Vous êtes sur la page 1sur 83

PROJET INDUSTRIEL DE FIN D’ETUDES

Présenté pour l’obtention du titre :


Ingénieur d’état Arts & Métiers

Par :
BOUHAFA Hassan

Sous le thème :

Mise en place de la gestion du stock des pièces de


rechange et consommables assistée par ordinateur

Au sein d’ICOMA

Jury :

M. ABOUSSALAH Président du Jury


M. NAFI Encadrant Académique
M. MARMRI Encadrant Industriel
M. KHELLOUKI Rapporteur
M. OUDRA Examinateur

Année universitaire 2013/2014


PIFE n° :……..
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Dédicaces

A mes chers parents

A ma sœur et mes frères

A ma famille et tous mes amis

ICOMA 2
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

REMERCIEMENTS :

Je ne peux entamer ce présent rapport sans exprimer mes sincères remerciements à tous ceux

qui ont contribué, de près ou de loin, à l’aboutissement de ce projet.

Pour commencer, je tiens à présenter mes remerciements à mon encadrant industriel

M.MARMRI Abdel-illah pour m’avoir permis d’intégrer ICOMA dans le cadre d’un projet

industriel de fin d’études. Je le remercie pour le savoir qu’il a généreusement partagé avec

moi, le temps qu’il m’a consacré et l’aide qu’il m’a octroyé pour mener à bien mon projet.

J’adresse aussi mes sincères remerciements à M.NAFI Abdelhak, mon encadrant

académique, qui a fait preuve de beaucoup de patience tout en me prodiguant de précieux

conseils et des recommandations qui m’ont été d’une grande utilité.

Je tiens à remercier les membres du jury qui m’ont fait l’honneur d’accepter de juger ce

travail.

Enfin, je me permets d’exprimer mes sentiments de reconnaissance aux corps professoral et

administratif de l’ENSAM-Meknès et plus spécialement M.BENGHABRIT et

M.BOUIDIDA. Ceux-ci m’ont entouré de leur sollicitude depuis mon accès à la prestigieuse

institution qu’est l’ENSAM. Qu’ils trouvent dans ce travail l’expression de ma profonde

gratitude.

A toute personne ayant participé de près ou de loin à la réalisation de ce projet par ses

encouragements ou ses idées, je vous remercie de votre amabilité et de votre grand soutien.

ICOMA 3
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

RESUME

L’industrie de textile, le domaine d’activité d’ICOMA, connait un moment difficile à l’échelle


national vu la concurrence des produits provenant de la Turquie et la Chine, ce qui oblige
l’entreprise d’adopter une politique d’optimisation de production qui concerne
l’approvisionnement, la gestion de stock des pièces de rechange et les consommables.

C’est dans ce contexte que s’insère mon projet industriel de fin d’études dont l’objectif
principal consiste à optimiser le stock des pièces de rechange et des consommables
maintenance, tout en assurant un niveau de service acceptable, grâce à la détermination des
politiques d’approvisionnement et de stock, ce qui va me conduire à répondre aux questions
fondamentales de toute politique de gestion des stocks :
- Comment l’entreprise ICOMA s’informe-t-elle sur l’état de stock ?
- Quand faut-il réapprovisionner ?
- Combien commander ?

Au regard des solutions préconisées, j’ai pu démontrer que la gestion optimale de stock
constitue un de ces leviers de gains substantiels. Ensuite, il vient le rôle de l’implantation
d’une application informatique qu’est d’assurer le contrôle et le suivi du stock, tout en offrant
un outil indispensable d’aide à la décision.

Mots clés : Pièces de rechange et consommables, industrie textile, niveau de service,


politique optimale d’approvisionnement et de stock, application informatique.

ICOMA 4
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

ABSTRACT
Textile industry, field of activity of ICOMA, is experiencing a difficult time at the national
scale because the competition from products originating from Turkey and China. That
requires the company to adopt a policy of optimizing production and optimize, consequently,
the supply and stock management of spare parts.

My project inserts in this context with a goal to improve the supply management of spare
parts, while ensuring an acceptable level of service, thanks to the determination of supply and
stock policies. Which will lead to answer fundamental questions of stock management :
- How does the company inquire informations about stock status ?
- When does the company stock up again ?
- How much to order ?

In view of the recommended solutions, I have demonstrated that optimal stock management is
one of those levers gains. Then, there comes the role of implementation of a computer
application that is to ensure the supervision, the monitoring and the effectiveness of decisions,
proposed in this project, when they are implemented.

ICOMA 5
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

‫ملخص‬

ICOMA 6
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Table des matières :


INTRODUCTION GENERALE : ........................................................................................... 12

Contexte général ....................................................................................................................... 14

1. Présentation de l’entreprise : ......................................................................................... 15

1.1. Historique :............................................................................................................. 15

1.2. Processus de fabrication :....................................................................................... 15

2. Contexte général du projet : .......................................................................................... 28

Diagnostic de l’existant ............................................................................................................ 31

1. Généralités sur la gestion des stocks : ........................................................................... 32

1.1. Définitions : ........................................................................................................... 32

1.2. Types de stock maintenance : ................................................................................ 32

2. Indicateurs d’appréciation de la qualité de gestion des stocks : .................................... 32

2.1. Le taux de couverture :........................................................................................... 32

2.2. Le ratio de non tournants : ..................................................................................... 33

2.3. Le niveau de service :............................................................................................. 33

3. Analyse de l’existant : ................................................................................................... 33

3.1. La répartition de consommation de stock : ............................................................ 33

3.2. L’appréciation des performances de la gestion de stock : ..................................... 34

4. Conclusion :................................................................................................................... 39

Répartition et prévision de la demande des articles ................................................................. 40

1. Répartition des articles en gestion de stock : ................................................................ 41

1.1. Généralités : ........................................................................................................... 41

1.2. Etude de cas : ......................................................................................................... 41

2. Prévision de la demande des articles : ........................................................................... 44

2.1. Moyenne arithmétique : ......................................................................................... 44

ICOMA 7
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

2.2. Lissage exponentiel : .............................................................................................. 45

2.3. Ajustement par la droite de régression :................................................................. 45

2.4. Etude de cas : ......................................................................................................... 46

3. Conclusion :................................................................................................................... 50

Choix de mise en œuvre des politiques de gestion des approvisionnements et des stocks ...... 51

1. Différentes approches d’approvisionnement et de gestion de stock : ........................... 52

1.1. Calendrier d’approvisionnement :.......................................................................... 52

1.2. Méthode de point de commande : .......................................................................... 55

1.3. Méthode de recomplètement : ................................................................................ 58

1.4. Modèle de Poisson : ............................................................................................... 59

2. Etude de cas : ................................................................................................................. 60

2.1. Calendrier d’approvisionnement :.......................................................................... 60

2.2. Méthode de recomplètement : ................................................................................ 62

2.3. Méthode de point de commande : .......................................................................... 65

3. Conclusion :................................................................................................................... 70

Mise en place d’une gestion de stock assistée par ordinateur .................................................. 71

1. Conception de base de données :................................................................................... 72

1.1. Préparation de base de données sur Excel : ........................................................... 72

1.2. Conception de l’interface graphique : .................................................................... 76

CONCLUSION & PERSPECTIVES ....................................................................................... 81

BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................... 83

ICOMA 8
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Liste des figures :


Figure 1: Départements de production ..................................................................................... 15

Figure 2: Schéma d’une Eplucheuse ........................................................................................ 16

Figure 3: Schéma d’une Ouvreuse ........................................................................................... 17

Figure 4: Schéma de Carde ...................................................................................................... 18

Figure 5: Schéma du premier banc d'étirage ............................................................................ 19

Figure 6: Schéma de banc à broches ........................................................................................ 19

Figure 7: Schéma de continu à filer ......................................................................................... 20

Figure 9: Première position de bobinoir ................................................................................... 21

Figure 9: Deuxième position de bobinoir ................................................................................. 21

Figure 10: Formation de fil par Open-End ............................................................................... 22

Figure 11: Schéma d’Ourdissoir .............................................................................................. 23

Figure 12: Schéma de l'atelier Indigo ....................................................................................... 23

Figure 13: Schéma d'un métier à tisser..................................................................................... 24

Figure 14: Processus de fabrication ......................................................................................... 27

Figure 15: Exemple d'un fichier des entrées élaboré par l'entreprise ....................................... 28

Figure 16: Exemple d'un fichier des sorties élaboré par l'entreprise ........................................ 29

Figure 17: Exemple d'un fichier de consommation annuelle élaboré par l'entreprise .............. 29

Figure 1.2: Consommation des départements de l'usine en pièces de rechange ...................... 34

Figure 2.2: Base de données initiale......................................................................................... 35

Figure 3.2: Etat de stock ........................................................................................................... 36

Figure 4.2 : Consommation mensuelle en 2013 (Accessoire de palier-UC 205) ..................... 37

Figure 5.2 : Evolution de stock en 2013 (Accessoire de palier-UC 205)................................. 38

Figure 1.3: Courbe de PARETO pour les pièces de rechange ................................................. 42

Figure 2.3: Courbe de PARETO pour les consommables de maintenance .............................. 43

ICOMA 9
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Figure 3.3: Evolution de consommation de roulement à bille-6005 2Z................................... 47

Figure 4.3: Historique de consommation annuelle (Lanière ouverte-72.5x34x1,1) ................ 48

Figure 5.3 : Historique de consommation (Capot de fermeture-CV-PK4-B) .......................... 50

Figure 1.4 : Evolution de stock dans une gestion par calendrier d'approvisionnement ........... 52

Figure 2.4: Evolution de stock dans une gestion par point de commande ............................... 56

Figure 3.4 : Evolution de stock dans une gestion par recomplètement .................................... 58

Figure 4.4 : consommation mensuelle de l'article (Brosse-φ175 3 rangées)............................ 61

Figure 5.4 : Calendrier d'approvisionnement prévu en 2014 (Brosse-φ175 3 rangées) ........... 62

Figure 6.4: consommation mensuelle de l'article (Brosse-φ175 3 rangées)............................. 63

Figure 7.4 : Tableau de coefficient de sécurité en fonction de taux de service........................ 63

Figure 8.4 : Evolution prévue de stock .................................................................................... 64

Figure 9.4 : Consommation de l'article (Brosse-φ220 4 rangées) durant période 2011-2013 . 65

Figure 10.4 : Evolution de consommation de l'article (Curseur-2HW Saphir AP12) durant la


période (2011-2013) ................................................................................................................. 66

Figure 1.5 : Table de données 'Article' sur Excel…………………………………………….72

Figure 2.5 : Architecture de base de données du magasin……………………………………73

Figure 3.5 : Fenêtre d'identification………………………………………………………….76

Figure 4.5 : Fenêtre de choix de l'article……………………………………………………..77

Figure 5.5 : Fenêtre de choix de type de traitement………………………………………….77

Figure 6.5 : Fenêtre d'ajout d'article………………………………………………………….78

Figure 7.5 : Fenêtre de classe A………………………………………………………………78

Figure 8.5 : Fenêtre de bon de sortie………………………………………………………….79

Figure 9.5 : Fenêtre de bon d'entrée………………………………………………………….79

Figure 10.5 : Fenêtre de classe B…………………………………………………………….80

Figure 11.5 : Fenêtre de classe C…………………………………………………………….80

ICOMA 10
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Liste des tables :

Tableau 1.3: Classification ABC des pièces de rechange selon la valeur en stock .................. 42

Tableau 2.3: Classification ABC des consommables de maintenance selon la valeur en stock
.................................................................................................................................................. 43

Tableau 3.3: Consommation de l'article Roulement à bille-6005 2Z ....................................... 46

Tableau 4.3 : Prévision par lissage exponentiel (Lanière ouverte-72,5x34x1,1) ..................... 49

Tableau 1.4 : Méthodes d'approvisionnement .......................................................................... 52

Tableau 2.4 : Méthodes d'approvisionnement utilisée ............................................................. 60

ICOMA 11
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

INTRODUCTION GENERALE :

La gestion de stock des pièces de rechange et de consommables de maintenance constitue une


partie importante dans la gestion de l’entreprise, mais malgré le développement réalisé au
niveau des outils informatiques aidant à la gestion et la planification, la gestion de stock reste
toujours un mal nécessaire pour toutes les entreprises car il faut maintenir un stock ni trop
faible, ni trop élevé.

Ce besoin de maintien d’un stock utile, oblige le responsable à déterminer le niveau de stock
qui équilibre entre les avantages et les coûts liés à la possession de stock. Afin de faire face à
ce dilemme, des modèles de gestion ont été conçus pour l’aide à la prise de décision
concernant le choix de la politique optimale de gestion.

Notant que la diversité des modèles de gestion de stock repose sur la prise en compte des
hypothèses qu’ils retiennent. C’est ainsi que la demande exprimée peut être considérée
comme certaine ou aléatoire, la pénurie peut être acceptée ou refusée, les coûts relatifs au
stockage peuvent être proportionnels ou indépendants de la période de stockage….

L’objet de mon projet de fin d’études au sein de ICOMA intitulé «Mise en place de la gestion
du stock des pièces de rechange et consommables assistée par ordinateur » s’insère dans le but
d’assurer la fonction « Approvisionnement et gestion de stock » en minimisant les coûts
encourus.

L’absence des informations au niveau des prix unitaires des articles utiles pour le calcul des
valeurs en stock, qui constitue un paramètre décisif pour la classification des articles, et les
coûts de stockage nécessaires pour la détermination des caractéristiques de
l’approvisionnement et la gestion de stock. Cette absence m’a poussé à affecter aux articles
des prix existants dans le marché mondial et de se contenter d’une valorisation approximative
des coûts de stockage. Cette mise en place de politique de gestion est traitée en quatre
chapitres :

Le premier chapitre est consacré à la présentation des différents procédés et étapes de


fabrication ainsi que le contexte général du projet.

Le deuxième chapitre est consacré au diagnostic de l’état actuel de l’entreprise, en mesurant


les performances de la gestion actuelle de stock et prendre des mesures vis-à-vis le niveau de

ICOMA 12
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

performance mesuré.

Le troisième chapitre traite la répartition des articles en classes homogènes selon le critère de
valeur en stock, un critère qui aide à identifier les sources de pertes financières générées par le
stockage, par une analyse ABC. Puisque les décisions reliées à la gestion de stock dépendent
souvent des prévisions de la demande, on a abordé les méthodes de prévisions les plus adaptés
à chaque type de consommation.

La mise en place de la politique d’approvisionnement et de gestion de stock aura lieu dans le


quatrième chapitre, en abordant les méthodes d’approvisionnement adaptées à chaque classe
d’articles.

Enfin, les détails concernant l’application informatique qui devrait assister les politiques
d’approvisionnement et de gestion de stock adoptées seront abordés dans le cinquième
chapitre.

ICOMA 13
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

CHAPITRE 1 :

Contexte général

ICOMA 14
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1. Présentation de l’entreprise :

1.1. Historique :

L’industrie cotonnière du Maroc (ICOMA) est une société anonyme au capital de


34.842.300 dirhams créée en 1947 par le groupe français SHEIFFER. Elle constitue une unité
de textile intégrée employant environ 400 personnes dont plus de 20 cadres supervisés par une
équipe vacataire d‘experts européens en textile. Les bâtiments de l’usine couvrent une
superficie de 2,8 Hectares sur un terrain de 6 Hectares partiellement aménagé par des
habitations destinées aux cadres de la société.

A la fin des années 60, il y a eu les premières insertions des cadres marocains dans la
société. Cette marocanisation s’était complétée en 1974 quand la société fut achetée par
monsieur Mohamed MEKOUAR propriétaire à cette époque d’une autre grande société de
textile à Dakar au Sénégal (SOTIBA). A cette époque, ICOMA produisait 5 millions mètres
par an de tissu Sportswear, Flat et velours. Dès 1976, une gamme de tissu Denim a connu son
lancement dont sa production atteignit 10 millions mètres par an.

Aujourd’hui, ICOMA commercialise plus de 15 millions mètres de tissu par an basés sur
trois lignes de produits, le Denim, le Sportswear et les tissus techniques et administratifs.

1.2. Processus de fabrication :

L’Industrie Cotonnière Du Maroc (ICOMA) se subdivise en deux grandes unités : l’usine


qui comporte les départements de production et le siège qui contient la direction générale.

En effet, l’usine se divise en cinq unités de production possédant chacune un laboratoire de


contrôle (voir figure1):

Préparation
Filature Tissage Teinture Finissage
Indigo

Figure 1: Départements de production

ICOMA 15
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1.2.1. La filature :
1.2.1.1. Passage par les éplucheuses :

La matière première qui est les fibres de coton, provenant essentiellement de


l’Espagne et des pays de l’Afrique tels le Tchad ou le Bénin est fournie au département de
filature sous forme de balles compressées pour passer par des éplucheuses (voir figure 2)
ayant pour rôle le mélange des fibres provenant de différentes balles pour assurer
l’homogénéité de la matière. Cette étape est considérée comme faisant partie du processus
d’ouvraison. À chaque passage, l’éplucheur prélève une fine couche de fibres sur la partie
supérieure de toutes les balles. Les fibres sont ensuite amenées sur la chaîne de nettoyage.

Figure 2: Schéma d’une Eplucheuse

1.2.1.2. Passage par les ouvreuses :

Les ouvreuses permettent d’effectuer le nettoyage des fibres. Ce travail comprend


l’ouverture de ces fibres en flocons plus petits en libérant en même temps les impuretés qui se
trouvaient emprisonnées. La figure 3, montre le fonctionnement d’une ouvreuse traitant les
fibres obtenues des éplucheuses. En effet, le nettoyage commence par le dépoussiérage des
fibres par l’intermédiaire d’une gaine de d’aspiration, puis ces fibres subissent un passage par
un rouleau nettoyeur afin de se libérer des impuretés. Ensuite, un rouleau détacheur permet
d’ouvrir les fibres de coton afin d’obtenir des plus petits flocons, facilitant le nettoyage, qui
vont passer par un volant nettoyeur qui constitue l’élément de nettoyage fini avant de passer
par un aimant permanent qui permet de piéger les impuretés métalliques pour obtenir des
flocons prêts pour l’opération de cardage.

ICOMA 16
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Figure 3: Schéma d’une Ouvreuse

1.2.1.3. Cardage :

Le cardage est un procédé permettant de séparer les fibres naturelles de coton les unes
des autres, les peigner, les redresser, les paralléliser et les nettoyer. Ces opérations se font à
l’aide de cylindres recouverts de courtes aiguilles métalliques affûtées. Ces aiguilles
constituent la garniture qui brosse les fibres. Le passage répété de ces fibres entre les rouleaux
permet de les paralléliser et d’éliminer les micro-nœuds compris entre les fibres ainsi que les
fibres considérées trop courtes.

En effet, l'alimentation est faite avec une nappe de matière première de plusieurs
centimètres d'épaisseur sur toute la largeur de la machine et déposée sur un convoyeur ou une
plaque glissante d'alimentation. La densité volumétrique de la nappe de flocons est contrôlée
par une chute motorisée. La nappe est pincée et entraînée sur le tambour briseur par des
rouleaux alimentaires et briseurs. La carde comprend un seul gros cylindre au-dessus duquel
un convoyeur de lattes comportant des peignes suit lentement son contour. En raison de la
vitesse périphérique élevée du cylindre, les flocons sont projetés dans les aiguilles du
convoyeur qui les parallélisent, enlèvent les micro-nœuds, les poussières et les fibres trop

ICOMA 17
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

courtes. Ensuite, un voile se forme à la rencontre du cylindre et du détacheur à cause de la très


grande vitesse périphérique relative, le cylindre détacheur accumule les fibres entre les
aiguilles pointées vers l'arrière. Les fibres sortent du peigne détacheur en un mince voile qui
se concentre à travers un trou cylindrique pour donner un ruban (grosse mèche) qui est par la
suite déposé en spirale dans un pot tournant.
 : Nappe de matière première

 : Rouleaux alimentaires & briseurs

 : Tambour briseur

 : Cylindre principal

  : Convoyeur de lattes à peignes

  : Cylindre détacheur

 : Peigne détacheur

 : Ruban

 : Pot tournant

 
 

Figure 4: Schéma de Carde

1.2.1.4. Etirage :

La phase d’étirage a pour but d’harmoniser l’épaisseur des rubans obtenus par le cardage en
appliquant cet étirage sur les fibres. En effet, plusieurs de ces rubans, provenant des pots,
passent par des guides vers des rouleaux étireurs qui permettent de mélanger et lisser les
rubans afin de les obtenir de même épaisseur (voir figure 5).

ICOMA 18
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure


   : Pots de filature

 : Rubans

 : Guides

 : Rouleaux étireurs

Figure 5: Schéma du premier banc d'étirage

Un deuxième étirage aura lieu afin d’obtenir des rubans de masse linéique conforme
avec la qualité voulue.

1.2.1.5. Filature à anneaux (Ring):


1.2.1.5.1. Banc à broches :

Le ruban étiré, obtenu lors de l’étape précédente, doit passer par des rouleaux étireurs ayant
des vitesses croissantes pour obtenir des mèches qui sont placées, par la suite, sur une broche
qui aura le continu à filer comme direction (voir figure 6).

 : Rouleaux étireurs

 : Broche

Figure 6: Schéma de banc à broches

ICOMA 19
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1.2.1.5.2. Continu à filer :

La broche, obtenue lors de l’étape précédente, passe par un système d’étirage et se fait guider
par un guide fil avant d’être accroché manuellement à un curseur. Ensuite, un mouvement de
rotation de la broche est combiné avec une translation verticale de l’anneau sur lequel le
curseur est accroché pour assurer un remplissage homogène le long de fuseau (voir figure 7).


 : Broche

  : Système d’étirage

 : Guide de fil

  : Curseur

 : Fuseau

 

Figure 7: Schéma de continu à filer

1.2.1.5.3. Bobinoir :
Le bobinoir constitue la dernière étape de filature par la méthode Ring. En effet, le fil
provenant de fuseau 3 obtenu lors de la précédente étape est placé dans la bobine 4
manuellement suivant la trajectoire 2. Un appareil de contrôle passe au-dessus de la bobine
afin de vérifier si la longueur de fil est supérieure à celle prédéterminée. Si c’est le cas, un
couteau 34 coupe le fil et la bobine est dégagée. Si le fuseau 3 s’est vidé, la bobine s’arrête et
le rouleau de friction 14 l’entraine dans le sens inverse afin de permettre à l’aspirateur 22 de
saisir le bout de fil qui se serre par l’outil 30. Ensuite, l’aspirateur se déplace vers le bas pour
placer le fil dans l’outil de raccordement 8 (voir figure 8). De l’autre côté, le tube 5 capte le
bout de fil de fuseau (voir figure 9) par l’ouverture d’aspiration (position 5A et 7A). Ce fil

ICOMA 20
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

passe par un tendeur 13 avant de se placer dans l’outil de raccordement. Enfin, les parties des
fils 36 et 37 sont enlevées et l’outil 8 libère les fils raccordés afin de continuer le bobinage.

Figure 9: Première position de bobinoir Figure 9: Deuxième position de bobinoir

ICOMA 21
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1.2.1.6. Filature par Open-End :

Figure 10: Formation de fil par Open-End

La méthode Open-End consiste à former le fil par la force centrifuge dans un rotor tournant
d’une grande vitesse. En effet, les fibres provenant de ruban se dissocient de ce dernier pour
se plaquer contre la paroi du rotor et se retordre à l’extrémité du fil qui se constitue. Cette
méthode est moins onéreuse et permet d’avoir un fil avec une grande extensibilité, mais la
ténacité de ce fil est inférieur de 30% par rapport au fil conventionnel (voir figure10).

1.2.2. Pré-tissage :
1.2.2.1. Vaporisation & Ourdissage :

Dans cette étape, le fil doit être vaporisé afin de lui fournir l’humidité et augmenter, par la
suite, sa résistance. Ensuite, une opération de l’ourdissage a lieu afin de vider les bobines
obtenues lors de filature sur des rouleaux appelés ensouples (voir figure 11).

ICOMA 22
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Porte fils

Fils de chaine

Ensouple

Figure 11: Schéma d’Ourdissoir

1.2.2.2. Indigo & Encollage :

Les ensouples que nous avons obtenues sont placées à l’entrée de l’atelier Indigo, avant de
passer par différents traitements constituants les étapes de la teinture Indigo (voir figure 12).
En effet, le premier traitement subit par ces fils de chaine est la caustification en les
immergeant dans un bac de la soude afin de les rendre plus solide et plus réceptif à la teinture.
Ensuite, ces fils sont rincés à chaud à 60 °C, puis la cellulose, élément constituant de fil, subit
une neutralisation par l’acide acétique afin d’éviter sa dégradation par l’action de l’air vu
qu’elle s’est alcalinisée par la soude avant d’effectuer un rinçage à froid. Ensuite, la teinture
indigo aura lieu pour donner la nuance bleue au fil des chaines. Enfin, ces fils sont immergés
dans un bac de soufre qui fait augmenter la résistance de la teinture face au lavage avant
d’effectuer le dernier rinçage.

Rinçage à chaud

Caustification
Rinçage à froid
Neutralisation
Rinçage à froid
Teinture par Indigo
Teinture par Soufre

Figure 12: Schéma de l'atelier Indigo

ICOMA 23
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Il reste donc l’encollage en faisant passer les fils par un bain de colle préparé
généralement à base d’amidon afin d’augmenter leur ténacité et résistance vis-à-vis les
efforts subits lors de tissage.

1.2.3. Tissage :
Le tissage est une opération qui consiste à entrecroiser les fils des chaines passés par la
teinture Indigo et l’encollage qui sont disposés dans le sens de la machine et les fils de trame
de nature crue obtenus par la filature. En effet, les fils de chaine provenant de l’ensouple
passe par des trous existants dans les lisses qui translatent verticalement d’une façon décalée
afin de créer une foule dans laquelle entre le fil de trame à l’intermédiaire d’une navette qui
translate perpendiculairement au sens d’avance de tissu, puis un battant équipé des peignes
fait avancer le fil de trame inséré dans la foule afin de l’entasser contre le précédent d’où la
formation de tissu (voir figure 13).

Lisses

Battant
Ensouple

Tissu

Navette

Figure 13: Schéma d'un métier à tisser

ICOMA 24
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1.2.4. Teinture :
Le tissu obtenu lors de l’étape précédente doit passer par quelques étapes de traitement avant
d’accéder à la teinture :

1.2.4.1. Flambage :

Le tissu doit subir un traitement de flambage qui consiste à éliminer son aspect poilu et avoir
un aspect de brillance et une surface lisse en effectuant un passage rapide au-dessus des
flammes.

1.2.4.2. Désencollage :

Le traitement de désencollage est effectué en utilisant des enzymes afin d’éliminer la


présence de l’amidon utilisé précédemment pour l’encollage dans le tissu afin d’éviter la
réaction des colorants, que nous allons utiliser lors de la teinture, avec les colles au lieu de
réagir avec la cellulose.

1.2.4.3. Débouillissage :

Il est à noter que le coton est constitué de plusieurs éléments autres que la cellulose, l’objectif
de ce traitement consiste à éliminer tous ces éléments en préservant la cellulose afin d’obtenir
un tissu hydrophile.

1.2.4.4. Blanchiment :

Le blanchiment a pour but de détruire les colorants naturels des fibres cellulosiques qui ont
généralement une pigmentation jaunâtre. Ce traitement est obligatoire lorsque la teinture
appliquée sur le tissu est en nuance pastel où ces pigmentations sont indésirables. Par contre,
lorsqu’elle est en nuance foncée la coloration naturelle est tolérable et ce traitement peut ne
pas être effectué.

1.2.4.5. Caustification :

Ce traitement a le même principe que celui utilisé à l’étape de teinture Indigo et a pour but de
gonfler les fibres afin d’augmenter l’accessibilité pour les colorants et diminuer par
conséquence leur consommation.

Après avoir subi ces traitements, le tissu va passer par des bains contenant des produits
d’adoucissement. Ensuite, une couche superficielle de colorant est appliquée sur le tissu par
raclage.

ICOMA 25
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Ensuite, un passage de tissu par des rouleaux chauds en PTFE, dans une opération s’appelant
le calandrage, est effectué afin de lui donner un aspect plastifié.

Enfin, la stabilité des fils de chaîne est assurée grâce à un procédé s’appelant le Sanforisage
qui permet aussi de rendre le tissu plus résistant au lavage et surtout au niveau de son
rétrécissement et sa perte éventuelle des couleurs. En effet, le tissu est étiré aussi bien en
longueur qu'en largeur.

1.2.5. Finissage :
Cette étape a pour but le contrôle de qualité et la détection de défauts au niveau de tissage et
la teinture.

La figure 14, présentée ci-dessous, montre une récapitulation du processus de fabrication que
nous avons détaillé auparavant.

ICOMA 26
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Matière première
Passage par Passage par Cardage
Eplucheuse ouvreuse

Banc Banc
d’étirage 2 d’étirage 1

Filature

Open-End Banc à
Pré-tissage broches

Tissage

Teinture

Continu à
Finissage
filer

Produit sorti

Bobinoir

Fil

Produit fini
Vaporisation

Finissage Fil de Trame Fil de Chaîne

Teinture Tissu Tissage Ourdissage

Indigo & Encollage

Figure 14: Processus de fabrication

ICOMA 27
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

2. Contexte général du projet :

Afin d’éviter les arrêts de machines et assurer un rendement productif relativement élevé,
l’usine d’ICOMA contient un magasin central de pièces de rechange et consommables.

Le mouvement de pièces de rechange est suivi par l’intermédiaire des fichiers d’Excel. Il y a
trois types de ces fichiers :

 Fichier des entrées : chaque fichier contient plusieurs feuilles chacune présente les
entrées effectuées dans le magasin pour un mois. La figure 15 représente la structure
de ce type de feuilles :

Figure 15: Exemple d'un fichier des entrées élaboré par l'entreprise
 Fichier des sorties : chaque fichier contient les sorties des pièces de magasin pour un
mois, alors que chaque feuille présente le département destinataire de ses sorties. La
figure 16 montre un exemple de ces fichiers :

ICOMA 28
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Figure 16: Exemple d'un fichier des sorties élaboré par l'entreprise

 Fichier de consommation : ce type des fichiers montre la consommation annuelle de


chaque pièce. Il est à noter que ces pièces sont regroupées dans des fichiers selon leur
type et aussi selon le département de destination. La figure 17 montre la structure
adoptée par ces fichiers :

Figure 17: Exemple d'un fichier de consommation annuelle élaboré par l'entreprise

La façon de saisir les données dans les deux premiers types de fichiers rend leur exploitation

ICOMA 29
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

impossible, ceci est due à l’absence des tableaux qui permettent le tri des pièces selon les
critères choisis ainsi que la possibilité d’avoir des doublons au niveau des pièces saisies ou la
saisie des mêmes pièces avec des références différentes, ce qui complique le déroulement de
l’inventaire des pièces existantes dans le magasin et le rend inutile pour la gestion de ce
dernier.

Les fichiers de consommation annuelle (voir figure 17) permettent de bien visualiser la
consommation des pièces et éviter aussi leurs redondances, mais le fait d’avoir plusieurs
fichiers indépendants, empêche la possibilité d’observer le mouvement de stock au sein de ce
magasin et empêcher, par conséquent, son analyse ce qui rend le service responsable
incapable d’anticiper le besoin en pièces de rechange et consommables, et obligé d’attendre
l’expression de ce besoin avant de lancer l’approvisionnement, d’où l’augmentation de la
durée des arrêts de machines. Un autre problème, engendré par l’absence d’une politique de
gestion de stock au sein du magasin, est défini par la présence des pièces inutilisables ce qui
crée des nouvelles charges désignées par les valeurs de stock annuelles.

Notre première tâche sera l’établissement d’une nouvelle base de données permettant
l’analyse de la consommation des pièces de rechange et consommables au niveau du magasin
central de ICOMA. Ensuite, nous allons établir une étude basée sur le mouvement de stock
afin de pouvoir adopter une politique de gestion de stock qui va permettre d’éviter le
gaspillage au niveau de ce magasin. Enfin, nous allons concevoir une application
informatique facilitant le saisi des données, la visualisation de stock et l’approvisionnement
des pièces de rechange.

ICOMA 30
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

CHAPITRE 2 :

Diagnostic de l’existant

ICOMA 31
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1. Généralités sur la gestion des stocks :

1.1. Définitions :

Le stock est défini selon AFNOR par : « L’ensemble des marchandises ou des articles
accumulés dans l’attente d’une utilisation ultérieure plus ou moins proche et qui permet
d’alimenter les utilisateurs au fur et au mesure de leurs besoins sans leur imposer les délais et
les à-coups d’une fabrication ou d’une livraison par des fournisseurs ».

Il permet de désynchroniser la demande du produit mais il génère des immobilisations de


moyens financiers importants. Alors, la gestion de stock permet de profiter du stock avec un
coût minimal.

1.2. Types de stock maintenance :

Les articles présents en stock sont classés selon la nature de consommation :

a) Les articles à consommation courante : ce sont les matières


consommables comme les huiles, graisses, filtres….
b) Les pièces de rechange : sont destinées généralement aux parcs
machines.
c) Les articles en transit : sont destinés pour la réalisation des projets au
sein de l’entreprise. Ils ne doivent séjourner dans le magasin que très
peu de temps.
d) Les articles déclassés : techniquement dépassés ou démodés.

2. Indicateurs d’appréciation de la qualité de gestion des stocks :

Afin d’assurer l’efficacité de la fonction de gestion des stocks, il est nécessaire de mesurer et
d’apprécier sa qualité à l’aide des indicateurs suivants :

2.1. Le taux de couverture :

Le taux de couverture indique le nombre de mois que le stock peut couvrir la consommation
d’un article, il est défini par la formule suivante :

ICOMA 32
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

(1.2)

2.2. Le ratio de non tournants :

C’est le rapport entre la valeur de pièces de rechange non tournantes et la valeur totale du
stock. Sa formule est définie par :

2.3. Le niveau de service :

Il mesure la satisfaction de l’utilisateur des pièces de rechange et consommables maintenance


pendant une période donnée P, il est exprimé par :

3. Analyse de l’existant :

3.1. La répartition de consommation de stock :

Les articles présents dans le magasin central de ICOMA sont consommés par tous les
départements constituants l’usine avec des pourcentages différents. Selon la figure 1.2, le
département de filature constitue le poste ayant consommé le plus de pièces de rechange et
consommables de maintenance pendant la période 2002-2014. Une analyse de modes de
défaillance et de criticité doit être établie pour mettre en place un plan de maintenance
permettant de minimiser la consommation des pièces de rechange au sein de département de
filature.

ICOMA 33
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Figure 1.2: Consommation des départements de l'usine en pièces de rechange

3.2. L’appréciation des performances de la gestion de stock :

Dans le but d’avoir une idée sur l’évolution du stock maintenance et la qualité de sa gestion
au sein de ICOMA, nous allons définir le niveau de sa performance basée sur les trois
indicateurs prédéfinies.

3.2.1. Identification du stock mort :

La première étape dans notre appréciation de la gestion de stock est l’identification du stock
mort. Pour ce fait, nous devons calculer le ratio de non tournant R (voir formule 2.2). Il est à
noter que nous avons considéré que les pièces qui ne sont pas consommées durant au moins
cinq ans constituent le non tournant du stock. Puisque notre étude porte sur la consommation
des pièces de rechange durant la période (2009-2014), alors les articles non tournants seront
ceux entrés au magasin en 2009 et 2010 sans être consommé depuis lors.

En effet, nous avons pu identifier un stock mort d’une valeur s’élevant à 997 021,70 MAD
sachant que la valeur de stock totale est égale à 4 355 081,30 MAD d’où . La liste
des pièces constituant ce stock mort est établie en Annexe1.

Ce stock mort représente une immobilisation financière qui pourrait être utile pour le
développement d’autres départements de l’entreprise. Donc, nous serons amenés à l’étudier
afin de pouvoir décider sa liquidation ou sa conservation. Pour cela, nous allons décomposer
ce stock en trois types :

 Les articles consommables : ce sont les articles qui peuvent être encore utiles en cas

ICOMA 34
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

de défaillance, nous trouvons parmi eux des articles stratégiques qui sont destinés à
des machines dont leurs arrêts causent un impact important sur la production.
 Les articles inutiles : ce sont les articles qui ne seront jamais utilisés. Leur existence
est due généralement à une erreur de commande, changement de machine ou bien
l’arrêt définitif de machine destinataire.

Concernant les articles inutiles, il sera préféré de les classer dans des casiers spécifiques en
attendant leur liquidation.

3.2.2. Taux de couverture :

Après avoir éliminé les articles non mouvementés définis dans la partie précédente et afin
d’avoir une idée sur les articles s’ils sont bien gérés, en surstock ou ils ont un risque de
rupture, nous devons établir un calcul de taux de couverture.

Pour ce fait, nous aurons besoin des valeurs de stocks et consommations mensuels. Or, vu
l’état de données concernant l’historique du magasin de stock présenté dans le Chapitre1,
nous avons été obligés d’établir une nouvelle forme permettant de bien analyser l’historique
de stock. La figure 2.2 montre la forme de cette base de données établie sur une feuille Excel :

Figure 2.2: Base de données initiale

Après avoir déterminé les stocks moyens et les consommations mensuels, au cours de l’année
2013, nous avons besoin des délais d’approvisionnement afin de savoir si les articles subissent
une bonne gestion ou non. Mais le manque des informations à ce niveau nous a poussés de
mettre en place une hypothèse qui détermine les délais d’approvisionnement en fonction de la
provenance des articles :

ICOMA 35
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

- Délai d’approvisionnement des articles est supposé égal à deux semaines.

Ensuite, nous avons défini trois types de remarques concernant la qualité de gestion de stock :

- Si la différence entre le taux de couverture et le délai de livraison (TC-DA) < 1 donc il


y a un risque de rupture.
- Si TC-DA > 16 alors il y a un surstock.
- Si 1 < TC-DA < 17 alors nous avons une bonne gestion.

Pour les pièces qui n’ont effectué aucune sortie pendant l’année 2013, elles auront une valeur
de consommation mensuelle nulle d’où un taux de couverture infini, donc nous allons les
classer automatiquement parmi les pièces en surstock.

D’après l’historique du magasin, il existe 250 articles constituant la catégorie des


consommables de maintenance et 397 articles des pièces de rechange.

Pour les pièces de rechange, 178 articles ont subi un mouvement en 2013 dont 11 articles
peuvent être considérés en bonne gestion.

Pour les consommables de maintenance, il y a 156 articles qui ont été consommé dont 8
articles sont bien gérés. La figure 3.2 présente la répartition des articles selon leur état de
stock

Etat de stock des pdR Etat de stock des


3% 1,5% consommables
0,4%
8%
Bonne gestion
Bonne gestion
Risque de rupture
Risque de rupture
Surstock
Surstock
95,50% 91,60%

Figure 3.2: Etat de stock

Pour les deux types d’article nous remarquons l’existence de deux phénomènes indésirables
dans la gestion de stock : le surstock et la rupture de stock, cela est dû à l’absence d’une étude
permettant la détermination des stocks de sécurité sachant que les commandes sont effectuées

ICOMA 36
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

en se basant sur le retour de l’expérience, le jugement et les recommandations de


maintenance. Cette étude nous a montré que l’expérience n’est pas suffisante pour avoir une
bonne gestion de stock et qu’il est nécessaire de concevoir un stock de sécurité optimale.

Concernant les articles en surstock, qui représentent la majorité des articles, nous pouvons
expliquer leur présence par l’obsolescence de ces articles, ou bien par le nombre élevé des
pièces acquises lors d’un renouvellement des machines. Ce type d’articles doit subir un
nouvel inventaire afin de détecter les pièces obsolètes pour les liquider afin de diminuer les
frais des immobilisations financières et un dimensionnement de stock de sécurité doit
obligatoirement avoir lieu.

Les pièces ayant un risque de rupture nécessite un redimensionnement de stock de sécurité


afin de minimiser ces ruptures surtout au cas où le délai d’approvisionnement sera long.

Ensuite, nous allons présenter un exemple de la procédure de calcul de taux de couverture :

- Exemple : Calcul de taux de couverture (Accessoire de palier-UC 205)

Nous allons, tout d’abord, calculer la consommation mensuelle de cet article. La figure 4.2
montre les quantités sorties durant l’année 2013. Nous aurons donc la valeur de
consommation mensuelle :

La figure 4.2 présente la consommation effectuée par l’article (Accessoire de palier-UC 205)
et sa consommation moyenne durant l’année 2013.

Nbre d’articles Accessoire de palier-UC 205


2,5

1,5

0,5

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Mois

Figure 4.2 : Consommation mensuelle en 2013 (Accessoire de palier-UC 205)

ICOMA 37
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Ensuite, pour le calcul de stock moyen nous avons pris deux hypothèses :

- Les entrées sont effectuées à la fin de mois.


- Les sorties sont réalisées au cours de mois.

Nous aurons, par la suite, l’évolution de stock durant 2013 présentée sur la figure 5.2 :

Accessoire de palier-UC 205


Nbre d’articles
25
21
20
15
15
11
10 8 8
6
5 3 3
1 1 1 1
0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Mois

Figure 5.2 : Evolution de stock en 2013 (Accessoire de palier-UC 205)

Le stock moyen aura, ainsi, comme valeur :

En utilisant la formule (1.2), le taux de couverture sera :

Puisque le délai d’approvisionnement est de 2 semaines (selon l’hypothèse prise ci-dessus),


nous aurons :

Donc, il y a un surstock de 27 semaines pour l’article « Accessoire de palier-UC 205).

NB : les détails de ce calcul sont présentés en annexe (Annexe2 & Annexe3).

ICOMA 38
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

3.2.3. Le niveau de service :

Cet indicateur mesure la fiabilité du système de gestion de stock, mais les demandes
effectuées auprès du magasin ne sont pas indiqué dans l’historique, ce qui rend le calcul de cet
indice impossible. Suite à ce manque d’information et afin de mesurer la qualité de la
politique de gestion que nous allons établir dans le cadre de suivi et d’amélioration continue,
nous avons prévu une rubrique, dans notre application de gestion de stock, destinée à
l’introduction des demandes non satisfaites ce qui va améliorer notre capacité de la prévision
de consommation.

4. Conclusion :

Dans ce chapitre, nous avons donné quelques généralités sur la gestion de stock, comme étant
une partie de la maintenance, en définissant la maintenance selon la norme AFNOR, citant les
types de stock existants dans le domaine de maintenance et définissant les indicateurs de
l’appréciation de la qualité de gestion de stock.

Ensuite, nous avons effectué une répartition des départements en fonction de leur
consommation, dans le cadre de l’analyse de l’existant, et nous avons déduit la nécessité d’un
plan de maintenance au sein de département de filature.

Ensuite, nous avons déterminé la valeur de stock mort existant dans le magasin d’une somme
équivalente à 997 021,70 MAD en calculant le ratio de non-tournants et nous avons
recommandé d’éliminer les articles inutiles parmi ce stock mort. Puis, nous avons déterminé
l’état de stock des articles tournants, après avoir établi une nouvelle base de données du
magasin de stock, en calculant leur taux de couverture et nous avons déduit l’importance de
dimensionnement de stock de sécurité vu le nombre élevé des articles en surstock.

Alors, un inventaire doit être obligatoirement mis en place afin d’identifier les articles inutiles
parmi le stock mort et les articles en surstock obsolètes.

ICOMA 39
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

CHAPITRE 3 :

Répartition et prévision de la demande des

articles

ICOMA 40
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1. Répartition des articles en gestion de stock :

1.1. Généralités :

L’analyse ABC est considérée comme outil d’aide à la décision dans la gestion de stock, elle
permet de classer des éléments par ordre d’importance selon un critère donné. Il est à noter
que, dans la gestion de stock, cette classification peut être effectuée selon l’un des critères
suivants :

- La valeur en stock : c’est la somme des valeurs des articles en stock à la fin de
l’exercice de chaque année des années de références. L’étude selon ce critère peut être
perturbée par le stock non mouvementé.
- La valeur consommée : c’est le produit de la quantité consommée et le prix unitaire de
chaque pièce.
- Le caractère stratégique : il est mesuré par le coût de non production généré par
chaque article. Ce critère paraît très efficace mais il exige le traitement mono-article ce
qui le rend moins pratique par rapport aux autres critères.

1.2. Etude de cas :

Notre analyse ABC sera effectuée en premier temps selon le critère de valeur en stock pour
l’année 2013, mais avant cela, puisque le stock non mouvementé perturbe la précision de
l’étude selon ce critère, nous avons éliminé les articles constituant le stock considéré mort lors
du chapitre 2. Ensuite, nous avons fixé les taux convenables à chaque classe suivant la
répartition suivante :

- Classe A : 80%
- Classe B : 15%
- Classe C : 5%

Cette classification va nous servir à l’identification des méthodes de gestion de la demande


que nous devons appliquer pour chaque article selon sa classe d’appartenance afin de prévoir
sa consommation d’une façon précise. En ce qui concerne les pièces de rechange, nous avons
obtenu les résultats présentés à la figure 1.3 :

ICOMA 41
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

% de valeur en
stock

ID article

Figure 1.3: Courbe de PARETO pour les pièces de rechange

Le tableau 1.3 montre les valeurs en stock pour chaque classe :

Classes Pourcentages (%) Nombre d’articles Valeurs en stock

A 79.89% 76 504 024,42 MAD

B 15.11% 103 95 287,49 MAD

C 5% 218 31 553,04 MAD

Total 100% 397 630 864,95 MAD

Tableau 1.3: Classification ABC des pièces de rechange selon la valeur en stock

ICOMA 42
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

La figure 2.3 présente la répartition ABC des consommables :


% de valeur en
stock

ID article

Figure 2.3: Courbe de PARETO pour les consommables de maintenance

Le tableau 2.3 montre les valeurs en stock des consommables pour chaque classe :

Classes Pourcentages (%) Nombre d’articles Valeurs en stock

A 80.05% 36 423 367,14 MAD

B 15.05% 60 81 580,56 MAD

C 4.9% 154 26 571,88 MAD

Total 100% 250 531 519,58 MAD

Tableau 2.3: Classification ABC des consommables de maintenance selon la valeur en stock

NB : les détails concernant cette analyse sont présentés en annexe (voir Annexe 4 &
Annexe5).

Nous constatons que les articles constituant la classe A pour les pièces de rechange peuvent
être de consommation faible ou bien irrégulière. Pour les consommables de maintenance, les
articles appartenant à cette classe peuvent être soit d’une consommation fréquente ou bien

ICOMA 43
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

aléatoire. Cette répartition peut nous être utile pour le choix de méthode d’approvisionnement.

En effet, cette classification peut être considérée comme le début d’une gestion sélective. Pour
la classe A, nous devons appliquer des méthodes plus fines, puisqu’elle représente 80% de
valeur totale du stock, afin d’éviter une immobilisation financière importante. Par contre, une
gestion sommaire peut être suffisante dans le cas de classe C. enfin, pour la classe B des
méthodes intermédiaires seront convenables puisque les articles constituant sont moins
critiques et de moindre valeur.

2. Prévision de la demande des articles :

Après avoir effectué la répartition des articles en des classes homogènes, nous devons
déterminer les prévisions futures selon l’importance de chaque classe. En effet, la prévision se
situe généralement en amont de calcul des besoins et sera, par conséquence, une étape
indispensable dans la préparation des plans d’approvisionnement destinés à optimiser le flux
de ces articles. Dans cette partie, nous allons définir les différentes méthodes de prévisions et
donner quelques exemples de leur application dans notre cas.

2.1. Moyenne arithmétique :

Si les demandes périodiques constatées ne font pas apparaître une tendance en hausse ou en
baisse, même s’il y a présence de fortes variations d’une période à l’autre, la demande
moyenne prévue sera égale à la moyenne des demandes passées. Il est à noter qu’il faut
éliminer les pics de consommation afin d’éviter d’avoir une valeur élevée par rapport à la
demande courante ce qui va générer un surstock inutile.

Cette moyenne mobile est définie comme suit :

ICOMA 44
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

2.2. Lissage exponentiel :

Lorsque les demandes périodiques effectuées dans le passé montrent une tendance hausse ou
bien en baisse, la prévision par la moyenne mobile est risquée car elle peut conduire à une
rupture de stock dans le cas d’une tendance en hausse ou bien à un surstock dans le cas d’une
tendance en baisse. Pour cela, la prévision doit être par un lissage exponentiel ou par la droite
de régression (sera définie ultérieurement).

Le lissage exponentiel consiste à donner plus de poids aux demandes les plus récentes tout en
utilisant la formule suivante :

2.3. Ajustement par la droite de régression :

La méthode est utilisée pour connaître l’équation d’une tendance par rapport à des valeurs
observées de consommation. L’équation est sous la forme , les coefficients a et b
sont déterminés par la méthode des moindres carrés qui minimise la somme des carrés des
écarts entre les valeurs d’observation et les points de la droite :



Et ̅ ̅ ̅ ̅

Un coefficient de corrélation permet de mesurer la qualité de l’ajustement, sa valeur absolue

ICOMA 45
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

doit être généralement proche de 1 pour que l’ajustement soit bon et la prévision sera, par la
suite, faisable. Il est exprimé par la formule suivante :

2.4. Etude de cas :

En se basant sur la consommation annuelle des articles durant les cinq dernières années
(2009-2013), notre objectif sera la détermination de la consommation prévue pour l’année
2014. Pour ce fait, nous avons commencé par calculer le coefficient de corrélation pour
déterminer les articles prévisibles, par la droite de régression, qui sont caractérisés par leur
coefficient de corrélation proche de 1. Donc, nous avons choisi les articles ayant une valeur
absolue de ce coefficient comprise entre 0,6 et 1. Nous citons, par la suite, un exemple de
calcul de cette catégorie :

- Exemple 1 : Prévision par la droite de régression (Roulement à bille-6005 2Z)

Premièrement, nous avons relevé les consommations antérieures effectuées au niveau du


roulement à bille-6005 2Z. Le tableau suivant présentera les valeurs de consommations
annuelles pendant la période (2009-2013)

Année 2009 2010 2011 2012 2013

Quantité 0 9 14 20 24

Tableau 3.3: Consommation de l'article Roulement à bille-6005 2Z

Ensuite, nous avons calculé les écarts types des quantités de consommation annuelle, des
périodes et la covariance entre elles :

∑ ̅ ∑ ̅ ∑ ̅ ̅
√ √

D’où la valeur de coefficient de corrélation : | |

ICOMA 46
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Donc la prévision par la droite de régression, dont la formule , sera bonne. Il reste
donc de déterminer les coefficients a et b de cette formule :

̅ ̅ ̅ ̅

D’où nous aurons 28 articles comme valeur prévue de la consommation en 2014 :

En effet :

La courbe ci-dessous présente l’évolution de consommation de cet article en prenant compte


de cette prévision :

Roulement à bille-6005 2Z
30

25

20

15
Quantité consommée
10

0
2009 2010 2011 2012 2013 2014

Figure 3.3: Evolution de consommation de roulement à bille-6005 2Z

NB : les valeurs de consommation prévues en 2014 des autres articles traités par la même
méthode sont présentes en annexe (voir annexe 6 & 7)

Ensuite, nous allons présenter un deuxième exemple qui concerne la prévision en utilisant la
méthode de lissage exponentiel :

- Exemple 2 : Prévision par lissage exponentiel (Lanière ouverte-72,5x34x1.1)

En procédant de la même façon que l’exemple1 nous avons trouvé que :

| |

Donc il vaudrait mieux d’effectuer la prévision par une méthode autre que la droite de
régression. Or, la figure 4.3 montre qu’il y a une tendance en hausse ce qui nous mène à

ICOMA 47
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

utiliser un lissage exponentiel pour ce fait.

Lanière ouverte-72,5x34x1,1
200 179
170 171
180
160
140
120 104
100 Quantité consommée
80 Tendance
60
40
10
20
0
2009 2010 2011 2012 2013

Figure 4.3: Historique de consommation annuelle (Lanière ouverte-72.5x34x1,1)

Premièrement, nous avons déterminé la valeur initiale des prévisions (celle de 2010) comme
étant la moyenne des consommations effectuées en 2009 et 2010 :

Ensuite, nous avons remarqué que la plupart des pièces qui ont subi le lissage exponentiel
n’ont pas été consommées qu’à partir 2012 donc nous devons favoriser les consommations
récentes, d’où la valeur élevée de coefficient de pondération (α = 0,7).

Puis nous avons déduit les autres prévisions en utilisant la formule :

Par exemple, pour l’année 2011 :

Enfin, le tableau 4.3 présente les différents paramètres dont nous avons utilisé et calculé pour
le lissage exponentiel, ainsi que la valeur prévue de consommation en 2014. La liste des
articles dont la consommation a été prévue par cette méthode est établie en annexe 8 & 9.

ICOMA 48
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Année Qté consommée (Ct) Prévision (Pt)

2009 10 -

2010 179 95

2011 104 154

2012 170 119

2013 171 155

2014 - 166

Tableau 4.3 : Prévision par lissage exponentiel (Lanière ouverte-72,5x34x1,1)

- Exemple 3 : Prévision par la moyenne arithmétique (Capot de fermeture-CV-


PK4-B)

Après avoir calculé le coefficient corrélation lors de la première étape, nous avons défini les
articles ayant une valeur nulle de ce coefficient comme ayant une tendance constante et ils
vont subir, par la suite, la moyenne arithmétique comme méthode de prévision. En effet, la
corrélation nulle implique l’absence de liaison entre la consommation annuelle et la période.

Nous avons choisi l’article Capot de fermeture-CV-PK4-B, dont l’historique de


consommation est présenté sur la figure 5.3, comme exemple d’application de prévision par la
moyenne arithmétique.

ICOMA 49
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Capot de fermeture-CV-PK4-B
40
30 30
30
20
20 Qté consommée
Tendance
10
0 0
0
2009 2010 2011 2012 2013

Figure 5.3 : Historique de consommation (Capot de fermeture-CV-PK4-B)

Nous aurons donc la prévision en 2014 : .

Les prévisions des autres articles par la moyenne arithmétique sont en annexe 10 & 11.

3. Conclusion :

Dans ce chapitre, nous avons procédé à une analyse ABC basée sur la valeur en stock générée
par les articles afin de les classifier par ordre d’importance. Cette classification va nous servir
ultérieurement, car elle se considère comme un critère décisif dans le choix des méthodes
d’approvisionnement.

Ensuite, nous avons établi une prévision de consommation en 2014 qui va nous guider pour
mesurer l’efficacité des méthodes d’approvisionnement que nous allons appliquer dans le
chapitre suivant, et donner une idée au responsable de maintenance sur la manière prévue
avec laquelle le stock va évoluer.

ICOMA 50
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

CHAPITRE 4 :

Choix de mise en œuvre des politiques

de gestion des approvisionnements et

des stocks

ICOMA 51
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1. Différentes approches d’approvisionnement et de gestion de stock :

Il existe quatre méthodes d’approvisionnement de stock, se distinguant selon le type de choix


fait pour les quantités et les délais, permettant d’éviter à la fois les ruptures de stock et les
immobilisations financières engendrées par les surstocks et qui sont basées sur la variabilité
du couple (le délai d’approvisionnement ; la quantité à commander). Les combinaisons
possibles de ces deux paramètres peuvent être résumées dans le tableau 1.4 :

Période fixe Période variable

Quantité fixe Calendrier Point de commande


d’approvisionnement

Quantité variable Méthode de recomplétement Modèle de Poisson

Tableau 1.4 : Méthodes d'approvisionnement

Ensuite, nous allons définir le principe de chaque méthode, son domaine d’application et les
paramètres nécessaires pour sa mise en œuvre.

1.1. Calendrier d’approvisionnement :

Cette méthode consiste à commander une quantité fixe à chaque fin d’une période fixe, la
figure 1.4 montre l’évolution d’un stock dont son approvisionnement est géré par cette
méthode avec la présence d’un stock de sécurité remédiant aux aléas de livraison.

Figure1.4 : Evolution de stock dans une gestion par calendrier d'approvisionnement

ICOMA 52
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Cette méthode est mieux adaptée pour des articles dont la consommation est constante et
régulière. Elle est avantagée par la simplicité de sa mise en œuvre, mais le risque de cumul de
stock ou de rupture de stock au cas où la consommation n’est pas régulière est considéré
comme un inconvénient principal de cette méthode. Or, vu que les articles constituant la
classe C ne présentent pas une valeur en stock élevée, cette méthode sera adaptée à ces
articles.

La mise en œuvre de cette méthode nécessite la détermination de deux paramètres :

- La période de commande : elle est calculée à partir du modèle de Wilson.

- La quantité à approvisionner : elle est égale à la consommation moyenne (Cm)


pendant la période de commande (Te).

Avant de passer à la définition de la méthode suivante, il faut définir le modèle de Wilson


utilisé pour déterminer la période de commande et qui est basé sur les coûts associés à la
gestion de stock. Pour cela, nous allons définir les différents coûts existants dans la gestion de
stock :

1.1.1. Définition des coûts de la gestion de stock :

Le coût total de la gestion de stock est composé de trois types de coûts (coût de passation de
commande ; coût de possession ; coût de pénurie) :

- Coût de possession :

Il est composé de deux parties : charges financières et charges de magasinage.

Les charges financières sont liées aux intérêts engendrées par les emprunts émis sous diverses

ICOMA 53
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

formes pour financer l’achat de matériel. Les charges de magasinage sont liées au
fonctionnement du magasin (salaires, éclairage…).

Le coût de possession est proportionnel au stock moyen. Sa formule est définie par :

- Coût de passation de commande :

Ce coût est défini par le coût de fonctionnement de service d’achat qui est égal généralement
au salaire des membres de ce service et les frais de communication. Il est exprimé par :

Tel que :

Il est à noter que dans notre cas, vu l’absence d’une analyse de coûts liés à la gestion de stock,
nous aurons besoin d’effectuer une estimation de Cc le coût de passation d’une commande.

- Coût de pénurie (rupture de stock) :

Ce coût est égale aux charges engendrées par la rupture de stock (pertes dues à l’arrêt de
production ; coûts liés à l’achat d’un article substituant). Ce coût est caractérisé par la
difficulté de son évaluation.

Nous aurons, par la suite, le coût total de gestion de stock :

Avec

1.1.2. Modèle de Wilson :

Ce modèle repose sur les hypothèses suivantes :

o Consommation régulière tout au long de l’année.


o Il n’y a pas de pénurie.
o Les quantités commandées sont constantes.
o La demande annuelle connue.

ICOMA 54
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

En prenant en compte la deuxième hypothèse, le coût total devient :

Le stock moyen peut être exprimé par :

En supposant que le stock de sécurité est nul, nous aurons :

Et sachant que : nous aurons donc un coût total égal à :

Il est à noter qu’il existe un optimal entre un grande nombre de commandes de faible quantité
et un faible nombre de commande de forte quantité, d’où le besoin de déterminer la quantité
économique avec un coût total minimal. Pour cela, il faut dériver la fonction du coût total par
rapport à la variable Q. Cette dérivée qui s’annule en Qe (quantité économique) :

Nous déduisons, par la suite, l’expression de la période économique en années :

1.2. Méthode de point de commande :

Elle consiste à commander une quantité économique quand le stock atteint un niveau critique
appelé point de commande ou stock d’alerte. La figure 2.4 décrira le principe de cette
méthode en supposant une évolution linéaire de niveau de stock :

ICOMA 55
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Figure 2.4: Evolution de stock dans une gestion par point de commande

Dans cette méthode, un stock de sécurité est prévu afin de faire face contre les aléas des délais
d’approvisionnement et les fluctuations de consommation et éviter les ruptures de stock. Les
quantités commandées, lors de franchissement de point de commande, sont déduites du calcul
de la quantité économique par la formule (7.4).

Puisque elle surveille le niveau de stock le maximum possible, la méthode de point de


commande est considérée plus adéquate aux articles constituant la classe A. Elle est
caractérisée par son implantation simple et permet le bon suivi du stock, mais elle présente un
inconvénient c’est que le point de commande doit être périodiquement recalculé en fonction
des variables de délais de livraison et de consommations d’où le besoin d’un suivi permanent
de stock, ce qui va engendrer des frais administratifs importants.

La mise en œuvre de cette méthode nécessite la détermination de deux paramètres la quantité


de stock qui définit le point de commande et le stock de sécurité. Il y a deux façons
d’appliquer cette méthode selon la loi de la consommation des articles, que nous allons
présenter ci-dessous :

1.2.1. Cas de consommation suivant la loi de Poisson :


1.2.1.1. Point de commande :

Puisque la consommation suit une loi de Poisson, sa moyenne sera égale à la variance. Donc
la consommation M probable pendant le délai d’approvisionnement sera exprimée par :

ICOMA 56
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

La détermination de point de commande se fait par la table de Poisson cumulée, à partir de la


consommation moyenne M et le taux de service souhaité qui est fixé.

1.2.1.2. Stock de sécurité :

Le point de commande est constitué par deux paramètres : le stock actif qui satisfait la
consommation moyenne et le stock de sécurité qui permet d’atteindre le niveau de service
souhaité. Donc :

1.2.2. Cas de consommation suivant la loi normale de moyenne M et écart type σ :


1.2.2.1. Stock de sécurité:

Dans le cas d’une consommation qui suit la loi normale, nous devons d’abord calculé le stock
de sécurité et déduire, par la suite, le point de commande. Pour cela, il y a trois cas de figure
qui s’imposent lors de ce calcul :

- Variation de la demande seulement :

Dans ce cas le stock de sécurité est exprimé par :

Rappel :

∑ ̅

Si la période de délai d’approvisionnement ne coïncide pas avec la période i, il faut ajuster


l’écart type par l’expression suivante :

ICOMA 57
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

- Variation du délai d’approvisionnement seulement :

Dans ce cas le stock de sécurité est exprimé par :

- Variation combinée de la demande et du délai :

Le stock de sécurité sera :

- Point de commande :

Après avoir déterminé le stock de sécurité, nous déduisons le point de commande en utilisant
la formule (10.4).

1.3. Méthode de recomplètement :

Elle consiste à commander d’une manière régulière une quantité variable en gardant un niveau
de stock maximal (Qmax) constant par le calcul de la quantité de rétablissement (Qmax-M)
sachant que M est le niveau de stock au moment de lancement de la commande. La figure 3.4
montre l’évolution d’un stock suivi par cette méthode :

Qmax

Qmax-M

Figure 3.4 : Evolution de stock dans une gestion par recomplètement

ICOMA 58
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Cette méthode permet la maîtrise des immobilisations financières tout en rendant la gestion de
stock plus simple, mais elle ne s’adapte pas aux articles qui présentent des pics au niveau de
la consommation car un cumul de stock ou une rupture de stock aura lieu comme
conséquence. Elle est donc plus envisagée pour les articles en importance moyenne et qui
sont, dans notre cas, ceux qui constituent la classe B.

La mise en œuvre de cette méthode nécessite la détermination de deux paramètres : la période


de commande et le niveau de rétablissement.

- Période de commande :

La période optimale de commande est calculée à l’aide de la formule (8.4).

- Niveau de rétablissement :

Il est défini comme la quantité de stock satisfaisant la demande et le niveau de service


souhaité pendant DA+T, donc pour arriver à ce niveau, nous devons commander une quantité
qui peut être consommée pendant ce temps en multipliant la consommation mensuelle par
DA+T, ce qui va donner :

La nécessité d’avoir un stock de sécurité afin d’éviter la rupture de stock rend le niveau de
rétablissement sous la forme :

Sachant que le stock de sécurité se calcule par la formule (11.4) en tenant compte de DA+T,
d’où :

1.4. Modèle de Poisson :

Ce modèle s’applique surtout aux articles de la catégorie A de consommation très faible qui
présentent un coût élevé de rupture au cas où ils sont inexistants dans le magasin.

ICOMA 59
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Avant de commencer notre étude de cas, nous avons dressé un tableau rassemblant les classes
des articles et les méthodes d’approvisionnement que nous avons utilisé :

Classe Méthode d’approvisionnement

A Point de commande

B Méthode de recomplètement

C Calendrier d’approvisionnement

Tableau 5.4 : Méthodes d'approvisionnement utilisée

2. Etude de cas :

Le coût de passation de commande (Cc) est estimé par une valeur de 300 MAD. Concernant le
taux de possession, généralement il est compris entre 15% et 35%, nous avons estimé le nôtre
par 25%.

2.1. Calendrier d’approvisionnement :

Nous allons commencer par les articles constituant la classe C. nous avons choisi de mettre en
œuvre leur politique d’approvisionnement par l’intermédiaire de la méthode de calendrier
d’approvisionnement. En effet, même s’il y aura des fluctuations au niveau de la
consommation ce qui va engendrer des surstocks, la faible valeur en stock de cette catégorie
permet de ne pas avoir des immobilisations financières importantes en conséquence.
L’exemple suivant illustre la démarche que nous avons utilisée pour cette catégorie d’articles :

- Exemple de calendrier d’approvisionnement : (Brosse-φ175 3 rangées)

Afin d’éviter le plus possible les ruptures de stock et les surstocks, nous avons établi une
politique d’approvisionnement basée sur un historique s’étalant sur la période (2011-2013).
Pour notre exemple, la figure 4.4 présente son historique de consommation :

ICOMA 60
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Nbre d’articles
Brosse-φ175 3 rangées
11

5 Consommation mensuelle

-1 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 Mois

Figure 4.4 : consommation mensuelle de l'article (Brosse-φ175 3 rangées)

Selon les hypothèses précédentes, nous avons :

Et d’après l’historique et les données concernant l’article, nous avons :

En utilisant la formule (8.4) et afin d’avoir la période de commande en mois, nous aurons :

Ensuite, nous allons calculer le stock de sécurité capable d’éviter la rupture de stock par la
formule (6.4), d’où :

Et d’après le chapitre 3 nous avons effectué une prévision de consommation pour cet article
en 2014 (voir annexe page30) :

Nous aurons, par la suite, le calendrier d’approvisionnement prévu pour 2014 :

ICOMA 61
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Calendrier d'approvisionnement en 2014


Nbre d’articles
(Brosse-φ175 3 rangées)
Stock sécurité
17
17
16
16
15
15
14
13 13
ss
12 12 Quantité
11 11 Qe
11 économique
10
10 Cm
9
9
8 8
7 7 Consommation
6 6 mensuelle
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Mois

Figure 5.4 : Calendrier d'approvisionnement prévu en 2014 (Brosse-φ175 3 rangées)

NB :

o Les articles qui ont une quantité économique nulle ne doivent pas être stockés
et ils ne vont être commandés que lorsqu’une demande sera réclamée.
o Nous avons omis les articles constituant la classe C et qui ont une
consommation mensuelle nulle c.-à-d. quantité économique nulle qui
n’appartient pas au domaine de définition du modèle de Wilson.
o Les paramètres d’approvisionnement de cette catégories sont en annexe (12 &
13).

2.2. Méthode de recomplètement :

- Exemple :(Couteau inférieur-6-91K)

Avant de procéder à cette méthode, nous rappelons que les paramètres d’approvisionnement
déduits pour les articles de cette catégorie sont en annexe (14 & 15).

En suivant la même démarche que l’exemple précédent, nous avons l’historique de


consommation de cet article :

ICOMA 62
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Nbre d’articles
Couteau inférieur-6-91K
3,5
3
2,5
2
consommation
1,5
mensuelle
1
0,5
0
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 Mois

Figure 6.4: consommation mensuelle de l'article (Brosse-φ175 3 rangées)

Nous allons calculer la période de commande par la formule (8.4), sachant que :

Nous aurons donc :

Ensuite, nous devons calculer le stock de sécurité par la formule (17.4) mais nous aurons
besoin de déterminer le coefficient de sécurité Z. le tableau 7.4 montre les valeurs de Z en
fonction de taux de service :

Figure 7.4 : Tableau de coefficient de sécurité en fonction de taux de service

ICOMA 63
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

En prenant un taux de service de 95%, nous aurons Z=1,65. Il reste à déterminer l’écart-type
de consommation par la formule (11.4.1) ce qui va donner :

D’après la formule (17.4), le stock de sécurité sera : √

Rappelons que DA=2 semaines =0,5 mois.

Ensuite, nous allons calculer la quantité à commander par la formule (15.4), d’où :

Nous déduisons, par la suite, le niveau de rétablissement en appliquant la relation (16.4) :

D’après la prévision réalisée pour cet article concernant la consommation en 2014, nous
avons : ce qui signifie que 2 articles vont se consommer chaque 3 mois.
Nous aurons donc l’évolution de stock prévue pour l’année 2014 :

Couteau inférieur-6-91K
Nbre d’articles
18
17
16
15
14
13
ss
12
11 Qmax
10
9 Cm
8
7
6
5
1 4 7 10 13 16 18 Mois
Figure 8.4 : Evolution prévue de stock

NB :

- le stock actuel de cet article est de 17 d’où la valeur initiale de stock. Puisque la
période de commande est de 18 mois, la représentation de l’évolution de stock pendant
l’année 2014 ne sera pas significative, donc nous avons supposé que cet article va se
consommer de la même façon qu’en 2014 pendant les premiers six mois de 2015.
- Après avoir déterminé le niveau de rétablissement, nous avons détecté des articles
ayant un stock supérieur à la quantité de ce niveau d’où le besoin de liquider ce

ICOMA 64
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

surstock. Les annexes 14 & 15 montrent que dans le cas où cette liquidation aura lieu,
il y aura un gain de 21 857 MAD (dont 4 986 MAD pour les pièces de rechange et
16 871 MAD pour les consommables).

2.3. Méthode de point de commande :

Nous avons appliqué cette méthode pour les articles constituant la classe A. premièrement,
nous avons calculé la moyenne et l’écart-type de la consommation. Ensuite, nous avons classé
les articles ayant un écart-type égal à la moyenne parmi ceux qui ont la consommation suit la
loi de Poisson. L’exemple suivant montre la démarche que nous avons utilisée pour traiter
cette catégorie.

- Exemple loi de Poisson : (Brosse-φ220 4 rangées)

Pour un échantillon de 36 mois (2011-2013), l’évolution de la consommation de cet article


prend la forme suivante :

Brosse-φ220 4 rangées
4,5
4
3,5
3 Consommation
mensuelle
2,5
Consommation
2 moyenne
1,5
écart-type de
1 consommation
0,5
0
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35

Figure 9.4 : Consommation de l'article (Brosse-φ220 4 rangées) durant période 2011-2013

Nous avons donc , on peut dire donc que la


consommation suit une loi de Poisson. Ensuite, nous allons calculer la quantité qui peut être
consommée pendant un délai de livraison en utilisant la formule (9.4) :

ICOMA 65
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

En utilisant la table de loi Poisson cumulée (Voir annexe 24), et avec un taux de service de
95% nous allons déterminer la quantité de point de commande dont la valeur :

Ensuite, en utilisant la formule (10.4), nous aurons le stock de sécurité :

Les articles, dont la consommation ne suit pas la loi de Poisson, doivent subir un test de Khi-
deux d’ajustement qui va nous permettre de vérifier si notre loi de consommation peut être
remplacée par une loi normale N (m, σ2). Pour cela, nous avons traité un exemple pour
illustrer la démarche utilisée pour ce type d’articles.

Les paramètres d’approvisionnement que nous avons déterminé pour les articles dont la
consommation suit la loi de Poisson sont en annexe 16 & 17.

- Exemple de la loi normale : (Curseur-2HW Saphir AP12)

Pour un échantillon de 36 mois, nous avons les valeurs de quantités consommées :

Curseur-2HW Saphir AP12


Nbre d’articles
100000
90000
80000
70000
60000
50000 Consommation
40000 mensuelle
30000
20000
10000
0
1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 25 27 29 31 33 35 Mois

Figure 10.4 : Evolution de consommation de l'article (Curseur-2HW Saphir AP12) durant la période (2011-2013)

Les quantités consommées constatées sur la figure 10.4 sont des variables discrètes. Afin de
pouvoir faire le test concernant la loi normale, nous devons avoir des variables continues.
Donc nous avons regroupé ces valeurs dans des intervalles comme le montre le tableau :

Qté consommée ( [ϒi ; ϒi+1[ ) Qté moyenne (ϒmi) Nombre de mois (ni)

ICOMA 66
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

[0 ; 12000[ 6000 19

[12000 ; 24000[ 18000 5

[24000 ; 36000[ 30000 0

[36000 ; 48000[ 42000 1

[48000 ; 60000[ 54000 0

[60000 ; 72000[ 66000 0

[72000 ; 84000[ 78000 0

[84000 ; 96000[ 90000 1

Ensuite, nous allons calculer la moyenne et la variance par les formules suivantes :

̅ ∑ = [ (∑ – ̅ 1,1754E+10

Nous allons, ensuite, estimer les paramètres de la loi normale m et σ² respectivement par ̅ et
(nombre d’échantillon >30).

Ensuite, nous allons calculer l’effectif théorique convenable à chaque classe (nPi,0) sachant
que :

Par exemple pour la classe 2 :

√ √ √

( ) ( )

Selon la table de la loi normale (voir annexe 20), nous avons :

ICOMA 67
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

( )

( )

De même pour les autres classes, nous obtenons les valeurs présentées dans le tableau
suivant :

Qté consommée ( [ϒi ; ϒi+1[ ) Pi,0 Effectif théorique (nPi,0)

[-∞ ; 12000[ 0,496 17,856

[12000 ; 24000[ 1,0438 37,577

[24000 ; 36000[ 1,0434 37,562

[36000 ; 48000[ 1,0423 37,523

[48000 ; 60000[ 1,0409 37,472

[60000 ; 72000[ 1,039 37,404

[72000 ; 84000[ 1,0432 37,555

[84000 ; +∞[ 0,2514 9,05

Ensuite, nous allons déterminer l’écart entre l’effectif réel et théorique (dn²) par :

Or, le degré de liberté de Khi-deux est égal à :

Et le risque pris pour cette hypothèse :

Donc, selon la table de Khi-deux (voir annexe 23), nous avons déterminé la valeur :

ICOMA 68
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

D’où donc nous rejetons l’hypothèse H0 au seuil pour l’échantillon


observé. Soit H0 l’hypothèse que notre consommation suit une loi normale. Nous avons
décidé, par conséquent, d’observer un échantillon de taille c.-à-d. les consommations
effectuées lors des 7 derniers mois.

Ensuite, nous allons refaire la même démarche. Sauf que pour l’estimation, vu la petite taille
de l’échantillon observé nous n’avons estimé que m par ̅ . D’où le degré de liberté sera :

Nous avons calculé par la suite . Les détails de ce calcul sont présentés en
annexe 21 & 22. Enfin, nous avons utilisé la table de Khi-deux pour déterminer :

, donc nous avons accepté l’hypothèse H0 au seuil pour l’échantillon


observé.

Après avoir accepté l’hypothèse que la consommation de cet article suit une loi normale, nous
allons maintenant calculer le stock de sécurité en prenant en compte la variation seule de la
demande. D’où l’utilisation de la formule (11.4) :

Sachant que :

Pour la quantité de point de commande, nous allons appliquer la relation (10.4). En effet, nous
avons une consommation mensuelle moyenne de : articles/mois.

Donc

D’où .

Les paramètres d’approvisionnement de cette catégorie sont en annexe 18 & 19.

ICOMA 69
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

3. Conclusion :

A l’issue de ce chapitre, nous avons pu établir une politique d’approvisionnement convenable


à chaque article, tout en prenant en considération l’historique de leur consommation et leur
classe d’appartenance. Dans le chapitre 5 nous allons mettre en place la politique
d’approvisionnement que nous avons établie.

Nous rappelons aussi qu’à l’aide de la méthode de recomplètement, qui a pour but la
détermination d’une quantité maximale en stock appelée niveau de rétablissement, nous avons
pu proposer l’élimination de quelques surstocks qui va générer, si elle est mise en œuvre, un
gain de 21 857 MAD.

ICOMA 70
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

CHAPITRE 5:

Mise en place d’une gestion de stock assistée

par ordinateur

ICOMA 71
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1. Conception de base de données :

Comme nous l’avons montré précédemment (voir chapitre1 §1.3), l’état actuel de base de
données ne nous permet pas d’extraire les donnée. En effet, une base de données bien conçue
doit être capable de répartir les informations dans des tables dédiées à des sujets précis afin
d’éviter la redondance des données, garantir l’exactitude et l’intégrité des informations et
surtout répondre aux besoins en termes de traitement des données.

La base de données que nous allons concevoir doit atteindre les objectifs suivants :

- Suivi des mouvements de stock : par la saisie des informations concernant les entrées-
sorties des articles.
- Mesure de qualité de gestion : par l’extraction des informations permettant le calcul
des indices de performances (taux de couverture, ratio de non tournants et niveau de
service).
- Mise à jour annuel de politique d’approvisionnement de consommation de stock : en
effectuant une classification annuelle des articles selon leur valeur en stock et les
traiter par les méthodes d’approvisionnement convenables à leur classe.
La conception d’une base de données capable d’atteindre ces objectifs va passer par les étapes
suivantes :

1.1. Préparation de base de données sur Excel :

Après avoir organisé les données sur Excel, nous avons regroupé les champs utiles pour
l’application de notre gestion de stock pour faciliter leur transformation en éléments de base
de données sur Access. En effet, le logiciel Microsoft Visual Basic ne peut reconnaître une
base de données provenant d’Excel. La figure 1.5 montre un exemple d’une table de données
réalisée sur Excel :

Figure 1.5 : Table de données 'Article' sur Excel

1.1.1. Définitions des tables :


Afin d’être capable de réaliser nos objectifs prédéterminés, nous avons réalisé une base de

ICOMA 72
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

données constituée des tables suivantes :

Figure 2.5 : Architecture de base de données du magasin

1.1.1.1. Table « Article » :


Cette table contient les champs définissant les caractéristiques d’un article.

- ID_article : Il constitue un code de l’article qui aura comme but d’identifier les
articles afin d’éviter leur redondances.
- Nom_article : c’est le nom de l’article.
- Nature_article : Ce champ définit si l’article appartient aux pièces de rechange ou aux
consommables de maintenance.
- Stock : Ce champ définit la quantité existante dans le stock, il est calculé à partir des
quantités d’entrée et de sortie selon la formule suivante :

Stock.ID_article=Stock.ID_article+Quantité[Entrée].ID_article-Quantité[Sortie].ID_article

- Classe : Ce champ détermine la classe d’appartenance de l’article.

1.1.1.2. Table « Classe A » :


Cette table contient les paramètres d’approvisionnement utilisés pour les articles constituant la

ICOMA 73
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

classe A.

- ID_article : c’est l’identifiant des articles constituant la classe A.


- SS : Ce champ définit le stock de sécurité.
- PC : Il définit la quantité de point de commande.

1.1.1.3. Table « Classe B » :


De même, cette table contient les paramètres d’approvisionnement des articles de classe B.

- ID_article : c’est l’identifiant des articles constituant la classe B.


- Stock_max : définit le niveau de rétablissement de stock.
- SS : Ce champ définit le stock de sécurité.
- TC : Il définit la période de commande.

1.1.1.4. Table « Classe C » :

- ID_article : c’est l’identifiant des articles constituant la classe C.


- SS : Ce champ définit le stock de sécurité.
- TC : Il définit la période de commande.
- QC : définit la quantité à demander.

1.1.1.5. Table « Fournisseur » :


Cette table définit les caractéristiques d’un fournisseur.

- ID_fournisseur : c’est l’identifiant de fournisseur.


- Nom_fournisseur : le nom de fournisseur.
- Délai_approvisionnement : définit le délai d’approvisionnement effectué par le
fournisseur. Ce champ est relativement important car il va nous permettre d’établir une
prochaine politique d’approvisionnement plus précise.

1.1.1.6. Table « Département » :

- ID_département : L’identifiant de département.


- Nom_département : Le nom de département.

1.1.1.7. Table « Entrée » :


Cette table contient les informations concernant les entrées effectuées par le magasin.

- ID_entrée : Le code de l’entrée.


- ID_article : L’identifiant de l’article entrant.

ICOMA 74
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

- Prix_unitaire : Le prix unitaire de l’article. Ce champ va nous aider, prochainement, à


mieux classifier les articles selon la valeur en stock.
- Quantité : La quantité entrée.
- ID_fournisseur : Le code de fournisseur de cet article.
- Date_entrée : La date d’entrée de cet article.

1.1.1.8. Table « Sortie » :

- ID_sortie : Le code de sortie.


- ID_article : L’identifiant de l’article sortant de magasin.
- Quantité : La quantité sortie de cet article.
- ID_département : Le code de département ayant reçu cet article.
- Date_sortie : Date de sortie de cet article.

1.1.2. Définition des relations :

- Relations un-à-un :

Ce type des relations existe entre la table « Article » et les tables « Classe A », « Classe B » et
« Classe C ». En effet, ces tables ont le champ « ID_article » comme clé primaire, ce qui
signifie que le champ « ID_article » dans la table « Article » ne peut pas avoir plusieurs
« ID_article » dans les trois autres tables. Nous avons utilisé ce type de relation dans ce cas
car l’existence des trois classes, dont chacune a des paramètres d’approvisionnement
différentes à l’autre, nous oblige à créer ces trois tables qui ont pour but de stocker les
informations concernant uniquement un sous-ensemble de la table « Article ».

- Relations un-à-plusieurs :

Les autres relations existantes dans notre base de données ce sont des relations un-à-plusieurs,
elles lient la clé primaire d’une table par la clé étrangère dans une autre table. Nous trouvons
ce type de relations entre la table « Entrée », dont les champs « ID_article » et
« ID_fournisseur » sont des clés étrangères, et la table « Article », dont le champ
« ID_article » est une clé primaire, et la table « Fournisseur » qui a le champ
« ID_fournisseur » comme clé primaire. De même, pour la table « Sortie » et les tables
« Article » et « Département ». En effet, un champ « ID_article » de la table « Article » peut
comporter plusieurs champs « ID_article » dans la table « Sortie » car un article peut subir
plusieurs sorties.

ICOMA 75
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

1.2. Conception de l’interface graphique :

Après avoir conçu la base de données, nous allons maintenant détailler les étapes et les
scénarios possibles de l’interface graphique que nous avons conçue.

Premièrement, l’utilisateur de l’application doit s’identifier en saisissant son nom et le mot de


passe :

Figure 3.5 : Fenêtre d'identification

Une fois identifié, une fenêtre contenant une liste déroulante des articles existants dans la base
de données initiale, le code et la classe d’appartenance de l’article choisi va s’ouvrir. Cette
fenêtre a pour but le choix de l’article à traiter, ou ajouter un nouvel article s’il n’existe pas
dans la liste.

ICOMA 76
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Figure 4.5 : Fenêtre de choix de l'article

Si l’article existe, on appuie sur le bouton « OK ». D’où l’ouverture d’une fenêtre pour le
choix de type de traitement de l’article : le mouvement de stock concernant la sortie de
l’article ou bien seulement le saisi d’une entrée d’un article au magasin.

Figure 5.5 : Fenêtre de choix de type de traitement

Si l’article n’existe pas, et on voulait ajouter un nouvel article à la base de données, une
fenêtre sera affichée, après avoir appuyé sur le bouton « Ajouter », contenant les
caractéristiques de l’article à ajouter.

ICOMA 77
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

Figure 6.5 : Fenêtre d'ajout d'article

Une fois appuyé sur ajouter, les caractéristiques de l’article seront ajouté dans la table
« Article », les caractéristiques de fournisseur et de la commande dans la table « Entrée ».

En retour pour l’article existant dans la base de données, si on choisit « Mouvement de


stock » dans la figure 5.5 et la classe de l’article affichée sur la figure 4.5, la fenêtre suivante
va s’ouvrir :

Figure 7.5 : Fenêtre de classe A

Dans cette fenêtre, le bouton « Valider » et la zone texte de « Quantité demandée » sont
désactivés. Pour commencer, il faut appuyer sur le bouton « Vérifier » afin de vérifier l’état

ICOMA 78
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

de stock. S’il est nul, ou il est inférieur au stock de sécurité un message d’alerte de demande
d’approvisionnement sera affiché. Sinon, le bouton « Valider » s’activera et la sortie d’article
sera possible.

L’appui sur le bouton « Valider » permet d’accéder à la fenêtre suivante :

Figure 8.5 : Fenêtre de bon de sortie

Dans cette fenêtre, l’appui sur « Valider » permettra l’insertion de ces champs dans la table
« Sortie » et une soustraction de quantité parmi le stock.

Ensuite, si nous choisissons le bouton Entrée d’articles dans la fenêtre de figure5.5. la fenêtre
de figure 9.5 va s’afficher.

Figure 9.5 : Fenêtre de bon d'entrée

ICOMA 79
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

L’appui sur le bouton « Valider » va engendrer l’insertion des champs figurant dans cette
fenêtre dans la table « Entrée » et un ajout de quantité au stock.

Pour les classes B et C, lors du choix de « Mouvement de stock » dans la fenêtre de figure 5.5,
les fenêtres suivantes vont s’afficher :

Figure 10.5 : Fenêtre de classe B

Figure 11.5 : Fenêtre de classe C

ICOMA 80
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

CONCLUSION & PERSPECTIVES

Le présent projet vise la mise en place d’une politique de gestion du stock assistée par
ordinateur. Cette politique a pour objectif de réduire la valeur de l’immobilisation, améliorer
le niveau de service et aider aussi le gestionnaire du stock à optimiser son stock de pièces de
rechange et de consommables de maintenance au sein d’ICOMA.

A l’issue de ce projet, nous avons pu proposer trois recommandations principales :

- Etablissement d’un plan de maintenance au niveau de département Filature.


- Liquidation des articles constituant le stock mort.
- Liquidation des articles constituant la classe B par rapport au niveau de rétablissement
déterminé.

Ces recommandations ont une valeur ajoutée constituée par la diminution de consommation
de pièces de rechange d’une part, et un gain total estimé de 1 million de Dirhams d’autre part.

Ensuite, nous avons effectué les tâches suivantes :

- Regroupement des articles dans des classes homogènes en fonction du critère de


valeur en stock.
- Implantation d’une nouvelle politique d’approvisionnement adéquate pour chaque
classe d’articles en précisant les paramètres de calcul de chacune des méthodes.
- Réalisation d’une application informatique par Visual Basic permettant le contrôle et
le suivi du stock.

Ainsi, le gestionnaire de stock est désormais en mesure de faire le suivi annuel de l’état de
stock grâce à l’organisation assurée par le regroupement cité dans le présent projet, à la mise
en place de paramètres d’approvisionnement qui vont le guider à effectuer une gestion de
stock optimal et à la disponibilité des informations aidant à analyser la performance de
politique d’approvisionnement et de gestion de stock.

Par ailleurs, les perspectives que nous recommandons à l’issue de ce projet concernent

ICOMA 81
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

principalement les points suivants :

- Préparation des données précises concernant les consommations, les délais de


livraison et les prix unitaires.
- L’établissement d’une étude de modes de défaillances et criticités au sein de
département Filature.
- Prévoir une nouvelle extension de l’application informatique réalisée, permettant
notamment d’avoir :
o un comptage des demandes non satisfaites afin de mesurer le niveau de service
du magasin d’ICOMA.
o un suivi visuel du stock par l’intermédiaire des graphes traçant son évolution
périodique.

ICOMA 82
ENSAM-Meknès Génie Mécanique et structure

BIBLIOGRAPHIE

[1] SKALLI Hassan. Logistique : La gestion du stock et d’approvisionnement, PDF.2006.

[2] Henri ARNOUX. Technique de l’ingénieur : Pièces de rechanges en maintenance.


Référence MT9320, 10 Octobre 2004.

[3] ZERMATI, pratique de la gestion des stocks, DUNOD, 6ème édition, 2003.

[4] DEWOLF Daniel. Gestion de stocks : Dunkerque, Octobre 2003.

[5] BENGHABRIT Youssef. Cours de la modélisation et l’optimisation. 5ème année.

ICOMA 83