s armt·~ dt·~ c·ol<llls de la X ou Yell<• .\ IIJ,!Ietcrre
hien ct dl•s s~tldats de l.afa~·l't lc'. Tl'llt• fnt la prcmiiorc source Je leur
:ourt droit 111ural. Elle n'a pas ioté <~onsiJ,!Héc dans les Stntuts ; mais il
\'OUS semltlt• qu'dl<.' ne dPnait j:una is s'elfm·cr du cœur d de la mt•moire
t des dt• c.•ux lJIIÎ anjonrtl'hui :<CJ.!Iorifh·ut Îl juste titn• de Yivrc, nu Cu nada,
le la su11~ Il· drapeau dt• ln <:rnntk Bretagne. tuais 'Jili st!mhlcnt parfois
; non oublier qu ' i~ f11t 1111 jour oir, sans lt• tlt'·Yuucmcnt des Canadiens
itan· français, il ne st•rnit pa,; n·sté en .\m \·ritJIIC un ponce de tt•rrc pour
y planlt'r h1 hanqw .t'nu Ht'ndnnl auJ.!Inis.
série
da nt
ISJ~
le la
tJUel
qui Lt· danj.!cr éloign<\ un nutrt· rcpré!ooclltant de ln Couronne, d'esprit
moins large <;ue Sir Guy Carleton, ct de mémoire plus courte, entre·
lités prit nnc campagne d'assimilutiou des colons frnnçai s. Panel ct
à la Bédard, <tn'assurémcnt on n'appellera pas, même en nos jours de
e la « coneilintion 11, des fauteurs de discorde ct des dérnagognes, furent
1 emprisonnés parce qu'ils réclamaient pour leurs compatriotes le
droit de vine comme des citoyen~ britanniques libres. Mais un
nouveau nuage monta il l'horizon. La guerre éclata entre l'Angle-
1 terre ct les :etats-Unis. Alors. se rappelant les dangers de 1774,

une
nnrs
l les autorités anglaises trouvèrent de nouveau qu'il était de bonne
politique d'étendre le domain'! des libertés et des droits des Cana·

l
diens français, qui constituaient encore la majorité de la population.
nés, Les colons prirent de nouveau les armes pour la défense de l'Angle·
mée terre ; ils aidèrent, une deuxième fois, à préserver le Canada de
ons

l
l'in,·nsion des Anglo-Saxons protestants du Midi. C'est à Chateau·
rst. guay que fut voté le deuxième amendement, non écrit, à la eonstitu·
•ree . tion canadienne.
au
·ter 1 LA n}:nELLION DE 1837
qui
les
ads On m'objectera peut-étre la rébellion de 1837? Je ne parlerai
des pas ici des causes de cette agitation. Ce n'est aujourd'hui
la l'occasion de porter aucun jugement sur l'opportunité de la prise
-8-

des armes. :\lais clans toute cette ha taille héroiq uc qui ln prt-céda,
qui durn un dcmi·sièclc, ct qui fit rc•connr\ttrc non seulement aux
Canadiens français mais aux ('auu<lirn:-~ de toute origine, leurs droits
de citoyens britanniques, je prétend ~ que non ~c ul cmcnt nos com-
patriotes ne firent pas net«.' de r{•hcllion, mui)O c1u'ils cuntinui·rcnt ici
la lutte ndiJlirahlc que le peuple hrituuniquc avnit soutenue pt•nd ant
tmis siècles contre le pou,·oir ahsolu. En montant sur le.; t:chnfnud:>
drcss(·s Jlnr Colhorne, les <c rchcllcs >> de 183i ont acquis les m ême.~
titres :\ la rccon nnissanee dt• lu clé tuol'rntic n n~lai sc que les ltéros des
grandes luttes pour la lihcrtt-. c.·u An~tlc tcrrc, en f.:coli~c ct en Irlnnclc.

LA •'O~T Al~·: \'!OLt: L ,\ 1.01

\ïnt alors l'union des dt•ux Canada .~ ct ln constitution de 1841,


qui, la prc.·miC:•rc, fit mention de la l nu~tuc frauc;nisc - pour ln pros-
c rire. Cette constitution, a\'('<' sc.• injustice,:, n n~c se~ rf.gle mcnts
de cotuptc faux, t'Ile fut tout cie ml'•ruc aec·t·ptéc l o~·ull.'utt·ttt cl géné-
reusement par lu majorité des Cnmulicus fr:tnçai~. ct entre autres
par Un hOIIliiiC d' f;tat qu'on nous cite \'o)outit•rs l'OIIIIlll' le père Cl
le protagouiste de ln politique de conciliation. Et cependant, quel
fut le premier acte public de Louis-Hippolyte Lnfontnine, député
ct ministre de la Couronne, dans le prelllier Parlement établi sous
l'empire ct l'autorité de la constitution de 1841? Ce fut de violer la
loi et de parler en françai s, contre ln loi. JI en appela d'une loi
écrite inique à un droit non écrit mais éternellement juste.
Quelques années plus tnrcl, un ministère encore plus conserva-
teur que celui de Lnfontuinc, le ministt•rc Draper-\"iger, fnisait
adopter, par l'Assemblée législatiYc de Québec, une adresse deman-
dant le rétablissement de lu lan~:uc françai se. On n'a,·ait pas peur,
en cc temps-là, de s'adresser ii. l'esprit de justice des Anglnis contre
leurs mauvaises passions. Et Anglais comme l<'rançnis s'unissaient
et votaient à l'unanimité ln condamnation de cette loi injuste ct
vexatoire. Après un nou,·eau délai de qnciCJnes années, le Pnrle-
ment britannique se rendait à ln ,·oix unanime du Parlement du
Canada et abrogeait cette loi inique. Enfin, en 1867, le principe de
l'égalité des deux lrmgues était écrit dnns la constitution elle-même.

LA CONSTITUTION Dt: 1867 ET LA J.A~GUE

Quelle est la portée exacte des termes de l'Acte de 1867? C'est


ce que nous n'avons pas besoin de discuter cc soir. Tout ce qu'il
- 9-
l-céda, est utile de rappeler à ceux qui J'ont ouhlié t:l de soulign<'r afin de
1t aux
le (aire entr<!r tln\·antagc dans les esprits, c'est que pour t out t•c qui
droits
concerne les lois et l'.t•J ninist rntion fédérales, le principe de l'égalité
com-
absolue des deux lnn(!III:S est reconnu en toutes lettres; ct cela su ffit.
~nt id
En effet, si la loi reconnalt le principe, le hou sens autant que la
ndnnt
justice disent que C'! principe doit recevoir ln sanction de tous les
(nuds
moyens propres t\ eu assurer l'application. Autrement, prétendre
lt'IIICS
que, sous l'empire d< ln constitution de 1867, les droits dl• la l :m~u c
1sdes
française n'existent <JUC pour Québec, c'est elire que Je jJilclC de 1867
u11tlc. fut un leurre, que le ~ Co.rticr, les MacDonald, lc11 Drown, les Howc,
tous les auteurs de cette const itution mo.gnifiquc, s'entendirent pour
tromper le peuple du fias Canada !
Pour moi, je n ~ le croi11 pas ; je crois q uc la véritable interpré-
tation de ln loi constitutionnelle qui nous régit, c'est celle rtn'en
1841,
donnait, vingt-quatre ans plus tnrd, so n nutcu r principnl, Si r Jolm -
pros-
A. MacDonald, dans les paroles mémornbl<·s que citnit J'autre jour
ucnts
1\t. le président du Sénat et dont je mc borne ù rappeler la su bstnncc.
,:;éné- C'est que, depuis 1867, il n'y a plus au Cnuada de rnc<' conquise ui
ut res
de race conquérante, de race dvwmante ni de race dominée, mnis
·re ct
qu'au contraire il existe, sous J'empire de la loi elle-même, une égalité
quel parfaite en tout ce qui concerne les droits politiques, les droits
!pu tl!
sociaux et les droits moraux des deux races, ct parti<:ulièremcnt en
sous t ce qui concerne l'usage public et pri\·é des deux langues.
er la
~ loi
j Si le français et l'anglais constituent le double vocabulaire du
peuple canadien tout entier, comment peut-il se trouver des provin-
cialistes assez étroits pour affirmer que l'une quelconque dell
:rva-
.isait
1 Législatures du Dominion du Canada peut pri ver les citoyens de
langue frnnçaisc de n'importe quelle province des moyens de donner
nan-
à leurs enfants la connaissance et la possession parfaite de cette
>CUr,
langue, dans toutes les écoles où leurs deniers sont acceptés au même
•ntre titre que les deniers de ceux qui parle nt anglais ?
lient
Si les deux langues sont officielles, aux t e rmes mêmes de la
e ct
constitution, ces langues ont le droit de coexister partout où le
urie-
peuple canadien manifeste sa vic publique : à l'église, dans l'école,
t du
dans les Parlements, devant les tribunaux, et dans t ous les services
ede
publics.
;me.
Si elles ont le droit d'exister, chacune d'elles o. le droit de de-
mander à J'etat, quel qu'il soit, fédéral, provincial ou municipal,
qui ne sont tous que des fractionnements de l'~tat e ntier, c'est-à-
dire du p o u voi~· déri vé de toutes les races et de tous les indi vidus
qui composent la nation canadienne -chacune des deux langues a
:·est
le droit de demander à l'~tat, sous quelque forme qu'il existe, :wec
]U'iJ
quelque autorité ct sous l'empire de quelque loi qu'il exerce son
-10-

pouvoir, la reconnaissance complètf ci absolue de la coexistence et


de l'ê ~a lilé des deux langues.

IIIOYENR DE CONSERVER LA I,ANGUE- L'f:~OLE

Je ne veux vous parler ce soir que de deux des moyens d'assurer


ln permanence, la vie et la fécondité de la langue française au Canada.
Le premier et le plus important de tous, c'est l'enlleignement,
c'est l'école. En 1875, huit ans après l'inauguration de la consti·
tution, Edward Blake- un autre grand homme d'ttat qui n'avait
pas peur de ln vérité, mt!me quand elle était dangereuse pour lui -
Edward Blake proclama en pleine Chambre qu'il fallait adopter, dans
toute l'étendue de l'Ouest canadien, le principe de l'école séparée,
avec le droit pour les deux races et les deux croyances religieuses de
donner leur enucignement avec l'aide de l'~tat; parce que, disait-il,
c'est le principe r:~ême sur lequel s'est conclu le pacte fédéral entre
le Haut et le f .... · Canada, entre les Canadiens français et les Cana-
diens anglais, · '' :e les protestants et les catholiques du Canada ;
et si le principe est bon pour le vieux Canada, il devrait être égale-
ment bon pour le Canada de l'avenir.
Ceux qui, dans les provinces anglaises, s'opposent à l'enseigne-
ment du français dans les écoles publiques et les écoles séparées,
ceux-là mêmes sont les violateurs de l'esprit fondamental de la
constitution canadieunl! ; ct ceux de nos compatriotes qui viennent
nous prêcher la doctrine de l'avilissement, qui viennent dire qu'il
est monstrueux de réclamer pour la langue française des droits
égaux à ceux de la langue anglaise, ceux-là sont également des
violateurs de l'e11prit de la constitution. Non, le pacte conclu
entre ces deux grands hommes d'ttat, Sir John-A. 1\lacdonald et
Sir Georges-E:tienne Cartier, ne fut pas un pacte d'asservissement ;
ce fut au contraire un traité loyal et honorable, conclu par les fils
de deux grandes nations se donn" ··t. la main pour terminer à jamais
les divisions et les haines de l'histr Sn que de cette union féconde,
naquit un grand peuple, conç;; Jne pensée de justice.
Ceux qui, dans les provinces t>.<.~glaises, prêchent l'exclusion du
français, ceux qui, dans notre province française, enseignent la leçon
de l'avilissement, trahissent également la constitution et la foi jurée.
lis sont également trattres à nos ancêtres et trattres à l'âme natio-
nale,- et par l'Ame nationale, je ne veux pas dire seulement la
nôtre, mais la grande âme canadienne, composée des plus nobles
éléments de la race anglaise comme de la race française, des Irlan-
dais corn me des f:cossais.
- 11 -

nee ct Non ~ con~<'rveron,. la langue fr11nçaisc ct nous la propu~t· rnus


dans ln mesure où nous lnttcron!l pour sn conser\'ation ct pour sa
pro~agande, ct non pa11 en nllaut quémander, avec une bns!>C<;!ie
indigne d'un peuple libre. ln fu,·cur de \'Înc avec toute notre t\mc
et toutes nos traditions.

ssurer
\'EltS Ll:S SOl'IH: I::S FltANÇ AISE~
nada.
ment,
onsti- Le deuxième élémcnl nécessaire à la conservation de la langue,
'avait c'est de l'alimenter sans l'esse à la sonr<·c d'où elle pro\'icnt, à la
lui - seule source où elle puisse entretenir sn vitalité et sa pureté, c'est-
dans à-dire en France.
laree, Vous a \·ez entendu à ce sujet des discours trop éloquents, des
:es de études trop bien faites, pour que je m'y attarde. Qu'on me per-
ait-il, mette simplement de toucher en passant à la question souvent
entre agitée- peut-être plus dans le milieu discret des uaisons d'ensei-
~ann­ gnement que dans le grand public - du danger que nous eourons
ada; pour notre foi et notre moralité. à cause du dévergondage de ln litté-
•gale· rature française contemporaine. .\ cettt crainte je ferai une pre-
mière objection, qui n'est pas philosophique, je l'avoue, mais qui
ignc- ne manque peut~tre pas d'un certain bon sens ; c'est que, si,
Lrées, par crainte du poison, on cesse de se nourrir, on meurt de faim,
je la ce qui est une façon toute aussi sOre que !'autre d'aller au cimetière.
ment Si nous laissons dépérir la langue, faute de l'alimenter à sa \'éritahle
qu'il source, elle disparattra ; et si la langue périt, l'âme nationale périra:
lroits et si l'Ame nationale périt, la foi périra également.
: des D'ailleurs, le danger de l'empoisonnement est -il si grand ?
tnclu Si, dans la littérature française contemporaine, le poison n·c~t pas
Id et ménagé, est-il nécessaire d'ajouter que le contrepoison y surabonde?
ent; Au lieu de chercher à fermer ln porte aux .œuvres littéraires fran-
J fils ~aises. afin d 'empêcher les œuvres mauvaises de passer, ouvrons-la
mais plutôt toute grande à ce qu' il y a d'admirable, de généreux, d' idéa-
nde, liste, de fort, de grand, dans l'ette production éternelle du génie
français, dont il semble que Dieu ait \'oulu fairt!, dans l'ordre intel-
1 du lectuel, la continuation du génie grec, et dans l'ordre moral, le foyer
eçon principal de la pensée chrétienne ct de tous les apostolats généreux.
trée. Mais, dira-t-on, il peut y a,·oirdangerau point de vue de l'unité
~tio­ nationale. Cette alimentation aux sources de la pensée françai se
t la r>eut entretenir chez les Canadiens françai s des arrière-pensées,
.bles des sentiments de regret ; les isoler de l'empire britannique et même
lan· de la Confédération canadienne. Ceux qui parlent ainsi prouvent
- 12 -

q u' ils ignon •nt les prl'miers éléments de !'liÎstoire d'Am érique•, ct
qu'ils ignorent nus!'oi le t·œu r humain.
P rétendre qu'<'ll allant puiser à t•ettc source de lumière intcl-
lccturllc qu'est la Frunœ, ou encore qu'en allauty cherc her J'alimcn-
tutiuu m'•c·c·s~ai rc l't su langue, le Cnnndit•n fra nçais va devenir plus
Crnuc;ais, ou muiu ~ hritannictnc c t moins t•:uwdien. est À peu près
nm;,i se n.;•~ que de· <'roire que l'Améril'ni n c·nlti\·é a des arrière-
pensées clc: retour ù la Gouronnc d'Angleterre, pa rce qu 'il continue
t't lire Sl111k..:speare ou Thackeray, nu lieu d'alimenter sn pensée
clans la littérature des di me 1wre/.v qui inondent les trains de chemins
de fer uux ~tats-Uuis. L' Amé ricain instruit est aujourd'hui plus
anglais, intdlcctucllcmeut, qu'il ne l'était il y a \'ingt-cinq ans.
Il a compris que s'il peut, t't lui seul, produire des œuvres mat é-
rielles gigantesques, dé,·cloppcr d'uuc ma nière vraiment étonnante
son territoire, son indu strie c t son <'ommercc : s'il peut stupéfier
le monde par sa vitalité FOlitiquc, industrielle ct commerciale, il
ne peut pas ignorer quinze siècles de civilisation britannique, d'où
il n tiré le meilleu r de son sang et de sa pensée. En C!st-il moins
Amé ricain, moi us dé \'OUé ù sn magnifique patrie?
De même, le Canadien français comprend que si sn la ngue
ne doit pas dc\·cnir pour lui une langue mo rte o u un patois, comme
on la classe dans les boutiques de pari~ian Jreltclt de Toronto, elle
doit continuer ù s'ali menter dans ln patrie où elle s'est formée.

UNE LJTTi:ltATURE CAS ADIENNE

i\lais si notre lnnguc doit ê tre de plus en plus frnnçnisc comme


forme de langage, elle doit être can~.tdiennc objectivement, et même
le devenir da,•nntngc.
Elle doit enfanter une littérature canadienne, elle doit nous
scr,·ir ù écrire e t à lire l'histoire canadienne, elle doit nous apprendre
à bien rédiger ct à hien plaider les lois canadiennes, elle doit nous
faire comprendre l'esprit ct ln lettre des lois et de la t.'Onstitu tio n
canadiennes. Et éal,l•dielt ne doit pas s'entendre ici nu sens étroit
de notre province ou de notre raœ, mais a u sens complet et nationul
du nom , qui tlppnrticnt à t o utes les races qui peuplent le Canada.
Nous devons donc, ù l'aide de cet te lnngue française perfectionnée
et vi\"antc, rechercher les origines de ln civilisation anglaise et amé-
ricaine ; nous de\'ons étudier l'histoire de l'Angleterre et l'histoire
des Etnh-Unis ; nous de\'ons apprendre à mieux connattre Anglais
e l Celtes, ct à no us :aire mieux connattre d'eux.
- l:J -

1"''· ct

~ intcl-
tlimcn- Et ceci m'amène ti ln dcuxi~mc partie de cette étude. .rai
ir plus dit que, pour la eonscr,·ntion ct ln culture de ln langue, nous dcYons
u près ù ln fois nous rapprocher de ln J.'runec intellectuelle ct nationaliur
trrière- notre langue comme toutes les autres manifestations de notre vie
.ntinuc nadonale. De ru~ruc, lorsque nous définissons le terrain de uos
l)enSéc revendications, nous d cYous toujours tenir compte de notre situa-
1cmins tion à l'égard d es autn•s races qui partagent avec nous la possc!lsion
Ji plus du sol. Nous devons rt•doutcr également l'isolement ct ln fusion.
q uns. Nous ne devons pas, nu Cnnndn, nous lAisser absorber par aucune
maté- autre race ; mais nous ne dcYons pas y \·ivre non plus comme les
lnantc Hébreux en ~gyptc, acceptant comme compensntion de leur asser-
Jpéfier vissement lt' partage des oignons succulents. Nou!ol devons jouer,
iule, il au Canada, le rôle d'alliés, de frères, d'associés. Le devoir nous
~. d'où incombe donc de chercher quelle peut être ln 11enséc de ceux qui
mo m s redoutent et qui combattent ln conservation et la Jlropagandc de ln
langue française. Les uns y voient un danger pour l'unité de foi
langue ct de discipline ; les autres, un obstncle à l'unité nationale.
·ommc La question religicuso, je n'y toucherai pas ce soir. non pas par
o, elle crainte des opinions, mais puree que vous avez entendu à ce sujet
·. des autorités supérieures à la mienne. Du reste, j'ni déjà cu l'occn-
~ion d'exprimer, je crois, la pensée ~es compatriotes
sur cette question. ~ C. .:... 1
A ceux des vénérables chefs de l'tglise du Canada et de J',\mé-
rique qui croient que le maintien de la langue française offre de
()mme graves dangers, au point de vue de:s mœurs ou de l'unité religieus<',
même je me permettrai de rappeler respe<'tueusement que, s'il y a de
mauvaises productions françaises, il y a aussi de mauvaises produc-
nous tions anglaises ; que les livres français les plus immoraux sont lus
·endre dans les traductions anglaises peut-être plus que dans les originaux
. nous français: que s'il existe, en France, une littérature malsaine, propre
:ution à aft'aiblir l'esprit de famille, si la langue française est, par certaines
4!troit de ses œuvres, la langue d e la volupté et du relâchement des
tionul mœurs, l'anglais est encore, dans une lnrgc mesure, ln langue du
nadn. protestantisme, ,)u matérialisme vécu ct, surtout aux ttats-Unis,
on née des adorateurs les plus e nthousiastes du veau d'or. I.es catho-
nmé- liques de langue anglaise, plusieur.; même d'e leurs pasteurs, ont-
stoirc ils mieux résisté à l'influence de ·cette mentalité que les Canadiens
:tglnis français à la pénétration de la littérature française malsaine?
Dans l'ordre politique, celui de nos hommes publics qui exprima
avec le plus de force, de logique et de sincérité la crainte de l'influence
14-

dissolvnnte de notre culture bilingue fut Dalton McCartby. Il a


laissé derrière lui une école nombreuse et lunatique. Est-il néces-
saire de répêter, aprèll tant d'autres, que la conservation de la langue
frantaise n'est pas un danger pour l'unité nationale? qu'au contraire
jamais les Canadien!! français ne sont plus fidèles, ou pour employer
l'expression anglaise, plus « loyaux» aux in.ititutions britanniques
ou à leur nouvelle patrie américaine, que lorsque tous leurs privi-
lèges nationaux, <?t pnrticulièrement leur langue, sont re1pectés?
1\f. Lamy vous disait, l'autre jour, que «c'est en 11achant nous
laisser nous-mêmes q uc l'Angleterre nous a conquis ». Sans doute,
cette science, l'Angleterre a pris un temps as~ez long pour l'appren-
dre, elle ne l'a pas pratiqùéc tout de suite dnns son intégrité ; il a
fallu plusieurs circonstances extérieures ct une longue évolution
pour lui faire comprendre que c'était là non seulement faire œuvre
de justice, mais encore prendre le seul moyen d'assurer la sécurité de
sa domination. Ne regrettons pas, du reste, la lutte d'un siècle,
qu'il a fallu poursuivre pour nous assurer le reconnaissance de notre
langue. Car il y a deux choses qui font durnbles les fondationa
de la race anglaise : premièrement, une lente progression, et
secondement, la combinaison de deux sentiments singulièrement
développés dans le peuple anglais : J'esprit de justice et l'intérêt
de la race. Ne lui reprochons pas cc que nous pourrions considé-
rer coLlme le moins généreux de ces deux sentiments, car c'est
précisément cette dualité d'instiucts qui fuit sa force et sa grandeur.
Car lorsqu'il a usé son esprit de domination à une résistance éner-
gique et à l'affirmation persévérante d'un droit, il n'est pas de
peuple plus lar,.~ el. plus loyal dans l'observance de la trève ou le
respect de la loi jurée.

PLUS FRANÇAIS QUE CATHOLIQUES

On s'étonne parfois qu<' de tous les pri,·ilèges, celui que nous


réclamons avec le plus d'insistnnce et qui nous est le plus contesté,
cc soit celui de la langue. C'est au point qu'on nous reproche, A
l'occusion, de nous montrer plus français que catholiques.
S'il en juge par certaines manifestation:~ extérieures, l'obser-
vateur superficiel peut croire en effet qu'il en est ainsi.
L'explication esf trè:. simple. D'abord, nous croyons que la
langue, sa conservation et son développement sont pour nous l'élé-
ment humain le plus nécessaire à la conservation de notre foi ;
et deuxièmement, dans la simplicité de notre pensée et de notre
-15-

lia cœur, ayant conservé, dans <'ette province « moyf' nngPuse 1,


néces- la foi catholique telle qu'elle s'enseignait autrefois, noull cruyons
langue que l' tglise a des promesses de vie éternelle. De plus, nou11 ))CD·
•ntrairc sons que dans toutes les revendications de l'tglise, les premières
•ployer démarches, comme la direction générale, doivent venir de ceux en
miques qui noU!I voyons concentrée l'autorité léguée par Jé!IU!J·Christ à
1 privi· ses apôtre!!, et transmille par eux aux évêques et au clergé des siècles
·tés? qui se sont succédt-tandis que la langue, c'est notre bien à nous :
1t nous et si nous ne le défendons pas, personne ne le sauvera pour nous.
doute, Notre langue, elle, n'a pas reçu de promesse divine de conser-
pprcn- vation, sauf celle queDieu a faite à tous les peuples et à tous les hom·
: ; il a mes qui ont assez de cœur et d'énergie pour défendre leur 4me et
>lution leur corps, leur patrimoine national et celui de leur famille ; mai11
œuvre cette promesse ne réserve rien à ceu~ dont l'Ame est assez vile pour
rité de troquer leur droit d'alnesse contre un plat de lentilles, <'t pour men-
si~cle, dier comme une faveur ce qu'ils devraient réclamer comme un droit.
notre
lation.a
LA LANOUE FRANÇAIS~ ET LE MAINTIEN D!': LA CONFÉDÉRATION
m, et
·ement
ntérêt Non seulement le maintien de la langue français! n'offre aucun
tnsidé- danger pour l'unité religieuse et nationale du pays, mais j'affirme
• c'est que la conservation \!t l'expansion de la langue française dans chacune
ndeur. de'! provinces anglaises du Canada est la seule véritable garantie
' é ncr· morale de l'unité de la Confédération canadienne et du maintien
aas de des institutions britanniques au Canada.
ou le Les institutions huwaines ne se conservent que dans la survi-
vance des principes vitaux d'où elles ont surgi. La Confédération
canadienne, je l'ai prouvé, est la résultante d'un contrat entre les
deux races anglaise et française au Canada, traitant sur un pied
d'égalité et se reçonnaisllant des droits égaux et des devoirs réci·
proques. La Confédération canadienne ne durera que dans la
• nous mesure o~ cette égalité des droits sera reconnue comme la base
1testé, du droit public du Canada, depuis Halifax jusqu'à Vancouver.
~he, A Il semble difficile, à première vue, d'expliquer l'aveuglement
de ceux qui, de bonne foi, - ils sont nombreux- veulent opérer
la destruction graduelle de la langue française, ou de ceux, plus modé-
rés, qui veulent bien la laisser subsister dans la province de Québec,
aue la mais s'efforcent de l'empêcher de pénétrer ailleurs. Et pourtant,
l'élé- cette mentalité s'explique facilement.
' foi ; D'abord, l'ignorance de l'histoire et l'absence de toute philo·
notre sophie privent la plupart des hommes d' ttat et des publicistes anglo·
- 16

canadien.~ de ln connnis!lancc vraie dell profondeur!! de l'tl me humaine


ct de ln notion des répercu!lsion!l lointaine!! dell événement!! dans l'his·
toire des nations. Ils ne connaissent pas le pn.o;sé, on il:: l'oublient ;
ct r,ar conséquent leur vision de l'avenir c!lt courte ct bornée.
En !lt:oond lien, l'habitude de la sujétion coloniale le!! cm~che
de voir en dehors des bornes du pays où ils vÎ\•cnt. l.n plupart
dell Anglo-Cnnndiens ne connaissent <tuc deux pays, l'Angleterre
ct Je Canada : et beaucoup d'entre eux hé11itent encore t\ décider
lequel des deux est leur véritable patrie.
Enfin, le défaut de culture intellectuelle, et ln soif intense de
l'or, qui pénètre la société canadienne corn mc la société américaine,
nous font méoonnattre très souvent- et particulièremer.t aux
homme!! politiques qui recherchent surtout les mohiles d'intérH
immédiat- l'immense supériorité de!! forces morales lntcntcll
qui couvent sous la force brutale apparente.
Il y n des Anglo-Cnnndien!l qui croient, de bonne foi, que ln
langue anglaise étant ln langue de ln mère patrie doit être anslli ln
langue de la colonie. Ils semblent oublier ce fait capital : que ln
langue anglaise n'est pas seulement ln langue de l'Angleterre, mnill
qu'elle est aussi ln langue des ttnts-Unis.

NOS RELATIONS AVEC LES ÉTATS•UNJS

Qu'on me permette une parenthèse. Les observations que jt>


veux faire à ce sujet ne sont pas dictées par un sentiment d'animo-
sité contre la grande République. Non, ces haines de races, cette
habitude de diminuer les peuples étrangers, sont l'une des prcu·
ves le!! plus évidentes des bornes de notre esprit public et de notre
«colonialisme»-pardonnez-moi cet anglicisme. J'admire le peuple
amertcain. Il est venu à son heure, dans les desseins de la Provi-
dence, offrir sn contribution au concert des nations. Mais je croill
sincèrement que l'intérêt véritable de l'Amérique et celui du genre
humain veulent que les ttats·Unis et le Canada restent deux
nations distinctes. Je sais que la véritable pensée américaine,
celle qui reste à l'abri des tentations de ln cupidité, laquelle veut
toujours agrandir le territoire national, la véritable pensée améri·
caine est identique sur ce point aux sentiments du peuple canadien.
Or, si Je Canada doit rester séparé des ttats·Unis, il est grand
temps que nos compatriotes anglo-canadiens ouvrent les yeux et
les oreille'!, et surtout élargissent leur esprit. afin de comprendre
qu'un danger véritable menace l'unité du peuple canadien et la
conservation de son existence politique. Ce danger, c'est la péné·
- 17 -

tration lente mais !!th e de l'nméricanisuse vécu dans toutes le" plsn-
1asnc IICIIde notre vic nationale, politique ct 11oeiulc.
l'his- Voici qui va peut-Hre \'OU!I étonner : snais en réalité Quéhec,
ient; la vieille \'ille de Champlain, si frnn~nisc, est plus cn nndicnne ct
plu~ britannique que 1\fontréul. Montréal c11t plu s canadien ct
~che
plus britannique que Toronto. Toronto elit 1•lus C'l\nadicu ct plu"
apart
britannique que Winnipc~. Pourquoi ? l'arec qu'ù (~uéhl'c, ~rllce
terre à ln prépondérance cie ln lau~uc frnn~nisc, \'OUII v nus ètcs mi cu x
e!idcr préscrvl•s de l'in\'lssion nméricninc que :\lontrénl. Toronto, ln c·it(·
«loyale J par cxccllcncc, est, non seulement nux ycu'l: du voyn~cur
Je de de passage, mai>~ 1111rtout ,) ceux de J'oh!ICr\'ateur ntt~utif, n moitié
·aine,
conquise par le!! idées américaines, pnr ln mentalité oméricni ne, par
aux les mœurs nméri<·nincll, pnr ln prononciation nméril'nine, par ln
térllt façon de voir, de !!en tir ct d'a,(Îr de11 Américains dnn11 ln \'ic cie t m~
en tell
les jours ; ct cc danger c~t hien autrement rcdoutnhlc c1uc u'iw Jrtc
quel traité de commerce ou n'insporte quelle atteinte a'l ln .n!lti-
uc ln
tution, parce que c'e!!t ln eomtuête morale, intime, clc.'l ir .ividus
lu
o!IÎ
qui composent ln nation.
uc ln
Pnr suite de ln communauté d'idiome, il y a un contact hl·nu-
mn ill
coup plus immédiat entre le Canndn ct les ~tats-Un is qu'entre
le Cnnnda ct l'Angleterre. Il y n plus encore. Les communica-
tions entre les provinces maritimes et le Québec, ct ln N ou nllc
Angleterre, entre J'Ontario et l'Etat de New-York, entre le l\lnni-
tobn ct le Minnesota, entre ln Colombie Anglaise ct I'Orégon ou
le Washington, sont beaucoup plus fréquentes et plus intimes qu '<•ntre
liC jf'
les différentes provinces de ln Confédération canadienne. Si nous
si mo- ne mettons pas à l'unisson toutes nos forces vives, si nous ne fai sons
cette pas tou" les effort!'! que les hommes de bonne volonté des deux ruees
preu-
peuvent tenter, la pcn:.éc américaine nous aura non seulement
notre séparés de l'Angleterre, mais elle aura désuni ln Confédération enna-
:;:upie
dienne, avant qu'on nit réussi à repousser de l'Ontario et du Ma-
'rovi-
nitoba l'invasion des habitants du « nsoyenllgcux" Québec.
croill
Toutes ces luttes que nous, (;anadiens françai s. :\\'ons d<k sou-
;en re tenir depuis vingt ans, dans le domaine de l'enseignement, contre
deux qui les soutenons-nous? Contre la pensée anglaise, contre ln tradi-
·aine, tion anglaise? Non.
veut Le principe de l'école dite « nationale», l'opposition :'\. l'école
méri-
séparée ou bilingue, dans l'Ontario et dans les provinces maritimes,
dien.
dans le Manitoba consme dans les nouvelles provinces du Nord-
'flllld
Ouest, où faut-il en chercher la source? Dans l'idéal américain,
JX et qui façonne toutes les intelligenc.:s, toutes les volontés dans le même
md re moule, par ln même formation intellectuelle, tandis que l'ensei-
et ln
Jéné-
- IK -

gnemcut puhlic e n Angleterre c11t ha~é 1111r le 11rim·ipe clc lù lillcrtl-


individuclle, de ln forruntion dcA individuA ct dc!l groupc11 IIIIÎ\'1\nt
lcUrA RApirlltÎOJIS Ct conforlUéiiiCIIt R Jeurs facnltéA .
Si lc11 projet~ dell anglicisntcur" dcvnicnt réus11ir, nou11 JlllllrrionA
dè11 aujourd'hui leur fnire une prMiction qui se rénli11era a~~uré·
ment : c•'e~ t que !l'il!! reu:t~i ....cnt QllUI{Iidser le!! Cnunclif'n~ frnnçaill,
ib n'cu feront 111111 cl l'li Anglni11, mni11 d es :\ m~ricni••~.
Il r11t inutile de 'IC fnire la moindre illu11io n ti cc 11ujct. Nuus
llllllllllcll clétnch~" de l' Europe dcpui~ ce ut cinquante ans. ~ ou11
niuwus I'An~lctl'rrt' 1l'tmnmuur cle mi11on ct 11i on mc permet d'njou·
ter 11111 pcllllt'•' pn~o nnelle, j'ujonlcrni que j'nime l'Au~lctcrrc d'un
nmour d'tu.lmirutiuu. l\lni'l cc n'est t•as !lculcrucnt par l'ndruirntion
ct pnr la rniAon ctuc !IC forme Ir tempérament d'une race. On l'a
d it clctmi~ lon~o:~c mp11 : lc11 lwmmc11 sc J.:IIU vcrncnt par l'instinct
bcaucuut• plu!! •tuc pnr lc11 lui11 et pnr l'intelligence. 1-;t le jour où
le t'cuplc Cllllltdicu-fmnc;aill nnrn appris, Jll.u une sC:ric d 'humiliations
s ucce~lli \'1'11, que IICII droit8 Il'! !!ont rcApcc téll que là où il est le plus
fort, mni11 cpt 'ils ~out violés partout où il est en minorité ; le jour où
il 11 um con11taté définit ivement cptc dnns la :~cule province rie C}té·
hec il Jll'Ut parler sn langue, mai11 ctuc dnns le Manitoba, la Saskat·
chewnn, l'Alberta, ct. ;nêmc dan11 J'Ontario, ses droits ~ont mécon·
nu.'l, ou réduits à ln mc~ Url~ de ceux des Italiens, des Galicien:~ ou
des Doukohors, cc jonr· lù, Il sera devenu américain, cnr il ne
\'Crm plus aucun avnntagc 1'l rester britannique.

u :s OROUPES FRANÇAIS ET L' UNIT#; CANADIENNE

Et pourtant, l'obstncJ.. le plus snr que l'on pourrnit opposer à


ln conquHe lente mais sOre des provinces anglaises-celles de l'ouest
surtout-pnr l'icléc américaine, ccscrnit l'imrlantation, dans chacune
de ces provinces, de groupes canadien11·français aus!>, ;· aissanta que
possible, ù qui l'on accorderait des écoles à eux, Q qu• l'on donne-
rait des curés de leur langue, afin qu'ils fondent des paroisses à eux,
et qu'ils fassent autant de petites provinces de Québec. Alors, il
y aarait partout des hommes pour qui l'idéal américain, le culte
du veau d'or, les profits du commerce et de l'industrie ne seraient
pas le principal objectif. Il y aurait alors, dans toutes les parties
du Canada, des gens encore arriérés, assez bétel - pardonnez-moi
l'expression, Messeigneurs, - pour garder un idéal au-dessus de
celui de ln fortune et du succès; des gens qui continueraient à
faire, en dehors de la province de Québec, ce qu'ils ont fait depuis
cent cinquante ans dans la province de Québec : maintenir les
• Ill

crtl- iu,titutiuu' t.rit nuuiqu t•, iutul'lt•JO, luul t'tl ri·dnmuut luujuur,, li1
•nnt 1'111111111' Îf•i, h- druil •l't·xpriuu•r liltr.-1111'111 J,.,,r JH'II.,(''' - ur lulh )t• ..
i·lf'·nu•ut... tic• ln p11hli'1111' ~~~~~,··rai•· elu ( 'nauuln 1'1 ,J,· l'••1upin•.
inn~ Je• Jj,II Î'I, il ,\' Il IJIIf'hJIII'" 'I'IIIIIÎIII'.<, cJnll'l J'1111 tlt•.. prÎtiC'ÎJIIIII)(
ure· juurllllll)( ti'Onlnriu, 11111' h•llrt• i·•·ril•• pur 1111 rui .... iuuuuirc· uul{li•·un,
;ni,., ullirnnl l'n tt•·uli1111 •lu "l u~·ul" pt•upt.· ti'Outuriu ''If l'in\'u ..iuu clt•
I'Onluriu pur lt•.. ( 'nnntlic•ll .. rruut;nΕ : M Ouluriu, di .. uil-il, Il:' n·ut
rous pu .. tt'llth' l•'rnut•t• tlt• l.oui .. Xl\' , iu1purl•'•p •h• (~ ui•lw•·. >1
ro u.~ ( '111111111'111: l'u•• Frnllf't' tlt• l.uu i.. X 1\' '! ~lui .. lu pru\'Ïun· •l•·
jou· IJui·l~~·· · 11 Hdupl•'•, tlc·1•11 Î' ··i rupwul•· nu .. , lt• •·u•lt• t•i,· il, lcuuli, •tu•· ).•,.
fun pru\'Îilt't'' un~lnj,, ., t'li .. nul c•1u·ur•• lill \'Ît'IIX •lrHÎI c·ouii!IIIÎI'r tt'.\u ·
t ion ~1.-tnrc·, uux leu J.•, plll" cli·.. ui·lp, •l•· ln \'Î<•ill•· pr•u-t•,Jur•• lllflllui ... ·.
1 l'a l'1u· FruiiC't' •h• l.oui' Xl\'? ~lui " 111111 .• 11\1111" i•·i, ciPplli, plu ..
incl d'uu •Îi·•·l•·· ln liltc•rtt'· nft,.uhw cio· ltlll" lt•o~ c·ulll·•. ,J,. luult·o~ h·• rPii·
r où ~d uu ... 'tllllllcl c·u .\u~lc· lt· rrc• 1111 tfi,t·utc• t•lu·urc• pour tlt'•.. ; r •Î '""
ion11 ,Jj..,.jtf,•ul~ •ln pu,\'" de• (;llllt"• \'11111 ,.,.,.,t•r cl't•mplir ln lm1: " tli· ji1
plus hic•u ,.:uruit• •le·' prÎ'Illl" tlt•l' f:~:li•c• 11 '.\uglt•lt•rr••.
r où l 'tu• Frnuc·c• th· l.uni' Xl\'~ Il ,\ ' 11 .. uixunlt• 1111,. ljlll' 111111" 11\'1111•
:!!lé· ri•,~th'., pnf'ÎfÎ<jlll'llll'lll, "'"'' "Jutliul Îull, •lill." r(•\'ulnl inn, h· prultli•llll'
kAt· ,J,. ln lt'llllfl' wi~:u•·uriHh•, lliiHiio~ •tn'uu tic•rs till Ju•uplt• nu~tlni" l"'• ril
con· •lt· (uilll pnrt•t• IJIIf' ""Il l'nrlc•luc•ut Ill' "uil pus 1'111111111'111 <lispo.o~t•r •l• ·~
' ou •lruil." •ln •l11<· •le· \\'c· ~t IIIÎII"Ic•r 1111 d'nnlr•·.~ j.!rntul" prnl•ric'olnirc•,
1 ne h•rrÎt'll" qui ,Jc'·tit-ullt'llt lu luoilii· elu t•·rritoirt·.
l 'u•· Frnllt't' cl•· l.uuis Xl\'? ~l u i o~ rl\'nllt 1111~1111' •tilt' 111111~ t'li•·
,jllll>~ 1111 j.(llll\"l'flll'llll'lll l'l'"j)llll•lllll(•, ln Jlrii\'ÎIII'(' d1• (~Hi•lu•t• i•tuil
ln M'lllt· purlit• cie• l'c•nrpirc· hri tnll nic pu• oit h•" juif.,. c'• tnit'nl lit.i·ri•...
•l•• l1111h• cntrnn· politi•p1e, t uuclis <tll 'c•n .\n~tlt•lt•rrc h•• t•nlhnliqu<''
i·tnit•ul c·xdus dt• touh•,. lc•~o ,.:rnrult•s l'llllrl{t'" clt• l' f=:tnl t•l •tut• lt·
!Cr à (lt'IIJII•· un,.:lni ~ rt•f·uuruit ia l'i·llll'll lt' Jlllr<·t· <tilt' l' f=:l!li't' c·ntholi•t .c•.
ucst la • prostitui•t• clt•" "~'Pl , ..,Jiiuc·~ », u..~nit rHnhlir sn hii•rnn·hic· dun,.
~une J,. Hn,\'1111111<' l ' ui.
que ~:t tnutli~o ctu'uu rt•pun.. ~t· t'\' péril Îlllllj.!ÎilllÎ rc•, <tll'un rNiuulc•
noe- l't'll\'llhis,c• ruc·nl dt•s ('unucli<·ns fraru;ni" « IIIIIYt'llll!!t'IIX 11, 011 luis)'lt'
eux, J,. ('nlludn IIIIJ.tln i~ •lt' \'t•Hir. 1111r ·"t'." lwhit llflt·... pnr ·"" lnngut• t'l pur
:s, il .;u IJit•nt nlitt-., lll·um·.,up plu• ..1'\rcnll'nl fjllt' pa r n'importe <ttu•llc·
:ulte rllt'sllrt• fi,.wul .. « 1111 adjuurl ·~f /!tf' Uu itrtl 8/ttlt•.t 11.
1ient C't·st ù c·roi rc , ·rninwnt cp~t•, clnn.. ln Jll' llsi•e profonclt• dt• t·c·r-
rties luiues 1-(t•ns, t•xislc t'llf'orr c·l'l ins tinl'l Hroit IJUÎ •lif'lnit il 1111 mur-
-moi r·lw nd ét·o~.•nis, de :\lontr(·nl, ln pnrolc iustrnl'tin• •tue rnppnrlt•
i de lt• hio~o:rnphc tir lorcl D urhnm . Lt· J.:OII\'t•rm•ur fni snit \'nloir ln
nt à llt'f'l'"·'ité, ponr le mnintirn •lco~ iuslilutions Llritnnniqucs, cie c·oll-
·puis c·ilic•r ,le,., ( 'mrudit•n.; françuis, snrtont cln n ~ t't' qui lui scmblnit leur
r les lcnir le plus nu •·•cu r : ln t•onscrŒtion de leur lnnguc. Et
- 20 -

J!:co~;sais de rér)()ntlrc, a\·cc une hrutalc frnnl"hi sc: « My lord , Cau ada
muai be Engli.vh, fl'en if i l .~lw11ltl cca.~c to be RritiJh . » En d 'a utres
termes: « Faiscm s disparaître ln langue française, nu rÏS<JilC même
de \'Oir le Canada devenir am é r i~ nin . Il
Je le répl-te, <'CliX qui ree h e rd~e nt ln destruction de ln langue
françai se sont les pires vi olateur:-~ de ln e'1n!'i titutinu cnuudiennc ;
ceux qui mettent des cutrn '.'CS it ln propn~ntion de ln lml~U l', d'un
bout ;i. rnutrc d .. Cnnaùn, sont, k s uns sans le sa\'OÎI' d <l'nutres
pcu t-Hrc Je snchnnt, les plus :~û r:s agen t s dcstm<'tcurs des institu-
tions britanniques ct d•: l'unité de ln Con fédération, ct lc•s ino;tru-
ments les plus efficaces que les Améri<'ni ns puisse nt employ<'r pour
absorber graduellement la Coufédérntiou cn natlicnu<·.

J ••\ HF:\'.\:>;('IIE D U FR .\X Ç.\ IS

Messi<·urs, il mc reste un point ù traiter. Péné, rnnt plus


n,·ant dans l'avenir, j'ose espérer- et je pe nse que vous partagez
avec moi cette légitime ambition- que le Cnnada dc,·icndrn un
jour un pays cidlisé. S'il en est ainsi, nous Ùe\'Uils jeter les ~·cnx
au-dclù de nos front ières ct nous demander si un jour ne ,·icndrn
pas où nous dcnons, soit co rn mc pays indépendnnt ou même comme
colonie de ln Grnntlc Urctngne, e ntretenir de!\ r('lations étrangi-res
de plus en plus importantes .
Déjt. , si \'ous lisez les bulletins que public le ministèr<' du
commerce, à Ottawa, ,·ous y constatct·ez q ue beaucoup d'agents
commerciaux dn Cnnndn, à l'étranger, ajoutent aux renscign<'mcnts
donnés U.IIX com tne r~ants cnnntlicns : ((Ici, il raut <'Orrcspondre en
espagnol ou en fra nçais ; là, en italien ou e n fran~ni s ; ailleurs,
en portugais ou e n françai s. »
Ceci indique d'a vance au commerce et à l'industrie canadienne
q ue le jour où nous entret iendrons des relatio ns commerciales ét en-
d ucs, non seulement a vcc l' An,.;ldc rr'! ct les Btats-Uuis, mais u \'Cc
d'antres pays, ln lnnguc françai se dcvicnrlrn un auxiliaire nécessaire .
Les cor.tmerçants ct les industriels de Toronto, de Loudun, Je
Winnipeg, constateront qn'il est plus u.vnntngeux, dans leur propre
intérêt, de Caire écrire leurs lettres par tics Canadiens fran çais
parlant le cc patois >> de Qué bec que de s'ave nturer dans ces t ours
de force linguistiques qu'ilscroicnt nafvcment être du pari~ia11 fren ch.
Montons plus haut. Un jour Yiendra sans doute ot't nous
rechercherons, nu-dessus des inté rHs de boutique ct des luttes mes-
quines d' une politiq ue de clocher, l'idéal suprême qu'une nation doit
atteindre po ur mériter ln consécration de son titre. Un jour ,·icndrn.
-21-
";auada espérons-le, où Américains comme Canadiens, nons pénétrerons dans
' autre!' la sphère que i\1. Lamy défini ssait l'autre jour, celle où ,;c meu\'cnt
même ~ les ~randes affaires du genre humain». Un jour Yiendra où le
Canada et le.~ f.:tnts- ü nis :uu\,itionncront «le montrer nu monde
langue entier une ciYilisntion aussi complète que celle des pays d'Europe;
ienuc ; un jour ,·ienclra enfin où le Canadien et l'Américain sen~iront
:. d'un tle plu..; en pins (]Ue lïwmmc ne \"Ït pas seulement de pain mais de
'a 11 trco; toute parole venant de Dieu ; «JUe l'homme n'a pas seulement hesoin
nstitu- clc tramways, de lumière élcctrirtuc. de chcn:ins de fer, de bntenux
in.;tru- ;"t Yapcur ct de sociétés en commnn,iitcs. mnis qu'il a surtout ucsoin
r JlOUI" cle manifester son âme dnus les ~pbères les plus élcYées Je la pensée
humaine : un jour viendra, je l'espère, OÎI Cnnndicns français comme
Canadiens anglais, nous désirerons avoir un art canadien, une litté-
rature canadienne, où nous ,·oudrons que le génie canadien np-
porte sn contribution à ln science du monde.
Cc jour-là, le parle:- français prend rn sn place et sa re,·anche. Il
t plus triomphera pnr cc caractère d'universalité (]Ue l\1. Lamy a si parfaite-
.rtagez ment analysé; les Américains ct les Anglo-Saxons du Canndn s'efforce-
]ra un ront alors d'apprendre cette langue, aussi nécessaire à ln \'ie intellec-
.; ~·eux tuelle ct morale du monde moderne que la langue grecque le fut ù ln
icndrn ci\"ilisntion romaine. Les législ:ateurs de Washington ct d'Ottawa
·omme feront ce que les Romains faisaient lorsqu'après avoir conquis la
ng(•res Grèce et l'avoir réduite aux proportions d'une des pro\'inccs les plus
infimes de l'empire, ils s'inclinaient devant la supériorité du génie
:re du grec, ils confiaient leurs écoles aux pédagogues d'Athènes. ils étu-
ngcnts diaient la philosophie grecque, ils admiraient ln pcintiJre grecque,
mcnts ils imitaient ln statuaire grecque, ils inscri,·aient les lois de J'empire
:ire en dnns ln langue grecque, ù la porte même du Forum. Et cc jour-là,
Heurs, les Anglo-Saxons du Canada nous béniront d'avoir, nous, A travers
tant de péripéties ct de combats, soutenus souvent contre leur mau-
Jicnnc \·aise ,·olonté, préserve! la langue françai se, cette semence immortelle
• éten- dc CÎ\·ilisation chrétienne ct moderne.
:> a n :c
ssairc.
111 , de LF. SOUVESIR DE JEANNE D'ARC

1ropre
ança1s Il y a 1uelqucs jours, j'avais le bonheur d'assister nux fêtes
tours ,.:rnnJioscs et touchantes o~,. iesqucllcs on célébrnit, à Rouen, la
"rench . bl·atification de Jeanne d'Arc. J'entendais J'une des voix les plus
nou s •~loq ucntes de la chaire française. Permettez-moi de vous transcrire,
; mes- 1lans un langnge, hélas 1 bien décoloré, une pensée magnifique de
Il doit l"orateur. Après avoir fait le récit de la longue passion de l'hérotnc,
end ra. il racontait ce moment d'horreur, cet instant de stupeur, où la haine
-22 -

et le remords déchiraient l'âme de Winchester et de Dcdford. A1


pied du hOcher, on lavnit trouvé le cœur encore vermeil de la mar
tyre ct une poignée àè cendre. « Que Caire, se dirent les bourreaux
Si nous ne les faisons pas disparattre, le' peuple en fera des reliques
et Jeanne morte combattra encore contre nous.»
Ils les jetèrent à la Seine, donnant ainsi à tout ce qui restni
sur terre de la vierge hérotque le seul tombeau qui lui convtnf
Et ce cœur toujours vivant, rcmontnnt jusqu'aux sources du f1euv<
allnit au cœur même du pays de France, ravi,•er l'âme nationale e
compléter l'œuvre de rédemption. Puis. redescendnnt le flot c
traversant la mer, le cœur de Jeanne allait nbnrdcr aux rives d
l'Angleterre, pardonner ii ses bourreaux et jeter r,~: r la terre anglai!l
ln semence des accords futurs, que le travail des siècles devait fair
germer, unissant enfin, dans une cordiale entente, ces deux grande:
nations qui cherchèrent, pendant tant d'années, à s'arracher la de
mination du monde.
Permettez-moi de prolonger cette imnge si touchantt'. Plaison:
nous à penser que le cœur de la sainte française, traversant l'Atlar
tique, est venu jusqu'à cette terre canadienne, où la croix du Chri!
et la pensée frnnçaise devaient les premières faire reculer la bar bari•
où l'Ame française jetn les premières semences de ch·ilisotion chr•
tienne, où pendant cent cinquante ans les fils des deux mêmes rnc•
se disputèrent, par la force des armes, lt>s deux rives du Sain
Laurent, mais où la Providence n voulu qu'ils fussent enfin réun
sous un même drapeau. Dcmnndons à Jt>nnne d'Arc de consommo
l'alliance entre les vnincus et les vainqueurs d'autrefois, et de pe
mettre que sa langue, cette langue si belle, si claire, qui lui faisa
déjouer les subtilités des casuistes, repousser la trahison et la lâchct
que cette langue française conservée par nous, Français d'Amériqu
au lieu d'être un élément de discorde entre les deux ~randes race:
de,·ienne au contraire le véhicule des plus belles et des plus nobl
pensées, des pensées généreuses, des pensées d'union, par lesquell
Angle-Canadiens et Canadiens fro.nçais, Saxons et Celtes, sauro1
faire triompher dans la partie nord du •ontinent américain les me
lcurcs traditions des deux grnndes nations qui ont donné naissan
à ln pa·~ rie canadienne.

t•
Jrd . Au
~ ln mnr-
urrenux?
reliques ;

ui restnit
convtnt.
iu fleuv<',
lionule et
e flot ct
rives de
~ anglai!le
vait raire
t grandes
ter la do-

Plaisons-
t l'Atlan-
du Christ
barbarie,
tion chré-
mes races
du Saint-
fin réunis
>DSODllncr
~t de per-
lui faisait
la la\chcté,
\mérique,
des races,
lus nobles

;, sauront
n les meil·
naissance