Vous êtes sur la page 1sur 430

{1}I

VILLE DE DIJON
Confirmation par Philippe-Auguste, roi de France, d’une première charte de commune, octroyée par
Hugues III, duc de Bourgogne, aux habitants de Dijon.
1183.
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Philippus Dei gratia Francorum rex, noverint
universi presentes pariter et futuri, quam fidelis et consanguineus noster Hugo, dux Burgundie, suis
hominibus de Divione communiam dedit ad formam communie Suessionensis, salva libertate quam
antea habebant. Hanc autem communiam, memoratus dux Hugo, et Odo filius ejus juraverunt tenendam
et inviolabiliter observandam. Unde, ad petitionem et voluntatem ipsius Ducis, et filii ejus prefatam
communiam manucapimus conservandam et manutenendam sub hac forma. Quod si Dux vel heredes
ejus memoratam communiam vellent infringere, vel ab institutionibus communie resilire, nos ad eos
posse nostrum eam teneri faciemus. Quod si Dux pro nobis facere nollet, nos et res suas in terra nostra
receptaremus, salvum conductum eis prebentes. {2}Quod ut perpetuam et inconvulsam sortiatur
firmitatem, presentem cartam sigilli nostri auctoritate, et regii nominis karactere inferius annotato
communiri precipimus. Actum apud Calvum Montem, anno ab Incarnatione Domini millesimo
centesimo octogesimo tertio, regni nostri anno quinto, astantibus in palatio nostro, quorum nomina
supposita sunt et signa. Signum comitis Theobaudi, dapiferi nostri, signum Guidonis buticularii, signum
Mathei camerarii, signum Radulphi constabularii. Data per manum [Monogramme] Hugonis cancellarii.

Scellé en cire verte à lacs de soie verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon, B1,
Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans: Pérard, Recueil de pièces pour servir à
l’histoire de Bourgogne, p. 340; Ordonnances des Rois de France, V, 237; Mémoire sur la franchise
du territoire de la ville de Dijon, 1786, in-4°.
II
VILLE DE DIJON
Engagement par le duc Hugues III, à la commune de Dijon, du service militaire que lui devaient les
habitants
1185.
Ego Hugo dux Burgundie, omnibus notum esse volo, quod ego pro quingentis libris invadiavi
hominibus communie Divionis exercitum meum quem {3}mihi debebant, laude et assensu filii mei
Odonis. Dictam vero pecuniam in hominibus communie capient. Et si quis eos inde voluerit inquietare,
ego eis super hoc auxilium bona fide prestabo. Ut autem hoc ratum et inviolabile permaneat, hanc
cartam sigillo meo et sigilli filii mei memorati Odonis corroboravi. Actum est istud anno ab Incarnatione
Domini M° C° octogesimo V°.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.


III
VILLE DE DIJON
Déclaration du duc Hugues III concernant le service militaire engagé par lui à la commune de Dijon.
1185?
Ego Hugo Dei gratia Burgundie dux et Albonii comes, universis presentibus et futuris, notum esse
volo quod homines mei de communia Divionis habent a me in vadio pro quingentis libris, exercitum
quem mihi communia Divionis debebat. Post modum vero illud quod in hominibus ecclesiarum et in
militum communie pro retinenda gageria dicti exercitus ceperant, salvo jure communie reddiderunt.
Hoc autem non nisi de pura gratia et pro amore et precibus meis fecerunt, nec aliquid in hoc adversus
me, vel adversus communiam deliquerunt. Si vero id in injuriam communie vel mei factum esse aliquid
probari poterit vel ostendi, exinde nichil ab eis expostulabo, sed eos exinde prorsus absolvo et quietos
in perpetuum clamo. Ut autem hec actio rata et inviolabile permaneat, ego eam appositione sigilli mei
corroboravi.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.


{4}IV
VILLE DE DIJON
Autre déclaration du duc Hugues III sur le service militaire engagé à la commune de Dijon.
1185?
Ego Hugo Dei gratia Burgundie dux et Albonii comes, universis ad quos littere iste pervenerunt
notum esse volo, quia burgenses Divionenses in eo quod in hominibus ecclesiarum et militum ceperant
pro retinenda gaigeria de exercitu quem a me titulo pignoris habent, cum illud quod ita ceperant
postmodum reddiderunt, nichil in hoc fecerunt nisi de pura gratia et pro amore et precibus meis, nec
aliquid in hoc adversus me vel adversus communiam deliquerunt. Et si esset quod aliquid deliquissent,
ex inde nichil unquam ab eis expostulabo, sed eos exinde prorsus absolvo et quittos clamo.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B1, Priviléges et franchises de la Commune.
V
VILLE DE DIJON
Seconde charte de commune octroyée par Hugues III, duc de Bourgogne, à la ville de Dijon.
1187.
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen.
Noverint universi presentes pariterque futuri, quod ego Hugo, dux Burgundie, dedi et concessi
hominibus de Divione, communiam habendam im perpetuum ad formam communie Suessionis, salva
libertate quam prius habebant.
{5}1. Infra banleucam Divionis, alter alteri rectè secundum suam opinionem auxiliabitur, et
nullatenus patietur, quod aliquis alicui eorum auferat aliquid, vel de rebus ejus aliquid capiat.
2. Creditio de pane et vino et aliis victualibus fiet mihi Divione quindecim diebus; et si infra
prescriptum terminum credita non reddidero, nihil amplius mihi creditur, donec credita persolvantur.
3. Si quis sacramentum alicui facere debuerit et ante adramitionem sacramenti se in negotium suum
iturum dixerit, propter illud faciendum de itinere suo non remanebit, nec ideo incidet; sed postquam
redierit convenienter submonitus, sacramentum faciet.
4. Si decanus Divionis aliquem implacitaverit, nisi clamor ante venerit vel forefactum apparuerit,
non ei respondebit; si tamen testem habuerit contra quem accusatus se defendere non possit, emendabit.
{6}5. Si aliquis aliquam injuriam fecerit homini qui hanc communiam juraverit, et clamor ad juratos
inde venerit; si ipsum hominem qui injuriam fecerit, capere potuerint, de corpore suo vindictam capient,
nisi forifactum emendaverit ipsi cui illatum fuerit, secundum judicium illorum qui communiam
custodierint.
6. Et si ille qui forifactum fecit, ad aliquod receptaculum perrexerit, et homines communie ad ipsum
receptaculum transmiserint et domino receptaculi vel primatibus ipsius loci questionem fecerint, ut de
eorum inimico faciant eis rectitudinem, si facere voluerint, rectitudinem accipient; quod si facere
noluerint, homines communie auxiliatores erunt faciendi vindictam de corpore et de pecunia ipsius qui
forifactum fecerit et hominum illius receptaculi, ubi inimicus eorum erit.
7. Si mercator in istam villam ad mercatum venerit, et aliquis ei aliquid fecerit injurie infra
banleucam istius ville; si jurati inde clamorem audierint, et mercator in ista villa eum invenerit, homines
communie ad vindictam faciendam super hoc recte secundum opinionem suam auxilium prestabunt,
nisi mercator ille de hostibus dicte communie fuerit; et si ad aliquod receptaculum ille adversarius
perrexerit; si mercator vel jurati ad eum miserint, et ille mercatori satisfecerit secundum judicium
juratorum communie, vel probare et ostendere poterit se illud forifactum non fecisse, communie
sufficiet; quod si facere noluerit, si post modum intra villam Divionis capi poterit, de eo vindictam
facient jurati.
{7}8. Nemo, preter me et senescallum, meum poterit conducere in villam Divionis hominem qui
forifactum fecerit homini qui hanc communiam juraverit, nisi forifactum emendare venerit secundum
judicium eorum qui communiam servant.
9. Pecuniam illam quam homines hujus communie crediderunt antequam communiam jurassent, si
rehabere non poterunt, postquam inde justum clamorem fecerint, querent quoquo modo poterunt quod
creditam pecuniam rehabeant. Pro illa vero pecunia quam crediderunt postquam hanc communiam
juraverint, nullum hominem capient, nisi sit debitor vel fidejussor.
10. Si extraneus homo panem aut vinum suum in villam Divionis causa securitatis adduxerit; si
postea inter dominum ejus et homines communie discordia emerserit, XV dies habebit vendendum
panem et vinum in ea villa, et deferendi nummos et aliam pecuniam suam, preter panem et vinum, nisi
ipse forifactum fecerit vel fuerit cum illis qui forifactum fecerunt.
11. Nemo de villa predicta qui hanc communiam juraverit, credet pecuniam suam, vel commodabit
hostibus communie, quamdiu guerra durabit; et si quis probatus fuerit aliquid credidisse hostibus
communie, justitia de eo fiet ad judicium juratorum communie.
12. Si aliquando homines communie contra hostes suos exierint, nullus de communia loquetur cum
hostibus communie, nisi licentia custodum communie.
13. Ad hoc homines statuti jurabunt quod neminem propter amorem seu {8}propter odium
deportabunt seu gravabunt, et quod rectum judicium facient secundum suam estimationem. Omnes alii
jurabunt quod predictum judicium quod predicti super eos facient, et pacientur et concedent, nisi
probare potuerint quod de censu proprio persolvere nequiverunt.
14. Universi homines infra villam Divionis et extra infra banleucam commorantes in cujuscumque
territorio morentur, communiam jurent; qui vero jurare noluerit, illi qui juraverunt de domo ipsius et de
pecunia ejus justitiam facient.
15. Si quis autem de communia aliquid forifecerit et per juratos emendare noluerit, homines
communie facient exinde justitiam.
16. Si quis ad sonum pro congreganda communia factum non venerit, XII denariis emendabit.
17. Nullus infra villam Divionis, vel extra infra banleucam, aliquem potest capere nisi Major et
jurati, quamdiu justitiam de eo facere voluerint.
18. Si quis de communia vel ipsa communia mihi aliquid forifecerit, opportebit ut ego in curia
Sancti Benigni, per Majorem communie ad judicium {9}juratorum, justitiam de eo vel de ea capiam,
nec eos extra predictam curiam vel placitare, vel cartam monstrare compellere potero.
19. Bannum vindemiarum in perpetuum communie concessi.
20. Si autem dissentio aliqua post modum emerserit, scilicet de judicio, sive de aliquo quod non sit
in hac carta prenotatum, secundum cognitionem et testimonium juratorum communie Suessionis
emendabitur, nec proinde communia in me forifecisse reputabitur.
21. De justitia vero et forifactis meis ita statutum est: de sanguine violenter facto, si clamor inde
fiat et probatio, VII solidis emendabitur, et vulneratus XV solidos habebit.
22. Si compositio de duello ante ictum vel post ictum fiat, XXXII solidos et VI denarios habebo. Si
duellum victum fuerit, victus LXV solidos persolvet.
23. De juisio similiter fiet sicut et de duello.
{10}24. Si homo de communia in furto deprehensus et comprobatus fuerit, si antea furtum fecisse
non comprobatus fuerit, LXV solidos persolvet; si vero antea comprobatus fuerit in dispositione mea,
de eo erit; si vero de communia non fuerit, in voluntate mea et dispositione, de eo erit.
25. De multro vero in arbitrio et dispositione mea erit, et qui multrum fecerit, preposito meo
tradetur, si Major in suo posse habuerit, nec de cetero in communia recipietur, nisi assensu juratorum.
26. Infractio castri LXV solidis emendabitur.
27. De forifacto fructorum et hortorum est in dispositione Majoris et juratorum, nisi de nocte fiat;
si vero de nocte fiat et comprobatum fuerit, LXV solidis emendabitur.
28. De raptu erit in dispositione vel arbitrio meo, si mulier in tantum clamaverit quantum a legitimis
hominibus audita fuerit, qui hoc probare possent.
29. Infractio chemini infra banleucam, LXV solidis emendabitur.
30. De falsa mensura VII solidos habebo, insuper jurabit quod de conscientia {11}sua falsam
mensuram non habuerit; si autem hoc jurare noluerit, LXV solidos mihi persolvet.
31. Si quis pedagium vel ventas extra villam Divionis absque assensu pedagiarii vel ventarii
portaverit, LXV solidos persolvet, si inde comprobatus fuerit.
32. Sciendum vero quod omnia alia ab iis que in hac karta continentur in dispositione et arbitrio
Majoris et juratorum sint.
33. Si ego communiam submovero pro exercitu meo, ibunt mecum, vel cum senescallo meo, vel et
connestallo meo infra regnum Francie, secundum posse suum rationabiliter, et mecum erunt XL diebus.
Si vero aliquod castrum infra Ducatum meum obsedero, tunc mecum erunt pro voluntate mea; et
sciendum quod homines communie famulos receptabiles pro se exercitum meum mittere possunt.
34. Quod autem apud Marcennaium, apud Faenai habebam, sine blado communie dedi.
35. Et sciendum vero quod communia potest retinere homines, cujuscumque {12}dominii sint in
villa Divionis, secundum consuetudines et usagium patris mei et predecessorum meorum, sine
hominibus domini Salii.
36. Monetam vero meam Divionis, non possum fortiorem facere quam ad legem V denariorum.
37. Preterea ad petitionem meam Philipus rex Francie hanc communiam manutenendam promisit;
ita quod si ab institutis hujus communie ego resilirem emendari communie faciet, reddendo capitale
secundum judicium curie sue, infra XL dies, ex quo clamor ad eum inde pervenerit.
38. Archiepiscopus quoque Lugdunensis, Eduensis, Lingonensis, Cabilonensis episcopi, ad
petitionem meam hanc communiam manutenendam promiserunt; taliter quod si ego vel alius pro me de
quo posse habeam, instituta communie que in presenti karta continentur infregerit, ex quo inde ad eos
clamor pervenerit; ipsaque infractio per Majorem communie, vel per alium loco Majoris, si Major
secure ire non poterit et per duos alios de juratis communie, quos Major juramento firmaverit esse
legitimos fuerit comprobata. Archiepiscopus et episcopi, ut ipsam infractionem reddendo capitale
emendem, per se vel per nuncios suos infra regnum Francie me submonebunt. Si vero post
submonitionem factam, ipsam infractionem infra XIIII dies communie non emendavero, totam terram
interdicto supponent, preter Divionem et usque ad determinatam satisfactionem facient observari.
39. Et sciendum quod ego Dux, vel filii mei, vel uxor mea commendatos, vel hominem talliabilem
infra Divionem, vel infra banleucam habere non possumus.
{13}40. Dedi etiam eis quicquid dominus Girardus Raonum apud Divionem habebat et omnes
eschootes in hominibus que ad me venire debent.
41. Concessi similiter eis quod nundinas sancti Joannis et nundinas omnium Sanctorum et forum
Sabbati et diei Mercurii non possum removere de locis in quibus erant anno quo eis hanc kartam dedi.
42. Concessi etiam eis quod locationem hestallorum fori et nundinarum scilicet nummulariorum,
mercatorum, sutorum, et aliorum vendentium, non possunt acrescere extra tertiam partem locationis que
fuit anno illo quo karta hec communie data fuit.
43. Preter hec eis concessi quod si homo de communia pro debito meo bene et fideliter cognito
captus fuerit, vel aliquid amiserit de meis redditibus Divionis, vel de censa mea, si redditus non
sufficient, redimetur, vel quod amisit, et restituetur.
44. Concessi etiam eis quod si prepositus meus Divionis aliquid ceperit de rebus hominum
communie, reddet sine omni placito, quantum ille homo probaverit, si legitimus a Majore communie
testificatus fuerit.
45. Sciendum etiam quod pro permissione hujus communie reddent mihi vel preposito meo homines
mei de hac communia annuatim quingentas marcas talis argenti quale cambitores in nundinis inter se
dant et recipiunt, reddendas apud Divionem in die Martis ante Ramos Palmarum, vel in sabbato magno
Pasche apud Barrum.
46. Sub prenotatis itaque constitutionibus omnes homines meos, quicumque in prescripta communia
fuerunt, quietos et immunes a tallia in perpetuum esse concedo.
47. Ut autem hoc et ratum inviolabile permaneat, prefatam communiam juravi {14}tenendam et
irrefragabiliter observandam; et Odo filius meus juravit similiter, et sigilli mei impressione munivi,
salvo quidem jure meo et Ecclesiarum et militum, et salvis omnibus hiis que habebant Ecclesie et milites
in hominibus suis, in tempore patris mei et ante communiam, qui in predicta villa aliquid juris habent
absque captione hominum.
Hujus vero mee concessionis testes sunt Anxericus dominus Montisregii, Aymo dominus
Marrigneii, Guido dominus Tilecastri, Wuillermus filius Odonis Campanensis, Hugo dominus Roche,
Robertus de Balloxone, Anxerinus de Ballox, Bertrandus de Saudun, Symon de Bracun, Oddo de
Divione, Aymo de Montereyr, Kalo Sancti Juliani, Valterus dominus Sumbernonis, Ottho dominus
Salii, Villermus dominus Favernii, Stephanus Vilanus, Yulo de Salio, Ottho de Safre, Amedeus
dominus Acellis, qui etiam omnes predictam communiam {15}se fideliter manutendam, et ab omni
infractione conservandam juraverunt.
Actum publicè Divione anno Incarnati Verbi, M° C° octogesimo septimo.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B1, Priviléges et franchises de la Commune. Imprimé dans le Recueil de Pérard, p. 333. — Mémoire
pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-
4°. — Mémoire sur la franchise du territoire de la ville de Dijon, 1786, in-4°. — Mémoires pour
l’administrateur général des domaines contre les maire, échevins, etc., de la ville de Dijon, 1786, in-
fol.
V bis
VILLE DE DIJON
Constitutions de la Commune de Soissons. La ville de Soissons s’était, vers 1116, constituée en
commune, du consentement de l’évêque et du comte, et les rois Louis VI et Louis VII avaient ratifié
sa charte de franchise. Ce sont ces constitutions primitives, fortement empreintes de celles de
Beauvais (1096), de Saint-Quentin (1101), de Laon (1108) et d’Amiens (1113), que les magistrats
de Soissons envoyèrent aux habitants de Dijon pour leur servir de règle lorsqu’ils eurent obtenu
l’érection de leur ville en commune. Cette communauté d’origine est surtout frappante en ce qui
concerne Beauvais, la plus ancienne des communes françaises. Aussi avons-nous eu constamment
sous les yeux ces chartes primitives sur leurs confirmations par les rois de France pour l’explication
de chacun des paragraphes de la constitution de Dijon. Voici le texte de la charte soissonnaise
d’après la copie du XIIe siècle conservée aux Archives de Dijon:
Noverint universi presentes et futuri, quod hec instituta et has habet consuetudines communia
Suessionis.
1. Si quis violentiam alicui de communia fecerit, cujuscumque dominii sit, et inde clamor ad
Majorem et juratos pervenerit, per eos emendabit vel de eo justicia fiet.
2. Si clamor de debito fiat, ad dominum de cujus justicia est, clamor prius ille fiet, et si satisfecerit
ei accipiet.
3. Si vero non prima justicia super debitorem nonnullam non faciet, sed quicquid per primam
justiciam cognitum fuerit, vel per duos legitimos testes, Major rehabere faciet si inde clamor ad eum
venerit.
4. Sciendum etiam quod communia Majorem et juratos eligit in communia sua cujuscumque
dominii sit, seu miles sit an non, et oportet ut electus in Majorem et juratum sit Major vel juratus, velit,
nolit.
5. Possunt autem jurati ad sua judicia facienda aliquos discretos quam juratos advocare, si voluerint.
{16}6. Si quis communie missam vel talliam super se positam solvere noluerit, Major vadia capiet,
vel corpus ejus detinebit, donec dicta missa vel taillia persolvatur, cujuscumque dominii sit.
7. Omnia autem regulanda sunt, preter feoda.
8. Nemo de communia cum bannito pro gravi culpa loquetur nisi licentia Majoris et juratorum, nec
aliquod ei beneficium prebebit.
9. Si quis judicium in curia Majoris factum blasphemaverit et tenere noluerit, singulis Juratis qui
judicio interfuerit, quinque solidos emendabit.
10. Si villa Regi aliquem emendationem fecerit, omnis de communia, cujuscumque dominii sint,
excepto Majore, secundum posse suum ibi ponent.
11. Si Rex in exercitum communiam invitat, omnes de communia, cujuscumque dominii sint, per
Majorem ibunt nisi Major et jurati eos detinuerint.
12. Ad villam claudendam et inforcendam, vel ad balfridum, vel ad campanam faciendam, omnes,
cujuscumque dominii sint, ponunt.
13. Curia Episcopi ad voluntatem nostram nobis a Rege data est, ad cartam monstrandam et ad
placitandum, nec aliquis nos a dicta curia expellere potest.
14. Major in communi missa vel tailla nichil ponet, jurati nec excubias facient, neque emendationem
duodecim denariorum que ad Majorem pertinet.
15. Si quis vadia famulo Majoris vi abstulerit, quinque solidis emendabit.
16. Major neminem juratorum per se capere potest nisi homicidio.
17. Si quis in duello victus fuerit, aut aliquis pro eo, post duellum firmare non potest, nec
testimonium in causa portare, nec aliquam monstram facere.
18. Si prepositus Suessionis aliquid contra communiam fecerit, per Majorem emendabit.
19. Nemo aliquem de suis hominibus qui de communia nostra sit, infra villam nostram vel extra ob
ullam causam capere poterit quandiu per Majorem se justiciare voluerit.
20. Si homo de communia nostra famulum Regis iratus percutiet vel e converso, per Majorem
emendabitur.
21. Sciendum quod banleucam extra civitatem habemus.
22. Nemo aliquem vadiare potest pro debito vel pro alia causa, nisi per Majorem sua exposuerit.
23. Si quis Majorem desment, per juratos emendabit.
24. Si juratus juratum coram Majore iratus percutit, secundum judicium juratorum emendabit.
25. Si quis de communia, cujuscumque dominii sit, ad ramitionem juisii per manum Majoris fecerit,
dominus ejus inde eum retrahere non potest.
{17}26. Custodes segetum et vinearum, assensu eorum quorum segetes et vinee sunt, singulis
territoriis apponuntur, domino terre assentiente, qui numquam eos refutare posset.
27. Nemo de communia justiciabit se de possessionibus suis, per archidiaconum, nec per decanum,
nisi sit vidua.
28. Si guerra inter Ducem et alium orta fuerit, Dux vel alius, licet in communia homines habeant,
nichil de rebus hominum communie pro illa guerra capere poterit.
29. Si quis de juratis eorum revelat consilium, extra consilium fiet.
30. Si communia ad vindicandum se aliquando exierit, quocumque modo poterit se vindicabit, ita
tamen quod aliis qui nichil eis forefecerunt, dampnum non inferat.
31. Et si quis de communia sine assensu Majoris et juratorum aliquid alicui forefecerit, si probatus
fuerit, solus emendabit, et non communia.
32. Sciendum quod quicumque domum vel plateam infra villam Suessionis habet, communiam
jurare debet, et in communibus missis secundum posse suum ponere.
33. Ut autem hoc ratum et constans habeatur, communia Suessionis hanc cartam appositione sui
sigilli certificavit.

En 1181, le roi Philippe-Auguste, suivant, comme il le déclara lui-même, l’exemple de ses pères,
confirma, tout en les modifiant, les franchises de Soissons. Il y introduisit notamment plusieurs articles
empruntés à la charte de Beauvais, et c’est de cette dernière confirmation que se servirent les officiers
de la chancellerie du duc Hugues III, pour la rédaction de la charte qui précède, ainsi que nous l’avons
fait remarquer plus haut.
VI
VILLE DE DIJON
Première confirmation par Eudes, fils du duc Hugues III, de la charte de commune, octroyée par son
père aux habitants de Dijon.
1187.
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Ego Oddo filius Hugonis ducis Burgundie, omnibus
notum facio Hugonem ducem Burgundie patrem meum concessisse communiam hominibus de Divione
in perpetuum habendam ad formam communie Suessionis, quam eisdem hominibus in perpetuum
habendam ad petitionem patris mei concessi. Est autem forma communie talis: Infra banleucam
Divionis alter alteri, etc.... (Le surplus comme dans la charte de commune, n° V.)
{18}Ut autem hoc ratum et inviolabile permaneat, prefatam communiam juravi tenendam et
irrefragabiliter observandam, et sigilli mei impressione munivi, salvo quidem jure meo et ecclesiarum
et militum, etc. (Le reste comme dans ta charte précitée.)

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B1, Priviléges et franchises de la Commune.
VII
VILLE DE DIJON
Seconde confirmation de la charte de commune de Dijon par Eudes, fils de Hugues III, duc de
Bourgogne.
1187.
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Noverint universi, quod ego Oddo filius Hugonis
ducis Burgundie, communiam quam pater meus hominibus de Divione, ad formam communie
Suessionis, imperpetuum habendam concessit, sicut in carta patris mei super hoc facta continetur,
eisdem hominibus laudavi, concessi et tenendam juravi; ad petitionem quoque patris mei et meam,
Philippus, rex Francie, hanc communiam manutenendam promisit. Ita quod si ab institutis hujus
communie resilirem, emendari communie faciet, reddendo capitale, secundum judicium curie sue, infra
quadraginta dies, ex quo clamor ad eum inde pervenerit. Archiepiscopus quoque Lugdunensis,
Eduensis, Lingonensis, Cabilonensis episcopi ad petitionem patris mei et meam, hanc communiam
manutenendam promiserunt; taliter, quod si ego vel alius pro me de quo posse habeam, instituta
communie que in præsenti carta continentur infregerit, ex quo inde ad eos clamor pervenerit, ipsamque
infractionem, per Majorem communie vel per alium loco Majoris, si Major secure ire non poterit, et per
duos alios de juratis communie, quos Major juramento firmaverit esse legitimos, fuerit comprobata:
præfati Archiepiscopus et episcopi, ut ipsam infractionem reddendo capitale emendent, per se vel per
nuncios suos infra regnum Francie me submovebunt. Si vero post submonitionem factam, ipsam
infractionem infra quatuordecim dies communie non emendavero, totam terram meam {19}interdicto
subponent preter Divionem, et usque ad determinatam satisfactionem facient observari. Ut autem hujus
mee concessionis pagina perpetuis inconvulsa maneat temporibus, eam sigilli mei attestatione roboravi.
Hujus rei testes sunt Anxericus, dominus Montis Regii, Aymo, dominus Marrigneii, Guido, dominus
Tilecastri, Villermus, filius domini Odonis Campanensis, Hugo, dominus Roche, Robertus de Ballox,
Anxerinus de Ballox, Bertrannus de Saudon, Symon de Bracon, Oddo de Divione, Aymo de Montereyr,
Kalo de Sancto Juliano, Valterius, dominus Sumbernonis, Otho, dominus Salii, Villelmus, dominus
Faverneii, Stephanus Julanus, Yvulo de Salio, Ottho de Saffres, Amedeus, dominus Acellarum, qui
etiam omnes predictam communiam se fideliter manutenendam et ab omni infractione conservandam
juraverunt. Actum publice Divioni, anno Incarnati Verbi M° C° octogesimo septimo.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé: dans Pérard, p. 337; — Mémoire pour les
vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774,
in-4°.
VIII
VILLE DE DIJON
Confirmation par Philippe-Auguste, roi de France, de la charte de commune octroyée aux habitants de
Dijon, par Hugues III, duc de Bourgogne.
1187.
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Philippus Dei gratiâ Francorum rex, noverint
universi presentes pariter et futuri, quam Hugo, dux Burgundie, hominibus de Divione dedit et concessit
communiam imperpetuum habendam, ad formam communie Suessionis. Nos vero ad petitionem ipsius
Ducis et Odonis, filii ejus, eam confirmamus, et ita manutenendam promittimus; quod si vel Dux, vel
dictus filius ejus ab institutis hujus communie resilierit, nos infra quadraginta dies ex quo clamor inde
ad nos pervenerit, communie {20}emendari faciemus, sicut curia nostra judicabit, reddendo capitale.
Quod ut perpetuam stabilitatem obtineat, presentem paginam sigilli nostri auctoritate, ac regii nominis
karactere inferius annotato precepimus confirmari. Actum Tornodori, anno ab Incarnatione Domini,
M° C° LXIII° VII°, regni nostri anno VIII°, astantibus in palatio nostro quorum nomina supposita sunt
et signa. Signum comitis Theobaldi, dapiferi nostri, signum Guidonis buticularii, signum Mathei
camerarii, signum Radulphi constabularii. Data vacante cancellaria. [Monogramme].

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé:


dans Pérard, p. 340; — Recueil des Ordonnances, V, 238; — Mémoire pour l’administrateur général
des domaines contre les maire et échevins de la ville de Dijon, 1786, in-folio.
IX
VILLE DE DIJON
Confirmation de la charte de commune de Dijon, par Eudes III, duc de Bourgogne.
1193.
Ego Odo dux Burgundie, notum facio presentibus et futuris, quod prestito juramento reconfirmavi
burgensibus Divionis communiam suam, et firmiter tenendam promisi, sub hoc tenore, quod si ego
resilirem ab institutis dicte communie, resultus factus nunciaretur regi Francorum per abbatem Cistercii,
vel per abbatem Clarevallis, vel per unum suorum monachorum, quibus crederetur suo verbo, vel per
unum burgensem Divionis, cui crederetur suo juramento. Hoc eodem modo crederetur resultus
nunciatus Archiepiscopo Lugdunensi et episcopis Lingonensi, et Cabilonensi, et Eduensi; quos bona
fide rogo, ut totam terram meam, preter Divionem, interdicto subponant, donec resultum communie
emendaverim, et ut hoc irrefragabiliter teneatur, presens scriptum sigillo meo confirmavi. Actum
Incarnati Verbi anno M° C° nonagesimo tertio.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge pendants. Original: Archives de la ville de Dijon, B1,
Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé: dans Pérard, p. 338; — Mémoire pour
l’administrateur général des domaines contre les maire, échevins, etc., de la ville de Dijon, 1788, in-
folio.
{21}X
VILLE DE DIJON
Confirmation de la charte de commune de Dijon, par Alexandre, frère du duc Eudes III.
1193.
Ego Alexander frater Hodonis Burgundie presentibus et futuris notum facio quod ego communiam
Divionis quam Hugo dux Burgundie pater meus quondam bone memorie fecit et Hodo frater meus
reconfirmavit, tenendam et manutenendam juravi sicut in autentico Hugonis patris mei et Hodonis
fratris mei continetur. Et ut hoc irrefragabiliter teneatur, sigillo meo munivi.
Actum est hoc Incarnati Verbi anno M° C° nonagesimo III°.

Scellé en cire blanche à lacs de soie rouge et blanche pendants. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 354.
XI
VILLE DE DIJON
Prière du duc Eudes III à l’abbé de Clairvaux de prendre la commune de Dijon sous sa sauvegarde.
1193?
Dei gracia abbati Clarevallis patri suo sanctissimo, Odo dux Burgundie, salutem et sincere
dilectionis affectum. Dilectionem nostram, de qua plurimum confidimus, humiliter exoramus, quatinus
amore Dei et nostri, hominibus communie {22}Divionis promitatis, quod si ab institutis communie
resiliero, quoquomodo dediceristis, nos resultum communie regi Francorum, per vos, vel per unum
monachorum vestrorum, cui solo verbo credetur, nunciabitis: similiter Archiepiscopo Lugdunensi,
episcopo Lingonensi, episcopo Eduensi et Cabilonensi, eundem resultum nunciabitis, qui totam terram
meam preter Divionem interdicto supponent, donec emendatum sit.

Scellé à double queue de parchemin. Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et
franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 341.
XII
VILLE DE DIJON
Eudes III, duc de Bourgogne, met la commune de Dijon sous la sauvegarde des principaux seigneurs
du Duché.
1193
Ego Odo dux Burgundie, presentibus et futuris notum facio, me precepisse Huoni Domino Vergei,
Stephano de Monte Sancti Johannis, Poncio de Granceo conestabulo meo, Odoni domino Chamlite,
Odoni domino Grancei, Hugoni domino Tilecastri, Guidoni domino Salii, Galtero domino
Sumbernonis, {23}Marcello domino Maillei, Guidoni domino Tilii, ut ipsi homines meos infra
munitiones suas recipiant, et ipsos cum rebus suis conducant, si ab institutis communie Divionensis
resiliero, quandiu inter me et meos homines Divionis discordia fuerit, nec interim de aliquo quod ab eis
exigerim michi responderunt. Actum anno Incarnati Verbi M° C° tertio.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge et blanche pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Duchesne, Histoire de la maison de Vergy, p. 150. —
Pérard, p. 341.
XIII
VILLE DE DIJON
Eudes III, duc de Bourgogne, met la commune de Dijon sous la sauvegarde des principaux seigneurs
du pays.
1193?
Ego Odo dux Burgundie, presentibus et futuris notum facio, quod si ego resilirem ab institutis
communie Divionensis, quam concessi in perpetuum habendam hominibus ejusdem ville, dominus
Grancei, et dominus Tricastelli, et dominus Virgei, et dominus Tilii, et dominus Poncius conestabulus,
et Guillermus dominus Marrigneii, et dominus Malei, et dominus Chanlite, et Senescallus, et dominus
Salii et dominus Montis Regalis, {24}reciperent burgenses Divionenses in suas munitiones, et
conducerent eos, et sua pro posse suo.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans Pérard, p. 341.
XIV
VILLE DE DIJON
Promesse de sauvegarde donnée par Eudes, seigneur de Champlitte, à la commune de Dijon.
1193.
Notum facio omnibus, quod ego Odo dominus Chanlite, ad petitionem Odonis ducis reciperem
burgenses Divionenses in meas munitiones, et eos conducerem, et sua pro posse meo, si dictus Dux ab
institutis communie Divionensis resiliret.

Archives de la ville de Dijon, 1er Cartulaire, fol. 20, v°. — Bibliothèque de Dijon, Cartul., n° 447,
fol. 23, v°; Cartul., n° 448, fol. 17, v°. — Imprimé dans Pérard, p. 342.
XV
VILLE DE DIJON
Promesse semblable de Gaucher de Châtillon, sénéchal de Bourgogne.
1193.
Ego Galtherus de Castellis, senescallus ducis Burgundie, presentibus et futuris notum facio me bona
fide jurasse communiam Divionensem pro posse meo manutenendam, nec consilium exhibebo, nec
assensum quod Dux ab institutis communie resiliat, ymo homines Divionenses in munitiones meas
recipiam et hominis communie cum rebus suis conducam.

Archives de la ville de Dijon, 1er Cartulaire, fol. 21. — Biblioth. de Dijon, Cartul., n° 447, fol. 23,
v°, et n° 448, fol. 17, v°.
{25}XVI
VILLE DE DIJON
Promesse de sauvegarde donnée par Rainard, archevêque de Lyon, à la commune de Dijon.
1194.
Noverint universi, quod ego Dei gratia Lugdunensis Archiepiscopus, ad petitionem Odonis ducis
Burgundie, communiam Divionis manutenendam sub hac forma recepi. Quod si dictus Dux ab institutis
memorate communie resilierit, et resultus per abbatem Cistercii, vel per abbatem Clarevallis, vel per
unum monachorum quibus solo verbo credam, vel per unum burgensem Divionis, cui solo juramento
credam, michi nunciatum fuerit, nos totam terram dicti Ducis, preter Divionem, interdicto supponemus,
et interdictum teneri faciemus, donec resultus communie emendatus fuerit, et omnes suos memorate
communie, qui ad nos causa securitatis confugerunt cum suis rebus, salvum eis prebentes conductum,
in terra nostra recipiemus, quos dicto Duci, vel ejus mandato de aliquo in causa respondere cogere non
poterimus, quandiu discordia inter ipsum Ducem et communiam Divionensem fuerit. Actum anno ab
Incarnatione Domini M° C° XC° IIII°.

Scellé en cire verte à lacs de soie blanche et verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 344.
XVII
VILLE DE DIJON
Promesse de sauvegarde de l’Evêque d’Autun, à la commune de Dijon.
1194.
Noverint universi, quod ego Galterus Dei gratia Eduensis episcopus, ad peticionem Odonis ducis
Burgundie, communiam Divionis manutenendam sub {26}terram dicti Ducis, que in nostro episcopatu
est, preter Divionem, interdicto supponemus, et interdictum teneri firmiter faciemus, donec resultus jam
dicte hac forma recepi; quod si dictus Dux ab institutis memorate communie resilierit, et resultus per
abbatem Cistercii, vel per abbatem Clarevallis, vel per unum suorum monachorum, quibus suo solo
verbo credam, vel per unum burgensem Divionensem, cui suo solo credam, michi nunciatus fuerit: nos
totam terram dicti Ducis, que in nostro episcopatu est, interdicto supponemus, et interdicto teneri
firmiter faciemus, donec resultus jam dicte communie emendatus fuerit, et homines suos memorate
communie, qui ad nos causa securitatis refugerint cum suis rebus in terra nostra, salvum eis prebentes
conductum, recipiemus, quos dicto Duci vel ejus mandato de aliquo respondere in causa cogere non
possumus, quandiu discordia inter ipsum Ducem et communiam Divionensem fuerit. Quod ut ratum
habeatur, huic carte sigillum nostrum apposuimus.
Actum anno ab Incarnatione Domini millesimo centesimo nonagesimo quarto.

Archives de la ville de Dijon, 1er Cartulaire, fol. 18. — Bibliothèque de Dijon, Cartul., n° 447,
fol. 22, v°; Cartul., n° 448, fol. 22, v°. — Imprimé dans Pérard, p. 345.
XVIII
VILLE DE DIJON
Promesse de sauvegarde de Garnier, évêque de Langres, à la commune de Dijon.
1194.
Noverint universi, quod ego Garnerius Dei gratia Lingonensis episcopus, ad petitionem Odonis
ducis Burgundie, communiam Divionensem manutenendam sub hac forma recepi: quod si dictus Dux
ab institutis memorate communie resilierit, et resultus per abbatem Cistercii, vel per abbatem
Clarevallis, vel per unum suorum monachorum, quibus solo suo verbo credam, vel per unum burgensem
Divionensem, cui solo juramento credam, mi nunciatus fuerit, nos totam {27}terram dicti Duci que in
nostro episcopatu est preter Divionem interdicto supponemus et interdictum teneri firmiter faciemus
donec resultus jam dicte communie emendatus fuerit, et homines suos memorate communie, qui ad nos
causa securitatis refugerint, cum rebus suis in terra nostra, salvum eis prebentes conductum, recipiemus;
quos dicto Duci, vel ejus mandato de aliquo respondere in causa cogere non possumus, quandiu
discordia inter ipsum Ducem et communiam Divionensem fuerit. Quod ut ratum habeatur, huic carte
sigillum nostrum apposuimus.
Actum anno ab Incarnatione Domini millesimo ducentesimo nonagesimo quarto.

Archives de la ville de Dijon, 1er Cartulaire, fol. 18. — Biblioth. de Dijon, Cartul., n° 447, fol. 21,
v°, et n° 448, fol. 22, v°. — Imprimé dans Pérard, p. 345.
XIX
VILLE DE DIJON
Cession faite par le duc Eudes III, à la commune, du ban des Juifs et de l’étalage aux foires, en échange
du village de Fénay.
1196.
Odo dux Burgundie, sciant universi tam presentes quam futuri, quod anno ab Incarnatione Domini
millesimo centesimo nonagesimo sexto, discordia fuit inter me et communiam Divionensem, que
pacificata fuit in hunc modum. Quietaverunt enim mihi villam que vocatur Faanai, quam pater meus
dederat eis, assensu meo et laude mea, et ego dedi communie bannum Divionensem, et Judeos, et
attractum libere Judeorum, et partem astalagii Divionis, que ad me pertinebat eo tempore de nundinis
Sancti Johannis, et de nundinis festivitatis Omnium Sanctorum; et quia continetur in magna carta
Divionensis communie, {28}quod pater meus et ego dederamus communie in perpetuum villam de
Faanai. Si quis vellet ledere cartam propter hoc, et ire contra communiam, ego nullo modo paterer contra
omnes terram testimonium et garantiam. Hujus concordie et donationis nostre in testimonium, cartam
presentem sigilli nostri munimine roboravimus.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin. Original: Archives de la ville de Dijon, B1,
Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé: dans Pérard, p. 341; — Mémoire pour les vicomte-
mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°; —
Mémoire pour l’administrateur général des domaines contre les maire, échevins, etc., de la ville de
Dijon, 1786, in-fol.
XX
VILLE DE DIJON
Juridiction des délits non prévus par la charte de Hugues III, accordée par le duc Eudes III à la
commune.
1197.
Ego Odo dux Burgundie, notum facio universis, quod Major et jurati communie Divionis, ne
suorum minus discretorum excessus in dampnum universitatis nimis excrescerent, impetraverunt a me
sibi donari omnes illos excessus, secundum suam considerationem pecunie ad ville deliberationem
posse punire quos carta sue communie, a patre meo et a me sibi donata, nominatim non exprimit, ex
toto meos esse, in omni pecunia et corpore rei. Donavi etiam eis, et bona fide concessi, quod si
communia, quanquam, quod absit, dissolveretur, mihi vel heredibus meis non liceret dictam punitionem
retinere, vel in consuetudinem protrahere, nec aliquam eos, occasione hujus punitionis, in causam
trahere. Donavi etiam eis Heliam judeum cum suis heredibus, Vigerio, qui eum tunc ex meo dono
habebat, ipsum quittante, et donum laudante. Actum anno Incarnati Verbi M° C° XC° VII°, Vto nonas
julii. Quod ut ratum habeatur, huic carte sigillum nostrum fecimus apponi.

Scellé en cire blanche à lacs de fil blanc et vert pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
C1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé: dans Pérard, p. 338; — Mémoire pour
l’administrateur général des domaines contre les maire, échevins, etc., de la ville de Dijon, 1786, in-
folio.
{29}XXI
VILLE DE DIJON
Déclaration du duc Eudes III, touchant la juridiction du crime de fausse monnaie.
1198.
Ego Odo dux Burgundie, notum facio universis, quod a Valtero Borgose, qui de communia Divionis
erat, de falsatione monetarum accusato, pecuniam ad voluntatem meam extorsi. Quod quia secundum
judicium sue communie non feci, assero me non pugniturum, neque michi licere de extero consimilem
culpam pugnire in ullo hominum dicte communie, nisi secundum tenorem carte prenominate communie.
Quod ut ratum habeatur, appositione mei sigilli hanc cartam munivi. Actum Incarnati Verbi anno
millesimo centesimo nonagesimo octavo.

1er Cartulaire de la ville, fol. 5, v°; — Bibliothèque de Dijon, Cartul., n° 447, fol. 12, v°, et n° 448,
fol. 10, v°. — Pérard, p. 338.
XXII
VILLE DE DIJON
Règlement du droit de possession dans la commune.
1216.
Ego Odo dux Burgundie, notum facio presentibus et futuris, me de assensu et voluntate Majoris
communie Divionis, et omnium juratorum ejusdem communie, instituisse, quod quicumque in villa
Divionis aliquam possessionem, pacifice, et absque reclamatione, per annum et diem possiderit, eam ex
tunc {30}in antea pacifice possideat; nisi qui reclamaverit probet se extra patriam fuisse, vel talem se
ipsum fuisse, quod reclamare non potuit. Sciendum etiam, quod gageria non est tenatura. Quod ut ratum
habeatur, presentem cartam sigillo meo confirmavi. Actum est hoc anno Domini millesimo ducentesimo
sexto decimo.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 344.
XXIII
VILLE DE DIJON
Promesse faite à la commune, par la duchesse Alix, en cas de mariage.
1218 (août).
Ego Aalidis ducissa Burgundie, notum facio presentibus et futuris, quod communia Divionensis ad
mandatum meum juravit, quod si alicui nupsero, nisi de voluntate karissimi domini mei Philippi, regis
Francorum, vel ei prout debuero non serviero, dicta communia, absque malefacto, ad dominum Regem
se tenebit, et contra me ibit, donec inde domino Regi fuerit satisfactum, salvis tamen consuetudinibus
et libertate dicte communie. Quod ut ratum et firmum habeatur, presenti pagine sigillum meum apposui.
Actum anno Domini millesimo CC° octavo decimo, mense augusto.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans Pérard, p. 342.
{31}XXIV
VILLE DE DIJON
Promesse faite par la duchesse Alix à la commune, jusqu’à la majorité de son fils, de ne point
emprisonner des habitants de Dijon, et au cas de nouvelles noces, de faire jurer la conservation des
priviléges de la ville à son mari.
1220.
Ego Alidis ducissa Burgundie, omnibus notum facio presentibus et futuris, me jurasse communie
Divionis, quod usque dum Hugo filius meus viginti et unum annos habeat, aliquem vel aliquid de
hominibus ipsius communie non capiam, neque dictus Hugo filius meus capiet, nec aliquid de assensu
vel mandato nostro capiet, etc. Preterea juravi sepedictis hominibus communie, quod si eam aliquo
contrahere vellem matrimonium, priusquam ei me pro sponsa concederem, predictas conventiones
tenendas et firmiter observandas juraret, etc. Hujus rei testes sunt, dominus Vuillermus de Vergeio frater
meus, dominus Claranbaudus de Capis, Renaudus dominus de Choisueux, Guido dominus Saly,
Johannes dominus Castronovi, dominus Lambertus de Castellione miles, etc. Actum anno gratie
MCCXX.

Cartulaire de la ville de Dijon. Imprimé dans Duchesne, Histoire de la maison de Vergy, p. 156.
{32}XXV
VILLE DE DIJON
Déclaration de la Duchesse touchant un subside pour la Terre-Sainte imposé à la commune.
1220 (août).
Ego Alaydis ducissa Burgundie, omnibus notum facio quod Odo bone memorie dux Burgundie
dominus et maritus meus laborans in extremis injunxit mihi coram baronibus suis, quod ego mitterem
centum milites in subsidium Terre Sancte pro anima sua cum expensis meis, et quia propter hoc oportuit
me gravare communiam Divionensem, qui ad expensas illas persolvendas efficaciter juvit me, ego
assecuravi communiam Divionensem quod ego, nec per me nec per alium, aliquem illorum qui sunt in
dicta communia capiam solummodo pro pecunia sua nec capi faciam, et hoc tenere et observare bona
fide promisi quamdiu avoeriam Burgundie tenebo, et hoc insuper juravi manu propria in manu dicte
communie et super hoc litteras meas sigillo meo sigillatas eidem communie tradidi. Actum est hoc anno
Domini M° CC° vicesimo, mense augusto.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.


{33}XXVI
VILLE DE DIJON
Ratification par le roi Philippe-Auguste de la déclaration précédente.
1220 (septembre).
Philippus Dei gratia Francorum rex, noverint universi presentes pariter et futuri quod nos cartam
dilecte et fidelis nostre A(laydis) ducisse Burgundie inspeximus in hec verba:
Ego Alaydis, etc. (Conforme au n° XXV.)
Nos igitur conventiones supra dictas, sicut superius sunt, expresse ratas esse volumus et firmas ad
petitionem predicte Ducisse. Et ut perpetuam obtineant firmitatem, presentem cartam in hujus rei
testimonium fecimus scribi et sigilli nostri auctoritate muniri. Actum Meleduno, anno Domini M° CC°
vicesimo, mense septembris.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.
XXVII
VILLE DE DIJON
Ratification de la charte d’Alix, par Hugues, évêque de Langres.
1221.
Hugo Dei gratia Lingonensis episcopus, universis presentes litteras inspecturis in Domino salutem.
Noverit universitas vestra quod Alaydis nobilis ducissa Burgundie postulavit et requisivit a nobis
quatinus si forte contigerit quod in aliquo resiliat a pactionibus quas habet ergo communiam
Divionensem usque {34}dum Hugo filius ejus pervenerit ad vicesimum primum annum etatis sue; que
pactiones continentur expresse in carta ejusdem Ducisse, quam dicte communie tradidit suo sigillo
sigillatam in anno Domini M° CC° vicesimo; si postquam clamorem dicte communie super resultu
ejusdem Ducisse reciperimus infra quadraginta dies a nobis canonice monita ad pactiones dicte carte
sue cum pleno satisfactione redire noluerit, terram ejus ubiconque sit in episcopatu nostro, preter villam
Divionis, districto supponamus interdicto et faciamus observari. Nos vero sicut ipsa Ducissa postulavit
et requisivit a nobis secundum formam superius comprehensam, faciemus quociens super hoc fuerimus
requisiti a dicta communia, vel per Majorem, vel per aliquem juratorum vel per quemlibet alium
nuntium nobis deferentem litteras de communia Divionis. In hujus rei testimonium presentis pagine
sigillum nostrum apposuimus. Actum anno Domini M° CC° vicesimo primo.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.
XXVIII
VILLE DE DIJON
Autre semblable, par Durand, évêque de Chalon.
1221 (décembre).
Durannus Dei gratia Cabilonensis episcopus, universis presentes litteras inspecturis... (Même teneur
que la précédente.)
Actum anno Domini M° CC° vicesimo primo, mense decembris.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.
{35}XXIX
VILLE DE DIJON
Autre, par Guillaume de Vergy, sénéchal de Bourgogne.
1221.
Ego Vuillermus de Vergeio, Burgundie senescallus, omnibus notum facio me jurasse, quod si
Alaydis ducissa Burgundie, soror et domina mea, vel Hugo filius ejus, nepox et dominus meus, vel
alius, caperent aliquem, vel res communie Divionensis, seu disturbarent vineas ad vindemiandum, seu
gravamen aliud inferrent dicte communie, usque dum dictus Hugo dominus et nepox meus ad
vicesimum primum annum etatis sui venerit, ego interim bona fide, et pro posse meo, sub juramento
meo prestito, dictam Ducissam, vel filium ejus prenominatum, seu quemlibet alium ad hoc inducerem,
et ad hoc laborarem, et consilium fideliter adhiberem, ut et homines seu res de communia Divionensi
quas tenerent, redderent, et quod ab omni disturbatione vendemiarum, et quod ab omni gravamine
inferendo dicte communie cessarent, et quod de illatis gravaminibus dicte communie satisfacerent.
Quod si ad monitionem et instanciam meam facere recusarent, ego omnibus de communia Divionensi,
qui vellent se alibi transferre, consilium, auxilium, et conductum, et eorum rebus, pro posse meo sub
juramento meo premisso, ubicumque se transferre vellent, preberemus. In hujus rei testimonium,
presentibus litteris sigillum meum apposui. Actum anno gratie M° CC° vicesimo primo.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans Pérard, p. 355.
XXX
VILLE DE DIJON
Autre semblable, par Guillaume, seigneur de Mont-Saint-Jean.
1221.
Ego Wilelmus dominus Montis Sancti Johannis, omnibus notum facio presentibus et futuris quod
ego ad petitionem Aaladis domine mee, ducisse Burgundie {36}juravi, communiam Divionensem et
conventiones que in carta continentur quas homines dicte communie a dicto domine pene se habent
fideliter manutenendas et infragabiliter observandas; et si domino ducissa ab iis conventionibus resiliret,
ego ad eas conventiones ad posse meum et bona fide eam redire inducerem et homines prefate
communie con rebus suis conducens in terra mea receptarem et eisdem consilium et auxilium meum in
omnibus exiberem donec resultus a domina Ducissa dictis hominibus fuerit emendatus. Quod ut ratum
habeatur, huic carte sigillum meum apposui. Actum anno gratie M° CC° vigesimo primo.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.


XXXI
VILLE DE DIJON
Autre semblable, par Anséric, seigneur de Montréal.
1221.
Ego Ansericus dominus Montis Regalis, notum facio omnibus presentes litteras inspecturis quod si
Alaydis ducissa. (Le reste comme dans la charte de Guillaume de Vergy, n° XXIX.)
In cujus rei testimonium presenti pagine sigillum meum apposui. Actum anno Domini M° CC°
vicesimo primo.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.


XXXII
VILLE DE DIJON
Autre semblable, par Eudes Raget, connétable de Bourgogne.
1222 (4 juillet).
Ego Odo Raget constabularius ducisse Burgundie, presentibus et futuris notum facio me jurasse
quod si Aalydis ducissa Burgundie domina mea et Hugo filius {37}suus dominus meus. (Le reste
comme dans la charte de Guillaume de Vergy, n° XXIX.)
Actum est hoc anno Domini M° CC° vicesimo secundo, die lune post festum apostolorum Petri et
Pauli.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.
XXXIII
VILLE DE DIJON
Autre semblable, par Guillaume, sire de Thil.
1222 (4 juillet).
Ego Guillelmus dominus Tilii, notum facio. (Le reste comme dans la charte de Guillaume de Vergy,
N° XXIX.)
Actum est hoc anno Domini M° CC° vicesimo secundo, die lune post festum apostolorum Petri et
Pauli.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.
XXXIV
VILLE DE DIJON
Autre semblable, par Guillaume, seigneur de La Marche.
1222 (4 juillet).
Ego Villelmus dominus Marchie notum facio. (Le reste comme dans la charte de Guillaume de
Vergy, N° XXIX, jusqu’à la phrase: Ut et homines.) Seu res de communia Divionensi quas tenerem
redderent omni disturbatione vendemiarum et quod. (Le reste suivant la même charte.)
{38}Actum est anno gratie M° CC° vicesimo secundo, die lune post festum apostolorum Petri et
Pauli.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.
XXXV
VILLE DE DIJON
Confirmation de la charte de commune par le duc Hugues IV.
1228 (février).
Ego Hugo dux Burgundie, notum facio universis presentes litteras inspecturis, quod ego coram Deo
et hominibus, juravi hominibus Divionensibus, quod communiam eorum Divionensium, libertates
eorum, consuetudines, constitutiones, et omnes alias eorum immunitates, a bone memorie Hugone avo
meo, et Odone patre meo, ducibus Burgundie, sibi confirmatas, sicut in eorum cartis sigillis suis
sigillatis, quas Divionenses penes se habent, plenius continetur, nec non et personas ipsorum, cum rebus
suis imperpetuum manutenebo, et fideliter conservabo. Juravi etiam dictis Divionensibus, quod quando
ad militiam promotus fuero, eis presentes litteras innovabo, et eo sigillo, quo miles utar, sigillabo, et eis
tradam sigillatas. In hujus rei testimonium et munimen, presenti pagine sigillum meum apposui, et dictis
Divionensibus tradidi sigillatam. Actum anno Domini M° C° XX octavo, mense februario.

Il ne reste du scel que les lacs en tresse rouge. Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges
et franchises de la Commune. — Imprimé: dans Pérard, p. 341; — Mémoire pour les vicomte-mayeur,
échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
{39}XXXVI
VILLE DE DIJON
Règlement, fait par le duc Hugues IV, pour le paiement de la prestation des marcs.
1231 (31 octobre).
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Noverint universi presentes et futuri quod ego Hugo
dux Burgundie dedi et concessi in perpetuum talem libertatem hominibus meis ville Divionis, quod
dictior ejusdem ville Divionis non pagabit mihi per annum de censa quingentarum marcharum quam
mihi debent annuatim, nisi unam marcham argenti. Et iidem homines sic tenentur mihi facere valere
annuatim villam Divionensem dictam censam quingentarum marcharum argenti, talis argenti scilicet
quale scambitores inter se dant et recipiunt, reddendas eciam apud Divionem mihi vel mandato meo die
martis proxime ante ramos Palmarum vel sabbato magno Pasche apud Barrum; et si tunc non
redderentur, ego possem vadiare. Si autem levando a dictiori dictam marcham argenti annuatim,
predicta summa quingentarum marcharum non posset levari de predicta villa, manentes in eadem ville
tenentur supplere quod deerit a summa; et si levando marcham a dictiori villa ante dicta plus quam
quingentas marchas argenti valuerit, quod plus valebit meum erit. Major vero et scabini post electionem
Majoris et scabinorum quolibet anno jurabunt quod facient mihi valere villam Divionis quantum
poterunt bona fide ultra summam predictam quingentarum marcharum levando, unam marcham
annuatim a dictiori tantum sicut predictum est et credetur eis Majori et scabinis super hoc quod ex unde
fecerint per juramentum predictum, nec ultra hoc poterunt a me super hoc in aliquo molestari. Hanc
autem libertatem et has pactiones juravi tenendas et inviolabiliter in perpetuum observandas, salvis
nichelominus eisdem hominibus omnibus libertatibus, juribus, cartis et instrumentis a me et a
predecessoribus meis, nec non et a quibuscumque aliis sibi concessis et etiam consuetudinibus suis et
bonis usibus huc usque habitis et optentis. Si autem, quod absit, ab hujus modi libertatibus et pactionibus
in aliquo resilirem vel alius per me, volo et concedo quod venerabiles in Christo patres dominus
Archiepiscopus Lugdunensis, Eduensis, Lingonensis et Cabilonensis episcopi qui pro tempore fuerint,
homines meos et terram meam, excepta villa Divionis, prout juridictioni eorum subitiuntur, supponant
interdicto sine aliqua offensa mea, usque ad satisfactionem {40}condignam, inrefragabiliter
observando. In hujus autem rei testimonium presentes litteras dictis Majori et communie tradidi sigilli
mei munimine roboratas. Actum publice Divioni, in Vigiliis Omnium Sanctorum, anno Domini
millesimo ducentesimo tricesimo primo.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge pendants. Original: Archives de la ville de Dijon, L1,
Impositions.
XXXVII
VILLE DE DIJON
Garantie de la charte des marcs par Guillaume de Vergy, sénéchal de Bourgogne.
1231 (novembre).
Ego Villermus de Vergeio senescallus Burgundie, notum facio universis presentes litteras
inspecturis, quod quando Hugo dux Burgundie contulit libertatem marcharum hominibus suis ville
Divionensis, quam per sacramentum suum in perpetuum tenere promisit, ego similiter juravi dictam
libertatem, sicut in litteris Ducis est expressum, firmiter observare, et consilium et auxilium meum
fideliter imponere de dicta libertate firmiter observanda. Si vero Dux, de his in aliquo dictis hominibus
suis, per se vel per mandatum suum, vellet molestiam inferre, vel de his in aliquo resilire, ego per
sacramentum meum pro posse meo fideliter {41}laborarem, ut Dux dictam libertatem et pactiones
teneret, et ego dictos homines Divionenses ubique conservarem secundum posse meum. In hujus rei
testimonium, dictis hominibus presentes litteras tradidi sigilli mei munimine roboratas. Datum Divioni,
anno Domini M° CC° XXX primo, mense novembris.

Scellé en cire blanche à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville, L1,
Impositions. — Imprimé dans Pérard, p. 342.
XXXVIII
VILLE DE DIJON
Garantie de la charte des marcs, par Robert, archevêque de Lyon.
1231 (14 janvier).
Rotbertus Dei gratia prime Lugdunensis ecclesie Archiepiscopus, universis presentes litteras
inspecturis, in Domino salutem. Noveritis quod nos, ad petitionem et instanciam dilecti consanguinei et
fidelis nostri Hugonis ducis Burgundie, promisimus et tenemur hominibus ejusdem Ducis ville
Divionensis, quod si idem Dux per se, vel per alium, resilierit a libertate marcharum argenti, quam ipse
dedit et concessit eisdem hominibus Divionensibus et heredibus eorum in perpetuum, aut si resilierit a
pactionibus que in carte ex inde confecta continentur plenius sigillo ejusdem Ducis sigillata, et dictis
hominibus tradita in anno Domini M° CC° XXX primo: nos, usque dum ad libertatem predictam
tenendam, et ad alias pactiones carte sue predicte tenendas et observandas redierit, et dampna eisdem
hominibus exinde facta integraliter restituerit, terram suam et homines suos, ubicumque sint in nostra
provincia, preter villam Divionensis, in defectum suffraganeorum nostrorum, quorum litteras super
eisdem pactionibus penes se habent, sicut intelleximus, homines Divionenses predicti, districto
supponemus interdicto, et faciemus firmiter observari competenti monitione. Et hoc faciemus
quociescumque clamor dictorum hominum super resultu dicti Ducis ad nos pervenerit, aut per aliquem
certum mandatum eorum nobis fuerit nunciatus. Quibus hominibus vel cui certo mandato credemus de
resultu {42}ejusdem Ducis per suum proprium sacramentum. In hujus igitur rei testimonium, presentes
litteras sigillo nostro duximus roborandas. Actum Divioni, XIII Kalendas januarii, anno Domini CC°
tricesimo primo.

Original: Archives de la ville, L1, Impositions. — Traduction imprimée dans Pérard, p. 363.
XXXIX
VILLE DE DIJON
Autre semblable, par Guy de Vergy, évêque d’Autun.
1231.
Guido Dei gratia Eduensis episcopus universis presentis litteras inspecturis in Domino salutem.
Noveritis quod nos ad requisitionem nobilis viri Hugonis ducis Burgundie. (Le reste conforme à la
charte de l’Archevêque Robert, jusqu’au mot: In perpetuum.) Aut [si resilierit] a pactionibus que
continentur in carta sigilli ejusdem Ducis. (Le reste comme au texte précédent, jusqu’au mot: In nostra.)
Diocesi, preter villam Divionis, districto supponemus interdicto. (Le surplus comme au texte cité.) In
hujus rei testimonium, presente pagine sigillum nostrum duximus roborandas. Actum est hoc anno
Domini M° CC° XXX° primo.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville, L1,
Impositions.
XL
VILLE DE DIJON
Autre semblable, par Guillaume de la Tour, évêque de Chalon.
1232.
Guillelmus Dei gratia Cabilonensis episcopus, universis presentes litteras inspecturis, eternam in
Domino salutem. Noveritis quod, ad requisitionem Hugonis ducis Burgundie. (Le reste comme à la
charte de l’évêque d’Autun.) In hujus rei testimonium, presenti pagine sigillum nostrum apposuimus.
Actum est hoc anno Domini M° CC° XXX° secundo.

Original: Archives de la ville, L1, Impositions. — Imprimé dans Pérard, p. 345, avec observation
que l’éditeur, au lieu de Guillelmus, a lu Guido.
{43}XLI
VILLE DE DIJON
Cession des Juifs, faite à la commune par le duc Hugues IV.
1232 (mai).
Ego Hugo dux Burgundie, omnibus notum facio, quod dedi et concessi Majori et scabinis Divionis,
judeos meos Divionenses et volo quod sint de sua communia. Actum anno Domini M° CC° XXXII°,
mense maio.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé:


dans Pérard, p. 341; — Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre
les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
XLII
VILLE DE DIJON
Ordonnance du duc Hugues IV, concernant la durée des fonctions du maire et des échevins.
1235 (novembre).
Hugo dux Burgundie, carissimis suis et dilectis Majori et scabinis, et toti communie Divionensi,
salutem et amorem. Noveritis quod nos, petitionem quam nobis fecistis, audivimus et intelleximus
diligenter, pro eo quod nobis non videtur esse dissona rationi. Que petitio talis fuit, videlicet, ut vobis
concederemus, et vellemus, quod qui institueretur Major in communia Divionensi, deinceps usque post
transactum triennium ille idem non posset eligi in Majorem; {44}similiter, qui per unum annum essent
scabini, nullus eorum usque post transactum triennium ullo modo posset vocari vel eligi in scabinium.
Adjunctum etiam fuit vestre petitioni, ut non possent in uno anno fieri, Major vel scabinus, pater cum
filio, aut filius cum patre, neque similiter duo fratres. Quam petitionem, pro eo quod eam perpendimus
nobis et nostris esse non nocuam, vobis autem et posteris vestris necessariam et honestam, de consensu
consilii nostri eam vobis et vestris posteris concedimus et donamus. Veruntamen vobis liceat, Majorem
qui pro tempore fuerit, quantumcumque vobis placuerit, ipsum reeligere in Majorem, dummodo
inventus fuerit idoneus et fidelis, et nobis et ville utilis et ab universitate ville fuerit reelectus. Et hec
vobis concedimus et precepimus firmiter observari; salvis nichilominus omnino vobis et posteris vestris,
litteris, cartis, consuetudinibus, et aliis usibus bonis usque nunc habitis et obtentis. Et ut hoc ratum et
firmum in perpetuum habeatur, presentibus litteris sigillum nostrum fecimus apponi. Actum anno
Domini M° CC° XXX° quinto, mense novembris.

Original: Archives de la ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans Pérard, p. 363.
XLIII
VILLE DE DIJON
Seconde confirmation de la charte de commune, par Hugues IV, duc de Bourgogne.
1272 (octobre).
Ego Hugo dux Burgundie, notum facio omnibus presentes litteras inspecturis, quod ego, coram Deo
et hominibus, juravi hominibus Divionensibus, quod communiam eorum, Divionensium libertates,
eorum consuetudines, constitutiones, et omnes alias eorum immunitates, a bone memorie Hugone avo
meo, et Odone patre meo, ducibus Burgundie, sibi confirmatas, sicut in eorum cartis sigillis suis
sigillatis, quas Divionenses penes se habent, plenius continetur, nec non et personas ipsorum cum rebus
suis in perpetuum manutenebo, et fideliter conservabo. In cujus rei testimonium et munimen, presenti
pagine {45}sigillum meum apposui, et dictis Divionensibus tradidi sigillatam. Actum anno Domini
M° CC° septuagesimo secundo, mense octobris.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 340.
XLIV
VILLE DE DIJON
Rétablissement, par le duc Robert II, de la mairie, qu’il avait saisie.
1277 (janvier).
Nos Robertus dux Burgundie, Francie camerarius, notum facimus universis presentes litteras
inspecturis, quod, cum propter defectum cense quingentarum marcharum nobis debite, et non solute,
regimen ville Divionensis in manu nostra cepissemus, et Odonem de Salmasia Majorem Divionensem,
et scabinos ad regimen dicte communie Divionensis cum dicto Odone creatos, à dicto regimine
amovissemus, et Petrum de Antigniaco, nomine nostro Majorem, et novos scabinos cum ipso in
regimine dicte communie instituissemus, super quibus dicti Odo et scabini cum ipso creati domino regi
Francie conquesti fuerant, petentes ut sibi et communie Divionensi premissa faceret emendari, dicentes
dictum dominum regem juxta tenorem litterarum predecessorum suorum dicte communie concessarum
ad hoc teneri. Nos captionem, amotionem, et institutionem predictas, pro bono pacis, et de bonorum
consilio penitus adnullamus, nolentes quod occasione earundem, Majori, scabinis, et communie
Divionensis, {46}in libertatibus, juribus, et consuetudinibus suis, seu privilegiis et cartis, tam a clare
memorie Philippo Francie rege, quam a nostris predecessoribus Burgundie ducibus dicte communie
concessis, aliquod imposterum prejudicium generetur. Immo volumus et concedimus, quod status
communie Divionensis in omnibus et per omnia in ea integritate et firmitate integer et illesus permaneat,
in quibus erat ante tempus captionis, amotionis, et institutionis predictarum, et carte, et privilegia dicte
communie eandem roboris firmitatem obtineant, quam habebant ante tempus captionis, amotionis et
institutionis predictarum. In cujus rei testimonium et munimen, presentes litteras dedimus nostro sigillo
sigillatas. Actum anno Domini M° CC° septuagesimo septimo mense januario.

Scellé en cire blanche à lacs de soie rouge tressés. Original: Archives de la ville de Dijon, B1,
Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 343.
XLV
VILLE DE DIJON
Accord fait, de l’autorité de Philippe-le-Hardi, roi de France, pour la cession de la vicomté de Dijon à
la commune, par le duc Robert II.
1282 (février).
Philippus Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis tam presentibus quam futuris, quod
cum discordia esset coram nobis, inter carissimum sororium et fidelem nostrum Robertum ducem
Burgundie ex una parte, et ejus communitatem ville Divionis ex altera, super eo quod dicta communitas
dicebat dictum Ducem emisse vicecomitatum Divionis, quem in manu sua tenere non {47}poterat, ut
dicebant, memorato Duce contrarium asserente. Tandem accordatum fuit inter dictas partes coram nobis
hoc modo, videlicet, quod dictus Dux tradidit dicte communitati dictum vicecomitatum ad perpetuam
firmam pro mille libris Turonensibus solvendis ad Candelosum annuatim; scilicet, quingentis libris
perpetuo, et quingentis libris ad vitam ipsius Ducis et ad vitam carissime sororis nostre Agnetis consortis
ejusdem Ducis vel eorum superviventis. Et post eorumdem Ducis et Ducisse decessum, dicta
communitas persolvet eorum heredibus dictas quingentas libras dicto termino. Et quandiu ipsi ambo
Dux et Ducissa vivent, et post eorum decessum, dicta communitas persolvet dicto Duci et ejus heredibus
cum summa predicta quingentas marchas argenti, eo modo quod consueverint persolvere, quas debet
quolibet anno pro censa sua in die Ramis Palmarum. Et si deficerent in pagamento mille librarum
predictarum, dicto termino, in toto vel in parte dicta communitas teneretur dicto Duci vel ejus heredibus
reddere decem libras Turonensium de qualibet die qua deficerent de pagamento, pro dampno quod
dictus Dux haberet pro defectu dicti pagamenti. Et est sciendum quod illi de communitate antiqua et illi
de vicecomitatu persolvent summas superius nominatas dictis terminis, tali modo; scilicet, quod qui
habebit valorem mille librarum et plus, persolvet decem libras quolibet anno; et ille qui habebit centum
libras, viginti solidos; et sic descendendo et ascendendo usque ad mille libras. Et si dicte summe argenti,
prout sunt divise, non possent reperiri in jactu predicto, rejactaretur dictus defectus super quolibet, modo
predicto. Et eciam sciendum est quod illi de vicecomitatu nichil debent de debitis, neque de chargiis, in
quibus villa Divionis tenebatur de tempore {48}preterito usque ad accordatum modernum. Accordatum
est eciam quod dicta communitas debet dare dicto Duci ratione dicti accordatus quinquies mille libras
usque ad quinque annos quolibet anno mille libras ad dictum Candelosum persolvendo, et quingentas
libras persolvendo modo dicte Ducisse. Et omnes libertates quas dicta communitas habebat, eidem
remanet in tali puncto et in tali virtute, quibus eas habebant tempore date presentium litterarum. In cujus
rei testimonium, presentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum, salvo tamen in omnibus jure
nostro, et jure quolibet alieno. Actum Parisiis, anno Domini M° CC° octogesimo secundo, mense
decembris.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune.
XLVI
VILLE DE DIJON
Accord entre le duc Robert II et la commune, au sujet de la prestation des marcs et de la cession de la
vicomté.
1284 (décembre).
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Nos Robertus dux Burgundie, notum facimus
universis presentes litteras inspecturis vel audituris, quod nos concedimus hominibus nostris communie
Divionis, ut de quingentis marchis argenti, in quibus singulis annis nobis et ducibus Burgundie tenentur,
prout in carta communie Divionis continetur, ipsi homines sint liberi et immunes, et de dictis quingentis
marchis argenti ipsos homines liberamus, absolvimus, et quittamus in hunc modum: videlicet, ut
quicumque sit de communia Divionis predicta, domicilium habens, morans homo noster apud
Divionem, habens aut habiturus quoquomodo in bonis valorem seu extimationem sexcentarum librarum
Turonensium parvorum, et plus, quantumcumque habeat, aut a quibuscumque personis acquirat vel
habeat, solvet nobis vel mandato nostro, quolibet anno, duas marchas argenti tantum, et non plus. Ille
autem qui non habebit in bonis valorem seu extimationem sexcentarum librarum Turonensium
parvorum, descendendo de quolibet centum libris dicte monete Turonensis, solvet nobis aut mandato
nostro, quolibet anno, viginti solidos Turonenses parvorum, et non plus. Qui vero minus habebit de
centum libris Turonensium parvorum, {49}secundum minus descendendo, persolvet secundum modum
extimationis bonorum suorum. Quicumque vero moram faciet apud Divionem homo noster, ad minus
solvet nobis vel mandato nostro, quolibet anno, XII denarios Turonensium parvorum. Qui autem solvere
volet duas marchas argenti, jurare valorem seu extimationem rerum suarum vel bonorum suorum non
compelletur. Sed qui duas marchas argenti solvere noluerit vel recusaverit, valorem seu extimationem
bonorum suorum jurabit in presentia Majoris et scabinorum communie Divionensis, et mandati nostri,
si velit mandatum nostrum interesse. Si Major et jurati intelligant jurantem esse bone fame, credetur
eidem juranti ex solo suo simplici juramento, sine omni alia inquisitione vel probatione super hoc
facienda. Si vero sinistra suspicio habetur de jurante, Major et scabini inquirent per quinque de vicinis
fide dignis et propinquioribus hinc et inde super hoc juratis, valorem seu extimationem bonorum
ejusdem cujus sinistra suspicio habetur, et si reperierint per juramentum Majoris partis dictorum
vicinorum illum cujus sinistra suspicio habetur, habere in bonis majorem valorem seu extimationem
quam juraverit de majori valore seu extimatione; ille qui juravit cujus sinistra suspicio habebitur,
secundum formam et modum predictum usque ad dictas duas marchas solvet tantum, absque pena, vel
emenda solvenda vel levanda. Quicumque de dictis marchis et pecunia nobis vel mandato nostro
concordaverit, illum qui sic concordaverit, inde volumus immunem esse et liberum illa vice. Major et
scabini predicti facient preconizari annuatim post festum Omnium Sanctorum, quod quicumque sit de
communia Divionis, domicilium habens, morans homo noster apud Divionem, satisfaciat de marchis et
pecunia predictis in festo Purificationis Beate Marie Virginis. Major et scabini volentes satisfacere de
marchis et pecunia predictis, secundum formam predictam, ad requisitionem mandati nostri, compellent
eos ad satisfactionem per bonorum suorum, non corporum captionem. Si sit aliquis rebellis ad jurandum
vel satisfaciendum ut predictum est, si mandatum nostrum petat a Majore et scabinis eos cogi ad
jurandum vel ad satisfaciendum, et Major et scabini dicant quod eos commode cogere non possunt aut
nolunt; mandatum nostrum poterit eos cogere ex ista causa, absque corporis captione. Illi autem qui
super hoc juraverint, et satisfacere voluerint pro illis qui jurare et satisfacere noluerint, gagiari vel cogi
non possunt aut debent. Filios, filias, sive conjugati sint, aut non, morantes cum patribus aut matribus,
vel aliquo ipsorum, a dictis duabus marchis et pecunia predictis volumus et concedimus esse quitos,
liberos et immunes. Fratres et sorores, nepotes, neptes, et ceteri descendentes, qui partiti non fuerint aut
{50}divisi, pro una persona reputabuntur, et ut una persona de duabus marchis argenti et pecunia
predictis satisfacient juxta modum predictum. Si vero predicte persone partite et divise fuerint, quamvis
insimul moram faciant, tenentur ad solutionem marcharum et pecunie predictarum, secundum formam
predictam. Si autem liberi, fratres, sorores, nepotes, neptes, et ceteri descendentes, in avoeria fuerint,
ille qui ipsorum habuerit avoeriam, de duabus marchis argenti et pecunia predictis pro se et existentibus
in avoeria solvet, secundum extimationem bonorum suorum, et bonorum illorum qui fuerint in ejus
avoeria, et secundum modum predictum et formam predictam; dum tamen ultra duas marchas argenti
pro se et existentibus in avoeria non solvat. Pignora aut gagia, que Major et scabini Divionis capient,
vel capi facient ab illis, qui de dictis duabus marchis et pecunia non satisfecerint, postquam mandato
nostro tradita fuerint, per octo dies continuos servabuntur antequam vendantur. Dolia et cuppe in
extimatione bonorum computabuntur, et omnia alia utincilia hospitii, quecumque sint et vestis consuta
in valore seu extimatione bonorum non computabuntur neque reputabuntur. Vestes empte ut
revendantur, utincilia hospitum que habentur ad opus hospitum suscipiendorum et hospitandorum, in
valore seu existimatione bonorum reputabuntur, et computabuntur. Quicumque sit Major communie
Divionis, in anno vel annis sui regiminis ipsum a dictis duabus marchis et pecunia quittamus, et volumus
esse liberum et exemptum. Nos vel dux Burgundie, vel quicumque successor noster, seu alii a nobis
causam habentes, per nos, aut per alium petere non poterimus ab hominibus communie Divionis dictas
quingentas marchas, quoniam per conventiones predictas duarum marcharum argenti et pecunie
predictarum pro extimatione bonorum, juxta modum predictum, quitate sunt et remisse et contenta in
dictis conventionibus ex eadem causa debentur, ex qua dicte quinginte marche debebantur. Homines
communie Divionis, sive existentes de communia, sive recedentes de communia, et de communia non
existentes, volumus et concedimus a satisfactione et a probatione satisfactionis super duabus marchis
argenti et pecunia predictis esse quittos, liberos et immunes, nisi de anno ultimo, in quo ab eis
satisfactionis probatio exigetur. Homines communie Divionis recedentes a villa Divionensi, ubicumque
se transferant vel morentur, tenebunt, et habebunt bona sua omnia, et singula mobilia, et immobilia
ubicumque sint sita, et ex ipsis bonis suis omnibus et singula poterunt facere suam plenariam voluntatem
tam libere, ut ante conventiones, que in presentibus litteris continentur, et ante confectionem presentium
litterarum ea tenere poterant, aut debebant, ita quod per hec juri {51}nostro nullum prejudicium
afferatur, et dictis hominibus nichil novi queratur, preter id quod superius est expressum de duabus
marchis argenti et aliis sommis predictis, pro quibus secundum modum predictum quinginte marche,
que nobis ante presentis littere confectionem ab hominibus nostris Divionensibus debebantur, remisse
sunt et quittate. Si quid juris, actionis vel rationis sit acquisitum predictis hominibus, ex facto nostro,
vel predecessorum nostrorum, vel aliquo suo, aut aliqua alia ratione qualicumque, secundum tenorem
privilegiorum, instrumentorum suorum, litterarumque suorum, aut alias, volumus et concedimus eisdem
hominibus esse salvum in personis, et bonis, et rebus eorum mobilibus et immobilibus, litteris
presentibus nonobstantibus et conventionibus prenotatis. Major et scabini, Divionenses pro negociis
dicte communie Divionis poterunt imponere, aut indicere hominibus dicte communie, et levare a dictis
hominibus quantamcumque summam pecunie voluerint, et quando viderint expedire: et si ad jactus
missionum dictorum negociorum dicte communie faciendum mandatum nostrum interesse voluerit,
intererit in hoc socius in hoc tanquam unus ex scabinis ville Divionis, et jurabit super sancta Dei
euvangelia, quod in dictis jactibus dictorum missionum faciendis bene et fideliter se habebit, hoc salvo,
quod si questio vel dissensio esset inter nos et dictos homines communie Divionis, Major et scabini
Divionenses, presente mandato nostro, si voluerit interesse, super homines dicte communie imponere
poterunt, et levare missiones competentes ad deffensionem ipsorum; quas missiones nos vel mandatum
nostrum perturbare aut contradicere non possumus, aut debemus. Et sciendum est, quod virtute
hujusmodi littere, vel eorum que in presenti littera continentur, super dictos homines, vel super bona
sua, sive ratione possessionis, sive proprietatis, aut receptionis pecunie aut marcharum predictarum,
exigere non possumus, nec dicti homines super nos, nec etiam plus reclamare juris aut rationis quam
poteramus et debebamus ante presentis littere confectionem, vel perfectionem eorum que in presenti
littera continentur, omnibus tamen punctis et articulis presentis littere durantibus in sui roboris firmitate.
Promittimus insuper pro nobis, et nostris heredibus, et successoribus, et pro causam a nobis in hoc
habentibus per stipulationem legitimam et solempnem, et per juramentum nostrum super sancta Dei
euvangelia corporaliter prestitum, omnia privilegia, omnes libertates, immunitiones, cartas,
instrumenta, percursus, et litteras communie Divionis sigillatas, et sigillata a regibus Francie, et quolibet
eorum, et a predecessoribus nostris, et a nobis, et a quibuscumque specialiter et generaliter dictis
hominibus concessas et concessa, inviolabiliter observare in personis, {52}et rebus et bonis eorum, et
per banleucam Divionensem, volentes quod usus, consuetudines, et jura communie predicte, et
hominum predictorum, nullo modo possint infringi per ea que in presenti littera continentur. Ita quod
per hoc juri nostro nullum prejudicium afferatur, et dictis hominibus nichil novi queratur, preter id quod
superius est expressum, quod de duabus marchis argenti, et aliis summis predictis, pro quibus secundum
modum predictum quingente marche, que nobis ante presentis littere confectionem ab hominibus nostris
Divionis debebantur, remisse sunt et quittate. Obligantes nos, et nostros, heredes, et successores, et
causam a nobis habentes per nostrum jam prestitum juramentum, ad omnia et singula supra dicta, ac si
essent specialiter enumerata, proposita vel dicta, firmiter tenenda, et in perpetuum inviolabiliter
observanda, et in nullo contraire promittimus per nos, vel per alium, nec contravenire volenti in aliquo
consentire tacite vel expresse, aut modo alio qualicumque, volentes, et concedentes, quod si aliqua
contrarietas, repugnantia, dubietas, obscuritas, duplicitas, vel simplicitas inveniatur, aut reperiatur
quocumque modo, et quocumque tempore, in privilegiis, instrumentis, litteris, cartis, percursibus,
libertatibus et immunitatibus eorum eaque in dictis privilegiis, cartis, instrumentis et litteris sunt, sint
antiqua vel nova, intelligantur et exponantur rationabiliter secundum quod melius et utilius poterunt
intelligi ac exponi ad utilitatem dicte communie, et hominum predictorum. Item cum discordia
verteretur inter nos, ex una parte, et homines dicte communie, ex altera, super hoc quod petebant a nobis
vicecomitatum Divionensem, quem acquisieramus, quod non poteramus facere ut dicebant; tandem
concordatum est in dictis conventionibus inter nos et ipsos habitis in hunc modum: quod nos dictum
vicecomitatum, cum omnibus juribus et pertinentiis ejus in hominibus, justicia, dominio, et nundinis
Omnium Sanctorum, et aliis in dictam communiam transferimus eo modo, quo eidem communie
predicta competunt in ceteris locis ville, et dictum vicecomitatum ipsi communie, perpetua pro nobis,
et nostris heredibus concedimus et quittamus, ita tamen quod ipsi homines vicecomitatus solvent nobis
de marchis et pecunia predictis secundum modum predictum, et taxatum in aliis hominibus communie
supradicte, salvis ipsis hominibus vicecomitatus libertatibus quas habebant ante presentis littere
confectionem, et quem vicecomitatum cum ejus juribus dictis hominibus communie Divionis bona fide
garantire promittimus contra omnes perpetuo, et tenemur. Renunciantes siquidem in hoc facto ex certa
scientia, et per dictum juramentum, exceptioni lesionis, vel deceptionis in factum omni actioni nobis et
nostris heredibus sive successoribus, vel a nobis causam {53}habentibus, ad revocandum predicta, vel
aliquod de predictis competenti, vel in futurum competiture. Implorans officium judicis, et prelati
constitutioni, presente utroque, et omni auxilio totius juris canonici et civilis, et omnibus exceptionibus,
juribus, rationibus, allegationibus, deffensionibus totius juris et facti, et aliis quibuscumque que contra
presens instrumentum vel factum possent obici sive dici, et juridicenti generalem renunciationem non
valere. In quorum omnium testimonium et munimen perpetuum, litteris istis sigillum nostrum duximus
apponendum. Actum anno Domini millesimo ducentesimo octogesimo quarto, mense decembris,
Philippo rege Francorum tunc regnante.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge tressés. Original: Archives de la ville de Dijon, B1,
Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé: dans Pérard, p. 347. — Mémoire pour les vicomte-
mayeur, échevins, etc., de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
{54}XLVII
VILLE DE DIJON
Ratification de l’accord précédent par Philippe-le-Hardi, roi de France.
1284 (décembre).
Philippus Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis tam presentibus quam futuris, quod
nos litteras dilecti et fidelis nostri Roberti ducis Burgundie vidimus in hec verba.
In nomine sancte et individue Trinitatis... (Voir le n° précédent.)
Nos vero Philippus Dei gratia Francorum rex, predicte omnia et singula rata et grata habentes, ea
volumus et approbamus salvo in omnibus jure nostro et etiam alieno. In cujus rei testimonium,
presentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. Actum anno Domini M° CC° octogesimo quarto,
mense decembris.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 347.
XLVIII
VILLE DE DIJON
Déclaration du duc Robert II, touchant un jugement rendu par le bailli de Dijon, contrairement aux
priviléges de la ville.
1297.
Nous Roberz dux de Borgoigne, façons savoir à touz cels qui verront et orront ces présentes lettres,
que comme nostre amez Richarz de Montmorot chevaliers çai, en arriers nostre bailliz de Dijon, hahust
fait adjorner pardevant lui Bartholomin l’espicier de Dijon, à ses assises de Dijon novelemant passées,
suz cas de injure que lidiz bailliz proposoit contre ledit Bartholomin; c’est à savoir, seur ce que il disoit,
que lidiz Bartholomins, en nostre ville de Dijon, en maltalant et en courrouz havoit chacié, et fait chacier
le coutel trait Huguenin le Rousselot nostre tabellion de Dijon, et requeroit lidiz Bartholomins seur ce
la court dou Maiour de Dijon, et que il fust ajornez pardevant ledit Maiour, pour faire {55}droit; ledit
Maiour présent et requerant la court dudit Bartholomin, comme de son justisauble; ledit baillif disant
encontre, que nous deviens hauoir la court doudit Bartholomin en cel cas, pour ce que il disoit, que lidiz
Rousselot est, et estoit en nostre servise et sur ce lidiz Maires et Bartholomins requérient audit baillif,
que lor en deist droit. Li quex bailliz dist et pronunça par sentence locutoire, que lidiz Maires ne devoit
hauoir la court doudit Bartholomin en tel cas. Et lidiz Maires, et li autres prodomes de Dijon nous haient
monstré et supplié, que nous ne veuillessins pas user de ladite intellocutoire, comme elle fust donée, si
comme il disoient en lor grief, et ou préjudice de lor préviléges de la commune de Dijon. Nous, oye la
requeste doudit Maiour et des prodomes, volons et ottroions, que ladite intellocutoire donnée par ledit
nostre baillif, ne tiegne, et ne face préjudices es préuilaiges de ladite commune, ne à nous auxi, et que
pour ladicte intellocutoire, droiz ne nous soit acquis contre ladicte commune, ne ladicte commune contre
nous. Et volons et ottroions, que nonobstant ladite intellocutoire, li prévileiges, et les chartres de ladicte
commune demorint en lor force et en lor valour, si commil estoient deuant ladicte intellocutoire. En
tesmoignage de laquel chose, nos hauons fait mettre nostre seaul en ces présentes lettres. Ce fuit faiz et
donnez à Beaune, le lundy après le mois de Pasques, l’an de grâce mil CC IIIIxx et dix-sept.

Cartulaire de la ville de Dijon, Bibliothèque publique, Mss. n° 448, fol. 19, v°. Imprimé: dans
Pérard, p. 346. — Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les
receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
XLIX
VILLE DE DIJON
Déclaration du duc Robert II, au sujet d’une amende encourue par la commune.
1298 (septembre).
Nous Robers dux de Borgoigne, façons savoir à touz cels qui verront et orront ces presentes lettres,
que comme li Maires, li escheviz et li commune, et li {56}habitanz de la ville de Dijon hayent volu et
outroyé, que de l’emande que nos demandiens a aux por raison de plusours injures que nos disiens estre
faites à Gillet d’Auxois, clerc, en façent nostre servise et nostre office, nos puissons faire raison à nous
et à aux, sor ladite emande, et en puissions a aux condamner ou assorre, selonc ce que droiz et raisons
sera. Nos volons et outroyons por nos, et por nos hoirs, que porce que il nos hont donée pooir de
coignitre, et de pronuncier l’emande dessusdite, en ce fait nuns préjudices ne soit faiz à lors privileges,
ni à lor chartres, en cestu cas, ou en semblauble, ou temps à avenir; ains quant es cas à asvenir, nos
volons que lor privileges soient saulz et nostre droiz auxi, en la meniere, et en la forme qu’il estoient
devant la confection de ces presentes lettres. En tesmoing de laquel chose nos avons mis nostre seaul
en ces présentes lettres. C’est fait l’an de grâce mil dous cent quatre-vinz et dix et huyt, ou mois de
septembre.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B1, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé: dans Pérard, p. 344. — Mémoire pour
les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine,
1774, in-4°.
L
VILLE DE DIJON
Confirmation des libertés et franchises de la commune de Dijon, par le duc Hugues V.
1313 (décembre).
Nos Hugo dux Burgundie, notum facimus universis presentibus et futuris, quod nos libertates,
immunitatesve scriptas, hactenus datas et concessas Majori, scabinis, communie, seu hominibus et
habitantibus ville Divionensis, a bone memorie Roberto carissimo patre nostro, Hugone avo nostro,
ceterisque parentibus et predecessoribus nostris quibuscumque ducibus Burgundie, confirmationesque
dictarum immunitatum et libertatum hactenus a dictis hominibus {57}Divionensibus obtentas a
predictis nostris parentibus et predecessoribus, prout in litteris quas Divionenses penes se habent,
sigillorum predecessorum nostrorum munimine roboratas, plenius continetur; ex nostra certa sciencia
scientes et spontanei, laudamus, approbamus, ac etiam per presentem paginam confirmamus.
Confirmationes nichilominus illustrissimi Domini nostri Philippi Francorum regis, aliorumque regum
predecessorum suorum obtentas a dictis hominibus Divionensibus, super immunitatibus, et libertatibus
scriptis eorumdem, et prout scripte sunt, laudamus et approbamus expresse. Manutenebimus etiam
personas dictorum habitantium, et res eorum, et cunservabimus imperpetuum fideliter in suis scriptis,
libertatibus et immunitatibus memoratis. Juravimus etiam coram Deo et hominibus, predicta omnia et
singula, prout superius sunt expressa, pro nobis heredibus, et successoribus nostris, quod ad hec
specialiter, et ex certa scientia obligamus eisdem Majori, scabinis, communie, habitantibus, que
omnibus et singulis ville Divionensis tenere, et inviolabiliter observare, et in nullo contraire. Volentes
quod si in aliquo pergentes nostras libertates, predicte infracte de facto fuerint, postquam de infractione
legitime constiterit, ad statum debitum reducantur. In quorum omnium, robur et munimen, sigillum
nostrum presentibus litteris duximus apponendum. Datum apud Divionem die dominica post festum
Nativitatis Domini, anno incarnationis ejusdem millesimo trecentesimo tertio decimo, mense
decembris.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 364.
LI
VILLE DE DIJON
Ce sunt les supplications faites au duc Hugue [V] afin qu’il feist le sairement de garder et maintenir nos
priviléges.
1314?
A vos très haut et excellent prince monseigneur le duc de Borgoine, lour très chier et redoté
soignour. Supplient humblement li Maires et li escheviz, et la commune de Dyjon, que cum votre
devantier duc de Borgoine, notre tres chier soignour cui Dex absoille, nous haient doné commune
libertez et franchisses, {58}escriptes et seelées de lour seauls, et conformées des roys de France, et vous
par vostre grant bonté et leauté, hayés reconformées les choses desusdites. De laquele nostre
reconformation vos nos avez outoyé à bailler lectres sus vostre seaul, si cum nos les havons de vos
devantiers, que il vous plaise ledictes lettres faire seauller, et à nos délivrer, et que vos facoiz cesser
vostre bailif, vostre prevot, et vos sergenz de Dyjon, de faire les grief que il font à nos de jour au jour
contre lesdiz previleges: liquel grief s’enseugvent.
Premièrement, vostre bailliz de Dyjon, prevoz, et sergenz, prannent, saissisent, et arrestent en la
vile, et de fueurs dedanz la banleuhe de Dyjon, sens requerir ne motre en déffaut li Maiour a les juriez
de ladite vile: lesquels choses sunt contre le previlege de ladicte ville qu’il dit: Nullus infra villam
Dyvionis vel extra, infra banleucam, aliquem potest capere, nisi Maior et jurati quandiu de eo justiciam
facere voluerint.
Item vostre bailliz de Dyjon ajorne, et fait a ajorner de jour en jour les habitanz de la vile de Dyjon
pardevant soy, à Talant et à Beaune, et autre part, sur injures, violances, et despitz faiz à Monseigneur,
et à ses genz, et à ses sergenz, si comme l’on dit; lesquelx choses sunt contre le previlege qu’il dit: Si
quis de communia, vel ipsa communia, aliquid mihi forefecerit, oportebit ut ego in curia Sancti Benigni,
per Majorem communie, ad judicium juratorum, justiciam de eo vel de ea capiam, nec eos extra
predictam curiam, vel placistare vel quartam monstrare compellere potero.
Item cum uns vostre bourjois de Dyjon, que l’on appeloit: Mathier le chandelier, soit trespassez, et
plusours autres, por le tans de horandroit, liquel estoient recehu an ladicte commune, comme vostre
home et vostre burjois et au vehu et au sehu de lour soignours, bien cinquante ans et plus, Jehanz
Percevaux damoyseaux et autres soient venus, et disint que li biens desdiz morz lor soient escheor, por
ce qu’ils avoient esté lour home, si comme il disoient et vehulint avoir lour biens; laquel chose il ne
pevent faire, et se seroit ou grand préjudice de vos, et de ladite commune, et plus de vos, que de ladite
commune: laquel chose ne puet estre faite, por point de chatre, qu’il dit: Sciendum vero quod communia
potest retinere homines cujuscumque dominii sint, in villa Dyvionis, secundum consuetudines et
usagium patris mei, et predecessorum nostrorum, sine hominibus domini Saly.
{59}Item vos gens nos troblent sans cause toutes eschoietes, qui à vos pevent avenir, c’est à savoir,
et biens de mutriers, de bestars, des larrons et de toutes autres choses de escheoites, et de espaves; laquel
chose est contre le point de la chartre, qu’il dit: Dedi etiam eis quicquid dominus Girardus Rationem
apud Divionem habebat, et omnes hechoitas in hominibus, que ad me devenire debent.
Item, com por vostre dobt Jheanz Marioche, Vacelins li Lombarz, et plusours autre, tuit vostre
bourjois de Dijon, soient et haient esté priz, retenus longuement en cors et an biens, lesquels choses
sont contre le previlege qu’il dit: Preter hec eis concessi, quod si homo de communia, pro debito meo
bene et fideliter cognito, captus fuerit, vel aliquid amiserit de meis redditibus, vel de causa mea si
redditibus non sufficient, reddimetur, vel si quid amiserit restituetur.
Item li prevoz de Dyjon, por lui et pour ses sergenz, prant, et fait pranre des choses des homes de
la commune, et ne la veut randre por le Maiour, qui est contre le previlege qu’il dit: Concessi etiam eis,
quod prepositus meus Dyvionis aliquid ceperit de rebus hominum communie, reddet sine omni placito,
quantum homo ille probaverit, si legitimus a Maiore communie testificatus fuerit.
Item li prevoz de Dyjon font mout de grief plusours fois à la commune de Dyjon, en prenant,
saisissant et arrestant personnes et biens en la ville, et fueurs de la ville, en la banleuhe de Dyjon, et le
refacent à amander por le Maiour de Dyjon, laquel chose est contre le point de la chartre qu’il dit: Si
prepositus Divionis aliquid contra communiam fecerit, per Maiorem emendabit.
Item vostre chastelains de Thalant, ou grief et ou préjudice de nos, et en empeschant la juridiction
de nos et de nos previlaiges, tient jours, et cognuit de touz faiz que li Juhi font, et que ils ont à faire à
autres genz de nostre commune, et d’autres, laquel chose ne puet, ne doit faire por les points des chartres,
qui dient: Donavi etiam eis Eliam Judeum cum suis heredibus, Vigerio, qui eum tunc ex meo dono
habebat, ipsumque quittante, et donum laudante.
Item, pour autre point de chartre, qui dit: Odo dux Burgundie, sciant universi tam presentes quam
futuri, quod anno ab Incarnatione Domini millesimo centesimo nonagesimo sexto, discordia fuit inter
me et communiam Divionensem, que pacificata fuit in hunc modum. Quittaverunt enim mihi villam que
vocatur Faennay, quam pater meus dederat eis, assensu meo, et laude mea. Et ego dedi communie
bannum Divionensem, et Judeos, et attractum libere Judeorum.
{60}Item, par autre chartre, qui dit: Ego Hugo dux Burgundie, omnibus notum facio, quod dedi et
concessi Majori et scabinis Divionis, Judeos meos Divionenses, et volo quod sint de sua communia.
Et cumbien, sire, que li poinz des chartres desusdictes soient sofisamment esclarcies de lour, si
havons nos por point de chartres, autre que lidiz poinz et chartres soient exposey au plus grant profit
que l’on porrai por la commune, et por le point de chartre, qui dit: Promittimus insuper, pro nobis et
nostris heredibus et successoribus. (Voir, pour le surplus, la charte de 1284, n° XLVI, dont ce qui suit
est la conclusion.)

Cartulaire de la ville de Dijon, à la Bibliothèque publique, n° 448, fol. 47. — Imprimé dans Pérard,
p. 349.
LII
VILLE DE DIJON
Pacification des débats entre le Duc et la commune.
1314, samedi avant l’Ascension (7 mai).
Nous Hugues, dux de Borgoigne, faceons savoir à touz, que nous havons doné et donons plain
pooir, et especiaul commandement à notre amé et foiaul cosin monsieur Mathieu, seignour de
Monmartin, de acorder et pacifier à la commune de notre vile de Dijon ou à singulaires persones de la
dite commune de touz meffaiz, despiz, injures et forfaitures, que il hont, ou poent havoir faites contre
nous, ou contre noz gens, par quelque maniere que ce soit. Et l’acort que notres diz cosins fara à la dite
commune, ou à singulaires persones d’icelle, por nous, et en nom de nous, nous haurons fert et
aggréable, auxi comme se nous, en notre propre personne, le haviens fait. Donné à la grange de Poiseux,
le samedi devant l’Ascension, l’an de grace mil CCC et quatorze.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.


{61}LIII
VILLE DE DIJON
Déclaration du duc Eudes IV, au sujet de son immixtion dans la justice de la ville.
1332, 10 juillet, et dimanche avant la Saint-André (29 novembre).
Nos Eudes, dux de Bourgoigne, cuens d’Artois, et de Bourgoigne, palazins, et sires de Salins, façons
savoir à tous, que comme nous haiens donnée une commission sous notre seel, à nos amez et féaux
chevaliers monsieur Jehan de Ballenou, monsieur Robert d’Aubigney, et mons Jehan de Chastoillon,
notre baillif de Digenois, ou es doux d’aux, contenant la forme qui s’ensuit:
Eudes, dux de Bourgoigne, contes d’Artois, et de Bourgoigne, palasins, et sires de Salins, à nos
amés et féaux chevaliers mons Jehan de Ballenou, mons Robert d’Aubigney, et mons Jehan de
Chatoillon, notre baillif du Digenois ou aux doux de lour, saluit. Plusours des habitans de notre ville de
Dyjon, especiaulmant des marchanz ou dou menu commun, sunt venu plaintiz à nous, et y viennent de
jour en jour, et nous ont montré en complainnant, que li gouverneur de notre ville de Dyjon, Maïours,
escheviz, sergenz, procureurs, et plusours autres, lour hont faiz plusours grifs, extorcions, injures, et
violances en personnes et en biens, et sofferts à faire à lour parens et à lour amis, et plusours de nos
droiz recelez, en tel cas et en autres. Si nous ont supplié humblement en pittié, que sur ce les
voussessiens pourvoir de remede covenauble. Et pource que nous desierions l’escroissement et le bon
estat de notredite ville, et pour le grant cry dou pueple, ne povons ces choses passer soubs dissimulation;
nous vous mandons et commettons à vous ensemble, ou es doux de vous, que vous en vos propres
personnes alez en notredite ville de Dyjon, et appellez ceux qui seront à appeller, saichiez, et enquerez
diligemment, somairement, et de plain, la vérité des choses dessus dictes: et ce que vous troverez estre
fait non dehuemant, et contre raison, faites remettre en estat dehu, et adrecier et amander à nous, et à
partie: et ce faites par tel menière, que li marcheans et li menus communs de notredite ville puissent
vivre et demorer en pais par dessoubs nous. Et ne volons que chouse que vous façiez en ces besoignes,
tornoit, ou face préjudice ès libertez, {62}privileges, franchises, et bonnes costumes de notredite ville.
De ce faire nous vous donons pouvoir, mandons et commandons à tous nos subgiez, que en ce facent,
obéïssent à vous. Donné à Lantanney le Xe jour de juyllet, l’an de grâce mil trois cent trente et doux.
Et por l’occasion de notredite commission, notredit chevalier, ou li dui d’aux, soient heuz en ladite
ville de Dyjon, et aient cogneu, et cognoissient, et faiz plusours faiz toichans et appartenanz à fait de
justice, de plusours faits, extorcions, et autres actions, et causes sur les Maihours qui ont esté Maihour
de Dyjon ou temps passé, plusours officiers, et plusours autres habitans de ladite ville de Dyjon; notre
entancions n’est pas, et ne volons que pour commission, ou commandement que nous haiens fait, ou
pour chose que notredit chevalier, facient, ou haient fait préjudices aucuns en saysine, ne en proprieté
soit faiz es Maihour, es escheviz, à la commune, et es habitans d’ycelle ville de Dyjon, en lour justice
de Dyjon, et es appartenances, en lour privileges, droiz, immunitez, franchises, et libertez, et lour
costumes, einssois lour volons estre sauves, et que pour ce aucuns droiz ne nous soit acquis. Et
promettons en bone foy, pour nous, et pour noz successours, garder les chouses dessusdites, et non venir
en contre; sauf et reservé à nous tous nos droiz que nous haviens en ladite ville de Dyjon, devant la
confection et la datte de notredite commission, de laquelle la teneurs est dessus escripte, esquelx nous
n’antendons point à renuncier par la teneur de ces présantes lettres, mas yceux retenons à nous, et
reservons pour nous et pour les nostres. En tesmoignaige de laquel chose, nous havons mis le saul grant
de nostre chambre en ces presantes lettres, que furent faites et données le Dyemoinge devant la feste
Saint Andrer, Apostre, l’an de grâce mil trois cent trente et doux.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, C1, Juridiction de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 351.
{63}LIV
VILLE DE DIJON
Obligation imposée par le duc Eudes IV à ses successeurs de jurer, lors de leur avénement, la
conservation des priviléges de la ville de Dijon.
1334 (26 août).
Nous Eudes, dux de Burgoigne, contes d’Artois, et de Burgoigne, palatins, et sires de Salins, faiçons
savoir à touz ceuls qui verront, ourront, et liront ces présentes lettres, que comme de certeinne science
nous aïens confermé et juré tenir, et fermemant garder les libertez, franchises, immunitez, chartres, et
privileges, et confirmation d’ycelles, données et outroiés de nos devantiers, dux de Bourgoigne, au
Maiour, et aux eschevins, et aus habitans de notre ville de Dyjon, si comme elles sont escriptes. Nous,
pour les bons et aggreaubles servises que nous ont faitz, et que de jour en jour nous font lidit habitant
de notredicte ville de Dijon, voulons et ouctroions, que notre hoir ou successeur en notre duchié de
Burgoigne, jurient, et soient tenus de jurer publiemant, en l’église de Saint-Benigne de Dijon, en leur
premier avénement en ladite duchié, qu’il garderont, et feront tenir et garder lesdites libertez, franchises,
immunitez, chartres, et privileges et confirmations d’icelle, en tint comme elles sunt escriptes, et plux
à ploin contenues es lettres, es chartres données de nos devanciers es habitans de notredicte ville de
Dijon. Et de ce faire, et fermement tenir, et garder perpétuellement, nous obligeons especiaulmant et
expressemant, nous, nos hoirs, nos successeurs, et à tous ceuls qui hauront cause de nous en nostre
duchié de Burgoigne. Et promettons en bonne foy lesdites chouses tenir et fermement garder à tousjours
mais, sens venir encontre par nous, ne par autre. En tesmoingnage de laquel chouse, nous havons fait
mettre notre grant seel en ces presentes lettres, faites et données à Montbart, notre chasteau, le vanredi
après la feste de saint Bartholomier, apostre, l’an de grâce mil trois cenz trente et quatre.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 332.
{64}LV
VILLE DE DIJON
Lettres du duc Eudes IV, au sujet d’une arrestation ordonnée par lui.
1334-1335 (1er avril).
Eudes, dux de Bourgoigne, contes d’Artois, et de Bourgoigne, palazins, et sires de Salins, à touz
cels qui verront et ourront ces presentes lettres, salut. Ce que nous havons pris, ou fait panre maistre
Estiene de Clarevaux en la ville de Dyjon, laquel chouse nous ne devienz pas faire, nous ne volons pas
que ce tournoit à préjudice au Maire, à la commune de Dijon, en lour droiz en lour justice qu’il hont en
ladite ville de Dijon, ne raclamer, n’en volons saisine, ne autre droit par ladite prise: ains volons, que
lour droiz lour soit ainsi saul en saisine, en proprietey, et en toutes autres chouses, cum se ladite prise
n’ahust onques estey faite. Donné à Dijon le sambadi premier jour de avril, l’an de grâce mil trois cenz
trente et quatre, sous nostre petit seaul, en tesmoignage de veritey.

Scellé en cire rouge à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville, C1,
Juridiction. — Imprimé dans: Pérard, p. 53. — Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la
ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
LVI
VILLE DE DIJON
Main-levée de la Mairie de Dijon par le duc Eudes IV.
1339 (3 juillet).
Eudes, dux de Bourgoigne, contes d’Artois, et de Bourgoigne, palazins, et sires de Salins, à touz
nos justiciers, salut. Comme notre amez et féaulx li sires de Thil a hust mist la maoerie de Dijon et le
gouvernement de la dicte ville et {65}les biens de Eude Rossigneul, Maheur de la dicte commune du
dit leu, en notre main; savoir vous façons, que nous, notre main havons levée, et levons de la dicte
Maierie et biens; et le dit Maire remettons en estat de toutes chouses empooichiés par la dicte main. Si
vous mandons que vous notre dicte main tenez pour levée; et pour ceste cause ne li mettez point
d’ampoichement. Donné à Beaune le secont jour de jullet, l’an de grace mil CCC trante et neuf.
Par l’abbey de Saint-Estiene, et par monseigneur de Thil.

Scellé du contrescel en cire rouge à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives de la
ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.
LVII
VILLE DE DIJON
Confirmation de la charte du duc Eudes IV par Jean de France, duc de Normandie, tuteur du duc
Philippe de Rouvres.
1350 (avril).
Jehan ainsné, fils du roy de France, duc de Normandie et de Guienne, conte de Poitou, d’Anjou, et
du Mainne, faisons savoir à touz ceulz qui verront et orront ces presentes lettres: que nous avons veu
les lettres de bonne mémoire nostre très chier oncle Eudes, jadiz dux de Bourgoingne, seellées de son
grant seel, sanz aucune suspicion, contenenz la fourme qui s’ensuit:
Nous Eudes, dux de Bourgoigne, etc. (Voir le n° LIV.)
Nous, toutes les choses et singulières contenuës es lettres dessus transcriptes, aians fermes et
aggréables icelles, et toutes les libertez, franchises, immunitez, chartres, previleges, et confirmacions
données de notre dit oncle, et de ses prédécesseurs es dits habitanz de la dicte ville de Dijon, les quels,
nous ayanz le gouvernement, et bail du duchié de Bourgoigne, et de notre très chier et bien amé cousin
Phelippe, duc de Bourgoingne, moindre d’aage, avons juré en l’église de Saint-Bénigne de Dijon, et
octroié, et promis tenir et garder fermement tout {66}en la fourme et manière que nostre diz oncle, et
ses predecesseurs l’ont fait ou temps passé, ainssi comme il est plus à plain contenu es chartres, libertez
et franchises des dits Maieur, eschevins, et commune de Dijon, et ycelles en nom que dessus, voulons,
loons, approvons, et par la teneur de ces présentes lettres, en tant comme il nous appartient, de notre
certaine science, confirmons, et icelles, en nom que dessus, promettons en bonne foy tenir et garder,
sans corrumpre, ne venir encontre; sauf nostre droit, et le droit de nostre dit cousin, et le droit d’autruy.
Et pour ce que ces choses soient plus fermes et plus estables, nous avons fait mettre nostre seel à ces
présentes lettres. Donné à Dijon l’an de grace mil troiz cenz et cinquante, ou mois d’avril.
Par monseigneur le duc, FOUVANZ.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 364.
LVIII
VILLE DE DIJON
Déclaration donnée par la reine Jeanne de Boulogne au sujet d’une infraction aux droits de justice de la
commune.
1359 (13 mai).
Jehanne, par la grâce de Dieu, royne de France, aienz en l’absence de Monseigneur le gouvernement
du duchié de Bourgoigne, faisons savoir à touz, que combien, que pour plusieurs maléfices perpetrez
en la ville de Dijon, le mardi et mercredi apres Pasques charnelz nouvellement passées, comme d’avoir
bouté le feu en l’église des Frères prescheurs, d’avoir mort et occis notre amé conseiller maistre Jehan
Rosier, et fait plusieurs roberies, excès et déliz en la dicte ville, plusieurs exécucions et justices des
malfaiteurs et coupables des diz maléfices dient esté faites par nos gens, tant en la dicte ville, comme
dehors, notre entente n’est pas, ne voulons que les dictes exécucions et justices tournent à préjudice
{67}aus Maieur, eschevins et à la commune de la dicte ville de Dijon, ne à leur privileges, libertez et
franchises.
Donné à Rouvre le XIIIe jour de may, l’an de grace mil CCC cinquante neuf.
Par la dicte royne, à la relation du conseil, P. CUIRET.

Scellé du petit sceau en cire rouge à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives de la
ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.
LIX
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la commune par Philippe de Rouvres, duc de Bourgogne.
1359 (26 janvier).
Phelippe, duc de Bourgoingne, conte d’Artois et de Bourgoingne, palatin, et sire de Salins, savoir
faisons à tous ceulx qui verront et ourront ces présentes lettres, que nous, les libertez, franchises, et
immunitez, chartres, previleges, et confirmations d’icelles, données et ouctroyées par nos prédécesseurs
ducz de Bourgoingne, aux Maieur, eschevinz, et commune de notre ville de Dijon, si comme elles sont
escriptes, voulons, louhons, ratifions, confermons et appreuvons de certaine science, promectans pour
nous, et pour nos hoirs, par nostre serement donné corporellement en la présence du corps Jésus-Christ,
et des personnes cy-dessoubs escriptes, les choses dessusdites, et chacune d’icelles tenir, et fermement
garder, sans jamais venir encontre par nous ne par autre, ne souffrir que autre y vienne. Et voulons que
semblablement, nos hoirs et successours, quant il verront au gouvernement du dit Duchié, le jurent se
ils en sont requis. Et que ce soit ferme et estable à toujours mais, nous avons, en tesmoing de ce, fait
mettre notre seel à ces présentes lettres. Ce fut faict et donné en l’église Saint-Bénigne de Dijon, présens
nostre très chière et très redouttée dame et mère madame la royne, de révérend père en Dieu l’arcevesque
de Besançon, l’evesque de Châlon, de nos amez et féaulx cousins, le conte {68}de Montbéliart, messire
Jacques de Vienne, sire de Lonvy, messire Hugues de Vienne, sire de Saint-George, messire Eudes de
Grancey, sire de Pierre-Pont, le sire de Couches, le sire de Sonbernon, messire Philibert de l’Espinace,
messire Hugues de Montjeu, messire Jehan de Cusance, chevaliers et pluseurs, le vingt-sisiesme jour
du mois de janvier, l’an de grâce mil trois cent cinquante neuf.
Par monseigneur le Duc, présens les dessus nommés: PHILIBERT.

Vidimus donné le 8 avril 1501 sous le scel de la chancellerie de Bourgogne. Archives de la ville de
Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 365.
LX
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville de Dijon, par Jean, roi de France.
1361 (23 décembre).
Jehan, par la grâce de Dieu, roy de France; savoir faisons à tous présens et avenir, que aujourd’huy
nous avons confermé, promis et juré sur les saints évangiles, estant sur le grant autel de l’église de Saint-
Bénigne de Dijon, tenir et garder fermement les libertez, franchises, immunitez, chartres, et privileges,
et confirmacions d’icelles, données et octroyées de nos devanciers dux de Bourgoigne, au Maieur, et
eschevins, et habitans de nostre dicte ville de Dijon, si comme elles sont escriptes; et aussi lesdiz Maieur
et habitans de notre dicte ville, estans lors en nostre présence en ladicte église, jurèrent qu’ils nous
seront loyaus, subgiez et vrais obéissans, et garderont nostre personne, et touz nos droits envers et contre
touz: et nous leur avons octroyez et octroyons par ces présentes, que nos hoirs et successeurs en nostre
dit duchié de Bourgoigne, jureront et seront tenus jurer publiquement en ladite église de Saint-Bénigne
de Dijon, en leur premier advénement ou dit Duchié, qu’ils garderont et feront tenir et garder lesdites
libertez, franchises, immunitez, chartres, et previleges, et confirmacions d’icelles, ainsi comme elles
sont escriptes, et plus à plain contenue {69}es lettres et es chartres données de nos devanciers dux de
Bourgoigne aux habitans de nostre dite ville de Dijon, et à ce faire, et fermement tenir, et garder
perpétuellement, nous obligeons especiaulment et expressement, nous, nos hoirs, noz successeurs, et
touz ceulz qui auront cause de nous en nostre dit Duchié, et promettons en bonne foy lesdites choses
tenir, et fermement garder à tousjours mes, sanz venir encontre par nous, ne par autre. Et pour ce que
ce soit ferme chose et estable à tousjours, nous avons fait mettre nostre seel à ces présentes lettres.
Donné à Dijon le XXIIIe jour de décembre, l’an de grâce mil trois cent soixante et un.
Par le roy, P. BLANCHET.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans: Pérard, p. 366. — Ordonnances des Rois de France, V, 238.
LXI
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de Dijon, par Philippe-le-Hardi, duc de Bourgogne.
1364 (26 novembre).
In nomine Domini, amen. Ex tenore hujus publici instrumenti ad universorum noticiam deducatur,
quod anno Incarnationis Domini millesimo CCC° sexagesimo quarto, XXVIa die mensis novembris,
indictione tertia, Pontificatus Sanctissimi in Christo patris, ac Domini nostri Domini Urbani divina
providentie Pape quinti, anno secundo, regnante illustrissimo ac potentissimo principe domino Karolo
Dei gratia Francorum rege, in mei notarii publici et testium subscriptorum presentia, illustrissimus
princeps dominus Philippus, quondam filius regis Francorum, dux Burgundie, una cum domino duce
Andegavensi {70}fratre suo, domino episcopo Eduensi, domino Abbate Sancti Benigni, et aliis prelatis,
nobilibus, et aliis quamplurimis, personaliter accessit ad ecclesiam Sancti Benigni Divionensis,
Lingonensis diocesis, ante magnum altare dicte ecclesie, hora quasi tertia dicte diei, prima die sui
adventus ad dictam villam Divionensem, tanquam Dux et dominus dicti loci. Qui quidem dominus Dux
coram omni populo ibidem congregato exponi fecit per venerabilem virum et discretum magistrum
Philibertum Paillardi consiliarium et cancellarium suum Burgundie, quasdam litteras regias, inter cetera
continentes donationem sibi factam de dicto ducatu Burgundie per bone memorie regem Johannem
patrem suum noviter deffunctum, et confirmationem dicte donationis factam per dictum illustrissimum
et potentissimum dominum Karolum Dei gratia Francorum regem, fratremque germanum predicti
domini Ducis: quibus expositis, fuit ex parte Johannis dicti Chopillart, clerici, ibidem presentis,
procuratoris, et procuratoris nomine Majoris, scabinorum, et totius communie dicte ville Divionensis
requisitum habere copiam predictarum litterarum, et specialiter clausularum continentium dictas
donationem et confirmationem, que quidem copia habenda eidem procuratori, et aliis patrie qui habere
voluerint, liberaliter fuit concessa. Deinde ad dictum dominum Ducem accesserunt personaliter,
Johannes Poisseneti, Maior Divionis, una cum pluribus scabinorum suorum, et plures alii de dicta
communia Divionis, qui ibidem voluerunt et poterunt interesse. Qui humiliter et devote supplicando,
requisierunt dictum dominum Ducem, quod cum ipsi haberent libertates et franchisias sibi datas et
concessas, ac etiam confirmatas a predecessoribus suis ducibus Burgundie, quas quicumque dux
Burgundie jurare, et observare tenebatur juxta formam earundem; ipse dominus Dux eas jurare et
observare placeret, nec non eas laudare, ac etiam approbare et confirmare, et super his dare litteras suas,
prout predecessores suis hactenus fecerunt, et facere juraverunt. Super quibus, pro parte dicti domini
Ducis habita super hiis ibidem deliberatione cum dicto fratre, et venerabili consilio suo, per vocem dicti
cancellarii sui gallice fuit responsum in hunc modum: {71}«Seigneurs, messire li Dux qui cy est, a en
ceste église fait voir diligemment par son conseil, vos chartres, franchises, et libertez, et en vuellant
ensuigre les bons faiz de ses devanciers dux de Bourgoingne, il jure cy devant Dieu, et aux saint
évangilles de Dieu, que il tiendra et gardera fermement, et fera tenir et garder par ses officiers, les
privileges, libertez, immunitez, franchises, et confirmations d’icelles, données de messeigneurs les dux
de Bourgoingne aux Maieur, eschevins et commune de Dijon, si comme elles sunt escriptes es lettres
desdits privileges, et icelles louhe et confirme, et en donra ses lettres. Et parmy ce, vous Maire et
eschevis, et procureur de ladite commune, jurerez cy semblaublement à Monseigneur garder, et faire
garder et randre de vostre povoir, par vous et vos subjets, toutes ses droitures que il a, et doit avoir en
la ville et banlehuë de Dijon, solon la teneur de vos dits privileges et rendre vraye et deheuë obeïssance
à Monseigneur, et lui en donrez vos lettres soubs le seel de ladite commune.» Quibus dictis et expositis
per dictum cancellarium, predictus dominus Dux pro se juravit ad sancta Dei evangelia, in presentia
corporis Christi, et prefati Maior et plures de scabinis ibidem presentes, nec non et dictus Johannes
Chopillardi procurator, et procuratoris nomine dicte communie Divionis, tendentes manus ad sanctos,
juraverunt omnia et singula supradicta et exposita per dictum cancellarium, eodem et simili modo quo
ipse cancellarius eisdem exposuerat, et quod supra continetur.
De et super quibus omnibus et singulis, voluerunt dicte partes, quod ego notarius publicus infra
scriptus, sibi darem et conficerem publicum instrumentum et michi dictum instrumentum de predictis
instantissime requisierunt dictus cancellarius pro et nomine dicti domini Ducis presentis, et dictus
Johannes Chopillardi procurator et procuratoris nomine dicte communie Divionis, quod eisdem
concessi.
Acta fuerunt hec, anno, die, mense, hora, et loco, indictione, et pontificatu predictis, presentibus
prefato domino Duce Andegavensi, domino episcopo Eduensi, domino Abbate Sancti Benigni, domino
Abbate Sancti Stephani, domino de Sombernone, domino de Couches, magistro Johanne Blancheti,
secretario et consiliario dicti domini Ducis, Simone de Chailleyo, domicello, et pluribus aliis testibus
ad premissa vocatis et rogatis.
{72}Et ego Johannes Descutigney, commorans apud Belnam, Eduensis diocesis publicus apostolica
et imperiali auctoritate notarius, predictis accessioni, expositioni, requisitioni, responsioni, et aliis
omnibus et singulis supradictis, dummodo predicta agerentur et fierent, una cum predictis testibus, et
aliis presens interfui, eaque sic fieri vidi et audivi, et in hanc publicam formam redegi, signumque meum
consuetum apposui huic presenti publico instrumento manu mea propria scripto, et consimili per eadem
verba duplicato, ad requisitionem predictarum partium, in testimonium premissorum vocatus et rogatus.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans Pérard, p. 367.
LXII
VILLE DE DIJON
Saisie de la Mairie de Dijon, par commandement du duc Philippe-le-Hardi, pour abus commis dans la
juridiction municipale.
1366 (mars).
Discrez hons et saiges sires Hugues Aubrioz à présenz bailliz du Digenois est venuz en la maison
de la prison de la ville et commune de Dijon que l’a dit la Maison au Singe et ay prises les clers des
huis et portes de ladite maison et s’est assis en la chaiere, en laquelle li Maieurs de Dijon ay acostume
de li seoir pour tenir ses jours et ay dit en tenans unes lettres, données de monseigneur le Duc, saellées
de son seel en cire roige et en queue pendent, les paroles ou semblaubles qui se ensuigvent: Par vertu
de ces lettres données de monseigneur le Duc et pour certain abus que li Maieurs et eschevis de la ville
de Dijon hont fait, je met la maerie, la justice et jurisdicion de ceste ville en la main de monseigneur le
Duc et en deffans au Maieur et escheviz de ceste ville, touz esploiz et en signe de la possession d’icelle,
je baille à toy Jehan de Bourges la garde des clers et des prisons estanz céanz, et à toy Jacob de
Neufchastel commande de par ledit monseigneur le Duc que en signe desdites possession et main mise,
tu mectes cest pennoncel es armes dudit monseigneur le Duc sur l’entrée de ceste maison. Et aussint
furent ladicte garde des clers baillés audit Jehan de Bourges et li dy pennoncels mis seu ladite porte par
ledit Jaquot. Et les choses dessus ansint faites le diz messire li bailliz et baillay à mey Robert de Senevey
lesdites lettres et me demanday instrument des choses dessus dites. Présenz Huguenin, Marriot,
{73}Chapuis, maitres Jacques et Nicholas de Rovres, maçons demorans à Dijon, Nicholas de Cerilley,
Symonnot la Dant, Esthiene de Clément, de Beligney, Phelippot de Valois, touz demeurenz à Dijon et
plusieurs autres.
Desquelles lettres dudit monseigneur le Duc la forme s’ensuit:
Phelippe, fils du roy de France, duc de Bourgoigne, à notre baillif de Dijon ou à son lieutenant,
salut. Il est venu nagaires à notre congnoissance que Cécile, femme Jehan Le Pointre, notre bourgeoise
de Dijon, est et a esté souspeceonnée d’avoir emblé par lui ou par autre de son commandement, une
grande quantité de cueuvrechiefs et d’avoir fait prison privée chieux elle et mis ou fait mettre à gehenne
une jone fille demourant avec elle et avec ce, de avoir commis et perpetré pluseurs autres crimes et
maléfices, pour laquelle suspeccon, les Maire, eschevins et procureur de notre dite ville de Dijon, l’on
fait prendre par nuit et mettre en prison fermée, en laquelle ils l’ont détenue par environ trois jours, sanz
ly vouloir ouvrir la voie, justice, ne ly exposer les causes ou cas, pour quoy ainsi la détenoient
prisonniere; mais secretement à une part, ont dit à elle et à un sien frère notre bourgeois, demourant à
Dijon, que d’illec ne partiroit jusques elle eust composé pour ce à eux, et qu’ils eussient le derrenier
denier de la composition. Et que pour ce quelle ne s’y voult consentir, son dit frère composa pour elle
à vint florins d’or frans, pour le commung, et à deux frans pour l’un desdiz eschevins, qui y avoit esté
promoteurs de la besoingne. Après laquelle composition, ledit frère retourna vers sadite seur en la prison
et lui dist qu’il lui convenoit payer lesdiz vint deux frans, ou jamais ne partiroit d’illec, laquelle
encommenca griefvement à plourer et toutevoie pour doubte de mort ou de perpétuel prison, elle dit que
len la laissa aler en son hostel et elle les pairoit; laquel chose l’on ne ly voult accorder, mais convint
quelle baillast la cler de sarche à son dit frère, pour les aler quérir et pour les païer aux dessus nommés,
lequel frère le fist ainsi et parmi ce, promirent lesdiz Maire, eschevins et procureur de Dijon à ladite
notre bourgeoise qu’il lui bailleroient lettres de passement et de purgation les meilleurs et les plus fors
que l’en pourroient faire au dictier des saiges. Lesquelles euvres ont esté faites en grant illusion et abus
de justice et au grief, dommage et préjudice de nous et évident diminucion de notre héritaige et droitures,
s’il est ainsi comme à nous singulièrement en la ville et banlieue de Dijon appartiengnent et non à autre
la juridiction et tout exploit de tel cas. Pourquoy nous vous mandons et commectons que au plus tost
que vous pourrés, {74}vous vous enformés diligemment et secretement de et sur les choses dessus dites
et les déppendences d’icelles, et que se par informacion que vous en ferés, vous trouves qu’il soint ainsi:
vous toute la jurisdicion de la commune de ladite ville de Dijon que tiennent et exercent à présent lesdiz
Maire et eschevins prenés et tenés à notre main ryalement et de fait; et parmi ycelle notre main la
exploitiés et gouvernés ou faites exploitier et gouverner par certaines et convenables personnes que
vous y deputerés de par nous, sanz en faire rendue ne recréance aucune, se sur ce vous n’avez de nous
espécial mandement par lettres seellées de notre seel. Et néanmoins envoyez tantost par devers nous
fiablement enclox souls votre seel ladite information ou la copie d’icelle, collationnée par ung de noz
tabellions avec l’avis de vous et des gens de notre conseil estans par dela, affin que tout veu, nous vous
puissions ordonner en outre si comme raison et justice requerront. Et ce ne laissiez en aucune manière;
et nous donnons en mandement, à touz nos justiciers et subgiez que à vous et à voz deputez en ce faisant
obéissent et entendent diligemment et vous prestent et baillent ce à vous diz deputez aussi conseil,
confort et aide, se mestier en avés et ils en sont requis. Donné à Paris le VIIe jours de mars, l’an de grâce
mil CCC soixante six. Et estient ainsint signés.
Par monseigneur le Duc, J. BLANCHET.
Collation est faite de l’original à cest transcript par Clément de Beligny, clerc dudit monsieur le
bailli, et moy R. de Senevoy: J. CLEMENT.

Extrait du Protocole [n° 39] de Robert de Senevoy, tabellion de la cour de Langres, 1364-1367,
folio 39, v°. — Archives départementales de la Côte-d’Or. — Chambre des comptes de Dijon.
LXIII
VILLE DE DIJON
Confirmation, par le roi Charles V, des chartes octroyées à la commune de Dijon par le roi Philippe-
Auguste.
1369 (novembre).
Karolus Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis presentibus et futuris, quod cum clare
memorie Rex Philippus, qui regnabat in anno Dominice Incarnationis M° centesimo octogesimo tertio,
regnique sui anno quinto, hominibus {75}ville de Divione quasdam litteras in cera viridi et filis sericis
sigillatas, super facto communie dicte ville duxerit concedendum quarum quidem litterarum tenor
vidimus sub hiis verbis:
In nomine sancte et individue Trinitatis. (Voir le n° I.)
Item alias litteras eisdem hominibus concesserit super facto predicto, regni sui octavo, formam que
sequitur continentes:
In nomine sancte et individue Trinitatis. (Voir le n° VIII.)
Nos predecessorum nostrorum privilegiis inherentes, ad supplicationem Majoris, scabinorum,
burgensium, et habitatorum ville Divionis supradicti, predictas litteras suprascriptas, ac omnia et singula
que continentur in eisdem ratificantes, approbantes, et laudantes, eas et auctoritate nostra regia, et de
speciali gratia, in quantum de ipsis usi fuerint, confirmamus serie presentium litterarum. Quod ut
firmum et stabile permaneat in futurum, nostrum hiis presentibus fecimus apponi sigillum, nostro et
alieno in omnibus jure salvo. Datum Parisius, anno Domini millesimo CCC° sexagesimo nono, et regni
nostri sexto, mense novembris.
Per Regem ad relationem consilii, J. DE LUZ.

Scellé du grand scel en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans: Pérard, p. 332. —
Ordonnances des Rois de France, V, 237.
LXIV
VILLE DE DIJON
Confirmation de la charte du roi Jean par le roi Charles V.
1369 (novembre).
Karolus Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis tam presentibus quam futuris, nos in
infra scriptas recordationis inclite carissimi domini progenitoris nostri vidisse litteras, formam que
sequitur continentes:
Jehan par la grâce de Dieu roy de France. (Voir le n° LXI.)
Quas quidem litteras supra transcriptas ac omnia et singula contenta in eisdem prout superius sunt
expressa laudantes, approbantes, ratificantes et volentes eas et ea ex nostra auctoritate regia regiaque
potestatis plenitudine et de speciali {76}gratia quathenus ad nos spectat et in quantum de ipsis et in
eorum contentis, Majores, scabini et habitatores dicte ville Divionensis usi fuerunt temporibus retroactis
ad eorum supplicacionem et requestam confirmamus serie presentium litterarum nostro et alieno in
omnibus jure salvo. Quod ut firmum et stabile permaneat in futurum, nostrum hiis presentibus fecimus
apponi sigillum. Datum Parisius anno Domini millesimo CCCmo sexagesimo nono, mense novembris,
regni vero nostri anno sexto.
Per Regem ad relationem consilii, J. DE LUZ.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé:


Ordonnances des Rois de France, V, 238.
LXV
VILLE DE DIJON
Commandement du duc Philippe-le-Hardi, aux commissaires réformateurs de la justice en Bourgogne,
de respecter les droits de justice de la ville de Dijon.
1381 (16 novembre).
Philippe fils de roy de France, duc de Bourgoingne. A nos amez et féaulx conseillers Maistre Dreue
Philipe et Jehan de Foissy, nostre bailli de La Montaigne et à chacun d’eulx, si comme à luy
appartiendra, salut et dilection. Savoir vous faisons que nous avons receue la requeste civile des Mayeur,
eschevins et commune de nostre ville de Dijon, contenant que comme priviléges confermez de nous et
de nos prédécesseurs dux de Bourgoingne, et par usaige, ilz aient toute jurisdiction, et d’icelle aient joy
et usé en nostre dicte ville et en la banlieue d’icelle, et sur les habitants de ladicte ville et banlieue, senz
que autre y ait aucune jurisdiction et cognoissance, fors nous en cas de souveraineté et de ressort et
nostre chancelier à cause nostre scel et des cas à nous appartenant. Néantmoins, vous qui vous dites
réformateurs ordonnez de par nous, en nostre pays de Bourgoingne, vous estes efforciez et efforcez de
jour en jour de cognoistre en ladicte ville et banlieue, de plusieurs cas dont la cognoissance appartient
et doit appartenir aux diz supplians. Et faites, comme réformateurs, plusieurs exploiz encontre lesdiz
supplians et leurs priviléges, senz ce que vous leur aiez voulu, ne voulez monstrer vostre povoir ou
commission, ne faire les renvois de cas ou {77}causes appartenant auxdiz supplians, combien que
deuement en aiez ésté requis. Lesquelles choses sont ou très grant préjudice et dommaige d’iceulx
supplians et de leurs priviléges et usaiges, si comme ilz dient, supplient que sur ce leur vaillons
pourveoir de remède convenable. Pourquoy, nous qui voulons tousjours justice estre faite et gardée,
vous mandons que doresenavant vous cessez et desistez entérinement de cognoistre et pranre
cognoissance des cas desquieulx la cognoissance leur doit appartenir; et saucune chose a esté faite par
vous au contraire, nous voulons qu’il soit réputé pour non fait et pour non advenu, et qu’il ne tourne à
préjudice desdiz supplians ne de leurs priviléges. Et ou cas que débat seroit d’aucuns cas desquieulx
vous diriez la cognoissance à vous appartenir et lesdiz Mayeur et eschevins diroient le contraire, nous
voulons que nostre gouverneur de nos païs de Bourgogne cognoisse et déclaire à qui la cognoissance
en devra appartenir, et ad ce le commectons par ces présentes. Donné à Melun le XVIe jour de novembre,
l’an de grâce mille CCC quatre vins et un.
De par Monseigneur le Duc, signé: J. LE MOL.
Nous, les généraulx refformateurs ordonnez de Monseigneur le Duc en son pays de Bourgogne,
faisons savoir que le cas dont au jour de huy Guillaume Langeolet de Talent demeurant à Dijon et
Jehannotte sa femme, de l’auctorité d’icelluy son mari, avoient fait appeler et convenir par devant Nous
à Dijon Oudot Bruchiole, Perrenotte, femme de feu Estevenin Gateaul et Jehan de Marandeuil de Dijon,
nous renvoions ensemble les parties par devant le maire de Dijon à venredy prochain, en tel estat comme
ilz devoient estre au jour de huy par devant nous. Donné à Dijon judicialement lesdites parties présentes,
le juesdi après les Bordes, l’an mil CCC IIIIxx et ung. Signé: P. DE DOMMARTIN.

Scellé en cire rouge à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de Dijon,
C1, Juridiction de la Commune. — Imprimé: dans Pérard, p. 396. — Mémoire pour les vicomte-mayeur,
échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
{78}LXVI
VILLE DE DIJON
Arrêt du Parlement de Paris, portant ratification d’un accord entre le duc Philippe-le-Hardi et la
commune de Dijon, au sujet des priviléges et de la juridiction.
1386 (14 juillet).
Karolus Dei gratia Francorum rex, universis presentes litteras inspecturis, salutem. Notum facimus,
quod de et super certis controversiis et debatis in nostra parlamenti curia, inter carissimum patruum
nostrum ducem Burgundie ex una parte, et Majorem, scabinos et communitatem ville Divionensis ex
altera, motis et pendentibus inter dictas partes, de licentia dicte nostre curie, tractatum, concordatum et
pacificatum extitit, prout in quadam cedula ab eisdem partibus seu ipsarum procuratoribus inferius
nominatis dicte curie nostre unanimiter et concorditer tradita continetur; cujus cedule tenor sequitur sub
hiis verbis:
Comme certains plaiz et procès feussent meuz et pendans en la court de Parlement, entre le
procureur de hault et puissant prince Monseigneur le duc de Bourgoingne, demandeur, d’une part, et
les Maire, et eschevins, bourgoys et habitans, et plusieurs singuliers habitans de ladite ville de Dijon,
deffendeurs d’autre part; sur ce que le procureur dudit Monseigneur le Duc disoit, que icelluy
Monseigneur le duc estoit seigneur en demaine de ladite ville, et que lesdiz Maire et eschevins qui ont
certains priviléges à eulx octroyez par les prédécesseurs dudit Monseigneur le Duc, ne peuvent, ne ne
doibvent aulcune chose entreprendre contre les nobleces, seigneuries, et droiz dudit Monseigneur le
Duc, et que se aulcune chose ont entrepris contre la seigneurie, ils en devoient estre puniz, et contrains
à cessier, et que ce nonobstant, lesdiz Maire, eschevins et singuliers, en abusant de leurs privileiges,
avoient entrepris contre raison et la teneur d’iceulx privileges, en plusieurs manières contre la seigneurie
et droiz dudit Monseigneur le Duc, es articles qui cy après seront plus à plein éclairez; pourquoy
concluoit ledit procureur, que pour raison desdits abuz et excès, lesdiz Maire et eschevins eussent forfaiz
touz leurs priviléges; que la commune de ladite ville fust dissolue, et que la justice de ladite ville
demeurast à plain en la main dudit Monseigneur le Duc, et fussent lesdits deffendeurs condamnez en
grosses amendes envers ledit Monseigneur le Duc, et en ses dommages, et intérêtz, et despens; en faisant
plusieurs {79}autres conclusions déclairées es escriptures sur ce baillées par manière de mémoire par
ledit procureur en ladite court de Parlement. Lesdiz défendeurs disans qu’ils estoient noblement fondez
en corps et en commune par les prédécesseurs dudit Monseigneur le Duc, qui leur avoient donnez et
ottroiez leurs privileiges, franchises, et droiz, desquel ils avoient joy et usé depuis le temps de leur
fondation, de si longt-temps qu’il n’estoit memoire du contraire, et outre avoient plusieurs usaiges,
coustumes, possessions, et saisines plus larges que leurs priviléges ne contiennent. Lesquelx privileiges,
franchises, coustumes, usaiges, possessions, et saisines, ledit Monseigneur le Duc avoit promis tenir et
garder. Disoient outre que es faiz et articles desquels ils estoient poursuis par le procureur dudit
Monseigneur le Duc, ils avoient bien et deument usé, sans méffaire ne offendre contre la seigneurie,
droiz et nobleces dudit Monseigneur le Duc, en proposant plusieurs autres faiz et raisons, concluans,
affin que ledit procureur ne feist à recevoir, ou qu’il n’eust cause ne action de faire les demandes,
requestes, et conclusions par luy faictes, et que lesdits deffendeurs en fussent absols, avec autres
conclusions plus à plain déclairées es mémoires baillez par lesdits defendeurs pardevers ladite court.
Finalement, par le moyen des gens du conseil dudit Monseigneur le Duc, et pource que lesdiz Maire,
eschevins, habitans, et singuliers veulent tousjours demeurer en la bonne grâce et obéïssance dudit
Monseigneur le Duc, duquel et de ses prédécesseurs ils sont fondez, et d’eulx ont les privileges,
franchises et libertez, desquels ils usent et ont usé. Pour bien de paix, et nourrir bonne amour entre ledit
Monseigneur le Duc leur seigneur, et lesdits Maire, eschevins, habitans ses subjez, traittié est accordé
entre lesdites parties, s’il plaist à ladite court de Parlement, en la manière qui s’ensuit.
Premièrement, sur ce que ledit procureur disoit, que ledit Monseigneur le Duc, qui est fils de Roy,
pouvoit user de prinse de vivres, et autres choses nécessaires en son hostel, en ladite ville de Dijon, et
ailleurs, et que ce nonobstant lesdiz Maires et eschevins avoient entre eux ordonné, que quiconque seroit
Maire de ladite ville de Dijon, il seroit tenuz de pourchacier à ses périls et despens, que tout ce qui seroit
prins de par ledit Monseigneur le Duc en ladite ville seroit rendu et payé à tous ceulx à qui il auroit esté
pris, et que le Maire en feroit faire satisfaction. Disoient outre, que lesdiz Maire eschevins n’avoient
pas puissance de faire ordonnances ne estatuz, sans licence et auctorité dudit Monseigneur le Duc, et
que ils avoient ordonné sans sa licence; que se aulcun se faisoit partie pour estre Maire de ladite ville,
et il failloit à estre esleu à Mairie, il paieroit à {80}ladite ville cent livres tournois, et que aucun ne
pourroit estre Maire de ladite ville, se il n’estoit si riche, qu’il peust rendre à ycelle ville tout le
dommaige que elle encourroit, se ladite Mairie estoit mise en la main du seigneur, par quelconque cause
que ce feust, et que se ladite Mairie estoit mise en la main du seigneur, tous les biens du Maire seroient
mis en la main de ladite commune, jusques à tant que la main du Seigneur en feust levée. Et outre,
ordonnèrent lesdiz Maire et eschevins, que aulcun advocat plaidant pardevant eulx, ne pourroit
demander salaire, ne pranre prouffit, se la partie ne luy donnoit voluntairement. Et avoient fait plusieurs
autres constitucions et estatuz, contre raison et le bon gouvernement de ladite ville, en préjudice dudit
Monseigneur le Duc, et de ses droiz et nobleces. Lesdiz Maire, eschevins, et habitans disant, que tant
de raison comme par leurs privileges, coustumes et usaiges, ils povoient faire constitucions, statuz et
ordonnances raisonnables et prouffitables pour le gouvernement de ladite ville, et que ils tenoient les
ordonnances, constitucions, et statuz yci recitez, et autres par eux faiz, estre prouffitables pour ladite
ville et bon gouvernement d’icelle. Accordé est, que les ordonnances, constitucions et estatuz dessus
recitez, seront mis au néant, et n’en useront doresnavant lesdiz Maire, eschevins et habitans, ne aucuns
singuliers d’iceulx, ne autres.
Derechief, sur ce que ledit procureur disoit, que ledit Monseigneur le Duc, à cause de son héritage
et domainne, prend chascun an certaine redebvance en ladite ville de Dijon, appelée les mars; et que
lesdiz Maire et eschevins ne povoient aucun afranchir de ladite redevance, ne aussi des tailles, aydes,
et subvencions ayans cours en ladite ville, et que lesdiz Maire et eschevins avoient afranchy plusieurs
des singuliers habitans de ladite ville, tant de ladite redevance des mars, comme des tailles et
subvencions qui avoient cours en ladite ville. A quoy respondoient lesdiz Maire et eschevins, que
onques n’avoient aucun afranchi de ladite redevance des mars, deuë audit Monseigneur le Duc; mais
bien estoit vray, que des tailles et subvencions qui avoient eu cours en ladite ville, lesdiz Maire et
eschevins avoient afranchy, ou faict tenir quittes aucuns des habitans singuliers d’icelle ville, tant pour
les services par eulx faiz à ladite ville, comme pour plusieurs autres justes causes; et que ce povoient
faire lesdiz Maire et eschevins licitement, par la teneur de leurs dits privileges. Accordé est, que les
afranchissements dessusdits, tant des mars, se aucuns en ya, comme des tailles et subvencions de ladite
ville, donnez par lesdiz Maire et eschevins, seront mis à néant, et n’en useront doresnavant lesdiz Maire
et eschevins, se ce n’est par le congié dudit Monseigneur le Duc et de ses successeurs.
{81}Item, disoit ledit procureur, que lesdiz Maire et eschevins, et singuliers habitans, avoient fait
et fait faire plusieurs édifices et empeschemens en plusieurs places communes estans en ladite ville, en
grant dommaige et préjudice dudit Monseigneur le Duc, et de la chose publique; lesdiz Maire et
eschevins disans, qu’ils ne sçavoient pas aucuns édifices ou empeschemens, avoir esté faiz par eux, ou
de leur commandement, qui ainsi feussent préjudiciables. Accordé est que mondit seigneur le Duc
deputera aucunes bonnes personnes en ce congnoissans, qui visiteront lesdits édifices, places et
empeschemens, se aucuns en y a qui soient en trop grant préjudice de lui, et de la chose publique; et se
ils treuvent que ainsi soit, feront oster l’empechement, reparer l’euvre, et remettre en estat deu: et s’il
n’y a grant dommage ou préjudice, les euvres et edifices demoureront en l’estat qu’ils ont esté et sont.
En outre, disoit ledit procureur, que lesdiz Maire, eschevins et habitans estoient tenus de mettre en
bon estat, et soustenir à leurs despens la forteresse de ladite ville, en laquelle convenoit faire plusieurs
grandes réparations, desquelles faire lesdiz Maire, eschevins et habitans estoient négligens; si
requéroient, que par eulx feussent faites; lesdiz Maire, eschevins et habitans disans, que ladite forteresse
estoit en estat convenable, et que s’il y falloit aucune réparation, les gens d’église, nobles, et autres
tenans et possedans héritages en ladite ville, y devoient contribuer. Accordé est, que par l’ordonnance
dudit Monseigneur le Duc, et, de son conseil, lesdiz Maire, eschevins, et habitans et touz autres, qu’il
appartient de raison et usaige, doivent contribuer aux réparations de ladite forteresse, la mettront en bon
estat, se elle n’y est, et doresnavant contribueront aux réparations qui à ce seront nécessaires. Et aussi,
lesdiz Maire, eschevins et habitans, et tous autres qu’il appartient de raison et d’usaige, selon
l’ordonnance dudit Monseigneur le Duc ou de son conseil, contribueront aux frais nécessaires pour
mondifier ou nestoier ladite ville, les rues et places d’icelle, et les chemins communs qui sont environ
ladite ville, durant la banlieuë d’icelle, ensemble les ponts et ponciaulx estans en ladite ville et banlieuë.
Derechef, disoit ledit procureur, que lesdiz Maire, eschevins, et habitans avoient receu plusieurs
grans sommes de deniers, pour tailles, aides et subvencions imposées et levées en ladite ville, tant sur
les habitans d’icelle, comme sur autres personnes, pour cause de ladite forteresse, et autres faiz de ladite
ville, desquel deniers, ceulx qui les avoient receuz, n’avoient pas compté, mais avoient retenu grand
partie d’iceulx deniers, en préjudice dudit Monseigneur le Duc, et {82}de ladite ville. Si requéroit ledit
procureur, que les comptes en fussent renduz, et les rentes qui en seroient deues. Lesdits defendeurs
disans, que à eulx en appartenoit oïr le compte, et que les receveurs en avoient compté, et se compte
n’en avoient, ils en compteroient pardevant lesdiz Maire et eschevins. Accordé est, que ceulx qui ont
receu les deniers dessusdits, depuis trante ans derreinerement passez, ou leurs hoirs et ayans cause, en
compteront devant certains commissaires, que ledit Monseigneur le Duc y deputera, qui orra lesdiz
comptes, présens deux ou trois bonnes personnes de ladite ville, telles que lesdiz Maire, eschevins
esliront, s’il leur plaist: et se lesdiz receveurs, leurs hoirs, et ayans cause, sont trouvez debvoir aucunes
restes, ils seront contrains de païer: et seront les deniers convertis au prouffit de ladite ville, et ainsi sera
faict doresnavant, quant ceulx qui pour ladite ville recevront aucuns deniers. Et ne pourront lesdiz
Maire, eschevins, et habitans imposer, ne lever doresnavant aucune taille, ayde, ou subvencion en ladite
ville, sans le faire savoir premièrement au bailli de Dijon ou à son lieutenant, qui pour le temps sera en
son absence, afin que l’un d’eulx y soit présent, s’il lui plaist, pour savoir tout le fait, et que aucun
desdiz habitans ne soit chargié outre raison.
Item, disoit ledit procureur, que de raison et d’usage notoire, lesdiz Maire et eschevins ne povoient,
ne ne devoient donner sauvegarde generaulx, et que ils en avoient donné à plusieurs notables personnes
contre la teneur de leurs privilèges et en abusant d’iceulx; a quoy respondoient lesdiz Maire et eschevins,
qu’ils les povoient bien donner, veuz leursdiz privileges, et que ainsi en avoint usé. Accordé est, que
doresnavant lesdiz Maire et eschevins ne donneront telles sauvegardes à quelque personne que ce soit,
et celles qu’ils ont données, sont mises au néant.
Disoit oultre ledit procureur, que lesdiz Maire, eschevins ne povoient recevoir contraulx
convenables, ne obligations, se n’estoient eux estant en jugement, exerçeans faiz judiciaires, et que en
plusieurs cas leurs clercs et jurez y avoient fait le contraire; si requéroit que tout ce qu’ils en avoient
fait, feut mis au néant, qu’ils feusent condempnez à en cesser, et à l’amander. Lesdiz defendeurs disans,
que attendu qu’ilz ont la justice haute, moyenne et basse en ladite ville et banlieuë, et qu’ils sont fondez
par privileges comme dit est, ils povoient recevoir lesdites obligacions, procurations, et convenances,
tant en jugement comme dehors, et que ainsi en avoient usé. Accordé est, que doresnavant lesdiz Maire,
eschevins, et bourgoys de Dijon ne useront des choses dessusdites, fors eulx estans en jugement, comme
dit est.
{83}Disoit oultre ledit Procureur, que ledit Monseigneur le Duc estant pieça en son chastel de
Rouvre, lesdiz Maire et eschevins avoient baillé par escript une supplication pardevers ledit
Monseigneur le Duc, contre les gens de son conseil, en les chargant de le avoir esmeu contre lesdiz
Maire, eschevins et habitans: yceulx Maire, eschevins et habitans disans que ils n’avoient oncques eu
propos de chargier ou blasmer pour ladite supplication, ne autremant, les gens de son conseil: laquelle
supplication fut veue par ledit Monseigneur le Duc, par la quelle luy est apparu qu’elle estoit injurieuse
contre l’onneur de sesdites gens.
Item, disoit ledit procureur, que lesdiz Maire, eschevins, et plusieurs singuliers de ladite ville, de
leur volunté, de fait, avoient abatu et desmoli ou temps passé grand partie des édifices et murs du chastel
de Dijon appartenant audit Monseigneur le Duc, prins les pierres et autres matières dudit chastel, et les
appliquer à leur singulier prouffit, en grand dommaige dudit Monseigneur le Duc: si requeroit ledit
procureur, qu’il en fust desdommagiez et lesdiz deffendeurs condempnez à l’amender. A quoi
respondoient lesdiz deffendeurs, qu’ils ne vouloient point soustenir que lesdiz édifices et murs peussent
démolir; et toutefois, se aucuns desdiz habitans avoient en ce offendu, l’amende ne povoit estre pour
chascune fois que de soixante et cinq sols, par les privileiges de ladite ville. Accordé est, tant sur cet
article, comme pour touttes les entreprises faites par lesdits deffendeurs, ou aucuns d’eulx, ou préjudice
dudit Monseigneur le Duc, de ses seignouries, droits et noblesses, comme pour ses dommaiges et
interests par luy soutenus pour occasion des faiz dessusdits, comme aussi pour les fraiz et despens qu’il
a fais en la poursuite desdiz procés, et autremant; que lesdiz Maire, eschevins et habitans paieront audit
Monseigneur le Duc à sa volunté, la somme de huit mile frans d’or, et parmi ce demoureront lesdiz
deffendeurs quittes et delivrés de toutes les choses dessusdites. Et en tant que la main dudit Monseigneur
le Duc, qui estoit mise à la Mairie de ladite ville de Dijon pour les causes dessusdites, ou autres, ladite
main est levée au proufit desdiz Maire, eschevins et habitans.
Item, sur ce que lesdiz Maire, eschevins et habitans ont supplié audit Monseigneur le Duc, qu’il
leur veuille confermer leurs chartres et privileiges: yceux Maire, eschevins et habitans mettront lesdites
chartre et privileges es mains de messire Jehan Potier, arcediacre de Lengres, conseiller et secretaire
dudit Monseigneur le Duc, à ce par ledit Monseigneur le Duc commis et député; lesquelles chartres et
privileges ledit Monseigneur le Duc confermera par ses lettres, en tant que lesdiz Maire, eschevins et
habitans en ont deuement usé. Et dès maintenant {84}les parties se partiront de court et à tenir ce présent
accord seront condempnez par arrest, et veuillent et consentent lesdites parties, que par ce présent
accord, tous ceulx et celles qui estoient adjournez en parlement, pour reprandre ou délaissier les procés
et arremans desdites causes qui n’ont point reprins, et autres quelxconques qui estoient en ce procés, et
à qui ce touche; et touttes les parties dessusdites sont hors de court et de tout procés, sans despens et
sans amende.
Qua quidem cedula, sic ut predicatur, dicte curie nostre tradita, ipsa curia, consentientie ad hoc
procuratore nostro generali pro nobis; ad omnia et singula superius contenta tenenda, complenda, ac
firmiter et inviolabiliter observanda, partes predictas, et earum quamlibet, prout unamquamque ipsarum
tangit seu tangere potest, ad requestam, et de consensu magistrorum Petri de Tornodoro, dicti patrui
nostri procuratoris, ex una parte, et Hugonis Virtuosi, Majoris dicte ville Divionensis, pro se propter
hoc in dicta curia nostra personaliter presentis, nec non Aymonis de Vesoul, et nomine procuratoris
scabinorum et communitatis dicte ville Divionensis, virtute certorum procuratorium penes dictam
curiam nostram existentium ac etiam procuratorii inferius inserti, ex altera: per arrestum condempnavit,
et condempnat, eaque ut arrestum ejusdem curie teneri, compleri et observari, ac executioni demandari
voluit et precepit, manumque dicti patrui nostri in Majoria dicte ville Divionensis appositam, dicta curia
nostra levavit atque levat, si sit opus, secundum cedule supra dicte tenorem et formam.
Tenor vero procuratorii, de quo superius fit mentio, sequitur sub hiis verbis:
A tous ceulx qui verront et ourront ces présentes lettres; nous le Maire, les eschevins, et toute la
commune de Dijon, pour ce au cor et au cry, si comme il est accoustumé, especialement assemblez au
cimetiere de Saint-Benigne de Dijon, le dyemoinge après la feste de la Nativité saint Jehan Baptiste,
l’an mil CCC IIIIxx et six, salut: Savoir faisons, que nous, tant conjointement comme divisément, sans
rappeler nos autres procureurs, avons fait, constitué, ordonné et estably, et par la teneur de ces présentes
lettres faisons, constituons, ordonnons, et establissons nos procureurs généreaulx, et certains messaiges
espéciaulx, nos chiers et bien-amez honorables hommes, et saiges, maistre Aymé de Vesoul, maistre
Pierre de Tournerre, maistre Nicole de l’Espoisse, maistre Laurent Lami, maistre Guillaume de la
Bruyère, maistre Laurent Sourreaul, maistre Raoul Drobille, maistre Raoul Rahyer, maistre Guy de
Villers, maistre Jehan Poupart, maistre Thomas Laurent, tous procureurs en parlement du roy nostre
Sire à {85}Paris, et Phelippe Courtot de Dijon, et un chacun d’eulx, un seul pour le tout, porteur ou
exhibeur de ces présentes lettres, en telle manière, que la condition de l’occupant ne soit meilleure du
subséquent, ou preur, mais ce que par l’un d’eulx sera encommancié, par l’autre puisse estre poursui
medié, terminé, et mis à fin en toutes nos causes, querelles et besoingnes meues et pendans en la court
de Parlement du Roy nostre sire, contre quelconque seigneur ou personne que ce soit; ausquels nos
procureurs cy-dessus nommez, et à un chacun d’eulx, en seul et par le tout, nous lesdiz constituons tant
conjointement comme divisément, avons donné et donnons par ces présentes, plénière, général et
libérale puissance, auctorité, avecque mandement espécial, de faire les choses cy-après narrées,
escriptes et devisées. C’est à savoir, de passer, octroyer, consentir, et accorder en ladite court de
Parlement du Roy nostre sire à Paris, les prononciations et rapors faits et à faire par nostre très redoubté
seigneur Monseigneur le duc de Bourgoingne, et touttes les pactions, traittez, acords et convencions par
nous et noz procureurs, par nous et en noz noms, tant ceulx nommez en ces présentes, comme autres
faiz et à faire, parmi le bon plaisir, licence, et consentement de ladite court de Parlement du Roy nostre
sire, de tous débaz, questions, querelles, procès, controverses, et descors estans meuz et pendans en
ladite court de Parlement, entre le procureur, et en nom de procureur de nostredit seigneur Monseigneur
le duc de Bourgoingne, adjoint avec lui le procureur du Roy nostre sire, d’une part; et nous lesdits
constituans, tant conjointement comme divisément, d’autre part: entre les religieux, abbé et couvent du
monastère de Saint-Bénigne de Dijon, adjoints avec eulx lesdits procureurs du roy nostre sire, et de
nostredit seigneur Monseigneur le Duc de Bourgoingne, d’une part; et nous lesdits constituans, tant en
commun comme en particulier, d’autre part; — et aussi entre vénérables, saiges et discrettes personnes,
doyen et chapitre d’Ostum, d’une part; et nous lesdits constituans, d’autre part: de procurer dot,
pourchassier la licence et consentement de ladite court de Parlement, et icelle obtenir, et de renoncer du
tout en tout esdits procès et départir d’iceulx, et de ladite court, et généralement de faire, octroyer,
consentir, passer, et accorder touttes autres et singulières choses, que nous lesdits constituans, tant
conjointement comme divisément, et tant en particulier comme en commun, ferions, et faire pourrions
et devrions es choses dessusdites, les circonstances et dependances d’icelles, se présens y estions en nos
propres personnes, mesmement se auculne chose y a qui de sa nature requere mandement et
commandement especial. Promettans, nous lesdits constituans, et chascun de nous, partant comme il lui
touche et appartient, peut {86}toucher et appartenir, conjointement ou divisement, par nos sermens, les
mains tenduës et levées hault contre les saints, et soubs l’ypotecque et obligation des biens de notre dite
commune, présens et advenir quelxconques, avoir et tenir ferme, estable, et agréable, tout ce que par
nosdits procureurs, et chascun d’eulx sera faict, dit, procuré, octroyé, consenti, passé, et accordé es
choses dessusdites, les circonstances et dépendances d’icelles, ester à droit, et payer l’adjugier se
mestier est, et nosdits procureurs, et chacun d’eulx relever de touttes charges de satisfaction. En
tesmoing de laquelle chose nous avons faict mettre à ces présentes le seel de notre dite commune. Faites
et données en présence de Regnault Darvez, de Jehan Yverneaul, Jehan Pointquarrey, Mathe Malpaie,
Parisot, Bourgeois, et Demoingeot Pointquarrey, demeurans à Chastillon sur Seigne. Tesmoings à ce
appelés et requis l’an et le jour dessusdit.
In cujus rei testimonium, sigillum nostrum presentibus litteris duximus apponendum. Datum
Parisius, in Parlamento nostro, decima quarta die julii, anno Domini millesimo CCC° octogesimo sexto.
Concordatum in curia.
Signé: JOUVENCE.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé:


dans Pérard, p. 394. — Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre
les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°. — Mémoire pour l’administrateur général des
domaines contre les maire, échevins, etc., de la ville de Dijon, 1786, in-fol.
LXVII
VILLE DE DIJON
Confirmation, par le roi Charles VI, des lettres des rois Philippe-Auguste, Jean et Charles V, octroyées
aux habitants de Dijon.
1390 (mai).
Karolus Dei gratia Francorum rex notum facimus universis presentibus pariter et futuris nos vidisse
litteras formam que sequitur continentes:
Karolus Dei gratia Francorum rex. (Voir le n° LXIII.)
Item quasdam alias quarum forma talis est:
Karolus Dei gratia Francorum rex. (Voir le n° LXIV.)
Quas quidem litteras supra scriptas ac omnia et singula que continentur in eisdem ratificantes,
approbantes et laudantes eas et ex auctoritate nostra regia et {87}de speciali gratia in quantum de ipsis
Majores, scabini et habitatores dicte ville Divionensis usi fuerunt pacifice et utuntur, confirmamus serie
presencium litterarum. Quod ut firmum et stabile perseveret in futurum, nostrum hiis presentibus
fecimus apponi sigillum, nostro et alieno in omnibus jure salvo. Datum Parisius in mense maii, anno
Domini millesimo trecentesimo nonagesimo et regni nostri decimo.
Per Regem ad relationem consilii, TUMERY.
Visa contentor Freron.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé: Ordonnances des Rois de France, VII, 341.
LXVIII
VILLE DE DIJON
Concession d’armoiries faite par le duc Philippe-le-Hardi à la commune de Dijon.
1391 (septembre).
Phelippe, fils de roy de France, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne,
palatin, sire de Salins, conte de Rethel, et seigneur de Malines; savoir faisons à tous présens et avenir,
que nous, qui avons vraye congnoissance de la bonne loyauté et parfaitte amour que noz bien-amez les
habitans et commune de notre bonne ville de Dijon ont toujours eu à nous, ont pour le présent, et
esperons que tous dis auront, en considération aux bons services et plaisirs que yceulx habitans et
commune nous ont faiz, despuis que nous venismes premiers à la seignorie de nostre duchié de
Bourgoingne, jusques à ores; voulons monstrer que nous avons congnoissance des choses dessusdites,
et en donnant à eulx bonne volenté de tousjours mieulx faire, pour plus honorer ladite ville, et les
habitans et commune d’icelle, à yceulx habitans et commune avons octroié, et par ces présentes
octroyons, que es armes ou enseigne de ladite ville, qui est un escu de gueles tout plain, lesquelles il ont
accoustumé anciennement de porter, ils puissent mettre et porter perpétuement, en bataille, et dehors,
en tous les lieux où il leur plaira estre, mettre, ou porter leursdites armes ou enseigne, un chief de nos
propres armes, à perpétuel honneur et {88}decorement d’icelles. Si donnons en mandement à nos amez
et fealx mareschal et seneschal, et à touz noz autres justiciers, officiers, présens et advenir, et à leurs
lieutenans, que, de notre présente grace et octroy, laissent et souffrent user paisiblement lesdiz habitans
et commune; car ainsi nous plait-il estre fait, et ausdits habitans et commune l’avons octroyé, et
octroyons par ces présentes de grace espécial, et de nostre certaine science. Et que ce soit ferme chose
à tousjours, nous avons fait mettre notre seel à ces lettres. Données à Rouvre le vingt deuxiesme jour
du mois de septembre, l’an de grace mil trois cent quatrevingt et unze.
Par Monseigneur le Duc, J. LE MOL.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 381.
LXIX
VILLE DE DIJON
Main-levée de la Mairie de Dijon par le bailli de Dijon.
1396-97 (13 mars).
En nom de notre Seigneur, amen, l’an de l’incarnation d’icellui courant mil trois cens quatre vins
et seze, le trezieme jour du mois de mars environ dix heures avant midi dudit jour, en l’église des
Jacobins de Dijon, ou lieu où l’on a accoustumé apaller, faire et traictier les besoingnes de ladite ville
par les Maire et eschevins d’icelle, ou quel lieu estoient le plus grand partie des bourgeois et habitans
de ladite ville de Dijon, en la présence de moy Jehan Lebon de Dijon, clerc, coadjuteur du tabellion
dudit lieu pour Monseigneur le duc de Bourgoingne et des tesmoings cy apres escrips; honorable homme
Guillaume Chenilly, lors gouverneur de la Marie, justice et exercité d’icelle ville de Dijon, pour et en
nom de mondit seigneur Duc estant, laquelle Marie, justice et exercité d’icelle, estoit en la main de
mondit seigneur: ycellui Guillaume Chenilly par vertu de {89}certaines lettres à lui adressans de
discrete personne et saige messire Jehan de Verranges, clerc licencié en lois et en decret, bailli de Dijon,
fit restablissement de ladite marie, justice et exercité d’icelle aux dis habitans et bourgeois, illec présens
et recevant ou nom et au prouffit d’icelle ville et commune et en leva ycellui Guillaume et osta la main
de mondit seigneur, mise en ycelle marie, rendit l’esvangile dénotant la justice d’icelle ville et seel aux
causes de la court de ladite marie, lesquelx seelx et esvangiles, il bailla de fait, réalment à honorable
homme, maistre Odart Douhay, en soy desmetant et hostant du tout en tout, en nom de mondit seigneur
dudiz gouvernement et exercité d’icelle marie. Lesquelx seelx et esvangiles, ycellui maistre Oudart prit
et accepta ou nom, prouffit et honneur de ladite ville. De ce surquoy Guyenot de Marandeul, procureur
et en nom de procureur de ladite ville et commune de Dijon, demanda à moy ledit Jehan à lui estre fait
publique instrument, soubs le seel de la court de Monseigneur le Duc de Bourgoingne. Auquel Guenot
je lui octroya. En tesmoing de laquelle chose je li dis Jehan Le Bon, ay requis et obtenu le seel de ladite
court, estre mis ad ces présentes lettres, faictes et passées en ma présence, de messire Henri le
Barrouhier, chevalier, maistres Hugues le Vertueux, Pierre de Jalleranges, Jehan Baudot, Nicolas de
Chevigny, et Guiot de Corpssains, tesmoins ad ce appellés et requis, l’an, mois, jour, heure et lieu dessus
dis.
J. LE BON.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.


LXX
VILLE DE DIJON
Déclaration du duc Jean-sans-Peur touchant les priviléges de la ville.
1404 (13 juin).
Jehan, duc de Bourgoingne, conte de Nevers, et baron de Donzy; à tous ceulx qui ces présentes
lettres verront, salut. Savoir faisons, que comme pour recevoir et recueillir plus grandement et plus
honorablement les prélaz, barons, et autres gens d’église et séculiers, qui ce lundy prouchain, seront aux
obsèques de feu nostre très-chier seigneur et père, cui Dieu perdoine, nous avons entention au plaisir de
nostre Seigneur, d’aler, et lors entrer en notre ville de Dijon: auquel jour, tant pour ce que l’office sera
long, comme pour la presse des gens qui y {90}seront, nous ne pourrions bonnement faire le serement
que noz predécesseurs ducs de Bourgoingne, ont accoustumé de faire à leur première et nouvelle entrée
en notredite ville, selon les previleges et libertez d’icelle: Nous qui voulons garder et maintenir lesdits
privileges de nostre dite ville, voulons, et aux Maire et eschevins d’icelle avons octroyé et accordé,
octroyons et accordons par ces présentes, que l’entrée que nous ferons à iceluy jour en nostre dite ville,
sans jurer leurs priviléges, comme dict est, ne leur soit, ou tourne à aulcun préjudice, ne en diminution
de leurs dits privileges. En tesmoing de ce, nous avons faict mettre nostre scel à ces présentes. Donné à
Chanceaulx le XIIIe jour de juing, l’an de grâce mil quatre cent et quatre.
Par Monseigneur le Duc, LENGRET.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans Pérard, p. 387.
LXXI
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la commune par le duc Jean.
1404 (17 juin).
Jehan duc de Bourgoingne, comte de Nevers, et baron de Donzy; savoir faisons à touz présens et à
venir, que aujourd’hui, en l’église de Monseigneur Saint Bénigne, devant le grand hauttel d’icelle, Nous
les libertez, franchises, immunitez, chartres, previleges, et confirmations d’icelles, données et octroyées
par noz prédécesseurs dux de Bourgoingne, aux Maïeur, eschevins, commune et habitans de notre ville
de Dijon, si comme elles sont escriptes es lettres desdits previleges, avons juré et promis devant Dieu,
et aux saints Evangiles, tenir, garder, et observer fermement, et par noz officiers faire tenir, garder et
observer sans corrompre, et sans jamais par nous ne par autres souffrir, ne faire venir à l’encontre. Et
avecque ce les avons loüées et confirmées, louons et confirmons par ces présentes, et voulons que nos
héritiers et successeurs, et les ayans cause de nous en notredit Duchié, les jurent semblablement, quand
ils venront premièrement {91}au gouvernement d’icellui Duchié, se requis en sont. Et lesdiz Maieur,
eschevins et habitans, lors estans en nostre présence en ladite église, nous ont aussi promis et juré estre
noz vraiz et loyaulx subjez et obéissans, et nous garder, et faire garder, et rendre de leur povoir toutes
nos droictures que nous avons en nostre dite ville et banlieuë de Dijon, et nous rendre vraye et dehuë
obéissance. Et afin que ce soit ferme chose et estable à toujours nous avons fait mettre à ces présentes
notre scel, duquel avant le trespas de feu notre très-redoubté seigneur et père, cui Dieu pardoint, nous
usions et encore usons. Donné en ladite église de Saint-Bénigne, présent nostre très-chier et très-amé
frère Phelippe de Bourgoingne, nostre très-chier et très-amé cousin messire Artus de Bretaigne conte
de Richemont, Révérenz Pères Dieu l’évesque d’Ostun, l’évesque de Tournay, l’évesque de Nevers,
l’abbé de Cisteaux, l’abbé dudit Saint-Bénigne, nos amez et féaulx cousins messire Jehan de Chalon,
seigneur d’Arlay et prince d’Orange, messire Guillaume de Vienne, seigneur de Saint-George {92}et
de Saincte-Croix, messire Jehan de Vienne, seigneur de Paigney, messire Jehan de Vergey, seigneur de
Fouvans, nostre mareschal, Jehan de Nuefchastel, seigneur de Montagu, Thibault, seigneur de
Nuefchâtel, Humbert de Villers-Sesel, seigneur d’Orbe, Bernard, seigneur de Ray, et plusieurs autres,
le XVIIe jour du mois de juing, l’an de grâce mil quatre cent et quatre.
Par Monseigneur le Duc, LENGRET.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans Pérard, p. 387.
LXXII
VILLE DE DIJON
Main-levée de la saisie de la mairie de Dijon par le duc Jean-sans-Peur.
1416 (14 juillet).
Jehan duc de Bourgongne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgongne, palatin, seigneur de Salins
et de Malines. A tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Savoir faisons que les Maïeur et
eschevins de notre ville de Dijon, où estoient Demoinge Vautherin, Maïeur, Jehan Chambellan, Estienne
Marriot, Guillemot Le Porteret, Monnin d’Eschenon, Guillaume Tanron, Guillaume de Vandenesse,
Quantin Dami, Regnauldet de Janley, Jehannot Berthot, maistre Simon Bonpois, Alexandre de
Varranges, Humbelin Langeolet, Pierre Sancenot, tous eschevins et Humbert Thierry, procureur d’icelle
ville, ont aujourd’huy consenti pardevant notre amé et féal chancelier, le seigneur de Courtivron et
plusieurs et en grant nombre des autres gens de notre conseil et de noz comptes à Dijon, à certaine
appellation pour la partie desdiz de Dijon, nagaires et derrenierement {93}émise en France à l’encontre
de nous et plusieurs noz officiers, soit renvoiée noz auditeurs des causes d’appeaulx de notre dit Duchié
à Beaune: pardevant lesquelz lesdiz Maire et eschevins renonceront à icelle appellation sans despens et
sans amende. Et parmi ce, par l’advis et délibération de nosdiz chancelier et autres gens de notre conseil
et de noz comptes, nous avons levé et levons par ces présentes notre main qui mise estoit en la maierie
de notre dite ville de Dijon, dont icelle appellation déppend. Excepté de quatre cas, cest assavoir rapt,
murtre, feu bouté et larrecin, après le premier larrecin, dont pretendons la congnoissance nous devoir
appartenir; lesdiz de Dijon disans au contraire. De la congnoissance desquelz quatre cas toutesvoies,
lesdiz de Dijon joyront par et soubz notre main, jusques à ce qu’il en soit déterminé par telz gens qui
pour ce seront advisiez par nous ou noz gens et ceulx de ladite ville, non suspectz à l’une des parties ne
à l’autre, lesquelz pourront estre esleuz en notre païs de Bourgoingne, en France, où là où mieulx plaira
à nous et ausdiz de Dijon. Et lequel joyssement se fera sans préjudice du droit de nous, ne d’iceulx de
Dijon. Et pour ce que lesdiz de Dijon, si ont procédé à l’élection et création de leur Maire, à la Saint
Jehan Baptiste derrenierement passé, ce qu’ilz ne povoient faire, comme dient noz gens, attendu notre
main mise à icelle et que après lesdites élection et création, ledit Maïeur s’estoit entremis du
gouvernement de la justice et autres choses appartenant à ladite maierie, sans icelle élection estre
approuvée et receue par notre bailli de Dijon, comme il est acoustumé de faire en tel cas, lesdiz de Dijon
disans que, sous umbre d’un joyssement qu’ils avoient obtenu de nous par noz lettres patentes et
l’exécutoire dudit notre bailli de Dijon sur ycelles, qu’ilz ne cuidoient riens avoir méffait et qu’ilz
avoient esleu comme l’an passé mil CCCC et quinze pardessoubz notre main. En tant qu’ilz y pourroient
avoir meffait, ilz s’en sont submis à notre ordonnance. Et pour réparer ce qu’ilz ont fait esdites élections
et entremises, ont aujourd’huy les dessus nommez de Dijon, baillié, remis et rendu l’euvangile de ladite
maierie en notre main ou la personne de notre dit chancelier, pour en ordonner à notre bon plaisir.
Lequel notre chancelier en nom de nous a receu ladite euvangile ainsi à lui baillié par {94}les dessusdiz
de Dijon, et icelle par lui receue, la leur a rendue, en leur octroiant de grâce especiale parmi
l’appointement tel que cy devant est dit, combien que lesdites élection et entremise aient esté
indeuement faites, que ledit Demoinge Vautherin, Maire esleu, demeure Maire de notre dite ville de
Dijon, pour ceste année présente l’exercer et joysse des droits y appartenans, ainsi que se lesdites
élection et entremise fussent faites bien et deuement, en leur pardonnant tous ce que es choses dessus
dites, ils pevent avoir mespris. Si donnons en mandement à notre dit bailli de Dijon et à tous noz autres
justiciers et officiers, ou à leurs lieuxtenans présens et avenir et à chacun d’eulx en droit soy et si comme
à lui appartiendra, que du contenu en ces présentes, selon et par la manière que dit est, facent, seuffrent,
et laissent notre dite ville et les dessuzdiz de Dijon, tant en leurs noms que de toute ladite ville
plainement et paisiblement joir et user. Et cessent et mectent à néant tous empeschemens encommenciez
au contraire, sans molester, travailler ou empescher doresenavant lesdiz de Dijon contre la teneur de
cestes en aucune manière. En tesmoing de ce nous avons fait mectre notre scel à ces présentes. Donné
audit Dijon le XIIe jour de juillet, l’an de grâce mil CCCC et seize.
Par Monseigneur le Duc, en son conseil auquel vous estiez: J. DE SAULS.

Scellé en cire rouge à double queue de parchemin pendante. Original: Archives départementales de
la Côte-d’Or, B. — Chambre des comptes de Dijon, Affaires relatives aux communes.
LXXIII
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville par le duc Philippe-le-Bon.
1421-22 (19 février).
Phelipe, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin, seigneur de
Salins et de Malines; savoir faisons à tous présens et advenir, que aujourd’huy, en l’église de
Monseigneur saint Bénigne, devant le grant aultel d’icelle, nous, les libertez, franchises, immunitez,
chartres, previleges et confirmation d’icelles, données et octroyées par nos prédécesseurs ducs de
Bourgoingne, aux Maieur, eschevins, commune et habitans de nostre ville de Dijon, {95}si comme elles
sont escriptes es lettres desdits previleges, avons juré et promis devant Dieu, et aux saints Evangilles,
tenir, garder et observer fermement, et par nos officiers faire tenir, garder et observer, sans corrompre,
et sans jamais par nous, ne par autres souffrir, ne faire venir à l’encontre, et avec ce les avons loës et
confermées, louons et confermons par ces présentes, et voulons que nos héritiers et successeurs, et les
ayans cause de nous en nostre dit Duchié, les jurent semblablement quand ils vendront premièrement
au gouvernement d’icelluy Duchié, se requis en sont. Et lesdiz Maieur, eschevins, et habitans, lors
estans en nostre présence en ladite église, nous ont aussi promis et juré estre nos vraiz et loyaulx subgez
et obéissans, et nous garder, et faire garder, et rendre de leur povoir toutes nos droictures que nous avons
en nostredite ville et banlieuë de Dijon, et nous rendre vraye et deuë obéissance. Et afin que ce soit
chose ferme et estable à toujours, nous, en tesmoing de ce, avons faict mettre nostre scel à ces présentes.
Donné en ladite église de Saint-Bénigne, présens, nostre très-chier et très-amé cousin le comte de
Ligney et de Saint-Pol, Révérends Pères en Dieu l’évesque de Lengres, l’évesque de Tournay, nostre
chancelier, l’abbé dudit Saint-Bénigne, nos amez et féaulx cousins, le prince d’Oranges, Jehan de
Chalon, seigneur de Viteaulx, les seigneurs de Saint-George et de Sainte-Croix, de Thil et de Jonvelle,
messire Jehan de Vergey, seigneur de Fouvans, nostre séneschal de Bourgoingne, le seigneur de
Roubaiz, messire Jehan de Cothebrune, nostre mareschal de Bourgoingne, maistre Richart de
{96}Chancey, nostre bailli de Dijon, Nicolas Raoulin, Guy Gelenier, nos conseillers, et autres pluseurs,
le jeudy dix-neufiesme jour du mois de février, l’an de grâce mil quatre cens vint et ung.
Par Monseigneur le Duc, SEGUINAT.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans Pérard, p. 388.
LXXIV
VILLE DE DIJON
Saisie de la justice municipale de Dijon ordonnée par le duc Philippe-le-Bon.
1427 (7 juillet).
Phelippe duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois, de Bourgoingne, Palatin, seigneur de
Salins et de Malines. A notre bailli de Dijon ou à son lieutenant, salut. Notre procureur nous a
souffisamment informé, que combien que en noz païs et seigneuries de Bourgoingne, à nous compete
et appartient la disposition et ordonnance de la chose publique et de la police d’icelle, pour la conduire
en bon estat et que chascun de noz subgez soit tenu de obéir es ordonnances que nous ou noz commis
et deputez faisons ou font et mesmement les justiciers ausquels les lettres des dites ordonnances
s’adressent soient tenuz d’icelles recevoir et executer selon que mandé et commis leur est par icelles,
selon leur forme et teneur. Et aussi jà soit ce qu’il ne soit loisible aux Maïeur et eschevins de notre dite
ville de Dijon de faire aucunes ordonnances et que de leur consentement et accort passé par l’arrest de
la court de Parlement de Monseigneur le Roy, ilz aient à ce esté condempnez en certains procès qui ja
pieça furent meuz en la dite court, entre le procureur de feu notre très redoubté seigneur et ayeul le duc
Phelippe, cui Dieu pardoint, d’une part, et les Maïeur, eschevins et procureur d’icelle notre ville, d’autre
part. Neantmoins en l’an mil CCCC vint et {97}ung, combien que feue notre très redoubtée Dame et
mère, dont Dieu ait l’âme, ayant lors de par nous en notre absence, le gouvernement de nos païs de
Bourgoingne eust par grant et meure délibération de conseil, advisé et fait certaines ordonnances pour
le bien de la police de notre dit païs de Bourgoingne, tant pour la modération de la chiereté des vivres
et autres denrées, comme des journées des laboureurs et ouvriers, en quoy, par le dit temps y avoit très
grant excès. Et desdites ordonnances eust fait faire ses lettres patantes, adressans à nos bailliz et autres
qu’il appartenoit, pour icelles faire publier deuement. Et entre les autres, en avoit adrecié les uns ausdiz
maieur et eschevins, pour icelles faire publier en notre dite ville de Dijon. Lesquelles, par les gens de
notre Conseil et des comptes, furent baillées ausdits Maïeur et à aucuns des eschevins de notre dite ville,
estans lors en sa compagnie, en la Chambre de noz comptes à Dijon, où ilz estoient pour ce mandez par
nos diz gens, en la présence de notre procureur, qui instamment requiest ausditz Maïeur et eschevins,
icelles publier et exécuter deheuement: lesquels Maïeur et eschevins demandèrent delay pour parler aux
autres eschevins, qui estoient en notre chapelle de Dijon assemblez sur ceste matière, pour en faire
responce incontinent; lequel delay leur fut octroyé gracieusement par nosdites gens du Conseil et des
Comptes, qui espéroient d’en avoir bonne et briefve responce. Mais lesdits Maïeur et eschevins,
faingnans que ainsi le deussent ou voulsissent faire ou Conseil avec les autres leurs coeschevins, alèrent
incontinent faire crier et publier les ordonnances pareilles à celles de notre Dame et mère, comme faites
et ordonnées par eulx, en marchié public de la dite ville, et les peines et amendes que notre dite Dame
et mère avoit ordonnées contre les désobéissans, négligens ou transgresseurs des délis ordonnances estre
appliquées à nous, déclairèrent et ordonnèrent estre appliquées à eulx, ce que faire ne povoient en
désobeissant plainement à notre dite Dame et mère, ayant le gouvernement comme dit est, à nous et à
nos dites gens, et que plus est, en entreprenant contre noz droiz seigneure, sans et mesmement en venant
contre ledit arrest. Ainssi nous a notre dit procureur informé souffisamment, que en l’an mil CCCC et
vint, Jehan de Léry, notre bourgeois de notre dite ville de Dijon, estant lors en notre especiale
sauvegarde, deuement signiffiée et lui estant en bonne possession et saisine de tenir close et fermée une
porte, estant en notre dite ville de Dijon, près de la porte au Lion, a déclairer {98}plus à plain quant
mestier sera, en possession et saisine qu’il n’est et n’estoit licite à aucuns de aler et troigier par la ruelle
et chemin clout ladite porte, ne d’icelle porte ouvrir sans le consentement dudit Jehan de Léry, que
esdites possession et saisine ledit Jean de Léry s’estoit fait maintenir et garder par vertu d’une garde
donnée de vous, executée par un sergent du Maïeur dudit Dijon, et deuement signiffiée à Richard Bonne
adonc maïeur de notre dite ville, qui avoit baillé ledit sergent exécuteur de la dite garde pour icelle
exécuter, selon sa forme et teneur, et lequel, en signe de garde, avoit mis et apposé à ladite porte, ung
pannonceaul armoyé de noz armes. Lesquelles choses nonobstant, ou contempt de notre dite garde, ledit
Richard Bonne, lors maïeur de notre ville de Dijon, accompagné de Humbert Thierry, procureur de
notre dite ville et de plusieurs autres tant sergens que autres, portèrent les grans croz de notre dite ville
et d’iceuls, par nuit abatirent ladite porte et les chaffaulx d’icelle et jectèrent lesdiz pennonceaullx
armoiés de nos dites armes par terre et en la boe, en grant contempt de nous et en enfreignant notre dite
garde par voye de fait et à heure honte non deue, en délaissant la voie de justice qu’ils devoient faire
aux sujez de notre dite ville. En outre, nous a notre dit procureur informé, qu’en l’an mil CCCC dix
neuf, ledit Humbert Thierry, procureur que dessus, accompagné de Henry Girard, sergent de ladite
mairie, se transporta en l’ostel de Huguenin Quartel poissonnier; ouquel il trouva Angnelot sa femme,
lesquels s’entremirent de prendre pour gaige le lit garnis des mariez et autres gaiges à iceulx
appartenans. Duquel gaige ladite Angnelot disant quelie ne avoit de quoy norrir son enfant, appela par
plusieurs fois. Nonobstant lesquelles appellations et en actamptant follement à icelles, lesdiz Humbert
et Henry en emportèrent lesdiz gaiges ou contempt et mesprisement de notre souveraine justice. Et
pareillement nous a souffisamment informé notre dit procureur que en l’an mil CCCC XXIII, Estienne
Chambellan, lors Maïeur de notre dite ville de Dijon, se entremist de arrester et tenir prisonnier ung
nommé Jehan Tarienne et aussi Bertrand Grigay, peletiers de peaulx, dont iceulx Jehan et Bertrand
appelèrent par plusieurs fois. Et nonobstant icelles appellations, ledit Maïeur les détint prisonniers en la
Maison aux Singes dix jours entiers très estroitement, sans que leurs femmes ne aultres leurs parens et
amis peussent parler à eulx et tellement quilz furent contrains par force de prison de renoncier {99}à
leurs dites appellations et avec ce les condempna chacun d’eulx à la somme de quarente sols tournois,
qu’ilz ont paiés. En oultre nous a notre dit procureur informé à souffisance, que le jeudy saint mil CCCC
vint et quatre, jà soit ce que Perrin Saint Rigault, corduannier, notre bourgeois de notre dite ville de
Dijon ne eust en aucune chose délinqué ou mesprins, véant que ledit Estienne Chambellan, Maïeur
dessusdit, accompaigné de Guillemot Chambellan, son fils, Jehan Vautherin, Jehan Bolier, clerc de
ladite maierie, et de plusieurs autres sergens d’icelle maierie, le vouloit prendre en son hostel et le mener
ou faire mener es prisons de notredite ville de Dijon, en faveur desordonnée de Claude Mutin, mary de
la niepce dudit Maïeur, en hayne de ce que ledit Perrin avoit eu certaines paroles audit Claude, sans ce
que lui eust fait aucune euvre de fait. Icellui Perrin Saint-Rigault signiffia par plusieurs foiz audit Maïeur
et autres de sa compaignie, qu’il estoit en notre espéciale sauvegarde et en appela plusieurs foiz dudit
Maïeur. Lesquelles choses nonobstant, ou grant contempt et mesprisement desdites gardes et
appellations, icellui Maieur et Guillemot son fils prindrent ledit Saint-Rigault par les cheveux très
durement, tellement quilz en arrachèrent une grande partie; et avec ce le frappèrent plusieurs cops et
traynèrent hors de son hostel et le firent mener es dites prisons de notredite ville, esquelles le fist mectre
es secz, où il le détint VIII jours entiers, sans le vouloir relachier à caution ne autrement; mais convint
qu’il demeurast prisonnier le jour de Pasques communaulx, auquel jour il ne fut point à l’église. Avec
les choses dessusdites, nous a informé notre dit procureur souffisamment, que par le commandement et
ordonnance dudit Maïeur, ledit Humbert Thierry, procureur que dessus, accompaigné de Jehan Frasan,
vigneron, et Huguenin Jehannenot, alias le Rousseau, sergens de ladite maierie, et de plusieurs autres
leurs complices, armez et embastonnez de divers bastons et diverses armures, depuis certain temps en
ça, par nuit en accumulant meaulx avec meaulx, alèrent par ladite notre ville de Dijon et en espécial en
la rue de la Vannerie, mesmement devant les hostelz de nos amez et féaulx conseillers Jehan de Noident,
notre trésorier, et maistre Guy Gélinier, notre advocat fiscal, lesquelz, tant à cause de leurs offices,
comme autrement, sont et estoient en notre espéciale sauvegarde et illecques coppèrent à force de
coignées et de marteaulx plusieurs pièces de bois et despecèrent plusieurs grosses pierres, appartenant
à nosdiz conseillers. Et pour ce que, plusieurs des voisins venoient aux fenestres, leur gectoient des
pierres, tellement quilz en blecèrent {100}jusques à effusion de sanc; et avec ce, depuis ung an ença,
ont lesdiz Maire et eschevins de notre ditte ville de Dijon, par leurs éditz et ordonnances nouveaulx,
qu’ilz ne pevent ne doivent faire comme dit est dessus, sans notre licence et consentement, ordonné et
deffendu, que aucuns boulengiers d’icelle notre dite ville ne feussent si osez, ne si hardiez d’y cuire, ne
boulengier pain, excepté ceulz qu’ilz vouldroient cuire et boulengier pour certains marchans particuliers
de ladite ville qu’ilz avoient ordonnez pour la fournir de pain, dont grant chierté de pain et plusieurs
autres dommaiges se sont ensuys en la chose publique de notre dite ville; et de jour en jour ont commis
et commectent lesdiz Maire et eschevins plusieurs actemptas, excès et abus de justice, et a esté et est en
notre dite ville de Dijon la police et chose publique très mal gouvernée en plusieurs manières, et le tout
à déclairer plus à plain se mestier est. Toutes lesquelles choses ont esté et sont faites par lesdiz Maire et
eschevins en grant lésion de justice ou préjudice et dommaige de notre commun peuple, diminution et
destriment de ladite chose publique et ou grand contempt et mesprisement de nous et de notre seignourie
et souveraine justice, si comme dit notre dit procureur, requérant estre pourveu sur ce et lesdites choses
estre reparées en tant que bonnement faire se pourra. Pourquoy, nous, qui ne voulons lesdiz maléfices
et habus qui sont dignes de grant pugnition passer soubs dissimulation ne iceulx demourer impugnis,
sur ce, eu grant et meure délibération et advis de notre conseil, attendu que lesdiz Maïeur, eschevins et
procureur de Dijon ont delinqué en faisant les choses dessusdites en leur justice qui leur a esté octroyé
par nos predécesseurs et nous et en abusant folement d’icelle au grant contempt et mesprisement de
nous et de notre souveraine justice, comme dit est et pour pluseurs autres justes causes et raisonnables,
vous mandons et par ces présentes commectons que ladite justice de la mairie et eschevinnaige dudit
Dijon, ensemble tous les prouffiz et émolumens d’icelle vous prenez, mectez et tenez en notre main
réalment et de fait. Lesquelz nous y prenons, tenons et mectons par ces dites présentes. Et soubz icelle
les gouvernez ou faites gouverner par personne à ce ydoine et souffisante. {101}En deffendant toutes
entremises en ce, à tous ceulx qu’il appartiendra, ausquelz le deffendons mesmes par la teneur de cestes,
sans en faire laiche rendue ne recréance se n’est par notre exprès mandement, commandement et
ordonnance. Car ainsi nous plaist-il, et voulons estre fait nonobstant quelxquonques lettres subrectis,
impétrées ou à impétrer à ce contraires. De ce faire vous donnons povoir. Mandons et commandons à
tous nos justiciers, officiers et subjez que à vous et à vos commis en ceste partie, en ce faisant, obéissent
et entendent diligemment. Donné à Lille le VIIe jour de juillet, l’an de grâce mil CCCC vint et sept.
Ainsi signé par Monseigneur le Duc, A. CHRISTIAN.

Vidimus délivré le 10 décembre 1445 par J. Margotet et J. de la Grange, clercs de la Chambre des
comptes de Dijon. Archives du département de la Côte-d’Or, B. — Chambre des comptes de Dijon.
Affaires relatives aux communes.
LXXVI
VILLE DE DIJON
Autorisation donnée par le duc Philippe le-Bon à la commune de Dijon de remplacer le cor par la
trompette pour les publications.
1434 (novembre).
Phelippe par la grâce de Dieu duc de Bourgoingne, de Lothier, de Brabant et de Lembourg, conte
de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin de Hainnau, de Hollande, de Zéllande et de Namur,
Marquis du Saint Empire, seigneur de Frise, de Salins et de Malines; savoir faisons, que à l’humble
supplication et requeste de nos bien amez les Maieur et eschevins, bourgois, manans et habitans de notre
bonne ville de Dijon, et pour pluseurs raisonnables causes et considérations, qui à ce nous ont meu et
meuvent, et sur lesquelles avons eu grant et meur advis et délibération de conseil, nous ausdits supplians,
{102}et leurs successeurs eschevins, bourgois, manans et habitans de notre dite ville de Dijon, à
l’augmentation de l’onneur et décoration d’icelle, avons pour nous, et nos hoirs, successeurs, et ayans
cause, ducs et duchesses de Bourgoingne, octroyé, consenti et accordé, octroyons, consentons et
accordons à tousjours mais, perpétuellement, de notre certaine science et grâce espéciale, par ces
présentes, que doresnavant tous criz, publications et autres exploits et exercitez, que l’en a parcydevant
accoustumé de faire en notre dite ville, et en la banlieue d’icelle à son de cor, qui est de rude chose et
de rude son, se fassent cy en après en perpétuité à son de trompe, pour et ou lieu dudit cor, à laquelle
soit appendue et attachée se bon leur semble, affin que chascun en ait mieux congnoissance, une
banniere des armes d’icelle notre ville, comme il est accoustumé de faire en autres bonnes et notables
villes, sans ce toutes voies qu’il puist préjudicier, ne déroguer, ou porter préjudice aux previleges vielz
ne nouveaux de notre dicte ville de Dijon, en manière quelxconques. Si donnons en mandement à nostre
bailli, et à touz noz autres justiciers et officiers présens et à venir, qui ce, peut, et pourra regarder, ou à
leurs lieuxtenans et à chascun d’eulx en droit soy, que de notre présente grâce, et octroy, et
consentement, facent, seuffrent, et laissent lesdits leurs successeurs supplians, et notre dicte ville de
Dijon, joïr et user pleinement, paisiblement et perpétuellement, sans leur faire, ne donner, ne souffrir
estre fait ou donné ores, ne par le temps cy-après à venir, quelconque molestation, destourbier, ou
empeschement au contraire. Car ainsi nous plaist-il et le voulons estre fait. Et affin que ce soit chose
ferme et estable à toujours, nous avons fait mectre nostre scel à ces présentes, sauf en autres choses
notre droit, et l’autruy en toutes. Donné en notre dicte ville de Dijon le XIIme jour de novembre, l’an de
grâce mil quatre cent trente et quatre.
Par Monseigneur le Duc, T. BOUESSEAU.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 389.
{103}LXXVI
VILLE DE DIJON
Transaction ménagée par la duchesse Isabelle de Portugal, entre le duc Philippe-le-Bon et la ville de
Dijon, au sujet des priviléges et de la juridiction communale.
1443 (31 août).
Sensuyvent les poinctz et articles touchant les privileges, franchises et libertés de la ville et
commune de Dijon, sur lesquels estoit question et débat entre les procureurs de mon très redoubté
seigneur, monseigneur le duc de Bourgoingne, et cellui de ladicte ville qui, par le moyen de ma très
redoubtée Dame, Madame la duchesse, cessent du tout et en est faicte déclaration, en la manière qui
s’en suit et dont lectres en seront faictes par mon dict très redoubté seigneur aux Mayeur et eschevins
de la dicte ville, pour et au nom de la commune d’icelle.
Et premièrement pour ce que débat et procès estoient entre lesdicts procureurs, sur ce que ledict
procureur de mondict seigneur maintenoit que lesdictz Mayeur et eschevins ne povoient faire statut ne
ordonnance en ladicte ville et banlieue, touchant la police d’icelle ville, et que ce appartenoit à faire à
mondict seigneur. Ledit procureur de Dijon disant au contraire et que tant par ancienne usance et
joyssance comme autrement dehuement, lesdits Mayeur et eschevins avoient de toute ancienneté fait
statuz et ordonnance en ladicte ville {104}et banlieue, sur lequel différant est accordé que les dits
Mayeur et eschevins de ladite ville de Dijon pourront poveoir et faire ordonnance dans ladite ville et
banlieue d’icelle, touchant le bien et police de ladite ville, c’est assavoir ou regard des vivres, de la
garde des portes et des murs, de tous mestiers et de toutes marchandises quelsconques, des journées des
ouvriers et tout ce tant au regard de ceulx de ladite ville, comme d’autres étrangiers.
Item, que semblablement estoit procès entre les dessus dits, sur ce que ledit procureur de mondit
seigneur disoit que mon dit seigneur, comme prince, devoit avoir la congnoissance, pugnicion et
correpcion de tous cas, crimes et déliz commis en fait de monnoye, ledit procureur de ladite ville disant
au contraire, et que par privilege et usance la cognoissance en appartenoit à ladite ville. Surquoi est
accordé que la congnoissance, pugnicion et correpcion demeura à mondict seigneur le Duc en tout cas
de faulse monnoye et fausseté quelconque au regart d’icelles tant de ceulx de la ville comme des
étrangiers, dont la prinse des délinquens appartiendra aux ditz Mayeur et eschevins en ladicte ville et
banlieue tant seulement. Et aussi appartiendra à iceulx Mayeur et eschevins, la cognoissance et
pugnicion d’avoir usé de monnoie faulse ou faussée.
Item estoit aussi différent entre les devant ditz procureurs, sur ce que ledit procureur de mon dit
seigneur, disoit que les sergents de mondit seigneur et aultres ses officiers, avoient en ladite ville et
banlieue faculté et puissance de prendre et emprisonner tous malfaicteurs estrangiers, qui seroient
trouvez en ladite ville et banlieue, et que la cognoissance des cas et déliz par eulz commis et perpétres,
devoit appartenir à mon sieur le bailli de Dijon. Ledit procureur de ladite ville maintenant le contraire,
et que par privilege expretz à ce et ancienne usance, aux ditz Mayeur et eschevins competoit et
appartenoit de prendre, pugnir et corrigier tous estrangers trouvez en ladite ville et banlieue d’icelle,
chargiez de crymes ou de délits sans ce que les gens et officiers de mondit seigneur y eussent aucune
prinse ou congnoissance. Surquoy est traictié que doresnavant la pugnicion et correpcion de tous
estrangiers trouvez en ladite ville et banlieue d’icelle ensemble, la prinse, demeurra auxdiz Mayeurs et
eschevins et à leurs gens et officiers, excepté de ceux desditz étrangers qui seront prins par ladite ville
à la requête dudit procureur de monseigneur pour quelques cas que ce soit, dont la cognoissance
appartiendra auxdiz officiers de monseigneur et aussi des cas privilegiés, ainsi qu’il a accoustumé.
Item estoit en outre question entre les dessusdits maintenant ledit procureur de mondit seigneur,
que la congnoissance, pugnicion et correpcion de cinq cas {105}criminelz et capitez appartenoit à
mondit seigneur, ses gens et officiers, par le privilege mesme de ladite ville, cest assavoir de homicide,
de larrecin pour la seconde foys au regart des habitans de ladite ville et aussi de larrecin pour la première
foys au regart des estrangers, de crime de rapt et de feu bouté. Ledit procureur de ladicte ville maintenant
au contraire et que de toutes ancienneté, usance et jouissance, la congnoissance et condampnaçion
desditz cas, appartenoit esditz Mayeur et eschevins, et à mondit seigneur, ses gens et officiers
l’exécucion tant seulement. Surquoy est accordé que doresenavant et à tousjours lesdits Mayeur et
eschevins cognoisteront et détermineront par sentence des dits cas et d’un chascun d’iceulx, et demeurra
à mondit seigneur et à ses gens et officiers l’éxécucion des condampnez par lesditz Mayeur et eschevins,
ensemble la confiscation de leurs biens.
Item maintenoit en oultre le procureur de mondit seigneur, que les enfans filz ou fillez, soit qu’ilz
fussent mariez ou non, demeurants avec leurs père et mère ou l’un d’eulx fils, estoient partiz ou divisez
de biens; iceulx enfants devoient chacun an à mondit seigneur et à son procureur dudit Dijon les marz.
Ledit procureur de ladite ville disoit au congtraire, et que par le privilege d’icelle ville et ancienne
usance, lesditz enfans ne devoient riens desditz marz, s’ilz ne demeureroient séparément et à part de
leurs ditz père ou mère. Surquoy est accordé que doresnavant lesditz enfans soient mariez ou non,
demeurent avec leur père et mère ou avec l’un d’eulx, ne paieroient rien desditz marz, s’ilz ne ont fait
partaige et devision de leurs biens.
Item estoit conséquemment question entre les devant nommez procureurs et disoit celluy de mondit
seigneur, que ledit Mayeur n’avoit aucune aultorité ne aussi ladite ville privilege, pour ce pouvoir faire
de soy escripre et intituler en ses lettres et actes, viconte Mayeur de Dijon et néanmoins que aussi le
vouloir faire en dérogant aux droits de mondit seigneur. Ledit procureur de ladite ville maintenant au
contraire et qu’il estoit vray que celle ville avoit privilege, par lequel il apparoit que Monseigneur le
Duc avoit transporté par eschange et permutation ledit viconté à ladite ville et icelluy luy promettoit
conduire et garantir, et oultre plus que de tous temps et ancienneté ledit Mayeur en ses cryées et
proclamations se faisoit nommer viconte. Surquoy est accordé que doresenavant ledit Mayeur se pourra
faire intituler et nommer en ses lectres, actes et cryées, viconte Mayeur dudit Dijon, pourveu que à ceste
cause, ilz ne prétendent aultre droit ou prérogative que le nom.
Item disoit plus ledit procureur de mondit seigneur le Duc, qu’il apparoit par {106}certain arrest jà
pieça donné en la court de Parlement de France, que lesdiz Mayeur et eschevins ne pouvoient bailler à
quiconque personne que ce fust, place en ladite ville, pour sur icelle édiffier, mesmement au préjudice
de mondit seigneur et de la chose publique. Ledit procureur de ladite ville disoit que il ne seroit jà trouvé
que ladite ville eust baillée aucune place préjudiciable à mondit seigneur, ne à la chose publique. Sur
lequel différent est traictié que les places d’icelle ville seront visitées par gens ayant à ce cognoissance
et y sera pourveu en tant que mestier sera, selon la forme et teneur dudit arrest.
Item faisoit doléance ledit procureur de mondit seigneur le Duc en disant que combien que à mondit
seigneur comme prince appartiennent en ladite ville et banlieue tous biens vacquants, confiscations et
successions de bastards; et quant les cas adviennent inventoire se fait desditz biens par lesditz Maire et
eschevins, sans le appeler pour le voir faire et que mondit seigneur y estoit intéressé et dommaiger.
Ledit procureur de ladite ville deffendant au contraire et que à iceulx Mayeur et eschevins appartenoit
à faire lesditz inventoire et que se le procureur de mondit seigneur n’estoit présent à ce faire, il ne tenoit
que à luy, car l’en ne ly empeschoit en riens. Surquoy est accordé que doresenavant quant les cas
escheront, lesditz Mayeur et eschevins feront savoir audit procureur ou à son substitut qu’il soit présent
à faire lesditz inventoires se bon lui semble.
Item disoit encorre ledit procureur de mondit seigneur le Duc, que mondit seigneur avoit autorité et
quant bon lui sembloit, de faire veoir l’estat et oyr les comptes par ses gens et officiers de tous deniers
appartenant à ladite ville et dont lesdits Mayeur et eschevins avoient la maniance par quelque moyen
que ce fust. Ledit procureur de ladite ville contrarioit à ce disant, que combien que mondit seigneur par
ses gens et officiers peust faire oyr lesditz comptes, ce nestoit seulement que au regart des deniers qui
se levoient pour le fait de la fortiffication de ladite ville et pour les aydes de mondit seigneur tant
seulement, mais que en tous aultre cas, lesdits comptes appartenoient à veoir et oyr esditz Mayeur et
eschevins ou à leurs commis et deputez. Surquoy est accordé que s’il est de nécessité et que ce soit le
bon plaisir de Monseigneur le Duc, il pourra quant il lui plaira faire veoir l’estat de ladite ville et
comment elle se gouverne au fait des deniers qui ont esté levez le temps passé, pour les affaires d’icelle
ville, par tel gens qu’il luy plaira y deputer et le tout selon la forme de certains arrests de ce faisant
mencion.
Item que es choses dessus dites sont reservez à mondit seigneur les ressort et souveraineté et aussi
sauf et reservés son droit en aultre choses et l’autruy en toutes.
{107}Item est traité et accordé que tous procès mehuz et pendantz en la court de parlement de
France ou ailleurs à cause des articles et points devant déclairés et dépendants d’iceulx, sont et
demeurent nuls et mis au néant par ce présent traité et accord, compensation faite des despens d’une
part et d’autre.
Collation des articles contenuz en ces deux feuillez de parchemin a esté faite avecques le double
signé de Madame la Duchesse, le derrier jour d’aoust l’an mil quatre cent XLIII, en la ville de Bar-sur-
Aube, YSABEL.
F. MILET.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.


LXXVII
VILLE DE DIJON
Ratification des articles précédents par le duc Philippe.
1443 (31 août).
Phelippe, par la grâce de Dieu duc de Bourgoingne, de Lothier, de Brabant et de Lembourg, conte
de Flandres, d’Artois, de Bourgoingne, palatin de Haynnau, de Hollande, de Zellande et de Namur,
marquis du Saint-Empire, seigneur de Frise, de Salins et de Malines, à tous ceulx qui ces présentes
lectres verront, salut. Savoir faisons que de et sur plusieurs poins et articles cy après déclairez touchans
les privileges, franchises et libertez de notre ville et commune de Dijon, sur lesquels estoient meuz
débaz et questions entre nostre procureur pour nous d’une part, et le procureur de nostre dicte ville
d’autre part, est traictié et accordé par le moien de nostre très chière et très amée compaigne la Duchesse
que tous lesdiz débaz et questions cessent du tout en la maniere qui s’ensuit.
Et premièrement pour ce que débat et procès estoient entre nous et nostre dicte ville. (Voir le n°
précédent.)
Si donnons en mandement à nostre bailli de Dijon et à tous nos autres justiciers et officiers ou à
leurs lieuxtenans présens et avenir et à chacun d’eulx si comme à lui appartendra que les traictiez et
accors dessusdiz faiz sur les poins et articles cy dessus déclairiez, tiengnent, gardent et accomplissent
et facent tenir, garder et accomplir de point en point selon leur forme et teneur sans faire ou venir ne
souffrir faire ou venir en quelque manière que ce soit aucunement au contraire.
{108}En tesmoing de ce nous avons fait mettre nostre seel à ces présentes. — Donné à Bar-sur-
Aube le derrenier jour d’aoust l’an de grâce mil quatre cent quarante et trois.
Par Monseigneur le Duc, F. MILET.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.


LXXVIII
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville par Charles, duc de Bourgogne.
1473-74 (janvier).
Charles par la grace de Dieu duc de Bourgoingne, de Lothier, de Brabant, de Lembourg, de
Luxembourg et de Ghelres, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin de Haynnault, de
Hollande, de Zéllande, de Namur et de Zutphen, marquis de Saint-Empire, seigneur de Frise, de Salins
et de Malines; savoir faisons à tous présens et advenir, que aujourd’huy, en l’église et abbaye de
monseigneur Saint Bénigne en ceste ville de Dijon, devant le grant autel d’icelle, Nous, les libertez
d’icelles, franchises, immunitez, chartres, privileges, et confirmations d’icelles, donnez et octroyez par
nos prédécesseurs ducs de Bourgoingne, que Dieu absoille, à nos bien amez les Maieur, eschevins,
commune et habitans de nostre dite ville de Dijon, si comme elles sont escriptes es lettres desdits
previleges, avons juré et promis devant Dieu, et aux saints Evangiles, tenir, garder, et observer
fermement, et par noz officiers faire tenir, garder et observer, sans corrumpre, et sans jamais, par nous
ne par autres, souffrir, ne faire venir à l’encontre. Et avec ce, les avons louhez et confermez, louhons et
confermons par ces présentes, et voulons que nos héritiers et successeurs, et les ayans cause de nous,
en nostre dit Duchié, les jurent semblablement, quand ils viendront premièrement au gouvernement
d’iceluy Duchié, se requis en sont. Et lesdits Maieur, eschevins et habitans, lors estans en notre présence
en ladite église, nous ont aussi promis et juré estre nos vraiz et loyaulx subjectz, et obéissans, et nous
garder et faire garder, et rendre de tout leur povoir toutes noz droictures que nous avons en notre dite
ville et banlieuë de Dijon, et nous rendre vraie et deheuë obéissance. Et affin que ce soit chose ferme et
estable à tousjours, {109}nous, en tesmoing de ce, avons fait mectre seel à ces présentes. Donné en
ladite église de saint Bénigne, au mois de janvier, l’an de grâce mil quatre cent soixante et treize.
Par Monseigneur le Duc, J. GROS.

Vidimus reçu le 8 avril 1500-01 par J. Demongeu et Et. Martin, notaires de la chancellerie de
Bourgogne. — Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé:
dans Pérard, p. 382; — Mémoire pour l’administrateur général des domaines contre les maire,
échevins, etc., de la ville de Dijon, 1786, in-folio.
LXXIX
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la commune par le roi Louis XI.
1477 (août).
Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous présens et avenir: Nous avoir reçeue
l’humble supplication de noz bien amez les Maieur, eschevins, bourgeois, manans et habitans de notre
ville de Dijon, contenant que pour raison de ce que ladicte ville est la ville capital et principalle du
duchié de Bourgoingne, selon laquelle sont les autres villes dudit duchié réglées et poliées, elle a esté
douée par cy devant, et d’ancienneté tant par nos très nobles progéniteurs roys de France, que par les
Ducz, qui es temps passez, ont ésté d’icellui duchié, de beaux, grans et notables previleiges, franchises,
libertez, usaiges et immunitez; et d’iceulx leur ont esté octroyées et données lectres et chartres
autentiques, ainsi qu’il apartient et qu’il est requis et accoustumé de faire en tel cas, qui sont es arches
et trésors de ladicte ville; et entre autres ilz ont droit et previleiges de prendre, lever et exiger sur chacun
habitant ou autre personne qui appelle du jugement du Maïeur de ladicte ville ou de son lieutenant, et il
est dit mal appelé, cinq solz tournois, et les deniers appliquer au prouffit d’icelle ville; et aussi ont droit
d’ancienneté lesdits Maïeur et eschevins de povoir donner et bailler gardes particulières, soubz le scellé
de ladicte mairie, à tous les manans et habitants de ladicte ville et autres, qui en requéroient, pour les
faire exécuter en icelle ville, faubourgs et banlieue, desquels previleiges, franchises, libertez, droiz et
usaiges lesdiz supplians ont joy paisiblement sans inquiétacion, ne interrupcion, excepté toutes voies
dudit droit de lever lesdiz cinq solz sur les appelans, {110}et de bailler lesdictes gardes, et d’aucuns
autres poins mencionnez esdiz previleiges; desquels ceulx qui ont le gouvernement des affaires de
ladicte ville depuis bien longtemps en ça, par négligence ou autrement, n’ont usé ou par aventure, par
la muctacion desdiz gouverneurs, qui tous n’ont pas été advertiz des droiz et previleiges dessus diz ou
de la pluspart. Et doubtent que nos officiers, qui nouvellement sont de par nous en ladicte ville, les
vueillent empescher en la joyssance d’iceulx previleiges, droiz, franchises et libertez, s’ils n’estoient de
nous confermez et autorisez; humblement requérans sur ce notre grâce leur estre impartie. Pour quoi
nous, ces choses considérées, inclinans favorablement à la supplication, et requeste desdiz Maïeur,
eschevins, bourgeois, manans et habitans qui grandement et honnestement se sont conduiz et gouvernez
envers nous depuis qu’ils se sont réduiz en notre obéissance, voulans par ce les traicter favorablement
en leurs faiz et affaires, ausdiz supplians avons louez, ratiffiez, confermez et approuvez; et par la teneur
de ces présentes, de notre grâce espécial, plaine puissance et autorité royal, louons, ratifions,
confermons et approuvons tous et chacuns, lesdiz previleiges, franchises, libertez, immunitez, droiz et
usaiges à eulx donnez et octroyez par nosdicts prédécesseurs roys de France et par les ducs de
Bourgoingne, jacoit ce qu’ilz ne soient cy dedans spéciffiez, exprimez, ne déclarez; et voulons qu’ilz
en jouissent et usent entièrement selon la forme et contenu d’iceulx previleiges, droiz, libertez et
franchises et mesmement desdiz droiz de lever lesdiz cinq sols sur lesdiz appelans, de bailler lesdictes
gardes, et de tous autres poins contenuz en iceulx. Si donnons en mandement par ces dictes présentes à
noz amez et feaulx conseillers les gens qui tiendront notre parlement en Bourgongne, gens de notre
conseil et de noz comptes audit Dijon, aux bailliz dudit lieu et à tous nos autres justiciers ou à leurs
lieutenants présents et avenir, et à chacun d’eulx, si comme à lui appartiendra, et qui requis en sera: que
si leur appert desdiz previleiges, droiz, franchises, libertez et immunitez, ils en facent, seuffrent et
laissent lesdiz supplians joyr et user selon notre présent octroy, sans souffrir aucun destourbier ou
empeschement leur estre fait, mis {111}ou donné au contraire, nonobstant l’interrupcion et
discontinuacion dudit droit, ou devoir de cinq solz sur les appelans, de bailler lesdictes gardes, et que
lesdiz supplians n’en aient joy ne d’aucuns autres poins et articles contenuz en leurs diz previleiges et
libertez, que ne leur voulons nuire ne préjudicier, mais les en avons relevez et relevons de grâce espécial,
par ces présentes. Et affin que ce soit chose ferme et estable à toujours, nous avons fait mectre notre
scel à ces dictes présentes; sauf en autres choses notre droit et l’autruy en toutes. Donné à Thérouenne,
au moys de aoust, l’an de grâce mil CCCC soixante dix sept, et de notre règne le dix septième.
Par le Roy, vous l’Arcevesque de Vienne, le conte de Saint-Paul, le sire de Cléry, Mes Guillaume
de Cerisey, et autres présents. P. PETIT.

Scellé du grand scel en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.
LXXX
VILLE DE DIJON
Confirmation, par le roi Louis XI, du droit des magistrats de Dijon de faire inventaires et actes de justice
dans la ville.
1477 (24 août).
Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, au bailli de Dijon ou à son lieutenant, salut. De la partie
de noz bien amez les Maïeur et eschevins de notre ville de Dijon, nous a esté exposé que jasoit ce que
par previleiges à eulx donnez et octroyez par les ducs de Bourgongne, aucuns sergens ou autres officiers
ne puyssent ou doivent faire aucun exploict de justice en ladicte ville et banlieue d’icelle, fors lesdiz
Maïeur et eschevins, et leurs sergens, scribes, commis et depputez; {112}néantmoins aucuns officiers
de justice, sergens et autres se sont par cy-devant efforcez, et encore s’efforcent de jour en jour, de faire
inventaire de biens en ladicte ville et banlieue, mectre sergens et officiers en garnison es maisons et
autres lieux que bon leur semble, autres que les sergens et officiers desdictz exposans et faire exploictz
réels et autres exploictz, qui à iceulx exposans ou leurs dictz commis et depputez appartiennent de faire,
en entreprenant sur leurs droiz et previlleiges, iceulx corrompant et abolissant, et au très grant grief,
préjudice et dommaige desdiz exposans, ainsi qu’ils dient, requérant sur ce notre provision. Pour quoi
nous, ces choses considérées, voulans leurs previlleiges estre entretenuz, et gardez sans enfraindre,
avons déclairé et déclairons, voulons et nous plaist par ces présentes, que en ensuyvant leurs diz
previlleiges doresnavant aucuns officiers et gens de justice, de quelque povoir ou auctorité qu’ils usent,
ne pourront faire inventaire de biens, mettre garnison en icelle ville, forsbourgs et banlieue, ne faire
autres exploiz de justice, fors et excepté lesdiz exposans et leurs sergens, scribes, commis et depputez.
Si vous mandons et commectons que notre présente déclaracion vous fetes publier, entretenir, garder et
observer de point en point, selon sa forme et teneur, sans souffrir aucune chose estre faicte ou innovée
au contraire. Car ainsi nous plaist il être fait, nonobstant quelxconques lettres surreptices impétrées ou
à impétrer, à ce contraires. Donné à Thérouenne, le XXIIIe jour d’aoust, l’an de grâce mil CCCC soixante
dix sept, et de notre règne le dix septième.
Par le Roy, P. PETIT.

Original: Archives de la ville de Dijon, C, Juridiction de la Commune. — Imprimé dans: Mémoire


pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine,
1774, in-4°.
LXXXI
VILLE DE DIJON
Création, par le roi Louis XI, des six anciens échevins de la chambre de ville.
1477 (24 août).
Loys, par la grâce de Dieu roy de France, à tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Reçeu
avons l’umble supplication de noz bien amez les Maïeur, eschevins, bourgeois, manans et habitans de
nostre ville de Dijon, contenant {113}que ladite ville est ville de communité, et en icelle, de tout temps
et d’ancienneté a Maire et vingt eschevins, faisant en nombre vingt un personnes qui ont le
gouvernement de la police de la ville, et des habitans et fréquentans en icelle; lesquels Maire et
eschevins sont esleuz par chacun an, et muez à la fin d’icelui, le jour de la feste de la Nativité Saint
Jehan Baptiste, ainsi qu’il est plus à plain contenu et déclaré es lettres de previleges, et création du
colliege des ditz Maire et eschevins, par lequel previlege et création, les eschevins ne peuvent estre
continuez d’une année en l’autre, mais doivent estre tous changez et muez en la fin de l’an. Et pour ce
qu’il n’a esté par cy devant loisible à la dite communité de appeler ou retenir ou corps du dit colliege,
pour être eschevins l’année en suivante, aulcuns de ceulx qui l’ont esté l’année précédente, plusieurs
inconveniens, pertes et dommaiges sont advenus à la dite ville; parce que ceulx qui sont nouvellement
mis en l’eschevinaige, n’ont pas eu, ne peu avoir congnoissance des fais, affaires, droiz, tiltres et
previleges d’icelle ville; et souvent est advenu, que plusieurs choses encommancées par les Maire et
eschevins de l’une année, ou poursuist pour le bien, prouffit et utilité de la chose publique de la ville,
ont esté interrompues, discontinuées, perdues, délaissées, diverties ou changées par les Maire et
eschevins de l’année subséquente; en quoy ont esté grandement diminuez et retardez les droiz de la dite
ville, et le fait de la police, plus mal gouverné et administré. A ceste cause, et pour y obvier, et mectre
la chose en meilleur ordre et police pour le bien de la chose publique, est besoing, et chose très
nécessaire, mectre en eslection de l’eschevinaige et retenir ou nombre des vingt un eschevins, qui se
debvront eslire chacune année, aulcuns d’eux qui l’auront esté l’année précédente. Mais ils ne
l’oseroient faire, pour ce que pour la création du dit colliege est contenu le contraire; c’est assavoir que
on ne pourra eslire les eschevins d’une année, pour estre eschevins en l’autre, s’ils n’avoient congié et
licence pour ce faire. En nous humblement requérant, attendu l’évident dommaige et inconvénient qui
est advenu et peut advenir à la dite ville, à la cause dessusdite, nous plaise leur impartir sur ce nostre
grâce et provision convenable. Pour quoy nous, ces choses considérées, inclinans à la supplication et
requeste desdits supplians, en faveur et pour considération des bons et loüables services qu’ils nous ont
faiz, tant à la reddition de la dicte ville, que du duchié de Bourgoingne en nostre obéissance, voulant
par ce les traicter favorablement, ausdiz supplians, avons octroyé et octroyons de grâce especial, par
ces présentes, que doresnavant et à toujours en faisant l’eslection des futurs eschevins, le Maire qui lors
sera, puisse, et luy loise, par l’advis et opinion des eschevins de l’année {114}précédente, prendre,
choisir et eslire jusques au nombre de six personnes et au dessoubs, telz que bon luy semblera, desdiz
eschevins enciens, plus experimentez es besoingnes et affaires de la dicte ville, et iceulx mectre en et
du nombre des diz vingt ung nouveaulx eschevins et du corps du dict colliege, affin de plus seurement
savoir parler, et informer les diz nouveaulx eschevins, des besoingnes, affaires, et aussi des matières
expédiées, conclutes et délibérées es années précédentes; nonobstant que par les lectres de previlege, et
création du dit colliege, soit expressément contenu que les eschevins de l’une année ne pourront chévir
en l’eslection, ne estre eschevins en l’autre année; que ne voulons deroguer, nuyre, ne préjudicier à leur
création et previleges en autres choses; mais iceulx demeurer en leur force et vertu. Si donnons en
mandement par ces dictes présentes à nos amez et féaulx conseillers, les gens qui tiendront nostre
Parlement en Bourgoingne, gens de nostre grant conseil et de noz comptes à Dijon, bailly du dit lieu, et
à tous nos autres justiciers et officiers, ou à leurs lieuxtenants présents et advenir, et à chacun d’eulx, si
comme à lui appartiendra, que de nostre présente grâce et octroy ils fassent et seuffrent et laissent lesdiz
supplians joïr et user plainement et paisiblement, car ainsi nous plaist il estre fait. En tesmoing de ce,
nous avons faict mettre nostre scel à ces dites présentes. Donné à Thérouenne le XXIV e jour d’aoust
l’an de grâce mil CCCC soixante dix sept et de nostre règne le dix septième.
Par le Roy, vous l’Arcevesque de Vienne, le conte de Saint Pol, le seigneur de Cléry, maistre
Guillaume de Cerisay et autres présens.
P. PETIT.

Scellé en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de
Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans Pérard, p. 390.
LXXXII
VILLE DE DIJON
Seconde confirmation des priviléges de la ville par Louis XI, roi de France.
1479 (31 juillet).
Loys, par la grâce de Dieu roy de France; savoir faisons à tous présens et advenir, que aujourd’hui
nous avons confermé, promis et juré sur les sains Evangiles, estans sur le grant autel de l’église de
Sainct Bénigne de Dijon, tenir et {115}garder fermement les libertez, franchises, immunitez, chartres,
previleges, et confirmations d’icelles, donnéez et octroyées de noz devanciers ducz de Bourgoingne, au
Maïeur, et aux eschevins et habitans de nostre dite ville de Dijon, si comme elles sont escriptes. Et aussi
les diz Maïeur, eschevins et habitans de nostre dite ville, estans lors en notre présence, en la dite église,
jurèrent qu’ils nous seront loyaulx subgez, et vrais obéissans, et garderont nostre personne, et touts noz
droits, envers tous et contre tous. Et nous leur avons octroyé et octroyons par ces présentes, que noz
hoirs et successeurs en nostre dit duchié de Bourgoingne, jureront et seront tenus jurer publiquement en
ladite église de Sainct Bénigne de Dijon, en leur premier advénement oudit Duchié, qu’ilz garderont, et
feront tenir et garder lesdites libertez, franchises, immunitez, chartres et previleges, et confirmations
d’icelles, ainsi comme elles sont escriptes, et plus à plain contenues es lettres et chartres données de nos
diz devanciers ducz de Bourgoingne, aux habitans de notre dite ville de Dijon. Et à ce faire et fermement
tenir, et garder perpétuellement, nous obligeons espécialement et expressément, nous, nos hoirs, nos
successeurs et tous ceulx qui auront cause de nous en nostre dit Duchié: Et promectons en bonne foy,
lesdites choses tenir et fermement garder à tousjours mais, sans venir encontre par nous, ne par autres.
Et affin que ce soit chose ferme et estable à tousjours, nous avons faict mectre nostre scel à ces présentes
lettres. Donné en nostre dicte ville de Dijon, ou mois de juillet le dernier jour, l’an de grâce mil CCCC
soixante dix neuf, et de nostre règne le dixneufviesme.
Par le Roy, le prince de Tharante, Vous l’evesque d’Alby, le prothonotaire de Clugny, les sires du
Foux, du Bouchage, maistre Jehan Jacquelin, président de Bourgoingne, et plusieurs autres présens. J.
DE CHAULMONT.
Visa contentor: J. TEXIER.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans: Ordonnances des Rois de France, XVIII, 492; — Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins,
etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
{116}LXXXIII
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville de Dijon par Charles VIII, roi de France.
1491 (octobre).
Charles, par la grace de Dieu roy de France, savoir faisons à tous présens et avenir. Nous avons
reçeu l’umble supplicacion de nos chiers et bien amez les Mayeur, eschevins, bourgeois, manans et
habitans de nostre ville de Dijon, contenant que tant par nostre très chier seigneur et père que Dieu
absoille, que autres nos prédécesseurs, roys de France et ducz de Bourgoingne, ont esté donnez, octroyez
et confermez ausdiz supplians, plusieurs beaulx, droits, previleges, chartres, franchises, libertez, dons,
concessions, octroys et immunitez, tant en justice haute, moyenne et basse en la dicte ville et banlieue
que autrement, des quelz ensemble et plusieurs usances, coustumes et autres concessions et octroys à
eulx pareillement octroyez et confermez, les diz supplians et leurs prédécesseurs ont joy et usé par cy
devant. Toutesfois ilz doubtent que nos officiers et autres les voulsissent en la joyssance d’iceulx, ou
d’aucuns d’eulx cy après, empescher et troubler, se par nous ilz n’estoient approuvez et confermez, en
nous humblement requérant sur ce nostre grâce et libéralité. Pour ce est il que nous, considérant la bonne
et grande loyauté, fidélité et obéyssance, que liz diz supplians ont tousjours eu à nostre dit feu seigneur
et père et à nous depuis nostre advénement à la couronne de France, et qu’ilz démonstrent par effect de
vouloir avoir plus que jamais. Pour ces causes, inclinans favorablement à la requeste à nous sur ce faicte
par nostre amé et féal conseillier en notre grant conseil, maistre Phelippe Baudot, gouverneur de nostre
chancellerie de Bourgoingne, pour et en nom des diz Mayeur, eschevins, bourgeois, manans et habitans
de nostre dicte ville de Dijon, suppliant, et voulant et désirant les traicter bénignement en tout leurs
affaires, nous, tous les diz droits, previleges, chartres, franchises, libertez, justice haute, moyenne et
basse, dons, concessions, octroys et immunitez; ensembles, toutes usances et coustumes, dont les diz
suppliants et leurs prédécesseurs ont acoustumé de joyr et user par cy devant, jaçoit ce que autrement
ilz ne {117}soient cy spécifiez et déclarez, avons louhez, approuvez, confermez, aggréez et consentues;
et par la teneur de ces présentes, de grâce espécial, pleine puissance et autorité royale, louhons,
approuvons, confermons, aggréons et consentons, selon que les diz suppliants les ont par devers eulx,
en leurs chartres et trésor. Et en tant que mestier seroit, de nostre plus ample grâce, en ensuivant les
louables faits de nostre dict feu seigneur et père, et de nos diz autres prédécesseurs, les leur avons
donnez, octroyez et concédez, donnons, octroyons et concédons de nouvel. Et voulons, et nous plaist
que iceulx suppliants et leurs successeurs en joyssent doresnavant et à perpétuité suivant que par cy
devant ilz en ont deuement joy et usé. Se aucuns explois avoient et ont esté faits au contraire par nos
gens et officiers ou autres personnes quelzconques, nous déclairons et n’avons entendu et entendons,
qu’ilz puissent nuyre ne préjudicier aux diz Mayeur, eschevins, bourgeois, manans et habitans, ne à leur
diz previleges, franchises, libertez, chartres, droits, coustumes, octroys, immunitez et usances dessusdiz,
et joyssance d’iceulx. Mais voulons qu’ilz soient repputez pour non faiz et non avenuz, et les en avons
relevez et relevons de grâce espécial par ces présentes. Si donnons en mandement par ces dictes
présentes, à nos amez et féaulx conseillers gouverneur de nostre dicte chancellerie de Bourgoingne, le
lieutenant de nostre très cher et bien amé chancellier, au bailly du dit Dijon, et à tous nos autres justiciers
et officiers, ou à leurs lieutenants présents et advenir et à chacun d’eulx, que de nos présentes grâces,
ratifficacions, confirmacions, déclaracions, vouloir et don nouvel de à tout le contenu en ces présentes,
facent, souffrent, et laissent les diz supplians et leurs successeurs joyr et user plainement et paisiblement
sans destourbier ou empeschement. Et tout ce qui auroit esté ou seroit fait au contraire, le reparent et
mectent ou facent reparer et mectre sans délay au premier estat et déhu. Et afin que ce soit ferme à
toujours, nous avons fait mectre nostre scel à ces présentes, sauf en autres choses nostre droit et l’autruy
en toutes.
Donné à Laval au mois d’octobre, l’an de grâce mil quatre cent quatre vingt unze, et de nostre règne
le neuviesme.
Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé
dans: Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de Dijon, contre les receveurs généraux du
domaine, 1774, in-4°.
{118}LXXXIV
VILLE DE DIJON
Vidimus et confirmation, par le roi Charles VIII, des priviléges accordés par ses prédécesseurs aux
habitants de Dijon.
1491 (octobre).
Charles, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous présens et avenir, nous avoir
reçeu l’umble supplication de noz chiers et bien amez les Maïeur, eschevins, bourgeois, manans et
habitans de nostre ville de Dijon, contenant que, tant par feu nostre tres chier seigneur et père que Dieu
absoille, que autres noz prédécesseurs roys de France et ducz de Bourgoingne, ont esté donnez, octroiez
et confermez ausdiz supplians, plusieurs beaulx, droiz, privileges, chartres, franchises, libertez, dons,
concessions, octroiz et immunitez, tant en justice haute, moyenne et basse en ladicte ville et banlieue
que autrement dont on dit la teneur estre telle.
[I.] Noverunt universi presentes et futuri. (Voir Constitutions de la commune de Soissons à la suite
du n° V, page 15.)
[II.] In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. (Voir n° V, page 4.)
[III.] Odo, dux Burgundie, sciant universi tam presentes quam futuri. (Voir n° XIX, page 27.)
[IV.] Ego Odo, dux Burgundie, notum facio universis. (Voir n° XX, page 28.)
[V.] Ego Odo, dux Burgundie, notum facio universis quod a Waltero. (Voir n° XXI, page 29.)
[VI.] In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Nos Robertus dux Burgundie. (Voir n° XLVI,
page 48.)
[VII.] Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, au bailly de Dijon ou à son lieutenant, salut. (Voir
n° LXXX, page 109.)
[VIII.] Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous presens et avenir. (Voir
n° LXXXII, page 114.)
Desquelz droiz, privileiges, chartres, franchises, libertez, justice haulte, moyenne et basse, dons,
concessions, octroiz, immunitez dessus déclairez, ensemble de plusieurs usances, coustumes et autres
concessions et octroiz à eulx pareillement octroiez et confermez, lesdiz supplians et leurs prédécesseurs
ont joy et usé par ci-devant; touteffois ilz doubtent que noz officiers et autres les {119}voulsissent en
la joyssance d’iceulx ou d’aucuns d’eulx empescher et troubler, se par nous il n’estoient approuvez et
confermez, en nous humblement requérant sur ce nostre grâce et liberalité. Pour ce est il, que nous
considérans la bonne et grande loiaulté, fidelité et obéissance que lesdiz supplians ont tousjours eu a
nostre dit feu seigneur et père et à nous depuis nostre advenement à la couronne de France et qu’ilz
demonstrent par effect de vouloir avoir plus que jamais. Pour ces causes, inclinans favorablement à la
requeste à nous sur ce faicte, par nostre amé et féal conseiller en nostre grant conseil, maistre Philippe
Baudot, gouverneur de nostre chancellerie de Bourgoingne, pour et ou nom desdiz supplians et voulans
et désirans les traicter bénignement en tous leurs affaires. Nous, tous lesdiz droiz, privileiges, chartres,
franchises, libertez, justice haulte, moyenne et basse, dons, concessions, octroiz et immunitez dessus
déclairez. Ensemble toutes usances et coustumes et autres droictures, privileiges, libertez, dons, octroiz
et franchises que lesdiz supplians ont par devers eulx en leurs chartres et trésor, et dont ilz et leurs
prédécesseurs ont accoustumé de joyr et user, jacoit ce quilz ne soient cy autrement spéciffiez et
declairez, avons louez, approuvez, confermez, agréez et consentiz. Et par la teneur de ces présentes, de
grace espécial, plaine puissance et auctorité royal, louons, approuvons, confermons, aggréons et
consentons, et en tant que mestier seroit de nostre plus ample grâce et en suivant les louables faiz de
nostre dit feu seigneur et père et de noz diz autres prédécesseurs, les leur avons donnez, octroiez et
concédez, donnons, octroions et concedons de nouvel, et voulons et nous plaist que iceulx supplians et
leurs successeurs en joyssent doresnavant et à perpetuité si avant que par cy devant, ilz en ont deuement
joy et usé. Et s’aucuns exploiz avoient et ont esté faiz au contraire par noz gens et officiers ou autres
personnes quelzconques, nous déclairons et n’avons entendu et n’entendons quilz puissent nuyre, ne
préjudicier ausdiz supplians, ne à leurs diz privileiges, franchises, libertez, justice, chartres, droiz,
coustumes, dons, octroiz, immunitez et usances dessus diz, ne à la joyssance d’iceulx. Mais voulons
quilz soient réputez pour non faiz et non avenuz, et les en avons relevez et relevons de grâce espécial
par ces présentes. Si donnons en mandement par ces dictes présentes, à noz amez et féaulx conseillers,
le gouverneur de nostre dicte chancellerie de Bourgoingne, au bailly dudit Dijon et à touz nos autres
justiciers et officiers ou à leurs lieuxtenans présents et avenir et à chacun d’eulx, que de nos présens
grâce, ratiffication, confirmation, déclairacion, vouloir et don nouvel et de tout le contenu en ces
présentes, facent, seuffrent et laissent lesdiz supplians et leurs successeurs joyr et user plainement et
paisiblement, {120}sans destourbier ou empeschement et de tout ce qui a esté ou seroit fait au contraire,
le reparent et mectent ou facent réparer et mectre sans délay au premier estat et deu. Et afin que ce soit
chose ferme et estable à tous jours, nous avons fait mectre notre scel à ces présentes, sauf, en autres
choses nostre droict et l’autruy en toutes. Donné à Laval ou mois d’octobre l’an de grâce mil CCCC
quatre vingt et unze, et de nostre regne le neufviesme.
Par le Roy, le conte de Ligney, le seigneur de Grimault, sénéchal de Beaucair, Me Philippe Baudot,
gouverneur de la chancellerie en Bourgoingne, Guillaume Briçonnet, général des finances, et autres
présens. BOHIER.

Scellé en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la ville de Dijon,
B2, Priviléges et franchises de la Commune.
LXXXV
VILLE DE DIJON
Lettres patentes du roi Charles VIII portant anoblissement des maires de Dijon.
1491 (octobre).
Charles, par la grâce de Dieu Roy de France, savoir faisons à tous présens et avenir, comme nous,
considérans que noz chers et bien amez les bourgeois, manans et habitans en nostre ville de Dijon, qui
est ville capitale de nostre pays et duché de Bourgoingne, en desmontrant la bonne et grande fidélité et
loïaulté qu’ils avoient à feu nostre très chier seigneur et père, que Dieu absoille et à la couronne de
France, furent ceulx qui au temps des divisions et guerres, estant au dit pays de Bourgoingne, premier
se réduisirent en son obéissance, au moien de quoy les autres villes et lieux du dit pays plus aisiement
et facilement se y réduisirent. Considérant aussi que depuis en ça, ilz se sont toujours demonstrez et
demonstrent {121}par effect nos bons et loiaulx obeyssans subgectz, sans jamais avoir varier. Voulant
par ce aucunement remunérer nostre dite ville et les habitans d’icelle de la bonne affection qu’ilz eurent,
en eulx réduisant à la dite obéissance de nostre dit feu seigneur et père et de nous, et les décorer d’aucune
prérogative espéciale ainsi que aucuns nos prédécesseurs de bonne mémoire, ont autreffoiz fait à
aucunes bonnes villes de nostre royaume; savoir faisons que nous à ces causes et autres justes
considérations meuz, avons octroié et octroions ausdiz manans et habitans de ladite ville par
prérogative, dignité et previllege espécial; que le Mayeur d’icelle ville, qui est à présent et ceulx qui
seront pour le temps à venir à tousjours mais perpétuellement, soient et se puissent dès qu’ilz seront
faiz et créez Mayeurs, eulx dire et porter nobles, et lequel Mayeur qui est à présent et ceulx qui seront
cy après et chacun d’eulx avec leur famille, postérité née et à naistre en loial mariage. Nous de nostre
certaine science, plaine puissance et autorité royal, avons dès maintenant pour lors perpétuellement
anobly et anoblissons et voulons et octroions que le dit Mayeur qui est à présent et ceulx qui sont cy
après, joyssent dès ci en avant de tous tels et semblables previleiges, franchises et libertez dont joyssent
les autres nobles d’origine de nostre royaume, et les Mayeurs de noz bonnes villes de la Rochelle et
Poictiers, et en oultre voulons et octroions que iceulx Mayeurs et chacuns d’eulx en leur dite postérité,
soient en tous leurs actes en jugement et dehors à perpetuité, censez diz et reputez nobles et qu’ilz
puissent prendre et recevoir de nous ou d’autres ayant puissance de leur donner l’ordre de chevalerie,
acquérir et posséder fiefz et héritaiges nobles de quelques préeminance, dignité et aultre qu’ilz soient,
tout ainsi qu’ilz pourroient faire, s’ilz estoient originairement nobles, nez et extraiz de noble lignée. Et
aussi qu’ilz puissent acquérir et tenir pour et au nom et au prouffit de la dite ville choses nobles et de
fied, sans ce qu’ilz soient, ne puissent estre contrains en vuyder leurs mains, ne pour ce payer à nous et
à noz sucesseurs roys de France et ducs de Bourgoingne, aucune finance. Et laquelle finance, à quelque
somme que elle peust monter, nous, en faveur et contemplation des choses dessus dictes et afin que
iceulx habitans soient de plus en plus enclinés et curieux [de] nous servir et obeyr, leur avons et à tous
leurs successeurs donné et quicté, donnons et quittons par ces présentes signées de nostre main. Et sans
ce aussi qu’ilz soient tenuz aller ne envoyer en noz armées, bans et arrière bans, dont les avons exemptez
et exemptons par ces ditz présentes, pourvu qu’ilz seront tenuz eulx emploiér à la garde et deffense de
nostre dite ville en nostre obeyssance et à la seurté de nous et de nos successeurs roys de France. Si
donnons en mandement par ces mesmes présentes {122}à noz amez et féaulx gens de noz comptes à
Dijon et général sur le fait de nos finances en Bourgoingne, au gouverneur de la chancellerie du dit
Duché, bailly de Dijon et à tous magistrats, justiciers et officiers ou à leurs lieuxtenans présens et avenir,
que de nos présentes, grâce, previlege, anoblissement, don, concession, octroy et de tout le contenu en
ces présentes facent et seuffrent les diz habitans et leurs ditz Mayeurs et chacun d’eulx et leurs dictz
postérités, perpétuellement et à tousjours joyr et user plainement et paisiblement sans destourbier ou
empeschement, nonobstant quelsconques ordonnances, mandemens ou deffenses à ce contraires. Et
affin que ce soit chose ferme et estable à tousjours, nous avons faict mectre nostre scel aux ditez
présentes, sauf en autres choses nostre droit et l’autruy en toutes. Donné à Laval au mois d’octobre l’an
de grâce mil CCCC quatre vingt unze et de nostre règne le neufiesme. — CHARLES.
Par le Roy, le comte de Ligney, le seigneur de Grimault, seneschal de Beaucaire, maistre Phelippe
Baudot, gouverneur de la chancellerie en Bourgogne, Guillaume Briçonnet, général des finances, et
autres présens. — BOHIER.
Visa contentor.

Scellé en cire verte, dont il ne reste que les lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives
de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.
LXXXVI
VILLE DE DIJON
Lettres de surannation des lettres précédentes, accordées par le roi Louis XII.
1514 (18 décembre).
Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, à nos amez et feaulx gens de noz comptes à Dijon, général
ayant la charge et administration de noz finances en noz pays et duché de Bourgoingne, au gouverneur
de la chancellerie de Bourgoingne, bailli de Dijon et à tous nos autres justiciers et officiers ou à leurs
lieutenans, salut et dilection. Reçeue avons l’umble supplication de nos chers et bien amez lez manans
et habitants de nostre ville de Dijon, contenant que dès le moys d’octobre l’an mil quatre cent
quatrevings et unze, feu nostre très cher seigneur et cousin le roy Charles dernièrement trespassé,
octroya ses lettres patentes cy attachez, soubz le contre scel de notre chancellerie, et combien que ces
dites {123}lectres fussent octroyées pour bonnes, justes et grans causes, et pour toujours tenir notre dite
ville de Dijon qui est principalle de nostre pays et duché de Bourgoingne en bonne et grande auctorité
de personnages, au bien et auctorité de nous et de noz successeurs, prouffit et utilité de la chose publique
de nostre royaume: touteffois parceque lesdictes lectres ne vous ont encore esté présentées, ne d’icelles
requis l’intérinement et qu’elles sont surannées, aussy qu’elles ne sont de nous obtenues, ains de nostre
dit feu seigneur et cousin le roy Charles dernièrement trespassé; lesditz supplians doubtent que fissiez
difficulté les recevoir à icelles vous présenter et de procéder à la veriffication et intérinement d’icelles,
se par nous ne leur estoit sur ce pourvu de nostre grâce, provision et remede convenable, humblement
requérant icelle. Pour quoy nous, ces choses considérées, inclinans à la supplication et requeste desdits
supplians, desirans aussi ensuivyr le bon plaisir et vouloir de nostre dit feu seigneur et cousin, vous
mandons, commandons et enjoingnons et à chacun de vous sur ce requis et si comme à luy appartiendra,
que vous recevez lesditz supplians et lesquels nous voulons par vous estre receuz de grâce espécial par
ces présentes à vous présenter lesdites lectres et à requérir la vériffication et entérinement d’icelle, tout
ainsi que si elles estoient de nous obtenues et quelles fussent deans l’an et jour d’icelles, car ainsi nous
plaist il estre faict, nonosbtant que, comme dit est, lesdites lectres soient surannées et qu’elles ne soient
de nous obtenues. Donc, en tant que besoing seroit, nous avons lesdiz supplians relevez et relevons de
grâce espécial par ces présentes et quelzconques lectres subreptices, impetrées ou à impétrer à ce
contraires. Donné à Paris le XVIIIe jour de décembre l’an de grâce mil cinq cent et quatorze, et de nostre
règne le dixseptiesme.
Par le Roy, ROBERTET.

Original: Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.


LXXXVII
VILLE DE DIJON
Confirmation par le roi Charles VIII, de la qualité de vicomte, prise par le Maire de Dijon.
1491 (14 octobre).
Charles, par la grâce de Dieu, roy de France, à nos amez et feaulx gens de noz comptes à Dijon, au
bailli de Dijon, et à tous noz autres justiciers et officiers {124}ou à leurs lieutenans, salut. Noz chers et
bien amez les Mayeur, eschevins, manans et habitans de nostre ville de Dijon, nous ont humblement
fait exposer que pieça feu Robert, jadiz duc de Bourgoingne, nostre prédécesseur, transporta ausdits
Mayeur, eschevins, manans et habitans pour bonnes et justes considérations, et par certaines
conventions faictes entre eulx, confermés par notre prédécesseur roy de France, qui lors estoit, la viconté
de Dijon, au moien de quoy, depuis les Mayeurs qui ont esté en ladite ville, ou les aucuns d’eulx se sont
par bien longtemps ditz, portez et nommez vicontes Maïeurs dudit Dijon, en leurs actes, tiltres et criz,
et encores es mesmes cris et publications qui se font en ladicte ville, se portent et nomment telz.
Toutefoiz les anciens d’iceulx Mayeurs ont délaissé et discontinué de eulx nommer et intituler vicontes
par leurs lectres et actes, et doubtent lesdiz exposans que si le Maïeur qui est à présent et autres qui
seront ci-après en icelle ville vouloient eulx dire et nommer viconte en leurs lectres et actes, on les
voulsist en ce troubler et empescher, jaçoit ce que tant nous, que feu nostre tres cher seigneur et père,
que Dieu absoille, et autres noz prédécesseurs ayons confermé, loué et approuvé tous les priviléges,
libertez, droits et franchises ausdits suppliants ci-devant octroiez, et que de nouvel leur ayons donné; et
par ce moien les frustrer dudit tiltre de viconte qui seroit leur grant intérest. En nous humblement
requérant nostre grâce leur estre sur ce impartie. Pour ce est il que nous, considérant que ladite ville de
Dijon est la capitale de nostre dit duché de Bourgoingne, et qui premier se tourna à vraie obéissance
envers notre dit seigneur et père, et se sont tousjours démonstrez noz bons et loiaulx subjetz, voulant
par ce qu’ils joyssent entièrement de tous les privileges et dons à eulz faiz et octroyés. Pour ces causes,
eu sur ce advis et déliberation, vous mandons, commandons et expressement enjoignons, et à chacun
de vous, que se sommairement et de plain, il vous est apparu ou appert dudit octroy et don, et dudit
transport fait aux dis exposans, et que autreffois ilz en aient joy et se soient portez et nommez viconte
et encore facent en leurs criz ensemble de la confirmacion par nous faicte ausdits exposants de tous
leurs dits privileiges, vous audit cas les faictes joyr dudit don, octroy et transport plainement et
paisiblement. Et en ce faisant souffrez et permettez audit Mayeur de Dijon, présent et avenir, soy dire,
nommer et intituler en ses lectres, actes et tiltres, viconte Mayeur de Dijon, ainsi que lesdits Mayeurs
faisoient d’ancienneté. Le tout en ensuivant l’octroy et transport des susdites. Lequel voulons et
déclairons sortir effect, sans soubz umbre de ladite discontinuacion, leur faire ou donner, ne souffrir
estre fait ou donné aucun destourbier ou empeschement, car ainsi nous {125}plaist il être fait,
nonobstant que par cidevant aucuns Mayeurs ayant discontinuez d’eulx intituler vicontes en leurs dites
lettres, actes et tiltres, comme dit est, que ne voulons nuyre ausdits exposans, mais les en avons relevez
et relevons de grâce espécial par ces présentes et quelzconques ordonnances, restrinctions, mandemens
ou deffences à ce contraires. Donné à Laval le XIIIe jour d’octobre l’an de grâce mil CCCC quatrevingt
et unze, et de notre règne le neufviesme.
Par le Roy, le conte de Ligney, le sieur de Grimault, sénéschal de Beaucaire, maistre Philippe
Baudot, gouverneur de la chancellerie en Bourgoingne, Guillaume Briçonnet, général des finances et
autres présents. BOHIER.

Scellé du grand sceau en cire blanche à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives
de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.
LXXXVIII
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville, par le roi Louis XII.
1498 (juin).
Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons, nous avoir reçeu l’umble supplication de
noz chiers et bien amez les vicomte Mayeur, eschevins, bourgeois, manans et habitans et commune de
nostre bonne ville de Dijon, contenant que par noz prédécesseurs roys de France et ducs de Bourgoingne
leur ont esté donnez et octroyez plusieurs baulx, droiz, previleiges, franchises, libertez, avec la justice
haulte, moyenne et basse, mère, mixte et impère en ladite ville, faulbourgs et banlieue d’icelle et leurs
appartenencez, ensemble la confection des inventaires, prinses de personnes de biens et faire touz autres
exploits reelz, ensemble la congnoissance, décision, détermination et judication de touz cas, crymes et
delitz qui se y commectent et adviennent par quelque personne que ce soit, ensemble de tous autres
choses qui déppendent, touchent et concernent fait et matière de justice haulte, moyenne et basse, et
plusieurs autres previleiges, coustumes, libertez, frainchises, exempcions et droictures, qui leur furent
et ont esté confirmez par feu nostre très chier seigneur et frère le roy Charles que Dieu pardoint, et
d’iceulx, ont tousjours joy et usé et encoires font de présent paisiblement. Lesquels supplians qui tantost
après le trespas de nostre dit feu seigneur et frere, ont envoyé devers nous leurs depputés et
ambassadeurs, pour nous rendre l’obéissance et subjection qui nous doivent et sont tenuz {126}faire,
nous ont supplié et requis que nostre plaisir soit leur confermer iceulx privileiges, justice, usaiges,
coustumes, libertez, frainchises, exemptions et droictures et sur ce leur impartir noz grâce et liberalité.
Pour ce est il que nous, considérant la bonne, grande et ferme loyaulté que lesditz supplians ont depuis
leur réduction eue et demonstré par effect à nos ditz prédécesseurs Roys et à la coronne de France, sans
y avoir espargner corps ne biens, voulant par ce les favorablement traicter et iceulx entretenir en leurs
privileiges, justices, libertez, frainchises, coustumes, usaiges et droictures et pour autres considérations
à ce nous mouvanz, à iceulx supplians avons confirmé, louhé, ratiffié et approuvé. Et par ces présentes
de nostre certainne science, grâce especial, plaine puissance et autorité royal, confermons, louons,
ratiffions et approuvons tout et chascuns lesdiz privileiges, justices, coustumes, usaiges, frainchises,
libertez, exempcions et droictures à eulx octroyez et concedez par nos dis predecesseurs et dont ilz
pourront faire et feront apparoir quant besoing sera, et desquels ils ont par cy devant et d’ancienneté
deuement et justement joy et usé. Si donnons en mandement par ces mesmes présentes au bailli dudit
Dijon et à tous noz autres justiciers ou à leurs lieuxtenans présens et advenir, et à chascun d’eulx si
comme à lui appartiendra, que de nos présentes grâce, ratiffication, approbation et confirmation, ilz
fassent, souffrent et laissent lesdis supplians et leurs successeurs joyr et user plainement et paisiblement
sans leur faire, mettre ou donner ne souffrir estre frait, mis ou donné oires ne pour le temps advenir,
aucun arrest, destourbier ou empeschement au contraire en quelques manière que ce soit. Lequel se fait,
mis ou donné leur estoit, l’ostent et mectent ou facent oster et mectre incontinant et sans délay à plaine
délivrance et premier estat et deu. Et pour ce que de ces présentes, l’on pourra avoir à besoingner en
plusieurs et divers lieux, nous voulons que au vidimus d’icelles fait soubz seel royal, foy soit adjoustée
comme au présent original. Et afin que ce soit chose ferme et estable à toujours, nous avons fait mettre
nostre seel à ces dites présentes, saulf en autres choses nostre droit et l’autruy en toutes. Donné à Crespy
en Valois au mois de jung l’an de grâce mil quatre cent quatre vingt et dix huit, et de nostre règne le
premier.
Par le Roy, vous, l’arcevesque de Rouen, le seigneur de Baudricourt, mareschal de France et autres
présens. COTEREAUL.

{127}Vidimus reçu Freminet Michelin et J. Demongeu, notaires royaux en la chancellerie de Dijon,


le 26 février 1499-1500. — Archives de la ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.
— Imprimé dans: Ordonnances des Rois de France, XXI, 46; — Mémoire pour les vicomte-mayeur,
échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
LXXXIX
VILLE DE DIJON
Exemption du logement militaire, accordée par le roi Louis XII aux officiers municipaux de Dijon.
1498 (6 juin).
Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, à tous ceulx qui ces présentes lectres verront, salut, savoir
faisons à tous présens et avenir. Nous avons reçeu l’umble supplicacion de noz chiers et bien amez les
vicomte Mayeur et eschevins, conseilliers, procureur, contreroleur, et scribe de nostre bonne ville de
Dijon, contenant que journellement ilz sont occupez à nostre service et à l’excercice de la justice pour
le bien de la chose publicque, de la dite ville et des manans et habitans d’icelle, sans en avoir ne
soubstenir aucun prouffit, fors toutes peines et travail. Néanmoins, ilz doubtent que si par guerres ou
autrement il nous plaisoit mectre en la dite ville en garnisons gens d’armes ou autres gens de guerre
soient de noz ordonnances ou autres, on les en veuille charger et faire contribuer et fournir qui leurs soit
charge et surcharge, et leur donner occasion de habandonner ledit service au grand dommage de nostre
dite ville, de la dite justice et de la chose publicque d’icelle, si sur ce ilz ne sont pourveus de nostre
grâce et remede convenable, si comme ils dient humblement requérans icellui. Pourquoy nous ces
choses considérées et les bons et aggréables services que lesdits supplians ont fait du temps de nos
prédécesseurs et la bonne fidélité et obéissance, laquelle ilz ont démonstrée avoir envers nos diz
prédécesseurs, et espérons que le semblable feront et continueront envers nous. Pour ces causes et autres
justes et raisonnables à ce nous mouvans de nostre certaine science, grâce espécial, plaine puissance et
auctorité royal, avons exemptez et affranchis et par ces présentes exemptons et affranchissons iceulx
supplians et leurs hostelz, maisons, demourances et manoirs, pour eulx et leurs successeurs, vicomte
Mayeur et eschevins, conseilliers et procureur, contreroleur et scribe, présents et à venir durant le temps
qu’ilz seront esdits offices et non autrement, de tous loigis et {128}garnison de gens d’armes,
contribucion et fournissement d’iceulx. Et voulons et nous plaist que doresnavant, ils en soient tenus
francs, quittes et exempts, sans qu’ilz soient tenus d’en rien supporter, contribuer, fournir ne soubstenir,
ne avoir aucuns des dites gens de guerre, soient de noz dites ordonnances ou d’autres en leurs dis hostelz,
maisons, demourances et manoirs. Si donnons en mandement à nostre amé et féal conseillier et
chambellan le sire de Baudricourt, chevalier de nostre ordre, mareschal de France, gouverneur, et nostre
lieutenant général en noz pays de Bourgongne, au bailly de Dijon et à tous cappitaines et conducteurs
de gens d’armes et de guerre, tant de noz ordonnances que ban, arrière ban, et de nostre artillerie, leurs
lieuxtenants ou commis, et à chacun d’eulx, se comme à lui appartiendra, que de ces présentes grâces,
exempcion et affranchissement, ilz facent, souffrent, laissent joyr et user plainnement et paisiblement
les dits vicomte Mayeur, eschevins, conseillers, procureur, contreroleur et scribe, présens et à venir,
durant le temps qu’ilz seront, desserviront esdits offices, sans leurs mettre ne souffrir mectre ne estre
fait mis ou donné ores, ne pour le temps avenir aucun destourbier ou empeschement au contraire. Car
tel est nostre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et estable à tousjours, nous avons fait mectre à ces
dites présentes nostre seel.
Donné à Crespy en Valloys, le sixième jour de juing, l’an de grâce mil quatre cent quatre vingt et
dix huit, et de nostre règne le premier.
Par le Roy, nous l’Arcevesque de Rouen, le sieur de Baudricourt, mareschal de France et autres
présents. — D. COTEREAU.
Visa contentor: BUDE.

Scellé du grand sceau en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives
de la ville de Dijon, B2, Juridiction de la Commune. — Imprimé dans: Ordonnances des Rois de
France, XXI, 44.
XC
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville de Dijon, jurée sur l’autel de Saint-Bénigne, par le roi Louis XII.
1501 (avril).
Loys, par la grâce de Dieu roy de France, savoir faisons, à tous présens et avenir, que, à nostre
première, nouvelle et joyeuse venue et entrée en ceste {129}nostre bonne ville de Dijon, en laquelle
noz très chers et bien amez les Majeur, eschevins, bourgeois, manans et habitans de la dite ville, nous
ont très honorablement et à grant joye et lyesse reçeus, comme leur souverain et naturel seigneur; nous
avons confermé, promis et juré sur les saints Evangilles de Dieu, estant sur l’autel de Saint-Bénigne de
Dijon, tenir et garder fermement les libertez, franchises, immunitez, chartres, previlleges et
confirmacions d’icelles, données et octroiées de noz devanciers ducs de Bourgoigne, ausdits Mayeur,
eschevins et habitans de nostre dite ville de Dijon, ainsi qu’elles sont escriptes esdites lettres et
previlleges. Et aussi iceulx Mayeur et habitans de nostre dite ville, estans lors en nostre présence en la
dite église, ont juré qu’ilz nous seront bons et loyaux subjets et vrais obéissans, et garderont nostre
personne et tous noz droitz envers et contre tous, et en oultre, leur avons octroyé et octroyons par ces
présentes que noz hoirs et successeurs en nostre dit duchié de Bourgoigne, après leur advenement ausdit
Duchié, jureront et seront tenuz jurer publiquement en la dite église de Saint Benigne de Dijon leur
garder et observer semblablement les dites libertez, franchises, immunités, chartres, previlleges et
confirmacion d’icelles, à eulx données de noz devanciers ducs de Bourgoigne, en la forme et manière
dessus déclarée. Et à ce faire et fermement tenir et garder, nous obligeons espécialement et
expressément, nous, nos hoirs et successeurs, et ceulx qui auront cause de nous en nostre dit Duchié. Et
promettons en bonne foy et parolle de Roy, l’entretenir à toujours, sans venir à l’encontre par nous, ne
par autres en quelque manière que ce soit. Et affin que ce soit chose ferme et estable à tousjours, nous
avons fait mectre nostre seel à ces dites présentes, sauf en autres choses nostre droit et l’aultruy en
toutes.
Donné à Dijon, au mois d’avril, l’an de grâce mil huit cent et ung, et de nostre règne le quatrième.
Par le Roy, vous et autres présens. — GEDOYN.
Visa contentor: BUDE.

Scellé du grand sceau en cire verte dont il ne reste que les lacs de soie rouge et verte pendants.
Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.
{130}XCI
VILLE DE DIJON
Concession du privilége et de l’exemption du droit de franc-fief, faite par le roi Louis XII aux habitants
de Dijon.
1509 (octobre).
Loys, par la grâce de Dieu roy de France, savoir faisons à tous présens et avenir, nous avoir reçeu
l’umble suplication de nos très chers et bien amez les viconte Mayeur, eschevins, bourgeoys et habitans
de nostre bonne ville de Dijon, contenant que plusieurs villes de nostre païs et duché de Bourgongne,
comme Ostun, Chaalon et Lengres, ont privilege, par lequel leur est permis d’acquérir et tenir en fied,
choses féodales, censes et rentes sur icelles, en nous faisans par eulx le devoir de fied, et sans pour ce
payer aucune finance. En nous humblement requérant par les dictz suplians, attendu que icelle ville de
Dijon est ville capital et chef de nostre dict pays et Duché, que nostre plaisir soit leur octroyer semblable
previlege et noz lectres patentes à ceste fin. Pourquoy nous considéré, inclinans libéralement à la
suplication et requeste des dictz suplians, voulans et désirans leur subvenir en ceste partie, en faveur de
la bonne loyauté qu’ilz ont toujours maintenue envers nous, et afin que la dicte ville soit toujours
entretenue en bonne seureté et fortification soubz nostre obéissance, à iceulx et à chacun d’eulx pour
ces causes et autres à ce nous mouvans, avons permis et octroyé, permettons et octroyons, et leur avons
donné et donnons congié et licence d’acquérir, tenir et posséder en fied toutes telles terres, seigneuries
et choses féodales, tout ainsi que personnes nobles ont acoustumé de faire, sans ce qu’ilz soient tenuz
demander sur ce licence de nous, ne de noz successeurs ou d’autres quelz quelz soient, ne contrainctz à
en vuyder leurs mains, ne pour raison de ce payer ou composer à aucune finance, et laquelle finance à
quelque somme quelle se pourroit monter, nous leur avons, en faveur que dessus donnée, quittée et
remise, donnons, quittons et remettons le tout de nostre certaine science, grâce espécial, plaine
puissance et auctorité royal, par ces présentes signées de nostre main, pourveu qu’ilz seront tenuz de
comparoir à noz ban et arrière ban, toutesfois et quantes qu’il sera crié et mandé, et nous servir ou fait
{131}d’iceulx selon la nature et valeur de leurs terres et aquisitions. Si donnons en mandement par ces
mesmes présentes à noz amez et féaulx, les gens de noz comptes à Dijon, au bailli du dict lieu et à tous
noz autres justiciers et officiers ou à leurs lieuxtenans présens et avenir, et à chacun d’eulx si comme à
luy appartiendra, que du contenu en icelles ilz facent, souffrent et laissent les dictz supplians et chacun
d’eulx joir et user plainement, paisiblement et à toujours perpétuellement, cessans et faisans cesser tous
troubles et empeschemens au contraire. Car tel est nostre plaisir, nonobstant quelzconques ordonnances,
restrinctions, mandemens ou déffenses à ce contraires. Et afin que ce soit chose ferme et estable à
toujours, nous avons fait mectre nostre scel aux dictez présentes, sauf en autres choses nostre droict et
l’autruy en toutes. Donné à Bloys au mois d’octobre, l’an de grâce mil cinq cent et neuf, et de nostre
règne le douziesme.
LOYS.
Par le Roy, le sieur de La Trémoille, gouverneur de Bourgongne et autres presens. — ROBERTET.
Visa contentor: R. GUIOT.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Registrata in camera
compotorem domini nostri Regis, Divione, libro chartarum, folio XXXVIe, et ibidem expedita
secundum ipsius formam et tenorem, prout placet dicto domino nostro Regi. Actum XIII marcii ante
Pascha, anno Domini millesimo quingentesimo nono nobis præsentibus. — TABOUROT et FREMIOT.
Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.
XCII
VILLE DE DIJON
Confirmation, par le roi Louis XII, du droit exclusif des magistrats municipaux de Dijon de faire
exploits réels dans la ville et la banlieue.
1510 (29 novembre).
Loys, par la grâce de Dieu roy de France, à nos amez et féaulx les gens de nostre court de Parlement
de nostre pays de Bourgongne séant à Dijon et à tous noz autres justiciers et officiers, ou à leurs
lieuxtenants, et à chacun d’eulx, salut et dilection. De la partie de noz très chers et bien amez les vicomte
Mayeur et eschevins de nostre bonne ville de Dijon, nous a esté humblement exposé que jaçoit ce que
par privileges à eulx donnez et octroyez par noz prédécesseurs et par {132}nous confermez, aucuns
officiers et sergens de justice ne puissent ou doivent faire aucun exploiz réelz en la dite ville et banlieue
fors les diz vicomte Mayeur et eschevins, leurs sergens et officiers, et que de ce ilz ayent tousjours joy
et usé par cy devant en ensuivant leurs dits priviléges. Neantmoins aucuns officiers de justice, sergens
et autres se sont parcidevant efforcez et encorres s’efforcent de jour en jour de faire plusieurs exploiz
réelz en icelle ville et banlieue et autres exploiz qui appartiennent d’estre faiz par iceulx exposants ou
leurs dits sergents, commis et depputez, en entreprenant sur leurs droiz et privileges, iceulx corrompant
et abolissant ou très grant grief, préjudice et dommage des dits exposans, ainsi qu’ilz dient, requérant
sur ce provision. Pourquoy, nous ces choses considérées, voulant les dits privilleges d’iceulx exposans
estre entretenuz et gardez sans infraindre, avons déclairé et déclairons vouloir et nous plaist de nostre
certaine science et auctorité royal, par ces présentes, que doresenavant aucuns officiers de justice, de
quelque povoir ou auctorité qu’ilz usent, soient sergens ou autres, ne pourront faire aucun exploiz réels
dedans nostre dite ville et banlieue de Dijon, fors et excepté les dits exposans et leurs sergens, commis
et depputez, ainsi qu’ilz ont fait parcidevant et font encores de présent en ensuivant leurs dits privileges,
lesquels demoureront en leur force et vertu. Sy vous mandons et enjoignons, et à chacun de vous, que
nostre présente déclaracion et volunté, vous faites publier et enregistrer en nostre dite court de Parlement
et ailleurs que besoing sera, et le contenu garder et observer, et d’iceluy joyr et user les dis exposans de
point en point, selon la forme et teneur de leurs dits priviléges et joyssance d’iceulx, et sans en ce leur
faire mectre ou donner, ne souffrir estre fait, mis ou donné aucun destourbier ou empeschement au
contraire. Lequel si fait mis ou donné leur estoit, mectez ou faictes mectre sans delay au premier estat
et deu. Car ainsi nous plaist il estre faict, et aus dits exposans en faveur de la bonne loyauté et obeyssance
qu’ilz ont tousjours maintenue et maintiennent encores, nous l’avons octroyé et octroyons de grâce
espécial par ces dites présentes, non obstant quelzconques ordonnances et lecttres subreptices, impétrées
ou à impétrer à ce contraires.
Donné à Bloys, le vingt neuvième jour de novembre, l’an de grâce mil cinq cens et dix, et de notre
règne le treziesme.
Par le Roy, maistre Jehan Salat, maistre des requestes de l’ostel et autres présens. — ROBERTET.

Scellé du grand sceau en cire blanche à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives
de la ville, C1, Juridiction. — Imprimé dans: Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de
Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
{133}XCIII
VILLE DE DIJON
Ordonnance du roi François Ier, qui astreint tous les habitants de Dijon, sans distinction aucune, au guet
et garde, et à l’impôt pour la fortification.
1514-15 (2 mars).
François, par la grâce de Dieu roy de France. A nostre très cher et très amé cousin et premier
chambellan le seigneur de La Trémoille, nostre lieutenant général et gouverneur en noz pays et duché
de Bourgongne, au bailly de Dijon et à tous noz autres justiciers ou à leurs lieuxtenans, salut et délection.
L’umble supplication de noz chers et bien amez les vicomte Mayeur et eschevins de nostre ville de
Dijon avons reçeue, contenant que par privillege et octroiz par noz prédécesseurs à la dicte ville
octroyez, nulz des habitans d’icelle, fors le dict maire, ne sont exempts de faire guet et garde en la dicte
ville et de contribuer aux fraiz et mises qui se font pour la fortiffication d’icelle, attendu quelle est en
lieu limitrophe et par ce subjecte à grande garde et fortiffication, pour obvier aux surprinses et
entreprinses des ennemis, et tellement que avec les plébeiens ont de toute ancienneté contribué aux dictz
fraiz et mises, les gens d’église et nobles, habitans de la dicte ville. Ce néantmoins noz officiers estans
et demeurans en la dicte ville et en grant nombre, qui sont ceulx qui ont les grands maisonnemens et
biens en icelle ville, semblablement aucuns huissiers et autres officiers de nostre court de Parlement,
gens de guerre, mortes payes et autres qui sont habitans tenant bouticles, ouvreurs et exerçans
marchandises en la dicte ville soubz couleur de leurs dictz offices et estatz, se voulant exempter de faire
les ditz guect et garde, et de contribuer aux dictz fraiz et mises qui se font pour la fortiffication de la
dicte ville, qui est à la grande charge et foulle des autres habitans d’icelle ville, et plus seroit si par nous
n’y estoit donné provision. En nous humblement requérant icelle, et sur ce vouloir faire déclaration de
noz bon vouloir et plaisir. Pour ce est il que nous ce considéré, désirant la dicte ville estre maintenue en
bonne sureté, et les réparacions et fortiffications pour ce nécessaires y estre faictes et entretenues, et en
ce equalité estre gardée entre les habitans d’icelle selon raison et équité, en manière que les ungs ne
soient plus foulez que les autres. Pour ces causes et autres considérations à ce nous mouvans, avons de
nostre certaine science, grâce espécial, plaine puissance et auctorité royale, dit, déclairé {134}et
ordonné, disons, déclarons et ordonnons, voulons et nous plaise par ces présentes, que doresenavant
tous les manans et habitans de la dicte ville, de quelque estat, qualité, condition et office qu’ilz soient,
seront contribuables aux dictz guet, garde et fraiz qui se font et feront pour la garde, sureté et
fortiffication de la dicte ville, tout ainsi que les gens d’église et nobles habitans de la dicte ville font et
ont acoustumé d’estre, sans ce que soubs couleur de leurs offices, estatz, qualitez et conditions quelles
quelles soient ne autrement, ilz s’en puissent dire ne prétendre exempts. Si voulons, vous mandons et
très expressément enjoignons et à chacun de vous sur ce requis, que noz présentes déclaration et
ordonnance vous entretenez et faictes doresenavant entretenir, garder et observer de point en point selon
sa forme et teneur et qu’il est cy dessus déclaré, et à ce faire et souffrir contraignez et faictes contraindre
tous ceulx qu’il appartiendra, et qui pour ce feront à contraindre par toutes voyes et manières douces et
raisonnables et comme il est acoustumé de faire pour noz propres deniers et affaires, nonobstant
quelzconques previlleiges qu’ils pourroient alléguer ou prétendre au contraire, oppositions ou
appellations faictes ou à faire et lettres subretices impetrées ou à impetrer à ce contraires.
Donné à Paris, le deuxième jour de mars, l’an de grâce mil cinq cent et quatorze, et de nostre règne
le premier.
Par le Roy, ROBERTET.

Scellé du grand sceau en cire blanche à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives
de la ville, L, Impositions.
XCIV
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la commune par le roi François Ier.
1516 (mars).
François, par la grâce de Dieu roy de France, savoir faisons à tous présens et advenir, nous, avoir
reçeu l’umble supplicacion de nos chiers et bien amez les viconte Mayeur et eschevins, bourgeois,
manans, habitans et commune de nostre ville de Dijon, contenant que pour raison de la justice haulte,
moyenne, basse, mère, mixte et impère en la dite ville, feurbourgs et banlieue d’icelle et leurs
{135}appertenances, ensemble de la confection des inventaires, prinses de personnes et biens, et de
faire tous autres exploitz réelz, ensemble la congnoissance, décision, déterminacion et indicacion de
tous cas, crimes et delictz qui se y commettent et adviennent par quelque personne que ce soit, ensemble
de toutes autres choses qui déppendent, touchent et concernent, fait et matière de justice haute, moyenne
et basse, et plusieurs autres droictures, usaiges, permissions, franchises, exemptions, octroiz, coustumes
et libertez à eulx d’encienneté octroiez par noz prédécesseurs, leur furent par feu nostre très cher
seigneur et beau père le roy Loys, dernier trespassé, que Dieu absoille, octroiées, ses lectres de
confirmation, ensemble déclaracion, tant de leurs dictz droiz que sur la garde et contribucion des frais
de la dicte ville, comme aussi sur la confection des inventaires et exploitz réelz qui se font en la dicte
ville, ainsi qu’il est contenu es dictes lectres de nostre dict feu seigneur et beau père et de nous,
desquelles la teneur s’ensuit.
Loys, par la grâce de Dieu roy de France, scavoir faisons à tous présens et advenir, etc. (Voir le
n° LXXXIX, page 109.)
Loys, par la grâce de Dieu roy de France, à noz amez et feaulx, les gens de nostre court de Parlement
de nostre pays de Bourgongne, séant à Dijon, et à tous noz autres justiciers et officiers ou à leurs
lieuxtenans, et à chacun d’eux, salut et dilection. De la partie de noz très chers et bien amez les vicomte
Mayeur et eschevins de nostre bonne ville de Dijon, nous a esté humbement exposé, etc. (Voir n° XCII,
page 131).
François, par la grâce de Dieu roy de France, à nostre très cher et très amé cousin et premier
chambellan le seigneur de la Trémoille, nostre lieutenant général et gouverneur en noz pays et duché de
Bourgongne, etc. (Voir n° XCIII, page 133).
Nous humblemement requérant à nostre advenement à la couronne, iceulx leur confermer et sur ce
impertir nostre grâce. Pourquoy, nous ces choses considérées, mesmement la bonne et grande loyauté
et vraye obéissance que les dictz supplians ont tousjours monstrée envers nous et noz prédécesseurs,
inclinant libéralement à leur supplication et requeste, désirant iceulx favorablement traicter, les
confermer en leurs droiz et en ensuyvir le plaisir et vouloir de noz prédécesseurs, les dictes lectres
dessus transcriptes, et tout le contenu en icelles, ensemble tout et chacun leurs autres previlleges,
exemptions, franchises, coustumes, usages, droictures, permissions et libertez à eulx octroiez par noz
{136}prédécesseurs, leur avons confirmez, louez, ratiffiez et approuvez, et par la teneur de ces présentes
de nostre certaine science, grâce especiale, plaine puissance et auctorité royale, louons, confirmons,
ratiffions et appreuvons pour en joyr et user par les dictz supplians et leurs successeurs à tousjours mes
perpétuellement, plainement et paisiblement, tant et si avant qu’ilz en ont par cy devant deument et
justement joy et usé, et qu’ilz en joyssent et usent de présent. Si donnons en mandement par ces dictez
présentes à noz amez et féaulx conseillers, les gens tenant nostre court de Parlement et de noz comptes
à Dijon, bailly de Dijon, et à tous noz autres justiciers et officiers ou à leurs lieuxtenants présens et
advenir, et à chacun d’eulx si comme à luy appartiendra, que de noz présentes grâces, confirmation,
ratiffication et approbation, ilz facent, souffrent et laissent les dictz supplians et leurs successeurs joyr
et user plainement et paisiblement, sans leur mectre ou donner ne souffrir estre fait, mis ou donné ores
ne pour le temps advenir, aucun destourbier ou empeschemens au contraire; lequel si faict, mis ou
donné, leur avoit esté ou estoit, le leur mectent ou facent mectre incontinant et sans delay à plaine
délivrance et au premier estat et deu. Et afin que ce soit chose ferme et estable à tousjours, nous avons
faict mectre nostre scel à ces dictez présentes, saulf en autres choses nostre droit et l’autruy en toutes.
Donné à Paris au mois de mars, l’an de grâce mil cinq cens et seize, et de nostre règne le troysiesme.
Par le Roy, à la relacion du conseil, DESLANDES.
Visa contentor, DESLANDES.

Scellé du grand scel en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans: Mémoire pour les
vicomte-mayeur, échevins, etc., de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
XCV
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la commune par le roi François Ier.
1521 (août).
Francoys, par la grâce de Dieu roy de France, savoir faisons à tous présens et advenir, que à nostre
première nouvelle et joyeuse venue et entrée en ceste {137}nostre bonne ville de Dijon, en laquelle noz
très chers et bien amez les vicomte Mayeur, eschevins, bourgeoys, manans et habitans de la dicte ville,
nous ont très honorablement et à grant joye et liesse reçeuz comme leur souverain et naturel seigneur,
nous avons confermé, promis et juré sur les saintes Evangilles de Dieu, estant sur l’autel de Saint
Bénigne de Dijon, tenir, entretenir, garder et observer aux dictz vicomte Mayeur, eschevins et habitans
de nostre dicte ville de Dijon, toutes et chacunes les chartres, privilleges, exemptions, franchises et
libertez, par nos prédécesseurs roys et ducs de Bourgongne à eulx octroyés, et tout ainsi que depuis
nostre advénement à la couronne leur ont esté par nous confirmez, et aussi icelluy vicomte et Mayeur
estant lors en nostre présence en la dicte église pour luy et pour tous les autres manans et habitans de la
dicte ville, a juré qu’ils nous seront bons et loyaulx, vrays et obéissans subjetz, et garderont nostre
personne et tous noz droiz, envers et contre tous, et en oultre leur avons octroyé et octroyons par ces
présentes, que nos hoirs et successeurs en notre dict duchié de Bourgongne, après leur advénement audit
Duchié, jureront et seront tenuz jurer semblablement en la dicte église de Saint-Benigne de Dijon, leur
garder et observer les dictes libertez, franchises, immunitez, chartes, privileges et confirmations
d’icelles à eulx données de nos devanciers Roys et ducs de Bourgongne, en la forme et manière dessus
déclarée, et à ce faire et fermement tenir et garder. Nous obligeons especiallement et expressement,
nous, nos hoirs et successeurs, et ceulx qui auront cause de nous en nostre dict Duché, promettons en
bonne foy et parolle de Roy l’entretenir à tousjours, sans venir à l’encontre par nous ne par autres, en
quelque manière que ce soit. Et affin que ce soit chose ferme et estable à toujours, nous avons faict
mectre nostre scel à ces dictes présentes, sauf en autres choses nostre droict et l’autruy en toutes. Donné
à Dijon, au moys de avril, l’an de grâce mil cinq cent vingt et ung, et de nostre règne le septiesme.
Par le Roy, vous et autres présent: ROBERTET.
Visa contentor: DESLANDES.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B2, Priviléges et franchises de la Commune.
{138}XCVI
VILLE DE DIJON
Confirmation, par le roi François Ier, du droit de franc-fief accordé aux habitants de Dijon.
1521 (juin).
François, par la grâce de Dieu roy de France, à tons ceulx qui ces présentes lectres verront, salut.
Reçeu avons l’umble supplicacion de noz très chiers et bien amez les viconte Mayeur, eschevins,
bourgeoys et habitans de nostre bonne ville de Dijon, contenant que feu nostre très chier seigneur et
beau père le roy Loys, derrenier trespassé que Dieu absoille, dès le moys d’octobre, l’an mil cinq cens
et neuf, par ses lectres patentes en forme de chartre, permist, donna et octroya à iceulx supplians, et à
chacun d’eulx, congé, licence et permission de acquérir, tenir et posséder en fief toutes terres,
seigneuries et choses féodalles, tout ainsi que personnes nobles ont acoustumé de faire, sans ce qu’ilz
fussent tenuz demander sur ce licence de nous ne de noz successeurs ou d’aultres, quelz qu’ilz fussent,
ne contrains à en vuider leurs mains, ne pour raison de ce payer ou composer à aucune finance, laquelle,
à quelque somme quelle se feust peu monter, nostre dict feu seigneur et beau père leur eust données,
ceddées, quictées, transportées et délaissées pour les cause et ainsi qu’il est plus à plain contenu et
déclairé en ses dictes lectres, lesquelles ont esté bien et deuement, leues publiées, enregistrées et
vériffiées en nostre Chambre des Comptes, à Dijon, et aussi tous et chacuns leurs previlleges,
exempcions, permissions et libertez, leur aient esté par nous bien et deuement confirmez, ratiffiez et
approuvez depuis nostre advénement à la couronne, et combien que es fiefz, arrière fiefz et choses
nobles et féodalles qu’ilz tiennent et possèdent, pourront tenir et posséder, ilz ne puissent estre troublez,
molestez, ne empeschez, ne contrains à en vuider leurs mains, bailler par déclaration ne autrement,
sinon en faisant les foy et hommages, droitz et devoirs, quand les cas y escherrent. Touteffoys au moyen
de ce que certains commandemens ont esté puis naguères faiz de par nous, en vertu de certaines noz
lectres de commission et mandemens à tous gens d’église, de main morte, non nobles, communaultez
et autres tenant fiefz, arrière fiefz, de bailler par déclairation et de payer finance ou indemnité, et en
vuider leurs mains, les dictz supplians doubtent que l’on les voulsit molester soubz couleur {139}de
noz dicte lectre, commission et mandemens qui seroit contrevenir au dict octroy et permission de nostre
dict feu seigneur et beau père, deuement vériffié et enteriné comme dit est, nous humblement requérans
sur ce nostre provision et remede convenable. Pourquoy nous ces choses considérées, mesmement la
bonne, grande loyaulté et vraye obéissance que les dictz viconte Mayeur, eschevins, bourgeois et
habitans de nostre dicte bonne ville de Dijon ont démonstrés envers nous et noz prédécesseurs, et
mesmement depuis le dict octroy et permission à eulx faictes par nostre dict feu seigneur et beau père,
de pouvoir tenir fiefz et choses nobles et féodalles comme personnes nobles, que les dictz supplians ont
enduré; supporté et vertueusement soustenu le siége qui fut mis devant nostre dicte ville par les
seigneurs des Ligues de Suisse et autres, lors ennemys de nostre dict feu seigneur et beau père, où ilz
employèrent leurs corps et biens, tellement que leurs vertus et loyaultez au dict acte doyvent céder à
perpétuelle mémoire. Nous ne voulans souffrir qu’ilz soient aucunement molestez, troublez ne
empeschez, es dictz previlléges, octroy, permission et biensfaictz à eulx octroyez par nostre dict feu
seigneur et beau père, mays en iceulx les entretenir, garder et observer à ce qu’ilz soient de plus tenuz,
enclins et obligez tousjours continuer envers nous en grande loyaulté et vraye obéissance, pour ces
causes et autres à ce nous mouvans et après ce que avons faict veoir par les gens de nostre conseil les
dictes permission et octroy, faiz aux dictz visconte Mayeur, eschevins, bourgeois et habitans de nostre
dict bonne ville de Dijon, de acquérir, tenir et posséder toutes terres, seigneuries et choses féodalles,
tout ainsi que personnes nobles ont acoustumé de faire. Avons dict, déclaré, statué et ordonné, disons,
déclarons, statuons et ordonnons que es dictes lectres, mandemens et commission par nous octroyées
sur le faict des franz fiefz et nouveaux acquests ne admortissement, nous n’avons entendu et
n’entendons les dictz viconte Mayeur, eschevins, bourgeois et habitans de la dicte ville de Dijon, en
aucuns d’eulx, estre en icelle ne aucunes d’icelles compris, ne entenduz ores, ne pour le temps advenir,
ains voulons et nous plaist de nostre certaine science, grâce espécial, plaine puissance et auctorité royal,
que de la dicte permission et octroy, veriffication, et enterinement d’icelles, ilz et leurs successeurs,
joyssent et usent à tousjours mais perpétuellement, plainement et paisiblement, selon leur forme et
teneur. Si donnons en mandement par ces dictez présentes au bailly de Dijon ou à son lieutenant aux
dictz commissaires qui ont esté ou seront de par nous establiz et ordonnez sur le faict des dictz
admortissements, francs fiefz et nouveaulx acquestz, et à tous nos autres justiciers et officiers ou à leurs
lieuxtenans présens et advenir, et à chacun d’eulx {140}sur ce requis, et si comme à luy appartiendra,
que nostre dicte présente déclaracion, statut et ordonnance ilz entretiennent, gardent et observent, facent
entretenir, garder et observer, et du contenu en icelles ensemble es dict octroy et permission de nostre
dict feu seigneur et beau père, facent les dicts visconte Mayeur, eschevins, bourgeois et habitans, et
chacun d’eux joyr et user plainement et paisiblement à tousjours mais perpétuellement, sans leur mectre
ou donner ne souffrir estre faict, mis ou donné ores, ne pour le temps advenir aucun arrest, destourbier,
ne empeschement, lequel si faict, mis ou donné leur avoit esté ou estoit leur mectent ou facent mectre
incontinant et sans delay à plaine délivrance. Car tel est nostre plaisir, nonobstant nos dictes lectres,
commission et mandemens, et quelzconques ordonnances, mandemens, restrinctions ou déffences à ce
contraires. En tesmoing de ce nous avons faict mectre nostre seel à ces dictes présentes. Donné à Dijon,
le cinquiesme jour de jung, l’an de grâce mil cinq cens vingt et ung, et de nostre règne le septiesme.
Par le Roy, vous et autres présens. ROBERTET.

Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.


XCVII
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville, par le roi Henri II.
1547 (décembre).
Henry, par la grâce de Dieu roy de France, savoir faisons à tous présens et advenir. Nous, avoir
reçeu l’humble supplication de noz bien amez les visconte Mayeur, eschevins, bourgeois, manans et
habitans de nostre ville de Dijon, contenant que par noz prédécesseurs Roys et ducs de Bourgoingne
leurs ont esté donnez et confirmez certains beaulx previlléges, exemptions, franchises et libertez,
desquelz ils ont tousjours paisiblement joy et usé jusque à présent. Toutesfoiz ilz doublent que au moïen
de trespas de feu de bonne mémoire, le Roy nostre très honorez seigneur et père, que Dieu absolve, et
de nostre joieulx et nouvel advenement à la couronne, on les voulsist empescher en la jouissance des
dictz previlleiges, franchises, libertez et exemptions, si par nous ne leur estoit sur ce pourveue de nostre
grâce humblement requérant icelle. Pour ce est il que nous, {141}inclinans à la supplicacion et requeste
des dictz supplians, tous et chacuns les previlléges, exemptions, franchises et libertez, donnez, concedez
et confirmez par noz prédécesseurs Roys et ducs de Bourgoingne aux dictz supplians, avons confirmez
et approuvez, et par ces présentes de nostre grâce spécial, pleine puissance et auctoritez royal,
confirmons et approuvons pour en joyr et user par eulx, tant et si avant et par la forme et manière qu’ilz
en ont cidevant deuement et justement joy et usé et joissent encores de présent. Sy donnons en
mandement par ces présentes à noz amez et féaulx conseillers les gens tenant nostre cour de Parlement
et de nos Comptes à Dijon, au bailly du dict Dijon, et à tous noz autres justiciers et officiers ou à leurs
lieuxtenans présens et advenir, et à chacun d’eux, si comme à luy appartiendra, que de noz présentes
confirmation et approbation ilz facent, souffrent et laissent les dictz supplians joïr et user plainement et
paisiblement, sans en ce leur faire mectre ou donner, ne souffrir estre faict, mis ou donner aulcuns
destourbier ou empeschement au contraire, et lequel si faict, mis ou donné, leur avoit esté ou estoit, ilz
le mectent ou facent mectre à plaine délivrance. Car tel est nostre plaisir, et afin que ce soit chose ferme
et estable à tousjours, nous avons faict mectre notre seel à ces dictes présentes, sauf en autres choses
nostre droict et l’autruy en toutes. — Donné à Fontaines-Bleaux, au mois de décembre, l’an de grâce
mil cinq cent quarante sept, et de nostre règne le premier.
Par le Roy, MAHIEU.
Visa contentor: LEPICART.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans: Mémoire pour les
vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774,
in-4°.
XCVIII
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville, jurée à l’église Saint-Bénigne, par le roi Henri II.
1548 (juillet).
Henry, par la grâce de Dieu roy de France, sçavoir faisons à tous présens et advenir, que à nostre
première nouvelle et joyeuse venue et entrée en cestre nostre bonne ville de Dijon, en laquelle noz très
chiers et bien amez les vicomte Mayeur, {142}eschevins, bourgeois, manans et habitans de la dicte
ville, nous ont très honorablement et à grand joye et liesse reçeuz comme leur souverain et naturel
seigneur, nous avons confirmé, promis et juré sur les saintes évangilles de Dieu, estant sur l’autel de
Sainct-Benigne du dict Dijon, tenir, entretenir, garder et observer au dict vicomte Mayeur, eschevins et
habitans de nostre dicte ville de Dijon, toutes et chacunes, les chartres, previlléges, exemptions,
franchises et libertez par noz prédécesseurs Roys et ducs de Bourgoingne à eulx octroyez, et tout ainsi
que depuis notre advénement à la couronne leur ont estez par nous confirmez, et aussi nostre chier et
bien amé maistre Jehan Jaquot, seigneur de Couchey, maistre ordinaire en la Chambre de noz Comptes
au dict Dijon et vicomte Mayeur de nostre dicte ville du dict Dijon, estant lors en nostre présence en la
dicte église de Sainct-Benigne, pour luy et pour tous les aultres manans et habitans d’icelle ville, a juré
qu’ilz nous seront bons et loyaulx, vrays et obéissans subjects, et garderont nostre personne et tous noz
droicts envers et contre tous, et en outre leur avons octroyé et octroyons par ces présentes, que nos hoirs
successeurs en nostre dict Duché, jureront et seront tenus jurer semblablement en la dicte église de
Sainct-Bénigne du dict Dijon, leur garder et observer les dictes libertez, franchises, immunitez, chartres,
privileiges et confirmations d’icelles à eulx donnez de noz devanciers roys et ducs de Bourgoingne, en
la forme et manière dessuz déclairée, et à ce faire et fermement tenir et garder, nous obligeons
espéciallement et expressément, nous, nos hoirs et successeurs, et ceulx qui auront cause de nous en
nostre dict Duché, et promectons en bonne foy et parole de Roy l’entretenir à tousjours, sans venir à
l’encontre par nous ne par aultres, en quelques manières que ce soit. Et afin que ce soit chose ferme et
estable à tousjours, nous avons faict mectre nostre seel à ces dictes présentes, saulf en aultres choses
nostre droict et l’autruy en toutes. — Donné à Dijon, au mois de juillet, l’an de grâce mil cinq cent
quarante huict, et de nostre règne le deuxième.
Par le Roy, vous et autres présens. DUTHIER.
Visa contentor: LECHANDELIER.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans: Mémoire pour les
vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774,
in-4°.
{143}XCIX
VILLE DE DIJON
Confirmation, par le roi Henri II, du droit de la commune de Dijon d’élire ses magistrats.
1551-52 (4 avril).
Henry, par la grâce de Dieu roy de France, à tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Nos
très chers et bien amez les manans et habitans de nostre ville de Dijon, nous ont faict exposer, que par
contract anciennement faict avec noz prédécesseurs ducs de Bourgongne, leur compete le droit d’eslire
chacun an et nommer à la police, régime et gouvernement de la dite ville, ung Maire qu’ilz appellent
leur vicomte Mayeur, par l’authorité duquel toute justice, tant haute, moyenne que basse, leur est
administrée en première instance, soubz nostre ressort du bailliaige du dit lieu et souveraineté de la cour
de Parlement, establie par nous au dit pays de Bourgongne. Lequel Maire de toute ancienneté a le
pouvoir de subdéléguer à l’exercice de la dite justice tel personnaige de qualité que bon luy semble, qui
après estre approuvé par les eschevins de la dite ville, y faict toutes functions et exercices de justice, et
jusques à présent a esté ce que dessus coutume en la dite ville, sans empeschement ny aucune
contradiction. S’estans les dits exposans comportez en l’élection du dit Maire tousjours si prudemment,
que n’est jusque à présent rien mesadvenu au gouvernement et régime de la dite ville qui puisse les
rendre indignes de telle liberté. Attendu mesmement que par nous icelle liberté leur a esté confermée,
solennellement stipulée et jurée à nostre joyeuse entrée d’icelle ville, et nonobstant, puy peu de temps
en ça, il est advenu que aucuns particuliers du dit pays de Bourgongne se sont efforcez par surprinse
faire entre eux taxes des officiers par nous de nouvel érigez, les ditz estatz de maire de Dijon et
lieutenant d’icelluy, pour en iceulx estre par nous pourveuz et instituez, la quelle poursuicte, comme
ont entendu les dits exposans, les dits particuliers continuent, au très grand préjudice des droits d’icelle
ville, qui tient pour principale prérogative la dite élection, luy estant patrimoniale et par propriété
adquise, et que l’abolition d’icelle feroit entrée de spolier icelle ville des facultez et biens dont elle est
dotée, chose que nous ne vouldrions permectre advenir en la fœlicité des années de nostre règne, la
vigueur duquel nous voulons employer à la deffense et tuition de noz fidèles subjetz, {144}entre
lesquelz les ditz exposans ne tiegnent pas petit lieu, pour la fidelité qu’ilz ont de tout temps demonstré
en nostre endroit, comme ilz font, nous gardans et conservant à leurs propres coustz, labeurs et frais,
nostre dite ville qu’est la capitale de nostre pays de Bourgongne, important à l’amplitude de nostre
couronne, autant que chacun sçait. Pour ce est il que nous, inclinans à la supplication et requeste des dis
exposans, leur voulans pourveoir de remède convenable, avons par ces présentes declairé et declairons
que n’entendons aulcunement empescher ny diminuer la faculté desdites élections de Maire et
nomination du lieutenant d’icelluy, ny rien faire pourquoy icelles élections et nomination ne soient
continuées deuement et selon que est coutume, voulans que de ce ilz joyssent tant et si avant que leur
est concedé par leurs dicts privileges et facultez, et qu’ilz ont bien et paisiblement fait jusques icy.
Inhibant par ces présentes et déffendant à tous qu’il appartiendra, qu’ilz ne troublent, ne molestent
lesdits exposans en la dite continuation de liberté et faculté, selon qu’ilz ont acoustumé d’estre, et les
quelles inhibitions et deffenses voulons, si besoing est, par nostre premier huissier ou sergent sur ce
requis, estre notiffiez, auquel mandons ainsi le faire particulièrement à touz que bon semblera ausdits
exposans, si donnons en mandement par ces présentes à noz amez et féaulx les gens tenanz nostre cour
de Parlement de Dijon, et à tous nos autres justiciers et officiers qu’il appartiendra, que de noz présentes
déclaration, vouloir, et intention, et de tout le contenu cy dessus, ilz facent, souffrent et laissent les dits
exposans et leurs successeurs joyr et user plainement et paisiblement, cessans et faisans cesser tous
troubles et empeschements contraires. Car tel est nostre plaisir. En tesmoing de ce, nous avons faict
mectre nostre seel à ces dites présentes. — Donné à Joynville, le quatrième jour d’avril, l’an de grâce
mil cinq cens cinquante et ung, avant Pasques, et de nostre règne le sixiesme.
DE LAUBESPINE.

Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.


{145}C
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville, par le roi François II.
1559-60 (17 mars).
François, par la grâce de Dieu roy de France, scavoir faisons à tous présens et advenir, Nous, avoir
receue l’humble supplication de noz chers et bien amez les viconte Mayeur, eschevins, bourgeois,
manans et habitans de nostre ville de Dijon, contenant que par noz prédécesseurs roys de France et par
les ducs de Bourgongne, leur ont esté donnez et octroiez plusieurs beaulx droictz, previleiges,
exemptions, franchises, libertez, lectres de déclaration sur le faict du mesnaigement des deniers
d’octroiz et communs de la dicte ville, pour estre emploiez aux fortiffications, réparations, pavement,
embellissemens, bien, utilité et proffict de la dicte ville, selon qu’ilz ont faict du passé, dont ils sont en
ancienne possession et paisible joissance; toutesfois ilz doubtent que s’ils n’avoient noz lectres de
ratiffication et confirmation pour nostre nouvel advénement à la Couronne, l’on leur voulsist donner
empeschement, nous humblement requérant sur ce leur pourveoir et impartir nostre grâce. Parquoy
inclinans à la supplication et requeste des dictz supplians, désirant iceulx favorablement traicter, les
conserver en leurs droictz et ensuivre le plaisir et voulloir de noz prédécesseurs roys et ducs de
Bourgongne, avons ratiffiez, confirmez et approuvez, et par ces présentes de nostre grâce espéciale,
plaine puissance et auctorité royal, confirmons, ratiffions et approuvons iceulx privileiges et lectres de
déclaration de poinct en poinct, selon qu’il est porté et contenu par iceulx ou coppye cy attachié soubz
nostre contre seel, pour en joir et user par eulx et leurs successeurs tant et si avant, et par la mesme
forme et manière qu’ilz en ont cy devant joy et usé et joissent encore de présent. Si donnons en
mandement par ces présentes, à nos amez et féaulx conseillers les gens tenant nostre court de Parlement
et de noz Comptes à Dijon, au bailly du dict Dijon, et à tous nos autres justiciers et officiers, ou à leurs
lieutenans présens et advenir, et à chacun d’eulx, si comme à luy appartiendra, que de noz présentes
confirmations, ratiffications et approbations, ilz facent, souffrent et laissent joyr et user les dictz
supplians et leurs successeurs plainement et paisiblement, sans en ce leur faire mectre ou donner, ne
souffrir estre faict ou donné aucun destourbier ou empeschement au contraire; {146}lequel si faict, mis
ou donné leur avoit esté ou estoit, ilz les mectent ou facent mectre incontinant à plaine et entière
délivrance. Car tel est nostre plaisir. Et affin que ce soit chose ferme et stable à tousjours, nous avons
faict mectre nostre scel à ces dictes présentes, sauf en autres choses nostre droict, et l’autruy en toutes.
Donné à Amboise, le dix septiesme jour de mars, l’an de grâce mil cinq cens cinquante neuf, et de
nostre règne le premier. — DUMESNIL.
Par le Roy, BURGENSIS.
Visa contentor: ROBILLART.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans: Mémoire pour les
vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774,
in-4°.
CI
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville, jurée par le roi Charles IX sur l’autel de Saint-Bénigne de Dijon.
1564 (mai).
Charles, par la grâce de Dieu roy de France, à tous présens et advenir, salut. Scavoir faisons que à
nostre première nouvelle et joyeuse venue et entrée en ceste nostre bonne ville de Dijon, en laquelle
noz très chers et bien amez les vicomte Mayeur, eschevins, manans et habitans de la dicte ville, nous
ont très honnorablement et à grande joye et liesse reçeuz comme leur souverain et naturel seigneur;
Nous avons confermé, promis et juré sur les sainctz Evangilles de Dieu, estant sur l’hostel de Sainct-
Bénigne du dict Dijon, tenir, entretenir, garder et observer aux dictz viconte Mayeur, eschevins, manans
et habitans de nostre dicte ville de Dijon, toutes et chacunes les chartres, previlleiges, exemptions,
franchises et libertez par noz prédécesseurs Roys et ducz de Bourgongne à eulx octroyez, et tout ainsi
que depuis nostre advénement à la couronnc leur ont esté par nous confirmez; et aussi nostre cher et
bien amé Me Bénigne Martin, docteur en droictz, advocat en nostre court de Parlement et viconte
Mayeur de nostre {147}dicte ville de Dijon, estant lors en nostre présence en la dicte église Sainct-
Bénigne, pour luy et pour tous les autres manans et habitans d’icelle ville, a juré qu’ilz nous seront bons
et loyaulx, vrays et obéissans subgectz, et garderont nostre personne et tous noz droictz envers et contre
tous, et en oultre leur avons octroyé et octroyons que noz hoirs et successeurs en nostre Duché jureront
et seront tenuz jurer semblablement, en la dicte église de Sainct-Bénigne du dict Dijon, leur garder et
observer les dictez libertez, franchises, immunitez, chartres, previlleiges et confermations d’icelles, à
eulx donnez de noz devanciers Roys et ducs de Bourgongne, en la forme et manyère dessus declairé, et
à ce faire et fermement tenir et garder, nous obligeons spéciallement et expressément, nous, nos hoirs
et successeurs, et ceulx qui auront cause de nous en nostre dict Duché, et promectons en bonne foy et
parolles de Roy, l’entretenir à tousjours, sans venir allencontre par nous ne par aultres, en quelque
manyère que ce soit. Et afin que ce soit chose ferme et stable à tousjours, nous avons faict mectre nostre
scel à ces dictez présentes, sauf en autres choses nostre droict, et l’autruy en toutes.
Donné à Dijon, au moys de may, l’an de grâce mil cinq cens soixante quatre, et de nostre règne le
quatriesme.
CHARLES.
Par le Roy, vous et autres présens. — DE L’AUBESPINE.
Visa. Contentor.

Scellé du grand scel en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans: Mémoire pour les
vicomte-mayeur, échevins, etc., de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
CII
VILLE DE DIJON
Confirmation, par le roi Charles IX, du privilége de franc-fief octroyé aux habitants de Dijon.
1573 (10 novembre).
Charles, par la grâce de Dieu roy de France. A nos amez et féaux les commissaires députez sur le
fait des francs fiefz et nouveaux acquetz en noz pays et duché de Bourgongne, et à tous noz baillis,
seneschaux, juges, ou leurs lieuxtenans, {148}et chacun d’eux comme il appartiendra. Noz chers et bien
amez les vicomte Mayeur et eschevins de nostre ville de Dijon, nous ont en nostre conseil remonstré
combien que par les ordonnances et lectres des feuz Roys noz prédécesseurs, par eux et nous
successivement confirmez, les bourgeois et habitans de nostre dicte ville aient toujours eu pouvoir
d’acquérir, tenir et posséder en fiefz toutes telles terres, seigneuries et choses feudales que bon leur
semble, ainsi que personnes nobles ont acoustumé faire, sans sur ce demander licence de nous ou noz
successeurs, n’y estre contraints en vuyder leurs mains ou pour raison d’iceulx paier et composer à
aucune finance et bailler déclaracion de leur terres ou acquisitions, et que nostre dicte ville ayt tousjours
joy du dict privilege, et tous les bourgeois de temps immémorial. Touteffois, depuis l’expédition de noz
lectres et commissions naguèrres à vous envoiées pour le faict des dictz francs fiefz et nouveaux
acquetz, plusieurs noz officiers ont fait proceder par voye de saisie sur les seigneuries et terres nobles
d’aucuns particulliers bourgeois de nostre dicte ville, à faute d’apporter devers eux les déclarations
d’iceulx, suivant noz dictes lectres, et les injonctions à eulx faites par icelles, et ce au préjudice de leurs
privileges et exemptions, en la jouissance desquelz ilz ont tousjours esté maintenuz et conservez, qui
les a contraintz recourir vers nous et trèz humblement supplier, afin de ne demeurer privez de la grâce
et immunité octroyée à nostre dicte ville, comme chef et capitalle de nostre dict païs et duché de
Bourgongne, leur impetrer noz lectres. Pour ces causes et en faveur de la loiauté que les dictz habitans
on tousjours démonstré pour maintenir la dicte ville soubz nostre obéissance. Veu en nostre conseil, le
vidimus cy attaché des lectres faisans mention du dict privilege donné à Blois, l’an mil cinq cens et
neuf. Vous mandons et ordonnons, s’il vous appert que les dictz exposans aient bien et deuement joy
de la dicte exemption et immunité jusques à présent, et qu’ilz y aient estés continuez et confirmez de
règne en règne par noz prédécesseurs et nous, ou tant que suffire doive, en ce cas conservez les et
maintenez en la dicte franchise et exemption, en laquelle nous les avons entretenuz et conservons par
ces présentes, pour par eux en joïr à l’advenir, ainsi qu’ilz ont fait par le passé, sans enfraindre ny
permettre que aucun empeschement leur soit mis ou donné au contraire, en vertu des lectres cy devant
expédiées, et que nous ou noz successeurs pourront cy après faire expédier pour raison des dictz franz
fiefz et nouveaux acquetz; lequel empeschement nous avons levé et ostons, et du contenu es dictez
lectres excepté, et réservons les dictz habitans de nostre dicte ville de Dijon de nostre grâce spéciale,
nonobstant toutes lectres, mandemens et déffenses à ce {149}contraires. Car tel est nostre plaisir de ce
faire, vous donnons pouvoir et mandement spécial.
Donné à Vitry-le-Français, le dixiesme jour de novembre, l’an de grâce mil cinq cens soixante-
treize, et de nostre regne le treiziesme.
Par le Roy, en son conseil.
BRULART.

Scellé du grand sceau en cire blanche à simple queue de parchemin pendante. Original: Archives
de la ville, B4, Francs-fiefs.
CIII
VILLE DE DIJON
Incorporation de la prévôté de Dijon à la Commune, ordonnée par le roi Henri III.
1579 (9 décembre).
Henry, par la grâce de Dieu roy de France et de Pologne, à tous ceulx que ces présentes verront.
Suivant l’édit du mois de juillet mil cinq cent cinquante trois, fait par le feu Roy nostre très honoré
seigneur et père, pour vendre et aliéner aucuns membres, partz ou portions de son domaine, vérifié en
noz court de Parlement et Chambre des Comptes en Bourgongne, et par vertu des lectres patentes du
vingt-deuxiesme septembre en suivant, portant le pouvoir des commissaires députez à l’exécution du
dict édit; les dictz commissaires auroyent engagé, vendu et aliéné le vingt cinquiesme octobre au dict
an, à maistre Guillaume Berbisey, lieutenant particulier du bailliage de Dijon et viconte Mayeur,
Estienne Jacotot, Claude Berbisey, et maistre Laurent Tricaudet, eschevins de nostre dicte ville, pour
eulx, leurs hoirs et aïans cause, à faculté de réachapt perpétuel, après les proclamations et solennités
accoustumées, et sur l’estimation faite des trois années précédentes, la Prevosté de nostre dicte ville, la
clergie d’icelle, et les trois francs marchiez qui y sont tenus chacun an, tant avant que après la Toussaint,
en tout tel droit que noz prédécesseurs en ont joy et qu’ils nous competent et apartiennent. La dicte
Prevosté et aultres choses dépendans {150}de nostre recepte ordinaire du dict bailliage de Dijon, et qui
estoient chacun an baillez à ferme, avec les austres fermes de nostre dict baillage, et ce moiennant la
somme de cinq cent quarante six livres tournois, pour en joïr et percevoir les fruictz aux charges
acoustumées, et à ladite faculté de réachapt, en leur rendant ou à leurs héritiers et aïant cause la dicte
somme à une fois; depuis laquelle acquisition les dictz Berbisey et consorts ou ayant cause ont joy des
dictes choses engagées, comme encores ilz en joissent sans aucun empeschement. Touteffois, nostre
procureur au dict bailliage, le procureur sindic de nostre dicte ville et autres, nos officiers des juges
inférieurs du dict bailliage ayans reçeu plusieurs plaintes des exactions, abus et malversations que
chaque jour se commettent par les fermiers de la dicte prevosté, en ce qui est de la cognoissance des
grands chemins, réparations et entretenement d’iceulx, pois et aunages de la dicte ville et de ce qui en
dépend, en auroient naguères faict remonstrances au dict bailly de Dijon ou son lieutenant, et esté
d’advis qu’ils seroient expédient et nécessaire pour nostre proffit et obvier aux dicts abus réunir la dicte
juridiction suivant nos édits, sçavoir ce qui est de la cognoissance des grands chemins pour l’étendue
du dict bailliage, à celle de nostre dict bailliage, et ce qui est de la banlieue de nostre dicte ville, à la
juridiction de la mairie d’icelle avec les dicts marchez qui en dépendent, et pour ce faire rembourser les
dictz acquéreurs de leur fort principal, suivant le consentement sur ce par eulx presté cy attaché soubz
nostre contresel: offrant ledict sindic pour ce qui est de la dicte banlieue, tenir la dicte prevosté à mesme
condition s’il nous plaisoit trouver bon faire imposer et lever, tant sur la dicte ville que villaiges du dict
bailliage, ce que monte le dict engagement, à quoy les particuliers sont prestz à contribuer. Pour
poursuivre laquelle union et les lectres nécessaires pour la dicte imposition, le dict bailly ou son
lieutenant estimant la dicte union très utille et nécessaire, tant pour la conservation de noz droitz que à
l’utilité publique à la dicte charge de réachapt auroit délégué vers nous. Pour ces causes, veu le contract
de vente de la dicte prevosté, clergie et des marchez à nous apartenans en nostre dicte ville, ensemble
le dict consentement et la requisition, tant de nostre dict procureur que du dict sindic {151}et autres noz
officiers, de l’advis de nostre conseil, avons suivant noz éditz et ordonnance, uny et incorporé,
incorporons et unissons par ces présentes de nostre plaine puissance et auctorité royal, la jurisdiction de
nostre dicte prevosté de Dijon et clergie d’icelle, ensemble les marchez à nous apartenans en nostre
dicte ville, engagez ainsi que dict est, pour estre et demeurer inséparablement à nostre dict domaine,
comme ilz estoient avant la dicte aliénation. Et la dicte prevosté pour ce qui est de la cognoissance des
grands chemins, pois et aunages, avons attribué et commis au siége du dict bailliage, pour l’estendue
du dict bailliage, et ce qui est de la banlieue de nostre dicte ville à la jurisdiction de la mairie d’icelle, à
la charge et non autrement du remboursement actuel aux dictz acquéreurs de la dicte somme de cinq
cens quarante six livres par eulx paiée pour le fort principal de la dicte acquisition et des frais et loyaux
coustz raisonnables qu’ilz monstreront avoir faict, liquidation d’iceulx préalablement faite par le dict
bailly, laquelle somme de Vc XLVI livres et loyaulx coustz, ordonnons estre imposée sur tous les habitans
de nostre dicte ville et villaiges du dict bailliage de Dijon, le fort portant le faible le plus justement que
faire se pourra, et après paiés aux dictz acquéreurs, moiennant lequel remboursement avons les dictz
viconte Mayeur et eschevins de nostre dicte ville de Dijon, subrogez et subrogeons en nostre lieu pour
joyr de la dicte prevosté en ce qui sera de la banlieue de nostre dicte ville seulement, jusques au
remboursement de ce qui aura esté paié de la dicte somme et frais pour la part des habitans de nostre
dicte ville. Si donnons en mandement, à nos amez et féaux les gens tenans nostre Chambre des Comptes
et au dict bailly de Dijon ou son lieutenant, que ces présentes, noz lectres d’union, ilz vérifient, facent
lire et enregistrer, garder et observer, sans permettre qu’il soit contrevenu, contraignant tous ceux qu’il
appartiendra à ce obéir par toutes voies de justice acoustumées, nonobstant opposition ou appellations
quelzconques, pour lesquelles ne voulons estre différé. Mandons en outre, à noz amez et féaux
conseillers, les trésoriers de France, généraux de nos finances en Bourgongne, que la dicte somme de
cinq cens quarante six livres et frais sus dictz, ensemble ceulx qu’il a convenu faire pour l’impétration
des présentes, que nous avons modéré à la somme de vingt cinq livres, ilz facent asseoir, imposer et
lever sur tous les contribuables de nostre dicte ville et des villaiges ressortissans à la dicte prevosté, le
fort portant le foible, et contraindre tous les cotisez au paiement de leurs taxes es mains de nostre
receveur ordinaire du dict Dijon, lequel nous avons commis à la recepte et despence des dictz deniers,
à la charge d’en tenir compte par chapitre à part et séparé, comme des autres deniers de sa {152}charge,
et ce par les voies et ainsi qu’il est acoustumé pour nos deniers et affaires, et ce qui proviendra de la
dicte imposition facent emploier au remboursement des dictz acquéreurs ou aiant cause par leurs
simples quittances, rapportant lesquelles voulons ce que aura esté payé à ceste cause estre passé et alloué
en la despence des comptes et rabatu de la recepte du dict receveur ou autre à qui se touchera, par les
dictz gens de nos comptes à Dijon, auxquels ordonnons semblablement aussi le faire sans difficulté. Car
tel est nostre plaisir, nonobstant aussi quelzconques ordonnances, mandemens, déffenses et lectres à ce
contraires, pourveu toutesfois que la plus grande partie des dictz ressortissans aye à ce consenty ou
consente, et que noz deniers n’en soient retardez. En tesmoin de ce nous avons fait mettre nostre scel à
ces dictes présentes.
Donné à Paris, le neuviesme jour de novembre, l’an de grâce mil cinq cens soixante et dix neuf, et
de nostre règne le sixiesme.
Par le Roy en son conseil.
CHAUDET.

Scellé du grand sceau en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives
de la ville, B5, Prévôté.
CIV
VILLE DE DIJON
Articles de la capitulation arrêtée entre les députés de Dijon et le maréchal de Biron, pour la réduction
de la ville sous l’obéissance du roi Henri IV, et ratification de ces articles par ce prince.
1595 (26, 27 mai et 23 juin).
AU ROI.
SIRE,
Les habitans de vostre ville de Dijon, vos très humbles et obéissants subjetz et serviteurs, assemblés
par les depputés de tous les ordres et colleges d’icelle ville, suyvant les délibérations sur ce prinses, ont
arresté et résolu recongnoistre vostre Majesté pour leur légitime Roy et souverain seigneur, estant bien
marris que plustost ilz n’en ont peu faire démonstration et en rendre tesmoignage pour les raisons que
vostre dite Majesté scayt trop mieulx, la suplient doncq les voulloir retenir et recongnoistre comme
bons, fidelz et naturelz subjetz, et telz les maintenir {153}en tous leurs droictz, franchises, libertés,
dons, octroys et previleges, comme ont faict vos prédécesseurs, et particulièrement leur accorder les
articles suyvanz, qu’ilz estiment estre nécessaires pour le bien de vostre service, conservation et
manutantion de la dicte ville.
Le Roy n’ayant jamais rien tant désiré après son salut, que la réduction de ses sujectz à leur debvoir
et tousjours eu les braz ouvertz pour les y recevoir avecques toutes les démonstrations qu’il a peu faire
de sa bonté et clémence pour les y convier, oublye toutes choses passées et reçoyt les suplians en ses
bonnes grâces, à la charge du serment de fidélité qu’ilz doibvent à Sa Majesté, et des submissions
portées par ses éedictz telles que tous les bons et fidelles serviteurs et subjects les doibvent à leur Roy
légitime et naturel.

Premièrement, qu’il plaise à vostre Majesté déclarer que l’éedit de l’année mil cinq cens soyxante
et dix sept, déclaration et ampliation d’icelluy en ce qui concerne l’exercice de la prétendue religion
réformée n’aura lieu au ressort de vostre Parlement de Dijon, ains seulement la catholique, apostolique
et romaine; attendu que difficilement il se trouvera en tout le dict ressort, aulcung qui veulle demander
icelluy exercice, du moings le nombre en est sy petit qu’il n’est raisonnable le repost du publiq en estre
troublé et alteré.
Il ne se fera aucun devoir que de la religion catholicque, apostolicque et romayne secrettement ou
en publicque dans la ville, fauxbourgs et banlieue de Dijon, et pour le surplus il est remis à l’esdit de
l’année mil cinq cens soixante dix sept, auquel le Roy ne peult déroger.

Les eclésiastiques seront remis en la possession et jouissance de tous leurs biens, droitz et
privileges, en ordonnant que tous ceulx qui les tiennent et occupent s’en départiront incontinant et leurs
en délaisseront la libre possession et jouissance, et par ce que les dictz eclesiastiques, pendant les
troubles, ont esté contrainctz, nonobstant le ravage faict de leurs biens, payer les décimes aux deux
partis, dont toutefois ilz n’ont peu tirer quittance. Qu’il plaise à vostre Majesté les descharger des dictz
décimes du passé, et pour l’advenir avoir esgard à leur soulagement et les exempter de la prestation
d’iceulx pour le temps qu’il plaira à vostre Majesté.
Accordé pour les previlleges et la possession et jouyssance de tous les biens des suplians en quelque
lieu qu’ilz soyent scituez ou assis, dont les lectres de main-levée nécessaires leur seront expédiées à
commencer du jour de leur serment de fidélité et pour le regard des décymes, le Roy les leur accorde
aussi pour tout le temps passé depuis l’année M Vc quatre vingts neuf jusques au jour de leur réduction
en son obéissance, seullement pour ce qu’estant les deniers des décymes affectés au payement des rentes
de la ville de Paris, Sa Majesté, par serment solennel qu’elle en a faicte, n’en peult disposer au préjudice
des dictes rentes.
{154}3°
Qu’il plaise à vostre dicte Majesté permettre que le college de la société des Jésuites, fondé par le
feu sieur président Goudran en la dite ville de Dijon y sera conservé. Attendu qu’il est très nécessaire à
toute la province, laquelle, par le moyen d’icelluy, reçoit en l’institution de la jeunesse une infinité de
soulagement pour les fraictz qu’il conviendroit faire à l’envoyer ailleurs pour la dite institution, n’ayant
le moïen de ce faire.
L’arrest donné à Paris sur le faict des Jésuistes, avecq beaucoup de justice, considération et meurre
délibération, tiendra; mais pour monstrer aux suplians combien Sa Majesté désire les grattifier, elle
veult que le revenu confisqué sur les dictz Jésuistes soyt employé à l’entretennement d’un bon collége
pour l’institution de la jeunesse à plus de piété et de debvoir à l’endroit de son Roy qu’elle n’estoyt par
les dictz Jésuistes.

Que la mémoire de tout ce qui s’est dit, escript, faict et passé durant les troubles et par voie
d’hostillité par les habitans de la dite ville et à l’occasion d’iceulx, soit à la prise des armes, entreprises
faictes par les chasteaux, bourgs et places circonvoisines, forcement d’iceux, desmolitions, ruynes de
maisons, fabrications de monnoyes, d’artillerye, boulletz, composition et achapt de poudres, prises et
levés de deniers, imposition sur le vin, emprisonnement et detemption d’aulcungs, amendes jugées,
prises et levées, ventes de meubles et aultres choses généralement quelconques, soit de l’ordonnance
du Conseil d’Estat, de l’Union des catholique cy devant establi en la dite ville, Maire, eschevins que
aultres commissaires particulièrement deputtés, tant sur les habitans d’icelle ville que au dehors, pour
quelques causes et occasions que ce soit, encoire que le tout ne soit cy par le menu spécifié, sera
entièrement extaincte et abolie, sans que l’on en puisse faire aulcune recherche à l’advenir, ains en
demeurent tous les ditz habitans de la dite ville, tant en général que particulier, quittes et deschargés, et
n’en pourront eulx, leurs vesves et héritiers, successeurs et ayant causes, en estre poursuivis, inquietés
ny recherchés et touttes poursuites estans au contraire, soient declarées nulles et sans effect.
Tout ce qui s’est faict et passé depuis le commencement de ces troubles à la prise des armes pour
la Ligue en ceste ville, de tout ce qui se y est commis par acte d’hostilité et faict de guerre, soyt de
l’ordonnance du Conseil d’Estat et l’Union des catholicques, cy devant estably en ladite ville, Maire,
Eschevins ou aultres commissaires particulièrement députez, tant sur les habitants d’icelle ville que au
dehors, demeurera ensepvely et comme non advenu, sans que cy après il s’en puisse faire aucune
recherche pour quelque cause et occasion que ce soyt, fors et excepté pour l’assassinat commis en la
personne du feu Roy et attemptat en celle du Roy à présent régnant.
{155}5°
Que tous arrestz donnés en la Cour du Parlement de Dijon, decretz, sentences et jugemens, contractz
et aultres actes de justice donnés entre personnes de mesme party et entre tous ceulx qui auront
volontairement contesté, tant à la dite Cour, Chambre des Comptes, que aultres juridictions de la dite
ville durant les ditz troubles, sortiront effect, et qu’il ne sera faict aulcune recherches des exécutions de
mort qui ont estés faictes, aussy durant le dict temps par aucthorité de justice, droit de guerre ou
commandement des chefz.
Accordé.

Seront restablis, remis et conservés, tous les habitans de la dicte ville, tant eclesiastiques, officiers,
que aultres, de quelques qualités qu’ilz soient en tous leurs biens, dignités, offices et bénéfices, rentes,
debtz, revenus quelzconques, en quelque part ou ressort qu’ilz soient assis ou dehus, nonobstant tous
editz, dons, saisies, ventes, confiscations et déclarations qui en pourroient avoir estés faictes, soit en
général ou en particulier, leurs en faisant plaine et entière main-levée.
Accordé comme il est dict cy devant, depuis le jour de leur serment de fidélité et réduction en
l’obéissance de Sa Majesté.

Que les provisions d’offices obtenues du duc de Mayenne par mort ou résignation seront confirmées
en prenant nouvelle provision de vostre Majesté sans payer finances.
Accordé pour les offices desquels l’exercice est nécessaire dans la dicte ville et dont les titulaires
sont morts et les résignataires demeurans dans les villes en parti de la Ligue seullement et qui sont desjà
reçeuz.

Que les comptes rendus durant les dictz troubles pardevant vos officiers en la Chambre des Comptes
au dict Dijon, qui y ont résidé, ne seront subjetz à révision, sinon en cas de l’ordonnance, comme aussy
le semblable sera faict de tous les comptes rendus en la Chambre du Conseil de la dicte ville de tous
deniers, tant ordinaire que extraordinaire.
Accordé.
{156}9°
Que les juges de la Cour de Parlement, Chambre des Comptes, Esleus du pays des trois Estats et
aultres officiers, tant des judicatures que des finances, demeureront en la dicte ville de Dijon pour y
faire leurs charges, comme ilz soulloient avant les troubles.
Accordé.
10°
Que tous debtz crées par obligations, constitutions de rentes par les colleges ou particuliers pour les
affaires du pays concernant l’Union ou promesses des dictz Estats ou esleuz, tant pour payement de
gens de guerre, levées d’iceulx, que pour fortifications et compositions de places fortes et personnes,
munitions, et généralement pour toultes aultres choses concernant la dite Union des catholiques,
ensemble pour les fraictz des depputtés, tant à la dicte Cour de Parlement que du bailliage du dict Dijon,
ayant assisté à l’assemblée des Estats tenus à Paris en l’année mil cinq cens quatre vingtz et treize,
seront pris, levés et acquittés par le dit pays, à la descharge des obligés, et oultre remboursés des fraiz,
intérestz et arrérages par eulx payés et suportés, qui seront jettés sur le dit pays le plus dilligemment
que faire se pourra, et au plus tard deans trois ans.
Accordé pour les debtes crées et obligations passives pour les affaires du pays tenu par les officiers
et serviteurs de Sa Majesté que par ceux du party de l’Unyon, et quant aux fraiz des députez pour se
trouver en l’assemblée de Paris, le Roy en a remis la décision aux prochains Estatz généraulx qui se
tiendront pour les charges et affaires de son pays et duché de Bourgongne.
11°
Qu’il plaise à vostre Majesté quitter et exempter la dite ville de Dijon de toultes charges et
impositions desquelles elle peut estre subjète et contribuable pour le temps et terme de neuf ans, luy
quitter et remectre aussy ce quelle peult debvoir du passé de touttes cothes et impositions, depuis le
commancement de l’année mil cinq cens quatre vingtz neufz, en considération de la nécessité et
pauvreté où les diz habitans sont constitués.
Accordé pour tout le temps passé depuis l’anné M Ve quatre vingtz neuf jusques au jour du dict
serment de fidélité, et pour l’advenir Sa Majesté traitera les suplians le plus favorablement qu’il luy sera
possible, et aultant que leur propre conservation et la nécessité des dictes affaires le pourra permectre.
{157}12°
Que les deniers d’octroy que la dite ville a obtenu des feuz Roys vos prédécesseurs, que Dieu
absolve, seront pris et levés par la dicte ville pour le mesme temps et terme que celluy mentionné par
les lettres en expédiées, sans qu’il soit besoing obtenir aultres provisions de vostre Majesté, que l’édit
quelle luy plaira faire sur les presentz articles.
Seront expédiées lectres de confirmation d’octroy pour le temps et en la forme accoustumée, pour
en jouyr par les supliants comme ilz en ont bien et deuement jouy par le passé, jusques au
commancement de ces derniers troubles.
13°
Et pour ce que, par feu de bonne mémoire le roy Henry troiziesme, que Dieu absolve, avoit esté
accordé à la dicte ville trois foires franches pendant la séance des derniers Estatz tenuz à Bloys, dont
les expéditions et provisions n’ont estés levées, ny l’effect d’icelles poursuivy à l’occasion des dictz
troubles; plaira à vostre dite Majesté accorder à icelle ville les dictes trois foires franches l’année, qui
dureront chacune ung mois, la première commancant au premier de febvrier, la seconde au premier de
juing, et la dernière au huictième d’octobre, avec les pareils et semblables previleges et immunitez que
ceulx attribués aux foires de la ville de Lion, et ce affin d’aulcunement réstablir le commerce à la dicte
ville et réparer les pertes dommages qu’elle a souffert depuis les ditz troubles.
Le Roy ne peut à son grand regret accorder cet article, parce que se seroit ruyner sa ville de Lyon
et contrevenir à ce que Sa Majesté lui a promis.
Faict et arresté par les deputés soubzsignés et les ditz articles veus, releus et approuvés en
l’assemblée généralle de tous les deputés des ditz corps et colleges de la dicte ville ce jourd’huy
vendredy vingt sixiesme du mois de may mil cinq cens quatre vingtz et quinze.
Ainsi signé Desbarres, Nicolas de Montholon, Fremyot, Harviset et Fleutelot.
Par ordonnance.
Signé, MARTIN.
Monsieur le maréchal de Biron, gouverneur du pays et duché de Bourgonne et lieutenant général
pour le Roy en son armée, ayant veu les articles, promet à Messieurs de la ville de Dijon de les faire
tous accorder à sa Majesté hors mis ceulx ou Messieurs de la Cour de Parlement de Paris ont donné
arrest, asscavoir touchant l’édit de l’an mil cinq cens soixante et dix sept, et celluy des Jésuites, pour
raison desquelz lorsque Messieurs de la Cour du Parlement de Bourgonne seront {158}tous assemblés,
le dict sieur Mareschal s’employera envers sa Majesté pour l’exécution de leur résolution. Bien leur
promet le dict sieur Mareschal, qu’en la dicte ville de Dijon, n’y à quatre lieues à l’entour du dict lieu,
il ne se fera aulcung exercice de la religion prétendue réformée. Les dictes promesses leur sont faictes
à la charge que déans demain à midy ilz feront publier les edictz de sa Majesté, prendront l’escharpe
blanche, marque ancienne des François, feront crier vive le Roy, recongnoistront et recepvront le dict
sieur Mareschal comme gouverneur et lieutenant général au pays et duché de Bourgonne et en l’armée;
ce faisant le dict sieur Mareschal leur offre toute ayde et assistance.
Faict à Chammaillot, le vingt septiesme jour de may mil cinq cens quatre vingt quinze.
BIRON.
Faict au camp de Dijon, le XXIIIe jour de juing 1595. HENRY.

Original: Archives de la ville, B9, Affaires de la Ligue.


CV
VILLE DE DIJON
Edit du roi Henri IV, portant ratification des articles de la capitulation pour la réduction de la ville de
Dijon sous son obéissance.
1595 (juin).
Henry, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous présents et à venir, salut. Nous,
estans toujours disposez depuis nostre advénement à cette couronne, de faire cognoistre à noz sujectz
qui s’estoyent departiz de l’obeïssance du feu Roy décédé, nostre très honoré seigneur et frère, et la
nostre, par le moyen des artifices et fauces persuasions de noz ennemys, combien leurs desseings
estoyent eslongnez de la vérité et contraires à icelle; Dieu nous a tellement assisté en l’advancement de
l’establissement de nostre auctorité en ce royaume, que les principales villes recongnoissans leurs
erreurs et renonçans à leurs faulces impressions se seroyent remises en nostre obéissance, ayant secoué
le joug soubz lequel elles avoyent esté asservies, pour jouyr du repos et bénédiction que sa divine bonté
a accoustumé de départir à tous bons fidelles et obéissans sujectz, et dont nous avons faict jouyr tous
ceux qui se sont ainsy recongneuz. Du nombre desquelz ont esté noz sujectz, habitans de nostre ville de
Dijon, lesquels en {159}intention, non seulement d’oublier toutes choses passées, mais aussy leur faire
sentir les effets de nostre clémence et bonté, nous avons reçeuz et recevons en noz bonnes grâces, à la
charge touteffoys du serment de fidelité qu’ils nous doibvent et des soubzmissions portées par noz
édictz et déclarations, telz que tous bons et fidelles sujetz doivent à leur Roy naturel et légitime, et afin
qu’ilz ayent d’aultant plus d’occasion cy après de se maintenir en nostre obéissance, inclinans
libérallement à leur très humble suplicacion, avons dict, statué et ordonné, disons, statuons et ordonnons
ce qui s’ensuyt, assçavoir qu’il ne se fera aucun exercice que de la religion catholicque, apostolicque et
romayne, secrettement ou en publicq dans la ville, faulxbourgs et banlieue du dict Dijon; que tous
eclésiastiques seront remis en la possession et jouissance de leurs priviléges et de leurs biens, comme
aussy les dictz habitans, en quelques lieux que iceux biens soyent scituez et assiz, et desquelz nous leur
avons faict et faisons plaine et entière main levée, pour par eux en jouyr à commencer du jour de leur
serment de fidélité. Et en outre avons deschargé et exempté, deschargeons et exemptons ledit clergé de
tout ce qu’il pourroyt debvoir des décimes, depuis l’année mil cinq cens quatre vingt neuf, jusques au
jour de la réduction de la dite ville en nostre obéissance. Ordonnons que l’arrest donné en nostre court
de Parlement de Paris, pour bonnes et justes considérations contre les Jésuistes tiendra et sortira son
plain effect, et néantmoings désirans gratiffier en tout ce qu’il nous sera possible lesdis habitans,
voulons et nous plaist que le revenu des biens confisqués par le dit arrest, soyt employé à
l’entretenement d’ung college pour l’instruction de la jeunesse, à plus de piété et de debvoir à l’endroit
de son Roy qu’elle n’estoit par les dits Jésuistes. Que tout ce qu’il s’est faict et passé depuis le
commencement de ces troubles et la prise des armes pour la Ligue en la dite ville, et tout ce qui se y est
commis par acte d’hostilité et faict de guerre soyt de l’ordonnance du Conseil d’Estat de la prétendue
Unyon des catholicques, cy devant estably en la dicte ville, ou par les Maire et eschevins et aultres
commissaires, particullièrement deputez, tant sur les habitans d’icelle ville que au dehors, demeurera
ensevely et comme non advenu, sans que cy après il s’en puisse faire aucune recherche pour quelque
cause et occasion que ce soyt, fors et excepté pour l’assassinat commis en la personne du feu Roy nostre
dict seigneur et frère et attemptat commis en nostre personne. Voulons et nous plaist que tous arrestz
donnez en la Cour du Parlement du dit Dijon, decrez, sentences et jugemens, contractz et aultres actes
de justice faictz et donnez entre personnes de même party et entre tous ceux qui auront volontairement
contesté, tant en la {160}dite Court, Chambre des Comptes que aultres juridictions de la dite ville durant
les dits troubles, sortiront leur effet, sans qu’il puisse estre faict aucune recherche des exécutions de
mort qui ont esté faictes durant le dit temps par auctorité de justice, droict de guerre ou commandement
des chefs. Remectons aussy tous les dits habitans en l’exercice de leurs estatz, charges et dignitez,
offices et bénéfices, rentes et revenus quelzconques, en quelque part qu’ilz puissent estre assis, pour en
jouyr par chacun d’eux, à commencer du jour de leurs dits serment de fidelité et réduction de la dite
ville en nostre obéissance, nonobstant tous esdictz, déclarations et dons qui en pourroyent avoir esté
faictz, tant en général qu’en particulier, que nous avons cassez et revoquez, cassons et révoquons par
cettuy, nostre présent édict, par lequel nous avons pareillement cassé et révoqué, cassons et révoquons
toutes provisions d’offices expédiées par le duc de Mayenne, soit par mort, résignation ou autrement,
et néantmoings accordé aus dits habitans pourveus d’offices dont l’exercice est nécessaire en la dite
ville, et les titulaires et résignataires mortz et demeurans en icelle et aultres villes de leur party, les
conserver et maintenir en la jouyssance des dits offices, en prenant nouvelles provisions de nous.
Ordonnons, voulons et nous plaist que tous comptes rendus durant les dits troubles en nostre Chambre
des Comptes du dit Dijon, ne seront sujetz à révision, si non au cas de l’ordonnance, comme ne seront
aussy ceux qui ont esté renduz en la dite chambre du conseil de la dite ville, soyt des ordinaires ou
extraordinaires. Voulons que tous officiers, tant de judicature que de finances, soyt de nostre Court de
Parlement, Chambre des Comptes, esleuz des trois Estatz du pays, demeurent en ladite ville de Dijon
pour y faire leurs charges, comme ilz faisoyent auparavant les troubles. Et pour ce, que tant noz officiers
et serviteurs qui se sont maintenuz en nostre obéissance, que ceux qui ont suivy le parti de noz dits
ennemys, ont esté contrainctz de s’obliger et créer plusieurs debtes pour les affaires du pays, des quelles
il est bien raisonnable qu’ilz soyent deschargés, ordonnons que les sommes auxquelles se trouveront
revenir les dites obligations et deptes faites pour le payement des gens de guerre, levée d’iceux,
fortiffications et compositions de places fortes, munition de guerre, et généralement pour toutes aultres
choses, soyent prises et levées sur le dit pays, à la descharge de ceux qui sont obligez, tant en principal,
fraiz, intérestz, que arréraiges, et ce dedans trois ans au plus tard, et sans que en la dite assiete et levée
qui sera ainsy faicte en vertu de noz lectres patentes que nous ferons expédier aus ditz habitans, on y
puisse comprendre les fraiz qui ont esté faictz par les prétendus députez du dit party de l’Union, pour
se trouver en l’assemblée de Paris, en {161}ayant remis la décision aux prochains Estats Généraux qui
se tiendront pour les charges et affaires de nostre dit pays et duché de Bourgongne. Et ayant esgard aux
grandes pertes et ruynes souffertes par les dits habitans durant les dits troubles, désirans leur donner
moyen de se pouvoir remectre, nous les avons quictez, deschargez et exemptez, quictons, deschargeons
et exemptons de tout ce qu’ilz nous pourroyent debvoir de touts deniers, tant ordinaires
qu’extraordinaires et impositions quelzconques, depuis le commencement de l’année mil cinq cens
quatre vingt neuf, jusques au jour du serment de leur fidelité. Ne voulans qu’ilz soyent contraintz à
aucuns payemens par noz receveurs ny aultres en aucune sorte et manière que ce soyt, ce que nous leur
deffendons très expressément. Et pour leur donner tousjours d’aultant plus de moyen de pouvoir
supporter les fraiz et despences qu’ilz sont contrainctz de faire chacun jour, leurs seront expédiées
lectres de confirmation et continuation des octroys à eulx accordez de tous temps par noz prédécesseurs,
pour en jouyr par les ditz habitans pour tel temps, et tout ainsy qu’ilz en ont bien et deuement jouy par
le passé, jusques au commencement des derniers troubles. Si donnons en mandement à noz amez et
féaulx conseillers, les gens tenant nostre Court de Parlement et Chambre des Comptes à Dijon, bailly et
gouverneur du dit lieu ou son lieutenant, et à chacun d’eulx en droict soy, si comme à lui appartiendra,
que cettuy nostre présent édict, ilz facent lire, publier et enrégistrer, et le contenu en icelluy, garder et
observer de point en point selon sa forme et teneur, sans souffrir ny permectre qu’il y soit contrevenu
en aucune sorte et manière que ce soyt. Car tel est nostre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et stable
à tousjours, nous avons faict mectre nostre scel à ces présentes, sauf en aultres choses nostre droict et
l’aultruy en toutes.
Donné à Dijon, au moys de juing, l’an de grâce mil cinq cents quatre vingtz quinze, et de nostre
règne le sixiesme.
HENRY. Par le Roy, BUZE. — Visa.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B9, Affaires de la Ligue.
{162}CVI
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville, par le roi Henri IV.
1595 (4 novembre).
Henry, par la grâce de Dieu, roy de France et de Navarre, à tous présents et à venir, salut. Noz chers
et bien amez les vicomte majeur, eschevins, scindics, bourgeois, manans et habitans de nostre ville et
commune de Dijon, nous ont faict entendre que suivant les priviléges à eulx conceddez par les feuz
Ducs de Bourgongne, confirmez par nos prédécesseurs Roys, appartient à la dite ville, la haute justice,
moyenne et basse, mère, mixte et impère, civille, criminelle et politique en icelle ville, faulxbourgs,
banlieue et leurs appartenances, qui y est exercée par lesdicts Viconte Majeur et eschevins, esleuz
chacun an par ladite communauté. Aussi la confection des inventaires, prinses de personnes et biens, et
de faire tous exploits réelz; ont la congnoissance, décision et jugement en première instance de tous cas,
crimes et délitz qui se commettent et adviennent par quelque personne que ce soit; comme aussi de ce
qui deppend de la garde des portes, guet de la nuit, sûrté et services de la dicte ville, et de tous différendz
qui en proceddent, soubz nostre auctorité, privativement à tous autres en l’absence du gouverneur et
noz lieutenans généraulx en noz pays et duché de Bourgongne, dont les appellations desdites gardes et
faicts d’armes ressortissent pardevant les dits gouverneurs et lieutenants généraulx et non ailleurs, et
encore ont les dits exposans, droict et coustume que advenant le décès du Vicomte Majeur de la dite
ville pendant l’année de son magistract, les eschevins de la chambre d’icelle eslisent en son lieu et place
ung homme digne et capable pour la continuation de la dite charge pour le reste de la dite année, et
plusieurs autres franchises, exemptions, octroys, coustumes et libertez à eulx d’ancienneté comme dit
est octroyez et confirmez, ainsi qu’il est contenu et déclaré par les coppies cy attachées soubs nostre
scel. Nous supplians très humblement leur vouloir aussi iceux priviléges confirmer, et sur ce leur
impartir nos lectres à ce nécessaires. Sçavoir faisons que nous désirons leur subvenir en ceste endroict,
en considération de la grande loyauté et vraye obéissance que les dits supplians ont monstrée envers
nous à la réduction de la dite ville; désirant iceux favorablement traicter, {163}les maintenir et
conserver en leurs droictz, en en suivant la volunté de noz dits prédécesseurs Roys, leur avons tous et
chacun ez dits priviléges, exemptions, franchises, coustumes, usaiges, droictures, permissions et
libertez, confirmez, louez, ratiffié et approuvé; et par ces présentes, de nostre certaine science, grâce
spéciale, plaine puissance et auctorité royal, confirmons, louons, ratiffions et approuvons, pour en jouyr
et user par les dits suplians et leurs successeurs à toujours, perpétuellement, plainement et paisiblement,
ainsi qu’ilz en ont bien et deuement jouy et font encore à présent. Si donnons en mandement par ces
présentes à nos amez et féaulx conseillers les gens tenant nostre cour de Parlement et de noz comptes
au dit Dijon, bailly du dit lieu ou son lieutenant, et à tous noz autres justiciers et officiers qu’il
appartiendra, que de nos présentes grâce, confirmation, ratification et approbation, ilz facent, souffrent
et laissent les dits supplians et leurs successeurs, jouyr et user plainement, paisiblement et
perpétuellement, sans leur mectre ou donner ores ne pour l’advenir aucun destourbier ou empeschement
au contraire. Lequel si faict, mis ou donné leur avoit esté ou estoit, les mectent ou facent mectre
incontinant et sans délay à plaine et entière délivrance et au premier estat et deu. Car tel est nostre
plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et stable à tousjours, nous avons faict mectre nostre scel à ces
dites présentes, sauf en autres choses nostre droit et l’autruy en toutes. Donné à Paris, le quatriesme jour
de novembre, l’an de grâce mil cinq cent quatre vingt quinze, et de nostre règne le septiesme.
Par le Roy, DE BAIGNEAULX.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.
CVII
VILLE DE DIJON
Edit de Montceau, rendu par le roi Henri IV, pour la pacification et la réduction de la ville de Dijon en
son obéissance.
1596 (août).
Henry, par la grâce de Dieu, roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Depuis la
mort du feu Roy, nostre très honoré seigneur et frère, {164}dernier décédé, et qu’il a pleu à Dieu nous
appeler au gouvernement de cest Estat et couronne, noz actions ont assez faict congnoistre à ung chacun
le désir que nous avons tousjours eu d’y restablir ung bon et assuré repos et faire cesser les troubles et
divisions que le malheur des guerres passées avoit apporté avec soy. Et comme, pour y parvenir, nous
avons non seulement employé toutes noz forces et l’assistance de noz bons et loyaulx subjects et
serviteurs, mais aussi par toutes espèces de bontés et clémence, tasché d’attirer noz subjets à la
recongnoissance que naturellement ilz nous doibvent et dont ilz avoient été distraictz. En vain nous
nous fussions mis en peine d’en venir à bout, s’il n’eust pleu à sa divine bonté prendre en sa spécialle
protection la deffense de nostre juste cause et mettre au cœur d’infiny nombre de noz bons vassaulx et
subjetz de recongnoistre le debvoir auquel ilz nous sont naturellement obligez comme à leur Roy et
Prince légitime, ainsi qu’il est apparu en la réduction qui a esté faicte de la pluspart des villes de notre
royaume soubs notre obéissance; lesquelles n’estant assubjecties à aucuns fortz, châteaux et garnison,
se sont soy mesme portées à nostre recongnoissance; mais où la force a eu plus de lieu, il ne s’y est pas
moings remarqué d’affection et résolution, lorsque l’occasion s’est offerte de faire parroistre l’intérieure
fidélité qu’ilz avoient tousjours réservée en leur cœur, laquelle ilz n’ont laissé perdre; ains l’aprenant à
propos, ilz n’ont manqué de secouer le joug, soubz la rigueur duquel ilz estoient asservis. Ce qui est
d’aultant plus à louer et remarquer en noz subjetz des villes de nostre pays et duché de Bourgongne,
entre austres en noz chers et bien amez les habitans de nostre ville de Dijon, lesquels combien qu’ilz se
vissent enfermez parmi un bon nombre de chasteaux et fortes garnisons, mesme celuy de nostre dite
ville, bandé contre eux, cela ne les ayant peu destourner de la recongnoissance de leur Roy, prirent enfin
l’occasion de se mettre en liberté par l’approchement de nostre armée, lors conduite par nostre cher et
bien amé cousin le maréchal de Byron, et à la faveur d’icelle et l’assistance d’icelluy nostre dit cousin,
donnèrent par sa valeur et sage conduite establissement à nostre aucthorité et entrée à noz serviteurs en
nostre dite ville. Mais comme la seulle espérance qu’ilz ont eu que nostre bonté et clémence les
garantiroit et leur feroit oublier en peu de temps la mémoire des incommoditez passées, les a poussez à
les rechercher; ne leur voulant icelle desnier, ains embrasser avec toutte la bienveillance possible, leur
repos et conservation; nous avons voulu par cestuy nostre esdict perpétuel et irrévocable, ordonner ce
que sur les articles des très humbles requestes et remonstrances qu’ilz nous ont par leurs depputez faict
présenter, nous avons estimé estre à propos pour leur bien, {165}soullagement et contentement. A ceste
cause, de l’advis des princes de nostre sang et autres seigneurs et notables personnes de nostre Conseil
estant à présent près de nous, avons dict, statué et ordonné, disons, statuons et ordonnons ce qui s’ensuit:
Premièrement, voulons, ordonnons et nous plaist par ces présentes qu’il ne se face aulcun exercice
de relligion que de la catholique, apostolique et romaine en nostre dite ville, chasteaux et faulxbourgs
de Dijon, ni en autres lieux circonvoisins deffenduz par l’éedit de l’an mil cinq cent soixante et dix sept
et déclarations ansiennes pour l’exercice d’icelluy, deffendant très expressément à toutes personnes, sur
les peines de nos ordonnances, de ne molester ny inquiéter les ecclésiastiques en la célébration des
services divins, jouissance et perception des fruitz et revenus de leurs bénéffices, et de tous autres droitz
et debvoirs à qui leur appartiennent, desquelz à ceste fin, nous leur avons faict et faisons plaine et entière
main levée; par ces présentes, voulons et entendons que tous ceulx qui, depuis les présents troubles, se
sont emparez des églises, maisons, biens et revenus appartenant aulx dits ecclésiastiques, et qui les
détiennent et occupent, leur en laissent l’entière possession et jouissance. Et pour aulcunement
récompenser les dits ecclésiastiques des pertes qu’ilz ont souffertes durant les guerres, nous leur avons
faict don et remise de ce qu’ilz nous peuvent debvoir à cause des décymes, pour le passé seullement.
Aussi, pour plus ample déclaration de nostre bonne volonté à l’endroit de nostre dite ville de Dijon,
l’avons remise, réintégrée et restituée, remettons, réintégrons et restituons et tous les anciens
previlléges, droictz, concessions, octroiz, franchises, libertez et immunitez que cy devant luy ont esté
accordez par les feuz Roys nos prédécesseurs, que nous luy octroyons de nouveau, continuons et
confirmons, pour en jouir et user à l’advenir, ainsi qu’elle en a bien et deuement jouy par le passé,
auparavant les présents troubles. Et pour oster toutes occasions de rechercher procès et querelles à
l’advenir, à cause de ce qui est advenu durant les troubles, nous avons du tout à tousjours estainct,
supprimé et aboly, estaignons, supprimons et abolissons par ces même présentes la mémoire de tout ce
que, par le corps et communauté de ladite ville, en général et en particulier par tous et chacun les
habitans d’icelle, de quelque qualité et conditions qu’ilz soient, a esté faict, dict, géré et négocié durant
et à l’occasion des présents troubles, et le tout leur remettons et pardonnons comme s’il estoit cy
pareillement exprimé. Faisant deffenses très expresses à tous nos justiciers, officiers et subjetz de les
en rechercher, ny ceux qui par leur commandement se sont entremys, {166}leurs successeurs et ayant
cause des choses passées; imposant sur ce silence perpétuel à nos dits procureurs généraux, leurs
substitutz présents et avenir, et autres noz ditz subjets. Et par ce moyen advouant et recongnoissant les
ditz habitans, pour noz bons, fidelles et affectionnés subjetz, nous les avons prins et mis, prenons et
mettons en nostre protection et sauvegarde spéciale, avec leurs femmes et familles, biens, moyens et
facultez, et quand nous les avons remys et restablys, remettons et restablissons en la libre, paisible et
entière jouissance d’iceulx, soient bénéffices, offices, charges, dignitez, dont ilz sont bien et deuement
par nous ou noz prédécesseurs et autres, auxquelz il peut appartenir, pourveuz; héritages, rentes,
revenus, debtes et arrérages deubz tant du passé que de l’avenir, noms, raisons et actions qui leur
appartiennent. Révocquant pour cest effet tous dons, commissions, arrestz, sentances, jugements et tous
autres actes et exploitz de justice qui peuvent avoir esté donnez au contraire. Voulant qu’ilz soient
comme nous les déclarons nulz et de nul effet et valeur, les cassant et révocquant. Voulons en outre et
ordonnons que tous arrestz, commissions et exécution d’icelles, décretz, sentances, jugements, contractz
et autres actes de justice donnés entre personnes de mesme party, et entre tous ceulx qui auront
volontairement contesté, tant en la court de Parlement, Chambre des Comptes, qu’autres juridictions de
ladite ville, durant les dits troubles sortent effect et ne sera faict aulcune recherche des exécutions de
mort, qui ont esté faictes aussi durant les dits temps par auctorité de justice, droictz de la guerre ou
commandement des chefs.
Toutes provisions d’offices faictes par le duc de Mayenne demeureront nulles et de nul effet. Et
néantmoings, ceux qui ont obtenu les dites provisions, par mort ou résignation de ceulx du mesme party,
seront conservez esdits offices, par nos lectres de provision, qui sur ce leur seront expédiées sans payer
finance.
Que les comptes renduz durant lesditz troubles, par devant les officiers de nostre Chambre des
Comptes audit Dijon, qui y ont résidé, ne seront subjetz à révision, sinon en cas de l’ordonnance. Sera
aussi faict le semblable pour les comptes rendus en la Chambre du Conseil, estably en la dite ville
pendant les dits troubles.
Et, pour remestre et restablir nostre dite ville en sa première dignité et splendeur, nous voulons et
entendons que les siéges de nostre court de Parlement, Chambre de noz Comptes, Esleuz des trois Estatz
de nostre dit pays de Bourgongne et autres officiers, tant de judicature que de finances, demeurent en
ladite ville, pour y exercer leurs charges, comme ilz souloient avant les troubles.
{167}Nous voulons aussi que toutes debtes crééez par obligations, constitutions de rentes par les
colléges ou particuliers, pour les affaires du pays concernant l’Union ou promesse des dits Estatz ou
Eleus, tant pour le payement des gens de guerre levées d’iceulx, que pour fortifications et compositions
de places, munitions et générallement pour toutes autres choses concernant les affaires du Pays;
ensemble les fraiz des depputez tant de ladite cour de Parlement que du bailliage dudit Dijon, ayant
assisté à l’assemblée des Estatz tenuz à Paris en quatre vingt treize, seront preslevez et acquitez par le
dit Pays, à la décharge des obligez et oultre remboursez des fraiz, intérestz et arrérages par eulx paiez,
qui seront jettez sur le Pays le plus dilligemment que faire se pourra, et dans trois ans au plus tard.
Aussi pour donner moien auz dits habitans de se relever des grandes pertes et ruynes qu’ilz ont
souffertes durant les guerres, nous avons à iceulx quicté et remys tout ce qu’ilz nous peuvent debvoir
du passé, de toutes tailles, rentes et impositions depuis l’année mil cinq cent quatre vingt neuf, jusqu’au
jour de leur réduction. Et pour l’advenir, durant neuf années prochaines ensuivant et consécutives,
excepté toutesfois du taillon et la solde du prévost de noz chers et bien amez cousins les mareschaux de
France.
Et afin de laisser quelques remarques à la postérité du contantement que nous avons de la pure et
franche volonté, dont les habitans ont usé à nous recongnoistre, et pour d’aultant plus la décrier comme
la capitalle de nostre dit pays et duché de Bourgongne, et affin d’aulcunnement restablir le commerce
en nostre dite ville et adoucir les pertes et dommaiges qu’elle a souffertes pendant les troubles passés,
nous avons ausdits habitans accordé trois foires, qui tiendront en icelle doresnavant par chacun an,
scavoir la première commençant le premier jour de febvrier, la seconde le premier jour de juing, et la
dernière le huitiesme octobre, avec pareilz et semblables privilleges et immunitez que ceux attribuez
aux foyres de nostre ville de Troyes.
N’entendons toutesfois estre cy compris, ce qui a esté faict par forme de volleries et sans adveu,
pour raison de quoy, nous avons permis et permettons à toutes personnes de se pourveoir par les voyes
de justice, ainsi que bon leur semblera. Comme aussi sont exceptez tous ceulx qui se trouveront
coupables de l’exécrable assassinat commis en la personne du deffunct Roy dernier décédé, notre très
honoré seigneur et frère, que Dieu absolve, et de conspiration sur notre vye, et pareillement touts crimes
et délitz punissables entre gens de mesme party.
{168}Si donnons en mandement à nos amez et féaulx conseillers, les gens tenant nostre court de
Parlement, Chambre de noz Comptes, Court de noz aydes, président et trésoriers généraulx de France
establis audit lieu, Esleuz des Estatz dudit pays, baillyz ou leurs lieutenants, et à autres noz justiciers,
officiers et subjetz qu’il appartiendra, que ces présentes ilz ayent chacun endroict soy à faire lire, publier
et enregistrer icelles, anthériner, vériffier, exécuter, garder et observer inviolablement, selon leurs forme
et teneur, contraignant à ce faire souffrir et y obéir tous ceulx qu’il appartiendra, et qui pour ce seront à
contraindre par toutes voyes deues et raisonnables, nonobstant opposition ou appellation quelconques,
pour lesquelles et sans préjudice d’icelles ne voulons être différé et quelconques ordonnances,
mandements, deffance et lettres à ce contraire, jugements, arrêtz, sentance et autres choses auxquelles
et à la dérogation des dérogatoires y contenues, nous avons dérogé et dérogeons par ces présentes de
noz grâces spéciales, plaine puissance et auctorité royal. Car tel est notre plaisir. Et affin que ce soit
chose ferme et stable à tousjours, nous avons faict mettre nostre scel à ces dites présentes, sauf en autres
choses nostre droict et l’aultruy en toutes.
Donné à Montceaulx au mois d’aoust, l’an de grâce mil cinq cent quatre vingt et seize, et de nostre
règne le huictiesme.
HENRY. Par le Roy, POTIER. Visa. Contentor. POUSSEPIN.

Scellé du grand scel en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B9, Affaires de la Ligue.
{169}CVIII
VILLE DE DIJON
Lettres-patentes du roi Henri IV, qui interdit les cabales pour l’élection du maire de Dijon.
1599 (6 septembre).
Henry, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous ceulx qui ces présentes lettres
verront, salut. Sur les advis qui nous ont esté cy devant donnez des brigues et pratiques ordinaires, qui
se font en l’eslection et création des viscontes Mayeurs de nostre ville de Dijon, et des inconvéniens qui
en pouvoient arriver avec beaucoup de préjudice en l’establissement de nos affaires, non moins qu’au
repos et conservation de nostre dite ville, s’il n’y estoit pourveu; nous avons désiré d’essayer quelle
autre voye et forme se pourroyent ordonner plus utille et proffitable et moins subjette ausdites brigues
pour la création du dict Majeur, et pour cest effect, par noz lettres patentes du vingt huictiesme jour
juing dernier, ordonné estre convoquez et assemblez générallement en mesme temps et lieu, tous les
corps, tant de nostre court de Parlement, Chambre de noz Comptes et autres compaignies, tant de noz
officiers que des habitans de nostre dite ville de Dijon, pour adviser ensemblement et d’un mutuel
consentement ce qui se trouveroit de plus convenable à ladite eslection et création, et nous faire entendre
leur advis, affin d’en ordonner après ce que pour le bien de nostre service et le repos et conservation de
nostre ville de Dijon verrions estre à faire. Surquoy, après avoir eu ledit advis et icelluy meurement
considéré, recongnoissant n’estre à propos de rien innover en la forme cy devant et dèz longtemps
suivye et observée au faict de la dicte élection, ains seullement en réprimer et rejetter les abeuz qui s’y
peuvent commettre; nous, pour ces causes, avons dict, déclaré et ordonné, et de nostre pleine puissance
et auctorité royal, disons, déclarons et ordonnons, voullons et nous plaist que pour l’advenir, la dicte
élection du viconte Majeur de nostre ville de Dijon, soit faicte pour la présente année, le vingt
cinquiesme jour du présent mois de septembre, et pour les suivantes lorsque le renouvellement en
escherra, en la forme antienne, aux jours, lieux et temps accoustumez, sans y rien changer, altérer ou
innover, deffendant toutesfois très expressement, pour oster les moïens d’abus et malversations au faict
de la dicte élection, création à toutes personnes de quelque qualité et condition {170}quelles soient, de
corrompre, briguer ne pratiquer directement ou indirectement par argent ou autres moïens illicites
quelconques, les voix et suffrages du peuple; déclarant comme nous déclarons tous ceux qui seront
prévenuz, atteints et convaincus des dictes brigues, pratiques et menées, à jamais incapables de tous
offices, dignitez et charges, tant nostres que de la dite ville. Ordonnons aussy et nous plaist que tous les
autheurs des dites brigues, que ceux qui seront corrompus par icelles, soient punis et chastiez, et
l’élection de ceux qui seront nommez et créez par telles voyes illicites de leurs parens ou autres,
déclarées, comme nous les déclarons nulles et de nulle force et valleur. Si donnons en mandement à noz
amez et féaux conseillers, les gens tenant nostre court de Parlement à Dijon, que ces présentes ilz facent
lyre, publier et registrer, et le contenu d’icelles garder, suivre et observer de point en point, selon leur
forme et teneur, cessant et fesant cesser tous troubles et empeschement au contraire. Mandons en outre,
à nostre très cher cousin le duc de Biron, pair et maréchal de France, gouverneur, et nostre lieutenant
général en noz pays et duché de Bourgongne, et en son absence au sieur de Lux, l’ung de noz lieutenans
généraux au gouvernement de nostre dit pays, de tenir la main à l’exécution de nostre présente volonté
et intention, sans souffrir qu’il y soit contrevenu par quelque personne que ce soit, nonobstant les arrestz
de nostre dite court cy devant intervenuz sur le faict de la dite élection que nous entendons demeurer
nulz et de nul effet, mandements, deffences et lettres à ce contraires. Car tel est nostre plaisir. En
tesmoing de quoy, nous avons faict mettre nostre scel à ces dites présentes.
Donné à Bloys, le sixiesme jour de septembre, l’an de grâce mil cinq cent quatre vingt dix neuf, et
de nostre règne le onziesme.
HENRY.
Par le Roy, POTIER.

Original: Archives de la ville, B12, Vicomtes-Mayeurs.


{171}CIX
VILLE DE DIJON
Edit du roi Henri IV, portant règlement pour l’élection du Maire.
1608 (juin).
Henry, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous présens et advenir, salut. Nous
avons cy devant reçeu plusieurs plaintes de divers endroits de nostre royaulme, des brigues et
monopolles qui se commettoient en l’eslection des magistratz de noz villes, et particulièrement de
grandes corruptions et pratiques qui se faisoient par argent aux principalles villes de nostre pays et
duché de Bourgongne pour parvenir es charges des mairyes des dictes villes, mesme en celles de Dijon,
en laquelle, comme estant la capitale du dict pays, et à la veue du Parlement qui y est estably, au lieu
que les choses se debvroient passer avec plus de sincérité et moings de corruption. Touttefois, nous
sommes deheuement informés qu’en l’eslection du vicomte Maieur de la dicte ville, sy commettent
plusieurs grands abuz, jusques à acquérir par argent et aultres voyes indignes les suffrages du peuple
qui a le droict d’eslire le dict magistrat, car ce nonobstant les arrests de nostre dite cour de Parlement,
plusieurs fois réitérés, portant déffense sur grande peine de faire telles brigues, tant contre ceux qui
vouldroient par moïens illicites parvenir audit magistrat, que ceux qui se laisseroient corrompre
{172}pour donner leurs suffrages, de quoy ayans esté adverty, nous aurions cy-devant mandé aux
gouverneur, lieutenants généraux du dict pays, et à nostre dite cour de Parlement, que appellés aulcuns
depputtés, tant de nostre dite Cour, Chambre des Comptes, Trésoriers généraux de France, que de la
Chambre de la dicte ville, et aulcungs principaux bourgeois et habitans d’icelle, ilz eussent à proposer
les moïens qu’ils jugeoient les plus propres pour empescher les brigues, sans touttefois oster aux
habitans de la dicte ville le droit d’eslire leur magistrat, pour du tout nous en estant donné advis, y
apporter les remèdes que nous estimerions les plus convenables pour retrancher telles ambitieuses
poursuittes trop préjudiciables, tant au bien de nostre service qu’au publicq et salut commun de tout le
pays. Suyvant quoy quelques assemblées ayant esté faictes, auxquelles n’a esté prinse aulcune
résolution, du moings qui soyt venue à nostre congnoissance; désirant y donner ordre et obvier au mal
qui pourroit arriver de la continuation de telles brigues et monnopolles. A ces causes, de l’advis de
nostre Conseil, auquel ceste affaire a esté mise en délibération, de nostre plaine puissance et auctorité
royal, attendant que, sur l’advis que nous sera donné par les dépputés des dites compaignies du
Parlement, Chambre des Comptes, trésoriers, corps de ville et aucungs notables bourgeois et habitans
d’icelle, il y soit aultrement pourveu. Avons dict et ordonné, disons et ordonnons, voulons et nous plaist
que les noms, surnoms et qualités des trois qui se trouveront avoir plus de suffrages en l’eslection qui
se fera chacun an du vicomte Maieur de la dicte ville de Dijon, en la forme et manière cy devant
accoustumée, nous soyent envoyés chacun an, incontinant après la dicte eslection et en toutte diligence,
pour par nous aussy tost estre faict choix de l’ung des trois ainsi nommés, dont nous donnerons advis
au corps de la dicte ville, à ce que celluy des dictz trois qui sera par nous choisy et retenu, soit receu à
faire et exercer la dicte charge de vicomte Mayeur de la dicte ville, après touttefois qu’il aura presté le
serment en tel cas requis et selon la forme accoustumée, et cependant, affin que nostre dicte ville ne
demeure sans magistrat, ou sans personne qui en face la charge, voulons, ordonnons et nous plaist que
sans tirer à conséquence, ceulx de la Chambre de la dicte ville puissent eslire d’entr’eux, pour garde des
évangilles, celuy qui est à présent vicomte Mayeur, ou l’un des eschevins, ainsy qu’ilz trouveront pour
le mieux; le quel continuera l’exercice de la dicte charge jusqu’à ce que celluy des trois qui sera par
nous choisy pour vicomte Mayeur ayt presté le serment accoustumé, nonobstant tous arretz, usances,
lettres et règlementz à ce contraires, ausquelz nous avons desrogé et desrogeons par ces présentes,
cassant et déclarant nul tout ce {173}qui sera faict esdites eslections de viconte Mayeur et garde des
evangilles, contre l’ordre et la forme cy dessus, le tout attendant que sur le conseil qui sera prins en
l’assemblée générale qui se fera, dont nous entendons octroyer commission particulière, et sur l’advis
qui vous en sera donné aultrement par nous, en soit ordonné. Sy donnons en mandement, à noz amez et
féaulx conseillers, les gens tenant nostre court de Parlement de Dijon, que ces présentes ilz fassent lire,
publier, enrégistrer, entretenir et observer selon leur forme et teneur, levant et ostant tous empeschemens
qui pourroient estre mis au contraire. Et ce nonobstant toutes oppositions ou appellations quelconques,
desquelles nous nous sommes réservés et réservons la congnoissance et à nostre dit Conseil, et icelles
interdisons et deffendons, tant à nostre dite cour de Parlement qu’à touts autres juges, nonobstant aussy
toutes lois, coustumes, previlleges, libertés, prérogatives de la dicte ville que nous tenons cy pour
suffisamment exprimés, auxquelles nous avons comme dessus desrogé et desrogeons par ces dictes
présentes, et aux desrogatoires des desrogatoires y contenues, de nos mesmes grâce spécialle, plaine
puissance et auctorité, mandons en oultre à noz très chers et bien améz cousin le sieur de Bellegarde,
grand escuyer de France, et nostre lieutenant général audit pays de Bourgongne, et en son absence à
nostre très cher et bien amé le sieur de Lux, chevalier de noz ordres et nostre lieutenant général au
gouvernement du bailliage du dict Dijon, de tenir la main à l’exécution de ces présentes. Car tel est
nostre plaisir. Et affin que ce soit chose ferme et stable à tousjours, nous y avons faict mettre nostre
scel, sauf en aultre chose nostre droict et l’autruy.
Donné à Paris, au mois de juing, l’an de grâce mil six cent huit, et de nostre règne le dixneuvième.
Signé: HENRY.
Et sur le reply, par le Roy: A POTHIER.
Et scellé du grand seau de cire verte.

Copie du temps. Archives de la ville, B12, Vicomtes-Mayeurs.


{174}CX
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville de Dijon par le roi Louis XIII.
1610 (août).
Louis, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Les feuz
Roys noz prédécesseurs ne pouvoient nous laisser des tesmoinages plus exprès de loyaulté et des
signallés services qui leur ont esté faictz et à l’Estat, que par la concession des previlleiges dont ilz ont
recompencés ceux ausquelz l’affection a esté sy entière et la vertu tant particulière; et nous pareillement
n’avons moyens plus légitimes, afin d’assurer noz subjectz du ressentiment que nous avons de telle
fidellité et obéissance, qu’en confirmant ce qu’ilz ont obtenu sur ces considérations; car en ce faisant,
nous les rendons certains des libéralités et gratiffications qu’ilz doivent attendre de nous, en nous
continuant ce mesme devoir, et conséquemment les obligeront à y persévérer pour meriter nostre
intention. Ce que nous voullons effectuer à l’endroict de noz chers et bien amez les viconte Mayeur,
eschevins et habitans de nostre ville de Dijon, capitalle de nostre province de Bourgongne, en qui ces
quallitez dès tousjours se sont sy heureusement renconstrés, qu’il ne reste rien à désirer d’eux qu’une
suytte de leur zelle et bonne volonté conforme au passé et aux protestations qui nous en ont esté faictes
par leurs dépputez; lesquelz nous ont très humblement supplié et requis leur octroyer à cest effect noz
lectres nécésseres. Scavoir faisons, que par ces previlleges et lectres patentes accordées aus dictz
habitans cy attachées soubz le contrescel de nostre chancellerye, nous estant apparu que toute justice
haulte, moyenne et basse, mère, mixte, impère, civille, criminelle et politique, tant à la dicte ville qu’aux
fauxbourgs, banlieux et déppendances appartient à icelle ville, laquelle s’exerce par les dictz vicomte
Mayeur et eschevins, ensemble toutes places communes, espaves, confiscations, dations de tutelles et
curatelles, la confection des inventaires de ceux qui décéddent en la dite ville, faulxbourgs et banlieue,
de quelque quallité et condition qu’ils soient, sans exception, la prinse de personnes, biens et expédition
de tous exploicts reelz, à l’exclusion des aultres officiers. La congnoissance, décision et jugement en
première instance des crimes et délitz qui s’y commettent par toutes personnes {175}générallement,
comme aussy de ce qui déppend des crimes, garde des portes, guet de jour et de nuit pour la seureté de
la dite ville et des différends qui en procèddent privativement, à tous noz juges en l’absence des
gouverneur et lieutenants généraux en nostre dicte province de Bourgongne, pardevant lesquels
ressortissent immédiatement les appellations qui en proviennent. Les pouvoirs d’ailleurs des dits
habitans d’eslire par chacun an le dit viconte Mayeur, qui de mesme peut nommer dix aultres eschevins,
lesquels sont réelluz à la plurallitées des suffrages, et tous ensemble eslisent jusques au nombre de vingt
eschevins pour l’administration des affaires de la dite ville, et arrivant le decedz du dit viconte Mayeur
font choix d’une personne capable pour exercer le reste de l’année la dite charge en son lieu. La liberté
des ditz habitans pour les jeuz d’arcs, harballetes et harquebuse. Le droict de tirer au papegault chacun
an à certain jour avec les franchises et immunitez y appartenans, et la permission de la pesche et chasse,
ainsi que les aultres villes capitalles de nostre royaume, outre plusieurs exemptions, coustumes et
previlleiges contenuz auxdites lectres patentes. A ces causes, nous avons auxdits viconte Mayeur,
eschevins et habitans de nostre ville de Dijon, pour leur donner occasion de continuer en leur loyauté et
obéissance avec le mesme soing qu’ilz ont faict cy devant, confermé et ratiffié, confermons et ratiffions
tous et chacuns les previlleges, jurisdiction, exemptions, franchises, libertés, coustumes, droicts,
usaiges, octroiz, permissions et immunitez ci dessus mentionnés et speciffiez aux lectres patentes de
noz ditz prédécesseurs, et ainsy qu’ilz en ont bien et deuement jouy et usé, jouissent et usent encore de
présent, iceux leur accordant et conceddant de nouveau par ces présentes, et en tant que besoing seroit,
de noz grâce specialle, plaine puissance et autorité royal, revocquant tous edictz, ordonnances, lectres
et arrêts au contraire. Sy donnons en mandement à noz amez et féaulx conseillers, les gens tenant nostre
cour de Parlement et Chambre de noz Comptes au dict Dijon, bailly du dit lieu ou son lieutenant et
autres noz justiciers et officiers qu’il appartiendra, que ces présentes, ilz ayent à faire enregistrer, et du
contenu en icelle jouyr et user plainement, paisiblement et perpétuellement les dictz habitans et leurs
successeurs, sans permettre qu’ilz y soient troublez ni empeschez en aucune manière que ce soit, ains
les y conserver inviolablement, sans inovation. Car tel {176}est nostre plaisir, nonobstant comme dict
est quelconque edictz et choses à ce contraires, à quoy nous avons desrogé et desrogeons.
Donné à Paris, au mois d’aoust, l’an de grâce mil six cens dix, et de nostre règne le premier.
LOUIS. Par le Roy, la Royne régente, sa mère, présente. POTIER.

Scellé du grand sceau en cire verte dont il ne reste que les lacs de soie rouge et verte pendants.
Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans:
Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux
du domaine, 1774, in-4°.
CXI
VILLE DE DIJON
Arrêt du Conseil d’Etat qui rétablit l’ancienne forme des élections municipales de Dijon, mais en
substituant le suffrage restreint au suffrage universel.
1611 (21 juillet).
Le Roy ayant cy devant fait veoir en son conseil les procès-verbaux des députez du Parlement,
Chambre des Comptes, trésoriers, officiers du bailliage et corps de la ville de Dijon, assemblés en la
dite ville, en vertu de commissions du feu Roy du sept juillet mil six cent dix, contenant leur advis pour
restablir l’ancienne forme de l’eslection du vicomte Mayeur de la dicte ville, au lieu de la nomination
des trois, pour en choisir un, suivant les lettres patentes du [mois de juin 1608], et ordonné par arrest du
conseil du vingt huit de may dernier que les dits procès verbaux seroient communiquez au sieur de
Bellegarde, gouverneur et lieutenant général pour le Roy es pays de Bourgongne et Bresse, pour en
avoir son advis, et après y estre pourveu. Veu leur advis, par lequel le dit sieur de Bellegarde, après
avoir représenté à sa dite Majesté que la nomination des trois, selon que le feu Roy l’avoit ordonné,
estoit le plus asseuré moyen et remède pour faire cesser les brigues et monopoles commis du passé en
l’eslection du dit viconte Mayeur; est néantmoins d’advis qu’il plaise à sa Majesté mettre en
considération {177}le contentement des dis officiers et habitans, qui désirent tous avec grande ardeur
que l’ancienne forme de l’eslection soit restablie suivant leurs privilleges. Attendu qu’estant tous très
affectionnés au service de sa dite Majesté, personne ne peut estre esleu et nommé à la dite charge par le
suffrage de ses concitoïens, qui n’y apporte la mesme affection et fidellité. Sa Majesté estant en son
Conseil, après avoir de rechef fait voir et considérer ce que contiennent les dicts advis, a ordonné et
ordonne en y ayant esgard, et pour gratiffier et favorablement traicter les dits habitants, que doresnavant
l’eslection du dit viconte Mayeur se fera selon qu’il estoit accoustumé, avant que la forme de la dicte
eslection aist esté changée par les lettres patentes du feu Roy. Et néantmoins, qu’il n’y sera procédé
qu’au jour de saint Jehan de l’année prochaine, jusques auquel temps, elle veult pour aucunes bonnes
causes et considérations, et sans tirer à conséquence, que le dit viconte Majeur, les eschevins et
procureur de ville qui sont à présent en charge y continuent et soient obeys et recogneuz, tout ainsi que
s’ils avoient esté esleuz et nommez en l’année présente. Et pour éviter les abbus et corruptions qui ont
esté commises trop fréquemment du passé, à l’occasion de ce que les habitants de la plus abjecte et
moindre condition du peuple, ont esté ceulx qui ont presque toujours esleu le dit viconte Majeur, veult
qu’es eslections qui se feront ci-après, nul habitant soit receu à y donner suffrages, s’il n’a payé chacun
an, les trois années précédentes, les deux tailles qui se levent par an sur le pié de huit mil livres pour
chacune d’icelles, la somme de quarante solz au moins pour sa quotte, qui est quatre livres pour les
deux ensemble. Veult et ordonne aussi que toutes personnes ayant la pluralité des suffrages soient
admises et receues indifféremment à tenir et exercer la dite charge de viconte Majeur, pourveue qu’ilz
soient habitans et capables, et la première année de son exercice finie, il puisse encore estre esleu en
l’année suivante, mais après les dits deux ans finiz, qu’il n’y soit receu, sinon qu’il y ayt trois ans entre
le dernier jour de son magistrat et le premier du nouveau, affin que tous les citoyens qui soient capables
ayent plus de moïen d’y entrer à leur tour. Faict sa Majesté inhibition et déffense ausdits habitans et
tous autres de briguer pour eulx ou pour autruy, et si aucun estoit convaincu de l’avoir fait, veult qu’il
soit puny exemplairement et déclaré indigne de jamais entrer en la dite charge ny de tenir aulcun office
royal. Enjoinct à cet effet à son procureur général au Parlement de Dijon de se rendre partie pour les
faire punir, et au dict Parlement d’y apporter le soing et sévérité requise pour faire cesser les dites
brigues et abbus. Estant l’intention de sa dite Majesté, au cas que les dits habitans ne puissent estre
contenuz en debvoir par ce moyen, {178}d’y procéder par toutes autres voyes qu’il jugera les plus
propres et convenables pour oster la dite corruption.
Fait à Paris, le Roy estant en son Conseil, la Reyne régente sa mère présente, le vingt sixième jour
de juillet mil six cent onze.
POTIER.
Suivent les lettres de commission, scellées du grand sceau en cire blanche à simple queue de
parchemin pendante, et l’arrêt d’enregistrement par le Parlement de Dijon, à la date du 15 juin 1612.
Original: Archives de la ville, B12, Vicomtes-Mayeurs.
CXII
VILLE DE DIJON
Seconde confirmation des priviléges de Dijon, par le roi Louis XIII.
1629 (mai).
Louis, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous présents et à venir, salut. Nous avons
par noz lettres patentes du mois d’aoust 1610, lors de nostre advénement à la couronne, confirmé et
ratiffié tous et chacuns les priviléges et juridiction, exemptions, franchises, libertez, coustumes, droictz,
usages, octroys, permission et immunitées accordées par nos prédécesseurs Roys et ducs de
Bourgongne, à noz chers et bien amés les vicomte Majeur, eschevins et habitans de nostre ville de Dijon,
selon qu’ilz sont particulièrement exprimés, et comme naguère et le dernier du mois de janvier dernier,
faisans nostre entrée en la dicte ville, eu laquelle nous avons esté receu avec tout le contentement que
nous pouvons désirer, Estienne Humbart, viconte Majeur d’icelle, assisté des eschevins, nous ayt requis
suivant l’ancienne forme de tout temps accoustumée, de jurer et promettre sur les Saints Evangiles,
estant sur l’auctel Saint Benigne du dit Dijon, d’entretenir les dits priviléges et exemptions; comme de
sa part, il nous a juré pour luy et tous les autres manans et habitans de la dite ville, qu’ilz nous seront
bons, loyaux, vrays et obéissantz subjetz, et garderont touts noz droictz et nostre personne envers et
contre tous. A ces causes désirans tésmoigner le ressentiment que nous avons de la fidelité et affection
des dits vicomte Majeur, {179}eschevins et habitans de nostre dite ville de Dijon, leur avons derechef,
en tant que besoin seroit, confirmé et confirmons tous et chacuns, les priviléges, exemptions, franchises
et libertez susdites, à eux accordées par noz dits prédécesseurs Roys et ducs de Bourgogne, suyvant et
conformément aus dites lettres du mois d’aoust mil six cent dix. Et promettons en foy et parole de Roy
les entretenir, garder et observer à tousjours, sans qu’en quelque manière que ce soit il y puisse estre
contrevenu. Et affin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous avons fait mettre nostre scel à ces
dites présentes, sauf nostre droict en aultres choses et l’aultruy en toutes.
Donné à Vallence, au mois de mai, l’an de grâce mil six cent vingt neuf, et de nostre règne le
dixneuvième.
LOUIS. Par le Roy: BOUTHILLIER. Visa contentor: DE CUIGY.

Scellé du grand sceau en cire verte dont il ne reste que les lacs de soie rouge et verte pendants.
Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.
CXIII
VILLE DE DIJON
Ordonnance du prince de Condé, commandant pour le Roi en Bourgogne, qui rétablit la ville de Dijon
dans l’exercice des priviléges dont elle avait été déchue à l’occasion de la sédition du Lanturelu.
1631 (10 mai).
De par le Roy, et de l’ordonnance de Monseigneur le Prince, premier prince du sang, premier pair
de France, duc d’Anguyen et Chateauroux, commandant pour le Roy en ses provinces et armées de
Bourgongne et Bresse.
Ayants, en vertu du pouvoir à nous donné par sa Majesté des XXIXe et dernier {180}apvril 1631,
consenty en son nom la révocation de l’edict des eslections crées en cette province de Bourgongne
soubz les conditions des articles presentés par les trois Ordres des Estats de la dite province, arrestés
par nous, en continuant l’exécution du mesme pouvoir, nous avons ordonné et ordonnons que l’arrest
du conseil, donné à Dijon le vingt huitiesme apvril mil six cens trente, et déclaration en suitte d’icelluy,
donnée à Lyon le vingt ungiesme juin, veriffiée au Parlement du dit Dijon, le cinquiesme juillet
ensuivant, demeurent revocqués, et ce faisant avons remis et estably, remettons et restablissons la
mairie, Chambre de ville, eslection des vicomte Mayeur, eschevins, scindicq et autres officiers de la
dite Chambre, en la mesme forme quelle estoit avant le susdit arrest et déclaration, et sera procédé à la
prochaine eslection de tous les sus dits magistrats et officiers, selon ladite forme ancienne et au temps
ordinaire et acoustumé.
Les cappitaines, lieutenants, enseigne et autres officiers de la dicte ville establis de nouveau, despuis
et en conséquence des dicts arrest et déclaration, cesseront dès à présent de s’entremettre en l’exercice
de leurs charges, et en leur lieu exerceront, ceux qui ont esté destitués des dictes charges, et en cas
qu’aucun des des dicts destitués soient décédés, sera procédé à l’eslection d’autres en leurs place,
suivant la dite forme ancienne.
Comme aussy l’un des procureurs scindicqs du pais, qui avoit esté cy devant destitué, sera restably
en la dicte charge pour l’exercer dès à présent, comme il faisoit auparavant les dictz arrest et declaration.
L’infanterie dijonnoise, tollerée de tout temps dans la dicte ville par forme d’honneste et publicque
resjouissance, sera restablie et pourra s’assembler en la manière acoustumée, nonobstant la sus dicte
déclaration, en demandant néantmoings la permission de ce faire au gouverneur, ou lieutenant de Roy,
ou en leur absence, au vicomte Mayeur de la dite ville, et non autrement.
La tour de la porte de Saint Nicolas demeurera au mesme estat qu’elle est de présent, et seront
restitués à la dicte ville tous les canons qui en ont esté tirés estant au dessoubs de coulleuvrine, le tout
par provision et jusques à ce qu’il ayt plut à sa Majesté en faire expédier ses lectres de déclaration
nécessaires, et sans préjudice des interests des particuliers, dont les maisons ont esté bruslées ou
endommagées. Pour le regard desquels le dict arrest demeurera en sa force et vigueur. Et affin que
personne n’en prétende cause d’ignorance, sera la présente ordonnance leue en la dicte Chambre de
ville, enregistrée aux registres d’icelle, et publiée quand besoing sera, pour estre exécutée selon la forme
et teneur. En tesmoing de quoy nous avons signé ces présentes et icelles faict contresigner par
{181}nostre conseiller et secrétaire ordinaire de nos commandements, et apposéz le cachet de nos
armes.
A Dijon, le dixième jour de may mil six cens trente un.
HENRI DE BOURBON.
Par Monseigneur: PERRAULT.

Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.


CXIV
VILLE DE DIJON
Ratification de l’ordonnance précédente, par le roi Louis XIII.
1631 (14 juin).
Louis, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous ceux qui ces présentes lettres verront,
salut. Nostre très cher et très amé cousin le prince de Condé, pair de France, gouverneur, et nostre
lieutenant général en noz pays et duchez de Berry et Bourbonnais, et commandant pour nostre service
en nostre province de Bourgongne, ayant par son ordonnance du dix de may dernier restably la mairie,
Chambre de ville, eslection des vicomte Majeur, eschevins, scindicqs et autres officiers de la dite
Chambre, en la mesme forme et manière qu’elle estoit avant l’arrest par nous donné le vingt huit avril
seize cent trente, et lettres de déclaration ensuitte d’icelluy, du vingt un juing de la dite année, et ordonné
en ce faisant qu’il seroit procédé à la prochaine élection de tous les susdits magistrats et officiers, selon
la dite forme antienne et au temps ordinaire et accoustumé. A quoy ayant esgard, et désirant, aultant
qu’il nous est possible, favorablement traicter les habitans de la dite ville, sur les asseurances que nous
apprenons de leur fidelité et obéissance, de laquelle ilz nous ont mesme depuis nagueres rendu des
preuves très particulières et tesmoigné le regret extrême qu’ilz avoient eu des désordres et actions
violentes qui s’estoient passés en la dite ville au mois de febvrier de l’année dernière, au préjudice de
nostre haucthorité et du bien de nostre service. Scavoir faisons que nous, pour ces causes et autres
bonnes considérations, à ce nous mouvans, memoratifz du pouvoir que nous avons cy devant donné à
nostre dit cousin, pour le restablissement de la {182}dite Mairie, avons confirmé et confirmons par ces
présentes, signées de nostre main, l’ordonnance de nostre dit cousin, pour de tout le conteneu en icelle
jouir et user par les dis habitans, tout ainsy et en la mesme forme et manière qu’ilz faisoient auparavant
nostre dit arrest et lettres de déclaration, et ce par provision seullement, et jusques à ce que qu’il ayt
esté par nous pourveu sur ce faict de la dite Mairie, Chambre de ville et autres choses susdites par
quelque bon reglement, selon que nous jugerons qu’il sera nécessaire pour le bien de nostre service et
le repos et la tranquillité de la dite ville. Sy donnons en mandement, à noz amez et féaulx, les gens
tenant nostre Cour de Parlement de Dijon, que ces présentes ilz facent enregistrer et publier où besoing
sera, et de tout le contenu en icelles jouyr et user les dits habitans, ainsy qu’il est dit cy dessus. Car tel
est nostre plaisir. En temoing de quoy nous avons faict mettre et apposer nostre scel à ces dites présentes.
Donné à Saint Germain en Laye, le quatorziesme jour de jung, l’an de grâce mil six cent trente ung,
et de nostre règne le vingt deuxièsme.
LOUIS.
Par le Roy: PHELYPEAUX.

Sur le repli: Arrêt d’enregistrement par le Parlement, à la date du 6 août 1631. Scellé du grand sceau
en cire blanche à double queue de parchemin pendante. Original: Archives de la ville de Dijon, B3,
Priviléges et franchises de la Commune.
CXV
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville de Dijon, par le roi Louis XIV.
1643 (août).
Louis, par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre, à tous ceux qui ces présentes lettres
verront, salut. Noz chers et bien amés les vicomte Mayeur, eschevins et habitans de notre ville de Dijon,
capitalle de nostre province de Bourgogne, nous ont fait remontrer que par les priviléges à eux concédés
par les ducs de Bourgogne, confirmez par les Roys nos prédécesseurs, même par le feu Roy notre très
honoré seigneur et père, que Dieu absolve, par ses lettres patentes des mois d’aoust 1610 et may 1629,
outre la justice haulte, moyenne et basse, civille, criminelle et politique dans la dite ville, fauxbourg et
banlieüe, laquelle ils possèdent à tiltre onéreux à eux appartenant, toutes places communes, espaves,
{183}confiscations, dations de tutelles et curatelles, et confection d’inventaires de ceux qui décèdent
en la dite ville, fauxbourgs et banlieüe, de quelque qualité et condition qu’ils soient, sans exception; la
prise des personnes, biens et expeditions de tous exploits réels, à l’exclusion des autres officiers; le
pouvoir de condamner et faire exécuter jusqu’à la somme de soixante-cinq sols, sans qu’il soit loisible
d’en appeler; la cognoissance, décision et jugement en première instance des crimes et delicts qui s’y
commettent par toutes personnes, comme aussy ce qui despend des armes, garde des portes, guets de
jour et de nuit, et des différents qui en procèdent, privativement à tous nos juges, en l’absence des
gouverneur et lieutenants généraux au dit pays, par devant lesquels ressortissent immédiatement les
appellations qui en proviennent; le pouvoir d’ailleurs ausdits habitans d’élire chacun an le vicomte
Majeur, qui peut aussy nommer six anciens eschevins, les quels sont retenus à la pluralité des suffrages,
et tous ensemble eslisent jusques au nombre de vingt eschevins, pour l’administration des affaires de la
dite ville; et arrivant le décès du dit vicomte Maieur, font choix d’une personne capable pour exercer le
reste de l’année la dite charge, pareillement le pouvoir de tenir et posséder francs fiefs, nouveaux
acquets, sans pour ce payer aucunes finances, ny être tenus au ban et arrière ban, et outre, les dits
habitans ont la liberté de tirer aux jeux d’arc, arbaleste et arquebuze, le droit de tirer au papegault,
chacun an à certain jour, avec les franchises et immunités y appartenantes, la permission de chasse et
pesche, ainsy que les autres villes capitalles de notre royaume, le droit de foire franche, les premier de
fevrier et juillet, et plusieurs autres franchises et exemptions, droits, coutumes et libertés à eux comme
dit est octroyés, tant par les ducs de Bourgogne que par les Roys noz prédécesseurs, dont ils ont
paisiblement jouy. Mais parce que depuis notre advénement à la couronne, les exposants n’ont obtenu
nos lettres de confirmation des dits priviléges, et craignant que sous ce prétexte ont les voulu troubler
en la perception et jouissance d’iceux, c’est pourquoy ils ont recours à nous, et très humblement fait
supplier leur pourvoir sur ce. A ces causes, mettant en considérations l’affection, fidélité et obéissance
de tout temps rendue à noz prédécesseurs Roys par les exposants, et afin de leur donner occasion de la
continuer, nous avons ausdits vicomte Maieur, eschevins et habitans de notre dite ville de Dijon, de
l’advis de la Reyne régente, notre très honorée dame et mère, et de notre grâce spéciale, pleine puissance
et authorité royale, continué et confirmé, continuons et confirmons par ces présentes, signées de notre
main, tous et uns chacun, les priviléges, jurisdictions, exemptions, franchises, libertés, coustumes,
{184}droits, usages, octroys, permissions et immunités à eux concedées et accordées par les lettres
patentes tant des furent ducs de Bourgogne que des Roys nos prédécesseurs; voulons et nous plait, que
les dits habitans de Dijon en jouissent et usent tout et ainsi qu’ils en ont bien et dûment joui, jouissent
et usent encores de présent. Si donnons en mandement, à nos amés et féaux conseillers, les gens tenant
notre Cour de Parlement et Chambre des Comptes à Dijon, bailli du dit lieu, ou son lieutenant et autres
officiers qu’il appartiendra, que ces présentes ils ayent à faire enregistrer, et de l’effet et contenu en
icelles jouir et user plainement, paisiblement et perpétuellement, les dits exposans et leurs successeurs,
sans permettre qu’ils y puissent estre troublés ny empeschés en quelque sorte et manière que ce soit.
Car tel est nostre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous avons fait mettre notre
scel à ces dites présentes, sauf en autre chose notre droit et l’autruy en toutes.
Donné à Paris, au mois d’aoust, l’an de grâce mil six cent quarante trois, et de notre règne le premier.
LOUIS. Par le Roy, la Reyne régente, sa mère, présente. PHILIPEAUX.

Expédition authentique: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.


— Imprimé dans: Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les
receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
CXVI
VILLE DE DIJON
Lettres de surannation des lettres précédentes, dont l’original avait éte perdu.
1667 (6 avril).
Louis, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à nos amés et féaux conseillers, les gents
tenant la Chambre de nos Comptes à Dijon, bailli du dit lieu, ou son lieutenant et autres nos justiciers
et officiers qu’il appartiendra, salut. Nos chers et bien amés les vicomte Maieur, eschevins et habitans
de notre ville de Dijon, capitale de notre pays et duché de Bourgogne, nous ont très humblement fait
remontrer que par nos lettres patentes du mois d’aoust mil six cent {185}quarante trois, à vous adressées
en considération de leur affection, fidelité et obéissance par eux rendus de tout temps à nos
prédécesseurs Roys, et pour autres considérations au long y contenues, nous avons à iceux vicomte
Maieur, eschevins et habitans de la dite ville de Dijon, continué et confirmé, tous et chacuns les
priviléges, juridictions, exemptions, franchises, libertés, coutumes, droits et usages, octroys,
permissions et immunités à eux accordées et concédées par les dites lettres patentes, tant des défunts
ducs de Bourgogne que des Roys nos prédécesseurs, pour en jouir à l’avenir et tout ainsy qu’ils en ont
bien et deuement jouy. Depuis le quel temps les dits exposans n’ont pu en poursuivre l’entérinement
par devant vous, pour n’avoir pu en recouvrer l’original que depuis peu de temps de nos lettres, qui
s’étoit trouvé adhiré par la négligence de ceux qui en ont poursuivy l’expédition, et d’autant qu’elles
sont surannées, ils doutent que fassiés difficulté de procéder à l’entérinement d’icelles, s’il ne leur estoit
par nous pourveu. A ces causes, voulant faire jouir les exposans de l’effect de nos dites lettres de
confirmation cy attachées sous le contre scel de nostre chancellerie, nous vous mandons et ordonnons
par ces présentes, que vous ayés à proceder à l’enrégistrement d’icelles, et de tout leur contenu faire
jouir et user les dits exposants, suivant et conformément, et ainsy qu’il vous est mandé par nos lettres
de confirmation, faisant cesser tout trouble et empeschement au contraire, nonobstant la surannation
d’icelles, que ne voulons leur nuire, ni préjudicier, et dont nous les avons relevé et relevons par ces
présentes. Car tel est notre plaisir.
Donné à Paris, le sixiesme jour du mois d’avril, l’an de grâce mil six cent soixante et sept, et de
notre règne le vingt quatriesme.
Signé par le Roy, en son conseil.
BRUNET.

Arrêt d’enregistrement par le Parlement à la date du 28 avril 1667. Copie authentique: Archives de
la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans: Mémoire pour les
vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les receveurs généraux du domaine, 1774,
in-4°.
{186}CXVII
VILLE DE DIJON
Arrêt du Conseil d’Etat qui maintient la juridiction municipale contre les entreprises du Parlement.
1653 (16 septembre).
Extrait des Régistres du Conseil d’Estat.
Le Roy estant en son Conseil, deuement informé de tout ce qui s’est passé en la Chambre de ville
de Dijon depuis l’année 1650 jusques à présent, et des bonnes intentions des magistrats et officiers
d’icelle, dont ils ont donnés des preuves en touttes les occasions importantes, au service de sa Majesté,
et des contestations meues entre le Parlement de Bourgongne et les dits officiers, concernant la
juridiction de la dite Chambre de ville de Dijon, auquel Parlement déffances ont estés faictes de prendre
cognoissance des affaires de la dite ville par plusieurs arrests, rendus au Conseil, nonobstant lesquelz,
il a continué d’en rendre plusieurs contraires aux priviléges de la dite ville, confirmés par lettres
patentes, et notamment par ceux des IIIIe et Ve aoust dernier. Lequel Parlement, en plusieurs rencontres,
a faict effort d’anéantir les délibérations de la dite Chambre de ville, et poursuivy contre l’ordre les
magistrats, officiers et autres bourgeois qui la composent, prétendant le dit Parlement avair droict de
cognoistre de touttes les déliberations de la dite Chambre, comme des affaires des particulliers, mesmes
d’avoir pouvoir de faire contraindre quand il luy plairra les dits officiers d’apporter au greffe du dit
Parlement les registres de la dite Chambre contre les privileges d’icelle, ce qui auroit apporté beaucoup
de retardement aux affaires de sa Majesté dans la province, s’il n’y avoit esté promptement remédié par
son autorité, par les ordres des seigneurs ducs de Vendosme et d’Espernon, commandants et
gouverneurs pour sa dite Majesté en la dite province, qui ont esté fidellement exécutez par les dits
Maire, eschevins et autres officiers de la dite Chambre de ville, et en apporteroit encore davantage s’il
n’y estoit pourveu. Veu par sa Majesté les lettres patentes données à Paris le XXVe febvrier 1578,
contenant attribution de la juridiction du faict des armes et guet et garde des portes de Dijon aux Maire
et eschevins de la dite ville, et par appel aux gouverneurs et lieutenans généraux en la dite province, et
interdiction au Parlement de Dijon d’en cognoistre; arrests du Conseil des IX décembre 1581,
XXVIII avril 1583; {187}autres lettres du XVI avril 1586; autre arrest du Conseil du X décembre 1588,
commission sur iceluy du dit jour; arrest du dit Parlement de Dijon, donné au préjudice des dites lettres
et arrests du Conseil du XIII aoust 1651, par lequel il a pris cognoissance des déffauts donnez à la garde,
et ordonné aux Maire et eschevins de deffendre, nonobstant leurs remonstrances; autre arrest du dit
Parlement du XIII juillet 1652, par lequel il appert qu’il a pris cognoissance du faict des ustancils des
gens de guerre; autre du III aoust suivant, par lesquels il a pris cognoissance du scellé appartenant aux
dits Maire et eschevins; autres des III juillet, VII, XII aoust, XII septembre et XXVIII novembre suivant,
par les quels, au préjudice de l’évocation proposée par M. Julien Chevallier, nommé scindic, pour
laquelle il avoit ordonné que les parties se pourvoiroient, il auroit nommé un autre scindic; plusieurs
délibérations de la dite Chambre de ville des jeudy après la feste Saint Martin d’hivert 1586, XVIII aoust
1595, XXII du dit mois, XI janvier 1600, X, XII febvrier 1632, XXI janvier 1636 et IIII juillet dernier, par
lesquelles il paroist quelle ne peult estre obligée de se déssaisir de ses dits papiers et registres; autre
délibération du XII janvier dernier, contenant le departement de M. Jean Bouchard, de l’effect d’un
arrest du dit Parlement y énoncé, au faict du commis à la magistrature, qu’il auroit advoué estre eslectif
pour l’absence du vicomte Mayeur, contre le contenu du dict arrest, qui faisoit par ce moyen bresche
aux privileges de la Chambre de ville; plusieurs arrests de deffances donnés par le dict Parlement, sur
simples requestes, de contraindre pour les tailles, qui faict quelles ne peuvent estre levées ny paiées par
le receveur; tous les dicts arrest de l’année dernière et de la présente; autres delibérations de la dicte
Chambre de ville de Dijon des XIX mars 1631, II septembre 1636, XXVI juillet 1645, XIIII janvier et
VI aoust dernier, par lesquelles il paroist que le dict vicomte Mayeur a tousjours esté mandé au dict
Parlement par un greffier; arrests du Conseil des XXVIII juin 1650, IIII juillet et VI aoust dernier,
contenant cassation de ceux du dict Parlement y énoncés, concernant les sieurs Millotet, Chevallier
procureur, et M. Pierre Monin, ez charges du Maire, scindic et eschevin, et deffance au dict Parlement
de prendre cognoissance des différends ny affaires des dicts officiers, ny de la ville; assignations
données en consequence du dernier des dicts arrests et de la commission y attachée, tant aux parties
intéressées qu’au procureur général; arrests du Parlement de Dijon des IIII et VI aoust dernier, contenant
prise de corps contre le secrétaire de la dicte Chambre de ville pour remettre le registre d’icelle au
greffier du dict Parlement, cassation des délibérations de la dicte Chambre, interdiction du dict sieur
Millotet, Maire, de sa charge d’advocat général {188}au dict Parlement, et des nommez Galloche,
Colin, Marc, Guillaume, David, Godran, Chesne, Chevalier et Desvarenne, advocats et procureur en
icelluy de la plaidoirie et postulation en icelluy, que leurs noms seroient tirés de la matricule, portez au
dernier ordre, et affichez à la porte du palais; extraict de la dicte affiche du dict jour, exploicts
d’emprisonnement des nommés Gallimard et Boyvault, sergents en la dicte Mairie; délibération du
XIIII octobre 1650, comme le dict advocat Guillaume a declaré n’avoir esté partie dans l’arrest de
cassation de déliberation qui le concerne de la dicte année; sommation du dict Gallimard du XXVII aoust
dernier, comme il s’est acheminé en ceste ville pour y esviter l’exécution d’une seconde prise de corps
décernée contre luy par le dict Parlement; arrest d’icelluy des VII et XVII juillet dernier, contenant
ordonnance aus dictz Maire, eschevins et sindic de Dijon, de plaider par un de leur conseil revoqué,
pour quoy ilz sont en procès avec eux, et refus d’ouïr Me Jean Chesne, advocat, l’un d’eux, qu’ils
avoient chargé de leur cause; cassation des délibérations de la dicte Chambre concernant la nomination
du dict Monin en la charge d’eschevin, et prise de corps contre les sergens, par lesquels arrests des IIII
et VI aoust dernier le dict Parlement ne s’est pas contenté de casser la delibération de la dicte Chambre,
rendue en conséquence de l’ordonnance du dict sieur duc d’Espernon, concernant la fonction du scindic
pour le faict des armes dont le dict Parlement n’a peu prendre cognoissance, mais a decreté prise de
corps contre M. Jean Thibert, secrétaire d’icelle, faulte de représenter les dictz registres de la maison de
ville où est la dicte délibération, quoyqu’il ayt ordonné que le vicomte Maieur et eschevins de la dicte
ville représenteront le dict registre où est la dicte delibération par devant le conseiller à ce commis, pour
estre icelle biffée et rayée, et l’arrest inceré en marge, et jusque au prononcé les dictes interdictions, a
declaré descheus les dits advocats et procureurs, eschevins, scindic, du rang de leur matricule, ce que
tesmoigne une particulliere affectation pour renverser les privileges des dicts magistracts et officiers de
ville que le dict arrest semble voulloir tacher d’infamie, et a soubmettre absolument à son authorité tous
les conseils et délibérations de la dicte Chambre de ville, mesmes pour les affaires qui concernent le
service et les ordres de sa Majesté et du dict sieur gouverneur, mais encore au mépris des déffences
portés par les arrests de son Conseil et contre tous les ordres pratiquez. A quoy estant nécessaire de
promptement pourveoir en attendant qu’il ayt esté faict droit par sa Majesté sur tous les différends
particulliers concernant les dictz officiers, qui sont pendans au dict Conseil, et lesquels à cause d’iceulx
ne peuvent espérer justice du dict Parlement, ainsy qu’ils ont desjà {189}remonstré par les requestes
qu’ils ont à cet effect présentées au Conseil, et aussy à cause des dicts emprisonnemens des dits
Boyvault et Gallimard, sergens en la dicte Mairie, tout consideré:
Sa Majesté, estant en son Conseil, sans s’arrester aux arrests du dict Parlement de Dijon des IIII et
VI aoust dernier, quelle a cassé et annullé, et tout ce qui s’en est ensuivy, ensemble les decretz et
emprisonnemens faits des personnes des dictz Galimard et Boyvault, et Thibert, sécretaire, a ordonné
et ordonne que les noms des dictz Galoche, Colin, Marc, Guillaume, David, Chesne, Godran, Chevalier
et de Varenne seront restablis en l’ordre de leur matricule en vertu du présent arrest, faisant sa Majesté
deffance au dict Parlement de Dijon, et à touttes personnes de les troubler en l’exercice et fonction de
leurs dictes charges d’advocats et procureurs, et de plus donner de pareils arrests, et pour des
considérations importantes au service de sa Majesté, elle a évoquée et évoque du dict Parlement de
Dijon, à soy et à son Conseil, la cognoissance de tous les procès et différents civils et criminels, meuz
et à mouvoir, des dictz sieurs Millotet, maire, officiers de ville, eschevins, scindic, substituds, secretaire,
receveur et sergens de la dicte Mairie, tant concernant les affaires de la ville que celles des dictz officiers
en particulier, et ce pendant le temps de trois ans, sauf à proroger, s’il y eschet, et iceux avec leurs
circonstances et déppendances, a renvoyé et renvoie en son Parlement de Grenoble, auquel sa Majesté
en a attribué toutte cour, juridiction et cognoissance, qu’elle a interdit au dict Parlement de Dijon et à
tous autres juges, et faict déffenses aux parties de s’y pourvoir à peine de nullité, cassation de procédure,
dix mil livres d’amande, despens, dommages et interests. Faict sa Majesté iterratives déffenses au dict
Parlement de Dijon de plus troubler le dict sieur Millotet en l’exercice de sa dicte charge d’advocat
général, et enjoint au procureur général du dict Parlement de tenir la main à l’exécution du présent arrest
et d’en certiffier le Conseil au mois, et au sieur duc d’Espernon, gouverneur de la dicte province,
lieutenans généraux en icelle, et à tous ses autres officiers, de prester main forte pour l’entière exécution
d’icelluy, et à tous huissiers, archiers et sergens, de faire toutes signiffications du présent arrest et tous
actes nécessaires, et à leur refus aux sergens de la dicte Mairie de la dicte ville de Dijon.
Faict au Conseil d’Estat du Roy, sa Majesté y estant.
Donné à Paris, le XVI septembre mil six cent cinquante trois,
PHELYPEAUX.

{190}Cet arrêt est accompagné des lettres de jussion signées LOUIS, contresignées PHELYPEAUX,
et scellées du grand scel en cire jaune. Original: Archives de la ville, C, Juridiction municipale.
CXVIII
VILLE DE DIJON
Arrêt du Conseil d’Etat portant réduction du nombre des magistrats municipaux de Dijon.
1668 (20 avril).
Extrait des Régistres du Conseil d’Estat.
Sur ce qui a esté remonstré au Roy estant en son Conseil, qu’ayant esté cy devant porté plusieurs
plainctes à sa Majesté et en différends temps, que le corps de la Chambre de ville de Dijon, estant
composé d’un Maire, vingt eschevins, un procureur scindic, un secrétaire, un receveur et quatre
prudhommes, ce grand nombre d’officiers n’estoit pas seulement à charge à la dite ville par l’exemption
des tailles dont ils jouissoient pendant qu’ils estoient en charge, mais aussi que les dits eschevins, ayant
seuls le pouvoir d’imposer les tailles chacun dans les paroisses, ils le faisoient le plus souvent avec une
si grande inégalité, que la plus grande partie des habitans de la dite ville en recevoient un préjudice très
considérable, et que pour l’eslection des dits eschevins, il arrivoit beaucoup de difficultez, par les
grandes brigues et monopoles qui se faisoient, en sorte qu’ils estoient nommés sans considération du
mérite des personnes ny de leur expérience aux affaires publiques, mais seulement par intérest, en se
substituant les uns aux autres, suivant qu’ils se trouvoient amis ou parents, et par ce moyen la police,
qui est la principale fonction des dits eschevins, estoit mal faite; ce que sa Majesté ayant considéré, elle
auroit, par arrest de son Conseil d’Etat du huit juing 1656, réduict le dit nombre d’eschevins, de vingt
à celui de six, qui auroient pendant six années exercé leurs fonctions avec intégrité, honneur et
satisfaction du public. Néanmoins, à la poursuitte de quelques personnes qui désiroient entrer dans les
dites charges, sa Majesté auroit, par arrest de son dit Conseil du six juin 1650, restably le dit nombre
d’eschevins à vingt; mais d’autant que ce changement auroit causé beaucoup de confusion dans l’hostel
de ville et donné du trouble au repos des habitans, sa Majesté auroit résolu d’y pourvoir par un
{191}règlement certain, et en attendant ordonné, par autre arrest de son dit Conseil, du seize juing 1659,
que les dits eschevins seroient nommez, esleuz et choisiz par le vicomte Mayeur de la dite ville, en
chacune paroisse, ainsy qu’il s’estoit pratiqué par le passé, et ce par manière de provision, et ce jusques
à ce qu’il en eust esté autrement ordonné par sa Majesté, laquelle ayant estimé estre nécessaire et
advantageuse à la dite ville de faire maintenant le dit règlement. Veu les dits arrests et tout considéré,
sa Majesté estant en son Conseil, a ordonné et ordonne ce qui s’ensuit:
Premièrement qu’a l’advenir la Chambre de ville du dit Dijon sera composée du Maire, six
eschevins, un procureur sindic, un secrétaire, un receveur et deux prudhommes. Qu’il sera procédé à
l’eslection des dits Maire, eschevins et procureur sindic, de deux en deux ans seulement, scavoir, celle
du dit Maire par tout le peuple, dans l’église des pères Jacobins, trois jours francs, nonobstant qu’il soit
férié devant le jour de la saint Jean Baptiste; et pour celle des eschevins, la veille du dit jour saint Jean
Baptiste, dans la dite Chambre de ville, par les eschevins lors en charge, et en présence de celluy qui
aura esté esleu vicomte Mayeur; lequel en nommera deux des anciens pour estre retenus, et les autres
quatre seront esleus par la pluralité des suffrages. Et à l’esgard de l’eslection du dit sindic, elle se fera
le vingt huit juin, en la dite Chambre de ville, pour le mesme temps de deux ans, et prestera le serment
le jour de la saint Pierre, au lieu et en la manière qui s’est pratiquée jusques à présent, sans que les dits
Maire, eschevins et scindic puissent estre continuez après les dites deux années, ny entrer ausdites
charges que quatre années après en estre sortis.
Que le dit Maire sera obligé, l’année qu’il sortira de charge, de remettre le douze du mois de juin,
en la dite Chambre de ville, les marques de la magistrature, et icelles déposer entre les mains du plus
ancien eschevin, icelluy prestera serment de les remettre le dit jour saint Jean Baptiste, entre les mains
du dit Maire esleu, au devant du portail saint Phelybert, où il prestera le serment en la forme
accoustumée, et seront ensuite les cérémonies ordinaires observées.
Que les dits eschevins seront choisis indifféremment par toute la ville, sans qu’ils puissent estre
nommez par paroisses, et seront pris du corps des officiers de la chancellerie du Parlement de Dijon,
correcteurs et auditeurs de la Chambre des Comptes et du bailliage, advocats, procureurs, bourgeois et
marchands, en sorte qu’ilz ayt tousjours deux bons bourgeois ou marchands, lesquels, nonobstant leurs
qualitez et conditions, n’auront autre rang dans la dite Chambre de ville, que suyvant l’ordre estably et
observé jusques à présent; les deux anciens {192}eschevins retenus précéderoient néantmoins les
nouveaux esleuz, tous lesquels jouiront, pendant le temps qu’ils seront en charge, des privileges et
advantages que les précédens ont jouy jusqu’à présent, comme pareillement le procureur scindic,
secrétaire et receveur.
Et pour remplir les dites charges d’eschevins, sa Majesté, ayant toute satisfaction de la conduite des
sieurs Chesne et Malpoix, advocats, des présents eschevins, elle les a retenuz et confirmez dans les dites
charges pour les deux années prochaines, et pour les quatre nouveaux à eslire, a fait choix pour ceste
fois seulement, et sans tirer à conséquence ny préjudicier au droict de nomination, qui appartient ausdits
Maire et eschevins anciens, des personnes des sieurs Buretier, conseiller, secrétaire de sa Majesté en la
chancellerie du dit Parlement de Dijon, de la Chaume, conseiller aux Eaux-Forêts, Derequelaine,
bourgeois marchant, et Petit fils, aussy bourgeois marchand, pour les dits Maire, eschevins et scindic
qui sera esleu, exercer les dites charges, à commencer à la saint Jean Baptiste prochaine, jusques à la
première eslection qui sera à pareil jour de l’année seize cent soixante dix, et ainsy continuer de deux
en deux ans.
Que les dits Maire et eschevins pourront choisir dans toutes les paroisses de la dite ville une ou
deux personnes capables pour leur ayder à faire la police, les quels pourront dresser des procès-verbaux
des contraventions à icelle, et les rapporter à la dite Chambre de ville pour les juger, et auront voix
déliberative au jugement d’iceux seulement, sans pour ce prétendre aucune exemption de taille, et en
cas de partage audit jugement et de toutes affaires qui se traiteront en la dite Chambre de ville, la voix
du dit Maire prevaudra sur les autres.
Que les tailles qui se faisoient par les dits eschevins, seulz chacun en leurs paroisses, se feront
doresnavant au grand bureau de la dite Chambre de ville, en présence des dits Maire et eschevins, et
pour le faire plus justement et au soulagement du peuple, il se fera un pied nouveau pour toute la ville.
Cependant sa Majesté a cassé et casse tous les anciens piedz de la dite taille faicts par paroisses, ordonne
que le dit nouveau pied sera faict comme les tailles annuellement, en présence de deux prudhommes de
chaque paroisse, choisis par les autres habitans convoquez au son de la cloche, après néantmoins que
l’assemblée aura esté indiquée au prosne des paroisses, par ordre des magistrats, huict jours auparavant
la confection des tailles et à son de trompe par la ville.
Enjoinct sa Majesté à Monseigneur le prince de Condé, gouverneur, et son lieutenant général en
Bourgogne et Bresse, au sieur Bouchu, intendant de justice, et à tous autres ses officiers qu’il
appartiendra, de tenir la main à l’exécution et {193}observation du présent arrest. Et pour cet effect, le
dit sieur Bouchu se transportera dans la dite Chambre de ville la veille du jour de la sainct Jean prochain,
pour le faire lire, publier et enregistrer en sa présence, et mettre en possession les dits Maire et eschevins
ci devant nommés, qui presteront le serment en la forme accoustumée, nonobstant oppositions ou
appellations quelconques, pour les quelles ne sera différé, dont si aucuns interviennent, sa Majesté s’en
estre reservé la connoissance et à son dit Conseil, et icelle interdit à tous autres juges quelconques.
Faict au Conseil d’Estat du Roy, sa Majesté y estant, tenu à Saint Germain en l’Aye, le vingtième
jour d’avril mil six cent soixante huict.
PHELYPEAUX.

Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.


CXIX
VILLE DE DIJON
Déclaration du roi Louis XIV, touchant l’arrêt du Conseil qui réduit le nombre des magistrats
municipaux de Dijon.
1668 (décembre).
Louis, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Après que
les grandes victoires qu’il a pleû à Dieu de nous donner sur nos ennemis ont esté suivies d’une paix
glorieuse et avantageuse à nos peuples, et que nous avons restably dans nostre royaume l’auctorité des
loix, si affaiblies {194}par le long-temps que les guerres ont duré, nous avons creû qu’il n’estoit pas
moins de nostre devoir qu’avantageux à nos sujets de porter nos soins aux choses qui concernent la
police, et de commancer par le retranchement des magistratz, qui, pour estre en grand nombre en
plusieurs villes, n’en estoit pas mieux gouvernées. Au contraire, la multitude estoit un obstacle à la
police, chacun se remettant sur son collegue pour l’éxécution des délibérations qui demeuroient par ce
moyen le plus souvent sans effect, ceux qui recherchoient ces charges ne le faisoient que pour se
procurer l’exemption des tailles, favoriser leurs parents et amis dans les impositions, et que pour y
arriver et s’y maintenir, ilz faisoient des brigues et monopoles pour ce subroger les uns aux autres.
Nous aurions estimé ne pouvoir mieux réformer ces désordres et faciliter l’exercice de la police,
qu’en réduisant les magistractz au nombre proportionné et nécéssaire à chaque ville. Ce que nous
aurions déjà faict en divers lieux, et notamment en nostre ville d’Auxerre, en laquelle nous aurions
réduit les douze eschevins qui composoient le corps de la dite ville à quatre, et ayant jugé à propos
d’apporter un ordre pareil en quelque façon à celuy de Paris, Lyon et autres bonnes villes de nostre
royaume, en nostre ville de Dijon, capitalle de nostre duché de Bourgongne, qui estoit cy devant
gouvernée par un Maire appelé vicomte Mayeur, vingt eschevins, un procureur sindic, un secrétaire,
receveur et quatre prudhommes, nous aurions par arrest de nostre Conseil d’Etat du vingtième avril
dernier, et pour les causes y contenues, ordonné qu’à l’avenir la Chambre du Conseil de la dite ville
seroit composée du Maire, six eschevins, un procureur sindic, un secrétaire, un receveur, et deux
prudhommes, à l’exécution duquel arrest, faict le vingt troisieme juin aussy dernier par le sieur Bouchu,
conseiller en nostre Conseilz, maître des requestes ordinaires de nostre hostel et intendant de justice en
nostre province de Bourgongne et Bresse, en conséquance de l’ordre particulier que nous luy en aurions
donné, ayant esté formé opposition par quelques particuliers habitans, nous les en aurions déboutez par
autre arrest de nostre Conseil d’Etat du quinziesme du mois passé. Et voulant rendre les choses stables
par un règlement certain, que nous voulons estre exécuté à l’advenir, à commencer à la prochaine
eslection des magistratz, qui se fera en l’année mil six cent soixante et dix.
A ces causes et autres à ce nous mouvans, après avoir mis cette affaire en deslibération en nostre
Conseil, de l’avis d’iceluy et de nostre certaine science, plaine puissance et auctorité royalle, nous,
conformément ausdit arrest, avons, par ces présentes signées de nostre main, dit, statué et ordonné,
disons, statuons {195}et ordonnons, voulons et nous plaist que la magistrature de nostre dite ville de
Dijon, capitalle de nostre province de Bourgongne, soit à l’advenir et demeure réduite pour toujours au
Maire appelé vicomte Mayeur, six eschevins, un procureur sindic, un secrétaire, un receveur, un
controlleur, et deux prudhommes.
Qu’il sera procédé à l’eslection des dits Maire, eschevins et procureur sindic de deux ans en deux
ans, à commencer en l’année 1670, scavoir celle du Maire, par tout le peuple, dans l’église des Pères
Jacobins, le vingtième juin, nonobstant qu’il soit férié, et celle des eschevins la veille de Saint Jean
Baptiste, dans la Chambre du Conseil de la dite ville, par les eschevins lors en charge, et en la présence
de celuy qui aura esté esleu vicomte Mayeur, lequel en nommera deux des anciens pour estre retenus,
et les quatre autres seront esleus à la pluralité des suffrages, lesquelz retenus ne pourront estre que de
ceux qui auront esté deux ans en charges pour en sortir au bout de quatre ans. Et à l’égard de l’eslection
du procureur sindic, elle se fera le vingt huit juin, en la mesme Chambre de ville, pour le mesme temps
de deux ans, et presteront les dits Maire, eschevins et scindic le serment, scavoir: ledit Maire en l’églize
Nostre Dame, le dit jour de feste de Saint Jean Baptiste, en la présence de nostre procureur ou advocat
en nostre bailliage de Dijon; après avoir reçeu les marques de la magistrature, et avoir esté presenté au
devant du portail de l’églize Saint Philibert, et le dit sindic, le jour de feste saint Pierre, au lieu et à la
manière qu’il s’est pratiqué jusques à présent, sans que les dits Maire et procureur syndic puissent estre
continuez après les dites deux années, ny les dits eschevins après quatre années ny rentrer aux dites
charges que quatre années après en estre sortis.
Que le dit Maire sera obligé, l’année qu’il sortira de charge, de le faire le dixième de juin, dans la
dite Chambre de ville, et de remettre les marques de la magistrature le dimanche suivant, entre les mains
du plus ancien eschevin, qu’on appellera garde des évangilles, au devant du portail de l’église Saint
Philibert, qui remettra les dites marques, le jour de feste saint Jean Baptiste, au Maire esleu, à la forme
accoutumée.
Que les dits eschevins seront choisis indifféremment par toute la ville, en sorte néantmoins qu’il y
ayt tousjours deux bons bourgeois ou marchands. Tous les quelz esleuz auront leur rang et scéances
suivant l’ordre estably et observé jusques à présent en la dite Chambre de ville, lesdits deux anciens
eschevins retenus précéderont néantmoins les nouveaux et jouiront pendant le temps qu’ilz seront en
charge des priviléges, honneurs et exemptions dont les précédents ont jouys jusques à présent, comme
pareillement le procureur scindic, secrétaire, {196}receveur et controolleur, le quel receveur rendra
compte annuellement des deniers communs et d’octroys de la dite ville, par devant les dits Maire,
eschevins et procureur scindic, en la forme et manière accoustumées.
Que les dits Maire et eschevins pourront choisir dans toutes les paroisses de la dite ville quatre
personnes capables pour les ayder à faire la police, les quelles dresseront des procès verbaux des
contraventions à icelle et les rapporteront à la dite Chambre de ville pour les juger et auront voix
délibérative au jugement d’iceux seulement, sans pour ce prétendre aucune exemption de taille, et en
cas de partage au dit jugement et de toutes affaires qui se traicteront en la dite Chambre de ville, la voix
du Maire prévaudra sur les autres.
Que les tailles qui se faisoient par les eschevins seulz, chacun en leurs paroisses, seront faictes au
grand bureau de la Chambre du Conseil de la dite ville par les dits Maire et eschevins, après qu’ilz
auront faict la reconnoissance du nombre et des facultez des habitans de la dite ville.
Voulons que le dit arrest du vingtième avril dernier et ce qui a esté faict en exécution d’icelluy et
de noz ordres particuliers subsistent jusques à l’eslection prochaine des dits magistratz, qui se fera en
l’année 1670, au quel temps et à l’advenir ces dites présentes seront suivies sans aucune difficulté ny
modification quelconque.
Sy donnons en mandement, à nos amez et féaulx conseillers, les gens tenant nostre Cour de
Parlement au dit Dijon, que ces présentes ilz ayent à enrégistrer purement et simplement, nonobstant
toutes oppositions; pour le contenu estre doresnavant exécuté, gardé et observé, selon sa forme et teneur,
cessant et faisant cesser tous troubles et empêschements au contraire. Car tel est nostre plaisir. Et afin
que ce soit chose ferme et stable à tousjours, nous avons faict mettre nostre scel à ces dites présentes,
sauf en autre chose nostre droit et l’autruy en touttes.
Donné à Paris, au mois de décembre, l’an de grâce mil six cent soixante huict, et de nostre règne le
vingt sixième.
LOUIS. Par le Roy, PHELYPEAUX.
Régistré au greffe des expéditions de la chancellerie de France, par moy, conseiller, secrétaire du
Roy, greffier, des dites expéditions, à Paris, le trentième décembre 1668. JONCHET.

Scellé du grand sceau en cire verte dont il ne reste que les lacs de soie rouge et verte pendants.
{197}Arrêt du Parlement de Dijon, rendu le 20 février 1669, par lequel la Cour ordonne
l’enregistrement de ces lettres patentes, et ordonne que les médecins et chirurgiens pourront être
nommés échevins. Original: Archives de la ville, B 83, Chambre de ville.
CXX
VILLE DE DIJON
Autorisation donnée par le roi Louis XIV, aux magistrats municipaux de Dijon, de porter des robes
d’honneur dans les cérémonies publiques.
1668 (avril).
Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Comme
il n’y a rien qui excite davantage la submission et déférence et particulièrement en ce qui est de la police
et administration des villes, que de voir les personnes d’auctorité et commandement élevées audessus
des autres par quelque marque et ornement extérieur convenable à leur dignité, qui ne faict pas
seulement cesser la confusion et le mépris qui pourroit naître de l’égalité, mais inspire même une
inclination plus ardente des peuples à suivre leurs ordres avec autant de respect qu’ils ont d’ordinaire
d’affection pour les choses qui les attirent. Nos chers et bien amez les vicomte Mayeurs, eschevins,
secretaire, receveur et procureur sindic des bourgeois et habitans de notre ville de Dijon, capitalle de
notre païs et duché de Bourgongne, nous ayant faict remontrer qu’ils jouissent de très beaux droitz et
privileges qui leur ont esté accordez par les anciens ducz de Bourgongne et esquelz ils ont esté
maintenus et conservez par les Roys nos prédécesseurs, et par nous à nostre advénement à la couronne,
par noz lectres pattentes du mois d’aoust 1643, et notamment la jurisdiction et police sur tous les
bourgeois et habitans de la dicte ville, fauxbourgz et banlieue, tant en matière civile que criminelle, en
quoy les dictz Mayeur et eschevins ont si bien faict leur devoir en touttes les occasions qui s’en sont
presentés pour le bien et le soulagement des ditz habitants, que chacun en est satisfaict, ainsy qu’ilz
continueront de faire en tous rencontres. Comme la dite ville de Dijon ayant esté la première qui, après
le décèdz du dernier Duc, s’est réduite en l’obéissance du Roy Louis unzièsme et qui, par son affection
et son zelle a procuré la réunion à notre couronne de toutte la province et dont les magistrats ont toujours
continué de donner des marques de leur fidélité à nottre service, et {198}pour le bien de notre Estat.
Néantmoins, comme les ditz vicomte Mayeur, eschevins, procureur, sindic, secrétaire et receveur de la
dite ville n’ont esté jusques à présent distinguez des autres bourgeois et habitans par aucune marque ny
ornement particulier de leur dignité, auctorité et préeminence sur tous les autres, soit ès assemblées
publiques où ils sont obligés de se trouver avec les autres corps de notre dicte ville: scavoir, noz cours
de Parlement, Chambre des comptes, trésoriers de France et officiers du bailliage establis en icelle qui
ont chacun leurs habitz d’honneur, soit ez actions de police et tout autre acte et exercice de leur dignité
et magistrature. Ilz nous ont très humblement suplié à l’exemple des magistrats des autres bonnes villes
de nostre royaume leur permettre de porter des habitz d’honneur en touttes les assemblées et actions
publiques et particulières et faisant l’exercice et fonctions de leurs charges. A quoi désirant leur pourvoir
et inclinant favorablement en considération de leur zele, fidelité et affection à nostre service et pour
d’autant plus les obliger à les continuer avec estime et respect de ceux qui sont soubmis à leur
jurisdiction et les distinguer des autres bourgeois et habitans de la dite ville par quelque habit d’honneur
et autre marque extérieure qui leur soit particulière et convenable à leur dignité et magistrature. Nous,
de nostre grâce spécialle, plaine puissance et auctorité royale, avons concédé, permis et accordé,
conceddons, permettons et accordons par ces présentes signées de notre main, aus dictz vicomte
Mayeur, eschevins, secrétaire, receveur et procureur-sindic de la dicte ville de Dijon, présents et à venir,
de porter dans l’exercice et fonctions de leurs charges, et en tous actes et assemblées publiques les
marques de magistratures, scavoir: le dict vicomte Mayeur, une robbe longue de satin plain de couleur
violet, doublée de satin rouge cramoisy, ainsy que la porte le prevost des marchands de notre ville de
Lyon, avec le chaperon de même étoffe et couleur bordé d’hermine, et les échevins, secrétaire, procureur
sindic et receveur porteront aussy même robbe de gros de Naples ou camelot d’Hollande de même
couleur viollet avec le chaperon aussy bordé d’hermine, lesquelles robbes et chaperons, nous voulons
que les dicts eschevins, secrétaire, procureur sindic et receveurs portent en touttes assemblées publiques
où le dict corps de ville sera obligé de se trouver, et aux actions de police et autres. Les dictz Maire et
eschevins porteront le dict chaperon et se feront assister d’un sergent portant la livrée de la dicte ville
sans touttefois qu’ilz puissent prétendre aucune autre jurisdition que celle qui leur a esté conceddée et
en laquelle ilz ont esté conservez et confirmez par nos lettres pattentes et par celles de nos prédécesseurs
Roys, bien et deuement vériffiées. Sy donnons {199}en mandement, à nos amez et feaux conseillers,
les gens tenant notre cour de Parlement, aydes et finances en la dicte ville de Dijon et officiers qu’il
appartiendra, que du contenu en ces dictes présentes nos lettres de concession et octroy, ilz fassent jouir
et user les dictz vicomte Mayeur, eschevins, secrétaire, receveur et procureur sindic de notre dicte ville
de Dijon présens et à venir, plainement et paisiblement à toujours, à ce faire et obéir tous ceux qu’il
appartiendra, et cesser tous troubles et empêchement au contraire, car tel est notre plaisir, et affin que
ce soit chose ferme et stable à toûjours, nous avons faict mettre notre scel à ces dictez présentes. Donné
à Saint Germain en Laye au mois d’avril, l’an de grâce mil six cens soixante huit, et de nostre règne le
vingt cinquième.
LOUIS. Par le Roy, PHELYPEAUX.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Enregistrement de ces
lettres par le Parlement, à la date du 15 février 1669. Original: Archives municipales, B 83, Chambre
de ville.
CXXI
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville par le roi Louis XIV, moyennant finance.
1706 (3 août).
Extrait des Registres du Conseil d’Etat.
Veu au conseil d’Etat du Roy, la requeste des vicomte Majeur, eschevins et procureur sindic de la
ville de Dijon, pour, et au nom des habitans de la dicte ville, contenant que pour donner à sa Majesté de
nouvelles marques de leur zèle, fidélité et affection à son service, et contribuer de tout leur pouvoir aux
besoms de l’Etat en ce temps de guerre, ils offroient de luy payer et le suplioient d’agréer la somme de
quatre vingt mille livres, au moyen de laquelle il luy plairoit les maintenir et confirmer à perpétuité dans
tous les droits, immunitez, prérogatives, préeminences, franchises, libertés, pouvoirs, priviléges et
exemptions accordez à la dite ville, tant par elle que par les Roys ses prédécesseurs et ducs de
Bourgogne, et pour parvenir au payement de la dite somme par eux offerte, ils auroient {200}encore
suplié sa Majesté de leur permettre de l’emprunter au denier dix huit. ou tel autre qu’ils jugeroient à
propos, et lever par continuation les nouveaux octrois pareils aux anciens et les droits sur l’entrée des
bois à brusler, fagots et charbon accordés et establis en la dite ville, en conséquence des arrests du
conseil des douze octobre mil six cens quatre vingt quatorze, vingt neuf may, seize juin, quatorze et
vingt un aoust mil six cens quatre vingt seize et vingt un janvier mil six cens quatre vingt dix huit, et
continuer avec pouvoir de les augmenter ou diminuer par autre arrest du vingt six may mil sept cens
cinq pour le paiement et acquitement des sommes y enoncées, et ce en la manière et pendant le nombre
d’années qui sera avisé et réglé par les sieurs commissaires députez par sa Majesté pour la vériffication
des debtes en Bourgogne, pour estre les ditz nouveaux octrois et droits sur les bois, fagots et charbons
adjugez par les ditz sieurs commissaires en la manière accoutumée suivant et conformément au dit arrest
du vingt six may mil sept cent cinq, et le produit employé au remboursement des ditz quatre vingt mil
livres, arrérages et frais, après toutes fois les sommes actuellement assignées et affectées sur les ditz
octrois et droits entièrement acquittées aux créanciers, et en attendant que la continuation ait lieu,
ordonner que le payement des arrérages qui escheront des ditz quatre vingt mil livres sera fait
annuellement, soit sur les ditz nouveaux octrois et sur les droits qui se levent actuellement, soit sur les
anciens octrois, soit sur les autres fonds de la dite ville, ou de telle autre manière qu’il sera reglé et
ordonné par les ditz sieurs commissaires, sauf à en faire le remplacement sur les premiers deniers de la
dite continuation. Ouy le rapport du sieur de Chamillart, conseiller ordinaire au Conseil royal,
contrôlleur général des finances, le Roy en son Conseil a accepté et accepte les offres des vicomte
Majeur, eschevins et procureur sindic de la ville de Dijon, pour, et au nom des habitants de la dite ville,
ce faisant ordonne qu’ils payeront suivant leurs offres au trésor royal la somme de quatre vingt mil
livres en trois termes égaux, et par tiers, le premier payement au premier jour du mois de septembre
prochain, le second au premier novembre et le troisième au premier janvier suivant, et en conséquence
sa Majesté les a maintenus et confirmez, maintient et confirme à perpétuité dans tous les droits,
immunitez, prérogatives, préeminences, franchises, libertés, pouvoirs, priviléges et exemptions qu’elle
a accordez à la dite ville et les Roys ses prédécesseurs et ducs de Bourgogne, et pour faciliter aus ditz
habitans les moyens de payer la dite somme de quatre vingt mil livres, sa Majesté leur a permis et
permet de l’emprunter à constitution de rentes au denier dix huit, ou tel autre qu’ils jugeront à propos,
et pour {201}le remboursement d’icelle, des arrérages et autres frais, de lever par continuation les
nouveaux octrois et les droits sur les bois, fagots et charbons establis en la dite ville en mil six cens
quatre vingt quatorze, mil six cens quatre vingt seize, et mil six cens quatre vingt dix huit et mil sept
cens cinq, les augmenter ou diminuer en la manière et pendant tel nombre d’années qui sera avisé et
réglé par les sieurs commissaires députez par sa Majesté pour la liquidation des debtes des
communautez de la dite province, lesquels en feront les adjudications en la manière accoutumée et
suivant le dit arrest du vingt six may mil sept cens cinq à commencer du jour de l’expiration des
adjudications cy devant faites des ditz droits, et d’affecter au dit remboursement le produit des ditz
octrois et droitz, sans que les deniers qui en proviendront puissent estre saisis, arrestés, divertis ny
employez à d’autres usages qu’au payement des créanciers qui auront prestés les dites sommes; ordonne
sa Majesté que le payement des arrérages qui escheront annuellement des dits quatre vingt mil livres
jusques au temps que devra commencer la continuation des octrois et droits destinez pour le
remboursement de la dite somme principalle fait, sera soit sur le produit des dits nouveaux octrois et
droits qui se levent actuellement, soit sur les anciens octrois ou sur les autres fonds de la dite ville ou
telle autre manière qu’il sera réglé et ordonné par les dits sieurs commissaires, sauf le remplacement,
s’il est besoin, sur les premiers deniers de la dite continuation; enjoint sa Majesté aux dits sieurs
commissaires de tenir la main à l’exécution du présent arrest et seront leurs ordonnances et jugements
exécutés nonobstant oppositions, appellations ou autres empechemens quelconques dont sy aucuns
interviennent, sa Majesté s’en réserve la connoissance et à son Conseil, et icelle interdit à ses autres
cours et juges, en vertu du présent arrest pour l’exécution duquel toutes lettres nécessaires seront
expédiées.
Fait au conseil d’Etat du Roy, tenu à Versailles, le troisième jour d’aoust mil sept cens six.
RANCHIN.

Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.


{202}CXXII
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville de Dijon, par le roi Louis XV.
1719 (juillet).
Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Nos chers
et bien amez les vicomte Mayeur, eschevins et habitans de nostre ville de Dijon, capitale de nostre
province du duché de Bourgogne, nous ont très humblement fait exposer que les privileges qui leur ont
esté accordez par les ducs de Bourgogne, leurs premiers souverains, confirmez ensuite par les Roys nos
prédécesseurs, depuis que le duché de Bourgogne a esté réuny à nostre couronne, et en dernier lieu par
défunt nostre très honoré seigneur et bizayeul, le roy Louis quatorze de glorieuse mémoire, suivant ses
lettres patentes du six avril mil six cens soixante sept, outre la justice haute, moyenne et basse, civille,
criminelle et politique dans la dite ville, fauxbourgs et banlieue qui leur est patrimonialle, il leur
appartient toutes places communes, épaves, confiscations, dations de tutelle et curatelle, et confections
d’inventaires de ceux qui décèdent en la dite ville, fauxbourgs et banlieue, de quelques qualitez et
conditions qu’ils soient sans exception; la prise des personnes, biens et expéditions de tous exploits
réels à l’exclusion des autres officiers, le pouvoir de condamner et faire exécuter jusqu’à la somme de
soixante cinq sols sans qu’il soit loisible d’en appeler, la connoissance, décizion et jugement en première
instance des crimes et délitz qui se commettent par toutes personnes, comme aussy ce qui dépend des
armes, garde des portes, guet de jour et de nuit, et différends qui en procèdent privativement à tous nos
juges en l’absence des gouverneurs et lieutenants généraux au dit pays, pardevant lesquels ressortissent
immédiatement les appellations qui en proviennent. Les dits habitans ont d’ailleurs le pouvoir d’élire
chacun an le vicomte Mayeur, qui peut aussy nommer six échevins, les quels sont retenus à la pluralité
des suffrages pour l’administration des affaires de la dite ville, et arrivant le décèz du dit vicomte
Mayeur, font choix d’une personne capable pour exercer la dite charge le reste de l’année. Les exposants
ont pareillement le pouvoir de tenir et posséder francs-fiefs et nouveaux acquets {203}sans pour ce
payer aucune finance, ny estre assujettis au ban et arrière ban. Ils ont en outre la liberté de tirer aux jeux
d’arc, arbaleste et arquebuse, le droit de tirer au papegaut, chacun an, à certain jour, avec les franchises
et immunitez y appartenans; la permission de chasse et pesche, ainsy que les autres villes capitalles de
nostre royaume. Le droit de foire franche les premier febvrier et de juillet de chacune année et plusieurs
autres franchises et exemptions, droits, coutumes et libertez qui leur ont estés accordés et octroyés, tant
par les ducs de Bourgogne que par les Roys nos prédécesseurs, dont ils ont toujours paisiblement jouy.
Mais comme depuis nostre avénement à la couronne, les exposans ne nous ont point encore supplié de
leur accorder nos lettres de confirmation, et que sur ce prétexte ils pourroient être inquiétés dans la
jouissance de leurs droits et priviléges, c’est ce qui les oblige d’avoir recours à nostre justice, pour leur
estre sur ce pourveu. A ces causes ayant la mesme considération que nos prédécesseurs, pour la fidélité,
le zèle, l’obéissance et l’affection au service de l’Estat dont les exposants ont donné des preuves dans
tous les tems, et voulant leur donner occasion de les continuer, nous avons au dit vicomte Mayeur,
eschevins et habitans de notre ville de Dijon, de l’avis de nostre très cher et très amé oncle, le duc
d’Orléans, petit fils de France, Régent; de nostre très cher et très amé oncle, le duc de Chartres, premier
prince de nostre sang; de nostre très cher et très amé cousin le duc de Bourbon; de nostre très cher et
très amé cousin le prince de Conty, prince de nostre sang; de nostre très cher et très amé oncle le comte
de Toulouze, prince légitimé, et autres pairs de France, grands et notables personnages de nostre
royaume, et de nostre grâce spécialle, plaine puissance et autorité royalle, continué et confirmé,
continuons et confirmons par ces présentes signées de nostre main, tous et un chacun, les priviléges,
jurisdictions, exemptions, franchises, libertez, coutumes, droits, usages, octroys, permissions et
immunitez tels qu’ils ont esté cy dessus expliquez, à eux accordez et concédez par les lettres patentes,
tant des ducs de Bourgogne que des Roys nos prédécesseurs. Voulons et nous plaist qu’ils en jouissent
et usent tout ainsy qu’ils en ont bien et deuement jouy, jouissent et usent encore à présent, pourveu que
les dits priviléges n’ayent été révoqués par les Roys nos prédécesseurs, et par nous depuis nostre
avénement à la couronne, par aucuns édits, déclarations et arrests. Si donnons en mandement à nos amez
et féaux conseillers, les gens tenant nostre cour de Parlement et Chambre de nos Comptes à Dijon, que
ces présentes ils aient à faire enregistrer et du contenu en ycelles jouir et user plainement, paisiblement
et perpétuellement, les exposans et leurs successeurs, sans permettre qu’ils y puissent estre troublés,
{204}empeschés ny inquiétés. Car tel est nostre plaisir; et afin que ce soit chose ferme et stable à
toujours, nous avons fait mettre notre scel à ces présentes.
Donné à Paris au mois de juillet, l’an de grâce mil sept cens dix neuf, et de nostre règne le quatrième.
Par le Roy, LOUIS.
Le duc d’Orléans, Régent, présent. PHELYPEAUX.

Scellées du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Enregistrées au contrôle
général des finances, par nous, écuyer, conseiller du Roi, garde des registres du contrôle général des
finances. A Paris, le 24 juillet 1719. PERROTTIN. 1720, 19 juillet. Arrêt d’enregistrement par le
Parlement de Dijon. Original: Archives de la ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.
— Imprimé dans: Mémoire pour les vicomte-mayeur, échevins, etc., de la ville de Dijon, contre les
receveurs généraux du domaine, 1774, in-4°.
CXXIII
VILLE DE DIJON
Confirmation des priviléges de la ville, par le roi Louis XVI.
1781 (décembre).
Louis, par la grâce de Dieu, roi de France et de Navarre, à tous présents et à venir, salut. Nos chers
et bien amés les vicomte Mayeur, eschevins et habitans de notre ville de Dijon, capitale de notre
province et duché de Bourgogne, nous ont très humblement fait exposer que les priviléges qui leur ont
été accordés par les ducs de Bourgogne, leurs premiers souverains, confirmés en suite par les rois nos
prédécesseurs, depuis que le duché de Bourgogne a été réuni à notre couronne, et en dernier lieu par le
feu Roi, notre très honoré seigneur et ayeul, suivant ses lettres patentes du mois de juillet mil sept cent
dix neuf, outre la justice haute, moyenne et basse, civille, criminelle et politique, dans ladite ville,
fauxbourg et banlieue, qui leur est patrimoniale, il leur appartient toutes places communes, épaves,
confiscations, dations de tutelles et curatelles, et confections d’inventaires de ceux qui décèdent dans
ladite ville, fauxbourgs et banlieue, de quelque qualité et condition qu’ils soient, sans exception, la prise
des personnes, biens, et expéditions de tous explois réels à l’exclusion des autres officiers, le
{205}pouvoir de condamner et faire exécuter jusqu’à la somme de soixante cinq sols, sans qu’il soit
possible d’en appeller. La connaissance, décision et jugement en première instance des crimes et délits
qui se commettent par toutes personnes, comme aussi ce qui dépend des armes, gardes des portes, guet
de jour et de nuit, et différends qui en procèdent, privativement à tous nos juges en l’absence des
gouverneur et lieutenants généraux du dit pays, pardevant lesquels ressortissent immédiatement les
appellations qui en proviennent. Que les dits habitans ont d’ailleurs le pouvoir d’élire chacun an le
vicomte Mayeur, qui peut aussi nommer six échevins à la pluralité des suffrages, pour l’administration
des affaires de la dite ville, et qu’arrivant le décès du dit vicomte Mayeur, ils font choix d’une personne
capable pour exercer la dite charge le reste de l’année. Que les exposants ont pareillement le pouvoir
de tenir et posséder francs fiefs et nouveaux acquets, sans pour ce payer ancune finance, ni être assujettis
au ban et arrière ban. Qu’ils ont en outre la liberté de tirer aux jeux d’arc, arbalète et arquebuse, le droit
de tirer au papegaut, chacun an, à certain jour, avec les franchises et immunités y appartenant, la
permission de chasse et pêche, ainsi que les autres villes capitales de notre royaume. Le droit de foire
franche, les premier de février et de juillet de chaque année, et plusieurs autres franchises et exemptions,
droits, coutumes et libertés qui leur ont été accordés et octroyés, tant par les ducs de Bourgogne que par
les rois nos prédécesseurs, dont ils ont toujours paisiblement joui. Mais comme depuis notre avènement
à la couronne, les exposants ne nous ont pas encore suppliés de leur accorder nos lettres de confirmation,
et que sous ce prétexte ils pourroient être inquiétés dans la jouissance de leurs droits et priviléges, c’est
ce qui les oblige à avoir recours à notre justice pour leur être sur ce pourvû. A ces causes, ayant la même
considération que nos prédécesseurs pour la fidélité, le zèle, l’obéissance et l’affection au service de
l’Etat dont les exposants ont donné des preuves dans tous les temps, et voulant leur donner occasion de
les continuer: de l’avis de notre Conseil, et de notre certaine science, plaine puissance et autorité royale,
nous avons aus dits vicomte Mayeur, échevins et habitans de notre ville de Dijon, continué et confirmé,
et par ces présentes signées de notre main, continuons et confirmons tous et chacun les priviléges,
juridictions, exemptions, franchises, libertés, coutumes, droits, usages, octrois, permissions et
immunités, tels qu’ils ont été ci dessus expliqués, à eux accordés et concédés par les lettres patentes tant
des ducs de Bourgogne que des rois nos prédécesseurs. Voulons et nous plaît qu’ils en jouissent et usent
tout ainsi qu’ils ont bien et duement joui, jouissent et usent encore à présent, pourvû que les dits
{206}priviléges n’ayent été révoqués par les rois nos prédécesseurs et par nous, depuis notre avénement
à la couronne, par aucuns édits, déclarations et arrêts. Si donnons en mandement à nos amés et féaulx
conseillers, les gens tenant notre cour de Parlement et Chambre des comptes à Dijon, que ces présentes
ils ayent à faire enregistrer, et du contenu en icelles, jouir et user, les exposants et leurs successeurs,
pleinement, paisiblement et perpétuellement, sans permettre qu’ils y puissent être troublés, empêchés
ni inquiétés. Car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous avons fait
mettre notre scel à ces dites présentes.
Donné à Versailles, au mois de décembre, l’an de grâce mil sept cent quatre vingt un, et de notre
règne le huitième.
LOUIS.
Visa: HUE DE MIROMENIL.
Par le Roy, AMELOT.
Enregistrées sur la requête des vicomte Mayeur, échevins, sindic et habitans de la ville et commune
de Dijon. Les conclusions du procureur général du Roy, pour jouir et user par les impétrans et leurs
successeurs du contenu aux présentes, selon leur forme et teneur. Fait en la Chambre des comptes à
Dijon, le quatorzième décembre mil sept cent quatre vingt deux.
CINQFONDS.
Enrégistré au greffe de la Cour, conformément à l’arrêt du deux décembre mil sept cent quatre vingt
deux.
LAURENT.

Scellé du grand sceau en cire verte à lacs de soie rouge et verte pendants. Original: Archives de la
ville de Dijon, B3, Priviléges et franchises de la Commune.
{207}CXXIV
VILLE DE BEAUNE
Charte de commune octroyée par Eudes III, duc de Bourgogne, aux habitants de Beaune.
1203.
In nomine sancte et individue Trinitatis.
Noverint universi presentes et futuri, quod ego Oddo dux Burgundie, dedi et concessi hominibus
de Belna, communiam habendam in perpetuum ad formam communie Divionis, salva libertate quam
prius habebant.
1. Infra villam Belne, alter alteri secundum opinionem suam auxiliabitur, et {208}nullatenus
patietur, quod aliquis alicui eorum aufferat aliquid, vel de rebus suis aliquid capiat.
2. Creditio de pane et de vino et aliis victualibus fiet mihi Belne XV diebus, et si infra predictum
terminum credita non reddidero, nichil amplius michi credent, donec credita persolventur.
3. Si quis sacramentum alicui facere debuerit et ante arramitionem sacramenti se in negocium suum
iturum esse dixerit, propter illud faciendum de itinere suo non remanebit, nec ideo incidet; sed postquam
convenienter submonitus fuerit, sacramentum faciet.
4. Si archipresbyter Belne aliquem implacitaverit, nisi clamor ante venerit vel forefactum
apparuerit, non ei respondebit. Si tamen testem, contra quem accusatus se deffendere non possit,
habuerit, emendabit.
5. Si aliquis aliquam injuriam fecerit homini qui hanc communiam juraverit, et clamor ad juratos
inde venerit; si ipsum hominum qui injuriam fecit capere potuerint, de corpore suo vindictam capient,
nisi forefactum emendaverit, illi cui illatum fuerit, secundum judicium illorum qui communiam
custodierint.
6. Et si ille qui forefactum fecit, ad aliquod receptaculum perrexerit, et homines communie, ad
receptaculum transmiserint et domino receptaculi, vel primatibus ipsius loci questionem fecerint, ut de
eorum inimico faciant eis rectitudinem. Et si facere voluerint, rectitudinem accipient; quod si facere
noluerint homines communie auxiliatores erunt faciendi vindictam de corpore et de pecunia ipsius qui
forefactum fecit et hominum illius receptaculi, ubi inimicus eorum erit.
7. Si merchator in istam villam ad merchandum venerit et aliquis ei aliquid fecerit injurie infra
villam: Si jurati inde clamorem audierint et merchator in ista villa eum invenerit homines communie ad
vindictam faciendam, super hoc recte secundum opinionem suam, auxilium prestabunt; nisi merchator
ille de hostibus dicte communie fuerit; et si aliquod receptaculum, ille adversarius perrexerit, si
merchator vel jurati ad eum miserint et illi satisfacerit merchatori secundum judicium juratorum
communie, vel probare et offendere poterit se illud forefactum non fecisse, communie sufficiet; quod
si facere noluerit; {209}si postmodum infra villam Belne capi poterit, de eo vindictam faciant jurati.
8. Nemo, preter me et senescallum meum, poterit conducere in villam Belne hominem qui
forefactum fecit homini qui hanc communiam juravit, nisi forefactum emendare venerit secundum
judicium illorum qui communiam servant.
9. Pecuniam illam quam homines crediderunt, qui sunt de communia antequam communiam
jurassent, se rehabere non poterunt postquam inde justum clamorem fecerint, querant quoquomodo
possint quod creditam pecuniam rehabeant. Pro illa vero pecunia quam crediderunt postquam hanc
communiam juraverunt, nullum hominem capient nisi sit debitor, vel fideijussor.
10. Si extraneus homo panem suum vel vinum in villam Belne causa securitatis adduxerit; si postea
inter dominum ejus et homines communie discordia emerserit, quindecim dies habebit vendendi panem
et vinum in ea villa et defferendi nummos et aliam pecuniam suam preter panem et vinum, nisi ipse
forefactum fecerit vel fuerit cum illis qui forefactum fecerunt.
11. Nemo de villa predicta qui hanc communiam juraverit, credet pecuniam suam vel commodabit
hostibus communie, quamdiu guerra durabit et si quis probatus fuerit aliquid credidisse hostibus
communie, justicia de eo fiet ad judicium juratorum communie.
12. Si aliquando homines communie contra hostes suos exierint, nullus de communia loquetur cum
hostibus communie nisi licentia custodum communie.
13. Adhuc homines statuti jurabunt quod neminem propter amorem, seu propter odium deportabunt
vel gravabunt et quod rectum judicium facient secundum suam existimationem. Omnes alii jurabunt
quod idem judicium quod predicti super eos facient et pacientur et concedent nisi probare poterunt quod
de censu proprio persolvere nequeunt.
14. Universi homines Belne in cujuscumque territorio morentur communiam jurent. Qui vero jurare
noluerit, illi qui juraverunt, de domo ipsius et de pecunia ejus justitiam facient.
{210}15. Si quis autem de communia aliquid forefecerit et per juratos emendare noluerit, homines
communie ex inde facient justiciam.
16. Si quis ad sonum factum pro congreganda communia non venerit, XII denaria emendabit.
17. Nullus infra villam Belne aliquem potest capere, nisi Maior et jurati quamdiu justitiam de eo
facere voluerint.
18. Si quis de communia, vel ipsa communia michi aliquid forefecerit, oportebit ut in curia sancte
Marie veniat, et ego per Majorem communie ad judicium juratorum, justiciam de eo vel de ea capiam;
nec eos extra predictam curiam vel placitare vel cartam monstrare compellere potero.
19. Si aliquis fregerit bannum vendemiarum, emendatio erit super Majorem et super juratos et
emendatos illa erit mea.
20. Si autem dissentio aliqua postmodum emerserit, scilicet de judicio faciendo sive de aliquo quod
non sit in hac carta provocatum, secundum cognitionem et testimonium juratorum communie Divionis
emendabitur, nec proinde in me forefecisse reputabitur.
21. De justicia vero et forefactis meis ita statutum est. De sanguine violenter facto, si clamor inde
fiat et probatio, VII solidos emendabitur et vulneratus habebit XV solidos.
22. Si compositio de duello ante ictum, vel post ictum fiat, LXV solidos et VI denarios habebo. Si
duellum victum fuerit, in dispositione mea erit.
23. De juisio fiet sicut et de duello.
24. Si homo de communia deprehensus in furto et comprobatus fuerit, in dispositione mea erit de
eo.
25. De multro etiam erit in dispositione mea et arbitrio meo, et qui multrum fecerit Preposito meo
traditur, si Maior inde posse habuerit nec de cetero recipietur in communia nisi assensu juratorum.
{211}26. Infractio Castri LXV solidos emendabitur.
27. De forefacto fructuum in dispositione Majoris et juratorum erit, nisi de nocte fiat, et
comprobatus LXV solidos emendabitur.
28. De raptu erit in dispositione et arbitrio meo si mulier tamen tantum clamaverit, quod a legitimis
hominibus audita fuerit, qui hoc probare possint.
29. Infractio chemini, LXV solidos emendabitur.
30. De falsa mensura VII solidos habebo, insuper jurabit quod de consciencia sua falsam mensuram
non habuerit. Si autem jurare noluerit, LXV michi persolvet.
31. Si quis pedagium vel ventas extra villam Belne absque assensu pedagiarii vel ventarii portaverit,
LXV solidos persolvet, si inde comprobatus fuerit.
32. Sciendum vero, quod omnia ab hiis que in hac carta continentur, in dispositione Majoris et
juratorum sunt.
33. Si ego communiam pro exercitu meo submovero, mecum ibunt, vel cum senescallo meo vel
conestallo meo, infra regnum Francie, secundum posse suum, rationabiliter, et mecum erunt XL diebus.
Si vero aliquod castrum infra Ducatum meum obsedero, tunc erunt mecum per voluntatem meam.
Sciendum quod homines communie famulos receptabiles in exercitum meum mittere possunt.
34. Communia potest retinere homines, cujuscumque territorii fuerint in villa, secundum
consuetudines et usagium patris mei et predecessorum.
35. Monetam vero meam Divionis non possum fortiorem facere, quam ad legem quinque
denariorum.
36. Archiepiscopus vero Lugduni, Eduensis, Lingonis et Cabilonis episcopi, hanc communiam ad
petitionem meam manutenendam promiserunt, taliter quod si ego, vel alius de quo posse habeam,
instituta communie, que in presenti carta continentur, infregerit, ex quo inde ad eos clamor pervenerit;
ipsa quoque infractio per Majorem communie, vel per alium loco Majoris, si Major ire secure {212}non
poterit, per duos alios de juratis communie, quos Major juramento firmaverit esse legitimos, fuerit
comprobata. Archiepiscopus, et Episcopi, ut ipsam infractionem emendant reddendo capitale, per se vel
per suos nuntios infra regnum Francie me submonebunt: si vero post submonitionem factam, ipsam
infractionem infra XIIII dies non emendavero, totam terram meam interdicto supponent, preter Belnam
et usque ad satisfactionem facient emendari.
37. Sciendum, quod filii mei, vel uxor mea commendatos, vel homines tailliabiles infra Belnam
habere non possunt.
38. Preterea si homo de communia, pro debito meo bene et fideliter cognito, captus fuerit, vel
aliquid amiserit de meis redditibus Belne, vel de censa, si redditus non sufficiet, redimetur, vel quod
amiserit restituetur.
39. Concessi etiam eis, quod si prepositus Belne aliquid acceperit de rebus hominum communie,
reddet sine omni placito, quantum ille homo probaverit, si legitimis a Majore communie testificatur
fuerit.
40. Sciendum etiam, quod pro promissione hujus communie reddent michi vel preposito meo
homines mei de hac communia, annuatim, CC marchas talis argenti, quale cambitores in nundinis dant
et recipiunt, reddendas apud Belnam, ad octavas Omnium Sanctorum C marchas, et ad octavas Pasche
C.
41. Sub prenominatis itaque constitutionibus, omnes homines meos, quicumque in scripta
communia fuerint, quietos et immunes a tailla in perpetuum esse concedo.
42. Si vero contingerit quod hoc frangerem, homines de communia possunt ire libere ubicumque
voluerint, et tenere quicquid tenebant.
43. Concessi etiam ville totum attractum et aschaaites quas habui in villa Belne, ex quo H. de Reion
obiit, et quod acquiram, preter hoc quod ipse H. tenebat.
44. Ut autem hoc ratum et inviolabile permaneat, prefatam communiam juravi tenendam, et
irrefragabiliter observandam, et sigilli mei impressione munivi, salvo quidem jure meo, et Ecclesiarum,
et militum, et salvis omnibus hiis que habebant Ecclesie et milites in hominibus suis in tempore patris
mei, et {213}ante communiam quam in predicta villa aliquid juris habent absque captione hominum.
Actum anno Verbi millesimo ducentesimo tertio, Philippo rege Francorum regnante.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans


Pérard, Recueil de pièces pour servir à l’histoire de Bourgogne, p. 274.
CXXV
VILLE DE BEAUNE
Concession du ban de vendanges, faite par le duc Eudes III, à la commune de Beaune.
1210.
Ego Odo, dux Burgundie, notum facio presentibus et futuris, me dedisse et in perpetuum
concessisse hominibus meis Belnensibus, bannum, quem tempore vindemiarum in vineis Belnensibus
habebam. Quod ut ratum habeatur, presens scriptum sigillo meo confirmavi. Actum anno Domini
millesimo, CC° decimo in Decembri.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans


Pérard, p. 281.
CXXVI
VILLE DE BEAUNE
Confirmation de la charte de commune, par le duc Hugues IV.
1228.
Ego Hugo, Dux Burgundie, notum facio presentibus et futuris, quod ego juravi bona fide servare
communiam Belnensem in franchesia et bonis consuetudinibus, {214}sicut in carta bone memorie
Odonis ducis Burgundie patris mei plenius continentur, et quando sigillum militis habebo, illud predicte
carte apponam. Actum anno Domini M° CC° vicesimo VIII.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CXXVII
VILLE DE BEAUNE
Lettre de Hugues IV au pape Grégoire, pour soumettre à sa sanction la règle de la prestation des marcs
qu’il venait de donner à la commune de Beaune.
1232.
Sanctissimo patri ac Domino Gregorio summo pontifici, Hugo dux Burgundie, suus humilis filius,
devota pedum oscula beatorum sanctitatem vestram, humiliter exoro patre sancte, quatenus confirmare
dignemini hominibus meis ville Belne, libertatem illam quam eisdem hominibus et eorum heredibus
contuli et concessi et sacramento meo prestito in perpetuum tenendam firmam, sicut in litteris meis
super hoc confectis, quibus eisdem hominibus tradidi plenarie continetur, quarum tenorem feci inferius
annotari. Rogo etiam et exoro ut venerabili in Christo patri domino archiespiscopo Lugduno, datis, vel
mandatis, ut potestatem habeat supponendi terram meam et homines meos interdicto preter villam
Belne, si contra hanc libertatem aliquando per me vel alium vellem ire, aut in aliquo resilire. Tenor
autem litterarum mearum et dicte libertatis quam eisdem meis hominibus tradidi est talis:
In nomine sancti et individue Trinitatis. Amen.
Noverint universi presentes et futuri quod ego Hugo dux Burgundie dedi et concessi in perpetuum,
talem libertatem hominibus meis ville Belne quod dictior ejusdem ville Belne non pagabit michi per
annum de censa ducentarum marcharum argenti quam debent michi, annuatim, nisi unam marcham
argenti et iidem homines sic tenentur michi facere valere annuatim villam Belne dictam censam
ducentarum marcharum argenti, talis argenti scilicet quale scambitores {215}inter se dant et recipiant,
reddendarum etiam apud Belnam mihi vel mandato meo die martis proxima ante ramos Palmarum, vel
in sabbato magno Pasche apud Barrum. Et si tunc dicta censa non redderetur, ego possem vadiare. Si
autem levando a dictiore dictam marcham argenti annuatim, predicta summa ducentarum marcharum
non posset levari de predicta villa, manentes in villa eidem tenentur supplere quod deerit a predicta
summa. Et si levando marcham a dictiore de villa antedicta plus quam ducentas marchas argenti valuent,
quod plus valebit meum erit. Major vero et scabini prius electionem Majoris et scabinorum quolibet
anno jurabunt quod facient michi valuere villam Belne quantum poterunt bona fide ultra summam
predictam ducentarum marcharum; levando unam marcham annuatim a dictiore tantum modo sicut
predictum est; tradetur eisdem majori et scabinis super hoc quod ex inde fecerint per juramentum
predictum, nec ultra hoc poterunt a me super hoc in aliquo molestari; hanc autem libertatem et has
pactiones juravi tenendas et inviolabiliter in perpetuum observandas, salvis nichilominus eisdem
hominibus omnibus libertatibus, juribus cartis et instrumentis a me et a predecessoribus meis nec non
et a quibuscumque aliis sibi concessis et etiam consuetudinibus suis et bonis usibus hucusque habitis et
obtentis. Si autem, quod absit, ab hujus modi libertatibus et pactionibus in aliquo resilirem, vel alius per
me, volo et concedo quod venerabiles in Christo Patres Dominus Archiespiscopus Lugdunensis,
Eduensis, Lingonensis, Cabilonensis Episcopi qui pro tempore fuerint, homines meos et terram meam
excepta villa Belne, prout juridictioni eorum subjiciuntur, supponent interdicto sine aliqua offensa mea
usque ad satisfactionem condignam, irrefragabiliter observando. In hujus autem rei testimonium
presentes litteras dictis Majori et communie tradidi sigilli mei munimine roboratas. Actum publice anno
Domini M° ducentesimo tricesimo secundo.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


{216}CXXVIII
VILLE DE BEAUNE
Garantie de la charte des marcs, par Robert, archevêque de Lyon.
1232.
Robertus Dei gratia prime Lugdunensis ecclesie Archiepiscopus universis presentes litteras
inspecturis eternam in Domino salutem. Noveritis quod nos ad petitionem et instantiam dilecti
consanguinei et fidelis nostri Hugonis ducis Burgundie promisimus et tenemur hominibus ejusdem
ducis ville Belne, quod si idem dux per se vel per alium resilierit a libertate marcharum argenti quam
ipse dedit et concessit eisdem hominibus Belne et heredibus eorum in perpetuum, aut si resilierit a
pactionibus que in carta ex inde confecta continentur plenius sigillo ejusdem ducis sigillata et dictis
hominibus tradita in anno domini millesimo ducentesimo tricesimo secundo. Nos usque dum ad
libertatem predictam tenendam et ad alias pactiones carte sue predicte tenendas et observandas redierit
et dampna eisdem hominibus ex inde facta integraliter restituerit terram suam et homines suos
ubicumque sint in nostra provincia preter villam Belne indelectum suffraganeorum nostrorum quorum
litteras super eisdem pactionibus penes se habent sicut intelleximus homines Belne predicti districto
supponemus interdicto et faciemus firmiter observari premissa tamen competenti monitione, et hoc
faciemus quocienscumque clamor dictorum hominum super resultum dicti ducis ad nos pervenerit aut
per certum mandatum ipsorum nobis fuerit nuntiatus. Quibus hominibus vel cui certo mandato
credemus de resultu ejusdem ducis per suum proprium sacramentum. In hujus rei testimonium presentes
litteras sigillo nostro duximus roborandas. Actum anno domini millesimo ducentesimo tricesimo
secundo.
Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.
{217}CXXIX
VILLE DE BEAUNE
Garantie semblable, donnée par Guy, évêque d’Autun.
1232.
Guido Dei gratia Eduensis Episcopus, universis presentes litteras inspecturis, eternam in Domino
salutem. Noveritis quod ad requisitionem Hugonis ducis Burgundie promisimus et tenemur hominibus
ejusdem ducis ville Belne, quod si idem dux per se vel per alium resilierit a libertate marcarum argenti,
quam ipse dedit et concessit eisdem hominibus Belne et eorum heredibus in perpetuum; aut si resilierit
a pactionibus que in carta super hoc confecta continentur plenius, quam idem dux dictis hominibus
sigillo suo sigillatam tradidit in anno Domini M° CC° tricesimo secundo. Nos usque dum ad libertatem
predictam tenendam et ad alias pactiones carte sue predicte tenendas et observandas redierit et dampna
eisdem hominibus ex inde facta integraliter restituerit terram suam et suos ubicumque sint in nostra
diocesi preter villam Belne, homines districto sub ponemus interdicto et faciemus firmiter observari
competenti monitione premissa, et hoc faciemus quocienscumque clamor dictorum hominum super
resultu dicti ducis ad nos pervenerit aut per certum mandatum ipsorum nobis fuerit nuntiatus, quibus
hominibus vel cui certo mandato credemus de resultu ejusdem ducis per suum proprium sacramentum.
In hujus rei testimonium presenti pagine sigillum nostrum apposuimus. Actum est hoc anno domini
millesimo ducentesimo tricesimo secundo.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


{218}CXXX
VILLE DE BEAUNE
Garantie semblable, donnée par Guillaume, évê que de Chalon.
1232.
Willelmus Dei gratia Cabilonensis episcopus universis presentes litteras inspecturis, eternam in
Domino salutem. Noverit quod ad requisitionem Hugonis ducis Burgundie...... Le reste identique à la
charte précédente.

??
CXXXI
VILLE DE BEAUNE
Confirmation de la charte de commune de Beaune, par le duc Robert II.
1275 (octobre).
Nos Robertus dux Burgundie notum facio universis presentes litteras inspecturis quod nos
juravimus bona fide servare communiam Belnensem in franchisia et bonis consuetudinibus sicut in carta
bone memorie Odonis ducis Burgundie avi nostri plenius continetur. In cujus rei testimonium et
munimen perpetuum litteris istis sigillum nostrum duximus apponendum. Actum anno domini
millesimo ducentesimo septuagesimo quinto, mense octobris.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans


Pérard, p. 281.
{219}CXXXII
VILLE DE BEAUNE
Charte du duc Robert, qui supprime la prestation des marcs, la remplace par une taille annuelle, et
autorise les magistrats à lever des impôts pour les besoins de la commune.
1283 (décembre).
In nomine sancte et individue Trinitatis, Amen. Nos Robertus dux Burgundie, notum facimus
universis presentes litteras inspecturis, vel audituris, quod nos concedimus hominibus nostris communie
Belne, ut de ducentis marchis argenti, in quibus singulis annis nobis ducibus Burgundie tenentur, prout
in carta communie Belne continetur, ipsi homines sint liberi et immunes, et de dictis etiam ducentis
marchis argenti ipsos homines liberamus, absolvimus, et quittamus, in hunc modum. Quicumque sit de
communia predicte Belne, domicilium habens, morans homo noster apud Belnam, habens aut habiturus
quoquomodo in bonis valorem seu extimationem sexcentarum librarum monete Turonensis parve et
plus, quantumcumque habeat, aut a quibuscumque personis aquirat, solvet nobis, vel mandato nostro,
quolibet anno, duas marchas argenti tantum et non plus. Ille autem qui non habebit in bonis valorem
seu extimationem sexcentarum librarum Turonensium monete predicte, descendendo de quibuslibet
centum libris dicte monete Turonensis, solvet nobis, vel mandato nostro, quolibet anno, viginti solidos
dicte monete Turonensis et non plus. Qui vero minus habebit de centum libris dicte monete, secundum
minus descendendo, persolvet secundum modum extimationis bonorum suorum. Ille vero qui habebit
in bonis valorem seu extimationem decem librarum tantum dicte monete Turonensis, vel minus, si sit
persona que possit ex artificio suo victum et vestitum sibi acquirere, solvet nobis, vel mandato nostro,
duodecim denarios dicte monete Turonensis et non plus. Qui solvere volet duas marchas argenti jurare
valorem seu extimationem rerum suarum vel bonorum suorum non compelletur; sed qui duas marchas
argenti solvere noluerit, vel recusaverit, valorem seu extimationem {220}bonorum suorum jurabit in
presentia Majoris et scabinorum communie Belne, et mandati nostri, si velit mandatum nostrum
interesse. Si Major et jurati intelligerint jurantem esse bone fame credetur eidem juranti, ex suo simplici
solo juramento sine alia omni inquisitione vel probatione super hoc facienda. Si vero sinistra suspicio
habeatur de jurante, Major et scabini inquirent per quinque de vicinis fide dignis et propinquioribus hinc
et inde super hoc juratis, valorem seu extimationem bonorum ejusdem cujus sinistra suspicio habetur:
et si repererint per juramentum majoris partis dictorum vicinorum, illum cujus sinistra suspicio habeter,
habere in bonis majorem valorem seu extimationem quam juraverit, de majori valore seu extimatione,
ille qui juraverit, cujus sinistra suspicio habebitur, secundum formam et modum supradictum, usque ad
dictas duas marchas solvet tantum, absque pena vel emenda solvenda vel levanda. Quicumque motu
proprio voluntatis, mandato nostro concordaverit alias etiam quam predictum est satisfaciendo, volumus
et concedimus eos esse quittos, et liberos, et immunes. Major et scabini facient preconizari post festum
Omnium Sanctorum, quod quicumque sit de communia Belne, domicilium habens, morans homo noster
apud Belnam, satisfaciat de marchis et pecunia predictis in terminis statutis, secundum valorem et
extimationem bonorum suorum, ad modum supradictum terminorum, quibus satisfaciet de marchis et
pecunia predictis. Primus erit in octavis festi beati Andree Apostoli, in quo satisfiet de medietate;
secundus terminus in quindena Pasche, in quo de alia medietate satisfiet. Major et scabini, nolentes
satisfacere de pecunia et marchis predictis secundum formam et modum predictum, ad requisitionem
mandati nostri, compellent ad satisfaciendum, per bonorum suorum, non corporum, captionem. Si sint
aliqui rebelles ad jurandum vel satisfaciendum, ut predictum est, si mandatum nostrum petat a Majore
et scabinis eos cogi ad jurandum vel ad satisfaciendum, et Major et jurati dicant quod eos commode
cogere non possint, mandatum nostrum poterit eos cogere ex ista causa, absque corporis captione. Ab
illis autem qui de pecunia et marchis predictis, juxta modum predictum, satisfecerint, vel satisfacere
voluerint, neque nos, neque mandatum nostrum possumus, neque Major, nec scabini predicti, possunt
vel debent pro illis qui de marchis et pecunia predictis satisfacere noluerint, aliquid petere, nec cogere
pignorare, gaigiare, ad solvendum vel satisfaciendum pro illis qui satisfacere noluerint: tamen ipsi
satisfacientes vel satisfacere volentes pro extimatione bonorum suorum, juxta modum pro aliis
satisfacere nolentibus minime teneantur. Filios aut filias, conjugati sint, aut non morantes cum patribus
vel matribus vel aliquo ipsorum, a duabus marchis {221}argenti et pecunia predictis volumus et
concedimus esse quittos, liberos, et immunes, fratres, sorores, nepotes, neptes, et ceteri descendentes,
qui partiti non fuerint vel divisi, pro una persona reputabuntur, et ut una persona duabus marchis argenti
et pecunia predictis satisfacient, juxta modum predictum. Si vero predicte persone partite et divise
fuerint, quamvis in simul moram facient, tenentur ad solutionem marcharum et pecuniarum
predictarum, secundum formam supradictam. Liberi, fratres, sorores, nepotes, neptes, et ceteri
descendentes, existentes in avoëria, a duabus marchis argenti et pecunia predictis erunt quitti, et quitte
liberi, et libere immunes, donec sint majores annis, secundum patrie consuetudinem. Guidonem
Balduini dominum Cherreij, et semper unum ex heredibus suis et heredum suorum perpetuo
descendentem, pro una marcha argenti, quolibet anno nobis vel mandato nostro solven da et Girardum
Fleichart pro nichilo solvendo, et suos heredes perpetuo. Parisetum Bolerant, quamdiu vivet, pro nichilo
solvendo. Relictam Magistro Jacobi apothecarii quamdiu vivet, solummodo pro quinque solidis
quolibet anno per cursum vite sue persolvendum. Et Remigium revenditorem, quamdiu vivet
solummodo, pro nichilo solvendo. Pro carreriis Belne reparandis, a duabus marchis argenti et pecunia
predictis volumus et concedimus esse liberos et immunes. Pignora vel gaigia que Major et scabini Belne
capient, seu capi facient ab illis qui de duabus marchis argenti vel de pecunia predictis non satisfecerint,
postquam mandato nostro tradita fuerint, per octo dies continuos servabuntur, antequam vendantur.
Dolia et cupe in extimationem bonorum computabuntur, et omnia utensilia hospitij, quecumque sint, et
vestes consute, in valore seu extimatione bonorum non computabuntur, neque reputabuntur. Vestes
empte ut revendantur, et utensilia hospitiorum, que habentur ad opus hospitum suscipiendorum, in
valore seu extimatione bonorum reputabuntur. Quicumque sit Major communie Belne, in anno seu annis
sui regiminis ipsum a duabus marchis argenti et pecunia predictis quittamus, volumus et concedi mus
esse exceptum, liberum et immunem. Nos, vel dux Burgundie, vel quicumque successor, nostri seu alij
causam habentes, per nos vel per alium petere non poterimus ab hominibus communie Belne predictas
ducentas marchas argenti, que per conventiones predictas duarum marcharum argenti et pecunie
predictarum per extimationem bonorum juxta modum predictum quitte sint et remisse, et contenta
predictis conventionibus ex eadem causa debentur, exque predicte ducente marche {222}debentur.
Homines communie Belne huc extantes de communia, seu recedentes a communia, et de communia
non existentes, volumus et concedimus a satisfactione et a probatione satisfactionis super duabus
marchis argenti et pecunia predictis esse quittos, liberos et immunes, nisi de anno ultimo in quo ab eis
satisfactionis probatum exigetur. Homines communie Belne recedentes a Belna, ubicumque se
transferant vel morentur, tenebunt et habebunt bona sua omnia et singula, ubicumque sint sita, et de
dictis bonis suis omnibus suam poterunt facere plenariam voluntatem, tam libere quam ante
conventiones que in istis litteris continentur, et ante confectionem presentium litterarum ea tenere
poterunt vel debebunt; ita quod per hoc juri nostro nullum prejudicium auferatur, et dictis hominibus
nihil conqueratur, preter id quod supra est expressum de duabus marchis argenti et aliis summis
predictis, pro quibus secundum modum predictum ducente marche que nobis ante presentis littere
confectionem ab hominibus nostris Belnensibus debebantur, remisse sunt et quittate. Si quid juris,
rationis vel actionis sit acquisitum predictis hominibus ex facto nostro vel predecessorum nostrorum,
vel aliquis ipsorum, vel aliqua alia ratione qualitercumque, secundum tenorem instrumentorum suorum
litterarumque suarum, aut alias, volumus et concedimus eisdem hominibus esse salvum, litteris
presentibus nonobstantibus et conventionibus prenotatis. Major et scabini communie Belne, pro negotiis
dicte communie ville Belne poterunt imponere aut inducere hominibus predictis communie ville Belne,
et levare a dictis hominibus quantamcumque summam pecunie voluerint, et quamcumque viderint
expedire; et si ad jactus dictorum negotiorum dicte communie ville Belne faciendos mandatum nostrum
interesse voluerint, intererit in hoc socius, tanquam unus de scabinis ville Belne, et jurabit super sancta
Dei Evangelia, quod in dictis jactibus dictarum missionum faciendis bene et fideliter se habebit. Et
sciendum est, quod virtute hujusmodi littere, vel eorum qui in presenti littera continentur, super homines
predictos vel super bona sua, sive ratione possessionis, sive proprietatis vel receptionis pecunie, aut
marcharum predictarum, exigere non possumus, nec dicti homines super nos, nec reclamare plus juris
aut rationis, quam poteramus et debebamus ante presentem littere confectionem, vel perfectionem
eorum que in presenti littera continentur; omnibus tamen punctis et articulis presentis littere durantibus
in sui roboris firmitate. Promittimus insuper, pro nobis et nostris heredibus et successoribus nostris, et
causam a nobis habentibus, per stipulationem legitimam et solemnem, et per juramentum nostrum super
Sancta Dei Evangelia corporaliter prestitum, omnia privilegia et omnes libertates generaliter aut
specialiter, a predecessoribus nostris, aut a nobis, {223}vel a quibuscumque, dictis hominibus
concessis, et concessa inviolabiter observare. Volumus quod usus et consuetudines rationabiles predicte
communie, ac hominum predictorum, nullo modo refringi per ea que in presenti littera continentur; ita
quod per hoc juri nostro nullum prejudicium auferatur, et dictis hominibus nichil novi queratur, preter
id quod super est expressum, quod de duabus marchis argenti et aliis summis predictis, pro quibus,
secundum modum predictum, ducente marche, que nobis ante confectionem presentis littere ab
hominibus nostris Belne debebantur, remisse scilicet et quittate. Obligantes nos, et nostros heredes, et
successores, et causam a nobis habentes, per nostrum jam prestitum juramentum, ad omnia singula
supradicta, ac si specialiter essent innumerata proposita, et ita firmiter tenenda, et in perpetuum
inviolabiliter observanda, et in nullo contravenire promittimus, per nos vel per alium, ut nec
contravenire volenti in aliquo consentire verbo, signo, vel facto, seu consensu, tacite, vel expresse, aut
modo alio qualicumque vel quocumque. Volentes et concedentes, quod si aliqua contrarietas,
repugnantia, dubietas, obscuritas, aut duplicitas inveniatur aut reperiatur, quocumque modo et
quocumque tempore, in privilegiis, instrumentis, litteris, et cartis dicte communie Belne, ex qua in dictis
privilegiis, instrumentis, litteris et cartis, sive antica vel nova sunt, et continentur et exponentur,
secundum quod melius et utilius poterunt intelligi, rationabiliter ad utilitatem dicte communie et
hominum predictorum, ac exponi. Renunciamus siquidem in hoc facto, ex certa scientia, per
juramentum predictum, exceptioni doli mali, lesionis, vel deceptionis. In factum, omni actioni nobis et
nostris heredibus sive successoribus vel a nobis causam habentibus, quantum ad revocandum predicta
vel aliquid de predictis competenti vel in futurum competiture; implorationi judicis officij et prelati
constitutioni presente utroque, et omni auxilio totius juris canonici et civilis, et omnibus exceptionibus,
juribus, rationibus, allegationibus, deffensionibus totius juris et facti, et aliis quibuscumque, que contra
presens instrumentum vel factum possent obiici vel opponi, et juri dicenti generalem renunciationem
non valere. In quorum omnium testimonium et munimen perpetuum, litteris istis sigillum nostrum
duximus apponendum. Actum anno Domini M° CC° octogesimo tertio, mense decembris, Philippo Rege
Francorum nunc regnante.

Original: Archives de la ville de Beaune, Contributions. — Copie du temps: Archives de la Côte-


d’Or, Chambre des comptes de Dijon. Cartulaire, B 10423, folio 109, verso. — Imprimé dans Pérard;
p. 276.
{224}CXXXIII
VILLE DE BEAUNE
Ratification de la charte précédente par la commune de Beaune, et traité avec le même prince pour
l’acquittement des dettes de la ville.
1283 (décembre).
In nomine Domini, Amen. Anno incarnationis ejusdem millesimo ducentesimo octogesimo tertio,
mense decembris, nos Hugo de Pomarco, Major, Guido Jomers, Guido Balduini juvenis, Hugo
Scambitor, Perrellus Ynglote, Renaudus Porcherii, Johannes Cambellani, scabini et communia
Belnensis notum facimus omnibus presentes litteras inspecturis vel audituris, quod cum dominus noster
karissimus Robertus dux Burgundie, ex sua mera et liberali gratia nobis concesserit, quod de ducentis
marchis argenti, in quibus singulis annis tenebamur, ipsi Domino duci Burgundie, prout in quarta nostra
continentur, nos et nostri successores perpetuo sumus quitti, liberi et immunes in hunc modum: quod
quicumque sit de communia Belnensi domicilium habens, morans homo dicti domini Ducis apud
Belnam habens aut habiturus quoquomodo, in bonis valorem seu extimationem sexcentarum librarum
Turonensium monete parve, vel plus, quantumcumque habeat, aut a quibuscumque personis acquirat,
solvet ipsi domino Duci, vel mandato suo, duas marchas argenti tantum, et non plus. Et ille qui non
habebit valorem seu extimationem sexcentarum librarum Turonensium monete parve, descendendo de
quolibet centum dicte monete Turonensis, solvet sibi, vel mandato suo, quolibet anno, viginti solidos
dicte monete Turonensis, et non plus. Si vero minus de centum libris Turonensibus descendendo minus
solvet, secundum modum quod in quadam littera que a dicto domino Duce habemus, plenius continetur.
Nos videntes nostram communiam ex pluribus et arduis debitis oneratam, que, prout debentur ad
presens, non possunt sine maximo damno dicte communie persolvi neque reddi, unanimiter et
concorditer agimus et tractamus cum domino Duce predicto, in hunc modum: quod dictus Dominus
Dux tenetur solvere pro nobis Petro Nicon burgensi Clugniacensi nonagintas et sexaginta libras
Turonenses et Danieli Ysuardi civi Astensi octies viginti et tresdecim libras Turonenses, per terminos
supra hoc statutos et prefixos, et quamdiu vivet Magister Johannes de Lugduno clericus ipsius domini
Ducis, eidem {225}Magistro Johanni, singulis annis quamdiu vivet idem Magister Johannes, centum
libras Turonenses, et nos et nostros successores de eisdem acquittare et idempnes modis omnibus
observare. Nos eidem domino Duci concedimus ratione dicte gratie et debitorum quorum persolvet
supradicta, quod istud abonamentum usque ad annos septem proximo et continue venturos, qui incipient
in octabis festi beati Andree Apostoli, quod erit anno Domini millesimo ducentesimo octogesimo
quarto, dicto domino Duci duplicetur, et duplum eidem persolvatur ab omnibus suis morantibus apud
Belnam, salvo nobis et supervenientibus in villa Belnense, quod supervenientes de dupplo istius
abonamenti nihil solvent, immo sint quitti et liberi pro simplici persolvendo, videlicet pro quolibet
centum libris Turonensibus pro viginti solidis Turonensibus, et de plus ascendendo usque ad duas
marchas que non possunt excedi et diminuendo de minori numero minus, secundum quod in quarta
quam habemus a domino Duce supradicta continetur, exceptis illis qui convenerunt nobiscum de re
certa solvenda et illis cum quibus convenimus de nichilo solvendo qui super abonamento isto se
transibunt, secundum quod in litteris quas a dicto domino Duce habemus continetur, et salvo nobis et
nostris successoribus et heredibus quod dictis septem annis elapsis quod nos et nostri heredes et
successores de dicto dupplo perpetuo sumus quitti, liberi penitus et immunes et quod presens
instrumentum nostri neque successoribus nostris non possit prejudicium generare, et quod propter hoc
instrumentum dominus Dux neque sui heredes sive causam ab ipso habentes super nos neque super
nostris heredes neque successores neque super bona nostra aliquid juris sive proprietatis, possessionis
aut saissine sive receptionis marcharum et pecunie predictarum, non possunt reclamare, et quod omnes
alie littere nostre libertatis et franchisie in sui roboris perpetuo permaneant firmitate. In quorum omnium
testimonium et munimen litteris istis sigillum dicte communie duximus apponendum. Datum anno et
mense predictis.
Scellé du sceau et du contre-sceau de la commune en cire brune à double queue de parchemin
pendante. Originaux: Archives de la ville, Contributions. — Archives de la Côte-d’Or, B 524,
Châtellenie de Beaune, Pommard et Vollenay. — Imprimé dans Pérard, p. 280.
{226}CXXXIV
VILLE DE BEAUNE
Déclaration du duc Robert II, au sujet d’un service militaire rendu par les habitants de Beaune.
1300 (27 juin).
Nous Robertz duc de Borgoigne faisons savoir à touz que comme li homes de la commune de
Beaune haient esté en nostre chevauchie dou siège devant Authume à les despanz et missions; nostre
intantions n’est pas, ne ne volons que cils servises deorandroit qu’il nous hont fait en la dicte
chevauchie, tourt à préjudice à aux, ne es privileges de la dite ville, les quex ils hont de nos devantex et
de nous, hains lor soient saul en l’estat devant.
Donné à Argilley souz nostre seaul, an tesmoin de ce, le lundi après la feste Saint Jehan Baptistre,
l’an de grace mil trois cens.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CXXXV
VILLE DE BEAUNE
Déclaration du bailli de Dijon touchant les droits de justice de la commune de Beaune.
1304 (25 mai).
A tous cels qui verront ces presentes lettres, Nos Jehan des Granges, Baylliz de Dygon, facons
savoir que com li Maires et li eschainz de Beaune à nostre requeste nos haient fait et laissier parler à
une femme que il tiennent en lor prison. Nos lor promettons en bone foy por nos et por nos successours,
que il n’est de nostre entancion, ne ne volons que il leur tornoit ne face préjudice à aux, ne à lor
commune quant à enffreindre ne corrompre aucun des pointz de lor privileges ou de lor franchisses, ne
ne povons reclamer possession ne saisinee pour ce {227}fait de parler dois or en avant à prasonier que
il haient ne tiennent ou tamps à avenir se n’estoit de lor grey et de lor velunté. En tesmoingnage de la
quelle chouse, nous avons mis nostre seal à ces présentes lettres. Donné le lundi après l’octave de la
Penthecoste l’an de grâce M CCC et quatre.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CXXXVI
VILLE DE BEAUNE
Confirmation de la charte de commune, par le duc Eudes IV.
1317 (30 décembre).
In nomine Domini, Amen. Ex tenore hujus presentis publici instrumenti ad universorum noticiam
deducatur, quod anno incarnationis Domini millesimo CCC° decimo septimo, videlicet ultima die mensis
novembris, indictione prima, pontificatus sanctissimi patris ac domini nostri Domini Johannis digna
Dei providentia pape vicesimi secundi, regnante illustrissimo ac potentissimo principe domino Philippo
Dei gratia Francorum et Navarre rege. In mei notarii et testium subscriptorum presentia, in ecclesia
beate Marie Belne, hora quasi prima ipsius diei, ad illustrissimum ac potentissimum baronem dominum
Odonem ducem Burgundie in eadem ecclesia presentem, ejus venerabili consilio, Major, scabini,
ceterique homines de communia ville Belne cornu preconizato ut moris est ibidem congregati, et qui
ibidem interesse voluerunt et commode potuerunt ipsum dominum ducem humiliter et devote
supplicando requisierunt, quod quum ipsi haberent libertatem et franchisias a predecessoribus ipsius
domini Ducis et concessas et etiam confirmatas, quas quicumque dux Burgundie jurare et conservare
teneatur juxta formam seriem earumdem que eas observare, jurare placeret. Nec non litteras
confirmatorias eisdem a quibuscumque concessas laudare ac etiam approbare prout predecessores sui
hactemus hoc facere juraverunt. Super quibus pro parte dicti domini Ducis ab ejus venerabili consilio
gallice fuit responsum per vocem magistri Petri de Sinemuro ejus consiliarii clerici que et cancellarii in
modum qui sequitur et in formam:
«Seignours, Messires li dux Eudes vous donna commune et franchise, Messires li Dux y ci présenz
est bien enformez que ses pères la jura ausi. Messires li Dux vuet enseigre les bons fais de ses devantiers
espéciaulmant de Monseignour le {228}duc Robert cuy Deux absoille, son père et de ses prédecessours
le jure auxi. Encour vuet et octroye à la dite commune de Beaune, li diz Messires li Dux, que se en
aucuns cas les dites libertés et franchises aucunes de ses gens sanforcoient de enfraindre de fait la quelle
chouse ne soit, tantost après ce que il sera enformez dehuemant de la dite enfraction, que il fera ladite
infraction remettre en estat dehu, saul son droit et l’autruy.»
Omnibus dictis, idem dominus Dux de libertatibus et franchisiis dicte communie datis et concessis
firmiter tenendis et inviolabiliter observandis, secundum formam, tenorem et naturam dicte responsive
in presentia corporis Christi, tactis sanctis Dei Evangeliis solitum prestitit juramentum. Super quibus
idem dominus Dux et ejus consilium voluerunt quod ego notarius publicus infra scriptus de omnibus et
singulis supra scriptis darem et conficerem dictis Maiori, scabinis et communie ville Belne ad
requisitionem, instantiam ipsorum tales litteras, quas maluerint sub quovis sigillo placuerit eisdem ac
tale instrumentum et forcius quod eisdem placuerit; et quod et quas dictari poterunt ad dictamen
sapientium. Acta sunt hec anno die, mense, hora, indictione et pontificatu predictis. Presentibus
nobilibus viris dominis Guillelmo domino de Chaudenayo, Alixandro de Blaiseyo, Ponceo de Nuxeyo,
militibus, domino Symone Joberti, Guidone de Sancto Romano, canonicis dicte ecclesie beate Marie
Belne, Therrieto Robellier dicti domini Ducis valleto, et pluribus aliis ad premissa testibus et rogatis.
Et ego Thiericus de Albomonte clericus, habitator Belne, auctoritate regia publicus notarius
dictorum domini Ducis et ejus venerabili consilii presentie requisitioni dictorum Majoris, scabinorum
et habitantium ville Belnensis eidem Duci per ipsos facte responsum juramenti corporalis prestatione
litterarum que instrumentorum concessiori, et omnibus aliis et singulis suprascriptis modo premisso
expositis una cum dictis testibus presens interfui. Inde hoc presens publicum instrumentum et signo
meo solito signavi rogatus.
Et ego Thiericus predictus auctoritate sacri romani imperii publicus notarius in premissis omnibus
et singulis suprascriptis prout superius de verbo ad verbum exprimatur, una cum dictis testibus presens
interfui. Inde hoc presens instrumentum iterum publicari et signo meo solito signavi rogatus.
TH. DE ALBOMONTE.
Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.
{229}CXXXVII
VILLE DE BEAUNE
Déclaration de Hugues de Montperroux et de Guillaume de Chaudenay, chevaliers, conseillers du Duc,
au sujet de leur présence aux élections municipales de Beaune.
1320 (28 juin).
In nomine Domini, amen, anno incarnationis ejusdem millesimo CCC° vicesimo, die martis in festo
nativitatis beati Johannis Baptiste, vicesima octava die mensis junii, indicione tertia, pontificatus
sanctissimi patris ac domini Johannis digna Dei providentia Pape XXII anno quarto. In presentia mei
notarii publici et testium subscriptorum. In vergeyo seu viridario Prioratus sancti Stephani Belnensis,
homines communie ville Belne ibidem more solito congregati, scilicet illi qui intercessi, voluerunt et
commode potuerunt ad electionem Majoris et scabinorum celebrandam videntes et perpendentes,
Dominos Hugonem dominum de Montrepetroso et Guillelmum dominum de Chaudenayo milites et
consiliarios nobilissimi et potentissimi principis domini ducis Burgundie, in eadem celebratione
personaliter interesse, cum interesse non deberent nec sua interesset, ne in posterum aliquo quovis
colore quesito dampnum seu prejudicium dicte communie in celebrationem Majoris et scabinorum
futurorum possit generari, ipsos requisiere unanimiter nemine discrepante ut de celebratione predicta
recederent. Qui milites et consiliarii respondentes, dixerunt: «Domini, non ad huc venimus, sed pro
bono pacis et ad vos consulendos si vobis videatur expediens atque bonum, non ad derogandum
libertatibus seu franchisiis vestris, sed eas in omni parte vobis volumus esse salvas, nec est intentionis
nostri qui per nostram presentiam vobis nec predecessoribus vestris dampnum, prejudicium, seu aliqua
dubietas vel oscuritas generare valeat in futurum. Et de hoc vobis volumus dari et confici publicum
instrumentum unum et que plura.» Super quibus dicti homines pecierunt a me notario publico
{230}infra scripto sibi dari et fieri publicum instrumentum. Acta sunt hec presentibus Euvrardo
Clementi publico notario, Perronet de Chaynex, clericis et pluribus aliis ad hoc vocatis testibus et
rogatis, anno, die, mense, loco, indictione et pontificatus predictis. Et ego Thierricus de Albomonte,
Tullensis diocesis clericus, sacro sancte Romane ac universalis ecclesie imperiali et regia auctoritate
publicus notarius, premissis requisitioni responsionibus inde subhactis et omnibus aliis et singulis dum
dicerentur et proponerentur et agerentur una cum dictis testibus presens interfui, inde hoc presens
publicum quod conscribi feci in formam publicam redegi, tunc que me subscripsi et signo meo solito
signavi vocatus et rogatus.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CXXXVIII
VILLE DE BEAUNE
Cession faite par le chapitre de l’église Notre-Dame de Beaune, au duc de Bourgogne Eudes IV, de tous
les hommes qu’il avait audit Beaune et à Montceau, en échange du droit d’avoir quatre sergents et
de la propriété du moulin Monneau.
1320 (19 août).
A touz ceulx qui verront et orront ces présentes lettres. Nous Eudes dux de Bourgoingne, facons
savoir que nous considerant et attendant sur ceu les grant profiz et utilitez de noz et de noz successeurs
ou de ceulz que auront cause de nous, tant pour le temps présent quant pour le temps à avenir. Façons
permutation et echange perpétuel ensamble honoraubles et discretes personnes Monseigneur Guillaume
de Aix, Symon Jobert et Pierre de Santigny, chagnoines de l’eglise Notre Dame de Beaune, procureurs
et en nom de procureur dou chapitre de la dite eglise, de la quelle procurature la tenour est telx, en la
forme et en la manière qui sensuigvent, etc............ C’est assavoir pour ceu que li diz procureur pour
celx et en nom comme dessus nous hont baillié, quittié et delivré pour eaux et pour leurs successeurs
en la dite eglise touz les hommes et femmes que ilz havient, tenient et possedient en toute la ville de
Beaune. C’est assavoir {231}Hambelot de la Doix, Belot femme Piereaul de Aceaux, Jehannot le
Rohyer, Humbert Teste, lez hoirz Arnoul Beverant, Perreault le tonnelier, Oudot le Agnelot femme
Jeannin Domino et son fil, Bonnote femme Tevenot Beroing, Perrenot de Ternant, Constantin Teste,
Guillemot de Lonvi, la femme Loret au Blainchot, Barthelemet le Perrier, André le Parvier, Bon amy
fil Gaucher le Parvier, André Teste, Robert le Mostre, Comtasse femme Quiénot de Baumes, Tomas
Comtasse, Guilliez Comtasse, Guillemot Comtasse, Constantin de Buncey, Guillome de Crepet,
Chastellain fil Perreaul Augeyne, Guillemele femme Constantin du Pelletier, Guillemot de Barnardot,
Perreaul Tourteaul, Colas le Bruandet, Guillemete femme Perrenot, Marye Margueron femme Perrenot
Belin, Guillaume Quarrey, les enffens à la Meriguilliere, Comtasse femme Jacot de la Doix, Jehan le
Motot, Oudenot de Serrigny, Gelot d’Ostun, Gelot Brouher, Michelot le Chapusot, Guiot Beroing,
Monin de Grosbois, Juhanne la Gaite et ses enffans, Garin Oiseaul et sa famme, Guyart le Goyn, Dado
Symonot le Perrier, Perrin le Perruo, Robert fil Maillot de Buncey, Juhannotte Doterain, Guillaume
Lorance, Regnault le Fireton, Guillemette, femme Odot au Potier, Martin Chouart, Guillaume Bocilon,
Thevenette et Jacoti filles à la Beguine, Robin de Dijon, fil Philibert Landry, Sengnors le Verrier,
Humbelot le borsier, Henriot gendre Garnier de Dijon, Thiebault le boursier, Gelot le boursier,
Marguerite femme Andrié le maçon, Rocelin le maiselier, Moiraul Tarperaul, le fil Lorent le chapuix,
la femme Regnaudin le serrurier, Regnault le pourpointier, Hugues le boursier, la femme Colot et son
filz, Estevenot le chaucier, Perrenon femme Constantin Loute, Margueron la tissiere, Hugueote femme
maitre Michel, Regnault Chaucheterre, Monnin le potier, Nicolas Gaudirot, Hugues Melene, Jehanne
femme Hugues Guyard, Belin Quarrey, Neber {232}dessus Roins, Jeanne femme Lequifer Jacot
Loichotte, li Dame et ses filz, Regnaude femme Colas au vivier, Perrenot Groyn, Alixan, femme Nicolas
au chaucier, Clemence femme Robert Otheneaul, Michiel le Normeault de Sissy, la femme Martin au
Muneret, la femme Jeanette Mathelier, le filz Lorant Dun de Folot, Jacot de Fontaines, Richard le
chapuix, Arnoul fil Durant le Moniet, André le Moniet, Gotherot filz à la Vanne, Guillemin le masson,
les hoirs Martin le Mugnie, Amant de Tailley, Lorent son filz, Martene du Bourc, Bienvenue la coffiere,
Guilemin le Maitrot, Guienot le mareschault, Loiale la Montenate, Dame Agneaul dou Chasteaul,
Thevenot le tonelier, Raoul de Curtilz, Gilot de Ostun, Jehan Mofflet, Guyonot Bocelon, Guenot
Lespieur, Baquelon Mary à la feme Arnoul Saivot, Etiene de Bezançon, Jean de Salins, Legier filz
Peuçot mauarcier, Gauthier Briaudet, les enffans Judas, la femme Guillaume Aufranc, Gerard Meline,
Robert de Aceaulx, Robert de la Molle aigue, Guillemotte femme Hugues le Suhurre, le Augé Comtasse,
femme Guiénot de Baumes, la femme Perrenot au Charton, Joceran le Maon Jehan filz au Porteret, les
hoirs Aubriot, Sibille de Mont St. Jehan, Guillaume le boursier, le filz Jehan de la Court, les hoirs au
Charreton, Guillemette fille Adeleine la mauvaise, la femme Hugues au munier, la fille Regnaut
Lauvillié, la femme au Goyn, Gillete de Courcelles, Regnaude femme Symonet Pellerin de Nouvalle,
le mary Margueron de Chaudenay, la femme Chevrot, Perrenot Loiale, Thomas Chouart et Perrenot, le
Moniot et généralement tous leurs autres hommes et fammes, qui sont et pourront estre trovez en la dite
ville de Beaune, hommes et femmes de la dite église quex que y soyent et de quelque condition que ilz
soyent, ensemble tous le droit et toute la action que la dite eglise puet et doit havoir es dites personnes
et en leurs biens. Item pour ceu que il nous hont baillié, quitté et delivré pour cause d’oudit eschange,
en nom comme dessus tous l’atrait, et toute retenue que la dite eglise ha, puet et doit havoir en la dite
ville de Beaune, tant de hommes quant de femmes par quelque manière que ceu soit, sans riens retenir
à la dite eglise, sauf et retenu au dit chapitre et à la dite eglise que pour maintenant et ou temps à avenir
lidiz chapitres pour havoir et retenir perpetuellement quatre hommes, {233}hommes autres que de noz
hommes de la dite ville de Beaune, de noz hoirs ou de noz successeurs ou de ceaux que haront cause de
nous, pour servir au dit chapitre et à la dite eglise, et seront hommes de la dite eglise frans et quittes de
toutes servitutes en la dite ville de Beaune pour tout le cours de leur vie, et ces quatre hommes, ou l’un
de eaux mort ou s’absentoit ou forfaçoit, ledit chapitre porra en lieu d’iceaux quittié ou de l’un de eaux
continuement et perpetuement retenir et havoir à metre un autre en lieu des mors, absent, ou forfaçant,
tel com plaira au dit chapitre, autres que de noz hommes franc et quitte, si com dessus est dit, sauf et
retenu à noz et à ceaux que hauront cause de nous à touz jours mais la justice et la seugnorie tele comme
il nous devra appartenir es quatre hommes dessus dit. Item et pour ceu que il nous hont baillié, quitté et
delivré, pour cause dou dit eschange et en nom comme dessus les personnes que s’ensuigvent et leurs
hoirs demoranz en la ville de Montceaux, ensamble leur mex, c’est assavoir Perreaul Perpenas, Huguote
la Pepine sa niece, Jehan Perpenat, Perrenot son neveul aboniez, desquelx il havient acostumé à havoir
chacun an les sommes cy desoubz escriptes, c’est assavoir des dessus nomez vint et deux soubz
Digenois; item Mathelie la Pepine, aboniée pour deux soubz quatre deniers digenoiz, com Jordain le
Pepenaz, aboniez pour deux soubz quatre deniers digenoiz; item Isabel la Pepine, aboniez pour deux
soubz quatre deniers digenoiz; item Jehannin la Pepine, aboniée pour deux soubz quatre deniers
digenoiz; item Huguette femme Guillemin de la Forêt, abonée pour deux soubz quatre deniers digenoiz;
item Simon le Perpenaz, aboniez pour deux soubz quatre deniers digenoiz; item Oudot Varoitte et ses
deux enfans, Bonate, femme Guillemine Varoitte et deux petiz enffans, aboniez pour vint et huit soubz
digenois; item et Jehan Bureaul aboniez pour saze soubz digenoix, les quelz sommes les dites personnes
davient pour raison de leur mes. Ensamble tele justice et tel droit com la dite eglise ha et puet havoir es
personnes dessus dites en leur hoirs et en leurs biens pour quelque cause que ceu soit. Nous en
recompensation de la dite permutation et pour cause du dit eschange, baillons, quittons et délivrons dois
maintenant, pour nous, noz hoirs ou successeurs ou de ceaux qui hauront cause de nous et de nos hoirs
au doyen et au dit chapitre en nom de la dite eglise pour eux et pour leurs successeurs en y celle à tous
jourmais le melin de Mooneaul assis sur Bosoise, entre le melin de la Doix que est dessus le dit melin
et le melin du Pont que est desouz, franc et amorti de nous et de noz hoirs et de ceaulx que {234}hauront
cause de noz. Ensamble le fons, le décours de l’Aigue et tous les droiz et profiz appartenant au dit melin,
sauf et retenu à nous et es nostres es dites chouses, la justice, la seugnorie, la baronie, le ressort,
souveraineté et la guarde. Encour quictons pour cause du dit eschange, pour nous, pour noz hoirs, pour
noz successeurs, et pour ceaux que hairont cause de nous ou de aux les diz doyen et chapitre et leurs
successeurs en la dite eglise à tous jours mais tous le droit et toute l’action que nous havons, povons et
devons havoir envers aux pour cause de une charote ou de somier ou de banniere que nous havons et
demander povons et devons en devant diz doyen et chapitre pour cause de la dite eglise toutes fois, que
nous faciens la guerre, mandement ou chevalchée. Des quelz charrote, somier, banniere nous, nos hoirs
et successeurs et cil que hauront cause de nous ou de aux de cy en avant ne porront riens demander ne
requerir ou temps à avenir es diz doyen et chapitre, ne à leurs successeurs pour la cause dessus dite.
Pourquoy, nous Eudes Dux dessus diz, pour nous, pour nous hoirs ou successeurs ou de ceaulx qui
hauront cause de nous ou de aux des dites chouses nous devestons et les diz procureurs en nom de
procuration du dit chapitre et pour la dite eglise, c’est assavoir de toutes les chouses dessus dites,
baillées, quittées et delivrées pour nous en la manière et pour la cause dessus dite es devant diz
procureurs: nous devestons et les en en revêtons en nom comme dessus, et metons en veraie, vuede et
corporée possession ou auxy perpetuellement et en iceaulx transportons tous droiz, toutes actions reaux,
personnex, mixtes, utiles et directes, les quelx nous havons, povons et devons havoir pour quelque cause
que ceu soit en toutes les chouses dites, sauf et retenu à nous et à ceaux qui hauront cause de nous la
baronie, la souveraineté, notre ressort et la guarde en icelles, et prometons en bonne foy, en nom comme
dessus et sur l’obligation de nous, de noz hoirs ou soucesseurs, et de ceaulx qui hauront cause de nous
et caulx et de tous nos biens mobles et non mobles présens et à avenir les chouses dessus dites, toutes
de noz baillées, quittes et délivrées es diz procureurs en nom comme dessus au doyen et au chapitre de
la dite eglise perpétuellement garantir, deffendre et en paix tenir quietement et franchement de toutes
servitutes et toute la teneur de ces lettres tenir et garder et accomplir et non venir au contre par nous ne
par autrui en jugement, ne fuer jugement, consentir que autres y vienne tasiblement ne expressement,
et renonceons de certaine science en ce fait à toutes deceptions de force, de barat, de déception en
aucune chouse, de déceptions oultre la moitié du juste prex à tous droiz civilz et de canon, à touz droiz
entroduit et à entroduir et à tous privileges auxy de Pape et de Roy, empetrez et à empetrer. {235}Et
generalement à toutes autres exceptions, allégations et deffense de droit et de fait qui pourrient estre
dites ne obissiées contre la teneur de ces presentes lettres, et specialement au droit qui dit que generaulx
renunciation ne vaul se le especiaulx ne devancie. En tesmoin de la quel chouse nous havons fait à
mettre le sceaul de nostre chaintre en ces présentes lettres, faites et données à Monbart, l’an de grâce
mil trois cenz et vingt, le mardi après la me host.

Vidimus donné en 1409, par J. Brindillet, G. Paniot, prêtres, R. Gombaut et P. Bourgeois, tous
notaires publics. Archives de la Côte-d’Or: Chambre des comptes de Dijon. Communes. Ville de
Beaune.
CXXXIX
VILLE DE BEAUNE
Déclaration de Jean, sire de Thil, touchant le contingent de sergents d’armes envoyés au Duc par la
commune de Beaune, lors de la guerre de Franche-Comté.
1340 (2 juillet).
Nous Johans sires de Thil et de Marigners facons savoir à tous que pour ce que nous emenons avec
nous pour Monseigneur lou Duc en la contey de Bourgoigne, un quantitey de sergens en armes que nous
hay anvoiez li Maire de Beaulne, nous ne voulons que point de droit nouveaulx en soit acquis à Mons.
le duc contre les poinz des privileges de la ville de Beaunne, ne que préjudice en soit en rien faite es diz
priviléges. En tesmoing de la quelle chouse, nous avons mis notre seaul en ces présentes lettres, faictes
et données le dyemoinge après la feste des appostres saint Pierre et saint Paul l’an de grâce milz trois
cenz et quarente.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


{236}CXL
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville par le duc Philippe de Rouvres.
1359 (2 février).
Phelippes duc de Bourgoigne, conte d’Artoys et de Bourgoigne, palatin et sire de Salins, savoir
faisons à tous ceuls qui verront et orront ces présentes lettres, que nous les libertés, franchises,
immunités, chartres, priviléges et confirmacions d’icelles donnéz et ottroyés pas nos predecesseurs dux
de Bourgoigne aus Maieur, eschevins et commune de notre ville de Beaune, si comme elles sont
escriptes, voulons, louons, ratiffions, confermons et approuvons de certaine science. Promettans pour
nous et nos hoirs par notre sarrement donné corporelment sur sains evangiles de Dieu, présens les
personnes cy dessoubs escriptes, les choses dessus dictes et chascune d’icelles tenir et fermement garder
sens jamais venir encontre par nous ou nos gens, et voulons que semblablement nos hoirs et successeurs
quant ils venrons au gouvernement dudit Duchié le jurent s’ils en sont requis et que ce soit ferme et
estable à tous jours. Nous avons ou tesmoin de ce, fait mettre notre grant seel en ces lettres. Ce fu fait
et donné en l’eglise Notre Dame de Beaune. Présens Monseigneur l’évêque de Chalon, notre très chèr
oncle, le Conte de Montfort, noz amés et feaulx cousins Messire Hugue de Vienne, sire de saint George
et de sainte Croix, Messire Eude de Grancey, sire de Pierrepont, Messire Eudes de Montagu, sire de
Coiches, Messire Jean de Montagu, sire de Sombernon, Messire Jehan de Froulois, sire de Molinet et
plusieurs autres, le second jour du mois de fevrier l’an de grâce mil trois cent cinquante neuf.
Par Monseigneur le Duc présens les dessus nommés et plusieurs autres.

Scellé du grand sceau à lacs de soie pendants. Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges
et franchises de la Commune.
{237}CXLI
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune par le roi Jean.
1361-62 (20 janvier).
Jehan, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous présens et à venir que nous, les
libertez, franchises, immunitez, chartres, privileges et confirmations d’icelles donnés et octroiés par noz
predecesseurs Dux de Bourgogne aux Majeur, eschevins et commune de nostre ville de Beaune, si
comme elles sont escriptes, volons, louons et confirmons de certaine science par ces presentes;
promettons pour nous et nos hoirs, par nostre serment donné corporelment sur saints Euvangiles de
Dieu, les choses dessus dites et chascuns d’icelles tenir et fermement garder senz jamais venir encontre
par nous ou noz gens. Et volons que semblablement noz hoirs et successeurs, quant ils venront au
gouvernement dudit Duchié, le jurent s’il en sont requis. Et que ce soit chose ferme et stable à tousjours
nous avons fait mettre nostre scel à ces lettres. Che fut fait et donné en l’esglise Nostre-Dame de Beaune
le vingtiesme jour de janvier, l’an de grâce mil trois cent soixante et un.
Par le Roy, presens les Doyens de Troyes et de Noyons, maistre Jehan Chalemart, maistre Aubry
Rousel et plusieurs autres.
P. BLANCHET.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans


Ordonnances des Rois de France, III, 540.
CXLII
VILLE DE BEAUNE
Coutumes anciennes de la ville de Beaune.
1370.
1. Les habitanz de la ville de Beaune, ni ceulx qui ont maisons en la ditte ville qui vaille plus de dix
livres, ne doivent en la ditte ville ny vente, ne péage, {238}ne portage, ne amenages en quelque mainière
qui vendoient, ne achetoient, ne charoient.
2. Si li Maires ou li echevins font missions pour la cloison de la ville, ou pour les chaucies ou pour
les pons affaitiés, les forains qui ont maisons en la ditte ville de Beaune paieront les dites missions selon
que raison sera, car pour ce sont ils quictes des servitutes dessus dittes et puent attraire les leurs choses,
franchement en la ville franche.
3. Les habitans de la ville de Beaune ne doivent ne ventes, ne péages, des choses qu’ils vendent ou
achatent es villes environ Beaune, ou il y a marché, se elles sont si près que les dits habitans y puissent
aler le jour et revenir le soir.
4. Les bestes de la ville de Beaune pueent aler pour pasturer es vaines pastures si longuement
comme ils puent environ Beaune, en telle mainiere qui puissent revenir le soir au gicte, et, se nuls en ce
faisent destorbe ne gaige, le Maieur et les echevins les doivent contraindre à rendre le gaige, les domages
et l’amende.
5. Nulx ne puet mettre vin en ville de Beaune, si ce n’est en reisins ou qu’il soit des rantes, et cilz
qui dira qui soit de rantes, le juroit et accerteroit pardevant le Maieur et pardevant les echevins, et le
doit faire crier chacun an le Maieur et echevins, et qui après lui mettra le vin, qui y sera mis sera commis
à la voulenté du Maieur pour effondrer ou pour vendre, pour mettre au proffit de la ville.
6. Li Maires et les echevins recevront les deniers du portage qui appartient à la ville et en paieront
les missions et en feront le proffit de la ville et rendront compte avec les autres choses qui apartiennent
à la dite ville.
7. Le porc, la truye, le mouton, la oille, chacune de ces bestes doit de portage une maille, et toutes
les autres bestes doivent du portage un denier, excepté les veaulx et les aigneaulx qui vont après leurs
mères, et qui ont moings d’un an, et excepté les petiz pourceaulx qui toçent et qui sont après leurs mères.
8. Li chevaulx, li asnes, li mulot que l’on chevauche à selle, à estrier, ne doivent rien de portage.
{239}9. Li chevaulx, li eqnées et le mulot ou li asne que l’on amoine à Beaune pour ferrer, ou pour
porter viande que l’on achate pour noces ou pour charité, ne doivent point de portage.
10. Li bestes appartenant aux habitans de Beaune, ne à ceulx qui ont maison en la ditte ville ne
doivent rien de portage.
11. Li Maires et echevins sont tenus de garder les habitans que nul forfait ne leur soient faits en la
ville, ne defeur; et se nul forfait estoit fait à aucun, ils doivent pourchachier (es) despens de la ville qui
soit amendez.
12. Des personnes qui se clament au Maieur ou aux echevins, li Maire doit avoir XIII deniers sur
celui qui sera trouvé en tort et un denier pour le sergent qui fera l’ajournement.
13. Des contrauz fais en la ville de Beaune, les Maires et echevins doivent avoir la congnoissance
et de ceux de la ville et de fors.
14. La rivière de Bozaise et la poischerie tant comme elle s’étant jusques oultre le Vernoy, la rivière
de Roins qui vient devers Savigney, et la poischerie de la fontaine à l’Aiguez, et tout le cors de la ditte
fontaine, tant comme elle s’étant, et la pescherie, appartiennent à la ville et es habitans de la ville de
Beaune.
15. Les habitans de la ville de Beaune, puent et devent chacier fors de garennes es lieux et es
communs en la justice et au finage de Beaune et es villes voisines.
16. Le sergent de la ville de Beaune, en la manière que li Maires et li echevins l’ordonneront,
garderont la fermeté des portes et des meurs, de tours et des bares, en telle maniers quelles ne soient
dissipées ne perdues pour lour négligence, car si pour lour negligence estoient perdues ne dissipées,
l’on sen tourneroit à eulx, cest assavoir es lieux sur un chascun sergent ou l’on auroit commandé à
garder.
17. Li Maires et echevins doivent ordonner et commander à un sergent ce qu’il devra garder des
dittes fermetés.
18. Si les sergens de la ville de Beaune font office de adjournier ou de gaigier la ville de Beaune,
ils ne doivent avoir de leur salaire que un denier qui ne leur doneray pour grace ou pour volenté.
19. Le prevost de Beaune ou nom de M. le Duc doit prendre, chascun an, en {240}la ville de Beaune,
les II foires accoutumées; c’est la foire que l’on appelle la foire de Beaune et la foire des Faucilles.
20. La foire de Beaune commence le jour de la Saint-Luc evangeliste, après venoinges et dure quatre
jours; tant comme la foire dure, ceux qui ont accoutume à lever les ventes et amenaige cessent et le
prevost prend des dites ventes et amenaiges à double. C’est assavoir de vantes que l’on a coustume de
recevoir entier an le double, et de autres choses ne doit recevoir fors que des estaulx ou l’on vend gresses
qui doivent chacun an deux deniers, excepté les lieux privilegiez qui sont diz cy après.
21. Item, prent com la foire dure, le rouage des charrottes, et non pas à aultre temps, c’est assevoir
des charrottes qui amenent vin et merrien esquairé, laine, draps, fer, acier, métaille, toilles, de chacune
charrotte ferrée qui menera les choses dessus dictes, 6 deniers tournois, et de la charrotte qui sera
defferrée 3 deniers, et d’autre chose ne doit on rien prendre ni des charrottes qui rien ne moinent.
22. Item, les charrottes qui amoinent blef à Beaune pour vendre sont quittes de tout temps pour son
portage et pour l’amenage.
23. Item, tant com la foire dure, pranra de chacune taverne un sextier de vin tant seulement, excepté
les maisons et les rues qui ne sont exceptées, c’est assavoir le chasteau Nostre-Dame, les rues ou l’on
moine chacun an la proucession Saint-Floceaul, la maison que l’on appelle la maison à la Viex-Mairesse
en la rue Digenoise, la maison Dame-Abbausse, la maison Palleaul et toutes les rues environ le cingle
Saint-Estienne et ceulx de Saint-Estienne recoivent s’il y a taverne.
24. La foire des Faucilles comence le samedi devant la Magdelaine et doit estre receu en la maniere
que celle de devant, excepté les sextiers qui ne doivent pas estre recehus à ceste foire.
25. Après que li Maires et li echevins sont establis par la commune en la maniere qu’il est
accoustumée, prochains jours seront esleus, que les messiex et les vigniex seront establis, presents les
prudhommes de la ville et ne doivent pas estre vendues, mes données à bonnes gens qui aient povoir de
vendre et demander {241}ce qui sera meffait pour leur courpe, et garderont tous les biens qu’ils auront
à garder de jour et de nuit, se mestier est, et nuls homes de jour, tant que bien tard ne doit estre, en
dementiers que les fruicts soient es champs et es vignes qui soient sanz garde, en telle manière que (se)
li un des messex ou des vignex va à la ville pour faire aucune chose, les autres demouroient pour garder.
26. Ceulx qui ont vigneries dedans les bans de la ville de Beaune, présenteront leurs vignes au
Maïeur et aux echevins, les recoivent si ils sont de recevoir et jureront et ploigeront en la main du
Maïeur.
27. Quand le fruit de vignes approchera de cuillir, proudhommes seront esleus qui seront envoyés
par les vignes avec les vignex, et selon ce qu’ils rapporteront les prudommes, li Maires et les echevins
ordonneront les bans de venoinges, et doivent li dits Maires et echevins garder les dits bans par leur
serment qu’ils ne soient brisés ne enfraints.
28. Les vignex jureront en la main du Maieur, qu’ils ne soffriront homme ne femme à venoinger en
leur vignerie, si ce n’est pour ban rendu, et qu’ils ne demanderont raisins ne ne feront amas de raisins
pour eulx ou pour autres, si ce n’est de leurs propres vignes, et s’ils estoient trouvés que faisant amas
de raisins, se n’estoient de leurs proppres, les dits raisins seroient à la voulenté et au jugement du Maïeur
et des echevins, et le corps et l’avoir en la mercy du Maïeur et des echevins.
29. En dementiers que le fruit est es champs et es vignes, li Maires doit au moins une fois la
sepmaine visiter les messiex et les vignierx par les champs et par les vignes, et doibt en serchier de leurs
affaires et s’ils font bien leur office loialement, et les doit amonester de bien garder et de boicher es
lieux ou il suffira boicher. L’on doit es dits vignex une maille de l’ouvrée.
30. Quand li Maires et les echevins auront établi les bans de venoinges, ils le doivent faire noncer
et publier par trois jours devant ou moins, pour ce que l’on puisse avoir meilleur marché de charrottes
et des venoingeurs.
31. Les justiciers des villes environ Beaune ordonneront le ban de venoinges par le conseil du
Maïeur et des echevins de Beaune et ne doivent prendre des habitans de Beaune riens que raison de ban,
fors tant seulement de l’ouvrée un denier pour raison de garde; pour ce sont tenuz de garder les vignes
es dicts habitans de Beaune, et se domages leur estoit fait en raisins ne en passeaux ne en autres choses,
le vigniex qui auroit receu la garde le rendroit s’il ne savoit {242}dire qui l’auroit; et si en estoit
negligent, li sires du lieu, li Maires et les echevins y doivent mettre conseil, comme li domages soit
rendu au bourgeois qui l’on aura fait.
32. Item, les dits habitans peuvent venoinger sans paier ban et sans achoisons, tantost que li sires
abandonne autre de venoinger ou un jour après ce que li sires aura venoingé.
33. Quand les fruits des vignes seront cuilliz, les vignex et messex garderont tout l’an, tant que la
Saint-Jehan, les passeaux, le serment et toutes les autres choses qui affièrent à garder et l’office des
autres cessera.
L’ÉLECTION DU MAIRE DE BEAUNE.
34. Quiconques soit maires de Beaune, il doit faire corner et crier au criot de la ville le samedi avant
la Nativité de Saint-Jehan-Baptiste, environ vespres, que celx qui sont de la commune, soient à Saint-
Estienne au saint sonnant du dit Prioré, le dimenche en suigvant pour veoir la désignation de l’avangille
et de la mairie, lors doibt il bailler l’avangille à l’un des echevins, de la voulenté du commun adonc
auqui assemblé; et ce jour et en ce lieu doivent-ils prendre journée qui soit avant l’élection du Maïeur,
ouir les comptes du gouvernement du Maïeur de l’année passée; et la voille de la Saint-Jehan, li echevins
qui tient la mairie doit faire crier et corner autour, entour vespres que ceulx qui sont de la commune de
Beaune soient le jour de la Saint-Jehan à Saint-Estienne au semetiere, pour eslire le Maïeur et puet le
commun d’en qui prandre autres journées si leur plaist et il n’aient eslit en partie et adonc puent nommer
d’une voix celly qui veullent qui soit maire et auxi les VI echevins et appelle on cestes, ellection du
Saint-Esprit. Aulcunes fois eslit le commun quatre hommes des sages, pour eslire III echevins, et jurent
les quatre auxy eslus, qu’ils esliront les III plus suffisants à leur povoir pour gouverner, et les III echevins
en nomment IIII auxy; les VII echevins esleus, les VII se tirent a part et font de l’un d’eulx Maïeur et le
nomment en commun au dit semetiere; et fait li Maires serment sur saints Evangilles {243}qu’il gardera
le droit de la ville, le droit de M. le Duc et l’aultruy et les six echevins jureront que loyaument
gouverneront.
AUTRES COUTUMES GARDÉES A BEAUNE.
35. Le dimanche après l’eslection du Maïeur, doit estre appellé le commun à Saint-Estienne et le
doit on crier le sabmedi au soir, pour eslire des vignex, et doit prendre li Maires ploige des dits vignex
d’amender les domages pour eulx ou pour aultres frais des vignes, durant le temps de leur
gouvernement.
36. Quand les bans de venoinges sont ordonnés et criés tels qu’ils sont d’antien temps ou tels comme
li Maires ou ses compagnons du conseil du commun ordonneront, li Maires les doit tellement garder
que ceulx qui les enfraindront ou briseront, paient l’amende et la doit lever le dit Maire et est la dite
amende à la ville.
37. Item, ceux qui sont pris en domages es vignes et es bles, soit personnes ou bestes, la personne
ou la beste doit d’amende trois sols digenois, dont les XII deniers sont au vignex qui l’a pris ou gaigié
et les deux sols sont à la ville et le receoit le Maïeur; et doit le dit Maïeur paier au dit vignex ses XII
deniers sur le gaige qu’il aura pris s’il vaut les trois sols.
38. Item, doit on crier après venoinges que nuls ne mette beste es vignes jusques à la Saint-Martin
d’iver, que le bois des vignes est deur.
39. Quand les vignes gettent, on doit crier que chaquun cloue sa vigne et que nuls n’y mette beste,
et que nuls ny aille cuillir herbes et auxi que chasquun cloue son courtil, que dommage ne viegne à son
voisin et que n’obeist il doit l’amende, et est à la ville la dite amende.
40. Item, li Maire a pour le clam treize deniers digenois; si le sergent fait l’ajournement, il a un
denier, et li Maires XII deniers sur cellui qui a tourt.
41. Et qui fait le clam et gaiges de la treizaine jusques il soit cogneu qui a tort et celui qui a tort la
doit.
42. Item, cil qui fait ny doit faire serment de verité si son adversaire le requiert, aultrement non.
43. Qui fiert un homme sans faire sanc et le clam en vient au Maire, celui {244}qui a batu doit XIII
deniers au Maïeur, s’ils acordent, et s’ils n’acordent, il doit sept sols au batu. Du sanc est contenu en
chartre, qu’il amende et d’autres plusieurs cas.
44. Item, des contraux faits en la ville ou en la juridiction de la ville, soit des habitans ou des forains,
li Maires ou les echevins en auront la cognoissance.
45. Item, li Maires et les echevins doivent avoir sergens, qui ne soient diffamé et haient du cour et
soient puissants de bien ploiger, d’amender s’ils se meffont en leurs offices.
46. Item, doivent visiter plusieurs fois en l’an le Maïeur et les echevins, les murs, les portes et les
tours et doivent avoir les clevfs des portes et des tours, et doit estre mis en escript devers le Maieur; tel
sergent a les clevfs de telles portes et de telles tours; et doit visitter une fois du moins chascune sepmaine
chacun sergent qu’il faille riens es portes, ne es tours; en ce qu’il fault il doit faire à faire et le doit païer
le Maïeur sur les amendes de la ville, et les depens auxi des pouvres prisonniers.
47. Item, doit visiter chacun sergent avec les portes et les tours, les murs de la ville, que nou n’y
face ordure et que mal faiseurs n’abattent les carneaulx et dure la visitation dès la tour que il gouverne,
jusques à celle que l’autre gouverne et aussi d’un à autre se doivent partir.
48. Li Maires et les echevins doivent savoir la garnison de la ville et faire mettre en escript le trait,
la baniere au Maïeur, les crochets pour porter à essoine de feu, les garnisons des prisons, des chaines
des portes et des barrieres.
49. Item, le Maïeur et les echevins esleuz de commun, doivent avoir chacun une clevf de l’arche où
sont les privileges et doivent une fois l’an du moins veoir que ils gardent appeller avec eulx bonnes
gens ou personnes pour veoir qui feront. Et en doivent avoir coppie de leurs chartres et aussy doivent
estre une fois la sepmaine ensemble appellés ceulx de la ville qui sont à apeller pour conseiller s’ils ont
nuls cas doutteux, ou s’ils ont pointz en leurs chartres qui soient obscurs, pour desclairer par le conseil
des sages, au point des chartres dont ils n’aient point usé au temps passé par ignorance, ou pour decharge
que M. le Duc ou ses gens ou aultres aient enfraints, et aussi des coutumes de la ville enciennes
{245}mal gardées, pour avoir conseil du redressement de user des choses dessus dites devant estre
laissées.
50. Item, celui qui est sergent crie de Beaune, ou celui qui la moisonne de lui, doit presenter le criot
au Maïeur et es echevins et s’il fait à recevoir, il fait le serment qu’il gardera l’onneur de la ville et fera
léaulement le service de la ville et ne doit faire l’office de sergent, s’il n’en a especial mandement du
Maïeur ou des echevins.
51. Si le temps est haleux ou orageux, il doit aller par dessus les murs, criant: Gardez les feux, et
aussy pour la ville, il doit dire que on se garnisse es hotels d’aigue et es hebergeries enspeciaulement;
il ha de chacune taverne un denier et de la rabaissie un denier et doit crier trois fois la sepmaine le vin
et la rabaissie auxy pour ce a le denier à luy donner; le Maire s’il luy plait y cosent.
52. Item, les adjournements devant le Maire, qui fait deffault puet estre gaigés pour la contumasse,
mais l’on n’en lieve point d’amende; car s’ils fiet trois deffaultz et le quart qui doit d’escorper les trois
dessuz diz et au commis pour ouir droit pour les deffaux, se ses adversaires les ha scelés du scel du
Maïeur, et il soit contenu en chacune journée, adjourné par tel sergent qu’il soit tesmoingne et il fait sa
demande en absence de l’autre si comme il fust présent, l’on doit tenir la chose pour congneue et mettre
en exécution s’il le requiert.
53. Selon coustume et stille, le mari peut intanter et demander en jugement tous actions personnelles
pour sa femme, les perdre et gaigner.

Original: Cartulaire des Priviléges. Archives de la ville, Priviléges et franchises de la commune. —


Imprimé dans l’Histoire du droit français au moyen âge, par M. Ch. Giraud, t. II, p. 329. Paris, Videcoq,
1846, 2 vol. in-8°.
{246}CXLIII
VILLE DE BEAUNE
Arrêt du Conseil ducal portant main-levée de la mairie de Beaune, saisie par le bailli de Dijon pour un
cas de justice.
1372 (11 juin).
e
Du venredi XI de juing mil CCCLXXII, en la Chambre des comptes de Monseigneur le Duc où
estoient Monsieur l’abbé de Saint-Estienne de Dijon, messire Pierre de Tinteville, chancellier de
Bourgoigne, maistre Richard Bonot, Dimenche de Vitel, Guillaume de Marcilli, bailli de Chalon.
Jehan de Courbeton, maire de la ville et commune de Beaune, s’est consenti aujourdui que de certain
descort ou débat qui estoit entre Pierre de Baugys, escuier, bailli de Dijon, d’une part, et ledit Jehan de
Courbeton, d’autre part, à cause de certain prisonnier appellé Guillaume de Beroing, lequel ledit bailli
avoit pris et arresté, si comme il disoit en la ville de Beaune pour certaine cause, et après ce ledit bailli
voult envoier ledit prisonnier en certaine prison par ses commis, lesquels ne le peurent avoir, pour ce
que ledit Maire disoit qu’il estoit prisonnier de la ville. Et pour ce ledit bailli fist commandement audit
Maire que ledit prisonnier illi rendit; duquel commandement ledit Maire appella. Pour laquelle chose
ledit bailli mist verbaument ladite Mairie à la main de Monseigneur, dont ledit Maire appella encores.
Les gens du Conseil dudit Monseigneur le Duc en ordenent selon ce que ils verront estre à faire de
raison et en leur conscience. Et a promis, etc., à tenir ce qui par lesdites gens du Conseil en sera dit et
ordené et avec ce a renoncié aux dites appellations. Et outre ledit Maire a fait audit bailli rendue dudit
prisonnier par signe qu’il li a baillé. Et ce fait ycellui bailli li a fait recréance de ladite Mairie mise
verbaument comme dit est à ladite main.

Original: Registre des causes du Conseil ducal (1367-1398). Archives de la Côte-d’Or, Conseil
ducal.
{247}CXLIV
VILLE DE BEAUNE
Déclaration de Marguerite de Flandres, duchesse de Bourgogne, au sujet des droits de justice des Maire
et échevins de Beaune.
1384 (16 juillet).
Marguerite, duchesse de Bourgogne, comtesse de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatine,
dame de Salins, comtesse de Rethel et dame de Malines, ayant en l’absence de Monseigneur le
gouvernement de ses dits duchié et conté de Bourgoingne, à tous ceulx qui ces lettres verront, salut.
Comme nos amés les Maire et eschevins de la ville de Beaune à nostre requeste ayent envoyé et mis ou
chastel de Talant, Jacote, femme de Jehan le Geliet de Dijon, prisonnière desdits Maire et eschevins,
pour parler à ladite Jacote sur aucunes choses que nous entendons savoir à elle: savoir faisons que nous
ne volons que ce tourne à préjudice à la dicte ville, ne aux previléges d’icelle et n’est pas nostre entente
de faire proceder à la condempnacion ou absolution ne austrement contre ladite Jacote, au préjudice des
privileges d’icelle ville. En tesmoing de ce, nous avons fait mettre le petit scel de la court de mondit
seigneur à ces présentes.
Escript à Dijon le XVIe jour de juillet l’an de grâce mil CCCC IIIIxx et quatre.

Original: Archives de la ville, Justice municipale.


CXLV
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune par le duc Jean-sans-Peur.
1404 (11 décembre).
Sancte et individue Trinitatis nomine premitus invocato, Patris, Filii et Spiritus Sancti. Amen. Hujus
presentis publici serie tenore que instrumenti sciunt que et cognoscunt, cuncti presentes pariter et futuri;
quod, Domini nostri Jhesu Christi, anno ab Incarnatione currente et existente millesimo quater
centesimo {248}quarto, mense decembris, die undecima dicte que diei post merediem hora quarta vel
circa indicione secunda, pontificatus sanctissimi in Christo patris ac Domini Benedicti divina
Providentia Pape tercii decimi, anno decimo. In villa Belne, Eduensis diocesis, ac in mei Odonis
Chardini delicto publici auctoribus, apostolica, imperiali ac regia notarii, preillustris que principis sui
ejusdem tabellionis in dicta coadjutor Belna, domini tunc temporis ducis Burgundie, testiumque
infrascriptorum, propter hoc vocatorum specialiter et rogatorum, presentia preillustri domino Johanne
dicte Burgundie duce nunc temporis personaliter existente, et specialiter ad et propter infrascripta
constituto, in dicta Belne ecclesia collegiata Beatissime Virginis Marie juxta et ante videlicet dicte
ecclesie majus altare cum ejusdem domini prenobilis comictiva, cui domino Duci pro reverendi in
Christo patris ac domini domini tunc abbatis de Cistercio, ordinis Beate Benedicti. verbum seu loquelam
ex parte honorabilium discretorumque virorum Milonis, Cambitoris, tunc Maioris ville et communitatis
predicte Belne scabinorum que, Symonis Humberti tunc dicte ville et communitatis procuratorum pro
et nomine ipsius communitatis et ville et ad ipsius communitatis et ville opus et commodum humilis
fuit facta petitio cum requista quatinus dicto domino tunc Duci, libertates, franchisias, exemptiones,
usancias, et consuetudines, privilegia que antiquitus datas seu donatas, data et donata dictis ville et
communitati, per illustrissime memorie suos predecessores duces dicte Burgundie, confirmatas et
confirmata per dicte illustrissime memorie quondam dominum Philippum dicte ducem tunc Burgundie,
ipsius presentis domini Ducis prenobilem patrem ut per predictarum quartas legitime constabat placeret
et dignaretur benigne confirmare, roborare et inviolabiliter manu tenere et observare juramentum que
super et de predictis solitum et sacramentum favorabiliter et prestare. Cui quidem domino abbati a dicto
presenti domino Duce per verbum seu loquelam nobilis sapientis qui viri domini et magistri Johannis
de Salione, juris periti ipsius domini Ducis consiliarii fuit dictum, datum ut supra sub meo dicto parvo
signo manuali approbando, quod dicta villa debebat et tenebatur illo tunc dictas libertates, franchisias,
usancias, exemptiones et privilegia perscripta edoceret demonstrare et que et qualia petebat et postulabat
dicte villa. Quibus vero verbis ex parte dicte ville fuit statim et illicô responsum, quod jam copiam de
predictis eidem domino dicta tradiderat villa et ista confirmando fuit inhibitum et presentatum
{249}tunc coram prefato presenti domino Duce quoddam publicum instrumentum, super et de omnibus
predictis confectum et sollempniter vallatum et de et super confirmatione predictorum dicti quondam
domini Ducis patris presenti domini Ducis. Quo quidem instrumento lecto, viso et diligenter inspecto,
illicô dictus presens dominus Dux ad missale super dictum altare repositum et appertum manu tacto,
dictas libertates, franchisias, usancias, exemptiones et privilegia, modo et forma quibus erant confirmate
et confirmata per dictum dominum quondam patrem suum, confirmavit, roboravit, et observare
inviolabiliter per se, heredesque suos, juravit et manutenere super et de quibus omnibus et singulis supra
dictis. Dicti Maior et scabini et procurator dicte ville et communitatis a me notario predicto prout ad
opus et commodum dicte ville et dicte communitatis, instanter, instancius et instantissime rogaverint
dicte ville fieri et dari unum vel plura instrumentum vel instrumenta, hîc et alibi predicta observata
scripta corrigendi et corrigenda signo manuali apostolico imperiali et regio mei dicti notarii signatum
et signata appensionibus que sigillorum domini nostri Regis si opus esset, et dicta requireret villa et
maxime dicti Ducis munita quot quod instrumentum vel instrumenta.
Ego prefatus notarius, predictis concessi modis dicto domino presenti Duce volente et consenciente,
testes invocans hic astantes. Presentibus reverendis et nobilibus personis dompno Helie abbate
Macerarium prope Belnam predictam, domino de Rupe forte milite, domino Philiberto de Sancto
Leodegardio milite, pluribusque aliis nobilibus religiosis tam de Cistercio quam de dictis Macerariis et
pluribus aliis personis et burgensibus testibus vocatis specialiter et rogatis. Anno, die, hora, indicione,
pontificatu et loco predictis.

Suit la clôture par Odo Chardin, notaire apostolique. Original: Archives de la ville de Beaune,
Priviléges et franchises de la Commune.
{250}CXLVI
VILLE DE BEAUNE
Arrêt du Conseil ducal qui commet des officiers du bailliage, pour faire une enquête au sujet des débats
survenus à Beaune lors des élections municipales, et qui avaient amené la saisie de la Mairie.
1408 (27 juin).
Les gens du Conseil de Monseigneur le Duc de Bourgogne estant à Dijon, à maistres Jehan Péluchot
et Jehan Bousseaul, licenciez en loys, et Huguenin Thibrand, clerc du bailliage de Dijon, salut et
delection. Savoir vous faisons que nous estans aujourd’huy assemblés en l’ostel de notre dit seigneur
en la presence de notre très redoubté seigneur Monsieur de Charrolois, fils de notre dit seigneur, qui
pour ce nous y avoit mandé venir pardevers lui, sont venus et se sont comparuz personelment pardevant
notre dit seigneur de Charrolois, Milot le Changeur, Perrenot Quinot et plusieurs autres bourgeois et
habitans en grant nombre de la ville et commune de Beaune, pour cause de certaines requestes qui
avoient esté baillées au dit Monsieur de Charrolois par aucuns des dits habitans de Beaune, touchant et
faisant mention de certain débat qui avoit esté le jour de la Saint Jehan Baptiste darrenièrement passée,
en faisant ou voulant faire l’eslection du Maire du dit Beaune par les habitans d’icelle, qui pour ce
s’estoient assemblés au lieu et en la manière accoustumée; auquel jour et lieu certaine partie des dits
habitans eslisoient et nommoient pour estre Maire le dit Milot le Changeur, et une certaine autre partie
d’iceulx habitans eslisoient et nommoient le dit Perrenot Quinot, en ne se povoient accorder ensemble,
et pour aucunes causes qui pour ce avoient meu le bailli de Dijon qui y avoit esté présent, il avoit declaré
l’esvangille et le gouvernement de la mairie de la ditte ville estre baillié au dit Milot, dont le dit Perrenot
Quinot avoit appellé et relevé pardevant les auditeurs des causes d’appeaulx à Beaune. Pour occasion
desquels débat et appellation la dite mairie estoit demeurée en la main de notre dit seigneur le Duc. Et
les dictes requestes receues par le dit Monsieur de Charrolois estoit venu par devers lui le dit Perrenot
Quinot et plusieurs autres des dits bourgeois et habitans pour repondre en tant que un chacun povoit
toucher au contenu d’icelles requestes. Lesquelz Milot le Changeur et ses suigvans, d’une part; et
Perrenot Quinot et ses suigvans, d’autre part, pour ce présens et comparans pardevant le {251}dit
Monsieur de Charrolois et nous estans avec lui, après aulcunes altercacions et allégations qu’ils ont eues
et alléguées, ont finablement voulu et expressément consenti et accordé à chacun d’eulx d’un commun
assentiment s’il plaist à notre dit seigneur que celui des diz Milot le Changeur et Perrenot Quinot soit
Maire du dit Beaune pour ceste présente année. Duquel la partie de ceulx des habitans et commune du
dit Beaune capables et habiles à faire la dicte election qui seront tenus et vouldroient tenir à son eslection
aura esté imposé et payé en somme toute de giez et imposts darrièrement faictz sur tous les habitans et
commune du dit Beaune, tant pour les frais communs et charges de la ditte ville comme pour les marcs
et pour dons fouages et aides faiz à notre dit sieur et autrement, c’est assavoir que se ceulx d’iceulx
habitans capaulx et habiles à faire ycelle eslection qui se teinront de la partie du dit Milot et le
nommoient pour estre Maire ont tous ensemble plus paié en somme toute des dictz giez et imposts,
marcs, missions et charges que n’ont ceulx qui se tiendront de la part du dit Perrenot Quinot et le
nommeront pour estre Maire ycellui Milot y demouré Maire, et semblablement si ceulx de la partie du
dit Perrenot en ont plus ensemble paié plus grant somme que ceulx de la partie d’icelluy Milot, le dit
Perrenot soit Maire. Et que sur ce soit sceue et rapportée au dit Monsieur de Charrolois la vérité par
ceulx qu’il lui plaira y connoitre pour en ordonner à son bon plaisir, selon l’appointement et par la
manière que dessus est dit, auquel Monsieur de Charrolois pour ce qui de son très grand honeur et pour
la contemplation du bien publique de la dite ville, il lui en a pleu prendre la charge comme amiable
apaisement, ils se sont submis sur ce du tout en tout. Et parmi ce le dit Perrenot Quinot a renoncé à son
dit appel, et s’est départi du tout en tout du dit appel et de la poursuite d’icellui et pour ce a esté et est
ycelle appellation et tout ce dont avoit esté appellé, regetté et mis du tout à néant du consentement des
dictes parties. Et ont requis au dit Monsieur de Charrolois qu’il vous voulsist commetre à enquérir et à
luy sur ce rapporter la vérité pour en ordonner comme dessus. Pourquoy nous, par le commandement et
ordonnance dudit Monsieur de Charrolois que sur ce délibération en sa présence, vous mandons et
commettons se mestier est par ces présentes, que tantost ces lettres veues, vous vous transportez au dit
Beaune et prenez par escript tous les noms d’un chacun des dits habitans et pour eschever les tumulte,
débat et escande qui se pourroient ensuivre, de les assembler tous ensemble. Faictes venir chacun des
dits habitans particulièrement par devers vous, seulement en absence des diz Milot et Perrenot et autres
des dits habitans et les interrogez l’un après l’autre par serment lequel {252}des dits Milot et Perrenot
ils tenront estre le plus souffisant qu’ils vouldront eslire pour estre Maire, et tellement que l’un ne saiche
ce que l’autre vous aura dit et l’eslection d’un chacun d’eulx mectez par escript, et ce fait veez au juste
les papiers, livres et escripts des dicts giez et imposts, marcs, missions et charges, pour savoir combien
un chacun d’iceulx habitans en aura paié et en faites et escripvez le compte sur chacune partie, et ce
faites le mieux et plus diligemment que vous pourrez; toutes faveurs regettées et tout ce que fait et
trouvé aurez sur ces choses et les circonstances et appartenances d’icelles rapportez par escript en bonne
déclaration et ordonnance signée de vos saings manuels avec ces présentes tout enclox soubz vos scelz
par devers le dit Monsieur de Charrolois, pour y estre au surplus ordonné ce qu’il appartiendra, selon le
bon plaisir du dit Monsieur de Charrolois. En la présence duquel Monsieur de Charrolois, le dit bailli
de Dijon a déffendu et déffend sur peine d’amende arbitraire à appliquer à notre dit seigneur que aucuns
des dits Millot et Perrenot Quinot ou autres de leurs suigvans ne s’entremette de induire par promesses,
menaces ou autrement à faire la dite eslection. De ce faire, vous donnons pouvoir et mandement especial
par ces présentes mandons et commandons à tous les justiciers, officiers et subjects de notre dit seigneur,
à qui il appartient requérir autres que à vous en ce faisant obéissent et entendent diligemment. Donné à
Dijon, du commandement et ordonnance du dit Monsieur de Charrolois et du consentement des dites
parties le mercredi XXVIIe jour de juing l’an mil quatre cens et huit.
J. BONOST.

Scellé des neuf signets des gens du Conseil, dont il ne reste que la trace. Original: Archives de la
Côte-d’Or, Chambre des comptes de Dijon, Affaires des communes. Ville de Beaune.
CXLVII
VILLE DE BEAUNE
Main-levée de la Mairie de Beaune, ordonnée par le duc Jean sans Peur.
1408-09 (10 janvier).
Jehan, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin, seigneur de
Salins et de Malines. A notre bailli de Dijon ou son lieutenant, salut. Savoir faisons que, comme pour
certain débat meu nouvellement {253}entre Perrenot Quinot l’aisné et Milot le Changeur, bourgeois de
notre ville de Beaune, et les autres bourgeois et habitans de notre dicte ville, sur le fait et pour ocasion
de l’eslection de la Mayerie d’icelle ville qu’il fut faicte le jour de la feste de la Nativité de Saint Jehan
Baptiste darnierrement passée, la dicte Mayerie ayt esté et soit par vous mise à notre main et encore y
teigne et au gouvernement d’icelle, ait esté comme parmi et soubs notre dicte main par nos amés et
féaulx les gens de notre Conseil, à Dijon, notre bien amé conseiller maistre Jehan Peluchout, clerc
licencié en lois, que dès lors jusques à présent a gouvernée la dicte Mayerie, et il soit ainsi que les dicts
Perrenot, Milot et les autres bourgois et habitans de la dicte ville soyent en bon acort du fait de la dite
election, et pour ce requis notre dite main mise en ycelle estre levée et ostée. Nous, à la requeste
d’iceulx, ycelle nostre main avons levée et ostée, levons et ostons par ces présentes de la dite Mayerie,
en deschargent du tout le dit maistre Jehan du dit gouvernement d’icelle, lequel par ces mesmes
présentes nous en deschargeons et voulons qu’il s’en départe et faicte départir se mestier est, lui satisffait
de ses gages raisonnables. Si vous mandons que notre dicte main ayés et tenez pour levée et ostée de la
dicte Mayerie et que contre la teneur de cestes, ne mectez, faictes ou souffrés estre mis aucun
empeschement ou destorbier. Car ainsy nous plait il et voulons estre fait et aus diz expousans l’avons
octroyé et octroyons par ces présentes, nonobstant lettres, mandements, ordonnances ou deffenses à ce
contrayres.
Donné en notre dicte ville de Beaune, le Xe jour de janvier l’an de grace mil CCCC et huit.
Par Monseigneur le Duc, à votre relation. DE SAULS.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CXLVIII
VILLE DE BEAUNE
Ordonnance du duc Jean sans Peur, qui, pour faire cesser la compétition de Perrenot Quinot et Milot le
Changeur, élus Maires par deux fractions des habitants, nomme à leur place Philibert de Courbeton,
châtelain de Beaune, Pommard et Volnay.
1408-09 (10 janvier).
Jehan, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin, seigneur de
Salins et de Malines, à tous ceulx qui ces présentes lettres {254}verront, salut. Comme de et sur le débat
meu entre Perrenot Quinot l’aynné, d’une part, et Milot le Changeur, d’autre part. De et sur ce que le
jour de la feste de la Nativité Saint Jehan Baptiste darrenièrement passée, une grande partie des habitans
de notre ville de Beaune eussent esleuz à Mayeur de notre dite ville pour l’année le dit Perrenot Quinot,
et les autres le dit Milot. Pour quoy un chascun d’eulx prétendoit estre Mayeur pour la dite année
commencant à la dite feste, et que de et sur ce les dites parties se fussent condescendues ou dit et
ordonnance de notre très chier et amé fils le conte de Charrolois, et sur ce eussent prins certain
appointement sur lequel les dites parties ayent procédé devant notre dit fils par certainnes journées et
jusques ad ce que notre dit filz a remises les dites parties pardevant notre amé et féal chancellier le
seigneur de Courtivron, pour ordonner sur le dit débat et mectre les parties à accord par voye amiable,
se faire le peult. Et pour ce aient comparu les dites parties pardevant notre dict chancellier. C’est
assavoir le dit Perrenot pour lui et ses adhérens en cette partie, d’une part. Et le dit Milot pour lui et ses
adhérens, d’autre. La cause et matière ouverte pardevant notre dit chancellier, oyes les dites parties à
tout ce que sur le dit fait de la dite élection ont voulu dire et proposer, ycelles parties se soient du tout
mises ou dit, ordonnance et bonne voulenté de notre dit chancellier, et ayant promis et juré les dites
parties et chacune d’icelles par leurs serments pour ce donnez aux sains Evangiles de Dieu, croire icellui
notre chancellier de et sur le dit débat et despendant de son dit et ordonnance avoir et tenir pour agréable,
à peine de cinq cens livres tournois à appliquer à celle des dictes parties que tendroit le dit et ordonnance
de notre dit chancellier à lever sur la partie contredisant. Et après ces choses notre dit chancellier ait dit
et prononcé [son] dit et ordonnance de et sur les dites choses en ceste manière, c’est assavoir que les
diz Perrenot et Milot se désisteroient du tout de la poursuite de la dicte Mayerie pour l’an dessus dit et
au droit que chacune des dites y prétendoit. Renonceroyent et seroient compensez tout dépens et
interretz faiz pour occasion des diz procès, sans ce que l’une des dites parties en relieve ou doye
demander aucune chose à l’autre. Savoir faisons que, pour avoir et norrir paix en notre dite ville entre
les habitans d’icelle et éviter les périls, esclandres et inconvénients qu’ilz pourroient
vraysemblablement sordre s’il convenoit faire éleccion nouvelle de Mayeur pour le temps présent, ou
de Mayeur et eschevins es festes de la Nativité Saint Jehan Baptiste et de Saint Pierre prochain venant,
nous, sans préjudice des privileges et usances de notre dicte ville de Beaune, et sanz le vouloir traire
autrement à conséquence, avons institué et instituons par {255}ces présentes Mayeur de notre dite ville
de Beaune et commune d’icelle notre amé Philibert de Courbeton, nostre chastelain de Beaune et de
Pommart, pour estre Mayeur de notre dite ville et commune dès la date de ces présentes jusques à la
feste de la Nativité Saint Jehan Baptiste prochain venant, et dès icelle feste qu’il sera l’an mil quatre
cens et neuf jusques à la dicte feste de la Nativité Saint Jehan Baptiste suivant. Et avec ce, avons voulu
et ordonné, voulons et ordonnons par ces mesmes présentes que les eschevins qui sont pour le présent
eschevins de la dicte ville demourent eschevins jusques à la dite feste de la Nativité Saint Jehan Baptiste
mil quatre cens et dix, pour la cause que dessus. Et que se les diz Mayeur et eschevins et commune se
vouloyent assembler es dites festes et à chacune d’icelles pour faire Mayeur et eschevins en la manière
accoustumée, nous avons ordonné de rechief et ordonnons qu’ilz facent leurs dictes eslections des
personnes dessus dictes, c’est assavoir du dit Philibert pour Mayeur et des diz eschevins, et sans ce
qu’ilz puisse estre et soit trait à conséquence ou temps advenir. Sy donnons en mandement à notre bailli
de Dijon et à tous nos autres justiciers et officiers que notre présente ordonnance face tenir, garder,
entériner et accomplir sanz enfraindre: car ainsi nous plaist-il et voulons estre fait, nonobstant
previleges, usances, coustumes locaulx, ordonnances ou défenses et lettres subrebtices empetrées ou à
empetrer à ce contraires. En tesmoing de ce, nous avons fait mettre notre scel pendant à ces présentes.
Donné en notre dite ville de Beaune, le dixième jour de janvier l’an de grace mil quatre cens et huit.
Par Monseigneur le Duc, à votre relacion.
DE SAULS.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CXLIX
VILLE DE BEAUNE
Mandement du duc Jean, qui maintient la justice municipale de Beaune contre les entreprises de son
prévôt.
1409-10 (22 février).
Jehan, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin, seigneur de
Salins et de Malines, à notre bailli de Dijon ou à son lieutenant, {256}salut. Receus avons l’umble
supplicacion de nos bien amez les Maieur, eschevins et habitans de notre ville de Beaune, contenant
que, comme de toute ancienneté ycelle notre ville soit privilégiée selon la commune de Dijon et aient
accoustumé d’avoir justice haulte, moienne et basse, et la exercer en ladite ville et finaige sans se que
par les priviléges d’icelle ville et de celle de Dijon, dedans les mectes de la mairie nul doye prendre,
arrester ou faire aucun exploit de justice senon le Maire et les eschevins ou sergens d’icelle ville par
leur commandement, et aient accoustumé dedans ladicte ville et ou finaige de chacun an y faire messiers
ou autres menistres qui gaigent et font autres explois de justice dedans ladicte ville et le finaige d’icelle,
ainsi comme il s’estant chacun an paisiblement, et avec ce le Maieur d’icelle ville ait accostumé chacun
an es mectes et confins dudit finaige en plusieurs lieux, en signe de la limitacion de ladite ville, de y
tenir ses jours, prendre, arrester et faire tous cas de justice es limites dudit finaige. Néantmoins notre
prevost de Beaune et autres sergens, ainsi que prévosts, fermiers, s’efforcent souventes fois de
entreprendre et grever plusieurs nos hommes, subgiez et autres, et pour faire leurs fermes bonnes, ont
fait au temps passé plusieurs entreprises dedans le finaige de notre dite ville en y faisant des explois à
leur proufit et composant mains de nos diz subgiez et autres contre raison et sous umbre de leur ferme,
si qu’ils dient, requérans notre provision gracieuse sur ce. Pourquoy, nous, ces choses considérées, vous
mandons et par ces présentes commettons que se appelez nos procureur et prévost audit lieu de Beaune
et autres que pour ce seront appelés et oïr, il vous appert de ce que dit est, les dictes entreprises faictes
comme dit est, vous mectez et faictes mettre réalment et de fait du tout au néant, lesquelles audit cas,
par ces mêmes présentes y mectons. En faisant et laissant joïr et user les dis supplians à plain d’icelle
leur justice en notre dite ville et les mectes et finaiges d’icelle, tout ainsy et par la manière que se les
dictes entreprises n’eussent onques esté faictes. Car ainsi nous plaist il estre fait, et ausdis supplians
l’avons octroyé et octroyons de grace espécial par ces présentes. Nonobstant ordonnances, mandemens
ou deffenses à ce contraires.
Donné à Paris, le XXIIe jour de fevrier, l’an de grace mil CCCC et neuf.
Par Monseigneur le Duc, à vostre relation.
DE SAULS.

Scellé du grand sceau en cire rouge. Original: Archives de la ville de Beaune, Justice.
{257}CL
VILLE DE BEAUNE
Déclaration du duc Jean sur les priviléges, au sujet du service militaire rendu par les Beaunois lors du
siége de Vellexon, au comté de Bourgogne.
1409-10 (22 février).
Jehan, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin, seigneur de
Salins et de Malines, à notre bailly et à tous nos autres justiciers et officiers, ou à leurs lieutenants, salut.
Oye l’umble supplicacion de nos bien amez les Maire, eschevins et habitans de notre ville de Beaune,
contenant que combien que par leurs previléges, libertez et franchises, ils ne soient tenuz d’aler hors de
ce royaume en quelque armée qu’ils les mandrons, que ce ne soit de leur bon grey et consentement.
Toutes voyes soubs umbre et pour ce que à notre requeste et prière, les diz supplians nous envoièrent
nagguères vint hommes armez et dix huit arbalestriers au siége qui adonc estoit devant Valexon, hors
dudit royaume, ils se doubtent que ou temps à venir et à eulx ou à leurs diz previléges, libertés et
franchises ne leur peust tourner à aucune conséquence, se ils n’en avoient noz lettres de non préjudice,
si comme dient. Desquelles ilz nous en ont très humblement fait supplier. Pourquoy, nous, ces choses
considérées, inclinant à la dite supplicacion aux dessus nomméz, Maire, eschevins et habitans d’icelle
notre ville de Beaune, avons octroyé et consenti par ces présentes, de grâce espécial, octroyé, consentons
que ce qu’ils ont envoiés les dis XX hommes d’armes et dix huit arbalestriers audit siége de Valexon,
qui est hors de ce dit royaume, comme dit est, ne leur tourne ou peut tourner à eulx ne à leurs devant
diz previléges, franchises et libertez à aucune conséquence ou préjudice ores ne pour le temps à venir.
Si vous mandons et à chacun de vous si comme à lui appartient que de notre présente grâce et octroy
les diz supplians et chacun d’eulx, faites, souffrez et laissez plainement et paisiblement joïr et user, sans
leur donner ou souffrir estre fait ou donné aucun destourbier ou empeschement au contraire.
Donné à Paris le XX de fevrier, l’an de grâce mil CCCC et neuf.
Par Monseigneur le Duc, à votre relation.
DE SAULS.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


{258}CLI
VILLE DE BEAUNE
Lettres de Jean sans Peur, duc de Bourgogne, portant main-levée de la saisie de la Mairie de Beaune,
ordonnée par les généraulx commissaires pour abus de justice.
1415 (8 octobre).
Jehan, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois, de Bourgoingne, palatin, seigneur de Salins
et de Malines, à tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Comme, à la requeste de notre
procureur, eussent été traiz en cause Guillaume Ranvial, maire de notre ville de Beaune, Roubin
Bauduin, maistre Pierre Mignoteaul, Perrenot Quinot, Oudot Leblanc, Jehan Bonvarlot, et Henry
Mairet, eschevins de la dicte ville, et Germain de la Risée, procureur, et Huguenin Moureaul, sergent
d’icelle ville, par devant les généraulx commissaires nouvelment par nous ordonnez en noz duchié et
conté de Bourgoigne ou conté de Charollois, de et sur ce que notre dit procureur maintenoit qu’ilz
avoient fait certains abus de justice au gouvernement de la dicte Mairie et eschevinaige et en leurs dis
offices. C’est assavoir en ce que nonobstant que Guillaume de Luzey, Thevenot Eschinans et certains
autres leurs complices, avoient voulu efforcier une nommée communément Marguerite la Moichecte,
et venus de nuit à son huis frapper pour y vouloir entrer, et disoient que la volenté devoit estre réputée
pour le fait. — Item, disoit ledit notre procureur que de rechief ung appellé Tappereaul et ung appellé
Huguenin Grasprete estoient venus à certain jour de nuit en l’ostel de une appellée la femme Pierre
Girardin, ouquel estoit la dicte Moichete et rompirent les huis et en avoient menée la dicte Moichete et
cognue charnelement, violentement et contre sa voulenté, combien qu’elle feust femme mariée, en
comectant crime de rapt, dont pugnition cappitalle se devoit ensuir; laquelle les diz Maire, eschevins,
procureur et sergent n’avoient point faite en abusant de justice, mais avoient fait de cas criminel, civil.
— Item, disoit notre dit procureur, que combien que ung appellé Jehan Chandelier eust bastu puis ung
an en ça, ung appellé Jehan Bernard, si énormément que de la dite bature s’estoit mort ensuye, et
combien que ledit Chandelier eust esté prins et mis es prisons de la ville pour ceste cause, desquelles
l’on l’avoit mis dehors, sans faire pugnition, en abusant de la justice. — Item, disoit en outre notre dit
procureur que les diz Maire, eschevins, procureur et sergent avoient prins sans cause puis ung an en ça,
ung appellé Martinet, serviteur de nos enffans, et l’avoient {259}détenu longuement en vil prison, sans
le vouloir rendre à Bartholomay d’Escutigney, nostre maistre d’ostel, ne délivrer ledit prisonnier contre
nos lettres closes dont ils en avoient eu plusieurs, en abusant aussi de justice. — Item, disoit en oultre
notre dit procureur qu’à certain jour duquel les diz Maire, eschevins, procureur et sergent avoient esté
adjournez par devant nos diz commissaires chascun à peine de mil livres, ils avoient fait deffault, dont
ils estoient encheuz es dites peines, lesquelles notre dit procureur demandoit contre eulx et aussi pour
les abus dessus diz demandoit à chascun particulierment amende arbitraire et en la ville en général. —
Les diz Maire, eschevins, procureur et sergent respondant au contraire. Et premier, quant au cas devers
ledit Luzey, que le cas n’avoit point esté tel, comme le maintenoit notre dit procureur; mais estoit vray
que les diz compagnons le soir des nopces de la dite Moichete, par manière d’esbatement, estoient venus
devant l’ostel d’icelle en demandant des gasteaulx, comme l’on a accoustumé de faire aux nouveaulx
mariez, par manière de joyeuseté et en frappant à l’huys de l’espousée, sans vouloir faire aucune
violence, et n’avoient procédé plus avant, sinon que ils s’estoient courrouciés cette nuit près du dit ostel
à deux frères appellés les Pasquiers de Gigney et les avoient batus et fait sanc de nuit et contre les
ordonnances de la ville, et pour ce avoient esté condampnez en amende civile, selon leurs facultés, et
que en ce ils n’avoient en rien abusé; car il n’y avoit ne rapt ne intencion de rapt et aussi n’avoyent ils
point procédé de attempter au corps de ladite Moichete et n’estoient point entrez devers son hostel et
pour ce n’estoit point le cas capital, selon droit et mesmement par la costume de Bourgoingne par
laquelle supposé que ce soit eu crimes énormes, la volenté n’est point reputée pour le fait pour pugnir
capitelment; mais il y a seulement amende civille à l’arbitraige du juge. Et quant au second cas devers
ledit Tappereal, le cas n’estoit pas tel comme posoit notre dit procureur; mais estoit bien vérité qu’ils
estoient bien venuz en l’ostel de la dite femme Pierre Girardin et avoient telement hurté à l’uys de la
chambre ou estoit la dite Moichete, que la serrure de la dite chambre estoit cheute et la avoient trouvé
la dite Moichete qui de son consentement s’en estoit alée avec eux. Et supposé que li ung d’eulx l’eust
congneue, en ce n’avoit point de rapt, mesmement veu qu’elle ne s’en estoit point plainte en présent
délit, comme le veut la coustume; mais que plus est en l’ung et en l’autre desdiz deux cas, avoit esté
envoyée querre de la dite Moichete par la justice, ainçois qu’ils eussent procédé à la délivrance
{260}d’iceulx, ne à les condempner pour le tumulte civillement, laquelle avoit rapporté que onques mal
ne vilonie ne li avoient fait à sa personne et ne se plaignoit d’eulx aucunement. Et pour ce que notre dit
procureur n’avoit cause de maintenir qu’ils les deussent condempner fors que civilement, ains eussent
abusé s’ils eussent fait autrement. Et quant au tiers cas du relaichement du dit Chandelier, ils l’avoient
fait pour ce que la plaie que avoit en la teste le dit Bernard, estoit si petite que nuls ne jugeast que home
en deust mourir. Et mesmement le dit Bernard aloit aval la ville et faisoit sa besoigne en son hostel
comme paravant et encore l’espace de huit jours après la bateure, et que néantmoins lesdiz Maire et
eschevins pour plus seurement procéder, y avoient envoyé un barbier juré de la dite ville appellé Gilles
Maistre, qui estoit mesme le barbier qui le garissoit, liquel avoit rapporté que la dicte plaie n’estoit
aucunement mortele, mais évidemment curable sans péril de mort. Auquel juré, pour raison de son
office publique, l’on devoit adjouster foy et valoit son tesmoignage pour deux par raison et la coustume
du païs; et encore pour plus grant seurté, ils avoient envoyé veoir l’estat dudit Bernart et en quel point
il estoit par ledit procureur de la ville, ensemble ung sergent, qui le treuvèrent en bon point et faisant sa
besoigne, et dist luy-mesme ausdiz procureur et sergent qu’il n’avoit garde de mort et qu’il vouloit bien
et consentoit que ledit Chandelier fut relaichié et mis hors de prison. Et pour ce que en ce, n’avoit
aucunement abusé, et que partout le royaulme de France, ainsi avoit l’on accoustumé de relachier les
prisonniers détenus pour batures, et tenoit l’on communément audit lieu de Beaune qu’il n’estoit point
mort de la dite bature, mais estoit mort pour la mortalité courant au pays et pour son encienneté et
mauvais gouvernement. Et quant au quart cas, ils avoient prins à bonne cause ledit Martinet et en délit
présent, pour ce qu’il avoit batu gens en la ville et fait tumulte, et mesmement batu les sergens de la
ville en faisant leurs offices, et trouvé aval la ville portant armes et soy ventant de pis faire, qui n’eust
obvié à sa malice; et que on ne refusa onques à notre dit maistre d’ostel de le ly baillier et en faire
remessure pour icelluy pugnir; ains estoit l’on prist de le li baillier si il le vouloit requérir, et que onques
ils n’en eurent lettres de nous. Bien estoit vray que en le menant en prison, notre dit maistre d’ostel vint
et le vouloit recourre de fait audit Maire, qui respondit à notre dit maistre d’ostel que ce n’estoit pas la
manière de l’avoir et que par les chartres et priviléges de la ville ils en doivent avoir la prinse et
incarcération, et que sur la {261}rémission luy feroit ce qu’il appartenoit, et en ce n’avoit rien abusé
lesdits Maire. Et quant au dernier cas advenu, pour le deffaut, disoit ledit Maire, etc., qu’ils n’avoient
fait aucun deffault, car la journée à eux assignée avoit esté continuée par notre amé et féal chancelier,
le seigneur de Courtivron, de Dijon à Beaune, pour cause de la mortalité, par ses lettres closes, lequel
représentoit notre personne pour raison de son office et avoit puissance sur tous nos autres officiers, et
là ou il s’entremectoit d’aucune chose et fait de justice, toute puissance d’aucuns nos officiers ou
commissaires cessent comme par dessus qu’il est; et aussi estoit il l’ung et le plus principal des généraux
commissaires sur ce par nous ordonnez, et avec ce maistre Guy Gélinier et Jacques Lombart, nos
commissaires en ce fait, avoient bien sceu la dite continuacion et l’avoient eu expressément ou à tout le
moins taisiblement pour agréable en faisant droit sur ycelle continuacion et adhérent plusieurs
appointements à la dicte cause. Et pour ce nous eussent très humblement requis, les diz Maire,
eschevins, procureur et sergent, que considéré que l’on les travailloit et faisoit l’on despendre le leur
sans juste cause et qu’il vailloit mieux que aigrement en notre service ils l’emploiassent; que nous les
voulsissions mectre dehors des diz procès et en mectre sillence à notre dit procureur et le leur lever la
main de la dicte maierie et eschevinaige pour ce empeschié. Savoir faisons que, nous, oyes les dites
choses, par l’advis et délibération de notre grant conseil, et oye les dits nos commissaires et leurs rappors
sur ce et aussi pour considération de ce que nos diz habitans de notre ville de Beaune ont en touz nos
affaires esté nos bons et loyaulx subgets et volontiers obéissans sur tous autres choses, nous les avons
en notre grâce, avons mis et mettons par ces présentes au néant ledit procès, et voulons que les diz
Maire, eschevins, procureur et sergent soient mis hors du dit procès, et que pour le cas et choses dessus
dites ils ne soient doresenavant plus poursuis. Et en oultre avons ordonné et ordonnons que les diz Maire
et eschevins joyssent soubs notre main des dites mairie et eschevinaige ainsi et par la manière qu’ils
faisoient par avant notre dite main mise, et les dits empeschements, lesquels nous levons et ostons par
ces présentes. Si donnons en mandement à nos diz commissaires et à touz autres nos justiciers et
officiers qu’il appartiendra, ou à leurs lieuxtenans et à chascun d’eulx, que les diz Maire, eschevins,
procureur et sergent ils facent, seuffrent et laissent joïr et user de notre présent octroy et ne les en
tiengnent en procès, et aussi au gouverneur de la dite mairie et eschevinaige commis de par nos diz
commissaires ou par leur auctorité, au dit gouverneur qu’il se départe du dit gouvernement, et que
d’icelle et des explois d’icellui les laissent et seuffrent {262}paisiblement joyr et user parmi luy payant
ses peines et salaires raisonnables. Nonobstant quelxconques ordonnances, mandemens et deffenses à
ce contraires et aus dits habitans l’avons ainsi octroyé et octroyons de grâce espécial par ces présentes.
En tesmoing de ce nous avons fait mettre notre scel à ces présentes.
Donné en notre ville de Chalon, le VIIIe jour d’octobre l’an de grâce mil quatre cens et quinze.
Par Monseigneur le Duc et son Conseil.
BORDOT.

Original: Archives de la ville de Beaune, Mairie.


CLII
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par le duc Philippe le Bon.
1422 (24 avril).
Phelippe, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artoys et de Bourgoingne, palatin, seigneur de
Salins et de Malines. Savoir faisons à tous présens et avenir que, nous, à la prière de nos bien amez les
Maire et eschevins de notre ville de Beaune, avons leurs libertez, franchises, usaiges, immunités,
chartres, priviléges et confirmacions d’icelles, à eulx donnez et octroyez par noz prédécesseurs ducs de
Bourgoingne, louez, rattiffiez, confermez et approuvez, louons, ratiffions, confermons et approuvons
par ces présentes, et avons sur serement sur les sains Euvangiles, en l’église Nostre Dame d’icelle notre
ville de Beaune, [juré] les tenir et garder sans enfraindre, ainsi que par noz prédécesseurs ducs de
Bourgoingne a esté fait. Et affin que ce soit ferme chose et estable à touzjours, nous, en tesmoing
{263}de ce, avons fait mettre nostre scel à ces présentes, sauf en autre chose notre droit et l’autruy en
toutes. Ce fut fait et donné en icelle église de Nostre Dame de Beaune. Présens notre très chier et très
amé cousin le conte de Saint Pol, Révérends Pères en Dieu les évesques de Tournay, notre chancellier,
de Lengres et de Chalon, les abbez de Citeaulx et de Mazières, messires Pierre de Bauffremont, grand
prieur de France, les sires de Robays et de Maummes, chevaliers, et plusieurs autres, le vingt quatriesme
jour d’avril l’an de grâce mil quatre cent vingt et deux.
Par Monseigneur le Duc, SEGUINAT.

Scellé du grand sceau en cire verte dont il ne reste que les lacs de soie pendants. Original: Archives
de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.
CLIII
VILLE DE BEAUNE
Autorisation donnée par le duc Philippe le Bon, aux Maire et échevins de Beaune, de remplacer le cor
par une trompe, pour leurs publications.
1458-59 (13 février).
Phelippe, par la grâce de Dieu, duc de Bourgoingne, de Lothier, de Brabant et de Lembourg, comte
de Flandres, d’Artois, de Bourgoingne, palatin de Haynnau, de Hollande, de Zellande et de Namur,
marquis du Saint Empire, seigneur de Frise, de Salins et de Malines, à tous ceulx qui ces présentes
lettres verront, salut. Comme noz bien amez les Mayeur, eschevins, bourgois et habitans de notre ville
de Beaulne nous ayant exposé que icelle notre ville est notable ville et de grande renommée, et que
combien que es autres bonnes villes de notre duchié de Bourgoingne, on ait accoustumé de faire les criz
et publications qui se font en icelle à son de trompe, néantmoins en notre dite ville de Beaune, on a
accoustumé {264}par cy devant de faire les cris et proclamations qui se font en icelle ville de par nous
et les diz Mayeur et eschevins à son d’un cor de cuyvre, qui n’est pas si honnorable chose comme se ils
se faisaient à son de trompe. Si comme dient les diz exposans, en suppliant que comme chose bien
raisonnable et honnorable soit pour notre dite ville que les diz cris, publications et proclamations se
facent à son de trompe, laquelle chose faire ne vouldroient ne oseroient, sans savoir sur ce notre bon
plaisir et avoir pour ce faire noz congié et licence, requérant humblement iceulx. Savoir faisons que,
nous, oye la supplication sur ce des diz exposans, ayant considération ad ce que dit est et eu sur ce la
délibération de notre grant Conseil estant lez nous: ausdiz exposans avons consenti et octroyé,
consentons et octroions par ces présentes que doresnavant et à tousjours les cris, proclamations et
publications qui se feront de par nous et de par les diz Mayeur et eschevins en notre dicte ville de
Beaulne se facent à son de trompe et non pas au son dudit cor de cuyvre, lequel en tant que touche les
cris, proclamations et publications qui se feront doresnavant de par nous et les diz Mayeur et eschevins
en notre dite ville, nous avons aboli et mis, abolissons et mettons au néant. Si donnons en mandement
à notre bailli de Dijon, ou à son lieutenant audit lieu de Beaulne, que ces présentes il publie ou face
publier en notre dite ville, et de nos diz octroy et consentement face, seuffre et laisse les diz exposans
joir et user doresnavant, perpétuellement et à tousjours, plainement et paisiblement, et sans
empeschement aucun, nonobstant l’usage accoustumé dudit cor de cuyvre, lequel nous avons aboli et
abolissons comme dit est, et quelxconques mandemens ou deffenses à ce contraires. En tesmoing de ce
nous avons fait mettre notre scel secret en l’absence du grant à ces présentes. Données en notre ville de
Bruxelles le XIIIe jour de fevrier l’an de grâce mil quatre cens cinquante huit.
Par Monseigneur le Duc, MILET.

Original: Archives de la ville de Beaune, Mairie.


{265}CLIV
VILLE DE BEAUNE
Arrêt du grand Conseil de Bourgogne, qui règle les débats survenus entre le procureur au bailliage de
Beaune et les Maire et échevins, au sujet des droits respectifs du Duc et de la commune.
1459-60 (7 février).
Phelippe, par la grâce de Dieu, duc de Bourgoingne, de Lothier, de Brabant et de Lembourg, comte
de Flandres, d’Artois, de Bourgoingne, palatin de Haynnau, de Hollande, de Zéllande et de Namur,
marquis du Saint-Empire, seigneur de Frise, de Salins, de Malines, à tous ceux qui ces présentes lettres
verront, salut. Comme certaine cause et procès se fussent naguère meuz par devant noz amez et féaulx
les commissaires par nous ordonnez à la reformation de noz pays de Bourgoingne, entre nostre
procureur, demandeur et complaingnant, d’une part; et les Mayeur, eschevins, clercs mariez, manans et
habitans de nostre ville de Beaune, deffendeurs et opposans, d’autre part; sur ce que notre dit procureur
disoit que, à cause de nostre duchié de Bourgoingne, à nous compétoit et appartenoit de toute ancienneté
plusieurs grans haulteurs, noblesses, seigneuries, prééminences et prérogatives, mesmement plusieurs
bonnes villes estans en iceluy duchié, entre lesquelles nous appartient ladite ville de Beaune et ses
appartenances, laquelle est de nostre domaine; et en icelle avons noz droiz, haulteur, justice et
prérogatives, comme noz prédécesseurs ont tousjours par cy devant de toute ancienneté. Et à cette cause,
et en ensuivant ce, chacun an après ce que le Mayeur du dit Beaune estoit esleu par les habitans d’icelle
ville, le jour de la Nativité Saint Jehan Baptiste, iceulx habitans le devoient et estoient tenus de le
présenter à nostre bailli de Dijon ou à son lieutenant audit Beaune. Lequel Mayeur, après ce qu’il estoit
ainsi receu par le dit bailli ou son lieutenant, juroit et avoit accoustumé de jurer et faire serement, entre
autres choses, de bien et loyaument garder et entretenir noz drois, haulteur et seigneurie, prééminences
et prérogatives; et semblablement juroient et avoient accoustumé jurer, les eschevins du dit Beaune, et
aussi de garder et observer les priviléges d’icelle ville. Avions avec ce, en nostre dicte ville de Beaune
et en la banlieue d’icelle, toute justice et juridiction, haute, moyenne et basse, mère et mixte, impère,
ensemble l’exercité, et aussi les espaves et confiscations. Dist en oultre que les habitans du dit lieu de
Beaune donnoient chacun an à nos prédécesseurs ducs de Bourgoingne {266}deux cent marcs d’argent,
de tel argent et de la valeur que les changeurs es foires et marchiez prenoient et bailloient l’un à l’autre,
à payer la moitié aux octaves de la feste de Toussains, et l’autre moitié aux octaves de Pasques. Et
depuis feu de bonne mémoire le duc Robert, notre prédécesseur, que Dieu absoille, à la supplication des
dits habitans de Beaune, leur aboli la dite charge de deux marcs d’argent, parmy ce qu’il fut convenu et
accordé entre luy et iceulx habitans de Beaune, que quiconques seroit de la commune du dit Beaune, y
ayant domicile et demourant, et auroit en biens la valeur et estimation de six cent livres tournois, ou
plus, payeroit et seroit tenu de payer chascun an, audit feu duc Robert et à ses successeurs, ou à leur
certain commandement, deux marcs d’argent; et les autres de moindre chevance, et en descendant,
paieroient pour chacun cent livres tournois qu’ils auroient vaillant, vint solz tournois, et ainsi en
descendant payeroient, selon le contenu de certaine chartre et des lettres d’iceluy feu duc Robert, sur ce
faictes et passées. Avoient aussi, les dits Mayeur et eschevins de Beaune, accoustumé, devoient et
estoient tenus chacun an, mesmement quand nostre chastellain illec les requéroit, de imposer sur eux et
sur les habitans du dit Beaune, et nous faire payer les dits marcs, de imposer, selon la chartre dessus
dite, en regard à leurs biens et chevance. Et jaçoit ce que iceulx habitans fussent tenus de nous payer
les dits marcs d’argent, non pas seulement à cause de leurs biens et chevance qu’ils avoient en nostre
dite ville et banlieue de Beaune, mais aussi de ceulx qu’ils avoient ailleurs, que part ou lieu que ce feust,
et que ainsi l’eussent accoustumé de faire selon la teuxte d’icelle chartre; néantmoins les dits Mayeur
et eschevins ne imposoient, et aussi les dits habitans ne nous vouloient paier iceux marcs, selon la dite
chartre, ains disoient qu’ils nous paieroient seulement les dits marcs selon leur chevance, qu’ils avoient
en dedans nostre dite ville de Beaune, et non mie au regart des biens et chevance qu’ils avoient hors
d’icelle ville et banlieue; et encore ne vouloient payer selon les biens qu’ils avoient au dit lieu de
Beaune, à nostre très grand intérest et domaige, et qui plus estoient, vouloient dire et maintenir que les
maisons esquelles ils faisoient leurs demourances au dit Beaune, ne debvoient pas estre prisées ne
comptées en l’extimation de leurs dits biens, ne les valeurs d’icelles maisons, en allant directement
contre la teneur de la dite chartre. Et avoient fait tellement que les dits marcs, qui par cy-devant souloient
valoir et revenir à nostre prouffit de sept à huit cent francs, ne revenoient pas à trois cent francs. En
oultre vouloient dire et maintenir, les dits défendeurs, que les clercs mariez demourans en nostre dite
ville de Beaune, tenans feux et lieux, et y ayans maisons et héritages, {267}vivans clerjamment, comme
notaires et autres praticiens, estoient et devoient estre exempts des dits marcs, et de fait les en avoient
exemptez par cy devant à nostre grand domaige, et aussi par telles voyes et auctoritez indeuës et
desraisonnables s’estoient les dits Mayeur et eschevins de Beaune efforcez de usurper nostre vray
domaine, et de entreprendre sur noz droiz, haulteur et seigneurie, et non mie seulement en ce que dit
est, mais de fait en plusieurs autres points, choses et matières, en allant contre leur serement.
Mesmement que jaçoit ce que les rues et places communes estant audit Beaune nous appartiennent,
comme prince et seigneur de la dite ville et du territoire d’illec, et que les dits Mayeur et eschevins et
habitans ne peussent applicquer ne bailler, ou laisser à leur singulier prouffit aucunes des dites rues et
places communes d’icelle ville, en tout, ne en partie, ne aussi donner congié et licence à aucune personne
de édiffier ou construire aucun édiffice es dites places communes, sans le sceu, consentement, authorité
et licence de nous: néantmoins, iceux Mayeur et eschevins avoient donné congié et licence à plusieurs
de édiffier en icelles places communes, et aussi avoient baillié plusieurs d’icelles places à cense à leur
singulier prouffit, sans en avoir nos dits congié, licence, ou consentement, ne de noz officiers, en voulant
à eulx appliquer ce qui de droit nous compétoit et appartenoit.
En outre, les dits deffendeurs en entreprenant tousjours sur noz droits et haultesse, avoient imposé
et levé plusieurs tailles, guetz et imposts, sans licence de nous, ne de nos dits officiers, et sans le
consentement de ceulx qui ad ce devoient estre appellez. Avoient aussi ouy et fait ouyr les comptes des
receveurs des dites tailles, sans y avoir, ne requérir, ou demander aucun commis de par nous. En quoy
faisant, iceulx demandeurs avoient grandement entreprins sur nous et nos dits droiz, dont ils devoient
estre amendables envers nous.
Combien aussi que à nous et non à autre compétoit et appartenoit de donner et bailler gardes et
protections, et aussi tous cas de nouvelleté; lesquelles gardes et cas de nouvelleté, les dits de Beaune,
comme nos hommes et subgietz ne pouvoient ou devoient selon raison refuser d’exécuter. Toutes voyes
iceulx Mayeur et eschevins, eux monstrans à nous désobéissans, n’avoient voulu souffrir mettre à
exécucion en la dite ville et banlieue de Beaune, les dites gardes et cas de nouvelleté obtenues de nous
ou de nos gens et officiers, dont lesdits deffendeurs faisoient grandement à punir.
D’autre part, disoit le dit demandeur, que à nous seul, et pour le tout, compétoit et appartenoit de
statuer, et faire par nous ou noz officiers tous statuz qui {268}semblent estre raisonnables et
prouffitables à nostre dite ville de Beaune, et n’estoit loisible ausdits Mayeur et eschevins de faire
aucuns statuz, constitutions ou ordonnances en icelle ville, sans l’auctorité, licence ou consentement de
nous ou de noz officiers au dit lieu; mais ce nonobstant les dits Mayeur et eschevins, sans nos dits sceu
ou consentement, ne de noz officiers, avoient fait statuz, ordonnances ou deffenses de non mectre ou
bouter aucun vin dedans nostre dite ville, fors es raisins, sur peine d’iceulx vins estre acquis et
confisquez à eulx et appliquez à leur voulenté: qui estoit chose très dommageable pour le poure peuple
d’icelle ville, car de tant le vin y estoit plus cher. Par laquelle ordonnance ou deffense ils avoient
grandement entreprins contre nos droiz et prérogatives, en ce que par icelle, ils vouloient ledit vin estre
confisqué et appliqué à eulx et à leur voulenté, car se la dite deffense estoit raisonnable, le dit vin ainsi
mis et bouté dedans nostre dite ville de Beaune, contre la dite défense, devoit estre confisqué et acquis
à nous, à cui appartenoient toutes confiscations et espaves en la dite ville de Beaune et banlieuë, comme
dessus est dit.
Pareillement jaçoit ce que comme dit est, iceulx Mayeur et eschevins fussent noz hommes et
subgietz et que la justice et juridiction qu’ils povoient avoir, fust subalterne et subjecte de la nostre, et
qu’ils la tenissent de nous; néantmoins, iceulx Mayeur et eschevins avoient reffusé et reffusoient
plusieurs fois de crier et faire crier au dit lieu de Beaune, les jours de nostre gruyerie, comme l’on avoit
accoustumé faire de toute ancienneté. En quoy et ès poins et matières cy dessus déclairez, et plusieurs
autres, nostre dit procureur disoit que les dits Mayeur et eschevins avoient grandement entreprins et
s’estoient efforciez de entreprendre sur et contre noz droiz, domaines, seigneuries, justice et haultesse,
et fait plusieurs grans abus et désobéissance envers nous et noz officiers, et pour ce avoit nostre dit
procureur fait adjourner les dits Mayeur, eschevins, manans et habitans de nostre dite ville de Beaune,
et aussi certain nombre de clercs mariez demourans en nostre dite ville, par devant nos dits
commissaires, à certain jours pieça passé.
Auquel jour, ou autre entretenu et déppendant d’iceluy comparans, les dites parties pardevant iceulx
noz commissaires, le dit demandeur fist et forma sa demande par la manière dessus dite, concluant et
requérant par ces raisons, et autres plusieurs, de par icelui nostre procureur alléguées, que les dits
deffendeurs feussent par sentence de nos dits commissaires, dés lors en avant privez de imposer les dits
marcs, veuë la fraude par eulx commise, et que nos gens et officiers les imposassent, et asscissent sur
chacun des diz habitans de Beaune, fussent clercs {269}mariez vivant clerjamment, ou autres, selon
leurs facultés et chevances, et le contenu de la dite chartre; en condamnant iceulx deffendeurs, et chacun
d’eulx, à les nous payer chacun an, selon sa part et portion. Et pour le abus par eulx y commis, iceulx
deffendeurs fussent condampnez envers nous en l’amande de deux mil escus, au autre, telle que par
iceulx noz commissaires seroient sur ce avisé. Que les bailz et accensissemens faiz par iceulx
deffendeurs des dites rues et places communes de Beaune, dont cy dessus est touchié, fussent déclairez
nuls, ou à tout le moins mis et appliquez à nostre prouffit et à nostre domaine; en deffendant ausdits
deffendeurs de non dès lors en avant cy eux entremectre, et pour la dite entreprinse fussent condamnez
envers nous en la somme de mil écus. En oultre, que deffenses fussent faites à iceulx deffendeurs que
dès lors en avant, ils ne missent ne imposassent aucuns guets, tailles ou imposts, ne oyssent les comptes
des receveurs, sans licence, congié ou consentement d’aucuns de noz officiers, mesmement de nostre
bailli de Dijon ou de son lieutenant au dit Beaune, et luy présent, si estre y vouloit. Et que pour
l’entreprinse et abuz par les dits deffendeurs commis en ceste partie, ils fussent condempnez envers
nous en amende arbitraire, jusques à la somme de mil escus, sauf la loyale tauxation de nos dits
commissaires. Et avec ce que iceulx deffendeurs fussent condempnez et contraints à souffrir
doresnavant mectre à exécution en nostre ville de Beaune et banlieuë d’icelle, les gardes et cas de
nouvelleté dont dessus est touchié, et que pour le indeheu reffus par eulx fait cy-devant de les mectre à
exécution, fussent condemnez en une amende envers nous jusques à la somme de deux mil escus. Et au
regard de la deffense ou ordonnance faicte par les dits deffendeurs de non mectre on bouter aucun vin
dedans nostre dite ville, fors en raisins, à la peine dessus dite, que il fust dit et déclaré les dites
ordonnances et deffenses non devoir sortir aucun effet, comme déraisonnables et faites par ceulx qui
n’avoient aucun pouvoir ou auctorité de le faire; en condempnant iceulx deffendeurs, pour la dite
entreprinse et abus fais à ceste cause, en une amende arbitraire envers nous, jusques à la somme de mil
escus d’or. Et avec ce, que veuës les dites entreprinses et abus fais par iceulx deffendeurs, il feust par
nos dits commissaires dit et déclaré les dits deffendeurs avoir forfait et devoir perdre entièrement tous
previléges, franchises et libertez qu’ils avoient et pouvoient avoir de nous et de nos dits prédécesseurs,
et mesmement leur Mairie et eschevinaige, et que le corps et commune de la dite ville debvoit estre
dissolu, et ne devoient jamais avoir corps ne communauté de ville. Et pour ce que la matière estoit
grande et de hault poids, jour fut assigné ausdits deffendeurs, à comparoir pardevant iceulx noz
{270}commissaires au dix huictième jour de janvier, l’an mil CCCC LVIII, pour venir dire ce que bon
leur sembleroit à l’encontre des demandes et conclusions dessus dites, prinses par notre dit procureur.
Auquel jour, comparans icelles parties pardevant nos diz commissaires, iceulx deffendeurs, après
plusieurs protestations de leur part faites, firent dire et proposer entre autres choses que eulx et leurs
prédécesseurs avoient toujours été noz bons et loyaulx subgietz et vraiz obéissans envers nous et noz
prédécesseurs, et que oncques n’avoient fait ne voudroient faire chose qui fust au préjudice de nous, et
à nostre desplaisance, ne derroguer à noz droiz, haulteur et seigneurie. Et aussi qu’ils avoient plusieurs
beaulx previleiges octroiez à la commune et habitans d’icelle ville par feu de bonne mémoire le duc
Eude, cui Dieu absoille, et depuis confirmez et approuvez tant par nous, comme par noz prédécesseurs;
par lesquels previleiges, entre autres poins et articles y contenuz, iceulx deffendeurs n’estoient tenuz de
respondre pour aucun forfait et abuz qu’ils pourroient avoir commis envers nous et envers nos
prédécesseurs, pardevant nos officiers, mais seulement en la court ou portail de l’église Nostre Dame
du dit lieu de Beaune, pardevant le Mayeur de la dite ville, selon le jugement des jurez et eschevins
d’icelle; et que, par vertu du dit previleige, nous ne les povoyons contraindre à plaidoier d’autre part.
Desquels previleiges et exempcion les diz deffendeurs, tant par eulx comme par leurs prédécesseurs,
avoient joüy et usé le temps passé, toutes et quanteffois que bon leur avoit semblé. Veue laquelle chose,
les diz deffendeurs maintenoient devoir estre renvoyez comme dit est, et qu’ils ne debvoient procéder
pardevant nos diz commissaires sur les cas dessus dits; et se ils ne obtenoient la dite fin de renvoy,
préalablement sur icelle, disoient et respondoient iceulx deffendeurs, soubs les protestations dessus
dites, pour eulx excuser des dites charges et abuz à eulx imposez par nostre dit procureur, et non pas en
entention de procéder par manière d’interdicion contentieuse. Premièrement, que sauve la révérence des
disans, on ne pouvoit bailler charge ausdits Mayeur et eschevins, ne à aucun habitans de la dite ville,
des cas proposez pour la partie de nostre dit procureur, ne aucun d’iceulx; car les dits deffendeurs, ne
aucun des dits habitans, n’avoient oncques fait mutation ou nouvelleté sur les cas dessus dits, mais
s’estoient toujours gouvernez selon la forme ancienne de procéder de leurs prédécesseurs, Mayeur et
eschevins de nostre dite ville. Et quant au fait des marcs à nous deus audit Beaune, iceulx Mayeur et
eschevins, en la présence de nostre chastellain ou autre nostre officier, les avoient chacun an imposez
sur les habitans de nostre dite ville, contribuables es dits marcs, selon la forme ancienne, {271}et ainsi
que l’on avoit accoustumé faire de toute ancienneté, et de tel et si longtemps que mémoire n’estoit du
commencement ne du contraire. Et du temps mesmement desdits deffendeurs, iceulx marcs avoient esté
imposez aussi hault ou plus qu’ils avoient esté le temps passé, et du temps des prédécesseurs d’iceulx
deffendeurs, et ne seroit jà trouvé, sauf la révérence des disans, que d’ancienneté les dits marcs eussent
été plus hault imposez, qu’ils avoient depuis vingt ou trente ans en ça; depuis lequel temps ils avoient
autant valu à nostre prouffit, comme ils avoient fait es années précédentes, et d’ancienneté, et devoit-
l’on entendre et présumer que au temps de l’octroy des dits marcs fait à nos dits prédécesseurs, le marc
de petiz tournois estans de petite valeur et ne povoient valoir plus d’un franc, ou de quinze gros de la
monnoye courant présentement, et par ainsi le plus riche des habitans ne devoit pas, à cause des dits
marcs, que quarante ou cinquante sols, et les autres habitans du dit Beaune au dessoubs. Et ainsi avoit-
on accoustumé de le faire, et non point autrement depuis le temps du dit octroy d’iceulx marcs. Et aussi
oncques n’avoit esté veu ne sceu, que aulcuns d’iceulx habitans qui eussent vaillant six cent francs
payassent deux marcs d’argent pour les dits marcs, revenans à la somme de six francs, monnoye courant,
mais avoient toujours esté quittes, les plus riches de la dite ville, pour quarante ou cinquante sols
tournois, ou par la somme de soixante sols au plus, et à plus n’avoient esté imposez au veu et sceu de
nostre dit chastellain et de noz autres officiers, sans aucune contradiction qui eust point sorti d’effet.
Pourquoy l’on devoit présumer que le dit marc d’argent estoit de très petite valeur au temps de l’octroy
d’iceulx marcs, comme estoit la monnoye en France et en Bourgoingne es ans mil quatre cent dix huit
et dix neuf; par lequel temps dix francs ne valoient pas un franc de bonne monnoye, et avoient iceulx
marcs de toute ancienneté esté imposez chacun an en la présence de noz officiers, en la forme et manière
qu’ils avoient esté imposez du temps des dits deffendeurs, sans faire aucune mutation ou nouvelleté de
par iceulx déffendeurs en l’impost des dits marcs. Pourquoy veuë la longue usance de la forme et
manière que l’on avoit tenue et gardée à imposer iceulx marcs de si longtemps, que mémoire n’estoit
du contraire, au veu et sceu de nos diz officiers, et en leur présence, et sans contredit qui eust point sorty
d’effet, l’on devoit dire et interpréter selon droit et raison, que les dits marcs avoient esté bien et
deuement imposez, et que l’on ne devoit rien changer ne innover, et que droit avoit esté acquiz ausdiz
deffendeurs et à leurs dits prédécesseurs, de ainsi le faire. Et supposé, sans préjudice, que les diz deux
marcs d’argent eussent valu six francs; néantmoins, puisque les {272}diz habitans n’avoient
accoustumé de payer, c’est à sçavoir le plus riche quarante ou cinquante sols, l’on ne pouvoit contraindre
iceulx habitans à plus payer pour la valeur d’iceulx deux marcs. Mesmement que les imposts des diz
marcs avoient tousjours esté faiz en la présence et du consentement de nos diz officiers, et avoient peu,
les diz de Beaune, acquérir droit de payer iceulx marcs en la forme dessus dite, ainsi comme l’on faisoit
en matière de dime, et avoient les gens de noz comptes à Dijon, ou les aucuns d’eulx, assisté plusieurs
fois es imposts des dits marcs, et en leur présence, iceulx marcs avoient esté imposez en la forme et
manière dessus dite, et ainsi que l’on avoit accoustumé, tant du consentement d’iceulx gens de nos
comptes, comme de nostre chastellain de Beaune, qui estoit receveur et collecteur des diz marcs. Et
combien que nos diz officiers se fussent parforchiez de faire imposer iceulx marcs plus hault que l’on
n’avoit accoustumé, toutes voyes de leur consentement, rien n’avoit esté changé: pourquoy la dite forme
de imposer iceulx marcs devoit estre vallable et observée, sans la changer ne muer. Lesquelz marcs
n’estoient pas reputez estre deuz pour le droit de haulteur, mais estoient de nostre patrimoine; et par
ainsi, les dits deffendeurs et leurs dits prédécesseurs, avoient peu prescrire selon droit et raison et la
coustume du pays, la forme de imposer les dits marcs, en usant d’icelle forme; puisque nous et noz
prédécesseurs et officiers avions souffert et toléré la dite forme et usance de imposer iceulx marcs. Et
pour monstrer que l’on ne debvoit rien chargier sur l’impost des dits marcs, et que iceulx deffendeurs
n’avoient en ce riens mesprins ne abusé; l’on povoit considérer que eulx et leurs prédécesseurs avoient
esté et estoient povres gens, tous fondez en vignoble qui n’estoit pas souvent de grand revenu.
Mesmement que plusieurs d’iceulx de Beaune, que l’on réputoit du temps passé estre des plus riches de
la dite ville, estoient trespassez povres gens, et tellement que leurs parents ne s’estoient point faiz leurs
héritiers, fors par bénéfice d’inventaire; et par ainsi n’estoit pas de merveilles, se l’on avoit observé et
gardé la forme dessus dite, en imposant les diz marcs du temps passé. Et aussi, en consentant l’octroy
d’iceulx marcs au dit feu duc Robert, nostre prédécesseur, que Dieu pardoint, il promit de non lever ne
cuillir autre taille ne autre somme de deniers sur les habitans du dit Beaune, ainsi qu’il apparoit par une
clause contenue es lettres du dit octroy. Mais, néantmoins, l’on levoit chacun an sur les dits habitans, à
nostre prouffit, plusieurs autres sommes de deniers, tant pour les impositions, gabelles, huictiesme, et
pour autres imposts et subsides que l’on y faisoit souventeffois pour noz affaires. Et pour vérité, qui
eust imposé ou qui imposeroit les diz marcs selon l’entendement du dit demandeur, et que ceulx
{273}qui auroient vaillant six cens frans payassent chacun an, c’est assavoir chacun d’eulx six frans
pour les diz marcs, ladite ville eust été et seroit très fort despeuplée et diminuée de peuple, et ne
vauldroient pas tant les diz marcs à nostre prouffit, comme ils avoient fait le temps passé et encore
faisoient de présent, pour les grans charges qui seroient en la dite ville. Et demourroit icelle ville
inhabitée, qui le voudroit ainsi faire. Et se les prédécesseurs des diz deffendeurs avoient aucunement
erré ou failly en imposant iceulx marcs, qui pas n’estoit à présumer; toutes voyes iceulx deffendeurs
non estoient en rien coulpables, ne aucunement à punir.
Et quant au second point de la demande du dit demandeur, touchant les clercs mariez en nostre dite
ville de Beaune, les diz deffendeurs disoient que les clercs mariez, mesmement ceulx qui point ne
s’estoient meslez des euvres mécaniques, ne de marchandises publiques, n’avoient oncques estez
contribuables, ne compris ou imposez es diz marcs, en avoient tousjours esté quittes, francs et exempts,
au veu et sceu de nous et de noz prédécesseurs, de leurs officiers et des nôtres, sans aucun contredict
qui eust sorti effect; estoient avec ce, iceulx clercs mariez, en bonne possession et saisine de la dite
exemption et franchise de non contribuer es diz marcs, et en avoient joy et usé paisiblement, par tel et
si longtemps, que mesmoire n’estoit du contraire, au veu et sceu comme dessus est dit, et mesmement
des gens de noz Comptes à Dijon, sans aucun empeschement ou contredict, tant par appellation comme
autrement, et tellement que tousjours estoient demourez en leur franchise et exemption. Et par ainsi, les
diz clercs mariez n’avoient oncques esté comprins en l’octroy d’iceulx mars, et ne seroit pas chose
raisonnable de les imposer ne faire contribuer es diz marcs; considéré aussi que en plusieurs lieux et
villes de nostre duchié de Bourgogne, comme à Ostun, Beligny sur Oische, Argilli et autre part, les
clercs mariez avoient esté les temps passez et estoient francs, quittes et exemptés de plusieurs
prestations annuelles que avoient accoustumé nous payer les séculiers qui pas n’estoient clercs. Et pour
ce n’estoit pas de merveille, se les diz clercs de Beaune estoient et avoient esté le temps passé exemps
et quittes des diz marcs; car ils n’estoient pas de pire condition que les autres. Disoient aussi que passez
estoient cinquante ans que l’on avoit voulu contraindre les diz clercs mariez du dit Beaune à contribuer
es diz marcs, mais iceulx clercs en appelèrent en Parlement en France, et depuis, par le bon plaisir et
voulenté de feu de noble mémoire le duc Philippe, nostre ayeul, que Dieu absoille, le mandement par
vertu duquel l’on avoit voulu faire les diz exploix sur les diz clercs, avoit esté mis au néant, et parmi ce
avoient iceulx {274}clercs renoncié à leur dit appel. Par quoy l’on ne leur povoit quant à présent riens
demander des diz marcs, veue la dite renonciation et autres choses dessus dites, mesmement leur dite
exemption. Et se aucuns clercs d’aucunes bonnes villes de nostre duchié de Bourgogne s’estoient laissez
asservir, en contribuant ausdits marcs, l’on ne debvoit pas pourtant chargier les diz clercs de Beaune,
mais devoient demourer en leur franchise comme ils avoient fait le temps passé. Et pour ce disoient les
diz deffendeurs que veu que nous et noz prédécesseurs, et un chacun d’eulx, avions loué, approuvé,
ratiffié, consenti et juré de entretenir les previleiges, chartres, coustumes et usaiges des diz habitans de
Beaune, et promis de non aller au contraire, nostre dit procureur ne faisoit à recevoir, à proposer les
choses par luy mises avant à l’encontre d’iceulx deffendeurs; car en ce faisant, il venoit directement
contre les diz previleiges, coustumes et usaiges.
Et au regart des autres points et cas mis oultre par le dit demandeur contre les diz deffendeurs,
disoient que nous et noz prédécesseurs avions octroyé et donné à nostre dite ville de Beaune et aux
habitans d’icelle, plusieurs beaulx, grans et nobles previleiges, libertez, franchises et exemptions:
mesmement en l’an mil deux cent et trois ou environ, feu de noble mémoire le duc Eudes, nostre
prédécesseur, que Dieu absoille, octroya à ses diz hommes du dit Beaune, droit, puissance et faculté
d’avoir entre eux perpétuellement un corps mistique, c’est assavoir une commune, sauf les libertez
qu’ils avoient paravant, leur octroya aussi toute justice et juridiction, haulte, moyenne et basse,
ensemble l’exercice d’icelle, réservé l’exécution du baston: c’est assavoir des malfaicteurs qui seroient
condempnés par nostre dite ville au derrenier supplice, et aussi réservé certaines amendes, comme du
sang, et des faultes, et mesuz déclairez es lettres des dis previleiges; et voult et consenti que pour régir
et gouverner la dite justice, les diz hommes et commune de Beaune eussent Maire et eschevins, qui
peussent esleire chacun an entre eulx, et ne voult pas que aucun se entremist en la dite justice, ne que
de l’exercice d’icelle, ne de prendre ou emprisonner aucune personne que ce fust en la dite ville et
banlieue d’icelle, fors les diz Mayeur et eschevins, comme ils disoient ces choses apparoir par une
clause contenue es lettres du dit previleige. Furent en outre donnez et octroyez ausdiz habitans, hommes
et commune de Beaune, tous attraitz et eschoittes, et plusieurs autres previleiges, libertez, franchises et
exemptions, déclairez plus à plain es lettres sur ce faites. Et voult et consenti, le dit feu duc Eude, que
de toutes autres choses qui n’estoient pas contenues es dites chartre et previleige, il en fut en la
disposition {275}et arbitrage des diz Mayeur et eschevins. Et avec ce fut accordé, par le dit feu duc
Eude, que s’il advenoit aucune obscurité, répugnance ou contrariété es diz previleiges, que tout fut
entendu et interpreté au prouffit et utilité des diz hommes et commune du dit Beaune. Or, puis doncques
que les diz deffendeurs avoient corps et commune approuvez, ils estoient capables et habiles à tenir et
avoir chose communes, mesmement les lieux déserts et inhabitables estans en la dite ville et banlieue
d’icelle, et les avoient peu et povoient prendre les diz Mayeur et eschevins, et bailler au prouffit du bien
public de nostre dite ville, pour convertir en la réparation des murs et des pons d’icelle; estoient en
bonne possession et saisine de ce faire, et en avoient joy et usé tout le temps passé, au veu et de nous et
de noz prédécesseurs, de leurs officiers et des nôtres, sans aucun contredit; et aussi les dites places
communes et lieux déserts et inhabitables estans en nostre dite ville et banlieue de Beaune, estoient et
appartenoient à la dite commune et habitans de Beaune, et avoient toujours esté et estoient et devoient
demourer en la disposition des dits Mayeur et eschevins du dit Beaune. Et puis doncques que par les
diz previleiges, nos diz prédécesseurs n’avoient point réservé les dites places communes et lieux déserts,
ils devoient appartenir à la dite ville et demourer en la disposition d’iceulx Mayeur et eschevins; la
revenue desquels estoit de très petite valeur et ne povoit valoir chacun an que quatre ou cinq francs que
on a accoustumé convertir au bien publique de nostre dite ville.
Et au regard du quart point mis avant pour la part du dit demandeur, c’est assavoir que les diz
Mayeur et eschevins faisoient les guetz et impostz de la dite ville sans appeller noz gens et officiers, les
diz deffendeurs disoient qu’ils avoient droit, faculté et puissance de faire et imposer tous impostz et
guetz nécessaires à faire en la dite ville, sans l’auctorité de nostre bailli de Dijon ou de noz autres
officiers; car les diz Mayeur et eschevins estoient esleus chacun an par la commune de la dite ville, qui
estoit une université et un corps approuvé par nous et noz prédécesseurs. Lesquels Mayeur et eschevins
avoient toute administration, justice et juridiction en nostre dite ville et banlieuë d’icelle, et estoient
comme juges ordinaires en nostre dite ville: et par ainsi, selon droit et raison, ils avoient eu et encore
avoient povoir et puissance de faire les diz fouaiges, mesmement du consentement des diz habitans et
commune en la dite ville. Disoient aussi les diz deffendeurs, que eulx et leurs prédécesseurs avoient
accoustumé de toute ancienneté et de tel et si long temps, que mesmoire n’estoit du contraire, de faire
assembler au cor et au cry, au lieu de Saint Estienne du dit Beaune, les habitans de la dite ville, quant il
estoit besoin de y faire aucuns fouaiges ou impostz, {276}de le consentir, et pour eslire preudhommes
à assister les diz Mayeur et eschevins, pour imposer les diz fouaiges de la dite ville, et aussi ceulx qui
estoient octroyez pour noz affaires, sans appeller aucuns de noz officiers, excepté seulement en fait des
marcs à nous deus au dit lieu de Beaune. Et avoient, iceulx Mayeur et eschevins et leurs diz
prédécesseurs, accoustumé de avoir et encore avoient la cognoissance de tous cas criminels et civils qui
survenoient en nostre dite ville et banlieue d’icelle, mesmement de condempner les criminels à estre
mis au derrenier supplice, quant ils l’avoient desservy: qui estoit plus grand chose que n’estoit de
imposer les diz fouaiges et imposts, parquoy on povoit revocquer ne doubter qu’ils n’eussent povoir et
puissance de ce faire.
Et en tant qu’il touchoit le cinquiesme point, que iceluy demandeur avoit mis avant, c’est assavoir
que les diz Mayeur et eschevins avoient empesché et empeschoient l’exécution de noz gardes, en cas
de nouvelletez en nostre dite ville de Beaune et banlieue d’icelle; les diz deffendeurs disoient que de
leur temps et du temps d’aucuns des vivans d’icelle ville, l’on avoit rien fait de nouvel en ceste matière,
ne chose que l’on deust ou peust imputer à iceulx deffendeurs. Et combien que es chartres et previleiges
de nostre dite ville ne fut pas contenu expressément, que l’on ne peut exécuter noz dites gardes et cas
de nouvelleté en nostre dite ville de Beaune et banlieue d’icelle, toutes voyes l’on povoit bien cognostre
et entendre par le contenu es dites chartres, que icelles gardes et cas de nouvelleté ne devoient point
estre exécutez réaument en icelle ville et banlieue, car, comme dit est dessus, nos diz prédécesseurs
avoient octroyé à la dite ville et commune de Beaune toute justice et juridiction, mère et mixte, impère,
ensemble l’exercité d’icelle, réservé l’exécution du malfaiteur et certaines amendes: et, par le moyen
du dit octroy, les diz Mayeur et eschevins avoient toute puissance, de par nous et nos diz prédécesseurs,
de administrer de toute justice en la dite ville et banlieue, tant en cas de gardes comme autrement. Et
aussi se autrement se faisoit, ce seroit au grand préjudice, intérest et dommaige des habitans de la dite
ville; car par le moyen des dites gardes ils se mettroient souventesfois en involution de procès, et
conviendroit faire de grans frais, missions et dépens à procéder pardevant nostre bailli de Dijon es diz
procès, et en la court de Lamman du dit Beaune, il ne leur failloit faire aucuns frais ou missions, car
l’on n’y procédoit pas par escript, comme l’on faisoit en la court du dit bailliage, mais procédoit l’on
sommairement et de plain, et y estoient les causes expédiées {277}en ung mois ou en deux, et plustot
beaucoup que au dit bailliage. Et n’avoient point accoustumé noz sergens et officiers de faire aucune
exécution réale es limites de la mairie du dit Beaune; mais appartenoient toutes exécutions, mesmement
les réales, ausdiz Mayeur et eschevins, officiers de la dite ville, et non à autres. Lesquels n’avoient point
contredit par voye de fait de exécuter les dites gardes et cas de nouvelletez, mais seulement par auctorité
de justice, c’est assavoir par opposition et appellation, et pour garder les droiz de la dite ville. Et avoit
autreffois ceste matière esté débattue pardevant noz officiers, par lesquels n’y avoit aucune chose esté
appoinctée, mais estoient tousjours demourées les choses en l’estat qu’elles avoient esté d’ancienneté,
et les dits de Beaune en leur possession et saisine, et n’avoient oncques esté veu ne sceu que icelles
gardes et cas de nouvelletez eussent esté exécutez es limites de la dite mairie; ains estoit vray que les
dits deffendeurs et leurs prédécesseurs avoient toujours esté de toute ancienneté en possession et usance
du contraire, au veu et sceu de nous et de nos diz prédécesseurs, sans aucun contredit ou empeschement.
Parquoy nostre dit procureur n’avoit cause de rien quereler au contraire.
Et quant au sixiesme point mis oultre par nostre dit procureur, c’est assavoir que les diz deffendeurs
avoient fait deffense de non mettre vins dedans nostre dite ville de Beaune, sinon en raisins, les diz
Maire et eschevins de Beaune disoient que les habitans du dit Beaune, entre leurs autres drois et
previleiges, avoient droit, coustume et usance, de toute ancienneté, que aucun ne povoit mettre ne bouter
vin dedans la dite ville et faulbourgs de Beaune, ce n’estoit des manans et habitans de la dite ville, et
qui fussent de leur creu, et qu’il eust un brievet signé du Mayeur ou de l’un des eschevins de la dite
ville. Et se aucun estoit trouvé faisant le contraire, les vins qu’ils auroient mis ou boutez dedans la dite
ville ou faulbourgs d’icelle, sans brievet, et qui ne seroient pas de leur creu, seroient acquiz à la dite
ville, pour en faire le plaisir d’icelle ville, selon qu’il seroit advisé par les diz Mayeur et eschevins.
Desquels droit, coustume et usance les diz deffendeurs estoient en bonne possession et saisine, et en
avoient jouy et usé tant par eux comme par leurs prédécesseurs habitans d’icelle ville, paisiblement,
publiquement et notoirement par cinq, X, XX, XXX, XL, L, C ans et plus, et par tel et si long temps que
mémoire n’estoit du contraire, et qu’il souffisoit et debvoit souffire à bon droit, de coustume et usance,
avoir acquis en cette partie, au veu et sceu de nous et nos diz prédécesseurs, de leurs officiers et des
nostres. Avoient aussi, les diz Mayeur et eschevins et leurs diz prédécesseurs, accoustumé de très grande
ancienneté de faire crier et publier en nostre dite {278}ville de Beaune les dites ordonnances, afin que
aucun n’y peust prétendre cause d’ignorance, et n’avoient esté introduits de nouvel, mais avoient esté
gardées et observées de tel et si long temps que mémoire n’estoit du contraire: parquoy notre dit
procureur n’avoit cause de rien quereller contre les diz deffendeurs. Mais encores pour monstrer que
icelles ordonnances, status, usaiges et coustumes de non bouter vin dedans nostre dite ville estoient très
raisonnables, prouffitables et utiles pour icelle ville de Beaune et aussi pour le bien et l’honneur de nous
et de tout le pays, vray estoit que ou territoire et finaige du dit Beaune croissoient vins de très grande
excellence, et à cause de ce les marchands avoient accoustumé d’ancienneté de venir achepter et lever
vins au dit Beaune et les mener et charrier en plusieurs et divers pays. A cause de la bonté et excellence
desquels vins nous estions réputé estre seigneur des meilleurs vins de Chrestianté, et en estoit nostre dit
duchié de Bourgoingne plus famé et renommé que d’autres marchandise quelconque. Et qui voudroit
rompre les dites ordonnance, coustume et usance, ce seroit pour mettre les diz habitans de Beaune en
toute poureté, car ils estoient principalement fondez en vignobles et n’avoient guières autres
marchandises. Et aussi qui bouteroit vins indifféremment en la dite ville et faulbours d’icelle, l’on y
mettroit des gamès et autres vins qui ne seroient pas à bouche des marchands, et ne viendroient point
les marchands, ainsi qu’ils avoient accoustumé le temps passé, et en brief temps la fame et renommée
des bons vins du dit duchié de Bourgoingne, et principalement de Beaune, seroit abolie et mise au néant.
D’autre part, les diz vins de gamès, à l’encommanchement estoient doulx et tenoient liqueur, et quant
venoient sur le temps nouveau, ils devenoient tous jaunes, ne valoient et n’estoient point prouffitables
à l’usaige de l’homme, comme disoient les médecins. Parquoy se on boutoit les diz gamès en vins ou
en raisins dedans icelle ville ou es faulbourgs, les marchands en pourroient estre souventeffois déceus,
qui seroit cause de délaisser la dite marchandise des vins audit Beaune, et de la totale destruccion de la
dite ville, ou grand interest et dommaige de nous et des habitans d’icelle ville. Aussi en plusieurs autres
villes de nostre dit pays de Bourgoingne usoit-on de semblable droit et coustume, combien que pas n’y
eust si bon vignobles comme oudit terrouoir de Beaune: et par ainsi n’estoit pas de merveille, se l’on
gardoit la dite coustume et usance du dit Beaune. Et pour ce, considéré que noz prédécesseurs et nous
avions confermé et approuvé les previleiges, coustumes et usances de la dite ville de Beaune, et promis
par serement de les entretenir, et non aller au contraire; nostre dit procureur n’avoit cause de rien
quereler contre les {279}diz deffendeurs, à cause des dites ordonnances, statuz, coustumes et usances.
Et quant au septième et derrenier point proposé de la partie du dit demandeur à l’encontre d’iceulx
deffendeurs, assavoir que l’on n’avoit pas souffert crier et publier en la dite ville de Beaune les jours de
nostre gruierie, les diz deffendeurs disoient que, sauve la révérence des disans, le dit refuz n’avoit point
esté fait par les diz Mayeur et eschevins, ne par aulcuns officiers de la dite ville, mais avoient tousjours
esté et encores estoient contens de faire crier les diz jours, toutes et quantesfois qu’il plaira aux officiers
de nostre dite gruierie, pourquoy nostre dit procureur n’avoit cause de en faire querele ou poursuitte
contre les diz deffendeurs: lesquels, en concluant par les raisons et moyens dessus diz et autres plusieurs
de leur part alléguez, disoient que ils, ne aucuns d’eulx, ne debvoient ou estoient tenuz de respondre,
ne sortir jurisdiction pardevant nos diz commissaires, à la requeste de nostre dit procureur sur les cas
par lui contre eux proposez, ains devoient par iceulx noz commissaires estre renvoiez, selon le contenu
du previleige ja pieça donné et octroié à la commune et aux manans et habitans du dit Beaune, dont cy-
dessus est faitte mention. Et se ainsi n’estoit fait, que droit fust dit, préalablement sur la dite fin, que
iceulx deffendeurs, et chacun d’eulx, en tant que touchier lui povoit, tant conjointement comme
divisement, devoient estre absolz des impéticions et demandes de nostre dit procureur, et que ainsi fust
par nos diz commissaires, dit, jugié, sententié et prononcé, en imposant silence perpétuel à icelui nostre
procureur, sur les cas dessus dits.
A quoy, de la part de nostre dit procureur demandeur eust esté replicqué et dit que point ne debvoit
prouffiter ausdiz deffendeurs l’exception déclinatoire par eulx proposée, tendans à fins de renvoy au dit
lieu de Beaune, pardevant le Mayeur d’illec, selon certaine clause qu’ils disoient estre contenue en leurs
previleiges: car, posé que le dit previleige eust esté tel, toutes voyes estoit chose notoire, que ils avoient
respondu et prins jugement pardevant nos diz officiers, ailleurs que au dit lieu de Beaune, sans aucune
contradiction ou aucune protestation; et ainsi seroit chose bien desraisonnable et exorbitant de tous
droiz, de dire que les diz Mayeur et eschevins fussent juges en ceste présente cause, qui estoit leur
propre fait. Et au regard des marcs, que iceulx deffendeurs disoient non debvoir estre imposez plus haut
qu’ils avoient accoustumé d’estre, en alléguant que, au temps de la concession de la dite chartre et
d’iceulx marcs d’argent, le marc d’argent ne valoit pas plus d’un franc; le dit demandeur disoit que tout
le contraire estoit vray, et que lors couroit bonne monnoye, et que la monnoye des petits tournois estoit
très bonne. Et posé ores que il fust ainsi, que {280}iceulx deffendeurs disoient, si estoient-ils et seroient
tenus de nous payer les diz marcs, selon la valeur présente du marc d’argent: car par la première chartre,
les habitans du dit Beaune estoient tenus de payer deux cens marcs d’argent chacun an à nostre prouffit;
et par la seconde chartre, avoient esté remis à si petite somme: car se le plus riche avoit vaillant dix
mille frans, si ne payeroit-il que les diz deux marcs, et ainsi en dessendant, qui estoit bien petite chose
au regart des diz deux cent marcs d’argent; en quoy leur avoit esté fait ung grand bénéfice par le dit feu
duc Robert, que ils recongnoissoient petitement et pour ce en debvoient estre reboutez et contrains à
payer les diz deux cent marcs, comme ils faisoient paravant. D’autre part, disoit le dit demandeur que
plusieurs foiz, contre le vouloir des gens de noz Comptes à Dijon et autres noz officiers, et par faulse
information et non véritable, que faisoient les diz Mayeur et eschevins à nos diz officiers, des habitans
du dit Beaune, qu’ils disoient estre povres, là où ils estoient riches, les diz marcs avoient esté imposez
par iceulx Mayeur et eschevins cy-devant en la manière par eulx posée indeuement, contre raison et à
nostre grant dommaige, en allant directement contre les anciennes coustumes et usances. Car par les
comptes anciens, estans à Dijon, apparoit que les diz marcs souloient valoir et revenir à nostre prouffit
de six à sept cents francs, et de présent ne valoient que neuf vingt, ou deux cent francs au plus, qui estoit
très grande diminution, par la faulte et coulpe des diz Mayeur et eschevins. Et avec ce estoit notoire que
au dit lieu de Beaune avoit plus de cent personnes, noz hommes tenans feu et lieu, qui avoient vaillant
chacun d’eulx plus de six cent francs, voire de mille, et toutesfois n’estoient imposez es diz marcs que
les uns à vingt sols, les autres à trente et les autres à quarante, à nostre grand dommaige; pourquoy ils
debvoient estre contrains de imposer iceulx marcs doresnavant selon le contenu de la dite chartre, et
tant sur les clercs mariez vivans clerjamment, que autres manans et habitans du dit lieu de Beaune, et
noz hommes. Et que pour les abuz par eulx y commis, debvoient estre condempnez comme cy-dessus
avoit esté requis par nostre dit procureur. Et ne failloit point faire de différence entre les diz clercs
mariez et vivans de leur praticque, comme notaires et semblables, et clercs mariez vivans de
marchandises; car, veu la dite chartre, les ungs ne les autres ne s’en povoient exempter, nonobstant
quelque chose que disoient au contraire les diz deffendeurs. Et en tant que touchoient les rues et places
communes, le dit demandeur disoit en réplicquant ce que desja avoit dit cy-dessus, et que iceulx
deffendeurs ne se povoient aucunement excuser qu’ilz n’eussent grandement mespris et erré envers
nous, de avoir prins et applicqué à leur prouffit {281}les dites places communes, lesquelles nous
appartenoient, comme prince et seigneur de la dite ville et territoire d’icelle. Et au regart des guets et
imposts, que les diz deffendeurs maintenoient de povoir mettre sus sans requérir ou avoir noz congié et
licence, ou de noz officiers, et aussi de rendre et oyr les comptes des receveurs d’iceulx; à oyr lesquels
comptes debvoient tousjours estre présent nostre bailli de Dijon, si estre y vouloit, ou son lieutenant;
icelui demandeur disoit que, posé que nous eussions confirmé les previleiges des diz de Beaune et
promis de les garder, ce auroit esté en tant qu’ils useroient deuement d’iceulx, et non autrement, en
réservant expressément noz droiz, seigneurie et auctorité. Car les diz deffendeurs, en faisant les diz
guets et impostz, imposoient et chargeoient excessivement aucuns des habitans de la dite ville, et les
autres, ainsi que bon leur sembloit; ce que faire ne povoient ne debvoient selon raison. Et pour ce estoit
chose bien raisonnable et nécessaire pour le bien et prouffit de nous et de noz subgietz, mesmement de
la dite ville de Beaune, que nostre dit bailli de Dijon, ou son lieutenant audit lieu en son absence, fussent
présens à faire les diz guets et impostz, pour veoir s’ils seroient raisonnablement faiz. Et quant aux
gardes et cas de nouvelleté, il ne faisoit point à doubter, quelques choses que eussent dit les diz
deffendeurs au contraire, que à nous comme prince et noz officiers ne fust loisible de bailler les dites
gardes et cas de nouvelleté, et iceulx faire exécuter en nostre dite ville de Beaune et banlieue d’icelle:
car posé que noz sergens et officiers n’eussent accoustumé de faire aucune exécution réelle en la dite
ville et banlieue de Beaune, toutes voyes par ce ne s’ensuivoit-il pas, que nous ou nos diz officiers ne
peussent bailler iceulx gardes et cas de nouvelletez, et iceulx adrecier au Mayeur de Beaune, pour les
mettre à exécution, ainsi que l’on auroit accoustumé de faire en nostre ville de Dijon et autres villes de
nostre dit duchié de Bourgoingne, ayans mairie et jurisdiction, comme avoient les diz de Beaune. Et en
tant que touchoit les dites ordonnances faites par les diz deffendeurs, de non bouter vins, sinon en
raisins, audit lieu de Beaune, voulans par plusieurs droits par eux alléguez, dire et mettre avant qu’ils
avoient puissance et auctorité de faire telz statuz, ordonnances, deffenses, le dit demandeur réplicquoit
au contraire, disant que icelles ordonnances estoient contre le bien et utilité de la chose publicque et du
peuple, et n’avoient esté faite sinon pour enrichir aucuns particuliers qui avoient plusieurs vignes ou
territoire de Beaune. D’aultre part, n’avoit point icelle ordonnance esté par nous confermée; parquoy
iceulx deffendeurs ne povoient contraindre les diz habitans, ne autre, à l’entretenir, en concluant par ces
raisons et autres plusieurs de par nostre dit procureur {282}alléguées, que par nos diz commissaires,
iceulx deffendeurs feussent comme dessus privez et deboutez de leurs dits previleiges, mesmement en
ce qu’ils faisoient à leur prouffit, en les condempnant à nous payer les marcs chacun an, et autres choses
dessus dites et demandées par icelui nostre dit procureur, et en faisant aussi pendant le procès, provision
audit demandeur, comme raison estoit.
A quoy, de la part d’iceulx deffendeurs eust esté dupplicqué, et dit en adhérant, et faisant semblables
protestations par eulx faictes en leurs deffenses, qu’ilz n’entendoient procéder pardevant nos diz
commissaires à l’encontre de nostre procureur, par manière de jurisdiction contentieuse, pour ce qu’ilz
se disoient exempts de nostre dicte jurisdiction, que ilz n’avoient aucunement failli à imposer nos diz
marcs en la dite ville de Beaune en la manière que l’on avoit accoustumé faire de toute ancienneté; car
ils les avoient imposez en la présence de noz officiers, sans avoir fait aucune mutation nouvelle,
combien que oultre et par dessus les dits marcs, les manans et habitans de la dite ville avoient à supporter
chascun an plusieurs charges et paier plusieurs autres grans sommes de deniers à nostre prouffit, tant à
l’occasion des gabelles et huitiesmes, comme pour raison des fouaiges qui leur avoit esté imposez par
nos officiers. Et aussi en imposant les diz marcs, l’on ne devoit pas avoir regart aux héritaiges et
chevances que avoient les diz habitans de Beaune ailleurs que ou territoire du dit Beaune. Et quant au
fait des gardes et cas de nouvelleté, les diz deffendeurs ne vouloient point dire et maintenir que nous ne
fussions protecteur et garde d’iceulx deffendeurs noz subgietz, et que l’on ne peust notiffier et publier
verballement noz dites gardes en la dite ville de Beaune, pour la tuicion de noz subgiets et de leurs
biens; mais l’on n’avoit accoustumé de exécuter les dites gardes réaument par noz officiers en la dite
ville de Beaune. Et touchant les dites ordonnances faictes par les diz deffendeurs, ensemble les autres
poins dont le dit demandeur avoit fait mencion en ses réplicques, iceulx deffendeurs emploioient pour
leur duplicque ce que dit avoit esté par leurs deffenses, en concluant, et chacun d’eulx en tant que
touchier lui povoit, à leurs fins et conclusions cy dessus déclairées en leurs dites deffenses, et à toutes
autres deues et pertinens à leur intencion, en implorant droit là où il appartenoit.
Finablement, les dites parties bien au long ouies en tout ce qu’elles voloient dire, alléguer et
proposer l’une contre l’autre; icelles furent par noz dits commissaires appoinctées à escrire leurs faiz et
raisons plaidoyées, chacune tendant à ses fins et conclusions, et leurs escriptures sur ce, ensemble toutes
telles lettres, {283}franchises, libertez, et autres enseignemens que joindre y vouldroient, et dont aider
se vouldroient en ceste partie par devers eux, pour sur le tout appoincter les dites parties, comme de
raison seroit; auquel appointement les dites parties fournirent ainsi que bon leur sembla, et le tout veu
par iceulx noz commissaires, eust par eulx esté appoincté, que nostre dit procureur auroit vision des
escriptures et responses des diz deffendeurs et aussi des choses par eulx exhibées et qu’ils exhiberoient,
se faire le vouloient; à l’encontre desquelles escriptures et choses exhibées par iceulx deffendeurs,
nostre dit procureur escriroit par manière de mémoire ce que bon lui sembleroit dedans certain jour sur
ce ordonné, et avec ce que icelles parties accorderoient leurs escriptures en dedans certain jour après en
suivant; et sur le tout seroit par chacune des dites parties faicte une information sommaire, qui vaudroit
enqueste, par nostre amé et féal conseiller et procureur en nostre bailliage de la Montaigne, maistre
Jehan le Lièvre, à ce commis et ordonné en ceste partie par nos diz commissaires; lequel maistre Jehan
rapporteroit ou envoieroit par devers eulx les dites informations ou enquestes faictes et parfaictes,
féablement closes et scellées en dedans le dimanche après Misericordia Domini, lors prouchainement
venant, et derrenièrement passé, pour après le mardi prouchain en suivant dire droit ausdites parties, si
bonnement faire se povoit, ou autrement les appoinctier comme il appartiendroit par raison. Et depuis,
pour certaines remonstrances faites à nos diz commissaires de la partie des diz deffendeurs, iceulx
commissaires eussent subrogué au lieu du dit maistre Jehan le Lièvre, nostre amé et féal conseiller
maistre Jehan Vandenesse, licencié en lois, et lui eussent donné tout tel et semblable povoir pour faire
et parfaire les dites informations ou enquestes, comme au dit maistre Jehan le Lièvre, et prorogué le dit
povoir jusques au dimanche de la Pentecoste derrenièrement passé, pour au venredi en suivant dire droit
comme dessus.
Lequel maistre Jehan Vendenesse, et Pierre Prevost, nostre notaire et juré à Dijon, pour scribe, par
vertu du dit povoir à eulx sur ce donné, ayant fait et parfait les dites informations ou enquestes, et icelles
envoiées closes et scellées à nos diz commissaires. Lesquelles parties comparans pardevant eulx, après
ce qu’elles se feurent départis des faits par elles proposez en certaines escriptures par une chacune
d’icelles parties baillées à l’encontre des choses exhibées, mesmement de la preuve d’iceulx,
appointèrent et ordonnèrent que icelles concluroient et renonceroient en la dite cause, et que chacune
d’elle auroit, se bon lui sembloit, {284}la coppie des escriptures de sa partie adverse baillées contre les
dites choses exhibées, pour bailler en cette cause motifs de droit, se faire le vouloient, d’une part et
d’autre. En suivant lequel appoinctement nostre dit procureur, et aussi le procureur des diz de Beaune,
firent les dites conclusions et renonciacions; et ce fait, iceulx commissaires ordonnèrent que les dites
parties fourniroient leurs procès d’une part et d’autre, et en feroient collacion et inventaire deuement,
selon les ordonnances faictes en noz Parlemens, en nostre ville de Dijon, pardevant le greffier de la
court de nos diz commissaires, ou de Jehan Gueneaul en son absence, à ce commis par iceulx noz
commissaires, en dedans la fin du mois de septembre derrenier passé; et pour dire droit en la dite cause,
donnèrent et assignèrent jour à icelles parties, à comparoir pardevant nous au lundi après la feste saint
Andrieu en suivant, et aussi derrièrement passé, pendant lequel temps icelui procès seroit porté et
envoyé par devers nous, féablement clos et scellé. Ce que ensuivant le dit appointement a esté fait.
Savoir faisons que, veu et visité le dit procès et considéré tout ce qui a fait à veoir et considérer en
cette partie, et qui peut et doit mouvoir, nous, à grande et meure délibération, avons par cette nostre
sentence deffinitive, et pour droit dit et déclairé, disons et déclairons que les diz deffendeurs ont
indeuement et abusivement procédé à faire l’assiete des diz marcs, et à faire le paiement d’iceulx
autrement qu’il n’est contenu audit previleige; et pour ce avons ordonné et ordonnons que quiconque
soit de la commune de Beaune, nostre homme, demourant en la dite ville, et qui a ou aura en quelconque
manière en biens, la valeur et estimacion de six cens livres monnoie de petis tournois, ou plus, paiera
doresnavant à nous ou à nostre certain mandement, tous les ans deux marcs d’argent tant seulement, et
non plus; et celui qui aura en biens la valeur ou estimation de six cens livres monnoie dite, et au dessous,
paiera pour chacun cent livres vingt sols tournois dite monnoie, et non plus; et qui aura moins de cent
livres dite monnoie, selon le moins en descendant jusques à dix livres, paiera selon la valeur et
estimation de ses biens à la valeur du centiesme denier. Et celui qui aura en biens la valeur et estimation
de dix livres seulement de la dite monnoie, ou moins, s’il est personne qui par son mestier et artifice
puisse acquérir son vivre et vesteure, paiera douze deniers dite monnoie, et non plus, le tout selon la
forme et teneur du previleige du dit feu duc Robert. Et se fera l’assiete et impost des diz marcs sur tous
ceulx de la dite commune, noz hommes, soient laiz ou clercs mariez, excepté ceux qui par le dit
previleige en sont et doibvent demourer exempts, francs et immunes. Et quant au surplus, touchans ce
point {285}et article, nous avons absols et absolvons iceulx deffendeurs de l’impétition et demande de
nostre dit procureur.
Et au regart des places communes, dont mention est faite cy dessus, nous avons dit et disons que le
dit procès, en tant qu’il touche icelles places, n’est pas en estat de jugier, et le renvoyons quant à ce,
avec les parties, pardevant les gens de nostre Conseil et de noz Comptes à Dijon, par lesquels nostre dit
procureur sera receu à amplier ses demandes et conclusions, et les diz deffendeurs à proposer leurs
deffenses au contraire; instruiront iceluy procès jusques en deffinitive exclusivement, et iceluy ainsi
instruit et mis en estat de jugier renvoiront féablement clos et scellé par devers nous, ou noz très chiers
et féaulx les commis sur le fait de noz domaines et finances, pour y estre jugié, sentencié et deffini à fin
deue, selon et ainsi que l’on treuvera la matière disposée.
Et en tant que touche les diz guetz et impostz, nous avons dit et disons que les Mayeur et eschevins
de nostre dite ville de Beaune, pour les besongnes de la commune d’icelle ville, pourront imposer ou
indire aulx devant diz hommes de la dite commune, et lever d’iceulx hommes quelconque somme
d’argent qu’ilz vouderont et verront estre expédient, selon et ainsi que contenu est audit previleige
d’icelui feu duc Robert; ausquels guetz et impostz, et aussi à la reddition des comptes d’iceulx, nostre
bailli de Dijon ou son lieutenant sera présent, se estre y veult et bon lui semble; et pour ce faire, seront
tenuz les diz Mayeur et eschevins signiffier à icelui nostre bailli, ou à son lieutenant, le jour que l’on
debvra faire les diz guetz et impostz et rendre les diz comptes. Et avons réservé et réservons à nostre dit
procureur sa poursuite à l’encontre des diz deffendeurs, pour cause de faultes et abuz que par cy devant
peuvent avoir commis en la reddition d’iceulx comptes, s’il est trouvé que en ce faisant ils aient
aucunement abusé. Et aussi avons réservé et réservons à nous et à noz successeurs le pouvoir et faculté
de povoir ou temps à venir refformer ou faire refformer et corriger les diz comptes, se faulte y estoit
trouvée.
Et au regart des diz mandemens de gardes et cas de nouvelleté, nous avons dit et disons que les diz
deffendeurs seront tenus doresnavant de exécuter, et par nostre Mayeur et noz sergens en icelle mairie,
souffrir exécuter en nostre dite ville de Beaune et banlieue d’icelle, les diz mandemens venans et
procédans tant de nous et de nostre chancellerie, comme de nostre bailli de Dijon, sans contredit ou
empeschement, toutes et quantesfois qu’ilz leur seront présentez, et que de ce faire ils seront requis; et
à ce les avons condempnez et condempnons, en réservant à nostre dit procureur sa poursuite à l’encontre
d’iceulx deffendeurs, {286}pour les abus que par cy devant peuvent avoir faiz et commis, en baillant
les diz mandemens de garde et cas de nouvelleté, s’il est trouvé que en ce ils aient abusé en aucune
manière.
Et en tant que touche le statut fait par les diz deffendeurs de non bouter vin en nostre dite ville de
Beaune, se non du creu du dit Beaune et finaige d’icelui, nous avons dit et disons que le dit statut
demourra en l’estat qu’il est, sauf et réservé à nous le povoir et auctorité de le réformer quant et ainsi
comme il nous plaira. Et avons aussi réservé et réservons à nous les confiscations des diz vins et
amandes arbitraires, dont en icelui statut est faicte mention, toutes et quantesfois que le cas y escherra.
Et au surplus, touchant ce point, nous avons absols et absolvons les diz deffendeurs de l’impéticion et
demande de nostre dit procureur.
Et au regart des criz et publicacions des jours de nostre gruerie, que nostre dit procureur disoit avoir
esté refusez à faire ou à faire faire audit Beaune par les diz deffendeurs, nous avons dit et disons que
iceulx deffendeurs seront tenus de cy en avant faire ou faire faire crier et publier les diz jours de nostre
dite gruerie en la dite ville de Beaune, sans contredict ou difficulté, toutes et quantesfois que par nostre
gruyer ou son lieutenant requis en seront, et à ce les avons condempné et condempnons. Et au surplus,
touchant ce point, nous avons absols et absolvons iceulx deffendeurs des impéticions et demandes de
nostre dit procureur.
En tesmoin de ce, nous avons fait mettre notre scel à ces présentes. Donné en nostre ville de
Brouxelles, le septiesme jour de fevrier, l’an de grâce mil quatre cent cinquante neuf.
Par Monseigneur le Duc, à la relation des commis sur le fait de ses domaines et finances.
S. DE LEKERREST.

Archives de la Côte-d’Or, B10423, Grand Cartulaire de la Chambre des comptes, folio 329. —
Imprimé dans Pérard, page 281.
{287}CLV
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par Louis XI, roi de France.
1477 (24 août).
Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous présens et advenir: que nous
inclinans à la supplication et requeste de noz chiers et bien amez le Mayeur, eschevins et commune de
notre ville de Beaune, à iceulx supplians, avons leurs libertez, franchises et immunités, chartres,
previleiges et confirmacions d’icelles à eulx données et ouctroyées tant par noz prédécesseurs Roys de
France que par les feuz Ducz de Bourgoingne, ainsi qu’elles sont escriptes, confermées, louhées,
rattiffiées et approuvées, et par ces présentes, de notre certaine science, grâce espécial, plaine puissance
et auctorité royal, confermons, louons, ratiffions et approuvons pour en joïr par eulx et leurs successeurs,
ainsi qu’ilz et leurs prédécesseurs ont accoustumé de tout temps et d’ancienneté. Promectans leur
entretenir et faire entretenir, garder et observer sans enfraindre. Et affin que ce soit chose ferme et
estable à tousjours, nous avons fait mettre notre scel à ces dites présentes, sauf en autres choses notre
droit et l’autruy en toutes. Donné à Therouennes, le XXIIIe jour d’aoust, l’an de grâce mil quatre cens
soixante dix sept, et de notre règne le dix septiesme.
Par le Roy, l’arcevesque de Vienne et autres présens.
PETIT. Visa. Contentor. DE VILLECHARTRE.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


{288}CLVI
VILLE DE BEAUNE
Lettres patentes de Louis XI, qui rend à la ville de Beaune tous les priviléges dont elle avait été privée
à la suite de sa rébellion contre son autorité.
1478 (octobre).
Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous présens et avenir, nous avoir receu
l’umble supplicacion de noz chiers et bien amez les Mayeur, eschevins, bourgois, manans et habitans
de notre ville et commune de Beaune, contenant que tantost après la redduction en notre obéissance de
la duché de Bourgoigne et mesmement de la dite ville de Beaune, nous avons par noz autres lettres de
don et confirmation en forme de chartre, confermé, ractiffié et approuvé les previleiges, franchises,
immunitez et libertez, donnez, octroiez et confermez ausdiz supplians, tant par noz prédécesseurs Roys
de France que par les feuz Ducs de Bourgoigne, et avec ce leur avons fait plusieurs dons et octroyz tant
des deniers du portaige de la dite ville, ung denier à lever sur chacune pinte de sel ou saloignon qui se
vend et vendra en icelle ville, quatre deniers sur chacune queue de vin mise en rasins par estrangiers en
la dite ville; la confiscation des vins mis sans brevet et licence en icelle, que autres dons et octrois pour
la fortification et réparation d’icelle notre ville. Desquels privileiges, franchises et libertez, iceulx
supplians ont depuis joï et usé plainement et paisiblement et jusques ad ce que par la faulte, et coulpe,
et trahison d’aucuns particuliers d’icelle ville et leurs adhérens, la dite ville a esté subvertie et mise hors
de notre obéissance par aucun temps et jusques puis naguerres que elle a esté remise et rendue en notre
dite obéissance, et doubtent iceulx supplians que, au moyen de la dite rébellion et désobéissance, on les
voulust empescher en la joyssance de leurs previleiges, dons, octroys, confirmations, libertez et
franchises, et en leurs biens ou autrement les travailler et molester, en nous requérant humblement que,
actendu que icelle rébellion n’est advenue seullement que par la faulte, et coulpe, et trahison d’aucuns
particuliers d’icelle ville, dont les aucuns sont depuis mors et absentez, il nous plaise, en ensuivant nos
dites confirmacions, dons et octrois, {289}leurs dits privileiges, dons, franchises, libertez, octrois, leur
reconfermer, louer, ratiffier et approuver de nouvel, et sur ce leur impartir nostre grâce. Pourquoy, nous,
ces choses considérées, inclinant libéralment à la requeste des diz Mayeur, eschevins, habitans et
commune de notre dite ville de Beaune, supplians, ad ce que doresenavant ils soient plus enclins à eulx
acquitter envers nous comme bons et loyaulx subgets, avons, de notre grâce espécial, plaine puissance
et auctorité royal, reconfermé, loué, ratiffié et approuvé, et par ces présentes reconfermons, louons,
ractiffions et approuvons à iceulx supplians tous leurs dits priviléges, franchises, libertez, confirmations,
dons et octrois dessus diz, par nous à eulx faiz, pour en joyr et user et de leurs diz biens par eulx et leurs
successeurs, doresenavant, perpétuellement et à tousjours, selon le contenu en nos dites autres lettres de
dons, octrois, confirmations d’icelles, ainsi et par la forme et manière qu’ils faisoient ou pouvoient faire
par avant la dite subvercion, rébellion et désobéissance de la dite ville de Beaune, ainsi advenue comme
dit est. Laquelle rébellion et désobéissance en tant que mestier seroit, nous leur avons quitté et aboly, et
par ces présentes quittons, pardonnons et abolissons de notre dite grâce espécial, plaine puissance et
auctorité royal, par ces dites présentes, avec toute peine, offense et amende corporelle, criminelle ou
civille qui s’en peut ou pourroit ensuir, et les avons remis et restituez, remectons et restituons en notre
dite grâce et en leur bonne fame et renommée, et à leurs biens tant en général comme en particulier,
nonobstant quelque don par nous, notre gouverneur ou autres qui en aient esté ou soient faiz à quelque
personne que ce soit, et sur ce imposons silence perpétuel à nos justiciers et officiers. Si donnons en
mandement par ces présentes à noz amez et féaulx les gens de nos Comptes à Dijon, au bailli de Dijon
ou son lieutenant, à notre amé et féal conseiller et général sur le fait et gouvernement de noz finances
en Bourgoigne, et à tous noz autres justiciers et officiers, et à chacun d’eulx ainsi que à luy appartiendra,
que les diz Mayeur, eschevins, bourgois, manans et habitans de nostre dite ville et commune de Beaune,
et chacun d’eulx, ils facent, seuffrent et laissent joyr et user paisiblement de noz présens grâce, dons et
confirmations, octroys, quittance, abolicion, pardon et autres choses dessus dites, tout ainsy et par la
forme et manière contenue en noz dites autres lettres de dons et confirmacions et expédicions
{290}d’icelles, et ainsy qu’ils faisoient ou povoient faire par avant la dite rébellion et désobéissance,
sans leur faire ou donner, ne souffrir estre fait, mis ou donné, ores ne pour le temps advenir, aucun
arrest, destourbier ou empeschement aucun. Lequel se fait, mis ou donné avoit esté ou estoit, le réparent
et mettent ou facent réparer et mettre sans délay au premier estat et deu. Toutes voyes, nous n’entendons
noz rebelles et désobéissans et tenans party à nous contraire estre aucunement comprins en ceste notre
présente abolition, ny joyr du contenu en ces dites présentes en aucune manière. Et afin que ce soit
chose ferme et estable à tousjours, nous avons fait mettre notre scel à ces dites présentes, saulf en autres
choses notre droit et l’autruy en toutes. Donné au Pleisseiz du Parc lez Tours, ou moys d’octobre, l’an
de grâce mil CCCC soixante dix huit, et de notre règne le dix huitiesme.
Par le Roy, le gouverneur de Bourgoigne et du Daulphin, le prothonotaire de Clugny et autres
présens.
A. COURTIN.
Visa. Contentor. ROLANT.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans


Ordonnances des Rois de France, XVIII, 430.
CLVII
VILLE DE BEAUNE
Commission donnée par le roi Charles VIII, au bailli de Dijon, de dresser un règlement pour mettre un
terme aux brigues qui ont lieu lors des élections municipales de Beaune.
1483-84 (14 février).
Charles, par la grâce de Dieu, roy de France, au bailly de Dijon ou à son lieutenant, salut: de la part
de noz bien amez les Maire, échevins, bourgois et habitans de notre ville de Beaulne nous a esté exposé
que, par aucuns priviléges à eulx et à la dite ville octroyé par noz progéniteurs et prédécesseurs roys de
France, ilz ont povoir de eslire chacun an au jour et feste de la Nativité Saint Jehan Baptiste ung Mayeur,
et le jour [de la Saint Pierre] en suigvant eslire et constituer six échevins, ung procureur, ung scribe et
libellance, sergens et autres officiers, pour le gouvernement, régime et administration, pour toute
l’année {291}durant, de la justice, police et autres affaires de la dite ville, duquel octroy ils ont jouy par
cy devant d’ancienneté. Mais il advient souvent que, aux assemblées ordonnées pour faire eslire et
constituer les dits Mayeur, échevins et officiers, plusieurs gens diverz fois, et entre aultres plusieurs
jeunes gens mariés, vallets, servans, estrangiers et aultres menus gens, les aucuns par affection des
parties, les aultres pour faire tumulte, insolance et choses désordonnées, en telle façon que es dites
élections ne n’a communément ordre ne raison gardée tels qu’il appartient; mais le plus souvant les
notables bourgois, marchans et autres de la dite ville, pour raison de ce que dit est, font difficulté de eux
y trouver; dont par ces moyens plusieurs débats, parcialités, injures, haynes, se sourdent entre les dits
habitans, au grant intérest, dommaige et scandale de la chose publique, ainsi que les proposans en ont
fait remonstrer, requérant sur ce notre provision. Pourquoy, nous, ces choses considérées, vous
mandons, et pour ce que la dite ville de Beaune est située et assise en votre bailliage, commectons par
ces présentes que, appelés noz advocat et procureur audit Beaulne et les dits Mayeur, échevins et des
plus notables gens de la dite ville, et par leur advis et délibération faites, drecez et advisez une forme
de faire telle et en la meilleure et plus convenable manière que verrez estre [bonne] de procéder à
l’élection des dits Mayeur, échevins et autres officiers de la dite ville, pour éviter les dits scandale,
murmures, noises, débatz, percialités et insolances désordonnées, et les ditz poins et articles que ainsi
seront faicts et advisés par vous et aultres dessus dits, faites entretenir, observer et garder de point en
point, dorénavant sans enfraindre, et en faisant la dite élection sans soustraire aulcunes choses faites ou
innovées au contraire. Car ainsi nous plaist il estre fait, nonobstant oppositions, appellations
quelconques es lettres surrepetrées, impetrées et à impetrer à ce contraires.
Donné à Tours, le XIIIIe jour de février l’an de grâce mil CCCC quatre vingt trois, et de notre règne
le premier.
Par le Roy, à la relation du conseil.
VILLECHAITRE.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


{292}CLVIII
VILLE DE BEAUNE
Exemption du logement militaire, accordée par le roi Louis XII aux officiers municipaux de Beaune.
1501 (6 mai).
Loys, par la grâce de Dieu, roy de France, à tous noz lieuxtenans, gouverneurs, mareschaux, baillis,
séneschaux, prévosts, capitaines, chefs et conducteurs de gens d’armes et de trait, tant de nos
ordonnances, ban, arrière ban, que de notre artillerie, picquiers, hallebardiers, coulleuvriniers, Suisses
et autres gens de pié et de cheval, estans et qui seront en nostre service, aux commissaires commis et à
commectre à faire le logeis des dits gens de guerre, et à tous nos autres justiciers, officiers et subgects,
ou à leurs lieuxtenans, auxquels ces présentes et le vidimus d’icelles seront monstrées, salut et dilection.
Scavoir vous faisons que, nous inclinans libérallement à la supplication de nos chers et bien amez les
Mayeur et eschevins, procureur et clerc de notre ville de Beaulne, en nos païs et duché de Bourgoingne,
qui sont au nombre de neuf personnes et autant de demeurances et domicilles en la dite ville, voulans
et désirans, tant en faveur de notre première et joyeuse réception en nostre païs de Bourgoingne et
honorable entrée à nous faicte en la dite ville, que de la bonne et ferme loyaulté qu’ils et les autres
habitans d’icelle ville, ont tousjours maintenu envers nous et noz prédécesseurs roys, depuis la dernière
réduction de la dite ville, sans aucune variation, les relever de peines, pertes et molestations indeues et
iceulx privilégier et favorablement traicter en leurs faits et affaires, affin que de plus en plus ils soient
enclins à persévérer, vacquer et entendre à la garde et deffense de la dite ville et au faict de la police et
chose publicque d’icelle. Pour ces causes et autres racionnelles considérations à ce nous mouvans,
avons, les dits Mayeur, eschevins, procureur et clerc de nostre dite ville de Beaulne présens et avenir,
jusques au nombre des neuf personnes et autant de maisons et résidences, ensemble leurs femmes,
familles, gens et serviteurs, droicts, choses et possessions quelconques, prins et mis, prenons et mettons
en et soubs notre protection et sauvegarde espécial, et les avons eulx et chacun d’eulx et leurs
successeurs es dits offices, avons {293}exemptez et affranchiz, exemptons et affranchissons de grâce
espécial, pleine puissance et auctorité royal, par ces présentes signées de nostre main, du logis de vous
gens de guerre, et vous deffendons et très expressément et à chacun de vous, sur tant que doubtez
mesprendre envers nous et d’encourir notre indignation, que, en faisant doresnavant joïr et user
pleinement et paisiblement les dits Mayeur et eschevins, procureur et clerc de nostre ville de Beaulne,
présens et à venir, au nombre de neuf personnes, autant de maisons, ensemble leurs dictes femmes,
familles, gens, serviteurs, droits, possessions et biens, de nos présens grâce, octroy et exemption, vous
ne logez ne souffrez loger désormais aucunes gens de guerre de vos charges, de quelque condicion
qu’ils soient, es maisons et habitacions des dits Mayeur, eschevins, procureur et clerc dessus dictz en la
dite ville de Beaulne, ne en icelles prendre ou faire prendre et fourraiger, ne souffrir estre prins ou
fourraigé aucuns bleds, vins, foings, avoynes, chars, poulailles et autres victuailles, provisions et biens
quelzconques, synon du gré et consentement des dits Mayeur, eschevins, procureur et clerc, leurs dites
femmes, familles, gens et serviteurs, et en les payant raisonnablement, saichant que se aucuns de vous
sont trouvés faisant ou avoir fait le contraire, nous en ferons faire telle et si griefve pugnicion que sera
exemple à un chacun. Car tel est notre plaisir, et ausdits Mayeur, eschevins, procureur et clerc présens
et avenir l’avons octroyé et octroyons de nostre dite grâce espécial par ces dites présentes, nonobstant
quelzconques ordonnances et mandements à ce contraires, pourvu que en cas de émynant péril et de
guerre, les dits Mayeur et eschevins, procureur et clerc présens et avenir seront tenus de loger en leurs
maisons noz gens de guerre qui seront ordonnez en la dite ville de Beaune, comme les autres habitans
d’icelle. Et pour ce que de ces dites présentes on pourroit avoir affaire en divers lieux, nous voulons
que, au vidimus d’icelles fait soubs notre scel royal, foy soit adjoustée comme à ce présent original.
Donné à Dijon, le VIe jour de may l’an de grâce mil cinq cens et ung, et de notre règne le quatrième.
LOYS.
Par le Roy, Monseigneur le cardinal d’Amboise, vous l’évesque d’Alby, le sire de Gyé, mareschal
de France, et autres présens.
ROBERTET.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans


Ordonnances des Rois de France, XXI, 276.
{294}CLIX
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par le roi François Ier.
1518 (mai).
Françoys, par la grâce de Dieu, roy de France, scavoir faisons à tous présens et avenir, nous avons
receu l’humble supplication de noz chiers et bien amez les Mayeur, eschevins, bourgeois, manans et
habitans de notre ville de Beaulne, contenant que par noz prédécesseurs roys et par les ducs de
Bourgoigne leur ont esté donnés et octroiés plusieurs beaulx, droitz, previléges, exempcions, franchises
et libertez dont ils sont en ancienne possession et paisible joyssance. Toutefoys en disoient que s’ils
n’avoient noz lettres de confirmation pour notre advénement à la couronne, on les voulsist empescher
en la joyssance des dicts droicts, previléges, exempcions, franchises et libertez, se par nous ne leur estoit
pourveu de notre grâce. Pourquoy, nous, ces choses considérées, inclinans à la supplicacion et requeste
des dicts supplians, tous et chacuns les previléges, franchises et libertez à eulx donnés et octroiés par
noz dits prédécesseurs roys et par les diz ducs ausdiz supplians, avons loué, confermé, ratiffié et
approuvé, et par ces présentes, de notre grâce espécial, plaine puissance et auctorité royal, louons,
confermons, ratiffions et approuvons, pour en joyr et user par les dicts supplians, eulx et leurs
successeurs, plainement et paisiblement, tant et si avant qu’ils en ont par cy-devant deuement joy et usé
et qu’ils en joyssent et usent encore de présent. Si donnons en mandement par ces présentes à noz amés
et féaulx conseillers les gens tenant notre court de Parlement, et au bailli de Dijon et à tous les aultres
justiciers et officiers ou à leurs lieuxtenans présens et advenir, et à chacun d’eulx si comme à lui
appartiendra, que de noz présentes grâce, confirmation et approbation, ils facent, souffrent et laissent
les dits supplians et leurs successeurs joyr et user plainement et paisiblement, sans leur mettre ou donner
ne souffrire estre mis ou donné aucun trouble ne empeschement. Lequel si faire, mis ou donné leur avoit
esté ou estoit, ils le mettent ou facent mettre incontinant à plaine délivrance. Et affin que ce soit chose
ferme et estable à tousjours, nous avons faict mettre notre scel à ces dictes présentes, sauf en aultres
choses notre droit et l’autruy {295}en toutes. Donné à Amboyse, ou moys de may, l’an de grâce mil
cinq cent et dix huit, de notre règne le quatriesme.
Par le Roy, à la relation du Conseil.
DESLANDES.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CLX
VILLE DE BEAUNE
Privilége de franc-fief accordé par le roi François Ier aux Maire, échevins et habitants de Beaune.
1521 (août).
François, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous présens et avenir, nous avons
receu l’umble supplicacion de noz chers et bien amez les Maieur et eschevins, nobles, bourgeois,
manans et habitans de notre ville de Beaune, contenant que les diz supplians ayent par cy devant fait et
supporté pour la garde, seureté et deffence de notre dite ville de Beaune, qui est assise et scituée en pays
limitrophe et l’une des principalles villes de frontière de noz pays et duchié de Bourgoingne, plusieurs
grans frais, mises et despens, tant à la réparation, fortification et emparemens de notre dite ville de
Beaune, construction et bastiment de grosses tours, boulevars, foussés, qui depuis aucun temps en ça y
ont esté, pour la tuition et conservation d’icelles, faict et édiffiés, que pour l’avoir pourveue et fournie
d’artillerie, municions et autres choses y requises, affin, quand besoing seroit et l’affaire le requéreroit,
de résister à l’encontre de noz ennemis et adversaires, comme noz bons, vrays et loyaulx subjets.
Pareillement, pour avoir soubstenu les gens de guerre de noz ordonnances et autres, que par longtemps
et continuelment ont esté logés tant en garnison en icelle notre dicte ville de Beaulne, au moyen desquels
grans frais, mises et despences iceulx supplians sont demeurés redevables de grosses sommes de deniers
envers plusieurs bons et notables personnages, desquels leur a convenu icelles emprunter pour
nécessairement les convertir et employer ausdites réparations, fortificacions, emparemens dessus dicts
et soustenement d’iceulx nos dicts gens de guerre. A ceste cause, les diz supplians nous ont très
humblement fait supplier et requérir, qu’ayant par nous regart à la dicte scituacion de notre dite ville,
grosses charges, {296}frais et despenses dessus dictes, et à ce que de plus en plus elle se puisse
augmenter, accroistre et repopuler, notre bon plaisir soit les exempter et tenir quictes, exemps de la
contribucion et payement de nos droits et devoirs des admortissemens à nous deues, et sur ce leur
octroyer et permettre pouvoir d’acquérir cens, rentes, terres, seigneuries et autres choses féodalles, sans
nous en payer aucune finance et sur ce nos grâce et libéralité leur impartir. Pourquoy, nous, ces choses
considérées, inclinant libérallement à la supplicacion et requeste des diz Mayeur, eschevins, nobles,
bourgeois, manans et habitans de notre dicte ville de Beaune, supplians, en faveur mesmement de la
bonne, grande et ferme loyauté et obéissance que de toute ancienneté ils ont tousjours demonstrée avoir
eue envers nos prédécesseurs roys, et depuis à nous, sans avoir épargné corps et biens. A iceulx
supplians, par ces causes et affin qu’à l’avenir un chascun ait de plus en plus occasion et courage de
venir soy arrester, habituer et demourer en icelle notre dicte ville, et autres bonnes et grandes
considéracions à ce nous mouvant, avons par l’advis et délibération des gens de nostre Conseil, octroyé
et octroyons, voulons et nous plaist, de nostre certaine science, grâce espécial, pleine puissance et
auctorité royal, par ces présentes, qu’ils et leurs successeurs, Maire, eschevins, nobles, bourgeois,
manans et habitans de notre dicte ville de Beaune, qui sont à présent et seront au temps à venir
demeurant et résidant en icelle, soient et demeurent à tousjours et perpétuellement frans, quictes et
exempts du fait de contribution et payement de noz diz droits et devoirs des dicts admortissemens, frans
fiefs et nouveaulx aquêts, sans que en vertu de noz lettres, mandemens et commissions que nous avons
sur ce octroyés et que pourrons cy après octroyer, iceulx supplians ne leurs dicts successeurs soient ne
puissent être aucunement contraints ny molestés, à nous en payer, ni à noz successeurs roys, aucunes
finances ny autre chose quelconque, et de ce les avons affranchis, quittés et exemptés, affranchissons,
quittons et exemptons par ces dites présentes signées de notre main, tout ainsy et par la forme et manière
qu’à vous puis naguères exemptez eulx de notre bonne ville de Dijon; en oultre et d’abondant, avons
ausdicts Mayeur, eschevins, nobles, bourgeois, manans et habitans de notre dite ville, tant en général
qu’en particulier, et à leurs dicts successeurs qui demeureront et résideront cy après en icelle et non
autrement, donné et octroyé, donnons et octroyons, de noz dictes grâces et auctorité, par ces dictes
présentes, congé, licence et permission qu’ils puissent à leur ayse acquérir et acheter tous et chacuns
{297}héritaiges, cens, rentes, revenues, seigneuries, justices haultes, moyennes et basses, fiefs, arrière
fiefs, et aultres droictures, et iceulx tenir et posséder, tant par eulx que leurs héritiers et successeurs,
tout ainsy que font et pevent faire les gens nobles, vivant noblement en notre royeaume et ailleurs, sans
préjudice toutes fois des droits et debvoirs deus envers les sieurs féodaux desquels seront tenues les
choses qu’ils acquerront; sans aussi qu’en ce leur soit donné cy après aucun destourbier ou
empeschement en quelque manière que ce soit ou puisse estre. Si donnons en mandement, par ces
mêmes présentes, à noz amés et féaulx les gens de notre court de Parlement de Bourgoigne, gens de nos
Comptes audit pays, bailli de Dijon et à tous nos aultres justiciers et officiers, ou à leurs lieuxtenans,
présens et à venir, et à chacun d’eulx, si comme à luy appartiendra, que de nos présens grâces,
exemptions, affranchissement, octroy, permission et contenu cy dessus, ils fassent, souffrent et laissent
les dits supplians et leurs dits successeurs jouïr et user plainement et paisiblement, perpétuellement et à
tousjours, cessans et laissant cesser tous troubles et empeschement au contraire. Car tel est notre plaisir.
Et affin que ce soit chose ferme et stable à tousjours, nous avons fait mettre notre scel à ces dictes
présentes, sauf en autres choses notre droict et l’autruy en toutes. Donné à Ostun, au mois d’aoust mil
cinq cent vingt ung, et de notre règne le septiesme.
FRANÇOYS.
Par le Roy, en son Conseil. ROBERTET.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CLXI
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune par le roi Henri II.
1547 (mars).
Henri, par la grâce de Dieu, roy de France, scavoir faisons à tous présens et advenir; nous avons
reçu humble supplication de nos chiers et bien amez les Maire, eschevins, bourgeois, manans et habitans
de notre ville de Beaulne, contenant que par noz prédécesseurs roys et par les ducz de Bourgoigne leur
ont esté donnéz et octroiés plusieurs beaulx, droictz, privileges, exemptions, franchises {298}et libertéz,
dont ils sont en ancienne possession et paisible jouissance. Toutefoys, en disoient que s’ils n’avoient
nos lettres de confirmations pour notre avénement à la couronne, on leur voulsit donner empeschement
en la joyssance des diz priviléges, exemptions, franchises et libertés, requérant sur ce leur pourvoir et
impartir notre grâce. Pourquoy, nous, ces choses considérées, inclinans à la supplication et requeste des
diz supplians, avons chascuns les priviléges, droits, exemptions, franchises et libertéz à eulx donnés et
octroyés par nos dictz prédécesseurs roys et les ditz ducs, leur avons loué, ratiffié et approuvé, et par la
teneur de ces présentes, de notre grâce spécial, plenne puissance et auctorité roial, louons, confirmons,
ratiffions et approvons, pour en joyr et user par les dictz supplians et leurs successeurs plainement et
paisiblement, de là et si avant qu’ils en ont par cy devant duement joy et usé et qu’ils en joissent et usent
encores de présent. Si donnons en mandement par cestes à noz amez et féaulx conseillers tenant nostre
court de Parlement, et au bailly de Dijon, et à tous aultres justiciers et officiers, ou à leurs lieuxtenans
présens et advenir, et à chacun si comme à lui appartiendra, que noz présens grâce, confirmation,
rattiffication et approbation ils facent, soffrent et laissent les dits supplians et leurs successeurs joïr et
user plainement et paisiblement, sans leur mectre ou donner, ne soffrir estre faict, mis ou donné aucun
destourbier ou empeschement. Lequel si faict, mis ou donné leur avoit esté et estoit, ils le mettent ou
facent mettre incontinant à plaine délivrance. Et afin que ce soit chose ferme et estable, nous avons faict
mettre nostre scel es dictes présentes, sauf en autres choses notre droict et l’autruy en touttes. Donné à
Fontainebleau, au moys de mars l’an de grâce mil cinq cent quarante sept, de notre règne le premier.
Par le Roy, MATHIEU.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la commune.


CLXII
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par le roi François II.
1559 (février).
François, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous présens et advenir, nous avoir
receu l’humble supplication de noz chers et bien amez les {299}Mayeur, eschevins, bourgeois, manans
et habitans de notre ville de Beaune, contenant que par noz prédécesseurs roys de France et par les ducs
de Bourgongne leur ont esté donnez et octroiez plusieurs beaulx, droictz, previleiges, exemptions,
franchises et libertez, dont ils sont en ancienne possession et paisible joissance. Touttefoys ilz doubtent
que s’ils n’avoient noz lettres de confirmation pour notre nouvel advenement à la couronne, l’on leur
voulsist donner empeschement, nous humblement requérant sur ce leur pourveoir et impartir notre
grâce. Pourquoy, nous, ces choses considérées, inclinans à la supplication des dictz supplians, tous et
chacuns les privileges cy soubz notre contre scel attaché ensemble les droictz, exemptions, franchises
et libertez à eulx donnéz et octroiéz par nos dits prédécesseurs roys et ducs de Bourgongne, avons louéz,
confirméz, ratiffiés et approuvéz, et par la teneur de ces présentes, de notre grâce spécial, plaine
puissance et auctorité roial, louons, confirmons, rattiffions et approuvons par ces présentes, pour en joyr
et user par les diz supplians et leurs successeurs plainement et paisiblement, tant et si avant qu’ils en
ont par cy devant deument joy et usé et qu’ils en joyssent et usent encores de présent. Si donnons en
mandement par ces dites présentes, à noz améz et féaulx les gens tenans notre court de Parlement à
Dijon, et au bailli du lieu, et à tous noz aultres justiciers et officiers, ou à leurs lieutenans présens ou
advenir, et à chacun d’eulx, si comme à luy appartiendra, que de noz présens grâce, confirmation,
ratiffication et approbation, ils facent, seuffrent et laissent les diz supplians et leurs successeurs joïr et
user plainement et paisiblement, sans leur mettre ou donner ne souffrir estre faict, mis ou donné aucun
trouble, destourbier, ne empeschement au contraire; lequel si faict, mis ou donné leur avoit esté ou
estoit, ils le mettent ou facent mettre incontinant à plaine et entière délivrance, et afin que ce soit chose
ferme et stable à tousjours, nous avons faict mettre notre scel à ces dictes présentes, sauf en aultres
choses notre droict et l’autruy en toutes. Donné à Amboyse, le... jour du mois de février l’an de grâce
mil cinq cent cinquante neuf, et de notre règne le premier.
DUMESNIL. Par le Roy, DE L’AUBESPINE. Visa. Contentor. DUMOULIN.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la commune.


{300}CLXIII
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par le roi Henri III.
1574 (octobre).
Henry, par la grâce de Dieu, roy de France et de Poullogne, scavoir faisons à tous présens et advenir,
nous avoir reçeu l’humble suplication de noz chers et bien améz les Mayeur, eschevins, bourgeois,
manans et habitans de nostre ville de Beaulne, contenant que par noz prédécesseurs roys de France et
par les ducz de Bourgogne leur ont esté donnéz et octroyés plusieurs beaux, droictz, priviléges,
exemptions, franchises et libertéz, dont ils sont en antienne possession et paisible joyssance; touttefoys
ils doubtent que s’ils n’avoient noz lettres de confirmation pour nostre nouveau advenement à la
couronne l’on leur voulsit donner empeschement, nous requérant humblement sur ce leur pourveoir et
impartir notre grâce. Par quoy, nous, ces choses considérées, inclinans à la supplication et requeste des
dits supplians, tous et chacuns les priviléges cy attachés soubs nostre scel, droitz, exemptions, franchises
et libertéz à eulx donnéz et octroyéz par nos dictz prédécesseurs roys et par les ditz ducz, avons louez,
confirméz, ratiffiez et approuvez, et par la teneur de ces présentes, de notre grâce spécial, plaine
puissance et auctorité royal, louons, confirmons, ratiffions et approuvons par ces présentes, pour en joyr
et user par les dits supplians et leurs successeurs, plainement et paisiblement comme ils ont fait par cy
devant. Si donnons en mandement par ces dites présentes à noz amez et féaulx les gens tenant notre
Court de Parlement à Dijon, au bailly du dict lieu et à tous noz aultres justiciers et officiers ou leurs
lieutenans présens et advenir, et à chacun d’eulx si comme à luy appartiendra, que de noz présens grâce,
confirmation, ratiffication et approbation ils facent, souffrent et laissent joyr plainement et paisiblement
les dits supplians et leurs successeurs, sans leur mettre ou donner, ny souffrir estre fait, mis ou donné
aulcun trouble, destourbier ou empeschement au contraire. Lequel si fait, mis ou donné leur estoit, ils
le mettent ou facent mettre maintenant à pleine et entière délivrance. Et affin que ce soit chose ferme et
stable à tousjours, nous avons fait mettre nostre scel à ces dites présentes, sauf en aultre chose
{301}notre droict et l’autruy en toutes. Donné à Lyon, ou mois d’octobre l’an de grâce mil cinq cent
soixante quatorze, et de notre règne le premier.
Par le Roy, en son Conseil, BRULART.
Visa. Contentor. MOREL.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la commune.


CLXIV
VILLE DE BEAUNE
Ordonnance du roi Henri III, qui rétablit la mairie de Beaune dans l’exercice de la justice civile et
criminelle, dont elle avait été privée par l’édit de Moulins.
1574 (octobre).
Henry, par la grâce de Dieu, roy de France et de Poullogne, à tous ceulx qui ces présentes lettres
verront, salut. Noz amez et féaulx les Maire, eschevins, bourgeois, manans et habitans de nostre ville
de Beaulne au pays de Bourgongne, nous ont exposé que, l’an mil deux cens et trois, Eudes, lors duc
du dict pays de Bourgongne, leur concéda plusieurs priviléges pour eulx et leur postérité, signamment
ausdiz Maire et eschevins toute justice, haulte, moyenne et basse, à l’instar des previléges concédez aux
Maire et eschevins de Dijon, ville capitalle du dict pays, et à la charge de payer par les diz habitans la
taille des mars portés par leurs diz previléges, qu’ils dyent depuis avoir esté réduicts à six vingts dix
livres tournois. Et que le dit previlége leur auroit tousjours esté confirmé et continué par noz
prédécesseurs roys de France, en considération de leur loyaulté et fidélité, tellement qu’ils en avoient
continuellement jouy paisiblement, exerceans la jurisdiction des causes civiles et criminelles de la dite
ville, et la police, jusques à ce que, en l’an mil cinq cens soixante six, par l’ordonnance de Molins,
nostre dict très honoré seigneur et frère le roi Charles, que Dieu absolve, auroyt, en termes généraulx,
interdict la congnoissance, arrest et jurisdiction de toutes causes civilles aux Maire, eschevins, conseilz
et capitoux de ce royaulme, en suyvant laquelle ils se seroient abstenuz de congnoistre des dictes causes
civilles, comme aussy auroient faict les Maire et eschevins du dict Dijon. Ce néantmoins que depuis,
en l’an mil cinq cens soixante et unze, les diz Maire et eschevins du {302}dit Dijon auroient esté
exceptez et réservez de la dicte ordonnance, remis et rétabliz en tout tel droict et auctorité qu’ils avoient
auparavant icelle ordonnance, attendu qu’ils avoient eu la dite justice à tiltre onéreux et pour aultres
considérations portées par les lettres qui leur en ont esté expédiées. Et comme leurs diz previléges sont
confermez et reférez à ceulx du dict Dijon, et que pour la dicte justice, ils nous paient chacun an la dicte
somme de six vingtz dix livres, ils nous ont très humblement requis de leur faire pareille grâce que le
feu roy, nostre dict seigneur et frère, a faicte aux aultres Maire et eschevins du dict Dijon, en
considération aussy que ce tourneroit à leur grand soulagement et observation de justice. Nous, à ces
causes, désirans les favorablement traicter, pour le bon et louable rapport qui nous a esté faict de leur
fidélité et loyaulté, tant envers nos diz prédécesseurs roys que nous, et après avoir faict veoir en nostre
dict Conseil privé les tiltres et chartres antiennes de la dicte ville, dont le vidimus avec leurs
confirmations sont cy attachez, soubz nostre dict contre scel, comme aussy la coppye des lettres de main
levée faicte à ceulx du dict Dijon. Attendu que leurs diz previléges sont confermés comme dict est à
ceulx du dit Dijon, et que par iceulx appert qu’ils portent la dicte jurisdiction à tiltre onéreux. De l’advis
de nostre dict Conseil et de nostre dicte grâce spécial, avons dict et déclaré, disons et déclarons que les
diz Maire et eschevins de nostre dicte ville de Beaulne, congnoissent doresenavant des dictes causes
civilles avec les criminelles et en la police, en tous cas et tout ainsy que ceulx du dict Dijon et qu’ils
faisoient auparavant les dictes ordonnances de Moulins et déclarations sur icelles entrevenues, et du
contenu desquelles, en ce qui concerne leurs susdictz previléges et jurisdiction, nous les avons exceptez
et réservez, exceptons et réservons par ces présentes, par lesquelles mandons à noz amez et féaulx les
gens de nostre dicte court de Parlement audict Dijon, que ceste nostre présente déclaration ils facent
lire, publier et enregistrer, entretenir, garder et observer de poinct en poinct, selon sa forme et teneur, et
du contenu en icelle souffrent et laissent joyr et user les diz Maire et eschevins du dict Beaulne,
plainement et paisiblement, contraignant à ce faire, souffrir et obéyr tous ceulx qu’il appartiendra, par
toutes voyes, manières deues et raisonnables. Car tel est nostre plaisir, nonobstant oppositions ou
appellations quelconques, pour lesquelles ne voulons estre différé, nonobstant, comme dict est, nos
dictes ordonnances de Molins et déclarations sur ce entrevenues, ausquelles, pour ce regard et aux
dérogatoires des dérogatoires y contenues, nous avons dérogé et dérogeons par les dictes présentes. En
tesmoing de quoy, nous avons à icelles faict mectre nostre scel. Donné à Lyon, le {303}vingtroisième
jour d’octobre l’an de grâce mil cinq cens soixante et quatorze, et de nostre règne le premier.
Par le Roy, BRULART.

Archives du greffe de la Cour impériale de Dijon: Parlement de Bourgogne, Registres


d’enregistrement des édits, ordonnances, etc., vol. IX, folio 99.
CLXV
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par le roi Henri IV.
1595 (février).
Henry, par la grâce de Dieu, roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Ce n’est
qu’avec beaucoup de faulx prétextes et artiffices, et le plus souvent avec une extresmes contraintes et
violances, que nos ennemis, pendant le cours des présens troubles, ont retenu nos pauvres subjectz si
longuement hors notre obéissance. Chacun a veu à l’œil ceulx qu’ils ont soubs le voile de piété et avec
beaucoup d’impiété, et les cruels et inhumains désordres pour forcer tout le monde à leur rébellion;
mais Dieu qui a tousjours heu soing de la conservation de cest estat et de nostre protection particulière,
apprès avoir manifestement descouvert le but de leurs intentions et démesurées ambitions, n’a permis
que tant d’illicites moyens ayent esté bastans, pour retenir les effects des bonnes volontés que tous les
gens de bien, vrays et naturels françoys, ont heu naturellement enclinée et disposée au service de leurs
roys; car s’estans les principales villes que ne sont assubjecties par aulcuns fortz, chasteaulx et
garnisons, de soy mesme portées à nostre obéissance, sa divine bonté a quant et quant touché le cœur
de la pluspart des chefs et aultres qui avoient les forts et forces en main et les a poussés au mesme
debvoir mesmes les plus obstinés, et desquels nos dits ennemis faisoient d’advantage d’estat pour
maistriser et violanter la franchise et liberté de nos dicts subjectz à la faveur des dites citadelles et
garnisons. Mais où la force a heu plus de lieu il ne s’y est pas moings remarcqué d’affection et
résolution, {304}en ce que l’occasion s’offrant pour faire paroistre l’intérieure fidélité et affection que
la rigeur et tirannye avoit réservées au plus secret de leurs ames, ils ne l’ont laissées perdre, mais la
prenant à propos, ils n’ont manqué de secouer le joug soubs la rigeur duquel ils estoient si indignement
asservis. Ce qui est d’aultant plus à louer et remarcquer en noz chers et bien amés les habitans de nostre
ville de Beaulne, lesquels combien que depuis un an et plus ils se soient veues entièrement enfermés et
enserrés parmy un grand nombre de fortes garnisons, mesmes veillé incessamment du duc de Mayene,
se deffiant indubitablement de ce qui s’est despuis ensuivy, et désespéré de pouvoir estranger leur cœur
de la recognoissance de leur roy, ont enfin prins l’occasion de se mettre en liberté par l’approchement
de nostre très cher cousin le mareschal de Byron, conduisant nostre armée, à la faveur de laquelle et par
la grande prudence et non moindre valleur et diligence de nostre dict cousin, ils ont donné
establissement à nostre auctorité, s’estant rendus maistres enfin de ceulx qui les tenoient captifs et
misérables, c’est parce que la seule espérance qu’ils ont heues que nostre bonté et clémence les
garantiroit et leur feroit oublier en bref la mesmoire de tant d’incommodités et oppressions souffertes à
nostre occasion, les a poulsé à les rechercher, ne leur voulant icelles desnier, ains embrassant avec toute
la bienveillance possible leur repos et conservation, nous avons voulu par cestuy nostre édit perpétuel
et irrévocable, ordonner ce que sur les articles des très humbles requestes et remonstrances qu’ils nous
ont, par leurs depputés, faict représenter, nous avons estimé debvoir et pouvoir faire pour leur bien,
soulagement et contantement. A ces causes, de l’advis des princes de nostre sang et aultres seigneurs et
notables personnes de nostre Conseil estant à présent près de nous, avons dit, statué et ordonné, disons,
statuons et ordonnons ce qui s’ensuit. Premièrement, que pour assurer les dicts habitans contre les
importuns et faulx prétextes de piété et de religion, dont nos ennemis les ont un long espace de temps
circonvenus, nous leur avons promis et promettons par ces présentes qu’il ne se fera aulcun exercice de
religion que de la catholicque, apostolicque et romaine en nostre dite ville, château et faubourgs de
Beaulne, ny aux aultres lieux circonvoysins deffendus par l’édit de l’an mil cinq cent LXXVII et
déclarations ensuivies pour l’exécution d’iceluy; et d’aultant que pour la preuve évidante qu’ils nous
ont rendue de leur fidélité, nous avons recogneu que la malice du temps leur a {305}preuvé la licence
de faire beaucoup de choses au préjudice de nostre service et auctorité, mettant soubs le pied toutes les
faultes passées, nous avons du tout et à tousjours esteintes, supprimées et abolies, esteignons,
supprimons et abolissons par ces mesmes présentes la mesmoire de tout ce que par le corps et
communaulté de la dicte ville en général et en particulier, a esté faict, dict, traicté, géré et négocié durant
et à l’occasion des présens troubles, et le tout leur permettons et pardonnons, comme s’il estoit cy
particulièrement exprimé. Faisant défense très expresse à tous nos justiciers, officiers et subjectz de les
en rechercher, ny ceulx qui par leur commendement ou consentement s’en sont entremis, leurs
successeurs et ayans cause, et des choses passées comme dict est les poursuyvre, molester ny inquiéter
ores ny pour l’advenir, en quelque sorte et pour quelque occasion que ce soit. Imposant sur ce silence à
nos procureurs généraulx, leurs substituts présens et advenir et aultres nos dicts subjectz quelconques,
et, par ce moyen, advouhant et recognoissant les dicts habitans pour nos bons, fidelles et affectionnés
subjectz, nous les avons prins et mis, prenons et mettons en nostre protection et sauvegarde spécialle,
avec toutes leurs familles, biens, moyens et facultés, et quant et quant nous les avons remis et restablis,
remettons et restablissons en la libre, paisible et entière jouissance d’iceulx, soient bénéfices, offices,
charges et dignités dont ils sont bien et dehuement par nous ou nos prédécesseurs et aultres ausquels il
peult appartenir pourveus, héritages, rentes, revenus, debtes, noms, raisons et actions qui leur
appartiennent, quelque part qu’ils soient scituéz et assis, révocquans pour cest effect tous dons,
commissions, arrestz, sentences, jugements et aultres actes et exploits de justice ou autres qui peuvent
avoir esté donnés et octroyés durant et à l’occasion des ditz présentz troubles contre et au préjudice des
dictz habitans. Voulans qu’ils soient comme nous les déclarons nuls et de nul effect, force et valleur,
les cassant et révocquant pour l’advenir. Toutefois, seullement en ce qui reste à exécuter d’iceulx et n’a
réaulment et de faict esté acquitté en vertu d’iceulx à nos officiers ou donataires. Nous avons aussy
continué et confirmé, continuons et confirmons par ces mêmes présentes, ausdictz habitans tous et
chacuns les anciens priviléges, franchises, droictz et octroys, desquelz ils ont de tout temps estés
gratiffiéz par nos prédécesseurs roys, mesme la permission, droict et octroy de lever sur chacune pinte
de sel vendu, deux deniers six sols huit deniers pour l’entrée de chacune quehue de vin en la dicte ville,
et le droict accoustumé du portage et aultres pour jouir du tout ainsy qu’ils ont faict bien et dehuement
auparavant les présens troubles, leur en ayant de nouveau et tant que besoing est ou seroit {306}de
nouveau, faict et faisons don par ces présentes, sans que pour les dictz don, continuation et confirmation
des dictz priviléges, dons et octroys, il soit besoing ausdicts habitans d’obtenir de nous aultres lettres
que les dictes présentes, que nous voulons aussy leur servir pour le passé et pour l’advenir, au lieu des
anciens octroys et chartres qu’ils avoient obtenu de nos dictz prédécesseurs; lesquelles ont estées
naguères bruslées par nos ennemis qui s’estoient renfermés en la maison du greffier de nostre dicte
ville, lorsque les dicts habitans y donnèrent entrée à nos troupes pour tesmoignage très certain de leur
entière fidélité, nous, confians du tout, à laquelle nous leur avons donné et octroyé, donnons et octroyons
la garde des clefs des portes, ponts et autres lieux publicqs de nostre dicte ville. Et pour le regard de la
garde et commandement en icelle, ayant mis les dictz habitans en nostre protection, nous aurons soing
désormais de leur repos et conservation et ne donnerons cy après auctorité ne commandement sur eulx
à quelque personne que ce soit, qu’il n’ayt la mesme intention et volonté au soulagement des dicts
habitans, comme nous sommes assurés qu’à nostre dict cousin le mareschal de Biron, auquel nous en
avons donné le gouvernement. Désirant aussy que les dictz habitans ressentent quelque fruict de nostre
bienveillance en leur endroict, nous les avons exempté, quitté et deschargé par ces dictes présentes, les
quittons, exemptons et deschargeons du payement de nos taillon, creues et impositions des années
passées despuis les présens troubles jusques à présent, et pour l’advenir durant trois années qui se
prendront en six prochaines et consécutives. N’entendons toutefois estre cy comprins ce qui a esté faict
par forme de voleries et sans adveu, pour raison de quoy nous avons permis et permettons à toutes
personnes de se pourveoir par les voyes de justice, ainsy que bon lui semblera. Comme aussi sont
exceptés tous ceulx qui se treuveront chargés et coulpables de l’exécrable assassinat commis en la
personne du dict deffunt roy, dernier décédé, nostre très honoré seigneur et frère; et de conspiration
contre nostre vie, et pareillement de tous crimes et délictz punissables entre gens de mesme party. Sy
donnons en mandement à nos amés et féaulx conseillers, les gens tenant nostre court de Parlement,
Chambre des Comptes, cour des Aydes, thrésoriers généraulx de nos finances en Bourgogne, baillis,
sénéschaulx, prévostz, juges, et leurs lieutenants, et aultres nos officiers, justiciers et subjectz qu’il
appartiendra, que ces présentes ils ayent chacun en droit soy à faire lire, publier et registrer icelles,
vériffier, entériner, exécuter, garder et observer inviolablement selon leur forme et teneur, contraignant
à ce faire, souffrir et obéir tous ceulx qu’il appartiendra, et qui pour ce seront à contraindre par toutes
voyes {307}dehues et raisonnables, nonobstant opposition ny appellations quelconques pour lesquelles
et sans préjudice d’icelles, ne voulons estre différé, et quelconques ordonnances, mandements,
deffenses, arrestz, jugements et aultres choses à ce contraires, ausquelles et à la dérogatoire de la
dérogatoire d’icelle, nous avons dérogé et desrogeons par ces dictes présentes, de nos plaine puissance
et auctorité royal. Car tel est nostre plaisir. Donné à Paris, au mois de février l’an de grâce mil cinq cent
quatre vingts quinze, et de nostre règne le sixième.
HENRY.
Par le Roy, POTHIER.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CLXVI
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par le roi Louis XIII.
1616 (mai).
Louis, par la grâce de Dieu, roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Les roys
nos prédécesseurs ayant bien jugé qu’ils ne pouvoient donner de plus exprès tesmoignage de leur
bienveillance à leurs bons et loyaulx subjectz qu’en leur concédant de beaulx et amples priviléges pour
marque et récompense de leur fidélité, n’ont jamais espargné ne grâce et faveur à l’endroit de ceulx qui
les ont méritées; ce que le feu roy, nostre très honoré seigneur et père, que Dieu absolve, auroit si
heureusement observé, que s’estant par ce moyen acquis et concilié le cœur et l’affection de ce
royeaulme, nous en avons receu les fruitz à nostre advénement: chacun de nos subjetz ayant par une
émulation digne de louhanges, contribué de tout son pouvoir, pour nous donner des preuves de son
obéissance et de son grand zèle à nostre service, notamment nos chers et bien amés les Maire, eschevins
et habitans de nostre ville de Beaune, qui d’ailleurs firent un acte si généreux en la réduction de nostre
dicte ville en l’obéissance de nostre dict feu seigneur et père, qu’il ne s’en peult pas désirer un plus
mémorable pour exemple à leur postérité, aussy leur en fut il accordé un édict si solemnel, contenant la
confirmation de leurs priviléges, qu’il ne reste qu’à leur en conserver la jouissance et manutention,
comme ils nous ont faict très humblement {308}supplier et requérir, et leur en octroyer nos lettres
nécessaires. A ces causes, scavoir faisons que désirans, à l’imitation de nos dicts prédécesseurs, user de
faveur que rendent les roys aimés de leurs sujets et les peuples soigneux de leur fidélité et curieux de
leur debvoir. Nous avons ausdictz Maire, eschevins et habitans de nostre dicte ville de Beaulne confirmé
et continué, confirmons et continuons par ces présentes, de nostre grâce spécialle, tant ledict édict du
mois de febvrier mil cinq cent quatre vingt et quinze cy actaché soubs le contre scel de nostre
chancellerie, que tous et chacuns les priviléges, franchises, immunités, droicts, octroys, usages, libertés,
dons et concessions qui leur ont estées accordées et données par nos dicts prédécesseurs roys et ducs de
Bourgongne pour en jouir et user, et leurs successeurs, plainement et paisiblement et perpétuellement,
et en la mesme forme et manière qu’ils en ont bien et dehuement jouy et usé, jouissent et usent encores
de présent, sans innovation. Sy donnons en mandement à nos amés et féaulx conseillers, les gens tenant
nostre court de Parlement, Chambre de nos Comptes et thrésoriers généraulx de France à Dijon, que de
nos présentes grâce, confirmation, continuation et contenu en ces présentes, ils aient à faire souffrir et
laisser jouir les dict Maire, eschevins et habitans et leurs successeurs, plainement, paisiblement et
perpétuellement, sans permettre qu’il leur soit fait, mis ou donné aulcun trouble ou empeschement au
contraire, ains les maintenir en leurs dicts priviléges, nonobstant quelconques lettres et choses à ce
contraires. A quoy, et aux dérogatoires des dérogatoires, nous avons dérogé et dérogeons par ces dictes
présentes. Car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit chose stable et ferme à tousjours, nous avons faict
mettre notre scel à ces présentes. Donné à Paris, au mois de may l’an de grâce mil six cent seize, et de
nostre règne le septiesme.
Par le Roy, PETIT.
Visa. Contentor. GAVEAU.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


{309}CLXVII
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par le roi Louis XIV.
1644 (janvier).
Louis, par la grâce de Dieu, roy de France et de Navarre, à tous présents et advenir, salut. Nous
avons recogneu, à nostre advenement à la couronne, que l’une des plus grandes satisfactions qu’ayent
les princes souverains lorsqu’ils arrivent au gouvernement, consistent à rendre aux peuples qui leurs
sont subjectz des tesmoignages de leur bonne volonté, autant que chacun semble les inviter selon les
veux et les prières qu’ils en reçoivent, comme les gages de leur obéyssance et les assurances de leur
affection et service. Ce qu’ayant esté soigneusement observé par les roys nos prédécesseurs, et dont
nous imitons les bons exemples, autant qu’il nous ayt possible. Nous avons favorablement reçeu la très
humble supplication de nos chers et bien amés les Maire, eschevins, sindicqs et habitans de nostre ville
de Beaulne, l’une des meilleure de nostre duché de Bourgongne, remarquable tant par son antiquité,
que par les services importans dont elle s’est signalée, soit lorsque les ducs de Bourgongne en estoient
possesseurs, soit despuis qu’elle a esté réunye à nostre estat et couronne, à cause de quoy, tant les dicts
ducs de Bourgongne que les roys nos prédécesseurs, leur auroient accordé plusieurs beaulx, droicts,
previléges, concessions et octroys, scavoir: la liberté, scavoir de former un corps de ville et communauté
comme en nostre ville de Dijon, soubz l’authorité d’un Maire et prévost, six eschevins, un syndicq, un
secrétaire et autres officiers qui le composent, avec tous droitz de pollice, justice civile et criminelle qui
leur est patrimonialle tant dedans l’enclos de la dite ville de Beaune que faulbourgs et banlieue d’icelle,
même l’intendance des deniers patrimoniaux et d’octroys de la dite ville et la prévosté sur les chemins
du bailliage, sans qu’il soit permis à aucuns autres officiers de faire capture, mainmise, ny entreprise,
ny autres exploits de justice en la dite ville, faulbourgs et banlieux qu’avec le ministère des assistances
des sergents et officiers de la dite ville. Comme encore plusieurs foires, marchés, franchises, immunités,
honneurs, proffits, et divers autres droits; mesme, pour marque de leur entière et appreuvée fidélité, les
roys nos prédécesseurs leur auroient {310}accordé la garde des clefs des portes, ponts, passages et
autres lieux publicqs de la dite ville, pour la conservation desquels ayant supporté de grandes despenses
afin de fortifier la ville, scituée en pays limitrophe, importante audit duché de Bourgongne et nostre
estat, l’exemption des droits de francs fiefs, amortissemens et nouveaux acquêts leur avoient esté
accordées, avec liberté d’acquérir tous héritages, cens, rentes, revenus, seigneuries, justice et fiefs, pour
les tenir et posséder ainsi que personnes nobles peuvent faire sans estre obligés d’en payer finance, en
laquelle exemption ils ont esté nouvellement maintenus par arrest contradictoire et jugement souverain
des commissaires députés pour le faict desdicts francs fiefs, amortissemens et nouveaux acquets du
XXVIII apvril M VI XXXVIII, desquels priviléges, droicts et concessions, nos dicts prédécesseurs roys leur
ont, par lettres pattantes, accordé de temps en temps la confirmation, suivant lesquelles ils en ont
plainement et paisiblement jouy jusque à présent. Nous ayant requis très humblement par nostre bien
amé maistre Pierre Tixier, l’un des dicts eschevins de la ville, pour ce député vers nous, qu’il nous plaise
les maintenir et conserver esdicts droits et priviléges, à leur en octroyer à ces fins nos lettres sur ce
nécessaires. A ces causes, après avoir fait venir en notre Conseil les titres, papiers et lettres patantes
concernant les droicts, priviléges et exemptions des dicts exposans, continuation et confirmation d’iceux
par le duc Odot et les roys nos prédécesseurs, notamment des deffuntz roys François premier et nostre
très honnoré seigneur ayeul et père, d’heureuse mémoire, cy attachés soubs le contre scel de notre
chancellerie, meus de la mesme bonne volonté par laquelle nos dicts prédécesseurs roys leur ont
conceddé et confirmé les dicts droicts et priviléges, désirans, pour les considérations susdites et pour la
fidélité qu’ils ont en diverses et importantes occasions tesmoigné avoir pour le bien et service de cest
estat et couronne, dont nous avons esté particulièrement informés et satisfaict, leur avons, de l’advis de
la reyne régente, nostre très honorée dame et mère, et de nos grâce spéciale, plaine puissance et authorité
royalle, accordé, continué et confirmé, accordons, continuons et confirmons tous et chacuns les dits
priviléges, concessions, honneurs, proffits, libertés, fonctions, immunités, exemptions, franchises et
aultres droicts dont les dits exposans sont en possession, pour en jouir par eulx et leurs successeurs
plainement, paisiblement et perpétuellement, tout ainsi et en la mesme forme et manière qu’ils en ont
cy devant jouy et usé, jouissent et usent encore à présent. Sy donnons en mandement à nos amés et
féaulx les gens tenans notre cour de Parlement de Dijon, Chambre de nos Comptes et trésoriers de
France audit lieu, juges, baillis, sénéchaux, leurs lieutenans et tous {311}autres nos justiciers et officiers
qu’il appartiendra chacun en droit soy, que ces présentes ils facent lire, publier et régistrer selon leur
forme et teneur, et du contenu en icelles ils souffrent et laissent jouir et user les exposans plainement,
paisiblement et perpétuellement, cessant et faisant cesser tous troubles et empeschements à ce
contraires. Car tel est notre plaisir. Et affin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous avons faict
mettre notre scel à ces présentes, sauf en autre chose notre droit et l’autruy. Donné à Paris, au mois de
janvier l’an mil six cent quarante quatre, et de notre règne le premier.
LOUIS.
Par le Roy, la Reine régente, sa mère, présente.
PHELIPPEAUX.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


CLXVIII
VILLE DE BEAUNE
Confirmation des priviléges de la ville de Beaune, par le roi Louis XV.
1716 (octobre).
Louis, par la grâce de Dieu, roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut. Nos chers
et bien amez les Maire, échevins, sindic et habitans de notre ville de Beaune, au duché de Bourgogne,
nous ont très humblement fait exposer que cette ville, l’une des meilleures et des plus anciennes de la
province, s’estant toujours distinguée par sa fidélité inviolable envers ses souverains, soit lorsque les
ducs de Bourgogne en estoient possesseurs, soit depuis qu’elle a été réunie à notre couronne; les dits
ducs et les roys nos prédécesseurs, pour récompenser les services importans par lesquels ses habitants
se sont signalés dans toutes les occasions, leur ont accordé plusieurs beaux, droits, priviléges,
concessions et octroys. Savoir la liberté de former un corps de ville et communauté, comme en notre
ville de Dijon, souz l’autorité d’un Maire et prévost, six échevins et un sindic, un secrétaire et autres
officiers qui la composent, avec tous droits de police, justice civille et criminelle qui leur est
patrimonialle, tant dedans l’enclos de la dite ville de Beaune que dans les faubourgs et banlieue
{312}d’icelle, mesme l’intendance des deniers patrimoniaux et d’octroys de la dite ville et la prevosté
sur les eschevins du bailliage, sans qu’il soit permis à aucuns autres officiers de faire capture, saisie,
mainmise, exécutions ny autres exploits de justice en la dite ville, faubourgs et banlieue, qu’avec le
ministère et l’assistance des sergens et officiers de la dite ville. Comme encore plusieurs foires, marchés,
franchises, immunités, honneurs, proffits et divers autres droits; mesme, pour marque de leur fidélité,
les roys nos prédécesseurs leur auroient accordés la garde des clefs des portes, ponts, passages et autres
lieux publics de la dite ville, pour la conservation desquels ayant autrefois supporté de grandes dépenses
affin de fortiffier la dite ville, scituée pour lors en pays limitrophe, et par cette raison importante audit
duché de Bourgogne et autres estats; l’exemption des droits de francs fiefs, amortissemens et nouveaux
acquets, leur auroit encore esté accordé, avec la liberté d’acquérir tous héritages, cens, rentes, revenus,
seigneuries, justices et fiefs, pour les tenir et posséder ainsi que personnes nobles pourroient faire sans
estre obligés d’en payer finance; en laquelle exemption ils ont esté maintenus par arrest contradictoire
et jugement souverain des commissaires députés pour le fait des dits francs fiefs, amortissemens et
nouveaux acquests, du 25 avril 1638; desquels priviléges, droits et concessions, nos dits prédécesseurs
leur ont, par lettres pattentes, accordé de temps en temps les confirmations suivant lesquelles ils en ont
plainement et paisiblement jouy jusque à présent. Nous ayant requis très humblement par notre bien
amé messire Pierre Gillet, notre conseiller et Maire de la dite ville, pour ce député vers nous, qu’il nous
plaise les maintenir et conserver dans les dits droits et priviléges, et pour cet effect leur en accorder
pareillement nos lettres sur ce nécessaires. A ces causes, après avoir fait voir en notre Conseil les lettres
pattentes du duc Odde et des roys nos prédécesseurs, portant confirmation des dicts droits, priviléges et
exemptions des dicts exposans, et notamment celles des rois François I, du mois d’aout 1521;
Louis XIII, du mois de mai 1616, et de Louis XIV, notre très honoré seigneur et bisayeul, du mois de
janvier 1644, cy attachées sous le contrescel de notre chancellerie; de l’avis de notre très cher et très
amé oncle le duc d’Orléans, régent, de notre très cher et très amé cousin le duc de Bourbon, de notre
très cher et très amé oncle le duc du Maine, de notre très cher et très amé oncle le duc de Toulouse, et
autres pairs de France, grands et notables personnages de notre royeaume; et de nos grâce spécialle,
plaine puissance et authorité royalle, nous avons, par ces présentes signées de notre main, accordé,
continué et confirmé, accordons, continuons et confirmons tous et uns chacuns les susdits
{313}priviléges, concessions, honneurs, proffits, libertés, fonctions, immunités, exemptions, franchises
et autres droits dont les dits exposans sont en possession, pour en jouir par eulx et leurs successeurs
plainement, paisiblement et perpétuellement, tout ainsy et en la mesme forme et manière qu’ils en ont
par cy-devant bien et deuement jouy et usé, jouissent et usent encore actuellement. Sy donnons en
mandement à nos amés et féaulx conseillers les gens tenans notre court de Parlement de Dijon, chambre
de nos Comptes et trésoriers de France audit lieu, juges, baillis, sénéchaux, leurs lieutenans et tous
autres nos officiers qu’il appartiendra, chacun en droit soy, que ces présentes ils ayent à faire lire, publier
et enregistrer, selon leur forme et teneur, et du contenu en icelles, ils souffrent et fassent jouir et user
les dicts exposans pleinement et paisiblement et perpétuellement, cessans et faisant cesser tous troubles
et empeschemens à ce contraires. Car tel est notre plaisir. Et afin que ce soit chose ferme et stable à
toujours, nous avons fait mettre notre scel à ces dites présentes. Donné à Paris, au mois d’octobre l’an
de grâce mil sept cent seize, et de notre règne le second.
LOUIS.
Par le Roy, le duc d’Orléans, régent, PHELIPPEAUX.
Visa. VOYSIN.

Original: Archives de la ville de Beaune, Priviléges et franchises de la Commune.


{314}??
BUXY (SAONE-ET-LOIRE)
??
1204.
Rainald, archevêque de Lyon, et Robert, évêque de Chalon, mandent que:
Béatrix, comtesse de Chalon, a donné telle liberté à la ville de Buxy et promis, sous la foi de dix
chevaliers, de l’observer perpétuellement.
Par cette charte, elle a concédé aux habitants le droit d’usage, d’affouage et de parcours dans la
forêt de Bragny, moyennant que ceux-ci lui paieront chaque semaine, sauf le jeudi, tout le minage et les
deux tiers du fournage; l’autre tiers appartenant à Renaud de Buxy.
La connaissance de tous les délits commis sur le territoire est confiée à quatre prudhommes.
La moitié de l’amende prononcée est remise au plaignant.
La punition des crimes appartient au seigneur.
Si un habitant ou un étranger veut remettre le jugement d’une cause aux prudhommes, ceux-ci sont
tenus de déférer à sa demande.
S’il ne veut ou ne peut le faire et qu’il veuille quitter la ville, le seigneur est tenu de le conduire en
lieu sûr, par l’espace d’un jour et d’une nuit.
Si le seigneur va en expédition, chaque feu est tenu de lui fournir un homme à ses frais.
Tout prévôt devra, avant de prendre possession de son office, jurer la conservation de cette charte.
Le seigneur héritera des habitants et des passants qui mourront sans héritiers ou ab intestat.
Le seigneur est tenu, avant sa nouvelle venue, de jurer sur les saints Evangiles la conservation de
ces priviléges. A son refus, il sera déchu de ses droits sur la ville, et les deux prélats mettront ses terres
en interdit jusqu’à satisfaction complète.
Le prévôt et les officiers du seigneur sont exceptés de cette liberté.
Ces priviléges furent confirmés: en 1227, par Hugues IV, duc de Bourgogne, fils de la duchesse
Alix; — par les ducs Robert II (1284), Eudes IV (1318), et Philippe le Bon (1422).
(Archives de la Côte-d’Or. Chambre des Comptes de Dijon. Affaires des communes. Buxy. —
Imprimé dans Pérard, p. 312.)

??
{315}CLXIX
VILLE DE NUITS
Charte d’affranchissement de la ville de Nuits-Aval, par Eudes III, duc de Bourgogne, et contirmation
de cette charte par son fils, le duc Hugues IV.
1212 (avril), 1256 (septembre).
Nos Hugo dux Burgundie, notum facimus universis presentibus et futuris, quod, nos venerabilis
patris nostri Odonis ducis Burgundie litteras vidimus et sigillo suo roboratas in hunc modum:
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Quoniam ea que inter homines fiunt labuntur pro
modico nisi litterarum memorie tradantur. Icirco ego Odo dux Burgundie abergamento meo de Nuid et
hominibus inibi subtus me commorantibus, libertatem quamdam in perpetuo tenendam concessi, ut
michi et meis in futurum proficiat et aliis idem videntibus vel audientibus perveniat {316}in exemplum.
Ea propter ego Odo dux Burgundie, notum facio presentibus et futuris me quitasse omnes homines
ejusdem abergamenti subtus me commorantes ab omni tallia et exactione. Excepto quod pro quolibet
manso ejusdem abergamenti michi vel mandato meo, quindecim solidos in festo beati Dionisii
persolvent.
Nolens etiam quod dictum abergamentum propriis occasionibus ballivorum gravaretur; si aliquid
forefactum ibidem emerserit, prepositus, non per se solum, sed ad aspectum duorum vel trium
prudentium virorum ejusdem ville ad hoc electorum, forefactum judicabit et levabit secundum usus et
consuetudines pristinas. Hec omnia dicto abergamento concessi, salvis pristinis justiciis meis. Quod ut
ratum habeatur presentem paginam annotatam sigilli mei testimonio confirmavi. Actum apud Belnam,
anno gratie M° CC° duodecimo, mense aprili. Datum per manum Hugonis cancellarii mei, adstantibus
in curia mea quorum nomina subscripta habentur. Gaucherio de Castellione, comite Sancti Pauli,
senescaulo meo. Poncio de Granceio, constabulone meo. Hugone de Laeio, marescallo meo.
Nos autem de factis venerabilis patris nostri in hac parte nichil volentes immutare litteras a patre
nostro hominibus de Nuiz datas et sigillo suo roboratas confirmamus et sigilli nostri munimine duximus
roborandas. Actum anno Domini M° CC° quinquagesimo sexto, mense septembris.

Original: Archives de la ville de Nuits, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans


l’Essai historique sur la ville de Nuits, par Vienne, page 204, 207 et 318.
{317}CLXX
VILLE DE NUITS
Charte d’affranchissement de la ville de Nuits-Amont, par le duc Hugues IV.
1268 (juillet).
Nos Hugo dux Burgundie, universis presentes litteras inspecturis, notum facimus quod nos omnibus
hominibus nostris ville nostri de Nuyt Amont nunc ibidem morantibus et in posterum manentibus sives
venturis talem libertatem seu franchisiam in perpetuum concedimus atque damus pro nobis et heredibus
nostris, qualem habent homines nostri abergamenti nostri de Nuyt Aval. Secundum quod in litteris bone
memorie Odonis quondam patris nostri continetur quarum tenor talis est:
In nomine....... (Voir le numéro précédent.)
In horum omnium testimonium, nos Hugo dux Burgundie supra dictus sigillum nostrum presenti
pagine duximus apponendum. Datum et actum anno Domini millesimo ducentesimo sexagesimo
octavo, mense julii.

Vidimus fait au mois d’août 1270, pardevant Milot, archiprêtre et chanoine de Vergy. — Archives
municipales de Nuits, Priviléges et franchises de la Commune.
CLXXI
VILLE DE NUITS
Charte de Robert II, duc de Bourgogne, qui attribue aux habitants de Nuits la connaissance des délits
commis dans leurs bois communaux.
1296 (19 septembre).
Nous, Roberz, dux de Borgoigne, faisons savoir à tous cels qui verront ces présentes lettres que
nous, de grâce especiaul, volons et octroions que li home de Nuis puissent garder les bois de leur
communauté et mettre en déffense par amande les dis bois, et volons que ils puissent lever les amandes
raisonnables des malfaicteurs des dis bois en la partie deffendue, et deffendons à nos prévost et sergens
que il en ce ne mettient empeschement.
{318}Donné à Argilly, sous notre petit seaul, le mercredi devant la feste de Saint Mathié l’apostre,
l’an de grâce mil deus cens quatre vins et seze.

Original: Archives de la ville de Nuits, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé dans


l’Essai historique sur la ville de Nuits, par Vienne, page 208.
CLXXII
VILLE DE NUITS
Lettres d’Agnès, fille de saint Louis, duchesse de Bourgogne, et de son fils le duc Eudes IV, qui
concèdent exclusivement aux prudhommes de la commune de Nuits la connaissance du cas dou
sanc fait sans clam et sans malice.
1317-18 (26 février).
Nous, Aignès, fille dou saint roy Loys, duchesse, et nous, Eudes, filz de laditte Aignès, dux de
Bourgoinne, facons savoir à touz ceuls qui verrunt et orront ces présentes lettres, que, comme notre
proudomme habitant de la ville de Nuiz, nous haient denuncié, senefié en complainnant que notre
prévost de Nuiz qui hont esté pour le temps passé et qui or sunt, se sont enforcié et encour s’enforcent
de lever amandes dou sanc fait à Nuiz sanz clam, faire à eux et sanz malice de celui qui le dit sanc ha
fait, et encour nous hont denuncié que li prevost qui pour le temps hont esté, hont usé de enquérir dou
sanc fait sans clam et sanz malice si com dessus est dit et aussi de celui qui le scet, se il ne lou denunce
et de lever amandes. Les proudommes de la ditte ville contredisant et réclamant au contraire. Si nous
hont supplié que nous, cest usaige qui est contre humainne nature et tant grandement contre raison, nous
volsissions oster en pidié et en amone, à la fin que il et ceux qui pour le temps seront puissient vivre
plus en pais desouz nous et desouz noz successours. Nous, Duchesse et Dux desus diz, enclinans à la
supplicacion des desus diz, laquelle nous samble juste et raisonnable, de certainne sciance et
délibéracion hahue à notre Consoil, ledit usaige de enquérir et de lever amandes de sanc fait sanz clam,
sanz malice et sanz fraude, et de lever soixante souz de celui que le sauroit et reveler ne le voroit, ostons,
rappellons et adnullons du tout en tout, pour nous et pour noz successours, en tant come à chascun de
nous appartient et puet appartenir, c’est {319}assavoir à nous, Aignès, duchesse, pour raison de douaire,
et à nous, Eudes, duc desus dit, pour raison de héritaige. Et deffandons, par la tenour de ces présantes
lettres, à noz prévoz et officiaux qui pour le temps à avenir gouverneront la ditte ville de Nuiz,
n’enquérient ne levient amande de sanc fait en la ditte ville sanz clam, sanz fraude et sanz malice de
celui qui fait l’aura ne de celui qui ne lou denoncera si com desus est dit. Promectans en bone foy, pour
nous et pour noz successours, non venir en contre les chouses desus dittes par nous ne par autres,
tasiblement ne expressement. En tesmoing de laquel chouse nous havons fait à mettre noz seaulx en ces
lettres, que furent faites et données en Jungny, le diemanche après la Saint Pierre, en fevrier l’an de
grâce mil trois cenz et dis sept.

Original: Archives de la ville de Nuits, Priviléges et franchises de la commune.


CLXXIII
VILLE DE NUITS
Quittance donnée par la duchesse Agnès, aux habitants de Nuits, de la somme de cent livres qu’ils lui
avaient versées pour l’octroi de la franchise ci-dessus.
1317-18 (27 février).
Nous, Agnès, duchesse de Bourgoinne, facons savoir à touz que nous havons heu et recehu de noz
proudommes de Nuiz, pour la main de Guiot Doupré, Monot le peletier et Guiénot le Gridinet, escheviz
de notre dite ville de Nuyz, cent livres tornois pour raison de la franchise dou sanc, que nous et notres
chiers filz li Dux havons ottroié esdiz proudommes en la menière qui est contenuz en unes lettres
saellées des seauls de nous et de notre dit fil, lesquelles furent baillées à Symon de Biaufort pour la
despanse de nostre hostel et pour la dite franchise li diz proudommes nous devent ancor cent livres
tornois, lesqueles li devant dit escheviz nous hont promis à paier par les diz proudommes à la Saint
Romey prouchenement venant, et nous en hont promis à faire lettres.
En tesmoing de laquel chose nous havons ces lettres saellées, et furent faites et donées en Juigny,
le lundi après la Saint Pierre, en fevrier l’an de grâce mil trois cenz dix et sept.

??
{320}CLXXIV
VILLE DE NUITS
Permission octroyée par Jean, duc de Bourgogne, aux habitants de la ville de Nuits, de nommer des
procureurs pour défendre les intérêts de la commune.
1408 (12 novembre).
Jehan, duc de Bourgoingne, comte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin, seigneur de
Salins et de Malines, à tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Savoir faisons, nous avoir
receue l’umble supplicacion de noz bien amez les eschevins et habitans de notre ville de Nuys, contenant
que, comme tant à cause du fait de la forteresse dudit Nuys, des dons à nous faiz, de l’obsèque fait en
la dite ville pour feu notre très redoubté seigneur et père, cui Dieu pardoint, come pour plusieurs autres
causes nécessaires à faire plusieurs giectz, ayent esté faiz et imposez par les diz supplians sur eulx levez
et receuz par les receveurs qu’ilz y ont ordonnez, dont les plusieurs d’iceulx receveurs n’ont pas bien
rendu compte ne satisfait de leurs receptes à la dite ville, aussi que les diz supplians, noz hommes lieges
et justiciables, ayent à requérir plusieurs droiz appartenans à la dite ville, tant de pasturaiges, usaiges
de bois et de rivières, à l’encontre de plusieurs gens d’église et autres qui ont terres et possessions à
l’environ du dit Nuys; comme du fait de la maladerie du dit Nuys qui leur appartient; ensamble
certainnes autres choses. Et il soit ainsy que les diz eschevins et habitans du dit Nuys, supplians, n’ayent
cor, cry ne puissance de eulx assembler ou constituer procureur par manière de commun, combien que
notre dite ville de Nuys soit tenue et reputée en tous cas de fouaiges et autres subsides, pour bonne ville
payant aussi largement feu pour feu, comme ceulx de noz villes de Dijon et de Beaune qui leur a esté
grosse charge, par laquelle non puissance de eulx assembler par manière de commun, ils ayent perdu et
perdent de jour plusieurs de leurs droiz et biens à eulx appartenans, lesquelz leur sont et seroient moult
nécessaires pour convertir en la fortiffication de notre dite ville de Nuys, {321}qui en a moult grand
besoing; et plus perdront encores doresnavant les diz supplians se par nous ne leur estoit sur ce pourveu
de remède convenable, si qu’ilz dient requérant ycellui. Pour ce est-il que, nous, ces choses considérées,
mesmement que plusieurs deniers deuz par aucuns des diz receveurs dedans brief temps seront
prescripts, voulans à ce pourveoir, afin d’en amender notre dite ville et forteresse ausdiz supplians oudit
cas, avons donné et octroié, donnons et octroions de grâce especial, par ces présentes, puissance et
auctorité de eulx assembler toutes et quanteffois que mestier leur sera, pour faire et constituer par
manière de commun, procureur, ung ou plusieurs, qui ayent puissance de demander, requérir et
deffendre les biens et les droiz de notre ditte ville de Nuys, et yceulx procureurs voulons comparoir en
tous jugemens et estre receus en présentation pour autel pris, comme seroit et est receu le procureur de
notre bonne ville de Dijon, jusques à notre bon plaisir. Si donnons en mandement à notre bailli de Dijon
et à tous noz autres justiciers et officiers de notre dit duchié, que les dessus nommez supplians, de notre
présente grâce et octroy, facent, seuffrent et laissent plainement et paisiblement joïr et user, sanz leur y
donner ou souffrir estre fait ou donné aucun destourbier ou empeschement. Car ainsy nous plaist il estre
fait, nonobstant ordonnances, mandemens ou deffenses à ce contraires. En tesmoing de ce nous avons
fait mectre notre scel à ces présentes lettres. Donné en notre bonne ville de Dijon, le XIIe jour du mois
de novembre l’an de grâce mil quatre cens et huit.
Par Monseigneur le Duc, à votre relacion.
SAULS.

??
CLXXV
VILLE DE NUITS
Confirmation donnée par le duc Philippe le Bon, aux échevins et habitants de Nuits, du droit de nommer
un procureur pour la défense des intérêts de la commune.
1420 (12 septembre).
Phelippe, duc de Bourgoingne, conte de Flandres, d’Artois et de Bourgoingne, palatin, seigneur de
Salins et de Malines, à tous ceulx qui ces présentes lettres verront, salut. Savoir faisons, nous avoir
receu l’umble supplication de noz bien amez les eschevins et habitans de nostre ville de Nuys, contenant
que, comme à {322}cause du fait de la forteresse du dit Nuys, des dons faiz à feu nostre très cher
seigneur et père, cui Dieu pardoint, à diverses foys, et aussi pour plusieurs autres choses nécessaires à
faire pour le prouffit évident d’icelle ville, plusieurs giectz et impostz aient esté faiz et imposez par les
diz supplians et sur eulx levés et receuz par les receveurs qu’ilz y ont ordonnez. Dont les plusieurs
d’iceulx receveurs n’ont pas bien rendu compte de leur recepte à la dite ville, et que les diz supplians,
noz hommes lieges et justiciables, aient à requérir plusieurs droiz appartenant à la dite ville, tant de
pasturaiges, usaiges de bois, de rivières, à l’encontre de plusieurs gens d’église et autres, qui ont terres
et possessions à l’environ du dit Nuys, comme du fait de la maladerie du dit Nuys qui leur appartient,
ensemble certaines autres choses. Et il soit ainsi que les diz supplians n’ayent cor, cry, ne puissance de
eulx assembler ou constituer procureur ou procureurs par manière de commune, combien que nostre
dicte (ville) de Nuys, qui est ville notable, soit tenue et repputée en tous cas pour bonne ville, payant
aussi largement feu pour feu, comme ceulx de noz villes de Dijon et de Beaune, qui leur a esté et est à
grosse charge. Par laquele non puissance de eulx assembler par manière de commune ilz aient perdu et
perdent de jour en jour plusieurs de leurs droiz et biens à eulx appartenans, lesquelz leur sont et sont
moult nécessaires pour convertir en la fortification de nostre dicte ville de Nuys, qui en a moult grant
besoing. Et plus perdront encores, les diz supplians, se par nous ne leur estoit sur ce pourveu de remède
convenable, ainsi qu’ilz requérant humblement ycelluy. Pour ce est il que, nous, ces choses considérées,
mesmement que plusieurs deniers deuz par aucuns des diz receveurs dedens brief temps seront
prescrips. Voulans à ce pourveoir, afin d’en amender nostre dicte ville et forteresse, ausdiz supplians
avons donné et octroyé, donnons et octroyons de grâce especial, par ces présentes, puissance, auctorité,
congié et licence de eulx assembler toutes et quanteffois que mestier leur sera, pour faire et constituer
par manière de commune procureur ou procureurs, ung ou plusieurs, qui ait ou aient puissance de
demander, requérir et deffendre les biens et les droiz de nostre dicte ville de Nuys. Et iceulx procureurs
ou procureur voulons comparoir en tous jugemens et estre receuz en toutes présentations, ainsi et
semblablement comme seroient et sont receuz les procureurs ou procureur de noz dictes villes de Dijon
et de Beaune, jusques à nostre bon plaisir. Si donnons en mandement à nostre bailli de Dijon et à tous
noz autres justiciers et officiers de nostre dit duchié, que les dessus nommez supplians, de nostre
présente grâce et octroy, facent, seuffrent et laissent plainement et paisiblement joir et user, sans leur y
{323}donner ne souffrir estre fait ou donné aucun destourbier ou empeschement. Car ainsi nous plaist
qu’il soit fait, nonobstant ordonnances, mandemens ou deffenses à ce contraires. En tesmoing de ce
nous avons fait mectre nostre scel à ces présentes lettres. Donné en nostre ville de Aignay, le XIIe jour
de septembre l’an de grâce mil CCCC et vint.
Par Monseigneur le Duc, à vostre relacion.
T. BOUESSEAU.

Scellé du grand sceau en cire rouge (brisé) à double queue de parchemin pendante. Original:
Archives de la ville de Nuits, Priviléges et franchises de la Commune.
CLXXVI
VILLE DE NUITS
Lettres patentes de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, portant réorganisation de l’échevinage de la
ville de Nuits, et confirmation de ses droits de justice et de police.
1456 (10 août).
Phelippe, par la grâce de Dieu, duc de Bourgoingne, de Lothier, de Brabant, de Lembourg, conte
de Flandres, d’Artois, de Bourgoingne, palatin de Hainnau, de Hollande, de Zéllande et de Namur,
marquis du Saint-Empire, seigneur de Frise, de Salins et de Malines, à tous ceulx qui ces présentes
lettres verront, salut. Scavoir faisons, nous avoir reçeu l’humble supplication de noz bien amés les
eschevins, bourgeois, manans et habitans de nostre ville de Nuys, noz hommes justiciables sans moyen,
contenant que, comme de toute ancienneté ils ayent coustume de eslire, le jour de la Nativité Saint Jehan
Baptiste, six prudhommes d’entre hommes pour estre eschevins et avoir le gouvernement de la police
de la ditte ville; lesquels ainsi esleus font le serment de bien et loyalment gouverner le fait de nostre
dicte ville es mains de nostre bailly de Dijon ou son lieutenant audit Nuys; lequel serement ainsy fait,
iceulx eschevins ont pouvoir et puissance de faire toutes visitations sur tous mestiers et sur ceulx
vendans à poix et à mesure, en gros et en destail, ont aussy accoustumé de faire ordonnance et
commande de nettoyer et monder les immondices d’icelle ville, et autres ordonnances {324}et
commandemens touchant le fait de la police de la dite ville; touttefois qu’il est nécessaire et à peine
raisonnable et appartenante selon le dit cas. Ont aussy accoustumé à eslire et instituer chacun an
messiers et vigniers pour la garde des fruictz estant au finage et vignoble de nostre dite ville, lesquels
ainsi esleus ils reçoivent d’eulx le serment de bien et loyallement garder les biens et fruicts du dit finage,
et de faire leurs rapports de ceulx qu’ils trouveront mésusants à nostre prévost pour lever les amandes
sur les dits mésusants à nostre profit, ayant aussi accoustumé de toute ancienneté, comme dit est, de
pouvoir mettre en deffent et ban les vignes estant audit finage, et de icelles visitter, et après la visittacion
d’icelles faire mettre et asseoir les bans et jours de vendange, icelle selon les finages et leur bon plaisir,
préférant les mieux meurs aux autres, et se aucun après le dit ban se entremet de vendanger avant le
jour y mis et esleu, iceluy ainsy mesuant est amendable à nous de soixante sols d’amande que pour ce
levera nostre dit prévôt à nostre profit; ayant aussy de tout temps joui et usé de esganseliser et adjouter
poid et tous autres mesures, tant bled, vin, comme autres liqueurs, et aussy aucuns tant [tonneaux, fu]
tailles que autres choses, et se ils treuvent aucune mesure ou poid ou aucune fausse, ils les rompent et
appliquent au profit de nostre dite ville, et font rapport de ceulx sur qui ils ont treuvé les dites fausses
mesures à nostre dit prévost pour sur iceulx lever à nostre dit profit l’amande accoustumée. Néanmoins,
pour ce que les dits habitans supplians, en usant des choses dessus dites comme loisible leur estoit, est
si ont visitté les boulangers, thonneliers et autres, pour leur excèds et tromperie qu’ils faisoient en leurs
mestiers, et mesmement les dicts boulangers sur lesquels les dicts supplians ont accoustumé de donner
le pain qu’ils trouvent de mauvais alloy et de moindre poid pour Dieu, et de lever sur eulx l’amande de
20 sols et au dessous au profit de nostre dite ville, nostre procureur tient en procès les dits supplians
pardevant nostre dict bailly au siége du dit Nuys, et les veut contraindre à montrer lectres et priviléges
des dictes jouissances, laquelle chose ils ne pourroient faire, obstant ce que leurs priviléges à eulx par
nous et nos prédécesseurs autrefois donnés et octroyés ont esté gouvernés par divers gens et sont esté
mis en diverses mains, et est advenu que aucuns de ceulx qui les gardoient ont eu leurs maisons bruslées
et ont perdu tout le leur et les dictes chartes et priviléges, se comme dient iceulx supplians et nous
requérant bien humblement qu’il nous plaise, de notre grâce spécialle, attendu et considéré leur longue
jouissance et {325}que toutes les choses dessus dites concernent entièrement nostre honneur et le bien,
profit et augmentation de nostre dicte ville, leur octroyer, consentir et accorder nos lectres patentes par
lesquelles nous leur consentons et approuvons leur jouissance dessus dicte, déclarée tant au regard du
temps passé comme de temps avenir, et en outre qu’il nous plaise, de nostre spécialle grâce, leur donner
doresnavant toutes amendes qui escheront à cause des ordonnances et commandemens qui se feront
pour entretenir le bien publique de la dite police, pour icelle estre convertie au profit d’icelle nostre
ville, réservé à nous celle que nostre dit prévost à accoustumer de lever et avoir sur les dits habitans et
autres audit finage mésusant, et sur ce leur pourvoir de nostre grâce et convenable remède. Pour ce est
il que, nous, les choses dessus dites considérées, désirant et voulant icelle nostre ville de Nuys estre
gouvernée par la bonne police, au bien, entretenement et augmentation d’icelle, et mesmement veu par
les gens de nostre grand Conseil, certaines informations faictes par nostre ordonnance, par nostre bailly
de Dijon et aussy des gens de nostre Conseil et de noz Comptes à Dijon, et despuis les dicts gens de
nostre grand Conseil estant, nous, ausdicts eschevins, bourgeois, manans et habitans d’icelle nostre ville
de Nuys, supplians, avons octroyé, consenty et accordé, consentons et accordons de grâce spécialle, par
ces présentes lettres, les points et articles cy après déclarés, pour d’iceulx jouir et user doresnavant par
eulx tant qu’il nous plaira et jusque à nostre rappel.
Premièrement que iceulx bourgeois et habitans de nostre dicte ville de Nuys se pourront doresnavant
assembler le jour de la Nativité Saint Jehan Baptiste pour eslire entre eux le nombre de six eschevins,
lesquels auront en icelle année le gouvernement de la ditte ville et de la police d’icelle, laquelle eslection
ainsy faicte, iceulx bourgeois et habitans pourront présenter les dicts six eschevins ainsy par eulx esleus
à nostre bailly de Dijon qui sera lors ou à son lieutenant, pour recevoir d’eulx le serment à ce pertinent
accoustumé.
Item, que les dits eschevins auront puissance de eslire et instituer messiers et vigniers pour la garde
de leurs bleds, vignes et preys, lesquels ils seront tenus de présenter à nostre prévost du dit Nuys pour
recevoir d’eulx les serments à ce accoustumés de recevoir.
Item, en outre auront puissance de visiter les portes et murs de nostre dite ville, et aussy les ponts
d’icelle, pour faire réparer et mettre à point ce qui sera nécessaire, par le conseil et advis de nostre dit
bailly de Dijon ou son lieutenant audit Nuys.
Item, aussy auront pouvoir de mettre en ban et deffent leurs vignes, de eslire {326}prudhommes
pour icelle visitter en la manière accoustumée, et en faire leur rapport affin de assoir leurs bans pour les
faire vendanger, en prenant et demandant licence par eulx à nostre bailly ou son dit lieutenant, de faire
cris de par nous les dits bans et vendanges, sur la peine de l’amande sur ce accoustumée.
Item, auront puissance les dits eschevins de appellé avec eulx nostre dict prévost de Nuys, visitter
les tonneliers et vendeurs de paisseaux en la dite ville, et les boulangers et aussy tous marchands et
autres vendeurs à poix et à mesure, et de escandelizer icelles mesures et poix, tant de bled, vins, d’huille,
draps, toilles, que aultres, et celles qu’ils trouveront estre fausses, ils seront tenus de les rompre, et
seront les pièces appliquées au profit d’icelle ville, et semblablement aussy sera fait des tonneaux et
paisseaux qui seront trouvés estre faux et non de mesure, et aussy du pain qui sera trouvé de moindre
poid ou alloy.
Item, au surplus voulons et ordonnons que nostre dict prévost de Nuys présent et à venir, sera, quand
il en sera requis par les dicts eschevins, tenu de faire crier et publier de par nous, en icelle nostre ville
de Nuys, que chacun netoye ou fasse netoyer devant son hostel les immondices qui y seront jectées,
faire porter et mener hors de nostre dite ville, sur peine de l’amende qui sur ce sera ordonnée, réservé à
nous et nostre dict prévost les amandes sur toutes les choses dessus déclarées, excepté tant seulement
celle du pain qui est de vingt sols et au dessous, laquelle sera relevé au profit de nostre dicte ville de
Nuys, la congnoissance et admodiacion desquelles amandes voulons et déclarons appartenir à nostre
bailly de Dijon ou à son lieutenant à Nuys, excepté de celles du dit pain et aussy celles dont nostre dit
prévost a accoustumé de jouir et que d’elles mesmes sont adjugées. Si donnons en mandement à nostre
bailly de Dijon ou à son dit lieutenant, et à tous nos aultres justiciers, officiers, que se peut et pourra
toucher et regarder, et à chacun d’eulx en droit soy, sy comme à luy appartiendra, que de nostre présente
grâce et de tout le contenu en ces présentes, ils fassent les dits supplians plainement et paisiblement
jouir et user selon et par la manière que dit est, sans leur faire, mettre ou donner, ne souffrir estre mis
ou donné quelque molestation, destourbier ou empeschement au contraire. Car ainsy nous plaist il est
le voulant estre fait. En tesmoin de ce nous avons fait mettre nostre scel à ces présentes. Donné à Utrecht,
le Xe jour d’aost l’an de grâce mil quatre cens cinquante six.
Par Monseigneur le Duc, J. GROS.

Original: Archives de la ville de Nuits, Priviléges et franchises de la Commune.


{327}CLXXVII
VILLE DE NUITS
Confirmation des priviléges de la ville de Nuits, par le roi François Ier.
1521 (juin).
François, par la grâce de Dieu, roy de France, savoir faisons à tous présents et avenir, que, nous
inclinans à la supplication et requeste de noz chers et bien amez les bourgeoys, eschevins, manans et
habitans de la ville de Nuys, tous et chacuns les droiz, previlléges, usaiges, exempcions, franchises et
libertez par nos prédécesseurs à eulx octroyez, leur avons confirmez, louez, ratiffiez et approuvez, et
par la teneur de ces présentes, de nostre grâce especial, plaine puissance et auctorité royal, louons,
confirmons, ratiffions et approuvons, pour en joyr et user par les dictz supplians et leurs successeurs
tant et si avant que eulx et leurs prédécesseurs en ont par cy devant deuement et justement joy et usé, et
qu’ilz en joyssent et usent de présent. Si donnons en mandement, par ces dictes présentes, à noz amez
et féaulx conseilliers les gens tenans nostre court de Parlement, de noz Comptes à Dijon, bailly de Dijon,
gruyer de Bourgongne, et à tous noz autres justiciers et officiers, ou à leurs lieuxtenans présens et
advenir, et à chacun d’eulx si comme à luy appartiendra, que, de noz présens grâce, ratifficacion,
confirmacion et approbation, ilz facent, seuffrent et laissent les ditz supplians et leurs successeurs joyr
et user plainement et paisiblement, sans leur mectre ou donner, ne souffrir estre faict, mis ou donné
aucun trouble, destourbier ne empeschement au contraire; lequel si faict, mis ou donné leur avoit esté
ou estoit, ils le mectent ou facent mectre incontinent et sans délay à plaine délivrance. Car ainsy nous
plaist il estre fait. Et affin que ce soit chose ferme et estable à tousjours, nous avons faict mectre nostre
scel à ces dictes présentes, sauf en autres choses nostre droit et l’autruy en toutes. Donné à Dijon, ou
mois de juing l’an de grâce mil cinq cens vingt et ung, et de nostre règne le septiesme.
Par le Roy, à la relacion du Conseil.
DESLANDES.

Original: Archives de la ville de Nuits, Priviléges et franchises de la commune.


{329}CLXXVIII
VILLE DE CHATILLON
Charte de commune octroyée aux hommes de Chaumont de Châtillon-sur-Seinc, par Eudes III, duc de
Bourgogne.
1213 (août).
In nomine sancte et individue Trinitatis, amen. Odo dux Burgundie universis presentibus et futuris
presentem paginam inspecturis rei geste noticiam.
1. Noverit universitas vestra quod donavi et concessi hominibus meis qui manent vel qui manentes
erunt in vico meo qui dicitur Chamons apud Castellionem super Secanam hujusmodi libertatem, quod
dictior vel potencior qui mansionem habet vel habebit in vico illo immunis erit ab omni tallia et
exactione pro vingenti solidis Divionensibus, reddendis singulis annis in festo Sancti Remigii.
{330}2. Inferiores vero et minus potentes dabunt ad considerationem quatuor proborum hominum
qui a communitate manentium in Chamont eligentur.
3. Illi autem quatuor ordinabunt, omnia que ordinanda erunt inter homines manentes apud Chamont
et clamores audient, et discordias pacificabunt et causas terminabunt.
4. Forisfacta autem mea et emende ad usus et consuetudines castri mei de Talant per manus quatuor
electorum.
5. Prepositus vero Castellionis nichil juris vel potestatis in eis habebit nisi redditus meos ibi de
mandato meo forte recipiat, et hoc fiet ad considerationem quatuor electorum.
6. Ego autem Odo dux Burgundie hanc libertatem me servaturum in perpetuum bona fide promito
et garantire teneor. Quod ut ratum habeatur et inconcussum, presentem paginam litteris presentibus
annotatam sigilli mei munimine feci roborari. Actum apud Talant opidum meum anno gratie M° CC°
tercio decimo, mense augusto, per manum Ulrici, cappellani mei, existentibus in curia mea domino
Gauchero de Castellione, senescalo meo, et Poncio de Froleis, conestabulario meo, et Gervasio
Chauchardo, cambellano meo.

Original: Archives de la ville de Châtillon, Priviléges et franchises de la commune.


{329}CLXXVIII bis
VILLE DE CHATILLON
Charte de commune octroyée aux hommes de Chaumont de Châtillon-sur-Seinc, par Eudes III, duc de
Bourgogne.
1213 (août).
Ou nom dou Père, et dou Fils, et dou Saint Esprist, amen. Gie Odes, dux de Burgoigne, à toz ces
qui sunt et qui saront, et qui verront ces présentes letres, et cognoissance de ceste chose.
1. Vous aiez cogneu que je hay doné et otroyé à mes homes qui sunt et qui serunt en ma rue de
Chaumont, à Chastillon sus Soigne, tel franchise, que li plus riches ou li plus poissens, qui demore ou
qui demorra en cele rue sara quittes de tote taille et de tote exaction por XX sols de la monée de Digenois,
à rendre chascun an à la feste Saint Reme.
{330}2. Et li plus povre, et cil qui ont moins de povoir, devront à la tauxation de quatre proudomes,
qui seront esleu de la communauté de Chaumunt.
3. Et cil quatre ordineront totes les choses qui saront à ordiner entre les hommes demoiranz à
Chaumunt, et orront les claintes, et apaiseront les descors, et termineront les causes.
4. Tui forfait, et mes amandes saront levé par la main de quatre proudomes, aus us et aus costumes
de Talant.
5. Li prevoz de Chastillon n’aura droit ne pooir an aus, se il ne reçoit mes rantes an Chaumunt, par
mon commandement. Et ce sara fait à la considération des quatre proudomes esleus.
6. Et je devanz diz Odes, dux de Bergoigne, promet am bone foi, et suis tenuz de garantir à touz
iorsmais la dite franchisse. Et porce que ce soit ferme chose et estauble, j’ay mis mon scial en ces letres.
Ce fut doné à Talant, mon chastial, en l’an de grâce M CC et XIII, ou mois d’aost, par la main Vurri, mon
chapelain, pardevant Gauchier de Chastillon, mon seneschaut, et Poinçot de Froulois, mon mareschaut,
et Gervaise Chauchar, mon chambalant.

Archives de la Côte-d’Or. Chambre des Comptes de Dijon. Grand Cartulaire B10423, folio 126, v°.
— Imprimé dans Pérard, p. 300, et dans l’Histoire de Châtillon-sur-Seine, par Gustave Lapérouse,
p. 254.
{331}CLXXIX
VILLE DE CHATILLON
Transaction entre Gauthier de Bourgogne, évêque de Langres, et le duc Hugues III, son neveu, touchant
les droits qu’ils ont l’un et l’autre en la ville de Châtillon.
1178.
Ego [Hugo] dux Burgundie, tam futuris quam presentibus, notum facio conventionem quam ego et
venerabilis dominus patruus meus Galtierus, Dei gratia Lingonensis episcopus pro bono pacis
conservando et totius litis occasione resecanda inter nos et officiales nostros in invicem contraximus,
nec non inter successores nostros perpetuo tenendam firmavimus.
Concessimus siquidem alter alteri quod si qui homines Castellionem venerint, infra ambitum
duarum portarum de Chaumonte mansuri, ibi solummodo mei erunt, dum non sint de dominio ecclesie
Lingonensis aut de casamento episcopi, de Barro super Sequanam aut ejus castellanie.
Et isti quidem de dominio Lingonensis ecclesie aut de dicto casamento episcopi, si Castellionem
venerint mansuri, sive super episcopum sive super me, solius episcopi erunt. Alii omnes qui Castellione
retinebuntur mansuri in quacunque parte terre Castellionis extra ambitum duarum portarum de
Chaumonte, cujuscumque sit terra, episcopi, sive mea, omnes erunt episcopo et mihi communes et
tenementum commune, exceptis illis qui de tribus abbatiis venerint, Flavigniaci, Pultheriarum et
Dervensi monasterii, qui omnes sunt mei.
Si vero eos qui communes facti episcopo et mihi, ab hoc tempore retro abire contigerit, fundus terre
remanebit in dominio ejus cujus primo fuit; homines vero hujus communionis utriuslibet, qui mulieres
duxerint, licite eas habebunt nec domini eas sequentur, sed potius erunt communes dominis, et eorum
liberi, sicut et viri earum.
Ut autem nulla sit inter posteros dubitatio quo tempore principium habuerit hec communio, certum
sit quod anno ab Incarnatione Domini M C LXXVIII. Actum est hoc Castellione, mense decembri, sub
testimonio Gerardi de Reon, {332}nobilis viri Guillelmi de Orgeolo, Viardi Moralin, Simonis de
Brecons, Bartholomei Coquille. Manasse decani Lingonensis, P. decani Barri, Hervei capellani mei, H.
decani Castellionis, Roini prepositi Castellionis, Parisii, Petri Riffi, Petri Scambitoris, Hugonis de
Villario. Quod ut ratum sit et stabile, mei et episcopi sigilli attestatione presentem paginam
confirmandam duxi et muniendam.

Cartulaire de l’évêché de Langres. — Imprimé dans l’Histoire de Bourgogne, par dom Plancher, I,
preuves, n° LXXXXIII.
CLXXX
VILLE DE CHATILLON
Transaction conclue, en présence de Manassès, évêque de Langres, entre Hugues III, duc de Bourgogne,
et l’abbaye Notre-Dame, au sujet de leurs droits respectifs à Châtillon.
1182.
Ego Hugo dux Burgundie, notum fieri volo tam futuris quam presentibus, talem consuetudinem
esse recognitam a ministris meis, in presentia domini Manasse Lingonensis episcopi, et mea, inter
Castellionensem ecclesiam et duces Burgundie. Quod si Dux Hierosolymam adeat, vel filiam suam
maritet, vel captus sit et redemptus, vel terram emat unde universa terra sua agravetur, ipse ab abbate
ecclesie beate Marie de Castellione auxilium debet petere, aut per se, aut per honestas personas: Et si
forte abbas et canonici in auxilium denegaverint, trecentis solidis tantummodo terram ecclesie agravare
poterit.
Preterea innotescat, quod in villa que Poissons dicitur, Dux nec edictum, nec aliquam exactionem
nec jus aliquod habet, sed tamen ad eum pertinet pro Dei amore eam custodire.
Item, si minister Ducis, homines canonicorum de Castellione, de Villeta, et de Bunceyo, edicto
submoneat, sive ad exercitum, sive ad expeditionem, {333}sive ad obsidionem, personam Ducis in
proprio negotio sequentur, non prepositorum, sive aliorum ministrorum personas. Si autem hoc facere
contempserint, forefactum uniuscujusque prefatum edictum contempnentis, usque ad sexaginta quinque
solidos sive aliorum gravamine assignabitur.
Item, si aliquis hominum predictorum canonicorum qui apud Castellionem manserit, in furto, in
adulterio, in rixa, sive in falsum mansurando deprehensus fuerit, prepositus Ducis, et maior episcopi,
sine ulla acclamatione facta, ad abbatem vel ejus prepositum eum adjudicabunt. Si autem juratus
perpetratione reus apprehensus non fuerit, ab abbate sive ab ejus preposito ad jus stare compelletur,
facta proclamatione a maiore episcopi et Ducis preposito. Si vero accusator accusatum in objectis
convincere non poterit, immunis accusatus abscedat; accusator autem super hiis abbati vel ejus ministro
satisfaciat.
Ministri vero qui sunt ecclesie, et ab eadem ecclesia panem et vinum recipiunt, ab omni exactione
et exercitu, velut ministri Ducis, liberi et quieti permanebunt.
Recognitum est etiam a ducibus Burgundie, canonicis prefate ecclesie concessum esse, quod
quocumque modo aliquid de casamentis eorum ecclesia acquisierit, libere possidebit, sub Ducis tamen
tuitione et custodia.
Item, prefata ecclesia, quemlibet hominem Ducis ibi se reddere volentem sine ulla calumpnia Ducis
retinebit.
Recognitum est etiam a ducibus Burgundie, canonicis prefate ecclesie concessum esse usuarium
omnibus animalibus eorum, in universis pasturis potestatis Castellionis, sine dampni illatione. Si vero
animalia ipsorum quacumque occasione dampnum fecerint, omni lege et exactione exclusa, canonici
dampnum tantummodo restituent.
Item, si fur in Villeta captus fuerit, ministri abbatis, prout eis placuerit, eum tractabunt, nudum
tamen ministris Ducis extra villam reddere debebunt.
In eadem villa, Dux, neque pargyas, neque jus hospitalitatis debet, sed illud juris pargye quod in
terra Francorum habuerat cum Hierosolymam peteret, predicte ecclesie in perpetuum acquittavit. Hec
omnia et quecumque ubicumque sepedicta ecclesia possidet, sunt in custodia et tuitione ducis
Burgundie. Ut autem hec rata et inconcussa permaneant, sigillo domini Manasse episcopi Lingonensis,
in cujus presentia ista sacramenta a ministris meis recognita sunt, {334}et nostro roboravimus. Hujus
rei testes Lambertus et quidam alii. Acta sunt hoc anno Domini millesimo centesimo octuagesimo
secundo.
Vidimus donné au XIIIe siècle, sous le scel de l’abbé de Notre-Dame de Châtillon. Archives de la
Côte-d’Or. Chambre des comptes de Dijon, B991. Châtellenie de Châtillon. — Imprimé dans Pérard,
p. 300.
CLXXXI
VILLE DE CHATILLON
Convention de Manassès, évêque de Langres, avec Hugues III, duc de Bourgogne, au sujet de leurs
droits réciproques sur les enfants nés des formariages entre leurs hommes de Châtillon.
1188.
Hugo, dux Burgundie et Albonis comes. Noverint tam presentes quam futuri Manassem, episcopum
Lingonensem, et me in hoc convenisse et inter nos ordinasse, quod ego nichil possim capere in homine
episcopi Lingonensis manente Castellioni, vel in castellaria propter mulierem meam, dum liberi
manebunt cum patre existentes de manu pastu et familia patris. Ipse episcopus similiter nichil potest
capere in homine meo propter mulierem suam, dum liberi manebunt cum patre existentes de manu pastu
et familia patris. Actum est hoc anno Incarnationi Verbi M C LXXXVIII.

Cartulaire de l’évêché de Langres. — Imprimé dans Dom Plancher, Histoire de Bourgogne, I,


preuves, n° CXII.
CLXXXII
VILLE DE CHATILLON
Charte de communauté entre les hommes et les femmes de Châtillon, appartenant à l’évêque de Langres
et à l’abbaye Notre-Dame.
1190.
Ego Petrus, Dei providentia Sancti Benigni Dyvionensis abbas et domini Lingonensis episcopi
vicarius, notum facio presentibus et futuris quod cum episcopus Lingonensis et ecclesia Castellionis
homines et feminas in eadem vicinia haberent et uterque dominus episcopus scilicet Lingonensis et
abbas Castellionis {335}hominibus suis prohiberet ne aliquis eorum uxorem nisi sui domini duceret, et
ita non minimum anime sue periculum uterque dominus incurreret. Ego, periculi hujus causam extirpare
cupiens, consilio Petri majoris Castellionis aliorum que prudentium et fidelium virorum fretus, de
omnibus hominibus et feminis episcopi Lingonis et ecclesie Castellionis cum domino Gyraudo, tunc
Castellionis abbate, communitatem feci. Hac sane conditione quod pueri ex hiis nati hereditatem
parentum suorum dividant, a quocumque dominio procedet hereditas. Ut autem hec conventio
communitatis rata et inconvulsa permaneat, hec omnia scripto commendari et sigilli mei impressione
feci muniri. Hujus rei testes sunt frater Ranerius et quidam alius. Acta sunt hec eo tempore quod
dominus Manasses Lingonensis episcopus ivit Jhersolymam, cum Philippo Strenuo, rege Francorum,
anno Incarnati Verbi M° C° nonagesimo.

Archives de la Côte-d’Or. Fonds de l’abbaye Notre-Dame de Châtillon. Cartulaire, f° 18.


CLXXXIII
VILLE DE CHATILLON
Charte de communauté des hommes et des femmes de Châtillon, appartenant au Duc et à l’abbaye
Notre-Dame.
1190.
Ego Odo, ducis Burgundie filius, et ego Gyraudus, Dei gratia Castellionis abbas, presentibus et
futuris notum facimus quod pariter de hominibus et feminabus nostris de Castellione et de castellaria
communitatem fecimus, conditione tali quod si homo abbatis feminam ducis in uxorem duxerit, nullam
potestatem habebit Dux capiendi talliam in eis nec in pueris ipsorum, donec ad talem etatem devenerint
quod a patre vel a matre debeant separari. Similiter si homo Ducis feminam abbatis in uxorem duxerit,
nullam potestatem habebit abbas capiendi in eis talliam nec in pueris ipsorum, donec ad talem etatem
devenerint quod a patre vel a matre debeant separari. Hujus rei testes sunt Anselmus miles et quidam
alii. Actum est hoc anno Incarnati Verbi M° C° nonagesimo.

Archives de la Côte-d’Or. Fonds de l’abbaye Notre-Dame de Châtillon. Cartulaire, f° 18.


{336}CLXXXIV
VILLE DE CHATILLON
Confirmation de la charte précédente, par Eudes III, duc de Bourgogne.
1196.
Ego Odo, dux Burgundie, et ego Gyraudus, Dei gratia Castellionis abbas. (Le reste comme dans la
charte précédente, jusqu’à la fin de la phrase: debeant separari.)
Hanc eamdem communitatem fecimus inter me et abbatem Castellionis eo tempore quod pater meus
erat Jherosolimis, anno scilicet ab Incarnatione Domini M° C° nonagesimo.
Quam eciam ratam concedo et stabilem. Hujus rei testes sunt Olricus, capellanus meus, et quidam
alii. Actum est hoc anno Incarnati Verbi Dei M° C° nonagesimo sexto.

Archives de la Côte-d’Or. Fonds de l’abbaye Notre-Dame de Châtillon. Cartulaire, f° 18.


CLXXXV
VILLE DE CHATILLON
Accord entre Eudes III, duc de Bourgogne, et Robert de Châtillon, évêque de Langres, au sujet de leurs
droits respectifs à Châtillon.
1206.
Ego Odo dux Burgundie, notum facio omnibus tam presentibus quam futuris, quod custumie
Castellionis taliter sunt, inter me et episcopum Lingonensem; videlicet:
1. Si aliquis, cujuscumque dominationis, homo aliquod magnum forefactum fecerit ad
considerationem domini Lingonensis episcopi, et domini ducis Burgundie, deducitur et tractatur.
2. Omnia namque magna forefacta communiter ad dominum episcopum et ad me spectant, sicuti
multra, homicidia, furta, adulteria, violenti concubitus {337}feminarum, false mensure, edicti
communis contemptus et fractio, casus in bello campestri, et in judiciis deprehensio.
3. Justicia autem aliorum hominum est inter me et episcopum Lingonensem, nec prepositus
Castellionis potest taxare forefactum sine villico ejusdem ville, nec villicus sine preposito.
4. Si vero aliquis homo captus habeatur pro aliquo forefacto quod commune sit, prepositus non
potest illum hominem liberare sine villico, nec villicus sine preposito, nec in eo justiciam exercere.
5. Licet preposito justiciam exercere in homines Ducis sine villico, et villico libere in homines
episcopi, sine preposito. Si homines episcopi aliquod fecerint forefactum, prepositus non potest manum
ponere in ipsos, nisi per clamorem villici, nec villicus in homines meos, nisi per clamorem prepositi.
6. Medietas vante Castellionis est episcopi, altera medietas est mea. Similiter medietas omnium
magnorum forefactorum est episcopi, altera medietas est mea.
7. Omnes curvate Castellionis sunt episcopi. Quicumque vero habet aratrum apud Castellionem,
etiamsi haberem, debet episcopo curvatam.
8. Omnes illi qui in mansis episcopi qui debent caponem, manent vel manere voluerint, debent
semel in anno episcopo placitum generale.
9. Episcopus quolibet anno tres habet bannos infra Castellionem, quorum quilibet durat tantum per
tres septimanas: ego vero duos, quorum uterque durat tantum per quindecin dies et minima forefacta
bannorum, tam episcopi quam mei, omnia communia sunt episcopo et michi. Clerici, milites sergenti
qui panem capiunt, in curiis apud Castellionem non congentur tenere illud bannum. Cuilibet etiam
integrum modium vini vel amplius per hec edicta vendere vel emere non negatur.
10. Ego non possum elevare novas costumias ad Castellionem, vel infra banni leugam Castellionis,
sine episcopo, nec episcopus sine me.
11. Super illas costumias, quas predecessores nostri habuerunt, Hugo antecessor meus non potuit
firmare Castellionem sine assensu Lingonensis episcopi. Unum pactum est inter ipsos, quod quoniam
dux Burgundie debet accipere feodum Castellionis ab episcopo, jurare tenetur et assecurare, et facere
milites et servientes suos de Castellione jurare, quod manum non ponent in rebus quas {338}habeat
episcopus infra Castellionem et in appenditiis Castellionis, nec in hominum suorum corpora,
qualiscumque inter ipsos oriatur discordia.
12. Statutum est etiam, quod ego nichil possum capere in homine episcopi Lingonensis, manente
Castellione vel in castellaria, preter mulierem meam, dum pueri manebunt cum patre, existentes de
manu, pastu, et familia patris. Ipse episcopus similiter nichil potest capere in homine meo, preter
mulierem suam, dum pueri manebunt cum patre, existentes de manu, pastu, et familia patris.
13. Preterea si qui homines manserint infra ambitum duarum portarum de Chaumonte, si nullam in
alia parte ville remanentiam habuerint, ibi solummodo mei erunt, dum non sint homines proprii
episcopi, aut de casamentis sitis de Barro supra Secanam, de Chaceniaco et de castellaria ejus. Et isti
quidem, si Castellione venerint mansuri sive super episcopum, sive super me, solius episcopi erunt. Alii
omnes qui Castellione retinebuntur mansuri, in quacumque parte Castellionis terre extra ambitum
duarum portarum de Chamonte cujuscumque sit, episcopi sive mea, omnes erunt episcopo et michi
communes, et tenementum commune; exceptis illis qui de tribus abbatiis venerint, Flavigniensis,
Dervensis monasterii, Pultariarum: qui omnes sunt mei. Si vero eos qui communis facti sunt episcopo
et michi, retroabire contingerit, fondus terre remanebit in dominio ejus cujus prius sint. Homines vero
hujus communionis utriuslibet mulieres duxerint, licite eas habebunt, nec Dux, nec episcopus eas
sequatur, sed potius communes erunt Duci et episcopo, et earum liberi, sicut et viri earum.
14. Medietas terre illius que extra fossaria est, de Chamonte usque ad viam que est ante domum
leprosorum que vadit ad Ampillicum, est episcopi, et de censu et justicia: a via vero illa usque ad
stagnum de Marmont, et quantum finagium de Marmont durat in terra et in nemore, tertiam partem
habet episcopus.
15. Ego teneo de episcopo, quicquid ad Castellionem habeo et in castellaria, et omnia feoda
Castellionis, que milites tenent de me, et pro istis feodis sum homo ligius, post Regem, domini
Lingonensis episcopi.
16. Si discordia oriatur inter me et episcopum, de negotiis Castellionis, que veniat ad causam, ego,
sive episcopus, vel nostri vicarii, pro causis agendis debemus convenire ad Perron de Maul Consoil, vel
in claustro canonicorum, et {339}ego vel meus vicarius, medietatem militum meorum de casatis, qui
pertinent ad Castellionem, ad consulendum episcopo tenemur impartiri; qui ipsum episcopum, tanquam
si essent sui homines, adjuvare in illa causa, et eidem fideliter sine offensa Ducis tenentur consulere. Si
vero causa durat usque ad judicium, judicium est episcopi, et illud in domo sua de Castellione, si ei
placuerit, poterit tractare.
17. Episcopus etiam, movens guerram adversus alium quam adversus me, potest guerrare de Burgo
et de Castro, sicut et ego, et teneor adjuvare eumdem episcopum de feodo suo, bona fide, tanquam
dominum meum Lingonensem, post Regem. Vinctos etiam suos, quos vulgo prisios vocant, potest
episcopus, vel ejus vicarius, mittere in turre Castellionis, quandocumque voluerit, sed homines mei illos
custodient bona fide tanquam meos.
18. Custodes etiam portarum de castro Castellionis, debent facere episcopo fidelitatem.
19. Preterea liberi homines utriusque domini tutele submissi, ad nullam tenentur exire
expeditionem, vel etiam equitaturam, nisi edicti clamatio ex parte domini precedat utriusque. Immunes
debent esse ab omni taillia et exactione. Commendisias suas tenentur persolvere, et amborum
succumbere justicie dominorum.
20. Homines vero canonicorum et militum, parere tenentur edicto communiter exclamato, cujus
transgressionis satisfactio dominum spectat ad utrumque; et si dictorum canonicorum vel militum
hominem quencumque, episcopi seu Ducis satellitum aliquis in mellea deprehendat, coram preposito
vel majore tenetur accedere ad justiciam exequendam; sed nisi sit in mellea, capiatur. Nemo manum
ponere in illum debet ulterius. Sed ad dominum illius, vim vel injuriam passus tenetur accedere, et de
adversario suo jus vel justiciam postulare.
21. Milites Castellionis sunt homines Ducis, et Dux est homo domini Lingonensis.
22. Spargicia Castellionis communis est duobus dominis. Similiter et pastura, de qua episcopi
habent unum obolum pro una quaque bidente, in uno anno: sed nichil accipiunt in alio subsequenti.
Custodes segetum, custodes omnium, non nisi per eorum vel sergentorum suorum licentiam
custodiuntur; {340}hoc excepto, quod cuilibet absque dominorum licentia propriis ovibus apponere
custodiam permittitur, et alienis prohibetur.
23. Preterea, tam dominus Lingonensis quam dominus Dux, apud Castellionem venientes, si rebus
venalibus ville credenciam querant, non debent cogi nisi super eorum vadia venditores accedere illis,
sed eorum vadia tenentur accipere, et ea per annum et diem reservare, sic et casatorum vadia in rebus
venalibus et apertis tenentur accipi, et per spatium septem noctium custodiri.
24. Si quis autem iratus domino suo, villam fugiat aut relinquat, casatorum ville cuilibet licet eum
reducere, et coram domino suo salvo conducere: et si tunc eum domino suo concordare nequeat,
recedentem illum licite potest usque ad locum conducere salvum per iter et securum.
25. Alienigena quisquam, si in villa manere veniat, nulli domino, donec ipse voluerit, compellitur
famulare, et si forefactum incurrat aliquod, amborum tenetur exequi justiciam dominorum, donec alicui
domino se commendet; nec eidem liberum ville forum conceditur, donec per annum et diem in illa
fecerit mantionem: et si tunc demum velit forum requirere, et annalia ville ritus executus fuerit, sibi
ville forum conceditur, in hunc modum, quod preposito sextarium vini, et Majori sextarium, et duobus
ville vantariis, pro rei laudatione et concessione, duos denarios, tenetur exhibere. Duobus etiam
dominis, pro rei recognitione, die festo Sancti Martini debet unum solvere denarium annuatim. Hec
autem fori libertas semel acquisita, licite potest in perpetuum heredibus erogari.
26. Quilibet homo panem faciens ad vendendum apud Castellionem, duobus debet dominis
annuatim decem et octo denarios, ad festum Sancti Remigii reddendos. Nemo libera venalia apud
Castellionem facere potest, nisi de licentia dominorum.
27. Preterea statutum est, quod nulle alie monete currant apud Castellionem, preterquam
Divionensem et Lingonensem, ad scambitum, secundum valorem corum.
Que omnia, ut rata habeantur et inconcussa, presentem cartam sigilli mei munimine roboravi.
Actum anno gratie millesimo ducentesimo sexto.

Archives de la Côte-d’Or, B10423. Grand cartulaire de la Chambre des comptes, folio 117, verso.
Vidimus donné en mai 1267, sous les sceaux de Guillaume de Grancey et de Girard, prieur de Saint-
Jumeaux de Langres. Communes. — Imprimé: dans Pérard, page 297; dans l’Histoire de Bourgogne,
de D. Plancher, I, preuves, n° CLVIII.
{341}CLXXXVI
VILLE DE CHATILLON
Charte du duc Eudes III, par laquelle il se soumet au jugement de la justice de l’évêque de Langres sur
l’établissement qu’il a fait d’une commune à Châtillon.
1207 (octobre).
Ego Odo, dux Burgundie, notum facio omnibus presentes litteras inspecturis quod cum venerabilis
pater dominus meus Robertus, Lingonensis episcopus, quereretur super communia a me nuper apud
Castellionem facta et excommunicationi suposuisset omnes illos qui de communia illa erant, asserens
quod in ejus prejudicium et contra ipsum facta erat: tandem ei spontaneus obtuli et garantavi, quod si
latam ab eo sententiam relaxaret, ego super hoc in ejus curia starem juri spontanea voluntate, promittens
et quod ab ejus curia ad nullam aliam curiam recurrerem, nec appellarem, imo libenter totam illam
communiam defaciam, si jus de sua curia dictaverit quod fieri debeat et tolli. Permisi etiam eidem quod
sententiam ipsam recudat tam apud Castellionem quam per totam aliam terram meam que posita est in
Lingonensi diocesi, si me contigerit in aliquo deficere de premissis. In cujus rei testimonium, presentes
litteras sigilli mei munimine roboravi. Actum anno gratie M CC VII, mense octobri.

Cartulaire de l’évêché de Langres. — Imprimé dans l’Histoire de Bourgogne, de Dom Plancher, I,


preuves, n° CLX.
CLXXXVII
VILLE DE CHATILLON
Abandon fait par le duc Eudes III des hommes de l’évêque de Langres qu’il avait fait emprisonner pour
crime de meurtre au château de Châtillon, au mépris des droits de justice du prélat.
1209 (mars).
Item, s’ensuit la copie d’une chartre contenant que Eudes, jadis duc de Bourgongne, fais savoir à
tous que, comme son prevost et ses sergens de Chastillon eussent emprisonnez les hommes de
Monseigneur de Langres ou chastel dudit Chastillon qu’il tient d’icellui Monseigneur de Langres, pour
ce que l’on imputoit {342}ausdiz hommes avoir commis et perpetré homicide; et pour ce que iceulx
hommes ne yssussent du chastel, il les avoit fait garder; mais pour ce que l’église dudit Langres
n’encourroit en ce aucun détriment de liberté. Il recognoist et tesmoigne par icelles chartres que ces
choses furent faites sans son consentement et à son desceu, et que sur ce fut faite injure audit
Monseigneur de Langres. Pour ce ledit Monseigneur de Langres les requist et ne furent point délivrés,
mais leur furent fermées les portes du chastel. Et furent ces choses faites en l’an de grâce mil deux cens
et neuf, ou mois de mars.

Archives de la Côte-d’Or. Chambre des comptes de Dijon. Châtellenie de Châtillon. Extrait du


terrier de Châtillon, 1430, B989, f° 145, verso.
CLXXXVIII
VILLE DE CHATILLON
Confirmation de la charte de franchise de Chaumont, par Alix de Vergy, duchesse de Bourgogne.
1218 (février).
In nomine sancte et individue Trinitatis, amen. Alaydis ducissa Burgundie, universis presentibus et
futuris... (Le reste identique à la charte n° CLXXVIII.)
Ego autem Alaydis, ducissa Burgundie, hanc libertatem me servaturam in perpetuum bona fide
promitto et garantire teneor. Quod ut ratum habeatur et inconcussum presentem paginam litteris
presentibus annotatam sigilli mei munimine feci roborari. Actum apud Villerum anno gracie M° CC°
octavo decimo tertio, idus februarii.

Original: Archives de la ville de Châtillon, Priviléges et franchises de la Commune.


CLXXXIX
VILLE DE CHATILLON
Confirmation du traité de 1206, par Hugues IV, duc de Bourgogne.
1229 (janvier).
Ego Hugo, dux Burgundie, notum facio universis presentes litteras inspecturis, quod ego volo et
concedo, quod carta, quam bone memorie Odo pater meus {343}fecit, de interressis episcopi
Lingonensis et ducis Burgundie distinguendo apud Castellionem et in pertinentiis, stabilita sit et firma,
et in bono valore suo in quo prius confecta fuerit, permaneat: ita quod nulla prescriptio, nullus usus,
contra cartam michi vel meis valeat; quin semper episcopus Lingonensis ad jus suum venire possit,
secundum tenorem carte, vel alio modo quo debuerit. Quod ut ratum permaneat, presentem cartam feci
sigilli mei munimine roborari. Actum anno Domini M CC XXIX, mense januario.

Archives de la Côte-d’Or, B10423. Grand cartulaire de la Chambre des comptes, f° 117, verso. —
Vidimus donné en mai 1267, sous les sceaux de Guillaume de Grancey et de Girard, prieur des Saints
Jumeaux de Langres. — Imprimé: dans Pérard, p. 299; Dom Plancher, Histoire de Bourgogne, I,
preuves, n° CLXXXII.
CXC
VILLE DE CHATILLON
Déclaration de Robert d’Auvergne, archevêque de Lyon, au sujet de l’arbitrage qu’il a accepté pour
juger le différend entre Robert de Torote, évêque de Langres, et Hugues IV, duc de Bourgogne.
1233 (8 mai).
Robertus Dei gratia prime Lugdunensis ecclesie archiepiscopus. Omnibus presentes litteras
inspecturis salutem in Domino. Noveritis quod cum inter venerabilem fratrem Robertus, episcopum
Lingonensem ex una parte, et nobilem virum Hugonem, ducem Burgundie, nepotem nostrum ex altera,
discordia verteretur super hoc videlicet, quod idem episcopus dicebat eundem ducem bona ecclesie
Sancti Stephani Divionensis saisivisse, et super eo quod petebat a Duce et a casatis de Castellione
juramentum fieri et assecurationem rerum ipsius episcopi in castellaria de Castellione, prout in carta
patris ipsius Ducis dicitur contineri, et etiam super eo quod communiam Castellioni dicebat episcopus
factam in prejudicium suum et ecclesie Lingonensis. Tandem in nos concorditer compromiserunt et
arbitrium nostrum servare firmiter promiserunt et in hoc specialiter convenerunt, quod hac die veneris
proxima in crastino instantis Ascensionis Domini dictum nostrum dicemus: et si forte, quod absit,
eadem die non dixerimus dictum nostrum, ex tunc factum seu negotium memoratum ipso jure revertetur
ad statum in quo erat ante compromissum. In cujus rei testimonium presentes litteras {344}sigilli nostri
fecimus appensione muniri. Actum die dominica proxima ante Ascensionem Domini M CC XXXIII.

Cartulaire de l’évêché de Langres. — Imprimé dans Dom Plancher, Histoire de Bourgogne, II,
preuves, n° XXII.
CXCI
VILLE DE CHATILLON
Sentence de l’archevêque de Lyon, qui règle le différend de Robert, évêque de Langres, et du duc
Hugues IV, au sujet d’une érection de commune à Châtillon, tentée par ce dernier.
1233 (mai).
R[obertus] Dei gratie prime Lugdunensis ecclesie archiepiscopus, universis presentes litteras
inspecturis. Noveritis quod cum inter venerabilem fratrem nostrum R[obertum], episcopum
Lingonensem, ex una parte et nobilem virum H[ugonem], ducem Burgundie, nepotem nostrum ex altera,
discordia verteretur super hoc, videlicet quod idem episcopus petebat ab eodem duce sibi fieri
juramentum, prout in carta de Castellione communi inter eos continebatur, et super eo quod
conquerebatur eundem ducem bona ecclesie Sancti Stephani Divionensis abstulisse, et super hoc etiam
quod dicebat ducem communiam fecisse apud Castellionem in suum et Lingonensis ecclesie
prejudicium et gravamen. Tandem super hiis tribus articulis in nos compromiserunt, promittentes nichil
omnibus sub pena ducentarum marcharum se firmiter observaturos quicquid super hiis pace vel judicio
diceremus. Nos vero diximus et pronunciavimus quod Dux debeat eidem facere juramentum prout
continebatur in carta, quod quidem fecit coram nobis. Super bonis ecclesie Sancti Stephani Divionensis;
que dicebatur idem Dux abstulisse, respondit Dux quod faceret abbatem ejusdem ecclesie super hoc
teneri pro grato, quod et gratum habuit episcopus memoratus. De communia diximus eidem Duci sub
juramento quod fecerat et in fidelitate quam debebat episcopo, quod non teneret communiam, si sciret
se non habere jus in tenendo: et eidem episcopo similiter diximus in fidelitate quam debebat Duci,
tanquam fideli suo, ne eam peteret amoveri, si sciret quod Dux eam posset de jure tenere. Quibus in
partem..... Super hoc consilium habuerunt; ad quod ita Dux respondit, quod crederet eam se posse
tenere, volens tamen pacem et concordiani episcopi retinere, dictam communiam, sive juste sive injuste
posita esset, amovebat {345}et faciebat penitus amoveri. In cujus rei testimonium presentes litteras
sigilli nostri fecimus appensione muniri. Actum anno Domini M CC XXXIII, mense maio.

Cartulaire de l’évêché de Langres. — Imprimé dans l’Histoire de Bourgogne, par Dom Plancher,
II, preuves, n° XXIII.
CXCII
VILLE DE CHATILLON
Lettre du duc Hugues IV, portant abolition de la commune qu’il avait établie à Châtillon, sans la
participation de l’évêque de Langres.
1233 (11 mai).
Hugo, dux Burgundie, universis presentes litteras inspecturis salutem in Domino. Noveritis quod
cum discordia inter nos verteretur ex una parte venerabilem patrem et dominum Robertum episcopum
Lingonensem ex altera, maxime super communia quam feceramus apud Castellionem, quam
conquerebatur in suum prejudicium factam esse. Tandem super hoc compromisimus in venerabilem
patrem Dominum et avunculum nostrum R(obertum) archiespiscopum Lugdunensem, promittentes sub
pena ducentarum marcarum nos observaturos firmiter quicquid super hoc pace vel judicio diffiniret; a
quo cum requisiti essemus in fidelitate et sacramento quod feceramus eidem episcopo: Nos habito
consilio, licet crederemus nos in tenenda communia jus habere, volentes pacem et amorem ejusdem
episcopi retinere, eamdem communiam, sive juste, sive injuste posita esset, amovimus et omnino
fecimus amoveri. In cujus rei testimonium presentes litteras sigillo nostro fecimus muniri. Actum anno
Domini M CC XXXIII in crastino Ascensionis Domini.

Cartulaire de l’évêché de Langres. — Imprimé dans l’Histoire de Bourgogne, par Dom Plancher,
II, preuves, n° XXIV.
{346}CXCIII
VILLE DE CHATILLON
Sentence de Robert, archevêque de Lyon, qui maintient le duc Hugues IV dans la possession, en
communauté avec l’évêque de Langres, de ceux de ses hommes de Châtillon, qui allaient demeurer
à Mussy.
1233 (mai).
R(otbertus) Dei gratia prime Lugdunensis ecclesie archiepiscopus, universis presentes litteras
inspecturis salutem in Domino. Noveritis quod cum discordia verteretur inter venerabilem fratrem
R(obertum), episcopum Lingonensem ex una parte, et nobilem virum H(ugonem) ducem Burgundie
nepotem nostrum ex altera, super communitate hominum ejusdem Ducis de Castellione qui ibant apud
Muisseyum, tandem super hoc in nos compromissum extitit et firmam quod ab utroque firmiter tenetur,
quicquid per inquisitionem super hoc diceremus. Nos vero a gentibus ejusdem episcopi diligencius
inquirentes, invenimus quod idem Dux communitatem habebat apud Muisseium cum eodem episcopo
de gentibus suis de Castellione que ibant apud Muisseyum, unde per istam inquisitionem in dicto nostro
diximus et pronunciamus eumdem Ducem in predicta communitate jus habere sicuti apud Castellionem
in communitate quam ibidem habent ad invicem inter se Dux et episcopus de hominibus suis. In cujus
rei testimonium presentes litteras sigilli nostri fecimus appensione muniri. Actum anno Domini
M° CC° XXX°, tertio mense maio.

Scellé du sceau de l’archevêque en cire brune à double queue de parchemin pendant. Original:
Archives de la Côte-d’Or. — B, Chambre des comptes de Dijon: Communes; Pièces concernant la ville
de Châtillon.
CXCIV
VILLE DE CHATILLON
Vidimus et confirmation, par le duc Eudes IV, de la charte octroyée par le duc Robert II, son père, aux
habitants de Chaumont de Châtillon-sur-Seine.
1277 (janvier), 1324 (21 novembre).
Nous, Eudes, dux de Bourgoingne, facons savoir à touz presenz et avenir que unes lettres que notres
chiers sires et peres Messires Robers, jaidix dux de Bourgoingne, {347}donnay et octroiay à noz
hommes et habitans de la rue de Chamont en la ville de Chastoillon suis Soingne, desqueles la tenour
sensuit.
Nos, Robertus, dux Burgundie, notum facimus omnibus presentes litteras inspecturis, quod nos
promittimus et promisimus hominibus nostris de Calvomonte in villa nostra de Castellione super
Sequanam, quod ipsos tenebimus in abonamento et in censa quam Hugo, dux pater noster, eisdem
concessit. Si vero ita esset, quod absit, quod communia et libertas illa quas eisdem hominibus de
Calvomonti concessimus irritum revocaretur, nos predictis hominibus nostris de Calvomonte
concedimus libertatem illam tenendam et inrefragabiliter observandam quam supradictus Hugo, dux
Burgundie, pater meus, eisdem concessit ad formam libertatis hominum nostrorum de Talento. Et ut
ratum et irrevocabile permaneat, presentes litteras sigilli nostri impressione munimus. Actum anno
Domini millesimo ducentesimo septuagesimo septimo, mense januario.
Nous, Eudes, dux dessus diz, lesdites lettres en la fourme et en la manière queles pallent, approvons
et conformons et en cette meismes fourme et manière lour octroions, sauf et retenu à nous et es notres
noz drois, notre ressort, notre justice, notre sovereneté et notre baronie. Ou tesmoing de laquel chouse
nous avons fait mettre notre seaul en ces présentes lettres, faites et données à Aisey, le mercredi devant
la feste sainte Katherine, vierge, l’an de grâce mil trois cenz vint et quatre.

Original: Archives de la ville de Châtillon, Priviléges et franchises de la Commune.


CXCV
VILLE DE CHATILLON
Confirmation de la charte de franchise de Chaumont, par Jean, roi de France.
1361-62 (février).
Johannes, Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis presentibus et futuris nos vidisse
litteras Odonis quondam ducis Burgundie, predecessoris, nostri formam que sequitur continentem:
In nomine sancte et individue Trinitatis. Amen. Odo, dux Burgundie... (Voir n° CLXXVIII, p. 329.)
Nos autem dictas litteras et omnia et singula in eisdem contenta rata et grata habentes ipsa volumus,
laudamus et approbamus et de gratia speciali quathenus {348}usi sunt confirmamus. Quod ut firmum
et stabile perpetuo perseveret, litteris presentibus nostrum fecimus apponi sigillum, salvo in aliis jure
nostro et in omnibus quolibet alieno. Actum Trecis anno Domini millesimo trecentesimo sexagesimo
primo, mense februarii.
Per Regem in requestis in quibus vos et gentes requestarum eratis.
FERRICUS. Collacio facta est. Visa.

Original: Archives de la ville de Châtillon, Priviléges et franchises de la Commune. — Imprimé


dans: Ordonnances des Rois de France, IV, 403.
CXCVI
VILLE DE CHATILLON
Coutumes anciennes de la ville de Châtillon, recueillies par Jean de Foissy, bailli de la Montagne, pour
le maintien des droits du duc de Bourgogne dans cette ville,
1371?
Au premier commencement, / Je prie à Dieu humblement, / Père, Fils et Saint-Esprit, / Que escrire
puisse sans péril, / Et que ma pensée enlumine / De sa grant vertu divine / {349}Et me transmecte tele
grâce / Qu’en ce livre euvre face, / Que verité y soit ample, / Qu’on y preigne bon exemple. / Trouver y
pourrez sans vergongne / Le droit du bon Duc de Bourgongne / Ce qu’on lui doit nous enseigne / A
Chastillon qu’est sur Seine; / De toute la chastellenie, / N’est mie chose que n’en die; / Le tant son droit
aucune chose, / Jehan de Foissy ceste chose, / Qui est bailli de la Montaigne / Qu’à grand prouffit la
chose viengne, / Et que nulle n’en soit perdue, / Mais par les officiers sceue. / N’en prendra riens
doresnavant / Qui ne mettra l’oreille avant.
I.
LE BOURG DE CHATILLON.
Des condicions de plusieurs hommes et femmes estans audit Chastillon.
1° Premièrement en la ville de Chastillon a plusieurs condicions d’ommes et de femmes; les ungs
sont nobles; les autres clercs, les autres hommes et femmes liges originalement à Monseigneur de
Langres; les autres sont hommes et femmes liges à l’un des seigneurs ou à l’autre par convenances; les
autres sont communs à deux seigneurs justiciables et tailliables; les autres sont communs à deux
seigneurs justiciables et non tailliables et sont appelez communaus et ne doivent à deux seigneurs
chacun an, fors que à chacun VI deniers tournois le jour de la Saint Remy pour recongnoissance; les
autres sont hommes et femmes liges à monsieur l’Abbé; les autres communaus à monseigneur {350}le
Duc; les autres sont communaus aux troys seigneurs, et ceulx qui appartiennent audit monsieur l’Abbé
ne sont point subgiez audit Monseigneur de Langres, fors que en ressort monseigneur le Duc tant
seulement.
Des hommes de monseigneur le Duc.
2° Iceulx sont hommes et femmes liges de monseigneur le Duc qui originelment sont nés de l’omme
et femme lige monseigneur le Duc; et aussi sont ses hommes et femmes liges par convenances qui
viennent faire maison audit Chastillon de la terre de Pothières, de la terre de Flavigny et de la terre de
Monstier-en-Der.
Des hommes et femmes de Monseigneur de Langres.
3° Iceulx sont hommes et femmes liges de Monseigneur de Langres qui originelment sont nés des
hommes et femmes liges dudict seigneur en la ville de Chastillon; et aussi sont hommes et femmes liges
Monseigneur de Langres par convenances, ceulx et celles qui viennent faire maison en ladite ville de
Chastillon, de la terre de Chacenay et de Bar-sur-Saine.
Des hommes et femmes communs entre monseigneur le Duc et monseigneur l’Evesque.
4° Ceulx sont communs en la ville de Chastillon à monseigneur le Duc et à monseigneur l’Evesque
qui sont nés de l’omme lige monseigneur le Duc, et de la femme lige monseigneur l’Evesque; et aussi
sont communs aux deux seigneurs tous ceulx et celles qui viennent faire maison en la ville de Chastillon
des demaines, baronies, fiefz, reiefiefz, gardes desdiz seigneurs, sans que l’ung desdiz seigneurs le
puisse retenir sanz l’autre.
Des hommes et femmes communs.
5° Ceulx sont appellés communs en la ville de Chastillon, qui, pour la recongnoissance dessusdite
ausdits seigneurs qui viennent faire mansion en la ville de Chastillon, qui sont d’estranges pays qui ne
sont des demoines, baronies, fiefs, reiefiefz ou gardes des seigneurs; et iceux communs alés de vie à
trespassement, leurs enfans sont communs aux deux seigneurs, tailliables et justiciables avec les autres
communs et ne usent point de la liberté de commandise.
{351}Des hommes et femmes monsieur l’abbé de N. D.
6° Ceulx sont hommes et femmes liges à monsieur l’Abbé qui sont originelment nés de l’omme et
femme lige dudit monsieur l’Abbé, et qui viennent, de quelque part que ce soit, faire mansion en ladite
ville de Chastillon; s’ils veullent advouer ledit abbé, ils sont ses hommes et femmes tailliables haut et
bas et de mainmorte et justiciables, sur la protection, tuicion et saulvegarde dudit monseigneur le Duc.
Des communs entre monseigneur le Duc et monsieur l’Abbé.
7° Ceulx sont communs entre monseigneur le Duc et monsieur l’Abbé qui sont originelement nés
et procréés de l’omme de monseigneur le Duc et de la femme monsieur l’Abbé et e converso; et est la
porcion des enfans monseigneur le Duc franche et la porcion monsieur l’Abbé serve, comme dit est, en
tele proporcion comme ils sont hommes à l’abbé.
Des communs entre monseigneur de Langres et monsieur l’Abbé.
8° Ceulx sont communs entre Monseigneur de Langres et monsieur l’Abbé, sont ceulx qui
originelement sont nés et procréés des hommes liges Monseigneur de Langres et de la femme lige
monsieur l’Abbé et e converso; la porcion des enfans Monseigneur de Langres est franche et la porcion
monsieur l’Abbé est serve, sur la tuicion et saulvegarde monseigneur le Duc.
Des communs aux troys seigneurs.
9° Ceulx sont communs à monseigneur le Duc, à Monseigneur de Langres et à monsieur l’Abbé,
qui sont nés et procréés d’ommes et femmes appartenant aux troys seigneurs, comme l’omme commun
à monseigneur le Duc et à Monseigneur de Langres et de la femme monsieur l’Abbé et e converso; et
la porcion monseigneur le Duc et Monseigneur de Langres sont franches de mainmorte et la porcion
monsieur l’Abbé est serve, de mainmorte, tele comme il lui peult appartenir, déduite la lignée du père
et de la mère serve, en tant comme elle regarde l’abbé.
Des forains qui se veullent advoer à monsieur l’Abbé.
10° Monsieur l’Abbé ne peut tenir commandise en la ville de Chastillon ligement ne communément,
mais tous forains qui se veullent dire ses hommes sont {352}tailliables et justiciables et de mainmorte,
si comme ses autres hommes originels de ladite ville. La cause est tele que l’église ne peult abosner, ne
ne affranchir homme ou femme en ladite ville de Chastillon ne autre part, sans le consentement de
monseigneur le Duc tant seulement, pour ce que l’église en chef et en membres sont de la garde de
monseigneur le Duc, de sa justice et baronnie, et ce qu’ilz acquierent, monseigneur le Duc l’amortist
singulierement sans l’Evesque. Et par ainsi en ce qui est commun en justice, et entre le Duc et l’Evesque,
si l’église le quiert, elle acquiert à Monseigneur la justice et la baronnie en la ville de Chastillon.
De la taille de Chastillon deue chacun an à monseigneur le Duc à la Toussaint.
11° Ly homme lige et commune de la ville de Chastillon doivent chacun an à la Toussains à
monseigneur le Duc cent mars d’argent, soixante sols par marc, monnoye courant, à la Toussains. En
ceste taille sont compris les hommes et femmes de la franchise de Charmont, qui de cette somme ont
accoustumé à payer vint livres: les hommes et femmes monseigneur le Duc qui ont mancion en la ville
d’Ampilley en paient XVI livres tournois; les hommes et femmes monseigneur le Duc liges et communs
qui ont leur mansion en la ville de Courcelles-Prevoires en ont accoustumé paier XVI livres tournois,
aucune foys plus, aucune foys moins; les habitans d’Estroiche qui ont leur mansion deça le Pont et ceulx
qui ont leur mansion à Monttyot qui sont hommes ou femmes monseigneur le Duc contribuent à ladite
taille, excepté ceux qui sont hommes et femmes dudit monseigneur le Duc qui doivent cire au chantre
d’Aisey qui ne sont tenus à autre taille; et les hommes et femmes que monseigneur le Duc a ou peult
avoir en la ville de Chaveney, de Cerilley ou de Bissey contribuent {353}à ladite taille avec les habitans
de la ville de Chastillon; car en ces lieux, monseigneur le Duc à la réséance de ses hommes et femmes
originels, et aussi en la ville de Marigney; et toutes voies ceulx et celles qui retient en ces lieux sont
justiciables et tailliables monseigneur le Duc et respondent les tailliables par devant le prevost de
Chastillon et de la taille desdits habitans comme dit est. Et par ainsi a en cette partie monseigneur le
Duc, chacun an, III cent livres tournois.
Et la dessus dite somme doivent les dessus dits hommes, rendre, paier et faire lever à leurs missions
par la contraincte du bailli.
De la valeur des communaus.
12° Se ce que les communaus valent ou peussent valoir est ou doit estre rabattus de ladite somme
de III cens livres tournois de taille, et peuvent valoir chacun an XL sols tournois, aucune foys plus,
aucune foys moins, et ne doivent les receveurs desdites commandises recevoir homme ou femme
comme communaus, se de raison ne le doit estre, si comme plus à plain sera esclarcy, car c’est au
préjudice des hommes tailliables.
13° Quant vient le dimenche après la Saint Remy chacun an, le prévost de Chastillon fait crier de
par monseigneur le Duc, que de chacun hostel des hommes et femmes tailliables, ait une personne en
ung certain lieu pour eslire de par eulx qui ladite somme de trois cens livres tournois distribuera à ung
chacun, et leur eslit on, et se présentent les esleus au prevost, et le prevost prend le serment d’iceulx
que bien et loyalement en distribueront à ung chacun leur porcion, et iceulx la distribueront et leveront
ou feront lever aux cousts des habitans et délivrant audit prevost ladite somme franchement sans
missions.
14° Les hommes liges de Monseigneur de Langres et de la ville de Chastillon et les communs de
ladite ville doivent chacun an de taille audit Monseigneur de Lengres, cinquante mars d’argent, soixante
sols tournois pour le marc, monnoye courant, à paier chacun an au payement de la foire de Bar-sur-
Aube. De ceste taille paient les hommes et femmes liges et communs dudit Monseigneur de Lengres,
habitans en la ville de Courcelles-Prévoires, lesquels en paient six livres tournois; les habitans de la
ville de Macingey, hommes et femmes liges et communs dudit Monseigneur de Langres paient VI livres
tournois; les habitans de Mousson, hommes et femmes liges et communs de Monseigneur de
{354}Lengres en paient XV livres tournois; et chacun an le jour des Bordes, le maire, monseigneur
l’Evesque fait crier que de chascun hostel ait une personne en ung certain lieu, pour eslire qui fera la
taille et ilz sont tenus d’y aler; et eslisent entre eulx, et les esleus présentent à Maire et il prent les
seremens d’eulx de bien et loyalement distribuer à ung chacun sa porcion, selon sa faculté; et ladite
taille faite, ils la doivent lever ou faire lever à leurs missions et bailler ladite somme entière audit Maire,
pour et ou nom dudit Monseigneur de Lengres.
15° Tout ce que les commandises vallent ou peullent valloir chascun an à la Saint Remy à la porcion
dudit Monseigneur de Lengres, doit estre rabattue à la taille du seigneur, au prouffit des tailliables;
laquelle porcion peut valoir par an environ XL sols tournois, aucune foys plus, aucune foys moins; et ne
doivent les receveurs desdites commandises, recevoir homme ou femme comme communaus, se de
raison ne le doit estre, si comme plus à plain sera cy après esclarcy, car c’est ou préjudice des hommes
tailliables dudit Monseigneur de Lengres.
Demaine que Monseigneur a en la ville de Mousson.
16° Monseigneur le Duc a une seignorie de demaine en la ville de Mousson, c’est assavoir hommes
et femmes liges, et hommes et femmes communs entre luy et Monseigneur de Lengres tailliables et
justiciables; et sont les liges justiciez par le bailli de la Montaigne pour monseigneur le Duc et par le
bailli de Langres pour Monseigneur de Lengres; et sont exempts de prevosté et demaine, pour ce que
anciennement pour le débat de partie, ils furent mis en main souveraine et encore y sont; et doivent
chacun an de taille les liges et communs à monseigneur le Duc, cinquante sols et les doit recevoir le
bailli de la Montaigne.
Des juges de Chastillon.
17° Chacun des dits seigneurs a son juge dans la ville de Chastillon, c’est assavoir monseigneur le
Duc son prevost, Monseigneur de Lengres son Maire, et n’est leur puissance en leur auditoire que d’eulx
puissent terminer ne servir que de sept sols tournois. Le prevost à la congnoissance ligement de l’omme
lige monseigneur le Duc, le maire à la congnoissance de l’omme lige Monseigneur de Langres. La
congnoissance des communaus et des communs appartient communément au prevost et au maire; et ne
pevent l’ung sans l’autre, car s’ils ne {355}sont ambeduy au siége ou leurs lieuxtenans, le rée n’yra
avant à la demande de l’acteur, s’il ne lui plaist, ne n’emportera aucun prouffit l’acteur contre le rée, ne
le juge singulier.
Comment l’on doit faire appeler par devant les prévots et Mayeur.
18° Saucuns hommes liges ou communs de laquelle seignorie que ce soit, fait appeller ung homme
commun, et il ne soit appellé par deux sergens, l’ung de monseigneur le Duc, l’autre de Monseigneur
de Lengres, il est tenu de luy venir comparoir au jugement; mais il n’y procédera point de la demande
de l’aucteur ne yra avant, mais declinera, et dira lui estre moins suffisamment adjourné quant il dira
qu’il n’est adjournés que par un sergent de quelque seignorie qu’il soit, pour ce qu’il est nécessaire qu’il
soit adjournés par deux sergens, car la chartre dit que l’ung ne peut sans l’autre.
19° Si ung homme lige de quelque seignorie que ce soit fait appeller ung homme commun ou
communaul, deuement par deux sergens, se ly homs liges est condempnez contre le commun ou
communaul et chiet de son instance, le sire de l’homme lige n’aura pas l’amende ligement, mais sera
commune aux deux seigneurs, pour ce qu’il est condempnés en l’auditoire du commun et pour ce est
l’amende commune.
20° Si l’omme lige monseigneur le Duc fait appeller l’omme monseigneur l’Evesque pardevant le
maire, ou l’omme monseigneur l’Evesque fait appeller l’omme monseigneur le Duc par devant
monsieur le prevost, se cellui qui fait appeler est condempnez de l’instance qu’il fait à son rée, l’amende
sera au seigneur donnée, pour ce que: Actor sequitur forum rei.
Des amendes.
21° Avec l’auditoire qui n’est pas de sept sols tournois, lesdits prevost et Maire pevent avoir en
aucune chose plus grant amende que de sept sols tournois; c’est assavoir quant discort naist entre
aucunes personnes de quelque juridiction que ce soit, d’aucunes communaultés que l’un dit avoir sur
l’autre, comme de mectre champnettes de murs communs, de dire avoir alées par maison, par curtils ou
par places ou pour entreprendre du droit commun. Le prevost ou le Maire, du consentement des parties,
amenoient preudommes sur {356}les lieux, et font les preudommes leur rapport et jugement par
serement, et cellui qui est condempnés par eulx, est tenus en l’amende de LXV sols tournois et la pevent
lever sans autre adjudication; car qui entreprend le droit d’autrui sans cause ou sont les lieux communs,
l’amende est cause de luy, par l’usage gardé anciennement en la ville de Chastillon.
De draps pris par souspeçon.
22° Se ung drap est pris par souspeçon de faulseté, le prevost, le Maire font appeller XVI
preudommes, quatre maistres du mestier, quatre bons varlés, quatre tixerans et quatre bourgois,
ensemble celluy qui est accusez du drap, et se mettent ensemble à part pour visiter le dit drap; et les XVI
proudommes demandent à l’accusé par serement la cause de son accusation, et l’accusation oye, les XVI
preudommes se tirent à part et visitent diligemment le dit drap et dient par serement aux quatre bourgois
la cause ou causes pourquoy le dit drap doit estre ars ou condempné à amende, ou absols; et les diz
quatre bourgois ensemble les autres XII proudommes viennent au jugement commun du dit prevost et
Maire; et rapporte l’un par le consentement des autres ce qui doit se faire du dit drap; s’il est bon, on le
délivre pour bon, et, s’il est faulx, le prevost et le Maire le délivrent aux mestres du mestier pour ardoir,
et les maistres font crier de par messeigneurs que l’en aille veoir la justice du faul drap, et lors l’on le
porte ardoir en la place aux bons varles, et art l’on lors tous le mestier et toutes les choses de bois et de
fer qui ont touchié au faulx drap et tous les aisemens. Et les tixerans qui l’ont tixé doivent amende aulx
prevost et Maire LXV sols tournois d’amende et la lièvent les dits tixerans, ou ils sont banny ung an et
ung jour lequel qu’il leur plaist de la ville de Chastillon et du mestier.
De faulx poisson, chars, cuyrs, souliers.
23° Se poisson, chars, cuyrs, souliers, sont prins par faulseté, le prevost et le Maire les font visiter
diligemment par gens congnoissant en chacune chose. Se les visiteurs rapporteurs rapportent par leurs
seremens qu’il y ait faulseté ou mauvaistié, le prevost et le Maire le font ardoir; et ceulx que le poisson,
char, cuyr, ou les souliers sont, doivent LXV sols tournois d’amende sans autre adjudication de bailli.
De la puissance du prevost et Maieur. — Des francs marchiez.
24° Autre puissance ont en ville de Chastillon le prevost et le Maire, car ils peussent bailler franchise
en la dite ville et d’icelle franchise bailler leurs lettres; {357}et vauldra chartre ou temps à venir
perpétuelment, c’est assavoir que quiconque vient demorer en la ville de Chastillon de quelque part que
ce soit, et de quel pays, fors de ceulx des villes qui contribuent à la taille en la ville de Chastillon, iceulx
forains demeurent et peullent demorer en ladite ville, tant comme il leur plaist, sans advouer seigneurs
quelconques. Toutes voies sont ils justiciez communément et ne paient point de taille, et tant comme ils
sont sans advouer seigneur, ils doivent péage, portaige, vente de tout ce qu’ils achetent et vendent, et
quand ils ne paient leur porte ne la vente de ce qu’ils vendent et achectent, ils doivent pour chacune
foys qu’ils y mesprennent, LXV sols tournois d’amende. Et quant il leur plaist, ils advouent seigneur
cellui à qui ils doivent estre par la coustume et par le statut des seigneurs. Et seigneur ainsi advoué
comme dit est, il peut acheter les libertez de la ville, du prevost ou du Maire, et n’en doivent prendre
point de chastre que ung sextier de vin, ne du pire, ne du meilleur, que l’on vende en ville, et pourtant
sont bourgois de la ville et usent de toutes libertez comme les autres bourgois; et de ce prennent lettre
du prevost et du Maire et vault chartre; et nomme en celle lettre ung estelaige et peult valoir par chacun
an a chacun seigneur dix livres, aucune foys plus, aucune fois moins, et pour ce X livres tournois.
De la puissance des bailliz de la Montaigne et de Lengres.
25° Tous autres faiz et causes qui regardent moyenne et haulte justice sont terminées et finies par
le bailli de la Montaigne, pour monseigneur le Duc, par le bailli de Lengres pour monseigneur
l’Evesque: ung chacun justice les hommes liges ligement, les communs et communaus et les cas des
forains communément. Toutes voies comme les grans forfais sont communs et demenés communément,
sont les amendes communes des choses communes grans forfais et à chacun l’amende de son homme
lige, quant l’auditoire est lige, si ce n’est es cas cy après escrips.
26° Les cas criminels capitaux, ils sont démenés communément par les baillis et executez
communément, et les atrays communs de ceux de la ville de Chastillon et des étranges de ce dont ils
sont trouvez saisiz en justice commune. Toutes voyes ung chacun seigneur peult faire exécuter aulcun
malfaicteur seul et singulier es fourches de Chastillon, combien qu’elles soient communes, s’il leur
{358}plaist, ils peullent faire amener de leurs demaines ou d’autre part aulcun malfaicteur et faire
exécuter seul et singulier es dictes fourches de Chastillon, sans nul préjudice de l’autre. Toutes voyes
on ne le crieroit pas communément fors que de par cellui qui fait faire la dite exécution. Pourquoy nul
n’est tenu de obéir au dit cry, fors que les hommes liges du dit seigneur tant seulement.
27° Le cri qui regarde la communaulté des dits seigneurs en la ville de Chastillon se crye par le
cryeur. Premièrement de par monseigneur le duc de Lengres, et de par monseigneur le duc de
Bourgongne, et ainsi peult ung chacun des dits seigneurs faire crier de par l’un singulièrement des
choses qui singulièrement leur appartiennent, si comme faire cryer les foyres des dits seigneurs.
28° Le cryaige de Chastillon va d’oir en oir male, et s’il n’y a hoir male messeigneurs le peullent
donner ou vendre comme chose à eulx acquise. Et sont les drois du criaige telz: si aucun est éxécutez
pour ses démérites en la ville de Chastillon, dont le cryeur fait le cry, il a le chapperon s’il en a point;
s’il crye vin en la ville de Chastillon, il en a une pinte ou quatre deniers, lequel qu’il plaist à cellui qui
est le vin; s’il crye huille, miel ou autre graisse, il en a III deniers tournois; s’il crye une chose perdue,
il en a III deniers; s’il crye une vendue de bois ou d’eaues, il doit avoir V sols tournois, mais il les doit
crier par quatre justices. Il a de chascune espousée qui se font en la ville de Chastillon IIII deniers
tournois, excepté que des espousées de Chastillon. Il a de toutes les putains qui viennent nouvellement
pour estre communes IIII deniers tournois. Il a de tous les menestriers qui viennent nouvellement à
Chastillon pour jouer en place et pour chanter en place IIII deniers tournois. Il doit faire tous les cris
appartenant aux seigneurs, sans prouffit, fors que tant qu’il a puissance de sergent des deux seigneurs
et vault ses offices s’il le fait deuement sans autre lettre du bailli, de sergenterie, se aucun office ne lui
estoit commis hors de Chastillon; et sont tous les prouffiz dessus diz au dit crieur et vault bien a présent
dix livres de terre.
29° Selon les chartres anciennes, nos seigneurs ne doivent constituer ne ordonner en la ville de
Chastillon sergens, se ce n’est par l’élection des bourgois de la dite ville; et iceulx esleus, Monsieur le
bailli de la Montaigne et Monsieur le bailli de Lengres prennent le serment de chacun d’eulx, de ceulx
qui leur {359}appartiennent, que bien et loyalement exerceront l’office de sergenterie, feront leurs
rappors loyaulx et véritables, garderont le droit du seigneur duquel ils sont sergens; et lors peullent
officier de l’office de sergenterie, selon ce que mandé leur est ou commandé par personne que faire le
peult, et lors sera creus de son adjournement par son serement, il ne sera pas creuz de son arrest s’il ne
le prouve ou se partie ne le cognoist. Ne aussi ne sera pas creuz d’une prise des champs s’il ne le prouve,
et le messier ordonné aux champs sera creuz par son serement.
30° Le salaire des sergens est tel: s’ils adjournent sans mission et requeste de partie, il a pour son
adjournement six deniers tournois; se l’amende du dit ajournement naist, quelle soit de sept sols, le
sergent aura en icelle XII deniers tournois. Et se de l’action du dit ajournement naist amende de LXV
sols tournois, les V sols tournois sont au dit sergent; s’il ajournent par commission en la ville de
Chastillon, leur ajournement vault VI deniers tournois, et leur relaccion XII deniers tournois; s’ils
vendent et exécutent, ils ont tant pour peine de vendre comme pour relacion II sols tournois, et se doivent
payer en oultre; et se les gaiges qu’ils exécutent aucune chose à porter au lieu ou l’en les a accoustumez
vendre et de ce se doivent payer sur celui au prouffit duquel exécution est faite, non pas sur l’autre
partie, car despens la partie les doit demander et chéent en action.
31° Les sergens qui vont officier hors de Chastillon, comme en ressort ou autre part, s’il est à cheval,
il emporte pour journée V sols tournois; et s’il est à pié, il emporte pour journée II sols VI deniers, et
n’est pas à entendre que s’il office sur plusieurs personnes en ung jour qu’il ait sur chacun V sols
tournois, mais sur qui il aura office en ung jour contribuerront ung chacun à la journée de V sols tournois;
et se ung sergent mettoit à éxécution heritaige, on lui comptera IIII journées ensemble le salaire de sa
relaccion, selon ce quelle seroit excessive d’escripture.
32° Qui paie argent à sergent de ce qu’il exécute sur aucun par commission ou autrement, ils ne
paient pas là ou ils doivent, car sergens ne sont fors que exécuteurs et non pas reputés pour receveurs
de ce qu’ils éxécutent.
33° Autre sergentie a en la ville de Chastillon que l’on appelle la messerie qui sont tenus de garder
les biens des champs, des prés et autres. Et iceulx messiers achectent leurs offices du prevost et du
Maire et est de nécéssité qu’ils soient deux, l’un de par monseigneur le Duc et l’autre de par
Monseigneur de Lengres; et jurent eulx deux en la main du prevost et du Maire de bien et loyalement
{360}garder le droit des seigneurs, des bonnes gens et faire leurs prises justement et faire bons rappors
et justes de leurs prises et arrests. Toutes voyes, ils sont creuz de leurs prises et non pas de leur arrests,
s’ils ne le prouvent. Et saucun font rebellion ou resqueusse d’eulx et ils le puissent prouver, l’amende
est de LXV sols tournois; pourvu que l’arrest ou resqueusse soient justes ou qu’il leur feroit force comme
de mectre ou bateure en faisant leurs offices, et ils le povoient prouver, les malfaicteurs seroient punis
griefment. Les droits de leurs messeries sont tels: chacun qui laboure au finaige de Chastillon leur doit
une grosse gerbe, ce qu’on peut lyer en ung lyen de moisson, ne trop grand, ne trop petit, du meilleur
blef qu’il cultive et la doivent prendre au champ. Les prises qu’ils font de jours valent V sols tournois
d’amende, ils y ont de leur droit XII deniers tournois; s’ils font prises de nuit, l’amende est de LXV sols
tournois, ils en ont les V sols tournois; se resqueusse ou rebellion leur est faite, ils y ont V sols tournois;
la messerie peult valoir aux deux sergens XL sols, aucune foys plus, aucune foys moins. Se ils sont batus
ou vituperez de leurs vestement, et il est prouvé, l’amende est arbitraire et est en la discrétion des baillis,
et pour ce en ceste partie a monseigneur le Duc pour sa moitié XX sols tournois.
34° Monseigneur le Duc et Monseigneur de Lengres pevent affranchir en la ville de Chastillon, de
tailles et exempcions deux personnes, c’est assavoir ung feure qui sera tenu de enfforger et defforger
tous prisonniers, touteffoys que requis en est par les gens des seigneurs ou de l’un d’eulx, aux cousts et
missions du dit feure. L’autre est ung cordier et icelui doit tous chevestres et lyens appartenant à quelque
justice que l’on face et aussi la corde pour avaler au croct et pour mettre à gehaine les malfaicteurs et
pevent les baillis au nom des seigneurs donner cette franchise en baillant lettre dessoubs les grans seaulx
de leurs bailliages communement, et vault la dite franchise, et vault bien pour les deux seigneurs XX
sols tournois.
35° Anciennement en la ville de Chastillon nos seigneurs ne faisoient que VIII sergens, quatre pour
monseigneur le Duc et quatre pour Monseigneur de Lengres, et se faisoient par eleccion comme dit est,
tant estant en la ville de {361}Chastillon comme pour le ressort de la prevosté de la mairie, et en ce
nombre n’estoient point comptez les touriers monseigneur le Duc du chastel, ne le concierge qui garde
l’ostel de Monseigneur de Lengres du dit chastel, et aussi le crieur. Le tournier monseigneur le Duc
doibt jurer en la main des officiers de Monseigneur de Lengres de bien et loyalement garder les prisons
appartenans à Monseigneur de Lengres comme ceux de monseigneur le Duc. Le concierge Monseigneur
de Lengres n’est tenu de faire serment, car il ne office riens au dit chastel; mais que le tournier qui est
garde des clefs. Et c’est ce que Monseigneur le Duc dit en la chartre: De castro Castellionis pertinet
nobis custodia. Les droits du tournier sont telz: quiconques est miz en prison, soit ferme ou par le
chastel, il a de chacun au départir XII deniers tournois. Et saucun est éxécuté pour ses démérites, tout ce
qui est dessoubs la courroye est au tournier, soit coussoz, mantel ou autres choses. Toutes les espousées
de Chastillon qui sont espousées ou chastel, luy doivent XII deniers et s’il est des habitans dudit chastel,
il est franc de tailles et de toutes exemptions, duquel conseigneur que il soit homme, et peult bien valoir
C sols tournois.
36° Tous les nobles de Chastillon sont hommes monseigneur le Duc, justiciables et responsables de
toutes actions personnelles, combien que l’action peult estre tele que l’amende seroit aterminée à
monseigneur le Duc et à monseigneur l’Evesque. Toutes voyes la justiciation seroit lige à monseigneur
le Duc, comme amende arbitraire, rachat de corps ou de membre. Et es grans forfais des actions réelles,
ils sont responsables au seigneur dessoubs qui la réalité est assise. Et saucun des nobles de Chastillon
estoit éxécutez, le fief qu’il tiendroit de monseigneur le Duc luy reviendroit; et ce qui seroit de franc
aleuf seroit par moitié à monseigneur le Duc et à Monseigneur de Lengres, posé que les biens fussent
en la justice commune de Chastillon. Que s’ils estoient autre part, ils seroient au seigneur dessoubs qui
ils seroient.
37° Tous les clers de Chastillon sont à Monseigneur de Langres, espérituelement justiciables et
responsables à toutes actions personneles et actions réelles. Ils sont responsables dessoubs qui la réalité
est assise. Et saucuns clers de Chastillon est condempnés à l’eaue de tristesse et à pain de doulour, les
meubles sont à Monseigneur de Lengres, et les héritaiges assis à Chastillon seront {362}vendus la
moitié à monseigneur le Duc, et l’autre moitié à Monseigneur de Lengres.
38° Les hommes et femmes de l’eglise de Chastillon sont en toutes actions personeles, responsables
et justiciables à Monsieur l’abbé, et tient on la juridiction d’iceulx en l’eglise, car ils n’ont en nulle
partie de la ville de Chastillon, point de lieu ou ils puissent tenir juridiction, se ce n’est de grâce. Toutes
voyes les sergens de l’eglise en quelconque partie de la ville que les hommes et femmes de l’eglise aient
mencion, il les peult aler adjourner à l’église ou il luy est ordonné gaiger, éxécuter, prendre et mener en
prison en l’église, pour quelconque cas qu’il soit accusés ou souspeçonnés. Toutes voyes se l’omme ou
la femme de la dite église estoit prins en fait présent en l’église n’en avoit point de recours, pour ce que
parmi la chartre, monseigneur le Duc dit que les hommes de l’église sont ses hommes. Toutes voyes
l’amende seroit commune au prevost et au Maire, se la prinse avoit été faite en justice commune. Des
actions réelles, ils sont responsables au seigneur dessoubs qui la réalité est assise.
39° Saucuns des hommes et femmes de la dite église sont pris et détenus pour aucun meffait, par
accusation, dénonciation ou souspecon, les gouverneurs de la justice ou les sergens de l’église les
doivent requérir et on leur doit rendre chargié du fait pour faire raison, s’il n’est pris en cas présent, car
s’il estoit pris en cas présent et les cas ne sont civils, le prevost en auroit la congnoissance comme dit
est. Et se le cas présent estoit capital, il seroit demenés communément et éxécutés communément en la
tieille commune ce qui seroit en communauté. Et s’il n’est pris en fait présent et il est rendus aux
gouverneurs de la justice de l’eglise, ils les traictent par la manière que le cas le désire. Se il est trouvés
qu’il doit estre éxécutés, le ministre de l’église le délivre tout nu, le chevestre au col, au chef de la
planchette de l’abbaye par devers Chastillon, au prevost de Chastillon pour faire l’exécution. La tieille
sera à l’église quelque part que les biens soient, en la communauté de Chastillon ou de Courcelles
Prévoires, pour ce que monseigneur le Duc dit en une chartre: Omne jus hominum ecclesie Castellionis
pertinet ecclesie.
40° L’église de Chastillon a communaulté de ses hommes et femmes à monseigneur le Duc et à
monseigneur l’Evesque en la ville de Chastillon et de Courcelles {363}Prévoires, par la forme et
manière que monseigneur le Duc et monseigneur l’Evesque l’ont en la dite ville et à Courcelles. C’est
assavoir, que se l’omme de monsieur l’Abbé, lige prend la femme lige monseigneur le Duc, ou la femme
lige monseigneur l’Evesque, les enfans sont communs entre les deux seigneurs dont les hommes sont
liges à l’un et les femmes à l’autre seigneur liges, et se l’omme est lige à l’un des seigneurs et la femme
soit commune aux autres deux seigneurs, les enfans seront communs à tous les troys seigneurs, selon
ce que la portion appartiendra à chacun seigneur de par le père ou de par la mère. Et ainsi le peult on
entendre de l’omme comme de la femme; le mariage durant le seigneur duquel l’omme sera homme,
justiciera la femme et enfans, le mariage durant, ou que les enfans soient hors de puissance, et lors
seront communs par la manière comme dit est. Et se l’omme va de vie à trepassement avant la femme,
la femme sera femme au seigneur dont elle partist originelement. Car parmi la communaulté l’omme
ne acquiert point la femme, le mariage failli, fors que le mariage durant.
41° Et pour ce que les hommes et femmes de la dite église sont de mainmorte et par la coustume
générale, se l’omme serf prend une femme franche et elle meurt en l’adveu de son mari serf sans hoir
estant en icelle, le seigneur de l’omme serf emporte la succession de la femme franche, pour ce qu’elle
meurt en l’adveu de l’homme serf; ceste coustume cesse par la communauté de Chastillon et de
Courcelles qui est entre monseigneur le Duc, monseigneur l’Evesque et monsieur l’Abbé; que se
l’omme monsieur l’Abbé qui est serf prent la femme monseigneur le Duc ou monseigneur l’Evesque
lige ou commune qui sont franches de main morte, se la femme moroit avec l’homme serf, les hoirs
naturels de la femme emporteroient toute la succession en meubles et en heritaiges, ne l’Abbé ny
prendra riens, mais cesse la coustume du tout.
42° Se aucun venoit faire mansion en la ville de Chastillon de quelque part qu’il viengne, s’il lui
plaist il peut advouer l’eglise seulle et singulière de la condicion de leurs autres hommes et femmes,
sanz ce que les autres seigneurs y puissent aucun droit reclamer. Car monseigneur le Duc et
Monseigneur de Lengres dient dans une chartre: Si vero aliquem hominem Ducis vel episcopi ad
abbatem se habere valentem, sine ulla calumnia Ducis nec episcopi, abbas retinebit sub tuicione et
protectione Ducis.
{364}43° Se aucun fait adjourner autre pardevant le prevost ou pardevant le Maire ligement ou
communément ainsi comme il peult et doit appartenir; se le rée congnoist la demande de l’autteur, le
rée doit II sols VI deniers tournois pour la congnoissance: si c’est ligement, les II sols sont au juge à qui
l’auditoire appartient et les VI deniers tournois au sergent qui a fait l’adjournement. Et se l’auditoire est
commune, le prevost aura XII deniers, le Maire XII deniers tournois; les VI deniers aux deux sergens qui
ont fait les ajournements. Se le rée met en ny la demande de l’acteur et l’acteur la prouve, le rée est
condempnez à rendre la chose et es despens et a VII sols d’amende; et se l’acteur ou le rée ou aucun
d’eulx fait défault en aucunes journées du procès, il doit pour chacun défault de jour VIII sols tournois.
Se l’auditoire est lige, cellui à qui elle appartient a VI sols, le sergent VII deniers tournois; et se l’auditoire
est commune, le prevost en a III sols tournois et le Maire III sols. Les sergens des deux seigneurs qui ont
fait le premier adjournement, chacun a VI deniers tournois.
44° Se aucun en plaidant et contentant, dit à cellui contre qui il plaide ou contente villenie de parole
qui ne regarde pas crime ne grant vitupère de corps; si comme l’en dit: tu es un mauvais garnement, tu
es un malestrier; se partie se plaint de teles legières paroles et gorgées, partie n’a amende fors que d’une
buchette en jugement et le juge VII sols, se l’auditoire est lige, ligement, se l’auditoire est commune,
communément. Se la villenie touche honte de corps comme de dire à ung homme: larron, puant, punais,
ou à une femme: putain, larronnesse et l’on ne nommoit de quoy: se plainte en est, partie a VII sols
tournois d’amende et le juge VII sols tournois. Et se la partie qui a dicte l’injure en veult faire ung
escondit et juroit par son serment que yre et mal talent luy ont fait dire et qu’il n’y sect point de
mauvaistié, la partie n’aura nulz VII sols tournois, car l’escondit est l’amende de l’injure et n’est pas
pécuniaires. Se aucun dit à ung autre en contentant: larron ou parjus, ou murdrier; ou à une femme,
putain ou larronnesse et il nomme de qui ou de quoy, l’amende est arbitraire et ne chiet point d’escondit
se partie ne veult; et teles amendes sont adjugées par les bailliz ou leurs lieutenans; l’amende de partie
est selon ce que la personne est et le cas le désire. En tele amende arbitraire et en toutes {365}autres,
de quelconques fais qu’elles procédent, le prevost et le Maire y ont XL sols tournois, se l’auditoire est
lige, ligement; se l’auditoire est commune, communément leur appartient par moitié. Se aucuns
contentent ensemble, et l’ung dit à l’autre: je ne suis celui ou celle qui fist tel larrecin, ou tel murdre ou
tel putaige d’un tel homme, combien qu’il ne dye tout oultrement, fors que en umbre en parlant a lui,
en disant: je ne suis pas tels, pour ce n’est ce pas que l’amende ne soit arbitraire pour ce que les villenies
qu’il dit à l’ombre de lui redondent à la personne à qui ilz contentent par paroles injurieuses, car les
propox destintent les maléfices.
45° Saucun met main à autre injurieusement, ou il le fiert un cop soit petit soit grant, ou il le bat
tant qu’on lui escoute à l’oreille s’il est mort ou vif, seulement que mort ne s’en ensuive, qu’il n’y ait
sang ne cuir crevé ne mutilacion de membres, se plainte en est faite, le juge a VII sols; se la batterie est
si enorme qu’il gist au lit, le blecié aura son respons, et c’est ce que l’en dit: bien batuz, mal batus, VII
sols paie. Se aucun fait sang à autre espanduz ou cuir crevé, se plainte en est, le bleciez a pour son
amende XXI sols tournois, le prevost et le Maire LX sols tournois et les sergens qui font l’adjournement
V sols tournois. Se l’auditoire est lige, il est ligement à cellui à qui est l’auditoire et se l’auditoire est
commune, l’amende est communément. Toutes voyes il faut que l’amende soit declarée par les bailliz
ou leurs lieuxtenans ligement ou communément, selon ce qu’il peult ou doit appartenir. Se la blessure
ou navreure est si grant et en tel lieu que mutilacion de membre y soit ou appere à voir, la partie doit
estre récompensée pour sa moins vaillance de son corps, pour son membre mutilé, selon ce que la
discrecion des bailliz regardera; l’amende est arbitraire lige ou commune selon ce qu’il appartiendra et
dont elle procede ligement ou communement comme dit est.
46° On ne tient pas que sang qui vient par le conduit du nez ne par bouche s’il n’y a cuir crevé, que
ce soit délit dont l’amende soit de LX sols tournois, pour ce que nature se purge ou peult purgier aucune
foys par nez ou par bouche, par sang ou autrement, ou par superfluité de flueur, ou par eschauffement
sanz autre force; et pour ce tient l’en que se main est mise à aucun et il seigne par nez ou par bouche,
se cuir n’appert crevéz, qu’il y ait amende que de main mise seulement.
47° Se aucun est trouvez en dommaige et le lieu n’est en closture, se c’est de {366}jour, l’amende
est de V sols tournois. Se le dommaige est fait en closture fermant par jour, l’amende est de XV sols;
pour ce que plus grant mauvaistié appert estre faite par la coustume que s’il lui fust à plain, car le
dommaige est ung, l’infraction ung autre, si doit estre plus grant l’amende ou il y a double méffait que
de la chose dont il n’y a que ung méffait. Se le dommaige est fait de nuist en ung lieu sans closture,
l’amende est de LXV sols tournois, car c’est mauvaistiez faite obscurément; et se dommaige est fait de
nuyt en closture fermée, l’amende est arbitraire, pour cause de la force de la fraction et tel pourroit estre
le dommaige que le cas seroit criminel capital et toutes teles amendes; et les congnoissances d’icelles
sont communes et se doivent demeurer communément et les grans amendes par les bailliz et les petites
par les prevost et Maire.
48° Saucuns en la ville de Chastillon crye à la mort ou fait tumulte de nuyt par quoy gens se
assemblent et il ne puisse monstrer évident cause pour quoy il ait cryé à la mort ou qu’il ait fait le
tumulte, il doit amende de LXV sols tournois; et tel pourroit estre le tumulte que l’amende seroit
arbitraire, et tel inconvénient s’en pourroit ensuir qu’il seroit en la voulenté des tels seigneurs et de
punicion capitale.
49° Saucun plaide devant le prevost et il lui face grief soit par sentence, commandement ou
autrement, pour lesquelles choses il face appellacion, il doit appeller à l’audience du bailli de la
Montaigne. Se l’appellacion est indeuement faite, l’appellation