Vous êtes sur la page 1sur 213

CONSTRUCTIONS MECONNUES

DU FRANÇAIS
parametres
CHRISTINE TELLIER
DANIEL VALOIS

CONSTRUCTIONS MECONNUES
DU FRANÇAIS

Les Presses de l'Université de Montréal


Page laissée blanche
Quelle doit être l'attitude du linguiste devant des faits tels que ceux [que je
viens de présenter] ? Il pourrait se contenter de les noter, comme je l'ai fait
jusqu'à présent, avec le plus de détails possible. Notons bien que c'est déjà un
progrès considérable par rapport aux grammaires traditionnelles qui, si je ne
me trompe, n'ont jamais mentionné ces faits (...). Ce n'est sans doute pas par
hasard : il s'agit du type même de faits qui n'apparaissent que si on se donne
pour but de construire des règles explicites rendant compte des intuitions des
sujets parlants, et que si on se met à interroger systématiquement ces intui-
tions, en faisant varier certaines données. Ce type de faits risque de passer
inaperçu si on s'en tient à l'observation de corpus.
Nicolas Ruwet, Théorie syntaxique et syntaxe du français, 1972, p. 53.
Catalogage avant publication de la Bibliothèque nationale du Canada

Tellier, Christine, 1952-


Constructions méconnues du français
(Paramètres)
Comprend des réf. bibliogr.
ISBN-IO 2-7606-2006-9
iSBN-13 978-2-7606-2006-3

1. Français (Langue) - Ordre des mots.


2. Français (Langue) - Grammaire générative.
I. Valois, Daniel, 1955-. II. Titre. III. Collection.

PC238o.T44 2006 445 02006-941472-6

Dépôt légal: 4e trimestre 2006


Bibliothèque nationale du Québec
© Les Presses de l'Université de Montréal, 2006

Les Presses de l'Université de Montréal remercient de leur soutien financier le ministère


du Patrimoine canadien, le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des
entreprises culturelles du Québec (SODEC).

IMPRIMÉ AU CANADA EN OCTOBRE 20O6


INTRODUCTION

Quel francophone n'éprouve pas régulièrement le besoin de consulter


une grammaire ? Et pour cause : la langue française recèle de nombreuses
difficultés et elle comporte des constructions dont la complexité nécessite
des descriptions aussi minutieuses que détaillées. Pour le francophone
soucieux de la qualité de sa langue, pour le spécialiste ou pour l'étudiant,
les grammaires du français sont une source indispensable de renseigne-
ments. On serait même porté à croire, tant elles ont été remaniées et aug-
mentées au cours des années, que les meilleures grammaires ont tout dit
ou à peu près sur le français.
Or, il aura fallu l'apport des études linguistiques — et en particulier
des études générativistes — pour mettre au jour ce fait étonnant: même
dans les grammaires les plus complètes, certaines constructions sont
presque entièrement ignorées. En effet, certaines d'entre elles n'y sont
mentionnées que très brièvement, alors que d'autres sont complètement
absentes. Et pourtant, il s'agit là de tours qui sont parfaitement compris
et employés par les locuteurs francophones ; certains d'entre eux sont
même utilisés dans la langue de tous les jours.
Comment les études générativistes sont-elles parvenues à découvrir les
propriétés de constructions qui avaient jusque-là échappé à des générations
entières de grammairiens? Tout simplement en jetant un regard radica-
lement différent sur le langage en général, et sur le français en particulier.
10 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Quand la théorie guide l'observation

C'est un fait bien connu des scientifiques que la théorie non seule-
ment dirige l'observation, mais la provoque, en guidant l'œil vers des
domaines encore inexplorés. Une nouvelle théorie peut ainsi mener à la
découverte de faits qui n'auraient pas pu être observés auparavant. En
contrepartie, la découverte de faits qui auraient pu sembler anodins ou
mystérieux peut acquérir une tout autre signification lorsqu'elle est reliée
à une théorie. On peut même affirmer que c'est de cette manière que
la science a pu franchir ses pas les plus importants. À titre d'exemple,
citons les hypothèses et les lois formulées par Mendel au xixe siècle —
théories ignorées et jugées trop abstraites à l'époque — qui ont mené par
la suite à la découverte des gènes et du rôle qu'ils jouent dans l'hérédité.
De manière analogue, on a observé, dans les années 1950, que les conti-
nents occupent une position différente par rapport au pôle Nord selon
la période étudiée. Or, c'est en vertu de la théorie de la dérive des conti-
nents, formulée par Wegener une quarantaine d'années auparavant, que
cette observation a pu prendre tout son sens, car elle venait confirmer
des hypothèses jugées fort peu plausibles à l'époque.

QUAND LA THÉORIE GUIDE L'OBSERVATION :


LA DÉCOUVERTE DE LA PLANETE NEPTUNE

En 1821, l'astronome français Alexis Bouvard publie le calcul des tables pour
la planète Uranus. Constatant que les observations sur Uranus ne sont pas
conformes aux lois de la mécanique, il émet l'hypothèse qu'il existe une
masse perturbatrice - une planète - non encore observée. Son hyp
thèse n'est pas prise au sérieux et ce n'est qu'une vingtaine d'années plus
tard qu'elle sera reprise en Angleterre par John Couch Adams et en France
par Urbain Le Verrier. Ce dernier effectue des calculs prédisant ta position
exacte que devrait occuper cette planète inconnue et finît par persuader ses
collègues astronomes de la chercher dans le ciel. Résultat : en septembre de
la même année, une huitième planète, Neptune, est observée, à un degré de
l'endroit exact où les calculs d'Adams et de Le Verrier avaient prédit qu'elle
devrait se trouver. (Sur l'histoire de la découverte de Neptune, voir entre
autres Ronan 1988 et Sheehan étal, 2004.)
I N T R O D U C T I O N * 11

II en va de même pour le langage. Lorsque la linguistique s'emploie à


aller au-delà de la description et de la classification des faits de langue,
lorsqu'elle formule une théorie sur la nature et le fonctionnement du
langage, elle peut, elle aussi, apporter un éclairage nouveau sur les faits
connus et même mener à la découverte de propriétés langagières jusque-
là inconnues. C'est exactement ce qui ressort des travaux en grammaire
générative publiés au cours des quarante dernières années.

Une révolution dans l'étude du langage

À la fin des années 1950, la théorie générativiste de Noam Chomsky a


été à l'origine d'une véritable révolution en linguistique. D'une part,
elle se fonde sur une hypothèse innéiste de l'acquisition du langage:
pour Chomsky, une « faculté de langage » est inscrite dans le code géné-
tique de tout être humain. Cette faculté de langage prédispose celui-ci
à développer une grammaire complexe à partir des phrases qu'il entend
dans l'enfance. Le jeune enfant est donc programmé pour acquérir
une langue et il le fait sans instruction explicite. Encensée par les uns,
conspuée par les autres, la grammaire générative s'écarte des approches
qui l'ont précédée à bien d'autres points de vue encore. Par exemple, elle
adopte d'emblée une méthode de recherche analogue à celle des sciences
dites « dures » : plutôt que de simplement observer les faits, les générati-
vistes formulent des hypothèses, cherchent des faits qui corroborent ou
infirment ces hypothèses, tirent des conclusions de leurs expériences et
établissent des liens entre des constructions en apparence non reliées.
Cette vision adoptée par la grammaire générative se répercute dans
son objet d'étude et dans sa méthodologie, c'est-à-dire la manière dont
elle recueille et traite les faits à étudier. Le but ultime de la grammaire
générative est de reproduire la connaissance que le locuteur a de sa
langue. Or, la connaissance de la langue — comme la connaissance de
tout système — inclut tout autant la connaissance de ce qui est interdit
que la connaissance de ce qui est permis. Voilà pourquoi les linguistes
générativistes ne fondent pas leurs analyses uniquement sur des phrases
tirées de corpus (journaux, livres, discours spontané) : ils s'appuient
également et surtout sur les jugements des locuteurs. Ainsi, les linguistes
demandent aux locuteurs d'une langue si une construction est permise
ou interdite dans leur langue : ils peuvent ainsi faire varier les contextes,
12 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

modifier certaines variables et donc établir de manière beaucoup plus


fine le comportement de ces constructions. Cette approche de la collecte
de données langagières est tout à fait nouvelle et, à elle seule, elle aura
permis de découvrir et de décrire en détail une foule de faits du français
qui n'avaient pas été observés auparavant. Nous reviendrons sur la ques-
tion de la méthodologie un peu plus loin dans cette introduction.

Des résultats méconnus

Les nombreuses recherches menées en grammaire générative depuis


les années 1950 restent malheureusement très peu connues en dehors
du cercle restreint des chercheurs universitaires. Mis à part quelques
ouvrages de vulgarisation, dont l'excellent livre de Steven Pinker, L'ins-
tinct du langage, et le numéro spécial de juin 2004 de la revue Science
et Vie, très peu de travaux accessibles aux non-spécialistes font état des
découvertes faites par les linguistes générativistes. En ce qui concerne la
langue française, la première étude d'importance menée dans le cadre
de la grammaire générative est le magistral French Syntax du linguiste
Richard Kayne, paru en 1975 (1977 pour la traduction française). Depuis,
une trentaine d'années de recherche se sont écoulées, qui ont donné
lieu à une multitude d'études sur le français aussi fructueuses qu'inno-
vantes. Et malgré cela, il n'existe à notre connaissance aucun ouvrage
qui rassemble la foule de faits du français que ces recherches ont permis
de caractériser, de décrire ou de découvrir.
Le présent livre vise à combler, du moins en partie, cette lacune. Il
ne remplace pas les grammaires traditionnelles, loin s'en faut, mais il
les complétera en décrivant quelques-unes des constructions du français
qui n'ont pas été traitées en détail par les grammairiens. Nous avons
sélectionné dix de ces constructions — mais il y en a bien d'autres. Si
nous avons choisi celles-là en particulier, c'est tantôt à cause de leur
absence dans les grammaires traditionnelles, tantôt parce qu'elles font
l'objet de nombreux travaux en grammaire générative, ou tantôt parce
que nous les connaissons particulièrement bien pour y avoir nous-
mêmes consacré des recherches. Pour chaque construction présentée,
nous faisons état de ses propriétés, telles que découvertes par les tra-
vaux générativistes : son fonctionnement, les restrictions auxquelles elle
est soumise et, le cas échéant, les liens qu'elle entretient avec d'autres
constructions en apparence non reliées.
I N T R O D U C T I O N * 13

On ne lit pas une grammaire comme on lit un roman, et cet ouvrage


ne fera pas exception. Bien que nous ayons pris soin de laisser de côté les
débats théoriques qui ne s'adressent qu'aux spécialistes, l'ouvrage com-
porte des descriptions détaillées et parfois techniques qui intéresseront
plus particulièrement les étudiants de linguistique ou de traduction, ou
encore les enseignants ou futurs enseignants du français langue mater-
nelle ou langue seconde. D'un autre côté, ce livre ne propose pas une
introduction à la grammaire générative ; le lecteur qui souhaite se fami-
liariser avec cette théorie pourra consulter les différents ouvrages sug
gérés dans la conclusion du présent livre. Nous faisons bien ça et là usage
de certaines notions, expressions et opérations syntaxiques propres à la
grammaire générative, mais ce sont celles qui, de plus en plus, sortent
du cadre strictement linguistique pour se répandre dans le public : on
pense notamment à la terminologie et aux opérations de substitution et
de déplacement qui sont présentes dans la « nouvelle grammaire », doré-
navant enseignée au Québec aux élèves du primaire et du secondaire,
et qui s'inspire de la terminologie et des concepts mis de l'avant par la
grammaire générative.
Nous espérons vivement que le lecteur trouvera dans ce livre matière
à parfaire sa compréhension de la langue, à réfléchir sur la complexité
des constructions syntaxiques en français, ou encore à enrichir sa base
de connaissances en vue d'éventuelles recherches linguistiques.

Questions de méthodologie

Les constructions syntaxiques ne peuvent pas varier à l'infini: elles sont


sujettes à des contraintes qui leur sont propres. Pour décrire adéquate-
ment une construction, il faut donc prendre en compte les éléments qui
la constituent : leur catégorie, leur nature, leur agencement, ou encore la
hiérarchie qu'ils entretiennent l'un par rapport à l'autre. Il s'agit aussi de
tester dans quelle mesure une variation à l'intérieur de ces composantes
est possible ou impossible. En procédant de cette manière, nous arrivons
à cerner les contraintes qui régissent les constructions et donc à mieux
comprendre leur fonctionnement.
S'en remettre aux constructions syntaxiques attestées dans la littéra-
ture ou dans des corpus de français parlé est utile, bien entendu, mais ce
n'est pas suffisant pour fournir une description adéquate. En effet, si ces
sources nous fournissent une variété de données, elles ne nous indiquent
14 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

pas ce qui est impossible — c'est-à-dire, justement, dans quelle mesure


les éléments constitutifs de la construction peuvent varier. Un exemple
très simple nous servira d'illustration. Nous savons que, la plupart du
temps, un complément du nom peut être relativisé à l'aide de dont:
1 a. Vous avez lu tous les livres de cet écrivain.
b. Cet écrivain, dont vous avez lu tous les livres-
Mais pour décrire de manière plus exhaustive le fonctionnement de la
relativisation en dont, nous devons nous poser, notamment, les questions
suivantes : est-elle possible quel que soit le type de complément ? Y a-t-il
des contraintes portant sur la position du complément dans la phrase ?
De fait, les exemples en (ib) et feb) ci-dessous montrent que la relativi-
sation n'est pas possible lorsque le complément du nom relativisé repré-
sente la matière, ni lorsque le complément fait partie d'un groupe de
mots introduit par une préposition. Ces exemples sont agrammaticaux,
ce que, suivant l'usage, nous indiquons au moyen d'un astérisque :
2 a. J'ai acheté la statue de marbre.
b. * Le marbre, dont j'ai acheté la statue...
3 a. Luc a pénétré dans toutes les pièces de cette maison.
b. * Cette maison, dont Luc a pénétré dans toutes les pièces...
Ces deux contraintes n'auraient pu être décrites sans le recours aux
jugements des locuteurs natifs, c'est-à-dire des locuteurs qui ont pour
langue maternelle le français. Voilà pourquoi les linguistes générati-
vistes consultent les locuteurs natifs pour vérifier si une phrase ou une
construction est bien ou mal formée.
Les jugements de grammaticalité ne sont pas des jugements norma-
tifs. Les phrases jugées grammaticales sont celles qui sont conformes à
l'usage de la langue ou de la variété de langue parlée dans la commu-
nauté. La distinction entre norme et grammaticalité est particulière-
ment importante lorsqu'il s'agit de juger des phrases appartenant à une
variété de français régionale, informelle ou populaire. Par exemple, en
français informel du Québec, les locuteurs utilisent couramment des
interrogatives comme celle en (4) :
4 a. Qui qui parle ?
b. Qui que tu connais ?
I N T R O D U C T I O N * 15

Puisque les locuteurs utilisent ce type de phrases et qu'elles sont jugées


naturelles à l'intérieur du français informel du Québec, on dira que les
phrases en (4) sont grammaticales dans cette variété — même si, bien
entendu, elles ne sont pas prescrites par les grammairiens traditionnels.
En revanche, tous les locuteurs qui prononcent et acceptent les phrases
en (4) refusent les phrases en (5) :
5 a. * Qui que parle ?
b. * Qui qui tu connais ?
Il y a donc là une règle que les locuteurs appliquent inconsciemment
et qui n'est pas dictée par la norme. C'est au linguiste que revient la tâche
de formuler cette règle.
En terminant, notons aussi qu'il existe des zones grises en ce qui
concerne les jugements de grammaticalité. Dans certains cas, les juge-
ments peuvent varier d'un locuteur à l'autre. Certaines phrases seront
jugées agrammaticales ou grammaticales par chaque locuteur, sans
exception. Dans d'autres cas, les jugements varieront légèrement selon
les locuteurs. Lorsque c'est le cas, les linguistes rapportent les jugements
de la majorité des locuteurs. Enfin, il arrive que certaines phrases soient
comparées, du point de vue de leur grammaticalité, à d'autres phrases.
Nous utilisons dans ce cas des symboles qui reflètent ces jugements
contrastifs. Une phrase nettement grammaticale ne sera précédée
d'aucun symbole ; une phrase clairement agrammaticale sera précédée
d'un astérisque; enfin, une phrase située entre les deux sera précédée
d'un ou deux points d'interrogation, selon qu'elle est plutôt grammati-
cale mais pas tout à fait (un point d'interrogation) ou plutôt agramma-
ticale mais pas tout à fait (deux points d'interrogation).
Page laissée blanche
1
LE MYTHE DU PRONOM RELATIF:
QUE, QUI, DONT ET LES AUTRES

1. En bref

La plupart des grammaires traditionnelles appellent « pronom relatif»


un ou des éléments servant à introduire une proposition relative (voir
par exemple Grevisse 1993, Riegel et al 1994, Wagner et Pinchon 1962) ;
d'autres grammaires utilisent le terme moins usité de «conjonctif» (Le
Bidois et Le Bidois 1971, Sandfeld 1965). Ce ou ces éléments se placent en
règle générale juste derrière l'antécédent nominal et au début de la pro-
position relative elle-même. Voici quatre exemples de ce que les gram-
mairiens appellent les « pronoms relatifs » :
1 a. Les films que tu voulais louer ne sont pas disponibles.
b. C'est un auteur dont personne ne nie le talent.
c. Le sujet qui nous préoccupe tous en ce moment,
c'est la violence.
d. Les gens veulent aller là où il fait bon vivre.
Nous verrons dans ce chapitre que les recherches effectuées en gram-
maire générative ont permis de faire un certain nombre de découvertes
intéressantes sur les propositions relatives en français. Certaines des
conclusions auxquelles sont arrivés les linguistes générativistes à l'aide de
leurs analyses s'écartent de la tradition grammaticale. Tout d'abord, il y
a lieu de réviser la terminologie, car ce qu'on appelle traditionnellement
18 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

les « pronoms relatifs » ne sont pas des pronoms du tout : il s'agit soit de
conjonctions (que, qui), que les nouvelles grammaires appellent doré-
navant, suivant la terminologie générativiste, des complémenteurs, soit
de syntagmes prépositionnels (à qui, de quoi, sur lequel), soit d'adverbes
(quand, où). En ce qui concerne que, qui et peut-être dont, nous allons
voir qu'il existe des arguments très convaincants à l'effet qu'ils consti-
tuent des variantes du même complémenteur.
Ensuite, les travaux en grammaire générative ont permis de trouver
de nouveaux tests pour faire la distinction entre les relatives en que et les
subordonnées introduites par que, distinction illustrée par les phrases
suivantes :
2 a. Le fait que nos invités relatent rend tout le monde heureux.
(relative)
b. Le fait que nos invités arrivent rend tout le monde heureux,
(subordonnée complément du nom)
Dans ce contexte, nous serons amenés à examiner les propriétés d'un
certain type d'inversion du sujet, que l'on trouve avec les relatives mais
non pas avec les complétives.

2. Propriétés

2.1. Propositions relatives et subordonnées complétives

Les grammaires traditionnelles établissent la distinction entre un


«pronom relatif» et une conjonction de subordination (complémen-
teur). En fait, il nous faut plutôt établir la distinction entre deux types
de propositions : les propositions relatives, qui modifient un nom, et les
subordonnées complétives, qui agissent comme complément du nom,
du verbe, de l'adjectif, etc. Pour illustrer, reprenons les deux phrases de
(2), qui mettent en jeu des propositions introduites par que (entre cro-
chets) :
3 a. Le fait [que nos invités relatent] rend tout le monde
heureux.
b. Le fait [que nos invités arrivent] rend tout le monde
heureux.
La proposition entre crochets en foa) est une relative ; celle en fôb) est
une subordonnée complément du nom. Voyons maintenant les critères
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F * 19

proposés par les grammaires traditionnelles pour établir la distinction


entre les deux. Grevisse (1993:1037) énonce trois propriétés qui opposent
les relatives aux subordonnées complétives :

• À la différence des conjonctions de subordination, les pronoms relatifs ont


une fonction dans la proposition qu'ils introduisent: ils peuvent être sujets,
objets ou attributs.

Une autre façon de formuler ce critère serait de dire ceci : une propo-
sition relative contient un « trou » ou un « vide », c'est-à-dire une fonc-
tion grammaticale qui n'est pas remplie par un constituant dans sa
position normale. Ainsi, dans la phrase (3a) ci-dessus, le verbe relater,
un verbe transitif, appelle un objet direct. Mais cet objet direct n'est
pas exprimé dans sa position normale — c'est-à-dire derrière le verbe.
La fonction d'objet direct est plutôt remplie en quelque sorte par que,
qui est interprété comme étant identique, du point de vue de sa réfé-
rence, à l'antécédent nominal, le fait. (Attention, nous allons nuancer
ceci un peu plus loin, car nous verrons qu'à strictement parler, ce n'est
pas que qui remplit la fonction d'objet direct.)
Dans la phrase (3b), la proposition enchâssée est une simple
subordonnée: elle ne contient pas de vide, car le verbe arriver est
intransitif. Ainsi, que ne correspond à aucune fonction à l'intérieur
de la proposition.

• Les pronoms relatifs ont un genre, un nombre, une personne, même s'ils
n'en portent pas visiblement les marques. Les conjonctions de subordina-
tion, quant à elles, sont invariables.

Grevisse fait ici allusion au fait qu'un « pronom relatif» comme que,
même s'il ne porte pas explicitement la marque du genre et du
nombre, déclenche néanmoins l'accord dans certains cas — notam-
ment celui du participe passé. Voici des exemples. Les premières
phrases (4a, b) sont des relatives ; la phrase (4c) est une subordonnée
complément du nom :
4 a. Les tables que j'ai repeintes l'an dernier ont été vendues
à l'encan.
b. Les murs que j'ai repeints l'an dernier ont perdu leur belle
couleur.
c. Le fait que tu aies repeint ces tables n'intéresse personne.
20 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Si la relativisation déclenche bien l'accord, force nous est d'admettre


que la formulation proposée par Grevisse est quelque peu trompeuse.
En effet, la différence s'observe non pas entre le « pronom relatif» et
la conjonction : dans les deux cas, que est invariable. De plus, il faut
observer que l'accord du participe passé se manifeste aussi dans le cas
de l'interrogation, qui ne comporte pas de «pronom relatif», mais
plutôt une conjonction de subordination :
5 Combien de tables crois-tu que j'ai repeintes l'an dernier ?
Nous allons voir plus loin (section 2.4.1) que l'accord du participe
passé est déclenché non pas par la présence d'un « pronom relatif»,
mais, plus généralement, par le déplacement d'un objet direct à la
gauche du participe.

• Les pronoms relatifs, contrairement aux conjonctions de subordination,


ont un antécédent.

Nous faisons abstraction ici des relatives sans antécédent qui sont
archaïques et que l'on trouve principalement dans les expressions figées
ou les proverbes : qui dort dîne, qui m'aime me suive, etc. Ce troisième
critère renvoie à la présence obligatoire d'un antécédent nominal dans
la relative. En revanche, la proposition introduite par une conjonction
de subordination n'a pas d'antécédent: elle fonctionne tout simple-
ment comme complément d'un verbe, d'un nom, d'un adjectif ou d'un
adverbe. Voici des exemples de chacun de ces cas de figure pour la pro-
position subordonnée :
6 a. Je crois que les invités arriveront plus tard.
b. Le fait que les invités arrivent rend tout le monde heureux.
c. Mathieu est déçu que sa candidature n'ait pas été retenue.
d. Heureusement que nous sommes partis à temps !
Nous pourrions ajouter un quatrième critère qui permet de dis-
tinguer une proposition relative d'une subordonnée complément du
nom. Cette distinction concerne le mode du verbe de la proposition.
Alors que les relatives appellent, en général, le mode indicatif (mais
voir encadré ci-dessous), les propositions complément du nom appel-
lent soit le mode indicatif, soit le subjonctif, selon les cas. Pour s'en
convaincre, il suffit de comparer les phrases suivantes :
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F « 21

7 a. Relative : Le fait que nos invités ont/"aient relaté rend tout


le monde heureux.
b. Subordonnée complément du nom : Le fait que nos invités
soient/sont arrivés rend tout le monde heureux.
8 a. Relative : Nous sommes d'accord avec l'idée que
Julie a/*ait exprimée.
b. Subordonnée complément du nom : Nous sommes d'accord
avec l'idée que Julie parte/*part.
Dans ce type de phrase, l'usage du mode subjonctif nous indique
qu'il s'agit d'une proposition complément du nom, et non d'une relative.

CHACUN CHERCHE SON CHAT: DU MODE ET DE L'EXISTENCE

Cédric vous dit qu'il cherche un chat au poil gris. Qu'allez-vous comprendre?
Il y a deux possibilités. Ou bien Cédric a perdu un chat en particulier (et il se
trouve que ce chat a le poil gris), ou bien il espère trouver n'importe quel
chat, pourvu que son poil soit gris. Dans le premier cas, ce chat existe bel et
bien ; dans le second, rien n'atteste de l'existence d'un tel chat.
Depuis longtemps, les philosophes et les linguistes se sont intéressés à
ces deux types d'interprétation, qu'ils nomment respectivement de re (à
propos de la chose elle-même) et de dicto (à propos de ce qui est dit, c'est-à-
dire en gros à propos de ses propriétés). On trouve ce type d'ambiguïté avec
certains verbes, par exemple chercheront vouloir, que l'on appelle des verbes
«intensionnels».
Dans les relatives, on observe aussi cette ambiguïté lorsque l'antécédent
nominal de la relative est complément d'un verbe intensionnel. Mais dans ce
cas, chacune des interprétations correspond à un mode bien précis: l'indi-
catif pour l'interprétation de reet le subjonctif pour l'interprétation de dicto.
Comparez les deux phrases ci-dessous:
je cherche un chat qui a le poil gris / qui sait attraper des souris,
je cherche un chat qui ait le poil gris / qui sache attraper des souris.
Dans la première phrase, il s'agit d'un chat bien réel, dont on énonce les
caractéristiques. La seconde phrase exprime plutôt une éventualité: l'exis-
tence d'un chat possédant ces caractéristiques est purement hypothétique.
22 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

2.2. Un pronom qui n'en est pas un

La grammaire générative, contrairement à la grammaire tradition-


nelle, n'utilise pas le terme « pronom relatif». Voici pourquoi. Pour les
linguistes, un pronom (« pro » = à la place de) est, par définition, un
élément qui tient la place du nom ou du groupe nominal. Ainsi, les
pronoms personnels il, elles, le, nous, etc. remplacent des noms ou des
groupes nominaux, par exemple Isaac, les jeunes filles, le tableau, Julie et
moi, etc. Or, ce n'est pas nécessairement le cas de ce que la grammaire
traditionnelle appelle les « pronoms relatifs ». Voyons des exemples :
9 a. Les films que tu voulais louer ne sont pas disponibles.
b. C'est un auteur dont personne ne nie le talent.
c. Voilà l'homme de qui Léa s'est éprise.
d. Il y a une chose à laquelle nous n'avions pas pensé.
e. Le sujet qui nous préoccupe tous en ce moment,
c'est la violence.
f. Les gens veulent aller là où il fait bon vivre.
Dans les phrases ci-dessus, les éléments en caractères gras rempla-
cent aussi bien le groupe nominal que le groupe prépositionnel (dont, de
qui, à laquelle) ou même l'adverbe (où). Il est important de noter qu'en
vertu du premier critère de Grevisse énoncé plus haut, c'est bien de qui
et à laquelle en (90) et (9d) — et non pas seulement qui et laquelle — qui
remplissent une fonction dans la proposition relative enchâssée : de qui
est complément de l'adjectif éprise, et à laquelle est complément indirect
du verbe pensé.
Il arrive même qu'une partie de phrase assez longue occupe la position
initiale de la proposition relative, comme dans les exemples ci-dessous :
10 a. Nous ne connaissons pas la maison sur le toit de laquelle
cet oiseau s'est posé.
b. L'homme à Tarai du frère de qui vous vous êtes adressé
est un ministre influent.
Encore une fois, en rapport avec le premier critère de Grevisse, c'est
toute la partie de phrase en caractère gras qui remplit une fonction à l'in-
térieur de la proposition enchâssée. Cela pourrait peut-être nous amener
à penser que les expressions sur le toit de laquelle et à l'ami du frère de qui
fonctionnent comme des « pronoms relatifs ». Mais ces expressions, on
l'admettra aisément, sont loin d'être des pronoms.
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F * 23

Dans l'immédiat, nous utiliserons le terme neutre «relativisant»


pour désigner l'élément ou l'ensemble d'éléments qui se trouve immé-
diatement derrière l'antécédent nominal et qui remplit une fonction
grammaticale à l'intérieur de la proposition relative enchâssée. Cet
emploi sera temporaire : lorsque nous aurons déterminé les propriétés et
la catégorie grammaticale de tous ces éléments, nous utiliserons le terme
approprié pour chacun.
Un très grand nombre de travaux en grammaire générative ont été
consacrés à l'étude de la proposition relative. Il y a plusieurs raisons à
cela, et on peut affirmer qu'elles sont toutes guidées par le souci de com-
prendre comment ces constructions peuvent s'analyser à l'intérieur du
modèle théorique adopté. Encore une fois, ce point de vue guidé par la
théorie aura permis de découvrir des propriétés des relatives qui, jusqu'à
maintenant, n'avaient pas été remarquées par les grammairiens tradi-
tionnels. Nous y reviendrons un peu plus loin dans ce chapitre. Mais
auparavant, nous allons décrire un phénomène syntaxique qui a permis
à la grammaire générative d'établir une autre distinction entre les rela-
tives et les propositions subordonnées complément du nom.

2.3. L'inversion et la distinction relative/complétive

Le français présente différents contextes où l'ordre sujet-verbe — ou


sujet-auxiliaire — peut être inversé. Chaque contexte est associé à un
type d'inversion particulier, qui présente ses caractéristiques propres
(voir le chapitre 9). Le type d'inversion qui nous intéressera ici se pré-
sente dans les interrogatives et dans les relatives. À la suite de Kayne
et Pollock (1978), qui ont décrit et analysé en détail cette construction,
nous l'appellerons inversion stylistique.
Les grammairiens traditionnels n'ont pas manqué de remarquer que
dans les interrogatives et les relatives, le sujet pouvait être inversé der-
rière le verbe. Les exemples en (11), tirés de Le Bidois et Le Bidois (1971:
286-287) illustrent l'inversion en contexte de relative, et ceux de (12),
l'inversion dans les interrogatives - le sujet inversé est en caractères gras :
11 a. Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les
empires...
b. Ce supplice que lui infligeait ma grand'tante...
(Proust, Swann i, 23)
24 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

12 a. À qui a parlé Julie ? (interrogative directe)


b. Je me demande bien à qui a parlé Julie.
(interrogative indirecte)
Les linguistes générativistes qui ont analysé ce phénomène ont
montré que l'une des conditions sur ce type d'inversion était, en gros, la
présence d'un vide à l'intérieur de la proposition (mais voir le chapitre 9
pour plus de détails) : c'est pourquoi on trouve cette inversion aussi bien
dans les interrogatives que les relatives.
Or, puisque les subordonnées complément du nom ne comportent
pas de vide, comme nous l'avons vu, l'analyse prévoit qu'une inversion
stylistique devrait être impossible dans ce contexte, ce qui est conforme
aux faits. Comparons en effet les ensembles de phrases suivants, avec et
sans inversion :
13 Relative:
a. Le fait que nos invités ont relaté rend tout le monde
heureux, (sans inversion)
b. Le fait qu'ont relaté nos invités rend tout le monde heureux,
(avec inversion)
14 Subordonnée complément du nom :
a. Le fait que nos invités sont/soient arrivés rend tout le monde
heureux, (sans inversion)
b. * Le fait que sont/soient arrivés nos invités rend tout le
monde heureux, (avec inversion)
15 Relative:
a. Nous sommes d'accord avec l'idée que Julie a exprimée,
(sans inversion)
b. Nous sommes d'accord avec l'idée qu'a exprimée Julie.
(avec inversion)
16 Subordonnée complément du nom :
a. Nous sommes d'accord avec l'idée que Julie parte,
(sans inversion)
b. * Nous sommes d'accord avec l'idée que parte Julie.
(avec inversion)
Ainsi, nous pouvons dorénavant utiliser l'inversion stylistique pour
faire la distinction entre une relative et une subordonnée complément
du nom.
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F * 25

2.4. La vraie nature de que et qui

Un premier point d'intérêt que présentent les relatives concerne leur


représentation structurale, c'est-à-dire la manière dont elles sont for-
mées. Il est indéniable que les propositions relatives se rapprochent à
bien des points de vue des interrogatives : elles mettent souvent en jeu
le même type d'éléments (quoi, à laquelle, où, etc.) et dans les deux
constructions, ces éléments se trouvent en tête de proposition — alors
qu'ils correspondent à un complément qui normalement se trouve der
rière le verbe. De toute évidence, dans la relative comme dans l'interro-
gative, ces éléments ont été déplacés devant le sujet de la proposition à
partir d'une position interne dans la phrase. Conformément à l'usage en
grammaire gênerative, nous admettrons que le déplacement d'un mot
ou d'un groupe de mots laisse une trace dans la position d'origine. C'est
là une façon commode d'indiquer l'historique du déplacement : nous
pouvons voir à partir de quelle position un mot ou groupe de mots a été
déplacé. Ainsi, le vide auquel nous avons fait allusion jusqu'ici comporte
en fait une trace laissée par le déplacement. On représente les traces au
moyen du symbole «t» : on identifie à l'aide d'un indice (i, j, etc.) à quel
constituant déplacé la trace correspond.
17 a. À qui; as-tu raconté cette histoire t; ?
b. La personne à qui; tu as raconté cette histoire t; ne t'a pas cru.
Le groupe prépositionnel à qui joue le rôle de complément indirect
du verbe raconter: il n'est donc pas difficile d'admettre que ce consti-
tuant ait été déplacé à partir de la position normalement occupée par
les compléments d'objet indirects. Mais l'hypothèse du déplacement se
heurte à première vue à des difficultés lorsque l'on considère les relatives
introduites par que et qui. Voyons deux exemples :
18 a. Le livre que je cherchais n'est plus disponible en librairie,
b. Estelle connaît l'artiste qui a réalisé ce tableau.
Les éléments que et qui peuvent figurer aussi dans les interrogatives,
comme ci-dessous :
19 a. Que manges-tu?
b. Qui a réalisé ce tableau ?
26 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Dans les interrogatives en (19), que et qui sont des « pronoms » interro-
gatifs, appellation bien choisie ici, puisqu'ils remplacent des noms ou des
groupes nominaux. À première vue, on pourrait penser que les mots que
et qui dans les relatives sont identiques, c'est-à-dire qu'il s'agit également
de pronoms qui remplacent le groupe nominal. Aussi surprenant que
cela puisse paraître à première vue, les travaux en grammaire générative
ont montré qu'il n'en est rien et qu'en fait, que et qui dans les relatives
sont plutôt des complémenteurs. Cette conclusion est appuyée par de
très solides arguments que nous allons passer en revue dans ce qui suit.

2.4.7. Que

Commençons par deux observations et une question :

• Une simple proposition subordonnée introduite par un complémenteur,


comme dansée crois que Franz est honnête, ne met en jeu aucun déplace-
ment.

• Dans une proposition relative comme Le livre quej'ai acheté, il doit y avoir un
déplacement puisque le complément d'objet direct de acheter ne figure pas
dans sa position normale, c'est-à-dire derrière le verbe.
• Le constituant déplacé est-il que lui-même, ou bien autre chose?

À première vue, on serait tenté d'établir un rapprochement entre le


que interrogatif de Que manges-tu ? et le que de la relative. Puisque le que
interrogatif remplace bien un groupe nominal, n'en va-t-il pas de même
pour le que de la relative ? En réalité, un examen plus approfondi des faits
nous révèle une différence importante entre ces deux que. Le que inter-
rogatif ne peut remplacer que des groupes nominaux dénotant des objets
inanimés ou des concepts : il ne peut jamais être utilisé pour désigner
des êtres animés. Ainsi la phrase en (iob) ci-dessous est agrammaticale :
20 a. Que manges-tu?
b. * Que comptes-tu épouser ?
Le que dans la relative n'a pas ces propriétés. Il peut être utilisé indé-
pendamment du caractère animé ou inanimé de l'antécédent :
21 a. Le meuble que Julien a dessiné s'est bien vendu,
b. L'homme que Katia a épousé s'appelle Rachid.
LE MYTHE DU PRONOM RELATIF * 27

Nous sommes donc en présence de deux que différents : le que inter-


rogatif est un syntagme nominal interrogatif (appelé syntagme Qu-,
voir encadré ci-dessous) qui porte le trait [-animé]. Le que dans la rela-
tive s'apparente plutôt au complémenteur, car il est dépourvu du trait
[+animé] ou [-animé].

SYNTAGME QU-OI?

L'appellation de « syntagme Qu- » vient du fait que les syntagmes interroga-


tifs comportent, pour la plupart, un mot qui débute par « qu- » : qui, quoi, quel,
quand. Par extension, on utilise cette appellation pour tous les syntagmes
de type interrogatif que l'on trouve dans les relatives et les interrogatives : il
peut s'agir de syntagmes nominaux (quel enfant, lequel), prépositionnels (de
qui, à quel enfant, sur quoi) ou adverbiaux (où, pourquoi, quand).

Ceci nous ramène aux deux observations faites au début de cette sec-
tion. S'il y a déplacement dans la relative et si que est un complémenteur,
où se trouve le constituant déplacé ? Les premiers travaux sur ce sujet
supposaient le déplacement d'un syntagme Qu- nominal vers la position
initiale de la proposition relative ; ce constituant était par la suite effacé.
22 a. Le meuble que Julien a dessiné quoi
b. Le meuble quoi; que Julien a dessiné t;
c. Le meuble quoi4 que Julien a dessiné t;
23 a. L'homme que Katia a épousé qui
b. L'homme qui; que Katia a épousé t;
c. L'homme qtrij que Katia a épousé tj
Dans les analyses plus récentes, on adopte une représentation quasi
équivalente, mais qui ne suppose pas d'effacement. Puisque dans les
relatives objet le syntagme Qu- n'est pas exprimé, on suppose l'existence
d'un syntagme Qu- implicite (c'est-à-dire inaudible) que nous notons à
l'aide du symbole Op (pour « opérateur »). Cet opérateur occupe la posi-
tion d'objet, et est ensuite déplacé en tête de la relative. La représentation
des relatives en (21) se présentera donc comme suit :
28 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

24 a. Le meuble [Op; que Julien a dessiné t;].


b. L'homme [Op; que Katia a épousé tj.
On comprendra maintenant comment fonctionne l'accord du parti-
cipe passé évoqué à la section 2.1: dans les relatives en que, tout comme
dans les interrogatives, un objet direct a été déplacé devant le participe,
ce qui a pour effet de déclencher l'accord:
25 a. Quelles tableSj as-tu repeintes tj ?
b. Les tables [Op; que tu as repeintes tj

LE SYNTACME QU- IMPLICITE : UNE STRATÉGIE INTERNATIONALE

Le français n'est pas la seule langue qui fait appel à un syntagme Qu- impli-
cite pour former des relatives objet. On trouve cette stratégie dans bien des
langues du monde. En anglais, par exemple, lorsque l'objet direct relativisé
est animé, on peut utiliser le syntagme Qu- who (ou encore whom) ou rien
du tout:
t. The mon whoyou saw is my brother.
ii. Themanyousawismybrother.
« L'homme que tu as vu est mon frère. »
Le « rien du tout » en (H) a exactement la même valeur que le who en (I) :
on peut donc supposer qu'il s'agit de la contrepartie inaudible de
who, c'est-à-dîre un Op.

Le lecteur se demandera sans doute pourquoi, dans les relatives, ce


n'est pas l'antécédent nominal (plutôt que le syntagme Qu-) qui est
déplacé en tête de proposition. Prenons par exemple la relative en (26) :
26 Les auteurs à qui Julien se compare ont tous gagné
un prix Concourt.
Dans cet exemple, il est facile de voir que c'est le syntagme Qu- à qui
(et non l'antécédent nominal les auteurs) qui correspond au complément
« manquant » dans la proposition relative : en effet, le verbe se comparer
demande bien comme complément un syntagme prépositionnel et non
un syntagme nominal. Voilà pourquoi, dans toutes les relatives, nous
admettons le déplacement d'un syntagme Qu-, même si, dans certains
cas, il est inaudible.
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F * 29

2.4.2. Qui

Alors que les grammaires traditionnelles traitent qui dans les relatives
comme un pronom relatif, les travaux en grammaire générative ont
montré qu'il n'en était rien. De plus, nous allons voir que le qui de la
relative en (273) ci-dessous est entièrement différent du qui interrogatif
que l'on trouve en (2/b) :
27 a. La femme qui a écrit ce livre s'appelle Marguerite,
b. Qui a écrit ce livre ?
Alors, qu'est-ce donc que ce qui de la relative? Les travaux de Moreau
(1971) et de Kayne (1976) montrent de manière convaincante qu'il s'agit
d'une variante morphologique du complémenteur que. Cette variante est
conditionnée, c'est-à-dire qu'elle n'apparaît que dans certains contextes.
Nous verrons bientôt lesquels.
Pour comprendre le comportement de qui, notons tout d'abord qu'il
n'est pas toujours un qui interrogatif ou relatif. Voyons les deux exem-
ples en (28) ci-dessous, qu'il convient de comparer avec ceux de (29) :
28 a. Quelle femme prétends-tu qui a écrit ce livre ?
b. Le problème que je crois qui se pose est le suivant.
29 a. Quelle femme prétends-tu que Max aime ?
b. Le problème que je crois que tu résoudras est le suivant.
De toute évidence, le qui, tout comme le que, introduit ici une pro-
position subordonnée. Ce n'est donc ni un pronom relatif ni un pronom
interrogatif.
On peut d'ailleurs constater, à l'aide d'un argument analogue à celui
utilisé dans la section précédente, que ce qui n'a pas les mêmes caracté-
ristiques que le pronom interrogatif. Comme chacun sait, le qui interro-
gatif est doté du trait [+animé] : on n'a pas *Qui as-tu déchiré? Or le qui
dans les relatives peut prendre pour antécédent soit un [+animé], soit
un [-animé] : La femme qui a écrit ce livre ou le problème qui se pose. Voilà
qui exclut l'hypothèse que ce qui soit le même pronom que l'on utilise
dans les interrogatives.
Mais il y a plus. Dans un registre familier du français parlé en France,
au Québec et dans d'autres pays francophones, un syntagme interrogatif
peut être suivi du complémenteur. En voici des exemples, tirés de Gadet
(1992: 82), qui décrit le français populaire parlé en France :
30 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

30 a. Comment que tu vas ?


b. Lequel que tu veux?
Nous savons par ailleurs qu'aucune variété de français ne tolère la
cooccurrence de deux mots interrogatifs :
31 ^Pourquoi quand tu es parti ?
Or, on trouve couramment le qui à la suite du mot interrogatif, où il
alterne avec que :
32 a. Qui qui est parti ?
b. Qui que t'as rencontré ?
On trouve également la même chose dans les propositions relatives :
33 La personne de qui que je parle s'appelle Julie.
Ceci montre deux choses : i) que qui peut être un complémenteur ; et
2) qu'il est une variante du complémenteur que. Le contexte dans lequel
on trouve le complémenteur qui à la place de que est le suivant : lorsque
la position de complémenteur précède immédiatement la trace d'un
sujet (qui a été déplacé pour l'interrogation ou la relativisation). Et pour
les lecteurs qui ne seraient pas encore convaincus, voici un argument
supplémentaire qui nous amène à ces mêmes conclusions.
Nous savons tous que certains verbes (par ex. se demander) exigent
comme complément une interrogative indirecte, alors que d'autres (par
ex. penser) demandent une subordonnée déclarative. C'est ce que nous
indiquent les contrastes ci-dessous :
34 a. Lucien se demande qui a fait cette bêtise.
b. * Lucien se demande que Julie a fait cette bêtise.
35 a. Tu penses que je suis dupe.
b. * Tu penses pourquoi je suis dupe.
Le verbe penser, lorsqu'il prend pour complément une proposition, ne
tolère qu'une proposition déclarative introduite par le complémenteur.
Lorsqu'un pronom interrogatif se trouve en tête d'une proposition,
cette proposition peut être utilisée comme interrogative indirecte. En
conséquence, si tous les qui étaient des pronoms interrogatifs, les propo-
sitions introduites par qui devraient être exclues de la position de com-
plément du verbe penser. Mais rien n'est plus faux :
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F * 31

36 a. Quelle femme penses-tu qui va épouser Luc ?


b. C'est la femme que je pense qui va épouser Luc.
Ceci montre, encore une fois, que qui dans ce contexte n'est pas autre
chose qu'une variante morphologique du complémenteur que.
Revenons maintenant aux relatives avec qui. Comment sont-elles
dérivées ? Comme ceci :
37 a. La femme qui a écrit ce livre...
b. La femme [Opj qui t; a écrit ce livre]...
Comme dans le cas des relatives objet, puisque qui est un complé-
menteur, nous sommes amenés à conclure que le syntagme Qu- déplacé
est un syntagme nominal implicite.

QUE ET QUI, D'HIER À AUJOURD'HUI


En français moderne, le complémenteur précédant un sujet relativisé est
obligatoirement qui: le livre qui vient de paraître vs *Le livre que vient de
paraître. H n'en a pas toujours été ainsi. Dans la langue ancienne, la forme
gué était parfois aussi employée, comme en témoigne l'exempte suivant,
cité par Le Bidois et Le Bidois (1971:291} :
La nouviele en vint a Coton, que lors vint a eus.
(J. de Tuim, Histoire de Jules César)
« La nouvelle en vint à Caton, qui vint alors à eux. »
Cet usage subsiste en français moderne dans un certain nombre d'expres-
sions archaïques, par exemple advienne que pourra ~ advienne ce qui pourra.

2.5. Relatives à l'infinitif: le relativisante

Dans certaines relatives, la proposition qui suit immédiatement l'anté-


cédent nominal peut être à l'infinitif:
38 a. Un voisin sur qui compter
b. Une théorie de laquelle s'inspirer
c. Un endroit où aller
d. Un exemple à suivre
32 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Dans ces exemples, comme dans leur contrepartie tensée, la position


initiale de la proposition relative est occupée par un syntagme Qu-. Sauf
dans un cas: l'exemple (38d), où l'élément relativisé est un objet direct.
Voici les contreparties tensées de ces quatre exemples :
39 a. Un voisin sur qui on peut compter
b. Une théorie de laquelle on peut s'inspirer
c. Un endroit où on peut aller
d. Un exemple qu'on peut suivre
La juxtaposition de ces exemples met au jour une incongruité qui ne
semble pas avoir été remarquée par les grammairiens traditionnels. En
effet, si pour eux sur qui, de laquelle, où et que sont tous des « pronoms
relatifs», pourquoi à dans l'exemple (38d) ne le serait-il pas aussi? Or, les
grammaires traditionnelles s'entendent pour dire que à, dans les rela-
tives infinitives, est plutôt une préposition (voir entre autres Grevisse
1993:1294, Riegel et al. 1994:188).
Pour les linguistes générativistes, en revanche, la présence de à dans
les relatives infinitives en contrepartie de que dans les tensées n'a pas
de quoi surprendre, car que et à sont tous deux vus comme des com-
plémenteurs. En effet, certains linguistes, dont Kayne (1975: 339,1984),
ont suggéré que à pourrait être analysé comme complémenteur lorsqu'il
introduit une complétive à l'infinitif. Le statut de à dans ce contexte
prête toutefois à controverse. Ainsi, pour Huot (1981), à a toujours valeur
de préposition, qu'il introduise un syntagme nominal ou une proposi-
tion infinitive. Sans entrer dans les détails de ce débat, nous pouvons
avancer un argument en faveur de l'analyse de à comme complémen-
teur.
L'interrogation en français ne permet pas de déplacer un constituant
contenu à l'intérieur d'un syntagme prépositionnel, qu'il soit introduit
par à ou par une autre préposition :
40 a. * De qui; as-tu assisté [à l'exécution t;] ?
b. * De qui; as-tu voté [pour la nomination t;] ?
Or, le déplacement d'un constituant est tout à fait possible lorsque ce
constituant est contenu à l'intérieur d'une proposition infinitive intro-
duite par à. En ceci, l'infinitive introduite par à se comporte de manière
tout à fait analogue à une proposition tensée introduite par que :
LE MYTHE DU PRONOM RELATIF * 33

41 a. De qui; as-tu cherché [à retarder l'exécution tj ?


b. De quij crois-tu [qu'on a retardé l'exécution t;] ?
En somme, si la proposition entre crochets en (4ia) était un syntagme
prépositionnel, on s'attendrait à ce que le déplacement soit interdit, ce
qui n'est pas le cas.

2.6. Le cas de dont

En français, dont est un élément très particulier. On le trouve dans les


relatives mais non dans les interrogatives, il n'a pas la même distribution
que ses quasi-synonymes de qui, duquel, et il peut même figurer dans
des propositions qui ne sont pas à proprement parler des relatives. Dans
ce qui suit, nous traiterons de ces propriétés. Nous aurons l'occasion de
revenir en détail sur dont au chapitre 8, où il sera question de ses diffé-
rences de comportement par rapport à en.

2.6.1. Syntagme Qu- ou complémenteur?

Nous avons vu que les propositions relatives sont introduites soit par un
syntagme de type interrogatif (à qui, de quoi, sur lequel, etc.) soit par un
complémenteur (que, qui et à pour les infinitives). Qu'en est-il des relatives
en dont, où l'élément relativisé est un complément du nom ou du verbe ?
42 a. C'est un livre dont il faut vraiment lire la préface,
b. La personne dont je parle, c'est Julie.
Notons d'emblée certaines particularités de dont qui le distinguent de
desquels, de qui, etc. Premièrement, dont ne figure jamais dans les inter-
rogatives en français moderne :
43 a. Desquels parlez-vous ?
b. Je ne sais pas desquels vous parlez.
c. Vous parlez de qui ?
d. * Dont parlez-vous ?
e. * Je ne sais pas dont vous parlez.
f. * Vous parlez dont ?
34 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Deuxièmement, comme l'ont noté certains grammairiens tradition-


nels (par ex. von Wartburg et Zumthor 1958:125), dont ne peut pas se
trouver à l'intérieur d'un constituant plus grand déplacé en tête de pro-
position relative (pour plus de clarté, ce constituant est encadré dans les
exemples ci-dessous) :
44 a. L'homme [au fils duquel/de qui] je parlais.
b. Les amis [avec l'aide desquels] je me suis tiré
de ce mauvais pas.
c. * L'homme [au fils dont] je parlais.
d. * Les amis [avec l'aide dont] je me suis tiré de ce mauvais pas.
Troisièmement, dont ne porte pas de traits grammaticaux d'accord
(genre, nombre). En ceci, il se différencie des syntagmes comme lesquels,
de laquelle, desquelles, qui portent tous des traits de genre et de nombre.
Ces différences nous amènent à nous interroger sur le statut catégo-
riel de dont. S'apparente-t-il plutôt aux syntagmes Qu- ou aux complé-
menteurs ?
Les avis sur la question sont partagés. Par exemple, Pollock (1992)
analyse dont comme un syntagme Qu- au même titre que duquel, des-
quels, à ceci près que dont serait dénué de traits. Cette absence de traits
serait, pour des raisons qu'il serait trop compliqué d'exposer ici, respon-
sable du fait que dont ne peut pas figurer dans les contextes ci-dessus.
En revanche, Tellier (1990 ; 1991) traite dont comme une variante du
complémenteur que. Cette analyse rend compte des contrastes ci-dessus
et vise aussi à englober deux autres contextes où dont se comporte diffé-
remment des syntagmes Qu- desquels, de qui, etc.

• Comme l'ont fait remarquer Huot (1977) et Godard (1986: 721), dont,
contrairement à de qui, ne pourrait pas introduire une relative à l'infinitif:

45 a. Les humoristes ont trouvé là des personnalités de qui se


moquer à loisir.
b. ? ?Les humoristes ont trouvé là des personnalités dont se
moquer à loisir.
Si tant est que ces jugements sont exacts (ce qui ne fait toutefois pas
l'unanimité), dont pourrait être rapproché du complémenteur que,
également exclu dans ce contexte :
46 * Nous avons trouvé des gens qu'admirer.
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F * 35

• Un complément du nom peut être relativisé depuis une position objet à


l'aide de dont, de qui, et desquels, quoique l'usage de ce dernier soit relative-
ment marginal (exemples de [47]). Cependant, lorsque la même relativisa-
tion se produit depuis une position sujet, de qui, duquel sont exclus, et seul
dont est permis. On peut constater ce contraste en (48) :

47 a. Voilà les églises dont / ?desquelles on a restauré le parvis,


b. Voilà quelqu'un dont / de qui vous admirez le travail.
48 a. Voilà les églises dont /^desquelles le parvis nécessite une
restauration.
b. Voilà quelqu'un dont / *de qui le travail profite à l'ensemble
de la société.

DONT, LANGUE FAMILIERE ET HYPERCORRECTION

Dans la perspective d'un débat sur le statut de dont (syntagme Qu- ou com-
plémenteur), on peut se demander si la phrase (ii) ci-dessous est acceptable
au même titre que (i) - dans le registre familier qui permet la cooccurrence
entre le syntagme Qu- et le complémenteur, bien entendu :
i. Va voir la fille de qui que je parle,
îi. Va voir la fille dont que je parle.

Les avis là-dessus sont partagés, car certains locuteurs acceptent (ii)
et d'autres non. Si la phrase est grammaticale, elle pourrait appuyer l'hy-
pothèse selon laquelle dont est un syntagme Qu- ; si elle ne l'est pas, elle
appuierait plutôt l'hypothèse selon laquelle dont est un complémenteur.
Mais en réalité, quels que soient les faits, nous ne pouvons en tirer un argu-
ment probant pour aucune de ces hypothèses, et voici pourquoi.
Dont a ceci de particulier qu'il appartient à un niveau de langue sou-
tenu. Dans la langue familière, il tend, plus que tout autre relativisant, à
disparaître au profit de que (ex. l'homme que son frère est malade,..). Si (ii)
est agrammatîcale, ce fait pourrait donc être simplement dû à une incom-
patibilité de niveaux de langue puisque, rappelons-le, la cooccurrence entre
syntagme Qu- et complémenteur appartient au registre familier.
En revanche, si (ii) est acceptable, elle pourrait simplement relever de
l'hypercorrectïon. On appelle hypercorrection le fait pour un locuteur de
tenter de «mieux parler» en situation formelle ou de «mieux écrire», c'est-
à-dire d'utiliser un niveau de langue jugé prestigieux, mais qu'il ne maîtrise
pas bien. Ceci donne lieu à nombre d'erreurs, et c'est particulièrement vrai
en ce qui concerne l'usage de dont. En voici des exemples :
36 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

iii. Ses chansons parlent souvent des choses de la vie, et bien


souvent, d'une façon dont on n'a pas l'habitude d'entendre.
(Journal La Seigneurie, Boucherville, 24 septembre 1995, p. 10)
iv. Si la crainte est le début de la sagesse, alors la crainte est mon
pain quotidien. La crainte de ne pas donner aux étudiants ce
dont ils sont en droit de s'attendre. (Journal Forum, Montréal,
2 février 1993, p. 3)
Goscinny et Uderzo (tes aventures d'Astérix) s'amusent d'ailleurs de t'hy-
percorrection dans le volume Le Devin, qui met en scène un soldat romain au
langage normalement très familier (exemptes v-ix) :
v. Vous monterez en grade sûrement comme qu'il vous l'a
prévenu, le devin, (p. 28)
vi. Ça me rappelle un peu le quartier où est-ce que c'est que
j'habite, à Rome, (p. 31)
vii. Mais nous avons dû abandonner le village que nous étions, (p. 34)
viii. Si c'est que c'est pas un devin, j'ai pas aucune raison de t'arrêter.
(p. 46)
ix. Et cause correct à un supérieur! (p. 46)
Or, lorsqu'il fait officiellement rapport à son centurion, ce soldat tient le
discours qui suit:
x. Faisant ta patrouille dont à laquelle vous nous aviez donné
l'ordre de procéder, nous avons trouvé dans une clairière cet
individu dont les explications qu'il nous a causées ne nous ont
pas paru satisfaisantes, (p. 22)

Nous ne pourrons pas rendre justice ici aux analyses mentionnées


ci-dessus, car pour expliquer comment elles rendent compte des faits, il
nous faudrait faire appel à des notions théoriques avancées qui dépassent
le cadre de cet ouvrage. Nous laissons donc au lecteur intéressé le soin de
consulter les études citées dans cette section. Mais indépendamment de
la solution proposée, force est de constater que les questions posées en
cours d'analyse nous ont amenés à découvrir des contrastes et des faits
entièrement nouveaux sur la syntaxe des relatives et des relativisants.
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F » 37

DONT VIENT DONT?

Dont a pour origine l'expression latine de unde, qui signifie « d'où », En ancien
français, il était utilisé dans les interrogatives pour poser une question sur
l'origine:
Et dont estes vous ? (Adam de La Halle, Le jeu de la feuillée [13* s.]),
cité par Hasenohr (1993:113)
« Et d'où êtes-vous ? »
Le dont interrogatif était d'emploi courant jusqu'au xvie siècle. Au xvne siècle,
cet usage avait à toutes fins pratiques disparu (Haase [1965: 90], Grevisse
[1993:1057]).

2.6.2. Excursus: des complétives en dont


qui ne sont pas vraiment des relatives

Certaines constructions ressemblent à première vue à des relatives. Mais


elles s'écartent des relatives décrites plus haut en ce que dont ne corres-
pond pas à un vide dans la proposition. On trouve des références à ces
constructions chez certains grammairiens traditionnels (par ex. Sand-
feld 1965 : 205-207), mais il faudra attendre les travaux en grammaire
générative (notamment Huot 1974, Godard 1988) pour qu'elles soient
décrites et analysées en détail.
Dans ces constructions sans vide, dont ne correspond ni au complé-
ment du nom ni au complément d'un verbe : en réalité, dont correspond
à presque n'importe quel constituant de la phrase, qu'il soit sujet, objet
direct, objet indirect ou complément de préposition. Ce complément est
en général réalisé sous forme d'un pronom. Voici quelques exemples de
cet usage :
49 Sujet:
C'est un livre dont je sais qu'il aura du succès.
50 Objet direct:
Un professeur dont l'inspecteur sait que les élèves le chahutent.
51 Objet indirect :
Une difficulté dont il serait souhaitable qu'on y remédie
rapidement.
38 » C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

52 Complément de préposition :
Un compositeur dont il est clair qu'on te reproche ton influence
sur lui.
Une des particularités de cette construction est que la proposition
doit comprendre un pronom ayant la même référence que l'antécédent
(respectivement, dans les phrases ci-dessus, il, le, y et lui). Ce pronom
ne peut pas être omis, comme le montre l'agrammaticalité des exemples
ci-dessous :
53 a. * C'est un livre dont je sais qu'aura du succès.
b. * Un professeur dont l'inspecteur sait que les élèves
chahutent.
c. * Une difficulté dont il serait souhaitable qu'on remédie
rapidement.
d. * Un compositeur dont il est clair qu'on te reproche
ton influence sur.
Une autre caractéristique de cette construction est qu'elle n'est pos-
sible qu'avec un sous-ensemble de verbes ou de prédicats : selon Gross
(1968: 65-66), ce sont les prédicats qui expriment une opinion. Ils sont
pour la plupart à sujet humain (constater, vouloir, supplier, raconter, dire,
penser, etc.) ou à sujet impersonnel (paraître, s'avérer, se pouvoir, sembler,
être évident, être clair, etc.).
Cette propriété est à relier au fait que, dans ces constructions, la
relation entre la proposition et le syntagme nominal en tête de phrase
n'est pas la même que dans les relatives avec vide. Dans une relative dite
«normale» - c'est-à-dire restrictive -, la proposition relative restreint
la référence de l'antécédent. Ici, le syntagme nominal fonctionne plutôt
comme un topique et dont a plus ou moins une signification équivalente
à « à propos duquel ».

3. Conclusion

Dans ce chapitre, nous nous sommes attaqués au mythe tenace selon


lequel les éléments qui introduisent les relatives sont des « pronoms rela-
tifs ». Nous avons apporté des arguments pour montrer qu'au contraire,
il s'agit soit de syntagmes interrogatifs pouvant appartenir à diverses
catégories (syntagme nominal, prépositionnel ou adverbial), soit de
LE M Y T H E DU P R O N O M R E L A T I F * 39

complémenteurs (que, qui, dont, à). Nous avons vu aussi que lorsque
le complémenteur est présent, c'est que le français fait usage d'un syn-
tagme Qu- implicite, déplacé comme les autres syntagmes Qu- à partir
de sa position de base (sujet, objet direct ou, dans le cas de dont, com-
plément du nom).
Chemin faisant, nous avons aussi décrit de nouveaux tests fort utiles
pour distinguer les relatives des complétives complément du nom : l'in-
version stylistique et le mode du verbe.
Page laissée blanche
2
LA CLASSIFICATION DES VERBES

1. En bref

Les grammaires traditionnelles établissent des oppositions entre les


verbes en fonction de leurs propriétés lexicales et des constructions syn-
taxiques dans lesquelles ils peuvent se trouver. La grammaire générative
reconnaît aussi des classes de verbes, mais les découpages effectués sont
bien différents de ceux proposés par les grammaires traditionnelles.
Du point de vue de leur complémentation, les grammaires font la dis-
tinction entre les verbes intransitifs, qui ne demandent pas de complé-
ment (dormir, arriver), les verbes transitifs directs, qui demandent un
objet direct (lire, regarder), les verbes transitifs indirects, qui appellent
un objet indirect (aller, ressembler) et les verbes à double complément
(donner, convaincre). Or, les recherches en grammaire générative ont
permis de montrer que la classe des verbes traditionnellement appelés
« intransitifs » n'est pas homogène : elle recouvre en fait deux groupes de
verbes aux propriétés distinctes, que nous appelons verbes inaccusatifs et
verbes inergatifs.
Certains verbes du français s'opposent également du point de vue
de la nature de leur sujet. Ainsi dans la catégorie des verbes imperson-
nels, c'est-à-dire ceux qui acceptent pour sujet le pronom impersonnel
il, Grevisse (1993: 1144 sqq. et 1152) classe les verbes essentiellement
impersonnels (pleuvoir, falloir) et les verbes personnels construits
42 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

impersonnellement (venir, arriver et les passifs). Pour les grammairiens


générativistes, ce n'est pas un hasard si les verbes venir, arriver et les pas-
sifs peuvent se trouver dans les constructions impersonnelles, car ils
possèdent, comme nous le verrons, une propriété en commun avec les
verbes impersonnels.
Grevisse (1993: 1192) regroupe certains verbes sous l'appellation de
« semi-auxiliaires » : devoir, faillir, paraître, sembler, être censé, risquer
de et vouloir. Selon lui, ces verbes se décrivent comme étant ceux « qui,
construits avec un infinitif, parfois avec un participe ou un gérondif,
perdent plus ou moins leur signification propre et servent à exprimer
diverses nuances de temps, d'aspect ou d'autres modalités de l'action».
Le lecteur pourra juger lui-même de la difficulté d'appliquer avec succès
ce critère sémantique pour définir une classe de verbes. Pour la gram-
maire générative, ces verbes, qui ont des propriétés syntaxiques bien
différentes, n'appartiennent pas à la même classe et ne sont pas des semi-
auxiliaires. Ainsi, parmi les verbes qui prennent pour complément une
proposition à l'infinitif, nous établirons une distinction entre les verbes
à montée et les verbes à contrôle.

2. Propriétés

2.1. Le verbe et ses arguments

Notons tout d'abord que les verbes diffèrent en ce qui concerne le


nombre et le type de leurs arguments. En ceci, la grammaire générative
ne s'écarte pas de la grammaire traditionnelle ou des représentations
logiques ; cependant, elle fait usage de terminologie et de moyens nota-
tionnels différents.
On peut établir des distinctions entre les verbes à partir des restric-
tions sémantiques qu'ils imposent à leurs arguments, c'est-à-dire au
sujet et à l'objet direct, notamment. Par exemple, au sens propre, le verbe
accoucher nécessite que son sujet dénote un être animé et féminin, alors
que le verbe pâlir est compatible avec une gamme beaucoup plus étendue
de sujets différents. Certains autres verbes ne peuvent être accompagnés
que d'un sujet dénué de valeur sémantique — le /'/ impersonnel: c'est le
cas des verbes atmosphériques comme pleuvoir, neiger, bruiner, etc. En
grammaire générative, ces distinctions se traduisent de la manière sui-
vante : un verbe assigne différents rôles thématiques (Agent, Patient,
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S * 43

etc.) à ses arguments. Un verbe qui admet comme sujet le pronom /'/
impersonnel est un verbe qui n'assigne aucun rôle thématique à son
sujet. En contrepartie, la présence d'un sujet il impersonnel nous signale
que le verbe n'assigne pas de rôle thématique à son sujet.
Nous allons voir dans ce qui suit qu'à part les verbes atmosphériques,
d'autres verbes peuvent faire partie de la classe des verbes qui n'assignent
pas de rôle thématique à leur sujet.

2.2. Verbes à montée et verbes à contrôle

De nombreux verbes acceptent pour complément une proposition


infinitive, par exemple vouloir, prétendre, permettre, promettre, sembler,
paraître, etc. Voici quelques exemples :
1 a. Maxime veut partir.
b. Julie prétend avoir réussi l'examen.
c. Le professeur a permis à Élodie de se présenter au concours.
d. Le professeur a promis à Élodie de se présenter au concours.
e. Les étudiants semblent avoir compris.
f. Ce livre paraît être intéressant.
Il existe pourtant une différence fondamentale entre ces verbes,
comme l'ont montré les travaux en grammaire générative (voir, dès les
années 1970, Postal 1970, Perlmutter 1971, Ruwet 1972, et de nombreux
autres par la suite, dont Chomsky 1981).
Voyons tout d'abord les phrases ci-dessous, qu'il faut prendre, bien
entendu, au sens propre et non au figuré. Les exemples de (2) mettent
en jeu les verbes vouloir, prétendre et promettre, et ceux de (3) les verbes
sembler et paraître :
2 a. Les enfants/*les nuages veulent se cacher.
b. Ce basketteur/*cet arbre prétend mesurer plus de
deux mètres.
c. Émilie/*mon chien a promis de ne pas traverser la rue.
3 a. Les enfants/ les nuages semblent se cacher.
b. Ce basketteur/cet arbre paraît mesurer plus de deux mètres.
c. Cette femme/*cette étagère semble avoir accouché de
jumeaux.
44 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Ce que nous montrent ces exemples, c'est que les verbes vouloir, pré-
tendre et promettre demandent un sujet agentif (c'est-à-dire un sujet
animé et pour prétendre, plus spécifiquement un sujet humain). Cette
exigence dépend du verbe principal: la nature du verbe de la subor-
donnée n'y change rien. Par contre, les verbes sembler et paraître n'im-
posent aucune exigence sur la nature de leur sujet : dans ce cas, c'est le
verbe de la subordonnée qui sélectionne le type du sujet, par exemple un
sujet animé (et de sexe féminin) avec accoucher en fec). C'est là une diffé-
rence très importante, que nous traduisons ainsi : les verbes vouloir, pré-
tendre et promettre assignent un rôle thématique d'Agent à leur sujet; les
verbes sembler et paraître n'assignent pas de rôle thématique à leur sujet.
Une autre raison de penser que sembler, paraître, s'avérer, etc. n'assi-
gnent pas de rôle thématique au sujet est, bien entendu, que ce sujet peut
être le /'/ impersonnel :
4 a. Il semble que...
b. Il paraît que...
c. Il s'avère que...
En grammaire générative, l'analyse des phrases veut que les argu-
ments soient placés au départ dans les positions où ils reçoivent un rôle
thématique, et qu'ils soient par la suite déplacés, s'il y a lieu, vers une
autre position. Ces opérations de déplacement s'appellent des transfor-
mations. Pour conserver l'historique des transformations appliquées à
une phrase, c'est-à-dire pour voir d'emblée d'où vient l'élément déplacé
et où il a été déplacé, nous supposons que toute transformation laisse
une trace dans la position de départ. Comme nous l'avons vu au cha-
pitre i, nous utilisons le symbole [t] pour représenter les traces, et nous
assignons à la trace et à l'élément déplacé un même indice, pour faire
ressortir le lien entre les deux.
Étant donné que le sujet des verbes sembler, paraître, s'avérer, etc. prend
visiblement son origine en position sujet du verbe de la proposition subor-
donnée (ou « enchâssée »), nous aurons la représentation qui suit (consti-
tuant déplacé en caractère gras, infinitive enchâssée entre crochets) :
5 Cet arbrCj semble [t{ mesurer plus de deux mètres].
Nous appelons les verbes sembler, paraître, s'avérer, etc. des verbes à
montée, parce que leur sujet «monte» à partir d'une position de sujet
enchâssée.
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S * 45

Par contre, les verbes vouloir, prétendre, promettre, permettre, con-


vaincre, etc. imposent à leur sujet des restrictions sémantiques — c'est-
à-dire qu'ils lui assignent un rôle thématique. Ce sujet n'est donc pas
déplacé à partir d'une position de sujet enchâssée. Mais il est important
de constater que, selon le verbe utilisé, l'interprétation de la phrase peut
changer. Les phrases en (ic) et (id) illustrent ces différences : elles sont
reprises ici en (6a) et (6b) :
6 a. Le professeur a permis à Élodie de se présenter au concours,
b. Le professeur a promis à Élodie de se présenter au concours.
Ce qui diffère ici, c'est l'interprétation du sujet implicite de l'infinitive :
en (a), c'est Élodie qui se présentera au concours, mais en (b), il s'agit
du professeur. La différence entre les verbes permettre et promettre peut
s'exprimer de la manière suivante : avec permettre, le sujet implicite de
l'infinitive est identique à l'objet de la principale ; avec promettre, il est
identique au sujet. Parce qu'un de leurs arguments contrôle l'interpré-
tation du sujet implicite de l'infinitive, ces verbes sont appelés verbes
à contrôle. Il peuvent être des verbes à contrôle par l'objet (permettre,
convaincre, forcer, inciter, etc.) ou à contrôle par le sujet (promettre, jurer,
etc.). Pour exprimer l'identité d'interprétation entre le sujet implicite de
l'infinitive et le contrôleur, nous aurions pu supposer que le sujet iden-
tique a été effacé, par exemple :
7 a. Le professeur a permis à Élodie de [Élodie se présenter au
concours].
b. Le professeur a promis à Élodie de [le professeur se
présenter au concours].
Une autre manière de représenter ces phrases est de supposer que le
sujet de l'infinitive est un syntagme nominal inaudible, que l'on peut
représenter par le symbole PRO (pour «pronom»). Pour indiquer l'in-
terprétation de ce sujet, on lui assigne le même indice que le syntagme
nominal qui le contrôle. Ainsi, les phrases de (6) seraient représentées
comme suit :
8 a. Le professeur} a permis à Élodie^ de [PRO^ se présenter au
concours],
b. Le professeurj a promis à Élodie^ de [PRO; se présenter au
concours].
46 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

2.3. Verbes au passif

Le lecteur se demandera sans doute pourquoi nous traitons du passif


dans ce chapitre, puisque bien entendu le passif n'est pas une classe de
verbes mais une voix (qui s'oppose à la voix active). En fait, nous allons
décrire ici le type d'analyse que propose la grammaire générative pour
dériver les phrases passives. Ceci nous sera fort utile, car nous pourrons
par la suite montrer pour quelle raison certaines classes de verbes (par
exemple les inaccusatifs, que nous verrons dans la prochaine section)
ont des comportements qui rappellent ceux des verbes au passif.
Comme chacun sait, il existe un lien systématique entre une construc-
tion passive et sa contrepartie active.
9 a. L'ennemi a détruit la ville.
b. La ville a été détruite par l'ennemi.
Les grammaires traditionnelles décrivent la correspondance entre
phrases actives et passives comme suit (voir par ex. Grevisse 1993:1121) :

Les phrases contenant un verbe transitif peuvent, sans que le sens pro-
fond change, être transformées de telle sorte que le complément d'objet
devient le sujet, le sujet devient complément d'agent, et le verbe prend une
forme spéciale, au moyen de l'auxiliaire être et du participe passé. C'est la
voix passive.

En grammaire générative, la position généralement admise est que


la construction passive n'est pas entièrement formée par transforma-
tion à partir de la construction active. Une partie du rapport entre actif
et passif s'établit dans la composante que l'on appelle le lexique. Cette
composante comprend les mots du lexique avec leurs propriétés (nombre
et type d'arguments, catégorie des compléments, etc.). Dans cette com-
posante, la mise au passif d'un verbe consiste à lui retirer sa capacité
d'assigner un rôle thématique à la position de sujet. De ce point de vue,
le verbe passif devient en tous points semblable à un verbe impersonnel.
Quant au rôle thématique d'Agent, assigné au sujet par le verbe actif, il
est plutôt assigné en position de complément prépositionnel dans le cas
du passif. L'objet direct demeure dans sa position de base : il est par la
suite déplacé en position sujet par transformation. Ainsi, la phrase pas-
sive en (9b) est représentée comme suit :
10 La ville; a été détruite t; par l'ennemi.
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S * 47

Nous allons voir dans la prochaine section que ce type d'analyse — c'est-
à-dire le déplacement depuis la position postverbale vers la position
sujet — n'est pas justifié uniquement pour former le passif, mais qu'il
s'applique également à certaines classes de verbes.

2.4. Verbes inaccusatifs

Burzio (1986) a fait remarquer qu'en italien, les verbes intransitifs ne se


comportent pas de manière homogène. En particulier, il montre que les
verbes comme dormir, téléphoner-, révolter, etc. ont des propriétés très
différentes des verbes comme apparaître, paraître, venir, disparaître.
Afin de désigner ces deux classes de verbes intransitifs, Burzio utilise
la terminologie suivante, empruntée à Perlmutter (1978) : les verbes du
premier groupe (dormir, téléphoner, révolter, etc.) sont appelés verbes
inergatifs, alors que ceux du second groupe (apparaître, paraître, venir,
disparaître, etc.) sont appelés verbes inaccusatifs. Dans la mesure où l'on
peut dégager des propriétés sémantiques reliées à ces classes de verbes
(ce qui est toutefois controversé), on pourra dire que la classe des verbes
inaccusatifs comprend des verbes d'existence ou de changement d'état.
Quant aux verbes inergatifs, ce sont des verbes agentifs qui décrivent
des actions volontaires ou encore des processus physiques involontaires.
La classe des verbes inaccusatifs en français comprend notamment les
verbes apparaître, paraître, arriver, passer, monter, descendre, venir, partir,
disparaître, entrer, sortir, tomber, naître, mourir, ainsi que toute une série
de verbes réfléchis dont nous ne traiterons pas ici ; celle des inergatifs
inclut entre autres les verbes agir, réagir, mentir, rire, aboyer, capituler,
régner, sévir, jongler, téléphoner, compter (sur quelqu'un). Du point de vue
structural, la distinction proposée entre inaccusatifs et inergatifs peut
se résumer très simplement, comme le fait Ruwet (1988: 383-384) : «Les
sujets des inergatifs sont de "vrais" sujets [...]; les sujets des inaccusatifs
sont des objets directs "déguisés". »
Voyons maintenant quelles sont les propriétés syntaxiques qui distin-
guent ces deux classes de verbes.

2.4.7. Choix de l'auxiliaire

En italien, la classe des verbes inergatifs se conjugue avec l'auxiliaire


avère («avoir»), alors que la classe des inaccusatifs se conjugue avec
48 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

essere (« être »). Cependant, en français, la division entre les deux classes
de verbes ne recoupe pas exactement la distinction être/avoir. Ainsi, cer-
tains verbes sont considérés comme inaccusatifs en français alors qu'ils
se conjuguent avec avoir ou qu'ils alternent entre être et avoir (par ex.
passer, monter, descendre, disparaître, etc.). Est-ce à dire que le choix de
l'auxiliaire n'a rien à voir avec l'inaccusativité en français ? Pas tout à
fait: selon Ruwet (1988), tous les verbes qui se conjuguent avec être (ou
qui peuvent se conjuguer avec cet auxiliaire) sont inaccusatifs ; s'ils se
conjuguent avec avoir, il faut avoir recours à d'autres tests pour déter-
miner la classe à laquelle ils appartiennent. Dans les rubriques qui sui-
vent, nous passerons en revue certains de ces tests.

2.4.2. Morphologie passive et nominalisation

Les deux propriétés suivantes ont parfois été utilisées pour établir la dis-
tinction entre verbes inergatifs et inaccusatifs (voir Zribi-Hertz 1987:28).

• Les verbes inergatifs sans complément sont compatibles avec la morpho


logie verbale passive, alors que les verbes inaccusatifs ne le sont pas :

11 a. Il a été couru sur ce stade récemment (conclut Sherlock


Holmes).
b. * II a été arrivé/disparu sur ce stade récemment (conclut
Sherlock Holmes).

• Parmi les verbes à un argument, seuls les inergatifs peuvent servir de base à
la nominalisation en -eur (voir aussi Keyser et Roeper 1984, pour l'anglais) :

12 a. Un marcheur, un dormeur, un coureur


b. * Un disparaisseur, *un arriveur, *un moureur

2.4.3. La pronominalisation par en

La propriété décrite ici est l'une des plus souvent utilisées pour distinguer
les verbes inaccusatifs des verbes inergatifs. Comme l'a montré Burzio
(1986), en italien, ces deux classes de verbes se comportent différemment
du point de vue de la cliticisation avec ne (l'équivalent du en français).
Cet argument est, à peu de choses près, transposable au français et nous
allons l'examiner en décrivant les cas où la pronominalisation par en est
possible ou impossible.
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S « 49

II faut cependant au préalable définir de quel en nous allons nous


servir. En français, en peut remplacer soit le complément du nom (J'en
ai lu la moitié - du livre), soit le nom seul (J'en ai lu deux = livres). Dans
le premier cas, nous parlons du en génitif; dans le second, il s'agit du en
quantitatif. Il y a évidemment beaucoup plus à dire sur le comportement
de en, et nous y reviendrons en détail au chapitre 8. Pour les besoins du
présent chapitre, nous ferons appel au en génitif uniquement.
En français, la pronominalisation d'un complément du nom par en
est permise lorsque le syntagme nominal (SN) qui contient ce complé-
ment est en position d'objet (i3a). Mais la même pronominalisation est
interdite si le SN occupe la position sujet (voir [rjb]) — sauf si ce sujet est
dérivé, c'est-à-dire déplacé à partir de la position objet, comme c'est le
cas lors de la passivisation (voir [i3c]) :
13 a. J'en ai lu le premier chapitre. objet
b. * Le premier chapitre en traite sujet
d'un sujet délicat.
c. Le premier chapitre en a été critiqué. sujet dérivé (passif)
Or, certains verbes qui ne sont pas au passif admettent aussi la prono-
minalisation par en à partir du sujet :
14 a. La moitié en est déjà arrivée.
b. La nouvelle formulation en paraîtra demain.
(Pollock 1986: 217) ; comparer avec :
c. * La nouvelle formulation en révoltera beaucoup de gens.
Pour expliquer ces contrastes en italien, Burzio (1986) a proposé que
les verbes inaccusatifs (par ex. paraître) se distinguent structuralement
des autres verbes de la manière suivante : le sujet des verbes inaccusa-
tifs occupe au départ la position d'objet direct et il est ensuite déplacé
par transformation vers la position sujet. Ainsi, les phrases Julie a dormi
(verbe inergatif) et Julie a disparu (verbe inaccusatif) se représentent
comme suit :
15 a. Julie a dormi.
b. Julie; a disparu t;.
Ces deux verbes, bien que classés traditionnellement comme des
intransitifs, ont donc des dérivations tout à fait différentes. Et de fait,
les verbes inaccusatifs se rapprochent plus des verbes au passif que des
50 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

verbes inergatifs : rappelons que la dérivation d'une phrase passive met


en jeu le déplacement d'un objet vers la position sujet.
16 Julie; a été embauchée t;.
Ceci explique le comportement de en décrit plus haut : avec les verbes
inaccusatifs comme avec les verbes au passif, le sujet de surface prend
son origine en position de complément. Nous pouvons par conséquent
maintenir l'hypothèse que en génitif ne peut être extrait d'un SN que si
ce dernier occupe au départ la position de complément d'objet direct.
On peut se demander s'il est nécessaire de spécifier «complément
d'objet direct». Ne suffit-il pas, pour que le complément du nom puisse
être pronominalisé par en, qu'il provienne d'un SN en position post-
verbale, objet direct ou pas ? Deux autres ensembles de faits nous per-
mettront de répondre à cette question ; ils nous fourniront par la même
occasion d'autres arguments à l'appui de la structure proposée pour les
verbes inaccusatifs.
Tout d'abord, notons les contrastes suivants (Belletti et Rizzi 1981
Pollock 1986: 218):
17 a. Pierre a passé la première partie de septembre à Paris,
b. Pierre en a passé la première partie à Paris.
18 a. Pierre est resté la première partie de septembre à Paris,
b. * Pierre en est resté la première partie à Paris.
La différence entre les deux premières phrases se décrit facilement :
en (17), le SN la première partie de septembre est un complément d'objet
direct du verbe passer, alors qu'en (18), ce SN n'est pas un argument du
verbe rester. La condition énoncée sur la pronominalisation de en génitif
peut donc être maintenue : en ne peut reprendre une sous-partie du SN
que si ce dernier est un complément sélectionné par le verbe (ou prend
son origine dans cette position). Ainsi, du même coup, l'analyse des
verbes inaccusatifs se confirme : le sujet prend bien son origine en posi-
tion de complément d'objet direct sélectionné par le verbe.
Deuxièmement, observons qu'en français, dans certaines construc-
tions, le sujet peut figurer derrière le verbe grâce à un processus que
nous avons appelé l'inversion stylistique (voir chapitre i, section 2.3).
L'inversion stylistique est possible avec n'importe quel verbe, pourvu
que la phrase remplisse certaines conditions (par ex. présence d'une
interrogation ou du mode subjonctif). Pour les besoins du présent
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S * 51

chapitre, il n'est pas nécessaire d'en dire plus sur ces conditions : nous y
reviendrons en détail au chapitre 9.
À partir de l'inversion stylistique, Pollock (1986: 218-219) formule un
argument pour montrer que les verbes inergatifs et les verbes inaccusa-
tifs se comportent de manière différente du point de vue de la pronomi-
nalisation par en. Commençons par établir que dans les phrases en (19)
et (20), le sujet figure derrière le verbe :
19 a. J'aimerais que me téléphone l'auteur de ce livre.
b. Quel butin a rapporté le chef de la bande ?
20 a. Quand a été imprimé le premier tome de ce livre ?
b. Il aurait fallu que disparaisse le chef de la bande.
On notera que les phrases en (19) mettent en jeu des verbes inergatifs
et transitifs, alors que celles en (20) comportent un verbe au passif et un
verbe inaccusatif.
Or, Pollock (op. cit.] note que la pronominalisation par en n'est pos-
sible qu'à partir des phrases de (20) et non celles de (19) :
21 a. * J'aimerais que men téléphone l'auteur. en - de ce livre
b. * Quel butin en a rapporté le chef? en = de la bande
22 a. Quand en a été imprimé le premier tome ? en = de ce livre
b. Il aurait fallu quen disparaisse le chef. en = de la bande
On peut donc penser ceci : dans le cas des verbes inergatifs et tran-
sitifs, comme en (19) et (21), le sujet prend son origine dans la position
sujet, devant le verbe : l'inversion stylistique le place derrière le verbe.
Comme il ne s'agit pas d'un complément sélectionné du verbe, la prono-
minalisation par en est impossible. En revanche, avec les verbes passifs
et inaccusatifs, le constituant nominal situé derrière le verbe n'a pas été
déplacé : il est au départ un objet sélectionné par le verbe, et en (20) et
(22), il demeure tout simplement dans sa position de base. Voilà pour-
quoi la pronominalisation par en est possible en (22).

2.4.4. Les constructions participiales

Un autre contexte où les verbes inaccusatifs et inergatifs se distinguent


est la construction participiale. Les exemples en (23) et (24), tirés de
Legendre (1989:122-124), illustrent le contraste :
52 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

23 a. Parti avant l'aube, Pierre est arrivé le jour même


à destination.
b. Mort prématurément, son père n'avait pas laissé de
testament.
c. Restée seule à la maison, Marie se mit à pleurer.
d. Tombé de sa chaise, le bébé se mit à hurler.
e. Surgi de derrière un buisson, l'animal se jeta sur sa proie.
f. Jaillie d'on ne sait où, l'eau coulait claire et limpide.
24 a. * Réagi, le président a été félicité par la presse.
b. * Travaillé toute la matinée, il dormit tout l'après-midi.
c. * Régné sur une grande partie de l'Europe, Napoléon était
considéré comme un tyran.
d. * Résisté aux avances du metteur en scène, la jeune actrice
a perdu son rôle.
e. * Médité toute la nuit, Pierre avait pris une résolution.
f. * Dansé pendant des heures, Marie était épuisée.
Ces exemples nous permettent de faire une différence entre les verbes
partir, mourir, rester, etc., qui sont des inaccusatifs, et les verbes réagir, tra-
vailler, régner, etc., qui sont des inergatifs. Les premiers peuvent prendre
la forme d'un participe passé (sans auxiliaire) dans ces constructions,
alors que les seconds ne le peuvent pas.

2.4.5. Les constructions impersonnelles

Grevisse (1993:1152-1153) fait remarquer qu'un certain nombre de verbes


personnels (dont certains intransitifs et les verbes au passif) peuvent
être construits impersonnellement, auquel cas il prennent pour sujet le
il impersonnel ou explétif. Voici quelques exemples tirés de Grevisse (op.
cit.) et de Riegel et al. (1994: 448-449) :
25 a. Il est venu quelqu'un.
b. Celui auquel il a été volé une chose.
c. Il m'est arrivé une aventure.
d. Il souffle un vent terrible.
e. En une semaine, il a été publié plus de dix grammaires
françaises.
f. Il manque deux hommes à l'appel.
g. Il règne un silence de mort.
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S * 53

En l'absence de théorie, la grammaire traditionnelle ne peut que


constater les faits et établir une liste de ces verbes, sans faire un lien
direct entre eux. En revanche, la grammaire générative peut expliquer
pourquoi on trouve en construction impersonnelle justement ces verbes-
là. En effet, nous avons vu plus haut que certains verbes n'assignent pas
de rôle thématique à leur sujet. Cette classe comprend les verbes et pré-
dicats atmosphériques (pleuvoir, neiger, grêler, faire froid, etc.), le verbe
falloir, les verbes à montée (sembler, paraître, s'avérer, etc.), les verbes
inaccusatifs (arriver, venir, disparaître, etc.) et les verbes au passif. Ce
n'est donc pas un hasard si les verbes ci-dessus (partir, venir, arriver,
souffler) et les passifs se comportent de la même façon : c'est parce qu'ils
ont fondamentalement la même structure, et que leur sujet apparent est
en réalité un complément d'objet du verbe. Dans les phrases de (25), le
SN postverbal est tout simplement laissé sur place, et la position sujet est
remplie par le pronom explétif il.

SUJET, OBJET, SUJET INVERSÉ?

Nous avons dit que dans les constructions impersonnelles comme // est venu
quelqu'un, le SN postverbal quelqu'un est un objet direct et non un sujet
inversé. Voici un autre argument pour le montrer, mais il est un peu plus
complexe.
Ici, nous allons faire appel aux propriétés d'une construction que Milner
(1982) appelle l'«incise qualitative», sur laquelle nous reviendrons au cha-
pitre 7. Cette construction met en jeu un constituant à valeur généralement
péjorative (l'imbécile, te pauvre, l'idiot, le crétin, etc.), qui qualifie un SN dans
la phrase. Une des contraintes sur cette incise est qu'elle peut cibler un SN
sujet, mais non un SN objet, comme le montre le contraste entre (i) et (ii) :
i. Jean a cassé la tasse, l'imbécile,
ii. *Tu connais Jean, l'imbécile.
Or, Mîlner (1982: 241) observe que dans les constructions imperson-
nelles, le SN postverbal se comporte de ce point de vue exactement comme
un objet:
iii, * H a été condamné deux promoteurs, les canailles,
iv. * II est tombé une dizaine de piétons, les pauvres.
54 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

II faut faire remarquer qu'ici, les sujets, dérivés ou non, s'opposent aux
objets. Ainsi, les sujets des verbes au passif et des înaccusatifs, bien qu'ils
prennent leur origine en position objet, sont compatibles avec la construc-
tion qualitative :
v. Deux promoteurs ont été condamnés, les canailles,
vi. Une dizaine de piétons sont tombés, les pauvres.
Qu'en conclure ? Que dans cette construction, la qualification doit porter
sur un SN qui occupe à un moment donné de la dérivation la position de sujet,
D'ailleurs, la grammaticalité de la phrase (vii-b) ci-dessous le prouve :
vii. a. Voilà des livres que Jean n'a pas lus, l'ignorant
b. Voilà des livres que n*a pas lus Jean, l'ignorant.
En (vii-b), le sujet prend son origine en position préverbale, mais est
inversé grâce au processus d'inversion stylistique. Comme le SN Jean a,
avant ce déplacement, occupé la position de sujet, il est compatible avec la
construction.
En comparant (vii-b) aux phrases (iii) et (iv), on peut conclure que dans
ces dernières, te SN postverbal n'est pas un sujet inversé et qu'il n'a jamais
occupé la position sujet à quelque point de la dérivation que ce soit.

En somme, l'analyse proposée par les linguistes générativistes


concernant la structure des verbes passifs et inaccusatifs permet d'éta-
blir clairement le lien entre eux. Mais elle nous guide aussi vers d'autres
observations — et souvent vers des débats concernant l'analyse et les
faits. Ainsi, nous sommes amenés à vérifier si les verbes inergatifs font
contraste avec les inaccusatifs en ce qui concerne leur occurrence dans
les constructions impersonnelles. Or, la réponse à cette question n'est
pas simple et on peut dire qu'elle a fait couler beaucoup d'encre. Le fait
est que les linguistes — et les locuteurs — ne s'entendent pas sur les juge-
ments concernant les phrases impersonnelles. Commençons donc par
les cas clairs. On s'accorde en général pour dire qu'il y a un contraste net
entre les phrases en (26) ci-dessous et celles en (27) :
26 a. Il est arrivé/venu/resté/survenu/apparu/monté/tombé
quelqu'un.
b. Il a disparu/manqué/circulé/survécu/émergé/surgi
quelqu'un.
27 * II a dormi/téléphoné/bu/couru/marché/saigné/pleuré
quelqu'un.
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S * 55

Les phrases ci-dessus ont amené bien des linguistes à conclure que les
verbes inergatifs ne peuvent pas se trouver dans les constructions imper-
sonnelles — ce en quoi ils s'opposent aux verbes inaccusatifs. Cependant,
cette affirmation a été mise en doute par d'autres chercheurs. Ceux-ci
ont fait remarquer que des phrases comme celles de (28) ci-dessous, qui,
tout comme celles de (27), mettent en jeu des inergatifs, sont accepta-
bles — les jugements varient selon les sources, mais en général ce type de
construction est considéré soit marginal, soit parfaitement bien formé
(voir entre autres Hériau 1980: 245-246, Rivière 1981: 20 et 46 sqq., Jones
1996:125, Hulk 1989: 59, Cummins 2000, Legendre et Sorace 2003, d'où
sont tirés certains des exemples ci-dessous).
28 a. Il a dormi des tas de gens célèbres dans ce lit à baldaquin.
b. Il courait beaucoup d'enfants dans cette ruelle.
c. Il a résidé plusieurs étrangers aux États-Unis.
d. Il mange toujours une dizaine de linguistes dans
ce restaurant.
Comment pouvons-nous concilier les exemples agrammaticaux en
(27) et les phrases acceptables en (28) ? On peut notamment observer
que les phrases de (28) comportent toutes un syntagme prépositionnel
locatif. Ainsi, on pourrait poser l'hypothèse (comme le font Hoekstra
et Mulder 1990: 47) que ce syntagme prépositionnel est une condition
nécessaire à l'occurrence d'un verbe inergatif dans la construction
impersonnelle. Cette hypothèse est compatible avec les contrastes ci-
dessous, tirés de Guéron (1986: 165), qui propose toutefois une autre
analyse :
29 a. Il court des enfants dans le pré.
b. * II court des enfants après moi.
30 a. Il mange beaucoup de gens dans ce restaurant,
b. * II parle beaucoup de gens à Marie.
Mais la question est loin d'être résolue : d'autres auteurs citent des
exemples qui vont à l'encontre de l'hypothèse qui vient d'être évoquée
(par ex. Cummins 2000, Legendre et Sorace 2003). Toutefois, la discussion
dans cette section — et dans la précédente — nous montre deux choses :
i) il est indéniable que les verbes inaccusatifs ont un comportement diffé-
rent des inergatifs (rappelez-vous le contraste entre [26] et [27] : le tout
est de déterminer dans quelles circonstances exactement les inergatifs
56 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

peuvent avoir un comportement qui se rapproche de celui des inaccusa-


tifs ; et 2) l'hypothèse de l'inaccusativité, émise par les linguistes généra-
tivistes, nous aura permis d'examiner des faits de langue qui auparavant
seraient passés totalement inaperçus. Que la question ne soit pas résolue
reflète simplement le caractère extrêmement complexe des règles qui
sous-tendent la grammaire du français.

L'EFFET INDÉFINI DANS LES CONSTRUCTIONS IMPERSONNELLES


Dans les constructions impersonnelles, le SU postverbal a ceci de particulier
que sauf de rares exceptions, il ne peut pas être introduit par le détermi-
nant défini, démonstratif ou possessif; il ne peut pas non plus être un nom
propre. Défait, les seuls SN acceptables dans cette position sont les indéfinis
(un, quelqu'un, quelque chose) et les quantifiés indéfinis (une centaine, beau-
coup, plusieurs).
Il a surgi des difficultés de dernière heure.
* II a surgi les difficultés de dernière heure.
Il est arrivé quelqu'un.
* II est arrivé Marie.
Il a été vendu des centaines de grammaires.
* II a été vendu ces grammaires.
H a été tué des milliers de soldats durant cette guerre.
* II a été tué nos soldats durant cette guerre.
Voir Mîlsark (1974) et Bellettî (1988) pour une discussion de cette pro-
priété, que l'on a appelée l'effet indéfini.

2.5. Transitivité, intransitivité, une question de contexte

Nous avons évoqué au début de ce chapitre la distinction entre verbes


intransitifs (sans objet direct) et verbes transitifs (avec objet direct).
Il faut cependant reconnaître que dans l'usage courant, la transitivité
n'est pas absolue. Souvent, les verbes transitifs peuvent être employés de
façon intransitive, par exemple : je mange. D'autre part, certains verbes
intransitifs peuvent s'employer de façon transitive, par exemple : dormir
un somme, vivre sa vie.
Comme le notent Cummins et Roberge (2004; 2005), qui s'inspirent
en grande partie du travail de Larjavaara (2000), l'emploi intransitif des
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S * 57

verbes transitifs dépend souvent du contexte. Généralement, le sens de


l'objet direct manquant est récupérable, soit parce qu'il a été mentionné
au préalable dans le discours (exemples [31]), soit parce que le contexte
environnant ne laisse pas place à l'ambiguïté (exemples [32]) :
31 a. Maîtrisez-vous vos interviews ? C'est capital, les interviews.
Je maîtrise .
b. Tu as lu les pages ? Tu m'as dit que tu avais lu .
32 a. Garder hors de la portée des enfants.
b. Ne pas utiliser si le sceau intérieur est brisé.
c. Je laisse ici? (phrase prononcée, par exemple,
par un locuteur ayant un sac à la main)
Lorsqu'il n'y a pas de contexte, l'objet direct peut aussi parfois être
omis, mais il a alors une interprétation très précise. Par exemple, dans
le cas de verbes comme manger (voir les exemples en [33]), l'objet man-
quant est interprété comme dénotant ce qui peut normalement être
mangé ; il ne peut pas, par exemple, être interprété comme l'objet direct
des expressions en (34) :

33 a. On mange bien ici.


b. As-tu mangé ?
34 a. Manger des claques.
b. Manger ses mots.
c. Manger son chapeau.
Signalons finalement que, dans plusieurs cas, même si l'objet d'un
verbe transitif n'apparaît pas en surface, il exerce quand même un rôle
syntaxique dans la phrase. Par exemple, un objet non exprimé peut
servir d'antécédent à un pronom (ex. [35]) ou d'argument à un prédicat
secondaire (ex. [36]) ou encore faire l'objet d'un spécification ultérieure
dans le discours (ex. [37]) :
35 a. Ce roman amuse quand on le prend au sérieux.
(= ce roman amuse les gens quand on (= les gens)
le prend au sérieux)
b. Si elle déteste vraiment, on le met dans la salle de bain.
(le = le papier peint)
58 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

36 a. Les steaks, moi je préfère manger saignants.


(= Moi je préfère manger les steaks saignants)
b. Ce gouvernement rend malheureux.
(= Ce gouvernement rend les gens malheureux).
37 C'est une chose si douce que de louer , et surtout ses amis.
(= C'est une chose si douce que de louer les gens en général,
et surtout ses amis.)

Nous venons de donner un bref aperçu de l'emploi intransitif des


verbes transitifs. Mais, bien entendu, la réalité est beaucoup plus com-
plexe. Nous invitons le lecteur intéressé à en savoir plus long à consulter
les travaux de Cummins et Roberge cités au début de cette section.

3. Conclusion

Nous avons vu dans ce chapitre que les travaux en grammaire générative


ont permis de dégager différentes classes de verbes : les verbes à montée
(sembler, paraître, s'avérer, etc.), les verbes à contrôle (permettre, pro-
mettre, convaincre, jurer, etc.), les verbes inaccusatifs (monter, tomber,
disparaître, venir, arriver, etc.) et les verbes inergatifs (téléphoner, réagir,
mentir, rire, régner, etc.).
La classification de ces verbes — fondée sur des critères syntaxiques —
nous a aussi permis d'établir certains liens et certaines généralisations.
Ainsi, la dérivation des verbes au passif nous a permis de comprendre
les conditions qui régissent la pronominalisation de en. À son tour, le
comportement de en nous a permis de confirmer l'existence d'une dis-
tinction structurale entre les verbes inaccusatifs et les verbes inergatifs.
Enfin, cette distinction structurale nous a permis d'expliquer pourquoi
un sous-ensemble des verbes intransitifs, les inaccusatifs, affichent un
comportement très similaire à celui des verbes au passif: en effet, selon
l'analyse proposée, les sujets des inaccusatifs et des verbes au passif ont
ceci en commun qu'ils sont, au départ, des objets directs du verbe.
LA C L A S S I F I C A T I O N DES V E R B E S * 59

DES LECTURES SUPPLEMENTAIRES SUR LES CLASSES DE VERBES

Sur les verbes à montée et à contrôle en français, on pourra aussi consulter


Ruwet (1983) et Rooryck (1990,1992). Sur l'analyse proposée pour le passif,
voir entre autres Chomsky (1981:124 et poss/'m), et Jaeggli (1986). La question
de l'inaccusativité a fait l'objet de nombreuses études que nous ne pouvons
résumer dans cet ouvrage. Pour un aperçu général et une discussion sur les
propriétés sémantiques de ces verbes, voir Levin et Rappaport Hovav (1995).
Sur les verbes réfléchis en français, on pourra consulter entre autres Zribi-
Hertz (1987) et Labelle (1992).
Page laissée blanche
3
LA NEGATION DE PHRASE

1. En bref

L'étude de la négation dans les langues naturelles est un domaine de


recherche complexe qui touche à plusieurs facettes de l'étude du lan-
gage, tant sur le plan descriptif que sur le plan théorique. Ce chapitre ne
vise pas à faire une description exhaustive du système de la négation en
français. L'objectif que nous nous fixons est à la fois plus modeste et plus
complexe. En effet, bien que nous ne nous attarderons qu'à une infime
partie des faits de négation, ceux que nous examinerons nous amène-
ront, d'une part, à découvrir d'intéressantes propriétés de la syntaxe
du français et, d'autre part, à établir un lien inattendu entre certaines
constructions négatives et les interrogatives partielles.
Dans leur analyse de la négation en français, Riegel et al. (1994) en
relèvent trois types principaux. Tout d'abord, la négation totale (ou
logique) qui porte sur la proposition entière et qui est marquée par pas
ou point. Par exemple, la phrase Je ne dors pas est la négation logique de
la phrase Je dors. Puis il y a la négation partielle, qui ne porte que sur
une partie de la proposition. Celle-ci est exprimée soit par un adverbe
(jamais, nulle part}, soit par un élément nominal (appelé «pronom»
par Riegel et al., par ex. personne, rien) ou encore par un déterminant
indéfini (aucun, nul). Nous appellerons ces éléments des opérateurs de
négation. Ceux-ci s'opposent aux items de polarité négative (par ex.
62 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

qui que ce soit, âme qui vive, etc.). La différence entre ces deux types
tient en bonne partie à leurs caractéristiques syntaxiques : alors que les
opérateurs de négation peuvent apparaître seuls (nous ferons abstrac-
tion, ici, de la présence de ne qui est facultative, surtout à l'oral), les élé-
ments de polarité négative nécessitent généralement l'appui d'un autre
mot de négation. C'est la différence entre Je ne connais personne et *Je
n'ai embauché qui que ce soit (comparer cette dernière phrase avec Je n'ai
jamais embauché qui que ce soit). Finalement, il y a la négation exceptive
(ou restrictive) qui s'exprime par la locution ne... que (Je n'ai lu que trois
chapitres de ce livre}. Nous rassemblerons ces trois cas sous l'étiquette
négation de phrase.
Mise à part la phrase, la négation peut également toucher une sous-
partie de la proposition, le plus souvent par le biais des éléments non,
point ou pas. Il s'agit de la négation de constituant. Par exemple, Grevisse
(1993:1446) cite les cas suivants, où la négation porte sur un adjectif ou
un nom :
1 a. Des débiteurs non solvables
b. Une leçon non sue
c. La contestation [...] était restée non sanglante.
(Le Roy Ladurie, Carnaval de Romans, p. 150)
d. Julien était silencieux et point trop troublé.
(Stendhal, Rouge, II, 20)
e. Le digne homme n'avait jamais aimé personne,
pas même un chien. (Sand, Homme de neige, 1.1, p. 148)
Comme le souligne Gaatone (1971), le fait que ce type de négation puisse
parfois s'exprimer morphologiquement, du moins en ce qui concerne
les adjectifs, montre qu'elle porte bien sur le constituant lui-même:
2 a. Quinze ans de travail non interrompu
b. ... quinze ans de travail ininterrompu
Dans ce chapitre, nous nous pencherons sur les cas de négation totale
et partielle telle qu'exprimée par les forclusifs (pour employer la termino-
logie de Damourette et Pichon 1969) pas et personne respectivement. La
raison de ce choix est simple : ce sont ces éléments qui ont fait l'objet de la
grande majorité des études récentes sur la négation en grammaire géné-
rative et qui, par conséquent, ont permis de mettre au jour les données les
plus intéressantes. Nous étudierons l'adverbe de négation pas en regard
LA N É G A T I O N DE P H R A S E * 63

de sa distribution par rapport aux verbes et auxiliaires en fonction de


l'opposition mode infinitif/temps conjugué, alors que l'étude de la néga-
tion avec personne nous révélera des contraintes intéressantes en ce qui
concerne les positions qu'il peut ou ne peut pas occuper dans la phrase.

2. Propriétés

La négation de phrase s'exprime, en français, par le morphème discon-


tinu ne... particule de négation. Le premier élément est, du moins à l'oral
facultatif et représente, dans les termes de Milner (1978), l'élément qui
indique la portée de la négation (ce sur quoi elle opère). Le second élé-
ment, c'est-à-dire le forclusif, peut être, comme nous l'avons mentionné
au début de ce chapitre, un adverbe (33), un élément nominal feb-e) ou
un déterminant ($f) :
3 a. Je ne regarde pas/jamais la télévision.
b. Je ne regarde personne.
c. Je ne parle à/de/avec/ personne.
d. Je n'ai connu le frère de personne.
e. Je ne suis parti avant personne.
f. Je ne regarde aucune émission.
Sauf dans certains cas particuliers, que nous aborderons dans la sec-
tion 2.2, les deux éléments du morphème discontinu de négation doivent
se trouver à l'intérieur de la même proposition. Ainsi, si ne se trouve
dans une proposition principale et l'élément de négation dans une
subordonnée, la phrase est agrammaticale :
4 a. * Je n'ai dit que je regarde pas la télévision.
b. * " Paul regardait personne.
c. * " Luc parlait à/de/avec/personne.
d. * " Julie avait connu le frère de personne.
e. * " Marie était partie avant personne.
f. * " Sam regardait aucune émission.
Ces faits semblent, à première vue, aller de soi et ne surprendront per-
sonne. Il ne s'agit cependant que de la pointe de l'iceberg de la syntaxe
de la négation en français. En effet, les études en grammaire générative
nous ont permis de constater que non seulement la syntaxe de la néga-
tion de phrase était beaucoup plus complexe qu'on ne pourrait le croire,
64 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

mais aussi qu'elle pouvait s'apparenter, dans certains de ses aspects, à


d'autres types de constructions à première vue indépendantes, parmi
lesquelles les interrogatives partielles. Nous abordons ces deux points
tour à tour ci-dessous et dans la section 3.

2.1. Pas et placement du verbe et de l'auxiliaire

Nous illustrerons certaines propriétés syntaxiques de la négation totale


en examinant le positionnement de l'adverbe pas par rapport au verbe
et à l'auxiliaire.
Une première observation qui s'impose est que la position relative de
pas et du verbe varie selon que celui-ci est conjugué ou non. Nous ver-
rons que cette distinction ne vaut pas de la même façon pour les verbes
simples et les verbes composés. Ces observations ont eu un impact
considérable sur la théorie linguistique, un travail que nous devons à
Jean-Yves Pollock dans son article de 1989, d'où sont tirés ou inspirés
les exemples de cette section ; voir le second encadré ci-dessous pour un
aperçu.
Tout d'abord, il existe un contraste entre le verbe fléchi et sa forme
infinitive: alors que le premier précède l'adverbe de négation pas (5a), le
second doit le suivre (5c) :
5 a. Jean n'aime pas Marie.
b. * Jean ne pas aime Marie.
c. Ne pas posséder de voiture en banlieue rend la vie difficile.
d. * Ne posséder pas de voiture en banlieue rend la vie difficile.

L'INFINITIF ET LA NÉGATION À L'ÉPOQUE CLASSIQUE


Le français n'a pas toujours exprimé, du moins de façon catégorique, cette
différence entre verbe infinitif et verbe fléchi en ce qui concerne le placement
de la négation. En effet, Wagner et Pinchon (1962, p. 388) soulignent qu'
... à l'époque classique, l'encadrement de l'infinitif [par la négation]
appartenait à l'usage normal de la langue écrite :
On pleure pour avoir la réputation d'être tendre;... on pleure pour être
pleuré; enfin on pleure pour éviter la honte de ne pleurer pas.
(La Rochefoucauld)
LA N E G A T I O N DE P H R A S E * 65

Lo gloire ou le mérite de certains hommes est de bien écrire ; et de


quelques autres, c'est de n'écrire point. (La Bruyère).
j'eus l'ineptie de ne vouloir point aller à Neufchatel. (J.-j. Rousseau)
Toutefois, dès te xvne siècle, on observe que tes meilleurs écrivains
s'accoutument à préposer les deux éléments de ta négation (surtout ne...
pas) à l'infinitif (exemptes de Mme de Sêvigné, La Rochefoucauld, etc.).
Au xviii6 siècle, dans la langue écrite courante, l'ordre moderne est d'un
usage commun.
Riegel et al. citent également l'exemple suivant, tiré de l'œuvre de
Corneille:
Et tantôtje le perds pour ne me perdre pas.

En ce qui concerne les verbes composés, c'est l'auxiliaire qui doit pré-
céder la négation (6a, c). En d'autres mots, le comportement de l'auxi-
liaire, du moins dans sa forme fléchie, s'apparente à celui du verbe en se
plaçant obligatoirement devant pas :
6 a. Il n'a pas compris.
b. * II ne pas a compris.
c. Il n'est pas venu.
d. * II ne pas est venu.

UNE APPROCHE QUI CRÉE DES LIENS : DE LA NÉGATION À L'INVERSION

L'approche comparative, souvent préconisée en grammaire générative, a


permis aux chercheurs de relier à la syntaxe de la négation certains faits en
apparence indépendants.
C'est te cas du comportement des différents éléments verbaux (auxi-
liaires et verbes simples) en regard de la négation et de la possibilité d'in-
verser ou non le verbe et le sujet (pronominal) dans les interrogatives totales
en français et en anglais :
i. As-tu mangé ta pomme ?
ii. Manges-tu ta pomme?
Jii. Hâve you eaten your apple ?
iv. * Eat you your apple ?
66 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

En effet, les éléments qui peuvent se placer devant le sujet sont juste-
ment ceux-là mêmes qui peuvent se trouver à la gauche de l'adverbe de
négation (les auxiliaires en français et en anglais et les verbes simples en
français):
v. Je n 'ai pas mangé une pomme.
vi. Je ne mange pas une pomme.
vii. / hâve not eaten an apple.
vîii. *leat not an apple.
Selon Jean-Yves Pollock, ces faits s'expliquent facilement si l'on suppose
que l'ordre de base des phrases négatives en français et en anglais est le
même et que les permutations syntaxiques des éléments de la phrase sont Je
résultat du simple déplacement du verbe ou de l'auxiliaire vers la gauche :
Ordre de base :
Sujet pas/not (Aux) V syntagme nominal (SN)
Déplacement à gauche:
ix, Je n'ai pas mangé une pomme.

x. Je ne mange pas une pomme,

xi. / hâve not eaten an apple.

xii. *leatnot an apple.

Ainsi, la présence des éléments verbaux devant le sujet dans les interro-
gatives n'est que le résultat de leur capacité générale à se déplacer vers la
gauche.

Sur la base de cette dernière observation, on devrait s'attendre à ce


que, dans sa forme infinitive, l'auxiliaire se comporte aussi comme un
verbe (infinitif) et suive la négation. C'est effectivement le cas, du moins
dans une certaine mesure. En effet, alors que l'ordre pas-auxiliaire
infinitif représente l'ordre privilégié (ja, c), l'ordre auxiliaire infinitif-
pas est également possible bien qu'il soit considéré comme étant «litté-
raire » ou « recherché » (jb, d).
LA N E G A T I O N DE P H R A S E * 67

7 a. Ne pas avoir eu d'enfance heureuse est une condition pour


écrire des romans.
b. N'avoir pas eu d'enfance heureuse est une condition pour
écrire des romans.
c. Ne pas être allé au cinéma depuis une semaine est anormal.
d. N'être pas allé au cinéma depuis une semaine est anormal.
En somme, le comportement de l'auxiliaire dans sa forme infinitive
est ambigu: il se comporte comme un auxiliaire quand il précède la
négation mais comme un verbe (infinitif) quand il la suit.
Les faits sont similaires lorsque avoir et être sont employés comme
verbes «pleins», c'est-à-dire lorsqu'ils ne jouent pas le rôle d'auxiliaire
dans les temps composés : les deux ordres sont possibles, avec préférence
pour l'ordre pas-V.
8 a. Ne pas avoir de voiture en banlieue rend les choses difficiles.
b. N'avoir pas de voiture en banlieue rend les choses difficiles.
c. Ne pas être heureux est une condition pour écrire des
romans.
d. N'être pas heureux est une condition pour écrire de
romans.
Nous nous trouvons maintenant face à un fait intéressant: lorsque
être prend une valeur existentielle, il ne peut pas précéder l'adverbe. En
ce sens, être existentiel se conduit, comme il se doit, comme un verbe et
non comme un auxiliaire.

9 a. Être ou ne pas être, telle est la question,


b. * Être ou n'être pas, telle est la question.
Pour clore cette section, nous relèverons un autre fait intéressant de
nos constructions négatives en nous penchant sur un groupe de verbes
qui se conduisent de façon étonnante en ce qui concerne la position qu'ils
occupent par rapport à l'adverbe de négation. Il s'agit des verbes modaux
(devoir, vouloir, pouvoir, etc.). Lorsqu'ils sont à la forme infinitive, ceux-
ci se comportent non plus comme des verbes «normaux» mais plutôt
comme des auxiliaires. En effet, ils peuvent se placer soit devant (loa, b)
soit derrière l'adverbe de négation (loc, d) :
68 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

10 a. Je pensais ne pas pouvoir dormir dans cette chambre.


b. Il avait estimé ne pas devoir/vouloir donner suite
à ma demande.
c. ? Je pensais ne pouvoir pas dormir dans cette chambre.
d. ? Il avait estimé ne devoir/vouloir pas donner suite à ma
demande.
Le tableau ci-dessous résume les faits observés dans cette section.

TABLEAU 1
Position du verbe ou de l'auxiliaire par rapport à la négation

pas-X X-pos

Verbe fléchi
Auxiliaire fléchi

Verbe infinitif
Être existentiel

Auxiliaire infinitif
Être-avoir pleins
Modaux infinitifs

Nous y voyons maintenant plus clair en ce qui concerne la position


relative de pas et des types verbaux, et nous sommes donc en mesure de
regrouper les faits ci-dessus en classes naturelles. Les conclusions que
nous en tirons sont les suivantes :

• L'opposition fléchi/non fléchi est la plus saillante ; elle établit une distinction
très nette: si un élément (verbe simple ou auxiliaire) est fléchi, il doit pré-
céder l'adverbe pas.
• Si l'élément verbal est non fléchi, l'opposition se transporte le long de l'axe
verbe/auxiliaire. S'il s'agit d'un verbe simple (y compris être existentiel), seul
l'ordre pos-Vest possible ; s'il s'agit d'un auxiliaire (y compris être attributif
et les verbes modaux), l'ordre pas-Vest l'ordre préféré, mais l'ordre inverse
est aussi possible.
LA N É G A T I O N DE P H R A S E « 69

LES MODAUX: VERBES OU AUXILIAIRES?

Comme nous l'avons souligné, le comportement des verbes modaux n'est


pas sans rappeler celui des auxiliaires en ce qui a trait à la distribution de l'ad-
verbe de négation. Encore une fois, la méthode comparative (voir encadré
précédent) pourrait nous éclairer au sujet du véritable statut de ces verbes.
En effet, les éléments syntaxiques servant à exprimer les valeurs modales
en anglais ont justement le statut d'auxiliaire, comme en fait foi le fait qu'ils
doivent, tout comme hâve et bet précéder la négation not (They would/can/
may/might not eat apples).

Les propriétés syntaxiques que nous venons de décrire représentent


une partie des contraintes qui régissent la syntaxe de la négation de
phrase. Lorsqu'on examine le forclusif dans sa version nominale (par
exemple personne), une foule d'autres faits se présentent. C'est sur cette
question que nous nous pencherons dans la prochaine section.

2.2. Contraintes sur la distribution de personne

Rappelons que les deux éléments du morphème continu ne... fordusif


doivent normalement se trouver dans la même proposition (d'où
l'agrammaticalité de [ne]). Toutefois, si la complétive est au subjonctif
[lia] ou à l'infinitif [iib-d], ne peut, dans certains cas, être séparé de
personne par une frontière de proposition.
11 a. ? Je n'ai exigé [qu'ils arrêtent personne].
b. Je ne veux [voir personne].
c. Paul n'a dû [congédier personne].
d. Paul ne pourra [rencontrer personne].
e. * Je ne pense [que Paul a vu personne].
Cependant, dans le cas de l'infinitive, le verbe de la principale doit
être d'un type particulier. Il ne peut pas, par exemple, être un verbe de
type déclaratif (par ex. certifier, affirmer, dire}.
12 a. * Jean n'a certifié avoir vu personne.
b. * Jean n'a affirmé avoir vu personne.
c. * Jean n'a dit avoir vu personne.
70 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Comme nous le verrons au chapitre 5, ces restrictions ne constituent pas


un cas isolé de la syntaxe du français mais valent aussi pour un ensemble
de faits qui semblent, à première vue, indépendants des constructions
négatives.

2.3. Contraintes intra-propositionnelles

Revenons maintenant aux cas où ne et personne se trouvent dans la


même proposition. Nous verrons que leur distribution est aussi sujette
à un certain nombre de contraintes. Celles que nous allons examiner
ici concernent les cas où personne se trouve à l'intérieur d'un syntagme
nominal (SN) ou d'un syntagme prépositionnel (SP).
Une première contrainte importante sur la distribution de personne
concerne les cas où un nom a plusieurs compléments. Par exemple, dans
le SN le portrait d'Aristote de Rembrandt de ce collectionneur, les trois
compléments correspondent à des rôles thématiques différents : Aristote
est le thème, Rembrandt est l'agent et ce collectionneur est le possesseur.
Selon Milner (1982), toute opération syntaxique (par exemple la forma-
tion d'interrogatives ; v. section 3) doit cibler, dans l'ordre, le possesseur,
l'agent et le thème (nous renvoyons le lecteur à Milner op. cit. ainsi qu'à
Valois 1991,1996 pour une analyse théorique de ces faits). Par exemple,
dans un SN contenant un complément de nom agent et un complément
de nom thème, seul l'agent peut être la cible d'une opération syntaxique,
quelle qu'elle soit. S'inspirant de l'article de Milner (1979), Moritz
et Valois (1994) remarquent qu'il en va de même pour la négation de
phrase. Ainsi, dans un SN à plusieurs compléments de nom, la négation
partielle devra cibler les compléments de nom dans le même ordre : le
possesseur avant l'agent et le thème, et l'agent avant le thème.
Prenons les exemples en (13).
13 a. Claude n'a vu [SN la photo de Jules (thème) de personne
(agent ou possesseur)].
b. * Claude n'a vu [SN la photo de personne (thème) de ce
photographe (agent)].
c. * Claude n'a vu [SN la photo de personne (thème) de ce
collectionneur (possesseur)].
LA N E G A T I O N DE P H R A S E * 71

Le problème est le suivant : la négation partielle ne peut cibler le thème


en (i3b, c) en raison de la présence d'un complément du nom agent (isb)
ou possesseur (rjc). Par contre, en (i3a) la présence du thème n'affecte
pas la possibilité de former une négation partielle qui ciblerait le complé-
ment du nom agent ou possesseur.
Notons que l'agrammaticalité de (yb, c) n'a rien à voir avec le niveau
de complexité du SN à l'intérieur duquel personne se trouve. Par exemple,
si les conditions le permettent, personne peut s'enchâsser à l'intérieur du
SN virtuellement à l'infini :
14 a. Je n'ai engagé [SN le frère de personne].
b. Je n'ai engagé [SN le frère de l'ami de personne].
c. Je n'ai engagé [SN le frère de l'ami de la sœur de personne].
Une autre contrainte dans la distribution de personne concerne les
compléments ajouts. Les ajouts s'opposent aux compléments «essen-
tiels » en ce que la présence de ces derniers est, grosso modo, fonction de
la sémantique du prédicat, alors que les ajouts ne font que fournir une
information supplémentaire à l'action ou à la dénotation de l'objet (en
ce qui concerne le verbe, on appelle ces ajouts des « compléments cir-
constanciels » en grammaire traditionnelle). Voici des exemples d'ajout
au verbe et au nom :
15 a. Je suis parti avant Paul. ajout au verbe
b. J'ai lu le livre sur cet auteur. ajout au nom
En ce qui concerne la négation, personne peut apparaître à l'intérieur
d'un ajout au verbe alors que sa présence est complètement exclue des
ajouts au nom :
16 a. Je ne suis parti avant personne,
b. * Je n'ai lu le livre sur personne.
Un fait intéressant émerge lorsqu'on y regarde de plus près. En effet,
alors que, comme nous venons de le voir, la présence de personne à l'inté-
rieur d'un ajout au verbe est permise en soi (v. ex. [i6a]), sa présence est
exclue lorsque la structure interne de l'ajout se complexifie, mais alors seu-
lement si cette complexification est d'un type particulier. En effet, alors
que l'ajout au verbe peut contenir un SN avec complément du nom (va), il
ne peut contenir un complément propositionnel, que ce dernier contienne
un verbe infinitif (r/b) ou un verbe à temps conjugué (ijc).
72 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

17 a. ? Pierre n'est parti [avant [SN l'ami de personne]].


b. * Pierre souhaite que Marc ne parte [avant [ph d'engager
personne] ].
c. * Pierre souhaite que Marc ne parte [avant [ph que Paul
engage personne] ].
Si la première phrase peut nous sembler marginale (d'où le point
d'interrogation qui la précède), son niveau d'acceptabilité est nettement
plus élevé que dans les deux autres cas.
Pour clore cette section, rapportons un dernier contexte où la
présence de personne est exclue: le complément de verbe d'un sujet pro-
positionnel (une situation qui contraste avec les cas où personne apparaît
à l'intérieur d'un complément propositionnel, (v. ex. [nb-d]) :
18 * [ph Retracer personne] n'a été facile.

3. Parallèles entre négation et interrogatives partielles

Dans cette section, nous examinerons certains parallèles entre la syn-


taxe de la négation et celle des interrogatives partielles.

3.1 Point d'origine du syntagme interrogatif et distribution de personne

Comme nous l'avons mentionné dans l'introduction, un des apports


importants des études en grammaire générative est d'établir des liens
entre des constructions syntaxiques qui paraissent, à première vue, indé-
pendantes les unes des autres. Ces liens sont établis soit sur des bases
théoriques, soit à partir de critères distributionnels, établissant le plus
souvent un lien de cause à effet entre les deux. C'est le cas des construc-
tions négatives et des interrogatives partielles. En effet, alors que ces deux
types de constructions semblent à première vue indépendantes l'une de
l'autre, un regard plus attentif sur leur syntaxe respective nous suggère le
contraire. Par exemple, il a été démontré qu'il existe un parallèle presque
parfait entre la distribution du forclusif personne et la position d'origine
des syntagmes interrogatifs dans les interrogatives partielles, une obser-
vation que des chercheurs dont les préoccupations sont de nature plus
explicative que descriptive ne peuvent passer sous silence. En fait, ce
parallèle s'est avéré, au cours des dix ou quinze dernières années, avoir
d'importantes conséquences pour la théorie linguistique.
LA N E G A T I O N DE P H R A S E * 73

Pour démontrer ce parallèle, il nous faut retourner à une notion


théorique introduite au chapitre i, c'est-à-dire les traces. Faisons un bref
rappel.
Si vous consultez une grammaire traditionnelle, disons Grevisse
(1993: 584sq.), vous trouverez, sous la rubrique «La phrase interroga-
tive», la description suivante: «L'interrogation partielle use de mots
interrogatifs, dont la place est souvent en tête de phrase. »
Si vous êtes un locuteur natif du français, vous savez que, bien qu'il
apparaisse en tête de phrase, le syntagme interrogatif qui, dans la phrase
ci-dessous, est en réalité le complément du verbe voir, et que la forme
interrogative est le résultat d'une opération syntaxique qui amène ce
syntagme en tête de phrase. En grammaire générative, nous appelons
ce passage d'une structure de base à une structure où un ou plusieurs
éléments auraient été permutés une dérivation et le point d'origine de
la permutation une trace. La coindexation de la trace et de l'élément
déplacé en (19) représente la connaissance qu'ont les locuteurs du pro-
cessus dérivationnel qui sous-tend la formation d'interrogatives par-
tielles en français : c'est cette coindexation qui met en relation les points
de départ et d'arrivée d'un syntagme interrogatif.
19 Qui as-tu vu t; ?

Nous sommes maintenant en mesure de dresser le parallèle entre


phrases négatives et interrogatives partielles.
Comme nous l'avons déjà mentionné, dans toute science, la décou-
verte d'un comportement similaire entre deux ou plusieurs entités
différentes suggère normalement que ces deux entités sont de même
nature et que, par le fait même, leur comportement relève d'une seule
et même explication. Il en est ainsi des traces créées par le déplacement
de syntagmes interrogatifs et du quantificateur de négation personne :
ils ont la même distribution. Plus précisément, les contraintes qui régis-
sent leur occurrence dans la structure syntaxique sont exactement les
mêmes : les positions à partir desquelles un syntagme interrogatif ne
peut se déplacer (en d'autres mots là où on ne peut trouver une trace de
ces syntagmes) sont aussi celles où la présence de personne est prohibée.
De là à dire que, malgré les apparences, le forclusif subit un « déplace-
ment » au même titre que les syntagmes interrogatifs, il n'y a qu'un pas
74 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

que beaucoup de chercheurs franchissent (le premier ayant été Kayne


1984). Nous nous contenterons, dans cet ouvrage, d'observer les faits.
Rappelons notre discussion dans la section 2.3 en ce qui concerne les
SN à plusieurs compléments de nom. Nous avions alors souligné que les
opérations syntaxiques devaient affecter ces compléments dans un ordre
précis : le possesseur avant l'agent ou le thème et l'agent avant le thème.
Or, la même contrainte vaut pour l'interrogation partielle (Milner 1982).
Ainsi, parallèlement à nos cas de négation, nous avons les exemples d'in-
terrogatives partielles suivants :
20 a. De quel photographe; as-tu vu [SN la photo de Jules (thème) tj
(agent)] ?
b.* De qui; as-tu vu [SN la photo t; (thème) de ce photographe
(agent)] ?
c.* De qui; as-tu vu [SN la photo ts (thème) de ce collectionneur
(possesseur)] ?
L'interrogation partielle ne peut viser le thème en (2ob) ou (2oc) en
raison de la présence d'un complément de nom agent ou possesseur, res-
pectivement. En (2oa), toutefois, la présence du thème n'a aucun effet
sur le processus puisque l'interrogation partielle vise l'agent.
Un autre contexte où la présence de personne était impossible est la
position interne d'un ajout au nom ou dans la complétive d'un ajout
au verbe. Or, il s'agit également de contextes qui bloquent la formation
d'interrogatives partielles.
21 a. * Qui; Pierre souhaite-t-il que Marc ajout au verbe
parte [avant [ph d'engager t; ] ] ?
b. * Sur qui; Paul a-t-il lu [SN le livre tj ] ? ajout au nom
Finalement, le parallèle entre les interrogatives et la négation de phrase
s'étend également à la position interne d'un sujet propositionnel : ni per-
sonne (v. ex. [18]) ni une trace de syntagme interrogatif n'y est permis:
22 a. * Quij [ph engager t; ] a(-t-il) été impossible?
b. * Qui; [ph retracer t; ] a(-t-il) été facile?
Afin de renforcer le parallèle entre la négation de phrase et les struc-
tures interrogatives, nous nous attarderons maintenant à un phénomène
particulier de la syntaxe des langues naturelles : les phrases à emphase
contrastive.
LA N É G A T I O N DE P H R A S E * 75

UN AUTRE LIEN ENTRE NÉGATION ET CONSTRUCTIONS INTERROCATIVES

II existe un autre lien entre la négation et l'interrogation : toutes deux per-


mettent la légitimation d'items de polarité négative (quoi que ce soit, qui que
ce soit, etc.):
\Q n'ai pas vu qui que ce soit au match hier.
As-tu vu qui que ce soit au match hier?

3.2. La négation contrastive

Les phrases à emphase contrastive ont donné lieu à de nombreuses


études en ce qui concerne la syntaxe des propositions interrogatives. Il
s'agit de phrases interrogatives qui, contrairement à leur contrepartie
« normale », n'exigent pas du locuteur une réponse précise mais ne font
que répéter une partie de l'information véhiculée par un interlocuteur
pour exprimer la surprise, l'étonnement, etc. Dans les interrogatives
partielles, elles ont ceci de particulier de se construire en laissant le
syntagme Qu- dans sa position de base tout en lui accordant un patron
intonatoire emphatique (indiqué par les majuscules dans les exemples
ci-dessous). On les appelle généralement «interrogatives à interpréta-
tion écho ». Prenons le scénario suivant :
Locuteur A :
J'ai vu Marie au cinéma hier.
Locuteur B :
Tu as vu QUI au cinéma hier ! ? Pas vrai !
Nous nous sommes tous, à un moment ou à un autre, trouvés dans
une situation similaire à celle illustrée ci-dessus. Il est clair, ici, que l'in-
tervention du locuteur B ne vise pas à identifier la personne que le locu-
teur A a vue au cinéma hier. En fait, l'identité de la personne en question
est déjà connue du locuteur B (la remarque du locuteur A en étant res-
ponsable). L'intervention du locuteur B en est plus une de surprise quant
à l'identité de la personne dont il est question dans l'échange. Autrement
dit, l'interprétation de la phrase de B dépend en partie de celle de A.
Il a été démontré qu'en plus de leurs propriétés sémantiques, les phra-
ses interrogatives à interprétation écho ont des propriétés syntaxiques
76 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

particulières. Mais on peut se demander si les constructions écho se


limitent aux phrases interrogatives. D'autres types de constructions ne
pourraient-elles pas avoir leur contrepartie contrastive? À ce stade-ci,
vous avez déjà deviné où nous voulons en venir: c'est en effet le cas de
la négation. On retrouve, en effet, des constructions négatives de type
contrastif dans le même genre de contexte discursif que celui qui donne
lieu à des interrogatives de type écho. Prenez, par exemple, l'échange
suivant entre nos locuteurs A et B, où la réponse de B est marquée d'une
emphase intonatoire portant sur l'élément négatif:
Locuteur A :
Dis, comment se fait-il que tu aies vu la photo de Marie ?
Locuteur B :
Mais, je n'ai vu la photo de PERSONNE ! !
L'interprétation de la phrase négative comporte certains points
communs avec celle des interrogatives à interprétation écho. En effet,
comme avec ces dernières, l'intervention du locuteur B dépend de celle
du locuteur A; elle cible un élément déjà identifié par le locuteur A. Ici
le locuteur B ne fait pas que mettre l'accent sur l'identité de la personne
mentionnée par le locuteur A, comme c'était le cas dans les interrogatives
écho, il étend plutôt la portée de la négation sur l'ensemble des éléments
dont cette personne fait partie (c'est-à-dire l'ensemble de tous les indi-
vidus connus ou non des deux locuteurs, y compris Marié). Il s'agit de ce
que nous appellerons la négation contrastive (v. Valois 1997, Vinet 1998).
Le fait que les constructions contrastives existent dans leur version
négative est intéressant en soi. Mais ce qui est encore plus remarquable
est leur comportement syntaxique. Nous avons vu ci-dessus que la
distribution du forclusif personne était soumise à de fortes contraintes
syntaxiques. Or il se trouve que ces contraintes ne tiennent plus dans
les constructions contrastives. Autrement dit, dans son interprétation
contrastive, personne peut apparaître dans n'importe quelle position à
l'intérieur d'un SN à plusieurs compléments de nom (23), à l'intérieur
d'un ajout au nom (24) ou au verbe (dans une proposition infinitive ou
tensée [25]) ainsi qu'à l'intérieur d'un sujet propositionnel (26). Ainsi,
les phrases ci-dessous, agrammaticales dans leur interprétation « nor-
male », deviennent parfaitement acceptables en version contrastive :
LA N É G A T I O N DE P H R A S E * 77

SIM à plusieurs compléments de nom


23 a. Mais, Claude n'a vu [SN la photo de PERSONNE (thème) de
ce photographe (agent)] ! !
b. Mais, Gustave n'a vu [SN la photo de PERSONNE (agent ou
thème) de ce collectionneur (possesseur)] ! !
Ajout au nom
24 Mais, je n'ai lu [SN la biographie [sur PERSONNE] ] ! !
Proposition infinitive ou tensée dans un ajout au verbe
25 a. Mais, Pierre souhaite que Marc ne parte [avant [ph d'engager
PERSONNE]]!!
b. Mais, Pierre souhaite que Marc ne parte [avant [ph que Paul
engage PERSONNE]]!!
Sujet prépositionnel
26 Mais, [ph retracer PERSONNE] n'a été facile ! !

On ne sera alors pas étonné de constater que la même chose vaut pour
les interrogatives à interprétation écho : là où les syntagmes interrogatifs
ne pouvaient pas se déplacer, leur présence, en version écho, est parfai-
tement acceptable.

SN à plusieurs compléments de nom


27 a. Tu as vu la photo [SN DE QUI (thème) de ce photographe
(agent)]!?
b. Tu as vu la photo [SN de QUI (agent ou thème) de ce
collectionneur (possesseur) ] ! ?
Ajout au nom
28 Tu as lu [SN la biographie [ sur QUI ! ] ] ! ?
Proposition infinitive ou tensée dans un ajout au verbe
29 a. Pierre souhaite que Marc parte [avant [ph d'engager QUI]] ! ?
b. Pierre souhaite que Marc parte [avant [ph que Jules engage
QUI]]!?
Sujet propositionnel
30 [ph Retracer QUI] a été facile ! ?

En conclusion, le lien entre les constructions négatives et interroga-


tives va au-delà des constructions « normales » ; il s'étend à des variantes
plus inhabituelles de ces deux types de phrases.
78 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

4. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons exploré certains aspects de la syntaxe de


la négation de phrase en français. Entre autres, nous avons fourni les
règles du placement du verbe et de l'auxiliaire par rapport à l'adverbe
de négation pas; nous avons vu que ces règles s'établissaient le long de
deux axes : l'axe temps conjugué/infinitif et la distinction verbe/auxi-
liaire. Nous avons aussi exploré la distribution du quantificateur per-
sonne en ce qui concerne les contraintes inter- et intrapropositionnelles
qui la régissent.
Nous avons également établi certains parallèles entre la syntaxe de la
négation et celle des interrogatives partielles. Cette observation illustre
un cas clair de l'utilité d'une approche scientifique de l'étude du lan-
gage. En effet, les conditions nécessaires à l'établissement de ce lien
sont d'ordre théorique: la formation de constructions interrogatives
par déplacement de syntagmes Qu- laisse des traces et la distribution de
ces traces est la même que celle de personne dans la négation partielle.
L'examen des constructions de type contrastif complète ce parallèle en
montrant que, dans les contextes contrastifs, les contraintes qui régis-
sent la distribution de personne et des traces de syntagme Qu- ne tien-
nent plus. On passe ainsi du simple fait observé à la généralisation qui
demande une explication.

DES LECTURES SUR LA NEGATION

Pour le français, voir notamment Muller (1991) et Rowlett (1998) ; pour


d'autres langues, voir Horn (1989), Haegeman (1995) et Zanuttini (1996).
4
LES VIDES PARASITES

1. En bref

C'est à la linguiste suédoise Elisabet Engdahl que l'on doit les premières
descriptions des constructions à vides parasites, parues au début des
années 1980. Depuis, les études sur ces constructions ont été très nom-
breuses. Elles ont surtout porté sur les langues germaniques, en particu-
lier l'anglais, mais il existe aussi des travaux sur les vides parasites dans
d'autres langues, entre autres le polonais, le roumain et l'espagnol. Ces
constructions existent aussi en français où, comme nous le verrons, elles
présentent des propriétés un peu différentes de celles de l'anglais. De
plus, ces études nous ont menés à découvrir et à décrire les propriétés
d'une construction spécifique au français, qui met en jeu le relativisant
dont (par ex. Voilà quelqu'un dont l'honnêteté se voit dans les yeux). Bien
qu'on trouve des exemples de cette construction dans les grammaires
traditionnelles, ses propriétés n'ont été étudiées en détail qu'à la fin des
années 1980 dans le cadre de la grammaire générative.
Les constructions à vides parasites se caractérisent par la présence de
deux positions de compléments vides ou implicites. Le premier com-
plément implicite est identifié par son antécédent (un syntagme Qu-).
Le second complément implicite a une interprétation identique à celle
du premier. La particularité de ces constructions est que le second vide
ne peut pas exister sans la présence du premier : il est donc en quelque
80 « C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

sorte parasite par rapport au premier vide. Voici des exemples tirés de
Engdahl (1983: 5) pour l'anglais :
1 a. Which article did John file without reading ?
QUEL ARTICLE DO JOHN RANGER SANS LIRE
« Quel article John a-t-il rangé sans avoir lu ? »
b. * Which article did John speak to Max without reading ?
QUEL ARTICLE DO JOHN PARLER À MAX SANS LIRE
« De quel article John a-t-il parlé à Max sans avoir lu ? »
II en va de même pour le français, où les locuteurs perçoivent les
contrastes indiqués en (2) ci-dessous :
2 a. Voilà les dossiers que tu as résumés avant de classer .
b. * Tu as résumé ces dossiers avant de classer .
Il est certain que les locuteurs préfèrent la phrase en (2a) avec un
pronom objet (avant de les classer). Ceci n'est pas pertinent, toutefois,
car ce qui nous intéresse, ce sont les cas où l'objet peut être ou ne pas
être omis. Or, les locuteurs s'entendent pour dire que si le complément
d'objet de classer peut être omis en (za), il ne peut pas l'être en (ib).
Que tous les locuteurs partagent les mêmes jugements sur ces phrases
est un fait extrêmement étonnant, parce que la quasi-totalité d'entre eux
ne les a jamais entendues ni lues auparavant (et c'est justement ce qui
fait leur intérêt aux yeux des linguistes générativistes — voir encadré ci-
dessous). De fait, la construction en (ia) n'est mentionnée dans aucune
grammaire traditionnelle du français. Dans ce chapitre, nous décrirons
les propriétés des constructions à vides parasites. Cette description sera
sommaire, car les nombreuses études menées sur ces constructions font
appel à des outils et concepts théoriques avancés qui dépassent le cadre
du présent ouvrage. Le lecteur trouvera en fin de chapitre une liste des
différents titres à consulter sur la syntaxe des vides parasites.
Nous décrirons aussi une construction propre au français qui, elle, a
été notée par les grammairiens traditionnels. Cette construction, basée
sur la relativisation avec dont, comporte deux compléments du nom
implicites ayant la même interprétation. Elle est illustrée en (3) :
3 Voilà un enfant dont on voit l'innocence dans les yeux bleus .
Nous verrons qu'un examen approfondi des propriétés de la construc-
tion en (3) nous amène à la rapprocher des constructions à vides para-
sites comme celles de (la).
LES V I D E S P A R A S I T E S * 81

POURQUOI TANT D'ÉTUDES SUR LES VIDES PARASITES?

Les constructions à vides parasites ont intéressé les linguistes générativistes


pour deux raisons : tout d'abord, parce que leur analyse pose des problèmes
particuliers, et ensuite, parce que leur caractère marginal permet de mettre
en lumière les principes généraux qui sous-tendent ta syntaxe des langues
en général.
Les problèmes d'analyse suscités par les constructions à vides parasites
sont nombreux. Pour les caractériser, il faut en effet répondre, entre autres,
aux questions suivantes : i) dans quels contextes syntaxiques les vides para-
sites sont-ils possibles ou impossibles?; 2) y a-t-il des contraintes portant
sur la nature de l'antécédent ou du premier vide, sur la relation structurale
entre l'antécédent, le premier vide et le second, sur la distance qui sépare
le premier vide du second?; 3) comment les constructions à vides parasites
sont-elles formées? S'agit-il d'un «double déplacement» à partir de deux
positions différentes? La deuxième position de complément est-elle plutôt
occupée par un pronom vide, sans déplacement?
D'autre part, le véritable intérêt de ces constructions vient précisé-
ment du fait qu'elles sont extrêmement rares et qu'elles ont un caractère
marginal. Puisqu'elles sont virtuellement absentes des textes écrits et du
discours spontané, les constructions à vides parasites ne font vraisembla-
blement pas partie des phrases qu'un enfant peut entendre à l'âge où il
acquiert le langage. Qui plus est, elles ne sont pas décrites en détail dans
les grammaires traditionnelles ni apprises formellement à l'école. Dans
ces conditions, d'où viennent les intuitions que les locuteurs ont sur ces
constructions? Elles ne peuvent pas venir de l'habitude, de l'imitation, de
la répétition, de l'induction ni de l'instruction explicite. La réponse à cette
question, pour les générativistes, est la suivante: cette connaissance nous
vient des principes innés qui régissent la structure des langues, et que l'on
appelle la Grammaire universelle. Bien entendu, il n'est pas plausible
d'imaginer qu'un principe de la Grammaire universelle existe uniquement
pour régir la syntaxe de ces constructions marginales. Il faut donc que leurs
propriétés découlent entièrement de principes indépendamment motivés.
Voilà donc pourquoi ces constructions sont intéressantes : leurs propriétés
illustrent les effets d'une combinaison de principes qui, indépendamment,
régissent d'autres constructions. En d'autres termes, ces constructions
nous permettent de mettre en lumière, sous un angle totalement différent,
l'action concertée d'un ensemble de principes de la Grammaire universelle.
82 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

2. Propriétés

Nous l'avons dit dans l'introduction, les constructions à vides parasites


se caractérisent par la présence de deux vides (ou plus), dont l'un est
parasite par rapport à l'autre. Si ces constructions sont marginales, elles
n'ont pas pour autant été créées de toutes pièces par les syntacticiens. À
preuve, pour peu que l'on soit un peu attentif, on en trouve parfois dans
des documents écrits, journaux, romans, etc. Ainsi, le linguiste Philip
Resnik a relevé les exemples suivants en anglais (Language Log, mars 2004,
<http://itre.cis.upenn.edu/~myl/languagelog/archives/ooo56i.html>).
Pour plus de clarté, nous indiquons les deux vides au moyen d'un trait :
4 Napoléon is one of those figures one can admire without
particularly liking .
(Joseph Epstein, With My Trousers Rolled, p. 85)
« Napoléon est un de ces personnages qu'on peut admirer sans
particulièrement aimer. »
5 Brand-name foods contain things we've never heard of and
should think about twice before allowing into our house.
(John Thorne, Serions Pig, p. 318)
« Les produits alimentaires de marque contiennent des choses
dont nous n'avons jamais entendu parler et que nous devrions
réfléchir avant d'introduire dans nos foyers. »
6 Yet thé peculiar thing (which Justine had seen too often
before to wonder at ) was that he seldom took her advice.
(Anne Tyler, Searchingfor Caleb, p. 45)
« La chose étrange (que Justine avait vue trop souvent
auparavant pour s'en étonner) était qu'il ne suivait que
rarement ses conseils. »
Nous aurons l'occasion dans la section 3 de citer des exemples de
vides parasites tirés de journaux ou de romans français. Pour l'instant,
il convient de déterminer quels sont les contextes syntaxiques dans les-
quels les vides parasites sont possibles ou impossibles.

2.1. Un vide qui a besoin d'une trace

Dans ce qui suit, on suppose qu'il y a un « vide » lorsque la position cano-


nique (ou position de base) d'un complément n'est pas occupée par ce
complément. En français, le complément d'un verbe occupe normalement
LES V I D E S P A R A S I T E S * 83

la position postverbale : ainsi, les constructions passives, interrogatives,


et relatives, entre autres, mettent en jeu le déplacement d'un constituant
(voir chapitres i et 2). Comme nous l'avons vu, le déplacement d'un
constituant laisse une trace dans la position de base.
7 a. Max; a été congédié tj.
b. Quij la directrice a-t-elle congédié t; ?
c. L'employé Op; que la directrice a congédié t{ a contacté le
syndicat.
Rappelons, comme nous l'avons vu au chapitre i, que dans les rela-
tives objet, que est un complémenteur ; le constituant déplacé est un syn-
tagme Qu- inaudible, que nous représentons par le symbole « Op ».
Voyons maintenant les exemples en (8) ci-dessous. Ils illustrent des
constructions à vides parasites en français, analogues à celle donnée en
(la). Ces constructions comportent deux vides. Le premier vide est une
trace laissée par le mouvement Qu- ; nous le représentons donc par le
symbole [t]. Quant au second, qui est parasite par rapport au premier,
nous n'avons pas encore déterminé comment il est dérivé. Pour l'instant,
nous allons le désigner par un simple trait. L'interprétation de ce vide est
identique à l'interprétation de la trace et de son antécédent, le syntagme
Qu- ; nous indiquons l'identité d'interprétation en assignant à tous ces
éléments un même indice.
8 a. Voilà les dossiers [Op; que vous avez rangés t; ] sans avoir
examinés ;.
b. Quels dossiers; avez-vous rangés t; sans avoir examinés ; ?
Comment savons-nous que le second vide est parasite par rapport au
premier et non l'inverse? Très simple: si le complément d'objet direct
demeure dans sa position de base, c'est-à-dire s'il n'y a pas de premier
vide, le second vide ne peut pas exister et la phrase est agrammaticale.
9 a. * Vous avez rangé ces dossiers sans avoir examinés .
b. * Vous avez rangé quels dossiers sans avoir examinés ?
(Attention: les phrases de [9] sont bien formées si le complément du
verbe examiner est exprimé au moyen d'un pronom: Vous avez rangé
ces dossiers sans les avoir examinés; Vous avez rangé quels dossiers sans les
avoir examinés ? Puisque dans ce cas, le complément est bien présent, il
ne s'agit pas de constructions à vides parasites.)
84 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Évidemment, l'inverse n'est pas vrai: si nous éliminons le second vide


en ne conservant que le premier, la phrase est parfaitement grammaticale :
10 a. Voilà le livre [Op; que vous avez rangé t; ] sans avoir lu mon
rapport,
b. Quel livre; avez-vous rangé t; sans avoir lu mon rapport ?
La présence d'une trace ailleurs dans la phrase est donc une condition
nécessaire à l'occurrence d'un vide parasite. Mais ce n'est pas une condi-
tion suffisante : toutes les traces ne permettent pas de rendre légitimes
les vides parasites. En effet, ni les traces laissées par le mouvement de
l'objet dans les constructions passives comme en [lia] - voir le chapitre
2 sur le passif- ni les traces laissées par le déplacement des pronoms cri-
tiques (appelés pronoms « atones » en grammaire traditionnelle) ne per-
mettent de légitimer les vides parasites : voir l'exemple (nb). (Attention :
pour s'assurer qu'on a bien affaire à un vide parasite, il faut interpréter
correctement les exemples. Voir à ce sujet l'encadré ci-dessous.) Comme
le français, pour des raisons indépendantes, ne permet pas d'illustrer la
première de ces contraintes, nous donnons un exemple en anglais :
11 a. * [This report]; was filed t; before you could read {.
« Ce rapport a été rangé avant que puissiez (le) lire. »
b. * Vous Ij'avez rangé t; sans avoir lu ;.

DISTINGUER UN VIDE PARASITE DE CE QUI N'EN EST PAS UN

Pour évaluer correctement les constructions à vides parasites, il faut s'as-


surer d'interpréter le complément implicite comme étant identique à la
trace et à l'antécédent de celle-ci. Plusieurs verbes, dont consommer, boire,
lire, etc., ont une variante que l'on pourrait qualifier d'intransitive, car l'objet
éventuel de l'action est générique, ex. : je lis beaucoup, elle boit, il consomm
(= des documents écrits, livres, journaux, etc. ; de l'alcool ; des drogues).
Comme nous le verrons, le vide parasite est sujet à des contraintes structu-
rales : il ne peut pas figurer dans n'importe quel contexte. En revanche, l'objet
générique n'est soumis à aucune contrainte structurale. Si les conditions de
la phrase favorisent la lecture générique — par exemple le choix du temps
(présent ou passé habituel), ou encore la présence de certains adverbes
(par ex. constamment, beaucoup, souvent) -, cette interprétation est tou-
jours possible. Dans ce cas, il ne s'agit pas de constructions à vides parasites.
LES V I D E S P A R A S I T E S * 85

Ainsi, le vide parasite nécessite la présence d'une trace laissée par le


déplacement d'un syntagme Qu- (relativisation ou interrogation — voir
le chapitre i).

2.2. Contraintes syntaxiques sur les vides parasites

Les vides parasites ont la caractéristique suivante : ils dépendent de la


présence d'une trace laissée par le déplacement Qu-. Mais ce n'est pas
tout. La relation entre le vide parasite et la trace dont il dépend est sou-
mise à certaines contraintes hiérarchiques complexes que nous ne pou-
vons pas toutes mentionner ici. Nous nous bornerons à mentionner
sommairement trois cas de figure illustrant des contraintes syntaxiques
sur les constructions à vides parasites.

2.2.7. Relation entre l'antécédent de la trace et le vide parasite

Pour bien expliquer cette contrainte, il nous faudrait avoir recours à des
notions techniques que nous n'exposerons pas ici. Nous allons plutôt
illustrer la relation de manière très schématique. En gros, la voici : nous
savons que le vide parasite dépend de la présence d'une trace qui, elle,
a un antécédent (le syntagme Qu- déplacé). Or, cet antécédent ne peut
pas se trouver enchâssé dans une proposition qui ne contient pas aussi
le vide parasite. Essentiellement, cela revient à dire que l'antécédent ne
peut pas être plus enchâssé que ne l'est le vide parasite.
Pour bien comprendre cela, commençons par examiner des construc-
tions qui ne contiennent pas de vide parasite. Considérons la phrase
suivante, qui contient une trace (objet direct du verbe déchirer) et un
pronom (objet direct du verbe lire}.
12 Emilie a rangé le rapport que Mathieu a déchiré t sans l'avoir lu.
Cette phrase est ambiguë, car le sujet de l'infinitive sans l'avoir lu peut
être interprété comme étant soit Emilie, soit Mathieu. Ces deux inter-
prétations sont paraphrasées en (13) :
13 a. Emilie a rangé le rapport que Mathieu a déchiré sans qu'elle,
Emilie, l'ait lu.
b. Emilie a rangé le rapport que Mathieu a déchiré sans que
lui, Mathieu, l'ait lu.
86 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Ces deux interprétations correspondent à des structures différentes :


dans la première, l'infinitive est à l'extérieur de la relative le rapport que
Mathieu a déchiré\ dans la seconde, elle en fait partie. Ces deux struc-
tures sont représentées à l'aide de crochets en (14) :
14 a. Emilie a rangé [le rapport que Mathieu = Emilie
a déchiré t] sans l'avoir lu.
b. Emilie a rangé [le rapport que Mathieu = Mathieu
a déchiré t sans l'avoir lu].
Ce que nous montrent ces structures, c'est que la proposition infinitive
sans l'avoir lu est hors de la relative en (i4a) — donc moins enchâssée que
l'antécédent de la trace — alors qu'en (140), elle est contenue dans la pro-
position relative.
Si nous remplaçons maintenant le pronom /' (objet du verbe lire] par
un vide parasite, nous allons constater qu'une seule de ces interpréta-
tions est possible :
15 Emilie a rangé le rapport [Op; que Mathieu a déchiré t; sans
avoir lu ;].
Les locuteurs du français peuvent déterminer par eux-mêmes que
dans la phrase (15), avec un vide parasite, le sujet du verbe lire doit
nécessairement être interprété comme étant Mathieu — il ne peut pas
être Emilie. Pourquoi ? Parce qu'un vide parasite ne peut pas être moins
enchâssé que ne l'est l'antécédent de la trace dont il dépend (l'antécédent
étant ici l'opérateur nul). Donc en (15), la proposition infinitive sans
avoir lu doit nécessairement occuper la même position qu'en (i4b), c'est-
à-dire se trouver à l'intérieur de la relative.

2.2.2. Vides parasites à l'intérieur de relatives

Certaines contraintes portent non pas sur la relation entre la trace et le


vide parasite, mais sur la position du vide parasite lui-même. Les vides
parasites peuvent sans problème être enchâssés dans des propositions
subordonnées — et même dans plusieurs subordonnées. C'est ce qu'il-
lustre l'exemple ci-dessous :
16 Voilà une théorie Op; qu'il faut assimiler t; avant de commencer
à penser à expliquer ;.
LES V I D E S P A R A S I T E S * 87

Par contre, le vide parasite ne peut pas être contenu dans une propo-
sition relative, ni même dans une relative réduite (v. [r/a] - pour plus de
clarté, la proposition relative et son antécédent nominal sont en carac-
tères gras). De même, le vide parasite ne peut pas être inclus dans une
complétive complément du nom (voir [r/b]) :
17 a. * Voilà une théorie Op; qu'il faut assimiler ts avant
d'interroger les experts aptes à expliquer ;.
b. * Voilà une théorie Op; qu'il faut assimiler t; sans égard au fait
de comprendre ;.
Cette contrainte vaut autant pour l'anglais que pour le français.

2.2.3. Vides parasites à l'intérieur de propositions tensées

Les locuteurs de l'anglais acceptent les vides parasites à l'intérieur des


propositions tensées. Or, cette possibilité n'existe pas en français ni dans
les autres langues romanes :

18 a. This is thé report Op; that you filed t; after John had read ;.
b. * Voilà le rapport Op; que tu as rangé t; après que Jean ait lu ;.

De plus, il faut noter que si les vides parasites en français ne sont pos-
sibles que dans les propositions infinitives, on ne les trouve pas dans
toutes les propositions infinitives. Ainsi, bon nombre de locuteurs rap-
portent les contrastes suivants :
19 a. Voilà les documents Op; que tu as rangés t; avant de
consulter ;.
b. Voilà les livres Op; que tu as déchirés t; au lieu de
consulter ;.
c. * Voilà les livres Op; que tu as rangés t; de manière
à retrouver ; facilement.
d. * Voilà les documents Op; que tu as rangés t{ quitte
à reprendre ; plus tard.
Ces contrastes permettent de supposer que le temps n'est pas en réa-
lité le facteur en jeu dans les constructions à vides parasites. Une hypo-
thèse avancée dans l'étude de Tellier (2001), d'où sont tirés les exemples
de (19), est que ces contrastes sont attribuables aux propriétés du com-
plémenteur : dans cette analyse, les complémenteurs que (propositions
88 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

tensées) et à (propositions infinitives) auraient des propriétés qui les


distinguent du complémenteur de (propositions infinitives).

3. Les vides parasites dans les constructions en dont

La plupart des grammairiens traditionnels ont noté l'existence de


constructions avec dont comportant deux compléments du nom impli-
cites (et coréférentiels). Les exemples de cette construction sont nom-
breux: ceux de (20) proviennent de Grevisse (1993:1061-1062), et ceux
de (21) sont tirés de Tellier (1991:100-101 et 116).
20 a. Il y a ceux dont on lit la pensée dans les yeux.
(A. Dumas fils, Fils naturel, Prologue, V)
b. L'autre, dont les cheveux flottent sur les épaules...
(A. France, P. Nozière, p. 187)
c. La vieille marquise du Badoul, dont les mèches grises
pendaient sous le tricorne...
(P. Vialar, Grande meute, 1,6)
d. Tous ces symboles dont la grâce atténue le caractère
démesuré des proportions... (Herriot, Sanctuaires, p. 63)
e. Ceux dont les soucis ont dévoré les premières années de la
vie... (Green, Léviathan, I, i)
f. Un écrivain dont l'œuvre est à peu près inséparable de la vie.
(Arland, Essais critiques, p. 86-87)
g. Il plaignit les pauvres femmes dont les époux gaspillent la
fortune. (Flaubert, Éduc., II, 5)
h. C'était un vieillard dont la barbe blanche couvrait la
poitrine. (A. France, Balthasar, p. 32)
i. Un homme dont le corps a l'habitude d'aider la pensée.
(J. Romains, Salsette découvre l'Amérique, p. 72)
21 a. Noam Chomsky, dont l'apport à la linguistique est moins
sujet à caution que les prises de position politiques...
(Philippe Videlier, «À la redécouverte de la gauche»,
Le Monde diplomatique, novembre 1990, p. 7)
b. Cette sombre histoire, dont les images s'accordent
parfaitement au rythme et au ton...
(René Homier-Roy, Châtelaine, décembre 1987, p. 18)
c. Le romancier, dont la vie coïncide avec la plus parfaite
maîtrise de soi... (Anne Andreu, « Le dernier été à Tanger :
magnifique ! » L'Événement du jeudi, 22-28 nov. 1990, p. 124)
LES V I D E S P A R A S I T E S * 89

d. Imaginez un jeune Anglais (...) dont la mère est décédée


au moment de la naissance... (Jean-François Vallée,
« Tom Sharpe, Le bâtard récalcitrant », II faut lire, vol. 13,
n° 3>i99o)
e. Ces Peuls dont les descendants conservent la langue...
(A. Mohamadou, «Review of A. Abu-Manga, «Fulfulde in
thé Sudan : Process of Adaptation to Arabie », Journal of
African Linguistics, 9,1987, p. 179)
f. Le khalife général des Mourides, dont les fidèles observent
les décisions comme un commandement divin...
(Philippe Duru, «Sénégal: maraboutage électoral»,
L'Événement du jeudi, n°i73, 25 février-2 mars 1988, p. 36)
g. ... coiffés d'un vieux vigogne dont la plume cache les trous.
(Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Gallimard,
Collection Folio, Paris, p. 135)
h. Pitié, vous dont je lis la bonté sur le front ! (Greg, Achille
Talon : le roi de la science-diction, Dargaud Éditeur, 1974, p. 10)
À propos de certaines des constructions en (20), Grevisse fait l'obser-
vation suivante :
Dont ne peut, en principe, dépendre d'un complément introduit par une
préposition. Dont est cependant correct [s'il] est en même temps complé-
ment d'un syntagme non prépositionnel (sujet ou objet direct).
Grevisse (1993:1060-1061)

Les travaux en grammaire générative permettent de lever le voile sur


ces constructions qui n'avaient pas été étudiées du point de vue linguis-
tique. Ainsi, on peut désormais réinterpréter la remarque de Grevisse
de la manière suivante : le second complément implicite est parasite
par rapport au premier. En conséquence, ces constructions ne sont pas
isolées, mais appartiennent à la classe des constructions à vides para-
sites, unification qui n'aurait pu être envisagée auparavant. En revanche,
comme elles illustrent des configurations particulières (où le vide para-
site est complément du nom plutôt que du verbe), configurations non
attestées dans les langues germaniques, notamment, elles peuvent jeter
un éclairage nouveau sur les principes universels qui sous-tendent la
syntaxe des constructions à vides parasites.
L'étude détaillée de ces constructions (Tellier 1991) montre qu'elles
manifestent toutes les propriétés typiques des constructions à vides
parasites.
90 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

1. Tout d'abord, comme le notait Grevisse, le vide contenu à l'intérieur du syn-


tagme prépositionnel ne peut exister en l'absence d'un premier vide :

22 a. * II y a ceux dont on regarde dans les yeux .


b. * Un animal dont on peut monter sur les épaules .
c. * La marquise, dont quelque chose pendait sous le tricorne .

2. Le premier vide doit être une trace laissée par le déplacement d'un syn-
tagme Qu-; il ne peut pas être une trace laissée par le déplacement du SIM
objet dans les cas de passivisation :

23 * Cet hommCj a été présenté t; au demi-frère ;.

3. Le vide parasite ne peut pas être moins enchâssé que ne l'est l'antécédent
de la trace dont il dépend. Comparons les phrases suivantes :

24 a. Voilà un enfant dont; les parents t- ont promis de confier la


garde ; à l'État.
b. * L'assistante sociale a promis à [l'enfant dont; les parents t;
sont morts] de confier la garde j à l'État.
En (24b), on peut constater que l'infinitive de confier la garde à l'État
se trouve à l'extérieur de la relative contenant dont et sa trace. Voilà
pourquoi le vide parasite est exclu dans cette phrase, alors qu'il ne
l'est pas en (i4a).

4. Le vide parasite peut être enchâssé à l'intérieur d'une subordonnée, comme


le montre (243). Cependant, il ne peut pas se trouver dans une proposition
relative (253) ni dans une complétive complément du nom (250). Comme
nous l'avons fait pour (173), la relative en (253) est mise en caractères gras :

25 a. * C'est un argument dont on attribue l'intérêt t; à la tournure


à donner à l'exposition { .
b. * C'est un argument dont on attribue l'intérêt t; à l'idée de
soigner l'exposition {.

4. Conclusion

Nous avons décrit dans ce chapitre des constructions qui n'ont que
très peu — sinon pas du tout — été étudiées dans les grammaires tradi-
tionnelles. Les travaux en grammaire générative ont contribué à déter-
miner exactement dans quels contextes syntaxiques les vides parasites
LES V I D E S P A R A S I T E S * 91

sont possibles ou impossibles. Par ailleurs, ces recherches ont permis


d'établir un lien entre des constructions très courantes en français — les
constructions à « double complémentation » en dont — et des construc-
tions à vides parasites abondamment étudiées pour l'anglais et d'autres
langues. À l'aide des contraintes syntaxiques déjà établies, nous avons
pu montrer que ces constructions en dont partagent toutes les propriétés
des constructions à vides parasites. Nous avons ainsi pu décrire de
manière plus détaillée le comportement de ces constructions françaises
qui n'avaient jusque-là fait l'objet d'aucune analyse syntaxique.

DES LECTURES SUR LES VIDES PARASITES

Les travaux sur les vides parasites sonttrès nombreux. Pour un aperçu global
des propriétés des constructions à vides parasites et un résumé des diffé-
rentes analyses proposées, on pourra consulter Culicover (2001). Le lecteur
pourra aussi se reporter à différentes études (portant surtout sur l'anglais)
- mais attention, tous ces travaux sont très techniques et requièrent u
bon bagage de connaissances théoriques. Parmi beaucoup d'autres, citons
Engdahl (1983; 1985), Taraldsen (1981), Chomsky (1982), Contreras (1984),
Kayne (1984), Cinque (1990), Frampton (1990), Postal (1993; 19943), Nissen-
baum (2000), Culicover et Postal (2001), Nunes (2001), et Hornstein et Nunes
(2002).
Sur les vides parasites en français et les constructions à vides parasites en
dont, voir Godard (1986) et Tellter (1991 ; 2001).
Page laissée blanche
5
QUANTIFICATION A DISTANCE
ET QUANTIFICATEURS FLOTTANTS

1. En bref

Les quantificateurs sont des mots qui ciblent un ensemble ou un sous-


ensemble d'objets ou d'individus dénotés par un nom. Généralement,
on les trouve à l'intérieur d'un syntagme nominal (SN), devant le nom,
comme dans les expressions suivantes : plusieurs pommes, tous les jours,
certains travaux, trois amis, beaucoup de livres, etc. Il s'agit de ce que nous
appellerons la position normale, ou canonique, de ces quantificateurs.
Cependant, certains quantificateurs peuvent aussi se placer devant le
verbe tout en continuant à exercer une quantification sur le nom. Ces
quantificateurs préverbaux se classent en deux groupes distincts en fonc-
tion des propriétés syntaxiques qu'ils manifestent : les quantificateurs
flottants (QF) et les quantificateurs à distance (QAD).
L'exemple classique du QAD est beaucoup (on a aussi trop, peu, etc.),
alors que tous et chacun sont des exemples typiques de QF.
1 a. Les critiques ont beaucoup vu de films.
b. Les étudiants ont tous remis leur travail à temps.
c. Ces politiciens ont chacun reçu un prix.
Le choix de verbes à temps composé dans nos exemples n'est pas le
fruit du hasard. C'est la seule façon d'identifier la position préverbale des
94 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

quantificateurs (v. encadré ci-dessous). Dans ces cas, le quantificateur


figure derrière l'auxiliaire mais devant le participe passé. Les verbes sim-
ples, quant à eux, ne permettent pas aux quantificateurs de se placer
devant le verbe :
2 a. * Les critiques beaucoup voient de films.
b. * Les étudiants tous remettront leur travail à temps.
c. * Ces politiciens chacun reçoivent un prix.

UNE ASTUCE POUR TROUVER L'EMPLACEMENT DES QUANTIFICATEURS

La raison pour laquelle nous avons recours aux verbes composés pour déter-
miner la position préverbale des QAD et des QF est la suivante : rappelez-
vous notre discussion du chapitre 3 concernant la position de l'adverbe de
négation pas par rapport au verbe. Nous avions alors établi que la position
postverbale de pas avec les verbes fléchis était le résultat du déplacement
du verbe vers la gauche (Emonds 1978, Pollock 1989).
Étant donné ce déplacement des verbes fléchis, l'utilisation de verbes
simples dans les phrases avec beaucoup ne nous permettrait pas de distin-
guer le quantificateur nominal du quantificateur à distance. En effet, si on
admet que le QAD beaucoup occupe la position normalement réservée aux
adverbes, c'est-à-dire immédiatement devant le syntagme verbal, l'ordre de
surface obtenu après le déplacement du verbe vers la gauche est le même
pour le QAD que pour le quantificateur nominal.
Beaucoup à l'intérieur du SN :
Les critiques voient lsv t {SN beaucoup de films JJ.

Beaucoup en position préverbale:


Les critiques voient beaucoup {sv t [SN de films ].

Par contre, avec les verbes à temps composé, c'est l'auxiliaire qui se
déplace vers la gauche ; le verbe (qui prend la forme participiale) reste sur
place. Ceci nous permet donc de faire la distinction entre beaucoup dans sa
version nominale et le QAD puisque l'ordre de surface ainsi obtenu n'est pas
le même dans les deux cas.
Beaucoup à l'intérieur du SN :
Les critiques ont (svt [SN vu beaucoup de films J],
Q U A N T I F I C A T I O N A D I S T A N C E ET Q U A N T I F I C A T E U R S FLOTTANTS * 95

Beaucoup en position préverbale :


Les critiques ont beaucoup [sv t vu [SN de films ]].

Beaucoup, chacun et tous ont fait l'objet de plusieurs études en gram-


maire générative. Mises à part les avancées théoriques que ces travaux ont
permis de faire (voir, à ce sujet, le résumé de Bobaljik 1998), les recherches
des dernières années nous ont permis de constater que les quantificateurs
préverbaux n'ont pas tous les mêmes propriétés syntaxiques.

2. Propriétés

2.1. Le quantificateur à distance beaucoup

Des trois quantificateurs préverbaux mentionnés à la section i ci-dessus,


beaucoup est celui dont les propriétés sont les plus faciles à cerner, en
bonne partie à cause de la nature relativement restreinte de sa distri-
bution syntaxique. Les propriétés principales de beaucoup peuvent se
résumer en quatre points : i) il est invariable ; 2) il ne peut se rapporter
qu'à l'objet; 3) il doit se trouver dans la même proposition que le nom
qu'il quantifie et 4) il impose certaines restrictions quant à la classe de
verbes devant lesquels il peut figurer. Les trois premiers points sem-
blent aller de soi (n'importe quel locuteur natif du français aurait pu
les observer après quelques minutes de réflexion), mais ce sont ces pro-
priétés qui serviront en partie à départager les QAD des QF.
Prenons ces quatre points un à un.
Tout d'abord, beaucoup a toujours la même forme, peu importe les
traits morphologiques (genre, nombre) de l'objet qu'il quantifie:
3 a. Les enfants ont beaucoup vu de films (masc. plur.).
b. Les enfants ont beaucoup mangé de pommes (fém. plur.).
Deuxièmement, la quantification à distance avec beaucoup porte tou-
jours sur l'objet du verbe. La quantification sur le sujet est impossible
(d'où l'agrammaticalité de [4b]) :
4 a. Beaucoup de garçons ont parlé au père Noël.
b. * De/des/les garçons ont beaucoup parlé au père Noël.
96 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

UNE INTERPRÉTATION QUI S'ACQUIERT

Dans la langue adulte, la quantification par beaucoup ne peut porter que sur
l'objet du verbe. Cependant, dans une recherche portant sur 32 enfants âgés
entre 3 et 5 ans, Labelle et Valois (2004) notent que ce n'est que vers l'âge de
5 ans que les enfants commencent à maîtriser la syntaxe et la sémantique
du QAD beaucoup. En effet, ces chercheurs ont constaté que les enfants de
ans acceptent la quantification de beaucoup sur le sujet dans une proportion
de 78 %. À 5 ans, le taux d'acceptation tombe à 36 %.

Notons cependant que le constituant qui fait l'objet d'une quanti-


fication à distance doit nécessairement être un SN objet direct du verbe.
La quantification ne peut pas porter sur un SN contenu à l'intérieur d'un
SP complément d'objet indirect ([sa]). Évidemment, cette restriction ne
s'applique pas lorsque beaucoup se trouve dans sa position canonique,
c'est-à-dire à l'intérieur du SN, comme en (5b):
5 a. * II a beaucoup parlé à/avec de gens.
b. Il a parlé à/avec beaucoup de gens.
Troisièmement, la relation entre beaucoup et le SN qu'il quantifie doit
nécessairement s'établir à l'intérieur de la même proposition. Ainsi, les
phrases suivantes, où beaucoup figure dans la proposition principale et
le SN quantifié dans la subordonnée, sont agrammaticales :
6 a. * II a beaucoup essayé [de lire de livres] .
b. * Le professeur a beaucoup exigé [que les étudiants lisent de
livres] .
La dernière propriété du QAD beaucoup que nous examinerons est
la plus intéressante. Un des apports majeurs des recherches récentes
sur la syntaxe de beaucoup est la mise au jour de la relation que ce
quantificateur entretient avec le verbe qu'il précède et le SN postverbal
qu'il quantifie.
En ce qui concerne le verbe, Obenauer (1983 ; 1984) a montré que l
quantification à distance ne peut s'exercer avec n'importe quel type de
verbe. Il faut que ce dernier ait la capacité de décrire des actions poten-
tiellement itératives. Pour illustrer, prenons d'abord les deux phrases
suivantes, où beaucoup prend des sens différents en (a) et en (b) :
Q U A N T I F I C A T I O N A D I S T A N C E ET Q U A N T I F I C A T E U R S F L O T T A N T S * 97

7 a. Il a beaucoup vendu ce modèle.


b. J'ai beaucoup apprécié ses conseils.
En (ja), beaucoup a le sens de « souvent », alors qu'en (/b), il a plutôt le
sens d'un adverbe de degré. La différence d'interprétation de beaucoup
dépend du verbe : alors que vendre se prête à une interprétation itérative
de l'action («il a vendu ce modèle de nombreuses fois»), apprécier ne le
peut pas. Les verbes comme visionner, vendre, marquer, etc. font partie
du premier groupe, alors que des verbes comme apprécier, impressionner,
accélérer et inquiéter font partie du second. Seule la première classe de
verbes permet à beaucoup d'occuper la position postverbale et d'agir
comme QAD. On a ainsi les contrastes suivants :
8 a. Jules a beaucoup visionné de films au Festival de Cannes.
b. Max a beaucoup vendu de livres.
c. Ce joueur a beaucoup marqué de buts la saison dernière.
d. * Le critique a beaucoup apprécié de films.
e. * Ces histoires ont beaucoup impressionné d'enfants.
f. * La réorganisation a beaucoup accéléré de procédures.
g. * La nouvelle a beaucoup inquiété d'experts.
Selon Obenauer, cette situation découle du fait que le QAD beaucoup,
dans sa position préverbale, exerce une quantification à la fois sur le
verbe et sur le SN postverbal. Pour se convaincre de la validité de cette
hypothèse, comparons les phrases suivantes :
9 a. Il a beaucoup trouvé de pièces d'or.
b. * En soulevant le couvercle, il a beaucoup trouvé de pièces d'or.
Dans les deux exemples, beaucoup se place devant le même verbe,
trouver. Il s'agit d'un verbe qui permet l'interprétation itérative d'une
action (« il a trouvé des pièces d'or à plusieurs reprises»). Par conséquent,
l'exemple (93), où beaucoup exerce une quantification à distance sur
le SN objet direct, est grammatical. Pourquoi alors l'exemple (pb) est-
il agrammatical? La raison est la suivante: la locution en soulevant le
couvercle impose une interprétation ponctuelle de l'action décrite par le
verbe trouver (« il a trouvé des pièces d'or au moment où il a soulevé le
couvercle ») ; la possibilité d'interpréter la phrase comme décrivant une
itération de plusieurs actions est alors bloquée. La quantification à dis-
tance avec beaucoup est donc impossible.
98 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Si cette hypothèse paraît convaincante, elle n'en a pas moins été


contestée par certains linguistes. Par exemple, Doetjes (1995) est
d'avis que la lecture en itération d'actions n'est pas nécessaire pour la
quantification à distance et qu'elle n'est plutôt que l'effet du contexte
imposé par le prédicat et son objet. Selon cette auteure, la lecture en
itération d'actions des exemples d'Obenauer tient au fait que le QAD
précède un prédicat qu'elle appelle « comptable ». Or, la quantification
à distance est également possible avec d'autres types de prédicats, par
exemple les prédicats dits « de masse », comme les verbes cracher et trans-
porter en (10). Dans ces cas, la phrase décrit non pas une série d'événe-
ments consécutifs mais plutôt un seul événement continu :
10 a. Pendant dix minutes, la fontaine a beaucoup craché d'eau,
b. L'oléoduc a beaucoup transporté de pétrole.
L'analyse de Doetjes est inspirée de celle de Krifka (1990) concernant
l'interprétation des syntagmes nominaux quantifiés et a des consé-
quences intéressantes sur d'autres aspects de la syntaxe du français.
Nous renvoyons le lecteur à son article pour plus de détails.

2.2. Le quantificateur flottant tous

Comme beaucoup, tous peut se placer soit à l'intérieur d'un SN, soit
devant le verbe :
11 a. Tous les chapitres sont terminés,
b. Les chapitres sont tous terminés.
On appelle tous dans la position préverbale (ou, plus généralement,
dans une position non canonique) un quantificateur flottant (QF).
Bien qu'ils puissent tous deux occuper une position préverbale, tous
diffère de beaucoup sous plusieurs aspects. Tout d'abord, contrairement
à beaucoup, tous n'est pas invariable. Il s'accorde en genre et en nombre
avec le SN qu'il quantifie (i2a, b). Deuxièmement, il peut quantifier soit
le sujet (lia, b) soit l'objet du verbe (mais seulement quand cet objet
est pronominalisé ou relativisé, v. le contraste entre [i2c, d] et [i2e]).
Troisièmement, il peut se trouver dans une proposition différente du SN
qu'il quantifie (nf). Enfin, il n'est pas sensible au type de verbe devant
lequel il se place (i2g, h) :
Q U A N T I F I C A T I O N À DISTANCE ET Q U A N T I F I C A T E U R S FLOTTANTS * 99

12 a. Les enfants (masc. plur.) ont tous (masc. plur.) fait leur
devoir.
b. Les filles (fém. plur.) ont toutes (fém. plur.) fait leur devoir.
c. Julie les a tous lus.
d. Les amis de Sylvie, que j'ai tous connus à l'âge de sept ans,
sont sympathiques, (exemple de Junker 1995)
e. * Julie a tous lu les livres.
f. Il faut tous [qu'ils s'en aillent].
g. Les enfants ont tous vu le film.
h. Les enfants ont tous impressionné l'auditoire.
Notons que, bien que le SN quantifié par le QF tous soit généralement
un sujet défini pluriel, ce n'est pas toujours le cas : une liste d'individus
distincts ou un pronom personnel pluriel sont également possibles :
13 a. Jean, Jules et Julie sont tous partis.
b. Ils sont tous partis.
Cependant, ni l'un ni l'autre de ces deux types de sujets ne permet à
tous d'apparaître en position non flottée:
14 a. * Tous (de) Jean, Jules et Julie sont partis.
b. * Tous ils sont partis, (à ne pas confondre avec Tous, ils sont
partis}
Contrairement à beaucoup, le QF tous peut se placer à différents
endroits de la phrase, soit à la gauche, soit à la droite du SN qu'il
quantifie. Plusieurs analyses ont été proposées au cours des trente der-
nières années pour rendre compte des faits. Ces analyses tentent toutes
de mettre en relation la position canonique de tous (dans le SN) et les
autres positions, y compris la position flottée. On peut regrouper ces
analyses en deux types : i) celles qui déplacent tous à partir de sa posi-
tion canonique à l'intérieur du SN; et 2) celles où tous n'est jamais
déplacé. Nous renvoyons le lecteur aux travaux de Kayne (1975), Belletti
(1982), Jaeggli (1982) et Sportiche (1988) pour plus de détails. Nous nous
contenterons ici de relever les principaux faits.

2.2.7. Tous à droite

II s'agit des cas où tous se trouve à la droite du SN qu'il quantifie, le plus


souvent le sujet du verbe. Nous avons déjà abordé ces cas.
100 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

15 a. Tous les enfants ont dormi,


b. Les enfants ont tous dormi.
Les trois propriétés principales de tous à droite sont les suivantes :
1. Le QF tous et le SN quantifié doivent être dans la même proposition. Ainsi
la phrase (i6b), où tous se trouve dans la proposition subordonnée et le SN
quantifié dans la principale, est agrammaticale :

16 a. Tous les enfants pensent que j'ai dormi,


b. * Les enfants pensent que j'ai tous dormi.

2. La relation entre tous et le SN quantifié est soumise à une contrainte hié-


rarchique. Ainsi, le SN quantifié ne peut pas être enchâssé à l'intérieur d'un
constituant si tous ne l'est pas aussi. C'est ce que montre l'agrammaticalité
de la phrase (iyb):
17 a. La mère de tous ces enfants travaille énormément,
b. * La mère de ces enfants travaille tous énormément.

3. Si tous se place à la droite du SN quantifié, il ne peut toutefois pas occuper


n'importe quelle position. Par exemple, tous ne peut pas figurer derrière le
participe passé ou derrière l'objet du verbe :
18 a. * Les enfants ont dormi tous.
b. * Les enfants ont bu du chocolat tous.
c. * Les enfants ont parlé de leur mère tous.
(Les phrases ci-dessus sont grammaticales si on remplace tous par
tous ensemble, mais dans ce cas, tous ensemble est un constituant : Tous
ensemble, ils sont partis. Il ne s'agit donc pas à proprement parler d'un
cas de tous flottant.)
On pourra cependant noter que ces phrases peuvent être améliorées
par l'ajout d'un SP locatif ou temporel contenant le mot même:
19 a. Les enfants ont dormi tous dans le même lit.
b. Les enfants ont bu du chocolat tous en même temps.
c. ? ?Les enfants ont parlé de leur mère tous durant la même soirée.
Q U A N T I F I C A T I O N À DISTANCE ET Q U A N T I F I C A T E U R S FLOTTANTS * 101

2.2.2. Tous à gauche

On parle de tous à gauche lorsque le QF figure à la gauche de sa position


canonique. Le SN quantifié est normalement l'objet direct du verbe. La
construction avec tous à gauche se caractérise par deux propriétés prin-
cipales.

1. Comme nous l'avons déjà mentionné dans la section 2, l'objet doit être pro-
nominalisé ou relativisé (206, c); il ne peut pas demeurer dans sa position
debase(2od):

20 a. Mélanie a lu tous les livres.


b. Mélanie les a tous lus.
c. Voici les livres que Mélanie a tous lus.
d. * Mélanie a tous lu les livres.

2. Contrairement à tous à droite, tous à gauche peut se trouver dans une pro-
position autre que celle qui contient le SN quantifié :

21 a. Elle a tous voulu les lire.


b. Il a tous fallu les embaucher.
22 a. Elle a tous voulu qu'on les lise.
b. Il a tous fallu qu'on les embauche.
Cependant, cela n'est possible que si la subordonnée (qui contient le
SN quantifié) est au mode infinitif (comme en [21]) ou au mode sub-
jonctif (comme en [22]). Si la subordonnée est à l'indicatif, tous ne peut
pas figurer dans la principale :
23 a. * Elle a tous dit que nous les lirions.
b. * Jean a tous remarqué que nous les avions embauchés.
En ce qui concerne les complétives infinitives, notons toutefois que
le choix du verbe de la principale est déterminant : avec vouloir et fal-
loir, tous peut se trouver dans la principale. Mais avec d'autres verbes,
notamment certifier, croire et penser, tous ne peut pas figurer dans la
principale :
24 a. * Jean a tous certifié les avoir rencontrés.
b. * Maxime a tous cru les avoir lus.
c. * Élie avait tous pensé les rencontrer.
102 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Cette situation n'est pas sans rappeler celle qui prévaut dans la néga-
tion partielle dont nous avons discuté au chapitre 3 : les mêmes condi-
tions qui régissent la relation entre tous et le SN quantifié régissent celle
entre ne et personne.
25 a. Jean ne veut voir personne.
b. Il ne faut voir personne.
c. * Jean n'a certifié avoir rencontré personne.
d. * Maxime ne croit connaître personne.
e. * Élie ne pense connaître personne.
Notons finalement que tous peut se placer à gauche au-delà de plus d'une
frontière de proposition, dans la mesure où tous les verbes concernés sont
du type approprié. Rochette (1988) donne, entre autres, l'exemple suivant :
26 Jean a tous osé vouloir les rencontrer.
Ceci complète notre discussion du quantificateur flottant tous. Dans
la prochaine section, nous examinerons un autre QF du français, c'est-
à-dire chacun, dont les propriétés sont quelque peu différentes de celles
de tous.

3. Un autre type de quantificateur flottant: chacun

Comme tous, chacun se place le plus souvent immédiatement à côté du SN


qu'il quantifie (généralement à droite) ou encore en position préverbale:
27 a. Les étudiants ont lu trois livres chacun,
b. Les étudiants ont chacun lu trois livres.
Comme tous, chacun doit s'accorder (en genre seulement, cette fois)
avec un SN dans la phrase :
28 a. Les policiers (masc.) ont chacun (masc.) appréhendé deux
criminels.
b. Les avocates (fém.) ont chacune (fém.) poursuivi deux
criminels.
Chacun diffère toutefois de tous à plusieurs égards. Tout d'abord,
il s'agit d'un quantificateur de type binominal, c'est-à-dire qu'il exige
la présence de deux syntagmes nominaux d'un type particulier: un
SN défini pluriel, normalement en position sujet, et un SN indéfini.
Q U A N T I F I C A T I O N A DISTANCE ET Q U A N T I F I C A T E U R S FLOTTANTS * 103

L'interprétation ainsi obtenue est une lecture distributive, où le second


SN représente le ou les objets qui sont distribués parmi chacun des
membres dénotés par le premier SN :
29 Les policiers ont chacun appréhendé deux criminels.
(= le policier A a appréhendé deux criminels, le policier B a
appréhendé deux criminels, etc.)
Certains autres constituants peuvent également remplir le rôle que
joue le SN indéfini, pourvu que la lecture distributive soit possible. Par
exemple, le SN indéfini deux criminels en (29) peut être remplacé par
un SP qui comprend un SN contenant même. Dans ce cas, le SN lui-
même peut être défini (ceci n'est pas sans rappeler les cas d'occurrence
de tous en position post-participiale que nous avons vus à la section pré-
cédente) :
30 Les policiers se sont chacun endormis sur le même bureau.
(= le policier A s'est endormi sur le bureau noir, le policier B
s'est endormi sur le bureau noir, etc.)
Il existe deux autres positions dans lesquelles chacun peut se placer :
i) à l'intérieur d'un SN partitif fôia) ; et 2) en position prénominale (3ib) :
31 a. Chacun des étudiants a parlé.
b. Les étudiants ont lu chacun un livre.
En ce qui concerne le partitif, on aura noté que, contrairement au
chacun binominal, cette construction ne nécessite pas la présence d'un
SN indéfini en position objet. Il ne s'agit que d'une des nombreuses diffé-
rences entre les cas partitif et binominal. Nous ne discuterons pas du
partitif dans cet ouvrage ; le lecteur pourra consulter l'étude de Milner
(1982) à ce sujet.
En ce qui a trait à l'exemple (3ib), Tellier et Valois (1993) proposent
que chacun fasse partie du SN post verbal - nous l'appellerons « chacun
prénominal » -, comme le montre, par exemple, la phrase clivée suivante :
32 C'est [SN chacun un livre] que les étudiants ont lu.
Il ne s'agirait donc pas d'un cas de chacun déplacé (soit à droite à
partir de la position préverbale, soit à gauche à partir de la position post-
nominale).
hhhh CONSTRUCTIONS MECONNUES DU FRANÇAIS

CHACUN PRENOMINAL ET LE DEPLACEMENT DE COMBIEN

Concernant la position prenominale de chacun, Tellter et Valois (1993) notent


un fait interessant en regard de ia formation d*un certain type d'interroga-
tive partielle en francais,
Dans un syntagme nominal quantifie comme celui en (i-a), I'inter-
rogative partielle peut cibler soit le SN entier (5-b), soit uniquement le
quantificateur (i-c):
i. a. Tu as achete combien de voitures?
b. Combien de voitures as-tu achetees?
c. Combien as-tu achete de voitures ?
Or, I'interrogation du quantificateur est impossible lorsque certains
elements, comme les adverbes beaucoup et pas, interviennent entre le syn-
tagme Qu- et son point d'origine (v. Obenauer 1983,1984; Rizzi 1990):
ii. a. Tu as beaucoup lu combien de livres?
b. Combien de livres as-tu beaucoup lus__?
c. * Combien as-tu beaucoup lu__de livres?
iii. a. Tu n'as pas achete combien de voitures ?
b. Combien de voitures n'as-tu pas achetees__?
c. * Combien n'as-tu pas achete__de voitures?
Lorsqu'il est en position preverbale, chacun, contrairement a beaucoup
ou pas, n'a pas I'effet de bloquer le deplacement de combien. En effet, la
phrase (iv-c) est parfaitement acceptable.
iv. a. Us ont chacun achete combien de voitures?
b. Combien de voitures ont-ils chacun achetees__?
c. Combien ont-ils chacun achete__de voitures ?
Or, le probleme du deplacement de combien refatt surface lorsque chacun
est en position prenominale, comme en font foi les contrastes en (v) :
v, a. Us ont achete chacun combien de voitures?
b. Combien de voitures ont-ils achetees chacun__?
c. * Combien ont-ils achet£ chacun__de voitures?
L'analyse de ces faits est complexe et nous renvoyons le lecteur a Particle
mentionne ci-dessus pour plus de details.
QUANTIFICATION A DISTANCE ET QUANTIFICATEURS FLOTTANTS * 105

En resume, le QF chacun a des proprietes a la fois similaires et diffe-


rentes du QF tous. Comme tons, il peut se placer a differents endroits
dans la phrase et doit s'accorder (en genre seulement) avec un SN. Mais
chacun differe de tous en ce qu'il declenche une interpretation distribu-
tive et qu'il exige done la presence de deux SN de type particulier, un
SN defini (le plus souvent le sujet du verbe) et un SN indefini (ou un SN
contenant le mot meme}.

4. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons passe en revue les principales proprietes


de trois quantificateurs qui ont la particularite de pouvoir se deta-
cher du SN qu'ils quantifient, le plus souvent en se placant devant un
verbe: beaucoup, tous et chacun. Du point de vue du constituant qu'ils
quantifient, de leur position dans la phrase et de la relation qu'ils entre-
tiennent avec le SN quantifie, ces trois quantificateurs sont soumis a des
contraintes parfois similaires et parfois distinctes. Dans le cadre de cet
ouvrage, nous ne pouvons evidemment pas rendre justice aux (nom-
breuses) analyses qui ont etc menees en grammaire generative sur ces
quantificateurs, ni meme citer tous les faits, qui sont parfois beaucoup
plus complexes que ce qui a ete presente ici. Nous croyons cependant
que ce chapitre aura donne au lecteur une idee assez juste des proprietes
les plus fondamentales de ces constructions.
Page laissée blanche
6
LA POSSESSION INALIENABLE

1. En bref

La possession inaliénable désigne la relation entre un possesseur et un


objet ne pouvant être dissocié de lui : c'est la relation, par exemple, entre
un être humain et une partie de son corps, mais cela peut aussi être la
relation entre un objet et une partie de cet objet. Les noms désignant les
parties du corps, en particulier, ont un comportement syntaxique tout
à fait unique, car les configurations qui les relient au nom possesseur ne
sont pas les mêmes que les configurations qui relient normalement les
paires possesseur-possédé.
Nous ne nous intéresserons pas ici aux cas où le possesseur et le pos-
sédé se trouvent à l'intérieur du même groupe nominal (par ex. le bras
de Julie), car de ce point de vue les noms inaliénables ne se distinguent
pas des autres (par ex. le stylo de Julie). Ce qui nous intéressera, donc,
ce sont les constructions qui sont permises seulement si la relation de
possession est inaliénable. C'est le cas lorsque le possesseur et le possédé
constituent deux groupes nominaux distincts, occupant des positions
différentes dans la phrase. Un cas typique de construction de possession
inaliénable est illustré par la phrase suivante :
1 Élizabeth lui a pris la main.
108 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N C A I S

Ici, le possesseur et le possede ne font pas partie du meme syntagme:


1'objet possede, la main est en position d'objet direct du verbe, alors que
le possesseur est represente par un pronom clitique datif — c'est-a-dire
un « pronom atone » ayant la fonction d'objet indirect.
Bien que les grammairiens traditionnels aient note 1'existence de ces
constructions, ils n'en ont pas enonce toutes les proprietes en detail.
Or, comme le lecteur pourra le constater, la syntaxe des constructions
de possession inalienable est fort complexe. Tout d'abord, la distribu-
tion des deux groupes nominaux donne lieu a six cas de figure, done
six constructions, qui n'ont pas exactement les memes proprietes, ce
qui pose des problemes epineux lorsqu'il s'agit de proposer une analyse
unifiee. Deuxiemement, ces constructions sont sujettes a un certain
nombre de contraintes dont certaines n'ont pas etc — et n'auraient pas
pu etre — observees par les grammairiens traditionnels. Ces contraintes
portent notamment sur la nature (pronominale, lexicale) du groupe
nominal possesseur, sur le type de verbe, sur le caractere referentiel du
groupe nominal possede et sur la relation de localite qu'entretiennent le
possesseur et le possede. Enfin, un rapprochement s'impose entre ces
constructions et les constructions dites attributives (par ex. Marie a la
tete lourde), caracterisees par la presence du verbe avoir. Ces construc-
tions mettent aussi en jeu des relations de possession inalienable, mais
elles ont des proprietes syntaxiques tres differentes.

2. Proprietes

2.1. Les constructions a I'etude

Commen9ons par illustrer les proprietes generates de la construction


inalienable. Bon nombre de phrases peuvent mettre en jeu une relation
entre un possesseur et un objet possede" inalienable. II n'est pas inutile
de rappeler que seules les constructions ou le possesseur et le possede
font partie de syntagmes nominaux (SN) distincts nous interessent ici.
Nous laisserons done de cote les relations de possession exprimees dans
les deux phrases ci-dessous, ou le possesseur (son, de Julie) se trouve a
1'interieur du meme SN que 1'objet possede:
2 a. J'ai pris son bras.
b. J'ai pris le bras de Julie.
LA P O S S E S S I O N I N A L I E N A B L E * 109

Ces constructions ne nous interessent pas, car elles ne manifestent


aucune propriete syntaxique particuliere : en d'autres termes, ces phrases
ont exactement le meme comportement que les phrases mettant en jeu
des SN denotant la possession alienable (son stylo, le stylo de Julie). Les
constructions sur lesquelles nous nous attarderons sont done celles ou
le possesseur et le possede sont exprimes dans des syntagmes nominaux
differents, comme ci-dessous :
3 Je lui ai pris le bras.
Pour faciliter 1'exposition, dorenavant le SN denotant 1'objet possede
sera souligne, et le SN ou le pronom denotant le possesseur sera repre-
sente en caracteres gras.
Deuxiemement, nous ne tiendrons compte ici que des SN possedes
introduits par le determinant defini. Nous laisserons done de cote les
phrases comme (4a) ci-dessous, ou 1'objet possede est introduit par le
determinant indefini :
4 a. Karine a un coeur solide.
b. Karine a le coeur solide.
Les phrases de (43) et de (4b) ont des propriet£s tres differentes. Dans
1'exemple (43), un coeur solide forme un syntagme nominal, ce qui n'est
pas le cas en (4b), ou 1'adjectif est en quelque sorte attribut de 1'objet.
Pour s'en convaincre, il suffit de constater que 1'adjectif est obligatoire en
(4b), mais non en (4a):
5 a. Karine a un coeur.
b. * Karine a le coeur.
Evidemment, la phrase en (sb) pourrait etre grammaticale dans un
autre contexte — celui ou Karine aurait en sa possession un coeur connu
des interlocuteurs, disons celui du frere Andre : mais dans ce cas, bien
entendu, la relation entre le possesseur et 1'objet possede n'est pas ina-
lienable. Cela nous amene du reste a observer une seconde difference :
lorsque le determinant introduisant 1'objet possede est indefini, le sens
vehicule par avoir en est reellement un de possession. En revanche, avec
le determinant defini, avoir ne denote pas la possession : il permet plutot
d'etablir une relation de predication entre 1'objet possede et 1'adjectif :
on peut parler ici de avoir attributif (voir la section 4 ci-dessous). Cette
difference peut etre illustree au moyen de paraphrases :
110 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N C A I S

6 a. Karine a un coeur solide. = Karine possede un coeur solide.


b. Karine a le coeur solide. = Le coeur de Karine est solide.

UN SEUL MEDICAMENT, PLUSIEURS ESTOMACSI


UNE PARTICULARITY DU DETERMINANT DEFINI

Le determinant defini en francais pourrait faire I'objet d'une etude en soi.


Nous aliens voir ici un aspect tres particulier de son comportement en rela-
tion avec les constructions de possession inalienable. Normalement, le
determinant defini exprime la specificite: c'est-a-dire la propriete d'un objet
d'etre unique dans le monde (par ex, la lune) ou encore d'etre unique dans le
contexte du discours (par ex. le livre - un livre specifique, connu des interlo-
cuteurs). Or, il n'a pas exactement la meme fonction dans les constructions
de possession inalienable. Ainsi, dans la phrase (i) ci-dessous, tiree d'un
article de Vergnaud et Zubizarreta (1992), le SN defini denote une pluralite
d'estomacs; il y a done autant d'estomacs que de personnes denotees par le
pronom leur. Une telle interpretation de plurality est bien entendu absolu-
ment impossible dans les SN qui ne sont pas inalienables, comme le montre
la phrase (ii): ici, il ne peut s'agir que d'un seul medicament.
i. Le medectn leur a examine I'estomac.
ii. Le medecin leur a present le medicament

2.2. Les contraintes

Maintenant que nous avons defini en quoi consistent les constructions


de possession inalienable, voyons deja deux contraintes auxquelles elles
sont toutes soumises.

2.2.7. Modification par un adjectif

La premiere contrainte, qui porte sur le type d'adjectif pouvant modifier


1'objet possede, a etc discutee par de nombreux linguistes generativistes
(entre autres Kayne 1975; Gueron 1983, 1985, 1992; Authier 1988, 1991;
Tellier 1992, 1994; Vergnaud et Zubizarreta 1992). Faisons d'abord la
distinction entre un adjectif restrictif et un adjectif qualificatif. Un
adjectif restrictif est un adjectif qui restreint le domaine de reference du
nom qu'il modifie: ainsi le bras gauche ne denote qu'un objet parmi ceux
qui pourraient etre denotes par le nom bras. Un adjectif qualificatif, en
LA P O S S E S S I O N I N A L I E N A B L E « 111

revanche, ajoute une information mais ne restreint pas le domaine de


reference du nom: le joli bras n'est pas un type de bras, mais un bras
dont on dit qu'il est joli. Or, dans toutes les constructions de possession
inalienable (y compris celle qui contient avoir et un attribut, comme en
[9] ci-dessous), le SN denotant 1'objet possede peut contenir un adjectif
de type restrictif, mais non pas un adjectif de type qualificatif:
7 a. Je lui ai pris le bras gauche.
b. * Je lui ai pris le joli bras.
8 a. La jambe droite lui tremble,
b. * La belle jambe lui tremble.
9 a. Karine a les petits doigts agiles.
b. * Karine a les jolis doigts agiles.
Notons qu'en (9a), 1'adjectif petits a une valeur restrictive en raison
du fait qu'il sert a designer un certain type de doigt, en 1'occurrence
Fauriculaire.
On se rappellera qu'en 1'absence du determinant defini, nous n'avons
pas affaire a une construction de possession inalienable. Voila pourquoi
dans ces cas 1'adjectif qualificatif est permis: dans la phrase (10) — et
contrairement a (9b) ci-dessus — de jolis doigts agiles forme un syntagme
nominal, objet du verbe avoir:
10 Karine a de jolis doigts agiles.

2.2.2. Localite

La seconde contrainte regit la relation entre la position du SN possesseur


et celle du SN possede. II s'agit d'une contrainte de localite, en ce sens
que ces deux SN ne peuvent pas etre trop eloignes 1'un de 1'autre. Ainsi,
lorsque le SN possesseur se trouve dans la proposition principale, le SN
denotant 1'objet possede ne peut pas se trouver dans une subordonnee
tensee. C'est ce que montrent les deux exemples en (n) ci-dessous, dus
respectivement a Kayne (1975) et Herschensohn (1992):
11 a. * La balle a blesse Jean parce que la tete etait decouverte.
b. * Elle dit que la jambe est enflee.
Dans une infinitive, le sujet implicite peut etre controle par un pos-
sesseur se trouvant dans la proposition principale; c'est-a-dire que le
112 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

sujet de l'infinitive a la même interprétation que le possesseur et nous


le représentons par le symbole PRO (voir le chapitre 2 sur la notion de
contrôle). Dans ce cas, l'infinitive enchâssée peut contenir un SN pos-
sédé inaliénable.
12 a. L'infirmière; a demandé à l'enfant, [de PRO- ouvrir la bouche].
b. Elle; croit [PRO; avoir la jambe enflée],
c. Pierre; est capable [de PRO; lever la main].
Étant donné la présence du sujet implicite dans l'infinitive, la relation
entre le SN possédé et le SN possesseur respecte la contrainte de localité :
les deux se trouvent à l'intérieur de la même proposition.
Cette contrainte de localité est particulièrement intéressante, car elle
est exactement la même que celle qui régit la relation entre une anaphore
et son antécédent (voir encadré ci-dessous).

LES ANAPHORES ET LEUR ANTÉCÉDENT! UNE QUESTION DE LOCALITÉ

En grammaire générative, on appelle anaphores des SN dont l'interpréta-


tion dépend de la présence d'un antécédent. Elles se subdivisent en deux
catégories: les réfléchis (lui-même, elle-même, eux-mêmes, etc.) et les réci-
proques (l'un l'autre, les uns les autres, etc.). Dans le cas des réciproques, les
deux parties de l'anaphore peuvent être discontinues, et être séparées par
une préposition : l'un sur l'autre, les uns avec les autres, etc.
Une anaphore requiert la présence d'un antécédent dans la phrase,
comme le montrent les contrastes ci-dessous :
i, Luc parle de lui-même.
ii. *Je parle de lui-même.
iii. Ils comptent l'un sur l'autre.
iv. * je compte l'un sur l'autre.
Cependant, ce n'est pas là la seule condition. L'antécédent doit aussi se
trouver dans une certaine relation par rapport à l'anaphore. Sans entrer
dans tous les détails, mentionnons simplement que, comme nous l'avons
vu pour la possession inaliénable ci-dessus, l'anaphore ne peut se trouver à
l'intérieur d'une proposition tensée si l'antécédent se trouve dans la princi-
pale, alors qu'elle peut figurer dans une infinitive dont le sujet implicite est
contrôlé par l'antécédent se trouvant dans la principale :
v. * Ces gens croient que l'un l'autre partiront,
vî. Ces genSj veulent fPROj compter l'un sur l'autre].
LA P O S S E S S I O N I N A L I É N A B L E * 113

3. Six cas de figure

On peut diviser les constructions de possession inaliénable en six types,


selon la position occupée par le SN possédé et le SN possesseur. Dans
les trois premiers types, le possesseur est un datif (toujours réalisé sous
forme de clitique) et l'objet possédé est soit un objet direct, un sujet ou
un complément de type circonstanciel. Dans la quatrième construc-
tion, le possesseur est un objet direct (SN ou clitique) et l'objet pos-
sédé un complément de type circonstanciel. Enfin, dans la cinquième et
la sixième construction, le possesseur est un sujet et l'objet possédé est
un objet (soit direct, soit précédé de la préposition de). Pour chacune
des constructions, nous indiquons les restrictions qui s'y appliquent
spécifiquement et nous montrons qu'elle n'est pas possible lorsque l'objet
possédé est un aliénable.

3.1. Le possesseur est un clitique datif, l'objet possédé un objet direct

Dans ce cas de figure, le possesseur doit obligatoirement être réalisé


comme pronom (en l'occurrence un clitique datif) : comme le montrent
les phrases en (14), il ne peut pas être un SN plein (c'est-à-dire non pro-
nominal).
13 a. Te lui ai pris le bras.
b. Le vin lui tourne la tête.
c. Un garçon lui tirait les oreilles.
14 a. * T'ai pris le bras à Marie.
b. * Le vin tourne la tête à cet homme.
c. * Un garçon tirait les oreilles à Laurent.
La phrase en (15) ci-dessous montre que ce type de construction est
réservé aux SN possédés inaliénables : elle n'est pas possible lorsque la
relation de possession est de type aliénable.
15 a. # Je lui ai pris le crayon.
b. * Le vent lui tourne le cahier.
Dans l'exemple (isa), le symbole # signifie que la phrase ne peut pas
être interprétée dans le sens voulu, c'est-à-dire une relation de posses-
sion entre le SN le crayon et le clitique lui. La phrase est grammaticale,
114 * CONSTRUCTIONS M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

mais uniquement dans le sens où le clitique (maléfactif ) dénote une per-


sonne affectée négativement par l'action, et qui n'est pas nécessairement
le possesseur du crayon.
Dans certaines constructions, la notion d'inaliénabilité peut être
étendue au-delà des parties du corps : ainsi, les vêtements portés sur le
corps peuvent, par extension, être considérés comme inaliénables. Ce
n'est pas toujours le cas, comme nous le verrons plus loin, mais pour le
cas de figure qui nous intéresse ici, la construction s'applique également
aux SN qui dénotent des vêtements portés sur le corps :
16 a. Quelqu'un lui a arraché la manche.
b. Le vent lui a retroussé la jupe.
Cette construction manifeste également des contraintes portant sur
le type de verbe. Ainsi, pour certains locuteurs, le verbe doit être de
nature à affecter l'objet possédé, c'est-à-dire exercer une action sur lui.
Comme l'a fait remarquer Kayne (1975:312), certains locuteurs n'admet-
tent pas la possession inaliénable avec des verbes de perception (comme
par exemple regarder, admirer, entendre) qui n'exercent aucune action
sur l'objet, contrairement à des verbes comme prendre, arracher ou les
verbes causatifs (ex. faire en [i/b]) :
17 a. * Nous lui avons regardé enfler le bras.
b. Nous lui avons fait enfler le bras.
Il faut cependant noter que cette contrainte est sujette à une certaine
variation dialectale. Pour bon nombre de locuteurs du français québé-
cois, cette construction est possible avec certains verbes qui n'affectent
pas l'objet, dont voir, regarder, admirer :
18 a. Je lui ai vu les mains.
b. Les passants lui admiraient le bas du dos.

3.2. Le possesseur est un clitique datif, l'objet possédé est un sujet

Dans ce cas de figure, comme dans le précédent, le possesseur doit obli-


gatoirement être réalisé sous forme de pronom : il ne peut pas être un SN
plein, comme le montre l'agrammaticalité des phrases en (20).
LA P O S S E S S I O N I N A L I É N A B L E * 115

19 a. La tête lui tourne.


b. Le cœur lui débattait.
c. Les oreilles leur bourdonnent.
d. Les doigts lui démangent constamment.
20 a. * La tête tourne à Julie.
b. * Le cœur débattait à la candidate.
c. * Les oreilles bourdonnent aux enfants.
d. * Les doigts démangent constamment à François.
De plus, les phrases en (21) ci-dessous illustrent le fait que cette construc-
tion est réservée aux SN dénotant des objets possédés inaliénables:
21 a. * La conduite de gaz lui fuit.
b. * Le iPod lui brise constamment.

CONSTRUCTION INALIÉNABLE OU PAS?

Certaines constructions qui mettent en jeu des noms possédés aliénables


pourraient, à première vue, ressembler à la construction inaliénable. Que
penser de la construction ci-dessous où un objet possédé (aliénable) occupe
la position sujet?
Le crayon lui tombe des mains,
II est important de noter que dans cet exemple, le crayon n'entretient
pas de relation possesseur-possédé avec le clitique datif lui: ce ctitique
représente plutôt le possesseur des mains. Il ne s'agit donc pas d'un contre-
exemple à la règle énoncée: ici, nous avons affaire à une construction où le
possesseur est un clitique datif, et l'objet possédé est un complément cir-
constanciel locatif, comme dans la construction décrite plus loin en 3.3.

Contrairement à la construction décrite ci-dessus en 3.1, pour ce


cas de figure, seuls les SN possédés dénotant des parties du corps
sont admissibles. Pour la plupart des locuteurs, la notion d'inalié-
nabilité ne s'étend pas aux vêtements portés sur le corps, comme le
montrent les exemples ci-dessous :
22 a. * La jupe lui virevolte.
b. * Le pantalon lui froisse.
c. * Le veston de laine lui démange.
116 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Dans ce cas de figure, le verbe est sujet à certaines contraintes, qui


sont cependant différentes de celles qui régissent la construction décrite
en 3.1. Ici, le verbe ou prédicat doit être intransitif (ou, plus précisément,
inaccusatif; voir le chapitre 2 à ce sujet).
23 a. * Les yeux lui plaisent à mes parents.
b. * La jambe lui a frappé le tiroir.
c. * Les yeux me riaient.
De plus, certaines contraintes d'ordre lexical s'appliquent. Certains
verbes dont le sens incorpore une idée de mouvement (par ex. tourner,
tomber, enfler, bouger, éclater, trembler, fermer, allonger] ou qui expriment
une sensation physique (faire mal, piquer, chatouiller, etc.) sont admis-
sibles dans cette construction (voir [24a-c]). Par contre, d'autres verbes
(par ex. grandir, grossir) le sont plus difficilement (voir [24d]) :
24 a. La tête lui éclate.
b. Le nez lui allonge.
c. Les mollets me chatouillent.
d. ? ?Les jambes lui grandissent/grossissent.

3.3. Le possesseur est un clitique datif, l'objet possédé


est un complément circonstanciel

Dans ce cas de figure, l'objet possédé est un complément de type cir-


constanciel, précédé d'une préposition à valeur locative (sous, dans, sur,
à, etc.) et le possesseur est un clitique datif.
25 a. Je lui ai mis un enfant dans les bras.
b. Le vent me souffle au visage.
c. La neige leur tombait sur la tête.
Les phrases en (26) ci-dessous montrent que le possesseur doit obli-
gatoirement être un pronom et ne peut pas être un SN plein :
26 a. * T'ai mis un enfant dans les bras à Tulie.
b. * Le vent souffle au visage à François.
c. * La neige tombait sur la tête à ces enfants.
Enfin, les phrases de (27) montrent que cette construction n'est pas
possible lorsque le SN possédé est un aliénable :
LA P O S S E S S I O N I N A L I É N A B L E * 117

27 a. * Je lui ai mis un enfant dans le lit.


b. * Le vent lui souffle à la valise.
c. * La neige leur tombait sur la maison.
Cette construction permet parfois l'extension de l'inaliénabilité
aux vêtements portés sur le corps, et parfois non. Ainsi, pour des rai-
sons assez mystérieuses, certains vêtements sont admissibles alors que
d'autres le sont difficilement pour certains locuteurs :
28 a. Ils lui ont mis des chardons dans le pantalon.
b. ? On lui a attaché une plume sous le manteau.
c. * La neige leur tombait sur le chapeau.
Il existe aussi des contraintes sur le type de verbe. Ces contraintes sont
identiques à celles que nous avons vues pour la construction décrite en
3.1: le verbe doit affecter l'objet possédé, c'est-à-dire exercer une action
sur lui. Ainsi, les verbes de perception comme regarder, voir, admirer,
entendre, sont exclus :
29 a. * Je lui ai vu un insecte sur la jambe.
b. * Je lui ai admiré un grain de beauté sur la main.
c. * Je lui ai entendu un oiseau sur l'épaule.
d. * Je lui ai écouté un grillon sur la main.
Toutefois, à la différence de la construction décrite en 3.1, ici la
contrainte n'est pas sujette à la variation dialectale : par exemple, même
les locuteurs du français québécois qui acceptent une phrase comme Les
ouvriers lui ont regardé les jambes rejettent unanimement *Les ouvriers
lui ont regardé un grain de beauté sur la main.

3.4. Le possesseur est un objet direct,


l'objet possédé est un complément circonstanciel

Ici, le possesseur est un objet direct, et il peut être réalisé soit comme un
pronom, c'est-à-dire un clitique accusatif (exemples de [30], soit comme
un SN plein (exemples de [31]). L'objet possédé, quant à lui, est un com-
plément de type circonstanciel, précédé d'une préposition non locative :
par, à, etc.
30 a. Je Fai prise par le bras.
b. Ils l'ont blessé à la tête.
118 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

31 a. J'ai pris Marie par le bras.


b. Ils ont blessé le prisonnier à la tête.
Comme c'est le cas pour les constructions décrites aux rubriques pré-
cédentes, cette construction est elle aussi réservée aux objets possédés
inaliénables :
32 a. * Te l'ai prise par le crayon.
b. * Ils ont frappé le prisonnier aux chaînes.
Quant à l'extension de l'inaliénabilité, elle est également possible et
se limite, comme pour les autres constructions, aux vêtements portés
sur le corps :
33 a. J'ai tiré Marie par la manche.
b. Je l'ai attrapée par la chemise.
Enfin, le type de verbe est sujet aux mêmes contraintes que celles
décrites aux sections 3.1 et 3.3. L'action dénotée par le verbe doit affecter
l'objet possédé ; ainsi, les verbes comme regarder, voir, admirer, entendre,
sont exclus :
34 a. * Nous avons regardé le prisonnier à la tête.
b. * Ils ont admiré Marie au bas du dos.
Cette contrainte vaut pour toutes les variétés de français.

3.5. Le possesseur est un sujet, l'objet possédé est un objet direct

Cette construction se caractérise par le fait que le possesseur est en posi-


tion sujet; il peut être un SN plein ou un pronom. Le SN possédé est un
objet direct.
35 a. Julie a levé la main.
b. Elle a ouvert les yeux.
c. L'enfant a bougé le bras.
d. Il perd la mémoire.
Ici, l'extension de l'inaliénabilité n'est pas possible. Contrairement
aux cas décrits en 3.1,3.3 et 3.4, le SN possédé doit dénoter une partie du
corps. Les vêtements portés sur le corps sont exclus de cette construction :
LA P O S S E S S I O N I N A L I É N A B L E * 119

36 a. * Tulie a levé la jupe.


b. * Elle a ouvert la chemise.
c. * L'enfant a bougé la manche.
d. * II perd le pantalon.
Enfin, le verbe est sujet à des contraintes qui sont d'un ordre différent
de celles décrites pour les constructions précédentes. Ces contraintes
sont assez difficiles à cerner de manière précise. Pour certains lin-
guistes, le verbe dans cette construction doit pouvoir dénoter un « geste
naturel». De son côté, Hatcher (1944:460-461) dresse une liste des verbes
que l'on peut retrouver dans cette construction et qui comprend les sui-
vants : agiter, allonger, avancer, baisser, balancer, bomber, bouger, branler,
contracter, crisper, croiser, creuser, desserrer, détourner, (re)dresser, écarter,
élever, enfler, étendre, fermer, hausser, hocher, incliner, (re)jeter, joindre,
(re)lever, montrer, ouvrir, passer, pencher, plier, raidir, remuer, renverser,
secouer, serrer, tendre, tourner et traîner.

3.6. Le possesseur est un sujet, l'objet possédé est un objet précédé


de la préposition de

Comme dans la construction précédente, le possesseur est un sujet,


qui peut être réalisé soit comme un pronom, soit comme un SN plein.
L'objet possédé, cependant, n'est pas un objet direct: il se trouve dans un
groupe prépositionnel, précédé de la préposition de :
37 a. Elle cligne des yeux.
b. L'enfant saigne du nez.
c. Il claque des dents.
d. Les participants ont opiné de la tête.
Ici l'extension de l'inaliénabilité n'est pas permise, sauf dans de rares
cas (comme en [380], qui pourrait cependant être une expression figée) :
en général, la construction est agrammaticale si le SN possédé dénote un
vêtement porté sur le corps.
38 a. * Elle saigne de la manche.
b. * II claque des chaussures.
c. Les participants ont opiné du chapeau/du bonnet.
120 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Les contraintes auxquelles le verbe est sujet sont, ici, d'un ordre
différent de celles décrites jusqu'à maintenant. Encore une fois, ces
contraintes sont difficiles à identifier de manière précise. En guise de
généralisation très approximative, nous dirons que, de manière géné-
rale, le verbe doit dénoter non pas une action posée délibérément par le
possesseur, mais un mouvement involontaire de l'objet possédé. Ainsi,
les phrases suivantes, où le verbe dénote un geste délibéré sont exclues :
39 a. * Elle remue de la tête.
b. * II gesticule du bras.
c. * Les participants ont bougé de la tête.

4. Les constructions attributives avec avoir

Les tours décrits ci-dessus ont beaucoup de points communs avec cer-
taines constructions attributives qui mettent en jeu une relation de pos-
session inaliénable. Ces constructions sont traitées à part, car elles ont
ceci de particulier qu'elles contiennent toujours le verbe avoir. Ainsi, le
SN possesseur occupe la position sujet de avoir et le SN possédé suit le
verbe. Contrairement aux constructions possessives (par ex. Marie a un
stylo}, le verbe avoir n'a pas ici de sens possessif: son rôle est d'assurer
le lien entre un objet possédé et son possesseur. Ces constructions dites
attributives ont fait l'objet de très nombreuses études et la description qui
suit ne constitue qu'un très bref aperçu de leurs principales propriétés.
Le lecteur intéressé pourra consulter les travaux, générativistes ou non,
qui y sont consacrés, entre autres Hatcher (1944), Gaatone (1972), Kliffer
(1984), Haïk (1985), Furukawa (1987,1996), Riegel (1988,1998), Tremblay
(1991), Tellier (1992,1994) et Kupferman (2000).
Dans les exemples ci-dessous, l'objet possédé est obligatoirement
modifié soit par un attribut (adjectival, prépositionnel), soit par un consti-
tuant qui ressemble à une relative. Commençons par illustrer les cas où
l'attribut est un syntagme adjectival (4oa-g) ou prépositionnel (4oh, i) :
40 a. Marie a les yeux fermés.
b. Marie a les yeux verts.
c. Ce prisonnier aura la tête tranchée.
d. Julie a la langue bien pendue.
e. Maxime a le dos large.
f. Ce chanteur italien a la voix rauque.
LA P O S S E S S I O N I N A L I É N A B L E * 121

g. Ces maisons ont le toit pointu.


h. Elle a le bras en charpie.
i. Julien a la tête dans les nuages.
Comme dans les sections précédentes, nous ne nous intéressons
qu'aux constructions où le SN postverbal est défini. Nous laissons donc
de côté toute une série d'exemples où avoir attributif est suivi d'un SN
soit indéfini (Elle a une sœur de malade), soit possessif (Elle a sa sœur de
malade).
Dans les exemples de (40), le lecteur aura remarqué que le SN post-
verbal peut non seulement dénoter une partie du corps, mais aussi
une caractéristique intrinsèque (comme en 4of) ou la partie d'un tout
(comme en 4og). En fait, comme l'ont noté Riegel (1988) et Kupferman
(2000: 77), la construction attributive avec avoir est beaucoup plus per-
missive que la construction de possession inaliénable en ce qui concerne
la nature du SN postverbal. Voici des exemples :
41 a. La famille Cartier a la détente facile.
b. Tu as le vin étrangement monotone.
c. Si j'avais la plume emphatique...
d. Paul avait la vindicte longue et durable.
e. Ce professeur avait les punitions plutôt drues.
f. Chantal-Marie a le pourboire assez large.
g. Léa avait le réveil grincheux.
h. Leur magasin a l'après-vente efficace.
i. Notre région a les vendanges très tardives.
j. La femme de ce pauvre Max avait la taloche un peu lourde.
k. Luc a le rire communicatif.
Dans les constructions avec avoir attributif, le SN postverbal peut
aussi, comme nous l'avons mentionné, être suivi d'un constituant qui a
la forme d'une proposition relative :
42 a. Marie a les yeux qui piquent.
b. Cet homme a la tête qui éclate.
c. J'ai le bras qui enfle.
d. Elle a la main qui tremble.
e. Votre enfant a les yeux qui louchent.
f. Ce chanteur italien a la voix qui s'éteint.
g. Ces maisons ont le toit qui penche.
122 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S D U F R A N Ç A I S

Ici, le SN postverbal peut dénoter une partie du corps (4ia-e), une


caractéristique intrinsèque (421") ou la partie d'un tout (42g). Cependant,
contrairement à la construction en (41), ce tour-ci ne fonctionne pas
lorsque le SN postverbal entretient une relation plus ténue avec le sujet:
43 a. * Ce professeur a les punitions qui font mal.
b. * Notre région a les vendanges qui tardent.
c. * Luc a le rire qui réjouit.
Examinons maintenant de plus près les propositions qui suivent avoir
en (42). À première vue, elles ressemblent à des relatives. Mais en réa-
lité, elles ont un comportement très particulier : voilà pourquoi nous les
appelons des pseudo-relatives. Par exemple, à la différence des véritables
relatives, le nom possédé qui sert d'antécédent doit remplir une fonction
sujet par rapport à la proposition : ils ne peut pas assumer la fonction de
complément d'objet direct, ni toute autre fonction de complément. Voici
des exemples (le trait représente la position d'objet relativisé) :
44 a. * Marie a les jambes que François regarde .
b. * Elle a la main à laquelle il manque un doigt__.
c. * L'enfant a les yeux que sa mère a fermés__.
(Attention : ces phrases seraient grammaticales dans une interpréta-
tion où avoir a un sens possessif et où les jambes, la main et les yeux
dénotent des objets aliénables. Mais elles sont agrammaticales dans un
sens attributif.)
En fait, la construction inaliénable avec avoir combine les propriétés
de la construction attributive (présence du verbe avoir, possesseur en
position sujet) et les propriétés de la construction inaliénable décrite en
3.2 ci-dessus (l'objet possédé assume la fonction sujet par rapport à un
verbe comme tourner, enfler, etc.).
Existe-t-il des contraintes sur la nature de l'adjectif attributif? On
aura remarqué qu'en (40) ci-dessus, l'attribut peut aussi bien dénoter
des états passagers (Marie a les yeux fermés] que des propriétés perma-
nentes (Marie a les yeux verts). Fait intéressant, ce n'est pas le cas lorsque
l'inaliénabilité est étendue aux vêtements portés sur le corps. Dans ce
cas, seuls les attributs dénotant les états passagers (comme en [45]) sont
permis; ceux qui dénotent des propriétés permanentes (comme en [46])
sont exclus :
LA P O S S E S S I O N I N A L I É N A B L E * 123

45 a. Marie a la jupe retroussée.


b. Cet homme a le chapeau de travers.
c. Elle avait le chemisier ensanglanté.
46 a. * Marie a la jupe bleue.
b. * Cet homme a le pardessus en alpaga.
c. * Elle avait le chemisier de bonne coupe.
Rappelons encore une fois que les phrases en (46) sont agrammati-
cales en tant que constructions attributives: elles sont, bien entendu,
grammaticales dans un autre sens, soit celui où avoir dénote la posses-
sion, au sens étroit ou au sens large (= Marie possède la jupe bleue, Cet
homme porte le pardessus en alpaga, etc.).

5. Conclusion

Nous avons vu dans ce chapitre que la relation de possession inaliénable,


bien qu'elle soit au départ d'ordre sémantique, a des corrélats syntaxi-
ques très particuliers. Comme le lecteur aura pu le constater, la syntaxe
de la possession inaliénable en français est un sujet extrêmement com-
plexe. Tout d'abord, les réalisations syntaxiques de la construction sont
multiples, ce qui rend malaisée toute généralisation. D'autre part, un
problème encore plus épineux est posé par le fait que ces différentes réa-
lisations syntaxiques ne sont pas sujettes aux mêmes contraintes. Cer-
taines permettent l'extension de l'inaliénabilité aux vêtements portés
sur le corps et même aux relations partie-tout, alors que d'autres n'ad-
mettent que les objets dénotant des parties du corps. Certaines exigent
que le possesseur soit un pronom, d'autres permettent la réalisation du
possesseur comme SN plein. Enfin, toutes les constructions imposent
des restrictions sur le verbe, mais elles ne sont pas identiques et, surtout,
elles sont très difficiles à cerner et à généraliser.
Malgré ces difficultés d'analyse qui résultent de la grande complexité
de ces constructions, les recherches en grammaire générative auront
permis d'en effectuer une classification et d'en décrire les propriétés et
les limites d'une manière infiniment plus détaillée que ne l'ont fait les
grammaires traditionnelles, ce qui constitue déjà un important pas en
avant.
Page laissée blanche
7
LES GROUPES NOMINAUX:
QUALITÉS ET INSULTES

1. En bref

Dans ce chapitre nous examinerons des expressions dont on fait peu


mention dans les grammaires traditionnelles mais pour lesquelles les
recherches en linguistique théorique ont fait plusieurs découvertes inté-
ressantes. Il s'agit de ce qu'on appellera les « constructions qualitatives ».
Ces constructions ont fait l'objet d'études détaillées, notamment par
Milner (1978) et Ruwet (1982), d'où beaucoup d'exemples de ce chapitre
sont tirés.
Les constructions qualitatives prennent souvent la forme N de N, où
le premier nom est un nom de qualité, c'est-à-dire un nom qui exprime
un jugement de valeur (négatif ou positif) de la part du locuteur. Les
noms de qualité sont en italique dans les exemples ci-dessous.
1 a. Son imbécile de mari vient d'arriver.
b. Mon crétin de propriétaire a augmenté le loyer.
c. J'ai encore rencontré cette cruche de Lise.
2 a. Rachmaninov a écrit ce bijou de concerto.
b. Ton génie de fils a reconfiguré l'ordinateur.
c. Nous sommes tombés encore une fois sur ton phénomène
de mari.
126 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

L'étude des expressions en (i) fait partie de ce que Ruwet (1982) a


appelé la « grammaire des insultes », ce qui, nous en conviendrons, en
fait d'emblée un objet d'étude amusant. Mais les expressions qualita-
tives, qui regroupent les noms en italique en (i) et (2), ne servent pas
qu'à insulter: elles peuvent aussi être positives. Les constructions nomi-
nales qualitatives ont une forme commune et partagent bon nombre de
propriétés syntaxiques qui les distinguent des autres groupes nominaux.
Comme nous allons le voir, elles nous renseignent sur plusieurs facettes
de la grammaire du français, dont la syntaxe des expressions nominales
et les processus d'accord dans le syntagme nominal.
Nous verrons notamment que les expressions qualitatives, bien
qu'elles aient superficiellement la même forme que les syntagmes nomi-
naux à complément de nom (c'est-à-dire N de N, v. [3] ci-dessous), s'en
distinguent sensiblement tant sur le plan sémantique que syntaxique :
3 a. Le patron de mon mari
b. Les idées de mon propriétaire
c. Cette amie de Jeanne
d. Ma photo de sa sœur
Nous ferons une comparaison systématique de ces deux tours de
forme N de N dans la section 2.3. Mais auparavant examinons les par-
ticularités sémantiques et syntaxiques des constructions qualitatives de
type N de N.

2. Propriétés des constructions qualitatives NdeN

2.1. Sémantique des noms de qualité

Pour les besoins de la démonstration, nous adopterons la terminologie


de Milner (1978) et désignerons par l'étiquette Ni la classe des noms qui
peuvent agir comme premier nom dans la construction qualitative N de
N (imbécile, crétin, cruche, bijou, génie, phénomène, etc.) et N2 ceux qui
constituent le second nom (mari, propriétaire, Lise, concerto, fils, etc.).
Comment caractériser les types de noms pouvant entrer dans cette
construction ? En ce qui concerne Nz, il y a peu de contraintes : la seule
exigence est que le nom soit spécifique. Ainsi, les expressions suivantes,
où le N2 (en caractères gras) a un sens générique, sont agrammaticales :
LES G R O U P E S N O M I N A U X : Q U A L I T E S ET I N S U L T E S * 127

4 a. * Cet imbécile d'individu


b. * Cette idiote de personne
La classe des Ni, quant à elle, est beaucoup plus restreinte. Ainsi, les
expressions suivantes, bien qu'ayant une structure similaire à celle des
exemples de (i), sont agrammaticales :
5 a. * Ce médecin de Jules
b. * Cette secrétaire de Julie
Ni ne peut être qu'un nom de qualité, c'est-à-dire un nom qui com-
porte une connotation affective. En d'autres termes, ce nom doit pouvoir
exprimer une évaluation du locuteur, qu'elle soit négative ou positive.
C'est le cas d'imbécile, crétin, cruche, bijou et génie, mais non pas de
médecin ou secrétaire.
Ces restrictions ne valent évidemment pas pour les structures à com-
plément de nom. N'importe quel type de nom peut y agir comme pre-
mier constituant :
6 a. L'idiot de la classe
b. La photo de Paul
c. L'arrivée des coureurs
d. La défaite de l'équipe nationale
e. La stupidité de l'entraîneur
Les noms de qualité se différencient également des noms ordinaires
du point de vue de leur référence. Selon Milner, contrairement aux noms
ordinaires, les noms de qualité n'ont pas de « référence autonome » : celle-
ci dépend plutôt de Ni et du contexte. Pour illustrer ce point, Milner
précise qu'un nom comme imbécile peut être parfois employé comme
nom qualitatif, comme en (/a), parfois comme nom ordinaire, comme
en (7b).
7 a. Cet imbécile de Jean a cassé la tasse,
b. Jean, un imbécile, a cassé la tasse.
Ces deux emplois sont différents du point de vue de la référence d'im-
bécile. Milner fournit les deux exemples suivants :
8 a. Cet imbécile de Jean a cassé la tasse, ce qui ne signifie pas
qu'il soit un imbécile, (emploi qualitatif)
128 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

b. * Jean, un imbécile, a cassé la tasse, ce qui ne signifie pas


qu'il soit un imbécile, (emploi ordinaire)
La phrase (8b) est contradictoire alors que (8a) ne l'est pas.
Selon Milner, la différence tient à ce que « imbécile comme apposition
[v. (/b, 8b)] est traité comme un nom ordinaire; imbécile [...] en posi-
tion Ni [v. (ja, 8a)] est traité différemment des noms ordinaires». L'in-
terprétation d'imbécile en (/a, 8a) dépend du nom Jean et du contexte
(Jean a agi comme un imbécile lorsqu'il a cassé la tasse), alors que la
référence du même nom en (/b, 8b) est autonome (Jean est une personne
imbécile). Une autre façon d'exprimer cela serait de dire que le Ni des
constructions qualitatives décrit un état passager alors que, dans son
emploi ordinaire, il décrit un état permanent. Par conséquent, l'inser-
tion de l'affirmation ce qui ne signifie pas qu'il soit un imbécile donne un
résultat contradictoire en (8b) mais non en (8a).

2.2. Propriétés syntaxiques des noms de qualité

La question est maintenant d'établir quelles sont les autres propriétés


qui distinguent la classe des noms de qualité (ceux qui, rappelons-le,
peuvent s'insérer comme Ni dans une expression qualitative N de N) de
celle des noms ordinaires. Milner décrit un ensemble de propriétés et de
contextes syntaxiques qui permettent de départager les deux classes de
noms. Notons que l'étude de Milner ne porte que sur les noms de qualité
à valeur péjorative (les «insultes»). Certains de ces critères ne pourront
pas, pour des raisons que nous n'explorerons pas ici, être appliqués aux
noms de qualité positifs.

2.2.1. Les exdamatives simples

Une première caractéristique qui distingue les noms de qualité des noms
ordinaires est que seuls les premiers peuvent apparaître dans une excla-
mative simple. C'est ce que montrent les contrastes entre (9) et (10).
9 a. Son imbécile de mari nom de qualité
b. Imbécile !
10 a. * Son médecin de mari nom ordinaire
b. * Médecin!
LES G R O U P E S N O M I N A U X : Q U A L I T É S ET INSULTES * 129

Au sujet de la classe des expressions exclamatives, il faut mentionner


deux autres caractéristiques qui distinguent les noms de qualité des
noms ordinaires. Pour cela, nous examinerons les exclamatives du type
Quel XI et les exclamatives que l'on pourrait qualifier de «vocatives».
Ceci fait l'objet des rubriques 2.2.2 et 2.2.3 ci-dessous.

2.2.2. tes exclamatives de type «QuelX!»

Selon Milner, seuls les noms de qualité «sont susceptibles d'être


employés comme exclamatifs sans ambiguïté d'effet ». Prenons les deux
séries d'exemples suivantes, la première contenant un nom de qualité, la
seconde un nom ordinaire :
11 a. Quel imbécile !
b. Quelle cruche !
12 a. Quel médecin !
b. Quelle robe !
En (11), les expressions ont une visée nettement négative, quel que soit
le contexte où ces phrases seraient émises. En (12), par contre, le contexte
doit être connu afin de déterminer l'intention (négative ou positive)
véhiculée par le locuteur. Par exemple, l'interprétation de ces phrases
pourrait dépendre du ton, admiratif ou dénigrant, qui accompagnerait
les énoncés, ou encore de l'expression du visage (imaginez la phrase
[i2a] prononcée avec un grand sourire admiratif, puis la même phrase
prononcée en levant les yeux au ciel). En revanche, aucune stratégie
extralinguistique n'est susceptible d'altérer le sens des énoncés en (11).

2.2.3. Les exclamatives vocatives

Les noms de qualité peuvent s'employer sous forme vocative dans des
exclamatives du type de celles en (13) :
13 a. Venez, imbécile !
b. Venez, canaille !
Cela n'est pas possible pour les noms ordinaires :
14 a. * Venez, médecin !
b. * Venez, étudiant !
130 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Certains noms ordinaires peuvent aussi s'employer de façon vocative,


par exemple ceux qui dénotent des titres : Venez, général ! Mais selon
Milner (p. 178), il ne s'agit pas d'un contre-exemple à la généralisation
exprimée ci-dessus : « dans les vocatifs, le " titre" utilisé est censé être
spécifique de la personne interpellée et il appartient en fait au système
du nom propre ».
Notons que, dans leur emploi vocatif, les noms de qualité s'utilisent
sans déterminant et sans complément - voir l'agrammaticalité de (15) et
(16) ci-dessous :
15 a. * Venez, l'imbécile !
b. * Venez, l'idiot!
16 a. * Venez, canaille de médecin !
b. * Venez, idiot d'étudiant !

2.2.4. Les contextes « Espèce de X» et « Traiter quelqu'un de X»

Seuls les membres de la classe des noms de qualité peuvent s'insérer dans
des expressions du type espèce de, traiter quelqu'un de (v. [17]) ; les noms
ordinaires ne le permettent pas (v. [18]).
17 a. Espèce de crétin
b. Traiter Jules d'imbécile.
18 a. * Espèce de médecin
b. * Traiter Jules de médecin.

2.2.5. Les incises qualitatives

Seuls les noms de qualité peuvent s'employer en incise qualitative, c'est-


à-dire détachés du nom auquel ils se rapportent. On opposera ainsi (19a)
et (19b):
19 a. Jean a cassé la tasse bleue, l'imbécile.
b. * Jean a cassé la tasse bleue, le médecin.
Les noms ordinaires peuvent par contre s'employer dans des struc-
tures qui semblent rappeler l'exemple (193), par exemple dans des
phrases comme celle en (20) :
20 II a cassé la tasse bleue, le médecin.
LES G R O U P E S N O M I N A U X : Q U A L I T É S ET I N S U L T E S * 131

II s'agit toutefois d'une tout autre construction, c'est-à-dire la dislo-


cation, dont les propriétés sont très différentes de la construction quali-
tative en (ipa). (Voir l'encadré plus loin ainsi que le chapitre 10 pour un
examen détaillé des structures disloquées.)

2.2.6. La relativisation dans les exclamatives

Les noms de qualité peuvent être relativisés dans les exclamatives du


type de celles en (21). Les noms ordinaires ne le peuvent pas (v. [22]) :
21 a. Imbécile que je suis !
b. Crétin que tu es !
22 a. * Médecin que je suis !
b. * Professeur qu'il était !
Notons que les mêmes conditions qui s'imposaient aux deux struc-
tures exclamatives que nous avons vues ci-dessus en (15) et (16) prévalent
ici également. Le nom de qualité doit apparaître sans déterminant et
sans complément:
23 a. * Cet imbécile qu'il est !
b. * Imbécile de médecin que lean est !
Nous venons d'établir un certain nombre de critères syntaxiques qui
différencient la classe des noms de qualité de celle des noms ordinaires.
Nous allons maintenant nous pencher sur la structure des expressions
qualitatives du type N de N. Nous montrerons que, même si la structure
de ces tours semble à première vue identique à celle des constructions à
complément du nom, elle est en réalité complètement différente.

INCISES QUALITATIVES ET DISLOCATION

Nous avons mentionné ci-dessus que les incises qualitatives ne sont pas sans
rappeler les constructions disloquées. Revoici les exemptes en question :
i. a. Jean a cassé la tasse bleue, l'imbécile, (construction qualitative)
b. Jl a cassé la tasse bleue, le médecin, (construction disloquée)
Toutefois, là s'arrêtent les similitudes. Ces deux tours se distinguent sous
plusieurs aspects.
132 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Tout d'abord, les dislocations doivent contenir un pronom qui se rap-


porte au SN périphérique (c'est-à-dire le SN séparé du reste par une virgule
à l'écrit et une courbe intonatoire à l'oral). En l'absence d'un tel pronom, le
résultat est agrammatical. On a donc le contraste ci-dessous :
ii. a, Je l'ai rencontré, ce garçon,
b. * J'ai rencontré Jean, ce garçon.
Les incises qualitatives sont différentes. Bien que la présence d'un pro-
nom soit possible (iii-a), elle n'est pas obligatoire {5ri-b).
iiî. a. H a cassé la tasse, l'idiot,
b. Jean a cassé la tasse, l'idiot.
Ensuite, alors que la dislocation peut porter soit sur le sujet (iv-a) soit
sur l'objet (iv-b) du verbe, la construction qualitative ne peut cibler que le
sujet (v-a, c) :
iv. a. //estvenu,Jean,
b. Je /'ai vu, Jean.
v. a. Jean est venu, l'imbécile.
b. * je n'ai pas vu Jean, l'imbécile.
c. Deux promoteurs ont été condamnés, les canailles.
d. * II a été condamné deux promoteurs, les canailles.
Finalement, alors que plus d'un constituant peut être disloqué à l'inté-
rieur de la même proposition (vi-a), un seul tour qualitatif est permis (vi-b):
vi. a. Pierre, il la connaît bien, Marie.
b. * Pierre, le salaud, l'a dénoncée, la pauvre.
Notons toutefois que la présence de deux incises qualitatives est possible
dans la même phrase si elles appartiennent à des propositions diffiérentes :
Pierre, le salaud, l'a fait arrêter, la pauvre.

2.3. Constructions qualitatives N de Net structures à complément du nom

Nous avons mentionné au début de ce chapitre que les constructions


qualitatives en Nde N (v. [243]) ressemblent, en surface, à une structure
de complément de nom (v. [24b]) :
24 a. Cet imbécile de médecin prescrit trop de médicaments,
b. Ce diagnostic du médecin est très précis.
LES G R O U P E S N O M I N A U X : Q U A L I T É S ET I N S U L T E S * 133

Les expressions en italique dans les phrases de (24) sont toutes deux
des SN. Elles peuvent, par exemple, être remplacées par un pronom
sujet, comme en (25) :
25 a. Il prescrit trop de médicaments,
b. Il est très précis.
La question est maintenant de savoir si, étant donné cette similitude
de forme, ces deux constructions ont la même structure interne. Milner
propose que ce n'est pas le cas. En effet, un examen attentif de ces tours
fait ressortir d'importantes différences entre les deux.
Les suites à compléments de nom N de N comportent généralement
les composantes suivantes : un déterminant, un nom recteur (ou « tête »,
voir ci-dessous) et un complément de nom composé d'un SN précédé de
la préposition de:
26 Déterminant - nom recteur -de + SN complément
Les constructions qualitatives ont, en surface, une structure similaire :
27 Déterminant - nom - de + N
Or, Milner fait l'observation suivante : si ces deux constructions N
de N avaient la même structure interne, on s'attendrait à ce que chacun
des divers éléments qui les composent aient les mêmes propriétés syn-
taxiques. Or, ce n'est justement pas le cas (v. aussi Ruwet 1982, qui remet
cependant en question certaines des conclusions de Milner 1978). Nous
examinerons dans les prochaines rubriques quelques-unes des diffé-
rences qui caractérisent les composantes de chacune des deux construc-
tions. Ces différences concernent: i) les déterminants; 2) la possibilité
de modifier le premier nom par un adjectif; 3) la possibilité de prono-
minaliser le deuxième nom; et 4) l'identité du nom recteur ou «tête».

2.3.7. Les déterminants

Les tours qualitatifs se distinguent des constructions à complément du


nom du point de vue des déterminants qu'ils admettent, soit devant le
premier nom, soit devant le deuxième.
Commençons par examiner le déterminant qui se trouve devant le
premier nom (Ni). Dans les constructions à complément du nom, ce
134 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

déterminant peut être un indéfini, un démonstratif, un possessif ou un


défini (v. [28]). Par contre, les constructions qualitatives N de N ne peu-
vent pas être introduites par le déterminant le (v. [29d]) :
28 a. Un ami de Marianne m'a téléphoné.
b. Cet ami de Luc m'ennuie.
c. Son compte-rendu de la réunion m'a laissé indifférent.
d. Le copain de François vous plaira.
29 a. Un crétin de fonctionnaire m'a téléphoné.
b. Cet imbécile de Luc a perdu mon parapluie.
c. Son imbécile de mari m'impatiente.
d. * L'imbécile de Luc m'ennuie.
Regardons maintenant le déterminant qui précède le deuxième nom.
Dans les constructions à complément du nom, il n'y a pas de restrictions
(3oa). En revanche, les tours qualitatifs n'admettent la présence d'aucun
déterminant devant Ni (3ob) :
30 a. Nous ne sommes pas d'accord avec le diagnostic
de la/cette/ma thérapeute.
b. * Nous ne sommes pas d'accord avec cette cruche
de la/cette/ma thérapeute.

2.3.2. La modification adjectivale de NI

Une autre différence concerne la possibilité de modifier le premier nom


par un adjectif. Cela est possible dans les constructions à complément
du nom (31), alors que ce ne l'est généralement pas dans les expressions
qualitatives (32) :
31 a. Cet ami bizarre de Marie
b. Cet ami ennuyeux de Julie
32 a. * Cet imbécile maladroit de Pierre
b. * Cet imbécile ennuyeux de Pierre
II existe cependant une certaine classe d'adjectifs prénominaux
(parmi lesquels on trouve satané, sacré, foutu, pauvre, affreux, fichu, franc,
abominable et sale) qui peut modifier le Ni des expressions qualitatives :
LES G R O U P E S N O M I N A U X : Q U A L I T E S ET I N S U L T E S * 135

33 a. Ce satané imbécile de Pierre


b. Ce sacré idiot de Marc
Fait à remarquer, il s'agit souvent d'adjectifs qui, contrairement à ceux
des exemples en (31) et (32), ne peuvent pas s'employer de façon prédica-
tive (34) ; comparez avec Cet ami de Marie est bizarre.

34 a. * Pierre est satané,


b. * Marc est sacré.

Quand ils le peuvent (par ex. Paul est pauvre, Jean est foutu), ils ont
un sens différent de celui véhiculé dans les constructions qualitatives,
comme le montre le caractère non contradictoire de l'exemple (35) :
35 Ce pauvre imbécile de Paul n'est pas pauvre.

2.3.3. La pronominalisation

Une première différence concerne la nature de Ni. Dans les construc-


tions à complément du nom, le nom qui suit de peut être un nom propre
ou un pronom (36a, b). Dans les tours qualitatifs, en revanche, N2 ne
peut jamais être un pronom (3/b) :
36 a. J'ai vu une photo de Julie,
b. J'ai vu une photo d'elle.
37 a. Cette imbécile de Julie,
b. * Cette imbécile d'elle.
Une seconde différence porte sur la possibilité de pronominaliser
(ou de relativiser) le constituant de+N2. Ceci est possible dans une
construction à complément du nom : cette suite peut être remplacée par
le pronom en ou relativisée à l'aide de dont (voir chapitre 8) :
38 a. Les experts ont restauré le dôme de cette cathédrale.
b. Les experts en ont restauré le dôme.
c. Cette cathédrale, dont les experts ont restauré le dôme...
Or, ni le pronom en ni le relativisant dont ne peuvent remplacer la
suite de+N2 dans les tours qualitatifs :
136 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

39 a. Les experts ont restauré un bijou de cathédrale.


b. * Les experts en ont restauré un bijou.
c. * Cette cathédrale, dont les experts ont restauré un bijou...

2.3.4. Le nom recteur ou « tête»

Le nom recteur — ou tête - d'un SN est l'élément central du syntagme.


Il en est, entre autres, le porteur de sens. Ainsi, lorsque le SN est, par
exemple, en position complément d'un verbe, le sens du nom recteur
doit être compatible avec les exigences sémantiques du verbe.
Prenons le verbe déchirer. Le sens de ce verbe exige que son complé-
ment dénote un objet concret inanimé qui ait la capacité d'être déchiré
(papier, tissu, etc.). Le verbe embaucher, par contre, exige que son com-
plément dénote un être animé. Dans une structure à complément du
nom, c'est-à-dire où plus d'un nom apparaît dans un SN, c'est le pre-
mier nom, et non le second, qui est le porteur des traits sémantiques
devant répondre aux exigences du prédicat. Par exemple, en (403) le
nom ordonnance est compatible avec le sens du verbe, alors qu'en (4ob)
il ne l'est pas.
40 a. Nous avons déchiré [cette ordonnance du médecin].
b. * Nous avons embauché [cette ordonnance du médecin].
Or, dans les tours qualitatifs, c'est le deuxième nom de la suite N de
N qui doit être compatible avec le sens du verbe. Comparez les exemples
en (41) et (42) :
41 a. Elle a agrafé ce bijou sur sa robe,
b. Elle a visité cette cathédrale.
42 a. * Elle a agrafé ce bijou de cathédrale sur sa robe,
b. Elle a visité ce bijou de cathédrale.
On peut donc conclure ce qui suit : dans les constructions à complé-
ment du nom, c'est le premier nom (Ni) qui est recteur ou tête du syn-
tagme. Dans les constructions qualitatives, c'est le deuxième (Ni).
On pourra noter d'ailleurs que, dans les tours qualitatifs, la reprise
pronominale se fait en fonction de N2 et non de Ni. Ainsi, le pronom
de la deuxième phrase en (43) doit reprendre les traits de genre (et de
nombre) de Ni :
LES G R O U P E S N O M I N A U X : Q U A L I T É S ET I N S U L T E S * 137

43 a. Cette andouille (fém.) de médecin (masc.) a fait une erreur.


* Elle (fém.) m'a prescrit le mauvais médicament,
b. Cette andouille de médecin a fait une erreur. Il m'a prescrit
le mauvais médicament.
Étant donné ces disparités entre les divers éléments qui composent
les expressions qualitatives N de N et les structures à complément du
nom, une seule conclusion s'impose : elles ont des structures internes
différentes. Quelle est la structure exacte des tours qualitatifs? C'est là
une question complexe qui, d'ailleurs, demeure controversée. Le lec-
teur intéressé à prendre connaissance des différentes analyses proposées
pourra consulter notamment les travaux de Milner (1978), Ruwet (1982)
et Hulk et Tellier (2000).

2.4. L'accord

Lorsqu'on parle du genre d'un nom commun en français, on parle en


fait de deux choses: du genre inhérent et du genre grammatical. Le
genre inhérent procède d'une logique très nette: les noms qui décri-
vent des personnes d'un sexe particulier ou des professions ou autres
désignations traditionnellement associées à des personnes d'un certain
sexe portent le genre de ces personnes. Il en va ainsi des noms homme/
femme, mère/père, animateur/animatrice, etc. Le genre grammatical, lui,
est arbitraire. Il n'y a aucune raison logique en français pour que le nom
pistolet soit masculin ou que le mot énigme soit féminin. D'ailleurs, les
mots correspondants portent le genre opposé dans d'autres langues, par
exemple en italien (enigma est masculin, pistola féminin).
Comme le genre inhérent et le genre grammatical ont les mêmes
répercussions sur la structure morphosyntaxique de la phrase en fran-
çais (ils déclenchent tous deux l'accord du déterminant et de l'adjectif),
il est normalement impossible de départager leur rôle respectif dans les
processus d'accord. Or, les tours qualitatifs pourraient nous permettre
de jeter un peu de lumière sur ce problème. Ce sont en effet les seuls
tours en français qui nous permettent de faire la part des choses en ce
qui concerne la contribution de chacun de ces deux traits de genre dans
l'accord. Il s'agit d'une découverte intéressante discutée en détail dans
Hulk et Tellier (2000). Voyons cela de plus près.
138 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Comme nous l'avons vu dans la section précédente, ce sont les noms


recteurs (en caractère gras dans les exemples ci-dessous) qui détermi-
nent l'accord en genre et en nombre avec un adjectif ou un participe
passé situé à l'extérieur du SN: le premier nom dans les structures à
complément du nom (44), et le second dans les tours qualitatifs (45) :
44 a. La photo (fém.) de Sébastien (masc.) est intéressante (fém.).
b. * La photo de Sébastien est intéressant (masc.).
c. Le livre (masc.) de Fannie (fém.) a été écrit (masc.) pour les
non-initiés.
d. * Le livre de Fannie a été écrite (fém.) pour les non-initiés.
45 a. Cette andouille (fém.) de médecin (masc.) est stupéfiant
(masc.).
b. * Cette andouille (fém.) de médecin (masc.) est stupéfiante
(fém.).
Or, considérons les exemples suivants qui contiennent également une
expression qualitative :
46 a. Ce bijou (masc.) de symphonie (fém.) sera inscrit
(masc.) dans tous les répertoires,
b. * Ce bijou (masc.) de symphonie (fém.) sera inscrite
(fém.) dans tous les répertoires.
Ici, bien que le nom recteur soit de genre féminin, le participe passé
prend la forme masculine. Pourquoi cette différence entre ces exemples
et ceux de (45) ?
Notons tout d'abord deux choses en ce qui concerne les phrases en
(45) et (46). Premièrement, dans les deux cas, les noms qui font partie du
SN qualitatif ont des genres différents. Deuxièmement, dans les exemples
grammaticaux, le genre de l'adjectif ou du participe passé est masculin.
Émettons donc l'hypothèse (provisoire) suivante : les conflits de genre
dans les constructions qualitatives (c'est-à-dire les cas où les deux noms
qui les composent ont des genres différents) ont pour effet de déclencher
un processus d'accord par défaut, c'est-à-dire au masculin en français.
Considérons maintenant les exemples suivants :
47 a. * Ton phénomène (masc.) de fille (fém.) est bien distrait
(masc.).
b. Ton phénomène (masc.) de fille (fém.) est bien distraite
(fém.).
LES G R O U P E S N O M I N A U X : Q U A L I T É S ET I N S U L T E S * 139

Dans ces exemples, le genre des deux noms de l'expression qualitative


est encore une fois différent. En regard de notre hypothèse initiale, on
devrait donc s'attendre à ce que ce conflit de genre déclenche l'accord
par défaut. Or, ce n'est pas le cas, comme le montre (4/b). Comment
expliquer cela ?
Pour répondre à cette question, nous comparerons les exemples (460)
et (4/b), repris ci-dessous:
48 a. * Ce bijou (masc.) de symphonie (fém.) sera inscrite (fém.)
dans tous les répertoires.
b. Ton phénomène (masc.) de fille (fém.) est bien distraite
(fém.).
D'entrée de jeu, la différence qui saute aux yeux entre ces deux exem-
ples est le type de Ni qui les compose: il dénote un objet inanimé en
(48a) et un être animé en (48b). Or, nom animé veut dire genre intrin-
sèque. L'idée de Hulk et Tellier est la suivante : le genre intrinsèque d'un
nom recteur étant un trait sémantique fondamental, il doit être transmis
à tout le SN qualitatif. Ceci a pour effet de court-circuiter le processus
d'accord par défaut dans les cas de conflit de genre. C'est pourquoi l'ac-
cord de l'adjectif en (48b) se fait au féminin avec le nom fille.
Nous révisons donc notre hypothèse initiale :

• lorsqu'il y a conflit de genre dans les constructions qualitatives, c'est l'ac-


cord par défaut qui s'applique, c'est-à-dire le masculin (463), sauf s/:
• le nom recteur est animé ; dans ce cas, c'est le genre intrinsèque de ce nom
qui déclenche l'accord (486).

Une analyse différente de ces faits a été proposée par Doetjes et


Rooryck (2003). Ces auteurs suggèrent que le choix de l'accord (genre,
nombre) dépend plutôt de la capacité du Ni des expressions qualitatives
de conserver son sens lexical fondamental. Selon eux, l'accord devrait
toujours se faire avec Ni (à l'instar, notons-le, des structures à complé-
ment du nom), sauf si certaines circonstances interviennent pour altérer
le processus.
Reprenons les faits (avec les exemples de Doetjes et Rooryck) :
49 a. * Ce bijou (masc.) d'église romane (fém.) a été reconstruite
(fém.).
b. Ce bijou d'église romane a été reconstruit (masc.).
140 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

50 a. Ton phénomène (masc.) de fille (fém.) est distraite (fém.).


b. * Ton phénomène de fille est distrait (masc.).
Selon Doetjes et Rooryck, le nom bijou conserve son sens lexical en
(49), alors que ce n'est pas le cas du nom phénomène en (50). Toujours
selon ces auteurs, on peut illustrer cette différence par la capacité de
paraphraser les expressions qualitatives en (49)et(5o) par l'expression:
« La caractéristique de Ni est qu'il/elle ressemble à un Ni. » Cela fonc-
tionne pour (49) (v. [51]) mais pas pour (50) (v. [52]) :
51 La caractéristique de cette église romane (Ni) est qu'elle
ressemble à un bijou (Ni).
52 * La caractéristique de ta fille (Nz) est qu'elle ressemble à un
phénomène (Ni).
L'idée est donc la suivante : ayant perdu son sens lexical, le Ni phé-
nomène en (50) devient morphologiquement inactif et l'accord de l'ad-
jectif attribut doit se faire avec le deuxième nom, c'est-à-dire fille; en
revanche, le nom bijou en (49) conserve sa capacité de transmettre son
genre (le masculin) au participe passé.
Notons, sans entrer dans les détails, que l'analyse de Doetjes et
Rooryck s'étend aux expressions quantifiées du type de celles en (53) et
(54), où l'accord se fait parfois avec le nom quantifié (53a), parfois avec
l'élément quantifiant (54b) :
53 a. Beaucoup de livres (masc. plur.) sont tombés (masc. plur.).
b. * Beaucoup de livres est tombé (masc. sing.).
54 a. * Une montagne (fém. sing.) de livres sont tombés
(masc. plur.).
b. Une montagne (fém. sing.) de livres est tombée (fém. sing.).
Il s'agit donc là de deux analyses différentes des conflits d'accord
entraînés par les constructions qualitatives et nous laissons au lecteur
le soin d'en évaluer les mérites respectifs. Quoi qu'il en soit, il s'agit là
de faits du français particulièrement intéressants dont la complexité a
échappé à l'attention des grammairiens traditionnels.
LES G R O U P E S N O M I N A U X : Q U A L I T É S ET I N S U L T E S * 141

3. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons fait un tour d'horizon des propriétés des
constructions qualitatives et avons mis au jour certaines caractéristiques
des noms qui les composent. Dans les expressions qualitatives Ni de JVJ2,
les restrictions portent surtout sur la classe des noms qui peuvent fonc-
tionner comme Ni. Sur le plan sémantique, ces noms doivent exprimer
un jugement de valeur, positif ou négatif, par le locuteur. Sur le plan syn-
taxique, ils doivent être en mesure de s'insérer dans un certain nombre
de contextes précis (quoique la plupart de ces contextes n'acceptent que
les noms à valeur négative).
Ensuite, nous avons comparé les expressions qualitatives et les
constructions à complément de nom N de N. Un examen systématique
des divers éléments qui composent ces deux constructions (les détermi-
nants, Ni, Ni, la suite de + SN, etc.) nous ont menés à conclure que ces
deux tours ont des structures internes différentes.
Finalement, nous avons montré comment les structures qualitatives
pourraient nous permettre, dans la mesure où l'analyse de Hulk et Tellier
(2000) est juste, de départager les rôles respectifs du genre grammatical
et du genre intrinsèque dans les processus d'accord morphologique en
français.
Page laissée blanche
8
LA SYNTAXE DE « EN »

1. En bref

Les grammaires traditionnelles contiennent des descriptions détaillées


de l'usage de en (voir par exemple Grevisse 1993: 993 sqq.) ; cependant,
elles sont loin d'avoir tout dit sur la question. Dans ce chapitre, nous
allons passer en revue un certain nombre de propriétés de en mises au
jour par les travaux en grammaire générative. Il sera question notam-
ment des différents types de en dans le groupe nominal, de leur distri-
bution syntaxique très particulière et des similitudes et différences qu'ils
entretiennent avec le relativisant dont.
En général (mais pas toujours), en remplace un constituant introduit
par de. Ce constituant peut être un syntagme nominal (SN) indéfini
de type non comptable ou partitif, un complément de lieu indiquant
la provenance, un complément du verbe ou de l'adjectif, ou encore une
proposition entière. Voici des exemples de chacune de ces utilisations :
1 a. Ne m'offrez pas de vin, j'en ai déjà pris. (= du vin)
b. Je voulais acheter de ces fleurs, mais il n'y en a plus.
(= de ces fleurs)
c. Irez-vous à New York? Moi, j'en arrive tout juste.
(= de New York)
d. Il vaut mieux en rire. (= de la situation)
e. Nous en sommes très fiers. (= de notre fils)
f. Max voulait devenir médecin, mais il n'en parle plus.
(= de devenir médecin)
144 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Mais en peut aussi remplacer un sous-ensemble du groupe nominal,


et c'est uniquement à ces cas que nous nous intéresserons dans ce cha-
pitre. Voici des exemples :
2 a. Il en a repeint le toit. (= de la maison)
b. J'en ai acheté trois. (= crayons)
c. Paul en a lu quelques-uns. (= de ces livres)
Les trois phrases ci-dessus illustrent trois usages différents du pronom
en : le génitif (2a), le quantitatif (ib) et le partitif (ic). Dans ce chapitre,
nous allons décrire les propriétés de chacun de ces types de en. Nous ver-
rons notamment qu'ils n'ont pas la même distribution dans la phrase : par
exemple, dans certains cas seulement, la phrase est exclue lorsque en rem-
place un sous-ensemble d'un SN sujet. C'est ce que montrent les contrastes
suivants, tirés ou adaptés des travaux de Ruwet (1972) et de Kayne (1975) :
3 a. Le toit en a été repeint. (= de la maison)
b.* Quelques-unes en sont inexactes. (= de ces descriptions)
c. * La préface en provoquera un scandale. (= de ce livre)
d.* Trois en ont été vendus. (= livres, de ces livres)
e. Une partie en a été vendue. (= du matériel)
Nous découvrirons aussi un fait extrêmement curieux: alors que
chacun des trois types de en a une contrepartie avec le relativisant dont,
celle-ci n'a pas toujours la même distribution que le en correspondant.
Ainsi, dans les phrases de (4), en et dont se comportent de la même
manière; mais ils s'opposent dans les phrases de (5) :
4 a. Ils en ont repeint le toit. (= de la maison)
b. Cette maison, dont ils ont repeint le toit...
5 a. J'en ai lu trois. (= livres, de ces livres)
b. * Ces livres, dont j'ai lu trois...
Comme le faisait remarquer Ruwet (1972) — c'est la citation que nous
avons reproduite au début de ce livre —, ce sont là des faits dont une
grammaire du français doit incontestablement rendre compte, mais
qu'il aurait été impossible de recueillir et d'observer sans le recours aux
intuitions du sujet parlant. C'est donc encore une fois grâce à la métho-
dologie propre à la grammaire générative que ces faits auront pu être
découverts et décrits.
LA SYNTAXE DE « EN » * 145

Mais que le lecteur soit prévenu : la syntaxe de en est fort complexe,


et encore davantage lorsqu'on la compare à la syntaxe de sa contrepartie
relative, dont. Ce qui suit ne pourra donc être qu'un bref aperçu d'une
question qui n'est pas encore entièrement résolue.

2. Propriétés de « en »

2.1. Les trois types de en

Faisons tout d'abord la différence entre trois cas où en remplace une


sous-partie du groupe nominal. Nous suivons ici Milner (1978), qui fait
la distinction entre en génitif, quantitatif et partitif.

• En génitif

en remplace un constituant introduit par de, qui fonctionne comme


complément du nom. C'est ce que nous appelons le en génitif:
6 a. Luc en a rencontré l'auteur. (= du livre)
b. Nous aimerions en connaître le prix. (= de cet appareil)
c. Ils en ont fait repeindre le toit. (= de la maison)

• En quantitatif

en remplace un constituant qui suit un élément dénotant la quantité :


trois livres, beaucoup de livres, certains livres. Le constituant remplacé
par en est soit le nom tête du syntagme (= livres), soit un constituant
introduit par de et dépourvu de déterminant (= de livres). C'est le en
quantitatif:
7 a. Les voisins en ont planté beaucoup. (= de fleurs)
b. Emilie en connaît trois. (= symphonies de Beethoven)
c. Ils en ont acheté des tonnes. (= de livres)

• En partitif

en remplace un constituant introduit par de qui n'est pas un complément


du nom. Ce constituant est plutôt ce que Grevisse (1993: 526) appelle un
«pseudo-complément» : il dénote le tout dont la partie est exprimée par
un nom à valeur numérale ou quantitative : quelques-uns de ces livres, un
kilo de ces tomates, la moitié du verre, etc. À la différence du quantitatif
146 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

décrit ci-dessus, le constituant en de remplacé par en comporte un déter-


minant défini, possessif ou démonstratif. C'est le en partitif:
8 a. Mathieu en a lu quelques-uns. (= de ces livres, de vos livres)
b. Vous m'en mettrez un kilo. (= de ces pommes de terre)
c. Nous en avons plusieurs. (= des livres de Zola)
d. Emilie en connaît la plupart. (= de ces symphonies)
On notera d'emblée que dans certains cas, il est difficile de dépar-
tager le en quantitatif du en partitif. En effet, dans les exemples en (9) ci-
dessous, en peut tout aussi bien remplacer la tête nominale (ex. livres) et
un constituant en de sans déterminant (ex. de livres) — caractéristiques
du en quantitatif — qu'un constituant en de avec déterminant (ex. des
livres, de ces livres] — caractéristique du en partitif:
9 a. Mathieu en a lu deux.
(= livres, des livres de Zola, de ces livres)
b. Emilie en connaît plusieurs.
(= symphonies, des symphonies de Beethoven,
de ces symphonies)
c. Nous en avons planté beaucoup.
(= de fleurs, de vos fleurs)
Comment savoir, alors, si le en dans les exemples de (9) est quantitatif
ou partitif? Milner (1978: 70) relève un contexte syntaxique qui permet
de faire ressortir la différence entre les deux. Les numéraux cardinaux
(deux, trois, etc.) peuvent être précédés d'un déterminant défini. Dans
ce cas précis, le constituant qui suit doit être un quantitatif, comme en
(loa) ; il ne peut pas être un partitif (voir [iob]) :
10 a. J'ai lu les deux livres.
b. * J'ai lu les deux de ces livres.
Or, il est intéressant de noter qu'en présence d'un déterminant défini,
en ne peut pas reprendre le nom livres :
11 * J'en ai lu les deux.
Milner (op. cit.} fait de plus remarquer que la présence du détermi-
nant défini n'interdit pas la pronominalisation lorsque en est partitif:
12 a. J'en ai lu la plupart. (= de ces livres)
b. J'en ai lu la moitié. (= des livres de Zola).
LA SYNTAXE DE « EN » * 147

Notons de plus que la phrase en (n) est bien formée si on ajoute un


adjectif comme premiers ou derniers ; mais dans ce cas, en peut tout aussi
bien remplacer le nom Uvres que de ces livres
13 Max en a lu les deux premiers. (= livres, de ces livres)
Que conclure de tout cela? On peut constater qu'en présence d'un
numéral cardinal, la pronominalisation n'est possible que si en peut être
interprété aussi comme un partitif. On pourrait par conséquent être
amené à conclure qu'en (9) et en (13), c'est bien du en partitif dont il
s'agit. Cependant, un point de vue différent est défendu entre autres par
Boivin (1999; 2005), qui considère le en suivant un numéral comme un
en quantitatif. Ceci dit, nous n'allons pas entrer dans ce débat, car il
dépasse l'objectif du présent chapitre.

2.2. La distribution de en

Les travaux sur la distribution de en sont très nombreux. Nous résu-


mons ici les principaux résultats obtenus concernant la syntaxe de en,
mais bien entendu la réalité est encore une fois plus complexe. On trou-
vera à la fin de ce chapitre une liste d'ouvrages et d'articles portant sur
cette question.
La première observation à faire concerne la position occupée par le
constituant d'où provient en — autrement dit sa fonction grammaticale
(sujet, objet, etc.). Nous allons voir que cela joue un rôle essentiel.

2.2.7. Le constituant est un objet direct

Lorsque en remplace une sous-partie de l'objet direct, il n'y a pas de dis-


tinction entre en génitif, quantitatif ou partitif. Les trois sont possibles,
comme le montrent les phrases citées au début de ce chapitre et que nous
reproduisons ici :
14 a. Il en a repeint le toit. génitif (= de la maison)
b. J'en ai acheté trois. quantitatif (= crayons) ;
partitif (= de ces crayons)
c. Paul en a lu quelques-uns. partitif (= de ces livres)
Voyons maintenant comment se comporte en lorsqu'il remplace une
sous-partie d'autres SN postverbaux. Nous avons vu au chapitre 2 que
148 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

les constructions impersonnelles comportent un SN en position post-


verbale. Dans la plupart des cas, ces constructions mettent en jeu soit un
verbe inaccusatif (par ex. arriver, tomber, venir, apparaître, etc.), soit un
verbe à la forme passive :
15 a. Il a été publié un chapitre de ce livre.
b. Il a été tué trois soldats.
c. Il est venu quelques-uns de ces invités.
Dans ce contexte, exactement comme dans le cas de l'objet direct, en
peut reprendre un sous-ensemble du SN, qu'il soit génitif, quantitatif ou
partitif:
16 a. Il en a été publié un chapitre, génitif (= de ce livre)
b. Il en a été tué trois. quantitatif (= soldats) ;
partitif (= de ces soldats)
c. Il en est venu quelques-uns, partitif (= de ces invités)
Que le en en construction impersonnelle se comporte de la même
manière que le en à partir d'un objet direct n'a pas de quoi surprendre :
en effet, nous avons vu au chapitre 2 que le sujet des verbes au passif
et des verbes inaccusatifs est en réalité un objet direct, qui peut soit se
déplacer vers la position sujet (Quelques-uns de ces invités sont arrivés,
Un chapitre de ce livre a été publié) ou bien demeurer sur place, comme
c'est le cas dans les constructions impersonnelles. Dans les deux cas,
donc, en prend son origine à l'intérieur d'un SN objet direct.
La référence à un objet direct est importante ici, car les objets directs
ne sont pas les seuls SN qui peuvent figurer derrière le verbe, comme
nous l'avons déà mentionné à la section 2.4.3 du chapitre 2. On y trouve
aussi des SN qui ne sont pas, à proprement parler, des arguments du
verbe : par exemple, dans passer une semaine à Paris, le SN une semaine
est un argument du verbe passer; mais dans rester une semaine à Paris,
une semaine n'est pas un argument du verbe rester.
Nous verrons maintenant que ces deux types de SN postverbaux se
distinguent du point de vue de la pronominalisation par en. Comparons
les phrases de (17) à celles de (18) :
17 a. Pierre en a passé la première partie à Paris.
génitif (= de septembre)
LA SYNTAXE DE « EN » * 149

b. Pierre en a passé trois à Paris,


quantitatif (= semaines)
c. Pierre en a passé quelques-uns à Paris,
partitif (= de ses mois de vacances)
18 a. * Pierre en est resté la première partie à Paris.
génitif (= de septembre)
b. * Pierre en est resté trois à Paris.
quantitatif (= semaines)
c. * Pierre en est resté quelques-uns à Paris.
partitif (= de ses mois de vacances)
Ces contrastes confirment que en doit bel et bien provenir d'un SN
objet direct du verbe, et non pas de n'importe quel SN postverbal.

2.2.2. Le constituant est un sujet

Commençons par examiner les sujets de verbes transitifs ou inergatifs


(voir chapitre 2). On constatera que dans ces cas, aucun des trois types
de en n'est possible :
19 a. * Un chapitre en traite de sujets épineux.
génitif (= de ce livre)
b. * Trois en marchaient dans les tranchées.
quantitatif (= soldats) ; partitif (= de ces soldats)
c. * Quelques-uns en ont frappé à la porte.
partitif (= de ces invités)

On pourrait être tenté de conclure que en ne peut tout simplement pas


correspondre à une sous-partie d'un SN sujet. Cependant, ce serait là une
conclusion hâtive. En effet, on observe que le en génitif peut remplacer
une sous-partie du sujet lorsque le verbe est au passif ou lorsqu'il s'agit
d'un verbe inaccusatif (tomber, rester, disparaître, etc. ; voir chapitre 2) :
20 a. Un chapitre en a été publié. génitif (= de ce livre)
b. Le toit en est tombé. génitif (= de la maison)
Ces deux contextes ont ceci de commun que le sujet prend son ori-
gine en position d'objet direct et qu'il est ensuite déplacé vers la posi-
tion sujet (voir le chapitre 2). En somme, en se comporte ici exactement
comme si le constituant d'où il provient était un objet, ce qui n'est pas
très surprenant.
150 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

ÊTRE ET LE EN GÉNITIF
Les tours comportant le verbe être suivi d'un adjectif attribut du sujet (les
« constructions attributives ») ne sont pas au passif. Pourtant, du point de
vue de la pronominalisation avec en génitif, ces constructions se compor-
tent de manière tout à fait analogue. Voici des exemples :
i. La préface en est peu flatteuse. génitif (= de ce livre)
ii. Le prix en est trop élevé. génitif («de ce tableau)
En somme, du point de vue du en génitif, le sujet se comporte comme s'il
était dérivé, et c'est exactement là l'analyse qu'a proposée Couquaux (1981).
La plupart des linguistes admettent maintenant que la copule être dans ces
tours prend pour complément une proposition à contenu prédicatîf, que
l'on appelle une proposition réduite. Cette proposition est un argument
du verbe être: elle est constituée d'un SN et, dans le cas ci-dessus, d'un
syntagme adjectival. Le SN est ensuite déplacé vers la position sujet de la
phrase, ce qui donne lieu, en gros, aux représentations suivantes ;
iii. [La préface de ce tivrejjest [ t, peu flatteuse],
iv. [Le prix de ce tableau], est [ tj trop élevé].
On pourra noter que des faits indépendants appuient ce type d'analyse.
En effet, certains contextes permettent de faire émerger ces propositions
réduites à valeur prédicatîve. Voyons les exemples suivants :
v, François a trouvé [cette préface très flatteuse],
vi. Notre client estime [le prix de ce tableau trop élevé].
Du point de vue sémantique, le constituant entre crochets se comporte
comme une proposition à valeur prédicative (= j'ai trouvé que cette préface
était très flatteuse). C'est cette proposition (et non les SN cette préface ou te
prix de ce tableau) qui est complément des verbes trouver et estimer.
Étant donné cette analyse, la distribution du en génitif dans les tours
avec être est parfaitement compatible avec la généralisation que nous avons
établie dans ce chapitre. Dans ces constructions également, le en génitif
provient d'un constituant (la proposition réduite) qui est un argument post-
verbal du verbe (ici, ta copule être).

Mais en même temps, c'est ici que commence le mystère, car nous
allons observer que en génitif et en quantitatif/partitif ont un com-
portement très différent dans les contextes où un sujet est dérivé.
LA SYNTAXE DE « EN » * 151

Contrairement au en génitif, en effet, le en partitif et le en quantitatif ne


peuvent jamais correspondre à une sous-partie du sujet, même lorsque
celui-ci est dérivé (pour cette observation, voir Kayne 1975: 190-195 et
Milner 1978: 49, entre autres). Les exemples ci-dessous mettent en jeu
des verbes inaccusatifs (21) et des verbes au passif (22). Dans tous ces
cas, en quantitatif et en partitif sont exclus.
21 a. * Trois en sont arrivés.
quantitatif (= livres) ; partitif (= de ces livres)
b. * Quelques-unes en sont tombées,
partitif (- de ces toitures)
22 a. * Trois en ont été tués.
quantitatif (= soldats) ; partitif (= de ces soldats)
b. * Quelques-uns en ont été publiés,
partitif (= de ces livres)
Les exemples dont nous venons de discuter soulèvent plusieurs ques-
tions.
Tout d'abord, le lecteur se sera sans doute demandé pourquoi la pro-
nominalisation avec en est toujours possible à partir d'un constituant
objet, alors que, dans la plupart des cas, elle ne l'est pas à partir de la
position sujet. Ceci pourrait en fait relever d'une règle plus générale. Les
travaux en grammaire générative ont permis de découvrir un certain
nombre de phénomènes syntaxiques qui sont sensibles à la distinction
sujet-objet (voir encadré ci-dessous). De manière générale, il est plus
facile de déplacer un constituant à partir d'une position objet que d'une
position sujet.
Deuxièmement, nous avons vu que le en génitif peut être pronomina-
lisé à partir d'un sujet si celui-ci est dérivé. Mais la question qui se pose
est la suivante : pourquoi n'en va-t-il pas de même pour le en quantitatif
et le en partitif? La réponse à cette question est loin d'être évidente. De
nombreux linguistes se sont attaqués à cet épineux problème, mais les
solutions qui ont été proposées reposent sur des présupposés théoriques
qui dépassent largement le cadre du présent ouvrage. Le lecteur plus
avancé pourra consulter entre autres les travaux de Pollock (1986 ; 1998),
Rizzi (1990), Valois (1991) et Boivin (2005).
152 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

DES ASYMÉTRIES ENTRE LE SUJET ET L'OBJET

Les travaux en grammaire générative ont mis au jour d'importantes diffé-


rences entre les sujets et les objets. En français comme dans bien des lan-
gues, les SN ne se comportent pas de la même manière lorsqu'ils se trouvent
dans l'une ou l'autre de ces positions. L'interrogation partielle peut nous
en fournir des exemples. Si t'interrogation porte sur un sous-ensemble du
groupe nominal, elle est permise lorsque le groupe nominal se trouve en
position objet (i-a), mais non si ce groupe nominal se trouve en position
sujet (i-b). Pour clarifier l'exposition, le SN à partir duquel le constituant est
déplacé est mis entre crochets.
i. a. De quel livre as-tu lu [la préface] ?
b. * De quel livre {la préface} t'a-t-elle plu?
On trouve le même type de contraste lorsque l'interrogation se fait avec
combien, comme l'a observé Obenauer (1976). L'interrogation est possible
depuis un SN en position objet, mais non en position sujet:
ii. a. Combien crois-tu que Luc achètera [de livres]?
b.* Combien crois-tu que [de livres] paraîtront cet automne?
Le contraste entre sujets et objets se manifeste sous une autre forme
lorsque tout le SN (par opposition à un sous-ensemble du SN) est interrogé
Dans ce cas, l'interrogation est possible à partir des deux positions objet et
sujet, mais dans le cas du sujet, une forme spéciale du complémenteur, qui,
doit être utilisée {voir chapitre i). Cette forme spéciale n'a pas à être utilisée
lorsque l'interrogation porte sur l'objet :
iii. a. Quel livre penses-tu que Max achètera ?
b. Quel livre penses-tu qui plaira à Max?
c * Quel livre penses-tu que plaira à Max?
Ces asymétries se manifestent aussi dans de nombreux autres contextes.
Par exemple, Kayne (1984) a fait remarquer que certains syntagmes en de
sans déterminant (par ex. de bière, de vin, de gâteaux, etc.), sont permis dans
la position objet mais exclus dans la position sujet:
iv. a. Ses parents ne veulent pas qu'il boive de vin.
b.* Ses parents ne veulent pas que de vin lui soit servi.
Pour les linguistes génératîvistes, qui ont pour but de dégager des géné-
ralisations, ces différences systématiques ne peuvent être le fruit du simple
hasard. Voilà pourquoi de nombreuses recherches ont porté sur la structure
de la phrase, et en particulier sur les différences structurales qui distinguent
la position sujet de la position objet.
LA SYNTAXE DE « EN » * 153

Le tableau ci-dessous résume les divers contextes que nous avons


décrits dans cette section. La colonne de gauche indique la position et le
statut du constituant de l'intérieur duquel provient en.

TABLEAU 2
Distribution de en génitif, quantitatif et partitif

Génitif Quantitatif Partitif

Objet direct
SN postverbal en construction
impersonnelle (verbes au passif
et verbes inaccusatifs)
SN postverbal non argument
Sujet dérivé (verbes au passif,
verbes inaccusatifs)
Sujets non dérivés (verbes
inergatifs, verbes transitifs)

Nous allons voir dans la prochaine section que les choses se compliquent
davantage lorsqu'on considère le comportement de dont, la contrepartie
relative de en.

3. Similitudes et différences entre « en » et « dont »

3.1. À chaque en son dont

Parallèlement à la pronominalisation avec en, différents sous-ensembles


du groupe nominal peuvent être relativisés à l'aide de dont. Aux trois
types de en décrits à la section 2.1, on peut faire correspondre un dont :

i. Dont génitif
23 a. C'est un livre dont l'auteur écrit depuis longtemps.
b. Voilà un homme dont la fille a beaucoup voyagé.
c. Nous avons rencontré des gens dont la bonne humeur nous
a réjouis.
154 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

2. Dont quantitatif

24 a. Ce sont des auteurs dont certains écrivent depuis longtemps.


b. Voilà des livres dont trois abordent la question de la
mondialisation.
c. Nous avons ici des étudiants étrangers dont beaucoup
téléphonent à leurs parents chaque semaine.

3. Dont partitif

25 a. Ces livres, dont quelques-uns abordent la question de la


mondialisation...
b. Ce livre, dont la moitié comporte des passages assez
explicites...
c. Les étudiants, dont la plupart téléphonent à leurs parents
chaque semaine...
Examinons maintenant la distribution des trois types de dont.
Comme nous le verrons, elle est dans certains cas diamétralement
opposée à celle de en.

3.2. La distribution de dont

Le lecteur aura sans doute remarqué que dans les exemples (23), (24) et
(25), les trois types de dont remplacent une partie du sujet; qui plus est,
il s'agit dans tous les cas de sujets non dérivés, c'est-à-dire de sujets de
verbes transitifs ou inergatifs. Or, on se rappellera que justement dans
ce cas, les trois types de en étaient exclus. Dans ce contexte, donc, la
relativisation par dont et la pronominalisation avec en donnent exacte-
ment des résultats contraires. C'est donc là une première différence fort
inattendue entre en et dont.
Qu'en est-il maintenant des objets directs ? On se souviendra que en
peut reprendre un sous-ensemble du SN objet direct et ce, pour les trois
types de en. Or, ici encore, dont fonctionne très différemment, comme
l'on fait remarquer entre autres Milner (1978: 76) et Couquaux (1981).
Le dont génitif (26a) et le dont partitif (26c) semblent aller de pair et
se comportent exactement comme en. En revanche, et c'est là un fait
étonnant, le dont quantitatif (26b) est exclu dans ce contexte — et fait
contraste avec le en quantitatif (J'en ai lu trois) qui, lui, est permis.
LA SYNTAXE DE « EN » * 155

26 a. Ces livres, dont je connais l'auteur, génitif


sont en librairie.
b.* Ces livres, dont j'ai lu trois... quantitatif
c. Ces livres, dont j'ai lu la plupart... partitif
Ajoutons tout de même une nuance à propos du partitif en (26c). Si
les jugements des locuteurs sont clairs et unanimes en ce qui concerne
le dont génitif et le dont quantitatif, il n'en va pas de même pour le dont
partitif. Milner (op. cit.] donne comme grammaticales les phrases sui-
vantes :
27 a. Voici des livres dont j'ai lu plusieurs/certains.
b. Voici des livres dont j'ai lu quelques-uns/un grand nombre.
c. Voici des livres dont j'ai lu des tonnes/des centaines.
Or, tous les locuteurs du français ne sont pas d'accord avec ces juge-
ments. Si en général des livres dont j'ai lu un grand nombre est bien
accepté, des livres dont j'ai lu quelques-uns et des livres dont j'ai lu cer-
tains le sont beaucoup moins. Nous laisserons le lecteur en juger par
lui-même.
Voyons maintenant comment se comporte dont dans les autres
contextes que nous avons décrits pour en.
Dans les tours impersonnels avec verbe passif ou inaccusatif, contextes
qui permettent tous la pronominalisation par en, la relativisation en
dont est permise pour le génitif, mais totalement exclue pour le quan-
titatif; pour le partitif, les jugements varient de douteux à impossible.
Nous donnons des exemples de SN postverbaux avec des verbes au passif
en (28) et des verbes inaccusatifs en (29) :
28 a. Ce livre, dont il a été publié un chapitre... génitif
b. * Ces soldats, dont il a été tué trois... quantitatif
c. ? Ces livres, dont il a été vendu quelques-uns... partitif
29 a. Cet ouvrage, dont il est arrivé un premier tome... génitif
b.* Ces bijoux, dont il a disparu quatre... quantitatif
c.* Ces ouvrages, dont il reste quelques-uns... partitif
Enfin, lorsque dont correspond à un sous-ensemble d'un SN post-
verbal qui n'est pas un argument du verbe, les trois types de dont sont
exclus — comme le sont les trois types de en :
156 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

30 a.* Le mois de septembre, dont Pierre est resté génitif


la première partie à Paris...
b.* Ces semaines, dont Pierre est resté trois quantitatif
à Paris...
c.* Ces journées, dont Pierre est resté partitif
quelques-unes à Paris....

Le tableau ci-dessous, qui résume les contextes où les trois types de


en et de dont sont possibles, permettra au lecteur de s'y retrouver un peu
plus facilement.

TABLEAU 3
Distribution de en et dont génitifs, quantitatifs et partitifs

Génitif Quantitatif Partitif

Objet direct /en /en /en


/dont *dont ?dont
SN postverbal en construction /en /en /en
impersonnelle (verbes au passif /dont *dont ??/* dont
et verbes inaccusatifs)
SN postverbal non argument *en *en *en
*dont *dont *dont
Sujet dérivé (verbes au passif, /en *en *en
verbes inaccusatifs) /dont /dont /dont
Sujets non dérivés (verbes *en *en *en
inergatifs, verbes transitifs) /dont /dont /dont

Le lecteur aura constaté que la situation concernant le remplacement


d'un sous-ensemble du SN, soit par en, soit par dont, est infiniment plus
complexe qu'il n'y paraît à première vue. Les différences distributionnelles
entre en et dont ont été discutées notamment dans Elliott (1985), et plus
récemment dans une étude très détaillée de Boivin (2005). Les solutions
proposées par ces auteurs reposent encore une fois sur des concepts théo-
riques qui dépassent le cadre du présent ouvrage. Nous laissons donc au
lecteur plus avancé le soin de s'y reporter.
LA SYNTAXE DE « EN » * 157

4. Conclusion

Dans ce chapitre, nous avons décrit les propriétés syntaxiques de en lors-


qu'il reprend une sous-partie du SN. Nous avons vu que les trois types
de en (génitif, quantitatif et partitif) n'ont pas le même comportement,
et que ce comportement est déterminé par la position (sujet, objet) ou le
statut (argument ou non) du SN dont ils proviennent.
Nous avons également examiné le comportement syntaxique des trois
types de dont correspondants : dont génitif, quantitatif et partitif. Ce fai-
sant, nous avons mis au jour des différences très étonnantes entre en et
dont, qui se comportent parfois de manière diamétralement opposée.

DES LECTURES SUPPLÉMENTAIRES SUR EN

Mises à part les études citées dans ce chapitre, beaucoup de travaux ont été
consacrés à la syntaxe de en. On pourra consulter entre autres Haïk (1982),
Hulk (1983), Burzio (1986), Bouchard (1988) et Postal (19946).
Page laissée blanche
9
L'INVERSION DU SUJET

1. En bref

En français, le sujet peut parfois se placer derrière le verbe. On trouve


des sujets inversés principalement, mais pas exclusivement, dans les
constructions interrogatives. Quelques exemples sont donnés en (i) (dans
tout le chapitre, le constituant inversé apparaîtra en caractères gras) :
1 a. Veux-tu une pomme ?
b. Les étudiants se présenteront-ils ?
c. Quand partira ton ami ?
d. Se présenteront à l'examen tous les étudiants admissibles
au programme de maîtrise.
L'inversion du sujet survient dans plusieurs autres contextes syntaxi-
ques. Un des buts de ce chapitre est d'en faire un inventaire et d'identifier
leurs propriétés.
Le second objectif sera de montrer comment les recherches en lin-
guistique théorique ont permis de découvrir des faits intéressants en
ce qui concerne un type particulier d'inversion: l'inversion stylistique.
Entre autres, nous verrons comment une notion formelle que nous
avons introduite au chapitre i prend toute sa signification. En effet, nous
démontrerons que les traces laissées par le déplacement de constituants
160 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

ont un impact sur la structure syntaxique, en particulier en ce qui


concerne l'interprétation de certaines phrases interrogatives.

2. Typologie et propriétés syntaxiques


des structures à inversion du sujet

Pour notre inventaire des cas d'inversion du sujet en français, nous nous
baserons sur l'excellent travail de Riegel et al (1994), qui ont développé
une grammaire incorporant plusieurs faits relevés par les travaux en
grammaire générative. Nous augmenterons leur nomenclature de nos
propres exemples et en commenterons certains aspects là où nous le
jugerons approprié.

2.1. Les trois types de base d'inversion du sujet :


l'inversion dans les interrogatives

L'inversion dans les constructions interrogatives regroupe trois types


qui serviront de base à la description des autres cas d'inversion du sujet :
l'inversion pronominale, l'inversion nominale et l'inversion complexe.
Voici des exemples de chacun de ces tours.

• Inversion pronominale

Ce type d'inversion se produit dans les interrogatives totales, c'est-à-dire


celles qui demandent une réponse par oui ou par non.
2 a. Avez-vous du feu ?
b. Avez-vous été contactée ?

• Inversion nominale

On trouve ce type d'inversion dans les interrogatives partielles.


3 a. Quand part le train pour Paris ?
b. Où va le monde ?
c. À qui parle Lucie ?

• Inversion complexe

Ces cas d'inversion surviennent dans les interrogatives partielles (43, b)


ou totales (4C, d). Il s'agit d'une construction où un SN est repris par un
L I N V E R S I O N DU S U J E T * 161

pronom postverbal, les deux constituants partageant les traits morpho-


logiques de genre et de nombre :
4 a. Où Pierre est-il encore allé se cacher?
b. Comment cette brave fille sait-elle cela ?
c. Les enfants sont-ils encore allés se cacher ?
d. Ces employées savent-elles qu'elles recevront
une prime salariale ?
Outre les interrogatives, le sujet en français peut être inversé dans
nombre d'autres contextes. Nous les présentons ci-dessous.

2.2. Inversion dans les exclamatives

On peut subdiviser l'inversion selon le type d'exclamative dans lequel


elle se trouve : les exclamatives avec ou sans syntagme Qu- (v. chapitre i
pour une définition de ce terme) et les périphrases verbales optatives.

• Inversion dans les exclamatives sans syntagme Qu-

Ici, on trouve les inversions pronominale (sa) et complexe (5c), mais


pas l'inversion nominale (sb) :
5 a. Est-il bête !
b. * Est Jean bête !
c. Ces livres ont-ils dû en demander, du travail !

Inversion dans les exclamatives avec syntagme Qu-

Dans ces phrases, les trois types d'inversion (pronominale, nominale


et complexe) sont possibles :
6 a. Combien de refus a-t-elle dû essuyer !
b. Combien de refus a dû essuyer cette pauvre femme !
c. Combien de refus cette pauvre femme a-t-elle dû essuyer !

Inversion dans les périphrases verbales optatives

Ces cas d'inversion sont limités aux phrases contenant certains verbes
au subjonctif. L'inversion pronominale (ja) alterne alors avec l'inver-
sion nominale (jb). L'inversion complexe (je) est exclue:
162 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

7 a. Puissiez-vous réussir !
b. Veuille le ciel qu'il ne lui arrive rien !
c. * Julie puisse-t-elle réussir !

2.3. Inversion en subordonnée

Nous distinguerons quatre types de subordonnées qui permettent l'in-


version du sujet: les subordonnées relatives, finales, de concession ou
d'opposition et les comparatives.

• Subordonnées relatives

Dans les propositions relatives, seule l'inversion nominale (8b) est


possible :
8 a. * La voiture que conduisait-il a été déclassée.
b. La voiture que conduisait Luc a été déclassée.
c. * La voiture que Luc conduisait-il a été déclassée.

• Subordonnées finales introduites par certaines prépositions ou locutions


prépositionnelles (pour que, afin que, dans l'espoir que)

Ces constructions ne permettent que l'inversion nominale (9b) :


9 a. * L'administration a pris des mesures pour que cessent-elles.
b. L'administration a pris des mesures pour que cessent
de telles pratiques.
c. * L'administration a pris des mesures pour que de telles
pratiques cessent-elles.

• Subordonnées de concession et d'opposition introduites par les locutions


(souvent discontinues) tout... que, aussi... que, quelque, sans que, etc.

Ici, seule l'inversion nominale (lob, d) est possible; les inversions


pronominale (loa) et complexe (loe) sont exclues :
10 a. * Et dès la collation, aussi chaud qu'ait-il été, un peu de
bruine annonce de loin le crépuscule.
b. Et dès la collation, aussi chaud qu'ait été le soleil, un peu de
bruine annonce de loin le crépuscule.
c. La réunion s'est terminée sans qu'aient été débattues ces
questions.
L I N V E R S I O N DU S U J E T * 163

d. Aussi avisés que soient les hommes politiques, il leur arrive


de commettre des erreurs.
e. * Et dès la collation, aussi chaud que le soleil ait-il été, un peu
de bruine annonce de loin le crépuscule.
Fait intéressant, l'inversion pronominale est possible si le complé-
menteur est absent de la subordonnée :
11 Si avisés soient-ils, les hommes politiques n'en commettent pas
moins des erreurs.

• Subordonnées comparatives
Ici également, seule l'inversion nominale est possible (i2b-d) :
12 a. * Ce jeune auteur écrit comme écrivaient-ils.
b. Ce jeune auteur écrit comme écrivaient les auteurs
classiques.
c. Jean est moins courageux que ne l'était son père.
d. J'ai ramassé plus de champignons que ne pouvait en
contenir mon panier.
e. * Ce jeune auteur écrit comme les auteurs classiques
écrivaient-ils.

2.4. Inversion dans les incises et incidentes

Ici, les inversions pronominale (ya) et nominale (i3b) sont possibles,


mais non l'inversion complexe (130) :
13 a. Dis donc, demanda-t-il, ça va durer longtemps ce vacarme ?
b. Dis donc, demanda Jean, ça va durer longtemps ce
vacarme ?
c. * Dis donc, Jean demanda-t-il, ça va durer longtemps ce
vacarme?

2.5. Inversion et juxtaposition

II s'agit de l'inversion dans une proposition (généralement la première)


juxtaposée à une seconde. L'inversion nominale est la seule impossi-
ble (les exemples [b] en [14] et [15]):
164 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

• Juxtaposition conditionnelle

14 a. T'aurait-elle cédé que tu n'en serais guère plus avancé.


b. * T'aurait cédé Julie que tu n'en serais guère plus avancé.
c. La tempête menace-t-elle, les voiliers se hâtent de regagner
le port.

• Juxtaposition concessive

15 a. M'aurait-il menacé, je ne lui aurais pas vendu ce terrain.


b. * M'aurait menacé Jean, je ne lui aurais pas vendu ce terrain.
c. Jean m'aurait-il menacé, je ne lui aurais pas vendu ce
terrain.

2.6. Inversion dans la phrase assertive

On trouve principalement ce type d'inversion dans deux contextes diffé-


rents, avec des possibilités d'inversion variées :

• avec certains adverbes de modalité en début de phrase

L'inversion nominale n'est pas possible dans ces cas :

16 a. Peut-être était-il confus.


b. * Peut-être était confus Jules.
c. Peut-être Jules était-il confus.

• avec des adverbes de temps ou de lieu, un syntagme prépositionnel (SP)


circonstanciel ou objet indirect ou un adjectif attribut en début de phrase

Ici, seule l'inversion nominale(r/b-e) est possible, les inversions pro-


nominale (r/a) et complexe (r/f ) sont exclues :
17 a. * Bientôt arrivèrent-ils.
b. Bientôt arrivèrent les premiers invités.
c. Sur l'autre rive débutent les beaux quartiers.
d. Au fond de la bouteille s'est formé un léger dépôt.
e. Grande fut notre déception.
f. * Bientôt les premiers invités arrivèrent-ils.
L I N V E R S I O N DU S U J E T * 165

2.7. Inversion de syntagme nominal lourd (ISNL)

Dans les termes de Riegel et al. (p. 139), « II s'agit [...] de la tendance à post-
poser au verbe les sujets volumineux. » À part une apparente restriction
dont nous discuterons ci-dessous, il s'agit de la seule condition imposée
à ce type d'inversion: ni le temps ni le mode du verbe n'interviennent.
18 a. Vint le moment où il lui sembla être entouré de rayons
et s'élever doucement au-dessus de la table.
b. C'est ainsi que se sont succédé à ce poste [...] peu enviable
les militaires à cause de la défaite, les paysans du fait de
la disette, les commerçants en raison de la vie chère, les
syndicats grévistes, les patrons faute d'emplois, les ensei-
gnants pour mauvais résultats scolaires ou les policiers
quand il y a des bavures.
c. Seront engagés tous ceux qui pourront présenter un
dossier respectable.
d. Se présenteront à l'examen tous les étudiants qui ont été
acceptés au programme de maîtrise.
Les termes «lourd» ou «volumineux» restent difficiles à définir de
façon précise mais on sera d'accord pour admettre une nette diiférence
entre, par exemple, les phrases (i8c, d) et les exemples suivants :
19 a. * Seront engagés ces hommes.
b. * Sera engagé Luc.
c. * Se présenteront à l'examen les étudiants.
d. * Se présentera à l'examen Lise.
Par définition, l'inversion pronominale et l'inversion complexe sont
exclues de ces contextes :
20 a. * Se présentera à l'examen elle.
b. * L'étudiante se présentera-t-elle à l'examen?

PLUS C'EST LOURD, PLUS ÇA BOUGE I

il est à noter que le déplacement de SH lourds n'est pas limité au sujet


du verbe mais peut également toucher le SN objet. Par exemple, on ne
peut, en français, permuter les objets direct et indirect de verbes à deux
compléments comme donner:
166 « C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

j'ai donné le livre à Marie. ordre normal ou canonique


* j'ai donné à Marie le livre. permutation des objets du verbe
Par contre, si le SN objet est d'une certaine longueur, la permutation est
possible.
j'ai donné à Marie le livre que tu m'avais recommandé.
Nous disons alors que l'objet s'est déplacé vers la droite. Le déplacement
de SN en fonction de sa longueur est un phénomène commun à beaucoup
de langues.

Le lecteur astucieux aura remarqué que les exemples d'ISNL que nous
avons fournis contiennent tous des verbes qui s'emploient avec l'auxi-
liaire être (venir, se succéder à, être engagé, se présenter). Ces exemples
contrastent avec les suivants, qui contiennent des verbes se conjuguant
avec avoir aux temps composés :
21 a. * Ont téléphoné les étudiants de la classe de M. Untel.
b. * Ont échoué les étudiants qui n'ont pas bien étudié.
Il ne fait aucun doute que le sujet des verbes des exemples ci-dessus
est « lourd » au même titre, à tout le moins, que celui des exemples en
(i8c, d). Pourtant, l'inversion du sujet est impossible.
Nous avons vu au chapitre 2 que les verbes qui s'emploient avec être
(les passifs et les inaccusatifs) ont ceci de commun que leur sujet est
dérivé. En d'autres mots, dans des phrases comme La neige tombe et La
pomme a été mangée, les sujets de surface la neige et la pomme sont, en
réalité, des objets directs déplacés en position sujet par transformation.
Puisque les cas d'ISNL ne se produisent qu'avec des verbes se conju-
guant avec être, on pourrait faire l'hypothèse qu'il ne s'agit pas vraiment
de cas d'inversion du sujet mais plutôt de constructions où l'objet du
verbe demeure dans sa position de base. Ceci permettrait d'expliquer
les contrastes entre les exemples en (18) et ceux en (21). Toutefois, une
telle analyse ferait tout de suite face à de nombreux problèmes. Pour n'en
citer que quelques-uns, notons tout d'abord que les SN postverbaux en
(18) s'accordent en nombre avec le verbe. Or, nous avons vu au chapitre 2
que dans les cas où l'objet d'un verbe à la voix passive ou celui d'un verbe
inaccusatif demeure dans sa position de base, il n'y a pas d'accord entre
le SN et le verbe. Nous obtenons alors la construction impersonnelle :
L I N V E R S I O N DU S U J E T * 167

22 a. Il a été tué plusieurs soldats dans cette guerre inutile,


b. Il est tombé beaucoup de soldats au combat.
Ensuite, alors que le SN postverbal dans les constructions imperson-
nelles doit être indéfini (d'où ragrammaticalité de phrases telles que *fl
a été tué les soldats dans cette guerre inutile], ce n'est pas le cas de l'ISNL,
comme en font foi nos exemples.
Finalement, l'hypothèse laisserait sans réponse une question impor-
tante : pourquoi un verbe inaccusatif ou à la voix passive ne permettrait-
il à son objet direct de demeurer sur place que s'il est lourd? Autrement
dit, pourquoi les phrases en (19) sont-elles agrammaticales ?
À ce stade-ci, la question des contrastes entre (18) et (21) demeure
donc un mystère qui demande d'être examiné de plus près, principa-
lement en augmentant le corpus d'exemples pertinents. Il s'agit malgré
tout d'un problème que nous n'aurions pas été en mesure d'identifier
n'eût été l'apport des recherches sur l'inaccusativité et la passivisation.

L'INFINITIF DE NARRATION
L'inversion du sujet est également possible dans les infinitives de narra-
tion, normalement lorsque la proposition infinitive est en incise (exemples
tirés de EnglebertiggS ; voir aussi Barbaud ig88) :
Et les Champs-Elysées l de renchérir celle-ci. (Carso, Nostalgie, p. 13)
«À ce compte, aussi bien abolir le Sénat», de renchérir le sénateur
libéral Pierre de Bané. (te Devoir, 3 janvier 1986)
« Et aujourd'hui, de s'exclamer le Bon Dieu à l'adresse de sa
confidente, savez-vous ce qui lui arrive, à Jean-Baptiste? »
(La Presse, 4 janvier 1986)
Dans les rares cas où l'infinitif de narration permet l'inversion du sujet
dans les propositions autres que les incises, celle-ci s'apparente aux cas d'in-
version dans certaines propositions assertives discutés en 2.6, en ce sens
qu'elle ne permet que l'inversion nominale :
Aussitôt de venir un prêtre. (Gide, Paiudes, p. 40)
Aussitôt vint un prêtre.
168 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Après ce tour d'horizon de l'inversion du sujet en français, nous por-


terons maintenant notre attention sur le cas de ce que les chercheurs en
grammaire générative appellent l'« inversion stylistique ».

3. L'inversion stylistique

L'inversion stylistique est particulièrement intéressante, tant par sa com-


plexité que par les questions théoriques qu'elle soulève. Nombre d'arti-
cles lui ont été consacrés, le plus connu étant celui de Richard Kayne et
Jean-Yves Pollock, paru dans un numéro de la revue Linguistic Inquiry
en 1978. Un des points saillants de leur analyse est d'apporter un argu-
ment convaincant en faveur de l'existence de traces dans la structure
syntaxique, une notion que nous avons abordée au chapitre i. On verra
également comment leur analyse permet de lever des ambiguïtés d'in-
terprétation dans certaines constructions interrogatives.
Kayne et Pollock (1978) regroupent sous l'étiquette «inversion stylis-
tique» l'inversion nominale dans les interrogatives partielles directes et
indirectes et dans les relatives, ainsi que dans les complétives au subjonctif.
Voici des exemples d'inversion stylistique pour chacun des trois premiers
tours (afin de faciliter la discussion, nous laisserons de côté les inversions
dans les complétives à verbe au subjonctif: [v. l'encadré ci-dessous]):
23 a. Quand partira Pierre ?
b. Je me demande quand téléphoneront tes amis.
c. Voici le livre qu'a acheté Paul.
En français, ce type d'inversion est facultatif. Par exemple, dans les
phrases suivantes, le sujet nominal n'est pas inversé :
24 a. (Sais-tu) quand Pierre partira?
b. Je me demande quand tes amis téléphoneront.
c. Voici le livre que Paul a acheté.
Examinons maintenant quelques-unes des propriétés syntaxiques de
ce type d'inversion.

3.1. Propriétés générales

Nous identifierons quatre propriétés principales de l'inversion stylis-


tique: i) la présence obligatoire d'un élément déclencheur; 2) les
L I N V E R S I O N DU S U J E T * 169

contraintes sur le type d'inversion permise; 3) la position du SN inversé


dans les phrases avec verbe à temps composé ; et 4) les types de complé-
ment compatibles avec le sujet inversé.

3.7.7. Présence obligatoire d'un élément déclencheur

Regardons de plus près les exemples en (23). Nous observons qu'il y a


un dénominateur commun à ces phrases, en l'occurrence la présence
d'un syntagme Qu-. À la lumière de cette observation sommaire, on
conclura provisoirement que la présence d'un syntagme Qu- est néces-
saire au déclenchement du processus d'inversion stylistique. En effet, en
son absence, l'inversion ne peut pas se produire:
25 a. * Partira ton ami?
b. * Je me demande si partira ton ami.
c. * Je pense que partira Luc.
On se souviendra (v. chapitre 2) que les relatives objet avec que sont
formées par le déplacement d'un syntagme Qu- implicite; c'est cet élé-
ment qui sert de déclencheur dans l'exemple (23c).
Nous verrons dans la section 3.2 que nous devrons apporter quelques
modifications à notre approche afin de rendre compte de faits plus com-
plexes.

3.7.2. Type d'inversion permise

L'inversion stylistique ne permet que l'inversion nominale (v. les exem-


ples en [23]). Les inversions pronominale (26a) et complexe (26b) sont
exclues :
26 a. * Je me demande où va-t-il.
b. * Je me demande où Jean va-t-il.
(Note: II convient de placer les phrases ci-dessus dans le contexte
approprié. Plus précisément, il faut distinguer l'interrogative indirecte
d'un contexte de discours rapporté que l'on pourrait transcrire de la
façon suivante : Je me demande: Où (Jean) va-t-il ?)
Cornulier (1974) apporte ici une observation intéressante qui soulève
une autre contrainte sur l'inversion stylistique : le SN inversé ne peut pas
être une expression quantifiée (2ja-c) ; sauf si celle-ci est définie (2/d, e) :
170 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

27 a. * Quel gâteau a mangé quelqu'un ?


b. * Quel article critiquera quelqu'un ?
c. * Je te dirai quand sera venu la voir un ami quelconque.
d. Quel gâteau ont mangé tous ces enfants ?
e. Quel gâteau ont mangé la plupart des enfants ?

3.7.3. Position du SN inversé avec verbes à temps composé

Contrairement à l'inversion pronominale dans les interrogatives par-


tielles avec verbe à temps composé (28a), le SN inversé ne peut s'inter-
caler entre l'auxiliaire et le participe (i8b, d, f). Il doit plutôt se placer
après celui-ci (28c, e, g) :
28 a. Quand est-il parti?
b. * Quand est le train parti ?
c. Quand est parti le train ?
d. * Je me demande quand est le train parti.
e. Je me demande quand est parti le train.
f. * Voici le livre qu'a Sam écrit.
g. Voici le livre qu'a écrit Sam.

3.7.4. Types de compléments permis dans l'inversion stylistique

L'inversion stylistique exclut la présence d'un objet direct du verbe ou


d'un attribut, peu importe la position du sujet — avant ou après l'objet
(point noté, entre autres, par Riegel et al 1994). L'inversion stylistique
est le seul cas d'inversion qui impose cette restriction :
29 a. * Quand visitera Pierre Paris?
b. * Quand visitera Paris Pierre?
c. * Je me demande quand écrira son livre Marie.
d. * Je me demande quand écrira Marie son livre.
e. * Depuis quand est Pierre malade ?
f. * Depuis quand est malade Pierre ?
L I N V E R S I O N DU S U J E T * 171

UN PASSÉ PLUS CLÉMENT POUR L'OBJET DIRECT


DANS L'INVERSION STYLISTIQUE
La présence d'un objet direct dans l'inversion stylistique n'a pas toujours été
prohibée en français. Ainsi Riegel étal. (1994:134) relèvent l'exemple sui-
vant de Montaigne:
«Ainsi faisoyent aucuns chirurgiens de Grèce les opérations de leur art sur des
eschauffaux à la veuë des passons. »

Les chercheurs en grammaire générative se sont alors demandé si


cette exclusion visait uniquement l'objet direct. En d'autres mots, on
a cherché à savoir si des éléments syntaxiques autres que l'objet direct
pouvaient figurer en cooccurrence avec le sujet inversé. On s'est alors
aperçu que cela était possible dans certains cas.
Tout d'abord notons que la présence d'un objet direct est en fait com-
patible avec l'inversion mais seulement si cet objet est soit déplacé (3oa,
b), soit pronominalisé (3oc) :
30 a. Je sais quel cours choisira Luc.
b. Voici le livre qu'écrira Marie.
c. Ce livre, je me demande quand l'écrira Marie.
Comme l'illustrent les exemples en (31), un objet direct est aussi
permis s'il fait partie d'une expression idiomatique (par ex. rendre l'âme,
rendre justice, tirer profit, avoir faim, donner accès, etc.).
31 a. À quelle heure auront faim les enfants ?
b. À quelle pièce donne accès cette clé ?
Certains compléments de catégorie SP sont également possibles avec
l'inversion stylistique. Dans ces cas, le sujet doit figurer immédiatement
après le verbe :
32 a. Je sais de quel sujet a discuté Pierre avec Marie.
b. * Je sais de quel sujet a discuté avec Marie Pierre.
c. Voici le prix que présentera Marie à Luc.
d. * Voici le prix que présentera à Luc Marie.
e. Je me demande quand sera dégusté ce vin par les invités.
f. * Je me demande quand sera dégusté par les invités ce vin.
172 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Par contre, pour des raisons mal comprises, tous les compléments de
catégorie SP ne sont pas admis. Par exemple, les phrases suivantes sont
agrammaticales, que le sujet figure avant ou après le SP :
33 a. * Je me demande quand ira Clara à Montpellier.
b. * Je me demande quand ira à Montpellier Clara.
c. * Je sais à quel point parle Simone de Jean-Paul.
d. * Je sais à quel point parle de Jean-Paul Simone.
La situation est différente avec les complétives. Alors que les complé-
tives tensées ne permettent pas l'inversion stylistique, peu importe la
position occupée par le sujet (v. les exemples [b] et [c] en [34], [36], et
[38]), certaines complétives infinitives le permettent. Cela est vrai des
trois tours où l'inversion stylistique est possible (les interrogatives par-
tielles directes et indirectes et les propositions relatives). Cette fois, le sujet
se place derrière la complétive (v. les exemples [c] en [35], [37] et [39]

• Interrogatives partielles directes

34 a. Quel film Max voudrait que tu voies ?


b. * Quel film voudrait Max que tu voies ?
c. * Quel film voudrait que tu voies Max?
35 a. Quel film Max veut voir ?
b. * Quel film veut Max voir ?
c. Quel film veut voir Max ?

• Interrogatives partielles indirectes

36 a. Je sais quel film Julie voudrait que tu voies.


b. * Je sais quel film voudrait Julie que tu voies.
c. * Je sais quel film voudrait que tu voies Julie.
37 a. Je sais quel film Julie veut voir.
b. * Je sais quel film veut Julie voir.
c. Je sais quel film veut voir Julie.

• Propositions relatives

38 a. Voici l'ordinateur que ma sœur voulait que Max achète.


b. * Voici l'ordinateur que voulait ma sœur que Max achète.
c. * Voici l'ordinateur que voulait que Max achète ma sœur.
L I N V E R S I O N DU S U J E T * 173

39 a. Voici l'ordinateur que ma sœur a décidé d'acheter.


b. * Voici l'ordinateur qu'a décidé ma sœur d'acheter.
c. Voici l'ordinateur qu'a décidé d'acheter ma sœur.
Les conséquences des observations précédentes sont nombreuses
sur le plan théorique mais il s'agit d'une discussion qui irait au-delà des
objectifs que nous nous sommes fixés dans cet ouvrage. Le lecteur qui
désire en savoir davantage se reportera, entre autres, aux articles de
Déprez (1989), Valois et Dupuis (1992), Friedemann (1997) et Kayne et
Pollock (1978,2001).

L'INVERSION STYLISTIQUE ET LE MODE SUBJONCTIF


Au-delà des interrogatives partielles et des relatives, Kayne et Pollock obser-
vent que l'inversion stylistique peut s'appliquer dans les propositions dont
le verbe est au mode subjonctif. Ainsi, on relève les contrastes suivants :
* ]e pense que partira Paul, verbe de la subordonnée au mode indicatif
J'exige que parte Paul. verbe de la subordonnée au mode subjonctif
L'inversion dans les complétives au subjonctif présente bien un cas d'inver-
sion stylistique puisque ce type de construction a les mêmes propriétés que
celles que nous avons relevées pour les interrogatîves et les relatives. Entre
autres, la présence d'un objet du verbe est proscrite:
* j'exige que boivent leur lait les enfants.
* je veux qu'aillé à l'université Maxime.
Que faire alors de l'exigence de la présence obligatoire d'un syntagme
Qu- dans l'inversion stylistique? La solution que Kayne et Pollock proposent
à ces faits va, encore une fois, au-delà des objectifs que nous nous sommes
fixés dans cet ouvrage mais soulignons que le point principal de leur analyse
est d'assimiler le trait subjonctif à la catégorie d'opérateur logique, dont les
syntagmes Qu- font aussi partie. C'est donc en leur qualité d'opérateur que
ces deux types d'éléments sont en mesure de déclencher l'inversion stylis-
tique en français.

3.2 L'inversion stylistique et la notion de trace

Nous avons déjà introduit la notion de trace au chapitre i et à plusieurs


autres endroits. Nous verrons maintenant que les traces jouent un rôle
important dans le processus d'inversion stylistique.
174 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Prenons les deux phrases suivantes :


40 a. Quand Marie a-t-elle dit qu'était partie Louise ?
b. Quand Marie a-t-elle dit que Louise était partie ?
La seconde phrase est ambiguë en ce qui concerne l'interprétation du
syntagme interrogatif quand: il peut se rapporter soit au moment de la
déclaration de Marie soit au moment du départ de Louise. La première
phrase, en revanche, n'est pas ambiguë : seule la seconde interprétation
est possible. La question est : pourquoi ce contraste ?
Pour y répondre, il faut retourner aux conditions d'application de
l'inversion stylistique que nous avons décrites en 3.1.1. Nous avions alors
provisoirement établi que la présence d'un syntagme Qu- était néces-
saire pour déclencher le processus. Ceci expliquait les contrastes entre
les phrases en (23) et celles en (25), reprises ci-dessous:
41 a. Quand partira Pierre?
b. Je me demande quand téléphoneront tes amis.
c. Voici le livre qu'a acheté Paul.
42 a. * Partira ton ami?
b. * Je me demande si partira ton ami.
c. * Je pense que partira Luc.
Toutefois, cette explication n'est pas complète. Bien que nécessaire,
la seule présence d'un syntagme Qu- dans la phrase n'est pas suffisante
pour déclencher l'inversion du sujet. Pour s'en convaincre, regardons
l'interrogation partielle de plus près. En français, ces interrogatives peu-
vent parfois se construire en laissant le syntagme Qu- dans sa position
de base. Ainsi, (43) est une paraphrase de (4ia) :
43 Pierre partira quand ?
Or, l'inversion est impossible dans ces cas :
44 a. * Partira Pierre quand?
b. * Partira quand Pierre ?
Le contraste entre (413) et (44) nous force à modifier notre conclu-
sion quant à l'exigence de la présence du syntagme interrogatif dans
le déclenchement de l'inversion stylistique : non seulement doit-il être
présent, mais il semblerait qu'il doive se placer en tête de phrase ou de
proposition (comme c'est le cas en [413, b]).
L I N V E R S I O N DU S U J E T * 175

Mais cela ne suffit toujours pas. Prenons maintenant l'exemple sui-


vant:
45 *À qui Pierre a-t-il dit que pleurait Paul?
La phrase en (45) contient un syntagme Qu- et celui-ci se trouve bel
et bien en tête de phrase. Pourtant, le SN sujet Paul ne peut être inversé.
Une comparaison sommaire entre cet exemple et celui de (4ia) fournit
un élément de réponse à ce problème. La différence entre (4ia) et (45) est
la suivante : dans la première phrase, le sujet inversé et le syntagme Qu-
font partie de la même proposition. En (45), par contre, ils se trouvent
dans des propositions différentes (à qui se rapporte au verbe de la prin-
cipale, alors que le sujet inversé est dans la subordonnée).
Nous modifions donc les conditions syntaxiques nécessaires au
déclenchement de l'inversion stylistique de façon suivante : pour qu'un
sujet soit inversé par inversion stylistique, un syntagme Qu- doit se
trouver en tête de la proposition qui contient le sujet.
Nous arrivons maintenant au point central de notre discussion.
Reprenons nos phrases du début:
46 a. Quand Marie a-t-elle dit qu'était partie Louise ?
b. Quand Marie a-t-elle dit que Louise était partie ?
Le problème concerne la phrase (463). Ici, le sujet de la subordonnée
est inversé. Pourtant, il n'y a pas de syntagme Qu- dans la proposition
où il se trouve. Il existe toutefois une solution simple et élégante de ce
cas problématique qui, dans la même foulée, nous expliquera pourquoi
la phrase en (46b) est ambiguë alors que celle en (46a) ne l'est pas.
À ces fins, rappelons un concept théorique que nous avons introduit
au chapitre i : la notion de trace. Nous avions alors souligné que toute
permutation de l'ordre de base d'une phrase était le résultat d'une trans-
formation qui déplaçait les éléments pertinents dans leur position de
surface, laissant derrière une trace coindicée avec le constituant déplacé.
Par exemple, la dérivation d'une interrogative partielle est la suivante :
47 Quand; Marie part-elle t; ?
Que se passe-t-il maintenant lorsqu'on a une interrogative à longue
distance, c'est-à-dire là où un syntagme Qu- a pour point d'origine une
proposition subordonnée, comme en (48) ?
176 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

48 Quand Marie sait-elle que Paul est parti ?


En regard de la discussion que nous venons d'avoir, une possibilité
serait de dériver cette phrase par déplacement du syntagme Qu- d'un
seul bond vers sa position de surface en tête de phrase :
49 Quand; Marie sait-elle que Paul est parti t; ?

Mais il existe une autre possibilité : plutôt que de supposer que les
syntagmes Qu- se déplacent, de façon générale, en tête de phrase, nous
pourrions plutôt dire qu'ils se déplacent en tête de proposition. Par
exemple, c'est ce que nous retrouvons dans les interrogatives indirectes :
50 Marie sait quand Paul est parti.
Nous pourrions alors proposer une dérivation différente pour la
phrase en (48). Plutôt que de supposer que le syntagme Qu- se déplace
d'un seul bond, on pourrait imaginer un déplacement en deux étapes,
où le syntagme Qu- « fait escale » en tête de la proposition subordonnée.
Cette hypothèse est illustrée en (51) :
51 Quand; Marie sait-elle [ t; que Paul est parti t; ] ?

Dans cette optique, une dérivation possible de la phrase (463) serait


celle ci-dessous :
52 Quand; Marie a-1-elle [ t; dit qu'était partie Louise t; ] ?

En fait, pour nombre de raisons théoriques que nous n'aborderons


pas ici, il s'agit de la seule dérivation possible pour les interrogatives à
longue distance. C'est ce qu'on appelle le déplacement cyclique. Le pro-
blème qui nous préoccupe nous fournit une preuve de la validité de cette
hypothèse.
Revenons à la phrase (463). Le sujet de la subordonnée étant inversé,
la présence d'un élément déclencheur dans la même proposition est,
comme nous l'avons établi, nécessaire. La proposition subordonnée ne
contient pas de syntagme Qu-, mais, selon (52), elle en contient néan-
moins la trace. Nous avons donc les outils nécessaires pour proposer une
solution élégante des conditions qui favorisent l'inversion stylistique: il
L I N V E R S I O N DU SUJET * 177

nous suffit de dire que l'inversion stylistique est déclenchée par un syn-
tagme Qu- ou sa trace dans la proposition où le sujet est inversé. Étant
donné ceci, le syntagme Qu- en (46a) ne peut avoir pour point d'origine
que la subordonnée (comme c'est le cas en [52]). Par le fait même, la
phrase n'est pas ambiguë : le syntagme Qu- quand renvoie nécessaire-
ment au moment du départ de Louise.
En revanche, puisque aucun des sujets du verbe n'est inversé en (46b)
(rappelons que l'inversion stylistique est facultative en français), deux
dérivations sont possibles : une où le syntagme Qu- provient de la pro-
position principale (53a) et l'autre où il a pour point d'origine la subor-
donnée (53b) :
53 a. Quandj Marie a-t-elle dit tj [ que Louise était partie ] ?

b. Quand; Marie a-t-elle [ t} dit que Louise était partie t; ] ?

Par conséquent, la phrase est ambiguë : le syntagme Qu- peut s'inter-


préter soit par rapport au verbe de la principale soit par rapport à celui
de la subordonnée.

4. Conclusion

Nous avons vu dans ce chapitre que le sujet en français peut se trouver


en position postverbale dans divers types de constructions. Nous avons
dressé l'inventaire des différents cas d'inversion (nominale, pronominale
ou complexe) et nous avons décrit les contextes dans lesquels ils appa-
raissent ainsi que les contraintes qui les régissent. Nous avons, dans un
deuxième temps, examiné en détail le cas de l'inversion stylistique et ses
différentes propriétés. Nous avons ainsi montré comment les recherches
en grammaire générative, et particulièrement la notion de trace, nous
ont permis de formuler une analyse unifiée de l'inversion stylistique.
Page laissée blanche
10
LA DISLOCATION

1. En bref

II existe en français une construction qui se caractérise par la présence


d'un constituant dans une position périphérique de la phrase, soit à
gauche ou à droite ; ce constituant est, dans la plupart des cas, repris
par un pronom clitique. On appelle cette construction la dislocation.
Grevisse (1993: 564-565) définit ce tour de la façon suivante : « Un terme
est mis en évidence au début ou à la fin de la phrase, et un pronom per-
sonnel ou démonstratif occupe la place normale de ce terme ». Comme
le soulignent Riegel et al. (1994: 426), ces tours sont accompagnés d'un
contour prosodique particulier :
L'élément ainsi détaché reçoit un accent d'insistance et se trouve séparé du reste
de la phrase par une pause, qui est marquée à l'écrit par la virgule. La courbe
intonative déclarative monte jusqu'à la pause, puis redescend. Cependant la
pause n'est pas toujours nettement marquée quand le constituant est détaché en
fin de phrase [...].
Un cas typique de dislocation est le suivant :
1 a. Le chat, il dort,
b. Il dort, le chat.
Dans ce chapitre, nous examinerons de plus près ces constructions.
Nous en décrirons tout d'abord les propriétés générales, en soulignant
quelques différences entre la dislocation à gauche et la dislocation à
droite; puis nous en ferons une analyse syntaxique et déterminerons
comment elles sont dérivées.
180 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Tout d'abord, nous présenterons une typologie des différents cas de


dislocation avec leurs caractéristiques syntaxiques particulières. Les
exemples de ce chapitre sont pour la plupart tirés ou adaptés des études
suivantes: Sandfeld (1965), Hirschbuhler (1975), Larsson (1979), Grevisse
(1993)5 Riegel et al. (1994), Blasco-Dulbecco (1999) et De Cat (2005).

2. Typologie et caractéristiques syntaxiques de la dislocation

Dans les cas habituels, le syntagme mis en évidence (à gauche ou à


droite) est un SN défini (pronominal ou non) correspondant à diffé-
rentes fonctions dans la phrase, par exemple le sujet, l'objet direct ou
indirect ou le complément circonstanciel (seule la dislocation à gauche
est possible dans ce dernier cas ; nous y revenons à la section 3) :

• Sujet

2 a. Il avait beaucoup changé, Camus.


b. Moi, je vous baptiste avec l'eau.
c. Ces linguistes, ils sont tous fadas.
d. Ils sont tous fadas, ces linguistes.

• Objet direct ou indirect

3 a. Bien sûr, cela vous a fait plaisir de le boire, ce café au lait


qu'elle vous a fait chauffer.
b. Elle, je la connais.
c. Je la connais, elle.
d. Paul, je lui parle souvent.
e. Je lui parle souvent, Paul.
f. Son enfer, elle en est revenue.
g. La France, j'y crois.

• Complément circonstanciel

4 a. Les Alpes, on peut y pratiquer le ski toute l'année,


b. Ce parc, je m'y rends souvent.
Les syntagmes prépositionnels (sa-e) et les phrases (sf-h), surtout
lorsqu'elles figurent en périphérie gauche, peuvent aussi faire l'objet
d'une dislocation :
LA D I S L O C A T I O N * 181

5 a. À Amsterdam, j'y suis allé souvent.


b. J'y suis allé souvent, à Amsterdam.
c. À moi aussi, elle me parle. (Colette, Vrilles, 76)
d. À son salut, oh ! si je le pouvais, j'y travaillerais malgré lui.
(Pascal)
e. Dans le pot-au-feu, on y mettait pas de la bisture.
(Lombard, 22,2)
f. Que la position fut perdue entièrement, je ne le pensais pas.
(Becque. Corb. III. 4)
g. Exprimer mes sensations, je ne le saurais. (Mirb. Calv. 167)
h. Elle le fera toute sa vie, danser.
La dislocation, tant à gauche qu'à droite, peut aussi cibler des attri-
buts ou des adverbes, également repris par un pronom clitique. Dans le
cas de l'attribut, le SN disloqué peut être soit un adjectif (6a-d) soit un
SN sans déterminant (6e, f) :
6 a. Libre, je ne le suis à peu près jamais.
b. Nous ne l'étions pas, peut-être, fatigués ?
c. Sublimes, ils l'étaient.
d. Ils l'étaient, sublimes.
e. Comédien, il le restera toujours.
f. Il l'était encore, comédien.
g. J'y suis resté longtemps, là-bas.
h. Là-dedans, savez-vous ce qu'il y fait ?
En ce qui concerne l'élément de reprise d'une structure disloquée,
notons que celui-ci n'est pas toujours un pronom clitique placé devant
le verbe. Par exemple, le constituant disloqué peut être repris par un
déterminant possessif contenu dans un syntagme nominal (SN) — voir
(7a, b) — ou un pronom contenu dans un syntagme prépositionnel (SP)
-voir(7c, d):
7 a. Claas, ses chaussettes ont disparu.
b. Julie, je parle souvent de sa réussite.
c. Chomsky, je parle souvent de lui dans mes cours.
d. Cette équipe, les amateurs ont souvent souffert à cause d'elle.
182 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

VOUS AVEZ DIT « ADJECTIF » ?

Certaines grammaires traditionnelles appellent «adjectifs possessifs» les


déterminants possessifs. Il est cependant clair que ces possessifs se rappro-
chent beaucoup plus, tant dans leur interprétation que dans leur comporte-
ment syntaxique, des pronoms que des adjectifs. Entre autres, les possessifs
ont cette caractéristique des pronoms personnels de permettre une lecture
distributive dans certains contextes de quantification. Par exemple, dans fa
phrase suivante: Chaque étudiant pense qu'il aura une bonne note, on peut
imaginer une interprétation selon laquelle on peut établir des paires du type
l'étudiant X pense que X aura une bonne note/1'étudiant Y pense que Y aura
une bonne note, etc. Nous obtenons le même type d'interprétation avec
un déterminant possessif, comme on peut le voir avec l'exemple suivant:
Chaque étudiant est content de sa note (l'étudiant X est content de la note de
X, l'étudiant V est content de la note de Y, etc.).

Outre les pronoms et les déterminants possessifs, d'autres éléments


peuvent reprendre le syntagme disloqué. Comme le notent, entre autres,
Hirschbuhler (1975) et De Cat (2005), une épithète peut aussi servir
d'élément de reprise :
8 a. Paul, Pierre s'est battu avec cet idiot.
b. Plastic Bertrand, j'ai tous les disques de ce farfelu.
Les cas de dislocation que nous venons de voir mettent tous en jeu
la reprise d'un syntagme de type défini, comme en fait foi la forme du
pronom clitique ou de l'épithète. La dislocation peut cependant aussi
cibler un objet indéfini pluriel. La reprise est alors exprimée par le
pronom en (exemples tirés de Grevisse 1993: 565) :
9 a. Des yeux de statue, on en avait vu par milliers,
b. On en avait vu par milliers, des yeux de statue.
Il est aussi possible de disloquer un sous-ensemble d'un SN indéfini,
en l'occurrence la portion qui suit le déterminant, en faisant précéder le
syntagme disloqué de la préposition de (dans ce cas, seule la dislocation
à droite est permise) :
LA D I S L O C A T I O N » 183

10 a. J'en ai écrit une, de lettre.


b. Que j'en trouve encore une, de montre !
(Courteline, Le commissaire est bon enfant, IV,
cité dans Grevisse 1993: 565)
11 existe d'autres cas de dislocation qui, comme le soulignent Riegel et
al. (1994: 428 sqq.), confèrent un caractère générique au syntagme péri-
phérique. Celles-ci se construisent avec les pronoms démonstratifs cela
ou ça. Le SN disloqué peut alors être soit défini soit indéfini :
11 a. La lecture, cela (ça) c'est important.
b. La vitesse, c'est dépassé.
c. Un enfant, c'est précieux et fragile.
d. Ça bouge beaucoup, un enfant.
e. Ça travaille fort, un étudiant en médecine.
f. Ça prend toute ton énergie, ce genre de travail.

LES COMPLÉTIVES INF1NIT1VES

Riegel et ai (1994) notent un type de détachement syntaxique qui concerne


non pas un syntagme nominal ou prépositionnel, mais une complétive.
Citons ces auteurs:
Les complétives et les infinitifs ne s'emploient pas facilement en position
sujet, même si la construction est grammaticalement acceptable. Dans
l'usage courant, on préfère avoir recours au détachement, qui semble
plus naturel. Seuls les pronoms démonstratifs sont possibles. Le pronom
ce permet le détachement du sujet du verbe être, les pronoms cela et ça
servent à détacher les sujets des autres verbes.
Parmi les exemples cités de ces tours, on notera les suivants :

(Détachement en début de phrase)


Manquer le train, cela (ça) me gêne.
Que Pierre soit tombé, cela amuse Sylvie.
Boire un chocolat espagnol, c'est tenir toute l'Espagne dans sa bouche.
(Gide)

(Détachement en fin de phrase)


C'est dommage qu'il ne soit pas venu.
Cela amuse Sylvie que Pierre soit tombé.
Cela m'ennuie de la savoir malade.
184 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Selon Riegel étal., ces tours servent à manifester une Insistance sur le
sujet propositionnel, que l'on ne retrouve pas quand celui-ci est dans sa
position canonique:
Manquer le tram me gêne.
Que Pierre soit tombé amuse Sylvie.
Boire un chocolat espagnol est tenir toute l'Espagne dans sa bouche.
Qu'il ne soit pas venu est dommage.
La savoir malade n'ennuie.
Fait intéressant, ces auteurs notent que le détachement est obligatoire
dans les tours positifs mais non dans les tours négatifs :
Partir, c'est mourir un peu.
* Partir est mourir un peu.
Souffler, ce n'est pas jouer.
Souffler n'est pas jouer.
Autre fait noté par les mêmes auteurs : « [..,] la structure de la phrase avec
être ressemble à celle de la phrase impersonnelle. » Par exemple, aux deux
premières phrases ci-dessous, on peut ajouter la troisième :
Manquer le train est gênant.
Manquer le train, c'est gênant.
Il est gênant de manquer le train.
Du point de vue syntaxique, ces trois tours manifestent une différence
syntaxique importante. On notera en effet que seule la construction imper-
sonnelle exige la présence de la préposition de devant la complétive. Sans
elle, la phrase est impossible:
* // est gênant manquer le train.
En revanche, les deux autres tours peuvent se construire avec ou sans le
de, bien que les résultats soient quelque peu marginaux avec de. Ainsi, à nos
phrases précédentes, on ajoutera les suivantes :
De manquer le train est gênant.
De manquer le train, c'est gênant

Le lecteur pourra consulter Larsson (1979) pour une discussion détaillée


de ces cas.
LA D I S L O C A T I O N * 185

2.1. Dislocations multiples

La dislocation n'est pas limitée à un seul constituant de la phrase. Les


phrases ci-dessous sont en effet acceptables :
12 a. Alors je sais que mon frère, son CAP, il l'a pas eu.
(Ashby 1988)
b. Des livres, Jean, je sais bien qu'elle lui en a volé beaucoup.
c. Je le lui ai donné, le livre, à Luc.
d. Il savait bien qu'elle l'était, lourde à porter, la valise.
À ce propos, Grevisse (1993: 565) cite des exemples qui illustrent bien
l'étendue des possibilités :
13 C'était pas qu'elle les gênait, la famille, les fossoyeurs, mais
c'était l'heure d'aller déjeuner et ils finiraient de le remplir
seulement après la soupe, les fossoyeurs, le trou.
(R. Queneau, Dimanche de la vie, VII)
14 Je l'aurais bien donné aux requins à bouffer, moi, le
commandant Pinçon. (Céline, Voyage au bout de la nuit,
F°,p.38)
Dans la plupart des cas, l'ordre relatif des éléments disloqués importe
peu, bien que Larsson (1979:120-121) relève certains exemples où l'ordre
semble plus rigide (v. les contrastes en [i5g, h] et [151, j]) :
15 a. Jules, sa matière, il la connaît bien.
b. Sa matière, Jules, il la connaît bien.
c. Il la connaît bien, sa matière, Jules.
d. Il la connaît bien, Jules, sa matière.
e. À Paul, cette histoire, Marie la lui a bien racontée.
f. Cette histoire, à Paul, Marie la lui a bien racontée.
g. Ces femmes-là, son secret, elle ne le leur dira jamais,
h. * Son secret, ces femmes-là, elle ne le leur dira jamais,
i. * De cette affaire, Jean, elle ne lui en a pas encore parlé,
j. Jean, de cette affaire, elle ne lui en a pas encore parlé.

2.2. La dislocation dans les complétives

Jusqu'ici, nos exemples se sont limités aux cas où l'élément disloqué et


le pronom de reprise se trouvent à l'intérieur de la même proposition.
186 * CONSTRUCTIONS M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Mais ils peuvent aussi se trouver dans des propositions différentes,


comme l'illustrent les phrases en (16) (voir aussi les exemples de Gre-
visseen [14]):
16 a. Cette fille, on m'a dit [quelle était brillante].
b. Cet article, j'aimerais bien [qu'on le publie].
c. Paul, je pense [que Marie lui a parlé hier].
d. De cette ivrognerie (...), il faut cependant [en parler].
e. Montréal, on croirait [que ces gens n'y ont jamais habité].
f. Une défaite pareille, on peut se douter [que ça fait plutôt
mal].
g. Stupide, je sais [que je le suis], mais pas quand je parle de lui.
On peut aussi trouver l'élément disloqué, non pas en périphérie
(gauche) de la phrase, mais en tête d'une complétive déclarative ou rela-
tive (derrière soit le complémenteur ou le syntagme Qu-). Ainsi, aux
exemples (r/a, b) on peut ajouter ceux en (r/c, d) :
17 a. Un espion, je pense qu'on peut le reconnaître rien qu'à son
chapeau.
b. Votre pétrole, le jour où on en aura plus besoin tout sentira
bien meilleur.
c. Je pense qu'un espion, on peut le reconnaître rien qu'à son
chapeau.
d. Le jour où, votre pétrole, on en aura plus besoin tout sentira
bien meilleur.
Toutefois, bien que les avis diffèrent concernant les jugements de
grammaticalité, il semblerait que la dislocation en tête de proposition
subordonnée soit plus difficilement acceptable si cette dernière contient
un verbe à l'infinitif (les exemples sont tirés de Hirschbuhler 1975,
Larsson 1979 et Blasco-Dulbecco 1999) :
18 a. * J'ai voulu, Pierre, le rencontrer.
b.?* Je préfère, ce travail, le faire aussitôt,
c.? Je préfère, à mon père, lui dire la vérité.
Ceci complète notre tour d'horizon des principales propriétés des
structures disloquées. Nous examinerons maintenant l'interaction
entre les syntagmes disloqués et d'autres constituants périphériques de
la phrase.
LA D I S L O C A T I O N * 187

2.3. Dislocation et autres éléments périphériques de la phrase

Nombre de travaux récents se sont penchés sur les éléments qui compo-
sent la périphérie gauche d'une proposition et sur les implications théo-
riques qui en découlent (par exemple Rizzi 1997). Nous examinerons ici
quelques-uns des faits soulevés dans les travaux récents.
Signalons tout d'abord que le constituant disloqué doit suivre le com-
plémenteur (que ou si) dans une subordonnée (nous en avions déjà vu
un exemple en [170]) :
19 a. Je crois qu'à Paul, elle lui a écrit hier.
b. * Je crois, à Paul, qu'elle lui a écrit hier.
c. Je crois que Paul, elle lui a parlé hier.
d. * Je crois, Paul, qu'elle lui a parlé hier.
e. Je me demande si, à Paul, je lui dis la vérité.
f. * Je me demande, à Paul, si je lui dis la vérité.
(Notons que la situation est passablement plus complexe que ce que
suggèrent les exemples en [19]. Par exemple, Blasco-Dulbecco est d'avis
que la phrase [191"] est acceptable lorsque le syntagme disloqué est non
pas un SP mais un SN: Je me demande, Paul, si je lui dis la vérité; nous
renvoyons le lecteur à la discussion dans Blasco-Dulbecco 1999:152-161.)
En ce qui concerne les interrogatives directes, Hirschbùhler (1975) et
Rizzi (1997) notent que le constituent disloqué doit, cette fois, précéder
le syntagme Qu- :
20 a. Le prix Nobel, à qui vont-ils le donner ?
b. * À qui, le prix Nobel, vont-ils le donner ?
c. Paul, qui lui a parlé ?
d. * Qui, Paul, lui a parlé ?
e. A Paul, qui lui a parlé ?
f. * Qui, à Paul, lui a parlé ?
g. Paris, quand crois-tu que nous y habiterons ?
h. * Quand, Paris, crois-tu que nous y habiterons ?
Curieusement, cette contrainte semble moins stricte dans les inter-
rogatives indirectes. Bien que, encore une fois, les auteurs ne soient pas
unanimes quant à l'acceptabilité des différents exemples ci-dessous
(v. Blasco-Dulbecco, op. cit.], il semble que Tinterrogative indirecte
188 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

permette une plus grande flexibilité quant à l'ordre relatif du syntagme


Qu- et du constituant disloqué :
21 a. Je sais où, Paul, il est allé,
b. Je sais, Paul, où il est allé.
c.(?) Je lui ai demandé, ces pommes-là, à qui il avait
l'intention de les vendre,
d. ? Je lui ai demandé à qui, ces pommes-là, il avait l'intention
de les vendre.
e.(?) Je lui ai demandé, ces pommes-là, où il les avait trouvées,
f. ? Je lui ai demandé où, ces pommes-là, il les avait trouvées.

LA DISLOCATION À DROITE DU SUJET : UN PHÉNOMÈNE PRÉCOCE

Les études en acquisition du français langue maternelle ont à l'occasion


fait état d'un phénomène courant chez les jeunes enfants, soit la possibi-
lité d'« inverser le sujet» du verbe. Dans une recherche récente, Labelle et
Valois {1996} ont relevé 195 cas de sujet postverbal (sur un total de 253 cas de
cooccurrence du sujet et du verbe, soit 77 %) chez les enfants francophones
âgés entre i an et g mois et 2 ans et 7 mois dans te corpus écrit de CHILD
(MacWhinney 1991) ainsi que dans un corpus de français parlé montréalais.
Un exemple typique est le suivant:
Dort bébé.
Le statut du SN postverbal dans ce type d'énoncé a fait l'objet d'un cer
tain débat ces dernières années. Alors que certains auteurs (par exemple
Déprez et Pierce 1993) suggèrent qu'il s'agit bel et bien du sujet inversé du
verbe, un examen plus approfondi des faits nous mène cependant à une
conclusion différente. En effet, Labelle et Valois présentent un ensemble
d'arguments qui montrent que le SN postverbal n'est pas véritablement le
sujet inversé du verbe mais bien le SN périphérique d'une structure dislo-
quée sans pronom de reprise audible.
(pronom) dort, bébé,
D'entrée de jeu, signalons que l'absence de pronom sujet avec les verbes
à temps conjugué est un phénomène courant dans les langues naturelles (y
compris nombre de langues romanes, dont l'espagnol et l'italien). Il est éga-
lement bien connu que les enfants passent tous par un stade de leur acqui-
sition où ils omettent le sujet du verbe, peu importe leur langue maternelle.
LA D I S L O C A T I O N * 189

Labefle et Valois ont relevé 343 cas de verbes conjugués sans sujet exprimé,
par exemple des expressions du type Dort pour signifier la troisième per-
sonne du singulier du verbe au présent de l'indicatif (// dort) sur un total de
1409 occurrences de verbes, soit un pourcentage de 24%. Il n'est donc pas
étonnant que l'omission du pronom chez les jeunes enfants s'étende aux
constructions disloquées»
Un regard attentif sur la structure syntaxique des phrases du type Dort
bébé confirme l'hypothèse de la dislocation.
Tout d'abord, dans tous les cas de séquence verbe + «sujet» postverbal, le
SN est défini. Autrement dit, il n'a été relevé aucun cas de structures verbe +
«sujet» postverbal indéfini du type Dort un monsieur. Il s'agit pourtant d'une
séquence à laquelle on devrait s'attendre si le SN était le véritable sujet du
verbe, puisque le français admet les SN sujets indéfinis. Or, ce résultat est
prévisible selon l'hypothèse de la dislocation du sujet puisque que seul un
SN défini peut être disloqué :
II dort, le monsieur,
* // dort, un monsieur.
Ensuite, il existe des cas de cooccurrence de SN postverbal et de locutions
adverbiales pour lesquels seule l'hypothèse de la dislocation est plausible.
Par exemple, Labelle et Valois ont relevé six occurrences de la séquence tout
seul avec un sujet postverbal. Dans tous ces cas, le SN suit la locution :
Dort tout seul bébé.
* Dort bébé tout seul.
Or, il s'agit encore une fois de l'ordre attendu dans une structure où le SN
serait un sujet disloqué, l'ordre inverse étant impossible :
II dort tout seul, le bébé.
* II dort, le bébé, tout seul.

3. De quelques différences entre dislocation à gauche


et dislocation à droite

Nous avons vu qu'un constituant peut être disloqué soit à gauche, soit
à droite. Il existe cependant certaines différences syntaxiques entre la
dislocation à gauche et la dislocation à droite. Notre objectif sera, dans
ce qui suit, d'en examiner quelques-unes.
190 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

Une première différence concerne la forme de l'élément disloqué


lorsque celui-ci correspond à un complément du verbe de type préposi-
tionnel (SP). Lorsque le syntagme est disloqué à gauche, la présence de la
préposition est facultative :
22 a. À Amsterdam, j'y suis allé souvent.
b. Amsterdam, j'y suis allé souvent.
c. À Jim, je dois encore lui répondre.
d. Jim, je dois encore lui répondre.
e. Dans ce parc, j'y suis allé souvent.
f. Ce parc, j'y suis allé souvent.
Par contre, lorsque le constituant est disloqué à droite, la préposition
est nettement préférable, voire obligatoire :
23 a. J'y suis allé souvent, à Amsterdam.
b. * J'y suis allé souvent, Amsterdam.
c. Je dois encore lui répondre, à Jim.
d. ?? Je dois encore lui répondre, Jim.
e. J'y suis allé souvent, dans ce parc.
f. * J'y suis allé souvent, ce parc.
Deuxièmement, la dislocation à droite ne permet pas la reprise par
une épithète (De Cat 2005). Comparons les paires d'exemples suivants:
24 a. Plastic Bertrand, j'ai tous les disques de ce farfelu.
b. * J'ai tous les disques de ce farfelu, Plastic Bertrand.
c. Paul, Pierre vient de se battre avec cet idiot.
d. * Pierre vient de se battre avec cet idiot, Paul.
Une troisième différence concerne la distribution des éléments péri-
phériques de la phrase. Souvenons-nous qu'en périphérie gauche, les
pronoms interrogatifs doivent suivre les syntagmes disloqués (les exem-
ples sont repris ci-dessous). En périphérie droite, c'est l'image miroir
que nous obtenons (en raison, bien sûr, du fait que les syntagmes Qu-
occupent leur position d'origine). Comparez les exemples en (25) à ceux
en (26) :
25 a. Le prix Nobel, à qui vont-ils le donner ?
b. * À qui, le prix Nobel, vont-ils le donner ?
c. Paul, qui lui a parlé ?
LA DISLOCATION * 191

d. * Qui, Paul lui a parlé ?


e. À Paul, qui lui a parlé ?
f. * Qui, à Paul lui a parlé ?
g. Paris, quand crois-tu que nous y habiterons ?
h. * Quand, Paris, crois-tu que nous y habiterons ?
26 a. * Ils vont le donner, le prix Nobel, à qui ?
b. Ils vont le donner à qui, le prix Nobel ?
c. * II a parlé, Pierre, à qui ?
d. Il a parlé à qui, Pierre ?
e. * On va y aller, à Paris, quand ?
f. On va y aller quand, à Paris ?
Finalement, une autre différence concerne les constructions où l'élé-
ment disloqué prend la forme de+N. Nous avons déjà vu (exemples en
[10], repris ci-dessous) que ce type de construction était possible dans la
dislocation à droite :
27 a. J'en ai écrit une, de lettre.
b. Que j'en trouve encore une, de montre !
Or, la dislocation à gauche ne permet pas l'occurrence d'un consti-
tuant périphérique de type de+N :
28 a. * De lettre, j'en ai écrit une.
b. * De montre, que j'en trouve encore une !
Nous aborderons maintenant la question de la dérivation syntaxique
des tours disloqués en français.

4. Comment les structures disloquées sont-elles dérivées?

La question se pose maintenant de savoir comment sont dérivées les


structures disloquées. Nous pouvons scinder la question en deux: i) la
position de constituant périphérique est-elle le résultat d'une dérivation
syntaxique qui déplace cet élément en périphérie de phrase, suivie de
l'insertion d'un pronom de reprise ou d'une épithète, ou 2) le syntagme
disloqué est-il dans sa position de surface dès le départ ? Afin de simplifier
la discussion, nous la limiterons aux cas de dislocation à gauche. Toute-
fois, comme nous le verrons brièvement à la fin de ce chapitre, l'analyse
à laquelle nous souscrirons vaut également pour la dislocation à droite.
192 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

L'approche générative, rappelons-le, suppose que les phrases ont une


structure de base (ou un ordre de mots dit « canonique »). Les différentes
permutations des constituants sont dérivées à partir de cet ordre de base
par des opérations de déplacement, les transformations. Un des exem-
ples que nous avons vus dans les chapitres précédents est celui des inter-
rogatives partielles, qui mettent en jeu le déplacement d'un syntagme
interrogatif en tête de phrase (avec une trace coindicée laissée dans la
position d'origine) :
29 a. Tuas vu qui au cinéma hier?
b. Quij as-tu vu t; au cinéma hier ?
Imaginons alors que les constituants disloqués soient déplacés en tête
de phrase par transformation, et qu'un pronom de reprise soit inséré
dans la position d'origine du constituant (à la place de la trace, en
quelque sorte). Nous obtiendrions alors la dérivation suivante:

30 a. Je connais bien Paul.


b. Paul, je connais bien . déplacement à gauche du SN

c. Paul, je connais bien le. insertion du pronom de reprise


d. Paul, je le connais bien. cliticisation du pronom
Mais cette hypothèse est-elle valide? Pour le déterminer, il suffit
d'identifier des contextes pour lesquels le déplacement d'un constituant
de la phrase est nettement impossible, de construire des phrases où le
pronom correspondant au syntagme disloqué apparaît dans ce même
contexte et de vérifier les résultats. Nous examinerons deux types de cas
ci-dessous.
Prenons le déplacement de syntagmes interrogatifs. L'exemple feib)
montre que ceci est impossible hors d'une interrogative indirecte :
31 a. Tu sais où Marie a vu Paul.
b. * Qui; sais-tu [où Marie a vu tj ?

Or, le pronom de reprise d'une structure disloquée peut, lui, se placer


à l'intérieur d'une interrogative indirecte, alors que le constituant dis-
loqué se trouve à l'extérieur :
LA D I S L O C A T I O N * 193

32 Paul, je sais [où Marie l'a vu].


Une seule conclusion s'impose alors : le constituant périphérique en
(32) n'a pas été déplacé par transformation.
33 Paul, je sais [où Marie l'a vu

Les complétives adverbiales offrent un autre contexte réfractaire au


déplacement, nous fournissant ainsi un argument additionnel en faveur
de l'analyse sans déplacement des dislocations. Les exemples en (34)
illustrent le contraste entre interrogative et dislocation.
34 a. * Quels livres; vais-je attendre [avant de relire t; ] ?
b. Ces Uvres, je vais attendre [avant de les relire].
Ces faits montrent clairement que les constructions disloquées ne
sont pas dérivées par déplacement syntaxique. Signalons que la démons-
tration que nous venons de faire n'est que très partielle et que des tests
syntaxiques beaucoup plus élaborés confirment la justesse de l'hypo-
thèse de l'absence de déplacement dans la dislocation (nous renvoyons le
lecteur à Cinque 1990 et à De Cat 2005 pour une discussion détaillée de
l'italien et du français, respectivement).
Pour terminer, signalons que la situation est un peu plus complexe en
ce qui concerne la dislocation à droite. En effet, les auteurs ne s'enten-
dent pas tous sur l'analyse de cette construction. Entre autres, certains
soutiennent qu'il ne s'agit pas vraiment de tours disloqués (du moins en
ce qui concerne l'objet du verbe) : une des raisons avancées, notamment
par Kayne (1994), est que le patron intonatoire caractéristique de la dis-
location à gauche est moins prononcé pour la dislocation à droite. De
Cat propose, quant à elle, une analyse unifiée de la dislocation et fournit
à cet effet une série d'arguments en faveur i) du statut disloqué des syn-
tagmes périphériques de droite et 2) d'une dérivation sans mouvement
de la dislocation à droite. Nous illustrerons ces deux points par deux
exemples simples.
Dans la phrase en (35), nous avons deux constituants disloqués: un
qui correspond au sujet de la proposition principale (en italique) et un
qui se rapporte à l'objet dans la complétive adverbiale (en caractères
gras). Puisque le constituant périphérique droit (aux voleurs} suit le syn-
tagme disloqué correspondant au sujet de la principale, il est lui aussi
194 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

nécessairement disloqué. De plus, le pronom de reprise qui lui corres-


pond (leur) se trouve à l'intérieur d'un contexte réfractaire au déplace-
ment, c'est-à-dire une complétive adverbiale (35), alors que le constituant
disloqué est à l'extérieur :
35 Je suis partie [avant que tu ne leur parles], moi, aux voleurs.
Le même raisonnement que celui que nous avons tenu pour la dislo-
cation à gauche s'applique donc ici : puisque le constituant disloqué se
trouve à l'extérieur d'un domaine qui interdit le déplacement, la gram-
maticalité de la phrase en (35) nous amène à conclure qu'il n'a pas été
déplacé. De manière plus générale, nous concluons donc que la disloca-
tion à droite, tout comme la dislocation à gauche, n'est pas dérivée par
déplacement syntaxique.

5. Conclusion

Nous avons vu que la dislocation en français cible normalement un


constituant défini mais qu'elle peut aussi, dans certaines circonstances,
viser une sous-partie de SN indéfini, auquel cas la reprise pronominale
se fait par le pronom en. Un troisième type de dislocation donne au SN
périphérique un caractère indéfini, la reprise pronominale se faisant par
les pronoms démonstratifs cela ou ça. Nous avons examiné les propriétés
syntaxiques de ces trois types de construction, particulièrement en ce
qui a trait à la position et à la catégorie grammaticale de l'élément dis-
loqué. Nous avons aussi examiné certaines différences entre dislocation à
gauche et dislocation à droite. Finalement, nous avons abordé la question
de la dérivation de ces structures, et nous avons conclu qu'elles ne met-
taient en jeu aucun déplacement syntaxique. Pour ce faire, nous avons
dû avoir recours à certaines observations indépendantes apportées par
les chercheurs en grammaire générative, en l'occurrence l'identification
des contextes réfractaires au déplacement syntaxique, sans lesquelles la
question de la dérivation des structures disloquées resterait un mystère.
Notons, en terminant, que bien que nous ayons présenté un som-
maire représentatif des différents travaux sur la dislocation en français,
nous sommes loin d'en avoir fait un tour complet, surtout sur le plan
théorique. Nous invitons le lecteur à consulter les travaux cités dans ce
chapitre pour en savoir plus sur le sujet.
CONCLUSION

Dans cet ouvrage, nous avons fait un tour d'horizon d'un certain nombre
de constructions du français qui n'ont pas été — ou très peu — décrites
dans les grammaires traditionnelles.
Bien entendu, les descriptions et analyses que nous avons présen-
tées ne sont pas exhaustives. Les recherches en grammaire générative
ont permis de découvrir et de décrire les propriétés d'une foule d'autres
constructions dont il n'a pas été question dans ce livre. Mais il nous fal-
lait faire des choix, soit en vue de limiter le contenu, soit dans le but de
simplifier l'exposé. Quoi qu'il en soit, nous espérons que la lecture de cet
ouvrage aura éveillé la curiosité du lecteur et lui aura donné l'envie de
réfléchir davantage sur l'extrême complexité de la grammaire du fran-
çais.
Nous n'avons pas non plus abordé les concepts fondamentaux de
la théorie syntaxique générative. C'était à dessein, car nous voulions
orienter ce livre davantage sur la description des faits que sur les ana-
lyses. Néanmoins, nous avons fait appel à l'occasion à des termes spé-
cialisés et à certaines notions de base, comme celles du déplacement et
des traces, qui étaient essentiels au développement d'une argumentation
cohérente. Au terme de cet ouvrage, peut-être le lecteur voudra-t-il, et ce
serait tant mieux, se familiariser davantage avec le modèle théorique uti-
lisé dans les travaux en grammaire générative. Certains articles ou livres
d'introduction à la théorie, relativement récents et portant sur la langue
196 » C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

française, pourront remplir cet office, entre autres Rouveret (1987), Jones
(1996), Pollock (1997), Brousseau et Roberge (2000) et Tellier (2003).
L'objectif de ce livre, au départ, était double. Tout d'abord, il s'agissait
de rassembler des faits du français qui sont disséminés ça et là dans les
articles spécialisés. En les regroupant ici, nous avons pu faire le point sur
l'ensemble des propriétés de chacune des constructions abordées. Cette
entreprise, nous l'espérons, sera utile non seulement aux étudiants et aux
chercheurs, mais à quiconque s'intéresse de près à la grammaire du français.
Notre deuxième objectif était d'illustrer comment une approche
théorique particulière peut mener à des découvertes surprenantes. En
effet, la théorie adoptée nous aura permis d'examiner les faits du fran-
çais sous un angle nouveau, ce qui, par le fait même, nous a amenés
à poser des questions qui n'auraient pas pu être soulevées auparavant.
Pour y répondre, l'approche générative a recours aux jugements des
locuteurs natifs. La prise en considération des phrases agrammaticales
d'une langue constitue un apport majeur de l'approche générative. C'est
un des aspects qui la différencient des autres approches théoriques de
l'étude de la langue. Bien plus que de simplement décrire les faits, l'ob-
jectif de la théorie générative est de décrire la connaissance qu'ont les
locuteurs de la syntaxe de leur langue. Or, la connaissance d'une langue
implique tout aussi bien connaître ce qui est possible que reconnaître ce
qui ne l'est pas.
L'approche adoptée par la grammaire générative nous permet aussi
— et c'est très nouveau par rapport aux grammaires traditionnelles —
d'établir des généralisations qui permettent de relier des constructions
non apparentées à première vue. La grammaire générative, en effet, ne
se limite pas à dresser des inventaires. Elle vise plutôt à cerner les pro-
priétés (parfois abstraites) qu'ont en commun différentes constructions,
et donc à expliquer pourquoi elles se comportent de manière analogue
dans tel ou tel contexte.
Si les grammaires traditionnelles servent souvent aux théoriciens,
ces derniers peuvent, comme nous l'avons vu tout au long de ce livre,
apporter une foule de faits nouveaux et enrichir de beaucoup les des-
criptions existantes. Mais ces faits et leur analyse demeurent, même
aujourd'hui, très peu connus hors du cercle des linguistes générativistes.
En faisant état de certaines des découvertes importantes faites au cours
des quelque quarante dernières années en grammaire générative, nous
espérons avoir réussi à faire le pont entre grammaire et théorie.
BIBLIOGRAPHIE

ASHBY, William. 1988. The Syntax, Pragmatics, and Sociolinguistics of Left- and
Right-dislocation in French. Lingua, 75:203-229.
AUTHIER, J.-Marc. 1988. The Syntax of Unselective Binding, Thèse de doctorat,
University of Southern California.
AUTHIER, J.-Marc. 1991. Null Subjects in thé DP and Inaliénable Construal in
French. In Proceedings ofWCCFL, 9,15-28 : Stanford Linguistic Association.
BARBAUD, Philippe. 1988. De la modernité de la grammaire dans le style indirect :
le cas de l'infinitif de narration. Revue québécoise de linguistique théorique
et appliquée, 113-128.
BELLETTI, Adriana. 1982. On thé Anaphoric Status of thé Reciprocal Construc-
tion in Italian. The Linguistic Review, 2:101-138.
BELLETTI, Adriana. 1988. The Case of Unaccusatives. Linguistic Inquiry, 19:1-35.
BELLETTI, Adriana et Luigi Rizzi. 1981. The Syntax of «ne» : Some Theoretical
Implications. The Linguistic Review, i: 117-155.
BLASCO-DULBECCO, Mylène. 1999. Les dislocations en français contemporain:
étude syntaxique. Paris : Honoré Champion.
BOBALJIK, Jonathan. 1998. Floating Quantifiers: Handle With Gare. Glot Inter-
national, 6:3-10.
BOIVIN, Marie-Claude. 1999. Split Noun Phrases and thé Theory of Case, Thèse
de doctorat, MIT.
BOIVIN, Marie-Claude. 2005. Case Theory, DP Movement, and Interprétation:
A New Approach to thé Distribution of French Subnominal Clitic « en ».
Natural Language and Linguistic Theory, 23: 543-593.
198 * CONSTRUCTIONS MÉCONNUES DU FRANÇAIS

BOUCHARD, Denis. 1988. En-Chain. In Advances in Romance Linguistics, David


Birdsong et Jean-Pierre Montreuil (dir.), 33-49. Dordrecht: Foris.
BROUSSEAU, Anne-Marie et Yves Roberge. 2000. Syntaxe et sémantique du fran-
çais. Québec : Fides.
BURZIO, Luigi. 1986. Italian Syntax. Dordrecht : Reidel.
CHOMSKY, Noam. 1981. Lectures on Government and Binding: thé Pisa Lectures.
Dordrecht : Foris.
CHOMSKY, Noam. 1982. Some Concepts and Conséquences ofthe Theory of Govern-
ment and Binding. Cambridge, MA : MIT Press.
CHOMSKY, Noam. 19863. Barriers. Cambridge, MA: MIT Press.
CHOMSKY, Noam. i986b. Knowledge of Language: its Nature, Origin, and Use.
New York: Praeger.
CINQUE, Guglielmo. 1990. Types of A'-Dependencies. Cambridge, MA: MIT
Press.
CONTRERAS, Hèles. 1984. A Note on Parasitic Gaps. Linguistic Inquiry, 15: 698-
701.
COUQUAUX, Daniel. 1979. Sur la syntaxe des phrases prédicatives en français.
Linguisticœ Investigationes, III : 245-284.
COUQUAUX, Daniel. 1981. French Prédication and Linguistic Theory. In Levels of
Syntactic Représentation, Robert May et Jan Koster (dir.), 33-64. Dordrecht :
Foris.
CULICOVER, Peter W. 2001. Parasitic Gaps : A Brief History. In Parasitic Gaps,
Peter W. Culicover et Paul M. Postal (dir.), 3-68. Cambridge, MA: MIT
Press.
CULICOVER, Peter W. et Paul M. Postal (dir.), 2001. Parasitic Gaps. Cambridge:
MIT Press.
CUMMINS, Sarah. 2000. The Unaccusative Hypothesis and thé Impersonal
Construction in French. Revue canadienne de linguistique, 45: 225-251.
CUMMINS, Sarah et Yves Roberge. 2004. Null Objects in French and English. In
J. Auger, C. Cléments et B. Vance. Contemporary Approaches to Romance
Linguistics. Amsterdam : John Benjamins.
CUMMINS, Sarah et Yves Roberge. 2005. A Modular Account of Null Objects in
French. Syntax, 8,44-64.
DAMOURETTE, Jacques et Edouard Pichon. 1969. Des mots à la pensée. Essai de
grammaire de langue française. Paris: Éditions d'Artrey.
DE CAT, Cécile. 2005. French Dislocation Without Movement. Natural Language
and Linguistic Theory.
DE CORNULIER, Benoît. 1974. Pourquoi et l'inversion du sujet non clitique.
In Actes du colloque franco-allemand de grammaire transformationnelle,
Christian Rohrer et Nicolas Ruwet (dir.), 139-163. Tubingen : Niemeyer.
B I B L I O G R A P H I E * 199

DÉPREZ, Viviane. 1989. Stylistic Inversion and Verb Movement. In Actes de


ESCOL5, J. Powers et K. de Jong (dir.), 71-82. Colombus: Ohio State
University.
DÉPREZ, Viviane et Amy Pierce. 1993. Négation and Functional Projections in
Early Grammar. Linguistic Inquiry, 24: 25-67.
DOETJES, Jenny. 1995. Quantification at a Distance and Itération. Proceedings of
NELS, 25:111-125.
DOETJES, Jenny et Johan Rooryck. 2003. Quantity and Quality Agrée. In From
NP to DP: The Syntax and Semantics ofNoun Phrases, Martine Coene et
Yves d'Hulst (dir.), 277-296.
ELLIOTT, W. Neil. 1985. A Note on thé CED. Linguistic Inquiry, 16: 669-678.
EMONDS, Joseph. 1978. The Verbal Complex V'-V in French. Linguistic Inquiry,
9:151-175.
ENGDAHL, Elisabet. 1983. Parasitic Gaps. Linguistics and Philosophy, 6: 5-34.
ENGDAHL, Elisabet. 1985. Parasitic Gaps, Resumptive Pronouns, and Subject
Extraction. Linguistics, 23: 3-44.
ENGELBERT, Annick. 1988. L'infinitif dit de narration. Paris : Duculot.
FRAMPTON, John. 1990. Parasitic Gaps and thé Theory of Wh-Chains. Linguistic
Inquiry, 21: 49-77.
FRIEDEMANN, Marc-Ariel. 1997. Inversion stylistique et position de base du sujet.
Revue canadienne de linguistique, 42:379-413.
FURUKAWA, Naoyo. 1987. « Sylvie a les yeux bleus » : construction à double thème.
Linguisticce Investigationes, XI : 283-302.
FURUKAWA, Naoyo. 1996. Grammaire de la prédication seconde. Forme, sens et
contraintes. Louvain-la-Neuve : Duculot.
GAATONE, David. 1971. Étude descriptive du système de la négation en français
contemporain. Genève: Droz.
GAATONE, David. 1972. «Avoir» comme instrument de la transformation. À
propos de la construction « Le garçon a les yeux bleus ». Vax Romanica,
XXXI =92-98.
GADET, Françoise. 1992. Le français populaire: Collection «Que sais-je?» Paris:
Presses Universitaires de France.
GODARD, Danièle. 1986. Propositions relatives, relations anaphoriques et prédi-
cation : études sur dont, Thèse de doctorat d'État, Université de Paris VIL
GODARD, Danièle. 1988. La syntaxe des relatives en français. Paris: Éditions du
CNRS.
GREVISSE, Maurice. 1993. Le bon usage: 13e édition revue et refondue par André
Goosse. Paris : Éditions Duculot.
GROSS, Maurice. 1968. Grammaire transformationnelle du français: syntaxe du
verbe. Paris : Larousse.
200 * C O N S T R U C T I O N S M E C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

GUÉRON, Jacqueline. 1983. L'emploi «possessif» de l'article défini en français.


Langue française, 58: 23-35.
GUÉRON, Jacqueline. 1985. Inaliénable Possession, PRO Inclusion, and Lexical
Chains. In Grammatical Représentation, Jacqueline Guéron, Hans-Georg
Obenauer et Jean-Yves Pollock (dir.), 43-86. Dordrecht: Foris.
GUÉRON, Jacqueline. 1986. Le verbe avoir. Recherches linguistiques de Vincennes,
14/15:155-188.
GUÉRON, Jacqueline. 1992. La possession inaliénable et l'aspect locatif. In De la
musique à la linguistique. Hommages à Nicolas Ruwet, Liliane Tasmowski et
Anne Zribi-Hertz (dir.), 255-272. Ghent: Communication & Cognition,
HAASE, A. 1965. Syntaxe française du xvif siècle. 5e édition. Paris: Librairie
Delagrave.
HAEGEMAN, Liliane. 1995. The Syntax of Négation. Cambridge : Cambridge Uni-
versity Press.
HAÏK, Isabelle. 1982. On Clitic en in French. Journal ofLinguisticResearch, 2:63-87.
HA'ÏK, Isabelle. 1985. The Syntax of Operators, Thèse de doctorat, MIT.
HASENOHR, Geneviève. 1993. Introduction à l'ancien français de GuyRaynaud de
Lage. Paris : Sedes.
HATCHER, Anna Granville. 1944. « II tend les mains » vs « II tend ses mains ».
Studies in Philology, 41:457-481.
HÉRIAU, Michel. 1980. Le verbe impersonnel en français moderne. Lille : Atelier de
reproduction de thèses, Université de Lille III.
HERSCHENSOHN, Julia. 1992. French Inaliénable Binding. In Theoretical Analyses
in Romance Linguistics, C. Laeufer et T. Morgan (dir.), 367-384. Amsterdam :
John Benjamins.
HIRSCHBÙHLER, Paul. 1975. On thé Source of Lefthand NPs in French. Linguistic
Inquiry, 6:155-166.
HOEKSTRA, Teun et René Mulder. 1990. Unergatives as Copular Verbs : Loca-
tional and Existential Prédication. The Linguistic Review, 7:1-79.
HORN, Laurence R. 1989. A Natural History of Négation. Chicago : Chicago Uni-
versity Press.
HORNSTEIN, Norbert et Jairo Nunes. 2002. On Asymmetries Between Parasitic
Gaps and Across-the-Board Constructions. Syntax, 5: 26-54.
HULK, Aafke. 1983. La syntaxe du pronom en dans la construction quantitative.
Revue québécoise de linguistique, 13:167-192.
HULK, Aafke. 1989. La construction impersonnelle et la structure de la phrase.
Recherches linguistiques de Vincennes, 18:59-79.
HULK, Aafke et Christine Tellier. 2000. Mismatches : Agreement in Qualitative
Constructions. Probus, 121:33-65.
BIBLIOGRAPHIE * 201

HUOT, Hélène. 1974. Les relatives parenthétiques. In Actes du colloque franco-


allemand de grammaire transformationnelle, Christian Rohrer et Nicolas
Ruwet (dir.), 31-62. Tiibingen: Niemeyer.
HUOT, Hélène. 1977. Recherches sur la subordination en français, Thèse de doc-
torat d'État, Université de Paris VIII.
HUOT, Hélène. 1981. Constructions infinitives du français. Le subordonnant «de».
Genève : Droz.
JAEGGLI, Osvaldo. 1982. Topics in Romance Syntax. Dordrecht : Foris.
JAEGGLI, Osvaldo. 1986. Passive. Linguistic Inquiry, 17:587-622.
JONES, Michael Allan. 1996. Foundations ofFrench Syntax. Cambridge: Cam-
bridge University Press.
JUNKER, Marie-Odile. 1995. Syntaxe et sémantique des quantificateurs flottants
« tous » et « chacun ». Genève-Paris : Droz.
KAYNE, Richard. 1975. French Syntax: The Transformational Cycle. Cambridge:
MIT Press.
KAYNE, Richard. 1976. French Relative que. In Current Studies in Romance Lin-
guistics, Marta Lujân et Fritz Hensey (dir.), 255-299. Washington: George-
town University Press.
KAYNE, Richard. 1977. Syntaxe du français. Le cycle transformationnel. Paris : Seuil.
KAYNE, Richard. 1984. Connectedness and Binary Branching. Dordrecht : Foris.
KAYNE, Richard. 1994. The Antisymmetry of Syntax. Cambridge, MA: MIT
Press.
KAYNE, Richard et Jean-Yves Pollock. 1978. Stylistic Inversion, Successive Cycli-
city, and Move NP in French. Linguistic Inquiry, 9: 595-621.
KAYNE, Richard et Jean-Yves Pollock. 2001. New Thoughts on Stylistic Inversion.
In Subject Inversion in Romance and thé Theory ofUniversal Grammar, Aafke
Hulk et Jean-Yves Pollock (dir.), 107-162. Oxford: Oxford University Press.
KEYSER, Samuel Jay et Thomas Roeper. 1984. On thé Middle and Ergative
Constructions in English. Linguistic Inquiry, 15: 381-416.
KLIFFER, Michael D. 1984. Interpénétration of Linguistic Levels : French Inalié-
nable Possession. Lingua, 62:187-208.
KRIFKA, Manfred. 1990. Four Thousand Ships Passed Through thé Lock. Lin-
guistics and Philosophy, 13: 487-520.
KUPFERMAN, Lucien. 2000. Avoir et la prédication seconde. Langue française,
127: 67-111.
LABELLE, Marie. 1992. Change of State and Valency. Journal of Linguistics, 28:
375-4H.
LABELLE, Marie et Daniel Valois. 1996. The Status of Postverbal Subjects in
French Child Language. Probus, 8: 53-80.
202 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

LABELLE, Marie et Daniel Valois. 2004. Functional Catégories and thé Acqui-
sition of Distance Quantification. In The Acquisition of French in Diffé-
rent Contexts: Focus on Functional Catégories, Philippe Prévost et Johanne
Paradis (dir.), 27-49. Amsterdam: John Benjamins.
LARJAVAARA, Meri. 2000. Présence ou absence de l'objet. Limites du possible en
français contemporain. Helsinki : Academia Scientiarum Fennica.
LARSSON, Eva. 1979. La dislocation en français. Étude de syntaxe générative. Lund:
Gleerup.
LE BIDOIS, Georges et Robert Le Bidois. 1971. Syntaxe du français moderne. Paris :
Éditions A. et J. Picard.
LEGENDRE, Géraldine. 1989. Unaccusativity in French. Lingua, 79:95-164.
LEGENDRE, Géraldine et Antonella Sorace. 2003. Auxiliaires et intransitivité en
français et dans les langues romanes. In Les langues romanes. Problèmes de
la phrase simple, Danièle Godard (dir.), 185-233. Paris: CNRS Éditions.
LEVIN, Beth et Malka Rappaport Hovav. 1995. Unaccusativity: At thé Syntax-
Lexical Semantics Interface. Cambridge : MIT Press.
MACWHINNEY, Brian. 1991. The CHILDES Project: Tools for Analyzing Talk.
Hillsdale, N.J. : Lawrence Erlbaum Associates.
MILNER, Jean-Claude. 1978. De la syntaxe à l'interprétation. Quantités, insultes,
exclamations. Paris : Éditions du Seuil.
MILNER, Jean-Claude. 1979. Le système de la négation en français et l'opacité du
sujet. Langue française, 44: 80-105.
MILNER, Jean-Claude. 1982. Ordres et raisons de langue. Paris: Éditions du
Seuil.
MILSARK, Gary. 1974. Existential Sentences in English, Thèse de doctorat, MIT.
MOREAU, Marie-Louise. 1971. L'homme que je crois qui est venu; qui, que: rela-
tifs et conjonctions. Langue française, 11:77-90.
MORITZ, Luc et Daniel Valois. 1994. LF Pied-Piping and Spec-Head Agreement.
Linguistic Inquiry, 25: 667-707.
MULLER, Claude. 1991. La négation en français: syntaxe, sémantique et éléments
de comparaison avec les autres langues romanes. Genève : Droz.
NISSENBAUM, Jon. 200O. Investigations of Covert Phrase Movement, Thèse de
doctorat, MIT.
NUNES, Jairo. 2001. Sideward Movement. Linguistic Inquiry, 32:303-344.
OBENAUER, Hans-Georg. 1976. Études de syntaxe interrogative du français: quoi,
combien et le complémenteur. Tûbingen : Max Niemeyer Verlag.
OBENAUER, Hans-Georg. 1983. Une quantification non canonique: la quanti-
fication à distance. Langue française, 58: 66-88.
OBENAUER, Hans-Georg. 1984. On thé Identification of Empty Catégories. The
Linguistic Review, 4:153-202.
BIBLIOGRAPHIE * 203

PERLMUTTER, David. 1971. Deep and Surface Structure Constraints in Syntax.


New York: Holt, Rinehart et Winston.
PERLMUTTER, David. 1978. Impersonal Passives and thé Unaccusative Hypo-
thesis. In Proceedings ofthe Fourth Annual Meeting ofthe Berkeley Linguis-
tics Society, 157-189. Los Angeles : UCLA.
PINKER, Steven. 1999. L'instinct du langage. Paris: Éditions Odile Jacob.
POLLOCK, Jean-Yves. 1986. Sur la syntaxe de en et le paramètre du sujet nul. In
La grammaire modulaire, Mitsou Ronat et Daniel Couquaux (dir.), 211-246.
Paris : Éditions de Minuit.
POLLOCK, Jean-Yves. 1989. Verb Movement, Universal Grammar, and thé Struc-
ture of IP. Linguistic Inquiry, 20: 365-424.
POLLOCK, Jean-Yves. 1992. Opérateurs nuls, dont, questions indirectes et théorie
de la quantification. In De la musique à la linguistique. Hommages à Nicolas
Ruwet, Liliane Tasmowski et Anne Zribi-Hertz (dir.), 440-463. Ghent:
Communication & Cognition.
POLLOCK, Jean-Yves. 1998. On thé Syntax of Subnominal Clitics: Cliticization
and Ellipsis. Syntax, i: 300-330.
POLLOCK, Jean-Yves. 1997. Langage et cognition. Introduction au programme mini-
maliste de la grammaire générative. Paris : Presses Universitaires de France.
POSTAL, Paul M. 19943. Parasitic and Pseudo-Parasitic Gaps. Linguistic Inquiry,
25:63-117.
POSTAL, Paul. i994b. The Ungrammaticality of Subnominal en in French Raising
Constructions. Linguistic Inquiry, 25:179-186.
POSTAL, Paul M. 1993. Parasitic Gaps and thé Across-the-Board Phenomenon.
Linguistic Inquiry, 24: 735-754.
POSTAL, Paul M. i994b. The Ungrammaticality of Subnominal en in French
Raising Constructions. Linguistic Inquiry, 25:179-186.
RIEGEL, Martin. 1988. L'adjectif attribut de l'objet du verbe avoir: amalgame et
prédication complexe. In Travaux de linguistique, 17: 69-87. Paris: Duculot.
RIEGEL, Martin, Jean-Christophe Pellat et René Rioul. 1994. Grammaire métho-
dique du français. Paris: Presses Universitaires de France.
RIEGEL, Martin 1998. De « II a les yeux bleus » à « Je n'ai pas le cinq-à-sept facile » :
les avatars de la construction attributive avoir. Travaux et recherches en lin-
guistique appliquée, série B-i.
RIVIÈRE, Nicole. 1981. La construction impersonnelle en français contemporain.
Paris : Éditions Jean-Favard.
RIZZI, Luigi. 1990. RelativizedMinimality. Cambridge: MIT Press.
RIZZI, Luigi. 1997. The Fine Structure of thé Left Periphery. In Eléments of
Grammar. A Handbook of Générative Syntax, Liliane Haegeman (dir.), 281-
337. Dordrecht : Kluwer.
204 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

ROCHETTE, Anne. 1988. Semantic and Syntactic Aspects of Romance Sentential


Complémentation, Thèse de doctorat, MIT.
RONAN, Colin. 1988. Histoire mondiale des sciences. Paris : Seuil.
RONAT, Mitsou et Daniel Couquaux (dir.), 1986. La Grammaire modulaire. Paris :
Éditions de Minuit.
ROORYCK, Johan. 1990. Montée et contrôle: une nouvelle analyse. Le français
moderne, 58:1-27.
ROORYCK, Johan. 1992. On thé Distinction Between Raising and Control. In
Romance Languages and Linguistic Theory, Paul Hirschbuhler et Konrad
Koerner (dir.), 225-250. Amsterdam: John Benjamins.
ROUVERET, Alain. 1987. Présentation. In Noam Chomsky, La nouvelle syntaxe.
Paris: Seuil, 7-73.
ROWLETT, Paul. 1998. Sentential Négation in French. Oxford: Oxford University
Press.
RUWET, Nicolas. 1972. Théorie syntaxique et syntaxe du français. Paris: Seuil.
RUWET, Nicolas. 1982. Grammaire des insultes et autres études. Paris: Seuil.
RUWET, Nicolas. 1983. Montée et contrôle: une question à revoir ? Revue romane,
24 (numéro spécial) : 17-37.
RUWET, Nicolas. 1988. Les verbes météorologiques et l'hypothèse inaccusative.
In Grammaire et histoire de la grammaire. Hommages à la mémoire de Jean
Stéfanini, Claire Blanche-Benveniste, André Chervel et Maurice Gross
(dir.), 383-402. Aix-en-Provence: Publications de l'Université de Provence.
SANDFELD, Kristian. 1965. Syntaxe du français contemporain. 2e édition. Genève :
Droz.
SCIENCE ET VIE — Découvertes : du langage aux langues. Numéro hors série 227,
juin 2004.
SHEEHAN, William, Nicholas Kollerstrom et Craig B. Waff. 2004. The Case of
thé Pilfered Planet [décembre 2004]. Scientific American, 291.
SPORTICHE, Dominique. 1988. A Theory of Floating Quantifiers and its Corol-
laries for Constituent Structure. Linguistic Inquiry, 19:425-449.
TARALDSEN, Knut Tarald. 1981. The Theoretical Interprétation of a Class of
«Marked» Extractions. In Theory ofMarkedness in Generative Grammar,
Adriana Belletti, Luciana Brandi et Luigi Rizzi (dir.), 476-516. Pisé: Scuola
Normale Superiore.
TELLIER, Christine. 1990. Subjacency and Subject Condition Violations in
French. Linguistic Inquiry, 21:306-311.
TELLIER, Christine. 1991. Licensing Theory and French Parasitic Caps. Dordrecht :
Kluwer.
TELLIER, Christine. 1992. Remarques sur avoir attributif et possessif. Revue qué-
bécoise de linguistique, 22:165-182.
B I B L I O G R A P H I E * 205

TELLIER, Christine. 1994. The HAVE/BE Alternation: Attributives in French


and English. Probus, 6: 235-262.
TELLIER, Christine. 2001. On Some Distinctive Properties of Parasitic Gaps
in French. In Parasitic Gaps, Peter Culicover et Paul Postal (dir.), 341-367.
Cambridge : MIT Press.
TELLIER, Christine. 2003. Éléments de syntaxe du français. Méthodes d'analyse en
grammairegénérative. 2e édition. Montréal: Gaétan Morin Éditeur.
TELLIER, Christine et Daniel Valois. 1993. Binominal chacun and Pseudo-
Opacity. Linguistic Inquiry, 24: 575-583.
TREMBLAY, Mireille. 1991. Possession and Datives : Binary Branching from thé
Lexicon to Syntax, Thèse de doctorat, Université McGill.
VALOIS, Daniel. 1991. The Internai Syntax of DP, Thèse de doctorat, UCLA.
VALOIS, Daniel. 1996. On thé Structure of thé French DP. Revue canadienne de
linguistique, 41:349 -375.
VALOIS, Daniel. 1997. Négation, interrogation et accord spécificateur-tête. Revue
québécoise de linguistique, 25:99-120.
VALOIS, Daniel et Fernande Dupuis. 1992. The Status of (Verbal) Traces: The
Case of French Stylistic Inversion. In Romance Languages and Modem
Linguistic Theory, Paul Hirschbùhler et Konrad Koerner (dir.), 325-338.
Amsterdam : John Benjamins.
VERGNAUD, Jean-Roger et Maria-Luisa Zubizarreta. 1992. The Definite Déter-
miner and thé Inaliénable Construction in French and English. Linguistic
Inquiry, 23: 595-652.
VINET, Marie-Thérèse. 1998. Contrastive Focus, n-Words, and Variation. Revue
canadienne de linguistique, 43:121-141.
VON WARTBURG, Walter et Paul Zumthor. 1958. Précis de syntaxe du français
contemporain. 2e édition. Berne : Éditions A. Francke S.A.
WAGNER, R.L. et J. Pinchon. 1962. Grammaire du français classique et moderne.
Paris : Hachette.
ZANUTTINI, Raffaella. 1998. Négation and Clausal Structure. A Comparative Study
of Romance Languages. Oxford Studies in Comparative Syntax. Oxford :
Oxford University Press.
ZRIBI-HERTZ, Anne. 1987. La réflexivité ergative en français moderne. Le fran-
çais moderne, 55:23-52.
Page laissée blanche
TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION g
Quand la théorie guide l'observation 10
Une révolution dans l'étude du langage 11
Des résultats méconnus 12
Questions de méthodologie 13

1 LE MYTHE DU PRONOM RELATIF :


QUE, QUI, DONT ET LES AUTRES 17
1. En bref 17
2. Propriétés 18
2.1. Propositions relatives et subordonnées complétives 18
2.2. Un pronom qui n'en est pas un 22
2.3. L'inversion et la distinction relative/complétive 23
2.4. La vraie nature de que et qui 25
2.4.1. Que 26
2.4.2. Qui 29
2.5. Relatives à l'infinitif: le relativisant à 31
2.6. Le cas de dont 33
2.6.1. Syntagme Qu- ou complémenteur ? 33
2.6.2. Excursus : des complétives en dont 37
qui ne sont pas vraiment des relatives
3. Conclusion 38
208 * CONSTRUCTIONS MÉCONNUES DU FRANÇAIS

2 LA CLASSIFICATION DES VERBES 41


1. En bref 41
2. Propriétés 42
2.1. Le verbe et ses arguments 42
2.2. Verbes à montée et verbes à contrôle 43
2.3. Verbes au passif 46
2.4. Verbes inaccusatifs 47
2.4.1. Choix de l'auxiliaire 47
2.4.2. Morphologie passive et nominalisation 48
2.4.3. La pronominalisation par en 48
2.4.4. Les constructions participiales 51
2.4.5. Les constructions impersonnelles 52
2.5. Transitivité, intransitivité, une question de contexte 56
3. Conclusion 58

3 LA NEGATION DE PHRASE 61
1. En bref 61
2. Propriétés 63
2.1. Pas et placement du verbe et de l'auxiliaire 64
2.2. Contraintes sur la distribution de personne 69
2.3. Contraintes intra-propositionnelles 70
3. Parallèles entre négation et interrogatives partielles 72
3.1. Point d'origine du syntagme interrogatif 72
et distribution de personne
3.2. La négation contrastive 75
4. Conclusion 78

4 LES VIDES PARASITES 79


1. En bref 79
2. Propriétés 82
2.1. Un vide qui a besoin d'une trace 82
2.2. Contraintes syntaxiques sur les vides parasites 85
2.2.1. Relation entre l'antécédent de la trace et le vide parasite 85
2.2.2. Vides parasites à l'intérieur de relatives 86
2.2.3. Vides parasites à l'intérieur de propositions tensées 87
3. Les vides parasites dans les constructions en dont 88
4. Conclusion 90
TABLE DES M A T I È R E S * 209

5 QUANTIFICATION À DISTANCE ET QUANTIFICATEURS FLOTTANTS 93


1. En bref 93
2. Propriétés 95
2.1. Le quantificateur à distance beaucoup 95
2.2. Le quantificateur flottant tous 98
2.2.1. Tous à droite 99
2.2.2. Tous à gauche 101
3. Un autre type de quantificateur flottant: chacun 102
4. Conclusion 105

6 LA POSSESSION INALIENABLE 107


1. En bref 107
2. Propriétés 108
2.1. Les constructions à l'étude 108
2h.2. Les contraintes 1n
2.2.1. Modification par un adjectif no
2.2.2. Localité 11
hh
3. Six cas de figure hhh
3.1. Le possesseur est un clitique datif, 113
l'objet possédé un objet direct
3.2. Le possesseur est un clitique datif, 114
l'objet possédé est un sujet
3.3. Le possesseur est un clitique datif, 116
l'objet possédé est un complément circonstanciel
3.4. Le possesseur est un objet direct, 117
l'objet possédé est un complément circonstanciel
3.5. Le possesseur est un sujet, 118
l'objet possédé est un objet direct
3.6. Le possesseur est un sujet, 119
l'objet possédé est un objet précédé de la préposition de
4. Les constructions attributives avec avoir 120
5. Conclusion 123

7 LES CROUPES NOMINAUX: QUALITÉS ET INSULTES 125


1. En bref 125
2. Propriétés des constructions qualitatives NdeN 126
2.1. Sémantique des noms de qualité 126
2.2. Propriétés syntaxiques des noms de qualité 128
2.2.1. Les exclamatives simples 128
210 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

2.2.2. Les exclamatives de type « Quel X ! » 129


2.2.3. Les exclamatives vocatives 129
2.2.4. Les contextes « Espèce de X » et « Traiter quelqu'un de X » 130
2.2.5. Les incises qualitatives 130
2.2.6. La relativisation dans les exclamatives 131
2.3. Constructions qualitatives N de N et structures 132
à complément du nom
2.3.1. Les déterminants 133
2.3.2. La modification adjectivale de Ni 134
2.3.3. La pronominalisation 135
2.3.4. Le nom recteur ou « tête » 136
2.4. L'accord 137
3. Conclusion 141

8 LA SYNTAXE DE «EN» 143


1. En bref 143
2. Propriétés de « en » 145
2.1. Les trois types de en 145
2.2. La distribution de en 147
2.2.1. Le constituant est un objet direct 147
2.2.2. Le constituant est un sujet 149
3. Similitudes et différences entre « en » et « dont » 153
3.1. À chaque en son dont 153
3.2. La distribution de dont 154
4. Conclusion 157

9 L'INVERSION DU SUJET 159


1. En bref 159
2. Typologie et propriétés syntaxiques des structures 160
à inversion du sujet
2.1. Les trois types de base d'inversion du sujet: 160
l'inversion dans les interrogatives
2.2. Inversion dans les exclamatives 161
2.3. Inversion en subordonnée 162
2.4. Inversion dans les incises et incidentes 163
2.5. Inversion et juxtaposition 163
2.6. Inversion dans la phrase assertive 164
2.7. Inversion de syntagme nominal lourd (ISNL) 165
T A B L E DES M A T I È R E S * 211

3. L'inversion stylistique 168


3.1. Propriétés générales 168
3.1.1. Présence obligatoire d'un élément déclencheur 169
3.1.2. Type d'inversion permise 169
3.1.3. Position du SN inversé avec verbes à temps composé 170
3.1.4. Types de compléments permis 170
dans l'inversion stylistique
3.2. L'inversion stylistique et la notion de trace 173
4. Conclusion 177

10 LA DISLOCATION 179
1. En bref 179
2. Typologie et caractéristiques syntaxiques de la dislocation 180
2.1. Dislocations multiples 185
2.2. La dislocation dans les complétives 185
2.3. Dislocation et autres éléments périphériques de la phrase 187
3. De quelques différences entre dislocation à gauche 189
et dislocation à droite
4. Comment les structures disloquées sont-elles dérivées? 191
5. Conclusion 194

CONCLUSION 195

BIBLIOGRAPHIE 197

LISTE DES TABLEAUX

Tableau i - Position du verbe ou de l'auxiliaire par rapport à la négation 68


Tableau 2 - Distribution de en génitif, quantitatif et partitif 153
Tableau 3 - Distribution de en et dont génitifs, quantitatifs et partitifs 156
212 * C O N S T R U C T I O N S M É C O N N U E S DU F R A N Ç A I S

LISTE DES ENCADRÉS

Quand la théorie guide l'observation : 10


la découverte de la planète Neptune
Chacun cherche son chat : du mode et de l'existence 21
SyntagmeQu-oi? 27
Le syntagme Qu- implicite : une stratégie internationale 28
Que et qui, d'hier à aujourd'hui 31
Dont, langue familière et hypercorrection 35
Dont vient dont? 37
Sujet, objet, sujet inversé? 53-54
L'effet indéfini dans les constructions impersonnelles 56
Des lectures supplémentaires sur les classes de verbes 59
L'infinitif et la négation à l'époque classique 64-65
Une approche qui crée des liens : de la négation à l'inversion 65-66
Les modaux: verbes ou auxiliaires? 69
Un autre lien entre négation et constructions înterrogatives 75
Des lectures sur la négation 78
Pourquoi tant d'études sur les vides parasites? 81
Distinguer un vide parasite de ce qui n'en est pas un 84
Des lectures sur les vides parasites 91
Une astuce pour trouver l'emplacement des quantificateurs 94-95
Une interprétation qui s'acquiert 96
Chacun prénominal et le déplacement de combien 104
Un seul médicament, plusieurs estomacs : no
une particularité du déterminant défini
Les anaphores et leur antécédent : une question de localité 112
Construction inaliénable ou pas? 115
Incises qualitatives et dislocation 131-132
Être et le en génitif 150
Des asymétries entre le sujet et l'objet 152
Des lectures supplémentaires sur en 157
Plus c'est lourd, plus ça bouge ! 165-166
L'infinitif de narration 167
Un passé plus clément pour l'objet direct dans l'inversion stylistique 171
L'inversion stylistique et le mode subjonctif 173
Vous avez dit «adjectif»? 182
Les complétives infinitives 183-184
La dislocation à droite du sujet: un phénomène précoce 188-189
Page laissée blanche
MARQUIS
MEMBRE DU GROUPE SCABRINI

quebec Canada
2006