Vous êtes sur la page 1sur 8

TEMA1: EVOLUCIÓN DIDACTICA DE LAS LENGUAS.

TENDENCIAS ACTUALES
EN LA DIDÁCTICA DEL FRANCÉS L.XTRANJERA. LOS ENFOQUES
COMUNICATIVOS

INTRODUCTION

Le terme même de « didactique » est au centre de nombreux discours qui


cherchent à la définir et donc à la distinguer d’autres termes en usage.

Il a quelques années encore, on semblait considérer que la didactique couvrait la


méthodologie et la linguistique appliquée ; aujourd’hui on tend à avoir dans la
linguistique appliquée un état antérieur de la didactique, et à distinguer la
« didactologie » (les fondements théoriques et méthodologiques) de la « didactique »
(la pratique), unies au sein d’une même discipline .

Pierre Martinez dans La didactique des langues étrangères la définit comme


l'ensemble de méthodes , hypothèses et principes qui permettent l'enseignant
d'optimiser le processus d'apprentissage d'une langue étrangère.

Ce qui nous intéresse ici, c’est la dimension proprement pédagogique du FLE tel
qu'elle est définie par P.M en en conséquence , ses options méthodologiques et les
matériels qu’elles suscitent, bref, la didactique du FLE .

1.EVOLUTION DIDACTIQUE DES LANGUES

Pour arriver à la didactique actuelle des FLE, il faut bien caractériser à grands traits
les principales tendances méthodologiques de l’enseignement des langues étrangère

1.1 MÉTHODOLOGIETRADITIONNELLE OU INDIRECTE

Les méthodes traditionnelles basées sur l’enseignement de règles grammaticales,


la traduction et la fréquentation exclusive de l’écrit littéraire, appartiennent à la
préhistoire de la didactique. Elles enseignaient « à propos de la langue » mais pas
« la langue ». Elles ne faisaient attention ni à la pratique orale ni a la perspective
communicative d’une langue vivante : on les enseignait comme le latin ou le grec,
c’est-à-dire, comme des langues mortes et on avait recours à la langue maternelle et
à la traduction.. On peut noter cependant que ce méthodologie est marquée par :

 L’importance donnée à la grammaire : Chaque leçon est organisée d’un point


grammatical : l’exposé de la leçon et l’explication progressive des règles sont
suivis d’une batterie d’exercices d’application. Donc, la grammaire est
explicite.

 L’enseignement d’une langue normative centrée sur l’écrit :


Tema 1 1
Malgré la présence d’exercices de prononciation qui sont en réalité tous
orientés vers l’oralissation de l’écrit, c’est l’écrit qui prédomine. Le pont
grammatical adopté est illustré par une phrase d’auteur de textes littéraires qui
représentaient le « bon usage. »
 Le recours à la traduction :on apprend le vocabulaire normalement par cœur
et pat thèmes.
L’importance de la littérature comme couronnement de l’apprentissage d’une
langue et constitue l’objectif ultime de l’apprentissage d’une langue étrangère
dans l’enseignement traditionnel des langues.

1.2 LA MÉTHODOLOGIE DIRECTE

La « méthode directe » s’oppose systématiquement à la méthodologie traditionnelle


de grammaire-traduction. On emploie la langue orale sans passer par l’intermédiaire
de la forme écrite, et à la grammaire étrangère sans passer par l’intermédiaire de la
règle explicite.Les caractéristiques essentielles de la méthodologie directe sont :

 La grammaire est présentée sous la forme inductive et implicite :


À partir d’exemples on conduit l’apprenant à découvrir les régularités de
certaines structures et à induire la règle.
 L’accent est mis sur l’acquisition de l’oral et l’étude de la prononciation :
L’écrit est d’abord envisagé essentiellement comme un auxiliaire de l’oral
(dictée…).
 L’apprentissage du vocabulaire courant de plus concret au plus abstrait L’on
part du connu pour aller vers l’inconnu, du plus simple au plus compliqué
 L’approche globale du sens : Dégager l’idée d’ensemble, le sens général,
prévaut toujours sur la perception du détail ou l’explication des mots.

1.3 LA MÉTHODOLOGIE AUDIO-ORALE : LA MÉTHODOLOGIE DE L’ARMÉE

On peut situer l’âge d’or des méthodes audio-orales au cours des années 50 (mais
expérimentés aux Etats Unis durant la 2ème guerre mondial par l’armée dans les
années 1942-1943).Elles représentent un pas important dans l’évolution de
l’enseignement des Langues Vivantes Etrangères.
La priorité y est donnée à l’oral, et la langue étrangère est présentée à travers une
mise en dialogues de structures, d’énonces-modèles, sur la base d’une progression
grammaticale guidée par la préoccupation contrastiviste (confrontation de la langue
maternelle ou de la langue étrangère). L’exercice structural et le laboratoire des
langues sont les instruments privilégiés de l’acquisition et de la fixation
d’automatismes linguistiques.. Les enregistrements de différentes voix des natives,
bénéficiaient les atouts de la prononciation. Les exercices étaient surtout de
répétition et de discrimination auditive
Ces exercices mettent en relation les éléments de la phrase et permettent de
pratiquer trois types d’opérations :
1. Des substitutions sur l’axe paradigmatique (pronominalisation).

Tema 1 2
2. Des additions sur l’axe syntagmatique (l’insertion de certains
éléments à des endroits clés de la phrase)
3. Des transformations (nominalisation et passif) ou même des
transpositions.

Quant à la grammaire, la mémorisation et l'imitation commandent l’acquisition d’une


grammaire inductive, implicite et l’apprentissage privilégie la forme au détriment du
sens : le vocabulaire occupe une place secondaire et il est limité au vocabulaire de
base.

Cette méthode a été très vite mise en question à cause de sa lassitude tan au pont
de vue pratique comme au point de vue théorique.

1.4 MÉTHODOLOGIE STRUCTURO-GLOBALE AUDIO-VISUELLE (SGAV)

1.4.1 LES FONDEMENTS THÉORIQUES

La méthodologie structuro-globale audio-visuelle a sensiblement évolué depuis son


apparition et a produit plusieurs générations d’outils pédagogiques. Cette
méthodologie s’appuie sur deux courants théoriques :

D’une théorie linguistique : notion de la situation visualisée, comme


capable de faire apparaitre les protagonistes, les lieux, et les
circonstances du dialogue, au moyen de séquences d’images.
D’une théorie psychologique de l’apprentissage : les conditionnements
qui faisaient passer l’acquisition de langues étrangères acquises par
réitération. Les exercices structuraux qui sont les exercices de
conditionnement construits sur les modèles « Stimulus=Réponse=
Renforcement ».

Il s’agit d’une conception de la langue comme système et comme un réseau


d’habitude.

1.4.2 CHOIX MÉTHODOLOGIQUES

On donne tout d’abord une priorité à l’oral. Par rapport aux méthodes
traditionnelles, les méthodes audio-visuelles donnent très largement la priorité à l’oral
et l’écrit est conçu comme un prolongement de l’oral.

Il faut agir avec une progression rigide. Les contenus s’organisent en allant du plus
simple au plus complexe .

L’organisation des leçons a un caractère systématique : les différentes phases se


succèdent selon le même ordre :

 Présentation du dialogue enregistre et des images fixes.


 Explication du dialogue par séquences.
Tema 1 3
 Mémorisation
 Exploitation
C’est par leur caractère systématique que les méthodes audio-visuelles présentent
une garantie de succès pour l’acquisition d’une langue étrangère. D’autre part, le fait
que la langue soit présentée à l’élève en situation lui permet de l’apprendre comme
outil de communication, mais ces types de méthodes laissent peu de place à
l’initiative de l’élève.

La méthodologie SGAV accorde donc la priorité des priorités à l’oral et s’attache à


travers des dialogues élaborés à partir d’un contenu linguistique (structural et lexical)
qui s’inscrit dans une progression rigoureuse. On refuse catégoriquement
enseignement grammatical explicite, tout comme la traduction et le recours à la
langue maternelle de l’apprenant.
Ce projet a été mis en place pour faire face essentiellement à trois problèmes
politiques de la France au lendemain de la Seconde Guerre mondiale :1. reconquérir
un certain attrait à l’étrangère,2 répandre cette langue dans les territoires d’outre-mer
et remédier ainsi aux insuffisances de la scolarisation dans ces colonies et, enfin,
3.l’enseigner à une nouvelle vague d’immigrants afin de favoriser leur intégration.
Il est conçu comme un instrument efficace pour la diffusion large et rapide de la
langue française.

1.4.3 LES CRITIQUES


Les critiques portent sur plusieurs aspects.
 Les types de langues, proposées dans les dialogues sont très éloignées de la
réalité, et le décalage entre la méthode et le contact direct avec la langue
étrangère peut être déroutant pour l’élève.
 La rigidité de la démarche audio-visuelle avec ses règles peut, en lieu d’être
sécurisantes pour l’élève, provoquer la démotivation.
Enfin, ces méthodes conçues essentiellement pour des adultes et dans le cadre d’un
enseignement intensive donnent des résultats décevants dans un cadre scolaire.

1.4.4 ÉVOLUTION DES METHODES AUDIO-VISUELLES

Le passage entre méthode audio-visuelle et approche communicatives est marqué


par une étape intermédiaire à partir des années 70. Cette étape se caractérise par
une réflexion sur la pratique des méthodes audio-visuelles et par l’apparition de
méthodologies ou des méthodes, présentant des caractéristiques différentes des
premières MAV (Méthodes Audio-visuelles).
Les MAV de « 2ème génération » évoluent vers une plus grande souplesse
d’utilisation, proposant des dialogues proches de la réalité et donnant plus initiative à
l’élève.
Les méthodes des années 70, tout en conservant des éléments de la MAV (priorité à
l’oral, utilisation des images fixes, dialogues comme point de départ de la leçon,
exercices systématiques), introduisent des principes tels que :
1. Organiser les unités en fonction d’objectif de communication.

Tema 1 4
2. Diversifier les personnages, les situations et proposer des thèmes plus
proches des préoccupations des adultes.
3. Introduire des documents semi-authentiques et plusieurs variétés du
français parlé.
4. Proposer des procédures pédagogiques plus diversifiés et des activités
de conceptualisation.

La leçon SGAV repose sur différentes phases appelées les moments de la classe
et qui ont chacune un objectif précis

Une phase de présentation du dialogue. Objectif principal : compréhension globale


de la situation.

Une phase d’explication. Objectif : expliquer les éléments nouveaux et assurer que
l’élève isole correctement chaque unité sonore.

Une phase de répétition. Objectif : correction de la phonétique et la mémorisation


des structures et du dialogue.

Une phase d’exploitation et ou de réemploi.

Une phase de transposition. Objectif : réutilisation avec plus de spontanéité des


éléments acquis.

2. LA DIDACTIQUE DU FLE: NOUVELLES TENDANCES.LES APPROCHES


COMMUNICATIFS.

2.1.L'ÉLABORATION MÉTHODOLOGIQUE

Toute élaboration méthodologique en matière de FLE peut aujourd’hui s'appliquer


dans divers domaines de la connaissance : des Sciences du Langage et de la
Communication (sociolinguistique, pragmatique, analyse de la conversation…) aux
Sciences de l’éducation, la Psychologie, l’Anthropologie, la Sociologie, etc.

L'Elaboration méthodologique doit être fondée non seulement sur une Le public à
qui on souhaite enseigner sinon aussi de produire des instruments de travail et à
fabriquer des matériels à finalité pratique : manuels, cours de langue, dossiers…
Cette démarche, il convient de le souligner, est une démarche souhaitable : elle doit
être inscrite dans les produits présentes au professeur de français, qu’il s’agisse de
telle méthode pour débutants ou de tel matériel complémentaire pour apprenants
avancés.

Le terme de « méthodologie » apparaissant aujourd’hui comme trop exclusif, on lui


préfère celui d’ « approches » et de « démarches ». Cette variété méthodologique,
qui devient un argument publicitaire, ne s’encombre souvent plus de cohérence et se
déclare résolument éclectique.

2.2. L'ENSEIGNEMENT FONCTIONNEL ET L'APPROCHE COMMUNICATIVE

Tema 1 5
« Approche communicative » et « enseignement fonctionnel » tendent
aujourd’hui à designer un seul et même corps de la doctrine théorique et
méthodologique.

ENSEIGNEMENT FONCTIONNEL

Le français fonctionnel est à distinguer du français instrumental.

Le « Français instrumental » (appellation qui désigne des orientations et pratiques


pédagogiques nées pour l’essentiel en Amérique latine) répond à des nécessités et
se plie à des contraintes particulières de l’enseignement du français à l’étranger. Le
français est connu ici comme un instrument d’accès à un certain type d’information
(en général écrite)

En bref, la dénomination « Français fonctionnel » est désigné dans un premier temps


comme un enseignement linguistique spécialise (scientifique/technique) en direction
de publics « professionnels » , il semble, cependant, que rapidement sont définis, en
termes de communication, en fonction des « besoins (langagiers) », des publics
vises, des besoins non seulement professionnels mais aussi permettant l’accès à
des échanges langagiers dans la société française.

Ceci signifie que la langue est pleinement reconnue comme pratique sociale.

La notion de compétence de communication est bien le noyau dur de la didactique


actuelle du FLE. Mais le nouveau discours pédagogique associe en général à ce
mot clé (et à ceux d’ « acte de parole » et de pratique de langage de
communication », sans oublier « authenticité ») les termes de « besoins
(langagiers) », de « publics (d’apprenants) », pour parler souvent de « stratégies »
(d’enseignement/apprentissage) et aussi d’ »autonomie (de l’apprenant).

L'APPROCHE COMMUNICATIVE

L’approche communicative, d’origine anglo-saxonne, semble s’imposer en France au


milieu des années 70.

Il vise à optimiser l’enseignement et l'apprentissage du français, se présente comme


un ensemble d’hypothèses et de consignes pour atteindre l’objectif que s’était fixé la

didactique moderne dès ses débuts : apprendre à communiquer dans une langue
étrangère. Cela signifie que les orientations méthodologiques et les matériels
proposés doivent être de mieux en mieux ciblés.(específicos)

L’approche communicative centre l’enseignement de la LE sur la communication; il


s’agit pour l’élève d’apprendre à communiquer dans la LE et d’acquérir une
compétence de communication.

Tema 1 6
LA COMPÉTENCE COMMUNICATIVE

Il s’agit d’un concept crée par .Hymes mais que d’autres linguistes ont précisé par la
suite par, nommons, par exemple, Canale et Swain et Sophie Moirand.

Canal et Swain identifient trois secteurs de compétence et définissent la


compétence de communication comme incluant trois compétences principales :
 la compétence grammaticale,
 la compétence sociolinguistique qui inclut une compétence socioculturelle et
une compétence discursive,
 une compétence stratégique ou ensembles des stratégies de communication
qui permettent de compenser les ratés de la communication.

Sophie Moirand donne une définition plus précise de la compétence de


communication en identifiant quatre composants :
 Une composante linguistique.
 Une composante discursive.
 Une composante référentielle.
 Une composante socioculturelle.

Événement et acte de parole


Un des autres apports de Dell Hymes, ce qu’il appelle le modèle Speaking. Les
composantes de ce qu’il appelle un événement de communication met en évidence
certaines relations entre les réalisations linguistiques et les éléments qui constituent
l’événement de parole : qui parle ?, à qui ? pourquoi ? et où ?

Les approches communicatives retiennent surtout le concept d’acte de parole, qui


apparaît dans les travaux de deux philosophes du langage : Austin et Searle, celui-
ci propose une classification en cinq grands types d’acte :.

 Communicatifs : promesse, offre..


 Déclaratifs : déclaration, condamnation
 Directifs : ordre, question, requête, permission.
 Expressifs : félicitations, excuse, remerciement, salutation.
 Représentatifs : assertion, information.

2.3.LES PRINCIPES RETENUS DANS LES APPROCHES COMMUNICATIVES

Un programme d’enseignements d’une langue prenne en compte les différentes


composantes de la compétence de communication, but de notre enseignement :
La compétence linguistique : l’apprenant qui ne la possède pas aura des problèmes
pour communiquer.
La compétence sociolinguistique :sensibiliser l’apprenant aux règles sociales
d’utilisation de la langue étrangère pour utiliser les énoncés appropriés à une
situation donnée.
La compétence discursive : la sensibilisation de l’apprenant aux différents types de
discours..

Tema 1 7
La compétence référentielle : la méconnaissance d’éléments référentiels fait qu’une
partie du sens d’un échange peut nous échapper.
 Les approches communicatives essaient de mettre en relation sens et syntaxe
dans les programmes d’enseignement.
 Travailler sur le discours. Il s’agit de privilégier comme support
d’enseignement des documents qui présentent des échanges complets, ce qui
permet d’intégrer plusieurs niveaux d’analyse.
 Utilisation des documents authentiques :
Pour motiver positivement les apprenants et favoriser leur autonomie
d’apprentissage.
 Enseigner la langue dans sa dimension sociale.. À travers les documents,
dialogues ou textes, les personnages mis en scène vont utiliser des registres
de langue divers et avoir des rôles sociaux très variés.
 Progression de l’apprentissage en spirale. Ceci signifie que chaque point est
abordé en plusieurs étapes et que l’itinéraire entre ces étapes peut être
modifiable selon la progression des apprenants.
 Favoriser la production des apprenants. Il s’agit de donner à l’apprenant des
occasions multiples et variées de produire dans la langue étrangère..
 Les activités créatives qui donnent une grande part d’initiative à l’apprenant.
Outre les activités de compréhension, les activités d’expression sont de
différents types : documents visuels et écrits, simulation ou jeux de rôle,
jeux…
 Le fonctionnement du groupe classe : les négociations.
1.- Interactions entre apprenants : le climat d’écoute vise à sécuriser
l’apprenant pour qu’il puisse dépasser ses inhibitions, ses difficultés, ses
erreurs.
2.- Interactions enseignants/apprenants : une des meilleurs façons
d’impliquer dans son apprentissage est de le faire participer à la gestion
de cet apprentissage.

CONCLUSION

Le développement de la compétence communicative est le but principal de notre


entreprise en tant qu'enseignants de la langue française. Posséder la compétence
communicative, c’est non seulement être capable de comprendre et de produire des
énoncés acceptables (compétence linguistique), mais aussi et surtout de
comprendre et de produire des énoncés adéquats aux situations psycho-
socioculturelles qui se présentent.

Tema 1 8