Vous êtes sur la page 1sur 15

GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

I. GÉNÉRALITÉS :

Le besoin de communication chez l'homme s'est traduit par l'organisation des différents moyens
d'échange des informations.
 Tout d'abord, d'informations écrites qui aboutirent à la création du réseau postal,

 Puis, d'informations orales qui aboutiront à la création du réseau téléphonique,

 Enfin d'informations informatiques qui depuis quelques dizaines d'années aboutissent aux
réseaux télématiques et aux réseaux locaux.

II. CODAGE ET TRANSMISSION DES INFORMATIONS

1. CODAGE DES INFORMATIONS


Le rôle de toute communication est de transmettre des informations. Ces
informations sont codées en binaire (facilité de mémorisation et traitement).

On distingue plusieurs forme du binaire, par exemple:

 Le binaire pur
 Le DCB
 Le code ASCII….

2. STRUCTURE D'UNE LIAISON BIPOINTS


Le rôle d'une liaison bipoint, encore appelée point-à-point, est de relier deux équipements afin
qu'ils s'échangent des informations. La structure générale d'une telle liaison, suivant la
représentation du CCITT est :

H .BAROUCH 1
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

On distingue généralement trois parties essentielles :

 Les Equipements Terminaux de Traitement de Données (ETTD), appelés aussi DTE (Data

Terminal Equipment) : ordinateurs, terminaux, automates programmables,

 Les Equipements de Terminaux de Circuits de Données (ETCD) ou DCE (Data Circuit

Equipment) : Modem, codeurs en Bande de Base, Multiplexeurs,

 La ligne de transmission : paire métallique, câble coaxial, fibre optique, ...

Une liaison bipoint fait apparaître quatre notions principales :


 Le mode de transmission : (parallèle, série asynchrone, série synchrone ...)
 Le support de transmission : (bande passante, débit binaire, type de support)
 Le traitement du signal : (codage en Bande de Base, codage en large bande ...)
 La jonction :(RS232C (ou V24/V28), RS422/RS485(ou V11),, Boucle de
courant 4-20mA...)

3. MODES DE TRANSMISSION
a. TRANSMISSION PARALLÈLE

Dans ce mode de transmission les n bits d'information sont reçus ou transmis simultanément vers

le périphérique par l'intermédiaire d'un circuit d'Entrée-

Sortie parallèle (PIO : Parallel Input Output).

Différentes lignes de contrôle permettent :


• de valider le moment de la prise en
compte des caractères reçus (ST :
Strobe)
• de contrôler le flux des caractères
émis (AR : Accusé de Réception)
• Eventuellement de signaler des anomalies au niveau du
récepteur.

H .BAROUCH 2
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

b. TRANSMISSION SÉRIE ASYNCHRONE

Dans ce mode de transmission, les n bits constituant chacun des caractères, sont transmis les uns
derrière les autres via un circuit d’entrée-sortie série (SIO : Serial Input Output). L'intervalle de
temps séparant deux caractères consécutifs peut être quelconque :
Chaque caractère comporte 10 ou 11 bits :
• 1 bit de Start toujours à l'état logique 0
• 7 ou 8 bits d'information
• 1 bit de parité éventuel
• 1 ou 2 bits de STOP toujours à l'état
logique 1

c. TRANSMISSION SÉRIE SYNCHRONE

Dans ce mode de transmission :


- les n bits constituant chacun des caractères sont transmis l'un derrière l'autre,
- l'émission constitue un flot de données, sans temps mort entre les caractères successifs.
- Par contre, au moins deux caractères de synchronisation sont requis au début de chaque bloc
de message pour établir la synchronisation entre l'émetteur et le récepteur. Bien que la
transmission synchrone nécessite un circuit de réception très complexe permettant de synchroniser
l'horloge de réception avec les bits reçus, elle est de loin plus rapide et plus efficace que la
transmission asynchrone qui nécessite des bits additionnels pour chaque caractère.

H .BAROUCH 3
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

d. CARACTÉRISTIQUES COMPARÉES DES DIFFÉRENTS MODES DE TRANSMISSION

MODE DE RENDEMENT DEBIT UTILISATION MOYENS


TRANSMISSION Maximum

PARALLELE Excellent 99% 1 M octets/s -Terminaux - Matériel


-Imprimantes simple
- Logiciel
-Instruments réduit

SERIE Faible 65% 200 Kbits/s -Terminaux -Matériel


ASYNCHRONE -Imprimantes simple
-Logiciel
-Ordinateurs réduit
-Petits réseaux

SERIE SYNCHRONE Très bon 95% > 10 Mbits/s -Ordinateurs -Matériel


-SNCC complexe
-Logiciel
-API important
-Superviseurs

4. TYPES DE TRANSMISSION
Dans le cas d'une transmission série asynchrone ou synchrone, il est possible
d'utiliser l'un des trois modes de transmission suivants :
Mode simple (simplex)
- Un seul sens de transmission,
- Une paire de conducteurs pour la ligne

Exemple : Afficheur de tableaux

H .BAROUCH 4
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

Mode bidirectionnel alterné (Half-duplex)


- Deux sens de transmission : alternativement de E vers R' et de E' vers R,
- Une paire de conducteurs pour la ligne.

Exemple : Terminal, Modem, ...

Mode bidirectionnel simultané (Full-duplex)

- Deux sens de transmission : simultanément de E vers R' et de E' vers R,


- Deux paires de conducteurs pour la ligne.

Exemple : Terminal, Modem, Imprimante série, ...

III. SUPPORTS DE TRANSMISSION

1. CARACTÉRISTIQUES DES SIGNAUX


a. Signal sinusoïdal :
Dans le cas le plus simple, un signal vibratoire peut être représenté sous la forme d'une sinusoïde :

H .BAROUCH 5
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

b. Spectre d'un signal :

Un signal Y (t) peut être représenté par son spectre d'énergie


Le spectre d'un signal sinusoïdal parfait se réduit à une seule raie située sur la fréquence de ce signal.
Un signal périodique quelconque est constitué d'un ensemble de fréquences f1, f2, ... , fn. Son
spectre est alors un ensemble de voies, mettant en évidence la répartition de la densité d'énergie en
fonction de la fréquence.

c. Analyse spectrale :
L'analyse spectrale d'un phénomène physique périodique consiste à déterminer son spectre d'énergie.

d. Largeur de bande :
Bande passante d'un support de transmission :
Un canal de transmission, quelle que soit sa nature est nécessairement imparfait et ne laisse
donc passer que certaines fréquences en occasionnant une atténuation plus ou moins importante.
La « bande passante » d'un support de transmission est la bande de fréquences dans
laquelle les signaux sont reçus avec une amplitude suffisante.
La bande passante à n décibels est l'intervalle des fréquences dans lequel on a :
10 log (PE/PS)=n
Ainsi une bande passante à 3 dB, correspondant à l'intervalle de fréquences (f1-f2) pour lequel
la puissance du signal de sortie est au moins égale à la moitié du signal d'entrée (PE/PS < 2).
Exemple : le réseau téléphonique a une bande passante à 3 dB de 300 à 3400 Hz.

H .BAROUCH 6
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

e. Capacité d’une voie :

Il est souvent utile de faire correspondre à la bande passante du support, capacité qu'il peut
supporter. D'après la formule de Shannon:
C (bit/s) = BP. Log2 (1 + S/N) avec :
BP : Largeur de la bande passante (f 2 - f 1) en Hz,

S/N : Rapport de la puissance du signal à celle du bruit (N) inhérent à la ligne.


Exemple :
Pour le réseau téléphonique :
BP = 3 100 Hz
S/N = 1 000 d'où : C = 3 100 log2 (1 001) = 30 Kbits/s.

2. ADAPTATION DES SIGNAUX


Le signal à transmettre doit être adapté aux caractéristiques du support (bande passante).
- si la bande passante du support est plus faible que la largeur de bande du signal à
transmettre réception incorrecte.
- si le support à une bande passante très large, il est sous-utilisé.
En outre, la transmission directe de signaux binaires est très rarement adaptée aux
caractéristiques du support :
- bande passante cantonnée vers les basses fréquences (série de 0 ou de 1),
- bande passante cantonnée vers les hautes fréquences (série alternée de 0 et de 1 riche en
harmoniques),
- déformations des signaux (impédance de la ligne, parasites, ...).
Divers types d'ETCD permettent d'adapter au mieux le signal binaire aux caractéristiques
du support :
- Codeur en Bande de Base (codeur BdB)
- Codeur en Large bande (MODEM)

H .BAROUCH 7
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

3. Types de supports de transmission :

Dans tous réseaux d’ordinateurs, le support de transmission transporte les informations sous forme
de signaux entre les interfaces du réseau. Les signaux peuvent être sous forme de courant électrique, de
micro-ondes, d’ondes radio ou encore d’ondes lumineuses.
On utilise principalement quatre types de supports de transmission : les paires métalliques, les
câbles coaxiaux, les fibres optiques, ou les ondes radio.
 La paire torsadée
Deux conducteurs isolés entre eux forment une paire
torsadée. La plupart des câbles en paires torsadées sont non
blindés, mais certains sont enveloppés dans une feuille de
blindage aluminium. Les réseaux utilisant ce type de support
ont des caractéristiques concernant les connecteurs, les
limites de connecteurs et les limites de longueur. Le câble en
paire torsadée est peu coûteux, d’installation simple, les
technologies et normes sont éprouvées pour le transport de la
voix et de données. Le câble en paire torsadée est inutilisable pour les très hauts débits en
environnement à forte contrainte électromagnétique.
 Le câble coaxial
La largeur de la bande passante se situe entre celle
de la paire torsadée et celle de la fibre optique. Les
réseaux utilisent différents types de câbles coaxiaux :
 Gros Ethernet RG8.
 Thin Ethernet RG58.
 Câble télé RG59.
C’est une technologie éprouvée qui offre une meilleure résistance aux interférences et qui résiste aux
chocs.
 1.3 La fibre optique
Elles sont beaucoup plus petites et légères que les conducteurs métalliques. Pour les transmissions
longues distances, elle nécessite moins de répéteur que le cuivre. Les interfaces fibre optique
convertissent les signaux électriques en impulsions lumineuses qui sont générées par des LED ou des
diodes lasers.
A la réception ces impulsions lumineuses sont reconverties en
signaux électriques par des photos diodes. C’est un support très
fiable pour immuniser aux interférences et qui a une très large bande
passante. Les inconvénients sont le prix, la complexité d’installation
et de configuration, et une relative fragilité.

H .BAROUCH 8
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

IV. La transmission série de données numériques


 Rôle
Les données sont transmises par l’émetteur au récepteur sur 1 seul fil.
La transmission série permet de communiquer des données numériques entre deux objets techniques
distants.
La transmission série la plus simple est la transmission série asynchrone en liaison simplex
(1 émetteur et 1 récepteur) :

 Fonctionnement
Description de l’émission d’une donnée en mode asynchrone :

L’envoie du message est codé en niveaux logiques.


Le message est synchronisé sur une horloge d’émission :
 changement d’état logique sur les fronts montants de l’horloge,
 lecture de l’état logique sur les fronts descendants de l’horloge.
 Le bit de START :
Le début de l’émission commence au passage d’un niveau logique 1 (ligne au repos) à un niveau
logique 0 (bit de START).
 Les bits de la donnée à transmettre :
Les bits de la donnée à transmettre sont envoyés après le bit de START (du bit de poids faible au
bit de poids fort).

H .BAROUCH 9
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

 Le bit de parité :
Un bit de parité permet de détecter si une erreur s’est introduite durant la phase de transmission.
La valeur de ce bit dépend :
- du nombre de bit à « 1 » de la donnée à transmettre,
- si l’envoie est réalisée avec une parité paire ou une parité impaire.
Dans le cas d’une parité paire : la somme des bits à « 1 » doit être paire.
Dans le cas d’une parité impaire : la somme des bits à « 1 » doit être impaire.
Exemple :
Si la donnée est composée de 3 bits à « 1 » et que la parité est impaire le bit de parité sera à « 0 ».
Si la donnée est composée 6 bits à « 1 » et que la parité est impaire, le bit de parité sera à « 1 ».
 Le(s) bit(s) de STOP :
Ce bit indique la fin de la transmission de la donnée.
Ce bit est au niveau logique 1 (retour de la ligne au repos).
 La vitesse de transmission :
Elle est évaluée en bits transmis par secondes (bits/s).
Elle s’exprime également en baud=bits/s.
 Applications – critères de choix
Sur des distances supérieures à quelques mètres, il est difficile de mettre en œuvre une transmission
en parallèle : coût du câblage, mais surtout interférences électromagnétiques entre les fils provoquant
des erreurs importantes. On utilise alors une liaison série.
Il existe plusieurs types de liaisons séries dont les caractéristiques sont décrites ci-dessous :

Liaison de type RS232 (V28)


Le support est un fil référencé par rapport à la masse (asymétrique). La norme permet d'adapter
les signaux logiques (TTL ou CMOS) :
-« 1 » logique = 5V devient une tension comprise entre -3V et -25V.

-« 0 » logique = 0V devient une tension comprise entre +3V et +25V.

H .BAROUCH 10
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

Liaison de type RS422 ou RS485 (V11)


Le support de transmission est ici différentiel. Deux fils correspondant à des niveaux
complémentaires sont donc utiles pour chaque signal ce qui limite l'influence des bruits extérieurs et des
masses.
Pour la RS485, on peut réaliser des liaisons multipoints (plusieurs émetteurs et plusieurs
récepteurs)

V. RÔLE DU TRAITEMENT DU SIGNAL

Adapter les signaux binaires aux caractéristiques du support de transmission, afin d'utiliser au
mieux sa bande passante.
Il existe deux techniques de transmission :
- La transmission en Bande de Base :

Réservée pour des distances relativement courtes (100 à 3 000 m) et des débits: faibles à
moyens (qq Mbits/s), ce type de transmission consiste à appliquer sur la ligne des signaux
numériques, après un simple codage par la station émettrice, au niveau de l'ETTD ou de l'ETCD.

H .BAROUCH 11
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

- La transmission en Large Bande :

Pour des applications qui requièrent des débits importants (1 Mbits/s à 1 Gbits/s) des distances
supérieures (de 10 à 100 km), ce type de transmission consiste à appliquer à la ligne, les signaux
numériques, après modulation par ceux-ci, d'un signal sinusoïdal appelé " Porteuse ". Il s'en suit une
opération de Démodulation au niveau du récepteur pour extraire l'information numérique du signal
modulé. Ces opérations sont effectuées au niveau de l'ETCD, appelé dans ce cas MODEM
(MOdulateur/DEModulateur). Cette modulation permet dans certains cas, de réduire considérablement
la bande de fréquence couverte par le signal. Ceci permet donc : d'utiliser le réseau téléphonique
classique pour des petits débits, et de transmettre plusieurs canaux sur le même support de
transmission.

1. Codage NRZ/L (Non retour à zéro) :

La méthode NRZ (Non Return to Zero) représente la technique la plus simple de codage. Dans cette
technique à 2 niveaux, le signal numérique est codé suivant les règles :

 Bit de données à 0 -> tension négative


 bit de données à 1 -> tension positive

H .BAROUCH 12
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

Les principales caractéristiques du codage NRZ sont :

 Une bonne résistance au bruit


 Une mauvaise adaptation au support (spectre centré sur la fréquence nulle)
 Peu de transitions, donc difficulté de synchronisation d'horloge

2. Codage NRZI
Non Return to Zero Inverted

Ici, le signal est codé suivant les règles suivantes :

 bit de donnée à 0 -> la tension s'inverse à chaque période


 bit de donnée à 1 -> la tension reste constante à chaque période

L'allure de ce signal est représentée ci-dessous :

L'avantage essentiel de ce codage par rapport au précédent se manifeste dans les


transmissions où le signal reste de longues périodes à 0. Dans ce cas, il y a injection de
transitions qui facilitent la synchronisation de l'horloge du récepteur.

H .BAROUCH 13
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

3. Codage Manchester

Une solution permettant de décaler le spectre du signal vers les fréquences plus élevées
consiste à coder les états de base par des transitions et non par des niveaux. C'est la solution
adoptée par le codage Manchester, encore appelé codage bi-phase.

Cela se traduit par les règles suivantes :

 bit de donnée à 0 -> un front montant


 bit de donnée à 1 -> un front descendant

L'allure de ce signal est représentée ci-dessous :

Caractéristiques de ce codage :

 Bonne résistance au bruit (2 niveaux)


 Bonne adaptation aux supports à bande passante large
 Beaucoup de transitions, donc facilité de synchronisation d'horloge

Le principal inconvénient de ce code réside dans la grande largeur de son spectre, ce qui le
confine aux supports à large bande comme les câbles coaxiaux

H .BAROUCH 14
GESTION ET TRANSPORT DE L’INFORMATION CP BTS-ELT2 OUJDA

4. Codage Manchester Différentiel

Cette variante du codage de Manchester correspond aux règles suivantes :

Toujours une transition au milieu de l'intervalle ;

 écart entre donnée i et i-1 égal à 0 -> front montant


 écart entre donnée i et i-1 égal à 1 -> front descendant

Les caractéristiques de ce code se trouvent sur le schéma suivant :

H .BAROUCH 15