Vous êtes sur la page 1sur 26

UFR LCE

Année 2018 – 2019

Stage de gestion de projets de traduction chez OT Traduction

Du 18 Mars au 30 août 2019

Matthieu Wisniewski

Bernad CROS – Frédéric BOMO-LEDUCQ

1
Remerciements :

Avant de commencer la rédaction de mon rapport de stage, il me semble naturel de


remercier les personnes qui m’ont permis de réaliser ce stage. Tout d'abord, j'adresse
mes remerciements à mon professeur, Mr SAHUC de l'Université Paris Nanterre qui
m'a beaucoup aidé dans ma recherche de stage et m'a permis de postuler dans cette
entreprise. Son écoute et ses conseils m'ont permis de cibler mes candidatures, et de
trouver ce stage . Je tiens à remercier vivement mon maître de stage, Mr Frédéric
BOMO-LEDUCQ, qui m’a acceptée au sein de son équipe et grâce à qui j’ai pu
découvrir la gestion de projets dans le monde de la traduction. Je remercie également les
personnes avec qui j’ai travaillé directement et qui m’ont appris beaucoup de choses :
Élodie, María, Sandra et Sabrina.

2
Sommaire
Introduction.................................................................................................................................4

I. L’entreprise ..............................................................................................................................6

A. L’entreprise.........................................................................................................................6

B. Le cadre du stage................................................................................................................6

C. Chiffre d'affaires et publicité de la société..........................................................................7

D. La concurrence..................................................................................................................11

II. Le stage et ses missions..........................................................................................................12

A. Gestion de projets.............................................................................................................12

B.Relecture............................................................................................................................14

III. Le bilan..................................................................................................................................15

A. Mes missions dans l'entreprise.........................................................................................15

A. Traduction.........................................................................................................................20

B. Difficultés rencontrées .....................................................................................................24

C. Apport du stage.................................................................................................................25

Conclusion..................................................................................................................................26

3
Introduction

Je souhaiterais tout d’abord parler de ma recherche de stage. J’ai initialement concentré


mes recherches de stages en traduction juridique, en favorisant les cabinets d’avocats
notamment. J’ai contacté plusieurs agences de traduction spécialisées ainsi que des
traducteurs indépendants dans le milieu juridique et j’ai également envoyé des
candidatures spontanées. Je n’ai obtenu de ces recherches que peu de réponses et dans
ces quelques réponses, toutes étaient négatives. Sur les conseils de mon professeur de
traduction juridique, Mr SAHUC, j’ai étendu mes recherches en mettant en avant le fait
que je pouvais aider les entreprises dans la gestion de projets et la relecture, c’est ce
détail qui a joué en ma faveur par la suite car le directeur de stage de l'entreprise qui m'a
accepté m'a confié que c'est parce que mon CV comportait la mention gestion de projet
que ma candidature a été retenue. Finalement le site de recherche d’emploi et de stage
Indeed m’a permis de trouver un stage, même si là encore les réponses ont été peu
nombreuses. J’ai eu la chance d’être contacté par le directeur de L’agence de traduction
OT Traduction Frédéric BOMO-LEDUCQ, qui m’a d'abord fait passer un entretient
téléphonique puis un second entretient dans ses locaux avant de me proposer un stage en
gestion de projets de 6 mois dès que possible.

J’ai effectué mon stage au sein de l’entreprise OT Traduction du 18 mars au 30 août. Ce


stage m’a permis de découvrir la gestion de projets dans une agence de traduction, qui
comprend de la gestion de projet à proprement parler, ainsi que la relecture et
éventuellement de la (pré) traduction.

Ce stage a été très bénéfique pour moi ; il m’a permis d’avoir une expérience
professionnelle dans le milieu de la traduction d’un point vue différent de celui de
traducteur. Il m’a permis de me confronter au monde du travail dans une petite
entreprise et il m’a apporté de nouvelles compétences : J’ai dû échanger avec les
traducteurs et utiliser l’outil de TAO (traduction assisté par ordinateur) le plus utilisé
dans le métier : SDL Trados Studio. J’ai appris à utiliser les différents outils pour la

4
gestion de projet comme le programme « salesforce » et j'ai dû me familiariser avec
ABBY, un outil de ROC (Reconnaissance optiques de caractères ) et j'ai également dû
apprendre à maîtriser le traitement de texte Word pour la mise en page de nombreux
documents.

J’ai eu la chance de contribuer à des projets importants tous très différents : Un manuel
d'utilisation d'une grue, des manuels destinées aux employés d'un restaurant, des
contenues d'un site de produits cosmétiques, des contrats, un rapport d’enquête sur
l'étude de l’aménagement de rivières en Guyane, etc.

Dans ce rapport je présenterai d’abord la société dans laquelle j’ai travaillé ainsi que
son cadre, puis dans une seconde partie je parlerai de mes missions réalisées dans
l’entreprise.

5
I. L’entreprise

A. L’entreprise

J'ai effectué mon stage de traduction dans la société OT Traduction. C'est une petite
entreprise de traduction spécialisées dans les traductions techniques, juridiques et
marketing, dont le principale couple de langue est français-anglais. Elle est située à
Herblay, non loin de Paris a été créée en 2010. Elle réalisait un chiffre d'affaire de 520
000 euros en 2017, en traitant environ 700 projets de traduction.

Le directeur de cette entreprise, Frédéric BOMO-LEDUCQ a en réalité récupéré la


société de traduction «Offshore translation » d'un de ses amis d'enfance en faillite qu'il a
re-immatriculé en décembre 2010 et renommé OT (sigle de Offshore Translation)
traduction avec un capital social de 31 000€. Mr BOMO-LEDUCQ est ingénieur
commercial de formation et la « creation » ou recuperation de cette société a été un vrai
challenge pour lui. Il a d'abord commencé a travailler de chez lui pendant 1 an, année
durant laquelle il s'est beaucoup investit dans le développement de la traduction
technique (son domaine) et en octobre 2010 il installe la société a Herblay.

B. Le cadre du stage

Les locaux sont composés d'un open space avec 6 postes munis d'un ordinateur et des
logiciels nécessaires afin de gérer des projets, d'une petite cuisine équipée et de toilettes,
ainsi qu'une petite salle de réunion et un bureau principalement utilisé par les employés
quand ces derniers veulent s'isoler afin de téléphoner à un client. Un des réels avantage
de ces locaux est d’être situé à coté de la gare.

Au bureau, toute l'équipe d'OT traduction travaille dans la même salle, l'open space cité
précédemment. L'ambiance y est généralement calme et silencieuse du fait de la
présence du patron dans l'open space, on note une ambiance plus détendue quand ce
dernier s'absente, même si elle reste professionnelle. L'équipe est composée de Fédéric,
le directeur, qui gère également des projets en plus de gérer la partie administrative de la

6
société. Les deux premières employées d'OT traduction sont parties en mauvais terme
avec la société, il reste donc Sandra, arrivée en 2013 qui travaille encore en tant
qu’assistante et gestionnaire de projets. Elle gère l’administration et la comptabilité de
la société, mais elle aide aussi dans la gestion de projets. Ses missions principales sont :
la mise en page des documents, la constitution des éléments de paie, la gestion des
congés, le pointage des factures fournisseurs, le règlement des factures traducteurs, la
mise à jour du site internet ; mais aussi la gestion de projets, à moindre degré. Élodie,
arrivée un an après en 2014, elle ne s'occupe que de la gestion de projets.

La dernières employée, Maria est arrivée il y a plus d'un an, elle a été directement
embauchée dans l'entreprise après son stage de Master 2. Maria est espagnole trilingue
(espagnol, français, anglais), elle est donc à la fois gestionnaire de projets et traductrice
lorsque des projets dans ses domaines (juridique, marketing) vers l'espagnol son traités.

Enfin, peu de temps après mon arrivé une autre stagiaire, Sabrina, a rejoint l'équipe
d'OT traduction, Sabrina est italienne et tout comme Maria, elle a déjà eu à faire des
traductions vers l'italien.

C. Chiffre d'affaires et publicité de la société

Voici un tableau et un diagramme récapitulatifs du CA (chiffre d'affaires) de la société


depuis sa création :

7
Année Chiffre d’affaires
2011 130 900 €
2012 434 100 €
2013 523 700 €
2014 470 000 €
2015 430 000 €
2016 471 100 €
2017 520 000 €
2018 520 000,00 €

Comme on peut voir, en 2014 et 2015 la société stagne dû aux litiges entre les 2
salariées, mentionnés précédemment.

Dans les 8 ans de vie de la société, il y a eu seulement 5 stagiaires en total (moi y


compris). Selon les mots du patron, un stagiaire demande beaucoup de temps de
formation, les traductions que la société livre sont des traductions de qualité qu’un
stagiaire ne peut pas fournir, et réaliser une traduction technique demande de
l’expérience qu’un stagiaire n’a pas.

La société travail surtout avec des clients récurrents. Parmi ses clients les plus
importants, on note Accenture, Schoeller and Bleckmann, CMS Francis Lefèvre
Avocats etc. Mais son enjeu principal aujourd’hui est la recherche de nouveaux clients.
C’est pour cela que Frédéric a mis en place depuis quelques années un système de
publicité en ligne. Il s’agit d’une annonce sur Internet fourni par Google Adwords. Les
annonces publicitaires sont conçues en fonction des mots clés. Par exemple, dans notre
entreprise les mots-clés sont « Traduction technique », « Traduction juridique »,
« Société de traduction » entre autres. De cette façon si quelqu’un tape « traduction
juridique » sur Google, notre société est la première ou une des premières à apparaître.
Sans ce type d’annonces, la société serait classée naturellement dans un 15 ème ou 16ème
rang. Donc, sûrement, elle n’aurait pas autant de demandes en traduction. Ci-dessous il

8
y a un exemple d’une recherche sur Google du terme « traduction juridique ». La
société apparaît en première lieu :

À chaque clic l’entreprise paye un montant (entre 8 € et 15 € environ). Il s’agit d’un


grand investissement, mais qui porte ses fruits. Dans le compte de Google Adwords, le
gérant peut voir le nombre de clics eus dans une journée ou une période et il peut savoir
aussi si ce clic a été rentable ou pas, si grâce à ce clic il a reçu une demande ou non. Il y
a des journées sans aucun clics tout comme des journées avec 20 clics mais juste une
seule demande de devis. C’est très aléatoire. Une fois que la personne a cliqué il est
dirigé automatiquement vers notre site internet, concrètement vers notre formulaire de
demande de devis.

9
Si le patron décide d'utiliser adwords, c'est dans l'espoir d’acquérir de nouveaux clients
récurrents. Il lui arrive de désactiver l'annonce quand l'entreprise est déjà trop occupée à
traiter des demandes en cours, et une fois qu'elle en a un peu moins, adwords est remis.

Cependant, tout n’est pas positif dans la publicité Adwords. L’annonce fait perdre aussi
de l’argent à l’entreprise dans certaines occasions. Parfois les clics sont très nombreux
et il n’y a aucune demande, ou des demandes qui ne sont pas intéressantes pour la
société. OT Traduction est une société destinée aux entreprises, elle ne travaille pas
avec les particuliers ou seulement dans des cas très précis. Avec l’annonce Google, nous
recevrons chaque jour beaucoup d’appels demandant un traducteur assermenté. Ces
appels nous font perdre de l’argent (clic fait, clic payé) ainsi que du temps parce que
nous devons expliquer à la personne d’aller sur le site de la Cour d’Appel de Paris ou
Versailles, chercher dans la rubrique H etc. Finalement pour un service qui ne sera pas
fourni par nos soins.

10
D. La concurrence

Je ne connais pas beaucoup le positionnement de l’entreprise par rapport au reste


d’agences de traductions d’île de France. En revanche, . Pendant le stage, j’ai beaucoup
entendu parler de nos principaux concurrents : Technicis, Alpha trad et HL trad. La
plupart de temps ce sont les clients qui nous donnent le nom des concurrents moins cher
quand nous demandons pourquoi nous avons perdu un devis.
Nous pratiquons un tarif standard de 0,17 centimes par mot, tandis que nos concurrents
sont à 0,12 ou moins. Cela est très variable (ça dépends du projet, de couple des langues
etc). Il peut y avoir des projets à 30 centimes le mot et des projets à 0,12, mais
globalement 0,17 est le tarif standard. Frédéric justifie ses prix en mettant en avant la
qualité des traductions vendus, et les clients de l'entreprise viennent confirmé ce besoin
de qualité dans l'univers de la traduction.

A chaque fois que nous recevons une nouvelle demande de devis, la personne qui a reçu
la demande doit appeler le prospect (client potentiel). Il faut connaître le contexte de la
demande. Et une des questions posées au client est si nous sommes en concurrence ou
pas. Cela nous permet d’ajuster le prix et de faire une remise si possible. Cette partie
sera mieux expliquée dans la deuxième partie de mon rapport.

Voici un diagramme qui détaille l’étape d’un projet face à la concurrence (plus d’un
50% des demandes de devis on été signés en 2018) :

11
II. Le stage et ses missions

A. Gestion de projets

OT traduction est une entreprise de traduction, elle s'occupe donc de gérer des projets de
traductions. La gestion de projet consiste à traiter la demande d'un client afin de lui
fournir la traduction qu'il a demandé.

Je vais brièvement lister et expliquer toutes les étapes de la gestion de projets :

Tout d'abord il y a la réception de la demande, cette dernière peut être direct par mail si
c'est un client récurrent de la société, ou alors cela peut être une demande de devis via le
site, qui peut provenir d'adwords (systeme de publicité en ligne) ou une visite du site
« naturelle ». Le patron , ingénieur commercial de formation, se fait un point d'honneur
à appeler tout nouveau prospect, pour lui indiquer bonne réception de la demande, et

12
afin de poser les questions qui permettront de cerner le client pour mieux répondre à ses
besoins et s'assurer une collaboration. Selon Frédéric, l'aspect commercial est crucial et
il permet de faire la différence avec les autres sociétés concurentes. Les questions à
poser sont ; connaître les contraintes de délais (afin de savoir si la demande est urgente),
s'assurer du ou des couple(s) de langues, savoir si tout est traduire (dans le cadre de
textes avec images) et surtout savoir si la société est en concurrence avec d'autres
agences, afin de savoir si un effort commercial au niveau du prix sera à faire ou non.

Il est bien évidemment toujours essentiel de bien regarder le document à traduire, pour
savoir si celui ci est facilement gérable ou non. Les scans de documents sont plus
compliqué à traiter car ils doivent être modifiés par un logiciel afin de devenir éditable
pour avoir le nombre de mots. Certains documents demandent d'ailleurs beaucoup de
travail d'édition afin d’être traité, je parlerai de la mise en page plus tard en détails et de
on utilité.

Après l'appel au client, la société OT traduction ne travail que sur devis. Elle établie
donc ce dernier en fonction du nombre de mots, et du couple de langues (le couple
anglais français est bien plus courant et répandu que le danois-français par exemple, a
cause du nombre faibles de traducteurs, et cela augmente le prix des traductions.

Le devis est envoyé et en parallèle un traducteur a été choisis pour ce projet éventuel,
OT traduction collabore avec de nombreux traducteurs mais elle traite la plupart de ses
projets avec une grosse quinzaine de traducteurs aux tarifs avantageux et à la qualité
avérée.

En fonction du traducteur et de la concurrence ou non sur une nouveau projet, il est


commun que l'agence fasse une remise commercial, de 5 à 10%, afin de mettre plus de
chances de son coté en vue de sceller la collaboration. Cependant la marge des projets
doit toujours rester aux alentours de 50%.

Si le contrat signe, nous envoyons au traducteur le fichier à traduire, souvent sous


format xliff (format d'un fichier du logiciel de TAO SDL Trados) avec un bon de
commande rappelant les délais ainsi que le prix de la sous traitance (ces derniers on été
fixés par mail au préalable pendant l'élaboration du devis).

13
Ensuite, le traducteur renvoie la traduction à l'agence ou le chargé de projet relis la
traduction et la remet en forme afin qu'elle corresponde à l'original, dans son format et
sa forme (certaines langues sont plus longue, comme le français ou l'allemand par
rapport à l'anglais, et nécessite donc de la retouche de mise en page avant livraison).
L'étape de relecture est primordiale, c'est un gage de qualité et elle justifie l’intérêt des
entreprises de traduction.

Enfin, la traduction est livrée avec la facture, souvent avec un peu d'avance quand cela
est possible, et OT Traduction reste à disposition du client pour d'éventuelles
modifications si nécessaires, si ces dernières concernent un point linguistique.Par
exemple le changement d'un terme par un autre, ce que j'ai d'ailleurs du réaliser sur un
projet technique où le client a demandé à ce que « safety » soit toujours traduit par
sureté et « security » par securité, heureusement grâce aux outils de TAO, ce genre de
manipulation peut être réalisé sans trop de problèmes.

B.Relecture

La relecture constitue une tache essentielle dans la gestion de projets. En effet une
société de traduction se doit de fournir un travail de qualité et la relecture en est une
étape indispensable. Même les meilleurs traducteurs ne sont pas à l’abri d’un oubli ou
d’une coquille.

Lors de mon stage j’ai eu de nombreuses relectures à faire, pour la plupart en anglais, et
quelques une en français. Il n’y avait pas d’anglais natif au bureau, mais tous les
employés (à l’exception de Sandra) avait une formation linguistique d’anglais, et étaient
aptes à relire une traduction dont la cible était l’anglais.

S’il est presque essentiel de traduire dans sa langue natale, on peut tout à fait procéder à
une relecture dans une langue maîtrisée.

14
On peut procéder à différents niveaux de relecture, le plus simple ne demande que de
l’attention et ne requiert pas de connaître la langue cible. Il est possible de chercher les
coquilles comme les oublis ou encore des mots répétés, des sauts de ligne intempestifs
ou saut de page en trop ou manquant. On s’assure également qu’il ne manque pas
d’image ou que les langues plus longues comme le français ou l’allemand ne présentes
pas de problèmes de place comme dans des tableaux par exemple.

Pour les relectures de langues non maîtrisées on peut vérifier si des mots n’apparaissent
pas deux fois et bien sûr on demande au traducteur de se relire, voire de se relire après
une mise en page, afin d’éviter les grosses coquilles.

Ensuite il y a des traducteurs avec lesquelles la société travaille souvent et dont


l’expertise et le professionnalisme est connu. Dans ces cas la relecture ne nécessite pas
vraiment une relecture approfondie, généralement uniquement la cible est relue et on ne
recherche que d’éventuelles coquilles.

La dernière relecture est une relecture croisée, dans laquelle on relit la cible, puis la
source. Elle peut être chronophage surtout lorsque l’on ne maîtrise pas le sujet, car cela
demande de faire des recherches en parallèle. Par exemple la relecture de manuels
d’utilisation agricoles ou de grues.

III. Le bilan

A. Mes missions dans l'entreprise

Lors de mon entretient, Frédéric m'avait annoncé les missions qui allait m’être données
pendant le stage. Comme indiqué précédemment, il ne confie pas de traductions aux
stagiaires, et il m' a aussi précisé que je n'aurais pas à communiquer avec les clients.

15
Mes missions ont été d'assister les employées ainsi que le patron dans leurs projets, à
savoir pour toutes les tâches informatiques, de la mise en page, communiquer aux
traducteurs ainsi que d'effectuer des relectures et pré traductions.

Les tâches informatiques étaient très simples et ne demandaient que peu d'attention et
de concentration une fois les procédures de la société assimilées. J'ai eu à créer de
nombreux comptes de nouveaux clients, en notant les informations essentielles (nom,
identifiant d'entreprise, contact associé à l'entreprise,etc), un des éléments importants à
noter lors de la création d'un compte client est la situation financière de ce dernier, afin
de savoir si un règlement à la commande est demandé (pour s'assurer d’être payé). Il
était également fréquent que je mette en ligne les factures dans la base de donnée de la
société, afin qu'elles soient envoyées aux clients.

Afin d’établir un devis, il est essentiel de faire une analyse du document à traduire sous
SDL Trados, qui donnera le nombre de mots exacte, de mots répétés ainsi que le
nombre de « fuzzy matches » (les mots quasi identique comme chien/chiens/chiennes,
par exemples, ou work/works/worked). Plus un texte comporte de répétitions et de
« fuzzy matches », plus simple est la traduction pour le traducteur. De plus certains
traducteurs ont des grilles tarifaires prenant en compte le tarif au mots uniques, au mots
répétés et aux fuzzy matches du type :

Type de mots Tarif

Mots uniques 0,10 €

Mots répété 0,00 €


(100%}

Fuzzy matches

95-99% 0,02 €

85-94% 0,035

16
75-84% 0,10

50-75% 0,10

Ces tarifs permettent d'améliorer la marge de la société sur un projet ou de proposer une
réduction commercial si le projet est en concurrence avec d'autres agences.

Les outils de TAO (traduction assistée par ordinateur) tel que SDL Trados permettent de
créer des mémoires de traductions. Une mémoire de traduction est en faite un fichier
gardant en mémoire des segments (phrases) dans la langue source et l'équivalent dans la
langue cible, de tel sorte que lorsqu'un client récurrent demande une nouvelle
traduction, l'analyse Trados sera faite au regard de la mémoire de traduction du/des
projets précédents, ainsi un projet peut être déjà partiellement traduit grâce à la mémoire
de traduction, permettant encore une fois à l'agence de faire plus de marge ou de
pouvoir proposer un geste commerciale. De plus ces mémoires de traductions sont des
outils très utiles pour les entreprises, cela permet de garder un lexique validé par le
client. En effet, par exemple, certaines entreprises veulent conserver des termes anglais
dans leurs brochures françaises ou inversement, ou elle veulent que des termes
techniques spécifiques soient traduits de telle ou telle manière.

D'ailleurs il est fréquent de créer un lexique avec des clients récurrents, dans lesquels
des mots techniques et leurs équivalents sont notés, ainsi avec un lexique et/ou une
mémoire de traduction, on peut donner des projets à des traducteurs différents si les
traducteurs habituels ne sont pas disponibles, tout en conservant le lexique
précédemment utilisé.

Lors de mon stage il m'est arrivé de devoir créer des mémoire de traduction. Cela peut
être facile et rapide si nous avons les fichiers sous forme éditables, ou cela peut être
assez long et laborieux ; en effet il m'est arrivé d'avoir à copier coller des brochures de
produits cosmétiques en français puis leur équivalent en anglais dans deux fichiers
Words puis les « alignés » sous SDL Trados, c'est à dire m'assurer que chaque segment
en français était bien aligné dans la mémoire à son équivalent en anglais.

17
Dans la même idée de tâches laborieuse, la mise en page de fichiers non éditables peut
s'avérer un travail extrêmement chronophage et stressant voir frustrant quand il est à
réaliser avec une contrainte de temps ou lorsque l'on arrive pas à effectuer un
changement. En effet il arrive que des fichiers soient scan de manuscrits ou des des PDF
non éditables (quand le texte ne peut pas être sélectionné, puis copier coller), ou que le
fichier comporte des images avec du texte. Dans ces cas il faut utiliser un programme
nommé ABBY, un programme de ROC (reconnaissance de caractères optiques) qui va
détecter la langue et recréer un fichier sous forme éditable. Cependant il arrive que sur
des fichiers de mauvaise qualité, un gros travail de mise en page et de relecture soit à
faire derrière. Ce travail consiste à s'assurer que le document à bien été retranscrit dans
sa forme originale, hors il est fréquent que beaucoup de coquilles ou d'erreurs se soient
produites durant la conversion. Par exemple il est fréquent que tous les chiffres romains
soient détectés comme le chiffre « 1 » au lieu du « i » majuscule, tous les accents
peuvent mal apparaître ou les « o » peuvent devenir des zéro, ensuite il y a tous les
problèmes de saut de pages, de retour chariot et de largeur de la page peuvent
apparaître, ainsi que des doubles espaces intempestifs, tous ces détails doivent être
vérifiés avant l'analyse Trados sinon le compte de mots et répétitions peut être faussé.

Lorsqu'une traduction comme un contrat était demandé, et que l'analyse montrait


beaucoup de « fuzzy matches », il arrive que l'on pré traduise le document avant de
l'envoyer au traducteur, de sorte à ce que le compte de mots à traduire diminue, ainsi le
coût de la sous traitance diminue lui aussi. Lors d'une pré traduction, dans le logiciel
Trados, une colonne comporte les segments sources et une autre les segments cibles, qui
s’insèrent automatiquement lorsque la correspondance entre la source et la mémoire de
traduction d'un précédent dossier est constaté, ainsi il est possible d'avoir des segments
déjà traduits avec des différences mineurs, comme le nom d'une société, un montant,
une devise ou encore des crochets à la place de parenthèses à changer. Ce travail est
simple mais demande de l'attention car une erreur dans la traduction d'un contrat peut
être lourde de conséquences, et les traducteurs ne vérifient pas les segments pré traduits
par l'agence.

18
La communication avec les traducteurs consistait à leur demander leurs disponibilités
pour savoir s'il pouvait traiter une demande, puis à leur envoyer le document à traduire
au format xliff (tous les traducteurs travaillant avec OT traduction utilise un logiciel de
TAO) avec un bon de commande. Ensuite une communication lors de la relecture peut
avoir lieu.

Enfin les missions les plus intéressantes que j'ai eu à faire on été les relectures. En effet
c'est dans ces moments là que je pouvais pratiquer un peu de linguistique, et vérifier si
des oublis ou erreurs n'avaient pas été commis. En cas de doute d'un segment de
traduction, un email est envoyé au traducteur avec tous les segments avec une
potentielle erreur ainsi qu'une remarque ou une nouvelle proposition de traduction. Dans
le cas de coquilles, les changements sont fait sans prévenir le traducteur.

J'ai traité beaucoup de relectures dont des relectures de gros dossiers comme la relecture
concernant l’aménagement de fleuves en Guyane. Dans ce dossier, le traducteur devait
traduire 20 000 mots en deux mois et demi, cependant les livraisons ont été un peu
tardives, et le traducteur a dû se dépêcher de terminer la traduction. Cette relecture très
technique car elle comportait beaucoup de vocabulaire concernant les rapides, les
rochers ou des plantes/algues a dû être réaliser rapidement elle aussi, car si le traducteur
livre tard, la relecture est à faire rapidement elle aussi pour ne pas dépasser les délais.
Une traduction faite dans l'urgence peut présenter de nombreuses petites erreurs, en
effet j'ai remarqué que la traduction de nombreux « sauts » devaient être traduit par
« rapid » en anglais, mais il est arrivé à plusieurs reprises que le traducteur écrive
« jump », une erreur de précipitation ou peut être à cause de l'outil de TAO et d'une
traduction automatique mais cela démontre que le traducteur ne s'était pas relu.
Également, dans la source, le rapport faisait mention d'un chantier, dans sa forme
métonymique, que le traducteur ne pouvait donc pas traduire par « worksite » mais par
un termine désignant les travaux et non un endroit.

Plus récemment, dans une relecture de contenus pour un site de produits cosmétiques,
dont la cible était l'anglais et la source le français, j'ai décelé une erreur qui peut être
commune pour un natif anglais, celle d'un mot qui change avec ou sans accent. Dans ce

19
texte la cible source était « Sous la douche, sa texture sucre permet une exfoliation
douce et quotidienne », la traductrice avait traduit par « In the shower, its sweet texture
provides gentle, everyday exfoliation », ici la traductrice a confondu sucré et sucre, hors
la source parle d'une texture sucre, donc au toucher granuleux, je lui ai alors proposé de
mettre « in the shower, its sugar texture provides gentle everyday exfoliation. Ensuite il
arrive que des termes sembles étranges dans la formulation anglaise, ainsi dans cette
mime traduction, le terme d'acheteur vérifié avait été traduit « Purchaser verified », ce
qui semblait très étrange au vu de la structure (Nom + verbe) là ou je m'attendais à un
nom (purchaser ou buyer modifié par un adjectif), il s'est avéré qu'en effet le terme
exacte était « verified buyer » apres discussion avec la traductrice par mails.

Lors de la relecture d'une traduction d'un petit texte d' histoire français vers l'anglais
destiné au tourisme, j'ai remarqué que certains faux amis peuvent induire les anglais en
erreur lors de leurs traductions. Dans le texte l'expression « sans doute » était utilisée
dans la phrase les maisons avaient été construites par l’architecte Jean I et sans doute
Léopole II […]. Ici le traducteur proposait « without any doubt », qui serait la traduction
de « sans aucun doute », hors en français l'expression sans doute formule en vérité un
doute, même si la probabilité de ce doute tend à être un peu plus proche de l'affirmation
que de la négation. On préféra alors la traduction de « sans doute » par « probably »
dans ce cas.

A. Traduction

Comme je l'ai précisé plus haut, Frédéric ne confit pas de traductions à ses stagiaires,
cependant j'ai eu l'occasion à deux reprises de pré traduire des documents, et dans
l'optique de pré traduire un maximum de mots, j'ai pu traduire des morceaux de contrats,
que Frédéric a ensuite relu et validé.

Le premier était une partie d'une charte éthique, afin de m'assurer des bonnes définitions
et du bon vocabulaire, je me suis inspiré de plusieurs traductions de chartes traitées par
l'agence, ainsi que des recherches sur internets. Voici quelques exemples de
traductions :

Première exemple :

20
ETHICAL CHARTER OF @@@@@@

All of the companies of the @@@@@@ Group must observe the Ethical Charter and
encourage its suppliers to comply with it and monitor this to the extent possible.

CHARTE ÉTHIQUE LA @@@@@

Toutes les entreprises du Groupe @@@@@ doivent respecter la Charte Éthique,


encourager ses fournisseurs à la respecter et la contrôler dans la mesure du possible.

Cette traduction est relativement simple, le seul détail qui ressort est la différence entre
le français et l'anglais dans la coordination, en français la conjonction « et » est utilisée
qu'une seule fois, entre les derniers objets coordonnées, avec des virgules utilisées avant
pour séparer les objets, là où en anglais, l'utilisation de « and » répétée ne choque pas.
Cela est d'ailleurs vrai de manière générale et vaut pour l'ensemble de la langue
française et anglaise, en français les répétitions choquent, à l'écrit comme à l'oral, là ou
l'anglais les accepte et les apprécie.

Deuxième exemple

Payment of Salaries

The salaries and compensation paid for a normal week's work must comply with the
national legal standards.

Written and comprehensible information must be provided to all of the employees


regarding the employment conditions for their salaries before they accept the position,
as well as the specifics of their salaries for the pay period in question each time that
they are paid.

Salary deductions as a disciplinary measure are not allowed and any salary deduction
not provided for by the laws of the Country is also not allowed without the explicit
consent of the employee concerned. All disciplinary measures must be recorded.

21
Paiement des salaires

Les salaires et indemnités payés pour une semaine normale de travail respectent les
normes juridiques nationales.

Des informations écrites et compréhensibles doivent être fournies à tous les


collaborateurs sur les conditions d’emploi concernant les salaires avant leur prise de
poste, ainsi que sur les spécificités de leur salaire pour la période de paye concernée à
chaque fois qu’ils sont payés.

Les déductions sur salaire au titre de mesure disciplinaire ne sont pas autorisées et
toute déduction de salaire non prévue par la loi du Pays n’est pas non plus autorisée
sans le consentement explicite du collaborateur concerné. Toutes les mesures
disciplinaires doivent être enregistrées.

Dans ce second exemple, j'ai modifié ce que me proposait la mémoire de traduction, car
elle mettait « une semaine de travail normal » en rendant ainsi le travail normal et non la
semaine, j'en ai fait part à Frédéric et nous avons changé la mémoire de traduction sur
ce point. Ensuite on peut noter qu'il préférable de parler de « collaborateurs » et non
« d'employés », comme je l'ai vu en cours de traduction juridiques ainsi que de normes
« juridiques » et non « légales ».

Troisième exemple :

No discriminatory practices

No discrimination may be practised in recruitment, compensation, access to training,


promotion, at the end of the contract or at the time of departure for retirement on the
basis of criteria of race, social class, nationality, religion, handicap, sex, marital status,
sexual orientation, union membership or membership in a political party.

Aucune pratique discriminatoire

22
Aucune discrimination n'est pratiquée dans le recrutement, l'indemnisation, l'accès à la
formation, la promotion, lors de la fin d’un contrat ou lors d’un départ à la retraite sur
la base de critères raciaux, de classe sociale, de nationalité, de religion, de handicap,
de sexe, de statut marital, d’orientation sexuelle, d’appartenance à un syndicat ou
d’adhésion à un parti politique.

Ce denier exemple illustre le fait que lors d'une traduction juridique, la traduction peut
être très semblable à la source au niveau de l'ordre, du nombre de mots qu'elle peut
s’avérer beaucoup plus simple et direct qu'une traduction journalistique ou économique.
A noter qu'en fin de paragraphe, là où l'anglais utilise « membership » pour « union » et
« political party », en français on a recours à « appartenance à un syndicat » et
« adhésion à un parti politique ».

Une autre de mes traductions partielles a été celle d'une partie d'un contrat. En voici
quelques exemples :

INTERPRETATION

Words denoting the singular shall include the plural and vice versa, words denoting
one gender shall include the other gender and words denoting persons shall include
firms, partnerships, unincorporated organizations and companies and vice versa.

INTERPRÉTATION

Les mots désignant le singulier incluent le pluriel et vice versa, les termes désignant un
genre (masculin ou féminin) incluent l’autre genre et les termes désignant les personnes
incluent les entreprises, partenariats, organisations non constituées en sociétés et les
sociétés et vice versa.

Dans cette exemple on trouve encore une différence entre le français et l'anglais dans les
répétitions, on a « words » en anglais, sans quand cela ne pose de problème et en
français on utilise «terme » pour la seconde occurrence de « words »

Dernière exemple

23
References in this Agreement to any other agreement shall be construed as a reference
to that other agreement as the same may from time to time be, amended, varied,
supplemented or novated.

References to a "person" or to “persons” in this Agreement includes, without


limitation, a reference to any individual, firm, company, corporation or other body
corporate, government, state or agency of a state or any joint venture, association or
partnership, works council or employee representative body (whether or not having a
separate legal personality).

Les références dans le présent Contrat à tout autre accord doivent être interprétées
comme une référence à cet autre accord compte tenu des avenants, modifications et
novations successifs.

Les références à une « personne » ou à des « personnes » dans le présent Contrat


incluent, mais pas uniquement, les références à toute personne physique, entreprise,
société ou autre personne morale, tout gouvernement, État ou toute agence d’un État
ou toute entreprise commune, toute association ou tout partenariat, comité d’entreprise
ou organisme de représentation des employés (avec ou sans personnalité juridique
distincte).

B. Difficultés rencontrées

Les premiers jours de stage ont été un peu compliqués, car n'ayant jamais fait de gestion
de projets, je me suis retrouvé dans un nouvel univers que ne m'était pas vraiment
familier. Mon envie de bien faire pouvait me ralentir au début voir m’empêcher
d'avancer à cause de l'hésitation lors de certaines tâches, ayant des inquiétudes comme
la peur d’effacer des traductions sur trados pendant la relecture, ou de faire des erreurs
dans la base de donnée, ou bien encore d'oublier une coquille dans un fichier.De plus le
langage spécifique du bureau ne m'était pas familier au début, ce qui m'a compliqué la
tâche. J'ai cependant compris comment fonctionnaient les logiciels, et que rien n'était
vraiment dommageable en cas d'erreurs sur mon poste. J'ai assimilé les informations

24
concernant les procédures et le langage spécifique au fur et à mesure et après 1 mois et
quelques je me suis senti à l'aise dans mes missions. La seule vraie contrainte
handicapante est celle du temps lorsque l'on me confie une tâche à faire d'urgence,
j'aime avoir le temps de faire ce que j’entreprends de manière consciencieuse avec de la
marge, ce que mon patron a du mal à concevoir, tout paraît être urgent avec lui. Un des
problème du travail en open space est celui du la concentration, il est parfois difficile
d'arriver à se concentrer lorsque des personnes parlent et font du bruit. Une autre
difficulté de ce stage est l'ambiance de l'entreprise qui peut être tendue à cause du
différent entre le patron et ses employées, pour des raisons de salaires, de plus, comme
c'est le cas comme dernièrement, lorsqu'il y a peu de demandes, le patron est d'une
humeur assez désagréable et cela impacte toute l’équipe d'OT traduction.

J'ai du aussi prendre sur moi et accepter de me tromper, et d'apprendre que l'erreur et
humaine, lorsqu'on passe à travers une coquille après une relecture, surtout si cette
dernière a été faite avec attention, peut être très frustrante, mais il faut savoir reconnaître
ses erreurs et faire de son mieux pour ne pas avoir de regrets.

Enfin je suis globalement déçu du travail qui m'est confié, les relectures ne sont pas
assez nombreuses, aucune traduction ne me sera donnée à faire, et la charge de travail
n'est pas assez importante, rendant les journées longues, même si ce point est dû à une
faible demande de la part des clients et à la présence d'une autre stagiaire, allégeant la
charge de travail de tout le monde. Ce point peut être amené à changer cet été avec le
départ en vacances de plusieurs employées cependant.

C. Apport du stage

Ce stage m'a apporté des compétences nouvelles en informatique dans des domaines qui
me serviront pour mon futur métier de traducteurs, que ce soit pour les recherches
terminologiques ou l'utilisation de l’outil de TAO SDL trados ainsi que la mise en page.
De plus il m'a permis d’acquérir en assurance, en apprenant à gérer mes missions, et
ayant des missions à faire dont je suis responsabe.

25
Conclusion

Pour conclure, même si ce stage n'est pas vraiment ce que j’espérais, il reste une très
bonne expérience, en effet il est dans le milieu de la traduction et il m'a permis de voir
du coté des employeurs de traducteurs, du coté des agences de traductions, afin de voir
ce qu'elles cherchent, et ainsi me donner un avantage à ce niveau là. De plus
l’expérience dans le milieu de la gestion de projet est un vrai plus, même si je trouve ce
métier un peu commerciale à mon goût, il a cependant l'avantage de ne pas être trop
répétitif en proposant différentes tâches sur des projets qui peuvent eux aussi être très
variés et éclectiques. Au niveau de mes études ce stage m'a conforté dans mon goût
pour la traduction juridique et surtout économique, puisque c' étaient celles que je
préfèrais traiter lors des relectures, il m'a aussi conforté dans mon goût pour la solitude
lorsque je dois travailler, afin de pouvoir m'isoler pour me concentrer. Pour finir je dois
avouer que le métier de traducteur s'annonce difficile car étant donné le nombre de
traducteurs et le fait que la concurrence amène à baisser ses tarifs, qu'aucun jeune
traducteur ne collaborait avec OT traduction et que les agences de traductions veulent la
meilleur qualité au plus petit prix, avec des attentes comme le travail le week-end et peu
de vacances, sans parler de la traduction automatique qui s'avère de plus en plus
acceptable et qui est parfois utilisée par des traducteurs qui ne s'occupent que de la
modifier, l'entrée dans la vie active s'annonce assez compliqué et anxiogène.

26