Vous êtes sur la page 1sur 64

(1890-1914) Cours préparé par Mr A.

MERZEG
• En architecture, il y a […] deux façons nécessaires
d’être vrai. Il faut être vrai selon le programme,
vrai selon les procédés de construction. Être vrai
selon le programme, c’est remplir exactement,
scrupuleusement, les conditions imposées par un
besoin. Être vrai selon les procédés de
construction, c’est employer les matériaux
suivant leurs qualités et leurs propriétés. Ce que
l’on considère comme des questions purement
d’art, à savoir la symétrie, la forme apparente, ne
sont que des conditions secondaires en présence
de ces principes dominants.
E. Viollet-le-Duc
2
DEBUT XX° siècle : CONTEXTE
• La remise en cause des styles anciens : fin de l’académisme
• Les avants-grade artistiques : l’exemple de la peinture
- 1874 Impressionnisme (1er salon des Impressionnistes)
- 1884 Divisionnisme ou néo-impressionnisme (Signac, Seurat)
- 1888 Nabis postimpressionniste (Sérusier, Gaughin, Vuillard)
- 1905 Fauvisme (Derain, De Vlaeminck, Matisse)
- 1907 Cubisme (P. Picasso, Les Demoiselles d’Avignon)
- 1910 Abstraction (Kandinsky, Malevitch)

3
DEBUT XX° siècle : PROCEDES
• STRUCTURES METALLIQUES
• Ecole de Chicago: gratte-ciels à ossature métallique
• - 1850 Invention de l’ascenseur (Otis)
• - 1879 Premier gratte-ciel, murs encore porteurs
• - 1889 Tour Eiffel
• - 1895 Première ossature porteuse (Reliance Building)

4
DEBUT XX° siècle : PROCEDES
STRUCTURES METALLIQUES (Ecole de Chicago)
structure moderne mais habillage académique en pierre

5
DEBUT XX° siècle : PROCEDES
STRUCTURES EN BETON
Europe : apparition de structures porteuses en béton
armé, mais rarement affirmée en façade
1903 - Premier immeuble à ossature en béton armé (A.
Perret)

6
ART NOUVEAU
Mouvement artistique bref mais
vigoureux, l’Art Nouveau est apparu
en Belgique en 1892 et s’est
rapidement propagé en France
d’abord, puis dans le reste de
l’Europe. Il tirait son inspiration du
mouvement anglais Arts & Crafts
d’une part, des progrès de la
technologie du fer, notamment
interprétées par l’architecte et
théoricien français Eugène-
Emmanuel Viollet-le-Duc de l’autre.
7
ART NOUVEAU
Le style Art Nouveau
consistait surtout dans
l’emploi abondant et à des
fins expressionnistes des
lignes courbes. On
s’inspirait le plus souvent
des plantes, comme pour
faire contraste avec les
formes géométriques
qu’empruntait volontiers la
décoration traditionnelle
8
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
CONTRIBUTION DE VIOLLET-LE-DUC

Viollet-le-Duc avait fait connaitre ses théories


dans ses cours qu’il donnait aux élèves de
l’école des beaux-arts de Paris et à travers le
grand nombre d’ouvrages qu’il avait écrit,
entre autres :
Eugène-Emmanuel
Viollet-le-Duc
(1814-1879) •« Le Dictionnaire raisonné de
l’architecture » (1854-1869),
•« Les Entretiens sur l’architecture » (1863),
•« L’Enseignement des arts » (1862),
•« L’Art russe » (1870).
9
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
CONTRIBUTION DE VIOLLET-LE-DUC

La richesse des illustrations dans ses ouvrages


peut être considérée comme une anticipation
à L’Art Nouveau. En effet, ce sont ses dessins
qui donneront l’inspiration au type
d’architecture et surtout aux modèles
Eugène-Emmanuel
Viollet-le-Duc décoratifs qu’utiliseront plus tard des
(1814-1879)
architectes tels que Horta et Gaudi.
Viollet-le-Duc initiera aussi une nouvelle
méthode qui avait pour objectif de libérer
l’architecture des contraintes de
l’académisme et de l’historicisme.
10
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
CONTRIBUTION DE VIOLLET-LE-DUC

Les principes essentiels légués par Viollet-le-Duc au


mouvement Art Nouveau étaient les suivant :
 Lisibilité de la structure en tant que système logique ;
 Organisation spatiale des éléments obéissant à la
fonction plutôt qu’aux règles de symétrie et de
proportions ;
 Importance des matériaux et de leurs propriétés pour
régénérer la forme ;
 Concept de la forme organique, issu du mouvement
romantique ;
 Etude de l’architecture vernaculaire.
11
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
AUX ORIGINES DU PHENOMENE

L’Art Nouveau n’est pas un style,


mais un mouvement qui
vagabonde dans de nombreux
pays à la fin du XIXe siècle.
Aucun architecte, aucun créateur
ni aucune école n’incarne à lui
seul l’Art Nouveau ; le
mouvement est constitué d’un
faisceau de tendances dont
l’objectif principal est de contrer
l’Historicisme et l’Académisme
dominants. 12
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
AUX ORIGINES DU PHENOMENE

C’est surtout William Morris et son


mouvement Arts & Crafts qui
influencent l’Art Nouveau. De par
ses idées sur la relation entre les
arts et les métiers, sur la simplicité
et l'utilisation de matériaux
naturels

Papier peint de William Morris


13
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
AUX ORIGINES DU PHENOMENE

Le « Japonisme » a également
exercé un impact important, cette
tendance faisait fureur dans les
milieux à la mode après la signature
du traité d’ouverture imposé par les
États-Unis au Japon en 1854.
L’artiste japonais qui puise son
inspiration dans la nature fournit
un exemple aux artistes européens.

14
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
B R U X E L L E S , B E R C E A U D E L’A R T N O U V E A U

L’Art Nouveau s’est propagé


initialement en Belgique. Bien
que ce pays avait un niveau
supérieur dans l’industrialisation
par rapport à la France et
l’Allemagne, le développement
industriel n’empêcha pas
Bruxelles de devenir la capitale
des arts en Europe en accueillant
tous le artistes étrangers
« rejetés, frustrés, méprisés et
inconnus ».
15
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
B R U X E L L E S , B E R C E A U D E L’A R T N O U V E A U

« L’Hôtel Tassel » ou la maison


de la rue Turin à Bruxelles,
construite par Victor Horta en
1893 fut la première œuvre
architecturale de ce
mouvement.
S. Giedion écrit à ce sujet :
« L’origine de l’Art Nouveau
devient manifeste dans la rue
de Turin, c’est la construction
en fer ».
16
NAISSANCE DE L’ART NOUVEAU
B R U X E L L E S , B E R C E A U D E L’A R T N O U V E A U

Pour Norberg-Schulz, les structures


de fer et de verre qui ont permit la
construction de structures
articulées vont offrir « cette
possibilité qui fut exploitée vers la
fin du XIXe Siècle par des
architectes de talent comme
Hector Guimard et Victor Horta et
conduisit à la création de l’Art
Nouveau »
La maison G. L. Saint-Cyr à Bruxelles (1903)
architecte : Gustave Strauven 17
PRINCIPE FORMEL

Le motif caractéristique de l’Art


Nouveau est une forme végétale
libre. Les premiers objets de l’Art
Nouveau avaient en commun le
principe ornemental selon lequel
l’imitation de la nature devait être
subordonnée à l’organisation de la
surface.

Immeuble art nouveau


18
d'Octave Raquin à Paris
PRINCIPE FORMEL

L’ornement d’un fauteuil d’Henri


Van de Velde ne se contente
pas de compléter la structure.
Ornement et structure
deviennent indissociables,
produits par une volonté
artistique cherchant à atteindre
une expression symbolique
totale.
19
PRINCIPE FORMEL

« L’ornement complète la forme dont il est l’extension, et


nous reconnaissons le sens et la justification de l’ornement
dans sa fonction. Cette fonction consiste à structurer la
forme et non pas à l’orner... Les relations entre l’ornement
structurel et dynamographique et les formes et les surfaces
doivent être si intimes que l’ornement doit donner
l’impression d’avoir déterminé la forme. »

Henri Van de Velde

20
L’ART NOUVEAU EUROPEEN
B E L G I Q U E : V I C T O R H O R TA

NOUVEAUTES
 Introduction de formes architecturales subtiles
 Maitrise dans l’emploi du fer et du verre
Victor Horta
 Suppression du plan traditionnel dans la maison privée

Façade de l'Hôtel Solvay Musée et Maison de Victor Horta 21


L’ART NOUVEAU EUROPEEN
B E L G I Q U E : V I C T O R H O R TA
H O T E L TA S S E L A B R U X E L L E S

Façade sur la rue de Turin Plans des niveaux


L’hôtel Tassel doit son originalité à une façon de penser l’architecture tout à fait
nouvelle. Dans l’organisation spatiale de cette maison Horta supprime le traditionnel
corridor en lui substituant un hall de forme octogonale servant à la fois d’espace de
transition et de distribution vers les niveaux supérieurs. Cette forme d’organisation du
plan va rompre avec la pratique ancienne de l’empilement des étages niveau par
22
niveau.
V I C T O R H O R TA - H O T E L TA S S E L A B R U X E L L E S

L’autre nouveauté dans l’espace habitable de l’Hôtel Tassel c’est l’emploi du fer
à outrance sans aucune dissimulation, que ce soit dans les riches motifs de
décoration ou dans la structure de l’édifice (jardin d’hiver ou serre, colonnes en
fer apparentes, rampe d’escalier, décor en fer de formes curvilignes).

23
V I C T O R H O R TA - H O T E L TA S S E L A B R U X E L L E S

Ainsi, Horta sera le premier à employer l’architecture en fer pour un hôtel.


La maison Tassel exhibe sans pudeur sa structure portante au cœur d’une
demeure privée. Il résout le problème de rendre ce squelette esthétique en
l’intégrant dans un système cohérent de décoration.
24
F R A N C E : H E C TO R G U I M A R D ( 1 8 6 7 - 1 9 4 2 )

L’Art Nouveau en France sera représenté par les


travaux d’Hector Guimard qui combina les
nouveaux principes décoratifs en un style
architectural cohérent.

Maison Coilliot, Lille, 1897. Cette


maison se présente comme la
paraphrase d'une illustration du
dictionnaire Raisonné de Viollet-le-Duc
Hôtel Nozal , Hector Guimard (1902 -1906) 25
F R A N C E : H E C TO R G U I M A R D ( 1 8 6 7 - 1 9 4 2 )

Photos de
décoration des
bouches du
Métro parisien

ce qui rendra Guimard célèbre ce ne sont ses travaux d’architecture


mais la décoration des bouches du Métro parisien, ou il poussa
l’analogie entre structure métallique et formes végétales plus loin
encore que ne l’avait fait Horta. Ces travaux feront de lui le créateur
26
du « style métro ».
E S PA G N E : LE MODERNISMO & ANTONIO GAUDI (1852-1926)

L’œuvre protéiforme (variable) de Gaudi


semble reposer sur deux principes
simples. Le premier, dérivé de Viollet-le-
Duc, postulait que l’étude de
l’architecture doit partir du
fonctionnement mécanique du
bâtiment ; le second, revendiquait pour
l’imagination de l’architecte une liberté
complète par rapport aux conventions
stylistiques.

27
E S PA G N E : LE MODERNISMO & ANTONIO GAUDI (1852-1926)

 Son œuvre se caractérise souvent par une libre association de


formes, qui combine zoologie, botanique et géologie.
 L’essentiel de ses recherches porte sur la continuité structurelle
de l’édifice, par analogie aux formes naturelles.
 Gaudi évite systématiquement la ligne droite et les angles,
optant pour des formes courbes et toujours en mouvement, qui
assure une continuité naturelle entre les divers éléments de la
construction.
 Les études de Gaudi sur les structures revêtent un intérêt
extraordinaire, car elles démontrent qu’il aborde le problème de
l’Art Nouveau d’un point de vue constructif et non décoratif. Il
estime en effet que l’ornementation n’est qu’un stratagème pour
masquer une carence conceptuelle sur le plan structurel.

28
L A C A S A B AT L L Ó
Recouverte de céramiques polychromes, la façade du bâtiment décrit des ondulations qui ne
sont pas sans rappeler le mouvement des vagues, ignorant toute structure traditionnelle, cet
édifice de pierre et de métal est percé d’ouvertures arrondies et irrégulièrement espacées. La
Casa Batlló, de style à la fois Art nouveau, néogothique et surréaliste, a été déclarée
monument historique en 1969.

29
LA CASA MILÁ
la Casa Milá de Barcelone est
le dernier bâtiment construit
par l'architecte, entre 1906 et
1910. Située à l'angle de deux
rues, l'édifice brise tous les
angles en présentant une
façade ondulée sur toute la
longueur. À l'intérieur, aucun
plafond n'est horizontal,
aucun mur n'est rectiligne ;
sur les toitures, les cheminées
et bouches d'aération
participent de cet ensemble
très fantaisiste. Surnommé
« La Pedrera » du fait de cette
illusion d'un unique morceau
de pierre taillée par l'érosion
30
S A G R A D A FA M I L I A & L A C H A P E L L E G Ü E L L

31
S A G R A D A FA M I L I A

32
S A G R A D A FA M I L I A

LA CHAPELLE
GÜELL 33
HOLLANDE : HENDRIK PETRUS BERLAGE (1856-1934)

L’Art Nouveau en Hollande est représenté par H. P. Berlage. Réagissant


contre l’académisme du XIXe siècle, dès le début de sa carrière son
objectif était la prise de conscience honnête à l’égard des problèmes de
l’architecture tout en mettant l’accent sur une approche artisanale à
l’égard de l’utilisation des matériaux de construction. 34
HOLLANDE : HENDRIK PETRUS BERLAGE (1856-1934)

Dans cet édifice gigantesque, la


brique a été employée pour
élever toutes les surfaces, tandis
que la pierre a un rôle de
marquage de certains
événements spéciaux. A la
structure en murs porteurs en
brique, Berlage ajoute une
structure métallique en guise de
toit pour permettre un éclairage
par le haut. La décoration,
l’ameublement des bureaux et
les autres espaces de travail
sont entièrement dessinés par
Berlage. 35
A U T R I C H E : OT TO WA G N E R ( 1 8 4 1 - 1 9 1 8 )
& LA SECESSION DE VIENNE

La « Sécession de Vienne » ou « L’Ecole de


Vienne » est à l’origine de l’introduction de l’Art
Nouveau en Autriche où Otto Wagner et ses
élèves Joseph Hoffmann et Joseph Maria
Olbrich ont joué un rôle décisif.
Dans ce pays, Otto Wagner jouera un rôle
comparable à celui de Louis Sullivan aux Etats-
Unis, de Berlage en Hollande et de Henry Van
de Velde en Belgique.

36
A U T R I C H E : OT TO WA G N E R ( 1 8 4 1 - 1 9 1 8 )
& LA SECESSION DE VIENNE

 Selon Wagner, la nouvelle architecture doit prendre en


considération les exigences de la vie moderne à son point de
départ et de trouver les formes adéquates pour bien les
exprimer.

 Wagner recommande la ligne droite horizontale, le toit plat, un


style sans ornementation, l’expression de la structure ainsi
qu’une utilisation honnête des matériaux en proposant des
solutions nouvelles et audacieuses.

37
OT TO WA G N E R
LA STATION DE LA « KARLPLATZ » (1899-1901)

Ce projet se révélera comme une œuvre architecturale originale qui illustre


une phase de transition dans la carrière de l’architecte. L’emploi d’une ossature
métallique, en plus d’une combinaison de la ligne droite et courbée avec une
ornementation fleurie montre le compromis entre la rigueur doctrinale et les
38
tendances Art Nouveau devenues à la mode à cette époque.
OT TO WA G N E R
LA « CAISSE D’EPARGNE DE LA POSTE » (1904-1906)

Dans cette œuvre, tous ses éléments


théoriques seront rassemblés dans la
formalisation du projet. Ce bâtiment
est conçu suivant un plan
trapézoïdal, dominé à l’intérieur par
un grand hall central
harmonieusement élaboré et
donnant une sensation de
monumentalité et ou l’organisation
est basée sur la flexibilité.
L’ornementation est totalement
absente sur les façades. La parfaite
intégration du fer et du verre fera de
cet édifice un modèle en tant
qu’événement dans l’histoire de
l’architecture. 39
JOSEPH MARIA OLBRICH (1867-1908)
L E B AT I M E N T D E L A « S E C E S S I O N » ( 1 8 9 8 - 1 8 9 9 )

J. Olbrich réalisa cet édifice qui devait symboliser et immortaliser la Sécession de


Vienne. Ce bâtiment exprima surtout une réaction, une révolte contre
« l’académisme » et « l’establishment » de l’architecture en Autriche. Dans l’esquisse
de ce monument, le peintre Gustav Klimt apportera sa contribution notamment
dans l’imagination du motif du laurier, les murs à redents et l’axialité. Olbrich
donnera à ce laurier une forme de dôme métallique soutenu par quatre piliers. Ce
style étrange proviendrait du « mélange » de l’influence de l’école de Glasgow et de
celle de G. Klimt.

Une devise inscrite sur le portique de l’entrée du bâtiment :


40
« A chaque époque son art, à chaque art sa liberté ».
41
ALLEMAGNE : LE « JUGENDSTIL »

En 1896, à Munich en Allemagne, le magazine culturel "Die Jugend" (qui signifie La


Jeunesse) créé par Georg Hirth, soutenait activement un "nouveau style" artistique
(Stil en allemand) et de nombreux jeunes artistes locaux participaient activement à
l'effort commun de combattre les notions traditionnelles dépassées. Le succès de
cette initiative fut tel, que cette nouvelle façon de vivre et de penser fut nommée
"JUGENDSTIL" soit "le Style de la Jeunesse".

Sur le plan de l'architecture, le Jugendstil nous a laissé de nombreux bâtiments de


grand intérêt à Darmstadt, Dresden, Munich et Frankfurt et parmi les architectes
Jugendstil les plus importants, il y a le belge Henri Clemens VAN DE VELDE, et
l'autrichien Josef Maria OLBRICH ainsi que l'allemand Peter BEHRENS.

42
L A « M AT H I L D E N H Ö H E » O U C O L O N I E D ’A R T I S T E S D E
D A R M S TA D T D E J . M . O L B R I C H ( 1 9 0 7 )

La maison d’Ernst Ludwig a été certainement l’ouvrage le plus


progressiste qu’Olbrich conçu pendant son séjour à Darmstadt.
Intérieurement la maison consiste en huit ateliers habitables, quatre de
chaque côté d’une salle de réunion.

43
L A « M AT H I L D E N H Ö H E » O U C O L O N I E D ’A R T I S T E S D E
D A R M S TA D T D E J . M . O L B R I C H ( 1 9 0 7 )

A l’extérieur, la façade est haute où l’on remarque l’absence totale


d’embellissement. Les fenêtres horizontales contrastent avec l’entrée
circulaire décorée et flanquée de part et autre de statuts géantes
44
sculptées, donnant une impression de monumentalité.
J O S E F H O F F M A N N ( 1 8 6 7 - 1 9 0 8 ) - PA L A I S S TO C L E T
Le Palais Stoclet, construit à Bruxelles entre 1905 et 1911 au profit d’un
riche banquier, révéla une maçonnerie extérieure lisse avec des lignes
de contour épaisses de couleurs blanches et noires, qui sillonnait le
bâtiment horizontalement et verticalement. Les fenêtres rectangulaires
renvoient à des formes géométriques utilisées pour créer cette version
moderne du classicisme

45
C A R A C T E R I S T I Q U E S D E L’A R T N O U V E A U
 Affirmation de la modernité : rejet de l’académisme liés à des styles
anciens
 Mouvement romantique, individualiste et antihistoriciste
 Refus de la standardisation industrielle: rapports entre architecture
et artisanat, à la suite du mouvement Arts and Crafts en Angleterre à
la fin du XIX°(J. Ruskin, C. R. Mack intosh)
 Tendance décorative qui exploitait les ressources ornementales de la
ligne courbe en s’inspirant soit des végétaux, soit de la géométrie.
 La ligne courbe domine des formes en deux dimensions, minces,
ondulantes et presque toujours asymétriques.
 L’Art Nouveau se présentait comme une tentative pour introduire l’art
dans la vie sociale. Mais dans la pratique, il devint bientôt
réactionnaire et bourgeois.
 L’Art Nouveau voulait libérer l’homme du poids des techniques, il
voulait rétablir le lien avec la nature et réhabiliter l’artisanat. 46
C A R A C T E R I S T I Q U E S D E L’A R T N O U V E A U
 Les architectes de l’Art Nouveau ont consciemment renoncé à
imiter les styles du passé et introduit une architecture de
l’ornement. Ils ont utilisé les procédés de constructions artisanaux,
des matériaux de couleur (faïence, céramique, terre cuite, verre...),
des bois exotiques pour les boiseries, la pierre de taille, la fonte
pour les grilles, les balcons et les colonnes, ils ont créé des
embrasures de portes et de fenêtres dissymétriques, des loggias,
des fenêtres en forme de fer à cheval et beaucoup d’autres
dispositifs de ce genre.
 DIVERSITES : Traduction différentes suivant les pays, suivant deux
approches principales :
1. Curviligne : lignes ondulantes, organiques, inspirées de la
nature (esprit rocaille)
2. Rectiligne : géométrie abstraite privilégiant la fonctionnalité,
fait de lignes droites et de murs lisses (décoration limitée) :
47
esprit rappelant le néo-classicisme géométrique
CONCLUSION

 Selon Alan Colquhoun : « Le mouvement Art Nouveau fut


victime du développement économique et culturel. Alors
qu’il se voulait populaire, seule une riche minorité pouvait
s’offrir ses produits artisanaux. Ce mouvement se désintégra
avec le déclin de la bourgeoisie, la fin des rêves
nationalistes, la montée inexorable de la production
industrielle et de la société de masse ».

 D’après J. M. Richards, le mouvement ne réussit pas à jeter


les bases d’une architecture nouvelle, car il ne se
préoccupait que d’ornementation. Il dégénéra rapidement
en culte de bizarrerie et perdit de vue toute logique de
construction. Il n’avait aucunes racines profondes et sa trop
grande liberté fut cause de sa perte. 48
CO N C LU S I O N

Alan Colquhoun ajoute :

 « Mais l’Art Nouveau a laissé un héritage à la fois permanent


et discret : celui d’un art dynamique, instinctif et sans règles,
basé sur une empathie (identification) avec la nature, pour
lequel on pouvait adopter certains principes sans fixer de
codes immuables et normatifs. Ce concept d’un art sans
règles peut être remis en question et l’a souvent été. Sa
capacité de survie dans le monde moderne est indéniable. ».

49
Art total, liant architecture, décoration intérieure et ameublement

50
MEUBLES & AUTRES OBJETS ART NOUVEAU
MEUBLES & AUTRES OBJETS ART NOUVEAU
MEUBLES & AUTRES OBJETS ART NOUVEAU
54
ART DECO (1915-1930)

59
60
61
62
63
64