Vous êtes sur la page 1sur 390

TOPOGRAPHIE

13 avril 2017

Immeuble « La Vigie »  20 quai Malbert  CS 42905  29229 BREST cedex 2  Tél. 02 98 46 38 39  Fax. 02 98 46 46 64
20 Quai MALBERT
CS 42905
29229 BREST Cedex 2

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement sous quelque support que ce soit le
présent ouvrage (art. L 122-4 et L 122-5 du Code de la propriété intellectuelle) sans
l'autorisation de l'éditeur.
TABLE DES MATIÈRES

TABLE DES MATIÈRES

i TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

ii TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

I. LES LECTURES DE CARNETS ............................................................................................................. 1


I.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................... 3
I.1.1. Test des commandes de levé ........................................................................................................... 3
I.1.2. Test des hauteurs de prisme............................................................................................................ 3
I.2. LECTURE DES CARNETS TRIMBLE GDM ...................................................................................... 4
I.2.1. Description des fichiers carnets ..................................................................................................... 4
I.2.2. Lecture d’un carnet Trimble GDM ................................................................................................. 5
I.2.3. Modification du paramétrage ......................................................................................................... 6
I.3. LECTURE DES CARNETS TRIMBLE ZEISS® .................................................................................10
I.3.1. Description des fichiers carnets ....................................................................................................10
I.3.2. Configuration de l’identifiant dans le fichier Zeiss.ini ..................................................................12
I.3.3. Lecture d’un carnet Zeiss ..............................................................................................................12
I.3.4. Modification du paramétrage ........................................................................................................13
I.4. LECTURE DES CARNETS TRIMBLE JOBXML ..............................................................................16
I.4.1. Lecture d’un carnet JobXML .........................................................................................................16
I.4.2. Modification du paramétrage ........................................................................................................17
I.5. LECTURE DES CARNETS LANDXML ............................................................................................19
I.5.1. Lecture d’un carnet LandXML ......................................................................................................19
I.5.2. Modification du paramétrage ........................................................................................................20
I.6. LECTURE DES CARNETS WILD®/LEICA .......................................................................................22
I.6.1. Description des fichiers carnets ....................................................................................................22
I.6.2. Lecture d’un carnet Wild®/Leica ...................................................................................................23
I.6.3. Modification du paramétrage ........................................................................................................24
I.7. LECTURE DES CARNETS NIKON®/PSION® ...................................................................................28
I.7.1. Description des fichiers carnets ....................................................................................................28
I.7.2. Lecture d’un carnet Nikon®/Psion .................................................................................................29
I.7.3. Modification du paramétrage ........................................................................................................30
I.8. LECTURE DES CARNETS NIKON®/ATLAS ....................................................................................31
I.8.1. Description des fichiers carnets ....................................................................................................31
I.8.2. Lecture d’un carnet Nikon®/Atlas ..................................................................................................32
I.8.3. Modification du paramétrage ........................................................................................................33
I.9. LECTURE DES CARNETS NIKON®/KHEOPS .................................................................................35
I.9.1. Description des fichiers carnets ....................................................................................................35
I.9.2. Lecture d’un carnet Nikon®/Kheops ..............................................................................................36
I.9.3. Modification du paramétrage ........................................................................................................37
I.10. LECTURE DES CARNETS SOKKIA® ...............................................................................................38
I.10.1. Description des fichiers carnets ....................................................................................................38
I.10.2. Lecture d’un carnet Sokkia ............................................................................................................39
I.10.3. Modification du paramétrage ........................................................................................................40
I.11. LECTURE DES CARNETS TOPCON® GT7 ......................................................................................42
I.11.1. Description des fichiers carnets ....................................................................................................42
I.11.2. Lecture d’un carnet TopCon® GT7................................................................................................43
I.11.3. Modification du paramétrage ........................................................................................................44
I.12. LECTURE DES CARNETS GEOMAX X-PAD RAW®......................................................................45
I.12.1. Description des fichiers carnets ....................................................................................................45
I.12.2. Lecture d’un carnet X-Pad Raw ....................................................................................................47
I.12.3. Modification du paramétrage ........................................................................................................48
I.13. LECTURE DES CARNETS TOPOJIS®-PC .........................................................................................49
I.13.1. Description des fichiers carnets Topojis® .....................................................................................49
I.13.2. Lecture d’un carnet Topojis®-Pc ..................................................................................................50
I.14. LECTURE DES CARNETS AU FORMAT SÉPARATEUR ..............................................................51
I.15. LECTURE DES CARNETS AU FORMAT COLONNÉ .....................................................................51
I.16. IMPORTATION DEPUIS UNE BASE DE DONNÉES ......................................................................52
I.17. CRÉATION DES SCANS (*.PTS) .......................................................................................................52

iii TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

II. EXPORTATIONS DE CARNETS ..........................................................................................................53


II.1. GÉNÉRALITÉS ....................................................................................................................................55
II.2. EXPORTATION AU FORMAT GÉOBASE .......................................................................................55
II.3. EXPORTATION AU FORMAT SÉPARATEUR ................................................................................56
II.4. EXPORTATION AU FORMAT COLONNÉ .......................................................................................57
II.5. EXPORTATION AU FORMAT TOPOJIS®-PC ..................................................................................58
II.6. EXPORTATION AU FORMAT WILD®/LEICA® ...............................................................................59
II.7. EXPORTATION AU FORMAT TRIMBLE GDM ..............................................................................60
II.8. EXPORTATION AU FORMAT SOKKIA ...........................................................................................61
II.9. EXPORTATION AU FORMAT DXF VERSION 12...........................................................................62
II.10. EXPORTATION VERS UNE BASE DE DONNÉES ..........................................................................63

III. L’ÉDITEUR DE GÉOBASES .................................................................................................................65


III.1. GÉNÉRALITES ....................................................................................................................................67
III.2. TYPES D’ÉLÉMENTS .........................................................................................................................68
▪ Description d’une station de levé ..................................................................................................68
▪ Description d’une visée de référence ............................................................................................68
▪ Description d’une visée de mesure ................................................................................................68
▪ Description d’une lecture de nivellement arrière sur une mire .....................................................69
▪ Description d’une lecture de nivellement avant sur une mire .......................................................69
▪ Description d’un point ...................................................................................................................70
▪ Description d’un cheminement polygonal lancé ou en antenne. ...................................................70
▪ Description d’un cheminement polygonal encadré ou fermé. .......................................................71
▪ Description d’une ligne de commentaire. ......................................................................................71
▪ Description d’une commande de géocodification. ........................................................................71
▪ Description d’un appareil de levé. ................................................................................................71
III.3. LA BARRE DE MENUS ......................................................................................................................72
III.3.1. Le menu fichier ..............................................................................................................................72
III.3.2. Le menu édition .............................................................................................................................73
III.3.3. Le menu contextuel ........................................................................................................................74
III.3.4. Le menu affichage..........................................................................................................................75
III.3.5. Le menu lecture .............................................................................................................................75
III.3.6. Le menu export ..............................................................................................................................75
III.3.7. Le menu calculs .............................................................................................................................76
III.3.8. Le menu outils ...............................................................................................................................76
III.3.9. Le menu codification .....................................................................................................................79
III.4. LA BARRE D’OUTILS ........................................................................................................................80
III.5. MODIFICATIONS D’ÉLÉMENTS......................................................................................................82
III.6. CRÉATION D’UN NOUVEL ÉLÉMENT ...........................................................................................86
III.7. CONSTANTES DE PRISME ...............................................................................................................88
III.7.1. Affichage des constantes ................................................................................................................88
III.7.2. Modification des constantes ..........................................................................................................88
III.7.3. Option de l’Éditeur ........................................................................................................................88
III.8. REIMMATRICULATION DES ÉLÉMENTS......................................................................................89
III.9. TESTER LA COHÉRENCE .................................................................................................................90
III.10. CONTRÔLE DES POINTS DOUBLES (CODE) ................................................................................91
III.11. ÉLIMINATION DES POINTS DOUBLES (MATRICULE) ...............................................................92
III.12. CONTRÔLE DE PRÉCISION ..............................................................................................................93
III.12.1. L’arrêté du 16 Septembre 2003 .....................................................................................................93
III.12.2. Utilisation de la commande ...........................................................................................................94
III.13. CHANGEMENT DE PROJECTION ....................................................................................................95
III.13.1. Format de la Grille planimétrique de l’IGN .................................................................................96
III.13.2. Format de la Grille altimétrique de l’IGN ....................................................................................97
III.13.3. Algorithme de la conversion ..........................................................................................................97

iv TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

IV. LES OPTIONS DU CALCUL .................................................................................................................99


IV.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................101
IV.2. PARAMÉTRAGE DES LISTINGS ....................................................................................................101
IV.2.1. Paramètres généraux...................................................................................................................101
IV.2.2. Points rayonnés ...........................................................................................................................102
IV.2.3. Configuration des listings ............................................................................................................102
IV.2.3.1. Paramètres généraux .................................................................................................................... 102
IV.2.3.2. Format de la page ......................................................................................................................... 103
IV.2.3.3. En-tête et pied de page ................................................................................................................. 105
IV.3. PARAMÉTRAGE DE L’ÉDITEUR DE GÉOBASE .........................................................................107
IV.3.1. Paramètres généraux...................................................................................................................107
IV.3.2. Nombre de décimales affichées ...................................................................................................107
IV.3.3. Réduction des stations .................................................................................................................107
IV.3.4. Elimination des points doubles ....................................................................................................107
IV.3.5. Couleurs des éléments .................................................................................................................108
IV.3.6. Polices d’affichage ......................................................................................................................108
IV.4. LIEN AVEC BASE DE DONNÉES ...................................................................................................109
IV.5. PARAMÉTRAGE DES CALCULS TOPOMÉTRIQUES .................................................................110
IV.5.1. Paramètres généraux...................................................................................................................110
IV.5.2. Options des cheminements...........................................................................................................110
IV.5.3. Options des points rayonnés ........................................................................................................110
IV.5.4. Option de calcul de triangulation ................................................................................................111
IV.5.5. Option de calcul d’intersection ...................................................................................................111
IV.6. DÉFINITION DES APPAREILS........................................................................................................111
IV.7. CORRECTIONS ET PROJECTIONS ................................................................................................112
IV.7.1. Les corrections dues à la projection ............................................................................................113
IV.7.2. Fichier d’initialisation .................................................................................................................113
IV.7.3. Utilisation ....................................................................................................................................113
IV.8. TOLÉRANCES POUR LE NIVELLEMENT GÉOMETRIQUE .......................................................114
IV.9. TOLÉRANCES POUR LES CALCULS DE CHEMINEMENTS .....................................................115

V. LES CALCULS TOPOMÉTRIQUES ..................................................................................................117


V.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................119
V.2. NOTATIONS UTILISÉES .................................................................................................................120
V.3. CALCUL D’INTERSECTIONS .........................................................................................................121
V.3.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................122
V.3.2. Méthode de calcul........................................................................................................................122
V.3.3. Exemple de listing de calcul ........................................................................................................123
V.4. CALCUL D’INTERSECTIONS AVEC UN PLAN ...........................................................................124
V.4.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................125
V.4.2. Méthode de calcul........................................................................................................................125
V.4.3. Exemple de listing de calcul ........................................................................................................126
V.5. CALCUL DE RELÈVEMENTS .........................................................................................................127
V.5.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................128
V.5.2. Méthode de calcul........................................................................................................................128
V.5.3. Exemple de listing de calcul ........................................................................................................129
V.6. CALCUL DE RECOUPEMENTS ......................................................................................................130
V.6.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................131
V.6.2. Méthode de calcul........................................................................................................................131
V.6.3. Exemple de listing de calcul ........................................................................................................132
V.7. CALCUL DE STATIONS EXCENTRÉES ........................................................................................133
V.7.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................133
V.7.2. Méthode de calcul........................................................................................................................134
V.7.3. Exemple de listing........................................................................................................................134
V.8. CALCUL DE TRIANGULATIONS ...................................................................................................135
V.8.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................136

v TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

V.8.2. Méthode de calcul........................................................................................................................136


V.8.3. Exemple de listing de calcul ........................................................................................................137
V.9. CALCUL DE V0 DE STATIONS ......................................................................................................138
V.9.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................139
V.9.2. Méthode de calcul........................................................................................................................139
V.9.3. Exemple de listing de calcul ........................................................................................................140
V.10. CALCUL DE CHEMINEMENTS POLYGONAUX .........................................................................141
V.10.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................142
V.10.2. Méthodes de calcul ......................................................................................................................142
V.10.3. Exemples de listings ....................................................................................................................144
V.11. CALCUL DE POINTS RAYONNÉS .................................................................................................146
V.11.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................147
V.11.2. Exemple de fichier listing des résultats .......................................................................................147
V.12. RECALCUL NUAGES DE POINTS..................................................................................................148
V.13. CALCULS DE NIVELLEMENT .......................................................................................................149
V.14. CALCUL DE NIVELLEMENT SIMPLE ..........................................................................................150
V.14.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................150
V.14.2. Méthode de calcul........................................................................................................................150
V.14.3. Exemples de listings de calcul .....................................................................................................151
V.15. CALCUL DE NIVELLEMENT ALLER-RETOUR...........................................................................152
V.15.1. Principe d’utilisation ...................................................................................................................152
V.15.2. Méthode de calcul........................................................................................................................152
V.15.3. Exemple de listing de calcul ........................................................................................................153
V.16. CALCULS EN BLOC .........................................................................................................................154
V.16.1. Principe du calcul en bloc ...........................................................................................................155
V.16.2. Possibilités de calcul ...................................................................................................................156
V.16.3. Exemple de listing de calcul ........................................................................................................157

VI. GÉOCODIFICATION ...........................................................................................................................161


VI.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................163
VI.2. CODE TERRAIN, SUFFIXE, PREFIXE, SÉPARATEURS ..............................................................163
VI.3. LA RÉPÉTITION AUTOMATIQUE DU CODE ...............................................................................164
VI.4. L’INSERTION DE POINTS TOPOGRAPHIQUES ..........................................................................165
VI.5. CONVENTION DU LEVÉ .................................................................................................................166
VI.6. ÉDITEUR DE GÉOBASES ET COMMANDES DE GÉOCODIFICATION ....................................166

VII. LES TYPES DE CODES ........................................................................................................................167


VII.1. LES POINTS TOPOGRAPHIQUES ..................................................................................................169
VII.1.1. Point topo sans orientation..........................................................................................................169
VII.1.2. Point topo avec orientation .........................................................................................................169
VII.1.3. Définit l’orientation des points topographiques ..........................................................................170
VII.1.4. Met à zéro l’orientation des points topographiques ....................................................................170
VII.2. LES SYMBOLES ...............................................................................................................................171
VII.2.1. Orientation des symboles.............................................................................................................172
VII.2.2. Annulation de l’orientation des symboles ....................................................................................172
VII.2.3. Symbole non orienté ....................................................................................................................173
VII.2.4. Symbole circulaire par centre et rayon .......................................................................................174
VII.2.5. Symbole circulaire par diamètre .................................................................................................175
VII.2.6. Symbole circulaire sur 3 points ...................................................................................................176
VII.2.7. Symbole orienté simple ................................................................................................................177
VII.2.8. Symbole orienté sur 1 point avec EchY = 1 .................................................................................178
VII.2.9. Symbole carré par deux points diagonaux ..................................................................................179
VII.2.10. Symbole par 2 points – EchX = 1, EchY = 1 ...............................................................................179
VII.2.11. Symbole homothétique par 2 points .............................................................................................180
VII.2.12. Symbole par 2 points – EchX = Distance ou Par1 , EchY = 1 ....................................................181
VII.2.13. Symbole par 2 points – EchX = Distance , EchY = Par1 ............................................................182

vi TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

VII.2.14. Symbole par 3 points – EchX = D12 , EchY = hauteur ...............................................................183


VII.2.15. Symbole par 3 points – EchX = D12 , EchY = D23 ....................................................................184
VII.2.16. Symbole composé sans échelle ....................................................................................................185
VII.2.17. Symbole composé avec échelle du 1er symbole ............................................................................186
VII.2.18. Symbole composé avec échelle des 2 symboles ...........................................................................187
VII.2.19. Entrée avec piliers levée par deux points ....................................................................................189
VII.2.20. Alignement de symboles identiques .............................................................................................189
VII.3. LES FIGURES GÉOMÉTRIQUES ....................................................................................................190
VII.3.1. Cercle par centre+rayon ou centre+point ..................................................................................190
VII.3.2. Cercle par centre+diamètre ou 2 pts du diamètre ......................................................................191
VII.3.3. Cercle sur 3 pts successifs ou non (répétition automatique) .......................................................192
VII.3.4. Carré par 2 points diagonaux .....................................................................................................192
VII.3.5. Carré par les 2 points d’un côté ..................................................................................................193
VII.3.6. Rectangle par 3 points (hauteur) .................................................................................................194
VII.3.7. Rectangle par 3 points (distance) ................................................................................................195
VII.4. LES LIAISONS...................................................................................................................................196
VII.4.1. Liaison principale ........................................................................................................................196
VII.4.2. Cas particulier des talus ..............................................................................................................203
VII.4.3. Perpendiculaire au dernier segment ...........................................................................................204
VII.4.4. Prolongement du dernier segment ...............................................................................................205
VII.4.5. Intersection décalée .....................................................................................................................206
VII.4.6. Parallèle ......................................................................................................................................207
VII.5. LES ESCALIERS ...............................................................................................................................208
VII.5.1. Escalier par 3 points, régulier .....................................................................................................208
VII.5.2. Escalier par 3/4 points, avec seuil ...............................................................................................209
VII.5.3. Escalier par 4 points, quadrilatère ..............................................................................................210
VII.5.4. Escalier par 2 points, rattaché à une liaison ...............................................................................211
VII.5.5. Escalier par 4 points, quadrilatère + Largeur ............................................................................212
VII.6. LES MARQUAGES............................................................................................................................213
VII.6.1. Passage piéton .............................................................................................................................213
VII.6.2. Passage vélo 5x5 .........................................................................................................................213
VII.7. LES TEXTES ......................................................................................................................................214
VII.7.1. Texte non orienté .........................................................................................................................214
VII.7.2. Texte orienté par un second point ...............................................................................................215
VII.8. LES ATTRIBUTS ...............................................................................................................................216
VII.8.1. Cache Attribut spécifié dans la table de codes ............................................................................216
VII.8.2. Ajoute Attribut à un symbole .......................................................................................................217
VII.8.3. Ajoute attribut à un point topo ....................................................................................................218
VII.9. DIVERS ..............................................................................................................................................219
VII.9.1. Raccroche point levé sur point le plus proche .............................................................................219
VII.9.2. Accrochage sur liaison proche ....................................................................................................220
VII.9.3. Accrochage par matricule ...........................................................................................................221
VII.10. LES CONSTRUCTIONS ....................................................................................................................222
VII.10.1. Perpendiculaire sur les 2 derniers (ou prochains) points levés. .................................................222
VII.10.2. Symétrique par rapport au dernier point levé .............................................................................223
VII.10.3. Intersection par les distances ......................................................................................................224

VIII. LA TABLE DE CODES .........................................................................................................................225


VIII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................227
VIII.2. LA BARRE DE MENUS ....................................................................................................................228
VIII.2.1. Le menu fichier ............................................................................................................................228
VIII.2.2. Le menu édition ...........................................................................................................................228
VIII.2.3. Le menu Code Terrain .................................................................................................................228
VIII.2.4. Le menu Table de codification.....................................................................................................229
VIII.3. LA BARRE D’OUTILS ......................................................................................................................230
VIII.4. LES PARAMÈTRES GÉNÉRAUX....................................................................................................231

vii TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

VIII.4.1. Généralités ..................................................................................................................................231


VIII.4.2. Les paramètres de la table...........................................................................................................231
VIII.4.3. Les paramètres communs à l’ensemble des codes .......................................................................232
VIII.4.4. Les paramètres de liaison ............................................................................................................233
VIII.4.5. Paramètres des points topographiques non codés.......................................................................233
VIII.5. LE PARAMÉTRAGE D’UN CODE ..................................................................................................234
VIII.5.1. Généralités ..................................................................................................................................234
VIII.5.2. Le code, son type, sa répétition automatique et son commentaire ..............................................234
VIII.5.3. Les points topographiques ...........................................................................................................234
VIII.5.4. Les symboles ................................................................................................................................235
VIII.5.5. La symbolique..............................................................................................................................236
VIII.5.6. Les textes .....................................................................................................................................237
VIII.5.7. Les unités .....................................................................................................................................237

IX. GÉNÉRATION DU DESSIN .................................................................................................................239


IX.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................241
IX.2. LES PARAMÈTRES DU TRAITEMENT .........................................................................................241
IX.2.1. Le fichier récapitulatif des erreurs ..............................................................................................241
IX.2.2. Les erreurs de traitement .............................................................................................................241
IX.2.3. Enregistrement des commandes interprétées dans la GéoBase...................................................246
IX.3. CARACTÉRISTIQUES DU TRAITEMENT .....................................................................................246
IX.3.1. Etendue du traitement..................................................................................................................246
IX.3.2. Entités à traiter ............................................................................................................................246
IX.4. FUSION D’UNE CODIFICATION ....................................................................................................246
IX.5. PALETTES D’OUTILS ......................................................................................................................247
IX.5.1. Création à partir d’une table de codes ........................................................................................247
IX.5.2. Création à partir d’une base d’article .........................................................................................248
IX.5.3. Regroupement de palettes ............................................................................................................248

X. DOCUMENT D’ARPENTAGE NUMÉRIQUE ..............................................................................................249


X.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................251
X.2. CONFIGURATION ............................................................................................................................253
X.2.1. Onglet « Cadastre ».....................................................................................................................253
X.2.2. Onglet « Division » ......................................................................................................................253
X.2.3. Onglet « Construction » ..............................................................................................................254
X.2.4. Onglet « Chemise verte ».............................................................................................................254
X.3. IMPORT DONNÉES DGI (PCI VECTEUR/PCI RASTER)..............................................................255
X.3.1. Import PCI VECTEUR (DXF) .....................................................................................................255
X.3.2. Import PCI VECTEUR (EDIGéO)...............................................................................................255
X.3.3. Import PCI RASTER (TIF) ..........................................................................................................258
X.4. CADASTRE EXISTANT ...................................................................................................................259
X.4.1. Identification d’une ancienne parcelle ........................................................................................259
X.4.2. Edition d’une ancienne parcelle ..................................................................................................259
X.4.3. Ajout des points de rattachement cadastre ..................................................................................259
X.5. MONTAGE PAR INTÉGRATION DE LEVÉ (AUTOMATIQUE) ..................................................260
X.5.1. Extraction des données topographiques ......................................................................................260
X.5.2. Importation des données topographiques ....................................................................................261
X.6. MONTAGE PAR INTÉGRATION DE LEVÉ (SEMI-AUTOMATIQUE) .......................................264
X.6.1. Calage et transformation de Helmert ..........................................................................................264
X.6.2. Création des points finaux adaptés..............................................................................................265
X.6.3. Limites nouvelles .........................................................................................................................265
X.7. MONTAGE TRADITIONNEL PAR MESURE DE DISTANCES ....................................................266
X.7.1. Points de construction .................................................................................................................266
X.7.2. Points nouveaux...........................................................................................................................268
X.7.3. Limites nouvelles .........................................................................................................................268
X.8. HABILLAGE – SIGNE DE MITOYENNETÉ ET BARRER EN VERT ..........................................269

viii TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

X.9. CALCUL DES SURFACES - ÉDITION CHEMISE VERTE ............................................................270


X.10. EXTRAIT CADASTRAL ...................................................................................................................273
X.11. INSERTION PV NORMALISÉ..........................................................................................................274
X.12. GÉNÉRATION DES FICHIERS D’ÉCHANGE DU DA NUMÉRIQUE ..........................................275
X.13. IMPORTATION DES FICHIERS D’ÉCHANGE DU DA NUMÉRIQUE ........................................277
X.14. REUNION DE PARCELLES .............................................................................................................278
X.15. RÉAFFECTATION DE COMMUNE-DÉPARTEMENT ..................................................................278

XI. RÉFÉRENTIEL FONCIER UNIFIÉ ....................................................................................................279


XI.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................280
XI.2. IMPORT OBJETS RFU-GÉOFONCIER ...........................................................................................280
XI.3. INFORMATIONS SUR UN OBJET RFU ..........................................................................................283
XI.4. EXPORT OBJETS RFU-GÉOFONCIER ...........................................................................................284
XI.5. DÉCONNEXION DU PORTAIL GÉOFONCIER .............................................................................287
XI.6. ASSISTANT D’EXPORT GML .........................................................................................................287
XI.7. ÉTAPE 1 : IDENTIFICATION...........................................................................................................289
XI.8. ÉTAPE 2 : SYSTÈMES DE PROJECTION .......................................................................................290
XI.9. ÉTAPE 3 : LIMITES NOUVELLES ..................................................................................................290
XI.10. ÉTAPE 4 : DISCONTINUITÉS ..........................................................................................................291
XI.11. ÉTAPE 5 : ATTRIBUTS DES SOMMETS ........................................................................................292
XI.12. ÉTAPE 6 : FICHIER D’EXPORT RFU..............................................................................................293
XI.13. RÉSULTATS GML ............................................................................................................................293

XII. LE LEVÉ D’INTÉRIEUR ......................................................................................................................295


XII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................297
XII.2. CALCUL DE LA LIGNE MOYENNE SUR UN SEMIS DE POINT ...............................................298
XII.3. CALCUL DE POINTS ALIGNÉS ......................................................................................................299
XII.4. LIGNE 2 POINTS + 2 DISTANCES ..................................................................................................300
XII.5. POLYLIGNE À ANGLES DROITS...................................................................................................301
XII.6. AJUSTEMENT DE POLYGONE ......................................................................................................302
XII.7. AJUSTEMENTS MULTIPLES ..........................................................................................................303
XII.7.1. Saisie du levé ...............................................................................................................................303
XII.7.2. Saisie des contraintes ..................................................................................................................305
XII.7.3. Le contrôle des chaînes de cotes .................................................................................................307
XII.7.4. L’ajustement ................................................................................................................................308
XII.7.5. Le dessin ......................................................................................................................................309
XII.8. CRÉATION D’AXES .........................................................................................................................310
XII.9. PERCEMENT DES MURS ................................................................................................................310
XII.10. NETTOYAGE DES INTERSECTIONS.............................................................................................311
XII.11. DESSIN DES PORTES.......................................................................................................................312
XII.12. DESSIN DES FENÊTRES ..................................................................................................................314
XII.13. GESTION DES MODÈLES DE PORTES ET FENÊTRES ...............................................................316
XII.14. CONTOURS, SURFACES ET CENTROÏDES ..................................................................................317
XII.14.1. Centroïdes ...................................................................................................................................317
XII.14.2. Gestion des centroïdes .................................................................................................................317
XII.14.3. Edition des centroïdes .................................................................................................................318
XII.14.4. Contours ......................................................................................................................................319
XII.14.5. Listing de centroïdes....................................................................................................................320
XII.15. COTATION LINÉAIRE .....................................................................................................................321
XII.16. GESTION DES NIVEAUX DE PRÉCISION ....................................................................................323

XIII. COPROPRIÉTÉ .....................................................................................................................................325


XIII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................327

ix TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

XIII.2. LA BARRE DE MENUS ....................................................................................................................328


XIII.2.1. Réduction automatique ................................................................................................................328
XIII.2.2. Les différentes zones ....................................................................................................................328
XIII.2.3. La zone de paramétrage ..............................................................................................................329
XIII.2.4. La zone de gestion du projet ........................................................................................................329
XIII.2.5. La zone des lots ...........................................................................................................................330
XIII.2.6. La zone des parties communes ....................................................................................................330
XIII.2.7. La zone des pièces .......................................................................................................................330
XIII.2.8. La zone des modifications............................................................................................................331
XIII.2.9. La zone des calculs ......................................................................................................................331
XIII.2.10. La zone des listings ......................................................................................................................331
XIII.2.11. La zone des modificatifs de copropriété ......................................................................................332
XIII.3. PARAMÉTRAGE ...............................................................................................................................333
XIII.3.1. Paramétrage général ...................................................................................................................333
XIII.3.2. Les tables de coefficients .............................................................................................................335
XIII.3.2.1. Les coefficients de niveau ............................................................................................................. 335
XIII.3.2.2. Les coefficients de forme des lots .................................................................................................. 335
XIII.3.2.3. Les coefficients d’ensoleillement ................................................................................................... 335
XIII.3.2.4. Les coefficients de nature des lots ................................................................................................. 336
XIII.3.2.5. Les coefficients de pièces .............................................................................................................. 336
XIII.3.2.6. Les coefficients de hauteur ............................................................................................................ 337
XIII.4. LE PROJET .........................................................................................................................................338
XIII.4.1. Création du projet .......................................................................................................................338
XIII.4.2. Édition des coefficients du projet ................................................................................................338
XIII.4.3. Suppression du projet de copropriété ..........................................................................................338
XIII.5. LES LOTS ...........................................................................................................................................339
XIII.5.1. Création des lots ..........................................................................................................................339
XIII.5.2. Édition d’un lot ............................................................................................................................341
XIII.5.3. Suppression d’un lot ....................................................................................................................342
XIII.5.4. Déplacement du numéro ..............................................................................................................342
XIII.5.5. Uniformisation des numéros ........................................................................................................342
XIII.5.6. Symboles d’ensoleillement ...........................................................................................................342
XIII.5.7. Création d’un îlot ........................................................................................................................342
XIII.5.8. Suppression d’un îlot ...................................................................................................................342
XIII.6. LES PARTIES COMMUNES .............................................................................................................343
XIII.6.1. Création d’une partie commune ..................................................................................................343
XIII.6.2. Edition d’une PC .........................................................................................................................343
XIII.6.3. Déplacement du nom ...................................................................................................................344
XIII.6.4. Uniformisation des noms .............................................................................................................344
XIII.6.5. Création d’un îlot ........................................................................................................................344
XIII.6.6. Suppression d’un îlot ...................................................................................................................344
XIII.7. LES PIÈCES .......................................................................................................................................345
XIII.7.1. Création d’une pièce ...................................................................................................................345
XIII.7.2. Edition d’une pièce ......................................................................................................................346
XIII.7.3. Suppression d’une pièce ..............................................................................................................347
XIII.7.4. Création d’un îlot ........................................................................................................................347
XIII.7.5. Suppression d’un îlot ...................................................................................................................347
XIII.7.6. Import Measurix ..........................................................................................................................347
XIII.8. LES MODIFICATIONS .....................................................................................................................348
XIII.8.1. Réunion de deux lots ....................................................................................................................348
XIII.8.2. Division de lot .............................................................................................................................348
XIII.8.3. Changer une pièce de lot .............................................................................................................349
XIII.8.4. Changement de nom des bâtiments..............................................................................................349
XIII.8.5. Renumérotation par bâtiment ......................................................................................................349
XIII.8.6. Permuter deux lots .......................................................................................................................349
XIII.8.7. Renumérotation totale .................................................................................................................350
XIII.8.8. Modification de l’ordre des lots ..................................................................................................350
XIII.9. LES CALCULS...................................................................................................................................351

x TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

XIII.9.1. Superficies pondérées ..................................................................................................................351


XIII.9.2. Tantièmes généraux .....................................................................................................................353
XIII.9.3. Charges spéciales ........................................................................................................................354
XIII.10. LES LISTINGS ...................................................................................................................................356
XIII.10.1. L’Etat Descriptif de Division .......................................................................................................356
XIII.10.2. Le tableau récapitulatif de l’EDD ...............................................................................................358
XIII.10.3. Le listing des parties communes (AM) .........................................................................................359
XIII.10.4. Le tableau récapitulatif (AM) ......................................................................................................360
XIII.10.5. Le récapitulatif des charges ........................................................................................................361
XIII.10.6. L’attestation Carrez.....................................................................................................................362
XIII.10.7. Création d’un fichier d’échange CSV..........................................................................................364
XIII.11. ANNEXES ..........................................................................................................................................365
XIII.11.1. Utilisation des variables dans les listings ...................................................................................365
XIII.11.2. Les duplex ....................................................................................................................................366
XIII.11.3. Les balcons et terrasses ...............................................................................................................366
XIII.11.4. Les parties de lot dans d’autres bâtiments ..................................................................................366
XIII.11.5. Les escaliers intérieurs ................................................................................................................366
XIII.12. LES MODIFICATIFS .........................................................................................................................367
XIII.12.1. Saisie de la situation ancienne ....................................................................................................367
XIII.12.2. Création d’un nouveau modificatif ..............................................................................................368
XIII.12.3. Paramétrage du modificatif .........................................................................................................368
XIII.12.4. Table des coefficients ..................................................................................................................368
XIII.12.5. Division d’un lot ..........................................................................................................................368
XIII.12.6. Réunion de lots ............................................................................................................................369
XIII.12.7. Privatisation d’une partie commune ...........................................................................................369
XIII.12.8. Annulation d’un lot ......................................................................................................................369
XIII.12.9. Changement d’affectation d’un lot ..............................................................................................370
XIII.12.10. Calcul des tantièmes ....................................................................................................................370
XIII.12.11. Calcul des charges anciennes et nouvelles ..................................................................................372
XIII.12.12. Listing de la situation ancienne ...................................................................................................372
XIII.12.13. Listing de la situation nouvelle ....................................................................................................373
XIII.12.14. Listing de concordance................................................................................................................373
XIII.12.15. Listing des charges ......................................................................................................................374

xi TOPOGRAPHIE
TABLE DES MATIÈRES

xii TOPOGRAPHIE
LES LECTURES DE CARNETS

I. LES LECTURES DE CARNETS

1 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS

2 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Généralités

I.1. GÉNÉRALITÉS

Les lectures de carnets permettent de transformer un carnet terrain d’un format particulier vers le
format GéoBase COVADIS reconnu par les fonctions de calcul et l’éditeur de GéoBases. Cette
transformation s’opère soit depuis l’éditeur de GéoBases soit depuis le menu COV.CALCULS de
COVADIS.
Cette transformation s’effectue dans une fenêtre permettant de sélectionner le carnet brut, le fichier
de paramétrage, la GéoBase résultante et la table de codes si vous souhaitez interpréter les codes
au cours de cette opération. Vous pouvez aussi choisir un appareil de levé qui sera placé en début
de GéoBase pour corriger une erreur de collimation verticale ou une constante de prisme. Si aucun
appareil n’est indiqué, l’appareil standard (ni collimation verticale, ni constante de prisme) sera
utilisé par défaut lors des calculs.
Etant donné la diversité des formats de stockage des informations de levé, plusieurs fichiers de
paramétrage sont prévus. Les paramètres contenus dans ces fichiers fournis par défaut ne
correspondent pas forcément à la façon dont vous avez configuré votre instrument. Il est donc
important de connaître les spécificités de chaque instrument et de savoir modifier un fichier de
paramétrage.

Ce chapitre passe en revue les différents formats de stockage pris en compte ainsi que les
possibilités de paramétrage de COVADIS CALCULS TOPO.

REMARQUE :
Lorsque vous faites une lecture de carnet depuis l’éditeur de GéoBase, vous pouvez compléter la GéoBase courante ou créer une
nouvelle GéoBase.

I.1.1. Test des commandes de levé


Avant d’effectuer la lecture d’un carnet avec utilisation d’une table de codes (la case située devant la table de codes doit être cochée),
le programme vérifie qu’aucune commande de levé ne corresponde à un code de la table et arrête la lecture le cas échéant.
Dans les versions antérieures à la version 9.1g de COVADIS, lorsque vous utilisiez une même valeur pour une commande du levé
(station, référence, hauteur de prisme ou excentrement) et
pour un code de dessin (défini dans la table des codes
spécifiée), le programme donnait la priorité à la commande
de levé, considérée comme plus importante.
Le test affiche le message ci-contre et interrompt la lecture
afin de modifier soit le paramétrage des commandes de levé
soit la table de codes. Le test affiche la première commande
de levé conflictuelle.

I.1.2. Test des hauteurs de prisme


A l’issue de la lecture d’un carnet contenant des Mesures ou Références,
COVADIS affiche le message ci-contre si au moins une observation possède
une hauteur de prisme nulle.
Il est possible de désactiver ce contrôle pour un type de lecture de carnet
donné. Pour cela, éditez le fichier CalTopo.ini situé dans le répertoire
\Config de COVADIS et recherchez la rubrique (par exemple
[Carnet.Wild]) correspondant au type de carnet à modifier.
Ajoutez la ligne suivante dans la rubrique, à la suite des autres paramètres pour le carnet en question:
TestHpNulle=0
Vous pouvez rétablir le contrôle des hauteurs de prisme nulles en mettant cette valeur à 1.
TestHpNulle=1
N’oubliez pas d’enregistrer le fichier CalTopo.ini pour valider les modifications apportées.

3 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble GDM

I.2. LECTURE DES CARNETS TRIMBLE GDM

I.2.1. Description des fichiers carnets


Il existe deux types principaux de fichiers issus de carnets Trimble GDM :
• Une donnée par ligne, limitée à 16 caractères.
Exemple : 2=1
3=1.467
4=10

• Une ligne par groupe de données (station, référence, mesure, …)
Exemple : 2=1 3=1.467 4=10
5=2 4=0 6=1.600 7=216.2305 8=93.8045 9=29.74

Les principaux groupes de données sont les suivants :


1. Station
2=1 label station : 2 matricule de la station : 1
3=1.467 label hauteur d’instrument : 3 valeur : 1.467 m
4=10 label symbole : 4 symbole : 10
2. Référence
62=R.10 label pour le matricule : 62 matricule du point : R.10
4=10 label pour le code du point : 4 code : 10
6=1.452 label pour la hauteur de prisme : 6 valeur : 1.452 m
7=378.4589 label pour l’angle horizontal (position I) : 7 valeur : 378.4589 gr
8=99.6878 label pour l’angle vertical (position I) : 8 valeur : 99.6878 gr
9=78.587 label pour la distance inclinée : 9 valeur : 78.587 m
10=0.385 label pour la dénivelée : 10 valeur : 0.385 m
11=78.586 label pour la distance horizontale : 11 valeur : 78.586 m
17=178.4589 label pour l’angle horizontal (position II) : 17 valeur : 178.4589 gr
18=300.3122 label pour l’angle vertical (position II) : 18 valeur : 300.3122 gr

3. Mesure
5=102 label pour le matricule : 5 matricule du point : 102
4=12 label pour le code du point : 4 code : 12
6=1.452 label pour la hauteur de prisme : 6 valeur : 1.452 m
7=378.4589 label pour l’angle horizontal (position I) : 7 valeur : 378.4589 gr
8=99.6878 label pour l’angle vertical (position I) : 8 valeur : 99.6878 gr
9=78.587 label pour la distance inclinée : 9 valeur : 78.587 m
10=0.385 label pour la dénivelée : 10 valeur : 0.385 m
11=78.586 label pour la distance horizontale : 11 valeur : 78.586 m
17=178.4589 label pour l’angle horizontal (position II) : 17 valeur : 178.4589 gr
18=300.3122 label pour l’angle vertical (position II) : 18 valeur : 300.3122 gr

4. Point (calculé par la station ou GPS)


5=105 label pour le matricule : 5 matricule du point : 105
38=995425.458 label pour la coordonnée est (X) : 38 valeur : 995425.458 m
37=102354.256 label pour la coordonnée nord (Y) : 37 valeur : 102354.256 m
39=102.546 label pour l’altitude du point (Z) : 39 valeur : 102.546 m
4=10 label pour le code du point : 4 symbole : 10
5. Commentaire
50=98156 label pour le numéro de JOB : 50 numéro de JOB : 98156
51=03-17-98 label pour la date : 51 date : 17 mars 1998
52=10:45:28 label pour l’heure : 52 heure : 10 heures 45 minutes 28 secondes

4 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble GDM

6. Labels personnalisables
Les labels à partir de 90 sont personnalisables. Ils peuvent ainsi être utilisés pour :
• indiquer que le point rayonné associé à la mesure courante ne devra pas être calculé en Z,
• donner le code symbole à affecter à toutes les mesures suivantes (jusqu’à ce qu’un nouveau code soit donné),
• définir un label (104 par exemple) pour la codification propre au GéodatWin ®.

REMARQUES :
 Pour chaque groupe de données, le label 4 peut contenir un numéro de symbole (ex : 4=10) ou une codification étendue
(ex : 4=100.2.12) qui inclut les excentrements.
 Plusieurs données de type 4 peuvent être indiquées pour une même mesure. Pour spécifier, par exemple, le code symbole
associé à une mesure ainsi que plusieurs commandes de codification étendue.

I.2.2. Lecture d’un carnet Trimble GDM


Pour lire un fichier carnet issu d’un enregistreur Trimble GDM, vous devez sélectionner l’option « Lecture Trimble GDM » du
sous-menu Lectures carnets.
Le dialogue de configuration est alors affiché, vous permettant d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier de paramétrage
à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer (uniquement hors éditeur de GéoBase).

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui
contient les appareils définis dans les options des calculs
(fichier CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil
sélectionné sera ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à
toutes les observations du fichier. Les calculs topométriques
utiliseront ces appareils pour corriger des défauts tels que la
collimation verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut
Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone
d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton
« Parcourir ». Il est possible d’éditer directement le fichier en
utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la zone d’édition correspondante. Cette façon
de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Entrez le nom du fichier de paramétrage (un fichier par format de carnet) à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en
cliquant sur le bouton « Parcourir ». Une case de dialogue de sélection de fichier apparaît alors.
Le bouton « Modifier » permet de changer les paramètres contenus dans le fichier ‘ini’. (cf. § I.2.3 pour les détails).

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par
défaut, le programme propose le même nom que le fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’.
Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

5 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble GDM

Les commandes de levé ne doivent pas être utilisées en tant que


commandes de géocodification. Si c’est le cas, le message ci-
contre est affiché et la lecture est interrompue. Vous pouvez
toutefois effectuer la lecture en décochant la case relative à la table
de codes. Le programme indique alors les labels personnalisés que
vous utilisez.

I.2.3. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la configuration du driver pour la lecture du fichier carnet Trimble GDM.

1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer
les fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du
menu pour créer un nouveau fichier de
paramétrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage
courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet
de quitter le dialogue de paramétrage et de
revenir au dialogue de lecture du carnet.

2. Le menu Options – Paramètres spécifiques


Ces options permettent d’indiquer la position des informations par
rapport au matricule du point dans le carnet brut. Ainsi les positions de
la hauteur de prisme, de la hauteur d’instrument, des coordonnées, des
observations peuvent être décrites dans cette fenêtre.
La fusion des références permet de ne garder qu’une ligne de type
référence si l’appareil enregistre consécutivement une ligne référence
avec seulement Ah et une ligne de type mesure avec Av, Ah et Di.
De plus, la hauteur de prisme peut être considérée comme courante,
c’est-à-dire qu’une observation sans hauteur de prisme héritera de la
hauteur de prisme précédemment rencontrée.
Vous pouvez aussi définir un autre label (différent de 4) pour contenir
la codification. Cela peut être utile avec le GéodatWin® qui utilise le
label 4 pour sa propre codification.

6 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble GDM

3. Paramètres généraux
Si l’opérateur n’a pas utilisé le label 62 pour différencier les mesures et les références lors du levé, deux zones d’édition ont été
prévues pour indiquer les matricules des mesures qui doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, tout en conservant l’ensemble des données fournies avec la mesure (hauteur de prisme,
angle horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).
• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des virgules. Voici quelques exemples de listes de matricules :
1000;1001;1004 ............................................. seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ......................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références

4. Commandes du levé
Les différents paramètres de cette liste permettent d’indiquer au programme de décodage du fichier carnet :
• les labels associés aux commandes de levé,
• les symboles à utiliser par défaut pour les différents éléments de la GéoBase (si aucun autre code symbole n’est fourni dans le
groupe de données).
Pour les carnets Trimble GDM, deux nouvelles commandes peuvent être définies :
• « Point sans altitude » : qui indique que le point associé à la station, référence, ou mesure possèdera une altitude invariante et
sans valeur. Par exemple, si le label utilisé pour indiquer un point sans altitude est 95, le groupe de données d’une mesure pourrait
être :
5=132 (matricule du point = 132)
95=0 (point sans altitude, la donnée 0 est sans importance)
6=1.600 (hauteur de prisme = 1.600 m)
7=135.2564 (angle horizontal = 135.2564 gr)
8=99.2568 (angle vertical = 99.2568 gr)
9=78.562 (distance inclinée = 78.562 m)
4=10 (code du symbole = 10)
• « Symbole courant » : permet d’indiquer que toutes les mesures qui suivent auront automatiquement le code symbole associé
à ce label sauf si le label 4 est utilisé pour indiquer un code symbole spécifique. Par exemple si le label utilisé pour le symbole
courant est 91, la ligne de donnée 91=12 indique que le code symbole 12 sera affecté à toutes les mesures suivantes tant qu’un
nouveau label 91 ne sera pas utilisé pour changer le code du symbole courant (91=15). Vous pouvez désactiver le symbole
courant avec la valeur 0 (91=0).
.
.
.
91=12 (symbole courant = 12)
5=100
. (point 100 avec code symbole 12)
.
.
5=101
4=20 (point 101 avec code symbole 20)
.
.
.
5=102 (point 102 avec code symbole 12)
.
.
.
91=0 (désactivation du symbole courant)

Un code symbole peut être automatiquement affecté par défaut à tous les éléments d’une GéoBase donnant lieu à la création d’un
point après calcul (stations, références et mesures). Le code symbole sera affecté uniquement si aucune donnée spécifique n’est
indiquée (label 4) et à condition que le symbole courant ne soit pas défini.

7 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble GDM

Pour modifier un label de commande ou un code symbole par défaut, il suffit de cliquer l’élément correspondant dans la liste,
d’entrer la nouvelle valeur dans la zone de saisie prévue à cet effet, puis de cliquer sur le bouton « Modifier » pour mettre à jour la
liste.

REMARQUE :
Le paramétrage du carnet Trimble GDM permet d’étendre (nouveaux labels) et de simplifier (symboles par défaut et courants)
les possibilités de saisie.

5. Les excentrements
Les excentrements sont des valeurs numériques (distances) saisies pendant la phase de levé destinées à modifier la position d’un
point. Ils sont de trois types : radiaux, tangentiels et verticaux. Un excentrement radial modifie la distance horizontale entre l’appareil
et le point réellement levé. Un excentrement tangentiel affecte l’angle horizontal (recalculé avec la distance perpendiculaire à la
visée) et dans une moindre mesure l’angle vertical. Un excentrement vertical modifie soit la hauteur de prisme soit la hauteur
d’instrument selon qu’il s’applique à une mesure ou à une station.
La plupart des appareils de levé intègre déjà ces excentrements dans les observations. Si toutefois ce n’était pas le cas, vous avez la
possibilité d’utiliser les labels 70 ou 72 pour un excentrement radial et les labels 71 ou 73 pour un excentrement tangentiel. Une
autre possibilité est d’utiliser le label 4 suivi d’un code désignant le type d’excentrement puis de la valeur d’excentrement.
Exemple : 4 = <code>.<valeur>
Le croquis ci-contre illustre les effets des excentrements radiaux et tangentiels sur
Av une observation.
Av’
M Soient le point M réellement levé et le point M’ qui n’a pas pu être visé pour une
ER
Di raison quelconque (épaisseur du prisme, visibilité …). Sur le terrain les valeurs ER
Di’ et ET ont été mesurées. ER correspond à l’excentrement radial et ET à
O
l’excentrement tangentiel. Pendant les calculs, le logiciel recalculera l’angle
Dh M’
horizontal, l’angle vertical et la distance inclinée pour tenir compte de ces
Dh’ excentrements. Tout se passe comme si le point inaccessible avait été réellement
levé.
ET
6. Codes des champs
Cet onglet permet de spécifier l’unité des valeurs des
excentrements ainsi que d’éventuelles valeurs par défaut
(en l’absence de valeur saisie sur le terrain). Si dans le
carnet brut, les valeurs sont données en mètres, il faudra
indiquer la lettre m dans la zone intitulée « Unité de la
donnée ». Si les excentrements sont donnés en
centimètres saisissez cm (mm s’il s’agit de millimètres)
et appuyez sur le bouton « Modifier ! » pour valider la
saisie.

Les conventions de signes par défaut sont les suivantes :


• un excentrement radial s’ajoute algébriquement à la
distance horizontale.
• un excentrement tangentiel augmente l’angle
horizontal s’il est positif.
• un excentrement vertical positif augmente la hauteur
d’instrument ou diminue la hauteur de prisme.

Si vos conventions de signe sont différentes de celles utilisées par défaut, vous devrez éditer le fichier de paramétrage afin de
modifier les valeurs des variables SigneExcRad, SigneExcTan, SigneExcVer. Les valeurs acceptées sont 0 ou 1 selon le sens
dans lequel sont comptés les excentres. La valeur 1 correspondant à la convention exposée plus haut.

8 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble GDM

7. Exemple de transformation

50=98257 numéro de JOB = 98257 5=10 visée sur le point 10


51=01-04-02 date du levé 6=1.45 hauteur de prisme = 1.45 m
52=10:45:28 heure du levé 7=126.2548 angle horizontal = 126.2548 gr
2=1000 station 1000 8=101.2540 angle vertical = 101.2540 gr
3=1.60 hauteur d’instrument = 1.60 m 9=50.254 distance inclinée = 50.254 m
4=11 code symbole associé = 11 4=0 code symbole associé = 0
62=5000 visée de référence sur 5000 5=11 visée sur le point 11
7=378.4589 angle horizontal = 378.4589 gr 6=1.45 hauteur de prisme = 1.45 m
62=5001 visée de référence sur 5001 7=115.3564 angle horizontal = 115.3564 gr
6=1.45 hauteur de prisme = 1.45 m 8=99.3345 angle vertical = 99.3345 gr
7=255.4512 angle horizontal = 255.4512 gr 9=51.555 distance inclinée = 51.555 m
8=99.1524 angle vertical = 991524 gr 90=0 code personnalisé indiquant qu’il s’agit
9=131.254 distance inclinée = 131.254 m d’un point sans altitude

9 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble Zeiss®

I.3. LECTURE DES CARNETS TRIMBLE ZEISS®

I.3.1. Description des fichiers carnets


Les fichiers bruts au format Zeiss sont colonnés. Chaque observation est définie par un code d’un ou deux caractères dont la
signification est donnée dans la liste suivante :

Correction d’appareil : SV Somme des distances de visée avant


c ou dh Correction de collimation rk Indice de réfraction
i ou dv Correction d'index Lx Constante de mire
m Correction d'échelle TN Texte d'info (deb et fin de cheminement)
S Correction d'échelle TO Texte d'information général
KD Identification de point (données générales)
Paramètres physiques :
a Paramètre de transformation LAMBERT Tracé :
o Paramètre de transformation HELMERT n Nombre de sommets d'une surface
ep Notation (transformation HELMERT) nk Nombre de segments de courbe pour le
A Constante d'addition calcul de surface
C Température en Celsius Fl Surface en m²
F Température en Fahrenheit k 1 : Courbe à droite, -1 : Courbe à gauche
P Pression atmosphérique (en hPa/mb, Torr (tracé)
ou InMerc selon les cas) ou constante de B Longueur de l'arc (tracé)
prisme
R Rayon terrestre Ecarts et erreurs:
dl Ecart longitudinal
Observations : db Ecart de fermeture angulaire
D ou SD Distance selon la pente (cheminement polygonal)
E ou HD Distance horizontale ou valeur de dq Ecart latéral
l'excentrement dz Ecart en altimétrie
h Dénivelée (dZ) de Différence de coordonnées dans le système
O Distance latérale (détermination indirecte géodésique (selon sélection : E = Est, N =
de l'élévation) Nord)
Hz Angle horizontal dn Différence de coordonnées (E = Est, N =
Om Orientation (V0) Nord)
V1 Angle d'origine au zénith dr Déviation radiale pour setting out
V2 Angle d'origine à la verticale dx Différence en abscisse
V3 Angle de site dy Différence en ordonnée
V4 Pente en % SK Point centre du compensateur (composant
ih Hauteur d'instrument dans la détermination de l'erreur d'axe
th Hauteur de prisme horizontal)
SZ Point centre de l'axe de visée
Nivellement :
Me Erreur moyenne sur la référence Est
L Simple lecture de mire
mn Erreur moyenne sur la référence Nord
Lr ou Rb Lecture de mire en visée retour
mx Erreur moyenne en coordonnées sur l'axe
Lv ou Rf Lecture de mire en visée avant
des X
Lz Lecture de mire en visée additionnelle
my Erreur moyenne en coordonnées sur l'axe
sL Ecart-type de la moyenne des lectures de
des Y
mire
mz Erreur moyenne en coordonnées sur l'axe
Li Hauteur de visée minimale
des Z
dL Différence du point de Station
Z0 Hauteur de rattachement Coordonnées des points :
Z Hauteur de visée additionnelle ou de point e Coordonnée en X dans le système local (E
défini en visée avant = Est, N = Nord)
Zi Hauteur de l'instrument n Coordonnée en Y dans le système local (E
DH Dénivelée avec la mesure précédente = Est, N = Nord)
dZ Différence d'implantation, de fermeture x Coordonnées x dans le système local
d'un cheminement y Coordonnées y dans le système local
E Distance E_ Coordonnée X (E = Est, N = Nord)
Ea Distance de visée maximale N_ Coordonnée Y (E = Est, N = Nord)
Sr Somme des distances de visée retour X Coordonnée Nord
Y Coordonnée Est YT Coordonnée issue d'une transformation
XT Coordonnée issue d'une transformation Z Altitude

10 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble Zeiss®

N Coordonnée géodésique (selon sélection : Tr ou T4 A droite


E = Est, N = Nord) Ts Altimétrique
NT ou ET Coordonnée issue d'une transformation
Unités de mesure :
ft Pied
m Mètre
Excentrement : grd Grade
Tv ou T1 En avant gr Grade
Tl ou T2 E gauche DMS Degré Minute Seconde
Th ou T3 En arrière dg Degré

Structure d’une ligne du carnet au format REC 500 :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

1 0 2 4 1 0 1 2 2 4 1 6 3 0 ARBRE
Numéro
Ligne Identifiant
Espace Espace
36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81

E 1 4 2 . 1 6 3 Hz 2 1 2 . 4 1 6 3 V1 99 . 4101
Code 1 Mesure 1 Code 2 Mesure 2 Code 3 Mesure 3
Espace Espace Espace Espace Espace Espace

Chaque ligne a la même disposition : un numéro de ligne, un identifiant, trois codes suivis chacun de la mesure correspondante.
L’identifiant (position 9 à 35) permet de définir deux types de lignes :
• Les lignes de données dont l’identifiant unique est défini par la variable Zeiss.SaisieMan du fichier de paramétrage
Zeiss.ini. Ces lignes servent le plus souvent à fixer les hauteurs de prisme ou d’instrument. Les unités saisies lors du paramétrage
doivent correspondre aux valeurs contenues dans le fichier brut.
• Les lignes de mesures dont l’identifiant contient des informations relatives au point : un numéro, un code de commande, un
code de levé, une hauteur appareil ou une hauteur de prisme et éventuellement un commentaire. Le nombre et la disposition de
ces informations sont définis dans le fichier de paramétrage Zeiss.ini.

Exemple de carnet (style REC500) :

23 INT VALEURS /PR 1.000000 m 1.000000 th 1 500 ih 1500


24 110 1558 Station
25 MESURES/
26 100021 1550 Reference Hz 0.0000 V1 99.9609
27 100122 Ref Station D 58.265 Hz 0.0001 V1 99.9589
28 100222 Ref Station D 67.012 Hz 279.3877 V1 99.9133
29 1010 1500 Lampadaire E 6.415 Hz 3.4151 h 0.804
30 1110 1500 Plaqu Egout E 8.875 Hz 1.6411 h 1.035
31 1211 1500 Pt sans Z E 9.043 Hz 383.8214 h 0.937

Exemple de carnet (style Format M5) :

For M5|Adr 1|PI1 130B |X 710491.8492 m |Y 1616036.9703 |Z m 0.000 | m


For M5|Adr 2|PI1 131B |X 710487.5598 m |Y 1616016.8497 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 3|PI1 132B |X 710485.2968 m |Y 1615997.6706 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 4|PI1 1009B |X 710682.0083 m |Y 1616056.6952 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 5|PI1 1010B |X 710674.1158 m |Y 1616013.9603 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 6|PI1 1016B |X 710521.6659 m |Y 1616076.4786 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 7|PI1 1034B |X 710483.4655 m |Y 1615978.5382 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 8|PI1 1035B |X 710483.4564 m |Y 1615938.8082 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 9|PI1 1036B |X 710487.9481 m |Y 1615895.8795 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 10|PI1 1037B |X 710598.1019 m |Y 1615875.0080 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 11|PI1 1038B |X 710641.1451 m |Y 1615964.3514 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 12|PI1 1061B |X 710516.5058 m |Y 1616078.2697 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 13|PI1 1062B |X 710506.6586 m |Y 1616074.4569 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 14|PI1 1065B |X 710521.0578 m |Y 1616082.3089 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 15|PI1 1066B |X 710497.6965 m |Y 1616061.7498 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 16|PI1 1012Clou |X 710598.4211 m |Y 1616081.6958 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 17|PI1 1051Clou |X 710567.0806 m |Y 1616091.0700 |Z m 0.000 | m
For M5|Adr 18|TI STAT LIBRE | | | |
For M5|Adr 19|TI |e 1.000000 |hp 0.0000 m |hi 1.6000 m |
For M5|Adr 20|IP1 130B |SD 50.4861 m |Hz 262.63140 gon |V1 99.55668 gon |
For M5|Adr 21|IP1 132B |SD 11.8767 m |Hz 236.76439 gon |V1 101.16005 gon |
For M5|Adr 22|IP1 1036B |SD 90.7331 m |Hz 60.74696 gon |V1 102.12445 gon |

11 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble Zeiss®

For M5|Adr 23|IP1 1035B |SD 48.1806 m |Hz 67.67295 gon |V1 102.90622 gon |
For M5|Adr 24|IP1 1034B |SD 10.0310 m |Hz 100.58561 gon |V1 103.93380 gon |
For M5|Adr 25|TI COMPENS. PT ISOLE: e=libre | | | |
For M5|Adr 26|TI Ecart-Type avant comp. |sk 0.0010 m |sa 0.00030 gon | |
For M5|Adr 27|TI Ecart-Type avant comp. |sl 0 ppm | |sp 0.0000 m |
For M5|Adr 28|IP1 130B |vl -0.0017 m |va -0.00023 gon |vq -0.0002 m |
For M5|Adr 29|IP1 1036B |vl 0.0051 m |va 0.00086 gon |vq 0.0012 m |
For M5|Adr 30|IP1 1035B |vl -0.0077 m |va -0.00063 gon |vq -0.0005 m |
For M5|Adr 31|IP1 1s |X 710489.4954 m |Y 1615986.5463 m | |
For M5|Adr 32|IP1 1s |sx 0.0012 m |sy 0.0045 m | |
For M5|Adr 33|IP1 1s |e 0.999915 |Om 140.33848 gon |hi 1.7000 m |
For M5|Adr 34|IP1 1s |sm 0.000031 |so 0.00127 gon | |
For M5|Adr 35|TI STATIONNEMENT ALTIM | | | |
For M5|Adr 36|IP1 1RN |X 0.0000 m |Y 0.0000 m |Z 46.9700 m |
For M5|Adr 37|IP1 1RN |SD 17.4136 m |Hz 255.81439 gon |V1 97.88048 gon |
For M5|Adr 38|TI Distance pour unite poids |SD 30 m | | |
For M5|Adr 39|IP1 1RN | | |vz 0.0000 m |
For M5|Adr 40|IP1 1s |X 710489.4954 m |Y 1615986.5463 m |Z 45.9403 m |
For M5|Adr 41|IP1 1s | | |sz 0.0000 m |

I.3.2. Configuration de l’identifiant dans le fichier Zeiss.ini


Le fichier de paramétrage Zeiss.ini contient le paramétrage de la lecture d’un carnet Zeiss. On peut le modifier à l’aide d’un éditeur
de texte tel que le bloc-note Windows ou le bloc-notes COVADIS. L’identifiant doit être paramétré dans ce fichier avant toute
importation de carnet dans COVADIS.

Six paramètres peuvent être modifiés :


• Zeiss.SaisieMan : la constante de définition d’une ligne de données,
• Zeiss.Numero : position du numéro de point visé,
• Zeiss.Codept : position du code terrain,
• Zeiss.Type : position du type ou du code de commande de la ligne,
• Zeiss.Comment : position du commentaire,
• Zeiss.Station : position du matricule de la station,
• Zeiss.Hi : position de la hauteur d’instrument,
• Zeiss.Hp : position de la hauteur de prisme,
• Zeiss.Exc : Position de la valeur de l’excentrement.

Chaque paramètre est défini par sa première et sa dernière colonne. Dans l’exemple ci-dessus, la valeur du numéro de point
correspond aux colonnes 1 à 5. Il faut donc attribuer la valeur 1-5 au paramètre Zeiss.Numero. La valeur 0-0 signifie qu’il n’y a
pas de valeur. Il est possible d’affecter les mêmes colonnes pour plusieurs données. Cela permet d’avoir un code de commande
identique au code symbole sans le répéter.

Exemple d’identifiant et valeurs correspondantes :

Zeiss.SaisieMan=SAISIE VALEURS
1 0 2 4 1 0 1 2 2 4 1 6 3 0 ARBRE Zeiss.Numero=1-5
Zeiss.Type=6-7
Numéro Code Hauteur Commentaire Zeiss.CodePt=8-11
point point prisme Zeiss.Hp=12-15
Code Zeiss.Comment=16 -27
commande

I.3.3. Lecture d’un carnet Zeiss


Pour lire un fichier au format Zeiss, vous devez sélectionner
l’option « Lecture Zeiss » du sous-menu Lectures carnet.

Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous


permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer.
1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient
les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera
ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les
observations du fichier. Les calculs topométriques utiliseront
ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

12 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble Zeiss®

2. Carnet brut
Saisissez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Saisissez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur
le bouton « Parcourir ».
Le Bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin).

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en
cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par défaut, le programme propose le même nom que le
fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’. Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la
transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de GéoBases. Vous pouvez alors compléter la
GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

I.3.4. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la confi-
guration du driver de lecture du fichier carnet Zeiss®.

1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer
les fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du
menu pour créer un nouveau fichier de
paramétrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage
courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet
de quitter le dialogue de paramétrage du driver et
de revenir au dialogue de lecture du carnet.

13 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble Zeiss®

2. Le menu Options
Ce menu permet de décrire, dans la zone des 27 caractères, la position des différentes
informations qui y sont rencontrées. Par exemple, le numéro du point sera positionné
entre les caractères 1 et 5.
La zone d’édition intitulée « Définition d’une ligne de données » permet de saisir
une chaîne de caractères indiquant une entrée manuelle sur le terrain. Si cette chaîne
de caractères est trouvée dans la zone des 27 caractères l’interprétation par
découpage de la zone des 27 caractères est ignorée et seules les informations saisies
par l’opérateur (en général une hauteur de prisme ou une hauteur d’instrument) sont
prises en compte.

3. Paramètres généraux
Si les commandes Référence ou Référence angulaire n’ont pas été utilisées lors
du levé pour les mesures des références dans le carnet, deux zones d’édition ont été
prévues pour indiquer les matricules des mesures qui doivent être transformées en
références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont
les matricules sont spécifiés dans cette zone de saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données
fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).

• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des tirets.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références

4. Commandes du levé
Chaque ligne de mesure est définie par un code de commande dont l’emplacement à l’intérieur de l’identifiant est spécifié dans le
fichier de paramétrage Zeiss.ini par le paramètre Zeiss.Type.
Les différentes commandes pour lesquelles il est possible de fixer un code sont :
• « Station » : permet d’indiquer le code carnet utilisé lors de la saisie d’une station. Par défaut, le programme considère que le
code de commande d’une station est 10. La saisie du code carnet correspondant à une station est impérative.
• « Référence » : permet d’indiquer le code utilisé dans le carnet pour indiquer une référence. Seule la mesure suivante sera
interprétée comme étant une référence.
• « Référence angulaire » : cette commande est identique à la précédente, mais l’angle vertical et la distance inclinée,
n’apparaîtront pas dans la GéoBase.
• « Mesure » : permet d’indiquer le code utilisé dans le carnet pour signaler une mesure. Le code de commande
par défaut est 51.
• « Point sans altitude » : permet d’indiquer le code utilisé dans le carnet pour signaler que le point correspondant sera sans
altitude significative. Dans ce cas, lors de la lecture du carnet, le programme va créer automatiquement un point sans altitude.
Le code de commande par défaut est 11.
Pour augmenter les possibilités de paramétrage des carnets Zeiss®, il est possible de définir plusieurs codes pour une même
commande. Pour cela, il suffit de sélectionner la commande dans la liste puis de cliquer sur le bouton « Ajouter ».
Le bouton « Supprimer » permet d’enlever une occurrence de commande multiple de la liste.

REMARQUE :
Il est impératif de ne jamais utiliser plusieurs fois le même code pour deux commandes différentes, l’interprétation par le
programme étant, dans ce cas, totalement aléatoire.

14 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble Zeiss®

5. Commandes du levé
Cet onglet permet de spécifier l’unité des valeurs des excentrements. Si dans le carnet brut, les valeurs sont données en mètres, il
faudra indiquer la lettre m dans la zone intitulée « Unité de la donnée ». Si les excentrements sont donnés en centimètres saisissez
cm, mm s’il s’agit de millimètres et appuyez sur le bouton modifier pour valider la saisie.

Les conventions de signes par défaut sont les suivantes :


• un excentrement radial s’ajoute algébriquement à la distance horizontale.
• un excentrement tangentiel augmente l’angle horizontal s’il est positif.
• un excentrement vertical positif augmente la hauteur d’instrument et diminue la hauteur de prisme.
Si vos conventions de signes sont différentes de celles utilisées par défaut, vous devrez éditer le fichier de paramétrage afin de
modifier les valeurs des variables SigneExcRad, SigneExcTan, SigneExcVer. Les valeurs acceptées sont 0 ou 1 selon le sens
dans lequel sont comptés les excentres. La valeur 1 correspondant à notre convention.

15 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble JobXML®

I.4. LECTURE DES CARNETS TRIMBLE JOBXML

Trimble a défini sa propre norme XML pour les carnets de


terrain. Il s’agit du format JobXML (extension jxl ).

I.4.1. Lecture d’un carnet JobXML


Pour lire un fichier au format JobXML, vous devez sélectionner
l’option « Lecture Trimble (JobXML) » du sous-menu
Lectures carnet.

Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous


permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les observations
du fichier. Les calculs topométriques utiliseront ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation verticale ou une
constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut
Saisissez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Saisissez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur
le bouton « Parcourir ».
Le Bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin).

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en
cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par défaut, le programme propose le même nom que le
fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’. Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la
transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de GéoBases. Vous pouvez alors compléter la
GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

16 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble JobXML®

I.4.2. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la configuration
du driver de lecture du fichier carnet Zeiss®.

1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer les
fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du menu
pour créer un nouveau fichier de paramétrage sans
nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet de
quitter le dialogue de paramétrage du driver et de
revenir au dialogue de lecture du carnet.

2. Le menu Options
Ce menu donne accès à la définition des attributs de codes contenus dans le fichier d’extension fxl de l’appareil assimilable à la
table de codes de l’appareil.
 « Fusionner les références multiples successives » :
Cette case à cocher simplifie la GéoBase en conservant la ligne
la plus complète correspondant à la visée d’orientation de la
station.
 « Supprimer les espaces dans les liaisons » :
Dans le fichier JobXML, les codes sont séparés par un espace.
Les codes de contrôle (équivalents des suffixes de liaison
COVADIS) sont également séparés par un espace. Cette case à
cocher permet de recoller le code de contrôle au code de liaison.
Le bouton est utilisé pour indiquer le fichier d’extension fxl à
importer. La question suivante vous est posée :

Répondez « Oui » pour remplacer les codes de contrôle par les


suffixes de la table de codes COVADIS.
Une fois les attributs affichés pour chaque code, vous pouvez indiquer le numéro de paramètre correspondant.au code COVADIS.
Par exemple, sur le terrain le code 100 est utilisé avec les attributs « 100 Diamètre tronc » = 0.5 et « 100 Diamètre feuillage » = 6.
Le code dans la GéoBase sera 100+0.5+6 si le séparateur de paramètres de la table est « + ». Les attributs sans numéro de paramètre
ne seront pas transformés en paramètre du code et deviendront des attributs dans la GéoBase (information sans effet sur le dessin).
Les autres boutons sont utilisés pour ajouter ou supprimer un attribut de code non présent dans le fichier d’extension fxl.

17 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Trimble JobXML®

3. Paramètres généraux
Si les commandes Référence ou Référence angulaire n’ont pas été utilisées lors du levé pour les mesures des références dans le
carnet, deux zones d’édition ont été prévues pour indiquer les matricules des mesures qui doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle
horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).

• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des tirets.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures numérotées de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références

4. Commandes du levé
Indiquez ici les codes par défaut pour les mises en station, les références, les mesures et les points sans altitude.
REMARQUE :
Il est impératif de ne jamais utiliser plusieurs fois le même code pour deux commandes différentes, l’interprétation par le
programme étant, dans ce cas, totalement aléatoire.

5. Codes des champs


Cet onglet permet de spécifier l’unité des valeurs des excentrements. Si dans le carnet brut, les valeurs sont données en mètres, il
faudra indiquer la lettre m dans la zone intitulée « Unité de la donnée ». Si les excentrements sont donnés en centimètres saisissez
cm, mm s’il s’agit de millimètres et appuyez sur le bouton modifier pour valider la saisie. Vous pouvez également donner une
valeur par défaut pour chaque excentrement.

Les conventions de signes par défaut sont les suivantes :


• un excentrement radial s’ajoute algébriquement à la distance horizontale.
• un excentrement tangentiel augmente l’angle horizontal s’il est positif.
• un excentrement vertical positif augmente la hauteur d’instrument et diminue la hauteur de prisme.
Si vos conventions de signes sont différentes de celles utilisées par défaut, vous devrez éditer le fichier de paramétrage afin de
modifier les valeurs des variables SigneExcRad, SigneExcTan, SigneExcVer. Les valeurs acceptées sont 0 ou 1 selon le sens
dans lequel sont comptés les excentres. La valeur 1 correspondant à notre convention.

18 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets LandXML®

I.5. LECTURE DES CARNETS LANDXML

La norme LandXML permet de stocker les informations de carnet. Cette nouvelle commande effectue la conversion d’un carnet de
ce format au format GéoBase. Leica utilise également ce format étendu par une partie HexagonLandXML.

I.5.1. Lecture d’un carnet LandXML


Pour lire un fichier au format LandXML, vous devez sélectionner l’option « Lecture LandXML » du sous-menu Lectures carnet.

Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous


permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient
les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera
ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les
observations du fichier. Les calculs topométriques utiliseront
ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation
verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut
Saisissez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Saisissez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur
le bouton « Parcourir ».
Le Bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin).

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en
cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par défaut, le programme propose le même nom que le
fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’. Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la
transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

19 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets LandXML®

I.5.2. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la configuration
du driver de lecture du fichier carnet Zeiss®.

1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer les
fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du menu
pour créer un nouveau fichier de paramétrage sans
nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet de
quitter le dialogue de paramétrage du driver et de
revenir au dialogue de lecture du carnet.

2. Le menu Options
Ce menu donne accès à la définition des attributs de codes pour les carnets spécifiques LandXML de Leica.
«  Transformer les excentres d’appareil en commentaire » : cochez cette case si les angles et distances tiennent déjà compte
de excentres.
«  Utiliser tous les attributs de code comme paramètres de commande » : si cette case n’est pas cochée, seuls les attributs
définis dans la liste seront utilisé comme paramètres de code.
Pour définir des attributs comme paramètres, utilisez le bouton .
Le bouton efface la ligne et le bouton met à jour la ligne
courante avec les valeurs contenues dans les champs d’édition.
Le numéro de paramètre est important. Par exemple, sur le terrain le
code 100 est utilisé avec les attributs « Attribut1 » = 0.5 et
« Attribut2 » = 6.
L’image suivante illustre une partie du fichier LandXML :

Le code dans la GéoBase sera 100+0.5+6 si le séparateur de


paramètres de la table est « + ». Les attributs 3 et 4 sans numéro
de paramètre ne seront pas transformés en paramètre du code et
deviendront des attributs dans la GéoBase (information sans effet
sur le dessin).
Il est à noter que le l’information codeLinework correspond au
suffixe des liaisons COVADIS. Ainsi, une valeur du
codeLinework différente de « none » sera ajoutée au code.

20 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets LandXML®

3. Paramètres généraux
La position des codes, avant ou après la mesure, ne concerne que les codes libres saisis sur le terrain. En effet les autres codes sont
directement stockés sur le point dans le fichier LandXML.
Si les commandes Référence ou Référence angulaire n’ont pas été utilisées lors du levé pour les mesures des références dans le
carnet, deux zones d’édition ont été prévues pour indiquer les matricules des mesures qui doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle
horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).

• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des tirets.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures numérotées de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références

4. Commandes du levé
Indiquez ici les codes par défaut pour les mises en station, les références, les mesures et les points sans altitude.
REMARQUE :
Il est impératif de ne jamais utiliser plusieurs fois le même code pour deux commandes différentes, l’interprétation par le
programme étant, dans ce cas, totalement aléatoire.

5. Codes des champs


Cet onglet permet de spécifier l’unité des valeurs des excentrements. Si dans le carnet brut, les valeurs sont données en mètres, il
faudra indiquer la lettre m dans la zone intitulée « Unité de la donnée ». Si les excentrements sont donnés en centimètres saisissez
cm, mm s’il s’agit de millimètres et appuyez sur le bouton modifier pour valider la saisie. Vous pouvez également donner une
valeur par défaut pour chaque excentrement.

Les conventions de signes par défaut sont les suivantes :


• un excentrement radial s’ajoute algébriquement à la distance horizontale.
• un excentrement tangentiel augmente l’angle horizontal s’il est positif.
• un excentrement vertical positif augmente la hauteur d’instrument et diminue la hauteur de prisme.
Si vos conventions de signes sont différentes de celles utilisées par défaut, vous devrez éditer le fichier de paramétrage afin de
modifier les valeurs des variables SigneExcRad, SigneExcTan, SigneExcVer. Les valeurs acceptées sont 0 ou 1 selon le sens
dans lequel sont comptés les excentres. La valeur 1 correspondant à notre convention.

21 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Wild®/Leica

I.6. LECTURE DES CARNETS Wild®/Leica

I.6.1. Description des fichiers carnets


Les fichiers carnets au format Leica® se composent de lignes de commandes et de lignes de mesures. Chaque ligne est divisée en
plusieurs champs de 16 ou 24 caractères (informations sur 8 ou 16 caractères).
Chaque champ est divisé en deux groupes d’informations : le premier décrit la donnée, le second la contient.
Pour les lignes de mesures, les deux premiers caractères des champs déterminent automatiquement le type des données contenues
(matricule de point, angle horizontal, etc.).
Pour les lignes de commande, les deux premiers caractères des champs sont toujours 41 pour le premier champ, 42 pour le second,
43 pour le troisième etc.
Par contre, il n’est pas possible de déterminer automatiquement le type de la donnée contenue dans un champ, c’est la raison pour
laquelle le paramétrage doit être effectué avec soin.

REMARQUE :
Pour les stations de la série TPS1200, vous pouvez utiliser le fichier de format Leica\TPS1200\Format pour
LGO\COVADIS.FRT du CD d’installation dans Leica Geo Office pour vider directement au format GéoBase COVADIS.

1. Ligne de commande
Une ligne de commande contient toujours au moins un champ dont les deux premiers caractères sont 41. Les quatre caractères
suivants indiquent le numéro de la ligne dans le carnet et ne sont pas utilisés. Après le caractère ‘+’ vient le code de la commande.
C’est ce code qui doit être spécifié lors du paramétrage pour que le programme puisse interpréter correctement la commande.

Exemples :

• 410001+00000009 42....+00009866
Le code 00000009 indique, s’il est associé à la commande « Commentaire », qu’il s’agit d’une ligne de commentaire, et
que le champ 42 contient ce commentaire (dans cet exemple, 9866 est le numéro du dossier).

• 410002+00000001 42....+00006001 43....+00001547


Le code 00000001 indique, s’il est associé à la commande « Station », qu’il s’agit d’une description de station, le champ
42 contenant le matricule de la station et le champ 43 contenant la hauteur d’instrument (ici en millimètres).

• 410003+00000002 42....+00001270
Le code 00000002 indique, s’il est associé à la commande « Hauteur de prisme », qu’il s’agit d’une nouvelle hauteur de
prisme à appliquer aux mesures suivantes, le champ 42 contenant la hauteur de prisme (ici en millimètres).

• 410004+00000010 42....+00000STA
Le code 00000010 indique, s’il est associé à la commande « Symbole du point suivant », que l’élément précédent ou
suivant (selon la position des codes) doit prendre STA comme code symbole.

• 410005+00000003
Le code 00000003 indique, s’il est associé à la commande « Référence », que la mesure précédente ou suivante (selon la
position des codes) est une référence.

• 410006+0000S105
Le code 0000S105, s’il ne correspond à aucune commande, indique que l’élément précédent ou suivant (selon la position des
codes) doit prendre S105 comme code symbole.

REMARQUE :
En fonction des personnalisations des carnets Leica®, certains codes de commande (Référence, Symbole du point suivant, Point
sans altitude) peuvent être placés avant ou après l’élément auquel ils se rapportent (mesure ou station). Il faudra donc faire très
attention aux paramètres choisis afin que le carnet puisse être interprété correctement.

22 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Wild®/Leica

2. Ligne de mesure
Une ligne de mesure contient toujours au moins un champ dont les deux premiers caractères sont 11. Les quatre caractères suivants
indiquent le numéro de la ligne dans le carnet et ne sont pas utilisés. Le septième caractère n’est jamais utilisé lui non plus, par
contre, les huit (ou seize) suivants correspondent au matricule du point associé à la mesure.
Les autres champs rencontrés dans les lignes de mesure sont essentiellement les suivants :
• 21… : angle horizontal mesuré.
• 22… : angle vertical mesuré.
• 31… : distance inclinée mesurée.
• 81… : abscisse (X) d’un point connu ou GPS.
• 82… : ordonnée (Y) d’un point connu ou GPS.
• 83… : altitude (Z) d’un point connu ou GPS.
• 87… : hauteur de prisme utilisée pour la mesure.

Le programme effectue toutes les conversions nécessaires pour ramener les observations dans les unités de la GéoBase, c’est-à- dire
les mètres et les grades.
Exemples :
110004+00006002 21.102+39999980 22.102+10449760 31..00+00077712
110005+00000001 21.102+00316450 22.102+10450460 31..00+00069333
...
110106+00006521 21.322+34542650 22 322+09964900 31 00+00043672 81.00+09967687 82.00+11031424 83..00+00000525
110107+00006522 21.322+12545658 22 322+09945856 31 00+00050215 81.00+09965465 82.00+11041515 83..00+00001256

I.6.2. Lecture d’un carnet Wild®/Leica


Pour lire un fichier carnet issu d’un enregistreur Wild®/Leica, vous devez sélectionner l’option « Lecture Wild » dans le sous-menu
Lectures carnets de COVADIS ou de l’éditeur de GéoBases.

Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous


permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient
les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera
ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les
observations du fichier. Les calculs topométriques utiliseront
ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation
verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).
2. Carnet brut
Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <SHIFT> + <CTRL> et un clic droit de la souris
dans la zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Entrez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton
« Parcourir ».
Le bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin pour plus de détails).

23 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Wild®/Leica

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par
défaut, le programme propose le même nom que le fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’.
Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

I.6.3. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la confi-
guration du driver de lecture du fichier carnet
Wild®/Leica.

1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer
les fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du
menu pour créer un nouveau fichier de
paramétrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage
courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet
de quitter le dialogue de paramétrage du driver et
de revenir au dialogue de lecture du carnet.

2. Le menu Options – Paramètres spécifiques


Ces options permettent d’indiquer la position des hauteurs de prisme courante et ponctuelle indépendamment de la position générale
du code.
Sur le terrain, une mesure ou une référence peut être affectée de plusieurs
hauteurs de prisme mais une seule sera retenue à l’issue de la lecture. Cette
valeur peut être :
• une hauteur de prisme ponctuelle (notée HPP dans la suite),
• une hauteur de prisme courante (notée HPC dans la suite),
• une hauteur de prisme d’une commande référence (notée HPR dans la suite),
• une hauteur de prisme du champ 87 de la mesure (notée HP87 dans la suite).

REMARQUE :
Pour que les HP87 soit prises en compte, il est nécessaire que l’option
«Hauteur de prisme = code de champ 87 » soit cochée dans les paramètres
spécifiques des carnets Leica affichés ci-contre.

24 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Wild®/Leica

L’ordre de priorité d’affectation des hauteurs de prisme sur une mesure est dicté par la logique.
1) Le programme affectera d’abord la dernière valeur saisie entre HPP et HPR non nulle (si l’une d’elles existe).
2) En l’absence de cette valeur, le programme tentera (voir la remarque précédente) d’affecter la valeur HP87.
3) Ensuite et toujours en l’absence de valeur, le programme affecte, si elle existe, la valeur de HPC.
4) Enfin, la valeur nulle sera affectée si aucune des recherches précédentes n’a abouti.

Toujours sur une ligne de mesure, les champs 71 à 79 peuvent être présents. Il est alors possible d’interpréter les valeurs de ces
champs soit comme des commentaires soit comme des commandes de codification.

3. Paramètres généraux
Selon le paramétrage de l’appareil, certains codes de commande (Référence, Symbole du point suivant, Point sans altitude) peuvent
être placés avant ou après l’élément auquel ils se rapportent (mesure ou station). Veuillez donc indiquer la position du code en
sélectionnant le bouton radio () correspondant : code avant ou après la mesure.
Si les commandes Référence ou Référence angulaire n’ont pas été utilisées lors du levé pour les mesures des références dans le
carnet, deux zones d’édition ont été prévues pour indiquer les matricules des mesures qui doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle
horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).
• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des virgules.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références
4. Commandes du levé
Les lignes de mesure (celles commençant par 11) sont automatiquement interprétées lors de la lecture. Pour les autres lignes (les
commandes), il faut spécifier les codes de commande et la nature des informations stockées (mise en station, référence, hauteur de
prisme, point sans altitude, etc.).
Les différents paramètres de la liste permettent :
• de reconnaître les codes associés aux commandes,
• d’associer les symboles à utiliser par défaut pour les différents éléments de la GéoBase (si aucun autre code symbole n’est
indiqué explicitement à l’aide des commandes Symbole du point suivant et Symbole courant).

REMARQUE :
Les codes des commandes des carnets Wild®/Leica peuvent être numériques ou alphanumériques mais leur longueur doit toujours
être de 8 ou de 16 caractères mais pas les deux dans le même fichier. Exemples pour une station : 00000001 ou
000000000STATION ou station_ …

Les commandes possibles sont :


• « Station » : commande obligatoire, permet d’indiquer le code utilisé pour une mise en station. Les champs par défaut sont :
▪ le matricule de la station, dans le champ 42,
▪ la hauteur d’instrument, dans le champ 43,
▪ le code symbole de la station, dans le champ 44 (s’il est présent),
▪ le V0 de la station, dans le champ 45 (s’il est connu au moment du levé, le saisir en grades : 45….+324.45684 par exemple).
• « Référence » : commande obligatoire, permet d’indiquer le code utilisé pour une référence. Seule la mesure suivante (ou
précédente selon paramétrage) sera interprétée comme référence. Les champs par défaut sont :
▪ le matricule de la référence, dans le champ 42,
▪ la hauteur de prisme, dans le champ 43,
▪ le code symbole de la référence, dans le champ 44 (s’il est présent),
• « Référence angulaire » : cette commande est identique à la précédente, mis à part que l’angle vertical et la distance inclinée
ne seront pas présents dans la GéoBase.

25 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Wild®/Leica

• « Hauteur prisme » : commande obligatoire, permet d’indiquer quel code carnet correspond à la hauteur de prisme courante.
Cette hauteur de prisme sera utilisée jusqu’à ce qu’une nouvelle valeur soit donnée.
Les mesures pour lesquelles le champ 87 est présent ne tiendront pas compte de la hauteur de prisme courante ainsi que les
mesures affectées par la commande hauteur de prisme ponctuelle.
Le programme considère par défaut que la hauteur de prisme est donnée dans le champ 42.
• « Hauteur prisme ponctuelle » : permet d’indiquer quel code est utilisé dans le carnet pour spécifier une hauteur de prisme
qui ne sera appliquée qu’à la mesure suivante ou précédente, en fonction de la position des codes dans le carnet (avant ou après
les mesures).
• « Point sans altitude » : permet d’indiquer quel code est utilisé dans le carnet pour signaler que le point correspondant à la
mesure précédente ou suivante (selon la position des codes) sera sans altitude significative. Dans ce cas, lors de la lecture du
carnet, le programme va créer automatiquement un point sans altitude mais avec cette altitude déclarée constante.
• « Commentaire » : permet d’indiquer quel code est utilisé lors de la saisie d’un commentaire dans le carnet. Le programme
considère que tous les champs qui suivent le champ 41 font partie du commentaire.
• « Symbole du point suivant » : permet d’indiquer quel code est utilisé dans le carnet pour spécifier le code symbolique associé
à la mesure précédente ou suivante, en fonction de la position des codes dans le carnet (avant ou après les mesures). Le
programme considère par défaut que le nom du symbole est donné dans le champ 42.
• « Symbole courant » : permet de spécifier quel code est employé dans le carnet pour spécifier le code symbolique de toutes les
mesures suivantes.
Le programme considère par défaut que le nom du symbole courant est donné dans le champ 42.
Le symbole courant restera valable jusqu’à ce qu’une nouvelle valeur, une valeur nulle (00000000, ou pas de champ 42) ne soit
donnée.
Si une commande définissant le symbole du point suivant (ou précédent) est associée à une mesure, le symbole courant sera
ignoré.
• « Excentrement … » : permet d’affecter un code carnet à chaque type d’excentrement (tangentiel, radial et vertical).
Pour modifier un code de commande ou un code symbole par défaut, il suffit de cliquer l’élément correspondant dans la liste, d’entrer
la nouvelle valeur dans la zone de saisie prévue à cet effet, puis de cliquer sur le bouton « Modifier » pour mettre à jour la liste.
Pour augmenter les possibilités de paramétrage des carnets Wild ®, il est possible de définir plusieurs codes pour une même
commande. Pour cela, il suffit de sélectionner la commande dans la liste puis de cliquer sur le bouton « Ajouter ».
Le bouton « Supprimer » permet d’enlever une occurrence de commande multiple de la liste.

REMARQUE :
Il est impératif qu’à un code ne corresponde qu’une commande, l’interprétation par le programme étant, dans le cas contraire,
totalement aléatoire. La réciproque est fausse.

5. Les excentrements
Les excentrements permettent de lever un point inaccessible en visant un point proche et en mesurant ER et ET comme indiqué sur
le schéma ci-dessous. Les excentrements sont de trois types : radiaux, tangentiels et verticaux. Pendant les calculs, un excentrement
radial ER modifiera la distance horizontale entre l’appareil et le point réellement levé, un excentrement tangentiel affectera l’angle
horizontal et dans une moindre mesure l’angle vertical, un excentrement vertical modifiera soit la hauteur de prisme (excentrement
portant sur une observation) soit la hauteur d’instrument (excentrement portant sur une station).

Vous indiquerez un code carnet pour chaque type d’excentrement. Par exemple, les excentrements radiaux pourront être identifiés
par le code carnet 00000010.
Le croquis ci-contre illustre les effets des excentrements radiaux et tangentiels sur
Av une observation.
M Soient le point M réellement levé et le point M’ qui n’a pas pu être visé pour une
Av’ ER
Di raison quelconque (épaisseur du prisme, visibilité …). Sur le terrain les valeurs ER
Di’ et ET ont été mesurées. ER correspond à l’excentrement radial et ET à
O
l’excentrement tangentiel. Pendant les calculs, le logiciel recalculera l’angle
Dh M’
horizontal, l’angle vertical et la distance inclinée pour tenir compte de ces
Dh’ excentrements. Tout se passe comme si le point inaccessible avait été réellement
levé.
ET

26 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Wild®/Leica

6. Codes des champs


Les champs utilisés pour les informations relatives aux
commandes ne sont pas toujours les mêmes (matricules
des stations, hauteurs d’instrument, etc.). L’onglet
« Codes des champs » offre la possibilité d’indiquer
les codes des champs (42, 43, 44…) associés à chaque
information.
De plus, il est possible d’indiquer l’unité utilisée pour la
hauteur d’instrument (mise en station) et la hauteur de
prisme et les excentrements. Pour les excentrements,
vous pouvez indiquer d’éventuelles valeurs par défaut
(prise en compte en l’absence de valeur saisie sur le
terrain).
Pour modifier un code de champ d’une commande ou
d’une unité de mesure, il suffit de cliquer l’élément
correspondant dans la liste, d’entrer la nouvelle valeur
dans la zone de saisie prévue à cet effet, puis de cliquer
sur le bouton « Modifier » pour mettre à jour la liste.

REMARQUE :
Les unités autorisées sont ‘m’, ‘cm’ et ‘mm’ (pour les hauteurs d’instrument et de prisme ainsi que les excentrements).

Exemple de transformation
410001+00000009 42....+00009866
410002+00000001 42....+00006001 43....+00001547
410003+00000002 42....+00001270
110004+00006002 21.102+39999980 22.102+10449760 31..00+00077712 51....+0000+000
110005+00000001 21.102+00316450 22.102+10450460 31..00+00069333 51....+0000+000
110006+00000002 21.102+00675180 22.102+10435780 31..00+00061295 51....+0000+000
410157+00000009 42....+00009870
410158+00000001 42....+00005001 43....+00001530
410159+00000002 42....+00001270
110160+00000001 21.102+39999990 22.102+09096790 31..00+00039712 51....+0000+000
110161+00000002 21.102+36772330 22.102+09248140 31..00+00043510 51....+0000+000
110162+00000003 21.102+31132870 22.102+10295510 31..00+00018631 51....+0000+000
110163+00000004 21.102+01760990 22.102+10089650 31..00+00008460 51....+0000+000

27 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Psion®

I.7. LECTURE DES CARNETS NIKON®/PSION®

I.7.1. Description des fichiers carnets


La structure des carnets Nikon® pour Psion® est composée d’un identifiant (un chiffre ou une lettre) suivi des données séparées par
des caractères <Espace> ou <Tabulation>. La description des identifiants et des champs est la suivante :
0 : En-tête Code (facultatif)
Nom du fichier
8 : Point de détail distance réduite
Date de création du fichier
Numéro de point levé
Heure d'ouverture du fichier
Angle horizontal
Version du logiciel Nikon
Dénivelée
1 : Point de Station Distance réduite
Numéro de Station Hauteur de prisme
Hauteur d'instrument Code (facultatif)
Code (facultatif) <NULL> = rien
A : Point de détail XYZ
2 : Angle de référence Numéro du point
Numéro de point de la référence angulaire Coordonnée X
Angle horizontal Coordonnée Y
Coordonnée Z
3 : Visée de référence distance inclinée
Code (facultatif)
Numéro de point de la référence avec distance
Angle horizontal B : Point de station XYZ
Angle vertical Numéro du point
Distance suivant la pente Coordonnée X
Hauteur de prisme Coordonnée Y
Code (facultatif) Coordonnée Z
Code (facultatif)
4 : Point de détail distance inclinée
Numéro de point levé S : Surface
Angle horizontal Numéro de lot
Angle vertical Surface calculée
Distance suivant la pente
D : Ecarts
Hauteur de prisme
Numéro de point
Code (facultatif)
Ecart en X
7 : Visée de référence distance réduite Ecart en Y
Numéro de point de la référence Ecart en Z
Angle horizontal
Dénivelée
Distance réduite
Hauteur de prisme

Exemple de carnet brut :


0 B:L6 MAR 12 JAN 1999 14:52:21 3.1
1 2735 1.615 30 1
3 2734 196.0858 99.6216 200.1722 1.660 1
3 2734 396.1022 300.3700 200.1758 1.660 1
3 2736 4.4160 99.9354 91.3145 1.660 1
3 2736 204.4328 300.0570 91.2847 1.660 1
4 13008 51.3614 94.9274 26.9591 1.660 510
4 13013 398.6660 99.8062 27.1477 1.660 510
4 13014 399.6330 99.7022 16.5722 1.660 510
2 16000 .0000
1 3585 1.610 30 1
3 2735 237.0722 100.0552 56.3360 1.660 1
4 13014 229.6776 99.9048 39.6487 1.660 1 11
4 13015 218.7886 98.1042 33.6301 1.660 2 22
4 13016 218.6812 99.8454 24.2419 1.660 3 33
4 13017 196.4390 99.6224 22.5733 1.660 4 44
4 13018 165.9766 94.3948 30.8651 1.660 510
4 13019 60.0152 99.7508 22.1419 1.660 510,ER=+0.08
4 13020 47.9896 100.0518 18.4251 1.660 510
4 13021 19.6998 100.6098 15.4374 1.660 510

28 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Psion®

I.7.2. Lecture d’un carnet Nikon®/Psion


Pour lire un fichier carnet Nikon® issu d’un enregistreur Psion, vous devez sélectionner l’option « Lecture Nikon/Psion » du sous-
menu Lectures carnet.

Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous


permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient
les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera
ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les
observations du fichier. Les calculs topométriques utiliseront
ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation
verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut

Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage

Entrez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton
« Parcourir ».
Le Bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin).

4. GéoBase

Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en
cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par défaut, le programme propose le même nom que le
fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’. Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la
transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

29 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Psion®

I.7.3. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet de paramétrer les
lectures de fichiers carnet Nikon®.
1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer
les fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du
menu pour créer un nouveau fichier de
paramétrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage
courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet
de quitter le dialogue de paramétrage du driver et
de revenir au dialogue de lecture du carnet.

2. Paramètres généraux
Si les commandes Référence ou Référence
angulaire n’ont pas été utilisées lors du levé pour les
mesures des références dans le carnet, deux zones
d’édition ont été prévues pour indiquer les matricules
des mesures qui doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle
horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).
• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des virgules.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références
3. Commandes du levé
Le tableau suivant indique quels sont les éléments paramétrables :
Eléments Affectation d’un code carnet Affectation d’un symbole par défaut
Station - OUI
Référence - OUI
Référence angulaire OUI -
Hauteur de prisme - -
Hauteur de prisme ponctuelle - -
Point sans altitude OUI OUI
Commentaire - -
Mesure - OUI
Point - OUI
Symbole du point suivant OUI -
Symbole courant OUI -
Excentrements (ET, EV, ER) - -

30 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Atlas

I.8. LECTURE DES CARNETS NIKON®/ATLAS

I.8.1. Description des fichiers carnets


Le fichier brut est constitué de lignes contenant des informations séparées par des virgules.
La première information est un chiffre compris entre 0 et 2. La valeur 2 commence toujours la première ligne du lever. La valeur 1
indique que la ligne est valide. Le chiffre 0 commence une ligne qui doit être ignorée.
La seconde information est un code de commande (voir la liste donnée ci-après).
La troisième information est composée de deux caractères et décrit les unités. Le premier caractère indique l'unité pour les distances
(M = mètre, F ou N = pied) et le second spécifie l'unité pour les angles (D = degrés sexagésimaux,
G = grades, M = MIL6400).
Les autres informations de la ligne suivent les codes de commandes.

9 : En-tête
Deux espaces
Version
Commentaire
0 : Point de Station
Numéro de Station
Code
Hauteur d'instrument
Numéro de référence arrière
Angle sur référence arrière
Date et heure
1 : Point de station XYZ
Numéro de la station
Code
X, Y et Z
Date et heure
2 : Visée sur un point, une référence, avec ou sans distance
Numéro de point
Code
Distance suivant la pente
Angle horizontal
Angle vertical
Hauteur de prisme
Date Heure
3 : Point de détail XYZ
Numéro du point
Code
X, Y et Z
Date heure
4 : Point XYZ chargé dans l'appareil (implantation)
Numéro du point
Code
X, Y et Z
Date heure
5 : Point de contrôle (Uniquement si la version de l'en-tête est NS002)
Numéro de point
Code
Distance suivant la pente
Angle horizontal
Angle vertical
Nombre de déterminations de HA
Hauteur de prisme
6 : Point de détail XYZ (Uniquement si la version de l'en-tête est NS002)
Numéro du point
Code
X, Y et Z

31 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Atlas

Exemple de carnet brut :


2,9, ,NS001,
1,0,MG,1000,STN,1.500, ,66.4247,1998-07-16,17:10:14
1,2,MG,10,PT(CG),3.836,0.6473,99.6092,1.300,1998-07-16,17:12:04
1,2,MG,10,PT(CD),0.000,200.6264,300.3987,1.300,1998-07-16,17:13:50
1,2,MG,11,PT(CD),0.000,282.9762,300.3528,1.300,1998-07-16,17:14:40
1,2,MG,12,PT(CD),0.000,303.0664,299.6760,1.300,1998-07-16,17:15:10
1,2,MG,12,PT(CD),7.686,303.0665,299.6750,1.300,1998-07-16,17:16:52
1,2,MG,12,PT(CG),7.687,103.0629,100.3202,1.300,1998-07-16,17:17:46
1,2,MG,11,PT(CG),6.579,82.9752,99.6445,1.300,1998-07-16,17:18:18
1,2,MG,200,DETAIL,3.837,49.9999,99.5989,1.300,1998-07-16,17:19:50
1,2,MG,201,DETAIL,3.836,50.0001,99.5988,1.300,1998-07-16,17:19:58
1,2,MG,211,DETAIL,6.579,132.3306,99.6452,1.300,1998-07-16,17:20:30
1,2,MG,212,DETAIL,7.687,152.4183,100.3228,1.300,1998-07-16,17:20:54

I.8.2. Lecture d’un carnet Nikon®/Atlas


Pour lire un fichier carnet Nikon® issu d’un enregistreur Atlas, vous devez sélectionner l’option « Lecture Nikon/Atlas » du sous-
menu Lectures carnet.

Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous


permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à
créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui
contient les appareils définis dans les options des calculs
(fichier CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil
sélectionné sera ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à
toutes les observations du fichier. Les calculs topométriques
utiliseront ces appareils pour corriger des défauts tels que la
collimation verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut
Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Entrez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton
« Parcourir ».
Le Bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin).

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en
cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par défaut, le programme propose le même nom que le
fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’. Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la
transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

32 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Atlas

I.8.3. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la configuration du driver de lecture du fichier carnet Nikon®.
1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer
les fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du
menu pour créer un nouveau fichier de
paramétrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option
pour sauvegarder les modifications effectuées
dans un fichier autre que le fichier de
paramétrage courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet
de quitter le dialogue de paramétrage du driver
et de revenir au dialogue de lecture du carnet.

2. Paramètres généraux
Si les commandes Référence ou Référence
angulaire n’ont pas été utilisées lors du levé pour
les mesures des références dans le carnet, deux
zones d’édition ont été prévues pour indiquer les
matricules des mesures qui doivent être trans-
formées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone
de saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme,
angle horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).
• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules
sont indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront
conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des virgules.

Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références

33 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Atlas

3. Commandes du levé
Le tableau suivant indique quels sont les éléments paramétrables :
Eléments Affectation d’un code carnet Affectation d’un symbole par défaut
Station - OUI
Référence - OUI
Référence angulaire OUI -
Hauteur de prisme - -
Hauteur de prisme ponctuelle - -
Point sans altitude OUI OUI
Commentaire - -
Mesure - OUI
Point - OUI
Symbole du point suivant OUI -
Symbole courant OUI -
Excentrement radial OUI -
Excentrement tangentiel OUI -
Excentrement vertical OUI -

4. Les excentrements
Les excentrements permettent de lever un point inaccessible en visant un point proche et en mesurant ER et ET comme indiqué sur
le schéma ci-dessous. Les excentrements sont de trois types : radiaux, tangentiels et verticaux. Pendant les calculs, un excentrement
radial ER modifiera la distance horizontale entre l’appareil et le point réellement levé, un excentrement tangentiel affectera l’angle
horizontal et dans une moindre mesure l’angle vertical, un excentrement vertical modifiera soit la hauteur de prisme (excentrement
portant sur une observation) soit la hauteur d’instrument (excentrement portant sur une station).

Vous indiquerez un code carnet pour chaque type d’excentrement. Le croquis ci-
Av contre illustre les effets des excentrements radiaux et tangentiels sur une observation.
Av’
M Soient le point M réellement levé et le point M’ qui n’a pas pu être visé pour une
ER
Di raison quelconque (épaisseur du prisme, visibilité …). Sur le terrain les valeurs ER
Di’ et ET ont été mesurées. ER correspond à l’excentrement radial et ET à
O
l’excentrement tangentiel. Pendant les calculs, le logiciel recalculera l’angle
Dh M’
horizontal, l’angle vertical et la distance inclinée pour tenir compte de ces
Dh’ excentrements. Tout se passe comme si le point inaccessible avait été réellement
levé.
ET 5. Codes des champs
L’onglet « Codes des champs » offre la possibilité
d’indiquer les unités utilisées pour les excentrements.

Pour modifier un code de champ d’une commande ou


d’une unité de mesure, il suffit de cliquer l’élément
correspondant dans la liste, d’entrer la nouvelle valeur
dans la zone de saisie prévue à cet effet, puis de cliquer
sur le bouton « Modifier » pour mettre à jour la liste.

REMARQUE :
Seules les valeurs ‘m’, ‘cm’ et ‘mm’ sont autorisées
pour les unités.

34 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Khéops

I.9. LECTURE DES CARNETS NIKON®/KHEOPS

I.9.1. Description des fichiers carnets


Les données sont toutes précédées d’un code qui indique le type d’information dont il s’agit. Les différents champs sont séparés par
des virgules. La liste ci-après donne la signification des codes utilisés :
UC : Coordonnées des points d'appui Heure
UP : Coordonnées des points de détail (Valeur après implantation) F1 et F2 : Visées de référence avant et arrière
MC : Coordonnées des points d'appui saisies Numéro de point
Distance selon la pente
MP : Coordonnées des points de détail saisies Angle horizontal
CC : Coordonnées des points calculés Angle vertical
RE : Coordonnées des points calculés par intersection Heure
Numéro de point CO :
Identifiant Répertoire du fichier vidé
X Y Z ou Y X Z CO : Description
Code Description du fichier
ST : Station CO : Client
Numéro de point Information sur le client
Identifiant
Numéro de la visée arrière CO : Comments
Identifiant de la visée arrière Commentaire
Hauteur d'instrument CO : Downloaded
Azimut sur la visée arrière Date Heure
CP : Point de contrôle CO : Software
Numéro de point Version utilisée
Identifiant CO : Instrument
Hauteur du prisme Nom et modèle de l'appareil
Distance selon la pente
Angle horizontal CO : Dist Units
Angle vertical Mètres ou pieds
Heure CO :Angle Units
Code Grades ou DDDMMSS
SS : Point de détail CO : Zero azimut
Numéro de point Origine des angles horizontaux (nord ou sud)
Hauteur du prisme CO : Zero VA
Distance selon la pente Origine des angles verticaux (horizon ou zénith)
Angle horizontal
Angle vertical CO : Coord Order
Heure Ordre des coordonnées (NEZ ou ENZ)
Code CO : HA Raw Data
SO : Point de détail de levé d'implantation (point implanté) Enregistrement des angles horizontaux ou des gisements
Numéro de point CO : Temperature
Numéro d'origine du point (point à implanter) Température (en °C ou °F)
Hauteur du prisme CO : Pressure
Distance selon la pente Pression (en hPa ou inHg ou mmHg)
Angle horizontal
Angle vertical

Exemple de carnet brut :


CO,B:\JMPS\VY0 CO,Prism constant: 0
CO,Description: MC,1,,1000.000,2000.000,105.000,XMAX
CO,Client: CO,Temperature: 20 Centigrade Pressure: 1013
CO,Comments: hPa
CO,Downloaded 23-Dec-98 13:25:39 ST,1,,,,1.500,0.0000
CO,Software: AP700 version: 1.20 F1,,,0.0000,132.5409,13:23:10
CO,Instrument: Nikon DTM750 SS,2,1.600,2.630,100.8263,100.6494,13:23:58,
CO,Dist Units: Mètres SS,3,1.600,6.042,287.3837,101.6076,13:24:38,
CO,Angle Units: Gons SS,4,1.600,5.778,276.9746,100.6773,13:24:52,
CO,Zero azimut: North SS,5,1.600,5.778,276.9744,100.6773,13:25:00,
CO,Zero VA: Zenith
CO,Coord Order: NEZ
CO,Tilt Correction: VA:OFF HA:OFF
CO, VY0 <JOB> Cr‚‚23-Dec-93 13:21:42

35 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Khéops

I.9.2. Lecture d’un carnet Nikon®/Kheops


Pour lire un fichier carnet Nikon® au format Kheops, vous devez sélectionner l’option « Lecture Nikon/Kheops » du sous-menu
Lectures carnet.

Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous


permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient
les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera
ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les
observations du fichier. Les calculs topométriques utiliseront
ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation
verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut
Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Entrez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton
« Parcourir ».
Le bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin).

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par
défaut, le programme propose le même nom que le fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’.
Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

36 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Nikon®/Khéops

I.9.3. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la confi-
guration du driver de lecture du fichier carnet
Nikon®.
1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer
les fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du
menu pour créer un nouveau fichier de
paramétrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage
courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet
de quitter le dialogue de paramétrage du driver et
de revenir au dialogue de lecture du carnet.
2. Paramètres généraux
Si les commandes Référence ou Référence
angulaire n’ont pas été utilisées lors du levé pour les mesures des références dans le carnet, deux zones d’édition ont été prévues
pour indiquer les matricules des mesures qui doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle
horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).
• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en séparant les matricules par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des virgules.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références
3. Commandes du levé
Le tableau suivant indique quels sont les éléments paramétrables :
Eléments Affectation d’un code carnet Affectation d’un symbole par défaut
Station - OUI
Référence - OUI
Référence angulaire OUI -
Hauteur de prisme - -
Hauteur de prisme ponctuelle - -
Point sans altitude OUI OUI
Commentaire - -
Mesure - OUI
Point - OUI
Symbole du point suivant OUI -
Symbole courant OUI -
Excentrements (ER, ET, EV) - -

37 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Sokkia®

I.10. LECTURE DES CARNETS SOKKIA®

I.10.1. Description des fichiers carnets


Les fichiers bruts au format Sokkia® se composent de lignes dont les deux premiers caractères sont des codes de commandes (en
gras dans la liste suivante). Les informations supplémentaires sont ajoutées à cette ligne et séparées par des virgules.
Ci-après figurent les codes de commandes et leur signification :

00 : En-tête (longueur = 46) 08 : Coordonnées d'un point (longueur = 58)


A02 : code de dérivation (NM,ED) A02 : code de dérivation (^2)
A16 : descripteur de version I04 : numéro du point visant
I04 : numéro de série I04 : numéro du point visé
A16 : date et heure R10 : coordonnée Nord (Y)
I01 : unité angulaire (1 = degrés, 2 = grades, 3 = quadrant) R10 : coordonnée Est (X)
I01 : unité de distance (1 = mètres, 2 = pieds) R10 : altitude (Z)
I01 : unité de pression (1 = mm Hg, 2 = pouces Hg, 3 = mBar) A16 : description (code / commande)
I01 : unité de température (1 = °C, 2 = °F)
I01 : ordre des coordonnées (1 = Y X Z, 2 = X Y Z) 09 : Observation (longueur = 58)
I01 : sens des angles (1 = à droite, 2 = à gauche) A02 : code de dérivation (F1, F2, MD)
I04 : numéro du point visant
01 : Description de l'instrument (longueur = 81) I04 : numéro du point visé (NP)
R10 : distance inclinée (DI)
02 : Levé d'une station (longueur = 64) R10 : angle vertical (AV)
A02 : code de dérivation (?) R10 : angle horizontal (AH)
I04 : numéro du point (NP) A16 : description (code / commande)
R10 : coordonnée Nord (Y) ou
R10 : coordonnée Est (X) A02 : code de dérivation (MC = mesure corrigée)
R10 : altitude (Z) I04 : numéro du point visant
R10 : hauteur du théodolite (HI) I04 : numéro du point visé (NP)
A16 : description (code / commande) R10 : distance inclinée (DI)
R10 : angle vertical (AV)
03 : Hauteur de prisme (longueur = 14) R10 : azimut horizontal
A02 : code de dérivation (NM) A16 : description (code / commande)
R10 : hauteur du prisme
10 : Identificateur de JOB (longueur = 20)
04 : Collimation (longueur = 24) A02 : code de dérivation (NM)
A16 : identificateur du JOB
05 : Description de l'environnement (longueur = 24)
A02 : code de dérivation (?) 11 : Mesures réduites (longueur = 58)
R10 : pression
R10 : température 12 : Jeu d'observations (longueur = 11)
A02 : code de dérivation (RS,TV)
06 : Facteur d'échelle (longueur = 14) I03 : nombre d'observations
A02 : code de dérivation (NM)
R10 : valeur du facteur d'échelle 13 : Note (longueur = 64)
A02 : code de dérivation (CP,FC,KM,NM,OS,TS,RO)
07 : Visée sur une référence ou station (longueur = 32) A60 : note alphanumérique
A02 : code de dérivation (?)
I04 : numéro du point visant 24 : Coordonnées d'un point GPS (longueur = 66)
I04 : numéro du point visé (NP) A02 : code de dérivation (KM, KP, NM)
R10 : azimut (gisement) I04 : numéro du point (NP)
R10 : observation horizontale (AH) R16 : coordonnée Nord (Y)
R16 : coordonnée Est (X)
R10 : altitude (Z)
A16 : description (code / commande)

Où :
• Axx : désigne une chaîne de caractères d’une longueur maximale de xx caractères,
• Ixx : désigne un nombre entier composé de xx chiffres au maximum,
• Rxx : désigne un nombre réel d’une longueur totale n’excédant pas xx caractères.

38 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Sokkia®

Exemple de carnet brut :


00EDSDR20 V03-05 07-Mai-98 17:38 211121
10NM96.037 ESSAI
13CPCrn Niv mer: N
13CPCrn Courbure: N
13CPCrn Atmos: N
06NM1.00000000
13OOActif
13TS07-Mai-98 13:49
08KI00011000.000005000.00000414.709000
08KI00021075.510004991.24400411.614
01NM: 000000 00000031 0.00000000
13PCK Prisme Applied: 0.000
02TP00011000.000005000.00000414.7090001.51900000CLOU
13TLErreur Tol EDM: Pt: 0002 0.095
13TLErreur Tol V.obs: Pt: 0002 2.5002
07TP00010002 165.587000
03NM1.41000000
09F10001000276.1110000102.671000165.587000CLOU
09F10001001012.685 96.3390000334.756000
09F100011636 100.941000163.324000REF 1
09F100011637 100.956000229.694000REF 2
09F10001001132.6430000108.519000233.923000CLOU
13NMST 2 VERIF ALT
09F10001001243.983000096.8650000339.699000CLOU
09F10001163831.341000094.4390000346.368000P

I.10.2. Lecture d’un carnet Sokkia


Pour lire un fichier carnet Sokkia, vous devez sélectionner
l’option « Lecture Sokkia » du sous-menu Lectures carnet.
Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous
permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient
les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera
ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les
observations du fichier. Les calculs topométriques utiliseront
ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation
verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut

Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage

Entrez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton
« Parcourir ».
Le Bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin).

4. GéoBase

Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par
défaut, le programme propose le même nom que le fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’.
Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

39 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Sokkia®

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

I.10.3. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la confi-
guration du driver de lecture du fichier carnet
Sokkia®.

1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer
les fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du
menu pour créer un nouveau fichier de para-
métrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage
courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet
de quitter le dialogue de paramétrage du driver et
de revenir au dialogue de lecture du carnet.

2. Paramètres généraux
Si les commandes Référence ou Référence
angulaire n’ont pas été utilisées lors du levé pour les
mesures des références dans le carnet, deux zones
d’édition ont été prévues pour indiquer les matricules des mesures qui doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle
horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).
• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des virgules.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références

40 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Sokkia®

3. Commandes du levé

Le tableau suivant indique quels sont les éléments paramétrables :


Eléments Affectation d’un code carnet Affectation d’un symbole par défaut
Station - OUI
Référence - OUI
Référence angulaire OUI OUI
Hauteur de prisme - -
Hauteur de prisme ponctuelle OUI -
Point sans altitude OUI OUI
Commentaire - -
Mesure - OUI
Point - OUI
Symbole du point suivant OUI -
Symbole courant OUI -
Excentrement radial - -
Excentrement tangentiel - -
Excentrement vertical - -

41 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets TopCon® GT7

I.11. LECTURE DES CARNETS TOPCON® GT7

Pour les appareils de la gamme TopCon® le logiciel utilisé pour le vidage (Transtop.exe) prévoit une conversion du format
TopCon vers le format GéoBase COVADIS.

I.11.1. Description des fichiers carnets


Ligne 1 : GTS-500 v3.0 SS : SS 303,0.000,CL,45
- Type et version du carnet - Visée sur un point :
- Numéro du point
JOB : JOB D:\F9900392, - Hauteur de prisme
- Nom du fichier - Code du point
- Code de la ligne
NAME : NAME MD (Si code point + code ligne => concaténation)
- Nom de l'opérateur
SD : SD 225.90400,101.65000,80.7480
UNITS : UNITS M,G - Mesures pour l'élément précédent
- Unités utilisées : - Angle horizontal
- M = Mètres - Angle vertical
- G = Grades - Distance inclinée
-…
HD : HD 225.90400,79.25100,1.25600
SCALE : SCALE 1.000000,1.000000,0.000000 - Mesures pour l'élément précédent
- Facteurs d'échelle en X, Y et Z - Angle horizontal
- Distance horizontal
DATE : DATE 29/11/01,08:52:30 - Dénivelée
- Date et heure du levé ou du vidage du carnet
FS : FS 4,0.000,STN
STN : STN 3,0.000,STN - Visée sur une station de la polygonale
- Levé d'une station : - Numéro du point
- Numéro du point - Hauteur de prisme
- Hauteur d'instrument - Code du point
- Code du point
HV : HV 281.37100,98.81100
XYZ : XYZ 158962.153,128191.389,0.000 - Mesures pour l'élément précédent sans Di
- Coordonnées de l'élément précédent - Angle horizontal
- Angle vertical
BKB: BKB 2,225.9052,225.9045
- Visée sur une référence d'orientation : OFFSET : OFFSET 0.000,0.055,0.000
- Numéro du point visé - Excentrements pour l'élément précédent
- Angle horizontal 1 -> Gisement - ExcRad
- Angle horizontal 2 -> Angle mesuré - ExcTan
- ExcVer

Exemple de carnet brut :


GTS-500 v3.0 SD 26.49150,98.68750,29.7150
JOB D:\F9900392, SS 305,0.000,CV
NAME MD SD 226.62300,101.74300,72.7920
UNITS M,G SS 306,0.000,M,01
SCALE 1.000000,1.000000,0.000000 SD 216.77950,103.48150,31.7870
DATE 29/11/01,08:52:30 SS 307,0.000,M,01
STN 3,0.000,STN SD 215.37100,103.96800,28.1340
XYZ 158962.153,128191.389,0.000 SS 308,0.000,F
BKB 2,225.9052,225.9045 SD 145.01750,95.19350,12.9310
XYZ 158930.240,128117.340,0.000 SS 309,0.000,M,02
SS 303,0.000,ST02 SD 145.51500,92.93500,12.4640
SD 225.90400,101.65000,80.7480 SS 310,0.000,M,03
SS 304,0.000,ST04 SD 170.36650,93.46900,8.9100
SD 26.49200,98.68850,29.7150 SS 311,0.000,M,03
FS 4,0.000,STN SD 195.81600,97.47950,11.8670

42 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets TopCon® GT7

I.11.2. Lecture d’un carnet TopCon® GT7


Pour lire un fichier au format TopCon, vous devez sélectionner
l’option « Lecture TopCon GT7 » du sous-menu Lectures
carnet.

Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous


permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du fichier
de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient
les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera
ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les
observations du fichier. Les calculs topométriques utiliseront ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation verticale
ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut
Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Entrez le nom du fichier de paramétrage (un fichier par format de carnet) à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en
cliquant sur le bouton « Parcourir ». Une case de dialogue de sélection de fichier apparaît alors.
Le bouton modifier permet de changer les paramètres contenus dans le fichier ‘ini’. (Voir le paragraphe suivant pour les détails.)

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par
défaut, le programme propose le même nom que le fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’.
Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

43 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets TopCon® GT7

I.11.3. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la confi-
guration du driver de lecture du fichier carnet
TopCon®.

1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer
les fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du
menu pour créer un nouveau fichier de
paramétrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un
fichier de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un
fichier autre que le fichier de paramétrage
courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet
de quitter le dialogue de paramétrage du driver et
de revenir au dialogue de lecture du carnet.

2. Paramètres généraux
Si les commandes Référence ou Référence angulaire n’ont pas été utilisées lors du levé pour les mesures des références dans le
carnet, deux zones d’édition ont été prévues pour indiquer les matricules des mesures qui doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle
horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).
• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des tirets.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références

3. Commandes du levé
Le tableau suivant indique quels sont les éléments paramétrables :
Eléments Affectation d’un code carnet Affectation d’un symbole par défaut
Station - OUI
Référence OUI OUI
Référence angulaire - OUI
Hauteur de prisme - -
Hauteur de prisme ponctuelle - -
Point sans altitude - -
Commentaire - -
Mesure - OUI
Point - -
Symbole du point suivant - -
Symbole courant - -
Excentrements (ER, ET, EV) - -

44 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets X-Pad Raw®

I.12. LECTURE DES CARNETS GEOMAX X-PAD RAW®

I.12.1. Description des fichiers carnets


Les fichiers bruts au format X-Pad Raw® se composent de lignes dont les trois premiers caractères indiquent le type général
d’information enregistré. La ligne est ensuite séparée en différents champs, séparés par des virgules et commençant par deux lettres
qui indiquent leur nature.
La liste ci-après donne la signification des codes utilisés, avec le code pour chaque ligne en gras, puis la liste des codes pour chaque
champ de la ligne :

JOB : informations relatives au Job DAT : système de référence pour les coordonnées cartographiques
FV : version du fichier NM : nom du système de référence
DT : date du levé SX : translation en x
HM : heure du levé SY : translation en y
NM : nom du Job SZ : translation en z
CR : équipe terrain RX : rotation en x
NT : commentaires RY : rotation en y
RZ : rotation en z
UNM : unités de mesure SC : facteur d’échelle
AN : unité de mesure angulaire DT : type de système de référence
DS : unité de mesure des distances PX : rotation du point en x
SL : unité de mesure des pentes PY : rotation du point en y
PZ : rotation du point en z
DEC : précision pour chaque type de mesure
ELL : ellipsoïde
AN : angles
CD : coordonnées NM : nom de l’ellipsoïde
EL : élévation SA : demi-grand axe
DS : distances IF : inverse de l’aplatissement
AR : surfaces
SL : pentes GED : géoïde de référence en altitude
NM : nom du géoïde
CRD : paramétrage des coordonnées
NO : préfixe des coordonnées nord RED : Réduction des distances
ET : préfixe des coordonnées est SL : réduction du niveau de la mer
EL : préfixe de l’élévation AE : élévation moyenne
OR : ordre (nord/est ou est/nord) CN : réduction plane cartographique
SF : facteur d’échelle
LOC : localisation
HZ : localisation horizontale PNT : point topographique
VT : localisation verticale NM : matricule
CD : code
L1P : localisation d’un point unique NO : coordonnée nord
GP : nom du point de référence GPS ET : coordonnée est
LT : latitude du point de référence (en radians) EL : altitude
LN : longitude du point de référence (en radians) LT : latitude (en radians)
HT : altitude du point de référence LN : longitude (en radians)
LP : matricule du point local HT : hauteur de canne
NO : coordonnée nord TP : type de point
ET : coordonnée est NT : description
EL : altitude
NTE : commentaires
LCS : localisation dans un système cartographique DT : date du commentaire
NM : nom du système HM : heure du commentaire
PJ : projection NT : commentaire
DM : nom du système de référence
EP : ellipsoïde GPS : point mesuré au GPS
LT : latitude d’origine (en radians) DT : date de la mesure
LN : longitude d’origine (en radians) HM : heure de la mesure
FN : faux nord BS : nom du pivot de référence
FE : faux est PT : matricule
SC : facteur d’échelle CD : code
LT : latitude (en radians)
LN : longitude (en radians)
HT : hauteur de canne
AH : hauteur d’antenne du mobile
BH : hauteur d’antenne du pivot
US : heure de début de mesure
UE : heure de fin de mesure
NT : description

45 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets X-Pad Raw®

QTY : qualité de la mesure GPS TPS : point mesuré au TPS


EP : nombre d’observations DT : date de la mesure
GP : satellites GPS HM : heure de la mesure
GS : satellites GLONASS IS : hauteur instrument
BD : satellites BeiDou ST : nom de la station
GA : satellites Galileo PT : matricule
HD : HDOP CD : code
VD : VDOP HA : angle horizontal (en radians)
PD : PDOP VA : angle vertical (en radians)
GD : GDOP SD : distance inclinée
PH : précision horizontale TH : hauteur de cible
VH : précision verticale RT : type de cible
FQ : solution PK : constante de prisme
NT : description
QTY : facteurs de covariance GPS
XX : facteur de covariance XX DPL : polyligne
XY : facteur de covariance XY CD : code/calque de la polyligne
XZ : facteur de covariance XZ CL : fermée/ouverte
YY : facteur de covariance YY CT : nombre de sommets de la polyligne, suivi de la liste des
YZ : facteur de covariance YZ sommets et des courbures entre sommets
ZZ : facteur de covariance ZZ

Exemple de carnet brut :

JOB,FV1.0,DT2011-11-04,HM09:57:12,NMTest.gfd,CR,NT
UNM,ANGON,DSMETER,SL%
DEC,AN4,CD3,EL3,DS3,AR2,SL2
CRD,NON,ETE,ELZ,OREN
LOC,HZSINGLE,VTLOCAL
L1P,GP100,LT0.802025941,LN0.218072211,HT71.3043,LP100,NO0.0000,ET0.0000,EL0.0000
PNT,NM100,CD,NO0.0000,ET0.0000,EL0.0000,LT0.802025941,LN0.218072211,HT71.3043,TPGPS_POI
NT,NT
PNT,NM101,CDCODE,NO0.7909,ET12.3152,EL-
0.4257,LT0.802026065,LN0.218074984,HT70.8787,TPGPS_POINT,NT
PNT,NMOFS_0001,CD--,NO-1.6844,ET4.7078,EL0.7872,LT0.802025676,LN0.218073271,HT72.0915,
TPGPS_HIDDEN_DISTDIST,NT-------
PNT,NMOFS_0002,CDYY,NO-5.4806,ET-7.3232,EL1.5743,LT0.802025080,LN0.218070563,HT72.8787,
TPGPS_HIDDEN_ALIGNOFF,NTdesc yy
GPS,DT2011-11-
04,HM16:10:49,BS0209,PT100,CD,LT0.802025941,LN0.218072211,HT71.3043,AH2.0000,NT
QTY,EP3,GP7,GS6,GA0,HD0.800,VD1.400,PD1.600,GD0.000,PH0.0500,PV0.0000,FQRTK_FIXED
COV,XX0.000000000,XY0.000000000,XZ0.000000000,YY0.000000000,YZ0.000000000,ZZ0.000000000
GPS,DT2011-11-
04,HM16:11:20,BS0209,PT101,CDCODE,LT0.802026065,LN0.218074984,HT70.8787,AH2.0000,NT
QTY,EP3,GP6,GS4,GA0,HD1.100,VD2.100,PD2.300,GD0.000,PH3.1750,PV0.0000,FQRTK_FLOAT
COV,XX0.000000000,XY0.000000000,XZ0.000000000,YY0.000000000,YZ0.000000000,ZZ0.000000000
NTE,DT2011-11-04,HM16:11:40,NTtest
GPD,DT2011-11-
04,HM16:13:02,PTOFS_0001,CDCode,R1100,D15.0000,V11.0000,R2101,D28.0000,V21.0000,
NTDescription estesa
GPO,DT2011-11-
04,HM17:13:13,PTOFS_0002,CDCode,R1100,R2101,RPN,DS20.0000,OF5.0000,HD2.0000,
NTDescription estesa

46 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets X-Pad Raw®

I.12.2. Lecture d’un carnet X-Pad Raw


Pour lire un fichier carnet X-Pad Raw, vous devez
sélectionner l’option « Lecture GeoMax X-Pad Raw » du
sous-menu Lectures carnet.
Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous
permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter, le nom du
fichier de paramétrage à utiliser ainsi que le nom de la
GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui
contient les appareils définis dans les options des calculs
(fichier CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil
sélectionné sera ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les observations du fichier. Les calculs topométriques utiliseront
ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation verticale ou une constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut

Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage

Entrez le nom du fichier de paramétrage du driver à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton
« Parcourir ».
Le Bouton « Modifier » vous permet de changer le paramétrage du driver de lecture du carnet (voir plus loin).

4. GéoBase

Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par
défaut, le programme propose le même nom que le fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’.
Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

47 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets X-Pad Raw®

I.12.3. Modification du paramétrage


Cette boîte de dialogue permet d’étendre la configuration du
driver de lecture du fichier carnet XPadRaw®.

1. Le menu Fichier
Ce menu permet de créer, d’ouvrir et d’enregistrer les
fichiers de paramétrage.
• « Nouveau » : sélectionnez cette option du menu pour
créer un nouveau fichier de paramétrage sans nom.
• « Ouvrir » : utilisez cette option pour charger un fichier
de paramétrage existant.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour
sauvegarder les modifications dans le fichier de
paramétrage courant.
• « Enregistrer Sous » : utilisez cette option pour
sauvegarder les modifications effectuées dans un fichier
autre que le fichier de paramétrage courant.
• « Quitter » : cette option du menu vous permet de
quitter le dialogue de paramétrage du driver et de revenir
au dialogue de lecture du carnet.

2. Paramètres généraux
Si les commandes Référence ou Référence angulaire
n’ont pas été utilisées lors du levé pour les mesures des
références dans le carnet, deux zones d’édition ont été
prévues pour indiquer les matricules des mesures qui
doivent être transformées en références.
• « Matricules des mesures sur références stationnables » : les mesures dont les matricules sont spécifiés dans cette zone de
saisie seront transformées en références, tout en conservant toutes les données fournies avec la mesure (hauteur de prisme, angle
horizontal, angle vertical, distance inclinée et symbole).
• « Matricules des mesures sur références non stationnables » : comme précédemment, les mesures dont les matricules sont
indiqués dans la zone de saisie seront transformées en références, mais seuls l’angle horizontal et le symbole seront conservés.
Vous pouvez spécifier les matricules des mesures à transformer en références en les séparant par des virgules ou en indiquant des
plages de valeurs séparées par des virgules.
Exemples :
1000;1001;1004 .......................................... seules les mesures 1000, 1001 et 1004 seront transformées en références
1000-1010 ...................................................... les mesures de 1000 à 1010 seront transformées en références
1000-1010;2000-2010;3000-3010 ...... les mesures allant de 1000 à 1010, de 2000 à 2010 et de 3000 à 3010 seront
transformées en références

3. Commandes du levé

Le tableau suivant indique quels sont les éléments paramétrables :


Eléments Affectation d’un code carnet Affectation d’un symbole par défaut
Station - OUI
Référence - OUI
Référence angulaire OUI OUI
Hauteur de prisme - -
Hauteur de prisme ponctuelle OUI -
Point sans altitude OUI OUI
Commentaire - -
Mesure - OUI
Point - OUI
Symbole du point suivant OUI -
Symbole courant OUI -
Excentrement radial - -
Excentrement tangentiel - -
Excentrement vertical - -

48 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Topojis®-Pc

I.13. LECTURE DES CARNETS TOPOJIS®-Pc

I.13.1. Description des fichiers carnets Topojis®


Les fichiers au format Topojis®-Pc sont des fichiers textes. Les informations sont organisées par ligne. La distinction est faite entre
le Carnet (informations du levé) et les Composants (informations sur les points). Chaque valeur est précédée d’un label.

1. Les informations du carnet


Les lignes du carnet Topojis®-Pc commencent toutes par les deux caractères « # : ». Suivent ensuite les informations de la station,
de la référence ou de la mesure. Les principaux labels utilisés sont :

• S saisie d’une station,


• U,…,Z visée sur une référence (orientation ou station suivante dans un cheminement),
• u,…,z visée sur un point de détail (mesure),
• M= ou MA= précède le matricule de la station, de la référence ou de la mesure,
• HT= hauteur des tourillons (hauteur instrument),
• HV= hauteur de voyant (hauteur de prisme),
• AH= angle horizontal,
• AV= angle vertical,
• DI= distance inclinée,
• DZ= dénivelée,
• DH= distance horizontale,
• C= code utilisateur associé à la station, à la référence ou à la mesure,
• CS= code symbolique compris entre 0 et 7, utilisé pour les stations,
• PV= fixe la valeur du poids vertical de la station, de la référence ou de la mesure.
Le programme ne reconnaît que la valeur PV=0 qui indique que le point est sans altitude.

Les combinaisons d’enregistrement entre la distance horizontale, la distance inclinée, la dénivelée et l’angle vertical sont acceptées
et traduites au format GéoBase.

Exemples :
#:S,M=ST.20,HT=1.66,C=1
Station ST.20 ayant pour hauteur d’instrument 1.66 m et pour code symbole 1.
#:V,M=R.99,AH=356.2565,C=7
Référence R.99 visée avec un angle horizontal de 356.2565 gr et de code symbole 7.
#:v,M=1201,HV=1.458,AH=256.2548,AV=99.8896,DI=50.325,C=10,PV=0
Mesure 1201 avec une hauteur de prisme de 1.458 m, un angle horizontal de 256.2548 gr, un angle vertical de 99.8896 gr,
une distance inclinée de 50.325 m, un code symbole égal à 10 et sans calcul d’altitude.

2. Les informations sur les points


Les informations sur les points sont contenues dans la partie Composants du fichier Topojis ®-Pc. Les lignes commencent par le
matricule du point suivi de ses coordonnées repérées par un label.
Exemple :
P.1:X=947645.233,Y=1014232.378,Z=140.379,C=10

49 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture des carnets Topojis®-Pc

I.13.2. Lecture d’un carnet Topojis®-Pc


Pour lire un fichier Topojis®-Pc, vous devez sélectionner
l’option « Lecture Topojis-Pc » dans le sous-menu
Lectures carnets.
Le dialogue de configuration est alors affiché pour vous
permettre d’indiquer le fichier carnet à traiter et le nom de la
GéoBase à créer.

1. Appareil
Cette case à cocher donne accès à la liste déroulante qui contient
les appareils définis dans les options des calculs (fichier
CalTopo.ini). Si la case est cochée, l’appareil sélectionné sera ajouté en début de GéoBase et s’appliquera à toutes les observations
du fichier. Les calculs topométriques utiliseront ces appareils pour corriger des défauts tels que la collimation verticale ou une
constante de prisme (cf. § IV.6).

2. Carnet brut
Entrez le nom du fichier carnet à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il est
possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans la
zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en
cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par défaut, le programme propose le même nom que le
fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’. Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la
transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

4. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

5. Exemple de carnet au format Topojis


#:S,M=S.10,HT=1.4730
#:V,M=S.12,HV=1.5000,AH=35.9422,AV=99.1517,DI=58.3140
#:V,M=S.11,HV=1.6000,AH=109.4547,AV=99.1102,DI=80.6310
#:V,M=S.9,HV=1.6000,AH=293.6213,AV=100.6893,DI=80.6280
#:v,M=C.1,AH=325.7603
#:S,M=S.12,HT=1.4500
#:V,M=S.5,HV=1.6000,AH=375.0206,AV=99.0941,DI=63.2520
#:V,M=S.10,HV=1.6050,AH=188.9415,AV=100.6496,DI=58.3120
#:v,M=C.1,HV=0.0000,AH=249.6493,AV=101.5628,DI=130.4230
#:S,M=S.9,HT=1.6000
#:V,M=S.8,HV=1.5500,AH=279.6233,AV=100.4343,DI=80.6250
#:V,M=S.10,HV=1.4500,AH=79.6233,AV=99.3288,DI=80.6270
#:v,M=C.1,AH=363.3132

REMARQUE :
Dans certains pseudo-formats Topojis, les caractères « # : » n’apparaissent pas en début de ligne. COVADIS permet tout de
même de lire ces fichiers.

50 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Lecture de fichiers au format séparateur

I.14. LECTURE DES CARNETS AU FORMAT SÉPARATEUR

Cette commande permet de transformer directement un fichier


de points au format séparateur (coordonnées GPS par exemple)
en GéoBase.
Le fichier de paramétrage utilisé est identique à celui décrit dans
le manuel COVADIS Topo 2D.

1. Appareil
Cette case à cocher vous donne accès à la liste déroulante qui
contient les appareils définis dans le fichier CalTopo.ini. Si la case
est cochée, une ligne appareil sera ajoutée en début de GéoBase

2. Carnet brut
Saisissez le nom du fichier de points à traiter dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Il
est possible d’éditer directement le fichier en utilisant la combinaison des touches <Shift> + <Ctrl> et un clic droit de la souris dans
la zone d’édition correspondante. Cette façon de procéder est aussi valable pour éditer le fichier de paramétrage.

3. Paramétrage
Saisissez le nom du fichier de paramétrage à utiliser dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur
le bouton « Parcourir ».

4. GéoBase
Entrez le nom du fichier GéoBase à créer dans cette zone d’édition ou sélectionnez-le en cliquant sur le bouton « Parcourir ». Par
défaut, le programme propose le même nom que le fichier carnet suivi de l’extension ‘geo’.
Cliquez sur le bouton « OK » pour démarrer la transformation du fichier carnet en GéoBase.
Si la GéoBase existe déjà, le programme demande de confirmer son remplacement.
Cette zone d’édition n’est pas disponible si la commande est lancée depuis l’éditeur de
GéoBases. Vous pouvez alors compléter la GéoBase courante ou en créer une nouvelle.

5. Table
Cette case à cocher vous permet de sélectionner la table de codes qui sera utilisée pour interpréter les codes terrain. Il n’est pas
nécessaire d’interpréter les codes au moment de la lecture. En effet, l’interprétation peut aussi se faire au moment de la génération
du dessin. Pour plus de détails reportez-vous au chapitre VIII de ce manuel.

REMARQUE :
Les séparateurs de codes et de paramètres doivent être différents du séparateur d’information du fichier brut et de la virgule.

I.15. LECTURE DES CARNETS AU FORMAT COLONNÉ

Cette commande permet de transformer directement un fichier de


points colonné (coordonnées GPS par exemple) en GéoBase.

Le fichier de paramétrage utilisé est identique à celui décrit


dans le manuel COVADIS Topo 2D.
Les zones de saisies sont identiques à celles du format
séparateur.

REMARQUE :
Les séparateurs de codes et de paramètres doivent être
différents de la virgule.

51 COVADIS CALCUL
LES LECTURES DE CARNETS Importation depuis une base de données

I.16. IMPORTATION DEPUIS UNE BASE DE DONNÉES

Cette fonction est disponible dans le menu Lecture de l’éditeur de GéoBase. Le choix de la base de données Access ainsi que le
paramétrage de l’importation sont réalisés dans les options des calculs topométriques (cf. § IV.4).
Le but de cette fonction est d’ajouter à la GéoBase courante les coordonnées des stations et références extraites de la base de données.
Le lien entre les stations et références avec les coordonnées présentes dans la base de données s’effectue par le matricule. Il est donc
très important d’immatriculer, lors du levé, une station ou une référence de manière unique.
Si la station ou la référence n’existe pas dans la base de données, le message ci-
contre est affiché. Il sera répété sur les stations ou références suivantes non
présentes dans la base de données. Le fait de cliquer sur « Annuler » empêche
la réapparition du message.

I.17. CRÉATION DES SCANS (*.PTS)

Cette fonction est disponible dans le menu Lecture de l’éditeur de GéoBase et permet de créer les fichiers PTS à partir de la base
de données Leica (*.XCF).
Avant toute chose, le répertoire Leica Nova du DVD d’installation contient deux sous-répertoires correspondant aux version 32 bits
et 64 bits de Windows. Copier le sous répertoire adéquat sur le disque dur. Idéalement, choisissez un des emplacements approuvés
d’AutoCAD. Ce répertoire contient l’exécutable (ExtractNova.exe) et les DLLs nécessaire à la création des fichiers scans (*.PTS).
Au premier lancement de la commande, le chemin vers l’exécutable est demandé. Ensuite indiquez la base de données Leica
correspondant à la Géobase courante.
Les fichiers scans (*.PTS) sont alors créés dans le répertoire des fichiers scan binaires (*.SDB).
Extrait du contenu d’un fichier PTS :
3127
19983.923937 20003.662349 102.224117 -1812 0 0 0
19983.921770 20003.660882 102.219052 -1813 0 0 0
19983.922503 20003.661376 102.213912 -1813 0 0 0
19983.923237 20003.661872 102.208772 -1816 0 0 0
19983.923887 20003.662314 102.203630 -1818 0 0 0
19983.923546 20003.662084 102.198511 -1817 0 0 0
19983.921383 20003.660625 102.193434 -1813 0 0 0
19983.922951 20003.661682 102.188266 -1811 0 0 0
19983.923441 20003.662013 102.183134 -1815 0 0 0
19983.923685 20003.662179 102.178021 -1817 0 0 0
19983.923016 20003.661732 102.172947 -1817 0 0 0

La première ligne de ce fichier contient le nombre de points contenus dans le scan. Sur chaque ligne suivante, les coordonnées et
quatre autres nombres. La couleur des points n’est pas initialisée, ces derniers seront donc monochromes.
Si les stations de levé sont recalculées suite à un cheminement par exemple, une commande du menu Calculs de l’éditeur de
GéoBase permet de recalculer les coordonnées présentes dans les fichiers PTS (cf. § V.12).

52 COVADIS CALCUL
EXPORTATIONS DE CARNETS

II. EXPORTATIONS DE CARNETS

53 COVADIS CALCUL
EXPORTATIONS DE CARNETS

54 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation au format GéoBase

II.1. GÉNÉRALITÉS

Ce chapitre traite des possibilités d’exportation des coordonnées calculées présentes dans une GéoBase.
Ces commandes sont exécutables soit à partir du sous-menu Exportation carnet du menu Cov.Calculs
soit directement depuis l’éditeur de GéoBases comme montré ci-contre.
Les fichiers ainsi obtenus peuvent servir pour le chargement des appareils de terrain en vue d’une
implantation ou comme fichier de points en entrée dans un logiciel de dessin.
Les possibilités de formats sont : GéoBase, fichier avec séparateur, fichier colonné, fichier au format
Topojis®-Pc, fichier au format Wild/Leica, fichier au format Geotronics/Spectra Precision ou fichier au
format Sokkia. En fonction du format de sortie choisi, des paramétrages peuvent être demandés. Les
paragraphes suivants traitent chaque format en détails.

II.2. EXPORTATION AU FORMAT GÉOBASE

Utilisez cette possibilité d’exportation pour créer


une GéoBase à partir d’une GéoBase source. La
boîte de dialogue ci-contre permet d’effectuer le
paramétrage de la fonction.

• « GéoBase à traiter » : cette zone de texte


permet de choisir la GéoBase source qui sera
utilisée pour l’exportation. Cliquez sur le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
GéoBase à l’aide du dialogue de sélection de
fichier.
• « Fichier à Créer » : indiquez ici le fichier que
vous souhaitez créer. Utilisez le bouton pour
parcourir le disque et choisir un fichier existant
qui sera écrasé.
• « Type » : sélectionnez dans cette liste jaillis-
sante le type du fichier résultat de l’exportation.
• « Exporter les points » : cochez cette case si les
points (coordonnées) doivent figurer dans la
GéoBase résultat.
• « Exporter les informations du carnet » : cochez cette case si les autres informations (stations, mesures, commandes de
codification…) doivent être présentes dans le fichier résultat.
• « Eléments à exporter » : Ces radio-boutons permettent de choisir tous les points de la GéoBase ou d’indiquer une plage de
matricules comme filtre.
• « Afficher le fichier créé » : Permet d’éditer le fichier résultat après transformation.

55 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation au format Séparateur

II.3. EXPORTATION AU FORMAT SÉPARATEUR

Utilisez cette possibilité d’exportation pour créer un


fichier au format séparateur à partir d’une GéoBase
source. La boîte de dialogue ci-contre permet
d’effectuer le paramétrage de la fonction.

• « GéoBase à traiter » : cette zone de texte


permet de choisir la GéoBase source qui sera
utilisée pour l’exportation. Cliquez sur le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
GéoBase à l’aide du dialogue de sélection de
fichier.
• « Fichier à Créer » : indiquez ici le fichier que
vous souhaitez créer. Utilisez le bouton pour
parcourir le disque et choisir un fichier existant
qui sera écrasé.
• « Type » : sélectionnez dans cette liste jaillis-
sante le type du fichier résultat de l’exportation.
• « Paramètres » : permet de choisir un fichier de
paramétrage du format séparateur. Utilisez le
bouton pour parcourir le disque et choisir un
fichier un fichier de paramétrage d’extension ‘sep’.
• « Points à exporter » : Ces radio-boutons permettent de choisir tous les points de la GéoBase ou d’indiquer une plage de
matricules comme filtre.
• « Afficher le fichier créé » : Permet d’éditer le fichier résultat après transformation.

Paramétrage du format avec séparateurs


Dans un fichier de points au format séparateur, les
valeurs sur les lignes sont séparées par un caractère
particulier (une virgule par exemple) ou par un ou
plusieurs espaces.
Vous devez indiquer le caractère à utiliser pour séparer
les données sur les lignes du fichier. Sélectionnez
l’option « Espace(s) » si un espace doit être placé
entre deux valeurs consécutives.
Donnez aussi l’ordre dans lequel doivent se trouver les
données sur une ligne du fichier, 0 indiquant une
valeur non présente.
Vous remarquerez la zone « Format des données »
vous permettant de vérifier à tout moment la validité
du paramétrage.
Le groupe d’éléments Paramètres pour l’écriture vous permet de spécifier différentes options :
 « Supprimer les radicaux alphanumériques » : si les matricules des points sélectionnés pour l’écriture du fichier
contiennent des radicaux, ceux-ci seront automatiquement supprimés si cette case est cochée. Par exemple, le matricule du
point EU.123 sera transformé en 123 dans le fichier.
 « Supprimer les points d’altitude nulle » : si cette case est cochée, les points sans altitude seront automatiquement omis lors
de l’écriture du fichier.
• « Nombre de décimales » : utilisez cette liste jaillissante pour spécifier le nombre de décimales pour l’écriture des
coordonnées dans le fichier de points.
Le menu « Fichier » permet de charger un format ou de sauvegarder un format modifié.
L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

56 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation au format Colonné

II.4. EXPORTATION AU FORMAT COLONNÉ

Utilisez cette possibilité d’exportation pour créer un


fichier au format colonné à partir d’une GéoBase
source. La boîte de dialogue ci-contre permet
d’effectuer le paramétrage de la fonction.

• « GéoBase à traiter » : cette zone de texte


permet de choisir la GéoBase source qui sera
utilisée pour l’exportation. Cliquez sur le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
GéoBase à l’aide du dialogue de sélection de
fichier.
• « Fichier à Créer » : indiquez ici le fichier que
vous souhaitez créer. Utilisez le bouton pour
parcourir le disque et choisir un fichier existant
qui sera écrasé.
• « Type » : sélectionnez dans cette liste jaillis-
sante le type du fichier résultat de l’exportation.
• « Paramètres » : permet de choisir un fichier de
paramétrage du format séparateur. Utilisez le
bouton pour parcourir le disque et choisir un
fichier un fichier de paramétrage d’extension ‘col’.
• « Points à exporter » : Ces radio-boutons permettent de choisir tous les points de la GéoBase ou d’indiquer une plage de
matricules comme filtre.
• « Afficher le fichier créé » : Permet d’éditer le fichier résultat après transformation.

Paramétrage du format colonné

Un fichier est dit au format ‘colonné’ lorsqu’une


information se retrouve toujours à la même position
quelle que soit la ligne du fichier. Par exemple,
l’altitude des points pourrait être indiquée par les
caractères 30 à 37.
Le dialogue de paramétrage de l’écriture des fichiers
colonnés se présente comme dans l’exemple ci-contre.
Pour les coordonnées des points (X, Y et Z), deux
valeurs sont à configurer : la partie entière et la partie
décimale.
Pour paramétrer une valeur, spécifiez sa colonne de
début (à partir de 1) et sa colonne de fin, ou sa colonne
de début et le nombre de caractères qu’elle possède
(longueur).
Pour indiquer qu’une valeur ne doit pas être écrite dans
le fichier de points (pas d’altitude, pas de code
symbole), il suffit de ne pas mettre de valeur pour la
colonne de début et d’indiquer une longueur nulle.
Vous remarquerez la zone « Exemple » vous
permettant de vérifier à tout moment la validité du
paramétrage.

57 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation au format Topojis®-Pc

Le groupe d’éléments Paramètres pour l’écriture vous permet de spécifier différentes options :
 « Supprimer les radicaux alphanumériques » : si les matricules des points sélectionnés pour l’écriture du fichier
contiennent des radicaux, ceux-ci seront automatiquement supprimés si cette case est cochée. Par exemple, le matricule du
point EU.123 sera transformé en 123 dans le fichier.
 « Supprimer les points d’altitude nulle » : si cette case est cochée, les points sans altitude seront automatiquement omis
lors de l’écriture du fichier.
• « Alignements dans les colonnes » : ce sous-groupe de paramètres permet d’indiquer les côtés d’alignement des matricules
et codes symboles dans leurs colonnes respectives. Cliquez sur les boutons pour sélectionner les modes d’alignement désirés.

II.5. EXPORTATION AU FORMAT TOPOJIS®-PC

Utilisez cette possibilité d’exportation pour créer un


fichier au format Topojis®-Pc à partir d’une
GéoBase source. La boîte de dialogue ci-contre
permet d’effectuer le paramétrage de la fonction.

• « GéoBase à traiter » : cette zone de texte


permet de choisir la GéoBase source qui sera
utilisée pour l’exportation. Cliquez sur le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
GéoBase à l’aide du dialogue de sélection de
fichier.
• « Fichier à Créer » : indiquez ici le fichier que
vous souhaitez créer. Utilisez le bouton pour
parcourir le disque et choisir un fichier existant
qui sera écrasé.
• « Type » : sélectionnez dans cette liste jaillis-
sante le type du fichier résultat de l’exportation.
• « Exporter les points » : cochez cette case si les
points (coordonnées) doivent figurer dans la
GéoBase résultat.
• « Exporter les informations du carnet » : cochez cette case si les autres informations (stations, mesures, commandes de
codification…) doivent être présentes dans le fichier résultat.
• « Eléments à exporter » : Ces radio-boutons permettent de choisir tous les points de la GéoBase ou d’indiquer une plage de
matricule comme filtre.
• « Afficher le fichier créé » : Permet d’éditer le fichier résultat après transformation.

58 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation au format Wild®/Leica®

II.6. EXPORTATION AU FORMAT WILD®/LEICA®

Utilisez cette possibilité d’exportation pour créer un


fichier au format Wild®/Leica® à partir d’une
GéoBase source. La boîte de dialogue ci-contre
permet d’effectuer le paramétrage de la fonction.

• « GéoBase à traiter » : cette zone de texte


permet de choisir la GéoBase source qui sera
utilisée pour l’exportation. Cliquez sur le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
GéoBase à l’aide du dialogue de sélection de
fichier.
• « Fichier à Créer » : indiquez ici le fichier que
vous souhaitez créer. Utilisez le bouton pour
parcourir le disque et choisir un fichier existant
qui sera écrasé.
• « Type » : sélectionnez dans cette liste jaillis-
sante le type du fichier résultat de l’exportation.
• « Paramètres » : permet de choisir un fichier de
paramétrage du format Leica. Utilisez le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
un fichier de paramétrage d’extension ‘lei’.
• « Points à exporter » : Ces radio-boutons permettent de choisir tous les points de la GéoBase ou d’indiquer une plage de
matricule comme filtre.
• « Afficher le fichier créé » : Permet d’éditer le fichier résultat après transformation.

Paramétrage du format Leica

Le paramétrage de l’écriture des fichiers de points au


format Leica® se fait à l’aide du dialogue ci-contre.

Format des données


Ce groupe de paramètres vous permet d’indiquer si les
données doivent être écrites sur 8 ou 16 caractères.
Dans le cas des données écrites sur 8 caractères, il peut
être nécessaire d’effectuer un changement de repère
(décalage d’origine) si les coordonnées sont trop grandes.
En effet, si une abscisse de 351200.000 doit être écrite
dans le fichier, il faudra 10 caractères pour ne pas perdre
une partie des données, ou soustraire 350000 à la valeur
(et à toutes les autres abscisses du fichier) pour revenir à
des valeurs plus faibles.

Si la case «  Ecrire la ligne de fin de fichier » (! ----+) est cochée, cette séquence de caractères (nécessaire à certains systèmes)
sera automatiquement écrite à la fin du fichier de points.

Paramètres pour l’écriture


 « Supprimer les radicaux alphanumériques » : si les matricules des points sélectionnés pour l’écriture du fichier
contiennent des radicaux, ceux-ci seront automatiquement supprimés si cette case est cochée. Par exemple, le matricule du
point EU.123 sera transformé en 123 dans le fichier.
 « Supprimer les points d’altitude nulle » : si cette case est cochée, les points sans altitude seront automatiquement omis lors
de l’écriture du fichier.
• « Nombre de décimales » : utilisez cette liste jaillissante pour spécifier le nombre de décimales à ajouter à la valeur 3
(minimum) pour l’écriture des coordonnées dans le fichier de points.

59 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation au format Trimble GDM

Ecriture du code symbole


Si vous désirez faire apparaître le code symbole des points dans le fichier au format Leica® choisissez l’une des options «  Avant
le point » et «  Après le point ». Ceci est nécessaire puisque ces valeurs ne peuvent pas être mises sur les lignes de données
(11…), mais doivent se trouver sur des lignes de commande particulières (41…).
La zone d’édition « Commande » vous permet de spécifier le label de la commande correspondant au code symbole. Si cette zone
reste vide, le code sera directement placé après le label 41 :
41xxxx+0000SY12 où SY12 est le code symbole du point
si une valeur est indiquée dans cette zone, comme par exemple code_sym, la ligne de commande deviendra :
41xxxx+code_sym 42.…+0000SY12 où SY12 est le code symbole du point

Décalage d’origine
Entrez dans les zones de saisie les valeurs à soustraire aux abscisses (X) et ordonnées (Y) de tous les points sélectionnés avant leur
écriture dans le fichier.
Ce décalage ne peut être utilisé qu’avec le format de données sur 8 caractères. Il est inutile si les coordonnées restent inférieures à
10000.0 et que le nombre de décimales n’est pas supérieur à 3.

Comme pour les formats vus précédemment, le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.

L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

II.7. EXPORTATION AU FORMAT TRIMBLE GDM

Utilisez cette possibilité d’exportation pour créer un


fichier au format Spectra® Precision® à partir d’une
GéoBase source. La boîte de dialogue ci-contre
permet d’effectuer le paramétrage de la fonction.

• « GéoBase à traiter » : cette zone de texte


permet de choisir la GéoBase source qui sera
utilisée pour l’exportation. Cliquez sur le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
GéoBase à l’aide du dialogue de sélection de
fichier.
• « Fichier à créer » : indiquez ici le fichier que
vous souhaitez créer. Utilisez le bouton pour
parcourir le disque et choisir un fichier existant
qui sera écrasé.
• « Type » : sélectionnez dans cette liste jaillis-
sante le type du fichier résultat de l’exportation.
• « Points à exporter » : Ces radio-boutons
permettent de choisir tous les points de la
GéoBase ou d’indiquer une plage de matricule
comme filtre.
• « Afficher le fichier créé » : Permet d’éditer le fichier résultat après transformation.

60 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation au format Sokkia

II.8. EXPORTATION AU FORMAT SOKKIA

La commande Export Sokkia se trouve dans le


sous-menu Exportation Carnet du menu déroulant
Cov.Calculs dans AutoCAD®. Si vous passez par
le module externe, elle se trouve dans le menu
Export. Utilisez cette possibilité d’exportation pour
créer un fichier au format Sokkia® à partir d’une
GéoBase source. La boîte de dialogue ci-dessous
permet d’effectuer le paramétrage de la fonction.

• « GéoBase à traiter » : cette zone de texte


permet de choisir la GéoBase source qui sera
utilisée pour l’exportation. Cliquez sur le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
GéoBase (extension ‘geo’) à l’aide du dialogue
de sélection de fichier.
• « Fichier à Créer » : indiquez ici le fichier que
vous souhaitez créer. Utilisez le bouton
pour parcourir le disque et choisir un fichier
existant qui sera écrasé.
• « Type » : sélectionnez dans cette liste jaillis-
sante le type du fichier résultat de l’exportation (ici « Fichier carnet Sokkia »).
• « Paramètres » : indique le fichier de paramétrage du format Sokkia® qui sera utilisé. Le bouton permet de modifier le
paramétrage (voir les détails du paramétrage ci-dessous). Le paramétrage est enregistré dans un fichier d’extension ‘sok’.
• « Points à exporter » : ces radio-boutons permettent de choisir tous les points de la GéoBase ou d’indiquer une plage de
matricules comme filtre.
• « Afficher le fichier créé » : permet d’éditer le fichier résultat après transformation.

Paramétrage du format Sokkia®

Pour accéder au paramétrage de l’écriture des fichiers de points


au format Sokkia®, cliquez sur le bouton du dialogue
présenté ci-dessus. Le dialogue ci-contre apparaît alors.

1. Format des données


Deux types de formats sont disponibles pour l’écriture des
fichiers Sokkia® : SDR20 et SDR33.
Le format SDR20 se caractérise par une longueur de 4
caractères pour les matricules des points et une longueur de 10
caractères pour les coordonnées.
Le format SDR33 permet, quant à lui, d’écrire les matricules
et les coordonnées sur 16 caractères.

Exemple de débuts de fichiers pour les 2 formats (point 40) :


SDR20 00EDSDR20
10NMFileExportPts
08TP0040350544.209251000.446
243.049
SDR33 00EDSDR33
10NMFileExportPts
8TP0000000000000040 350544.209 251000.446 243.049

61 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation au format Dxf 12

2. Décalage d’origine
Entrez dans les zones de saisie les valeurs à soustraire aux abscisses (X) et ordonnées (Y) de tous les points sélectionnés avant leur
écriture dans le fichier.
Ce décalage est nécessaire pour le format SDR20 si le nombre de caractères pour les coordonnées est supérieur à 10.

3. Paramètres pour l’écriture


• « Entête » : permet de saisir l’entête (la première ligne) à écrire dans le fichier produit.

• « Job » : permet de saisir le nom apparaissant dans la seconde ligne du fichier.

 « Supprimer les radicaux alphanumériques » : si les matricules des points sélectionnés pour l’écriture du fichier contiennent
des radicaux, ceux-ci seront automatiquement supprimés si cette case est cochée. Par exemple, le matricule du point EU.123
sera transformé en 123 dans le fichier.
 « Supprimer les points d’altitude nulle » : si cette case est cochée, les points sans altitude seront automatiquement omis lors de
l’écriture du fichier.
 « Combler les espaces avec des zéros dans le fichier de sortie » : remplace les espaces par des zéros.
 « Ecrire le code symbole » : cochez cette case pour que le code symbole soit ajouté à la fin des lignes de données pour les
points qui en possèdent un.
• « Nombre de décimales » : utilisez cette liste jaillissante pour spécifier le nombre de décimales pour l’écriture des coordonnées
dans le fichier de points.

Le menu « Fichier » permet de gérer l’ouverture et l’enregistrement de différents fichiers de paramétrage.


L’appui sur le bouton « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur l’icône de
fermeture de la fenêtre

II.9. EXPORTATION AU FORMAT DXF VERSION 12

Utilisez cette possibilité d’exportation du menu Export de l’éditeur de GéoBase pour créer un fichier Dxf version 12 à partir des
points calculés dans une GéoBase. Le fichier obtenu est compatible avec AutoCAD ®.

• « Fichier à Créer » : indiquez ici le fichier que


vous souhaitez créer. Utilisez le bouton pour
parcourir le disque et choisir un fichier existant
qui sera écrasé.

• « Type » : sélectionnez dans cette liste jaillissante


le type du fichier résultat de l’exportation (ici
« Fichier DXF Version 12 »).

• « Paramètres » : indique le fichier de paramé-


trage du format ‘Dxf’’ qui sera utilisé. Le bouton
permet de modifier le paramétrage (voir les
détails du paramétrage ci-dessous). Le paramé-
trage est enregistré dans un fichier d’extension
‘dxc’.

• « Points à exporter » : ces radio-boutons


permettent de choisir tous les points de la GéoBase ou d’indiquer une plage de matricules comme filtre.

REMARQUE :
S’il n’y a pas de point sélectionné dans l’éditeur de GéoBase le radio-bouton « Uniquement les points sélectionnés » n’est
pas disponible.

• « Afficher le fichier créé » : permet d’éditer le fichier une fois créé.

62 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS Exportation vers une base de données

Paramétrage du format DXF

Pour accéder au paramétrage de l’écriture des


fichiers de points au format DXF version 12, cliquez
sur le bouton du dialogue présenté ci-dessus. Le
dialogue ci-contre apparaît alors.

1. Fichier de définition du point topo


Choisissez, à l’aide du bouton , le fichier de
définition du point topographique à insérer dans le
dessin (fichier d’extension ‘bpt’). Le programme
tient compte de l’échelle courante.

Vous pouvez modifier ce fichier de définition en


appuyant sur le bouton . Lisez le manuel
COVADIS Topo 2D pour plus de détails.

Il est possible de paramétrer le nombre de décimales


pour les attributs ALT des points du dessin. Cela
n’altère en rien le positionnement altimétrique du
point inséré.

2. Eléments à exporter
Des cases à cocher permettent d’inclure ou d’exclure des éléments du dessin :

• « Stations » : Insère un point dans le calque spécifié pour les stations. La couleur est celle du calque.
• « Références » : Insère un point dans le calque spécifié pour les références. La couleur est celle du calque. Si le point est
déjà inséré en tant que station il n’est pas inséré une seconde fois en tant que référence.
• « Points ray. » : Insère un point dans le calque spécifié pour les points de détail (Mesures). La couleur est celle du calque.
• « Visées Réf. » : Trace une ligne entre la station et le point de référence dans le calque spécifié. La couleur est celle du
calque.
• « Visées Pnt. » : Trace une ligne entre la station et le point de détail dans le calque spécifié. La couleur est celle du calque.
• « Flèches Réf. » : Dessine une flèche au milieu de la ligne station-référence dans le calque spécifié. La couleur est celle du
calque.
• « Flèches Pnt. » : Dessine une flèche au milieu de la ligne station-mesure dans le calque spécifié. La couleur est celle du
calque.

II.10. EXPORTATION VERS UNE BASE DE DONNÉES

Utilisez cette fonctionnalité du menu Export de l’éditeur de


GéoBase pour mettre à jour la base de données ACCESS
selon les options définies au § IV.4.
La fenêtre ci-contre s’ouvre et permet de donner la liste des
points à mettre à jour. Si une sélection de points ou
d’observations précédait le lancement de la commande, la
liste est automatiquement renseignée.
Si vous cochez la case « Tous » alors toutes les stations et références ayant des coordonnées seront mises à jour.

63 COVADIS CALCUL
EXPORTATION DE CARNETS

64 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES

III. L’ÉDITEUR DE GÉOBASES

65 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES

66 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Généralités

III.1. GÉNÉRALITES

Une GéoBase est un fichier texte (ASCII) contenant les informations de levé, de codification et les coordonnées des points dans un
format propre à COVADIS. Bien que ce fichier soit lisible et modifiable par tout éditeur de texte, un éditeur spécial (l’éditeur de
GéoBases) a été développé. Ce chapitre se propose de vous présenter les fonctionnalités propres à l’éditeur de GéoBase.
Chacun des calculs topométriques modifie la GéoBase courante (coordonnées des stations calculées, V0 des stations, coordonnées
des points de détail, …).
Chaque ligne d’une GéoBase définit un élément particulier (station, référence, mesure, point, commentaire, …) et est composée
d’un numéro de ligne, du type de l’élément décrit, et des paramètres associés à cet élément. La colonne symbole quant à elle ne sert
qu’à remplir l’attribut code des points topographiques et ne joue aucun rôle lors de la génération du dessin (codification).

Pour lancer l’éditeur de GéoBases, sélectionnez l’option « Edition GéoBase » dans le menu Cov.Calculs ou tapez GEOEDIT2
sur la ligne de commande d’AutoCAD®. La dernière GéoBase utilisée (lecture de fichier carnet ou calcul) peut être chargée
automatiquement au démarrage de l’éditeur (voir options de l’éditeur § IV.3.1).

Un exemple de la fenêtre de l’éditeur de GéoBases est donné ci-dessous :

Le nom de la GéoBase courante (actuellement chargée) est toujours affiché dans la barre de titre de la fenêtre, le caractère «  »
indique, s’il est présent après le nom, que la GéoBase a été modifiée depuis le dernier enregistrement (ou depuis le chargement).

L’éditeur de GéoBases peut être décomposé en trois zones principales : la barre de menus, la barre d’outils et la liste d’affichage.
Ces différentes zones sont décrites plus loin dans ce chapitre.
Il est possible de personnaliser la taille et l’emplacement de la fenêtre de l’éditeur, la police d’affichage de la liste, le nombre de
décimales affichées ainsi que la largeur des colonnes de la liste. Des couleurs différentes peuvent être choisies pour chaque colonne
ou chaque type de lignes (voir les options § IV.3.5).

REMARQUES :
 Les différents messages générés par l’éditeur de GéoBase sont envoyés dans la fenêtre de texte d’AutoCAD ® (erreur lors du
chargement, modifications d’éléments, résultats de calculs…).
 A une ligne de la GéoBase correspond en général une ligne de la liste d’affichage dans l’éditeur de GéoBase. Ceci n’est pas
vrai pour les cheminements de plus de huit stations qui font l’objet de plusieurs lignes dans le fichier GéoBase.
 Tous les calculs peuvent être effectués soit dans l’éditeur de GéoBases soit à partir du menu Cov.Calculs.

67 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Types d’éléments

III.2. TYPES D’ÉLÉMENTS

Les différents types d’éléments qu’il est possible de rencontrer dans une GéoBase sont décrits ci-après. Les icônes situées sous les
titres correspondent aux boutons de la barre d’outils de l’éditeur de GéoBase.

▪ Description d’une station de levé


A chaque mise en station sur le terrain correspond une ligne Station dans la GéoBase.
Paramètres :
 matricule du point stationné
 hauteur d’instrument (HI), exprimée en mètres
 V0 de la station (mettre –1.0 pour indiquer l’absence de valeur)
 code symbole associé au point (SY)
Syntaxes :
Station <matricule> <HI>
Station <matricule> <HI> -1.0 <SY>
Station <matricule> <HI> <V0>
Station <matricule> <HI> <V0> <SY>
Exemples :
Station S.10 1.455
Station S.10 1.455 10
Station S.10 1.455 325.2658
Station S.10 1.455 325.2658 10

▪ Description d’une visée de référence


Les références sont des observations sur des points stationnés ou servant à orienter une station (clocher,
château d’eau…). Elles ne sont pas recalculées lors d’un calcul de points rayonnés mais sont nécessaires pour
un calcul de cheminement ou de rattachement altimétrique d’une station.
Paramètres :
 matricule du point visé
 hauteur de prisme (HP), exprimée en mètres
 angle horizontal (AH), exprimé en grades
 angle vertical (AV), exprimé en grades
 distance inclinée (DI), exprimée en mètres (0.0 si non mesurée)
 code symbole associé au point (SY)
Syntaxes :
Reference <matricule> <AH>
Reference <matricule> <AH> <SY>
Reference <matricule> <HP> <AH> <AV> <DI>
Reference <matricule> <HP> <AH> <AV> <DI> <SY>
Exemples :
Reference R.1 126.3887
Reference R.1 126.3887 20
Reference R.1 1.600 126.3887 99.6587 78.954
Reference R.1 1.600 126.3887 99.6587 78.954 20

▪ Description d’une visée de mesure


Les mesures sont des observations sur des points de détails. Seules les mesures sont calculées lors d’un calcul
de points rayonnés.
Paramètres :
 matricule du point visé
 hauteur de prisme (HP), exprimée en mètres
 angle horizontal (AH), exprimé en grades
 angle vertical (AV), exprimé en grades
 distance inclinée (DI), exprimée en mètres (0.0 si non mesurée)
 code symbole associé au point (SY)

68 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Types d’éléments

Syntaxes :
Mesure <matricule> <AH>
Mesure <matricule> <AH> <SY>
Mesure <matricule> <HP> <AH> <AV> <DI>
Mesure <matricule> <HP> <AH> <AV> <DI> <SY>
Exemples :
Mesure M.1 126.3887
Mesure M.1 126.3887 20
Mesure M.1 1.600 126.3887 99.6587 78.954
Mesure M.1 1.600 126.3887 99.6587 78.954 20

▪ Description d’une lecture de nivellement arrière sur une mire


Lors d’un nivellement, une station de niveau commence toujours par une lecture arrière, le reste des
observations étant des lectures avant.
Paramètres :
 matricule du point mesuré
 lecture sur mire (LM) exprimée en mètres
 distance horizontale (DH) entre le niveau et la mire en mètres (0.0 si non mesurée)
 code symbole associé au point (SY)
Syntaxes :
NivLectAR <matricule> <LM>
NivLectAR <matricule> <LM> <SY>
NivLectAR <matricule> <LM> <DH>
NivLectAR <matricule> <LM> <DH> <SY>
Exemples :
NivLectAR N.1 1.546
NivLectAR N.1 1.546 30
NivLectAR N.1 1.546 36.388
NivLectAR N.1 1.546 36.388 30

▪ Description d’une lecture de nivellement avant sur une mire


Lors d’un nivellement, les lectures avant sont aussi bien des lectures sur points du cheminement que des
points de détails.
Paramètres :
 matricule du point mesuré
 lecture sur mire (LM) exprimée en mètres
 distance horizontale (DH) entre le niveau et la mire en mètres (0.0 si non mesurée)
 code symbole associé au point (SY)
Syntaxes :
NivLectAV <matricule> <LM>
NivLectAV <matricule> <LM> <SY>
NivLectAV <matricule> <LM> <DH>
NivLectAV <matricule> <LM> <DH> <SY>
Exemples :
NivLectAV N.1 1.546
NivLectAV N.1 1.546 30
NivLectAV N.1 1.546 36.388
NivLectAV N.1 1.546 36.388 30

69 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Types d’éléments

▪ Description d’un point


Un point dans la GéoBase contient les coordonnées. Cela peut être un point d’appui ou un point de détail. Le
seul lien avec les observations (mesures ou références) et les points matérialisés sur le terrain est le matricule
d’où l’importance de ce dernier.
Paramètres :
 matricule du point
 constance du point (CP) décrivant l’invariance des coordonnées :
0 : X, Y et Z modifiables
1 : X et Y invariants, Z modifiable
2 : X et Y modifiables, Z invariant
3 : X, Y et Z invariants
 abscisse (X) du point (-999999.000000 si absente)
 ordonnée (Y) du point (-999999.000000 si absente)
 altitude (Z) du point (-999999.000000 si absente)
 code symbole associé au point (SY)
Syntaxes :
Point <matricule> 2
Point <matricule> 2 <SY>
Point <matricule> <CP> <X> <Y>
Point <matricule> <CP> <X> <Y> <SY>
Point <matricule> <CP> <X> <Y> <Z>
Point <matricule> <CP> <X> <Y> <Z> <SY>
Point <matricule> <CP> <Z>
Point <matricule> <CP> <Z> <SY>
Exemples :
Point P.1 2
Point P.1 2 1
Point P.1 1 995415.256 1011258
Point P.1 1 995415.256 1011258.365 1
Point P.1 1 995415.256 1011258.365 140.254
Point P.1 1 995415.256 1011258.365 140.254 1
Point P.1 1 140.254
Point P.1 1 140.254 1

▪ Description d’un cheminement polygonal lancé ou en antenne.


Un cheminement en antenne définit une suite de stations qui seront calculées de proche en proche à partir de
la première station. Le matricule sert à différentier les définitions de cheminements entre elles.
Paramètres :
 matricule du cheminement.
 liste des stations du cheminement, chaque station étant décrite par son matricule et son indice de reprise
(<matricule>-<reprise>)
Syntaxe :
CheminAntenne <matricule> <S1-R1> <S2-R2> … <Sn-Rn>
Exemple :
CheminAntenne C.4 S.18-1 S.17-1 S.16-1 S.15-1 S.14-1 S.4-1

REMARQUE :
Si un cheminement est composé de plus de huit stations, le programme écrira sa description sur plusieurs
lignes (pour des raisons de lisibilité) dans le fichier GéoBase. Le type et le matricule du cheminement
seront bien sûr les mêmes pour chaque ligne créée.

70 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Types d’éléments

▪ Description d’un cheminement polygonal encadré ou fermé.


Un cheminement encadré définit une suite de stations dont les première et dernière stations devront être
connues en coordonnées au moment du calcul.
Paramètres :
 matricule du cheminement.
 liste des stations accompagnées du numéro de la reprise (<matricule>-<reprise>).
Syntaxe :
CheminEncadre <matricule> <S1-R1> <S2-R2> … <Sn-Rn>
Exemple :
CheminEncadre C.4 S.18-1 S.17-1 S.16-1 S.15-1 S.14-1 S.4-1
REMARQUES :
 Si le cheminement est fermé, le programme ajoute automatiquement la première station à la fin.
 Si un cheminement est composé de plus de huit stations, le programme écrira sa description sur
plusieurs lignes dans le fichier GéoBase.

▪ Description d’une ligne de commentaire.


Un commentaire est un élément neutre pour les calculs. Il est possible de transformer tout autre élément en
commentaire, pour soustraire une observation fausse d’un calcul par exemple.
Paramètre :
 contenu du commentaire (chaîne de caractères).
Syntaxe :
Commentaire <chaîne>
Exemple :
Commentaire Ceci est un commentaire

▪ Description d’une commande de géocodification.


D’autres commandes (interprétées celles-là) sont décrites en détails au chapitre VIII. Les trois commandes
d’excentrement (voir création d’une commande) sont des commandes de levé.
Paramètre :
 valeur de l’excentrement (en mètres).
Syntaxe :
ExcentVer <valeur>
ExcentRad <valeur>
ExcentTan <valeur>
Exemple :
ExcentRad 0.50

▪ Description d’un appareil de levé.


Un appareil de levé sert à corriger les observations de certains défauts de l’instrument de mesure.
Paramètres :
 valeur de la collimation verticale (en grades),
 valeur de la constante de prisme (en mètres),
 valeur de la précision sur les angles horizontaux (en grades),
 valeur de la précision sur les angles verticaux (en grades),
 valeur de la précision absolue sur les distances (en mètres),
 valeur de la précision relative sur les distances (en ppm),
 nom de l’appareil.
Syntaxe :
Appareil <CV> <CP> <PAh> <PAv> <PDi> <PPM> <nom>
Exemple :
Appareil 0.00 0.00 0.005 0.005 0.005 5.0 Appareil Standard

71 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre de menus

III.3. LA BARRE DE MENUS

La barre de menus contient les menus Fichier, Edition, Affichage, Lecture, Export, Calculs, Outils et Codification.

III.3.1. Le menu fichier


Ce menu est utilisé pour la gestion des GéoBases : création, ouverture, enregistrement,
concaténation et écriture des fichiers listings. Les différentes options du menu sont décrites
ci-dessous.
• « Nouveau » : permet de créer une nouvelle
GéoBase vide nommée GeoBase.geo. Si la
GéoBase courante n’a pas été enregistrée, le
programme demande s’il faut l’enregistrer avant
de créer la nouvelle GéoBase. Si vous choisissez
« Annuler », la nouvelle GéoBase ne sera pas
créée.
• « Ouvrir… » : permet de charger une GéoBase existante. Si la GéoBase courante n’est
pas enregistrée, le programme vous demande s’il faut l’enregistrer avant de choisir la
GéoBase à ouvrir. Le choix du fichier à ouvrir est fait grâce à la boîte de dialogue de
sélection de fichiers.
• « Enregistrer » : permet de sauvegarder les modifications effectuées dans la GéoBase courante. Une option des calculs permet
de sauvegarder la GéoBase avant modifications avec une extension ‘gbk’.
• « Enregistrer sous… » : permet de sauvegarder la GéoBase courante sous un autre nom ou à un autre emplacement sur le
disque.
• « Enregistrer affichage sous… » : permet de créer une GéoBase contenant uniquement les éléments visibles de la liste. Le
nom de cette GéoBase vous est demandé par l’intermédiaire d’une boîte de sélection de fichiers. Cette GéoBase devient la
GéoBase courante. Cette commande permet, entre autres, d’extraire le réseau de polygonales en ne gardant que les points, les
stations et les références.
• « Concaténer… » : permet d’ajouter à la fin de la GéoBase courante
une autre GéoBase sélectionnée par l’intermédiaire de la boîte de
dialogue de sélection de fichiers. Cette commande permet entre autres
de compléter une GéoBase par un levé complémentaire.
Attention : les projections rattachées aux deux GéoBases doivent être
les mêmes. Dans le cas contraire, un message d’erreur apparaît et annule
l’opération. Il convient alors d’uniformiser les projections des deux
GéoBases (cf. § IV.7)
• « Imprimer la GéoBase… » : ouvre la GéoBase courante dans l’éditeur défini dans la configuration des listings pour les fichiers
textes en mode listing (cf. § IV.2.3). Si nécessaire, le programme demande confirmation pour l’enregistrement de la GéoBase.
Cette commande permet, entre autres, de faire des modifications sur le fichier GéoBase lui-même. Ces modifications supposent
une parfaite connaissance du format d’enregistrement d’une GéoBase. Il est ensuite nécessaire de recharger la GéoBase dans
l’éditeur de GéoBases pour tenir compte des modifications réalisées hors éditeur.
• « Imprimer le listing… » : crée un fichier sur le disque vous permettant d’imprimer la GéoBase courante telle qu’elle est affichée
dans l’éditeur de GéoBases (modifications non enregistrées incluses). Seuls les éléments affichés dans la liste seront présents
dans le fichier listing. L’éditeur utilisé pour visualiser ce listing est celui défini dans la configuration des listings pour les fichiers
au format Word (cf. § IV.2.3). Le nom du fichier listing est celui de la GéoBase suivi de « _lgb.rtf ».
• « Quitter » : cette option permet de sortir de l’éditeur de GéoBases et de revenir à AutoCAD ®. Si nécessaire, le programme
demande confirmation pour enregistrer la GéoBase.

REMARQUE :
Les noms des huit dernières GéoBases utilisées sont proposés dans le menu. Il suffit de cliquer sur un nom pour ouvrir la GéoBase
correspondante.

72 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre de menus

III.3.2. Le menu édition


Ce menu propose des fonctions pour la modification, la suppression et l’ajout de nouveaux éléments
dans la GéoBase courante.
• « Annuler » : permet d’annuler la dernière action effectuée.
• « Rétablir » : permet de rétablir la dernière action annulée.
• « Modifier… » : permet de modifier l’élément sélectionné dans la liste d’affichage. Cette option
du menu n’est active que si un seul élément est sélectionné. Reportez-vous au paragraphe III.5
(Modifications des éléments) pour une description complète de la fonction.
• « Supprimer » : permet de supprimer tous les éléments sélectionnés dans la liste d’affichage. La
suppression ne sera effective qu’après confirmation.
• « Ajouter… » : permet d’ajouter un nouvel élément à la fin de la GéoBase. La sélection du type
de l’élément à créer se fait à l’aide d’une boîte de dialogue.
• « Insérer avant… » : permet d’ajouter un nouvel élément avant l’élément sélectionné dans la
liste d’affichage. Cette option du menu n’est active que si un seul élément est sélectionné. Le
choix du type de l’élément à créer se fait à l’aide d’une boîte de dialogue.
• « Insérer après… » : permet d’ajouter un nouvel élément après l’élément sélectionné dans la
liste d’affichage. Cette option du menu n’est active que si un seul élément est sélectionné. Le
choix du type de l’élément à créer se fait à l’aide d’une boîte de dialogue.

• « Changer HP… » : permet de modifier la hauteur de prisme d’un


ensemble d’observations sélectionnées. Vous avez la possibilité d’ajouter
une constante à toutes les observations sélectionnées ou de donner une
nouvelle valeur.
• « Changer Cste Prisme… » : permet de modifier la valeur de la
constante de prisme des observations sélectionnées. Reportez-vous au
paragraphe III.7 pour plus de détails.
• « Changer altitude… » : permet de modifier l’altitude d’un ensemble de
points sélectionnés. Vous avez la possibilité d’ajouter une constante à
toutes les altitudes ou de donner une nouvelle valeur.
• « Changer symbole » : permet de changer le code symbole pour tous les
éléments sélectionnés.
• « Mettre X et Y à 0.0 » : permet de mettre à zéro les coordonnées planimétriques d’un ensemble de points sélectionnés.
• « Mettre Z à 0.0 » : permet de mettre à zéro l’altitude d’un ensemble de points sélectionnés.
• « Supprimer V0 » : permet de supprimer le V0 rattaché aux stations figurant dans la sélection.
• « Supprimer HP, AV et DI » : permet de supprimer la hauteur d’instrument, l’angle vertical et la distance inclinée des mesures
et références sélectionnées.
• « Supprimer Z » : permet de supprimer l’altitude des points de la sélection.
• « Supprimer XY » : permet de supprimer les coordonnées planimétriques des points de la sélection.
• « Rendre X et Y constants » : permet de rendre invariantes les coordonnées planimétriques des points sélectionnés. Cette
commande vous évite de modifier les points un par un.
• « Rendre Z constant » : permet de rendre invariante l’altitude des points sélectionnés.
• « Rendre X et Y variables » : permet de rendre variables les coordonnées planimétriques des points sélectionnés. Cette
commande vous évite de modifier les points un par un.
• « Rendre Z variable » : permet de rendre variable l’altitude des points sélectionnés.

73 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre de menus

III.3.3. Le menu contextuel


Dans la fenêtre de l’éditeur de GéoBase, un clic droit avec la souris affiche le menu contextuel ci-contre.
Les commandes disponibles dans ce menu dépendent des éléments sélectionnés.
• « Modifier… » : identique à un double clic sur un élément.
• « Supprimer » : permet de supprimer les éléments sélectionnés.
• « -> Référence » : transforme les mesures sélectionnées en références.
• « -> Mesure » : transforme les références sélectionnées en mesures.
• « -> Cercle à droite » : transforme une observation réalisée en cercle à gauche (Av > 200 gon) en une
observation en cercle à droite.
• « -> Lecture AV » : transforme les lectures arrière sur mire en lectures avant sur mire.
• « -> Lecture AR » : transforme les lectures avant sur mire en lectures arrière sur mire.
• « -> Invers. Chemin. » : inverse la définition des cheminements (ordre des stations)
• « -> Commentaire » : transforme les éléments sélectionnés en commentaires. Cette commande vous permet de « geler » les
éléments sélectionnés afin qu’ils n’entrent plus en compte dans les calculs. Les définitions de cheminement ne peuvent être
passées en commentaire.
• « Commentaire -> » : Tente de transformer les commentaires sélectionnés en éléments signifiants.
• « Ajouter… » : Demande de sélectionner un type d’élément à ajouter en fin de GéoBase.
• « Insérer avant… » : Insère un élément avant la ligne sélectionnée.
• « Insérer après… » : Insère un élément après la ligne sélectionnée.
• « Rechercher… » : Ouvre la boîte de dialogue de recherche d’un élément (par son matricule). Si une seule ligne est
sélectionnée, reprend le matricule de cette ligne et lance la recherche sur ce matricule.
• « Attributs… » : Certaines commande de codification peuvent
contenir des attributs. Ce sont des informations sous forme de texte
ou de photo qui n’affectent pas le comportement de la commande de
codification. Ces attributs sont renseignés au moment du levé et
apparaissent dans la fenêtre ci-contre.
Les attributs et leur valeur sont listés dans la partie supérieure.
L’aperçu contient la première photo attribut.

Le bouton lance le logiciel Microsoft® Paint afin de pouvoir


imprimer la photo. Il est nécessaire de sélectionner l’attribut photo
pour avoir accès à ce bouton.

74 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre de menus

III.3.4. Le menu affichage


Ce menu permet d’activer et de désactiver l’affichage des différents types d’éléments dans la
liste.
Pour que les éléments d’un type donné soient visibles dans la liste d’affichage, il suffit que
l’option correspondante dans le menu soit cochée (symbole ✓ devant le texte de l’option).
Exemple :

Mesures Les lignes des mesures ne seront pas affichées dans la liste.
✓ Mesures Les lignes des mesures seront affichées dans la liste.
• « Tout afficher » : permet d’afficher l’intégralité des éléments de la GéoBase
• « Sélectionner… » : ouvre une boîte de dialogue permettant de sélectionner, en une
seule opération, les éléments à afficher et ceux à cacher.
• « Icônes des éléments » : permet de faire apparaître devant les éléments de la liste
l’icône qui les représente. Ceci permet de différencier beaucoup plus vite les types
d’éléments.
• « Constante de prisme » : affiche la colonne réservée aux constantes de prisme utilisées pour mesurer les distances.
• « Mise à jour de la colonne symbole » : Vous pouvez cocher cette option pour mettre à jour la colonne symbole des éléments
lorsque vous faites des modifications. Cette opération demandant beaucoup de temps, il est conseillé de la désactiver.
• « Fenêtre de texte » : affiche la fenêtre de texte d’AutoCAD® dans laquelle sont envoyés les différents messages générés par
l’éditeur de GéoBase sont envoyés dans la fenêtre de texte d’AutoCAD® (erreur lors du chargement, modifications d’éléments,
résultats de calculs…).

REMARQUES :
 Ces options sont très intéressantes pour retrouver rapidement les éléments à modifier, ainsi que pour limiter la création d’un
fichier listing aux informations souhaitées (stations + références, par exemple) ou extraire un réseau de polygonales avec la
commande « Enregistrer Affichage sous… » du menu Fichier.
 La couleur et la police de caractères des éléments présents dans la GéoBase peuvent être personnalisées (cf. § IV.3.5) pour
une visualisation optimale du contenu affiché.

III.3.5. Le menu lecture


Ce menu permet d’effectuer des transformations de carnets terrain vers le
format GéoBase. Pour plus de détails, reportez-vous au chapitre I. Si la
GéoBase courante n’est pas vide une question vous est posée pour
compléter cette GéoBase ou pour en créer une nouvelle.

L’importation depuis une base de données (cf. § IV.4 et § I.15) n’est disponible que dans l’éditeur
de GéoBase. Cette fonction recherche dans la base de données spécifiée les coordonnées des
stations et références d’après leur matricule, et les ajoute à la GéoBase.

III.3.6. Le menu export


Ce menu permet d’effectuer la transformation de la GéoBase
courante vers un autre format de fichier. Pour plus de détails,
reportez-vous au chapitre II. Ces commandes sont rigoureu-
sement identiques, que vous les lanciez depuis l’éditeur de
GéoBases ou depuis le menu Cov.Calculs dans AutoCAD®.
L’exportation vers une base de données n’est disponible que dans
l’éditeur de GéoBase. Cette fonction écrit, dans la base de
données spécifiée (cf. § IV.4), les coordonnées des stations et
références.

75 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre de menus

III.3.7. Le menu calculs


Ce menu regroupe les différents calculs classiques. Pour plus de détails, reportez-vous au chapitre V dans lequel chaque calcul est
passé en revue. Les calculs s’effectuent dans la GéoBase en cours d’édition.

III.3.8. Le menu outils


Ce menu regroupe des utilitaires de la GéoBase.

• « Rechercher Matricule… » : cette commande permet de sélectionner un


élément à partir de son matricule. Dans la boîte de dialogue qui apparaît, tapez
le matricule de l’élément et appuyez ensuite sur le bouton « Rechercher ». La
liste des éléments trouvés s’affiche. Sélectionnez celui qui vous intéresse et
appuyez sur le bouton « Sélectionner ». Un double clic aura le même effet.
Cette méthode est conseillée pour se déplacer rapidement dans de grands
fichiers. Elle est également disponible dans le menu contextuel de l’éditeur de
GéoBases.

• « Rechercher Symbole… » : cette commande permet de sélectionner un


élément contenant une certaine chaîne de caractères dans la colonne symbole.
Il suffit que la colonne symbole contienne la chaîne recherchée pour que
l’élément figure dans la liste.

• « Visualiser la polygonation » : permet de faire apparaître à l’écran un croquis des visées avant tout calcul. Les points sont
calculés de proche en proche. Il est donc nécessaire de connaître au moins un point dont les coordonnées seront fixées et une
orientation (V0 ou deux points connus).
Il est possible d’afficher les matricules des points et les flèches indiquant le sens des visées. Une liste déroulante contient les
matricules des points qui n’ont pu être calculés.
Les coordonnées approximatives des points s’affichent quand le curseur de la souris passe dessus. La molette de la souris sert à
zoomer (rotation de la molette) et à se déplacer (rester appuyé et glisser).
Les stations et les références sont représentées avec des couleurs différentes selon qu’elles sont connues ou calculées.
Le bouton « Terminer » ferme la fenêtre d’affichage et retourne dans l’éditeur de GéoBase. Bien entendu, les coordonnées
approximatives des points n’ont pas été enregistrées dans la GéoBase. La taille de la fenêtre est identique à celle de l’éditeur de
GéoBase.

• « Cheminements auto. » : permet de rechercher des définitions de cheminements à partir des visées. La boîte de dialogue ci-
contre permet de donner un radical aux cheminements à créer et de choisir l’indice pour le premier cheminement. Il est aussi
possible de supprimer les cheminements existants.
Le principe de cette recherche est d’essayer de créer des cheminements encadrés
les plus courts possibles entre deux points connus. Les conditions sont identiques
à celles de la visualisation de la polygonation (minimum d’une station connue et
fixe en coordonnées et V0 connu).
Les mesures utilisées dans les définitions de cheminements sont automatiquement
transformées en références.

76 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre de menus

• « Réimmatriculer … » : permet de réimmatriculer les points et les observations (cf. § III.8).

• « Créer tous les points » : permet de créer tous les points avec des coordonnées nulles. Le symbole rattaché à la mesure est
associé au point. Cette commande est utile pour savoir si tous les points rayonnés ont été calculés.
• « Contrôle des points doubles (code) » : permet de supprimer les points doubles ayant le même code (cf. § III.10).
• « Élimination des points doubles (matricule) » : permet de supprimer les points doubles de matricule (cf. § III.11).

• « Points triés à la fin » : permet de trier tous les points existants en fin de GéoBase. Le tri s’effectue sur le matricule. Cette opération
n’est pas conseillée s’il s’agit d’un levé en coordonnées (GPS…) codé car cela détruirait l’ordre du levé.
• « Points triés selon altitude » : permet de trier tous les points existants selon une altitude croissante. Cette opération n’est pas
conseillée s’il s’agit d’un levé GPS codé car cela détruirait l’ordre du levé.
• « Contrôle de précision (Arrêté 16.09.2003) » : effectue un contrôle du levé en application de l’Arrêté du 16 Septembre 2003
(cf. § III.12). Cet arrêté remplace les tolérances de 1980 et 1988.
• « Changement de système » : Cette nouvelle fonction permet de recalculer les coordonnées des points dans un nouveau
système de projection. Le paramétrage de la boîte de dialogue est expliqué au paragraphe III.13.
• « Réduction des reprises » : Il est parfois impossible de faire les
observations d’une station en une seule fois. L’équipe de levé revient
donc et effectue une reprise. Cela se traduira dans la GéoBase par deux
lignes de station de même matricule. La commande de réduction permet
de réduire ces deux reprises en une seule.
Vous pouvez cocher indifféremment une ou plusieurs des options
proposées dans le dialogue ci-contre, mais les règles suivantes sont
appliquées :
 Seules les options cochées seront prises en compte.
 Si vous cochez les trois premières options, le programme donne
priorité à la première puis à la seconde puis à la troisième
 Vous pouvez demander d’effacer les stations et leurs
observations ayant fait l’objet d’une réduction.
 Vous avez la possibilité de réduire les observations effectuées
en cercle à gauche. La moyenne avec les observations effectuées
en cercle à droite peut alors être effectuée.
 Il est aussi possible d’intégrer les excentrements dans les
observations.
 Les corrections d’appareils peuvent être intégrées dans les observations

77 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre de menus

• « Changement de Repère » :
Cette transformation effectue une translation et une
rotation planes à partir de deux points. Les points doivent
être connus en coordonnées dans les deux repères. Vous
pouvez choisir chacun des deux points par leur matricule,
les anciennes coordonnées étant recherchées dans la
GéoBase.

Plusieurs options sont proposées :

 « Tous » : Vous avez le choix entre traiter tous les


points de la GéoBase ou utiliser la liste de matricules.
Si une sélection est effectuée avant de lancer la
commande, la liste est automatiquement remplie par
le programme. Les intervalles de matricules sont
écrits sous la forme Ni-Nj et les intervalles sont
séparés par un point-virgule.
 Il est possible d’inclure dans le traitement les points
invariants en planimétrie (CP=1 ou CP=3) en cochant
la case correspondante.
 Il est possible de recalculer le Vo des stations dans le
nouveau repère. Les Vo sont corrigés de la valeur de
la rotation des axes. Si vous devez faire des calculs
de cheminement par la suite, il est indispensable de
cocher cette option.
 Vous pouvez projeter perpendiculairement tous les points sur le plan vertical passant par le nouvel axe des abscisses défini
par les deux points choisis. Cette option est utile lors d’un levé de façade pour projeter les points dans un même plan.
 Il est également possible d’affecter les valeurs des Z aux Y pour travailler dans le repère général sans avoir à créer un SCU
vertical pour visualiser la façade. Le Z des points n’est pas altéré.
Les paramètres de la transformation sont des informations utiles pour contrôler la saisie des nouvelles coordonnées. En effet les
distances dans l’ancien et le nouveau repère sont calculées par les coordonnées et une différence entre ces deux valeurs dévoilerait
une erreur de saisie des coordonnées.

L’ensemble des fonctionnalités de cette boîte de dialogue facilite l’utilisation des données d’un levé de façade. Après chargement
du semis de points, vous obtenez un nuage de points disposés suivant le plan de la façade en vue de dessus
(schéma ). Vous pouvez projeter ces points sur le plan vertical de la façade (schéma ). Par une inversion des Y et des Z, vous
obtiendrez des points dans le plan XY (schéma ).

f 1 Semis de points du levé de la façade 3 Inversion des ordonnées


a et des altitudes
c h a
a d f
c d
f
y 1 b e g
2
x
b g c d

e
h 2 2 Projection perpendiculaire des points b
sur le plan de la façade
g
1 a b c d ef g h e h
z
y 1 2 y 1 2
y x x x

REMARQUE :
Vous pouvez également insérer le semis avec les véritables coordonnées et utiliser la commande Changement de repère du
menu Cov 2D/Points Topographiques qui est spécialisée dans le basculement de façade.

78 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre de menus

III.3.9. Le menu codification


Ce menu regroupe les commandes permettant de traiter l’aspect codification d’un levé.

• « Fusion d’une codification » : ouvre la boîte de dialogue permettant d’effectuer la fusion


d’un fichier de codes avec la GéoBase courante.
Cette commande peut être lancée depuis le menu
Cov.Calculs ou depuis l’éditeur de GéoBase. Son but
principal est d‘ajouter des commandes de codification,
contenues dans un fichier texte, à la GéoBase courante (si la
commande est lancée depuis l’éditeur de GéoBase) ou à une
GéoBase que vous indiquez dans la zone spécifique.
Le fichier texte contenant les codes doit comporter sur chaque
ligne :
1) le matricule du point levé
2) le séparateur de code (le même que celui de la table)
3) le ou les commandes de codification telles qu’elles auraient été saisies sur le terrain.

• « GéoBase : » : permet d’indiquer la GéoBase à compléter.


• « Fichier codes : » : permet d’indiquer le fichier texte contenant les codes.
 « Table » : permet de choisir la table pour la reconnaissance des codes. Vous pouvez changer de table en utilisant le bouton .
 « Faire porter les commandes … » : attribuer les commandes aux mesures ou au points (coordonnées) de la GéoBase.
Cette commande tente d’ajouter les codes présents dans le fichier de codes aux points (ou mesures) de la GéoBase.
L’ordre dans le fichier de codes doit être le même que celui de la GéoBase ou du levé. Des sauts de points sont possibles (voir
le point 102 dans l’exemple suivant).
Exemple de fichier de codes et application sur une GéoBase :
Fichier de codes GéoBase courante GéoBase après fusion
Station 10 Station 10
100,400+500 Mesure 100 Commande 400+500
101,403,30 Mesure 101 Mesure 100
103,403 Mesure 102 Commande 403
104,75+200 Mesure 103 Commande 30
... Mesure 104 Mesure 101
... Mesure 102
Commande 403
Mesure 103
Commande 75+200
Mesure 104
...

REMARQUE :
L’ordre des points dans la GéoBase et celui dans le fichier texte contenant les codes terrain doivent être identiques.

• « Table de géocodification » : ouvre l’éditeur de table de codification décrit au chapitre VIII.


• « Génération du dessin » : ouvre le dialogue de génération du dessin décrit au chapitre IX.

REMARQUE :
Cette commande n’est pas disponible dans le logiciel de Calculs Topométriques seul (sans AutoCAD ®).

« Écriture liste de codes Leica/Trimble »: permet de faire


la conversion d’une table de codification Covadis vers une
liste de codes exploitable directement sur les appareils Leica /
Trimble.

79 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre d’outils

III.4. LA BARRE D’OUTILS

La barre d’outils est constituée par des boutons permettant d’accélérer l’accès aux commandes principales de l’éditeur de GéoBases.
Il est effectivement plus rapide de cliquer sur un bouton que de dérouler un (ou plusieurs) menu(s).
Sur chaque bouton est dessinée une icône symbolisant la commande associée. Lors du passage de la souris sur une icône, un message
(info bulle) est affiché pour rappeler la fonction du bouton.
Les dialogues affichés pour la création des nouveaux éléments sont décrits au paragraphe III.6.

Création d’une nouvelle GéoBase


Ce bouton permet de créer une GéoBase vide. Une confirmation de l’enregistrement de la GéoBase courante est demandée
dans le cas où des modifications non enregistrées auraient été effectuées sur cette dernière.

Ouverture d’une GéoBase existante


Ce bouton correspond à l’option « Ouvrir » du menu Fichier. La boîte de dialogue de sélection de fichier est affichée pour
vous permettre de choisir la GéoBase à ouvrir. Une confirmation de l’enregistrement de la GéoBase courante est demandée
dans le cas où des modifications non enregistrées auraient été effectuées sur cette dernière.

Sauvegarde de la GéoBase courante


Ce bouton permet d’enregistrer la GéoBase courante sur le disque (identique à l’option « Enregistrer » du menu Fichier).

Aperçu avant impression


Ce bouton permet de prévisualiser le listing (identique à l’option « Aperçu avant impression » du menu Fichier).

Impression de listing
Ce bouton correspond à l’option « Imprimer le listing » du menu Fichier.

Annulation de la dernière action effectuée


Ce bouton correspond à l’option « Annuler » du menu Edition. Il est inactif tant que la GéoBase n’a pas été modifiée.

Rétablissement de la dernière action annulée


Ce bouton correspond à l’option « Rétablir » du menu Edition.

Modification d’éléments
Ce bouton permet de modifier l’élément sélectionné dans la liste d’affichage. Il est aussi possible d’activer la fonction en
effectuant un double clic sur l’élément dans la liste. Cette fonction est décrite en détail dans le paragraphe III.5.

Suppression des éléments sélectionnés


Ce bouton permet de supprimer tous les éléments actuellement sélectionnés dans la liste d’affichage. Une confirmation vous
sera demandée avant l’effacement effectif des données dans la GéoBase.

Création d’une station


Cliquez sur ce bouton pour ajouter une nouvelle station à la fin de la GéoBase.

Création d’une référence


Cliquez sur ce bouton pour ajouter une nouvelle référence (orientation ou station dans un cheminement) à la fin de la GéoBase.

Création d’une mesure


Cliquez sur ce bouton pour ajouter une nouvelle mesure à la fin de la GéoBase.

Création d’un point


Ce bouton permet d’ajouter un nouveau point à la fin de la GéoBase.

Création d’une lecture arrière


Cliquez sur ce bouton pour ajouter une lecture arrière de nivellement à la fin de la GéoBase.

Création d’une lecture avant


Cliquez sur ce bouton pour ajouter une lecture avant de nivellement à la fin de la GéoBase.

Création d’une commande


Ce bouton permet d’ajouter une commande à la fin de la GéoBase. Les commandes sont constituées d’excentrements (radiaux,
tangentiels et verticaux) ou de commandes de géocodification.

80 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES La barre d’outils

Création d’un commentaire


Ce bouton permet d’ajouter un commentaire dans la GéoBase courante. Les commentaires ne sont pas pris en compte lors des
calculs, mais sont intéressants pour ajouter des informations relatives aux éléments levés. Ils peuvent aussi être utilisés pour
faciliter la lecture d’un carnet terrain en séparant les différents groupes d’informations.

Création d’un cheminement polygonal


Ce bouton permet d’ajouter une description de cheminement polygonal dans la GéoBase. Trois types de cheminements peuvent
être créés : en antenne, encadré ou encadré fermé.

Création d’un Appareil


Ce bouton permet d’ajouter un appareil de levé dans la GéoBase. Les défauts de l’appareil inséré (collimation verticale et
constante de prisme) affectent toutes les observations effectuées par les stations qui suivent.

Liste des listings de calcul


Cette liste déroulante contient tous les listings créés depuis l’ouverture de
l’éditeur de GéoBases. Choisissez un listing dans la liste et appuyez sur
la paire de jumelles pour l’éditer.

Visualisation du listing choisi


Ce bouton permet de voir le fichier listing qui apparaît dans la liste
déroulante.

A propos de Covadis Calcul Topométriques


Ce bouton affiche la fenêtre « A propos de Covadis Calcul » ci-contre.

81 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Modifications d’éléments

III.5. MODIFICATIONS D’ÉLÉMENTS

La modification d’un élément s’effectue dans une boîte de dialogue. Les points suivants sont communs à tous les éléments modifiés :

• Il est possible de déplacer un élément dans la GéoBase (et donc dans la liste d’affichage) en modifiant son numéro de ligne.
Cette opération doit être effectuée avec précaution car l’ordre dans lequel sont rencontrés les éléments lors des calculs est
déterminant pour les résultats.
• Chaque élément possède un matricule modifiable. Les matricules sont composés d’un radical alphanumérique facultatif
(3 caractères au maximum) et d’un indice numérique (de 1 à 999999). Le radical et l’indice peuvent être séparés par un point,
mais il n’est pas obligatoire (S1 et S.1 sont deux matricules différents). On dira que S.1 est un matricule pointé alors que S1 ne
l’est pas.
Exemples de matricules : 12, 1000, S.1, Ch.3, REF12, IGN.5645, P3.574…
• Suivant le type de l’élément et ses relations avec d’autres éléments, un ou plusieurs onglets seront ajoutés à la boîte de dialogue
de modification pour vous permettre de changer les informations rattachées à cet élément. Par exemple, si une station est aussi
connue en coordonnées, la boîte de dialogue de modification vous proposera un onglet pour la station levée et un onglet pour le
point associé.

1. Modification d’une station

L’onglet « Station » permet de modifier les informations relatives à la


station, c’est-à-dire :

• le numéro de la ligne ou l’emplacement dans la GéoBase,


• le matricule de la station,
• la hauteur d’instrument, exprimée en mètres,
• le symbole associé au point stationné,
• le V0 de la station, à condition que l’option soit cochée ().

ATTENTION : l’ordre des lignes dans la GéoBase a de l’importance. Ne


modifiez le numéro de ligne d’une station que si vous en êtes vraiment sûr.

Cliquez sur l’onglet « Visées » pour visualiser toutes les références et les
mesures visées depuis cette station. Cet onglet n’est disponible que pour les
stations n’ayant qu’une seule reprise.
Aucune modification n’est possible dans cet onglet.

L’onglet « Coordonnées », s’il est présent, donne accès aux informations


relatives aux coordonnées de la station (voir plus loin pour la modification
d’un point).
Le numéro de ligne du point ne peut pas être changé car seul l’élément
sélectionné pour modification peut être déplacé dans la GéoBase.

REMARQUES :
 Si la station a été reprise plusieurs fois, l’onglet « Station » sera
remplacé par plusieurs onglets « Reprise n », où n est l’indice de la
reprise.
 Les propriétés des appareils ne sont pas modifiables. Seule la sélection
d’un autre appareil, défini dans les options, est autorisée.
 La modification du matricule de la station n’entraîne pas automa-
tiquement la mise à jour du matricule du point associé. Ceci est
nécessaire pour pouvoir corriger d’éventuelles erreurs de saisie sur les
matricules.
 La validation des modifications se fait par le bouton « OK ».

82 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Modifications d’éléments

2. Modification d’une référence ou d’une mesure

La modification d’une référence ou d’une mesure s’effectue à l’aide de la boîte


de dialogue ci-contre.
Les informations pouvant être changées sont :
• le numéro de ligne de l’élément sélectionné,
• le matricule de la référence ou de la mesure,
• la hauteur de prisme, exprimée en mètres,
• l’angle horizontal, exprimé en grades,
• l’angle vertical, exprimé en grades,
• la distance inclinée, exprimée en mètres,
• le symbole associé à l’élément.

Si la case « Seul l’angle horizontal est mesuré » est cochée, les zones de
saisie permettant d’entrer la hauteur de prisme, l’angle vertical et la distance
inclinée seront désactivées. De plus, ces données seront supprimées lors de la
validation du dialogue.

REMARQUES :
 Il est possible, dans l’éditeur de GéoBases, de transformer une Référence en Mesure (et inversement) en sélectionnant
l’élément dans la liste d’affichage avec le bouton droit de la souris. Choisissez alors l’option du menu jaillissant correspondant
à l’opération à effectuer : « Mesure » pour transformer une référence en mesure ou « Référence » pour transformer
une mesure en référence.
 Si une référence est visée par plusieurs stations, le dialogue de modification affichera un onglet pour chaque visée.

3. Modification d’un point

La boîte de dialogue montrée en exemple ci-contre est affichée lors de la


modification d’un point. En plus de l’onglet permettant de modifier les
caractéristiques du point, le programme créera autant d’onglets que d’éléments
possédant le même matricule.
Les données modifiables pour un point sont les suivantes :
• le numéro de la ligne dans la liste d’affichage,
• le matricule du point,
• l’abscisse et l’ordonnée du point (si la case correspondante est cochée),
• l’altitude du point (si la case correspondante est cochée),
• les drapeaux de coordonnées constantes,
• le symbole associé au point.

4. Modification d’une lecture de nivellement (arrière ou avant)

Les informations modifiables pour les lectures de nivellement sont :


• le numéro de ligne dans la GéoBase,
• le matricule du point mesuré,
• la lecture sur mire exprimée en mètres,
• la distance horizontale entre le niveau et la mire exprimée en mètres,
• le symbole associé à cette mesure,
• le type de lecture par le bouton « LectAR » ou « LectAV ».

REMARQUE :
Il est possible, dans l’éditeur de GéoBases, de transformer une Lecture
arrière en Lecture avant (et inversement) en sélectionnant l’élément dans
la liste d’affichage avec le bouton droit de la souris. Choisissez alors l’option
du menu conceptuel correspondant à l’opération à effectuer : « LectAR »
pour transformer une lecture avant en lecture arrière ou « LectAV » pour
transformer une lecture arrière en lecture avant.

83 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Modifications d’éléments

5. Modification d’un cheminement polygonal


Un cheminement polygonal est composé d’une suite de stations. Les
informations modifiables pour un cheminement sont :
• le numéro de ligne,
• le matricule du cheminement,
• le type du cheminement qui peut être : en antenne, encadré, ou encadré fermé.
Pour changer le type, sélectionnez le bouton correspondant
(«  Encadré » ou «  En antenne »), et cochez la case libellée
«  Fermé » si nécessaire.
• la liste des stations constituant le cheminement, le chiffre affiché entre
parenthèses étant l’indice de reprise de la station.

La liste « Stations » contient les matricules (+ reprise) des stations de la


GéoBase courante disponibles pour le cheminement (non encore utilisées).
La liste « Chemin » décrit la suite des stations qui composent le cheminement.
La sélection des stations s’effectue à l’aide des quatre boutons :
• « Ajouter > » : pour ajouter à la fin de la liste du cheminement la station
sélectionnée dans la liste des stations disponibles.
• « Insérer >» : pour insérer la station sélectionnée dans la liste des stations
disponibles juste avant la station sélectionnée dans la liste du cheminement.
• « < Enlever » : pour supprimer la station sélectionnée dans la liste du cheminement.
• « << Enlever Tout » : pour vider complètement la liste des stations du cheminement.
• Le bouton « Graphique » donne accés à la fenêtre de définition graphique.
• La validation des modifications se fait en cliquant sur le bouton « OK ».

REMARQUES :
 Le type cheminement fermé n’est accessible que si l’option «  Encadré » est sélectionnée.
 Une station (+ reprise) ne peut apparaître que dans une des deux listes.
 Il est possible d’inverser le sens d’un cheminement par le menu contextuel de l’éditeur de GéoBase.

Utilisation de la fenêtre graphique de définition des cheminements avec l’exemple Station.geo :


Créez un nouveau cheminement (vide) et appuyez sur le bouton « Graphique ». La fenêtre graphique apparaît alors.
Cliquez sur la station S.1, départ du cheminement. La station S.1 est marquée d’une croix, c’est la station courante.
Cliquez ensuite sur la
station S.2 du
cheminement.
Un trait fort relie S.1
à S.2. Le programme
poursuit le chemine-
ment tant qu’il ne
rencontre pas de
fourche, ici en S.5 qui
devient la station
courante.
Cliquez ensuite sur
S.12, le programme
ira jusqu’en S.10.
Cliquez sur S.9, le
programme ira à S.7.
En cas d’erreur, vous
pouvez cliquer sur une station du cheminement pour la rendre courante et ne pas tenir compte des stations suivantes. Les zooms et
panoramique sont possibles dans la fenêtre graphique en utilisant la molette de la souris (rester appuyé pour le pan).
Si le cheminement est fermé cliquez une dernière fois sur S.1 et appuyez sur le bouton « Terminer » pour quitter la fenêtre graphique
et récupérer la liste des stations du cheminement.

84 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Modifications d’éléments

6. Modification d’une commande


Les commandes comprennent les trois types
d’excentrement et les commandes de géocodification.
Vous pouvez modifier le type (excentrement tangentiel,
radial ou vertical) ainsi que la valeur de l’excentrement.
Pour les commandes de géocodification, vous pouvez
activer ou pas le contrôle de cohérence du type en
spécifiant une table de codes. Cette option recherche le
code terrain dans la table indiquée et vous avertit si le
type ne correspond pas ou s’il est absent de la table
Vous pouvez modifier les paramètres des codes.

7. Modification d’un commentaire


La modification d’un commentaire se fait à l’aide du dialogue ci-contre.
Vous pouvez modifier le numéro de ligne ainsi que le contenu du
commentaire lui-même (chaîne de caractères).
Validez les modifications en cliquant sur le bouton « OK ».

8. Modification d’une photo


La modification d’une photo se fait à l’aide du dialogue ci-contre.
Vous pouvez modifier le numéro de ligne ou sélectionner un autre fichier
image.
Validez les modifications en cliquant sur le bouton « OK ».

85 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Création d’un nouvel élément

III.6. CRÉATION D’UN NOUVEL ÉLÉMENT

Lors de la création d’un nouvel élément dans la GéoBase courante, le


programme lui affecte automatiquement un numéro de ligne en fonction de
l’opération souhaitée (ajout ou insertion). Si le numéro de ligne proposé par
défaut est modifié, une confirmation sera demandée quant au déplacement
du nouvel élément dans la GéoBase.

Un matricule sera aussi affecté automatiquement au nouvel élément si celui-


ci n’est ni un Commentaire ni une Commande. Pour ce faire, le
programme recherche le dernier élément du même type dans la GéoBase et
incrémente l’indice de son matricule.

Pour valider la création d’un nouvel élément dans la GéoBase, il suffit


d’appuyer sur le bouton « Ajouter ». Le dialogue restera affiché pour vous
permettre d’ajouter d’autres éléments tant que le bouton « Annuler » n’aura
pas été actionné.

1. Création d’un appareil


Choisissez un des appareils définis dans la liste déroulante (voir les Options du
calcul topométrique pour créer une définition d’appareil).

2. Création d’une station


La boîte de dialogue ci-contre apparaît lors de la création d’une nouvelle station.
Les informations que vous pouvez saisir (en plus du numéro de ligne et du
matricule proposé) sont :
• la hauteur d’instrument (en mètres),
• le symbole associé au point stationné,
• la valeur du V0 (en grades) si elle est connue. Pour ne pas spécifier
cette information, il suffit de ne pas cocher la case libellée
«  V0 de la station ».

3. Création d’une référence ou d’une mesure


La boîte de dialogue ci-contre est affichée lors de la création d’une référence.
Une boîte de dialogue identique est utilisée pour les mesures.
Les informations pouvant être spécifiées (en plus du numéro de ligne et du
matricule proposé) sont :
• la hauteur de prisme (en mètres),
• la valeur de l’angle horizontal (en grades),
• la valeur de l’angle vertical (en grades),
• la distance inclinée (en mètres),
• le symbole associé au point,
Cochez la case «  Seul l’angle horizontal est mesuré » s’il s’agit d’une
référence angulaire. Dans ce cas, la hauteur de prisme, l’angle vertical et la
distance inclinée ne sont pas pris en compte (zones d’édition automatiquement
désactivées).

4. Création d’un point


La boîte de dialogue ci-contre est affichée lors de la création d’un nouveau point.
Les informations pouvant être entrées (en plus du numéro de ligne et du
matricule proposé) sont :
• les coordonnées X et Y du point (en mètres),
• l’altitude Z du point (en mètres),
• le symbole associé au point,
• l’état d’invariance des coordonnées (cases à cocher « Invariant(s) »).

86 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Création d’un nouvel élément

5. Création d’une lecture de nivellement arrière ou avant

La boîte de dialogue ci-contre est affichée lors de la création d’une lecture


arrière ou avant (nivellement géométrique).
Les informations pouvant être données (en plus du numéro de ligne et du
matricule proposé) sont :

• la lecture réalisée sur la mire (en mètres),


• la distance horizontale (en mètres), si cette dernière est connue. Cochez la
case «  Distance horiz. » avant la saisie,
• le symbole associé au point visé.
• le bouton « Lect AV » permet de transformer une lecture arrière en
lecture avant sans avoir besoin de sortir du dialogue. Le type de la lecture
est inscrit dans la barre de titre du dialogue.
• le programme proposera de créer une lecture arrière
après la création d’une lecture avant et vice-versa.

6. Création d’une commande de géocodification

Il est ainsi possible de créer des excentrements


(tangentiels, radiaux ou verticaux) ou toute autre
commande de géocodification. Il suffit de choisir dans la
liste jaillissante le type désiré et de renseigner les
paramètres. Le contrôle de la cohérence du type de code
peut être activé en indiquant la table de codes.
Les conventions concernant les signes des excentrements
sont les suivantes :
• un excentrement radial positif augmente la distance
horizontale,
• un excentrement tangentiel positif augmente l’angle
horizontal mesuré dans le sens horaire,
• un excentrement vertical positif augmente la hauteur d’instrument (s’il
porte sur une station) et diminue la hauteur de prisme (s’il porte sur une
observation).

7. Création d’un commentaire

La boîte de dialogue ci-contre apparaît lors de la création d’un


commentaire. La zone de texte « Commentaire » vous permet de saisir le
contenu de l’élément qui sera placé au numéro de ligne indiqué.

8. Création d’un cheminement polygonal

La boîte de dialogue ci-contre est affichée pour la création d’un nouveau


cheminement. Les informations pouvant être spécifiées (en plus du numéro de
ligne et du matricule proposé) sont :

• le type du cheminement : «  En Antenne », «  Encadré », ou


«  Fermé » (option accessible seulement si le cheminement est encadré),
• la liste des stations du cheminement à composer à l’aide des
quatre boutons « Ajouter > », « Insérer > », « < Enlever », et
« << Enlever tout ».

Il est également possible d’utiliser le bouton « Graphique » comme


expliqué précédemment (modification d’un cheminement polygonal).

87 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Constantes de prisme

III.7. CONSTANTES DE PRISME

Jusqu’à présent, les constantes de prisme étaient gérées par l’intermédiaire des définitions d’appareils. En effet, si on avait utilisé un
mauvais prisme les distances enregistrées par l’appareil et donc lues dans la GéoBase devaient être corrigées. Pour ce faire, on
définissait un appareil avec une constante de prisme égale à la valeur dont il fallait corriger les distances. Cette correction s’appliquait
sur les mesures et références des stations rencontrées après la ligne appareil. Pour revenir à une correction nulle, il fallait insérer une
ligne appareil Standard ou supprimer la ligne d’appareil avec correction. Cette façon de faire, qui reste disponible, modifiait
temporairement les distances pour les calculs mais pas de façon définitive dans la GéoBase.
Un nouveau mécanisme est proposé dans cette version. On peut désormais affecter à chaque observation une valeur de constante de
prisme et corriger les distances en cas de modification de la valeur de la constante. C’est toujours la distance affichée qui est utilisée
lors des calculs.

III.7.1. Affichage des constantes


L’affichage de la colonne des constantes de prisme s’effectue dans le menu Affichage de
l’éditeur de GéoBase. Cochez l’option « Constante de prisme » et une colonne
supplémentaire sera affichée en avant dernière position.

III.7.2. Modification des constantes


Commencez par sélectionner les
mesures et références à modifier. Vous
pouvez utiliser pour cela les touches
<Shift> et <Ctrl> en combinaison avec
la souris.
Lancez la commande « Changer Cste
Prisme… » du menu Edition. La
fenêtre suivante s’ouvre. Elle affiche le
nombre de mesures et de références à
modifier.
Vous pouvez soit ajouter une valeur à
toutes les observations ou remplacer les
constantes par une nouvelle valeur pour
les constantes de prisme.
Quand vous validez cette fenêtre par le bouton <OK>, le
programme demande si vous souhaitez modifier les distances.
Si vous accepter, alors, la nouvelle constante de prisme sera
ajoutée et l’ancienne constante sera retranchée à la distance. Si
vous refusez les distances restent inchangées.

III.7.3. Option de l’Éditeur


Dans les options de l’Éditeur, vous pouvez activer ou pas
l’enregistrement des constantes de prisme dans la GéoBase.

REMARQUE :
Les lectures des carnets (Leica et Trimble GDM) ont été
modifiées pour récupérer la constante de prisme.

88 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Réimmatriculation des éléments

III.8. REIMMATRICULATION DES ÉLÉMENTS

Il est possible de réimmatriculer les éléments de levé (stations, références, mesures et lectures de nivellement) ainsi que les points
de la GéoBase.
Pour ce faire, sélectionnez l’option « Réimmatriculer… » du menu
Outils, puis choisissez l’onglet du dialogue de paramétrage correspondant
à l’opération à effectuer (voir l’exemple ci-contre) :
• L’onglet « Éléments du levé » permet de réimmatriculer les stations,
les références, les mesures et les lectures de nivellement.
• L’onglet « Points connus en coordonnées » permet de réim-
matriculer les points d’appui et les points calculés.

1. Éléments à réimmatriculer
Ce groupe de paramètres vous permet de sélectionner les différents
types d’éléments à réimmatriculer (en cochant la case corres-
pondante), d’entrer les nouveaux radicaux alphanumériques des
matricules et, éventuellement, de spécifier les indices de départ pour
les nouveaux matricules.

2. Paramètres généraux
Vous devez préciser dans ce groupe de paramètres la plage des
numéros de lignes à traiter (premier et dernier numéros de lignes),
ainsi que le mode de traitement des éléments :
• « Mettre à jour uniquement les radicaux alphanumériques » : si cette case est cochée, seuls les radicaux des éléments
dont le type est sélectionné seront modifiés. Si elle n’est pas cochée, vous pourrez indiquer les indices de départ pour la
renumérotation (dans le premier groupe de paramètres), à condition que la case « Faire suivre … » ne soit pas cochée.
• « Faire suivre les indices pour tous les éléments traités en commençant par la valeur : » : cette case n’est intéressante
que si les radicaux alphanumériques ne sont pas utilisés pour les matricules des points (numérotation simple). Dans ce cas,
si cette case est cochée, les éléments seront réimmatriculés à partir de l’indice donné, celui-ci étant incrémenté pour chaque
nouvel élément rencontré dans la GéoBase, tous types confondus.

Pour commencer la réimmatriculation des éléments sélectionnés, cliquez


sur le bouton « OK ».

REMARQUES :
 La réimmatriculation est toujours faite sur l’ensemble des lignes
sélectionnées (plage de valeurs) dans la GéoBase et non sur les seuls
éléments affichés.
 Pour réimmatriculer des lectures de nivellement, il suffit de cocher
la case «  Mesures » dans le groupe de paramètres Éléments à
réimmatriculer (de l’onglet « Éléments du levé »).
 Lorsqu’un élément doit être réimmatriculé, le programme recherche
tous les autres éléments possédant le même matricule (avant
modification) puis affecte le nouveau matricule à tous ces éléments.
Ces éléments ne seront plus modifiés par la commande de
réimmatriculation en cours.

89 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Tester la cohérence

III.9. TESTER LA COHÉRENCE

Cette commande du menu Outils de l’éditeur


de GéoBase analyse les observations afin de
trouver des incohérences.
Les erreurs et avertissements sont visualisés
dans la liste ci-contre.
La station, le point visé, la nature de l’erreur,
l’écart des observations ainsi que la tolérance
sont disposés en colonnes. La fenêtre et les
colonnes sont redimensionnables.
Deux cases à cocher permettent d’afficher
ou de cacher les «  Avertissements » et/ou les «  Erreurs ».
Si le programme ne détecte aucune incohérence, le message ci-contre est affiché.

Un avertissement est produit quand :


• Un point possède plusieurs jeux de coordonnées tous cohérents entre eux (cf. § IV.3.4).
• Un point est observé plusieurs fois de la même station ou de deux stations différentes.

Une erreur est produite dans les cas suivants :


• Absence de station avant une ligne de mesure.
• Distances mesurées lignes Li et Lj incohérentes dans une même station.
• Angles horizontaux mesurés lignes Li et Lj incohérents dans une même station.
• Dénivelées mesurées lignes Li et Lj incohérentes dans une même station.
• Dénivelée obtenue par (LectAR – LectAV) incohérente avec celle obtenue par différence des altitudes des points
• Coordonnées planimétriques incohérentes ligne Li.
• Coordonnées altimétriques incohérentes ligne Li.
• Cheminement Ch.n : pas de visée aller entre Si et Si+1.
• Cheminement Ch.n : pas de visée retour entre Si et Si+1.
• Cheminement Ch.n : aucune visée entre Si et Si+1.
• Cheminement Ch.n : aucune distance mesurée entre Si et Si+1.
• Cheminement Ch.n : écart en distance entre Si et Si+1 hors tolérance.
• Cheminement Ch.n : écart en dénivelée entre Si et Si+1 hors tolérance.
• Ecart hors tolérance entre la distance mesurée et la distance calculée (par les coordonnées).
• Ecart hors tolérance entre la dénivelée mesurée et la dénivelée calculée (par les coordonnées).
• Visée d'orientation non cohérente pour le calcul du V0 d’une station.

Li et Lj représentent des numéros de lignes dans la GéoBase. Si et Si+1 sont le nom d’une station d’un cheminement et la station
suivante. Ch.n représente le nom d’un cheminement.

Après l’appui sur le bouton <OK>, un listing est produit.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - Contrôle de cohérence

Nom de la GéoBase traitée : E:\Covadis\Exemples\Calcul topométrique\Polygonales\Chemin.geo


Contrôle effectué le : 29/08/2006 à 17:26:42

Station Point Message Écart Tol.


Cheminement <C.1> écart en distance entre <S.3> et 2.9990 m 0.0308 m
<S.4> hors tolérance
S.1 103 Point <103> complètement visé de plusieurs stations

90 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Contrôle des points doubles (code)

III.10. CONTRÔLE DES POINTS DOUBLES (CODE)

Cette commande parcourt la GéoBase à la


recherche des points ayant le code mentionné dans
les options de l’éditeur pour les points doubles (cf.
§ IV.3.4). Un point est codé si une ligne
commande précède la mesure du point.
Si le programme ne trouve aucun point double, le
message ci-dessous est affiché.

Le programme trie les points en fonction de leur


proximité (regroupement par paquets) et affiche une
page par paquet de points. Les coordonnées et les
écarts à la moyenne sont affichés.
Devant le matricule, une coche indique si le point est pris en compte pour le calcul de la moyenne qui est affichée plus bas. Cliquez
sur une ligne pour ajouter une coche ou l’enlever. La moyenne est recalculée automatiquement.
Le bouton permet de se déplacer sur le point suivant. Le bouton permet d’aller sur le dernier point double. Le bouton
permet de se déplacer sur le point hors tolérance suivant. Ces boutons ont leurs homologues dans le sens inverse.
Le bouton « OK » n’est disponible que si tous les points sont dans la tolérance, c'est-à-dire si la distance entre chaque point et le
point moyen est inférieure à la tolérance. La valeur de la tolérance est modifiable dans les options (cf. § IV.3.4) et est rappelée dans
le listing produit.
Le bouton « Annuler » interrompt le traitement sans modifier la GéoBase. Il est toutefois possible de générer un listing même si des
points sont hors tolérance.

Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘ptd’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).

##############################################################################
# COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - Traitement des points doubles #
##############################################################################
Nom de la GéoBase traitée : E:\COVADIS\Exemples\Calcul topométrique\Polygonales\Station.geo
Calculs effectués le : 27/10/2007 à 15:58:00
Tolérance sur les distances : 0.050 m.
Code pour les points doubles : 102

------------------------------------------------------------------------------------------------
| Point | X | Y | Z | dX m. | dY m. | dZ m. | Di m. |
------------------------------------------------------------------------------------------------
| C.1 | 2189.998 | 1149.998 | 155.000 | -0.001 | -0.001 | 0.000 | 0.002 |
| C.2 | 2190.000 | 1150.000 | 154.999 | 0.001 | 0.001 | -0.001 | 0.001 |
| C.3 | 2190.000 | 1150.001 | 155.000 | 0.001 | 0.001 | 0.000 | 0.001 |
------------------------------------------------------------------------------------------------
| C.3 | 2189.999 | 1150.000 | 155.000 |
--------------------------------------------------------

Cette fonction supprime ou passe en commentaire les anciens points (ceux qui ont servi à calculer le point moyen) selon le choix
fait dans les options des calculs topométriques.

Outre l’élimination des points doubles suite au calcul des points rayonnés, cette fonction peut également servir à comparer les points
d’un projet avec ceux réellement implantés donc relevés à condition qu’ils portent le même code.

91 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Élimination des points doubles (matricule)

III.11. ÉLIMINATION DES POINTS DOUBLES (MATRICULE)

Cette commande analyse la GéoBase dans le but


de comparer les coordonnées des points de même
matricule apparaissant dans la GéoBase.
Si le programme ne trouve aucun point double, le
message ci-dessous est affiché.

Une page par point double (matricule identique)


affiche les coordonnées et les écarts à la moyenne
ligne par ligne.
Devant le matricule, une coche indique si le point
est pris en compte pour le calcul de la moyenne
qui est affichée plus bas. Cliquez sur une ligne pour ajouter une coche ou l’enlever. La moyenne est recalculée automatiquement.
Le bouton permet de se déplacer sur le point suivant. Le bouton permet d’aller sur le dernier point double. Le bouton
permet de se déplacer sur le point hors tolérance suivant. Ces boutons ont leurs homologues dans le sens inverse.
Le bouton « OK » n’est disponible que si tous les points sont dans la tolérance, c'est-à-dire si la distance entre chaque point et le
point moyen est inférieure à la tolérance. La valeur de la tolérance est modifiable dans les options (cf. § IV.3.4) et est rappelée dans
le listing produit.
Le bouton « Annuler » interrompt le traitement sans modifier la GéoBase. Il est toutefois possible de générer un listing même si des
points sont hors tolérance.

Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘ptd’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).

##############################################################################
# COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - Traitement des points doubles #
##############################################################################
Nom de la GéoBase traitée : E:\Geo200x-7\Levé.geo
Calculs effectués le : 06/09/2005 à 11:34:28
Tolérance sur les distances : 0.050 m.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------
| Point | X | Y | Z | dX m. | dY m. | dZ m. | Di m. |
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
| C.1 | 2189.9980 | 1149.9987 | 155.000 | -0.0007 | -0.0005 | 0.000 | 0.0008 |
| C.1 | 2189.9980 | 1149.9985 | 155.000 | -0.0006 | -0.0007 | 0.000 | 0.0010 |
| C.1 | 2190.0000 | 1150.0004 | 154.999 | 0.0013 | 0.0012 | -0.000 | 0.0018 |
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
| C.1 | 2189.9987 | 1149.9992 | 155.000 |
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
| C.2 | 2189.9980 | 1149.9987 | 155.000 | -0.0014 | -0.0007 | 0.000 | 0.0015 |
| C.2 | 2190.0001 | 1149.9989 | 155.000 | 0.0008 | -0.0005 | -0.000 | 0.0009 |
| C.2 | 2190.0000 | 1150.0006 | 155.000 | 0.0006 | 0.0012 | 0.000 | 0.0013 |
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
| C.2 | 2189.9994 | 1149.9994 | 155.000 |
----------------------------------------------------------

Cette fonction supprime ou passe en commentaire les anciens points (ceux qui ont servi à calculer le point moyen) selon le choix
fait dans les options des calculs topométriques.

Outre l’élimination des points doubles suite au calcul des points rayonnés, cette fonction peut également servir à comparer les points
d’un projet avec ceux réellement implantés donc relevés à condition qu’ils portent le même matricule.

92 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Contrôle de précision

III.12. CONTRÔLE DE PRÉCISION

Cette commande Contrôle de précision (Arrêté 16.09.2003) est accessible à partir du menu Outils de l’éditeur de GéoBase.

III.12.1. L’arrêté du 16 Septembre 2003


L’arrêté du 16 Septembre 2003 fournit de nouvelles règles pour vérifier la précision d’un levé.
L’idée générale est de comparer les coordonnées de quelques points de contrôle levés deux fois dont une avec des moyens permettant
d’atteindre une précision au moins deux fois meilleure (coefficient de sécurité C) afin d’obtenir des écarts en position et de soumettre
ces écarts à trois critères statistiques. Le respect des trois critères garantit la classe de précision du levé [xx] en cm.
L’arrêté prévoit de pouvoir contrôler la précision en altimétrie, en planimétrie ou les deux en même temps. Dans le premier cas, les
écarts en position sont des dénivelées, dans le second cas, ce sont des distances horizontales et dans le dernier cas, les écarts sont
des distances inclinées. A chaque cas correspond une valeur du coefficient k rappelée entre parenthèses dans la fenêtre de la
commande.
C’est au donneur d’ordres de spécifier le type de contrôle, le coefficient C, la classe de précision et le nombre de points de contrôle.

a) Le premier critère
L’écart moyen (la moyenne des écarts en position) ne doit pas être supérieur à la valeur limite calculée par :

Valeur limite = xx .1  1 


 en cm
 2C 2 

b) Le second critère
Soit le premier seuil défini par :

 
Premier seuil = k . xx .1 
1 
 en cm, k dépendant du type de contrôle
 2C 2 
Le nombre d’écarts dépassant le premier seuil doit être inférieur à l’entier immédiatement supérieur à :
N '  0.01N  0.232 N
N’ dépend donc du nombre N de points de contrôle comme suit :

N De 1 De 5 De 14 De 45 De 86 De 133 De 185 De 241 De 299 De 360 De 423


à4 à 13 à 44 à 85 à 132 à 184 à 240 à 298 à 359 à 422 à 487
N’ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

c) Le troisième critère
Aucun écart en position ne doit dépasser le second seuil défini par :

 1 
Second seuil = 1,5.k .xx .1  2 
en cm, k dépendant du type de contrôle
 2C 

Si les trois critères sont respectés, le bouton <OK> est accessible et le listing peut être fourni. Dans le cas contraire, vous ne
pouvez produire de listing qu’en appuyant sur le bouton « Annuler » et la mention «ATTENTION : ECHEC DU CONTROLE
!» y figure.

93 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Contrôle de précision

III.12.2. Utilisation de la commande


Sélectionnez tout d’abord la GéoBase de contrôle en utilisant le
bouton de même nom. Cette GéoBase contient les coordonnées
précises des points de contrôle (matricules identiques aux points
levés).
Choisissez ensuite le type de contrôle (Z, XY ou XYZ) et saisissez
le coefficient C ainsi que la classe de précision (en mètre) à tester.
La case à cocher « Calculer la précision interne » permet de caler
préalablement les points sur les points de contrôle en faisant une
rotation et une translation. Cela ne modifie pas la géométrie du levé
et l’on s’affranchit ainsi des erreurs de rattachement. C’est donc la
précision interne du levé qui est alors évaluée.
Si un des critères n’est pas satisfait, un message est affiché. Le
bouton <OK> n’est alors pas disponible. Vérifiez les écarts en
position dans la colonne « Epos ». Il est peut-être possible de
désactiver le point présentant le plus grand écart en position en
cliquant sur la coche devant le matricule.

REMARQUE :
La GéoBase en cours d’édition n’est pas modifiée par cette commande.

Exemple de listing :

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - Contrôle de précision

Nom de la GéoBase traitée : E:\Covadis 2000-8\Exemples\Calcul topométrique\Polygonales\Chemin.geo


Nom de la GéoBase contrôle : F:\Points de controle.geo
Contrôle effectué le : 29/08/2007 à 17:34:50

Type du contrôle = XYZ (k=2.11)


Coefficient de sécurité = 2.0
Classe de précision globale souhaitée = 0.050 m

Point Ex m. Ey m. Ez m. Epos m.
S.1 0.000 0.000 0.00000 0.000
S.9 -0.020 0.000 -0.03000 0.036
S.11 0.000 0.000 0.00000 0.000

Ecart moyen en position = 0.01202 m < 0.056 m


Valeur du premier seuil = 0.11869 m, dépassé par 0 écart(s) sur 0 autorisé(s)
Valeur du second seuil = 0.17803 m

SUCCES DU CONTROLE

94 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Changement de projection

III.13. CHANGEMENT DE PROJECTION

Il est possible de passer d’un système de projection vers un autre avec


cette commande, par exemple pour passer du Lambert zones au
Lambert 93 (décret du 28 décembre 2000 concernant le RGF93).
Remarquez que le système altimétrique reste inchangé (NGF 69).
La boîte de dialogue ci-contre permet le paramétrage de cette
transformation.
1. Coordonnées dans le système de départ
Ce groupe n’est disponible que si le mode manuel est activé, sinon
c’est la projection courante qui est sélectionnée.

2. Coordonnées dans le système d’arrivée


Permet de choisir la projection d’arrivée pour la transformation.

3. Mode de fonctionnement
Vous pouvez utiliser cette boîte de dialogue selon deux modes
distincts.
• « Saisie manuelle des coordonnées » : vous spécifiez la
projection de départ, les coordonnées à transformer (Est, Nord
et Altitude) et la projection d’arrivée. L’action sur le bouton
« Calculer » affiche les coordonnées transformées dans le groupe « Coordonnées dans le système d’arrivée ».
• « Calcul de tous les points de la GéoBase courante » : la projection de départ
est celle de la GéoBase en cours. Choisissez la projection d’arrivée et appuyez sur
le bouton « Calculer ». Tous les points de la GéoBase sont transformés.
L’information sur le système de projection est inscrite dans la GéoBase. Un
contrôle de la latitude des points est effectué et le message ci-contre apparaît.

REMARQUE :
Vous n’avez pas accès au bouton « Calculer » si l’une des projections est « Aucune » (pas de projection).

4. Grilles et altitudes
Ce groupe d’options permet d’activer ou de désactiver l’utilisation des grilles planimétriques et altimétriques. Certaines
transformations, pour gagner en précision, utilisent des grilles fournissant des valeurs interpolées pour les paramètres de la
transformation. C’est notamment le cas pour les passages du Lambert Zones en Lambert 93.
« Tenir compte de l’altitude » : Si cette option est sélectionnée, l’altitude des points est utilisée lors des calculs. Dans ce cas,
il est possible d’utiliser la grille altimétrique permettant le calcul de la hauteur au-dessus de l’ellipsoïde à partir de l’altitude du
point.
« Utiliser la grille planimétrique » : Si cette case est cochée, la grille fournissant Tx, Ty et Tz est utilisée lors du passage des
coordonnées cartésiennes du système1 vers les coordonnées cartésiennes du système2. Sinon ce sont les paramètres standards
qui sont utilisés.
Le fait de n’utiliser aucune des grilles revient à effectuer la transformation standard dans le logiciel CIRCE de l’IGN (France).

95 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Changement de projection

III.13.1. Format de la Grille planimétrique de l’IGN


La grille de l’IGN (Gr3df97a.txt) est un fichier texte dont voici un extrait :
GR3D 002024 024 20370201
GR3D1 -5.5000 10.0000 41.0000 52.0000 .1000 .1000
GR3D2 INTERPOLATION BILINEAIRE
GR3D3 PREC CM 01:5 02:10 03:20 04:50 99>100
-5.500000000 41.000000000 -165.027 -67.100 315.813 99 -0158
-5.500000000 41.100000000 -165.169 -66.948 316.007 99 -0157
-5.500000000 41.200000000 -165.312 -66.796 316.200 99 -0157
-5.500000000 41.300000000 -165.456 -66.644 316.393 99 -0156
-5.500000000 41.400000000 -165.601 -66.492 316.586 99 -0155
-5.500000000 41.500000000 -165.746 -66.340 316.778 99 -0155
-5.500000000 41.600000000 -165.893 -66.187 316.970 99 -0154
-5.500000000 41.700000000 -166.040 -66.034 317.161 99 -0154
-5.500000000 41.800000000 -166.188 -65.882 317.353 99 -0153

Longitude Latitude TX TY TZ Code N° feuille


RGF 93 RGF 93 Précision

Les quatre premières lignes décrivent le format du fichier.


GR3D : ce sont des codes IGN indiquant le système de départ, le système d’arrivée, les unités pour les coordonnées géographiques
et le méridien origine.
GR3D1 : longitude min.; longitude max.; latitude min.; latitude max.; pas en longitude; pas en latitude (ici 0.1° dans les deux sens).
GR3D2 : mode d'interpolation : INTERPOLATION BILINEAIRE (cf. exemple ci-après)
GR3D3 : codes de précision de la transformation utilisés dans l’avant-dernière colonne du tableau.
Les lignes suivantes représentent chacune un point de la grille. Les coordonnées géographiques sont lues sur l’ellipsoïde GRS80,
donc relatif au système RGF93.
Il existe aussi une forme plus condensée de cette grille (Gr3df97a.mnt) qui est également lue par COVADIS.
Le but de la grille est d’obtenir pour un point connu en longitude et latitude sur l’ellipsoïde GRS80, les paramètres TX, TY et TZ
de la transformation. Pour cela on utilise l’interpolation bilinéaire.

Soit l’exemple suivant :

Lg2 = 3.2° Lg4 = 3.3°


Lt2 = 45.7° Lt4 = 45.7°
TX = -167.750 TX = -167.750
TY = -60.443 TY = -60.409
TZ = 319.781 TZ = 319.779 LgM  Lg1 3.234  3.2
LgM = 3.234° Calcul de x   0.34
LtM = 45.672° Lg 3  Lg1 3.3  3.2
LtM  Lt1 45.672  45.6
Calcul de y    0.72
Lt 2  Lt1 45.7  45.6
Ti  (1  x )(1  y )T 1  (1  x ) y.T 2  x (1  y )T 3  xy .T 4
Avec
L’application numérique fournit :
y TX = -167.7425 m
TY = -60.4399 m pour le point M
TX = -167.717 TX = -167.735
TY = -60.428 TZ = 391.7733 m
TY = -60.479
TZ = 319.750 TZ = 319.765

Lg1 = 3.2° Lg3 = 3.3°


x Lt3 = 45.6°
Lt1 = 45.6°
Interpolation bilinéaire sur une maille de la grille

REMARQUE :
Si le système de départ est NTF (projections Lambert zone), et le système d’arrivée RGF93 (projection Lambert 93), le
programme commence par calculer les coordonnées cartésiennes approchées dans le repère lié à l’ellipsoïde GRS 80 en appliquant
les paramètres standards (TX = -168, TY = -60 et TZ = 320). Ensuite, il effectue la transformation des coordonnées cartésienne
vers les coordonnées géographiques, ce qui donne un point d’entrée dans la grille. Il est ensuite possible d’obtenir des paramètres
TX, TY et TZ plus précis en appliquant l’interpolation bilinéaire.

96 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES Changement de projection

III.13.2. Format de la Grille altimétrique de l’IGN


La grille altimétrique de l’IGN (raf09.mnt pour le continent et rac09.mnt pour la Corse) est un fichier dont voici un extrait :

-5.5 8.5 42.0 51.5 0.0333333333333 0.025


53.5019 99 53.5002 99 53.4965 99 53.4887 99 53.4753 99 53.4571 99 53.4364 99 53.4172 99 53.4013 99 53.3889 99
53.3782 99 53.3668 99 53.3526 99 53.3353 99 53.3158 99 53.2952 99 53.2730 99 53.2482 99 53.2196 99
La première ligne fournit la longitude min.(ici -5.5°), la longitude max.(ici 8.5°), la latitude min.(ici 42°), la latitude max.(ici 51.5°),
le pas en longitude (ici 0.0333333333333°) et le pas en latitude (ici 0.025°)
Les lignes suivantes contiennent des couples de valeurs de l’ondulation et code de précision
L’ondulation est la position altimétrique d’un point de l’ellipsoïde GRS 80 par rapport au Géoïde (surface de niveau zéro pour les
altitudes). On a alors la relation suivante entre la hauteur ellipsoïdale he, l’altitude normale H et l’ondulation N :
H  he  N
Cette relation permet entre autres de faire du nivellement avec du GPS.

III.13.3. Algorithme de la conversion


Pour effectuer la conversion il est impératif de calculer les coordonnées géographiques (longitude, latitude et hauteur ellipsoïdale).
S’il y a un changement d’ellipsoïde (cas d’une transformation Lambert zone  Lambert 93) il faut en plus convertir les coordonnées
géographiques en coordonnées cartésiennes. Le programme effectue ces transformations deux fois (une fois dans chaque sens). Le
diagramme suivant résume les différentes transformations effectuées.

Schéma des étapes principales lors d’une conversion

97 COVADIS CALCUL
L’ÉDITEUR DE GEOBASES

98 COVADIS CALCUL
LES OPTIONS DU CALCUL

IV. LES OPTIONS DU CALCUL

99 COVADIS CALCUL
LES OPTIONS DU CALCUL

100 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage des listings

IV.1. GÉNÉRALITÉS

Les options des calculs topométriques COVADIS vous permettent de paramétrer le fonctionnement des différentes parties qui
composent ce module. Les différents paramétrages s’organisent en sept onglets :
• paramétrage des listings produits par les calculs,
• paramétrage du fonctionnement de l’éditeur de GéoBases,
• paramétrage de la base de données pour les coordonnées des stations et références,
• paramétrage des calculs de stations et de points,
• définition des instruments utilisés (collimation et constante de prisme),
• choix d’une projection et calcul des corrections relatives au chantier,
• paramétrage des tolérances pour le nivellement direct,
• paramétrage des tolérances pour le calcul de polygonales.
Cette commande est exécutable soit à partir du menu COV.CALCULS soit à partir du menu OUTILS de l’éditeur de GéoBases soit
encore en tapant la commande CALCOPT dans AutoCAD®. Tous ces paramètres sont stockés dans le fichier CalTopo.ini pour une
part et dans la GéoBase pour le reste (tolérances et corrections).

IV.2. PARAMÉTRAGE DES LISTINGS

IV.2.1. Paramètres généraux

• « Pouvoir choisir le nom des fichiers listings » :


Si cette option est cochée, le programme demandera
systématiquement de choisir un nom pour chaque listing à
créer. Dans le cas contraire, chaque fichier listing aura le
même nom que la GéoBase courante avec une extension
dépendant de sa nature.
• « Produire un journal en plus des listings » :
Vous avez la possibilité de garder une trace de l’historique
des calculs effectués sur une GéoBase dans un fichier texte
appelé journal. Ce fichier porte le nom de la GéoBase et
l’extension ‘jnl’. Le journal contient la date et le type des
calculs effectués ainsi que les coordonnées et V0 calculés.
• « Faire apparaître les tolérances et corrections » :
Si cette case est cochée, le type de tolérance et les
corrections utilisées pour un calcul donné seront inscrites en
début de listing.
• « Faire apparaître les coordonnées approchées » :
Pour les calculs de stations par intersection, relèvement,
recoupement et triangulation, il est possible de ne pas faire
apparaître les coordonnées approchées du point en
décochant cette option. Ceci peut éviter une confusion entre
les coordonnées approchées et les coordonnées définitives
du point.
• « Afficher le listing après création » :
En cochant cette case, le programme lancera automatiquement l’éditeur associé au listing nouvellement créé afin de visualiser
ce dernier.
• « Créer un listing en cas d’annulation » :
Cette option vous permet de produire un listing sans être obligé d’enregistrer le résultat d’un calcul dans la GéoBase. Bien qu’un
listing soit produit, le journal n’est pas mis à jour car la GéoBase n’a pas été altérée.
• « Inverser les coordonnées X et Y » :
Permet dans les listings de renommer X en Y et Y en X.

101 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage des listings

IV.2.2. Points rayonnés


Lors d’un calcul de points rayonnés, un contrôle systématique des V0 des stations est réalisé quand cela est possible (station visant
des références connues en coordonnées).
• « Faire apparaître le contrôle des V0 dans le listing » :
Quand un contrôle de V0 est possible, affiche un tableau de calcul du V0 si cette case est cochée.
• « Colonnes … » :
Les informations présentes dans les colonnes des tableaux du listing peuvent être choisies parmi N (numéro du point), X, Y, Z
(coordonnées calculées), HP (hauteur de prisme), AV (angle vertical), AH (angle horizontal), DI (distance inclinée), GI (gisement
de la visée), DH (distance horizontale) et CS (code symbole). Vous choisissez les informations désirées et leur ordre dans les
colonnes en renseignant la zone d’édition avec un séparateur virgule entre les éléments.

IV.2.3. Configuration des listings


Cette option du menu Covadis 2D permet de paramétrer l’écriture des fichiers listings produits avec les différentes fonctions de
COVADIS (à de rares exceptions près).

La configuration des listings s’effectue à l’aide d’une


boîte de dialogue comme le montre l’exemple ci-contre.
Le dialogue est composé d’un menu (« Fichier ») ainsi
que de trois onglets. Le menu permet d’accéder aux
options de gestion des fichiers de paramétrage car il est
possible de sauvegarder différentes configurations de
listings, et de les recharger lorsqu’elles doivent être
utilisées. La dernière configuration chargée sera utilisée
par COVADIS.
Les combinaisons de touches à
la droite des options indiquent
que ces options sont
accessibles via des raccourcis
clavier. Ainsi, si vous tapez la
combinaison <Contrôle+O>,
le dialogue d’ouverture d’un
fichier de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de
configuration avec les paramètres par défaut. Si la configuration courante a été modifiée,
il vous sera demandé si elle doit être enregistrée. Les fichiers de configuration de listings
sont généralement enregistrés dans le sous-répertoire \Config du répertoire d’installation
de COVADIS, et ont l’extension ‘cfl’.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner, sur le disque, le fichier de configuration à ouvrir.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées
à la configuration de listings courante. Si la configuration courante n’a pas encore de nom (SansNom.cfl), c’est l’option suivante
qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier à créer
ainsi que l’emplacement où il doit être enregistré.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations de listings. Si la configuration courante a été modifiée, il vous
sera demandé si elle doit être sauvegardée.

IV.2.3.1. Paramètres généraux

Cet onglet permet d’effectuer le paramétrage général de


l’écriture et de l’affichage des listings.

1. Mode de création des fichiers listings


Ce groupe de paramètres vous permet d’indiquer le type de
fichier listing à créer ainsi que le nom et l’emplacement du
programme à utiliser pour la visualisation des listings créés.

102 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage des listings

• «  Fichiers au format Word (RTF) » : indique que les


fichiers listings seront écrits dans un format enrichi lisible
par le traitement de texte Microsoft® Word ou par un
programme de visualisation de ce type de fichiers. Dans
l’exemple ci-contre c’est le ‘visualiseur’ de fichiers Word
qui sera utilisé pour l’affichage des fichiers listings après
leur création.
• «  Fichiers textes en mode Page » : ce type de
listings n’est utilisé que par le module de calculs
topométriques de COVADIS. Les listings sont des
fichiers textes mais les en-têtes et pieds de page sont
répétés sur chacune des pages. Dans l’exemple, c’est le
bloc-notes de COVADIS qui sera utilisé pour la
visualisation.
• «  Fichiers textes en mode Listing » : les listings de ce type sont des fichiers textes dans lesquels ne seront écrits qu’un seul
en-tête de page (au début du fichier) et qu’un seul pied de page (à la fin du fichier). L’exemple ci-contre montre que ces listings
seront affichés avec le bloc-notes de Windows®.

Le programme de visualisation des fichiers peut être spécifié en


tapant son nom dans la zone d’édition ou en allant le sélectionner
sur le disque à l’aide du bouton « … ». Si son nom complet n’est
pas donné, il vaut mieux être sûr que son chemin d’accès se trouve
bien dans les répertoires indiqués par la variable d’environnement
PATH.

2. Nombres de décimales
Ce groupe de paramètres vous permet de spécifier les nombres de
décimales à utiliser pour les différents types de données écrites
dans les fichiers listings.
Il suffit de sélectionner une nouvelle valeur dans une liste
jaillissante puis d’enregistrer la configuration pour que la
modification soit prise en compte pour les futurs listings créés.

3. Police de caractères
Le bouton « … » de ce groupe de paramètres vous permet de
sélectionner la police de caractères à utiliser dans les listings au format
RTF (et uniquement ceux-ci).
Sélectionnez d’abord le nom de la police, ensuite le style de celle-ci
puis terminez avec la hauteur des textes (taille en points). Cliquez sur
le bouton « OK » pour valider votre choix.
De retour dans l’onglet des paramètres généraux, vous pouvez
constater que la zone de prévisualisation de la police a été mise à jour
(en bas du groupe de paramètres).Vous pouvez taper un autre texte
d’exemple dans cette zone si vous le désirez.

IV.2.3.2. Format de la page

Cet onglet vous permet de spécifier les caractéristiques des pages de listing à imprimer. En fonction du type de listing sélectionné
(format RTF ou autres), la page de propriétés sera différente.

103 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage des listings

IV.2.3.2.1 Format de la page : mode RTF


Si ce type de fichier est sélectionné, la configuration de la
mise en page se fera à l’aide du dialogue montré en exemple
ci-contre.

1. Marges
Entrez, dans les zones de saisie, les marges (en millimètres)
à prendre en compte pour la mise en page, ou utilisez les
boutons prévus à cet effet à droite des zones d’édition.

2. A partir du bord
Ces deux paramètres permettent de spécifier la position des
premières lignes d’en-tête et de pied de page. Les valeurs
doivent être inférieures aux marges haute et basse.

3. Format du papier
Vous pouvez sélectionner dans la liste jaillissante le format du papier d’impression. Trois formats fixes sont proposés : A5, A4 et
A3, ainsi qu’un format utilisateur pour lequel vous devez spécifier la largeur et la hauteur à l’aide des deux paramètres prévus à cet
effet (les valeurs sont à donner en millimètres).

4. Orientation
Vous pouvez modifier l’orientation du papier en choisissant l’option qui vous convient.

REMARQUES :
 Tous ces paramètres vous permettent de spécifier les informations relatives au format et à la mise en page des listings. Vous
devez donc faire attention à ce que les valeurs indiquées correspondent réellement au papier utilisé car les programmes de
création des fichiers listings n’effectuent aucun contrôle sur leur validité.
 Il n’est pas possible de prévoir le nombre de lignes utiles dans un listing au format RTF, même connaissant tous les paramètres
de format, de mise en page et de police de caractères. Vous devrez donc indiquer le nombre de lignes maximum à utiliser
(entre la marge haute et la marge basse) dans les listings, à l’aide du paramètre « Nombre de lignes » accessible pour les
formats autres que RTF (voir ci-dessous).

IV.2.3.2.2 Format de la page : mode Texte


Pour les deux types de fichiers listings non RTF, la
configuration de la mise en page se fera à l’aide du dialogue
montré en exemple ci-contre.

1. Marges
Entrez, dans les zones de saisie, les marges à prendre en
compte pour la mise en page, ou utilisez les boutons prévus
à cet effet à droite des zones d’édition. Les marges à gauche
et à droite sont données en caractères (colonnes) alors que
les marges haute et basse sont données en lignes.

2. Format du papier
Le format du papier est à indiquer en nombre de colonnes
(largeur) et de lignes (hauteur). Le choix de l’orientation du
papier vous permet d’inverser les valeurs pour la largeur et
la hauteur du papier.

104 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage des listings

REMARQUES :
 Tous ces paramètres vous permettent de spécifier les informations relatives au format et à la mise en page des listings. Vous
devez donc faire attention à ce que les valeurs indiquées correspondent réellement au papier utilisé car les programmes de
création des fichiers listings n’effectuent aucun contrôle sur leur validité.
 Utilisez le paramètre « Hauteur » pour spécifier le nombre maximum de lignes imprimables (sans tenir compte des éventuelles
marges haute et basse) pour les fichiers au format RTF.

IV.2.3.3. En-tête et pied de page

Dans cet onglet, vous pouvez spécifier les en-têtes et les


pieds de page à écrire dans les fichiers listings.
Vous disposez pour cela de deux zones de saisie multi-
lignes, l’une pour l’en-tête, l’autre pour le pied de page.
De nombreuses possibilités vous sont offertes pour
l’écriture automatique d’informations relatives à la date, à
l’heure, au nom du fichier créé, ainsi qu’au numéro de page
et au nombre de pages du listing.
Trois codes particuliers vous permettent en plus de justifier
des informations à droite, au centre ou à gauche de la
feuille. Ces justifications sont cumulables, c’est-à-dire que
vous pouvez avoir sur une même ligne des données cadrées
à droite, des données centrées, et des données cadrées à
gauche.

Ces boutons à icône vous per-


mettent de visualiser dans une boîte de
dialogue l’ensemble des codes de
contrôle disponibles pour le formatage
de l’en-tête et du pied de page.
Chaque code de contrôle utilisé sera
automatiquement remplacé par la
valeur correspondante lors de l’écriture
du fichier.
Le bouton « Police d’affichage… »
vous permet de spécifier la police de
caractères à utiliser pour l’affichage
des codes de contrôle ainsi que la
prévisualisation de l’en-tête et du pied
de page. Son utilisation est identique à
celle mentionnée au paragraphe
Paramètres Généraux (§ IV.2.1).

La liste des différents codes de contrôle vous est donnée ci dessous :

%d remplacé par le numéro du jour (01 - 31), %#d pour supprimer le 0 de début
&f remplacé par le nom du fichier listing
&p remplacé par le numéro de page
&P remplacé par le nombre total de pages
%A remplacé par le nom du jour, %a pour le nom abrégé (lun., mar., …)
%B remplacé par le nom du mois, %b pour le nom abrégé (jan., fév., …)
%c remplacé par la date et l’heure en format abrégé (jj/mm/aa hh:mm:ss)
%#c remplacé par la date et l’heure en format complet (jour mois année, hh:mm:ss)
%H remplacé par les heures (00 - 24), %#H pour supprimer le 0 de début
%I remplacé par les heures (00 - 12), %#I pour supprimer le 0 de début
%m remplacé par le mois (01 - 12), %#m pour supprimer le 0 de début
%M remplacé par les minutes (00 - 59), %#M pour supprimer le 0 de début
%S remplacé par les secondes (00 - 59), %#S pour supprimer le 0 de début
%x remplacé par la date au format abrégé (jj/mm/aa)
%#x remplacé par la date au format complet (jour mois année)
%X remplacé par l’heure au format standard (hh:mm:ss)

105 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage des listings

%y remplacé par l’année sans le siècle (00 - 99), %#y pour supprimer le 0 de début
%Y remplacé par l’année avec le siècle
&& remplacé par le caractère &
%% remplacé par le caractère %
&l indique que le texte qui suit sera aligné à gauche (défaut)
&c indique que le texte qui suit sera centré
&r indique que le texte qui suit sera aligné à droite

Exemple d’en-tête de page :


&cCOVADIS TOPO version 12
&c(C) Géomédia S.A.S. 1993-2010
Les deux lignes commencent par le code de contrôle &c qui indique qu’elles seront toutes les deux centrées sur la page.

Exemple de pied de page :


&f&cPage &p&r%x - %X
Le premier code de contrôle &f indique que le nom du fichier sera positionné à gauche du pied de page (l’alignement des textes
étant à gauche par défaut). Le second, &c, signifie que tout ce qui va jusqu’au code de contrôle &r sera centré sur la page. Le
code &p sera automatiquement remplacé par le numéro de page et les codes %x et %X seront remplacés, respectivement, par la
date au format abrégé (jj/mm/aa) et par l’heure (hh:mm:ss).

Nous pourrions ainsi avoir comme résultat, dans le cas d’un listing au format RTF :

COVADIS TOPO version 12


(C) Géomédia S.A.S. 1993-2010

Zones de texte

Exemple_De_Listing.rtf Page 1 20/07/10 – 10:25:36

Ces boutons à icône vous


permettent d’effectuer une prévisua-
lisation de l’en-tête ou du pied de page
dans une nouvelle fenêtre de dialogue.
Un exemple vous est montré ci-contre
pour l’en-tête de page.
Le bouton « Police d’affichage… »
vous permet de spécifier la police de
caractères à utiliser pour la prévisua-
lisation de l’en-tête et du pied de page
ainsi que l’affichage des codes de
contrôle. Son utilisation est identique à
celle mentionnée au paragraphe
Paramètres Généraux (§ IV.2.1).

106 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage de l’éditeur de GéoBase

IV.3. PARAMÉTRAGE DE L’ÉDITEUR DE GÉOBASE

IV.3.1. Paramètres généraux

• « Ouvrir systématiquement la dernière GéoBase » :


Si cette option est cochée, le programme ouvrira la dernière
GéoBase utilisée. Plus les GéoBases sont importantes en
taille, plus l’ouverture demande du temps. Il peut alors être
plus pratique de décocher cette case pour choisir au
lancement de l’éditeur la GéoBase à ouvrir.
• « Sauvegarder l’état de l’affichage » : Cochez cette case
si vous souhaitez retrouver le même état d’affichage (menu
AFFICHAGE de l’éditeur) entre deux sessions de l’éditeur.
• « Activer le formatage des matricules » : Permet de
formater (radical + indice) ou pas les matricules.

• « Ecrire les constantes de prisme dans la GéoBase » :


Permet d’enregistrer les GéoBases sans constante de prisme
(ancien format).

IV.3.2. Nombre de décimales affichées


Pour les trois groupes de données proposés (planimétriques,
altimétriques et angulaires), choisissez le nombre de décimales
(0 à 6) dans la liste déroulante.

REMARQUE :
Les calculs utiliseront néanmoins toutes les décimales.

IV.3.3. Réduction des stations


Lorsque le programme réduit deux reprises de station ayant des hauteurs d’instrument différentes, il peut, soit modifier les
hauteurs de prisme des observations, soit recalculer l’angle vertical et la distance inclinée en conservant leur hauteur de prisme.

IV.3.4. Elimination des points doubles


Dans les fonctions de contrôle (cf. § III.9) et d’élimination (cf. § III.10) des points doubles, vous choisissez dans ce groupe d’options si
les points doubles sont transformés en commentaires ou s’ils sont simplement supprimés de la GéoBase.
Vous renseignez également la valeur de la tolérance sur le positionnement des points doubles et le code permettant d’identifier les points à
prendre en compte dans la fonction de contrôle des points doubles par code.

107 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage de l’éditeur de GéoBase

IV.3.5. Couleurs des éléments


Le bouton « Couleurs des éléments… » ouvre la boîte de dialogue
ci-contre qui permet d’affecter des couleurs choisies, soit aux différents
types de lignes, soit aux différentes colonnes de l’éditeur.
En cliquant l’une des options suivantes vous choisissez de colorer par
ligne ou par colonne.
• « Couleurs pour les lignes » : Cliquez sur les boutons colorés afin de
faire apparaître la fenêtre de sélection des couleurs de Windows®.
• « Couleurs pour les colonnes » : Après avoir choisi une colonne
dans la liste déroulante, vous pouvez modifier sa couleur en cliquant
sur le bouton coloré situé à droite de la liste. L’aperçu du résultat est
mis à jour automatiquement.
• « Valeurs par défaut » : Ce bouton vous permettra de retrouver les
couleurs par défaut de COVADIS.
Appuyez sur le bouton « OK » pour valider les changements, ou sur le
bouton « Annuler » pour sortir sans sauvegarder.
Le paramétrage des couleurs est enregistré dans le fichier CalTopo.ini sous la section [Editeur.Couleurs].

IV.3.6. Polices d’affichage


Le bouton « Polices d’affichage… » permet de sélectionner la police
d’affichage pour l’affichage dans l’éditeur de GéoBases. Le choix de la
police de caractères se fait grâce au dialogue fourni par Windows®. Un
exemple est montré ci-contre.

REMARQUE :
Pour des raisons de lisibilité il est préférable de choisir une police
isométrique (caractères de même largeur) telle que la police Courier. De
même, évitez les italiques.

108 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage du lien avec une base de données

IV.4. LIEN AVEC BASE DE DONNÉES

Cette page d’options permet de paramétrer un lien avec une base


de données Access contenant des coordonnées de points. Cette
base de données doit contenir une table de points décrits par leur
matricule, abscisse, ordonnée et altitude. Les fonctions
d’importation et d’exportation de l’éditeur de GéoBase
permettent d’importer et d’exporter les coordonnées des stations
et références. Ceci est intéressant si vous gérez une base de
données des stations et références sur une commune par
exemple. Le lien entre les observations et la base de données
des points s’effectue par le matricule.

• « Nom » : Saisissez le nom de la base de données ou


cliquez sur le bouton pour choisir le fichier.
L’installation de Covadis fournit un exemple de base de
données dans le répertoire \Config.
• « Table » : Une fois la sélection réalisée, le programme
affiche, dans cette liste déroulante, les tables disponibles
dans la base de données. Sélectionnez celle qui contient les
coordonnées des points.
• « Mat. » : Sélectionnez, dans cette liste déroulante,
l’étiquette de la table désignant le matricule des points.
• « X » : Sélectionnez, dans cette liste déroulante, l’étiquette
de la table désignant l’abscisse des points.
• « Y » : Sélectionnez, dans cette liste déroulante, l’étiquette
de la table désignant l’ordonnée des points.
• « Z » : Sélectionnez, dans cette liste déroulante, l’étiquette de la table désignant l’altitude des points.
• « Tolérance » : Permet d’indiquer au programme la distance 2D ou 3D entre deux points de même matricule permettant de les
considérer comme différents.
• « Confirmer le remplacement dans la GéoBase » : Si cochée, demandera une confirmation pour remplacer, lors d’une
importation, les points différents selon le critère ci-avant.
• « Confirmer le remplacement dans la base de données » : Si cochée, demandera une confirmation pour remplacer, lors
d’une exportation, les points différents selon le critère ci-avant.
• « Rendre les points modifiés ou créés invariants dans la GéoBase » : Si cochée, les points ajoutés ou modifiés deviendront
systématiquement invariants (CP = 1, 2 ou 3).
• « Ne pas renseigner l’altitude si nulle » : Si cochée, lors d’une importation ne met pas d’altitude au point si elle est nulle dans
la base de données
• « Ecrire une altitude nulle si pas de valeur dans la GéoBase » : Si cochée, lors d’une exportation écrit zéro dans la base
de données si le point n’a pas d’altitude dans la GéoBase

109 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Paramétrage des calculs topométriques

IV.5. PARAMÉTRAGE DES CALCULS TOPOMÉTRIQUES

L’onglet « Calculs » permet de paramétrer le comportement de certaines fonctions de calcul.

IV.5.1. Paramètres généraux

• « Produire un fichier de sauvegarde (extension GBK) avant


enregistrement » :
Lorsque la GéoBase courante est modifiée puis
enregistrée, vous pouvez demander à ce qu’un fichier de
sauvegarde (même nom, même emplacement que la
GéoBase et extension ‘gbk’) soit créé.
• « Pouvoir enregistrer les résultats d’un calcul hors
tolérances » :
Permet d’avoir accès à la touche de validation d’un calcul si
même une donnée est hors tolérance.
• « Considérer les références en cercle à droite si
indéterminées (V0 de contrôle) »
Lorsqu’un V0 de contrôle est calculé, il est possible que,
pour toutes les références, seul l’angle horizontal ait été
observé. Dans ce cas le programme ne peut déterminer si les
observations sont réalisées en cercle à droite ou en cercle à
gauche et posera une question. Si cette option est cochée, le
programme ne posera pas cette question et considèrera les
angles pris dans la même position.

IV.5.2. Options des cheminements

• « Contrôler le V0 des stations d’appui » : Permet de calculer un V0 de contrôle sur la ou les stations d’appui du cheminement. Si
le contrôle est hors tolérance, un message d’erreur est affiché. Les stations d’appui sont la première et la dernière pour un
cheminement encadré.
• « Affecter le V0 de contrôle aux stations d’appui » : Si le V0 de contrôle est correct, affecte cette valeur aux stations d’appui avant
tout calcul de cheminement.
• « Recalculer le V0 des stations après calcul des cheminements » : Une fois le calcul du cheminement effectué, il est possible
de recalculer les V0 des stations intermédiaires (non d’appui) en utilisant les références connues en coordonnées.
• « Utiliser uniquement les visées du cheminement » : Si l’option précédente est activée, permet de n’utiliser que les visées arrière
et avant pour recalculer le V0 après calcul du cheminement (sinon toutes les références connues sont utilisées).
• « Tenir compte des rattachements altimétriques des stations » : Si cette option est cochée, l’altitude de toute station visant des
références dont le Z est fixe (i.e. visée sur un repère NGF) sera calculée par rattachement. L’altitude ainsi obtenue sera considérée
comme fixe et donnera lieu à une fermeture altimétrique. Le calcul du rattachement apparaît dans le listing.
• « Tenir compte des V0 présents sur les stations intermédiaires (réorientations ) » : Si cette option est cochée, toute station ayant
un V0 connu avant calcul sera considérée comme définitivement orientée. Cela implique qu’une fermeture angulaire sera
calculée.
• « Répartir la fermeture planimétrique par rapport aux longueurs des côtés » : Sinon la répartition se fait en parts égales, c’est-à-
dire par rapport au nombre de cotés du cheminement.

IV.5.3. Options des points rayonnés

• « Utiliser la valeur du V0 de contrôle pour le calcul des points rayonnés » : Pour chaque station, un V0 de contrôle est
systématiquement calculé. Il est possible, grâce à cette option, d’affecter la valeur calculée à la station pour le calcul des points
rayonnés. La valeur utilisée pour le calcul des points rayonnés est de toute façon rappelée juste avant le tableau du calcul des
points.
• « HP = … interprété comme point sans altitude » : (avec HP = hauteur de prisme) : Les points dont l’altitude n’est pas à calculer
peuvent être signalés de plusieurs façons. Premièrement un code point sans Z peut être saisi sur le terrain lors du levé. Une
seconde façon de faire est de mettre une hauteur de prisme particulière à ces points. Dans la boîte de dialogue ci-dessus, c’est la
valeur zéro qui signifie que le point n’a pas d’altitude. Cette option n’est prise en compte que si la case est cochée.

110 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Définitions des appareils

IV.5.4. Option de calcul de triangulation

• « Proposer aussi les points rayonnés » : Le calcul de triangulation propose par défaut tous les points calculables à partir de visées
d’intersection, de relèvement et de distance, ce qui inclut les points rayonnés (une visée d’intersection et une distance). Cette
option a pour but de filtrer ces points afin de ne pas surcharger la liste des points proposés.

IV.5.5. Option de calcul d’intersection

• « Tenir compte de Hp » : Lors d’un calcul d’intersection vous pouvez tenir compte des hauteurs de prisme des visées en cochant
cette option.

IV.6. DÉFINITION DES APPAREILS

Cette page d’options affiche les caractéristiques des appareils


de levé définis dans le fichier CalTopo.ini. L’ "Appareil
Standard" est l’appareil par défaut. Sa collimation verticale et
sa constante de prisme sont nulles. Les appareils présents dans
une GéoBase possèdent leurs propres caractéristiques
modifiables indépendamment de celles affichées dans cette
boîte de dialogue.

• « Nom » :
Liste contenant tous les instruments définis et stockés dans
le fichier CalTopo.ini. Deux appareils ne peuvent avoir le
même nom. Un message d’avertissement apparaît alors.
• « Collimation verticale » :
Indique, pour l’appareil sélectionné, la valeur de la
collimation verticale exprimée en grades. Dans les calculs,
cette valeur s’ajoutera algébriquement aux angles verticaux.
• « Constante de prisme » :
Indique, pour l’appareil sélectionné, la valeur de la
constante de prisme exprimée en mètres. Dans les calculs,
cette valeur s’ajoutera algébriquement aux distances
inclinées.
• « Précision sur Ah » :
Indique, pour l’appareil sélectionné, la précision sur les
angles horizontaux exprimée en grades. Cette valeur sera
utilisée dans le calcul en bloc pour pondérer les observations d’angles horizontaux
par rapport aux autres observations.
• « Précision sur Av » :
Indique, pour l’appareil sélectionné, la précision sur les angles verticaux exprimée
en grades. Cette valeur sera utilisée dans le calcul en bloc pour pondérer les
observations d’angles verticaux par rapport aux autres observations.
• « Précision sur Di » :
Indique, pour l’appareil sélectionné, la précision sur les distances inclinées exprimées en mètres et ppm (parties par million).
Dans l’exemple affiché et pour une distance de 100 mètres la précision sera 0.005 + 0.000005 x 100 = 0.0055 mètres. Cette
valeur sera recalculée pour chaque visée et utilisée dans le calcul en bloc pour pondérer les observations de distances par rapport
aux autres.

Bouton servant à créer un nouvel appareil. Le programme donne un nom (Nouvel Appareil 1…) ainsi que des caractéristiques
par défaut que vous pouvez éventuellement modifier dans les différentes zones d’édition. Il est à noter qu’un contrôle sur le nom est
effectué. Il est donc impossible que deux appareils portent le même nom.

Bouton utilisé pour supprimer l’appareil en cours d’édition. L’ "Appareil Standard" ne peut être ni supprimé ni modifié.

111 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Corrections et projections

IV.7. CORRECTIONS ET PROJECTIONS

L’onglet « Corrections » de la boîte de dialogue permet de


calculer les corrections à appliquer aux observations brutes.
Depuis le décret du 28 décembre 2000, le système géodésique
pour la France métropolitaine est le RGF93. L’ellipsoïde
associé est IAG GRS 1980 (très peu différent de WGS 1984
qui est utilisé par le GPS). La projection pour passer de
l’ellipsoïde au plan s’appelle Lambert 93.

• « Projection » :
Liste déroulante contenant les projections.
Le bouton permet de visualiser les caractéristiques de
la projection comme montré ci-contre. Il est rappelé le
système géodésique de référence et les paramètres
permettant de passer de l’ellipsoïde courant à l’ellipsoïde
international WGS 84. Tx, Ty, Tz (resp. Rx, Ry, Rz) sont
les translations exprimées en mètres (resp. rotations
exprimées en grades) des axes et d+1 est le facteur
d’homothétie. Vous pouvez créer vos propres projections
en cliquant sur le bouton . La projection ainsi créée a
les mêmes caractéristiques que la projection courante au
moment de la création. Cette manipulation s’adresse à des
spécialistes. Le bouton en forme de croix supprime (si
possible) la projection courante.
• « Calculer la correction pour chaque visée » :
Cette option permet, pour chaque distance observée, de
recalculer l’altération linéaire ainsi que la réduction à
l’ellipsoïde en utilisant les coordonnées de la station. Ceci
peut être nécessaire si l’étendue du chantier est importante
(les corrections n’étant plus homogènes sur l’ensemble du
chantier).
• « X moyen du chantier » :
Permet de saisir l’abscisse moyenne (en mètres) en vue
d’un calcul pour l’ensemble d’un chantier (bouton
« Calculer ! »). Dans ce cas, l’option « Calculer la
correction pour chaque visée » doit être désactivée.
• « Y moyen du chantier » :
Permet de saisir l’ordonnée moyenne (en mètres) en vue
d’un calcul pour l’ensemble d’un chantier (bouton
« Calculer ! »). Dans ce cas, l’option « Calculer la
correction pour chaque visée » doit être désactivée.
• « Altitude moyenne » :
Permet de saisir l’altitude moyenne (en mètres) en vue d’un
calcul pour l’ensemble d’un chantier (bouton
« Calculer ! »). Dans ce cas, l’option « Calculer la
correction pour chaque visée » doit être désactivée.
• « Altération linéaire » :
Zone d’édition de l’altération linéaire exprimée en mm/km.
Cette valeur est recalculée et mise à jour à chaque appui sur
le bouton . Le programme calcule, à partir des
coordonnées XY moyennes, les coordonnées
géographiques (longitude et latitude) correspondantes et un message d’erreur apparaît si le point moyen n’est pas dans le
domaine réservé à la projection.
Notez que si l’option « Calculer la correction pour chaque visée » est cochée, cette valeur est ignorée.

112 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Corrections et projections

• « Correction de niveau zéro » :


Correction des distances exprimée en mm/km pour projeter les distances sur l’ellipsoïde. Cette valeur est fonction de l’altitude
moyenne du chantier. Si une hauteur au-dessus de l’ellipsoïde est calculable (cas de la présence d’une grille altimétrique), cette
dernière est utilisée pour calculer la correction de niveau zéro. Elle est recalculée et mise à jour à chaque appui sur le bouton
. Notez que si l’option « Calculer la correction pour chaque visée » est cochée, cette valeur est ignorée.

IV.7.1. Les corrections dues à la projection

1. Réduction des distances à l’horizontale : Di  Dh


Les distances mesurées sont réduites à l’horizontale par :
Dh  Di. sin( Av)
où Di est la distance inclinée mesurée, Dh la distance horizontale calculée et Av la distance zénithale mesurée (angle vertical).

2. Réduction des distances au niveau zéro : Dh  Do


Pour passer sur l’ellipsoïde de référence, il est nécessaire de réduire la distance au niveau de référence (ou niveau zéro) correspondant
à l’ellipsoïde de référence. La formule classique de réduction est :
 Hm  où Hm est l’altitude moyenne du lieu, Do la distance rapportée au niveau zéro, et R le rayon de la Terre.
Do  Dh  1  
 Hm  R 
COVADIS utilise, si possible, les hauteurs ellipsoïdales he et la valeur de la normale N correspondant au point moyen, soit :
 he  mais le résultat est quasiment identique.
Do  Dh  1  
 he  N 
La valeur de la correction de niveau zéro est calculée en appuyant sur le bouton , et s’exprime en millimètres par kilomètre.

3. Correction dite « Lambert » ou altération linéaire 


Cette correction réalise la projection de l’ellipsoïde sur le plan final. La valeur de cette correction dépend du parallèle du lieu et de
la zone Lambert considérée. Typiquement,  varie entre –120 mm/km et +370 mm/km (pour le Lambert zones) en passant par zéro
à l’intersection du cône de projection et de l’ellipsoïde.
La distance finale retenue est calculée par :
Df  Do  1   
Après avoir saisi les coordonnées moyennes du chantier, vous pouvez calculer automatiquement l’altération linéaire en appuyant
sur les boutons .
Les valeurs ne seront prises en compte qu’après validation sur le bouton « OK ».

IV.7.2. Fichier d’initialisation


Le fichier CalTopo.ini contient les paramètres nécessaires au calcul des corrections sous le label [Corrections]. Les valeurs par
défaut des coefficients sont les suivantes :
• correction Lambert = 0 cm/km,
• altitude moyenne du lieu = 0 m,
• rayon moyen de la Terre = 6366 km.
Après chaque modification de paramètres (tolérances, corrections, configuration du listing, …), ce fichier est enregistré sur le disque.
La lecture des paramètres est automatique.

IV.7.3. Utilisation
Pour calculer les différentes corrections, vous devez :
• saisir les coordonnées moyennes du chantier,
• choisir la projection correspondant aux coordonnées saisies,
• appuyer sur les boutons puis « OK » pour enregistrer.
Vous pouvez également saisir les valeurs de l’altération linéaire et de réduction au niveau zéro ou encore demander le calcul pour
chaque visée.

113 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL Tolérances pour le nivellement géométrique

IV.8. TOLÉRANCES POUR LE NIVELLEMENT GÉOMETRIQUE

L’onglet « Tol. Niv » permet de fixer les tolérances utilisées


pour les calculs de nivellement direct.
L’utilisateur peut opter pour les tolérances cadastrales ou se
fixer sa propre tolérance sur la fermeture du cheminement.
Dans le cas des tolérances cadastrales, il est nécessaire de
choisir la catégorie du cheminement, à savoir : ordinaire, de
précision ou de haute précision.

REMARQUES :
 Le choix d’une tolérance n’a de sens que dans le cas des
cheminements fermés ou encadrés. Pour un cheminement
lancé, aucune qualification de la fermeture n’est possible.
 Les tolérances fournies correspondent au cas où le nombre
de dénivelées au kilomètre serait supérieur à 16.

Les formules utilisées pour calculer les tolérances sont :

2
• pour le nivellement ordinaire : T  36 N  N
16

2 où T est exprimée en millimètres, et N est le nombre total de dénivelées


• pour le nivellement de précision : T  9 N  N du cheminement.
16

• pour le nivellement de haute précision : T  2 N

114 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL

IV.9. TOLÉRANCES POUR LES CALCULS DE CHEMINEMENTS

L’onglet « Tol. Poly. » des options permet de fixer les


tolérances utilisées lors des calculs. Trois types de tolérances
sont disponibles :
• les tolérances fixées par l’arrêté du 21 janvier 1980,
• les tolérances fixées par l’arrêté du 1er juillet 1988,
• des tolérances personnalisées (valeurs entrées dans les
zones d’édition par l’utilisateur).

Selon les calculs topométriques effectués, les tolérances


suivantes seront calculées :
• tolérance sur les distances mesurées,
• tolérance sur une dénivelée pour des visées réciproques,
• tolérance sur les angles mesurés,
• tolérance sur la fermeture angulaire d’un cheminement,
• tolérance sur la fermeture planimétrique d’un chemine-
ment,
• tolérance sur la fermeture altimétrique d’un cheminement.

Il est aussi possible de spécifier le type de canevas pour les


points d’appui parmi les quatre canevas classiques.

1. Tolérance sur les distances


L’écart à la moyenne de deux déterminations indépendantes d’une longueur est comparé à la tolérance ci-après :

T  3  L ; où T est la tolérance en centimètres et L la longueur exprimée en kilomètres.

2. Tolérance sur les dénivelées entre deux points


Les tolérances appliquées correspondent à des distances mesurées selon la pente. Deux cas se présentent alors :

4
• Cas de visées réciproques : T  4  3  L 2 sin 2 i  40.L2 cos 2 i  L
2

• Cas de visées unilatérales : T  4  3  L2 sin 2 i  80.L2 cos 2 i  L4

où T représente la tolérance exprimée en centimètres,


L est la distance mesurée selon la pente exprimée en kilomètres.
i est l’angle de pente.

3. Tolérance sur la fermeture altimétrique d’un cheminement


La tolérance sur la fermeture altimétrique d’un cheminement s’exprime de la façon suivante :

T  Ti
2
(exprimée en centimètres), où Ti est la tolérance sur chaque dénivelée (visées réciproques obligatoires) ainsi que
la tolérance altimétrique des points de départ et d’arrivée.

115 COVADIS CALCUL


LES OPTIONS DU CALCUL

4. Tolérance sur l’écart en orientation d’une station


Après le calcul du V0 d’une station, chaque écart ei  Voi  Vo (avec i   1 , n  ) est comparé à la tolérance donnée par :

• Pour un canevas ordinaire : n  1 exprimée en mgr.


T  4.3
n

• Pour un canevas de précision : T  1.8 n  1 exprimée en mgr.


n

5. Tolérances concernant les fermetures planimétrique et angulaire d’un cheminement


Tableaux récapitulatifs des tolérances relatives aux cheminements polygonaux par type de canevas :

Instruction du 1er juillet 1988 (11 G-1-88) canevas d’ensemble et cheminement de précision à longs cotés :
Canevas ordinaire Canevas de précision
Encadré

i  n 1 i  n 1
Fermeture plani.

T  400  16n  40  Li en cm T  16  16n  5  Li en cm


2 2

i 0 i 0
Fermé

i  n 1 i  n 1
T  16n  40  Li en cm T  16n  5  Li en cm
2 2

i 0 i 0
Encadré
Fermeture angul.

T  0.1 5000  200n  1 en mgr T  0.1 200  200n  1 en mgr


Fermé

T  1.4 n en mgr

où T représente la tolérance,
Li est la distance rectiligne entre le point d’arrivée du cheminement et chaque sommet, exprimée en kilomètres,
n est le nombre de côtés du cheminement.

Instruction du 28 janvier 1980 (Arrêté du 21 janvier 1980) canevas polygonal de détail :


Canevas ordinaire Canevas de précision
Encadré

i  n 1 i  n 1
Fermeture plani.

T  400  160 L  260  Li  30 L en cm T  16  16n  160  Li en cm


2 2

i 0 i 0
Fermé

i  n 1 i  n 1
T  160 L  260  Li  30 L en cm T  16n  160  Li en cm
2 2

i 0 i 0
Encadré
Fermeture angul.

T  0.1 33000  10000n  1 en mgr T  0.1 1296  3600n  1 en mgr


Fermé

T  10 n en mgr T  6 n en mgr

où T représente la tolérance,
Li est la distance rectiligne entre le point d’arrivée du cheminement et chaque sommet, exprimée en kilomètres,
L est la longueur du cheminement exprimée en kilomètres,
n est le nombre de côtés du cheminement.

116 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES

V. LES CALCULS TOPOMÉTRIQUES

117 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES

118 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Généralités

V.1. GÉNÉRALITÉS

Ce chapitre traite des calculs topométriques réalisables avec COVADIS Topo Version 14. Le but des calculs topométriques est de
calculer les coordonnées des points levés relativement à un système géodésique et à une projection. L’utilisation de tolérances
paramétrables permet de contrôler la précision des points. Pour chaque calcul, un listing peut être produit, ce qui permet de garder
une trace de celui-ci.
Les calculs suivants peuvent être effectués avec COVADIS :
 calcul des coordonnées d'un point par intersection de visées,
 calcul des coordonnées de points par intersection de visées et d’un plan vertical,
 calcul des coordonnées d'une station par relèvement,
 calcul des coordonnées d'une station par recoupement,
 calcul des coordonnées d’une station décalée (excentrée),
 calcul des coordonnées d’un point par triangulation,
 calcul du V0 de stations,
 calcul de cheminements polygonaux et de points nodaux,
 calcul en bloc d’un réseau d’observations tachéométriques,
 calcul des points de détail (rayonnés),
 recalcul des nuages de points (fichiers PTS),
 calcul de nivellement direct simple
 calcul de nivellement par double station de niveau.

Pour tous les calculs il est possible de séparer la planimétrie de l’altimétrie grâce aux cases à cocher « XY » et « Z ».

Les résultats des calculs sont affichés dans la fenêtre de texte d’AutoCAD®. Vous pouvez voir les listings en appuyant sur la touche
<F2> avant de sauvegarder un calcul.

Concernant les calculs d’intersection, de relèvement, de recoupement et de triangulation le principe est le suivant :
• Un calcul est tenté chaque fois que l’on ajoute une visée.
• Calcul du point approché m  x, y  et le v 0 approché de la station (relèvement, recoupement et triangulation uniquement) en
employant les visées les plus favorables parmi celles sélectionnées par l’utilisateur.
• S’il y a plus de visées sélectionnées que d’inconnues, la méthode des observations intermédiaires ou médiates (utilisant le
principe des moindres carrés) sera employée pour calculer les appoints dx , dy et dv0 (pour les relèvement, recoupement et
triangulation ). Le point M  X , Y  définitif sera calculé par :

X  x  dx
Y  y  dy
V0  v0  dv0

• Le calcul de l’altitude Z du point M suit les mêmes principes que le calcul en planimétrie. Si un angle vertical est mesuré,
l’altitude approchée z est d’abord calculée. Pour plus de deux angles verticaux mesurés, un calcul par la méthode des observations
intermédiaires est effectué pour arriver à l’altitude définitive.
• La méthode de calcul utilisée compense les inconnues (X, Y, Z, Vo) par l’intermédiaire des observations (ici les angles
horizontaux ou verticaux et les distances pour la triangulation) et permet d’extraire les erreurs moyennes quadratiques des
inconnues. Compte tenu du nombre souvent peu élevé d’observations, ces erreurs moyennes quadratiques sont à utiliser avec
précaution.
Les fonctions de calcul sont accessibles soit depuis le menu COV.CALCULS, soit directement depuis le menu Calculs de l’éditeur
de GéoBases.

Les options de COVADIS CALCUL (voir le chapitre IV) contiennent des paramètres pouvant influer sur les calculs. Il s’agit
essentiellement des paramètres de corrections et des contrôles de V0 de stations. Avant tout calcul, il est judicieux de vérifier que
les paramètres de corrections et tolérances sont corrects. Nous rappelons que ces paramètres (projection et tolérances) sont
enregistrés dans la GéoBase.

119 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Généralités

A l’issue du calcul des points rayonnés ou du calcul en bloc, la fonction « Chargement de semis » du menu COVADIS 2D permet
l’importation du semis de points dans AutoCAD® directement à partir de la GéoBase contenant les points calculés. Dans le cas où
des commandes de codification sont présentes, il existe une commande spécifique permettant de générer automatiquement le dessin
correspondant dans AutoCAD®. Cet aspect sera traité au chapitre suivant.

REMARQUE :
Si vous lancez les calculs depuis l’éditeur de GéoBase, vous n’aurez pas le bouton « GéoBase courante » permettant
d’indiquer la GéoBase de travail. C’est alors la GéoBase en cours d’édition qui fournit les éléments du calcul..

V.2. NOTATIONS UTILISÉES

Les notations utilisées dans les différentes formules de ce chapitre sont les suivantes :
 DI AB distance inclinée entre les points A et B,
 DH B
A distance horizontale entre les points A et B,
 G AB gisement de A vers B,
 xA , y A , z A coordonnées approchées du point A
 X A , YA , Z A coordonnées définitives du point A,
 Vo A Vo de la station A,
 DZ AB dénivelée entre les points A et B,
 AH M
A angle horizontal lu depuis la station A sur le point M,
 AV M
A angle vertical lu depuis la station A sur le point M.

120 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs d’intersections

V.3. CALCUL D’INTERSECTIONS

La commande CALINTER permet de calculer les coordonnées d'un


point inaccessible visé depuis au moins deux stations connues en
coordonnées et en orientation (V0 connu ou calculé). Le calcul ne fait
intervenir que des angles horizontaux. Les distances utilisées pour le
calcul des altitudes sont celles issues du calcul planimétrique.
La boîte de dialogue ci-contre permet d’effectuer le calcul.
• « GéoBase courante » : ce bouton permet de charger une autre
GéoBase et n’est disponible qu’en dehors de l’éditeur de GéoBase.
Si des changements ont été faits sur la GéoBase courante, ceux-ci
pourront être sauvegardés et le fichier listing pourra être créé. Le
choix de la GéoBase à charger est effectué à l’aide du dialogue de
sélection de fichier.
• « Point à calculer » : sélectionnez dans cette liste jaillissante le
point à calculer, si ses coordonnées sont connues, elles seront
indiquées dans les zones de texte « Coord. courantes ».
• « Mode de calcul » : cochez les cases correspondant au calcul
souhaité pour le point.
• « Stations disponibles » : cette liste indique les matricules et
reprises des stations disponibles pour le calcul.
• « Stations à utiliser » : cette liste contient les matricules et reprises
des stations à prendre en compte pour le calcul.
• et : ces deux boutons vous permettent d’ajouter une ou toutes
les visées dans le calcul.
• et : ces deux boutons vous permettent d’enlever une ou toutes
les visées du calcul.
• « Graphique » : permet de visualiser les visées et de les sélectionner
graphiquement. Un exemple de visualisation est donné ci-contre. Pour
sélectionner les visées qui interviendront dans le calcul, il suffit de
cliquer sur les visées (le point ou la flèche) avec le bouton de gauche
de la souris. Les visées sélectionnées changent de couleur (noir ->
vert). Un double clic avec le bouton gauche sur le point à calculer
sélectionne toutes les visées. Un double clic avec le bouton droit
désélectionne tout. Appuyez sur le bouton « OK » pour valider la
sélection. Le bouton « Annuler » sort de la fenêtre graphique.
• « Enregistrer » : appuyez sur ce bouton pour stocker les coordonnées
du point calculé dans la GéoBase (en mémoire).
• « OK » : cliquez sur ce bouton pour sauvegarder la GéoBase courante
et, éventuellement, créer le fichier listing associé à tous les calculs
validés (à l’aide du bouton « Enregistrer »).

REMARQUES :
 En cas de visées surabondantes ( >2 ) le point est calculé par la méthode des moindres carrés.
 L’altitude du point sera calculée si au moins une station est connue en Z et si l’angle vertical a été mesuré lors de la visée sur
le point.
 Il est possible de calculer plusieurs points à la suite sans sortir de la commande. Ne pas oublier d’enregistrer le calcul avant
de passer au point suivant.
 Vous pouvez tenir compte ou pas de la hauteur de prisme des visées (cf. options de COVADIS CALCUL)

121 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs d’intersections

V.3.1. Principe d’utilisation


1. Choisissez la GéoBase dans laquelle seront effectués les calculs (possible uniquement hors de l’éditeur de GéoBase).
2. Choisissez le point à calculer dans la liste déroulante.
3. Choisissez les visées d’intersection sur le point à calculer parmi celles qui vous sont proposées.
4. Dès qu’un calcul est possible, le programme l’exécute et renseigne les coordonnées calculées.
5. Appuyez sur la touche <F2> du clavier pour visualiser le listing correspondant au calcul effectué (contrôle du calcul).
6. Appuyez sur le bouton « Enregistrer » pour stocker les coordonnées du point en mémoire.
7. Faites éventuellement le calcul pour d’autres points (étapes 2 à 6).
8. Appuyez sur le bouton « OK » pour sauvegarder la GéoBase courante sur le disque ou sur le bouton « Annuler » pour quitter la
fonction en ignorant tous les calculs enregistrés.
9. Si le bouton « OK » a été cliqué, le fichier listing correspondant aux calculs effectués peut être créé (ou complété dans le cas
d’un format ASCII). Pour imprimer le fichier listing, utilisez l’option « Imprimer le fichier » dans l’un des menus de
COVADIS. (voir § IV.2 pour le paramétrage des listings).

V.3.2. Méthode de calcul


Un point approché est calculé par la moyenne des n-1 intersections de deux visées prises deux à deux parmi les n visées.

• Soient A, B, C, D et E les stations visant le point M.


• Le programme calcule dans un premier temps les intersections AM-
BM, BM-CM, CM-DM et DM-EM.
Prenons, par exemple, l’intersection AM-BM :
La distance DH AM est calculée par la formule de Delambre :

DH AM 
 X B  X A   cos(GBM )  YB  YA  sin(GBM )
sin(G AM  GBM )

G BM  Vo B  AH BM
G AM  Vo A  AH AM
avec :
x M  X A  DH AM  sin(G AM )
y M  Y A  DH AM  cos(G AM )

• Le point M approché final est la moyenne des cinq points ainsi


calculés. Ce calcul n’est possible que si les points A, B et M ne sont
pas alignés.
• Le calcul de l’altitude du point M s’effectue d’une façon analogue. Pour toutes les stations S connues en altitude et pour lesquelles
un angle vertical a été mesuré, l’altitude de M est calculée par :

DH SM avec ZS, l’altitude de la station, HI et HP les hauteurs d’instrument et de prisme.


z M  Z S  HI  HP 
tan( AV SM )

REMARQUE :
Selon l’option des calculs, la hauteur de prisme peut ne pas être prise en compte dans ce calcul (HP = 0 dans la formule).

En cas de visées surabondantes (>3) les coordonnées planimétriques de la station sont calculées par la méthode des moindres
carrés.
Une compensation portant sur les angles verticaux est entreprise à partir de deux observations. Il est ainsi possible de calculer
un appoint dz permettant de calculer l’altitude compensée du point M par : Z M  z M  dz
La compensation permet le calcul d’erreurs moyennes quadratiques sur les inconnues (X, Y et éventuellement Z). Compte tenu
du nombre d’observations souvent peu élevé, ces EMQ sont à relativiser.

122 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs d’intersections

V.3.3. Exemple de listing de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘cin’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL PAR INTERSECTION

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Chemin.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 13:44:02
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Projection Lambert Zone I
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

Calcul du point S.4

Calcul en planimétrie
Station Rep. X Y V0 AH El m
S.3 1 5856.015 3227.614 0.0999 143.4164 0.000
S.5 1 5976.996 3154.853 0.0999 323.4870 0.000
S.13 1 5896.211 3119.865 300.1000 121.1405 0.000
S.14 1 5959.433 3215.746 0.0999 254.2983 0.000
P approché : 5916.485 3178.358
P calculé : 5916.485 3178.358
EMQ (m) : 0.000 0.000

Calcul en altimétrie
Station Rep. Z HI HP Z Pt AV Ez m
S.3 1 102.703 1.671 1.500 103.361 99.6025 -0.000
S.5 1 102.001 1.673 1.500 103.361 98.8361 0.000
S.13 1 102.552 1.651 1.500 103.361 99.3234 0.000
S.14 1 102.809 1.597 1.500 103.361 99.4913 0.000
Z approché : 103.361
Z calculé : 103.361
EMQ (m) : 0.000

L’exemple de listing précédent présente un calcul d’intersection en mode RTF. Le premier tableau rend compte du calcul
planimétrique, le second rend compte du calcul altimétrique (avec compensation par la méthode des moindres carrés).
Il est possible de demander l’affichage des tolérances et corrections employées pour le calcul (voir § IV.2).
La colonne intitulée « El m » est l’écart linéaire de la visée par rapport au point définitif. Cette valeur correspond à la distance entre
le point définitif et la visée d’intersection, exprimée en mètres.
La colonne intitulée « Ez m » est l’écart en altitude entre la visée d’intersection et le point définitif, exprimé en mètres.
Si vous avez demandé la mise à jour du journal (voir § IV.2) les lignes suivantes y seront écrites :

lundi 17 décembre 2007 à 13 h 48 mn - Calcul de points par intersection


Point S.4 : X = 5916.4851 Y = 3178.3576 Z = 103.3610

Le journal permet de conserver une trace succincte des calculs effectués sur une GéoBase.

123 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs d’intersections avec un plan

V.4. CALCUL D’INTERSECTIONS AVEC UN PLAN

La commande CALINTPL permet de calculer les coordonnées de points visés sans distance (Di = 0 dans la GéoBase) comme
intersection de la visée et d’un plan défini par deux points connus planimétriquement. Cette commande peut être également lancée
depuis l’éditeur de GéoBase par le menu Calculs de l’éditeur.
La boîte de dialogue ci-contre permet d’effectuer les
calculs.
• « GéoBase courante » : ce bouton permet de
charger une autre GéoBase et n’est disponible qu’en
dehors de l’éditeur de GéoBase. Si des changements
ont été faits sur la GéoBase courante, ceux-ci
pourront être sauvegardés et le fichier listing pourra
être créé. Le choix de la GéoBase à charger est
effectué à l’aide du dialogue de sélection de fichier.
• « Station visante » : sélectionnez dans cette liste
jaillissante la station ayant effectué les visées sans
distance. Ses stations doivent être connues en
planimétrie et leur V0 doit être calculé. Si vous
sélectionnez une station se trouvant dans le plan
d’intersection, le message suivant est affiché.

• « Mode de calcul » : cochez les cases


correspondant au calcul souhaité pour les points. Vous ne pouvez décocher les deux cases simultanément.
• « Premier point » : cette liste indique les points connus en planimétrie. Le plan vertical d’intersection passe par ce point.
• « Second point » : identique à la précédente. Il n’est pas possible de choisir le même point
que le premier.
• « Points à calculer » : cette liste affiche les points visés sans distance. Une coche indique
si le point est calculé. Vous pouvez décocher un point en cliquant dessus. Certaines visées
n’intersectent pas le plan et sont décochées d’office. Si vous cliquez sur une telle visée, le
message ci-contre est affiché.
• « Graphique » : permet de visualiser les visées et de
les sélectionner graphiquement. Un exemple de
visualisation est donné ci-contre. Pour sélectionner
les visées, il suffit de cliquer sur les visées (le point
ou la flèche) avec le bouton de gauche de la souris.
Les visées sélectionnées sont affichée en jaune. Un
double clic avec le bouton gauche sur la station
(rouge) sélectionne toutes les visées. Un double clic
avec le bouton droit les désélectionne toutes.
Appuyez sur le bouton « OK » pour valider la
sélection. Le bouton « Annuler » sort de la fenêtre
graphique sans modification.
• « Enregistrer » : appuyez sur ce bouton pour stocker
les coordonnées des points calculés dans la GéoBase
(en mémoire).
• « OK » : cliquez sur ce bouton pour sauvegarder la
GéoBase courante et, éventuellement, créer le fichier
listing.

124 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs d’intersections avec un plan

REMARQUES :
 Les calculs sont effectués automatiquement à chaque sélection d’une station ou d’un des points définissant le plan.
 La distance de la station au plan, la distance entre les deux points définissant le plan et le gisement du plan sont affichés dans
la partie médiane de la boîte de dialogue afin de vous aider dans la sélection de la station et des points.
 Il est possible d’enchaîner plusieurs calculs à la suite car l’enregistrement d’un calcul met à jour la liste des points disponibles
pour définir le plan.
 Vous pouvez tenir compte ou pas de la hauteur de prisme des visées (cf. options de COVADIS CALCUL)
 Ce type de calculs est utilisé pour relever des pylônes électriques ou des façades de bâtiment lorsque les points ne sont pas
mesurés en distance.

V.4.1. Principe d’utilisation


1. Choisissez la GéoBase dans laquelle seront effectués les calculs (possible uniquement hors de l’éditeur de GéoBase).
2. Choisissez la station ayant effectué les visées dans la liste déroulante correspondante.
3. Choisissez les deux points définissant le plan d’intersection.
4. Cochez ou décochez les points à calculer.
5. Appuyez sur le bouton « Enregistrer » pour stocker les coordonnées du point en mémoire.
6. Faites éventuellement le calcul pour d’autres points (étapes 2 à 5).
7. Appuyez sur le bouton « OK » pour sauvegarder la GéoBase courante sur le disque ou sur le bouton « Annuler » pour quitter la
fonction en ignorant tous les calculs enregistrés.
8. Si le bouton « OK » a été cliqué, le fichier listing correspondant aux calculs effectués peut être créé (ou complété dans le cas
d’un format ASCII). Pour imprimer le fichier listing, utilisez l’option « Imprimer le fichier » dans l’un des menus de
COVADIS. (voir § IV.2 pour le paramétrage des listings).

V.4.2. Méthode de calcul


La station étant connue en coordonnées et en orientation (V0), nous connaissons les gisements de chaque visée.

• Le programme commence par calculer les distances horizontales


2nd point
entre la station et les intersections avec le plan.
• Il est alors possible de calculer les coordonnées planimétriques des
intersections.
• Le calcul de l’altitude des points intersection s’effectue d’une façon
classique par :

DH SM
zM  Z S  HI  HP   na
tan( AVSM )
1er point Station
avec ZS, l’altitude de la station, HI et HP les hauteurs d’instrument
et de prisme. La correction de niveau apparent (na) est prise en
compte.

REMARQUE :
Point non Selon l’option des calculs, la hauteur de prisme peut ne pas être
calculé prise en compte dans ce calcul (HP = 0 dans la formule).

125 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs d’intersections avec un plan

V.4.3. Exemple de listing de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘cip’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL D'INTERSECTIONS AVEC UN PLAN

Nom de la GéoBase traitée : E:\COVADIS\Exemples\Calcul topométrique\InterPlan.geo


Calculs effectués le : 05/01/2009 à 09:05:22
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Aucune
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

Station S.18 - Plan (100 ,101)

Matricule X Y Z Dh Code
630 5824.633 3461.467 101.674 203.6214
633 5927.791 3524.732 101.930 125.0963
638 6029.449 3587.077 98.283 137.3466

L’exemple de listing précédent présente un calcul d’intersections en mode RTF.


Il est rappelé dans le titre du tableau la station et les points définissant le plan.
La colonne intitulée « Dh » est la distance horizontale, exprimée en mètres, entre la station et le point calculé.
La colonne intitulée « Code » contient le code symbole du point. Vous pouvez utiliser un code pour distinguer les différents types
de points entre eux.

126 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de relèvements

V.5. CALCUL DE RELÈVEMENTS

La commande CALRELEV permet de calculer les coordonnées d'une


station visant au moins trois points connus en coordonnées.
La boîte de dialogue ci-contre permet d’effectuer le paramétrage de la
fonction de calcul.
• « GéoBase courante » : ce bouton permet de charger une autre
GéoBase. Si des changements ont été réalisés sur la GéoBase
courante, celle-ci pourra être sauvegardée et le fichier listing pourra
être créé. Le choix de la GéoBase à charger est effectué à l’aide du
dialogue de sélection de fichier.
• « Point à calculer » : sélectionnez dans cette liste jaillissante la
station à calculer. Si les coordonnées de la station sont connues, elles
seront indiquées dans les zones de texte
« Coord. courantes ».
• « Mode de calcul » : cochez les cases correspondant au calcul
souhaité pour le point.
• « Visées disponibles » : cette liste indique les matricules des points
visés depuis la station.
• « Visées à utiliser » : cette liste contient les matricules des points
à prendre en compte pour le calcul.
• et : ces deux boutons vous permettent d’ajouter une ou
toutes les visées pour le calcul.
• et : ces deux boutons vous permettent d’enlever une ou
toutes les visées du calcul.
• « Graphique » : permet de visualiser les visées et de les sélectionner
graphiquement. Un exemple de visualisation est donné plus bas.
Pour sélectionner les visées qui interviendront dans le calcul, il suffit
de cliquer sur les points ou les flèches avec le bouton gauche de la
souris. Les visées sélectionnées changent de couleur (noir devient
jaune). Un double clic avec le bouton gauche sur le point à calculer
sélectionne toutes les visées. Un double clic avec le bouton droit
désélectionne tout. Appuyez sur le bouton « OK » pour valider la
sélection.
• « Enregistrer » : appuyez sur ce bouton pour stocker les
coordonnées de la station calculée dans la GéoBase (en mémoire).
• « OK » : cliquez sur ce bouton pour sauvegarder la GéoBase
courante sur le disque dur et, éventuellement, pour créer le fichier
listing associé à tous les calculs validés (à l’aide du bouton
« Enregistrer »).

REMARQUES :
 En cas de visées surabondantes (>3) les coordonnées planimétriques de la station sont calculées par la méthode des moindres
carrés.
 L’altitude de la station sera calculée si au moins un point est connu en Z et si l’angle vertical a été mesuré.
 Il est possible de calculer plusieurs stations, à la suite, dans la même commande.

127 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de relèvements

V.5.1. Principe d’utilisation


1. Choisissez la GéoBase dans laquelle seront effectués les calculs (possible unique hors de l’éditeur de GéoBase).
2. Choisissez la station à calculer dans la liste déroulante.
3. Choisissez les visées de relèvement à prendre en compte dans les calculs.
4. Appuyez sur la touche <F2> du clavier pour visualiser le listing correspondant au calcul effectué.
5. Appuyez sur le bouton « Enregistrer » pour stocker les coordonnées de la station dans la GéoBase courante (en mémoire).
6. Faites éventuellement le calcul pour d’autres points (étapes 2 à 6).
7. Appuyez sur le bouton « OK » pour sauvegarder la GéoBase courante sur le disque ou sur le bouton « Annuler » pour quitter la
fonction en ignorant toutes les modifications effectuées.
8. Si le bouton « OK » a été cliqué, le fichier listing correspondant aux calculs effectués peut être créé. Pour imprimer le fichier
listing, utilisez l’option « Imprimer le fichier » dans l’un des menus de COVADIS.

V.5.2. Méthode de calcul


Le point approché est calculé sur trois visées. Le programme choisit ces visées pour obtenir le meilleur résultat possible :
• La première de ces visées est celle dont l’angle horizontal est le plus proche de zéro. Soit AH MA l’angle horizontal.
La deuxième est celle qui fait un angle le plus proche de 133 grades avec la première. Soit AH MB l’angle horizontal.
Enfin, la troisième est celle dont l’angle horizontal AH MC est le plus proche de 200  ( AH MA  AH MB ) / 2 .

• La méthode de Delambre est utilisée pour calculer le gisement G AM :


 X A  X B  / tan( )   X A  X C  / tan( )  YB  YC 
tan(G AM ) 
YA  YB  / tan( )  YA  YC  / tan( )   X B  X A 
où  et  sont calculés avec les angles horizontaux observés.

• Du gisement G AM calculé, on déduit les gisements G BM puis GCM de

GBM  G AM   et GCM  G AM  

• Pour chaque couple de visées fictives AM-BM, BM-CM et CM-AM un point


M est calculé par intersection. Soient M1, M2 et M3 ces points.
• Le point M approché définitif est la moyenne des points M1, M2 et M3.
• Pour plus de trois visées, un calcul de compensation par les moindres carrés
est effectué. Les observations ne sont pas pondérées. Les inconnues de la
compensation sont XM, YM et V0.
• Si au moins l’un des points visés est connu en Z, le calcul de l’altitude du point
M s’effectue comme suit : pour tous les points P connus en altitude et sur lesquels
un angle vertical a été mesuré, l’altitude de M est calculée par :

DH MP avec ZP, l’altitude du point P, HI et HP les hauteurs d’instrument et de prisme.


z M  Z P  HI  HP 
tan( AV MP )

• Une moyenne de toutes les déterminations est effectuée pour obtenir l’altitude approchée. La distance DH MP peut être calculée
avec les coordonnées des points M et P.

• Une compensation portant sur les angles verticaux est entreprise à partir de deux observations. Il est ainsi possible de calculer
un appoint dz permettant de calculer l’altitude compensée du point M par :

Z M  z M  dz

128 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de relèvements

REMARQUES :
 Si les trois points visés et la station sont cocycliques, les résultats du calcul seront imprécis.
 Aucune distance n’est requise pour ces calculs (visées sur clochers par exemple).
 La compensation permet le calcul d’erreurs moyennes quadratiques sur les inconnues (X, Y, V0 et éventuellement Z). Compte
tenu du nombre d’observations souvent peu élevé, ces EMQ sont à relativiser.

V.5.3. Exemple de listing de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘crl’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).
Dans le listing, les visées ayant servi au calcul du point approché sont identifiées par le caractère ‘*’ en mode texte et sont en gras
en mode RTF. Le choix des visées, pour ce calcul, s'effectue en fonction de la configuration afin d'obtenir le point approché le plus
probable.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL PAR RELEVEMENT

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Chemin.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 13:54:50
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Projection Lambert Zone I
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

Calcul de la station S.1, reprise 1

Calcul en planimétrie
Matricule visée X Y V0 AH El m
R.1 5477.302 2977.797 399.7987 239.5680 -0.000
R.2 5342.248 3165.631 399.7987 281.6400 -0.003
R.3 5364.252 3309.198 399.8004 308.3290 0.004
R.4 5509.941 3428.027 399.8004 347.5175 -0.001
S.2 5770.275 3251.158 399.8004 112.5691 0.000
P approché : 5683.881 3268.159 399.7997
P calculé : 5683.887 3268.157 399.7999
EMQ (m/Gr) : 0.003 0.001 0.0003

Calcul en altimétrie, hauteur d'instrument = 1.503


Matricule visée Z HP Z St. AV Ez m
R.1
R.2
R.3
R.4
S.2 101.500 1.500 100.452 99.2445
Z approché : 100.452

Il est possible de demander l’affichage des tolérances et corrections employées pour le calcul (voir § V.2).
La colonne intitulée « El m » est l’écart linéaire de la visée par rapport au point définitif. Cette valeur correspond à la distance entre
le point définitif et la visée de relèvement, exprimée en mètres.
La colonne intitulée « Ez m » est l’écart en altitude entre la visée de relèvement et le point définitif, exprimé en mètres.
Si vous avez demandé la mise à jour du journal (voir § IV.2) les lignes suivantes y seront écrites :

Lundi 17 décembre 2007 à 13 h 55 mn - Calcul de points par relèvement


Station S.1 : V0 = 399.79990
Point S.1 : X = 5683.8873 Y = 3268.1573 Z = 100.4520

Le journal permet de conserver une trace succincte des calculs effectués sur une GéoBase.

129 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de recoupements

V.6. CALCUL DE RECOUPEMENTS

La commande CALRECOU permet de calculer les coordonnées d'une


station à partir d'au moins deux visées de relèvement et une visée
d'intersection.

La boîte de dialogue ci-contre permet d’effectuer le paramétrage de la


fonction de calcul.
• « GéoBase courante » : ce bouton permet de charger une autre
GéoBase. Si des changements ont été faits sur la GéoBase courante,
celle-ci pourra être sauvegardée et le fichier listing pourra être créé.
Le choix de la GéoBase à charger est effectué à l’aide du dialogue
de sélection de fichier.
• « Point à calculer » : sélectionnez dans cette liste jaillissante
la station à calculer. Si les coordonnées de la station sont
connues, elles seront indiquées dans les zones de texte
« Coord. courantes ».
• « Mode de calcul » : cochez les cases correspondant au calcul
souhaité pour le point.
• « Visées disponibles » : cette liste indique les matricules des
points visés depuis la station.
• « Visées à utiliser » : cette liste contient les matricules des points
et stations pouvant participer au calcul.
La convention suivante est employée :
---> matricule : pour les visées de relèvement,
<--- matricule : pour les visées d'intersection.
• et : ces deux boutons vous permettent d’ajouter une ou
toutes les visées pour le calcul.
• et : ces deux boutons vous permettent d’enlever une ou
toutes les visées du calcul.
• « Graphique » : permet de visualiser les visées et de les sélectionner
graphiquement. Un exemple de visualisation est donné ci-contre.
Pour sélectionner les visées qui interviendront dans le calcul, il suffit
de cliquer sur les visées (le point ou la flèche) avec le bouton de
gauche de la souris. Les visées sélectionnées changent de couleur
(noir devient vert ou jaune). Un double clic avec le bouton gauche
sur le point à calculer sélectionne toutes les visées. Un double clic
avec le bouton droit désélectionne tout. Appuyez sur le bouton
« OK » pour valider la sélection. Le bouton « Annuler » sort de la
fenêtre graphique.
• « Enregistrer » : appuyez sur ce bouton pour stocker les
coordonnées de la station calculée dans la GéoBase (en mémoire).
• « OK » : cliquez sur ce bouton pour sauvegarder la GéoBase
courante sur le disque dur et, éventuellement, pour créer le fichier
listing associé à tous les calculs validés (à l’aide du bouton
« Enregistrer »).

REMARQUES :
 Si les données du calcul le permettent, une altitude est calculée.
 On peut enchaîner plusieurs calculs sans sortir de la commande (pensez à enregistrer chaque calcul).
 Le principe des moindres carrés est utilisé pour plus de trois visées (deux visées de relèvement et une d’intersection).

130 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de recoupements

V.6.1. Principe d’utilisation


1. Choisissez la GéoBase dans laquelle seront effectués les calculs (disponible uniquement hors de l’éditeur de GéoBase).
2. Choisissez la station à calculer dans la liste déroulante.
3. Choisissez les points et les stations à prendre en compte.
4. Appuyez sur la touche <F2> du clavier pour visualiser le listing correspondant au calcul effectué.
5. Appuyez sur le bouton « Enregistrer » pour stocker les coordonnées de la station dans la GéoBase courante (en mémoire).
6. Faites éventuellement le calcul pour d’autres points (étapes 2 à 5).
7. Appuyez sur le bouton « OK » pour sauvegarder la GéoBase courante sur le disque ou sur le bouton « Annuler » pour quitter la
fonction en ignorant toutes les modifications effectuées.
8. Si le bouton « OK » a été cliqué, le fichier listing correspondant aux calculs effectués peut être créé. Pour imprimer le fichier
listing, utilisez l’option « Imprimer le fichier » dans l’un des menus de COVADIS.

V.6.2. Méthode de calcul


Le programme choisit les visées pour calculer le point approché de façon à avoir la meilleure intersection entre le cercle de
relèvement et la droite d’intersection.

A Dans l’exemple ci-contre, les visées retenues sont MA et ME pour le


relèvement, et CM pour l’intersection.

B • Pour choisir les visées, le programme considère toutes les combinaisons


d’une visée d’intersection et de deux visées de relèvement. Parmi ces
G MA
possibilités, il choisit celle qui respecte au mieux les conditions suivantes :
G MB ▪ angle droit entre les visées de relèvement,
▪ droite d’intersection perpendiculaire au cercle.
E G ME
• Une fois les visées choisies, le point approché est calculé par intersection
de la droite et du cercle.
M
• Le programme vérifie la concordance entre les distances mesurées et
GCM calculées afin de choisir la meilleure parmi les deux solutions calculées. En
GDM
cas d’absence de distance mesurée, le programme ne peut conclure et
affiche un message.
C
D
• S’il y a des visées surabondantes, un calcul de compensation par les
moindres carrés est effectué. Les observations ne sont pas pondérées. Les inconnues de la compensation sont XM, YM et V0.

• Si au moins l’un des points visés ou stations visantes est connu en Z, l’altitude du point M est calculée comme suit.

▪ Pour les visées de relèvement : z M  Z P  HI  HP  DH MP


tan( AV MP )
avec ZP l’altitude du point P (visé par M), HI et HP les hauteurs d’instrument et de prisme.

▪ Pour les visées d’intersection : z M  Z S  HI  HP  DH SM


tan( AV SM )
avec ZS l’altitude de la station (visant M), HI et HP les hauteurs d’instrument et de prisme.
• La moyenne de toutes les déterminations de Z est calculée pour obtenir l’altitude approchée du point M.

• Une compensation portant sur les angles verticaux est entreprise à partir de deux observations altimétriques. Il est ainsi possible
de calculer un appoint dz permettant de calculer l’altitude compensée du point M par :

Z M  z M  dz

131 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de recoupements

V.6.3. Exemple de listing de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘crc’ et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).
Dans le listing, les visées ayant servi au calcul du point approché sont identifiées par le caractère ‘*’ et sont en gras en mode RTF.
Le choix des visées s'effectue en fonction de la configuration de façon à avoir la meilleure détermination possible du point.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL PAR RECOUPEMENT

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Chemin.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 13:59:31
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Projection Lambert Zone I
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

Calcul de la station S.4, reprise 1

Calcul en planimétrie
Matricule visée R X Y V0 AH El m
S.3 5856.015 3227.614 300.0001 43.5164 0.0000
S.5 5976.996 3154.853 299.9999 223.5870 0.0000
S.14 5959.433 3215.746 299.9999 154.3983 -0.0000
S.3 1 5856.015 3227.614 0.0999 143.4164 0.0001
S.5 1 5976.996 3154.853 0.0999 323.4870 0.0001
P approché : 5916.485 3178.358 300.0000
P calculé : 5916.485 3178.358 300.0000
EMQ (m/Gr) : 0.000 0.000 0.0001

Calcul en altimétrie, hauteur d'instrument = 1.599


Matricule visée R Z HI HP Z St. AV Ez m
S.3 102.703 1.500 103.361 100.6179 -0.0003
S.5 102.001 1.500 103.361 101.4306 -0.0002
S.14 102.809 1.500 103.361 100.7278 -0.0002
S.3 1 102.703 1.671 1.500 103.361 99.6025 -0.0004
S.5 1 102.001 1.673 1.500 103.361 98.8361 -0.0003
Z approché : 103.361
Z calculé : 103.361
EMQ (m) : 0.000

Il est possible de demander l’affichage des tolérances et corrections employées pour le calcul (voir § IV.2).
La colonne intitulée « El m » est l’écart linéaire de la visée par rapport au point définitif. Cette valeur correspond à la distance entre
le point définitif et la visée (relèvement ou intersection), exprimée en mètres.
La colonne intitulée « Ez m » est l’écart en altitude entre la visée (relèvement ou intersection) et le point définitif, exprimé en
mètres.
Si vous avez demandé la mise à jour du journal (voir § IV.2) les lignes suivantes y seront écrites :

Lundi 17 décembre 2007 à 14 h 32 mn - Calcul de points par recoupement


Station S.4 : V0 = 300.00002
Point S.4 : X = 5916.4851 Y = 3178.3576 Z = 103.3609

Le journal permet de conserver une trace succincte des calculs effectués sur une GéoBase.

132 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de stations excentrées

V.7. CALCUL DE STATIONS EXCENTRÉES

La commande CALEXCEN permet de calculer les coordonnées d’une


station visant un point connu proche et des références éloignées.

Le dialogue ci-contre apparaît à l’appel de la commande :

• « GéoBase courante » : ce bouton permet de charger une autre


GéoBase. Si des changements ont été faits sur la GéoBase courante,
celle-ci pourra être sauvegardée et le fichier listing pourra être créé.
Le choix de la GéoBase à charger est effectué à l’aide du dialogue
de sélection de fichier.
• « Matricule de la station » : il s’agit de la station dont les
coordonnées sont à calculer (S.1 (1) dans notre exemple).
• « Excentrée à partir de » : saisissez le matricule du point proche
connu en coordonnées.
• « Points disponibles » : le programme affiche dans cette liste les
visées de référence sur les points connus. Faites passer au moins un
de ces points dans la liste « Points à utiliser ».
• et : ces deux boutons vous permettent d’ajouter une ou
toutes les visées pour le calcul.
• et : ces deux boutons vous permettent d’enlever une ou
toutes les visées du calcul.
• « Graphique » : ce bouton ouvre une fenêtre graphique dans
laquelle le croquis des visées apparaît. Cet outil peut vous aider dans le choix des visées. Les visées retenues peuvent être
directement sélectionnées en cliquant avec la souris. Un double clic sur la station à calculer sélectionne ou désélectionne toutes
les visées.
• « Calculer » : effectue le calcul et affiche le listing dans la fenêtre
de texte d’AutoCAD® (F2).
• « Enregistrer » : sauvegarde les coordonnées de la station ainsi que
le V0 en mémoire.
• « OK » pour quitter la commande et sauvegarder la GéoBase sur
votre disque dur. Le programme demande si vous voulez un listing.
• « Annuler » pour abandonner les modifications.

V.7.1. Principe d’utilisation


1. Choisir la station à calculer.
2. Choisir la station visée à partir de laquelle le calcul sera effectué.
3. Choisir les références éloignées qui participeront au calcul du V0
de la station à calculer.
4. Appuyer sur le bouton « Calculer».
5. Appuyer sur le bouton « Enregistrer » pour modifier la GéoBase
en mémoire.
6. Appuyer sur le bouton « OK » pour sauvegarder le calcul sur le
disque dur.

133 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de stations excentrées

V.7.2. Méthode de calcul


Soit la station 5018 à calculer à partir des points IGN.9050, IGN.9021, IGN.9105 et IGN.9042. La distance entre 5018 et IGN.9050
est observée.
a) Le programme affecte dans un premier temps les coordonnées de IGN.9050 à la station 5018.
b) Le V0 de la station 5018 est alors recalculé à partir des visées de référence.
c) Le programme calcule alors le gisement de 5018 vers IGN.9050 avec le V0 obtenu et l’angle horizontal 5018-IGN.9050.
d) Les nouvelles coordonnées de 5018 sont calculées à partir de celles de IGN9050, de la distance observée et du gisement
précédemment calculé.
e) Le programme reprend l’algorithme au point 2) jusqu’à ce que les coordonnées de 5018 ne varient plus.
f) Les coordonnées définitives de 5018 sont constituées de ces valeurs.

V.7.3. Exemple de listing


Le listing apparaît après chaque calcul dans la fenêtre de texte d’AutoCAD ® mais peut aussi être sauvegardé dans un fichier.
Seuls les résultats de la dernière itération apparaissent dans le listing. Un premier tableau rappelle les coordonnées des points connus
utilisés. Ensuite vient un tableau de calcul de V0 avec les écarts. Enfin, suivent les coordonnées planimétriques et altimétriques.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL DE STATIONS EXCENTREES

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Chemin.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 14:45:02

Calcul de la station S.1b, reprise 1

Coordonnées des points d'appui


Matricule X Y Z
St exc. S.1 5683.887 3268.157 100.452
Réf. R.1 5477.302 2977.797
Réf. R.2 5342.248 3165.631
Réf. R.3 5364.252 3309.198

Calcul du V0 de la station (tolérance = 0.0035 Gr)


Réf. Gi DH AH V0 eV0 Gr
R.1 240.1796 358.432 239.5680 0.6116 -0.3699
R.2 281.8535 361.124 281.6400 0.2135 0.0282
R.3 308.1967 327.257 308.3290 399.8677 0.3740
Valeur du V0 définitif : 0.2417

Calcul en planimétrie
Matricule X Y Gi DH
St exc. S.1 5683.887 3268.157 312.5108 5.010
St calc. S.1b 5688.801 3267.179

Calcul en altimétrie, hauteur d'instrument = 1.423


Réf. Z HP AV
S.1 100.452 1.500 100.7020
Z calculé : 100.584

Tableau récapitulatif des résultats


Réf. X Y Z V0
S.1b (1) 5688.801 3267.179 100.584 0.2417

134 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de triangulations

V.8. CALCUL DE TRIANGULATIONS

La commande CALTRIAN permet de calculer les coordonnées d'un


point en sélectionnant des visées d’intersection, des visées de relève-
ment et des distances. Ce calcul regroupe en fait les quatre calculs
précédents.
La boîte de dialogue ci-contre apparaît au lancement de la commande.
Dans les listes, une visée de la station S.13 (reprise 1) sur le point S.4,
par exemple, sera écrite « S.13(1)->S.4 ». Utilisez le bouton vert ou un
double clic pour ajouter une observation sélectionnée et le bouton rouge
pour l’enlever. Le programme tente de faire le calcul avec les visées dont
il dispose.
• « GéoBase courante » : ce bouton permet de choisir une autre
GéoBase. Si des changements ont été faits sur la GéoBase courante,
celle-ci pourra être sauvegardée et le fichier listing pourra être créé.
Le choix de la GéoBase à charger est effectué à l’aide du dialogue
de sélection de fichier.
• « Point à calculer » : sélectionnez dans cette liste jaillissante le
point à calculer, si ses coordonnées sont connues, elles seront
indiquées dans les zones de texte « Coord. courantes ».
• « Mode de calcul » : Ces cases à cocher vous permettent de choisir
entre un calcul planimétrique, un calcul altimétrique ou un calcul
complet.
• « Visées d’intersection » : La liste de gauche contient les visées
d’intersection sur le point à calculer. Pour qu’une visée intervienne
dans le calcul, elle doit apparaître dans la liste de droite.
• « Visées de relèvement » : La liste de gauche contient les visées de relèvement depuis la station à calculer. Pour qu’une visée
intervienne dans le calcul, elle doit apparaître dans la liste de droite.
• « Distances » : La liste de gauche contient les observations de distances. Pour qu’une distance intervienne dans le calcul, elle
doit apparaître dans la liste de droite.
• et : ces deux boutons vous permettent d’ajouter une ou
toutes les visées dans le calcul.
• et : ces deux boutons vous permettent d’enlever une ou
toutes les visées du calcul.
• « Coord. courantes » : affiche les coordonnées du point avant
calcul et enregistrement.
• « Coord. calculées » : affiche les coordonnées issues du dernier
calcul.
• « Valeurs des E.M.Q. » : affiche les erreurs moyennes quadra-
tiques si un calcul par les moindres carrés est effectué.
• « OK » ou « Fin + Listing »: ce bouton validera les calculs
enregistrés.
• « Graphique » : permet de visualiser les visées et de les sélectionner
graphiquement. Un exemple de visualisation est donné ci-contre.
Pour sélectionner les visées qui interviendront dans le calcul, il suffit
de cliquer sur les visées (le point ou la flèche) avec le bouton de
gauche de la souris. Les visées sélectionnées changent de couleur
(noir -> vert). Un double clic avec le bouton gauche sur le point à
calculer sélectionne toutes les visées. Un double clic avec le bouton
droit désélectionne tout. Appuyez sur le bouton « OK » pour valider
la sélection. Le bouton « Annuler » sort de la fenêtre graphique.
• « Enregistrer » : appuyez sur ce bouton pour accepter un calcul. Les coordonnées peuvent alors servir à un autre calcul faisant
intervenir ce point.

135 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de triangulations

• « Annuler » : cliquez sur ce bouton pour abandonner les calculs en cours. Une des options permet de produire un listing des
calculs enregistrés (voir le chapitre IV) sans toutefois altérer la GéoBase.

V.8.1. Principe d’utilisation


1. Choisissez la GéoBase dans laquelle seront effectués les calculs.
2. Choisissez le point à calculer dans la liste déroulante.
3. Choisissez les stations visant le point à calculer parmi celles qui vous sont proposées.
4. Appuyez sur la touche <F2> du clavier pour visualiser le listing correspondant au calcul effectué (contrôle du calcul).
5. Appuyez sur le bouton « Enregistrer » pour stocker les coordonnées du point dans la GéoBase courante (en mémoire).
6. Faites éventuellement le calcul pour d’autres points (étapes 2 à 6).
7. Appuyez sur le bouton « OK » pour sauvegarder la GéoBase courante sur le disque ou sur le bouton « Annuler » pour quitter la
fonction en ignorant tous les calculs effectués.
8. Si le bouton « OK » a été cliqué, le fichier listing correspondant aux calculs effectués peut être créé (ou complété). Pour imprimer
le fichier listing, utilisez l’option « Imprimer le fichier » dans l’un des menus de COVADIS.

V.8.2. Méthode de calcul


Le programme commence par calculer des coordonnées en utilisant les six méthodes suivantes :

Visées d’intersection Visées de relèvement Distances Nombre de solutions


1 0 1 1 ou 2
2 0 0 1
0 0 2 2
1 2 0 1 ou 2
0 3 0 1
0 2 1 1 ou 2
On obtient en général un ensemble de solutions dont certaines sont
incohérentes avec le reste des visées. Le programme conserve celle qui est
le plus représentée et élimine les autres.
Si deux groupes de solutions différentes (la distance entre les deux solutions
est supérieure à 20 cm) sont en nombre égal, un choix est demandé par
l’intermédiaire de la boîte de dialogue présentée ci-contre.
Il est alors possible de choisir la première solution ou la seconde en
comparant les coordonnées affichées avec celles attendues.

Ces coordonnées planimétriques sont bien entendues des coordonnées


approchées et seront utilisées pour amorcer un calcul en bloc par les moindres carrés si nécessaire.

Le calcul de l’altitude du point s’effectue d’une façon analogue. Pour toutes les stations connues en altitude et pour lesquelles un
angle vertical a été mesuré, l’altitude est calculée par :

DH SM avec ZS, l’altitude de la station, HI et HP les hauteurs d’instrument et de prisme.


z M  Z S  HI  HP 
tan( AV SM )

Une moyenne de toutes ces déterminations est effectuée pour obtenir l’altitude approchée de M. La distance DH SM peut être calculée
avec les coordonnées des points M et S.
Une compensation portant sur les angles verticaux est entreprise à partir de deux observations. Il est ainsi possible de calculer un
appoint dz permettant de calculer l’altitude compensée du point par :

Z M  z M  dz

La compensation permet le calcul d’erreurs moyennes quadratiques sur les inconnues (X, Y et éventuellement Z). Compte tenu du
nombre d’observations souvent peu élevé, ces EMQ sont à relativiser.

136 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de triangulations

V.8.3. Exemple de listing de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘ctr’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL PAR TRIANGULATION

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Chemin.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 14:55:58
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Projection Lambert Zone I
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

Calcul de la station S.1, reprise 1

Calcul en planimétrie, V0 calculé de S.1 = 399.79988 Gr(EMQV0 = 0.00024 Gr)


Mat. visée R X Y Dhc (m) Gic Ea (Gr) El (m)
I S.2 1 5770.275 3251.158 88.048 312.3690 0.0001 0.000
R R.1 5477.302 2977.797 356.350 239.3673 -0.0005 -0.003
R R.2 5342.248 3165.631 356.689 281.4391 -0.0007 -0.004
R R.3 5364.252 3309.198 322.256 308.1296 0.0008 0.004
R R.4 5509.941 3428.027 236.250 347.3176 0.0003 0.001
R S.2 5770.275 3251.158 88.048 112.3690 0.0001 0.000
D S.2 1 5770.275 3251.158 88.048 -0.0002 -0.000
D S.2 1 5770.275 3251.158 88.048 -0.0001 -0.000
P approché : 5683.886 3268.161
P compensé : 5683.884 3268.158
EMQ (m) : 0.001 0.001

Calcul en altimétrie, hauteur d'instrument = 1.503


Mat. visée R Z Hi Hp Dhc (m) Dho (m) Av Ez (m)
I S.2 1 101.500 1.423 1.500 88.048 88.048 100.7020 -0.001
R R.1 356.350
R R.2 356.689
R R.3 322.256
R R.4 236.250
R S.2 101.500 1.500 88.048 88.048 99.2445 -0.001
Z approché : 100.452
Z calculé : 100.452
EMQ (m) : 0.001

Dans l’exemple précédent, les visées sont précédées d’une lettre indiquant s’il s’agit d’une visée d’intersection (I), de relèvement
(R) ou d’une distance (D). Le premier tableau rend compte du calcul en planimétrie et le second tableau rend compte du calcul
altimétrique.
La colonne intitulée El est l’écart linéaire de la visée par rapport au point définitif. Cette valeur correspond à la distance entre le
point définitif et la visée de relèvement exprimé en mètres.
La colonne intitulée Ea est la différence entre l’angle horizontal mesuré et celui calculé à partir des coordonnées définitives. Dans
le cas d’une distance, il s’agit de l’écart en distance traduit en angle.
La colonne intitulée Ez est l’écart en altitude entre la visée de relèvement et le point définitif exprimé en mètres.

137 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de V0 de stations

V.9. CALCUL DE V0 DE STATIONS

La commande CALCULV0 affiche la boîte de dialogue permettant le


calcul du V0 des stations. Les différents éléments du dialogue sont
décrits ci-dessous.
• « GéoBase courante » : ce bouton permet de charger une autre
GéoBase. Si des changements ont été faits sur la GéoBase courante,
celle-ci pourra être sauvegardée et le fichier listing pourra être créé.
Le choix de la GéoBase à charger est effectué à l’aide du dialogue
de sélection de fichier.
• « Type de calcul » : vous disposez de trois modes de calcul :
 « Unique » pour calculer station par station en les sélectionnant
dans la liste déroulante.
 « Liste » pour traiter les stations qui apparaissent dans la zone
de texte « Liste » qui alors devient active.
 « Toutes » pour calculer toutes les stations dont le V0 est
calculable.
• « Station » : sélectionnez dans cette liste jaillissante la station dont
le V0 est à calculer. Le numéro entre parenthèses indique l’indice
de reprise de la station (dans l’exemple : station S.5, reprise 2).
Vous pouvez aussi taper le numéro et appuyer sur la touche Entrée
du clavier pour rechercher la station dans la liste déroulante. C’est alors la première reprise trouvée qui est sélectionnée.
• « X », « Y » et « Z » : lors de la sélection d’une station, ses coordonnées sont affichées (si connues) dans ces zones de saisie.
X et Y doivent être indiqués pour pouvoir effectuer le calcul.
• « V0 » : cette zone d’édition indique le V0 courant de la station sélectionnée. Une valeur égale à –1 signifie que le V0 est inconnu.
La zone d’édition est mise à jour après chaque calcul, et peut être renseignée manuellement pour forcer la valeur du V0.
• « Références » : cette liste de cases à cocher indique les matricules des références visées par la station sélectionnée. Une ligne
non disponible (en grisé) indique que la référence n’est pas connue
en coordonnées. Choisissez les visées à utiliser pour le calcul du V0
en cochant les cases correspondantes.
• « Forcer l’utilisation … » : cochez cette case pour indiquer au
programme que les références choisies doivent impérativement être
utilisées pour le calcul du V0 (même si les résultats sont hors
tolérance).
• « Graphique » : permet de visualiser les visées et de les sélectionner
graphiquement. Un exemple de visualisation est donné ci-contre.
Pour sélectionner les visées qui interviendront dans le calcul, il suffit
de cliquer sur les visées (le point ou la flèche) avec le bouton de
gauche de la souris. Les visées sélectionnées changent de couleur.
Un double clic avec le bouton gauche sur le point à calculer
sélectionne toutes les visées. Un double clic avec le bouton droit
désélectionne tout. Appuyez sur le bouton « OK » pour valider la
sélection. Le bouton « Annuler » sort de la fenêtre graphique.
La sélection graphique permet, par exemple, de filtrer les visées sur
des références trop proches.
• « Calculer » : cliquez sur ce bouton pour lancer le calcul du V0 de la station sélectionnée (voir plus loin).
• « Pondérer par les distances » : si cette case est cochée, le V0 sera pondéré par les distances entre la station et les références,
sinon, le V0 prendra la valeur de la moyenne arithmétique des V0 intermédiaires.
• « Enregistrer » : seul l’appui sur ce bouton permet de stocker la nouvelle valeur du V0 dans la GéoBase (en mémoire).
• « OK » : cliquez sur ce bouton pour sauvegarder la GéoBase courante sur le disque et, éventuellement, pour créer le fichier
listing associé à tous les calculs validés (à l’aide du bouton « Enregistrer »).

138 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de V0 de stations

V.9.1. Principe d’utilisation


1. Si la GéoBase courante n’est pas celle à traiter, choisissez la GéoBase dans laquelle seront effectués les calculs.
2. Choisissez la station dont vous voulez calculer le V0.
3. Si les coordonnées de la station n’ont pas été renseignées dans la GéoBase, saisissez-les dans les zones d’édition correspondantes.
Les coordonnées saisies seront enregistrées dans la GéoBase.
4. Si le V0 de la station doit être imposé (non calculé), entrez-le dans la zone d’édition puis passez au point n° 9, sinon passez au
point suivant.
5. Sélectionnez dans la liste les références à prendre en compte pour le calcul. Si les références choisies doivent être utilisées quel
que soit l’écart par rapport à la tolérance, cochez la case « Forcer l’utilisation des références choisies ».
6. Cochez la case « Pondérer par les distances » si cette méthode de calcul doit être utilisée.
7. Cliquez sur le bouton « Calculer » pour obtenir la nouvelle valeur du V0 de la station.
8. Appuyez sur la touche <F2> du clavier pour visualiser le listing correspondant au calcul effectué.
9. Appuyez sur le bouton « Enregistrer » pour stocker la valeur du V0 dans la GéoBase courante (en mémoire).
10. Faites éventuellement le calcul pour d’autres stations (étapes 2 à 9).
11. Appuyez sur le bouton « OK » pour sauvegarder la GéoBase courante sur le disque ou sur le bouton « Annuler » pour quitter la
fonction en ignorant toutes les modifications effectuées.
12. Si le bouton « OK » a été cliqué, le fichier listing correspondant aux calculs effectués peut être créé (ou complété). Pour imprimer
le fichier listing, utilisez l’option « Imprimer le fichier » dans l’un des menus de COVADIS.

V.9.2. Méthode de calcul

• Soient S la station dont le V0 sera calculé et Ri les références visées depuis S.


Le programme effectue un premier calcul en tenant compte de toutes les visées sélectionnées.

a. Pour chaque visée i, le programme calcule Voi (orientation calculée sur la visée i) par :
Voi  GSRi  AH Ri où G SRi est le gisement calculé par les coordonnées et AH Ri l’angle horizontal mesuré.

b. Le V0 provisoire est calculé par :

Vo 
Vo  DH
i
Ri
S
Calcul de la moyenne pondérée par les distances horizontales DH SRi issues des coordonnées si la case

 DH Ri
S
« Pondérer par les distances » est cochée, sinon calcul de la moyenne arithmétique.

• Si la case « Forcer l’utilisation des références choisies » est cochée, le programme calcule le V0 en tenant compte de toutes
les références sélectionnées dans la liste. Dans ce cas, le calcul est terminé et la valeur calculée est affichée dans la zone d’édition
correspondante.
• Si la case « Forcer l’utilisation … » n’est pas cochée, le programme compare chaque écart V0i-V0 à la tolérance (fonction du
nombre de visées et du type de canevas). Si au moins une visée est hors tolérance, la visée entraînant le plus grand écart sera
supprimée de la liste des références à prendre en compte, puis le calcul sera réitéré à partir du point a.

REMARQUES :
 Si l'utilisateur veut conserver toutes les visées, il peut utiliser une tolérance personnalisée suffisamment importante pour que
toutes les visées soient toujours prises en compte, ou cocher la case « Forcer l’utilisation des réf. choisies ».
 Si des éléments du type Mesure doivent être utilisés pour le calcul du V0, ils doivent obligatoirement être préalablement
transformés en éléments de type Référence (voir le paragraphe III.3.3).

139 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de V0 de stations

V.9.3. Exemple de listing de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘cv0’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).
Un premier tableau rappelle les coordonnées de la station et des références sélectionnées.
Le deuxième tableau concerne le calcul lui-même avec la mention des écarts.
La ligne « V0 avant le calcul » indique la valeur du V0 présent dans la GéoBase avant que les calculs ne soient effectués.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL DES V0 DE STATIONS

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Chemin.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 15:15:45
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Projection Lambert Zone I
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

Calcul de la station S.1, reprise 1

Coordonnées des points d'appui


Matricule X Y Z
Station S.1 5683.884 3268.158 100.452
Référence R.1 5477.302 2977.797
Référence R.2 5342.248 3165.631
Référence R.3 5364.252 3309.198
Référence R.4 5509.941 3428.027

Calcul du V0 de la station (tolérance = 0.0037 Gr)


Référence Gis. DH AH V0 eV0 Gr
R.1 239.3673 356.350 239.5680 399.7993 0.0004
R.2 281.4391 356.689 281.6400 399.7991 0.0006
R.3 308.1296 322.256 308.3290 399.8006 -0.0009
R.4 347.3176 236.250 347.5175 399.8001 -0.0003
Valeur du V0 avant calcul 399.7998
Valeur du V0 après calcul pondéré 399.7998

REMARQUES :
 Pour les visées hors tolérance écartées du calcul, l’écart entre le V0i et le V0 final ainsi que la tolérance (fonction du nombre
de visées) sont rappelés en fin de listing.
 Le programme compare, quand cela est possible, les distances horizontales et les dénivelées calculées (par les coordonnées)
avec les distances et dénivelées observées. Un message est affiché si l’écart est hors tolérance.

140 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de cheminements polygonaux

V.10. CALCUL DE CHEMINEMENTS POLYGONAUX

La commande CALCHEM affiche la boîte de dialogue permettant le calcul des cheminements.


Un cheminement polygonal est une suite de stations. Chaque station visant la précédente (quand elle existe) et la suivante (idem).
Cette fonction permet de calculer des cheminements encadrés, encadrés fermés et en antenne ainsi que des points nodaux. Plusieurs
cheminements peuvent être traités à la suite dans la même commande.
Un cheminement ne peut être calculé que s’il a été correctement défini (type, liste des stations et observations).
1. L’onglet « Calculs »
• « GéoBase courante » : cliquez sur ce bouton pour changer de
GéoBase. La dernière GéoBase utilisée est proposée par défaut.
• « Chemins définis » : cette liste contient les matricules des
cheminements définis dans la GéoBase en cours.
• « Chemins à traiter » : cette liste contient les cheminements à
calculer. L’ordre dans la liste a de l’importance (cf. remarque).
• « Ajouter > » : cliquez sur ce bouton pour déplacer le cheminement
sélectionné de la liste « Chemins définis » vers la liste « Chemins
à traiter ». Un double-clic aura le même effet.
• « Insérer > » : appuyez sur ce bouton pour insérer un cheminement
défini juste avant le cheminement sélectionné.
• « < Enlever » : supprime le cheminement sélectionné dans la liste
« Chemins à traiter ». Un double-clic sur le cheminement à enlever
produit le même effet.
• « << Enlever tout » : cliquez sur ce bouton pour vider la liste
« Chemins à traiter ».
• « Modifier » : active l’onglet « Cheminements » afin de pouvoir
modifier le cheminement sélectionné.
• « Nouveau » : cliquez sur ce bouton pour créer un nouveau
cheminement sans sortir de la boîte de dialogue.
• « Calculer » : cliquez sur ce bouton pour exécuter le calcul des
cheminements de la liste « Chemins à traiter ».
• « Annuler » : permet de sortir de la fonction sans répercuter les modifications sur la GéoBase (résultats de calculs, création ou
modification de cheminements).

REMARQUES :
 Pour le calcul des points nodaux, l’ordre des cheminements dans la
liste a de l’importance. En effet, si au moins deux cheminements en
antenne finissent par le même point, ce dernier sera calculé comme
point nodal
 Toutes modifications, suppressions ou créations ne seront
sauvegardées dans le fichier GéoBase qu’une fois le calcul terminé.

2. L’onglet « Cheminement »
Cet onglet ressemble à la boîte de dialogue utilisée pour la création ou la
modification d’un cheminement.
• « Matricule » : permet de choisir le cheminement à modifier ou de
saisir le matricule du cheminement à créer.
• «  En Antenne », «  Encadré », ou «  Fermé » : vous permet
de modifier ou de fixer le type du cheminement à modifier ou à créer.
• « Ajouter > », « Insérer > », « < Enlever », et « << Enlever
tout » : utilisez ces quatre boutons pour modifier ou créer la liste des
stations composant le cheminement considéré.
• « Nouveau » : permet de créer un nouveau cheminement.
• « Supprimer » : permet d’effacer la définition d’un cheminement de
la Géobase.
• « Enregistrer » : utilisez ce bouton pour valider les modifications apportées à un cheminement existant.

141 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de cheminements polygonaux

V.10.1. Principe d’utilisation


1. Si la GéoBase courante n’est pas celle à traiter, choisissez la GéoBase dans laquelle seront effectués les calculs.
2. Construisez la liste « Chemins à traiter » contenant les cheminements polygonaux à calculer.
3. Créez éventuellement de nouveaux cheminements en utilisant l’onglet « Cheminements » ou le bouton « Nouveau ».
4. Appuyez sur le bouton « Calculer » pour exécuter le calcul. Le bouton « Annuler » vous permet de sortir sans modification.
5. Le calcul terminé, le programme demande si les points calculés doivent être enregistrés dans la GéoBase.
6. Si vous avez répondu « Oui », le programme vous propose de créer le listing des calculs. Si le fichier listing existe déjà sur le
disque, une boîte de dialogue vous permet de choisir de compléter ou de remplacer ce fichier.
7. Pour imprimer le fichier listing, utilisez l’option « Imprimer le fichier » dans l’un des menus de COVADIS.

V.10.2. Méthodes de calcul

Rattachements altimétriques :
Un rattachement altimétrique a les caractéristiques suivantes :
• une ou plusieurs visées de référence sur des points connus et invariants en Z.

• ces observations permettent le calcul de la dénivelée (Av, Di, Hi et Hp valides).

• les points visés ne font pas partie du cheminement.

• la station ne doit pas posséder de Z constant, sinon cette valeur serait prioritaire.

• le calcul des rattachements doit être activé dans les options (onglet Calculs, groupe Cheminement).

Le programme calcule dans ces conditions l’altitude de la station et en tiendra compte dans le calcul de l’altitude des autres
points.
Si plusieurs visées permettent un rattachement, le programme calcule une moyenne et indique des écarts (détection de fautes
possibles à ce niveau…).

REMARQUE :
Une comparaison de l’altitude calculée par rattachement avec l’éventuelle altitude présente est effectuée. Un message
d’avertissement est affiché si la différence est trop importante.

Calcul du cheminement altimétrique :


Un cheminement altimétrique sera calculé avec la même méthode quel que soit son type.
Le programme va découper le cheminement à chaque fois qu’il rencontre un sommet connu et constant en Z puis calcule les
tronçons en antenne ou en encadré suivant qu’une ou les deux extrémités soient connues en Z.

Exemple :
Soit le cheminement 1-2-3-4-5-6-7-8-9 dont les points Z6 Z9
Z3
3, 6 et 9 possèdent une altitude invariante. 2 8
4 6 9
Le programme calcule les cheminements suivants : 1 3 5 7
• cheminement altimétrique 3-2-1 calculé en antenne,

• cheminement altimétrique 3-4-5-6 calculé en encadré (aucune correction sur Z3 et Z6),

• cheminement altimétrique 6-7-8-9 calculé en encadré,

REMARQUES :
 Ce découpage est automatique. Vous devez supprimer ou rendre variable l’altitude des points intermédiaires (avec
l’éditeur de GéoBases) si vous souhaitez recalculer les altitudes de ces points.
 Un contrôle des fermetures de chaque tronçon par rapport aux tolérances calculées est systématiquement effectué.
 La répartition des fermetures altimétriques s’effectue par rapport aux distances cumulées.

142 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de cheminements polygonaux

Cheminement planimétrique en antenne :


Les cheminements en antenne partent d’une station connue en coordonnées et orientée. Il est possible de demander dans les
options (cf. § IV.5.2) le calcul du V0 de la station d’appui avant de procéder au calcul du cheminement à proprement parler.
Le programme calcule à partir du point de départ du cheminement les autres points de proche en proche.
Les distances réciproques font l’objet d’un contrôle par rapport à la tolérance calculée. Il n’y a ni fermeture planimétrique, ni
fermeture angulaire.
Le V0 d’un sommet N est calculé à partir du gisement GNN1 (N-1 = sommet précédent) et de l’angle horizontal AH NN 1 :

GNN 1  GNN1  200 gr


et
V 0( N )  GNN 1  AH NN 1

avec AH NN 1 , l’angle horizontal mesuré depuis N sur N-1.

Le point N est calculé comme point rayonné depuis le point N-1 :

X N  X N 1  DH moy  sin(G NN1 )


YN  YN 1  DH moy  cos(G NN1 )

Cheminement planimétrique encadré ou encadré fermé :


Le programme fait un premier calcul en antenne (voir le paragraphe précédent) et calcule les V0 de tous les sommets
polygonaux.
La fermeture angulaire est calculée sur le dernier point et est égale à : V 0 CONNU  V 0CALCULE .
Un contrôle de la fermeture angulaire par rapport à la tolérance est effectué.
Le programme répartit cette fermeture sur les N côtés de la polygonale, chaque côté étant corrigé de la même valeur (fermeture
divisée par N).
Le programme recalcule alors la polygonale en considérant les gisements corrigés comme étant définitifs.
Une fermeture planimétrique est calculée et répartie sur tous les sommets inconnus proportionnellement aux distances
cumulées des côtés ou selon le nombre de cotés selon l’option de calcul choisie (cf. § IV.5.2).
Un contrôle par rapport à la tolérance planimétrique calculée est effectué.

Calcul d’un point nodal :


Un point nodal est reconnu automatiquement si au moins deux cheminements en antenne se terminant par le point nodal se
suivent dans la liste des cheminements à calculer.
Le point nodal est calculé de la façon suivante :

• Calcul des N cheminements en antenne définissant le point nodal.


• Calcul du point nodal définitif comme moyenne pondérée des N points obtenus précédemment.

K
Les poids de la pondération, sont calculés par : pi  2 avec K une constante arbitraire et Ti la tolérance planimétrique
Ti
pour chaque cheminement.

Le V0 définitif est obtenu à partir des V0 calculés dont le programme fait la moyenne pondérée (poids pi déjà rencontrés).
Le programme recalcule les cheminements en encadré avec le point nodal définitif comme dernier sommet.

REMARQUES :
 Les coordonnées X, Y (éventuellement Z) et le V0 des stations d’appui doivent être connus.
 Les cheminements en antenne ne peuvent avoir qu’un seul point invariant. Il s’agit du point de départ.
 Les observations entre sommets polygonaux doivent être réciproques.

143 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de cheminements polygonaux

V.10.3. Exemples de listings


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘ccp’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).
Le listing suivant concerne un cheminement encadré avec rattachement altimétrique de la station S.5 sur la référence S.12.
Remarquez les lignes Constante(s) qui indiquent les éléments constants pour le calcul.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL DE CHEMINEMENTS POLYGONAUX

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Station.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 17:18:08
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Projection Lambert Zone I
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

Calcul du cheminement encadré 1 non fermé (XYZ, L = 452.06 m)

Calcul de l'altitude de la station S.5 par rattachement


Rep Point visé Z Pnt Déniv. Z Sta E (m) T (m)
1 S.12 156.750 -0.750 157.500
Altitude de la station rattachée : 157.500

Résultats du calcul brut


ST: S.1 X= 2000.000, Y = 1160.000, Z = 153.500, V0 = 300.0000
Constante(s) X= 2000.000, Y = 1160.000, Z = 153.500, V0 = 300.0000

Av: S.2 AH = 160.5137, DH = 86.023, dZ = -0.499


Gi = 60.5137, DH = 86.023, dZ = -0.500
Ar: S.1 AH = 245.5127, DH = 86.023, dZ = 0.501

ST: S.2 X= 2070.000, Y = 1210.000, Z = 153.000, V0 = 15.0010

Av: S.3 AH = 77.0823, DH = 80.623, dZ = 1.500


Gi = 92.0833, DH = 80.623, dZ = 1.500
Ar: S.2 AH = 335.9833, DH = 80.623, dZ = -1.500

ST: S.3 X= 2150.000, Y = 1220.000, Z = 154.500, V0 = 356.1000

Av: S.4 AH = 149.6716, DH = 110.454, dZ = 1.501


Gi = 105.7716, DH = 110.454, dZ = 1.500
Ar: S.3 AH = 304.4140, DH = 110.454, dZ = -1.499

ST: S.4 X= 2260.001, Y = 1210.000, Z = 156.000, V0 = 1.3576

Av: S.5 AH = 90.7257, DH = 80.623, dZ = 1.500


Gi = 92.0833, DH = 80.623, dZ = 1.500
Ar: S.4 AH = 286.6333, DH = 80.623, dZ = -1.500

ST: S.5 X= 2340.001, Y = 1220.000, Z = 157.500, V0 = 5.4500


Constante(s) X= , Y= , Z= 157.500, V0 =

Av: S.6 AH = 58.9885, DH = 94.340, dZ = 1.501


Gi = 64.4385, DH = 94.340, dZ = 1.500
Ar: S.5 AH = 44.0085, DH = 94.340, dZ = -1.499

ST: S.6 X= 2420.001, Y = 1270.000, Z = 159.001, V0 = 220.4300


Constante(s) X= 2420.000, Y = 1270.000, Z = 159.000, V0 = 220.4300

144 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de cheminements polygonaux

Calcul en angles compensés


Station X Y Gi V0
S.1 2000.000 1160.000 60.5137 300.0000
S.2 2070.000 1210.000 92.0833 15.0010
S.3 2150.000 1220.000 105.7716 356.1000
S.4 2260.001 1210.000 92.0833 1.3576
S.5 2340.001 1220.000 64.4385 5.4500
S.6 2420.001 1270.000 220.4300
Ferm. -0.001 0.000

Coordonnées définitives des stations


Station X Y Z V0
S.1 2000.000 1160.000 153.500 300.0000
S.2 2069.999 1210.000 153.000 15.0010
S.3 2150.000 1220.000 154.500 356.1000
S.4 2260.000 1210.000 156.000 1.3576
S.5 2340.000 1220.000 157.500 5.4500
S.6 2420.000 1270.000 159.000 220.4300

Récapitulatif des fermetures et tolérances


Type de fermeture Ferm. Tol. ST début ST fin
Planimétrique (m) 0.0010 0.3772 S.1 S.6
Angulaire (Gr) -0.0000 0.0305 S.1 S.6
Altimétrique (m) 0.0005 0.0736 S.1 S.5
Altimétrique (m) -0.0005 0.0368 S.5 S.6

L’extrait de listing suivant concerne le calcul d’un point nodal. A la suite de ce calcul les cheminements C.1, C.2, C.3 et C.4 seront calculés en
considérant les coordonnées et le V0 de S.4 constants.

Calcul du point nodal S.4 (4 chemins utilisés) (planimétrie et altimétrie)

Résultats du calcul planimétrique


Matric. X Y dX dY dP Tol.
chemin antenne antenne (m) (m) (m) (m)
C.1 5916.488 3178.357 -0.002 -0.000 0.002 0.248
C.2 5916.485 3178.356 0.001 0.001 0.002 0.305
C.3 5916.486 3178.358 0.000 -0.000 0.000 0.249
C.4 5916.485 3178.358 0.001 -0.000 0.001 0.277
Pt nodal 5916.486 3178.357

Résultats du calcul angulaire


Matric. V0 V0 dV0 Tol.
chemin antenne reprise (Gr) (Gr)
C.1 299.9999 1 300.0000 -0.0001 0.0228
C.2 299.9998 1 300.0000 -0.0002 0.0268
C.3 300.0002 1 300.0000 0.0002 0.0249
C.4 300.0000 1 300.0000 0.0000 0.0268

Résultats du calcul altimétrique


Matric. Z dZ Tol.
chemin antenne (m) (m)
C.1 103.361 -0.000 0.052
C.2 103.361 0.000 0.073
C.3 103.361 0.000 0.063
C.4 103.361 -0.000 0.073
Pt nodal 103.361

145 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de points rayonnés

V.11. CALCUL DE POINTS RAYONNÉS

La commande CALRAYON permet de calculer,


connaissant les coordonnées des stations et leur V0, les
points rayonnés depuis ces stations. Cette commande
utilise l’angle horizontal, l’angle vertical ainsi que la
distance inclinée pour calculer les coordonnées définitives
des points rayonnés.
La boîte de dialogue ci-contre apparaît au lancement de la
commande. Cette dernière comporte deux onglets. L’un
permet de choisir les stations à traiter et l’autre concerne
les points calculés.
Vous devez choisir les stations à calculer, appuyez sur le
bouton « Calculer » puis sur le bouton « OK » pour
enregistrer les calculs dans la GéoBase.

REMARQUE :
Plusieurs stations peuvent être calculées en même temps,
cela évite de lancer la commande plusieurs fois.

1. L’onglet « Stations à calculer »

• « Stations calculables » : cette liste indique les matricules et reprises des stations disponibles pour le calcul.
• « Stations à calculer » : cette liste contient les matricules et reprises des stations à prendre en compte pour le calcul.
• et : ces deux boutons vous permettent d’ajouter une ou toutes les visées pour le calcul..
• et : ces deux boutons vous permettent d’enlever une ou toutes les visées du calcul.
• « Calculer » : permet d’effectuer le calcul des points rayonnés. L’onglet « Points rayonnés » apparaît automatiquement.

2. L’onglet « Points rayonnés »

Cet onglet est utilisé pour la visualisation des résultats


avant enregistrement. Dans ce tableau, les points sont
classés par station.
Dans le tableau de résultats, il est encore possible
d’apporter quelques modifications :
• « Pas de Z » : pour supprimer l’altitude du point
sélectionné.
• « Supprimer » : supprime les points sélectionnés.

REMARQUES :
 Pour une station, seules les Mesures sont calculées ;
les Références étant présumées connues en
coordonnées.
 Les coordonnées calculées sont systématiquement
ajoutées en fin de GéoBase. Les points doubles sont
ainsi gardés et il convient de lancer l’élimination des
points doubles pour les contrôler.
 Les points déclarés invariants dans la GéoBase avant
le calcul ne sont pas recalculés
 Un contrôle du V0 des stations est réalisé avant de
calculer les points rayonnés.

146 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de points rayonnés

V.11.1. Principe d’utilisation


1. Si la GéoBase courante n’est pas celle à traiter, choisissez la GéoBase dans laquelle seront effectués les calculs.
2. Sélectionnez les stations à calculer.
3. Cliquez sur le bouton « Calculer ».
4. La liste des points calculés est affichée. Si nécessaire, effectuez les modifications à l’aide des boutons « Supprimer » et
«Pas de Z ».
5. Appuyez sur le bouton « OK » pour sauvegarder les points calculés dans la GéoBase courante ou sur le bouton « Annuler » pour
quitter la fonction en ignorant toutes les modifications effectuées.
6. Si le bouton « OK » a été cliqué, le fichier listing correspondant aux calculs effectués peut être créé (ou complété). Pour imprimer
le fichier listing, utilisez l’option « Imprimer le fichier » dans l’un des menus de COVADIS.

V.11.2. Exemple de fichier listing des résultats


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘cpr’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).
Le calcul du V0 de la station donne lieu à un tableau. Suit, ensuite, le tableau des points rayonnés pour lesquels les coordonnées, le
V0 et la hauteur instrument de la station sont rappelés.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL DE POINTS RAYONNES

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Chemin.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 12:22:12
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Projection Lambert Zone I
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

Calcul du V0 de la station S.1(1) (tolérance = 0.0038 Gr)


Référence Gi Dh Ah V0 eV0
R.1 239.3673 356.350 239.5680 399.7993 0.0004
R.2 281.4391 356.689 281.6400 399.7991 0.0006
R.3 308.1296 322.256 308.3290 399.8006 -0.0009
R.4 347.3176 236.250 347.5175 399.8001 -0.0004
S.2 112.3691 88.048 112.5691 399.8000 -0.0002
Valeur du V0 avant calcul 399.7997
Valeur du V0 après calcul pondéré 399.7997

Station S.1, reprise 1 (Appareil Standard CV=0.0000 Gr, CO=0.000 m):


X = 5683.884, Y = 3268.158, Z = 100.452, V0 = 399.7997, HI = 1.503
Point Hp X Y Z Gi Dh
100 1.500 5675.532 3286.335 100.406 372.5807 20.004
101 1.500 5692.736 3290.051 100.649 24.4607 23.615
102 1.500 5699.853 3282.368 100.515 53.7072 21.376
103 1.500 5684.204 3274.851 100.443 3.0367 6.701
104 1.500 5684.729 3274.174 100.472 8.8832 6.075
105 1.500 5684.063 3273.710 100.447 2.0487 5.555
106 1.500 5629.097 3267.134 103.634 298.8102 54.797

147 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Recalcul nuages de points

V.12. RECALCUL NUAGES DE POINTS

Comme les stations peuvent être recalculées en orientation et position,


les coordonnées des points scannés (fichiers PTS) doivent l’être aussi.
Cette commande effectue cette transformation. Il va sans dire que les
fichiers PTS doivent exister (cf. § I.16 pour la création).

• « Station » : liste des stations ayant effectué un ou plusieurs scans.


Les scans de la station sont affichés dans la liste de droite. Une
case à cochée devant le nom du scan ce bouton permet d’exclure
certains fichiers PTS du traitement. Pour chaque station, les
paramètres de transformation sont affichés sous la liste.
• « Créer un fichier XML avec les coordonnées recalculées » :
cette option fera une copie du fichier XML ayant servi à créer la
GéoBase et contenant les paramètres de transformation des scans.
Utilisez cette possibilité pour réintroduire les scans recalculés dans
un des logiciels Leica via un fichier XML.
• « Recalculer les fichiers scan (*.PTS) » : cette option permet
de créer de nouveaux fichiers PTS avec les coordonnées
transformées. Il est vivement conseillé de changer le répertoire de
destination ou de préciser un préfixe ou un suffixe afin de ne pas
écraser les fichiers PTS originaux.
• « Créer un nuage de points AutoCAD à partir des scans
transformés » : disponible pour les versions antérieures à AutoCAD 2015, crée un nuage de points avec tous les fichiers PTS
traités. Pour AutoCAD 2015 et suivants, veuillez utiliser le logiciel AutoDesk Recap pour insérer les fichiers PTS.

REMARQUE :
A cause d’une limitation des outils de création des fichiers PTS, les points du nuage seront affichés en blanc.

148 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de nivellement

V.13. CALCULS DE NIVELLEMENT

Les calculs de nivellement sont séparés en deux commandes (CALNIVSM et CALNIVAR) selon que le cheminement est simple ou
en aller-retour. Dans les deux cas il est possible de traiter :
• les cheminements lancés (le point de départ doit être connu en Z),
• les cheminements encadrés fermés (retour sur le point de départ connu en Z),
• les cheminements encadrés (les deux extrémités sont différentes et connues en Z).
Le calcul des points de détail suit automatiquement celui des points du cheminement.
Les informations nécessaires dans la GéoBase sont de trois types :
• les lectures arrière (NivLectAR) qui débutent toute station de nivellement,
• les lectures avant (NivLectAV),
• les points connus (Point), qui peuvent être fixes ou non-fixes en Z.

REMARQUES :
 Si un point est visé plusieurs fois dans une même station, seule la première occurrence rencontrée est prise en compte.
 Dans la fenêtre de l’éditeur, les lectures arrière correspondent à la colonne de droite et les lectures avant à celle de gauche.

Exemple de fichier GéoBase pour le nivellement

Numéro type Info. Matricule Valeur des différents champs de données

000001 NivLectAR 2 1.8011


000002 NivLectAV 1 1.3105
000003 NivLectAR 1 1.5005
000004 NivLectAV 16 1.3903
000005 NivLectAV 7 1.3004
000006 NivLectAR 1 1.6252
...
etc.
...
000056 NivLectAR 5 1.6588
000057 NivLectAV 20 1.7596
000058 NivLectAV 6 1.3584
000059 Point 2 2 10.0000

Exemple d’affichage de la liste avec l’éditeur de GéoBases

149 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de nivellement simple

V.14. CALCUL DE NIVELLEMENT SIMPLE

La commande CALNIVSM permet de calculer des cheminements


simples, c’est-à-dire que chaque dénivelée est le résultat de la
soustraction de deux lectures sur mire. Il est toutefois possible de se
refermer sur un point connu en Z (« Dernier point » renseigné) et
calculer une fermeture qui sera répartie proportionnellement au nombre
de portées.

V.14.1. Principe d’utilisation


Pour calculer un cheminement altimétrique, les étapes détaillées
ci-après, sont nécessaires :

• « GéoBase courante » : ce bouton permet de charger une autre


GéoBase. Si des changements ont été faits sur la GéoBase courante,
celle-ci pourra être sauvegardée et le fichier listing pourra être créé.
Le choix de la GéoBase à charger est effectué à l’aide du dialogue
de sélection de fichier.
• « Premier point » : choisissez dans cette liste jaillissante le point de
départ du cheminement. La liste contient les points de la GéoBase
connus en Z. L’altitude du point d’appui est rappelée à côté de son
matricule.
• « Dernier point » : sélectionnez dans cette liste jaillissante le point
d’arrivée (pour les cheminements encadrés ou fermés uniquement).
L’altitude du point d’appui est rappelée à côté de son matricule.
• « Points suivants » : affiche la liste des points pour lesquels une dénivelée a été observée.
• « Points du cheminement » : contient la liste des points décrivant le cheminement.
• «<- Enlever» : permet de supprimer de la liste « Points du cheminement » le point sélectionné et les suivants.
• « Ajouter -> » : permet d’ajouter le point sélectionné dans la liste « Points suivants » à la liste « Points du cheminement ».
• « Calculer » : une fois le cheminement défini, appuyez sur ce bouton pour effectuer le calcul de nivellement. Un tableau
récapitulatif de calcul est affiché dans la fenêtre de texte d'AutoCAD ® (touche <F2>).
• « Enregistrer » : enregistre les points calculés dans la GéoBase en mémoire. Ces points calculés peuvent servir de base à un
autre calcul sans sortir de la boîte de dialogue.
• « OK » : pour sauvegarder la GéoBase sur le disque et éventuellement créer le fichier listing des résultats.

REMARQUES :
 Pour un cheminement lancé, il n’y a pas de fermeture donc les dénivelées ne sont pas corrigées.
 Lors de la constitution du cheminement, il est impossible de repasser par un point déjà sélectionné dans la liste.
 Le numéro entre parenthèses placé avant le matricule du point correspond au numéro de ligne dans la GéoBase.

V.14.2. Méthode de calcul


Les points du cheminement sont numérotés de 1 à N dans la suite. Chaque point est calculé en lancé à partir du précédent par :
Z i  Z i 1  DZii1 ce sont ces valeurs qui sont affichées dans la boîte de dialogue du calcul.

Pour un cheminement encadré ou fermé la fermeture F (reprise dans le listing) est calculée par :
N 1
F   DZ ii 1  Z1  Z N cette fermeture ainsi que la tolérance calculée sont rappelées dans le listing.
i 1

La correction C s'appliquant sur chaque dénivelée est calculée par :


C   F N  1 cette valeur est rappelée dans le listing.
Les points de détail sont calculés à partir de l'altitude du point précédent dans le cheminement et des lectures brutes.

150 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de nivellement simple

V.14.3. Exemples de listings de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘cns’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).

Ce premier exemple correspond à un cheminement encadré. La fermeture, la tolérance calculée et la correction appliquée sur
chaque dénivelée sont rappelées en fin de tableau.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL DE NIVELLEMENT DIRECT

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Niveau.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 17:50:28
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Cheminement Ordinaire

Cheminement encadré simple


Matricule AR AV DZ DZc Z
2 1.990 10.050
3 1.500 1.240 0.750 0.751 10.801
17 1.300 0.200 11.001
18 1.350 0.150 10.951
4 1.725 1.200 0.300 0.301 11.102
10 1.510 1.790 -0.065 -0.064 11.038
19 1.200 0.311 11.349
14 1.890 1.050 0.460 0.461 11.499
13 1.340 0.550 0.551 12.050
Fermeture (m) : -0.005
Tolérance (m) : 0.013
Corr./portée (m) : 0.001

Ce second exemple est relatif à un cheminement lancé.


Ce type de cheminement est à éviter car aucun contrôle n’est possible (aucune fermeture).

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL DE NIVELLEMENT DIRECT

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Niveau.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 17:53:08
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Cheminement Ordinaire

Cheminement lancé simple


Matricule AR AV DZ DZc Z
2 1.990 10.050
3 1.500 1.240 0.750 10.800
17 1.300 0.200 11.000
18 1.350 0.150 10.950
4 1.725 1.200 0.300 11.100
10 1.510 1.790 -0.065 11.035
19 1.200 0.310 11.345
14 1.890 1.050 0.460 11.495
13 1.340 0.550 12.045

REMARQUES :
 Dans les listings, les points du cheminement sont soit en gras (format RTF) soit précédés du caractère ‘*’ (format texte).
 Les tolérances sont définies dans les options du calcul et sont stockées dans la GéoBase.

151 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de nivellement Aller Retour

V.15. CALCUL DE NIVELLEMENT ALLER-RETOUR

La commande CALNIVAR permet de calculer des cheminements


doubles, c’est-à-dire pour lesquels deux déterminations d’une même
dénivelée ont été observées par double stationnement de niveau. Il est
possible de se refermer sur un point connu en Z afin d’obtenir une
fermeture qui sera répartie proportionnellement au nombre de portées.

V.15.1. Principe d’utilisation


Les étapes du calcul sont rigoureusement les mêmes que pour le
cheminement simple.
• « GéoBase courante » : ce bouton permet de charger une autre
GéoBase. Si des changements ont été faits sur la GéoBase courante,
celle-ci pourra être sauvegardée et le fichier listing pourra être créé.
Le choix de la GéoBase à charger est effectué à l’aide du dialogue
de sélection de fichier.
• « Premier point » : choisissez dans cette liste jaillissante le point de
départ du cheminement. La liste contient les points de la GéoBase
connus en Z. L’altitude du point d’appui est rappelée à côté de son
matricule.
• « Dernier point » : sélectionnez dans cette liste jaillissante le point
d’arrivée (pour les cheminements encadrés ou fermés uniquement).
L’altitude du point d’appui est rappelée à côté de son matricule.
• « Points suivants » : affiche la liste des points pour lesquels une
dénivelée observée existe avec le dernier point de la liste « Points
du cheminement ».
• « Points du cheminement » : contient la liste des points décrivant le cheminement.
• « <- Enlever » : permet de supprimer de la liste « Points du cheminement » le point sélectionné et ses suivants.
• « Ajouter -> » : permet d’ajouter le point sélectionné dans la liste « Points suivants » à la liste « Points du cheminement ».
• « Calculer » : une fois le cheminement défini, appuyez sur ce bouton pour effectuer le calcul de nivellement. Un tableau
récapitulatif de calcul est affiché dans la fenêtre de texte d'AutoCAD ® (touche <F2>).
• « Enregistrer » : enregistre les points calculés dans la GéoBase en mémoire. Ces points calculés peuvent servir de base à un
autre calcul sans sortir de la boîte de dialogue.
• « OK » : pour sauvegarder la GéoBase sur le disque et éventuellement créer le fichier listing des résultats.
REMARQUE :
Les numéros de lignes (dans la GéoBase) permettant le calcul des dénivelées DZ1 et DZ2 figurent entre parenthèses et précèdent
le matricule du point.

V.15.2. Méthode de calcul


Les points du cheminement sont numérotés de 1 à N dans la suite. Pour chaque couple de dénivelées aller et retour, une dénivelée
moyenne est calculée par la formule :
DZm  ( DZ1  DZ 2) / 2 ce sont ces valeurs qui sont affichées dans la boîte de dialogue du calcul.

Chaque point est calculé à partir du précédent par la formule :


Z i  Z i 1  DZmii1 cette valeur est également affichée dans la boîte de dialogue du calcul.

Pour un cheminement encadré ou fermé, la fermeture F figurant dans le listing est calculée par :
N 1
F   DZmii 1  Z1  Z N cette fermeture ainsi que la tolérance calculée sont rappelées dans le listing.
i 1

La correction C s'appliquant sur chaque dénivelée est calculée par :


C   F N  1 cette valeur est rappelée dans le listing.
Les points de détail sont calculés à partir de l'altitude du point précédent dans le cheminement et des lectures brutes.

152 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs de nivellement Aller Retour

V.15.3. Exemple de listing de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase et l'extension ‘cna’ en mode texte et ‘rtf’ en mode RTF (WordView).

Cet exemple correspond à un cheminement aller-retour encadré. Le premier tableau rappelle les observations tandis que le second
concerne le calcul lui-même. Les en-têtes des colonnes sont expliquées ci-dessous :

Matricule : matricule du point recevant la mire,


AR 1, AV 1 : lectures arrière et avant pour l’aller,
AR 2, AV 2 : lectures arrière et avant pour le retour,
DZ 1 : valeur de la dénivelée pour l’aller,
DZ 2 : valeur de la dénivelée pour le retour,
DZm : moyenne des dénivelées aller et retour,
DZc : dénivelée corrigée (répartition de la fermeture altimétrique),
Z: altitude du point calculé.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL DE NIVELLEMENT DIRECT

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Niveau.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 18:13:10
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Cheminement Ordinaire

Cheminement encadré aller-retour

Valeurs des observations


Matricule AR 1 AV 1 AR 2 AV 2
2 1.802 1.990
3 1.240
1 1.500 1.310 1.625 1.500
16 1.390
7 1.890 1.300 1.800 1.425
10 1.510 1.590 1.930 1.500
19 1.200
14 1.890 1.050 2.050 1.470
13 1.340 1.500

Calcul du cheminement
Matricule DZ 1 DZ 2 DZm DZc Z
2 10.050
3 0.750 10.800
1 0.492 0.490 0.491 0.491 10.541
16 0.110 10.651
7 0.200 0.200 0.200 0.200 10.741
10 0.300 0.300 0.300 0.300 11.040
19 0.310 11.350
14 0.460 0.460 0.460 0.460 11.500
13 0.550 0.550 0.550 0.550 12.050
Fermeture (m) : 0.001
Tolérance (m) : 0.013
Corr./portée (m) : -0.000

REMARQUES :
 Dans les listings, les points du cheminement sont soit en gras (format RTF) soit précédés du caractère ‘*’ (format texte).
 Les tolérances sont définies dans les options du calcul et sont stockées dans la GéoBase.

153 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs en bloc

V.16. CALCULS EN BLOC

La commande CALBLOC affiche la boîte de dialogue permettant de


compenser en bloc un réseau d’observations. Ce dialogue comporte
trois groupes principaux de paramètres permettant de choisir un type de
calcul, de fixer la précision des instruments et de configurer le calcul
des ellipses d’incertitude.
1. « Paramètres du calcul » :
Cette partie permet de choisir le type de calcul :
 « Calcul en XY » : permet de traiter uniquement les
coordonnées planimétriques du réseau.
 « Calcul en XY + Z » : permet de calculer également les
altitudes des stations et points de la compensation. Les
distances (compensées dans le calcul en XY) étant considérées
théoriques, seuls les angles verticaux font l’objet d’une
compensation pour le calcul des altitudes.
 « Calcul en XYZ » : les inconnues sont traitées simulta-
nément dans le même système. Cela signifie que les erreurs
accidentelles sur les angles verticaux influent sur les angles
horizontaux et les distances. Ce type de calcul est utilisé en
métrologie où les visées sont courtes.
Il est possible de fixer le nombre maximum d’itérations, ce qui permet de stopper un calcul qui ne convergerait pas.
Pour chaque observation le programme recherchera l’appareil correspondant dans la GéoBase. Par défaut l’Appareil Standard
sera utilisé. Outre les corrections de collimation verticale et de constante de prisme, les appareils serviront à pondérer les
observations entre elles par l’intermédiaire des précisions qu’ils contiennent.
2. « Points à calculer » :
En décochant la case « Tous les points calculables en bloc », vous pouvez indiquer une liste de points à calculer. Cette liste
peut comporter des plages de matricules dont les bornes sont séparées par le caractère tiret, ainsi que des groupes de matricules
séparés par un point-virgule. Par exemple, 100-200;250;300-400 est une liste valide.
Vous pouvez demander le calcul des points rayonnés à la suite du calcul de compensation en cochant la case correspondante.
Les points compensés ne seront pas recalculés comme points rayonnés. La précision de la compensation en bloc n’est pas perdue
en calculant les points rayonnés à ce niveau.
3. « Ellipse d’incertitude » :
En cochant la case « Calcul des ellipses d’incertitude », vous demandez au programme d’ajouter au listing du calcul un
tableau donnant les caractéristiques des ellipses d’incertitude pour chaque point calculé. Les ellipses ne sont pas dessinées.
Le degré d’incertitude peut être choisi parmi les valeurs classiques 40%, 63% et 87%. Ce pourcentage indique que le point réel
a une probabilité de 63%, par exemple, d’être à l’intérieur de l’ellipse centrée sur le point calculé et dont l’orientation et les
demi-axes sont calculés par le programme.
Le fait de cocher cette option ou de changer la probabilité n’a aucune influence sur le calcul des coordonnées des points ni sur
celui des E.M.Q.
Cette option peut être utilisée pour quantifier la qualité de la détermination d’un point.
4. « Calculer » :
Pour lancer le calcul avec les paramètres sélectionnés. Le programme
affiche un listing en fin de calcul dans la fenêtre de texte (<F2>)
d’AutoCAD®, vous permettant de repérer les fautes avant d’enregistrer.
Les trois plus grands écarts sont affichés dans une boîte de dialogue
avant l’enregistrement ou la création du listing. Les écarts angulaires
(ANGU et ALTI) sont traduits en distances.
5. « Enregistrer » :
Permet de sauvegarder les coordonnées calculées dans la GéoBase courante. Vous avez la possibilité de produire un fichier
listing, d’extension ‘cbl’ (en mode texte) ou ‘rtf’ (en mode RTF), portant le même nom que la GéoBase.

154 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs en bloc

V.16.1. Principe du calcul en bloc


Le principe du calcul en bloc est illustré par Création de la liste des points intervenant dans les calculs :
l’organigramme ci-contre : • Points d’appuis
• Points avec observations redondantes
a) Choix des points de la compensation
Pour des raisons de gain de temps, le programme
ne traitera pas tous les points. En effet, seuls les Tentative de calcul des coordonnées
points surdéterminés produiront des contraintes approchées des points inconnus
au niveau des observations. Le programme met
dans une liste les points surdéterminés (au moins
deux observations sur ou depuis le point). Cette Elimination des points qui n’ont
liste comprend aussi les points d’appui fixes en pas pu être calculés
coordonnées.

b) Calcul des points approchés Calcul des coefficients des équations


d’observations reliant les observations aux
La connaissance des coordonnées approchées inconnues
des points à calculer est une condition
d’utilisation du principe des moindres carrés. Les
Modification des
coordonnées approchées sont calculées de coordonnées des points Calcul des coefficients des équations dites normales et
proche en proche à partir des observations et des résolution du système symétrique ainsi obtenu (résolution
points déjà calculés. matricielle par la méthode de Jordan)

c) Equations d’observations
Chaque visée fournit une relation entre les Test de convergence
du calcul
valeurs observées et les inconnues
(coordonnées). Ces relations ne sont pas linéaires
car elles font intervenir des fonctions Coordonnées
trigonométriques. définitives et EMQ
En effectuant un développement limité de Taylor
d’ordre 1 autour des coordonnées approchées, le problème devient linéaire et donc beaucoup plus simple à résoudre.
Soit Lk  F ( X i , Yi , X j , Y j ) la relation théorique, non linéaire, entre l’observation Lk et les inconnues Xi, Yi, Xj et Yj (Lk peut être un
angle horizontal ou une distance horizontale). Les points Pi et Pj représentent la station et le point visé de l’observation.
La linéarisation fournit une équation simplifiée de la forme:
Lk  aX i  bYi  cX j  dY j (1)
Or les valeurs théoriques L, Xi, Yi, Xj et Yj sont inconnues. Seule la valeur observée l et les coordonnées approchées xi, yi, xj et yj sont
connues. Soient dxi, dyi, dxj , dyj et dl les appoints (inconnus) tels que :

Lk  l k  dl k
X i  xi  dxi
Yi  y i  dy i
X j  x j  dx j
Y j  y j  dy j

L’équation linéaire (1) devient alors :


l k  dl k  a.( xi  dxi )  b.( yi  dyi )  c.( x j  dx j )  d .( y j  dy j )

soit encore :
dl k  a.dxi  b.dyi  c.dx j  d .dy j  f k (2)

soit matriciellement :
dl  M .dx  F
Le programme calcule les coefficients a, b, c, d et fk. Chaque observation constitue ainsi une ligne dans les matrices M[a,b,c,d] et
F[fk]. Il y aura beaucoup plus d’équations que d’inconnues et on ne pourra pas résoudre d’une façon univoque ce système. Ces
équations sont multipliées par un coefficient de pondération pour se ramener à la même loi normale de distribution des erreurs
accidentelles.
Les poids des observations sont calculés à partir des précisions des instruments données dans le dialogue de paramétrage.

155 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs en bloc

d) Equations normales
Ce sont les équations définitives obtenues en écrivant le principe des moindres carrés :

 dl  min (minimisation des appoints sur les observations)


2
k

Cette condition est réalisée si chaque dérivée partielle par rapport aux inconnues est nulle. Soit encore :


  dl k
2
0
dx i 

Ceci produira autant de nouvelles équations linéaires qu’il y a d’inconnues dans le réseau. Ces équations sont dites normales. Les
inconnues ne sont plus les coordonnées mais les appoints. Les coefficients de ce système sont rangés dans la matrice normale N.
Une fois les appoints sur les inconnues calculés, les appoints sur les observations sont recalculés à l’aide des équations d’observations
(2).

e) Calcul de l’erreur moyenne quadratique de l’unité de poids Mq0


Mq0 est calculée à partir des dlk par :

 p dl
2

Mq0 
k k où n est le nombre d’observations, q le nombre d’inconnues et p k le poids de l’observation.
nq

f) Calcul des erreurs moyennes quadratiques sur les inconnues


Les poids des inconnues sont issus de la diagonale de l’inverse de la matrice normale N.
Les erreurs moyennes quadratiques sur les inconnues sont issues de la relation qui lie les poids et les erreurs moyennes quadratiques :
p.Mq 2  1.Mqo 2

V.16.2. Possibilités de calcul


Pour qu’un calcul soit possible, il faut connaître quelques points fixes (au moins une station avec son V0) en coordonnées afin de
caler le réseau.
Il est aussi possible de calculer un cheminement lancé, bien qu’il n’y ait pas d’observations redondantes. Pour ce faire, il suffit de
fixer les coordonnées de la première station et de spécifier son V0 dans la GéoBase.
De plus il faut suffisamment d’observations pour calculer les coordonnées approchées des points et assurer l’homogénéité du réseau.
La recherche de fautes peut être entreprise à partir du tableau comparatif entre les observations effectives et recalculées.

156 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs en bloc

V.16.3. Exemple de listing de calcul


Le fichier listing a le même nom que la GéoBase avec l'extension ‘cbl’. Il est composé de plusieurs tableaux :
• Observations brutes réduites : observations réduites à l’horizontale, intégrant les éventuels excentrements et les corrections
d’appareils.
• Coordonnées approchées : rappel des coordonnées approchées. Les colonnes fxy et fz indiquent si les coordonnées XY ou Z sont
fixes (O) ou variables (N).
• Résidus sur les observations réduites (avant compensation) : contient une comparaison des observations réelles et recalculées
avec les coordonnées approchées. Ce tableau permet de détecter des fautes et incohérences grossières. Les observations sont de
trois types. ANGU désigne des angles horizontaux, DIST des distances et ALTI des angles verticaux (les écarts angulaires sont
traduits en distances).
• Tableau des coordonnées compensées avec les Erreurs Moyennes Quadratiques (EMQ) sur les inconnues. Pour les points
stationnés, le V0 définitif est indiqué.
• Résidus sur les observations réduites (après compensation) : ce tableau est le même que celui indiqué avant compensation mais
les observations ont été recalculées avec les coordonnées définitives compensées.
• Ellipses de confiance : pour chaque point compensé, les caractéristiques des ellipses de confiance indiquées sont le gisement du
demi-axe X, la valeur du demi-axe noté X et celle du demi-axe noté Y. Ce tableau n’apparaît que si la case de calcul des ellipses
a été cochée lors du paramétrage.

COVADIS CALCULS TOPOMETRIQUES - CALCUL EN BLOC D'UN RESEAU

Nom de la GéoBase traitée : C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Exemples\Calcul


topométrique\Polygonales\Station.geo
Calculs effectués le : 17/12/2007 à 18:33:35
Tolérances utilisées : Cadastrales 1980 - Canevas : polygonal ordinaire
Projection utilisée : Projection Lambert Zone I
Altération linéaire = 0 mm/km - Correction de niveau zéro = 0 mm/km

OBSERVATIONS BRUTES REDUITES


Station Rep. Point AH AV Di (m) Dh (m)
S.1 1 R.1 319.2822
S.1 1 R.2 29.5167
S.1 1 R.3 38.8800
S.1 1 S.2 160.5137 100.3700 86.024 86.023
S.1 1 S.7 244.2284 99.6332 78.103 78.102
S.2 1 S.1 245.5127 99.7417 86.024 86.023
S.2 1 S.3 77.0823 98.8560 80.636 80.623
S.3 1 S.2 335.9833 101.1448 80.636 80.623
...
S.9 1 C.1 363.3132
S.8 1 S.9 87.5512 99.5199 80.625 80.623
S.8 1 S.7 313.1850 100.3428 72.802 72.801
S.8 1 C.1 45.4682 100.7446 84.859 84.853
S.7 1 S.8 117.7171 99.6502 72.802 72.801
S.7 1 S.1 344.2284 100.4891 78.104 78.102

COORDONNEES APPROCHEES
Station Rep. X Y Z V0 fxy fz
S.1 1 2000.000 1160.000 153.500 300.0000 N N
S.2 1 2069.999 1210.000 153.000 15.0010 N N
S.3 1 2150.000 1220.000 154.500 356.1000 N N
S.4 1 2260.000 1210.000 156.000 1.3576 N N
S.5 1 2340.000 1220.000 157.500 5.4501 N N
...
C.1 2189.998 1149.999 155.000 N N
R.4 2500.000 1200.000 O N
R.6 2450.000 1000.000 O N
R.5 2200.000 900.000 O N

157 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs en bloc

RESIDUS SUR LES OBSERVATIONS REDUITES (Avant compensation)


Observations planimétriques :
Type Station Rep. Point Obser. Calc. Ec.(m)
ANGU S.1 1 R.1 319.2822 319.2822 -0.0000
ANGU S.1 1 R.2 29.5167 29.5167 0.0000
ANGU S.1 1 R.3 38.8800 38.8800 -0.0000
ANGU S.1 1 S.2 160.5137 160.5136 0.0001
DIST S.1 1 S.2 86.0225 86.0229 -0.0003
ANGU S.1 1 S.7 244.2284 244.2284 0.0000
DIST S.1 1 S.7 78.1017 78.1018 -0.0001
ANGU S.2 1 S.1 245.5127 245.5126 0.0001
DIST S.2 1 S.1 86.0233 86.0229 0.0004
...
DIST S.8 1 C.1 84.8532 84.8505 0.0027
ANGU S.7 1 S.8 117.7171 117.7171 -0.0000
DIST S.7 1 S.8 72.8009 72.8011 -0.0002
ANGU S.7 1 S.1 344.2284 344.2284 0.0000
DIST S.7 1 S.1 78.1017 78.1018 -0.0001

Observations altimétriques :
Type Station Rep. Point Obser. Calc. Ec.(m)
ALTI S.1 1 S.2 100.3700 100.3704 -0.0004
ALTI S.1 1 S.7 99.6332 99.6335 -0.0003
ALTI S.2 1 S.1 99.7417 99.7421 -0.0004
ALTI S.2 1 S.3 98.8560 98.8563 -0.0003
ALTI S.3 1 S.2 101.1448 101.1452 -0.0004
ALTI S.3 1 S.4 99.1067 99.1072 -0.0005
ALTI S.3 1 C.1 100.8294 100.8297 -0.0003
...
ALTI S.8 1 C.1 100.7446 100.7449 -0.0003
ALTI S.7 1 S.8 99.6502 99.6505 -0.0003
ALTI S.7 1 S.1 100.4891 100.4894 -0.0003

Ecart maximal en distance de S.8 1 sur C.1 = 0.003 m.


Ecart maximal en distance de S.4 1 sur C.1 = -0.003 m.
Ecart maximal en distance de S.12 1 sur C.1 = -0.002 m.

COORDONNEES PLANIMETRIQUES COMPENSEES (m.) ET EMQ (m.)


Erreur moyenne quadratique générale 0.00042 Gr.
Station Rep. X Y V0 EmqX EmqY fxy
S.1 1 2000.000 1160.000 299.9999 0.001 0.001 N
S.2 1 2069.999 1210.000 15.0007 0.001 0.001 N
S.3 1 2150.000 1220.001 356.0997 0.001 0.001 N
S.4 1 2260.000 1210.000 1.3578 0.001 0.001 N
...
R.3 1800.000 1300.000 O
C.1 2189.999 1150.000 0.001 0.001 N
R.4 2500.000 1200.000 O
R.6 2450.000 1000.000 O

ALTITUDES COMPENSEES (m.) ET EMQ (m.)


Erreur moyenne quadratique générale 0.00301 Gr.
Point Z EmqZ fz
S.1 153.483 N
R.1 N
R.2 N
R.3 150.000 O
S.2 152.981 N
...

158 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES Calculs en bloc

RESIDUS SUR LES OBSERVATIONS REDUITES (Après compensation)


Observations planimétriques :
Type Station Rep. Point Obser. Calc. Ec.(m) Poids
ANGU S.1 1 R.1 319.2822 319.2822 0.0000 1.00
ANGU S.1 1 R.2 29.5167 29.5167 0.0000 1.00
ANGU S.1 1 R.3 38.8800 38.8801 -0.0001 1.00
ANGU S.1 1 S.2 160.5137 160.5136 0.0001 1.00
DIST S.1 1 S.2 86.0225 86.0229 -0.0003 1.55
ANGU S.1 1 S.7 244.2284 244.2284 0.0000 1.00
DIST S.1 1 S.7 78.1017 78.1017 -0.0000 1.29
...
DIST S.7 1 S.8 72.8009 72.8010 -0.0001 1.14
ANGU S.7 1 S.1 344.2284 344.2284 0.0000 1.00
DIST S.7 1 S.1 78.1017 78.1017 -0.0000 1.29

Observations altimétriques :
Type Station Rep. Point Obser. Calc. Ec.(m) Poids
ALTI S.1 1 S.2 100.3700 100.3717 -0.0017 1.00
ALTI S.1 1 S.7 99.6332 99.6324 0.0008 1.00
ALTI S.2 1 S.1 99.7417 99.7408 0.0009 1.00
ALTI S.2 1 S.3 98.8560 98.8515 0.0045 1.00
...
ALTI S.8 1 C.1 100.7446 100.7359 0.0087 1.00
ALTI S.7 1 S.8 99.6502 99.6573 -0.0071 1.00
ALTI S.7 1 S.1 100.4891 100.4906 -0.0015 1.00
Ecart maximal en angle AV de S.9 1 sur S.8 = -0.0135 m.
Ecart maximal en angle AV de S.8 1 sur S.9 = 0.0129 m.
Ecart maximal en angle AV de S.10 1 sur S.12 = -0.0095 m.

ELLIPSES DE CONFIANCE (Probabilité = 0.63)


Point X Y Gis. AxeX AxeY
S.1 2000.000 1160.000 66.1861 0.001 0.001
R.1 1950.000 1000.000
R.2 1900.000 1210.000
R.3 1800.000 1300.000
S.2 2069.999 1210.000 70.4949 0.001 0.001
S.7 2059.999 1110.001 74.5105 0.001 0.001
...
R.6 2450.000 1000.000
R.5 2200.000 900.000
S.10 2290.000 1110.001 68.3102 0.001 0.001
S.9 2210.000 1100.001 71.1334 0.001 0.001
S.8 2129.999 1090.001 71.7316 0.001 0.001

159 COVADIS CALCUL


CALCULS TOPOMETRIQUES

160 COVADIS CALCUL


GEOCODIFICATION

VI. GÉOCODIFICATION

161 COVADIS CALCUL


GEOCODIFICATION

162 COVADIS CALCUL


GEOCODIFICATION Généralités

VI.1. GÉNÉRALITÉS

La géocodification COVADIS permet d’automatiser la création d’un plan topographique en codant les points lors du levé.
Le principe est de croiser une GéoBase (codée et préalablement calculée) avec une table de codes afin d’obtenir le dessin du levé.
La table de codes fait le lien entre les codes et les objets dessinés (calque, symbolique…).
Les caractéristiques principales de la codification COVADIS sont les suivantes :
• Codes alphanumériques : personnalisables et stockés dans une table de codes.
• Multicode : un point levé peut avoir plusieurs codes donc servir à plusieurs objets.
• Répétition automatique : vous dispense de ressaisir le dernier code utilisé si votre appareil de levé ne le propose pas.
Il existe dix familles de types de codes, détaillées dans le chapitre VII, se distinguant par la nature des objets AutoCAD® générés :
• Les points topographiques : insertion de points topographiques COVADIS.
• Les symboles : insertion de symboles sous la forme d’un bloc AutoCAD ®.
• Les polylignes : dessin de formes géométriques carrées, circulaires ou rectangulaires.
• Les liaisons : dessin de polylignes passant par des points levés.
• Les escaliers : dessin du contour et des marches d’escaliers.
• Les marquages : dessin de passages piétons et vélos en levant les quatre coins.
• Les textes : insertion de textes.
• Les attributs : pour gérer l’ajout ou l’occultation d’attributs sur les points topographiques ou les symboles.
• Les divers : regroupe les codes d’accrochage sur polyligne ou point topographique.
• Les constructions : permettent de construire géométriquement des points inaccessibles.

VI.2. CODE TERRAIN, SUFFIXE, PREFIXE, SÉPARATEURS

Un code terrain est une chaîne de caractères alphanumérique (Exemples : ar1, 45, trottoir, perp, 1, 0, 4512a). L’utilisateur choisira
les codes terrain les mieux adaptés aux possibilités de l’appareil de terrain utilisé (type de clavier, structure du fichier carnet), le but
étant de saisir un minimum de caractères sur le terrain afin de gagner du temps.
Les codes saisis peuvent être accompagnés de paramètres, d’un suffixe (pour les liaisons) ou d’un préfixe.
Un suffixe est un caractère, ajouté au code, qui indique le rôle du point dans la polyligne. Il y aura un caractère pour signaler le
début de la polyligne et un caractère différent pour les points suivants.
Le préfixe permet de modifier la position du point levé pour les codes Liaison, Symbole d’entrée et Construction perpendiculaire.
Les paramètres permettent de saisir des informations (le plus souvent relatives aux dimensions de l’objet levé) telles que le diamètre
d’un arbre, une largeur de marche, etc. Les paramètres sont généralement saisis sur le premier point.
Pratiquement, les codes sont écrits selon le carnet électronique soit dans des infos (Leica) soit dans une chaîne de caractères (Trimble
GDM et autres). Dans ce dernier cas, vous utiliserez un caractère spécial pour séparer les codes entre eux et un autre caractère pour
séparer les codes de leurs paramètres. Ce sont les séparateurs de codes et de paramètres.

REMARQUE :
Dans un fichier brut de carnet, les lignes de codes peuvent être placées avant ou après la ligne de mesure. Dans la GéoBase, les
codes apparaissent toujours avant la mesure sur laquelle ils portent.

Exemple : Lever un arbre et son entourage pour un appareil de type Trimble GDM.
Point levé et
codé 10;20+170
Représentation désirée : l’entourage est assimilable à un cercle de rayon 1.700 m ; l’arbre sera
représenté dans le dessin par un bloc AutoCAD ®.
Table de codes :
Les éléments suivants ont été définis :
- Le code 10, de type « Symbole non orienté » (page VII-7), permettra de lever l’arbre.
- Le code 20, de type « Cercle par centre+rayon ou centre+point » (page VII-25), servira
pour lever l’entourage. Le rayon du cercle sera le paramètre du code 20 en centimètres.
- Séparateur de codes : ;
1.700
- Séparateur de paramètres : ± (les deux caractères + et – sont séparateurs de paramètres)
Sur le terrain : il suffit à l’opérateur de lever le point au centre du parterre en le codant 10;20+170

163 COVADIS CALCUL


GEOCODIFICATION La répétition automatique du code

VI.3. LA RÉPÉTITION AUTOMATIQUE DU CODE

La plupart des codes peuvent activer leur répétition automatique.


La répétition automatique n’est utile que lorsque l’appareil de mesure ne propose pas le dernier code saisi.
Ses effets dépendent du type de code qu’elle affecte :
• Concernant les types de codes exigeant plusieurs points de construction, le code saisi se transmet automatiquement au(x)
point(s) suivant(s), jusqu’à ce que le nombre de points requis pour le type de code concerné soit atteint.
• Concernant les types de codes nécessitant un seul ou un nombre indéterminé de points de levés (Liaisons), le code se transmet
automatiquement au(x) point(s) suivant(s) tant que celui-ci n’est pas codé. Si le point supporte plusieurs codes de ce type seul
le dernier sera répété.

Exemple : Lever d’un trottoir avec un avaloir.

Représentation désirée : le trottoir est une polyligne habillée d’une symbolique linéaire et l’avaloir est un symbole levé par deux
points.

Table de codes : Les éléments suivants ont été définis :


▪ Le code 10, de type « Liaison principale » (page VII-30), permet de lever le fil d’eau du
trottoir. Le suffixe 0 débutant la polyligne et le suffixe 3 dessinant les autres points de la
polyligne, les codes utilisés seront donc 100 et 103.
▪ Le code 20 de type « Symbole par 2 points – EchX = Distance ou Par1 » (page VII-15),
permet de dessiner un avaloir. Si aucun paramètre n’est saisi, la longueur du symbole sera
la distance entre les deux points levés.
▪ Les codes 10 et 20 sont déclarés en répétition automatique dans la table de codes.
▪ Séparateur de codes : ;
▪ Séparateur de paramètres : ±

Le levé : L’opérateur lève les points 1 à 5 avec les codes figurant sur le schéma ci-avant. La GéoBase résultante est :

000005 Liaison Code = 100 Débute la polyligne représentant le trottoir. Ce code s’applique à la mesure suivante donc au point 1.
000006 Mesure 1 HP = 1.600 , … Point 1.
000007 Mesure 2 HP = 1.600 , … Point 2. Puisque ce point n’est pas codé et que le code 10 est en répétition auto, le programme devrait lui
attribuer le code 100. Au lieu de cela il utilisera le code 103 pour continuer la polyligne et joindre 1 à 2.
000008 Sym_2Pt_EX Code = 20 Code pour débuter l’avaloir. S’applique à la mesure suivante donc au point 3.
000009 Liaison Code = 103 Code pour la polyligne. S’applique aussi au point 3. Le programme joindra 2 à 3.
000010 Mesure 3 HP = 1.600 , … Point 3.
000011 Mesure 4 HP = 1.600 , … Point 4. Puisque ce point n’est pas codé, le code 10 se répète avec le suffixe 3. Le code 20 se répète également
sur ce point car il attend un second point de construction.
000012 Mesure 5 HP = 1.600 , … Point 5. Le code 10 se répète sur ce point avec le même suffixe. Le code 20 n’attend plus de point et ne se …
répète pas.

Si les codes 10 et 20 n’étaient pas déclarés en répétition, il aurait fallu coder ainsi :

000005 Liaison Code = 100
000006 Mesure 1 HP = 1.600 , …
000007 Liaison Code = 103
000008 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000009 Sym_2Pt_EX Code = 20
000010 Liaison Code = 103
000011 Mesure 3 HP = 1.600 , …
000012 Sym_2Pt_EX Code = 20
000013 Liaison Code = 103
000014 Mesure 4 HP = 1.600 , …
000015 Liaison Code = 103
000016 Mesure 5 HP = 1.600 , …

On constate que c’est plus long que la version avec répétition automatique.

164 COVADIS CALCUL


GEOCODIFICATION L’insertion de points topographiques

VI.4. L’INSERTION DE POINTS TOPOGRAPHIQUES

La plupart des codes dessine un point topographique au point levé. Chaque code utilise la définition de point topographique (fichier
d’extension ‘bpt’) que vous lui avez spécifiée (cf. § VIII.5.3).
Le bloc point topographique inséré vérifie les règles suivantes :
• Règle n°1 : les points topographiques sont toujours insérés aux coordonnées présentes dans la GéoBase.
• Règle n°2 : un seul point topographique est inséré par matricule.
• Règle n°3 : si un point levé supporte plusieurs codes, le point topographique inséré est celui du premier code.
• Règle n°4 : un point réellement non codé (pas de répétition de code) utilisera le point topographique défini pour les points non
codés.

Exemple :

Reprenons l’exemple précédent.


La table de codes est modifiée comme ainsi :
- la répétition automatique du code 10 est désactivée. Le code 20 est en répétition automatique.
- les codes 10 et 20 insèrent respectivement les blocs Point topographique tcpoint1 et tcpoint2.
- le bloc Point topographique inséré pour les points non codés est tcpoint3.

La façon de coder sur le terrain est alors différente ; ce qui est constatable dans l’extrait de la GéoBase fournie :

GéoBase : Code(s) supporté(s) par la mesure : Bloc Point topographique inséré :



000005 Liaison Code = 103
000006 Mesure 5 HP = 1.600 , ... 103 tcpoint1
000007 Liaison Code = 103
000008 Mesure 6 HP = 1.600 , … 103 tcpoint1
000009 Sym_2Pt_EX Code = 20
000010 Liaison Code = 103
000011 Mesure 7 HP = 1.600 , … 20, 103 tcpoint2
000012 Liaison Code = 103
000013 Mesure 8 HP = 1.600 , … 103, 20 (ra) tcpoint1
000014 Liaison Code = 103
000015 Mesure 9 HP = 1.600 , … 103 tcpoint1
000016 Mesure 10 HP = 1.600 , … Aucun ! tcpoint3

Dans la colonne du milieu figurent les codes supportés par les mesures. La notation (ra) signifie que le code concerné a été transmis
par répétition automatique.
Dans la colonne de droite est indiqué le point topographique utilisé.

Remarquer l’application des règles n°3 et n°4 aux lignes 11 et 16 :


ligne 11 : le premier code de la séquence supportée par la mesure 7 est 20, d’où l’insertion du bloc tcpoint2.
ligne 16 : la mesure 10 ne supporte aucun code, d’où l’insertion du bloc pour les points non codés tcpoint3.

165 COVADIS CALCUL


GEOCODIFICATION Convention de levé

VI.5. CONVENTION DU LEVÉ

Les points levés sur le terrain ne suffisent pas toujours à caler un objet. Par exemple, les bordures de trottoir sont levée par le fil
d’eau, les murs sont levés du côté public et non privé, etc.
La convention de levé, propre à chaque code (cf. § VIII.5.7), indique au programme comment dessiner les objets :
Objets levés par leur gauche (Sens Topo) Objets levés par leur droite (Sens Trigo)

Ces deux schémas illustrent un même levé avec des conventions différentes. Il est conseillé de choisir la même convention de levé
pour tous les codes même si le mélange des genres est possible.

VI.6. ÉDITEUR DE GÉOBASES ET COMMANDES DE GÉOCODIFICATION

Dans l’éditeur de GéoBase, les commandes de géocodification portent sur les observations (Mesure, Référence, Station ou Point)
immédiatement placées après. L’ordre des commandes par rapport aux observations sera toujours le même dans l’éditeur, quel que
soit l’ordre adopté sur le terrain (« code avant la mesure » ou « code après la mesure »).

Les commandes peuvent apparaître dans l’éditeur de GéoBase sous deux formes:
• Soit sous forme interprétée (Exemple : 000005 Liaison Code = 103, Epaisseur = 0.200 …).
• Soit sous forme non interprétée (Exemple : 000005 Commande 103+20 …).

C’est la table de codification qui permet le passage de la seconde forme à la première.


COVADIS reconnaît les deux formes. Lors de la génération du dessin, le programme tente d’interpréter les commandes qui ne le
sont pas encore. Il est également possible d’enregistrer dans la GéoBase la forme interprétée en cochant la case appropriée lors de
la génération du dessin.

Il y a des avantages et des inconvénients aux deux formes.


• La forme interprétée indique le type du code (Liaison, Sym_2Pts…) et les valeurs des paramètres sont toujours exprimées en
mètres (largeur de mur, largeur de plaque…).
• La forme non interprétée permet de générer deux dessins en utilisant deux tables dans lesquelles un même code n’aurait pas le
même type.

166 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES

VII. LES TYPES DE CODES

167 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES

168 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les points topographiques

VII.1. LES POINTS TOPOGRAPHIQUES

VII.1.1. Point topo sans orientation


Fonction : Dessine un point topographique dont l’orientation est celle du système de coordonnées générales (SCG) si non
orienté sur une polyligne proche.
Intitulé GéoBase : PT_Sans_Ori Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code>

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
La définition du point topographique (‘*.bpt’) inséré est paramétrable dans la table de codes.
L’orientation de ses attributs est celle du SCG si non orienté sur une polyligne proche.

Exemples :
Le point 1 est un point non codé qui utilise une définition de point topographique avec un attribut ALT. Les points 2 et 3, codés
10, utilisent une définition sans attribut ALT.

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


1
GéoBase : GéoBase :
104.20 3
000001 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000001 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000002 PT_Sans_Ori Code = 10 000002 PT_Sans_Ori Code = 10
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , … 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 2
000004 PT_Sans_Ori Code = 10 000004 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000005 Mesure 3 HP = 1.600 , …

VII.1.2. Point topo avec orientation


Fonction : Permet de lever un point topographique dont l’orientation des attributs est définie par deux points codés
définissant l’orientation des points topo (cf. § VIII.1.3).
Intitulé GéoBase : PT_Avec_Ori Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code>

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
La définition (‘bpt’) du point topographique inséré est paramétrable dans la table de codes.
L’orientation de ses attributs est celle définie par le type « définit l’orientation des points topographiques ».
Exemples :
Les points 1 et 2, codés 9, définissent l’orientation des points topographiques orientés. Le point 3, codé 11, dessine un point topo
dont l’orientation est donnée par 1 et 2.
Répétition automatique inactive
1
GéoBase :
000001 Def_Ori_PT Code = 9 104.20
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Def_Ori_PT Code = 9 2
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
104.75
000005 PT_Avec_Ori Code = 11
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , …

169 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les points topographiques

VII.1.3. Définit l’orientation des points topographiques


Fonction : Permet de définir l’orientation des attributs des points topographiques avec orientation (cf. § VIII.1.2).
Intitulé GéoBase : Def_Ori_PT Répétition Automatique : Non disponible
Syntaxe Carnet : <Code>

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
Le point d’orientation précédent (s’il existe) est pris comme base de la nouvelle orientation.
On peut ainsi faire de l’orientation en continu.

Exemple :
Les points 1 et 2, codés 9, définissent une base d’orientation, qu’adoptent les attributs du point topographique inséré au point 3.
Le point 4 permet de définir une nouvelle orientation (2 vers 4) qu’utilise le point 5.

GéoBase :
000001 Def_Ori_PT Code = 9
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Def_Ori_PT Code = 9 2
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 PT_Avec_Ori Code = 11 104.22
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , … 4
000007 Def_Ori_PT Code = 9 1
104.24
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , … 104.20
000009 PT_Avec_Ori Code = 11
000010 Mesure 5 HP = 1.600 , …

VII.1.4. Met à zéro l’orientation des points topographiques


Fonction : Remet à zéro l’orientation pour les points topographiques avec orientation à venir (cf. § VII.1.2).
Intitulé GéoBase : Annul_Ori_PT Répétition Automatique : Non disponible
Syntaxe Carnet : <Code>

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
Il faut à nouveau saisir deux points d’orientation pour définir une base d’orientation.

Exemple :
Le point 4 supporte un code d’annulation de l’orientation des points topographiques.
Ainsi le point topographique orienté suivant est inséré sans orientation (parallèle au SCG).

GéoBase :
000001 Def_Ori_PT Code = 9
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
2
000003 Def_Ori_PT Code = 9
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 104.22
000005 PT_Avec_Ori Code = 11
4
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , … 1
000007 Annul_Ori_PT Code = 12 104.20 104.24
000008 PT_Avec_Ori Code = 11
000006 Mesure 4 HP = 1.600 , …

REMARQUE :
Cette notion d’orientation par deux points levés est moins pratique que l’orientation des points sur la polyligne la plus proche
ajoutée dans la version 10 de COVADIS.

170 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2. LES SYMBOLES

Il convient de préciser ici les notions de symboles à l’échelle et de symboles génériques.

Les symboles à l’échelle sont stockés dans les répertoires d’échelle (50, 100, 200…) de COVADIS. Ces symboles sont destinés à
être insérés dans un dessin avec les échelles en X et en Y égales à 1 car ils ont déjà la bonne taille pour l’impression à l’échelle
considérée.

Les symboles génériques sont stockés dans le répertoire « Générique » de COVADIS. Ils sont généralement définis dans un carré
de 1 mètre sur 1 mètre ou un cercle de diamètre égal à 1 mètre. Ces symboles sont, par exemple, utilisés pour dessiner des plaques
levées par trois points.

Soit un symbole dont la géométrie de la définition est inscrite dans un rectangle de


longueur a et de hauteur b.

Le facteur d’échelle en X (EchX) est le coefficient multiplicatif à appliquer à la


longueur a, celui en Y (EchY) s’applique à la hauteur b.
Le symbole inséré est alors inscrit dans un rectangle de longueur EchX  a et de
hauteur EchY  b.

Il est évident que pour dessiner un symbole mesurant A par B avec un symbole
générique (a = 1 et b = 1) il faut avoir EchX = A et EchY = B.

Les symboles dits composés sont la superposition de deux symboles dont les points d’insertion sont superposés.

Symbole 1 Symbole 2 Symbole composé

Nous verrons dans la suite chacun des types de code qui utilisent un symbole.

171 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.1. Orientation des symboles


Fonction : Permet de définir l’orientation des symboles orientés en levant deux points.
Intitulé GéoBase : Déf_Ori_SY Répétition Automatique : Non disponible
Syntaxe Carnet : <Code>

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 2
Le point d’orientation précédent (s’il existe) est pris comme base de la nouvelle orientation.
On peut ainsi faire de l’orientation en continu.

Utilisable pour les types :


- Symbole orienté simple (cf. § VII.2.7)
- Symbole orienté sur 1 point avec EchY = 1 (cf. § VII.2.8)

Exemple :
Les points 1 et 2 définissent une base d’orientation, qu’adopte le symbole orienté simple inséré au point 3.
Le point 4 permet de définir une nouvelle orientation (du point 2 vers le point 4) qu’adopte le symbole inséré au point 5.

GéoBase :
000001 Def_Ori_SY Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Def_Ori_SY Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Sym_Orienté Code = 20
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , …
000007 Def_Ori_SY Code = 10
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …
000009 Sym_Orienté Code = 20
000010 Mesure 5 HP = 1.600 , …

VII.2.2. Annulation de l’orientation des symboles


Fonction : Remet à zéro l’orientation pour les prochains symboles orientés.
Intitulé GéoBase : Annul_Ori_SY Répétition Automatique : Non disponible
Syntaxe Carnet : <Code>

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
Il faut à nouveau lever deux points d’orientation pour définir une base d’orientation.

Exemple :
Le point 4 supporte un code d’annulation de l’orientation des symboles.
Ainsi le symbole orienté suivant est inséré sans orientation.

GéoBase :
000001 Déf_Ori_SY Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Déf_Ori_SY Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Sym_Orienté Code = 20
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , …
000007 Annul_Ori_SY Code = 30
000008 Sym_Orienté Code = 20
000009 Mesure 4 HP = 1.600 , …

172 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.3. Symbole non orienté


Fonction : Permet de lever un objet non-orienté sur 1 point et de le dimensionner en fonction des paramètres saisis.
Intitulé GéoBase : Sym_sans_Ori Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2>]] Définition du bloc : A l’échelle, semi-générique ou générique
selon le nombre de paramètres saisis
Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
EchX = 1, EchY = 1
Seul le code est saisi, l’objet nécessite un point levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles à l’échelle.
Le symbole est inséré tel qu’il est défini dans le bloc AUTOCAD ®.

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 1
EchX = Par1, EchY = 1
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite un point levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles semi-génériques.
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à la
valeur du paramètre (Par1).

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 1
EchX = Par1, EchY = Par2
Le code et 2 paramètres sont saisis, l’objet nécessite un point levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles génériques.
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à la
valeur du 1er paramètre (Par1), celui en Y (EchY) est égal au
2ème paramètre (Par2).

Exemple 1 :
1 arbre et une plaque ont été levés respectivement sur les points 1 et 2.
Pour l’arbre, aucun paramètre n’a été saisi, un symbole à l’échelle est utilisé.
2 paramètres ont été nécessaires pour dimensionner la plaque (utilisation d’un symbole générique).
Répétition automatique inactive.

GéoBase :
000001 Sym_sans_Ori Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_sans_Ori Code = 20 , EchX = 2.000 , EchY = 1.200
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

Exemple 2 :
Plaques levées sur les points 1, 2 et 3.
Saisie de 2 paramètres.
Répétition automatique activée (les paramètres sont aussi transmis).

GéoBase :
000001 Sym_sans_Ori Code = 10 , EchX = 2.000, EchY = 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 3 HP = 1.600 , …

REMARQUE :
L’orientation du symbole est celle du SCG sauf si le symbole doit s’orienter sur la polyligne la plus proche (cf. § VIII.5.4).

173 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.4. Symbole circulaire par centre et rayon


Fonction : Permet de lever un objet circulaire en précisant son rayon, soit par un deuxième point, soit par une valeur.
Intitulé GéoBase : Sym_Cir_Ray Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>] Définition du bloc : Générique, point d’insertion centré

Codifications terrain :
2
- Aucun paramètre : <Code>
104.21
Nombre de points levés : 2 1
EchX = 2R, EchY = 2R
104.20
Seul le code est saisi, l’objet nécessite alors 2 points pour être levé.
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré
correspondent à 2 fois la distance 2D (2R) entre les 2 points levés.
2R
Le centre correspond au 1er point levé.

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 1
EchX = 2Par1, EchY = 2Par1
1
Le code et un paramètre (valeur du rayon de l’objet circulaire) sont
104.20
saisis, l’objet nécessite alors 1 seul point pour être levé.
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré
correspondent à 2 fois la valeur du paramètre (2Par1).
2 Par1
Exemple 1 :
3 plaques circulaires ont été levées.
La 1ère est levée sur les points 1 et 2, aucun paramètre saisi.
Les 2ème et 3ème sont levées respectivement sur les points 3 et 4 avec saisie d’un paramètre.
Répétition automatique inactive.

GéoBase :
000001 Sym_Cir_Ray Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Cir_Ray Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Sym_Cir_Ray Code = 10 , EchX = 1.200
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000007 Sym_Cir_Ray Code = 10 , EchX = 1.200
3
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , … 2
104.21 104.29
Exemple 2 : 1
Exemple identique au précédent. 104.20
1.200 4
Répétition automatique activée.
104.31
GéoBase :
000001 Sym_Cir_Ray Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Sym_Cir_Ray Code = 10 , EchX = 1.200
000005 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000006 Mesure 4 HP = 1.600 , …

174 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.5. Symbole circulaire par diamètre


Fonction : Permet de lever un objet circulaire en précisant son diamètre, soit par un deuxième point, soit par sa valeur.
Intitulé GéoBase : Sym_Cir_Dia Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>] Définition du bloc : Générique, point d’insertion centré

Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 2
EchX = D, EchY = D 2

Seul le code est saisi, l’objet nécessite alors 2 points pour être levé. 104.21
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré
correspondent à la distance 2D (D) entre les 2 points levés.
1
Le centre correspond au milieu des deux points levés.
104.20

- 1 paramètre : <Code> <Par1> D


Nombre de points levés : 1
EchX = Par1, EchY = Par1
Le code et un paramètre (valeur du diamètre de l’objet circulaire) sont
saisis, l’objet nécessite alors 1 seul point pour être levé. 1
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré 104.20
correspondent à la valeur du paramètre (Par1).
Le centre correspond au premier point.
Par1

Exemple 1 :
3 plaques circulaires ont été levées.
La 1ère est levée sur les points 1 et 2, aucun paramètre saisi.
Les 2ème et 3ème sont levées respectivement sur les points 3 et 4 avec saisie d’un paramètre.
Répétition automatique inactive.

GéoBase :
000001 Sym_Cir_Dia Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Cir_Dia Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Sym_Cir_Dia Code = 10 , EchX = 1.200
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000007 Sym_Cir_Dia Code = 10 , EchX = 1.200
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , … 2 3

104.21 104.29
Exemple 2 :
Même exemple mais avec la répétition automatique activée (le diamètre
1 1.200
est également transmis sur le point 4). 4
104.20
104.31
GéoBase :
000001 Sym_Cir_Dia Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Sym_Cir_Dia Code = 10 , EchX = 1.200
000005 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000006 Mesure 4 HP = 1.600 , …

175 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.6. Symbole circulaire sur 3 points


Fonction : Permet de lever un objet circulaire sur 3 points.
Intitulé GéoBase : Sym_Cir_3Pt Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> Définition du bloc : Générique, point d’insertion centré

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 3
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré 2

sont calculés en fonction des 3 points. 104.21

1
3
Exemple 1 : 104.20
104.29
1 plaque circulaire levée sur 3 points.
Répétition automatique inactive.

GéoBase :
000001 Sym_Cir_3Pt Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Cir_3Pt Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Sym_Cir_3Pt Code = 10
2
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
104.21

Exemple 2 :
Exemple identique au précédent. 1
3
Répétition automatique activée. 104.20
104.29

GéoBase :
000001 Sym_Cir_3Pt Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 3 HP = 1.600 , ...

176 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.7. Symbole orienté simple


Fonction : Permet de lever un objet orienté sur 1 point et de le dimensionner en fonction des paramètres saisis.
Intitulé GéoBase : Sym_Orienté Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2>]] Définition du bloc : A l’échelle ou générique selon le
nombre de paramètres saisis

Renvoi aux types :


- Orientation des symboles (cf. § VII.2.1)
- Annulation de l’orientation des symboles (cf. § VII.2.2)
Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
EchX = 1, EchY = 1
Seul le code est saisi, l’objet nécessite un point de levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles à l’échelle.
Le symbole est inséré tel qu’il est défini dans le bloc AUTOCAD®.

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 1
EchX = Par1, EchY = Par1
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite un point de levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles génériques.
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré
correspondent à la valeur du paramètre (Par1).

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 1
EchX = Par1, EchY = Par2
Le code et 2 paramètres sont saisis, l’objet nécessite un point de levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles génériques.
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à la
valeur du 1er paramètre (Par1), celui en Y (EchY) est égal au
2ème paramètre (Par2).

Exemple :
Le 1er symbole, levé au point 3, est dimensionné par 2 paramètres et adopte l’orientation définie par les points 1 et 2.
Les 2ème et 3ème objets, levés aux points 4 et 5, sont dimensionnés par un seul paramètre et adoptent l’orientation du SCG (car le
point 4 supporte un code d’annulation de l’orientation des symboles orientés).

Répétition automatique activée.


GéoBase :
000001 Déf_Ori_SY Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Déf_Ori_SY Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Sym_Orienté Code = 20 , EchX = 1.200 , EchY = 0.400
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , …
000007 Annul_Ori_SY Code = 30
000008 Sym_Orienté Code = 20 , EchX = 0.700
000009 Mesure 4 HP = 1.600 , …
000010 Mesure 5 HP = 1.600 , …

REMARQUE :
Cette notion d’orientation par deux points levés est moins pratique que l’orientation des symboles sur la polyligne la plus
proche ajoutée dans la version 10 de COVADIS.

177 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.8. Symbole orienté sur 1 point avec EchY = 1


Fonction : Permet de lever un objet orienté sur 1 point et de le dimensionner uniquement en X.
Intitulé GéoBase : Sym_Ori_EX Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>] Définition du bloc : A l’échelle ou semi-générique selon le
nombre de paramètres saisis
Renvoi aux types :
- Orientation des symboles (cf. § VII.2.1)
- Annulation de l’orientation des symboles (cf. § VII.2.2)
Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
EchX = 1, EchY = 1
Seul le code est saisi, l’objet nécessite un point de levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles à l’échelle.
Le symbole est inséré tel qu’il est défini dans le bloc AUTOCAD®.

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 1
EchX = Par1, EchY = 1
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite un point de levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles semi-génériques.
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à la valeur
du paramètre (Par1) et celui en Y reste à 1.

Exemple :
3 objets sont levés.
Le 1er, levé au point 3, est dimensionné par 1 paramètre et adopte l’orientation définie par les points 1 et 2.
Les 2ème et 3ème objets, levés aux points 4 et 5, ne sont pas dimensionnés (échelle = 1) et adoptent l’orientation du SCG (car le
point 4 supporte un code d’annulation de l’orientation des symboles orientés).
Répétition automatique activée.

GéoBase :
000001 Déf_Ori_SY Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Déf_Ori_SY Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Sym_Orienté Code = 20 , EchX = 1.200
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , …
000007 Annul_Ori_SY Code = 30
000008 Sym_Orienté Code = 20
000009 Mesure 4 HP = 1.600 , …
000010 Mesure 5 HP = 1.600 , …

REMARQUE :
Cette notion d’orientation par deux points levés est moins pratique que l’orientation des symboles sur la polyligne la plus
proche ajoutée dans la version 10 de COVADIS.

178 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.9. Symbole carré par deux points diagonaux


Fonction : Permet de lever un objet sur 2 points par sa diagonale.
Intitulé GéoBase : Sym_Car_Dia Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> Définition du bloc : Générique

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 2 2
EchX = EchY calculées. 104.19
Seul le code est saisi, l’objet nécessite deux points pour être levé.
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré 1
sont calculés en fonction des 2 points. 104.21

Exemples :
1 plaque carrée levée sur 2 points.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_Car_Dia Code = 10 000001 Sym_Car_Dia Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Car_Dia Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

REMARQUE :
Dans le cas où la répétition automatique est activée, le code ne se répète pas sur le point 3 car le code a besoin de 2 deux points
seulement. Il faudrait ressaisir le code 10 sur le point 3 pour débuter une nouvelle plaque.

VII.2.10. Symbole par 2 points – EchX = 1, EchY = 1


Fonction : Permet de lever un objet en précisant son orientation par 2 points (aucun dimensionnement possible).
Intitulé GéoBase : Sym_Fixe_2Pt Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> Définition du bloc : A l’échelle, point d’insertion bas-gauche

Codification terrain :

Aucun paramètre : <Code> 2


Nombre de points levés : 2 10.19
EchX = 1, EchY = 1
Seul le code est saisi, l’objet nécessite 2 points pour être levé.
1
Le symbole est inséré tel qu’il est défini dans le bloc AutoCAD ®.
104.21

Exemples :
1 plaque orientée par les points 1 et 2.
Répétition automatique inactive / active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_Car_Dia Code = 10 000001 Sym_Car_Dia Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Car_Dia Code = 10 000002 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

179 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.11. Symbole homothétique par 2 points


Fonction : Permet de lever un objet carré sur 2 points par son côté.
Intitulé GéoBase : Sym_2Pts Répétition Automatique : disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>] Définition du bloc : Générique

Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 2
EchX = EchY = d
Seul le code est saisi, l’objet nécessite 2 points pour être levé. 1 d

Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré 104.21 2


valent la distance 2D (d) entre les points levés. 104.19
d

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 2
EchX = EchY = Par1
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite 2 points pour
préciser son orientation. Par1
1
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole inséré
correspondent à la valeur du paramètre (Par1) 104.21
2

Par1 104.19

Exemples 1 :
1 plaque carrée levée sur 2 points.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_2Pts Code = 10 000001 Sym_2Pts Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
1
000003 Sym_2Pts Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 104.21 2
104.19

Exemples 2 :
1 plaque carrée orientée selon 2 points.
Saisie d'un paramètre.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_2Pts Code = 10 , Ech = 1.200 000001 Sym_2Pts Code = 10 , Ech = 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_2Pts Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

1 1.200

104.21
2

1.200 104.19

180 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.12. Symbole par 2 points – EchX = Distance ou Par1 , EchY = 1


Fonction : Permet de lever un objet en dimensionnant le côté précisé par les 2 points levés.
Intitulé GéoBase : Sym_2Pt_EX Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>] Définition du bloc : Semi-générique, point d’insertion en
bas à gauche.

Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 2
EchX = d, EchY = 1 2
Seul le code est saisi, l’objet nécessite 2 points pour être levé. 120.30
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à la
1
distance 2D (d) entre les points levés. d
120.21

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 2
EchX = Par1, EchY = 1
2
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite 2 points pour
120.30
préciser son orientation.
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à la
valeur du paramètre (Par1) 1
Par1
120.21

Exemples 1 :
1 plaque levée sur 2 points.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_2Pt_EX Code = 10 000001 Sym_2Pt_EX Code = 10 2
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 120.30
000003 Sym_2Pt_EX Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1
120.21

Exemples 2 :
1 plaque orientée selon 2 points.
Saisie d'un paramètre.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_2Pt_EX Code = 10 , EchX = 1.200 000001 Sym_2Pt_EX Code = 10 , EchX = 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_2Pt_EX Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

2
120.30

1
120.21

181 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.13. Symbole par 2 points – EchX = Distance , EchY = Par1


Fonction : Permet de lever un objet sur 2 points en le dimensionnant.
Intitulé GéoBase : Sym_2Pt_EY Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>] Définition du bloc : Générique ou semi-générique,
point d’insertion en bas à gauche.

Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 2
EchX = d, EchY = 1 2
Seul le code est saisi, l’objet nécessite 2 points pour être levé. 120.30
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à la
1
distance 2D (d) entre les points levés. d
120.21

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 2
EchX = d, EchY = Par1 Par1
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite 2 points pour être
levé. 2
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré vaut la distance 2D 120.30
(d) entre les points levés ; celui en Y (EchY) correspond à la valeur du
1
paramètre (Par1). d
120.21

Exemples 1 :
1 plaque levée sur 2 points.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_2Pt_EY Code = 10 000001 Sym_2Pt_EY Code = 10 2
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 120.30
000003 Sym_2Pt_EY Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1
120.21

Exemples 2 :
1 plaque orientée selon 2 points.
Saisie d'un paramètre.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_2Pt_EX Code = 10 , EchY = 1.200 000001 Sym_2Pt_EX Code = 10 , EchY = 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_2Pt_EX Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

1.200

2
120.30

1
120.21

182 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.14. Symbole par 3 points – EchX = D12 , EchY = hauteur


Fonction : Permet de lever un objet sur 2 ou 3 points selon les paramètres saisis.
Intitulé GéoBase : Sym_3Pts_H Répétition Automatique : disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2>]] Définition du bloc : Générique, point d’insertion en
bas à gauche.

Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 3
3
EchX = d, EchY = h 104.21 h
Seul le code est saisi, l’objet nécessite alors 3 points pour être levé.
2
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à 104.21
la distance 2D (d) entre les 1er et 2ème points. Celui en Y (EchY)
est égal à la distance 2D (h) entre le 3ème point et son projeté
orthogonal sur la droite passant par les 2 premiers points. 1 d
104.20

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 3 3
104.21 h
EchX = Par1, EchY = h
2
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite alors 3 points 104.21
pour être levé.
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à
la valeur du paramètre (Par1). Celui en Y (EchY) est égal à la 1 Par1
distance 2D (h) entre le 3ème point et son projeté orthogonal sur la 104.20
droite définie par les 2 premiers points.

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 2 Par2
EchX = Par1, EchY = Par2 2
Le code et 2 paramètres sont saisis, l’objet nécessite alors 2 points 104.21
pour être levé.
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré correspond à
la valeur du 1er paramètre (Par1), celui en Y (EchY) est égal à la 1 Par1
104.20
valeur du 2ème paramètre (Par2).

Exemple 1 :
Plaque levée sur 2 points ( 1 et 2).
Saisie de deux paramètres.
Pas de répétition automatique.
1.200
GéoBase : 2
000001 Sym_3Pts_H Code = 10 , EchX = 2.000 , EchY = 1.200 104.21
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_3Pts_H Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1
2.000
104.20
Exemple 2 :
Plaque levée sur 3 points (1, 2 et 3)
Saisie d’un paramètre.
Répétition automatique activée. 3
104.21
2
GéoBase : 104.21
000001 Sym_3Pts_H Code = 10 , EchX = 2.000
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1
000004 Mesure 3 HP = 1.600 , … 2.000
104.20

183 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.15. Symbole par 3 points – EchX = D12 , EchY = D23


Fonction : Permet de lever un objet sur 2 ou 3 points selon les paramètres saisis.
Intitulé GéoBase : Sym_3Pts_D Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2>]] Définition du bloc : Générique, point d’insertion en
bas à gauche.

Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


3
Nombre de points levés : 3
104.21
EchX = d1, EchY = d2
Seul le code est saisi, l’objet nécessite alors 3 points pour être 2
levé. 104.21 d2
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré
correspond à la distance 2D (d1) entre les 1er et 2ème points.
Celui en Y (EchY) vaut la distance 2D (d2) entre les 2ème et 3ème 1 d1
104.20
points.

- 1 paramètre : <Code> <Par1> 3


Nombre de points levés : 3 104.21
EchX = Par1, EchY = d 2
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite alors 3 104.21
points pour être levé. d
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré
1 Par1
correspond à la valeur du paramètre (Par1). Celui en Y
104.20
(EchY) vaut la distance 2D (d) entre les 2ème et 3ème points.

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 2
EchX = Par1, EchY = Par2 Par2
2
Le code et 2 paramètres sont saisis, l’objet nécessite alors 2
104.21
points pour être levé.
Le facteur d’échelle en X (EchX) du symbole inséré
correspond à la valeur du 1er paramètre (Par1), celui en Y 1 Par1
(EchY) vaut la valeur du 2ème paramètre (Par2). 104.20

Exemple 1 :
Plaque levée sur 2 points ( 1 et 2).
Saisie de 2 paramètres.
Pas de répétition automatique.
1.200
GéoBase : 2
000001 Sym_3Pts_D Code = 10 , EchX = 2.000 , EchY = 1.200 104.21
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_3Pts_D Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1
2.000
104.20
Exemple 2 :
Plaque levée sur 3 points (1, 2 et 3)
Saisie d’un paramètre. 3
Répétition automatique activée. 104.21
2
104.21
GéoBase :
000001 Sym_3Pts_D Code = 10 , EchX = 2.000
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1 2.000
000004 Mesure 3 HP = 1.600 , … 104.20

184 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.16. Symbole composé sans échelle


Fonction : Permet de lever un objet sur 1 point.
Intitulé GéoBase : Sym_Comp_1 Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>] Définition du bloc : Symbole composé, point d’insertion centré
→ Symbole 1 : à l’échelle ou générique
→ Symbole 2 : à l’échelle ou générique

Symbole 1 Symbole 2

REMARQUE :
Pour illustrer notre propos, le symbole composé choisi est constitué d’un symbole -b-
générique (Symbole 1) et d’un symbole à l’échelle (Symbole 2).

-1- -a-
Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 1
Symbole 1 : EchX(1) = 1, EchY(1) = 1
Symbole 2 : EchX(2) = 1, EchY(2) = 1 1
Seul le code est saisi, l’objet nécessite 1 point de levé. 104.20
Cette codification est conseillée pour les symboles à l’échelle.
Le symbole inséré est composé des 2 symboles sans application de
facteur d’échelle.

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 1
Symbole 1 : EchX(1) = EchY(1) = Par1
Symbole 2 : EchX(2) = EchY(2) = Par1 1
b.Par1
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite 1 point de 104.20
levé.
Cette codification est conseillée pour les symboles génériques.
Les facteurs d’échelle en X (EchX) et en Y (EchY) du symbole Par1
inséré correspondent à la valeur du paramètre (Par1) et s’appliquent aux a.Par1
2 symboles le composant.

Exemples :
Deux arbres levés aux points 1 et 2.
Saisie d’aucun paramètre.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_Comp_1 Code = 10 000001 Sym_Comp_1 Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Comp_1 Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 ,
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

1
104.20

2
104.22

185 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.17. Symbole composé avec échelle du 1er symbole


Fonction : Permet de lever un objet sur 1 ou 2 points selon la saisie de paramètre conditionnant le dimensionnement du
1er symbole du symbole composé.
Intitulé GéoBase : Sym_Comp_2 Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>] Définition du bloc : Symbole composé, point d’insertion centré
→ Symbole 1 : générique
→ Symbole 2 : à l’échelle

Symbole 1 Symbole 2

REMARQUE :
Pour illustrer notre propos, le symbole composé choisi est constitué d’un symbole -b-
générique (Symbole 1) et d’un symbole à l’échelle (Symbole 2).

-1- -a-
Codifications terrain :

- Aucun paramètre : <Code>


Nombre de points levés : 2
Symbole 1 : EchX(1) = 2d, EchY(1) = 2d
Symbole 2 : EchX(2) = 1, EchY(2) = 1 1
Seul le code est saisi, l’objet nécessite 2 points pour être levé. 2
104.20
Les facteurs d’échelle en X (EchX(1)) et en Y (EchY(1)) appliqués 104.21
au symbole 1 correspondent à 2 fois la distance 2D (d) entre les points levés.
d
Aucun facteur d’échelle n’est appliqué au symbole 2.

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 1
Symbole 1 : EchX(1) = Par1, EchY(1) = Par1
1
Symbole 2 : EchX(2) = 1, EchY(2) = 1
104.20
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite 1 point de levé.
Les facteurs d’échelle en X (EchX(1)) et en Y (EchY(1)) appliqués
au symbole 1 correspondent à la valeur du paramètre saisi (Par1).
Par1
Aucun facteur d’échelle n’est appliqué au symbole 2.

Exemples 1 :
1 arbre levé sur les points 1 et 2.
Saisie d’aucun paramètre. 1
Répétition automatique inactive / active 2
104.20
104.21
GéoBase : GéoBase :
000001 Sym_Comp_2 Code = 10 000001 Sym_Comp_2 Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Comp_2 Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 ,…
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

Exemples 2 : 2
2 arbres levés aux points 1 et 2 avec un diamètre de tronc de 40 cm. 1
104.21
Saisie d’aucun paramètre. 104.20
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active

GéoBase : GéoBase : 0.400


000001 Sym_Comp_2 Code = 10 , Ech1 = 0.400 000001 Sym_Comp_2 Code = 10 , Ech1 = 0.400
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Comp_2 Code = 10 , Ech1 = 0.400 000003 Mesure 2 HP = 1.600 ,…
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

186 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.18. Symbole composé avec échelle des 2 symboles


Fonction : Permet de lever un objet sur 1, 2 ou 3 points selon les paramètres saisis afin de dimensionner
indépendamment les 2 symboles constituant le symbole composé.
Intitulé GéoBase : Sym_Comp_3 Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2>]] Définition du bloc : Symbole composé, point d’insertion centré
→ Symbole 1 : générique
→ Symbole 2 : générique

Symbole 1 Symbole 2

REMARQUE :
-1-
Pour illustrer notre propos, le symbole composé choisi est constitué de deux symboles
génériques (Symbole 1 et Symbole 2).

-1- -1-

Codifications terrain :
3
- Aucun paramètre : <Code> 104.19
Nombre de points levés : 3 d2
2
Symbole 1 : EchX(1) = 2d1, EchY(1) = 2d1 d1
104.21
Symbole 2 : EchX(2) = 2d2, EchY(2) = 2d2 1
Seul le code est saisi, l’objet nécessite 3 points pour être levé. 104.20
Les facteurs d’échelle en X (EchX(1)) et en Y (EchY(1)) appliqués
au symbole 1 correspondent à 2 fois la distance 2D (d1) entre les 1 er
et 2ème points levés ; ceux (EchX(2) et EchY(2)) appliqués au
symbole 2 correspondent à 2 fois la distance 2D (d2) entre les 1 er et
3ème points. 2.d1
2.d2

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 2 2
Symbole 1 : EchX(1) = 2d, EchY(1) = 2d 104.21 d
Symbole 2 : EchX(2) = Par1, EchY(2) = Par1 1
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite 2 points de levé. 104.20
Les facteurs d’échelle en X (EchX(1)) et en Y (EchY(1)) appliqués
au symbole 1 correspondent à 2 fois la distance 2D (d) entre les
points levés ; ceux (EchX(2) et EchY(2)) appliqués au symbole 2
correspondent à la valeur du paramètre saisi (Par1).
2.d

Par1

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 1
Symbole 1 : EchX(1) = Par1, EchY(1) = Par1
Symbole 2 : EchX(2) = Par2, EchY(2) = Par2
1
Le code et deux paramètres sont saisis, l’objet nécessite 1 point de levé.
104.20
Les facteurs d’échelle en X (EchX(1)) et en Y (EchY(1)) appliqués
au symbole 1 correspondent à la valeur du 1er paramètre (Par1) ; ceux
(EchX(2) et EchY(2)) appliqués au symbole 2 correspondent à la
valeur du 2nd paramètre saisi (Par2).
Par1
Par2

187 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

Exemples 1 :
1 arbre levé sur les points 1, 2 et 3.
Aucune saisie de paramètre.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active 3
104.19
GéoBase : GéoBase :
2
000001 Sym_Comp_3 Code = 10 000001 Sym_Comp_3 Code = 10
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 104.21
1
000003 Sym_Comp_3 Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 ,…
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 000004 Mesure 3 HP = 1.600 ,… 104.20
000005 Sym_Comp_3 Code = 10
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , …

Exemples 2 :
2 arbres levés aux points 1 et 2 avec saisie de 2 paramètres (dimensionnement du
tronc et du feuillage).

Répétition automatique inactive :

GéoBase :
000001 Sym_Comp_3 Code = 10 , Ech1 = 0.400 , Ech2 = 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Sym_Comp_3 Code = 10 , Ech1 = 0.400 , Ech2 = 1.200 2
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1
104.21
104.20
Répétition automatique active :

GéoBase : 0.400
000001 Sym_Comp_3 Code = 10 , Ech1 = 0.400 , Ech2 = 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 1.200
000003 Mesure 2 HP = 1.600 ,…

188 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les symboles

VII.2.19. Entrée avec piliers levée par deux points


Fonction : Permet de lever une entrée par 2 points seulement. Dessine les piliers, la flèche et la ligne de seuil.
Intitulé GéoBase : Sym_Entrée Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : [<Prefixe>]<Code> [<Par1> [<Par2>] [<Par3>]] Définition du bloc : Symbole 1 : pilier
Symbole 2 : flèche

Codifications terrain :
Dans tous les cas, les échelles en X et Y du second symbole (flèche) sont égales à 1.
2
- Aucun paramètre : <Code>
Symbole 1 : EchX(1) = EchY(1) = 1
Seul le code est saisi, l’objet nécessite 2 points levés.
Le symbole 2 est placé au milieu des deux piliers et est orienté
1
perpendiculairement aux deux points.
2

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Symbole 1 : EchX(1) = EchY(1) = Par1
Le code et un paramètre sont saisis, l’objet nécessite 2 points levés.
Le paramètre est l’échelle globale des deux piliers. 1
2

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Symbole 1 : EchX(1) = Par1, EchY(1) = Par2
Le code et deux paramètres sont saisis, l’objet nécessite 2 points levés.
Les piliers sont rectangulaires. 1

- 3 paramètres : <Code> <Par1> <Par2> <Par3>


Symbole 1 : EchX(1) = Par1, EchY(1) = Par2 2

Décalage de la ligne de seuil = Par3


Le code et trois paramètres sont saisis, l’objet nécessite 2 points levés.
Les piliers sont rectangulaires. 1

REMARQUES :
 Le rôle du préfixe, pour ce code, est d’inverser la convention de levé, c’est-à-dire qu’avec le même code il est possible de
lever une entrée par sa droite (sens trigo sans préfixe ou sens topo avec préfixe) ou par sa gauche (sens trigo avec préfixe ou
sens topo sans préfixe).
 Le fait de lever les points à l’extérieur des piliers facilite les éventuelles constructions à la perpendiculaire pour les arrivées
ou les départs de murs (cf. § VII.10.1).

VII.2.20. Alignement de symboles identiques


Fonction : Permet de lever un alignement de symboles identiques en levant le premier et dernier symbole.
Intitulé GéoBase : Sym_Align Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> <Par1> Définition du bloc : Symbole à l’échelle

Codifications terrain :

- 1 paramètre : <Code> <Par1> 2


Nombre de points levés : 2
Le paramètre est le nombre de symboles à répartir entre les deux points (ici 7).

Une application possible de ce code est le levé d’un alignement d’arbres ou de plots.
1

189 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les figures géométriques

VII.3. LES FIGURES GÉOMÉTRIQUES

Tous les codes de cette catégorie ont pour premier paramètre dans leur codification terrain le code de la liaison de base. Tous ces
types génèreront une polyligne dont les caractéristiques correspondent au paramétrage de cette liaison dans la table de codes. Si
l’opérateur n’indique aucun paramètre ou que le code de la liaison de base n’existe pas dans la table, la polyligne sera alors insérée
dans le calque 0 avec le type de ligne Continuous.

VII.3.1. Cercle par centre+rayon ou centre+point


Fonction : Permet de lever un cercle par centre levé et rayon levé ou saisi.
Intitulé GéoBase : Cercle_R Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2>]]

Codifications terrain :

- 1 paramètre : <Code> <Par1> R


Nombre de points levés : 2
2
Par1 : liaison de base
104.21
Rayon = R
1
Le code et le paramètre de la liaison de base sont saisis, le cercle nécessite
104.20
alors 2 points pour être levé.
Le rayon du cercle inséré correspond à la distance 2D (R) entre les 2
points levés.

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 1
Par1 : liaison de base 1

Par2 : rayon du cercle 104.20


Le code et deux paramètres sont saisis, le cercle nécessite alors 1 seul point
pour être levé.
Le rayon du cercle inséré correspond à la valeur du paramètre Par2. Par2

Exemple 1 :
3 cercles ont été levés.
Le 1er est levé sur les points 1 et 2, seul le paramètre de la liaison de base (ici code 20#) est saisi.
Les 2ème et 3ème sont levés respectivement sur les points 3 et 4 avec saisie de deux paramètres.

Répétition automatique inactive.


GéoBase :
000001 Cercle_R Code = 10 , Liaison = 20
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Cercle_R Code = 10 , Liaison = 20
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Cercle_R Code = 10 , Liaison = 20 , Rayon = 1.200
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000007 Cercle_R Code = 10 , Liaison = 20 , Rayon = 1.200 2 3
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …
104.21 104.29
1
Exemple 2 :
104.20
Même exemple avec répétition automatique activée. 1.200 4
104.31
GéoBase :
000001 Cercle_R Code = 10 , Liaison = 20
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Cercle _R Code = 10 , Liaison = 20 , Rayon = 1.200
000005 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000006 Mesure 4 HP = 1.600 , …

190 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les figures géométriques

VII.3.2. Cercle par centre+diamètre ou 2 pts du diamètre


Fonction : Permet de lever un cercle par centre levé et diamètre saisi ou par 2 points diamétralement opposés.
Intitulé GéoBase : Cercle_D Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2>]]

Codifications terrain :

- 1 paramètre : <Code> <Par1> D


Nombre de points levés : 2
Par1 : liaison de base
Diamètre = D 2
Le code et le paramètre de la liaison de base sont saisis, le cercle nécessite 1 104.21
alors 2 points pour être levé. 104.20
Le diamètre du cercle inséré correspond à la distance 2D (D) entre les 2
points levés.

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 1
Par1 : liaison de base 1
Par2 : diamètre du cercle 104.20
Le code et deux paramètres sont saisis, le cercle nécessite alors 1 seul point
pour être levé.
Le diamètre du cercle inséré correspond à la valeur du paramètre Par2. Par2

Exemple 1 :
3 cercles ont été levés.
Le 1er est levé sur les points 1 et 2, seul le paramètre de la liaison de base (ici code 20#) est saisi.
Les 2ème et 3ème sont levés respectivement sur les points 3 et 4 avec saisie de deux paramètres.

Répétition automatique inactive.


GéoBase :
000001 Cercle_D Code = 10 , Liaison = 20
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Cercle_D Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000005 Cercle_D Code = 10 , Liaison = 20 , Diamètre = 1.200
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000007 Cercle_D Code = 10 , Liaison = 20 , Diamètre = 1.200 2 3
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …
104.21 104.29

Exemple 2 :
Même exemple avec répétition automatique activée. 1 1.200
4
104.20
104.31
GéoBase :
000001 Cercle_D Code = 10 , Liaison = 20
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Cercle_D Code = 10 , Liaison = 20 , Diamètre = 1.200
000005 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000006 Mesure 4 HP = 1.600 , …

191 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les figures géométriques

VII.3.3. Cercle sur 3 pts successifs ou non (répétition automatique)


Fonction : Permet de lever un cercle passant par 3 points non alignés.
Intitulé GéoBase : Cercle_3Pts Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>]

Codification terrain :

1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 3
2
Par1 : liaison de base (celle qui fournira l’habillage)
104.21
Le diamètre est calculé en fonction des 3 points levés sans tenir compte de
leur altitude.
1
3
104.20
104.29
Exemples :
1 cercle levé sur 3 points avec saisie de la liaison de base (ici code 20#).

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase :
000001 Cercle_3Pts Code = 10 , Liaison = 20 000001 Sym_Cir_3Pt Code = 10 , Liaison = 20 2
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
104.21
000003 Cercle_3Pts Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 000004 Mesure 3 HP = 1.600 , …
000005 Cercle_3Pts Code = 10 1
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 3
104.20
104.29

VII.3.4. Carré par 2 points diagonaux


Fonction : Permet de lever un carré par 2 points d’une diagonale.
Intitulé GéoBase : Carré_Dia Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1>]

Codification terrain :

1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 2
Par1 : liaison de base d

Longueur(diagonale) = d 2
Le code et le paramètre de liaison de base sont saisis, l’objet 104.19
nécessite 2 points pour être levé.
La longueur de la diagonale du carré est la distance 2D (d) entre les 2 1
points levés.
104.21

Exemples :
1 carré levé sur 2 points avec saisie de la liaison de base (ici code 20#).

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase :
000001 Carré_Dia Code = 10 , Liaison =20 000001 Carré_Dia Code = 10 , Liaison = 20
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Carré_Dia Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

192 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les figures géométriques

VII.3.5. Carré par les 2 points d’un côté


Fonction : Permet de lever un carré par 2 points d’un même côté.
Intitulé GéoBase : Carré_2Pts Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2>]]

Codifications terrain :

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 2
Par1 : liaison de base
Longueur(côté) = d 1 d
Le code et le paramètre de liaison de base sont saisis, l’objet nécessite 104.21 2
2 points pour être levé. 104.19
La longueur du côté du carré correspond à la distance 2D (d) entre d
les points levés.

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 2
Par1 : liaison de base
Par2 : longueur du côté du carré
Le code et deux paramètres sont saisis, le carré nécessite 2 points pour Par1
1
préciser son orientation.
La longueur du côté du carré correspond à la valeur du 2 ème paramètre 104.21
2
(Par2). 104.19
Par1

Exemples 1 :
1 carré levé sur 2 points.
Saisie d’un paramètre (liaison de base code 20#).

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase :
000001 Carré_2Pts Code = 10 , Liaison = 20 000001 Carré_2Pts Code = 10 , Liaison = 20
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Carré_2Pts Code = 10 000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1

104.21 2
104.19
Exemples 2 :
1 carré orienté selon 2 points.
Saisie de 2 paramètres.

Répétition automatique inactive :


GéoBase :
000001 Carré_2Pts Code = 10 , Liaison = 20 , Côté = 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Carré_2Pts Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …
1 1.200
Répétition automatique active :
GéoBase : 104.21
2
000001 Sym_2Pts Code = 10 , Liaison = 20 , Côté = 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 1.200 104.19
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …

193 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les figures géométriques

VII.3.6. Rectangle par 3 points (hauteur)


Fonction : Permet de lever un rectangle sur 2 ou 3 points selon les paramètres saisis.
Intitulé GéoBase : Rect_3Pts_H Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2> [<Par3>]]]

Codifications terrain :

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 3
3
Par1 : liaison de base 104.21 h
Longueur = d, Hauteur = h
2
Le code et le paramètre de liaison de base sont saisis, le rectangle 104.21
nécessite alors 3 points pour être levé.
La longueur du rectangle est la distance 2D (d) entre les 1 er et 2ème
points. Sa hauteur vaut la distance 2D (h) entre le 3 ème point et son 1 d
104.20
projeté orthogonal sur la droite passant par les 2 premiers points.

- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>


Nombre de points levés : 3
3
Par1 : liaison de base 104.21 h
Par2 : longueur du rectangle 2

Hauteur = h 104.21

Le code et deux paramètres sont saisis, l’objet nécessite alors 3


points pour être levé 1 Par2
La longueur du rectangle correspond à la valeur du paramètre (Par2). 104.20
Sa hauteur vaut la distance 2D (h) entre le 3ème point et son projeté
orthogonal sur la droite passant par les 2 premiers points.

- 3 paramètres : <Code> <Par1> <Par2> <Par3>


Nombre de points levés : 2
Par1 : liaison de base Par3
2
Par2 : longueur du rectangle
104.21
Par3 : hauteur du rectangle
Le code et trois paramètres sont saisis, l’objet nécessite alors 2
points pour être levés. 1 Par2
La longueur du rectangle correspond à la valeur du 2 nd paramètre 104.20
(Par2), la hauteur vaut la valeur du 3ème paramètre (Par3).

Exemple 1 :
Rectangle levé sur 2 points (1 et 2). Saisie de 3 paramètres (liaison de base code 20#).

Pas de répétition automatique.


GéoBase :
000001 Rect_3Pts_H Code = 10 , Liaison = 20 , EchX = 2.000 , EchY = 1.200 1.200
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 2
000003 Rect_3Pts_H Code = 10 104.21
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , …

Exemple 2 : 1
2.000
Rectangle levé sur 3 points (1, 2 et 3). Saisie de 2 paramètres. 104.20

Répétition automatique activée. 3


104.21
GéoBase : 2
000001 Rect_3Pts_H Code = 10 , Liaison = 20 , EchX = 2.000 104.21
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , …
000004 Mesure 3 HP = 1.600 , …
1 2.000
104.20

194 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les figures géométriques

VII.3.7. Rectangle par 3 points (distance)


Fonction : Permet de lever un rectangle sur 2 ou 3 points selon les paramètres saisis.
Intitulé GéoBase : Rect_3Pts_D Répétition Automatique : Disponible
Syntaxe Carnet : <Code> [<Par1> [<Par2> [<Par3>]]]

Codifications terrain :

- 1 paramètre : <Code> <Par1>


Nombre de points levés : 3 3
104.21
Par1 : liaison de base
Longueur = d, hauteur = h
2
Le code et le paramètre de liaison de base sont saisis, le 104.21 h
rectangle nécessite alors 3 points pour être levé.
La longueur correspond à la distance 2D (d) entre les 1er et 2ème
points. La hauteur vaut distance 2D (h) entre les 2 ème et 3ème 1 d
104.20
points
- 2 paramètres : <Code> <Par1> <Par2>
Nombre de points levés : 3 3
Par1 : liaison de base 104.21
Par2 : longueur du rectangle 2
104.21
Hauteur = h h
Le code et deux paramètres sont saisis, le rectangle nécessite
alors 3 points pour être levé. 1 Par2
La longueur correspond à la valeur du paramètre (Par2). La 104.20
hauteur vaut la distance 2D (h) entre les 2ème et 3ème points.
- 3 paramètres : <Code> <Par1> <Par2> <Par3>
Nombre de points levés : 2
Par1 : liaison de base Par3
Par2 : longueur du rectangle 2
Par3 : hauteur du rectangle 104.21
Le code et trois paramètres sont saisis, le rectangle nécessite
alors 2 points pour être levé.
1 Par2
La longueur du rectangle correspond à la valeur du 1 er
104.20
paramètre (Par2), la hauteur vaut la valeur du 2 ème paramètre
(Par3).

Exemple 1 :
Rectangle levé sur 2 points ( 1 et 2).
Saisie de 3 paramètres (liaison de base code 20#).

Pas de répétition automatique. 1.200


GéoBase : 2
000001 Rect_3Pts_D Code = 10 , Liaison = 20 , EchX = 2.000 , EchY = 1.200 104.21
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Rect_3Pts_D Code = 10
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , … 1
2.000
104.20
Exemple 2 :
Rectangle levé sur 3 points (1, 2 et 3) 3
Saisie de 2 paramètres. 104.21
2
Répétition automatique activée. 104.21
GéoBase :
000001 Rect_3Pts_D Code = 10, Liaison = 20 , EchX = 2.000
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 1 2.000
000003 Mesure 2 HP = 1.600 , … 104.20
000004 Mesure 3 HP = 1.600 , …

195 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les liaisons

VII.4. LES LIAISONS

VII.4.1. Liaison principale


Fonction : Permet de dessiner des polylignes (composées de segments droits, d’arcs ou lissés).
Intitulé GéoBase : Liaison Répétition Automatique : Disponible

Syntaxe : [<Prefixe>]<Code>+<Suffixe> [<Par1>]


La syntaxe d’un code liaison principale est composée du code défini dans la table suivi immédiatement
d’un suffixe (1 caractère). Le suffixe détermine la nature du segment suivant de la liaison.
Le préfixe sert à prolonger le segment au point considéré de la valeur passée en paramètre.

REMARQUE :
Dans la table de codes les liaisons sont facilement repérables. En effet, Un caractère dièse (#) est ajouté pour rappeler le suffixe.
Ainsi le code 10# sera décliné sur le terrain en 100, 101, … ou 10A selon le suffixe employé. Il existe 15 suffixes qui doivent
être différents (cf. § VIII.4.4 pour leur paramétrage).

Epaisseur de liaison :

Tous les types de symbolique COVADIS sont affectables à une liaison, mais ceux pour lesquels l’épaisseur est modifiable sont
les murs à grille (‘syg’), les murs simples (‘sym’), les objets mur/haie (‘dmu’) et les types de ligne AutoCAD®.
Il existe plusieurs façons de modifier une épaisseur de liaison.
La première est de donner l’épaisseur en paramètre du code sur un point de la liaison. Dans ce cas, l’épaisseur peut être négative
ce qui a pour effet de dessiner la symbolique de l’autre coté.
Vous pouvez également lever un point donnant l’épaisseur en utilisant le suffixe correspondant.

Si la polyligne est habillée d’un type de ligne AutoCAD ®, l’épaisseur correspond à un décalage de polyligne. Dans ce cas, le
décalage peut varier le long de la polyligne (cf. § VIII.5.5). Dans le cas contraire (symbolique COVADIS), c’est la dernière
épaisseur saisie qui sera adoptée.

Rôle des différents suffixes (entre parenthèses figure la valeur par défaut du suffixe) :

 « Ouverture avec un segment rectiligne » (0) : permet de débuter une polyligne avec un segment rectiligne.

 « Ouverture avec un segment d’arc » (1) : permet de débuter une polyligne avec un segment d’arc.

 « Ouverture avec un segment lissé » (2) : permet de débuter une polyligne avec un segment lissé.

REMARQUE :
L’ouverture d’une liaison arrête si besoin la polyligne de même code ouverte précédemment. Toutes les liaisons en cours à la fin
de la génération du dessin sont automatiquement arrêtées.

 « Segment rectiligne » (3) : permet d’ajouter un segment rectiligne à la polyligne.

Exemple :
Liaison de code 10# avec le suffixes 0 (ouverture rectiligne) et 3 (segment rectiligne).

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase : 1 4
000001 Liaison Code = 100 000001 Liaison Code = 100
104.20 104.22
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Liaison Code = 103 000003 Liaison Code = 103 3
2
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
000005 Liaison Code = 103 000005 Mesure 3 HP = 1.600 , … 104.25 104.21
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 000006 Mesure 4 HP = 1.600 , ...
000007 Liaison Code = 103
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …

196 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les liaisons

 « Segment d’arc » (4) : permet d’ajouter un segment d’arc à la liaison ouverte.

REMARQUES :
 La construction des arcs suit les mêmes règles que la commande polyligne d’AutoCAD ®, c’est-à-dire que l’arc sera tangent
au segment précédent.
 Si on commence une liaison par un segment d’arc COVADIS attendra qu’une direction de tangence soit connue pour donner
une direction de départ à la polyligne. (cf. Exemple 2 ci-après).

Exemple 1 :
La liaison 10# est ouverte au point 1 par un segment rectiligne (suffixe = 0). Ce dernier indique la tangente pour le segment
d’arc suivant. Les tangentes sont continues aux points 2 et 3.

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase :
000001 Liaison Code = 100 000001 Liaison Code = 100
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 1
000003 Liaison Code = 104 000003 Liaison Code = 104 104.20 4
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
104.22
000005 Liaison Code = 104 000005 Mesure 3 HP = 1.600 , … 2
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 000006 Mesure 4 HP = 1.600 , ... 104.25 3
000007 Liaison Code = 104
104.21
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …

Exemple 2 :
La liaison 10# est ouverte au point 1 par un segment d’arc (suffixe = 1). Le segment rectiligne au point 3 impose une direction
de tangence aux segments d’arc précédents.

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase :
000001 Liaison Code = 101 000001 Liaison Code = 101
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 4
000003 Liaison Code = 104 000003 Liaison Code = 104 1 104.22
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 104.21
000005 Liaison Code = 103 000005 Liaison Code = 103
2 3
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000007 Liaison Code = 103 000007 Mesure 4 HP = 1.600 , … 104.25 104.20
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …

 « Second point de l’arc » (5) : permet d’ajouter un segment d’arc passant par trois points.

REMARQUE :
Un point codé second point d’arc (suffixe = 5) sera transformé en segment d’arc (suffixe = 4) s’il n’est précédé d’un point codé
ouverture ou segment d’arc

Exemple :
La liaison 10# est ouverte au point 1 par un segment d’arc (suffixe 1).
2 séquences de codes pour segment d’arc passant par 3 points concernent les points 1-2-3 et 3-4-5.
Les tangentes sont discontinues au point 3.

Répétition automatique inactive.


GéoBase : 2
000001 Liaison Code = 101
1
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Liaison Code = 105 104.20
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 4
000005 Liaison Code = 104
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
000007 Liaison Code = 105 3 5
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , … 104.21
104.28
000007 Liaison Code = 104
000008 Mesure 5 HP = 1.600 , …

197 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les liaisons

 « Segment lissé » (6) : permet d’ajouter un segment lissé à la liaison ouverte.

REMARQUES :
 Les segments lissés créent des points supplémentaires afin de respecter la continuité des tangentes.
 Les segments lissés sont représentés par deux segments d’arc et donnent la même géométrie que le lissage AutoCAD®.

Exemple :
La liaison 10# est composée de segments lissés. Les tangences sont respectées aux points 2 et 3.

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase : 1
000001 Liaison Code = 100 000001 Liaison Code = 100
104.20 4
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Liaison Code = 106 000003 Liaison Code = 106 104.22
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
2
000005 Liaison Code = 103 000005 Liaison Code = 103
3
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
104.21
000007 Liaison Code = 103 000005 Mesure 4 HP = 1.600 , …
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …

 « Segment non-dessiné » (7) : permet d’ajouter un segment non-dessiné à la liaison ouverte.

REMARQUE :
La continuité des tangentes n’est pas perdue en utilisant un segment non dessiné alors qu’elle le serait si on réouvrait la liaison.

Exemple :
La liaison 10# est ouverte au point 1 et comporte un segment non-dessiné au point 2.

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase :
000001 Liaison Code = 100 000001 Liaison Code = 100
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Liaison Code = 107 000003 Liaison Code = 107 1 4
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 104.20 104.22
000005 Liaison Code = 103 000005 Liaison Code = 103
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 2 3
000007 Liaison Code = 103 000007 Mesure 4 HP = 1.600 , ...
104.25 104.21
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …

198 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les liaisons

 « Point donnant l’épaisseur (Liaisons épaisses) » (8) : permet de donner l’épaisseur de la polyligne en levant un point.

Exemple 1 : épaisseur de liaison par « Point donnant l’épaisseur (Liaisons épaisses) »

La liaison 10# est ouverte au point 1 et est composée uniquement de segments rectilignes.
Le point 4 donne l’épaisseur de la liaison (distance entre 4 et la liaison) .
Au point 6, une autre liaison de même code est ouverte (ce qui clôt la liaison précédente). Aucune épaisseur ne lui est affectée.

Répétition automatique inactive / Répétition automatique active


GéoBase : GéoBase :
000001 Liaison Code = 100 000001 Liaison Code = 100
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Liaison Code = 103 000003 Liaison Code = 103
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
000005 Liaison Code = 103 000005 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 1
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 000006 Liaison Code = 108 104.20 5
000007 Liaison Code = 108 000007 Mesure 4 HP = 1.600 , … 4 104.23
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , … 000008 Liaison Code = 103 2
000009 Liaison Code = 103 000010 Mesure 5 HP = 1.600 , … 104.22 3
104.25
000010 Mesure 5 HP = 1.600 , … 000011 Liaison Code = 100
6 104.21
000011 Liaison Code = 100 000012 Mesure 6 HP = 1.600 , ...
7
000012 Mesure 6 HP = 1.600 , ... 000013 Liaison Code = 103 104.03 8
000013 Liaison Code = 103 000014 Mesure 7 HP = 1.600 , ... 104.32
104.27
000014 Mesure 7 HP = 1.600 , ... 000015 Mesure 8 HP = 1.600 , ...
000015 Liaison Code = 103
000016 Mesure 8 HP = 1.600 , ...

Exemple 2 : épaisseur de liaison par saisie de paramètre.

La liaison 10# est ouverte au point 1 et composée uniquement de segments rectilignes.


L’épaisseur de liaison est indiqué au point 3 en paramètre du code.

GéoBase : 1
000001 Liaison Code = 100 4
104.20
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
104.23
000003 Liaison Code = 103 , Epaisseur = 2.000 2
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 3
000005 Liaison Code = 103 , Epaisseur = 1.000 104.25
000008 Mesure 3 HP = 1.600 , … 104.21
000009 Liaison Code = 103
000010 Mesure 4 HP = 1.600 , …

REMARQUE :
Si le décalage variable n’est pas activé pour le code, c’est la dernière valeur de l’épaisseur qui est appliquée.

Exemple 3 : décalage variable.

La liaison 10# est ouverte au point 1 avec une largeur de 0.5 m. L’épaisseur de la liaison varie au fur et à mesure du levé.
GéoBase : 1
000001 Liaison Code = 100 , Epaisseur = 0.500
4
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Liaison Code = 103 , Epaisseur = 1.000 104.23
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
000005 Liaison Code = 103 , Epaisseur = 2.000 3
2
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , … 104.21
104.25
000007 Liaison Code = 103
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …

REMARQUES :
 La valeur du décalage au point 4 est la même qu’au point 3 bien qu’elle ne soit pas précisée.
 Le décalage variable ne fonctionne pas avec le point donnant l’épaisseur mais avec le paramètre saisi.
 Il est également possible de lever l’axe et ne dessiner que les polylignes décalées des deux cotés (décalage bilatéral).

199 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les liaisons

 « Clore la liaison sur le premier point » (9) : permet de fermer la liaison ouverte sur le premier point de la liaison.

REMARQUE :
Pour que la liaison passe par le point 4 vérifiez le paramètre de la table concernant les codes de fermeture (cf. VIII.4.4), sinon il
serait nécessaire d’ajouter un code 103 avant le code 109 pour faire passer la liaison par le point 4.

Exemple :
La liaison 10# est ouverte au point 1 et fermée au point 4.
Répétition automatique inactive / Répétition automatique active
GéoBase : GéoBase :
000001 Liaison Code = 100 000001 Liaison Code = 100 1 4
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
104.20 104.22
000003 Liaison Code = 103 000003 Liaison Code = 103
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 2 3
000005 Liaison Code = 103 000005 Mesure 3 HP = 1.600 , …
104.25 104.21
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 000006 Liaison Code = 109
000007 Liaison Code = 109 000007 Mesure 4 HP = 1.600 , …
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , …

 « Point donnant la direction d’amorce (bâtiments) » (A) : permet d’ajouter une amorce à la liaison ouverte.

REMARQUES :
 Un paramètre saisi est considéré comme la longueur de l’amorce et non plus l’épaisseur de la liaison. Par défaut, cette dernière
est fixée à 5 m (paramétrable cf. § VIII.4.4).
 La direction de construction de l’amorce dépend du signe de sa longueur en adoptant la convention de levé inhérente au code
de la liaison (paramètre précisé dans la table de codes).
 Une amorce sur un point intermédiaire double le segment d’amorce (utile pour les hachures de bâtiments).

Quatre cas peuvent se présenter pour un code amorce :


• 1er cas : le point codé est également un point intermédiaire de liaison. L’amorce est alors créée selon la bissectrice de
l’angle constitué par les segments précédent et courant.

Exemple :
Le point 2 de la liaison 10# est codé deux fois. Une fois pour faire passer la polyligne par le point 2 et une seconde
fois pour dessiner l’amorce.

GéoBase :
000001 Liaison Code = 100 4.000
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Liaison Code = 103 2
000004 Liaison Code = 10A , Epaisseur = 4.000
1 104.25
000005 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 3
000006 Liaison Code = 103 104.20
000007 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 104.22

• 2nd cas : le point supportant ce type est également le premier ou le dernier point de la liaison. L’amorce est alors créée
perpendiculairement au premier ou dernier segment de la liaison suivant le cas.
Exemple :
Les points 1 et 3 de la liaison 10# supportent un code amorce.
Aucun paramètre n’a été saisi pour le point 3. La longueur de l’amorce sera donc de 5 m.
GéoBase :
000001 Liaison Code = 100
000002 Liaison Code = 10A , Epaisseur = 3.000
000003 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 2
000004 Liaison Code = 103
3.000 1 104.25
000005 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
3
000006 Liaison Code = 103 104.20 5.000
000007 Liaison Code = 10A 104.22
000008 Mesure 3 HP = 1.600 , ...

200 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les liaisons

• 3ème cas : le point supportant ce type est également un point de segment non-déssiné.
L’amorce est alors créée perpendiculairement au segment précédent si le point est le premier du segment non-dessiné,
sinon il s’agira du segment suivant.

Exemple :
Les points 2 et 3 de la liaison 10# supportent un code amorce. Le segment 2-3 n’est pas dessiné (code 107).
GéoBase :
000001 Liaison Code = 100 5.000
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 4.000
000003 Liaison Code = 107
000004 Liaison Code = 10A , Epaisseur = 4.000 2 3
000005 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
104.25 104.22
000006 Liaison Code = 103 1
000007 Liaison Code = 10A 4
000008 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 104.20
000009 Liaison Code = 103 104.22
000010 Mesure 3 HP = 1.600 , ...

•4 ème
cas : le point codé amorce n’est pas un point de la liaison. L’amorce est alors dessinée comme dans l’exemple.

Exemple 1 :
Le point 3 est codé en amorce. L’amorce part de 2, et est dans le prolongement de 3 vers 2 sur 4 mètres.
GéoBase :
000001 Liaison Code = 100
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 4.000
000003 Liaison Code = 103
000005 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 2
000007 Liaison Code = 10A , Epaisseur = 4.000
104.25
000008 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 1 4
000009 Liaison Code = 103
104.20 3 104.22
000010 Mesure 4 HP = 1.600 , ...
104.22
Exemple 2 :
Même exemple sans donner la longueur. Dans ce cas la longueur de l’amorce est égale à la distance 2-3
GéoBase : 3
000001 Liaison Code = 100 104.22
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
d 2
000003 Liaison Code = 103
000005 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 104.25
000007 Liaison Code = 10A 1 d 4
000008 Mesure 3 HP = 1.600 , ...
104.20 104.22
000009 Liaison Code = 103
000010 Mesure 4 HP = 1.600 , ...

 « Fermer perpendiculairement (bâtiments) » (B) : permet de fermer perpendiculairement la liaison sur le premier point.

REMARQUE :
Pour que la liaison passe par le point 3 vérifiez le paramètre de la table concernant les codes de fermeture (cf. VIII.4.4), sinon il
aurait fallu mettre un code 103 avant le code 10B.

Exemple :
La liaison 10# est ouverte au point 1 et est fermée perpendiculairement au point 3.

GéoBase :
3
000001 Liaison Code = 100
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ... 104.22
000003 Liaison Code = 103
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ...
000005 Liaison Code = 10B
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 1 2
104.20
104.25

201 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les liaisons

 « Tangente Avant (sauf premier point) » (C) : impose la direction d’arrivée d’un segment lissé sur le point codé.

 Ce suffixe n’agit que sur les segments lissés. A


 Soit le vecteur Tangente dirigé du dernier point de la liaison codifié B
précédemment construisant un segment lissé (A) au point de liaison
supportant ce suffixe (B). La liaison sera conçue de telle sorte que
son sens de parcours soit en opposition au vecteur Tangente AB ; en
d’autres termes, la liaison entrera par la Tangente.
 Une Tangente Avant affectée en début de liaison sera transformée
automatiquement en Tangente Après.
 Il est impossible de codifier « Tangente Avant (sauf premier point) » et liaison
« Tangente Après (sauf dernier point) » au même point.

 « Tangente Après (sauf dernier point) » (D) : impose la direction de départ du point codé pour un segment lissé.

 Ce suffixe n’agit que sur les segments lissés.


 Soit le vecteur Tangente dirigé du dernier point de la liaison codifié B
précédemment construisant un segment lissé (A) au point de liaison
supportant ce suffixe (B). La liaison sera conçue de telle sorte que A
son sens de parcours sera identique au vecteur Tangente AB ; en
d’autres termes, la liaison sortira par la Tangente.
 Une Tangente Après affectée en fin de liaison sera transformée automatiquement
en Tangente Avant.
 Il est impossible de codifier « Tangente Avant (sauf premier point) » et liaison
« Tangente Après (sauf dernier point) » au même point.

Exemple :
Liaison de code 10#.

La liaison 10# est en répétition automatique et est ouverte au point 1 par un segment lissé.
Le point 4 est codé Tangente Avant et le point 8 est codé Tangente Après. Les tangentes sont continues aux points 3 et 7.
GéoBase :
000001 Liaison Code = 102
000002 Mesure 1 HP = 1.600 , ...
000003 Liaison Code = 105
000004 Mesure 2 HP = 1.600 , ... 1
000005 Liaison Code = 105 104.20
000006 Mesure 3 HP = 1.600 , ... 4 2
000007 Liaison Code = 10C 3
104.22 104.25
000008 Mesure 4 HP = 1.600 , … 5
104.21
000009 Liaison Code = 105 104.28
000010 Mesure 5 HP = 1.600 , … 6 8
000011 Mesure 6 HP = 1.600 , … 7
104.27 104.32
000012 Mesure 7 HP = 1.600 , … 9
104.21
000013 Liaison Code = 10D
104.23
000014 Mesure 8 HP = 1.600 , …
000015 Liaison Code = 105
000016 Mesure 9 HP = 1.600 , …

REMARQUE :
La polyligne ne passe pas par le point codé Tangente Avant ou Tangente Après.

 « Point Topo uniquement » (E) : dessine le point topographique avec le paramétrage du code de la liaison.

202 COVADIS CALCUL


LES TYPES DE CODES Les liaisons

VII.4.2. Cas particulier des talus


Pour dessiner des talus en utilisant une symbolique de talus (fichier d’extension ‘syt’), procédez comme dans l’exemple suivant :

Exemple :
Liaison de code 10# code le haut de talus, la liaison 20# code le bas de talus.
Le bas de talus doit être ouvert (ligne 000001) avant que le haut de talus ne l’utilise (ligne 000003). L’indication du bas de talus
n’est pas forcément sur le premier point. Sur le terrain, l’indication du bas de talus dans le code haut de talus (ligne 000003)
doit correspondre au deuxième paramètre du code haut de talu