Vous êtes sur la page 1sur 30

CPGE PTSI/PT - Sciences Industrielles de l'Ingénieur PT

Résistance des matériaux Cours

v2.42
Lycée Jean Zay  21 rue Jean Zay  63300 Thiers  Académie de Clermont-Ferrand

Compétences visées:
A3-15 Comparer qualitativement les caractéristiques physiques des matériaux.
A3-16 Justier le choix d'un matériau en fonction de ses caractéristiques.
B1-02 Réaliser l'inventaire des actions mécaniques agissant sur un solide ou un système de solides.
B2-24 Associer le modèle poutre du solide déformable globalement en petites déformations à la géo-
métrie et au comportement d'un solide.
B2-25 Connaître la signication et des ordres de grandeur du module d'Young, coecient de Poisson
des matériaux courants.
B2-37 Écrire le torseur des petits déplacements et le torseur des déformations au centre d'inertie d'une
section droite.
B2-49 Déterminer le torseur de cohésion dans un solide.
B2-50 Identier les sollicitations (traction, compression, exion, torsion, cisaillement).
B2-51 Identier la nature des contraintes (normale et tangentielle) en un point de la section droite.
C1-07 Déterminer les contraintes dans une section droite à partir des composantes du torseur de
cohésion.
C1-08 Déterminer les déplacements le long de la ligne moyenne à partir des déformations.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 1 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Table des matières


1 Introduction 4

2 Hypothèses et principes de la résistance des matériaux (Rdm) 4


2.1 Hypothèses géométriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
2.2 Hypothèses sur les déformations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.3 Hypothèses sur les matériaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.4 Hypothèse de Navier-Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.5 Principe de Barré de Saint-Venant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

3 Contraintes 6
3.1 Contraintes dans un matériau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.2 État de contrainte en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

4 Modélisation des déplacements et déformations 8


4.1 Torseur des petits déplacements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
4.2 Torseur des petites déformations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

5 Modélisation des liaisons et des actions mécaniques extérieures 9


5.1 Géométrie de la structure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
5.2 Modélisation des liaisons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
5.3 Actions mécaniques extérieures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

6 Torseur de cohésion 10
6.1 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
6.2 Détermination du torseur de cohésion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
6.3 Identication des sollicitations simples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
6.4 Synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

7 La traction/compression 13
7.1 Exemple : pilier d'un bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
7.2 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
7.3 Relation contrainte-eort normal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
7.4 Analyse de la déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
7.5 Dimensionnement d'une poutre en traction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

8 La exion 16
8.1 Exemple : exion d'un pont . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
8.2 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
8.3 Analyse de la déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 2 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

8.4 Expression de la contrainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17


8.5 Expression de la déformée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
8.6 Moment quadratique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
8.7 Dimensionnement d'une poutre en exion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

9 La torsion 20
9.1 Exemple : barre de torsion du capteur de couple de la DAE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
9.2 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
9.3 Hypothèses complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
9.4 Déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
9.5 Répartition des contraintes dans une section droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
9.6 Relation entre contrainte, angle unitaire de torsion et moment de torsion . . . . . . . . . . . . . . 22
9.7 Moment quadratique polaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
9.8 Contrainte tangentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
9.9 Relation déformation-rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
9.10 Dimensionnement d'une poutre en torsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

10 Le cisaillement 24
10.1 Exemple : cisaillement d'une goupille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
10.2 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
10.3 Relation contrainte-eort tranchant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
10.4 Analyse de la déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
10.5 Dimensionnement d'une poutre en cisaillement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

11 Concentration de contraintes 25
11.1 Description du phénomène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
11.2 Coecient de concentration des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
11.3 Dimensionnement d'une poutre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

12 Cas particulier des poutres hyperstatiques 26


12.1 Description du problème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
12.2 Utilisation du principe de superposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

13 Méthode des éléments nis 28


13.1 Intérêt et principe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
13.2 Utilisation d'un solveur numérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

14 Rappel de quelques caractéristiques mécaniques de quelques matériaux usuels 30

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 3 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

1 Introduction
L'analyse de la résistance des matériaux s'intéresse aux comportements sous charges des struc-
tures mécaniques considérées comme déformables. Pour cela, il est nécessaire d'établir des modèles de
connaissance permettant de prévoir le comportement. Ces modèles faisant intervenir des caractéris-
tiques propres aux matériaux, une approche expérimentale est indispensable à leur détermination.
Les concepts de la mécanique des milieux continus permettent de modéliser le comportement des
solides déformables. Certaines hypothèses simplicatrices, portant essentiellement sur la géométrie,
conduisent à la théorie des poutres.
Cette théorie permet de prévoir rapidement, en pré-dimensionnement, le comportement des struc-
tures. Ces prévisions peuvent éventuellement être anées en revenant à une modélisation plus complexe
et en faisant appel à des outils numériques pour la résolution tels que la méthode des éléments nis.
La résistance des matériaux s'intéresse :
• à connaître les caractéristiques mécaniques des matériaux ;
• à étudier la résistance mécanique d'une pièce ou d'un ensemble de pièces ;
• à étudier la déformation d'une pièce ou d'un ensemble de pièces ;
• à dimensionner une pièce ou une structure.

2 Hypothèses et principes de la résistance des matériaux (Rdm)


Dans un cas général, on ne peut calculer facilement les conditions de résistance pour n'importe quel
solide. Il est nécessaire d'utiliser un logiciel de calcul pour déterminer les contraintes et les déformations
dans un solide sollicité.
Ceci dit, la majorité des solides rencontrés dans le domaine du génie mécanique ne nécessitent pas
l'élaboration d'un modèle complexe, et les résultats obtenus par le modèle poutre (qui fait l'objet de
ce cours) et le modèle du cas général sont voisins. Pour utiliser ce modèle, il est nécessaire de formuler
un certain nombre d'hypothèses sur ces solides.

2.1 Hypothèses géométriques

Dénition Poutre
On appelle poutre un solide dont une des dimensions caractéristiques est très grande par rapport
aux deux autres (rapport supérieur à 5).

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 4 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Propriété
• Une poutre est un solide engendré par une surface plane (Σ) dont le centre de gravité G décrit
une courbe appelée ligne moyenne (appelée aussi bre neutre).
• Le rayon de courbure de la ligne moyenne est grand par rapport aux dimensions de la section
droite (Σ).
• La section droite (Σ) peut être variable.
• Les points disposés de façon identique sur les sections droites constituent des lignes appelées
bres.
• Lorsque la ligne moyenne est une droite, alors la poutre est appelée poutre droite.
• On fera aussi l'hypothèse que les sections droites des poutres étudiées ont un plan de symétrie
et qu'elles sont chargées dans ce plan.

y0
S1 Σ S2

A G B x0
• • •

z0
x

Poutre droite Plan de symétrie

2.2 Hypothèses sur les déformations


On fera l'hypothèse que les déformations sont petites par rapport à toutes les dimensions de
la poutre.

Ainsi on assimilera la géométrie en conguration déformée à la géométrie en conguration non


déformée. Les eorts sont donc considérés invariants en dépit de la déformation des poutres.

2.3 Hypothèses sur les matériaux


Dans la suite nous ferons l'hypothèse que les poutres sont réalisées dans un matériau continu,
homogène et isotrope :
• Continu : ses propriétés sont des fonctions continues de l'espace, les discontinuités microscopiques
dues à la nature des matériaux de construction (grains, mailles. . . ) sont négligées.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 5 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

• Homogène : ses propriétés physico-chimiques sont identiques en chacun des points de la poutre.
• Isotrope : ses propriétés mécaniques sont identiques dans toutes les directions.

2.4 Hypothèse de Navier-Bernoulli


On fera l'hypothèse que les sections droites d'une poutre restent droites après déformation.

2.5 Principe de Barré de Saint-Venant


On fera l'hypothèse que les résultats calculés seront valables loin des points d'application des
charges.
L'état des sollicitations dans une région susamment éloignée des points d'application des charges
extérieures appliquées à la poutre ne dépend donc que du torseur associé à ces charges.

3 Contraintes
3.1 Contraintes dans un matériau
Soit un solide S soumis à des actions mécaniques extérieures (concentrées ou réparties) dont on
souhaite étudier les eorts internes de cohésion.
On coupe le solide S en deux parties. Considérons un point M entouré par une surface ∆S . Soit


l'eort élémentaire de cohésion ∆ F de SB sur SA , qui s'exerce sur la facette →

n . On appelle contrainte


le vecteur noté T (M, n ) tel que :


− →


− ∆F dF


T (M, n ) = lim = unité usuelle : N.mm−2 (ou MPa)
∆S→0 ∆S dS

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 6 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours


− →
− →
− →

On peut décomposer T (M,− n ) sur les vecteurs n et t ( t est un vecteur unitaire contenu dans le


− →
− →

plan tangent à dS ) sous la forme : T (M,−→n ) = σn . n + τn . t

On appelle :
• σn : contrainte normale ;
• τn : contrainte tangentielle.
On peut exprimer les contraintes normales et tangen-
tielles par :

− − →
→ −
σn = →
− n ) et τn = t · T (M,−
n · T (M,−
→ →
n)

3.2 État de contrainte en un point


On représente les contraintes existantes
dans un solide autour d'un point M par le ten-
seur des contraintes σ̄¯M .
 
σxx σxy σxz
¯M
σ̄ = σyx σyy σyz 
 

σzx σzy σzz



Le vecteur contrainte sur une petite surface dS de normale i peut être alors déni par :

− − →

T M,→

¯M . i
i = σ̄

− − →
− →
− →

T M,→

i = σxx . i + σyx . j + σzx . k

q
Avec σxx contrainte normale et σyx 2 + σ 2 la contrainte tangentielle. Le premier indice indique la
zx
normale à la facette considérée, le deuxième est l'axe de projection de la contrainte.

−  → →
− →
−  → →
− −  → →
→ −
σxx = T M,−
i . i σxy = T M,−
i .j σxz = T M,−
i .k

Ces notations sont utilisées dans les logiciels de calculs par éléments nis et seront utiles pour vos
études en école d'ingénieur.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 7 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Remarque Simplication dans le cas de l'étude des poutres droites


Dans le cadre du programme de CPGE, nous n'étudierons que des poutres droites. Dans ce cas, il
sura d'étudier les contraintes dans la section normale à la ligne moyenne de la poutre. Il sura
alors d'étudier la contrainte normale σ et la contrainte tangentielle τ .

4 Modélisation des déplacements et déformations


4.1 Torseur des petits déplacements
Dans le déplacement d'une section droite, G se
déplace en G0 , M se déplace en M 0 . Deux mouve-
ments peuvent être distingués : une rotation de la
section et une translation du centre G de cette sec-
tion. Ce mouvement peut être caractérisé par deux
vecteurs :
  
θx ux

− →

θ =  θy 
 
et U = 
 uy 

θz b uz b
L L

• θx caractérise la torsion dans le plan (O, →



y ,→
−z ),
• →
− →

θy caractérise la exion dans le plan (O, x , z ),
• θz caractérise la exion dans le plan (O, →
−x ,→

y ),
• ux caractérise le déplacement du point dans une sollicitation de traction-compression,
• uy caractérise le déplacement du point dans une sollicitation de cisaillement pur selon →

y ou de
exion dans le plan (O, →−x ,→

y ),
• uz caractérise le déplacement du point dans une sollicitation de cisaillement pur selon →

z ou de
exion dans le plan (O, →−x ,→

z ).

Compte tenu de l'hypothèse de Navier-Bernoulli, on peut considérer que la section se déplace comme
−−→ −→ −−→ → −
un solide, alors UM = UG + M G ∧ θ .
US/R est donc un torseur, appelé torseur de petits déplacements.


Dénition Torseur des petits déplacements


 
( →− )  θx ux 
θ
  
US/R = −→ = θy uy
G
UG  
θ u
 
G z z b L

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 8 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Exemple: −

y
B2
−−→
A2 BA ∧ θz .−

z
Pour la barre AB , solide qui se déplace θz
−→ −→
dans le plan de la position 1 (A1 , B1 ) à la po- UA UA
sition 2 (A2 , B2 ), le torseur des petits déplace- A1 B1
ments de la barre est : −

x

θz .→

( )
z −→ −→ −−→
Ce déplacement étant un torseur : UB = UA + BA ∧ θz .→


UAB/R = −→ z
A
UA

4.2 Torseur des petites déformations


Les déformations caractérisent la variation de déplacement suivant la ligne moyenne de la poutre.
Comme pour les déplacements, l'état de déformations d'un solide peut-être modélisé par un torseur,
appelé torseur des petites déformations,noté {E(x)}. Ce torseur est déni à partir du torseur des
dUS/R

petits déplacements : {E(x)} =
dx G(x)

Dénition Torseur des petites déformations


 →
− 
 →
− dθ 
γ =

 

{E(x)} = −→ dx
 − d UG → →

ε→ +−
 
G = x ∧ θ
 

G(x) dx

Ce torseur caractérise l'état de déformation en un point d'une section droite d'abscisse x associé
au mouvement relatif des sections les unes par rapport aux autres.

5 Modélisation des liaisons et des actions mécaniques extérieures


Une étude de résistance des matériaux passe nécessairement par une première phase de modélisation
qui dénit :
• la géométrie de la structure assimilée à un assemblage de poutres, sous les hypothèses énoncées
précédemment ;
• les liaisons de la structure avec l'extérieur ;
• les actions mécaniques extérieures appliquées à la structure, parfois appelées chargement.

5.1 Géométrie de la structure


Dans un cas général, on raisonnera toujours dans la base locale de la poutre. La plupart du temps,
nous traiterons des poutres droites dont la ligne moyenne sera orientée par l'axe x. Par convention, on
placera l'étude dans le plan (→

x ,→

y ), l'axe z étant normal au plan.
Cette convention permettra d'identier plus facilement les sollicitations auxquelles est soumise la
poutre étudiée.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 9 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours



y
P
A B →

O x

5.2 Modélisation des liaisons


Pour un problème spatial, les liaisons réelles de la structure avec l'extérieur sont modélisées par
les liaisons normalisées induites en mécanique du solide. Bien souvent, les congurations étudiées
conduisent à un problème plan pour lequel l'ensemble des liaisons se réduit à l'appui simple (équivalent
à une sphère/plan), l'articulation (équivalent à une pivot d'axe normal au plan) et l'encastrement.


y →

y →

y



x →

x →

x

Appui simple Articulation Encastrement

5.3 Actions mécaniques extérieures


Des actions mécaniques extérieures s'exercent sur les structures étudiées. Elles se décomposent en
deux types :
• le chargement extérieur (connu) ; il peut s'appliquer sous la forme de charges ou couples concentrés
ou de charges réparties ;
• les actions de liaisons induites par le chargement extérieur (inconnues).
La résolution des problèmes de Rdm impliquera donc très souvent une étude de statique ou dyna-
mique préliminaire an de déterminer les actions de liaisons.

6 Torseur de cohésion
6.1 Dénition
Considérons une poutre droite S de bre neutre AB . Notons (A, →−x ,→

y ,→

z ) un repère associé à cette
−−→ →

poutre. Soit G le point d'abscisse x tel que AG = x. x . Σ est la section droite d'abscisse x. Coupons
cette poutre droite de manière ctive en deux tronçons S2 et S1 séparés par Σ.

y0
S1 Σ S2 Par convention, on appelle torseur
x0
de cohésion ou torseur des eorts
A

G

B
• intérieurs le torseur des actions méca-
niques de S2 sur S1 :
z0
x
{Tcoh }G(x) = {TS2 →S1 }G(x)

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 10 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours



   Z 

 N M t 
 
 T (M,−

x ) dS 

Avec : {Tcoh }G(x) = Ty Mfy = Z S
−−→ →−


T Mf

 
 GM ∧ T (M,−

x ) dS 

G(x) z z b S
L G(x)

On appelle, pour une poutre de ligne moyenne suivant x :


• N : eort normal d'axe x ; • M t : moment de torsion autour de x ;
• Ty : eort tranchant selon l'axe y ; • Mfy : moment de exion autour de y ;
• Tz : eort tranchant selon l'axe z ; • Mfz : moment de exion autour de z .

6.2 Détermination du torseur de cohésion


Si on reprend la poutre droite du paragraphe précédent, on peut isoler le tronçon S1 et lui appliquer
le Principe Fondamental de la Statique (en G). On a alors :

{TS2 →S1 }G(x) + {Text→S1 }G(x) = {0} avec : {Tcoh } = {TS2 →S1 } . Soit :

{Tcoh }G(x) = − {Text→S1 }G(x)

De même, si on isole le tronçon S2 et on lui applique le PFS (en G), on a :

{TS1 →S2 }G(x) + {Text→S2 }G(x) = {0} avec : {Tcoh } = {TS2 →S1 } = − {TS1 →S2 } . Soit :

{Tcoh }G(x) = {Text→S2 }G(x)

6.3 Identication des sollicitations simples

{Tcoh } Désignation Exemple 1 Exemple 2


 
 N 0
Traction
 

0 0
  Compression
0 0
 
G

 
 0
 0 


0 0

Flexion pure
0 Mfz
 
G

 
 0 0
Flexion
 

Ty 0
  simple
0 Mfz
 
G

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 11 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

 

 0 0 


Ty 0

Cisaillement
0 0
 
G

 
 0 Mt 
 

0 0

Torsion
0 0
 
G

Table 2  Classication des sollicitations


6.4 Synthèse
De manière générale, lorsqu'une structure est sollicitée, plusieurs composantes du torseur de cohé-
sion peuvent être non nulles : on parle alors de sollicitations composées. Dans ce cas, le théorème de
superposition permet d'étudier le comportement de la structure en superposant les problèmes associés
à des sollicitations simples.

Dénition Théorème de superposition


Les eets (contraintes et déformations) en un point d'une poutre soumise à des sollicitations compo-
sées sont la somme des eets provoqués par ces sollicitations prises séparément.

Combinaison −
→ −
→ −→ −→
N T Mt Mf
de ↓ et de →



N
Traction - - -
Compression




rare (les eets de N Cisaillement
T sont prépondérants (plus théorique que - -


devant ceux de T ) pratique)
−→
Torsion-extension rare (les eets de M t
−→
Mt (rare ; ex : serrage sont prépondérants


Torsion -
d'une vis) devant ceux de T )


−→
Mf
Flexion-extension, Flexion simple, Flexion-torsion Flexion pure
ambement exion déviée

Table 3  Synthèse des combinaisons de sollicitations (en gras : sollicitations simples)

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 12 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

7 La traction/compression
7.1 Exemple : pilier d'un bâtiment
Si on isole un des piliers du Palais Bourbon représenté
ci-contre, celui-ci est sollicité en compression. Si on sup-
pose le pilier d'axe x alors au sein de celui-ci le vecteur
contrainte s'écrit :

− →

T (M,−

x ) = σ. x

7.2 Dénition
Une poutre droite d'axe x est en traction/compression au point G(x) si son torseur de cohésion
exprimé au point G est égal à :
 
 N
 0 

{Tcoh }G(x) = 0 0
 
0 0
 
G(x)

• N est appelé eort normal ;


• Si N est positif alors on parle de contrainte de traction ;
• Si N est négatif alors on parle de contrainte de compression.

7.3 Relation contrainte-eort normal

Répartition des contraintes en traction



   Z 
 N Mt 
  
 T (M,−

x ) dS 

{Tcoh }G(x) = Ty Mfy = S
−−→ →−
Z


Tz Mfz

 
 GM ∧ T (M,−

x ) dS 

G(x) G(x) S

− →
− avec : σ = cste
Or : T (M,−

x ) = σ. x

−−−−→ →

Z Z
Donc : R{Tcoh } = T (M, x ) dS = σ dS.→

→ −
x
S S

N
En projetant sur →

x : σ=
S

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 13 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Avec :
• σ : contrainte normale de traction (en MPa)
• N : eort normal (en N).
• S : aire de la section de la pièce (en mm2 )

7.4 Analyse de la déformation


Considérons une poutre droite d'axe x :
G(x) →

x
Avant déformation
x
G(x) →

x
Après déformation
ux

Le mouvement d'une section droite est une translation suivant la ligne moyenne (axe x), ce qui

− →
− −→
permet de déduire que : θ = 0 et UG = ux .→ −x
En traction/compression, le torseur des petits déplacements d'une section droite s'écrit donc :
( →
− →
− )
 θ = 0
US/R = −→
∀P ∈S
UP = ux .→

x

A partir de ce torseur, on peut donner la forme du torseur des petites déformations :


(

− →
− )
γ = 0
{E(x)} = −
∀P ∈S
ε→ = ε .→
P x

x

7.4.1 Loi de Hooke


L'essai de traction consiste à soumettre une éprouvette normalisée à un eort de traction progres-
sivement croissant, jusqu'à la rupture de l'éprouvette. La machine mesure les eorts appliqués et les
déformations de l'éprouvette. Les courbes ci-dessous représentent le résultat d'un essai de traction sur
une éprouvette en acier courant.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 14 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Dans le domaine élastique, on constate que l'allongement unitaire est proportionnel à la contrainte.
Cette relation de proportionnalité est illustrée par la loi de Hooke :

σ = E εx

Avec :
• σ : contrainte normale de traction (en MPa)
• E : module d'élasticité longitudinal du matériau en N.mm−2 ou MPa
• εx : allongement unitaire suivant la ligne moyenne
E correspond à la pente de la droite du domaine élastique de l'essai de traction. On l'appelle
couramment module d'Young.

Matériau E (MPa)

Fontes 60 000 à 160 000


Aciers 200 000
Cuivre 120 000
Aluminium 70 000
Tungstène 400 000

Table 4  Quelques valeurs de E

7.4.2 Expression de la déformation élastique


Z L0
Sur une longueur L, la déformation totale est : ∆L = εx dx
0
Si σ = cste, alors εx = cste (cf loi de Hooke), d'où : ∆L = εx L0
∆L
On a alors, dans la plupart des cas (quand σ = cste) : εx = avec L0 longueur initiale de la
L0
poutre.
N
Ainsi, en réutilisant σ = , on peut déduire la relation liant l'eort normal à la déformation de la
S
poutre selon l'axe x :

N N ∆L
εx = et εx = = quand N = cste
ES ES L0

En mettant cette dernière relation sous la forme N = kt ∆L, on peut assimiler la poutre à un ressort
de raideur kt tel que :
ES
kt =
L0

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 15 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

7.5 Dimensionnement d'une poutre en traction


7.5.1 Critère en contrainte
Pour qu'une pièce résiste aux eorts de traction sans subir de déformation permanente il faut que
la contrainte interne ne dépasse pas la limite élastique Re du matériau.
Pour des raisons de sécurité et compte tenu des hypothèses simplicatrices faites avec les modé-
lisations, la contrainte normale σ doit rester inférieure à une valeur limite appelée limite pratique à
l'extension Rpe (aussi notée σpe ). On considère que c'est la contrainte maximale admissible.

Re N
σmax ≤ = Rpe soit : ≤ Rpe
s S

Avec :
• s : coecient de sécurité (souvent compris entre 2 et 10, selon le contexte)
• Re : résistance élastique du matériau (en MPa)
• Rpe : résistance pratique à l'extension (en MPa)

7.5.2 Critère en déformation


Le critère en déplacement traduit, moyennant un coecient de sécurité s0 (>1 mais diérent de s),
que le déplacement en un point M (par exemple le point où le déplacement est maximum) doit rester
inférieur à une valeur donnée dépendant des conditions d'utilisation ulim :
ulim
ux (M ) ≤
s0

8 La exion
8.1 Exemple : exion d'un pont

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 16 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

8.2 Dénition
Une poutre droite d'axe x est en exion simple autour de z au point G(x) si son torseur de cohésion
exprimé au point G est égal à :
 
 0
 0 

{Tcoh }G(x) = Ty 0
 
0 Mfz
 
G(x)

• Ty est appelé eort tranchant ;


• Mfz est appelé moment échissant ;
• Si Ty est nul alors on parle de exion pure.

8.3 Analyse de la déformation

Le mouvement d'une section droite est une combinaison :




• d'une rotation d'axe (G, →
−z) ⇒ θ = θz .→

z
−→
• d'une translation suivant l'axe y ⇒ UG = uy .→ −
y
En exion, le torseur des petits déplacements d'une section droite s'écrit donc :
( →−
θ = θz .→

)
 z
US/R = −→
G
UG = uy .→
−y

A partir de ce torseur, on peut donner la forme du torseur des petites déformations en un point
P de la section S (en admettant εy = 0 du fait des hypothèses des petits déplacements et de Navier-
Bernouilli) :


γ = γz .→

 
 z 
{E(x)} = dθz →
 −
ε→ →

P = εx . x = −y

x 
∀P ∈S dx

8.4 Expression de la contrainte


La loi de Hooke a permis de mettre en évidence que la contrainte est proportionnelle à allongement
relatif. Dans le cas de la exion, les contraintes se réduisent essentiellement à des contraintes normales.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 17 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

On peut donc écrire :


Mfz
σx (y) = − y
IG z

Avec IGz moment quadratique de la section droite S par rapport à l'axe (G, →

z ) (voir Ÿ8.6.1).
Démonstration :

La contrainte σx qui règne en P dans cette bre vaut : σx = E εx = −Ey z (On remarque
dx
que σx est une fonction linéaire de y )
Z
On constate que : Mfz = −y σx dS
S
Z
dθ dθz
D'où : Mfz = E z y 2 dS = E IG
dx S dx z
Mfz
En reprenant l'expression de la contrainte σx : σx (y) = − y
IGz

Mfy
Par un raisonnement analogue, on trouve que : σx (z) = + z
IGy
La contrainte maximale dans une poutre d'axe x soumise à une exion d'axe z est donnée par :

|Mfz |
σmax = ymax
IGz

8.5 Expression de la déformée


Pour une poutre droite d'axe x, on désigne par uy la translation d'ensemble suivant y de la section
du
droite S . La rotation d'ensemble θz s'écrit alors : θz = y (hypothèses des petits déplacements et de
dx
Navier-Bernouilli).
du
Cela conduit, en remplaçant θz = y dans l'expression de Mfz , à l'équation diérentielle de la
dx
déformée :
d2 uy
Mfz = E IGz
dx2

On adopte souvent la notation suivante :

Mfz = E IGz y 00 (x) et Mfy = −E IGy z 00 (x)

8.6 Moment quadratique


8.6.1 Dénition
On appelle moment quadratique de la section droite S par rapport à l'axe (G, → −
z ) la quantité
IGz (S). Il caractérise la raideur de la poutre au échissement. Il est déni par :

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 18 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Z
IGz (S) = y 2 dS (en m4 , ou par habitude en mm4 )
S

8.6.2 Exemples de calcul




y →

y



z


z •
• h G
G

D
b
Z R Z 2π
IGz (S) = y 2 rdrdθ
0 0
Z b/2 Z h/2 Z R Z 2π
2
IGz (S) = y dydz IGz (S) = r2 (sin θ)2 rdrdθ
−b/2 −h/2 0 0

bh3 πR4 πD4


IGz (S) = IGz (S) = =
12 4 64

8.6.3 Théorème de Huygens


−−→ →

Soit M ∈ S tel que GM = yM .→

y + zM .→

z. z

On peut alors écrire :


2
IMz (S) = IGz (S) + S yM

zM G
Par analogie, on a aussi : •
2 M
IMy (S) = IGy (S) + S zM


y
O
8.7 Dimensionnement d'une poutre en exion yM

Critère en contrainte :
Re Mfz max
σmax ≤ = Rpe soit : ymax ≤ Rpe
s IGz

On trouve parfois l'expression suivante, en posant v = |ymax | :


IG |Mfmax |

v Rpe
IG
Le terme est appelé  module de résistance en exion  dans le plan normal à →

z.
v
s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 19 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

9 La torsion
9.1 Exemple : barre de torsion du capteur de couple de la DAE

9.2 Dénition
Une poutre droite d'axe x est en torsion au point G(x) si son torseur de cohésion exprimé au point
G est égal à :
 
 0 Mt 
 
{Tcoh }G(x) = 0 0
 
0 0
 
G(x)

M t est appelé moment de torsion.

9.3 Hypothèses complémentaires


Pour pouvoir étudier la sollicitation élémentaire de torsion, il faut restreindre le cadre d'application.
En eet, l'étude de la torsion présentée ici se limitera au cadre des poutres droites à sections circulaires.
Ainsi, les poutres étudiées sont des cylindres de révolution à base circulaire. Cette restriction est
liée au fait que pour toute section qui n'est pas circulaire, les résultats qui seront présentés sont faux
car :
• les sections ne restent pas planes et se gauchissent,
• la contrainte de cisaillement qui est perpendiculaire au rayon vecteur (comme nous le verrons
par la suite) ne peut pas être tangente au contour non circulaire de la section.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 20 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

9.4 Déformation


y

C →

x
A B
L

Le mouvement de chaque section droite est une rotation θx d'axe (O, →



x ), ce qui permet de déduire

− −→ → −
que θ = θx .→

x et UG = 0 (pas de déplacement des centres de section).
En torsion, le torseur des petits déplacements d'une section droite s'écrit donc :
( →

θ = θx .→

)
 x
US/R = −→ → −
G
UG = 0

En un point P (r, θ), en utilisant la formule de changement de point du moment en coordonnées


polaires, on peut écrire : ( →− →

)
 θ = θx . x
US/R = −→
∀P ∈S
UP = rθx .→
−eθ

A partir de ce torseur, on peut donner la forme du torseur des petites déformations en un point P
de la section S :
 

− →
− dθx →

γ = γx . x = x

 

{E(x)} = dx
dθx →
 −
 ε→ →

P = εθ . e θ = r

eθ = rγx .→

eθ 

∀P ∈S dx

9.5 Répartition des contraintes dans une section droite


L'état de contrainte étant directement lié à l'état de
déformation par les lois de comportement du matériau :


z →

eθ • les contraintes sont tangentielles ;
τmax • sur une section, les contraintes tangentielles sont or-

− thoradiales : la contrainte est nulle au centre et maxi-
er male pour r = R ;

M • l'état de contrainte est indépendant de l'abscisse x
G
•→ de la section droite.

x →

y
D'après la loi de Hooke : τ = Gεθ = Grγx
On peut donc en déduire que la contrainte tangentielle
est égale à :
dθx
τ = Grγx = Gr
dx

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 21 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Avec :
• τ : contrainte tangentielle (en MPa)
• G : module d'élasticité transversal (en MPa)
• γx : angle unitaire de torsion autour de x (en rad.m−1 )

G est couramment appelé Module de Coulomb. On peut l'exprimer à partir du coecient de


Poisson ν et du module d'Young du matériau :

E
G=
2 (1 + ν)

9.6 Relation entre contrainte, angle unitaire de torsion et moment de torsion


Z
M t = Gγx r2 dS
S
Démonstration :
−−→ →−
Z
En torsion, on a : GM ∧ T (M,−
→ →

x ) dS = M t. x (Dénition du torseur de cohésion)
S

− →
− →
− avec τ = Grγ
Or : T (M,−

x ) = σx . x + τ. eθ x
−−→ → − →
− − avec −
→ −→
D'où : GM ∧ T (M,− → 2
x ) = −r.σx . eθ + Gr γx . x GM = r.→

er
Z
Soit : M t = Gγx r2 dS
S

9.7 Moment quadratique polaire


9.7.1 Dénition




z On appelle moment quadratique polaire de la sec-

dS
tion droite S en G la quantité :


er Z
dθ • IG = r2 dS
S
M →

y
θ
G•


x IG s'exprime le plus souvent en mm4 .
dr
L'expression de du moment de torsion devient donc :
r
M t = Gγx IG

9.7.2 Exemple de calcul


Pour une poutre de section circulaire de diamètre D (voir gure au paragraphe 9.7.1) :
D D
2π 2π
πD4
Z Z Z Z
2 2
2 3
IG = r rdrdθ = r dr dθ ⇒ IG =
0 0 0 0 32

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 22 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

9.8 Contrainte tangentielle


Grâce à la loi de Hooke, on a pu démontrer que : τ = Grγx et donc que la contrainte tangentielle
Mt
est proportionnelle à la distance entre G et M : τ = r.
IG
D'où :
|M tmax |
τmax = rmax
IG

9.9 Relation déformation-rotation


τ
A partir de la dénition de γx et de la loi de Hooke, on peut écrire que Gγx = . Or on a vu
r
Mt
précédemment que τ = r, d'où :
IG
τ Mt dθx
= = Gγx = G
r IG dx
Z x2
Mt
Soit : ∆θx = θx2 − θx1 = dx
x1 GIG

Pour une poutre de longueur L, on en déduit que la torsion totale est :


Mt
∆θx = γx L avec γx =
GIG

On peut aussi déterminer la raideur en torsion ktor de la poutre en mettant la relation sous la
forme : M t = ktor ∆θx avec :
GIG
ktor =
L

9.10 Dimensionnement d'une poutre en torsion


Critère en contrainte :
Un matériau en torsion reste dans son domaine élastique si la contrainte tangentielle reste inférieure
une valeur limite appelée résistance pratique au glissement notée Rpg (en MPa) :

Rg
τmax ≤ Rpg =
s

Avec :
• s : coecient de sécurité
• Rg : limite élastique au glissement (pour les aciers, Rg ' 0, 5 Re à 0, 7 Re ).

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 23 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

10 Le cisaillement
10.1 Exemple : cisaillement d'une goupille
Si on suppose la goupille d'axe x alors au

− sein de celle-ci le vecteur contrainte s'écrit :
x

− →
− →

y T (M,−

x ) = τ. t



t =→

y dans cet exemple.

10.2 Dénition
Une poutre droite d'axe x est en cisaillement au point G(x) si son torseur de cohésion exprimé au
point G est égal à :
 
 0 0 
eort tranchant.
 
{Tcoh }G(x) = Ty 0 Ty est appelé
 
0 0
 
G(x)

10.3 Relation contrainte-eort tranchant


Dans le cas du cisaillement, la contrainte tangentielle
s'écrit :
Ty
τ=
S

Avec :
• τ : contrainte tangentielle (en MPa)
• Ty : eort tranchant (en N).
• S : aire de la section de la pièce (en mm2 )

10.4 Analyse de la déformation


Dans le cas du cisaillement, les déformations sont caractérisées par un glissement des sections droites
les unes par rapport aux autres. Le glissement est mesuré par l'angle γ appelé angle de glissement.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 24 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Lorsque les déformations sont élastiques, la Avec :


contrainte de cisaillement τ est proportion- • τmoy : contrainte tangentielle (en MPa)
nelle à l'angle de glissement γ . Autrement dit • G : module d'élasticité transversal (en MPa)
d'après la loi de Hooke : • γ : angle de glissement (en rad)

τmoy = G γ

10.5 Dimensionnement d'une poutre en cisaillement


Ty Rg Ty
Critère en contrainte : τmax = k et Rpg = soit k ≤ Rpg
S s S
Avec :
• S : section de la poutre
• s : coecient de sécurité
• Rg : limite élastique au glissement (pour les aciers, Rg ' 0, 7 Re ),
• k : coecient dépendant de la forme de la section ( 34 pour une section circulaire, 3
2 pour une
section rectangulaire).
Cette situation n'est possible qu'au point d'application de l'eort sur la poutre (sinon il y a exion).

11 Concentration de contraintes
11.1 Description du phénomène
Lorsqu'une poutre possède une discontinuité (de géométrie ou liée un défaut du matériau, comme la
présence d'une bulle par exemple), il se produit un phénomène de  concentration de contraintes . Au
voisinage de la discontinuité, la contrainte maximale est grande devant la contrainte nominale calculée
avec les outils de la Rdm.

Exemples

La zone de concentration de contraintes est souvent l'amorçage de ssures de fatigue.

11.2 Coecient de concentration des contraintes


Considérons une poutre ayant une discontinuité de section. On dénit par le coecient de concen-
σ
tration de contraintes la valeur k = max .
σnom

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 25 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

• σnom est la contrainte nominale calculée avec les outils de la Rdm dans la section la plus sollicitée,
• σmax est la contrainte maximale au sein de la discontinuité.
On obtient alors que les contraintes prise en compte pour le dimensionnement d'une poutre sont :
Re Rg
σnom ≤ et τnom ≤
ks ks

11.3 Dimensionnement d'une poutre


Exemple de détermination de coecient de
contrainte : une barre dénie par le dessin ci-contre
est soumise en extension à une charge de 10 000 N.

12 Cas particulier des poutres hyperstatiques


12.1 Description du problème
Un problème de Rdm est dit isostatique si l'écriture de l'équilibre de la structure permet de
déterminer les actions de liaisons. Le nombre d'inconnues de liaison est donc égal au nombre
d'équations disponibles par écriture du principe fondamental de la statique.
Prenons l'exemple d'une poutre droite encastrée avec une charge en son extrémité :

Le torseur associé à la liaison complète en O comprend trois composantes inconnues(XO , YO et


MO ).
Le problème est plan. Le principe fondamental de la statique appliqué à la poutre isolée nous
permet donc d'écrire trois équations :

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 26 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

• théorème de la résultante statique en projection sur x et sur y :


(
XO = 0
YO + F = 0

• l'équation de moment du PFS en O en projection sur z donne : MO − F l = 0.

Le problème est donc ici isostatique .

Prenons maintenant l'exemple de la même poutre droite encastrée en une extrémité avec une charge
en son extrémité mais en rajoutant cette fois-ci un appui simple sans frottement en son milieu :

Le torseur associé à la liaison complète en O comprend trois composantes inconnues(XO , YO et


MO ) et celui associé à la liaison ponctuelle en A une composante inconnue (YA ).
Le problème est plan. Le principe fondamental de la statique nous permet donc d'écrire trois
équations :
• théorème de la résultante statique en projection sur x et sur y :
(
XO = 0
YO + YA + F = 0

YA
• l'équation de moment du PFS en O en projection sur z donne : MO − F l + L=0
2

Le problème est donc cette fois ci hyperstatique de degré 1.


Pour résoudre, il faut une équation supplémentaire !

12.2 Utilisation du principe de superposition


Le degré d'hyperstatisme correspond au nombre d'inconnues en trop, sur cet exemple il est donc
de 1. Pour résoudre, il s'agit donc de rechercher une équation supplémentaire.
Elle est obtenue en prenant en compte la déformation de la pièce, c'est-à-dire par la Rdm. La
démarche consiste à  remplacer  notre problème hyperstatique par deux problèmes isostatiques
qui,  superposés , correspondent au premier.
On trouve alors :
f (A) = 0 = f1 (A) + f2 (A)

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 27 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

13 Méthode des éléments nis


13.1 Intérêt et principe
Très souvent, la géométrie des pièces que le concepteur doit dimensionner n'est pas compatibles
avec le modèle poutre. On ne peut donc pas dans ces cas là appliquer les méthodes abordées dans ce
cours.
Dès que la géométrie devient trop complexe, on peut adopter une résolution numérique qui consiste
à eectuer une discrétisation spatiale des volumes étudiés. On parle alors de maillage et d'analyse par
éléments nis dont le concept a été introduit au milieu du XXe siècle.
Pratiquement, la structure de départ est divisée en sous-domaines nommés  éléments nis  ayant
des formes géométriques relativement simples : triangles, quadrangles, tétraèdres, hexaèdres. . . Des
points remarquables, appelés  n÷uds  situés sur la frontière des éléments (souvent les sommets des
éléments) servent à interconnecter les éléments. On eectue ensuite une étude des déplacements de ces
noeuds

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 28 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

Le modèle de comportement de chaque élément s'appuie sur une approximation de la solution (en
général du champ des déplacements dans l'élément) de sorte à permettre une formulation du problème
en fonction des valeurs de la solution aux n÷uds. Comme le montre la gure ci-dessus, le maillage
est guidé par le souci de limiter l'importance des erreurs introduites par les approximations : on peut
être amené à réduire la taille des éléments dans les zones d'étude où les gradients des contraintes sont
importants (jusqu'à obtenir la convergence des résultats utiles).

13.2 Utilisation d'un solveur numérique


Les modeleurs volumiques tels que Solidworks possèdent souvent (entre autres) un module d'élé-
ments nis (Solidworks Simulation). On peut y dessiner une pièce puis dénir un matériau, appliquer
un maillage et dénir liaisons et chargements pour obtenir divers résultats, tels que la déformation ou
les contraintes par exemple (voir ci-dessous).
Cet outil peut être très pratique pour dénir les formes puis dimensionner une pièce dans le cadre
d'un projet de conception ou de votre TIPE...

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 29 / 30


CPGE PT - S2I Résistance des matériaux Cours

14 Rappel de quelques caractéristiques mécaniques de quelques ma-


tériaux usuels

Matériau
Module Module de Coecient Limite
d'Young E Coulomb G de Poisson ν d'élasticité Re
Acier 210 GPa 80 GPa 0, 30 100 à 1000 MPa
Fontes 60 à 190 GPa 40 GPa 0, 27 140 à 680 MPa
Alliage d'aluminium 70 GPa 32 GPa 0, 34 200 à 500 MPa
Verre 60 GPa 24 GPa 0, 24 100 MPa
Nylon 1,4 GPa 0, 34 85 MPa

Table 5  Caractéristiques mécaniques de quelques matériaux

Références
[1] A. Meurdefroid : Cours de mécanique, 2013. TSI2 - Lycée Richelieu - Rueil-Malmaison.
[2] A. Chabert : Cours de mécanique, 2012. TSI2 - Lycée Richelieu - Rueil-Malmaison.
[3] P. Berthet : Cours de mécanique, 1998. PT* - Lycée Livet - Nantes.
[4] A. Caignot, V. Crespel, M. Dérumaux, C. Garreau, B. Martin, A. Redondo et S. Roux :
Sciences Industrielles de l'Ingénieur - MP/MP*, PSI/PSI*, PT/PT*. Vuibert, 2014.

s2i.pinault-bigeard.com

Lycée Jean Zay - Thiers Page 30 / 30