Vous êtes sur la page 1sur 29

Chapitre 2

Transmission de données

1
Introduction

OBJET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

Les télécommunications recouvrent toutes les techniques (filaires, radio, optiques, etc.) de
transfert d’information quelle qu’en soit la nature (symboles, écrits, images fixes ou animées,
son, ou autres).

2
Evolution des télécommunications

Les flux voix et données sont de nature fonctionnelle et physique différentes.

4 800 bit/s en 1980.

Chaque système dispose de son propre réseau.

la voix fait l’objet d’une numérisation.


Mais les réseaux d’accès restent fonctionnellement différents et les usagers accèdent toujours
aux services par des voies distinctes.

3
Evolution des télécommunications
La voix n’est plus seulement numérisée, les différents éléments d’informations sont rassemblés en paquets,
comme la donnée.

L’usager n’a plus besoin que d’un seul accès physique au réseau de transport (réseau voix/données). Les flux
sont séparés par un équipement (équipement voix/données) localisé chez l’usager et sont traités par des
systèmes différents.

intégration complète

Les équipements terminaux ont une interface d’accès identique mais des fonctionnalités applicatives
différentes. La voix et la donnée peuvent, non seulement cohabiter sur un même réseau, mais collaborer
dans les applications informatiques finales : c’est le couplage informatique téléphonie de manière native.
Dans cette approche les protocoles utilisés dans le réseau de transport et ceux utilisés dans le réseau de
l’usager sont identiques pour les deux types de flux.
4
Constituants de base d’un système de transmission de données

Quelle que soit la complexité du système, le principe reste toujours le même : il faut assurer un
transfert fiable d’information d’une entité communicante A vers une entité
communicante B.

– des données traduites dans une forme compréhensible par les calculateurs,
– un lien entre les entités communicantes, que ce lien soit un simple support ou un réseau de transport,
– la définition d’un mode d’échange des données,
– la réalisation d’un système d’adaptation entre les calculateurs et le support,
– un protocole1 d’échange.

5
L’information et sa représentation dans les systèmes de transmission

GÉNÉRALITÉS

Les flux d’information

Le réseau et les différents flux d’information

Afin de qualifier ces différents flux vis-à-vis du système de transmission, nous


définirons succinctement les caractéristiques essentielles d’un réseau de transmission

6
Caractéristiques des réseaux de transmission

Notion de débit binaire

Les systèmes de traitement de l’information emploient une logique à deux états ou binaire.

L’opération qui consiste à transformer les données en éléments binaires s’appelle le codage ou
numérisation selon le type d’information à transformer.

On appelle débit binaire (D) le nombre d’éléments binaires, ou nombre de bits, émis sur le
support de transmission pendant une unité de temps.

V
Le débit binaire s’exprime par la relation : D 
t

avec D (débit) en bits par seconde (bit/s2), V le volume à transmettre exprimé en bits et t la
durée de la transmission en seconde.
C’est l’une des caractéristiques essentielles d’un système de transmission.
7
Caractéristiques des réseaux de transmission
Schématisation d’un système de transmission

Notion de rapport signal sur bruit

Les signaux transmis sur un canal peuvent être perturbés par des phénomènes électriques ou
électromagnétiques désignés sous le terme générique de bruit. Le bruit est un phénomène qui
dénature le signal et introduit des erreurs.

Le rapport entre la puissance du signal transmis et celle du signal de bruit qualifie le canal vis-à-
vis du bruit. Ce rapport, appelé rapport signal sur bruit (S/N avec N pour Noise), s’exprime
en dB (décibel) :

S S
dB  10 log
N
10
N (en puissance)
8
Caractéristiques des réseaux de transmission
Notion de taux d’erreur

Les phénomènes parasites (bruit) perturbent le canal de transmission et peuvent affecter les
informations en modifiant un ou plusieurs bits du message transmis, introduisant ainsi des
erreurs dans le message

On appelle taux d’erreur binaire (Te ou BER, Bit Error Rate) le rapport du nombre de bits reçus
en erreur au nombre de bits total transmis.

Nombre de bits en erreur


Te 
Nombre de bits transmis

Notion de temps de transfert

Le temps de transfert, appelé aussi temps de transit ou temps de latence, mesure le temps
entre l’émission d’un bit, à l’entrée du réseau et sa réception en sortie du réseau. Ce temps
prend en compte le temps de propagation sur le ou les supports et le temps de traitement par
les éléments actifs du réseau (noeuds).

9
Caractéristiques des réseaux de transmission

Le temps de transfert est un paramètre important à prendre en compte lorsque la source et la


destination ont des échanges interactifs

Pour un réseau donné, le temps de transfert n’est généralement pas une constante, il varie en
fonction de la charge du réseau. Cette variation est appelée gigue ou jitter.

Notion de spectre du signal

Le mathématicien français Joseph Fourier (1768-1830) a montré que tout signal périodique de
forme quelconque pouvait être décomposé en une somme de signaux élémentaires
sinusoïdaux (fondamental et harmoniques) autour d’une valeur moyenne (composante
continue) qui pouvait être nulle.

L’ensemble de ces composantes forme le spectre du signal ou bande de fréquence occupée par
le signal (largeur de bande).

10
REPRÉSENTATION DE L’INFORMATION

Les différents types d’information

Les informations transmises peuvent être réparties en deux grandes catégories selon ce qu’elles
représentent et les transformations qu’elles subissent pour être traitées dans les systèmes
informatiques. On distingue :

-Les données discrètes,

– Les données continues ou analogiques

11
Numérisation des informations
Spectre d’échantillonnage
Soit un signal dont le spectre est limité et dont la borne supérieure vaut Fmax,

Numériser une grandeur analogique consiste à transformer la suite continue de valeurs en une suite discrète
et finie. À cet effet, on prélève, à des instants significatifs, un échantillon du signal et on exprime son
amplitude par rapport à une échelle finie (quantification).

12
Numérisation des informations

Conséquence sur le spectre

On en déduit que la fréquence minimale d’échantillonnage (fréquence de Nyquist) d’un signal


doit être le double de la fréquence maximale du signal à échantillonner :

Féchantillon  2 Fmax du signal

13
Numérisation des informations

La quantification

Elle définit des valeurs en escalier (par bond) alors que le phénomène à quantifier varie de façon continue.
Aussi, quel que soit le nombre de niveaux utilisés, une approximation est nécessaire, celle-ci introduit une
erreur dite de quantification ou bruit de quantification qui est la différence entre la valeur réelle de
l’échantillon et la valeur quantifiée.

Le récepteur, à partir des valeurs transmises, reconstitue le signal d’origine.


14
Transmission parallèle

Les données en sortie des organes de traitement de l'information


sont présentées généralement sous forme de mots de n bits.
La transmission parallèle consiste à émettre
simultanément ces n bits d'information et nécessite par
conséquent une ligne de transmission de n fils, appelée bus,
associée à des fils de contrôle et de commande

Transmission d'un message


1
1 0 1
ORGANE 0 interface de 0
0 0 interface de 0 ORGANE
DE 1 1
communication
1 1 communication 1 DE
TRAI TEMENT 1 1 1 TRAI TEMENT
0( coupleur ou ( coupleur ou 0
DES 1 1 1 DES
modem ) 0 modem )
DONNEES bus 1
bus DONNEES
10011101 masse reçu 10011101
10011101

EMETEUR RECEPTEUR

Ce type de liaison est utilisé pour transmettre des données sur de


courtes distances (quelques mètres).
Transmission série asynchrone
Les éléments binaires d'informations (bits) d'un mot ou caractère
sont alors envoyés successivement les uns après les autres sur une
ligne unique.

Le récepteur effectue l'opération inverse : transformation


série/parallèle.

Transmission d'un message


1 1
ORGANE 0 0 ORGANE
0 1 0 1 1 1 0 0 1 0
DE 1 1 DE
1 1
TRAI TEMENT 1 1 TRAI TEMENT
0 0
DES 1 1 DES
DONNEES bus
bus bus DONNEES
10011101 10011101

EMETEUR RECEPTEUR
III – MODE DE TRANSMISSION DES DONNEES

Le mode de transmission permet de définir si la


communication se fait entre deux ou plusieurs interlocuteurs
(>2)

2 modes possibles :

Communication entre deux interlocuteurs


Liaison point à point

Communication plusieurs (>2) interlocuteurs

Liaison multipoint
3.1 : Liaison point à point
a) Simplex
Dans ce mode
- l'émetteur émet des ordres,

- le récepteur les exécutent uniquement.


Le récepteur ne peut pas renvoyer un message.

envoie la ballon !
L'émetteur transmet un ordre

EMETTEUR RECEPTEUR
Il n'y a qu'un seul émetteur.L'autre est forcément un récepteur.
b) Half duplex

Dans ce mode, l'émetteur et le récepteur peuvent recevoir et


envoyer des messages.

Cependant, chaque partie ne peut pas émettre et recevoir en


même temps.

Bonjour !
Quelle heure
est - il ?
Il est 16 H 15

M ERCI !

EMETTEUR RECEPTEUR
Chaque partie peut émettre et recevoir alternativement.
Bonjour !
Quelle heure
est - il ?
Il est 16 H 15
M ERCI !
c) Full duplex

Dans ce mode, chaque partie peut émettre et recevoir en même


temps.
Cette forme de communication permet aux organes de traitement
d'émettre en même temps (donc de recevoir en même temps
aussi).
Cela nécessite dans ce cas, 2 voies de communication.

Est-ce
Jeque
pe nse
v ous
qu'av
il evza l'faire
he ure
s'be
il vau
ous
aujourd'
plait ?hui

EMETTEUR EMETTEUR

Est-ce que vous


avez l'heure s'il
vous plait ? ?
Impossible
Je pense
qu'il va faire
beau
aujourd'hui
Liaison multipoint
La liaison multipoint implique la présence de plusieurs interlocuteurs (au
moins 3).
Ce type de liaison comporte généralement un central pouvant émettre des
messages simultanément à tous les récepteurs.
Par contre, chaque récepteur, autre que le central, ne peut émettre simultanément
avec d'autres récepteurs.
Pour pouvoir émettre, il doit attendre que la ligne de transmission soit libre
pour émettre un message.

Quelle est la couleur


du cheval blanc Blanc,M adame
d'HENRI 4 ?

- En effet, le professeur (le central)


parle à l'ensemble de la classe.
IV – FORMAT ÉCHANGE DE DONNEES

Qu'est ce que le format d'échange ?

Le code ASCII (Américan Standart Code for Information


Interchange) est un code standard américain pour l'échange
d'informations. (voir document n°1)
Un caractère en ASCII n'est pas transmis seul.
Il est associé à des bits de contrôle comme suit :

bit1 bit2 bit3 bit4 bit5 bit6 bit7 bit8 bit9 bit10
Bit de START

Bit de parité

Bit de STOP
Code ASCII du caractère
à envoyer sur 7 ou 8 bits

Bit de START : indique le début de l'émission d'un caractère. Il est au


0 logique.
Bit de parité : moyen simple de vérifier la validité d'un message.

Bit de STOP : indique la fin d'émission du caractère. Il est au 1


logique.
on désire transmettre le caractère L avec une parité PAIRE.

b 0 b1 b2 b3 b4 b5 b6

Code ASCII du caractère L : 0011001


P aritéPAIRE
Parité P AIR : il faut q u e le n o mb re de 1 co mp ris
d an s le co d e AS C II du caractère + celui d u b it
d e p arité so it p air

4 = nombre pair

0 0 0 1 1 0 0 1 1 1
b0 b1 b2 b3 b4 b5 b6

Bit de parité
Bit de START

Bit de STOP
{
Chaque bit
Code ASCII du caractère L
é ta n t co n ve rti
e n n i ve a u d e
te n s i o n o u
co u ra n t ce l a
donne :
1

0
0 0 0 1 1 0 0 1 1 1 0
début du message fin du me ssa ge
on désire transmettre le caractère T avec une parité IMPAIRE.

b0 b1 b2 b3 b4 b5 b6

Code ASCII du caractère T : 0010101


P arité IMP AIR E : il fau t qu e le no mb re d e 1
co mp ris d an s le co d e AS C II d u caractère + celu i
d u b it d e p arité so it imp aire

3 = nombre impaire

0 0 0 1 0 1 0 1 0 1
b 0 b 1 b 2 b 3 b 4 b 5 b6

Bit de parité
Bit de START

Bit de STOP
Chaque bit
é ta n t co n ve rti
e n n i ve a u d e
te n s i o n o u
co u ra n t ce l a
donne :
1

0
{ Code ASCII du caractère T

0 0 0 1 0 1 0 1 0 1 0
début du message fin du me ssa ge
STANDARDS DE TRANSMISSION DES DONNEES
 RS 232C ou V24
Elle comporte :
 2 lignes de transmission des données (une pour chaque
sens).

 Un ensemble de lignes de contrôle et de commandes


nécessaires à l'établissement d'un canal de communication.

Toutes ces lignes sont référencées par rapport à un fil


commun (terre ou retour commun).

La liaison RS 232 C est définie pour une longueur maximum de 15


mètres et un débit au plus égal a 20 Kbps.
Pour les lignes de données :
- tension > 0 (entre +5 et 15V) = bit à 0 logique

- tension < 0 (entre -5 et -15V) = bit à 1 logique

+15 V
0 1 0 0 1
0
LOGIQUE
+5 V
-5 V
1
LOGIQUE
-15 V
III – Multiplexeurs
Lorsque plusieurs circuits de données existent, il est intéressant de concentrer
les données transmises sur des voies de basse vitesse (BV) sur un seul circuit
de donnée à plus fort débit (HV). Multiplexeurs et concentrateurs réalisent cette
opération.

BV MUX HV
BV
BV
III – Multiplexeurs
Multiplexage en fréquence : Chaque voie BV
conserve sa BP sur la voie HV
La voie HV doit avoir une capacité suffisante
pour absorber toutes les données provenant des
voies BV.

BV MUX HV
BV
BV