Vous êtes sur la page 1sur 7

dd/11/yy

Page 1 sur 7

NOTION D’ELASTICITE – CERCLE DE MOHR

1. CONTRAINTES

1) Définitions On défini une facette avec sa normale :

Contrainte tangentielle de la facette de normale x dirigée suivant y

de la facette de normale x dirigée suivant y Si xy = yx = 0 ,

Si xy = yx = 0

,

on a des facettes situées sur des plans principaux :

OX et OY sont alors axes principaux

2) Cas de la traction uniaxiale

sont alors axes principaux 2) Cas de la traction uniaxiale ENSIL Sur la section (So) considérée,
sont alors axes principaux 2) Cas de la traction uniaxiale ENSIL Sur la section (So) considérée,

ENSIL

Sur la section (So) considérée, on a :

X = N / So = -F / So

Y = 0

Z = 0

XY = 0

X et Y sont axes principaux

RDM : Notion d’élasticité / cercle de Mohr

fichier : 8_Elast_Ce_Mohr.doc

dd/11/yy

Page 2 sur 7

On considère maintenant un section (S) décalée d’un angle par rapport à (So) :

section (S) décalée d’un angle par rapport à (So) : Contrainte totale C = -F/S =

Contrainte totale

C = -F/S = (-F/So) . cos

=

X . cos

(So) : Contrainte totale C = -F/S = (-F/So) . cos = X . cos Contrainte

Contrainte normale

x = C . cos

=

X . cos 2

Contrainte tangentielle

xy = C . sin

=

X . cos

. sin

Si on prend une section (S’)

(S), on calcule de même :

Si on prend une section (S’) (S), on calcule de même : Contrainte totale C =
Si on prend une section (S’) (S), on calcule de même : Contrainte totale C =

Contrainte totale

C = -F/S’ = (-F/So) . sin

=

X . sin

Contrainte normale

y = C . sin

=

X . sin 2

Contrainte tangentielle

yx = C . cos

=

X . cos

. sin

= xy

Théorème de Cauchy : réciprocité des contraintes

Remarque : CONVENTION DE SIGNE

Contraintes normales

> 0 si il y a extension

Contraintes tangentielles > 0 si elles forment un couple positif sur un élément isolé rectangulaire

ENSIL

RDM : Notion d’élasticité / cercle de Mohr

fichier : 8_Elast_Ce_Mohr.doc

dd/11/yy

Page 3 sur 7

Donc si on considère un élément rectangulaire isolé à l’intérieur du barreau tendu :

rectangulaire isolé à l’intérieur du barreau tendu : x = X . cos 2 = X

x =

X . cos2

=

X / 2 + (

X / 2). cos( 2

)

y =

X . sin2

=

X / 2 (

X / 2). cos( 2

)

xy =

X . cos

. sin

= (

X / 2). sin ( 2

)

yx =

X . cos

. sin

= (

X / 2). sin ( 2

)

On peut faire une représentation graphique de ces équations :

CERCLE DE MOHR DES CONTRAINTES

graphique de ces équations : CERCLE DE MOHR DES CONTRAINTES OA = X OB = Y

OA =

X

OB =

Y (ici = 0)

OM = (

X +

Y) / 2

Si on veut déterminer les contraintes dans une facette (S) faisant un angle avec (So) :

AMC 1 = 2 OC = x
AMC 1 = 2
OC =
x

ENSIL

OD =

y

C 1 C = xy > 0

RDM : Notion d’élasticité / cercle de Mohr

D 1 D = yx

fichier : 8_Elast_Ce_Mohr.doc

dd/11/yy

Page 4 sur 7

3)

Cas général de contraintes planes :

X

π

0,

Y π

0,

Z =

0

Cas général de contraintes planes : X π 0, Y π 0, Z = 0 OA

OA =

OB =

OM = (

X

Y

X +

Y) / 2

Si on connaît les contraintes x, y et xy en un point O, on peut déterminer les contraintes

principales X et Y ainsi que l’orientation du repère principal (X,Y) par rapport au repère (x,y) .

. xOX = p = -

On peut retrouver les relations algébriques liants les contraintes principales X et Y avec

x,

y et xy :

X = OM + MA avec MA = MC 1 hypoténuse du triangle MCC 1 , soit :

X = (

x +

y) / 2 + (1/2) .

 

Et de même :

 

Y = (

x +

y) / 2 - (1/2) .

(

y -

x) 2 + 4 . ( xy) 2

ENSIL

RDM : Notion d’élasticité / cercle de Mohr

fichier : 8_Elast_Ce_Mohr.doc

dd/11/yy

Page 5 sur 7

4) Cas général des contraintes à 3 dimensions

Compte tenu de la règle de réciprocité des contraintes tangentielles ( théorème de Cauchy), il y a 6 grandeurs distinctes permettant de caractériser les contraintes sur 3 facettes orthogonales autour d’un point :

sur 3 facettes orthogonales autour d’un point : Ce sont les 3 contraintes normales Et les

Ce sont les 3 contraintes normales

Et les 3 contraintes tangentielles

x,

y et

z

xy, xz et yz

Ces 6 grandeurs composent le tenseur des contraintes au point O considéré :

le tenseur des contraintes au point O considéré : La direction des axes principaux et la

La direction des axes principaux et la valeur des contraintes principales X, Y et Z correspondantes définissent entièrement l’état de contrainte autour d’un point.

entièrement l’état de contrainte autour d’un point. Cela signifie que la matrice [ contraintes est

Cela signifie que la matrice [

contraintes est diagonalisable, elle s’écrit :

] associée au tenseur des

[ ] =
[
] =
 

X

0

0

0

Y

0

0

0

Z

ENSIL

RDM : Notion d’élasticité / cercle de Mohr

fichier : 8_Elast_Ce_Mohr.doc

dd/11/yy

Page 6 sur 7

TRICERCLE DE MOHR des contraintes

On suppose connues en un point O d’un solide contraint les directions et les contraintes principales.

Si une facette tourne autour de O en restant // à OZ,

Si une facette tourne autour de O en restant // à OZ, l’extrémité P du vecteur

l’extrémité P du vecteur contrainte C appliquée à cette facette décrit dans la représentation

de Mohr le cercle de diamètre

X -

Y

.

De même pour une facette restant parallèle à OY, il décrirait le cercle de diamètre

X -

Z

.

Et pour une facette restant parallèle à OZ, il décrirait le cercle de diamètre Y - Z .

OZ, il décrirait le cercle de diamètre Y - Z . On montre que pour une

On montre que pour une facette d’orientation quelconque par rapport aux axes principaux OX, OY, OZ, l’extrémité P du vecteur contrainte associé à cette facette se trouve nécessairement dans la zone limitée par les 3 cercles de Mohr.

ENSIL

RDM : Notion d’élasticité / cercle de Mohr

fichier : 8_Elast_Ce_Mohr.doc

dd/11/yy

Page 7 sur 7

2. Loi de Hooke généralisée

On généralise l’expression de la loi écrite dans le cadre des sollicitations simples de traction - compression et de cisaillement :

simples de traction - compression et de cisaillement : G = module de Coulomb E :
G = module de Coulomb E : module de Young : coefficient de Poisson
G
= module de Coulomb
E
: module de Young
: coefficient de Poisson

On peut aussi exprimer les contraintes en fonctions de déformations :

avec

les contraintes en fonctions de déformations : avec Connaissant l’état de déformations d’une pièce en un

Connaissant l’état de déformations d’une pièce en un point (extensométrie), on peut donc en déduire l’état de contrainte en ce point.

ENSIL

RDM : Notion d’élasticité / cercle de Mohr

fichier : 8_Elast_Ce_Mohr.doc